<%BANNER%>







PAGE 1

LE M V HN - Seaffoibre 1932 j; ^ < PAOI-. 2 IUIIIUI fiarkuieoiirl • A Dont In ran mim, rt universelle a gard s* premire place Dem m lez oarkoot : UN iAHBANCOURT Dpt : Kne des Csars. BOXE i Au Parc-Leconle Grce Monsieur Hugo Mews et Mr Naldi, c'est un speclucle lormidable que sout convis pour dimanche prochain 5 heures lo's les sporl^men liait ciis : Guerrier contre Aragon Un comkat qui doit.duier 10 ROUNDS, de 3 minutes chicot Mais ? ?... Nous avons pris quelques renseignements sur les poulains de Naldi : ce sont des boxeurs de grande classe qui se sont imposs dans toute l'Amrique du Sud L oresq i totalit de leurs victoires a t acquitte pai KMOCK OUI — '..dv-rsair • te Guerrier est bti en athlte... C'est un homme extim ruent rapide — a la Irappe sche et qui encaisse merveilleusement. Guenier aura deva.it lui, diminche, le plus m toutable ilrersairedesi cimre. — Vaincra-t-il ? Il s'en rai \-. toit paTticjh reaient pour cela et ses fttomtearj o,it en lui la p'us grinl ccnliance En tout cas il ne veut pu entend e pirler ur viter larder le prochain •ccv*. vous devez tre fort, rcaislanl Et y. itement, le* accs ejities vous puisent.. Faites une cure de Fortia'nc : c est un puissant fortifiant, un rg nrateur En organisant la insistante de votre organisme. Fortune ust le meilleur rei. entre les fivres. Portiaac iminuc la violence et la frquence des accea febnics. Scr. emploi rtablit tics viie les fonctions orga. niques abtiies par la lievra et par la chaleur L'apptit et les forces succdent a la ptostrstion et a l'abat, tcjijent Q Si vous vous (ne des piqres toniques, essayez FORTIANE. l'ac lion sera piu bienfaisante et plus sensible. Dns toutes les Pharmacies A PortauPiinct: Pharmacie BUCH Oro : Laboratoire bONNAFt Millau Avsyron Baisse mu Avise les consommateurs de son LAYl qu'il a rduit ses prix comme suit : lJTf\Aainriifsi*-r\iirvrtfi-vs.^*ss-*^— .... .. rOPTIFlE L'OPGAMi.S LAfT CONDENS SUCRE CAISSE DE 48.14 LAIT CONDENS SUCR • DE ?40,3 LAIT VAPOR • DE 48,16 LAIT VAPOR • DE 96.8 OZ OR 6,25 OTAIL OR 0,14 CENTIMES 9.10 DTAIL 9.04 5,00 DTAIL J0.11! 6,40 S. DTAIL ?:0.07 STEAMSHiP LINE Le steamer Ancor est a'ien du Port-au-Prince, Hati, venant de New-York, la d man che 'J octobre 19.T2.a7ec 21 passagers, 08 sacs de correspondance. Il partira dans l":u rs midi du mme jour, direct* ment pour Cristobal, Canal Zone, prenant rt, malle et passager. Jas. H. C. VAN REED. Agent Gnral DE Allez chez Iiarbancourl, a rue des Csars, o vous trouve i cz un excellent cocktail sec et j demi-sec dont vous ne pourrez plus vous passer. Sauvtz vos livres et con leclions en mauvais lat cl les confiant ad relieur cons ciencieux, honnte et habile ETIENNE CAMILLE, Rue Bonne Foi Avis important Il est porl la connaissance de tous les hritiers, les dbiteurs ciancieis de feu Arthur Walter, dcd le 8 septembre 1932, qu'un dlai de 15 jours leur est accord pour prsenter leurs titres sn tille, Yvonne Waltei, rue du Champ de Mars, M 320. Pass ce dlai,aucune rclamation ne sera priseen considration. Port au Prince, le 27 sept. 1932. Rnppelez-vous que le LAIT CONDENSE, EVAPOREelTfeiiPOUDRE ESBEttSEH Mt le meilleur, le plus pur et le plus riche en crme. Il est recommand par les mdecins el sages femmes aux bbs et aux malades.il est employ avantageusement pour les Crmes glaces et chaudes, et les desserts de toutes sortes. En vente AU BON MARChf\ Et dans toutes tes bonnes piceries tant a Port-au-Prince aue dans toutes les villes de la Province. CK SOIH Le beau film : Mon cœur est uniazz-band avec Lya M ara Entre ; 0,50; Balcon : l,iu. FORCE' SANT JEUNESSE PacHtment et discrtement pur le GLANDOPHILE .1.. Lab. ORMOI PARIS T Nui ire Grstuite et Vente ches F. SJOUHN W. BUCH. Port-au-Prince et autres Bouues Pharmacies -"-.- RADIO LWTKOLA CAVICTOR La SOCIT HATIENNE D'AUTOMOBILES, reprsentant exclusif de la |RCA-Victor C, invite le public en gnral venir voir les nouveaux appareils RCA-Victor quelle vient de recevoir. Ke se fera un vrai plaisir de taire entendre aux visiteurs des disques dansants ou classiques dernire cration de la RCA-Victor Company. Elle profite de cette occasion pour aviser le public qu'elle vient de recevoir: Ressorts pour phonographes Nouveaux disques espagnols, (Trio-Matamorros) Nouveaux disques, (Jimmie Rogets) Blue-eve Jane, (Jirnmie Rogers) Disques de longue dure. EC UN SEUL DISOUE DE ONGUE DUREE. ON A TBEUTE LONGUES MINUTES OE MUSIQUE.—TRENTE MINUTES DANS LA NIE DES MEILLEURS TES DU MONDE CES LPJB PEUVENT TRE JOUS SUR VOTRE ANCIEN APPAREIL. VENEZ NOUS VOIR ET NOUS SOCIT HAITIi NNE D'AUTOMOBILES Mallebranche, Gentil, Bogat & C ic Port-au-Prince, Hati. COME. %  %  *. -. ai % ">*• %  i % 



PAGE 1

Jeudi 29 Septembre 1932 Le Matin 4 PAOES Port-au-Prince Tlphone : 2242 LE FAIT EST INCONTESTABLE liliiiin Saillie C'est la quintessence des meilleures Varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! S-S c i LIGNE GULUMBIENNE ) Tlphont AVIS AU COMMERCE N a 2323 .e ''apeur i Baracoa Voy. 108, partira de New-York le VS courant, directement pour Porlau Prince O H es'attendu le 4 octobre prochain, en route pour les ports Colonbiens, Cris'.obal, Canal Zone Kingston et New York. Le manifeste de ce vapeur reu par avion poste est la disposition des clients da< s nos bureaux sis angle des rues du Quai et Thomas Madiou (vis vis de la Douane) Le vapeur i Bogota i Voy. La Panama tlsilroad STI mship Line a l'avant;tpe d'an* %  mncei 1rs de aria suivants de New Yotk pour port au P ii Dte Hati, dirreltnent chaque mardi. Tous les steamers sont jourvus de ch mire tritfori'iuue Dvarlsdehew \ork. Arrivages Port au-rrince. Steamer "Ancrn" le 27 septembre Steamer "Guayaquir* le 4 o tubre Steamer i Cristobal le 11 octobre Steamer aBnenaveulura > 1S octobre Steamer (Anron ^ le 23 octobre Sleamer GuayaquiU le 1er novembre Steamer Cristobah le 9 nov. le 2 cet. 1932 le 10 octobre 1932 le 1(5 octobre li32 le 24 octobre iy;<2 le 30 octobre 1932 7 novembre 14 nov. 193 4 lient ion PROGRS NOUVEAU RHbM NOLVEAU Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIANJ TOUTE CONCURriENCE Clair in Vierge Chez N. NAZON Voulez-vous Russir dans vos tudes 110 taire russir vos enlants,grce une mthode d'enseignement classique excellente? VOULEZ VOUS Une profession aprs 8 9 mois d'tudes srieuses (St no-Dactylo. Langues vivante Comp'abilit)Songez que l'Institut TIP PENHAUEH se recommande et s'impose votre attention par les brillants rsultats dj obtenus. 1537Rue Lamarre. Tlphone 2891. Panama Railroad Steamship Line, Agents aax principaux ports d'Europe. G. W. SHKLDON &CO, 17, James Street, LlVEHl'OOL, ENGLAND. MORY & Company, Atlantic Freighling Corp. I)iv. 156, Boulevard de S lasbourg, Havre, France. MORY & COMPANY. Atlantic Freighling Corp. Div. 8, Rue St Vincent de Faut. Paris, Fiance. Ilernu Peroo & Stockwell, Boite Postale: 78, Havre, France. Engla n d Ltd. 0. W.SHELPON &C% Ltd.. Fenton House, 112/113 Fenchurch Street, LondoniE-iG. 3, Kcgland. France MORY & Company. Atlantic .'reighting Corp. Div. 74, Quai des Chriront, Bordeaux, France. MORY k COMI'ANY, Atlantic Feighiing Corp. Div. 7, Rue de la Rpublique, Marseille, France/; Gellatly HANKKY & Co, 21, Rue de la Rpublique Marseille, a France. Germany Atlantic Fieighimg Corp.. Atlantic Fieighling Corp. Balliuhaus, tlamburg 1, Germany. Breitenweg. 56, Bremen, Ger. Holland Atlantic Fieighiiug Corp. Atlantic Freighling Corp. Antwerp Division, Koniugin Emmapltin 3., C/O Stelnmann & Company Rotterdam, Holland. P. O. Box. 1069, Rotterdam, liolland. Belglum Atlantic Freighling Corp., i/o Stelnmann au I Co 4, Quai .lordaens, ntwcrp, Belglum. A. Cereaa Compai y. Via Banclil 3, Genoa. lialy. Spain. Mr T MAI.I.OI. BOSCH. Atlantic Freighling Corp., Div. Paseo Colon, 17, Barceloua, Spain. A/B W. Laka, Atlautic F reighting Corp. Div.. Skeppsbron 10. Stockholm, Sweden. A/B Pettersson and Hoimstrom, Atlantic Freighling Corp. Div. Skeppsbron 3, Gothenburg, Sweden. Denmark F.A. Beudix and Companj, Copeuhageu, Denmark. lialy Mr Altredo Amoretli, Atlantic Freighling Corp.D.v. Piazza De! Perro N. 3 5, Genoa, Ita y. Norway, Laurilz A. Devold A. G. Atlantic Freighling Corp. Dv. Aalesund, Norway. Sweden Sveu Janssou & Company-, Atlantic Freighling Corp. Div. Norrkoeping, Sweden. Simon Edstrorn A/B., Atlantic Freighling Corp. Div, Malmo, Sweden. Beruhard Bergh & Company, Atlantic Freighling Corp. Div. Ilalsiugborg, Sweden. 107. partira de New-York 5 octobre prochain. ttendu Port-au-Prince le 11 oct. Port-au-Prince, le 28 Sept. 1932. William E. BLEO. Agent. Hpital Gnral llatim Accidents Steamer tliu navrntura 15 novembre le 21 nov. Steamer tAncon le 22 novembre le 27 novembre Steamer .Guayaquilwle 20 novemb e le 5 dcembre 1912 Panama Railro-d Steampship Line Jasil. CVANREED agent Gnral 1 22 septembre 1932 Etienne Fauslin, Thor. Confusions diverses, blessures conlases paupire suprieure et in* lruure œil droit, du cuir cheve u (hospi'alis). Jej-n'ilus Faustin.Thor. Plaie pntrante du Ihorax ( hospitalis). J. Placide. Port-au-Pi ince. Blessuie tranchante de lu main droite. Ren Colbjenaen, Chemin des Dalles. Ai.e de poison implante dans l'amygdale gauche. Marthe lhlm:\ Port-au-Prce. Corps tranger d> l'estomac. Jean Bouraod, 3 ans, T'orl-auPrince. Blessure rontus de la rg on tronlale gauche. Mombian Damb t ville, Poifau-Prince. Blessuie tranchante de la rgion moyenne et intrieure du bras droit. Adrienne Dame si I, Port-auPrince. Blessure rontaw du nrz. 23 septembre 19S2 Antoine Timise, Port au Pce. Blessure contuse de la lvre suprieure de la bouchp, contusion au Iront eraillures mulfi pies aux narines, aux joues, branlement des deux canines. Abei Zipbir, Portau^Prirce. Fortes COII'UMOIIS de hanche, des coud s, contusion de la verge, b'essure contuse. du coude gauche (hospitalis). Lykes Brothers SS C lnc Texaa —Hati — Santo DomingoPorto Rico Le seul service hebdomadaire e rguler passagers et ht entre les porta du Golte du Texas l rectcmcul avec Port-au-Prince, Hati. Pour la rception rapide et le maniement habile de voi importations, servez vous toujours des navires de la LYKE 1NE Les nrochaines arrives 0 Port-au-Prince sont Sleamer Ge> evive Lvketl 30 setembre 1932 Steamer Ruili Lykes Bureau!iue du Magasin de t'fcltai 7 octobre Bokle Postale B 1932 GRAND HOTEL DE FRANCE La Magnsie ERBA EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCHE COHUE RECUHi DES FONCTIONS GISTRUMS ET INTESTINALES. A. de Matteis & G 0 AGENTS POUR HUTI A l'occasion de la rentre des classes, Mr PATRIZI avise sa distingue et fidle clientle de la province qu'il sera lait des prix spciaux aux lves et aux parents qui les accompagnent. Les acheteurs et les vendeurs de denres diverses se rendant rgulirement la Capitale pendant la recolle qui commence et qui parait '.re trs abondante, louiront aussi de conditions trs avantageuses. Grande baisse de prix pour peusiens au mois. Feulions co siens de mi tous les employs de corn* merce et de l'Etat. Prix modrs peur voya geurs de commerce et autres c'ienls;: Seul Grand H tel se trouvant au centre des affaires. Rendez-vous de tous les hommes d'affaires et de tous les courtiers srieux de la Ca 4 pitale. — Consommations de premier choix des prix dliant toute concurrence.Giand stock de vins fins. Les menus sont touj mrs des plus soigns. Service d'hygine impe:cable. Accueil incompan-bL'. P. P. PATRIZI Propritaire Directeur. Grand Htel de France P. P. PATRIZI, propritaire Cet tablissement se recommande par un service irrprochable, un restaurant de premier ordre, des \fT^Xchambres confortables ares ; un Bai o les cot' sommations sont varies el des marques les plus rputes. Tlphone : 2341. LAITERIE BAILEY Livraison propre, hygiuique.en bonteill s herm q ment cachetes, l'abri de toute falsification. lransport tait en rfrigrateurs roues. N 1313, Grud Une, Pou u-l'riuca, ^ MT+



PAGE 1

Clment Magjoire DiHb.lJit.ljH 1358. H Lt AMRICAINE 1358 TELEPHONE K'22-l Reekeftfctl par drsstls tout If testai : il est le secret d l.i louiliiiDii de lattes les vrrlas •'SM'IlIl'Ilo. Lfl \lilliilllf lietOIMiii", e*wl le siBtreesfBeat. Il a'ist (jiiiiid' u r, ni ij'oirc qui surpassant celle \irtoiir Mr soi mme eessjfe j.i.^ju au iiohle cl saiul oubli de soi. Klzer \ Il V1KK 36 me ANNEE N 7785 PORT-AU-PRINCE (HATI) JEUDI 29 SEPTEMBRE 1932 Ce qui nous a valu le nouveau trait —-o Moralits tirer IX Accord militaire et mission Paul Fuller Pour ceux qui seraient tenvilges et facilits de quelque ls de trouver anormale l'U nature que ce soit sur le ded'un accord purement miMole Si. Nicolas, ne conclilaire avec lesElali Unis alors der, vendre, affermer,... etc. que le gouvernement de ce Art. 4—Le Prsident de pays montre toule la convoila Rpublique d'Hati pro tise que manifeste le trait du met que, dans les six mois 3 septembre l'gard de nos del signature de la prsente services administratifs et li-. Convention,le Gouvernement nanciers, nous pouvons rap-jd'Haiti donnera son adhsion ALIX ROY 30 annes de vSuccs. Il y a Vingt-cinq ans ECHOS peler le prcdent du projet la con de Imit Paul Fuller junior lion d' prsent au gouvernement de glement des rclamations que Vilhrun Guillaume et dont les citoyens amricains ou 1'objeclif apparent et avou .au 1res trangers peuvent avoir Sait d'ordre militaire, quelle ; contre le Gouvernement d'Hati, laquelle convention d'arbitrage accordera un traite ment gal lous les lranque pt tre, au point de vue de notre contrle administrahi, l'arrire-pense du gouvernement amricain et de son agent. Seulement dans le dernier des quatre considrants du projet, il est question d'une sorte d'influence occulte du ministre amricain etd avis qu'il pourrait tre autoris de donner concernani l'honnte et efficace administration du Gouvernement V o i c i d'ailleurs les principales dispositions du projet : ? ... Considrant qu'il est du dsir mutuel des Hautes Parties contractantes qu'il existera entre le ministre plnipotentiaire amricain et le Prsident d'i laili des rapports si intimes et si confidentiels, que ce ministre amricain sera autoris donner des avis sur les affaires telles que celles concernant l'honnle el efficace administration du Gouvernement ; le Prsident d'Ha-o— — A partir de celte semaine, le Sladium Dessalines en fera en activit. Des sporlsmeto el mme des spoiiswooinen v eom rnenceronl leurs entranements, ..en vue des prochains matches clusion d'une conveni annoncs. Ce coin sera, sans arbitrage pour le rconteste, l'un des endroits les plus actifs de la Capitule. Chevallier mrite un compliment cel efle. — La situation politique au Brsil influe avantageusement gers afin (pie le peuple cl* i lai ti puisse avoir le bnfice de la concurrence entre les nationaux de tous les Pays. Et ce fut tout. Chose qui peut paratre r Irospeclivement trange : c'esl leconlre-projct du gouverne ment haitien, prsent par M. l'Irick Du vivier, qui introduisit dan i la discussion les ides relatives l'amlioralion de noire situation financire, l'unification de notre dette et notre rforme montaire, fins pour lesquelles le concours du Gouvernement amricain tait rclam. Ulrick Duvivier, d'honorable et regrette mmoire, tait cependant d'un nationalisme plus dune lois prouv par la suite. Il est vrai que, antrieurement au projet Fuller, exclu ti acceptant de suivre ces avis sivement militaire, il y eut le tanl qu'ils seront donns dans projet prsent fin 1914 au h limite d'obtenir l'honntet gouvernement de Davilmar et un service efficace des loueThodore, ne contenant que tionnaires et la destitution de des dispositions administraceux reconnus malhonntes lives el financires, sans une et incapables; (seule (tordre militaire. Faut1—Le Gouvernement des il rappeler que c'est Louis Etals-Unis d'Amrique prot j Borno qui eut repousser ce gra la Rpublique d Hati dernier projet, qui se reprsenta plus tard devant, lui sous la prsidence de Dartigtiena • ve sous la tonne du trait de 1915? Cette courte rcapitulation suffit, pensons-nous, pour justifier notre proposition d'un accord purement mili taire, qui sera suffisant pour satisfaire l'imprialisme du colosse voisin et pour empcher le renouvellement des humiliations, dont nous ne sommes mme pas encore sortis, consquence directe des immixtions administratives el financires trop tr quentes. (A suiv e LE CYCLONE DE PRTO-BICO 1) aprs les dernires nouvelles del radio,les dgts du cyclone qui a visit Porto -Rico sont plus importants qu'on ne le croyait.Jusqu ici, le nombre des morts el des blesss retires NOUS dcomb LE MATIN, 2 9Septembre '.nn CONSEIL SPCIAL MILITAIRE i Le Conseil spcial militait c s'est runi hier sous la prtsi••• voil qu'on^ne se toule,\plus dc.tcc du Gai l. Larencul. ,a ra,e a nos concerts du veaAu banc de la dfense s, Le CJTClpne a svi sur l'ormalheureux que nos exporta L Klco pendant trois heures leurs ne puissent en profiter Sa Y lless ,9. Unl ,le ,S milles.On dans une large mesure,la rl '. ro11 C 1 U|1 v a "es bateaux percolte n'tant qu' son dbut, dns dans les parages. Quand inme.on espre que far, o S >rl0 Rlc l a ubl le 8 Aoul ticle pourra tenir, en raison des [*% 9 mi cyclone qui coula la vie stocks mondiaux qui s'puisent. a • { 00 personnes. Elle fui Si— Hier matin, cause du cycoue l )ar des tremblements de terre comme celui de 1910 qui fit 116 morts. ISS dcombres, s'lve respec\"re%idcm liveineul 200 el a mille Trois ''^ DtsmorneSt cr adjoints du (lai. (,. Brice. voit avec lerreur s'avancer la prochaine soire de radio, de main, vendredi. Grands dieu*. (pie va-! on encore nous donc y clone, sans doute, le Panama attendu n'est pas arriv en noire rade.On espre que ce matin il sera au port pour repartir dans la journe. C'esl ce steamer que devait prendre Mr De La Rue, Conseiller Financier, pour son voyage aux Etats-Unis. — l'aldy va ouvrir dimanche 2 Octobre la saison cingraphi • que avec un paijanl de Joui premier ordre, Le )iijstre "de ta Villa-Rose.— Ce film, qui a t LES AMERICAINS ET S L'acte d'accusation les n mrsuit, le premier comme auteur, les trois autres comme compli ces d assassinat avec prmditation et guet apens i*ur la personne du Gai Christophe, commandant de la commune des Abricots. —o— contre toute attaque d'une Puissance trangre quelcon que el cel. eftet emploiera telles forces de l'arme et de la marine des Etats Unis jusqu' la limite ncessaiic. •Art. 2— Le Gouvernement des Etais Unis d'Amrique aidera le Gouvernement d'Hati rprimer les insurrections de l'intrieur et lui donnera an appui eflectif par l'emploi de forces militaires de farine et de la marine des Etats-Unis jusqu' la limite ncessaire. Art. 3 -Le Prsident de la Rpublique d Hati s'engage n'accorder aucuns droits, priLoterie Nationale Le Docteur Flix Coicou et le Uocieur Hrard son" 'l'une lQaci ont d guer coup 1 laut convenir qu'aucun chec le les dcourage. Nos deux cll armants Esculapes reprochent ce 'te lois aux Mdecins du Service d'Hygine d'y avoir garn'ont rien chang l'organisation modle des Amricains que le Docteur Bulx Lon el ses dvous collaborateurs nous paraissent^ nous, admirables.Car, enfin, cl du mal que par ailleurs il nous a fait, on ne sauenliu sur une base efficiente. Y cli.m ; "' quoi que ce soit serait un rclour .; la routine, el au gchis. Me pardonnent ma lranchiamis Coicou gUnt / e t et d autn l tle Service >\ Hvgjne.ont oublie Je fc|e loi, ne pas comprendre j suis sr d achet. Jem^' 1 ^ Choses de la mme manire. J de la Lotenc .\attonale. Htezyw jusleaieul parce qu'ils|vous Docteurs ner r. * .. n vc, A Haitinna, la nui•im'e (fu dimanche, trois demoiselles qui taille (!•• places,se ••n lienl debout, empchanl u e partie de public de voir l'cru Cel: d*clt*ncha un cliirivuti endiabl. Oh I oh oh 'nlevrz le rideau. Dehorajti petites mre Pat'es chila. Une voix plus nerve rclama mma : A quatre pulies, s. v p.) Lej pauvres petites. iou| le pilonnage, ne taviienl iqam itainl se vouer, quand par if, COIQDM un Messie, Francis, l'ob'ig'uit Francis.porlant trois ch lises. El le feu cessa enfin. ...voit que l'Usine Glace tient mordicus a nous taire ava 1er sa crme. Cela prend nimr le caractre violent des voies •. • i|, !vi> tuijj i" par la ju^'e i le i pense, I lvalio ) de soi i lal nous relever. Ce dipl )inate a vu l'efiort da la France nonr m un. i ur son rang de grands puisLe Hinrpolenti ure A nricain, Mr Dana Munro, simislanc par le Gourmont-Palace, sion termine, a laiss dftni a tenu l'afliclie dos mois et a Renient noire Pays. Qielle J national poursuivi suis rel.'ilifait courir Tout-Paris.— Nous impression a til emporte de j II serait malheur MX qui Mr sommes assurs qu'un grand nous ? Peut lre qu'un de cet jNoriian Armour tt tmoin de succs lui sera l'ail par noire i^ars uie interview doina |ce tait que, inaptes el diviss, intelligent public. un journal des Etats-Uais, oaf nous sommes Jmanhsaati pour — Les exigences allemandes ua ouvrage crit par Mr M inro, obligent, parail-il, le Premier nous apprendra ce qu'd pense franais erriot orienter la oe nos hommes politiques, de politique franaise dans le sens nos mœars en gnral, d.> l'a des hommes de la droitt. venir de ce merveilleux coin d •. — Les artistes Meunier, en ,erie o, sous le poids da nos panne ici, propritaires des propres taules, nous ne ceitoaa chiens savanls, nous prient de de gmir. remercier, en leur nom, tous Le remplaant de Mr M.inro ceux qui, avec une gnrosit WS ici SOU1 peu. Nous savons heureuse el respecte si, |>re1 viais voit I i (usion dlicate, sont Venus leur sedj qoil s'appelle Me Norman nant Sirie^semsat ooaicience |„ dmnagement, il avait oucours pour leur constituer une Armour. Notre Reprsentante delle-mm;', elle se dcide A | u |i le chat da la tn'alson. L dt pelite bourse de dpart Princil J aris, Mr Constantin M iv H, a paiement, le meilleur de leur gratitude va ces trois daines charitables qui, spontanment, a tottioara t l'avocat coura1 ayant pour bat de raliser ses avaient pris l'initiative de la S eux des idaux de sa Patrie, '.aspirations certaines qui sont souscription. Cette apprciation sur le d ploj l'ordre, la prosprit, la scu— Des gens qui se prtendant raa te,qui sera bientt en contact iril intrieure et extrieure, la renseigns disent que l'tat de avec vous, a particulirement jl'bart; une politiqui base sir sige sera bientt lev. retenu mon attention. Ua tej ^ees principes accessibles, par — D'aprs une information personnage, fin psychologue, Heur graade simplicit, tous suie, Mette Lolita Guebas, dont est habuu causer av.-c de ; les esprits, savoir qu'en c" nous annoncions le dpait pour vrj|S P a notes; et rien, su Ce,hors de la poursuite lu bit Porto Rico, y est arrive sans nommage et se trouve parmi les personnes que le cyclone qui a ravag la ville a pargnes.Nous tlon des l(les 8 a" s lesquelles il nous rjouissons sincrement y a gore de bonne politique de savoir que la gracieuse ai, l* oss ) e liste nous reviendra peut tra ; Q M sera noire devenir ? Vu I importance capitale que revt celle question,une communaut i_ tans, Mr Constantin Mijard, a exiger de ceux qn prtendent J 1IUl c | le d onC| nolre j )ur nalive „• d.t que ce prestigieux Amrila conduire une politique non. [ st rendi sur !es lieux u , oul * .i^ii 1 ,. s ; , a rai ?*"? le1, e .: Z„"f e i m f l od < I oe i -' nita reconnu par le clnt, le caressa jusqu'au ronron et prtendil l'emporter l'amiable. Le chat parut d'abord consentant, puis chingeant d'avis il relusa le ch mg ;m mt d'adresse. Ce journaliste estima ds lors urgent d'employer la manire forte, et Muni en rb-'U ri lin i lut attr ip par la peau du qui a trait aux intention* de re .1 n-si pasposaiblej \ !raoe< C(i u un co nba i epi (| le, trop long a racon'er dans toutes ses pripties. La victoire resta au journaliste, grce ja l'obligeance d'une voisine qui n>is ce lut ces derniers, ne lui a chapp rendre comit de l'activit huDe plus, il a assist l'applicaJmaine; que pour obtenir la paix sociale, ce doux rve, il Iml un jour. — LIRE cr Les Accidents en quatrime page. %  ———i——a Propos • ^humides En rponse notre petite'clironique inouensive .' de la semaine dernire, Mr R. A. Hol'y, qui publie avec tant d'a-pro/ios dans ir MaitiJournal des Considrations sur l'leuaye des vers soie, nous a fait parvenir un homard littraire, videmment charg de nous flanquer une indigestion. L'homme d'un livre est craindre, mais i'tioiume des Considrations que TOUS savez est a plaindre, s'il u pu s'imaginer que nous allions perdre notre temps lire sa galipette.La vie est courte... et voyez-vous, Mr Hollv... on est uu peu "press. Alors repassez un autre joui... Quand mme, et tout comme si j'avais commis l'imprudence il y l:.ire honneur, je vais, sur votre homard, chez Holly, avaler un HHUM SARTHL CACHET D'OR. I. et esse suide vues, de sentiments, d'action, est de ncessit entre le Chel de l'Etal et uos hommes publics. Ce qu'un blanc cherche p %  atrer en arrivant chez nous, c'est notre manire d'tre liaitiens, comment nous vivons eni "^S pour les femmes et les entre nous, ce que nous taisons liants d'Hati, d'abngation, de pour que notre pays sorte de J sympathie; une politique patriol'ornire o maintenant, n'en pouvant plus, il rle. Notre conpenser constamment aux lenlaneea des lois gnrales qui J fui"ftnT an rgissent tomei lesi agglomra| uoe victoire) U tiois 1 henns obligea de se ) () „ s „ s .„„,,,. .,.,.,, Civiliser et qui doivent, s.ns vien Iront longtemps. dotlte, rgir lagrgil hatien; que, dans l'organisati >n des soB^ M ^^ M ^ !" !^^ cits, certaines institutions tant # donnes, certains laits invila| OCU9 /pni bls se produisent; une politique L^lCaVLi i-'L/V-l claire, de piti pour no.s-mi|. a n ille hatienne, habitant Peu de Chose, avenue N, maison Confortable, reoit des pension ua ires des conditions avantageuaee. Pour tous renseignements, s'adreaaeraa bureau (iu journal. tique qui aura pour principal souci le dveloppement de II ceplion de la politique, jusqu'ici, fortune nationale; qui prendra est lausse; nour toutes es rai • une une, pour en chercher les sons du monde, nous avons solution! Honntement, loyaley renoncer. -ment, les questiois devant lesSous l'administration du Pr1 quelles le temps, la forces d*s{ '' •' U'tion I sidenl Vincent, il serait entr ni i o -ni qui veulent tre rsolues un.-• T 1 ' P n I 1 politique de rsultats pi leel-'rl ne tu i Patrie": n :es?aire i d li en'inlerme, avant loul large et U | spara bls. La "f >ui i indus eratiqne. a [tncil nom] b -d. Ayons honle enfin >1 • Je souhaite qn '• '^'-imafe apathie. U nous ;i !.. n Armour nous trouve vaise volont, po.r que noos ne notre initiative. Bi-.n it de aai.irhension .s Da miens. Le pays ne J ni ni remarquable, voici % %  •> u• %  ><> besoins que de nos saurait mauqu.r absoluuieml m-ut Mr 5 devoir /3 d'lments capables de mener I a rticle d'uue taaute porte, sur Taost VIEUX f-r a> •kflfc. — %  **



PAGE 1

PAGE 1 LE MATIN 29 Septembre 1932 L Education de la Masse par l' Eglise __0__ •a^— Par'le prolesseir Luc DoMIMf|L| Au moment o Son Exe. pir les rgles de U religion Aiyr •*. Le Guaze se donne tant de la„vieille Albion et que, par depeineen Europe pour trouce lait, l'Eglise lienl l'une 0:n ver des *i mh'iires qui vien pUcee les plus im orU'ites droiit laider ici Unis lu rade lear la lerre les h'Ugrim'i l ne de l ducation d notre] / &f ailiers , pour >>e pas dire misse rurale, il nom est la plus importante dans la vi ajiablc de publier l lu le sutsociale amri-Min • vante de notre c llaboraleur,] lit il en esi de mne It \e professeur Luc Dorsinoille.* I Amrique espagnole, et p'u N D L. IL § loin encore, ailleurs ..de pa Au en ~~l par le Monde ^En Hati au contraire nous vivons dans Y anarchie des u cours d'un voyage queftcro/yu/ices. La religion Catho je lis rcemment en uu coin Jlique, Apostolique et Romaine •le province.j'ai t frappe du lest dite tre celle de la majolaugage que m'a tenu un liou-Jrit des habitants] le la R note homme. j publique, mais, jusqu' que'le V'oil un beau sujet cl-1 proloudeurl... Des lettrs ve'.opper, me dit-il : l'duca-peuvent s'tre d mo une morale et savoir tenir dans la vie ve.opper, me uu-n : isaacu-|UTUI Um descampa loue Muutt qu'ils occupent, letuilient et l'appliquent pour le plus grand biei du peuple. Le liouvernemeot don s'uppliquer favoriser la venue de l'abme du paganisme et les dieux de l'Afrique aucestrale sont souills de la luxure, du vol, de la bestialit et de toutes les laideurs. Le rite du Vaudou ne repose pas sur une base de morale idale. Lorsqu'un paysan vous dit qu il est possd de_ l'apa cjud , comprenez de suite qu'il va se livrer, l, devant vous, toutes sortes d'horreurs et qu'il mimera mme cestains gestes d'un ralisme luxurieux et troublant. ( suivre). LUC DORSINVILLB. Votre Giiisine, Madame... J Quelqu'un disait l'autre iour llenri-Rouzier: — J'imagine que le maitre-queuxdel'Htel Bellevne, doit tre un de ces cuisiniers des grands restaurants parisiens chous Pori-au-Prince, — car comment expliquer autrement la peitection des plats qu'on ralise dans votre Maison du Chamn-de-Mars? -Ceites,rpondit Rouzier, m >n traiteur est de grande classe, mais le secret de sa cuisine c'est la hanigue des i suies de l'orl-au-l'rince et de St.-.harc Bec-Fin. ".JAous publions volontiers cette %  communication, non pour les {raisons invoques par notre correspondant dans sa 'lettre ^d'envoi, mais cause de tint' rt historique qu'elle prsente \ Port-au-Prince le 2b" >;io! bp 199?. Mr le Directeur, 3 [/> urofpssc'ir d'histoire Ltfcl orsinville, Directe I l'i tiun uuy-Joseph^B nne publie daus votre intressant quotidien.dition du vendredi 11) septembre courant, une, 'lettre, pour rfuter les nsser lions de Grard Jean-Baptiste, contenues daus la missive de celui-ci, date du 5 SOt der-J nier, parue dans la Revue Le Temps, de Mr Charles Moravia, disant que la Grand Prcurseur de l'mancipation de l'Amriquealro-ind(-l itine, Miranda,Temule de Dumouriez tait pass Port-au Pn ce 11 Pli), en n us 1806. NOUN appuyons i s dires le Sera rd J eau Baotisteei recom mandons au protessem d h %  >toire Luc I) j rsi.uville, s'il veut se documenter sur les secours prts parle londateur de la premire indpen^ duice hatienne, Dessaliues. et le fondateur de la Repu blique d'Hati, Petio'i, tant .Vliran la qu' Bolivar et aux Mexicains, de lire attentivement i J. Maucini, ( Italien ), O'leary (Irlandais,) J.l) Mousalve ( Colombieu ) et d'au Irai historiens vnzuliens ou mexicains. L'œuvre de Minsalve, publie eu deux volumes, s'intitule c El idal poiitico del Libcrtador Simon Bolivar et tut litepar i E litorial Ainerija,Madrid.Les œuvres d'O'PHARMACIE GARONNE 49. Rue Raumur 88-90. toulevard Sliastopol PARIS vendant LE fflEILLEUR IMRCKE DU I10HDE Produits des Pnmiirss Minuit et toujours il premire fracheur UNE SEULE QUALIT : \A MEILLEURE ., IL NT A PAS DE MEILLEURE PROTECTION POUR LA SANT QUE LE NETTOYAGE ANTISEPT QUE DU LlFEllOYI LIFEBUOY LE SAVON l)i\ l.i .SANtli POUR MAINS, FIGURES ET BAINS. Rayon Spcial POUR LES COLONIES DROGUERIE, HEKBORISTERI^ SPCIALITS Franaises et Etrangres SELS OE QUININE PURS Tous produits en flacons, ampoules, comprims, ec.chets SOLUTIONS HYPODERMIQUES BA^n^GES, CEINTURES 0 *AS A VARICES \PPAREILS HYGINIQUES pour tous usages Appareils Orthopdiques .Seringues hypodermiques Pharmacie de Poche, de Voyage Coffres Pharmaceutiques pour Usines, communes, lie • ,, Projets de Factures et tous renseignements sur demande adresse Pharmacie CANONNE 49, Rue Raumur 8S-00, Boulevard Sbastopol PARIS MAISON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE r\ en Frauce ni A l'Etranger I* MOHR & LAUKIN, P. 0. BOX.VI) — Distributeurs rUe Houx et du Cenlre.PorUEU-Pnnce. leary sont eu plusieurs volu' mes: il tut niistorie^priuAUTO ACCESSORIES cipal,-, ue la guerre que lii I vVe sell New and Seconp Bjlivar coutre l'Espagne. A Qand Parts for ail makes of part O leary. il y a uue iem automobiles, me qui crivit beaucoup sur KNEER'S GARAGE le sjour du Libenador aux Cayes.sur ses voyages rpts dyus les chantiers maritimes de la Kpubli^ue d'Ihii. SiBJe Pave Phone 2.118 & 2234 Louis du Sud, aux Coteaux, )jj ea rapporte (jue D-issaline s Port-au-Prince, et sur son reavait d.mn Aliraaia deu< tour Jacmel le 26 dcembre d e draneaux consacrs le 18 IVI I 1 II I • 1* .^_. n .~.a > %  • 1815. J eus plus dune lois cou.ulter ses o ivrages, mais pour le moment sou nom m e^ li ippe. Nous prions le piotesseur i q Ues publiques du M AI.: Djrsinv.lle de bien vo Jj d e la^Colombie et di -rASSOCIATION DES DAMES HATIENNES POUR LES COLONIES SCOLAIRES Les parents des 32 petites COllres actuellement la Colouie de t'eliou-Ville sont piies de se trouver au Centre de s uil prs de la Cathdrale ve \ Ireili prochain, \\0 Septe.nbre, 9 heures du matin pour recevoir leurs eulauts rentres desvacauces. ooo Les membres de l'Associa,..,.,.,., tion sont invits A one rcepdaus 1 le d'ordres rguliers de ( tion qui sera olerle aux e:imoiues q u i couronneraient bieutl les cries de 00! mou* lagues de monastres ou de couveuis ou le pmyiao irail uppi\:udrca chanter lcsluUSO a ges du vrai Dieu, ati:i qu'il lauts. la Colonie mme, jeudi piochaiu daus Tapies iiudi, l'occasion Jdu retour des pupilles dans leurs lamilles. ooo L'Associa ti>u, entirement oublie tDambala* et lOyour, satisfaite des rsultats ooleo il trait eupreudre u autre] nus, rautercie tous ceux qui pari a laouurci sou champ et respecter te commandeineui: lu ne voleius ni le bo-ut, ni l une Uu prochain, Jni so/i bien. L>.s moines du Moyen-Age ou prpaie la France des teui|i?> UioJerueS ci ceux de la uei inauic oui ouvert la voie la Civilisation aiiemuude de nos jours. Et si,aux Liais-Unis d'Amrique, il n'y a pas couttiuerer ic travail tes moi *„Le Dr Plummer et Madame oui en la douleur de perdre leur enfaut JAI QI ELINK, dcde 1 ge de tu mois. — Les Fun, raiil-'s auront lieu cel aprsuca n ue icut pas ouO.ier ...u inuU en l Eglise du Sacr-Cœur i v • Ue Tui o l ui. avaient t dj disciplines j Sincres condolances. l'uni aide a ,les raliser, au prolii dliassante physique et morale des pelis coliers laibles et dbiles. IL I loir passer aux bureaux du Journal Le Courrier liaitieui, organe de dfense ua ti.)iiale de la Rpublique d Hati occupe. U pourra y consulter *Bolwar,y la Emancipacion de lus colonias espaIno/ositde l'nistorien J. Min* Ci ai. Il pourra alors se rendre bicu compte que Grard Jeun-Baptiste n'a lait que traduire et leproduire reli gieusemeot — c'esl- dire la lettre— quelques parug'aphes des pages 204 et 205, cuncernant l'arrive et le sjour de Mirauda PorUaul'riuce, eu rauda passe quelques jours en celte vide, aux liusde s'y procurer les deux golettes armes eu guerre : le tiiacchus et la tBe . Le bateau de guerre 1 Empereur qu'on lui construisait dans les chantiers maritimes de Port-au-Prince, avant mme qu'il ei laiss NewYoi k, dit J. Maucini, bord du a Leauder >, n'avait pu lui tre livre, par suile'„des intrigues d'un Mr M L ewis qui devait en prendre le commandement. Celui-ci tait le Irre du Commandant du bateao|tLander>, arme daus lejiort de New-York,^gice l'Angleterre, il avait coin me second l'Auglais Annstrong et deux ceuts hommes d'quipage k sous ses odies. Mr L(.wis lut dbarque a l'ori-au-Prince, et devint par la suite commerant. Srement c'est de lui que b parle Guy Joseph Coiinei daus ses Souvenishistoriques que publie tes jours-ci le quotidien de Mr J. J. I'. Audau. CTn autre historien colora" mai 1803 l'Arcahaie. Pour connatre la vraie histoire d'Haitl, il faut aller fouiller dans^les bibliothexique, u Vnzuela. Les auteurs tranais n'ont jamaisvoulu mentiouner dans leurs livres d'histoire ou autres les secours prts par Hati l'Amrique latines. Et pour cause, Que le prolesseur L. Oorsiuville lise ile repose l'ouvrage du Dr F. Dalencour : Alexandie Pction, et la brochure de J.Jolibois fils : La Doctrine de toonroe. publiez pour moi, Mr le Directeur.en guise de rponse la lettre du prolesseur Lue Dorsiuville, pour dissiper des mars 180G. Mierreurs historiques commises par nos propres historiens qui ue connaissent que les auteurs franais, l'exclusion de tous autres ; et agrez l'expression de mes suutalious les meilleures. B BOSQUE 1 RA1TEMENT BUCCAL OC U promus • PAR LES COMPRIMES • SIHARGYL le SiilniiiriJyl qui coolient le* trois mdicaments spcifiques dont l'action antisyphililique est scientifiquement dmontre par le* travaux des plus eminents mdecins, cxsree une action curative rapide sur las accidents de U SYPHILIS et le sang 4 Uuitt* le, priodes de la Maladie. • Sans inconvnients poOF iXSTt Tiac, il permet un traitement conomique discret et efficace REHELACANT LES riOCRES. A chaque bote est mese one nntco complte sur la mthode. SIGNARGYI. Pigsratlon du Lsboralolrs du 0* POMSRET 42, Mo Billancourt,aBoulognt-.-8slr, B *RI3 — est en vanta dans toutat a) • laa phirmacitii d'HaTtl. d Perl-au-Princt; F. SJOVRK, l'lutrmacia Assemble Nationalej 25 septembre 1932 Minu".D s 'SMi-nts<1e choix, accourus depuis spr midi, se roi doi*B dan ^ sale Hommes ivres de poli'iqa*. jures fi us, dsmn fi j DB r M,s ,e venanf du con r', loe4 se ie mue, inipatie..', liOlleol des yeux ronges de soinmei'. Minuit et q iarl. Les snaleurs, qui achevoieni.en sance ordinaire,le voieiion Conditions des iiangers. j d) Trait entre es Etals amricains liiiint les lg'fs qui rgissent les traits signs entre eux. e) Neutralit maritime. t) Devoirs endroits des Elals en cas de lutte civile. 3rae. Catgorie : Conventions relatives aux arrangements des Colis Postaux. a) Convention Gnrale de 1 Union postale universelle. b) Convention concernant les colis postaux de l'Union postale univetselle. c)'-on vent ton concernent les abonnements aux journaux et ciits priodiques de l'Union joitaie univeiselle 4me Catgorie : Traits si ^nes Washington. i) voyage interi mtricain. b) Convention Gnrale de i oui iiidiH.ii inter amricaine. c) l'io oie d'erbttrsg* gressil Ap es von lu e>. oiivenlio.is av Ajoutez un nouveau got chaque plat Avec la'quantit df vari ls de Fromage Km If que %  vous avez voire ctaoii, il n'y a pas de limite dans la diversit que vous pouvez inlroilnire dans votre menu de ehaq ie jour. Essayez le r'r.illMi!" Kraft avee le riz ou le macaro ni... dans les plais dliieusemrnl tentduls qui ncessitent u (tomaye... ou pur. Achetez le de vo'.re picier favori. pro KRAFT CHEESE PAULET SALES CORPORATION Dislributenr Porl-aii-Prinre Hati. SERVICE NATIONAL D'Mffi ET D'ASSISTANCE PUBLIQUE £cola Nationale de Mdecine et de Pharmacie La Direction de l'Ecole Nalionale de Mdecine et de i les diver'Pharmacie informe les int ec un esprit rocc i c nnt \ a rmatotm H'in minutieux et patriotique, les o m m i >si r es considrant qu'elles ne tendent qu' tablir Vquilibre amricain ei qu'elles ne portent aucune atteinte la souverainet de la Nation, concluent leur adoption. L'Assemb'e Nationale vote l'unanimit, dans un silence impressionnant, les conclusions de ses commissaires. Elle ratifie gale Dent Us conventions et les dcrets de sanction. ^Ancun orateur ne sollicitant lu parole, le Prsident de l'Assemble se lve : < Au nom de ta Constitution, dit il, je dclare clture la premire session de la 32me lgislature *. Et chacun s'empresse de regagner son toit resss que le registre d'infr crip'ion sera clos le vendredi 7 octobre prochain. W*y [ 5"> ,\** atarrhe du Nez ou de la Gorrje Mettre Vicks dans le nez ou le faire fondre dans l'eau chaudeet "inhaler. VJpKS PourTout Refroidissement ,\* *•' d 9 *G** &* **: Ne vous laissez pa* dire qU les dents sont normalement jauntres ou ternes; c'est I une erreur absolue. Cei *f les brossages Inutiles et irritants et essayez un cent • mtre de KOLYNOS sur 1 brosse sche, deux fois P f jour. En trois jours vos dentt seront plus blanches de troi tons, votre bouche assainie, votre haleine parfume. KOLYNOS Antlseptitp* Le oins couoaiqM des k£ bv i -uu centimtre wn


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07117
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, September 29, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07117

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magjoire
DiHb.lJit.ljH "
1358. H Lt AMRICAINE 1358
TELEPHONE K'22-l
Reekeftfctl par drsstls tout If
testai : il est le secret
d l.i louiliiiDii de lattes les vrrlas
'SM'IlIl'Ilo. Lfl \lilliilllf lietOIMiii",
e*wl le siBtreesfBeat. Il a'ist
(jiiiiid'ur, ni ij'oirc qui surpassant
celle \irtoiir Mr soi mme eessjfe
j.i.^ju au iiohle cl saiul oubli de soi.
Klzer \ Il V1KK
36 me ANNEE N 7785
PORT-AU-PRINCE (HATI)
JEUDI 29 SEPTEMBRE 1932
Ce qui nous a valu le nou-
veau trait
-o
Moralits tirer
IX
Accord militaire et mission Paul Fuller
Pour ceux qui seraient ten- vilges et facilits de quelque
ls de trouver anormale l'U nature que ce soit sur le
ded'un accord purement mi- Mole Si. Nicolas, ne conc-
lilaire avec lesElali Unis alors der, vendre, affermer,... etc.
que le gouvernement de ce Art. 4Le Prsident de
pays montre toule la convoi- la Rpublique d'Hati pro
tise que manifeste le trait du met que, dans les six mois
3 septembre l'gard de nos del signature de la prsente
services administratifs et li-. Convention,le Gouvernement
nanciers, nous pouvons rap-jd'Haiti donnera son adhsion
ALIX ROY
30 annes de vSuccs.
Il y a
Vingt-cinq ans
!
ECHOS
peler le prcdent du projet la con
de Imit Paul Fuller junior lion d'
prsent au gouvernement de glement des rclamations que
Vilhrun Guillaume et dont les citoyens amricains ou
1'objeclif apparent et avou .au 1res trangers peuvent avoir
Sait d'ordre militaire, quelle ; contre le Gouvernement d'Ha-
ti, laquelle convention d'ar-
bitrage accordera un traite -
ment gal lous les lran-
que pt tre, au point de vue
de notre contrle adminis-
trahi, l'arrire-pense du gou-
vernement amricain et de
son agent.
Seulement dans le dernier
des quatre considrants du
projet, il est question d'une
sorte d'influence occulte du
ministre amricain etd avis
qu'il pourrait tre autoris de
donner concernani l'honn-
te et efficace administration
du Gouvernement V o i c i
d'ailleurs les principales dis-
positions du projet : ?
... Considrant qu'il est du
dsir mutuel des Hautes Par-
ties contractantes qu'il exis-
tera entre le ministre plni-
potentiaire amricain et le
Prsident d'i laili des rapports
si intimes et si confidentiels,
que ce ministre amricain se-
ra autoris donner des avis
sur les affaires telles que celles
concernant l'honnle el effi-
cace administration du Gou-
vernement ; le Prsident d'Ha-
-o
!
A partir de celte semaine,
le Sladium Dessalines en fera
en activit. Des sporlsmeto el
mme des spoiiswooinen v eom
rnenceronl leurs entranements,
..en vue des prochains matches
clusion d'une conveni annoncs. Ce coin sera, sans
arbitrage pour le r- conteste, l'un des endroits les
plus actifs de la Capitule. Che-
vallier mrite un compliment
cel efle.
La situation politique au
Brsil influe avantageusement
gers afin (pie le peuple cl* i lai
ti puisse avoir le bnfice de
la concurrence entre les na-
tionaux de tous les Pays.
Et ce fut tout.
Chose qui peut paratre r
Irospeclivement trange : c'esl
leconlre-projct du gouverne
ment haitien, prsent par M.
l'Irick Du vivier, qui intro-
duisit dan i la discussion les
ides relatives l'amliora-
lion de noire situation finan-
cire, l'unification de notre
dette et notre rforme mo-
ntaire, fins pour lesquelles
le concours du Gouvernement
amricain tait rclam. Ul-
rick Duvivier, d'honorable et
regrette mmoire, tait ce-
pendant d'un nationalisme
plus dune lois prouv par
la suite.
Il est vrai que, antrieure-
ment au projet Fuller, exclu
ti acceptant de suivre ces avis sivement militaire, il y eut le
tanl qu'ils seront donns dans projet prsent fin 1914 au
h limite d'obtenir l'honntet gouvernement de Davilmar
et un service efficace des loue- Thodore, ne contenant que
tionnaires et la destitution de des dispositions administra-
ceux reconnus malhonntes lives el financires, sans une
et incapables; (seule (tordre militaire. Faut-
1Le Gouvernement des il rappeler que c'est Louis
Etals-Unis d'Amrique prot j Borno qui eut repousser ce
gra la Rpublique d Hati dernier projet, qui se reprsen-
ta plus tard devant, lui sous
la prsidence de Dartigtiena
ve sous la tonne du trait de
1915?
Cette courte rcapitulation
suffit, pensons-nous, pour
justifier notre proposition
d'un accord purement mili
taire, qui sera suffisant pour
satisfaire l'imprialisme du
colosse voisin et pour emp-
cher le renouvellement des
humiliations, dont nous ne
sommes mme pas encore
sortis, consquence directe
des immixtions administra-
tives el financires trop tr
quentes.
(A suiv e
LE CYCLONE
DE PRTO-BICO
1) aprs les dernires nouvel-
les del radio,les dgts du cy-
clone qui a visit Porto -Rico
sont plus importants qu'on ne le
croyait.Jusqu ici, le nombre des
morts el des blesss retires nous
dcomb
Le Matin,29Septembre '.nn
CONSEIL SPCIAL MILITAIRE i
Le Conseil spcial militait c
s'est runi hier sous la prtsi- voil qu'on^ne se toule,\plus
dc.tcc du Gai l. Larencul. ,a ra,e a nos concerts du vea-
Au banc de la dfense s,- trouvent Mes, Bonamu et Pra-t :' nos diophiles. Le dernier
././ l.r. Mu....., / (programme tait certainement
/ / Vers 10 hauts \et demie,. :,.dessous de lou(. Notrb.l
les accuss s<,ut introduits. Cet v
sont fe? Gnraux Georges
Brice* ancien Dlgu Evlraor
dinaire ilu Gouvernement dans
tes (irroiidisscnh-nts d,' lu
tira,,d'Anse et de 7iburon de-
lune Brice, ancien chef le la
maison militai e de S E le
Prsident d Hati Ch Curin
mille maisons mises i) is,parmi
lesquelles des difices publics
rputs solides. Toutes les com-
munications sont interrompues.
On est sans nouvelles de l'int-
sur le prix du caf."il estlorl i ri I'l> Le CJTClpne a svi sur l'or-
malheureux que nos exporta L Klco pendant trois heures
leurs ne puissent en profiter Sa Ylless,9. Unl ,le ,S milles.On
dans une large mesure,- la r- l'.ro11 C1U|1 v a "es bateaux per-
colte n'tant qu' son dbut, dns dans les parages.
Quand inme.on espre que far- ,oS>rl0*Rlcl a *ubl le 8 Aoul
ticle pourra tenir, en raison des [*%9 mi cyclone qui coula la vie
stocks mondiaux qui s'puisent. a {-00 personnes. Elle fui Si-
Hier matin, cause du cy- coue l)ar des tremblements de
terre comme celui de 1910 qui
fit 116 morts.
ISS dcombres, s'lve respec- \"re%idcm
liveineul 200 el a mille Trois ''^ DtsmorneSt cr adjoints du
(lai. (,. Brice.
voit avec lerreur s'avancer la
prochaine soire de radio, de
main, vendredi. Grands dieu*.
(pie va-! on encore nous don-
cy
clone, sans doute, le Panama
attendu n'est pas arriv en noire
rade.On espre que ce matin il
sera au port pour repartir dans
la journe. C'esl ce steamer que
devait prendre Mr De La Rue,
Conseiller Financier, pour son
voyage aux Etats-Unis.
l'aldy va ouvrir dimanche
2 Octobre la saison cingraphi
que avec un paijanl de Joui
premier ordre, Le )iijstre "de ta
Villa-Rose. Ce film, qui a t
LES AMERICAINS
ET
S
L'acte d'accusation les n mr-
suit, le premier comme auteur,
les trois autres comme compli
ces d assassinat avec prm-
ditation et guet apens i*ur la
personne du Gai Christophe,
commandant de la commune
des Abricots.
o
contre toute attaque d'une
Puissance trangre quelcon
que el cel. eftet emploiera
telles forces de l'arme et de
la marine des Etats Unis jus-
qu' la limite ncessaiic.
Art. 2 Le Gouvernement
des Etais Unis d'Amrique
aidera le Gouvernement d'Ha-
ti rprimer les insurrections
de l'intrieur et lui donnera
an appui eflectif par l'em-
ploi de forces militaires de
farine et de la marine des
Etats-Unis jusqu' la limite
ncessaire.
Art. 3 -Le Prsident de la
Rpublique d Hati s'engage
n'accorder aucuns droits, pri-
Loterie
Nationale
Le Docteur Flix Coicou et le
Uocieur Hrard son" 'l'une l-
Qaci
ont d
guer
coup
-1' laut convenir qu'aucun chec
le les dcourage. Nos deux
cllarmants Esculapes reprochent
ce'te lois aux Mdecins du Ser-
vice d'Hygine d'y avoir gar-
n'ont rien chang l'organisa-
tion modle des Amricains que
le Docteur Bulx Lon el ses d-
vous collaborateurs nous pa-
raissent^ nous, admirables.Car,
enfin, cl du mal que par
ailleurs il nous a fait, on ne sau-
enliu sur une base efficiente.
Y cli.m ; "' quoi que ce soit se-
rait un rclour .; la routine, el au
gchis.
Me pardonnent ma lranchi-
amis Coicou
gUnt /e t et d.autnl tle Service>\ Hvgjne.ont oublie Je
fc|e loi, ne pas comprendre j suis sr d achet. Jem^'1^
Choses de la mme manire. J de la Lotenc .\attonale. Htez-
yw jusleaieul parce qu'ils|vous Docteurs
ner r. .
*
*
.. n vc, A Haitinna, la nui-
im'e (fu dimanche, trois demoi-
selles qui taille (! places,se -
n lienl debout, empchanl u e
partie de public de voir l'cru .
Cel: d*clt*ncha un cliirivuti en-
diabl. Oh I oh oh 'nlevrz le
rideau. Dehorajti petites mre .
Pat'es chila.
Une voix plus nerve rcla-
ma mma : A quatre pulies, s.
v p.) Lej pauvres petites. iou|
le pilonnage, ne taviienl iqam
itainl se vouer, quand par if,
coiqdm un Messie, Francis,
l'ob'ig'uit Francis.porlant trois
ch lises. El le feu cessa enfin.
...voit que l'Usine Glace
tient mordicus a nous taire ava
1er sa crme. Cela prend nimr
le caractre violent des voies
ba glace a t, dinrinche der-
nier, dpose chez l'Ingnieur
C i chel Jea'inot. Histoire, sans
doute, de s'attirer les bonnes
msitio la 'le la I). G. T. P.
Mais v. !,i, ,1 i nno prlre la
'.n''ne Aseeacio. Now aussi.
us. El la laineuse bouib i
glace attend encore Uni petite
cuillei V
Ne pourrait*on pas la hue
enlever et l'abstenir d'user si
inulilemeot de pareils moyens
le corruption.
... a vu, dimanche 1res matin,
un journaliste el un chai engi-
gjr un terrible combat singu-
: Qae ioseuio i I u soit ,1(.r. (;e ,, angoiaiant. Le jour*
fournie, aoa arrive, de con al.ste avait dlog la veille
s-de-erleflort d Ha.lien vue da- dant maisoI1 bie co,inue de ,,
u ,iorer les con f iom de s i ,aatrini avenue de Bolosse
.x'.sence. el avait, la veille, o,-uiu la cr-
laili deviend.a me dation , nre |a demie ne avenue.
bien cette institution. Le gou-
vernement n'a qu' se donner
la peine de choisir ces lments,
Nous lomatas mconteats
quand I tranger no is traite de
"petitsentants". Vins, pour ne
pas toujours lre l'objet de
semblables jugements, pourquoi
11^ pas nous appliquer devenir
diligents et forts par une
^cation rationnelle ? l'ili pouf
TKis.mmes I
Chez lous les pe iples dig cs
1 nom* le eitov > . i|, !vi>
tuijj i" par la ju^'e i le i
pense, I lvalio ) de soi i lal
nous relever. Ce dipl )inate a vu
l'efiort da la France nonr m un.
i ur son rang de grands puis-
Le Hinrpolenti ure A nri-
cain, Mr Dana Munro, simis-
lanc par le Gourmont-Palace, sion termine, a laiss dftni
a tenu l'afliclie dos mois et a Renient noire Pays. Qielle J national poursuivi suis rel.'ili-
fait courir Tout-Paris. Nous impression a til emporte de j II serait malheur mx qui Mr
sommes assurs qu'un grand nous ? Peut lre qu'un de cet jNoriian Armour tt tmoin de
succs lui sera l'ail par noire i^ars uie interview doina |ce tait que, inaptes el diviss,
intelligent public. un journal des Etats-Uais, oaf nous sommes Jmanhsaati pour
Les exigences allemandes ua ouvrage crit par Mr M inro,
obligent, parail-il, le Premier nous apprendra ce qu'd pense
franais erriot orienter la oe nos hommes politiques, de
politique franaise dans le sens nos mars en gnral, d.> l'a
des hommes de la droitt. venir de ce merveilleux coin d .
Les artistes Meunier, en ,erie o, sous le poids da nos
panne ici, propritaires des propres taules, nous ne ceitoaa
chiens savanls, nous prient de de gmir.
remercier, en leur nom, tous Le remplaant de Mr M.inro
ceux qui, avec une gnrosit WS ici SOU1 peu. Nous savons heureuse el respecte si, |>re-1 viais voit I i (usion
dlicate, sont Venus leur se- dj qoil s'appelle Me Norman nant Sirie^semsat ooaicience | dmnagement, il avait ou-
cours pour leur constituer une Armour. Notre Reprsentante delle-mm;', elle se dcide A | u|i le chat da la tn'alson. L dt -
pelite bourse de dpart Princi- lJaris, Mr Constantin M iv H, a
paiement, le meilleur de leur
gratitude va ces trois daines
charitables qui, spontanment, a tottioara t l'avocat coura-1 ayant pour bat de raliser ses
avaient pris l'initiative de la Seux des idaux de sa Patrie, '.aspirations certaines qui sont
souscription. Cette apprciation sur le d plo- j l'ordre, la prosprit, la scu-
Des gens qui se prtendant raate,qui sera bientt en contact iril intrieure et extrieure, la
renseigns disent que l'tat de avec vous, a particulirement jl'bart; une politiqui base sir
sige sera bientt lev. retenu mon attention. Ua tej ^ees principes accessibles, par
D'aprs une information personnage, fin psychologue, Heur graade simplicit, tous
suie, Mette Lolita Guebas, dont est habuu causer av.-c de ; les esprits, savoir qu'en c"
nous annoncions le dpait pour vrj|S Pa notes; et rien, su Ce,hors de la poursuite lu bit
Porto Rico, y est arrive sans
nommage et se trouve parmi les
personnes que le cyclone qui a
ravag la ville a pargnes.Nous tlon des l(les 8a"s lesquelles il
nous rjouissons sincrement y a gore de bonne politique
de savoir que la gracieuse ai- l*oss *)'e
liste nous reviendra peut tra ; QM sera noire devenir ? Vu
I importance capitale que revt
celle question,une communaut
i_ tans, Mr Constantin Mijard, a exiger de ceux qn prtendent J 1IUl,c|le donC| nolre j )urnalive
d.t que ce prestigieux Amri- la conduire une politique non. [ st. rendi, sur !es lieux ,u, ,oul
" * .i^ii1 ,.s; ,,arai ?*"? "le1,. !e. .: Z"fei mf,!l.od' caressa jusqu'au ronron et pr-
tendil l'emporter l'amiable.
Le chat parut d'abord con-
sentant, puis chingeant d'avis
il relusa le ch mg ;m mt d'adres-
se. Ce journaliste estima ds
lors urgent d'employer la ma-
nire forte, et Muni en rb-'U
ri lin i lut attr ip par la peau du
qui a trait aux intention* de re .1 n-si pasposaiblej \ !raoe< C(i ,u, un co,nbai epi.
(| le, trop long a racon'er dans
toutes ses pripties. La vic-
toire resta au journaliste, grce
ja l'obligeance d'une voisine qui
n>is ce lut
ces derniers, ne lui a chapp rendre comit de l'activit hu-
De plus, il a assist l'applica- Jmaine; que pour obtenir la paix
sociale, ce doux rve, il Iml
un jour.
LIRE cr Les Accidents
en quatrime page.
ia
Propos
^humides
En rponse notre petite'clironi-
que inouensive .' de la semaine der-
nire, Mr R. A. Hol'y, qui publie
avec tant d'a-pro/ios dans ir Maiti-
Journal des Considrations sur l'-
leuaye des vers soie, nous a fait par-
venir un homard littraire, videm-
ment charg de nous flanquer une
indigestion.
L'homme d'un livre est craindre,
mais i'tioiume des Considrations
que tous savez est a plaindre, s'il u
pu s'imaginer que nous allions per-
dre notre temps lire sa galipette.La
vie est courte... et voyez-vous, Mr
Hollv... on est uu peu "press. Alors
repassez un autre joui...
Quand mme, et tout comme si
j'avais commis l'imprudence il y l:.i-
re honneur, je vais, sur votre ho-
mard, chez Holly, avaler un HHUM
SARTHL CACHET D'OR.
I.
et
esse sui-
de vues, de sentiments, d'action,
est de ncessit entre le Chel de
l'Etal et uos hommes publics.
Ce qu'un blanc cherche p
atrer en arrivant chez nous,
c'est notre manire d'tre liai-
tiens, comment nous vivons en- i "^S pour les femmes et les en-
tre nous, ce que nous taisons liants d'Hati, d'abngation, de
pour que notre pays sorte de J sympathie; une politique patrio-
l'ornire o maintenant, n'en
pouvant plus, il rle. Notre con-
penser constamment aux len-
laneea des lois gnrales qui J fui"ftnT an
rgissent tomei lesi agglomra- | uoe victoire) U '
tiois 1 henns obligea de se ) ,() ss .,,,. .,.,.,,
Civiliser et qui doivent, s.ns vien Iront longtemps.
dotlte, rgir lagrgil hatien; __________
que, dans l'organisati >n des so- B^M^^M^!^^
cits, certaines institutions tant #
donnes, certains laits invila- | OCU9 /pni
bls se produisent; une politique L^lCaVLi i-'L/V-l .
claire, de piti pour no.s-mi- |.a,nille hatienne, habitant
Peu de Chose, avenue N, mai-
son Confortable, reoit des pen-
sion ua ires des conditions a-
vantageuaee. Pour tous rensei-
gnements, s'adreaaeraa bureau
(iu journal.
tique qui aura pour principal
souci le dveloppement de II
ceplion de la politique, jusqu'ici, fortune nationale; qui prendra
est lausse; nour toutes es rai une une, pour en chercher les
sons du monde, nous avons solution! Honntement, loyale-
y renoncer. -ment, les questiois devant les-
Sous l'administration du Pr-1 quelles le temps, la forces d*s{ '- ' U'tion I
sidenl Vincent, il serait entr-
disparu. L'orgueil haitien,
en cette ci (constance, est l'-
preuve. On avad trop accus
Kree onn et ses aides ne gaspil
lage d; notre argeot, de an
vu d, pu.r que nou.
tons rien de bon nous-m*{Japon tonoige
chosea ont place noire pays pi < I es ";> ni i o -ni
qui veulent tre rsolues un.- T1 Pn I1
politique de rsultats pi leel-'rl ne tu
i Patrie":
n :es?aire
i d li
en'in-
lerme, avant loul large et U | spara bls. La "f >ui i indus
eratiqne. a [tncil nom] b -d.
Ayons honle enfin >1 Je souhaite qn ' '^'-imafe
apathie. U nous ;i !.. n Armour nous trouve
vaise volont, po.r que noos ne notre initiative. Bi-.n it de aa-
i.irhension
.s Da miens. Le pays ne J ni ni remarquable, voici > u- ><> besoins que de nos
saurait mauqu.r absoluuieml m-ut Mr 5 devoir /3
d'lments capables de mener Iarticle d'uue taaute porte, sur
Taost VIEUX
f-r
a>

kflfc. .-----------
**


PAGE 1
LE MATIN 29 Septembre 1932
L Education de la Masse
par l'Eglise
__0__ a^
Par'le prolesseir Luc DoMIMf|L|
Au moment o Son Exe. pir les rgles de U religion
Aiyr *. Le Guaze se donne tant de lavieille Albion et que, par
depeineen Europe pour trou- ce lait, l'Eglise lienl l'une 0:n
ver des *i mh'iires qui vien pUcee les plus im orU'ites
droiit laider ici Unis lu rade lear la lerre les h'Ugrim'i
l ne de l ducation d notre] /? ailiers , pour >>e pas dire
misse rurale, il nom est la plus importante dans la vi
ajiablc de publier l lu le sut- sociale amri-Min
vante de notre c llaboraleur,] lit il en esi de mne
It
\e professeur Luc Dorsinoille.* I Amrique espagnole, et p'u
N D L. IL loin encore, ailleurs ..de pa
-
Au
en
~~l
par
le Monde .
^En Hati au contraire nous
vivons dans Y anarchie des
u cours d'un voyage queftcro/yu/ices. La religion Catho
je lis rcemment en uu coin Jlique, Apostolique et Romaine
le province.j'ai t frappe du lest dite tre celle de la majo-
laugage que m'a tenu un liou-Jrit des habitants] le la R
note homme. j publique, mais, jusqu' que'le
V'oil un beau sujet cl-1 proloudeurl... Des lettrs
ve'.opper, me dit-il : l'duca-- peuvent s'tre d mo une
morale et savoir
tenir dans la vie
ve.opper, me uu-n : isaacu-- |utui
Um descampa g Use}... Qu'eu pensez vous ? se bien
Oui, lui rpondis je, comme
orcesociale.j'estime qu'il faut
employer ibglise, nuis il ue
saurait tre question ici que
U y eu a beaucoup qui
sont de parlaiis honnn-s
hommes, bien qu'ils ne soient
pas des pratiquants, au seus
de la Catholique, Apostolique | strict du Culte. Mais la masse
et Humaine. [ignorante trbuche au lond
Et quelques minutes plus
tard, tandis que sur les deux
llincsde mon nulomobile.les
champs de canne sucre et
les chaumires couraienl der
rire, comme si, apeurs, ils se
htaieut dejjtuirl la merveille
mcanique, qui passait, je
pensais ce" que venait de me
dire m m ami de la Province.
Cependant un Haut Grad
de l'Eglise Catholique |a r-
pondu ainsi aux ouvertures
que ;je lui lis quelques
jours de l Fort-au-l'rince:
Votre ide est excellente..
Nous y avons souvent song.
J'y songe encore, mais com-
ment ralis ce plan ?... Si
vous voyez quelque chose,
dites-nous le.
Avec l'aide morale et le
concours matriel de l'Etat,
repliquai-je,vous pourrez, taire
de grandes choses: c'est un
devoir pour celui-l.
Sous Word Alexis, ajouta
le haut personnage, I Kt.it Ha-
tien eut pu beaucoup obte-
nir. A ce moment, les ordres
religieux taient eu butte
des perscutions en France.
Mais le gouveiuemeut n* vou-
lut rien taire. Si vous avez
des ides sur ce sujet, veuil-
lez les mettre, peut-tre
poi lerout-elles des Iruitsl..
Et c'est ainsi que je me su:.s
die d traiter la question
dev.iut l'opiniou publique.
Si I Ktat ne vient pas au
seejurs de la Religion itho-
lnjii et homaue.qui est celle
de h nia jout des Hatiens, il
n'y pas de doute que le
progrs moral que l'on attend
ne sobtieune que d'une ma-
nire inefficace, et lu masse
paysauc, malgr l'cole que
l'on met sa porte, ci ou pua
encore longtemps daus les t-
nbres du tlichis'iie.
Je voudruis que 1 ou ue voie
eu moi qu'uu crivain qui
pieu 1 uue ide p -m cequ eile
vHiit.itiu de demandei queue
plus qualities, par lc> loue
Muutt qu'ils occupent, letu-
ilient et l'appliquent pour le
plus grand biei du peuple.
Le liouvernemeot don s'up-
pliquer favoriser la venue
de l'abme du paganisme et
les dieux de l'Afrique auces-
trale sont souills de la luxu-
re, du vol, de la bestialit et
de toutes les laideurs. Le rite
du Vaudou ne repose pas sur
une base de morale idale.
Lorsqu'un paysan vous dit
qu il est possd de_ l'apa
cjud , comprenez de suite
qu'il va se livrer, l, devant
vous, toutes sortes d'hor-
reurs et qu'il mimera mme
cestains gestes d'un ralisme
luxurieux et troublant.
( suivre).
luc DORSINVILLB.
Votre Giiisine,
Madame...
J Quelqu'un disait l'autre iour
llenri-Rouzier: J'imagine
que le maitre-queuxdel'Htel
Bellevne, doit tre un de ces
cuisiniers des grands restau-
rants parisiens chous
Pori-au-Prince, car com-
ment expliquer autrement la
peitection des plats qu'on
ralise dans votre Maison du
Chamn-de-Mars?
-- Ceites,rpondit Rouzier,
m >n traiteur est de grande
classe, mais le secret de sa
cuisine c'est la hanigue des
i suies de l'orl-au-l'rince et
de St.-.harc
Bec-Fin.
".JAous publions volontiers cette
communication, non pour les
{raisons invoques par notre
correspondant dans sa 'lettre
^d'envoi, mais cause de tint'
rt historique qu'elle prsente \
Port-au-Prince le 2b" >;io- !
bp 199?.
Mr le Directeur, 3
[/> urofpssc'ir d'histoire Ltfcl
' orsinville, Directe I l'i
tiun uuy-Joseph^B nne .
publie daus votre intressant
quotidien.dition du vendredi
11) septembre courant, une,
'lettre, pour rfuter les nsser
lions de Grard Jean-Baptiste, '
contenues daus la missive de
celui-ci, date du 5 SOt der-J
nier, parue dans la Revue
Le Temps, de Mr Charles
Moravia, disant que la Grand
Prcurseur de l'mancipation
de l'Amriquealro-ind(-l itine,
Miranda,Temule de Dumou-
riez tait pass Port-au
Pn ce 11 Pli), en n us 1806.
Noun appuyons i s dires le
Sera rd J eau Baotisteei recom
mandons au protessem d h >-
toire Luc I)jrsi.uville, s'il
veut se documenter sur les
secours prts parle londa-
teur de la premire indpen^
duice hatienne, Dessaliues.
et le fondateur de la Repu
blique d'Hati, Petio'i, tant
.Vliran la qu' Bolivar et aux
Mexicains, de lire attentive-
ment i J. Maucini, ( Italien ),
O'leary (Irlandais,) J.l) Mou-
salve ( Colombieu ) et d'au
Irai historiens vnzuliens
ou mexicains.
L'uvre de Minsalve, pu-
blie eu deux volumes, s'in-
titule c El idal poiitico del
Libcrtador Simon Bolivar et
tut litepar i E litorial Aine-
rija,Madrid.Les uvres d'O'-
PHARMACIE
GARONNE
49. Rue Raumur
88-90. toulevard Sliastopol
PARIS .
vendant
LE fflEILLEUR IMRCKE DU I10HDE
Produits des Pnmiirss Minuit
et toujours il premire fracheur
UNE SEULE QUALIT :
" \A MEILLEURE .,
IL NT A PAS DE MEILLEURE
PROTECTION POUR LA SANT
QUE LE NETTOYAGE ANTISEP-
T QUE DU LlFEllOYI
LIFEBUOY
LE SAVON l)i\ l.i .SANtli
POUR MAINS, FIGURES ET BAINS.
Rayon Spcial
POUR LES COLONIES
DROGUERIE, HEKBORISTERI^
SPCIALITS
Franaises et Etrangres
SELS OE QUININE PURS
Tous produits en flacons,
ampoules, comprims, ec.chets
SOLUTIONS HYPODERMIQUES
BA^n^GES, CEINTURES
0 *AS A VARICES
\PPAREILS HYGINIQUES
pour tous usages
Appareils Orthopdiques
.Seringues hypodermiques
Pharmacie de Poche, de Voyage
Coffres Pharmaceutiques
pour Usines, communes, lie
.,, ,___
Projets de Factures
et tous renseignements
sur demande adresse
Pharmacie CANONNE
49, Rue Raumur
8S-00, Boulevard Sbastopol
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
r\ en Frauce ni A l'Etranger
I*
MOHR & LAUKIN, P. 0. BOX.VI) Distributeurs
rUe Houx et du Cenlre.PorUEU-Pnnce.
leary sont eu plusieurs volu'
mes: il tut niistorie^priu- AUTO ACCESSORIES
cipal,-, ue la guerre que lii I vVe sell New and Seconp
Bjlivar coutre l'Espagne. A Qand Parts for ail makes of
part O leary. il y a uue iem automobiles,
me qui crivit beaucoup sur KNEER'S GARAGE
le sjour du Libenador aux
Cayes.sur ses voyages rpts
dyus les chantiers maritimes
de la Kpubli^ue d'Ihii. Si-
BJe Pave
Phone 2.118 & 2234
Louis du Sud, aux Coteaux, )jjea rapporte (jue D-issaline s
Port-au-Prince, et sur son re- avait d.mn Aliraaia deu<
tour Jacmel le 26 dcembre de, draneaux consacrs le 18
IVI I 1 II I 1* .^_.n.~.a>
1815. J eus plus dune lois
cou.ulter ses o ivrages, mais
pour le moment sou nom
m e^ li ippe.
Nous prions le piotesseur i qUes publiques du M
ai.: Djrsinv.lle de bien vo j-j de la^Colombie et di
-r-
association des dames
hatiennes pour les colo-
nies SCOLAIRES
Les parents des 32 petites
COllres actuellement la
Colouie de t'eliou-Ville sont
piies de se trouver au Centre
de s uil prs de la Cathdrale
ve \ Ireili prochain, \\0 Sep-
te.nbre, 9 heures du matin
pour recevoir leurs eulauts
rentres desvacauces.
ooo
Les membres de l'Associa-
,..,.,.,.,....... ........., tion sont invits A one rcep-
daus 1 le d'ordres rguliers de ( tion qui sera olerle aux e:i-
moiues q u i couronneraient
bieutl les cries de 00! mou*
lagues de monastres ou de
couveuis ou le pmyiao irail
uppi\:udrca chanter lcsluUSOa
ges du vrai Dieu, ati:i qu'il
lauts. la Colonie mme, jeudi
piochaiu daus Tapies iiudi,
l'occasion Jdu retour des pu-
pilles dans leurs lamilles.
ooo
L'Associati>u, entirement
oublie tDambala* et lOyour, satisfaite des rsultats oole-
o il trait eupreudre u autre] nus, rautercie tous ceux qui
pari a laouurci sou champ et
respecter te commande-
ineui: lu ne voleius ni le
bo-ut, ni l une Uu prochain,Jni
so/i bien.
L>.s moines du Moyen-Age
ou prpaie la France des
teui|i?> UioJerueS ci ceux de
la uei inauic oui ouvert la voie
la Civilisation aiiemuude de
nos jours. Et si,aux Liais-Unis
d'Amrique, il n'y a pas
couttiuerer ic travail tes moi
*Le Dr Plummer et Madame
oui en la douleur de perdre leur
enfaut Jai qi elink, dcde
1 ge de tu mois. Les Fun-
, raiil-'s auront lieu cel aprs-
uca n ue icut pas ouO.ier ...u inuU en l Eglise du Sacr-Cur
i v Ue Tuiol.ui.
avaient t dj disciplines j Sincres condolances.
l'uni aide a ,les raliser, au
prolii dliassante physique
et morale des pelis coliers
laibles et dbiles.
Il
i loir passer aux bureaux du
' Journal Le Courrier liai-
tieui, organe de dfense ua
ti.)iiale de la Rpublique
d Hati occupe. U pourra y
consulter *Bolwar,y la Eman-
cipacion de lus colonias espa-
Ino/ositde l'nistorien J. Min*
Ci ai. Il pourra alors se ren-
dre bicu compte que Grard
Jeun-Baptiste n'a lait que
traduire et leproduire reli
gieusemeot c'esl- dire
la lettre quelques parug'a-
phes des pages 204 et 205,
cuncernant l'arrive et le s-
jour de Mirauda PorUau-
l'riuce, eu
rauda passe quelques jours
en celte vide, aux liusde s'y
procurer les deux golettes
armes eu guerre : le tiiac-
chus et la tBe .
Le bateau de guerre 1 Em-
pereur qu'on lui construisait
dans les chantiers maritimes
de Port-au-Prince, avant m-
me qu'il ei laiss New-
Yoi k, dit J. Maucini, bord
du a Leauder >, n'avait pu
lui tre livre, par suile'des
intrigues d'un MrMLewis qui
devait en prendre le com-
mandement. Celui-ci tait le
Irre du Commandant du
bateao|tLander>, arme daus
lejiort de New-York,^gice
l'Angleterre, il avait coin
me second l'Auglais Anns-
trong et deux ceuts hommes
d'quipage ksous ses odies.
Mr L(.wis lut dbarque a
l'ori-au-Prince, et devint par
la suite commerant. Sre-
ment c'est de lui quebparle
Guy Joseph Coiinei daus ses
Souvenishistoriques que publie
tes jours-ci le quotidien de
Mr J. J. I'. Audau.
CTn autre historien colora"
mai 1803 l'Arcahaie.
Pour connatre la vraie
histoire d'Haitl, il faut aller
fouiller dans^les biblioth-
exique,
u Vn-
zuela.
Les auteurs tranais n'ont
jamaisvoulu mentiouner dans
leurs livres d'histoire ou au-
tres les secours prts par
Hati l'Amrique latines. Et
pour cause,
Que le prolesseur L. Oor-
siuville lise ile repose
l'ouvrage du Dr F. Dalen-
cour : Alexandie Pction, et
la brochure de J.Jolibois fils :
La Doctrine de toonroe.
publiez pour moi, Mr le
Directeur.en guise de rponse
la lettre du prolesseur Lue
Dorsiuville, pour dissiper des
mars 180G. Mi- erreurs historiques commises
par nos propres historiens
qui ue connaissent que les
auteurs franais, l'exclusion
de tous autres ; et agrez
l'expression de mes suuta-
lious les meilleures.
B Bosque
1
RA1TEMENT BUCCAL OC U
promus
PAR LES COMPRIMES
SIHARGYL
le SiilniiiriJyl qui coolient le* trois
mdicaments spcifiques dont l'action
antisyphililique est scientifiquement
dmontre par le* travaux des plus
eminents mdecins, cxsree une action
curative rapide sur las accidents de U
SYPHILIS et le sang 4 Uuitt* le,
priodes de la Maladie.
Sans inconvnients poOF iXSTt Tiac,
il permet un traitement conomique
discret et efficace REHELACANT
LES riOCRES.
A chaque bote est mese one
nntco complte sur la mthode.
SIGNARGYI.
Pigsratlon du Lsboralolrs du 0* POMSRET
42, Mo Billancourt,aBoulognt-.-8slr, B*RI3
est en vanta dans toutat a)
laa phirmacitii d'HaTtl.
d Perl-au-Princt; F. SJOVRK, l'lutrmacia
Assemble
Nationalej
25 septembre 1932
Minu".Ds 'SMi-nts<1e choix,
accourus depuis spr midi, se
roi doi*B dan ^ sale Hom-
mes ivres de poli'iqa*. jures
fi us, dsmn fi j db rM,s ,e'
venanf du con r', loe4 se ie
mue, inipatie..', liOlleol des
yeux ronges de soinmei'.
Minuit et q iarl. Les sna-
leurs, qui achevoieni.en sance
ordinaire,le voieiion ttlettuent leur entre et pi en
nent plate au milnu des depu-
l.h. Ouverluie de la sance
en prsence de tous Us membres
du Cabii et. Le seul point de
i ordre du jour comporte la
sanction des conventions signes
entre Haiti tt divers E'ats
trangers.
Le dpu S. Laguerre, rap-
porteur de la commission char-
ge d'examiner les conventions,
donne lecture d'un lgant rap-
port. Aprs une introduction
consacre au dveloppement de
quelques principes de droit in-
ternational, le lapport classe en
catgories les diverses conven-
tions.
lie Catgorie-.Trait de com-
merce entre Haili et la Grande
Bretagne.
2me Catgorie : Six conven-
tions entre Hiiti et des Etats
amricains.
a) Aviaiio i romm^rciide.
b) Union pan-amricaine.
c> Conditions des iiangers. j
d) Trait entre es Etals am-
ricains liiiint les lg'fs qui
rgissent les traits signs
entre eux.
e) Neutralit maritime.
t) Devoirs endroits des Elals
en cas de lutte civile.
3rae. Catgorie : Conventions
relatives aux arrangements des
Colis Postaux.
a) Convention Gnrale de
1 Union postale universelle.
b) Convention concernant les
colis postaux de l'Union pos-
tale univetselle.
c)'-on vent ton concernent les
abonnements aux journaux
et ciits priodiques de
l'Union joitaie univeiselle
4me Catgorie : Traits si
^nes Washington.
i) voyage inter-imtricain.
b) Convention Gnrale de
i oui iiidiH.ii inter amri-
caine.
c) l'io oie d'erbttrsg*
gressil
Ap es von lu
e>. oiivenlio.is av
Ajoutez un
nouveau got
chaque plat
Avec la'quantit df vari
ls de Fromage Km If que
vous avez voire ctaoii,
il n'y a pas de limite dans
la diversit que vous pou-
vez inlroilnire dans votre
menu de ehaq ie jour. Es-
sayez le r'r.illMi!" Kraft
avee le riz ou le macaro
ni... dans les plais dli-
ieusemrnl tentduls qui
ncessitent u (tomaye...
ou pur. Achetez le de vo'.re
picier favori.
pro
KRAFT
CHEESE
PAULET SALES CORPORATION
Dislributenr
Porl-aii-Prinre Hati.
SERVICE NATIONAL D'Mffi
ET D'ASSISTANCE PUBLIQUE
cola Nationale de
Mdecine et de
Pharmacie
La Direction de l'Ecole Na-
lionale de Mdecine et de
i les diver- 'Pharmacie informe les int
ec un esprit roccic nnt \a rmatotm H'in
minutieux et patriotique, les
o m m i >si r es considrant
qu'elles ne tendent qu' tablir
Vquilibre amricain ei qu'elles
ne portent aucune atteinte la
souverainet de la Nation, con-
cluent leur adoption.
L'Assemb'e Nationale vote
l'unanimit, dans un silence im-
pressionnant, les conclusions de
ses commissaires. Elle ratifie
gale Dent Us conventions et les
dcrets de sanction.
^Ancun orateur ne sollicitant
lu parole, le Prsident de l'As-
semble se lve : < Au nom de
ta Constitution, dit il, je dclare
clture la premire session de
la 32me lgislature *. Et cha-
cun s'empresse de regagner son
toit
resss que le registre d'infr
crip'ion sera clos le ven-
dredi 7 octobre prochain.
W*y
[5">
,\**

atarrhe
du Nez ou
de la Gorrje
Mettre Vicks dans
le nez ou le faire
fondre dans l'eau
chaudeet "inhaler.
VJpKS
PourTout Refroidissement
,\*
*'

d9 *G**
&*
**:
Ne vous laissez pa* dire qU*
les dents sont normalement
jauntres ou ternes; c'est I
une erreur absolue. Cei*f
les brossages Inutiles et irri-
tants et essayez un cent
mtre de KOLYNOS sur 1
brosse sche, deux fois Pf
jour. En trois jours vos dentt
seront plus blanches de troi
tons, votre bouche assainie,
votre haleine parfume.
KOLYNOS
Antlseptitp*
Le oins couoaiqM des kbv*i
-uu centimtre wn




LE MVHN - Seaffoibre 1932 j;
^
<
PAOI-. 2
IUiiiui fiarkuieoiirl
A
Dont In ran mim, rt universelle a gard s* premire place
Dem m lez oarkoot :
UN iAHBANCOURT
Dpt : Kne des Csars.
BOXE
i Au Parc-Leconle
Grce Monsieur Hugo Mews et Mr Naldi, c'est un speclucle
lormidable que sout convis pour dimanche prochain 5 heures
lo's les sporl^men liaitciis :
Guerrier contre Aragon
Un comkat qui doit.duier 10 ROUNDS, de 3 minutes chicot
Mais ? ?... '
Nous avons pris quelques renseignements sur les poulains
de Naldi : ce sont des boxeurs de grande classe qui se sont im-
poss dans toute l'Amrique du Sud L oresq i totalit de leurs
victoires a t acquitte pai KMOCK OUI '..dv-rsair te Guer-
rier est bti en athlte... C'est un homme extim ruent rapide
a la Irappe sche et qui encaisse merveilleusement.
Guenier aura deva.it lui, diminche, le plus m toutable ilrer-
sairedesi cimre. Vaincra-t-il ? Il s'en rai \-. toit paTticjh
reaient pour cela et ses fttomtearj o,it en lui la p'us grinl
ccnliance En tout cas il ne veut pu entend e pirler Il y aura KNOCK OUT. Les deux hommes sont trop acharn-
pour qu'il en soit au'remenl.
Deux intressants comb ils prcJ iont la g--aide rencontre.
Lesoiganisateurs se soit assurs le prcieux concours de R.
Cataly qui a coisenti arbitrer le combat. Connaissant sa com-
ptence et so i impartialit, nous so nues Certains d asssisler un
superbe combat.
Prix des Places: Rserves: 5 gdes; Tribunes: 3gdet;
Pelouse : 1 gdes; Aulos: 1 gde.
N.B. Les cartes sont en vente au Vl-igasin de Mr Hugo Mews,
Hue du Quai, en lace de l'Htel de Fiance.
accs de fivre ;
pranej da la qui.
mi. < te.it bien. Mail
celle cj atteint 1 effet et
.. cause P->ur viter
larder le prochain
ccv*. vous devez tre
fort, rcais-
lanl Et
y. itement,
le* accs ejities vous
puisent.. Faites une
cure de Fortia'nc : c est
un puissant fortifiant, un
rgnrateur En organi-
sant la insis-
tante de votre organisme.
Fortune ust le meilleur re-
i. entre les fivres.
Portiaac iminuc la violence
et la frquence des accea
febnics. Scr. emploi rtablit
tics viie les fonctions orga.
niques abtiies par la lievra
et par la chaleur L'apptit et les forces
succdent a la ptostrstion et a l'abat,
tcjijent
Q Si vous vous (ne des piqres
toniques, essayez FORTIANE. l'ac
lion sera piu bienfaisante et plus sen-
sible. "
Dns toutes les Pharmacies
A PortauPiinct: Pharmacie BUCH
Oro : Laboratoire bONNAFt
Millau Avsyron
Baisse
mu
Avise les consommateurs de son LAYl
qu'il a rduit ses prix comme suit :
lJTf\Aainriifsi*-r\iirvrtfi-vs.^*ss-*^ .... ..

rOPTIFlE L'OPGAMi.S
LAfT CONDENS SUCRE CAISSE DE 48.14
LAIT CONDENS SUCR DE ?40,3
LAIT VAPOR DE 48,16
LAIT VAPOR DE 96.8
OZ
OR 6,25 OTAIL OR 0,14 CENTIMES
9.10 DTAIL 9.04
5,00 DTAIL J0.11!
6,40 S. DTAIL ?:0.07
STEAMSHiP LINE
Le steamer Ancor est a'ien
du Port-au-Prince, Hati,
venant de New-York, la d man
che 'J octobre 19.T2.a7ec 21 pas-
sagers, 08 sacs de correspon-
dance.
Il partira dans l":u rs midi du
mme jour, direct* ment pour
Cristobal, Canal Zone, prenant
rt, malle et passager.
Jas. H. C. VaN REED.
Agent Gnral
DE
Allez chez Iiarbancourl, a
rue des Csars, o vous trouve
i cz un excellent cocktail sec et
j demi-sec dont vous ne pourrez
plus vous passer.
Sauvtz vos livres et con
leclions en mauvais lat cl
les confiant ad relieur cons
ciencieux, honnte et habile
Etienne Camille,Rue Bonne
Foi .
Avis important
Il est porl la connais-
sance de tous les hritiers,
les dbiteurs ciancieis de
feu Arthur Walter, dcd le
8 septembre 1932, qu'un dlai
de 15 jours leur est accord
pour prsenter leurs titres
sn tille, Yvonne Waltei, rue
du Champ de Mars, M 320.
Pass ce dlai,aucune rcla-
mation ne sera priseen consi-
dration.
Port au Prince, le 27 sept.
1932.
Rnppelez-vous que le LAIT CONDENSE, EVAPOREelTfeiiPOUDRE ESBEttSEH Mt le
meilleur, le plus pur et le plus riche en crme. Il est recommand par les mdecins el
sages femmes aux bbs et aux malades.il est employ avantageusement pour les Crmes
glaces et chaudes, et les desserts de toutes sortes.
En vente AU BON MARChf\
Et dans toutes tes bonnes piceries tant
a Port-au-Prince aue dans toutes les
villes de la Province.
CK SOIH
Le beau film :
Mon cur est uniazz-band
avec Lya M ara
Entre ; 0,50; Balcon : l,iu.
FORCE'
SANT JEUNESSE
PacHtment et discrtement pur le
GLANDOPHILE
.1.. Lab. ORMOI PARIS
T Nui ire Grstuite et Vente ches *
F. SJOUHN W. BUCH. Port-au-Prince
et autres Bouues Pharmacies
- -"-.-
RADIO LWTKOLA
CAVICTOR
La SOCIT HATIENNE D'AUTOMOBILES, reprsentant exclusif de la
|RCA-Victor C, invite le public en gnral venir voir les nouveaux appareils
RCA-Victor quelle vient de recevoir.
' Ke se fera un vrai plaisir de taire entendre aux visiteurs des disques dansants
ou classiques dernire cration de la RCA-Victor Company.
Elle profite de cette occasion pour aviser le public qu'elle vient de recevoir:
Ressorts pour phonographes
Nouveaux disques espagnols, (Trio-Matamorros)
Nouveaux disques, (Jimmie Rogets)
Blue-eve Jane, (Jirnmie Rogers)
Disques de longue dure.
EC UN SEUL DISOUE DE ONGUE DUREE. ON A TBEUTE LONGUES MINUTES OE MUSIQUE.TRENTE MINUTES DANS LA NIE DES MEILLEURS
TES DU MONDE CES LPJB PEUVENT TRE JOUS SUR VOTRE ANCIEN APPAREIL. VENEZ NOUS VOIR ET NOUS
SOCIT HAITIi NNE D'AUTOMOBILES
Mallebranche, Gentil, Bogat & Cic.
Port-au-Prince, Hati.
COME.


'*.
-. ai % ">*
i


Jeudi
29 Septembre 1932
Le Matin
4 PAOES
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
LE FAIT EST INCONTESTABLE
liliiiin Saillie
C'est la quintessence des meilleures
Varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
S-S c
i LIGNE GUlUMBIENNE )
Tlphont
AVIS AU COMMERCE
Na 2323
.e ''apeur i Baracoa Voy.
108, partira de New-York le
VS courant, directement pour
Porlau Prince O H es'attendu
le 4 octobre prochain, en
route pour les ports Colon-
biens, Cris'.obal, Canal Zone
Kingston et New York.
Le manifeste de ce vapeur
reu par avion poste est la
disposition des clients da< s
nos bureaux sis angle des
rues du Quai et Thomas Ma-
diou (vis vis de la Douane)
Le vapeur i Bogota i Voy.
La Panama tlsilroad Sti mship Line a l'avant;tpe d'an*
mncei 1rs de aria suivants de New Yotk pour port au PiiDte
Hati, dirreltnent chaque mardi. Tous les steamers sont
jourvus de ch mire tritfori'iuue
Dvarlsdehew \ork. Arrivages Port au-rrince.
Steamer "Ancrn" le 27 septembre
Steamer "Guayaquir* le 4 o tubre
Steamer i Cristobal le 11 octobre
Steamer aBnenaveulura > 1S octobre
Steamer (Anron ^ le 23 octobre
Sleamer GuayaquiU le 1er novembre
Steamer Cristobah le 9 nov.
le 2 cet. 1932
le 10 octobre 1932
le 1(5 octobre li32
le 24 octobre iy;<2
le 30 octobre 1932
7 novembre
14 nov. 193
4 lient ion
PROGRS NOUVEAU
RHbM NOLVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANJ TOUTE CONCURriENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON
Voulez-vous
Russir dans vos tudes 110
taire russir vos enlants,grce
une mthode d'enseigne-
ment classique excellente?
VOULEZ VOUS
Une profession aprs 8 9
mois d'tudes srieuses (St
no-Dactylo. Langues vivante
Comp'abilit)-
Songez que l'Institut TIP
PENHAUEH se recommande
et s'impose votre attention
par les brillants rsultats d-
j obtenus.
1537Rue Lamarre.
Tlphone 2891.
Panama Railroad Steamship Line,
Agents aax principaux ports d'Europe.
G. W. Shkldon &Co,
17, James Street,
LlVEHl'OOL, ENGLAND.
Mory & Company,
Atlantic Freighling Corp. I)iv.
156, Boulevard de S lasbourg,
Havre, France.
Mory & Company.
Atlantic Freighling Corp. Div.
8, Rue St Vincent de Faut.
Paris, Fiance.
Ilernu Peroo & Stockwell,
Boite Postale: 78,
Havre, France.
England
Ltd. 0. W.Shelpon &C% Ltd..
Fenton House,
112/113 Fenchurch Street,
LondoniE-iG. 3, Kcgland.
France
Mory & Company.
Atlantic .'reighting Corp. Div.
74, Quai des Chriront,
Bordeaux, France.
Mory k Comi'Any,
Atlantic Feighiing Corp. Div.
7, Rue de la Rpublique,
Marseille, France/;
Gellatly Hankky & Co,
21, Rue de la Rpublique
Marseille, a France.
Germany
Atlantic Fieighimg Corp.. Atlantic Fieighling Corp.
Balliuhaus, tlamburg 1, Germany. Breitenweg. 56, Bremen, Ger.
Holland
Atlantic Fieighiiug Corp. Atlantic Freighling Corp.
Antwerp Division, Koniugin Emmapltin 3.,
C/O Stelnmann & Company Rotterdam, Holland.
P. O. Box. 1069, Rotterdam, liolland.
Belglum
Atlantic Freighling Corp.,
i/o Stelnmann au I Co
4, Quai .lordaens,
ntwcrp, Belglum.
A. Cereaa Compai y.
Via Banclil 3,
Genoa. lialy.
Spain.
Mr T Mai.i.oi. Bosch.
Atlantic Freighling Corp., Div.
Paseo Colon, 17,
Barceloua, Spain.
A/B W. Laka,
Atlautic F reighting Corp. Div..
Skeppsbron 10.
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson and Hoimstrom,
Atlantic Freighling Corp. Div.
Skeppsbron 3,
Gothenburg, Sweden.
Denmark
F.A. Beudix and Companj,
Copeuhageu, Denmark.
lialy
Mr Altredo Amoretli,
Atlantic Freighling Corp.D.v.
Piazza De! Perro N. 3 5,
Genoa, Ita y.
Norway,
Laurilz A. Devold A. G.
Atlantic Freighling Corp. Dv.
Aalesund, Norway.
Sweden
Sveu Janssou & Company-,
Atlantic Freighling Corp. Div.
Norrkoeping, Sweden.
Simon Edstrorn A/B.,
Atlantic Freighling Corp. Div,
Malmo, Sweden.
Beruhard Bergh & Company,
Atlantic Freighling Corp. Div.
Ilalsiugborg, Sweden.
107. partira de New-York
5 octobre prochain. tten-
du Port-au-Prince le 11 oct.
Port-au-Prince, le 28 Sept.
1932.
William E. BLEO.
Agent.
Hpital Gnral llatim
Accidents
Steamer tliu navrntura 15 novembre le 21 nov.
Steamer tAncon le 22 novembre le 27 novembre
Steamer .Guayaquilwle 20 novemb e le 5 dcembre 1912
Panama Railro-d Steampship Line
Jasil. CVANREED
agent Gnral
1
22 septembre 1932
Etienne Fauslin, Thor. Con-
fusions diverses, blessures con-
lases paupire suprieure et in*
lruure il droit, du cuir che-
ve u (hospi'alis).
Jej-n'ilus Faustin.Thor. Plaie
pntrante du Ihorax ( hospita-
lis).
J. Placide. Port-au-Pi ince.
Blessuie tranchante de lu main
droite.
Ren Colbjenaen, Chemin des
Dalles. Ai.e de poison implan-
te dans l'amygdale gauche.
Marthe lhlm:\ Port-au-Prce.
Corps tranger d> l'estomac.
Jean Bouraod, 3 ans, T'orl-au-
Prince. Blessure rontus de la
rg on tronlale gauche.
Mombian Damb t ville, Poif-
au-Prince. Blessuie tranchante
de la rgion moyenne et int-
rieure du bras droit.
Adrienne Dame si I, Port-au-
Prince. Blessure rontaw du nrz.
23 septembre 19S2
Antoine Timise, Port au Pce.
Blessure contuse de la lvre
suprieure de la bouchp, contu-
sion au Iront eraillures mulfi
pies aux narines, aux joues,
branlement des deux canines.
Abei Zipbir, Portau^Prirce.
Fortes coii'umoiis de hanche,
des coud s, contusion de la
verge, b'essure contuse. du coude
gauche (hospitalis).
Lykes Brothers SS C lnc
Texaa Hati Santo Domingo- Porto Rico
Le seul service hebdomadaire e rguler passagers et
ht entre les porta du Golte du Texas lrectcmcul avec
Port-au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide et le maniement habile de voi
importations, servez vous toujours des navires de la LYKE
1NE
Les nrochaines arrives 0 Port-au-Prince sont *
Sleamer Ge> evive Lvketl 30 setembre 1932
Steamer Ruili Lykes
Bureau- !iue du Magasin de t'fcltai
7 octobre
Bokle Postale B
1932

GRAND HOTEL
DE FRANCE
La Magnsie ERBA
EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCHE COHUE RECUHi
DES FONCTIONS GISTRUMS ET INTESTINALES.
A. de Matteis & G0
AGENTS POUR HUTI "
A l'occasion de la rentre
des classes, Mr Patrizi avise
sa distingue et fidle clien-
tle de la province qu'il sera
lait des prix spciaux aux
lves et aux parents qui les
accompagnent.
Les acheteurs et les ven-
deurs de denres diverses se
rendant rgulirement la
Capitale pendant la recolle
qui commence et qui parait
'.re trs abondante, louiront
aussi de conditions trs avan-
tageuses.
Grande baisse de prix pour
peusiens au mois.
Feulions co
siens de mi
tous les employs de corn*
merce et de l'Etat.
Prix modrs peur voya
geurs de commerce et autres
c'ienls;:
Seul Grand H tel se trou-
vant au centre des affaires.
Rendez-vous de tous les
hommes d'affaires et de tous
les courtiers srieux de la Ca4
pitale. Consommations de
premier choix des prix d-
liant toute concurrence.Giand
stock de vins fins.
Les menus sont touj mrs
des plus soigns.
Service d'hygine impe:-
cable.
Accueil incompan-bL'.
P. P. Patrizi
Propritaire Directeur.
Grand Htel de France
P. P. PATRIZI, propritaire
Cet tablissement se re-
commande par un service
irrprochable, un restau-
rant de premier ordre, des
\fT^Xchambres confortables
ares ; un Bai o les cot'
sommations sont varies el
des marques les plus rpu-
tes.
Tlphone : 2341.
LAITERIE BAILEY
Livraison propre, hygiuique.en bonteill s herm q
ment cachetes, l'abri de toute falsification.
lransport tait en rfrigrateurs roues.
N 1313, Grud Une, Pou u-l'riuca,
^
MT+



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM