<%BANNER%>







PAGE 1

l'AGE 2 LE MATIN 5 Octobre 1032 OUVERTURE DES TRIBUNAUXDiscours de M. Elie Lescot, Secrtaire d'Etat de la Justice En grande solennit eut lieu sorberait aujourd'hui vo lundi hmuerlure des 1 nbu l esprits, une dception bien j IMIIX. Belle crmonie au l'a* .i^rave planerai s r vos tralais de Justice, laquelle s-[vaux prochains... sislaU Mr Stiiio Vincent,Pr. \ Pour sa part, le Secrtaire sident de la Rpublique,entoure I d'Etat de la Justice peut rapde tous les Secrtaires d'Etal, i peler avec quelque satislac Voici le discours prononc celte occasion par Mr Elie lESCO'l Secrtaire dttal de la Justice : Monsieur le Prsideut du Tribunal, Magist aU, Messieurs les Avocats, Au nom du Chet du (ou* virilement, et au uom de sou Conseil, il m'est heureux de rpondre par des remerdments au vibrant tmoignage de courtoise et sincre attention dont vous veut/, de von s taire rbquenl Inler* pi e du Corps judiciaire supr* de nous eu s uhaitant au Pouvoir Excutifla bienveai e cette imposante runion. Vous avez remarqu, en elH, que c'est pour la deuxime lois, depuis trois mois a peine, que le Chef de l'Etat, accompagn des Mem* bres de son Consei 1 vient, avec empiessemenl, assister votre audience soleunelle. C'tait hier, i'occasion de l'installation de votre Prsident, des Membres compt tant la composition de ce Tribunal,du Chef du Parquet et d'un de ses Substituts; aujourd'hui, c'est propos de l'inauguration de votre premire anne judiciaire.. La Magistrature toute entire a retenu avec raisou cette double circonstance comme une vidente manifestation du grand inirt que l'Excutif porte cette mineute Insti tution, de son grand souci de la voir toujours mriter et conserver dans l'esprit public, et dans celui des justiciables eu purticulier.ee rang prestigieux, ce haut crdit moral •qui sont la fois le gage et la condition d'tllicience de s:i souveraine autorit. Il est propos. Messieurs, d* rnipeler c. milieu'. ni raison de la nouvelle 1 M Ion dameutale que viennent de consacrer les derniers travaux lj<' I J lits, se trouve mu iili le statut de ce Tnbiu I. U s'e isuii que, dsormais le pro sur lesquels vous :es appels vous prononcer se roui tis souvent repro luits • if un second recours avec i-ventualit du renvoi prahble vis par ntre nouvelle Clnrte. El c'est en vein de C 1 mme changeaient que vos sections runies, aulri lo s ralement occupes, doiv ut enlion avoir tout conjure eu se constituant ledtenseur rsolu de vos droits. Aussi n'hsitet-il pas vous oflrir son in tervention ce propos.com me un tmoignage de la pleine sollicitude qu'il mnage on Tribunal dont il s'honore d'avoir dirig le Parquet, comme le Chet de l'Etat lui-mme, ainsi que vient de l'voquer de fayon si aimable et avec tant d propos l'honorable Prsident de ce Tribunal. (.lui ns siit, en effet, qu'il s'tait produit au sein du Corps Lgislatif un fort cou rant d'opinion assez dsavantageuse pou; la rmunration de votre travail ? Et, ie puis bien me permettre de le proclamer, il a failli toute l'nergique et sage interposition du Gouvernement pour en prvenir les ellets I! ue s'agissait de rien moins,Messieurs, en dehors de la compression gurale qui frappe dj l'ensemble des fonctionnaires, que de taire eucore subira vos traitemeuts une 1res notable diminution.Je suis heureux d'avoir russi, en la cir constance, vous attirer la haute elicace protection de la majorit du corps Lgislatif. Le Juge doit tre, autant que possible, au-dessus des atteiutes des ncessits matrielles de la vie. Toutes les dmocraties, tous les centres avaucs reconnaissent qu'il y va de l'intrt social qu'il en soit ainsi, el des garanties sont prvu lgislf Et voil qu'il me revient tout naturellement l'esprit u souvenir empreint d un symbolisme trs suggestif. Dans la chromographie des vitraux anciens et des vieilles estampes endormies dans leur linceul de 'poussire, les artistes du temps pass, rapporte l'iconographe Emile Mle dans soi pntrant et rcent ouvrage sur 1 Art au XV sicle, avaient l'hab m de de donner la Justice, pour attributs: une balance, deuzpes, un lit et un oreiller... La balance et les deux pes se comprennent bu, mais pournuoi ce ht et c loreilrr?.. Uu Magistrat fr r.c lis. Procureur de la R* pi biiqne. n'a eu aucune peine p iur ni trouver la raison I oreiller, dit-il, signifie, 1 \i leuce mme, la misricorde q il tempre la Justice, et le lit, Messieurs, que vous de* —ECHOSSuite de la 1re page —M.Krnesl Douyon rapporte,] dans [son discours prononc a l'occasion de la rentre des tribunaux, ce mot que lui dit Mr! Vincent en lui annonant sa no-t mination : Vous me connais-* lez Dieu. Je vous demande seulement d'tre tes Jugei . — La nouvelle toi sur les timbres rduit les millions de gourdes d'amendes infliges aux Banques quelques l.i'JU dolJ lars pour la Banque Nationale et ()OJl) dollars pour la Banque du Canada. Mais celle-ci n'est pas dcide, parait-il, s'acquitter. — On Informe que le bureau des Contributions a ordonn la fermeture de plusieurs guildives dont les propritaires doivent des redevances l'Etat.Nous ne croyons pas qu'une pareille mesure soit heureuse. Comment | pourront s'acquitter ceux qu'on empche ainsi de travailler? — La prorogation de l'ancien budget met a nant celui vol rcemment par les Chambre pour le nouvel exercice. -Les Dominicains installs dans la lgion frontire ont jusqu'au l Octobre pour quit1er ces lieux et se transporter Jrmie o le gouvernement hatien leur a assign rsidence. NE PERDEZ PAS LA PUISSANCE Par la brisure du Ple L— La pointe en mtal protge contre le reutlement ou la brisure du ple. 2.— Plus de lumire. 3.— Plus longue dure. 4.— Economie relle. 5.— Traits exclusif*. MTAL CERCLE PAS DE CIRE IiOl'GE l&rfilgfe EVEREAD BXTM BATTUE^ En vente partout Cin-laldu DEMAIN SOIR Sur demande: La Dernire Valse V e Wtliv Fritscb. Suzv Entre <>,50 ; B-lcon Wrnon : 1,00 "ADI M*K Dcs LAMPES & BATTIMES — elles durent longtemps Patentes dans le momie entier. 9128 JOUISSEZ DU LUXE DL CE SAVON BLANC PARFUM S WON DE TOILE DLICATE M E NT PARFUM K • ma revues celle tiu dans leurs ;gislations Lundi matin ont eu lieu les funrailles du jeune Roc Thvenin, ^ de 11 ans.— Nous prsentons nos sympathiques condolances aux parents lu regrett dlunl et particulire' nient a Mr et Madame Charles Thvenin et la lamille Fanfan, Votre cuisine, Madame... LePrcsdent Crolire sor tant de sa re i ra i t c, de Mount-Vernon, parcourt les Ftats Unis et proronce des discours en laveur de la rlection de Herbert Ilonver. L'argument de tond de l'ancien pensionnaire de la Maison Blanche, au bnfice de son POttt, c'est que, s'il est rlu, les Am icains auront gratis la hantgae des tsines de Port au-r rince et de Saint Xiarc'. Bec-Fin. Vieagarpour l'avenir une plus vi/. piparervos sentences en grande frquence de leuia toile scurit et repos. Iravux,prvisionconscutive Oui, Messieurs, del trandc Is nouvelle rglementaq lilii d'esprit et aussidu retioi loustituuonnelle, vous p >s, il vous en tant. Mais obligeant connatre, main c un ment l'obtenir si le Matenant, en cas de second re' g s lat est sans cesse tenaill cours, du tond des adaires en voie comptence s.denin l'e. Certes, cette situation cre par Je d i oit nouveau n'est point de ualure diminuer votre tche. Bieu au contratre, semble-t il, puisque vous •lies vous trouver en prsence d'un supplment de responsabilits et de .devoirs qui parait mme exiger un certain largissement du ca* dre des Membres de II Magistral u r e Siij'i ieurc.F. avant ni.i-, i ipplic ifion de Vo. | • %  Vf s/*-. c, I l'ui <-.is ij'u el !: j i . DOS proccupation Par c u. n re perspective plus inquitante abpr dont d'une vie lion lgislative, l'Excutif a compris la ncessit qui s'imposait de coordonner certains textes du Codv" de Procdure Civile avec les nouvelles dis positions c institutionnelles touchant la co nptence de ce Tribunal. Il a t promulgu, il y a doux jours, une lgislation adquate aui nouvelles dispositions de l'art. 97 de notre nouvelle Constitution. Je regrette d'avouer cependant cpie le temps a malheu heureusement manqu aux Chambres pour le vote dan projet similaire, dj prpar, et rgleuieu'anl la procdure criminelle Ce contre temps sera rpar, je vous en donne l'assurance, la plus prochaine runion lgi lalive. Il reste aux justiciables, en attendant, la ressource devoir La Loterie Nationale *Le Centre-) de samedi dernier n connt l'honntet des Administrateurs de la Loterie Nat onale, ainsi que les yob ig; iii la loyaut.Nous n'en demandions pas plus. Que le confire conteste l'utilit soc'ile de l'oeuvre, cela ne sauta t t i er consque ce. L'oeuvre rpond par des lads et ses livres sont l'en tire disp > i'o ) de qui voudrait s' n CJ:IV incre.Par ail leurs, nous croyons devoir taire reinariuei que nous ne tondions ni s ihvention, ni subsides de la Loterie Nationale, pas plus que le cou Ir e n'en touche de la CKdonnerie de Mr. Hyppollle Jeu ly, ou de la Bln his^erie Lux dont il publie les annon • (0i Nous s nnmrs liscom-j mercialement a la Loteiie Nationale par un contrat de publicit. Cela implique un change d'engagements et de services, j M ra.'emenl, nous somm s eucore lis la Loterie par le caractre bienfaisant et ; secourable de ses activits. Si elle venait pricliter, ce serait un dommage pour ses pauvres, p'utt que pour ses a lmini drateurs, mais ce n'es 1 .Dieu merci,pas le cas,et l'Institution jdoni Le Centre pronostique la deb :1e, l'on ne sait quel d-ssein.se porte. Dieu merci, fort bii u. C'est peut-tre coutia iant, mais c'est tomme a 1 MOHR & LUJrtIN, P. O BOX VI*. — Distributeurs Bue Roux tt du Centre, Port-au-Prince. El qui v 1SEZ CECI: 1RY-ME-SR le nom de la nouvelle marque de lames de rasoir eut dtre lauce pour h concurrence! Prsentation irrprochable Atu-r de meilleure qualit I Meilleure fabrication Meilleurs prix 1 Plus co 10 niques enfin Que toutes les autres marques dj en "ente sir le march. Essayer de vous raser avec une TrlY ME-S1R: v us ne vous servirez plus d'autres lames, car vous l'adopterez, hn vente dans tou'es les bo mes mi sous. Po r les commands s'adressera: ERNSC LUDERS. Agent, P. 0. BOX A 60. Poi t au-Prince. les exigences les conditions devien-l le Tribunal rgulateur obvier rd'hui hrisses de s aux inconvnients d'une telle n ut aujourd'hui hrisses de i tlilli iilts si pres, si tragiques et presque sans issue?) Aussi, le souci le plus srletl du Gouvernement dout nu tonnait lardent amour du bien public, est-il de penser, ds que les embarras financiers auront trouv leurs remdes, raliser une lgislation remanie du traitement des Tribunaux Civils et de Paix qui attendent, depuis trop longtemps dj, une -tat'ii apport*juste et quitable amliorait e >er%p clive itio ;L. leur Sort, Ce ne sont pas l.croy z-lc Messieurs, les seules pr c cupations du iiouveroemnt. An cours Je la dernire i^eslacune, a tire provisoire, par une jurisprudence prvoyante, pru lente et mesure, si le cas y cbet. Vous voil, Messieurs, pied d'œuvre.au seuil de cette nouvelle anne judiciaire. Le Gouvernement vous la souhaite iructueuse en labeurs conscients dans la solution des COC lestafions qui vous seront soumises. Je crois lire au tond dL' votre gi ave pense ce qui doit tre certainement en .• • m une > po i chacun de vous le mot 'ie ralliement devant la lche qui ol e votre zle: Travaillons .. Confrence La Soei' d'Histoire et de gographie reprend la se- conde srie des confrences de l'anne. Diman he 9 oe'obre, lO heures lu m tin, au local de l'Amical du Lyce. Mr Octave J elit donnera une intressante confrence sur Dfile La Folle.Eotre libre. Propos humides Anatole France crit dans le Lus rougi cette phrase dsabuse : Nous TIC savons que Taire de cette vie si courte et vous en voulez une autre qui 06 Unisse plus. ,, Le philosophe sceptique ne croyait pas une vie de 1 autre monde, ni mme qu'il existt QD autre inontle.il doutait, en outre que le ntre eut quelque chose dagreab'c. Les humains, il les jugeait mchants, sols, cruels... Rien que Cet a. Il aurait certainement pens autrement de notre existence terrestre c.ALHLT Doit qui l'et rconcili avec ses semblables. SI VOUS FUMEZ j IL VOUS FAUT CE DENTIPF1GE. . Si vous fumez, vos dnis deviendront taches et se dcoloreront rapidement II est maintenant facile d'viter cela en vous servant de la CALOX TOOH POVVDER. CALOX est un dentifrice en poudre hautement scientifique, ayant les qualits purilicatives et sanitaires remarquables de l'oxygne. Aussitt que vous appliquez la poudre CALOX auxdents.des milliers de petites bulles se mettent au travail... pntrant et cumant dans toutes les crevasses des dents et des gencives. Taches de tabac et impurets dcolorantes sont dissoutes et enleves.La bouche entire est strilise et stimule, lui donnant une agrable sensation de propret. Voyez votre dentiste deux fois par an, mais cependant servez-vous de la CALOX TOOTH POVVDER deux fois ;par jour. Voire dentiste l'approuvera. 101 ..• .M*..>M r M Eno garde libres les intestins De mme que vous nettoyez vos dente, que vous vous lavez la figure et les mains, de mme il faut nettoyer vos intestins rgulirement. Une faon sure, efficace, rgulire, simple, c'est de boire un verre mF< Fruit Salt le matin ou le roir Mais exigez toujours ENO. ENOS FRUIT SALT | tatbW Rhum Burhticoui •i Dont -*w.*^. I II — ( UNBARBMOURT Dp*; Rue_di h Csai£ •t ^ j



PAGE 1

LE M4T!\ ;, Octobre 193? PAGh 3 Grande aisse ,T RSBENSEiV Avise les consommateurs de son LAH ou il a rduit ses prix comme suil : LAIT CONDENSE SUCRE CAISSE DE 48.14 | Z OR 6,25 DEUIL OP 0 U CENTIMES LAIT CONDENSE SUCR ODE' ?40,3 | 910 J [HT EVAPORE 'i! C DE Um" 5k LAIT EVAPORE [>M 96.8 640 ^T^S^^^^J^^'^^^ 90 ^ 1 ^' .,,„,.,-., ,„ %  T !" m P .nT P Wwl 1. P S d I e J en ? me esl command par les mdecin, el i giTtTha^ avantageusement pour les Crmes ~En vente AU BON MARCH Et dans toutes les bonnes piceries tant a Fort-au-Prince aue dans toutes les villes de la Frovince. a urtte Mm DTAIL. 9,04 DETAIL „0,1i: DETAIL 3P 10.07 A Le bien-tre idal est celui que procure l'usage de "4711", cette exquise et vritable Eau de Cologne clbre dans le monde entier. Dans le bain, en friction sur le corps, en application sur le front, la nuque et les mains, "4711" chasse fatigue et soucis, et laisse une fracheur dlicieusement parfume. Bien exiger la Marque dpose "4711" sur Etiquette Bleu-Or. OCCASION EXCEPTIONNELLE A vendre 3 pices de salon en osier, une Victrola portative.l lam! padaire, un bureau de travail. S'adresser : E. H. SALZMANN Rue 4, avenue PTlphone : M-C-113-3. AUTO ACCESSORIES We -ell \tw aod Seconp Ffa d Parts for a|l makes of automobiles. KNER'S GARAGE Rue Paver Phoue 2.118 & 2234 Il II II KM y 11 ii y & poun 193;}. Les Derniers Perfectionnements : Automatic VOLUME CONTROL: Circuit Superheterodyue Automalic Sinchro-Sileut Tuning 100 o/ Amplification Pentode.— Nouvelles Lampes de 2 1/2 VOLTS Types 58, 57, 56, 47, cS2— et La Duo-Diode G-4-S"47/r Parfum et Eau de Cologne „Tosca" Les vertus de "4711" accompagnes de l'aristocratique et durable parfum "4711" Tosca font de l'Eau de Cologne Tosca un produit de grande lgance, dont l'emploi est un indice de raffinement et de bon got. i)Mle§ a r U <* e — Cofogne &£?= %  Te 4 p. Les chargeurs sont pris de noter que le steamer AnCODl est attendu Port-auPiiuce, venant de* Cristobal, Canal Zone, le mercredi 12 octobre 1932. Les permis d'embarquement seront dlivrs pour le trot destination de NewVoik et des ports Europens sur demande taile ce bureau. Ce steamer partira le mme jour directement pour iNew-York prenant tr',;malle et passagers. Jas. 11. C. VAN REED Ageut Gnral • ———i—— — COLUMBIA Synonyme de Suprmatie r,'*—'7>**mv. ichet Mirga antlnvraltfique *'Jpps*imt: i qtu-lq tes minutes Fivre, Grippe, Migraine, Phi mai:9me MicnniTil de choix toujours r//irm-.fi'i. LVN.CUL'J.SMFriJtf) IMpr*. .i Fort-au-Pllnc Hmrmsci. 11! Cil w^. %  !**!*.. %  ..ut. "^ Modle Cl 23 Air CellBattery Dure de la Batterie OOO heures Modle C 83 Rrdio 8 lampes Superheterodyne Modle C 81 8 ampos Superheterodyne ASTHME Oppression, Catarrhe, Suffocations, Toux neroouttt. Ouriion certaine par les CIGARETTES CLRY -i. POUDRE CLERY I or ciftnv, ta. KM tt MSWMMIP, MR.* •I tot>lci> l'inrrr. ic*. 4 tpomh/f Haleine mauv&tee. COLUMBIA Le Favori des Connaisseurs C'est le cortge hebiiael de M coiitiififtkon Modle C 85 Radio Phonogra phe8 lampes \ Moteur 33 1 3 et 78 Tours Modle C 84 8 lampes Superhe tero dyne 2 Heuts parleurs. mien eitlraw %  r e sema ine, rMIEL&k Obtenu air^c a eaux m; •rellesparftomes avec des riti au. vente dens toutes /es p t 'zar.7i3c;cs. mu Conditions de vente avantageuses. -Kneers COLUMBIA Music HallKNEERS GARAGE.



PAGE 1

f Mercredi 5 Octobre 1932 Le Malin 4 PAGES 24cAjNNEEN' l$ des con litions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Venle PHARMACIE F. SEJOURNE Angle des rues Roux et du Centre. ifiM Panama Railroad Steamshi p Une gents aax principaux ports d'Europe i. li. W. 'SIIKLDON 4 Co, Ltd. 17, James Street, LlVERl'OOI ., ENGLAND. England MOHY & Company. Atlantic Freighting Corp. Div. 155, Boulevard de Strasbourg. Havre, France* MORY & COMPANY, Atlantic Freighting Corp. Div. 3, Rue St Viucent de Paul. Paris, Fiance. Ileruu Prou & Stockwell, Boite Postale: 78, Havre, France. S. W.SUF.LDON kO t Ltd.. Fenton House, 112/113 Feuiburch Street, London E. C. 3, England. France MORY & CompanyAtlautic Freighting Con. Div. 7*. Quai des Churtions, Bordeaux, Fiance. MORY & COMPANY, Atlantic Feighting Corp. Div. 7. Rue de la Rpublique, Marseille, France. Gellatly HANKEY Se Co, 21, Rue de la Republique Marseille, a France. Germany Atlantic Fieighting ,:orp., Atlantic.Freighting Corp. Balliuhaus, llamburg 1, Germany. Breitenweg, 5b. Bremen, Ger Holland Atlantic F.eighiing Corp. Atlanlic Freighting Corp. otwarp QivuioD, Koningin hmmaplein 3., C/O Steinmann Company, Rotterdam, Holland. P. O. Box. 10G9, Rotterdam, Uolland. Denmark E.A. Bendix and Comnan), Copenhagen, Denmark. Belglum Atlautic Freighting G rp., t'/O Steinmann and Coj 4, Quai Jordaens, ntwerp, Belgium. A. Ceresii & Company. Via^Banchi 3, Geuoa. Italy. Spaln. ||r T. MALLOL BOSCH. Atlantic Freighting Corp.,gDiv. Haseo Colon. 17, Barcelone, Spain. A/B W. Larka, Atlantic Freighting Corp. Div.. Skeppsbron 10, Stockholm, Sweden. A/B Pettersson and Holmstrom, ilantic Freighting Corp. Div. Skeppsbron 3, Gothenburg. Sweden. Italy Mr^Altredo Amoretti, Atlautic Freighting Corp.D.v. Ptataa Del Farro N.3 5, Genoa, Italy. Norway. l.auril/. A. Devold A. b. Atlantic Freighting Corp. \)i1. Aalesund, Norway. Sweden Sven Janssou & Company., Atlautic Freigbtiug Corp. Div. Norrkoeping. Sweden. Simon Edstron A/B,, Atlantic Freighting Corp. Div., Malmo, Sweden. Bcruhard Bergh Compnr-y, Atlantic Freighting Corp. Div. Ilalsingborg, Sweden. • -^SS^aWBP* >* .* % % %  *Sauvez vos livres et con lections en m ;uvais tat tl les coufiani a i relieur cotiS ciencieux, bonute et habile ETIENNE CAMILLE. R ua Boona Foi Avis La WEST tNDIES TRA, DING C" donne avis au Public que bien qu'elle soit en liquidation, elle a Port-auPrince des reprsentants attitrs chargs de poursuivre | cette liquidation et d'eflectuer le recouvrement dts valeurs qui lui sont dues. Ces reprsentants ont plein pouvoir pour exiger le paiei ment de tous bons, comptes, soldes de comptes ou autres valeurs, mme par la voie des tribunaux, et en s'acquittant entre leurs mains, les dbiteurs seront valablement dchargs, La West Indies Trading Co Attention PROGRS NOUVEAU RHLM NObVEAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL OtFi. TOUTE OHNEK Clairin Vierge Chez N. NAZON Par J.F.CASBLANCA Secrtaire 18 octobre Steamer Ancon le 23 octobre Steamer iGuayaquil le 1er novembre Steamer Cristobal le 9 nov. 14 Sttaraet Buonaventura 15 novembre le 21 nov. Steamer cAncon le 22 novembre le 27 novembre Steamer Guayaquille 29 novembre le 5 dcembre i** Panama Railroad Steampship Line JasH.CVANREED agent Gnral le 2 cet. 1932 le 10 octobre JJg le 16 octobre JJg le 24 octobre 1KJ le 30 octobre Tm 7 novembre nov. %  i %  %  'Vi - Jh *~*r*# • m



PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUR 1358. RUE AMERICAINE 1358 1ELEPHONE N224 I. h l.ilutlr d'attribuer aux ailions cs autres hn atiiliiiuub qui ueus foui ,i-jir Ml nue des cau.-rs Ifs |ilu>.acti>f> A d> 4 l'iurouiui'heD.MOD totale qui ici) il Us rapports fulrr\]iidi>i4u do lucutalilr dillcrente. ;6usla>e;Lr B0.\ %  4 26 me ANNEE N 7790 PORT-AU-TMINCE (HAlTh MERCREDI 5 OCTOBRE 1932 %  m Autour de la Dette publique —o— III Excdents de recettes et amortissements supplmentaires A l'Ecole de Mdecine —o — Il parat que le secrtaire d'Etat des finances aurait dclar dans les milieux parlementaires, au sujet des avances considrables de notre service d'amortissement par rapport aux prvisions d'an nui ts tablies dans les contrats d'emprunt, que nous ignorons — moins que volontairement nous nen tenions compte cette disposition, reproduite dans tous les contrats d'emprunt, relative aux versements supplmentaires pour amortissement qui doivent lrefaits chaque fois que le revenu de Tanne excde 7 raillions de dollars ou 35 millions de gourdes. Le secrtaire d'Etat des finances sait trs bien que nous ne l'ignorons pas, car nous croyons savoir qu'il tait au courant, avant le vole du budget, d'un mmorandum manant de nous sur l'tat de la Delte publique et o nous di lions nettement, en parlant de nos amortissements anticips, que cela est le rsultat de divers ordres de dilif gences, mais, principalement, des plus-values au-dessus de la recde budgtaire de .. millions de gourdes prvue par le contrat aentprunt.9 Ceux qui, partageant la prsomption du Secrtaire d'Etat des finances, seraient tents ainsi de croire que les 7 raillions 800 mille dollars environ reprsentant notre avance seraient ds aux plus values budgtaires prvues par les contrats d'emprunt, se sont-ils jamais donn la peine de prendre une plume et de calculer ce que devrait tre cette avance au regard, d'une part, des excdents de revenus au-dessus de 7 millions de dollars, et d'autre part, des pourcentages respectas prvus pour amortissements supplmentaires pour chacune des sries A, 13 et C? .Nous nous sommes donn, pour notre part, la peine de taire ce calcul et voici des rsultats que nous soumettons la bonne foi et au simple bon sens de nos lecteurs. Les relevs de l'Office du Conseiller financier-Receveur gnral tablissent eux-mmes, comme suit, les excdents de revenus raliss, par rapport au chiffre de 35 million de gourdes, depuis l'emprunt initial de 1922: Excdents: Amortissements supplm. 5.487.6(57,00 1.250.000,00 10.364.648,10 3.861.534,79 15.421.016,49 7.521.528,40 3.648.163,39 1.250.000,00 965.383,6 i 1.250.000,00 1.250.000,00 912.040,85 Tt. p r la srie A 8.877.424,54 Pour les titres srie B, le contrat d'emprunt prvoyant qu'il serait prlev, sur chaque excdent, 7,8125 o/o, mais ne dpassant pas 18.123 dol~ lars ou 390.625 gourdes, en concdant que, pour ces six exercices excdents, on pouvait taire lgitimement, chaque lois, le prlvement maximum, nous aurions un total, pour amortissements supplmentaires, de 390.625 gourdes multipli par 6; soit 2 millions 343 mille 750 gourdes. La mme opration et la mme concession tant faites pour les titres de la srie C dont le contrat d'emprunt autorise, sur ces excdents, un prlvement de 4,15625 o/o, mais ne dpassant pas il.562 dalla s 50, ou 208 mille 312 gourdes 50, nous pouvons noSxvcL ces: 1924 1925 1926-1926 1926-1927 1^27-1928 1928 1929 1929-1930 Total Excdents en gourdes: .487.667,00 10.384.648,10 3.861.534,79 15.421.016,49 7.521.528,40 Imposante runion lundi l'Ecole hationale de Mdecine et de Pharmacie, l'occasion de la rouverture des classes. Le sympathique directeur de l'Ecole, le Dr Justin Dominique, pronona le beau discours suivant au milieu de lattention gnrale* Monsieur le Directeur Gnral, Messients, Nous nous runissons ici ce matin, selon une vieille et bonne habitude, dans l'intention d'allinner notre dsir de rahser pendant celle nouvelle anne scolaire nos lis chers espoirs.Au cours de celle qui vient de s'achever.malgr les grandes difficults des temps actuels, de sensibles amliorations ont l obtenues dans notre enseignement scientifique, dont le principe essentiel consiste aborder en premier lieu l'tude des sciences prmdicales pour entreprendre ensuite les prcliniques et finir par la clinique qui est le tribunal de la dernire instance, le centre des applications de toutes les sciences mdicales. Nous allons ainsi du simple au compos. Il faut savoir nager la surface de l'eau avant do se lancer dans le tond, sinon on risque de ne pas en sortir. Notre programme d'tudes, grce sa conception logique.est d'une facile excution ; son unit de vue dans l'ensemble lui assure une relle efficacit. II Pst difficile,quoiqu'on pense > et qu'on dise.de remplacer,dans une bonne Ecole de Mdecine, ceux qui ont acquis une grande exprience dans la matire de leur euseignemenl par la pratique systmatique de ta meilleure mthode ducative. Le professorat l'ail dans ces excelle.les conditions devient une fonction inamovible, c'esl-A-dire une vler, pour ces litres, pour amorJ ri table carrire.Il importe qu'il %  lissemenls supplmentaires len soit ainsi de mes collaboraautoriss, 6 lois 208 312,50; 'leurs dont l'assistance continue soit l million 249 mille 875 'etdvoue m'esl de plus eu plus prcieuse. Je leur renouvelle, en cette occasion,l'expression de mes sentiments de profondes considrations. L'Ecole Nationale de Mdecine, de Pharmacie, d'Art Deu6.877.424,54 /faire et l'Hpital Gnral sont 2.343.750,00 j de magnifiques institutions qui i mritent vraiment les sympaI thiques admirations des fiai: liens. Les dpenses effectues | pour [leur maintien et leur dI vloppement sont d'une absolue ( ncessit. Ce n'es pas de l'argent o C ,u C mo.uu K ".*~7,Tjd let en pure porte. Ce ne sont tonsespar les contrats dem' (le JJ.£ btiments avec prunt eux-mmes, nolreavun-1 des pails de Inurs | )ljllcs a lex ce par rapport aux tableaux teneur, et remis constamment d'annuits devrait cire de f neuf, pour sauver la faade ; 10 millions 471 mille 019 beaux au dehors, mais creux gourdes 54, — ce qui pourrait en dedans. Non, ce sont de vasnous mettre, pour les lilies A, les ruchers o des abeilles inleldans le voisinage de 1936 et ligentes accomplissent labonour les titres B et C, vers rieusemenl.silcncieusemenl.leur it9 ouvrage, lout le mcanisme /'• i-,^,,,, AU „i llc fonctionne souhait, marche Mais nous lavons dit P l | com me sur des roulettes. Les haut, notre avance est de ouvriers solll wen entranes et plus de 7 millions de dollars, parfkitameot prpars, chacun, dans sa tache, n'envisageant que l'intrt et le bien-tre de la communaut. Tous les peuples civiliss pensent que l'Hpital et la Facult de Mdecine sont indispensables au progrs et au bonheur de l'humanit. C'est dans ces gourdes. Le total des amortissements supplmentaires devrait donc pouvoir tre obtenu comme suit : Srie A Srie B Srie C Total 1.249.875,00 10 471.049,54 Donc, du chef des amortissements supplmentaires au milieux qu'on apprend lutter soit plus de 35 millions de gourdes, et nous place, pour la siie A, en 1959, et pour les sries B et C, en 1917. O donc a-t on pu prendre les 25 millions environ de gourdes en plus pour acclrer nos amortissements une telle vitesse, sinon dans le service courant du Gouvernement, dans des fonds au trement aflects et dans les rserves du Trsor?-Nous allons le montrer. Mais nous sde, mais qu'il ne sait malneuesprons, par les calculs cisment pas assez apprcier. Les dessus avoir lait justice de philanthropes des centres avanl'argument triomphal du seces font de superbes dons ces l avec un profond dsintressement personnel, un superbe altruisme, contre la maladie, pour donner la sant, la sant, ce beau trsor que l'homme posInstitutions. Leurs noms sont gravs dans le marbre el dans les cœurs des bons patriotes. Parmi ces illustres donateurs, il faut mentionner en premire ligue la Fondation Rocket elle qui a dpens des millions de dollars dans le monde entier pour les hpitaux et les l.ibo toires o l'on rencontre des esprits trs cultivs, des hommes de comptence prouve el de haute moralit q u i, fout en soulageant les souffrances humaines, travaillent beaucoup et avec succs au progrs de la mdecine scientifique. C'est bien la Fondation — nul ici ne l'ignore et on ne se lassera jamais de le rpter — qui 8 longuement contri >u jsolidilkrles assises de celle Ecole en prparant srieusement une bonn partie de son personnel gnant et en y installant excellemenl de nombreux laboratoires pour raliser d'importants travaux techniques et de spciales recherches exprimentales. J'ai le terme espoir que la Fondation ne tardera pas se convaincre qu'elle a sem dans une terre lerlile eu de riches mois sons. Je ne doute pas qu'elle veuille achever sa belle GBUVre en Hati en nous accordant encore sa gnreuse et bienveillante assistance. Je lui offre mes remerciements aux noms de nous tous. Messieurs, Une jeunesse intressante, aVide de savoir, nous est confie. Instruisons-la le mieux possible. Tous nos efforts doivent converger vers celle lin. Faisons taire en nous le sentiment de I amour-propre exagr qui cause nos dissensions, chacun .voulant imposer ses ides et ses conceptions personnelles, en depil de lotit. Ne partageons pas cette pense du ( ynique Fonlenelle : On perdrait, dit-il, bientt sont courage, si on n lait soutenu par des ides fausses. Ayons une foi ardente dans les vrits scientifiques Soyons les porte-paroles enthousiastes de la science. Servons la modestement. Tachons de taire enfin quelques bonnes recherches scientifiques locales. Fuissions nous conserver les deux belles Institutions que possde le pays : l'Ecole de Mdecine el l'Hpital Gnral qui sont de relle utilit sociale,parce que contribuant l'amlioration des mauvaises Conditions de vie de la masse proltarienne. Je dsire qu unmutuelle sympathie existe sans cesse entre m *s prolcsseurs el les tudiants, les tudiants se Soumettant la discipline qui leur est assigne, les maitres continuant agir envers eux sans faiblesse, mais sans passion.C'est lu meilleure faon, je pense,d'obtenir les rsultats escompts. J'exprime mes vifs re mercieme ils au Directeur (i nral du Service d'Hygine el d'Assistance publique du grand intrt qu'il porte celle kcole. II saura vaincre toutes les dillicults qui peuvent lui tre opposes dans l'excution de ses dlicates fonctions, et arrivera son nob e but. C'est le souliail que je lui adresse trs sincrement. Four mriter son entire confiance, nous n'avoua qu' remplir loyalement nos devoirs. Le mot d ordre ici est et doit lre toujours : L'ACTION. Il y a Vingt-cinq am U MATIN, ."> Octobre .HJ7. SERVICE A L'EXTERIEUR ORGANIS PAR.LA r.CAVALEROUiCEWNAIRE" &IM Cavalerie du Centenaire s affirme devais quelques jours par le service i i extrieur, — re champ il action pour le mu nge, dans la c mr de ta prison des femmes, ne permettant p ta l'absolue excution de son rote. Le commandant baraque organise une srie d'e.veursions qui prsentent un remaripiahle Intrt, Ces excursions sont d'une nature telle qu'elles xc : l'apacilo contre YccecllO.CeS deux boxeurs tant dclasse, le combat, pronostique t ou, finira par un knockoui. — La campagne prsidentielle aux Etats-Unis incline les BtatS prudents garder l'ex? pectalive dans l'ordre des con1 clusions diplomatiques. — Contrairement a ce qui a l annonc, nous croyons so Voir que Monsieur Norman Armour, Ministre Amricain Port-au-Prince, {gagnera Bon poste avant l'lection amricaine de Novembre. — Notre excellent ami Mr Georges de Lespinasse,qui avait garde la chambre ces jours p i•. ses, lgrement souillant, a repris ses activits. I* — Depuis le rglement de \ t l'aftaire l. C. S., l'animation est nue dans la pleine de Cul i de Sac. — On annonce que l'Ingnieur] i %  trouve lorl rti .. a vu, Vragon, sous Directeurs de la Banque Nilionale d'Hati assis cte e en premire loge et tumsnt l'un, la cigirette, le second un igire el l'autre entin la pipe. Des gots et des couleurs quoi bon discuter? ... voitl que d'une gnration l'autre,.les jugements ?ur les nommes et les choses se modifient parlois du lout au tout. Lui, il a les Amricains dans le nez al peut-tre caresse-t-il l'espoir hroque; de les bouter du territoire . coups de lu* 1 Ces! un patriote irrductible. vl lis vofl : sa fille ne pense oonme lui. fc)lle trouve que les Vmricains sont les gens les dus sduisant! lu monde. Il liut chaque jour quelle soit fourre dans une auto co' l'un pantalon m lit mv made in 11. S. Le pre est un manjeur d'Amricains, et les Amricaina a leur tour croquent la lit le. Cest un petit drame shakespearien qui donne leur tour envie de rire et de plearer... •fais lout n'est-il pas drame ici bas? • ... voit que la rentre des classes ei des tribunaux a re upli, lundi dernier) les rues d coliers et de i igistrals, revenant de la Messe du S. Esprit. R 'dingotes svres, blouses claires, hier ... demain. C'est la tugitivit des choses qui tait le ch inn mlancolique de la vie. ... vous a regards, chers gosses, avec un attendrissement tout prs d'tre lche. ... voit qu'avec la rentre des Tribunaux les discours ont ,jlu torrents, et c* qui est dus agrable le Rhum liarban* court aussi bien. tantes faites dans le Budget de la D.G.T.P. — Un arrt du Prsident de la Rpublique, contresign par tous les Secrtaires d'Etat, pro, pour l'anne budgtaire 1932-1933, les budgets des dpartements ministriels pendant l'exercice 1931-1932. Cet arrt p r c i s e que la loi rglementant le budget et les linances de l'Etat ainsi que les bu Igets des diffrents dpartements ministriels n'ont bas pu tre promulgus avant le 1er Octobre, date laquelle commence l'exercice financier. — I) aprsIIaili-Journal,i:n iiuxliis iftueadi est intervint entre le .Ministre du Commence et les Directeu • de* Compagnies de .; izoline. im anl quinze [ours, en attendant un an fixant le prix de la gazoline, celle-ci sera dbite 36 ef le m e.l gros et 30 cU ci Ueiatl. pour excuter le plan de reteeI lUon des roules qu'il envisageait i lu cause des rductions imptgalle On Zme page)


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07122
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, October 05, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07122

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR '
1358. RUE AMERICAINE 1358
1ELEPHONE N224
I.h.l.ilutlr d'attribuer aux ai-
lions cs autres hn atiiliiiuub qui
ueus foui ,i-jir Ml nue des cau.-rs
Ifs |ilu>.acti>f> Ad>4l'iurouiui'heD.-
mod totale qui ici)il Us rapports
fulrr\]iidi>i4u do lucutalilr dillc-
rente.
;6usla>e;Lr B0.\
4
26 me ANNEE N 7790
PORT-AU-TMINCE (HAlTh
MERCREDI 5 OCTOBRE 1932
m .
Autour de la Dette publique
o
III
Excdents de recettes et
amortissements suppl-
mentaires

A l'Ecole de Mdecine
o
Il parat que le secrtaire
d'Etat des finances aurait d-
clar dans les milieux parle-
mentaires, au sujet des avan-
ces considrables de notre ser-
vice d'amortissement par rap-
port aux prvisions d'an nui
ts tablies dans les contrats
d'emprunt, que nous igno-
rons moins que volon-
tairement nous nen tenions
compte cette disposition,
reproduite dans tous les con-
trats d'emprunt, relative aux
versements supplmentaires
pour amortissement qui doi-
vent lrefaits chaque fois que
le revenu de Tanne excde
7 raillions de dollars ou 35
millions de gourdes.
Le secrtaire d'Etat des fi-
nances sait trs bien que nous
ne l'ignorons pas, car nous
croyons savoir qu'il tait au
courant, avant le vole du bud-
get, d'un mmorandum ma-
nant de nous sur l'tat de la
Delte publique et o nous di
lions nettement, en parlant
de nos amortissements anti-
cips, que cela est le rsul-
tat de divers ordres de dili- f
gences, mais, principalement,
des plus-values au-dessus de la
recde budgtaire de .. mil-
lions de gourdes prvue par le
contrat aentprunt.9
Ceux qui, partageant la pr-
somption du Secrtaire d'E-
tat des finances, seraient ten-
ts ainsi de croire que les 7
raillions 800 mille dollars en-
viron reprsentant notre avan-
ce seraient ds aux plus va-
lues budgtaires prvues par
les contrats d'emprunt, se
sont-ils jamais donn la pei-
ne de prendre une plume et
de calculer ce que devrait
tre cette avance au regard,
d'une part, des excdents de
revenus au-dessus de 7 mil-
lions de dollars, et d'autre
part, des pourcentages res-
pectas prvus pour amortisse-
ments supplmentaires pour
chacune des sries A, 13 et C?
.Nous nous sommes donn,
pour notre part, la peine de
taire ce calcul et voici des r-
sultats que nous soumettons
la bonne foi et au simple
bon sens de nos lecteurs.
Les relevs de l'Office du
Conseiller financier-Receveur
gnral tablissent eux-m-
mes, comme suit, les exc-
dents de revenus raliss, par
rapport au chiffre de 35 mil-
lion de gourdes, depuis l'em-
prunt initial de 1922:
Excdents: Amortissements supplm.
5.487.6(57,00 1.250.000,00
10.364.648,10
3.861.534,79
15.421.016,49
7.521.528,40
3.648.163,39
1.250.000,00
965.383,6 i
1.250.000,00
1.250.000,00
912.040,85
Tt. pr la srie A 8.877.424,54
Pour les titres srie B, le
contrat d'emprunt prvoyant
qu'il serait prlev, sur cha-
que excdent, 7,8125 o/o, mais
ne dpassant pas 18.123 dol~
lars ou 390.625 gourdes, en
concdant que, pour ces six
exercices excdents, on pou-
vait taire lgitimement, cha-
que lois, le prlvement ma-
ximum, nous aurions un to-
tal, pour amortissements sup-
plmentaires, de 390.625 gour-
des multipli par 6; soit 2
millions 343 mille 750 gour-
des.
La mme opration et la
mme concession tant faites
pour les titres de la srie C
dont le contrat d'emprunt au-
torise, sur ces excdents, un
prlvement de 4,15625 o/o,
mais ne dpassant pas il.562
dalla s 50, ou 208 mille 312
gourdes 50, nous pouvons no-
SxvcL
ces:
1924 1925
1926-1926
1926-1927
1^27-1928
1928 1929
1929-1930
Total
Excdents en gourdes:
.487.667,00
10.384.648,10
3.861.534,79
15.421.016,49
7.521.528,40
Imposante runion lundi
l'Ecole hationale de Mdecine et
de Pharmacie, l'occasion de la
rouverture des classes. Le sym-
pathique directeur de l'Ecole, le
Dr Justin Dominique, pronona
le beau discours suivant au mi-
lieu de lattention gnrale*
Monsieur le Directeur Gnral,
Messients,
Nous nous runissons ici ce
matin, selon une vieille et bon-
ne habitude, dans l'intention
d'allinner notre dsir de rah-
ser pendant celle nouvelle an-
ne scolaire nos lis chers es-
poirs.Au cours de celle qui vient
de s'achever.malgr les grandes
difficults des temps actuels, de
sensibles amliorations ont l
obtenues dans notre enseigne-
ment scientifique, dont le prin-
cipe essentiel consiste aborder
en premier lieu l'tude des scien-
ces prmdicales pour entre-
prendre ensuite les prcliniques
et finir par la clinique qui est le
tribunal de la dernire instance,
le centre des applications de
toutes les sciences mdicales.
Nous allons ainsi du simple au
compos. Il faut savoir nager
la surface de l'eau avant do se
lancer dans le tond, sinon on
risque de ne pas en sortir. No-
tre programme d'tudes, grce
sa conception logique.est d'u-
ne facile excution ; son unit
de vue dans l'ensemble lui as-
sure une relle efficacit.
II Pst difficile,quoiqu'on pense >
et qu'on dise.de remplacer,dans
une bonne Ecole de Mdecine,
ceux qui ont acquis une grande
exprience dans la matire de
leur euseignemenl par la prati-
que systmatique de ta meilleu-
re mthode ducative. Le pro-
fessorat l'ail dans ces excelle.les
conditions devient une fonction
inamovible, c'esl-A-dire une v-
ler, pour ces litres, pour amor- J ri table carrire.Il importe qu'il
lissemenls supplmentaires len soit ainsi de mes collabora-
autoriss, 6 lois 208 312,50; 'leurs dont l'assistance continue
soit l million 249 mille 875 'et- dvoue m'esl de plus eu
plus prcieuse. Je leur renou-
velle, en cette occasion,l'expres-
sion de mes sentiments de pro-
fondes considrations.
L'Ecole Nationale de Mde-
cine, de Pharmacie, d'Art Deu-
6.877.424,54 /faire et l'Hpital Gnral sont
2.343.750,00 j de magnifiques institutions qui
i mritent vraiment les sympa- I
' thiques admirations des fiai- :
, liens. Les dpenses effectues |
pour [leur maintien et leur d-
I vloppement sont d'une absolue
( ncessit. Ce n'es pas de l'argent
oC,uCmo.uuK.------".*~7,Tjd let en pure porte. Ce ne sont
tonsespar les contrats dem- (le JJ. btiments avec
prunt eux-mmes, nolreavun-1 des pails de Inurs |)ljllcs a lex.
ce par rapport aux tableaux teneur, et remis constamment
d'annuits devrait cire de f neuf, pour sauver la faade ;
10 millions 471 mille 019 beaux au dehors, mais creux
gourdes 54, ce qui pourrait en dedans. Non, ce sont de vas-
nous mettre, pour les lilies A, les ruchers o des abeilles inlel-
dans le voisinage de 1936 et ligentes accomplissent labo-
nour les titres B et C, vers rieusemenl.silcncieusemenl.leur
it9 ouvrage, lout le mcanisme
/' i-,^,,,, au illc fonctionne souhait, marche
Mais nous lavons dit Pl|comme sur des roulettes. Les
haut, notre avance est de ouvriers solll wen entranes et
plus de 7 millions de dollars, parfkitameot prpars, chacun,
dans sa tache, n'envisageant que
l'intrt et le bien-tre de la
communaut.
Tous les peuples civiliss pen-
sent que l'Hpital et la Facult
de Mdecine sont indispensa-
bles au progrs et au bonheur
de l'humanit. C'est dans ces
gourdes.
Le total des amortissements
supplmentaires devrait donc
pouvoir tre obtenu comme
suit :
Srie A
Srie B
Srie C
Total
1.249.875,00
10 471.049,54
Donc, du chef des amortis-
sements supplmentaires au -
milieux qu'on apprend lutter
soit plus de 35 millions de
gourdes, et nous place, pour
la siie A, en 1959, et pour
les sries B et C, en 1917.
O donc a-t on pu prendre
les 25 millions environ de
gourdes en plus pour accl-
rer nos amortissements une
telle vitesse, sinon dans le
service courant du Gouver-
nement, dans des fonds au
trement aflects et dans les
rserves du Trsor?-- Nous
allons le montrer. Mais nous sde, mais qu'il ne sait malneu-
esprons, par les calculs ci- sment pas assez apprcier. Les
dessus avoir lait justice de philanthropes des centres avan-
l'argument triomphal du se- ces font de superbes dons ces
l
avec un profond dsintresse-
ment personnel, un superbe al-
truisme, contre la maladie, pour
donner la sant, la sant, ce
' beau trsor que l'homme pos-
Institutions. Leurs noms sont
gravs dans le marbre el dans
les curs des bons patriotes.
Parmi ces illustres donateurs, il
faut mentionner en premire
ligue la Fondation Rocket elle
qui a dpens des millions de
dollars dans le monde entier
pour les hpitaux et les l.ibo
toires o l'on rencontre des es-
prits trs cultivs, des hommes
de comptence prouve el de
haute moralit q u i, fout en
soulageant les souffrances hu-
maines, travaillent beaucoup et
avec succs au progrs de la
mdecine scientifique. C'est
bien la Fondation nul ici ne
l'ignore et on ne se lassera ja-
mais de le rpter qui 8 lon-
guement contri >u jsolidilkrles
assises de celle Ecole en prpa-
rant srieusement une bonn
partie de son personnel
gnant et en y installant excelle-
menl de nombreux laboratoires
pour raliser d'importants tra-
vaux techniques et de spciales
recherches exprimentales. J'ai
le terme espoir que la Fonda-
tion ne tardera pas se con-
vaincre qu'elle a sem dans une
terre lerlile eu de riches mois
sons. Je ne doute pas qu'elle
veuille achever sa belle GBUVre
en Hati en nous accordant en-
core sa gnreuse et bienveil-
lante assistance. Je lui offre mes
remerciements aux noms de
nous tous.
Messieurs,
Une jeunesse intressante, a-
Vide de savoir, nous est confie.
Instruisons-la le mieux possible.
Tous nos efforts doivent con-
verger vers celle lin. Faisons
taire en nous le sentiment de
I amour-propre exagr qui cau-
se nos dissensions, chacun .vou-
lant imposer ses ides et ses
conceptions personnelles, en
depil de lotit. Ne partageons pas
cette pense du ( ynique Fon-
lenelle : On perdrait, dit-il,
bientt sont courage, si on n
lait soutenu par des ides faus-
ses. Ayons une foi ardente
dans les vrits scientifiques
Soyons les porte-paroles en-
thousiastes de la science. Ser-
vons la modestement. Tachons
de taire enfin quelques bonnes
recherches scientifiques locales.
Fuissions nous conserver les
deux belles Institutions que pos-
sde le pays : l'Ecole de Mde-
cine el l'Hpital Gnral qui
sont de relle utilit
sociale,parce que contribuant
l'amlioration des mauvaises
Conditions de vie de la masse
proltarienne. Je dsire qu un-
mutuelle sympathie existe sans
cesse entre m *s prolcsseurs el
les tudiants, les tudiants se
Soumettant la discipline qui
leur est assigne, les maitres
continuant agir envers eux
sans faiblesse, mais sans pas-
sion.C'est lu meilleure faon, je
pense,d'obtenir les rsultats es-
compts. J'exprime mes vifs re
mercieme ils au Directeur (i
nral du Service d'Hygine el
d'Assistance publique du grand
intrt qu'il porte celle kcole.
II saura vaincre toutes les dilli-
cults qui peuvent lui tre op-
poses dans l'excution de ses
dlicates fonctions, et arrivera
son nob e but. C'est le souliail
que je lui adresse trs sincre-
ment. Four mriter son entire
confiance, nous n'avoua qu'
remplir loyalement nos devoirs.
Le mot d ordre ici est et doit
lre toujours : L'ACTION.
Il y a
Vingt-cinq am
U Matin, ."> Octobre .HJ7.
SERVICE A L'EXTERIEUR
ORGANIS PAR.LA
r.CAVALEROUiCEWNAIRE"
&Im Cavalerie du Centenaire
s affirme devais quelques jours
par le service i i extrieur,
re champ il action pour le mu
nge, dans la c mr de ta prison
des femmes, ne permettant p ta
l'absolue excution de son rote.
Le commandant baraque or-
ganise une srie d'e.veursions
qui prsentent un remaripiahle
Intrt, Ces excursions sont
d'une nature telle qu'elles (""_R'i// combler les lacunes d'une du-
cation militaire consistant sur-
tout enseigner aux soldats
des thories seulement nces-
saires pour la reprsentation
et le service journalier. L'hgu
reuse initiative du Comman-
dant baraque vient modifier
te plan d ducation consacre
par une longue routine
... voit que Thomas Guerrier,
le boxeur national, a t knoek
out au sixime round par son
advers&ire pruvien, le boxeur
Aragon. Le rsultat tait prvu,
ir Guerrier esta l'ge de la
etraite et.de plus, dprim par
le cruelles privations, sa for-
ue laissait beaucoup dsirer.
Sic transit...

... voit que notre ami Gairaud
si un partisan convaincu de
l'mSQCipittOO des te m mes.
lest ainsi que de la caisse au
srvioe, tout I* personnel de
'Eldorado est fminin. Il est
:ertaio que le cocktail parait
ueitleur quand il est servi par
me tendron accorte, au sourire
ingagsant, et que le pourboire
'ois sort tout seul du gousset*
Honni soit qui mal y pensel
au match Guerrir-
es trois distingus
ECHOS
0
La situation politique
Cuba se corse. Un mouvement
arm est sur le point de naitre
contre le Gouvernement du Pr-
sident Machado. La terreur r-
gne dans l'Ile. Des renseigne*
inentsde source prive laissent
prvoir qu'il y a peu de chances
iiouverneiiK ni
re-
vague
insurrection-
0" CAMILLE LHR1SS0N
E. 14U0, Bois Verna,
Tlphone : 3201
Voici, sur cet excdent, ce
qui aurait d tre prlev
pour amortissements suppl-
mentaires pour la srie A, le
contrat d'emprunt prvoyant,
pour chaque excdent, 25 o/o
nwis ne dpassant pas 20
Mille dollars, ou 1 million 250
pille gourde;
3 648 103,39 crtairc d'Etat des finances,
_ '____'____! savoir que les amortissements
46.304.558,17 anticips que nous avons d-
nonces sont uniquement le
rsultat des dispositions des
contrats d'emprunt, et nous
esprons aussi que, entre le
secrtaire d'Etat et nous, nos
lecteurs sauront distinguer
lequel ne sait pas ou a mal lu,
et en a tait accroire au Par-
lement. 1
S 14 *wk
Idal
ALIX ROY
30 annes de succs.
que lad ne
sisle la
nelle.
- Dans les milieux bien m*
lorins,l'opinion prdomine que
la politique extrieure du Gou-
vernement conservera la mme
orientation gui a abouti teu
l'accord du 3 Septembre.
Dans un article sensation-
nel, publi dans Kouiana , le
Premier Mussolini a dclar que
lgalit de droits et d'arme-
ments rclame pai "Allemagne,
ilans l'aide-minoire prsent
llerriot par le Gouvernement
du Kcich, tait une requte ]
juste et raisonnable, et que
l'Italie soutiendra le point de
vue allemand contre la France.
L'Angleterre opine que la ques-
tion ne l'intresse pas.La France
a l'air isol.
l'ne nouvelle baisse des
valeurs a l enregistre la
Bourse de New-York.
A la Radio, l'autre soir.ou
a entendu un discours du Mi-
uislre Slimson, dfendant la po-
litique de lloover eu Hati,con-
tre les attaques des dmocrates
a cet gard.
- Un officier amricain de la
Garde d'Hati a donn sa d-
mission. Accepte.
-- Le l Octobre prochain un
match de b >xc : l'apacilo contre
YccecllO.CeS deux boxeurs tant
dclasse, le combat, pronosti-
que t ou, finira par un knock-
oui.
La campagne prsiden-
tielle aux Etats-Unis incline les
BtatS prudents garder l'ex- ?
pectalive dans l'ordre des con-1
clusions diplomatiques.
Contrairement a ce qui a
l annonc, nous croyons so
Voir que Monsieur Norman Ar-
mour, Ministre Amricain
Port-au-Prince, {gagnera Bon
poste avant l'lection amricai-
ne de Novembre.
Notre excellent ami Mr
Georges de Lespinasse,qui avait
garde la chambre ces jours p i.
ses, lgrement souillant, a re-
pris ses activits. I*
Depuis le rglement de \
t l'aftaire l. C. S., l'animation est *
nue dans la pleine de Cul i
de Sac.
On annonce que l'Ingnieur]
i trouve lorl
rti
.. a vu,
Vragon,
sous Directeurs de la Banque
Nilionale d'Hati assis cte
e en premire loge et tumsnt
l'un, la cigirette, le second un
igire el l'autre entin la pipe.
Des gots et des couleurs quoi
bon discuter?
... voitl que d'une gnration
l'autre,.les jugements ?ur les
nommes et les choses se modi-
fient parlois du lout au tout.
Lui, il a les Amricains dans le
nez al peut-tre caresse-t-il
l'espoir hroque; de les bouter
du territoire . coups de lu*1.
Ces! un patriote irrductible.
vl lis vofl : sa fille ne pense
oonme lui. fc)lle trouve que les
Vmricains sont les gens les
dus sduisant! lu monde. Il
liut chaque jour quelle soit
fourre dans une auto co'
l'un pantalon m lit mv made
in 11. S. Le pre est un man-
jeur d'Amricains, et les Am-
ricaina a leur tour croquent la
lit le. Cest un petit drame sha-
kespearien qui donne leur
tour envie de rire et de plearer...
fais lout n'est-il pas drame
ici bas?

... voit que la rentre des
classes ei des tribunaux a
re upli, lundi dernier) les rues
d coliers et de i igistrals, re-
venant de la Messe du S. Es-
prit. R 'dingotes svres, blou-
ses claires, hier ... demain. C'est
la tugitivit des choses qui tait
le ch inn mlancolique de la
vie.
... vous a regards, chers gos-
ses, avec un attendrissement
tout prs d'tre lche.
... voit qu'avec la rentre des
Tribunaux les discours ont
,jlu torrents, et c* qui est
dus agrable le Rhum liarban*
court aussi bien.
tantes faites dans le Budget de
la D.G.T.P.
Un arrt du Prsident de
la Rpublique, contresign par
tous les Secrtaires d'Etat, pro-
, pour l'anne budgtaire
1932-1933, les budgets des d-
partements ministriels pen-
dant l'exercice 1931-1932. Cet
arrt p r c i s e que la loi
rglementant le budget et
les linances de l'Etat ainsi que
les bu Igets des diffrents d-
partements ministriels n'ont
bas pu tre promulgus avant
le 1er Octobre, date laquelle
commence l'exercice financier.
I) aprsIIaili-Journal,i:n
iiuxliis iftueadi est intervint
entre le .Ministre du Commence
et les Directeu de* Compa-
gnies de .; izoline. im anl quinze
[ours, en attendant un an
fixant le prix de la gazoline,
celle-ci sera dbite 36 ef le
m e.l gros et 30 cU ci
Ueiatl.
pour excuter le plan de retee- I
lUon des roules qu'il envisageait i
lu cause des rductions impt- galle On Zme page)


l'AGE 2
LE MATIN 5 Octobre 1032
OUVERTURE DES TRIBUNAUX-
Discours de M. Elie Lescot,
Secrtaire d'Etat de la Justice
En grande solennit eut lieu sorberait aujourd'hui vo
lundi hmuerlure des 1 nbu l esprits, une dception bien j
IMIIX. Belle crmonie au l'a* .i^rave planerai s r vos tra-
lais de Justice, laquelle s-[vaux prochains...
sislaU Mr Stiiio Vincent,Pr. \ Pour sa part, le Secrtaire
sident de la Rpublique,entoure I d'Etat de la Justice peut rap-
de tous les Secrtaires d'Etal, i peler avec quelque satislac
Voici le discours prononc
celte occasion par Mr Elie
lESCO'l, Secrtaire dttal de
la Justice :
Monsieur le Prsideut du
Tribunal,
Magist aU,
Messieurs les Avocats,
Au nom du Chet du (ou*
virilement, et au uom de
sou Conseil, il m'est heureux
de rpondre par des remer-
dments au vibrant tmoi-
gnage de courtoise et sincre
attention dont vous veut/, de
von s taire rbquenl Inler*
pi e du Corps judiciaire su-
pr* de nous eu s uhaitant
au Pouvoir Excutifla bien-
veai e cette imposante ru-
nion.
Vous avez remarqu, en
elH, que c'est pour la deu-
xime lois, depuis trois mois
a peine, que le Chef de l'E-
tat, accompagn des Mem*
bres de son Consei1, vient,
avec empiessemenl, assister
votre audience soleunelle.
C'tait hier, i'occasion de
l'installation de votre Prsi-
dent, des Membres compt
tant la composition de ce
Tribunal,du Chef du Parquet
et d'un de ses Substituts; au-
jourd'hui, c'est propos de
l'inauguration de votre pre-
mire anne judiciaire.. La
Magistrature toute entire a
retenu avec raisou cette dou-
ble circonstance comme une
vidente manifestation du
grand inirt que l'Excutif
porte cette mineute Insti
tution, de son grand souci de
la voir toujours mriter et
conserver dans l'esprit public,
et dans celui des justiciables
eu purticulier.ee rang presti-
gieux, ce haut crdit moral
qui sont la fois le gage et la
condition d'tllicience de s:i
souveraine autorit.
Il est propos. Messieurs,
d* rnipeler c.milieu'. ni rai-
son de la nouvelle 1 m Ion
dameutale que viennent de
consacrer les derniers travaux
lj<' Ijlits, se trouve mu iili
le statut de ce Tnbiu I. U
s'e isuii que, dsormais le
pro sur lesquels vous :es
appels vous prononcer se
roui tis souvent repro luits
if un second recours avec
i-ventualit du renvoi pra-
hble vis par ntre nouvelle
Clnrte. El c'est en vein de
C1 mme changeaient que vos
sections runies, aulri lo s ra-
lement occupes, doiv ut en-
lion avoir tout conjure eu se
constituant ledtenseur rsolu
de vos droits. Aussi n'hsite-
t-il pas vous oflrir son in
tervention ce propos.comme
un tmoignage de la pleine
sollicitude qu'il mnage on
Tribunal dont il s'honore d'a-
voir dirig le Parquet, com-
me le Chet de l'Etat lui-m-
me, ainsi que vient de l'vo-
quer de fayon si aimable et
avec tant d propos l'hono-
rable Prsident de ce Tribu-
nal.
(.lui ns siit, en effet, qu'il
s'tait produit au sein du
Corps Lgislatif un fort cou
rant d'opinion assez dsavan-
tageuse pou; la rmunration
de votre travail ? Et, ie puis
bien me permettre de le pro-
clamer, il a failli toute l'ner-
gique et sage interposition
du Gouvernement pour en
prvenir les ellets I! ue s'agis-
sait de rien moins,Messieurs,
en dehors de la compression
gurale qui frappe dj l'en-
semble des fonctionnaires,
que de taire eucore subira
vos traitemeuts une 1res no-
table diminution.Je suis heu-
reux d'avoir russi, en la cir
constance, vous attirer la
haute elicace protection de
la majorit du corps Lgisla-
tif. Le Juge doit tre, autant
que possible, au-dessus des
atteiutes des ncessits ma-
trielles de la vie. Toutes les
dmocraties, tous les centres
avaucs reconnaissent qu'il y
va de l'intrt social qu'il en
soit ainsi,el des garanties sont
prvu
lgislf
Et voil qu'il me revient
tout naturellement l'esprit
u souvenir empreint d un
symbolisme trs suggestif.
Dans la chromographie des
vitraux anciens et des
vieilles estampes endormies
dans leur linceul de 'pous-
sire, les artistes du temps
pass, rapporte l'iconographe
Emile Mle dans soi pn-
trant et rcent ouvrage sur
1 Art au XV sicle, avaient
l'hab m de de donner la
Justice, pour attributs: une
balance, deuzpes, un lit et
un oreiller... La balance et les
deux pes se comprennent
bu, mais pournuoi ce ht et
c loreilrr?.. Uu Magistrat
fr r.c lis. Procureur de la R*
pi biiqne. n'a eu aucune peine
p iur ni trouver la raison
I oreiller, dit-il, signifie, 1
\i leuce mme, la misricorde
q il tempre la Justice, et le
lit, Messieurs, que vous de*
ECHOS-
Suite de la 1re page
M.Krnesl Douyon rapporte,]
dans [son discours prononc a -
l'occasion de la rentre des tri-
bunaux, ce mot que lui dit Mr!
Vincent en lui annonant sa no-t
mination : Vous me connais-*
lez Dieu. Je vous demande seu-
lement d'tre tes Jugei .
La nouvelle toi sur les
timbres rduit les millions de
gourdes d'amendes infliges aux
Banques quelques l.i'JU dol- J
lars pour la Banque Nationale
et ()OJl) dollars pour la Banque
du Canada. Mais celle-ci n'est
pas dcide, parait-il, s'ac-
quitter.
On Informe que le bureau
des Contributions a ordonn la
fermeture de plusieurs guildives
dont les propritaires doivent
des redevances l'Etat.Nous ne *
croyons pas qu'une pareille me-
sure soit heureuse. Comment |
pourront s'acquitter ceux qu'on
empche ainsi de travailler?
La prorogation de l'ancien
budget met a nant celui vol
rcemment par les Chambre
pour le nouvel exercice.
-Les Dominicains installs
dans la lgion frontire ont
jusqu'au l Octobre pour quit-
1er ces lieux et se transporter
Jrmie o le gouvernement
hatien leur a assign rsidence.
NE PERDEZ PAS LA PUISSANCE
Par la brisure du Ple
L La pointe en mtal protge .
contre le reutlement ou la
brisure du ple.
2. Plus de lumire.
3. Plus longue dure.
4. Economie relle.
5. Traits exclusif*.
MTAL CERCLE
PAS DE CIRE IiOl'GE
l&rfilgfe
EVEREAD
bxtm .
BATTUE^
En vente partout
Cin-laldu
DEMAIN SOIR
Sur demande:
La Dernire Valse
V e Wtliv Fritscb. Suzv
Entre <>,50 ; B-lcon
Wrnon
: 1,00
"ADI M*K
Dcs
LAMPES & BATTIMES
elles durent longtemps
Patentes dans le momie entier.
9128
JOUISSEZ DU LUXE
DL CE SAVON BLANC
PARFUM
S WON DE TOILE
DLICATE M E NT PARFUM K
ma
revues celle tiu dans leurs
;gislations
Lundi matin ont eu lieu les
funrailles du jeune Roc Th-
venin, ^ de 11 ans. Nous
prsentons nos sympathiques
condolances aux parents lu
regrett dlunl et particulire'
nient a Mr et Madame Charles
Thvenin et la lamille Fanfan,
Votre cuisine,
Madame...
LePrcsdent Crolire sor
tant de sa re i ra i t c, de
Mount-Vernon, parcourt les
Ftats Unis et proronce des
discours en laveur de la r-
lection de Herbert Ilonver.
L'argument de tond de
l'ancien pensionnaire de la
Maison Blanche, au bnfice
de son POttt, c'est que, s'il est
rlu, les Am icains auront
gratis la hantgae des
tsines de Port au-r rince et
de Saint Xiarc'.
Bec-Fin.
Vieagarpour l'avenir une plus vi/. piparervos sentences en
grande frquence de leuia toile scurit et repos.
Iravux,prvisionconscutive Oui, Messieurs, del tran-
dc Is nouvelle rglementa- q lilii d'esprit et aussidu re-
tioi loustituuonnelle, vous p >s, il vous en tant. Mais
obligeant connatre, main c un ment l'obtenir si le Ma-
tenant, en cas de second re- g s lat est sans cesse tenaill
cours, du tond des adaires
en voie comptence s.den-
in l'e.
Certes, cette situation cre
par Je d i oit nouveau n'est
point de ualure diminuer
votre tche. Bieu au contrat-
re, semble-t il, puisque vous
lies vous trouver en pr-
sence d'un supplment de
responsabilits et de .devoirs
qui parait mme exiger un
certain largissement du ca*
dre des Membres de II Ma-
gistral ure Siij'i ieurc.F. avant
ni.i-, i ipplic ifion de
Vo. | Vf
s/*-. c, I
l'ui <-.is ij'u el !:-j i . DOS
proccupation .
Par c u. n re pers-
pective plus inquitante ab-
pr
dont
d'une vie
lion lgislative, l'Excutif a
compris la ncessit qui s'im-
posait de coordonner certains
textes du Codv" de Procdure
Civile avec les nouvelles dis
positions c institutionnelles
touchant la co nptence de ce
Tribunal. Il a t promulgu,
il y a doux jours, une lgisla-
tion adquate aui nouvelles
dispositions de l'art. 97 de
notre nouvelle Constitution.
Je regrette d'avouer cepen-
dant cpie le temps a malheu
heureusement manqu aux
Chambres pour le vote dan
projet similaire, dj prpar,
et rgleuieu'anl la procdure
criminelle Ce contre temps
sera rpar, je vous en donne
l'assurance, la plus pro-
chaine runion lgi lalive. Il
reste aux justiciables, en at-
tendant, la ressource devoir
La Loterie
Nationale
*Le Centre-) de samedi der-
nier n connt l'honntet
des Administrateurs de la
Loterie Nat onale, ainsi que
les yob ig; iii la loyaut.Nous
n'en demandions pas plus.
Que le confire conteste l'u-
tilit soc'ile de l'oeuvre, cela
ne sauta t t i er consque -
ce. L'oeuvre rpond par des
lads et ses livres sont l'en -
tire disp > i'o ) de qui vou-
drait s' n cj:iv incre.Par ail
leurs, nous croyons devoir
taire reinariuei que nous ne
tondions ni s ihvention, ni
subsides de la Loterie Na-
tionale, pas plus que le cou
Ir e n'en touche de la ck-
donnerie de Mr. Hyppollle
Jeu ly, ou de la Bln his^erie
Lux dont il publie les annon
(0i Nous s nnmrs liscom-j
mercialement a la Loteiie
Nationale par un contrat de
publicit. Cela implique un !
change d'engagements et de
services, j
M ra.'emenl, nous somm s
eucore lis la Loterie par
le caractre bienfaisant et ;
secourable de ses activits.
Si elle venait pricliter,
ce serait un dommage pour
ses pauvres, p'utt que pour
ses a lmini drateurs, mais ce
n'es1.Dieu merci,pas le cas,et
l'Institution jdoni Le Centre
pronostique la deb :1e, l'on
ne sait quel d-ssein.se porte.
Dieu merci, fort bii u. C'est
peut-tre coutia iant, mais
c'est tomme a 1
MOHR & LUJrtIN, P. O BOX VI*. Distributeurs
Bue Roux tt du Centre, Port-au-Prince.
El
qui v
1SEZ CECI:
1RY-ME-SR
le nom de la nouvelle marque de lames de rasoir
eut dtre lauce pour h concurrence!
Prsentation irrprochable
Atu-r de meilleure qualit I
Meilleure fabrication !
Meilleurs prix 1
Plus co 10 niques enfin !
Que toutes les autres marques dj en "ente sir le march.
Essayer de vous raser avec une TrlY ME-S1R: v us ne
vous servirez plus d'autres lames, car vous l'adopterez,
hn vente dans tou'es les bo mes mi sous.
Po r les commands s'adressera:
ERNSC LUDERS. Agent,
P. 0. BOX A 60.
Poi t au-Prince.

les exigences
les conditions devien-l le Tribunal rgulateur obvier
rd'hui hrisses de s aux inconvnients d'une telle
n ut aujourd'hui hrisses de i
tlilli iilts si pres, si tragi-
ques et presque sans issue?)
Aussi, le souci le plus s-
rletl du Gouvernement dout
nu tonnait lardent amour du
bien public, est-il de penser,
ds que les embarras finan-
ciers auront trouv leurs re-
mdes, raliser une lgisla-
tion remanie du traitement
des Tribunaux Civils et de
Paix qui attendent, depuis
trop longtemps dj, une
-tat'ii apport*juste et quitable amliora-
it e >er%p clive itio ;L. leur Sort,
Ce ne sont pas l.croy z-lc
Messieurs, les seules pr c
cupations du iiouveroemnt.
An cours Je la dernire i^es-
lacune, a tire provisoire, par
une jurisprudence prvoyan-
te, pru lente et mesure, si le
cas y cbet.
Vous voil, Messieurs,
pied d'uvre.au seuil de cette
nouvelle anne judiciaire. Le
Gouvernement vous la sou-
haite iructueuse en labeurs
conscients dans la solution
des COC lestafions qui vous
seront soumises. Je crois lire
au tond dL' votre gi ave pense
ce qui doit tre certaine-
ment en . m une > po i
chacun de vous le mot 'ie
ralliement devant la lche
qui ol e votre zle: Tra-
vaillons ..
Confrence
La Soei' d'Histoire et de
gographie reprend la se-
conde srie des confrences
de l'anne.
Diman he 9 oe'obre, lO
heures lu m tin, au local de
l'Amical du Lyce. Mr Octave
Jelit donnera une intres-
sante confrence sur Dfile
La Folle.Eotre libre.
Propos
humides
Anatole France crit dans le Lus
rougi cette phrase dsabuse : Nous
tic savons que Taire de cette vie si
courte et vous en voulez une autre
qui 06 Unisse plus. ,, Le philosophe
sceptique ne croyait pas une vie de
1 autre monde, ni mme qu'il existt
QD autre inontle.il doutait, en outre
que le ntre eut quelque chose da-
greab'c. Les humains, il les jugeait
mchants, sols, cruels... Rien que
Cet a. Il aurait certainement pens au-
trement de notre existence terrestre
c.ALHLT Doit qui l'et rconcili
avec ses semblables.
SI VOUS FUMEZ j
IL VOUS FAUT CE
DENTIPF1GE. .
Si vous fumez, vos dnis de-
viendront taches et se dcolo-
reront rapidement II est main-
tenant facile d'viter cela en
vous servant de la CALOX
TOOH POVVDER.
CALOX est un dentifrice en
poudre hautement scientifique,
ayant les qualits purilicatives
et sanitaires remarquables de
l'oxygne. Aussitt que vous
appliquez la poudre CALOX
auxdents.des milliers de petites
bulles se mettent au travail...
pntrant et cumant dans tou-
tes les crevasses des dents et
des gencives. Taches de tabac
et impurets dcolorantes sont
dissoutes et enleves.La bouche
entire est strilise et stimule,
lui donnant une agrable sen-
sation de propret.
Voyez votre dentiste deux fois par
an, mais cependant servez-vous de
la CALOX TOOTH POVVDER deux
fois ;par jour. Voire dentiste l'ap-
prouvera.
101
.. .M*..>MrM

Eno garde
libres les intestins
De mme que vous nettoyez vos dente,
que vous vous lavez la figure et les mains,
de mme il faut nettoyer vos intestins
rgulirement. Une faon sure, efficace,
rgulire, simple, c'est de boire un verre
mF< "Fruit Salt" le matin ou le roir'
Mais exigez toujours ENO.

ENOS
FRUIT SALT
,
| tatbW
Rhum Burhticoui
i
Dont
- -*w.*^.
I II (
UNBARBMOURT
Dp*; Rue_dihCsai


t
^
j


LE M4T!\ ;, Octobre 193?
PAGh 3
Grande
aisse
,T
RSBENSEiV
Avise les consommateurs de son LAH
ou il a rduit ses prix comme suil :
LAIT CONDENSE SUCRE CAISSE DE 48.14 | Z OR 6,25 DEUIL OP 0 U CENTIMES
LAIT CONDENSE SUCR ODE' ?40,3 | 910 J
[HT EVAPORE 'i! C DE Um" 5k
LAIT EVAPORE [>M 96.8 640
^T^S^^^^J^^'^^^90^1^'-------.,,,.,-., ,
TmP.nTPWwl 1. P "S "dIeJen,?me- esl command par les mdecin, el i
giTtTha^ avantageusement pour les Crmes
~En vente AU BON MARCH
Et dans toutes les bonnes piceries tant
a Fort-au-Prince aue dans toutes les
villes de la Frovince.
a urtte Mm
DTAIL. 9,04
DETAIL 0,1i:
DETAIL 3P 10.07
A
Le bien-tre idal
est celui que procure
l'usage de "4711", cette
exquise et vritable Eau
de Cologne clbre dans
le monde entier. Dans le
bain, en friction sur le
corps, en application sur
le front, la nuque et les
mains, "4711" chasse fa-
tigue et soucis, et laisse
une fracheur dlicieuse-
ment parfume.
Bien exiger la Marque dpose
"4711" sur
Etiquette Bleu-Or.
OCCASION EXCEPTIONNELLE
A vendre '
3 pices de salon en osier,
une Victrola portative.l lam-
! padaire, un bureau de travail.
S'adresser :
E. H. SALZMANN
Rue 4, avenue P-
Tlphone : M-C-113-3.
AUTO ACCESSORIES
We -ell \tw aod Seconp
Ffa d Parts for a|l makes of
automobiles.
KNER'S GARAGE
Rue Paver
Phoue 2.118 & 2234
Il II II kM
y 11 ii y &
poun 193;}.
Les Derniers Perfectionnements :
Automatic VOLUME CONTROL:
Circuit Superheterodyue
Automalic Sinchro-Sileut Tuning
100 o/ Amplification Pentode.
Nouvelles Lampes de 2 1/2 VOLTS
Types 58, 57, 56, 47, cS2 et
La Duo-Diode G-4-S-
"47/r
Parfum et Eau
de Cologne Tosca"
Les vertus de "4711" ac-
compagnes de l'aristo-
cratique et durable
parfum "4711" Tosca font
de l'Eau de Cologne
Tosca un produit de
grande lgance, dont
l'emploi est un indice
de raffinement et de
bon got.
i)MlearU <*e
Cofogne
&?=
Te4'
p.

Les chargeurs sont pris
de noter que le steamer An-
CODl est attendu Port-au-
Piiuce, venant de* Cristobal,
Canal Zone, le mercredi 12
octobre 1932.
Les permis d'embarque-
ment seront dlivrs pour le
trot destination de New-
Voik et des ports Europens
sur demande taile ce bu-
reau.
Ce steamer partira le m-
me jour directement pour
iNew-York prenant tr',;malle
et passagers.
Jas. 11. C. VAN REED
Ageut Gnral
i
COLUMBIA
Synonyme
de Suprmatie
r,'*'7>**mv.

ichet Mirga
antlnvraltfique
*'Jpps*imt: i qtu-lq tes minutes Fivre, Grippe, Migraine,
Phi mai:9me MicnniTil de choix toujours r//i ''u '?.-. lioi-.-s uol et 13 cuclic:s. Ki. vente dans tmitcsboiiiicsl'!."'
' ferah iren,inocle.trG!I{AUn,Pli>rm-.fi'i. LVN.CUL'J.SMFriJtf)
IMpr*. .i Fort-au-Pllnc Hmrmsci.- 11! Cil
w^. !**!*.. ..ut.
"^
Modle Cl 23
Air Cell- Battery
Dure de la Batterie
OOO heures
Modle C 83
Rrdio 8 lampes
Superheterodyne
Modle C 81
8 ampos Superheterodyne
ASTHME
Oppression, Catarrhe,
Suffocations,
Toux neroouttt.
Ouriion certaine par les
CIGARETTES CLRY
-i. POUDRE CLERY
I or ciftnv, ta. Km tt mswmmip, mr.*
I tot>lci> l'inrrr. ic*.
4
tpomh/f
Haleine mauv&tee.
COLUMBIA
Le Favori
des Connaisseurs
C'est le cortge hebiiael
de M coiitiififtkon.
Modle C 85
Radio Phonogra phe-
8 lampes
\ Moteur 33 1 3 et 78 Tours
Modle C 84
8 lampes Superhe
tero dyne
2 Heuts parleurs.
mien
eitlraw

re semaine,
rMIEL&k
Obtenu air^c a eaux m;
rellesparftomes avec des riti au.
vente dens toutes /es pt'zar.7i3c;cs.

mu
Conditions de vente avantageuses.
-Kneers COLUMBIA Music Hall-
KNEERS GARAGE.


f
Mercredi
5 Octobre 1932
Le Malin
4 PAGES
24cAjNNEEN' l$ Port-au-Prince
Tlphone : 2242
==
1
Votre premire visite
A
L'HOTEL ANSONIA
Nous donne a labon, confirmera votre bon ing-
nit, justifiera la confiance rue vous nous aurez accorde
en uous garantissant votre apprciable patronage l'Htel
le plus slect de Port-an-Prince.
Nous vous suggrons d'arrei votie chambre d'avanct |
LAITERIE BAILEY
Livraison propre hyginiquo.en bouteilles hermlique-
ment cachetes, I abri de toute falsification.
Transport toit en rfrigrateur roues.
N 1313, Grand'Hue. Port-au-Prince.
Bire la pression.
\
HOTEL KARAM
Lne confortable succursa-
le de Palace Holel, Kens-
koff
Pour la saison dt, ren-
dez-vous\chez A.\J. Karam,
Kenskojf, o vous seiez
servi souhail. Excellentes
conditions
Grand Htel de France
P. P. PATRIZI, propritaire
Cet tablissement se re-
commande par un service
irrprochable, un reslau-
ranl de premier ordre, des
chambres confortables et
ares ; un Bai o les con-
sommations sont varies et
des marques les plus rpu-
tes.
Tlphone : 2341.
INSTITUT
Guy-Joseph-Bonnet
Prs du Monastre S Grard
Sous la direction du professeur Lu*. DORS1NVILLE, hom-
me de lettres, historien et gograohe, et d'un groupe de Matlrea
dlite, plusi.urs diplms d'Universits trangres Coor dis
siqaes. Cours italiques Site idal Confort moderne et
hyginique Vastfs terrains de jeux divers Aux derniers en
mens oflkiels pour l'oblention du baccalaurat, rtablissement
a ' class parmi les trois premiers l
La rentre aura Heu le lundi 3 Oct. prochain
Prix d'col?ge meilleurs que dans les autres collges de
mme grade !
On trouve 11 siiluf, commme dms toules les bonnes libraU
ries, les livres classiques du professeur Luc Dorsinville :
Cou s Prparatoire de Gographie
Cours Elmentaire de Gographie Allas
Cours hoyen de Gographie Atlas.
Aidtz pa^ailleurs l'emploi gnral de ces livres.c'esl pour
le bien moral et patriotique de la jeunesse du pays.en les taisant
aheler par tous les petit* Hjlieus.
CE QUI N'A JAMAIS T FAIT
CE OUI NE PEUT TRE DEPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dan> des con litions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Venle
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des rues Roux et du Centre.
ifiM
Panama Railroad Steamship Une,
gents aax principaux ports d'Europe
i.
li. W.'Siikldon 4 Co, Ltd.
17, James Street,
LlVERl'OOI ., England.
England

MohY & Company.
Atlantic Freighting Corp. Div.
155, Boulevard de Strasbourg.
Havre, France*
Mory & Company,
Atlantic Freighting Corp. Div.
3, Rue St Viucent de Paul.
Paris, Fiance.
Ileruu Prou & Stockwell,
Boite Postale: 78,
Havre, France.
S. W.Suf.ldon kOt Ltd..
Fenton House,
112/113 Feuiburch Street,
London E. C. 3, England.
France
Mory & Company-
Atlautic Freighting Con. Div.
7*. Quai des Churtions,
Bordeaux, Fiance.
Mory & Company,
Atlantic Feighting Corp. Div.
7. Rue de la Rpublique,
Marseille, France.
Gellatly Hankey Se Co,
21, Rue de la Republique
Marseille, a France.
Germany
Atlantic Fieighting ,:orp., Atlantic.Freighting Corp.
Balliuhaus, llamburg 1, Germany. Breitenweg, 5b. Bremen, Ger
Holland
Atlantic F.eighiing Corp. Atlanlic Freighting Corp.
otwarp QivuioD, Koningin hmmaplein 3.,
C/O Steinmann Company, Rotterdam, Holland.
P. O. Box. 10G9, Rotterdam, Uolland.
Denmark
E.A. Bendix and Comnan),
Copenhagen, Denmark.
Belglum
Atlautic Freighting G rp.,
t'/O Steinmann and Coj
4, Quai Jordaens,
ntwerp, Belgium.
A. Ceresii & Company.
Via^Banchi 3,
Geuoa. Italy.
Spaln.
||r T. Mallol Bosch.
Atlantic Freighting Corp.,gDiv.
Haseo Colon. 17,
Barcelone, Spain.
A/B W. Larka,
Atlantic Freighting Corp. Div..
Skeppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson and Holmstrom,
ilantic Freighting Corp. Div.
Skeppsbron 3,
Gothenburg. Sweden.
Italy
Mr^Altredo Amoretti,
Atlautic Freighting Corp.D.v.
Ptataa Del Farro N.3 5,
Genoa, Italy.
Norway.
l.auril/. A. Devold A. b.
Atlantic Freighting Corp. \)i1.
Aalesund, Norway.
Sweden
Sven Janssou & Company.,
Atlautic Freigbtiug Corp. Div.
Norrkoeping. Sweden.
Simon Edstron A/B,,
Atlantic Freighting Corp. Div.,
Malmo, Sweden.
Bcruhard Bergh Compnr-y,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Ilalsingborg, Sweden.


-^SS^aWBP*


>*
.**-
Sauvez vos livres et con
lections en m ;uvais tat tl
les coufiani a i relieur cotiS
ciencieux, bonute et habile
Etienne Camille.Rua Boona
Foi .
Avis
La WEST tNDIES TRA,
DING C" donne avis au Pu-
blic que bien qu'elle soit en
liquidation, elle a Port-au-
Prince des reprsentants atti-
trs chargs de poursuivre |
cette liquidation et d'eflectuer ,
le recouvrement dts valeurs
qui lui sont dues.
Ces reprsentants ont plein
pouvoir pour exiger le paie-
i ment de tous bons, comptes,
soldes de comptes ou autres
valeurs, mme par la voie
des tribunaux, et en s'acquit-
tant entre leurs mains, les
dbiteurs seront valablement
dchargs, ,
La West Indies Trading Co .
Attention
PROGRS NOUVEAU
RHLM NObVEAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL OtFi. TOUTE OHNEK
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
Par
J.F.CASBLANCA
Secrtaire
GTE COLOMBIENNE )
Tlphone: N 2323
Le vapeur "Bogota" Voy.
107, partira de New-York le
octobre courant, directe-
ment pour Port au Prince o
il est attendu le 11 octobre
prochain, en route pour les
ports Colombiens, Cristobal,
/ Canal Zone, Kingston et New-
York.
Le manifeste de ce vapeur
reu par avion poste est la
disposition des clients dans
nos bureaux sis angle des
rues du Quai et Thomas Ma-
dion (vis--vis de la Douane).
*
Le vapeur t Bolivtir Voy.
10.'), venant de New-York et
des ports du Nord.est atten-
du i i, samedi 1s 22 courant
en route le mme jour pour
les ports du Sud.
*
i Le vapeur i Martinique i
(Voy. 104, partira de New-
j York le 12 courant prochain;
est attendu f ort-au-Princ
le 18 octobre.
William E. BLEO.
Agent.
Lykes Brothers SS C ln
Texas HaiU -Santo uomingo- Porto-Rico
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers el
fret entre les ports du Golte du Texas directement avec
Port au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide et le maniement habile dei vos
importations, servez vous toujours des navires de .' L'1
UNE.
Les prochaines anives a Port-an Prince sont*
Steamer Rulh Lykes
Steamer Margaret Lykes
Steamer Almeria Lykes
S/S iGenevive Lykes
Steamer Ruth Lykes
Bureau: Rue du Magasin de l'Etat Boite Postale B
7 octobre 1932
13 octobre 1932
21 octobre 1932
28 octobre 1932
4 novembre c
AVIS AU COMMERCE
La Panama Railroad Stea mship Line a l'avantage d'an-
noncer les dparts suivants de New York pour port-au-prince
Haiti, directement chaque mardi. Tous les steamers soni
pourvu de chambre friaoriloue
Dparts de A team er "Ancon" le 27 septembre
Steamer -'Guayaqnil" le 4 octobre
Steamer i Cristobal le 11 octobre
Steamer nBuenaventura > 18 octobre
Steamer Ancon le 23 octobre
Steamer iGuayaquil le 1er novembre
Steamer Cristobal le 9 nov. 14
Sttaraet Buonaventura 15 novembre le 21 nov.
Steamer cAncon le 22 novembre le 27 novembre
Steamer Guayaquille 29 novembre le 5 dcembre i**
Panama Railroad Steampship Line
JasH.CVANREED
agent Gnral
le 2 cet. 1932
le 10 octobre JJg
le 16 octobre JJg
le 24 octobre 1KJ
le 30 octobre Tm
7 novembre
nov.

i 'Vi -
Jh *~*r-
*#
m


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM