<%BANNER%>







PAGE 1

I^E LE MATIN 2:5 Septembre 1M2 imjrL'opinion comptente D'UN'PROFESSEUR EN MDECINE j SUR L'ACTION BIENFAISANTE DU t KALEFLUID |A L'ORGANISME HUMAIN 1 A mon avis, la Kalefluid est un agent mdicamenteux puis\ sanl, tout tait inoftensif, titr; ment reconstituant et tonique qui procure l'homme de l'nergie ainsi qu'une rgnrescence complte des torces de lorgauisme et de rentorcement Chambre des Dputs Sance du 21 septembre 1932 Il heures. Un premier appel nominal n'accuse qu'une dizaine de prsentes. Cette minorit attend, impatiente, une majorit tardive. 10 heurts et demie. La clochette rsonne dana tous les coins. Il est procd un deuxime appel auquel rpondent vingt deux voix.— La sance est ouverte. Lecture de deux messages du Snat accusant rception de projets de budget des ECHOS —o— du systme nerveux J'ai employ dj la Kalefluid I Dpartements <\i l'Agriculture et chez 11 malades dont le preruier[ de l'Instructioi publique. Pro* concernait un cas d'aflaibhssement snil-prcoce chez un homme g de 00 ans environ, et qui aprs l'usage du premier flacon seulement de Kalelluid a repris compltement ses lorces et pouvait dj travailler comme un jeune homme, se considrant compltement rgnr. Les 2 autres taient des jeunes individus atteints d'impuissance essentielle et qui ont t pleinement guris de leur infirmit, bnissant l'inventeur de cet excellent mdicament. Docteur M. KAIRIS, Prolesseur l'Universit d'Athnes. Profitez donc du Kalelluid et vous reconnatrez vous-mmes le bientaisant changement dans votre vie physique et psychique; les couleurs ples disparaissent, la chair devient plus terme, les muscles s'atlermissent, l'esprit et l'intelligence s'clairent, les maux, la laiblesse et la dpression nerveuse disparaissent, vous devenez dispos et gai et jouissez nouveau des trsors de la vie jeune et saine. KALEFLUID, 5 gr. prix, 5 gr. Mdailles d'or Paris, Londres, Bruxelles, Florence, Rome, est en vente Paris : Laboratoire du Kalelluid, 49 Rue Balagny. A Port-au-Prince: Pharmacie W. Buci. Votre cuisine, Madame... 00— Quelqu'un disait au Prsident de l'Assemble Nationale, Mr Denis St.-Aude : — Je veux manitester sous une forme concrte vos collgues la joie que j'prouve de les avoir vus rejeter le Traite Blanchet-Munro. Quel don croyez-vous qui leur lerait le pins de plaisir? •^Sans hsiter, Ti-C'iine rpondit: La haltgut les uf^f de Port-awrrince et A* jets vots avec quelques modifications par la Chambre des Dputs. Lecture d'un troisime message du Snat qui inlorrae qu'il est en possession du piojet de loi vot par la Chambre des Dputs, accordant des Irais d. reprsentations aux membres du bureau des deux Chambres. L'Assemble poursuit le vote du Budget du Dpartement de l'Intrieur. La commission du Budget propose de vertes compressions sur les valeurs alloues au Service National d'Hygine. Le Ministre de l'Intrieur se dresse contre ces compressions | proposes par la Commission. Il demande de rejeter le principe de toute diminution des valeurs affectes au dit Service qui constitue une des organisations les plus importantes du Pays. L'hygine publique est capitale, dit-, il, il ne laut pas saper ce Service en diminuant son budget. Ceci, achvet-il, prouvera notre incapacit d'administration. Le dput Piou pense qu'il est quitable de rduire les gros — Deux jeunes mdecins: l'un tranger,l'autre Hatien, tudient les possibilits d'inslaller, a Kenskoil, uu sauatoria.n.a l'usage d s luberculeux. Ils pensent que les ra yoas. vioiets que dgage notre soleil, dans ces rgions, soin inique- en puissance sa lubre. Ce sauatorium seraii un centre pour les tuberculeux des Antilles. — Les amateurs des soires thtrales Jacqueline-Wiener bilvera seront heureux d'appreu Ire que la charmante artiste envisage, pour la saison prochaine, la reprsenta lion de la clbre pice de Paul Geraldy : Aimer. H yj a des rves qui se ralisent Cette soire ea sera un. — Uu nouveau jeu fait rage en ce moment eu Europe : c'est le yo-yo. Cela consiste a agiter deux demi-cercles en bois au moyeu d'une ficelle qui huit par une petite boule. Propos humides L'Ingnieur mcanicien Robert A. ilollv publie depuis quelque temps dj dans Haiti-Journi •> : Quelqtui considrations sur V levage m ver a soif, (l'est passionnant comme tout. Savie/-vous pat exemple qu'il existt des vers devanciers et des vers retardaires, et que les premiers peuvent rester 24 heures sans manger".' Saviez-vous encore que le RHUM SARTHE CACHET D'OR est le seul Itliuui qu'acceptent les vert soie'.' Ils le prennent mme sans mrier et sans eau;mais voil : on ne trouve en llaiti que le verre boire DONNEZ LE MEILLEUR SOIN A VOTRE PEAU. EMPLOYEZ LE PARFUM ET BLANC SAVON DE TOILETTE Loterie SAVON DE TOILETTE DLICATEMENT PARFUM. Nationale MOHR & HUKIN, P. O BOX M. — Distributeurs Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince. qui uuu par une o Tout le monde ne lait que yo-yoter eu Europe, dit Clment Vautel. C'est de la yo-)omamie. Les prlats ont proteste contre ce ieu. —Nous croyons savoir yue la colonie belge Port-au grince se prpare lter l'arrive de l'agronome que le (louveruemeut a engag pour diriger L)amiens. — Le Docteur Rodolphe Il nous revient que Mon sieur Henri fcFiy, l'agronome belge engage' par le.Gouver uemenl Hatien pour donnei enlin le branle au Service National de la Production Agricole, sera.s'il ny est dj, dans nos eaux, cette aprsmidi au plus tard. .La colonie belge de port-au-Priuce a estim que c'tait l'occasion d'une manifestation haitianobelge, et un programme a t conu a cette iutentiou. Carillon, sirne, trompes d'autos, pour annoncer que le bateau qui transporte le Messie de l'agriculture hatienne a jet l'ancre. Le cortge se lormera chez Peters, et, prcd du Jazz Scott jouant la Brabanouue, se rendra au Quai dans ie plus grand recueillement a la rencontre de Fiy. Des phoDes Confrres propos du Trait rejet Notre coutrre L'ACTION NATIONALE reproduit ces paroles de M. Blanchet, secrtaire d'Etat des Relations Extrieures, la sance de l'Assemble Nationale: tC'est pourquoi l'Agent fiscal est prvu avec des pouvoirs exorbitant, mais dtermins. Dans la Proclamation prsidentielle, on peut galement Rpublique le droit de c taire tous traits ou couvenlions internationales, saul la sanction de l'Assemble Nationale. Celle-ci n'ayant que le I droit de sanction, toute sug [gestion venant d'elle, eo matire de trait, ne saurait tra qu'un empitement.] Notre conlrre hebdoma. daire LE TEMPS crit: Nous croyons que le gouvernement est partaitement honnte, que les hommes qui sont au pouvoir sont des patrioles, el nous croyons que ceux qui mnent l'opposition, la plupart du moins, ne sont pas moins Charmant uous a fait le plaisir de nous adresser uu exemplaired'unaManuel d'Hy j giurappliqueiqu'H vient de appointements. ne voit pas j taire diter ^primerle de v m „, agraiM fc M du rot comment cette diminution peut [i iiiaL.oiuuiinieut et reiner^^ du < V rsld ent Vinproduire le sabotage du Service, j clments a 1 auteur. ceQt gfi baUucera t aQ des-, Pour lui, la mauvaise action | -Ou nous annonceJque ^^ lUa i,itesiation. L'un) est de croire que 1 on est oblig : mardi aprs-midi :l'USSn a de laire tout son devoir quand j reuouvel son Comit avec seulement on ^agne de gros ap (Messieurs lleiiriquez maintepointements. Il estime que cette na la Pisideuce,,ator,viceprsideut, Thard, trsorier. Bonhomme, secrtaire, Bois 1 Vert, conseiller. — cEl Pais,de La Havane, lire: C'tait aussi, en fait j patriotes. Notre ^pense est d'activit amricaine officielle tellement terme sur ce point _> .. U-.: i„ r i tous ses diplomates accre| dites l'tranger qu' cause de la crise, leurs Indemnit ne pourront pua leur lrepalyes, quanta prsent S'ils en ont les moyens, il> lerout le. Bec Fii. I — Accepteriez-vous, dit le Ministre Amcricain.si vos douanes vous taient remises, que le Prsident d'Hati l'engageai dsigner l'Hailien qui lui sciait recommand pour chaque poste par le fonctionnaire amricain ? — Non, rpliquai -je. Mais noire projet d'accord prvoit un statut de fonctionnaires pour i les services des Contributions et des Douanes.Le Prsident pourrait choisir dans une liste qui lui serait envoye, conformment aux statuts envisags. Ce systme serait constitutionnel et sauvegarderait les prrogatives du Chef de l'Etat. Mais ce sou des refltions personnelles et je J n'entends pas engager encore l'action oihcielle du Gouvernement.Mais.en aucun cas, hPr• aident ne pourrait assujettir sa volont celle d'un fonctionnaire amricain — LE MINISTRE MUNRO : Bien que je n'aie pas ma libert d'action.si j'tais Sr d'une loi mule bannissant la politique le vos douanes, je verrais ce qu'il serait possible de laire dans ce sens . l'A l'entretien prit lin. D.— U Prsident Vincent /util mis au courant de cette importante conversation ? R.— Oui, immdiatement, ce mme jour du 12 Juillet. I). ApHi sa nomination, \ir Albert blanchet vous a-t-il demand quelques renseignements? R.— Non.Il n'a pas dit le juger ncessaire, puisque le Praident avait t tenu jusqu' la der mre minute an courant de l'tat des pourparlers. ( La fin demain ). me ment accepte. Sur la demande du dput Tassy, l'Assemble vote une addition tendant inscrire dans le budget une valeur pour la cration d'une prlecture au Port-Libert. Budget du Travail. La cotnmissiou propose de rduire les appointements du Comptable et dis employs du dit Dpartement. — Le dput Chtelain co.ubat ces diminutions qui ne goal pas justes.vu que le comptable de ce Dpartement ne g £ le que 400 gourdes.— L'Asneuible repousse les rductions proposes. Le ijudget du Servies de l'Enseignement l'rc L'ssionnel, anai'ju! au d;t Dipaitement, subit lorUs compressions sur les suggestions de la commission. Le appointements du Directeur de c service ainsi que ses Irais de dplacement sont diminu s Au Service d'Inspection d i Tiav.nl les (onctions d'ius p cttr K de Contentieux sont supprimes. Le obi des statisti j es est maintenu; mais ses appointements subissent une lot te diminution. i. M p ;i" \ ism propose d'inscrire une subvention de C : ourdes en laveur de Norm Lkarles, un Hatien qui a ei l'tranger le prestige de la mec no.u . L Assemble part agi entirement l'ide ou dput Adam et estime cependant que l'inscription ne doit pas tre laite dans le budget du travail. La proposition est ajourne pour rapparatre au morne il opportun. Au vote du budget de l'cole prvocationnelle! le dput Estim demande au Ministre intress des renseignements sur l existence de celte institution. LMinistre fournit les explications nceseaires sur cette coie institue pour %  lormer la vocation des enlarus eu bas Ages. Les appointements du perto.iletir remboursera beaux jours pale (i novembre heu eu Allemagne leciious pour conomie apportera l'Etat la tacult de crer un bien-tre d'autres malheureux qui soutirent.] Aprs plusieurs changes de vueaentielesdputsliilles,Piou annonce que le bouverueet le Ministre de l'Intrieur, les I > %  %  ' u yv rductions proposes par la commission sont agres. A la valeur allecte la Garde d'Hati, le Minitre de l'Intrieur propose d'ajouter cent dollars, montant des appointements du nouveau lieutenant Dsir-Pans, j f r 7is*"de ierTour YlrauCette proposition est unanij ger §| ^ £ eur ^^ que l'Etat quand les I viendront. C'est qu'auront les nouvelles le Beichstsg. Il se confirme, d'aprs! des correspondances prives, que le Congrs Amricain a supprim les crdits du Cou: veruenieut des Etats-Unis pojr le maintien de tous les marines qui occupent des territuiies trangers, priuci paiement les trais de ceux d'Ha!i et de Nicaragua. De Sauto-Domingo ou uous annonce que l'eiuiueut dominicain, le Dr Menriquez y Carvajal. ex-ministre a Pori-an-l'rince, gagnera eu octobre prochain sounouveau poste diplomatique de Paris. %  A propos tle la place qu'occupe le titre l'en-tle j de noire conlrreiLe Centre, uu humoriste a dit: Le Centre est gauche. iNous nous joignons notre contrera Le Nouvelliste > pour demander au (i JU ^ornement de prendre une mesure de clmence a l'endroit des journalistes en prison. Comme ou s'y attendait, le cble a annonc le dbut des hostilits entre la Bolivie et le Paraguay. Dj, des morts et des blesss. La Socit des Nations dlibre cet illei. s'exeraut encore en Hati, la seule Agence fiscale organise par le Protocole B du traite avec, certainement, des altribulions excessives, mais cantonne quand mme dans sa cent se balanceront au des* zone spciale. sus de la manifestation. L'un / Il y a un peu de cette condes mauilestauts, dsign par damnation prononce par le le comit d organisation, reprsident de la Rpublique mettra une gerbe a Mr Fly.. lui-mme et par le secrtaiie et lui dira quelques mots de d'Etat des Relations Extrieubieuvenue.pai lis, comme toures lui-mme dans le rejet du jours, du cœur.D.ius la soire, trait par l'Assemble Natioteux d'artilice, banquet, renale. traite aux views. Le programme flambeaux, luterest Comment, alors, notre conlrre HATI-JOURNAL peut-il, certes au sujet de l'intention prte mirilique.mais ueserait il pas/ au docteur-snateur Carr de plus simple, et pratique la; prsenter un projet de rsolois, de tendre au dbarqu lution demandant au gouvera Mr Fly... deux billets en livra nement de reprendre les n* de la LOl'ErUE NAl'IUgociatious en vue de la siNL ? A louer Maison, Rue l'.iv. <-,;i ct de i lilacire. Halle, Rue du Quai. S adresser a : Mr Franck N. GAETJENS Tlphone: 2347. que nous n'avons pas le moindre doute que Matres t J ierre Hudicourt et Georges N. A_ger, pour ne citer que ces deux concitoyens de valeur, auraient sigu le trait du 3 Septembre s'ils taient au pouvoir, et^notre tte sur le billot, nous affirmerions que M' Abel Lger l'aurait sigu aussi, s'il tait encore ministre des Relations Extrieures. Pour notre confrre, ce qu'on lait et ce qu'on ferait parait une'question de_situation, ainsi que le tmoignera 1 les mots de cette citation qne nous avons souligns pins haut. Proposition hardie, s'il en est, mais qui dpasse noire humble comprhension. Mais voudrait-il, poussant son raisonnement fond, admettre m i gnature d'uu nouveau trait, crire ce qui suit: L'ide ue si M A# Blanchet uil | est excellente. Si elle se reasQ ateur,il aurait vot contre? lisait, elle eiiacerait, heureusement, la pnible impression que fit, non le rejet du trait par l'Assemble Nationale mais du principe mme du trait. Car, ou ne s'explique pas que, dans les circonstancesactuelles, on puisse rejeter le principe mme d'un trait i 666 Liquide — En Tablettes — Sauve, gurit la malaria en 3 jours. Les troids le 1er jour • Maux de lie et Nvralgies en 30 mintes. 66ti Soulage les l'roids |,e plus rapide remde connu. LA WEST INDIES qui liquiderait, avant 193G, la Convention de 191. On n'a pas rejet le principe d'un accord de liquida lion, mais le principe d'un trait qui comportait, pour le Reprsentant fiscal, les pouvoirs exorbitants dont a pari le secrtaire d Etat des Hpital Gnral Hatien Accidents 19 septembre 1932 I Lorance Solage, Port-anPrince. Brlure 1er degr de U main droite. Casimir Fils, Port-au-Prince. Contusion des rgions sourcilire et sous orbitaire gauches avec petites blessures confuses. Joseph Jean, Port-au-Prince. | Blessure conluse de la lvre suprieure. c A la suite de la noie parue dans Notre Œil concernant la West Iadies Trading Co., uous avons t iulnrmes que cette firme, contrairement ce qui a t publi, n'a nullement Kelalions Lxtarienres, et les I „ Ro 8 w st c,oad Port-au-Pce. attributions excessives i dont Frac ,tme double de lavant bras a pari le prsident de la Kl R a 5 che l (h ? p|fall8 £L rt Pce. uuhinue Eraalia Fr anois.Port-au-rce, puuiquc. Fracture desis du pied gauche D autre part, comment et(Hospitalise) \ on pu accepter le principe du trait et rejeter ses disposife tions, la Constitution ne reconnaissant l'Assemble Nationale que le droit d'approuver ou de rejeter tout l'ensemble? Quant la Rsolution dont on prte l'intention au Doc ,nsparu,,e :. U J Pi* ce EUe existe; teur Carr, elle nous parat irrecevable toujours en vertu de la Constitution qui ne reconnat qu'au Prsident de la seigutment Professionnel, saul ceux de l'Assistante inspectrice, snt rduits. L'Assemble, tenant compte del proposition Adam,relative a une subvention en faveur de Noimil Charles, cre une Jonction de proltsseur de sculpture, .sou conseil d administration a pour prsident M. Georges N. Lger et pour trsorier Mi J. t. Casablanca. La West fudies a simplement lou son local la Socit Hatienne d'Automobiles. Elle coru linue ses activits comme par le pass mais avec un personnel restreint. Elle a un stock de plus de Vingt Mille dollars de marchandises, et n'attend que la reprise des affaires pour placer de nouvelles commandes. — L'est tant mieux. Le Monde Mariages. En l'Eglise Wesleyenne, le samedi 8 octobre prochain, 5 lie res 1/f <£ l'aprs-midi, a un lieu '", cr *" monie religieuse du mariage[ Melle Clmanse Chraquil, BJ de l'Imprimeur Chraquit, avec le Pasteur Ruben MarcMe"' leurs compliments et souhait uel du Service Central de l'fcin en toroiutaut le veu que le Cin-laldy CE SOIR A la demande Prsident de la Rpublique y t-emme le dit citoyen. — Vu l'heure avance.l'Assemble suspend les travaux. I Dans l'Ombre du Harem avec Lon Mathot, Louise Lagrange. Entre ; 0,50; Balcon : 1,00.



PAGE 1

LE MATIN -23 Septembre 1932"V PAG h 3! lUium Barbaueouri Dont la renomme est universelle a gard M premire place Demaiulez partout : UN BA1.KAXCOURT Dpt : Hue des Csars, Sachet Mirga u nntinvraltfique MM|M quelques minutes Fivre, Grippe, Migraine, %  numttKin*Mdicament de choix toujours efficace et tant Z,n •. *PW. —.' w> .--. ,. %  %  — *.,^ti^(.^**w n. INSTITUT Guy-Joseph-Bonnet Prs du Monastre St Grard Sous la direction du nrolesseur Luc 1)0 HSIN VILLE, ftflWlw me de lettres, historien et gograuhc, et d'un groupe de Matre d'lite, plusiturs diplmcs d'Universits trangres — Cours clas. iqaes.— Cours pratiques— Site idal — Coutort moderne e hyginique —Vastes terrains de jeux divers.— Aux derniers examens officiels pour l'obtention du baccalaurat, I tablissement a l class parmi les trois premiers I La rentre aura lieu le lundi 4 Oct. prochain Prix d'colsgei meilleurs que dans les autres collges de Bime grade On trouve (Institut, commme dans toutes les bonnes librairies, les livres classiques du professeur Luc Dorsinville: Cours Prparatoire de Gographie Cours Elmentaire de Gographie — Atlas Cours Awyen de Gographie — Atlas. Aidez par ailleurs l'emploi gnral de ces livres, c'est pour le bien moral et patriotique de la jeunesse du pays,en les taisant t cbeter par tons les petits Hatieus. N'ACHETEZ QUE LE BA 1-RlM M. Fontaine Meilleur et meilleur march que l'article import. En vente au dpt de la Distillerie de F Aigle, prs la Banque Nationale, et chez SI0N VIEUX PRIX DE DTAIL GOES 2,25 LA BOUT J. PICGULET 1.25 LA DEMIE BAZAR NATIONAL PRIX SPCIAL POUR VENIE EN GROS tifoiun iic IfcBlti riinifyriiOL Le Parlement Franais vient 1 de voter la loi portant conversion des Rentes. 5o|o 1915 1916* tio|o 1920 6 o|o 1927 5 ojo 1928 des Obligation! o|o 1927 et des Bons du Trsor 7 OJO 1<)27 mis en lianes. Aucune lomalif.actuellement, ne sera rclame des porteurs franais ou trangers qui acceptent \ conversion. Ceux qui ne l'acceptent pas et qui demandent le remboursement devront soumettre leuis litres au "visa pour date", Port-au-Prince, la Lgation de France et, en province, aux Agences Consulaires franaises, au plus tard le tk sept. Ils auront y remplir une demande de remboursement en double exem p'aire dment sigae par le dposant en ce qui concerne les titres au porteur , et par le titulaire ou son reprsentant qualifi en ce qui concerne les titres nominatifs t et portant dsignation dtaille des Titres, savoir numros ; pour les Rentes, le montant eu rente et, pour les Bons et Obligations, le montant neminal. Sur les Titres produire obliI gatoirement aux dites autorits consulaires franaises, le visa sera par leurs soins accompagn d'une mention spcifiant, avec la date de la demande de remboursement, que le ti're est non ngociable ni convertible. Oes visas consulaires seront dlivrs gratuitement. En restituant les Titres ainsi viss, les autorits consulaires franaises remettront aux intresss l'oiiginal de la demande de remboursement dout ces derniers auront alors assuer, rux-mmes directement,la transmission avec les Titres au Trs ( S 'irs tranjis avant la date ex' trente du .'50 novembre 1932. I La L-^gatiO'i d t France ainsi que les agences Consulaires de France se rservent le droit, si elles n'ont pas connaissance de l'identit des d -posants t.an gers, de rclamer la lgalisation de leurs signatures sur les demandes de reraboursemen' par les autorits locales comptente s tour les Citoyens Ha iens, et, \ pour les autres trangers, par j leurs Consulats respectifs. .lu i ci au 24 septembre, les bureaux consulaires seront ou1 verts aux fins prcites, de 8 13 heures. I "* 1 Goodyear Constitue en 1898, la Socit Goodyear a vu natre l'Industrie automotive. Celte longue exprience permet cette vaste organisation d'offrir aux propri* taires d'autos et de camions des pneus suprieurs en qualit et en dure tous ceux qui se vendent actuellement en Hati. LES PNEDS C000YEAR >• HEAVY DUTY SONT FABRIQUS AVEC USE FICELLE SPECIALE CONNUE SOUS LE NOM DE SUPERTWtSTE DONT L'ELASUT ET LA RESISTANCE SONT PLUS IES OE 30 POUR 100 nUE CELLE EIIPLOYE PAR LES AUIRES FARRICANTS DE PNEUS' A La Socit Haitienne d'Automobiles,seul reprsentant de la Goodyear en Hati,vous trouverez toujours des pneus et chambres air de toute fracheur de cette fameuse marque des prix dfiant toute concurrence. Socit Hatienne d'Automobiles. . GLNTIL BOGAT ET CILOE Note La Rente Nouvelle venant d'tre institue en France la suite de la Conversion des Rentes 5/. 1915-191(3 „/• 1920, 0„/ 1927 et 5 o/o 1928, des obligations 6 o/o 1927 e des Bons du Trsor 7 ojo 1927 est de quatre et demi pour cent,amortissable en 75 ans et inconvertib'e jusqu'au 1er janvier 1939 Allez chez Iiarbancotirt, la nudes Csars, o vous trouve rez un excellent cocktail sec et demi-sec dont vous ne pourrez plus vous passer. ..CTION LECTIVE SUR LE REIN Cure complte do l'ARTHRITISME Saison du 20 l\*. i au 25 Septembre COURSES TENNIS GOLF POLO .THTRE • OASINO PARO SPOIAL POUR LES ENFANTS Trait, llrcetft > l'AHis (lare aie 1-1 .1) n \i 1 1 1:1. 1 ,Fn fmi d*JH ,f ivrlm IpalM l'h krniaatM, l'rOKiieriei et Meiaon u'Aliiuautellon. I*— — 1 %  I II 1 % %  % % %  %  1 1 —— %  ———„, %  AUTO ACCESSORIES We sell New and Seconp Hand Parts for a|l makes of automobiles. KNEERS GARAGE B ie Pave Phone 2dl8 & 22.'14 Grande Hasse 1 lYSEN Laboratoire SJOURN DIREGTURS j!" SJOURN, Pharmacien *\SJOURN, Pharmacien de 'l'Universit de Paris 1 SJOURN, Pharmac: D de l'universit de Parie,ancie inti 1 Hpitaux de Paris Itiily e\f* r-'"e*,d. oc triqne du sang ( Was P T • tirt i.i ' Mno.rd, Glycmie), i Dwcrucbii*. Des taulires tcales. 1 Pour GUPP ou Eulet* MIGRAINES, CONSTIPATION CONGESTIONS. TOURDISSEMENTS EMBARRAS GASTRIQUE IL SUFFIT de prendre 4 l'un de vos repas (toui Ici deux jour* seulement), une PILULE d D DEHAUT 147, Rue du FuboirgSt-Dania, PARIS Kais il 2ut exiger lesverltaiiiM qui sont tout fait blanches et (ur chacune deequtllee le* moU DEHAUTAPARIS •ont tr* lisiblement imprime* en noir I Avise les consommateurs de son LAYl qu'il a rduit ses prix comme suit : LAIT CONDENS SOCRE CAISSE OE 48.14 | OZ OR 6,25 DTAIL OR 0.11 CENTIMES LAIT CONDENS SUCR Of ?40,3 | 9,10 DTAIL 0,04 LAIT VAPOR DE 48,16 6,00 IDT.IL ,0.11 LAIT VAPOR DE *8 ' 6,40 i DTAIL. 0.07 Rappeki-voo*une le LAC CONDENSE, EVAI OREell'i POUDRE E SBEbSBN ast le meilleur, le plus pur et le p us riche eu crme. I! eal recommanda pir les mdecins ei sages femmes aux bbs el aux rualades.II ealemploy avantageusement pour les Crai** glace -i enaudea, et les desseits de t'tules soiii*. En vente AU BON MARCH a El dans toutes les bonnes piceries tant a Port-au-Prince aue dans toutes les villes de la Province,



PAGE 1

Vendredi 23 Septembre 1932 Le Malin 4 PAOBK ft&a AAiftLfc iW fort-au-PiiLce Tlphone : 2242 Panama Railroad Sleamship Line, \qenls aax principaux ports d'Europe, l. W. SHLLDON &,Co£Ud. S. W.SHKLDON(&CJLld„ 17, James Stieet, l'enmn Honte, LivEni'OOL, LNGLAND. 112/113 Fenchurch Mreet, Londoufc E.tC. !.£hug!and. France MORY &J?;Company. Atlantic Preighting Corp. Div. 74, Quai des Chanons, Bordeaux,' France. MORY & Company, Atlantic Frcighting Corp. Div. 155, Boulevard _de ^S'.asbourg, Havre, France. MORY & COMPANY, Atlantic preighting Corp. DT. 3, Rue St Vincent de ;Paul. Paris, France. Hernu Peron & Stockwell, Boite Postale: 78, Havre, France. % %  %  a MORY & COMPANY, Atlantic Feighting Corp.JDiv. J7, Bue de la Rpublique, ; Marseille, France* Gellatly HANKKY & T ,CO, 21, Rue de la Rpublique^ Marseille, a France. Germany Atlantic Freighung Corp., Atlantic Preighting Corp. Ballinhaus, Uamburg 1, Germany. Bieitenweg, 56. Bremen, Cer. Holland Atlantic Freigiuing Corp. Atlantic Preighting Corp. Aulwerp Division, C/O Steinmann & Company, P. O. Box. 1060, Rotterdam, Uolland. Koningin Ernmaplem o„ Rotterdam, Holland. Belgium Atlantic preighting Corp., C/O Steinmann and Co 4, Quai Jordaens, ntwerp, Belgium. A. Ceresa & Company. Via Bauchi 3, Genoa. Italy. Spaln. Mr T. MAI.I.OI. BOSCH. Atlantic Preighting Corp., Div. Paseo Colon, 17, Barcelone, Spain. A/B W. Larka, Atlantic preighting Corp. Div.. Skeppsbron 10, Stockholm, Sweden. Denmark E.A. Bendix and Company, Copeuhagen, Denmark. Italy Mr Altredn Imore'di, Atlantic Preighting iorp-DiV. Piazza De! Fcrro N.3 5, Genoa, Italy. Norway, LanritZ A. Devold A. G. Allautic Preighting Corp. Div. Aalesund, Norway. Sweden Sven Jansson &. Companv., Atlantic Preighting Corp. Div. Non koeping Sweden. (LIGNE COLOMBIENNE ) Tlph >. e; N a 2323 Le vapeur Martini me Voy. 10'tvenaV de. New-York et ''-sports du Nord e>ta'" t. ndn ici. sam di 24 courant, en route le mme jour pour I 1 rs ports du Sud. Le manites'e de ce vapeur reu par avion poste est la disposition des clients dans nos bureaux sis angle tes rues d Q.ui et Th %  MIS M Idion (*.s* vis le la Douane) X .e vapeur i Bolivar a Voy. 104, partira de New-York le VI courant, directement pour I Port en-Prince o il attendu le 27 septembre prochain, en I route pour les ports Colombiens, Cristobal. ("anal Zone Kingston et New York. Le vapeur Baraco Voy, 108 partira de New-York le 28 septembre prochain,directement pour Port-au-Prince. Port-au-Prince, le 19 Sept, 1932. Wiliiam E. BLEO. Agent. AVIS AU COMMERCE 1 ;•. i -, i port au {> %  : steamers soin L. Pana il oad S; b M> ., ncer |,, s (suivants e NewYok ; ou aiti, directement chaque ardl. 1<>U* tes ourvus de chivb'e triifo i'iuue iy>nmlsi1ebew\ork. Arrivage* a Pnn au-mnee. Steamer "Oriatobal 1 le 13 leotcmbre le 18 septembre 1032 Steamer "Bue.aventura 4 le 2C sept. le 26 sept. 193> Steamer "Ancon" le 27 septembre le 2 cet. 1932 Steamer "Cniay .


PAGE 1

Clment MagJoire D1R£CTJ£1)R 1358> [{it AMERICAINE 1358 ELEPHONE i\2242 Les jouissances dplaisent vite. Lambition n'est jamais satisfaite. La seule chose qui trouve sa satisfaction et sa rcompense, c'est le dvouement. hislri m Ayez un but! LES grands dcouvreurs sa .-aient se fixer un but et mt. taient tout leur effort l'.i dre. S ma but. l'hamac va ncessairement la drive. Donnez un luit vetre v e: ouvre* un compte d'pargne que vous augmenterez Systmatiquement Commence? aujourd'hui! Une de nos saccursaks est l, tout prs, pour vous servir. A'"f "Budgi .V vous guidera: liem.i ./luire La Banque Royale du Canada joi'it des services dits' d u Le 8ouvernemenl d'Hati, trait, ajoute que le Gouveren ce qui le concerne, ne s'est contrats d'emprunt eux mmes devant laquelle doivent plier pour que soient justifis des a-, tous les intrts nationaux: moriissemenls d'une certaine notre vie conomique, notre tendue. mthode de gouvernement, l' Mais, quand c'est l'exprience ducation des gnrations, toutes contraire que nous confrontons, nos rformes sociales.Notre inique des moins-values budgnistre des finances, sous la dictairesse succdent au point que le du Conseille; financier, crie l'on soit oblig de pousse un dficit de quatre millions leurs limits extrmes les forces quand plus de quatre millions des contribuables el de laisser grvent notre budget pour des souflrir des services publics chances qui n'arriveront que importants, au point que cette dans sept huit aimes, c'esl-siluation arrive peser trop diie indment ; car qui doit lourdement sur notre conomie terme ne doit pas. gnrale.il ne peut que paratre ., ., , trange de voir le pays s'essoufMa,s ''. n > a l )as s !" !" !" 1 lier aprs le service d'une dette W" r !" PJ. MUS subissons, dontlextmction n'est prvue que au dtrimen de notre vie ecopour l'anne 1<)Y> uomique, des charges annuelles El comment donc les nations in J us,es et excessives la taoo dbitrices de l'Europe et de l'Aj mmfl tloi l '? Conseiller ftoanmrique pourraient-ellea vivte I f? r P die £ se !" e W" II faire ls frais de la grande %  "• n otn t **"? gffS !" transformation conomique qui !" /le na ure appauvri, se s'biement notre circulation inotravaille le monde entier si leur sueur, goutte goutte, ne delit profiter qu l'tranger au ntaire.Nous allons le voir. (A suiu e) Autour du Trait du 3 Septembre 1932 Interview de M. Abel Lger, ancien Secrtaire d'Etat^ des Relations Extrieures (Sun:) (Voir les numros des 20, 21 et 22 Septembre ) politique institu par l'Office Su Conseiller Financier-Re* ceveur Gnral des Douanes, •*E. & Ministre Plnipotena in8i que par ses aides et empire des K.-U. d'Amrique, jploys trangers qui nous Son excellence Monsieur Dana G. Munro, nement des Etals Unis est toujours anim du mme es prit, mais que, cependant, en ce qui a Irait aux pouvoirs el devoirs confres ou imposes au Conseiller Financier Receveur Gnral des Douanes par le Trait de 1915, il considre que sa libert d'action et cal le du Gouvernement d'Hati sonl limites par le fait de fchai par des hawda.titics uaUJ sur la foi cl sur le crdit des stipulations du dit Traite. Votre Excellence estime,on consquence, qu'en raison des garanties donnes aux porteurs d'obligations le Gouver nement des Etats-Unis ne peut consentir L'abrogation des clauses du Trait ou du Protocole de 1919 qui affecterait la scurit en question Votre Gouvernement,ajoutez vous, est toujours dispose, si le Gouvernement d'Hati le dsire, examiner dans les* prit le plus amical tout arrangement mutuellement satisfaisant qui aurait pour base* les stipulations du Trait et du Protocole du 3 octobre 1919. La notification de Votre Exrecherc lier e ; le au pas mquicle de s il y avait une base maintien de certains services du Trait, en raison de la cordiale liquidation com.n mce par l'Accord du aot 1931, el l'excellente impression pro voque par c : ird non se ilement chez nous, mais dans les deux Continents, ne p mvait faire prvoir que le t v^nemea l des Etuis Unis, Il y a Vingt-cinq ans LE MATIN, 23 Septembre tiMfi [ CONSEIL SPCIAL MILITAIRE Le Conseil social militaire s'est runi hier au local du Tribunal ciuii pour juger les individus arrte dernirement sous la prvention de cour centre ta sret de l'Etat. tribunal tait compos du G nral V, Leconle, prsv dent;— Gnral J, Blanchard. vice prsident : — Gni rat I. Larencul,accui ateur militaire; commandant Augustin Bois, juge ; Capitaine Barth lemy, juge-instructeur', Capitaine l'aillcre, lieutenant Clwistian Martin et le sous~Ueutenanl t.h, /// bits-Aim, ju I s 11 heures, les accuss sont introduits. Ils sont au nombre de t7. Ce font b.b. trdric Brutus Csar, Darius Souffrant, Oslilius Bonauenlure, Jn-Jaeques Brutus < %  -sur, A, ,/()/• Dumag Bien Aime britnois, ArUlliih>, Occide % noue Cantave,Georges Lebrun, / %  '.cam Jean, (.'II. Henriqti Edouarn Edouard, Cm us .n-m, i'.lie Slephen Cajusle, C i istant Providence, Alexandre Del lunau h use et hetoUns Itaversire Au banc de ta cel hmisf...avu avec plaisir le bel talement de M. Boit, ,Aa I on March, rester ouvert le Et, VC sa protusion de lu met es, la varit el la diveril il,' ciqu'on y tiouve. le tragaaifl B
is la pense d'employer la lorce pour im ,i i ter une interpn i ition, mal les instruments d'arbi (irage qui lient solennellement nos deux ualion %  L i responsabilit de ma position m'oblige une nouvelle IblS, Monsieur le Ministre, cellence n'a pas t accueillie demandera Votre. Excellence, avec satisfaction par le Gousi la dcision de votre fiou,. Noire prejuirc inlc-u. taire reprend l expos des faits ti m tait de garder les contrr•/.'//,/> %  une longue rplique i butions el les douanes. Nous ajinne une no wclle fois la I sommedisposs en ce moment culpabilit dus accuss. ie re au Gouvernement .!;• !/ nos Clture les d> tais ; l;lll |' 'es contnbutions, mais par une d fense collectif .'J* ""' 'i 1 ,1, U; U S H , i /. m .i I — \A usiiua quelle poque toaUe censs et le i.ibnntl \ C iy i])W J y J s ,,,,',,,. ^ Souaentre dans sa chambre de d \ nes [, ni „, s!;11 j( librations U >;, sort une de~\ —Mats,jusqu'au complet anu lie ne ap es avec un verdict \ m ,rtissemenl des obligations de de culpabilit. L'accusateur j l'emprunt. militaire demande lapplica i Ce n'est pas possibU.rplilion des peines lgales. Lu J quai je, car, l'extrme rigueur, tribunal se relire pour prd/is-(aprs 1938, aucun texle.mme ver le jugement qui, rendu quivoque, .. p< p ort-au Prince, l mars 1932. Monsieur le Ministre, J' a l'honneur d'accuser r> option Votre Excellence de Sa lettre du 1er mars cou • "'•responsive ma noie du sont jusqu'ici imposs dans l'administration de nos douanes, contrairement d'ailleurs au Trait et au dtriment des nationaux capables, inlelli-j cents et honntes. K Votre Excellence, d'ordre vernemenl d'Hati qui a esli m qu'aucun peuple n a jus (|u'ici offert au Gouvernement (les Etals-Unis le luxe de ga ranlies, objet de notre projet d'Agence fiscale soumis a vo tre Lgation depuis le 2\ octobre 1931. La libert d'action du Gouvernement, vous savez ce qu'en pensent les Chambres Lgislatives, monation de la volont populaire. Et l'Acte additionnel de 11)17 qui aurait prorog le 'Iraile jusqu'en L9o, c'est- dire la mainmise politique de voire Gouvernement sur un peuple ami du ( onlincnl Auicricain,acte qui alinerait la libert d'action du Gouvernement des Etats-Unis, Votre Excellence sait que la volont nationale a lait justice d'un instrument qui lut cach au peuple pen danteinq annes, et qui ne lut pas ratili par les pouvoirs publics de nos deux pays. virilement est irrevocable.de .; faire savoir, — puisque rjprunt amricain constitue l'obstacle lgde des relations diplomatiques norma lesel par voie de consquence plus fructueuses,— si le (iou\ ernement d e s Etats-1 fnis prtera ses bons offices au (ouvernemenl d'Haiti dans tout effort tent par lui en Vue du radial anticip de mprnnl amricain dont le svlde esl d'environ dollai 14.000.000, et si le radit Ujicre, le (iouvei nement des Ijais Unis consentira ipso quelques ois', mis plus tai I, condamne tous les icc ta \s i 1 1 ji >in • s recommencions ces session des Chambres, el do P ""parlen ? # dlimliveincut ^-s rienier pourparlers avec, le (iouver nement de Voire Ex< ellence. Veuille/, agrer, Monsieur le Ministre, l'assurance de ma haute considration. 1 ^ ABEL N. LGER. i). Aprs celle dernire lettre, qu'arriva-t-il '.' B. — Il arriva que dans le amorandum remis le r Juin facto l'abolition de l'instituv i >.;_; au Ministre Munro, l'octiondn Conseiller financiercasion de son dpari on vus Keceveur lnral des Douanes. Je me permets. Monsieur le Ministre, d'attirer voire attention sur L'urgente nces it pour le #ouvernemenl d'Haiti d'avoir la rponse sollicite, de manire qu'il l3 couvran | le de son (.ouyernement rap-| de p.vM.o-Jellcl accord du oaot 19J1, le Gou vernemenl d'Ha\ consacrant le retrait des olmbstUuuon du contrle Inad* amricains de U uw-t Idal tiliuin ALIX ROY 30 annes de succs. d'aller] chercher de nouvelles instructions, je reproduisis noire systme d agence fiscale tsrmement et simplement. n. — Vous aviez dit au • Vou' irellisic, jiprs votre dmission et faisant allusion votre entrei'ue du 1J .tutti' I avec U %  Illustre Munro, de retour 11 o, de Washington, que te plnipotentiaire des Etats-Unis tait revenu, relativement aux s V* financiers, avec des cou i— Eu cflet, dis-je, dans ces conditions il n'y aurait qu' lai %  1er las choses en tat. Le Gouvernement de Mr Vincent veut ngocier pour amliorer la situation, mais il ne fera rien pour l'aggraver. L'opinion publique s'expliquerait certaines concessions que nous ferions en ce moment contre la liquidation complte d'un trait si impopulaire ; mais en L936 vous il aurez plus de'droits ici, saul que la force donne. Votre relus de conciliation amnera un malaise pendant les annes ii venu, cl la situation ce mo%  ment ne sera pas propice des pour parle! S empreints de cordialit.— Votre intrt, notre intrt, esl de nous entendre eu cimoment, car tous deux nous allons I inconnu . Mais que voule/.-vous donc I s'cria le Ministre Amricain. — No douane lui ma rponse. Nous avons pris dt. farisions trouves insuffi \ par\ aus litats-Unis, c'est enfpoas et 'pie vous uoiez sur te | tendu.Nous levons i uelire, ch "lis vous d • nier des iiiii tsain % %  ourrloH ivoii garanties, vou Muia prcision Us ? K.— L'intrt du pa [en jeu, je n'ai aucun scrupule H lue, ipus dire ce que je sais.Apres garanties, \ lechui pies octro, nous voulons une administration propre denosaflainier l'immixtion de vos agents dans nos destines, •*. i*#


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07112
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, September 23, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07112

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment MagJoire
D1RCTJ1)R
1358> [{it AMERICAINE 1358
ELEPHONE i\2242
Les jouissances d-
plaisent vite. Lambi-
tion n'est jamais satis-
faite. La seule chose
qui trouve sa satisfac-
tion et sa rcompense,
c'est le dvouement.
hislri 2,;meANNEi:N7780
PORT-AU-PRINCE (HATI)
VENDREDI 23 SEPTEMBRE 1932
Ce qui nous a valu le nou-
veau traite
m
o
Moralits tirer
Nous avons montr, dans no-
licVticle prcdent.comment le
nrokl de budget, en prvoyant,
Pies titres A, 4,089,37o gour-
des comme intrts, nous lait
ainsi payer des intrts sur une
dtriment le plus clair de finie"
rl national ? Ne lisons-nous
donc pas, Ions les jours, (pie ces
pays, quand leurs recettes sont
nettement insuffisantes pour
Ifaire lace tous leurs besoins,
circulalion de 13.713.500 dol- s'empressent de rclamer des
lais, chiffre prvu au tableau moratoires de leurs cranciers
des annuits pour l'exercice 19-
Xous
-1033, alors que, cette circu-
lation tant de 10.157.000 dol-
lars chiffre prvu au tableau
pour l'exercice 19:18-1939, les
intrts sur les'titres en ques-
tion ne devraient porter que sur
ce dernier chiffre et ne s'lever
qu' 3.333.(500 gourdes.
Nous avons montr, en outre.
projet de budget prvoit, pour
inlcix'ts, 1.277.930 gourdes, alors
Ode la circulation actuelle de
ces titres, qui est de 1.497.837
dollars 17, n'exige, pour le ser
vice des intrts, que 466.780
gourdes ; cela, parte (pie noire
ivance est encore plus consid-
rable que pour les litres A, ci
que le solde des obligations en
circulation reprsente ce qu'il
devrait tre seulement pour
l'exercice 1947-1948.
Certes, tre en avance, respec-
tivement, de six el de douze an-
nes sur l'a inorlissci ne ut de ces
deux sries de notre dette pu-
blique, est un rsultat heureux
lussi longtemps qu'il a pu d-
pendre des quelques imn-'es de
plus-value budgtaire que nous
avons connues, o les recettes
publiques ont pu raliser le d-
passement de trente-cinq mil-
lions de gourdes prvu par les
extrieurs ?
n'en sommes pas l,
Dieu merci Mais pourquoi de-
vons-nous prendre le contre-
pied de ce que les autres l'ont en
poussant jusqu' la quatrime vi- i
Jesse, jusqu' des proportions i
indues, le rglement de nosobli-.
galions extrieures? Pourquoi,
ayant dj pay, pour une cal-
, sur les litres 1, le gorie de litres, ce que nous ne
devrions devoir qu'en 1939, et,
pour une autre catgorie, ce que
nous ne devons qu'eu 1947,
notre Gouvernement se laisse-t-
il imposer un budget que les
crdits pour la dette publique
crasent ?
Nous entendons l'objection :
les emprunts amricains ont
longtemps lait l'objet des pro-
testations du nationalisme ; les
nationalistes les ont toujours
combattus dans leur principe,
dans leur objet, dans la sorte
de pression qui aurai! accompa-
gn leurs ngociations.Ces em-
prunts so it un legs des temps
rvolus et l'on a hte d en finir.
Au lieu de servir contie les
Amricains, ces raisons ne font
que servir leurs mlrls et leurs
vues. Le service de la dette pu-
blique tst ainsi, entre leurs
mains, grce ce sentimenta-
lisme, une chose sacro-sainte
r>m
Ayez un but!
LES grands dcouvreurs sa .-aient se fixer un but et mt.
taient tout leur effort l'.i dre. S ma but. l'hamac va
ncessairement la drive.
Donnez un luit vetre v e: ouvre* un compte d'pargne
que vous augmenterez Systmatiquement Commence?
aujourd'hui! Une de nos saccursaks est l, tout prs, pour
vous servir.
A'"f "Budgi .V vous guidera:
liem.i ./luire
La Banque Royale
du Canada
joi'it des services dits'du Le 8ouvernemenl d'Hati,
trait, ajoute que le Gouver- en ce qui le concerne, ne s'est
contrats d'emprunt eux mmes devant laquelle doivent plier
pour que soient justifis des a-, tous les intrts nationaux:
moriissemenls d'une certaine - notre vie conomique, notre
tendue. mthode de gouvernement, l'
Mais, quand c'est l'exprience ducation des gnrations, toutes
contraire que nous confrontons, nos rformes sociales.Notre ini-
que des moins-values budg- nistre des finances, sous la dic-
tairesse succdent au point que le du Conseille;- financier, crie
l'on soit oblig de pousse un dficit de quatre millions
leurs limits extrmes les forces quand plus de quatre millions
des contribuables el de laisser grvent notre budget pour des
souflrir des services publics chances qui n'arriveront que
importants, au point que cette dans sept huit aimes, c'esl--
siluation arrive peser trop diie indment ; car qui doit
lourdement sur notre conomie terme ne doit pas.
gnrale.il ne peut que paratre ., ., .
trange de voir le pays s'essouf- Ma,s ''. n>' a l)as s!"1
lier aprs le service d'une dette W" rPJ. MUS subissons,
dontlextmction n'est prvue que au dtrimen de notre vie eco-
pour l'anne 1<)Y> uomique, des charges annuelles
El comment donc les nations inJus,es, et, excessives la taoo
dbitrices de l'Europe et de l'A- j mmfl tloil '? Conseiller ftoan-
mrique pourraient-ellea vivte I f?r Pdie see W"
II faire ls frais de la grande " *notnt **"? gffS
transformation conomique qui /le na ure appauvri, se -
s'biement notre circulation ino-
travaille le monde entier si leur
sueur, goutte goutte, ne de-
lit profiter qu l'tranger au
ntaire.Nous allons le voir.
(A suiu e)
Autour du Trait du 3 Septembre 1932
Interview de M. Abel Lger,
ancien Secrtaire d'Etat^
des Relations Extrieures
(Sun:)
(Voir les numros des 20, 21 et 22 Septembre )
politique institu par l'Office
Su Conseiller Financier-Re*
ceveur Gnral des Douanes,
*E. & Ministre Plnipoten- ain8i que par ses aides et em-
pire des K.-U. d'Amrique, jploys trangers qui nous
Son excellence
Monsieur Dana G. Munro,
nement des Etals Unis est
toujours anim du mme es
prit, mais que, cependant, en
ce qui a Irait aux pouvoirs el
devoirs confres ou imposes
au Conseiller Financier Rece-
veur Gnral des Douanes par
le Trait de 1915, il considre
que sa libert d'action et cal le
du Gouvernement d'Hati sonl
limites par le fait de fchai
par des hawda.titics uaUJ
sur la foi cl sur le crdit des
stipulations du dit Traite.
Votre Excellence estime,on
consquence, qu'en raison des
garanties donnes aux por-
teurs d'obligations le Gouver
nement des Etats-Unis ne
peut consentir L'abrogation
des clauses du Trait ou du
Protocole de 1919 qui affec-
terait la scurit en question
Votre Gouvernement,ajoutez
vous, est toujours dispose, si
le Gouvernement d'Hati le
dsire, examiner dans les*
prit le plus amical tout arran-
gement mutuellement satis-
faisant qui aurait pour base*
les stipulations du Trait et
du Protocole du 3 octobre
1919.
La notification de Votre Ex-
recherc
lier
e ; le au
pas mquicle de
s il y avait une base
maintien de certains services
du Trait, en raison de la cor-
diale liquidation com.n mce
par l'Accord du aot 1931,
el l'excellente impression pro
voque par c : ird non
se ilement chez nous, mais
dans les deux Continents, ne
p mvait faire prvoir que le
" tv^nemeal des Etuis Unis,
Il y a
Vingt-cinq ans
Le Matin, 23 Septembre tiMfi [
CONSEIL SPCIAL MILITAIRE
Le Conseil social militaire
s'est runi hier au local du
Tribunal ciuii pour juger les
individus arrte dernirement
sous la prvention de cour
centre ta sret de l'Etat.
tribunal tait compos
du G nral V, Leconle, prsv
dent; Gnral J, Blanchard.
vice prsident : Gni rat I.
Larencul,accui ateur militaire;
commandant Augustin Bois,
juge ; Capitaine Barth le-
my, juge-instructeur', Capitaine
l'aillcre, lieutenant Clwis-
tian Martin et le sous~Ueute-
nanl t.h, /// bits-Aim, ju
I s 11 heures, les accuss
sont introduits. Ils sont au
nombre de t7. Ce font b.b.
trdric Brutus Csar, Darius
Souffrant, Oslilius Bonauen-
lure, Jn-Jaeques Brutus < -sur,
A, ,/()/ Dumag Bien Aime
britnois, ArUlliih>, Occide%-
noue Cantave,Georges Lebrun,
/'.cam Jean, (.'II. Henriqti .
Edouarn Edouard, Cm us
.n-m, i'.lie Slephen Cajusle,
C i istant Providence, Alexan-
dre Del lunau h use et heto-
Uns Itaversire
Au banc de ta Ira.: tait es \&llOS,
St,-Elme Ikath eu Lama Ro
iolphe /'' retu el l'>
cel hmis-
f...avu avec plaisir le bel ta-
lement de M. Boit, ,Aa
I on March, rester ouvert le
. Et, VC sa protusion de
lu met es, la varit el la diver-
il il,' ci- qu'on y tiouve. le
tragaaifl B
^u le le rt-ndc-z-vous gnral o
I on s'appioviMon::e bon comp-
. Chacna se rjouit de savoir
que, chez Boit, on ne terme
1 lu mes. BravoI

..a vu sous la q:ileie d'un
petit c it de la rue du Mi-
isia dt l'Etal ui journatutfa
q ii. prenant confi du ie cliar-
nante amie, l'embrasait en y
mettant les tonnes les [lusl-
-: IQtl -.
Prenez garda, contrre,
linc.i t-il, eu voyant paaser
Notre il.
Celui ci li semblant de n'a-
i r i leii vu.
am^m^
que le Ministre Munro n'el dit
en prsence d'un de ses seer-
I lires que nous aurions satis-
faction pour la Garde, la Mis-
s m Scientifique et la leve de
I tecupation, si nous arrivions
uni: entente sur les services ti-
n inciers, je lui demandai si ti-
n ilemenl le (rouvernement des
ils I Inis nous avait donn sa-
..Le d" Larencal expose\Sf1^"'"^ ?*\ Sfi1*
. ., , Si rponse lut a peu prs la
es /uns de la came, et les avo ( t 11V ;,. 1(. Villls \u coaaUm.
menl rpt quenoavueataieut
i i mi i ..! i: ,aii ta i leurs clients diffrentes sr l problme fl-
pis l- redressemenl de sa respectifs UaccaVi nr mfti
poliiupie d a n s
phre.
.Nous pension < que le Gou-
vern une il de Votre Excel-
lence aurait saisi i 0 vasion
de itotre projet d'Agence fis*
cale pour tudier auiicalerneril
la taon de concilier les th-
. si opposes d la nullit
de l'Aide additionnel et de la
valable prorogation du Trait
de l.ll, s'il n'a |> is la pense
d'employer la lorce pour im
,i i ter une interpn i ition, mal
les instruments d'arbi
(irage qui lient solennellement
nos deux ualion
L i responsabilit de ma po-
sition m'oblige une nouvelle
IblS, Monsieur le Ministre,
cellence n'a pas t accueillie demandera Votre. Excellence,
avec satisfaction par le Gou- si la dcision de votre fiou-
,. Noire prejuirc inlc-u.
taire reprend l expos des faits ti m tait de garder les contrr-
/.'//,/> une longue rplique i butions el les douanes. Nous
ajinne une no wclle fois la Isommedisposs en ce moment
culpabilit dus accuss. iere au Gouvernement
.!; !/ nos Clture les d> tais ; l;lll|' 'es contnbutions, mais
par une d fense collectif .'J* ""', 'i1' ,1,!U;"U'SH .
, i /. m .i I \A usiiua quelle poque
toaUe* censs et le i.ibnntl \Ciy,i])WJyJs ,,,,',,,. ^ Soua-
entre dans sa chambre de d \ nes [, ni,s!;11.j(,
librations U >;, sort une de~\ Mats,jusqu'au complet a-
nu lie ne ap es avec un verdict \m ,rtissemenl des obligations de
de culpabilit. L'accusateur j l'emprunt.
militaire demande lapplica i Ce n'est pas possibU.rpli-
lion des peines lgales. Lu J quai je, car, l'extrme rigueur,
tribunal se relire pour prd/is-(aprs 1938, aucun texle.mme
ver le jugement qui, rendu quivoque,
.. p<
port-au Prince, l mars 1932.
Monsieur le Ministre,
J'a' l'honneur d'accuser r>
option Votre Excellence de
Sa lettre du 1er mars cou
"'responsive ma noie du
sont jusqu'ici imposs dans
l'administration de nos doua-
nes, contrairement d'ailleurs
au Trait et au dtriment des
nationaux capables, inlelli-j
cents et honntes.
K Votre Excellence, d'ordre
vernemenl d'Hati qui a esli
m qu'aucun peuple n a jus
(|u'ici offert au Gouvernement
(les Etals-Unis le luxe de ga
ranlies, objet de notre projet
d'Agence fiscale soumis a vo
tre Lgation depuis le 2\ oc-
tobre 1931. La libert d'action
du Gouvernement, vous sa-
vez ce qu'en pensent les Cham-
bres Lgislatives, monation
de la volont populaire. Et
l'Acte additionnel de 11)17
qui aurait prorog le 'Iraile
jusqu'en L9o, c'est- dire la
mainmise politique de voire
Gouvernement sur un peuple
ami du ( onlincnl Auicricain,-
acte qui alinerait la libert
d'action du Gouvernement des
Etats-Unis, Votre Excellence
sait que la volont nationale
a lait justice d'un instrument
qui lut cach au peuple pen
danteinq annes, et qui ne lut
pas ratili par les pouvoirs
publics de nos deux pays.
virilement est irrevocable.de
.; faire savoir, puisque
. rjprunt amricain consti-
tue l'obstacle lgde des re-
lations diplomatiques norma
lesel par voie de consquence
plus fructueuses, si le (iou-
\ ernement d e s Etats-1 fnis
prtera ses bons offices au
(ouvernemenl d'Haiti dans
tout effort tent par lui en
Vue du radial anticip de
mprnnl amricain dont le
svlde esl d'environ dollai
14.000.000, et si le radit
Ujicre, le (iouvei nement des
Ijais Unis consentira ipso
quelques ois',mis plus tai I,
condamne tous les icc ta \s i 11
ji >in Glnus Jean qui est ni's en
libert.
ne vous Habilite *
j n 1er l'administration de no*
douanes. Le trait actuel ne
nous d o n n e pas juridique*
menl cette adiniuiMration.Com-
ment le Dpartement d'Etat
pourrait il croire que te Gou-
ilail oui le procs, les\vernemenl d'Haiii mettrait sa
ivocats de ta dfense nl rendu i signature au bas d un docu-
liommage <"' tact et liai- meut de cette nature?
parUalil du'tribunal. Lb Ministre Munro: Mais
^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ (si le Gouvernement d'Haiti n'est
pas dispose se ranger nos
soit (ii mesure de dire toute)VUSS, il n'est peut-tre pas utile
la vrit La trs prochaine 'f '">s recommencions ces
session des Chambres, el do P ""parlen ? #
dlimliveincut ^-s
rienier
pourparlers avec, le (iouver
nement de Voire Ex< ellence.
Veuille/, agrer, Monsieur
le Ministre, l'assurance de
ma haute considration.1
^ Abel N. Lger.
' i). Aprs celle dernire let-
tre, qu'arriva-t-il '.'
B. Il arriva que dans le
amorandum remis le r Juin
facto l'abolition de l'institu- v i.>.;_; au Ministre Munro, l'oc-
tiondn Conseiller financier- casion de son dpari on vus
Keceveur lnral des Doua-
nes.
Je me permets. Monsieur le
Ministre, d'attirer voire at-
tention sur L'urgente nces
it pour le #ouvernemenl
d'Haiti d'avoir la rponse
sollicite, de manire qu'il
l3, couvran| le de son (.ouyernement rap-|
de p.vM.o-Jellcl accord du oaot 19J1,
le Gou vernemenl d'Ha- \ consacrant le retrait des ol-
mbstUuuon du contrle Inad* amricains de U uw-t
Idal tiliuin
ALIX ROY
30 annes de succs.
d'aller] chercher de nouvelles
instructions, je reproduisis no-
ire systme d agence fiscale tsr-
mement et simplement.
n. Vous aviez dit au Vou'
irellisic, jiprs votre dmission
et faisant allusion votre en-
trei'ue du 1J .tutti' I avec U 'Il-
lustre Munro, de retour 11 o,
de Washington, que te plnipo-
tentiaire des Etats-Unis tait
revenu, relativement aux s
V* financiers, avec des cou
i Eu cflet, dis-je, dans ces
conditions il n'y aurait qu'
lai 1er las choses en tat. Le
Gouvernement de Mr Vincent
veut ngocier pour amliorer la
situation, mais il ne fera rien
pour l'aggraver. L'opinion pu-
blique s'expliquerait certaines
concessions que nous ferions
en ce moment contre la liquida-
tion complte d'un trait si im-
populaire ; mais en L936 vous
il aurez plus de'droits ici, saul
que la force donne. Votre
relus de conciliation amnera
un malaise pendant les annes
ii venu, cl la situation ce mo-
ment ne sera pas propice des
pour parle! S empreints de cor-
dialit. Votre intrt, notre
intrt, esl de nous entendre eu
ci- moment, car tous deux
nous allons I inconnu .
Mais que voule/.-vous donc I
s'cria le Ministre Amricain.
No douane lui ma r-
ponse. Nous avons pris dt. far-
isions trouves insuffi \ par\ aus litats-Unis, c'est en-
fpoas et 'pie vous uoiez sur te | tendu.Nous levons i uelire,
ch "lis vous d nier des
iiiii tsain ourrloH ivoii garanties, vou Muia
prcision
Us ?
K. L'intrt du pa
[en jeu, je n'ai aucun scrupule H
lue, ipus dire ce que je sais.Apres
garanties, \
lechui pies octro-
, nous voulons une admi-
nistration propre denosaflai-
nier l'immixtion de
vos agents dans nos destines,
*. i*#


i^e
LE MATIN 2:5 Septembre 1M2
imjr-
L'opinion
comptente
D'un'Professeur en Mdecine j
sur l'action bienfaisante du t
KALEFLUID |a l'organisme
humain
1
A mon avis, la Kalefluid est
un agent mdicamenteux puis- \
sanl, tout tait inoftensif, titr;
ment reconstituant et tonique
qui procure l'homme de l'-
nergie ainsi qu'une rgnres-
cence complte des torces de
lorgauisme et de rentorcement
Chambre
desDputs
Sance du
21 septembre 1932
Il heures. Un premier appel
nominal n'accuse qu'une dizaine
de prsentes. Cette minorit at-
tend, impatiente, une majorit
tardive.
10 heurts et demie. La clo-
chette rsonne dana tous les
coins. Il est procd un deu-
xime appel auquel rpondent
vingt deux voix. La sance est
ouverte. Lecture de deux mes-
sages du Snat accusant rcep-
tion de projets de budget des
ECHOS
o
du systme nerveux
J'ai employ dj la Kalefluid I Dpartements <\i l'Agriculture et
chez 11 malades dont le preruier[ de l'Instructioi publique. Pro*
concernait un cas d'aflaibhsse-
ment snil-prcoce chez un
homme g de 00 ans environ,
et qui aprs l'usage du premier
flacon seulement de Kalelluid a
repris compltement ses lorces
et pouvait dj travailler comme
un jeune homme, se consid-
rant compltement rgnr. Les
2 autres taient des jeunes in-
dividus atteints d'impuissance
essentielle et qui ont t pleine-
ment guris de leur infirmit,
bnissant l'inventeur de cet ex-
cellent mdicament. Docteur
M. Kairis, Prolesseur l'Uni-
versit d'Athnes.
Profitez donc du Kalelluid et
vous reconnatrez vous-mmes
le bientaisant changement dans
votre vie physique et psychique;
les couleurs ples disparaissent,
la chair devient plus terme, les
muscles s'atlermissent, l'esprit et
l'intelligence s'clairent, les
maux, la laiblesse et la dpres-
sion nerveuse disparaissent,
vous devenez dispos et gai et
jouissez nouveau des trsors
de la vie jeune et saine.
KALEFLUID, 5 gr. prix, 5 gr.
Mdailles d'or Paris, Londres,
Bruxelles, Florence, Rome, est
en vente Paris :
Laboratoire du Kalelluid, 49
Rue Balagny. A Port-au-Prince:
Pharmacie W. Buci.
Votre cuisine,
Madame...
00
Quelqu'un disait au Prsi-
dent de l'Assemble Natio-
nale, Mr Denis St.-Aude :
Je veux manitester sous une
forme concrte vos collgues
la joie que j'prouve de les
avoir vus rejeter le Traite
Blanchet-Munro. Quel don
croyez-vous qui leur lerait le
pins de plaisir?
^Sans hsiter, Ti-C'iine r-
pondit: La haltgut les
uf^f de Port-awrrince et
A*
jets vots avec quelques modifi-
cations par la Chambre des D-
puts. Lecture d'un troisime
message du Snat qui inlorrae
qu'il est en possession du pio-
jet de loi vot par la Chambre
des Dputs, accordant des Irais
d. reprsentations aux membres
du bureau des deux Chambres.
L'Assemble poursuit le vote
du Budget du Dpartement de
l'Intrieur. La commission du
Budget propose de vertes com-
pressions sur les valeurs al-
loues au Service National d'Hy-
gine.
Le Ministre de l'Intrieur se
dresse contre ces compressions
| proposes par la Commission. Il
demande de rejeter le principe
de toute diminution des valeurs
affectes au dit Service qui cons-
titue une des organisations les
plus importantes du Pays. L'hy-
gine publique est capitale, dit-,
il, il ne laut pas saper ce Service
en diminuant son budget. Ceci,
achvet-il, prouvera notre in-
capacit d'administration.
Le dput Piou pense qu'il est
quitable de rduire les gros
Deux jeunes mdecins:
l'un tranger,l'autre Hatien,
tudient les possibilits d'ins-
laller, a Kenskoil, uu sauato-
ria.n.a l'usage d s lubercu-
leux. Ils pensent que les ra
yoas. vioiets que dgage
notre soleil, dans ces rgions,
soin inique- en puissance sa
lubre. Ce sauatorium seraii
un centre pour les tubercu-
leux des Antilles.
Les amateurs des soires
thtrales Jacqueline-Wiener
bilvera seront heureux d'ap-
preu Ire que la charmante
artiste envisage, pour la sai-
son prochaine, la reprsenta
lion de la clbre pice de
Paul Geraldy : Aimer. H yj
a des rves qui se ralisent .
Cette soire ea sera un.
Uu nouveau jeu fait rage
en ce moment eu Europe :
c'est le yo-yo. Cela consiste
a agiter deux demi-cercles en
bois au moyeu d'une ficelle
qui huit par une petite boule.
Propos '
humides
L'Ingnieur mcanicien Robert A.
ilollv publie depuis quelque temps
dj dans Haiti-Journi > : Quel-
qtui considrations sur Vlevage m ver
a soif, (l'est passionnant comme tout.
Savie/-vous pat exemple qu'il exis-
tt des vers devanciers et des vers
retardaires, et que les premiers peu-
vent rester 24 heures sans manger".'
Saviez-vous encore que le RHUM
SARTHE CACHET D'OR est le seul
Itliuui qu'acceptent les vert soie'.'
Ils le prennent mme sans mrier et
sans eau;mais voil : on ne trouve en
llaiti que le verre boire !
DONNEZ LE MEILLEUR SOIN A VOTRE PEAU.
EMPLOYEZ LE PARFUM ET BLANC
SAVON DE TOILETTE
Loterie
SAVON DE TOILETTE
DLICATEMENT PARFUM.
Nationale
MOHR & HUKIN, P. O BOX M. Distributeurs
Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince.
qui uuu par une o
Tout le monde ne lait que
yo-yoter eu Europe, dit Cl-
ment Vautel. C'est de la
yo-)omamie. Les prlats ont
proteste contre ce ieu.
Nous croyons savoir yue
la colonie belge Port-au
grince se prpare lter
l'arrive de l'agronome que
le (louveruemeut a engag
pour diriger L)amiens.
Le Docteur Rodolphe
Il nous revient que Mon
sieur Henri fcFiy, l'agronome
belge engage' par le.Gouver
uemenl Hatien pour donnei
enlin le branle au Service
National de la Production
Agricole, sera.s'il ny est dj,
dans nos eaux, cette aprs-
midi au plus tard. .La colonie
belge de port-au-Priuce a
estim que c'tait l'occasion
d'une manifestation haitiano-
belge, et un programme a t
conu a cette iutentiou. Caril-
lon, sirne, trompes d'autos,
pour annoncer que le bateau
qui transporte le Messie de
l'agriculture hatienne a jet
l'ancre. Le cortge se lormera
chez Peters, et, prcd du
Jazz Scott jouant la Braban-
ouue, se rendra au Quai dans
ie plus grand recueillement a
la rencontre de Fiy. Des pho-
Des Confrres
propos du
Trait rejet
Notre coutrre L'Action
Nationale reproduit ces pa-
roles de M. Blanchet, secr-
taire d'Etat des Relations Ex-
trieures, la sance de
l'Assemble Nationale: tC'est
pourquoi l'Agent fiscal est
prvu avec des pouvoirs exor-
bitant, mais dtermins.
Dans la Proclamation pr-
sidentielle, on peut galement
Rpublique le droit de c taire
tous traits ou couvenlions
internationales, saul la sanc-
tion de l'Assemble Nationa-
le. Celle-ci n'ayant que le
I droit de sanction, toute sug
[gestion venant d'elle, eo ma-
tire de trait, ne saurait tra
qu'un empitement.]
Notre conlrre hebdoma.
daire Le Temps crit: Nous
croyons que le gouvernement
est partaitement honnte, que
les hommes qui sont au pou-
voir sont des patrioles, el
nous croyons que ceux qui
mnent l'opposition, la plupart
du moins, ne sont pas moins
Charmant uous a fait le plai-
sir de nous adresser uu
exemplaired'unaManuel d'Hy
j giurappliqueiqu'H vient de
appointements. ne voit pas j taire diter ^primerle de v m, agraiMfcM du rot
comment cette diminution peut [i iiiaL.oiuuiinieut et reiner- ^^ du produire le sabotage du Service, j clments a 1 auteur. ceQt gfi baUucerat aQ des-,
Pour lui, la mauvaise action | -Ou nous annonceJque ^^ lUai,itesiation. L'un)
est de croire que 1 on est oblig : mardi aprs-midi :l'USSn a
de laire tout son devoir quand j reuouvel son Comit avec
seulement on ^agne de gros ap (Messieurs lleiiriquez mainte-
pointements. Il estime que cette na la Pisideuce,,ator,vice-
prsideut, Thard, trsorier.
Bonhomme, secrtaire, Bois
1 Vert, conseiller.
cEl Pais,de La Havane,
lire: C'tait aussi, en fait j patriotes. Notre ^pense est
d'activit amricaine officielle tellement terme sur ce point
_>_____. _____.. u-.: i __ ___ ____ r i
tous ses diplomates accre-
| dites l'tranger qu' cause
, de la crise, leurs Indemnit
ne pourront pua leur lrepa-
lyes, quanta prsent S'ils en
ont les moyens, il> lerout le.
Bec Fii.
I
Accepteriez-vous, dit le
Ministre Amcricain.si vos doua-
nes vous taient remises, que le
Prsident d'Hati l'engageai
dsigner l'Hailien qui lui sciait
recommand pour chaque pos-
te par le fonctionnaire amri-
cain ?
Non, rpliquai -je. Mais
noire projet d'accord prvoit
un statut de fonctionnaires pour i
les services des Contributions et
des Douanes.Le Prsident pour-
rait choisir dans une liste qui
lui serait envoye, conform-
ment aux statuts envisags. Ce
systme serait constitutionnel et
sauvegarderait les prrogatives
du Chef de l'Etat. Mais ce sou
des refltions personnelles et je J
n'entends pas engager encore
l'action oihcielle du Gouverne-
ment.Mais.en aucun cas, h- Pr-
aident ne pourrait assujettir sa !
volont celle d'un fonction-
naire amricain !
Le Ministre Munro : Bien
que je n'aie pas ma libert d'ac-
tion.si j'tais Sr d'une loi mule
bannissant la politique le vos
douanes, je verrais ce qu'il se-
rait possible de laire dans ce
sens . l'A l'entretien prit lin.
D. U Prsident Vincent /ut-
il mis au courant de cette im-
portante conversation ?
R. Oui, immdiatement, ce
mme jour du 12 Juillet.
I). ApHi sa nomination, \ir
Albert blanchet vous a-t-il de-
mand quelques renseignements?
R. Non.Il n'a pas dit le juger
ncessaire, puisque le Praident
avait t tenu jusqu' la der
mre minute an courant de
l'tat des pourparlers.
( La fin demain ).
me ment accepte.
Sur la demande du dput
Tassy, l'Assemble vote une ad-
dition tendant inscrire dans
le budget une valeur pour la
cration d'une prlecture au
Port-Libert.
Budget du Travail. La cotn-
missiou propose de rduire les
appointements du Comptable et
dis employs du dit Dparte-
ment. Le dput Chtelain
co.ubat ces diminutions qui ne
goal pas justes.vu que le comp-
table de ce Dpartement ne
g le que 400 gourdes. L'As-
neuible repousse les rductions
proposes.
Le ijudget du Servies de l'En-
seignement l'rc L'ssionnel, an-
ai'ju! au d;t Dipaitement, subit
lorUs compressions sur les
suggestions de la commission.
Le appointements du Directeur
de c service ainsi que ses Irais
de dplacement sont dimi-
nu s Au Service d'Inspection
d i Tiav.nl les (onctions d'ius
p cttr K de Contentieux sont
supprimes. Le obi des statis-
ti j es est maintenu; mais ses
appointements subissent une
lot te diminution.
i. m p ;i" \ ism propose
d'inscrire une subvention de
C : ourdes en laveur de Nor-
m Lkarles, un Hatien qui a
ei l'tranger le prestige de
la mec no.u . lAssemble
part agi entirement l'ide ou
dput Adam et estime cepen-
dant que l'inscription ne doit
pas tre laite dans le budget du
travail. La proposition est
ajourne pour rapparatre au
morne il opportun.
Au vote du budget de l'cole
prvocationnelle! le dput
Estim demande au Ministre
intress des renseignements
sur l existence de celte institu-
tion. L- Ministre fournit les
explications nceseaires sur cette
coie institue pour lormer la
vocation des enlarus eu bas
Ages.
Les appointements du perto.i-
letir remboursera
beaux jours pa-
le (i novembre
heu eu Allemagne
leciious pour
conomie apportera l'Etat la
tacult de crer un bien-tre
d'autres malheureux qui sout-
irent.]
Aprs plusieurs changes de ,
vueaentielesdputsliilles,Piou annonce que le bouverue-
et le Ministre de l'Intrieur, les I > ''* ' u yv '
rductions proposes par la
commission sont agres.
A la valeur allecte la Garde
d'Hati, le Minitre de l'Intrieur
propose d'ajouter cent dollars,
montant des appointements du
nouveau lieutenant Dsir-Pans, j fr7is*"de ierTour Ylrau-
- Cette proposition est unani- j ger | ^ ,eur ^^
que l'Etat
quand les
I viendront.
- C'est
qu'auront
les nouvelles
le Beichstsg.
- Il se confirme, d'aprs!
des correspondances prives,
que le Congrs Amricain a
supprim les crdits du Cou-:
veruenieut des Etats-Unis
pojr le maintien de tous les
marines qui occupent des
territuiies trangers, priuci
paiement les trais de ceux
d'Ha!i et de Nicaragua.
- De Sauto-Domingo ou
uous annonce que l'eiuiueut
dominicain, le Dr Menriquez
y Carvajal. ex-ministre a
Pori-an-l'rince, gagnera eu ,
octobre prochain sounouveau
poste diplomatique de Paris. '
- A propos tle la place
qu'occupe le titre l'en-tle j
de noire conlrreiLe Centre,
uu humoriste a dit: Le Centre
est gauche.
- iNous nous joignons
notre contrera Le Nouvel-
liste > pour demander au
(i ju ^ornement de prendre une
mesure de clmence a l'en-
droit des journalistes en
prison.
- Comme ou s'y attendait,
le cble a annonc le dbut
des hostilits entre la Bolivie
et le Paraguay. Dj, des
morts et des blesss. La So-
cit des Nations dlibre
cet illei.
s'exeraut encore en Hati, la
seule Agence fiscale organise
par le Protocole B du traite
avec, certainement, des altri-
bulions excessives, mais can-
tonne quand mme dans sa
cent se balanceront au des- zone spciale.
sus de la manifestation. L'un / Il y a un peu de cette con-
des mauilestauts, dsign par damnation prononce par le
le comit d organisation, re- prsident de la Rpublique
mettra une gerbe a Mr Fly.. lui-mme et par le secrtaiie
et lui dira quelques mots de d'Etat des Relations Extrieu-
bieuvenue.pai lis, comme tou- res lui-mme dans le rejet du
jours, du cur.D.ius la soire, trait par l'Assemble Natio-
teux d'artilice, banquet, re- nale.
traite aux
views.
Le programme
flambeaux, luter-
est
Comment, alors, notre con-
lrre Hati-Journal peut-il,
certes au sujet de l'intention prte
mirilique.mais ueserait il pas/ au docteur-snateur Carr de
plus simple, et pratique la; prsenter un projet de rso-
lois, de tendre au dbarqu lution demandant au gouver-
a Mr Fly... deux billets en livra nement de reprendre les n*
de la LOl'ErUE NAl'IU- gociatious en vue de la si-
NL ?
A louer
Maison, Rue l'.iv. <-,;i ct
de i lilacire.
Halle, Rue du Quai.
S adresser a :
Mr Franck N. GAETJENS
Tlphone: 2347.
que nous n'avons pas le
moindre doute que Matres
tJierre Hudicourt et Georges
N. A_ger, pour ne citer que
ces deux concitoyens de va-
leur, auraient sigu le trait
du 3 Septembre s'ils taient
au pouvoir, et^notre tte sur
le billot, nous affirmerions
que M' Abel Lger l'aurait
sigu aussi, s'il tait encore
ministre des Relations Ext-
rieures.
Pour notre confrre, ce
qu'on lait et ce qu'on ferait
parait une'question de_situa-
tion, ainsi que le tmoignera1
les mots de cette citation qne
nous avons souligns pins
haut. Proposition hardie, s'il
en est, mais qui dpasse noire
humble comprhension. Mais
voudrait-il, poussant son rai-
sonnement fond, admettre
m
i gnature d'uu nouveau trait,
crire ce qui suit: L'ide ue si M A# Blanchet uil
| est excellente. Si elle se rea- sQateur,il aurait vot contre?
lisait, elle eiiacerait, heureu-
sement, la pnible impression
que fit, non le rejet du trait
par l'Assemble Nationale
mais du principe mme du
trait. Car, ou ne s'explique
pas que, dans les circonstan-
cesactuelles, on puisse rejeter
le principe mme d'un trait i
666
Liquide En Tablettes
Sauve, gurit la malaria en 3
jours. Les troids le 1er jour

Maux de lie et Nvralgies en
30 mintes.
66ti Soulage les l'roids
|,e plus rapide remde con-
nu.
LA WEST INDIES
qui liquiderait, avant 193G, la
Convention de 191.
On n'a pas rejet le prin-
cipe d'un accord de liquida
lion, mais le principe d'un
trait qui comportait, pour le
Reprsentant fiscal, les pou-
voirs exorbitants dont a
pari le secrtaire d Etat des
Hpital Gnral Hatien
Accidents
19 septembre 1932
I Lorance Solage, Port-an-
Prince. Brlure 1er degr de U
main droite.
Casimir Fils, Port-au-Prince.
Contusion des rgions sourci-
lire et sous orbitaire gauches
avec petites blessures confuses.
Joseph Jean, Port-au-Prince.
| Blessure conluse de la lvre
suprieure.
c
A la suite de la noie parue
dans Notre il concernant
la West Iadies Trading Co.,
uous avons t iulnrmes que
cette firme, contrairement ce
qui a t publi, n'a nullement
Kelalions Lxtarienres, et les I Ro8w st c,oad- Port-au-Pce.
attributions excessives i dont Frac,tme double de lavant bras
a pari le prsident de la K- lRa5chel(h?p|fall8Lrt Pce.
uuhinue Eraalia Fr anois.Port-au-rce,
puuiquc. Fracture desis du pied gauche
D autre part, comment et- (Hospitalise) \
on pu accepter le principe du
trait et rejeter ses disposi- fe
tions, la Constitution ne re-
connaissant l'Assemble Na-
tionale que le droit d'ap-
prouver ou de rejeter tout
l'ensemble?
Quant la Rsolution dont
on prte l'intention au Doc
,nsparu,,e:.UJPi*ce- EUe existe; teur Carr, elle nous parat
irrecevable toujours en vertu
de la Constitution qui ne re-
connat qu'au Prsident de la
seigutment Professionnel, saul
ceux de l'Assistante inspectrice,
snt rduits.
L'Assemble, tenant compte
del proposition Adam,relative
a une subvention en faveur de
Noimil Charles, cre une Jonc-
tion de proltsseur de sculpture,
.sou conseil d administration a
pour prsident M. Georges N.
Lger et pour trsorier Mi J. t.
Casablanca.
La West fudies a simplement
lou son local la Socit Ha-
tienne d'Automobiles. Elle coru
linue ses activits comme par le
pass mais avec un personnel
restreint. Elle a un stock de
plus de Vingt Mille dollars de
marchandises, et n'attend que
la reprise des affaires pour pla-
cer de nouvelles commandes.
L'est tant mieux.
Le Monde
Mariages. En l'Eglise
Wesleyenne, le samedi 8 octo-
bre prochain, 5 lie res 1/f <
l'aprs-midi, a un lieu '", cr*"
monie religieuse du mariage[
Melle Clmanse Chraquil, BJ
de l'Imprimeur Chraquit, avec
le Pasteur Ruben Marc- Me"'
leurs compliments et souhait
uel du Service Central de l'fcin en toroiutaut le veu que le
Cin-laldy
CE SOIR
A la demande
Prsident de la Rpublique y
t-emme le dit citoyen. Vu
l'heure avance.l'Assemble sus-
pend les travaux.
I
Dans l'Ombre du Harem
avec Lon Mathot, Louise Lagrange.
Entre ; 0,50; Balcon : 1,00.


LE MATIN -23 Septembre 1932"V
PAG h 3!
lUium Barbaueouri
Dont la renomme est universelle a gard M premire place
Demaiulez partout :
UN BA1.KAXCOURT
Dpt : Hue des Csars,
Sachet Mirga
u
nntinvraltfique
mm|M quelques minutes Fivre, Grippe, Migraine,
numttKin*- Mdicament de choix toujours efficace et tant
Z,n libratoire dn Docteur GIRAUD. Paariuciu. LTON-OULUNS(Fnaef )
m,-i' Port- u-Princt i Pharmacie BDCH.
Les avantages qu'offre la
Cuisine Electrique
* HOTPOINT A
sont maintenant connus de
tout Ie*monde.
Pour vous en convaincre,
visitez notre salle d'expo-
sition.
Compagnie dEclairage
Electrique.
fc^H -** ** > . *PW-
. .' w> .--. ,.
' *.,^ti^(.^**w n.
INSTITUT
Guy-Joseph-Bonnet
Prs du Monastre St Grard
Sous la direction du nrolesseur Luc 1)0 HSIN VILLE, ftflWlw
me de lettres, historien et gograuhc, et d'un groupe de Matre -
d'lite, plusiturs diplmcs d'Universits trangres Cours clas.
iqaes. Cours pratiques Site idal Coutort moderne e
hyginique Vastes terrains de jeux divers. Aux derniers exa-
mens officiels pour l'obtention du baccalaurat, I tablissement
a l class parmi les trois premiers I
La rentre aura lieu le lundi 4 Oct. prochain
Prix d'colsgei meilleurs que dans les autres collges de
Bime grade !
On trouve (Institut, commme dans toutes les bonnes librai-
ries, les livres classiques du professeur Luc Dorsinville:
Cours Prparatoire de Gographie
Cours Elmentaire de Gographie Atlas
Cours Awyen de Gographie Atlas.
Aidez par ailleurs l'emploi gnral de ces livres,c'est pour
le bien moral et patriotique de la jeunesse du pays,en les taisant
t cbeter par tons les petits Hatieus.
N'ACHETEZ QUE LE
BA 1-RlM
M. Fontaine
Meilleur et meilleur mar-
ch que l'article import.
En vente au dpt de la
Distillerie de F Aigle, prs la
Banque Nationale, et chez
SI0N VIEUX PRIX DE DTAIL GOES 2,25 LA BOUT
J. PICGULET 1.25 LA DEMIE
BAZAR NATIONAL PRIX SPCIAL POUR VENIE EN GROS
tifoiun iic
IfcBlti riinifyriiOL
Le Parlement Franais vient 1
de voter la loi portant conver-
sion des Rentes.
5o|o 1915 1916*
tio|o 1920
6 o|o 1927
5 ojo 1928
des Obligation!
o|o 1927
et des Bons du Trsor
7 ojo 1<)27
mis en lianes.
Aucune lomalif.actuellement,
ne sera rclame des porteurs
franais ou trangers qui accep-
tent \ conversion.
Ceux qui ne l'acceptent pas
et qui demandent le rembour-
sement devront soumettre leuis
litres au "visa pour date",
Port-au-Prince, la Lgation
de France et, en province, aux
Agences Consulaires franaises,
au plus tard le tk sept.Ils auront
y remplir une demande de
remboursement en double exem
p'aire dment sigae par le
dposant en ce qui concerne les
titres au porteur , et par le
titulaire ou son reprsentant
qualifi en ce qui concerne les
titres nominatifs t et portant
dsignation dtaille des Titres,
savoir numros ; pour les
Rentes, le montant eu rente et,
pour les Bons et Obligations, le
montant neminal.
Sur les Titres produire obli-
I gatoirement aux dites autorits
consulaires franaises, le visa
sera par leurs soins accompa-
gn d'une mention spcifiant,
avec la date de la demande de
remboursement, que le ti're est
non ngociable ni convertible.
Oes visas consulaires seront
dlivrs gratuitement.
En restituant les Titres ainsi
viss, les autorits consulaires
franaises remettront aux int-
resss l'oiiginal de la demande
de remboursement dout ces der-
niers auront alors assuer,
rux-mmes directement,la trans-
mission avec les Titres au Trs
(S'irs tranjis avant la date ex-
' trente du .'50 novembre 1932.
ILa L-^gatiO'i d t France ainsi
que les agences Consulaires de
France se rservent le droit, si
elles n'ont pas connaissance de
l'identit des d -posants t.an
gers, de rclamer la lgalisation
de leurs signatures sur les de-
mandes de reraboursemen' par
les autorits locales comptente s
tour les Citoyens Ha iens, et,
\ pour les autres trangers, par
j leurs Consulats respectifs.
.lu i ci au 24 septembre, les
bureaux consulaires seront ou-
1 verts aux fins prcites, de 8
13 heures.
I
"*
1



Goodyear
Constitue en 1898, la Socit Good-
year a vu natre l'Industrie automotive.
Celte longue exprience permet cette
vaste organisation d'offrir aux propri*
taires d'autos et de camions des pneus
suprieurs en qualit et en dure tous
ceux qui se vendent actuellement en
Hati.
LES PNEDS C000YEAR > HEAVY DUTY SONT FABRIQUS AVEC USE FICELLE SPECIALE
CONNUE SOUS LE NOM DE SUPERTWtSTE DONT L'ELASUT ET LA RESISTANCE SONT PLUS
IES OE 30 POUR 100 nUE CELLE EIIPLOYE PAR LES AUIRES FARRICANTS DE PNEUS'
A La Socit Haitienne d'Automobiles,seul re-
prsentant de la Goodyear en Hati,vous trouverez
toujours des pneus et chambres air de toute fra-
cheur de cette fameuse marque des prix dfiant
toute concurrence.
Socit Hatienne d'Automobiles.
. GlNTIL bogat ET CIL-
OE

Note
La Rente Nouvelle venant d'-
tre institue en France la suite
de la Conversion des Rentes
5/. 1915-191(3 / 1920, 0/
1927 et 5 o/o 1928, des obliga-
tions 6 o/o 1927 e des Bons
du Trsor 7 ojo 1927 est de
quatre et demi pour cent,amor-
tissable en 75 ans et inconver-
tib'e jusqu'au 1er janvier 1939
Allez chez Iiarbancotirt, la
nu- des Csars, o vous trouve
rez un excellent cocktail sec et
demi-sec dont vous ne pourrez
plus vous passer.
..CTION LECTIVE SUR LE REIN
Cure complte do l'ARTHRITISME
Saison du 20 l\*. i au 25 Septembre
COURSES TENNIS GOLF POLO .THTRE OASINO
PARO SPOIAL POUR LES ENFANTS
Trait, llrcetft > l'AHis (lare aie 1-1 .1) n \i 1 1 1:1.
1 ,Fn fmi d*JH ,f ivrlm IpalM l'h krniaatM, l'rOKiieriei et Meiaon u'Aliiuautellon.
I* 1 I II 1 * 1 1 ,,
AUTO ACCESSORIES
We sell New and Seconp
Hand Parts for a|l makes of
automobiles.
KNEERS GARAGE
B ie Pave
Phone 2dl8 & 22.'14
Grande Hasse
1
lYSEN
Laboratoire SJOURN
Diregturs
j!" sjourn, Pharmacien
*\- Sjourn, Pharmacien de 'l'Universit de Paris
1- Sjourn, Pharmac: d de l'universit de Parie,ancie
inti 1 Hpitaux de Paris
Itiily e- \f* r-'"e*,d. oc triqne du sang ( Was .
PT tir- t i.i Mno.rd, Glycmie), i
Dwcrucbii*. Des taulires tcales. 1
. Pour Gupp ou Eulet*
MIGRAINES, CONSTIPATION
CONGESTIONS. TOURDISSEMENTS
EMBARRAS GASTRIQUE
IL SUFFIT de prendre
4 l'un de vos repas
(toui Ici deux jour* seulement), une
PILULE d D DEHAUT
147, Rue du FuboirgSt-Dania, PARIS
Kais il 2ut exiger lesverltaiiiM
qui sont tout fait blanches
et (ur chacune deequtllee le* moU
DEHAUTaPARIS
ont tr* lisiblement imprime* en noir
I
Avise les consommateurs de son LAYl
qu'il a rduit ses prix comme suit :
LAIT CONDENS SOCRE CAISSE OE 48.14 | OZ OR 6,25 DTAIL OR 0.11 CENTIMES
LAIT CONDENS SUCR Of ?40,3 | 9,10 DTAIL 0,04
LAIT VAPOR DE 48,16 6,00 IDT.IL ,0.11
LAIT VAPOR DE *8 ' 6,40 i DTAIL. 0.07
Rappeki-voo*une le LAC CONDENSE, EVAI OREell'i POUDREESBEbSBN ast le
meilleur, le plus pur et le p us riche eu crme. I! eal recommanda pir les mdecins ei
sages femmes aux bbs el aux rualades.II ealemploy avantageusement pour les Crai**
glace -i enaudea, et les desseits de t'tules soiii*.
En vente AU BON MARCH
a
El dans toutes les bonnes piceries tant
a Port-au-Prince aue dans toutes les
villes de la Province,


Vendredi
23 Septembre 1932
Le Malin
4 PAOBK
ft&a AAiftLfc iW
fort-au-PiiLce
Tlphone : 2242
Panama Railroad Sleamship Line,
\qenls aax principaux ports d'Europe,
l. W. Shlldon &,CoUd. S. W.SHKLDON(&CJLld
17, James Stieet, l'enmn Honte,
LivEni'OOL, Lngland. 112/113 Fenchurch Mreet,
Londoufc E.tC. !.hug!and.
France
Mory &J?;Company.
Atlantic Preighting Corp. Div.
74, Quai des Chanons,
Bordeaux,' France.
Mory & Company,
Atlantic Frcighting Corp. Div.
155, Boulevard _de ^S'.asbourg,
Havre, France.
Mory & Company,
Atlantic preighting Corp. Dt.
3, Rue St Vincent de ;Paul.
Paris, France.
Hernu Peron & Stockwell,
Boite Postale: 78,
Havre, France.
'
-a
Mory & Company,
Atlantic Feighting Corp.JDiv.
J7, Bue de la Rpublique,
; Marseille, France*
Gellatly Hankky &t,Co,
21, Rue de la Rpublique^
Marseille, a France.
Germany
Atlantic Freighung Corp., Atlantic Preighting Corp.
Ballinhaus, Uamburg 1, Germany. Bieitenweg, 56. Bremen, Cer.
Holland
Atlantic Freigiuing Corp. Atlantic Preighting Corp.
Aulwerp Division,
C/O Steinmann & Company,
P. O. Box. 1060, Rotterdam, Uolland.
Koningin Ernmaplem o
Rotterdam, Holland.
Belgium
Atlantic preighting Corp.,
C/O Steinmann and Co
4, Quai Jordaens,
ntwerp, Belgium.
A. Ceresa & Company.
Via Bauchi 3,
Genoa. Italy.
Spaln.
Mr T. Mai.i.oi. Bosch.
Atlantic Preighting Corp., Div.
Paseo Colon, 17,
Barcelone, Spain.
A/B W. Larka,
Atlantic preighting Corp. Div..
Skeppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
Denmark
E.A. Bendix and Company,
Copeuhagen, Denmark.
Italy
Mr Altredn Imore'di,
Atlantic Preighting iorp-DiV.
Piazza De! Fcrro N.3 5,
Genoa, Italy.
Norway,
LanritZ A. Devold A. G.
Allautic Preighting Corp. Div.
Aalesund, Norway.
Sweden
Sven Jansson &. Companv.,
Atlantic Preighting Corp. Div.
Non koeping Sweden.
(LIGNE COLOMBIENNE )
Tlph >. e; Na 2323
Le vapeur Martini me
Voy. 10'tvenaV de. New-York
et ''-sports du Nord e>ta'"
t. ndn ici. sam di 24 courant,
en route le mme jour pour
I1rs ports du Sud.
Le manites'e de ce vapeur
reu par avion poste est la
disposition des clients dans
nos bureaux sis angle tes
rues d Q.ui et Th mis M -
Idion (*.s* vis le la Douane)
X
.e vapeur i Bolivar a Voy.
104, partira de New-York le
VI courant, directement pour
I Port en-Prince o il attendu
le 27 septembre prochain, en
I route pour les ports Colom-
biens, Cristobal. ("anal Zone
Kingston et New York.
Le vapeur Baraco Voy,
108 partira de New-York le
28 septembre prochain,direc-
tement pour Port-au-Prince.
Port-au-Prince, le 19 Sept,
1932.
Wiliiam E. BLEO.
Agent.
AVIS AU COMMERCE
1 ;. i -, i
port au {> :
steamers soin
L. Pana il oad S; bM> '
., ncer |,,s (suivants e NewYok ; ou
aiti, directement chaque ardl. 1<>u* tes
ourvus de chivb'e triifo i'iuue
iy>nmlsi1ebew\ork. Arrivage* a Pnn au-mnee.
Steamer "Oriatobal1 le 13 leotcmbre le 18 septembre 1032
Steamer "Bue.aventura4 le 2C sept. le 26 sept. 193>
Steamer "Ancon" le 27 septembre le 2 cet. 1932
Steamer "Cniay . Steamer cC istobala le 11 'ctob e le 16 octobre U132
Steamer aBnenavrutura i 18 octobre le 24 octobre 19^2
Steamer An on e 23 ociobre le 30 o tobre 1932
Steamer fGiiayaquils le 1er novembre 7 novembre
SteameraCrfotobati le 9 nov. 14 nov. 1932
Steatne eBuenavuitura 15 novembre le 21 nov.
Steamer Ancon le 22 novembre le 27 novembre
Steamer .Guay:u|uille 29 novembre le 5 dcembre 1932
Panama Bailroad Steampship Lme
Jasfci.CVAN RKED
agent Gnral
Lvkes Brothers SS C lnc
Voulez-vous ;
Bussir dans vos tudes uo
taire r; nsf irvosenfants,grce
une mthode d'enseigne-
ment clafsique excellente?
VOUI EZ VOUS
Une protession aprs G 9
mois d'tudes srieuses (St.
no-Dact\lo Langues vivante
Comptabiliif )
Songez qti I Institut 'IIP
PENHAUEN se fecommande
Jet s'impose votre attention
) par les brillants lsultalsd-
" j obtenus.
1537Rue Lamarre.
Tlphone 2891.
Texas -Hatt! Saiito uomiago- Porto-Rico
Le seul service hebdomadaire et rguler passagers et
trt entre les ports du Golte du Texas "'rectemeut avec
Port-au-Prince, Flatti.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de .'a LYKE
LINE.
Les prochaines arrives s1 Port-au-Prince sont-
Steamer e Almeria Lykesi 23 septembre 1932
Steamer Genevive Lykes 30 selembre 1932
Steamer lUith Lykes octobre 1932
Bureau: Hua dn Magasin de l'tftai Boite Postale B
A/B Pettersson and Holmstrom,
Atlantic Preighting Corp, Div.
Skeppsbron 3,
Gotheuburg, Sweden.
Bernhard Bergh & Company,
Atlantic Preighting Corp. Div.
llalsingborg. Sweden.
Simon dstron A/B.,
Atlantic Preighting Corp Div ,
Malmo, Sweden.
1*~*UM
MMa
LE FAIT EST
INCONTESTABLE
Conditions avantageuses. Trai-
tement consciencieux. A proxi
mit de la ville.
S'adresser Mr Csmills Os
sant, P. O.Box 118. Tlphona:
2212.
"TV
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
-
La Magnsie ERBA
EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCH COISt RCULATEUR
OES FONCTIONS GASTRiQUES ET INTESTINALES.
A. de Matteis & G0
AGENTS POUR HATI ni
STEAMSHIP LISE

Si vous vouVz boire de
l'eau trs pure, et jl ice en
mme temps, achetez hrz
Flix Chriez
Rue Courba
UN FILTRE ANGLAIS
RROWNLOW, 3 GALLONS
Ayant un compartimentint-
rieur pour la Glace et tout
tait tpar de l'eau filtre.
Prix : 12 dollars.
Le steamer Huci ave ri!mai
^st attendu l'ort-aul': ince,
Venant de New-York, e lun
di 26 septembre 1932, avec :
78 socs de correspondance, et
pari ira le mme jour direc-
tement pour Lriatobali C. '/..
prenant lit et malle.
port-nu Prince.le 21 septem-
bre 1832.
Jas. H. C. VAN PKI I).
Agent Gnral
rue du magasin de i/etat
JCoquet taWtsaemenl li
t|i tout p -. de la Banque
Naie et dirig par Mme Maria
BERTET.
PROGRS NOUVEAU
RHLM NOb\EAl)
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZOIN
Grand Htel de France
P. P. PATRIZI, propritaire
Cet tablissement se re-
commande par un service
irrprochable, un restau-
rant de premier ordre, des
nya .D* n'ont pas cette chambre pour p ,
glace et alors au prix de 10 aeleCS Un Qqj qU \qS COn-
som ma lions sont varies et
des marques les plus rpu-
tes.
Tlphone : 2341.
LAItERE BAILEY1
AVIS IMPORTANT
| Porr tout ce qui se rapporte
^ aux afl:iires de la Fabrique
Hatienne de MosaquesChar:
lier-Mallebrauche et Co, nos
aimables clients sont pris
, de voir ou Mr A. Mallebran-
i che ou Mr Pli. Charlier, la (
! Socit Hatienne d'Automo-
! biles (ancien local de la West
' Indies Trading Co ) on ilr.se
l tiennent leur disposition
tous les jours.
Tlphonez an No 2680 ou
jau N 2115
[ Ciiahlieh-Mallebuaksul & l"
Livraison propre, hyginique.en boutefllu hermenqi
ment cachetes, labri de toute falsification.
Transport tait en rtrigrateurs i mues.
N 1313, Graud'Uue, Port au Prince,

L. '


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM