<%BANNER%>







PAGE 1

PAGE2 LE MATIN 18 Octobre 1932 NETTOYEZ DENTS ET VOUS LES GARDEREZ TOUJOURS „%  Ne courez pas de risques avec vos dents. Serve/.vous d'un dentifrice qui nelloit srement. La poudre CALOX a deux avantagea* qae vous apprcierez facilement ; 1 ) c'est une poudre — voire dentiste s'en sert lorsqu'il nettoie vos dents; 2 ) elle contient de l'oxygne — l'agent purificateur le plus important de la Nature. Quand vous vous servez de la poudre CALOX des milliers de bulles d'oxygne s coulent dans chaque lente etjrecoin de vos dents — endroits difficiles alteindre'o les acides de la carie travaillent. Ces petites bulles,.dissolvent toute impuret et strilisent la bouche entire. Essaye* CALOX TOOTH POWDER aujourd'hui et sentez une nouvelle sensation de propret dans votre bouche. Voyez comme elle enlve les taches et dcoloration de vos dents et leur rend leur blancheur originale. (iltATL'l I McKeison ftRobbins.Inc. 7y Chu Streel.New-York City. t.S.A. Veuillez m'envoyer, sans nnaagenicnl, un chantillon gratuit, d'une dure de quinze jour*, rie la CALOX TOOTH POWDER. Nom... Adrusse... 103 RAPPORT IIJ NOUVELLE LOI SUR Les problmes de la politique extrieure auxquels le prochain Prsident des Etats-Unis aura taire face Sur la possibilit d'arroser une partir ntimes 11 arrive ceci que, quai d au homme d'aflaires a une 'raite d'une certaine importance expdier ailleurs.il doit mui ir sa traite, selon le vœu d la >i i, d'un total de timbres en ra port avec la somme envisag-'e. I a loi lui fait obligation d'obbl er, ou au ver so ou recto de I flet, les timbres de manire que le signe de 1 annulation db ide le timbre de deux col*. () donc, courre il n'y a pas de timbres actuelemenl au dessus de .~>0' K c'e.st presque deux au m s qu'il faudrait en acheter pour < birauvœude a loi. Et o pourrait ton lemettre? Il tssorl, de tout ceci, qu'avant de prendieune loi on doit pen-ser aux moyens prati (pies de sou excution. Il estacuellement mali iellement un possible de remplir les obligidons de la nouvelle loi sur le timbre lorsqu'il l'agi' d'une.im porianle somme. E>, naturellement, il y a une amende si l'oblitration est mal laite. Dms ce eas, il surlirait d'annuler le tiinb e, puisque I& valeur minime des t.mbres empche l'oblitration rguulire. sier au moyen de ces canaux afin que les terres profitent du l'mon dont notre fleuve est si riche. Ce poj t ne nous fait pas perdre de vue celui dont nous ne cessons d'entretenir le La prochaine administration, d aprs Raymond Leslie Buell, aura a taire lace divers problmes concernant la po'itique extrieure Amricaine. Ceci a t envisag dans une dclaration du Prsident Iloover faite la semaine dernire au sujet du dsarmement, du dveloppement de la situation mand • chourienne, et des ractions contre les projets douaniers du Gouverneur Roosevelt. L'article continuer que l'on va lire est d la plume du Directeur d l'a Association de la Politique Etrangre > : Il est rare que les lections nationales soient influences par la question del politique tiangre dans aucun pays, encore moins aux Etats-Unis. Cependant ces ques ions attirent in vitablement certaine attention dans IJ campagne actue le. Parrai le* questions b'iVantes qui ont >urgi pendant les dernires don/.annes dans la politique des Etats-Unis, on peut citer celles concernant la Ligue des Nations, la Cour Mondiale, la Parit Navale et les dettes interallies. Alors mme que le peuple Amricain est rest dlibrment en dehors de tout engage ment politique, il a cependant conquis une position dominante dans le monde,grce ses normes placements l'tranger a'un c! et son grand eon> men d'expoitalion de l'autre. Or, il ne peut pas se dsin'resfctr ce qui pourrait ail cler let'.e position pendant les quatre prochunes annes. L'ad nimslration procll dna aura a s'occuper d'un grand nombre de problmes. Ces problmes embrassent les points suivants : <( A ) L'opposition financ re, conomique et internationale, f U) La situation en Orient. (C) La Ligue dis Nalioi s. (D) Les relations des Etals-Unis avec l'Amrique Latine . :D) NOM relations avec l'Amrique Latine Les Etats-Unis auront envisager un grand nombre de Eroblmes dans l'Amrique La ne. La question de la paix sera traite la Septime Confrence Pan-Amricaue qui aura lieu Montevideo eu l.'t.'f. A ce mo • nieni-la, les dbals sur la codification du h'oii public international qui avaient failli dterminer une ruplure. La Havane, en 1928, seront repris. Le Dpartement d'E'at devra dcider l'avance quelle sera sa position dans ces dbats; c'est-dire s'il continuera soutenir le principe de l'intervention, comme cela avait t expos par Mr dughes La Havane en 1928, notamment quun Gouvernement est pleinement jusItifi lorsqull Intervient (tans le \ bu de protgtr la oie et la pro prlt de ses nationaux dans un paya dont le Gouvernement est incapable de le faire . L)e mme l'administration prochaine devra parfaire l'va-, eu itioo de Nicaragua et d'Hati moins qu'il ne soit dan< ses in'eutions de renoncer sa rce .le politique ; alors elle se ve ra en prsence de la questio i savor s'd faudra re vi-.ee l'amendement Platt qui nous donne le droit dinter* venir Cuba, le trari BryanCh unerre de 1911 dont les clau^ ses QO is permettent d'avoir une hase navale Nicaragua, et le Trait Centre-Amrique de 1923 par lequel <-aucun Gouverne • ment issu d'une rvolution ne sera pas reconnu.Or il est vident que les E as-Unis auront laire lace pendjnt les quatre annes venir un grand nom bre de problmes internationaux lort pineux. i Le changement le plus re muquahie qui s'tait fait dans la politique trangre sous l'administration du Piddent Iloover lut l'gard de l'Amrique Latine, Un des premiers actes du Prsident Iloover au moment de son lection lut sa tourne dans l'Amrique Latine O il pronon Va divers discours en laveur des principes de lajnon inter venlion. Au prin'c u s d •"7i;tt),""* envoya une Commission enquter sur la situation d liait; et comme rsultat de cette ta* qute il inaugur* la politique de l'vacuation graduelle de nos Marines qui v lureut expdis en vertu du Trait de 1915. Finalement, l'administration actuelle avait tent de donner f une nouvelle interprtation I la doctrine Moaro par laquelle] nous nous constituons les gardiens de la libert des Rpubliques Amricaines. Le Dparte menl d Etat a /ait publi en 1930 un un inoranduin crit par Rue ban lark, alors ous-S.'crtairc Gouvernement : la rtection irrigus peuvent facilement du Canal Wulm. Ce canal *. n n .t_ !.. a__ • _it... ,.,.., i • Hn .. ,. t i -.: i __ a .•.!. supporter les frais d'arrosage s'levaot 10 dollars par an. Voil donc environ 30.000 dol qui feront touchs ds la premire anne, moins que le Gouvernement veuille abandonner le premier ver sment pour permettre aux paysans de subvenir aux Irais que ncessite ue plantation de ce genr •, puisque nous n'avons pas de banque agricole. En tout cas, il ressort de ce calcul qu'avaut deux ou trois ans, l'Etat touchera le capital avanc pour les pompes et l'installation, et il pourra rclamer seulement des pro pritaires,comme droit d'eau, pent arroser licitement entre Verrettes et Coupon ( 8 kilomtres ) au mciui 600 700 carreaux.et nous rptoosque l'Etat n'aura presque pas de dpenses taire, les habitants de celte rgion tmt prts douner tout leur concours pour avoir de 1 eau. Si l'on considre, d'un autre c', les plantations de figuesbananes qui se tout en grand un peu partout: Rocozelle, Dluge, Guyou, Pivert, pleine de l'Archaie, etc.. on se rend compte de la prosprit dont jouirait St -Mire avant trois m quatre ans.. Quatre nille eirrea ux de terre plauts en figues rcle montant des trais annuels l prsentent pour la premire ncessits par les pompes Il faut aussi uoter que ces pompes ne travailleront pas pei>daut les six mois de sanne environ 3 00 000 rgimes et peu pi es 10.000.000 pour les autres annes Sjit un roulement de dix millions cheresse.de Novembre de gourdes en mettant chaque Avril, ce qui diminuera sensiblement les frais : mcaniciens, huile, etc. La Maison Fairbanks Morse Co, pour faire apprcier rgime une gourde seulement ... Quand on pose de i areils chillres sur le papier, on croirait procder des calculs c KJU, pour laire apprcier j I Uil prweeuer a oes calculs ses nouvelles pompes, proastronomiques et nous ne mt d'envoyer uu ouvrier i s e ro n s pas tonns si spjialemeut pour assister beaucoup de gens n'y croient leur installation. Nous esprons que le Gou vemement finira par cora fc^^S^ La licautt de 'i craa est rai frileuse; Oto s 3 in N sci Vi'iit u Sa on J| '1 tik:te Les cœurs sont instantanment conquis par la douceur d'une peau tendre" . .dit Hollywood L ES directeurs d'Hollywood sont unanimes reconnatre quelle importance a un teint doux pour l'allure fminine. "La douceur d'une peau est le charme le plus dcisif qu'une jeune fille puisse avoir", dit un lameux directeur. "Parce que ce charme agit si instantanment, qu'aucune jeune fille ne peut devenir une toile clbre de I cran sans cela. Une peau sans dlaut est le rve de toute toile I" Des 613 importantes actrices d'Hollywood, y compris les toiles, 603 emploient le Savon de Toilette Lux I Donnez votre peau le mme soin que la leur. Commandez aujourd'hui plusieurs gteaux du Savon blanc de Toilette parlum Lux. LUX DE TOILETTE MOHR & LAURIN, P. O. BOX Ml. Distributeurs Ri e Roux et du Centre, Port au-Prioce. Cin-Taldu CE SOIR U Une comdie sentimentale : La Petite Fonctionnaire avec A. Roann Welte Arniell, Pauline Canon et P. Juvenel. Eitte 0,50 ; Balcon ; 1,00 pas Pour se faire une ide du mouvement dont le port de { prendre l'utilit d'entreprenS .Marc serait le centre, il dre la rfaction des anciens f allt se rappeler que les canaux qui sont situs (ont 10.000000 de rgimes de fl le long de la rive d oite du gus pa r an reprsentent le fleuve; bien qu'il ne sera pas chargement de 330 vapeurs ncessaire d'arroser les ligues 30,000 rgimes, c'est -dire pendant la saison pluvieupresque un vapeur chaque se, uous sommes d'avis jur. d'alimenter le grand courLe chemin de fer se dvelopperait et sillonnerait toute la plaine; des wharfs seraient construis par lesJCompagnies ACCESSOIRES POUR AUTOS StSUl SSafe Nous vendons des pices vre que des gens viendraient neuves et de deuxime main de fous les points du pays pour toutes sortes dautomo] C'est un rve que nous fiK&RTGAR IflR T: • Sl e Gouvern ement ne KNUt,KJ> GARAbfS fait rien pour nous aider Pnone23 18 et2234. J obtenir ces rsultats; mais 1 %  ^ I _J i ( ( sl "ne ralit que tout le ...„ monde constatera, si, laissant dhtat, qui admettait franche' l a politique de ct nous ment que e Prsident Roosevelt nous mettons tous srieuse,tait nullement ,ust,fi en ba. meut l'œuvre pour sauver sant sa politique d'mtervention | e navs Dar le'tr..v a !l dans le bassin des Carabes sur P 3 P tr,,Vai1 la doctrine Monio . „; n( \*,„„ i 1ri 0 oaint Marc, e 19 Sent 10*^9 ( htm %  \ ork Times, 2(i Sept. ) I P £ ^ La Loterie Nationale d'ha U vend aussi de ses billets en son bui eau de la Irue Bonne-Foi. ] X -JSSt 8T,F "CONST.TUANT *u P P Mc8 de ,rav,il inlellectual ou corporel, ASSS con,cu *'vt au Maladies aigu, et contre les MIH"?' E ? 0t P yt ch uo i %  <-.m tut***, 1 ""• ,ad, "u TUBE DIGESTIF. 4 S les ,ul couleurs, i" mfn^ U M' J*"-tET pour gurir &*£&£ WODE O'EMPI ni u ^ !"!" "" !" ^ !" ~ !" ^ Qro 7 : "" """ rr< "q"ur iwidiiHBiirt .or*, i. mm. %  a—^—^l"^ 101 "" b 0nues Ph.rm.cles liliuiii fiarbaiicouri I Dont la renomme esi universelle • a**,u Demandez on tout : g d P ren,, * P^ce UN BARBNCOURT Dpdy; Rue des Csars, -sr* •*••.



PAGE 1

LEMfVTIV Il Octobre 1932 PAGtJ3 ON PIQUAN.'J I L 0terie ivrf HECHOSliallOIlcuGj —Il nous revient que Mr -^Prfet Duviella est d'une I B,rker ,e W recteur du ser^ ne activit, ans mme*pr e "-| V,ce (,e ,ex,ension agricole cire le temps de se reposer del ( e Damiens dont il tait forfatigant tourne de Mireba-) leraeut bruit de la dmission, lais et de Las Cahobas,il vient (a obtenu toutes les satislacde convoquer les dilkrenls lions qu'il rclamait sur le Placiers de loteries trangres, choix de ses collaborateurs. Il y a dans Cliquet; SEC un piquant qji lui est particulier... et qui ne se retrouve dans aucun autre Ginger-Ale. SEC est pour ceux qui n'acceptent pas un ordinaire quand ils peuvent trouver mieux m im BoiQttr i m m{m mm Et de plus, pour votre pootection, SEC v 0 uM?ic nl da us Jes ..b3uteilles .absolument NhUVES et n ayant amiis dj servi. EC GINGEK ALE SUPREME GINCtEa ALfi SUPRMS AGENTS leir A Laurio. P. 0. IM)\ M, Port au-Prisrr. FAIBLESSE DBILIT Radiophiles, avez-vous une'^Pilol Dragon? Savez-vois que h dpressioj cononique aux Etats^Uuis vous permet avec quelques • dollars d'entendre iouretjnuit les stations du Monde entier ? ACHETEZ ONE SUPER-HETERODYNE PILO DRAGON • La reine des Radios Un seul bouton de commande, un seul ieu de lampes et Paris, Londres, Vatican, Canada, Australie, Etats-Unis sont vous Plus ncessaire d'avoir de convertisseur d'ondes SdvezNvous aussi que vous pou vez avoir des Radios-Orthophoniques i pilot Ondes lougues et courtes contant meilleur march que les orthophoniques orliuaiits vendues en Hati ? Demandez les prix ROGER DBEYFUSS, Reprsentai pour Haii. LISEZ CECI: 1RY-ME-SIR •lie nom de la nvivelle marque de limes de rasoir loi vie ir lr-laieepiirh concurrence 1 Prsentation irrprochable A<-iHr de raeill me qualit 1 Meilleure fabrication Ai H'enrs prix 1 ^ P'ni conomiques et fii. I VU'outcs le autres marques dj on ente sur le march, essayer de vous raser avec une tTRY ME SIRe: v ms ne ous servirez plusdautres lames, car vous l'adopterez. Q vente dans toutes les bornes nuisons. tour les commandes s'adresser : ERNST I UDERS. Agent, 1. 0 BoX A 00. Tc-it au-Priuce. fCOLOMBIAN STEAMSHIP COMPANY, INCJ pour leur rappeler des dispositions de lu lui, en ce qui louche les billets de loterie trangre introduis et vendus chez nous en fraude. La mesure est drastique, mais opportune, car on ne s'explique pas que les loteries trangres puissent en Hati concurrencer notre Loterie .NuTan i mieux. Le i-ick-i Duviella a nenace de mesures drastiques les vendeurs de billets Je loteries trangres dont la vente est interdite.comme on le sait. Ou annonce que jusMessieurs les Commerants de Port-au-Prince. Mtssieurs, Lt momenl st srrivt pour pisser les instructions vos expditiprs d'envoyer vos COTI mandes psr \%% noovesui hationrle, au prjudice de nos iqu'ici aucune ordonnance de œuvres de bienfaisance et de charit. Voix des autres L'ORDRE DES AVOCATS N'ESHL PAS CONVOQUE? 1 I.es avocats du Barreau de Port-au-Prince se demandent jpour quels motifs, j isqu' cette date, Pordre des avocats n'est-il pas couvoqu en assemble gnrale pour procder l'lection du Btonnier et du Couseil de discipline. L'lection, enellet.au rail d avoir lira depuis fia septembre dernier, conformment la nouvelle loi sur I'ORDRE des avocats qui veut qu*c< la fin de chaque anne judiciaire, le Conseil .n seiller Financier. Mais les dpenses qui intressent les services amricains s'oprent, naturellement. — Un public slect s'est amus samedi soir jusqu' l'aube, Terrace-Garden, chez. Khal. Ce lieu est plus que lamais le rendez-vous de la gentry de la Capitale. — Ou croit que le prix Nobel sera attribu au pote Paul Valry qui avait l'anne passe retir sa candidature devant celle de I illustre phi. losophe Bergson. — c Le Nouvelliste > demande qu'o.i attende l'arrU ve de M M-m fils, l'agronome belge qui prendra la direction gnrale du S. N. P. A, avant d'y entreprendre au • cuue rtorme, comme on a tendance le faire ces joursci. Il semble que c'est bien ce qu'indiquent la logique et le bon sens. Un confrre a rappel mame il y aura on dpart ds New-York pour Port au-P.ince <-i un u tre I au Piincc pour New Yo. k. De plus, un seivice bt bdotnadaire reliera Porta -Prince Kingston, et vice-vesa. Afin que les denres d Hati team de'la Ligne Colombienne. i s oie,,t ren *** o* ports aurons ns da .s le minimum de d w la ligne Colotntvenne a tait • arrangements spciaux pour Notre servies cw^s sera ir augur avec le dpari de notre magnifique S S COLOVIRfAVqui laissera New Yo k le 2-1 QOVem bre dans lanK-i mi H pour arriver ici le 28 novembre laube. une traverse de trois |o . INCWM. E. BLEO Agent. vous devez penser Sant n'arme-t-elle pas le plus an"i.^ ur? T ? el ? cien Btonnier prsent du Qe 1 fccole Cenlra'e dAgu• .., %  Cil II lire II PSl nn* linnnmoo SIROP de DESCHIENS l Hmoglobine Rgnrateur du Sang, preaorlt par l'lite mdical*. •upr/nr .' rlaail orna •' aux /arrutrinaux. Admis dana lot Hpitaux dm Parla. Owi I.UIUL DMCHIIN8. s, Rua Paul Bauonr. tMM il PbuiaiaH. prs privilge de convoquer les membres de l'Ordre en vue de l'lection ? Actuellement, [le plus ancien Btonnier est, croyons nous, l'honorable Me Emile Deslandet; c'est donc lui qu'il revient d'assurer l'excution de la loi en I occurence. XX Vol audacieux Le jeune Jacques Martiu, fils de l'Ingnieur Charles Martin, a t, samedi matin, victime d'un vol audacieux de la part d'un triste individu qui lui extorqua un b'Ilet de vingt gourdesf des mains. Quand l'entant put donner l'alarme, le-voleur avait dj rapidement^disparu et c'est une petite .'cotisation spontane des employs de la Banque qui permit de icmboui > ser l'argent vol.Jf La police, pour viter le retour de pareils exploits, nc pourrait-elle pas r lacer un agent chaque jour porte des guichets de la Banque? Sa seule prsence suflirait probablement dcourager les filous, culture n'est pas supprime W" Elias Charnier 1533, rue Courbe, 1533 Vend des prix drisoire*: Couronnes en diadme orange perl. Corsets(de 5 dol.ponr 1 dol). Crpe de Chine (de l GK pour 8 gourdes ). Jolis costumes bLu-marine. Et d'antres agrables surprises Une visite en nos ui igasins s'impose I Le savant clinicien italien, le snateur Antoine Cardarelli, qui, pendant plus d'un demi-sicle, lut directeur le la clinique mdicale de l'un,et remplace par 1 Ecole nor!" TA* Ni f les nn Ij" 1 11 maie d'instituteurs. Celle ci ce fi ? fl ^.e en garde les Stnographie analalsa qui doit tonner le rersomnl ^"i 1 !•§ m.ladts conn^flne en an-laltj. des eco.es primai, s relve &*&*£* "** d eo a^^^en^iSX sien de redemander quand ^^-yjjjl ***• to'rab'es, mais sont encore, Cours absolument pratique. une menace conliuue et raori '' a wHIenre mlho te d'critelle pour le cœur ( r e daprs les dernires torComme uo lsait, les rhai m, *}6 pdagogiques. Ce cours peut tre son ouverture ? — M Edouard IL-rriot.pr sident du conseil franais, actuellement Londres ou il confre avec M. Me Donald, 'Z^l'i'r M f"""i ""STcS a accept le principe del n,at,sn e S sonl prest ,, f. lo * „„ ( ,es .MST.. l ours dlls ;H,X excs dcide Dar t,es Valentin rejaaa Mr Valentin Tejada, qui fu le vendiedi 7 octobre dernier.assiilli par un autre Do. minicain du nom de Jos.se remet peu peu des sauvages blessures que lui faites son agresseur, il a mme pu soutenir une peti'e cou* versation avec son ami MCharles F.Pressoir, qui en a, au reste, fait la relation dans a Hati-Journal i de samedi confrence quatre sur la sortie de l'Allemagne de la coulrence du dsarmement. —Les Etats-Uuis sont partisans du fminisme. Une femme, Melle France Elisa belh Willis, est charge de la lgation amricaine en Sude. Elle en est d'aiileurs le 3e secrtaire. Un candidat rpublicain au Snat des Etats-Unis promis aux lec eurs, s'il uiique. Ils peuvent tre encore causs par les terribles poisons qui se dveloppent dans l'organisme quand il y a fermentation et putrfaction de selles nou vacuts normalement par l'intestin. Quand vous n'allez pas rgulirement la garde-robe, votre appareil digestil devient un arsenal de poisons qui infectent le sang endurci sent le foie, affaiblissent les rein*. tait iu.de faire adopter la i" ,ie a a :> ,SSC,H ,cs m,r ; journe de 5 heures et la se f l ,ne a ^/ 11 dangereosemenl Lo; ,i r ; t,ctIU | le cœur. /unique remde na irs, comme u urel conln lvs rnumatl8mea ^n, i I" < %  /•""<•<"• %  iods de dernier. On s'lonne dans ces cjnditions qu'aucun gent j cl i ciaire ne se soit pas encore transporte I H.iital Gn rai, pour recueillir, tourne le veut la loi.les dpositions de l'intressante victime. Liquidation AUTO SUPPLIES IIAUGUSTE L MAISON LIQUIDE TOUT SON SICK. PROFITEZ OE CETTE AUBAINE. mai ne de r> jours, moyens de comba mage. Il y a srement beaucoup d'ouvriers parmi ses luturs lecteurs. -• Les lections pour le renouvellement du conseil de l'Ordre des avocats du barreau de Port-au Prince n'ayant pu avoir lieu malgr plusieurs convocations de l'assemble gnrale, le b> tounier J R D.letour et son couseil continuent tout bon I nemeut leur administration la prseule anne judiciaire. Notre confrre Le Centrai publie les textes de deux (lettres adresse> un snateur bi'ien pir un pra.id ami d'Hati aux Etats Unis. N MIS y relevons ce passage Je rpte que dans la situation actuelle et future Us Halieus lienuent les atouts. Mais il faut qu ils jouent leurs cari* s et qu ils lassent savoir toui le n onde que la prolongai on del occupai ton se doit entirement au dsir du gouvernement des E'alsUnis de suivre les indications des banquiers. %  — Hier lundi 17 octobre a t commmor l'anniversaire du 126e anniv( rsaire de la mort tragique de JeanJacques Dessalines, fondateur ^e l'fndpe .d io e e. 1 Le programma ai i t pu a circonst in e i i i points excute. tontecaiini. A vendre cli z : I'A CM. VITILL'.(), tira n d Rue. suivi personnes n'ayant encore aucuue notion de lastuographie. Demander renseignements l'Ecole Spciale de Stnodactylographie. S inscrire au plus tt. REVUES AMERICAINES Abouneiiieuts aux Hevues Magazines Americaiues. En \enle KXEEU'S QAR KGE LtS LAINAGES EXCLUSIFS LLS SOIERIES HAUTES NOUVEAUTS LES GARNITURES GRANOE COUTURE •o trouvent chs : CREPIfTC COULON s C. STRAUSS *.. !/ % %  • .. ...i„. *a PARIS k'f'l


PAGE 1

CMTIONli MANQUANTE



PAGE 1

Mardi 18 Octobre 1932 Le Malin i 4 PAGE8 2tieaieANNEL N /SuO port-au-Princc Tlphone : 2242 Aluminum Liue iDE NEW-ORLEANS ET MOBILE A PORT-AU-PRINCE. SANTO DOMINGO CITY, GURACA01 PUERTO CABELLO, LA 6UA1RA ET PARAMARIBO. DALVANGEN Ni\v Orlans, Louisiaoa, Sall Mobile. Alabama, Sails Port-au-Prince, Hati Due Santo-Domingo City, R.0. Due Curaao. D. W. I. Due Puerto Cabello, Venz. Due La Guaira. Venezuela Due sramaribo.Dutch Guiana Due ocl. 14 lh Paramaribo,Dutch GuiauaJSails oct. 19 th Curaao, D. W. I. "Due oct. 23 rd New-Orlans, Louisiana Due oct. 31 st Prenant*frt et passagers AUSTVANGKW VESTVANGEN oct. oct. oct. oct. oct. oct. 15 lh 19 J h 21 st rd th th nov. 2 nd nov. fi th nov. 14 th 23 24 28 oct. oct. oct. nov. nov. nov. nov. nov. nov. nov. nov. 22 nd 24 tu 29 th 2 nd 4 lh fi th 7 th 11 lh 16 lh 20 th 28 th pour tous les, ports ci dessus \ LE FAIT EST INCONTESTABLE liiiiiui Saillie C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs tenoirs I G est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! CONNAISSEMENTS DIRECTS DELIVRES POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS : Port-de-Paix, St-.\iarc, Miragone et Jrmie, Hati ; Monte Cristi, Laflomaoa, Barahona, San Pedro de Macoris et Azua, Rpublique Dominicaine : Coro, Larupano, Cumaco,Cuanta et Pampatar,Venezuela, Aruba et Benaire, DWI. DE MOBILE ET NEW-ORLANS A TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET MARACAIBO Un duait vers le milieu de chaque mois touchant directement ^Puerio-Plata.R. D., Cip-IIatien.Gona.ves. Petit GoAve.Aux Cayes et Jacmel.Hati et Jiacaraibo, ?• %  "{•• Si un Irt suffisant est oflert, ces bateaux toucheront galement 1 ort-de-r aix, St Marc, Miragone et Jrmie, Hati; Barahona, Azua, Monte Cristi, ban 1 euro ae Macoris et La Komana. H. 1). Aruba, D. W. I. r ir9rin De Tampa, Floride, la Jamaque-Hati— La Rpublique Dominicaine Curaao #f V^n#*yiii*!' Dparts pour les ports ci-dessus quand une quantit suffisante de fret est otlerte. ( Sujet changement, annulation ou ajournement sans avis. ) A. deMATTEIS & C\Agents Gnraux Hpital diral llatici MMI Panama Railroad Steamship Line, Agents aux principaux ports d'Europe. G. W. SIU.LUON & Co, Ltd. 17, Janus Street, LlVBftPOOL, LNGI.AM). MOHV A Company, Atlantic Freighting i,orp Div. 185, boulevard de S lusbourg, Hv.e, Fiance. Mowv & COMPANY, Atlantic Freightiog Lorp. DW. 3. Rue St Vincent de Paul. Paris, France. Ileruu Peron & Stoc well. Boite Postale: 78, Havre, .France. England 0. W.SlIKLDON &C", Ltd.. Fen'on House, 112/113 Fenchurch Mreet, Londou E..C 3, England. France MuHY & Company. Atlantic l'ieighting Corp. Div. 74, Quai de > Chartrons, Bordeaux 4 Fiance MOKY COMPANY, Atlanlic Feightiug Corp. Div. 7, Rue de la Rpublique, Marseille, France.. Gellatly HANKKY & Co, 21, Rue de la Rpublique Marseille, a France. Gormany Atlautic Freiuhting Corp. Holland Atlantic Frehhtinj Corp. Atlantic Fieighiing.Corp. Anlwerp Division, C/0 Stinmann Company, P O. Box 1069, Rotterdam, Rolland. jAtlanlic Freightiog Corp. Koniugiu Emma plein 3., Rotterdam, Holland. Belglum Atlantic Freightiog Corp., (70 Steinmanu and Coj 4. Quai..L>rdaen?, Dtwrp. Belgium. A. Ceresa 4 Company. Via^Banchi 3, G "les,Italy. Spain. M T. M M. i.oi. BOSCH. Atlantic Freightiog Corp..'Div. Paseo Colon, 17. Barceloua, Spain. A/B W. Laka, Atlantic Frei^hting Coi p. Div.. Skeppsbron 10. Stockholm, Sweden. A/B Pettersson and Ilolmstrom, Atlantic Freighting Corp Div. Skeppsbron 3, Gotnenburg, Sweden. Denmark E.A. Bendix and Company, | Copenhagen, Denmark. Italy Mr AUredo Amure!ti, [Atlantic Freighting orp.D.v, PiazzaiDel Ferro N. 3 5, (Jenoa, Italy. Norway, l.auriiz A. Devold A. G. Atlantic Freighting Corp. Div. Aalesund, Norway. Sweden Sveu Jansson & Company., Atlantic Freightiog Corp. Div. Nonkoeping, Sweden. Simon datron A/B., Allaotic Freightiog Corp M mo, Sweden. Div, 'JUi v-u~ Bemhard Bergh & Con:p Atlantic Freighting Corp. Div. lialsingborg, Sweden. Accidents 10 Octobre 193? Marian Guran. 23 ans, rue Dchoux. Traumalisme de l'paule gauch?. Lunie L e con'e, 1 au, rue du Centre B luredu dos du pied me giuche. eu Ce h mise Lamy, 28 £ns, Peu l e de Chose. Blessure t anebante j d a la lvre i' lneure. Niollet W g,23 ans,Bourdon. Blessure ti an hante du pouce gauche. Estillita B < jo, l ans. avenue ) Ducoste. Blessure tranchante) rgion frontale gaudie. \ \ Cliana Joseph, 27 ans, rue Rvolution B essure contuse du cuir chevelu rgion occipi' taie. Kvesley, 34 an, rue de la Centrale. B lure 1 ;r degr du 1 3 super, au 1/3 inlr. de la j mbe droi'e. Joseph Vobes, 26 ans, rue Amricaine. Blessure coniuse rgion paritale droite, au genou 1(3 super, jambe et bras gauches. Sylvia Simon, 19 ans, rue Amricaine. Blessure tranchante r< gion suprieure giocha du thorax. i' douard Guerr'er, 21 ans, IV t ion-Ville. Blessure coniuse i e i'paule drle. Mme E'us Placide, 30 ans. rue Monlalais. Luxation du cou de pied dio'H (hospitaliser). 11 Octobre Henry Kamirez, 1 an, l.h>mp de Mai?. Bi'ure Lr dtgi de la le et du dos. Lise Pierre, 20 an?, Grand'Hue. Traumatisme ;Porto-Rico Le seul service hebdomadaire et rgul e r passagers e fret entie les ports du Golle du Texas directement avec Port-au-Prince, flaiti. Pour la rception rapide et le maniement habile de vos importations, servez vous toujours des navires de .'a LYKE 1NE. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont" Steamer Almeria Lykes 21 octobre 1932 S/S Genevive Lykes 28 octobre 1932 Steamer Buth Lykes i 4 novembre i Bureau: Rue du Magasin de l'Etat, Boite Postale B 'UNE COLOMBIENNE ) Tlphone: N 2323 Le vapeur t Bolivfcr V'oy 10;'), venant de New-York el des ports du Noid.est attendu ici, samedi le 22 courant en loute le mme j les porls du Sud. Le manifeste de ce vapeu reu par avion poste est a la disposition des clients dans nos bureaux sis angle des mes du Quai et lh>)inas(Mjdloo (vis vis je la Douane) i Le vapeur i Baraco • Voy 109, partira de New-York le 19 octobre prochain; est attendu i'ort-au-Prince le 2 octobre. William E. BLEO. HOTEL KARAM bne confortable succursale del Pace Holel, Kensr jour pourl : ce vapeur *^ 1 ^' • Pour la saison d't, rendez-vous chez A. J. Karam, Kenskofj, o vous seiei servi souhait. Excellentes conditions



PAGE 1

Clment Magloire DlRKCTl&R 1358. nLt AMEKIPAINE 1358 1ELEPHONE N22i On n'est chez eol, on nest l'abri d. s capri ces du hasard, on n'est heureux *\t tort que dans l'enceinte de sa conscience. MJET£RLINK 2fime ANNEE N 7800 PORT-AU-PRINCE (HAITH MARDI 18 OCTOBRE 1932 le Drame du Pont-Roiuje —0— J U est rare que y|ce ne soit forge de ses mains pourpres. dans l'oubli que passe l'an-, par le fer et par le leu. Il a vu j niversaire de la mort de Jeanla belle terre piline, les r-; ni versa ijacques Uessalines. Le culte de nos hros est, chez nous, souci uve courut vers lui. — Faites venir l'un des secrtaires ordonne*! il ? L'officier partit. Cinq minutes lui tomba ses col is. El tous s'enhardirent sur le grand C8 hivre. A i n s i pril ican .1 ie mes — Ecrivez, dit l'Empereur, Ption, Grin et Gefirard: Exprimez-leur le sentiment Iraternel qui m'anime envers eux. Faites-leur comprendre qu'ils sont mes vieux coinpagnonsd armes qui .bnficieront toujours dans la joie. Mus de temps en temps, sa colre se manifestai! par des imprcations. Et l'on se i Dessalines le fondateur de Undemandait, dans son entourage, [dpendance d'Hali, la lion les rgicides .. une pauvresse, en Dj, de S'-Marc, taient par-1 haillons, ramassa ses restes plus lard entra dans la pice le ? eSud ' ,m sl %  •lenl pas te tardive des rgicides .. capitaine Charron DUDUY. devenir 1 les descris ? El seule, une pauvresse,e lis trois divisions. De tous les points de l'Artibonite taient iancesdes troupes ver I ouest. Christophe dans le Nord avail reu l'ordre de se mcltrc en epars et leur donna la se pullure. Pre. Cela ne l'ail rien. Mme la mort ajoule ta gloire. Car ceux parviennent q Sud et lOuest veulent se remuer,— que ce serait mauvais pour l'Indpendance hatienne. Car l'oppresseur blanc ne dsespre pas pas de reconqurir noire pays et d'y rtablir l'es* clavage. Je les rends, en tous L-lrcesidorinadinonde cas, responsable de l'ordre dans des reflets d'une lune embue fleurs rgions respectives.lls sont d'une vapeur de sang.Le silence, [autoriss prendre toutes les troubl seulement que par le) mesures ncessaires a cet ellel. cri dsabus des sentinelles, 1 Renouvelez-leur ma mes qui bnficieront toujours miirc | 10 Mais il tait, contraimmes qui te reprochent tes tous. Marquez-leur surtout que kn,c, i (,,l, 1 lv,,, I lK> ,.„ i v:ml l l lnmslire de la fiu Ge des avis nie parviennent que le 1*10 Octobre au matin I Em sang glorieux ,|.ie tes assas pereur se mil en route la sins ont rpand'u, sang qui lle de sa clbre cavalerie, clabousse l'aurore de noire Il traversa en trombe la plaj [Histoire, el la splendeur de ne de l'Artibonite : St. Marc, les lieutenants,-—lave un peu Mont-Kouis, l'Arcahaie. Les les fautes toi Car lu en 1 populations s'agenouillaient commises, loi aussi. Purd >n sur son passage 1 Excessif en nesdonc le reniement et l'inloul, ce chef qui, selon gratitude dont lu fus victime^ le mot de Nielzehe, •n'tait en souvenir des lie les eh pas un homme, mais de la que les hres ennemis a „--.„' dynamite roulait des peu complirent sous les ordres, 1:, uesanuse des sentinelles .1—'^E^l^S^ %  &• terlblei de distinctions, quand lu les mena,., sur les danch.,^ c'imes ior„sean.es, ivcevo.r le juger sans indulgence. Il esl farouche baiser de la Libelle. lion. Accoude au nalcon de son .""••" Palais.l'Kmpercur.lout sea'.son] Les lcllies ,a,,es Empereur geait devant la nuit Celui* l'heu/Y mi | s ? n sceau ;. cl P B8M \ or Z re o s impose, la conscience,, les justes examens. Et, comme cela arrive le plus souvent, dre de les expdier sans relard par cavaliers, de poste en poste. Calm, apais, il gagna sa DessalTusne trouvait rien'se chambre et se jeta tout habill reprocher. VA pourtant des avis (sur son ht, la tte emplie d 1venusde fidles, parpills dans \mages de gloires... de grandes l'Ouest et dans le Sud, lui mar(Choses.. quaient le mconlemenl, prt clater en rvolte, de ses anciens compagnons d'armes. - Que leur a-j donc fait ?. Marchand. Chaque malin, les maugra l'Empereur en serrant ; officiers de l'Empereur se rusesdures mchoires. N'ai-Je pas mssaient dans la grande salle donn chacun d'eux ce qu'il [d'audience du palais pour lui lritait, selon sa valeur et ses l'une rapport, y recevoir ses orC'tait le 12 Octobre 1806.— Un clair soleil ravonnail sur ineri services ? Ption, Gurin, Geltires. Entour dune jeunesse frard ne sont-ils pas combls ? brillante et hroque, il tait ce jour l particulirement de bonne humeur. Il accordait toutes les grces qu'on lui rclamait. Velu d'un petit habit bleu de 11 Quant au premier ne lui ai-je >as prouv mon estime jusqu' pi offrir la main de ma lilie quil a adroitement refuse ? Ne lui ai-jc pas propos d'tre mon ciel, d'un pantalon de lui blanc hritier politique ? Ah maintequ'achevaient d'lgantes bolniatque i blanc esl chass, ils tes l'cuyre, vivant, frmisne veulent plus de moi comme saut, fantaisiste, il leur parlai Chef.Ilso.it encore dans le cœur d'un grand bal qu'il projetait le germe qui empoisonna la vie d'organiser o seraient convies •le Iligaud et qui faillt, comproIons les dignitaires de l'Empire. mettre 1 œuvre de la libert Je H leur communiquait son plan n'tais donc bon que pour les plan de la conqute ;le la partie mnera la gloire.aux honneurs Est de l'Ile, qui tait sa grande t l'indpendance I Eh bien, pense.famais abandonne ADreunion ;pe s'ils veulent la guerre civile, ils puys sur un les deux princes Suprme el Qui a prpar le guel--pens du Pont-Rouge? Les historiens ne sont pas d accord sur le nom de celui qui en eut l'ide. Selon moi cela ne pouvait venir que d'un calculateur qui connaissait la d* de chaque ct, auront, comme ie l'ai laite les deux princes Suprme et nagure dans le Sud, sous le Innocent jouaient avec les Iran*eux Toussaint, la guerre sans ges dor de ses epaulettes. entrailles .le les briserai tous Et je lai le tmoig Oans la insoute 1 r cit, qui luisait dire au Gdit avec lui dans Fon cabinet, gons sesqumlaient a le ra nral franais Prennion : a Je L, il fit savoir au Chef que le traper. Le paysage tait vide connais oes gens qu'il a seulement regards, et'qui se sont uonns la mort. Mais voici que l'Lmpereur est devenu triste. Toute sa personnalit puissante,charge de con•nisies s'est comme affaiblie. Le hros au cœui rude s'est atlenJ 1 sa sensibilit patriotique resl ci rche. Dans une antiJjwtion douloureuse, il a vu la [corde, les haines, les rivalitlruire la Patrie qu'il a Sud, l'Ouest taient en armes, d'habitants. Toutes les cases — que Ption, Gefirard, Vavou ( j es environs closes. Un silentaient la tl du mouvement. ( e tragique,— siler.ee d nuI) essai ment et annona la nouvelle a | )Cri .|ir avance toujours, tout son tat-major qui attendait!. slM1 | < st s cavaliers aprs lui. L'un des officiers prit la pa |((S (]( llx (()U S( i c | fl I()lli( Il y a Vingt-cinq ans LE M.MI\, /,S Octobre l'J07. HOMMAGE A DESSALINES' Pomes en Prose /; Octobre 1 !)()!. Sir heu res du malin. Le I li'tl qui monte aurole d une gloire -s des gronom^s Lou s 1 1 >ie et Schiller Nicolas en pn!i: d'Iugiueurs dpartene IIJUX. Mo as eur Djoie sera, se'oo inlormalior, dsign pour %  S ni, et Monsieur Nicolas ;e ien Ira a IlinJie. Compliment',' ... voit que^"la commtnt ratio • du Pif • anniversaire de la mort de J 'an-.lacques Dessalines n revtu no caractre particulier de solennit et que le Autour du monument, d'un dfil de la Garde d'Hati aux parterre taquet monte le paraccents de Ulfaa . vraifurn des jasmins des roses et weni impressionnant. Lai d'des tubreuses d-s laurie's P ea ns mis en berne donnai' nt roses tendentperdument leurs la villa un air de lecueil'ebranehes comme pour offrir \ m m el ^'•fmclion. Sabre au CEmnn ipiteurles fleurs de la 1 e lair comm * v rh es > W !" mloire entre b: minuscules] l'iT.PJ 1 ff 1 W'." 1, T baonnettes des feuilles lanco j H Vo", P g les '•/ su la pointe du s' du ht,, s' fm oiseau frileux, immobile comme s'il tait l( v int la mer. HII littoral du W'hart-aax Herbes II s'assied pai loi I sur 0118 des vieilles nationale, que cet oiseau, emcarnei qui achvent d poir ir blr'me de l esprit, de la posit % \ a ar '• rivage, soit le vol des qui, descendant du ciel, choisit '" '' "' s "-dessus l-s manguier^ pour s',, pose.) la pointe d'un dB .. u rftda t l '• d *Pwl des coglaive hroque et sttOetirl ^ ,llls ) vt 'Vb' '"•>• %  ors t) l iP ,,m,< ,,„ / • pris de solitude et .liinmensi 0peuple nue ta reconnais,/•„„ )ils beM(in ,,,. raconlep sancemonte lou/tun comme | eur histoire; on devine leur un encens au pied lu Libra angoisse de prison ni sr tend-i leurt Et toi, pote qui chante vers l'impossible vasion. Li comme net oiseau, *qard toi sag sesest put-tre dese rai d oublier pendant t/ue les yeux gner josqo' l'abraiissement. scrutent I horizon impatient de Voir le lever de la gran le {u) ••• voit qu'un de nos amis a rorc, yard-toi doubier ce ,rouv un ,!l(), henranx pour que lu'dois la n <>inle de ce dsigner l'ami obligeant qui sabre nui 'il la Paine, ,1 qui ; %  ique |oor UM ptaw se dresse sous notre ciel, en un ?£?-*•**** von ,! l pa 1 li ***%' , ; hremeot .e cocktail, et, de geste desuprnu orgueil corn le:n|)S en em()S le d# j, aiwr me un symbole de lEnergie c hs Kdd ou Buteau :Cs4 victorieuse— *m VOIRE CUISINE, MADAME... 1 voire Simon le Cyrnen. \ Mdecin BO'goant chez vous, sans jamais prsenter de bordereau, camarade vous glissant dans les poches une cravate, une plume lonlaine ou mme un billet de li Lo'erie Naliooale, b bliophile vous passant gnreusement ses livres chaqu %  livraisoa, commerant traitant une affaire pour le seul plaisir de vous laire gagner une honnte commission, autant de prcie ix Sinon le Cyrnen qui VOU? aident porter votre croix e 1 se drobent aux remercD Les pauvres exils dominicains qu'on exile dans les villes du Sud, ont pouss I. autre jour un cri qui a leu lu le %  'œar de ceux qui les entea daient. Aprs avoir exprim leurs peines de quitter L* Gap el Port-au-Prince, ils s" sont cris en chœur : IAU moins] mont, I ans I-' S il Iro iverons Dois] la hantgue des I si ns de j ...voit que notre conlrre Port-au-Prince el de SaintIA Nouvelliste mne campa .\iirc? f^ne pour qu'A nos prochains — Oh! certainement, leur g p odf bals, le smoking blanc rnoodit-on 1 s t! n bstitue l habit aolenntj et (innovation encore plus h u reuse ) le Rhum liarbanenurl au Et ils s? consolrent. Bec-Fin. Whisky. Nous appuyons] MESDAMES, Pour teindre vous-mmes tous j tissus, aucun produit n'gale La -MAVRESOUF: TEINTURE MNACRE PERI >< HONN** l'Ii M g ,• |'| d [y 1 1 '~-'~i 1 icn-,,tUrO((u*rle.ir / %  ? t Viur C. FERCOQ, Ainir§t-fnri$ petits moyens. On espre que les des compagnies d'assurance m uiiiiiK se montrei 1 ml intrts d leurs '' : > [u ils mettront lin nm rLmpreur, el J l i. c J,^ I £" r g U "; 'n'ues, i galope'entre elles, 'se livrent aux mmes ngoces 1 es qui jettent la |er 1 L turbation dans le I 1 rco,| nunot soulcmr le choc 1 Soudain des feuilles cranuenl. qu'eux, el gui dcd:--ncul j Voulez-vous Russir dans vos lu le* ou I taire russirvosenlnnls.^c^ a nue mthode d'enseigne%  ment classique excellente? \ VOULEZ VOUS i Une protession s prs B 9 | mois d tudes ri 1 s (Sl. no-Dactylo. Loi 4.1 -s ivante Comp'sbili t ) S maez que l'Institut T!P l'I-A'll MIKH se recommande et s im votre atteniio, ^ 1 ulans rcsjltuts dobtenus. '")'7Mue Lamarre. Tlphone 2891.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07132
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, October 18, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07132

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
CMTIONli MANQUANTE


Clment Magloire
DlRKCTl&R
1358. nLt AMEKIPAINE 1358
1ELEPHONE N22i
On n'est chez eol, on
nest l'abri d. s capri
ces du hasard, on n'est
heureux *\t tort que
dans l'enceinte de sa
conscience.
MJETRLINK
2fime ANNEE N 7800
PORT-AU-PRINCE (HAITH
MARDI 18 OCTOBRE 1932
le Drame du Pont-Roiuje
0
J
U est rare que y|ce ne soit forge de ses mains pourpres.
dans l'oubli que passe l'an-, par le fer et par le leu. Il a vu j
niversaire de la mort de Jean- la belle terre piline, les r-;
ni versa i-
jacques Uessalines. Le culte de
nos hros est, chez nous, souci
tiers, nous jetons nos lauriers
sur de vulgaires vivants.que sur
SOS grands Disparus. Et quand,
d'aventure,noire.pit s'exprime
envers ceux-ci, c'est plus dans
nos paroles que dans nos ailes.
Uissi, faut-il louer le Prsident
Vincent d'avoir officiellement
lonscr, sur toute l'tendue de
la terre natale, la journe du 17
Octobre la glorification de
[issassin du Pont Rouge. Par
sa dcision, d'une minente va-
leur spirituelle, le Chef du 6k)U-
veriiement a presque contraint
1j Nation se tourner vers la
lace ranglanle.glorttfsei et pa-
thtique de lKmpereur pour
que nous tirions de sa vie, de
son uvre el mme de sa mort,
j'imagine,les hautes levons qu'
elles comportent.
A l'heure ou le blanc, notre
vieil et cruel ennemi, s'est re-
tourn, pour laliser contre
uous son rve de servRtode, il
est ncessaire que nous commu-
nions dans ce loyer qu'est la
pensp dessalinienne, pour y
prendre 1rs virtualits de cou-
rage el d esprance, qui lui ont
accord la force de lorger si ma
mifiquemcnl l'Indpendance.
t II me plait de croire que le
Prsident Vincent, en nous ifl-
ritant.en ce dix-sept Octobre,
clbrer l'Kmpereur.prcle cette
pense pieuse un sens secret et
symbolique,qui ne restera point
cel, aux intelligences alfines
parla douleur nationale. -
Marchand : la ville impriale
sousle liyplique de ses lorteres
coites ravages, le blanc enne-t
mi descendre encore sur nos
litiges, y rtablir l'esclavage
et faire nouveau de Saint l)o-
mingue une ghenne pour les
fil-, de la malheureuse Afrique.
Et, instinctivement, il a touch
son flanc gauebe, qui porte en
core les cicatrices des coups de
verges reus avant qu'il ne se
fut constitu l'implacable mar
ron Le front lev, les veux
voi'
ves
su
res, en brlant la nuit de leurs
traits de leu.
Non non se dit-il, il ne
faut pas que l'uvre prisse I
Il gagna son bureau, fil re-
teuiir un gond. Un aide do
Idal Rlmin
ALIX ROY
30 annes de succs.
Nord
Tous applaodisent et |urre:il
de mourir par le saint de l'Era
pire.
Une animation extraordina're
salines le dieu de la guerre, ST
camp de service qui taisait les (l son (leslin el de S()" courage,
cent pas dans un couloir proche J^nisail sa campagne presque
les forces de l'Artibonite et du Des hommes en surgissent el
le coucher en joue. Canne
halle, il lance s ni cheval sur
eux Cl leur cric : os /. lirer
sur voire empereur)! Ils l un
boni genoux, trerab1 mis d
vanl le hros, au refl ir I 111 1
gnlique et foudroyant. Ils
allaient prendre la filtlequan I
Garai lche son coup (|iii
l'atteignit en plein cce ir Cil li-
ment. Des courriers pariaient { lotH Mnrcadieu.s011 fi lle or
dans tontes les directions. Des- donnante, plus rapproch de
ils.il voit tons les grands r-1 ;,8na ,il1 coup dans la ville.
s fiers s'loigner, disparallre, Lor8nsalion militaire del'Em
rie ciel, comme des mto 4 lm'"!' (',;"1 Parfaite, prle agir
rapidement en toutes circons
tances. En un rien de temps, la
machine lut mise en m >uve
courut vers lui.
Faites venir l'un des secr-
taires ordonne*! il ?
L'officier partit. Cinq minutes
lui tomba ses col is.
El tous s'enhardirent sur
le grand C8 hivre.
A i n s i pril ican .1 ie mes
Ecrivez, dit l'Empereur,
Ption, Grin et Gefirard:
Exprimez-leur le sentiment Ira-
ternel qui m'anime envers eux.
Faites-leur comprendre qu'ils
sont mes vieux coinpagnonsd ar-
mes qui .bnficieront toujours
dans la joie. Mus de temps en
temps, sa colre se manifestai!
par des imprcations. Et l'on se i Dessalines le fondateur de Un-
demandait, dans son entourage, [dpendance d'Hali, la lion
les rgicides ..
une pauvresse, en
Dj, de S'-Marc, taient par-1 haillons, ramassa ses restes
plus lard entra dans la pice le ?,eSud ' ,m'sl "lenl pas te tardive des rgicides ..
capitaine Charron Duduy. devenir 1 les descris ? El seule, une pauvresse,e
lis trois divisions. De tous les
points de l'Artibonite taient
iancesdes troupes ver I ouest.
Christophe dans le Nord avail
reu l'ordre de se mcltrc en
epars et leur donna la se
pullure.
Pre.
Cela ne l'ail rien. Mme la
mort ajoule ta gloire. Car ceux
parviennent q
Sud et lOuest veulent se re-
muer, que ce serait mauvais
pour l'Indpendance hatienne.
Car l'oppresseur blanc ne d-
sespre pas pas de reconqurir
noire pays et d'y rtablir l'es*
clavage. Je les rends, en tous
L-lrcesidorinadinonde cas, responsable de l'ordre dans
des reflets d'une lune embue fleurs rgions respectives.lls sont
d'une vapeur de sang.Le silence, [autoriss prendre toutes les
troubl seulement que par le) mesures ncessaires a cet ellel.
cri dsabus des sentinelles, 1 Renouvelez-leur ma
mes qui bnficieront toujours miirc|10. Mais il tait, contrai- mmes qui te reprochent tes
tous. Marquez-leur surtout que kn,c,i (,,l,1lv,,,IlK>- ,. i v:ml lllnmslire de la fiu Ge
des avis nie parviennent que le 1*10 Octobre au matinI Em sang glorieux ,|.ie tes assas
pereur se mil en route la sins ont rpand'u, sang qui
lle de sa clbre cavalerie, clabousse l'aurore de noire
Il traversa en trombe la plaj [Histoire, el la splendeur de
ne de l'Artibonite : St. Marc, les lieutenants,-lave un peu
Mont-Kouis, l'Arcahaie. Les les fautes toi Car lu en 1
populations s'agenouillaient commises, loi aussi. Purd >n
sur son passage1. Excessif en nesdonc le reniement et l'in-
loul, ce chef qui, selon gratitude dont lu fus victime^
le mot de Nielzehe, n'tait en souvenir des lie les eh
pas un homme, mais de la que les hres ennemis a -
--.' dynamite roulait des peu complirent sous les ordres,
1:, uesanuse des sentinelles.1'^E^l^S^ & terlblei de distinctions, quand lu les mena,., sur les
danch.,^ c'imes iorsean.es, ivcevo.r le
juger sans indulgence. Il esl farouche baiser de la Libelle.
lion.
Accoude au nalcon de son .""" ,
Palais.l'Kmpercur.lout sea'.son- ] Les lcllies ,a,,es Empereur
geait devant la nuit Celui* l'heu- /Y mi| s?n sceau;. cl PB8M \orZ
re o s impose, la conscience,,
les justes examens. Et, comme
cela arrive le plus souvent,
dre de les expdier sans relard
par cavaliers, de poste en poste.
Calm, apais, il gagna sa
DessalTusne trouvait rien'se chambre et se jeta tout habill
reprocher. VA pourtant des avis (sur son ht, la tte emplie d 1-
venusde fidles, parpills dans \mages de gloires... de grandes
l'Ouest et dans le Sud, lui mar- (Choses..
quaient le mconlemenl, prt
clater en rvolte, de ses an-
ciens compagnons d'armes.
- Que leur a-j donc fait ?. Marchand. Chaque malin, les
maugra l'Empereur en serrant ; officiers de l'Empereur se ru-
sesdures mchoires. N'ai-Je pas mssaient dans la grande salle
donn chacun d'eux ce qu'il [d'audience du palais pour lui
lritait, selon sa valeur et ses l'une rapport, y recevoir ses or-
C'tait le 12 Octobre 1806.
Un clair soleil ravonnail sur
ineri
services ? Ption, Gurin, Gel- tires. Entour dune jeunesse
frard ne sont-ils pas combls ? brillante et hroque, il tait ce
jour l particulirement de bon-
ne humeur. Il accordait toutes
les grces qu'on lui rclamait.
Velu d'un petit habit bleu de
11
Quant au premier ne lui ai-je
>as prouv mon estime jusqu'
pi offrir la main de ma lilie
quil a adroitement refuse ? Ne
lui ai-jc pas propos d'tre mon ciel, d'un pantalon de lui blanc
hritier politique ? Ah mainte- qu'achevaient d'lgantes bol-
niatque i blanc esl chass, ils tes l'cuyre, vivant, frmis-
ne veulent plus de moi comme saut, fantaisiste, il leur parlai
Chef.Ilso.it encore dans le cur d'un grand bal qu'il projetait
le germe qui empoisonna la vie d'organiser o seraient convies
le Iligaud et qui faillt, compro- Ions les dignitaires de l'Empire.
mettre 1 uvre de la libert Je H leur communiquait son plan
n'tais donc bon que pour les plan de la conqute ;le la partie
mnera la gloire.aux honneurs Est de l'Ile, qui tait sa grande
t l'indpendance I Eh bien, pense.famais abandonne AD-
reunion
;pe
s'ils veulent
la guerre civile, ils puys sur un
les deux princes Suprme el
Qui a prpar le guel--pens
du Pont-Rouge? Les histo-
riens ne sont pas d accord
sur le nom de celui qui en
eut l'ide. Selon moi cela ne
pouvait venir que d'un calcu-
lateur qui connaissait la d*
de chaque ct,
auront, comme ie l'ai laite les deux princes Suprme et
nagure dans le Sud, sous le Innocent jouaient avec les Iran-
*eux Toussaint, la guerre sans ges dor de ses epaulettes.
entrailles .le les briserai tous
Et je lai
le tmoig
Oans la
insoute1
rcit, qui luisait dire au G- dit avec lui dans Fon cabinet, gons sesqumlaient a le ra -
nral franais Prennion : a Je L, il fit savoir au Chef que le traper. Le paysage tait vide
connais
oes gens qu'il a seule-
ment regards, et'qui se sont
uonns la mort.
Mais voici que l'Lmpereur est
devenu triste. Toute sa person-
nalit puissante,charge de con-
nisies s'est comme affaiblie. Le
hros au cui rude s'est atlen-
J1! sa sensibilit patriotique
resl ci rche. Dans une anti-
Jjwtion douloureuse, il a vu la
[corde, les haines, les rivali-
tlruire la Patrie qu'il a
Sud, l'Ouest taient en armes, d'habitants. Toutes les cases
que Ption, Gefirard, Vavou (jes environs closes. Un silen-
taient la tl du mouvement. (.e tragique, siler.ee d nu-
I)essai
ment et annona la nouvelle a |)Cri.|ir avance toujours, tout
son tat-major qui attendait!. slM1|< st.s cavaliers aprs lui.
L'un des officiers prit la pa |((S (](.llx (()U,S(ic |fl I()lli(.
Il y a
Vingt-cinq ans
Le M.mi\, /,s Octobre l'J07.
HOMMAGE A DESSALINES'
Pomes en Prose
/; Octobre 1 !)()!.
Sir heu res du malin. Le I
li'tl qui monte aurole d une
gloire tort National. Tenant, d'une
m 11 n, I ri rpe m hicohrt
qu'un* bri\e I doucement, et frfO'i lis, ml de
l'antre son sabre triomphant
noire Detsalines de bronze
embrasse de son 'regard uicto
neu r. la plaine el la mer.
I
I
juste que,dans une apprcia- C'est quand mme un cou*
Lion de ses actes entre leons- seil de mesure, de perfection
ciencequ'il avait de son rle, spirituelle, de renoncement
les lments de sa formation et de concorde qui se dgagent
et de son volution, qu'on de ta vie hroque el faen-
ludie psychologiquement les daire, pour la prennit de
pices de son analomie mo- ton icuvre splendide. N'est ci-
ra le, qu'on se place on lin pas, 6 Pre?
dans son poque. Il lut un Slphen ALEXIS.
elcmental, un Ileuvc. El le j
propre d'un lieu ve c'est d'em-
porter ses rives.
L'Empereur n'avait point (Ti-|P iiTinnrtPntP
encore rencontr de resistan- U J lO. ilV
ce, Lorsijue, a Porl-au Prince |
on apprit qu'il tait l'Ar- :
cahaie ce fut de la consterna __
lion. Sa rapidit avait surpris
les insurgs. Aussi, ne sa- Mercredi dernier, cinq
vait-ils quoi l'aire, l'n flotte* heures de l'aprs-midi, sur la
ment rgnait parmi les chefs convocation de Pactil Prsi-
qui commenaient dj are- dent de la Chambre deCom-
gretler leur geste. Mais P- merce d'Hati, Monsieur Ed.
lion, avec son froid esprit de Eslve, de nombreux coin
dcision intervint et mit un meranls se sont 1.11 In
peu d'ordre dans la rvolte. l'Htel de Ville, aux lins d'en
visager les moyens a em.
ployer pour enrayer les abus
qui se commettent dans plu -
sieurs branches de I activit
commerciale. Monsieur Ed.
Eslve, d'une voix indigne,
souligne particulirement les
daigneuse et imprudente bar- j irrgularitsde certains agents
vourede Jacques Dessalines, j de compagnies d'assurance
Au galop de son cheval,! maritime qui dlivrent a eer
UeS, le plus souvent, en par-
lait tat.Ce procde com-
promet les intrts des com-
merants honntes qui ne re-
1 neiii pas a de tels artifices
Une rage Iroide s'empara de huscade, pesaiI sur la campa- En cllel, les bnficia rea de
salines. H descendit rapide- gne.Croix-des Missions.L'ein- ces mesures de complaisance
in tel e .sec profilent ainsi d'un
avantage de 1 sur les
s a vendi ni leur
rle. H fltrit l'ingratitude (les urlanl fa troupes sont permet de laire une cou
rvolts, u r*iarUt'eV- dissimules. Depuis dix 1111 IX qu
te^mmtion des rebelles,
ne
I ..'. voit que ta rorganisation
de Damien va bon train, et

l'on a lait appel aux connai-
>-s des gronom^s Lou s
1 1 >ie et Schiller Nicolas en
pn!i: d'Iugiueurs dparte-
ne iIjux. Mo as eur Djoie sera,
se'oo inlormalior, dsign pour
S ni, et Monsieur Nicolas ;e
ien Ira a IlinJie. Compliment','
... voit que^"la commtnt ra-
tio du Pif anniversaire de la
mort de J 'an-.lacques Dessali-
nes n revtu no caractre par-
ticulier de solennit et que le
Autour du monument, d'un dfil de la Garde d'Hati aux
parterre taquet monte le par- accents de Ulfaa . vrai-
furn des jasmins des roses et weni impressionnant. Lai d'-
des tubreuses d-s laurie's Peans mis en berne donnai' nt
roses tendentperdument leurs la villa un air de lecueil'e-
branehes comme pour offrir \mm* el ^'fmclion. Sabre au
CEmnn ipiteurles fleurs de la 1elair' comm* v"rh es> W'
mloire entre b: minuscules] l'iT.PJ1" ff1' W'."1,T
baonnettes des feuilles lanco j h Vo", P g
les '/ su la pointe du s',
du ht,,s' fm oiseau frileux,
immobile comme s'il tait voit qae depuis nei redi
dernier sont mis en vente les
bronze aussi, attend le ,,re- billets de la Loterie Nationale,
mier rayon de l'aurore /.' so pour le tirage de novembre, lnu-
teilparait, l'oiseau /r/.vs nue et 'Ie d'ajouter qu'ils s'enlvent
8e met a Chanter. Ces Seu'es nipideinenl. Dcidment, la Lo*
notes claires troublent '< 11 /,'/"' Nationale se porte beau
tence matinal, \ntourdu m,- COUp """"x 'luenesel'imigin ;t
miment, les fleurs pieuses em ,,0,^, co 1,,'l''re ''!' ,:en,re'
/- utinrnt toujours.
0 symbole, que ce parterre,
emblme de la reconnaissance
... voit, < h que jour, un pro-
meaeur matinal eu contempla-
don >l( v int la mer. hii littoral
du W'hart-aax Herbes II s'assied
pai loi I sur 0118 des vieilles
nationale, que cet oiseau, em- carnei qui achvent d poir ir
blr'me de l esprit, de la posit%\aar ' rivage, soit le vol des
qui, descendant du ciel, choisit '" '' "'s "-dessus l-s manguier^
pour s',, pose.) la pointe d'un dB..u rftda tl ' d*Pwl des co-
glaive hroque et sttOetirl ^,llls)vt'Vb' '"> ors
t)liP,,m,< ,, / pris de solitude et .liinmensi
0peuple nue ta reconnais- ,/ ,)ils beM(in ,,,. raconlep
sancemonte lou/tun comme |eur histoire; on devine leur
un encens au pied lu Libra angoisse de prison ni sr tend-i
leurt Et toi, pote qui chante vers l'impossible vasion. Li
comme net oiseau, *qard toi sag sesest put-tre dese rai
d oublier pendant t/ue les yeux gner josqo' l'abraiissement.
scrutent I horizon impatient de
Voir le lever de la gran le {u- ) voit qu'un de nos amis a
rorc, yard-toi doubier ce ,rouv un ,!l(), henranx pour
que lu'dois la n<>inle de ce dsigner l'ami obligeant qui
sabre nui 'il la Paine, ,1 qui ; ique |oor UM ptaw
se dresse sous notre ciel, en un ??-***** von,!lpa1li ***%'
, ; hremeot .e cocktail, et, de
geste desuprnu orgueil corn le:n|)S en ,em()S, le d#j,aiwr
me un symbole de lEnergie,chs Kdd ou Buteau :Cs4
victorieuse
*m
VOIRE CUISINE, MADAME...
1 voire Simon le Cyrnen.
\ Mdecin BO'goant chez vous,
. sans jamais prsenter de borde-
reau, camarade vous glissant
dans les poches une cravate,
une plume lonlaine ou mme
un billet de li Lo'erie Nalio-
oale, b bliophile vous passant
gnreusement ses livres cha-
qu livraisoa, commerant trai-
tant une affaire pour le seul
plaisir de vous laire gagner une
honnte commission, autant de
prcie ix Sinon le Cyrnen qui
VOU? aident porter votre croix
e1 se drobent aux remercD
Les pauvres exils domini-
cains qu'on exile dans les
villes du Sud, ont pouss I.au-
tre jour un cri qui a leu lu le
'ar de ceux qui les entea
daient. Aprs avoir exprim
leurs peines de quitter L* Gap
el Port-au-Prince, ils s" sont
cris en chur : iAu moins] mont,
I ans I-' S il Iro iverons Dois]
la hantgue des I si ns de j ...voit que notre conlrre
Port-au-Prince el de Saint- Ia Nouvelliste mne campa
.\iirc? f^ne pour qu'A nos prochains
Oh! certainement, leur gpodf bals, le smoking blanc
rnoodit-on 1st! *nbstitue l habit aolenntj
et (innovation encore plus h u
reuse ) le Rhum liarbanenurl au
Et ils s? consolrent.
Bec-Fin.
Whisky. Nous appuyons]

MESDAMES,
Pour teindre vous-mmes tous j
tissus, aucun produit n'gale
La -mavresouf:
TEINTURE MNACRE PERI >< HONN**
l'Ii m g , |'| d [y 1 -
1 '~-'~i 1 icn-,,tUrO((u*rle.ir
/ -? t Viur C. FERCOQ, Ainirt-fnri$
petits moyens.
On espre que les
des compagnies d'assurance
m uiiiiiK se montrei 1 ml
intrts d leurs '': >
[u ils mettront lin nm
rLmpreur, elJli.cJ,^I"r_,gU"; 'n'ues, i galope'entre elles, 'se livrent aux mmes ngoces 1 es qui jettent la |er
1...........' L turbation dans le I 1 rco,|
nunot soulcmr le choc 1 Soudain des feuilles cranuenl. qu'eux, el gui dcd:--ncul
j Voulez-vous
Russir dans vos lu le* ou
I taire russirvosenlnnls.^c^
, a nue mthode d'enseigne-
ment classique excellente? "
\ VOULEZ VOUS
i Une protession s prs B 9
| mois d tudes ri 1 s (Sl.
* no-Dactylo. Loi 4.1 -s ivante
Comp'sbili t )
S maez que l'Institut T!P
l'I-A'll MIKH se recommande
et s im votre atteniio, ^
1 ulans rcsjltuts d-
obtenus.
'")'7Mue Lamarre.
Tlphone 2891.


PAGE2
LE MATIN 18 Octobre 1932
NETTOYEZ
DENTS
ET VOUS LES GARDEREZ TOUJOURS
- ,
Ne courez pas de risques avec vos dents. Serve/.-
vous d'un dentifrice qui nelloit srement. La poudre
CALOX a deux avantagea* qae vous apprcierez facile-
ment ; 1 ) c'est une poudre voire dentiste s'en sert
lorsqu'il nettoie vos dents; 2 ) elle contient de l'oxy-
gne l'agent purificateur le plus important de la
Nature.
Quand vous vous servez de la poudre CALOX des
milliers de bulles d'oxygne s coulent dans chaque
lente etjrecoin de vos dents endroits difficiles al-
teindre'o les acides de la carie travaillent. Ces petites
bulles,.dissolvent toute impuret et strilisent la
bouche entire. Essaye* CALOX TOOTH POWDER
aujourd'hui et sentez une nouvelle sensation de pro-
pret dans votre bouche. Voyez comme elle enlve les
taches et dcoloration de vos dents et leur rend leur
blancheur originale.
(iltATL'l I McKeison ftRobbins.Inc.
7y Chu Streel.New-York City. t.S.A.
Veuillez m'envoyer, sans nnaage-
nicnl, un chantillon gratuit, d'une
dure de quinze jour*, rie la CALOX
TOOTH POWDER.
Nom...
Adrusse...
103
rapport iij NOUVELLE LOI SUR
Les problmes de la politi-
que extrieure auxquels le
prochain Prsident des
Etats-Unis aura taire face
Sur la possibilit d'arroser une
partir tl minrn fie pompes a *'p' lairbanks Morse.
--o-
Le cot des dpenses pour
les poin| es siph ns est en-
viron le tiers de celu de
autres pompes huile. ^ /
1 ne, etc. Comme elles peu-
vent convenir pour l'A.'lib
nite. d'upis les tudes lai'e
par la fibnque sur nu plai
que nous lui avions env y
nous les prfrons pour di-
verses rai ions dont la princi
pale est la diminution des
dpenses.
Les terres comprises enlre
le lleuve, au sud; l'habitation
Savary et le Pont Benoit, au
nord; le lleuve l'ouest; le
Carrefour Grosse Chaudire
et le Pont Benoit l'est ;
peuvent tre values 3.500
carreaux environ, h'n suppo
sant cjue nous n'arrivions pas
jusqu'au l'ont Benoit et jus-
qu' Savary, on reut, sans
exagrer, se baser sur prs
de 3u00 carreaux pour la
quantit irriguer au moyen
de ces pompes.
Uu grand coursier partira
du Carielour Livide et sui-
vra le lleuve jusqu'au
nord ouest du Pont Sond; de
ce grand canal partiront les
divers canaux qui suivront le
niveau du sol, du sud est au
nord-ouest.
Puisque le Gouvernement
compte nous a i d e faire
triompher notre enti prise de
figues-l) mnes et que la plus
grande parlie des terres ar-
roser sera plante en figues,
les propritaires des terraics
LE TIMBRE
Il arait qu'elle est d'une
excution trs dirticile, du tait
qu'il n'y a pas actuellement en
vente des timbres mobiles d-
passant cinquante c> ntimes 11
arrive ceci que, quai d au hom-
me d'aflaires a une 'raite d'une
certaine importance expdier
ailleurs.il doit mui ir sa traite,
selon le vu d la >i i, d'un total
de timbres en ra port avec la
somme envisag-'e. I a loi lui fait
obligation d'obbl er, ou au ver
so ou recto de I flet, les tim-
bres de manire que le signe de
1 annulation db ide le timbre
de deux col*. () donc, courre
il n'y a pas de timbres actuele-
menl au dessus de .~>0'K, c'e.st
presque deux au m s qu'il faudrait
en acheter pour < birauvude
a loi. Et o pourrait ton le-
mettre? Il tssorl, de tout ceci,
qu'avant de prendieune loi on
doit pen-ser aux moyens prati
(pies de sou excution. Il estac-
uellement mali iellement un
possible de remplir les obligi-
dons de la nouvelle loi sur le
timbre lorsqu'il l'agi' d'une.im
porianle somme.
E>, naturellement, il y a une
amende si l'oblitration est mal
laite. Dms ce eas, il surlirait
d'annuler le tiinb e, puisque I&
valeur minime des t.mbres em-
pche l'oblitration rguulire.
sier au moyen de ces canaux
afin que les terres profitent
du l'mon dont notre fleuve
est si riche.
Ce poj t ne nous fait pas
perdre de vue celui dont nous
ne cessons d'entretenir le
La prochaine administration,
d aprs Raymond Leslie Buell,
aura a taire lace divers pro-
blmes concernant la po'itique
extrieure Amricaine. Ceci a
t envisag dans une dclara-
tion du Prsident Iloover faite
la semaine dernire au sujet du
dsarmement, du dveloppe-
ment de la situation mand
chourienne, et des ractions
contre les projets douaniers du
Gouverneur Roosevelt.
L'article continuer que l'on
va lire est d la plume du
Directeur d l'a Association de
la Politique Etrangre > :
Il est rare que les lections
nationales soient influences par
la question del politique tian-
gre dans aucun pays, encore
moins aux Etats-Unis. Cepen-
dant ces ques ions attirent in
vitablement certaine attention
dans Ij campagne actue le. Par-
rai le* questions b'iVantes qui
ont >urgi pendant les dernires
don/.- annes dans la politique
des Etats-Unis, on peut citer
celles concernant la Ligue des
Nations, la Cour Mondiale, la
Parit Navale et les dettes in-
terallies.
Alors mme que le peuple
Amricain est rest dlibr-
ment en dehors de tout engage
ment politique, il a cependant
conquis une position dominante
dans le monde,grce ses nor-
mes placements l'tranger
a'un c! et son grand eon>
men d'expoitalion de l'autre.
Or, il ne peut pas se dsin'res-
fctr ce qui pourrait ail cler
let'.e position pendant les qua-
tre prochunes annes.
L'ad nimslration procll dna
aura a s'occuper d'un grand
nombre de problmes. Ces pro-
blmes embrassent les points
suivants :
<( A ) L'opposition financ re,
conomique et internationale,
f U) La situation en Orient. (C)
La Ligue dis Nalioi s. (D) Les
relations des Etals-Unis avec
l'Amrique Latine .
:D) Nom relations avec
l'Amrique Latine
Les Etats-Unis auront en-
visager un grand nombre de
Eroblmes dans l'Amrique La
ne. La question de la paix sera
traite la Septime Confrence
Pan-Amricaue qui aura lieu
Montevideo eu l.'t.'f. A ce mo
nieni-la, les dbals sur la codi-
fication du h'oii public inter-
national qui avaient failli dter-
miner une ruplure. La Havane,
en 1928, seront repris. Le D-
partement d'E'at devra dcider
l'avance quelle sera sa posi-
tion dans ces dbats; c'est--
dire s'il continuera soutenir
le principe de l'intervention,
comme cela avait t expos
par Mr dughes La Havane en
1928, notamment quun Gou-
vernement est pleinement jus-
Itifi lorsqull Intervient (tans le
\ bu de protgtr la oie et la pro
prlt de ses nationaux dans un
paya dont le Gouvernement est
incapable de le faire .
L)e mme l'administration
prochaine devra parfaire l'va-,
eu itioo de Nicaragua et d'Hati
moins qu'il ne soit dan< ses
in'eutions de renoncer sa r-
ce .le politique ; alors elle se
ve ra en prsence de la ques-
tio i savor s'd faudra re
vi-.ee l'amendement Platt qui
nous donne le droit dinter*
venir Cuba, le trari Bryan-
Ch unerre de 1911 dont les clau^
ses qo is permettent d'avoir une
hase navale Nicaragua, et le
Trait Centre-Amrique de 1923
par lequel <-aucun Gouverne
ment issu d'une rvolution ne
sera pas reconnu.Or il est vi-
dent que les E as-Unis auront
laire lace pendjnt les quatre
annes venir un grand nom
bre de problmes internatio-
naux lort pineux.
i Le changement le plus re
muquahie qui s'tait fait dans
la politique trangre sous l'ad-
ministration du Piddent Iloo-
ver lut l'gard de l'Amrique
Latine,
Un des premiers actes du
Prsident Iloover au moment de
son lection lut sa tourne dans
l'Amrique Latine O il pronon
Va divers discours en laveur
des principes de lajnon inter
venlion. !
Au prin'c u s d "7i;tt),""*
envoya une Commission enqu-
ter sur la situation d liait; et
comme rsultat de cette ta*
qute il inaugur* la politique
de l'vacuation graduelle de
nos Marines qui v lureut exp-
dis en vertu du Trait de 1915.
Finalement, l'administration
actuelle avait tent de donner f
une nouvelle interprtation I
la doctrine Moaro par laquelle]
nous nous constituons les gar-
diens de la libert des Rpubli-
ques Amricaines. Le Dparte
menl d Etat a /ait publi en 1930
un un inoranduin crit par Rue
ban lark, alors ous-S.'crtairc
Gouvernement : la rtection
irrigus peuvent facilement du Canal Wulm. Ce canal
*.nn.t_ !.. a__ _it... ,.,.., i Hn.. ,. t. i -.: i_____ a ..!.
supporter les frais d'arrosage
s'levaot 10 dollars par an.
Voil donc environ 30.000 dol
qui feront touchs ds la
premire anne, moins que
le Gouvernement veuille
abandonner le premier ver
sment pour permettre aux
paysans de subvenir aux Irais
que ncessite ue plantation
de ce genr , puisque nous
n'avons pas de banque agri-
cole.
En tout cas, il ressort de ce
calcul qu'avaut deux ou trois
ans, l'Etat touchera le capital
avanc pour les pompes et
l'installation, et il pourra r-
clamer seulement des pro
pritaires,comme droit d'eau,
pent arroser licitement entre
Verrettes et Coupon ( 8 kilo-
mtres ) au mciui 600 700
carreaux.et nous rptoosque
l'Etat n'aura presque pas de
dpenses taire, les habitants
de celte rgion tmt prts
douner tout leur concours
pour avoir de 1 eau.
Si l'on considre, d'un autre
c', les plantations de figues-
bananes qui se tout en grand
un peu partout: Rocozelle,
Dluge, Guyou, Pivert, pleine
de l'Archaie, etc.. on se rend
compte de la prosprit dont
jouirait St -Mire avant trois
m quatre ans..
Quatre nille eirrea ux de
terre plauts en figues rc-
le montant des trais annuels l prsentent pour la premire
ncessits par les pompes
Il faut aussi uoter que ces
pompes ne travailleront pas
pei>daut les six mois de s-
anne environ 3 00 000 r-
gimes et peu pi es 10.000.000
pour les autres annes Sjit
un roulement de dix millions
cheresse.de Novembre de gourdes en mettant chaque
Avril, ce qui diminuera sen-
siblement les frais : mca-
niciens, huile, etc.
La Maison Fairbanks Mor-
se Co, pour faire apprcier
rgime une gourde seule-
ment ...
Quand on pose de i areils
chillres sur le papier, on croi-
rait procder des calculs
c kju, pour laire apprcier jIUil prweeuer a oes calculs
ses nouvelles pompes, pro- astronomiques et nous ne
mt d'envoyer uu ouvrier i s e ro n s pas tonns si
spjialemeut pour assister beaucoup de gens n'y croient
leur installation.
Nous esprons que le Gou
vemement finira par cora
fc^^S^
La licautt de 'i
craa est rai
frileuse; Oto s
3in N sci Vi'iit
u Sa on J|
'1 tik:te
Les curs sont ins-
tantanment conquis
par la douceur d'une
peau tendre"
. .dit Hollywood
LES directeurs d'Hollywood sont unani-
mes reconnatre quelle importance
a un teint doux pour l'allure fminine.
"La douceur d'une peau est le charme
le plus dcisif qu'une jeune fille puisse
avoir", dit un lameux directeur. "Parce
que ce charme agit si instantanment,
qu'aucune jeune fille ne peut devenir une
toile clbre de I cran sans cela. Une peau
sans dlaut est le rve de toute toile I"
Des 613 importantes actrices d'Holly-
wood, y compris les toiles, 603 emploient
le Savon de Toilette Lux I Donnez votre
peau le mme soin que la leur. Comman-
dez aujourd'hui plusieurs gteaux du Sa-
von blanc de Toilette parlum Lux.
LUX
DE TOILETTE
MOHR & LAURIN, P. O. BOX Ml. Distributeurs
Ri e Roux et du Centre, Port au-Prioce.
Cin-Taldu
CE SOIR U
Une comdie sentimentale :
La Petite Fonctionnaire
avec A. Roann Welte Arniell, Pauline Canon et P. Juvenel.
Eitte 0,50 ; Balcon ; 1,00
pas
Pour se faire une ide du
mouvement dont le port de
{
prendre l'utilit d'entrepren- S .Marc serait le centre, il
dre la rfaction des anciens fallt se rappeler que les
canaux qui sont situs (ont 10.000000 de rgimes de fl
le long de la rive d oite du gus pa r an reprsentent le
fleuve; bien qu'il ne sera pas chargement de 330 vapeurs
ncessaire d'arroser les ligues 30,000 rgimes, c'est -dire
pendant la saison pluvieu- presque un vapeur chaque
se, uous sommes d'avis jur.
d'alimenter le grand cour- Le chemin de fer se dve-
lopperait et sillonnerait toute
la plaine; des wharfs seraient
construis par lesJCompagnies
ACCESSOIRES POUR AUTOS StSUl SSafe
Nous vendons des pices vre que des gens viendraient
neuves et de deuxime main de fous les points du pays
pour toutes sortes dautomo- ] C'est un rve que nous fi-
K&rTgar IflR T: Sl 'e Gouvernement ne
KNUt,KJ> GARAbfS fait rien pour nous aider
Pnone23 18 et2234. J obtenir ces rsultats; mais
1 ^ i_j i ('( sl "ne ralit que tout le
... monde constatera, si, laissant
dhtat, qui admettait franche-'la politique de ct nous
ment que e Prsident Roosevelt nous mettons tous srieuse-
,tait nullement ,ust,fi en ba- meut l'uvre pour sauver
sant sa politique d'mtervention |e navs Dar le'tr..va!l
dans le bassin des Carabes sur P 3 P tr,,Vai1'
la doctrine Monio . ;n( \*, i 1ri 0
,...... oaint Marc, e 19 Sent 10*^9
( htm \ ork Times, 2(i Sept. ) I P ^ '
La Loterie Nationale d'ha
U vend aussi de ses billets
en son bui eau de la Irue
Bonne-Foi. ]
X -JSSt8T,F "CONST.TUANT
*u P*P Mc8 de ,rav,il inlellectual ou corporel,
aSSS con,cu*'vt au Maladies aigu,
et contre les Mih"?'E ?0t-P"yt chuo i
<-.-m tut***, 1 "",ad, "u TUBE DIGESTIF. 4
S' les ,ul couleurs, i" mfn^UM' J*"-tET pour gurir &*&
WODE O'EMpi ni u ^""^~^
Qro 7---------------: "" """ "rr< "q"ur iwidiiHBiirt .or*, i. mm.
a^^l"^101"" b0nues Ph.rm.cles
liliuiii fiarbaiicouri
I
Dont la renomme esi universelle a**,u
Demandez on tout : g d Pren,,* P^ce
UN BARBNCOURT
Dpdy; Rue des Csars,

-
-sr* *.


LEMfVTIV Il Octobre 1932
PAGtJ3
ON PIQUAN.'J
I
',L0terieivrf HECHOS-
liallOIlcuGj Il nous revient que Mr
-^Prfet Duviella est d'une I B,rker' ,e W recteur du ser^
' ne activit, ans mme*pre"-| V,ce (,e ,ex,ension agricole
cire le temps de se reposer del('e Damiens dont il tait for-
fatigant tourne de Mireba-) leraeut bruit de la dmission,
lais et de Las Cahobas,il vient (a obtenu toutes les satislac-
de convoquer les dilkrenls lions qu'il rclamait sur le
Placiers de loteries trangres, choix de ses collaborateurs.
Il y a dans Cliquet; SEC un piquant
qji lui est particulier... et qui ne se
retrouve dans aucun autre Ginger-Ale.
SEC est pour ceux qui n'acceptent pas
un ordinaire quand ils peuvent trou-
ver mieux
m im BoiQttr i m m{m mm
Et de plus, pour votre pootection, SEC
v0uM?icnl.da.us Jes..b3uteilles .absolument
NhUVES et n ayant amiis dj servi.
EC
GINGEK ALE SUPREME
GINCtEa ALfi SUPRMS
AGENTS
leir A Laurio. P. 0. IM)\ M, Port au-Prisrr.
FAIBLESSE
DBILIT
Radiophiles, avez-vous
une'^Pilol Dragon?
Savez-vois que h dpressioj co-
nonique aux Etats^Uuis vous per-
met avec quelques dollars d'en-
tendre iouretjnuit les stations du
Monde entier ?
ACHETEZ ONE SUPER-HETERODYNE
PILO DRAGON
La reine des Radios
Un seul bouton de commande,
un seul ieu de lampes et Paris,
Londres, Vatican, Canada, Austra-
lie, Etats-Unis sont vous Plus
ncessaire d'avoir de convertisseur
d'ondes
SdvezNvous aussi que vous pou
vez avoir des Radios-Orthophoni-
ques i pilot Ondes lougues et
courtes contant meilleur march que les orthophoniques
orliuaiits vendues en Hati ?
Demandez les prix
ROGER DBEYFUSS,
Reprsentai pour Haii.
LISEZ CECI:
1RY-ME-SIR
lie nom de la nvivelle marque de limes de rasoir
loi vie ir lr-laiee- piirh concurrence 1
Prsentation irrprochable
A<-iHr de raeill me qualit 1
Meilleure fabrication !
Ai H'enrs prix 1
^ P'ni conomiques et fii. I
VU'outcs le autres marques dj on ente sur le march,
essayer de vous raser avec une tTRY ME SIRe: v ms ne
ous servirez plusdautres lames, car vous l'adopterez.
'Q vente dans toutes les bornes nuisons.
tour les commandes s'adresser :
ERNST I UDERS. Agent,
1. 0 BoX A 00.
Tc-it au-Priuce.
fCOLOMBIAN
STEAMSHIP
COMPANY, INCJ
pour leur rappeler des disposi-
tions de lu lui, en ce qui louche
les billets de loterie trangre
introduis et vendus chez nous
en fraude. La mesure est dras-
tique, mais opportune, car on
ne s'explique pas que les lote-
ries trangres puissent en Hati
concurrencer notre Loterie .Nu-
Tan i mieux.
- Le i-ick-i Duviella a
nenace de mesures drasti-
ques les vendeurs de billets
Je loteries trangres dont
la vente est interdite.comme
on le sait.
Ou annonce que jus-
Messieurs les Commerants
de Port-au-Prince.
Mtssieurs,
Lt momenl st srrivt pour
pisser les instructions vos ex-
pditiprs d'envoyer vos coti
mandes psr \%% noovesui ha-
tionrle, au prjudice de nos iqu'ici aucune ordonnance de
uvres de bienfaisance et de
charit.
Voix des autres
. L'ORDRE DES AVO-
CATS N'ESHL PAS CONVOQUE?
1I.es avocats du Barreau de
Port-au-Prince se demandent
jpour quels motifs, j isqu'
cette date, Pordre des avo-
cats n'est-il pas couvoqu en
assemble gnrale pour pro-
cder l'lection du Bton-
nier et du Couseil de disci-
pline. L'lection, enellet.au
rail d avoir lira depuis fia
septembre dernier, confor-
mment la nouvelle loi sur
I'Ordre des avocats qui veut
qu*c< la fin de chaque anne
judiciaire, le Conseil . nouvel et le Btounier lu
de manire qu ils entrent en
tondions le piemier lundi
d'Octobre .
Si le Btonnier sortant n'en
tend faire aucuue diligence
pour pourvoir l'lection de
sou successeur, la mme Loi
tppenses pour l'Etat n'a t
mise, la question de bud-
get p tant nas encore rgle
entre le Ministre des Fi-
nances et I Office du C >n
seiller Financier. Mais les
dpenses qui intressent les
services amricains s'oprent,
naturellement.
Un public slect s'est
amus samedi soir jusqu'
l'aube, Terrace-Garden, chez.
Khal. Ce lieu est plus que
lamais le rendez-vous de la
gentry de la Capitale.
Ou croit que le prix No-
bel sera attribu au pote
Paul Valry qui avait l'anne
passe retir sa candidature
devant celle de I illustre phi.
losophe Bergson.
c Le Nouvelliste > de-
mande qu'o.i attende l'arrU
ve de M M-m fils, l'agronome
belge qui prendra la direc-
tion gnrale du S. N. P. A,
avant d'y entreprendre au
cuue rtorme, comme on a
tendance le faire ces jours-
ci. Il semble que c'est bien
ce qu'indiquent la logique et
le bon sens.
Un confrre a rappel
mame il y aura on dpart ds
New-York pour Port au-P.ince
<-i un u tre I au Piincc
pour New Yo. k. De plus, un
seivice bt bdotnadaire reliera
Porta -Prince Kingston, et
vice-vesa.
Afin que les denres d Hati
team de'la Ligne Colombienne. isoie,,t ren *** o* ports auro-
ns ns da .s le minimum de d
w la ligne Colotntvenne a tait
arrangements spciaux pour
Notre servies cw^s sera
ir augur avec le dpari de notre
magnifique S S COLOVIRfAVqui
laissera New Yo k le 2-1 QOVem
bre dans lanK-i mi H pour ar-
river ici le 28 novembre laube.
une traverse de trois |o demi.
Comme nous l'avons dj
annonc, nos nouveaux navires
seront munis de chimhes lrl
girifiques du dernier modle
pour la conservation duits prissables. En outre, ar-
rivant a Porl-an Prince les jours
ouvrables, l'inconvnient du d-
douanement les dimanches sera
ainsi vil Plusi urs de nos
amis ont d\\ pris leurs dispo-
sitions pour profiter des facili-
ts ollerles par nos splendides
b itesut.
No h!i /.pas que chaque se-
Le Secret de la Sant
SELS OE MONIECAIINI
Aujourd'hui plus q le jamais
I transfert dans les 24 heures
de leur arrive New-York et
le ransporl de ces deniers par
les express transatlantiques.
L'aprs nos calculs, votre ca
se a livre vos consigna airts
en Europe o ize jour aprs
IV nharquemenlsur nos bateaux
Por JU-Prince.
Moire compagnie a dbours
plus de cinq millions de dollar
pour mettre votre porte u.i
service adquat de bt et de
passagers; nous vous invitons
vous en servir et bnficier dj
tous les avantages que vom
ollrent nos navires express.
C0L0IBfet\8TBUBRIP<>. INC-
Wm. e. bleo
Agent.
vous devez penser
Sant
n'arme-t-elle pas le plus an- "i.^ ur? T?el?
cien Btonnier prsent du Qe 1 fccole Cenlra'e dAgu-
.., Cil II lire II PSl nn* linnnmoo
SIROP de
DESCHIENS
l Hmoglobine
Rgnrateur du Sang, preaorlt par l'lite mdical*.
upr/nr .' rlaail orna ' aux /arrutrinaux. Admis dana lot Hpitaux dm Parla.
Owi i.uiul DMCHIIN8. s, Rua Paul Bauonr. tMM il PbuiaiaH.
prs
privilge de convoquer les
membres de l'Ordre en vue
de l'lection ? Actuellement,
[le plus ancien Btonnier est,
croyons nous, l'honorable Me
Emile Deslandet; c'est donc
lui qu'il revient d'assurer
l'excution de la loi en I oc-
curence. XX
Vol audacieux
Le jeune Jacques Martiu,
fils de l'Ingnieur Charles
Martin, a t, samedi matin,
victime d'un vol audacieux
de la part d'un triste indivi-
du qui lui extorqua un b'Ilet
de vingt gourdesf des mains.
Quand l'entant put donner
l'alarme, le-voleur avait dj
rapidement^disparu et c'est
une petite .'cotisation sponta-
ne des employs de la Ban-
que qui permit de icmboui >
ser l'argent vol.Jf
La police, pour viter le
retour de pareils exploits,nc
pourrait-elle pas r lacer un
agent chaque jour porte
des guichets de la Banque? Sa
seule prsence suflirait pro-
bablement dcourager les
filous,
culture n'est pas supprime
W" Elias Charnier
1533, rue Courbe, 1533
Vend des prix drisoire*:
Couronnes en diadme
orange perl.
Corsets(de 5 dol.ponr 1 dol).
Crpe de Chine (de l GK
pour 8 gourdes ).
Jolis costumes bLu-marine.
Et d'antres agrables sur-
prises Une visite en nos
ui igasins s'impose I
Le savant clinicien italien,
le snateur Antoine Cardarel-
li, qui, pendant plus d'un de-
mi-sicle, lut directeur le la
clinique mdicale de l'un,-
et remplace par 1 Ecole nor- TA* Nifles' nn Ij"1,11' ------------------------
maie d'instituteurs. Celle ci cefi ?fl ^.e en garde les Stnographie analalsa
qui doit tonner le rersomnl ^"i 1 ! m.ladts con- n^flne en an-laltj.
des eco.es primai, s relve &*&** "** d eo a^^^en^iSX
sien de redemander quand ^^-yjjjl ***
to'rab'es, mais sont encore, Cours absolument pratique.
une menace conliuue et raor- i ''a wHIenre mlho te d'cri-
telle pour le cur ( ,"re daprs les dernires tor-
Comme uo lsait, les rha- i m,*}6 pdagogiques.
Ce cours peut tre
son ouverture ?
M Edouard IL-rriot.pr
sident du conseil franais,
actuellement Londres ou il
confre avec M. Me Donald, 'Z^l'i'r 'M f"""i ""STcS
a accept le principe del n,at,sn e,S sonl prest',,f. lo* (,es
.mST.. lours dlls ;H,X excs dcide Dar t,es
Valentin rejaaa
Mr Valentin Tejada, qui fu
le vendiedi 7 octobre der-
nier.assiilli par un autre Do.
minicain du nom de Jos.se
remet peu peu des sau-
vages blessures que lui fai-
tes son agresseur, il a mme
pu soutenir une peti'e cou*
versation avec son ami M-
Charles F.Pressoir, qui en a,
au reste, fait la relation dans
a Hati-Journal i de samedi
confrence quatre sur la
sortie de l'Allemagne de la
coulrence du dsarmement.
Les Etats-Uuis sont par-
tisans du fminisme. Une
femme, Melle France Elisa
belh Willis, est charge de la
lgation amricaine en Sude.
Elle en est d'aiileurs le 3e
secrtaire.
- Un candidat rpubli-
cain au Snat des Etats-Unis
promis aux lec eurs, s'il
uiique. Ils peuvent tre en-
core causs par les terribles
poisons qui se dveloppent
dans l'organisme quand il y a
fermentation et putrfaction
de selles nou vacuts nor-
malement par l'intestin.
Quand vous n'allez pas r-
gulirement la garde-robe,
votre appareil digestil devient
un arsenal de poisons qui
infectent le sang endurci sent
le foie, affaiblissent les rein*.
tait iu.de faire adopter la i" ',ie' a"a :> ,SSC,H ,cs m,r;
journe de 5 heures et la se fl ,nea^/11 dangereosemenl
Lo; ,i r ; t,ctIU | le cur. /- unique remde na
irs, commeuurel conln, lvs rnumatl8mea
^n, i I" < /""<<" * iods de

dernier.
On s'lonne dans ces cjn-
ditions qu'aucun gent j cl i -
ciaire ne se soit pas encore
transporte I H.iital Gn
rai, pour recueillir, tourne
le veut la loi.les dpositions
de l'intressante victime.
Liquidation
AUTO SUPPLIES
II- AUGUSTE
! L MAISON LIQUIDE TOUT
SON SICK.
PROFITEZ OE CETTE AUBAINE.
mai ne de r> jours,
moyens de comba
mage. Il y a srement beau-
coup d'ouvriers parmi ses lu-
turs lecteurs.
- Les lections pour le
renouvellement du conseil de
l'Ordre des avocats du bar-
reau de Port-au Prince n'a-
yant pu avoir lieu malgr
plusieurs convocations de
l'assemble gnrale, le b>
tounier J R D.letour et son
couseil continuent tout bon
I nemeut leur administration
la prseule anne judiciaire.
- Notre confrre Le Cen-
trai publie les textes de deux
(lettres adresse> un sna-
teur bi'ien pir un pra.id
ami d'Hati aux Etats Unis.
N mis y relevons ce passage
Je rpte que dans la situ-
ation actuelle et future Us
Halieus lienuent les atouts.
Mais il faut qu ils jouent
leurs cari* s et qu ils lassent
savoir toui le n onde que
la prolongai on del occupai ton
se doit entirement au dsir
du gouvernement des E'als-
Unis de suivre les indications
des banquiers.
Hier lundi 17 octobre
a t commmor l'anniver-
saire du 126e anniv( rsaire de
la mort tragique de Jean-
Jacques Dessalines, fondateur
^e l'fndpe .d io e e.
1' Le programma ai i t pu
a circonst in e i i i
points excute.
tontecaiini.
A vendre cli z :
I'a cm. VITILL'.(),
tira n d Rue.
suivi
personnes n'ayant
encore aucuue notion de
lastuographie.
Demander renseignements
l'Ecole Spciale de Stno-
dactylographie. S inscrire au
plus tt.
REVUES AMERICAINES
Abouneiiieuts aux Hevues
Magazines Americaiues. En
\enle
KXEEU'S QAR kGE
LtS LAINAGES EXCLUSIFS
LLS SOIERIES HAUTES NOUVEAUTS
LES GARNITURES GRANOE COUTURE
o trouvent chs :
CREPIfTC COULONs C. STRAUSS
*.. !/- .. ...i. *a PARIS
k'f'l Nagmlmil. il MaUulll Ur Caulurc -. ul. n,.nl. -
Ne le laissez pas
terrasser par
la maladie!
,
Alors que votre hamhin grandit et et eo
bonne Siintc il serait pitoyable de per-
mettre A la maladie de dtruire les t i ri
d'annes de croissance normale. Trop
souvent la rougeole, la diplitt-rie, les
.ii liions et la coqueluche ternissent les enfants les plus sulideia ,
Donnez-lui rgulirement de la SCOTT'S EMULSIONj Elle assare la r-
sistance aux germes de maladie en enrichissant le sang. Elle sauve des effets)
dbilitants de la croissance en renforant les os et tout l'organisme; Ella
combat les infections en fortifiant et protgeant la gorge et les poumons.
SCOTT'S EMULSION loigne la maladie. Elle bannit les rhumes et toaxa
Elle donnera votre bambin une meilleure chance de grandir noralemcM
et d'avoir une sant vigoureuse. N'attendez pas qu'il soit maladeprocurt*
vous une bouteille ds maintenant et pargnez vous des soucis, plus tarda
* SCOTT'S '
EMULSION
d'huile de foie de morue norvesiertas
Riche en Vitamines A et D
Depuis 60 ans le remde de confiance pour:
TOUX, RHUMES BRONCHITE ANEMII
CONSOMRTIOM IK.'IUINZA RACHITISMi
Afta LDI RITCHIB & CO., la*.
M.r on Ave. ai J4U Si., New York, E. U. TA.
<

afBaWTrSatial


Mardi
18 Octobre 1932
Le Malin
i
4 PAGE8
2tieaieANNEL N /SuO
port-au-Princc
Tlphone : 2242
Aluminum Liue
i-
DE NEW-ORLEANS ET MOBILE A PORT-AU-PRINCE. SANTO DOMINGO CITY, GURACA01
PUERTO CABELLO, LA 6UA1RA ET PARAMARIBO.
DALVANGEN
Ni\v Orlans, Louisiaoa, Sall
Mobile. Alabama, Sails
Port-au-Prince, Hati Due
Santo-Domingo City, R.0. Due
Curaao. D. W. I. Due
Puerto Cabello, Venz. Due
La Guaira. Venezuela Due
sramaribo.Dutch Guiana Due ocl. 14 lh
Paramaribo,Dutch GuiauaJSails oct. 19 th
Curaao, D. W. I. "Due oct. 23 rd
New-Orlans, Louisiana Due oct. 31 st
Prenant*frt et passagers
AUSTVANGKW
VESTVANGEN
oct.
oct.
oct.
oct.
oct.
oct.
15 lh
19 J h
21 st
rd
th
th
nov. 2 nd
nov. fi th
nov. 14 th
23
24
28
oct.
oct.
oct.
nov.
nov.
nov.
nov.
nov.
nov.
nov.
nov.
22 nd
24 tu
29 th
2 nd
4 lh
fi th
7 th
11 lh
16 lh
20 th
28 th
pour tous les, ports ci dessus
\ LE FAIT EST INCONTESTABLE
liiiiiui Saillie
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs tenoirs
I
G est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
CONNAISSEMENTS DIRECTS DELIVRES POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS :
Port-de-Paix, St-.\iarc, Miragone et Jrmie, Hati ; Monte Cristi, Laflomaoa,
Barahona, San Pedro de Macoris et Azua, Rpublique Dominicaine : Coro, Larupano,
Cumaco,Cuanta et Pampatar,Venezuela, Aruba et Benaire, DWI.
DE MOBILE ET NEW-ORLANS A TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET MARACAIBO
Un duait vers le milieu de chaque mois touchant directement ^Puerio-Plata.R. D.,
Cip-IIatien.Gona.ves. Petit GoAve.Aux Cayes et Jacmel.Hati et Jiacaraibo, ?"{
Si un Irt suffisant est oflert, ces bateaux toucheront galement 1 ort-de-r aix,
St Marc, Miragone et Jrmie, Hati; Barahona, Azua, Monte Cristi, ban 1 euro ae
Macoris et La Komana. H. 1). Aruba, D. W. I. r ir9rin
De Tampa, Floride, la Jamaque-Hati La Rpublique Dominicaine Curaao
#f V^n#*yiii*!'
Dparts pour les ports ci-dessus quand une quantit suffisante de fret est otlerte.
( Sujet changement, annulation ou ajournement sans avis. )
A. deMATTEIS & C\Agents Gnraux
Hpital diral llatici
MMI
Panama Railroad Steamship Line,
Agents aux principaux ports d'Europe.
G. W. Siu.luon & Co, Ltd.
17, Janus Street,
LlVBftPOOL, Lngi.am).
Mohv A Company,
Atlantic Freighting i,orp Div.
185, boulevard de S lusbourg,
Hv.e, Fiance.
Mowv & Company,
Atlantic Freightiog Lorp. DW.
3. Rue St Vincent de Paul.
Paris, France.
Ileruu Peron & Stoc well.
Boite Postale: 78,
Havre, .France.
England
0. W.SlIKLDON &C", Ltd..
Fen'on House,
112/113 Fenchurch Mreet,
Londou E..C 3, England.
France
MuHY & Company.
Atlantic l'ieighting Corp. Div.
74, Quai de> Chartrons,
Bordeaux4 Fiance
Moky Company,
Atlanlic Feightiug Corp. Div.
7, Rue de la Rpublique,
Marseille, France..
Gellatly Hankky & Co,
21, Rue de la Rpublique
Marseille, a France.
Gormany
Atlautic Freiuhting Corp.
Holland
Atlantic Frehhtinj Corp.
Atlantic Fieighiing.Corp.
Anlwerp Division,
C/0 Stinmann Company,
P O. Box 1069, Rotterdam, Rolland.
jAtlanlic Freightiog Corp.
Koniugiu Emma plein 3.,
Rotterdam, Holland.
Belglum
Atlantic Freightiog Corp.,
(70 Steinmanu and Coj
4. Quai..L>rdaen?,
Dtwrp. Belgium.
A. Ceresa 4 Company.
Via^Banchi 3,
G "les,Italy.
Spain.
M T. M m.i.oi. Bosch.
Atlantic Freightiog Corp..'Div.
Paseo Colon, 17.
Barceloua, Spain.
A/B W. Laka,
Atlantic Frei^hting Coi p. Div..
Skeppsbron 10.
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson and Ilolmstrom,
Atlantic Freighting Corp Div.
Skeppsbron 3,
Gotnenburg, Sweden.
Denmark
E.A. Bendix and Company,
| Copenhagen, Denmark.
Italy
Mr AUredo Amure!ti,
[Atlantic Freighting orp.D.v,
PiazzaiDel Ferro N. 3 5,
(Jenoa, Italy.
Norway,
l.auriiz A. Devold A. G.
Atlantic Freighting Corp. Div.
Aalesund, Norway.
Sweden
Sveu Jansson & Company.,
Atlantic Freightiog Corp. Div.
Nonkoeping, Sweden.
Simon datron A/B.,
Allaotic Freightiog Corp
M mo, Sweden.
Div,
'JUi v-u~
Bemhard Bergh & Con:p
Atlantic Freighting Corp. Div.
lialsingborg, Sweden.
Accidents
10 Octobre 193?
Marian Guran. 23 ans, rue
Dchoux. Traumalisme de l'-
paule gauch?. !
Lunie Lecon'e, 1 au, rue du
Centre B luredu dos du pied me
giuche. eu
Ce h mise Lamy, 28 ns, Peu le
de Chose. Blessure t anebante j
da. la lvre i' lneure.
Niollet W g,23 ans,Bourdon.
Blessure ti an hante du pouce
gauche.
Estillita B < jo, l ans. avenue )
Ducoste. Blessure tranchante)
rgion frontale gaudie. \
\ Cliana Joseph, 27 ans, rue
Rvolution B essure contuse
du cuir chevelu rgion occipi-
' taie.
Kvesley, 34 an, rue de la
Centrale. B lure 1 ;r degr du
1 3 super, au 1/3 inlr. de la
j mbe droi'e.
Joseph Vobes, 26 ans, rue
Amricaine. Blessure coniuse
rgion paritale droite, au ge-
nou 1(3 super, jambe et bras
gauches.
Sylvia Simon, 19 ans, rue
Amricaine. Blessure tranchante
r< gion suprieure giocha du
thorax.
i' douard Guerr'er, 21 ans,
IVtion-Ville. Blessure coniuse
i e i'paule drle.
Mme E'us Placide, 30 ans.
rue Monlalais. Luxation du cou
de pied dio'H (hospitaliser).
11 Octobre
Henry Kamirez, 1 an, l.h>mp
de Mai?. Bi'ure Lr dtgi de
la le et du dos.
Lise Pierre, 20 an?, Grand'-
Hue. Traumatisme ; (hospitalis)
Alpha Aurlus, 28 ans, Lalue.
Fracture mlartassienne.
Votre premire visite
1 A
L'HOTEL ANSONIA
Nous donnera raison, confirmera votre bon jnge-
nt, justifiera la co .fiance ue vous nous aurez accorde
nous garantissant votre appr iable pdronage. l'Htel
plus slect de Port-au-Prince.
Nous vous suggrons d'arrt m votie, chambre d'avance
Bire la pression.
Un autre grand gila avec un beau par'ant et chantant:
Jasmin Jianly, 18 ans, rue
S .Honor. Blessure pntrante
du bras dioi*.
Lamercie Tioforl, 35 ans, rue
Joseph Janvier. 15:esssure con-
tuse commissure externe il
droif. t
Dieudonn N( I1, 22 ans. Place
St-Louis. Contusion coude pied
gauche.
Che Crve-Cur, 30 ans, bas.
Pt u d.' Chose-. Blessure tran-
chante du coude et de l'avant
b as gauche ^ hospi'alise )
Toussaint Alexis, 28 ans, Grs
sier. Bilure du dos et des
nvembres suprieurs ( hospita-
lis ).
Mention
PROGRS NOUVEAU
RHLjM NOLVEAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL OtFIANT TOUTE CONCUHrtENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON
Ht
Lykes Brothers SS C lnc
Texas Hati Santo uomnrg->- Porto-Rico
Le seul service hebdomadaire et rguler passagers e
fret entie les ports du Golle du Texas directement avec
Port-au-Prince, flaiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de .'a LYKE
1NE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont"
Steamer Almeria Lykes 21 octobre 1932
S/S Genevive Lykes 28 octobre 1932
Steamer Buth Lykes i 4 novembre i
Bureau: Rue du Magasin de l'Etat, Boite Postale B
'UNE COLOMBIENNE )
Tlphone: N 2323
Le vapeur t Bolivfcr V'oy
10;'), venant de New-York el
des ports du Noid.est atten-
du ici, samedi le 22 courant
en loute le mme j
les porls du Sud.
Le manifeste de ce vapeu
reu par avion poste est a la
disposition des clients dans
nos bureaux sis angle des
mes du Quai et lh>)inas(Mj-
dloo (vis vis je la Douane)
i
Le vapeur i Baraco Voy
109, partira de New-York
le 19 octobre prochain; est at-
tendu i'ort-au-Prince le 2
octobre.
William E. BLEO.
HOTEL KARAM
bne confortable succursa-
le del Pace Holel, Kensr
jour pourl
: ce vapeur *^1^'
Pour la saison d't, ren-
dez-vous chez A. J. Karam,
Kenskofj, o vous seiei
servi souhait. Excellentes
conditions


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM