<%BANNER%>







PAGE 1

ELEMVTIN CONSERVEZ tVOTRE PEAU TOUJOURS: DOUCE •^.DLICATEMENT PARFUME AVEC LE SAVON DE TOILETTE .UX SAVON DE TOILETTE DLICATEMENT PARFUM. i-flT Loterie Nationale no— R'JUne indiscrtion; nous'per111 et d'allirmer que Mr Norman Armour, qui ^remplace Ifr Dana Munro, la Lgation Amricaine de Pori au*l rince, sera bientt pjrminv.ua L'mioenl diplme a fait retenir, par cible, un lot important de billets de la Loterie Nationale du plus prochain tirage. Faites la dduction vous m cmc, Donc eu gai de, Blanclu t. M011B & LAURIN, P. O BOX MM -• Oiairibileuri Rue Roux et du Centie, Port au-Prmce. AVIS AU COMMERCE L<* Panama Ituilroad Stea mship Line a l'avantage d'aD rjoncer les dparts suivants de New Yoik pour port au prince Haiti, directement chaque mardi. Tous les steamers sont pourvus de chambre tripori'iniie Dparts de h ew \ork. Arrivages Port au-rrince. Steamer Ancon le 22 novembre le 27 novembre Steamer Guayaquible 21) novembre le 5 dcembre 1932 i'anama Railroad Steampship Lint JasH. G. VAN REED agent Gnral AVIS COMMERCIAUX Le public et le commerce sont aviss que la maison connue sur la place de Portau-Prince sous le nom de VITA ABOLJD1 a cess d'exister. Les intits de celte maison ont t translres la nouvelle maison ABO'JDI & f.o. successeurs de BOIJLOS ABOL'UI & ).o, rue Courbe, aiicieuue lnl'.e Revest. Ko ri-au-Prince, le il) oct. mi VIT\ ABOUDI le public et le commerce lonl prvenus que. p r suite r> IH mort de Mr John Bonlos.et d'accord avec les parties intresses la raison BO Ciale B >ulos, Aboudi & Go, a fpss d'exister. La maison continuera de fonctionner sous la nouvelle prison sociale (Aboudi & Coi Port-au-Prince, le 20 oct. 1932. ABOUDI & Co. CONFRENCE il LA SOCIT D'HISTOIRE Dimanche prochain, 23 oct. du courant, Me Justin E. Knol.dSt Marc, lera une confrence au local de l'amicale du Lyce Ftion. 10 lis. du matin Le sujet choisi, le Gnral Mat hurla Lysi.appar tient aux vnements qui se sont drouls dans le pj yv, de 1875 1885 Entre libre. Pour Gurir ,. EuilepMIGRAINES, CONSTIPATION CONGESTIONS, TOURDISSEMENTS EMBARRAS GASTRIQUE IL SUFFIT de prendre l'un de vos repas (tout les deux jours seulement), une PILULE du D DEHAUT 147, Rue du Faubourg St-Den, PARIS Mais il faut exiger les vritables qui sont tout fait blanches et tur chacune desquelles les mots DEHAUTAPARIS sont trs lisiblement imprims en noir Les Mdecins savent quta toux continuelle met vos poumons en danger. ? l nens qui toussent constamment risquent d'avoir de srieuses affections des poumons. L'effort des quintes rptes affaiblit ces organes. En prenant la SCOTT'S EMULSION rgulirement vous prviendrez le dveloppement de ces dangereuses maladies. La SCOTT'S EMULSION calme les tissus lss et assure un confort reposant aux poumons torturs par la toux. Elle cicatrise et restaure. Ses riches qualits muritives facilitent la croissance. Ses vertus mdicinales ont un effet tonique depuis la gorge jusqu'aux poumons. A partir de l'ge mr les personnes qui toussent ont un besoin absolu d< l'authentique • SCOTT'S EMULSION d'huie de foie de morue norvgienne Riche eu Vitamines A et D Depuis 60 ans le remde de confiance pour: TOUX, RHUMES BRONCHITE ANEMIE CONSOMPTION INFLUENZA RACHITISME A,tnt,ic taattSI I1AROLD F. RITCHIE & CO.,mc Madiion Ave. al 34ih St.. New York. E. U. J'A. • AUX Trois Quartiers (, Maison J. de VENDEQIES ) ANGLE AVENUE KING ET RUE VKHMT Vient de recevoir par jo dernier Bateau : Souliers pour dames Bas de soie Chapeaux Gaines plastiques du 70 an 102 Sacs main Lotion et Eau de Cologne Poudre iPetaliuel Cheramy Crme Tokalon Barrettes, pintes, boucles. Tolies broches et boucle s d'o reilles Brets Basques Gdes 4.50 et 5,06, Tourniquets et fuselles lil couleur. Fil broder et coudre. Fil Retors Nos 30 et 40 §acs provision etc Maison de confiance, Prii avantageux. Faites vos achats AUX TROIS QUARTIERS i Vous viterez o 1rs Si lr. | Irso Les abonnements parlent


PAGE 1

i Vendredi 21 Octobre 1932 y Malin 4 PAGES 26enie ANNEE N; 7803 Port-au-Prince Tlphone : 2242 Ahimimim Linc -J. % !• DE NEW-ORLEANS El MOBILE A PORT-AU-PRINCE. SANTODOMINGO CITY, GUMGAQH PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO. DALVANGEN Ntw-Orlans, Louisiaoa, Sails Mobile. Alabama, Sails Port-au-Prince, Hati Due Santo-Domingo City, R.O. Due Curaao, D. W. I. Due Puerto Cabello, VeDz. Due La Guaira. Venezuela Due aramaribo,Dutcb Guiana Due Paramaribo,Dutch Guiaua Sails Curaao, D. W. I. Due New-Orlans, Louisiaoa Due Prenant fi et oct. 14 th oct. 19 th oct. 23 rd oct. 81 st AUSTVANGEN o:t. 15 Ih oct. IflLth oct. 21 st oct. l'A rd oct. 24 th oct. 28 th nov. 2 nd nov. 0 th nov. 14 th VESTVANGEN oct. ocl. oct. nov. nov. nov. nov. nov. nov. uov. nov. 22 nd 24 th 29 th 2 nd 4 th 6 th 7 th 11 th 16 th 20 th 28 th el passagers pour tous les,, ports ci dessus CONNAISSEMENTS DIRECTS DELIVRES POUR TOUS LES PORIS SUIVANTS : Port-de-Paix, St-.\iarc, Mirage ne et Jrmie, Hati ; Monte Cristi, La Romana, Barahona, San Pedro de Macoris et Azua, Rpublique Dominicaine : Coro, Carupano, Cumano, Cuanta et Pampatar,Venezuela, Aruba et Benaire, DWI. DE MOBILE ET NEW-ORLEANS A TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET MARACAIBO Un dpait vers le milieu de chaque mois touchant directement :_Puerto-Plata,R. D., Cap-Hatien,Gonaves. Petit-Gove.Aux Cayes et Jacmel,Hati et Macaraibo„Venezuela. Si un fret suffisant est oflert, ces bateaux toucheront galement Port-de-Paix, St Marc, Miragoane et Jrmie, Hati; Barahona, Azua, Monte Cristi, San Pedro de Macoris et La Romana. Et I). Aruba, D. W. I. De Tampa, Floride, la Jamaque-Hati— La Rpublique Dominicaine — Curaao it Venezuela. Dparts pour les ports ci-dessus quand une quantit suffisante de fret est offerte. ( Sujet changement, annulation ou ajournement sans avis. ) A. deMATTElS & C, Agents Gnraux Panama Railroad Slcamship Line, Agents aax principaux ports d'Europe. ti. W. Siiit-nON & Co, Ltd. 17, James Street, UVftRPOOl i ENGLAND. MORY Company, Atlantic Freighting Corp. Div. 155, Boulevard de S la&bourg, Havre, Fiance. MORY & COMPANY. Atlantic Freighting Corp. Div. 3. Rue St Viucent de Paul. Paris, Fiance. Ilernu Prou & Stockwell, Boite Postale: 78, Havre, France. England Ci. W.SlIKLDON &C, Ltd.. Feufon House, 112/113 Fcnchurch Street, London E. C. 3, Kngiand. France MORY & Company. Atlantic jreighting Corp. Div. 74, Quai des Chartrons, Bordeau v* Fiance. MORY & COMPANY, Atlantic Feighting Corp. Div. 7, Rue de la Rpublique, Marseille, France., Gellatly HANKKY & Co, 21, Rue de la Rpublique Marseille, a France. Qermany Atlantic Freighting Corp.. Atlaulic Freighting Corp. Balliuhaus, Uamburg 1, Germany. Breitenweg, 56, Bremen, Ger. Holland Atlantic Fieighiing" a Corp. Atlanlic Freighting Corp. Antwerp Division, Koniugin Emmaplein 3., C/O Steinmann & Company, Rotterdam, Holland. P. O. Box. 1069, Rot'.erdam, Holland. Belglum Atlantic Freighting C rp., (70 Steininann and CoJ 4, Quai Jordaens, ntwerp, Belgiom. A. Geresa A Company. Via .Banchi 9, Gtnoa. Raly. Spain. Mr T MAI.I.OI. BOCHAtlantic Freighting Corp.. Div. Paseo Colon. 17. Barcelone, Spain A/'B W. Lajka, Atlantic Freighting Coip. Div.. Skeppsbron 10, Stockholm, Sweden. A/B Pettersson and Holmstrom, Atlantic Freighting Corp. Div. Skeppsbron 3, Gotbenburg, Sweden. Don mark E.A. Bendix and Companj, Copeuhagen. Denmark. Italy Mr Altredo Amoretti. (Atlantic Freighting Corp.Div. Piazza Del Ferro N. 3 5, Genoa, Italy. Norway, i.aurilz A. Devold A. G. Atlantic Freighting Corp. Div. Aalesund, Norway. Sweden Sveu Jansson & Company., Atlantic Freighting Corp. Div. Nonkicping, Sweden. Simon Edstron A/B., Atlantic Freighting Corp. Div.. Malmo, Sweden. Bernhard Bergh & Company, Atlantic Freighting Corn. Div. lialsingborg,SweUeu. LE FAIT EST INCONTESTABLE liiiijiii Saillie C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! • Hpital Gural Hatien Accidents 10 Octobre Marcel Garnier, 22 ans, rue Runion. Blessure contuse de la I lvre suprieure. | Mme Euzbe Chry, 20 ans, VVharl aux herbes. Contusion au genou gauche, b'essure contuse de la lvre suprieure. Pauline Georges, 3 ans, Port* au-Prince. Corps tranger de la narine gauche. Simone Louis, 5 ans, prs du Sacr-Cœur. Lgre contusion! de la hanche gauche. J Victor H. Alvarez, 4 ans, aveJ nue Magloire Arabroise. Blessure contuse de la rgion occipitale. Tibre Saint lus, 25 ans, rue Rvolution. Contusion de la mchoire inlr. co droit. Clment Loicoo, 18 ans, Champ de Mars. Traumatisme du poignet droit. ^ LIGNE COLOMBIENNE ) Tlphone: N 2323 Le vapeur i Bolivar Voy. 105, venant de New-York et des ports du Nord.est attendu ici samedi le 22 courant en route le mme jour pour les ports du Sud. Le manifeste de ce vapeur reu par avion poste est la disposition des clients dans nos bureaux sis angle des rues du Quai et Thomas Madiou (vis* vis de la Douane), r a Le vapeur i Baracoa Voy. 109, partira de New-York le 19 octobre et arrivera Port-au-Prince le 25 octobre, en route pourles ports Co. lombiens, Cristobal, Canal Z Kingston et New York. Le vapeur Bogota Voy. 108 partira de New York le 26 courant, directement pour Port-au-Prince.ou il est atten du le 1er novembre. William E. BLEO. Agent. M"" Elias Charnier 1533, rue Courbe t l ~ >33 Vend des prix drisoires: Couronnes en diadme orarge perl.** ( Corjets(de 5 dol.pour 1 dol). Cipe de Chine (de 15 Gds. pour 8 gourdes ). Jolis costumes bleu-marine. Et d'autres agrables surprises. Une visite en nos magasins s'impose I II ROYAL MAIL LINES LTD Le steamer Irana venan • de Londres via Kingston sera (ici le 21 couram en route pour l'Europe prenant du fret. Th$ Royal bail Unes Ltd I J..BIGIO Agent gural Votre premire visite A L'HOTEL ANSONIA Nous donnera raison, confirmera votre bon jngement, justifiera la coufiance ue vous nous aurez accorde en nous garantissant votre apprtiible patronage l'Htel le plus slect de Port-au-Prince. Nous vous suggrons d'arrter votre chambre d'avance Bire la pression. Un autre grand gila avec un baau parlant et chantant: Attention PROGRS NOUVEAU RHLM NOL\EAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURHENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON Lykes Brothers SS C lnc Texas •• Hati — l'Santo uomingoPorto-Rico Le seul service hebdomadaire et rgul ier passagers et fret entre les ports du Golte du Texas directement avec Port-au-Prince, Hati. Pour la rception rapide et le maniement habile de vo importatrons, servez vous toujours des navires de Ja LYKE L 1 il Em Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont • Steamer Almeria Lykes 21 octobre 1932 S/S iGenevive Lykes 28 octobre 1932 Steamer c Huth Lykesi 4 novembre i Bureau: Rue du Magasin de l'jftat, Boite Postale B HOTEL KARAM bne confortable succursale de la Pace Holel, Kens' koft.— Pour la saison d't, rendez-vous chez A. J. Karam, Kenskoff, o vous seiez servi souhait. Excellente conditions JL *i. • mtOk,



PAGE 1

Clment Magloire .DIRECTEUR 1358. RUE AMERICAINE 1358 1ELEPH0NEJN224 26'me ANNEE N 780 j Ah les kHHMi ilacliOB les •Ctifi (1111110 il> M l;ilu|ii'iil ptW nr rira dire el quelle iVlr d> >a%  it |ii* cclh' t|ne l'on lirejl'une liirhulem c strile — En marge de la correspondance Blanchet-Heath. PORT-AU-PRlNCE;(H\lTn VENDREDI 21 OCTOBRE 1931 —o— A Clment Magloire Mon cher directeur, les heures que confronte le pays, sur le plan de sa politique extrieure, sont trop graves, pour que j'hsite davantage exprimer mon sentiment, en harmonie avec celui souille au Trait que rassemble Nationale venait d expdier dans l'abme des choses mortes. Aussi, la dmarche du 20 Septembre du Ministre Blanchel. le Charg d'affaires amricain, trois jours a van de l'opinion publique, sur la | qu'intervint la Presse Amritron de votre classe, qui ne lait pas grise la petite amie que ceux ci aiment mener palout avec eux: la libert.— %  Voire dilorial du 10 octobre dentielle, — et de dclarer que son gouvernement avait atteint l'extrme limite des concessions. C'tait facile. Avec tous les esprits froids sur l'est fort louable de votre rponse brutale que lui lit la ture morale pour rnlmier? „•• -, %  ^, %  art. Mais, cependant, le Lgation Amricaine. Celle-ci Lorsque ceUeRation se ilu T^r ? 7l *[ redresse Mars ommuniqu du Dparteeut employ un langage moins U flanc' pour soutenir, l'enGdance de l"i UgiioS ment des Relations Exteneudelimtii en apparence, plus oncontre de l'apprciation souvericaine c'esl de croire que le Voyant qui laisserailau moins raae de nos Chambres, que les Trait du 3 septembre peut un hublot ouvert sur l'avenir, attributions do reprsentant fisli>e soumis nouveau la ra Et nuis, mon cher Direo £ w?,} moindres que celles du tiftcalioi de l'Assemble Nalioquelque peu dchir. ment aggrav la dictature uparle.expressmenll assujettie Monsieur le Ministre Blanaancire existante, dnonce chet ne peut pas revenir sur avec fracas par le dernier, marquant l'effort de et rflchis, je pense que si, notre chancellerie d'attnuer • avant toutes paroles, toutes les effets du dsastreux Trait I dmarches, le Gouvernement du 3 Septembre, contient la [hatien avait attendu le rllepromesse de soutenir le Sou* xe de l'opinion publique a-f vernement dans ses nouvelmricaine, eu gard au Trait les volutions diplomatiques* rejet, il n'eut point reu la C'est fort P Corn m en res appelle quelques relilions et observations. En bonne diplomatie, l'ouverture prmature des pourparlers avec les Etals-Unis constitue une faute de tactique, surtout par le truchement du mme Ministre signataire du Trait rejet] l'unanimit pat l'Assamble Nationale. Le rejet d'une Convention Internationale entraine souvent un malaise dans les relations des partenaires. Le geste de nos mandataires directs, l'gard du dernier Trait, concidant avec le dB art du diplomate amricain ana Munro, imposait, du cot hatien, un changement de ngociateur, dont l'action aurait inspir plus de cou fiance au pays Ensuite, il eut t prudent d'attendre la raction de l'opinion publique amricaine, avant d'engager de nouvelles conversations. A la date du 20 septembre coul, date a laquelle Monsieur le Ministre Blanchel tentait de dmontrer le caractre exorbitant du document excut, l'applaudissement de l'univers, par l'assemble Hatienne,— le Dparlement d'Etat Washington Dollars Bien Placs TOUR toutes IM classes de la socit, le placement le plus ur est celu. de l'argent dpos un compte d'pargne Cet argent est en lieu sr, il est toujours votre disposition, la valeur n en est jamais affecte par un march la baisse il est toujours rachetable au pair. Protection et facilit d'accs constituent une caractristique double qu'on ne trouve pas dans d autre genre de placement. %  004 Vous /x>ui H conomiser $W\) en quatre ans bar versement, r cs de $4.52. La Banque Royale du Canada %  chet ne peut pas revenir sur vec traas parle Prsident direotsdela Nalion,nlait qu'un sa signature. Politiquement, Vincent dans son clbre disprojet, |usqu' la dcision des il est en dficience pour atco ura des Uonaves ? Chambres; et que cette dcision taquer, au nom du pays. ', .'."'J; 11 ''. I ,ei,l 1 il e nl : La Intervenant, cette Convention Comme elle est vraie, la sena action dos deux Goun'existe plus, que toutes les tencedePaulBourgel;Nos ^ZuLL^J'iT^T si ,lalures sont tombes et les irlos •*>•• *..i v m S r. „ n ki. fl mU6 ?.e ar l e xl8ten ce d o parties remises dans le statu actes nous suivent. Le cabibligations dl s dfinies, en Hati et , , i. —.7 ""B" u, in ucuuie, en nnii et auoante ? net actuel dans 1 ordre diploaux Etats Unis, lesquelles doimatique ne peut que marvent tre respectes et excuAvec l'opinion publique ha quer le recul de nos revendies. cations. Nous n'en voulons pour preuve que la correspondance Blanchel lleath. Vous vous rappelez, mon cher Directeur,que les Chambres, a l'unanimit, au cours de la session lgislative de 1931 avaient dclar caduc l'acte additionnel prorogeant le Trait de 1915 jusqu'en 1936. En celte circonstance Monsieur Abel Lger, pour lequel, en passant, je ne suis point suspect de complaisance, s'tait solidaris avec notre Parlement, dans la mesure de sa position officielle, en re vendiquant hautement la libert d'action du Gouvernen'avait pas encore rendu publique ta dcision n'a,.i a Aionr 7 mieux des intrts du piys. pavaient pas encore enleur 7 diplomatie bai fadignat on contre le traite-I J J |fl |e ttent que 1 accord voulait parler du-JTrait le nous,nlliger,-les partis. o ) | vue f ,; .. n M 8 ', 0 1 1 ,),e,,lC SSldation* Dans une note du prsidentielle, ne setaent d Q mbn 1931 bUee o encore servis, cou ne J (Je a falla.t sy attendre,de a larJ si|ualjoll / no[r h chancellerie contesta mme la valeur ju guraenl hatien. De toutes faons, le problme de la souverainet hatienne allait tre pos nouveau devant la conscience internationale, allait rebondir, lient t donc plus sage, de noire part, d'attendre le jeu des vnements et l'opportunit des circonstances. Mais l'honora Vincent s'empressa, Septembre, tout en signifiant ses rserves, de soutenir le malheureux Trait. Certes, le geste tait inspir d'une crnerie qui ne s'est point d nentie, au cours d'une longue el prestigieuse carrire, — ridique de l'Acte Additionnel. Mais le Ministre Blanchel a rompu avec cette procdure rationnelle, en crivant le 20 septembre dernier au Charg d'Alaires Amricain ; tienne, nous croyons le contraire. Parfait, puisque c'est le droit faut donc, ct du Prside la force. Mais quelles sont dent de la Rpublique, la tte ces obligations?— Et si elles de no Ire diplomatie, une nouant t dj dfinies dans le velle personnalit qui, par tous pass, quelles ncessits y avaitle* moyens .accords avec noil de signer l'aUrcux protocole ,ie faiblesse et les ralits suU? prieures, lasse comprendre au Ce sera le mrite de Mr Abel Gouvernement Amricain (pic Lger d'avoir toujours soutenu, BOUS le prtexte de garantir d'aprs l'expos gnral de la l'argent de ses banquiers, il ne situation que le contrle prvu P^ut pas continuer publiquepar le protocole de 1919 et le aient s'occuper de nos linancontrat d'emprunt de li)2'2 ne ces, rgenter notre patrie. comportaient pas l'administraj Voil la leon qui se dgage du lion de nos Contributions et de rejet du Traite du .'{ Septembre nos Douanes par les fonction1 I932,par l'Assemble Nationale naires du Trait, au mpris de Hatienne. nos droits souverains .C'esl le Gouvernement de l'honorable Prsident Vincent qui crivait celu I El c'est ce mme (iouvernenient qui, avec Mr Manchet aux Relations Extrieures, a oubli celte thse lgitime pour laisser aux Amricains la douce esprance de garder nos douanes jusqu'en 1952 I Quand mme, mieux vaut lard que jamais. Nous savons juste qu'on attendit du rejet unanime du trait du .'5 SeoleinSincrement votre. Stphen ALEXIS —Nous apprcions a leur juste valeur les considrations que celle lettre exprime, particulirement celles qui ont trait la personnalit de M. Blanchet ei aux ractions qu'il tait gr Monsieur Hlanchct de s'tre reliouv.en reprenant la formule Lger d'une protection efficace base technique et n affectant pas les conditions d'exercice de la souverainet hatienne restaure . Mais il y a des chances que le partenaire amricain lui rponde : — Vous n'tes pas, Excellence, en pos'are de me tenir Kest-il pas vident que les ce langage aprs avoir sign le *li nn*lJm,i non, Jnnr.nl &$* llu J Septembre . Nous concluons, mon cher Directeur. Notre position diplo-es. trois annes qui nous sparent ible Prsident )de l'expiration du Trait consiressa au l lituent le temps strictement ncessaire pour la prparation des officiera hatiens? etc. Il admet du coup la validit juridique du protocole de 11)17, constest par les Chambres el notre Ministre des Relations Extrieures. Par ailleurs, quand la Lgation Amricaine ose dcerner bre de la part de l'opinion publique a oricaine, Seulement, aprs avoir combattu le trait et applaudi son rejet, nous avons t ce point heureux du revirement que rvle, dans l'esprit du Gouvernement, la correspondance Blanchet-Heath, que nous n'avons voulu altrer notre approbation *l nos dispositions d'appuyer le gouvernemenl dans sa nouvelle et terme alilude par aucune restriction. — N.D.L.M. mais, entre nous, mon cher J un Dreve t d'incomprhension Directeur, ce n'tait que de la f j a Commission Spciale de belle lgance morale, sans J l'Assemble Nationale charge Profit pour sa politique. Laide faire rapport sur le Trait Proclamation du Chef de l'E-|du 3 septembre,—notre Mims-J J* apporta donc un lger J tre q> l.'a sign est-il en oi-^ Idal ALIX ROY 30 annes de succs. i II y a "Vingt-cinq anr> r.E'M.vrra, -.'/ Ochbrt 13UT. • CONSEIL SPECIAL MILITAIRE I J[jLe Conseil Spcial Utilitaire, jug hier les prvenus poli* ) :i sanction des mandataires a tiques en fuite. Ont m condamns la peint' Je nittrl : Edmond Polynicet Antoine bouchard Eugne Carri, honceij I hzan, L a ,,, a rrs liouehetle, Autpixle.SoLi'/r.s, i himolh. 30 OCTOBRE 1932 o— Retenez cette d i'e. — lie fer.i poque. C'est celle de 'a journe de vente des Pupilles de St.-Antoine. Mres de famille, vous trouverez, en occasion uni 'j ne, :i presque rien, des petits tabliers, robes, %  is tmes pour garonnets, des napperons, tableaux, coussins! et toutes sortes de jolies choses pour votre maison. Jeunes h mme8s,jeunesfilles,voici un endroit tout trouv o vons distraire, le p re m ie r great eu ni de la saison. Q elque chose d'esceptionnellemeDl nouveau. Les cinq parties du monde personnifies par Im plus jolies jeunes tilles le votre soci t. Li plus joyeuse et la plus divertissante garden parlu laquelle vous aurez assiste, qui se terminera | ar un gran 1 bal Les comptoirs, dcors ai un groupe de jeunes gos dont le sen s artistique s'i si dj tait apprcier, reprsen tel ont les sujets les plus divers: Parole japonaise,moulin hollandais,tente orientale, cabane martiniquaise, etc. Au total, douze baraques o vous seront offerts avec la grce des sourires le> objets les plus varis des prix dliant la concurrence. r )u'il suffise de savoir que presque tous les articles de ventu ayant t ofler ta parles jeunes li les de l'œuvre seront dbits au-dessous de leur valeur et sans tenir compte de la mainl'es ivre. • (." %  %  VOIRE CUISINE, MADAME... Le cble annonce qu'un chimiste allemand a dcouvert la pierre philosop'iale. L'Allemagne exulte. Elle va pouvoir tabrfquer de l'or je 1 coaliua. On prvoit qu'elle ne va plus chicaner sur le p dment des rparations. Les manifestations, eu l'bonneui du providentiel chirniste.sool inoues. — La chose, disait un Amricain, n'est pas tellement extraordinaire et ne donnera pas le rsultat qu'on espre. Je comprendrais ce dlire si ce chimiste avait trouv la formule de la lantguc des bsines de Port-au-Prince et de Saint-Marc Bec-Fin. .".; voit 'qu'aprs l'averse de mercredi soir et presque sur le coup de minuit s est effondre une aile de ag de la maiso i qu'hab te notre ami Samuel Pereiia el o se trouve son ; telier le coiflure. Ce qui prouve qu? la 1*1 n son n'a pas cd sous 1 1 poids du corpulent et charman'. occupant, c'est que sa chambr i a miraculeusement chapp l't'flondn ment. Le parquet penchait dangereusement, et le ht avait mme glus en direction du vide, mais on en lut quitte I pour la peur. Ce tut une minute tragique que celle o Pereira et sa temine s'engigreut sur l'escalier branlant, et,avec les prcautions minutieuses qu'on devine, russirent enfin conjurer la catastrophe et purent ga goer la rue. C > m pli menti aux deux rescaps, mais n'est-ce pas qu'il avait lait plutt chaud, vnrable? ... voit que chez notre ami Damosls Aacencio, tout prs de la Hoyale Banque duT.anada, c'est tonte la journe que l'on voit des clients —. et des clients pas quelconques du toul,en train de se lcher les doigts. Ah cette crme la glace : Napolitain praline, Cassola Sici %  cialana, uanille,au Champagne. Comment Aacencio s'arrange-1 il, dlicieuse comme elle, l'est pour la \endre si bon march? Le cri du jour : c'est la crme Ascencio. Ce diable d'homme nous p il tous par la bouche. • ... voit que la Compagnie Trans atlantique prpare une croisire touristique pour les jours si nis, raison de cinqpante dollars par passager. C'est donn. Aussi depuis hi.-r on commence s'inscrire en foule la Compagnie. Par ir n'.'st pas toujours mourir un peu. • ... voit que notre ami Mr M. FONTAINE vient de transporter ses dpota la brand' Mue, a cot de I Lpicerie Dereix, Rsl-il ncessaire de rappeler que si dcid qu'on puisse tre ne pas boire de son eau, ds qu'il s'agit de son dlicieux Rhum Champion,'.es plus buts cdent au plaisir de le dguster? El puis, i! est fameux, il n'y a pas dire, le Champion tonlaine. Vie Sportive Dimanche aprs-midi, se joueront deux m ilt lies de toollull au Parc-Lcconte. Le premier aura lieu 3 heures p. m. et l'entre sera de 10 centimes seulement. Le second commencera I heures p. m. Entre 20 centimes. • sont deU'. matches d'enIriineoieot. Allez y en foule encourager tes sporlsmen. \ FETE EN PERSPECTIVE Le great eveut de la sa'l son sera certainement la gran| de vente de charit que se proposent de d muer les Pupilles de SI An'olne. D'un genre trs nouveiu. cette f! aura srement !> ;auc >up d i succs. YA\ti aura lieu le 30 octobre et durer toute la journe. Elle commencera aprs la grand'messs paru OH immense vente de charit Evi deinmeut.ou dansera au cocktail. Les demoiselles patronnesse. serout travesties d'aprs h sujet du comptoir. Par exera • pie,d'authentiques Japonaise* vendront des chinoiseries D; charmantes soubrettes oflrii ont a boire. Les folies 1 1 roulette tenteront les plus sa. gea, De dlicieuses marinires pocheront la ligue. Un comptoir de surprises 10 centimes convaincra les moius opiimi tes. El tout cela pour 50 centimes seulemeut, car l'entre sera ce prix et les isommatio


PAGE 1

PAGE 2 s Sports o — LE MATIN 21 Octobre 1932 Correspondance A propos d'une ;p ropos information i %  humides Au Directeurj du Jourcal •Le Matin'*. En Ville Mr le Directeur, Votre journal, qui, depuis qu Iqne temps, ne nous me nag--' point ses emnis et tendresses, cru bon de reproduire, sans contrle, une information, ou plutt une plain'e ollicieuse— qui lui l t a Iresse contre le Prcsi* dent de i'I'SSH., lequel aurait, paraitMl, relus de remet* tir Ctsarine ce qui reoient Cisarin. Qu'il me soit permis de vous dire qu'en passant par quelq Je mle canal, la pense de Mme Dartigae s'est quelque peu dlorme Je dis Midame Dartigue. car c'estd'instrument t Dans notre dition de mardi dernier,nous avons donn, sous ; le titre : Une importante ruJ nion , le compte-rendu de la j sance que tint en THoIel de Ville de la Capi aie un groupe DOtnbreoa de membres de la i, obi •! %  '-';u '.• ce d'tlail po i avisrent moyens d'apporter an peu plus de rgularit dana Us allions ro nnn n j Commentant l'intervention do prestigieux prsident de celle aocil, — Monsieur Kdonard Estve,* nous avons interprt ses | aroles, — sans en dooBti le mol a mot. — H parai! que nous avons dpass la pense d ; Mr Edouard Es've. L'actit homme d'afiairea a sol gn plutt la ngligence de certains agents 'le compagnies d'assu-'j ra ns maritimes qui laissent IOJ commi r mis le soin de vtout LM patriotes! el c'est toot^le monde, car il j s en Hati aatanl de patriotes que de citoyens, ont Rt lundi dernier l'anniversaire le la \ mort de Uessalini s.Musique.clairons, salves d'artillei discoai -, i , i ,ui j tait. Lu foule i isemenl emplie dn souvenu %  > Librateur Les ol le els en taient mus. Tous taient pleins d'motion iotique. I. • patriotisme coulait plein bord. A si, aprs la ravi i nichante crmonie au mausole ries Aieux, place de l'Indpendance, 1rs plus authentiques patriotes, pour perptuer le souvenir de ce jour triste, s'en allrent chea Ti-Beau prendre un punch"au lUU'M SAKI HE CACHET D'OR, la boisson nationale. Gin-laldy, ECHOS -1 elle qui servit en la circonstance, a celui qui) toutes sortes—q Vil s'esi dress, ll \ I ms I" ius'e < \ n multiplie lei occasi ms nous tre nuisible et dsagrable. Voil doue, pour remet" lie les choses au point, — eu attendant que nous remettions certaines gens a leur place, — l'exacte vrit : Nous tions eu conseil l'USSli. lorsqu'uu messager vint m'annoncer que des 1 dames demandaient pour mol . Me souvenant, avec M.de BougrelOD,qu'une lein; nie n'attend pas.ie me rendis incontinent auprs de celles qui me I lisaient ainsi l'insi gne honneur d'une visite au ParoLeconte.A peine aniv, je me trouvai en lace d'une blan.hc bergerie, aux exquU ses h ebis "/"'" s blanches que /o biuiclh hermine, aymt. leur tte, leur bergre, houlette en main,ou—plus exactement-* volant en main. Je n'eus pas le temps de souiller qu'un l'eu de mOJsqueterie m'accueillit. J'en aurais certes perdu la t e si j'en tais encore l'ge des loties. Je lis bonne contenant e, et a la bergre, qui n'tait autre que Madame Dartigue, je fus prsent. El, sans nul prambule : — Monsieur Henriqiu/. nous sommes venues vous demander notre baske-ball.Lequel. Madame? (Pointant la dextre ) -Celui l, — Madame.j'arrive peine a la directiou de l'Unionjc'esi vous dire que je ne suis point au courant de ce qui a pu s'y passer avant mon arrive. Je ne connais rien de cette un mode basket bail dont vous nie parle/. Cependant |c ne cloute pas que ce baskei bail "Vous appartienne, puisque vous l'aiurmez. — Oui, nous l'avons achet de nos dni rs. —J'en suis couvaiucu,M ne. Cependant n'tant pas. moi, 1 Union des Socits $p ir i ves Hatiennes, je ne saurais, l'e ma propre autorit, vu il remettre le basketball en question. Dites-vous bien que je suis ici pour veiller, avec un soin jaloui.sur tout ce qui est au l'arc Lecontc. Or, ce basket bail s'y trouvant, 'epuis longtemps, ce qui m'a t dit. el. qui pis est, incorpor au sol, il est de toute prsomption, surtout Irgale.qu'il appartienne l'Union S vous prtendes un droit quel conque dessus, le conseil que je .VOUS donnerais sciait d'crire et de produire vos prtentions au Conseil de l'Union, qui les examinera, et, si elles sont trouves | 18les-coinme bien je pense y tera droit. Mademoiselle Wi imaier la traverse ijdlais, Mr Henri que/, toutes ces formalits ne sont pas ncessaires. Vous devez, savoir que ce basket' bail n'appartient pas a l'U* nion, mais a DOOS.Consultez rier eux mmes, el tout seuls,) Dimanche soir, Haltiana les marchandises dclares ava-5donnera une bel e production rires . (parisienne: i Le Danseur InC'est simplement con'recette] .,,, „_ d'aprs la pice de pratique, source d abus de ;slan Bernard. Ce sera pour l'occasion de passer ;1 M butions d" Prsidence la ;.. do Commerce d'Hati. intresss eux m ns onl du reco matre la justesse de observatio Meilleure Saveur Le iT(umi|i' Aiin'i'i'-aiii Irait i nt rirhe? < l muxlmile, mi" ktate que HU llftl jamais Irsivei ton IMM l'' luiup' Vous islerei lailiilresee I la premire bout-lire. \ a nu iromaip' h rail pOllI' clli)l|IM' IJOlll rli-z taire i lier. les registres d l'Union et vo is serez lifi. M [le, je Q • suis ni secrtaire ni trsorier de l'Union et, com tel, ne dispose point de ci s dont vous parlez. i)' illeurs il ne me revient pas ur m >i. II SSIISi l'acceptais votre taoo de voir et c .nsentais de ren i >'M %  ' i ''• ;l M.n i Di ligue.ee h bail, jou -i irais la p rte des rcla nations pour le m > a ira MI visibles el peut- r %  incalcul iblei. A.ujourd'hui,celui ci \ iendrail me li imer le Ch ilel ilu Parc-Leconte.com me tant sa propri .demain i-l.i l'entourage du mme Parc, sous prtexte que ("les el pieux lui appartiennent. Vo is voyez o tout cela no is m tera ll Non, croyez-m'en, ce ue serait pas raisonnable de ma part, el si je me re i ise a vous tre agrable en r %  pi :e,ce n'esl pas par mauv. ivouloir.rnaia tout simplemei.l pu ce que je veux rester ce que j'ai toujours t : un h une srieux. Et pais agir diilremrnent me vau Irait un bla ne de l Union. S livrez la proc lure que je vous ai indU qu ie: crivez au Conseil, el il vous repo idra ce que doit. Un gracieux caquetage-nuan ce protestai i re et un peu e oufl pal la pdale sourde s'ensuivit. El la bergerie drapa, ayant / n'/ /1: el • .. D'iissm creti \. \ nl, Mr le Directe ir, la VI it toute nue, telle qu'on put la conte npler, par cette aprs-midi maussade d'auto i c B i Parc Lecontc. le VO IS invite en taire autant. Et pour finir, rappelez-? (le conseil en est bon)qui l'a i ne doil pas Irappei i n ,mmi i\ on doil i a ie cette te a a Vrit, lui donner des crocs* en j a m be.C'est inlgant, pour ne duc que cela. Vous excuserez la longueur de la prsente, laite dois l'unique dessein de dissiper uu malentendu et de pratiquer une mise au poil, Veuillez agrer, Mr le Directeur, mes salutations distingues. Alphonse HENRIQt EZ Prsident de 1-U s.s n. v vous m uns agrables en coinpa I s quatre meilleurs ac,u : \ndte Roanne, Andr Nicole. Vf net Yuung et Vera Fiory. — Ou annonce la nomination de Mr Mevs comme agronome dpartemental pour le Dpartement du Nord. Il vient d'inveuter un schoir en lle dont l'chantillon est dposla prlecture du CapHuilien. — Hier matiu, uu camion de la G. d'il avait se.s deux r o u c s d'arrire eulouces dans n ie cre as->e la premii e avenue de Bolosse. U a taliu le co icoars d un gros ca nion de transport, qui se trouvait l par hasard, fiour l'eus >riir.O'esl avaul-hierque n ms demandions ici l'en d'une quipe des travaux publics la prem.re avenue. — Mr lidm M tnigat a t no nm directeur d ; ly du Cap-H iltien en remplace meut de M L .c tirimard, Qumm proti sse ir i Kc normale diinstituteurs Rappelons quu Mr Manigat est ancien pioijsseur de lettres ce lyce. — Le jury qui a prsid hier au concours pour le reut m ail des agents agricoles tait compose de MM Gauot, agro io ne dpai terni Dtal ; Large, lirecleur de l'enseignement rural. 1 y avait 192 insci ts. — Quelques commerants syriens et italiens qui avaient contrevenu l'arrt prescrivant le chmage lundi dernier, aiiniversaue de la moi' de Uessallnes, ont t rappe ls a l'ordre par le prle Duviella. —M Norman Thomas,caudidat socialiste la prsidence des Etats-Unis, a pidit l'lection de ftoosevett. — 11 serait qi.i slion d'une p tchaine entente entra l'Espagne et la France qui pourra n, eu cas de guerre entre elle et l'Italie ou l'Allemagne, occuper les Balares. Cela indique que les deux natious seront allies si une guerre clatait. Parlant une runion des travaillistes nationaux, le premier Me Donald a lait un a i*Aliemagne pour I a la confrence des quatre puissances sur la question rgilil des armements.^ V^j — Le parlement anglais a repris session. 11 s'occupera de la lgislation qui doit suivre les accords d'Olawu. — La France u'a pas renonce la question de trancor. Questionn par un dput, le sistre desaftaires trangres a rpondu qu'il sera pris doutes mesures utiles pour ivt ,u der l'pargne franaise, i CC SOIR Aimer... Sonftrir... .Mourir... Le Mensonge de Nina Petrowna avec Briilte lieou, Franis LeUertr, Waiwuk vVard I re il 50 ; H . on : 1 00 D1\IA\"< HE \ s HEUHE3 • l'.iP grande produciioo : Le Danseur Inconnu d'tori la comdi de Tristan Bernard -Adaptation musicale de L. Daviilard.interprt par Andr Koanne, Andr Nicolle, Janet Joug el Vera t'iory. JD 1 W.LemE Rue Dr Audain,rue8 Tlphone : 2(592 De relour de sou vovace n-en dehors des livres S c„en le qu .1 a repr.s ses CODh„es la Librairie Aux Arma Jsallatioos et ses travaux de de Parts reoit chaque mois,laboratoire comme par le pass : Matin 11 gens de 8 10 Aprs-midi: de 2 heures. 1/2 3 KRAFT %  C H E E S E PU1LY SALES CORPORATION Distriboteir Porl ao-Prince Hati. ViENNENI D'ARRIVER J Les Pastilles de menthe et au jus de i i'.-uits du Dr Htllers Dlicieuses, rafrachissantes, stimulantes, parfum ml la b mehe. En vente chez G-iston H. Martin' au Bazar Nation il, Alphonse Dsir el au Hou Marrii • pour des clients de choix, un lot assez, important il ouvrages en tons e mes le la plus rcente actualit. I.i dernire livraison reue oars par la Maison comprend deux j romans, qui, de l'avis de la cri-1 lique, sont l'heure actuelle, les deux plus aulhenli(|ues suecs de la librairie franaise. Le scandale, par TierreBost.el Le mviid de vipres, par IM anyois Mauriac. Ce sont deux romans d'un intrt palpilant... que nous nous permettons de S7KS!^~ wStSt mi & <"<^ ' *'* tantiel profit, et le plus dlicat Le plus raorle remdde coaplaisir. • nu* 1/2 heures, les dimanches et irvir iris excepts. 666 En Liquide — Tablettes — Sauve, gurit la railaria en 3 jours. Les froids le 1er jour M ux de tte et Nvralgiesea 3'J minutes. SUSllE ORAlld SOURCE VOSGES CFranc*) .XTION LECTIVE SUR LE REIN Cure complte de l'ARTHRITISME Saison du 20 Mai au 25 Septembre C OU RSES %  TENNIS • GOLF • POLO • THTRE CASINO FAR O SPCIAL POUR LES ENFANTS Trains direct J lAKI8 (Gare de l'Eet) A V1TTBL En venie dans '.en principale Phannacios. Drojiierlos et Maisons d'Alimentation. Chambre: (ioodv Constitue en 1898, la Socit Goodvear a vu natre l'Industrie automotive r; Celte longue exprience permet cettevaste organisation d'offrir aux propritaires d'autos e t de camions des pneus suprieurs en qualit et en dure tous 'ceux qui se vendent actuellement en Hati. LES PNEUS GOODYEAR HEAVY DIITY SONT FABRIQUS AVEC Uf.E FICELLE SPCIALE CONNUE SOUS LE NON DE SUPERTWISTE DONT L'ELtSUT ET LA RESISTANCE SONT W GRANDES DE 30 POUR ,100 ELLE EMPLOYEHPAR LES AUTRES FABRICANTS DE PNEUS A La Socit Haitienne d'automobiles,seul reprsentant de la Goodyear en Hati/vous trouverez toujours des pneus et chambres air de toute fracheur de cette fameuse marque des prix dfiant toute concurrence. Socit Hatienne d'Automobiles. T GLNT1L. BOGAT E CltDohtla renomme si a anic s ,, ., lCmire p i a ce Demandi .: : r UN BARBANCX)URT Dp|;.Rue des fc sars


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07135
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, October 21, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07135

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
.DIRECTEUR '
1358. RUE AMERICAINE 1358
1ELEPH0NEJN224
26'me ANNEE N 780 j
Ah les kHHMi ilacliOB les
Ctifi (1111110 il> M l;ilu|ii'iil ptW
nr rira dire el quelle iVlr d> >a-
it |ii* cclh' t|ne l'on lirejl'une
liirhulem c strile !

En marge de la correspon-
dance Blanchet-Heath.
PORT-AU-PRlNCE;(H\lTn
VENDREDI 21 OCTOBRE 1931
o
A Clment Magloire

Mon cher directeur, les
heures que confronte le pays,
sur le plan de sa politique
extrieure, sont trop graves,
pour que j'hsite davantage
exprimer mon senti-
ment, en harmonie avec celui
souille au Trait que rassem-
ble Nationale venait d exp-
dier dans l'abme des choses
mortes. Aussi, la dmarche
du 20 Septembre du Ministre
Blanchel. le Charg d'affaires
amricain, trois jours a van
de l'opinion publique, sur la | qu'intervint la Presse Amri-
tron de votre classe, qui ne
lait pas grise la petite amie
que ceux ci aiment mener
palout avec eux: la libert.
Voire dilorial du 10 octobre
dentielle, et de dclarer que
son gouvernement avait at-
teint l'extrme limite des con-
cessions. C'tait facile.
Avec tous les esprits froids
sur
l'est fort louable de votre rponse brutale que lui lit la ture morale pour rnlmier? -, ^,
art. Mais, cependant, le Lgation Amricaine. Celle-ci Lorsque ceUeRation se ilu !T^r?7l *[ redresse Mars
ommuniqu du Dparte- eut employ un langage moins U flanc' pour soutenir, l'en- Gdance de l"i UgiioS m-
ent des Relations Exteneu- delimtii en apparence, plus on- contre de l'apprciation souve- ricaine c'esl de croire que le
Voyant qui laisserailau moins raae de nos Chambres, que les Trait du 3 septembre peut
un hublot ouvert sur l'avenir, attributions do reprsentant fis- li>e soumis nouveau la ra
Et nuis, mon cher Direo w?,} moindres que celles du tiftcalioi de l'Assemble Nalio-
quelque peu dchir. ment aggrav la dictature u- parle.expressmenll assujettie ,
Monsieur le Ministre Blan- aancire existante, dnonce
chet ne peut pas revenir sur avec fracas par le
dernier, marquant l'effort de et rflchis, je pense que si,
notre chancellerie d'attnuer avant toutes paroles, toutes
les effets du dsastreux Trait I dmarches, le Gouvernement
du 3 Septembre, contient la [hatien avait attendu le rlle-
promesse de soutenir le Sou* xe de l'opinion publique a-f
vernement dans ses nouvel- mricaine, eu gard au Trait
les volutions diplomatiques* rejet, il n'eut point reu la
C'est fort
P
Corn
m en
res appelle quelques reli-
lions et observations.
En bonne diplomatie, l'ou-
verture prmature des pour-
parlers avec les Etals-Unis
constitue une faute de tacti-
que, surtout par le truche-
ment du mme Ministre signa-
taire du Trait rejet] l'una-
nimit pat l'Assamble Natio-
nale. Le rejet d'une Conven-
tion Internationale entraine
souvent un malaise dans les
relations des partenaires. Le
geste de nos mandataires di-
rects, l'gard du dernier
Trait, concidant avec le d-
Bart du diplomate amricain
ana Munro, imposait, du
cot hatien, un changement
de ngociateur, dont l'action
aurait inspir plus de cou
fiance au pays Ensuite, il
eut t prudent d'attendre la
raction de l'opinion publi-
que amricaine, avant d'en-
gager de nouvelles conversa-
tions. A la date du 20 sep-
tembre coul, date a la-
quelle Monsieur le Ministre
Blanchel tentait de dmontrer
le caractre exorbitant du
document excut, l'applau-
dissement de l'univers, par
l'assemble Hatienne, le
Dparlement d'Etat Was-
hington
Dollars Bien Placs
TOUR toutes Im classes de la socit, le placement le plus
ur est celu. de l'argent dpos un compte d'pargne Cet
argent est en lieu sr, il est toujours votre disposition, la
valeur n en est jamais affecte par un march la baisse il
est toujours rachetable au pair. Protection et facilit d'accs
constituent une caractristique double qu'on ne trouve pas
dans d autre genre de placement.
004
Vous /x>ui H conomiser $W\) en quatre ans bar
versement, rcs de $4.52.
La Banque Royale
du Canada

chet ne peut pas revenir sur vec traas parle Prsident direotsdela Nalion,nlait qu'un
sa signature. Politiquement, Vincent dans son clbre dis- projet, |usqu' la dcision des
il est en dficience pour at- coura des Uonaves? Chambres; et que cette dcision
taquer, au nom du pays. ', .'."'J;11''.I,ei,l1il enl : La Intervenant, cette Convention
Comme elle est vraie, la sen- a action dos deux Gou- n'existe plus, que toutes les
tencedePaulBourgel;Nos ^ZuLL^J'iT^T si,lalures sont tombes et les
irlos *> *..ivm S r. nki. flmU6?.ear.lexl8ten.cedo. parties remises dans le statu
actes nous suivent. Le cabi- bligations dl
s dfinies, en Hati et
, i. .7 ""B"u,'in ucuuie, en nnii et auoante ?
net actuel dans 1 ordre diplo- aux Etats Unis, lesquelles doi-
matique ne peut que mar- vent tre respectes et excu- Avec l'opinion publique ha
quer le recul de nos revendi- es.
cations. Nous n'en voulons
pour preuve que la correspon-
dance Blanchel lleath.
Vous vous rappelez, mon
cher Directeur,que les Cham-
bres, a l'unanimit, au cours
de la session lgislative de
1931 avaient dclar caduc
l'acte additionnel prorogeant
le Trait de 1915 jusqu'en
1936. En celte circonstance
Monsieur Abel Lger, pour
lequel, en passant, je ne suis
point suspect de complaisan-
ce, s'tait solidaris avec notre
Parlement, dans la mesure de
sa position officielle, en re
vendiquant hautement la li-
bert d'action du Gouverne-
n'avait pas encore
rendu publique ta dcision
n'a,.- i a Aionr 7 mieux des intrts du piys.
pavaient pas encore enleur 7 diplomatie bai
fadignat on contre le traite-I J J |fl |e
ttent que 1 accord voulait parler du-JTrait le
nous,nlliger,-les partis. o ) | vue f ,; ..
n M8',01.1. ,),e,,lC SSldation* Dans une note du
prsidentielle, ne setaent dQmbn 1931 bUee
o encore servis, cou ne J (Je ,a
falla.t sy attendre,de a lar- Jsi|ualjoll/ no[rh chancellerie
contesta mme la valeur ju
guraenl hatien.
De toutes faons, le probl-
me de la souverainet hatien-
ne allait tre pos nouveau
devant la conscience interna-
tionale, allait rebondir, lient
t donc plus sage, de noire
part, d'attendre le jeu des
vnements et l'opportunit
des circonstances.
Mais l'honora
Vincent s'empressa,
Septembre, tout en signifiant
ses rserves, de soutenir le
malheureux Trait. Certes, le
geste tait inspir d'une cr-
nerie qui ne s'est point d
nentie, au cours d'une longue
el prestigieuse carrire,
ridique de l'Acte Additionnel.
Mais le Ministre Blanchel a
rompu avec cette procdure
rationnelle, en crivant le 20
septembre dernier au Charg
d'Alaires Amricain ;
tienne,nous croyons le contraire.
Parfait, puisque c'est le droit faut donc, ct du Prsi-
de la force. Mais quelles sont dent de la Rpublique, la tte
ces obligations? Et si elles de no Ire diplomatie, une nou-
ant t dj dfinies dans le velle personnalit qui, par tous
pass, quelles ncessits y avait- le* moyens .accords avec no-
il de signer l'aUrcux protocole ,ie faiblesse et les ralits su-
U? prieures, lasse comprendre au
Ce sera le mrite de Mr Abel Gouvernement Amricain (pic
Lger d'avoir toujours soutenu, BOUS le prtexte de garantir
d'aprs l'expos gnral de la l'argent de ses banquiers, il ne
situation que le contrle prvu P^ut pas continuer publique-
par le protocole de 1919 et le aient s'occuper de nos linan-
contrat d'emprunt de li)2'2 ne ces, rgenter notre patrie.
comportaient pas l'administra- j Voil la leon qui se dgage du
lion de nos Contributions et de rejet du Traite du .'{ Septembre
nos Douanes par les fonction- 1 I932,par l'Assemble Nationale
naires du Trait, au mpris de Hatienne.
nos droits souverains .C'esl le !
Gouvernement de l'honorable '
Prsident Vincent qui crivait
celu I El c'est ce mme (iou-
vernenient qui, avec Mr Man-
chet aux Relations Extrieures,
a oubli celte thse lgitime
pour laisser aux Amricains la
douce esprance de garder nos
douanes jusqu'en 1952 I
Quand mme, mieux vaut
lard que jamais. Nous savons juste qu'on attendit du rejet
unanime du trait du .'5 Seolein-
Sincrement votre.
Stphen ALEXIS
Nous apprcions a leur juste
valeur les considrations que
celle lettre exprime, particuli-
rement celles qui ont trait la
personnalit de M. Blanchet ei
aux ractions qu'il tait
gr Monsieur Hlanchct de
s'tre reliouv.en reprenant la
formule Lger d'une protec-
tion efficace base technique
et n affectant pas les conditions
d'exercice de la souverainet
hatienne restaure .
Mais il y a des chances que
le partenaire amricain lui r-
ponde : Vous n'tes pas, Ex-
cellence, en pos'are de me tenir
Kest-il pas vident que les ce langage aprs avoir sign le
*li nn*lJm,i non, Jnnr.nl &$* llu J Septembre .
Nous concluons, mon cher
Directeur. Notre position diplo-
-es. trois annes qui nous sparent
ible Prsident )de l'expiration du Trait cons-
iressa au l lituent le temps strictement n-
cessaire pour la prparation des
officiera hatiens? etc. Il admet
du coup la validit juridique du
protocole de 11)17, constest par
les Chambres el notre Ministre
des Relations Extrieures.
Par ailleurs, quand la Lga-
tion Amricaine ose dcerner
bre de la part de l'opinion pu-
blique a oricaine,
Seulement, aprs avoir com-
battu le trait et applaudi son
rejet, nous avons t ce point
heureux du revirement que r-
vle, dans l'esprit du Gouver-
nement, la correspondance
Blanchet-Heath, que nous n'a-
vons voulu altrer notre appro-
bation *l nos dispositions d'ap-
puyer le gouvernemenl dans sa
nouvelle et terme alilude par
aucune restriction. N.D.L.M.
mais, entre nous, mon cher Jun Drevet d'incomprhension
Directeur, ce n'tait que de la f ja Commission Spciale de
belle lgance morale, sans J l'Assemble Nationale charge
Profit pour sa politique. Laide faire rapport sur le Trait
Proclamation du Chef de l'E-|du 3 septembre,notre Mims-J
J* apporta donc un lger J tre q> l.'a sign est-il en oi-^
Idal
ALIX ROY
30 annes de succs.
i
II y a
"Vingt-cinq anr>
r.E'M.vrra, -.'/ Ochbrt 13UT.
CONSEIL SPECIAL MILITAIREI
J[jLe Conseil Spcial Utilitaire,
jug hier les prvenus poli*
)
:i sanction des mandataires
a
tiques en fuite. Ont m con-
damns la peint' Je nittrl :
Edmond Polynicet Antoine
bouchard Eugne Carri,
honceij I hzan, L a ,,, a rrs
liouehetle, Autpixle.SoLi'/r.s, i
himolh.
30 OCTOBRE 1932
o
Retenez cette d i'e. lie
fer.i poque. C'est celle de 'a
journe de vente des Pupilles
de St.-Antoine. Mres de fa-
mille, vous trouverez, en oc-
casion uni 'j ne, :i presque rien,
des petits tabliers, robes, , is
tmes pour garonnets, des
napperons, tableaux, coussins!
et toutes sortes de jolies choses !
pour votre maison. Jeunes
h mme8s,jeunesfilles,voici un
endroit tout trouv o vons
distraire, le p re m ie r great
eu ni de la saison. Q elque
chose d'esceptionnellemeDl
nouveau. Les cinq parties du
monde personnifies par Im
plus jolies jeunes tilles le
votre soci t. Li plus joyeuse
et la plus divertissante garden
parlu laquelle vous aurez
assiste, qui se terminera | ar
un gran 1 bal
Les comptoirs, dcors ai
un groupe de jeunes gos
dont le sen s artistique s'i si
dj tait apprcier, reprsen
tel ont les sujets les plus di-
vers: Parole japonaise,mou-
lin hollandais,tente orientale,
cabane martiniquaise, etc. Au
total, douze baraques o vous
seront offerts avec la grce
des sourires le> objets les
plus varis des prix d-
liant la concurrence. r)u'il
suffise de savoir que presque
tous les articles de ventu
ayant t ofler ta parles jeu-
nes li les de l'uvre seront
dbits au-dessous de leur
valeur et sans tenir compte
de la main- l'es ivre.
(."
VOIRE CUISINE, MADAME...
Le cble annonce qu'un chi-
miste allemand a dcouvert
la pierre philosop'iale. L'Al-
lemagne exulte. Elle va pou-
voir tabrfquer de l'or je1
coaliua. On prvoit qu'elle
ne va plus chicaner sur le
p dment des rparations. Les
manifestations, eu l'bonneui
du providentiel chirniste.sool
inoues.
La chose, disait un Am-
ricain, n'est pas tellement ex-
traordinaire et ne donnera
pas le rsultat qu'on espre.
Je comprendrais ce dlire si
ce chimiste avait trouv la
formule de la lantguc des
bsines de Port-au-Prince
et de Saint-Marc
Bec-Fin.
.".; voit 'qu'aprs l'averse de
mercredi soir et presque sur le
coup de minuit s est effondre
une aile de ag de la maiso i
qu'hab te notre ami Samuel Pe-
reiia el o se trouve son ; telier
le coiflure. Ce qui prouve qu?
la 1*1 n son n'a pas cd sous 11
poids du corpulent et charman'.
occupant, c'est que sa chambr i
a miraculeusement chapp
l't'flondn ment. Le parquet pen-
chait dangereusement, et le ht
avait mme glus en direction
du vide, mais on en lut quitte
I pour la peur. Ce tut une minute
tragique que celle o Pereira et
sa temine s'engigreut sur l'es-
calier branlant, et,avec les pr-
cautions minutieuses qu'on de-
vine, russirent enfin conju-
rer la catastrophe et purent ga
goer la rue. C > m pli menti aux
deux rescaps, mais n'est-ce
pas qu'il avait lait plutt chaud,
vnrable?
*

... voit que chez notre ami
Damosls Aacencio, tout prs
de la Hoyale Banque duT.ana-
da, c'est tonte la journe que
l'on voit des clients . et des
clients pas quelconques du toul,-
en train de se lcher les doigts.
Ah cette crme la glace : Na-
politain praline, Cassola Sici
cialana, uanille,au Champagne.
Comment Aacencio s'arrange-1 il,
dlicieuse comme elle, l'est pour
la \endre si bon march? Le
cri du jour : c'est la crme As-
cencio. Ce diable d'homme nous
p il tous par la bouche.

... voit que la Compagnie
Transatlantique prpare une
croisire touristique pour les
jours si nis, raison de cin-
qpante dollars par passager.
C'est donn. Aussi depuis hi.-r
on commence s'inscrire en
foule la Compagnie. Par ir
n'.'st pas toujours mourir un
peu.
.
.
... voit que notre ami Mr
M. FONTAINE vient de trans-
porter ses dpota la brand'
Mue, a cot de I Lpicerie Dereix,
Rsl-il ncessaire de rappeler
que si dcid qu'on puisse tre
ne pas boire de son eau, ds
qu'il s'agit de son dlicieux
Rhum Champion,'.es plus buts
cdent au plaisir de le dguster?
El puis, i! est fameux, il n'y a
pas dire, le Champion ton-
laine.
Vie Sportive
Dimanche aprs-midi,se joue-
ront deux m ilt lies de toollull
au Parc-Lcconte. Le premier
aura lieu 3 heures p. m. et
l'entre sera de 10 centimes
seulement.
Le second commencera I
heures p. m.
Entre 20 centimes.
sont deU'. matches d'en-
Iriineoieot.
Allez y en foule encourager tes
sporlsmen.
\
FETE EN PERSPECTIVE
Le great eveut de la sa'l
son sera certainement la gran|
de vente de charit que se
proposent de d muer les Pu-
pilles de SI An'olne. D'un
genre trs nouveiu. cette f!
aura srement !> ;auc >up d i
succs. YA\ti aura lieu le 30
octobre et durer toute la
journe. Elle commencera
aprs la grand'messs paru oh
immense vente de charit Evi -
deinmeut.ou dansera au cock-
tail.
Les demoiselles patronnesse.
serout travesties d'aprs h
sujet du comptoir. Par exera
pie,d'authentiques Japonaise*
vendront des chinoiseries D;
charmantes soubrettes oflri-
i ont a boire. Les folies 11
roulette tenteront les plus sa.
gea, De dlicieuses marini-
res pocheront la ligue. Un
comptoir de surprises 10
centimes convaincra les moius
opiimi tes. El tout cela pour
50 centimes seulemeut, car
l'entre sera ce prix et les
isommatio seront pas. Vous trouverez
galement d'autres comp-
toirs de; arides pour en-
fans de toute beaut
Rendez-vo is l'htel Rialto
le dimanche 30 oc obie p.ua.
Que personne n/y mauqueT


PAGE 2 ,
s Sports
o
LE MATIN 21 Octobre 1932
Correspondance
A propos d'une ;propos
information i .
humides
Au Directeurj du Jourcal
Le Matin'*.
En Ville
Mr le Directeur,
Votre journal, qui, depuis
qu Iqne temps, ne nous me
nag--' point ses emnis et
tendresses, cru bon de re-
produire, sans contrle, une
information, ou plutt une
plain'e ollicieuse qui lui l
t a Iresse contre le Prcsi*
dent de i'I'SSH., lequel au-
rait, paraitMl, relus de remet*
tir Ctsarine ce qui reoient
Cisarin.
Qu'il me soit permis de vous
dire qu'en passant par
quelq Je mle canal, la pen-
se de Mme Dartigae s'est
quelque peu dlorme Je dis
Midame Dartigue. car c'est-
d'instrument
t Dans notre dition de mardi
' dernier,nous avons donn, sous
; le titre : Une importante ru- J
nion , le compte-rendu de la j
, sance que tint en THoIel de
Ville de la Capi aie un groupe
DOtnbreoa de membres de la
i, obi ! '-';u '. ce d'tlail .
po i avisrent moyens d'ap-
porter an peu plus de rgularit
dana Us allions ro nnn n
j Commentant l'intervention do
prestigieux prsident de celle
aocil, Monsieur Kdonard
Estve,* nous avons interprt
ses | aroles, sans en dooBti
le mol a mot. H parai! que
nous avons dpass la pense
d ; Mr Edouard Es've. L'actit
homme d'afiairea a sol gn
plutt la ngligence de certains
* agents 'le compagnies d'assu-'j
ra ns maritimes qui laissent
ioj commi r mis le soin de v-
tout
Lm patriotes! el c'est toot^le mon-
de, car il j s en Hati aatanl de
' patriotes que de citoyens, ont Rt
' lundi dernier l'anniversaire le la
\ mort de Uessalini s.Musique.clairons,
salves d'artillei discoai -,
i , i ,ui j tait. Lu foule i
isemenl emplie dn souvenu ' >
Librateur Les ol le els en taient
mus. Tous taient pleins d'motion
iotique. I. patriotisme coulait
plein bord. A si, aprs la ravi
i nichante crmonie au mausole
ries Aieux, place de l'Indpendance,
1rs plus authentiques patriotes, pour
perptuer le souvenir de ce jour
triste, s'en allrent chea Ti-Beau
prendre un punch"au lUU'M SAK-
I HE CACHET D'OR, la boisson na-
tionale.
Gin-laldy,
ECHOS
-1
elle qui servit
en la circonstance, a celui qui) toutes sortesq Vil s'esi dress,
ll" \ I ms I" ius'e < \ n
multiplie lei occasi ms
nous tre nuisible et dsagr-
able. Voil doue, pour remet"
lie les choses au point,
eu attendant que nous remet-
tions certaines gens a leur
place, l'exacte vrit :
Nous tions eu conseil
l'USSli. lorsqu'uu messager
vint m'annoncer que des1
dames demandaient pour
mol . Me souvenant, avec '
M.de BougrelOD,qu'une lein- ;
nie n'attend pas.ie me rendis
incontinent auprs de celles
qui me I lisaient ainsi l'insi
gne honneur d'une visite au
ParoLeconte.A peine aniv,
je me trouvai en lace d'une
blan.hc bergerie, aux exquU
ses h ebis "/"'"s blanches que
/o biuiclh hermine, aymt.
leur tte, leur bergre, hou-
lette en main,ouplus exac-
tement-* volant en main. Je
n'eus pas le temps de soui-
ller qu'un l'eu de mOJsquete-
rie m'accueillit. J'en aurais
certes perdu la t e si j'en
tais encore l'ge des lo-
ties. Je lis bonne contenant e,
et a la bergre, qui n'tait
autre que Madame Dartigue,
je fus prsent.
El, sans nul prambule :
Monsieur Henriqiu/.
nous sommes venues vous
demander notre bas-
ke-ball.- Lequel. Madame?
(Pointant la dextre ) -Celui
l, Madame.j'arrive peine a
la directiou de l'Unionjc'esi
vous dire que je ne suis point
au courant de ce qui a pu
s'y passer avant mon arrive.
Je ne connais rien de cette
un mode basket bail dont vous
nie parle/. Cependant |c ne
cloute pas que ce baskei bail
"Vous appartienne, puisque
vous l'aiurmez. Oui, nous
l'avons achet de nos dni rs.
J'en suis couvaiucu,M ne.
Cependant n'tant pas. moi,
1 Union des Socits $p ir i
ves Hatiennes, je ne saurais,
l'e ma propre autorit, vu il
remettre le basketball en
question. Dites-vous bien que
je suis ici pour veiller, avec
un soin jaloui.sur tout ce qui
est au l'arc Lecontc. Or, ce
basket bail s'y trouvant, 'epuis
longtemps, ce qui m'a t
dit. el. qui pis est, incorpor
au sol, il est de toute pr-
somption, surtout Irgale.qu'il
appartienne l'Union S
vous prtendes un droit quel
conque dessus, le conseil que
je .VOUS donnerais sciait
d'crire et de produire vos
prtentions au Conseil de
l'Union, qui les examinera,
et, si elles sont trouves | 18-
les-coinme bien je pense
y tera droit.
Mademoiselle Wi imaier
la traverse ijdlais, Mr Henri
que/, toutes ces formalits ne
sont pas ncessaires. Vous
devez, savoir que ce basket'
bail n'appartient pas a l'U*
nion, mais a DOOS.Consultez
rier eux mmes, el tout seuls,) Dimanche soir, Haltiana
les marchandises dclares ava-5donnera une bel e production
rires . (parisienne: i Le Danseur In-
C'est simplement con'recette] .,,, _ d'aprs la pice de
pratique, source d abus de ;slan Bernard. Ce sera pour
l'occasion de passer
;1M, butions d" Prsidence la
;.. do Commerce d'Hati.
intresss eux m ns onl
du reco matre la justesse de
observatio
Meilleure
Saveur
Le iT(umi|i' Aiin'i'i'-aiii
Irait i nt rirhe? mu- xlmile, mi" ktate
que HU llftl jamais
Irsivei ton imm l''
luiup' Vous islerei lailii-
lresee I la premire
bout-lire.
\
a nu iromaip' h rail
pOllI' clli)l|IM' IJOlll rli-z
taire i lier.
les registres d l'Union et
vo is serez lifi. M [le, je
q suis ni secrtaire ni tr-
sorier de l'Union et, com
tel, ne dispose point de ci s
. dont vous parlez.
i)' illeurs il ne me revient pas
ni existe actuellement au
Parc-Lecoote, pour sa\
,,i md et com nenl cela s'y est
trouv, tout ce que l'y ren-
contre, jusqu' preuve Ci
traire, appartient, p >ur m >i.
II SSII- Si l'acceptais votre
taoo de voir et c .nsentais
de ren i >'m ' i '' ;l
M.n i Di ligue.ee h bail,
jou -i irais la p rte des r-
cla nations pour le m > a
ira mi visibles el peut- r
incalcul iblei. A.ujourd'hui,ce-
lui ci \ iendrail me li imer le
Ch ilel ilu Parc-Leconte.com -
me tant sa propri .demain
i-l.i l'entourage du mme
Parc, sous prtexte que ("les
el pieux lui appartiennent.
Vo is voyez o tout cela no is
m tera ll Non, croyez-m'en,
ce ue serait pas raisonnable
de ma part, el si je me re
i ise a vous tre agrable en
r pi :e,ce n'esl pas par mau-
v. ivouloir.rnaia tout simple-
mei.l pu ce que je veux rester
ce que j'ai toujours t : un
h une srieux. Et pais agir
diilremrnent me vau Irait un
bla ne de l Union. S livrez la
proc lure que je vous ai indU
qu ie: crivez au Conseil, el
il vous repo idra ce que doit.
Un gracieux caquetage-nuan
ce protestai i re et un peu
e oufl pal la pdale sourde .
s'ensuivit.
El la bergerie drapa, ayant
/ n'/ /1: el .. D'iissm
creti \.
\ nl, Mr le Directe ir, la
VI it toute nue, telle qu'on
put la conte npler, par cette
aprs-midi maussade d'au-
to i c b i Parc Lecontc. le
VO IS invite en taire autant.
Et pour finir, rappelez-?
(le conseil en est bon)qui
l'a i ne doil pas Irappei
i n ,mmi i\
on doil i
a ie cette te a a
Vrit, lui donner des crocs*
en j a m be.C'est inlgant, pour
ne duc que cela.
Vous excuserez la longueur
de la prsente, laite dois
l'unique dessein de dissiper
uu malentendu et de prati-
quer une mise au poil,
Veuillez agrer, Mr le Di-
recteur, mes salutations dis-
tingues.
Alphonse HENRIQt EZ
Prsident de 1-U s.s n.
v
vous
m uns agrables en coinpa -
I s quatre meilleurs ac-
,u : \ndte Roan-
ne, Andr Nicole. Vf net
Yuung et Vera Fiory.
Ou annonce la nomina-
tion de Mr Mevs comme
agronome dpartemental pour
le Dpartement du Nord. Il
vient d'inveuter un schoir
en lle dont l'chantillon est
dposla prlecture du Cap-
Huilien.
Hier matiu, uu camion
de la G. d'il avait se.s deux
r o u c s d'arrire eulouces
dans n ie cre as->e la pre-
mii e avenue de Bolosse. U
a taliu le co icoars d un gros
ca nion de transport, qui se
trouvait l par hasard, fiour
l'eus >riir.O'esl avaul-hierque
n ms demandions ici l'en
d'une quipe des travaux pu-
blics la prem.re avenue.
Mr lidm M tnigat a t
no nm directeur d ; ly
du Cap-H iltien en remplace -
meut de M L .c tirimard,
Qumm proti sse ir i Kc
normale diinstituteurs Rap-
pelons quu Mr Manigat est
ancien pioijsseur de lettres
ce lyce.
Le jury qui a prsid
hier au concours pour le re-
ut m ail des agents agrico-
les tait compose de MM Ga-
uot, agro io ne dpai terni d-
tal ; Large, lirecleur de l'en-
seignement rural. 1 y avait
192 insci ts.
Quelques commerants
syriens et italiens qui avaient
contrevenu l'arrt pres-
crivant le chmage lundi der-
nier, aiiniversaue de la moi'
de Uessallnes, ont t rappe
ls a l'ordre par le prle
Duviella.
M Norman Thomas,cau-
didat socialiste la prsi-
dence des Etats-Unis, a pidit
l'lection de ftoosevett.
11 serait qi.i slion d'une
p tchaine entente entra l'Es-
pagne et la France qui pour-
ra n, eu cas de guerre entre
elle et l'Italie ou l'Allemagne,
occuper les Balares. Cela in-
dique que les deux natious
seront allies si une guerre
clatait.
Parlant une runion
des travaillistes nationaux, le
premier Me Donald a lait un
a i*Aliemagne pour
I
a la confrence des quatre
puissances sur la question
rgilil des armements.^ V^j
Le parlement anglais a
repris session. 11 s'occupera
de la lgislation qui doit sui-
vre les accords d'Olawu.
La France u'a pas renon-
ce la question de trancor.
Questionn par un dput, le
sistre desaftaires trang-
res a rpondu qu'il sera pris
doutes mesures utiles pour
ivt ,u der l'pargne fran-
aise, i
CC SOIR
Aimer... Sonftrir... .Mourir...
Le Mensonge de Nina Petrowna
avec Briilte lieou, Franis LeUertr, Waiwuk vVard
I re il 50 ; H . on : 1 00
D1\IA\"< HE
\ s HEUHE3
l'.iP grande produciioo :
Le Danseur Inconnu
d'tori la comdi de Tristan Bernard -- Adaptation musicale
de L. Daviilard.- interprt par Andr Koanne, Andr Nicolle,
Janet Joug el Vera t'iory.
JD1 W.LemE
Rue Dr Audain,rue8
Tlphone : 2(592
. De relour de sou vovace
n-en dehors des livres Sc- en le qu .1 a repr.s ses cod-
hes la Librairie Aux Arma Jsallatioos et ses travaux de
de Parts reoit chaque mois,laboratoire comme par le
pass :
Matin
11
gens
de 8 10
Aprs-midi: de 2
heures.
1/2 3
KRAFT
C H E E S E
PU1LY SALES CORPORATION
Distriboteir
Porl ao-Prince Hati.
ViENNENI D'ARRIVER J
Les Pastilles de
menthe et au jus de
i i'.-uits du Dr Htllers
Dlicieuses, rafrachissantes, sti-
mulantes, parfum ml la b mehe.
En vente chez G-iston H. Martin'
au Bazar Nation il, Alphonse Dsir
el au Hou Marrii
pour des clients de choix, un lot
assez, important il ouvrages en
tons e mes le la plus rcente
actualit.
I.i dernire livraison reue oars
par la Maison comprend deux j
romans, qui, de l'avis de la cri-1 -
lique, sont l'heure actuelle,
les deux plus aulhenli(|ues sue-
cs de la librairie franaise.
Le scandale, par TierreBost.el
Le mviid de vipres, par Im an-
yois Mauriac. Ce sont deux ro-
mans d'un intrt palpilant...
que nous nous permettons de
S7KS!^~ wStSt mi &<"<^ ' *'*
tantiel profit, et le plus dlicat Le plus raorle remdde coa-
plaisir. nu*
1/2 heures, les dimanches et
! irvir iris excepts.
666
En Liquide Tablettes
Sauve, gurit la railaria en 3
jours. Les froids le 1er jour
M ux de tte et Nvralgiesea
3'J minutes.
SUSllE
ORAlld SOURCE
VOSGES
CFranc*)
.XTION LECTIVE SUR LE REIN
Cure complte de l'ARTHRITISME
Saison du 20 Mai au 25 Septembre
C OURSES TENNIS GOLF POLO THTRE CASINO
FARO SPCIAL POUR LES ENFANTS
Trains direct J lAKI8 (Gare de l'Eet) A V1TTBL
En venie dans '.en principale Phannacios. Drojiierlos et Maisons d'Alimentation.
Chambre:
(ioodv
Constitue en 1898, la Socit Good-
vear a vu natre l'Industrie automotive
r-
; Celte longue exprience permet cette-
vaste organisation d'offrir aux propri-
taires d'autos et de camions des pneus
suprieurs en qualit et en dure tous
'ceux qui se vendent actuellement en
Hati.
LES PNEUS GOODYEAR HEAVY DIITY SONT FABRIQUS AVEC Uf.E FICELLE SPCIALE
CONNUE SOUS LE NON DE SUPERTWISTE DONT L'ELtSUT ET LA RESISTANCE SONT W
GRANDES DE 30 POUR ,100 ELLE EMPLOYEHPAR LES AUTRES FABRICANTS DE PNEUS
A La Socit Haitienne d'automobiles,seul re-
prsentant de la Goodyear en Hati/vous trouverez
toujours des pneus et chambres air de toute fra-
cheur de cette fameuse marque des prix dfiant
toute concurrence.
Socit Hatienne d'Automobiles.
...........T GLNT1L. BOGAT E Clt-

Dohtla renomme si a .anic s,, .,lCmire piace
Demandi .: : r *
UN BARBANCX)URT
Dp|;.Rue des fcsars


ELEMVTIN -
CONSERVEZ tVOTRE PEAU TOUJOURS: DOUCE
^.DLICATEMENT PARFUME AVEC LE SA-
VON DE TOILETTE
.UX
SAVON DE TOILETTE
DLICATEMENT PARFUM.
i-flT

Loterie
" Nationale
- no
R'JUne indiscrtion; nous'per-
111 et d'allirmer que Mr Nor-
man Armour, qui ^remplace
Ifr Dana Munro, la Lgation
Amricaine de Pori au*l rin-
ce, sera bientt pjrminv.ua
L'mioenl diplme a fait
retenir, par cible, un lot im-
portant de billets de la Loterie
Nationale du plus prochain
tirage. Faites la dduction
vous m cmc,
Donc eu gai de, Blanclu t.
M011B & LAURIN, P. O BOX Mm - Oiairibileuri
Rue Roux et du Centie, Port au-Prmce.
AVIS AU COMMERCE
L<* Panama Ituilroad Stea mship Line a l'avantage d'aD
rjoncer les dparts suivants de New Yoik pour port au prince
Haiti, directement chaque mardi. Tous les steamers sont
pourvus de chambre tripori'iniie
Dparts de h ew \ork. Arrivages Port au-rrince.
Steamer Ancon le 22 novembre le 27 novembre
Steamer Guayaquible 21) novembre le 5 dcembre 1932
i'anama Railroad Steampship Lint
JasH. G. VAN REED
agent Gnral
AVIS COMMERCIAUX
Le public et le commerce
sont aviss que la maison
connue sur la place de Port-
au-Prince sous le nom de
Vita ABOLJD1 a cess d'exis-
ter.
Les intits de celte mai-
son ont t translres la
nouvelle maison ABO'JDI &
f.o. successeurs de BOIJLOS
aBOL'UI & ).o, rue Courbe,
aiicieuue lnl'.e Revest.
Ko ri-au-Prince, le il) oct.
mi
Vit\ aBOUDI
le public et le commerce
lonl prvenus que. p r suite
r> Ih mort de Mr John Bon-
los.et d'accord avec les par-
ties intresses la raison BO
Ciale B >ulos, Aboudi & Go, a
fpss d'exister.
La maison continuera de
fonctionner sous la nouvelle
prison sociale (Aboudi & Coi
Port-au-Prince, le 20 oct.
1932.
ABOUDI & Co.
CONFRENCE il LA
SOCIT
D'HISTOIRE
Dimanche prochain, 23 oct.
du courant, Me Justin E.
Knol.d- St Marc, lera une
confrence au local de l'ami-
cale du Lyce Ftion. 10 lis.
du matin Le sujet choisi, le
Gnral Mat hurla Lysi.appar
tient aux vnements qui se
sont drouls dans le pj yv,
de 1875 1885
Entre libre.
Pour Gurir ,. Euilep-
MIGRAINES, CONSTIPATION
CONGESTIONS, TOURDISSEMENTS
EMBARRAS GASTRIQUE
IL SUFFIT de prendre
l'un de vos repas
(tout les deux jours seulement), une
PILULE du D DEHAUT
147, Rue du Faubourg St-Den, PARIS
Mais il faut exiger les vritables
qui sont tout fait blanches
et tur chacune desquelles les mots
DEHAUTaPARIS
sont trs lisiblement imprims en noir
Les Mdecins
savent qu-
ta toux continuelle met
vos poumons en danger. ?
l nens qui toussent constamment risquent d'avoir de srieuses affections
des poumons. L'effort des quintes rptes affaiblit ces organes. En prenant
la SCOTT'S EMULSION rgulirement vous prviendrez le dveloppement
de ces dangereuses maladies. *
La SCOTT'S EMULSION calme les tissus lss et assure un confort reposant
aux poumons torturs par la toux. Elle cicatrise et restaure. Ses riches
qualits muritives facilitent la croissance. Ses vertus mdicinales ont un
effet tonique depuis la gorge jusqu'aux poumons.
A partir de l'ge mr les personnes qui toussent ont un besoin absolu d<
l'authentique
SCOTT'S
EMULSION
d'huie de foie de morue norvgienne
Riche eu Vitamines A et D
Depuis 60 ans le remde de confiance pour:
TOUX, RHUMES BRONCHITE ANEMIE
CONSOMPTION INFLUENZA RACHITISME
A,tnt,ic taattSI I1AROLD F. RITCHIE & CO.,mc
Madiion Ave. al 34ih St.. New York. E. U. J'A.
AUX
Trois Quartiers
(, Maison J. de VENDEQIES )
Angle Avenue King
et Rue Vkhmt
Vient de recevoir par
jo dernier Bateau :
Souliers pour dames
Bas de soie
Chapeaux
Gaines plastiques du 70 an 102
Sacs main
Lotion et Eau de Cologne
Poudre iPetaliuel Cheramy
Crme Tokalon
Barrettes, pintes, boucles.
Tolies broches et boucle s d'o
reilles
Brets Basques Gdes 4.50 et
5,06,
Tourniquets et fuselles lil
couleur.
Fil broder et coudre.
Fil Retors Nos 30 et 40
acs provision etc
Maison de confiance, Prii
avantageux. Faites vos achats
AUX TROIS QUARTIERS i
Vous viterez ligne i1 gagnerez du temp*.
Bvue
d / ftta; M f) dp*
Ib.Ruede rUuheisil.Paris.
S0MM [Ht I)K L\ LIYH USON
DU 1er OCTOBRE 1932,
Un prlude l'invasion de lu
Belgique (1904),Maurice IMc'o-
ogue, de l'Acadmie franaise,
A la biebis sans tache.,
lumire partie, Marie-Louise
Pailleront
Hitler et son aime, Frdiic
Eceard.
ht ru hautement du Bosphore,
Heniy Bordeaux, de l'A:admie
Irai aise.
Les Qarcailles. Dernire
paitie, J. De Lacreielle.
Vers l'Empire. II. L'uflaire
du Duc d'Enghhn, Lou's Ma-
delin, de l'Acadmie 1rs r a se.
Le tlilre de G lie. l.
Les prt miers di aines, Ch Andler. |
Bvue littraire. M- Paul
Bourgit et ses uvres ncenlt?,
Victor Giraud. {
Bvue scienlitique. Chimie |
des eaux theimales, h ries
Nord mann.
Chronique de la Q lil /une.
Histoire poliiiqu1', BtnPinon.
BoDert de la S z ranne, Ren j
Doamic, de l'Acadmie 1 ui.
ia:se.
Hl'XPE LA~0\NEMEN
Parti Un an Six mois Trois n oi,
Se'ne Sciueei Oise 100'rs 511 hl 50
Dparie mous et
nies i'ancaises 106 fra 1 ir 28 1rs
tranger :
.1 demi '-ii ii
r< Mal ijo M lr.
Pays ;'i plein tu il
pOital lf>o 1rs Si lr. | Irso
Les abonnements parlent et du 1") de chaque mais.
Prix du Numro : 6 irs
POUR 1933.
Les Derniers Perfectionnements :
Automatic VOLUME CONTROL:
Circuit Sunerheterodvne
%j
Automatic Sinchro-Siient Tiinincj
100 o/ Amplification Pentode.
Nouvelles Lampes .de 2 l 2 VOLTS
Types 58, 57, 56, 47, 82 et
La Duo-Diode G-4-S-
COLUMBIA
Synonyme
de Suprma
Modle Ci 23
Air Cell Battery
Dure de la Batterie
OOO heures
Modle C 83
Radio- 8 lampes.
Super htrodyne
Modle C 81
8 lampes Superheterody^e
111$

a Loterie Nationale dhat
ti vend aussi de ses billets
en son bai eau de la rue
Bonne-Foi.
Voulez-vous
Russir dans vos 'ndes on
tane russir vos enlnt?,grce
une mthode d'enseigne-
ment classique excellente?
VOULEZ VOUS
Uue protession aprs 6 9
mois d tudes srieuses (St
no-Dactylo, Langues vivante
Comptabilit)'
Songez que l'Institut TIP
PENUAUER se recommande
et s'impose votre attention!
par les brillants rsultats d-
j obtenus.
15'17Rue Lamarre.
Tiej hum 2891"
COLUMBIA
Le Favori
des Connaisseurs
Modle G 85
Hadio Phonographe-
8 lampes
Moteur 33 1 3 et 78 Tours-
Modle C 84
8 lampes Superhe
terodyne
2 Hauts parleurs.
Bonne occasion
A vendre un Saxophone alto
I neul avec tui.
Prix raisoDuable.
Conditions de vente avantageuses
Kneers COLUMBIA Music Ha
KNEER'S GARAGE.
--
*-


i
Vendredi
21 Octobre 1932
y Malin
4 PAGES
26enie ANNEE N; 7803
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
Ahimimim Linc
-j. % !
DE NEW-ORLEANS El MOBILE A PORT-AU-PRINCE. SANTODOMINGO CITY, GUMGAQH
PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO.
DALVANGEN
Ntw-Orlans, Louisiaoa, Sails
Mobile. Alabama, Sails
Port-au-Prince, Hati Due
Santo-Domingo City, R.O. Due
Curaao, D. W. I. Due
Puerto Cabello, VeDz. Due
La Guaira. Venezuela Due
aramaribo,Dutcb Guiana Due
Paramaribo,Dutch Guiaua Sails
Curaao, D. W. I. Due
New-Orlans, Louisiaoa Due
Prenant fi et
oct. 14 th
oct. 19 th
oct. 23 rd
oct. 81 st
AUSTVANGEN
o:t. 15 Ih
oct. IflLth
oct. 21 st
oct. l'A rd
oct. 24 th
oct. 28 th
nov. 2 nd
nov. 0 th
nov. 14 th
VESTVANGEN
oct.
ocl.
oct.
nov.
nov.
nov.
nov.
nov.
nov.
uov.
nov.
22 nd
24 th
29 th
2 nd
4 th
6 th
7 th
11 th
16 th
20 th
28 th
el passagers pour tous les,, ports ci dessus
CONNAISSEMENTS DIRECTS DELIVRES POUR TOUS LES PORIS SUIVANTS :
Port-de-Paix, St-.\iarc, Mirage ne et Jrmie, Hati ; Monte Cristi, La Romana,
Barahona, San Pedro de Macoris et Azua, Rpublique Dominicaine : Coro, Carupano,
Cumano, Cuanta et Pampatar,Venezuela, Aruba et Benaire, DWI.
DE MOBILE ET NEW-ORLEANS A TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET MARACAIBO
Un dpait vers le milieu de chaque mois touchant directement :_Puerto-Plata,R. D.,
Cap-Hatien,Gonaves. Petit-Gove.Aux Cayes et Jacmel,Hati et MacaraiboVenezuela.
Si un fret suffisant est oflert, ces bateaux toucheront galement Port-de-Paix,
St Marc, Miragoane et Jrmie, Hati; Barahona, Azua, Monte Cristi, San Pedro de
Macoris et La Romana. Et I). Aruba, D. W. I.
De Tampa, Floride, la Jamaque-Hati La Rpublique Dominicaine Curaao
it Venezuela.
Dparts pour les ports ci-dessus quand une quantit suffisante de fret est offerte.
( Sujet changement, annulation ou ajournement sans avis. )
A. deMATTElS & C, Agents Gnraux
Panama Railroad Slcamship Line,
Agents aax principaux ports d'Europe.
ti. W. Siiit-nON & Co, Ltd.
17, James Street,
UVftRPOOl i England.
Mory Company,
Atlantic Freighting Corp. Div.
155, Boulevard de S la&bourg,
Havre, Fiance.
Mory & Company.
Atlantic Freighting Corp. Div.
3. Rue St Viucent de Paul.
Paris, Fiance.
Ilernu Prou & Stockwell,
Boite Postale: 78,
Havre, France.
England
Ci. W.SlIKLDON &C, Ltd..
Feufon House,
112/113 Fcnchurch Street,
London E. C. 3, Kngiand.
France
Mory & Company.
Atlantic jreighting Corp. Div.
74, Quai des Chartrons,
Bordeau v* Fiance.
Mory & Company,
Atlantic Feighting Corp. Div.
7, Rue de la Rpublique,
Marseille, France.,
Gellatly Hankky & Co,
21, Rue de la Rpublique
Marseille, a France.
Qermany
Atlantic Freighting Corp.. Atlaulic Freighting Corp.
Balliuhaus, Uamburg 1, Germany. Breitenweg, 56, Bremen, Ger.
Holland
Atlantic Fieighiing"aCorp. Atlanlic Freighting Corp.
Antwerp Division, Koniugin Emmaplein 3.,
C/O Steinmann & Company, Rotterdam, Holland.
P. O. Box. 1069, Rot'.erdam, Holland.
Belglum
Atlantic Freighting C rp.,
(70 Steininann and CoJ
4, Quai Jordaens,
ntwerp, Belgiom.
A. Geresa A Company.
Via .Banchi 9,
Gtnoa. Raly.
Spain.
Mr T Mai.i.oi. Boch-
Atlantic Freighting Corp.. Div.
Paseo Colon. 17.
Barcelone, Spain
A/'B W. Lajka,
Atlantic Freighting Coip. Div..
Skeppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson and Holmstrom,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Skeppsbron 3,
Gotbenburg, Sweden.
Don mark
E.A. Bendix and Companj,
, Copeuhagen. Denmark.
Italy
Mr Altredo Amoretti.
(Atlantic Freighting Corp.Div.
Piazza Del Ferro N. 3 5,
Genoa, Italy.
Norway,
i.aurilz A. Devold A. G.
Atlantic Freighting Corp. Div.
Aalesund, Norway.
Sweden
Sveu Jansson & Company.,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Nonkicping, Sweden.
Simon Edstron A/B.,
Atlantic Freighting Corp. Div..
Malmo, Sweden.
Bernhard Bergh & Company,
Atlantic Freighting Corn. Div.
lialsingborg,SweUeu.
LE FAIT EST INCONTESTABLE
liiiijiii Saillie
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!

Hpital Gural Hatien
Accidents
10 Octobre
Marcel Garnier, 22 ans, rue
Runion. Blessure contuse de la '
I lvre suprieure. |
Mme Euzbe Chry, 20 ans,
VVharl aux herbes. Contusion
au genou gauche, b'essure con-
tuse de la lvre suprieure.
Pauline Georges, 3 ans, Port*
au-Prince. Corps tranger de la
narine gauche.
Simone Louis, 5 ans, prs du
Sacr-Cur. Lgre contusion!
de la hanche gauche. J
Victor H. Alvarez, 4 ans, ave- J
nue Magloire Arabroise. Bles-
sure contuse de la rgion oc-
cipitale.
Tibre Saint lus, 25 ans, rue
Rvolution. Contusion de la m-
choire inlr. co droit.
Clment Loicoo, 18 ans,
Champ de Mars. Traumatisme
du poignet droit.
^ LIGNE COLOMBIENNE )
Tlphone: N 2323
Le vapeur i Bolivar Voy.
105, venant de New-York et
des ports du Nord.est atten-
du ici samedi le 22 courant
en route le mme jour pour
les ports du Sud.
Le manifeste de ce vapeur
reu par avion poste est la
disposition des clients dans
nos bureaux sis angle des
rues du Quai et Thomas Ma-
diou (vis* vis de la Douane),
r a
Le vapeur i Baracoa Voy.
109, partira de New-York
le 19 octobre et arrivera
Port-au-Prince le 25 octobre,
en route pourles ports Co.
lombiens, Cristobal, Canal Z
Kingston et New York.
Le vapeur Bogota Voy.
108 partira de New York le
26 courant, directement pour
Port-au-Prince.ou il est atten
du le 1er novembre.
William E. BLEO.
Agent.
M"" Elias Charnier
1533, rue Courbetl~>33
Vend des prix drisoires:
Couronnes en diadme
. orarge perl.**
( Corjets(de 5 dol.pour 1 dol).
Cipe de Chine (de 15 Gds.
pour 8 gourdes ).
Jolis costumes bleu-marine.
Et d'autres agrables sur-
prises. Une visite en nos
magasins s'impose I
II ROYAL MAIL
LINES Ltd
Le steamer Irana venan
de Londres via Kingston sera
(ici le 21 couram en route
pour l'Europe prenant du fret.
Th$ Royal bail Unes Ltd
I J..BIGIO
Agent gural
Votre premire visite
A
L'HOTEL ANSONIA
Nous donnera raison, confirmera votre bon jnge-
ment, justifiera la coufiance ue vous nous aurez accorde
en nous garantissant votre apprtiible patronage l'Htel
le plus slect de Port-au-Prince.
Nous vous suggrons d'arrter votre chambre d'avance
Bire la pression.
Un autre grand gila avec un baau parlant et chantant:
Attention
PROGRS NOUVEAU
RHLM NOL\EAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURHENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
Lykes Brothers SS C lnc
Texas Hati l'Santo uomingo- Porto-Rico
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
fret entre les ports du Golte du Texas directement avec
Port-au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vo
importatrons, servez vous toujours des navires de Ja LYKE
L 1 ilEm
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont
Steamer Almeria Lykes 21 octobre 1932
S/S iGenevive Lykes 28 octobre 1932
Steamer c Huth Lykesi 4 novembre i
Bureau: Rue du Magasin de l'jftat, Boite Postale B
HOTEL KARAM
bne confortable succursa-
le de la Pace Holel, Kens'
koft.
Pour la saison d't, ren-
dez-vous chez A. J. Karam,
Kenskoff, o vous seiez
servi souhait. Excellente
conditions
JL
'
*i.

mtOk,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM