<%BANNER%>







PAGE 1

PAGE i LE MATIN R Septembre 1932 Un grand vaincu de la passion par le l'rolesseeur LCC DOHSIWII.I.K. Suite et ///. — (Vu// LE MATIN d'hier) Taudis qu'il djeune en sa torpeur! La passion de la compagnie de Bonnet, accou1 poudre U grise, 1 se aace... ru M5 de lui par la voie Mais peme prend-il son lan que le sang sort abon; %  — % %  ru prs cie lui pa d'un navire de commerce, arrive la dernire lettre du g* trul Toussaint-Louverture : — Soumission ou dmission Y Et Andr Rigaud dit son lieutenant fidle: — J'accepterai, mon cher Bonnet, la position qu'on me fait; ce n'est pas moi qui ai provoqu les vnements. Pull il 01 donne de prparer son cheval de bataille... Il sort des Cayes et s'eu va inspecter les troupes de son comman dment. Mais.Cavaillou, il apprend, par une lettre de Faubert, que le commandant de la garde nationale, Delva.n inopinment ouvert les hostilits contre Toussaint-Louverture. en seinparantdu Pet'.t (ioave. H rflchit longuement, il hsite. A*t-il subitement peur?. Non, c'est un hros orlinairement sans reproche. H se battra, mais, voil,... il aime! N luvellement mari, il lui rpugne de s'loigner de sa tem ne. Ah! guerre maudite au cours de laquelle deux Irres 1 dant et chaud de son cœur bless Son esprit ^e trouble il perd sou gnie !... Ce n'est plus qu'un gLral vaincu... Le pont de Miragnaue, que nous trouvons ridicule aujourd'hui, est gard par les torces du Sud. Cependant \ Toussaint" lait une nouvelle lois ouverture par un passage dcouvert au -dessus de £l'etang. Les soldais de Rigaud soni donc tourns et, par consquent, obligs de battre en retraite. De ce jour, les vnements se prcipitent: tuile de Bauvais de Jacmel, suivie de celle i de B.rot; ictraite savante de Ptiou de la place atlame; soumission des g nraux qui se sont jusque-l le plus dvous h personne du grand Cayen I i a (in approche. Abandonn, piesque seul, An li Rigaud : UN wuuvtAU HU)Aut nU-uimioSANT Li FROMAGE KKAI T VEI.VI-.I.TA est sduisant en saveur, facilit • If digestion, richesse d'alimeiitation. C'est le fromage (|ui a une iinillitiule d'usages. Il peut tre coup en tranches, rpandu comme du beurre, il ajoute toujours un nouveau got vos plats. Votre picier a le Velveeta et une varit d'autres fromages Kraft. KRAFT w PURIFIE LA PEAU —REND LE CORPS HESPLAMISSANT DE S tNT CHEESE u IVUUY SALES COIlrOlUTIOX Disiribolrnr Parl-an-Prince Hati. GAUSERIE JUSTICE ET s'ouvrirout veiues d'o l'un l'autre les jaillira un sang M Cependant l'indulgence n'est pas un bandeau sur les yeux; elle ne e confond pas avec l'ignorance ni avec l'imprudence. Le mal existe; il serait puril de le nier et d'eu nielles consquences lcheuses. LIFEBUOY LK SAVON DE LnbAMii POl'K MAINS, I IGLRKS Kf BAINS. MOHR 8t LAUBIN, P. 0. BOX M — Distributeurs l\ae Houx et du Centre.PorUau-Prince. t* Sur /< %  ciel enflamm, ... imperator ( samjlanl Regard* au loin ... disparatre ses ( soldats vaincus I Alors,!aux Cayes, arrive Mr de Vincent qui, porteur des instructions du Premier Consul de France, vient rdont la pourpre trouble en clamer la soumission cl Andr coie parfois la vue des petits ( Rigau I i'oussaint Louverfil.!.. Guerre atroce, et d'auturc. C'est le moisdeJuiltant plus atroce qu'Audr Ki-I Jet 18001... Pareil au soleil uaud 1 spire plutt s'amollir clatant qui incendie la plai dans les dlires d'un amour ne, l'unie du hros mal paitagl | r eux des lgions du Le Soir, au bivouac, il pa, bouillonne, rait morose, car, si l'on pou) N oublions pas qu il est tre vait ouvrir son cœur, l'on de passions. — frtiez tout mon sang, il est nous, erle-t-il, mais t me livrer 'toussai U jamais! Et il ordonne de mettre du vent dans les voiles de deux golettes achetes pour tavoriser sa luite et celle de ses officiers les plus fidles: SLDomingue sera dsormais derrire el la France devant Luc D0RSJ1NV1LLE. ,euSud entei:(Irait bruire des sanglots pareils ceux rythms par un pote moderne: J'ai gard te gol de ta chair, De ta chair fine et parfume. Ah comme je t'ai bien aime.... Combien mon regret est amer. Dans lous les cas, c'est la guerre et il faut la (aire pre et dure; le guerrier secoue Assemble Nationale Sance du 7 septembre 1932 10 heures. La clochette tinte. Un auditoire de choix, compos en grande partie de jeunes tudiants garde le calme le plus absolu. Calme o l'on sent le dsir de sonder le grand mystie de. l'accord qui va lre soumis. Lessuateurs rentrent la fih indienne. Les dputs se lvent pour les recevoir. Le h me dt l Excutif est vide, o convergent cependant tous les rgi rof. L'appel nominal constate la n ujorit des deux Corps. La tai ce est ouverte. Au premier point, un rdacteur commence la lecture d'un procs verbal de Tune des dernires sances de l'Assemble Nationale. Le snateur NJU l'mtei rompt pour taire remarquer qu'une commiss'on avait t charge de sanctionner ces procs-verbaux et que celte leclure eflre peu d'inti et l'Assemble. L'on passe a la correspondance qui est saus matire. Le troisime point appell les | ici qui soit iisscz hardi ou assez candide po ir allirmer qu'e -Ire les Etal*, la Justice et le Droit ne laiiaeul rien a desiier. Dans IH civilisation actuelle les hommes lie sont pas parlaits. C'est une raison pour que nous souhaitions qu ils le soient un jour. Il dpose le trait mthodique de liqutdation et demande acte | du dpt de cet important document. Avant de donner acte, l'Assemble sollicite et obtient du Ministre la lecture du Trait dont lespoin's les plus saillants son 1 : llatianisation de la Garde en dcembre L934 avec une Mission amricaine pour en inspecter les activits; Haihanisation du Service des Contributions qui sera pla: sous la direction d'un Hatien contrl par un I reprsentant fiscal dont les lonclio is sont excessivement vastes. L Prsident de l'Assemble pro ose d'envoyer le document aux comits runis des Kelations Ex ("rieures de la Chambre el du Snat. Les dputs Chtelain et le snateur Hudicourt esli* ment qu'ils conviendraient, vu l'importance des questions, de former une commission corn pos ta exclusivemi it de spcialistes. Le snate T unique pioposs de greffier seulement quelques spcialiste) sur les deux < Dlaut, qui s'gn fie l'ab sence de quelque chose.d'une tendance on d'une faon dlre. est pris gnralement dans le sens el imperfection morale, de ce qui choque,de ce qui s'oppose une loi de biensance universellement reconnue Mais il faut que la len lance fcheuse apparaisse nettement. Ainsi, l'irrilab'.it jet continu, l'avarice avre et passe en habitude, la pa-t reste' incoercible sont, poir tout le monde, des tats rprhensibles, le manque a : ce qu'elles des degrs divers des qualits j niiatf ( < on| enviables de douceur, de gnrosit, de courage. Les caractres ont un tirons, un dlautqui piovoque un jugement svre. It I mt bien dire que cette svrit est contraire li stricte justice, parce que notre apprciation porte troi> souvent la marque de noire personnalit, L'empreinte de nos gotl propres, de nos tend inces particulires. Nous condamnerons plusprement le paresseux si nous sommes actils par tempra m ment, si notre ducation nous a donn la saine et prcieuse habitude du travail. Un prodigue est sans piti pour l'avare, un flegmatique pour l'impatient ou le colreux. Il est rare que nous lassions le dpart i.rpir ial de ce qui psut devenir circonstances attnuantes : l'occasion, le milieu, le temprament, l'entourage; or, ces considrations importent l'quit du jugement. Ce qui nous apparait comme une disposition naturelle maltaisaute n'est souvent qu'un accident, un produit de faction d'autrui, d'une influence extrieure, il y a d* laut, mus il est possible de ( I excuser, de L'attribuer, pour l'irritabilit par exemple, un excs de sensibilit exaspre par des chocs durs et fi que m ment rpts; pour l'avarice, a une ncessit dont les motits secrels nous chap* peut pour la paresse, un tat mahJil auquel une bienveillance misricordieuse nous porlera montrer U'.ie tralerneile compaisiou. La bienveillance, l'indu)-Mais en reconnaissant son aciion nocive, restons tolrants pour les pauvres tres moralement intrieurs, qui il ne manque peul- re, pour valoir mieux que nous, d'avoir ! levs comme nous, d'avoir reus une direction droite et haute, Le mal est hassab'e, mais le malfaisant est sus en ible d'tre guri. Et puis, (|i'i faut il entendre par un maltaUaBt? Ne seraitce pus celui dont les ides sout op ( o .ccs a celles" que nous croyons e ccellentes par* no is appartiennes inlits combattent les 1 ti es ? j Mlions-u ma ; ne nous laissons pa ; v tu f ter des jugements dt il lili s quand j tous les lments te la cause ue nous s >nt pas connus On couri de g os risques de conscience tm ligner trop d'iutransigoance, protons aux autres de nos meilleures qua i lits nous le pourrons si notre cœur est riche: les riches seuls peuvent Ijire des largesses. 1 ,a misre h imaine es' rnmeme; misre physique ou morale, elle Retend, vaste comme le monde. Soyonslui indulgeuts, soyons empresss consoler, soulager, rconforter et taisonsle aimablement, avec Palabilil qui est une qualit bien apprcie, qui n'est jamais blessante. L'ull ibilit esl le partum de la belle Heur qui s'appelle la vrit. Snzrnne CAROM i TRAITEMENT BUCUt OE U IMS MR LES COMPRIMS • SiUmcriyl qui contient le troit mdicament spcifique dont l'action antiyphili'ique ea scientifiquement dmontre par le travaux de plu minent mdecin, exerce une action cunative rapide ur le accidents de la SYPHILIS et la ton* 4 Uu!t le. priode de la Maladie. San inconvnient pouT ittt nie, il permet va traitement conomique discret et efficace REMPLAANT LES riQORES, t A chaque faoto est HWnl enc notice complte ur la mthnJe. 3HZ38SE8BaBBf OE S.YL Proarr-tlon du Lliore'a!r les pharmacies d'Hati. 'I rOl t-atl-I 1 Pliai raaoien Loterie Allez chez Barbancourl, la rue des Csars,o vous trouverez uu excellent cocktail sec el demi-sec dont vous ne pourrez plus vous passer. Sous extrayons de PARIS SOIR , l'intention denoskf tears. cette note qui ftia corn[prendre plus d'un qu'uneptr' formanee sportive, athliliq^ n'esl pas le fait du hasard, del chance. Depuis les Grecs, c'esl une hygine impeccable, 'des mthodes prcises,des conditions morales cres qui ont toujoim prsid la victoire des athltes, Ceci pour expliquer que nos champions Cator et Thardnt pouvaient vaincre Los Ange les cause de leur prparation olympique inexistante presque. Nationale ai -o— Le personne! enseignent et minislralif de Uamien menace de se mettre en grve... si on ne leur change leur Directeur. Ils reprochent Monsieur Charles Pressoir, que peisonnellement nous tenons pour un homme charment et un administrateur intgre...de vouloir introniser la dictature Damiens. el ils citent I appui de leur dire deux laits nue qui de droit pourra contrler. GOMMENT LES AMERICAINS S'ETAIENT PREPARES LES JEUX OLYMPIQUES Un journal new-yorkais vient de publier le rgime impos depuis le 28 Juillet dernier aux 21 i reprsentants amricain! a Los Angeles el cela nous a donn une ide du soin avec lequel l'quipe amricaine tut prpare aux Jeux. Pour la dure des Jeux, o avait strictement dfendu la soupe, le caf, les plisseriesel me rasse ; la cra la glace n'est autorise qu'en petites portions, tous les deux jours, et le th doit tre peu fort : comme boisson, est auloriset 1res le jus d'orange 1 1" Il est dfendu aux Direc| toute nourriture leurs comme aux employs de taire ou de recevoir des communications tlphoniques... en dehors de la pisence du Docteur. El pourtant le secret des lettres autant que celui des converversalions.. sont l'abri dejf viols. 2" Me Pressoir exige qu' chaque tirage de la Loterie Nationale, Directeurs et employs s'achtent leur billet entier. Cette fois, laissez frapper.Docleur. SANT JEUNESSE Facilement et discrtement par le GLANDOPHILE de* Lab. ORMOS PARIS ~) Notice Gratuite et Vente chez F. SJ01HN W. BUCH, Porl-aii-Prmce et autres Bonnes Pharmacies VIENNENT D'ARRIVER: Les Pastilles de menthe du Dr Hillers. Dlicieuses rafinicliissanleh, stimulnr.les, parfument la bouche. En vente chez Gaston R. Martin, | an Bazar National et chez Alphonse Dsir & C. | on lecommanue galement de manger une pomme avant le coucher.Lors des repas, chaque athlte doit se contenter d'une seule portion. C'est sans doute ces prescriptions svres que les Ame' %  ricains doivent, pour une cert taine part, les nombreux succs \ remports au cours des lOmes Jeux Olympiques. BELLE >... t •n daui. mois pH PILULES OIIEITI g lo teulea qui dwlopp'ni. m rcrmissrnt. recons, W*'' seins, pfTacciit les ']""J*, ses des paules et donne buste un gracieui emMnp^ Bienfaisant** P^J*JS..\ communication.* du Mims adea H'Ialious Kxlr eures. Aucafl membre du Cabinet u'jai pr sent. Li sance at>l .suspendue. 10 heures el demie. Le Cabinet au co n.ih-t remplit le banc de l'Ex nid. Lt sauce est reE rise. >..' Ministre des Kelations xteueii'es gagne la tribune et pr juooce peu prs ce discours : m Messieurs les Snateurs, Messieurs les Dputs, permettt/ que je vous dise que je crois fermement que nous tous ici prsenta sommes des palriotes sincres et des hommes de bons %  eut.... Nous sentons 'ous la cetsi' de la Justice el du DM it entre les Etats. Je ci ois qu'il i/tst pas nu MIUU'S. Sa proposition est re%  % %  %  %  1 wmmmmmm&wm BasaittS 1 Toutes les Polices DE LA "I I geuce, !a misricorde sout jete. La composition de la] les vertus rgulatrices de la commission est laisse aux soins t justice.Souvenoiis-nous qu'on du bureau qui nomme les corn\ u est j araais assez juste quand missa.res suivants Hudicourt, { ofl Q fi t indulgent; { l'.isquet, Leconte, Zphiriu, Behzdire, Ang'ade, Laguetre, Leroy, Estime. L'auditoire vide les lieux en murmurant. Et la sance est leve. D'; L/UIIE IHIFMH E. 1410, Bois Verna, Tlphone : 3201 Mdecine 'Jurale, Nyphiligraphte. Consultations : (3 9 a. ni. seul citoyen | et 2 -1 p. Dt. que lu poutre qui nous aveu i gle nous empche


PAGE 1

LE MATIN 8 Septembre 193? L LLL 1 %  PAGL 3 Illuiiu IbrlMiMwurt Dont l.i renomme est universelle a gard v\ premire pjaci Demande/ partout : UN BARBANCOURT Dpt : IUIC des Csars. Le jugement nu Saint-Siqo SUR; ; M. Ren Bazin ^Qn ne lira pus sans molioi au lendemain de la mort de Ren Bazin, cette lellre que le Saini-Hre lit envoyer, il y a oeine deux mois, par son secrtaire d'Etat, au grand crivain catholique qui lui avait tait hommage, par l'entremise du couvent des Oiseaux de Home, de son dernier livre, en se recommandant aux prires de Sa Saintet. Secrclairerie d'Etat de Sa Saintet Du Valican, le 31 mai 1932. Monsieur, Ce n'est pas ssns une profonde motion que le Saint-Pre a pris connaissance de vo're lettre. Il a d'abord t vivement touch de l'hommage de votre beau livre : Vn monastre de saint Pierre Fourier, les Oiseaux. Au lendemain de la lecture du dcret d'hroi'cit des vertus de la vnrable Alix Le Clerc, Sa Saintet ne pouvait pas ne pas avoir pour trs spcialement agrable un ouvrage exallant la fondatrice d'une Congrgation voue au ministre de l'enseignement lminin, qui est dj si mritante devant Dieu et devant les hommes Et vous avtz ras l'accomplissement de et Ile noble tche non seulement tout votre talent d'crivain si universellement apprci, mais tout votre cœur de grand chrtien.Sa Sain tet vous en flicite li-, ihaleurensemenl. Cependant, les noivelles de votre sant ne lurent pas sans mouvoir le Saint-Pre, qui apprcie trop hautement ks exceptionnels services que votre plume rend la cause de Dieu H de l'g is<, pour ne r, as implorer du Souverain Mst're la g ce de vous (on rver lorigliu;|)S ir.core l'aQeciion u vos ii.m mbrcbles a m s et a miraleur*. Quelle somme imposante de bien vos cri's n'ont i's pas piocure la soc civile l religieuse I Que de bons mouvements, que de sain es aspirations, que de vocations ttme, n'aviz-vous pas inspirs, avec la grce de Dieu, dont vous l'es le fidle instrument, J LUE Les chargeurs sont pris de uc/er cju • 1steamer A Cfio isl ijitei.tlu Port au Prince, venant de Cristobal, Canal Zone, le 27 septembre 13Z Les permis d'embarquement seront dlivrs pour le Irt destination de NewYork et des Ports Europeus sur demande faite ce bureau. Ce steamer partira le m me jour directement pour New-York, prenant trt.malle et nqssagers. Portau Prince, le 8 septem bic 1932. Jas. H. C. VAN REED. Ageut Gnral ,.-. I r^stomc Eldorado A parlir du 15 septembre 1932, la MAISON ne vendra qu'au comptant ou cash, ne devant elle-mme s'approvisionner qu'avec du cash. Tout client n'ayant pas son compte jour est pri de ne pas l'augmenter. La Direction, F. GAIRAUD dans l'me d.> vos lecteurs I Et que de bnfices encore ne sommes-nous pas en droit d'atendie de vie intelligence et de vo're cœ if 1 Aussi, le SaintPre prie-t-il de tout cœur pour le rtabli*ewMf de votre sant. Fermettez-asoi d'ajouter combien j'ai et i particulirement >entrai* votre geste si dlicat, quivousal.ii m'oflrir aussi ce livre exquis, sur saint Pierre Fourier et les Oiseaux, dont la lecture sera si bienfaisante Aux augures teiicitatiuiiii ou SaintPre, je joins cordialement in • p us i i res lOinptiinei is. Si Sjintei me ilnigei.iore d J vous transinelire sa meilleure bndiction. Elle vous b>i il M es spcialement dms votr^ preu ve de sant. E' el e leud ses bndictio il tou e votre lamille. Veuilhz agrer, Monsieur, IhoinmHge. de ma haute considration et de mon religieux dvouement en Nolre-S-igueur. E. cardinal PACELLI. N'ACHETEZ QUE LE MF RM Fontaine Meilleur el meilleur march que arlicle import. bn venle au dpl de la Distillerie de l'Aigle, prs la Banque Nationale, et chez SIMON VIEUX PRIX DE DTAIL GDE8 2 25 U BOUT GH PICOULET 1.25 U DEMIE BAZAR NATIONAL PRIX SPECIAL POUR VENTE EN GROS V -..s . .ci ces mitffes 4i chaleur, un pr? opriet de la contenance de vingt sept p eds et demi ife liirie; trente pieds au tte oppos Est,sur une protondeur de deux cents quatre vingt sept pieds aux cts Noidet Sud, borne savoir: au Nord, r ar le docteur Vie tor Laurenceau ; au Sud, par le vendeur; l'Es, anciennement par la veuve Nuraa Gui guard et l'Ouest, par l'avenue Nord Alexis.suivant plan et procs-verbal de l'arpenteur Lazare Dubois, en date du vingt et un mai mil neut cent vingt neuf, enregisti.-Telle d'ailleurs que cette proprit se poursuit.se comporte el s'tend,sans aucune exception ni rserve. La dite vente se fera sur la mise prix de Sept cent quatre vingt douze gourdes, y ( uni pi is les honoraires usuels des avocats poursuivants et oulre les tha'ges de l'enihre... G. 792 00 A la n qute de Mlle Louise Saugosse, propritaire, demeurant et domicilie Portau 1 rince, ayant pour avocats M fs H. Baron et J. C. ( lermont, avec lection de domicile au Cabinet des dits avocats, sis en celte ville, rue Roux, No 537, Contre le sieur Ambroise I", drique,demeurant PortanPriuce, dbiteur hypothcaire. Pour plus amples renseignements, s'adresser Matre Dieudonn Charles, dposi taire du Cahier des Charges ou aux avocals poursuivants Le prsent placard annule celol du U septembie. Port-au-Prince, le 7 Septembre 1932. Idal rhum ALIX ROY 30 annes de succs. (Sign) H. BARON, av. Match de boxe Dimanche 11 Sept, prorhain il y arra, au Porc Lrconte %  in match de 1 oxe, en 10 rounds entre MariusLangeois et San Pedro (T'iidad). L entre sera de 50 eus. lyii I Granl IbUca Accidents .'I septembre ]W1 Fleurantin Moral, l i un 10e Macajom. Blaesare lger* du creux poplit (hosj itali.i). Champagne Louis, 22 aar, Ptiou-Vilit. Btca ures contu.-e du Iront, de la ratine du i t z gauche, de la lvre suprieure, hiiiaioine du Iront. Rsia Joeph, 18 ans quartier S Antoine. Bilure 1er degr ou dos de pied gaudie. Antonio Gaston, ."tO ans, Poriau-Prince. Corps tranger dans la paupire Miprieure droiie. Mrante Lafontant, 23 ans. (> and Rue. Blessuie contendtnte de la lvre suprieure. Saintlise Baptiste, 12 ans, Sarlhe. Fracture double de l'avant-bras droit ( hospitalise ). Flix Bonaventure, 22 ans, rue Rvolution.Bltssure contuse de la bouche. Thrancia PamLhile, 68 ans, Croix-des Bossales ontusiou de la rgion Irontale. umesfo Enfantes i Sont Mieux traites Extrieurement Arrctez-les en une nuit.Ne"droguez" pas; frictionnez l'heure du coucher VJCKS W VARORUB Pour Tout Refroidissement I m m ru Cin-7aUy CE SOIR Mathias Sandori a\tc Romaald J<>i<>; Balcon : 1,00. DEMAIN SOIR Sur demande de nombres personnes, irrvocable dernire du beau film : Le Collier de la Reine d'aprs Alexandre Dumas. Interprt par : Marcelle Chantai, Georges Lannes, P. Fb .; avec Jean Weber (de la Comdie Krancmse) et Diana Karen.it. Entre : 2, .'! et 1 gourdes. c LAITERIE BAILEY Livraison propre, hyginique.en bouteilles hermtique meut cachetes, I abri de toute lulsitication. Transport lait eu retrigraleurs roues. N 1313, Graud'P.ue, Port-au-Prince. •'.. HUILEDERICIN Inodore' et sans saveur A. de MATEIS & Co Agents poui (Hati) fort au-Pnuce, llaiti Grande Baisse I Sl I NSI \ Avise les consommateurs de son LAYl qu'il a rduit ses prix comme suit : LAIT CONDENS SUCRE CAISSE OE 48.14 LAIT CONDENS SUCR . OF 740.3 LAII VAPOR DE 48,16 LAIT VAPOR DE 96.8 %  Rappd. z vous <|ne le HIT CONDENSE, EVV'OHI-et m POUDRE HSBESSBN est le meilleur, le plus pur et le plus riche en crme II est recorimuud p 9.10 DTAIL 0,04 1 5.00 DTAIL 0.11! 1 6,40 DTAIL 0.0? t if -••>* % %  'I.-**" JZ*. • H



PAGE 1

Jeudi 8 Septembre 1932 Le Malin 2beine ANNbE N' iVi Port-au-Prince Tlphone : 2242 4 PAGES Lykes Brothers SS G lnc c > Texas -Hati — Santo uomtngoPorto IU Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et tt entre les ports du Gole du Texas directement avec 1 ort-au-Prince, Hati. Pour la rception rapide et le maniement habile de: vos importations, servez vous toujours des navires de la LYKE UNE. Les prochaines arrives a 1 Port-au Prince sont* Steamer Tullie Lyke 9 septembre !932 Steamer Margaret Lykes 15 sept. 1932 Steamer • Almeria Lykesi 23 septembre 1932 Steamer Genevive Lykes tQ settmbre lj2 Ueamer Hulh Lykes s 7 octobre 1932 bureau: Rue du Magasin de l'Etat. Boite Postale B ti g AVISl AU COMMERCE La Panama Hailroad Stea mship Line a l'avantage d'an roncer les dparts suivants de New York pour port-au-prince Haiti, directement charme mardi. Tous;les steamers sont pourvus de chambre friaori'inue Dparts de hew \ork. Arrivages Pon au-mnee. Steamer •'Guayaqnil" le 7 septembre le 13 septembre 19..2 Steamer "f.ristobal" le 13 septembre le 18 septembre 1032 Steamer "Buenaventura" le 20 sept. le 2(5 sept. 1932 Steamer "Ancon" le 24 septembre le 29 sept. 1932 Panama Railroad Seampship Line J JasH. C.VANREED agent Gnral HOTEL KAUAM Lneconfortable succursale de Palace Holel, Kensr\ koff — Pour la saison d't, vendez-vous chez A.J. Karam, Kenskoff, o vous seiez servi souhait. Excellentes conditions. PUBLIEZ PUS DE FIE UN PETIT TOUR A TERRACE-GRDEN Chez W. KAHL j Petionville 1.000 pieds d'altitude L'tablissement le plus frais des environs de Port au -Prince. Seulement 15 minutes d'auto sur une eicellenlroOM asphalte. Vues merveilleuses de la ville et du |/)rt. Boissons de toutes espces. DIRS GOUTERS SANDWICHS t irrangeipnjs particuliers pour les pensions de jour de semaine ou de mois CE QUI N*A JAMAIS T FAIT CE OUI NE PEUT TRE DEPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Vente PHARMACIE F. SEJOURNE Angle des rues houxi I du Centre. Grand Htel de France P. P. PATRIZI, propritaire Cet tablissement se recommande par un service irrprochable, un restaurant de premier ordre, des chambres confortables el ares ; un Bai o les consommations sont varies et des marques les plus reputecs. Tlphone : 2341. Votre premire visite A L'HOTEL ANSOXIA Nous donnera raison, confirmera vohe bon jnge- ment, justifiera la confiance ^ue vous nous an rem accorde en nous garantissant votre apprciable uatioungt l'Htel. le plus slect de Port-au -Prince. | Nous vous suggrons d'arrt! votre chambre d'avance.' Bire la pression. INSTITUT Guy-Joseph-Bonnet Prs du Monastre St Grard Sous la direction du professeur Luc DORS1NVILLE, /iom. me de lettres, historien et gographe, et d'un groupe de Matre d'lite, plusieurs diplms d'Universits trangres— Cours classiques. — Cours pratiques— Site idal — Confort moderne et hyginique —Vastes terrains de jeux divers— Aux derniers examens oti iels pour l'obtention du baccalaurat, l'tablissement a ! class parmi les trois premiers I La rentre aura lieu le lundi 4 Oct. prochain Prix d'colage meilleurs que dans les autres collges de mme grade 1 On trouve l'Institut, commme dans tou'es les bonnes libni' ries, les livres classiques du professeur Luc Dorsinville: Couis Prpaiatoire de Gographie Cours Elmentaire de Gographie — Allas Cours Moyen de Gographie Atlas. Aidez par ailleurs l'emploi gnral de ces livres.c'esl pour le bien moral et patriotiqu de la jeunesse du pays,en les taisant acheter par tous les petits llaieus. AVIS Mr Louis Henry Durand remercie bien vivement les nombreux amis qui sont venus e voir en prison et leur demande, afin d'viter dn dceptions pareilcs celle d hier, de bien vouloir disconliimr leurs visites, jusqua ni uvel ordre. Port-au-Prince,le 5 septembre 1932. L. Henry DURAND CLIGNE COLOMBIENNE ) Tlphone: N 2323 Le vapeur i Barocoa Voy.. 107, venant directement de New York, sera ici le 13 cil. en route le mme jour pour les ports colombiens, r.rislohal.f. /., Kiugston et NewYo.k I e manileste de ce navire revu par avion poste est la dis| osilion des clients dans nos buieaux sis angle* des rues du Quai et Thomas Madiou (vis' vis de la Douane), Le vapeur cBogota V'oy106, partira de New-York le 14 courant, directement pour Poit -:i" Prince o il est attendu le 20 septembre prochain, eu roule pour les ports coI lombiens, Cristobal, Canal j Zouc. Kingston et New-York. ASSUREZ-VOUS a la General Accident Pire & Lite Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) Lar ta GENEPAL est une des plus puissantes et d,es plus vastes organisation le ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son cha np-d'action qui embrasse le monde r ^ ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns pa Ses | olices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, use a autrui dans sa personue ou dans ses biens. *\c Poli .... Y4.. _:i: %  : . ._ r la foudre dommages e sont pavables en Hati. entier, tous les voyapolice contre accidents. que de 1/2 / 0 soit 20 dollars 0. C """" ,u p"c auuuene u eiani que de 1/2 / 0 soit 20 dollars o. Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves SOUS CENTS Agent Gnral pour Haiti. Hort-au-Pnnce. IG. G1LG JEAN BLANCHETJrmt LE FAITES! INCONTESTABLE ah a i*l II e i AU BON MARCH %  (A B0LT) Vous trouverez du beurre Yo y .io3venantdeNewYo,k des Purnes, Irachemenl :stat-.: • ' Le vapeur Martii iuue et des ports du Nord est . y %&ifLi&$k ] a rriv par le steamer • 5fles pi ns du Su f. Pull au-!*rince, 1932. William E. BLEO. Agent. t JWM mm % %  - — • %  %  % %  -^ %  r -* — — — — — -h 5 se f i]Dominaae% des prix trs \avantayeux. J C'est la quintessence des meilleures jvarits de cannes d'un vaste territoire J runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ' fc % 



PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUR 1358. RLtAMERICAINE 1358 TELEPHONE N 2242 Le malheur de l'galit, c'est que nous ne la voulons qu'avec nos suprieurs. —J Ueir^BECQtK „ 26 me ANNEE N 7767 % % % % % % %  % %  " 1 ^ PORT-AU-PRINCE (HATI) JEUDI 8'SEPTEMBRE 1932 Le contrat de la Compagnie Nationale des Chemins de fer d'Hati i — o Loterie Nationale d'Hati 416, Rue Bonne.Foi, Phone : 3353^ La Loterie Nationaled'Hati est une institution hautement humanitaire par la multiplicit d œuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de bien tre offerte aux honim s d> tontes contft'tons 4e fortune. Employs Functioun ii -s, 0 i. ters, Artisans. S.l iria de ous ordres, Gens de muisou ( domestiques, Il y a Vingt-cinq ans LE MATIN, S Septembre Util. PETtOH • VILLE r a&r~ t\> Nous avons dj eu dire sent pu continuer tant bien Quel gros morceau reprsente que mal, en attendant que Dourle pays le contrat de la Port-au-Prince et les au Ires National Kailroad actuelle • points intrieurs pussent tre ment en instance devant le relis convenablement Et le Corps lgislatif, en exprimant Pays n'aurait pas sur le dos noire tonncmenl qu'il ait pu une sempiternelle histoire avoir t vot d'un cœir si Me Donald Farnham. lger par la majorit de la Etl celte mme anne 190(> Chambre des Dputs. Afin o elle acheta la ligne Gdede permettre aux lecteurs de Rivire Cap, la Compagnie se faire une juste ide de ce Nationale avait obtenu le mitcontrat, qui est le troisime, nopole d'une ligne Port-au I depuis 1900, que l'exploitaPrince-Cap Hatien par tdelionditeMc-Donald Farnham Kivire-St. .Raphal-Pignonintroduit devant le CouverHinche, Lascahobas, Mireba* Dment hatien et que, seul, lais, Cabaret avec embranche l'appuidu Gouvernement amment sur Arcahaie. Tandis fjeain a pu, chaque fois, em que, pour toutes les concespcher de mourir, noua allons stons antrieures, le cot kiRentiers, capitalistes, comme en jouant, augmente! votre avoir. Vous tous qui habitez Haiii, rendez-lui service en ache ant le billet de la LOTEIUK N\TlONALE D'HATI. hrt.*t. tire un historique rapide de lomlrique avait t fix la question. 10.000 dollars, ce cot devint Eh juillet 1904, Mr Rodol 20.000 dollars avec les lignes de Service Darligue.Le Ministie e Gardre signait avec le unifiea, a partir de 1910, Saiomon, en prsence de l'exci— Le 25 Aot dernier il a t procd dans le Jour de la Banque Nationale de la H. d'il, au brlement de 100.000 gourdes de billets dtriors, scion les prescriptions de la loi. — A Damiens, une altercaV\r\ lion s'est produite entre le I)iL/v* recleur Dr Pressoir et le chel — On reparle d'une nouvelle tranche de l'emprunt de 10 millions. rnieres Nouvelles quelles tout le monde rpon %  dra. Dans la soire, la Musique le la Place se fera entendre • pour cl tirer gatmenl celle %  ff [excellante journe de fte. I swaciwwM %  %  -• met notamment de la noie allcmnn ry.St.-MiehclelM.issadc.avcc janvier P.) 0. [ matres. embranchement sur Gros • En 1913,les lignes suivantes — Hier malin, comme c'tait de sur l'galit des armements. Morne. Ce contrai devin!, en Ctaieullivreei "exploitation: | annonc, le Cabinet a dpos On croit savoir que Mr Herriot, 1905, la proprit de la Gom • Port-au-Prince — Saint Marc, sur les bureaux de l'Assemble naenie Nationale (Ici ClicGonaives—Ennery, Cap HaiNationale le nouvel accord similis de Fer d'Hati. licn-Babon, lesquelles regn avec leaEtats-Unis. Anlrieuremenl, une Cornprsentaient un total de 177 | .-.^ur les plages dhurope, col tait de dsespoir, hurlant sars discontinuer: Au secours! Au secours la L'auto traversa le Portail Jenn Ciseaux sans ralentir, mais tes cris de lu malh -i reuSS avaient alert d<*s Gaules du poste voisin qui, fl tirant une infamie, se Itncrsnt la pour* suite des ravisseurs. Un quart d'heure plus lard, le chauibur il son ami, ainsi que la cap'ive, enfln hors de danger, 'aient, sous bonne escorle, conduits au Poste. Nous ne saurions trop I (tlciter les Gardes du Poste • d'avoir si bien compris leur Les journaliste qui sont, ,evoir H ,|e s '>' rsident du Conseil et ministre des afin ires trangres, soumettra ses collaborateurs le texte de la rponse l'Allemagne. — Le rapide Paris-Vinlimille a draill pies de Marseille. 1U blesss dont 5 grivement. — Les stocks de laine diminuent Koubaix el Tourcoing. BELGIQUE—L'ingnieur Cosyns, aide du professeur Picard, a l dcor de I Ordre de Lopold. — La commission des finances a adopl le projet du gouvememenl sur l'emprunt. ANGLETERRELa noie allemande est I objet d'une lude approfondie. [TALIE--L'Italie semble vouloir accepter les revendications du Reich sur l'galit des arrnerines trangres pour la cuisine. Le chef de la prison, pour ne pas voir mourir ses pensionnaires, s'es! empress ,de signer un contrat avec les l sines (i foanlyue, de PortaurPrince et de St.-harc qui lui fournil ont le prcieux produit. Aussi, depuis hier, nos ni d heureux conifres sont aux anges. Ils ont retrouv leur chre hantgue nationaliste. Bravo mauvais coups, perdent jamais le gol de taire (i de la morale 11 des lois... Les ravisseurs toiveu! graver la sellctlecriminelle, sinon, toi ou tard, nouj Barons dplorer, chez nous, des chantages criminels dans le nenre de l'enlvement et de l'assassinat du bb Linbergh. m Bec-Fin. nner numro du journal Le mente. Par contre, la France Centre , grand hebdomadaire de (> pages, sous la direction de MM.Max Hudicourl et Lys Darliguenave. — A l'Hpital Gnral llaI Angleterre el les Etats-Unis marchent ensemble. Le prsident du Snat italien est arriv Berlin. Il y sjournera quel ques jours pour s'entretenir alien.ilnyaeu que 5 morts les V ec un certain nombre de permet 4 Septembre. sonnaHts politiques. Dans son premier dis_. La contrence de Streza. cours de campagne.le Prsident q „j ( i () j| parachever I œuvre de Hoover laisse sous-enlendreque Lausanne el tudier les mesures le parti rpublicain prconise ncessaires la reconstruction maintenant une politique de conomique el commerciale de non-isolement des affaires monl'Europe Centrale et Orientale ( udes. Il s y avre, en outre, scsl ouverte sous la prsidence dans I ordre conomique, prode Mr Georges Bonnet. 15 nalectionuiste impnitent. Par la [ions participent cette contI l l>. I I I l I I I < t I 1 il .. ,., > M. I ... /. i ECHOS —0— A Furcy, le Prsident Vincent a t'ait flchir la consigne de ne recevoir personne, en faveur le Messieurs Dan i Munro et De La Hue, qui se sont entretenus avec lui un instant de choses importantes, certainement, que rtablissement du Champ La Bolivie et le Paraguay accueillent les chmeurs anglais seils leurs drapeaux respectifs, en vue de leur guerre.Dix mille britan liq M ,,:lt H Bolivie, cepen tjur l ; %  i aguay prfre les in *r Wuatreb irlandais. — La dlicieuse et si intelligente vedette Jacqueline Wiener-Sylvera nous a dit au boni du fil, en rponse l'un de nos chos, que c'est contre son gr qu'elle a interrompu le rythme de ses soires thlrales.La cause en esl que les nouveaux propritaires de Varits y font de gran.ies rparations. Aussitt (pie rtablissement du Champ de Mars sera poinl.elle lchera de reprendre ses activits artistiques, pour la dilection de son gentil et indulgent public. Faites donc vile, Messieurs de Varits, Port-au-Prince esl impiilient d'applaudir encore son toile et ses satellites. prohibition, il calbinde •> et dclare que ce sera l'affaire des rglements intrieurs de chaque Etat. — Des lots gagnants n'ont pas t rclam? lors de la kermesse de Kenskoff.Ce sont les nu mros 14 : une boite de chocolat,— 2(5 : un lerblanc de biscuits,-21 : un coupon de soie pour pyjama.Les dlenteurs de ces billets peuvent rclamer chez Mme Itaoul Gaetjens Kenskol. — Lundi la Chambre des Dputs a t vote la loi organisant 1 Enseignement rural. — On signale l'attention du Service d'Hygine qu' Mont Bouis on observe des malades avec des boutons d'un caractre douteux . Nous esprons que l'actif et gnreux Docteur Kulx Lon jettera un coup d'oeil par l. — Le professeur Luc Dorsinville prpare une grammaire j l'usage des Ecoles hatiennes. — La pergola du Champ de Mars a beaucoup de succs. rence. CHINE — Le Gouvernement Franais interviendrait pour empcher le conflit sino-japouais dans le cadre de la Socit des Nations. ALLEMAGNE La rforme conomique du Chancelier Von Propos humides ... voit que le cher dput du Mole St. Nicolas. M. Li^onH, • esl enfin tci.l reprei dre son sige a la Chambre. (> n'est ne trop lot. O.i tait iatiguA d'entendre, l'aposl nominnl. l'ternel: Ligond'.' — Absent? Enfla, le voila de retour, cher Dumoulel. Nous -lions donc pouvoir rsppren 're le timbre de t> voix harm< nieuse comme le laineux si/nchrunisme de ton collgue Pion, (juand mme, lu montes,Ligond, d'tre grond] .. voit qu'un petit scandale vieni encore d'clater a Oamiens et qui met aux prises le Directeur gnral Pressoir el le Directeur Dartigue. Nous croyons savoir que dornavant revendications du Reich Faite publiquement par une personne autorise, Le peuple allemand attend avec impatience la rponse franaise. On donne A entendre, dans les cercles diplomatiques allemands que celle rponse est attendue a Berlin jeudi soir. — Le ministre des affaires trangres du Reich a fait salapenva tre ralise par d voir quelle rgime actuel de l'AIcret loi.De nouveaux impts ( I lemagne est incompatible BVSC milliard et demi ) vont entrer I l'honneur allemand et sa scuen vigueur. Les grands capita-i rite. listes allemands sont satisfaits. | Trois avions militaires anl ar contre, les socialistes pro-lglais ont survol la cte alletestent nergiquement contre le] mande. La presse nationaliste programme gouvernemental. ] d'Allemagne tabli) une relation Adolf Hitler l'ail annoncer qu'1 lllllv ce fl vis,le l '' 'Xercice est prta une entente pour la! lil dtense arienne qui s'accomplit actuellement avec la Knlin I le Ministre Blaocbel a lu lner l'Assamble Nationale les dispositions du nouvel Accord, lorli des conversations du Ministre Amricain et de notre Dparlemenl d-s Relation* Extrieures.. Ton! y est, sinon pour la mieux, du moins pour le inous mal., puisqu'enfln de compte, on substitue la Convention huuiilimita (|u 191.')... les rcents accords et ententes reeniinenl spprou< v par IM doux gouvernement .. les chels de service, el mme equ'on lui vend.chaque anne la (,re de l) p ectlO0 suprieure, production de RHUM CACHET D'OR non' pas le droit de laire ou de laineuses distilleries de SAUrecevoir de communication tlphoniq le, ri non en prsence du Docteur Pressoir. D'autre par, il nous revient que l'on a monte i onlre le Docteur, el ls son arrive la Direction, une lact'OO, habile el sournoise. qui vise miner son autorit. (J telle est celle maldiction qui plane sur Damiens pour que, .l'inslilution agricole, il se soit si irrmdiablement transform en club politique avec dsi prjugs de clan, et mme de couleur? Damiens est dsormais un danger social... Il Imi rformer la mentalit lodale de son personnel. THE.... L'Assamble Nationale*Juge cette e\ienee intolrable., et' u ns commission :i l en consquence dsigne, pour statuer sur cette cl.-use litigieuse. • il est prt a une entente | dtense de l'arme allemande. Le centre catholique est dcid agir pour assurer la dtense du rgime parlementaire. Le mmoire allemand, sa c c 0 m p agnaot de dclarations catgoriques, a l publi hier Berlin. Le Gnral Von Schleicher, .tans un discours proilOUC dans la fuisse Orientale, a rclam k droit d'organiser une milice. C'est la premire allusion aux participation de la marine allemande. — Le Heiohstag esl convoqu pour le 12 septembre. Poui la lecture de la dclaration ministrielle du chancelier Von Papen. Le prsidenl Von Hindenburg rentrera Berlin v< ndredi son el recevra, samedi matin, le prsidenl du Reiclisiag ainsi que les membre du bureau. ... voit que les poux Kernand Vloreau ne tiennent pas avoir gagner le gros lot de la Loterie Y itionule el nous prient de rect.fier ce sujet noire information d'hier. C'est prudent. Nous re lifions donc, en regre!'an que la fortune se soil uoe lo's de plus trompe d adresse. Souhaitons que ce contretemps a'i IL de pas trop les moraux les poux .Vloreau. ... voit que Rsc : ''' b l'[inpe championne ie 1932 n t princirement lie aux Cayes. Coula Ux Hou sur toute la lignes porte le daehe ecIho isia le 'pie ileuriquez vient de ucevou de ^aito Rgnier, tJL


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07099
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, September 08, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07099

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR '
1358. RLt- AMERICAINE 1358
TELEPHONE N 2242
Le malheur de l'ga-
lit, c'est que nous ne
la voulons qu'avec nos
suprieurs. J
Ueir^BECQtK
26 me ANNEE N 7767
"1^
PORT-AU-PRINCE (HATI)
JEUDI 8'SEPTEMBRE 1932
Le contrat de la Compagnie
Nationale des Chemins
de fer d'Hati
i
o
Loterie Nationale d'Hati
416, Rue Bonne.Foi, Phone : 3353^
La Loterie Nationaled'Hati est
une institution hautement humanitaire par la multiplicit
d uvres qu'elle se propose d'aider, une chance de bien
tre offerte aux honim s d> tontes contft'tons 4e fortune.
Employs Functioun ii -s, 0 i. ters, Artisans. S.l iria de
ous ordres, Gens de muisou ( domestiques,
Il y a
Vingt-cinq ans
Le Matin, S Septembre Util.
PETtOH VILLE
ra&r~
t\>
Nous avons dj eu dire sent pu continuer tant bien
Quel gros morceau reprsente que mal, en attendant que
Dourle pays le contrat de la Port-au-Prince et les au Ires
National Kailroad actuelle points intrieurs pussent tre
ment en instance devant le relis convenablement Et le
Corps lgislatif, en exprimant Pays n'aurait pas sur le dos
noire tonncmenl qu'il ait pu une sempiternelle histoire
avoir t vot d'un cir si Me Donald Farnham.
lger par la majorit de la Etl celte mme anne 190(>
Chambre des Dputs. Afin o elle acheta la ligne Gde-
de permettre aux lecteurs de Rivire Cap, la Compagnie
se faire une juste ide de ce Nationale avait obtenu le mit-
contrat, qui est le troisime, nopole d'une ligne Port-au I
depuis 1900, que l'exploita- Prince-Cap Hatien par tde-
lionditeMc-Donald Farnham Kivire-St. .Raphal-Pignon-
introduit devant le Couver- Hinche, Lascahobas, Mireba*
Dment hatien et que, seul, lais, Cabaret avec embranche
l'appuidu Gouvernement am- ment sur Arcahaie. Tandis
fjeain a pu, chaque fois, em que, pour toutes les conces-
pcher de mourir, noua allons stons antrieures, le cot ki-
Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmente! votre
avoir.
Vous tous qui habitez Haiii, rendez-lui service en ache
ant le billet de la LOTEIUK N\TlONALE D'HATI.
hrt.*t.
tire un historique rapide de lomlrique avait t fix
la question. 10.000 dollars, ce cot devint
Eh juillet 1904, Mr Rodol 20.000 dollars avec les lignes de Service Darligue.Le Ministie
e Gardre signait avec le unifiea, a partir de 1910, Saiomon, en prsence de l'exci-
Le 25 Aot dernier il a t
procd dans le Jour de la
Banque Nationale de la H. d'il,
au brlement de 100.000 gour-
des de billets dtriors, scion
les prescriptions de la loi.
A Damiens, une alterca- V\r\
lion s'est produite entre le I)i- L/v*
recleur Dr Pressoir et le chel
On reparle d'une nouvelle
tranche de l'emprunt de 10
millions.
rnieres
Nouvelles
quelles tout le monde rpon
dra.
Dans la soire, la Musique
le la Place se fera entendre
pour cl tirer gatmenl celle
ff [excellante journe de fte.
I
swaciwwM
-
met
notamment de la noie allcmnn
ry.St.-MiehclelM.issadc.avcc janvier P.) 0. [ matres.
embranchement sur Gros En 1913,les lignes suivantes Hier malin, comme c'tait de sur l'galit des armements.
Morne. Ce contrai devin!, en Ctaieullivreei "exploitation: | annonc, le Cabinet a dpos On croit savoir que Mr Herriot,
1905, la proprit de la Gom Port-au-Prince Saint Marc, sur les bureaux de l'Assemble
naenie Nationale (Ici Clic- GonaivesEnnery, Cap Hai- Nationale le nouvel accord si-
milis de Fer d'Hati. licn-Babon, lesquelles re- gn avec leaEtats-Unis.
Anlrieuremenl, une Corn- prsentaient un total de 177 | .-.^ur les plages dhurope, col
tait de dsespoir, hurlant sars
discontinuer: Au secours! Au
secours la L'auto traversa le
Portail Jenn Ciseaux sans ralen-
tir, mais tes cris de lu malh -i -
reuSS avaient alert d<*s Gaules
du poste voisin qui, fl tirant une
infamie, se Itncrsnt la pour*
suite des ravisseurs. Un quart
d'heure plus lard, le chauibur
il son ami, ainsi que la cap'ive,
enfln hors de danger, 'aient,
sous bonne escorle, conduits au
. Poste. Nous ne saurions trop
I (tlciter les Gardes du Poste
d'avoir si bien compris leur
Les journaliste qui sont,,,evoir. H ,|e s'>' en prison huit, nous dit-on laVeC aclm, el intelligence.
la
)!
'ii
Votre cuisine,
Madame...
00 -
i grve de la faim. Pourquoi? \m^ d'aa'rfl Pirt.f" estimons
arec qu'a., pnitencier na ,..... que certains chaulleuis, sans
onal, on se serl de marga- iau,ralil et toujours prts ni
pagniedu Chemin de Fer du kilom 230.
Nord, reprsente par Mr J. En couverture de la valeur
Eusbe, avait obtenu, en 1898. reprsente parce rseau sur
la concession et l'exploitation la base du cot kilomtrique
d'une ligne de chemin de ter de 20.000 dollars, la Compa-
Cap-Halien -Grande-Rivire gnic Nationale, avec la ga-
d Nord. Mais, en 1904, par ran'.ie du Gouvernement ha-
suite de difficults qu'il est lien, mit 36.720 obligations
inutile de rappeler, le Gou-de 96dol.53, soit ensemble
vernement frappait de iorclu- dol. 3.514.581.00.
lion ce dernier contrat. Coin- En 1.'14, en raison des
mla ligne n'avait alteintque troubles civils que traversait
La Tannerie, distante de la le pays, d'une pari, el. d'autre
Grande-Rivire de 11 kilom. part, les propres difficults
et du Cap, de 12 kilom, la del Compagnie, celle-ci de-
section TannerieGde-Pivi- cida de suspendre ses travaux
re du Nord tut acheve par d'tablissement des lignes,
le Gouvernement hatien lui- Devant cette circonstance qui
mme. ne fut pas le rsultat dun
En 1906, la Compagnie Na- accord avec le Gouvernement,
tionale des Cliemins-de-fer eelui-i dcida de suspendre
acheta pour 75.000 dollars, du le paiement de la garantie de
Gouvernement, cette ligne (i o/o d'intrts. Il delera, en
Cap-Haitien-Gde-Rivire et mme temps, 1 tude de la
c'est ainsi tflie furent unifies question une commission
les deux lignes en un seul compose de Messieurs Justin
reseau qui devait relier toutes Hou/.on, Louis Horno et I no
les reliions Ouest-Artibonite mas Piice : sur le rapport de
Nord avec, pour centres prin-
cipaux, Port-au-Prince,- Hin -
cette commission, la conces
sion fut dclare frappe de
forclusion et mise aux en-
chres.
L'intervention de la Lgation
amricaine empcha celle
vente d'avoir lieu; mais quand.
die, Cap-Haitien.
Le mieux, dit on, esl par-
fois l'ennemi du bien : sans
un tel arrangement, qui ne
devait pas comprendre moins
de vingl-eUune sections,sans pour sauver les apparences,
compter deux sections sup* la Compagnie, a la laveui de
plementaires devant relier celle intervention, reprit son
Gros-Morne et Porl-de-Paix fonctionnement, le iouverne
pur Bassin Bleu, les lignes an- ment hatien la laissa tau
lrieures GonaivesHlnebe Itou te seule sans exercer
i Rodolphe Gardre) et Gde- elle aucun contrle.
Rivire-Cap (J. liusbe) eus-( (A suture).
sur
t, les baigneurs et baigneuses
ont renouvel la mode des
Peaux-Rouges de se peinturlu-
rer le corps en couleurs vives.
On y voil des seins vert-ten-
dre, des dos rouge-vif, des
postrieurs lilas.des cuisses d'ar-
gent, des pieds amarante et tou-
te la gamme. En revanche,
Deauville.il y a eu un concours
du plus beau ngre, d'o sont
exclus les vrais qui seraient as-
surs de la palme, naturelle-
ment.
Dimanche, Furcy, messe,
procession, premire commu-
nion.pique-mque.On se prpare
grimper l haut, en large
bambitaqe .
C'est samedi 17 Septembre
prochain que paratra le pre
> rsident du Conseil et minis-
tre des afin ires trangres, sou-
mettra ses collaborateurs le
texte de la rponse l'Allema-
gne.
Le rapide Paris-Vinlimille
a draill pies de Marseille. 1U
blesss dont 5 grivement.
Les stocks de laine dimi-
nuent Koubaix el Tour-
coing.
BELGIQUEL'ingnieur Co-
syns, aide du professeur Picard,
a l dcor de I Ordre de Lo-
pold.
La commission des finan-
ces a adopl le projet du gou-
vememenl sur l'emprunt.
ANGLETERRE- La noie al-
lemande est I objet d'une lude
approfondie.
[TALIE--L'Italie semble vou-
loir accepter les revendications
du Reich sur l'galit des arrne-
rines trangres pour la cui-
sine. Le chef de la prison,
pour ne pas voir mourir ses
pensionnaires, s'es! empress
,de signer un contrat avec les
l sines (i foanlyue, de Port-
aurPrince et de St.-harc qui
lui fournil ont le prcieux pro-
duit. Aussi, depuis hier, nos
ni d heureux conifres sont
aux anges. Ils ont retrouv
leur chre hantgue nationa-
liste. Bravo '
mauvais coups, perdent jamais
le gol de taire (i de la morale
11 des lois... Les ravisseurs
toiveu! graver la sellctlecrimi-
nelle, sinon, toi ou tard, nouj
Barons dplorer, chez nous,
des chantages criminels dans le
nenre de l'enlvement et de
l'assassinat du bb Linbergh. m
Bec-Fin.
nner numro du journal Le mente. Par contre, la France
Centre , grand hebdomadaire
de (> pages, sous la direction de
MM.Max Hudicourl et Lys Dar-
liguenave.
A l'Hpital Gnral lla-
I Angleterre el les Etats-Unis
marchent ensemble. Le prsi-
dent du Snat italien est arriv
Berlin. Il y sjournera quel
ques jours pour s'entretenir a-
lien.ilnyaeu que 5 morts les Vec un certain nombre de per-
met 4 Septembre. sonnaHts politiques.
- Dans son premier dis- _. La contrence de Streza.
cours de campagne.le Prsident qj (i()j| parachever I uvre de
Hoover laisse sous-enlendreque Lausanne el tudier les mesures
le parti rpublicain prconise ncessaires la reconstruction
maintenant une politique de conomique el commerciale de
non-isolement des affaires mon- l'Europe Centrale et Orientale
( udes. Il s y avre, en outre, scsl ouverte sous la prsidence
dans I ordre conomique, pro- de Mr Georges Bonnet. 15 na-
lectionuiste impnitent. Par la [ions participent cette cont-
I l l>. I I I l I I I < t I 1 il .. ,., > M. I ... /. i
ECHOS
0
- A Furcy, le Prsident Vin-
cent a t'ait flchir la consigne de
ne recevoir personne, en faveur
le Messieurs Dan i Munro et
De La Hue, qui se sont entrete-
nus avec lui un instant de cho-
ses importantes, certainement, que rtablissement du Champ
- La Bolivie et le Paraguay
accueillent les chmeurs anglais
seils leurs drapeaux respectifs,
en vue de leur guerre.Dix mille
- britan liq m ,,:lt
h Bolivie, cepen
tjur l ; i aguay prfre les in *r
Wuatreb irlandais.
La dlicieuse et si intelli-
gente vedette Jacqueline Wie-
ner-Sylvera nous a dit au boni
du fil, en rponse l'un de nos
chos, que c'est contre son gr
qu'elle a interrompu le rythme
de ses soires thlrales.La cau-
se en esl que les nouveaux pro-
pritaires de Varits y font de
gran.ies rparations. Aussitt
(pie rtablissement du Champ
de Mars sera poinl.elle lche-
ra de reprendre ses activits
artistiques, pour la dilection de
son gentil et indulgent public. -
Faites donc vile, Messieurs de
Varits, Port-au-Prince esl im-
piilient d'applaudir encore son
toile et ses satellites.
prohibition, il calbinde > et
dclare que ce sera l'affaire des
rglements intrieurs de chaque
Etat.
Des lots gagnants n'ont pas
t rclam? lors de la kermes-
se de Kenskoff.Ce sont les nu
mros 14 : une boite de choco-
lat, 2(5 : un lerblanc de bis-
cuits,-- 21 : un coupon de soie
pour pyjama.Les dlenteurs de
ces billets peuvent rclamer
chez Mme Itaoul Gaetjens
Kenskol.
Lundi la Chambre des
Dputs a t vote la loi orga-
nisant 1 Enseignement rural.
On signale l'attention du
Service d'Hygine qu' Mont
Bouis on observe des malades
avec des boutons d'un carac-
tre douteux . Nous esprons
que l'actif et gnreux Docteur
Kulx Lon jettera un coup d'oeil
par l.
Le professeur Luc Dor-
sinville prpare une grammaire
j l'usage des Ecoles hatiennes.
La pergola du Champ de
Mars a beaucoup de succs.
rence.
CHINE Le Gouvernement
Franais interviendrait pour
empcher le conflit sino-japo-
uais dans le cadre de la Socit
des Nations.
ALLEMAGNE La rforme
conomique du Chancelier Von
Propos
humides
... voit que le cher dput du
Mole St. Nicolas. M. Li^onH,
esl enfin tci.l reprei dre
son sige a la Chambre. (> n'est
ne trop lot. O.i tait iatiguA
d'entendre, l'aposl nominnl.
l'ternel: Ligond'.' Absent?
Enfla, le voila de retour, cher
Dumoulel. Nous -lions donc
pouvoir rsppren 're le timbre
de t> voix harm< nieuse comme
le laineux si/nchrunisme de ton
collgue Pion, (juand mme, lu
montes,Ligond, d'tre grond]
.. voit qu'un petit scandale
vieni encore d'clater a Oa-
miens et qui met aux prises le
Directeur gnral Pressoir el le
Directeur Dartigue. Nous cro-
yons savoir que dornavant
revendications du Reich Faite
publiquement par une personne
autorise, Le peuple allemand
attend avec impatience la r-
ponse franaise.
On donne A entendre, dans les
cercles diplomatiques allemands
que celle rponse est attendue
a Berlin jeudi soir.
Le ministre des affaires
trangres du Reich a fait sa-
lapenva tre ralise par d voir quelle rgime actuel de l'AI-
cret loi.De nouveaux impts ( I lemagne est incompatible BVSC
milliard et demi ) vont entrer I l'honneur allemand et sa scu-
en vigueur. Les grands capita-i rite.
listes allemands sont satisfaits. | Trois avions militaires an-
l ar contre, les socialistes pro-lglais ont survol la cte alle-
testent nergiquement contre le] mande. La presse nationaliste
programme gouvernemental. ] d'Allemagne tabli) une relation
Adolf Hitler l'ail annoncer qu'-1 lllllv ce"fl vis,le l'' 'Xercice
est prta une entente pour la! lil' dtense arienne qui s'ac-
complit actuellement avec la
Knlin I le Ministre Blaocbel a lu
lner l'Assamble Nationale les dis-
positions du nouvel Accord, lorli
des conversations du Ministre Am-
ricain et de notre Dparlemenl d-s
Relation* Extrieures.. Ton! y est,
sinon pour la mieux, du moins pour
le inous mal., puisqu'enfln de comp-
te, on substitue la Convention hu-
uiilimita (|u 191.')... les rcents ac-
cords et ententes reeniinenl spprou<
v par Im doux gouvernement .. les chels de service, el mme
equ'on lui vend.- chaque anne la (,re de l) pectlO0 suprieure,
production de RHUM CACHET D'OR non' pas le droit de laire ou de
laineuses distilleries de SAU- recevoir de communication t-
lphoniq le, ri non en prsence
du Docteur Pressoir. D'autre
par, il nous revient que l'on a
monte i onlre le Docteur, el
ls son arrive la Direction,
une lact'OO, habile el sournoise.
qui vise miner son autorit.
(J telle est celle maldiction
qui plane sur Damiens pour
que, .l'inslilution agricole, il se
soit si irrmdiablement trans-
form en club politique avec
dsi prjugs de clan, et mme
de couleur? Damiens est dsor-
mais un danger social... Il Imi
rformer la mentalit lodale
de son personnel.
THE....
L'Assamble Nationale*Juge cette
e\ienee intolrable., et'uns com-
mission :i l en consquence dsi-
gne, pour statuer sur cette cl.-use
litigieuse.

il est prt a une entente |
dtense de l'arme allemande.
Le centre catholique est dcid
agir pour assurer la dtense du
rgime parlementaire. Le m-
moire allemand, sa c c 0 m p a-
gnaot de dclarations catgori-
ques, a l publi hier Berlin.
Le Gnral Von Schleicher, .tans
un discours proilOUC dans la
fuisse Orientale, a rclam k
droit d'organiser une milice.
C'est la premire allusion aux
participation de la marine alle-
mande.
Le Heiohstag esl convoqu
pour le 12 septembre. Poui la
lecture de la dclaration minis-
trielle du chancelier Von Pa-
pen. Le prsidenl Von Hinden-
burg rentrera Berlin v< ndredi
son el recevra, samedi matin, le
prsidenl du Reiclisiag ainsi que
les membre du bureau.
... voit que les poux Kernand
Vloreau ne tiennent pas avoir
gagner le gros lot de la Loterie
Y itionule el nous prient de
rect.fier ce sujet noire in-
formation d'hier. C'est prudent.
Nous re lifions donc, en regre!-
'an que la fortune se soil uoe
lo's de plus trompe d adresse.
Souhaitons que ce contretemps
a'i IL de pas trop les moraux
les poux .Vloreau.
... voit que Rsc : ''' b l'-
[inpe championne ie 1932 n
t princirement lie aux Ca-
yes.
Coula Ux Hou sur toute
la lignes porte le daehe ec-
Iho isia le 'pie ileuriquez vient
de ucevou de ^aito Rgnier,
tJL


PAGE i

LE MATIN R Septembre 1932
Un grand vaincu de la passion
par le l'rolesseeur
LCC DOHSIWII.I.K.
Suite et ///. (Vu// Le Matin d'hier)
Taudis qu'il djeune en sa torpeur! La passion de la
compagnie de Bonnet, accou-1 poudre U grise, 1 se aace...
ru m5 de lui par la voie Mais peme prend-il son
lan que le sang sort abon-;

ru prs cie lui pa
d'un navire de commerce, ar-
rive la dernire lettre du g*
trul Toussaint-Louverture :
Soumission ou dmis-
sion Y
Et Andr Rigaud dit son
lieutenant fidle:
J'accepterai, mon cher
Bonnet, la position qu'on me
fait; ce n'est pas moi qui ai
provoqu les vnements.
Pull il 01 donne de prparer
son cheval de bataille... Il sort
des Cayes et s'eu va inspecter
les troupes de son comman
dment.
Mais.Cavaillou, il apprend,
par une lettre de Faubert,
que le commandant de la
garde nationale, Delva.n ino-
pinment ouvert les hostilits
contre Toussaint-Louverture.
en seinparantdu Pet'.t (ioave.
H rflchit longuement, il
hsite.
A*t-il subitement peur?. .
Non, c'est un hros orlinai-
rement sans reproche. H se
battra, mais, voil,... il aime!
N luvellement mari, il lui
rpugne de s'loigner de sa
tem ne.
Ah! guerre maudite au
cours de laquelle deux Irres
1
dant et chaud de son cur
bless Son esprit ^e trouble
il perd sou gnie !... Ce n'est
plus qu'un gLral vaincu...
Le pont de Miragnaue, que
nous trouvons ridicule au-
jourd'hui, est gard par les
torces du Sud. Cependant \
Toussaint" lait une nouvelle
lois ouverture par un passage
dcouvert au -dessus de l'e-
tang. Les soldais de Rigaud
soni donc tourns et, par con-
squent, obligs de battre en
retraite.
De ce jour, les vnements
se prcipitent: tuile de Bau-
vais de Jacmel, suivie de celle i
de B.rot; ictraite savante de
Ptiou de la place atlame;
soumission des g nraux qui
se sont jusque-l le plus d-
vous h personne du grand
CayenI
i a (in approche.
Abandonn, piesque seul,
An li Rigaud :
UN wuuvtAU HU)Aut nU-uimioSANT
Li Fromage Kkai t Vei.vi-.i.ta
est sduisant en saveur, facilit
If digestion, richesse d'alimeii-
tation.
C'est le fromage (|ui a une iinil-
litiule d'usages. Il peut tre cou-
p en tranches, rpandu comme
du beurre, il ajoute toujours un
nouveau got vos plats.
Votre picier a le Velveeta et
une varit d'autres fromages
Kraft.
KRAFT
w
PURIFIE LA PEAU
REND LE CORPS
HESPLAMISSANT
DE S tNT
CHEESE
u
IVUUY SALES COIlrOlUTIOX
Disiribolrnr
Parl-an-Prince Hati.
GAUSERIE
JUSTICE ET
s'ouvrirout
veiues d'o
l'un l'autre les
jaillira un sang
M
Cependant l'indulgence n'est
pas un bandeau sur les yeux;
elle ne e confond pas avec
l'ignorance ni avec l'impru-
dence. Le mal existe; il serait
puril de le nier et d'eu niel-
les consquences lcheuses.
LIFEBUOY
LK SAVON DE LnbAMii
POl'K MAINS, I IGLRKS Kf BAINS.
MOHR 8t LAUBIN, P. 0. BOX M Distributeurs
l\ae Houx et du Centre.PorUau-Prince.
t*
Sur /< ciel enflamm, ... imperator
( samjlanl !
Regard* au loin ... disparatre ses
( soldats vaincus I
Alors,!aux Cayes, arrive
Mr de Vincent qui, porteur
des instructions du Premier
Consul de France, vient r-
dont la pourpre trouble en clamer la soumission cl Andr
coie parfois la vue des petits ( Rigau I i'oussaint Louver-
fil.!.. Guerre atroce, et d'au- turc. C'est le moisdeJuil-
tant plus atroce qu'Audr Ki-I Jet 18001... Pareil au soleil
uaud 1 spire plutt s'amollir clatant qui incendie la plai
dans les dlires d'un amour ne, l'unie du hros mal
paitagl |reux des lgions du
Le Soir, au bivouac, il pa- bouillonne,
rait morose, car, si l'on pou- ) N oublions pas qu il est tre
vait ouvrir son cur, l'on de passions.
frtiez tout mon sang,
il est nous, erle-t-il, mais
t me livrer 'toussai U jamais!
Et il ordonne de mettre du
vent dans les voiles de deux
golettes achetes pour tavo-
riser sa luite et celle de ses
officiers les plus fidles: SL-
Domingue sera dsormais
derrire el la France devant !
Luc D0RSJ1NV1LLE.
,eu-
Sud
entei:(Irait bruire des sanglots
pareils ceux rythms par
un pote moderne:
J'ai gard te gol de ta chair,
De ta chair fine et parfume.
Ah comme je t'ai bien aime....
Combien mon regret est amer.
Dans lous les cas, c'est la
guerre et il faut la (aire pre
et dure; le guerrier secoue
Assemble
Nationale
Sance du
7 septembre 1932
10 heures. La clochette tinte.
Un auditoire de choix, compos
en grande partie de jeunes tu-
diants garde le calme le plus
absolu. Calme o l'on sent le
dsir de sonder le grand mys-
tie de. l'accord qui va lre sou-
mis. Lessuateurs rentrent la
fih indienne. Les dputs se l-
vent pour les recevoir. Le h me
dt l Excutif est vide, o con-
vergent cependant tous les r-
gi rof. L'appel nominal constate
la n ujorit des deux Corps. La
tai ce est ouverte.
Au premier point, un rdac-
teur commence la lecture d'un
procs verbal de Tune des der-
nires sances de l'Assemble
Nationale. Le snateur Nju l'm-
tei rompt pour taire remarquer
qu'une commiss'on avait t
charge de sanctionner ces pro-
cs-verbaux et que celte leclure
eflre peu d'inti et l'Assemble.
L'on passe a la correspondance
qui est saus matire.
Le troisime point appell les
| ici qui soit iisscz hardi ou assez
candide po ir allirmer qu'e -Ire
les Etal*, la Justice et le Droit
ne laiiaeul rien a desiier. Dans
Ih civilisation actuelle les hom-
mes lie sont pas parlaits. C'est
une raison pour que nous sou-
haitions qu ils le soient un jour.
Il dpose le trait mthodique
de liqutdation et demande acte |
du dpt de cet important do-
cument. Avant de donner acte,
l'Assemble sollicite et obtient
du Ministre la lecture du Trait
dont lespoin's les plus saillants
son1: llatianisation de la Garde
en dcembre L934 avec une Mis-
sion amricaine pour en inspec-
ter les activits; Haihanisation
du Service des Contributions
qui sera pla: sous la direction
d'un Hatien contrl par un
I reprsentant fiscal dont les lonc-
lio is sont excessivement vastes.
L Prsident de l'Assemble
pro ose d'envoyer le document
aux comits runis des Kelations
Ex ("rieures de la Chambre el
du Snat. Les dputs Chtelain
et le snateur Hudicourt esli*
ment qu'ils conviendraient, vu
l'importance des questions, de
former une commission corn
pos ta exclusivemi it de spcia-
listes. Le snate T unique
pioposs de greffier seulement
quelques spcialiste) sur les deux
< Dlaut, qui s'gn fie l'ab
sence de quelque chose.d'une
tendance on d'une faon
dlre. est pris gnralement
dans le sens el imperfection
morale, de ce qui choque,de
ce qui s'oppose une loi de
biensance universellement
reconnue Mais il faut que la
len lance fcheuse apparaisse
nettement. Ainsi, l'irrilab'.it
jet continu, l'avarice avre
et passe en habitude, la pa-t
reste' incoercible sont, poir
tout le monde, des tats r-
prhensibles, le manque a: ce qu'elles
des degrs divers des qualits j niiatf ( enviables de douceur, de g-
nrosit, de courage. Les
caractres ont un tirons, un
dlautqui piovoque un juge-
ment svre.
It I mt bien dire que cette
svrit est contraire li
stricte justice, parce que no-
tre apprciation porte troi>
souvent la marque de noire
personnalit, L'empreinte de
nos gotl propres, de nos
tend inces particulires. Nous
condamnerons plusprement
le paresseux si nous sommes
actils par tempra m ment, si
notre ducation nous a donn
la saine et prcieuse habitude
du travail. Un prodigue est
sans piti pour l'avare, un
flegmatique pour l'impatient
ou le colreux. Il est rare
que nous lassions le dpart
i.rpir ial de ce qui psut de-
venir circonstances attnuan-
tes : l'occasion, le milieu, le
temprament, l'entourage; or,
ces considrations importent
l'quit du jugement.
Ce qui nous apparait com-
me une disposition naturelle
maltaisaute n'est souvent
qu'un accident, un produit de
faction d'autrui, d'une influ-
ence extrieure, il y a d*
laut, mus il est possible de (
I excuser, de L'attribuer, pour
l'irritabilit par exemple, un
excs de sensibilit exaspre
par des chocs durs et fi
que m ment rpts; pour l'a-
varice, a une ncessit dont
les motits secrels nous chap*
peut pour la paresse, un
tat mahJil auquel une bien-
veillance misricordieuse
nous porlera montrer U'.ie
tralerneile compaisiou.
La bienveillance, l'indu)--
Mais en reconnaissant son
aciion nocive, restons tol-
rants pour les pauvres tres
moralement intrieurs, qui
il ne manque peul- re, pour
valoir mieux que nous, d'a-
voir ! levs comme nous,
d'avoir reus une direction
droite et haute, Le mal est
hassab'e, mais le malfaisant
est sus en ible d'tre guri.
Et puis, (|i'i faut il entendre
par un maltaUaBt? Ne serait-
ce pus celui dont les ides
sout op(o-.ccs a celles" que
nous croyons e ccellentes par*
no is appartien-
nes inlits com-
battent les 1 ti es ?
j Mlions-u ma ; ne nous
laissons pa ; v tu f ter des
jugements dt il lili s quand
j tous les lments te la cause
ue nous s >nt pas connus On
couri de g os risques de
conscience tm ligner trop
d'iutransigoance, protons aux
autres de nos meilleures qua
i lits nous le pourrons si
notre cur est riche: les ri-
ches seuls peuvent Ijire des
largesses. 1 ,a misre h imaine
es' rnmeme; misre physique
ou morale, elle Retend, vaste
comme le monde. Soyons-
lui indulgeuts, soyons em-
presss consoler, soula-
ger, rconforter et taisons-
le aimablement, avec Palabi-
lil qui est une qualit bien
apprcie, qui n'est jamais
blessante. L'ull ibilit esl le
partum de la belle Heur qui
s'appelle la vrit.
Snzrnne CAROM
i TRAITEMENT BUCUt OE U
IMS
* MR LES COMPRIMS
SiUmcriyl qui contient le troit
mdicament spcifique dont l'action
antiyphili'ique ea scientifiquement
dmontre par le travaux de plu
minent mdecin, exerce une action
cunative rapide ur le accidents de la
SYPHILIS et la ton* 4 Uu!t le.
priode de la Maladie. *
San inconvnient pouT ittt nie,
il permet va traitement conomique
discret et efficace REMPLAANT
LES riQORES, t
A chaque faoto est HWnl enc
notice complte ur la mthnJe.____
3HZ38SE8BaBBf
OE
S.YL
Proarr-tlon du Lliore'a!r 42, R. de Diilencourt. Boulo(;ne-.-Slne, MRI3
est n vent rtana tout* f>
" les pharmacies d'Hati.
'I rOl t-atl-I1
, Pliai raaoien
Loterie
Allez chez Barbancourl, la
rue des Csars,o vous trouve-
rez uu excellent cocktail sec el
demi-sec dont vous ne pourrez
plus vous passer.
Sous extrayons de Paris
Soir , l'intention denoskf
tears. cette note qui ftia corn-
[prendre plus d'un qu'uneptr-
' formanee sportive, athliliq^
n'esl pas le fait du hasard, del
chance. Depuis les Grecs, c'esl
une hygine impeccable, 'des
mthodes prcises,des conditions
morales cres qui ont toujoim
prsid la victoire des athltes,
Ceci pour expliquer que nos
champions Cator et Thardnt
pouvaient vaincre Los Ange
les cause de leur prparation
olympique inexistante presque.
Nationale
ai
-o
Le personne! enseignent et
minislralifde Uamien menace
de se mettre en grve... si on ne
leur change leur Directeur. Ils
reprochent Monsieur Charles
Pressoir, que peisonnellement
nous tenons pour un homme
charment et un administrateur
intgre...de vouloir introniser la
dictature Damiens. el ils ci-
tent I appui de leur dire deux
laits nue qui de droit pourra
contrler.
GOMMENT LES AMERICAINS
S'ETAIENT PREPARES
LES JEUX OLYMPIQUES
Un journal new-yorkais vient
de publier le rgime impos
depuis le 28 Juillet dernier aux
21 i reprsentants amricain! a
Los Angeles el cela nous a don-
n une ide du soin avec lequel
l'quipe amricaine tut prpare
aux Jeux.
Pour la dure des Jeux, o
avait strictement dfendu la
soupe, le caf, les plisseriesel
me
rasse ; la cr-
a la glace n'est autorise
qu'en petites portions, tous les
deux jours, et le th doit tre
peu fort : comme boisson,
est auloriset
1res
le jus
d'orange
1
1" Il est dfendu aux Direc- | toute nourriture
leurs comme aux employs de
taire ou de recevoir des commu-
nications tlphoniques... en de-
hors de la pisence du Docteur.
El pourtant le secret des lettres
autant que celui des conver-
versalions.. sont l'abri dejf
viols.
2" Me Pressoir exige qu' cha-
que tirage de la Loterie Natio-
nale, Directeurs et employs
s'achtent leur billet entier.
Cette fois, laissez frapper.Doc-
leur.
SANT JEUNESSE
Facilement et discrtement par le
GLANDOPHILE
de* Lab. ORMOS PARIS
~) Notice Gratuite et Vente chez
F. SJ01HN W. BUCH, Porl-aii-Prmce
et autres Bonnes Pharmacies
VIENNENT D'ARRIVER:
Les Pastilles de
menthe du Dr Hillers.
Dlicieuses rafinicliissanleh, sti-
mulnr.les, parfument la bouche.
En vente chez Gaston R. Martin, |
an Bazar National et chez Alphonse
Dsir & C. |
on lecommanue galement de
manger une pomme avant le
coucher.Lors des repas, chaque
athlte doit se contenter d'une
seule portion.
C'est sans doute ces pres-
criptions svres que les Ame-
' ricains doivent, pour une cer-
t taine part, les nombreux succs
\ remports au cours des lOmes
Jeux Olympiques.
' BELLE >... t
n daui. mois pH
PILULES OIIEITI g
lo teulea qui dwlopp'ni. m
rcrmissrnt. recons, W*''
seins, pfTacciit les ']""J*,
ses des paules et donne
buste un gracieui emMnp^
Bienfaisant** P^J*JS..\
communication.* du Mims adea
H'Ialious Kxlr eures. Aucafl
membre du Cabinet u'jai pr
sent. Li sance at>l .suspendue.
10 heures el demie. Le Cabi-
net au co n.ih-t remplit le banc
de l'Ex nid. Lt sauce est re-
Erise. >..' Ministre des Kelations
xteueii'es gagne la tribune et
pr juooce peu prs ce discours :
m Messieurs les Snateurs, Mes-
sieurs les Dputs, permettt/
que je vous dise que je crois
fermement que nous tous ici
prsenta sommes des palriotes
sincres et des hommes de bons
eut.... Nous sentons 'ous la
cetsi' de la Justice el du
Dm it entre les Etats. Je ci ois
qu'il i/tst pas nu
miuU's. Sa proposition est re-
1 wmmmmmm&wm BasaittS1
Toutes les Polices
DE LA "I
I
geuce, !a misricorde sout
jete. La composition de la] les vertus rgulatrices de la
commission est laisse aux soins t justice.Souvenoiis-nous qu'on
du bureau qui nomme les corn- \ u.est jaraais assez juste quand
missa.res suivants Hudicourt, { ofl Qfi, t indulgent;{
l'.isquet, Leconte, Zphiriu, Be-
hzdire, Ang'ade, Laguetre, Le-
roy, Estime.
L'auditoire vide les lieux en
murmurant. Et la sance est
leve.
D'; L/UIIE IHIFMH
E. 1410, Bois Verna,
Tlphone : 3201
Mdecine 'Jurale, Nyphi-
ligraphte.
Consultations : (3 9 a. ni.
seul citoyen | et 2 -1 p. Dt.
que lu poutre qui nous aveu i
gle nous empche paille de l'oeil de notre trre;
avant de proclamer le verdict j
plaidons au fond,; fin d'viter,
des meurtrissures difficile-i k j^
meut gtirissiblcs. J^
L'iudulgence est beaucoup| H^
plus prs de la vrit que lai
svrit ; mieux vaut, eu ma-j
tire de bont, pcher par]
txcs que par dfaut ; mieux ;
hraut retenir le mieux que le t
pire. |
^comprennent la .Protection contre la j
Foudre sans auqmentation de tauxJ
*
Eug.Le BossjrCo
Aqents^Gnraux
AisaiBiiftBavBiimiipjiBiHiniH^fiiW



LE MATIN 8 Septembre 193?
L'LLL1 '
PAGL 3
Illuiiu IbrlMiMwurt
Dont l.i renomme est universelle a gard v\ premire pjaci
Demande/ partout :
UN BARBANCOURT
Dpt : IUic des Csars.
Le jugement
nu
Saint-Siqo
sur;
; M. Ren Bazin
^Qn ne lira pus sans molioi
au lendemain de la mort de
Ren Bazin, cette lellre que le
Saini-Hre lit envoyer, il y a
oeine deux mois, par son secr-
taire d'Etat, au grand crivain
catholique qui lui avait tait
hommage, par l'entremise du
couvent des Oiseaux de Home,
de son dernier livre, en se re-
commandant aux prires de Sa
Saintet.
Secrclairerie d'Etat
de Sa Saintet
Du Valican, le 31 mai 1932.
Monsieur,
Ce n'est pas ssns une profonde
motion que le Saint-Pre a pris
connaissance de vo're lettre. Il
a d'abord t vivement touch
de l'hommage de votre beau li-
vre : Vn monastre de saint
Pierre Fourier, les Oiseaux. Au
lendemain de la lecture du d-
cret d'hroi'cit des vertus de la
vnrable Alix Le Clerc, Sa Sain-
tet ne pouvait pas ne pas avoir
pour trs spcialement agrable
un ouvrage exallant la fonda-
trice d'une Congrgation voue
au ministre de l'enseignement
lminin, qui est dj si mri-
tante devant Dieu et devant les
hommes Et vous avtz ras
l'accomplissement de et Ile noble
tche non seulement tout votre
talent d'crivain si universelle-
ment apprci, mais tout votre
cur de grand chrtien.Sa Sain
tet vous en flicite li-, ihaleu-
rensemenl.
Cependant, les noivelles de
votre sant ne lurent pas sans
mouvoir le Saint-Pre, qui ap-
prcie trop hautement ks ex-
ceptionnels services que votre
plume rend la cause de Dieu
h de l'g is<, pour ne r, as im-
plorer du Souverain Mst're la
g ce de vous (on rver lorig-
liu;|)S ir.core l'aQeciion u
vos ii.m mbrcbles a m s et a -
miraleur*. Quelle somme impo-
sante de bien vos cri's n'ont i's
pas piocure la soc civile
l religieuse I Que de bons
mouvements, que de sain es as-
pirations, que de vocations
ttme, n'aviz-vous pas inspirs,
avec la grce de Dieu, dont
vous l'es le fidle instrument,
, ___J LUE
Les chargeurs sont pris
de uc/er cju 1- steamer A -
Cfio isl ijitei.tlu Port au
Prince, venant de Cristobal,
Canal Zone, le 27 septembre
13Z
Les permis d'embarque-
ment seront dlivrs pour le
Irt destination de New-
York et des Ports Europeus
sur demande faite ce bu-
reau.
Ce steamer partira le m
me jour directement pour
New-York, prenant trt.malle
et nqssagers.
Portau Prince, le 8 septem
bic 1932.
Jas. H. C. VAN REED.
Ageut Gnral
,.-.
I r^stomc '
Eldorado
A parlir du 15 septembre
1932, la Maison ne vendra
qu'au comptant ou cash, ne
devant elle-mme s'approvi-
sionner qu'avec du cash.
Tout client n'ayant pas
son compte jour est pri de
ne pas l'augmenter.
La Direction,
F. GAIRAUD
dans l'me d.> vos lecteurs I
Et que de bnfices encore ne
sommes-nous pas en droit d'a-
tendie de vie intelligence et
de vo're c if 1 Aussi, le Saint-
Pre prie-t-il de tout cur pour
le rtabli*ewMf de votre sant.
Fermettez-asoi d'ajouter com-
bien j'ai et i particulirement
>entrai* votre geste si dlicat,
quivousal.ii m'oflrir aussi ce
livre exquis, sur saint Pierre
Fourier et les Oiseaux, dont la
lecture sera si bienfaisante Aux
augures teiicitatiuiiii ou Saint-
Pre, je joins cordialement in
p us i i res lOinptiinei is.
Si Sjintei me ilnig- ei.iore
dJ vous transinelire sa meilleure
bndiction. Elle vous b>i il m es
spcialement dms votr^ preu
ve de sant. E' el e leud ses
bndictio il tou e votre la-
mille.
Veuilhz agrer, Monsieur,
IhoinmHge. de ma haute consi-
dration et de mon religieux
dvouement en Nolre-S-igueur.
E. cardinal Pacelli.
N'ACHETEZ QUE LE
MF RM
Fontaine
Meilleur el meilleur mar-
ch que arlicle import.
- bn venle au dpl de la
Distillerie de l'Aigle, prs la
Banque Nationale, et chez
SIMON VIEUX PRIX DE DTAIL GDE8 2 25 U BOUT
GH PICOULET 1.25 U DEMIE
BAZAR NATIONAL PRIX SPECIAL POUR VENTE EN GROS
V -..s . .ci ces mi-
tffes
4i chaleur, un pr-
? fcwfskarcfwt Vous
il i : lift, do
,\ use hun.cur. a
vient de 1 estomac !
Soignei-vous Prenez
~;' PortlaUM elle active
U serrt-tioa gastrique,
stimule les fonctions
stomacale, cet 1re, rgula-
rise la di^stion tl supprime
tous les troobimt la nutrition.
Fortune diminue la violente et U !:
qoence de ecces fbriles. on emploi
rtablit trs \ite les fonctions orfa-
niques abtttits pu.- la fivre et pa.- la
clialeur. L'apptit et les forces succ-
dent U prostration et l'abattement.
5i vous vous tait-cs dos piqtes
toniques, essayez FORTIANE. l'ac-
tion sera plus bienfaisante et plus sen-
ible. "
Dns toutes les Pharmacies
APurtauPrinct; Pharmacie BL'CH
Gros: Laboratoire BONNAPS
^GULATEUR DE LORGANISME
VNT PAf YOIEPAREE
En vertu: 1 d'une obligation
hypothcaire en date du 19
septembre mil neut cent
vingt neuf,passe au rapport
de Me Dieudonn Charles,
notaire la rsideuce de
Port-au Prince; 2 d'un com-
mandement.en date du trente
aot mil neut cent trente
deux, demeur inlruclueux,
il sera procd, le sanied
que l'on comptera 10 septem
lire mil neul cent trente deux
10 hes du matin, en l'tude
et par le ministre du notaire
Dieudonn Charles.rue Prou,
la vente au plus oflrant et
dernier enchrisseur d'une
proprit, londs el btisses,
sise en cette ville, dans les
hauteurs de la chapelle de
S' Antoine, ( e Su'i du For:
N anal el donnant sur l'a
\ nue Nor t A exis ; la dile
l> opriet de la contenance
de vingt sept p eds et demi
ife liirie; trente pieds au
tte oppos Est,sur une pro-
tondeur de deux cents quatre
vingt sept pieds aux cts
Noidet Sud, borne savoir:
au Nord, r ar le docteur Vie
tor Laurenceau ; au Sud, par
le vendeur; l'Es, ancienne-
ment par la veuve Nuraa Gui
guard et l'Ouest, par l'ave-
nue Nord Alexis.suivant plan
et procs-verbal de l'arpen-
teur Lazare Dubois, en date
du vingt et un mai mil neut
cent vingt neuf, enregisti.--
Telle d'ailleurs que cette pro-
prit se poursuit.se comporte
el s'tend,sans aucune excep-
tion ni rserve.
La dite vente se fera sur
la mise prix de Sept cent
quatre vingt douze gourdes, y
( uni pi is les honoraires usuels
des avocats poursuivants et
oulre les tha'ges de l'en-
ihre... G. 792 00
A la n qute de Mlle Louise
Saugosse, propritaire, de-
meurant et domicilie Port-
au -1 rince, ayant pour avo-
cats Mfs H. Baron et J. C.
( lermont, avec lection de
domicile au Cabinet des dits
avocats, sis en celte ville, rue
Roux, No 537,
Contre le sieur Ambroise
I", drique,demeurant Port-
an- Priuce, dbiteur hypoth-
caire.
Pour plus amples rensei-
gnements, s'adresser Matre
Dieudonn Charles, dposi
taire du Cahier des Charges
ou aux avocals poursuivants
Le prsent placard annule
celol du U septembie.
Port-au-Prince, le 7 Septem-
bre 1932.
Idal rhum
ALIX ROY
30 annes de succs.
(Sign) H. BARON, av.
Match de boxe
Dimanche 11 Sept, prorhain
il y arra, au Porc Lrconte
in match de 1 oxe, en 10
rounds entre MariusLangeois
et San Pedro (T'iidad).
L entre sera de 50 eus.
lyii I Granl IbUca
Accidents
.'I septembre ]W1
Fleurantin Moral, l i un 10e
Macajom. Blaesare lger* du
creux poplit (hosj itali.i).
Champagne Louis, 22 aar,
Ptiou-Vilit. Btca ures contu.-e
du Iront, de la ratine du i t z
gauche, de la lvre suprieure,
hiiiaioine du Iront.
Rsia Joeph, 18 ans quartier
S Antoine. Bilure 1er degr
ou dos de pied gaudie.
Antonio Gaston, ."tO ans, Pori-
au-Prince. Corps tranger dans
la paupire Miprieure droiie.
Mrante Lafontant, 23 ans.
(> and Rue. Blessuie conten-
dtnte de la lvre suprieure.
Saintlise Baptiste, 12 ans,
Sarlhe. Fracture double de l'a-
vant-bras droit ( hospitalise ).
Flix Bonaventure, 22 ans,
rue Rvolution.Bltssure contuse
de la bouche.
Thrancia PamLhile, 68 ans,
Croix-des Bossales ontusiou
de la rgion Irontale.
umesfo Enfantes i
Sont Mieux traites
Extrieurement
Arrctez-les en une
nuit.Ne"droguez"
pas; frictionnez
l'heure du coucher
VJCKS
W VARORUB
Pour Tout Refroidissement
I
m m ru
Cin-7aUy
CE SOIR
Mathias Sandori
a\tc Romaald J<>i ET
Impria
Fnlre : 0 .'><>; Balcon : 1,00.
DEMAIN SOIR
Sur demande de nombres personnes, irrvocable dernire
du beau film :
Le Collier de la Reine
d'aprs Alexandre Dumas.
Interprt par : Marcelle Chantai, Georges Lannes, P. Fb .;
avec Jean Weber (de la Comdie Krancmse) et Diana Karen.it.
Entre : 2, .'! et 1 gourdes.
c
LAITERIE BAILEY
Livraison propre, hyginique.en bouteilles hermtique
meut cachetes, I abri de toute lulsitication.
Transport lait eu retrigraleurs roues.
N 1313, Graud'P.ue, Port-au-Prince.
'..
HUILEdeRICIN
Inodore' et sans saveur
A. de MATEIS & Co
Agents poui (Hati) fort au-Pnuce, llaiti
Grande Baisse
I SlI NSI \
Avise les consommateurs de son LAYl
qu'il a rduit ses prix comme suit :
LAIT CONDENS SUCRE CAISSE OE 48.14
LAIT CONDENS SUCR . OF 740.3
LAII VAPOR DE 48,16
LAIT VAPOR DE 96.8
Rappd. z vous <|ne le HIT CONDENSE, EVV'OHI-et m POUDRE HSBESSBN est le
meilleur, le plus pur et le plus riche en crme II est recorimuud p sages femmes aux bbs et aux malaries.M est employ aval lageusement pour les Crmes
glaces et chaudes, et les desierts de toutes aortea.
En vente AU BON MARCHE*
ht dans toutes les bonnes Epiceries tant
a Port-au-Prince aue dans toutes les
[ villes de la Province.
oz OR 6,25 DTAIL OR 0.14 CENTIMES
l> 9.10 DTAIL 0,04 '
1 5.00 DTAIL 0.11!
1 6,40 DTAIL 0.0?
tif ->* 'I.-**"
JZ*.

H


Jeudi
8 Septembre 1932
Le Malin
2beine ANNbE N' iVi
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
4 PAGES
Lykes Brothers SS G lnc
c >
Texas -Hati Santouomtngo- Porto IU
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
tt entre les ports du Gole du Texas directement avec
1 ort-au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide et le maniement habile de: vos
importations, servez vous toujours des navires de la LYKE
UNE.
Les prochaines arrives a1 Port-au Prince sont*
Steamer Tullie Lyke 9 septembre !932
Steamer Margaret Lykes 15 sept. 1932
Steamer Almeria Lykesi 23 septembre 1932
Steamer Genevive Lykes tQ settmbre lj2
Ueamer Hulh Lykes s 7 octobre 1932
bureau: Rue du Magasin de l'Etat. Boite Postale B
ti
g AVISl AU COMMERCE
La Panama Hailroad Stea mship Line a l'avantage d'an
roncer les dparts suivants de New York pour port-au-prince
Haiti, directement charme mardi. Tous;les steamers sont
pourvus de chambre friaori'inue
Dparts de hew \ork. Arrivages Pon au-mnee.
Steamer 'Guayaqnil" le 7 septembre le 13 septembre 19..2
Steamer "f.ristobal" le 13 septembre le 18 septembre 1032
Steamer "Buenaventura" le 20 sept. le 2(5 sept. 1932
Steamer "Ancon" le 24 septembre le 29 sept. 1932
Panama Railroad Seampship Line ,
J JasH. C.VANREED
agent Gnral
HOTEL KAUAM !
Lneconfortable succursa-
le de Palace Holel, Kensr\
koff
Pour la saison d't, ven-
dez-vous chez A.J. Karam,
Kenskoff, o vous seiez
servi souhait. Excellentes
conditions.
PUBLIEZ PUS DE FIE UN PETIT TOUR A
TERRACE-GRDEN
Chez W. KAHL j
Petionville
1.000 pieds d'altitude L'tablissement le plus frais des en-
virons de Port au -Prince.
Seulement 15 minutes d'auto sur une eicellenlroOM
asphalte. Vues merveilleuses de la ville et du |/)rt.
Boissons de toutes espces.
DIRS GOUTERS SANDWICHS t
irrangeipnjs particuliers pour les pensions de jour de
semaine ou de mois
CE QUI N*A JAMAIS T FAIT
CE OUI NE PEUT TRE DEPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des rues houxiI du Centre.
Grand Htel de France
P. P. PATRIZI, propritaire
Cet tablissement se re-
commande par un service
irrprochable, un restau-
rant de premier ordre, des
chambres confortables el
ares ; un Bai o les con-
sommations sont varies et
des marques les plus repu-
tecs.
Tlphone : 2341.
Votre premire visite
A
L'HOTEL ANSOXIA
Nous donnera raison, confirmera vohe bon jnge-
ment, justifiera la confiance ^ue vous nous an rem accorde
en nous garantissant votre apprciable uatioungt l'Htel.
le plus slect de Port-au -Prince. |
Nous vous suggrons d'arrt! votre chambre d'avance.'
Bire la pression.
INSTITUT
Guy-Joseph-Bonnet
Prs du Monastre St Grard
Sous la direction du professeur Luc DORS1NVILLE, /iom.
me de lettres, historien et gographe, et d'un groupe de Matre
d'lite, plusieurs diplms d'Universits trangres Cours clas-
siques. Cours pratiques Site idal Confort moderne et
hyginique Vastes terrains de jeux divers Aux derniers exa-
mens oti iels pour l'obtention du baccalaurat, l'tablissement
a ! class parmi les trois premiers I
La rentre aura lieu le lundi 4 Oct. prochain
Prix d'colage meilleurs que dans les autres collges de
mme grade 1 ,
On trouve l'Institut, commme dans tou'es les bonnes libni'
ries, les livres classiques du professeur Luc Dorsinville:
Couis Prpaiatoire de Gographie
Cours Elmentaire de Gographie Allas
Cours Moyen de Gographie Atlas.
Aidez par ailleurs l'emploi gnral de ces livres.c'esl pour
le bien moral et patriotiqu de la jeunesse du pays,en les taisant
acheter par tous les petits llaieus.
AVIS
Mr Louis Henry Durand
remercie bien vivement les
nombreux amis qui sont ve-
nus e voir en prison et leur
demande, afin d'viter dn
dceptions pareilcs celle
d hier, de bien vouloir discon-
liimr leurs visites, jusqua
ni uvel ordre.
Port-au-Prince,le 5 septem-
bre 1932.
L. Henry DURAND
CLIGNE COLOMBIENNE )
Tlphone: N 2323
Le vapeur i Barocoa Voy..
107, venant directement de
New York, sera ici le 13 cil.
en route le mme jour pour
les ports colombiens, r.ris-
lohal.f. /., Kiugston et New-
Yo.k
I e manileste de ce navire
revu par avion poste est la
dis| osilion des clients dans
nos buieaux sis angle* des
rues du Quai et Thomas Ma-
diou (vis' vis de la Douane),
Le vapeur cBogota V'oy-
106, partira de New-York le
14 courant, directement pour
Poit -:i" Prince o il est atten-
du le 20 septembre prochain,
eu roule pour les ports co- I
lombiens, Cristobal, Canal j
Zouc. Kingston et New-York.
ASSUREZ-VOUS
a la
General Accident Pire & Lite
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Lar ta GENEPAL est une des plus puissantes et d,es plus vastes organisation
le ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son cha np-d'action qui embrasse le
monde r ^
ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns pa
Ses | olices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance,
use a autrui dans sa personue ou dans ses biens.
*\c Poli .... Y4.. _:i:_______:___ ._
r la foudre
dommages
e sont pavables en Hati.
entier, tous les voya-
- police contre accidents.
que de 1/2 /0 soit 20 dollars 0. C
.....--------"""" ,u p"c auuuene u eiani que de 1/2 /0 soit 20 dollars o.
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
SOUS CENTS
Agent Gnral pour Haiti.
Hort-au-Pnnce. IG. G1LG
JEaN BLANCHETJrmt
LE FAITES! INCONTESTABLE
ah
a i*l II e
i AU BON MARCH
(A B0LT)
Vous trouverez du beurre
Yoy.io3venantdeNewYo,k des Purnes, Irachemenl
:stat-.: '
Le
*
vapeur
Martii iuue
et des ports du Nord est . ,y
%&ifLi&$k]arriv par le steamer 5f-
les pi ns du Su f.
Pull au-!*rince,
1932.
William E. BLEO.
Agent.
t jwm mm - * -^" r -* --
h 5 sefi]Dominaae% des prix trs
\avantayeux.
J C'est la quintessence des meilleures
jvarits de cannes d'un vaste territoire
J runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ'
fc

.



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM