<%BANNER%>







PAGE 1

PAGE 2 LE MATINS 2Septembre 1932 llLlUHUl t ION NO N'EST PIS CA'OR IMS CATOR, DIF L'ATHLTE Sylvio Cator.le iaraeux athlte l hatien,arriv ici pour concou rir aux jeux post-olympiques, ne sedrobe pas aux interviews. .Nous l'avons rencontr assis contortablement dans les salons des poux damer, les fameux chanteurs et musiciens de la | 42rae rue, juste au moment o | il allait partir pour les jeux olympiques. Il tait habill gentiment avec des pantalons gris de sport, chemise et cravate dans le mme ton. Le sourire avec lequel il nous accueillit ds l'abord disait que nous tions le bienvenu, bien qu'il et t prvenu par ses htes que des reporters allaient ie visiter bientt. \ Cator aime les Sports Si d'un cot'Cator est sur d'aimer les sports, par contre il n'aime pas la laon dont les Amricains prononcent son non. L'accent doit se porter sur la dernire svllabe, nous dit-il : car. autrement/cela sonne trop comme '•caterer", fournisseur de cercles, etc. Il a dbut dans les sports Port-au-Prince o il termina ses tudes commences d'abord Kingston, Jamaique, et Cavail on. En Haiti, on joue au lootball; on y lait un peu de tennis mais pus de baseball, raison pour laquelle Cator n'aime pas trop ce sport strictement amricain. Il lut autrelois un champion de tennis.jeu auquel il n'avait perdu que deux lois sur quarante. Il pratique d'autres sports ct du saut en longueur. qu i est ton lort. Il dtient le record haitien du saut en longueur, ayant saut b pieds 2 pouces.II en a enregistr un de 100 mtres en 10 4*8 secondes. Outre les sports, Cator adore la chasse. Il n'a pas eu encore la chance de capturer un ours mais en a chass un dans les bois. Il aimerait tant pouvoir en dpecer un et espre le taire bientt. • Il a bon caractre Cator est un beau type d'athlte surpassant bien d'autres en intelligence, tait reconnu d'ail" leurs dans son pays. Les athltes hatiens qui ont par'uipaux jeux olympiques taient sous sa direction. A Californie, Cator i eu a remplir double tonction pendan! les jeux olympiques : d'abord comme membre de l'quipe Indienne, ensuite comme repisentant ofliciel de son S ays. Cela l'a permis d assister toutes les confrences importantes. Sir le prjug qui y a prdomin, il en sait long, mais n'en dira pas beaucoup. J'y ai t trs bien accueilli, dit-il, mais aount quand un lui parle des msaventures arrives aux autres l'ourlant, ces lait.s, il ne les iguore pas. Cator la conviction que les jeux olympiques n'auront plus lieu aux Etats-Unis, du moins pendant longtemps ; et, pour sa f iari, mme si cela dviait tre, I n'y assistera pas. Il n'avouera pas la raison de son abstention iar crainte, a mon avis.de trop lisser voir qu'il condamne le prjug des Amricains, et cette discussion il l'a toujours vite dans toutes ses conversalions. Nous avons pris plaisir causer pendant quelques moments avec le grand athlte que la fatalit a empch de concourir aux jeux olympiques. Mme quand il tait le rcit de son accident bord, Cator semble modeste, chose que les athltes oublient lorsqu'ils par lent deux mmes. elais ! OH Cator difliv de* au* 1res tuds,c'esl qu'il u lo >joun quelque chose a r.i > i i C'est un geotle nan rtipect, a qui ont confies des njssions que les autre: ryi I i-eenttog J 'ous aux PA'QI de ieuis grandi tommes d'Etat. Les Etats-Unis ont vu bien peu d'athltes du genre de Cator] [Du Chicago Tribune) Chambre j des Dputs' Sance du } 31 Aot 1932 10 heures. Les assistants ma-] nitc.stent une certaine impa->| tience. lis sont curieux de savoir le sort de la transaction dite P. C. S. dont la discussion avait t renvoye a la sincel de ce jour. Cela explique donc* l'agitation des uns et des auties. f 10 heures et demie. La sance s'ouvre avec une lorte majorit. Pas de procs-verbaux. Au dpouillement de la correspondance les secrtaires du bureau donnent lecture de deux pices : un message du Snat accusant rception d'un projet de loi et une ptition d'un groupe d'industriels qui protestent contre le projet de loi sur l'alcool. Au troisime point est reprise la discussion des conclusions! du rapport du comit des Travaux publics sur la transaction intervenue entre l'Elit et la P. C. S. Le dput Chtelain qui avait' demand et obtenu, la sance de vendredi, le renvoi de cette discussion, gravit la tribune. Il remercie ses collgues de lui avoir procur le temps d'tudier la transaction. U dclare que chaque lois qu'il intervient dans les dbats c'est pour apporter de la lumire. Sa crainte des accusations justilie son souci de montrer toujours les motifs qui dterminent sa conviction : Ce sont, dit-il, toutes les lemmes J de Csar, lgitimes ou illgiti-' mes, qui ne doivent pas tre souponnes. L'orateur abor-j de, aprs cette dclaration, la : P. C. S. Il lait ressortir, en se j basant sur le contrat de 1906, les obligations des deux parties. Obligations, il est vrai, exorbitantes pour l'Etat et douces pour la P. C. S. Poursuivant sa thse : Ce sont l, dit-il, des contrats sgnallagmatiques. Il diinit le terme et soudent que si l'une des parties n'a pas respect le contrat, l'obligation cesse pour l'autre qui doit mme la traner en justice. L'Etat s'estil toujours conform aux obli* ,que lei garantie! d'intrt sont remboursables ei que la P. C. S. est dbitrice l'Etal d'une valeur de 780,000 dollars. Aprs le jugemeut rendu en laveur de l'E a', l'orateur s'tonne de ce Changement d'attitude du Gouvernement haitien qui a accept un accommodement. • C'est un mystre, dit il, et vous en aurez la ciel quand vous saurez que le Dpartement d'Etat a mis son pe la balance et a exig cet e transaction onreuse pour I Etal baille o. Il s'tonne de ce q i le Gouvernement actuelle accepte une transaction repousse sous Borno par le Conseil d'Etat, repousse encore par le Gouvernement de Roy, Le spectie de ces travailleurs demandant du pain qui loi hrandit aujourd'hui, continuel il, est une mise en scne bien prpare, une sorte d'intimidation qui s'appelle hlu/f. Et l'orateur conclut : L'Etat haitien est puuvre; il ne peut pas taire un cadeau royal de 210.000 dollars a la P.C.S. Je voterai contre la transaction. On dira ce que l'on voudra, mais un jour viendra o le peuple hatien saura distinguer le vrai du taux, les apparence! de la ralit . ( Ap* plaudissements) Le .hinistre des travaux Public monte • I ib...v. Il s'empres*e d< u er caigoriquem. i q le Gouvernement ao^ouveruement de liquidation et ce, en fonction du plan Forbu. Pour lui, l'Etal doit se dbarrasser de tous ies contrats onreux au prix des Cachet Miriga antinvralgique Supprime en i|!i-l'|iii-s minutes Flvr, Grippe, Migraine, Rhumatisme Hfcilicamenl de choix ton/onn efficace ri tant /ni/'i Uolti de I %  12 CBCbets. En rente dani toutes bonnes Fh'" '.boratoire do Docteur GIRAUD.rWaacite.l LYON-OULUNS(FrsKr) i'• i" Port-au-Prince l Pharmacie M'CIL Cin-laldu CE SOIR La meiveilleuse œuvre de Charles Mr : LA TENTATION avec Claudia Victrix et Lucien Dalsace Entre 1,00 ; Balcon ; 2,00; DIMANCHE A 8 HEUKES Le chet d'oeuvre d'rienry Bataille LA MARCHE NUPTIALE avec Louise Lagrange et Pierre Blanchard. Entre : 1,00 ; Balcon :2 00 DONNEZ LE MEILLEUR SOIN A VOTRE PEAU. EMPLOYEZ LE PARFUM ET BLANC SAVON DE TOILETTE LUX SAVON DE TOILETTE DLICATEMENT PARFUM H. N'ACHETEZ QUE LE BAY-HM M. Fontaine Meilleur et meilleur march que l'article import. En vente au dpt de la Distillerie de l'Aigle, prs la Banque Nationale, et chez SIMON VIEUX PRIX DE DTAIL GDES 2,25 LA BOUT CH. PIGOULET „ 1.25 LA DEMIE BAZAR NATIONAL PRIX SPCIAL POUR VENTE EN G MOI1R & LAUKIN. P. O. BOX M. — Distributeurs Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince. plus grands sacrifices II lait observer que si l'Etat doit paver 210,000 dollars pour la liquidation du contrat de la P. C. S. il gagne 1,700(100 pour celle du contrat de la Compagnie Nationale des Chemins de Fer. Aprs avoir parl des considrations de laits, d'ordre positit, qui ont dtermin le Gouvernement accepter la transaction, le Mi nistre reprend, et cette lois avec moins de lorce, son argumen tatiou de vendredi. Il oppose, l'obligation certaine de l'Etat celle alatoire de la P.C.S. Pour rtuter la thse du dput Chtelain, il soutient que le contrat est sgnallagmatique mais Imparfait, vu que l'obligation est certaine pour l'Etat et alatoire pour la P.O.S. • C'est U gouvernement h dtien, continue-l-il, qui a provoqu cette transaction alors que l'aft* ire tdt au Tribunal de Cassation. Mr Borno qui est un grand juriste a compris qui! (allait une transaction pour finir avec tout . Il conclut en conviant les dputs tenir compte de la dlicatesse de la situation actuelle pour vo er le rapport. Le dput Chtelain est au regret de constater que le Minisire n'a pas touch sa thse. Il passe en revue les arguments de son partenaire et les d- monte. Il soutient que la P.C.S. avnit devant elle un dlai moral pour rembourser les garanties d'intrts. L'Etat ne pouvait pas, dit-il, lui continuer cette rente pour encourager sa paresse . Le dput Piou oblient la parole. Dans une introduction pompeuse, il parle des prtentions devant lesquelles on ne doit pas se prosterner. Pour lui, il s'agit seulement de savoir si l'intrt national commande de finir avec la P. C. S. Le devoir de l'homme politique, poursuitil, est d'tre circonspect. Il doit tenir compte des laits, du milieu, des ncessites actuelles et ne doit pas toujours juger en se basant sur des principes abstraits. Crainte d'une dcision dtavorable du Tribunal de Cassation, torts que peut causer la fermeture de la Hasco, telles sont les raisons qui vont dterminer son vole. Et l'orateur conclut : Vous di'vtz laire une œuvre de sagesse et d'quip... VoUz la transactioni ~ conforme votre prestige et * W* l'intrt national . j Les conclusions du rapport' sont mises aux voix. L'Assem ble, moins les dputs Chtelain, Pierre-Louis, L. Thomas, Loubeau et Estim, les adopte. Le contrat et la loi de sanction de lorme proposes par le co mit. Le dpul Piou donne leclure du rapport du comit de l'Instruction publique, de l'Agriculture et du Tiavai! sur le projet de loi qui rorganise le Service Technique. El l'ordre du jour de la pro chane sance est proclam. Dernires Nouvelles Etranger FRANCE.Le Prsident Lebrun passe son cong Rambouillet. Mme Herriot a survol le Mont Blanc en avion par un temps magnifique, ALLEMAGNE.— La premire sance du Reichslag a eu lieu le 30 aot dernier dans le plus grand calme. Le discours d'ouverture a t prononc par une femme communiste qui, aprs avoir mis sur le compte des capitalistes toutes les misres dont soull're lepays.souhaita de vivre assez longtemps pour voir la 1re Rpublique Allemande des Soviets. Elections des bureaux du Reichslag. — .C'est le Capitaine Guering, hithlrien qui a t lu Prsident du Reichslag par 3(57 La Magnsie ERBA EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCH COMME RECULAT! DES FONCTIONS GASTRIQUES ET INTESLINALES. A. de Matteis & C AGENTS POUR HATI %  voix. Il a envoy une dpche au Prsident Hindenburg pour lui faire part Hindenburg de sa nomination, a accord Von Papen l'autorisation de dissoudre le Reichslag quand il le I T c „„ „ voudra. Heindenburg a refus 4 Le J Sleam £ r Ancon est de recevoir le Prsident du a lteDdu Port-au-Prince, Reichslag. j Hati, venant de New York, On annonce que le Ministre I e dimanche 4 septembre des.pflaires trangres du Reich 1932, avec: 25 passagers, to a remis l'Ambassadeur de sacs de correspondance, el Fiance Berlin un rsum sur partira dans l'aprs-midi dn la question des armements. Le mme jour, directement pour m e om>n Vei l'6l, e l lraU 8ur ,e Cristobel.Canal Zone, prenant mme pied d galit que les autres pays. Le secret diplomatique n'ayant pas t observ autour de celte note, on ne sait pas ce qui peut en advenir. fret, malle et passagers. Port-au-Prince, 1 er septembre 1932 Jas*. H. C. VAN REED. Agent Gnral mmmmmmMmmmmm B&W m iMiftif Toutes les Polices i DE LA l %  s M comprennent la protection contrela 2 Foudre sans auamentation de tauxj 11 eBoss$Ct Aqents Gnraux I mwm$\\m&mm&u*mmm.nm,f ^



PAGE 1

LE MATIN -J 9 Septe nbre 1932 PAGE 3 Rhum Barbaucourt Dont la renommer esl universelle a gM-d s--, pren.* place Demandez partout : UN H AH BAN COURT Dpt : Hue des Csars. Socit Nationalejie la Croix Rouge Ilatienn — o Communique i La Croix Rouge Hatieune ., ( l dclare une Œuvre Nationale d'utilit publique par un arrt du Gouvernement. C'est la conscration officielle qui lui permettra de s'affilier la Ligue Internationale des Socits de Croix Rouge.Au premier appel lanc par une de ces Socits sur un point quelconque du olobe/'toutes les Croix Rouges se^ mettent en mouvement pour aller au secours du pays d'o est parti l'appel. II La tentative d'organisatio 11 actuelle des Comits rgionaux de la Croix Rouge Ha" tienne n'implique aucune dpense ni cotisation spciale pour leurs membres. Ces Comits sont crs eu vue de former des centres de propagande pour rpandre dans tous les milieux hatiens l'esprit de la croix Rouge, c'est-dire l'esprit de Paix, de Fraternit Sociale et Humanitaire. Ces comits auront coordonner leselorts en cas de calamit publique, distribuer des secours, tablir la liaison entre eux et le sige social de Port-au-Prince, organiser une campagne annuelle dans leurs milieux respectifs pendant la semaine del Croix Rouge pour recueillir des tonds en laveur de l'Institution, etc, etc. Leur tle est donc prdominant dans l'organisation del Croix Rouge Hatienne. Il I La Croix Rouge lancera au mois de novembre prochain son premier arpel de tonds l'adresse de la Nation entire et des trangers qui vivent en Hati. IV Les appHs de tonds se te ront une lois l'an pendant la semaine de la Croix Rouge.par l'intermdiaire des comits rgionaux assists d'un certain nombre de dames et de jeunes filles recrutes pour ce service social et humani taire.Chacun donnera ce qu'il pourra afin que la croix Rouge puisse constituer un fonds de rserves et taire la prpara tiou prventive des secours pour les cas de calamits. V Beaucoup de personnalits hatiennes et trangres choisies par le conseil d'Administration pour taire partie du comit consultatif de 1 1 Croix Rouge ont rpondu aimablement eu dsir de la croix Rouge hatienne et sont | alles signer le registre d'imfU Purgatif idal' FILOLEJIHAUT 147, Ru du Faub. St-taii, Pari Facile pr.ndr.. Ne nicrit.ni aaena prparatif, elle ne provoque jinait de df oui. Supprimant la mata, clU ne dbilite pu le malade. N'exigeant pas de repoe a la chambre, elle ne came aucune perte de tcmpi. Plu* active qata loua le* aimllalree, elle cit, par coniquenl, moins chre. PURGATIVE, 2*3 Pilula* DOSE \ Pneus ci Constitue en ambres air Goodyear matriculation au sige social; plusieurs autres tardent encore faire autant: elles sont peut-tre en villgiature, la campagne. VI Le Foyer International cr au sige social de la croix ROUge est ouvert tout le monde, notammeut aux trangers de rsidence ou de passage Port au-Prince. On y trouve de b&nues lectures taire en franais, anglais, allemand, italien, espagnol, etc., de 9 12 hs a.m. et de 2 a 5 h. p.ra, saul les jours lris. VII Les jeudis de la croix-Rouge sont une excellente occasion d'apprendre quelques notions de mdecine pratique.de soins aux malades et aux blesss, ofterte la femme hatienne pour bien servir sa tamille. sa Patrie et l'Humanit. Aussi esl-ou content de constater son empressement suivre les cours de dmonstrations VIII Les jeunes gens des deux sexes doivent suivre rguli remeot les cours de sauvetage et de premiers soins organiss par la croix r.ouge Hatienne, afin de pouvoir; tonner des bataillons dan | xiliaires capables de servir, en cas de besoins.dans leurs j localits ou dans les pays voiI sus, dans les cas de sinistre INSTITUT Guy-Joseph-Bonnet Prs du Monastre St Grard Sons la direction dn professeur Luc QORSIN VILLE, hom BATEAU D'EXPOSITION DE PRODUITS MANUFACTURES SUR LA COTE DU PACIFIQUE DES ETATS-UNIS D'AIRIOUE. Le steamer cPoint Ancha>, de la Gulf Pacific Mail Line Ltd devant entreprendre une grande tourne d'exposition de produits manufacturs sur la cte du Pacifique des EtatsUnis d'Amrique, se trouve actuellement en chantier. De nouvelles cabines sont amnages, la rapidit augmente, et le ncessaire devant faciliter l'talage des produits exposs ajout, fera de cette exposition une vraie merveille. Chaque exposant aura un reprsentant charg de donner les dtails concernant les produits exposs. Il sera,quelques joursavant le 27 Novembre, date de l'arrive du bateau en question, dlivr des cartes permettant l'accs bord. Les principaux produits qu'on aura le plaisir d'admirer seront exposs par : C. F.BttftB Pomona Pump Co, Pacific Pump Works Herberts Machinery Co Kiliter Mtg. Co Sierra Talc Co. Pacific Coast Talc Co. Dicalite Co Fi II roi Co H. C. Parker ( O'Keefe & Merritt Co. ) Davidson Radio & Tlvision Co Imprial Rock Gas Co Van Camp Sea Food Co MaxFactor Company Los Angeles Soap Co Pacific Coast Borax Co Fano Flame OU Burner Co Joslyn Co. cf California Mac Person Leather Co F. t,. Russell PU mb Tool Co. Au cas ou une des maisons ci-dessus aurait un reprsentant Port-au-Prince, sa collaboration sera trs apprcie. A. de MATTEIS & Co Consignataires. t 1898, la Socit Goodjyear a vu natre l'Industrie automotive. ; Cet te longue exprience permet cette vaste organisation d'offrir aux propritaires d'autos et de camions des pneus jsuprieursen qualit et en dure tous (ceux qui se vendent actuellement en (Hati. J L ES PNEUS C000YEAR HEAVY DUT SONT FABRIQUS AVEC U^E FICELLE SPECIALE CONNUE SOUS LE N0 DE SUPERTWISTE DONT L'ELASTICITE ET LA RSISTANCE SONT PEU* GRANDES DE 30 POUR 100 nUE CELLE EMPLOYEE PAR LES AUTRES FABRICANTS DE PNEUS* l A La Socit Haitienne d'Automobiles.seul reprsentant de la Goodyear en Hati,vous trouverez toujours des pneus et chambres air de toute fracheur de cette fameuse marque des prix dfiant toute concurrence. Socit Hatienne d'Automobiles. L E. UTIL BOGAT ET CIEQ.CTO 3 v (si Hg -.£ g s a r iatas-SHfe N (.. %  "B-UOs 2 2 £ < t/j c a "_


PAGE 1

Vendredi 2 Septembre 1932 Le matin 4 .PAGES 20cuie AINNLL N ?7t>2 Port-au-Prince Tlphone : 2242 Lykes Brothers SS C lnc Texas -Hati Santo uommgoPorto Rico Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et fret entre les ports du Gollc du Texas directement avec Port-au-Prince, Haiti. Pour la rception rapide et le maniement habile de vos importations, servez vous toujours des navires de ,! LYKE UNE. Les prochaines arrives a Port-au Prince sont* i AlumiiHii Steamer K Genevive Lykes Steamer Tillie Lykes Steamer Margaret Lykes Steamer i Almeria Lykes Steamer Genevive Lykes Steamer Hutb Lykes 2 septembre 1932 '.) septembre 1932 15 sept. 1932 23 septembre 1932 30 selembre 1932 7 octobre 1932 Bureau: Rue du Magasin de l'titai, Boite Postale B PORTS DE NEW-ORLEANS El MOBILE PORT-AU-PRINGE,SSANTODOM1NGO CITUCURACAOI PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO. OALVANGEN AUSTVANGEN^VESTVANGEN D 'LVANGEN :iAUSTVANGEiN T VESTVANGEN New Mobi Port Orlans, Louisiana.Dp. le, Alab-iraa, JDp. au-Prince, 'Hati Arr. AVIS AU COMMERCE ~* L? Pana nia K iia i 1 road Stea mship Line a l'avantage d'an noncer les dparts suivants de New York pour port-au-prince Haiti, directement chaque mardi. Tous|les steamers sont pourvus de chambre tricori'ioue Dparts de New ork. Arrivages Poriau -rrince. Steamer "Ancon" 30 aot 1932 le 4 septembre 1932 Steamer "Guavaquil" le 7 septembre le 13 septembre 1932 Steamer "Cristobal" le 13 septembre le 18 septembre 1032 Steamer "Buenaventura" le 20 sept. le 20 sept. 1932 Steamer "Ancon" le 24 septembre le 29 sept. 1932 Panama Railroad Steampship Line JasH. CVAN RKED sgeut Gnral Votre premire visite A L'HOTEL ANSONIA Nous donnera raison, confirmera votre bon jugement, iustiflera la confiance que vous nous aurez accorde en nous garantissant votre apprciable patronage l'Htel le plus slect de Port-au-Prince. Nous vous suggrons d'arrtei votie chambre d'avance. Bire la pression. Santo-Domingo City.R.D. arr. Curaao, 1). W. I. arr. Puerto Cabello, Venz. arr. La Guaira. Venezuela arr. Paramaribo, Dutch Guiana ar. Paramaribo.Dntch Guiana D. Curaao, |). W. I. arr. New Orlans, Louisiana arr. Juillet 2 juillet 4 juillet 9 J juillet 13 juillet 15 juillet 17 juillet 18 juillet 22 juillet 27 juillet 31 aot 8 Juiltet 16 juillet 18} juillet ",23 juillet 27 juillet 29 juillet 31 aot % %  aot aot aot aot juillet 30 aot 1 aot 6 5 10 14 22 aot aot aot aot aot aot aot sept. 10 12 14 15 19 24 28 5 aot 13 aot 15 aot, 20 aot 24 aot 20 aot 28 aot 29 sept. > se^t 7 sept. 11 sept. 19 aot 27 aot 29 ^sept. 3 sept. 7 sep!. 9 sept 11 sept 12 sept. 10 sept. 21 sept. 25 oct. 3 sept 10 sept. 12 sept. 17 21 23 sept. sept, sept. 25 sept. 26 sept. oct. oct. oct. 30 5 9 17 PrenanUfrt et passagers pour tous les ports ci dessus CONNAISSEMENTS DIRECTE DLIVRS POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS : Port-de-aix, St-:,iarc, Miragone et Jrmie, Hati ; Monte Cristi, La Romana. Barahona, San Pedro de Macori* et Azua, Rpublique Dominicaine, Coro, Carupano, Cumano, Guanta et Paapatar,Venezuela, Aruba e' Ben tire DWI. DE MOBILE ET NEW-ORLANS A TOUS '.LES PORTS HATIENS ET DOIIMCAINSIET MARACAIBO. Un dpart vers le milieu de chaque mois touchant directemsnt : Puerto-Plata. B. D., Cap-Hatien, Gonai'ves. l'litGove. Aux Cayes et Jacrael, Haiti et Macaraibo, Venezuela. Si un Irt suffisant est oflert, ces bateaux toucheront galemeut Porl-de-Paix, St-Marc. Miragone et Jrmie, Hati; Barahona, Azua, Monte Cristi, San Pedro de Macoris et La Romana. EL I). Aruba, D W. I. De Tarapa, Floride, la Jamaque-Hati— La Rpublique Dominicaine — Curaao et Venezuela: ( Dparts pour les ports ci-dessus quand une quantit suffisante de fret est^ofterle. [ Sujet rj changement, annulation ou ajournement sans avis. ) 'A. de MATTEIS & C, Agents Gnraux Avis •uni -. | •-; % "M lltpital limerai Hatien \ Accidents ] 20 aot 1932 Joseph Josirus, 28 ans. rue du Centre. Blessure contuse du gros orteil droit. Jules Bien-Aim, 54 ans. Peu de Chose. Contusion de la han • che. Joseph Julien,25ans,bourdon Traumatisme des membres in ient'urs. Marie-Louise Calise, 45 ans. Peln-Gove. Luxation de l'pgatfl droite. ves Jrme, S ans, Chemin des Dalles. Contusion du coude. Joseph Marc, 20 ans, t'ontRouge. Blessure contuse de la muqueuse de la lvre sup rieuie. Joseph Jn-Louis, 20 an?. Prtnu-l'nnce. Multiples blessures coi'uses. i Voulez-vous Russir dans vos tudes uo taire russir vos entants.grce une mthode d'enseignement classique excellente? VOULEZ-VOUS Une profession aprs G a 9 mois d'tudes srieuses (Stno Dactylo. Langues vivante Comptabilit)' Songez que l'Institut TIPPENHAUEP se recommande et s'impose votre attention par les brillants rsultats d| obtenus. 1537Rue Lamarre. Tlphone 2891. Ameub'ement de chambre coucher, six pices, fabrication amricaine. Salle manger, une table et quatre chaises. Table de librairie avec lampe. Assiettes et verres. j S'adresser au No 90-2 en-' tre 4 et G heures du soir. INCONTESTABLE jrwi tan Dallons Antoinetphilippp, 35 ans, La chOUC. Saline. Blessure contuse de far* i;icl." sourcilire droite. Dieudonn Nazon, 22 ansi 1 rue des* Casernes. Blessure tr;m j Chante dV l'avant bras gauche.] t'asquet Andr, 18 ans, rue Dr I Aub'-y.Trauma'isiuede li jambt gauche. | VIENNENT D'ARRIVER Michelin en c; rut AVIS COMMERCIAL |F i i- n t. i Mr Michel Cote a l'avantage d'informer le commerce et les boulangers qu'il B t nomm Reprsentant de lu merveilleuse l'urine GolU Certificate i de l'Okavina et qu'il se met leur disposition pour les commandes qui s voudront bien lui conter. Michel CONTE Vessies anglaises. Balles de Tennis Dunlop. Pneus et Chambres air Michelin et Dunlop Disques Paill Gnrateurs et Manchons Coleman pour lampes Gasolloe Flashlights et Batterie) Stock de ; l( : d BOt( s et ace>so!i M i s. Tuyaux d pour jardin,et lavage d'autos a Don marche. Venez voir Chez JOHN WOOLLLY AVIS MATRIMONIAL (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone: N 2323 Le vapeur Bolivar Voy. 103.,pai tira de New York le 31 courant, directement pour Port-au-Prince ou il est attendu le G septembre prochain, en route pour les poils colombiens, Cristobal, Canal Zoue. Kingston et New-York. William. E. BLEO. Agent. LE FAIT EST C'est la quintessence des meilleures [varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs 1 C'est ce qui fait son arme. \ GOUTEZ ET COMPAREZ! • %  Avis i Le soussign annonce pi b ic, et : n comn rec particulier, ntre au en lus resta 1901, Qrand'RUMQ lace J ponsable des actes et actions lu March Valliir, 'des : pous M a nie JUI.ES "" % %  1 CBARI Mariette Tho" du ton '" te 7 juillet DEUiME D'EMPLOI : „ . ,.... excellente dactylo diplme uenuer.l ne action en divorce ,1t. % %  Ben en i< ea au eommerce, doil lui tie io(ente sons peu. hoiiunes d'affaires, etc. 1 Port-au Prjocele2i aot liXJ2 S'adresser au Matin. j Jules CilAULEb Du Service National de l'Enseignement Professionnel (Conformment aux nouveaux Programmes d'Enseignement l'roicssionnel auto riss par le Dpartement du Travail et qui seront mis en application ds le 2 Octobre proefa un, il e>t parte la connaissance des familles des villes d< t'oit au-Prince,Cap, Qonalves, Jacrael et Jrmie que l'admission dans l'une quelconque des Ecoles professionnelles de garons, est subordonne aux conditions suivantes obligatoires pour chaque postulaut : loLe postulant doit tre g de 13 ans au moins el de 1" sus sa plus. 2o — Possder son Cerliflu cal d'Etudes priraain IV: — l y fi' ^-'ii scie ne naissance ntiqne ei dt t recoinii..uni ..ions valables d ; bonne couduite. Port-au-Prince, le 27 aot 1932. Le Directeur dlierai du Service. ASSUREZ-VOUS ] la General Accident Fire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) car la GENERAL est une des plus puissantes et des plus vastes organisation se ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action ani embrasse le monde r ^ ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la toudre Ses Polices poni Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, d m cause a autrui dans sa personne ou dans ses biens Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati, .es I ollces contre accidents sont valables dans l'univers entier; Tous les i Ses Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves SOUSAGENTS Agent Gnral pour Haiti. Port-au-Prince. G. GILG JEAN HLANCHETJrm RUE DU MAGASIN DE L'ETAT quel tablissement sitout nrs de la Banque Nnle et diiig par Mme Maria BERTKT. Viennent d arriver LA POMMADE INCOMPARABLE ET LE SAVON SPECItt POUR LES CHEVEUX HO—RO-CO. EN VENTE:AU BON MARCHE ET Cf.tZ HIPFOLYTi: * ••>



PAGE 1

. Clment Magloire DIKECIELH 1358. RbJfi AMERICAINE 1358 TELEPHONE N*2242 2(5 me ANNEE N 7762 La lorme extrieure du rgime dmocratique -i une question serpubli%  |ut |.ubhque centralise, une monarchie coosUtuuoaoelle, une confdration, cela importe peu. — Ce oui importe, c'est la sant publique et sociale provenant d'un quilibre entre les intrts dea diverses classes et une carrier ouverte .iu\ caractres encore plus qu'au talents. W. STELD. fji ' I VENDREDI %  ii-. 2 SEPTEMBRE 1932 Politique et Finance Bonne politique et bonneline vient lui porter secours. nancesont,mmedepusavant 1 Alors quela politique, op le baron Louis, des termes qui ranl au milieu d'une grande doivent correspondre. La ii | mifltiplieit d'affaires, peut nance est timide, comme le : n'exercer sur elles qu'une inpapital qui est un de ses l-j luence indirect cl mme ments, et elle ne saurait selointaine —ayant une grande panoiiir en mauvaise almos -J masse pntrer et les affaiphre politique,— celle politique qui, dj par dfinition et partout ailleurs, essentiellement faite de transactions, est, en Hati, une formule sous le couvert de laquelle tout est permis et absous. Tout, except en matire de finance. ins totiagit res tant disperses dans tes les activits,— elle d'une faon plus aise et plus rapide quand elle opre dans un domaine restreint d'aftaires ou dans des affaires qui oui prcisment l'Etal pour domaine principal. Enfin l'exiguit du champ Selon que rgne la scurit d'action rend encore plusseni l'inscurit, les affaires J si bls les rapports de la po-! iitique et des affaires on de la finance. De faon gnrale, ] dans ce pays, dans ce coin de I lerre si petit, les ractions! sont promptes et vives, et aussi elles s'teignent vite faute de rpercussions prolonges. L'effet suit rapidement la cause, et par le fait ou sont bonnes et morales, ou mauvaises et immorales: c'est la confiance et l'argent dans de bonnes conditions, ou c'est la mfiance et l'argent dans des conditions d'usure et d'exploitation ; dans le premier cas, c'est l'impt accept et pay par la Nation, dans le second, c'est le paiement de mme qu'il ne rencontre pas l'impt relusjou ajourn sine de rpercussions o s'altarw. • Ayez un but! LES grands dcouv eui savaient se fixer un but et mettaient tout leur efii-rt A l'atteindre. Sans but, l'homme vi ncessairement la drive. Donne: un but votre vie: ouvres un compte d'rargi-r que vous augmentera s> ,,„,, aujourd'hui Une de nos succursales est l, tout prs, pour vous servir. Hotre-V< ; TJ tmnanda cr. i. i, ccmpidtri La Banque Royale du Canada die. Propositions incontestablement vraies et d'ailleurs, chaque jour, d'vidente constatation. Elles deviennent, toutefois, en Hati, d'autant plus importantes l'heure actuelle, que la mauvaise situation Drat des a lia ires les a depuis longtemps confines dans les rgions de l'Etal et que celui-ci, par la force mme des choses, est devenu leur rgulateur absolu. C'est, actuellement, l'argent que l'Etat lance dans la circulation qui maintient un reste de vie dans nos affaires. Telle entreprise n'est pas sre de vivre en Hat; sans une protection particulire de l'Etat, et nous assistons mme, au moment o nous crivons ces d'autant a c'est--dire notre vitail semble, (1er, il s'exerce notre dtriment, au dtriment de lit. C'est pourquoi depuis toujours, (pie ce pays est la veille de mourir;c'est sa faon de vivre. De quelques milliers de kilomtres carrs, d'une population la lois infime et trs l'aise pour vivre indiislrieuscinenl sur son petit territoire si elle le voulait bien, possdant en ce territoire et en sa position gographique des moyens d'existence varis et relativement faciles, quel peuple serait vraiment plusheureuxs'il tait plus apte tre gouvern et si son gouvernement et lui ne s'embarrassaient pas outre mesure de dogmer et de forau spectacle d'une entreprise f muler tantt de licence et de qui agonise, frappe d'une despotisme, tantt de libert dcision de justice qui ne deet d'inertie! Nos alaires sont vrait pas I aileeter a ce point ; petites et pourrait tre gransi elle tait saine. ei qui d es; notre politique est enmenace de mourir si une vabissanle et devrait se bartransaction attendue de l'Etal lier. •' J *" M '' m "' < ''^Ti^iTTwj_i JIII^WJIJII nn^aiwniiinti'urit wm mu... I Propos humides d olre mis aux exactions des roitelets de sections. Dans un article juridique sur l'tal de sige, dcrt (.ai : verlu de la loi de 18S0, notre confrre Le Phalange du Nord dclare que la suspension des \ journaux Le Pays•>, LeGour-y lier Hatien , etc. est in 'us avons r.eu, avec infiniiuenl jire. plaisir, un ainusunl ouvrage, Inli',,, p„_ M , | tul : Une runion | >•,:[„ ,;.,,„,.,. Irere de la-bas, les usagers de! paratre i l'Imprimerie Valetn. Moula Cie d Eclairage Electrique se 1 8 eur Vernet qui ne i i cache rien... proposent de mettre lin a leur! 5 ^IW, qu l cs .!iitf au Po te M araiJinemeu, pou, lonrntf L 0 M^..fl nya Vingt-cinq ans I E MATIN, 9 Septembre l'Ml. \ I A la ttlite de la f/ramlinse [re 'ptien oui cul lieu bord de j ld ^Li/sislrala et an cours de r laquelle Mr Gordon BenneU le richissime proprit taire de New Yoi k I leratd manifesta le dsir d'avoir des produits hatiens, -li/' t. A. I*araque, se,-reluire d'Etal de l Agriculture, expdia mi grand journaliste divers chantillons trs remarquables de notre industrie et de notre agriculture Gordon-Bennetl, en ce moment Paris, reut ers c idaux dn ministre hatien qui il envoya la dpche suivante : i ./c VOUS remercie de noire gracieuset m m envoyant ces excellents cigares, ce caf, < admirable et Ions les aides produits i/ue je reois linsttaut. t Merei el mille bons soui veni s. JAMES GORDON i ENNETT. nmwii %  .—— Mm Votre igns, ECHOS f — Dans l'Est, l'importation ; du riz tranger a cess. La production locale sullit l'alimentation de la Rpublique,— laiffre —o— — Le Prsident Trujilloa rj quelle production est c duit d'un coup le budget de la un million de dollars. Rpublique Dominicaine de Or douze millions sept. — A la Chambre des Dputs, mercredi dernier.le rapport de la Commission sur l'affaire de la P.C.S. a t adopt. Il conclut au paiement de la garantie d'iutil la Cie.Cette nouvelle a l accueillie avec la plus glande satisfaction, car elle va permettre la llasco de reprendre son important trafic. — La Maison Ueinbold & Co dans la rgion de l'Arlibonile lait des avances d'argent aux planteurs de figues-bananes pour une culture intensive. — Le projet de rorganisation de Damiens prvoit que les agronomes, au lieu de rester Notre correspondant Logane nous signale le bel accueil lait au Prsident Vincent, au cours de la fle paroissiale du lieu. — Le Docteur Ilenriquez y Carvajal, E. E.et M.P. de la rpublique Dominicaine, pat aujourd'hui pour Santo-Domingo ainsi que M. Morillo, son distingu Chancelier. On sail que ces deux diplomates avaient t appels d'autres postes. Nos meilleurs souhaits accompagnent "la Minisire Carvajal, le Chancelier Morillo i! leurs fin milles. — Dimanche prochain, messe Bizoton en la chapelle de N.D. de M. Carmel. La chapelle est usage de la krosiue. Nous voulons esprer que cela restera l'tat de menace. —Madame la Prsidente Trujilloa perdu sa mre,Mme Huslancia Ricardo. C'est un grand deuil pour la Socit Dominicaine qui l'entourait d'estime et de respect. — Un chel de seotion de la Plaine du Nord, qui avait don. n la mort un nomm Adioce, a t jug en cour martiale et renvoy hors de cour. — Les exils doininicaius.qui avaient t emprisonns pour dtention illgale d'armes, dcouvertes Maribaroux, ont t librs par le juge d'instruction du Cap. — Les Annales Capoiscs dfendent l'tat de sige. v Mr Benito Mussolini, selon une dpche de Home, est en train de prparer, en collaboration avec l'crivain Giorvacchino Forzano, le scnario d'un grand film qui retracerait la vie ai dente de Jules Csar. i ii ii tanin s ap Emmanuel, ci qu'enfin d.compte ii s i ipelle bonis Emmanuel. Je l'aurais pari.. Ce que j'ai retenu de la Rcuaio i 'I sa pages varies de Mr Louis cuimanuel... c'esl qn'il t-a vaille de toules ses forces M son s ilut... qu' cel elle t.. il a, des le jeune ge, renonc %  in inonde, ses pompes cl a les œuvres... Une question s'impose : Avez-vous. cher Monsieur Vernet, renonc au bon vieux RHUM SA KTHE CACHET D'OU ? Si ou' vous plains de tout mon cœur. cuisine, Madame... oo I' :• bonne nu are, ( n ...voit que le chaufteur de r.aito de la Ligne portant la plaque 3(143 mprise souveiaine nent le piton et ne lui l'envo'e pas dire. Il s'est amus hier clabousser tous les passants rencontrs. L'averse de la veille avait, sans dou'e, a et l, dpos des flaques sur le b Ion, tu m s tien n'tait plus facile que de les viter en passant a ro'. Le chaufteur de la Ligne 3043 trouva plus amusant de tendre les ornires, de loute lu vitesse de ses roues, projetant ainsi de l'eau sur les pauvres passants. De pare.Iles impertinences rclament des sanctions de lu l'olice. ... a vu a la Guinaude.le enqnet restaurant de noire unu i Alio La ville, l'ex Prsident Hoy, qui prenait, en loute snn l licite dmocratique, un peMI djeuner provisoire. Nous diM as provisoire, car il est u uiner que Monsieur Roy ne se nouiril pas exclusivement d acassan.La dermre gorge enleve, l'ex Chef d'Etat fit le geste de mettre la main au gousset, mais I. avilie l'arrta net. ..Vous ma leries injure en payant, M. le Prsidant. lit tous deux, a se Initiant les uinns. se mirent rire, on ne sait pourquoi, comme d ux augures. ... a vu chez G rand ver:. I h ai:" p, m. ciaq 0 i six dputs bavaient en me ue ufttfH c M klfcll -s paroles qui : imbaienl de la bouche de leur l comme loul. mme temps bonne Hatienne, nous crit:— a One devien-*)^ %  -nous si, |>-" ces temps |, >mbaj de vie chre, de vie lmpossi-i* c oUg „ e p 11)Ui> C'tatl grisan l)le, nous n avions pas la comme tout. Manlaue des l si ics de Portau-Prince et de Samt-Marc ?\ ... von qu'a Vr-Ual Lan les Aussi, c'esl avec une surprise damea font des laons et ne se indigne que nous appreuoQS' goant pai pour toiser le eava* je t. B'uswesr^Loterie Nationale -0SNAT Sance du -1er septembre 1932 10 heures et demie.Stdle presque vide.Seizs snateurs rpondent l'appel.La sance est ooverie. Un .ong procs-Verbal est u qui demeura adopt. Au dpouillement Je la corresponlauce, deux pices son! lues l'Assemble : Va m issage de la Chambra des Dputes qui accompagne te projet de loi rorganisant l'Ecole de Mdecine, le Pharmacie et de i'Arl dentaire, une. ptition des gutldiviers et planteurs de l'Arcahaia |ui, &e retranchant derrire les effets dsastreux des taxes trop leves, protestant contre le projet de lot sur l'alcool. Ces deux pices de la correspondance seronl achemines aux comits lier asse* peu g Jant pour leur offrir de la Bire Suprme.. Il est certain que l'on ne. peut en conscience les en blmer. Il y a des choses qu'il con1 comptents. vient de savoir. Saviez-vous Au troisime point, la (pie Mr Vernet vient de publier l'Imprimerie Valcin Une rudevant leurs bureaux, devront \ remise neuf sous l'impulsion parcourir le pays pour des d-ldu cur de Ste-Anne, le H. P. nionstrations pratiques de plantalions aux paysans. — Le Snateur Pradel, rap porteur de la Commission des Finances du Grand Corps, prpare, dit-on, un rapport suggestif, o des mesures nergiques •eront proposes pour le rtablissement de nos finances. — Monsieur Garcia Mella, le nouveau Ministre Dominicain Port-au-Prince, est arriv hier. Benoit. — Les producteurs du sel de I'Artibonile ont adress une ptition au Prsident Vincent propos des taxes prvues sur ce condiment. — Des objets prcieux onl l trouvs au cours des rparations qu'on excute la Citadelle Laferrire. — Le fret pour la ligue-banane destination de New-York — On annonce que Messieurs paie O cts les 100 livres. CalUrd et Jolibow, directeurs \ — Noire confrre &f L'Infor>. C'est luit, Madame. Boc Fia PERDU snateur /eplnrin don ..• lecture du rapport du comit I juslici sur les taxes son. entionnelles. Le sualeur A.V.Carre dpose la rapport au comit de 11nstrnction publique aur la projet de loi lorguiiisaiit l'Lcole de Droit. Uu troisi ne i apport du comit des Travaux publics est lu par le snateur l'iadel. Et uni quatrime des comits dts Fi | G. 60 sera donne a celui qui i aces U des Travaux publics ) le rappoit'-ra au Bureau du Lpos par le soateai N'au ,' Journal. aprs lecture. Le snateur Ely, /..c Uv-poi.e enfin un cinquime au couina ce l'intrieur .sur le i ge le quartier de l'nouio.i.( commune.— Sur la demai.de da N Bteui Fommuu.ce dt.i.u-r projel bnficie l'urgence et du voie immdiat. La loi est vote sans du .CUibi ... a vu mercredi dernier !. i .1 du Prince Orange Nassau un contrera qui pleurait chaudes larmes, parce que quiltait Po i SU-Prince, destination d> New-York, un vieil ami 'le six mois. L'amiti a donc oap. il %  loudre, et, parlant, ses dchirements? La politique a oeut re bieu aussi ses crocodiles. • • ... voil que la Maison Barbancourl vient de lancer sur le march, deux cocktails au tort got de revenez y. Il y entre un Date de manu-( asd bu iuaihosesmvatrianfacture 1740. Gravs aux inises 1** I e M P*" vous d,re el lialcs M. IL Intrieur dor. Portant la base en lettres anglaises graves : If. IL A. W. B. Aucune question ne sera pose et une rcompense de G. 50 de RCOMPENSE Il a t perdu un sucrier en argent avec deux anses et Le Monde une chose excellente que je vous nomme tout de auite: Du Rhum liarbancourt. i tion.On pense que ordre aurait* vous ? ucun orateur ne sollicitant dlet ? Qu'attendez-i la parole poui oneati fiateI rl gtaiai, la seuuce est leve. NAISSANCE — Mr et Madame Thophile Blanchard, Manet Danielle Dupoux nous lont pai ince de leu. rd. Compliments et souhaits. ... voil que l'on trouve chez John Woollcy des petits phonographes portatils, qui psent i peine autant qu'une canne, et qui, comme sonorit, ont la puissance de Is Station H. IL K. R ,i de plus recommand pour les pique-niques, que ces petits pots baimouieux, o l'on trouva les boas o.i %  > musicaux. Assui tel i idal Kue & u.ic ^surance Corporation L>mi'ed,— Ag'it •' %  a-.' r minghara i.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07094
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, September 02, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07094

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text

.
Clment Magloire
DIKECIELH '
1358. RbJfi AMERICAINE 1358
TELEPHONE N*2242
2(5 me ANNEE N 7762
La lorme extrieure du rgime
dmocratique -i une question se-
rpubli-
|ut |.ubhque centra-
lise, une monarchie coosUtuuoa-
oelle, une confdration, cela im-
porte peu. Ce oui importe, c'est la
sant publique et sociale provenant
d'un quilibre entre les intrts dea
diverses classes et une carrier ou-
verte .iu\ caractres encore plus
qu'au talents.
W. STELD.
fji
- I
VENDREDI
ii-.
2 SEPTEMBRE 1932
Politique et Finance
Bonne politique et bonneli- ne vient lui porter secours.
nancesont,mmedepusavant 1 Alors quela politique, op
le baron Louis, des termes qui ranl au milieu d'une grande
doivent correspondre. La ii | mifltiplieit d'affaires, peut
nance est timide, comme le : n'exercer sur elles qu'une in-
papital qui est un de ses l-j luence indirect cl mme
ments, et elle ne saurait se- lointaine ayant une grande
panoiiir en mauvaise almos -J masse pntrer et les affai-
phre politique, celle poli-
tique qui, dj par dfinition
et partout ailleurs, essentielle-
ment faite de transactions,
est, en Hati, une formule
sous le couvert de laquelle
tout est permis et absous.
Tout, except en matire de
finance.
ins toti-
agit
res tant disperses dans
tes les activits, elle
d'une faon plus aise et plus
rapide quand elle opre dans
un domaine restreint d'aftai-
res ou dans des affaires qui
oui prcisment l'Etal pour
domaine principal.
Enfin l'exiguit du champ
Selon que rgne la scurit d'action rend encore plussen-
i l'inscurit, les affaires J si bls les rapports de la po-!
iitique et des affaires on de
la finance. De faon gnrale, ]
dans ce pays, dans ce coin de I
lerre si petit, les ractions!
sont promptes et vives, et
aussi elles s'teignent vite
faute de rpercussions pro-
longes. L'effet suit rapide-
ment la cause, et par le fait
ou
sont bonnes et morales, ou
mauvaises et immorales: c'est
la confiance et l'argent dans
de bonnes conditions, ou c'est
la mfiance et l'argent dans
des conditions d'usure et d'ex-
ploitation ; dans le premier
cas, c'est l'impt accept et
pay par la Nation, dans le
second, c'est le paiement de mme qu'il ne rencontre pas
l'impt relusjou ajourn sine de rpercussions o s'altar-
w.
Ayez un but!
LES grands dcouv eui savaient se fixer un but et met-
taient tout leur efii-rt A l'atteindre. Sans but, l'homme vi
ncessairement la drive.
Donne: un but votre vie: ouvres un compte d'rargi-r
que vous augmentera s> ,,,,
aujourd'hui Une de nos succursales est l, tout prs, pour
vous servir.
Hotre-V< ; TJ.
tmnanda cr. i. i, ccmpidtri
La Banque Royale
du Canada
die. Propositions incontesta-
blement vraies et d'ailleurs,
chaque jour, d'vidente cons-
tatation.
Elles deviennent, toutefois,
en Hati, d'autant plus im-
portantes l'heure actuelle,
que la mauvaise situation
Drat des a lia ires les a de-
puis longtemps confines dans
les rgions de l'Etal et que
celui-ci, par la force mme
des choses, est devenu leur
rgulateur absolu. C'est, ac-
tuellement, l'argent que l'Etat
lance dans la circulation qui
maintient un reste de vie
dans nos affaires. Telle entre-
prise n'est pas sre de vivre
en Hat; sans une protection
particulire de l'Etat, et nous
assistons mme, au moment
o nous crivons ces
d'autant a
c'est--dire
notre vita-
il semble,
(1er, il s'exerce
notre dtriment,
au dtriment de
lit.
C'est pourquoi
depuis toujours, (pie ce pays
est la veille de mourir;c'est
sa faon de vivre. De quel-
ques milliers de kilomtres
carrs, d'une population la
lois infime et trs l'aise
pour vivre indiislrieuscinenl
sur son petit territoire si elle
le voulait bien, possdant en
ce territoire et en sa position
gographique des moyens
d'existence varis et relative-
ment faciles, quel peuple serait
vraiment plusheureuxs'il tait
plus apte tre gouvern et
si son gouvernement et lui ne
s'embarrassaient pas outre
mesure de dogmer et de for-
au spectacle d'une entreprise f muler tantt de licence et de
qui agonise, frappe d'une despotisme, tantt de libert
dcision de justice qui ne de- et d'inertie! Nos alaires sont
vrait pas I aileeter a ce point ; petites et pourrait tre gran-
si elle tait saine. ei qui'des; notre politique est en-
menace de mourir si une vabissanle et devrait se bar-
transaction attendue de l'Etal lier.
'J*,*"M''m"'<''^Ti^iTTwj_i jiii^wjijii nn^aiwniiinti'uritwm mu...
I Propos
humides
d olre mis aux exactions des
roitelets de sections.
- Dans un article juridique
sur l'tal de sige, dcrt (.ai :
verlu de la loi de 18S0, notre
confrre Le Phalange du Nord
dclare que la suspension des \
journaux Le Pays>, LeGour-y
lier Hatien , etc. est in 'us avons r.eu, avec infiniiuenl
jire. plaisir, un ainusunl ouvrage, Inli-
',,, p_ m , | tul : Une runion p^^U ?ap, dapres un coa- ,,,. Mr ,;. ,. Vi.mi>| >,:[ ,;.,,,.,.
Irere de la-bas, les usagers de! paratre i l'Imprimerie Valetn. Mou-
la Cie d Eclairage Electrique se 18'eur Vernet qui ne i i cache rien...
proposent de mettre lin a leur!5' ^IW, qul' cs.!iitf au Pote.M,ar-
aiJinemeu, pou, lonrntf L0M^..fl
nya
Vingt-cinq ans
I e Matin, 9 Septembre l'Ml.
\
I
A la ttlite de la f/ramlinse
[re 'ptien oui cul lieu bord de
j ld ^Li/sislrala et an cours de
r laquelle Mr Gordon BenneU le
richissime proprit taire de New
Yoi k I leratd manifesta le dsir
d'avoir des produits hatiens,
-li/' t. A. I*araque, se,-reluire
d'Etal de l Agriculture, expdia
mi grand journaliste divers
chantillons trs remarquables
de notre industrie et de notre
agriculture
Gordon-Bennetl, en ce mo-
ment Paris, reut ers c idaux
dn ministre hatien qui il
envoya la dpche suivante :
i ./c VOUS remercie de noire
gracieuset m m envoyant
ces excellents cigares, ce caf,
< admirable et Ions les aides
produits i/ue je reois lins-
ttaut. t
Merei el mille bons sou-
i veni s.
James Gordon i ennett.
nmwii
. Mm
Votre
igns,
ECHOS
f Dans l'Est, l'importation
; du riz tranger a cess. La pro-
duction locale sullit l'alimen-
tation de la Rpublique, la-
iffre
o
Le Prsident Trujilloa r- j quelle production est c
duit d'un coup le budget de la un million de dollars.
Rpublique Dominicaine de Or
douze millions sept.
A la Chambre des Dpu-
ts, mercredi dernier.le rapport
de la Commission sur l'affaire
de la P.C.S. a t adopt. Il con-
clut au paiement de la garantie
d'iutil la Cie.Cette nouvelle
a l accueillie avec la plus
glande satisfaction, car elle va
permettre la llasco de re-
prendre son important trafic.
La Maison Ueinbold & Co
dans la rgion de l'Arlibonile
lait des avances d'argent aux
planteurs de figues-bananes pour
une culture intensive.
Le projet de rorganisa-
tion de Damiens prvoit que les
agronomes, au lieu de rester
Notre correspondant Lo-
gane nous signale le bel accueil
lait au Prsident Vincent, au
cours de la fle paroissiale du
lieu.
Le Docteur Ilenriquez y
Carvajal, E. E.et M.P. de la r-
publique Dominicaine, pat au-
jourd'hui pour Santo-Domingo
ainsi que M. Morillo, son dis-
tingu Chancelier. On sail que
ces deux diplomates avaient t
appels d'autres postes. Nos
meilleurs souhaits accompa-
gnent "la Minisire Carvajal, le
Chancelier Morillo i! leurs fin
milles.
Dimanche prochain, messe
Bizoton en la chapelle de N.D.
de M. Carmel. La chapelle est
usage de la krosiue. Nous
voulons esprer que cela reste-
ra l'tat de menace.
Madame la Prsidente Tru-
jilloa perdu sa mre,Mme Hus-
lancia Ricardo. C'est un grand
deuil pour la Socit Domini-
caine qui l'entourait d'estime et
de respect.
Un chel de seotion de la
Plaine du Nord, qui avait don.
n la mort un nomm Adio-
ce, a t jug en cour martia-
le et renvoy hors de cour.
Les exils doininicaius.qui
avaient t emprisonns pour
dtention illgale d'armes, d-
couvertes Maribaroux, ont t
librs par le juge d'instruction
du Cap.
Les Annales Capoiscs
dfendent l'tat de sige.
v Mr Benito Mussolini, selon
une dpche de Home, est en
train de prparer, en collabora-
tion avec l'crivain Giorvacchi-
no Forzano, le scnario d'un
grand film qui retracerait la vie
ai dente de Jules Csar.
. i ii ii tanin s ap
Emmanuel, ci qu'enfin d.- compte ii
s i ipelle bonis Emmanuel. Je l'au-
rais pari..
Ce que j'ai retenu de la Rcuaio i
'I sa pages varies de Mr Louis cui-
manuel... c'esl qn'il t-a vaille de tou-
les ses forces m son s ilut... qu' cel
elle t.. il a, des le jeune ge, renonc
in inonde, ses pompes cl a les
uvres... Une question s'impose :
Avez-vous. cher Monsieur Vernet,
renonc au bon vieux RHUM SA K-
THE CACHET D'OU ? Si ou'
vous plains de tout mon cur.
cuisine,
Madame...
oo -
I' : bonne nu are, ( n
...voit que le chaufteur de
r.aito de la Ligne portant la
plaque 3(143 mprise souveiai-
ne nent le piton et ne lui l'en-
vo'e pas dire. Il s'est amus
hier clabousser tous les pas-
sants rencontrs. L'averse de la
veille avait, sans dou'e, a et
l, dpos des flaques sur le b
Ion, tu m s tien n'tait plus facile
que de les viter en passant a
ro'. Le chaufteur de la Ligne
3043 trouva plus amusant de
tendre les ornires, de loute lu
vitesse de ses roues, projetant
ainsi de l'eau sur les pauvres
passants.
De pare.Iles impertinences
rclament des sanctions de lu
l'olice.
... a vu a la Guinaude.le en-
qnet restaurant de noire unu
i Alio La ville, l'ex Prsident
Hoy, qui prenait, en loute snn
l licite dmocratique, un peMI
djeuner provisoire. Nous di-
m as provisoire, car il est u
uiner que Monsieur Roy ne
se nouiril pas exclusivement
d acassan.La dermre gorge en-
leve, l'ex Chef d'Etat fit le geste
de mettre la main au gousset,
mais I.avilie l'arrta net...Vous
ma leries injure en payant, M.
le Prsidant. lit tous deux,
a se Initiant les uinns. se mi-
rent rire, on ne sait pourquoi,
comme d ux augures.
... a vu chez G rand ver:. I
h ai:" p, m. ciaq 0 i six dputs
bavaient en me ue ufttfH
c M klfcll -s paroles qui
' : imbaienl de la bouche de leur
l
comme loul.
mme temps bonne Hatienne,
nous crit: a One devien-*)^
-nous si, |>-" ces temps |, >mbaj
de vie chre, de vie lmpossi-i*coUge p11)Ui>. C'tatl grisan
l)le, nous n avions pas la comme tout.
Manlaue des l si ics de Port-
au-Prince et de Samt-Marc ?\ ... von qu'a Vr-Ual Lan les
Aussi, c'esl avec une surprise damea font des laons et ne se
indigne que nous appreuoQS' goant pai pour toiser le eava*
je
t. B'uswesr^-
Loterie

Nationale
-0-
SNAT
Sance du
-1er septembre 1932
10 heures et demie.Stdle pres-
que vide.Seizs snateurs rpon-
dent l'appel.La sance est oo-
verie. Un .ong procs-Verbal est
u qui demeura adopt. Au
dpouillement Je la correspon-
lauce, deux pices son! lues
l'Assemble : Va m issage de la
Chambra des Dputes qui ac-
compagne te projet de loi ror-
ganisant l'Ecole de Mdecine,
le Pharmacie et de i'Arl den-
taire, une. ptition des gutldi-
viers et planteurs de l'Arcahaia
|ui, &e retranchant derrire les
effets dsastreux des taxes trop
leves, protestant contre le pro-
jet de lot sur l'alcool. Ces deux
pices de la correspondance se-
ronl achemines aux comits
lier asse* peu g Jant pour leur
offrir de la Bire Suprme.. Il
est certain que l'on ne. peut en
conscience les en blmer.
Il y a des choses qu'il con-1 comptents.
vient de savoir. Saviez-vous Au troisime point, la
(pie Mr Vernet vient de publier
l'Imprimerie Valcin Une ru-
devant leurs bureaux, devront \ remise neuf sous l'impulsion
parcourir le pays pour des d-ldu cur de Ste-Anne, le H. P.
nionstrations pratiques de plan-
talions aux paysans.
Le Snateur Pradel, rap
porteur de la Commission des
Finances du Grand Corps, pr-
pare, dit-on, un rapport sugges-
tif, o des mesures nergiques
eront proposes pour le rta-
blissement de nos finances.
Monsieur Garcia Mella, le
nouveau Ministre Dominicain
Port-au-Prince, est arriv hier.
Benoit.
Les producteurs du sel de
I'Artibonile ont adress une p-
tition au Prsident Vincent
propos des taxes prvues sur
ce condiment.
Des objets prcieux onl
l trouvs au cours des rpa-
rations qu'on excute la Cita-
delle Laferrire.
Le fret pour la ligue-ba-
nane destination de New-York
On annonce que Messieurs paie O cts les 100 livres.
CalUrd et Jolibow, directeurs\ Noire confrre ? L'Infor-
i Pays m i.'t
na tien passeront au Con
tionnel vers le ou 0 courant
jwur outrages l'Autorit.
nos frres ns campagnes sont
les victimes des cnets de sec-
mon Ue pages varies ?
Saviez-vous que Mr Vernet a
failli s'appeler Louis, el le len-
demain Emmanuel, et qu'il s'ap-
pelle en dfinitive Louis Emma-
nuel ?
Saviez-vous que Mr Vernet a
trois enfants : Roger, Lucien et
Suzc. '/
Saviez-vous que le systme
osseux de Mr Vernet ayant t
(je transcris mol pour mot;
mal pourvu, l'poque de sa
croissance proprement dite, cela
occasionna que le cher homme
resta quelque peu rachitique.. 1
Donnez un pleur Mr Louis
Emmanuel, el laissez-moi vous
rappelerqu( c'esl dimanchepro-
chain aprs demain qu'au-
ra heu le tirage de la Loti
Nationale.. Avez-vousdja ai
t voire
quecertaicea gens du monde
olliciel songent crer des
ennuis cette industrie locale,
qui s<;rt le pays sous toutes
les formes, Au lieu de l'en-j .'
cou rager, on veut lai mettre! voil M"'8'1 mre de notre
desbfttous daca lesro iu bnlrre capojs, L'Information.
moyeu de
de son essoi
!;;";,sn.8e ::,"'["' :i**:wm voiain... gui de droit.
"', aprs enqute.ne pourrait-il pas
I mettre la main sur les indli-
( ils, et Iss obliger remettre
l Etat les pices historiques
qu'ils se sont indment appro-
pries?
lois in s "objets prcieux ont sira-
, M,.. trouves au couis des rpara-
!_r: NOS gOUfer- ,j ,ailes la Citadelle et se
si des taxes
CV.gr
lli..
geaicat les l aines h
de l'orl-uu-Prince el de S uni -
Atarc fermer leurs po
Dites cela pour nous, Le
Matin >>.
C'est luit, Madame.
Boc Fia

PERDU
sna-
teur /eplnrin don .. lecture du
rapport du comit I juslici
sur les taxes son. entionnelles.
Le sualeur A.V.Carre dpose
la rapport au comit de 11ns-
trnction publique aur la projet
de loi lorguiiisaiit l'Lcole de
Droit. Uu troisi ne i apport du
comit des Travaux publics est
lu par le snateur l'iadel. Et uni
quatrime des comits dts Fi | G. 60 sera donne a celui qui
i aces U des Travaux publics ) le rappoit'-ra au Bureau du
Lpos par le soateai N'au ,' Journal.
aprs lecture. Le snateur Ely- ,
/..c Uv-poi.e enfin un cinquime
au couina ce l'intrieur .sur le
i ge le quartier de
l'nouio.i.( commune. Sur
la demai.de da N Bteui Fom-
muu.ce dt.i.u-r projel bnficie
l'urgence et du voie imm-
diat. La loi est vote sans du
.CUibi
... a vu mercredi dernier
!. i .1 du Prince Orange Nassau
un contrera qui pleurait
chaudes larmes, parce que quil-
tait Po i SU-Prince, destina-
tion d> New-York, un vieil ami
'le six mois. L'amiti a donc
. oap. il loudre, et, parlant,
ses dchirements? La politique
a oeut re bieu aussi ses cro-
codiles.

... voil que la Maison Bar-
bancourl vient de lancer sur le
march, deux cocktails au tort
got de revenez y. Il y entre un
Date de manu-(,asd bu iuaihosesmvatrian-
facture 1740. Gravs aux ini- ses 1** Ie M P*" vous d,re el
lialcs M. IL Intrieur dor.
Portant la base en lettres
anglaises graves : If. IL
A. W. B.
Aucune question ne sera
pose et une rcompense de
G. 50 de RCOMPENSE
Il a t perdu un sucrier en
argent avec deux anses et
Le Monde
une chose excellente que je
vous nomme tout de auite:
Du Rhum liarbancourt.
i
tion.On pense que ordre aurait* vous ?
ucun orateur ne sollicitant
dlet ? Qu'attendez-i la parole poui oneati fiate-
I rl gtaiai, la seuuce est leve.
Naissance Mr et Mada-
me Thophile Blanchard, Ma-
net Danielle Dupoux
nous lont pai ince
de leu. rd.
Compliments et souhaits.
... voil que l'on trouve chez
John Woollcy des petits phono-
graphes portatils, qui psent i
peine autant qu'une canne, et
qui, comme sonorit, ont la
puissance de Is Station H. IL K.
R ,i de plus recommand
pour les pique-niques, que ces
petits pots baimouieux, o l'on
trouva les boas o.i .> musi-
caux.
Assui tel i
idal Kue &
u.ic ^surance Corporation L>-
mi'ed,
Ag'it 'a-.'
r
minghara
i.


PAGE 2
LE MATINS 2Septembre 1932
llLlUHUl t
ION NO N'EST PIS CA'OR
IMS CATOR, DIF L'ATHLTE

Sylvio Cator.le iaraeux athlte l
hatien,arriv ici pour concou
rir aux jeux post-olympiques,
ne sedrobe pas aux interviews.
.Nous l'avons rencontr assis
contortablement dans les salons
des poux damer, les fameux
chanteurs et musiciens de la |
42rae rue, juste au moment o |
il allait partir pour les jeux
olympiques.
Il tait habill gentiment avec
des pantalons gris de sport,
chemise et cravate dans le m-
me ton.
Le sourire avec lequel il nous
accueillit ds l'abord disait que
nous tions le bienvenu, bien
qu'il et t prvenu par ses
htes que des reporters allaient
ie visiter bientt.
\
Cator aime les Sports
Si d'un cot'Cator est sur
d'aimer les sports, par contre
il n'aime pas la laon dont les
Amricains prononcent son
non. L'accent doit se porter sur
la dernire svllabe, nous dit-il :
car. autrement/cela sonne trop
comme 'caterer", fournisseur
de cercles, etc.
Il a dbut dans les sports
Port-au-Prince o il termina
ses tudes commences d'abord
Kingston, Jamaique, et Ca-
vail on.
En Haiti, on joue au lootball;
on y lait un peu de tennis mais
pus de baseball, raison pour la-
quelle Cator n'aime pas trop ce
sport strictement amricain.
Il lut autrelois un champion
de tennis.jeu auquel il n'avait
perdu que deux lois sur qua-
rante.
Il pratique d'autres sports
ct du saut en longueur.qu i est
ton lort.
Il dtient le record haitien du
saut en longueur, ayant saut b
pieds 2 pouces.II en a enregistr
un de 100 mtres en 10 4*8 se-
condes.
Outre les sports, Cator adore
la chasse. Il n'a pas eu encore
la chance de capturer un ours
mais en a chass un dans les
bois. Il aimerait tant pouvoir en
dpecer un et espre le taire
bientt.

Il a bon caractre
Cator est un beau type d'athlte
surpassant bien d'autres en
intelligence, tait reconnu d'ail"
leurs dans son pays.
Les athltes hatiens qui ont
par'uipaux jeux olympiques
taient sous sa direction.
A Californie, Cator i eu a
remplir double tonction pen-
dan! les jeux olympiques : d'a-
bord comme membre de l'qui-
pe Indienne, ensuite comme
repisentant ofliciel de son
Says. Cela l'a permis d assister
toutes les confrences impor-
tantes.
Sir le prjug qui y a prdo-
min, il en sait long, mais n'en
dira pas beaucoup. J'y ai t
trs bien accueilli, dit-il, mais
aount quand un lui parle des
msaventures arrives aux au-
tres l'ourlant, ces lait.s, il ne les
iguore pas.
Cator la conviction que les
jeux olympiques n'auront plus
lieu aux Etats-Unis, du moins
pendant longtemps ; et, pour sa
fiari, mme si cela dviait tre,
I n'y assistera pas. Il n'avouera
pas la raison de son abstention
iar crainte, a mon avis.de trop
lisser voir qu'il condamne le
prjug des Amricains, et cette
discussion il l'a toujours vite
dans toutes ses conversalions.
Nous avons pris plaisir
causer pendant quelques mo-
ments avec le grand athlte que
la fatalit a empch de con-
courir aux jeux olympiques.
Mme quand il tait le rcit de
son accident bord, Cator sem-
ble modeste, chose que les
athltes oublient lorsqu'ils par
lent deux mmes.
elais ! oh Cator difliv de* au*
1res tuds,c'esl qu'il u lo >joun
quelque chose a r.i > i i .
C'est un geotle nan rtipect, a
qui ont confies des njssions
que les autre: ryi I i-eenttog
J'ous aux pa'Qi de ieuis grandi
tommes d'Etat.
Les Etats-Unis ont vu bien
peu d'athltes du genre de Cator]
[Du Chicago Tribune)
Chambre j
des Dputs'
Sance du }
31 Aot 1932
10 heures. Les assistants ma-]
nitc.stent une certaine impa->|
tience. lis sont curieux de sa-
voir le sort de la transaction
dite P. C. S. dont la discussion
avait t renvoye a la sincel
de ce jour. Cela explique donc*
l'agitation des uns et des auties. f
10 heures et demie. La sance
s'ouvre avec une lorte majorit.
Pas de procs-verbaux. Au d-
pouillement de la correspon-
dance les secrtaires du bureau
donnent lecture de deux pices :
un message du Snat accusant
rception d'un projet de loi et
une ptition d'un groupe d'in-
dustriels qui protestent contre
le projet de loi sur l'alcool.
Au troisime point est reprise
la discussion des conclusions!
du rapport du comit des Tra-
vaux publics sur la transaction
intervenue entre l'Elit et la
P. C. S.
Le dput Chtelain qui avait'
demand et obtenu, la sance
de vendredi, le renvoi de cette
discussion, gravit la tribune. Il
remercie ses collgues de lui
avoir procur le temps d'tudier
la transaction. U dclare que
chaque lois qu'il intervient dans
les dbats c'est pour apporter
de la lumire. Sa crainte des ac-
cusations justilie son souci de
montrer toujours les motifs qui
dterminent sa conviction : Ce
sont, dit-il, toutes les lemmes
Jde Csar, lgitimes ou illgiti-'
mes, qui ne doivent pas tre
souponnes. L'orateur abor-j
de, aprs cette dclaration, la :
P. C. S. Il lait ressortir, en se j
basant sur le contrat de 1906, les
obligations des deux parties.
Obligations, il est vrai, exorbi-
tantes pour l'Etat et douces
pour la P. C. S. Poursuivant sa
thse : Ce sont l, dit-il, des
contrats sgnallagmatiques. Il
diinit le terme et soudent que
si l'une des parties n'a pas res-
pect le contrat, l'obligation
cesse pour l'autre qui doit mme
la traner en justice. L'Etat s'est-
il toujours conform aux obli*
tint ? A cette question l'orateur
rpond oui et |uslilie sa rponse
par des preuves. Qu'a lait la
P. C. S. ? Le dput rpond en-
core : Une srie de laits d-
montrent sa mauvaise loi : relus
d'amliorer son matriel, loco-
motives circulant avec un bruit
de ferrailles, incendies ruinant
des centaines de familles. L'o-
rateur continue, en faisant tat
de plusieurs rapports, prouver
que la P. C. S. n'a pas respect
! fs engagements. De ce tait il
dduit que l'Etat tait autoris
a demander la rsiliation du
contrat. Aprs ce raisonnement
dvelopp avec lougue.le dput
dtruit les arguments spciaux
dignes de la dialectique des avo-
cals de la P.C.S, li prouve, en
s'etayant sur un alina compl-
mentaire du contrat de I00(>,que
lei garantie! d'intrt sont rem-
boursables ei que la P. C. S. est
dbitrice l'Etal d'une valeur
de 780,000 dollars. Aprs le ju-
gemeut rendu en laveur de
l'E a', l'orateur s'tonne de ce
Changement d'attitude du Gou-
vernement haitien qui a accept
un accommodement. C'est un
mystre, dit il, et vous en aurez
la ciel quand vous saurez que le
Dpartement d'Etat a mis son
pe la balance et a exig
cet e transaction onreuse pour
I Etal baille o. Il s'tonne de ce
q i le Gouvernement actuelle
accepte une transaction repous-
se sous Borno par le Conseil
d'Etat, repousse encore par le
Gouvernement de Roy, Le spec-
tie de ces travailleurs deman-
dant du pain qui loi hrandit
aujourd'hui, continuel il, est
une mise en scne bien prpa-
re, une sorte d'intimidation
qui s'appelle hlu/f. Et l'orateur
conclut : L'Etat haitien est
puuvre; il ne peut pas taire un
cadeau royal de 210.000 dollars
a la P.C.S. Je voterai contre la
transaction. On dira ce que l'on
voudra, mais un jour viendra
o le peuple hatien saura dis-
tinguer le vrai du taux, les ap-
parence! de la ralit . ( Ap*
plaudissements)
Le .hinistre des travaux Pu-
blic monte I ib...v. Il s'em-
pres*e d< u er caigorique-
m. i q le Gouvernement ao-
^ouveruement de
liquidation et ce, en fonction
du plan Forbu. Pour lui, l'Etal
doit se dbarrasser de tous ies
contrats onreux au prix des
Cachet Miriga
antinvralgique
Supprime en i|!i-l'|iii-s minutes Flvr, Grippe, Migraine,
Rhumatisme Hfcilicamenl de choix ton/onn efficace ri tant
/ni/'i Uolti de I .! 12 CBCbets. En rente dani toutes bonnes Fh'"
'.boratoire do Docteur GIRAUD.rWaacite.l LYON-OULUNS(FrsKr)
i' i"- Port-au-Prince l Pharmacie M'CIL
Cin-laldu
CE SOIR
La meiveilleuse uvre de Charles Mr :
LA TENTATION
avec Claudia Victrix et Lucien Dalsace
Entre 1,00 ; Balcon ; 2,00;
DIMANCHE
A 8 HEUKES
Le chet d'oeuvre d'rienry Bataille
LA MARCHE NUPTIALE
avec Louise Lagrange et Pierre Blanchard.
Entre : 1,00 ; Balcon :2 00
DONNEZ LE MEILLEUR SOIN A VOTRE PEAU.
EMPLOYEZ LE PARFUM ET BLANC
SAVON DE TOILETTE
LUX
SAVON DE TOILETTE
DLICATEMENT PARFUM H.
N'ACHETEZ QUE LE
BAY-HM
M. Fontaine
Meilleur et meilleur mar-
ch que l'article import.
En vente au dpt de la
Distillerie de l'Aigle, prs la
Banque Nationale, et chez
SIMON VIEUX PRIX DE DTAIL GDES 2,25 LA BOUT
CH. PIGOULET 1.25 LA DEMIE
BAZAR NATIONAL PRIX SPCIAL POUR VENTE EN G
MOI1R & LAUKIN. P. O. BOX M. Distributeurs
Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince.
plus grands sacrifices II lait ob-
server que si l'Etat doit paver
210,000 dollars pour la liquida-
tion du contrat de la P. C. S. il
gagne 1,700(100 pour celle du
contrat de la Compagnie Natio-
nale des Chemins de Fer. Aprs
avoir parl des considrations
de laits, d'ordre positit, qui ont
dtermin le Gouvernement
accepter la transaction, le Mi
nistre reprend, et cette lois avec
moins de lorce, son argumen
tatiou de vendredi. Il oppose,
l'obligation certaine de l'Etat
celle alatoire de la P.C.S. Pour
rtuter la thse du dput Ch-
telain, il soutient que le contrat
est sgnallagmatique mais Im-
parfait, vu que l'obligation est
certaine pour l'Etat et alatoire
pour la P.O.S. C'est U gouver-
nement h dtien, continue-l-il,
qui a provoqu cette transac-
tion alors que l'aft*ire tdt au
Tribunal de Cassation. Mr Bor-
no qui est un grand juriste a
compris qui! (allait une tran-
saction pour finir avec tout .
Il conclut en conviant les d-
puts tenir compte de la dli-
catesse de la situation actuelle
pour vo er le rapport.
Le dput Chtelain est au
regret de constater que le Mi-
nisire n'a pas touch sa thse.
Il passe en revue les arguments
de son partenaire et les d-
monte. Il soutient que la P.C.S.
avnit devant elle un dlai moral
pour rembourser les garanties
d'intrts. L'Etat ne pouvait
pas, dit-il, lui continuer cette
rente pour encourager sa pa-
resse .
Le dput Piou oblient la pa-
role. Dans une introduction
pompeuse, il parle des prten-
tions devant lesquelles on ne
doit pas se prosterner. Pour lui,
il s'agit seulement de savoir si
l'intrt national commande de
finir avec la P. C. S. Le devoir
de l'homme politique, poursuit-
il, est d'tre circonspect. Il doit
tenir compte des laits, du mi-
lieu, des ncessites actuelles et
ne doit pas toujours juger en se
basant sur des principes abs-
traits. Crainte d'une dcision
dtavorable du Tribunal de Cas-
sation, torts que peut causer la
fermeture de la Hasco, telles
sont les raisons qui vont dter-
miner son vole. Et l'orateur
conclut : Vous di'vtz laire
une uvre de sagesse et d'-
quip... VoUz la transactioni ~
conforme votre prestige et * W*
l'intrt national . j
Les conclusions du rapport'
sont mises aux voix. L'Assem
ble, moins les dputs Chte-
lain, Pierre-Louis, L. Thomas,
Loubeau et Estim, les adopte.
Le contrat et la loi de sanction
de lorme proposes par le co
mit.
Le dpul Piou donne leclure
du rapport du comit de l'Ins-
truction publique, de l'Agricul-
ture et du Tiavai! sur le projet '
de loi qui rorganise le Service
Technique.
El l'ordre du jour de la pro
chane sance est proclam.
Dernires Nouvelles
Etranger
FRANCE.- Le Prsident Le-
brun passe son cong Ram-
bouillet.
Mme Herriot a survol le
Mont Blanc en avion par un
temps magnifique,
ALLEMAGNE. La premire
sance du Reichslag a eu lieu le
30 aot dernier dans le plus
grand calme. Le discours d'ou-
verture a t prononc par une
femme communiste qui, aprs
avoir mis sur le compte des ca-
pitalistes toutes les misres dont
soull're lepays.souhaita de vivre
assez longtemps pour voir la
1re Rpublique Allemande des
Soviets.
Elections des bureaux du
Reichslag. .C'est le Capitaine
Guering, hithlrien qui a t lu
Prsident du Reichslag par 3(57
La Magnsie ERBA
EST LE PRODUIT LE PLUS RECHERCH COMME RECULAT!
DES FONCTIONS GASTRIQUES ET INTESLINALES.
A. de Matteis & C
AGENTS POUR HATI
voix. Il a envoy une dpche au
Prsident Hindenburg pour lui
faire part
Hindenburg
de sa nomination,
a accord Von
Papen l'autorisation de dissou-
dre le Reichslag quand il le I T c,
voudra. Heindenburg a refus 4LeJSleamr Ancon est
de recevoir le Prsident du 'alteDdu Port-au-Prince,
Reichslag. j Hati, venant de New York,
On annonce que le Ministre-Ie dimanche 4 septembre
des.pflaires trangres du Reich 1932, avec: 25 passagers, to
a remis l'Ambassadeur de sacs de correspondance, el
Fiance Berlin un rsum sur partira dans l'aprs-midi dn
la question des armements. Le mme jour, directement pour
meom>nVeil'-6l,'el,lraU ,8ur ,e Cristobel.Canal Zone, prenant
mme pied d galit que les au-
tres pays.
Le secret diplomatique n'a-
yant pas t observ autour de
celte note, on ne sait pas ce qui
peut en advenir.
fret, malle et passagers.
Port-au-Prince, 1er septembre
1932
Jas*. H. C. VAN REED.
Agent Gnral
mmmmmmMmmmmm b&wmiMiftif
Toutes les Polices *
i
DE LA
l

s
M
comprennent la protection contrela 2
Foudre sans auamentation de tauxj
11
eBoss$Ct
Aqents Gnraux
*
I
mwm$\\m&mm&u*mmm.nm,-f^


LE MATIN -J 9 Septe nbre 1932
PAGE 3
Rhum Barbaucourt
Dont la renommer esl universelle a gM-d s--, pren.* place
Demandez partout :
UN H AH BAN COURT
Dpt : Hue des Csars.
Socit Nationalejie la
Croix Rouge Ilatienn

o----
Communique
i
La
Croix Rouge Hatieune
., (l dclare une uvre
Nationale d'utilit publique
par un arrt du Gouverne-
ment. C'est la conscration
officielle qui lui permettra de
s'affilier la Ligue Interna-
tionale des Socits de Croix
Rouge.Au premier appel lan-
c par une de ces Socits
sur un point quelconque du
olobe/'toutes les Croix Rou-
ges se^ mettent en mouve-
ment pour aller au secours
du pays d'o est parti l'appel.
II
La tentative d'organisatio11
actuelle des Comits rgio-
naux de la Croix Rouge Ha"
tienne n'implique aucune d-
pense ni cotisation spciale
pour leurs membres. Ces Co-
mits sont crs eu vue de
former des centres de propa-
gande pour rpandre dans
tous les milieux hatiens l'es-
prit de la croix Rouge, c'est-
-dire l'esprit de Paix, de
Fraternit Sociale et Humani-
taire. Ces comits auront
coordonner leselorts en cas
de calamit publique, dis-
tribuer des secours, tablir
la liaison entre eux et le
sige social de Port-au-Prince,
organiser une campagne
annuelle dans leurs milieux
respectifs pendant la semaine
del Croix Rouge pour re-
cueillir des tonds en laveur
de l'Institution, etc, etc. Leur
tle est donc prdominant
dans l'organisation del Croix
Rouge Hatienne.
Il I
La Croix Rouge lancera au
mois de novembre prochain
son premier arpel de tonds
l'adresse de la Nation en-
tire et des trangers qui vi-
vent en Hati.
IV
Les appHs de tonds se te
ront une lois l'an pendant la
semaine de la Croix Rouge.par
l'intermdiaire des comits
rgionaux assists d'un cer-
tain nombre de dames et de
jeunes filles recrutes pour
ce service social et humani
taire.Chacun donnera ce qu'il
pourra afin que la croix Rouge
puisse constituer un fonds de
rserves et taire la prpara
tiou prventive des secours
pour les cas de calamits.
V
Beaucoup de personnalits
hatiennes et trangres choi-
sies par le conseil d'Admi-
nistration pour taire partie
du comit consultatif de 11
Croix Rouge ont rpondu ai-
mablement eu dsir de la
croix Rouge hatienne et sont |
alles signer le registre d'im-
fU Purgatif idal'
FILOLEJIHAUT
147, Ru du Faub. St-taii, Pari
Facile pr.ndr..
Ne nicrit.ni aaena prparatif,
elle ne provoque jinait de df oui.
Supprimant la mata,
clU ne dbilite pu le malade.
N'exigeant pas de repoe a la chambre,
elle ne came aucune perte de tcmpi.
Plu* active qata loua le* aimllalree,
elle cit, par coniquenl, moins chre.
' PURGATIVE, 2*3 Pilula*
DOSE
\
Pneus ci

Constitue en
ambres
air Goodyear
matriculation au sige social;
plusieurs autres tardent en-
core faire autant: elles sont
peut-tre en villgiature, la
campagne.
VI
Le Foyer International cr
au sige social de la croix rou-
ge est ouvert tout le monde,
notammeut aux trangers de
rsidence ou de passage
Port au-Prince. On y trouve
de b&nues lectures taire en
franais, anglais, allemand,
italien, espagnol, etc., de 9
12 hs a.m. et de 2 a 5 h. p.ra,
saul les jours lris.
VII
Les jeudis de la croix-Rouge
sont une excellente occasion
d'apprendre quelques notions
de mdecine pratique.de soins
aux malades et aux blesss,
ofterte la femme hatienne
pour bien servir sa tamille.
sa Patrie et l'Humanit. Aussi
esl-ou content de constater
son empressement suivre
les cours de dmonstrations
VIII
, Les jeunes gens des deux
sexes doivent suivre rguli
remeot les cours de sauve-
tage et de premiers soins
' organiss par la croix r.ouge
Hatienne, afin de pouvoir;
tonner des bataillons dan |
xiliaires capables de servir,
en cas de besoins.dans leurs
j localits ou dans les pays voi-
I sus, dans les cas de sinistre
INSTITUT
Guy-Joseph-Bonnet
Prs du Monastre St Grard
Sons la direction dn professeur Luc QORSIN VILLE,
hom
BATEAU D'EXPOSITION DE
PRODUITS MANUFACTURES
SUR LA COTE DU PACIFIQUE
DES ETATS-UNIS D'AIRIOUE.
Le steamer cPoint Ancha>,
de la Gulf Pacific Mail Line
Ltd devant entreprendre une
grande tourne d'exposition
de produits manufacturs sur
la cte du Pacifique des Etats-
Unis d'Amrique, se trouve
actuellement en chantier. De
nouvelles cabines sont am-
nages, la rapidit augmente,
et le ncessaire devant facili-
ter l'talage des produits ex-
poss ajout, fera de cette
exposition une vraie mer-
veille. Chaque exposant aura
un reprsentant charg de
donner les dtails concernant
les produits exposs.
Il sera,quelques joursavant
le 27 Novembre, date de l'ar-
rive du bateau en question,
dlivr des cartes permettant
l'accs bord.
Les principaux produits
qu'on aura le plaisir d'admi-
rer seront exposs par :
C. F.BttftB
Pomona Pump Co,
Pacific Pump Works
Herberts Machinery Co
Kiliter Mtg. Co
Sierra Talc Co.
Pacific Coast Talc Co.
Dicalite Co
Fi II roi Co
H. C. Parker ( O'Keefe &
Merritt Co. )
Davidson Radio & Tlvi-
sion Co
Imprial Rock Gas Co
Van Camp Sea Food Co
MaxFactor Company
Los Angeles Soap Co
Pacific Coast Borax Co
Fano Flame OU Burner Co
Joslyn Co. cf California
Mac Person Leather Co
F. t,. Russell
PU mb Tool Co.
Au cas ou une des maisons
ci-dessus aurait un reprsen-
tant Port-au-Prince, sa col-
laboration sera trs apprcie.
A. de MATTEIS & Co
Consignataires.
t
1898, la Socit Good-
jyear a vu natre l'Industrie automotive.
; Cet te longue exprience permet cette
vaste organisation d'offrir aux propri-
taires d'autos et de camions des pneus
jsuprieursen qualit et en dure tous
(ceux qui se vendent actuellement en
(Hati.
!JlEs PNEUS C000YEAR HEAVY DUT SONT FABRIQUS AVEC U^E FICELLE SPECIALE
CONNUE SOUS LE N0 DE SUPERTWISTE DONT L'ELASTICITE ET LA RSISTANCE SONT PEU*
GRANDES DE 30 POUR 100 nUE CELLE EMPLOYEE PAR LES AUTRES FABRICANTS DE PNEUS*
l A La Socit Haitienne d'Automobiles.seul re-
prsentant de la Goodyear en Hati,vous trouverez
toujours des pneus et chambres air de toute fra-
cheur de cette fameuse marque des prix dfiant
toute concurrence.
Socit Hatienne d'Automobiles.
L
E. UTIL BOGAT ET CIE-
Q.CTO 3 v (si Hg
-. g s a '
r
iatas-SHfe
N
(.."b-uO-
s 2 2 <
t/j c
a
"_ n o 2 2. c ?
g'SoS" g.
t M ra 3 o
g 2.BD s S.S
n
o
o
VITTEL
GRANDE SOURCE
VO8OE8
(l-'rnnc)
.CTION LECTIVE SUR LB REIN
complte de rARTHRITISME
Saison du 20 Mai au 25 Septembre
COURSES TENNIS OOLF POLO THTRE OASINO
PARO SPCIAL POUR LES ENFANTS
Train direct* i IVM1IH (dure do l'EaO a VITTEt
t.fn vciub dai.H !ph prlm-ipnlng l'intrmaolm, Drogunriaa at Maisons d'AUmantatlon.
t class parmi les trois premiers I l?re?T.1! MTi t f** "
. the United States of America,
La rentre aura lieu le lundi 4 Oct prochain .g nowal lhe shipyard New-
Pni d'colage meilleurs que dans les autres collges de cabins are beirjg added, her
mme grade I SPfed xocrease^ aDC! ,h.e need
On trouve l'Institut, commme dans toutes las bonnes librai-
ries, les livres classiques du professeur Luc Dorsiuville :
Cours Prparatoire de Gographie
Cours Elmentaire de Gographie Alias
Cours Moyen de Gographie Atlas.
fui being done to fit her for
the display, necdless lo say
that this cruise will be a real
marvel. fclvery manufacturer
will hve a reprsentative
Grande Baisse
ISBINSIN
Avise les consommateurs de son LAU
qu'il a rduil ses prix comme suit :
who will supplyall intorma-
, .,_ tion on the articles on dis-
Aidtz par ailleurs l'emploi gnral de ces hvres.cesl pour
le bien moral et patriotique de la jeunesse du pays.en les faisant r ^J*
cheter par tous les petits^Halieus.
i
Idal Rhum
AUX ROY
30 annes de succs.
A few days before Noveni-
ber 27ih, which is the date
on which the boat in question
ig txpected, ticktts will be
delivered for admission on
board.
Amongst olhers, the tollo-
wing firins are contributiog
exhibits :
C F. Braun
Pomona Fump Co.
Pacific Pump Works
Herbert s Machinery Co
Killifer Mfg. Co.
Sierra Talc Co.
Pacific Coast Talc Co.
LAIT CONDENS SUCRE CAISSE DE 48.14
LAIT CONDENS SUCR DE ?4,3
UII VAPORE "JE 48,16
LAIT VAPOR DE 96.
OZf; "OR 6,25
| 9,10
5,001
6,40
DTAIL OR 0,14 CENTIME
DTAIL! 10,04
DTAIL 0.11
DTAIL 0.07
Rappelez vous que le LAIT CONDENSE, EVAPORKetfVn POUDRE BSBESSKS esl le
meilleur, le plus pur et le plus riche ci creme. Il esl recommand par les mdecins I
sages lemmcsaux bbs el aux malades.II esl employ avantageusement pour les Crmes
glaces el chaudes, et les desserts de l'niles tories.
En vente AU BON MARCH*
El dans loules les bonnes piceries tant
a Fort-au-Prince aue dans toutes les
villes de ta Province.
4

A


-- -


Vendredi
2 Septembre 1932
Le matin
4 .PAGES
20cuie AInNLL N ?7t>2
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
Lykes Brothers SS C lnc
Texas -- Hati Santo uommgo- Porto Rico
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
fret entre les ports du Gollc du Texas directement avec
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de ,! LYKE
UNE.
Les prochaines arrives a Port-au Prince sont*

i
AlumiiHii
Steamer k Genevive Lykes
Steamer Tillie Lykes
Steamer Margaret Lykes
Steamer i Almeria Lykes
Steamer Genevive Lykes
Steamer Hutb Lykes
2 septembre 1932
'.) septembre 1932
15 sept. 1932
23 septembre 1932
30 selembre 1932
7 octobre 1932
Bureau: Rue du Magasin de l'titai, Boite Postale B
PORTS
DE NEW-ORLEANS El MOBILE PORT-AU-PRINGE,SSANTODOM1NGO CITUCURACAOI
PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO.
OALVANGEN AUSTVANGEN^VESTVANGEN D 'LVANGEN :iAUSTVANGEiNT VESTVANGEN
New
Mobi
Port
Orlans, Louisiana.Dp.
le, Alab-iraa, JDp.
au-Prince, 'Hati Arr.
AVIS AU COMMERCE
~* L? Pana nia Kiia i 1 road Stea mship Line a l'avantage d'an
noncer les dparts suivants de New York pour port-au-prince
Haiti, directement chaque mardi. Tous|les steamers sont
pourvus de chambre tricori'ioue
Dparts de New ork. Arrivages Poriau -rrince.
Steamer "Ancon" 30 aot 1932 le 4 septembre 1932
Steamer "Guavaquil" le 7 septembre le 13 septembre 1932
Steamer "Cristobal" le 13 septembre le 18 septembre 1032
Steamer "Buenaventura" le 20 sept. le 20 sept. 1932
Steamer "Ancon" le 24 septembre le 29 sept. 1932
Panama Railroad Steampship Line
JasH. CVAN RKED
sgeut Gnral
Votre premire visite
A
L'HOTEL ANSONIA
Nous donnera raison, confirmera votre bon juge-
ment, iustiflera la confiance que vous nous aurez accorde
en nous garantissant votre apprciable patronage l'Htel
le plus slect de Port-au-Prince.
Nous vous suggrons d'arrtei votie chambre d'avance.
Bire la pression.
Santo-Domingo City.R.D. arr.
Curaao, 1). W. I. arr.
Puerto Cabello, Venz. arr.
La Guaira. Venezuela arr.
Paramaribo, Dutch Guiana ar.
Paramaribo.Dntch Guiana D.
Curaao, |). W. I. arr.
New Orlans, Louisiana arr.
Juillet 2
juillet 4
juillet 9J
juillet 13
juillet 15
juillet 17
juillet 18
juillet 22
juillet 27
juillet 31
aot 8
Juiltet 16
juillet 18}
juillet ",23
juillet 27
juillet 29
juillet 31
aot
aot
aot
aot
aot
juillet 30
aot 1
aot 6
5
10
14
22
aot
aot
aot
aot
aot
aot
aot
sept.
10
12
14
15
19
24
28
5
aot 13
aot 15
aot, 20
aot 24
aot 20
aot 28
aot 29
sept. >
se^t 7
sept. 11
sept. 19
aot 27
aot 29
^sept. 3
sept. 7
sep!. 9
sept 11
sept 12
sept. 10
sept. 21
sept. 25
oct. 3
sept 10
sept. 12
sept. 17
21
23
sept.
sept,
sept. 25
sept. 26
sept.
oct.
oct.
oct.
30
5
9
17
PrenanUfrt et passagers pour tous les ports ci dessus
CONNAISSEMENTS DIRECTE DLIVRS POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS :
Port-de-aix, St-:,iarc, Miragone et Jrmie, Hati ; Monte Cristi, La Romana. Barahona, San Pedro de Macori*
et Azua, Rpublique Dominicaine, Coro, Carupano, Cumano, Guanta et Paapatar,Venezuela, Aruba e' Ben tire DWI.
DE MOBILE ET NEW-ORLANS A TOUS '.LES PORTS HATIENS ET DOIIMCAINSIET MARACAIBO.
Un dpart vers le milieu de chaque mois touchant directemsnt : Puerto-Plata. B. D., Cap-Hatien, Gonai'ves. l'lit-
Gove. Aux Cayes et Jacrael, Haiti et Macaraibo, Venezuela.
Si un Irt suffisant est oflert, ces bateaux toucheront galemeut Porl-de-Paix, St-Marc. Miragone et Jrmie,
Hati; Barahona, Azua, Monte Cristi, San Pedro de Macoris et La Romana. EL I). Aruba, D W. I.
De Tarapa, Floride, la Jamaque-Hati La Rpublique Dominicaine Curaao et Venezuela:
(
Dparts pour les ports ci-dessus quand une quantit suffisante de fret est^ofterle.
[ Sujet rjchangement, annulation ou ajournement sans avis. )
'A. de MATTEIS & C, Agents Gnraux
Avis
uni
-. | -;
?"M
lltpital limerai Hatien \
Accidents ]
20 aot 1932
Joseph Josirus, 28 ans. rue
du Centre. Blessure contuse du
gros orteil droit.
Jules Bien-Aim, 54 ans. Peu
de Chose. Contusion de la han
che.
Joseph Julien,25ans,bourdon
Traumatisme des membres in
ient'urs.
Marie-Louise Calise, 45 ans.
Peln-Gove. Luxation de l'-
pgatfl droite.
ves Jrme, S ans, Chemin
des Dalles. Contusion du coude.
Joseph Marc, 20 ans, t'ont-
Rouge. Blessure contuse de la
muqueuse de la lvre sup
rieuie.
Joseph Jn-Louis, 20 an?. Prt-
nu-l'nnce. Multiples blessures
coi'uses.
i
Voulez-vous
Russir dans vos tudes uo
taire russir vos entants.grce
une mthode d'enseigne-
ment classique excellente?
VOULEZ-VOUS
Une profession aprs G a 9
mois d'tudes srieuses (St-
no Dactylo. Langues vivante
Comptabilit)'
Songez que l'Institut TIP-
PENHAUEP se recommande
et s'impose votre attention
par les brillants rsultats d-
| obtenus.
1537Rue Lamarre.
Tlphone 2891.
Ameub'ement de chambre
coucher, six pices, fabri-
cation amricaine.
Salle manger, une table .
et quatre chaises.
Table de librairie avec lam-
pe. Assiettes et verres. j
S'adresser au No 90-2 en-'
tre 4 et G heures du soir.
INCONTESTABLE
jrwi
tan
Dallons
Antoinetphilippp, 35 ans, La chOUC.
Saline. Blessure contuse de far*
i;icl." sourcilire droite.
Dieudonn Nazon, 22 ansi 1
rue des* Casernes. Blessure tr;m j
Chante dV l'avant bras gauche.]
t'asquet Andr, 18 ans, rue Dr I
Aub'-y.Trauma'isiuede li jambt
gauche. |
VIENNENT D'ARRIVER
Michelin en c; rut
-----------------------------------..... .
AVIS COMMERCIAL
|F i i- n t. i
Mr Michel Cote a l'avan-
tage d'informer le commerce
et les boulangers qu'il B t
nomm Reprsentant de lu
merveilleuse l'urine GolU
Certificate i de l'Okavina et
qu'il se met leur disposi-
tion pour les commandes
qui s voudront bien lui con-
ter.
Michel CONTE
Vessies anglaises.
Balles de Tennis Dunlop.
Pneus et Chambres air
Michelin et Dunlop
Disques Paill
Gnrateurs et Manchons
Coleman
pour lampes Gasolloe
Flashlights et Batterie)
Stock de ; l( : d BOt( s et
ace- >so!i m i s.
Tuyaux d
pour jardin,et lavage d'autos
a Don marche.
Venez voir
Chez JOHN WOOLLLY
AVIS MATRIMONIAL
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone: N 2323
Le vapeur Bolivar Voy.
103.,pai tira de New York le
31 courant, directement pour
Port-au-Prince ou il est atten-
du le G septembre prochain,
en route pour les poils co-
lombiens, Cristobal, Canal
Zoue. Kingston et New-York.
William. E. BLEO. Agent.
LE FAIT EST
C'est la quintessence des meilleures
[varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
1 C'est ce qui fait son arme.
\ GOUTEZ ET COMPAREZ!

Avis
i
Le soussign annonce
pi b ic, et : n comn rec
particulier,
ntre
au
en
lus res-
ta 1901, Qrand'RUMQ lace J ponsable des actes et actions
lu March Valliir, 'des : pous M a nie jui.es
-___ "" 1 Cbari
Mariette Tho-
" du ton
'" te 7 juillet
DEUiME D'EMPLOI : . ,....
excellente dactylo diplme uenuer.l ne action en divorce
,1t. Ben en i< ea au eommerce, doil lui tie io(ente sons peu.
hoiiunes d'affaires, etc. 1 Port-au Prjocele2i aot liXJ2
S'adresser au Matin. j Jules CilAULEb
Du Service National
de l'Enseignement
Professionnel
(Conformment aux nou-
veaux Programmes d'Ensei-
gnement l'roicssionnel auto
riss par le Dpartement du
Travail et qui seront mis en
application ds le 2 Octobre
proefa un, il e>t parte la
connaissance des familles des
villes d< t'oit au-Prince,Cap,
Qonalves, Jacrael et Jrmie
que l'admission dans l'une
quelconque des Ecoles pro-
fessionnelles de garons, est
subordonne aux conditions
suivantes obligatoires pour
chaque postulaut :
lo- Le postulant doit tre
g de 13 ans au moins el
de 1" sus sa plus.
2o Possder son Cerliflu
cal d'Etudes priraain ,
IV: ly fi' ^-'ii scie ne
naissance ntiqne ei dt t
recoinii..uni ..ions valables d ;
bonne couduite.
Port-au-Prince, le 27 aot
1932.
Le Directeur dlierai du
Service.
ASSUREZ-VOUS ]
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
car la GENERAL est une des plus puissantes et des plus vastes organisation
se ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action ani embrasse le
monde r ^
ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la toudre
Ses Polices poni Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, d m
cause a autrui dans sa personne ou dans ses biens
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati,
.es I ollces contre accidents sont valables dans l'univers entier; Tous les i
Ses
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
SOUSAGENTS
Agent Gnral pour Haiti.
Port-au-Prince. G. GILG
JEAN HLANCHETJrm
rue du Magasin de L'ETAT
quel tablissement si-
tout nrs de la Banque
Nnle et diiig par Mme Maria !
BERTKT.
Viennent d arriver
LA POMMADE INCOMPARABLE ET LE SAVON SPECItt
POUR LES CHEVEUX
HORO-CO.
EN VENTE:AU BON MARCHE ET Cf.tZ HIPFOLYTi:.-
* *
>



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM