<%BANNER%>







PAGE 1

r^LE MATIN 12 Octobre 19.T? PAGhft3 M~^.-^V-> NJX> POUR 1933. Les Derniers Perfectionnements : Automatic VOLUME CONTROL: Circuit Superheterodyne utomatic Sinchro-Silcnt Tuninq 100 o/ Amplification Pentode.— Nouvelles Lampes de 2 Va VOLTS Types 58, 57, 56, 47,82.— et La Duo-Diode G-4-SCOLUMBIA Synonyme de Suprmatie Modle C-23 Air Cell Batiery Dure de la Batterie OOO heures Modle G 83 Radio 8 lampe 8 Superheterodyn 0 Modle G 81 8 lampesSuperheterodyne COLUMBIA Le Favori des Connaisseurs Modle G8 9 Hadlo •Pboaograph#* w 8 lampt! %  Wotour 33 1/3 ot 73 Tours Modle C 84 8 lampes Superhe terodyne 2 Hauts-parleurs. Condilions de vente avantageuses. -Kueer s COLUMBIA Music Hall. KNEER'S GARAGE. LE FAIT EST INCONTESTABLE lih d m S C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire runissant les melleurs terroirs C'est ce qui fait son arme. I GOUTEZ ET COMPAREZ! mmr* Radiophiles, avez-vous une Pilot Draqon ? Sivez-vous que la dpression conomique a x Etats-Unis vous permet avec quelques dollars' d'entendre iouretgnuit les Htions du Monde entier ? ACHETEZ UNE .SUPERHETERODYNE PILOT DRAGON La reine des Radios Un seul bouton de commande, un seul ieu de lampes et Paris, Londres, Vatican, Canada, Australie, Etats-Unis sont vous Plus ncessaire d'avoir de convertisseur d'ondes e • 5dVrz%vous aussi que VOIH po • vezavoir des K i lios-Or hoph iniques t Pilota :i Indes I mgnes et courtes cotant meilleur march que les or'hophoni ordinaires vendues in Hati ? Demandez les prix ROGER DREYFUSS, Reprse d i,)t po ir Hati. T ^ Je soussign, Emmauuel Constant, placier de la Lofai ie Nationale d'Hati, donne avis tous ceux qui n'ont pas encore pay les billets qu- je leur ai vendus qu'undlai n>ral jusqu'au 15 octobre liur lest accord pour 'le taire. Aprs cette date, leurs noms seront publies dans tous les journaux de la capitale. Port-au-Prince, le 11 octobre 1932. Era. CONSTANT ues A vendre Un roflre-fort Baucheaert pai tait tat S'adresser au bmnu du Joui lia'. Avis importait JCoquet tablissement situ tout prs de la B.mque Nale et dirig par Mme Marie BERTET. L I ^ i o I libres fiootlyear Constitue en 1898, la Socit Goodvear a vu natre l'Industrie automotive. Cette longue exprience permet cette vaste organisation d'offrir aux propritaires d'autos ,et de camions des pneus suprieurs en qualitjet en dure tous ceux qui se vendent actuellement en Hati. LES PNEUS C000YFAR HF4VY HIITY SONT FABR10US AVEC U N E FICFI LE SPCULE JE SOUS LE NOM DE SUPERTWISTE DOML'ELASUIE El U RSISTANCE SONT PLUS ES DE 30 POUR 100 HUE CELLE EMPLOYE PAR LES. AUTRES FABRICANT DE PNEUS' A La Socit Haitienne [d'automobiles,seul reprsentant de la Goodyear en Hati.vous trouverez toujours des pneus et chambres air de toute fracheur de cette fameuse marquera des prix dfiant toute concurrence. Socit Hatienne d'Automobiles. iALLLuiiANCHL GhNTIL. M ET 0E



PAGE 1

PA'"E2 %  a ;rjml progrs pour Hati. MATIN 12 Octobie 1932 L'Arrive d'un avion gant 4 moteurs SERVICE NATIONAL DllYGIN] = P i,a,G,,pra,, ,a 't --o— Suivant sa tradition de don-1 (lu type Clipper ont une ner*trirAntilles et l'Amrique Latine le transport aiien le plus e lli c i e n l avec des ilim i aii^s rguliers et ceriaii \ la Pan American Aiiways aunoucc que le vol inaugural de son plut gffnd avion, le gant Aijperignn Clipper de 4.) passagers, commencera un service hebdomadaire rgulier avec ce type d'avion de i eieouue ri oi'es de lit pieds ei une cabine de deux pieds, plus large que les w gona des chemins de 1er, deux < nbinets de toilette, e;iu chaude et Loi de, et un systme de ebauflage et de n Iroidissement. Ce type d'aroplane, le i lus grand dans le mondepoor le service commercial rgulier, a plus de lorce qu'une locomotive de chemin de fer. Miami, Florid.' travers les | Chaque fois que le Pilote Aniillei, jusqu' Sau Juan, ; Commandant lance le gant en Puerto-Rico et retour. j pleine vitesse, il a un total de • Ce voyage inaugural du laj 2.300 chevaux dans les quatre ntewx avion aura lieu le 11 et moteurs sous son contrle. le 1*2 Octobre. Api es ce voyage, un service rgulier sera maintenu avec un avion Clipper laissant Miami chaque jeudi avec malle, pas sage i s et express pour les Antilles et la cte est de IAmrique du Sud. Sa cargaison sera transfre San-,Juan, Puerto-Rico, sur un avion Commodore de vingt deux passagers, qui se dirigera vers le sud. Celte loi ce immense soulve tacitement tt rapidement le gant bateau, de l'eau, dans } cinquante secondes ei porte son poids total de dix seot tonnes une vitesse de 115 milles par heure* oc Mr Arthur Kugne Curlis. Consul honoraire d'Hati Miami ( Floride ), eu commentant le nouveau service ET D'ASSISTANCE PUBLIQUE Section de la propagande 'l'hygine. Cinma sur la tlace Sle-Anne. Un nouveau programme a t pi epi e < .iurnant la propaga ide d'ii\ ,• ne par des coni< renct s aux iusiitute i et aux parents, par des cauleresdaoi les tolea, par le cinma dans les villes et la campagne, par la publicit dun bulletin mensuel, par la distribution de tracts et de livres d'hygine. D s semaines consacres cette propagande seront organises au prolit des villes, des campagnes et des coles de la i rovince. Aujourd'hui mercredi, 12 octobre,il y aura, sur la place Sle Aune, l'ort un-Piuice, a parlir de 7 heui es do soir, une sance populaire de ciDma avec exh binon et explication de ti nis sur la tuberculose, l'alcoolisme, les maladies vnriennes, une pai lie comique et I assistance du chtusoniiier Saluave. Avis Anivant San Juan chaarien eu Hati, a dclar: que vendredi, ce gant ba1 !-ar le voyage inaugural teau volant laissera Puerto j Port-anPrnce du tameux Rico le lendemain samedi J American Clipper >:, del pour Miami, en passant part Pan American Air vvays, le Sin Pedro d** Macoris, Port pins grand aroplane cornmi l'riuce et Nuevilas, Cuba, mercial du monde, et par le lUnivera son point termiservice hebdomadaire de ces nos. Nord de Miami, 6 p m., grands iClipper qui s'en sui ce samedi, avec sa cargaison via, Hati bnficiera.du type de malle, passagers et ex' le meilleur et le plus adquat press de l'Amrique du Sud de transport aiien moderne, et des Antilles pour les divers pour un dveloppement con' points des Etats-Unis. i"u du service des passagers, Ce service inaugure pour m alle et express pour les les Antilles ce qui est actuelj Etats-Unis, les Antilles et les imeot le plus complet et ; Rpubliques de l'Amrique luxueux dans le monde pour i du Sud. le transport commercial a~| < Ceci marque le corumen rien rgulier. Ce service est cernent d'uu grau t piog es le rsultat d'une politique d.ns le transport arien de prvision envisageant le d ilati. et de nouvelles et dveloppement continu de la j profitables relations entre la malle arienne, l'expiess et le Rpublique d'Ha >., les Pays transport des passagers. j de l'Amrique latine et Us Les fameux bateaux Eta's Unis.s Les billets du 20me tirage pilaise) de la Loterie Nationale d'Hati seront mis en circulation le Kamedi 1 octobre en cours. Poi'Uau'-Prince, le il oct. 1932. La Direction Accidents B Octobre 1H2J Grard Mnos, 8 ans, Bas Peu de Chose. Traumatisme du coude, lracture probable. Fvnlus Lcuis, Faubourg Sa lomoa. blewore ccntu;-e ou tro i. Virginie Joseph, 34 ans, La Saune. Motsuie de chien la jambe droite. Isril Miche', 14 ans, BoisVerna. Traumatisme du nez. Hoslia Etienne, 22 ans, rue Runion. Contusion simple. Jubtin Laguerre, 35 ans, rue Amricaine. Blessures contuses lgres au dos du nez et au sillon nazo-Gnien. Yolande Riboul, <> mois, Bolosse. Traumatisme du thorax. Henry Louis, 32 ans, S ri lie Blessuie contuse du cuir chevelu. Chry Toussaint, Bois.Verna. Traumatisme du poignet droit. D-eucionn Calixte, Bab. Lilavois, Contusion ne la jambe gauche. Saintiirne Paul, rue St.Martin. Traumatisme de la nuque. Juan Florez, rue Geflrard. Hmatome de l'avant bras droit. Hosi Chappe, 05 ans, Portail Logane. Traumatisme du tho ri-x, de l'abdomen, des mem; bits suprieurs et de la fesse. Carmen Lucien, Massan. Fracture de la cuisse gauche ( hos-Cin-latdy a^ DEMAIN SOIB i.a tu lie comeuie : 600,000 francs par mois aeNieo'aa Rnline, Charles Veoel et Madeleine Gui ty Entre 0,50 ; Balcon : 1 00 :I l I Une lettre du Snateur Pierre Hudicourt -ooport-aj-Prince, 10 OJ. 1932. Mon cher Directeur, J' i lu le t Corn mu ni p du Dpartement des Relations Hxterieures comportant un ebange de NOUS rnlre le Ministre des Relations l-.x elieure* et la Lgation des lClnts-Unis. Ce qui a Irapp lilon atleution, c'est h critique lu Bappoit de la Coin• mission spciale de I' assembler Nationa e que le Charg d'Alljires Amricains pus la libert de lonmiler. Je ne m'expliquerais cette libert que M le Scrtait e dlv.it lui avait oppos le rapport de la Commission spciale. Fautilerpendant l'induire de ce paragraphe de la note du 7 Octobre: Mou Couvern meuj note avec intrt le rapport de la Commission spciale loi nie par la Lgislature Hatienne pour examiner le Trait du 3 Sept. 1932. a? Mr. le Charg d'Aliaires pense que c le vrai caractre du Trait n'a pas t apparemment compris et que le rapport contient certaines erreurs qui ont videmment t la cause d'un malentendu sur la situation C'est mon privilge c un ne Prsident de la Commission spciale de l'Assemble NaiCommission spciale aucun m I compris ni aucune erit ur. La Co omission n'a pas rejte le frai le seulement pur' e que tel e ou telle Stipulation in lui a pas convenu. Les c|i elques remarques que conin nt le Rapport sur quelques pi intS du Trait n'out t prsentes qu' titre indicutil, l c n prciser jusqu' quel point ce Trait, en gnral, porte atteinte an Droit de la Souverainet Nationale, Fn disant d ai leurs que le Re) rsentact fiscal aura plus de pouvoirs que le Conseiller Financier, la Commission n'a commis aucuoe trreur, parce que, d'aprs l'art. 'I du Pro* tocole B, le Reprsentant Fiscal devra avoir les mmes si i ibutiona nue le Conseille! Financier; mais, d'aprs I a r t i c I e 111, il aura encore le droit et l'obligation d'inspecter toutes les activi ts du Service des f.onlribu tions et de faire en ce qui concerne la direction et l'efticiencs d e s employs, tontes les recommandations utiles. Le l'eprsentant Fiscal, e n plus. pissDtera au Ministre des Finances les BUQUBSTIONS ( les anciens parlementaires de 11)17 doivent se souvenir des suggestions obligatoires de la i oustitution de 1DI7 ; qui sembleront utiles quant au perlectioiinernent de la lgislation sur les Contributions. > Sons ce jargon diplomatique, cela veut dire en non 1er au miuisue liailien dts* Une dpche de Home, en I t ions agrables, qui tout hongniecr Lon Mnos, Dnecteur tuggeilwiiS que, personnelle-j laie du l(i Septembre dernier, J ne m M, je crois obligatoires, reannonce la mort de Mgr Cogliok q ionale de dclarer, par l'mIranail que les lois sur les ermdiaire de voire journal, Contributions seront rdiges u'il n'\ a eu de la part de la pai 'e Reprsentant Fiso I el enregistres par le Failement, sans discussion. Ceci ne se trouve pas dans ic Trait de 1915. (---la n'en existe-l-il pas moins? me (!em indera t on. l'eut tre Mais le consentement de la Natiun n'y est pour i ien. C'est ici que Mr le Charg d Ail ures s'est trom| , son tour, sur l'esprit du rapport li la C' uimi sion spciale. La Commission spciale n'a pis voulu, entendez le bien, reco u ma n d< r a l'Assemb i Nationale le vote d'un Trait qui pi i met un lonctionuain tranger, nomme par le Ch< i dun tat tranger, de prsen ter au miuisue hatien dts 8 ni m. |e crois ooiiga lati\emenl aux taxes et con tributions que doit payer le Contribuable hatien Un te Trait ravit sa souverainet I • Republ.que d H.ili. Un tel Naii dtruit le pr.'vilge des Rtprsentauts .") Ccost.) t\o taxation without our consent ( Texte de la Co s 1 des K-U ) C'est contre ce principe essentiel et primordial,que s'est leve la Commission spciale. Qu'importe que le Ileprsentant Fiscal ait plus ou moins de pouvoirs que le Conseiller Financier Ce que nous n'avons pas voulu, nous autres, celait de suivre nos prdcesseurs de 19 .">. .Nous n'avons :lonc pas eu la proccupation des questions de dtail. Nous n'avons pas voulu les considrer. Pour nous.de mme qu'un simple individu p'a pas le droit de (airs un p;.cte avec I1U de. ses sembVbies sur sa libert individuelle, ainsi, nous.Lcgi 1 ateui s, nous avons pense que le droit de Souverainet et d'Indpeudancc de la Nation ne peut laire l'objet d'une ngociation quelconque avec une Fuissauce trangre C'est sui ce principe que nous avons clos la discussion Veuillez agrer, mon cher Directeur, les as.su ances de ma considration trs distingue. PIEBHB HUUICOURT, Prsident de la Commission de l'Asst mble hationale. ASTHME Opprestlon, Catarrhe, tuffocatlant, Toux neroeuus. Ouiv-licn certaine par lea CI3MTES CLRY rtta POUDRE CLRY D' CLRV, 19. :. tr A Maubeuqi, PARIS.' ADOUCISSANT LA PEAU. ...DFLICATEMLNT PARFUM. UN VRAI LUXE A UN PRIX INSIGNIFIANT SAVON DETOII ETTE DLICATSMENT l'AHIlMK. MOHR & LAURIN, P. 0 BOX Ma — Distributeurs Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince. LA MAISON *} %  AUTO AGCESIESORS We sell V v\ and Seconp Hand Parts for ail makes of j.utomnbi'e^. KNEER'S f..\R\GE Rue 1 av* Phnne 2 ilS v*t 2234 MORTD-IMONSEGNEUR l COGLLO Vient de recevoir les Cigarettes de la Rjie Franaise. L'inauquration Jacmel J DU Tlphone Automatique JD.G.T.P.,au ( sionnante c Comme nous l'annoncions, la cours d'une imprescrmonie, a inaugure le nouvel d Bce o se conrenlreront dsormais ses services techniques, dans l aiphone,"^moins lendu certes, mais plus pert' C'IOIII que ceux dj tablis Port-au-Prioce et au CH|> Haiti-.'n. Aussi, avons nous tenu rendre un hommage public l'Ar1 rondissement de Jacmel. C'est ( cbitecte Lonce Maig.iar, Direc I un bel immeuble, aux propor; leur des Edifices Publics, l'In lo, Il avait t charg d'afiaires du ol-Sige en Hati el ;i Sanio Domingo. Rcemment, il dirigeait rinlernonciature de l'Amrique Centrale dans l'attente de l'arrive du nouveau titulaire, Mgr Chasio, souffrant d'une maladie de cœur. Il tait rcemment rentr en Italie. Tout le monde a connu ici Mgr Cogliolo, dont admirait la courtoisie el la distinction. eur no're architecture olfi1 des Tlgraphes et Tlphones cialle. Le clou de la crmonie, I et a l'Administrateur Gnra!, c'tait la i mise au trafic du | l'Ingnieur Franois Georges, systme de tlphone automaJe vous remercie de l'eraprestique, dont le Gouvernement a ; stmei t que vous avez mis rHeureux gagnants Le premier gros loUde la Loterie Nationale d'Hati, au ime tirage du 9 i.ctobre, a t gagn par: Franois Gas^ ton, garde du Q. (i. de la police. Seymour Tanis, commis de magasin ; Mme Nicolas Barosy, couturire; Joseph Nicolas, employ de la^Douane. Quatre coupons du deuxime oui t, jusqu'ici, pays : Dmoslhoe Desrosier, pharn acieirAnacron Joseph,boulaugei; iVlrae CUiic i-eopold, couturire, i' • i valentin, maon. Le troisime est tomb au Cap-Hatien. v..^-, POTRINE r C'OL J Xif!i^ tARYNcrre. TUBERCULOSE. LE. RHUMES .nd-, 1 • .',Ti "", I.IOUI-KEMENTS. dot l'intressante population. Aussi, c'est tout Jacmel qui, par sa prsence l'inauguration, avait tenu marquer sa gratitude au Gouvernement. Des personnalits dePoct-au-Prince, du journalisme et de la politique, avaient rpondu la cordiale invitation de l'ingnieur Jeannot. F les turent toutes salis.ailes de la rception de la D. G. T P. que Jacmel, si souverainement ho.-pitalire, railina d< licitusement par mille attentions. pondre notre invitation; dans celte maison qui est vtre, o tous, dts degrs diflrenls, vous avez intrts, un accueil toujours bienveillant doit vous tre rserv. Nous voulons tre utile au public et lui donner, dans la mesure de nos moyens, un service de plus en plus efficace : c'est J notre plus intime satisfaction et la rcompense de nos eflort'-. t de nos peines. En rem! anl aujourd'hui ofliu •! %  ni" n !c btiment au Goui venu ment, reprsent par MonA dix heures prcises du ma sieur le Ministre Edgard Fantin, devant un public enthoutant, qu'il me soit permis de le siasle, la crmonie s'ouvrit. Ce fliciter pour le concours aclit lut ta bndiction de l'difice et et claire que, depuis sa nooiide l'appareil autoraal.que par le nation, il ne cesse d'apporter Clerg de la localit. Le cha m* toutes les questions intressant pagne lut servi, pois, l'ingnieur la Direction Gnrale des TraJtanuot se leva et pronona le i vaux Publics Au nom de l'Orsabstsutiel discours que voici : J ganisation et en son nom personnel, je le prie d'agier mes p ; — Hbiuu ENROUEMENT. liKJM.lllTEchronlquo.SUEURS NOCTURNES, CRACHEMENTS d \ iANUlNKLUENZA. ASTHME. CCSISOU CERTAINE %  111 %  -11 1


PAGE 1

Mercredi 12 Octobre 1932 y, Malin 4 PAGES 2betu ANNLb N" niti Port-au-Prince Tlphone : 2242 LAITERIE BAILEY IJvriiir-^ mir* hvii§<|cr,en bon* 5 !!** hep.niiq^fTirM rnclip'^cs n Inhri de 'oute talsifica'.i-n. Trin^pr""' f '' *' n '•'•••"rMeurs roues. N* 1313 Grand Rue. Port-ao-Prince. Les avantages qu'otfre la Guis"'no Electrique MOT POINT so'it maintenant connus de Grand Htel de France 'ont le monde. P P PATRIZI propritaire Pour vous en convaincre, Cet tablissement se revisitez noire salle dexpocommande par un service sition. r Compagnie d Eclairage La Magnsie ERBA EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCHE COMME RCULATEUR DES FONCTIONS GASTRIOUES ET INTESTINALES. A. de Matteis & G 0 AGENTS POUR HATI irrprochable, un restaurant de premier ordre, des chambres confortables et ares ; un Bai o les consommations sont varies et des marques les plus rputes. Tlphone : 2341. Electriaue. CE QUI N'A JAMAIS T FAIT CE OUI NE PEUT TRE DPASSE Kola Champagne R SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Veule PHARMACIE F. SEJOURNE Angle des rues Rouxet du Centre. • %  • Panama Railroad Sleamship J-


PAGE 1

Clment Magloire lOlRHUTlSUR 1358. HUt AMHI AINE 1358 1ELEPH0NE N224 Les i luis Les pli s ellesmmes, elles pouvaient rflchir un moment seraient tonnea de tout ce qu'elles oui consenr de leui pass; lui .1 des constructions soulerrainea a tout l ce a n'eat < qu'ans iiucstioo 11surface el de profonueur. Soadez.et vous trouverez. '2(>'me ANNEE N 7796 1 I PORT-AU-PHINŒ(HAITI) MER< RED1 12 OCTOBRE 1932 Le communiqu du Dpartement des Relations Ex-* trieures et les nouvelles ngociations. Le Dpartement des Heinsign en vue de rendre cet fions Extrieures a rendu pu entralneraenl plus intense, et blique, sous l'orme le coin [la Mission militaire, son Iraim uni que et en attendant la publication de son Livre Bleu, nue correspondance ecuange entre M. Albert Blanche!, secrtaire d'Etat dos relations icinent compris, ne tiendrait pas dans cet accord plus de place que la Mission scientifique n en lient dans l'accord du aot 1931 Ce dernierinsAUX ROY 30 annes de succs. MRI •errain nouveau nous soin m'.-s cordialement disposs le soutenir de toutes nos lorces. ii cortge dans Le sentiment populaire fera certainement sa nouvelle et patriotique altitude, nonobstant le Ion comminatoire des communicatiens extrieures, et M..Donald R. Hument en mains, le Gouverde i a Lgalioa dea Efat8 u J ls Healn, charge a affaires des j nement nous semble assez dclarant, malgr le rejet de Etats-Unis, la suite du rejet arm pour ngocier sur celte I l'Assemble Nationale, puson base un accord qui, pourvu i Gouvernement a fait dans le par l'Assemble Nationale du trait du 3 septembre. La position prise par le Gouvernement, dans celte correspondance, nous parait avantageuse el nous sommes heureux de lui rendre cet hom mage aprs avoir combattu nous-mmes le Irai le, comme nos lecteurs le savent. Nous voulons prciser en quoi cette position nous semble avantageuse. Le Gouvernement, par le fait mme du rejet global du trait,alors que celui ci cora porte plusieurs objets, esl bien admis de demander une dissociation et la reprise des ngociations en vue d'accords spars. En ralit, le Protocol Arelaiif l'hallianisalion de la Garde et le Protocole B relaiil au contrle de nos revenus en fonctions du service de la Dette, forment deux objets nettement spars et distincts, et rien dans la lecture successive des deuxpi ces ne laisse entrevoir entre elles aucun lien de subordination. La Lgation amricai ne doit nous supposer assez intelligents pour dmasquer la duperie que voudrait consjui, po qu il ne soit que de liquidation, trait du 3 septembre son majxi pourra se passer de la sancmuni de concessions,— escomp lion de l'Assemble Nationale ,anl sans doute,aprs cela, quelet surtout de l'entrinement, t I ue inconsquence de noire plus dangereux, du Snat : P art ? %  • ^e ,a • %  %  •. quelque ajmKwsNBkaKMMw Octobre l!H)7. HOMMAGE MRIT Aou sommes lieureii.v d'en regittrer un nouveau /ait l'actif de l'Inspecteur en chef de la /',, ice et de ses auxiliaires. I n Vol avait t commis mardi dans la nuit dans /< caf de dur Beaumonl Dennis au Champ-dc-foan l n stock de cigares et de cigarettes quelques bouteilles de diff rentes boissons et la vais tr de cent cinquante dollars avaient t enlevs, .bu/s la Polit* cahaie, informe noire confrre J a ait tendu ses filets cl hier haiti-Journal que dans lexp ^ <•/',• mettait la main au Bel* Petit Jac i ECHOS —Le Docteur Gruening, l'Amricain magnifique, anci :n direcleur de The Nation , qui, depuis quinze ans, se dpense pour la libration hatienne, a crit l'un de nos amis: C'est l'honneur lu Peuple Hatien que le dernier Trait ait t rejet l'unanimit par l'Assemble Nationale. Cela lait forte-' impression dans les milieu-, officiels amricains el a servi votre Cause. — Notre confrre Le Nouvelliste a publi lundi pass le contrle d'ordre lecbnique un e lettre du Prsident d Seel absolument limit qu'il s ana t, Mr Denis Si Aude, qui met gil d assurer en laveur de un point final, croyons-nous, nos cranciers? la question des budgets. Le SA ce sujet, nous devons re nateur dclare que tout tait r* lever une erreur assez grosgl ds le 28 septembre.c'est-sire dans la lettre du 7 ocdue que ces budgets• taient extobredu Charg d'afi .ires des .P* !" a l T" de dvoiL Nolla 'l ai Etats Unis voulant tablir que estdl v — Dimanche dernier, le poutituer, cet gard, l'article cS les pouvoirs du Reprsentant !ain de Guerrieri Savoie Dsir, du Protocole A prvoyant le} fiscal du trait du 3 septembre i( t baitu aux points par Iramaintien d'Une Stricte dis[ s ont moins tendus que ceux gon, le vainqueur de Guerrier. cipline dans la Garde jus [du Receveur Gnral [du IraiDsir tait encore trs en forme qu'... IVniortissement ou le li de 1915. Nous y lisons, en quand il s'est demi l'paule gau> rachat des obligations mises Jelet : cbe,— ce qui Ta handicap. en accord avec le Protocole I Sous le trait de 1915, le, Avons reu le rapport andu 3 octobre 1919!* Do il IConseiller financier-Receveur nuel de la D. G. T. P. n prouve ressortirait aue une fois ces {gnral a eu et a exerc des qMj les activits de ce service, obUgaiioi^etaoMmSfpoufoIri extrmement larges !" i£f ' diminution des tonds sur toutes les phases de Tor, J u Ul oal alloues WU ;ila <• • • i f „.. I oui U )). aanisation financire du uou-1 lies, il in: portera peu au Gouvernement des Etats-Unis que la disc : plinc disparaisse de notre arme. En demandant de ngocier en accords spars les objets respec.iis des deux Protocoles, le Goi v'fi •nement montre ainsi commenl esl factice ce lien qui voudrait unir le Protocole A, par son article s, et le Protocole B par son article — On annonce qu'aux Etalsvernement hatien, encaissant Unis lUx neuf pergOQne g 8 onl tous revenus, agissant coin j m o rles pour avoir bu de l'aime gardien de tous tonds et, ) cool de bois et que sept autres COnlr uni leur allocation aux\ en sont devenues aveugles. lpartements administratifs •.] -Lundi dernier, Me Pierre Suis la haute dlreneeque j lludicourl a plaid un rfr nous devons au Charg daf [contre Joseph Geffrard pour le [aires amricain, nous lui au paiement de ses honoraires dans rions pos le dfi de trouver \nBm de la Hasco. III -ii lOiRn.i/.nnal — Le 3 leunes lilles, membres dans le traite de 1915 aucune f du Qub £ Volk y B '„,„„ VU| 7 disposant que toutes les clause donnant au neceveur mtAmt rec j aui du Prsident autorits du Gouvernement gnral les pouvoirs qu il tle ..u.s.S.ll., Alphonse Henrihaltien accorderont entire oit, tels que nous les souliquez> Ull Ul)paicl | de baskelt protection et toute assistance gnons plus haut. Le trait de convenable au... Service des 119L> ne le charge que des enbail qu'elles ont laiss au l'arc Lecoute. Elles ont expliqu que cela avait t achet avec leur argent, et que ce n'tait point la proprit de l'Union, t ait dont le Prsident peut se rendre ciser (Tailleurs que, nouonsJhors du J— ^Z^M^^ tantleProtocoleVatsaM^ que, ne s'est paTrendu ses sion m 1915 fai vernemen nier d la Gar aux officiers amricains ad fur et mesure de cette formation; et que les trois an"piralc>n ITS' £* lj'^e^ que nous le r H a dll parli ^ e temps ncessairesuggrons. ^%£^d!£Z£& strictement -pour entaBref> le communique du Jg, nement des officiers hatiens | K |); r i t MnenL des Relations i dnomn I fonctions de commande nient et d'administration. Au reste,s'il ne s'agit (pie le liquider ce point de vue dition de ligues bananes laite le 26 septembre dernier par la maison Keinbold et Go, il entre cent i/i/'i//';oing douze rgimes venus de ses plantations. Il al lend que la machine perforer de la i). G. T. P. soit mise sa disposition pour commencer de Forage don puits artsien qui lui permettra de piauler une soixantaine de carreaux de terre. — La ville de Donawiz, en Autriche, esl dans une misre incroyable. Les caisses de la municipalit sont vides, ce qui a ail suspendre le paiement les allocations de chmage. 1000 chmeurs rclament du pain et du travail. Le bourgmestre a entrepris des dmarches en vue d'obtenir les secours immdiats du gouvernement fdral. Ce n'est pas seulement en Allemagne que svit I assassinai politique. En Bulgarie, le journaliste Petrop, propritaire du journal agrarien SoOO Brme, a t assassin. On accuse du meurtre l'organisation macdonienne Michadol. — Lire demain la suite de notre tude sur la dette publique. La D. G. T.P. prpare une nouvelle carie d'Hati qui relvera toutes les erreurs qui auraient pu tre commises dans les prcdentes ditions. — A la salle d'analomie de l'Ecole de mdei ine.il sera prononc le mardi '21 octobre prochain une confrence O il sera trait, au point de vue de l'hygine, des graves problmes de l'ducation et de la sant publiques. — L'Allemagne a rpondu a l'Angleterre qu'elle acceptail la proposition d'une confrence quatre, qui se tiendrait Londres, pour discuter sa demande d'galit d armements. Et la France ? — La Bolivie a propos au gnral allemand dans Lundi de prendre le commandement eu chef de son arme mobilise contre le Paraguay. (Test la deuxime fois que le gnral Lundi commanderait ['arme bolivienne qu'il a dirige et entrane pendant 11 ans. — Le parti travailliste, en Angleterre, a vot une rsolulion rclamant la dissolution de la Chambre des Lords. Dans |f mme temps, les conservateurs demandent l'augmentation de ses pouvoirs. \ ir sur le ... voit que la chasse nous induit parlois sur le chemin lu salut, et que. dimanche derier, un trio: Monsieur, Madane et un ami, qui chassaient le">uis le nn-ilin — el sinsgrant uc<>s d 'ailleurs — dans les b >)i* "voisinant Port-au Prince, s'e< vin eut, tombant de fatigue et te i nui, demander l'hospilalii u presbytre de \. Le saint homme de cur oflrit ce qu'il • vail.des chaises pour comaencer, des cents, du pain, un verre de vin, et comme dessert: un paroissien : Ces! pour qje. 'a prochaine lois, dit il avec une Propos humides du Receveurgnral et du traite armements intensifs de l'AlleCL-CI mettre lin une telle magne eu violation des textes renVe pratique et, pwjM^Jfft ?nil de V ~M%  ^ i . i><'s savants ami r terre un dossier qui relate les nt ardenU partisan du extrieures, nous osons ic |ine ( :1 dire aprs celte avenlure du |;ll|u ( j. ., )># trait du 3 septembre, est de __ Pour rpondre aux n %  < nnature rconcilier le boudemandes de loue < vrnemenl du nrsident Vinaui veulent n le DM., un rj ern ; vec le seniiinent public, {Sax film parlanl Le Mystre de S M^raiteif •et, pOW nOlW part, SU CoUaVUla ltm t Uait.anale reTiit de 1916; un simple excord provisoire tiudant aaG — 1 amer cains, dit-on, %  i i • sec ci des lzard. amateurs d' ool. I' i mi vous dire que c • animaux trouvent il im l'ile raisin de L i lave. Des su itnt, ..•ii. (jul l'y n t ili j ie .'i i itu qael. nn p %  /. >olog | i il D .U ; D'Oh il lei %  '. %  ..(, de tu graadc lie. usur nommi feut Jac innocen(e malicet vous ^; ; ques cuire lequel slevaient l ^^, a s;lirle ,' nesse a p v \* de graves prsomptions, (ta suivre la chasse. retrouva tous les objets vols. Le malandrin avad eu le temps de distraire dix dollars de lu valeur ; le reste a t remis mi propritaire, taon sieur Dennis. Quant PetitJacques, il a t livre la justice '1 oues nos flicitations au Gnral Ssanigat pour iesef. loris en vue de sauvegarder la socit. ,-—>a M. %  % %  M "if •vai* M. Acosla, qui lui pendant quelque temps agent gnral en Hati de la Lykes Brothers et donl on garde le meilleur souvenir, cause le son sens des a 11 a ires et de ses belles qualits intellectuelles,esl revenu parmi nous reprendre^la direction de la mme Compagnie. Nous lui renouvelons nos compliments et nos souhaita de bienvenue. tfuvatdaauitwiflmwia Loterie Nationale —o — Eu allcn lanl de moiiri r ainsi que l'annonce i Le Genre* avec une clairvoyance au Nos chasseurs cerlaineme >t l'en demandaient pas tant I le paroissien lui.au dpari, oub'i sur une table du presbytre. 0 i .vait pris pour de l'humour ecclsiastique la recommandaUon du cur. ... voit que le boxeur Aragon, nis avoir mis kuoek ont Thomas Guerrier, il y a quelques joui s, vient de confirmer su science du noble art, en ballant I: m anche dernier Savoie Dsir, l'lve de Guerrier. Dimanche prochain, ce sera le tour di Paoasito le Dominicain, et cilcochea el Hurro, de se dmon'er rciproquement la mchoire.— Complimenta Hugo, gaaiaetear ata ces bawcni ootbats. ... a vu, dimanche soir, soi le trottoir du Champ-de Mars qui lai' lace HaTliasa, une fginte, rcemment marie d'ailleurs, j u teiaail les cenl pas, en •tendant la reprsentation cinmatographique annonce au programme. Madame portait me robs dernier cri, une robe si longue.quela trane soulevait la poussire. Il vous manquait an page.Madnme.ou une grand* mre, pour vous Indiquer le ge.stfl gracieux qu'avaieul les elganiea d'antrelois pour, d'une main la taille, icoortar b* trane de leurs rob Mais o dtaut, la UtorieNations ea] donc tai nfJfsi lanlanf procd Hma iche, et avec la solennit d'usage, son 19e tirage* Le gros lot a t gagn ;>ar le numro 3688 et le deuxi ie lot de trois mille gourdes par le numro 4H53. Naturellement, si vous n'avez, pas ces deux nuiurosli, vous avez eu tort de ne pas les ; > i si r. Von I 01 joue sur imauvais cheval Quao i nim '. lOUt n'es! p -s p u I i ei quand on n'a pas gagn le gros lot, il n'est pas sans agrment de se rabittre sur les lois de cinq cents gourdes, ou mme de cent.lit c-esl la p >litique actuelle de la Loterie hationalei Dimlnuei i i vue r de le : I OU trois •rs lots o)Mmultiplier les lots moyens e-. taire le pluj d'heureux possible.O'est ou ne peut rnieux.ainsi VOTRE CUISINE, MADAME... ... voit que sous le titre martial: Dant la Mle, noire ami rimoths Pareil ancien Secra ire d'Etat de la Justice, pour ne rappeler qu'un de ses titres, vient de runir en brochure, orne d* sa photographie en jagii au Tribunal de Cassation, ses contrences, discours, penses, vers, de 1916 1031. C'est une belle tranche de vie hatienne, qu'on retrouve dans ces pages toujours d'actualit qui oui, en certains chapitres, l'intrt docu nent de mmoires eu mme temps qu'elles prsentenl uie loquente apologie d'un hier, si injustement et inintelligemment dcri. Dans li hls • uscitera peut lre des controve ses. Tan; mieux, puis qu' tout prendre, la vrit n i luit pas sans chocs. Comphuciifs .-.u lalleur autant qutf a I homme de lettres. Le livre est a lire, a tte repose. Il incline BQ examen de conscience. • • ... voit qu' dulaut de grives on mange des merles, mais q i i li iui de Barbancourt une ioil i n se r.y-,^iv Sl rabat sur l'eau claire. Tout ou rien. Ils pensent revenir, dit-on, avec leur Trait du .'! sepu b e. Qu'ils ? Les Ira %  uns, pal bleu Ils pe eut que s'ils env i ni, i ch ique mem \ bre du Parlera mt, une tielle • nite le la hanl I sines de Port au Prince ci de\ • b int par ratifier 'afl eus \ T M t. Tout doux, mes Yanr i le prsent serai lenta• i-i J 21 coiranl ur, i taire, votre}pour i'Earope prenant du ti unie \A luuieni i ne Koland, n'a qu'un mrite: ; '"' fty<*i " LIW l.id qu'ehe "st morte. I J RIGIO B?c Fia. Agent gnral II ROYAL If S LT I • i'-i * i L'u Ire %  n %  o o


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07128
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, October 12, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07128

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
lOlRHUTlSUR '
1358. HUt AMHI AINE 1358
1ELEPH0NE N224
Les i lui- s Les pli s elles-
mmes, elles pouvaient rflchir
un moment seraient tonnea de
tout ce qu'elles oui consenr de leui
pass; lui .1 des constructions sou-
lerrainea a toutlcean'eat tioo 11- surface el de profonueur.
Soadez.et vous trouverez.
'2(>'me ANNEE N 7796
1 I
PORT-AU-PHIN(HaITI)
MER< RED1 12 OCTOBRE 1932
Le communiqu du Dpar-
tement des Relations Ex-*
trieures et les nouvelles
ngociations.
Le Dpartement des Hein- sign en vue de rendre cet
fions Extrieures a rendu pu entralneraenl plus intense, et
blique, sous l'orme le coin [la Mission militaire, son Irai-
m uni que et en attendant la
publication de son Livre Bleu,
nue correspondance ecuange
entre M. Albert Blanche!, se-
crtaire d'Etat dos relations
icinent compris, ne tiendrait
pas dans cet accord plus de
place que la Mission scienti-
fique n en lient dans l'accord
du aot 1931 Ce dernierins-
AUX ROY
30 annes de succs.
MRI
errain nouveau nous soin m'.-s
cordialement disposs le
soutenir de toutes nos lorces.
ii
cortge dans
Le sentiment populaire
fera certainement
sa nouvelle et patriotique alti-
tude, nonobstant le Ion com-
minatoire des communicatiens
extrieures, et M..Donald R. Hument en mains, le Gouver- de ia Lgalioa dea Efat8.uJls.
Healn, charge a affaires des j nement nous semble assez dclarant, malgr le rejet de
Etats-Unis, la suite du rejet arm pour ngocier sur celte I l'Assemble Nationale, pu- son
base un accord qui, pourvu i Gouvernement a fait dans le
par l'Assemble Nationale du
trait du 3 septembre.
La position prise par le Gou-
vernement, dans celte corres-
pondance, nous parait avan-
tageuse el nous sommes heu-
reux de lui rendre cet hom
mage aprs avoir combattu
nous-mmes le Irai le, comme
nos lecteurs le savent. Nous
voulons prciser en quoi cette
position nous semble avan-
tageuse.
Le Gouvernement, par le
fait mme du rejet global du
trait,alors que celui ci cora
porte plusieurs objets, esl
bien admis de demander une
dissociation et la reprise des
ngociations en vue d'accords
spars. En ralit, le Proto-
col Arelaiif l'hallianisalion
de la Garde et le Protocole B
relaiil au contrle de nos re-
venus en fonctions du servi-
ce de la Dette, forment deux
objets nettement spars et
distincts, et rien dans la lec-
ture successive des deuxpi
ces ne laisse entrevoir entre
elles aucun lien de subordi-
nation. La Lgation amricai
ne doit nous supposer assez
intelligents pour dmasquer
la duperie que voudrait cons-
jui, po
qu il ne soit que de liquidation, trait du 3 septembre son majxi
pourra se passer de la sanc- muni de concessions, escomp
lion de l'Assemble Nationale ,anl sans doute,aprs cela, quel-
et surtout de l'entrinement, tIue inconsquence de noire
plus dangereux, du Snat : Part ? ^e ,a. . quelque
ajmKwsNBkaKMMw donnera une dernire lois, di-
manche, aux prix populaires de
2,3 el I gourdes.Une bonne au-
baine pour loua.
On demande quand sera
ouverte l'Ecole normale d'insti-
tuteurs crer par une loi rcente.
Jusqu'ici aucune information
n'est venue du Dparlement de
l'instruction publique.
M. I). lie nadolle, de l'Ar-
americain.
Nous estimons enfin par-
faitement correct le point de
vue du Gouvernement d'a-
dopter, pour la garantie des
intrts des prteurs de 19.42,
une forme le protection effi-
cace, mais d'onr. exclusive-
ment technique et n'affectant
pas les conditions d'exerci-
ce de la souverainet ha-
tienne. Ici encore, en eflet,
qu'est il besoin d'un trait
solennel, alors (pie celui de
1915 aura pris tin, pour or-
ganiser cette vaste reprsen-
tation fiscale que nous voyons
dans le trait du 'A septembre,
vritable pav de Tours en
disproportion vidente avec
nouvel abus de la force.
il y a
{ Vingt-cinq ans
Le Matin, ll> Octobre l!H)7.
HOMMAGE MRIT
Aou sommes lieureii.v d'en
regittrer un nouveau /ait
l'actif de l'Inspecteur en chef
de la /',, ice et de ses auxi-
liaires.
I n Vol avait t commis
mardi dans la nuit dans /<
caf de dur Beaumonl Dennis
au Champ-dc-foan l n stock
de cigares et de cigarettes
quelques bouteilles de diff
rentes boissons et la vais tr de
cent cinquante dollars avaient
t enlevs, .bu/s la Polit*
cahaie, informe noire confrre J a ait tendu ses filets cl hier
haiti-Journal que dans lexp ^ Petit Jac
i
ECHOS
Le Docteur Gruening, l'A-
mricain magnifique, anci :n di-
recleur de The Nation , qui,
depuis quinze ans, se dpense
pour la libration hatienne, a
crit l'un de nos amis: C'est
l'honneur lu Peuple Hatien
que le dernier Trait ait t re-
jet l'unanimit par l'Assem-
ble Nationale. Cela lait forte-'
impression dans les milieu-, of-
ficiels amricains el a servi vo-
tre Cause.
Notre confrre Le Nou-
velliste a publi lundi pass
le contrle d'ordre lecbnique une lettre du Prsident d Se-
el absolument limit qu'il s a- nat, Mr Denis Si Aude, qui met
gil d assurer en laveur de un point final, croyons-nous,
nos cranciers? la question des budgets. Le S-
A ce sujet, nous devons re nateur dclare que tout tait r*
lever une erreur assez gros- gl ds le 28 septembre.c'est--
sire dans la lettre du 7 oc- due que ces budgets taient ex-
tobredu Charg d'afi .ires des .P* a lT" de dvoiL Nolla 'lai
Etats Unis voulant tablir que estdlv .
Dimanche dernier, le pou-
tituer, cet gard, l'article cS les pouvoirs du Reprsentant !ain de Guerrieri Savoie Dsir,
du Protocole A prvoyant le} fiscal du trait du 3 septembre i( t baitu aux points par Ira-
maintien d'Une Stricte dis-[sont moins tendus que ceux gon, le vainqueur de Guerrier.
cipline dans la Garde jus [du Receveur Gnral[du Irai- Dsir tait encore trs en forme
qu'... IVniortissement ou le li de 1915. Nous y lisons, en quand il s'est demi l'paule gau>
rachat des obligations mises Jelet : cbe, ce qui Ta handicap.
en accord avec le Protocole I Sous le trait de 1915, le, Avons reu le rapport an-
du 3 octobre 1919!* Do il IConseiller financier-Receveur nuel de la D. G. T. P. n prouve
ressortirait aue une fois ces {gnral a eu et a exerc des qMj les activits de ce service,
obUgaiioi^etaoMmSfpoufoIri extrmement larges if ' diminution des tonds
sur toutes les phases de Tor- Ju Ul oal alloues- WU ;ila-
< i f .. I oui U )).
aanisation financire du uou-1
lies, il in:portera peu au Gou-
vernement des Etats-Unis que
la disc:plinc disparaisse de
notre arme.
En demandant de ngocier
en accords spars les objets
respec.iis des deux Protocoles,
le Goi v'fi nement montre ain-
si commenl esl factice ce lien
qui voudrait unir le Proto-
cole A, par son article s, et le
Protocole B par son article
On annonce qu'aux Etals-
vernement hatien, encaissant Unis lUx neuf pergOQneg 8onl
tous revenus, agissant coin jmorles pour avoir bu de l'ai-
me gardien de tous tonds et, ) cool de bois et que sept autres
COnlr uni leur allocation aux\ en sont devenues aveugles.
lpartements administratifs .] -Lundi dernier, Me Pierre
Suis la haute dlreneeque j lludicourl a plaid un rfr
nous devons au Charg daf [contre Joseph Geffrard pour le
[aires amricain, nous lui au paiement de ses honoraires dans
rions pos le dfi de trouver \nBm de la Hasco.
iii -i- i lOiRn.i/.nnal Le3 leunes lilles, membres
dans le traite de 1915 aucune fdu Qub Volk.y_B', VU|.
7 disposant que toutes les clause donnant au neceveur mtAmt recjaui du Prsident
autorits du Gouvernement gnral les pouvoirs qu il tle ..u.s.S.ll., Alphonse Henri-
haltien accorderont entire oit, tels que nous les souli- quez> Ull Ul)paicl| de baskelt
protection et toute assistance gnons plus haut. Le trait de
convenable au... Service des 119L> ne le charge que des en-
bail qu'elles ont laiss au l'arc
Lecoute. Elles ont expliqu que
cela avait t achet avec leur
argent, et que ce n'tait point la
proprit de l'Union,-tait dont
le Prsident peut se rendre
ciser (Tailleurs que, nouons- Jhors du J ^Z^M^^
tantleProtocoleVatsaM^ que, ne s'est paTrendu ses
sion m
1915 fai
vernemen
nier d
la Gar
aux officiers amricains ad
fur et mesure de cette for-
mation; et que les trois an-
"piralc>n ItS'* lj'^e^ que nous le r H a dll parli
^ e temps ncessaire- suggrons. ^%^d!Z&
strictement -pour enta- Bref> le communique du Jg,
nement des officiers hatiens |K.|);,ritMnenL des Relations i dnomn
I fonctions de commande
nient et d'administration.
Au reste,s'il ne s'agit (pie
le liquider ce point de vue
dition de ligues bananes laite le
26 septembre dernier par la
maison Keinbold et Go, il entre
cent i/i/'i//';- oing douze rgimes
venus de ses plantations. Il al
lend que la machine perforer
de la i). G. T. P. soit mise sa
disposition pour commencer de
Forage don puits artsien qui
lui permettra de piauler une soi-
xantaine de carreaux de terre.
La ville de Donawiz, en
Autriche, esl dans une misre
incroyable. Les caisses de la
municipalit sont vides, ce qui
a ail suspendre le paiement les
allocations de chmage. 1000
chmeurs rclament du pain
et du travail. Le bourgmestre a
entrepris des dmarches en vue
d'obtenir les secours imm-
diats du gouvernement fdral.
- Ce n'est pas seulement en
Allemagne que svit I assassi-
nai politique. En Bulgarie, le
journaliste Petrop, propritaire
du journal agrarien SoOO Brme,
a t assassin. On accuse du
meurtre l'organisation macdo-
nienne Michadol.
Lire demain la suite de
notre tude sur la dette publi-
que.
- La D. G. T.P. prpare une
nouvelle carie d'Hati qui rel-
vera toutes les erreurs qui au-
raient pu tre commises dans
les prcdentes ditions.
A la salle d'analomie de
l'Ecole de mdei ine.il sera pro-
nonc le mardi '21 octobre pro-
chain une confrence O il sera
trait, au point de vue de l'hy-
gine, des graves problmes de
l'ducation et de la sant pu-
bliques.
L'Allemagne a rpondu a
l'Angleterre qu'elle acceptail la
proposition d'une confrence
quatre, qui se tiendrait Lon-
dres, pour discuter sa demande
d'galit d armements. Et la
France ?
La Bolivie a propos au
gnral allemand dans Lundi
de prendre le commandement
eu chef de son arme mobilise
contre le Paraguay. (Test la
deuxime fois que le gnral
Lundi commanderait ['arme
bolivienne qu'il a dirige et en-
trane pendant 11 ans.
Le parti travailliste, en
Angleterre, a vot une rsolu-
lion rclamant la dissolution de
la Chambre des Lords. Dans |f
mme temps, les conservateurs
demandent l'augmentation de
ses pouvoirs.
\ ir sur le
... voit que la chasse nous
induit parlois sur le chemin
lu salut, et que. dimanche der-
ier, un trio: Monsieur, Mada-
ne et un ami, qui chassaient
le">uis le nn-ilin el sinsgrant
uc<- >sd'ailleurs dans les b >)i*
"voisinant Port-au Prince, s'e<
vin eut, tombant de fatigue et
te i nui, demander l'hospilalii
u presbytre de \. Le saint
homme de cur oflrit ce qu'il
vail.des chaises pour com-
aencer, des cents, du pain, un
verre de vin, et comme dessert:
un paroissien : Ces! pour qje.
'a prochaine lois, dit il avec une
Propos
humides
du Receveurgnral et du traite armements intensifs de l'Alle-
cl-cI mettre lin une telle magne eu violation des textes
renVe pratique et, pwjM^Jfft ?nil de V~M-
^ i . i><'s savants ami r
terre un dossier qui relate les nt ardenU partisan du
extrieures, nous osons ic |ine ( :1
dire aprs celte avenlure du |;ll|u. (j. ., )>#
trait du 3 septembre, est de __ Pour rpondre aux n < n-
nature rconcilier le bou- demandes de loue <
vrnemenl du nrsident Vin- aui veulent n
le DM., un rj *ern;vec le seniiinent public, {Sax film parlanl Le Mystre de
S M^raiteif et, pOW nOlW part, SU CoUaVUla ltmt Uait.anale re-
Tiit de 1916; un simple
excord provisoire
tiudant aaG 1
amer cains,
dit-on,
i i sec
ci des lzard. amateurs d' ool. I'
i mi vous dire que c animaux
trouvent il im l'ile raisin de L i
lave. Des su itnt,
..ii. (jul l'y
n t i-
li j ie .'i i itu qael-
. nn p
/. >olog | i '
il
.
D .U
; D'Oh
il lei ''. ...(,
de tu graadc lie.
usur nommi feut Jac innocen(e malicet vous ^; ;
ques cuire lequel slevaientl^^, ,a s;lirle ,'nesse apv \*
de graves prsomptions, (ta suivre la chasse.
retrouva tous les objets vols.
Le malandrin avad eu le
temps de distraire dix dollars
de lu valeur ; le reste a t
remis mi propritaire, taon
sieur Dennis. Quant Petit-
Jacques, il a t livre la
justice
'1 oues nos flicitations au
Gnral Ssanigat pour iesef.
loris en vue de sauvegarder la
socit.
,->a
M.
M
"if
vai*
M. Acosla, qui lui pendant
quelque temps agent gnral en
Hati de la Lykes Brothers et
donl on garde le meilleur sou-
venir, cause le son sens des
a 11 a ires et de ses belles qualits
intellectuelles,esl revenu parmi
nous reprendre^la direction de
la mme Compagnie.
Nous lui renouvelons nos
compliments et nos souhaita de
bienvenue.
tfuvatdaauitwiflmwia
Loterie
Nationale
o
Eu allcn lanl de moiirir,
ainsi que l'annonce i Le Gen-
re* avec une clairvoyance au
Nos chasseurs cerlaineme >t
l'en demandaient pas tant I le
paroissien lui.au dpari, oub'i
sur une table du presbytre. 0 i
.vait pris pour de l'humour
ecclsiastique la recommanda-
Uon du cur.
*

... voit que le boxeur Aragon,
nis avoir mis kuoek ont
Thomas Guerrier, il y a quel-
ques joui s, vient de confirmer su
science du noble art, en ballant
I: m anche dernier Savoie Dsir,
l'lve de Guerrier. Dimanche
prochain, ce sera le tour di
Paoasito le Dominicain, et cil-
cochea el Hurro, de se dmon-
'er rciproquement la mchoi-
re. Complimenta Hugo,
gaaiaetear ata ces bawcni
ootbats.
... a vu, dimanche soir, soi le
trottoir du Champ-de Mars qui
lai' lace HaTliasa, une fgin-
te, rcemment marie d'ailleurs,
j u teiaail les cenl pas, en -
tendant la reprsentation cin-
matographique annonce au
programme. Madame portait
me robs dernier cri, une robe si
longue.quela trane soulevait la
poussire. Il vous manquait
an page.Madnme.ou une grand*
mre, pour vous Indiquer le ge.s-
tfl gracieux qu'avaieul les el-
ganiea d'antrelois pour, d'une
main la taille, icoortar b*
trane de leurs rob Mais o
dtaut, la UtorieNations ea] donc tai nfJfsi lanlanf
procd Hma iche, et avec la
solennit d'usage, son 19e
tirage* Le gros lot a t ga-
gn ;>ar le numro 3688 et
le deuxi ie lot de trois mille
gourdes par le numro 4H53.
Naturellement, si vous n'avez,
pas ces deux nuiurosli, vous
avez eu tort de ne pas les
; > i si r. Von I 01 joue sur
i- mauvais cheval Quao i ni-
m '. lOUt n'es! p -s p u I i ei
quand on n'a pas gagn le
gros lot, il n'est pas sans
agrment de se rabittre sur
les lois de cinq cents gour-
des, ou mme de cent.lit c-esl
la p >litique actuelle de la
Loterie hationalei Dimlnuei
i i vue r de le : I OU trois
rs lots o)M- multiplier
les lots moyens e-. taire le
pluj d'heureux possible.O'est
ou ne peut rnieux.ainsi !
VOTRE CUISINE, MADAME...
... voit que sous le titre mar-
tial: Dant la Mle, noire ami
rimoths Pareil ancien Secr-
a ire d'Etat de la Justice, pour ne
rappeler qu'un de ses titres,
vient de runir en brochure,
orne d* sa photographie en
jagii au Tribunal de Cassation,
ses contrences, discours, pen-
ses, vers, de 1916 1031. C'est
une belle tranche de vie ha-
tienne, qu'on retrouve dans ces
pages toujours d'actualit qui
oui, en certains chapitres, l'in-
trt docu nent de mmoires
eu mme temps qu'elles pr-
sentenl uie loquente apologie
d'un hier, si injustement et
inintelligemment dcri. Dans
li hls uscitera peut lre des
controve ses. Tan; mieux, puis
qu' tout prendre, la vrit n i
luit pas sans chocs. Comph-
uciifs .-.u lalleur autant qutfa
I homme de lettres. Le livre est
a lire, a tte repose. Il incline
BQ examen de conscience.

... voit qu' dulaut de grives
on mange des merles, mais q i i
li iui de Barbancourt une ioil
i n se r.y-,^iv Sl. rabat sur
l'eau claire. Tout ou rien.
Ils pensent revenir, dit-on,
avec leur Trait du .'! sepu
b e. Qu'ils ? Les Ira uns,
pal bleu Ils pe eut que
s'ils env i ni, i ch ique mem \
bre du Parlera mt, une tielle
nite le la hanl
I sines de Port au Prince ci de\
b
int par ratifier 'afl eus \
T m t. Tout doux, mes Yan- r
i le prsent serai lenta- i-i J 21 coiranl
ur, i taire, votre}pour i'Earope prenant du ti
unie \a luuieni i
ne Koland, n'a qu'un mrite: ; '"' fty<*i " LIW l.id
* qu'ehe "st morte. I J RIGIO
B?c Fia. Agent gnral
II ROYAL If
S Lt
i
i'-i
* i
L'u Ire
n o o


PA'"E2
a ;rjml progrs pour Hati.
MATIN 12 Octobie 1932
L'Arrive d'un avion gant
4 moteurs
SERVICE NATIONAL DllYGIN] = Pi,a,G,,pra,,.,a't
--o
Suivant sa tradition de don-1 (lu type Clipper ont une
ner*trirAntilles et l'Am-
rique Latine le transport
aiien le plus e lli c i e n l
avec des ilim i aii^s r-
guliers et ceriaii \ la Pan
American Aiiways aunoucc
que le vol inaugural de son
plut gffnd avion, le gant
Aijperignn Clipper de 4.)
passagers, commencera un
service hebdomadaire rgu-
lier avec ce type d'avion de
i
eieouue ri oi'es de lit pieds
ei une cabine de deux pieds,
plus large que les w gona des
chemins de 1er, deux < nbinets
de toilette, e;iu chaude et
Loi de, et un systme de
ebauflage et de n Iroidisse-
ment. Ce type d'aroplane, le
i lus grand dans le mondepoor
le service commercial rgu-
lier, a plus de lorce qu'une
locomotive de chemin de fer.
Miami, Florid.' travers les | Chaque fois que le Pilote
Aniillei, jusqu' Sau Juan, ; Commandant lance le gant en
Puerto-Rico et retour. j pleine vitesse, il a un total de
Ce voyage inaugural du la- j 2.300 chevaux dans les quatre
ntewx avion aura lieu le 11 et moteurs sous son contrle.
le 1*2 Octobre. Api es ce vo-
yage, un service rgulier sera
maintenu avec un avion
Clipper laissant Miami
chaque jeudi avec malle, pas
sage i s et express pour les
Antilles et la cte est de IA-
mrique du Sud. Sa cargaison
sera transfre San-,Juan,
Puerto-Rico, sur un avion
Commodore de vingt deux
passagers, qui se dirigera vers
le sud.
Celte loi ce immense soulve
tacitement tt rapidement le
gant bateau, de l'eau, dans }
cinquante secondes ei porte
son poids total de dix seot
tonnes une vitesse de 115
milles par heure*
oc
Mr Arthur Kugne Curlis.
Consul honoraire d'Hati
, Miami ( Floride ), eu com-
mentant le nouveau service
ET D'ASSISTANCE PUBLIQUE
Section de la propa-
gande 'l'hygine.
Cinma sur la tlace Sle-Anne.
Un nouveau programme a
t pi epi e < .iurnant la
propaga ide d'ii\ , ne par des
coni< renct s aux iusiitute i
et aux parents, par des cau-
leresdaoi les tolea, par le
cinma dans les villes et la
campagne, par la publicit
dun bulletin mensuel, par
la distribution de tracts et
de livres d'hygine.
D s semaines consacres
cette propagande seront or-
ganises au prolit des villes,
des campagnes et des coles
de la i rovince.
Aujourd'hui mercredi, 12
octobre,il y aura, sur la place
Sle Aune, l'ort un-Piuice, a
parlir de 7 heui es do soir,
une sance populaire de ci-
Dma avec exh binon et ex-
plication de ti nis sur la tu-
berculose, l'alcoolisme, les
maladies vnriennes, une
pai lie comique et I assistance
du chtusoniiier Saluave.

Avis
Anivant San Juan cha- arien eu Hati, a dclar:
que vendredi, ce gant ba- 1 !-ar le voyage inaugural
teau volant laissera Puerto j Port-anPrnce du tameux
Rico le lendemain samedi J American Clipper >:, del
pour Miami, en passant part Pan American Air vvays, le
Sin Pedro d** Macoris, Port pins grand aroplane corn-
mi l'riuce et Nuevilas, Cuba, mercial du monde, et par le
lUnivera son point termi- service hebdomadaire de ces
nos. Nord de Miami, 6 p m., grands iClipper qui s'en sui
ce samedi, avec sa cargaison via, Hati bnficiera.du type
de malle, passagers et ex- le meilleur et le plus adquat
press de l'Amrique du Sud de transport aiien moderne,
et des Antilles pour les divers pour un dveloppement con- '
points des Etats-Unis. i"u du service des passagers,
Ce service inaugure pour'malle et express pour les
les Antilles ce qui est actuel-j Etats-Unis, les Antilles et les
imeot le plus complet et ; Rpubliques de l'Amrique
luxueux dans le monde pour i du Sud.
le transport commercial a~| < Ceci marque le corumen
rien rgulier. Ce service est cernent d'uu grau t piog es
le rsultat d'une politique d.ns le transport arien
de prvision envisageant le d ilati. et de nouvelles et
dveloppement continu de la j profitables relations entre la
malle arienne, l'expiess et le Rpublique d'Ha >., les Pays
transport des passagers. j de l'Amrique latine et Us
Les fameux bateaux Eta's Unis.s
Les billets du 20me tirage pilaise)
de la Loterie Nationale d'Ha-
ti seront mis en circulation
le Kamedi 1 octobre en cours.
Poi'Uau'-Prince, le il oct.
1932.
La Direction
Accidents
B Octobre 1H2J
Grard Mnos, 8 ans, Bas Peu
de Chose. Traumatisme du cou-
de, lracture probable.
Fvnlus Lcuis, Faubourg Sa
lomoa. blewore ccntu;-e ou
tro i. .
Virginie Joseph, 34 ans, La
Saune. Motsuie de chien la
jambe droite.
Isril Miche', 14 ans, Bois-
Verna. Traumatisme du nez.
Hoslia Etienne, 22 ans, rue
Runion. Contusion simple.
Jubtin Laguerre, 35 ans, rue
Amricaine. Blessures contuses
lgres au dos du nez et au sil-
lon nazo-Gnien.
Yolande Riboul, <> mois, Bo-
losse. Traumatisme du thorax.
Henry Louis, 32 ans, S ri lie
Blessuie contuse du cuir che-
velu.
Chry Toussaint, Bois.Verna.
Traumatisme du poignet droit.
D-eucionn Calixte, Bab. Li-
lavois, Contusion ne la jambe
gauche.
Saintiirne Paul, rue St.Mar-
tin. Traumatisme de la nuque.
Juan Florez, rue Geflrard.
Hmatome de l'avant bras droit.
Hosi Chappe, 05 ans, Portail
Logane. Traumatisme du tho
' ri-x, de l'abdomen, des mem-
; bits suprieurs et de la fesse.
Carmen Lucien, Massan. Frac-
ture de la cuisse gauche ( hos--
Cin-latdy


a^
DEMAIN SOIB
i.a tu lie comeuie :
600,000 francs par mois
aeNieo'aa Rnline, Charles Veoel et Madeleine Gui ty
Entre 0,50 ; Balcon : 1 00

:-
I
l I
Une lettre
du Snateur
Pierre Hudicourt
-oo- -
port-aj-Prince, 10 OJ. 1932.
Mon cher Directeur,
J' i lu le t Corn mu ni p
du Dpartement des Relations
Hxterieures comportant un
ebange de nous rnlre le
Ministre des Relations l-.x e-
lieure* et la Lgation des
lClnts-Unis. Ce qui a Irapp
lilon atleution, c'est h criti-
que lu Bappoit de la Coin
mission spciale de I' assem-
bler Nationa e que le Charg
d'Alljires Amricains pus la
libert de lonmiler. Je ne
m'expliquerais cette libert
que m le Scrtait e dlv.it lui
avait oppos le rapport de la
Commission spciale. Fautil-
erpendant l'induire de ce pa-
ragraphe de la note du 7 Oc-
tobre: Mou Couvern meuj
note avec intrt le rapport
de la Commission spciale
loi nie par la Lgislature
Hatienne pour examiner le
Trait du 3 Sept. 1932. a?
Mr. le Charg d'Aliaires
pense que c le vrai caractre
du Trait n'a pas t appa-
remment compris et que le
rapport contient certaines er-
reurs qui ont videmment t
la cause d'un malentendu sur
la situation-
C'est mon privilge c un ne
Prsident de la Commission
spciale de l'Assemble Na-
iCommission spciale aucun
m I compris ni aucune er-
it ur.
La Co omission n'a pas re-
j- te le frai le seulement pur' e
que tel e ou telle Stipulation
in lui a pas convenu. Les
c|i elques remarques que con-
in nt le Rapport sur quelques
pi intS du Trait n'out t
prsentes qu' titre indicutil,
l c n prciser jusqu' quel
point ce Trait, en gnral,
porte atteinte an Droit de la
Souverainet Nationale,
Fn disant d ai leurs que le
Re) rsentact fiscal aura plus
de pouvoirs que le Conseiller
Financier, la Commission n'a
commis aucuoe trreur, parce
que, d'aprs l'art. 'I du Pro*
tocole B, le Reprsentant Fis-
cal devra avoir les mmes
si i ibutiona nue le Conseil-
le! Financier; mais, d'aprs
I a r t i c I e 111, il aura en-
core le droit et l'obligation
d'inspecter toutes les activi
ts du Service des f.onlribu
tions et de faire en ce qui
concerne la direction et
l'efticiencs d e s employs,
tontes les recommandations
utiles.
Le l'eprsentant Fiscal,en
plus. pissDtera au Ministre
des Finances les buqubstions
( les anciens parlementaires
de 11)17 doivent se souvenir
des suggestions obligatoires
de la i oustitution de 1Di7 ;
qui sembleront utiles quant
au perlectioiinernent de la l-
gislation sur les Contribu-
tions. >
Sons ce jargon diplomati-
que, cela veut dire en non
1er au miuisue liailien dts* Une dpche de Home, en Itions agrables, qui tout hon- gniecr Lon Mnos, Dnecteur
tuggeilwiiS que, personnelle-j laie du l(i Septembre dernier, J ne
m m, je crois obligatoires, re- annonce la mort de Mgr Coglio-
k
q
ionale de dclarer, par l'm- Iranail que les lois sur les
ermdiaire de voire journal, Contributions seront rdiges
u'il n'\ a eu de la part de la pai 'e Reprsentant Fiso I el
enregistres par le Faile-
ment, sans discussion.
Ceci ne se trouve pas dans
ic Trait de 1915. (---la n'en
existe-l-il pas moins? me (!e-
m indera t on. l'eut tre !
Mais le consentement de la
Natiun n'y est pour i ien.
C'est ici que Mr le Charg
d Ail ures s'est trom| , son
tour, sur l'esprit du rapport
li la C' uimi sion spciale. La
Commission spciale n'a pis
voulu, entendez le bien, re-
co u ma n d< r a l'Assemb i
Nationale le vote d'un Trait
qui pi i met un lonctionuain
tranger, nomme par le Ch< i
dun tat tranger, de prsen
ter au miuisue hatien dts
8
ni m. |e crois ooiiga
lati\emenl aux taxes et con
tributions que doit payer le
Contribuable hatien Un te
Trait ravit sa souverainet
I Republ.que d H.ili. Un tel
Naii dtruit le pr.'vilge des
Rtprsentauts de taire des lois sur tous les
objets d intrt public.) (arti-
cle .">.") Ccost.)
t\o taxation without our
consent ( Texte de la Co s1.
des K-U )
C'est contre ce principe es-
sentiel et primordial,que s'est
leve la Commission sp-
ciale. Qu'importe que le Ile-
prsentant Fiscal ait plus ou
moins de pouvoirs que le
Conseiller Financier !
Ce que nous n'avons pas
voulu, nous autres, celait de
suivre nos prdcesseurs de
19 .">.
.Nous n'avons :lonc pas eu
la proccupation des ques-
tions de dtail. Nous n'avons
pas voulu les considrer.
Pour nous.de mme qu'un
simple individu p'a pas le
droit de (airs un p;.cte avec
I1U de. ses sembVbies sur sa
libert individuelle, ainsi,
nous.Lcgi 1 ateui s, nous avons
pense que le droit de Souve-
rainet et d'Indpeudancc
de la Nation ne peut laire
l'objet d'une ngociation quel-
conque avec une Fuissauce
trangre
C'est sui ce principe que
nous avons clos la discussion
Veuillez agrer, mon cher
Directeur, les as.su ances de
ma considration trs distin-
gue.
Piebhb HUUICOURT,
Prsident de la Commission
de l'Asst mble hationale.
ASTHME
Opprestlon, Catarrhe,
tuffocatlant,
Toux neroeuus.
Ouiv-licn certaine par lea
CI3MTES CLRY
rtta POUDRE CLRY
D' CLRV, 19. :. tr A Maubeuqi, PARIS.'
ADOUCISSANT LA PEAU. ...DFLICATEMLNT
PARFUM. UN VRAI LUXE A UN PRIX
INSIGNIFIANT
SAVON DETOII ETTE
DLICATSMENT l'AHIlMK.
MOHR & LAURIN, P. 0 BOX Ma Distributeurs
Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince.
LA MAISON
*}

AUTO AGCESIESORS '
We sell V v\ and Seconp
Hand Parts for ail makes of
j.utomnbi'e^.
KNEER'S f..\R\GE
Rue 1 av*
Phnne 2 ilS v*t 2234
MORTD-IMONSEGNEUR l
COGLLO
Vient de recevoir les Ci-
garettes de la Rjie Fran-
aise.
L'inauquration Jacmel
J DU
Tlphone Automatique
JD.G.T.P.,au
( sionnante c
Comme nous l'annoncions, la
cours d'une impres-
crmonie, a inau-
gure le nouvel d Bce o se
conrenlreront dsormais ses
services techniques, dans l ai-
phone,"^moins lendu certes,
mais plus pert' c'ioiii que ceux
dj tablis Port-au-Prioce et
au Ch|> Haiti-.'n.
Aussi, avons nous tenu ren-
dre un hommage public l'Ar-
1 rondissement de Jacmel. C'est ( cbitecte Lonce Maig.iar, Direc
I un bel immeuble, aux propor- ; leur des Edifices Publics, l'In
lo, Il avait t charg d'afiaires
du ol-Sige en Hati el ;i Sanio
Domingo. Rcemment, il diri-
geait rinlernonciature de l'Am-
rique Centrale dans l'attente de
l'arrive du nouveau titulaire,
Mgr Chasio, souffrant d'une
maladie de cur. Il tait rcem-
ment rentr en Italie.
Tout le monde a connu ici
Mgr Cogliolo, dont admirait la
courtoisie el la distinction.
eur no're architecture olfi-1 des Tlgraphes et Tlphones
cialle. Le clou de la crmonie, I et a l'Administrateur Gnra!,
c'tait la i mise au trafic du | l'Ingnieur Franois Georges,
systme de tlphone automa- Je vous remercie de l'erapres-
tique, dont le Gouvernement a ; stmei t que vous avez mis r-
Heureux
gagnants
Le premier gros loUde la
Loterie Nationale d'Hati, au
ime tirage du 9 i.ctobre, a
t gagn par: Franois Gas^
ton, garde du Q. (i. de la
police. Seymour Tanis, com-
mis de magasin ; Mme Nico-
las Barosy, couturire; Joseph
Nicolas, employ de la^Doua-
ne.
Quatre coupons du deuxi-
me oui t, jusqu'ici, pays :
Dmoslhoe Desrosier, phar-
n acieirAnacron Joseph,bou-
laugei; iVlrae CUiic i-eopold,
couturire, i' i valen-
tin, maon.
Le troisime est tomb au
Cap-Hatien. v..^-,
POTRINE
rC'OLJXif!i^ tARYNcrre. tuberculose.
LE. RHUMES .nd-,
1 .',Ti "", I.IOUI-KEMENTS.
dot l'intressante population.
Aussi, c'est tout Jacmel qui, par
sa prsence l'inauguration,
avait tenu marquer sa grati-
tude au Gouvernement. Des
personnalits dePoct-au-Prince,
du journalisme et de la politi-
que, avaient rpondu la cor-
diale invitation de l'ingnieur
Jeannot. F les turent toutes salis-
.ailes de la rception de la D. G.
T P. que Jacmel, si souverai-
nement ho.-pitalire, railina d<
licitusement par mille atten-
tions.
pondre notre invitation; dans
celte maison qui est vtre, o
tous, dts degrs diflrenls,
vous avez intrts, un accueil
toujours bienveillant doit vous
tre rserv. Nous voulons tre
utile au public et lui donner,
dans la mesure de nos moyens,
un service de plus en plus effi-
cace : c'est J notre plus intime
satisfaction et la rcompense de
nos eflort'-. t de nos peines.
En rem! anl aujourd'hui ofli-
u'!- ni"n !c btiment au Gou-
i venu ment, reprsent par Mon-
A dix heures prcises du ma sieur le Ministre Edgard Fan-
tin, devant un public enthou- tant, qu'il me soit permis de le
siasle, la crmonie s'ouvrit. Ce fliciter pour le concours aclit
lut ta bndiction de l'difice et et claire que, depuis sa nooii-
de l'appareil autoraal.que par le nation, il ne cesse d'apporter
Clerg de la localit. Le cha m* toutes les questions intressant
pagne lut servi, pois, l'ingnieur la Direction Gnrale des Tra-
Jtanuot se leva et pronona le i vaux Publics Au nom de l'Or-
sabstsutiel discours que voici : J ganisation et en son nom per-
sonnel, je le prie d'agier mes
p
; -
Hbiuu
. ENROUEMENT.
liKJM.lllTEchronlquo.SUEURS
NOCTURNES,
CRACHEMENTS d
\ iANUlNKLUENZA.
ASTHME.
. CCSISOU
CERTAINE
111 -111 - BACILLINE
/ RAVENET
'- ini gn^ri di millitn
liir ^c i'-ttpirt*.
. ^UCH
Monsieur le Secrtaire d'Etat,
Jl. Mesdames,
Messieurs,
Il y a environ cinq mois que
Son Excellence le Prsident de
la Rpub'ique a pos la pre-
mire pierre de cet difice.
A cette occasion, le Ministre
des Travaux Publics, l'honora-
ble Ren Tancrde Auguste, ex-
pliquait comment, en raison de
i impoi tance de sagparticipation
aux activits gnrales de la
Rpublique, Jacmel avait droit
ce btiment et une atten-
tion particulire des Pouvoirs
Publics.
Avec un budget considrable-
ment rduit, la Division des Edi-
fices Publics a pu raliser cette
uvre, an moyen des seules al-
trations d'entretien.La Division
des Tlgraphes et Tlphones
a voulu, elle aussi, donner une
prfuve'de dvouement en do-
tant la ville de Jacmel d'un
Systme Automatique de Tl-
remerciements les meilleurs.
Est-il besoin de souligner que
ce speech fit la meilleure im-
pression ?
| |A son tour, Monsieur Edgard
Pantan, Minore w. Travaux
Publics, pn .. |..ioi'. i n dis-
cours tut coup pp' disse-
nieuts. Le papier en tait
digne d'ailleurs.
A midi, la majorit des invi-
ts de la Capitale prenait la
route du'retour, emportant un
agrable souvenir de Jacmel,
et clbrant l'nergie construc-
tive de la belle quipe d'hom-*
mes qui constituent la D.G.T.r.
VIENNENT D'ARRIVER :
-Les Pastillas de
menthe du Dr Htllers.
Dlicieuses, rafrachissantes, sti-
mulantes, parfument la bouche.
En vente chez Gaston K. Martin-
au Bazar National. UphoaM DM*
et au Bon March.
Dontlat renomme est universelle a gard sa premire place
Demandez o.u tout : v
UN bARBANCOURT
fi*P$ B^de.lsar3l
i


r^LE MATIN 12 Octobre 19.T?
PAGhft3
M~^.-^V-> NJX>
POUR 1933.
Les Derniers Perfectionnements :
Automatic VOLUME CONTROL:
Circuit Superheterodyne
utomatic Sinchro-Silcnt Tuninq
100 o/ Amplification Pentode.
Nouvelles Lampes de 2 Va VOLTS
Types 58, 57, 56, 47,82. et
La Duo-Diode G-4-S-
COLUMBIA
Synonyme
de Suprmatie
Modle C-23
Air Cell Batiery
Dure de la Batterie
OOO heures
Modle G 83
Radio 8 lampe8
Superheterodyn0
-
Modle G 81
8 lampes- Superheterodyne
COLUMBIA
Le Favori
des Connaisseurs
Modle g-89
Hadlo Pboaograph#*
w 8 lampt!
Wotour 33 1/3 ot 73 Tours
Modle C 84
8 lampes Superhe
terodyne
2 Hauts-parleurs.
Condilions de vente avantageuses.
-Kueer s COLUMBIA Music Hall.
KNEER'S GARAGE.
LE FAIT EST INCONTESTABLE
lih d m S
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les melleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
I GOUTEZ ET COMPAREZ!
mmr*
Radiophiles, avez-vous
une Pilot Draqon ?
Sivez-vous que la dpression co-
nomique a x Etats-Unis vous per-
met avec quelques dollars' d'en-
tendre iouretgnuit les Htions du
Monde entier ?
ACHETEZ UNE .SUPERHETERODYNE
PILOT DRAGON
La reine des Radios
Un seul bouton de commande,
un seul ieu de lampes et Paris,
Londres, Vatican, Canada, Austra-
lie, Etats-Unis sont vous Plus
ncessaire d'avoir de convertisseur
d'ondes
e -
5dVrz%vous aussi que voih po
vezavoir des K i lios-Or hoph ini-
ques t Pilota :i Indes I mgnes et
courtes cotant meilleur march que les or'hophoni
ordinaires vendues in Hati ?
Demandez les prix
ROGER DREYFUSS,
Reprse d i,)t po ir Hati.
T
^ Je soussign, Emmauuel
Constant, placier de la Lofai ie
Nationale d'Hati, donne avis
tous ceux qui n'ont pas en-
core pay les billets qu- je
leur ai vendus qu'undlai n>-
ral jusqu'au 15 octobre liur
lest accord pour 'le taire.
Aprs cette date, leurs noms
seront publies dans tous les
journaux de la capitale.
Port-au-Prince, le 11 octo-
bre 1932.
Era. CONSTANT
ues
A vendre
Un roflre-fort Baucheaert
pai tait tat
S'adresser au bmnu du
Joui lia'.
Avis importait
JCoquet tablissement si-
tu tout prs de la B.mque
Nale et dirig par Mme Marie
BERTET.


L
I
^
i
o
I
libres
fiootlyear
Constitue en 1898, la Socit Good-
vear a vu natre l'Industrie automotive.
Cette longue exprience permet cette
vaste organisation d'offrir aux propri-
taires d'autos ,et de camions des pneus
suprieurs en qualitjet en dure tous
ceux qui se vendent actuellement en
Hati.
LES PNEUS C000YFAR HF4VY HIITY SONT FABR10US AVEC UNE FICFI LE SPCULE
JE SOUS LE NOM DE SUPERTWISTE DOML'ELASUIE El U RSISTANCE SONT PLUS
ES DE 30 POUR 100 HUE CELLE EMPLOYE PAR LES. AUTRES FABRICANT DE PNEUS'
A La Socit Haitienne [d'automobiles,seul re-
prsentant de la Goodyear en Hati.vous trouverez
toujours des pneus et chambres air de toute fra-
cheur de cette fameuse marquera des prix dfiant
toute concurrence.
Socit Hatienne d'Automobiles.
iALLLuiiANCHL GhNTIL. M ET 0E-


Mercredi
12 Octobre 1932
y, Malin
4 PAGES
2betu ANNLb N" niti
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
LAITERIE BAILEY
IJvriiir-^ mir* hvii<|cr,en bon*5!!** hep.niiq^f-
TirM rnclip'^cs n Inhri de 'oute talsifica'.i-n.
Trin^pr""' f '' *'n ''"rMeurs roues.
N* 1313 Grand Rue. Port-ao-Prince.
Les avantages qu'otfre la
Guis"'no Electrique
MOT POINT *
so'it maintenant connus de
Grand Htel de France 'ont le monde.
P P PATRIZI propritaire Pour vous en convaincre,
Cet tablissement se re- visitez noire salle dexpo-
commande par un service sition.
r Compagnie d Eclairage
La Magnsie ERBA
EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCHE COMME RCULATEUR
DES FONCTIONS GASTRIOUES ET INTESTINALES.
A. de Matteis & G0
AGENTS POUR HATI "
irrprochable, un restau-
rant de premier ordre, des
chambres confortables et
ares ; un Bai o les con-
sommations sont varies et
des marques les plus rpu-
tes.
Tlphone : 2341.
Electriaue.
CE QUI N'A JAMAIS T FAIT
CE OUI NE PEUT TRE DPASSE
Kola Champagne
R SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Veule
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des rues Rouxet du Centre.

Panama Railroad Sleamship J- Agents aux principaux ports d'Europe.
'*iK"flR!3
Sauvez vos livres et con
lections en mauvais tat t)
les confia ut aj relhur cous
ciencieux, 1 onnte et habile
Etienne Cam lle,Rie Bonna
Foi .
G. W. Sheldon &.Co, Ltd.
17, James Street,
LlVEH'OOL, ENGLAND.
\'
England
Ci. W.Siiklpon &C", Lui..
Fen'on House,
112/113 Fenchurch Street,
London E..C. 3, England.
France
Mohy & Company,
Atlantic Freighting i.orp. Div.
155, Boulevard de S'.iasbourg,
Havre, France.
Mohy & Company,
Atlantic Freightiug t.orp. Div.
3, Rue St Vincent de Paul.
Paris, Fiance.
Heruu Prou & Stockwell.
Boite Postale: 78,
Havre, Fiance.
Moby & Company.
Atlanlic freighting Corp. Div.
74, (Juai des Chanons,
bordeaux, Franco.
Mohy & Company,
Atlantic Feighting Corp. Div.
7, Rue de la Rpublique,
Marseille, France.;
Gellatly Hankey & Co,
21, Rue de la Rpublique
Marseille, a France.
Voulez-vous
Russir dans vos tudes uo
taire russir vos enfants.grce
une mthode d'enseigne-
ment classique excellente?
VOULEZ VOUS
Une profession aprs 6 9
mois d tudes srieuses (St
Do-Dactylo. Langues vivante
Compabilit)' j
Sonaez que l'Institut TIP I
PENH^UER se recommande
'et s'impose votre attention
par les brillanls rsultats d
j obtenus.
1537Rue Lamarre.
Tli hone 2891.
Germany
Holland
U.U. hgfcl Corp. ttgtttSSL^
P. O. Box. 1009, Rotterdam, Liolland.
COLO
Aileniio
PROGRS NOUVEAU
RM M NOIVLAU
Rhum dlicieux got exquis
ALCOOL DtFiT'foUf COORrtENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
GNE COLOMBIENNE
Belgium
Atlantic Freighting Corp.,
iyO Steinmann aud Lo
4, Quai Jnrdaens,
u'twerp, Belgium.
A. Ceresa 4 Company
Via'jBanchi 3,
Genoa. Italy.
Spain.
Mr T. Mai.i.01. Bosch.
Atlantic Freighting Corp., Div.
Paseo Colon. 17,
Barcelona, Spain.
A/B W. La.la,
Atlantic Freisbtiog Corp. Div..
Skeppsbron 10.
Stockholm, Sweden.
A/B Petterssou and Hoimslrorn,
Atlantic FreigUing Corp. Div.
Skeppsbrou 3.
Oolbcnburg, i-weden.
Denmark
E.A. Bendix and Con.pan),
J Copenhagen, Denmak.
Italy
Mr Allredo Amoretti.
I i la n tic Freighting Corp.Div.
Piazzn Del Ferro N. 3 5,
Cenoa, Italy.
Norway,
Lauritz A. Devold A. 0.
Atlantic Freighting Corp. Div.
Aalesund, Norway.
Sweden
Sven Janssou & Companv.,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Norrkoeping, Sweden.
Simon datron A/B.,
Atlantic Freighting Corp. Div ,
fttalmo, Sweden.
Tlphone: N' 2323
Le vapeur Ma'tioiquc i
Voy 104,partira de New-York
le 12 octobre courant, direc-
tement pour Port-au-Prince
o il est attendu le 18 octo-
bre prochain, en route pour
les ports Colombiens, Cris-
tobal.'-anal Zone, Kingston et
New York.
Le manifeste de ce vapeur
reu par avion poste est la
disposition des clients dans
nos bureaux sis angle des
rues du Quai et Thomas Ma-
. diou (vis--vis de la Douane)
?
Le vapeur i Bolivar Voy.
105, venant de New-York et
des ports du Noid.est atten-
du lcl samedi le 22 courant
en roule le mme jour pour
les ports du Sud.
Lykes Brothers SS C lnc
Texas Hati -'Santouomingo- Porto Rico
Le seul service hebdomadaire et igulier passagers e
fret entre les ports du Golte du Texas directement avec
Pon au-Prince, Hati. .
Pour la rception rapide et le maniement habile M g
importations, servez vous toujours des navires de .'a l**
L1NE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont'
Steamer*Rul.h Lykes 7 octobre 1932
Steamer Margaret Lykes 13 octobre 1932
Steamer Almeria Lykes 21 octobre 1932
S/S iGeuevive Lykes 28 octobre 1932
Steamer Ruth Lykes 4 novembre i
Bureau: Rue du Magasin de l'Etai. Boite Postale B
' *
l
Bernard Beigh Se Company,
Atlantic Freighting Corp. Div.
ialsingborg, Sweden.
Le vapeur t Baracoa Voy
109, partira de New-York
le 19 octobre prochain; est au
Itenlu fott-ai-Priuee le 2b
octobre
Wiliam F. BLF.O.
ftUtia.
0" CAMILLE LHRISSON
Ei 14U0, Bois Verna,
Tlphone : 3201
HOTEL KARAM
Lue confortable succursa-
le del Pace Holel, Kens'
koft
Pour la saison d't, ren-
dez-vous chez A. J. Karam,
KenskofJ, o vous seie?
servi souhail. Excdent
conditions


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM