<%BANNER%>







PAGE 1

Clment Magloire lOfflELTOOfl 1358. REri AMEHK AINE 135S 1ELEPHONE N224 Certev, Il est, beau d'occuper la place dans les uv, de la touie, mais„on y est les trois quarts du temps en si pitre compagnie qu'il y a de quoi dgoter la dlicatesse d'un homme bien n. 26'me ANNEE N 7797 PORT-AU-PRlNCEftHAITI) JEUDI 13'OCTOBRE 1932 Autour de la Dette publique VIII Les Conseillers financiers \et nos intrts Nous avons trouv, exposions croire en la sincrit se dans le Rapport du (Iondu mobile exprim dans le seiller financier pour lexer* i Rapport sur l'exercice 192) cice 1925 1926, le mobile de j 192(5: il nous parait plutt un celle activit fivreuse dans aveu des excs commis dans l'achat de nos titres d'Etateo ( le service de la Dette et une march ouvert, et prenant ce lormule d'excuse leur gard, mobile pour ce qu'il vaut, C'est plus loin que nous ren nous avons montr la grande contrerons enfin les mobiles Idal Rhum ALIX ROY 30 annes de succs. ECHOS demain vendredi d'un journal politique sous la direction de M. Thos A. Vilmenay. Il s'dilera l'imprimerie Heraux et ttig" — Par le s/s Colicu . avanthier, est parti, ' destination de New-York, l'aviateur Lon Dsir Paris,premier lieutenant de la Garde d'Hati. Il est dmisdccption pour nous qui a que nous recherchons. Avant | sionnaire et est parti dgot, rpondu aux calculs et l'utcette rencontre, disons noire ses rves dune aviation" liaiten'.e du Conseiller linan sentiment dfinitif itir la d I tienne tant anantis. cier : il attendait la hausseet claration du Conseiller finan —On annonce la parution c'est la baisse qui est venue, cier relative aux G. 10.489. avec une perle pour le Trsor 092,10 de titres achets 93, de plus de 000 mille dollars, 83 avec les fonds du Trsor soil 3 millions de gourdes. en vertu de la loi du 3 aot t. Conseiller financier crai ; 1928, ,.voir que les verse| M I^S^*uS£SS^ _,ait que, un momenl donment en [fin*, hiU pour L^ tZiS^i *%S2& ni n, la ferme tenue de nos ti-,amortissement,donnerait am1 Ia | ennelure ,i e beaucoup Mtrs au pair ou au dessus ne j si aux titres dtenus par TEI coles. Les autorils s'meuvent rendit impossible! les adial8 tal une priorit de rembour (du danger que court ainsi l'inspour amortissements dans les sment qui ne pourrait se conditions au-dessous du pair faire qu'au dtriment de la prvues par les contrats; et masse des porteurs. (La MA c'est pourquoi il a prcipit T IN du 3 octobre.) les paiements et (pie, taule de ) Nous ne ferons dispo 1er ci . , im|)()rl ^ Ce,)e i ,(la ; l *• fe* 0 1 nislres anglais et Lanais. Conseiller | —(j n va construire aux Etalsafiectait tous les soides de i nuancier nous lance sur le Unis le plus grand pont du crdits disponibles, puis le j march ouvert des titres, monde sur la baie de San Franperle de vue; il achte le plus cisco. Il aura l milles et demie qu'il faut pour amortir. Troude long et cotera 70 millions vaut que ce n'est pas assez de dollars. 12,000 hommes sed'amorlir par anticipation, il I ont envoys aux travaux, achte des titres avec les dis— Aux Cayes, l'ouverture M ponibilils du Trsor en expliquant que c'est pour le cas o la hausse des titres viendrait rendre impossibles les achats pour amortissemenl,— auquel cas, alors, on versera pour amortissements les titres achets. Cet traction publique. — La confrence projete entre les quatre principales puissances sur l'galit d'armements l 'paiements et (lue, taule de I Nous ne ferons pas l'injure I rclame par l'Allemagne ayant isionib.ts pour les prcipi nos lecteurs de douter qu'ils • **** .f**. l opposition de la encore „U s, i. a lai voir, aient bien saisi la sitnaU; f !" ? ^fff^nm^ aprs la loi du 11 min 192(> il importe cependant df doiif nous avons parl et qui | la considrer. Le Corn afiectait tous les soides de [financier nous lances solde mme de l'emprunt A, des achats dmesurs de titres, il a fait voler, disonsnous, moins de deux mois aprs, le 3 aot 1926, celte autre loi qui, une fois pour toutes cl comme pour n'avoir plus y revenir, a autoris le secrtaire d Etat des finances — lisez le receveur gnral — employer toules les valeurs en espces disponibles du Trsor a l'achat des titres de a Delte. Avec celte dernire emploi ventuel est expressoi. plus de tin dans les en J ment prvu l'article 2 del .' *. i-.. i. rt_s_ IIAI ,1,I 'J .il 1U)K /l ,1m,.' I,. 1 loi es assises criminelles aura lieu le 7 novembre prochain. — Les travaux de rfection du wharf des Cayes (pie dirigeait l'ingnieur Cauvin sont achevs.C'est maintenant un lieu d'agrables promenades poulies gentilles cayennea. — On rclame de la D.G.T.P. la rparation de la roule qui conduit de Cavaillon la baie des Flaminands. Ce dernier enc'est l'absolue discrtion du [financier quia suivi ces Conseiller financier sur les ^ch ils de titres, fonds du Trsor public. j Et voil qu'aujourd'hui, Si ce fonctionnaire tait si njnon pas parce que les titres ont cre dans sa crainte de voir/atteint ni dpass le pair, mais, vois de fonds aux Etals-Unis I loi du 3 aot 16 et dans .lej S^iPiTrembarc^leT'de cT pour le service de la Dette, et (Rapport annueUlui Conseiller ^0^0?^?^ ^ es^. dier ses campches, abondantes dans la rgion, faute d'un port de mer oud'une bonne route y conduisant. — Avant-hier aprs midi, heures, le grand avion de 44 passagers de la Pan American Airways, annonc et attendu, a amerri et accost le wharf de la compagnie. Une foule consid rable s'tait masse pour assister son arrive. Ou fut admis par groupe le visiter. Sa dimension et son amnagement rirent l'admiration du public merveill. Compliments la Pan American Airways. — Avons revu avec plaisir A li rdaction du Matin noire excellent collaborateur Abel La croix, l'intelligent homme d'afla hausse de ces effets se ra liser dans une mesure susceptible de contrarier les amortissements futurs tels qu'ils sont prvus dans les pource t objet,— le Conseiller ficontrats, comment ne s'taitinancier oeu importe d'ailraisons plus imprieuses encore parce que nous n'en pouvons plus et que les titres ont perdu le tiers de leur valeur et ne peuvent tre utilises au pair que peu importe il pas aperu que, par le m-Jf eur8 q Ue ce ne soit pas le mcanisme mme de la loi de | me vient nous dire que nous l'oftre et de la demande, les (ne pouvons pas les verser dans tron trnuentes interventions le fonds d'amortissement parce I... T i_i „.,„ l'Anatil livrai IIP IPS flC(-(M)de l'Etat sur le march coin me acheteur taient faites prcisment pour favoriser cette hausse? Et puis, une hausse jusqu'au niveau du pair, plus forte raison au-dessus, serait-elle ce point consque l'Agent fiscal ne les accep terail pas comme tels au lieu d'espces, cela constituant ainsi un avantage illicite en faveur des titres dtenus par le Gouvernement Mme si nous voulons concder ee point de vue du contante et durable, en dehors se i|| e r financier actuel, que ne des lois du march, que l'Etat jpeut-ll tre permis de penser pourrait se trouver bloqu l'gard d'une telle contradiction dans le service de sa Dette? avec son prdcesseur sur des Pourciuoi donc ce joueur intrts si graves, dont le resulpnurie pour notre Budget et Jfaires des Gonaves. Il passe • -i ;,,„.,;. perte pour le Trsor, un tat de hausse et ne s est-il jamais I £ nQ[re Budget e dit.danslerdeurdeses achats, J ne dpression conomique quesi.au ouitraire, c'tait la baisse, ce srail laire perdre l'Etat hatien beaucoup d'argent en avant ainsi achet — en oue d'chances anticipes trs cher des titres devenus dprcis qu'il aurait pu, en leur temps, acheter beaucoup meilleur march et en encombrant notre Trsor, en lieu et place d'espces sonnantes, de litres qui devaient tre plus tard diminus du tiers de leur valeur nominale? Le sens particulirement se qui a toujours caractris les citoyens des ElatsUnis envoys ici comme conseillers tuiancieri est trop connu pour que nous puis* dont vraisemblablement nous n'avons pas encore connu quelques jours la Capitale o ses nombreux amis lui font fte. — La langue de Shakespeare est-elle devenue officielle en Hali ? Nous nous sommes laisss dire que M. (anol, le nouveau Directeur Provisoire de Damiens, a t accueilli, son grand ahurissement, par deux speechs en anglais, perptrs E ar deux chefs de service, alliens. Dplus en plus fort Que se mijole-t-il dans **x*„ vu* jurar se prtendent informs am en* cent que I Excutif envisage une convocation dos Chambres, l'extraordinaire. — L'ancien dput du L mb .1. B. Cinas publiera bientt un recueil dp dix sept nouvelles sous le litre : Les Ailes de la Vie. Le talent de fauteur lait augurer de belles minutes pour les lettrs. — Il nous revient que dans le Nord bananiers, palales.m.iniocs sont attaqus par des microbes. On souhaite que notre service d'insecloiogie agricole intervienne pour prolger la rcolle. — Il se dit que l'Amricain Harker,nomm rcemment chef de l'Extension Agricole du S. N P.A. .aurait dmissionn,parce qu'on voudrait faire entrer dans son service des collaborateurs peu qualifis, selon lui, dans l'ordre de la comptence. — MrGeorges Petit, directeur du journal Le Peuple,en prison depuis un mois pour dlit de presse, a t libr. Coinpli-. ments au confrre. — Mardi soir, Mr Flix Thomas a port, au bras, un eoup de manchette une jeune femme. La victime a t transporte I Hpital Gnral, l'agresseur conduit au Pnitencier National. — Les Etats-Unis, sur la suggestion Ju Snateur Borah, envisagent la possibilit de reprendre les relations diplomatiques avec la Russie Sovitique, •— L'exil Dominica n, le G nl Ariza.qui vivait au Cap-Haitien, a prfr se rendre aux Iles Turques plutt que de se conformer la dcision du Gouvernement Haitien qui lui assignait Jrmie comme ville de rsidence. — La victoire du Gouvernement Brsilien sur les rebelles a dtermin une baisse du caf sur les marchs trangers. Naturellement, cette baisse a sa rpercussion chez nous. Si l'on en croit les dernires nouvelles de source prive, cela va recommencer au Brsil — Les producteurs n'ont donc qu' prendre patience. — D'aprs les avis qui nous parviennent, l'opinion publique espre (pie le Prsident de l'U. S S IL, Mr Alphonse llenriquez, rendra son appareil de baskett bail au Club Fminin de VoIIevBall. — Noire confrre Car m Uni Hissainthe, directeur des Annales Capoises , a t nomm Sous-Inspecteur des Ecoles de la circonscription scolaire du Ca p-Haitien. — Samedi dernier, la foudre est tombe quelques pas de la maison du charmant commerant Charles Eslve. Heureusement qu'on en a t, dans la rgion, quitte pour la peur, la foudre n'ayant brid qu'un cocotier. Compliments l'aimable rescap et sa famille. fond Et peut-il tre dsormais Ppordre politique ? Des gens qui admissible que, pour tout ce qui | concerne notre Budget, nos fiV % %  %  nances, notre conomie, notre T Gouvernement continue de s'en remettre totalement au fonctionnaire amricain, alors que nous confrontons prcisment une situation qui tiouve frAu moins sur la question de la Dette publique, en attendant de le pouvoir pour toutes les autres, tenant aux finances publiques, le Gouvernement dcemment les intrts amrivrait envisager une nolitiqu Sains nettement opposs aux nnouvelle base sur un rglement ldl ,, , rr J gnral des comptes, la liquidaIres (. ) I ,j on jgg nilhodes du pass, un | quilibre entre les intrts du ( 1 ) On peut lire au piotco|e B p. lVS gmix des porteurs el une du trait du septembre :c Le (.oul x '. tll( j, M1 ,; es contrats de;n ment/ ia'Mit destitreiTen question) avait prside leur tablissent autre proprit publique, saut mcn t, en 1922. entente pralable avec le Reffi** (A ^ > tant fiscal, %  v % Je soussign, Emmanuel Coustant, placier de la Loterie Nationale d'Hati, donne avis tous ceux qui n'ont pas en core pay les billets que je leur ai vendus qu'un dlai moral jusqu'au 15 octobre leur est accord pour ^le taire. Aprs cette date, leurs noms Seront publis daol tous les journaux de la capitale. Port-an-Prince, le 11 octobre 1932. Em. O INSTANT *mVis important Coqucv tu tout p v.uc Nale et dirige*paiMme Mare BERTET. II y a Vingt-cinq ans LE MATIN, 13 Octobre l!X)7. MONSIEUR MARCEAU LECORPS / Dans le premier Port-auPrince d'avant-hier jeudi, intitul Elude sur le'Temprament Hatien >:. se trouve con cernant noire evcellent con frre isarceau Lecorps, des VARITS un passage qui a t l'ien tort, diversement com menteApprciant la faon dont ^|| Letorps a envisag rVs questions socia les sol e r i e s par le MATIN, notre rdacteur a pens que les qnwcs problmes qui s'agitent actuellement n'ont pas t traits pai noire confrre assez fond et Selon leur importante En disant qiiavec quelque peu d inconscience, la remarquable re nue capoise avait abord tes Questions du jour, c'tait seulement celte pense que, de bonne foi, nous exprimions. Si cependant des quivoques malheureuses s,' sont d dessein (ornes p o u r travestir nos ides, est-il ncessaire de renouveler d notre confrre toute notre estime pour son be tu talent el toute notre gratitude pour r hommage publie que spontanment il rendit au MATIN? Ce sont les sentiments qui nous empcheraient, certes, de froisser, en aucune ta m, la susceptibilit de .\ir LeCOTpS el celle de ses distingus collaborateurs. ... voit que les promoteurs da combat l'apacito el Icochea, dam les poids respectifs qu'ils Ion m nt des deux DOS' urs, fixent quatre livres l'excs de poids d'I-pches. On* voudrait savoir qui ;i sign le proc3>verbal du petafo, puisque visiblemeut Icorhea est un poids loard, et fonacito un poids moyen. Si les deux boxeurs ne sont pas de U mme classe, le devoir de la police est de s'opposer la rencontre. En tout cas, le public ne doit pas eire induit en erreur, et il convient, pour quil ne risque pas stupidement son argent, qu'il soit exactement lix sur le poids des h xeurs qui vont s'atlronler, dimanche. Autrement, c'est du chiqu. PORQUOI SUIS-JE TOUJOURS SEULE? —TT~n F Bac-Fin. ... voit que la mode s'est la* bile dans nos Dpartements Ministriels de djeuner sur le pouce. A une htnr dtermine. Il marchand de ptes et le marchand de ligues, impatiemment attendue,se pij>nlent" la porle du bureau. Ee local est alors dsert en chœur. Employs et employes s'empressent autour >les paniers. On lait parlois assaut de galanterie,'et chacun choisit lu dactylo .Jqui il lui plat de payer a^ djeuner. Quelquefois, les rles sont renverss e' un apprenti gigolo se lui payer manger par quelque jeune demoiselle au grand cœur. Les mchoirei entrent alors en action. El quand c'est li i, naturellement, on a soif et l'on lait grappe autour de la tontaine gsce du Ministre. C'est charmant tout plein. • ...voit que l'Usine-glace continue dbiter la crme domicile. Heureux pays, o l'indigne est accul au dsespoir, pour permettre l'tranger d'arrondir son magotIN'on I ce scandale rvoltant, qui de droit peul-ii plus long'eraps le telrer sans paratre le prolger? ... voit que mrne dans les dancings, on s'expose lie tois comme un goejat, ds qu'en se permet d'oiliir une pamjnole de se risquer a un verre de la bire que vous savez. C'est de la bire pour ngres, vous jclle-t-on au noz, les Amricains, gens prudents, en consommei t rarement. ... a vn, sur la route de Plionville, nn automobiliste sans doute en goguette qui gardait obstinment la gauche, empchant les autres voitures de laisser. La prochaine lois, noua %  ftichtrons le numio en deu i"diiMt la police d prendre des laoclio s. • ... vi', liaitiana, un distini Hmdecin de nos amis qui, ayant sans doute du vague l'me, crut qu'il y avait une chaise l'endroit o il pi., ut ce (jue Ronmer appelle si co cassement son boumba charg de victuailles. Le cher Docteur ne rencontra que du vide, per j dit l'quilibre. On eut le bo i esprit de ne pas rire dans I i salle, trop longtemps, de la ni saventure. • • ... voi que dans le Dpartemi* du Nord, on n'a que deux idoi II ROYAL MAIL UNES h steamer slranaa venan Londres via Kingston i ici I • 21 ro'irant r n roote : l'Europe prenant du I'he Hoyai bail t.,,, L||. B1 .Agent gnral : les: N n.i Chr slonhe et le. Heu pNil eiat. > .dressi r ai buiean di Journal.



PAGE 1

PAGE2 LE MATiN 13 (. 'obre 1KW • • -:f> Autour du Cinma Que fait-on le soir Port-au-Prince .Voil une question que ne peut s'empcher de se poser le promeneur qui s'attarde -.1,! peu le soir dans le* rue; de ii Capitale. Neui heures. C* u>e solitude qui vous eflraie parfoi*. Toutes les portes sont closes, des chiens aboient dans le lointain, une auto occupe par quelques jeunes gens en qute d'aventures, lorapt pendant quelques rai nules cette solitude. Bientt Loterie Nationale doute que,quelle que soit l'en1 il •, le prti de ce lit m n'en uts couvert. Une deuxime reprsentation est annonce, le nombre des spectateurs tombe 100. Maintenaut.ceux qui vont ce g^nr^ de spectacle,—une petite minorit,— exigent, et cela s'explique, I qu'il ne leur soit pas Lit l'obligation de voir un tilra 3 ou 4 fois. Il est triste quand mme de constater la mentalit de no tre milieu, o l'on semble il est onze heures... Minuit.. Les pas des car les de service j malgr toutes nos .grandes seuls rsonnent sur le ma | dclarations de civilises, mpriser les progrs de la cmseuls rsonnent cadarn. Si on^n'est pas dans les rues, on doit tre au cinmi ? Vous passez par l. Pour peu que cette saine dis tractiondu leste trs Ini tructive—vous ait attir quel que lois, vous constate/que ce sont toujours les mmes ttes ' dire q.ie c'est le seul passe temps'des soires de ce grand Port-au-Prince, part, bien entendu, les cafs I On n'a miiuienant qu'une seule salle de cinmi dans cette ville de plus de 100,000 habitants, et en cherchant a se rendre bien compte, 00. peut dire, en exagrant de| beaucoup, qu'il n'y a qu'une; moyenne de 250 300 personnes qui se passionnent pour l'cran. Vous en parlez dans les cercles vos amis ; on vous rfute que le prix d'enfre est trop lev. Ce raisonnement, tout en tant exact.est sujet commentaires, et voil pourquoi. Quand les 250 300 per. sonnes qui vont au cinma ont vu un film, il est hors de de ce peuple isation. [Le cinma—parlant rvolutionne en ce moment le moule entier, l'uldy, malgr les pertes normes qu'elle a s ibies tout rcemment dans l'incendie de Parisiana, s install, par des efforts admirables, an parlant Haltiana et offre au public les productions les plus apprcies des grandes villes europennes. Mme parcurlosit.pour avoir une ide du parlant.au moins les deix fiers de Port-auPrince auraient d pouvoir l'euteodre. Mais non! Que ce Soit un film muet ou un parlant, c'est toujours le mme public. Au lieu de s'instruire et terminer ses jours ncei par une ou deux heures de bonne distraction,en changeant d'ides, en oubliant un peu les petites misres"de celte existence, l'on se comprit plutt dans les tripotages mondains et politiques Et c'est ainsi que les plus belles Intentions, les lus nobles ides, les plus beaux lms meurent dans ce pays p,if l'indiffrence et l'apathie Les journaux de Berlin rapportent le cas d'un dgnr.fils d'alcooliques, frapp d'amnsie si complte, qu'H ne se rappelle mme plus son nom. Ce simple prsente i elle particularit nIra un chronomtre, et de ne jamais, de jour ou de nuit, se h omper sur I heure qu'il est. On si-demande si c'est l l'ait dedouble vue, ou d'observation canalise, |usqa' en devenir infaillible et mcanique. Dans tous les cas, voila un idiot que Ton gagnerait consulter, sur le numro gagnant, la veille des tirages de la Loterie Nationale. Topos humides t SERVICE NATIONAL D'HYGINE.r—andaWes ET D'ASSISTANCE PUBLIQUE "" V5 Section de l^finseiyne ment et de la Propagande. J'ORT-AU -PRINCE ( Hati ) Les vlements pour les ceux lires il i vgtaux. Leurs libres nt tilt ni et absorbent mieux l'humidit de l'air. Niais labloi p'ion de la chaleur pur les lis; us dpend plus de leur n ance que de leur texlire ; el ce pouvoir d'absorption Calorifique s'accroil progressivement avec les couleurs les questions ( ha1)h i ;d y^ eufin t, la mode et l'eti\ u |C Les vlements amples, lgers, de nuance blanche, telle dviait tre la rgie dans l'habillement des Hatiens Une bonne E aubaine Dans billeraen quelle jouent souvent un rle contraire aux lois de la sant. L'on se vt pour se dfendre conre la elnkur ou le Iroid, contre les poussires, le contact parfois malsain des objets, contre la pluie, le vent, etc.etn.m pour se parer d'attr.buts plus >.u moins agrables ou grotesques. Entre la peau et les \ lments circule un courant d'air lnralement plus Irais que a temprature du ca sue travers les mailles du linge. Mais la superposition de pluSieurs vtements mme trs minces multiple les couches d'air interposes et en augmente considrablement la ^ ^ temprature. Les vtements I %  de dessous ne sont dune pis \/"\l!/lo indispensables dans les pays' l^L lvlO I H-IU chauds. toariagesR I E e do La peau respire et ab. orbe* Sai'u'Jrur de Tnrgean eu Le vtement qui la recouvre t ra lieu le samedi 2."> uetobitdoit tre ample, lger et per' courant, H heures du soir, crmonie religieuse du Nielle Marie La,u<.iaiciucu. K .u ...... •,".„, prodllCtlO temprature du corps, \ Un i/( u use de lvaporation de la/ ; |x eicep ii ( leur et de l'air renouvel %  GOURDES OU Dimanche soir TaldY, oltre une occasion unique au public. HATIAN.V reprendra la sup< i production parlante %Le \>ystn de h \illa Rose* an jnnel de Di;u\ Que personne ne rate cette occasion d'entendre la belle voix du brillant in'i'ur Lon Mathot, qui.dans •Monte CristoifS conquis tout Port-au-Prince. mabie.pour ne ps's en gner 1 la les fonctions ni les mouvemariage de ments du corps. H doit au contraire faciliter le rythme raque avec M. William Pape. Meilleurs 4 Jcom pli ments au de la poitrine dans 1' cte de distingu., couple. la lespiralion, ainsi que le— Le samedi 25 Vaporatiou de la M' sueur, octobre la sera clbr en l'Eglise du sortie de l'acide carbonique, | Mle le renouvellement J*l'an elc. I de Me Si-Nicolas^, le le Cllie Mose M A. Blanchel crit M. Donald R, Heath, charg d'affaires a. i. des EtaU-UnisurMon gouvernement pense qu'il y s toiijouri moyen de recoudre ce que les circonstances oui pu avoir quelque peu dchir... Ceci n'est pas seulement de la littrature.comme Inclinerait le penser quelque lecteur bnvole. I' y a dans ec membre de phrase une profonde pense politique que noire ministre des relations extrieures a lgamm ni exprime. El an peu de philosophie aussi. Le vritable homme d'Etat d'ailleurs n'est-il pas un peu philosophe .' Comment pourrait-il survivre aux checs, s'il ne J'tait pas la d plomate peut avoir laide dcisive du RHUM SARTHE|CACHET D'OU qui domine el commande toutes les circonstances. "m sa BS SW—— S—SIw DEPARTEMENT 00 COMMERCE Communiqu Le Dpartement du Commerce a l'avantage de porter la connaissance des acheteurs et.veudeurs de denres, en gnral, et notamment de Cd.que Us cours commun l'ort-au Prmee, In Rpublique .' Or, recoudre, c'est lu lclie de plomalie, d'autant qu'ici le diLe Roi Wirkus Paris —00— Mon cher Directe ir, Il ne mauquait que cela \|ns Scabro k, c'est le lieuiMtnt amricain Faus'in Wirkus qui est ail.; chercher la clbrit Paris et nous mettre sur la sellette avec son livre sur LaGonve. E i ellet, voici c un ment le dernier bulletin de la S cit de Gographie de France a, sous la signature de Jean Pares, annonc l'ouvrage: Le roi blanc de La Gonve Le Culte du Vaudou en halti 1915-1920. Souvenirs errils en collaboration avec 'laney U.i* dieu Prface de William B. Seabrock. Ce livre donne le rcil d -. BV< attire u un lusiil m .'i i arniicaiu en Hati iii ISM5l929 L'auteur eip qu< comment il devint roi de la petite i!e de L%Gonve situe iMi lare de capitale do •nienne. Grand habituais, gros ngres, sont les a pp.' l< i ms qui dsignent l'lite du pays. Les Socits Congo soni des groupements socialistes qui permettent rexploitanou en commun des lorrains coucds ans citoyens. Le culte du Vaudou est un ensemble de rites combins des croy ti' ces an'estrales des ngrei d'Afrique, bases sur les ncrific*" I l'.imjux, et mne d'tres humains, avec les ma-J attestation* du Christianisme cllSC ses dbuts. Gin-Taldy Vv^civ.som L'i be"e confilie : 10 3,000 francs i ar mo'.s %  VfNico'ss Kol n Ch-reVa el et VHleleinGuit y Enitc 0 50 ; Kslrrn : 1 00 II. NYA PAS DE MEILLEURE PROTECTION POUR LA SANT Qb'e: LE NETTOYAGE ANTISEPTIQUE DU LIFEBUOY. LIFEBUOY Lh SAVO Db L/i SAMli PiiL'R MAI.NS, FIGURES LT H.UNS. & LAURIN, Rue lVnx e" '. O. BOX V |) stributws du Centre,Portas u-Prince. LA MMSON Vicnl de recevoir les Cigarettes de la Rgie Frans Ethnographes et gographes li on ce livre avec intrt. Voil do • no're pays perdu, une l)i. de plus, aux yeux du monde, par leVauques aux populations de l'ont 1 dou I... D'au-uns (liront peutVENTE PAR CONVENTION SPCIALE cats poursuivants ou Matre Louis Michaud, notaire dposi'aire du cahier des charges, Port aa-Prince, le 11 Octobre 1932. t qu' litre paiementdocu /unitaire et ce, eu vue d'viter toute spculation prjndiciable aux in'its des masses rurales. Ces qnolatioos ne COns i tuent donc nullement une Qia i in de prix et ia conomi |ue de l'olre et de la d unaude reste, en d li ni tive, la seule rgulatrice des piix. l'orl-au l rince, le 11 octobre 19.2 tre que nous ne pouvons rien contre. D'accord !.. Si j bien entendu nous ne pou^ vions nous dfendre, par de 1-JlllllWilHl iW En faveur DE Louis Callard Hier aprs midi, 4 heures et demie, Mr Stnio Vincent, Prsident de la Rpublique, a Dons livres crits pas des a auteurs hatiens qualifis e oi | publis aux trais de lEtat, (i l'Etranger, dans un bit unique de propagande, comme procde du reste tout pays qui veut se laire rei ecier! Il est vraiment triste de noter que tons les ell )rts I dis, par des Hatiens, en vue de la [prsentation d'tlalti l'Est* rieur, n'ont jamais reu le (concours de l'Etat, ds l'instant que ces Hatiens ne sont \ pas ce qu'on appelle mesqui nement les hommes du manche. Pour ma pot, j'eu sais trs long et il y a lo gtemps (lue j'ai p< 18 le deuil d'une dfense habile et mthodique d'Hati en Fraude el en Aine! riqne notamment. J'en ai ie mme pour la honte de ne pas pouvoir laire bnficier le pays d'avantages excepEu vertu de la gro se en torme excutoire d'une obli& itioa hypothcaire p isse au rapport le M'' M'ri :-Joseph Mirc-Oriol et 'O' collgue, rt-au-P uice, en || t sept i ml mil 1 1 gt-sept, en rgi sI / ^S) CM. VICIIAU) et F. RiGAUD, avocats. lie a 'i %  -:n re i au Palais Nation', MM. Ciur les Mor.tvia, Directeur du TEMPS, Marceau Dsinor, H daetenr en chei du NOUVELLISTE, Lon Laleau, Directeur de HATI-JOURNAL, Clment Mag'oire, directeur du MATIN, lionnels.En attendant,un vulqui avaient t solliciter une gaire lieutenant amricain in's.ire de clmence du Chel de qui a vcu quelque temps l'Etal en laveur de leur conLa Gonve, o moi j'ai pusse Irre Louis Callard, Directeur tr>lis aQS ^ a j a t., Cll || et Its du PAYS, condamn un an mosens de qualilier les gens d emprisonnement pour dlit de ( de ^j^ du de //(J pusse— Rception des plus . r J „„ ,„-,,„ cordiales. \ b ltant %  { de nous orsenter Les journalistes ont pris con1 <-*me # tant des ftichistes, gde S. Exe. le Hisident de la v %  ludouissantetanthropophaHpublique avec la conviction ges certaines heures 1 tTvan 1 ,' ll m ande n aura 1,as j Esprant que ce coup d* Nous prsentons nos remer; louel Produira son ellet. f cia n ol %  anticips au Prsident i demeure, m >n cher Direc Vincent. tei,r votre bien dvoue, notaires P date du vi i neuf cent vi tre et sig mandement ; Il sera p ocd, le mardi que t'oi (< mptera dix huit Octobre de la prs mte aune, dix heures du matin, en lude et par le ministre de M'" Lou s Michaud, notaire J public Port-au-Prince, la vente au plus offrant et dernier enchrisseur d'une proprit, fonds et btisses, sise en cette ville, consistant en une portion d'immeuble sis la rue du Rservoir, au BelAir, ainsi que les deux chambres construites dessus, de la contenance de vinift-qualre pieds trois pouces de laade, sur la rue du Rservoir; NOUVEAUX ALAMBICS pour DISTILLER k BECTIFIEH Los EAUX-DE-VIE, ^f RHUMS, ALCOOLS, 6t0. ^DEROY FILS AN 1 CONB rmx IKI; J5 76, rut du J.".?i1trt,/* PARia A GUIDE PRATIQUE dn ouuiiitr *K*OX-~ VIE. rsSENCES te. MANUEL da Ff>.-lent dr^ 8D0MS tt TARIF ILLUSTRE dres-.f! fruM. Le Secret de la Sant SELS DE MONTECATINl Aujourd'hui plus que jamais vous devez penser la Sant inarwigc te j Les tissus de confection Mr Molire Riehardsou, emj sont d'origine an-mate ou v-1 ploy au Service d'hygine j gtale ; soie, laine roeovrt, ( tt d'Assistance publique, lin, coton, pite, etc. Les plus t McilU'Uis compliments. ACCESSOIRES POUR AUTOS Nous vendons des pices neuves et de deuxime main pour toutes sortes d'automobiles; s':ulresser KNKMRS GARAGE Phone 28 18 et 2234, %  :" !n g!ggg '!!ig^eg! i i! ."_ i 4 REVUES AMERICAINES Abonnements aux Revue Magazines Amricaines. En .\ente KNEEIVS GARAGE Le professeur, Luc DORSINVILLE. rrteziaToux $fs Rapidement 01 cette Faon '-^ Frictionnez Vicks Q sur la poitrine et 7^, la gorge; appliquez librement. V JCKS Pour Tout Retr Le professeur Paul CaSCi'ani, dirocieur de l'institut d'idologie de l'uuiversit d Rome, afHme que l'usage des sels ri Montecatini a. viujjt-qnalre pieds trois pou non seulement une trs gran ces au cot oppos, l'ouest; de valeur curative dans les sur une profondeur de vingt* ca s d'ictre et de constipadeux p'eds dix pouces cha tion, mais encore — mais eu n des cts nord et sud; le surtout — une remarquable tout born, savoir: Au nord valeur prventive. Les sel* par Iris St.-Surin; au sud par de Montecatini sont un laxale reste de la proprit de la tif salutaire. Si votre orgaveuve Ulysse Calixte; l'est nisme n'accomplit pas norpar la dite rue du Rservoir; ; malemeot la fonction de l'et l'ouest par les hritiers voenatiou des selles, les cures Deshommes Lalontaut, sui-ide Montecatini se chargeut vaut procs-verhjl d'arpen' %  ''e laver compltement votre t;i(>e de Lonce Vital, eu date intestin et de le librer des du viugt-trois juillet mi' neuf cent dix-neul, emegistr; Sur la mise prix de mille] quatre cent cinquante %  huit gourdes, outre les charges de l'enchre cy... G. 1 48.00 A la requte de Monsieur Edmond Ujean, propritaire, demeurant et domicili Port-au-Prince, ayant pour! avocats M" Christian Michaud et Krangenl Rigaud.avec lec-' lia i de dmiiicile eu leur cabiuei ; Contre la dame Desgr.'c Saint-Vil, propritaire, demeuraut et domicilie Portu-Prince. l'our plus amples reuseignements, s'adresser aux avo poisons qui s'y dveloppent. A vendre ,i /.. PASGSL W'I i l L0, i Grand'Rue. le SANT JEUN Facilement et discriMenient par GLANDOPHILE des Lab. ORMOS PARIS 3 Notice Gratuite et Vente chei F. SJOUHN W. BUCH, Por(-au-Pru*t et autre Uoniiet Pharmacie i Bonne occasion A vendre un Saxophone aiw neul avec tui. Prix raisonnable. rbaucoun *. Dont la rAOmme esl universelle c gard sa premire place Deinan les oartout : UN BARUANCOURT Dpfi; Rue^des^Csars.



PAGE 1

LE 13 Odobre 1W PGh53 Dimanche, 16 octobre 1932" 4hs.p.m.au Parc-Leconte PAPACITO le Dominicain contre ICOCHEA le Bourreau Enfiu ! I Le marnent ta ut attendu est arriv HSMOM quelques heures, el la formidable lutto auit lieu Papacito, le colosse dominicain, sera lace Nceave* le Bourreau Icochea. Qui va gagner, dans le choc de ces Jeux .'nastoJou.es ? L est la question que toutes les brjchei se nos-nt I Ces^.deux athltes sont actuellement les plus i.rn 0 laols boxeurs de l'Anu-nque du Sud et de* VnlilfeiM saDS nul doule. c'est la premire [ois que n 1 ., aarom pjvi casion d'assister un spectacle semblable. Le i Bourreau a balay littralement tousses adversailesdaus le Sud. Papacito. lui, est le roi des Antilles dta catgorie lourde. J.Nalii nous a procur Icochea, qui s'eU dnss devint le Dominicain ! Les deux ho.nmes brYiIpnt d'i apatitty. Il Usur farde de mettra les gants pour ta jeter Tua sur l'autre, les dents s- ft du 15 octobre courant dans la halle o se irovait prcdemment le i Capitulea re de l*Epiceiie Dereix, t.iand-Kue. Port au -Priucc.le 7 octobre 1932 *m Ce livre jvous est indispensable nnn ,r f t lr,A ~~~*' • 1 i en gnral que le Dpt d pour votre pratique oumahere ouM DlvriLLER,E * !" <** r*/Mt~ *>^A sera transfr partir do pour prparer votre examen : i remiers lments dAqiicullurc PARIE D 1 Franois Dalenetnir VOUS Y TROUVEREZ L'ESSENTIEL DE ITOICUIORE HATIENNE ET TOUTES LFS MATIERES FIXEES POM LUIEN 0'AOHfSSIGH PAR LE MINISTERE DE LAGRICUL1URE. Prix : 2 gourdes, %  Avis %  •• %  uiu n-s:. %  *n\^K. Les billets du 20me tirage de la Loterie Nationale d'Hati seront mis en circulation le samedi 15 oe'obre en cour'-. Pot t-au-Prince, le 11 oc. 1932. La Direction &f uviewiai 1 -wm %  w^m, sj — LE FAIT EST INCONTESTABLE ^fcjfc" HL;/, N'OUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT TOUR A TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville 1600 pieds d'altitude L'tablissement le plus Irais des ec virc-Ds de port ar -Prince. Seulement 15 Alioules d'auto sur une excellente roule asphalte. Vues merveilleuses de la ville et Ju j.ort. Boissons de toutes espces. L'ANTIDOTE CONTRE LE PI OE LA GASOL NE Les propritaires et chauffeurs d'autos peuvent se mo qner de l'augmentation du prix de la Gasoline en instal-j tant on conomiseur iWhirl-j wind leur carburateur, SUCCS GARANTI S'adresser au : GARAGE NATIONAL C'est la quintessence des meilleures I varioles de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! mm wowrtcri v ...nuniUL \rant;einents pat ticnlit-rs pour les pensions roeledu.II Mlempli j .-. egeu me nl pour les Crmes glaces et cbnu Us, el les desserts de tontes s. : es. bn vente AU BON MARCHE Et dans toutes les bonnes piceries tant Foiiau-Piince aue dans loules les \ villes de 1a hrovince.



PAGE 1

Jeudi 13 Octobre 1932 Le Mali port-an Prince Tlphone : 2242 4 PAGES LAITERIE BAILEY vraison nrop-e. hvj^niq.i-.en non|ill"s h r mr-t cacheles. I abri de toute Ws.fnat.on. "ransport toit en r"rigral-.irs a roues N 1313. GrandBue. Port au Prmre. Les avantages qu'offre la Cuisine > ; ect iquc HOTPOINT sont maintenant connus de Grand Htel de France lout le monde. P P PATRIZI, propritaire Pour vous en convaincre, Cet tablissement se revisitez noire salle dexpocommande par un service ^ on jv+lainu* irrprochable, un restau<^W-£*^ La Magnsie ERBA EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCHE COHUE REGULATEUR DES FONCTIONS GASTRinUES ET INTESTINALES. A. de Matteis & G 0 AGENTS POUR HATI \ranl de premier ordre, des chambres confortables et ares ; un Bai o les consommations sont varies et des marques les plus rputes. Tlphone : 2341. CE QUI N'A JAMAIS ETE FAIT CE OUI NE PEUT ETRE DEPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Vente PHARMACIE F. SEJOURNE Angle des rues houxet du Centre. j^Mrtlfc fn "* -** ***Panama Railroad Steamship Line, Aqenls aux principaux ports d'Europe G. W. SULLDON &.Co, Ltd. 17, James Street, LlVERPOOL, ENGLAND. MORY & Company, Atlantic Freighling LOrp, Div. 155, Boulevard de S.rasbourg. Havre, Fiance. MORY & COMPANY, Atlantic Freighting t.orp. Div. 3, Rue St Vincent de Faut. Paris, Fiance. Ilernu Pcrju & Stockwell, Boite Postale: 78, Havre, .France. England Ci. W.SHF.LDON &C, Ltd.. Fenton House, 112/113 Fenchurch Street, LondonE..C. 3, Knglaud. France MORY & Compaiy. Atlantic freighting Corp. Div. 74, Quai des Chartions, Bordeaux, France. MORY & COMPANY, Atlantic Feighting Corp. Div. 7, Rue de la Kpublique, Marseille, France.;; Gellatly HANKEY & Co, 21, Rue de la Rpublique Marseille, a France. Sauvez vcs livies et con lections en m invais tat cl les confiant ; j relieur cons ciencieux, honnte et habile ETIENNE CAMILLE, Rue Bonna Foi | Voulez-vous Russir dans vos tudes uo taire russir vos esiants.grtce une mthode d'enseignement classique excellente? VOULEZ VOUS Une protession aprs 6 9 mois d tudes srieuses (St no-Dactylo. Langues virante Comp'abilit)' Songez que l'Institut TIP PENHAUER se recommande 'et s'impose voire attentiou par les brillants rsultats d j obtenus. 1537Rue Lamarre. Tlphone 2891. Atlantic Freighting Corp., %  i,. i 11 ...Lui,, 1 i.i Germany Holland AU.nUcF.eighung.Corp. 1&&TSS&3?' P. 0. Box. 1069, Rotterdam, Uollai d. Denmark E.A. Bendix and Compan), ; t Copenhageu, Denmark. Belgium Atlantic Freighting Corp., ('/() Steinmann and Coj 4, Quai Jordaens, Dtwerp, Belgium. A. Ceresa Company. Via'^Banchi 3, Genop. Raly. Spaln Mr T MAI.I.OI. BOSCH. Atlantic Freighling Corp., Div. Paseo Colon. 17, Barcelona, Spain. A/B W. Laka, Atlantic Freighting Corp. Div.. Skeppsbron 10, Stockholm, Sweden. A/B Pettersson and Hoimstrom, Ailantic Freighting Corp Div. Skeppsbron 3. Gotnenburg, Sweden. Italy Mr Altredo Amoretti, JAtlantic Freighting Corp.Div. Piazza Del Furro N. 3 5, Genoa, ltaly. Norway. Louritz A. Devold A. I*. Atlantic Freighting Corp. Div. Aalesund, Norway. Sweden Sven Jansson ce Company., Atlantic Freighting Corp. Div. Norrkoeping, Sweden. Simon Edstron A/B., Atlantic Freighting Corp. Div Mahno, Sweden. COLO H Gl"Ct)'LOBIENNE Attention PROGRS NOUVEAU RHLM NOb\EAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIMIT .TOUTE CONCUfflCE Clairin Vierge Chez N. NAZON Tl phone: N 2323 Le vapeur Martinique 1 Voy 104,partira de New-York le 12 octobre courant, direclemeut pour Port-au-Prince o il est attendu le 18 octobre prochain, en route pour les ports Colombiens, Crislobal.CanalZone, Kingston et New York. Le maniteste de ce vapeur reu par avion poste est la disposition des clients dans nos bureaux sis angle des rues du Quai et Thomas'Ma' diou (vis-vis de la Douane), Lykes Brothers SS C Jn Texas Hati —8anto-uomtngo-' Porto Rico Le seul service hebdomadaire et regui er passagers e trt entre les ports du Golte du Texas directement avec Port au-Prince, Hati. wl Pour la rception rapide et le maniement habile ae y importations, servez vous toujours des navires de .'• ^ lh LINE. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont Steamer Ruih Lykesi 7 octobre 1932 Steamer Margaret Lykes 13 octobre 1932 Steamer Almeria Lykes 21 octobre 1932 S/S iGenevive Lykes 28 octobre M*W Steamer Ruth Lykesi 4 novembre i bureau: Rue du Magasin de l'J£Uu. Boite Postale B • # Le vapeur i Bolivar Voy. 105, venant de New-York et des ports du Nord.est attendu ici, samedi le 22 courant en route le mme jour pour les ports du Sud. Berubrd Beigh & Company, Atlantic Freighting Corp. Div. Halsingborg, Sweden. Le vapeur i Baracoa Voy. 109, partira de New-York le 19 octobre prochain; est at tendu Port-au-Prince le 2b [octobre. Wil'i.mi E. BLEO. i Agent. 0* CAMILLE LHcilSST E. 1400, Bois Verna, Tlphone : 3201 HOTEL KARAM bne confortable succursale del Pace Hoiel, Kensr koff — Pour la saison d't, rendez-vous chez A. J. Karam, KenskofJ, o vous seics servi souhait. Excdent conditions


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07129
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, October 13, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07129

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
lOfflELTOOfl "
1358. REri AMEHK AINE 135S
1ELEPHONE N224
Certev, Il est, beau
d'occuper la place dans
les uv, de la touie,
maison y est les trois
quarts du temps en si
pitre compagnie qu'il
y a de quoi dgoter la
dlicatesse d'un hom-
me bien n.
26'me ANNEE N 7797
PORT-AU-PRlNCEftHAITI)
JEUDI 13'OCTOBRE 1932
Autour de la Dette publique
VIII
Les Conseillers financiers
\- et nos intrts
Nous avons trouv, expo- sions croire en la sincrit
se dans le Rapport du (Ion- du mobile exprim dans le
seiller financier pour lexer* i Rapport sur l'exercice 192)
cice 1925 1926, le mobile de j 192(5: il nous parait plutt un
celle activit fivreuse dans aveu des excs commis dans
l'achat de nos titres d'Etateo ( le service de la Dette et une
march ouvert, et prenant ce lormule d'excuse leur gard,
mobile pour ce qu'il vaut, C'est plus loin que nous ren
nous avons montr la grande contrerons enfin les mobiles
Idal Rhum
ALIX ROY
30 annes de succs.
ECHOS
demain vendredi d'un journal
politique sous la direction de
M. Thos A. Vilmenay. Il s'dile-
ra l'imprimerie Heraux et tti-
g"
Par le s/s Colicu . avant-
hier, est parti, ' destination de
New-York, l'aviateur Lon D-
sir Paris,premier lieutenant de
. la Garde d'Hati. Il est dmis-
dccption pour nous qui a que nous recherchons. Avant | sionnaire et est parti dgot,
rpondu aux calculs et l'ut- cette rencontre, disons noire ses rves dune aviation" liai-
ten'.e du Conseiller linan sentiment dfinitif itir la d I tienne tant anantis.
cier : il attendait la hausseet claration du Conseiller finan On annonce la parution
c'est la baisse qui est venue, cier relative aux G. 10.489.
avec une perle pour le Trsor 092,10 de titres achets 93,
de plus de 000 mille dollars, 83 avec les fonds du Trsor
soil 3 millions de gourdes. en vertu de la loi du 3 aot
t. Conseiller financier crai ; 1928, ,.voir que les verse- | MI^S^*uSSS^
_,ait que, un momenl don- ment en [fin*, hiU pour L^ tZiS^i *%S2&ni
n, la ferme tenue de nos ti-,amortissement,donnerait am-1 Ia |ennelure ,ie beaucoup M-
trs au pair ou au dessus ne j si aux titres dtenus par TE- I coles. Les autorils s'meuvent
rendit impossible! les adial8 tal une priorit de rembour (du danger que court ainsi l'ins-
pour amortissements dans les sment qui ne pourrait se
conditions au-dessous du pair faire qu'au dtriment de la
prvues par les contrats; et masse des porteurs. (La Ma
c'est pourquoi il a prcipit'tin du 3 octobre.)
les paiements et (pie, taule de ) Nous ne ferons
dispo
1er ci ........,,,.
im|)()rl^Ce,)ei,(la;l * fe*0 1 nislres anglais et Lanais.
Conseiller | (jn va construire aux Etals-
afiectait tous les soides de i nuancier nous lance sur le Unis le plus grand pont du
crdits disponibles, puis le j march ouvert des titres, monde sur la baie de San Fran-
perle de vue; il achte le plus cisco. Il aura l milles et demie
qu'il faut pour amortir. Trou- de long et cotera 70 millions
vaut que ce n'est pas assez de dollars. 12,000 hommes se-
d'amorlir par anticipation, il I ,'ont envoys aux travaux,
achte des titres avec les dis- Aux Cayes, l'ouverture M
ponibilils du Trsor en ex-
pliquant que c'est pour le
cas o la hausse des titres
viendrait rendre impossi-
bles les achats pour amortis-
semenl, auquel cas, alors,
on versera pour amortisse-
ments les titres achets. Cet
traction publique.
La confrence projete en-
tre les quatre principales puis-
sances sur l'galit d'armements
l'paiements et (lue, taule de I Nous ne ferons pas l'injure I rclame par l'Allemagne ayant
isionib.ts pour les prcipi- nos lecteurs de douter qu'ils **** .f**. l opposition de la
encore U s, i. a lai voir, aient bien saisi la sitnaU; f? ^fff^nm^
aprs la loi du 11 min 192(> il importe cependant df '
doiif nous avons parl et qui | la considrer. Le Corn
afiectait tous les soides de [financier nous lances
solde mme de l'emprunt A,
des achats dmesurs de
titres, il a fait voler, disons-
nous, moins de deux mois
aprs, le 3 aot 1926, celte
autre loi qui, une fois pour
toutes cl comme pour n'avoir
plus y revenir, a autoris le
secrtaire d Etat des finances
lisez le receveur gnral
employer toules les valeurs
en espces disponibles du
Trsor a l'achat des titres de
a Delte. Avec celte dernire emploi ventuel est express-
oi. plus de tin dans les en J ment prvu l'article 2 del
.' *. i-.. i. rt_s_ IIaI ,1,i 'J .il 1U)K /l ,1m,.' I,.
1
loi
es
assises criminelles aura lieu le
7 novembre prochain.
Les travaux de rfection
du wharf des Cayes (pie diri-
geait l'ingnieur Cauvin sont
achevs.C'est maintenant un lieu
d'agrables promenades poul-
ies gentilles cayennea.
On rclame de la D.G.T.P.
la rparation de la roule qui
conduit de Cavaillon la baie
des Flaminands. Ce dernier en-
c'est l'absolue discrtion du [financier quia suivi ces
Conseiller financier sur les ^ch ils de titres,
fonds du Trsor public. j Et voil qu'aujourd'hui, -
Si ce fonctionnaire tait si n- jnon pas parce que les titres ont
cre dans sa crainte de voir/atteint ni dpass le pair, mais,
vois de fonds aux Etals-Unis I loi du 3 aot 16 et dans.lej S^iPiTrembarc^leT'de cT
pour le service de la Dette, et (Rapport annueUlui Conseiller ^0^0?^?^ ^ es^.
dier ses campches, abondantes
dans la rgion, faute d'un port
de mer oud'une bonne route y
conduisant.
Avant-hier aprs midi,
heures, le grand avion de 44
passagers de la Pan American
Airways, annonc et attendu, a
amerri et accost le wharf de la
compagnie. Une foule consid
rable s'tait masse pour assis-
ter son arrive. Ou fut admis
par groupe le visiter. Sa di-
mension et son amnagement
rirent l'admiration du public
merveill. Compliments la
Pan American Airways.
Avons revu avec plaisir A
li rdaction du Matin noire
excellent collaborateur Abel La
croix, l'intelligent homme d'af-
la hausse de ces effets se ra
liser dans une mesure sus-
ceptible de contrarier les
amortissements futurs tels
qu'ils sont prvus dans les pourcet objet, le Conseiller fi-
contrats, comment ne s'tait- inancier oeu importe d'ail-
raisons plus imprieuses encore
parce que nous n'en pouvons
plus et que les titres ont perdu
le tiers de leur valeur et ne peu-
vent tre utilises au pair que
peu importe
il pas aperu que, par le m-Jfeur8 qUe ce ne soit pas le m-
canisme mme de la loi de | me vient nous dire que nous
l'oftre et de la demande, les (ne pouvons pas les verser dans
tron trnuentes interventions le fonds d'amortissement parce
. I... T i_i ....... ., l'Anatil livrai IIP Ips flC(-(M)-
de l'Etat sur le march coin
me acheteur taient faites pr-
cisment pour favoriser cette
hausse? Et puis, une hausse
jusqu'au niveau du pair,
plus forte raison au-dessus,
serait-elle ce point cons-
que l'Agent fiscal ne les accep
terail pas comme tels au lieu
d'espces, cela constituant ainsi
un avantage illicite en faveur
des titres dtenus par le Gou-
vernement
Mme si nous voulons conc-
der ee point de vue du con-
tante et durable, en dehors sei||er financier actuel, que ne
des lois du march, que l'Etat jpeut-ll tre permis de penser
pourrait se trouver bloqu l'gard d'une telle contradiction
dans le service de sa Dette? avec son prdcesseur sur des
Pourciuoi donc ce joueur intrts si graves, dont le resul-
pnurie pour notre Budget et
Jfaires des Gonaves. Il passe
. -i ;,,.,;. perte pour le Trsor, un tat de
hausse et ne s est-il jamais I nQ[re Budget e,
dit.danslerdeurdeses achats, Jne dpression conomique
quesi.au ouitraire, c'tait la
baisse, ce srail laire perdre
l'Etat hatien beaucoup d'ar-
gent en avant ainsi achet
en oue d'chances anticipes -
trs cher des titres devenus
dprcis qu'il aurait pu, en
leur temps, acheter beau-
coup meilleur march et en
encombrant notre Trsor, en
lieu et place d'espces son-
nantes, de litres qui devaient
tre plus tard diminus du
tiers de leur valeur nomi-
nale?
Le sens particulirement
se qui a toujours caract-
ris les citoyens des Elats-
Unis envoys ici comme con-
seillers tuiancieri est trop
connu pour que nous puis*
dont vraisemblablement nous
n'avons pas encore connu
quelques jours la Capitale o
ses nombreux amis lui font fte.
La langue de Shakespeare
est-elle devenue officielle en
Hali ? Nous nous sommes lais-
ss dire que M. (anol, le nou-
veau Directeur Provisoire de
Damiens, a t accueilli, son
grand ahurissement, par deux
speechs en anglais, perptrs
Ear deux chefs de service,
alliens. Dplus en plus fort !
Que se mijole-t-il dans
**x* vu* jurar
se prtendent informs am en*
cent que I Excutif envisage
une convocation dos Chambres,
l'extraordinaire.
L'ancien dput du L mb
.1. B. Cinas publiera bientt
un recueil dp dix sept nouvelles
sous le litre : Les Ailes de la
Vie. Le talent de fauteur lait
augurer de belles minutes pour
les lettrs.
Il nous revient que dans
le Nord bananiers, palales.m.i-
niocs sont attaqus par des
microbes. On souhaite que no-
tre service d'insecloiogie agri-
cole intervienne pour prolger
la rcolle.
Il se dit que l'Amricain
Harker,nomm rcemment chef
de l'Extension Agricole du S.
N P.A..aurait dmissionn,parce
qu'on voudrait faire entrer
dans son service des collabo-
rateurs peu qualifis, selon lui,
dans l'ordre de la comptence.
MrGeorges Petit,directeur
du journal Le Peuple,en pri-
son depuis un mois pour dlit
de presse, a t libr. Coinpli-.
ments au confrre.
Mardi soir, Mr Flix Tho-
mas a port, au bras, un eoup
de manchette une jeune
femme. La victime a t trans-
porte I Hpital Gnral, l'a-
gresseur conduit au Pnitencier
National.
Les Etats-Unis, sur la sug-
gestion Ju Snateur Borah, en-
visagent la possibilit de re-
prendre les relations diploma-
tiques avec la Russie Sovitique,
L'exil Dominica n, le Gnl
Ariza.qui vivait au Cap-Haitien,
a prfr se rendre aux Iles
Turques plutt que de se con-
former la dcision du Gou-
vernement Haitien qui lui assi-
gnait Jrmie comme ville de
rsidence.
La victoire du Gouverne-
ment Brsilien sur les rebelles
a dtermin une baisse du caf
sur les marchs trangers. Na-
turellement, cette baisse a sa
rpercussion chez nous. Si l'on
en croit les dernires nouvelles
de source prive, cela va re-
commencer au Brsil Les pro-
ducteurs n'ont donc qu' pren-
dre patience.
D'aprs les avis qui nous
parviennent, l'opinion publique
espre (pie le Prsident de l'U.
S S IL,Mr Alphonse llenriquez,
rendra son appareil de baskett
bail au Club Fminin de VoIIev-
Ball.
Noire confrre Car m Uni
Hissainthe, directeur des An-
nales Capoises , a t nomm
Sous-Inspecteur des Ecoles de
la circonscription scolaire du
Ca p-Haitien.
Samedi dernier, la foudre
est tombe quelques pas de
la maison du charmant com-
merant Charles Eslve. Heureu-
sement qu'on en a t, dans la
rgion, quitte pour la peur, la
foudre n'ayant brid qu'un co-
cotier. Compliments l'aimable
rescap et sa famille.
fond Et peut-il tre dsormais Ppordre politique ? Des gens qui
admissible que, pour tout ce qui |______________
concerne notre Budget, nos fi-V
nances, notre conomie, notre
T
Gouvernement continue de s'en
remettre totalement au fonc-
tionnaire amricain, alors que
nous confrontons prcisment
une situation qui tiouve fr-
Au moins sur la question de
la Dette publique, en attendant
de le pouvoir pour toutes les
autres, tenant aux finances pu-
bliques, le Gouvernement d-
cemment les intrts amri- vrait envisager une nolitiqu
Sains nettement opposs aux n- nouvelle base sur un rglement
ldl ,, , rr J gnral des comptes, la liquida-
Ires (. ) I ,jon jgg nilhodes du pass, un
| quilibre entre les intrts du
( 1 ) On peut lire au piotco|e B p.lVS g- mix des porteurs el une
du trait du septembre :c Le (.ou- l.x'.tll(j,M1 ,;es contrats de;n
ment/ ia'Mit destitreiTen question) avait prside leur tablisse-
nt autre proprit publique, saut mcnt, en 1922.
entente pralable avec le Reffi** (A ^ >
tant fiscal, v '%
Je soussign, Emmanuel
Coustant, placier de la Loterie
Nationale d'Hati, donne avis
tous ceux qui n'ont pas en
core pay les billets que je
leur ai vendus qu'un dlai mo-
ral jusqu'au 15 octobre leur
est accord pour ^le taire.
Aprs cette date, leurs noms
Seront publis daol tous les
journaux de la capitale.
Port-an-Prince, le 11 octo-
bre 1932.
Em. O INSTANT
*mVis important
Coqucv
tu tout p v.uc
Nale et dirige*pai- Mme Mare
BERTET.
II y a
Vingt-cinq ans
Le Matin, 13 Octobre l!X)7.
MONSIEUR MARCEAU LECORPS
/
Dans le premier Port-au-
Prince d'avant-hier jeudi, inti-
tul Elude sur le'Tempra-
ment Hatien >:. se trouve con -
cernant noire evcellent con
frre isarceau Lecorps, des
varits un passage qui a t
l'ien tort, diversement com
mente-
Apprciant la faon dont
^|| Letorps a envisag rVs
questions socia les sol e r i e s
par le Matin, notre rdacteur
a pens que les qnwcs pro-
blmes qui s'agitent actuelle-
ment n'ont pas t traits pai
noire confrre assez fond et
Selon leur importante En di-
sant qiiavec quelque peu d in-
conscience, la remarquable re
nue capoise avait abord tes
Questions du jour, c'tait seu-
lement celte pense que, de
bonne foi, nous exprimions.
Si cependant des quivoques
malheureuses s,' sont d dessein
(ornes p o u r travestir nos
ides, est-il ncessaire de re-
nouveler d notre confrre toute
notre estime pour son be tu
talent el toute notre gratitude
pour r hommage publie que
spontanment il rendit au
Matin?
Ce sont les sentiments qui
nous empcheraient, certes, de
froisser, en aucune ta m, la
susceptibilit de .\ir LeCOTpS el
celle de ses distingus colla-
borateurs.
... voit que les promoteurs da
combat l'apacito el Icochea,
dam les poids respectifs qu'ils
Ion m nt des deux DOS' urs, fixent
quatre livres l'excs de poids
d'I-pches. On* voudrait savoir
qui ;i sign le proc3>verbal du
petafo, puisque visiblemeut
Icorhea est un poids loard, et
fonacito un poids moyen. Si les
deux boxeurs ne sont pas de U
mme classe, le devoir de la
police est de s'opposer la
rencontre. En tout cas, le pu-
blic ne doit pas eire induit en
erreur, et il convient, pour
quil ne risque pas stupidement
son argent, qu'il soit exacte-
ment lix sur le poids des h -
xeurs qui vont s'atlronler, di-
manche. Autrement, c'est du chi-
qu.
PORQUOI SUIS-JE
TOUJOURS SEULE?
TT~n
F Plus de dents
jaunes ou ternes. C'est
si facile aujourd'hui!
RJaU n'est aussi prjudiciable
la bMUtl juc les vilaiiicH
dratS. Or vous pouvez avoir
des dents d'une blauihi'iir
eil.iuintc si vous employez,
un seul centinilri' de K()l. V-
NOS sur une brosse sche.
deux fols par jour. Kn trois
jours vos dents seront de trois
tons plus blanches.
KOI.YNOSassalnit lalxiucbe.
blanchit les dents, purllie
l'haleine.
KOLYNOS
Antiseptique
' i- plus conomique des dentifrices
un centimtre suffit
nusskjssassMbassKwm.wau
VOIRE CUISMIE. MADAME...
L'Acadmie de Mdecine de
Paris a rendu l'autre jour un
verdict d'une importance con-
sidrable. En dlet, le proies
seur X, comparant le Juboi
la hautgue les l sines de
Port-au-Prince cl deSt.-Marc,
comme agents actifs de la
rducation des intestins, a
conclu : Cette deruiie laisse
de bien loin la prcdente
comme eflet. Ceux qui l'ont
invent peuvent tre compris
parmi les bienfaiteur! du
genre humain. >
Bac-Fin.

... voit que la mode s'est la*
bile dans nos Dpartements
Ministriels de djeuner sur le
pouce. A une htnr dtermine.
Il marchand de ptes et le mar-
chand de ligues, impatiemment
attendue,se pij>nlent" la por-
le du bureau. Ee local est alors
dsert en chur. Employs et
employes s'empressent autour
>les paniers. On lait parlois as-
saut de galanterie,'et chacun
choisit lu dactylo .Jqui il lui
plat de payer a^ djeuner.
Quelquefois, les rles sont ren-
verss e' un apprenti gigolo se
lui payer manger par quel-
que jeune demoiselle au grand
cur. Les mchoirei entrent
alors en action. El quand c'est
li i, naturellement, on a soif et
l'on lait grappe autour de la
tontaine gsce du Ministre.
C'est charmant tout plein.


...voit que l'Usine-glace
continue dbiter la crme
domicile. Heureux pays, o
l'indigne est accul au dses-
poir, pour permettre l'tran-
ger d'arrondir son magotIN'on I
ce scandale rvoltant, qui de
droit peul-ii plus long'eraps le
telrer sans paratre le prol-
ger?
... voit que mrne dans les
dancings, on s'expose lie
tois comme un goejat, ds
qu'en se permet d'oiliir une
pamjnole de se risquer a un ver-
re de la bire que vous savez.
C'est de la bire pour ngres,
vous jclle-t-on au noz, les Am-
ricains, gens prudents, en con-
sommei t rarement.

... a vn, sur la route de P-
lionville, nn automobiliste sans
doute en goguette qui gardait
obstinment la gauche, emp-
chant les autres voitures de
laisser. La prochaine lois, noua
ftichtrons le numio en de-
u i"diiMt la police d prendre
des laoclio s.

... vi', liaitiana, un distin-
i h- mdecin de nos amis qui,
ayant sans doute du vague-
l'me, crut qu'il y avait une
chaise l'endroit o il pi., ut
ce (jue Ronmer appelle si co
cassement son boumba charg
de victuailles. Le cher Docteur
ne rencontra que du vide, per
j dit l'quilibre. On eut le bo i
esprit de ne pas rire dans I i
salle, trop longtemps, de la ni
saventure.

... voi que dans le Dpartemi*
du Nord, on n'a que deux ido-

i
II ROYAL MAIL
UNES h
steamer slranaa venan
Londres via Kingston i
ici I 21 ro'irant rn roote
: l'Europe prenant du
I'he Hoyai bail t.,,,
L||. B1
.Agent gnral
:.
les: N n.i Chr slonhe et le. H Ilarbancourt 'Gouttes d'or. Le
pass si le trs "' I
1 A vendre
Un coflro-fotl Bjuch-.>eu
p- Nil eiat.
> .dressi r ai buiean di
Journal.


PAGE2
LE MATiN 13 (. 'obre 1KW
-:f>
Autour du Cinma
Que fait-on le soir
Port-au-Prince
' .Voil une question que ne
peut s'empcher de se poser
le promeneur qui s'attarde
-.1,! peu le soir dans le* rue;
de ii Capitale.
Neui heures. C* u>e so-
litude qui vous eflraie par-
foi*. Toutes les portes sont
closes, des chiens aboient
dans le lointain, une auto
occupe par quelques jeunes
gens en qute d'aventures,
lorapt pendant quelques rai
nules cette solitude. Bientt
Loterie
Nationale
doute que,quelle que soit l'en-
1 il , le prti de ce lit m n'en
uts couvert. Une deuxime
reprsentation est annonce,
le nombre des spectateurs
tombe 100. Maintenaut.ceux
qui vont ce g^nr^ de spec-
tacle,une petite minorit, '
exigent, et cela s'explique, I
qu'il ne leur soit pas Lit l'o-
bligation de voir un tilra 3
ou 4 fois.
Il est triste quand mme de
constater la mentalit de no
tre milieu, o l'on semble
il est onze heures... Minuit..
Les pas des car les de service j malgr toutes nos.grandes
seuls rsonnent sur le ma | dclarations de civilises, m-
priser les progrs de la cm-
seuls rsonnent
cadarn.
Si on^n'est pas dans les rues,
on doit tre au cinmi ?
Vous passez par l. Pour
peu que cette saine dis
traction- du leste trs Ini
tructivevous ait attir quel
que lois, vous constate/que
ce sont toujours les mmes
ttes
' dire q.ie c'est le seul
passe temps'des soires de ce
grand Port-au-Prince, part,
bien entendu, les cafs I
On n'a miiuienant qu'une
seule salle de cinmi dans
cette ville de plus de 100,000
habitants, et en cherchant a
se rendre bien compte, 00.
peut dire, en exagrant de|
beaucoup, qu'il n'y a qu'une;
moyenne de 250 300 per-
sonnes qui se passionnent
pour l'cran.
Vous en parlez dans les
cercles vos amis ; on vous
rfute que le prix d'enfre est
trop lev. Ce raisonnement,
tout en tant exact.est sujet
commentaires, et voil pour-
quoi.
Quand les 250 300 per.
sonnes qui vont au cinma
ont vu un film, il est hors de de ce peuple !
isation.
[Le cinmaparlant rvolu-
tionne en ce moment le
moule entier, l'uldy, malgr
les pertes normes qu'elle a
s ibies tout rcemment dans
l'incendie de Parisiana, s ins-
tall, par des efforts admira-
bles, an parlant Haltiana
et offre au public les produc-
tions les plus apprcies des
grandes villes europennes.
Mme parcurlosit.pour avoir
une ide du parlant.au moins
les deix fiers de Port-au-
Prince auraient d pouvoir
l'euteodre. Mais non! Que ce
Soit un film muet ou un
parlant, c'est toujours le m-
me public. Au lieu de s'ins-
truire et terminer ses jours
ncei par une ou deux heures
de bonne distraction,en chan-
geant d'ides, en oubliant un
peu les petites misres"de
celte existence, l'on se com-
prit plutt dans les tripota-
ges mondains et politiques !
Et c'est ainsi que les plus
belles Intentions, les lus no-
bles ides, les plus beaux
lms meurent dans ce pays
p,if l'indiffrence et l'apathie
Les journaux de Berlin rap-
portent le cas d'un dgnr.fils
d'alcooliques, frapp d'amnsie
si complte, qu'H ne se rappelle
mme plus son nom. Ce simple
prsente i elle particularit n-
Ira un chronomtre, et de ne ja-
mais, de jour ou de nuit, se
h omper sur I heure qu'il est.
On si-demande si c'est l l'ait
de- double vue, ou d'observation
canalise, |usqa' en devenir
infaillible et mcanique.
Dans tous les cas, voila un
idiot que Ton gagnerait con-
sulter, sur le numro gagnant,
la veille des tirages de la Loterie
Nationale.
Topos
humides
t
SERVICE NATIONAL D'HYGINE.randaWes
ET D'ASSISTANCE PUBLIQUE ""V5 .....
Section de l^finseiyne
ment et de la Propa-
gande.
J'ort-au -Prince ( Hati )
Les vlements
pour les
ceux lires
il i vgtaux. Leurs libres nt
tilt ni et absorbent mieux
l'humidit de l'air. Niais lab-
loi p'ion de la chaleur pur les
lis; us dpend plus de leur
n ance que de leur texlire ;
el ce pouvoir d'absorption
Calorifique s'accroil progres-
sivement avec les couleurs
les questions ( ha- 1)h,i;d y^ eufin
t, la mode et l'eti- \ u |C
Les vlements amples, l-
gers, de nuance blanche, telle
dviait tre la rgie dans
l'habillement des Hatiens
Une bonne
E
aubaine
Dans
billeraen
quelle jouent souvent un
rle contraire aux lois de la
sant. L'on se vt pour se
dfendre conre la elnkur
ou le Iroid, contre les pous-
sires, le contact parfois mal-
sain des objets, contre la
pluie, le vent, etc.etn.m pour
se parer d'attr.buts plus >.u
moins agrables ou grotes-
ques.
Entre la peau et les \ l-
ments circule un courant d'air
lnralement plus Irais que
a temprature du
ca
sue
travers les mailles du linge.
Mais la superposition de plu-
Sieurs vtements mme trs
minces multiple les couches
d'air interposes et en aug-
mente considrablement la ^ ^
temprature. Les vtements I
de dessous ne sont dune pis \/"\l!/lo
indispensables dans les pays' l^L lvlO I H-IU
chauds. toariages- R I E e do
La peau respire et ab.orbe* Sai'u'Jrur de Tnrgean eu
Le vtement qui la recouvre t ra lieu le samedi 2."> uetobit-
doit tre ample, lger et per- courant, H heures du soir,
crmonie religieuse du
Nielle Marie La-
,u<.iaiciucu. K.u ...... ,"- ., prodllCtlO
temprature du corps, \ Un i/(, u
use de lvaporation de la/ ;|x eicepii(
leur et de l'air renouvel Gourdes Ou
Dimanche soir TaldY, oltre
une occasion unique au pu-
blic.
Hatian.v reprendra la su-
p< i production parlante %Le
\>ystn de h \illa Rose* an
jnnel de Di;u\
Que personne ne
rate cette occasion d'enten-
dre la belle voix du brillant
in'i'ur Lon Mathot, qui.dans
Monte CristoifS conquis tout
Port-au-Prince.
mabie.pour ne ps's en gner1 la
les fonctions ni les mouve- mariage de
ments du corps. H doit au
contraire faciliter le rythme
raque avec M. William Pape.
Meilleurs4Jcom pli ments au
de la poitrine dans 1' cte de distingu., couple. _
la lespiralion, ainsi que le- Le samedi 25
Vaporatiou de la
M'
sueur,
octobre
la sera clbr en l'Eglise du
sortie de l'acide carbonique, | Mle !
le renouvellement J*- l'an elc. I de Me
Si-Nicolas^, le
le Cllie Mose
M A. Blanchel crit M. Donald
R, Heath, charg d'affaires a. i. des
EtaU-UnisurMon gouvernement pen-
se qu'il y s toiijouri moyen de re-
coudre ce que les circonstances oui
pu avoir quelque peu dchir...
Ceci n'est pas seulement de la litt-
rature.comme Inclinerait le penser
quelque lecteur bnvole.I' y a dans
ec membre de phrase une profonde
pense politique que noire ministre
des relations extrieures a lgam-
m ni exprime. El an peu de philo-
sophie aussi. Le vritable homme
d'Etat d'ailleurs n'est-il pas un peu
philosophe .' Comment pourrait-il
survivre aux checs, s'il ne J'tait
pas
la d
plomate peut avoir laide dcisive
du RHUM SARTHE|CACHET D'OU
qui domine el commande toutes les
circonstances.
"m saBSSWSSIw
DEPARTEMENT 00 COMMERCE
Communiqu
Le Dpartement du Com-
merce a l'avantage de porter
la connaissance des ache-
teurs et.veudeurs de denres,
en gnral, et notamment de
Cd.que Us cours commun -
l'ort-au Prmee,
In Rpublique
.' Or, recoudre, c'est lu lclie de
plomalie, d'autant qu'ici le di-
Le Roi Wirkus
Paris
00
Mon cher Directe ir,
Il ne mauquait que cela !
\|ns Scabro k, c'est le lieu-
iMtnt amricain Faus'in
Wirkus qui est ail.; chercher
la clbrit Paris et
nous mettre sur la sellette
avec son livre sur LaGonve.
E i ellet, voici c un ment le
dernier bulletin de la S cit
de Gographie de France a,
sous la signature de Jean
Pares, annonc l'ouvrage: Le
roi blanc de La Gonve Le
Culte du Vaudou en halti
1915-1920. Souvenirs errils en
collaboration avec 'laney U.i*
dieu Prface de William B.
Seabrock.
Ce livre donne le rcil
d -. bV< attire u un lusiil
m .'i i arniicaiu en Hati iii
ISM5l929 L'auteur eip qu<
comment il devint roi de la
petite i!e de L%Gonve situe
iMi lare de
capitale do
, nienne. Grand habituais,
gros ngres, sont les a pp.' l<
i ms qui dsignent l'lite du
pays. Les Socits Congo soni
des groupements socialistes
qui permettent rexploitanou
en commun des lorrains cou-
cds ans citoyens. Le culte
du Vaudou est un ensemble
de rites combins des croy ti-
' ces an'estrales des ngrei
d'Afrique, bases sur les n-
crific*" I l'.imjux, et mne
d'tres humains, avec les ma-J
attestation* du Christianisme cllSC
ses dbuts.
Gin-Taldy
Vv^civ.som
L'i be"e confilie :
10 3,000 francs i ar mo'.s
Vf- Nico'ss Kol n Ch-re- Va el et VHleleinGuit y
Enitc 0 50 ; Kslrrn : 1 00
II. NYA PAS DE MEILLEURE
PROTECTION POUR LA SANT
Qb'e: LE NETTOYAGE ANTISEP-
TIQUE DU LIFEBUOY.
LIFEBUOY
Lh saVO Db L/i SAMli
PiiL'R MAI.NS, FIGURES Lt H.UNS.
-
& LAURIN,
Rue lVnx e"
'. O. BOX V |) stributws
du Centre,Portas u-Prince.
LA MMSON
Vicnl de recevoir les Ci-
garettes de la Rgie Fran-
s Ethnographes et gogra-
phes li on ce livre avec int-
rt.
Voil do no're pays per-
du, une l)i. de plus, aux
yeux du monde, par leVau-
ques aux populations de l'ont 1 dou I... D'au-uns (liront peut-
VENTE PAR
CONVENTION SPCIALE
cats poursuivants ou Matre
Louis Michaud, notaire dpo-
si'aire du cahier des charges,
Port aa-Prince, le 11 Octo-
bre 1932.
t qu' litre paiementdocu
/unitaire et ce, eu vue d'vi-
ter toute spculation prjndi-
ciable aux in'its des masses
rurales. Ces qnolatioos ne
COns i tuent donc nullement
une Qia i in de prix et ia
conomi |ue de l'olre et de
la d unaude reste, en d li ni
tive, la seule rgulatrice des
piix.
l'orl-au l'rince, le 11 octo-
bre 19.2
tre que nous ne pouvons
rien contre. D'accord !.. Si j
bien entendu nous ne pou^
vions nous dfendre, par de
1-JlllllWilHl iW
En faveur
DE
Louis Callard
Hier aprs midi, 4 heures
et demie, Mr Stnio Vincent,
Prsident de la Rpublique, a
Dons livres crits pas des a
auteurs hatiens qualifis e
oi | publis aux trais de lEtat, (i
l'Etranger, dans un bit uni-
que de propagande, comme
procde du reste tout pays
qui veut se laire rei ecier! .
Il est vraiment triste de noter
que tons les ell )rts I dis, par
des Hatiens, en vue de la
[prsentation d'tlalti l'Est*
, rieur, n'ont jamais reu le
(concours de l'Etat, ds l'ins-
tant que ces Hatiens ne sont \
pas ce qu'on appelle mesqui
nement les hommes du man-
che. Pour ma pot, j'eu sais
trs long et il y a lo gtemps
(lue j'ai p< 18 le deuil d'une
dfense habile et mthodique
d'Hati en Fraude el en Aine-
! riqne notamment. J'en ai ie
mme pour la honte de ne
pas pouvoir laire bnficier
le pays d'avantages excep-
Eu vertu de la gro se en
torme excutoire d'une obli-
& itioa hypothcaire p isse au
rapport le M'' M'ri :-Joseph
Mirc-Oriol et 'O' collgue,
rt-au-P uice, en ||
t sept i ml mil 11
gt-sept, en rgi s- I /
^S) Cm. Viciiau) et F. Ri-
GAUD, avocats.
lie a 'i -:n
re i au Palais Nation', MM.
Ciur les Mor.tvia, Directeur du
TEMPS, Marceau Dsinor, H
daetenr en chei du NOUVEL-
LISTE, Lon Laleau, Directeur
de HATI-JOURNAL, Clment
Mag'oire, directeur du MATIN, lionnels.En attendant,un vul-
qui avaient t solliciter une gaire lieutenant amricain
in's.ire de clmence du Chel de qui a vcu quelque temps
l'Etal en laveur de leur con- La Gonve, o moi j'ai pusse
Irre Louis Callard, Directeur tr>lis aQS^ a ja t.,Cll|| et Its
du PAYS, condamn un an mosens de qualilier les gens
d emprisonnement pour dlit de ( de ^j^ du de //(J.
pusse Rception des plus . ,r J ,-,,
cordiales. \bltant* { de nous orsenter
Les journalistes ont pris con-1 <-*me# tant des ftichistes,
gde S. Exe. le Hisident de la vludouissantetanthropopha-
Hpublique avec la conviction ges certaines heures 1
tTvan1,' ll"mande n'aura 1,as j Esprant que ce coup d*
Nous prsentons nos remer-; louel Produira son ellet. f
cia n ol anticips au Prsident i demeure, m >n cher Direc
Vincent. tei,r votre bien dvoue,
*-------------------------------------------------
notaires P
date du vi i
neuf cent vi
tre et sig
mandement ;
Il sera p ocd, le mardi
que t'oi (< mptera dix huit
Octobre de la prs mte aune,
dix heures du matin, en
! lude et par le ministre de
M'" Lou s Michaud, notaire
J public Port-au-Prince, la
vente au plus offrant et der-
nier enchrisseur d'une pro-
prit, fonds et btisses, sise
en cette ville, consistant en
une portion d'immeuble sis
la rue du Rservoir, au Bel-
Air, ainsi que les deux cham-
bres construites dessus, de la
contenance de vinift-qualre
pieds trois pouces de laade,
sur la rue du Rservoir;
NOUVEAUX ALAMBICS
pour DISTILLER k BECTIFIEH
Los EAUX-DE-VIE,
^f RHUMS, ALCOOLS, 6t0.
^DEROY FILS AN
-1* conb rmx iki;
J5 76, rut du J.".?i1trt,/*
PARia A
GUIDE PRATIQUE dn ouuiiitr *k*ox-~
VIE. rsSENCES te. MANUEL da Ff>.-lent dr^
8D0MS tt TARIF ILLUSTRE dres-.f! fruM.
Le Secret de la Sant
SELS DE MONTECATINl
Aujourd'hui plus que jamais
vous devez penser la
Sant
inarwigc
te j
Les tissus de confection Mr Molire Riehardsou, em- j
sont d'origine an-mate ou v-1 ploy au Service d'hygine j
gtale ; soie, laine roeovrt, ( tt d'Assistance publique,
lin, coton, pite, etc. Les plus t McilU'Uis compliments.
ACCESSOIRES POUR AUTOS
Nous vendons des pices
neuves et de deuxime main
pour toutes sortes d'automo-
biles; s':ulresser
KNKMRS GARAGE
Phone 28 18 et 2234,
:"!!n!g!ggg*,'!!ig^eg!"ii! ."_i4
REVUES AMERICAINES
Abonnements aux Revue
Magazines Amricaines. En
.\ente
KNEEIVS GaRaGE
!
Le professeur,
Luc DORSINVILLE.
rrteziaToux
$fs Rapidement 01
cette Faon
, '-^ Frictionnez Vicks
Q sur la poitrine et
7^, la gorge; appli-
quez librement.
VJCKS
Pour Tout Retr
Le professeur Paul CaSCi'a-
ni, dirocieur de l'institut d'i-
dologie de l'uuiversit d
Rome, afHme que l'usage
des sels ri Montecatini a.
viujjt-qnalre pieds trois pou non seulement une trs gran
ces au cot oppos, l'ouest; de valeur curative dans les
sur une profondeur de vingt* cas d'ictre et de constipa-
deux p'eds dix pouces cha tion, mais encore mais
eu n des cts nord et sud; le surtout une remarquable
tout born, savoir: Au nord valeur prventive. Les sel*
par Iris St.-Surin; au sud par de Montecatini sont un laxa-
le reste de la proprit de la tif salutaire. Si votre orga-
veuve Ulysse Calixte; l'est nisme n'accomplit pas nor-
par la dite rue du Rservoir; ; malemeot la fonction de l'-
et l'ouest par les hritiers voenatiou des selles, les cures
Deshommes Lalontaut, sui-ide Montecatini se chargeut
vaut procs-verhjl d'arpen- ' ''e laver compltement votre
t;i(>e de Lonce Vital, eu date intestin et de le librer des
du viugt-trois juillet mi' neuf
cent dix-neul, emegistr;
Sur la mise prix de mille]
quatre cent cinquante huit,
gourdes, outre les charges de '
l'enchre cy... G. 1 48.00
A la requte de Monsieur
Edmond Ujean, propritaire,
demeurant et domicili
Port-au-Prince, ayant pour!
avocats M" Christian Michaud
et Krangenl Rigaud.avec lec-'
lia i de dmiiicile eu leur ca-
biuei ;
Contre la dame Desgr.'c
Saint-Vil, propritaire, de-
meuraut et domicilie Port-
u-Prince.
l'our plus amples reusei-
gnements, s'adresser aux avo
poisons qui s'y dveloppent.
A vendre ,i /..
Pasgsl w'i i l L0, i
Grand'Rue.
le
SANT JEUN
Facilement et discriMenient par
GLANDOPHILE
des Lab. ORMOS PARIS
3 Notice Gratuite et Vente chei
F. SJOUHN W. BUCH, Por(-au-Pru*t
et autre Uoniiet Pharmacie
i Bonne occasion
A vendre un Saxophone aiw
neul avec tui.
Prix raisonnable.
rbaucoun

*.
Dont la rAOmme esl universelle c gard sa premire place
Deinan les oartout :
UN BARUANCOURT
Dpfi; Rue^des^Csars.


LE
- 13 Odobre 1W
PGh53
Dimanche, 16 octobre 1932"
4hs.p.m.au Parc-Leconte
PAPACITO le Dominicain
contre ICOCHEA
le Bourreau
Enfiu ! I Le marnent ta ut attendu est arriv HSmom
quelques heures, el la formidable lutto auit lieu "
Papacito, le colosse dominicain, sera lace Nceave* le
Bourreau Icochea.
Qui va gagner, dans le choc de ces Jeux .'nastoJou.es ?
L est la question que toutes les brjchei se nos-nt I
Ces^.deux athltes sont actuellement les plus i.rn0-
laols boxeurs de l'Anu-nque du Sud et de* Vnlilfei- m
saDS nul doule. c'est la premire [ois que n 1 ., aarom pjvi
casion d'assister un spectacle semblable.
Le i Bourreau a balay littralement tousses adversai-
lesdaus le Sud. Papacito. lui, est le roi des Antilles d- ta
catgorie lourde.
J.Nalii nous a procur Icochea, qui s'eU dnss devint
le Dominicain ! !
Les deux ho.nmes brYiIpnt d'i apatitty. Il Usur farde de
mettra les gants pour ta jeter Tua sur l'autre, les dents s-<-
res! Ions les. eux sont certains de^^ner par knock-oui.
Ironie du Sport!... Et pourtant...
Icochea s'entraiie au rVc Leronte el nous montre sa puis-
sance, ses crochets nu corps, ses outres redoutables i fait
vraiment impression.
Mais un dtail: est-il vraiment en pieine condition?!! eri
l'entranement, il a eu une dfaillance. Le climat d'Hal
loi permettra-t-il de combattre pendant 10 rounds sur notre
sol?
fapteito va nous instruire sur ce point, car, lui, le co-
losse dominicain, cest ui endurci) iV. directs et 'es up-
percuts ne semblent pas l'el'irayar Jivn'i'i q'm le soleil
des Tropiques...
f, pour ma part,malgr la grosse rputation du c Bour-
reau, je crois que Papacito, que nous co.aiderons un peu
comme un de nos entants, est capable de stopper les prten-
tions de Naldi. .
Esprons que, dimanche, le fameux Manager verra enfin
un de ses poulins mordre la poussire du ring du Parc-Le-
conte. Kt que, cette fois, notre sympathique et impartial
aibitre Ralph Catalv lvera, en signe le victoire, la main de
noire courageux congnre!...
PHARMACIE
C, YONNE
49. Rue Raumur
88-90. Io..lcvurd Sibaitopol
PARIS 9
vendant
U fflEILLEUR IHIRCrT OU IHOnOE
Produits dis rrtmieris marsuis
81 toujours di premiers Iralcneur
UNE SEULE QUALIT :
M LES AGENTS AGRICOLES !
Ri
m
CHANGEIENTt D'ADRESSE

' MonsieuriVf. FONTAINE a
I honneur d'aviser sa bien-
veillante clientle et le public
en gnral que le Dpt defla
/(
-A MEILLEURE
Rayon Spcial
POUR LES COLONIES
DROGUERIE. Hl- 1RBORIS I ERI "
SPCIALITS
Franaises et Etrangres
SELS DE QUININE PURS
Tout produits en flacons,
ampoules, comprims, cachets
SOLUTIONS HYPODERMIQUES
BANn^QES, CEINTURES
* \PPAREILS HYGINIQUES
pour tous usages
Appareils Orthopdiques
Seringues hypodermiques
Pharmacie h Posht, de Voyage
Coffres Pharmacentiques
oour usines, Communes, etc.
Prq/ets de Factures
et tous renseignements
sur demande adresst
Pharmacie CANONNE
49, Rue Raumwr
88-90, Boulevard Sbastopol
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
m en France ni l'Etranger
> ft
du 15
octobre courant dans la halle
o se irovait prcdemment
le i Capitule- a re de l*E-
piceiie Dereix, t.iand-Kue.
Port au-Priucc.le 7 octobre
1932
*m
Ce livre jvous est indispensable
nnn ,rftlr,A ~~~*' 1 i en gnral que le Dpt d
pour votre pratique oumahere ouMDlvriLLER,E *<**
r*/Mt~ *>^a_____ sera transfr partir do
pour prparer votre examen :
i remiers lments
dAqiicullurc
PARIE '
D1 Franois Dalenetnir
VOUS Y TROUVEREZ L'ESSENTIEL DE ITOICUIORE HA-
TIENNE ET TOUTES LFS MATIERES FIXEES POM LUIEN
0'AOHfSSIGH PAR LE MINISTERE DE LAGRICUL1URE.
Prix : 2 gourdes,

Avis

uiu n-s:. *n\^K.
Les billets du 20me tirage
de la Loterie Nationale d'Ha-
ti seront mis en circulation
le samedi 15 oe'obre en cour'-.
Pot t-au-Prince, le 11 oc.
1932.
La Direction
?uviewiai1
-wm w^m, sj---------------------------------- ----
LE FAIT EST INCONTESTABLE
^fcjfc" hl;/,
N'OUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT TOUR A
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1600 pieds d'altitude L'tablissement le plus Irais des ec
virc-Ds de port ar -Prince.
Seulement 15 Alioules d'auto sur une excellente roule
asphalte. Vues merveilleuses de la ville et Ju j.ort.
Boissons de toutes espces.
L'ANTIDOTE CONTRE LE
PI OE LA GASOL NE
Les propritaires et chauf-
feurs d'autos peuvent se mo
qner de l'augmentation du
prix de la Gasoline en instal-j
tant on conomiseur iWhirl-j
wind leur carburateur,
Succs Garanti
S'adresser au :
GARAGE NATIONAL
C'est la quintessence des meilleures
I varioles de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
mm wowrtcri v
...nuniUL
\rant;einents pat ticnlit-rs pour les pensions semaine*on de mois.
A vendre
.5 pices de salon en osier,
une Victrola portative,l lam-
padaire, un bureau de travail.
L'adresser :
E. H SALZMANV
Rue 4, avenue P*
Tlphone:'; M-G-113-3.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Liai
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Car la GNEFAL est une des plus puissantes et des plus vastes organisation
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse le
monde
ses Policei contre incendie couvrent aussi les dgta occasionns par la foudre
Ses Polices pour Automobiles couvrent vola, incendie, malveillance, dommages
caus autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Knrope sont payables en Hati
Ses Polices conire accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les voya.
gurs devraient donc prendre la prcaution de se mollir d'une police contre accidents
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 % soit 20 dollars L'.C.
/ Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves

SOUS GENTS
AReut Gnral pourliaiti.
Port-au-Prince. 1G. GILG
IEAN BLANCHETJfrnij
.,*.-* '' --
(KRAFT
11
1
isse
Donnez vous et toute voire
famille on rgal... en ser-
vant frquemment le dlicieux
fromage Amricain Kraft. Tout
le inonde aime sa saveurdouce
el agrable, sa texture riche et
mielleuse.
Aimez aussi loulcs les au 1res
varits de Fromage Kraft Am-
ricain; il est mlang avec un
soin extrme. Il est suffisam-
ment point et soigneusement
empaquet pour conserver sa
saveur et sa iraicheur.
Il y a beaucoup de moyens
lgants pour servir le fromage
amricain Kraft... sans orne-
ments, en sandwich, ou sons
une varit fde plats sains et
dlicieux.
Votre picier a ce dlicieux
el bon fromage sous diverses
varits... Pimento, Suisse et
Velveeta sont aussi des favoris
de la famille. Dites tout juste
Kraft et soyez sr que vous
aurez.'du bon fromage. r j
KRAFT
CHEESE
PAIUY SALIS COIirOHATION
DistribnlVnr?'
Parl-au-Pritce Hati,
I
ES.KK&EN
Avise les consommateurs de son LAll
oiiil a rduit ses prix comme suil :
AIT CONDENS SUCRE CAISSE DE U.U OZ OR 6,25 DTAIL OP 0.14 CENTIMES
LAIT CONDENSE SUCRE JE ?40,3 9.10 DTAIL 0,04
LAIT VAPOR DE 48,16 5.0K DTAIL2 0.1i:
LAIT EVAPORE DE 96.8 ^6,40 DTAIL 0.07
llappelez vous que le I.AIT CONDENSE, EVAPORE e Rtn FM '! HE /..S/f/C/V.SV-.W ut le
rtitilliur. le plus pur el le p i.s liclie en crne II i re oismundi par les mdecins el
sages lemuiesaux bbs el > roeledu.II Mlempli j .-. egeu menl pour les Crmes
glaces et cbnu Us, el les desserts de tontes s. : es.
bn vente AU BON MARCHE
! Et dans toutes les bonnes piceries tant
Foiiau-Piince aue dans loules les
\ villes de 1a hrovince.


Jeudi
13 Octobre 1932
Le Mali
port-an Prince
Tlphone : 2242
4 PAGES
LAITERIE BAILEY
! vraison nrop-e. hvj^niq.i-.en non|ill"s h r
mr-t cacheles. I abri de toute Ws.fnat.on.
"ransport toit en r"rigral-.irs a roues
N 1313. GrandBue. Port au Prmre.
Les avantages qu'offre la
Cuisine > ;ect iquc
HOTPOINT *
sont maintenant connus de
Grand Htel de France lout le monde.
P P PATRIZI, propritaire Pour vous en convaincre,
Cet tablissement se re- visitez noire salle dexpo-
commande par un service ^on' jv+lainu*
irrprochable, un restau- <^W-*^
La Magnsie ERBA
EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCHE COHUE REGULATEUR
DES FONCTIONS GASTRinUES ET INTESTINALES.
A. de Matteis & G0
AGENTS POUR HATI "
\ranl de premier ordre, des
chambres confortables et
ares ; un Bai o les con-
sommations sont varies et
des marques les plus rpu-
tes.
Tlphone : 2341.
CE QUI N'A JAMAIS ETE FAIT
CE OUI NE PEUT ETRE DEPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des rues houxet du Centre.
j^Mrtlfcfn "* -** ***-
Panama Railroad Steamship Line,
Aqenls aux principaux ports d'Europe
G. W. Sulldon &.Co, Ltd.
17, James Street,
LlVERPOOL, ENGLAND.
Mory & Company,
Atlantic Freighling LOrp, Div.
155, Boulevard de S.rasbourg.
Havre, Fiance.
Mory & Company, ,
Atlantic Freighting t.orp. Div.
3, Rue St Vincent de Faut.
Paris, Fiance.
Ilernu Pcrju & Stockwell,
Boite Postale: 78,
Havre, .France.
England
Ci. W.Shf.ldon &C, Ltd..
Fenton House,
112/113 Fenchurch Street,
London- E..C. 3, Knglaud.
France
Mory & Compaiy.
Atlantic freighting Corp. Div.
74, Quai des Chartions,
Bordeaux, France.
Mory & Company,
Atlantic Feighting Corp. Div.
7, Rue de la Kpublique,
Marseille, France.;;
Gellatly Hankey & Co,
21, Rue de la Rpublique
Marseille, a France.
Sauvez vcs livies et con
lections en m invais tat cl
les confiant ; j relieur cons
ciencieux, honnte et habile
Etienne Camille, Rue Bonna
Foi |
Voulez-vous
Russir dans vos tudes uo
, taire russir vos esiants.grtce
une mthode d'enseigne-
ment classique excellente?
VOULEZ VOUS
Une protession aprs 6 9
mois d tudes srieuses (St
no-Dactylo. Langues virante
Comp'abilit)'
Songez que l'Institut TIP
PENHAUER se recommande
'et s'impose voire attentiou
par les brillants rsultats d
j obtenus.
1537Rue Lamarre.
Tlphone 2891.
Atlantic Freighting Corp.,
i,. i______ 11 ...Lui,, 1 i.i
Germany
Holland
AU.nUcF.eighung.Corp. 1&&TSS&3?'
P. 0. Box. 1069, Rotterdam, Uollai d.
Denmark
E.A. Bendix and Compan),
;t Copenhageu, Denmark.
Belgium
Atlantic Freighting Corp.,
('/() Steinmann and Coj
4, Quai Jordaens,
Dtwerp, Belgium.
A. Ceresa Company.
Via'^Banchi 3,
Genop. Raly.
Spaln
Mr T Mai.i.oi. Bosch.
Atlantic Freighling Corp., Div.
Paseo Colon. 17,
Barcelona, Spain.
A/B W. Laka,
Atlantic Freighting Corp. Div..
Skeppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson and Hoimstrom,
Ailantic Freighting Corp Div.
Skeppsbron 3.
Gotnenburg, Sweden.
Italy
Mr Altredo Amoretti,
JAtlantic Freighting Corp.Div.
Piazza Del Furro N. 3 5,
Genoa, ltaly.
Norway.
Louritz A. Devold A. I*.
Atlantic Freighting Corp. Div.
Aalesund, Norway.
Sweden
Sven Jansson ce Company.,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Norrkoeping, Sweden.
Simon Edstron A/B.,
Atlantic Freighting Corp. Div ,
Mahno, Sweden.
COLO
H
Gl"Ct)'LOBIENNE
Attention
PROGRS NOUVEAU
RHLM NOb\EAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIMIT .TOUTE CONCUfflCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
Tlphone: N 2323
Le vapeur Martinique 1
Voy 104,partira de New-York
le 12 octobre courant, direc-
lemeut pour Port-au-Prince
o il est attendu le 18 octo-
bre prochain, en route pour
les ports Colombiens, Cris-
lobal.CanalZone, Kingston et
New York.
Le maniteste de ce vapeur
reu par avion poste est la
disposition des clients dans
nos bureaux sis angle des
rues du Quai et Thomas'Ma-
' diou (vis-vis de la Douane),
Lykes Brothers SS C Jn
Texas Hati 8anto-uomtngo-' Porto Rico
Le seul service hebdomadaire et reguier passagers e
trt entre les ports du Golte du Texas directement avec
Port au-Prince, Hati. wl
Pour la rception rapide et le maniement habile aey
importations, servez vous toujours des navires de .' ^lh
LINE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont
Steamer Ruih Lykesi 7 octobre 1932
Steamer Margaret Lykes 13 octobre 1932
Steamer Almeria Lykes 21 octobre 1932
S/S iGenevive Lykes 28 octobre M*W
Steamer Ruth Lykesi 4 novembre i
bureau: Rue du Magasin de l'JUu. Boite Postale B
#
Le vapeur i Bolivar Voy.
105, venant de New-York et
des ports du Nord.est atten-
du ici, samedi le 22 courant
en route le mme jour pour
les ports du Sud.
*
Berubrd Beigh & Company,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Halsingborg, Sweden.
Le vapeur i Baracoa Voy.
109, partira de New-York
le 19 octobre prochain; est at
tendu Port-au-Prince le 2b
[octobre.
Wil'i.mi E. BLEO.
i Agent.
0* CAMILLE LHcilSST
E. 1400, Bois Verna,
Tlphone : 3201
HOTEL KARAM
bne confortable succursa-
le del Pace Hoiel, Kensr
koff
Pour la saison d't, ren-
dez-vous chez A. J. Karam,
KenskofJ, o vous seics
servi souhait. Excdent
conditions


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM