<%BANNER%>







PAGE 1

PAGE' LE MVTIN 16 Septembre 1932 Le Plan Forbes,-ses effets r'.Nous voil en lacejd'une nou dire quejce plan tait un hanie m. .. ,..; r_l velle situation. Comment vaincre tant de difficults surgies devant nous mut coup 7 A mon sens, toat dpendi i de la valeur morale, de la conduits politique que nous aurons ce tournant qui, la vrit, ne saurait laisser personne inJifl*rer.l C'est l'occasion pour moi de renouveler ma dclaration savoir que j'cris en mystique. Casqu de vrits vraies, je lais entendre mes trres en gnral qu'antant qu lsseronl de mauvaise loi nos dboires ne cesse ront pas. Par ces temps o la science ralise des progrs qui tiennent au miracle, stationner, en tant que peuple, c'est se condamner tre pitin jusbu'a disparatre. Nous devons y songer srieusement. On sait l'tranger que notre pays possde une lite intellectuelle. C'est sur elle que les regards se concentrent. Prenons garde Va-t-on encore une lois se contenter de criailler au lieu de chercher comprendre l'un aprs l'autre les problmes poss devant la conscience nationale ? Nombreux sont les Hatiens qui, obissant une prI soin [-lion mal tonde ou comptant sur le hasard par un dbut de jugement dont ils seront tou)ours victimes, lont peu de cas des avertissements d o qu'ils viennent. Pour eux, produire de belles phrases est tout; il n'est pas ncessaire de mditer sur notre pass de croupissement, de remonter aux causes de uos maux, de chercher s'assurer s'ils n'ont pas t maladroits afin de s'animer d'un meilleur esprit A quoi bon, semblent-ils se confesser, tre srieux? On y peut muser encore, har, politicailler, l'amricain est oblig r!e s'en aller. En calculant de cette laon, on n'a rien prvu. L'Amricain l'est vite rendu compte que sur ce sol loul jadis par des gants couverts de gloire, il n'y a plus que des hbleurs qui ignorent la vertu de l'eflort productil. Ali 1 le plan Forbes l J'eus on. On avait ri. Comment pouvait-on avoir la navet d'esj prer, malgr nos penchants u.>| ar.N n-i iv es, no <•; naio i • qu, aiiulo.ii S lOits les yeux, que le Prsident Iloover nous librerait compltement, lui qui, dans un grand i cours, peu de Je temps aprs sou instillation a la Maison Blanche, annonait, en termes catgoriques, ceci : Les petits peuples sans canons et sans flottes, pour conserver ou dtendre leur indpendance, n'ont que la ressource de l'arme morale. A/ionsnous tous compris ce J que signifiaient de telles paroles ? ( Je ne manquai pas, dans un article, de demander qu'on y lit attention. Mais nous sommes en Hati o les hommes politiques, hormis deux ou trois, sont imprvoyants et pleins d'incrdulit. Pour eux, la giande habilet consistait jouer aux patriotes avec des mots ronflants, ce qui induisait le peuple en erreur. On eut beau leur expliquer que ce procd tait dangereux, ils firent la sourde oreille. Cela s'expie. Ce n'est pas tout de se dclarer citoyen d'un; Nation, il laut faire tout son possible pour assurer la prennit de cette Nation dont on se rclame. Sinon on rcolte la rise du monde entier. Pour qu'un Pays volue, progresse au point de mriter le respect des autres, il sullit que les individus qui l'habitent par droit d'hritage.aient grandi en conscience, en intelligence, en orgueil et vive dans un perptuel amour du travail. Edmond Paul nous avait avertis que nous avions pour mission de lormer uue cit jaune* noire avec ses arts, ses sciences, ses vertus. Une politique aveugle nous a retenus dans un tat de choses cœurant. L'humiliation que nous subissons tous galement nous soi vira-t elle aufia nous rapprocher les uns des autres, pour btir celte cit et pargner de sombres jours dans l'avenir DOS entants ? THOBY VIEUX. L'ATHLTE HATIEN ATT L4 LGENDE DU VAUDOU Le culte du zombi est mort, nous dit lAs hbilien qui l'icnt concourir aux jeux post-Olympiques. Les descriptions laites rcemment dans des livres a grand succs de librairie et dans des pices de thtre au sujet des croyances hatiennes en matire de choses surnaturelles son! eiroPkAea, fallacieuses et suranne a dit Silvio Cator, le sau leur haitien arriv ici aujourd'hui pour participer aux Jeux Olympiques qui vont avoir lieu sous les auspices du Daily Nw> et de l' Union Athltique . Ds mensonges, rien que des. mersonges, a dit Cator i n parton* i!ts rcits laits par des impressionnistes concernant Haiti. • Je suis heureux qu'il n'y vil pas us de gens en Hati qu'aux dans son ouvrage pour illustrer ses contes lui lurent prtes par un Haitien, le Dr llolly. D'ailleurs Seabrook en lait mention dans une note qui se trouve la fin de son livre. Le Dr llolly lui-mme m'avait dit qu n availoumi Seabrook non seulement les photos en question mais aussi les contes qui s'y rattachent. Sans doute parmi ces contes il y en avait de caractre lgendaire. Souvent, les touristes confondent avec le vaudou des choses qui n'y ont aucun rapport. Par exemple, dit il, il y a la danse Martinique . originaire de W e de la Martinique et qui a ses amateurs Paris. Pourtant cette danse n'a aucune signification magico-rehgieuse. Cit;>r est la li;s don ancien Gnral Haitien, membre du Corps Lgislatil qui lut BOSgj n n ,i" de Cavaillon. Il parla couramment l'Anglais et a t Pisidanl del Fdration Sportive d'Haili. i >— P imde nouveau J LA M adopte par les Spcialistes de Paris soulage immdiatement : BRULURES CRAMPES ACIDITS de i ESTOMAC ULCRES GASTRIQUES CONGESTION du FOIE DIGESTION PNIBLE iiURSO RAPIDE ? 5 ,Orjint-CuqufKB.FARIS-r i i I il Ig.il : 1 les fv.ii i.JCi't %  y.ztlUHtm' j*1.v Cri d'alarme EXAMENS STLNO-DACrYLOGRAPHIQUES J 'Le 'Directeurjde l'Ecole SpI ciale de Sino-Dactylographie | porte la connaissance des intresss et du public en gnral ., •-,< &U1II %  aOtfl l l!U sil£ NOGUAPHt tt de DACTYLOGRAPHIE auroiil lieu en cet tablissement le mercredi 21, le jeudi 22 et le samedi 24 septembre a o" h. de l'a pies-midi. Le Jury, compos du Dr. Neatoo Camille, Professeur PB[cole de Mdecine, Prsident de la Socit de Mdecine d'Hati, de M. PhilippeCantave, Correspondant de la Maison Universitaire de Paris, Secrtaire de l'AIiance Franvaise.de M Berlhony Malette, Avocat, el de Me. Maurice Nau, Chef du Service du Domaine au Dpartement des liliantes, travaillera sous le haut contrle le l'Inspection Scolaire. Le laurat des examens de Dactylographie recevra, titre de rcompense, une machine portative cl une des marques les plus apprcies en Haiti, la marque REMINGTON ( coin : li dol.) gracieusement offerte a l'tablissement par M. Ci. GILG, Reprsentant enHaittdelaa Rmi ngton Typewriter Company. Le public ne sera pas admis aux preuves de transcription slnographique du mercredi 21. Cachet Niriga ontlnvrolilaue lunor.me en CI.HI.HU s minutes Fivre, Orlppe, Mlorln, £h??Ti??£* Vf c!t < ament de choix toujours ef/icurc el sans miumat. f -cichets. lin ventedans t. .utea bonnwPta ,„,..,. le 1 et Me laboratoire. U.-IM'. J Port-u-Prnce n inai'ir BLLIL r i { dus ne gens en nain quaux ; n se prsenta aux JeuxQlymaU-Unls par exemple qui ( piques avec un record de 26 croient des stupidits comme pieds pour le saut en longueur le vaudou A peine s'il existe un qu'il lit Paris. Il participera on deux individus en Baiti ( et aux jeux post-Olympiques oui liront lieu Soldier Field. dans chaque pays il y a louiouis un ou deux dduits ) qui Cl meut aux /on.bis. LA LEGENDE DU ZOMBI Li zombi lgendaire qui a lait les liai* d'une pice de ihatrs et d'eu film a l prend l au public amricain par Seabrook dans Ile Magique . Selon la lgende, les zombis sont des corps ranims par un esprit suprieur. Depuis quarante ans cette crovince n'existe plus sua dans les l'impagnes loignes des villes. Personne de nos jours ne croit l'existence des zombis. Quand nous avons attir l'attention de Cator sur le lait que Seabrook avait dclar avoir vu personnellement des zombis ou du moins des cra* turcs qui leur ressemblaient par la description qui lui en a t laite, I athlte haitien nous rpoudit sur un Ion sec : tAlors je ne peux rien dire, siron qu'il a t plus chanceux que moi . J'ai su par hasard la source des leostignemeiits pour son ou vri.g L'Ile Magique . Les photographies dont il s est servi L'athlte hatien est l'hte de. Geo ge Garner. (EXTRAIT) A vendre Un mobilier .^comprenant : un salon en osier ; >. %  •. salle manger; nn il eux places ; une magnifique coiffeuse ; glaces ; un jeu de vaisselle en porcelaine un service de verrerie euisine et Irigidaire lectrics. — Le tout en excellente condition, b'udresser : E. H. SALZMAN Hue 4, Avenue P Phoue MC 113/3. C'est srieusement que nous le poussons, — propos de notre cal qui, chaque jour, perd du terrain sur le march franais, notre seul d bouch presque. Eu ellet, les avis que nous recevons de nos amis et correspondants havraisnous signalent que la Colombie emnloie tous les moyens que mette sa disposition sa libert conomique, pour supplanter notre C ate qui lenait la premire place dans le got franais. | ( a situation est grave. Et infinies ses consquences. Le gouvernement hatien (loi taire quelque chose,-' selon la tormule de uotre cou trre c Le Nouvelliste, pour empcher cet handicap. -La Colombie,en vue de ses fins, lait bnficier les produits Iran ais exports chez elle d'une rduction de 50 o /.Le principe du donnant donnant trouve Ici son application vidente. En France, on se plaint que les Etats-Unis bnficient seuls de nos achats UM sits, cependant que te consommateur Iranais acquiert toute notre rcolte presque de cal et de coton sans contre partie.C'est intolrable, dit la France. Il laut que nous ayons une compensation ou bien nous dlaisserons le cal hatien pour celui de la Colombie qui nous donne uu rgime douanier favorable. Ou objectera que la France jouit ici de la dtaxe de 331/3, mais ce rgime est commun tous les autres pays; ce n'est doue point un privilge. 11 est temps que l'on lasse comprendre au Shylock am ricain que c'est pour nous une question vitale que les produits franais bnficient ici d'une dtaxe importante, ou alors qu'il prenne la place du march que nous courons risque de perdre, du tait de son galante. Envisage tou cette, catastrophe, du ct du Gouvernement, qu'un matiu, une lPOUR UNE PEAU DOUCE ET PARFUME EMPLOYEZ SAVON DE TOI i KTTE D&JCATU1IENT PARFUM. MOliK & LAUH1N. P. O BOX vi. — Distributeurs Rue Roux et du Centre, Port au-Prince. ECHOS —o— Parlement, nous inlor ACCESSOIRES POUR 111 Nous vendons des pices neuves et de deuxime maie — Le Parlement, nous imor pour lou t es sortes d'automonie-t-on, va travailler de nuit, |,i| eg s'adresser afin de liquider le stock de lois dposes sur ses bureaux. A propos de la fabrication de la crme la glace par l'Usine a Ulace KNEEiVS GARAGE Rue Pave Phone : 2318 et 2234. OE L'Usine Glace n'a pas le droit de concurrencer les petits commerants qui s'adonnent au trafic de la crme glace. Son contrai a limit ses activits. La fabrication de la glace artificielle demeure sou seul pnvi( lge. Ce^i le devoir du Ministre du Commerce, par ces temps de crise surtout, o l'indigne Vœux de bonheur, vil difficilement chez lui, de prolger celui ci contre toule activit illgale qui tend diminuer ses moyens dexistenec. Noire conlieie Le Nouvelliste , qui dtend celte grande compagnie, tt'a pas peut-elre envisag, pour le taire, ta quantit de "poltes gens qui perdront, i u fait de celle nouvelle initiative de la Glacire, le moyen de ne pas mourir de l'aim. Nous invitons notre confrre la rflexion ce sujet et il verra que mme si sa dfense part d'un bon naturel et auties sentiments, elle est contraire, l'heure actuelle, a l'intrt hatien. Nous insistons donc auprs du Gouvernement pour qu'il maintienne sa dcision d interdire le commerce de la crme glace la Glacire. Et ce sera justice. Le Monde Mariages.— Le samedi l e r Octobre prochain en l'Egli se . paroissiale de Jacmel, la bn\ Q\j>Q GU1S1I16, diction nuptiale sera donne a \ Mademoiselle Eline Voyard et Monsieur Dupleix Pierre Louis. Compliments et vœux cordiaux. — Avons reu le bille! de taire part du Mariage de Mademoiselle Georgelte Vilmenay. avee Mr George Vilmenay qui sera clbr au Sacr Cœur de Turgeau le 8 Oclobie prochain. Madame. ohBMoW.i vo-en servir. Ail rue des Csars,o vous trouverez un excellent cocktail sec et deini-sec dont vous ne pourrez plus vous passer. oo— Une graisse de fine race, 1 dont les qualits nutritives, digestives.sont reconnuespar| la science, telles sont lesq lits essentielles de 'a kanA lgue des Lsines de SamMltut| et de Port au-Prince. t.'esi un devoir envertl pour volrtl e sant, ijuetkl dans la prepa-J lion de votre alimentation. Vous en aurez des joiesei^ trmes. Bec-Fin. Cin-laldu CE SOIR L'AVENUE POUPURD IMPRATICABLE Les dernires pluies ont achev de rendre impraticable 1 Avenue Pouplard. Il n est plus possible maintenant aux autos de s'v engager. Les habitants du quartier ont cependant adress des requtes pressantes la 1). G. T. J'. qui leur donner auLe beau film : La Maison du Maltais avec Svlvio de Pedrelh Entre 0,50 ; Balcon : 1,00 DIMANCHE A 8 HE'JHES La belle œuvre qui a obtenu le t-anc succs lors de sa prsentalion Jours d'Angoisse avec Mfcria Jacobin!, Henri Bauum P Gabriel Gabrio. Entre : 1,00 : Balcon : 2.00 jusqu ICI n'a pu leur cime satisiaction, ses activits s'exerant probablement dans d'autres rgions o les travaux lui paraissent plus urgents. Nous voulons esprer que 1 Ingnieur en Chcl .Icannol, aprs s'tre rendu compte personvutiou de droits d'entre ler ; ^meutd^ rSSZ&SŒZ me noire cale le marche. ^^ fera tout aon poaaible lrancais r I _ a „ n nri*r les amlioraiai L'Amrique serait la premire rira de nous. Nous poussons le cri d'alarme. — esprant une raction hatienne officielle,avant qu'il ne soit trop tard. pour y apporter les ; lions rclame. I 666 Liquide — En Tablettes — Sauve, gurit la malaria eu il jouis. Les Iroids le 1er jour. Maux de tte et Nvralgies en 30 inimits. 666 Soulage les broidt Le plus iapide lemede con-. nu. I Sauvez vos livres Sauvez vos livres et con leclbnis en mauvais tat tl les confiant ai relieur cons ciencieox, honnte et habile ETIENNE CAMILLE, Rue Bonne Foi Halle louer Rue du Quai. S'adresser . Mr Franck N. GAEfJENS. Tlphone : 2347. Il mourut aprs une longue maladie, la semaine dernire, Mtivier, sa proprit siiue 1 heure de Ption-Ville. U avail 68 ans. C'est une figure foil sympathique qui disparait. Villarson n Jacmel, fut un libral avec Boyer BazelaH comme chef. Il habita longtemps l'Avenue de Lalue. Spculateur en caf, il eut toujours pour amis les hommes les plus en vue de ce pas s al loutes les poques. BonbonI-in fui le surnom suggestif qu'ils lui avaient donn. Sincres condolances aux parents prouvs La Magnsie ERBA EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCH COMME RE DES FONCTIONS GASTRIQUES ET INTESLINSLES. „ A. de Matteis & C AGENTS POUR HATI" M*"*'



PAGE 1

LE M PAGE 3 Klium Barimucoiiri Dont l;i renomme est univcrseUe a gard M premire |>lace Demande! partout : \ BARBANCOURT Dpt : Rue des_ Csars. cl Cha air Goody Constitue en 1898, la Socit Goodyear a vu natre l'Industrie automotive. Cette longue exprience permet cette vaste organisation d'offrir aux propritaires d'autos et de camions des pneus suprieurs en qualit et en dure tous ceux qui se vendent actuellement en Hati. LES PNEUS COODYEAR HEAVY MTV SONT FABRIQUS AVEC U^E FICELLE SPECULE CONNUE SOUS LE NOM DE SUPERTWISTE DONI L'ELAST IT ET LA RSISTANCE SONT PLUS GRANDES OE 30 POUR 100 OUE CELLE EMPLOYE PAR LES AUTRES FABRICANTS DE PNEUS' A La Socit Hatienne d'Automobiles.seul reprsentant de la Goodyear en Hati.vous trouverez toujours des pneus et chambres air de toute fracheur de cette fameuse marque des prix dfiant toute concurrence. Socit Hatienne d'Automobiles. MALLEBRANCHE. UTIL BOGAT ET CltAvis trs Important Jusqu') marches g G verneoaent Franais tendant A l'abolition de la taxe applicable an certificat de non infection*te* eiportateurs (Te .ni: I, sous peine de voir l< urs • 1 1 ditions i etu %  es BU I vrc, doivent joi i e i leurs documents le dit certii d Dfnl lgalis par le Consui de France du por d'ena barquement, Poi i-Mii-i'imce, le 13 se] lem r< 1932 p a w w" W HM I U fLs Purgatif idal' c'est la PILULEduDDEHAUT 147, Rue du Faub. St-Denis. Paris Facile a prendre. Ne ncessitant aucun preparatif, elle De provoque jamais de dgot. Supprimant la dite, elle ne dbilite pas le malade. N'exigeant pas de repos la chambre, elle ne cause aucune perle de temps. Plui aclie que tous le* similaires, elle est, par consquent, moins cher;. "DOSE i PURGAT1VE 2 3 PiIule < LAXATIVE, 1 Pilule f Lisez ceci Famille hatienne, habitant Peu de Chose, avenue N. maison confortable, revoit des pou; sionnaires ;'i des conditions a; vantageuses, Pour tous rensei; gnements, s'adresser au bureau du journal. Lgumes.., Tout le monde doit < %  %  • • oir que chez Franois J" Ch: la rue Dan ts Destouches, on trouve toujours un slork de fruits, lgumes, œufs de toute fracheur et des prix vaniageux. K£N£RALE TRANSATLANTIQUE Le steamer Cari mare • mt de \ \i:'i,ies Antilles fronais* 5, Santi Qe Cuba s ports du Sud est attendu Port-nu Prince le s ira tdi 2 n Itmbi s. 11 ie|>:olii s 'e mCrae jour pour I • poitl du Nord, l'uertoPlita et Le II ivr< r et. l.f. manifeste < i b leao rev i par avion esl la disposition des clients en i os bureaux. lioite postale: A 171. Tlphone No : 3220. F. M. LTIERI, Agent i \m i al Rue du Quai, P M au Prince WT'H-I.' COLLGE LOUVERTURE Fond en Oct. 1895 Internai Externat Le Colli e / ouverture est nn Etab lisse m e n t d'Ensi Ignment secondaire moderne cr en vue de donner aux ici!) es gens une instructi u p atique jointe une le te ication morale et p itrioiique. L'Ecoh reoit des entant ds Tge de sept < L'enseignemi nt comprend toutes ies tudi .s pn s parles programc Qciels. En toute circonstance, les lvesdu Collge Louverlure sont soumis i pins Stri surveillance %  ils : ont l'objet de la sollicitude la plus bienveillante et la pics constan e pour tout ce qui coueerne leur situation malerielle.ini ellectuelle et morale. rour tous outres renseignements, s'a du sser la Dir ctioo cle l'Etal lis ment, i ne Motstalais, Portall-Price. Le Directeur, L C. LHERISSON : Dernires Nouvelles ETRANGER 13Seplembre i UAN':KLe (iouverne nent l'ra ne lis a rendu publique sa rponse I- note allemande. est dit not minent que la France ne dsire pas la gnerre, nuis la paix. Ce qui e'onne la France,c'est que le Reich retuserait sa co liai) >ration 6 la confrence ds [dsarmement s il u'obtieat p .s gain de cause l'galit des armements. ALLEMAGNE— Le Chancelier Von l';ipen a dissous lePttCDS tag. Le Reichsttg a donne un • vote de mtis n ce au ouveri %  m ent par513 voix contre 32 Von Papen, dsni un discours radiodi(tos.t doun les i tisons de la dissolution du Relchstag. Il s'agit surtout de la dlense de la politique intrieure et conomique, ANOLBTBBBE — De gran le** motions ont t causes dan s les cercles politiques de Loo tires par les graves vm ments allemands, • AUTRICHE — De grtvti bagarres entre les nazzis et i s lgitimistes. ESPAGNE— Les monarchistes impliqus dans les dernires rvoltes ont t condamns l.i dportation. ALLEMAGNE — L'avion de la amille volantencstconsidr < >i ii m v perd a au large du G oenland. EXTRME ORIENT -Des baudits tut captur un train de 600 voyageurs.Cent voyageurs I ont t tus, beaucoup de blesss et la plupart dpouilles par les b nuiits. REVEUS AMRICAINES ~ abonnements aux Revues Magazines Amricaines. En j vente KNEER'S GARAGE Rue Pave, Hione 2:518 et 2234. LAITERIE BAILEY j Livraison propre, hyginiques bouteilles henn iquemePt cachetes, l'abri de toute falsiGcatiou. Transport tait en rfrigrateurs a roues N 1313, G.and'Rue, Portail Prince. 125 N'ACHETEZ QUE LE M m f, n>,-, n tr S. 5 c •s a ~ s en o 2: CV "g *.!-.'£ ? g H & i: La a 7? i^-a-aa-j-r EZED GRAN VOSGES (France) ..CTION LECTIVE SUR LE REIN Cure complte de l'ARTHRITISME Ballon du 20 Mal au 25 Septembre QQURSES TENNIS %  GOLF POLO THTRE OASINO PARO SPCIAL POUR LES ENFANTS r Trnlim lircetf I PARIS Klora


PAGE 1

Vendredi 16 Septembre 1932 Le iaii 4 PAGES ^iitt miiLL iv .... Port-au-Prince Tlphone : 2242 Panama^Railroad Steamship Line, Agents adx principaux ports d'Europe U.W. SHKLDON & Co^td. 17, James Street, LIVEIH'OOI., KNC.I AND. MORY & Company, Atlantic Freighting Corp. Div. 155, Boulevard de Strasbourg, Havre, France. MORY & COMPANY, Atlantic Freighting Corp. Div. 3, Rue St Vincent de Faut. Paris, France. Ilernu Prou & Slorkwell, Boite Postale: 78, Havre, France. Enqlend i :-. W.SHELDOM &C Ltd.. len'on House, 112/113 Feiv huic'i Street, Londou. E. C. ;>, F.ngland. France MORY & Company. Atlantic freighting Corp. Div. 74, Quai deChartiona, Bordeaux, France. s-sc CL.GNE COLOMBIE I f< llphone: N" 2. % %  > MORY &' COMPANY, Atluntic Feighting Corp. Div. 7, Bue de la Bcpublique, Marseille, France. Gellatly UANKEY & Co, 21, Rue de la Rpublique Marseille, a France. I Germany Atlantic Freighurg CoTp., Atlantic Fieighting Coi p. ballinhaus, Hamburg 1, Germany. Breilenweg, 50, Bremeu, Ger § Holland Atlantic Freighting Corp. Antwerp Division, C/O Steiumann & Company, P. O. Box. 1069, Rotterdam, Holland. Belgium Atlantic Freighting Corp., C/O Steinmann and Co 4, (ju ai .lordaens, ntw erp, Belgium. Atlantic Freighting Corp. Koningin Emma plein 15., Rotterdam, Holland. Denmark E.A. Bendix and Compan), Copenhagen, Denmark. e 'apeur (Bogota Voy. 10(1, venant direciemenl de New York.sera ici le 20 crt., eu ioule ie mroc jour pour 1rs ports colombiens, rlrislobal, P. /., Kmgslou et NewYork Le manifeste de ce navire reu p;rr avion poste est la disposition des clients dans nos bureaux sis angle ('es rues du Qiai et Thimas Madiou (vis-a vis de 11 Diurne) M &f Le vapeur Martinique i Voy. luit venant de New Yoi k tt des ports (tu Nord estt" tendu ici. samedi 24 courant, en route le mme jour pour les ports du Sud. Le vapeur Bolivar i Voy., l(!4"parira de New York le 21 courant, directement pour Port-an -Prince o il est attendu le 27 septembre prochain eu route pour les ports colombiens, Cristobal, Canal Zone. K ; ugstou et New-York. | Port-au-Prince, le 12 Sept. ; 1932. William E. HLEO. Age ut. AVIS AU COMMERCE La a %  %  ilroa ! • '•' ;i '' i d'atmnee ivonls le Mew Yo r k pour port au Prince Hati, di e< • mardi. Tous les steemers sont .)oiirviJs lie cl un l •• IripoiHoue Dparts de S tw ) %  u h A rrivages -, %  m r ri itob le i.' mbie %  • .lier "Buennv< e 2C sept. Steamer "Aracon" le 27 srptembi Steamer 'Guaj i le 4 octobre Steamer i Cribloba! le 11 octobre Steamer Buenav tura > 18 octobre Steamer Anroa le 23 octobre | Steamer (tiuayaquil le 1er novembre i Steamer Cristobal i le 9 uo/. 'i Po ( au-rrince. le 18 septembre 1032 le 26 sept. 1932 le 2 cet. 1932 le 10 octobre 1932 le 10 octobre 1M32 le 24 octobre 19,"<2 le 30 octobre 1932 7 noveuibe 14 nov. 1932 Steamer Baenaveutura 15 novembre le'21 uov. Steamer Aucun \f 22 novembre le 27 novembre Steamer %  Guayaqnilale 20 novembre le 5 dcembre 1932 Puuaina Railroad Steamp.-hip Line Jasiri. C. VANREED agent Gnrai Lykes Brothers SS C lnc Texas Hati — Santo DomingoPorto Rico Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et til eotie les ports du Golie du Texas directement avec Port-au-Prince, Haiti. Pour la rception rapide et ie maniement habile de vos importations, servez vous toujours des navires de .'a LYKE IN h A. Ceresa & Company. Via Banchi 3, Genoa. Italy. Spain. Mr T. MALLOL Bosr.ii. Atlantic FreighUng Corp., Div. Paseo Colon, 17, Barcelona, Spain. A/B W. Larka, Atlantic Freighting Corp. Div., Skeppsbron 10, Stockholm, Sweden. A/B Pettersson and Hoirastrom, Atlantic Freighting Corp. Div. Skeppsbron 3, Gothenburg, Sweden. Italy Mr Altredo Amoretti, Atlantic Freighting rorp.Div. Pia/.za Del Ferro N. 3 5, Genoa, Italy. Norwr.y. Lauritz A. Devold A. G. Atlantic Freighting Corp. Div. Aalesund, Noiway. Sweden Sveu Janasoo & Company., Atlantic Freigbtiog Corp. Div. Norrkoepiug, Sweden. ',' Simon Kdstron A/H., Atlantic Freighting Corp Div Malmo, Swcdeu. Bernhard Bergh & Company, Atlantic Freighting Corp. Div. Halsiugborg, Sweden. VIENNENT D'ARRIVER : Les Pastilles de menthe du Dr Hillers. Dlicieuses, rafrachissante, stimulantes, parfument la bouche. | En vente chez Gaston R. Martin, au Bazar National et chez Alphonse Dsir & C". i STEAMSHIP LIME" Le steamer t Cristobal est attendu Poti-an Prince, venant de New-York, le dimanche 18 septembre 1832, avec: 6 passagers, 81 sacs tic correspondance et partira dans l'a pi es midi du mme jour directement pour Cristobal, Canal Zone.prenant li,malle et passagers. portauPrince, le 14 scplem" bre 1932. Jas. 11. C. VAN REED. Agent Gnral HOTEL KARAM Lneconfortable succursale de Palace Holel, Kensr', hoil— i Pour la saison dl, rendez-vous chez A. J. Karam, Kenskojf, o vous seiez servi souhait. Excellentes conditions. Les prochaines arrives a" Port-au Prince sont Sieainer ALneria Lykesi 23 septembre 1932 Steamer Genevive Lykes '.O setembre 1932 Steamer Uuth Lykes 7 octobre 19.12 rJurear-' Kue du Magasin de i fcitai, Boite l'ostale B ZKJT %  • fmmmBamammmi ^^n ., %  *nHiKUKa H JE FAITES! INCONTESTABLE III Ulii 13 dl m C'est la quintessence des meilleures; f %  . I varits de cannes d'un vaste territoirei r,• runissant les meilleurs terroirs I C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! ...)JI ni— rnii— T —' i~ • i r—i i '"Timn —~ —•miranJ:7jic^rr septembre 1932, la MAISON ne vendra qu'au comptant ou cash, nedevant elle-mme s'approvisionner qu'avec du cash. Tout client n'ayant pas sou compte jour est pri de ne pas l'augmenter. La Direction, F. GA1HAUD 1 PAS OE PIE UN PETIT TOUR i TERRAŒ-GRDEN Chez W. KAHL Petionville iJf Si e ^, d ,' a,,:t S de WlibllilHBa.1 le pfQS frais de, en irons de Fort-en -Prince. Bire la pression, i Assurez-vous contre acci f la General Accident'Fire & Lite Assurance Corporation Limi ed,— Vve F. Berniinpr::>n Agent GiVniral pour bain. as,>ln\ l tTJ e VrU 1 m 1 ? iUU CS d a0to Sl r " excellenterooU asphalte. \uesm,rve.deuses de la ville et du ^rt. n'A S nS de ,ouks espces. ^STJSS^^ 'P^on, d,i, D r* HHP*



PAGE 1

Clment Maqloire DIRECTE 1500, HUC AMERICAINE 1358 1ELEPHONE i un— o les mnomi ieticnl l Etal le ||a ••uni injustes, tre es, pa are, tut aupwinflt, au eetra les f politiciens laisse I i politique aux lommea d'Etal bl< s, pai i s i perdront l'imuionse clientle i mdianta >'i >t'< UNF EXCENTRICITE -AMERICAINE )l\siss Sophie Curtit est fort riche, cl trs bien vue 'feus la socit amricaineSes rcepHo \s sont fasi ii u es et i jows empreintes d'une origi natl que, pour nlre pas e au coin du bon got, n'en Jail pas inou* pmer s inoit Or, voici s \ dernire et bien euse r< Surprise ,', sa jument, venant d'atteindre sa septime annt, .\ii s Sophie tint sou i ter el heureux unniner /%  im B H (ihiimj. ; /fa s Kid r, Mrs Ludroig, de \ (/ // mneur A sa petite fument •a fut 1res spirit Ile, offrit la lu convenable de [rouvrir de nouvelles ngo transaction honorable" et dont Iciatious • :n vue d'anticiper H ne paraissait pas impossii l'chance du trait actuel. ble qu'il sortit un m tau <"'...,, , ,,, p iiie, manyn a re, el daigna agrer sa l du birlhday c ike | gU au tire) ; puis le /< fini, elle retour i I curie et squemmen ., -server a >tr pn es dames uu salon. opinion, |usqa plus ip e ires I ,/„,„/,. C0U pait la ai orme, cornu.on dit a : ,i du Dr • de de son chien tiVme/; al us. Cela est d'autant sage, que le Dr io | ci, val t .. lonsl il plaisir. C'tst un lsutiat l'honotar d'ILn.i-Jourveivli cl satisfaisant p.it'lu s. durante pour les deux Celte dernire opinion tait lapins partage apparemment et son triomphe, en 1915, fut favoris par les circonstances qui accompagnrent l'arrive de l'amiral Caperlon et de ses marines. Mais, tellement pre, trait,-si paradoxal que cela puisse paratre, constitueune sensible Au reste, au point de vue linancier, il est loin d'tre exeulc, el c'est prcise:nenl en sortant de son texte que nous nous sommes constamment attir des humiliations de la pari des fonctionnaires amricains. Rentrer dans le rgime du dans l'application, l'ut I exercice en Hati de l'imprialisme amricain; si dmesure lut, sous le rgi me du Irait de 1915, l'action des Etats luis dans notre politique, rail pour nous amlioration lanlau point de vue de l'administration gnrale qu' celui de notre situation conomique et linanre. Dans I occurrence, ce noire administration, nos ira-1 e ditions; si agissante fut Lad*{qu'il y luire, surtout aprs inistration amricaine au lche du nouveau trait, esl m dtriment des nationaux, au lieu de ne s'exercer que sous l'orme de contrle; que les trois opinions, la suite de l'exprience du trait de 1915, se sont confondues dans une seule, qui est, l'heure acImanl l du ressort moins du secrtaire d'Etat des relations extrieures que de celui des linancf s. L'article 8 du Protocole de 1 •)!.', qui sert de prtexte au : ': i i yaduprogi hApose aux lecteurs ne lehois d tis qu'il prend position via. liment contre le S savonnerie el se '. l >,enc ,'•' '' : r gene lonc e la a ;urer bientt un Coteau prend positioi tr.j-p Ucti ; i production de l'huije immeut mme, loi titre le 1 le, p iches. Iiemise tnp'.iste que l'eau ex mple, j i dirige m proi u la publics tait de loi col ht sur Dr Ra| Luu a fait mo*lr+ ioivjlu Trait li'ancne \L enectacle.tttl tbn: • carimix, lieux .1 ,'is cette i u lits 11 %  ... voit que l'Action Nationale nous fait dire ce que nous n'avotta jamais dit. Nous avons I ouVei] i < il ili-.l iiu.il tii'HU $ mireats copie U* birtaires, pour p'irltr comme i i llclh'c, l'auto 3028 prendre assaut un trottoir, comme un vnlg-ure pitoa, dmouler l'tI le d'an menuisier el mettre en pril la vie de trois voisins qm laillaianl DOS bavette avec le d ma tuisier. Le chauftear svatl mi instan q littson volait, pour s'achte • i poisson 1 1 i I aux alentour-, II le luyii/ chane, qui avait I i garde de la machine, n'avait p i ister a la tenlatioa de lou • r aux leviers de commande. Vous savez djl le reste ... • • ... i vu, Carrefour, un coude cent kilos qui prenait un i la i "ir v. Monsieur potan e leon de ville, qui ne ii a (tu tout, et Madame m chastement revtu une AUTO ACCL3:0:!IES We letl v \\ %  lond l [and Pari. t ir ; mi omobi KNE M GAR\G : H ie '. 'avi Ph me 2418 & 2234 .lt,f\ Jl'.T '.:!ffsn.WMMMMNgHMIil ECHOS —o— %  ouvernement amricain pour tuelle, un sentiment gnral I proposer au ntre les arran nellemenl anti-amricain. gements scabreux que nous Que, au point de vue de j savons, ne fait que connrmer ilrc avenir el de notre ind'ailleurs ce que nous disons; car il s'agit de mesures a prendre pour assurer le serno trl national dlinitit, ce rsultat soit uu mal OU UU bien, peu importe pour le moment: vice des emprunts existants, le fait sentimental et psychoet nul ne parait plus qualme logique est l; mme ceux de nous qui peuvent penser que, dans l'ensemble, le trait de 1915 a ralis de notables progrs dans notre politique et noire administration gneraie, sont obliges de convenir ir i n u idiplom itie. De | ris de lang > i i I >. mains de la polmique, pi itt que de la discussion II n'y a, non e nb)e-t-il, aueune du • pticit de la part du Dr Lo i dclarer, au cours de l'entretien rapport par le Dr Coicou, qu'/i avait besoin e le Directeur du Service d'Hygine. dan> la leii'e o il ins te auprs du Dpartement I l'Intrieur sur la ncessit D )ir I [ait! d'tre repn ente au Congrs de B jeoos-Ayras q ii tiendra ses assises e i octobre prochain, net le vœ a q is ce re prsent int soit choisi eu dehors les cadres du Service d Hygine. L qui est tacile eu :ti l r, iembte donner un carac.re d'inexac iturle et m a ; parti-pris aux aligiiio is du Dr Coicou. Que les activits du Service j fliygiue, qui protiteut a ia-,.~ JO n '.. , %  nhine amricain inen eonuu communaut, rtrcissent^la vieat d bher un f clientle des mdecins ind | beftucr J up de guccs S0U8 \ pendants, .nous sommes tout} litre (< ln n gr e trs aim >rs d'en'^touvemr, mais, •ojCesl l'histoire d'un gigolo de lehors de ces mdecins, qui couleur pas trs ditiaute. ~2 /mine un. —Le jo irnal L'Informai ion de i! i Cap mne une campa pic de : Le i ouvernem ml polonais refusanl de considrer le chanteur Maurice Chevalier comme un vritable artiste, l'a il indsirable .i Varsovie. — L Hpital Gnral a eni e gistr pour l'oit -.m Prince dco les 11 el 12 Septembre. — En raison de la crise, tous les paysde l'Amrique Latine ont pris des dcisions exception ueles. il srail ienips que nous y pensions aussi, ces mesures. — Le Pr lident de la Rpublique a reu dner samedi ).; %  .m Palais prsidentiel Mr Dana Munro, i: E. cl Ministi e Plnipot inlaii Etats-U i i, qui pari bientt, sa m ton tant termine. — Gilmore Milieu, l'crivain I I.e niveau monl t de plusieurs pour la dcentralisation linanIcentiml es.., cire d l laiti, ar, prtend il en ibsl tnc !, les provinces Ira,... Il voit, chaque matin, se llenl pour les commodits f rendre ehet ion dentiste, E3I1 4de la Capitale. lest jolie, plus que jolie, et ne — Le prospectus de l'Institut | l'ignore pas. D'ailleurs,comment Tippenhauer sera mis en circu-} pourrait-elle l'ignorer, puisque lalion ds luudi prochain. [lorsqu'elle passa devant La — Dans la rgion des Caves, (, ir-oime , le coquet salon de des travaux onl t entrepris icotflure du sympathique J >hu, t pour la rfection du forl histoIles coiftenre lchent ciseaux, oeirique de Platon. j gne et rasoir, pour — Les Liais Unis, pour l'an* mirer?... ne 1931, ont consomm 00.847. courir l'ad001) rgimes de igues-bananes. dans l'Arli s en imeurs dtruisent •lu fleuve afin Ou signale que les les digues ... a vu. mardi aprs-midi, 'une voilure qui grimpait, a qu il I 0 i litre, lo nber u vis t'.iiouville, volumineux paquet soient employs leur ruconsqui B'entr*oavril et moaira ses iruction. lora : vieui souliers, cliaus'),i annonce que la halson is Irones, casseroles, mar%  hi Soi, ii la Petite Rivire de (tuiles, rchaud, pols-de-chamtibonite, RU pied le la Crte' bre. a-Pierrot,offre cee jours-ci une 1 Le passager, lgint, jugei vue uni veilleuse avec les rpaI qoe la dignit lui laisail dlCUS i I effectuent.Le pa; e potier lui-mme secours n aux 305 poiies el NJUS avons lu, avec un id> *rt mitig .Ltonoemeut, le numro de mai juin dernier es Annales de Mdecine Hatien lie , qui paraissent, comme l'on sait, sous la dl rtctioi comptente des Doc 'eurs F. i.oicou. B. Kico* deman l la rduction des Irais de toumitures de bureau qui figurent s i I ludgel pour dix millions de francs. La c immission spciale i par el simph entres est sptendide. — Hier, .i dix heures du malin, au cours d'une sance seniationnclle, l'As embl ie N ilio* nale a voie a l'unanimit les J conclusion i du rapport de sa endanl au du II n llanchet-Munro, Le snateui lludicourl et le dput Lsliin turent magnifiques. Le Ministre Dlanchel parla... hlas — H esl possible que le Prsii Vincent mette fin aujourd'hui II unes el i enli | ii Cap taie. — Hier malin, le transport un Kitteryn a dbarqu Lorpo i vendeurs dedes marines au porl el en ;t l,St.-Lools II est tout entier q^ui confronte deux cou c National lions ntes du plos grand r-Nous somme d I?v papier, encre, plumes, buvards, ii prolest, faisant observer que celle rduction coterai! plus' ;i l'Etat, qui de nourrir les chmeurs que celle mesure jetterai! dans la circulation. ,— (Ju a\ %  / vou pour • li i lail im neunie, i pris.Carde montante el descendante. !. i m i|oi it du rleit hstag tant hitlrienne, le Pr idenl i lindenburg a d i s s o u B cette Chambre. Dans 00 jours lections en Alli Hitler a [u'il i : i liiiK %  pour la pris lu Pouvoir. AU CO %  .ion %  f* Il HP \ i • re ' repai li la me, l'us de Mdecine |e n paraissent don arbilrairei.l ce qui est plu. grai j,i,i chiffon de papii n condamns n'entendre Isont formules sur uu loul indusI ,VI i i : D jrve ,, i i i .. -p— i No u vellisie , 11 un ditorial, i ;, i cril : En ncu ( le Prii Vincent ), vous ave/ lais%  ;ir votre m.... al resj lu de notre diplomalic.> > • -Ht


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07106
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, September 16, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07106

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Maqloire
DIRECTE
1500, huc AMERICAINE 1358
1ELEPHONE .
i un o les mnomi
ieticnl l Etal
le
, ||a uni injustes, tre
es, pa are,
tut aupwinflt, au eetra les
fpoliticiens laisse I i politique aux
lommea d'Etal bl< s, pai i s
i perdront l'imuionse clientle
i mdianta >'i >t<- panuitea q ai
cbent .1, leur succs poui I
p toi ter. Jutes FAYOT
natrns
jgmeANNEEN-77 74
RINCE
? wr.-re
Ce qui nous a valu le nou-
veau trait
o
Moralits tirer
I
II
En
et qui concerne l'im- que ces rsultats ont t pays
priatisme amricain el ses
Kses, l'opinion publique ha-
tienne claire, bien avant le
^it de 1915, s'tait partage
enliv les trois du celions sui-
vantes: a) les pro amrica
Distes pensant trouver dans
une intervention trangre
un contre-poids au despotis
lue habituel de nos gouver-
nants et un remde l'end-
mie de nos troubles politi-
ires
nier
(
anger
elier Et sans vouloir
'existence persistante du
amricain,
aggrave
ques:/) les aiili-amricanis -
tes qui, s:uts tre nationalis-
tes de faon absolue, et prts,
te cas chant, sympathiser chement.
ivee une intervention qui se- rplique
rait,p ar exemple, iranaise, '
taient liosliles, sentimentale-
taent, tout accord avec les
Etats Unis, en raison de la
diffrence des mentalits; c)
mme par les apptits excites
par l'exprience du Irai le,
nous devons convenir que
la raction hatienne, dont le
trait nouveau vient de per-
mettre l'explosion et souli-
gner la nature, constitue un
tat susceptible de maintenir,
pendant quelque temps, lest
patins dans uwc attitude rcs
peclive de mfiance peu favo-
rable a un nouveau rappro-
C'est d'ailleurs la
ogique les vne-
ments la rvolution natio-
naliste dclenche, en 1930,
par le gouvernement amri-
cain lai-mme, qui s'est bru
ie en jouant avec le l'eu.
ceux qui, sans tre pro ni anli, Au point de vue extrieur,
estimaient difficile d'luder j la .leon que nous devons li-
indtiniment le danger que rer des prtentions exorbi-
eonsiituaient le voisinage des I tantes du trait nouveau et de
Etats-Unis el leur convoitise son rejet par l'Assemble Na-
dja vieille, et qui, pour evi- tiou.le, est qu'il n'est pas
ter le pis, voyaient dans un prudent
accord avec" ce pays une!rouvrir
I
I
i i
. Ayez un but!
Les gr.n '.
t..:.:.: tout leur tffoi I i al an b*. t vt
i ement .1 la drive.
Donnes un but .
que vous au Commences
aujourd'hui! Une
vous servir.
.; I.U7C
La Banque Royale
du Canada
II y a
Vingt-cinq anr.
i
| Le Matin, 16 Se nbre l'>'<
UNF EXCENTRICITE
, -AMERICAINE
)l\siss Sophie Curtit est fort
riche, cl trs bien vue 'feus la
socit amricaine- Ses rcep-
Ho \s sont fasi ii u es et i
jows empreintes d'une origi
natl que, pour nlre pas
e au coin du bon got,
n'en Jail pas inou* pmer
s inoit
Or, voici s \ dernire et bien
euse r<
Surprise ,', sa jument, ve-
nant d'atteindre sa septime
annt, .\ii s Sophie tint sou
i ter el heureux unniner -
/- im B H
(ihiimj. ; /fa s Kid
r, Mrs Ludroig, de \ | lork, rie, rservant lu place
> (/ // mneur A sa petite fument
a fut 1res spirit Ile,
offrit la
lu
convenable de
[rouvrir de nouvelles ngo
transaction honorable" et dont Iciatious :n vue d'anticiper
H ne paraissait pas impossi- i l'chance du trait actuel.
ble qu'il sortit un m tau <"'-
...,,,, ,,, p iiie, manyn a
re, el daigna agrer sa
l du birlhday c ike | gU au
tire) ; puis le /<
fini, elle retour i I curie et
squemmen ., -server a >tr pn es dames uu salon.
opinion, |usqa plus ip e ires I ,/,/,. C0Upait la ai
orme, cornu.- on dit a : ,i du Dr de de son chien tiVme/;
al us. Cela est d'autant sage,
que le Dr
io | ci, val t .. lonsl il
plaisir. C'tst un lsutiat
l'honotar d'ILn.i-Jour-
veivli
cl satisfaisant
p.it'lu s.
durante
pour les deux
Celte dernire opinion tait
lapins partage apparemment
et son triomphe, en 1915, fut
favoris par les circonstances
qui accompagnrent l'arrive
de l'amiral Caperlon et de ses
marines. Mais, tellement pre, trait,-- si paradoxal que cela
puisse paratre, constitue-
une sensible
Au reste, au point de vue li-
nancier, il est loin d'tre ex-
eulc, el c'est prcise:nenl en
sortant de son texte que nous
nous sommes constamment
attir des humiliations de la
pari des fonctionnaires am-
ricains.
Rentrer dans le rgime du
dans l'application, l'ut I exer-
cice en Hati de l'impria-
lisme amricain; si dmesu-
re lut, sous le rgi me du Irai-
t de 1915, l'action des Etats
luis dans notre politique,
rail pour nous
amlioration lanlau point de
vue de l'administration gn-
rale qu' celui de notre si-
tuation conomique et linan-
re. Dans I occurrence, ce
noire administration, nos ira-1 e
ditions; si agissante fut Lad*{qu'il y luire, surtout aprs
inistration amricaine au lche du nouveau trait, esl
m
dtriment des nationaux, au
lieu de ne s'exercer que sous
l'orme de contrle; que les
trois opinions, la suite de
l'exprience du trait de 1915,
se sont confondues dans une
seule, qui est, l'heure ac-
.......Imanl
l
du ressort moins du secr-
taire d'Etat des relations ex-
trieures que de celui des li-
nancf s.
L'article 8 du Protocole de
1 )!.', qui sert de prtexte au
, :':i'" i yaduprogi
hApose aux lecteurs ne lehois d
tis qu'il prend position via- .
liment contre le S savonnerie el se -
'.l'>-,enc ,'' '' : rgene lonc e la a ;urer bientt un
Coteau prend positioi tr.j-p Ucti ; i production de l'huije
immeut mme, loi titre le 1 le, p iches. Iiemise tnp'.iste que l'eau
ex mple, j i dirige m proi u la publics tait de loi col ht sur
Dr Ra| Luu a fait mo*lr+ ioivjlu Trait li'ancne \L enectacle.tttl tbn-
: carimix, lieux
. .1 ,'is cette i u lits 11
... voit que l'Action Nationale
nous fait dire ce que nous n'a-
votta jamais dit. Nous avons
I ouVei] i < il ili-.l iiu.il tii'HU
$ mireats copie Irais Jours chez nos Voisins,
mais nous n'avons pus avanc
q i'tl a I Un out un mois pour
I relation dt CM trois jours.
i) ; :t allong la suite.', c'est en-
' lu mats chacua y a trouv
! I il
II I'.
I

... n vu, nnx I' i U*
birtaires, pour p'irltr comme
i i llclh'c, l'auto 3028 prendre
assaut un trottoir, comme un
vnlg-ure pitoa, dmouler l't-
I le d'an menuisier el mettre en
pril la vie de trois voisins qm
laillaianl DOS bavette avec le
d ma tuisier.
Le chauftear svatl mi instan
q littson volait, pour s'achte
i poisson 11 iI, aux alentour-,
II le luyii/ chane, qui avait I i
garde de la machine, n'avait p i
ister a la tenlatioa de lou
r aux leviers de commande.
Vous savez djl le reste ...

... i vu, Carrefour, un cou-
de cent kilos qui prenait un
i la i "ir v. Monsieur pot-
an e leon de ville, qui ne
ii a (tu tout, et Madame
m chastement revtu une
AUTO ACCl3:0:!IES
We letl v \\ lond
l [and Pari. t ir ; mi
omobi
KNE M GAR\G :
H ie '. 'avi
Ph me 2418 & 2234
.lt,f\ Jl'.T '.:!ffsn.WMMMMNgHMIil
ECHOS
o
ouvernement amricain pour
tuelle, un sentiment gnral I proposer au ntre les arran
nellemenl anti-amricain. gements scabreux que nous
Que, au point de vue de j savons, ne fait que connrmer
ilrc avenir el de notre in- d'ailleurs ce que nous disons;
car il s'agit de mesures a
prendre pour assurer le ser-
no
trl national dlinitit, ce r-
sultat soit uu mal OU UU bien,
peu importe pour le moment: vice des emprunts existants,
le fait sentimental et psycho- et nul ne parait plus qualme
logique est l; mme ceux de
nous qui peuvent penser que,
dans l'ensemble, le trait de
1915 a ralis de notables
progrs dans notre politique
et noire administration gne-
raie, sont obliges de convenir
finances pour envisager ces
mesures et les raliser del
on satisfaisante. Nous re-
viendrons sur ce point im-
portant.
(A suivre).
$es Annales de Mdecine Ha-
Etienne et le Service National
d'Hygine
(l'di/resse et qu< est :> ir
i n u i- diplom itie. De |
ris de lang > i i I >.
mains de la polmique, pi itt
que de la discussion II n'y a,
non e nb)e-t-il, aueune du
pticit de la part du Dr Lo i
dclarer, au cours de l'en-
tretien rapport par le Dr
Coicou, qu'/i avait besoin l'aide de tout mdecin compr
lent cl qu il ferait, oour les
reprsentations VextrieU'',
de frquents choix parmi les
m \decins o n attachs un
Service d hygine. Ace der i
su et, il no is revient q >e le
Directeur du Service d'Hygi-
ne. dan> la leii'e o il ins te
auprs du Dpartement I
l'Intrieur sur la ncessit
d )ir I [ait! d'tre repn ente
au Congrs de B jeoos-Ayras
q ii tiendra ses assises e i
octobre prochain, net le
v a q is ce re prsent int soit
choisi eu dehors les cadres
du Service d Hygine. L
qui est tacile eu :ti l r,
iembte donner un carac.re
d'inexac iturle et m a ;
parti-pris aux aligiiio is du
Dr Coicou.
Que les activits du Service j
fliygiue, qui protiteut a ia-,.~
JO ,n '.. , nhine amricain inen eonuu
communaut, rtrcissent^la vieat d bher un f
clientle des mdecins ind | beftucrJup de guccs S0U8\
pendants, .nous sommes tout} litre (< ln ngre trs aim
>rs d'en'^touvemr, mais, ojCesl l'histoire d'un gigolo de
lehors de ces mdecins, qui couleur pas trs ditiaute. ~2
/mine un-
.

Le jo irnal L'Informai ion de
i! i Cap mne une campa pic de :
Le i ouvernem ml polonais
refusanl de considrer le chan-
teur Maurice Chevalier comme
un vritable artiste, l'a il
indsirable .i Varsovie.
L Hpital Gnral a eni e
gistr pour l'oit -.m Prince -
dco les 11 el 12 Septembre.
En raison de la crise, tous
les paysde l'Amrique Latine
ont pris des dcisions excep-
tion ueles. il srail ienips que
nous y pensions aussi, ces
mesures.
Le Pr lident de la Rpu-
blique a reu dner samedi
. ).; .m Palais prsidentiel Mr
Dana Munro, i: E. cl Ministi e
Plnipot inlaii Etats-U i i,
qui pari bientt, sa m ton
tant termine.
Gilmore Milieu, l'crivain
I I.e niveau
monl t de plusieurs
pour la dcentralisation linan- Icentiml es..,
cire d l laiti, ar, prtend il en
, ibsl tnc !, les provinces Ira- ,- ... Il voit, chaque matin, se
llenl pour les commodits f rendre ehet ion dentiste, E3I1
4de la Capitale. lest jolie, plus que jolie, et ne
Le prospectus de l'Institut | l'ignore pas. D'ailleurs,comment
Tippenhauer sera mis en circu-} pourrait-elle l'ignorer, puisque
lalion ds luudi prochain. [lorsqu'elle passa devant La
Dans la rgion des Caves, (, ir-oime , le coquet salon de
des travaux onl t entrepris icotflure du sympathique J >hu,
t pour la rfection du forl histo- Iles coiftenre lchent ciseaux, oei-
rique de Platon. j gne et rasoir, pour
Les Liais Unis, pour l'an* mirer?...
ne 1931, ont consomm 00.847. '
courir l'ad-
001)
rgimes
de
igues-bananes.
dans l'Arli -
s en imeurs dtruisent
lu fleuve afin
Ou signale que
les
les digues
... a vu. mardi aprs-midi,
'une voilure qui grimpait, a
qu il I
0 i litre,
lo nber u
vis t'.iiouville,
volumineux paquet
soient employs leur rucons- qui B'entr*oavril et moaira ses
iruction. lora : vieui souliers, cliaus-
'),i annonce que la halson is Irones, casseroles, mar-
hi Soi, ii la Petite Rivire de (tuiles, rchaud, pols-de-cham-
tibonite, ru pied le la Crte- bre.
a-Pierrot,offre cee jours-ci une1 Le passager, lgint, jugei
vue uni veilleuse avec les rpa- I qoe la dignit lui laisail dlCUS
i I effectuent.Le pa- ;e potier lui-mme secours
! n aux 305 poiies el
Njus avons lu, avec un id>
*rt mitig .Ltonoemeut, le
numro de mai juin dernier
es Annales de Mdecine
Hatien lie , qui paraissent,
comme l'on sait, sous la dl
rtctioi comptente des Doc
'eurs F. i.oicou. B. Kico* N.
justifier 1 l
formuls.
1 est douteux qu'un pare
mme tondes,
giiets qui y sou!
ton engage jamais le Directeui
du Service d'Ilygi ie i doonei
la rplique, tft c'est domm i
rien n'est plus passio -
anl qu'un dbat scientifique
donc souije s'en plaindre?
D'ailleurs.les vraie i raisousde
cet tat de choses ue cou-
vieudrait-il pas de les ciiei
cher dans la sainte terreur
.ju'inspireut aux maladescer-
Piiusbordereaux NLCessits? t
puis le reproche est specte.
Les Collges St.-Martial, Ni-
uouis de Gouzague, et l'insti*
tut Tippenhauer, iab.
ments scolaires prives, pl
cliteot-ils, du lait de 1 L.i e
^ueineut* firaluit four u ,
Lyce .National Uoui
otssseurs sout rtribus
l'Eut!
Les dductions
En France, le Ministre des
Finances ;> deman l la rduc-
tion des Irais de toumitures de
bureau qui figurent s i I ludgel
pour dix millions de francs. La
c immission spciale
i par el simph
entres
est sptendide.
Hier, .i dix heures du ma-
lin, au cours d'une sance sen-
iationnclle, l'As embl ie N ilio-
* nale a voie a l'unanimit les
J conclusion i du rapport de sa
endanl au
du II n
llanchet-Munro, Le snateui
lludicourl et le dput Lsliin
turent magnifiques. Le Ministre
Dlanchel parla... hlas !
H esl possible que le Prsi-
i Vincent mette fin aujour-
d'hui II unes el i enli |
ii Cap taie.
Hier malin, le transport
un Kitteryn a dbarqu

Lorpo i vendeurs dedes marines au porl el en ;t
l,St.-Lools II est tout entier q^ui confronte deux cou
, c National lions ntes du plos grand
r-Nous somme
d .
I?v
papier, encre, plumes, buvards,
ii prolest, faisant observer que
celle rduction coterai! plus'
. ;i l'Etat, qui
de nourrir les chmeurs que
celle mesure jetterai! dans la
circulation.
, (Ju a\ / vou pour li i
lail im
.
ne-
unie, i '
pris.Carde montante el descen-
dante.
!. i m i|oi it du rleit hstag
tant hitlrienne, le Pr idenl
i lindenburg a d i s s o u b cette
Chambre. Dans 00 jours lec-
tions en Alli Hitler a
[u'il i : i
liiiK pour la pris lu Pouvoir.
AU CO .ion

f*
Il HP '
\ i re
' repai li la me, l'u-
s de Mdecine |e n
paraissent don arbilrairei.l
. ce qui est plu. grai j,i,i chiffon de papii
n. condamns n'entendre Isont formules sur uu loul indus-
I ,vi lrail,'. (j
, t*1
I
que
, de
al ue doit pas lru iutrodui;
ses humbles hmtliers du logis
tria le chauftear de s'en oc-
Muifl le cltiiulleur se r-
bilta : H tait pay pour imtf
i i passager a PtiofIVi le, mais
pour ramasser ses irus(|ue*.
E li Itemenl le potM-cham-
bre lut abandonn son destin.
Ce n'esl pas chic, payeur I
... voit (jue la Rpublique,
dlivre du cauchemar du Irai-
t Munro-HIanchet, boit depuis
hier du Rhum liiirbaneourt,
Il sant de l'Assemble .Natio-
nale 'pu a su se montrer a la
hauteur des circonstances.
el dans les dbals,-- que celle
ci domine bi discussion.
Mahatma Gandhi a rail sa-
voir a Ram lay Mac Donald.Pre*
mier Ministi e de l'Empire Bri-
tannique, qu'en signe de proies.
laiion contre le systme de re-
ition lation le (pie le
ii il ; > i i
: d jrve
,, i i i .. -p-
i No u
vellisie , 11 un ditorial,
i ;, i cril : En
. ncu ( le Pr-
ii Vincent ), vous ave/ lais-
. ;ir votre m.... al res-
j lu de notre diplomalic.>

>




-Ht


PAGE'
LE MVTIN 16 Septembre 1932
Le Plan Forbes,-- ses effets
r'.Nous voil en lacejd'une nou- dire quejce plan tait un hanie
m. .. ,..; r_l
velle situation. Comment vain-
cre tant de difficults surgies
devant nous mut coup 7 A
mon sens, toat dpendi i de la
valeur morale, de la conduits
politique que nous aurons ce
tournant qui, la vrit, ne sau-
rait laisser personne inJifl*rer.l
C'est l'occasion pour moi de
renouveler ma dclaration
savoir que j'cris en mystique.
Casqu de vrits vraies, je lais
entendre mes trres en gnral
qu'antant qu lsseronl de mau-
vaise loi nos dboires ne cesse
ront pas. Par ces temps o la
science ralise des progrs qui
tiennent au miracle, stationner,
en tant que peuple, c'est se
condamner tre pitin jus-
bu'a disparatre. Nous devons y
songer srieusement.
On sait l'tranger que notre
pays possde une lite intellec-
tuelle. C'est sur elle que les re-
gards se concentrent. Prenons
garde Va-t-on encore une lois
se contenter de criailler au lieu
de chercher comprendre l'un
aprs l'autre les problmes po-
ss devant la conscience natio-
nale ? Nombreux sont les Ha-
tiens qui, obissant une pr-
I
soin [-lion mal tonde ou comp-
tant sur le hasard par un d-
but de jugement dont ils seront
tou)ours victimes, lont peu de
cas des avertissements d o qu'ils
viennent. Pour eux, produire
de belles phrases est tout; il n'est
pas ncessaire de mditer sur
notre pass de croupissement,
de remonter aux causes de uos
maux, de chercher s'assurer
s'ils n'ont pas t maladroits
afin de s'animer d'un meilleur
esprit A quoi bon, semblent-ils
se confesser, tre srieux? On y
peut muser encore, har, poli-
ticailler, l'amricain est oblig
r!e s'en aller.
En calculant de cette laon,
on n'a rien prvu. L'Amricain
l'est vite rendu compte que sur
ce sol loul jadis par des gants
couverts de gloire, il n'y a plus
que des hbleurs qui ignorent
la vertu de l'eflort productil.
Ali 1 le plan Forbes l J'eus
on. On avait ri. Comment
pouvait-on avoir la navet d'es- j
prer, malgr nos penchants
u.>| ar.N n-i iv es, no <; naio i
qu, aiiulo.ii S lOits les yeux, que
le Prsident Iloover nous lib-
rerait compltement, lui qui,
dans un grand i cours, peu de
Je temps aprs sou instillation
a la Maison Blanche, annonait,
en termes catgoriques, ceci :
Les petits peuples sans canons
et sans flottes, pour conserver
ou dtendre leur indpendance,
n'ont que la ressource de l'arme
morale.
A/ionsnous tous compris ce J
que signifiaient de telles paroles ? (
Je ne manquai pas, dans un ar-
ticle, de demander qu'on y lit
attention. Mais nous sommes en
Hati o les hommes politiques,
hormis deux ou trois, sont im-
prvoyants et pleins d'incrdu-
lit. Pour eux, la giande habi-
let consistait jouer aux pa-
triotes avec des mots ronflants,
ce qui induisait le peuple en
erreur. On eut beau leur expli-
quer que ce procd tait dan-
gereux, ils firent la sourde
oreille. Cela s'expie.
Ce n'est pas tout de se dcla-
rer citoyen d'un; Nation, il laut
faire tout son possible pour as-
surer la prennit de cette Na-
tion dont on se rclame. Sinon
on rcolte la rise du monde
entier. Pour qu'un Pays volue,
progresse au point de mriter
le respect des autres, il sullit
que les individus qui l'habitent
par droit d'hritage.aient grandi
en conscience, en intelligence,
en orgueil et vive dans un per-
ptuel amour du travail.
Edmond Paul nous avait aver-
tis que nous avions pour mis-
sion de lormer uue cit jaune*
noire avec ses arts, ses sciences,
ses vertus. Une politique aveu-
gle nous a retenus dans un tat
de choses curant. L'humilia-
tion que nous subissons tous
galement nous soi vira-t elle
aufia nous rapprocher les uns
des autres, pour btir celte cit
et pargner de sombres jours
dans l'avenir dos entants ?
Thoby VIEUX.

L'ATHLTE HATIEN ATT
L4 LGENDE DU VAUDOU
Le culte du zombi est mort, nous
dit lAs hbilien qui l'icnt con-
courir aux jeux post-Olympi-
ques.
Les descriptions laites rcem-
ment dans des livres a grand
succs de librairie et dans des
pices de thtre au sujet des
croyances hatiennes en matire
de choses surnaturelles son! ei-
roPkAea, fallacieuses et suran-
ne a dit Silvio Cator, le sau
leur haitien arriv ici aujour-
d'hui pour participer aux Jeux
Olympiques qui vont avoir lieu
sous les auspices du Daily
Nw> et de l' Union Athlti-
que .
Ds mensonges, rien que des.
mersonges, a dit Cator i n par-
ton* i!ts rcits laits par des im-
pressionnistes concernant Haiti.
Je suis heureux qu'il n'y vil pas
us de gens en Hati qu'aux
dans son ouvrage
pour illustrer
ses contes lui lurent prtes par
un Haitien, le Dr llolly. D'ail-
leurs Seabrook en lait mention
dans une note qui se trouve la
fin de son livre.
Le Dr llolly lui-mme m'avait
dit qu n availoumi Seabrook
non seulement les photos en
question mais aussi les contes
qui s'y rattachent. Sans doute
parmi ces contes il y en avait de
caractre lgendaire.
Souvent, les touristes confon-
dent avec le vaudou des choses
qui n'y ont aucun rapport.
Par exemple, dit il, il y a la
danse Martinique . originaire
de W e de la Martinique et qui
a ses amateurs Paris. Pourtant
cette danse n'a aucune signifi-
cation magico-rehgieuse.
Cit;>r est la li;s don ancien
Gnral Haitien, membre du
Corps Lgislatil qui lut BOSgj
n n ,i" de Cavaillon. Il parla
couramment l'Anglais et a t
Pisidanl del Fdration Spor-
tive d'Haili.
i
>
Pimde nouveau J
LA
M
adopte par les Spcialistes de Paris
soulage immdiatement :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS de i ESTOMAC
ULCRES GASTRIQUES
CONGESTION du FOIE
DIGESTION PNIBLE
iiURSO RAPIDE ?
5
- ,Orjint-CuqufKB.FARIS-r
i
i
I
il Ig.il : 1 les fv.ii
i.JCi't
y.ztlUHtm' j*1.v
Cri d'alarme
EXAMENS
STLNO-DACrYLOGRAPHIQUES j
'Le 'Directeurjde l'Ecole Sp-I
ciale de Sino-Dactylographie |
porte la connaissance des in-
tresss et du public en gnral
.,-,< &U1II aOtfl l l!U sil
NOGUAPHt tt de DACTYLO-
GRAPHIE auroiil lieu en cet ta-
blissement le mercredi 21, le
jeudi 22 et le samedi 24 septem-
bre a o" h. de l'a pies-midi.
Le Jury, compos du Dr. Ne-
atoo Camille, Professeur PB-
[cole de Mdecine, Prsident de
la Socit de Mdecine d'Hati,
de M. PhilippeCantave, Corres-
pondant de la Maison Universi-
taire de Paris, Secrtaire de l'AI-
iance Franvaise.de M Berlhony
Malette, Avocat, el de Me. Mau-
rice Nau, Chef du Service du Do-
maine au Dpartement des li-
liantes, travaillera sous le haut
contrle le l'Inspection Scolaire.
Le laurat des examens de
Dactylographie recevra, titre
de rcompense, une machine
portative cl une des marques les
plus apprcies en Haiti, la mar-
que REMINGTON ( coin :
li dol.) gracieusement offerte a
l'tablissement par M. Ci. GILG,
Reprsentant enHaittdelaa R-
mi ngton Typewriter Company.
Le public ne sera pas admis
aux preuves de transcription
slnographique du mercredi 21.
Cachet Niriga
ontlnvrolilaue
lunor.me en ci.hI.hu s minutes Fivre, Orlppe, Mlorln,
h??Ti??* Vfc!t < ament de choix toujours ef/icurc el sans
miumat. f -cichets. lin ventedans t. .utea bonnwPta -
,,..,. le 1 et Me
laboratoire.
U.-im'. J Port-u-Prnce
n inai'ir BLLIL
r i
{dus ne gens en nain quaux ; n se prsenta aux JeuxQlym-
aU-Unls par exemple qui ( piques avec un record de 26
croient des stupidits comme pieds pour le saut en longueur
le vaudou- A peine s'il existe un qu'il lit Paris. Il participera
on deux individus en Baiti ( et aux jeux post-Olympiques oui
liront lieu Soldier Field.
dans chaque pays il y a lou-
iouis un ou deux dduits ) qui
Cl meut aux /on.bis.
LA LEGENDE DU ZOMBI
Li zombi lgendaire qui a lait
les liai* d'une pice de ihatrs
et d'eu film a l prend l au
public amricain par Seabrook
dans Ile Magique .
Selon la lgende, les zombis
sont des corps ranims par un
esprit suprieur.
Depuis quarante ans cette
crovince n'existe plus sua dans
les l'impagnes loignes des
villes. Personne de nos jours ne
croit l'existence des zombis.
Quand nous avons attir
l'attention de Cator sur le lait
que Seabrook avait dclar
avoir vu personnellement des
zombis ou du moins des cra*
turcs qui leur ressemblaient par
la description qui lui en a t
laite, I athlte haitien nous r-
poudit sur un Ion sec : tAlors je
ne peux rien dire, siron qu'il a
t plus chanceux que moi .
J'ai su par hasard la source
des leostignemeiits pour son
ou vri.g L'Ile Magique . Les
photographies dont il s est servi
L'athlte hatien est l'hte de.
Geo ge Garner.
(Extrait)
A vendre
Un mobilier .^comprenant :
un salon en osier ; >. . salle
manger; nn il eux
places ; une magnifique coif-
feuse ; glaces ; un jeu de vais-
selle en porcelaine un ser-
vice de verrerie euisine et
Irigidaire lectrics. Le
tout en excellente condition,
b'udresser :
E. H. SALZMAN
Hue 4, Avenue P
Phoue MC 113/3.
C'est srieusement que nous
le poussons, propos de
notre cal qui, chaque jour,
perd du terrain sur le mar-
ch franais, notre seul d
bouch presque. Eu ellet, les
avis que nous recevons de
nos amis et correspondants
havraisnous signalent que la
Colombie emnloie tous les
moyens que mette sa dis-
position sa libert conomi-
que, pour supplanter notre
Cate qui lenait la premire
place dans le got franais.
|(a situation est grave. Et in-
finies ses consquences.
Le gouvernement hatien
(loi taire quelque chose,-' se-
lon la tormule de uotre cou
trre c Le Nouvelliste, pour
empcher cet handicap. -La
Colombie,en vue de ses fins,
lait bnficier les produits Iran
ais exports chez elle d'une
rduction de 50o/.Le principe
du donnant donnant trouve
Ici son application vidente.
En France, on se plaint que
les Etats-Unis bnficient seuls
de nos achats UM sits, cepen-
dant que te consommateur
Iranais acquiert toute notre
rcolte presque de cal et de
coton sans contre partie.C'est
intolrable, dit la France. Il
laut que nous ayons une
compensation ou bien nous
dlaisserons le cal hatien
pour celui de la Colombie
qui nous donne uu rgime
douanier favorable.
Ou objectera que la France
jouit ici de la dtaxe de
331/3, mais ce rgime est
commun tous les autres
pays; ce n'est doue point un
privilge.
11 est temps que l'on lasse
comprendre au Shylock am
ricain que c'est pour nous
une question vitale que les
produits franais bnficient
ici d'une dtaxe importante,
ou alors qu'il prenne la place
du march que nous cou-
rons risque de perdre, du
tait de son galante.
Envisage tou cette, catas-
trophe, du ct du Gouver-
nement, qu'un matiu, une l-
POUR UNE PEAU DOUCE
ET PARFUME
EMPLOYEZ
SAVON DE TOI i KTTE
D&JCATU1IENT PARFUM.
MOliK & LAUH1N. P. O BOX vi. Distributeurs
Rue Roux et du Centre, Port au-Prince.
ECHOS
o
Parlement, nous inlor
ACCESSOIRES POUR 111
Nous vendons des pices
neuves et de deuxime maie
Le Parlement, nous imor pour loutes sortes d'automo-
nie-t-on, va travailler de nuit, |,i|eg. s'adresser
afin de liquider le stock de lois
dposes sur ses bureaux.
A propos de la fabrica-
tion de la crme la
glace par l'Usine a
Ulace
KNEEiVS GARAGE
Rue Pave
Phone : 2318 et 2234.
OE
L'Usine Glace n'a pas le
droit de concurrencer les petits
commerants qui s'adonnent au
trafic de la crme glace. Son
contrai a limit ses activits. La
fabrication de la glace artifi-
cielle demeure sou seul pnvi- (
lge. Ce^i le devoir du Minist-
re du Commerce, par ces temps
de crise surtout, o l'indigne Vux de bonheur,
vil difficilement chez lui, de
prolger celui ci contre toule
activit illgale qui tend di-
minuer ses moyens dexistenec.
Noire conlieie Le Nouvel-
liste , qui dtend celte grande
compagnie, tt'a pas peut-elre
envisag, pour le taire, ta quan-
tit de "poltes gens qui perdront,
i u fait de celle nouvelle initia-
tive de la Glacire, le moyen de
ne pas mourir de l'aim.
Nous invitons notre confrre
la rflexion ce sujet et il
verra que mme si sa dfense
part d'un bon naturel et auties
sentiments, elle est contraire,
l'heure actuelle, a l'intrt ha-
tien.
Nous insistons donc auprs
du Gouvernement pour qu'il
maintienne sa dcision d inter-
dire le commerce de la crme
glace la Glacire. Et ce sera
justice.
Le Monde
Mariages. Le samedi ler
Octobre prochain en l'Eglise .
paroissiale de Jacmel, la bn- \ Q\j>Q GU1S1I16,
diction nuptiale sera donne a \
Mademoiselle Eline Voyard et
Monsieur Dupleix Pierre Louis.
Compliments et vux cordiaux.
Avons reu le bille! de taire
part du Mariage de Mademoi-
selle Georgelte Vilmenay. avee
Mr George Vilmenay qui sera
clbr au Sacr Cur de Tur-
geau le 8 Oclobie prochain.
Madame.
ohBMoW.i vo-en servir.
Ail
rue des Csars,o vous trouve-
rez un excellent cocktail sec et
deini-sec dont vous ne pourrez
plus vous passer.
oo
Une graisse de fine race, 1
dont les qualits nutritives,
digestives.sont reconnuespar|
la science, telles sont lesq
lits essentielles de 'a kanA
lgue des Lsines de SamMltut|
et de Port au-Prince.
t.'esi un devoir envertl
pour volrtl
e sant, ijuetkl
dans la prepa-J
lion de votre alimentation.
Vous en aurez des joiesei^
trmes.
Bec-Fin.
Cin-laldu
CE SOIR
L'AVENUE POUPURD
IMPRATICABLE
Les dernires pluies ont ache-
v de rendre impraticable 1 Ave-
nue Pouplard. Il n est plus pos-
sible maintenant aux autos de
s'v engager.
Les habitants du quartier ont
cependant adress des requtes
pressantes la 1). G. T. J'. qui
leur donner au-
Le beau film :
La Maison du Maltais
avec Svlvio de Pedrelh
Entre 0,50 ; Balcon : 1,00
DIMANCHE
A 8 HE'JHES
La belle uvre qui a obtenu le t-anc succs lors de sa
prsentalion
Jours d'Angoisse
avec Mfcria Jacobin!, Henri Bauum p Gabriel Gabrio.
Entre : 1,00 : Balcon : 2.00
jusqu ICI n'a pu leur
cime satisiaction, ses activits
s'exerant probablement dans
d'autres rgions o les travaux
lui paraissent plus urgents.
Nous voulons esprer que 1 In-
gnieur en Chcl .Icannol, aprs
s'tre rendu compte person-
vutiou de droits d'entre ler; ^meutd^rSSZ&SZ
me noire cale le marche. ^^ fera tout aon poaaible
lrancais r I......_ annri*r les amliora-
iai
L'Amrique serait la pre-
mire rira de nous.
Nous poussons le cri d'a-
larme. esprant une rac-
tion hatienne officielle,avant
qu'il ne soit trop tard.
pour y apporter les ;
lions rclame.
I
666
Liquide En Tablettes
Sauve, gurit la malaria eu il
jouis. Les Iroids le 1er jour.
Maux de tte et Nvralgies en
30 inimits.
666 Soulage les broidt
Le plus iapide lemede con-.
nu. I
Sauvez
vos livres
Sauvez vos livres et con
leclbnis en mauvais tat tl
les confiant ai relieur cons
ciencieox, honnte et habile
Etienne Camille, Rue Bonne
Foi .
Halle louer
Rue du Quai. S'adresser .
Mr Franck N. GAEfJENS.
Tlphone : 2347.
Il mourut aprs une longue
maladie, la semaine dernire,
Mtivier, sa proprit siiue
1 heure de Ption-Ville. U avail
68 ans.
C'est une figure foil sympa-
thique qui disparait. Villarson
n Jacmel, fut un libral avec
Boyer BazelaH comme chef. Il
habita longtemps l'Avenue de
Lalue. Spculateur en caf, il
eut toujours pour amis les hom-
mes les plus en vue de ce pas s
al loutes les poques. Bonbon-
I-in fui le surnom suggestif qu'ils
lui avaient donn.
Sincres condolances aux pa-
rents prouvs
La Magnsie ERBA
EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCH COMME RE
DES FONCTIONS GASTRIQUES ET INTESLINSLES.
A. de Matteis & C
AGENTS POUR HATI"
M*"*'


LE M *
PAGE 3
____*___
Klium Barimucoiiri
Dont l;i renomme est univcrseUe a gard m premire |>lace
Demande! partout :
\ BARBANCOURT
Dpt : Rue des_ Csars.
cl Cha
air Goody
Constitue en 1898, la Socit Good-
year a vu natre l'Industrie automotive.
Cette longue exprience permet cette
vaste organisation d'offrir aux propri-
taires d'autos et de camions des pneus
suprieurs en qualit et en dure tous
ceux qui se vendent actuellement en
Hati.
LES PNEUS COODYEAR HEAVY MTV SONT FABRIQUS AVEC U^E FICELLE SPECULE
CONNUE SOUS LE NOM DE SUPERTWISTE DONI L'ELAST IT ET LA RSISTANCE SONT PLUS
GRANDES OE 30 POUR 100 OUE CELLE EMPLOYE PAR LES AUTRES FABRICANTS DE PNEUS'
A La Socit Hatienne d'Automobiles.seul re-
prsentant de la Goodyear en Hati.vous trouverez
toujours des pneus et chambres air de toute fra-
cheur de cette fameuse marque des prix dfiant
toute concurrence.
Socit Hatienne d'Automobiles.
MALLEBRANCHE. UTIL BOGAT ET Clt-
Avis trs Important
Jusqu')
marches g G ver-
neoaent Franais tendant A
l'abolition de la taxe ap-
plicable an certificat de non
infection*te* eiportateurs (Te
.ni: I, sous peine de voir l< urs
11 ditions i etu es bu I
vrc, doivent joi i e i leurs
documents le dit certii
d Dfnl lgalis par le Con-
sui de France du por d'ena
barquement,
Poi i-Mii-i'imce, le 13 se]
lem r< 1932
paww" whmiu
fLs Purgatif idal'
c'est la
PILULEduDDEHAUT
147, Rue du Faub. St-Denis. Paris
Facile a prendre.
Ne ncessitant aucun preparatif,
elle De provoque jamais de dgot.
Supprimant la dite,
elle ne dbilite pas le malade.
N'exigeant pas de repos la chambre,
elle ne cause aucune perle de temps.
Plui aclie que tous le* similaires,
elle est, par consquent, moins cher;.
"dose i PURGAT1VE.2*3 PiIule
< LAXATIVE, 1 Pilule f
Lisez ceci
Famille hatienne, habitant
Peu de Chose, avenue N. mai-
son confortable, revoit des pou- ;
sionnaires ;'i des conditions a- ;
vantageuses, Pour tous rensei- ;
gnements, s'adresser au bureau
du journal.
Lgumes..,
Tout le monde doit < oir
que chez Franois J" Ch:
la rue Dan ts Destouches,
on trouve toujours un slork
de fruits, lgumes, ufs de
toute fracheur et des prix
vaniageux.
. KNRALE
TRANSATLANTIQUE
Le steamer Cari mare
mt de \ \i:'i,ies
Antilles fronais* 5, Santi
Qe Cuba s ports du Sud
est attendu Port-nu Prince
le s ira tdi 2 n Itmbi s. 11
ie|>:oliis 'e mCrae jour pour
I poitl du Nord, l'uerto-
Plita et Le II ivr< r et.
l.f. manifeste < i b leao
rev i par avion esl la dispo-
sition des clients en i os bu-
reaux.
lioite postale: A 171.
Tlphone No : 3220.
F. M. LTIERI,
Agent i \m i al
Rue du Quai, P m au Prince
WT'H-i.'
COLLGE LOUVERTURE
Fond en Oct. 1895
Internai Externat
Le Colli e / ouverture est nn
Etab lisse m e n t d'Ensi Ign-
ment secondaire moderne
cr en vue de donner aux
ici!) es gens une instructi u
p atique jointe une le te
ication morale et p itrioii-
que.
L'Ecoh reoit des entant
ds Tge de sept <
L'enseignemi nt comprend
toutes ies tudi .s pn s
parles programc Qciels.
En toute circonstance, les
lvesdu Collge Louverlure
sont soumis i pins Stri
surveillance ils : ont l'objet
de la sollicitude la plus bien-
veillante et la pics constan e
pour tout ce qui coueerne
leur situation malerielle.iniel-
lectuelle et morale.
rour tous outres renseigne-
ments, s'a du sser la Dir c-
tioo cle l'Etal lis ment, i ne
Motstalais, Portall-Price.
Le Directeur,
L C. LHERISSON
: Dernires
! Nouvelles
ETRANGER
13Seplembre
i uan':k- Le (iouverne nent
l'ra ne lis a rendu publique sa
rponse I- note allemande.
est dit not minent que la
France ne dsire pas la
gnerre, nuis la paix. Ce qui
e'onne la France,c'est que le
Reich retuserait sa co liai) >-
ration 6 la confrence ds
[dsarmement s il u'obtieat
p .s gain de cause l'galit
des armements.
Allemagne Le Chancelier
Von l';ipen a dissous lePttCDS
tag. Le Reichsttg a donne un
vote de mtis n ce au ouver-
i ment par513 voix contre
32 Von Papen, dsni un dis-
cours radiodi(tos.t doun les
i tisons de la dissolution du
Relchstag. Il s'agit surtout de
la dlense de la politique
intrieure et conomique,
AnoLBTBBBE De gran le**
motions ont t causes dans
les cercles politiques de Loo
tires par les graves vm
ments allemands,
Autriche De grtvti
bagarres entre les nazzis et
i s lgitimistes.
ESPAGNE Les monarchistes
impliqus dans les dernires
rvoltes ont t condamns
l.i dportation.
Allemagne L'avion de la
amille volantencstconsidr
< >i ii m v perd a au large du
G oenland.
Extrme Orient -Des bau-
dits tut captur un train de
600 voyageurs.Cent voyageurs
Iont t tus, beaucoup de
blesss et la plupart dpouil-
les par les b nuiits.
REVEUS AMRICAINES ~
abonnements aux Revues
Magazines Amricaines. En
j vente
KNEER'S GARAGE
Rue Pave,
Hione 2:518 et 2234.
LAITERIE BAILEY j
Livraison propre, hyginiques bouteilles henn ique-
mePt cachetes, l'abri de toute falsiGcatiou.
Transport tait en rfrigrateurs a roues
N 1313, G.and'Rue, Portail Prince.
125
N'ACHETEZ QUE LE
M

m f, n>- ,-, n
tr- S. 5 c
sa. ~ s
en o 2: CV
"g *.!-.'
? g h
& i: La
a 7?
i^-a-aa-j-r
EZED
GRAN
VOSGES
(France)
..CTION LECTIVE SUR LE REIN
Cure complte de l'ARTHRITISME
Ballon du 20 Mal au 25 Septembre
QQURSES TENNIS GOLF POLO THTRE OASINO
PARO SPCIAL POUR LES ENFANTS
r Trnlim lircetf I PARIS Klora Fn venin l T.s IMiarmnrles. Drogui-rlos rt Malsons .1 AHiuantaUoP^
Meilleur el meilleur mar-
ch que arUclc import.
En vente au dpt de la
Distillerie de l'Aigle, prs la
Banaue Nationale, et chez
bS/BSl prix spccul pour voie eh gros
Si vous voulez boire de
l'eau trs pure, et glace en
mme temps, achetez chez
Flix Ghriez
RUE COURBE
Un Filtre anglais
Brownlow, 3 gallons
Ayant no i imip i liment int"
ruur pour la Glace et tout j
fait Spar de l'eau liltre.
Prix : 12 dolla.s. __,
11 y a aussi des iiltres.qui
n'ont pas cette charrbre pour
glace et alors au prix de 10
duiliii j.
Idal rhum
AUX ROY
30 anne de succs.
, II ROYAL IL
j LINES LID
Lt steamer Gaboon . ve-
panant de Londres vi Rings*
ton, sers ii vers le 21 COU-
rtHt, en route pour l'Europe
prenant fret e passapars.
The Royal Mail Litm Ltd.
1. J. BIGIO
Ageat gnral
Grande Baisse
ESBENSEN
Avise les consommateurs de son LAVI
qu'il a rduit ses prix comme suif:
LAIT CONDENSE SUCRE CAISSE OE 48.14 OZ OR 6,25 DETAIL OR O.U CENTIMES
LAIT CONDENS SUCR DE ?4D,3 9.10 DE L OJW
LAIT EVAPORE DE 48,16 b.0fl OfT .11
i hit fvuPdR' DF 168 6,40 DETAIL O.U/
Ul UAI-UKl 'Ht ,n poUDBE kSBEhSEN ml la
lSSSSi aasxtttt
I glaces et chaudes, et les desserts de suies -
1 En vente AU BOX MARCHE*
PJ dans toutes les bonnes piceries tant
a Port-au-Prince a Lie dans toutes les
[ villes de la Province.

I i


Vendredi
16 Septembre 1932
Le iaii
. 4 PAGES
^iitt miiLL iv ....
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
Panama^Railroad Steamship Line,
Agents adx principaux ports d'Europe
U.W. Shkldon & Co^td.
17, James Street,
LiveiH'ooi., Knc.i and.
Mory & Company,
Atlantic Freighting Corp. Div.
155, Boulevard de Strasbourg,
Havre, France.
Mory & Company,
Atlantic Freighting Corp. Div.
3, Rue St Vincent de Faut.
Paris, France.
Ilernu Prou & Slorkwell,
Boite Postale: 78,
Havre, France.
Enqlend i
:-. W.Sheldom &C-, Ltd..
len'on House,
112/113 Feiv huic'i Street,
Londou. E. C. ;>, F.ngland.
France
Mory & Company.
Atlantic freighting Corp. Div.
74, Quai de- Chartiona,
Bordeaux, France.
s-sc
CL.GNE COLOMBIE I
f< llphone: N" 2. >
Mory &' Company,
Atluntic Feighting Corp. Div.
7, Bue de la Bcpublique,
Marseille, France.
Gellatly Uankey & Co,
21, Rue de la Rpublique
Marseille, a France.
I
Germany
Atlantic Freighurg CoTp., Atlantic Fieighting Coi p.
ballinhaus, Hamburg 1, Germany. Breilenweg, 50, Bremeu, Ger
Holland
Atlantic Freighting Corp.
Antwerp Division,
C/O Steiumann & Company,
P. O. Box. 1069, Rotterdam, Holland.
Belgium
Atlantic Freighting Corp.,
C/O Steinmann and Co
4, (ju ai .lordaens,
ntw erp, Belgium.
Atlantic Freighting Corp.
Koningin Emma plein 15.,
Rotterdam, Holland.
Denmark
E.A. Bendix and Compan),
Copenhagen, Denmark.
! e 'apeur (Bogota Voy.
10(1, venant direciemenl de
New York.sera ici le 20 crt.,
eu ioule ie mroc jour pour
1rs ports colombiens, rlris-
lobal, P. /., Kmgslou et New-
York
Le manifeste de ce navire
reu p;rr avion poste est la
disposition des clients dans
nos bureaux sis angle ('es
rues du Qiai et Thimas Ma-
diou (vis-a vis de 11 Diurne)
M
?
Le vapeur Martinique i
Voy. luit venant de New Yoi k
tt des ports (tu Nord estt"
tendu ici. samedi 24 courant,
en route le mme jour pour
les ports du Sud.
Le vapeur Bolivar i Voy.,
l(!4"parira de New York le
21 courant, directement pour
Port-an -Prince o il est atten-
du le 27 septembre prochain
eu route pour les ports co-
lombiens, Cristobal, Canal
. Zone. K;ugstou et New-York.
| Port-au-Prince, le 12 Sept.
; 1932.
William E. HLEO.
Age ut.
AVIS AU COMMERCE
La a ilroa '' ;i '' i d'at-
mnee ivonls le Mew York pour port au Prince
Hati, di e< mardi. Tous les steemers sont
.)oiirviJs lie cl un l IripoiHoue
Dparts de S tw ) u h. A rrivages
-, m r ri itob le i.' mbie
.lier "Buennv< e 2C sept.
Steamer "Aracon" le 27 srptembi
Steamer 'Guaj i le 4 octobre
Steamer i Cribloba! le 11 octobre
Steamer Buenav tura > 18 octobre
Steamer Anroa le 23 octobre
| Steamer (tiuayaquil le 1er novembre
i Steamer Cristobal i le 9 uo/.
'i Po ( au-rrince.
le 18 septembre 1032
le 26 sept. 1932
le 2 cet. 1932
le 10 octobre 1932
le 10 octobre 1M32
le 24 octobre 19,"<2
le 30 octobre 1932
7 noveuibe
14 nov. 1932
Steamer Baenaveutura 15 novembre le'21 uov.
Steamer Aucun \f 22 novembre le 27 novembre
Steamer Guayaqnilale 20 novembre le 5 dcembre 1932
Puuaina Railroad Steamp.-hip Line
Jasiri. C. VANREED
agent Gnrai
Lykes Brothers SS C lnc
Texas Hati Santo Domingo- Porto Rico
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
til eotie les ports du Golie du Texas directement avec
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la rception rapide et ie maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de .'a LYKE
! IN h
A. Ceresa & Company.
Via Banchi 3,
Genoa. Italy.
Spain.
Mr T. Mallol Bosr.ii.
Atlantic FreighUng Corp., Div.
Paseo Colon, 17,
Barcelona, Spain.
A/B W. Larka,
Atlantic Freighting Corp. Div.,
Skeppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson and Hoirastrom,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Skeppsbron 3,
Gothenburg, Sweden.
Italy
Mr Altredo Amoretti,
Atlantic Freighting rorp.Div.
Pia/.za Del Ferro N. 3 5,
Genoa, Italy.
Norwr.y.
Lauritz A. Devold A. G.
Atlantic Freighting Corp. Div.
Aalesund, Noiway.
Sweden
Sveu Janasoo & Company.,
Atlantic Freigbtiog Corp. Div.
Norrkoepiug, Sweden.
','
Simon Kdstron A/H.,
Atlantic Freighting Corp Div ,
Malmo, Swcdeu.
Bernhard Bergh & Company,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Halsiugborg, Sweden.
VIENNENT D'ARRIVER :
Les Pastilles de
menthe du Dr Hillers.
Dlicieuses, rafrachissante, sti-
mulantes, parfument la bouche. |
En vente chez Gaston R. Martin,
au Bazar National et chez Alphonse
Dsir & C". i
STEAMSHIP LIME"
Le steamer t Cristobal est
attendu Poti-an Prince, ve-
nant de New-York, le diman-
che 18 septembre 1832, avec:
6 passagers, 81 sacs tic cor-
respondance et partira dans
l'a pi es midi du mme jour
directement pour Cristobal,
Canal Zone.prenant li,malle
et passagers.
portauPrince, le 14 scplem"
bre 1932.
Jas. 11. C. VAN REED.
Agent Gnral
HOTEL KARAM
Lneconfortable succursa-
le de Palace Holel, Kensr',
hoil i
Pour la saison dl, ren-
dez-vous chez A. J. Karam,
Kenskojf, o vous seiez
servi souhait. Excellentes
conditions.
Les prochaines arrives a" Port-au Prince sont '
Sieainer ALneria Lykesi 23 septembre 1932
Steamer Genevive Lykes '.O setembre 1932
Steamer Uuth Lykes 7 octobre 19.12
rJurear-' Kue du Magasin de i fcitai, Boite l'ostale B
zkjt ' fmmmBamammmi ^^n., *nHiKUKaH
JE FAITES! INCONTESTABLE
III Ulii 13 dl
m
C'est la quintessence des meilleures;
f I
varits de cannes d'un vaste territoirei
r,-
runissant les meilleurs terroirs
I
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
...- )ji nirniit' i~ i ri-------i-------'"Timn~ m ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Lar Ja GENERAL esl une des pins puissantes et des plus vastes organisation
de ce genre. Le soleil ne se couche jam ris sur son champ d'action qni embrasse le
m ou de
ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la foudre
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
caus a autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises pur ses bram hea d'Europe sont payables en Hati.
Ses Polices cooin cidentssont valables dans i univers entier. Tous les voy**
ours devraieut donc prendre a de se munir d'une police contre accidents
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 /, soit 20 dollars C. C
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
i
nr'->iranJ:7jic^rr SOOSAGENTS
Agent Gnral pour Haiti.
Hort-au-Pnnce. IG. GILG
JF.aN RJ
Voulez-vous
Russir dans vos tudes uo
taire russir.vosentauts.grce
une mthode d'enseigne-
ment classique excellente?
VOULEZ-VOUS
Une protession aprs (i 9
mois d tudes srieuses (St
no-Dactylo, Langues vivante
Comptabilit)*
Songez qn< l'Institut TIP
PENHAUEK se recommande
etsrujpose votre attention
par les brillants rsul'ats d-
j obtenus.
1537Hue Lamarre.
Tlphone 2691.
Votre premire visite
A
L'HOTEL ANSONIA
Nous donnera raison, confirmera votre bon jnge-
ment, justiflera la confiance uue vous nous aurez accorde
en nous garantissant votre apprciable patronage l'Htel
le plus slect de l'ort-au-Prince.
Nous vous suggrons d'arrtei votre chambre d'ave me
Eldorado
A partir du l."> septembre
1932, la Maison ne vendra
qu'au comptant ou cash, ne-
devant elle-mme s'approvi-
sionner qu'avec du cash.
Tout client n'ayant pas
sou compte jour est pri de
ne pas l'augmenter.
La Direction,
F. GA1HAUD
1
PAS OE PIE UN PETIT TOUR i
TERRA-GRDEN
Chez W. KAHL
Petionville
iJf Sie^,d,'a,,:tSde' WlibllilHBa.1 le pfQS frais de, en
irons de Fort-en -Prince.
Bire la pression, i
Assurez-vous contre acci
f la General Accident'Fire &
Lite Assurance Corporation Li-
mi ed, Vve F. Berniinpr::>n
Agent GiVniral pour bain.
as,>ln\ltTJeVrU1m1?iUU!CS d'a0to Sl"r " excellenterooU
asphalte. \uesm,rve.deuses de la ville et du ^rt.
n'ASnS de ,ouks espces.
^STJSS^^ 'P^on, d,i,Dr*

HHP*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM