<%BANNER%>







PAGE 1

PAGE 2 Hapi LE MATIN 21 Septembre 1932 h )ort sur le relev des Ecoles rurales nationales et presbytrales —o— l'AH MAUIIICB DtlTIGCI & ANDh [AUTAUD, III En lab MAUX DE DENTS •Mite*. Seul, I BAU tbortolrr du p TUE-NERF MIRIA IMvM Por-au-Prlnc. s Ph*nw Blt.L, llW!l 4 Halle louer jChambre des Dputs Hue du Quai. S'adresvri ... \\r Franck N. f, \K l.ltINS. Tlphone : '2347. les travaux manuels et jardin ; pour les cours de del t de culJ physique. Il taut au proJ lesseur une chaise, un bureau j d'illettrs dans les sections | e t un butlet pour ses lourrurales d'Hati. Un pourcen1 nitures. Il taut des cartes de tage restreint pratique le ma. gographie,des registres d'api iage rgulier. 1 a grande maI ])C \ t ,| es formes spciales de jorit est catholique, norainaj ra pp„ r t. [| importe d'avoir centrale grande gasune administraiioa comptente et bien se, un systme de sion avec des frais port et d'entretien. I. — etlss PrrsMlrales j sections rurales I sence de statistiques srieuCe qui prcde s'applique j ses, nous pouvons admettre, aux coles nationales. On tait I d'aprs ce qu'ont rvl les Sciences/d'hygine e en droit de s'attendre de examens des instituteurs runurephysique.il taul meilleurs rsultats dans lest raux, qu'il y a au moins 90/ coles presbytrales. Les nominations qui y sont laites, tant en eflet rec unraaudes par les curs et les voques, ne sont pas sujettes des considrations d'ordre politique. D'autre part, tant places sous le contrle plus ou moins direct des curs qui n'ont s'occuper, chacun, que d'un petit nombre d'units la fois, les coles presbytrales auraient pu mieux tonctionner. De lait, elles sont suprieures aux coles nationales par l'tat du local, l'tat et la quantit du matriel et des tournmes, la rgularit de leur tonctionnemeut et leur frquentation. Cependant elles hissent beaucoup dsirer, particulirement en ce qui concerne la qualit des instituteurs. Sur 128 instituteurs examins dans les coles presbytrales,77 ne savent pas lire et 8i) sont incapables de calculer. D'autre part, sur 155 coles visites,3 107,80. Au Mexique, le cot! per capita varie pir Etat:' ainsi, dans le District F 1re il est de or 24,22 ; Mans l'Etat de la Basse Californie, il de o 31 52 et dans celui de Quintan Uoo de or 53,77 Sance du 19 septembre 193/ Dix heures. La salle est presque vide d'assistants. Vide aussi le banc de l'Excutil. Uu employ rdacteur procde lp pel nominal. La majorit est rgulirement constate et la sance est dclare ouverte. Le premier point, sanction dwprocveibaux, ne comporte aucune matire — Le dpouillement del corresDondan e entrtes a lecture de deux pices : Un m S ige du Snat accompagnant la proposition de loi qui assure le lonctionnement de lEc.de Nationale de Droit. Une lettre de. Mr Ensbe Rigiul invitant le^ inviolable* ADOUCISSANT LA PEAU....DLICATEMENT PARFUM. UN VRAI LUXE A UN PRIX] INSIGNIFIANT LUX SAVON DE TOILETTE DKLICATKMENT PARFUM !.. MOHR & LAURIN. P. O. BOX (M*. — Distributeurs Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince. Correspondance Port m Prince, le 1!) septemI) e 1093. Monsieur le Directeur, Il a commenc pampre dans j taut dpenser. AoxI* |Wltr M dernire cration, non ns, par exemple, le | na Ulanophane. Au troisime point, l'Assemama le vote du Budg it. moment les Ministres des Finances et de I Instruction pu blique etlec uent silencieuse ment leur entre BU sein du Corps. — '.e chapitre de la Dcdte publique est votavec la suppression de lombreestsinscrip tiois de crioce instituant u.ie datte Ai tante trop leve. Au vote de l'ensemble de ce chableaux Nos. 1,2, 5, <> Graphide vaudou. Les lemmes tiavaillcntplus que de raison et perdent une grande partie de que No. 1) t!. BetlM de Filles L'examen attentif du Tableau No. 4 lait ressortir lu disproportion qui existe entre le nombre des coles de tilles et celui des coles de garons. On ne peut arriver aucune amlioration sociale relle, si l'on u'entreprend pas d'duquer d'une faon mthodique 'prendre les lilies de nos campagnes. Nous nous rservons d'insister davantage sur ce point au chapitre des recommandations du prsent rapport. i pour l'inu e 11)30. A Smlo! Domingo,ils ne tiennent pas, apparemment, un systme [de comptabilit scolaire leur m une grauuc iaiiit u j permettant de dterminer le leur temps au march pour cot per capita le l'instrucdes ventes insignifiantes. I tiou Cependant, d'aprs les D'autre part, si, l'ignorance I informations tournies par le i des mthodes de culture, des j Service N" de I Instruction mthodes de prparation des publique,il existe 4Q0 coles produits exportables, l'emploi d'Instruments aratoires dsuets et inefficaces, on ajoute la baisse des prix, l'ini capacit du paysan de com*.." Mnin le ce |our ui Map port sur le retevi des coles ru | raies nationales et presbytrales par Maunce D_irlig je et Andr Liaataud. Dans I introduction ; le ce rapport qui semble tre un document olticiel, je lis ce qui sud : Si le Service national de la Production \gricole et de l'E is •igiem-'ui Rirai pos sfdait des mio ni >tio is prcises sur les Fermes ftcole*, s'il 1 li tait lois ble l'en obtenir SUT les coles ore-oy r i 1 s, i' sftiouvait ii:v 'Our d MIS l'im possibilit de recueillir immdiatement is to mes exucles sur if. coud noua dans lesquelles looctioeneul les coles rurales nationales L InspectioaS •Ui r e de Port au Prince ne pouvait Ce Ple en mtal SIGNIFIE UNE PLUS LONGUE VIE 1.— Le P'e en mtal prserve contre l'oxyde et la nrisure 2.— Plus de lumire. 3 — Plus longue dure. 4 — Economie relle. 5.— Traits exclusils. MTAL CERCLE PAS DE CIIU-: HOUGE pitre, le Dipue Brcy, qui a combattu la suppression des crances, donne lecture l'As semble dd i.o ubreux docu-| que lournir la liste des coles | sxTaa B>A.inri!Kif menla de na'ure a justifier les diUs crances. L'Assembl %  • pa sa Budget de l'Instruction publique. Le Ministre de ce I) ip inecneut demande la supp. ** %  d une addition de la com nissiou du rurales auxquelles es', alloue !Budttt, qui cre un, sous-insannuellement une valeur de P !" J. ^ l,ro "' „ mm( p Le Ministre relire, sa itfininae des lois manque I). — Livres classiques La plupart des livres en usage dans les coles rurales sont des livres franais imports, dont le contenu \\\i aucune relation avec la vie des lves et suppose des expriences presque totale uent diffrantes. D'autre part, les livres qui dominent son 1 le tlin souvent, des livres de ectnre. La proportion des livres d'arithmtique, par rapport aux livres de lecture, est trs faible. Les livres d'hygine sont presqu'inexista ils. Recommandatto BS Mesures imme listes De ce qui vient d'tre dit plus haut, il rsulte que n die systme d'ducation rurale vgte daus uu tal plus que la£j^' menlable. Les rsultats d a DOS j canlpagIes investigations sont a la lois si tristes et si concluauts qu'ils I se passent de tout conimen taire. Nous pouvons dire que la ; siluatiou sociale et co i o ni! que du piys l'explique p i r son systme d'ducatiou et qu'il ue pourra y tre apport aucune amlioration lU'iinitive si l'on ne rorganise pas poire systme d ducation j publique sur une base sej rieuse et scientifique. t Nous envisagerons prs qu'exclusivement daus ce rap port ce qui doit tre fait immdiatement, c'est -dire partir du 1er Mars au plus .ard, pour nue amlioration sensible des e oies rurules d'Hati. L'organisation de ces *oles devra dpendre des Tondilioos sociales du milieu, des fonds disponibles et de la canari'e des instituteurs. I. — La situation dans les le jeu des facteurs conomiques, son de besoin et s o o absence d'idals, on ne sera pas surpris de cette sous-production, en prsence de la(jn Ile nOUI nous trouvons. Tel est,eu raccourci, l'tat des conditions sociales et COUO;n |ues de nos campagnes que l'cole, d'accord avec le Service d'Hygine et l'Extension Agricole, doit radicalement chiugrr. Il est vident, pour les plus simples d'esprit : 1. 0 112 es coles rurales, telles qu'elles fonctionnent act ici lement, sont incapables d'apporter aucune amliora • lion a cet tat de choses quelle ne foraient, au contrairea, qu'aggraver. 2. Que les vieilles mthodes d'ducation jusqu'ici en honneur dans les coles hatiennes doivent tre mises. UDQ lois pour toutes,de cote, ; Qu'il taut de l'argent et des instituteurs prpars pour entreprendra la grau le ta de civilisition de nos 108,000,00 dollars, soit 420,60 dollars par eoie. L'efiectil varie de 50 150 par cole. En adoptant 7 comme eflec tit moyen, cela nous d tune ;|U,()()0 lves. Il est douteux que cette valeur de or 168, 000,00 comprenne, en sis des salures des professeurs, les dpenses pour l'administration, l'inspection, les loyers. les fournitures, les libres classiques et l'entretien des locaux, h ne nous est DIS p ifisible, eu consquence, d'valuer approximativement ce m • co e l lucatiou pai j lve, h est probable que la valeur meotioane ne reprSeute que le salaire des pro fesseurs, tout comme les valeurs inscrites au bmlget du apis l'intervention du dpm Leroy qui tait ressortir la ncessit d'une, sous inspection Saltrou pour contrcMer [ducation des entants de la troni re. L'addition est rserve. Le Ministre des Fin inces s'lve contre des arlicle> proposes par les Commissaires, et qui prvoient de nouveaux directeurs et prolesseurs d'coles primaires. Le Ministre lait observer que ces crations ne peuvent eire que coiulitiotmctles, vu que l'on ne *ot pas encore combien s'lvera le Bndgat dm voies et moyens. — Dilendus par Gilles et Pion, le* articles additio mets sont admis. La tonclion d'un professeur de chaut an Lyce des Cayes est au p prime snr la demande du dput Blizaire, Les subventions proposes par la commission sont agres. L'Assemble vote (reiza bourses Dparte* ^ trente cinq gourdes pour l'E Dpartement de l'Instruction! publique en Hati, lvi llnti, s iuf au m %  ut de l'Enseignement Ro j C() l e Normale "de jeunes tilles et rai, il n'est pas tenu une na /. • cent gourdes pour celle Comptabilit scolaire permet ( des gaicons. tant de dterminer le cot. Le pro|el d ; ; Budget des Cultes per capita de l'ducation. Le estvotaani C ut per capita dans les ferdl 1O "mes coles, bas sur l'ellec '1 Les iiiihls (lispsiiihles. L'argent est le facteur dis pensable au succs te te entr ,• li tique, P. intoui i • aie O'i et mi ique. rar consquent, sans argent, il n'y 'a pas d'cole vraiment digne de ce nom. Lu Il.Ui, malheureusement, on croit qu'avec uu lus leur plus ou moi is lettre, pay de trente a cinquante gourdes, quelques baucs, uu tableau, uu local l'avenant, on a une cole, et qui donnera des rsultats. L est l une grave erreur. Il taut uu locaLqui se prte au travail de 1 cole, des livres classiques adapts au milieu et aux buts .w-ciudie.des crayons, des plumes, de l'encre, des ardoises, du papier.de la craie, des tables et des chaises, uu matriel convenable et des lournitures suffisantes pour tu el comprenant les salaires des instituteurs et des grants* les matriaux, lournitures, livres classiques, frais de supervision et d'adminisii • ion, a t d'environ Gds il 1 13 compar Gds 139,545 aux Philippinesel (ils 107,81 Porto-BJco. Le cot per capita, reprsent seulement Budget des Relations Extrieures. La commission propose la suppression d'un article qui prvoit Cent quinze dollars rpartir entre les consulats d s Anldles. Le Ministre intress avance des objections qui dterminent l'Assemble repousser la suppression. L'ensemble duhuiv e; pi dment vot, j Budget des Finances* Le. di put Adam propose de suppri-. p'aces sous son conli'e, etc, etc. Aprs foute la publicit qui a t dfja laite autour du nouveau statut des coles rurales. Tins pectioa n'a ni l'intention ni l'envie de provoquer une nouvelle polmique ce sujet. Il lui est cependaul impossible de laisser crire et imprimer qu'elle ne pouvait que tournir la liste, etc. Il est vrai que le rapport ne dit pas : ne pouvail lournir que la liste. Nous savons gr de celle nuance ; cependant nous sommes dans l'obligation de faire savon qu'il ne nous a jamais t demand autre chose que ce que nounoua sommesempress.s de donner. Recevez, Monsieur le Directeur, avec mes remerciements, mes raei lettres salutations. Flix MAGLOIUE, Inspecteur des coles. INSPECTION SCOLAIRE DE PuI-AU-PRINCE AVIS Il est port ta connaissance des intresss que selon avis du Dpartement de l'Instruction Publique les examens de la session extraordinaire sont fixs aux dates suivantes : Certificat d'Btttdss primaires 10 Octobre. li evel simple et suprieur 17 Octobre, Certifie*: d'Etudes Secondairess 1re et 2me partie, 17 Oetobie. Ecole Nationale de Droit, 6 Octobre. En consquence les registres d'inscription pour ces divers examens sont ouverts tous les jours de 10 heures midi. En vente partout EVEREADY TRAOt MARK LAMPES & BATTERIES — elles durent longtemps Patentes dans le monde entier. 9229 Note La Rente Nouvelle venantd'&f re institue en Frai.ce la suite de la Conversion des Rentes 5/. 1915-19R). 6 0 / 0 1920, /* 1927 et 5 o/o 1928, des obligations (i o/o 1927 el des Bons du Trsor 7o|o 1927 est de quatre et demi pour cent,amortissable en 75 ans el inconvertible jusqu'au 1er |anvier 1939 DE COCKTAILS Perdue BONNE RECOMPENSE u Il a eie perdu en ire ta chapelle St-Grard (en passant devant IHpital Amricain ) et l rue Bonne Foi une broche de tonne ovale en vieil or .orne de plusieurs perles. Une bonne rcompense est promise celui qui la rapportera au bureau du journal. 0" CAMILLE LI E. 1400, Bois Verna, Tlphone : 3201 MttsWibPOITRINl TOUX BACILI.ME M ma PAHIS par le salaire des directeurs J raer [expertadministratif prvu et protesseun des coles coogrgiuistes, d'aprs le budget L.iir compar Gds 45,49 pour les 1. mies coles. ( Anne 1930/ 31). Le cot per capita esl le s*ul qui permette de juger de la qualit de l'instruction donneauxenfants et| orsqu'il est tabli sur la prsence icelle, il constitue la seule base srieuse de dtermination des valeurs allouer l'ducation. ( A suivre). i i") Philippines Island Survey.pake 090, Tabl* 98 1923. pour ce Dpartement.Cette proposition, taiblement combattue par le Ministre des Finances, rallie la majorit. Le dput Pierre-Louis demande de supprimer les nombreux comptables de ce Dpartement atin de rtablir la Chambre des Comptes. Le Ministre intress combat celte proposition qui — vote — mettra le Dpartement des Finances dans l'impossibilit de bien lonctiouner. Le dput Estim intervient contre la demande de suppression. Un vil colloque s'lve entre lui et le dput Foarcant. Le Prsident, impuissant ramener le calme, lve la sance. Allez chez Barbancourt, la rue des Csars,o vous trouverez un excellent cocktail sec et demi-sec dont vous ne pourrez plus vous passer. LARYNGITE, TUBERCIJLOSCATARRHE. RHUMES •<• PLEURSIE. TOUFFEMun* EMPHYSME. ENROUEMB"' aiONCHIteJironijM.SUEJ* NOCURN&S. CRACULMENTS* SANU.INFLUEN ASTHME. lit fl *-* ;' BACILLE M RAVFNE En vente RAVENf A,rtil r..pirlr ""^upi port-au-Frlttct : PhM %  % %  • %  %  %  %  Cin-laldy DEMAIN SOIR La belle comdie Totte et sa Chance avec Andr Roanne et Carmen Boni outre : 0,50; Balcon : 1,U0.



PAGE 1

MATIN 21 ubre l PAGE 3 llliiiui Bairbaiicoiirt Dont la rcnuramee est universelle i gard su premire place Demandez partout : UN BRBANCOURT Dpt : Hue des Csars. nExSvmB-V+l,., • %  y .* (ai •* %  • mauvaise. < :) V Do trs 'ijrsfsltA&ies. t£ %  %  'eh-, €e la com paion, Obtenu avec les eaux minral!: •reltes,iiar s avec des citron ... > HOTEL KAKAM h ne confortable succursale de Palace Htel, Kensr hoil— \ Pour la saison d't, rendez-vous chez A.J. Karam, Kenskoff, o vous sciez servi souhait. Excellentes conditions. ; Avis INSTITUT Guy-Joseph-Bonnet Prs du Monastre St Grard Sons la direction da professent 1 Luc DOUSINVILLE, hom %  me de lettres, historien et gograohe, et d'un groupe de Matres d'lite, plusieurs diplmes d'Universits trangres-Cours classiques.— Cours pra'Kjiies— Site Idal — Coolort moderne et hyginique —Vastes terrains de jtux divers.— Aux derniers examens olliciels pour l'obtention du baccalaurat, l'tablissement I t class parmi les trois premiers 1 La rentre auialieu le lundi 4 Oct prochain Prix d'colage meilleurs que dans les autres collges de œme grade 1 Ou trouve l'Institut, commme dans toutes les bonnes librai* ries, les livres classiques du professeur Luc Uorsinville : Cours Prpaiatoire de Gographie Cours Elmentaire de Gographie — Atlas Cours Moyen de Gographie Atlas. Aidez par ailleurs l'emploi gnral de ces livres.c'esl pour; le bien moral et patriotique de la |eunesse d i [>ays,en les taisant acheter par tous les pttits llatieus. ENO EST BON POUR JEUNES ET VIEUX ENO'S "Fruit Sait" est si doux et agrable au got que les enfants 1 aiment. Il est un correctif si sur et efficace que des millions d'adultes l'ont adopt pour viter la constipation et la paresse intestinale — cause initiale de bien des maux. Exigez ENO. 1 EGLISE DE OIEIi; EU CHRIST CONVENTION D'HATI Li 4me convocation de l'Eglise se tient la Mission du Bel-Air.prs du Fort Veillard.du 19 au 28 septembre! Les A premiers jours sont %  consacrs au jene et^ la prire. Nous invitons les amis dej I Œuvre venir rarticipei nos runions de prdication, de conscration, de prires, afin de solliciter du Trs Haut l'tablissement du Royaume de justice, de paix et d'amour. Nous tmoignons tous) notre grand bonheur de possder le Hv. J. Vital-Herne cora.iie le Superintendant de cette Eglise ; de sorte que notre Convention n'acceptera! le .service d'un ministre d'une dnomination similaire qu'j prs la dcision du l'ssteur et du Comit local. Nous aurons un baptme M irlhsaot, chez Mr 'I bornas Min l, le dimanche 25 septm bre, 9 hres du matin. Kev J. Vital-Herue.StAptre Fr. j SI JugtejPrs. du Comit Fr. J. Cngnre, Membre. Kr. <<. Nici icr a Sr. J. St Juste Fr. Ed .lo'c pli, Scrtai; e Sr J. Vital-Herne, Mre. Les avantages qu'offre la Cuisine Electrique HOTPOINT sont ma in tenant connus de tout le monde. Pour vous en convaincre, visitez noire salle d'exposition. Compagnie d clairage Electrique. Du Service National de l'Enseignement Professionnel ( ontonrment aux nouveaux rro^nnnrnes d'Ensei • goemeol Professionnel autoi IMS par le Dpartement du Travail et qui seront mis eu application ds le 2 Octobre prochain, il est port la ounaissauce des touilles des villes de l'ort-au-prince. Cap, Gonaves, Jacmel et Jrmie que l'admission dans l'une quelconque des Ecoles Professionnelles de garons, est subordonne aux conditions suivantes obligatoires pour chaque postulant : lo Le postulant doit tre ge de 13 ans au moins et de 17 ans au plus. 2o — Possder son CertilU cat d'Etudes primaires, So — Prsenter son acte de naissance authentique et des recommandation! valables de bonne conduite. Port-au-l'riuce, le 27 ao 1932. Le Directeur Gnral du Service. Iilc.il.oii Lis FRUIT SALT N'ACHETEZ QUE LE 7 nJMMi sez ceci : \ Famille hatienne, habitant \ Peu de Chose, avenue X, maison confortable, reoit des pensionnaires des condition! avantageuses. Pour tous renseignement, s'adresser au bureau du journal. ~"Hf— PROGRS NOUVEAU RHLM NObVEAV Rhum dlicieux got exquis ALCOOL DtFIANT TOtJTVONCURriENCE Clairin Vierge Chez N. NAZOh S!. Fontaine Meilleur et meilleur march que l'article import. En vente au dpt de la Distillerie de l'Aigle, prs la Banaue Nationale, et chez SIM VIEUX PRIX DE DTAIL 6918 225 LA BOUT u pirniiiFT l.zo LA utmit '" %  %  HATIoSit PRIX SPCIAL POUR VEMTE EH GROS COLLEGE LOUVERTURE Fond en Oct. 1895 Internat Externat Le Collge Couverture est un Etab 11 s s e m e n I d'Enseignement secondaire moderne cr en vue de donner aux jeunes gens une instruction pratique jointe une lorte ducation morale et patriotique. L'Ecole reoit des entants ds l'ge le sept us. S L'enseignement comprend toutes les tudes prescrites perles programmes olliciels. En toute circonstance, les lves du Collge L<>uvcrlure sont soumis la plus stricte surveillance • ils sont |'ob)et de la sollicitude la plus bienveillante et la plus constante pour tout ce qui concerne leur situation malrielle.inlellectuelle si morale. PourlOUS autres renseignements, s'adresser la Direction de l'Etablissement, nu Moulalais, HorUau-Price. Le Directeur, L. C. LHERISSON VIENNENT D'ARRIVER: Les Pastilles de menthe du Dr Hillers. Di'liciiuscs, rufrairlnssanlL'!, stimulantM, parfumant la bouche. En ventichez Gaston R. Martin. an Baaar National et chez Alphonse l)ir & C*. .1 Viennent d'arriver LA POMMADE > INCOMPAMR! E ET LE %  SAVON SPECIAL POUR LES CHEVEUX "0--RO-CO. Vs luiit : AU tLi iAhliUt' ti tHU HIFPOLKTE JEIHH S ; VOUS voulez boire de l'eau 1res pure.et glace eu; mme temps, achet/, rbes Flix Chriez Rie Courbe UN Fil TRE ANGLAIS BROWNLQW. 3 GALLONS w ni uncompartim ni Intrieur pour la Glace et tout r de I fin filtre. Prix : 12 dollars. Il y a aussi des filtres qui l n'ont pas elle chambre pour 1 g] .. e et alors au prix de 10 dollars, surer-vous contre accid. ni A-cir!en' Pire &> I %  Corporation mi'cd, — Vre F. Derminghent Grande Baisse ESBENSEN Avise les consommateurs de son LAll qu'il a rduit ses prix comme suit-: LAIT CONDENSE SUCRE CAISSE DE 43.14 0/ OR 6,25 DTAIL OR 0.14 CENTIHES LAIT CONDENS SUCR DE ?40,3 9.10 Df AIL 0,04 LAIT VAPOR DE 48,16 5.00 r'OETML 0.112 .__ LAIT VAPOR DE 96.3 Ml OIAIL 007 Rappele TOI que le U1T CONDENSE EVAPORE i POUDRE BSHBSStfi .ail le meilleur, le plus pur el le % % %  riche e crme, Il el teo imindt p.r les nie.lcy^ ri sages lenmesaux Mba el %  aladee.Il e %  • %  '* l"' llr les Uemrs glaces : chaudea, el lea d< lerla de tonttp aortes. En vente AU BON MARCHE* Et dans toutes les bonnes piceries lanl d Port-au-Prince aue dans toutes les villes de la Province. A f



PAGE 1

Mercredi 21 Septembre 1932 Le Maliu 4 PAGES Port-au-Pnnce Tlphone : 2242 -Panama Railroad Steamship Une, Agents aax principaux ports d'Europe, J tf. W.}SHELDON & Co,*Ltd. 17, James Street, LlVERPOOL, KNGLAND. h M OR Y & Company, Atlantic Freighting ilorp. Div. 155, Boulevard dtS rasbourg, Havre, France. MORY & COMPANY, Atlantic Freighting Corp. DT. 3, Rue St Vincent de ;paul. Paris, France. Ueruu Peron & Stockwell, Boite Postale: 78, Havre, France. England :/. w.snF.LnoN 3&c,;Ltd.. Fen'ou Honte, 112/113 Fenchorch Street, Londont E. C. 9, Rngland. France); MonY &. Company. Atlantic "reighting Corp. Div. 74, Quai des Chrirons, Bordeaux, [France. M ou Y & COMPANY, Allaulic Feighting Corp. Div. 17, Hue de la Kpnblique, 'Marseille, France' Gellatly HANKEY & Co, 21, Hue de la Rpublique Marseille, a France. Germany Atlantic Freighiing Corp., Atlantic Freighting Corp. Ballinhaus, Uamburg 1, Germany. Breitenweg, 6 Bremen, Lier. Holland Atlantic Freighiing Corp. Atlantic Freighting Corp. Antwerp Division, Koiiingin Eromaplein 3, C/O Steinmann & Company, Rotterdam, Holland. P. 0. Box. 1069, Rotterdam, Holland; Denmark E.A. Hendix and Companj, Copenhagen, Denmark. Belgium Atlantic Freighting Corp., <70 Steinmann and Co 4, Quai Jordaens, ntwerp, Belgium. A. Ceresa & Company. Via a Banchi 3, Genoa, Italy. Spain. Mr T. MAI.I.OI. BOSCH. Atlantic Freighting Corp.,. Div. Paseo Colon, 17, Harcelons, Spain. A/B VV. Larka, Atlantic Freighting Corp. Div., Skeppsbron 10, Stockholm, Sweden. A/B Pettersson and Hoimstrom, Atlantic Freighting Corp. Div. Skeppsbron 3, Gotnenburg, Sweden. Italy, Mr Allredo Amorelti, Atlantic Freighting i'orp.Div. Piazza Del Fen o N. 3 5, Genoa, Italy. Norway, Lauritz A. Devold A. G. Allaulic Freighting Corp. |)iv. Aalesund, Norway. Sweden Sven Jansson & Companv., Atlantic Freighting Corp. Div. Norrkoepiug. Sweden. Simon Editrori A/B., Atlantic Freighting Corp Div Malmo, Sweden. Btrnhard Bergh & Company, Atlantic Freighting Corp. Div. Ilalsingborg, Sweden. LE FAIT EST INCONTESTABLE K li 13111 Saillie C'est la quintessence des meilleures (varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs G est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone: N 2323 „Le vapeur Mari inique I Voy. 103 venant deNew-Yo'k et dis ports du Nord est attendu ici. samedi 24 courant, en roule le mme jour pour les ports du Sud. Le manifeste de^ce vapeur reu par avion roste est la disposition des clients dans nos bureaux sis angle dis mes du Q'jai et Humas Midiou (vis-a-vis de la DJUJUC). a + Le vapeur Bolivar Voy. 101, partira de New-York le 21 courant, directement pour Port-au-Prince o il attendu le 27 septembre prochain, en route poir les ports Colorabiens, Cristobal, laual Zone Kingston et New York. Le vapeur 1 Baraco 1 Voy. 108 partira de New-York le' 28 septembre prochain,directement pour Port-au-Prince. Port-au-Prince, le 19 Sept. 1932. William E. BLEO. Agent. Voulez-vous Russir flans vos tudes uo taire russir vos enlants.grce une mthode d'enseignement clafsioue excellente? VOU1 EZ VOUS Une profession aprs 6 9 mois d'tudes srieuses (Stno-Dactylo. Langues vivante Comptabilit) Songez que I Institut TIP PENHAUEH se recommande et s'impose votre attention par les brillants rsultats dj obtenus. 1537Rue Lamarre. Tlphone 2891. AVIS AU COMMERCE finie mer 8 sont -" ac fiisw'2 e 1 cet. 1932 le 10 octobre 1932 le 16 octobre lfifl le 24 octobre 93J le 30 octobre 1932 La Panama Kailrovl V-i msbrp 1. .. t w ni %  fnpHi es il 1,. 11 '..ie New Y< k rourportau Haiti, dire truie l baqne mardi, Tous Us s:ea jourvu de eh 0-l.r.* tripon'iaue Dparts de Sew )orl<. Arrmages Port au -r rince. Steamer ••• listobal' le 13 septembre le 18 septembre'1039 Steamer *'Boenavr de toute lalsitJ a lion, -transport la.t en rlrigrateurs roues. ^ 1313, Graud'Hue, Port-au-Prince. .• ,i-^ ^ ^ % 1 3 &^^~$*g!k_ %  r>r*K ^^ -m sm 4t% j*rk



PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUK 1358. RUli AMERICAINE 1358 1ELEPHONE W2242 Je souhaite que la uurl lie aie trame senf qi'l rgler ma oloalf, lin IJIII', vins iroublf cl %  Ma wuitraiule, .j'acroinulisse ta h o tu m t* libre relie dernire asliuu. KP1CTETB •2Jme ANNEE N 777 Autour du Trait du 3 Septembre 1932 AU-PRINCE (MAIII MKRCRI i)i 21 SEPTEMBRE 1932 Interview de M. Abel Lger, ancien Secrtaire d'Etat des Relations Extrieures f SUITE) ( Voir le l\v. d hier /) Aviez-vous propos une mission militaire, l'haitianisa(ton accomplie 1 I\.— Oui. Aprs l'admirable efiort promis par le Gouver|sans tarder des ngociation* aux fins ci dessus. Comment auraisje pu ngocier le dpart d'une OCCUALIX 30 annes ROY Il y a 1 Vingt-cinq ans LE MATIN, 21 Septembre l'JIJ le succs. i GREVE cfiort promis par le Gouverpation, si cette occupation neraent des Etats-Unis en vueJ n'existait pas et si les Chaind'un tat major complet au bres n'avaient pas elles mmes 31 Dcembre 1934, il y avait reconnu qu'elle existait? lieu dans l'opinion du Gouvernement de ne pas laisser tomber l'organisation de In Garde, sa discipline, l'enseignement de l'Ecole Militaire, sur lesquels repose tout l'avenir de ce pays. Et nous avons cru prudent de prvoir la La requte des Chambres avait t formule dans la session de 1931. Elles voulaient la cessation des etiets de la Convention le plus lit possible. Or, au 5 aot lHSl, la date de leur clture, le Gouvernement, par mon orpossibilit d'engager pour une gane, rpondant la question priode minimum de trois du dput Jolibois fils, Ijidiminimum de trois annes une mission militaire*. comme tant de pays d'Amrique l'ont fait : le Brsil, le Prou, le Chili, le Mexique, etc. Mais, dans notre projet, c'tait une simple facult pour le Gouvernement el s'il l'estimait ncessaire. Nous pr voyions les bons (////ces du Gouvernement intress. C'est nous qui donnions la mis lion de noire choix, librement engage, les pouvoirs qui seraient alors jugs utiles pour assurer le fonctionnement de l'Ecole Militaire el pour veiller au maintien de l'organisation et de la stricte discipline de la Garde, avec le droit ventuel de recommander, ces lins, toute action et toutes mesures appro pries.— Dans le cadre de notre souverainet, je ne vois pas pourquoi le peuple hatien, soucieux de sa paix intrieure, ne consentirait pas un lger sacrifice pcuniaire pour maintenir le niveau intellectuel et moral de DOS officiers, ainsi que les Indiquait ses premiers rsultats: quatre services publics sur six repris, le dpart de Duncan et de Colvin et de tous leurs aides et auxiliaires amricains, la loi martiale amricaine abolie, les Cours prvotales abolies, l'obligation de communiquer tontes nos j lois la Lgation Amricaine abolie, I omnipotence du Conseiller financier rduite parle retrait du visa sur les mandats du Ministre des Finances, le pouvoir d'action du Gouvernement augment en matire du budget et de %  nos dpenss. Pour l'occupa lion, le 30 avril 1931, le Gouvl. des E. U. avait rpondu au Ministre Sannon qu'il n'tait pas actuellement possible de chercher fixer au eu ne date prcise ou plan. Bref, c'tait un refus absolu de considrer la question. Or, qu'a l'ait l'Accord du 5 aot? il a prit la signature du Cou vernement des Etats-Unis pour l'engager continuer les pourparlers et convenir d'un _.—, ........ .j„„ — j,.,... j.„.._.^-. .lions si vitales de discipline protocole dedsoccunulion. An et d'honneur militaires. Tous UfijULiie lgaliser l'occupanos coups d'tat de 1804 tiol, comme certains Pont crit 11)15 ne sont-ils pas ds avec tant de lgret, nous l'indiscipline et la trahison? avions au contraire prvu J'avais mme le projet— expressment la dsoccupadont j'avais assez souvent enlion >\ C'tait le premier jalon trelcnu le Chef de l'Etat— des pourparlers requis par le d'envisager la nomination auCorps Lgislatif, prs de nos principales Lga-, /> # L es journaux avaient lions d'attachs militaires re* public une lettre de vousan lit craies parmi nos meilleurs nistre Munro, date du 25auri officiers de la Garde et de ngocier avec les Puissances Inliesses un slage pour eux auprs des Elats-Majoi s lran gers. D-~ que comme lgalisation l' arl KVdu Trait de 1915, com• %  ie confirmation,la Constitution de 1918 el comme reconnaissance le tarit douanier de 926 dont je ne suis pas responsable? ^'ailleurs la rsolution Bellerive Jeannot, autour de laquelle tant de bruit lut fait **T8 la lin de la session l 'islalivc de 1931, que disait •Ue, elle mme, au sujet de ''occupation? Elle demanda:l WW pouvoirs publies hai eas de taire diligence pour qe cessent le plus tel possible l et rOccupation militaire fit .' %  :;ic cl UcutTCOlcuilC / 1932 lpoque o circulait la rumeur que le Gouvernement des Etats-Unis avait pris Uni tiative de lever sans retard loccupt ion. Vous disiez dans cette lettre, dont voici coplt que j ai apporte :Mon Dpartement n'a jamais reu de communication* de ce genre de votre Lgation et il n'a jamais t pressenti jusqu'ici par Votre Excellence de quoi que ce soit cet gardCette question de dsoccupation a, au contraire, fait l'objet, sua MON INITIATIVE, de plusieurs entretiens avec Votre Excellent. Et pour donner aces entretiens une base solide, je vous ai luil Unir des propositions concrtes que vous ave/, transmises au Dpartement d'Etat. Voulez-vous prciser l nature de ces propositions concrtes '! H.—Nos dernires propositions consignes dans le mmorandum du 2 Juin 11)32 disaient exactement : ( Ici.Mr Abel Lger, avec une grande sret de main, tire d'un dossier volumineux un papier qu'il me tend et o je lis : ; Les forces expditionnaires desEtals-nifl seront retires,;! partir du 1er Janvier 1933, de manire qu' la date extrme par l'hatlianisalion de la Garde, il ne teste plus de troupes militaires amricaines sur le territoire hatien. Le Gouvernement d'Hati prendra dans l'intervalle toutes les mesures lgislatives et amies ncessaires pour garantir effectivement l.i scurit publique, par l'augmentation de I effectif de la Garde et l'armement du Corps. El ds la signature des prsentes, il s'occupera sans retard, avec I aide du haut commandement de la Garde, de la rforme de la police rurale qui s'impose en vue dune protection plus efficace du travail agricole. Le Gouvernement des EtatsUnis, prenant en considration la ncessit pour les autorits locales d'assurer la scuril publique, convient de laisser en toute proprit l'Etat d'Hati, au moment du reirait de ses troupes, lo une quantit gale, en bon tal de matriel, de lusils et de mitrailleuses dont la Garde dispose actuellement, suivant inventaire contradictoire dresser, 2o les constructions et installations riges par les forces expditionnaires, 3o la station de tlgraphie sans til . D La Lgation Amricaine avait elle accept voire point de vue ? ; IL— Dans la seule entrevue qu'il me lut permis d'avoir avec le Ministre Munro, le 12 Juillet dernier, au lendemain de son arrive, ce diplomate m'ajvail assur que le Gouvernement des Etats-Unis nous donnerait satisfaction si nous pouvions nous entendre sur les services financiers, d o mon interview au Nouvelliste du 14 Juillet, aprs ma dmission survenue le 13 dans les conditions dj relates. D— Vous avez dit que l'occupation tait lgalise dans nos text constitutionnels cl lgislatifs. Aviez-vous tent quelque chose pour enlever l'occupa\ lion ce caractre t Excuse: cette question, mais j ai besoin de j prcisions. ILDs le 25 fvrier 1932, saisissant l'occasion du prochain budget en prparation,des tractations pour l'quilibre du llchissemenl en perspective de nos recettes de toute nature, j avais demand BU Gouvernement des Etats-Bnis de renoncer aux franchises accordes par le tarif douanier aux forces expditionnaires amricaines qui, jusqu' prsent, sjournent sur ie territoire hatien . Ces Iranchises avaient atteint pour l'exercice finissant le 3U septembre 1931 G. 527.511.02. Mais la Lgation Amricaine refusa de faire droit ma demande, et c est ainsi qu'aux dpens des ievenusde l'Etat et contrairement l'aide prvue dans le lrait,lea marines fument, se parfument, mangent des confiseries et se vluculent bon march I l'our ce qui s'agii du texte constitutionnel reconnaissant l'occupation, ds que les Chambres lurent habilites par le plbiscite reviser la Charte de 1918, j'avais entain^avec le Ministre Munro la question de l'incompatibilit de l'ancien texte avec la rvision rojete. G'est ainsi que, comparaissant devant la commission de rvision constitutionnelle, j'ai pu donner a ses honorables membres, au nom du Gouvernement, l'assurance qu'ils pouvaient sans crainte d'ennuis biffer les clauses qui dparaient notre Constitution Nationale. L).— I il de nos collaborateurs acrit, il y u quelques /ours, que l'accord h du A Aot eluil j inexistant parce que non sunc-l t tonne par le Corps Lgislatif, Que pensez-vous de cet.e upinion ? [{.— Ce collaborateur lion.si je ne m'abuse,lut 1 un de [premire dputes, dans la nuit du 5 Aot, me demander d i convenir, ce que j i con e lai en t >ute sincrit, que les Chambres par leur atlitud • avaient grandement aid au rsull il obtenu. D'ailleurs la correspon* i dance diplomaliqiu du Dpar-I tement des Relations ExtneuI aes, publie depuis, ne revele-telle pas qu'en effet j'ai constamment fait tat de l'altitude des Chambres D'ailleurs tranchons une fois pour toutes la quesltou La Rsolution Bellerive avait demand l'Excutil de ngocier pour faire cesser le plus tt possible les effets de la Convention. Fallait-il mettre en l'orme de trait les stipulations de remise du Service d'Hygine, de la I). G. T. P., du Service Techni pie de l'Agriculture,du Service de l'Eu regtslremenl qui devaient tre remis le 1er Octobre 1931 ? Alors il eut fallu la sanction de l'Assemble Nationale HaitienI. es ouvriers de la 'tannerie Continentale se sont mis en grve ce matin, refusant de continuer leur tiavait sous les ordres du directeur. Su. harcou. hous n'avons pas des < / lai h sur les vritables motifs de ce refus. Loterie Nationale Mr Damodes — pas l'homme de la terrible pe, mais Damocls Ascencio, a des ressorts., a bon un si vous voulez, niais inusables. Du temps que Porl-au-Pi ince buvait de l'excellent kola, ce kola tait tiquet : Kola Ascencio.o Rappelons brivement qu'il y cul, aprs le kola, le Champagne A cencio, pins les glaces Ucenne, sanction du Snat Amrij f'?:" J !" Jj jdle prsentation caitt, ratilication des Gouvernel ,.7 ,s Q a vez rtainemen galement inenls d'Haili et des Klals-l'nis el change de ces ratifications avant que le mode de liquidalion des services du trait pt avoir force et vigueur? Ces formalits auian.Mil pris deUX ou trois ans et les otliciels amricains restant dans l'intervalle la tlede leurs services auraient coie 100 600.000 dollars en plus la Rpublique d'Hati. Si pavais prvu une sanction, on m'aura il reproch de bavoir fait exprs pour retarder la remise des services L'accord du 5 aot entreprenant la bquulalion du Trait, en conformit de la rsolution vote l'unanimit par les Chambres, tait d'avance couvert par les Chambres. Il a fallu UU crdit exlraordinaire de G.20.U0Q pour couvrir le dpart brusque desolficiels des services hatianiss. Le Gouvernement, couvert par l'art. 21 de la loi des finances, a pris l'arrt ncessaire ces lins et eu a la il rapport dans tout le pays, qu'avec la restriction que le service d'assainissement au Cap et Port au-Prince serait assur jusqu' nouvel ordre par les Amricains. Il l'a constat dans 1 accord, se promettant de revenir sur la question et il est en effet revenu sur la question Le Gouvernement n'a pu obtenir la remise du Service d'Hygine. Notre politique a consist dans le cadre des droits rclams par les Amricains en vrin du Trait reprendre tout ce qui tait actuellement possible, a lutter plus lard pour le reste, mais a ne pas aayraver le rgime existant Ce qui vient d'arriver avec le trait du ;t septembre 1932 prouva que j'avais vu clair eu abandonnant la procdure d'accord gnral. Nous n'eussions rien obtenu du tout, car pour taire passer le nouveau rgime linaucier, ou aurait demand la sanction des pouvoir* comptents, .us oublie. Il y eul le sel de table Asccncio qui valait bien, de l'avis des connaisseurs, le sel gaulois. Il y eut encore... mais que n'y eul-il pas d'Ascencio '.'... Aujourd'hui, il prsente unei crme comme Port-au-Prin-\ . ce n\n .i jamais gote... une crme d'amoureux., qui vous un petit goal de baiser dtendu el qui, si on s'coutait,tiendrait, elle seule, BUX plus l.i.neux gourmets, de djeuner, de diner el de -souper... Si vous ne connaisse/, pas la crme Asccncio... vous les iudi... voit que'c'estM'occasion'qai lait le larron et qu'un )enne ami nous qui marche sur ses dix* neut ma songe s'engager dans les liens du mariage Dii-ncut .us, c'psl un ge pour lretluliani en droit ou tn mdeone plutt que pour songer aux responsabui's d'un loyer. Quoiqu'il en soil, notre ami tst pinc. C'est un tnb:eux qui luit les cabs, ks dancings tl mme ses amis. Par rouire les soirs de concert. STJT le gaion, ct de sa Dulcine, il rrite Rivoire el Samain. Hlas! petit) la vi n'est pas un alexandrin, el le plus bel amour du monde se 11 Ot ri t au contact de I i misre, l'rem /. -donc, jeune homme, ciuu ou six ans de rflexion. ... les a vus cinq ou six quadragnaires grisonnants qui l I lient Bizoloa le 47*' anniversaire d'un copain. Le coin de la tte tait charmant, avec ses grands arbres, ses fleuri, el le capricieux ruisseau qui y serpetite. Un phonographe gre • n ni des blues el des lox-lroK Deux le mines ajoutaient aue noe sentimentale la scne. mon Dieu, comme il n'y a pas de tte qui compte sans ce petit coq u kl ador de Rhum liarbancourt, on ft cw nage de. liarbancouri trois toiles et de irbancourl Gouttes dor. L'entrain se maintint intact jusque Jlard dans l'aprs-midi... A cette heure, an peu d'exubiance se mit de la partie et comme un orateur sommeille en chaque Hatien, les toasli se sQcct lercut liriqie> et affectueux, a vu, lundi soir, au Champgne... de la connatre. Vous ait^Mua, en trs galante comte dit une chose blessante 7 h„ f u „ rs ^ uv proiestout cas rappelez-vous ,,„ un seu| {|e ina i|,m:ituiues. ... homme de got,plac entre une crme Ascencio, el un billet de nous ne voulons ililissini'ii! pas dire quel ..... ...>v,., ,,, ,,.,,, „,,.. ,, t -: :l i, Ilsa-llltM1 | scolaire. I.eprola Loterie batumale, donne .la 1 e8 elir maaowivrs assu sdroiprtrence certainement au bil-J, emen pour M trouver dans cl.. mais seu va leau a la /,' 0 n | )re a l'ab i des curieux. bouche. /,,, .„; ...... „..., vous devinez oien qu'il ne i perdit pas son temps poser v |.s problmes d'algbre ou de trigonomtrie s.i petite nmie... . vous a vu, Mr le Professeur, qui l'embrassiez gou'ient, a reprises. Prooos humides'' j ... voit que I ou i chss Dereii, La ] chaque jour. mai. AJ Hpital Gnral, un aval mis. J n chu „ Kt ,, as E cela se )i)ur le conserver, mi l.eltis .luis un ,,." .*[ -, ,, ., local re.nnli de RHUM SAUTIII-: /" l ,| "> -L est te Cocktail au Rhum de tait cartdAUx Rog. naii il t'agii• MUMB^MIMI mange bien menu varie s le cocktail CACHET D'OR... L'ide i.iinemriii bizarre... i saii d'aller vile, el le mdecin D'aval! qur ce prcieux nectar sous la I ne main.. Jd La lenileiii:iiii.oii retrouva le bocal.. %  et mme le fœtun... Quant as RHUM SARTHE CACHET D'OR.Ie petil fea] I.IS L'avait lui ton! gentiment.. A i moins que ce ne fui le garoo de salle. Si non e vero. Votre cuisine, Madame... -.. oo Le Traite lilJiicbcl Munro et toutes nos stipulations mue ralement quelconques seraient i a te rejet par l'Assemble tombes d'un coup. (/I suivre). {Nationale. Le pays tout entier n'a qu'un cri d'admiration pour ses reprsentants direel.s qui ont su si bien justitier sa confiance Aussi, est il question d envoyer a chaque parlementaire une marmite mou uni e n t a I e |de i i \i intgue les bsinCS de Sninl-.)larc cl le Port au-Prince AlilitiiJ.i.L fJUrt /UJIOS., > NOUS l 0 -s pice i neuves et de deuxime maiL pour toutes sortes d amoiiio1 uiies; s'adresser s KM'.i.K S 1\JC laVCC i'boue; 2^18 el 22^4. Bec-Fin. uvez vos livres et COU leclions en m invaii tat c i ml a i reli us, honnte el t&TIENNS CA.M1LLK, Hue BoillH Foi MILLIONS D'AUTOMOBILES CIRCULENT A IKAVERS LE MONDE 1.1 mi" : •• de i in lottris a •omoiiile le ii Grande Bretagne publie les chillres concernant le nombre des voitures autouiobiles dans le inonde entier. Il en rsulte qu'on compte en Amrique 28.114,1)00; en l£uropes r ),(i8t,fi54 ; en Ocan • 7 ( .)U, 122; en Asie 577,703 et enfin, en Afrique 303,015. U FLOUE COMMERCIALE ALLEMANDE Selo i les dernires statistiques olficiel les,35,3 o o de la flotte de commerce allemande tait dj: dsarme la date du 1er aot. Il s'agit, su total, de 381 btiinenls, d'iMi tonnage global de 1 million .'1

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07110
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, September 21, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07110

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text

Clment Magloire
DIRECTEUK
1358. RUli AMERICAINE 1358
1ELEPHONE W2242
Je souhaite que la uurl lie aie
trame senf qi'l rgler ma o-
loalf, lin ijiii', vins iroublf cl
Ma wuitraiule, .j'acroinulisse ta
h o tu m t* libre relie dernire asliuu.
KP1CTETB
2Jme ANNEE N 777
Autour du Trait du 3 Septembre 1932
AU-PRINCE (MAIII
MKRCRI i)i
21
SEPTEMBRE 1932
Interview de M. Abel Lger,
ancien Secrtaire d'Etat
des Relations Extrieures
f Suite)
( Voir le l\v. d hier
/) Aviez-vous propos une
mission militaire, l'haitianisa-
(ton accomplie1!
I\. Oui. Aprs l'admirable
efiort promis par le Gouver-
|sans tarder des ngociation*
aux fins ci dessus.
Comment auraisje pu n-
gocier le dpart d'une OCCU-
ALIX
30 annes
ROY
Il y a 1
Vingt-cinq ans
Le Matin,'21 Septembre l'JIJ
le succs.
i
GREVE
cfiort promis par le Gouver- pation, si cette occupation
neraent des Etats-Unis en vueJ n'existait pas et si les Chain-
d'un tat major complet au bres n'avaient pas elles mmes
31 Dcembre 1934, il y avait reconnu qu'elle existait?
lieu dans l'opinion du Gou-
vernement de ne pas laisser
tomber l'organisation de In
Garde, sa discipline, l'ensei-
gnement de l'Ecole Militaire,
sur lesquels repose tout l'ave-
nir de ce pays. Et nous avons
cru prudent de prvoir la
La requte des Chambres
avait t formule dans la
session de 1931. Elles vou-
laient la cessation des etiets
de la Convention le plus lit
possible. Or, au 5 aot lHSl,
la date de leur clture, le
Gouvernement, par mon or-
possibilit d'engager pour une gane, rpondant la question
priode minimum de trois du dput Jolibois fils, Ijidi-
minimum de trois
annes une mission militaire*.
comme tant de pays d'Amri-
que l'ont fait : le Brsil, le
Prou, le Chili, le Mexique,
etc. Mais, dans notre projet,
c'tait une simple facult pour
le Gouvernement el s'il l'esti-
mait ncessaire. Nous pr
voyions les bons (////ces du
Gouvernement intress. C'est
nous qui donnions la mis
lion de noire choix, librement
engage, les pouvoirs qui se-
raient alors jugs utiles pour
assurer le fonctionnement de
l'Ecole Militaire el pour veil-
ler au maintien de l'organi-
sation et de la stricte disci-
pline de la Garde, avec le
droit ventuel de recomman-
der, ces lins, toute action
et toutes mesures appro
pries. Dans le cadre de
notre souverainet, je ne vois
pas pourquoi le peuple ha-
tien, soucieux de sa paix in-
trieure, ne consentirait pas
un lger sacrifice pcuniaire
pour maintenir le niveau in-
tellectuel et moral de DOS of-
ficiers, ainsi que les Indi-
quait ses premiers rsultats:
quatre services publics sur
six repris, le dpart de Dun-
can et de Colvin et de tous
leurs aides et auxiliaires am-
ricains, la loi martiale am-
ricaine abolie, les Cours pr-
votales abolies, l'obligation
de communiquer tontes nos j
lois la Lgation Amricaine
abolie, I omnipotence du
Conseiller financier rduite
parle retrait du visa sur les
mandats du Ministre des Fi-
nances, le pouvoir d'action
du Gouvernement augment
en matire du budget et de
nos dpenss. Pour l'occupa
lion, le 30 avril 1931, le Gouvl.
des E. U. avait rpondu au
Ministre Sannon qu'il n'tait
pas actuellement pos-
sible de chercher fixer au
eu ne date prcise ou plan.
Bref, c'tait un refus absolu de
considrer la question. Or,
qu'a l'ait l'Accord du 5 aot?
il a prit la signature du Cou
vernement des Etats-Unis
pour l'engager continuer les
pourparlers et convenir d'un
_., ........ .j ....... j,.,... j..._.^-.--------------------.-
lions si vitales de discipline protocole dedsoccunulion. An
et d'honneur militaires. Tous UfijULiie lgaliser l'occupa-
nos coups d'tat de 1804 tiol, comme certains Pont crit
11)15 ne sont-ils pas ds avec tant de lgret, nous
l'indiscipline et la trahison? avions au contraire prvu
J'avais mme le projet expressment la dsoccupa-
dont j'avais assez souvent en- lion >\ C'tait le premier jalon
trelcnu le Chef de l'Etat des pourparlers requis par le
d'envisager la nomination au- Corps Lgislatif,
prs de nos principales Lga-, />#_ Les journaux avaient
lions d'attachs militaires re* public une lettre de vousan lit
craies parmi nos meilleurs nistre Munro, date du 25auri
officiers de la Garde et de
n-
gocier avec les Puissances In-
liesses un slage pour eux
auprs des Elats-Majoi s lran
gers.
D-~ voir reconnu l'occupation
dans l'Accord du aot VJL
Ayez-vous fait des efforts se
lieux pour la leve des forces
expditionnaires amricaines ?
R.Je vais profiler de vo-
tre question pour vider ces
critiques. Comment aurais-
je pu reconnatre une oc-
cupation qui a toujours invo>
que comme lgalisation l'arl-
KVdu Trait de 1915, com-
ie confirmation,la Constitu-
tion de 1918 el comme recon-
naissance le tarit douanier de
926 dont je ne suis pas res-
ponsable?
^'ailleurs la rsolution Bel-
lerive Jeannot, autour de la-
quelle tant de bruit lut fait
**T8 la lin de la session l
'islalivc de 1931, que disait
Ue, elle mme, au sujet de
''occupation? Elle demanda:l
WW pouvoirs publies hai
eas de taire diligence pour
qe cessent le plus tel possible
l ::> et rOccupation militaire
fit .' :;ic cl UcutTCOlcuilC
/
1932 lpoque o circulait la
rumeur que le Gouvernement
des Etats-Unis avait pris Uni
tiative de lever sans retard loc-
cupt ion. Vous disiez dans cette
lettre, dont voici coplt que j ai
apporte :Mon Dpartement n'a
jamais reu de communication*
de ce genre de votre Lgation
et il n'a jamais t pressenti jus-
qu'ici par Votre Excellence de
quoi que ce soit cet gard-
Cette question de dsoccupation
a, au contraire, fait l'objet, sua
mon initiative, de plusieurs en-
tretiens avec Votre Excellent.
Et pour donner aces entretiens
une base solide, je vous ai luil
Unir des propositions concrtes
que vous ave/, transmises au D-
partement d'Etat. Voulez-vous
prciser l nature de ces propo-
sitions concrtes '!
H.Nos dernires proposi-
tions consignes dans le mmo-
randum du 2 Juin 11)32 disaient
exactement :
( Ici.Mr Abel Lger, avec une
grande sret de main, tire d'un
dossier volumineux un papier
qu'il me tend et o je lis : ;
Les forces expditionnaires
desEtals-nifl seront retires,;!
partir du 1er Janvier 1933, de
manire qu' la date extrme
par l'hatlianisalion de la
Garde, il ne teste plus de trou-
pes militaires amricaines sur le
territoire hatien.
Le Gouvernement d'Hati
prendra dans l'intervalle toutes
les mesures lgislatives et amies
ncessaires pour garantir effecti-
vement l.i scurit publique, par
l'augmentation de I effectif de la
Garde et l'armement du Corps.
El ds la signature des prsen-
tes, il s'occupera sans retard,
avec I aide du haut commande-
ment de la Garde, de la rfor-
me de la police rurale qui s'im-
pose en vue dune protection
plus efficace du travail agricole.
Le Gouvernement des Etats-
Unis, prenant en considration
la ncessit pour les autorits
locales d'assurer la scuril pu-
blique, convient de laisser en
toute proprit l'Etat d'Hati,
au moment du reirait de ses
troupes, lo une quantit gale,
en bon tal de matriel, de lu-
sils et de mitrailleuses dont la
Garde dispose actuellement,sui-
vant inventaire contradictoire
dresser, 2o les constructions et
installations riges par les for-
ces expditionnaires, 3o la sta-
tion de tlgraphie sans til .
D La Lgation Amricaine
avait elle accept voire point de
vue ? ;
IL Dans la seule entrevue
qu'il me lut permis d'avoir avec
le Ministre Munro, le 12 Juillet
dernier, au lendemain de son
arrive, ce diplomate m'ajvail
assur que le Gouvernement des
Etats-Unis nous donnerait satis-
faction si nous pouvions nous
entendre sur les services finan-
ciers, d o mon interview au
Nouvelliste du 14 Juillet, aprs
ma dmission survenue le 13
dans les conditions dj rela-
tes.
D Vous avez dit que l'occu-
pation tait lgalise dans nos
text constitutionnels cl lgis-
latifs. Aviez-vous tent quelque
chose pour enlever l'occupa- \
lion ce caractre t Excuse: cette
question, mais j ai besoin de j
prcisions.
IL- Ds le 25 fvrier 1932,
saisissant l'occasion du prochain
budget en prparation,des trac-
tations pour l'quilibre du ll-
chissemenl en perspective de
nos recettes de toute nature,
j avais demand BU Gouverne-
ment des Etats-Bnis de renon-
cer aux franchises accordes
par le tarif douanier aux forces
expditionnaires amricaines
qui, jusqu' prsent, sjournent
sur ie territoire hatien . Ces
Iranchises avaient atteint pour
l'exercice finissant le 3U septem-
bre 1931 G. 527.511.02. Mais la
Lgation Amricaine refusa de
faire droit ma demande, et
c est ainsi qu'aux dpens des ie-
venusde l'Etat et contrairement
l'aide prvue dans le lrait,lea
marines fument, se par-
fument, mangent des confise-
ries et se vluculent bon mar-
ch I
l'our ce qui s'agii du texte cons-
titutionnel reconnaissant l'oc-
cupation, ds que les Chambres
lurent habilites par le plbis-
cite reviser la Charte de 1918,
j'avais entain^avec le Ministre
Munro la question de l'incom-
patibilit de l'ancien texte avec
la rvision rojete. G'est ainsi
que, comparaissant devant la
commission de rvision consti-
tutionnelle, j'ai pu donner a ses
honorables membres, au nom
du Gouvernement, l'assurance
qu'ils pouvaient sans crainte
d'ennuis biffer les clauses qui
dparaient notre Constitution
Nationale.
L). I il de nos collaborateurs
acrit, il y u quelques /ours,
que l'accord hduA Aot eluil j
inexistant parce que non sunc-l
t tonne par le Corps Lgislatif,
Que pensez-vous de cet.e upi-
nion ?
[{.Ce collaborateur
lion.si je ne m'abuse,lut 1 un de
[premire dputes, dans la nuit
du 5 Aot, me demander d i
convenir, ce que j i con e lai en
t >ute sincrit, que les Cham-
bres par leur atlitud avaient
grandement aid au rsull il ob-
tenu. D'ailleurs la correspon* i
dance diplomaliqiu du Dpar-I
tement des Relations Extneu- I
aes, publie depuis, ne revele-t-
elle pas qu'en effet j'ai cons-
tamment fait tat de l'altitude
des Chambres !
D'ailleurs tranchons une fois
pour toutes la quesltou La R-
solution Bellerive avait deman-
d l'Excutil de ngocier pour
faire cesser le plus tt possible
les effets de la Convention. Fal-
lait-il mettre en l'orme de trait
les stipulations de remise du
Service d'Hygine, de la I). G.
T. P., du Service Techni pie de
l'Agriculture,du Service de l'Eu
regtslremenl qui devaient tre
remis le 1er Octobre 1931 ?
Alors il eut fallu la sanction de
l'Assemble Nationale Haitien-
I.es ouvriers de la 'tannerie
Continentale se sont mis en
grve ce matin, refusant de
continuer leur tiavait sous les
ordres du directeur. Su. harcou.
hous n'avons pas des sur les vritables motifs de ce
refus.

Loterie
Nationale
Mr Damodes pas l'homme
de la terrible pe, mais Damo-
cls Ascencio, a des ressorts.,
a bon un si vous voulez, niais
inusables.
Du temps que Porl-au-Pi ince
buvait de l'excellent kola, ce ko-
la tait tiquet : Kola Ascen-
cio.o
Rappelons brivement qu'il y
cul,aprs le kola, le Champagne
A cencio, pins les glaces Ucen-
ne, sanction du Snat Amri- j f'?:" J Jj jdle prsentation
caitt, ratilication des Gouverne- l ,.7 ,s Q,a,vez rtainemen
galement
inenls d'Haili et des Klals-l'nis
el change de ces ratifications
avant que le mode de liquida-
lion des services du trait pt
avoir force et vigueur? Ces for-
malits auian.Mil pris deUX ou
trois ans et les otliciels amri-
cains restant dans l'intervalle
la tlede leurs services auraient
coie 100 600.000 dollars en
plus la Rpublique d'Hati. Si
pavais prvu une sanction, on
m'aura il reproch de bavoir fait
exprs pour retarder la remise
des services L'accord du 5 aot
entreprenant la bquulalion du
Trait, en conformit de la r-
solution vote l'unanimit par
les Chambres, tait d'avance
couvert par les Chambres. Il a
fallu UU crdit exlraordinaire de
G.20.U0Q pour couvrir le dpart
brusque desolficiels des services
hatianiss. Le Gouvernement,
couvert par l'art. 21 de la loi
des finances, a pris l'arrt n-
cessaire ces lins et eu a la il
rapport dans tout le pays, qu'a-
vec la restriction que le service
d'assainissement au Cap et
Port au-Prince serait assur jus-
qu' nouvel ordre par les Am-
ricains. Il l'a constat dans 1 ac-
cord, se promettant de revenir
sur la question et il est en effet
revenu sur la question Le Gou-
vernement n'a pu obtenir la re-
mise du Service d'Hygine.
Notre politique a consist
dans le cadre des droits rcla-
ms par les Amricains en vr-
in du Trait reprendre tout
ce qui tait actuellement possi-
ble, a lutter plus lard pour le
reste, mais a ne pas aayraver
le rgime existant !
Ce qui vient d'arriver avec le
trait du ;t septembre 1932 prou-
va que j'avais vu clair eu aban-
donnant la procdure d'accord
gnral. Nous n'eussions rien
obtenu du tout, car pour taire
passer le nouveau rgime linau-
cier, ou aurait demand la sanc-
tion des pouvoir* comptents,
.us oublie. Il y eul
le sel de table Asccncio qui va-
lait bien, de l'avis des connais-
seurs, le sel gaulois. Il y eut en-
core... mais que n'y eul-il pas
d'Ascencio '.'...
Aujourd'hui, il prsente unei
crme..... comme Port-au-Prin-\ .
ce n\n .i jamais gote... une
crme d'amoureux., qui vous
un petit goal de baiser dtendu
el qui, si on s'coutait,tiendrait,
* elle seule, BUX plus l.i.neux
gourmets, de djeuner, de diner
el de -souper...
Si vous ne connaisse/, pas la
crme Asccncio... vous les iudi-
... voit que'c'estM'occasion'qai
lait le larron et qu'un )enne ami
nous qui marche sur ses dix*
neut ma songe s'engager dans
les liens du mariage Dii-ncut
.us, c'psl un ge pour lretlu-
liani en droit ou tn mdeone
plutt que pour songer aux res-
ponsabui's d'un loyer.
Quoiqu'il en soil, notre ami
tst pinc. C'est un tnb:eux
qui luit les cabs, ks dancings
tl mme ses amis. Par rouire
les soirs de concert. STJT le ga-
ion, ct de sa Dulcine, il r-
rite Rivoire el Samain. Hlas!
petit) la vi n'est pas un alexan-
drin, el le plus bel amour du
monde se 11 Ot ri t au contact de
I i misre, l'rem /. -donc, jeune
homme, ciuu ou six ans de r-
flexion.
*

... les a vus cinq ou six qua-
dragnaires grisonnants qui l
I lient Bizoloa le 47*' anniver-
saire d'un copain. Le coin de
la tte tait charmant, avec ses
grands arbres, ses fleuri, el le
capricieux ruisseau qui y ser-
petite. Un phonographe gre
n ni des blues el des lox-lroK
Deux le mines ajoutaient aue
noe sentimentale la scne.
! mon Dieu, comme il n'y a
pas de tte qui compte sans ce
petit coq u kl ador de Rhum
liarbancourt, on ft cw nage de.
liarbancouri trois toiles et de
irbancourl Gouttes dor. L'en-
train se maintint intact jusque
Jlard dans l'aprs-midi... A cette
heure, an peu d'exubiance se
mit de la partie et comme un
orateur sommeille en chaque
Hatien, les toasli se sQcc-
t
lercut liriqie> et affectueux,
a vu, lundi soir, au Champ-
gne... de la connatre. Vous ai- t^Mua, en trs galante com-
te dit une chose blessante 7 h ,f u ,rs ^uv, proies-
tout cas rappelez-vous ,, un seu|. {|e inai|,m:ituiues. ...
homme de got,plac entre une
crme Ascencio, el un billet de
nous ne voulons
ililissini'ii!
pas dire
quel
..... ...>v,., ,,, ,,.,,, ,,.. ,, t-::li,Ilsa-llltM1| scolaire. I.epro-
la Loterie batumale, donne.la 1 ,e8,elir maaowivrs assu sdroi-
prtrence certainement au bil-J,emen, pour m trouver dans
cl.. mais seu va leau a la /,'0.n|)re, a l'ab i des curieux.
bouche. /,,, .;....., ...... ...,__

vous devinez oien qu'il ne
i perdit pas son temps poser
v.|.s problmes d'algbre ou de
trigonomtrie s.i petite nmie...
. vous a vu, Mr le Profes-
seur, qui l'embrassiez gou'-
ient, a reprises.

Prooos
humides''
j ... voit que I ou
i chss Dereii, La
. ] chaque jour. mai.
AJ Hpital Gnral, un aval mis. Jn- chuKt ,,as_ E, cela se
)i)ur le conserver, mi l.eltis .luis un ,,." .*[ -, ,, .,
local re.nnli de RHUM SAUTIII-: /"l,|"> -L est te Cocktail au Rhum
de tait car- tdAUx Rog.
naii il t'agii- mumb^mimi
mange bien
menu varie
s le cocktail
CACHET D'OR... L'ide
i.iinemriii bizarre... i
saii d'aller vile, el le mdecin D'a-
val! qur ce prcieux nectar sous la I ne
main.. Jd
La lenileiii:iiii.oii retrouva le bocal.. ,
et mme le ftun... Quant as RHUM
SARTHE CACHET D'OR.Ie petil fea- ]
i.is L'avait lui ton! gentiment.. A i
moins que ce ne fui le garoo de
salle.
Si non e vero.
Votre cuisine,
Madame...
-..
oo -
Le Traite lilJiicbcl Munro
et toutes nos stipulations mue
ralement quelconques seraient ia te rejet par l'Assemble
tombes d'un coup.
(/I suivre).
{Nationale. Le pays tout entier
n'a qu'un cri d'admiration
pour ses reprsentants direel.s
qui ont su si bien justitier sa
confiance Aussi, est il ques-
tion d envoyer a chaque par-
lementaire une marmite mo-
u uni e n t a I e |de i i \i in-
tgue les bsinCS de Sninl-.)larc
cl le Port au-Prince .
AlilitiiJ.i.L fJUrt /UJIOS.,
>
NOUS l 0 -s pice i
neuves et de deuxime maiL
pour toutes sortes d amoiiio-1
uiies; s'adresser s
. KM'.i.K S
1\JC laVCC
i'boue; 2^18 el 22^4.
Bec-Fin.

uvez vos livres et COU
leclions en m invaii tat c i
ml a i reli
us, honnte el
t&TIENNS CA.M1LLK, Hue BoillH
Foi .
MILLIONS D'AUTOMOBILES
CIRCULENT A IKAVERS
LE MONDE
1.1 mi" : de i in lottris a -
omoiiile le ii Grande Bretagne
publie les chillres concernant
le nombre des voitures autouio-
biles dans le inonde entier.
Il en rsulte qu'on compte
en Amrique 28.114,1)00; en lu-
ropes .r),(i8t,fi54 ; en Ocan
7(.)U, 122; en Asie 577,703 et enfin,
en Afrique 303,015.
U FLOUE COMMERCIALE
ALLEMANDE
Selo i les dernires statistiques
olficielles,35,3 o o de la flotte de
commerce allemande tait dj:
dsarme la date du 1er aot.
Il s'agit, su total, de 381 bti-
inenls, d'iMi tonnage global de 1
million .'1 LSZ DEMAIN :
/. ii itre q is i le
i val oii-
: trait. Moralits I
I an j verra que i p< uni bu. -
de Six sua*
'io^s sui ;letnenl d'une
fraction letle et de oou-
z& annes pour l'autre trac-
tion.


*(


PAGE 2
Hapi
LE MATIN 21 Septembre 1932
h
)ort sur le relev des
Ecoles rurales nationales
et presbytrales
o
l'AH MaUIIICB DtlTIGCI & ANDh [AUTAUD,
III
En lab
MAUX de DENTS
Mite*. Seul, I
BAU
tbortolrr du
p TUE-NERF MIRIA
IMvM Por-au-Prlnc. s Ph*nw Blt.L,
llW!l
4
Halle louer jChambre
des Dputs
Hue du Quai. S'adresvri ... !
\\r Franck N. f, \K l.ltINS.
Tlphone : '2347.
les travaux manuels et
jardin ; pour les cours
de
del
t de cul- J
physique. Il taut au pro- J
lesseur une chaise, un bureau j
d'illettrs dans les sections | et un butlet pour ses lour-
rurales d'Hati. Un pourcen- 1 nitures. Il taut des cartes de
tage restreint pratique le ma- gographie,des registres d'ap-
i iage rgulier. 1 a grande ma- I ])C\t ,|es formes spciales de
jorit est catholique, noraina- j rapprt. [| importe d'avoir
centrale
grande
gas-
une administraiioa
comptente et bien
se, un systme de
sion avec des frais
port et d'entretien.
I. etlss PrrsMlrales j sections rurales
I sence de statistiques srieu-
Ce qui prcde s'applique j ses, nous pouvons admettre,
aux coles nationales. On tait I d'aprs ce qu'ont rvl les Sciences/d'hygine e
en droit de s'attendre de examens des instituteurs ru- nurephysique.il taul
meilleurs rsultats dans lest raux, qu'il y a au moins 90/
coles presbytrales. Les no-
minations qui y sont laites,
tant en eflet rec unraaudes
par les curs et les voques,
ne sont pas sujettes des
considrations d'ordre politi-
que. D'autre part, tant pla-
ces sous le contrle plus ou
moins direct des curs qui
n'ont s'occuper, chacun, que
d'un petit nombre d'units
la fois, les coles presbyt-
rales auraient pu mieux tonc-
tionner. De lait, elles sont
suprieures aux coles natio-
nales par l'tat du local, l'tat
et la quantit du matriel et
des tournmes, la rgularit
de leur tonctionnemeut et
leur frquentation. Cependant
elles hissent beaucoup d-
sirer, particulirement en ce
qui concerne la qualit des
instituteurs. Sur 128 institu-
teurs examins dans les coles
presbytrales,77 ne savent pas
lire et 8i) sont incapables de
calculer. D'autre part, sur 155
coles visites,3 d'une faon irrgulire, et 12
n'existent que de nom. (Te-
lement, mais la plupart se
livrent des pratiques su-
peratitneuses Une
partie des conomies se
pillent dans des services ,
des mangers lois , des dan*
ses. L'ignoraD e des paysans
les met la merci des i bo-
cors , les spculateurs et des
arpenteurs peu honntes. Les
conditions hyginiques sont
lamentables l-e paludisme, la
svphilis, les vers intestinaux
viennent en tte de liste par-
mi les maladies qui dimi-
nuent la p'.i.ssance de travail !
des paysans. La mauvaise
alimentation et, dans la plu- J
part des cas, la sous-alimen- 1
talion, particulirement chez <
les jeunes entants, sont des I
faits courants. Le paysan a !
peu de beeoins, il se contente '
facilement de son sort. Ses
principales distractions sont i
les gagi'resi et les danses
organi-
sa p_r vi-
de trans-
Et tout
Pour
cela cote de l'argent,
qu'on parvienne avoir un
systme convenable d'duca-
tion eu Haiti.il tant donc que
tout le monde 8e mettre en
J tte qu'il I u
Philippines, par exemple, le
cot de l'ducation par au et
par lve est de r 25,7951 ble enti
soit b les 128,170 (*).\ Porto-J A ce mo
Rico, pour l'anne 1930, lej"
cot tait de or 21,56, soit G. >
107,80. Au Mexique, le cot!
per capita varie pir Etat:'
ainsi, dans le District F 1re ,
il est de or 24,22 ; Mans l'Etat
de la Basse Californie, il
de o 31 52 et dans celui
de Quintan Uoo de or 53,77
Sance du
19 septembre 193/
Dix heures. La salle est pres-
que vide d'assistants. Vide aussi
le banc de l'Excutil. Uu em-
ploy rdacteur procde lp
pel nominal. La majorit est r-
gulirement constate et la san-
ce est dclare ouverte. Le pre-
mier point, sanction dwproc-
veibaux, ne comporte aucune
matire Le dpouillement de-
l corresDondan e entrtes a
lecture de deux pices : Un
m S ige du Snat accompagnant
la proposition de loi qui assure
le lonctionnement de lEc.de
Nationale de Droit.
Une lettre de. Mr Ensbe Ri-
giul invitant le^ inviolable*
ADOUCISSANT LA PEAU....DLICATEMENT
PARFUM. UN VRAI LUXE A UN PRIX]
INSIGNIFIANT
LUX
SAVON DE TOILETTE
DKLICATKMENT PARFUM !..
MOHR & LAURIN. P. O. BOX (M*. Distributeurs
Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince.
Correspondance
Port m Prince, le 1!) septem-
I) e 1093.
Monsieur le Directeur,
Il a commenc pampre dans j
taut dpenser. AoxI*|Wltr M dernire cration, non
ns, par exemple, le | naUlanophane.
Au troisime point, l'Assem-
ama le vote du Budg it.
moment les Ministres des
Finances et de I Instruction pu
blique etlec uent silencieuse
ment leur entre BU sein du
Corps. '.e chapitre de la Dcdte
publique est votavec la sup-
pression de lombreestsinscrip
tiois de crioce instituant u.ie
datte Ai tante trop leve. Au
vote de l'ensemble de ce cha-
bleaux Nos. 1,2, 5, <> Graphi- de vaudou. Les lemmes tia-
vaillcntplus que de raison et
perdent une grande partie de
que No. 1)
t!. BetlM de Filles
L'examen attentif du Ta-
bleau No. 4 lait ressortir lu
disproportion qui existe entre
le nombre des coles de tilles
et celui des coles de garons.
On ne peut arriver aucune
amlioration sociale relle, si
l'on u'entreprend pas d'du-
quer d'une faon mthodique 'prendre
les lilies de nos campagnes.
Nous nous rservons d'insis-
ter davantage sur ce point au
chapitre des recommanda-
tions du prsent rapport.
i pour l'inu e 11)30. A Smlo-
! Domingo,ils ne tiennent pas,
apparemment, un systme
[de comptabilit scolaire leur
m une grauuc iaiiit u j permettant de dterminer le
leur temps au march pour cot per capita le l'instruc-
des ventes insignifiantes. I tiou Cependant, d'aprs les
D'autre part, si, l'ignorance I informations tournies par le i
des mthodes de culture, des j Service N" de I Instruction
mthodes de prparation des publique,il existe 4Q0 coles
produits exportables, l'em-
ploi d'Instruments aratoires
dsuets et inefficaces, on
ajoute la baisse des prix, l'in- i
capacit du paysan de com-
*.." Mnin le ce |our ui Map
port sur le retevi des coles ru |
raies nationales et presbytrales
par Maunce D_irlig je et Andr
Liaataud. Dans I introduction ;
le ce rapport qui semble tre
un document olticiel, je lis ce
qui sud : Si le Service natio-
nal de la Production \gricole '
et de l'E is igiem-'ui Rirai pos
sfdait des mio ni >tio is prcises '
sur les Fermes ftcole*, s'il 1 li
tait lois ble l'en obtenir SUT
les coles ore-oy r i1 s, i' sf-
tiouvait ii:v 'Our d mis l'im
possibilit de recueillir immdia-
tement is to mes exucles sur
if. coud noua dans lesquelles
looctioeneul les coles rurales
nationales L InspectioaS Uire
de Port au Prince ne pouvait
Ce Ple en mtal
SIGNIFIE UNE PLUS LONGUE VIE
1. Le P'e en mtal prserve
contre l'oxyde et la nrisure
2. Plus de lumire.
3 Plus longue dure.
4 Economie relle.
5. Traits exclusils.
MTAL CERCLE
PAS DE CIIU-: HOUGE
pitre, le Dipue Brcy, qui a
combattu la suppression des
crances, donne lecture l'As
semble dd i.o ubreux docu-| que lournir la liste des coles |
sxTaa
B>A.inri!Kif
menla de na'ure a justifier les
diUs crances.
L'Assembl pa sa Budget
de l'Instruction publique. Le
Ministre de ce I) ip inecneut de-
mande la supp. ** d une ad-
dition de la com nissiou du
rurales auxquelles es', alloue !Budttt, qui cre un, sous-ins-
annuellement une valeur de PJ. ^l,ro"' mm(,p
Le Ministre relire, sa itfininae
des lois
manque
I). Livres classiques
La plupart des livres en
usage dans les coles rurales
sont des livres franais im-
ports, dont le contenu \\\i
aucune relation avec la vie
des lves et suppose des ex-
priences presque totale uent
diffrantes. D'autre part, les
livres qui dominent son1, le
tlin souvent, des livres de
ectnre. La proportion des
livres d'arithmtique, par
rapport aux livres de lecture,
est trs faible. Les livres d'hy-
gine sont presqu'inexista ils.
Recommandatto BS
Mesures imme listes
De ce qui vient d'tre dit
plus haut, il rsulte que n die
systme d'ducation rurale v-
gte daus uu tal plus que la- j^'
menlable. Les rsultats d a DOS j canlpagIes
investigations sont a la lois si
tristes et si concluauts qu'ils I
se passent de tout conimen
taire.
Nous pouvons dire que la ;
siluatiou sociale et co i o ni- !
que du piys l'explique p i r
son systme d'ducatiou et
qu'il ue pourra y tre apport
aucune amlioration lU'iini-
tive si l'on ne rorganise pas
poire systme d ducation j
publique sur une base se- j
rieuse et scientifique. t
Nous envisagerons prs
qu'exclusivement daus ce rap
port ce qui doit tre fait im-
mdiatement, c'est -dire
partir du 1er Mars au plus
.ard, pour nue amlioration
sensible des e oies rurules
d'Hati. L'organisation de ces
*oles devra dpendre des
Tondilioos sociales du milieu,
des fonds disponibles et de la
canari'e des instituteurs.
I. La situation dans les
le jeu des facteurs
conomiques, son
de besoin et s o o
absence d'idals, on ne sera
pas surpris de cette sous-pro-
duction, en prsence de la-
(jn Ile nOUI nous trouvons.
Tel est,eu raccourci, l'tat des
conditions sociales et COUO-
;n |ues de nos campagnes que
l'cole, d'accord avec le Ser-
vice d'Hygine et l'Extension
Agricole, doit radicalement
chiugrr. Il est vident, pour
les plus simples d'esprit :
1. 0112 'es coles rurales,
telles qu'elles fonctionnent
act ici lement, sont incapables
d'apporter aucune amliora
lion a cet tat de choses
quelle ne foraient, au con-
trairea, qu'aggraver.
2. Que les vieilles mtho-
des d'ducation jusqu'ici en
honneur dans les coles ha-
tiennes doivent tre mises.
UDQ lois pour toutes,de cote,
; Qu'il taut de l'argent et
des instituteurs prpars pour
entreprendra la grau le ta
de civilisition de nos
108,000,00 dollars, soit 420,60
dollars par eoie. L'efiectil
varie de 50 150 par cole.
En adoptant 7 comme eflec
tit moyen, cela nous d tune
;|U,()()0 lves. Il est douteux
que cette valeur de or 168,
000,00 comprenne, en sis des
salures des professeurs, les
dpenses pour l'administra-
tion, l'inspection, les loyers.
les fournitures, les libres
classiques et l'entretien des
locaux, h ne nous est dis
p ifisible, eu consquence,
d'valuer approximativement
ce m co e l lucatiou pai
j lve, h est probable que la
valeur meotioane ne repr-
Seute que le salaire des pro
fesseurs, tout comme les va-
leurs inscrites au bmlget du
apis l'intervention du dpm
Leroy qui tait ressortir la nces-
sit d'une, sous inspection Sal-
trou pour contrcMer [ducation
des entants de la troni re. L'ad-
dition est rserve.
Le Ministre des Fin inces s'-
lve contre des arlicle> propo-
ses par les Commissaires, et qui
prvoient de nouveaux direc-
teurs et prolesseurs d'coles pri-
maires. Le Ministre lait obser-
ver que ces crations ne peu-
vent eire que coiulitiotmctles, vu
que l'on ne *ot pas encore
combien s'lvera le Bndgat dm
voies et moyens. Dilendus
par Gilles et Pion, le* articles
additio mets sont admis.
La tonclion d'un professeur
de chaut an Lyce des Cayes
est au p prime snr la demande
du dput Blizaire,
Les subventions proposes
par la commission sont agres.
L'Assemble vote (reiza bourses
Dparte* ^ trente cinq gourdes pour l'E
Dpartement de l'Instruction!
publique en Hati,
lvi llnti, s iuf au
m ut de l'Enseignement Ro j C()le Normale "de jeunes tilles et
rai, il n'est pas tenu une na /. cent gourdes pour celle
Comptabilit scolaire permet ( des gaicons.
tant de dterminer le cot. Le pro|el d;; Budget des Cultes
per capita de l'ducation. Le estvotaani
C ut per capita dans les fer- dl 1o"-
mes coles, bas sur l'ellec
'1 Les iiiihls (lispsiiihles.
L'argent est le facteur
dis pensable au succs te
te entr ,-
li tique,
P.
in-
tou-
i i aie O'i et mi i-
que. rar consquent, sans
argent, il n'y 'a pas d'cole
vraiment digne de ce nom.
Lu Il.Ui, malheureusement,
on croit qu'avec uu lus
leur plus ou moi is lettre,
pay de trente a cinquante
gourdes, quelques baucs, uu
tableau, uu local l'avenant,
on a une cole, et qui don-
nera des rsultats. L est l
une grave erreur. Il taut uu
locaLqui se prte au travail de
1 cole, des livres classiques
adapts au milieu et aux
buts .w-ciudie.des crayons,
des plumes, de l'encre, des
ardoises, du papier.de la craie,
des tables et des chaises, uu
matriel convenable et des
lournitures suffisantes pour
tu el comprenant les salaires
des instituteurs et des g-
rants* les matriaux, lourni-
tures, livres classiques, frais
de supervision et d'adminis-
ii ion, a t d'environ Gds
il 1 13 compar Gds 139,545
aux Philippinesel (ils 107,81
Porto-BJco. Le cot per
capita, reprsent seulement
Budget des Relations Ext-
rieures. La commission propose
la suppression d'un article qui
prvoit Cent quinze dollars
rpartir entre les consulats d s
Anldles. Le Ministre intress
avance des objections qui d-
terminent l'Assemble repous-
ser la suppression. L'ensemble
duhuiv e; pi dment vot,
j Budget des Finances* Le. d-
i put Adam propose de suppri-.
p'aces sous son conli'e, etc,
etc.
Aprs foute la publicit qui a
t dfja laite autour du nouveau
statut des coles rurales. Tins
pectioa n'a ni l'intention ni l'en-
vie de provoquer une nouvelle
polmique ce sujet. Il lui est
cependaul impossible de laisser
crire et imprimer qu'elle ne
pouvait que tournir la liste, etc.
Il est vrai que le rapport ne dit
pas : ne pouvail lournir que la
liste. Nous savons gr de celle
nuance ; cependant nous som-
mes dans l'obligation de faire
savon qu'il ne nous a jamais t
demand autre chose que ce
que nounoua sommesempres-
s.s de donner.
Recevez, Monsieur le Direc-
teur, avec mes remerciements,
mes raei lettres salutations.
Flix MAGLOIUE,
Inspecteur des coles.
INSPECTION SCOLAIRE
DE PuI-AU-PRINCE
AVIS
Il est port ta connaissance
des intresss que selon avis du
Dpartement de l'Instruction
Publique les examens de la ses-
sion extraordinaire sont fixs
aux dates suivantes :
Certificat d'Btttdss primaires
10 Octobre.
li evel simple et suprieur
17 Octobre,
Certifie*: d'Etudes Secon-
dairess 1re et 2me partie, 17
Oetobie.
Ecole Nationale de Droit, 6
Octobre.
En consquence les registres
d'inscription pour ces divers
examens sont ouverts tous les
jours de 10 heures midi.
En vente partout
EVEREADY
TRAOt MARK
LAMPES & BATTERIES
elles durent longtemps
Patentes dans le monde entier.
9229
Note
La Rente Nouvelle venantd'-
?re institue en Frai.ce la suite
de la Conversion des Rentes
5/. 1915-19R). 60/0 1920, /*
1927 et 5 o/o 1928, des obliga-
tions (i o/o 1927 el des Bons
du Trsor 7o|o 1927 est de
quatre et demi pour cent,amor-
tissable en 75 ans el inconver-
tible jusqu'au 1er |anvier 1939
DE
COCKTAILS !
Perdue
BONNE RECOMPENSE u
Il a eie perdu en ire ta cha-
pelle St-Grard (en passant de-
vant IHpital Amricain ) et l
rue Bonne Foi une broche de
tonne ovale en vieil or .orne
de plusieurs perles.
Une bonne rcompense est
promise celui qui la rappor-
tera au bureau du journal.
0" CAMILLE LI
E. 1400, Bois Verna,
Tlphone : 3201
MttsWibPOITRINl
TOUX
BACILI.ME
m ma
PAHIS
par le salaire des directeurs J raer [expertadministratif prvu
et protesseun des coles coo-
grgiuistes, d'aprs le budget
L.iir compar Gds 45,49 pour les
1. mies coles. ( Anne 1930/
31).
Le cot per capita esl le
s*ul qui permette de juger
de la qualit de l'instruction
donneauxenfants et| orsqu'il
est tabli sur la prsence
icelle, il constitue la seule
base srieuse de dtermina-
tion des valeurs allouer
l'ducation.
( A suivre).
i
i") Philippines Island Survey.pake
090, Tabl* 98 1923.
pour ce Dpartement.Cette pro-
position, taiblement combattue
par le Ministre des Finances,
rallie la majorit.
Le dput Pierre-Louis de-
mande de supprimer les nom-
breux comptables de ce Dpar-
tement atin de rtablir la Cham-
bre des Comptes. Le Ministre
intress combat celte proposi-
tion qui vote mettra le
Dpartement des Finances dans
l'impossibilit de bien lonctiou-
ner.
Le dput Estim intervient
contre la demande de suppres-
sion. Un vil colloque s'lve
entre lui et le dput Foarcant.
Le Prsident, impuissant ra-
mener le calme, lve la sance.
Allez chez Barbancourt, la
rue des Csars,o vous trouve-
rez un excellent cocktail sec et
demi-sec dont vous ne pourrez
plus vous passer.
LARYNGITE, TUBERCIJLOS-
CATARRHE. RHUMES <
PLEURSIE. TOUFFEMun*
EMPHYSME. ENROUEMB"'
aiONCHIteJironijM.SUEJ*
NOCURN&S.
CRACULMENTS*
SANU.INFLUEN
ASTHME.
lit fl *-*
;' BACILLE
M RAVFNE
En vente
RAVENf
A,rtil r..pirlr ""^upi
port-au-Frlttct : PhM

Cin-laldy
DEMAIN SOIR
La belle comdie
Totte et sa Chance
avec Andr Roanne et Carmen Boni
outre : 0,50; Balcon : 1,U0.


MATIN 21 ubre l
PAGE 3
llliiiui Bairbaiicoiirt
Dont la rcnuramee est universelle i gard su premire place
Demandez partout :
UN BRBANCOURT
Dpt : Hue des Csars.


* nExSvmB-V+l,.,


y .*
(ai *

mauvaise.


<
:) "V
Do trs 'ijrsfsltA&ies.
t 'eh-,
e la com paion,


Obtenu avec les eaux minral!:
reltes,iiar s avec des citron
...
>

HOTEL KAKAM
h ne confortable succursa-
le de Palace Htel, Kensr
hoil
\ Pour la saison d't, ren-
dez-vous chez A.J. Karam,
Kenskoff, o vous sciez
servi souhait. Excellentes
conditions.
;
Avis
INSTITUT
Guy-Joseph-Bonnet
Prs du Monastre St Grard
Sons la direction da professent1 Luc DOUSINVILLE, hom
me de lettres, historien et gograohe, et d'un groupe de Matres
d'lite, plusieurs diplmes d'Universits trangres-- Cours clas-
siques. Cours pra'Kjiies Site Idal Coolort moderne et
hyginique Vastes terrains de jtux divers. Aux derniers exa-
mens olliciels pour l'obtention du baccalaurat, l'tablissement
I t class parmi les trois premiers 1
La rentre auialieu le lundi 4 Oct prochain
Prix d'colage meilleurs que dans les autres collges de
me grade 1
Ou trouve l'Institut, commme dans toutes les bonnes librai*
ries, les livres classiques du professeur Luc Uorsinville :
Cours Prpaiatoire de Gographie
Cours Elmentaire de Gographie Atlas
Cours Moyen de Gographie Atlas.
Aidez par ailleurs l'emploi gnral de ces livres.c'esl pour;
le bien moral et patriotique de la |eunesse d i [>ays,en les taisant
acheter par tous les pttits llatieus.
ENO EST BON POUR
JEUNES ET VIEUX
ENO'S "Fruit Sait" est si doux et agr-
able au got que les enfants 1 aiment.
Il est un correctif si sur et efficace que
des millions d'adultes l'ont adopt
pour viter la constipation et la
paresse intestinale cause
initiale de bien des maux.
Exigez ENO.
1
EGLISE DE OIEIi; EU CHRIST
CONVENTION D'HATI
Li 4me convocation de
l'Eglise se tient la Mission
du Bel-Air.prs du Fort Veil-
lard.du 19 au 28 septembre- !
Les A premiers jours sont
consacrs au jene et^ la ,
prire. .
Nous invitons les amis dej
I uvre venir rarticipei
nos runions de prdication,
de conscration, de prires,
afin de solliciter du Trs
Haut l'tablissement du Ro-
yaume de justice, de paix et
d'amour.
Nous tmoignons tous)
notre grand bonheur de pos-
sder le Hv. J. Vital-Herne
cora.iie le Superintendant de
cette Eglise ; de sorte que
notre Convention n'acceptera!
le .service d'un ministre d'une
dnomination similaire qu'- j
prs la dcision du l'ssteur
et du Comit local.
Nous aurons un baptme
M irlhsaot, chez Mr 'I bornas
Min l, le dimanche 25 septm
bre, 9 hres du matin.
Kev J. Vital-Herue.StAptre
Fr. j SI JugtejPrs. du Comit
Fr. J. Cngnre, Membre.
Kr. <<. Nici icr a
Sr. J. St Juste
Fr. Ed .lo'c pli, Scrtai; e
Sr J. Vital-Herne, Mre.
Les avantages qu'offre la
Cuisine Electrique
HOTPOINT
sont ma in tenant connus de
tout le monde.
Pour vous en convaincre,
visitez noire salle d'expo-
sition.
Compagnie d clairage
Electrique.
Du Service National
de l'Enseignement
Professionnel
( ontonrment aux nou-
veaux rro^nnnrnes d'Ensei
goemeol Professionnel auto-
i ims par le Dpartement du
Travail et qui seront mis eu
application ds le 2 Octobre
prochain, il est port la
ounaissauce des touilles des
villes de l'ort-au-prince. Cap,
Gonaves, Jacmel et Jrmie
que l'admission dans l'une
quelconque des Ecoles Pro-
fessionnelles de garons, est
subordonne aux conditions
suivantes obligatoires pour
chaque postulant :
lo Le postulant doit tre
ge de 13 ans au moins et
de 17 ans au plus.
2o Possder son CertilU
cat d'Etudes primaires,
!So Prsenter son acte de
naissance authentique et des
recommandation! valables de
bonne conduite.
Port-au-l'riuce, le 27 ao
1932.
Le Directeur Gnral du
Service.

Iilc.il.oii
Lis
FRUIT SALT
N'ACHETEZ QUE LE
7 nJMMi
sez ceci :
\
Famille hatienne, habitant \
Peu de Chose, avenue X, mai-
son confortable, reoit des pen-
sionnaires des condition! a-
vantageuses. Pour tous rensei-
gnement, s'adresser au bureau
du journal.
~"Hf
PROGRS NOUVEAU
RHLM NObVEAV
Rhum dlicieux got exquis
ALCOOL DtFIANT TOtJTVONCURriENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZOh
S!. Fontaine
Meilleur et meilleur mar-
ch que l'article import.
En vente au dpt de la
Distillerie de l'Aigle, prs la
Banaue Nationale, et chez
SIM VIEUX PRIX DE DTAIL 6918 225 LA BOUT
u pirniiiFT l.zo LA utmit
'"' HATIoSit PRIX SPCIAL POUR VEMTE EH GROS
COLLEGE LOUVERTURE
Fond en Oct. 1895
Internat Externat
Le Collge Couverture est un
Etab 11 s s e m e n I d'Enseigne-
ment secondaire moderne
cr en vue de donner aux
jeunes gens une instruction
pratique jointe une lorte
ducation morale et patrioti-
que.
L'Ecole reoit des entants
ds l'ge le sept us. S
L'enseignement comprend
toutes les tudes prescrites
perles programmes olliciels.
En toute circonstance, les
lves du Collge L<>uvcrlure
sont soumis la plus stricte
surveillance ils sont |'ob)et
de la sollicitude la plus bien-
veillante et la plus constante
pour tout ce qui concerne
leur situation malrielle.inlel-
lectuelle si morale.
PourlOUS autres renseigne-
ments, s'adresser la Direc-
tion de l'Etablissement, nu
Moulalais, HorUau-Price.
Le Directeur,
L. C. LHERISSON
VIENNENT D'ARRIVER:
Les Pastilles de
menthe du Dr Hillers.
Di'liciiuscs, rufrairlnssanlL'!, sti-
mulantM, parfumant la bouche.
En venti- chez Gaston R. Martin.
an Baaar National et chez Alphonse
l)ir & C*.
.1


Viennent d'arriver
LA POMMADE > INCOMPAMR! E ET LE SAVON SPECIAL
POUR LES CHEVEUX
"0--RO-CO.
Vs luiit : au tLi iAhliUt' ti tHU HIFPOLKTE JEIHH
S; VOUS voulez boire de
l'eau 1res pure.et glace eu;
mme temps, achet/, rbes
Flix Chriez
Rie Courbe
UN Fil TRE ANGLAIS
BROWNLQW. 3 GALLONS
w ni uncompartim ni Int-
rieur pour la Glace et tout
r de I fin filtre.
Prix : 12 dollars.
Il y a aussi des filtres qui l
n'ont pas elle chambre pour1
g] .. e et alors au prix de 10
dollars,
surer-vous contre accid. ni
A-cir!en' Pire &>
I Corporation
mi'cd, Vre F. Derminghent *
Grande Baisse
ESBENSEN
Avise les consommateurs de son LAll
qu'il a rduit ses prix comme suit-:
LAIT CONDENSE SUCRE CAISSE DE 43.14 0/ OR 6,25 DTAIL OR 0.14 CENTIHES
LAIT CONDENS SUCR DE ?40,3 9.10 DfAIL 0,04
LAIT VAPOR DE 48,16 5.00 r'OETML 0.112 .__
LAIT VAPOR DE 96.3 Ml OIAIL 007
Rappele toi que le U1T CONDENSE EVAPORE i POUDRE BSHBSStfi .ail le
meilleur, le plus pur el le riche e crme, Il el teo imindt p.r les nie.lcy^ ri
sages lenmesaux Mba el .......aladee.Il e -'* l"'llr les Uemrs
glaces : chaudea, el lea d< lerla de tonttp aortes.
En vente AU BON MARCHE*
Et dans toutes les bonnes piceries lanl
d Port-au-Prince aue dans toutes les
villes de la Province.
A

f


Mercredi
21 Septembre 1932
Le Maliu
4 PAGES
Port-au-Pnnce
Tlphone : 2242
-Panama Railroad Steamship Une,
Agents aax principaux ports d'Europe,
. j
tf. W.}Sheldon & Co,*Ltd.
17, James Street,
LlVERPOOL, KNGLAND. '
h
!
M or Y & Company,
Atlantic Freighting ilorp. Div.
155, Boulevard dt- S rasbourg,
Havre, France.
Mory & Company,
Atlantic Freighting Corp. Dt.
3, Rue St Vincent de ;paul.
Paris, France.
Ueruu Peron & Stockwell,
Boite Postale: 78,
Havre, France.
England
:/. w.snF.LnoN 3&c,;Ltd..
Fen'ou Honte,
112/113 Fenchorch Street,
Londont E. C. 9, Rngland.
France);
MonY &. Company.
Atlantic "reighting Corp. Div.
74, Quai des Chrirons,
Bordeaux, [France.
M ou y & Company,
Allaulic Feighting Corp. Div.
17, Hue de la Kpnblique,
'Marseille, France'
Gellatly Hankey & Co,
21, Hue de la Rpublique
Marseille, a France.
Germany
Atlantic Freighiing Corp., Atlantic Freighting Corp.
Ballinhaus, Uamburg 1, Germany. Breitenweg, 6 Bremen, Lier.
Holland
Atlantic Freighiing Corp. Atlantic Freighting Corp.
Antwerp Division, Koiiingin Eromaplein 3,
C/O Steinmann & Company, Rotterdam, Holland.
P. 0. Box. 1069, Rotterdam, Holland;
Denmark
E.A. Hendix and Companj,
Copenhagen, Denmark.
Belgium
Atlantic Freighting Corp.,
<70 Steinmann and Co
4, Quai Jordaens,
ntwerp, Belgium.
A. Ceresa & Company.
ViaaBanchi 3,
Genoa, Italy.
Spain.
Mr T. Mai.i.oi. Bosch.
Atlantic Freighting Corp.,. Div.
Paseo Colon, 17,
Harcelons, Spain.
A/B VV. Larka,
Atlantic Freighting Corp. Div.,
Skeppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson and Hoimstrom,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Skeppsbron 3,
Gotnenburg, Sweden.
Italy,
Mr Allredo Amorelti,
Atlantic Freighting i'orp.Div.
Piazza Del Fen o N. 3 5,
Genoa, Italy.
Norway,
Lauritz A. Devold A. G.
Allaulic Freighting Corp. |)iv.
Aalesund, Norway.
Sweden
Sven Jansson & Companv.,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Norrkoepiug. Sweden.
Simon Editrori a/B.,
Atlantic Freighting Corp Div ,
Malmo, Sweden.
Btrnhard Bergh & Company,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Ilalsingborg, Sweden.
LE FAIT EST INCONTESTABLE
K li 13111 Saillie
C'est la quintessence des meilleures
(varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
G est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone: N 2323
Le vapeur Mari inique I
Voy. 103 venant deNew-Yo'k
et dis ports du Nord est at-
tendu ici. samedi 24 courant,
en roule le mme jour pour
les ports du Sud.
Le manifeste de^ce vapeur
reu par avion roste est la
disposition des clients dans
nos bureaux sis angle dis
mes du Q'jai et Humas Mi-
diou (vis-a-vis de la Djujuc).
a
+
Le vapeur Bolivar Voy.
101, partira de New-York le
21 courant, directement pour
Port-au-Prince o il attendu
le 27 septembre prochain, en
route poir les ports Colora-
biens, Cristobal, laual Zone
Kingston et New York.
Le vapeur 1 Baraco 1 Voy.
108 partira de New-York le'
28 septembre prochain,direc-
tement pour Port-au-Prince.
Port-au-Prince, le 19 Sept.
1932.
William E. BLEO.
Agent.
Voulez-vous
Russir flans vos tudes uo
taire russir vos enlants.grce
une mthode d'enseigne-
ment clafsioue excellente?
VOU1 EZ VOUS
Une profession aprs 6 9
mois d'tudes srieuses (St-
no-Dactylo. Langues vivante
Comptabilit)
Songez que I Institut TIP
PENHAUEH se recommande
et s'impose votre attention
par les brillants rsultats d-
j obtenus.
1537Rue Lamarre.
Tlphone 2891.
AVIS AU COMMERCE
finie
mer8 sont
. -" acfi- isw'2
e 1 cet. 1932
le 10 octobre 1932
le 16 octobre lfifl
le 24 octobre 93J
le 30 octobre 1932
La Panama Kailrovl V-i msbrp 1. .. t w. ni
fnpHi es il 1,. 11 '..ie New Y< k rourportau
Haiti, dire truie l baqne mardi, Tous Us s:ea
jourvu de eh 0-l.r.* tripon'iaue
Dparts de Sew )orl<. Arrmages Port au -rrince.
Steamer listobal' le 13 septembre le 18 septembre'1039
Steamer *'Boenav Steamer "Ancon** le 27 septembre '
Steamer "Goayaanil" le 4 octobre
Steamer c Cristobal a le 11 octobre
Steamer uBuenaventurn ) 18 octobre
Steamer Ancon le 23 octobre ........, ,
S'eamer tuayaquila le 1er novembre 7 novembre
Steamer Cristobal 1 le 9 nov. 14 nov. jfio
Steamer Bucnaventura 15 novembre le 21 nov.
Steamer Ancou le 22 novembre le 27 novembre
Steamer Guayaquilwle 29 novembre le 5 dcembre 19J9
Panama Railroad Sleampship Line
Jasfl.C.VANREED
Agent Gnral
Lykes Brothers SS C lnc
Texas Hati Santo uomingo- Porto Rico
Le seul service hebdomadaire et rguller passagers et
Irt entre les ports du Golte du Texas directement avec
Port-au-Prince, Halu.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de U LYKE
I 1NE.
Les prochaines arrives a'Port-au-Prince sont*
Steamer Almeria Lykesi 23 septembre 1932
Steamer Genevive Lykes 30 selembre 1932
Steamer Ruth Lykes 7 octobre 1932
Bureau: Rue du Magasin de l'tttai Boite Postale B
Conditions avantageuses. Trai
tement consciencieux. A proxi
mit de la ville.
S'fcd'esser Mr famille Ces-
sant. P. O.Box 118 Tlphone:
2242.
%Jti*
D
1
D IjOlf 1ID1UH
Pour vos crmes jaglace,vanille,ca-
f, cacao, corossol ou autre, utilisez la
CRME Dh LAI1 NhSrI Lh. ~
FEHBLANC: 22 centimes
Vos glaces seront] incomparables,
hn vente partout.
Pour commande, s'adresser
L. PREETZMANN-AGGERHOLM & C
II ROYAL MAIL
LIS Lio
Le steamer t Gaboon , ve-
nanant de Londres via Rings*
tou, sera ici vers le 21 cou-
rant, en route pour l'Europe
prenant fret et passagars.
The Royal Mail Lines Ltd.
I. J. BIGIO
Agent gnral i
La Magnsie ERBA
EST LE PROMIT-LE PLUS RECHERCH COMME REGULATEUR
DES FONCTIONS GASTRIQUES ET INTESLINALES.
A. de Matteis & G
AGENTS POUR HATI
*-... *.**-
AVIS IMPORTANT
Pour tout ce qui se rapporte
aux ail 'ires de la Fabrique
Hatienne de Mosaques)Char:
lier-Mallebranche et Co, nos
aimables clients sont pris
de voir ou Mr A. Mallebran^
che ou Mr Ph. Cbarlier, la
Socit Hatienne d'Automo-
biles (ancien local de la West
Indies Trading Co ) o ils se
tiennent leur disposition
tous les jours.
Tlphonez au No 2G80 ou
j au N 2115
1 Chahi.ieh-Mallebiuncue & C
flfi!w
UU
:


-
mm l
j Avis t rs important
| Jusqu'au succs de nos d-
t marches auprs du"Gouver-
nement Franais tendant
I l'abolition de la taxe ap-
1 plicable au cerliiicat de non
infection, les exportateurs de
miel, sous peine de voirleurs
expditions retuses au H-
J vre, doivent joindre a leurs
documents 1e dit certificat
dment lgalis par le Con-
sul de France du port d'em-
barquement,
Poit-au-Prince, le 13 sep-
tembre 1932.
Grand Htel de France
P. P. PATRIZI, propritaire
Cet tablissement se re-
commande par un service
irrprochable, un restau-
rant de premier ordre, des
chambres conforlab! s el
ares ; un Bai o les con-
sommations sont varies et
des marques les plus rpu-
tes.
Tlphone : 2341.___
LAITERlirBAfLEY
Livraison propre, hyginiqne.en bouteilles hermiiq -
meut cachetes, |a>r de toute lalsitJ a lion,
-transport la.t en rlrigrateurs roues.
^ 1313, Graud'Hue, Port-au-Prince.

. ,i-^ ^ ^%13&^^~$*g!k_ r>r*K ^^

-m sm
_
4t%
j*rk


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM