<%BANNER%>







PAGE 1

PAGE 2 VOIX DESJIITRES La Crise EN MUE DE CAUSE LE MATIN 3 Septembre 1932 %  vpi CattBD Psoritsit farondrt llctf Dpurez votre Sang par le CUROMAL Dans ma lettre publie par \ Le Matin du 11 juillet 1932, )e Dosais la question savoir qui donc aura la patience d'al 1er chercher la cause de notre crise aussi loin qu'elle puisse se trouver, et j'ajoutais qu'il faudrait 'a prendre srieusemeat j par en bas. | Je ne partage pas l'opinion (le / ceux qui soutiennent que notre situation est la rsultante de la crise conomique qui PSI mondiale. Ce n'est pas du tout vrai, car aux Etats-Unis surtou, il y a eu un moment o les travailleurs touchaient jusqu' dix dollars par jour. Donc, si au)ouid'hui la misre est noire pour les travailleurs amricains, ceux ci sont en train de payer les consquences de leur imprvoyance ; tandis que les travailleurs hatiens n'ont jamais connu des salaires plus levs que six neul gourdes par semaine, sans aucune protection. Q i '. le cal se vende or 10,— ou or 20 — et moins les 50 kilogt.,—lesucre or 7,1e sac de 100 ibs le coton or 0,40 ou or 0,02 la livre, ce pauvre travailleur touche des salaires qui os :illenl sans dpasser six neul gourdes par semaine. En d'u.ittes termes, la crise tant mondiale, [ce serait alors se croiser les bras et attendre que seulement les autres travaillent pour nous, en se dbrouillant pour eux mmes. Puisque nous ne taisons rien, il est bien certain que notre situation est encore et restera pire aprs que toutes les nations sortiront de leur malaise. D'ailleurs si depuis aot 1915 nous nous mettions, avec ou sans l'Amricain,srieusement en lace des ralits et rsolument au travail, aujourd'hui nous aurions pu dire que la crise n'existe pas chez nous. Je reste convaincu que sur le terrain de la mise en ceuvre, l'Amricain, depuis son dbarquement en juillet 1015, n'a jamais pu trouver qui causer ; nous n'avons pas compris et nous ne comprenons pas encore l'Amricain,car s'il en tait ainsi,nons aurions tir le maximum de profils de sa prsence, et, qui pis est, laute de stahstique, nous restons malheureusement dans la plus grossire ignorance de ce qu'il a ralit depuis, et, avec ou sans lui — mais depuis son administration,— d autres trangers. Malgr la crise qui augmentait tant les inquitudes ht-bas, felirloat aDrs le mois d'octobre 1U20, le Gouvernement Amricain, au lendemain de M ircna* terre, nous en/oya, en 1930, lu Go omission Forbes et la Commission Motion. Les deux, tans leur rapport approuv par le Prsident des Etats-Unis.recoin m i H ioieni, presque sous tonne de rparation,ou bien un 1 allocation la charge du trsor amricain, ou bien un emprunt un taux trs bas.avee naturellenieui d'autres points discuta* bls. Plusieurs points .le la Commission Forbes ont t mil de cot et nous n'avons, en outre, jamais tenu compte du rappo-t de la Commission Motton. Comme consquence de cette dernire mconnaissance, le Gouvernement Amricain a'est empressa, l'anne dernire, de nous remettre tout simplement Damien o un Amricain peicoitdes appointements beaucoup plus levs que ceux du Directeur Gnral. H Prenons !e cas des Etait* Unis if Amrique. Ds la cessation des h istilits, les anciens belligrants de l'ancien inonde avaieul eu un besoin trs pressa a t d'appro vision* Dment, lia mmqurent de capituiu, et presque leurs toeiOdur* terrains, ayant s.,vi de i ma ire de guerre, n'taient pie su rora eu tat d'exploit moi Ile l'adress rent tout naturel! miout u l'A* mrique au pour epjndre u la trop ;; • demande qui ne pouvait sourir uucuu retar*, le perfectionnement du machiniste a eœ pousse u outrance. Les prix montrent. y.rTli 1 1 !,.-•! I v a il!; 01 -' IlismtJ C lll|" %  !-' •!!!: i||.IP lKi saiiu Vici. >r 1 irc'.l l'Wier !• ni i rl.-i ou ''n Vota iu| fst Impur, H < barrli dm • des toxines, dont il n' pu sa g\ CM impureti se traduisent en ITTll Meures, n bobos, il dsagrables n douloureux sonrent : Omis, furoncle, bout' l d.'iuaniriMisons insupportables. Ce sont enllil les ulcres, les tumeurs et le Hbr6mes qui V un saiiK irie. On peut S urrir rs pldemenl psi est la mdication la plus simple, la plus normale et la plus scientifique, |ul util vertus de plus de 23 plantes connuei S ri* et (1rs un il" ind l.iuttqull lonsieur (iiK.nn, pnarmsi len .i. par de • %  1 • modernes r • < •> dans une far!:. de %  i %  11 lut .i cote des annes >i expriences tt de travail. I* sut i a ;> couronne si s eflorls, et le Curomal gurH les maladies >'• I • % %  /..in.is, dartres, psoriasis, dmangeai rougeurs, fiirom l [* lielliwnl mui ss ti iant Raeu-i CUROM4L RVCC boite inlulr. iti'.tuitf l't braoDUP Toute, lioiim". pluiriiiucic,. — Prepan IMI !I Uoctrur (lKAl i). pharmacien, laborato n 1 du lUu.ne, I. Itu. li.,irt. LYON-OI UJNS tl m wel UepOl fvrt au iYiiiic : NUI uu.ie BUCU. L VENTE DE i MARCHANfllSES GAGEES L'on fait savoir tous ceux qu'il appartiendra qu'eu vertu r ''un 00 1 rat au Gajje eu 1 Ci ) 1 Novembre il e.ii 1 it vingt-neul ; 2 d'un b >rdereaa en date du Douze A >t nr.i uenf cent trente deux dress par la Banque Nationale de la Rpuh'uine Chambre des Dputs mandement eu lept Aot de la Sance du 2 septembre 1932 IU heore ei m e Lea ile pu -, au • %  > obre d v agi %  |uatre, repu le it au d B li aie Bp pel. La l au ce s'ouvre avec cette majorit. Pas de procs-verbaux. Une seule pice compose la cori i i lance. C'est un message du Snat qui accuse reepliou : i ilti, enregistr ; d'un comdate du dix d'un projefae loi d| vot par mme anne la Chambre. Le troisime point lemeur inlructueux; 3o d'uLes profis se si bien que le opti misme ne recula devant rien; aussi ses ellorts furent si\ grands qu'il dpassi la limite extrme de si production.* Cette nation tira le maximum de rendement de la demande pressante; et il y a eu des exigences telles que peu peu on a fini par se passer de la lournilnre amricaine. Aujourd'hui ces nations jadis clientes ne sont plus Irib i (aires des Etats-Unis, qui sent bloqus avec une pro. dnction porte au plus haut i point; ell s sont devenues leurs concuiientes|redoulables.Quel est le sort des capitaux employs A ce dveloppement?... Toutes ces nations peuvent maintenant rpondre tous les besoins; mais malheureusement la France et les EtatsUnis dtiennent presque ton te la foi tune mondiale et sont par dessus le march des Pays qui, par leur organisalion agricole et industrielle, bien pertectionne, se suffisent et sont toujours prts pour l'exportation. Ces deux Pays, grce leur puissance coloniale et bancaire, n'ont aucune crainte pour les matires premires. C'est donc une crise de surproduction qui existe par ailleurs. H n'eu esl pas de mme en Hati. Chez nous les 99 o/o de la population hatienne manquent de tout. Les vivres alimentaires se gaspillent, tante d'acheteurs. Il suffirait d'an It jer aller mieux dans les ail aires pour qu'aussitt tous les magasins deviennent vid s Commet < le but du Gouvernemenl est le progrs du bonheur et de la prosprit publique i, il faut donc COQ* dure que seul l'Etat a pour devoirs positif 1 de tout taire e:i vue de changer la pli ise de .la situation, niais seulement par Juue organisa' lion mthodique d'ensemble ; toale tentative isole ne peut tre qu'un stim ii'&TTt'a.-titi iel qui ne n >us aidera pis sortir rellement de ce i ni uivais pas. Noua n'avons pas le eourage d impliquer les ivnls (pi il la il pour conjurer notre situati >i qui a dj t o ) dur. Le M i in du 26 jaillet l'.lili vient d epro luire les passages des i j trnsai de France, ainsi que certains points du eo n.uuniqu •de l'hoaorabla Prsident Hoov-r rclamant raniendenif.it ou l'abrogation de c ri unes lois etc. Nous avo i. > -, onmes di s lois trop C %  frop ait•i'.'iines.et il QO is ri ininquc i d'autres app.icibles au progrs actuel. L anne dernire les t h ubres ont vol la loi Victor Cauvin et la loi Descsrtes Al%  btrtt Ces deux lois ne sout pas } encore promulgues,parce que. I l'extneur.des intresss avaient fait ballre la grosse-caisse temps ; donc, pour ne pis raeontentsr les aoti les exposera aucun mal.il semble que ces! n us qni sa an< %  b i is pour soiittrir toot( p.nation. Pepui i,!es dpch -s i ; naut q que p. tu i o ;..s "' 'i s; m sures pour | ii luuj >ura ce O ucoie qu'o emploie ue ^Ordonnance sur rtqute du Doyen du Tribunal Civil da ce ressort eu date du vingt six Aot courant, permettant h lue vente. Il sera procde m irdj que l'on comptera mil neul cen' dix heures du J matin, sur la galerie de la multiplirentl h die portant le No 1825, atteYankee ont lS anle ft >Iais011 ^^ Kue du Quai, uar le mmis* I ; lu u (Il juu { sis Septembre | trente deux, a Cin-laldy DL \. UN saiR S HEURES MATINEE Le Martyre d'un Jeune Homme ( (iRIBICHE ) avec Jean Eorest par l e de l buissiei Emmanuel Vii, du i'nbuual de Port auPrince, dment commis cet dl t. la vente au plus otIrant et dernier enchrisseur des divers lois de marchandises suivants, quatre vingt deux boucauts de tabac noir (82) pesant approximativement 33 232 livres; 2 trou cent soixante seize balles de laide hatien non prpar ( : >/'()) pesant approximative ment 41.994 livres ; ;>o cent soixante dix belles de tabac amricain pesant euvirou 34.550 livres. La Jile vente se fera sur la mi e prix de (or 24.976,46) vingt quatre mille neuf cent Soixante seize dollars UijUU et ce non compris les Irais de mise excution et de tous autres d i. Aux requte, p > irmite, et diligence de la Banque Nationale le la Rpublique d'rialti, appelle la discussion des conclusions du rapport des comits des Finances et des Travaux Publias sur la transaction intervenue, entre l'Etat et la Couapa guie Nationale des Chmins de Fer.— Comme le banc de lExcu il est encore vide, ie Prsident de la Chambre propose d'intervertir l'ordre du jour pour statuer immdiatement sur les modifications apportea par le Snai la loi du do maine. Cette demande esl accepte et l'Assemble vote les modifications tandis que tes Ministies des Travaux rublics, de l'Intrieur el des Finances prennent place au banc de l'EzCUol — L'ordre du jour est repris el les discussions s'ouvrent sur la dite transaction. Le dputPiou est la tribune non pour combattre les conclusions du rapport, in us pour po| ser uue question prjudicielle. Il demande les pices sur les! quelles se sont bases les membres de comits pour laborer leur rapport.—Il constate quil y a une grau Je dissemblance entre U rapport des commissaires de l'J22, dfavorable celte transacnoa, et ce rapport d s J comits qui conclut sou adv,V I lion. Il voudrait mme voir le^ pices qui accrditent Mr Farnaiit ..omme reprsentant de la Compagnie. Pour ce, i. dpose une rsolution qui deman.te qu des pices principales soient remises, imprimes et distribues avant le vo.e de la transaction Le dput F. Laguerre, rap1,00. Entre ; 0,50* c Baleon A 8 HEURES Le chel d'oeuvre d'rienry Bataille LA MARCHE NUPTIALE atec Louise Lagnmge et Pierre Blanchard. Entre : 1,00 ; Balcon : 2 00 i UN SAVON PRODIGIEUX QUI EN! EVE LES GERMES. EMPLOYEZE TOUR LES MAINS, LA FIGURE ET LE BAIN. LIFEBUOY LE SAVON Dfc. L.-iSANiE POUR MAINS, FIGURES ET BAINS. MOHR & i AUBIN, I. 0. BON M> — I) %  strijjuteurs Rae Roux et du Cer.tre.Pi rt^iu-Prinee. socit anonyme,agissant par porteur des cornues, combat i le Prsi lent de son Couseil d'Administration, le sieur Charles E. Mitcheii. banquier, demeurant et domicili a New-Yoik,(USA) reprsente Port-au-Prince o elle a son lige so-id fl principal tablissement, par Ie> (sieurs Walter F. WOORH1ES et rsolution Piou. I. soutient que les premiers commissaires o il eux-mmes dclar dms leur rapport qu'ils n'ont pas eu le temps matriel ncessaire l'exumen de la transaction. — Pour lui, les commissaires actuels, qui ont eu irois mois pour tudier l'accord, ont prsent un rapport clair et prcis. William H. W ILLIAMS, ses i Le j eune duUte tr0UV 2 ort qiJe Directeur et sous Directeur, | certains collgues qui ont eu a tous deux au-Prince et demeurant Portet domicilis dfendre ie contrat de la P.C.S. puios.Mii veiiir combattre celuici qui eat meilleur. U conclut au rejet dd la rsolution. Le dput Piou remonte la tribune il donn.-des explications sur le vote qu'il a accord la transaction P. C. S. Il attaque %  mnes New-York (^USAj. ayant poui avocats M. s S-yinour HraJel, Thomas H. Lecliaud, Franois Mose, Pierre B lot, Thomas Verdieu et Marc Baudu\, avec lection de domicile en leur cabinet Port-au-Prince, rue du Magasin de l'Etat. Contre les sieurs (iebara &. C, demeuiant et domicilis j ncessaire du a Port-au-Priuce, dbiteurs. / "l'amlioration du Pour plus amples reuseigueclasse de la socit" ments,8'adresser Emmanuel Vil, ihuisser commis, JU aux avocats poursuivants. Fort-an Friuce.le 3 septembre 1932. Les avocats pjuisuivauts, Seymour PHA0EL Et 1 huissier commis: Emmanuel VIL. %  Ml sus-parles taient votes en vue de crer le taux naturel ou salaire et de sorl d'une hatienne. Le Gouvernement Dominicain vient de promulg 1er la loi No 925 sur ls acecidents du travail. Il a par ainsi accept les revendicaiions ouvrires pu"La Opinion" du 2 M BWMWWWi blies par mai PJ32. ( A suivre ) DENIS FNELON les pilh'es clair et prcis du rapporteur des comits et toui n luisant ressortir qu'il n'est pas contre la transaction, il maintient sa rsolution. Le Ministre des Travaux Pu blics dclare encore une lois que c'est la liquidation qui se poursait. (1 esl rudement redress par le d ut Piou qui entend agitation au lieu de liquidation. Rires dans l'auditoire. Le Ministre rn'e sa pre raire phrase et tomb %  d'accord avec son n'erloculeur 11 lait ressortir le ct avantagent de la transaction qui exonra I K y' d'une obligation de 1780006 dollars. Il n'y a que deux alternatives, poursuit il, ou bien vous voiez la transaction et l'Etat n'aura rien payer; ou bien vous ne votez pas et alors I Etat sera oblig de payer. Aprs les interventions de Chtelain et de Brdy en laveur de la rsolution, de Fonrcant, Garcia, Zimor et du Ministre des Finances contre, la rsolution est reste par une lorle majorit. Mise aux voix, les conclusions du rapport sont adoptes L'accord est vo'. ainsi que la loi de sanction. Le Ministre de l'Intrieur obtient l 'interverlissement de l'ordre du jour. Il dpose, aprs lecture, un projet de loi qui apporte quelques modifica'iovis au Code de procdure civile. Le p-ojet de loi bnfice de l'urgence. Il ne sera pis achemin au comit. L u Ministre des Finances dpose quatre projets de loi qui seront achemins aux comits | comptents. — Et la sance est leve, vu l'heure avance. Votre cuisine,, Madame... 00 annonce qu'un On annonce qu'un accord est intervenu entre le Gouvernement et les Lsines Manigue de l'ort-au Prince el de Saint-Marc pour une distribution hebdomadaire, aux populations, du fameux produit Le pays, de Forl-Liberl jusqu' la po nie des Irois, mauifeste en l'honneur du ( uvcrnement q n i a par ainsi trouv quelque choft pour combattre la crise conomique. On peuse gnralement que si L'tat de sige a t dcrt pour arriver cette mesure, il peut durer indfiniment. Bec-Fin. AUX Trois Quartiers l_J.de VENDEGIES) ANGLE AVENUE KING ET ROSE VERNET Viennent d'arriver par le dernier Bateau: Souliers dcollets en Daim blanc, bleu et Satin Noir. Jolis chapeaux, nouvelle Mode de Paris. Poudre Plulia, Crme Tokalou. Tourniquets, Cordonnets brillantes, etc. ARTICLES GARANTIS ET AUX PLUS BAS PRIX. eux, si l'II^itien maniteslait le dsir de se dplacer en vue de J lournir ses services,notamment ^ les rpubliques Dominicaine et Panamenne! Oi sait que certaines de ces mesures avjient t si violent'.s, si vexantes pour nous, qu'elles provoqurent les justes protestation! de noire clunceU le rie, qui heureusement on f s'est empress de donner salisfaction. Suivant deui lettres! qu'un quotidien de Porl-auJ $k Prince avad publies au mois t HB d'aot 1031, le Gouvernenr n franais, par l'intermdiaire ds' son reprsentant, avait lait d s reprsentai is auprs de noti propos de la loi j £ Toutes les Polices DE LA S u ebanc Cauvin. On s i puis L France a pris, contre les t j,-..,, w. mesui qui ne aussi que, de-, trangers, raient tre comparables celle* prvues p la lot Cauvin. D'ailli il i, tjnoi de lus naturel! I Chau bien ordonne...La Grce a promulgu la loi No 5405 du | en lieu el place de lexoti20 avril 1932 sur l'tablissement que, et il y a des pays qni ont e h mouvement des trangers.^ t si loin qu'ils avaient aous interdire l'euue t ^comprennent la .Protection contrela m Foudre sans auamentation de tauxj i • : .Le Boss$Co Aqents Gnraux ^^r^r^^^^ i J



PAGE 1

LE "*nv 3 Sept.' nbir i9:v> PAGE 3 %  • a Rhum Barbancoiir t Dont la renomme est universelle a gard s-", premire place Demandes parloul : UN BARBANCOURT Dpt : Une des Csars. ', HiDI \j %  -,. v> '. %  -A\ LA La SOCIT HATIENNE D'AUTOMOBILES, reprsentant exclusif de la RCA-Victor G 0 invite le public en gnral venir voir les nouveaux appareils RCA-Victor quelle vient de recevoir. Elle se fera un vrai plaisir de faire entendre aux visiteurs des disques dansants ou classiques dernire cration de la RCA-Victor Company. Elle profite de cette occasion pour aviser le public quelle vient de recevoir: Ressorts pour phonographes, Nouveaux disques espagnols, (Trio-Matamorros) Nouveaux disques, (Jimmie Rogers) Blue-eye Jane, (Jimmie Rogers) Disques de longue dure. IC UN SEUL (SUE OE LONGUE CURE,ON A TRENTE LONGUES MINUTES DE MUSIQUE,—TRENTE MINUTES ARTISTES OU MONDE. CES DISQUES PEUVENT TRE JOUS SUR VOTRE ANCIEN APPAREIL VENEZ NOUS VOIR ET SOCIT HATIENNE D'AUTOMOBILES Mallebranche, Gentil, Boqat & C ie Port-au-Prince, Hati. S LA COMPAGNIE OES MEILLEUR S VOUS DIRONS N'ACHETEZ QUE LE M ; \£*** PASTILLES -~ -,.!..or...d.CHTEL G'JYON '/raiifdouTet %  %  -\ J Meilleur el meilleur march que l'article import. En vente au dpt de la Distillerie de Aigle, prs la Banque Nationale, et chez SINON VIEUX PRIX DE DTAIL 6DES 225 LA BOUT CH PIEU FT 1.25 LA DEMIE BAZAR NATIONAL PRIX SPECIAL POUR VENTE EN GROS Idal Rhum ALIX ROY 30 annes de succs. TIMBRES-POSTE Contre 2.000 Timbrcs-posto de vntre pays et pays voisins, inclus les surcharges, lavs et hien mlangs. J'envoie une MONTRE-BRACELET, plaqu or, trs lgante, francu recommande. — Toujours valable. S. RESTEN, 16 *', rue Maubeuge, PARIS tlru) Elle ne se remettait que lentement Une cruelle maladie avait clou au lit, pendant de longs mois, Madame N..., de Strasbourg. I-a dicte, les insumnies, l'avaient affaiblie i l'extrme. Ple, les yeux creux, elle voyait se prolonger sa convalescence et dsesprait de retrouver jamais ses loi ces. C'est alors que sur le conseil d'une I amie.elle lit une cure de FORTIANt. I Ds les premiers jou-s, elle ressentit les bienfaits des lments | articulierement actifs Composant la lt)ivT1ANE. Apres uo seul llacon, elle pouvait enfin se lever et mme foire sans fatigue de petites promenades. C'est aujourd'hui une femme si | vaillante, si active qu'on jurerait I qu'elle n'a jamais t malade. I A vous aussi la FOKTIANE, puissant reconstituant, donnera des loices nouvelles. FOKTIANE est aussi un puissant fbrifuge qui se trouve dan-, toutes les bonnes pharmacies et a l'ort-aul'rince la Pharmacie YV. liuih. •<^y u <^ FhwnkME RGNRE L'ORGANISME FEBHIFUCR. APERITIF. DIG ESTIP, 1 1 1 '.(.(>NS riTUANT. Dans toutes les Pharmacies 4 Port au l'nnct PhaTOUCtl HUCH Baisse SRBKNKN Avise les consommateurs de son LAIT qu'il a rduit ses prix comme suit : LAIT CONDENSE SUCRE CAISSE OE 48.U LAII CONDENSE SUCRE %  DF ?40,3 LAIT VAPOR DE 48,16 LAII EVAPORE • DE 96.8 Rappelez vous que le LilT CONDENSE, EVAPOHKelDcn POUDRE HSIIESSKN est le meilleur, le plus pur el le plus riche en crme. Il sst recommand par les mdecins cl sages femmes aux belles el aux maladcs.ll est employ avantageusement pour les Crmes glaces et chaudes, et les desserts de toutes sortes. En vente AU BON MARCH Et dans toutes les bonnes Kpicer.es tant a Fort-au-Prince oue dans toutes les )l DR 6,25 DETAIL OR 0,14 CENTIME [i 9,10 DTAIL !0,04 5.00 DTAIL 0.11. 6,40 DTAIL 0.07 villes de la Province. .* %  **... M •* :



PAGE 1

£ -SOAS Samedi 3 Septembre 1932 Le Malin 4 .PAGES 2benie ANNEE N fc 77W Port-au-Prince Tlphone : 2242 Lykes Brothers SS G 0 lnc Texas — Hati — Santo uomingoPorto-Rico J Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et Irt entre les ports du Golte dii Texas directement avec Port-au-Prince, Haiti. Pour la rception rapide et le maniement habile de vos importations, servez vous toujours des navires de .'a LYKE LINE. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont: Aluniinum Line Steamer Genevive Lykes Steamer rTillie Lykes Steamer Margaret Lykes Steamer Almeria Lykes Steamer Genevive Lykes Steamer Ruth Lykes > 2 septembre 1932 9 septembre 1932 15 sept. 1932 23 septembre; 1932 30 setembre 1932 7 octobre 1932 Bureau: Rue du Magasin de l'Etai, Boite Postale B PORTS DE NEW-ORLEANS ET MOBILE A PORT-AU-PRINCE, SANTO-DOVINGO CITY.^CURACAOl PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO. DALVANGEN AUSTVANGEN^VESTVANGEN DALVANGEN AUSTVANGEN jVESTVANGEN AVIS AU COMMERCE La" Panama^Railroad Stea mship Line a l'avantage d'an noncer les dparts suivants de New York pour port-au-prince Haiti, directement chaque mardi, Tousses steamers sont pourvus de chambre frieori'nue Dparts de bew \ork. Arrivages Port au-rrince. Steamer "Ancon" 30 aot 1932 le 4 septembre 1932 Steamer "Goayaqnil" le 7 septembre le 13 septembre 1932 Steamer "Cristobal" le 13 septembre le 18 septembre 1032 Steamer "Buenaventura" le 2C sept. le 26 sept. 1932 Steamer "Ancon" le 24 septembre le 29 sept. 1932 Panama Railroad Steampship Line JasH. G.VANREED agent Gnral New-Orlans, Louisiana, Dp. Mobile. Alabama, '.Dp. Port-au-Prince, [Hati Arr. Sano*Domingo City.R.O. arr. Curaao, D. W. I. arr. Puerto Cabello, Venz. arr. La Guaira. Venezuela arr. Paramaribo, Dutch Guiana ar. Paramaribo.Dutch Guiana D. Curaao, |). W. I. arr. New Orlans, Louisiana arr. Juillet 2 juillet 4 juillet 9 juillet 13 juillet 15 juillet 17 juillet 18 juillet 22 juillet 27 juillet 31 aot 8 Juillet 16 juillet 18 juillet :.23 juillet juillet 27 29 juillet 31 aot aot 1H fit aot aot 1 5 10 14 22 juillet aot aot aot aot aot aot aot aot aot sept. 30 1 6 10 12 14 15 19 24 2$ 5 aot 13 aot 15 aot 20 aot aot aot aot sept, sept. se r sept. 24 26 28 29 2 7 11 19 aot 27 aot 29 sept. 3 sept. 7 sept. 9 sept 11 sept. 12 sept. 16 sept. 21 sept. 25 oct. 3 sept 10 sept. 12 sept. 17 sept. 21 sept, 23 sept. 25 sept. 26 sept. 30 oct. 5 oct. 9 oct. 17 PrenanWrt et passagers pour tous les ports ci dessus ..• Votre premire visite A L'HOTEL ANSONIA C0NN4ISSEMENS DIRECTE DLIVRS POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS : Port-deD aix, SKViarc, Mirogone et Jrmie, Hati ; Monte Oristi, La Romana, Barahona, San Pedro de Macori* etJAzua, Rpublique Dominicaine, Coro, Carupano, Cumaco, Guanta et Pampatar,Venezuela, Aruba et Benaire.DWI. J DE MOBILE ET NEW-ORLANS A TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET MARACAIBO. Un dpart vers le milieu de chaque "mois touchant directement : Puerto-Plata, R. D.,'Cap-Hatien, Gonaves, PetitGove. Aux Cayes et Jacmel, Haiti et Macaraibo, Venezuela. Si un Irt suffisant est offert, ces bateaux toucheront galement Port-de-Paix, St-Marc. Miragoane et Jrmie, Barahona, Azua, Monte Cristi, San Pedro de Macoris et La Romana. R. I). Aruba, D. W. I. De Tampa, Floride, la Jamaque-Hati—La Rpublique Dominicaine— Curaao et Venezuela: Dparts pour les ports ci-dessus quand une quantit suffisante de irt est offerte. ( Sujet v.changement, aunulation ou ajournement sans avis. ) [A, de MATTEIS & C, Agents Gnraux Hati Oir~ Nous donnera raison, confirmera votre bon jngeSjent, justifiera la confiance que vous nous aurez accorde en nous garantissant votre apprciable patronage l'Htel le plus slect de Port-au-Prince. Nous vous suggrons d'arrtei votie chambre d'avance. Bire la pression. Dfilai ( %  nierai Hatien \ Accidents 30 aot 1933 Antoine St-Jean, 22 ans, Logune. Blessure contuse de la loue gauche. Grard Verna, 6 ans, place Geftrard. Blessure tranchante du menton. Nosime Absalon, 28 ans, Grande Saline. Blessures contuse s du Iront et de la paupire intrieure gauche. Rto Pierre, 24 ans, Portail Logaue. Blessure tranchante de l'index gauche. Lamarre Painson, l'.\ ans, rue Tireiuas.se. Blessure tranchante par morsure de chien. Dorai benque, 13 ans, Bolosse. Contusion de la rgion lombaire gauche. 31 aot 1932 Lorvana Paul. 30 ans, avenue Voulez-vous Russir dans vos tudes uo taire russir vos enfants.grce une mthode d'enseignemeut classique excellente? VOULEZ von? Une profession aprs 6 9 mois d'tudes srieuses (St noDactylo. Langues vivante Comptabilit)' Songez que l'Institut TIPPENHAUER se recommande el s'impose votre attention l>:ir les brillants rsultats dj obtenus. 1537Rue Lamarre. Tlphone 2891. Sandales Sandales Pour la campagne et les b-iius de mer, la mode est aux Smdales eu caoutchouc Croix de Lorraine Sans couture, ni collage. Rendez-vous chez Ren Lafontant et au Bazar Parisien. j Rue des Miracles V. Coraeau MONTASSE & Co Agents I cIIic : NC (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone: N 2323 Le sapeur Bolivar Voy. ; 103 .partira de New-York le 31 courant, directement pour Port-au-Prince o il est attendu le 6 septembre prochain, en roule pour les ports colombiens, Cristobal, Canal Zone, Kingston et New-York. William. E. BLEO. Agent. LE FAIT EST INCONTESTABLE ithuiu Stlhe C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire! runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! w AVIS IMPORTANT Porr tout ce qui se rapporte duTravaiV Corps tranger" d l,x flaires de la Fabrique pied droit. Hatienne de MosaquesChar: Justin Trouillof, 81 ans, bas 1 lier-Mallebranche et Co, nos Peu de Chose.Contusion du nez, ai niables clients sont (.ries rosions du menton. de voir ou Mr A. MallebranHermance Pierre-Louis, 35 cne ou Mr Pli. Charlier, la ans. Croix des Martyrs. Morsure humaine et hmatome du dos de la main gauche. j di Tradiog Co ) ou | U se Pierre Kettelv, 12ans. Bois.. x ,•_./• __ So it Hatienne biles (ancien local d'Automode la West Avis l Verna. Traumatisme de la Innche gauche. Andr St.Louis, 25 ans, rue St-Honor. Blessure msive de la paume de la main gauche. Edouard Georges,48 ans l.alue Corps tranger de l'index gauche. Haoul Paul, lt> ans, avenue Magloire Ambroise. Traumatisme du genou droit. Adeline Lavelanet, 5 aus, rue desMirecles. Blessure piquante de la nuque. Dsilia Jeun, 0 ans, rue R uuion. Blessure contuse du 2eme orteil. Louis Joseph, 21 ans, Wharl aux heilies. Contusion et l.ma tome du geuou el du poignet tiennent leur disposition tons les jours. Tlphonez au No 2680 ou an N" ;2115 CllAULlEU MALLBBltANi HK& C* Sauvez droits, de l'avant (hospitalis). bras g mille II DEMPLOI vos livres Sauvez vos livies et con lections en mauvais tat cl les confiant aa relieur cous cienciei P . liCeS Ma riUme> %  £" Pf ses branches*d'Europe sont payables en Hati. Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univei entier tous les voyaVeuve F. BERMINGHAM, AuxCaves SOUSAGENTS Agent Gnral pour Haiti. Port-au-Prince. IG. QILG JEAN BLANCHET Jrmie DEW DROP INN RUE DU MAGASIN E L-ETAT Coquet tablissement si*} tu tout prs de la Banque J Nale et dirig par Mme Maria BEKTET. I LA Viennent d'arriver HO-RO-CO. EN VENT£:AU BON MARCH ET CHEZ HIPPOLYTF JL m >



PAGE 1

Clment Maqloire ;D1RKCTJ£UR 1358. RlJCAMK1CA1NE 1358 TELEPHONE N2242 r Et comment lia notion d'galit il-elle considre comme donne MU la vie relle, avec la notion de droit .' Le droit ne doit-il pas se mesurer a la valeur V Et est-il logique que l'ignorant, le paresseux, le incnant ait les miaea droits que le avant, le travailleur, l'homme ^de Lien ? Emile BOUTROl'X* zxa 26 me ANNEE N 7763 POR -AU il Ail Le scandale des recouvrements communaux Depuis quelques semaines, il pleut sur les contribuables communaux contrainte, mandement et commandent lins de paiements des patentes ou de I impt locatif pouvant encore tre ds la Commune pour l'exercice en cours. Quand on considre que nous* sommes au dernier mois de l'exercice.que les recettes aprs lesquelles court encore le Receveur communal, constituent |ee Voies et Moyens qui devaient permettre, dans le cours de l'exercice, l'expdition des services communaux, on a tout de suite ide qu'il y a quelque chose ( qui cloche, d'anormal et de scandaleux. Nous avons sous les yeux un cas de ce genre, relatif un impt locatif dont le mon tant lgal est de 12 gourdes et pour lequel, contrainte comprise et jours de retard stipules, il est rclam du contribuable la somme de 122 gourdes!... El ce cas est loin de constituer une exception. Examinons-le au regard de ce que dit la loi afin d'tablir en quoi consiste l'anomalie et comment elle doit tre redresse. Le texte fondamental, en ce domaine, est celui de l'article 18 modifi de la loi du 24 octobre 187G, ainsi conu: La patente doit tre prise, chaque anne, du 1er octobre au 31 dcembre. Toute personne sujette la patente, qui ne l'aura pas prise quinze jours aprs / date du 31 d cembre, sera, sur la dnonciation du receveur communal, condamne par le juge de paix une amende de cinquante centimes par jour de retard, plus 10 o/o du montant de la patente qu'elle aurait d prendre.— L'amende, ainsi que le montant de la patente et des frais, seront, 12 heures aprs la condamna tion, s'ils ne sontj>as pays, saisis d'office par. le j ge de paix sur les marchandises, denres meubles ou effets quelconques, appartenant au retardataire.— Les objets saisis seront, bref dlai, vendus la crie publique jusqu' concurrence des sommes recouvrer... Tout ce qui vient d'tre dit del patente s'applique l'impt locatif. La loi du 13 aot 1928 n'dicte qu'une procdure plus rapide dans la poursuite, sans rien changer dans la dtermination des dlais. Appliquons la disposition lgale un cas donn. Soit un contribuable de la patente ou de l'impt localii ayant 10 gourdes verser. !l doit taire ce versement du 1er octobre au 31 dcembre. Le 15 janvier (quinze jours aprs), s'il ne l'a pas lait, le receveur communal le fait condamner par le juge de paix au paiement, lo, de 11* gourdes ( montant de l'impt, plus \0 o/o ); 2o, des frais de poursuite; 3o, d'une amende de 7 gourdes50 centimes poulies lo jours de retard 50centi mes par jour de relard partir du 31 dcembre. Toute condamnalioi) dpassant celte limite ne peut se supposer et serait illgale, la loi n'accordant ainsi que 15 jours au contribuable pour tre en retard, raison de 50 centimes par jour, et au receveur cor.imimai pour exercer poursuite. Si celui-ci laisse passer le 15 janvier, c'est lui qui est en faute et non le contribuable, et ce dernier, en aucun cas, ne saurait lre condamn une amende ayant son point de dpart ailleurs que dans une condamnation venant elle-mme conclure la dnonciation laite le 15 janvier par le receveur communal. Au surplus et en rsum, la loi a organis, pour le recouvrement judiciaire des impts communaux, une procdure ce point expdilive que, pass le mois de janvier, tout contribuable doit tre en rgie avec le lise communal. En tout cas, pass ce dlai, la responsabilit de l'administration communale doittre elle mme mise en cause, sans qu'il puisse y 1 avoir place, jusqu' la fin de l'anne budgtaire, aux contraintes ridicules auxquelles nous assistons et qui, sur un principal de 10 gourdes, viennent greffer navement des amendes illgales selevant jusqu' la centaine. Si la Commune ne veut pas voir revenir sur le tapis l'histoire de sa tutelle, qu'elle fasse le ncessaire poui se maintenir la | hauteur de ses devoirs. ECHOS —o— — Beaucoup de villgiaturistes descendent de Kenskofl. La pluie chaque jour mouille les plaisirs de la jolie station d't. La saison est virtuellement interrompue, et le Rendez-Vous est boueux. — Notre confrre Le Nouvelliste annonce que l'arrt prsidentiel de fermeture quatre heures a t rapport par circulaire aux prtets d'arrondissement. N'avons pas t jusquni touch de cette dcision. — Dans les bureaux officiels de l'Education, on dit beaucoup de bien d'un livre de propagande d'hygine que fait paratre, l'Imprimerie Nationale, l'actif Prsident de la CroixKouge hatienne. L'ouvrage sera illustre et lis pratique.Compliments. %  %  A l'occasion de la mort de M"" lia rnave Lespinasse, la semaine dernire Plionville, il y a eu une vritable manifestation d'apti o participaient beaucoup de gens de toutes les classes. La dfunte fut rpute pour sa gnrosit et sa hont.Condolances. -On annonce la dissolution du Conseil Communal de Thomazeau. C'est, dit-on, Mr Louis Deshauteurs qni prbide la Commission qui remplace le Conseil. Cette mesure a t provoque pour des fautes, prtendon, dans la gestion des intrts de cette commune. — Les consommateurs de bire dite nationale se plaignant de plus en plus de la mauvaise qualit du produit qu'on leur offre, s'en reviennent la bire allemande. Le prix du Pilsner et autres marques trangres rputes sera baiss, nous annonce-t-on. Tant mieux. Ce n est pas trop tt. — LIngnieur Jeannot, dont l'activit est inlassable, a lait amliorer la route MiragoneAnse--Veau. Trois gus en ro' elles et cocotiers ont t construits Dupuy, St-Sauveur et Dupenier. Compliments. ) — La Compagnie Panama de Navigation a rduit de 72 cts II y a Vingt-cinq anr^ LE MATIN, 3 Septembre IDUl. UN HOPITAL i La Magnsie ERBA EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCH COMME REGULATEUR DES FONCTIONS GASTRIQUES ET INTESLINJLES. A. de Matteis & C AGENTS POUR HATI !" MKaw mm — n— i i m -•* 00 le fret sur le caf. Le branle est donn ; d'autres lignes en leiont autant. — Le cyclone annonc |Sldi dernier qui venait vers nous une vitesse de 145 milles l'heure et qui menaait surtout le nord de l'Ile, nous a pargn. Jamais soire n'a t plus loile et plus calme que celle de jeudi soir. — La dclaration de M. Bhmchet, au Snat, qu'un nouvel accord tait intervenu avec le Gouvernement Amricain, pour la reprise de notre souverainet politique, lait l'objet de mille commentaires. D'aucuns disent que c'est une nouvelle Convention en gestation, d'autres que Washington en a plein le dos de DOS affaires et qu'il ne pense qu' s'en dcharger. Notre opinion, c'est que la vrit est entre ces deux hypothses dans l'esprit du partenaire amricain. Dans tous les cas, quelque rserve qu'on puisse l'aire sur la politique intrieure du Prsident Vincent, on est assur qu'il ne laillira pas sur l'essentiel de nos revendications nationales. — Notre excelleui ann le Pre Pessel, cur de Trouin, a subi, I Hpital-Gnral, une opration de l'appendicite. Cela a trs bien russi. Bientt il pourra repreudie ses gnreuses activits. — L'Allemagne, au point de vue de la politique intrieure, offre le spectacle d'un chaos, iihler esi matre du tleiscbtag, — cependant qu'liiudeuburg le eomoat outrance, appuy sur l'arme rgulire, u'est un crise^de rgime, disent les esprits politiques qui se rsorbera par la monarchie. — Le jeune et si distingu Docteur Cordero.exil cubain qui est Porl-in-Prim e depuis quelques mois, pjri pour Paris o il attendra la fin de soi exi!. Trs apprci dans les milieux mdicaux hatiens, ses amis regrettent son dpart. — Le cble ancoLce une vague le chaleur qui passe sur la Fiance. Ou a eiucgistr 40 degrs centigrades l'ombre* — Le rapport de la Commission sur la Transaction interveuue entre le Gouvernement et la Compagnie d'Eclairage Electrique est incessamment en discussion. — On pense qu'au Snat de la Rpublique l'affaire de la P. C S ne donnera pas lieu grande discussion. — Hier, midi. Y .orloge des pompiers marquait deux heures un quart. — Sur la roule de Ptionville, hier matin, l'automobile de Madame Gauneau est entre en collision avec une autre conduite par un militaire hatie.i. Au Bureau de la Police, Us responsabilits ont t fixes. — On se plaint, juste raison, que Mme Jacqueline Wieuer Silvera semble ne plus s'intresser au thtre. Voyons, belle animatrice, ne laissez pas votre cher public languir ap es une soire th tl*ale 1 II eu demande une Accorde, n'est-ce pas? — Le local du Bar Terminus n'a vraiment pas de chance,,L'actuel propritaire ne peut pas y tenir. Il liquide. C'est Monsieur Boit qui installera dans la-{maison une grande Epicerie. POUR LES PUNIES Washington vient d'tre dot d'un hpital pour les plantes! Ds qu une jolie Amricaine s'aperoit qu'un arbuste flchit du col, ou penche mlancoii(juement la tte, elle Fenooicse faire soigner l'hpital. Quinze nu dtins, attachs Rtablissement, suivent attentivement le progrs du mal, et, s'il se peut, le gurissent. Or, d' prs leurs rapports, etc'est l I intrt de la fondalinn,— il ressort clairement que les plantes souffrent d'iniirmii, s exactement semblables ( %  ( %  Iles n'e l'homme : rhumatisme phtisie, dyspepsie, ples couleurs, absence a hygine ; lu bacuit a constat (pi il ne manquait souvent, leur parfaite sant, que deur jacteuts: /<<

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07095
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, September 03, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07095

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Maqloire
;D1RKCTJUR
1358. RlJC- AMK1CA1NE 1358
TELEPHONE N2242
r
Et comment lia notion d'galit
il-elle considre comme donne
mu la vie relle, avec la notion de
droit .' Le droit ne doit-il pas se me-
surer a la valeur V Et est-il logique
que l'ignorant, le paresseux, le in-
cnant ait les miaea droits que le
avant, le travailleur, l'homme ^de
Lien ?
Emile BOUTROl'X*
zxa
26 me ANNEE N 7763
POR -AU il Ail
Le scandale des recouvre-
ments communaux
Depuis quelques semaines,
il pleut sur les contribuables
communaux contrainte, man-
dement et commandent lins
de paiements des patentes ou
de I impt locatif pouvant en-
core tre ds la Commune
pour l'exercice en cours.
Quand on considre que nous*
sommes au dernier mois de
l'exercice.que les recettes aprs
lesquelles court encore le Re-
ceveur communal, constituent
|ee Voies et Moyens qui de-
vaient permettre, dans le cours
de l'exercice, l'expdition des
services communaux, on a
tout de suite ide qu'il y a
quelque chose (qui cloche,
d'anormal et de scandaleux.
Nous avons sous les yeux
un cas de ce genre, relatif
un impt locatif dont le mon
tant lgal est de 12 gourdes
et pour lequel, contrainte
comprise et jours de retard
stipules, il est rclam du
contribuable la somme de 122
gourdes!... El ce cas est loin
de constituer une exception.
Examinons-le au regard de
ce que dit la loi afin d'ta-
blir en quoi consiste l'anoma-
lie et comment elle doit tre
redresse.
Le texte fondamental, en
ce domaine, est celui de l'ar-
ticle 18 modifi de la loi du
24 octobre 187G, ainsi conu:
La patente doit tre prise,
chaque anne, du 1er octobre
au 31 dcembre. Toute person-
ne sujette la patente, qui
ne l'aura pas prise quinze
jours aprs / date du 31 d
cembre, sera, sur la dnoncia-
tion du receveur communal,
condamne par le juge de
paix une amende de cin-
quante centimes par jour
de retard, plus 10 o/o du
montant de la patente qu'elle
aurait d prendre. L'amen-
de, ainsi que le montant de
la patente et des frais, seront,
12 heures aprs la condamna -
tion, s'ils ne sontj>as pays,
saisis d'office par. le j ge de
paix sur les marchandises,
denres meubles ou effets
quelconques, appartenant au
retardataire. Les objets sai-
sis seront, bref dlai, ven-
dus la crie publique jus-
qu' concurrence des som-
mes recouvrer...
Tout ce qui vient d'tre dit
del patente s'applique
l'impt locatif. La loi du 13
aot 1928 n'dicte qu'une pro-
cdure plus rapide dans la
poursuite, sans rien changer
dans la dtermination des d-
lais. Appliquons la disposi-
tion lgale un cas donn.
Soit un contribuable de la
patente ou de l'impt localii
ayant 10 gourdes verser. !l
doit taire ce versement du
1er octobre au 31 dcembre.
Le 15 janvier (quinze jours
aprs), s'il ne l'a pas lait, le
receveur communal le fait
condamner par le juge de
paix au paiement, lo, de 11*
gourdes ( montant de l'impt,
plus \0 o/o ); 2o, des frais de
poursuite; 3o, d'une amende
de 7 gourdes50 centimes poul-
ies lo jours de retard 50centi
mes par jour de relard par-
tir du 31 dcembre. Toute
condamnalioi) dpassant celte
limite ne peut se supposer et
serait illgale, la loi n'accor-
dant ainsi que 15 jours au
contribuable pour tre en re-
tard, raison de 50 centimes
par jour, et au receveur cor.i-
mimai pour exercer poursuite.
Si celui-ci laisse passer le 15
janvier, c'est lui qui est en
faute et non le contribuable,
et ce dernier, en aucun cas,
ne saurait lre condamn
une amende ayant son point
de dpart ailleurs que dans
une condamnation venant
elle-mme conclure la dnon-
ciation laite le 15 janvier par
le receveur communal.
Au surplus et en rsum,
la loi a organis, pour le re-
couvrement judiciaire des
impts communaux, une pro-
cdure ce point expdilive
que, pass le mois de janvier,
tout contribuable doit tre en
rgie avec le lise communal.
En tout cas, pass ce dlai,
la responsabilit de l'admi-
nistration communale doit-
tre elle mme mise en
cause, sans qu'il puisse y
1 avoir place, jusqu' la fin de
l'anne budgtaire, aux con-
traintes ridicules auxquelles
, nous assistons et qui, sur un
principal de 10 gourdes, vien-
nent greffer navement des
amendes illgales selevant
jusqu' la centaine. Si la Com-
mune ne veut pas voir reve-
nir sur le tapis l'histoire de sa
tutelle, qu'elle fasse le nces-
saire poui se maintenir la
| hauteur de ses devoirs.
ECHOS
o
Beaucoup de villgiaturis-
tes descendent de Kenskofl. La
pluie chaque jour mouille les
plaisirs de la jolie station d't.
La saison est virtuellement in-
terrompue, et le Rendez-Vous
est boueux.
Notre confrre Le Nou-
velliste annonce que l'arrt
prsidentiel de fermeture qua-
tre heures a t rapport par
circulaire aux prtets d'arron-
dissement. N'avons pas t jus-
quni touch de cette dcision.
Dans les bureaux officiels
de l'Education, on dit beaucoup
de bien d'un livre de propa-
gande d'hygine que fait para-
tre, l'Imprimerie Nationale,
l'actif Prsident de la Croix-
Kouge hatienne. L'ouvrage se-
ra illustre et lis pratique.Com-
pliments.
"A l'occasion de la mort de M""
lia
rnave Lespinasse, la semaine
dernire Plionville, il y a eu
une vritable manifestation d'a-
pti o participaient beaucoup
de gens de toutes les classes. La
dfunte fut rpute pour sa g-
nrosit et sa hont.Condolan-
ces.
-On annonce la dissolution
du Conseil Communal de Tho-
mazeau. C'est, dit-on, Mr Louis
Deshauteurs qni prbide la Com-
mission qui remplace le Con-
seil. Cette mesure a t provo-
que pour des fautes, prtend-
on, dans la gestion des intrts
de cette commune.
Les consommateurs de
bire dite nationale se plai-
gnant de plus en plus de la mau-
vaise qualit du produit qu'on
leur offre, s'en reviennent la
bire allemande. Le prix du
Pilsner et autres marques -
trangres rputes sera baiss,
nous annonce-t-on. Tant mieux.
Ce n est pas trop tt.
LIngnieur Jeannot, dont
l'activit est inlassable, a lait
amliorer la route Miragone-
Anse--Veau. Trois gus en ro-
' elles et cocotiers ont t cons-
truits Dupuy, St-Sauveur et
! Dupenier. Compliments.
) La Compagnie Panama de
Navigation a rduit de 72 cts
II y a
Vingt-cinq anr^
Le Matin, 3 Septembre IDUl.
UN HOPITAL
i
La Magnsie ERBA
EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCH COMME REGULATEUR
DES FONCTIONS GASTRIQUES ET INTESLINJLES.
A. de Matteis & C
AGENTS POUR HATI
MKawmmni i m......-*
00 le fret sur le caf. Le branle
est donn ; d'autres lignes en
leiont autant.
Le cyclone annonc |Sldi
dernier qui venait vers nous
une vitesse de 145 milles l'heu-
re et qui menaait surtout le
nord de l'Ile, nous a pargn.
Jamais soire n'a t plus loi-
le et plus calme que celle de
jeudi soir.
La dclaration de M. Bhm-
chet, au Snat, qu'un nouvel
accord tait intervenu avec le
Gouvernement Amricain, pour
la reprise de notre souverainet
politique, lait l'objet de mille
commentaires. D'aucuns disent
que c'est une nouvelle Conven-
tion en gestation, d'autres que
Washington en a plein le dos
de DOS affaires et qu'il ne pense
qu' s'en dcharger. Notre opi-
nion, c'est que la vrit est en-
tre ces deux hypothses dans
l'esprit du partenaire amricain.
Dans tous les cas, quelque r-
serve qu'on puisse l'aire sur la
politique intrieure du Prsi-
dent Vincent, on est assur qu'il
ne laillira pas sur l'essentiel de
nos revendications nationales.
Notre excelleui ann le
Pre Pessel, cur de Trouin, a
subi, I Hpital-Gnral, une
opration de l'appendicite.
Cela a trs bien russi. Bien-
tt il pourra repreudie ses
gnreuses activits.
L'Allemagne, au point
de vue de la politique int-
rieure, offre le spectacle d'un
chaos, iihler esi matre du
tleiscbtag, cependant
qu'liiudeuburg le eomoat
outrance, appuy sur l'arme
rgulire, u'est un crise^de
rgime, disent les esprits po-
litiques qui se rsorbera par
la monarchie.
Le jeune et si distingu
Docteur Cordero.exil cubain
qui est Porl-in-Prim e de-
puis quelques mois, pjri pour
Paris o il attendra la fin de
soi exi!. Trs apprci dans
les milieux mdicaux ha-
tiens, ses amis regrettent son
dpart.
Le cble ancoLce une
vague le chaleur qui passe
sur la Fiance. Ou a eiucgis-
tr 40 degrs centigrades
l'ombre*
Le rapport de la Com-
mission sur la Transaction
interveuue entre le Gouver-
nement et la Compagnie
d'Eclairage Electrique est in-
cessamment en discussion.
On pense qu'au Snat
de la Rpublique l'affaire de
la P. C S ne donnera pas
lieu grande discussion.
Hier, midi. Y .orloge
des pompiers marquait deux
heures un quart.
Sur la roule de Ption-
ville, hier matin, l'automo-
bile de Madame Gauneau est
entre en collision avec une
autre conduite par un mili-
taire hatie.i. Au Bureau de
la Police, Us responsabilits
ont t fixes.
On se plaint, juste
raison, que Mme Jacqueline
Wieuer Silvera semble ne
plus s'intresser au thtre.
Voyons, belle animatrice, ne
laissez pas votre cher public
languir ap es une soire th
tl*ale 1 II eu demande une
Accorde, n'est-ce pas?
Le local du Bar Termi-
nus n'a vraiment pas de
chance,,L'actuel propritaire
ne peut pas y tenir. Il liquide.
C'est Monsieur Boit qui ins-
tallera dans la-{maison une
grande Epicerie.
POUR LES PUNIES
Washington vient d'tre dot
d'un hpital pour les plantes!
Ds qu une jolie Amricaine
s'aperoit qu'un arbuste flchit
du col, ou penche mlancoii-
(juement la tte, elle Fenooicse
faire soigner l'hpital.
Quinze nu dtins, attachs
Rtablissement, suivent atten-
tivement le progrs du mal, et,
s'il se peut, le gurissent.
Or, d' prs leurs rapports,
etc'est l I intrt de la fonda-
linn, il ressort clairement que
les plantes souffrent d'iniirmii, s
exactement semblables ((Iles
n'e l'homme : rhumatisme phti-
sie, dyspepsie, ples couleurs,
absence a hygine ; lu bacuit
a constat (pi il ne manquait
souvent, leur parfaite sant,
que deur jacteuts: /<< soleil.
C'est de plus en plus comme
< heu.c nous .
Propos
humides
Eno garde
libres les intestins
De mme que vous nettoyez vos dents,
que vous vous lavez la figure et les mair.s,
de mme il faut nettoyer vos intestins
rgulirement. Une faon sure, efficace,
rgulire, simple, c'est de boire un verre
de ENO'S "Fruit Sait" le matin ou le soir.
Mais exigez toujours ENO.
lhulinna a rcolt, l'autre soir, un
t)c:in succs rree Tentation . C'-
tait p.voir.
Connaissez-vous le saisi de ce Blm
merveilleux '.' Voici. John Berg esl
(lanc une jeans Bile, qni, dam
une inimit d'exaltation, il a promis
de ne jamais goter l'alcool. Il
lient parole pendant des annes... el
puis, l'occasion d'un voyage oui
le conduit l'oit-au-l'rince, John
Berg se trouve en laie d'un IU1UM
SABTHE CACHET D'OR. Le tenta-
tion esl forte, irop forte... John
Berg V succombe. Il boit son Hlium
Sarilie, connue vous et moi... et,
pour, endormir ses remords, il en
reboit, avec le mme plaisir, d'ail-
leurs
Quant la petite fiance, elle n'en
saura rien, et dans le cas o, le ta-
chant, elle s'aviserait le rouspler,
eh bien Jolin lier est dcid
rompre.
El voil I
Compliments, Tr.idy 1 A quand la
reprise ?
... voil que l'auto portant la
plaque de dmonstration )U
numro 5007 ne roule jam* s
qu'en troisime vitesse. Coni-
me.it des accidents ne sont pus
encore signals son actif?
Chacun se le demande. Cela
lient du miracle. Nous avons
lool de mme plus confiance
n la Police pour prvenir le
consquences invitables de
cette manire imprudente de
conduire.

... a vu jeudi PHoIel tout
un groupe imposant de Capois
el de Capoises. Hoirs autres,un
clbre et sympathique rescap
de chasse, un snateur ex-mw
nistre, qui se lait de plus en
plus la coqueluche de Port au-
Pnnce, un intressant jeune
premier, fils du distingu sna-
teur, un agenl de la Compagnie
Transatlantique, Quant aux da-
mes, chapeau bas: Jeunesse,
beaut, distinction, grce, et, re
qui esl plus prcieux, une con-
versation d'une saveur pari-
sienne. Le Cap est-il la seconde
ou la premire ville de la R-
publique, du point de vue l-
minin

...voit que le sucrier en ar-
gent, manufactur 1710, grav
aux initiales M. B. el perdu par...
a t vite letrouv grce l'hon-
ntet de M. X., qui l'avait ache-
t, et s'est empress de le res-
tituer. Compliments.
Loterie
Nationale
ENOS
FRUIT SAL"
o
Le cyclone attendu jeudi soir
el qui devait nous traiter eu SI
Domingue est pass sans nous
faire grand mal. Aucun nau-
frage n'est signal, aucun ni/, de
mare et c'est tout au plus si
nous avons enregistr quelques
clairs, quelques babas, et une
petite pluie insignifiante. Le cy-
clone a lait fiasco, autant d'ail-
leurs'que la laineuse clipse de
soleil de mercredi dernier, El
c'est tant mieux. 'J*-H
gL'Oservatoirede" la Loterie
Nationale annonce J son tour
son tirage mensuel pour demain.
"^Gageonsque cela se ralisera
de point en point Si que, celle
lois, je gagne les seize mille
gourdes du gros lot
Lisez ceci :
Famille hatienne, habitant
Peu de Chose, avenue N, mai-
son Confortable, revoit des pen-
sionnaires des cou filions a-
vaniageuses. Pour tous rensei-
gnements, s'adresser au bureau
du journal.
irez-vous contre ace
General Accident Tue A
Lite Assurance C'"! '
uiied. v'-- F. Berminu'iasi
Ageut Gnral pour Hti
; ...voit que La Helve, l'int-
'ress&nte revue qui parait sous
la direction du jeune, et dj si
talentueux Jacques C. Antoine,
vient de livrer son fascicule de
septembre. Sommaire copieux
et vari,dont rien n'est ddai-
gner. Nous en recommandons
lu lecture. Compliments M.
Jacques Antoine, et ses bril-
lants collaborateurs.
... a vu, l'autre jour, notre
cha'manl ami Paul (iardrequi
sirotait avec dlice deux doigts
de l'excellent cocktail que la
Maison Harbancourt vient si
obligeamment de lancer sur le
march. Un ami en prit occa-
sion pour le blaguer, et non
sans propos:
- Merlin l'enchanteur, fit-il,
est piis dans son propre en-
chantement 1
...voit qu' l'arrive du Pa*
nama, el des bateaux de tou*
listes, l'Htel de France est en-
vahi par une tourbe demercan-
ti, de shiiies, et de jeunes en-
tremetteurs qui ne donnent
pas quartier aux voyageurs.
Chacun a quelque chose ol-
l'rir, mais le tait avec une insis-
tance d'autant plus rvoltante
que le marchand ne sent pas
toujours bon et donne, par sa
mise sordide, l'impression qu'il
est capable de n'importe quel
mauvais coup. Il est certain
que tous ces voyous sont des
pickpockets entrans.
La Police ne pourrait-elle pas
prendre des mesures pour loi-
gner ces malodorants intrus et
les empcher de prendre l'H-
lel de France pour u monlto,
o l'on rentre quan 1 il orn i *
on veut?
t

... voit, chaque jeur, au bord
de mer, et surtout aux arrives
de touristes, un perclus dvi
jambes qui, ne pouvant ni mar-
cher ni mm si ,, .
somme oui l'oue'1 *
vaut d :
Vorer l'aum .
si navrant, a V ml -
bl L'accs ries eah
vYharf. ainn le la rue, devrait
, la place est certainement a
l'hntta!.

fefe
*r-*y.-*.N_j^
. i
*#*< i

:
+m&*"
*.



PAGE 2
VOIX DESJIITRES
La Crise
EN MUE DE CAUSE
LE MATIN 3 Septembre 1932
vpi
CattBD
Psoritsit
farondrt
llctf
Dpurez votre Sang
par le
CUROMAL
Dans ma lettre publie par \
Le Matin du 11 juillet 1932,
)e Dosais la question savoir
qui donc aura la patience d'al
1er chercher la cause de notre
crise aussi loin qu'elle puisse se
trouver, et j'ajoutais qu'il fau-
drait 'a prendre srieusemeat j
par en bas. |
Je ne partage pas l'opinion (le /
ceux qui soutiennent que notre
situation est la rsultante de la
crise conomique qui psI mon-
diale. Ce n'est pas du tout vrai,
car aux Etats-Unis surtou, il y
a eu un moment o les travail-
leurs touchaient jusqu' dix
dollars par jour. Donc, si au-
)ouid'hui la misre est noire
pour les travailleurs amricains,
ceux ci sont en train de payer
les consquences de leur impr-
voyance ; tandis que les tra-
vailleurs hatiens n'ont jamais
connu des salaires plus levs
que six neul gourdes par se-
maine, sans aucune protection.
Q i '. le cal se vende or 10,
ou or 20 et moins les 50
kilogt.,lesucre or 7,1e sac de
100 ibs le coton or 0,40 ou
or 0,02 la livre, ce pauvre tra-
vailleur touche des salaires qui
os :illenl sans dpasser six
neul gourdes par semaine. En
d'u.ittes termes, la crise tant
mondiale, [ce serait alors se
croiser les bras et attendre que
seulement les autres travaillent
pour nous, en se dbrouillant
pour eux mmes. Puisque nous
ne taisons rien, il est bien cer-
tain que notre situation est en-
core et restera pire aprs que
toutes les nations sortiront de
leur malaise. D'ailleurs si depuis
aot 1915 nous nous mettions,
avec ou sans l'Amricain,srieu-
sement en lace des ralits et
rsolument au travail, aujour-
d'hui nous aurions pu dire que
la crise n'existe pas chez
nous. Je reste convaincu que
sur le terrain de la mise en
ceuvre, l'Amricain, depuis son
dbarquement en juillet 1015,
n'a jamais pu trouver qui cau-
ser ; nous n'avons pas compris
et nous ne comprenons pas en-
core l'Amricain,car s'il en tait
ainsi,nons aurions tir le maxi-
mum de profils de sa prsence,
et, qui pis est, laute de stahsti-
que, nous restons malheureu-
sement dans la plus grossire
ignorance de ce qu'il a ralit
depuis, et, avec ou sans lui
mais depuis son administra-
tion, d autres trangers.
Malgr la crise qui augmen-
tait tant les inquitudes ht-bas,
felirloat aDrs le mois d'octobre
1U20, le Gouvernement Amri-
cain, au lendemain de M ircna*
terre, nous en/oya, en 1930, lu
Go omission Forbes et la Com-
mission Motion. Les deux, tans
leur rapport approuv par le
Prsident des Etats-Unis.recoin
m ih ioieni, presque sous tonne
de rparation,ou bien un1 allo-
cation la charge du trsor
amricain, ou bien un emprunt
un taux trs bas.avee naturel-
lenieui d'autres points discuta*
bls. Plusieurs points .le la
Commission Forbes ont t mil
de cot et nous n'avons, en
outre, jamais tenu compte du
rappo-t de la Commission Mot-
ton. Comme consquence de
cette dernire mconnaissance,
le Gouvernement Amricain
a'est empressa, l'anne dernire,
de nous remettre tout simple-
ment Damien o un Amricain
peicoitdes appointements beau-
coup plus levs que ceux du
Directeur Gnral.
H
Prenons !e cas des Etait*
Unis if Amrique. Ds la ces-
sation des h istilits, les an-
ciens belligrants de l'ancien
inonde avaieul eu un besoin
trs pressa a t d'appro vision*
Dment, lia mmqurent de
capituiu, et presque leurs
toeiOdur* terrains, ayant s.,-
vi de i ma ire de guerre, n'-
taient pie su rora eu tat
d'exploit moi Ile l'adress
rent tout naturel! miout u l'A*
mrique au pour epjndre u
la trop ;; demande qui
ne pouvait sourir uucuu re-
tar*, le perfectionnement du
machiniste a e pousse u
outrance. Les prix montrent.
y.rTli 11 !,.-! I v a il!; 01 -' IlismtJ C lll|" !-'!!!: i- ||.IP
lKi saiiu Vici. >r 1 irc'.l l'Wier ! ni i rl.-i ou ''n
Vota iu| fst Impur, H < barrli dm
des toxines, dont il n' pu sa g\
CM impureti se traduisent en ITTll
Meures, n bobos, il dsagrables n doulou-
reux sonrent : Omis, furoncle, bout' l
d.'iuaniriMisons insupportables. Ce sont enllil
les ulcres, les tumeurs et le Hbr6mes qui
V
un saiiK irie. On peut
Surrir rs pldemenl psi
est la mdication la plus simple, la plus
normale et la plus scientifique, |ul util
vertus de plus de 23 plantes connuei
Sri* et (1rs un il" in- d l.iuttqull
lonsieur (iiK.nn, pnarmsi len .i. par de
1 modernes r < > dans une far-
!:. de i 11 lut .i cote des annes >i expriences
tt de travail. I* sut i a ;> couronne si s eflorls,
et le Curomal gurH les maladies >' I
/..in.is, dartres, psoriasis, dmangeai
rougeurs, fiirom l leurs du ventre, ge Critiqu > '
[* lielliwnl muisstiiant Raeu-i CUROM4L
rvcc boite inlulr. iti'.tuitf l't braoDUP
Toute, lioiim". pluiriiiucic,. Prepan imi !i
Uoctrur (lKAl i). pharmacien, laborato n 1 du lUu.ne,
I. Itu. li.,irt. LYON-OI UJNS tl m wel
UepOl fvrt au iYiiiic : NUI uu.ie BUCU. .
L VENTE DE .
i MARCHANfllSES GAGEES
L'on fait savoir tous ceux
qu'il appartiendra qu'eu vertu
r ''un 00 1 rat au Gajje eu
1 Ci ) 1 Novembre il
e.ii 1 it vingt-neul ; 2 d'un
b >rdereaa en date du Douze
A >t nr.i uenf cent trente
deux dress par la Banque
Nationale de la Rpuh'uine
Chambre
des Dputs
mandement eu
lept Aot de la
Sance du
2 septembre 1932
IU heore ei m e Lea ile
pu -, au > obre d v agi |ua-
tre, repu le it au d B li aie Bp
pel. La l au ce s'ouvre avec cette
majorit. Pas de procs-verbaux.
Une seule pice compose la cor-
i i i lance. C'est un message
du Snat qui accuse reepliou
: i ilti, enregistr ; d'un com-
date du dix- d'un projefae loi d| vot par
mme anne la Chambre. Le troisime point
lemeur inlructueux; 3o d'u-
Les profis se
si bien que le
opti
misme ne recula devant rien;
aussi ses ellorts furent si\
grands qu'il dpassi la limite
extrme de si production.*
Cette nation tira le maximum
de rendement de la demande
pressante; et il y a eu des
exigences telles que peu peu
on a fini par se passer de la
lournilnre amricaine. Au-
jourd'hui ces nations jadis
clientes ne sont plus Irib i
(aires des Etats-Unis, qui
sent bloqus avec une pro-
. dnction porte au plus haut
i point; ell s sont devenues leurs
concuiientes|redoulables.Quel
est le sort des capitaux em-
ploys A ce dveloppement?...
Toutes ces nations peuvent
maintenant rpondre tous
les besoins; mais malheureu-
sement la France et les Etats-
Unis dtiennent presque ton
te la foi tune mondiale et sont
par dessus le march des
Pays qui, par leur organisa-
lion agricole et industrielle,
bien pertectionne, se suffi-
sent et sont toujours prts
pour l'exportation. Ces deux
Pays, grce leur puissance
coloniale et bancaire, n'ont
aucune crainte pour les ma-
tires premires. C'est donc
une crise de surproduction
qui existe par ailleurs. H n'eu
esl pas de mme en Hati.
Chez nous les 99 o/o de la
population hatienne man-
quent de tout. Les vivres ali-
mentaires se gaspillent, tante
d'acheteurs. Il suffirait d'an
It jer aller mieux dans les
ail aires pour qu'aussitt tous
les magasins deviennent vi-
d s Commet < le but du Gou-
vernemenl est le progrs du
bonheur et de la prosprit
publique i, il faut donc COQ*
dure que seul l'Etat a pour
devoirs positif 1 de tout
taire e:i vue de changer la
pli ise de .la situation, niais '
seulement par Juue organisa'
lion mthodique d'ensemble ;
toale tentative isole ne peut
tre qu'un stim ii'&TTt'a.-ti-
ti iel qui ne n >us aidera
pis sortir rellement de ce
i ni uivais pas.
Noua n'avons pas le eourage
d impliquer les ivnls (pi il
la il pour conjurer notre situa-
ti >i qui a dj t o ) dur. Le
M i in du 26 jaillet l'.lili vient
d epro luire les passages des
i j trnsai de France, ainsi que
' certains points du eo n.uuniqu
de l'hoaorabla Prsident Hoo-
v-r rclamant raniendenif.it
ou l'abrogation de c ri unes lois
etc. Nous avo i. > -, onmes
di s lois trop C frop
, ait-i'.'iines.et il QO is ri ininquc
i d'autres app.icibles au progrs
actuel. L anne dernire les
' t h ubres ont vol la loi Victor
Cauvin et la loi Descsrtes Al-
btrtt Ces deux lois ne sout pas
} encore promulgues,parce que.
I l'extneur.des intresss avaient
fait ballre la grosse-caisse
temps ; donc, pour ne pis ra-
eontentsr les aoti les ex-
posera aucun mal.il semble que
ces! n us qni sa an< b i is
pour soiittrir toot( p.nation.
Pepui i,!es dpch -s i ;
naut q .
que p. tu i o ;..s "' 'i,s; m -
sures pour | ii luuj >ura ce
Oucoie qu'o em-
ploie
ue ^Ordonnance sur rtqute
du Doyen du Tribunal Civil
da ce ressort eu date du vingt
six Aot courant, permettant
h lue vente. Il sera procde
m irdj que l'on comptera
mil neul cen'
dix heures du
J matin, sur la galerie de la
multiplirentl h die portant le No 1825, atte-
Yankee ont lSanle. ft >Iais011 ^^
Kue du Quai, uar le mmis-
* I ; lu u (Il juu
{ sis Septembre
_ | trente deux, a
Cin-laldy
dl\. un saiR
S HEURES MATINEE
Le Martyre
d'un Jeune Homme
( (iRIBICHE )
avec Jean Eorest
par
l e de l buissiei Emmanuel
Vii, du i'nbuual de Port au-
Prince, dment commis cet
dl t. la vente au plus ot-
Irant et dernier enchrisseur
des divers lois de marchan-
dises suivants, quatre vingt
deux boucauts de tabac noir
(82) pesant approximative-
ment 33 232 livres; 2 trou
cent soixante seize balles de
laide hatien non prpar
(:>/'()) pesant approximative
ment 41.994 livres ; ;>o cent
soixante dix belles de tabac
amricain pesant euvirou
34.550 livres.
La Jile vente se fera sur la
mi e prix de (or 24.976,46)
vingt quatre mille neuf cent
Soixante seize dollars UijUU
et ce non compris les Irais
de mise excution et de
tous autres d i.
Aux requte, p > irmite, et
diligence de la Banque Natio-
nale le la Rpublique d'rialti,
appelle la discussion des con-
clusions du rapport des comits
des Finances et des Travaux
Publias sur la transaction inter-
venue, entre l'Etat et la Couapa
guie Nationale des Chmins de
Fer. Comme le banc de lEx-
cu il est encore vide, ie Prsi-
dent de la Chambre propose
d'intervertir l'ordre du jour
pour statuer immdiatement
sur les modifications apportea
par le Snai la loi du do
maine. Cette demande esl ac-
cepte et l'Assemble vote les
modifications tandis que tes Mi-
nisties des Travaux rublics, de
l'Intrieur el des Finances pren-
nent place au banc de l'EzCU-
ol L'ordre du jour est repris
el les discussions s'ouvrent sur
la dite transaction.
Le dputPiou est la tribune
non pour combattre les conclu-
sions du rapport, in us pour po-
| ser uue question prjudicielle.
Il demande les pices sur les-
! quelles se sont bases les mem-
bres de comits pour laborer
leur rapport.Il constate quil y
a une grau Je dissemblance en-
tre U rapport des commissaires
de l'J22, dfavorable celte
transacnoa, et ce rapport d s
J comits qui conclut sou adv,V
I lion. Il voudrait mme voir le^
pices qui accrditent Mr Far-
naiit ..omme reprsentant de la
Compagnie. Pour ce, i. dpose
une rsolution qui deman.te qu -
des pices principales soient re-
mises, imprimes et distribues
avant le vo.e de la transaction
Le dput F. Laguerre, rap-
1,00.
Entre ; 0,50*cBaleon
A 8 HEURES
Le chel d'oeuvre d'rienry Bataille
LA MARCHE NUPTIALE
atec Louise Lagnmge et Pierre Blanchard.
Entre : 1,00 ; Balcon : 2 00
i
UN SAVON PRODIGIEUX QUI EN! EVE LES
GERMES. EMPLOYEZ- E TOUR LES MAINS,
LA FIGURE ET LE BAIN.
LIFEBUOY
LE SAVON Dfc. L.-iSANiE
POUR MAINS, FIGURES ET BAINS.
MOHR & i AUBIN, I. 0. BON M> I)strijjuteurs
Rae Roux et du Cer.tre.Pi rt^iu-Prinee.
socit anonyme,agissant par porteur des cornues, combat i
le Prsi lent de son Couseil
d'Administration, le sieur
Charles E. Mitcheii. banquier,
demeurant et domicili a
New-Yoik,(USA) reprsente
Port-au-Prince o elle a
son lige so-id fl principal
tablissement, par Ie> (sieurs
Walter F. WOORH1ES et
rsolution Piou. I. soutient que
les premiers commissaires o il
eux-mmes dclar dms leur
rapport qu'ils n'ont pas eu le
temps matriel ncessaire
l'exumen de la transaction.
Pour lui, les commissaires ac-
tuels, qui ont eu irois mois
pour tudier l'accord, ont pr-
sent un rapport clair et prcis.
William H. W ILLIAMS, ses i Le jeune duUte tr0UV2 ,ort qiJe
Directeur et sous Directeur, | certains collgues qui ont eu a
tous deux
au-Prince
et
demeurant Port-
et domicilis
dfendre ie contrat de la P.C.S.
puios.Mii veiiir combattre celui-
ci qui eat meilleur. U conclut au
rejet dd la rsolution.
Le dput Piou remonte la
tribune il donn.-des explications
sur le vote qu'il a accord la
transaction P. C. S. Il attaque
mnes
New-York (^USAj. ayant poui
avocats M. s S-yinour HraJel,
Thomas H. Lecliaud, Fran-
ois Mose, Pierre B lot, Tho-
mas Verdieu et Marc Baudu\,
avec lection de domicile en
leur cabinet Port-au-Prince,
rue du Magasin de l'Etat.
Contre les sieurs (iebara &.
C, demeuiant et domicilis j ncessaire du
a Port-au-Priuce, dbiteurs. / "l'amlioration du
Pour plus amples reuseigue- classe de la socit"
ments,8'adresser Emmanuel
Vil, ihuisser commis, ju aux
avocats poursuivants.
Fort-an Friuce.le 3 septem-
bre 1932.
Les avocats pjuisuivauts,
Seymour PHA0EL
Et 1 huissier commis:
Emmanuel VIL.
Ml
sus-parles taient votes en vue !
de crer le taux naturel ou
salaire et de
sorl d'une
hatienne.
Le Gouvernement Dominicain
vient de promulg 1er la loi No
925 sur ls acecidents du tra-
vail. Il a par ainsi accept les
revendicaiions ouvrires pu-
"La Opinion" du 2
' M
BWMWWWi
blies par
mai PJ32.
( A suivre )
Denis FNELON
les pilh'es clair et prcis du
rapporteur des comits et toui
n luisant ressortir qu'il n'est
pas contre la transaction, il
maintient sa rsolution.
Le Ministre des Travaux Pu
blics dclare encore une lois
que c'est la liquidation qui se
poursait. (1 esl rudement re-
dress par le d ut Piou qui
entend agitation au lieu de li-
quidation. Rires dans l'audi-
toire. Le Ministre rn'e sa pre
raire phrase et tomb d'accord
avec son n'erloculeur 11 lait
ressortir le ct avantagent de
la transaction qui exonra I K y'
d'une obligation de 1780006
dollars. Il n'y a que deux al-
ternatives, poursuit il, ou bien
vous voiez la transaction et l'E-
tat n'aura rien payer; ou bien
vous ne votez pas et alors I Etat
sera oblig de payer. Aprs les
interventions de Chtelain et
de Brdy en laveur de la rso-
lution, de Fonrcant, Garcia,
Zimor et du Ministre des Fi-
nances contre, la rsolution est
reste par une lorle majorit.
Mise aux voix, les conclusions
du rapport sont adoptes L'ac-
cord est vo'. ainsi que la loi de
sanction.
Le Ministre de l'Intrieur ob-
tient l'interverlissement de l'or-
dre du jour. Il dpose, aprs
lecture, un projet de loi qui
apporte quelques modifica'iovis
au Code de procdure civile. Le
p-ojet de loi bnfice de l'ur-
gence. Il ne sera pis achemin
au comit.
Lu Ministre des Finances d-
pose quatre projets de loi qui
seront achemins aux comits
| comptents. Et la sance est
leve, vu l'heure avance.
Votre cuisine,,
Madame...
00 -
annonce qu'un
On annonce qu'un accord
est intervenu entre le Gouver-
nement et les Lsines Mani-
gue de l'ort-au Prince el de
Saint-Marc pour une distri-
bution hebdomadaire, aux po-
pulations, du fameux produit
Le pays, de Forl-Liberl
jusqu' la po nie des Irois,
mauifeste en l'honneur du
( uvcrnement q n i a par
ainsi trouv quelque choft
pour combattre la crise co-
nomique.
On peuse gnralement que
si L'tat de sige a t dcrt
pour arriver cette mesure,
il peut durer indfiniment.
Bec-Fin.
AUX
Trois Quartiers
l_J.de VENDEGIES)
Angle Avenue King
et Rose Vernet
Viennent d'arriver
par le dernier Bateau:
Souliers dcollets en Daim
blanc, bleu et Satin Noir.
Jolis chapeaux, nouvelle
Mode de Paris.
Poudre Plulia, Crme To-
kalou.
Tourniquets, Cordonnets
brillantes, etc.
ARTICLES GARANTIS ET
AUX PLUS BAS PRIX.
eux, si l'II^itien maniteslait le
dsir de se dplacer en vue de J
lournir ses services,notamment ^
les rpubliques Dominicaine et
Panamenne!
Oi sait que certaines de
ces mesures avjient t si vio-
lent'.s, si vexantes pour nous,
qu'elles provoqurent les justes
protestation! de noire clunceU ,
le rie, qui heureusement on f
s'est empress de donner salis-
faction. Suivant deui lettres!
qu'un quotidien de Porl-au- J $k
Prince avad publies au mois t HB
d'aot 1031, le Gouvernenr n
franais, par l'intermdiaire ds'
son reprsentant, avait lait d s
reprsentai is auprs de noti
propos de la loi j
Toutes les Polices
DE LA
S
u
ebanc
Cauvin. On s i
puis L France a pris, contre les t
j,-..,, w. mesui qui ne '
aussi que, de-,
trangers,
raient tre comparables
celle* prvues p la lot Cauvin. '
D'ailli il i, tjnoi de lus naturel! I
Chau bien ordonne...La Grce
a promulgu la loi No 5405 du |
en lieu el place de lexoti- 20 avril 1932 sur l'tablissement
que, et il y a des pays qni ont e h mouvement des trangers.^
t si loin qu'ils avaient
aous interdire l'euue
t
^comprennent la .Protection contrela m
Foudre sans auamentation de tauxj
i
*

- :
.Le Boss$Co
Aqents Gnraux
^^r^r^^^^
i J


le "*nv 3 Sept.' nbir i9:v>
PAGE 3
a
Rhum Barbancoiir
t
Dont la renomme est universelle a gard s-", premire place
Demandes parloul :
UN BARBANCOURT
Dpt : Une des Csars.
',
HiDI
\j


-,. v> "
'.
-A\

LA
La SOCIT HATIENNE D'AUTOMOBILES, reprsentant exclusif de la
RCA-Victor G0, invite le public en gnral venir voir les nouveaux appareils
RCA-Victor quelle vient de recevoir.
Elle se fera un vrai plaisir de faire entendre aux visiteurs des disques dansants
ou classiques dernire cration de la RCA-Victor Company.
Elle profite de cette occasion pour aviser le public quelle vient de recevoir:
Ressorts pour phonographes,
Nouveaux disques espagnols, (Trio-Matamorros)
Nouveaux disques, (Jimmie Rogers)
Blue-eye Jane, (Jimmie Rogers)
Disques de longue dure.
IC UN SEUL (SUE OE LONGUE CURE,ON A TRENTE LONGUES MINUTES DE MUSIQUE,TRENTE MINUTES
ARTISTES OU MONDE. CES DISQUES PEUVENT TRE JOUS SUR VOTRE ANCIEN APPAREIL VENEZ NOUS VOIR ET
SOCIT HATIENNE D'AUTOMOBILES
Mallebranche, Gentil, Boqat & Cie.
Port-au-Prince, Hati.
S LA COMPAGNIE OES MEILLEUR
S VOUS DIRONS

N'ACHETEZ QUE LE
M
;\***PASTILLES -~
-,.!..or...d.CHTEL G'JYON
. '/raiifdouTet -\ J
Meilleur el meilleur mar-
ch que l'article import.
En vente au dpt de la
Distillerie de Aigle, prs la
Banque Nationale, et chez
SINON VIEUX PRIX DE DTAIL 6DES 225 LA BOUT
CH PIEU FT 1.25 LA DEMIE
BAZAR NATIONAL PRIX SPECIAL POUR VENTE EN GROS
Idal Rhum
ALIX ROY
30 annes de succs.
TIMBRES-POSTE
Contre 2.000 Timbrcs-posto de vntre
pays et pays voisins, inclus les sur-
charges, lavs et hien mlangs. J'en-
voie une MONTRE-BRACELET,
plaqu or, trs lgante, francu
recommande. Toujours valable.
S. RESTEN, 16 *', rue Maubeuge, PARIS tlru)
Elle ne se remettait
que lentement !
Une cruelle maladie avait clou
. au lit, pendant de longs mois, Ma-
dame N..., de Strasbourg. I-a dicte,
les insumnies, l'avaient affaiblie i
l'extrme. Ple, les yeux creux, elle
voyait se prolonger sa convalescen-
ce et dsesprait de retrouver jamais
ses loi ces.
C'est alors que sur le conseil d'une
I amie.elle lit une cure de FORTIANt.
I Ds les premiers jou-s, elle ressentit
les bienfaits des lments | articulie-
rement actifs Composant la lt)iv-
T1ANE. Apres uo seul llacon, elle
pouvait enfin se lever et mme foire
sans fatigue de petites promenades.
C'est aujourd'hui une femme si |
vaillante, si active qu'on jurerait I
qu'elle n'a jamais t malade. I
A vous aussi la FOKTIANE, puis-
sant reconstituant, donnera des loi-
ces nouvelles.
FOKTIANE est aussi un puissant
fbrifuge qui se trouve dan-, toutes
les bonnes pharmacies et a l'ort-au-
l'rince la Pharmacie YV. liuih.
<^yu<^
FhwnkME
RGNRE L'ORGANISME
FEBHIFUCR. APERITIF.
DIG ESTIP, 111'.(.(>NS riTUANT.
Dans toutes les Pharmacies
4 Port au l'nnct, PhaTOUCtl HUCH
Baisse
SRBKNKN
Avise les consommateurs de son LAIT
qu'il a rduit ses prix comme suit :
LAIT CONDENSE SUCRE CAISSE OE 48.U
LAII CONDENSE SUCRE _ DF ?40,3
LAIT VAPOR DE 48,16
LAII EVAPORE DE 96.8
Rappelez vous que le LilT CONDENSE, EVAPOHKelDcn POUDRE HSIIESSKN est le
meilleur, le plus pur el le plus riche en crme. Il sst recommand par les mdecins cl
sages femmes aux belles el aux maladcs.ll est employ avantageusement pour les Crmes
glaces et chaudes, et les desserts de toutes sortes.
En vente AU BON MARCH
Et dans toutes les bonnes Kpicer.es tant
a Fort-au-Prince oue dans toutes les
)l DR 6,25 DETAIL OR 0,14 CENTIME
[i 9,10 DTAIL !0,04
5.00 DTAIL 0.11.
6,40 DTAIL 0.07
villes de la Province.
.*
.

**...

M
*
:


-SOAS
Samedi
3 Septembre 1932
Le Malin
4 .PAGES
2benie ANNEE Nfc 77W
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
Lykes Brothers SS G0 lnc
Texas Hati Santo uomingo- Porto-Rico
J
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
Irt entre les ports du Golte dii Texas directement avec
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de .'a LYKE
LINE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont:
Aluniinum Line
!
Steamer Genevive Lykes
Steamer rTillie Lykes
Steamer Margaret Lykes
Steamer Almeria Lykes
Steamer Genevive Lykes
Steamer Ruth Lykes >
2 septembre 1932
9 septembre 1932
15 sept. 1932
23 septembre; 1932
30 setembre 1932
7 octobre 1932
Bureau: Rue du Magasin de l'Etai, Boite Postale B
PORTS
DE NEW-ORLEANS ET MOBILE A PORT-AU-PRINCE, SANTO-DOVINGO CITY.^CURACAOl
PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO.
DALVANGEN AUSTVANGEN^VESTVANGEN DALVANGEN AUSTVANGEN jVESTVANGEN
AVIS AU COMMERCE
La" Panama^Railroad Stea mship Line a l'avantage d'an
noncer les dparts suivants de New York pour port-au-prince
Haiti, directement chaque mardi, Tousses steamers sont
pourvus de chambre frieori'nue
Dparts de bew \ork. Arrivages Port au-rrince.
Steamer "Ancon" 30 aot 1932 le 4 septembre 1932
Steamer "Goayaqnil" le 7 septembre le 13 septembre 1932
Steamer "Cristobal" le 13 septembre le 18 septembre 1032
Steamer "Buenaventura" le 2C sept. le 26 sept. 1932
Steamer "Ancon" le 24 septembre le 29 sept. 1932
Panama Railroad Steampship Line
JasH. G.VANREED
agent Gnral
New-Orlans, Louisiana, Dp.
Mobile. Alabama, '.Dp.
Port-au-Prince, [Hati Arr.
Sano*Domingo City.R.O. arr.
Curaao, D. W. I. arr.
Puerto Cabello, Venz. arr.
La Guaira. Venezuela arr.
Paramaribo, Dutch Guiana ar.
Paramaribo.Dutch Guiana D.
Curaao, |). W. I. arr.
New Orlans, Louisiana arr.
Juillet 2
juillet 4
juillet 9
juillet 13
juillet 15
juillet 17
juillet 18
juillet 22
juillet 27
juillet 31
aot 8
Juillet 16
juillet 18
juillet :.23
juillet
juillet
27
29
juillet 31
aot
aot
1H fit
aot
aot
1
5
10
14
22
juillet
aot
aot
aot
aot
aot
aot
aot
aot
aot
sept.
30
1
6
10
12
14
15
19
24
2$
5
aot 13
aot 15
aot 20
aot
aot
aot
aot
sept,
sept.
ser'
sept.
24
26
28
29
2
7
11
19
aot 27
aot 29
sept. 3
sept. 7
sept. 9
sept 11
sept. 12
sept. 16
sept. 21
sept. 25
oct. 3
sept 10
sept. 12
sept. 17
sept. 21
sept, 23
sept. 25
sept. 26
sept. 30
oct. 5
oct. 9
oct. 17
PrenanWrt et passagers pour tous les ports ci dessus
..
Votre premire visite
A
L'HOTEL ANSONIA
C0NN4ISSEMENS DIRECTE DLIVRS POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS :
Port-de-Daix, SKViarc, Mirogone et Jrmie, Hati ; Monte Oristi, La Romana, Barahona, San Pedro de Macori*
etJAzua, Rpublique Dominicaine, Coro, Carupano, Cumaco, Guanta et Pampatar,Venezuela, Aruba et Benaire.DWI. J
DE MOBILE ET NEW-ORLANS A TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET MARACAIBO.
Un dpart vers le milieu de chaque "mois touchant directement : Puerto-Plata, R. D.,'Cap-Hatien, Gonaves, Petit-
Gove. Aux Cayes et Jacmel, Haiti et Macaraibo, Venezuela.
Si un Irt suffisant est offert, ces bateaux toucheront galement Port-de-Paix, St-Marc. Miragoane et Jrmie,
Barahona, Azua, Monte Cristi, San Pedro de Macoris et La Romana. R. I). Aruba, D. W. I.
De Tampa, Floride, la Jamaque-HatiLa Rpublique Dominicaine Curaao et Venezuela:
Dparts pour les ports ci-dessus quand une quantit suffisante de irt est offerte.
( Sujet v.changement, aunulation ou ajournement sans avis. )
[A, de MATTEIS & C, Agents Gnraux
Hati
Oir~
Nous donnera raison, confirmera votre bon jnge-
Sjent, justifiera la confiance que vous nous aurez accorde
en nous garantissant votre apprciable patronage l'Htel
le plus slect de Port-au-Prince.
Nous vous suggrons d'arrtei votie chambre d'avance.
Bire la pression.
Dfilai (nierai Hatien \
Accidents
30 aot 1933
Antoine St-Jean, 22 ans, Lo-
gune. Blessure contuse de la
loue gauche.
Grard Verna, 6 ans, place
Geftrard. Blessure tranchante
du menton.
Nosime Absalon, 28 ans,
Grande Saline. Blessures con-
tuse s du Iront et de la paupire
intrieure gauche.
Rto Pierre, 24 ans, Portail
Logaue. Blessure tranchante de
l'index gauche.
Lamarre Painson, l'.\ ans, rue
Tireiuas.se. Blessure tranchante
par morsure de chien.
Dorai benque, 13 ans, Bo-
losse. Contusion de la rgion
lombaire gauche.
31 aot 1932
Lorvana Paul. 30 ans, avenue
Voulez-vous
Russir dans vos tudes uo
taire russir vos enfants.grce
une mthode d'enseigne-
meut classique excellente?
voulez von?
Une profession aprs 6 9
mois d'tudes srieuses (St
no- Dactylo. Langues vivante
Comptabilit)'
Songez que l'Institut TIP-
PENHAUER se recommande
el s'impose votre attention
l>:ir les brillants rsultats d-
j obtenus.
1537Rue Lamarre.
Tlphone 2891.
Sandales !
Sandales !
Pour la campagne et les
b-iius de mer, la mode est
aux Smdales eu caoutchouc
Croix de Lorraine
Sans couture, ni collage.
Rendez-vous chez
Ren Lafontant et au Bazar
Parisien. j
Rue des Miracles
V. Coraeau MONTASSE & Co
Agents
I cIIic:NC
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone: N 2323
Le sapeur Bolivar Voy.
; 103 .partira de New-York le
31 courant, directement pour
Port-au-Prince o il est atten-
du le 6 septembre prochain,
en roule pour les ports co-
lombiens, Cristobal, Canal
Zone, Kingston et New-York.
William. E. BLEO. Agent.
LE FAIT EST INCONTESTABLE
ithuiu Stlhe
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire!
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
w
AVIS IMPORTANT
Porr tout ce qui se rapporte
duTravaiV Corps tranger" d l,x flaires de la Fabrique
pied droit. Hatienne de MosaquesChar:
Justin Trouillof, 81 ans, bas 1 lier-Mallebranche et Co, nos
Peu de Chose.Contusion du nez, ai niables clients sont (.ries
rosions du menton. de voir ou Mr A. Mallebran-
Hermance Pierre-Louis, 35 cne ou Mr Pli. Charlier, la
ans. Croix des Martyrs. Morsure
humaine et hmatome du dos
de la main gauche. j di Tradiog Co ) ou |U se
Pierre Kettelv, 12ans. Bois- .._____. x ,_- ./______
So it Hatienne
biles (ancien local
d'Automo-
de la West
Avis
l
Verna. Traumatisme de la Inn-
che gauche.
Andr St.Louis, 25 ans, rue
St-Honor. Blessure msive de
la paume de la main gauche.
Edouard Georges,48 ans l.alue
Corps tranger de l'index gau-
che.
Haoul Paul, lt> ans, avenue
Magloire Ambroise. Traumatis-
me du genou droit.
Adeline Lavelanet, 5 aus, rue
desMirecles. Blessure piquante
de la nuque.
Dsilia Jeun, 0 ans, rue R u-
uion. Blessure contuse du 2eme
orteil.
Louis Joseph, 21 ans, Wharl
aux heilies. Contusion et l.ma
tome du geuou el du poignet
tiennent leur disposition
tons les jours.
Tlphonez au No 2680 ou
an N" ;2115
CllAULlEU MALLBBltANi HK& C*

Sauvez
droits, de l'avant
(hospitalis).
bras g mille
II
DEMPLOI
vos livres
Sauvez vos livies et con
lections en mauvais tat cl
les confiant aa relieur cous
cienciei Etienne Camille,Rut Bonne
Koi .
K iiWim.ii mh*)*;*-**
Lgumes..,
Ton! le n onde doit savoir
que eha Krai ois J" Charles,
a li rue D-iul^ Destouches,
Excellente "dactyT'dplme;5 trouve toujours un stock
offre ses service* au commerce,! ta lgumes, ufs de
hommes d'affaires, etc. |toute fracheur et des prix
S'adresser au Malin. s vuiilageux.
Du Service National
de l'Enseignement
Professionnel
Conformment aux nou-
veaux Programmes d'Ensei
guement Professionnel auto
ri*s par le Dpartement du
Travail et qui seront mis en
application ds le 2 Octobre
prochain, il est port la
connaissance des familles des
villes de Port-au-Prince, Cap,
Gonaves, Jacmel et Jrmie
que l'admission dans l'une
quelconque des Ecoles Pro-j
tessionnelles de garons, est
subordonne aux conditions
suivantes obligatoires pour
chaque postulant :
lo Le postulant doit tre
g de 13 ans au moins et
de 17 sus au plus.
2o Possder son Certifi-
cat d'Eluds primaires,
I
36 Prsenter son acte de
naissance authentique et de?
recommandations valables d ;
bonne conduite.
Port-au-Prince, le 27 aot
1932.
Le Directeur Gnral du
Service.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
(.ar la GENERAI. est une des plus puissantes et des plus vastes oreanisatien
monde""*' ** '' )ami'S SUI" S9a cha,np d'aclion 1ni embrasse le
foudre
caus a autrui dans so personne ou dans ses biens.
es Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la foui
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dorai*
a autrui dans so personne ou dans ses biens
cLeSi>P.liCeS MariUme>. *" Pf ses branches*d'Europe sont payables en Hati.
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univei entier tous les voya-
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
SOUSAGENTS
Agent Gnral pour Haiti.
Port-au-Prince. ig. QILG
JEAN BLANCHET Jrmie
DEW DROP INN
rue du Magasin e l-etat '
Coquet tablissement si*}
tu tout prs de la Banque J
Nale et dirig par Mme Maria !
BEKTET. I
LA
Viennent d'arriver
HO-RO-CO.
EN VENT:AU BON MARCH ET CHEZ HIPPOLYTF JL
- m


>


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM