<%BANNER%>







PAGE 1

Lundi 3 Octobre 1932 Le Malin 4 PAGES 26euie ANNEE N". h8 Port-au-Prince Tlphone : 2242 OMRTEKEN Dt LMICUIORE AVIS Le Dpartement <eu ouvert Damiens pour le recrute ment d'agents agricoles frJPourrre admis prendre part ce concours, il laut : lo — Etre g d'au moins 23 ant, treSrauni d'un certi ficat de bonnes mœurs et prsenter son acte de naissance. 2o Avoir appartenu, pendant deux ans au moins, l'Ecole Centrale de Damiens ou pouvoir justifier d'une pratique agricole d'au moins 5 ans, part certificat lgalis pir les autorits de l'eudroil. Les preuves comprendront trois examens : Oral, Ecrit, Dmonstration sur le terrain; et rouleront sur les matires avivantes t lo.Oprations entreprend dre pour mettre un terrain inculte en valeur. 2o, Risques pour lesquelles la coutume de mettre le leu la vgtation sous prtexte d'entreprendre la cration d'un jardin est nlaste i Cocotier, Arachide, Vanille, I Sisal, Riz, Pommes de terre. o J. Culture de elimj '• Nomenclature des groupes, modes de reproduction, choi* et prtparlion du lerram, orgunisation.soins culiuraux, lutte contre les ennemis descitrus, aperu de tous les produits pjuvaui tre tirs des citrus. :,v— %  o. L a figue-banane : Varits prconiser en vue de l'exportation, choix et prparation du terrain.mode de reproduciton. organisa* lion dune plantation, soins culturaux. 8o. Culture pour laquelle vous croyez avoir ['ie plus daptitudes. Dvelopper les conditions culturales, commerciales ou industrielles de cette culture. Q9J. Reboisement. *1(). Question sur le cal, le coton et le cacao. iLe concours aura lieu l'Ecole Centrale de Damiens le lundi 17 octobre .courant, dix heures du matin. En atteudaut. uu registre d inscription est ouvert au Dpartement partir du samedi 1er" octobre.de 9 heures du matin' une heure de l'a/ prs-midi, et sera terme le 15 foisaucut.valeuretaupays. PJ prochain. 3o. Difirentes modes de " UUiC reproduction en dehors des soins. 4o. La taille des arbres 1 ru i lier s. ^.Conditions que doit rem plir une rgion pour conve nir a la culture des plantes •ui van tes : ~* 30 septembre 1932. Coquet tablissement situ tout prs de la Banque j Nale et dirig par Mme Marie BERTET. \ %  • %  emzpcm %  ••fi.-, %  ,p TO|MO Voulez-vous fter le retour de quelqu'un? OFFREZ-LOI ONE COUPE D'ASTI SPOIMI Agents paur la Rpublique d'Hati A. DE MATTES <& Go. Port au Prince (Hati) MU d Sauvez Panama Railroad Steamship Line, Agents aax principaux ports d'Europe. G.W.' T SHELDON & Co, Ltd. 17, James Street, LlVElU'OOL ENGLAND. England Ci. W.SIIELDON &C-, Ltd.. Pentoo House, 112/113 Fcnchurch Street, LondomE. C 3, Rnglaud. France Moiw & Company. Atlantic Freighting Corp.DlV. 7-J, Quai des Chartions, Bordeaux, France. vos livres Sauvez vos lives et con lections en mauvais tat tl les confiant ai relieur cons ciencieux, honnte et habile ETIENNE CAMILLE, Hue Bouna Foi A MORY Company. Atlautic Freighllng |-orp. Div. 155, Boulevard de S.iasbourg. Havrt, Fiance. MORY & COMPANY, Atlantic Freighllng Corp. Div. 8, Hue Si Vincent de Paul. Paris, Fiance. llernu Prou ft SlockwtU Boite Postale: 78, Havre, ^France. Germany Holland Avis M on Y de COMPANY, Atlantic Feighling Corp. Div. 7, Hue de la Rpublique, Marseille, France. Gellatly HANKEY & Co, 21, Hue de la Rpublique Marseille, a France. Atlantic Pieightlng Corp. Antwerp Division, C/0 Steinmann &C rapany, P. O. Box 1069,Ro crdam, Holland. Bolgium Atlantic Freighllng Corp.,' r/0 Steinmann and Co^' 4, Quai Jurdaens, Dtwerp, Bclgiuro. Allanlic Freighllng Corp. Koniugiu Emmaplein 3., Rotterdam, Holland. Denmark E.A. Bendix and Companj, Copenhagen, Denmark. L WEST IND1ES TRADING L" donne avis a P blic que bien qu'elle soit en liquidation, elle a Port-auPrince des reprsentants attitrs chargs de poursuivre celte liquidation et cl ellectuer le recouvrement des valeurs qui lui sont dues. Ces reprsentants ont plein pouvoir pour exiger le paiement de tous bous, comptes, soldes de comptes ou auties valeurs, mme par la voie des tribunaux, et tu s'acquittant eutre leurs mains, les dbiteurs seroul valablement dchargs, La W c sl hidics Trading Co lar J.F.CAbABLANCA PROGRS NOUVEAU RHLM N0L\EAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFlANT TOUTE CONCURrtENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON Secrtaire A Ceresa & Company. Via'.Banclii 3, (ie-ioa. It.ilv. Spain. Mr T MAI.I.OI. BOSCH. Atlantic Freighllng Corp.,;Div. Paseo Colon, 17, Barcelone, Spain. A/B W. Laka, Atlantic Fiei^litiu-i Corp. Div.. Skeppsbron 10. Stockholm, Sweden. A/B Pettersson and Hoimstrom, nantir Fieighting Corp Div. Skeppsbron 3, Gotnenburg, Sweden. BeiuhaH Bergh & Conipau}', Atlautic Freighting Corp. Div. Halsingborg, Swcden. lialy Mr Altredo Amoretti, Atlantic Freighting Corp.Di. Pia/.za-Del Farro N. 3 5, Genoa, Italy. Norway, LaoNUE A. Devold A. U. Atlautic Freighting Corp. LM Aalesund, Norway. Sweden Sven Jansson & Company., At|nlic Freighting Corp. Div. Norrkoepiug, Sweden. COLO 'L I'COlOlBIEHIlE ) Lykes Brothers SS C lnc Texas Hati Santo uomingoPorto-Rico l e seul service hebdomadaire et regul ie T passagers e fret eutre les ports du Golte du Texas directement avec PoTi au-Priuce, Haitl. Pour la rception rapide et le maniement habile "Yfj* importations, servez vous toujours des navires de ! LY&n LINE. Les prochaines arrives a Port-an Prince sont* Steamer Ku'h Lykes 7 octobre 1932 Steamer Margaret Lykes 13 octobre 1932 Steamer Almeria Lykes 21 octobre 1932 S/S Genevive Lykes 28 octobre 1932 Steamer Relu Lykesi 4 novembre i Bureau: Rue du Magisin de l ttai Boite Postale B Simon Edttron A/B., Atlantic Freighting Corp. Div Malmo, Sweden. Tlphone: N 2323 e vapeur Baracou Voy. %  108, partira de New-York le VS courant, directement pour Poii au Princeoil estaltendu le 4 octobre prochain eu route pour les ports Colombiens, Cris'obal, Canal Zone KingslO'i et NewYork. Le mauileste de ce vapeur reu par avion poste est la disposition des clients dam nos bureaux sis angle des rues dn Qu >i et Thomas Madiou (vi^ vis de la Douaue) Le vapeur Bogota i Voy 107, partira de New-York le 5 octobre prochain. Attendu Port-au-Prince le 11 oct. Port-au-Prince, le 28 Sept. 193,4. WilWam E. BLEO. Agent. I AVIS AU COMMERCE La Panama U|i|road Stea mship Line a l'avantage d'ajloncer les dparts suivants de New Yoi k pour port-aurrinf' Haiti, directement chaque mardi. Tous les steamers son pourvus de chambre tricorilaue Dparls de hem )ork. Arrivages Pori au-frince. team er "Ancon" le 27 septembre Steamer "Guoyaquil" le 4 octobre Steamer i Cristoba! le 11 octobre Steamer Buenaventura > 18 octobre Steamer Anron le 23 octobre Steamer iGuayaquil le 1er novembre 7 novembre Sleamer Cristubali le 9 nov. 14 nov. w Steamci Buenaventura 15 novembre le 21 n v Steamer tAncon le 22 novembre le 27 novembre Steamer Guayaquilale 29 novembre le 5 dcembre wm Panama Railroad Steampship Lint JasH.CVANREED sgrnt Gnral le 2 cet. 932 le 10 octobre 1Wle 1b octobre W le 24 octobre 1^ e 30 octobre VM .% *-*"-Si M • %  •' % 



PAGE 1

Cinient Magloire DIRECTEUR 1358. MH£ AMERICAINE 1358 TELEPHONE iV224 Quand le peuple 9era majeur, son estime remettra lea choses en place. Il taure que lea inteiiiajancM claire-. et v i. 01 n asont en petite tnlnonalioo ei <|uc la devoir primordial Ides gouvernants, peuttre leur devoir certain, eat de rechercher et d'aider les jaunes gens qui l'lvenl .ai-dessus des antres par leor intelligence, par leur nergie, dont) par leurs talents 'OIgtJlisateuis. J. l'AYOT 26 me ANNEE N' 7788 PORT-AU-PRINCE (HATI) LUNDI 3 OCTOBRE 1932 mej autour do la Doit* publique —oINDISCRTIONS (La grande piti de nos coles rurales —o — ea croire notre confrre mes pas autoriss prendre tLe Nouvelliste gnrale* 'aucune mesure pouvant atoeol bien inform, le Budjtecter et service, vu que les aurait l vot en qui* J versements priodiques faire l'Agent tiscal ne peuvent tre ajourns sans nous e\II y a Vingt-cinq ans Par M. Samuel Dvieux. f gl^ avec mme une plusvalue ventuelle d'environ 4 mille gourdes Autant dire il a l quilibr de jusqu tesse. ... A dfaut le la taxe de ca talion et d'autres aggrava fions de taxes auxquelles l'opinion n'avait pas fait bon ac cueil, cet quilibre a l ob tenu,principalement, par une augmentation de 5 o/o des droits (le douane l'importation, de l'impt sur le rvem,enfin une rduction proportionnelle, 10 el 3 o/o, sur le traitement des fond ion naires publics. Nous reviendrons sur chacun de ces moyens d'cjuilibre qui n'ont pas rendu ncessaire, heureusement, la suspension de l'amortissement de notre dette exlrieu poser des rclamations de cUui-ci. En d'au 1res termes, l'Agent fiscal (National City Company et National Cily Bank pour les sries A et C, 00 verra plus loin pourquoi nous laisons le cas de la srie 15 pour tre considr part ) n'acceptera pas de marcher avec une telle combinaison, quels que puissent tre les embarras du Gouvernement. Celle dclaration — si elle esl confirme — du Conseiller financier ne nous tonne pas en elle-mme; car nous ne sommes pas assez nafs pour supposer que ce mme Agent fiscal, coupable dj de pas mal d'e::cs, que nous allons taire connatre, dans re. Aujourd'hui, c'est sur ce son service d'amortissement, dernier point (pie nous nous et accept de gaiet de coeur proposons de revenir, non un arrangement financier uni pour insister, puisque ce n'est queraent profitable aux serplus utile, mais pour rponvices du Gouvernement. dre quelques objections et renforcer il autant noire point de vue thorique. On ne sait pas ce qui peut arriver dans l'avenir. A la vrit, aucun intress n'a lev, dans la presse, d'ob jec'.ions contre noire iacon de voir. Mais il parait qu'on en a caus dans les milieux que cela regarde et des In* discrtions bienveillantes se sont faites auprs de nous les chos de ces conversalions avec assez de prcision pour nous permettre de les prendre ici en considration. Il parait que, dans les commissions par le m en la ires comptentes, le secrtaire d'Elat d.-s finances, noire ami Air Lucien Uibbert, aurait laiss entendre que notre faon de voir n'est pas au got du Conseiller financier,— naturelle ment,— et aurait, en cons qtience, pri qu'on ne s'en occupai pas. Et parlementaires de condescendre au vœu mi nislriel d'autant plus volontiers que, nous venons de le dire, d'autres moyens d'augmenter les voies et moyens budgtaires leur lurent proposs. Une conversation avec quelqu'un qui sortait lui-mme d'une conversation avec le Conseiller financier nous a fait connatre l'opinion de celui-ci sur tout ce que Le Matin avait dit sur cette question et c'est cette opi "ion, diaul de celle propre du secrtaire d'Etat des finances, que nous voulons exaMais elle nous tonne subjectivement, c'est- dire dans la bouche d'un fonctionnaire du Gouvernement hatien, ap pel comme tel dtendre d'abord l'intrt el la cause de Arec un manque d pat w piieu'i de l'I i sir action Puet une inso.ici ni m qu'il e?t p • ih tre boa de ne pis q laliflV, I tg agents du S-rvce de I E'tseii tinement ttural n'on' pas iirairU d'taler au grand jour, d m< l rRapport sur les coles rurale* rcemment publi par le journal 1.1*2 MATIN, ce qu'on pourrit: poler taa misres et les infirmits noire m ilh sureux D •• parlement de l'I istrucliou t'ubiique. Loin d'tre mus parla grmncn piti des coles de nos campa-? gus, ces messieu "s se sol t iits O i [oe, rien ta il n {! [ dans • • s "is : rd i lio is h idg'aires le to r*ei M'iM, i •• • i %  ition ds la loi du 2S i tillal 1010 r g'n*uiant l'avansern ml des i istitu'aors public, i ni notion tel cr lits attribus a-ix lus* pectio is S:o lires po ir Irais de dplacement*, rd'icd >1 du mobiltei" et matriel scolaires et Buopression presqa? en uplte des loura laiti cl i*si T I S Ponr illustrer celle 6 i le, j'ai actuellement dans mai uossiers ui diagranaoe qui moutra de nu malin plaisir le rvler d inl : • i >u saiaissaale la ral.sation I tin document ofliciel rendu pu* j progressive de ce i>-oj-'l parla blic, probablement sans auiori* comparaison des Lui-its ressatiou, toutes ces tristesses qui p:cids du Dpartem -l de l'Ane tendent rien moins qu a gricalture et de celui d Octobn l'Jttf. UN FAUX SUICIDE ///(T, para /c.v / heures Ju soir, un nomme Albert a tent le se suicider en se pendant un qunpier, au haut de la rue Pave, dans les environs de la Place du Panthon. %  Mais la cor le se cassa el le faux suicid e'obattit sur le sol avec un grand cri qui attira dis voisins et passants gui lui donnrent quelques soins. Sur ces entrefaites intervinrent des agents de police qui / 'induisirent le dsespr en prison o il a t plac en surneillance. incurie des Inspections S:o laire et ['ignorance du personnel enseignant de nos coles %  .bliques sans penser que le ld meux service auquel ils appartiennent a contribu pour uni trs laigj part maintenir cej pidemenl selon un ryilime de plus eu plus Ijccli, cel'e du second resta stationuaire ou busse sensiblement. Ca graphique que je m paia mrlfureusamant reproduira ICI aurait t peu'-lre plus lo | un' nue tout ce que \i vien-3 l dire, d'autant nblent sortes dernirei dans l'tat dplorabl qu'ils ont l'inconsquence de. i plus q48 ces messieurs aein railler aujourd'hui. I 're trs amateurs de ces s Il semble, en ell.it, que ces d exercices, messieurs ont oubli, peutliv I (l'esl donc d'une laou systne font-ils jamais su, que la imlique que les coles ualiotorinidable organisalion d: Da-j najas oui l rduites dans la miens a t conue par M. G. misrable condition o nous les Freemao selon un plan bienjdfvoyons encore au|ourd hui;ellas fiai ; laisser pricliter tes coles taieai dji victimes, les paupeut rencontrer dans l'ordre lrj flii au moyeil de a plus grdi des choses amricaines. \ i e j 0 rce colouisair:ce connue : lducaiio.i de la jeunesse. ^Ce plan dont nuits voyons maintenant lu le la porle criMais, si l'on ne voulait pas, en cas de ncessit, suspendre l'amortissement de la dette extrieure sinon dans loule la limite de nos antici pations, mais au moins en attendant que, dans la limite d'environ deux exercices ou trois, les Pouvoirs publics e d mauvaise situation du pays nous avons envisag la pos'accaparemeot de loues les branches de noire syst ne I E lucalioi Publique : 1 L'Eiseigaemaal r\aral pu la cration des lermescole ; 2 L'Enseignement Primaire tissent le temps de prendre \ Urbain parla cratioa d coles es mesures en vue de la industrielles, 12 la capitale et plusieurs autres dans les prias! pales villes du pay. Ma s IHII lis q le les eo npres-* sions actuelles soil plu o ins pires par les ncessits de l'heure, eeltes autrefois subies par le Up utemi.it de 11 il rucmiuelle envisageait simplement Uoo Pub'iqu* n'avaieat eu l'autre ob|el q te d'arriver l'i lia sibilit de verser dans le tonds 8 L*E iseigoeinenl Secondair d'amortissement, au lieu d'esP*r la cration de la prtendue cole second lire de Chalaid et uar la transtormation d.*s lyces nationaux en coles second u es peces, les titres, aujourd'hui si dprcis.que dlient notre Trsor, lesquels ont t ache|h) gei)re dfJ (( „ gb s n )ols>) oa ts en verlu de la loi du3 upechiical schiols des Etats aot 1926, i g andissante I i 15 i Ige du S T. A C esl aiii.! qu %  I' > • re-lusailaux luspeclious S n.nies de la Rpublique le papier indispensable l'expdition du service courant afi i de pourvoir le building de D i ai ils et cer. lains locaux scolaires de toules les superll ails du confort mo darne. Nous avons expos les faits dans tojte leur simplicit et nous ne croyons pas .avoir lait de rvlations sensation ,ei'es. Noos pansons n'avoir dit que des cho .es sues de tout le m >nde, y compris 'es directeurs de l'Easeigiiement Rural. Mais cts messieurs n avaient aucun intrt dire toute la vrit, ils ont plut', dans un tour de passer-passe divertissant, esca~ molja cause principale de l' tat lamentable de nos coles pour la remplacer par ses etlets de la Jusce et l'Ecole de Mj en parlant de systme deducadecine celui de l'Intrieur. | tion et de vieilles mthodes. Pour achever la ruine dfi.. ''"( \SUIVRE) .iiive de l'organisation du D, SAMUEL UEVIEUX miner, vu sa grande imporobjection! du Conseiller lionceaux yeux de noire gounancier — qui nous demanvemement et sa valeur de dons l'avance pardon de nos bit dans les dbals. .indisci tions au point de M. le Conseiller financier J vue : i)M principe prottssr, pumii il l'opinion suspension que. quelles que soient nos avances dans le service de amortisse m ml de nos cmprunls A et C.nous ne somnoincnlane de himorlisscmcnl; 2) du versement des tilies au fonds d'amortissement. (A suivre). GRAND CONCOURS 2000 PHONOS ou T.8.F. DONNS .•GRATUITEMENT Attire ilepropayatide.ttoultt ptrtonntt tonnant la rponse du ribua ct-deB$oai et se conformant nos conditions. R. I.O ea pelant Ici lellrci ci-denus, trouve le nom d'un l'rildent du Cgnieil Franais tri connu. idal u (Remplacer tes points par du lettres pour avoir ce nom), fj Envoyez Totre rponse en dcoupam celte annonce. /oindre nne grande enveloppe VI VAPHONECSerr.Conconr portant votre adresse aui • l.llfi.R.Vaugirard.PARlS-fiVotre cuisine, Madam a -.'... •"... voit'que Monsieur Jolicœur a 'pronoac, Jacmel, nne magistrale contrence, sur ce sujit passionnant : Le Japon moderne. Les gourmets de l'auditoire avaient cru en'endre : Le Chapon moderne, et dj l'eau leur en venait a la bouebe,quand le conlrencier dbuta : I.'Ktnpire du Mikado, capitale Tokio. est situ etc. Quel ^auditoire gnangnan^ l'on trouve Jacmel l a --Je ne comprends pas, disait cet hyginiste amrU cain, que le peuple hatien ne soil anmique, lui qui ne mange pas beaucoup de viande. — Pardon, rpliqua Oswa'd . Brandi, il a un aliment corn-\ J '' n f ra,e ( ; 'A te .** & *. i n ioi ...,:„, u n partie, et dtachrent, devant 1 plet, qui supple magnifiquement U vian le: c'est la hantgue des haines de Port • au-Prince et de Saint-Marc! C'est la graisse totale incomparable en vitamines et super-lactogue! Bec-Fin. •—• Propos humides On ne fait rien de banal .lacnicl : ni l's baptmes, ni les confrences. ("est ainsi iiue Monsieur CrveCOBUr., pardon,JoHcœur... quel exqnli mot... vifiil de prononcer Jacmel une confrence sur le Japon. Pas inoins. L'auditoire est rest, pendant deux heures d'horloge, suspendu aux lvres du cordial confrencier. Ce fut, comme on volt, un succs sans prcdent.Un auditeur emball produisait mme un large couteau recourb et prtendit faire k ira kiri dans la salle mme. On dut recourir au jiu-jilsu pour le dsarmer.Des inousms s'vanouirent dans la salle. Sur la demande gnrale, la confrence lut mme bisse sance tenante. Mr.lolicu'ur ne pourrait-il pas rpter sa confrence l'orl-au-l'rince O il est sur d'tre port en triomphe el ft au RHUM SARTHE CACHET D'OR ? ... voit que le prix de la gazolini esl brusquement mont de vingt •cinq centimes trente et un ( or ). La course d'auto du mme coup est passe de vingtcinq cinquante centimes. Dans ces conditions, il laudra reprenIrele bon vieux mtier de piton. • ... a vu, samedi soir, huit Ii dures, s'arrter devant une danse populaire de pigni*pigni, une auto deisx places, monte par deux otliciers amricains le la Garde. On crut que la seule curiosit les avait amens el qu'ils allaient repartir sans crier gare, mais, la surprise de la a galerie ahurie, unejde ces danses SU rythme suggestif dont le secret semblait perdu depuis la retraite de lianda-ltiv. On a tonc hatianis aussi les reins de ces Messieurs? Loterie 21 Nationale Ilinpocrale dit oui, Gaben dit non.S'otre conlrre Hati-.lournal, d'ordinaire si bien inform des choses dominicaines, informe que U* Prsident Trujillo a l'ait quelques excutions sommaires Santo-Domingo, Pur contre, le Minisire Dominicain Mr Garcia Mella dment nergiquenienl l'informelion. La paix, dit-il, rgne Varsovie, el ... voif que Mr R. A. Holly qui publiedins Hati Journal* d intressantes et si indruciive 1 Considrations sur l'levage des verres soie esl un dlicat, et partant un timide qui prend la lettre les petites amnits qu'on change d'un quotidien l'autre, les jours de disette. On blagu vos vers soie, mais s en porlent-ils plus nid? An s n plus, si vous pouviez vrai rite, hein, vnrable I U10TE CONTRE LE DE LTBBOLINE Les propritaires et chautfeurs d'autos peuvent se mo. quer de l'augmentatiou du AUX ROY 30 annes de succs. ACCESSOIRES POUR AUTOS Nous vendons des pices neuves et de deuxime main \ pour toutes sortes d'automoI biles; s'adresser KNEER'S GARAGE 1 Pbone 231 et 22JL REVUES AMERICAINES Abonnements an Revues Magazines d'ailleurs, la Constitution Domij H .j x de la Gasoil ne en instalmoaine nj prvoit pas la peine ,i antu „ conomiseur tWhirlde mort en matire politique, Heureux pays que la Rpublique Dominicaine o Les poliliI liens ont la consolation, quand ils sont fusilles, de ne pas l'tre ', constitutionnellement. Le bon billet qu'a La Chtre je prfre un billet de la Loterie .\atio[ wind leur carburateur, SUCCBJ GARANTI S'adresser an : GAIUGE NATIONAL ew-i nale. t Le Mande Naissance— Mr et Mme Joseph Berryer sont heureux d'auuoncer leurs amis la Amricaines. Ln i ua j ssance de leur fille Marie vente i Jacqueline. Compliments et j KNEfih' GAKAGE |souhails. j Mauxde Gorge Double Traitement La double action de Vicks (inhal et absorb) le soulage vivement. yicKs Four Tout Refroidissement



PAGE 1

' PAGE 2 LE MATIN 0 obre 1932 lim THIERRY G. THIERRY C,W S.A. R.L. 0 000 M. Ri* CfMatfar • PARIS PHOTOGRAPHIE Catalogua 0*D*ral D tNpagM — m.000 Ar.i lea contre 4 tf7B ECHOS — Sur la frontiie d • BU ladre, une contribu. le de tabac a l saisie (3.859 kilos). Les Helinquants.au nombre de neuf, out t apprhends. livrs la Justice et emprisonns, o ils rflchissent sur les ennuis que leur procure la police douanire. — Trois jeunes mdecins hatiens, aprs examens subis I suivre le rappel par les EtatsPort-an Prince, le :>(> Septembre 1932. M. le Directeur. .1 ;ii t lis lieui<".i\ de lire dans votre numro d'avant-hier IL jugement bref, mais JUSTE et nergique, port sur le Conseille:Financier amricain, SEUL responsable de la ruine d'Haili. Le Gourvernement d'Haili, devant votre appel, doit pouravec succs, sont commis siouus pour la Garde d'Hati, aux prochaines vacances, dans le cadre mdical. — Contrairement aux pr >no-die? du mois dernier, la rcolte de caf, qui est belle, ne sera point prcoce. — D'aprs le Hulleti i de rOllice du Conseiller Financier, les recettes fiscales continuent dcrotre. — La G. T. P. est en Irain de r.-parer un pout sur l'Ajtua-Mucho (llinchc). — Un stock slectionn de f>X tulles de coton Forbes Baker expdi en Angleterre a obtenu un prix satisfaisant, en uison de la qualit du f troduit. Prix : 7 .'i/8 pence la ivre. Le coton ordinaire est cot /7(>. — Ou signale au Gouvernement, pour tre compris dans les monuments historiques restaurer, la c'bre villa de Toussaint Louverture, Descahaux, 10 minutes des Gonalves. Les murs de la rsidence historique sont encore debout, les dessins de jardins subsistent eucore et bien et bien d'autres choses qu : en font un mouvant souvenir. Unis de M. De la Hue, pmsqu'i cesse d'tre persona grata el que le Peuple entier lace/use d'tre ennemi d'Haili et de sou relvement. En dehors de ces raisons qui suffiraient, il faut ajouter beaucoup de FAUTES GRAVES dans l'Administration et qui pourraient tre soumises aux Tribunaux de Rpression, si les Etats-Unis n'avaient eu soin de rclamera 1 avance l'affranchissement aux Lois Hatiennes de ceux qui ont leur disposition SANS CONTROLE aucun la Fortune llaitienne qu'ils gchent --. Je n'ai pas les dossiers du Gouvernement ma disposition — Cependant, j'ai, au cours de mes tudes, dcouvert deux hel's d'accusation dont chaCUn sullil non seulement taire relever M. le Conseiller-Financier, niais encore le faire juger aux Etats-Unis, puisqu'il n'est pas permis de le]uger en Hati* Ce sont : lo.— La grande affaire d'huilourde. le Eu violation des prescriptions lgales rglementant les demandes et les dlivrances de FRANCHISE, SANS AUCUNE DEMARCHE pralable, SANS AUCUNE AUTORISATION du Dpartement du Commerce, connue le prvoit la Loi et corn,. i _si_ i comme le orevoii la i.oi ei coinLn plusieurs endroits, le meg ygon &oUJOURS SOUMIS macadam de la Capitale se u Conseillers Financiers ararilzarde, se dgrade. On souhaiterait voir le Service Municipal y enti prendre des rparations. 3— Le public se plaint, juste titre, de la dficience progressive des concerts du Vendredi qu'oftre la station H.H.K. — Nous avons reu avec plaisir un numro du journal L'INIOHMATION, organe qui avait cess de paratre et qui caius.M.de la Rue,Conseiller-Financier amricain, a eu a REMBOURSER une Compagnie ainiicaine les Droits (importation qu'elle avait dj verss au Trsor Public Aprs que la Presse eut dnonc le scandale, un Procs au Civil condamna la Compagnie payer l'Etal les Droits pie M. le Conseiller Financier avait ILLEGALEMENT restitus, au priudice du Trsor Public et en VIOLATION de "a Loi. Cette condamnation fait I PREVISION DO TEMPS POUR LE OIS D'OCTOBRE 1932 REGION DE PORT-AU-PRINCE Bien que le mois d'octobre soit un mois gnralement trs pluvieux, quelques beaux jours, un ciel clair et sec vont se faire sentir quand mme. Ceci surtout vers les poques suivantes: Du 11 au 12, du 2:5 au 2, du 28 au 30. Ce seront des jours encore propices la vie au grand air, et la villgiature. Le baromtre sera, vers ces poques normal,racme un peu haut.et au-dessus de la normale, ce qui est gnralement an signe aeboau temps surtout quand, comme ce sera aussi le cas, la temprature sera aussi leve,etau-dessusdela normale Far contre, les priodes pluvieuses vont se drouler surt mt pend int la premire semaine du moismous auront la pluie plus OU nninsp;ndant 21 heures* du 3 an 6, aprs le 1er et vers le 8. La tempralure tombera alors audis.ousdela nonn le. Il tera Irais sous un ciel nuagmx pen lant toute cette premire semaine, o l'on notera une basse pression atmosphrique N JUS aurons une seconde prio 'e de pluies tout de suite apr> le 15' On doit s'atteu Ire alors encore de lottes oluies, souvent nccomp ignes d'oragesdu l(i au 18, et du 20 au 22 Ce sera euc ire une lois,peu lant le mois, l'po jue d'un amoncellement plus grand de nuages et d'une temprature Iraiche sous l'action de l'eau qui tombe. En dehors de ces deux priodes pluvieuses, on constatera trs probablement encjre quelques pluies sporadiques vers le 11, du 2 au 27, et probablement aussi au dernier jour du .i,ois. L GENTIL TIPPENHAUER Port-au-Prince, le 30 septembre 1932. — %  I M— r i *, reprend vie, sous la direction I ressortir davantage la conduite, de notre estimable conlrre' au PREJUDICE de l'Etat d'Haili, D.iinise Pierre-Louis, Directeur de L'OPINION. —Aux Etals-Uuis, onMon ne Roosevelt 2 cot e 1 d'Ioover. Un nouvel lment est entr dans les moyeu* de Roosevelt c'est la cruaut camoufle du pirti rpublicain l'endroit des petites nations de l'Amrique latine et centrale. — Dans certains milieux d'tudiants, il se dit <{iie le personnel et les lves de Damiens n'accueilleront pas bien le Belge qui vient pou diriger l'Etablissement Ils pensent que la direction au rait du tre hatienne. Tout cela va-t-il tre encore source dcdillicults? Ou nous aunonce que, dans la plaine de TArcahaie, les bananeries ont quelque pen soullert des dernier grands vents. OCCASION EXCEPTIONNELLE A vendre 3 pices de salou en osier, une Victrola portative.l lampadaire, un bureau de travail. 'adresser : E. H. SALZMANN Rue 4, avenue F* Tlphone : M-C-113-3. du Conseiller Financier amricain de concert avec une Compagnie amricaine. o.— Le 2me grief, EX TREMEMENT GRAVE, est la Lettre No. 11.021 du Conseiller Financier amricain, en date du 8 Octobre 1930, par laquelle le Conseiller Financier ORDONNE la BANQUE, Agence Fiscale des Emprunts (Service spcial pom lequel elle reoit un paie ue.it spcial ). de prendre du portefeuille de l'Etat des TITRES B, pour G. 285.012, 76 el SI. OS.") 0 O, les mmes Titres H que l Etat, par l'intermdiaire de la mme Banque Nationale de la Rpublique d'Hati, ACHETAI I la mme poque 87, ."> 0 o. Il y a la question des FAUSSES Balances Commerciales publies r gai 1 r e ni e 111 par le Conseiller Financier et d'autres chefs d'accusation qui suffisent amplement dbarrasser Hati non seulement de M De la Hue, mais de l'Institution' mI me du Conseiller-Financier qui I s'est dmontre une H U I N K j pour llaiti et absolument au} dessous de sa tche. j En vous [niant de publier ces renseignements, je vous renouvelle, mon cher Directeur, mes salutations distingues. Georges SJOURN • • Port-au-Prince, le 30 Septembre 1032. Au Directeur du journal Le Malin . En ses bureaux. Monsieur le Directeur, Dans voire intressant quotidien, numro du lundi 12Sep* leinbre dernier, 20me anne, No 7770, il a paru sous la rubrique : Notre Œil deux notes l'adresse du l'asleur Turnbull, dont Tune annonait (pie lel'asteiir n'aimait pas (pion l'embte; qu'un schisme sparait depuis longtemps l'Eglise VVes leyenne el la Mission Wesleyenne en Hati sic ; et l'autre: que le Pasteur Turnbull ne prend pas plus de gants avec les morts qu'avec les vivants. L'ancien bussman Alla, ayant rendu l'me jeudi soir, l'enterrement lut dcid pour le lendemain quatre heures l'Eglise Wesleyenne , etc. Des amis, tant de Wesleyenne que du dehors, 1 cessent de me faire Le Cri d'Alarme j du Matin A propos du cri d'alarme) pouss,— non sans une juste •.[ ebe inquitude -par le jo .mal Le Matmo.dius son dition du 10 dacourant.nous cr .yons rend !" service en rappelant nu souvenir de nos producteurs et exportateurs de cal les divers Communi nues du Dpartement du Commerce lelatitsjaux bonnes dispositions du march anglais s'approvisionner chez nous; qu'on en profite, cette heure surtout o une catastiophe, plus qu'alarmante, semble menacer notre principale denre sur le march lraniis. comme nous le signale Le Matin l, Or, il est vident que le Gouvernement Hatien, en cette impasse conomique tra* gique, doit ifaire quelque chose : mais, eu alleudant, il appartient nos proiuc'eurs et exportateurs de caf de commencer parse dbrouiller eux-mmes, et ds maintenant.C'est pourquoi nous leur recommandons de relire at t Hivernent les communiqus du Dpartement du Commerce, et notamment celui qui donne une lougUQ liste d'adresses de liaisons Commerciales tablies eu Angleterre, lesquelles sont dsireuses d'entrer eu relations d'ail iire> avec les producteurs et exportateurs de la place d'Hati, d'une part; el, d'autre put, n >us les enjoignons dj relire galement nos deux artic es parus.successivenu'u dans les Nos des 1(5 et 22 aot couls de Hati Journal . lesquels Irailen', dune fao 1 pratique et scientifique, du mode de prpiralion pirticu lire de celte lve, conformment auxexigm es anglaises; et qui fournissent au si d'importantes suggestions, d'ordre conomique, l'avantage rciproque et incontestable du paysan-producteur et du commerant exportateur de cal Relisez ces deux Nos de j Hati-Journal.et commeucez : par prendre vos dispositions, —si ce n'est dj fait, — en vue de parer tous krachs ventuels du cal hatien sur le march franais, alors que nous nous amendons, cette auue ci, une meilj leure rcolte, — et qui sanuonce dj. Robert A. tlOLLY Ingnieur Mc. Eglise Le Secret de la Sant SELS E H0NTECATIN1 Aujourd'hui pius que jamai vous devez penser la Sant Voici ce que prescrit, en Italie, le directeur de la sinte pub! que pour combattre l'iullin uza. Le Snateur Alcssandro Messe 1 alirme que, pour Irai taiter Tiulluenzi et viter les bronchites et les pneumonies, vous devez toujours tenir liet dsinfectes l'estomac e reproene d'avoir jou ce vilain tour M. Turnbull qui, de son cot, ne j bres se gne pas pour dire que j'en jet l'intestin. suis Tanteur. N'ayant rien crit j Le Snateur Messea, direc-1 i teur gnral de la sant pu-j N'ayant rien crit l'adresse de Mr Turnbull, je vous saurais inli| HjjpfJ Royaume ltaUe, minent gre de vouloir biena .J njontr que la dif|usion et la violence de l'influenza sont facilites et aggraves parades dsordres viscraux qui dbilitent le corps et le rendent plus accessible aux graves maladies qui. depuis quelques annes, reparaissent avec une violence menaante vers le dbut et vers la iiu de l'hiver. Mfiez-vous de l'influenza, dclare le Snateur Messea, et rappelez vous que quand vous la Dgligez, ou ne la par une petite mise au pointill laver de celle accusalion fausse laite contre moi par Mr Turnbull, un ministre de Dieu. En attendant, recevez, Mr le Directeur, mes meilleures salutations. Jules HRAUX — La Direction du journal dclare formellement que Mr Jules lieraUX n'appartient ni ;\ sa rdaction, ni son service d'informations, el qu'en consquence, les deux notes concernant le Pasteur TurnlKill 11 0manenl pas de lui. est une autre des importantes actrices de l'cran dvoue* au parfum du savon blanc. Elle dit: Il G0JIMTIM RM l>eiiu si m r r n ei I le uscmciit doux fameuse toile de Hoollvwood in : / 1 Saooa de toilette Lux est un savon prodigieux". Un charme irrsistible-dans une peau vraiment douce P VRTOUTo -mu:; i ez, vous trouverez rtHti r es h l'Une fille ayant la peau ex, lise m -n b-lie qui attire toujours. "Da tous les chorus qu'une jeune file peut avo r, la peau doue-* en est le plusimposa,.i",' Phumtole*. soignez pas temps, vous vous exposez de graves coinplicatiins de brouchites et de pneumonies. Quand vous 'es alteint, on quinl vous souponnez d'lre atteint, mel'cz-vous imm liatemenl a-i lit et librez l'estomac et l'intestin dos matriaux qui lis encombrent. Evitez de vous ruiner les viscres par des purges drastiques et par des clyslres, aui ne lont qu'irriter et euammer les muqueuses de l'intestin, qu'aflaiblir votre rsistance, que ruiner le foie et les reins et qu'abattre irrparablement les forces du cœ ir. Les Sels de Montecatini sont anj mrd'hul le laxatif prfr et employ dans toute l'Italie, parce que, aprs de lougues et concluantes expriences dans les hpitaux, il a t positivement assur qu'ils sont Tunique moyen pour obtenir naturellement le bnfice du corps sans causer aucun dommage au foie et aux reins, et sans affaiblir le cœur. A vendre chez: PASCAL VITIhLLO, Grand'Rue Une invention BERLIN O mande de Rome Les deux officiers d'artillerie Deloce et Guerra ont invente nu appareil qui, appliqu aux canons supprime la luraee et le bruit de la dtonation. L'appareil a t essay par une commission d'experts dans les environs de Naplei Les coups tirs par un canon de campagne de 7u mmtaient peine pe.-ceptibies et I. fume tait presque invisible Les experts turem vivement impressionns par cette dcouverte. Des expriences ont t laites avec succs avec des canons ae gros calibre. D R CAMILLE LUE E 1400, Bois Verna Tlphone : 3201 ^Allez chez Barbancour a' rue des Csars, o vous troin rez un excellent cocktail sec demi-sec dont vous ne poum plus vous passer. likiuu t)ont la renomme * Universelle a gard M premire place Demandez ourlout : • UN iiARBANCOURT Upl; Uue^dw Csars, ae. I



PAGE 1

Octobre 1932 PAGE 3 Pneus et Chambres air Goodyear LE MAGISTRAT COMMUNAL DE THOMAZEAU... ooo Constitue en 1898, la Socit Goodvear a vu natre l'Industrie automotive. vaste organisation d'offrir aux propritaires d'autos et de camions des pneus suprieurs en qualit et en dure tous ceux qui se vendent actuellement en Hati. LES PNEUS %  COODYEAR HEAVY DUTY SONT FABMUES AVEC M FICELLE SPCIALE SOUS LE NOM DE SUPERTWISTE DONT L'ELAST ilT ET LA RESISTANCE SONT PLUS :S DE 30 POUR 100 DUE CELLE EMPLOYE PAR LES AUTRES FABRICANTS DE PNEUS* A La Socit Haitienne d'Automobiles.seul reprsentant de la Goodyear en Hati,vous trouverez toujours des pneus et chambres air de toute fracheur de cette fameuse marquera des prix dfiant toute concurrence. Socit Hatienne d'Automobiles. MALLEBRANCHE. GENTIL. BQGAT ET CIL ... se fait un rel pia i sir d'adresser tant en son nom personnel qu'en ceux de ses i fidles Administrs ses sin• crps remerciements aux dis' "i gus Membres du Corps L^latif, plus particulire mcntau sympathique Dput C ment Lespinasse, d'avoir si aimablement rpondu la ptition qui leur a t adresse en inscrivant au Budget de la Rpublique une valeur p\ i i 1 ^ • [de deux cents dollars qui sera Cette longue exprience permet a cette S^ff^OT: bytra et l'achvement de l'glise, et 1er. prie de croire en ses sentiments de protonde gratitude. Il eu prend occasion pour inviter ses Collgues de la Province, qui ont bien voulu se cl arger du soin de circuler les listes de sousciiption q leur a t confies, de corn mencer ds le mois d'Octobre taire en ses bureaux le versement des valeurs rcoltes, les travaux de constructiou de l'Eglise devant commencer bientt. fi k ... Avise les tenanciers de parcs privs que, dsormais, I Administration Communale actuelle, dans les intrts d'une bonne gestion, a dcid de revenir sur la mesure. prise.il ya deux ans, d'alermer son droit de parc aux f particuliers. Par consquent, il ne sera pas dlivr de bail pour l'ex. 32/33 aux propritaires de parcs privs, la Commune, entendant conserver intgralement sou droit dfaire sans rserve les recettes communales. Tout contrevenant aux prescriptions du prsent avis sera dnonc la Justice de Paix pour tre condamn l'amende et en cas de rcidive N'ACHETEZ QUE LE M Y-RUM l'on la ine Meilleur met eilleur march due l'article import. En vente au dpt de la Distillerie de L'AIGLE prs S la Banque Nationale, et chez SIMON VIEUX PRIX DE DTAIL GOES 2,25 LA BOUTEILLE CH. PICOULET 1.25 LA DEMIE BOUT. .BAZAR NATIONAL PRIX SPECIAL POUR VENTE EN GROS Grande Baisse E8BINSIN Avise les consommateurs de son EAU ou il a rduit ses prix comme suit : LES SALONS DE COIFFURE Il est dsirable auVnom de la sant publique qu'on arrive bientt uue rglementation et un contrle sanitaire des salons'de coiffure, eu vue de leur* installation plus convenable! et des sanc tions appliquer, au cas o ils ne rpondent pas aux conditions hyginiques e xigible , i et ncessaires. Tout'ile monde :. I. prison, contormmentaul sait que Ja teigne, la pelade.la syphilis, etc.. s'attrapeut parode Pnal. Ihomazeau, le 20 .septem bre 1932.Denis VIEUX Magistrat Communal, 1 LAIT CONDENSE SUCRE CAISSE DE 48.14 LAIT CONDENS SUCRE JE! 240,3 LAIT VAPOR C DE i 48,16 LAIT EVAPORE I'DE 196.8 0Z I' OR 6,25 9,10 5,00 6,40 DTAIL DTAIL OTAIL DTAIL OR M 0,14 CENTIMES 9,04 0,11' 0.07 appelez-vous que le LUT CONDENSE, EVAPORE eK'en POUDRE BSBESSEN est le meilleur, le plus pur et le plus riche en crme. Il est recommand par les mdecins et sages lemmesaux bbs et aux malades.il est employ avantageusement peur les Crmes glaces et chaudes, et les desserts de toutes sortes. En vente AU BON MARCH Et dans toutes les bonnes Epiceries tant a Fort-au-Prince aue dans toutes les villes de la Frovince. ^ ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Lift Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) Car la lFNEFAL est une des plus puissantes et des plus vastes organisation de ce genre. Le sol ri r*e se couche jamais sur son champ d'action qm embrasse le D Qd ses Poices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la foudre Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malvcillpnce, dommage? caus a iiitmi dans sa personne cm dans ses biens. Ses P i es t"r tirue P s mises pur ses branches d'Europe sont payables e Hait. SraPoRceTcome accidents sont valables dans I univers entier, tous les voya 5.,,,:.„r,tinc nrenilre la prcaution de se munir dune police contre accidents moIn"SoO dda?s la prince annuelle netau. .aede 1/2 7. soi. 20 dollars C.C. F. BERMINGHAM, AuxCaves Agent Gnral pour Haiti. IG. GILG SUCCES DE r HENRIETTE ROY 00 Nous sommes inliniment heureux de signaler les beaux succs que vient de remporter la distingue Molle Marie Henriette Roy aux examens de S:nographie et de Dactylographie qui out eu lieu la semaine dernire l'Ecole Spciale de Stnodactylographie. Melle Rov a accus, en eflet, pour la Dactylographie une moyenne gnitale de cinquante cinq mots un dixime par minute et pour la Stnographie, une moyenne gnrale de quatre-vingt dix sept mots et demi par minute. Elle a galement obtenu les diplmes d'honneur de Stnographie et de Dactylogra phie, ayant commis,dans les deux matires, des pourcentages ngligeables d'erreurs ; pour la Stnographie: 0,4 o/o (quivalant 4 erreurs par mille mots ) pour la Dactylographie: 0, 2op (quivalut 2 eneurs par mille mots ). Melle Roy es! lime de celles qui ont transcri sous la dicte des examina Leurs un {texte littraire dout e les n'av aient aucune connaissance auparavant,les yeux bandes et sans aucune faute. Lorsqu'on) connait le srieux, la rigidit I mme des preuves qui ont) lieu Jl'Eco'e Spciale de Stnodactylographie,on esta m!• rue d'apprcier dans toute leur valeur les beaux lsu'ats de ta dlicate postulante laquelle il nous est extrmement agrable de prsenter nos vives flicitations fois chez le coilleur ou barbier. Pour prvenir la propagation de ces maladies, il y a un minimum d'appareils dsinfection rapide, ainsi ;qu'uu lot d'instruments en bon tat et de linge propre interchangeable, qu'on doit reucoutrer chez le coilleur recommandable. Les ciseaux rasoirs, tondeuses, peignes et brosses devraient tre dsinfects aprs chaque usage ; les houppes lavables, les serviettes, eu papier ou vulcanises, les poudres, crmes, savons et essences.extraits de tubes pression,de vaporisateurs ou le boites perces en j pomme d'arrosoir. Naturellement,les meubles, le parquet,le matriel,par leur propret et leur reluisance offriront aux habitus toutes sortes de scurit. C est d'ailleurs ce compte qu'un SALON de coi Dure s'attire une bonne clientle. Choisissez bien votre coiffeur et votre barbier: il y va de votre sant et de celle de votre famille. Revue des Deux Monde l.S.Ruede ninivetslt.l'arw. SOMMAIRE DK LA LIVRAISON DU 13 SEPTEMBRE 1932. Les Fianailles. — Troisime partie, .1. de LaCretelle. Esquisse d'une doctrine coloniale. — IL Tunisie et protectorat, Gabriel Hanotaux, de l'Acadmie franaise. Visites aux Muses de province. III. Aix en Provence, I 'MUS Gillet. Vers l'Empire. — I. La cous piration de l'An XII, Louis Madelin, de l'Acadmie franaise. Les paradoxes de la politique allemande, Maurice Pernot. La tin du dix-septime sicle. III. L'unit littraire, Paul Bazard, La bonne douzaine. — Texte Iransis de Mme E. R. Blanchet, \V. Somerset Maugham. Gyp telle que je l'ai connue, Vga. Questions scientifiques.— L'art •le produire la lumire, Charles Fabry, de l'Acadmie desSciences. Chronique de la quinziine.— Histoire politique. PR'X DE L'ABONNEMENT l^ris Un an Sis mois Trois moi; Seine Seine et Oise IMtrsjtln a6.lis j Dpartements et Colonies Irjn^jises t6 1rs 54 ir 18 fr tranger : r'.i\ 1 demi tarif l'"l i)0fri6*ln 14 lr. Pays .1 plein tatil POl 160 1rs • %  fr. in, sa Les abonnements partent du /er et da 15 de chaque mois. Prix du Numro : 6 f rs ( Dr CHARMANT. nuel d'Hygine.) MaTRAVAUX DE TYPOGRAPHIE Toujours la rue Dants Destouches, en face de la Glacire, chez Morissett.o vous trouverez des cartes de visite, de fianailles, etc, des prix absolument consciencieux I Donne/ y vos commandes Ve uve HU-^FNTS Hort-an-Priuce. JEANBU.NCHFIJcraii^ssnrpz-vou* contre accideul \ la General Accident Fire & J Lile Assurance Corporation Lii HWiedi— Vve F, Bermirghan^ J Les avantages qu'offre la Cuisine Electrique HOTPOINT sont maintenant connus de tout le monde. Pour visitez sition. Compagnie dclairage Electrique, vous en convaincre, notre salle d'expo


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07120
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, October 03, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07120

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Cinient Magloire
DIRECTEUR
1358. MH AMERICAINE 1358
TELEPHONE iV224
Quand le peuple 9era majeur, son
estime remettra lea choses en place.
Il taure que lea inteiiiajancM claire-.
et v i. 01 n a- sont en petite tnlno-
nalioo ei <|uc la devoir
primordial Ides gouvernants, peut-
tre leur devoir certain, eat de re-
chercher et d'aider les jaunes gens
qui l'lvenl .ai-dessus des antres
par leor intelligence, par leur ner-
gie, dont) par leurs talents 'OIgtJli-
sateuis.
J. l'AYOT
26 me ANNEE N' 7788
PORT-AU-PRINCE (HATI)
LUNDI 3 OCTOBRE 1932
mej
autour do la Doit* publique
o-
INDISCRTIONS
(La grande piti
de nos coles rurales
o
ea croire notre confrre mes pas autoriss prendre
tLe Nouvelliste gnrale* 'aucune mesure pouvant at-
oeol bien inform, le Bud- jtecter et service, vu que les
aurait l vot en qui* J versements priodiques fai-
re l'Agent tiscal ne peuvent
tre ajourns sans nous e\-
II y a
Vingt-cinq ans
Par M. Samuel Dvieux.
f
gl^ avec mme une plus-
value ventuelle d'environ 4
mille gourdes Autant dire
il a l quilibr de jus-
qu
tesse. ... ,
A dfaut le la taxe de ca
talion et d'autres aggrava
fions de taxes auxquelles l'o-
pinion n'avait pas fait bon ac
cueil, cet quilibre a l ob -
tenu,principalement, par une
augmentation
de 5 o/o des
droits (le douane l'importa-
tion, de l'impt sur le rve-
m,enfin une rduction pro-
portionnelle, 10 el 3 o/o, sur
le traitement des fond ion
naires publics.
Nous reviendrons sur cha-
cun de ces moyens d'cjuili-
bre qui n'ont pas rendu n-
cessaire, heureusement, la
suspension de l'amortisse-
ment de notre dette exlrieu
poser des rclamations de
cUui-ci. En d'au 1res termes,
l'Agent fiscal (National City
Company et National Cily
Bank pour les sries A et C, -
00 verra plus loin pourquoi
nous laisons le cas de la s-
rie 15 pour tre considr
part ) n'acceptera pas de mar-
cher avec une telle combi-
naison, quels que puissent
tre les embarras du Gouver-
nement.
Celle dclaration si elle
esl confirme du Conseil-
ler financier ne nous tonne
pas en elle-mme; car nous
ne sommes pas assez nafs
pour supposer que ce mme
Agent fiscal, coupable dj
de pas mal d'e::cs, que nous
allons taire connatre, dans
re. Aujourd'hui, c'est sur ce son service d'amortissement,
dernier point (pie nous nous et accept de gaiet de coeur
proposons de revenir, non un arrangement financier uni
pour insister, puisque ce n'est queraent profitable aux ser-
plus utile, mais pour rpon- vices du Gouvernement.
dre quelques objections et
renforcer il autant noire point
de vue thorique. On ne sait
pas ce qui peut arriver dans
l'avenir.
A la vrit, aucun intress
n'a lev, dans la presse, d'ob
jec'.ions contre noire iacon
de voir. Mais il parait qu'on
en a caus dans les milieux
que cela regarde et des In*
discrtions bienveillantes se
sont faites auprs de nous
les chos de ces conversa-
lions avec assez de prcision
pour nous permettre de les
prendre ici en considration.
Il parait que, dans les com-
missions par le m en la ires com-
ptentes, le secrtaire d'Elat
d.-s finances, noire ami Air
Lucien Uibbert, aurait laiss
entendre que notre faon de
voir n'est pas au got du Con-
seiller financier, naturelle
ment, et aurait, en cons
qtience, pri qu'on ne s'en
occupai pas. Et parlementaires
de condescendre au vu mi
nislriel d'autant plus volon-
tiers que, nous venons de le
dire, d'autres moyens d'aug-
menter les voies et moyens
budgtaires leur lurent pro-
poss.
Une conversation avec quel-
qu'un qui sortait lui-mme
d'une conversation avec le
Conseiller financier nous a
fait connatre l'opinion de ce-
lui-ci sur tout ce que Le
Matin avait dit sur cette
question et c'est cette opi
"ion, diaul de celle propre
du secrtaire d'Etat des fi-
nances, que nous voulons exa-
Mais elle nous tonne sub-
jectivement, c'est- dire dans
la bouche d'un fonctionnaire
du Gouvernement hatien, ap
pel comme tel dtendre
d'abord l'intrt el la cause de
Arec un manque d pat w piieu'i de l'I i sir action Pu-
et une inso.ici ni m qu'il e?t p ih
tre boa de ne pis q laliflV, I tg
agents du S-rvce de I E'tseii
tinement ttural n'on' pas iirairU
d'taler au grand jour, d m< l
rRapport sur les coles rurale*
rcemment publi par le journal
1.1*2 MATIN, ce qu'on pourrit:
poler taa misres et les infir-
mits noire m ilh sureux D
parlement de l'I istrucliou t'u-
biique.
Loin d'tre mus parla grmncn
piti des coles de nos campa-?
gus, ces messieu "s se sol t iits
O i [oe, rien ta il n {! [ dans
s "is : rd i lio is h idg'aires
le to r*ei M'iM, i i ition
ds la loi du 2S i tillal 1010 r
g'n*uiant l'avansern ml des
i istitu'aors public, i ni notion
tel cr lits attribus a-ix lus*
pectio is S:o lires po ir Irais de
dplacement*, rd'icd >1 du mo-
biltei" et matriel scolaires et
Buopression presqa? en uplte
des loura laiti cl i*si t i s
Ponr illustrer celle 6 i le, j'ai
actuellement dans mai uossiers
ui diagranaoe qui moutra de
nu malin plaisir le rvler d inl : i >u saiaissaale la ral.sationI
tin document ofliciel rendu pu* j progressive de ce i>-oj-'l parla
blic, probablement sans auiori* comparaison des Lui-its res-
satiou, toutes ces tristesses qui p:cids du Dpartem -l de l'A-
ne tendent rien moins qu a gricalture et de celui d prouver l'Incapacit du Dinar-j iruction Publique; tandis que
leiueut de l'Instruction Publique, I co iroe du pre n:"r mo ite ra
i Le Matin, v> Octobn l'Jttf.
UN FAUX SUICIDE
///(T, para /c.v / heures Ju
soir, un nomme Albert a tent
le se suicider en se pendant
un qunpier, au haut de la
rue Pave, dans les environs
de la Place du Panthon. "
Mais la cor le se cassa el le
faux suicid e'obattit sur le
sol avec un grand cri qui at-
tira dis voisins et passants gui
lui donnrent quelques soins.
Sur ces entrefaites intervin-
rent des agents de police qui
/ 'induisirent le dsespr en
prison o il a t plac en sur-
neillance.
incurie des Inspections S:o
laire et ['ignorance du person-
nel enseignant de nos coles _ .-
bliques sans penser que le ld
meux service auquel ils appar-
tiennent a contribu pour uni
trs laigj part maintenir cej
pidemenl selon un ryilime de
plus eu plus Ijccli, cel'e du
second resta stationuaire ou
busse sensiblement. Ca graphi-
que que je m paia mrlfureu-
samant reproduira ici aurait t
peu'-lre plus lo | un' nue tout
ce que \i vien-3 l dire, d'autant
nblent
sortes
dernirei dans l'tat dplorabl
qu'ils ont l'inconsquence de. i plus q48 ces messieurs aein
railler aujourd'hui. I 're trs amateurs de ces s
Il semble, en ell.it, que ces d exercices,
messieurs ont oubli, peutliv I (l'esl donc d'une laou syst-
ne font-ils jamais su, que la imlique que les coles ualio-
torinidable organisalion d: Da-j najas oui l rduites dans la
miens a t conue par M. G. misrable condition o nous les
Freemao selon un plan bienjdf- voyons encore au|ourd hui;ellas
fiai ; laisser pricliter tes coles taieai dji victimes, les pau-
peut rencontrer dans l'ordre lrjflii au moyeil de ,a plus grdi,
des choses amricaines. \ ie j0rce colouisair:ce connue :
lducaiio.i de la jeunesse.
^Ce plan dont nuits voyons
maintenant lu le la porle cri-
Mais, si l'on ne voulait pas,
en cas de ncessit, suspen-
dre l'amortissement de la
dette extrieure sinon dans
loule la limite de nos antici
pations, mais au moins en
attendant que, dans la limite
d'environ deux exercices ou
trois, les Pouvoirs publics
e
d
mauvaise situation du pays
nous avons envisag la pos-
'accaparemeot de loues les
branches de noire syst ne I E
lucalioi Publique :
1 L'Eiseigaemaal r\aral pu
la cration des lermescole ;
2 L'Enseignement Primaire
tissent le temps de prendre \ Urbain parla cratioa d coles
es mesures en vue de la industrielles, 12 la capitale et
plusieurs autres dans les prias!
pales villes du pay.
Ma s Ihii lis q le les eo npres-*
sions actuelles soil plu o ins
pires par les ncessits de
l'heure, eeltes autrefois subies
par le Up utemi.it de 11 il ruc-
miuelle envisageait simplement Uoo Pub'iqu* n'avaieat eu l'au-
tre ob|el q te d'arriver l'i lia
sibilit de verser dans le tonds 8 L*E iseigoeinenl Secondair
d'amortissement, au lieu d'es- P*r la cration de la prtendue
cole second lire de Chalaid et
uar la transtormation d.*s lyces
nationaux en coles second u es
peces, les titres, aujourd'hui
si dprcis.que dlient notre
Trsor, lesquels ont t ache- |h) gei)re dfJ (( gb s,n )ols>) oa
ts en verlu de la loi du3 upechiical schiols des Etats
aot 1926, Or, il parat que, sur ce jsiottUSl.
point aussi, notre point de vue j 4 Q ian l'Enseignement Su
a heurt celui du Conseiller Q-lpirieur, le m rceau tant un
nancier qui opine que les }pU gros avaler, une solution
versemensen titres,faitspour ,t:es lgante ig!a la question:
. rlnnnraipnl "'" imagina simplement par les
amortissement^ donneraie ,arrlgde vm de rtlacher
ainsi aux litres dtenus pa. n,:cole de Droil au Dpartement
l'Etat une priorit de rem-
boursement qui ne pourrait
se faire qu'au dtriment de
la masse des porteurs.
Nous allons examiner ces
ii > i g andissante I i 15 i Ige du
S T. A C esl aiii.! qu I' > re--
lusailaux luspeclious S n.nies
de la Rpublique le papier in-
dispensable l'expdition du
service courant afi i de pourvoir
le building de D i ai ils et cer.
lains locaux scolaires de toules
les superll ails du confort mo
darne.
Nous avons expos les faits
dans tojte leur simplicit et
nous ne croyons pas .avoir lait
de rvlations sensation ,ei'es.
Noos pansons n'avoir dit que
des cho .es sues de tout le m >n-
de, y compris 'es directeurs de
l'Easeigiiement Rural. Mais cts
messieurs n avaient aucun in-
trt dire toute la vrit, ils
ont plut', dans un tour de
passer-passe divertissant, esca~
molja cause principale de l'
tat lamentable de nos coles
pour la remplacer par ses etlets
de la Jusce et l'Ecole de M- j en parlant de systme deduca-
decine celui de l'Intrieur. | tion et de vieilles mthodes.
Pour achever la ruine dfi.. ''"( \SUIVRE)
.iiive de l'organisation du D-, Samuel UEVIEUX
miner, vu sa grande impor- objection! du Conseiller li-
onceaux yeux de noire gou- nancier qui nous deman-
vemement et sa valeur de dons l'avance pardon de nos
bit dans les dbals. .indisci tions au point de
M. le Conseiller financier J vue : i)M principe
prottssr, pumii il l'opinion suspension
que. quelles que soient nos
avances dans le service de
amortisse m ml de nos cm-
prunls A et C.nous ne som-
noincnlane de
himorlisscmcnl; 2) du ver-
sement des tilies au fonds
d'amortissement.
(A suivre).
GRAND CONCOURS
2000 PHONOS ou T.8.F. DONNS
.GRATUITEMENT
Attire ilepropayatide.ttoultt ptrtonntt
tonnant la rponse du ribua ct-deB$oai
et se conformant nos conditions.
R. I.O
ea pelant Ici lellrci ci-denus,
trouve le nom d'un l'rildent
du Cgnieil Franais tri connu.
idal
u
(Remplacer tes points par du
lettres pour avoir ce nom), fj
Envoyez Totre rponse en dcoupam celte annonce.
/oindre nne grande enveloppe
VI VAPHONECSerr.Conconr
portant votre adresse aui
l.llfi.R.Vaugirard.PARlS-fi-

Votre cuisine,
Madam
a
-.'...
"... voit'que Monsieur Jolicur
a 'pronoac, Jacmel, nne ma-
gistrale contrence, sur ce su-
jit passionnant : Le Japon mo-
derne. Les gourmets de l'auditoi-
re avaient cru en'endre : Le
Chapon moderne, et dj l'eau
leur en venait a la bouebe,quand
le conlrencier dbuta : I.'Ktn-
pire du Mikado, capitale Tokio.
est situ etc. Quel ^auditoire
gnangnan^ l'on trouve Jac-
mel l
a
--Je ne comprends pas,
disait cet hyginiste amrU
cain, que le peuple hatien ne
soil anmique, lui qui ne
mange pas beaucoup de vian-
de.
Pardon, rpliqua Oswa'd .
Brandi, il a un aliment corn-\ J''nfra,e(; 'A te .**& *.i
nioi ...,:, u n partie, et dtachrent, devant 1
plet, qui supple magnifique-
ment U vian le: c'est la
hantgue des haines de Port
au-Prince et de Saint-Marc!
C'est la graisse totale in-
comparable en vitamines et
super-lactogue!
Bec-Fin.

Propos
humides
On ne fait rien de banal .lacnicl :
ni l's baptmes, ni les confrences.
("est ainsi iiue Monsieur CrveCOBUr.,
pardon,JoHcur... quel exqnli mot...
vifiil de prononcer Jacmel une
confrence sur le Japon. Pas inoins.
L'auditoire est rest, pendant deux
heures d'horloge, suspendu aux l-
vres du cordial confrencier. Ce fut,
comme on volt, un succs sans pr-
cdent.Un auditeur emball produi-
sait mme un large couteau recour-
b et prtendit faire k ira kiri dans
la salle mme. On dut recourir au
jiu-jilsu pour le dsarmer.Des inous-
ms s'vanouirent dans la salle. Sur
la demande gnrale, la confrence
lut mme bisse sance tenante.
Mr.lolicu'ur ne pourrait-il pas r-
pter sa confrence l'orl-au-l'rince
O il est sur d'tre port en triom-
phe el ft au RHUM SARTHE CA-
CHET D'OR ?
... voit que le prix de la ga-
zolini esl brusquement mont
de vingt cinq centimes trente
et un ( or ). La course d'auto du
mme coup est passe de vingt-
cinq cinquante centimes. Dans
ces conditions, il laudra repren-
Irele bon vieux mtier de pi-
ton.

... a vu, samedi soir, huit
Ii dures, s'arrter devant une
danse populaire de pigni*pigni,
une auto deisx places, monte
par deux otliciers amricains
le la Garde. On crut que la
seule curiosit les avait amens
el qu'ils allaient repartir sans
crier gare, mais, la surprise
de la
a
galerie ahurie, unejde ces danses
SU rythme suggestif dont le se-
cret semblait perdu depuis la
retraite de lianda-ltiv. On a
tonc hatianis aussi les reins
de ces Messieurs?
Loterie
21 Nationale
Ilinpocrale dit oui, Gaben dit
non.S'otre conlrre Hati-.lour-
nal, d'ordinaire si bien infor-
m des choses dominicaines,
informe que U* Prsident Tru-
jillo a l'ait quelques excutions
sommaires Santo-Domingo,
Pur contre, le Minisire Domini-
cain Mr Garcia Mella dment -
nergiquenienl l'informelion. La
paix, dit-il, rgne Varsovie, el
... voif que Mr R. A. Holly
qui publiedins Hati Journal*
d intressantes et si indruciive1
Considrations sur l'levage des
verres soie esl un dlicat, et
partant un timide qui prend
la lettre les petites amnits
qu'on change d'un quotidien
l'autre, les jours de disette. On
blagu vos vers soie, mais
s en porlent-ils plus nid? An
s n plus, si vous pouviez vrai-
dre la lettre nos petits bro-
cards, il serait sage de renon-
cer au journalisme. Mais quel
Holly n'est authenliquement
homme d'esprit, entendant la
plaisanterie et s'y entendant?
Mlons, un coup d'pong sur
tout cela, et la vie r .-prend son
cours.

... voit que c'est notre ami
Samuel Pereira qui a encore
enlev i& timbale aux dernires
lections maonniques de la
Loge : La Vrit N'47. Le
vnrable rlu fil bien les cho-
ses, et son rcent triomphe tnt,
comme le prcdent, royale-
nenl ll aux Got tes d'or liar-
buncourt. On se soigne La V>
rite, hein, vnrable I
U10TE CONTRE LE
DE LTBBOLINE
Les propritaires et chaut-
feurs d'autos peuvent se mo.
quer de l'augmentatiou du
AUX ROY
30 annes de succs.
ACCESSOIRES POUR AUTOS
Nous vendons des pices
neuves et de deuxime main
\ pour toutes sortes d'automo-
I biles; s'adresser
KNEER'S GARAGE
1 Pbone 231 et 22JL
REVUES AMERICAINES____
Abonnements an Revues
Magazines
d'ailleurs, la Constitution Domi- j ,H.jx de la Gasoil ne en instal-
moaine nj prvoit pas la peine ,iantu conomiseur tWhirl-
de mort en matire politique, '
Heureux pays que la Rpubli-
que Dominicaine o Les polili- I
liens ont la consolation, quand ,
ils sont fusilles, de ne pas l'tre ',
constitutionnellement. Le bon
billet qu'a La Chtre je prfre
un billet de la Loterie .\atio- [
wind leur carburateur,
SUCCBJ Garanti
S'adresser an :
GAIUGE NATIONAL
ew-i
nale.
t
Le Mande
Naissance Mr et Mme
Joseph Berryer sont heureux
, d'auuoncer leurs amis la
Amricaines. Ln i uajssance de leur fille Marie
vente i Jacqueline. Compliments et j
KNEfih' GaKaGE |souhails. j

Mauxde Gorge
Double
Traitement
La double action
de Vicks (inha-
l et absorb) le
soulage vivement.
yicKs
Four Tout Refroidissement


' PAGE 2
LE MATIN 0 obre 1932
lim THIERRY
G. THIERRY C,W
S.A. R.L. 0 000
M. Ri* CfMatfar PARIS
PHOTOGRAPHIE
Catalogua 0*D*ral D
tNpagM m.000 Ar.i lea
contre 4 tf- 7B
ECHOS !
Sur la frontiie d BU
ladre, une contribu. le de
tabac a l saisie (3.859 kilos).
Les Helinquants.au nombre de
neuf, out t apprhends.
livrs la Justice et empri-
sonns, o ils rflchissent
sur les ennuis que leur pro-
cure la police douanire.
Trois jeunes mdecins
hatiens, aprs examens subis I suivre le rappel par les Etats-
Port-an Prince, le :>(> Septem-
bre 1932.
M. le Directeur.
.1 ;ii t lis lieui<".i\ de lire
dans votre numro d'avant-hier
Il jugement bref, mais JUSTE
et nergique, port sur le Con-
seille:- Financier amricain,
SEUL responsable de la ruine
d'Haili.
Le Gourvernement d'Haili,
devant votre appel, doit pour-
avec succs, sont commis
siouus pour la Garde d'Hati,
aux prochaines vacances,
dans le cadre mdical.
Contrairement aux pr >-
no-die? du mois dernier, la
rcolte de caf, qui est belle,
ne sera point prcoce.
D'aprs le Hulleti i de
rOllice du Conseiller Finan-
cier, les recettes fiscales con-
tinuent dcrotre.
La G. T. P. est en Irain
de r.-parer un pout sur l'A-
jtua-Mucho (llinchc).
Un stock slectionn de
f>X tulles de coton Forbes
Baker expdi en Angleterre
a obtenu un prix satisfaisant,
en uison de la qualit du
ftroduit. Prix : 7 .'i/8 pence la
ivre. Le coton ordinaire est
cot /7(>.
Ou signale au Gouver-
nement, pour tre compris
dans les monuments histori-
ques restaurer, la c'bre
villa de Toussaint Louvertu-
re, Descahaux, 10 minutes
des Gonalves. Les murs de la
rsidence historique sont en-
core debout, les dessins de
jardins subsistent eucore et
bien et bien d'autres choses
qu: en font un mouvant sou-
venir.
Unis de M. De la Hue, pmsqu'i
cesse d'tre persona grata el
que le Peuple entier lace/use
d'tre ennemi d'Haili et de sou
relvement.
En dehors de ces raisons qui
suffiraient, il faut ajouter beau-
coup de FAUTES GRAVES
dans l'Administration et qui
pourraient tre soumises aux
Tribunaux de Rpression, si les
Etats-Unis n'avaient eu soin de
rclamera 1 avance l'affranchis-
sement aux Lois Hatiennes de
ceux qui ont leur disposition
SANS CONTROLE aucun la
Fortune llaitienne qu'ils g-
chent --.
Je n'ai pas les dossiers du
Gouvernement ma disposi-
tion Cependant, j'ai, au cours
de mes tudes, dcouvert deux
hel's d'accusation dont cha-
CUn sullil non seulement taire
relever M. le Conseiller-Finan-
cier, niais encore le faire juger
aux Etats-Unis, puisqu'il n'est
pas permis de le]uger en Hati*
Ce sont :
lo. La grande affaire d'hui-
lourde.
le
Eu violation des prescrip-
tions lgales rglementant les
demandes et les dlivrances de
FRANCHISE, SANS AUCUNE
DEMARCHE pralable, SANS
AUCUNE AUTORISATION du
Dpartement du Commerce,
connue le prvoit la Loi et corn-
,. i _si_ i comme le orevoii la i.oi ei coin-
- Ln plusieurs endroits, le meg.ygon&oUJOURS soumis
macadam de la Capitale se u Conseillers Financiers arari-
lzarde, se dgrade. On sou-
haiterait voir le Service Muni-
cipal y enti prendre des r-
parations.
3 Le public se plaint,
juste titre, de la dficience
progressive des concerts du
Vendredi qu'oftre la station
H.H.K.
Nous avons reu avec
plaisir un numro du journal
L'IniohMation, organe qui
avait cess de paratre et qui
caius.M.de la Rue,Conseiller-Fi-
nancier amricain, a eu a REM-
BOURSER une Compagnie a-
iniicaine les Droits (importa-
tion qu'elle avait dj verss au
Trsor Public Aprs que la
Presse eut dnonc le scandale,
un Procs au Civil condamna la
Compagnie payer l'Etal les
Droits pie M. le Conseiller Fi-
nancier avait ILLEGALEMENT
restitus, au priudice du Tr-
sor Public et en VIOLATION de
"a Loi. Cette condamnation fait
I PREVISION DO TEMPS POUR LE
OIS D'OCTOBRE 1932
REGION DE PORT-AU-PRINCE
Bien que le mois d'octo-
bre soit un mois gnrale-
ment trs pluvieux, quelques
beaux jours, un ciel clair et
sec vont se faire sentir quand
mme.
Ceci surtout vers les po-
ques suivantes:
Du 11 au 12, du 2:5 au 2,
du 28 au 30.
Ce seront des jours encore
propices la vie au grand air,
et la villgiature. Le baro-
mtre sera, vers ces poques
normal,racme un peu haut.et
au-dessus de la normale, ce
qui est gnralement an signe
aeboau temps surtout quand,
comme ce sera aussi le cas,
la temprature sera aussi le-
ve,etau-dessusdela normale
Far contre, les priodes
pluvieuses vont se drouler
surt mt pend int la premire
semaine du moismous auront
la pluie plus OU nninsp;ndant
21 heures* du 3 an 6, aprs
le 1er et vers le 8. La tem-
pralure tombera alors au-
dis.ousdela nonn le. Il tera
Irais sous un ciel nuagmx
pen lant toute cette premire
semaine, o l'on notera une
basse pression atmosphri-
que N jus aurons une seconde
prio 'e de pluies tout de
suite apr> le 15' On doit s'at-
teu Ire alors encore de
lottes oluies, souvent nccom-
p ignes d'oragesdu l(i au 18,
et du 20 au 22 Ce sera eu-
c ire une lois,peu lant le mois,
l'po jue d'un amoncellement
plus grand de nuages et d'une
temprature Iraiche sous
l'action de l'eau qui tombe.
En dehors de ces deux p-
riodes pluvieuses, on cons-
tatera trs probablement en-
cjre quelques pluies sporadi-
ques vers le 11, du 2 au
27, et probablement aussi au
dernier jour du .i,ois.
L Gentil TIPPENHAUER
Port-au-Prince, le 30 sep-
tembre 1932.
imri.....
*,
reprend vie, sous la direction I ressortir davantage la conduite,
de notre estimable conlrre' au PREJUDICE de l'Etat d'Haili,
D.iinise Pierre-Louis, Direc-
teur de L'Opinion.
Aux Etals-Uuis, onMon
ne Roosevelt 2 cot e 1
d'Ioover. Un nouvel l-
ment est entr dans les mo-
yeu* de Roosevelt c'est la
cruaut camoufle du pirti
rpublicain l'endroit des
petites nations de l'Amrique
latine et centrale.
Dans certains milieux
d'tudiants, il se dit <{iie le
personnel et les lves de
Damiens n'accueilleront pas
bien le Belge qui vient pou
diriger l'Etablissement Ils
pensent que la direction au
rait du tre hatienne. Tout
cela va-t-il tre encore source
dcdillicults?
- Ou nous aunonce que,
dans la plaine de TArcahaie,
les bananeries ont quelque
pen soullert des dernier
grands vents.
OCCASION EXCEPTIONNELLE
A vendre
3 pices de salou en osier,
une Victrola portative.l lam-
padaire, un bureau de travail.
' 'adresser :
E. H. SALZMANN
Rue 4, avenue F*
Tlphone : M-C-113-3.

du Conseiller Financier amri-
cain de concert avec une Com-
pagnie amricaine.
o. Le 2me grief, EX
TREMEMENT GRAVE, est la
Lettre No. 11.021 du Conseiller
Financier amricain, en date du
8 Octobre 1930, par laquelle le
Conseiller Financier ORDON-
NE la BANQUE, Agence Fis-
cale des Emprunts (Service sp-
cial pom lequel elle reoit un
paie ue.it spcial ). de prendre
du portefeuille de l'Etat des TI-
TRES B, pour G. 285.012, 76 el
SI.OS.") 0 O, les mmes Titres H
que l Etat, par l'intermdiaire de
la mme Banque Nationale de
la Rpublique d'Hati, ACHE-
TAI I la mme poque 87,
."> 0 o.
Il y a la question des FAUS-
SES Balances Commerciales pu-
blies r gai 1 r e ni e 111 par le
Conseiller Financier et d'autres
chefs d'accusation qui suffisent
amplement dbarrasser Hati
non seulement de M De la
Hue, mais de l'Institution' m-
I me du Conseiller-Financier qui
I s'est dmontre une H U I N K
j pour llaiti et absolument au-
} dessous de sa tche.
j En vous [niant de publier ces
' renseignements, je vous renou-
velle, mon cher Directeur, mes
salutations distingues.
Georges SJOURN

Port-au-Prince, le 30 Septem-
bre 1032.
Au Directeur du journal
Le Malin .
En ses bureaux.
Monsieur le Directeur,
Dans voire intressant quoti-
dien, numro du lundi 12Sep*
leinbre dernier, 20me anne,
No 7770, il a paru sous la rubri-
que : Notre il deux notes
l'adresse du l'asleur Turnbull,
dont Tune annonait (pie lel'as-
teiir n'aimait pas (pion l'em-
bte; qu'un schisme sparait de-
puis longtemps l'Eglise VVes
leyenne el la Mission Wesle-
yenne en Hati sic ; et l'autre:
que le Pasteur Turnbull ne
prend pas plus de gants avec les
morts qu'avec les vivants. L'an-
cien bussman Alla, ayant ren-
du l'me jeudi soir, l'enterre-
ment lut dcid pour le lende-
main quatre heures l'Eglise
Wesleyenne , etc.
Des amis, tant de
Wesleyenne que du dehors, 1
cessent de me faire
Le Cri d'Alarme j
du Matin
A propos du cri d'alarme)
pouss, non sans une juste
.[ ebe inquitude -par le
jo .mal Le Matmo.dius son
dition du 10 dacourant.nous
cr .yons rend service en
rappelant nu souvenir de nos
producteurs et exportateurs
de cal les divers Communi
nues du Dpartement du
Commerce lelatitsjaux
bonnes dispositions du mar-
ch anglais s'approvision-
ner chez nous; qu'on en pro-
fite, cette heure surtout o
une catastiophe, plus qu'a-
larmante, semble menacer
notre principale denre sur
le march lraniis. comme
nous le signale Le Matin l,
Or, il est vident que le
Gouvernement Hatien, en
cette impasse conomique tra*
gique, doit ifaire quelque cho-
se : mais, eu alleudant, il
appartient nos proiuc'eurs
et exportateurs de caf de
commencer parse dbrouiller
eux-mmes, et ds mainte-
nant.C'est pourquoi nous leur
recommandons de relire at
t Hivernent les communiqus
du Dpartement du Com-
merce, et notamment celui
qui donne une lougUQ liste
d'adresses de liaisons Com-
merciales tablies eu Angle-
terre, lesquelles sont dsi-
reuses d'entrer eu relations
d'ail iire> avec les produc-
teurs et exportateurs de la
place d'Hati, d'une part; el,
d'autre put, n >us les enjoi-
gnons dj relire galement
nos deux artic es parus.suc-
cessivenu'u dans les Nos
des 1(5 et 22 aot couls
de Hati Journal . les-
quels Irailen', dune fao 1
pratique et scientifique, du
mode de prpiralion pirticu
lire de celte lve, conform-
ment auxexigm es anglaises;
et qui fournissent au si d'im-
portantes suggestions, d'ordre
conomique, l'avantage r-
ciproque et incontestable du
paysan-producteur et du com-
merant exportateur de cal
Relisez ces deux Nos de j
Hati-Journal.et commeucez :
par prendre vos dispositions, ,
si ce n'est dj fait, en
vue de parer tous krachs
ventuels du cal hatien
sur le march franais, alors
que nous nous amendons,
cette auue ci, une meil- j
leure rcolte, et qui san-
uonce dj.
Robert A. tlOLLY
Ingnieur Mc.
Eglise
Le Secret de la Sant
SELS E H0NTECATIN1
Aujourd'hui pius que jamai
vous devez penser la
Sant
Voici ce que prescrit, en
Italie, le directeur de la sinte
pub! que pour combattre
l'iullin uza.
Le Snateur Alcssandro
Messe 1 alirme que, pour Irai
taiter Tiulluenzi et viter les
bronchites et les pneumonies,
vous devez toujours tenir li-
et dsinfectes l'estomac
e reproene
d'avoir jou ce vilain tour M.
Turnbull qui, de son cot, ne j bres
se gne pas pour dire que j'en jet l'intestin.
suis Tanteur. N'ayant rien crit j Le Snateur Messea, direc-1
i teur gnral de la sant pu-j
N'ayant rien crit
l'adresse de Mr
Turnbull, je vous saurais inli- | HjjpfJ Royaume ltaUe,
minent gre de vouloir bien- a .Jnjontr que la dif|usion'
et la violence de l'influenza
sont facilites et aggraves
parades dsordres viscraux
qui dbilitent le corps et le
rendent plus accessible aux
graves maladies qui. depuis
quelques annes, reparaissent
avec une violence menaante
vers le dbut et vers la iiu
de l'hiver.
Mfiez-vous de l'influenza,
dclare le Snateur Messea, et
rappelez vous que quand
vous la Dgligez, ou ne la
par une petite mise au point-
ill laver de celle accusalion
fausse laite contre moi par Mr
Turnbull, un ministre de Dieu.
En attendant, recevez, Mr le
Directeur, mes meilleures salu-
tations.
Jules HRAUX
La Direction du journal
dclare formellement que Mr
Jules lieraUX n'appartient ni ;\
sa rdaction, ni son service
d'informations, el qu'en cons-
quence, les deux notes concer-
nant le Pasteur TurnlKill 11 0-
manenl pas de lui.
est une autre des
importantes actrices
de l'cran dvoue*
au parfum du savon
blanc. Elle dit: Il
G0JIMTIM RM l>eiiu si
m r r n ei I le uscmciit
doux.
fameuse toile de
Hoollvwood in :
/1 Saooa de toilette
Lux est un savon
prodigieux".
Un charme irrsisti-
ble-dans une peau
vraiment douce
PVRTOUTo -mu:; i ez, vous trouverez
rtHti r es h l'Une fille ayant la peau ex-
, lise m -n b-lie qui attire toujours. "Da
tous les chorus qu'une jeune file peut
avo r, la peau doue-* en est le plusimpo-
sa,.i",' nion de feux qui conduisent Hollywood.
'Parce qu'on rpond si raoidement la
douceur d'une peau', il a t jusque dire
" il est essentiel pour devenir une toile
de l'cran."
Sir 813 importantes SCtries d'Holly-
wood (y compris toutes les toiles)005 em-
ploient le Savon de Toilette Lux pour
conserver leur te nt sans tache. Elles ai-
ment la douceur de te savon bhnc par-
fum et son effet caressant sur leur peau.
Conservez votre peau d'une manire attra-
yante et douce aussi. Ei suivtz la irme
voie que les toiles de l'cran avec le
ht von de Toilette Lux.
LUX
K TOILETTE
. .*** *
MOHR & LAUKIN, P. O. BOX Ml. Distributeurs
Hue Roux et du Centre, Pcrt-au Prince.
SIROP
DESCK3ENS
l'Hmoglobine
Bgnratetir du 3png, preiorlt par I'61lte mdlosle. D.W
BaprUnr la rf noda orua mux tarrugiaaux. AdnJi dan Iea Hpitaux a rwr
DtrAi ut:.u.L: DKSCHIIM8. 3, Rad Mul Bsudrj. 'IUf o> Phumtole*.
soignez pas temps, vous
vous exposez de graves coin-
plicatiins de brouchites et de
pneumonies.
Quand vous 'es alteint,
on quinl vous souponnez
d'lre atteint, mel'cz-vous im-
m liatemenl a-i lit et librez
l'estomac et l'intestin dos ma-
triaux qui lis encombrent.
Evitez de vous ruiner les
viscres par des purges dras-
tiques et par des clyslres,
aui ne lont qu'irriter et eu-
ammer les muqueuses de
l'intestin, qu'aflaiblir votre
rsistance, que ruiner le foie
et les reins et qu'abattre irr-
parablement les forces du
c ir.
Les Sels de Montecatini
sont anj mrd'hul le laxatif pr-
fr et employ dans toute
l'Italie, parce que, aprs de
lougues et concluantes exp-
riences dans les hpitaux, il
a t positivement assur
qu'ils sont Tunique moyen
pour obtenir naturellement
le bnfice du corps sans cau-
ser aucun dommage au foie
et aux reins, et sans affaiblir
le cur.
A vendre chez:
Pascal VITIhLLO,
Grand'Rue
Une invention
Berlin O mande de Rome
Les deux officiers d'artillerie
Deloce et Guerra ont invente
nu appareil qui, appliqu aux
canons supprime la luraee
et le bruit de la dtonation.
L'appareil a t essay par
une commission d'experts
dans les environs de Naplei
Les coups tirs par un canon
de campagne de 7u mm-
taient peine pe.-ceptibies
et I. fume tait presque in-
visible Les experts turem
vivement impressionns par
cette dcouverte. Des exp-
riences ont t laites avec
succs avec des canons ae
gros calibre.
DR CAMILLE LUE
E 1400, Bois Verna
Tlphone : 3201
^Allez chez Barbancour a'
rue des Csars, o vous troin
rez un excellent cocktail sec
demi-sec dont vous ne poum
plus vous passer.
likiuu
t)ont la renomme * Universelle a gard m premire place
Demandez ourlout :
UN iiARBANCOURT
Upl; Uue^dw Csars,
ae. I


Octobre 1932
PAGE 3
Pneus et Chambres
air Goodyear
LE MAGISTRAT COMMUNAL
DE THOMAZEAU...
ooo
Constitue en 1898, la Socit Good-
vear a vu natre l'Industrie automotive.
vaste organisation d'offrir aux propri-
taires d'autos et de camions des pneus
suprieurs en qualit et en dure tous
ceux qui se vendent actuellement en
Hati.
LES PNEUS COODYEAR HEAVY DUTY SONT FABMUES AVEC M FICELLE SPCIALE
SOUS LE NOM DE SUPERTWISTE DONT L'ELAST ilT ET LA RESISTANCE SONT PLUS
:S DE 30 POUR 100 DUE CELLE EMPLOYE PAR LES AUTRES FABRICANTS DE PNEUS*
A La Socit Haitienne d'Automobiles.seul re-
prsentant de la Goodyear en Hati,vous trouverez
toujours des pneus et chambres air de toute fra-
cheur de cette fameuse marquera des prix dfiant
toute concurrence.
Socit Hatienne d'Automobiles.
MALLEBRANCHE. GENTIL. BQGAT ET CIL
... se fait un rel pia i sir
d'adresser tant en son nom
personnel qu'en ceux de ses
i fidles Administrs ses sin-
crps remerciements aux dis- '
!"i gus Membres du Corps
L^latif, plus particulire
mcntau sympathique Dput
C ment Lespinasse, d'avoir
si aimablement rpondu la
ptition qui leur a t adres-
se en inscrivant au Budget
de la Rpublique une valeur
p\ i i 1 ^ [de deux cents dollars qui sera
Cette longue exprience permet a cette S^ff^OT:
bytra et l'achvement de
l'glise, et 1er. prie de croire
en ses sentiments de protonde
gratitude.
Il eu prend occasion pour
inviter ses Collgues de la
Province, qui ont bien voulu
se cl arger du soin de circuler
les listes de sousciiption q
leur a t confies, de corn
mencer ds le mois d'Octobre
taire en ses bureaux le ver-
sement des valeurs rcoltes,
les travaux de constructiou
de l'Eglise devant commencer
bientt.
fi
k
... Avise les tenanciers de
parcs privs que, dsormais,
I Administration Communale
actuelle, dans les intrts
d'une bonne gestion, a dcid
de revenir sur la mesure.
prise.il ya deux ans, d'aler-
mer son droit de parc aux
f particuliers.
Par consquent, il ne sera
pas dlivr de bail pour l'ex.
32/33 aux propritaires de
parcs privs, la Commune,
entendant conserver intgra-
lement sou droit dfaire sans
rserve les recettes commu-
nales.
Tout contrevenant aux pres-
criptions du prsent avis sera
dnonc la Justice de Paix
pour tre condamn l'a-
mende et en cas de rcidive
N'ACHETEZ QUE LE
M Y-RUM
l'on la ine

Meilleur met eilleur mar-
ch due l'article import.
En vente au dpt de la
Distillerie de L'AIGLE prs
S la Banque Nationale, et
chez
SIMON VIEUX PRIX DE DTAIL GOES 2,25 LA BOUTEILLE
CH. PICOULET 1.25 LA DEMIE BOUT.
.BAZAR NATIONAL PRIX SPECIAL POUR VENTE EN GROS
Grande Baisse
E8BINSIN
Avise les consommateurs de son EAU
ou il a rduit ses prix comme suit :
LES SALONS
DE COIFFURE
Il est dsirable auVnom de
la sant publique qu'on arri-
ve bientt uue rglementa-
tion et un contrle sani-
taire des salons'de coiffure,
eu vue de leur* installation
plus convenable! et des sanc
tions appliquer, au cas o
ils ne rpondent pas aux con-
ditions hyginiques e xigible
, i et ncessaires. Tout'ile monde
:. I. prison, contormmentaul sait que Ja teigne, la pelade.la
syphilis, etc.. s'attrapeut par-
ode Pnal.
Ihomazeau, le 20 .septem
bre 1932.-
Denis VIEUX
Magistrat Communal,
1
LAIT CONDENSE SUCRE CAISSE DE 48.14
LAIT CONDENS SUCRE JE! 240,3
LAIT VAPOR C DE i 48,16
LAIT EVAPORE I'DE 196.8
0Z
I'
OR 6,25
9,10
5,00
6,40
DTAIL
DTAIL
OTAIL
DTAIL
OR
M
0,14 CENTIMES
9,04
0,11'
0.07
appelez-vous que le LUT CONDENSE, EVAPORE eK'en POUDRE BSBESSEN est le
meilleur, le plus pur et le plus riche en crme. Il est recommand par les mdecins et
sages lemmesaux bbs et aux malades.il est employ avantageusement peur les Crmes
glaces et chaudes, et les desserts de toutes sortes.
En vente AU BON MARCH
Et dans toutes les bonnes Epiceries tant
a Fort-au-Prince aue dans toutes les
villes de la Frovince.
^
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lift
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Car la lFNEFAL est une des plus puissantes et des plus vastes organisation
de ce genre. Le sol ri r*e se couche jamais sur son champ d'action qm embrasse le
DQdses Poices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la foudre
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malvcillpnce, dommage?
caus a iiitmi dans sa personne cm dans ses biens.
Ses P i es t"r tiruePs mises pur ses branches d'Europe sont payables e Hait.
SraPoRceTcome accidents sont valables dans I univers entier, tous les voya
5.,,,:.r,tinc nrenilre la prcaution de se munir dune police contre accidents
moIn"SoO dda?s la prince annuelle netau. .aede 1/2 7. soi. 20 dollars C.C.
F. BERMINGHAM, AuxCaves
Agent Gnral pour Haiti.
IG. GILG
SUCCES de r
HENRIETTE ROY
- 00 -
Nous sommes inliniment
heureux de signaler les beaux
succs que vient de rempor-
ter la distingue Molle Marie
Henriette Roy aux examens
de S:nographie et de Dac-
tylographie qui out eu lieu
la semaine dernire l'Ecole
Spciale de Stnodactylogra-
phie. Melle Rov a accus, en
eflet, pour la Dactylographie
une moyenne gnitale de
cinquante cinq mots un di-
xime par minute et pour la
Stnographie, une moyenne
gnrale de quatre-vingt dix
sept mots et demi par minu-
te. Elle a galement obtenu
les diplmes d'honneur de
Stnographie et de Dactylogra
phie, ayant commis,dans les
deux matires, des pourcen-
tages ngligeables d'erreurs ;
pour la Stnographie: 0,4 o/o
(quivalant 4 erreurs par
mille mots ) pour la Dac-
tylographie: 0, 2op (quiva-
lut 2 eneurs par mille
mots ).
Melle Roy es! lime de celles
qui ont transcri sous la
dicte des examina Leurs un
{texte littraire dout e les n'a-
v aient aucune connaissance
auparavant,les yeux bandes et
sans aucune faute. Lorsqu'on)
connait le srieux, la rigidit I
mme des preuves qui ont)
lieu Jl'Eco'e Spciale de St-
nodactylographie,on esta m-
! rue d'apprcier dans toute
leur valeur les beaux lsu'ats
de ta dlicate postulante
laquelle il nous est extrme-
ment agrable de prsenter
nos vives flicitations
fois chez le coilleur ou
barbier. Pour prvenir la
propagation de ces maladies,
il y a un minimum d'appa-
reils dsinfection rapide,
ainsi ;qu'uu lot d'instruments
en bon tat et de linge propre
interchangeable, qu'on doit
reucoutrer chez le coilleur
recommandable. Les ciseaux
rasoirs, tondeuses, peignes et
brosses devraient tre dsin-
fects aprs chaque usage ;
les houppes lavables, les ser-
viettes, eu papier ou vulca-
nises, les poudres, crmes,
savons et essences.extraits de
tubes pression,de vaporisa-
teurs ou le boites perces en j
pomme d'arrosoir.
Naturellement,les meubles,
le parquet,le matriel,par leur
propret et leur reluisance
offriront aux habitus toutes
sortes de scurit. C est d'ail-
leurs ce compte qu'un SA-
LON de coi Dure s'attire une
bonne clientle.
Choisissez bien votre coif-
feur et votre barbier: il y va
de votre sant et de celle de
votre famille.
Revue
des Deux Monde
l.S.Ruede ninivetslt.l'arw.
SOMMAIRE DK LA LIVRAISON
DU 13 SEPTEMBRE 1932.
Les Fianailles. Troisime
partie, .1. de LaCretelle.
Esquisse d'une doctrine colo-
niale. IL Tunisie et protecto-
rat, Gabriel Hanotaux, de l'A-
cadmie franaise.
Visites aux Muses de pro-
vince. III. Aix en Provence,
I.'mus Gillet.
Vers l'Empire. I. La cous
piration de l'An XII, Louis Ma-
delin, de l'Acadmie franaise.
Les paradoxes de la politique
allemande, Maurice Pernot.
La tin du dix-septime sicle.
- III. L'unit littraire, Paul
Bazard,
La bonne douzaine. Texte
Iransis de Mme E. R. Blanchet,
\V. Somerset Maugham.
Gyp telle que je l'ai connue,
Vga.
Questions scientifiques. L'art
le produire la lumire, Charles
Fabry, de l'Acadmie desScien-
ces.
Chronique de la quinziine.
Histoire politique.
PR'X DE L'ABONNEMENT
l^ris Un an Sis mois Trois moi;
Seine Seine et Oise IMtrsjtln a6.lis j
Dpartements et
Colonies Irjn^jises t6 1rs 54 ir 18 fr
tranger :
r'.i\ 1 demi tarif
l'"l i)0fri6*ln 14 lr.
Pays .1 plein tatil
POl 160 1rs fr. in,sa
Les abonnements partent du /er
et da 15 de chaque mois.
Prix du Numro : 6 f rs
( Dr CHARMANT. -
nuel d'Hygine.)
Ma-
TRAVAUX DE TYPOGRAPHIE
Toujours la rue Dants
Destouches, en face de la Gla-
cire, chez Morissett.o vous
trouverez des cartes de visite,
de fianailles, etc, des prix
absolument consciencieux I
Donne/ y vos commandes !
Ve
uve
HU-^FNTS
Hort-an-Priuce.
JEANBU.NCHFIJcraii-
^ssnrpz-vou* contre accideul \
la General Accident Fire & J
Lile Assurance Corporation Li- i
HWiedi Vve F, Bermirghan^ J
Les avantages qu'offre la
Cuisine Electrique
" HOTPOINT *
sont maintenant connus de
tout le monde.
Pour
visitez
sition.
Compagnie dclairage
Electrique,
vous en convaincre,
notre salle d'expo-


Lundi
3 Octobre 1932
Le Malin
4 PAGES
26euie ANNEE N". h8
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
OMRTEKEN Dt_______
LMICUIORE
AVIS
Le Dpartement < culture informe 1' public
qu'un concours 2>eu ouvert
Damiens pour le recrute
ment d'agents agricoles
frJPourrre admis prendre
part ce concours, il laut :
lo Etre g d'au moins
23 ant, treSrauni d'un certi
ficat de bonnes murs et pr-
senter son acte de naissance.
2o Avoir appartenu, pen-
dant deux ans au moins,
l'Ecole Centrale de Damiens
ou pouvoir justifier d'une pra-
tique agricole d'au moins 5
ans, part certificat lgalis
pir les autorits de l'eudroil.
Les preuves comprendront
trois examens : Oral, Ecrit,
Dmonstration sur le terrain;
et rouleront sur les matires
avivantes t
lo.Oprations entreprend
dre pour mettre un terrain
inculte en valeur.
2o, Risques pour lesquelles
la coutume de mettre le leu
la vgtation sous prtexte
d'entreprendre la cration
d'un jardin est nlaste i
Cocotier, Arachide, Vanille, I
Sisal, Riz, Pommes de terre.
o j. Culture de elimj '
Nomenclature des groupes,
modes de reproduction, choi*
et prtparlion du lerram, orgu-
nisation.soins culiuraux, lutte
contre les ennemis descitrus,
aperu de tous les produits
pjuvaui tre tirs des citrus.
:,- v -
o. L a figue-banane :
Varits prconiser en
vue de l'exportation, choix et
prparation du terrain.mode
de reproduciton. organisa*
lion dune plantation, soins
culturaux.
8o. Culture pour laquelle
vous croyez avoir ['ie plus
daptitudes. Dvelopper les
conditions culturales, com-
merciales ou industrielles de
cette culture.
Q9j. Reboisement.
*1(). Question sur le cal, le
coton et le cacao.
iLe concours aura lieu
l'Ecole Centrale de Damiens
le lundi 17 octobre .courant,
dix heures du matin.
En atteudaut. uu registre
d inscription est ouvert au
Dpartement partir du sa-
medi 1er" octobre.de 9 heures
du matin' une heure de l'a-
/
prs-midi, et sera terme le 15
foisaucut.valeuretaupays. PJ prochain.
3o. Difirentes modes de "UUiC *
reproduction en dehors des
soins.
4o. La taille des arbres
1 ru i lier s.
^.Conditions que doit rem
plir une rgion pour conve
nir a la culture des plantes
ui van tes :
~*
30 septembre 1932.
Coquet tablissement si-
tu tout prs de la Banque j
Nale et dirig par Mme Marie
BERTET. \

emzpcm
-
*
fi.-,
,p
TO|MO
Voulez-vous fter le retour
de quelqu'un?
OFFREZ-LOI ONE COUPE D'ASTI SPOIMI
Agents paur la Rpublique d'Hati
A. DE MATTES <& Go.
Port au Prince (Hati)

MU
d
Sauvez
Panama Railroad Steamship Line,
Agents aax principaux ports d'Europe.
G.W.'tSheldon & Co, Ltd.
17, James Street,
LlVElU'OOL England.
England
Ci. W.Siieldon &C-, Ltd..
Pentoo House,
112/113 Fcnchurch Street,
LondomE. C 3, Rnglaud.
France
Moiw & Company.
Atlantic Freighting Corp.DlV.
7-J, Quai des Chartions,
Bordeaux, France.
vos livres
Sauvez vos lives et con
lections en mauvais tat tl
les confiant ai relieur cons
ciencieux, honnte et habile
Etienne Camille, Hue Bouna
Foi .
A
Mory Company.
Atlautic Freighllng |-orp. Div.
155, Boulevard de S.iasbourg.
Havrt, Fiance.
Mory & Company,
Atlantic Freighllng Corp. Div.
8, Hue Si Vincent de Paul.
Paris, Fiance.
llernu Prou ft SlockwtU
Boite Postale: 78,
Havre, ^France.
Germany
Holland
Avis
M on y de Company,
Atlantic Feighling Corp. Div.
7, Hue de la Rpublique,
Marseille, France.
Gellatly Hankey & Co,
21, Hue de la Rpublique
Marseille, a France.
Atlantic Pieightlng Corp.
Antwerp Division,
C/0 Steinmann &C rapany,
P. O. Box 1069,Ro crdam, Holland.
Bolgium
Atlantic Freighllng Corp.,'
r/0 Steinmann and Co^'
4, Quai Jurdaens,
Dtwerp, Bclgiuro.
Allanlic Freighllng Corp.
Koniugiu Emmaplein 3.,
Rotterdam, Holland.
Denmark
E.A. Bendix and Companj,
Copenhagen, Denmark.
L WEST IND1ES TRA-
DING L" donne avis a P "
blic que bien qu'elle soit en
liquidation, elle a Port-au-
Prince des reprsentants atti-
trs chargs de poursuivre
celte liquidation et cl ellectuer
le recouvrement des valeurs
qui lui sont dues.
Ces reprsentants ont plein
pouvoir pour exiger le paie-
ment de tous bous, comptes,
soldes de comptes ou auties
valeurs, mme par la voie
des tribunaux, et tu s'acquit-
tant eutre leurs mains, les
dbiteurs seroul valablement
dchargs,
La Wcsl hidics Trading Co
lar
J.F.CAbABLANCA
PROGRS NOUVEAU
RHLM N0L\EAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFlANT TOUTE CONCURrtENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
Secrtaire
A Ceresa & Company.
Via'.Banclii 3,
(ie-ioa. It.ilv.
Spain.
Mr T Mai.i.oi. Bosch.
Atlantic Freighllng Corp.,;Div.
Paseo Colon, 17,
Barcelone, Spain.
A/B W. Laka,
Atlantic Fiei^litiu-i Corp. Div..
Skeppsbron 10.
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson and Hoimstrom,
. nantir Fieighting Corp Div.
Skeppsbron 3,
Gotnenburg, Sweden.
BeiuhaH Bergh & Conipau}',
Atlautic Freighting Corp. Div.
Halsingborg, Swcden.
lialy
Mr Altredo Amoretti,
Atlantic Freighting Corp.Di.
Pia/.za-Del Farro N. 3 5,
Genoa, Italy.
Norway,
LaoNUE A. Devold A. U.
Atlautic Freighting Corp. LM
Aalesund, Norway.
Sweden
Sven Jansson & Company.,
At|nlic Freighting Corp. Div.
Norrkoepiug, Sweden.
COLO
'L
I'COlOlBIEHIlE )
Lykes Brothers SS C lnc
Texas Hati Santo uomingo- Porto-Rico
l e seul service hebdomadaire et regulieT passagers e
fret eutre les ports du Golte du Texas directement avec
PoTi au-Priuce, Haitl.
Pour la rception rapide et le maniement habile "Yfj*
importations, servez vous toujours des navires de ! LY&n
LINE.
Les prochaines arrives a Port-an Prince sont*
Steamer Ku'h Lykes 7 octobre 1932
Steamer Margaret Lykes 13 octobre 1932
Steamer Almeria Lykes 21 octobre 1932
S/S Genevive Lykes 28 octobre 1932
Steamer Relu Lykesi 4 novembre i
Bureau: Rue du Magisin de l ttai Boite Postale B
Simon Edttron A/B.,
Atlantic Freighting Corp. Div ,
Malmo, Sweden.
Tlphone: N 2323
e vapeur Baracou Voy.
* 108, partira de New-York le
VS courant, directement pour
Poii au Princeoil estaltendu
le 4 octobre prochain eu
route pour les ports Colom-
biens, Cris'obal, Canal Zone
KingslO'i et NewYork.
Le mauileste de ce vapeur
reu par avion poste est la
disposition des clients dam
nos bureaux sis angle des
rues dn Qu >i et Thomas Ma-
diou (vi^ vis de la Douaue)
Le vapeur Bogota i Voy
107, partira de New-York le
5 octobre prochain. Atten-
du Port-au-Prince le 11 oct.
Port-au-Prince, le 28 Sept.
193,4.
WilWam E. BLEO.
Agent.
I
AVIS AU COMMERCE
La Panama U|i|road Stea mship Line a l'avantage d'aj-
loncer les dparts suivants de New Yoi k pour port-aurrinf'
Haiti, directement chaque mardi. Tous les steamers son
pourvus de chambre tricorilaue
Dparls de hem )ork. Arrivages Pori au-frince.
team er "Ancon" le 27 septembre
Steamer "Guoyaquil" le 4 octobre
Steamer i Cristoba! le 11 octobre
Steamer Buenaventura > 18 octobre
Steamer Anron le 23 octobre
Steamer iGuayaquil le 1er novembre 7 novembre
Sleamer Cristubali le 9 nov. 14 nov. w
Steamci Buenaventura 15 novembre le 21 nv- .
Steamer tAncon le 22 novembre le 27 novembre
Steamer Guayaquilale 29 novembre le 5 dcembre wm
Panama Railroad Steampship Lint
JasH.CVANREED
sgrnt Gnral
le 2 cet. 932
le 10 octobre 1W-
le 1b octobre W
le 24 octobre 1^
e 30 octobre VM
.%
*-*"-Si
M

'

- '





University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM