<%BANNER%>







PAGE 1

P.Vfc ') l %  MAT'N Confrence Ncrologie tiat spcial el unique p mr chaque Dpai linenl : au centi qu'il fasse jouer ce ronaga en laissant la chance prvaloir, paisqu'au lait, n'importe quel bulletin ne comportera toujours qu'un n H p lia* d ma sa liste. Il ne foui pas qu'il y ail le meindre doute sur la bonne loi B j -uis, e l la ois <*J savant codu Chef de l'Etal et qu'un toul I nomiste Henri Biudrillart, qui chacun se targue at rpte iur i | U | membre de lluvrut. Si est, j tous les toits qu'il es! dj Sna: par sa mre, le i Blf de SaItur et que la Chambre n'aura j ma I Voirl Vos.des fOei 21 juillet) Si u.; *: FiN m le SA VIE: MOI B3ad iUarl, M Nous enregt: moi t qu' marcher... (sic). Cest jeter bien bas le prestige de Mr Vincent eu lui donnant la paternit de tels procds el eu pitinant dlibrment son amiti. Nous voulons bien croire que Mr Vincent ne se soumettra pas des preuves si oppose* son leyalisine si connu : car ce ..il Sylvestre de Sacy, qui lai cr tique littraire au Journal des Dbats, diteur de Madame de Svignet Membre de l'Acadmie Franaise. N en 189, Mgr Baudrillarl suivit, comme lve de l'Ecole B isaoet, les cours du Lyce Louis de-Grand et obtint, en Historique, pour l'Histoire, une serait Taire de la mauvais! po-l nomination au Concours fnlitique, et mettre la hache lui rai entre tous les Lvceset Colmme l'difice officiai. J ges de France. Noos lui Taisons crdit, en Bachelier es Lettres, il rentre, cette occasion si propice, de complaire aux vœux rgionaux en envoyant siger au Snat des amis et "surtout des notabilits irouiinentes capables d'tabli F en 187, l'Ecole Normale Suprieure. Agrg d'Histoire en 1881, et plus tard Docteur sLettres et en Thologie, il de„,,.„,..,. vint, tour tour, protesseur au fanion au sein des Grands PouLyce Laval, au Lyce de Caen vous pour le plus grand bien) et au Collge Stanislas, national. Ce sera justice et tout j Puis il accepte, en 180-4, sur protit pour son Gouvernement. J la demande de Mgr d Huis'., t'nruiUVOVWT d'tre protesseur d'Histoire moderne et contemporaine l'ajnttitnt Catholique de. Paris . CHOS —o — — Mr Menasse Si Forl Clin esl pass en ne bureaux noua| taira pat de sa candidature pour le nouveau lige de I Ouest au Snat de la Rpublique.Konne chances l'honnle vieil.ard. — Mercredi matin, a dix heures 1 2, dans les salons du Ministre des Rein lions Extrieures, le nouveau chef le notre diplomatie, Mr Albert Blanchel, a pris contact avec les membres du Corps diplomatique et ceneulaire accrdite e Hati. — Le Service de la Voierie de la Capitale va-t-il amliorer la Ruelle Piquant. — Avons reu Entre les Lignes , proses de Maurice A. Cassus, le jeune eelhte bien connu. Le volume, dit La Presse, est tort coquet.Remercions. — Mussolini, au cours d une interview donne James Dou§ las, Journaliste anglais, a prit la lin des rparations allemandes, du Trailde Versailles et la guerre brel dlai. Le Csarde Carnaval, d'aprs le Irons avec re ret la morl de Mr Duris V'iar l, M ••' c au Tri m nul de I las iatioi dont les lunraille? ont lieu ce matin en l'Eglise Mtropolitaine, Nous prsentons nos avm pathiques condolances aux parents prouvs et particulirement nos amis Flix et Emile Viard, fils du regrette dtunl. miliales qui l'ont Irqnent; depuis un sicle vous y tont accueil, en mme temps que nout. '. Si j'ai tenu, Messieurs, re i produire ici une bonne partie I du discours de rception de M. Marcel Presvost, c'est afin de % ous donner, une lois de plu?, une haute et juste ide de la valeur intellectuelle et morale de l'minent prlat. Le 29 juillet 1921. Mgr Baudrillart tait promu, psr Benoit I XV, Evque titulaire d'Himeiia et sacr Notre-Dame de Paris le 26 octobre suivant. Le 20 Novembre 1925, Pie XI le nommait assistant au trne ponliiical et Comte Romain. Le 12 avril 1928, il devenait 11 enseigna, pendant U ans, {Archevqu • titulaire de MlM ne science aux tudiants se tne. Le (io ivernement Iranaia lui a, de son ct, dcern une croix, et I anne de: nire la iosette d'OB-.cier de la Lgion d'Honneur. Lvspuissancestrangres et les Acadmies et Socits Savantes de diveis pays lui ont dcern les pi es InuUs doorations'aca demi quai. El voin j i il es, rlepai • vier 1932, unanimement choisi par ses pairs coin les nauses, la mauvaise haleine ont toutes peu? c3::so fc rneuva • fonetiannemmit (le imtescm. La comtipatton est h courre de toutes les aterluiicas etiei la femme. Evitez ses funestes consquences buvez chaque semaine u n flaco n de Obtenu avec le eaux minrales ... naturelles parfumes avec des zesFRANCE tes de citrons fraisa n vente dans toutes les pharmacies. %  Paul mol de l'uni Boncour, va vile, i On i 11 (huis les milieux euro! pens qu'il est Irsaigri de la j prosprit de la France, qu'il Vaudrait avoir de nouvelles terres eu Afrique, en Europe.Alora il est de mauvaise humeur, ne pouvant raliser son idal lui nain. Il o dclar au journan liste anglais que si l'Allemagne dit non, propos de nu delte de guerre, il appuiera ca non. — Cest lundi prochain (pic commenceront a l'JSi oie de Droit les preuves orales. Pourquoi ce relard?Gela brise l'lan des tudiants. — Il parait qu'on va exhumer nne quantit le petits papier concernant le rle joue pui taines gens dans les activits de l'eccupalion amricaine, au cours de ses annes nluste*. — Le Cabinet, au grand coinilet, s'est prsent hier devant destinant . la Licence lusiori'' Le 2 mai 1918, l'Acadmie Franaise lait chois de lui pour pundre le lauteuil, varant pi la mort, du Comte Albert de Min. Le 10 avril 1919, Mgr Uiu drillart lut reu sous II lustre Coupole par 11. Marcel Prvost, le Directeur d'alors, et pronona un discours de lception qui comique un clatant et magistr I hommage rendu la mmoire d'Albert de \!U:J. Voici exactement en quels termes s'exprima M. Marcel Pivost s'adressent au rci piendaire : i Monsieur, dit-il, vous ren Irez aujourd'hui dans la maiso i de votre lamdle. Voire arrire g. and | re, votre grand* j p e, vo te pre lurent membre* de l'Institut. Entant, vous j av /. lonnu ces liens, vnrali m par h ur d^uttude mme, O la noblesse d'un Visai dcor trarais nglige comme a ea se Q la frivolit des paru-es mo dnias. Ds que vous avez mirtn !, vos pas ingiux ont mesur lesgios pavs moussus de nos couis, tandis que votre main pueiila ^'accrochait une pasque d habit vert. Treize membies de votre lamiile apparten.ient alors 1 Institut. Le 28 I m r 1878, le pre de votre e, M. de Sacy, qui lui I un d s Quai an i' el administra la B i lodique Mnzarine, vous lit u'uu volume de Quintilien cette ddicaa : A. M. Ail ed Baudrillarl, Lnur memi) ; de l' a cadmie franaise "• Vous n'ovit pis vmgt ai>s, : cmit un |oli travail de piophlie. Lt, aan douie, %ui con t. inpiant avec l'admiration ^l lectueuse de l'aeul, admirant dans IV • ilier studieux ce q ici d'lanc vtrs le ciel de tous ces loges que je viens j le vous taire de Mgr Bsudril' larl, une leon se dgage, un } exemple est suivre, un modle es1 imiter Oui, Mgr Baudrillarl est pour nous un modle Sans doute ne pouvons-nous pas tous prtendre k son gnie, son prestige et sa puissance... Mais ce dont nous pouvons I tous taire, c'est d'imiter de lui M s belles qualits intellectuelles el morales, c'est d'eue, comme lui, boi. aecoursb'e et dvou, c'est de gramhr dans l'amour du travail et dans la passion du beau, du vrai et du DltB, c es), pour tout dire d un mot, avoif pour devise la sienne Touj >urs plus haut et IOJ|OUIS mieux". Avec la volont de l'efl >t t et li discipline de l'esprit, a*<:e de li constance et de l'intelligence, rae B Dirteor nous parviendifins tous, cerie, ttlllllll ALIX ROY 30 annes de succs. a management des txe$ ancienne!', o i par lex deui procd! a la lois, Il sera ncessaire (|ii" vous totiec d sa taxs wuifell.s ei (|ur vou ang uenti z le pourcentage de l'Acadmie Franaise SEB ŒUVRIS: Mgr BsodriHarl a beaucoup ^crit. Ses oeuvres s;)-,i i on i • i b'es. H 'si avant tout un h.s^orien doi b d'un sas ant. Laisse/ noi vous citer, de to.ites ses os jvres, les | lus con* nues : > Sa Vie da Mgr d Huis' , l'hiiippe V et la Cour d'Rs pagne , Son Histoire Gnrale. . laite en COIIJ '>"* lion avec .I. Martin, L E i* 1gi* 1 ment Catholique dans la France Contemporaine -, l.e Gnie de la Fiance , L'ttloge PvObra du Cardinal Mercier, La Vocation Catholique de I France Contemporaine el sa Fidlit au Saint Sig , L'AdiviM M s sionnaire <: lEglise a Irtvera les Ages , S unie Jeanne 't'Arc el la France du Midi , • Poui quoi la Fi ance aime la Pologne, Le cathol -i nuen France et les 'iles in'ellecluel'e* — e' tout rcemn eut enroi e Viennent de pareilr ; l.'I sli'ul l'.alho h.] e et <> Vingt-cinq a IS de in oial . Ajouterai r q >e, dep ii< la guerre, M.'.r Baudrillart est le Prsident du Comt' Galh ilique des Amins Vi ar.aise< a I Iv (ranger, ansi q e de la Refus Les Amitit s Catho'iquea Fran a atindru len'emenl, mais 5fjrt'meni, ce noble bu', et ce ^era aussi pour nous un moyen — et non des moindres — de i.ous pipaier aux luttes de 1 > vie,en persvrant toujours et sans cesse dans la /oie si dure, mais si belle de l'lude, du travail et du progrs. PHILIPPE CANTWE. Correspondant de la Maison Universitaire de Paris, Secrtaire de l'Alliance Fra aiee. de certaines hiu exts autes. et le m un ien d'in; poli Une organisation du Service de la Production Agricole et de l'E-iseig'it'iuenl lu^ rnl plus cnnlorme a nos besoins devra ire m se sur pieds u partir d'octobre oro chain, suivant un nouveau pian simple et pratique labor par le Dpartement de l'Agriculture. L'extension ag icole d )iit ou parle beaucoup, pour eue une ralit, devra s'appuyer %ur une police ru-l raie forte et discipline. La perception des taxes communales demande tre m nlernise et centralise, L'autonomie des Communes doit 're respe-jtfe ; cepeu(lu)t il est ncessaire (|ue rh que commune vienne eu tide i E'ai ponr la craiioflrj i o!ict inrale aghnaot, pour l'am lioration et l'eotictien des chemin! vicinaux, pour uu meilleur traitement des inst. t uteurs de I hinseigi emei.t primaire nihiin et rurai, e le jeune homme perd itv.nl la vtngii ne anna ( cette ob s rvalii o l'u <• mante est de l urguenel)—Sylvestre de Sacy v.'Us imaginait >lej revui ut Ihabd la franaise avec broderie verte el la hanche I r o .e pai notre glaive inoflenstl. La" lia Nist ralise, mais! i la vis on. Votre habit d'-] imciau est nne lobe noii • aiseaa confier Il ii •> don! il a bien vou'n me la correspondance en niicale d^ Lyce Plioii. e %  h >l I e re. Sujet : La guration littral-|l '' %  i i i liJ e. i n Loterie de rouge, et tons ne point l'epi e, <• lanl miCelui qui Siv /. le i. i r.v'i nu, M >u ie ir, il ma ci t'e le maison. L-1 ombrea II lu et dignitaire de p'osent l'u-ige. Nationale \.j Direction n, SA HAUTE PIRSONN'ALIT : Le nom de Mgr Baudrillarl es! un drapeau autour duq iel l'Univeri entier s'enrle ave: respect el (lert. Paras plom q ui '•aut aussi une pe — il sert noblement et efficacement I Eglise ei "Sa Fille Aine". Me souvenant aujourd'hui — non tant nne bien douce mo> lion et une lgitime fiert — d'avoir eu. en 129, l'houuetr el le plaisir de goti r la douceur el l'appui de sa b enveillante et aincra amiti, u ra'eal partitulirement agrable de pouvi ir, publiquement, lui tmoigner un reapectneni et sincre hommage de gratitude et d ad.niai on peur ces 26 ans de Rectorat l'clnstitot ' Iholi jue de Pal is qu'il a, le. 7 mi rs, dernier, !t avec tant d'tfclai tl de boi h ur. Ces '20 ana de bavait fl de progra locl, poui lEnaeigie* ment L b'e en F mu e i ne priode memorab r. # Priod de noble pfto l i n— telleduel el apostoliqQn au mi-' — i Chambre '1rs DApuli tor. Lucien Hibberl, Secrtaire d'E tat tien hlnances.n lu In OildLi ni ion suivante : Messieurs, Nous ne nous dhsiaaulo.* pas la difiicull de notre tiche, Avec voire concours, nois aurons examiner et rsoudre des problmes ardus Le budget est en dficit. \ )t% sjterures immdiates doivent tre [uisea peur diminuai ce dfinit qui di Basera o,5U0 000 g'inrdei au 30 septemb r, si rien n'est f %  i t. Il est aus-i in dispensabre d'as mer un quilibre rigoureux au budget 1932 !933.L'qn libre du l udgel s obtient par des rates nouvelles ou par un no i el Gin-laldy A la demande de m soin nombreuses peraon< e* le beau fil .i Mandragore mm ' avec l'an Pe'rovich et Brigitte Helm Entre : 0 80 ; Balcon : 1,00 DIMANCHE B EUR ES MATINEI Sir demmde et pour la dern-re lois, le splendi^e film parlant LA RONDE DES HEURES joie par Andr Bauj> LoUrie Satio Taide impies I IenMessieurs, iauinnis pouvoir. jlrelien d.i u es f longtemps encore, vous r La'deiui. • i parait l.Trai Prochainede Mgr Bandrillan et de k 0 h.ll de U la plus agrable kel grande Œuvre mais n.i \ Jui* '' l, "" ";; f l ' .i.,rrongr... r *ai lt .. : lespoir P de Jean la le nn d,, ce;-, uuer e inilla • • .. l > ' ,t,Ke -.heure eianl puise. PSeest lumineuse, lli li b-;Em le Gaidre, du tvice deaj Que vais-je bien vou, di.e iiert. Gnrale des ravaux fublic, < oulinuanl ses perl'ermauces, fienl le conal ru ire une nouvelle remic Portau-Prince VVilliamson. Ella aal d loute beaut, pur aes pera* lieu des lourdes iprenvei de la peclives,8a aecuril. Construite double cit Umpoiei.e el spin-J en ligne droite, elle tail rconov rituelle. ; miser du temps el de l'essence. Priode qui n'anrapaa 4& i n \ 141 le rduit les trente courbas [fconde ponr la diflnaion dp la Toutes les Polices DE LA II il • It.S 'Il pi itres univers* j Houles. . I Que vais-|e bien voui> di.ei b^MggMlBftMMMii [pour ce-dure ? hier, SILOU que I ^WWVllS JaaW mmmWr* comprennent la Protection contre la i Foudre sans auamentation de tauxj EUQ> L Aqents Gnraux



PAGE 1

Lfi Vf ATI V 22 J-iillet 19 PAG h 3 %  *;*. ff Hlinin llarbaiieour ••ni la re-asaasse es! uaivei selle a garde M preaaire place lra;n^/ partout : i.\ BARBANCOfRT icjil : Une Csar. BRIQURSUBIf BRIQUES Nous avons baiss nos prix pour no i Briques comme Miit : rUIlltitiRftflUJK'Oltill EX OP PORTAl) PP.iT-CE POUR ACHAT 5000 E PLUS CASH. PAR niLLIER GROSSES BHiQUES OR 11,03 POUR QUANTIT BONS 5000 EX 0EPOT P3RI-AU-PR1NCE. PACSiLLlER GROSSES BRIQUES 0' 9.00 EX IEP0T USINE POUR CONTRAT 5000 BRIQUES. profitez-en pour construire solidement el bon march avec les Briques La Baudnj Manufacture de Briques, S. A. CONFERENCE DES CRAN6IESS VIFNNFN K L'ALLElAGRE | ',' L D'RRiVER : Londres. — Uu accord est i l intervenu a la eonlrence (les 1 reprsentants dei dbiteurs] allemands et des crsociers | trangers. L'intrt des dettes I allemandes sera rduit, Les Allemands comptaient sur! IM\C rduction de 2 ou 15 pour j rent contre 1rs taux actuels i de 6 7 pour ctir. Certaines obligations aile: maudis seron liquide pour j 'A fin de l'anne, un t ers ms en cs< Tetsiea snatsises. Balle* de Tennis Dualop. Pneus ei Chambres air Michelin et Dun'op Disques l'nih Gnrateurs et Mandions Coteman pour lampes fj seline FlasbJigbts et Salarie. Stock ISS1Ina'ion conomi ue. P^ daP que.eponrsuivrontlesnego 2iaiioni qui doivent ebouur, aussi rapidement que po-si£ s ls libration in*to ts |oi confrant nn* pnlon annuelle de 2'H), ')()') francs n Mre> Don mer, veuve du p sident asssln en tu i.l.c mme projH acorde pf pension quivalent M H yn oad 'oitiCat, am.i( n pr -i lent ILES ACTIVITS OE LA 0. G. TP. oe S domor-, pour in i mil ions ;!' de caractre i. ai tend [ qu'ne setioii ru divon e soit iiiteU'r. i* n i>u'I iuce.'e 20 j ni 932; rhrv .! A STB A M -.%  ,-..—.. r _... .. nouveaux lves qui vo idronl y venir en Octobre prochain. ICo attendant, les ceu l i nmencenl partir du 1er Aot, /ci/.s les jours, de 8 ;'i 11 heures du malin, pour leealtsrdes e< ceux qui,ayant efi luaus exa'me isde Juillet, dsirent ..,i senler de nouveau en Octobre min. On l u i cours, sans qu'on soit tte l'Institut et surlou ralemeut oblig d'y i |i eJ Mthode sre qui garantit I succs 1 PRIX MODIQUES! se p leut suivre rs sans qu'on soit m >Pour demain L'abondance des nn'ires nous obi h e ren oy>i n main li publication de Outre -.-)i Ucle sur les i M ssor, m. i, 11 M te H.v co (iKI'l ItAI D im M A U.\ les, K les rgies ce 'Le Purgatif idal PILULEJ : D EHAUT 147. Rue du Faub. St-Dai$, P*n$ | FaciU S prndr, N nlcanitant aueva pi^paraUf, clic ne provoque jamais es dgot. Supprimant la Jllrf, elle as dbilite pu le aulsds. N*iant paa da rtp.i S la ckaaifara. I cils ne cause aaciiae perte temps. Plu. aativa q— IOM U. alaUlairM, I clic t, par conscipicnt, moios cktw. Nous sommes heureu de siansler les activits de la I) O. T. ". ei le l'ingnieur en chef, M Lepelletier Jean not.'qui se dpense pour raliser, dans la mesure du possible, les travaux les plus orgeats et les plus utiles. Bien n'chappe a sa vigijilance. Entretien droutes, ponts el sentiers, coutile des dil Irreats services, coastructiou de oeuvslks lou'es plus g ahles parce que dbarrasses des courbes et des dsngers. expdition de malriiu.v pour l'achvement du wharf dis Cavss, commande la Nouvalle-Orlans de matriaux pour le Wberl de Fort de Paix, eic, etc. Il laul se irjouir de co istater que, malgr le i e i de moyens dont dispose actuellement la D G.l > ...elle trouve le moyen de donner tontes tes sstistactiens possiblevNos complimenta a l'Ingnieur ei etiel et ses dvoues collaboateurs. DOSE ruBCATnn. 2 s s muia LAXATTV?, 1 FIIBW Choses sportives 1 Sur la de maude du public. Ile Hacing Cb l> > acceute redonner 'a grands l e snortire qui eut li< u, au Parc Leon le. le 2fi jmu coulLe pn gramme comi orlera les neu'.s nnmr< s qui M'eut la joie du public. Petite met' on "r ionvile. Excellente position. S'a tre^er MGeoc; s BACSS i N Offre d'emploi Quelqu'un pouvant t .i-c I -• correspondance el h comptal>i ; i te en :ing" -is ou e > Iran C'is dis 11 Mires dissmines, el des i ooeli ions 1res avant igeusi s, Bres -s ser ices aux maisons de iromsierce tablies sur cette ni m*. Tlephou %  : i i Si l E ( LIG.NE COLOMBIENNE > ; Tlphone; N 2829 Le vipeur t Bitivar Voy. 101, partira de Ww Yo k le 20 crL.direclemenl pour fortMI Prince o il est attendu e 2'i en route pour les ports o'aobiens, >istobal. ('. L-, Kingston el N'ew-Yok. 1 t c vapeur ttaraeoaj Voy. 105, partira de New York le 22 courant.pour tout les ports Ini t iris. Attendu ici leSOcrt. en toute pour les ports du su', Willicin E MLFIO. Agent. MMffi'FI PTISSERIE FRANHAiSE lUCH'AHl) PETERS, Prop. CHAHP D 5, N0121? Lf* seule boul< n *to europenne an Hati Spcialits <: I pour sandwich. Paia:i tlutss f>t pain: noules Taina aietrat Pain >, et.v; Psstleserte fine, pnte. Vol au vent. Tourtes. Soins et proiciptitucie. Tlphone : 2069. La Mai \ n'a pas de suc;K sale. Livraison a domicile """V •;•-"". \ %  '* \%  — w •; %  "A ", ..CTIOI'J r.. Cure complte s'ARTHWTISMK '.: 8 ) i bre OOunjSK: rs T ennis co i. F > POI.O ATR E QAIH* TruinK *JI:-ec2la PARIS <-.i-o des i i;> A VIXTBt. N Ba Tfnto dto* )• %  P r ii'Allm* j—^iiMi M i —. —-.. %  -— % % % %  -. —., ... ^.— ....-, —.. a— i r : &E QUI H'A JAMAIS T FAI Cf. 001 NE PEUT ETRE DPASS Kola Champagne F. SJOURN Prpa ; ; os rlgoupesnis I).. I et Vente PIIAKMACIEF. -::'<>! "M ; \ugle si du Centre. ,?B*'> m Mr ta-B.^i*%  '*. %  %  • %  x^nxamjmir %  • *"• W^*S 1HERYAL STEAMMAiL PACKET COMPANY Le steamer lAranai venant de Kingston via le Sud sera Poi i au-Prince le lundi 2 courant et partira le nsme jour pour l'Europe via le No* 1 prsnaol dn o'. Tht Hoym Xiuil SUin Paket Ce I i. RK19 Agent gnral LE PA1TF.ST !>"CONTHSTAHLB| C'est la quintessence des meilleurti i[ .varits de cannes d'un vaste territfe te stci.mer Cii.slobala est s .. i^'nl'tNlwVo'k'i'kTi.Tji runissant les meilleurs terroirs Met 19^2. avec 16 pj-ssgera, || '09 sacs de correspondante et ^ ( pcf r.i tacs de correspondu! -e t y 'pitira le mme j ur • v



PAGE 1

Vendredi 22 Juillet 1932 Le iiaua 4 PAGES 2o cive AaNNtJt V ,, 23 pert-au-Prince Tlphone : 224*2 32= %  w Loterie Nationale d'Hati 416, Rue Bonne.Foi, Phone : 3358 La Loterie Nationuled'l Jalti est une institution hautement humanitaire par la multiplicit d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de bien tre offerte aux hommes de toutes conditions de fortune. Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salarisde tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parler leur budget moyantumt p. Mobile, A la berna, Dj. Port-au-Prince, Hati Arr. Santo.Domine/* CHy.ft.D. arr. ( uraao, l). W. I. arr. Puerto Ce bel le, Vtwz. arr. La Goaira. Venezuela arr. Paramaribo, Dtes Guiana ar. Paramatibo.Dntch (uiana D. Curaao, I. W. I. arr. New Orlans, Loaisiana arr. Juillet 2 juillet 4 juillet 9 juillet 13 juillet l juillet 17 juillet U juillet 22 juillet 27 juillet 31 aont 8 Juillet Itt juillet lt jaillet 23 paille! 27 jaillet 2U iii'et r>e aot 1 aott (i aot' 13 aut li a et 2a liai la aot aot ar n t aot aot 31 1 5 i 14 II aot acitt at.tfcl •oit aott aoat a<*t sept. 10 12 14 t.") Il 24 21 5 a*at arit aoii aott sept, sept, sept, sent. 4 26 2 2tf 1 7 11 19 ••Et 27 aott 29 sept. 3 sept. 7 sepi. sept il %  ept. VI rpi.ll a-pt. ai sept. 'J* •ci. S sept ; 10 ept. 12 sept. 17 sept.; 1 ept. •M sept. Tm ept. 2fi sept. 30 oc t. oct. 9 oct. 17 Prenant f At et passagers paar toas les ports ci esses Bteamar "Guayaqnil" le 7 septembre Steamer "i.ristobal" le 13 septembre Steamer "Ruenaveuturn" le 20 sept. Steamer "Ancon'* le 24 septembre Panama Ruilroad Sieampship Line Jasll. C.VANREED .•i;;rut Gnrai 1932 le 24 'juillet 1S32 le 1er aot 1932 le 7 aot 1932 le 15 aot 1932 le 21 aot 1932 le 29 aot 1932 le 4 septembre 1932 le 13 septembre 198 le 18 septembre 1032 le 26 sept. 1932 le 29 sept. 1932 CONNAISSEMENTS DIRECTE DLIVRS POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS : Port-de-"aix. St-.uarc, Minig-ne et Jermie, Hati ; Mante Criait, La Pemana. Barahnua. Sa Pedro de Maenri et Azua, Rpublique Dominicaine,Coro, Carupano, Cumaua, C'ianta et Pampatar,VeneEuela, Aruba e' Bcmiirr.DWI. BE MOBILE E NEW-ORLANS TOUS LES PORTS HATIENS ET OOIINIMINS ET IMMIBO. [In dliait vers le milieu de chaque mit touchent directeuaeut s Puerlo-Plata, R. D., Cap l laitiau, Gonaive-s. Pelit• G ave. Aux Caves et .lacmel, H**ti et Macaraibo, Venezuela. Si un fret suffisant est offert, ces bateaux toucheront galement Par'ie-Paix, SiMro. MiragoaDe et Jimie, Hati; Barahooa, Azua, Monte Oisti. San Pedro de Macoris et La Romana, R, |). Aruba, I). W. I. De Tampa, Floride, la Jama(|ue-Ha'i— Li Rpublique Dominicaine — C naao et Venezuela: Doarts pour les ports ci-dessus quand une quantit sulftsante de lit est offerte. ( Sujet changement, aunulatiou ou ajournement sans avi*. ) A. de MATTEIS Se C; Agents Gnraux *•*<> MflX Panama Railroad Steamship Line Agents aux orincipaux oorts d'Europe, Service de jrl cl de passagers en lie [Europe et Amrique. U.W. SHELPON ,1 Co, Ltd. 17, James Street, LlVEltl'Oai., h.NGI.AN'. MOHY cl Company. Atlantic Freightloti C'-'p. Luv. 155 Boulevard de Si f bourg, Havre, Fraoca MOHV & II Ml'ANY. Atlantic Freighting Corp. Div 7* ijiini des Chertroui, Bordeaux. Frauce liernu deron & Sleckweili Boite Postal 71' Havre, France, Anqleteii e 1,. W.SUKLDON k. Ltd. Featoo House, 112/113 Fenchurch Ste t Loudou K. C. 3, Eng'aud. Trauce AKi'.v & Comiany *, Atlantic Freighting Cor; D *> 'S Hue St Vincent de ) eut. Paria, France. MOHY & COMPANY AUaullc Feigbting Corp. Div. 7 Hue de In Hpublique, Maraeille^ Fiance. Gcllatly HANKET . Co, 21, pue de la Rpublique Marseille, France. Voulez-vous c*ir dan fol tudes no taira russir % oaentant5.gr ce une mthode d'enseignement classique excellent*? TOULHZ VOUS Une protession aprs | 9 mois d'tudes se icuses (St no-Dactylo, Langues vivante Comptabilit )• Songez que l'Institut TIPPBNHAUER se recommande et s'impose votre attention par les brillaufs ranltatl de ja obtenus. 15' : 7Rue Lamarre. Tlplione 2891. Allemagne Atlnnlic Frelghting Corp. Atlantic Freighting Corp. alliuhuua, Uumburg 1, Ger.nany. lireiteuweg55. Bremen, Ger. Hollande Atlantic Freighting Carp. Koningin Emma plein 9 Rotterdam. Hollar d. ltollrn r Sudo S v i'iiJ;4nsson et Cotnpaay. Atlantic Freighling Curp. Anlwerp Division c/o Stalnmann >V: Comptny P. 0. Bo. UIOOL Rotterdam A/B W. La.ko, Atlantic Freiglitiog Co |>. Div. — eppsbion lt). Stockholm, Sweden, A/li Pettarasoo et huimstrom Atlantic Fteiabting Corp. Div. Skcppsbron S, Bar National Voi lez-vous ire aarri saubait 7 Allai SH BAR NATIONAL, Plate Gdlrard, eu lace de MaUi. l.'ctubliasement se recom mande par se* cocktail renctniiC'. Pn restaurant o l'o ; trouve lonjonrsdes mets savamment prpar! est annex au BAH NATIONAL que diiige .VI m e Koeoo-T PROGRS NOUVEAU RMJM hsOLVEAV Rhum dlicieux got exquia Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CQNCURHENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON •M -.m mmnmmwmm nmm. Gothenburg, Sweden. Atlantic Freighting Corp. Div. Norrkoepiug, Sweden Simon Ldstron A/13 Atlantic Freighting Corp, Div. itou o, Sweden. lk'rnhard Bargll ^ r -0 Atlantic Freighting Corp., Dir.| Halsingborg, Sweden. Belgique 2tlantic Freighting Corp. c/o Steinnnuin et Co yuai Jordaena, An'werp, B^lgium. Danemark F. A. Rendu et Comnanj' Copenhager, Denmak. Ita li A. Ccraaa et Company Via Banch '\ Genca. Italy. Espagne gencia Maritime Drlgada niclona Spaa. Norvge Louritz A. Devold A. G. Atlantic Freighting ( orj-Dv. Aalesund, Norwuy. U LAITERIE BAILEY Li ira faon propre, njgtna e,Bf, en bouteilles bermti* ijueoiMt rachete*, labrl et toute ialsirication. Transport fait en rtrigralenrs roues. 1313 rand'i{ue. Port-aaPriiee. Sauvez vos livres S i ve/ vos livre et cou lections aa mauvais tat cl les confiant a a relieur consciencieux, honnte et habile ETIKNNE CAMILLE, Rue Bonne Foi Dannez *o. (ammandea de aartcs.de [aire-part, aie, 1 Imprimai ie Morisae't, ci vo ta tiauvertz un grand choix de lettres et i des prit relativement bas. Lvkes Brothers SS C lnc Texea Hati Santo UomingoPorto Rlee Le aenl service hebdomadaire, et rgulier passagers et ht entre les ports du Golle do Texas directement avec Pori-an-Frince, Maiti. 1NK l rVW V ai juillet 1932 Ifiarea tu""" ^^ ^< ] ** N'OUBLIEZ PAS OE M ifTi ToF TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville 1.G00 pieds d'ail-tude. L'tablisserr^i / • i virons dePorl-ar.Piinee Bl /e P /us/ra s,e ec Seulement 15 minute! danfa M* M .u. u.. vu,. maatti'SJS *?z. " r o "" BoiWQMdetoiteaaapcc. sema wr jr kuii '" WDI %  p. i.;rli



PAGE 1

v Clment Magloire :DI1ŒCIEUR 135*. RUE AMEKICA1NK RliS TELEPHONE N*_2r_ Lu > i li, Ir aiensongr rst U'i %  a.iil tc>ous ue MJBIIUI huiuIII rs fl IOUI Bf Iruois 1rs UDS ini autres que par la parole 81 nous • %  HuHrlm l'horreur ri Ir poids, %  ou. le pouriimrioa I iru plis juslrneul que d'autres rrie*. %  OUAlCU fttm ANNKKN'772t "•mi l'i KINCfi (HATI) VENDREDI 2*J JUILLET 1W2 Autour de la dclaration ministrielle Le retard mis par le nouveau Cabinet prendre contait avec les Chambres taisait prsumer que le remplucem enl de Messieurs KerniMii et Lger, respectivement par Messieurs Hibbert et Blanche!, tait un simple changement de personnes, n'entranant tucu ne directive nouvelle, partant aucune dclaration ministrielle. C'et t l vrai nient pitiner en place et s entter dans la politique d esprance mie les alouettes nous tombent toutes rties dans la bouche. Il n'en est rien heureuse nient, et lion sieur Lucien Hibbert, le nouveau Secrtaire d'Etat aux finances, s'est char g de nous en donner l'assurance. Le fait que la dclaration de Cabinet a t lue, contrairement aux usages, par le Secrtaire d'Etal des Finances, plull que par celui de l'Intrieur,tel sans doute possible l'indication (pie le rle prpondrant sera dans le Cabinet tenu parHibberl, qui; emprunt extrieur qui pern'en pouvant prendre le titre, j mettra 1 excution des Irafait par ainsi figure de Pr b a ux d'quipement econon • Service de la Production agricole et de l'Enseignement ru rai, Mr Hibbert laisse entendre qu'un nouveau plan simple et pratique, labor par le Dpartement de l'Agriculture, sera bientt mis en excution. Il en espre beaucoup mai la condition qu'une police rurale forte et discipline ramne la scurit dans nos campagnes. Abordant les rapports de l'Etat avec les Commune, le Gouvernement laisse entendre (pie la perception des taxes communales sera no dernisce et centralise, entranant pour les Communes une participation effectiveaill dpenses de l'Etal prvues pour lacralion et l'entretien de la police rurale, l'amlioration et a rfection des chemins vicinaux, le traitement des Instituteurs de l'Enseignement primaire urbain et rural, la construction des maisons d'cole, etc. Pour eombatlre le chmage, le Gouvernement envisage un pai sident de Conseil. Ceci n'est pas fait pour tonner, aujourd'hui que) la Constitution fixe libralement itrente cinq ai;s l'ge o l'on peill tre lu Prsident de la Hpunli9 ue La dclaration de Mr Mibque, et des entreprises agricoles et industrielles degraude envergure. Nous sommes loin de la dclaration du Secrtaire d'Etal Douyon : L'Emprunt est un carcan. Il eat vrai que ce passage de la dclaaalion nous berfes 'cal'gorbpie, el emJ remet en mmoire certaines brassetout en indiquant suggestions du discours prles solutions projetes -tous les problmes angoissants de l'heure. Tous, moins un, celui de nos rapports avec Washington. Cela laisse entendre que la lacune est voulue el qu'une dclaration prochaine de Mr Blanchel, Secrtaire d'Etal des Relations Extrieures, viendra la comblei, en nous exposant l'tal des pourparlers. Mais revenons la d claralion ministrielle, \lr Hibbert trs courageusement signale qu'au 30 sep lemblt prochain, le Budget de l'Exercice accusera un dficit de trois millions el demi sidenliel du Cap. Nous n'entendons marquer aucun tonnement, aucune critique. Ce simple expos, et oui laisse dans l'ombre bien (les points, sur lesquels non reviendrons bientt, suffit montrer limportrnee de la dclaration qui vient d'tre lue aux Chambres. On a l'impression que le Gouvernement s"est dcide secouer sa torpeur, et (pie quelque chose enfin va tre tent pour nous tirer de l'ornire. Ce n'tait pas trop tt. Pour noire part, nous faidegourdes, si rien n'est fait sons — pour l'instant — cr pour conjurer le dsastre. dit au nouveau Cabinet. lia Deux moyens nergiques s'of-, parl un langage viril, o frcnl de nous tirer de l'impercent enfin des proccupapasse: des laxes nouvelles, \ lions utilitaires une l'on pourou une augmentation du pourj rail enfin appeler un pioceutage de certaines laxes gramme de Gouvernement, existantes. Attendons-nous C'est beaucoup, en attend an'. ce que l'on nous demande de les ralisations. Ajoutons pour nouveaux sacrifices, mais ils finir que la dclaration est sont ncessaires, ils sont urrdige dans une langue sobre gants I faut qu'ils soient liel claire qui nous change un fcremeni consentis. peu des Jades ragots qu'on Passant au problme du nous a si souvent servis. La Rpublique d'Hati ET LE WEST INDIES GARAGE Sous la direction de M. ArnoiBRAUN Tlphone : Garage :225 Rsidence: 2462. i Il y a vingt cinq ans I I MATIN, 19 Juillet i'JOl. P. C. S. On neHS informe que Xionsiair Charte /io/nuase/, directeur de lit I' V. S a ti remplac pur .\ir Ar w Kothjtt8§n qui prendra service le 1er Septembre. .)i. '1 homusse! don! \ parlant : La Rond des Heu... ...voit que Taldy eftre encore dimanche, en mtin, dOl gantes, l'itu ouaparahl* fer on n eu u admirer tactivit el lu correction pren l su retruile pour raison le tante Lu question des chemin* le tant l ordre du jour, tious IIOUS proposons ,:$ tenir t'imitt nos lecteurs au courant tte la march ri du fonctionnement lie lu P C S. qui loui he mensuellement de l'Etat une garanti* d intrt calcule sur In base de Hi.OOU dollars le vot kilomtrique J;izz Scott. Papa Youtle dans ses rcents monologues. Entre libre. monnaie que de compter sur le Prsident Hoover ou tout mis de croire que le Prsident Vincent et se Ministres, in s— __ — — — -. — _, — _. v , ._. ^ autre Amricain pour nous rtruits par la brutalit des faits tublir sans restriction dans | de chaque jour, dgags de nos droits souverains. Cette! toute illusiue, vont aviser croyance enlautine ne peut qu'achever de nous perdre. D'ailleurs, l'exprience laite avec le Snateur Kiug luimme n'est-elle pas d'hier? Notre conduite seule, eu dfinitive, indiquera que nous aux moyens d'administrer le pays? Sous sommes arrivs un degr de dcomposition qni nous oblige rflchir. Des actes doivent prouver LES PROJETS FINANCIERS OE M.HIBBLRT Monsieur Lucien Hibbcri,ministre des Finances, a la,mercredi dernier, une dclaration substantielle dfini la Chambra des Dputs. Il a esquiss en outre les projets financiers que U' Gouvernement soumettra au vole des Chambrea pour pallier la crise conomique.En un mot, i? sont de nouvelles ia\es qui donnent un total de .'5 millions ieul'-cenl-seize-mille rea . Nul doata que U pub'ic n'y aille oueau ea teate. Qu'on e munisse de son raouclieirl ... voit qae Ur Lucie Hit l> t a roinoasne prends* %  es reepaneabilif*, et tju'au nom du Cabinet, il a lu' aux Chambres une dclaration qai russe entendra qu' Ions les poblmes anjftnssants d> l'hew re le Ooavarnamebl dswe Iroavel une solution. La dvie* talion a t gnralement bleu accueillie. Compliment?. > ... voit qu'un passais d* la dclaration minisii ielle en*> saga de fortifier ta hirarchie et In discipline aux lin de combitire la pituique, lindiariphue. IH calomnie, le menanage, la h ioS, lenvie. et un tns d autres chof. La tnrmule n'aet ps i j .ssurante. S'agirait-il de rer.l'iicer la loi sar la presse? Ce strail relrogratter eraimeal, • • ... a vu une aumsante Hli caca d'un jtune outeor A nu j( uriialisle dont il redouta SM doate le jn|e.menl iinparlinl. pour boucher le (lli % % % %  aaaw ajaaaaaaaasaMsa sp tic iftectneusemenl ces Ter ... San* queue ni tts a osa %  n' jaater le dithyrambique ea* rve, ils l'ont couv pendant des aunes, — trouvent et peut-tre trouveront longtemps encore leur point d'appui dans cette simagre. En vain ou leur parlera de justice tant qu'ils pourrod constater que nous sommes,entre nous, profondment injustes et de mauvaise volont. On est trop menteur. Le raensonge.es' une des formes de la lchet. Une Nation qui a perdu sou indpendance, par suite de ses errements, renonce aux formules hypocrites, se met a l'œuvre eu se rabattant sur ce qui lui reste de K>rces morales et productives; ce n'est qu'ainsi qu'elle finira par prsente^ au monde un viI sage digne de respect. I C'est un esprit pratique qui inous sauvera. Le temps est (arriv o personne ne peut i plus teindre impunment, o TllOMY VIEUX. LES PROFITIONS Des gens informs Prsident Roosevelt Ce n'est pas que ce titre convienne mieux qu aucun autre cet article; J ai plutt l'intention de recommander, par devoir patriotique, la jeunesse claire de mon pays, qui prend bravement part la campagne du relvement national, la eciure .tux aae U e' iV g"od 0, ;iio n n: parler oe,. 1. tau, que son avec une rigueur peu orlinaire. L'incomprhension est la plus fatale, des politiques. Est-ce dire que tout est perdu? Assurment non. Le pass a t gch. Le prsent est sombre. II nous reste faire l'avenir. C'est pourquoi je pense qu'il importe que la jeunesse voie clair, afin de Il faut soutiennent que, contrairement ce que proclament d'aucuns, le Mi nis-lre Dana Munro n'est pas TIiiu avec las mai m pleines pour nous. D'ailleurs, dans son interview au Nouvelliste , Mr Abel Lger disait clairement qu'il n avait pas trouv suffisantes pour le pays les proposilioni amricaines,qu'il allait ngocier pour les redresser. Donc elles taient crochaes.— La Nation est convaincue (pie le Gouvernement du Prside ni Vincent ne cdera pas un pouce de nos lgitimes revendications. LE PRSIIEN DE U REPUBLIQUE ET LA NOUVELLE CONSTILe Prsident de la Rpublique, an cours rie la rception qu'il fil la Commission Constituante chargs le lui remettre un exemplaire original de lu Constitution, 0 dclar que, bien qu'il ne lui pas d'accord avec l'Assemble, sur certains articles de la Charte, il se courbe devant celle-ci, et sera ... voit qu* le perse 'nage qui rclamai! de Gairau4, lauue In*, qu il rep ul au phonogra* plia L'Ouvpriura de Gutllaa • iii II, continua aime ien nation. Nu billard d Eldorado,ve^Met lin joueur r*us%ir le |>o nt. leic'H de la m iin d oile, lan'e da la main RMJ( he : — Tiens, uns t' orna-ti', ft enflant la v>'x. us lea bissextile, Monsieur ? ... vod. qu'il tonne,qa'il pieav-, qu'il gi'e, ou qu'il faae S0 leil, l'homme qui cennalt le aoanes choses d ue monde ne aaariil nn seul jour se p*r I m\ rie ses premiers dfenseurs, de son dAlicieus Rhum la Coule Bravo. Monsieur Vincent d'Or d'Alix Ilot/. r* E REGRETTABLE il faut agir le visage dcouvert, prendre ses responsabilits aux postes de combat. L o les peuples accusent un tat de dcroissance qui prlude une triste fin.il surgit des dictateurs qui entreprennent de les remettre dem>ns prfra jelei bout, en o gaoisant tout. Un viree l'eau qui se saDg nouvtau a besoin dlier les plantations dea cultivaJ circuler dans nos veines. Que teura de la Plaine du Cul-dequelques-uns, dnus de sens Sac, plutt que de la donner d'observation, sourds et aveu | cee pauvres gens qui doivent Le Nouvelliste annonce jue le Service des Contribudans les nqui sei vait SITOgles volontaires, se paient de i douie-miUe gourdes de taxes b . AI^ u„,ac .mi l d ar osnie. Notre conlrere lait moU, tassent des phrases qu j men ^ t renui qile la n n'ont aucun rapport avei^ ri(o|e s (vi| cs| (iU|se "ol re J raie Mtnefn. c l l d e non-paieiuenu Avec lui, naire Antnor Hrmm F .6 ^ leur anpHe Au , tl „ sous; cetteiuacjipt p D hnm ^ s b ; e n intentionns gouftre, ceux-l auront ass z j tais coler I poque singeQir nl a n0 us indiquer vu pour dchanter. Partonl Mr cet ouvrage. On m'a s'ingnirent nous indiquer lltSsaam 5 nous Cee, nous payer de fausse fatalit ^appesantit pour c'est l'eflort productil q u i compte. Maintenant, n'esl-il pas pe lie v^1 1 %f 11 | ) nous crions piti pour nos planleurs. Ou doit les mnager, eu attendant It retour des beaux C it encore l'Etat qui j lia a cette scheresse vou-J lue de leui terre, Voil un bel exemple de grandeur, iic sagesse et da discipline rpublicaines, — digne de la belle poque librale, digne de la la belle unit de voire vie, pie l'action nfaste des syt oehanies menaait de rompra. Que, de son ct, le Parlement s'lve la hauteur prsidentielle,et se montre respectueuse de ses droits. La Rpublique, certainement, vient de l'aire un beau pas avant. A PROPOS DE L'LECTION DES NOUVEAUX SENATEURS Ces jours-ci, sur le steeplechase snatorial, il y n le handicap des concurrents (lui viennent de tous les points de la Rpublique, les uns :inssi honorables que les autre'-, concourir t'i l'urne de la Chambre Pusse. Sans doute, Monsieur le Prsident Vincent peut tirer de celte comptition beaucoup d'a tages peur son Gouvernement, en tenant In balance galea entre tous les candidats ; de ce fait, demain, les lus comme les vini es regagneront Jleur palelin sans rancune ni acru outre l'Excutif qui, en l'on i joui constitutionnelles t, i I. grment de la Chambre, des lutea vit lui ces les choses sont* nous, et qu'un . voil que lient comme bdlon de foold>nll, au bout l ou sria in nombre de coaa>a de nieri, prtit tort bien e plaindre d'une ladites* le veenie... Ch L John W0i>llfi/ on trouve ri*s vr*ie\ anglaises. tmmmwr TI V ropos humides '!.•• Rtats-l'ail du Nerd *•! lu?nit ae donner an aoueeaa !'•>aieeat.. et il^ux cladidala *•! an prseace : Monaieur Dry Hepubllemn, plu hmilirenaeDl coneu •oui le n..m da Hoover, n Monaieur Wrl Democrat, qui aifoe aarfola Reoee* vell. A qui eonl voi lyntpaihiea ? \ oua ne vous ilei |iaa fniinfi dcid V Vous ave* lort, car, aeec IP lrloa phle Rooeell, > Am*rieioa vont •<* n mellre il Imire leur pUI eoejuetel du midi... ni loul nai'uvi_ lemenl e'eul noire MU.'M SABTWr"/ CAC.HI '! !'< u'., qui lera les fiais de lv Ite soif, |> is i| • %  ; i. -i M • I' i '" '•*• ; , lie ra rher Mo ,. .il rtd u* Ain i icoius il personnalili es parmi ses ui\ a m h ne i.iut pan qu'il soit dit que eculd a impos un candi*aV'*.; JL am


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07059
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, July 22, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07059

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
v
Clment Magloire
:DI1CIEUR "
135*. RUE AMEKICA1NK RliS
TELEPHONE N*_2r_
Lu > i li, Ir aiensongr rst U'i
a.iil tc>ous ue mjbiiui huiu-
iiirs fl ioui Bf Iruois 1rs uds ini
autres que par la parole 81 nous
HuHrlm l'horreur ri Ir poids,
ou. le pouriimrioa I iru plis
juslrneul que d'autres rrie*.
OUAlCU
fttm ANNKKN'772t
"mi l'i KINCfi (HATI)
VENDREDI 2*J JUILLET 1W2
Autour de la dclaration
ministrielle
Le retard mis par le nou-
veau Cabinet prendre con-
tait avec les Chambres taisait
prsumer que le rempluce-
menl de Messieurs KerniMii
et Lger, respectivement par
Messieurs Hibbert et Blanche!,
tait un simple changement
de personnes, n'entranant
tucu ne directive nouvelle, par-
tant aucune dclaration mi-
nistrielle. C'et t l vrai
nient pitiner en place et s en-
tter dans la politique d es-
prance mie les alouettes
nous tombent toutes rties
dans la bouche.
Il n'en est rien heureuse
nient, et lion sieur Lucien Hib-
bert, le nouveau Secrtaire
d'Etat aux finances, s'est char
g de nous en donner l'assu-
rance.
Le fait que la dclaration
de Cabinet a t lue, contrai-
rement aux usages, par le
Secrtaire d'Etal des Finan-
ces, plull que par celui de
l'Intrieur,tel sans doute pos-
sible l'indication (pie le rle
prpondrant sera dans le
Cabinet tenu parHibberl, qui; emprunt extrieur qui per-
n'en pouvant prendre le titre, j mettra 1 excution des Ira-
fait par ainsi figure de Pr-baux d'quipement econon

Service de la Production agri-
cole et de l'Enseignement ru
rai, Mr Hibbert laisse enten-
dre qu'un nouveau plan sim-
ple et pratique, labor par
le Dpartement de l'Agricul-
ture, sera bientt mis en ex-
cution. Il en espre beau-
coup mai la condition
qu'une police rurale forte et
discipline ramne la scurit
dans nos campagnes.
Abordant les rapports de
l'Etat avec les Commune, le
Gouvernement laisse enten-
dre (pie la perception des
taxes communales sera no
dernisce et centralise, entra-
nant pour les Communes une
participation effectiveaill d-
penses de l'Etal prvues pour
lacralion et l'entretien de la
police rurale, l'amlioration et
a rfection des chemins vi-
cinaux, le traitement des Ins-
tituteurs de l'Enseignement
primaire urbain et rural, la
construction des maisons d'-
cole, etc.
Pour eombatlre le chmage,
le Gouvernement envisage un
pai
sident de Conseil. Ceci n'est
pas fait pour tonner, au-
jourd'hui que) la Constitution
fixe libralement itrente cinq
ai;s l'ge o l'on peill tre
lu Prsident de la Hpunli-
9ue-
La dclaration de Mr Mib-
que, et des entreprises agri-
coles et industrielles degrau-
de envergure.
Nous sommes loin de la d-
claration du Secrtaire d'Etal
Douyon : L'Emprunt est un
carcan. Il eat vrai que ce
passage de la dclaaalion nous
berfes 'cal'gorbpie, el em- J remet en mmoire certaines
brasse- tout en indiquant suggestions du discours pr-
les solutions projetes -tous
les problmes angoissants de
l'heure. Tous, moins un, ce-
lui de nos rapports avec Was-
hington. Cela laisse entendre
que la lacune est voulue el
qu'une dclaration prochaine
de Mr Blanchel, Secrtaire
d'Etal des Relations Extrieu-
res, viendra la comblei, en
nous exposant l'tal des pour-
parlers. Mais revenons la d
claralion ministrielle,
\lr Hibbert trs courageu-
sement signale qu'au 30 sep
lemblt prochain, le Budget
de l'Exercice accusera un d-
ficit de trois millions el demi
sidenliel du Cap. Nous n'en-
tendons marquer aucun ton-
nement, aucune critique.
Ce simple expos, et oui
laisse dans l'ombre bien (les
points, sur lesquels non re-
viendrons bientt, suffit
montrer limportrnee de la
dclaration qui vient d'tre
lue aux Chambres. On a l'im-
pression que le Gouvernement
s"est dcide secouer sa tor-
peur, et (pie quelque chose
enfin va tre tent pour nous
tirer de l'ornire. Ce n'tait
pas trop tt.
Pour noire part, nous fai-
degourdes, si rien n'est fait sons pour l'instant cr
pour conjurer le dsastre. dit au nouveau Cabinet. lia
Deux moyens nergiques s'of-, parl un langage viril, o
frcnl de nous tirer de l'im- percent enfin des proccupa-
passe: des laxes nouvelles, \ lions utilitaires une l'on pour-
ou une augmentation du pour- j rail enfin appeler un pio-
ceutage de certaines laxes gramme de Gouvernement,
existantes. Attendons-nous C'est beaucoup, en attend an'.
ce que l'on nous demande de les ralisations. Ajoutons pour
nouveaux sacrifices, mais ils finir que la dclaration est
sont ncessaires, ils sont ur- rdige dans une langue sobre
gants I faut qu'ils soient li- el claire qui nous change un
fcremeni consentis. peu des Jades ragots qu'on
Passant au problme du nous a si souvent servis.
La Rpublique d'Hati
ET LE
WEST INDIES GARAGE
Sous la direction de
M. ArnoiBRAUN
Tlphone :
Garage :225
Rsidence: 2462.
i
Il y a
vingt cinq ans
I I Matin, 19 Juillet i'JOl.
P. C. S.
On neHS informe que Xion-
siair Charte /io/nuase/, di-
recteur de lit I' V. S a ti
remplac pur .\ir Ar w Kothjtt-
8n qui prendra service le 1er
Septembre. .)i. '1 homusse! don! \ parlant : La Rond des Heu-
- ...
...voit que Taldy eftre en-
core dimanche, en mtin,
dOl gantes, l'itu ouaparahl*
fer
on n eu u admirer tactivit el
lu correction pren l su retruile
pour raison le tante
Lu question des chemin* le
tant l ordre du jour,
tious iiOUS proposons ,:$ tenir
t'imitt nos lecteurs au courant
tte la march ri du fonction-
nement lie lu P C S. qui lou-
i he mensuellement de l'Etat
une garanti* d intrt calcule
sur In base de Hi.OOU dollars
le vot kilomtrique
J;izz Scott.
Papa Youtle dans ses r-
cents monologues.
Entre libre.
monnaie que de compter sur
le Prsident Hoover ou tout
mis de croire que le Prsident
Vincent et se Ministres, in s-
__-------------------- -. .------_, ----------------._. v, ._. ^
autre Amricain pour nous r- truits par la brutalit des faits
tublir sans restriction dans | de chaque jour, dgags de
nos droits souverains. Cette! toute illusiue, vont aviser
croyance enlautine ne peut
qu'achever de nous perdre.
D'ailleurs, l'exprience laite
avec le Snateur Kiug lui-
mme n'est-elle pas d'hier?
Notre conduite seule, eu dfi-
nitive, indiquera que nous
aux moyens d'administrer le
pays? Sous sommes arrivs
un degr de dcomposition
qni nous oblige rflchir.
Des actes doivent prouver
LES PROJETS FINAN-
CIERS OE M.HIBBLRT
Monsieur Lucien Hibbcri,mi-
nistre des Finances, a la,mer-
credi dernier, une dclaration
substantielle dfini la Chambra
des Dputs. Il a esquiss en
outre les projets financiers que
U' Gouvernement soumettra au
vole des Chambrea pour pallier
la crise conomique.En un mot,
i? sont de nouvelles ia\es qui
donnent un total de .'5 millions
ieul'-cenl-seize-mille
rea . Nul doata que U pub'ic
n'y aille oueau ea teate.
Qu'on e munisse de son raou-
clieirl
*
... voit qae Ur Lucie Hit
l> t a roinoasne prends*
es reepaneabilif*, et tju'au
nom du Cabinet, il a lu' aux
Chambres une dclaration qai
! russe entendra qu' Ions les
poblmes anjftnssants d> l'hew
re le Ooavarnamebl dswe
Iroavel une solution. La dvie*
talion a t gnralement bleu
accueillie. Compliment?.
>
... voit qu'un passais d* la
dclaration minisii ielle en*>
saga de fortifier ta hirarchie et
In discipline aux lin de com-
bitire la pituique, lindiariphue.
Ih calomnie, le menanage, la
h ioS, lenvie. et un tns d autres
chof. La tnrmule n'aet ps
ij.ssurante. S'agirait-il de rer.-
l'iicer la loi sar la presse? Ce
strail relrogratter eraimeal,

... a vu une aumsante Hli
caca d'un jtune outeor A nu
j( uriialisle dont il redouta sm
doate le jn|e.menl iinparlinl.
pour boucher le (lli ble du prchai n budget. Nous l chronique, le lirarque da
rservons noire opinion sur ces i t-d divers, l'emparenr d l'er
projets en attendant (pie l'un J f'le de lond, le Duce de ta ae-e
lies spcinlisles drs questions vdle, le Mjetl de la cri qn. le
conomiques de notre maison ; s-iltau de ceci, la achah dcela,
gourdes.
notre cnpacit.
, Ou l'on cessera de politi-
entendous rester mailres de cailler, pour faire oeuvre qui!
nos dcstiLes ou non. vaille; ou l'occupant, dans ses
Tienne dire a la linneie des
Faits si Ir contribuable hatien
peut encore subir uneaugmenta-
Le patriotisme qui ne pro-
duit lien est un patriotisme
mort. La politique hatienne
n'a pas cess d'tre une si-
magre. Les Amricains, qui
intrts, mettra la main tout
chez nous, c'est--dire dons
nera l'impulsion ncessaire
notre agriculture, notre in-
dustrie, notre commerce.
ont russi mettre les pieds j Dans ce dernier cas, ce sera
sur notre territoire,ce (l'asservissement conomique.
ion d'impts.Nous dirons pour- tlitie.
tant un mol : Qu'on prenne
garda de ne pas annihiler la
matire imposable !
.>! aaawajaaaaaaaasaMsasp
tic iftectneusemenl ces Ter ...
San* queue ni tts a osa
n' jaater le dithyrambique ea*
rve, ils l'ont couv pendant
des aunes, trouvent et
peut-tre trouveront long-
temps encore leur point d'ap-
pui dans cette simagre. En
vain ou leur parlera de justice
tant qu'ils pourrod constater
que nous sommes,entre nous,
profondment injustes et de
mauvaise volont. On est trop
menteur. Le raensonge.es'
une des formes de la lchet.
Une Nation qui a perdu sou
indpendance, par suite de
ses errements, renonce aux
formules hypocrites, se met
a l'uvre eu se rabattant sur
ce qui lui reste de K>rces mo-
rales et productives; ce n'est
qu'ainsi qu'elle finira par
prsente^ au monde un vi-
I sage digne de respect.
I C'est un esprit pratique qui
inous sauvera. Le temps est
(arriv o personne ne peut
i plus teindre impunment, o
TllOMY VIEUX.
LES PROFITIONS
Des gens informs
Prsident Roosevelt
Ce n'est pas que ce titre
convienne mieux qu aucun
autre cet article; J ai plutt
l'intention de recommander,
par devoir patriotique, la
jeunesse claire de mon
pays, qui prend bravement
part la campagne du rel-
vement national, la eciure
.tuxaaeU.e'iVg"od0,;iionn: parler oe,. 1. tau, que son
avec une rigueur peu orli-
naire. L'incomprhension est
la plus fatale, des politiques.
Est-ce dire que tout est
perdu? Assurment non. Le
pass a t gch. Le prsent
est sombre. II nous reste
faire l'avenir. C'est pourquoi
je pense qu'il importe que la
jeunesse voie clair, afin de
Il faut
soutien-
nent que, contrairement ce
que proclament d'aucuns, le Mi
nis-lre Dana Munro n'est pas ti-
iiu avec las mai m pleines pour
nous. D'ailleurs, dans son in-
terview au Nouvelliste , Mr
Abel Lger disait clairement
qu'il n avait pas trouv suffisan-
tes pour le pays les proposilioni
amricaines,- qu'il allait ngo-
cier pour les redresser. Donc
elles taient crochaes. La Na-
tion est convaincue (pie le Gou-
vernement du Prside ni Vin-
cent ne cdera pas un pouce de
nos lgitimes revendications.
LE PRSIIEN DE U REPUBLI-
QUE ET LA NOUVELLE CONSTI-
Le Prsident de la Rpubli-
que, an cours rie la rception
qu'il fil la Commission Cons-
tituante chargs le lui remettre
un exemplaire original de lu
Constitution, 0 dclar que,
bien qu'il ne lui pas d'accord
avec l'Assemble, sur certains
articles de la Charte, il se
courbe devant celle-ci, et sera
... voit qu* le perse 'nage qui
rclamai! de Gairau4, lauue
In*, qu il rep ul au phonogra*
plia L'Ouvpriura de Gutllaa
iii II, continua aime ien
nation.
Nu billard d Eldorado,ve^Met
lin joueur r*us%ir le |>o nt. le-
ic'H de la m iin d oile, lan'e da
la main RMj( he :
Tiens, uns t' orna-ti',
ft enflant la v>'x. us lea
bissextile, Monsieur ?
... vod. qu'il tonne,qa'il piea-
v-, qu'il gi'e, ou qu'il faae S0
leil, l'homme qui cennalt le
aoanes choses d ue monde ne
aaariil nn seul jour se p*r
I m\ rie ses premiers dfenseurs, de son dAlicieus Rhum la Coule
Bravo. Monsieur Vincent d'Or d'Alix Ilot/.
r*
E
REGRETTABLE
il faut agir le visage dcou-
vert, prendre ses responsabi-
lits aux postes de combat.
L o les peuples accusent
un tat de dcroissance qui
prlude une triste fin.il sur-
git des dictateurs qui entre-
prennent de les remettre de- m>ns prfra jelei
bout, en o gaoisant tout. Un viree l'eau qui se
saDg nouvtau a besoin dlier les plantations dea cultiva- J
circuler dans nos veines. Que teura de la Plaine du Cul-de-
quelques-uns, dnus de sens Sac, plutt que de la donner
d'observation, sourds et aveu | cee pauvres gens qui doivent ,
Le Nouvelliste annonce
jue le Service des Contribu-
dans les n-
qui sei vait SITO-
gles volontaires, se paient de i douie-miUe gourdes de taxes
b aI^ u,ac .mi l d ar osnie. Notre conlrere lait
moU, tassent des phrases qu j ,men^t renui qile la ,n.
n'ont aucun rapport avei^ ri(o|e s'(vi| 'cs| (iU|se
, "olre Jraie Mtnefn. c*llde non-paieiuenu Avec lui,
naire Antnor Hrmm F .6 ^ leur anpHe Au tl.
sous; cetteiuacjipt pD- hnm^s b ; e n intentionns gouftre, ceux-l auront ass z
j tais coler Ipoque singeQir,nl a n0us indiquer vu pour dchanter. Partonl
Mr cet ouvrage. On m'a s'ingnirent nous indiquer
lltSsaam 5 nous Cee, nous payer de fausse
fatalit ^appesantit
. pour
c'est l'eflort productil q u i
compte.
Maintenant, n'esl-il pas pe
- lie v^- 11 %f 11 | )
nous crions piti pour nos plan-
leurs. Ou doit les mnager, eu
attendant It retour des beaux
. C it encore l'Etat qui j
lia a cette scheresse vou-J
lue de leui terre, '
Voil un bel exemple de gran-
deur, iic sagesse et da discipli-
ne rpublicaines, digne de la
belle poque librale, digne
de la la belle unit de voire
vie, pie l'action nfaste des sy-
t oehanies menaait de rompra.
Que, de son ct, le Parlement
s'lve la hauteur prsiden-
tielle,et se montre respectueuse
de ses droits. La Rpublique,
certainement, vient de l'aire un
beau pas avant.
A PROPOS DE L'LECTION
DES NOUVEAUX SENATEURS
Ces jours-ci, sur le steeple-
chase snatorial, il y n le handi-
cap des concurrents (lui viennent
de tous les points de la Rpu-
blique, les uns :inssi honorables
que les autre'-, concourir t'i l'urne
de la Chambre Pusse.
Sans doute, Monsieur le Pr-
sident Vincent peut tirer de celte
comptition beaucoup d'a
tages peur son Gouvernement,
en tenant In balance galea en-
tre tous les candidats ; de ce
fait, demain, les lus comme les
vini es regagneront Jleur palelin
sans rancune ni acru ou-
tre l'Excutif qui, en l'on
i joui
constitutionnelles
t, i I. grment de la
Chambre, des lutea vit lui ces
les choses sont*
nous, et qu'un
. voil que
lient comme
bdlon de foold>nll, au bout
l ou sria in nombre de coaa>a
de nieri, prtit tort bien e plain-
dre d'une ladites* le veenie...
Ch L John W0i>llfi/ on trouve
ri*s vr*ie\ anglaises.
tmmmwr ti
V
ropos
humides
'!. Rtats-l'ail du Nerd *!
lu?nit ae donner an aoueeaa !'>-
aieeat.. et il^ux cladidala *! an
prseace : Monaieur Dry Hepubllemn,
plu hmilirenaeDl coneu oui le
n..m da Hoover, n Monaieur Wrl
Democrat, qui aifoe aarfola Reoee*
vell.
A qui eonl voi lyntpaihiea ? \ oua
ne vous ilei |iaa fniinfi dcid V
Vous ave* lort, car, aeec Ip lrloa
ph- le Rooeell, > Am*rieioa
vont <* n mellre il Imire leur pUI
eoejuetel du midi... ni loul nai'uvi_
lemenl e'eul noire MU.'M SABTWr"/
CAC.HI '! !'< u'., qui lera les fiais de
lv Ite soif,
|> is i| ; i. -i m I' i '" '*
, ;, lie ra rher
Mo ,. .il rtd u*
Ain i icoius il
personnalili es parmi ses
ui\ a m
h ne i.iut pan qu'il soit dit que
eculd a impos un candi-
*aV'*.;

JL
am


P.Vfc ')
l MAT'N


Confrence Ncrologie
tiat spcial el unique p mr cha-
que Dpai linenl : au centi
qu'il fasse jouer ce ronaga en
laissant la chance prvaloir,
paisqu'au lait, n'importe quel
bulletin ne comportera toujours
qu'un n h p lia* d ma sa liste.
Il ne foui pas qu'il y ail le ,
meindre doute sur la bonne loi Bj -uis, e l la ois <*J savant co-
du Chef de l'Etal et qu'un toul I nomiste Henri Biudrillart, qui
chacun se targue at rpte iur i |U| membre de lluvrut. Si est, j
tous les toits qu'il es! dj Sna- : par sa mre, le i Blf de Sa-
Itur et que la Chambre n'aura j ma
I Voirl Vos.des fOei 21 juillet)
Si u.; *: FiN
m
le Sa vie: Moi B3ad iUarl, M
Nous enregt:
moi t
qu' marcher... (sic). Cest jeter
bien bas le prestige de Mr Vin-
cent eu lui donnant la paternit
de tels procds el eu pitinant
dlibrment son amiti.
Nous voulons bien croire que
Mr Vincent ne se soumettra pas
des preuves si oppose*
son leyalisine si connu : car ce
..il Sylvestre de Sacy, qui lai
cr tique littraire au Journal des
Dbats, diteur de Madame de
Svignet Membre de l'Acad-
mie Franaise.
N en 189, Mgr Baudrillarl
suivit, comme lve de l'Ecole
B isaoet, les cours du Lyce
Louis de-Grand et obtint, en
Historique, pour l'Histoire, une
serait Taire de la mauvais! po-l nomination au Concours fn-
litique, et mettre la hache lui- rai entre tous les Lvceset Col-
mme l'difice officiai. J ges de France.
Noos lui Taisons crdit, en Bachelier es Lettres, il rentre,
cette occasion si propice, de
complaire aux vux rgionaux
en envoyant siger au Snat des
amis et "surtout des notabilits
irouiinentes capables d'tabli
F
en 187, l'Ecole Normale Su-
prieure. Agrg d'Histoire en
1881, et plus tard Docteur s-
Lettres et en Thologie, il de-
,,.,..,. vint, tour tour, protesseur au
fanion au sein des Grands Pou- Lyce Laval, au Lyce de Caen
vous pour le plus grand bien) et au Collge Stanislas,
national. Ce sera justice et tout j Puis il accepte, en 180-4, sur
protit pour son Gouvernement. J la demande de Mgr d Huis'.,
t'nruiUVOVWT d'tre protesseur d'Histoire mo-
derne et contemporaine
l'ajnttitnt Catholique de. Paris .
CHOS
o
Mr Menasse Si Forl Clin
esl pass en ne bureaux noua|
taira pat de sa candidature
pour le nouveau lige de I Ouest
au Snat de la Rpublique.Kon-
ne chances l'honnle vieil.ard.
Mercredi matin, a dix heu-
res 1 2, dans les salons du Mi-
nistre des Rein lions Extrieu-
res, le nouveau chef le notre
diplomatie, Mr Albert Blanchel,
a pris contact avec les membres
du Corps diplomatique et cen-
eulaire accrdite e Hati.
Le Service de la Voierie
de la Capitale va-t-il amlio-
rer la Ruelle Piquant.
Avons reu Entre les Li-
gnes , proses de Maurice A.
Cassus, le jeune eelhte bien
connu. Le volume, dit La
Presse, est tort coquet.Remer-
cions.
Mussolini, au cours d une
interview donne James Dou-
las, Journaliste anglais, a pr-
it la lin des rparations alle-
mandes, du Trailde Versailles
et la guerre brel dlai. Le
Csarde Carnaval, d'aprs le
Irons avec re -
ret la morl de Mr Duris
V'iar l, m ' c au Tri m -
nul de I las iatioi dont les lu-
nraille? ont lieu ce matin en
l'Eglise Mtropolitaine,
Nous prsentons nos avm
pathiques condolances aux
parents prouvs et particu-
lirement nos amis Flix
et Emile Viard, fils du regret-
te dtunl.
miliales qui l'ont Irqnent; de-
puis un sicle vous y tont ac-
cueil, en mme temps que nout. '.
Si j'ai tenu, Messieurs, re i
produire ici une bonne partie I
du discours de rception de M.
Marcel Presvost, c'est afin de !
?ous donner, une lois de plu?,
une haute et juste ide de la va-
leur intellectuelle et morale de
l'minent prlat.
Le 29 juillet 1921. Mgr Bau-
drillart tait promu, psr Benoit I
XV, Evque titulaire d'Himeiia
et sacr Notre-Dame de Paris
le 26 octobre suivant.
Le 20 Novembre 1925, Pie XI
le nommait assistant au trne
ponliiical et Comte Romain.
Le 12 avril 1928, il devenait
11 enseigna, pendant U ans, {Archevqu titulaire de MlM
ne science aux tudiants se tne. Le (io ivernement Iranaia
lui a, de son ct, dcern une
croix, et I anne de: nire la io-
sette d'OB-.cier de la Lgion
d'Honneur. Lvspuissancestran-
gres et les Acadmies et Soci-
ts Savantes de diveis pays lui
ont dcern les pi es InuUs d-
oorations'aca demi quai.
El voin j i il es, rlepai
vier 1932, unanimement choisi
par ses pairs coin
les nauses, la mauvaise haleine
ont toutes peu? c3::so fc rneuva
fonetiannemmit (le imtescm.
La comtipatton est h courre de toutes
les aterluiicas etiei la femme.
Evitez ses funestes consquences
buvez chaque semaine un flacon de

Obtenu avec le eaux minrales ...
naturelles parfumes avec des zes- France
tes de citrons fraisa n vente dans toutes les pharmacies.

Paul
mol de l'uni Boncour, va vile, i
On i 11 (huis les milieux euro- !
pens qu'il est Irsaigri de la j
prosprit de la France, qu'il
Vaudrait avoir de nouvelles ter-
res eu Afrique, en Europe.Alora
il est de mauvaise humeur, ne
pouvant raliser son idal lui -
nain. Il o dclar au journan
liste anglais que si l'Allemagne
dit non, propos de nu delte
de guerre, il appuiera ca non.
Cest lundi prochain (pic
commenceront a l'JSi oie de
Droit les preuves orales. Pour-
quoi ce relard?Gela brise l'lan
des tudiants.
Il parait qu'on va exhumer
nne quantit le petits papier
concernant le rle joue pui
taines gens dans les activits
de l'eccupalion amricaine, au
cours de ses annes nluste*.
Le Cabinet, au grand coin-
ilet, s'est prsent hier devant
destinant . la Licence lusiori-
'' Le 2 mai 1918, l'Acadmie
Franaise lait chois de lui pour
pundre le lauteuil, varant pi
la mort, du Comte Albert de
Min. Le 10 avril 1919, Mgr Uiu
drillart lut reu sous II lustre
Coupole par 11. Marcel Prvost,
le Directeur d'alors, et pronona
un discours de lception qui
comique un clatant et magis-
tr I hommage rendu la mmoi-
re d'Albert de \!u:j.
Voici exactement en quels
termes s'exprima M. Marcel
Pivost s'adressent au rci
piendaire :
i Monsieur, dit-il, vous ren
Irez aujourd'hui dans la mai-
so i de votre lamdle. Voire ar-
rire g. and | re, votre grand* j
p e, vo te pre lurent mem-
bre* de l'Institut. Entant, vous j
av /. lonnu ces liens, vnra-
li m par h ur d^uttude mme,
O la noblesse d'un Visai dcor
trarais nglige comme a ea
se q la frivolit des paru-es mo
dnias. Ds que vous avez mir-
tn !, vos pas ingiux ont mesur
lesgios pavs moussus de nos
couis, tandis que votre main
pueiila ^'accrochait une pas-
que d habit vert. Treize mem-
bies de votre lamiile apparte-
n.ient alors 1 Institut. Le 28
I m r 1878, le pre de votre
, e, M. de Sacy, qui lui I un
d s Quai an i' el administra la
B i lodique Mnzarine, vous lit
u'uu volume de Quintilien
cette ddicaa : A. M.
Ail ed Baudrillarl, Lnur mem-
i) ,; de l'acadmie franaise "
Vous n'ovit pis vmgt ai>s, :
cmit un |oli travail de pioph-
lie. Lt, aan douie, %ui con
t. inpiant avec l'admiration ^l
lectueuse de l'aeul, admirant
dans IV ilier studieux ce q ici -
d'lanc vtrs le ciel
de tous ces loges que je viens j
le vous taire de Mgr Bsudril- '
larl, une leon se dgage, un }
exemple est suivre, un modle
es1 imiter !
Oui, Mgr Baudrillarl est pour
nous un modle !
Sans doute ne pouvons-nous
pas tous prtendre k son gnie,
son prestige et sa puissance...
Mais ce dont nous pouvons I
tous taire, c'est d'imiter de lui
m s belles qualits intellectuelles !
el morales, c'est d'eue, comme
lui, boi. aecoursb'e et dvou,
c'est de gramhr dans l'amour
du travail et dans la passion du
beau, du vrai et du DltB, c es),
pour tout dire d un mot, avoif
pour devise la sienne Tou-
j >urs plus haut et Ioj|ouis
mieux".
Avec la volont de l'efl >t t et
li discipline de l'esprit, a*<:e de
li constance et de l'intelligence,
raeBDirteor nous parviendifins tous, cerie,
ttlllllll
ALIX ROY
30 annes de succs.
a management des txe$ an-
cienne!', o i par lex deui pro-
cd! a la lois, Il sera n-
cessaire (|ii" vous totiec d sa
taxs wuifell.s ei (|ur vou
ang uenti z le pourcentage
de l'Acadmie Franaise !
Seb uvris: Mgr BsodriHarl
a beaucoup ^crit. Ses oeuvres
s;)-,i i on i i b'es. H 'si avant
tout un h.s^orien doi b d'un
sas ant.
Laisse/ noi vous citer, de
to.ites ses os jvres, les | lus con*
nues :
> Sa Vie da Mgr d Huis' ,
* l'hiiippe V et la Cour d'Rs
pagne , Son Histoire Gn-
rale. . laite en coIIj '>"* lion
avec .I. Martin, L E i*1- gi*1-
ment Catholique dans la France
Contemporaine -, l.e Gnie de
la Fiance , L'ttloge PvObra
du Cardinal Mercier, La Vo-
cation Catholique de I France
Contemporaine el sa Fidlit au
Saint Sig , L'AdiviM M s
sionnaire <: lEglise a Irtvera
les Ages , S unie Jeanne 't'Arc
el la France du Midi , Poui
quoi la Fi ance aime la Pologne,
Le cathol -i nu- en France et
les 'iles in'ellecluel'e* e'
tout rcemn eut enroi e Viennent
de pareilr ; l.'I sli'ul l'.alho
h.] e et <> Vingt-cinq a IS de
in oial .
Ajouterai r q >e, dep ii< la
guerre, M.'.r Baudrillart est le
Prsident du Comt' Galh ilique
des Amins Vi ar.aise< a I Iv
(ranger, ansi q e de la Refus
Les Amitit s Catho'iquea Fran
a atindru len'emenl, mais
5fjrt'meni, ce noble bu', et ce
^era aussi pour nous un moyen
et non des moindres de
i.ous pipaier aux luttes de 1 >
vie,en persvrant toujours et
sans cesse dans la /oie si dure,
mais si belle de l'lude, du tra-
vail et du progrs.
Philippe CANTWE.
Correspondant de la Maison
Universitaire de Paris,
Secrtaire de l'Alliance
Fra aiee.
de certaines hiu exts autes. et le m un ien d'in; poli
Une organisation du Ser-
vice de la Production Agri-
cole et de l'E-iseig'it'iuenl lu^
rnl plus cnnlorme a nos be-
soins devra ire m se sur
pieds u partir d'octobre oro
chain, suivant un nouveau
pian simple et pratique la-
bor par le Dpartement de
l'Agriculture.L'extension ag i-
cole d )iit ou parle beaucoup,
pour eue une ralit, devra
s'appuyer %ur une police ru-l
raie forte et discipline.
La perception des taxes
communales demande tre
m nlernise et centralise,
L'autonomie des Communes
doit 're respe-jtfe ; cepeu-
(lu)t il est ncessaire (|ue
rh que commune vienne eu
tide i E'ai ponr la craiioflrj
i o!ict
inrale aghnaot, pour l'am
lioration et l'eotictien des
chemin! vicinaux, pour uu
meilleur traitement des ins-
t.tuteurs de I hinseigi emei.t
primaire nihiin et rurai, peur !;. eoustruction des
nuisons d'coles et des mo.
brtitri scolaires.
Le prob'iue du chmage
qui. pour le moanent, est uu
pioblise mondial, revt.pour
nous, desasprc's particu'iers,
Il peut tre rsolu immdia'r-
eai ou par un emiruntqui
permettrait t'exetttion Ides
\
IJUtt Cll0^e
r
Snat. Pas d'incident.
Dimanche prochui i, '21 du
cauranl, II) heures du malin, l-'rot
Mr Arthur Bonhomme donnera )
une confrence au local de l'A-
cer \ e le jeune homme perd itv.nl
la vtngii ne anna ( cette ob
s rvalii o l'u < mante est de
l urguenel)Sylvestre de Sacy
v.'Us imaginait >lej revui ut
Ihabd la franaise avec bro-
derie verte el la hanche Iro.e
pai notre glaive inoflenstl. La"
lia Nist ralise, mais!
i la vis on. Votre habit d'-]
imciau est nne lobe noii
aiseaa
confier
Il ii >
don! il a bien vou'n me
la correspondance en
niicale d^ Lyce
Plioii.
e
h >l I e
re.
Sujet : La guration littral-|l,'' '
i i i li-
J e. i n

Loterie
de rouge, et tons ne
point l'epi e, < lanl mi-
Celui qui
Siv /. le
i. i r.v'i nu, M >u ie ir, il ma ci t'e
le maison. L-1 ombrea II -
lu et dignitaire de
p'osent l'u-ige.
Nationale
\.j Direction
n,
Sa Haute Pirsonn'alit : Le
nom de Mgr Baudrillarl es! un
drapeau autour duq iel l'Univeri
entier s'enrle ave: respect el
(lert. Paras plom-----qui 'aut
aussi une pe il sert noble-
ment et efficacement I Eglise ei
"Sa Fille Aine".
Me souvenant aujourd'hui
non tant nne bien douce mo>
lion et une lgitime fiert
d'avoir eu. en 129, l'houuetr el
le plaisir de goti r la douceur el
l'appui de sa b enveillante et
aincra amiti, u ra'eal partitu-
lirement agrable de pouvi ir,
publiquement, lui tmoigner un
reapectneni et sincre hommage
de gratitude et d ad.niai on
peur ces 26 ans de Rectorat
l'clnstitot ' Iholi jue de Pal is
qu'il a, le. 7 mi rs, dernier, !t
avec tant d'tfclai tl de boi h ur.
Ces '20 ana de bavait fl de
progra locl, poui lEnaeigie*
ment L b'e en F mu e i ne p-
riode memorab r.
# Priod de noble pfto l i n
telleduel el apostoliqQn au mi-'
A l'i ntonce d ananl hier <-
t>i Chambre '1rs DApuli tor.
Lucien Hibberl, Secrtaire d'E
tat tien hlnances.n lu In OildL-
i ni ion suivante :
Messieurs,
Nous ne nous dhsiaaulo.*
pas la difiicull de notre ti-
che,
Avec voire concours, nois
aurons examiner et r-
soudre des problmes ardus
Le budget est en dficit.\)t%
sjterures immdiates doivent
tre [uisea peur diminuai ce
dfinit qui di Basera o,5U0 000
g'inrdei au 30 septemb r, si
rien n'est f i t. Il est aus-i in
dispensabre d'as mer un qui-
libre rigoureux au budget
1932 !933.L'qn libre du l ud-
gel s obtient par des rates
nouvelles ou par un no i el
Gin-laldy
A la demande de
m soin
nombreuses peraon<
e* le beau fil .i
Mandragore
mm '
avec l'an Pe'rovich et Brigitte Helm
Entre : 0 80 ; Balcon : 1,00
DIMANCHE
B EUR ES MaTINEI
Sir demmde et pour la dern-re lois, le splendi^e film parlant
LA RONDE DES HEURES
joie par Andr Bauj> Entre : 2 00; Ralrot: 2 5^.
A 8 HEURES
Le grand et beau dnrre :
L'Enfer de l'Amour
nvic il^nri Ben Ht n et Olga Tchekowa
Intia 1,00 ; Balcon : 2 00
^5IE1R2
LA HOUVE-
PORHU-rHIIICE-WILlIlISON
Eurka Lucien Hibberi, le
nouveau Ministre des finances,
a li'-niv les moyens de nous
tirer de l'ornire conomique.
Il y en l trois.s'est il \ iciorieuse
ment cri.devaul lasChambres,
au cours de sa lecture de |j i\e-
laration ministi telle..
Trois, pus un de plus : La
craii":i de nouvelles luxes,
l'an.;mrMt:ilion du pourcentage
ecerliuaealaxes existantes., ou de l'ancienne voie ii aeut. Le t vrit dans
Pobliflulioa impose chaque travail a t i olis laide, non [nne ponr
dlovndesemunircliaquemoie'.da crd.la exiraord.nairea,maia du Hovauuwdc Dieu.
.. t t> LoUrie Satio- Taide impies I Ien- Messieurs, iauinnis pouvoir.
* jlrelien d.i u es f longtemps encore, vous r
La'deiui. i parait l.Trai Prochaine- de Mgr Bandrillan et dek0 h.ll
de U la plus agrable kel grande uvre mais n.i \
Jui* '' l,"""!"-;;fl' .i.,rrongr... r
*ailt .. : lespoirPde Jean la le nn d,, ce;-, ,
uuer e inilla .. l> ,t,Ke' -.heure eianl puise.
PSeest lumineuse, lli li b-;Em le Gaidre, du tvice deaj Que vais-je bien vou, di.e
iiert.
Gnrale des
ravaux fublic, < oulinuanl ses
perl'ermauces, fienl le cona-
l ru ire une nouvelle remic Port-
au-Prince VVilliamson. Ella aal
d loute beaut, pur aes pera* lieu des lourdes iprenvei de la
peclives,8a aecuril. Construite double cit Umpoiei.e el spin-J
en ligne droite, elle tail rcono- v rituelle. ;
miser du temps el de l'essence. Priode qui n'anrapaa 4&in \
141 le rduit les trente courbas [fconde ponr la diflnaion dp la
Toutes les Polices
DE LA
II
il

It.S 'Il pi
itres univers*

j Houles.
.
I Que vais-|e bien voui> di.ei b^MggMlBftMMMii
[pour ce-dure ? hier, silou que I ^WWVllSJaaWmmmWr*
comprennent la Protection contre la i
Foudre sans auamentation de tauxj
Euq> L
Aqents Gnraux
.


Lfi Vf ATI V 22 J-iillet 19
PAG h 3
*;*.------------ff
Hlinin llarbaiieour
ni la re-asaasse es! uaivei selle a garde M preaaire place
lra;n^/ partout :
i.\ BARBANCOfRT
icjil : Une Csar.
BRIQURSUBIf BRIQUES
Nous avons baiss nos prix
pour no i Briques comme
Miit :
rUIlltitiRftflUJK'Oltill EX OP PORT-
Al) PP.iT-CE POUR ACHAT
5000 E PLUS CASH.
PAR niLLIER GROSSES BHiQUES OR 11,03 POUR QUANTIT
BONS 5000 EX 0EPOT
P3RI-AU-PR1NCE.
PACSiLLlER GROSSES BRIQUES 0' 9.00 EX IEP0T USINE
POUR CONTRAT 5000 BRIQUES.
profitez-en pour construire
solidement el bon mar-
ch avec les Briques La
Baudnj
Manufacture de Briques, S. A.
CONFERENCE DES CRAN6IESS VIFNNFN
K L'ALLElAGRE | ',' L"
D'RRiVER
:
Londres. Uu accord est il
intervenu a la eonlrence (les1,
reprsentants dei dbiteurs]
allemands et des crsociers |
trangers. L'intrt des dettes I
allemandes sera rduit, Les
Allemands comptaient sur!
im\c rduction de 2 ou 15 pour j
rent contre 1rs taux actuels i
de 6 7 pour ctir.
Certaines obligations aile- :
maudis seron- liquide pour j
'a fin de l'anne, un t ers
ms en cs<
Tetsiea snatsises.
Balle* de Tennis Dualop.
Pneus ei Chambres air
Michelin et Dun'op
Disques l'nih
Gnrateurs et Mandions
Coteman
pour lampes fj seline
FlasbJigbts et Salarie.
Stock accessoire ; < nouvels.
Tu vaux d ai rosage
^v^A&Vl AI *^lV*
S'jppr"'-*" .. .in. .ovi_,; i
Rh.-m=*.;--ir Mdicament de choix toujours efficace el san,
M
Uborttoira ..,-.
i

immdiatement et un autre pour j rsj n. ci l.-ivi d*oi
versement le 1er octobre.
L'OR DE LA BANQUE DE FRA NCc
Paris. Le bilan heb lo*
madaire de la Banque ic
Francs indique uneaugmn-
tation de 217 millions le
liane* dans l'euca.'sse-or de
la P p me. qui iHefijl aie-si
le chiftre de 12,316
y bon marcn*
Venais voir
Citez JQUtN W ItjLUiY
Je dclare n'tre plus res-
ponsable des actes et actions
mou epousemee I i ciaoa
pour in ; mpstibi-
INSTITUT
Guv-Josop'i-Bonnet
Prs du Honasi :re 81 Grard
Cel tahl sment colui i vienl de mriter le* loges de
l'Inspection Scolaire e trier un grand succs, s prs seu-
lement une ami ;isl iice, .. e ;i la mthode pdagogique
a nivelle qu'y emploie le d'aprs celle de* Universit*
du Canada el de* Etats [mis d'Amrique, est situ, eoinmt ou
le sait, dans le quartier le plus sain de Port an-Prince. I.
coliers faibles y refont leurs forces tout en poursuivant I
ludes.
s
enrs
L'Institut ouvre .ls ce
|our son registre
l'inscription pstir de
trSVSnX (l'quipement C.IiO
mique del eo%i sgs par -e
Go.vernemrni, UU par dei
entreprise! agricoles et in lus-
irkltes de grande enverguie,
attires par les wndiiioes
nouvelles du travail dais ce
pays et la prott lion Indu*
peLSsble du capital. L* api
tal lraiiger ne viendra pas
s'il ue tiouve pis de*- avau-
lages et la scurit. Lt tout
reque l'on peut esj rer, ces
l'galit entre les avances
accords au capital et les pio*
fits que le i BJI devra c u ti-
rer. .
Nous subissons aussi, Mes-
sieurs, ni e rentable crise
morale.pliiS grave encore une
l'autre. Ls psoiqu Pinisoi
pline, la calomnie, le meu-
songe, le ibautagc, l'e*pril
d'anaichic.'a lcbcte.la IsifiS
et l'envie, prennent les allu-
re, de qualits essentielle.
Poiif combattre ces teudances
Disstes, il nous taul tomber
la nieraichie et la disciplina,
et imiMiescr nne vigueur
nouvelle toutes nos ce ivres
d'ducaiion.
La consolidation et le msiu-
tien ntg aides grai.sU sei-
tices que ladmiontia'iou
amricaine nons a Mits el
qui ont t organiss suivant
les mthodes Isa plusn.oJe.-
nes et une di.ciphue pies
que miUteilt nous apporte-
ront dans ce suis une aide
prcieuse.
U8nl*s collectivits ^i-
btts s'imposcut pr
'ricies Je la fio.
lance." Deo* * collectivils
w, nes ils s'eut dsigns Ml
leun pair. Le cycle ds s.
^ioUeccsopaj^ '1%J''
ger-ra aabouJi 191o I bohs
tant dore essayer antie chose
peur i-p p,s retourner ne-
tre aecieons manire.
l'natteLdani. leOouvrrar-
mt, tvons deiBSBdS mMam-
ment oix.nrncr avec cl-
rit les DotnM"* Pwl,l,ft
Icisui dposs et ceexifti il
Ta J entt vo.-s soumetue.
pour que. l'quilibre dn Bud-
get cta.nt plus ou moins as-
Si. .1 u" toit permis de
consacrer tous .J?V
r.n.lioration de \^\^
traimu publique et 0> ISS1-
Ina'ion conomi ue. P^daP
que.eponrsuivrontlesnego
2iaiioni qui doivent ebouur,
aussi rapidement que po-si-
s ls libration in*to
de .s stsbihte rjirsss
taie, te l'.rd.eetdu trsvail.
Votre cuisine,
Madame,
Qno dite'-vous de cette re-
cette? Prenez un pain de la
grandeur cimvenable au nom-
bre des convives Pescs-leen
dessous \ onr pu :er toute la
mie. Faf.chsei-'e avec un h
r lus de volaille, plutt looite-
i elle s ou ortolans, et de cho m -
l tgnons eron'1 alises d n n e
I oui e sadee. P e,nf une cas
! revoie que vous barderez de
foanlgue & Vdi>ts nu Prince et de Saint Marc
Mett /.-y le pain, reposant
sur sa partie tioue. Faites
cuir petit II utdouc< ineot, et
retirez avec pi.cauiion.
Le pain cOCSfrve sou as-
pect, mail il est devenu d'uue
tendret exqc.ise et ressemble
\n^e en e d;* | chaud.
i Ou peut le servir entour
d'uu lgmjie. Ou le dcoupe
en tranches au moment de le
prsenter aux convives, [a
' MantgueIndigne vient d'ac-
complir un nouveau miracle
de gourm indise.
Bec-Fin.
LE SENAT VOTE DES PENSIONS
POUR I DOUIEZ ET
I.POiNCAR
p.,tji |,p Snat s vot
un projet a>|oi confrant nn*
pnlon annuelle de 2'H),')()')
francs n Mre> Don mer, veuve
du p sident asssln en
tu i.l.c mme projH acorde
p- f pension quivalent M
H yn oad 'oitiCat, am.i( n
pr -i lent
Iles activits oe
LA 0. G. T- P.
oe
_ S domor-, pour in i
mil ions ;!' de caractre i. ai tend
[ qu'ne setioii ru divon e
soit iiiteU'r.
i* n i>u- 'i iuce.'e 20 j ni
932;
rhrv .! A STB A M
,....... -.............-.-- .........,-.... r_... ..
nouveaux lves qui vo idronl y venir en Octobre prochain. ICo
attendant, les ceu l i nmencenl partir du 1er Aot,
/ci/.s les jours, de 8 ;'i 11 heures du malin, pour leealtsrdes e<
ceux qui,ayant efi luaus exa'me isde Juillet, dsirent
..,i senler de nouveau en Octobre min. On
lui cours, sans qu'on soit tte l'Institut et surlou
ralemeut oblig d'y i
|ieJ Mthode sre qui garantit I succs 1 PRIX MODIQUES!
se p -
leut suivre rs
sans qu'on soit m >-
Pour demain
L'abondance des nn'ires
nous obi h e ren oy>i n
main li publication de
Outre -.-)i- Ucle sur les
i m ssor, m. i, 11 m te H.v co
(iKI'l ItAI D
im
M
A
U.\
les, k
les rgies
ce
'Le Purgatif idal
PILULEJ:DEHAUT!
147. Rue du Faub. St-Dai$, P*n$ |
FaciU S prndr,
N nlcanitant aueva pi^paraUf,
clic ne provoque jamais es dgot.
Supprimant la Jllrf,
elle as dbilite pu le aulsds.
N*iant paa da rtp.i S la ckaaifara. I
cils ne cause aaciiae perte temps.
Plu. aativa q Iom U. alaUlairM, I
clic t, par conscipicnt, moios cktw.
Nous sommes heureu de
siansler les activits de la
I) O. T. ". ei le l'ingnieur
en chef, M Lepelletier Jean
not.'qui se dpense pour ra-
liser, dans la mesure du pos-
sible, les travaux les plus
orgeats et les plus utiles.
Bien n'chappe a sa vigi-
jilance.
Entretien droutes, ponts
el sentiers, coutile des dil
Irreats services, coastructiou
de oeuvslks lou'es plus g
ahles parce que dbarrasses
des courbes et des dsngers.
expdition de malriiu.v pour
l'achvement du wharf dis
Cavss, commande la Nou-
valle-Orlans de matriaux
pour le Wberl de Fort de
Paix, eic, etc.
Il laul se irjouir de co is-
tater que, malgr le i e i de
moyens dont dispose actuelle-
ment la D G.l>...elle trouve
le moyen de donner tontes
tes sstistactiens possiblevNos
complimenta a l'Ingnieur ei
etiel et ses dvoues collabo-
ateurs.
DOSE
ruBCATnn. 2 s s muia
LAXATTV?, 1 FiIbW *
Choses sportives
1 Sur la de maude du public.
Ile Hacing Cb l> > acceute
redonner 'a grands l e snor-
tire qui eut li< u, au Parc
Leon le. le 2fi jmu coul-
Le pn gramme comi orlera
les neu'.s nnmr< s qui M'eut
la joie du public.
Petite met' on "r ionvile.
Excellente position.
S'a tre^er
MGeoc; s BaCSSiN
Offre d'emploi
Quelqu'un pouvant t .i-c I.-
correspondance el h compta-
l>i;ite en :ing" -is ou e > Iran -
C'is dis 11 Mires dissmi-
nes, el des i ooeli ions 1res
avant igeusi s, Bres -s ser ices
aux maisons de iromsierce
tablies sur cette ni m*.
Tlephou : i
i Si l E
( LIG.NE COLOMBIENNE > ;
Tlphone; N 2829
Le vipeur t Bitivar Voy.
101, partira de Ww Yo k le
20 crL.direclemenl pour fort-
mi Prince o il est attendu e
2'i en route pour les ports
o'aobiens, >istobal. ('. L-,
Kingston el N'ew-Yok.
*
1 t c vapeur ttaraeoaj Voy.
105, partira de New York le
22 courant.pour tout les ports
Ini t iris. Attendu ici leSOcrt.
en toute pour les ports du
su',
Willicin E MLFIO.
Agent.
MMffi'FI PTISSERIE FRANHAiSE
lUCH'AHl) PETERS, Prop.
CHAHP D 5, N0121?
Lf* seule boul< n *to europenne an Hati
Spcialits <: I pour sandwich.
Paia:i tlutss f>t pain: noules Taina aietrat
Pain >, et.v;
Psstleserte fine, pnte. Vol au vent. Tourtes.
Soins et proiciptitucie.
Tlphone : 2069.
La Mai \ n'a pas de suc-
;k sale.
Livraison a domicile
"""V ;-"".\ '* \-
w
; ', "A

",
..ctiOI'j r.- .
.
Cure complte s'ARTHWTISMK
'.: 8 ) i bre
OOunjSK:rs Tennis coi.F > poi.o atre qaih*
TruinK *JI:-ec2la PARIS <-.i-o des i i;> A VIXTBt.
NBa Tfnto dto* ) Pr ii'Allm*
j^iiMiMi .....-------..... .-..- -. ., ... ^. ....-,-.. a
i r
:
&E QUI H'A JAMAIS T FAI
Cf. 001 NE PEUT ETRE DPASS
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpa ;;- os rlgoupesnis
I).- I
et Vente
PiiakmacieF. -::'<>! "M;
\ugle si du Centre.
,?B*'> m Mrta-B.^i*- -'*. ' x^nxamjmir *" W^*S
1HERYAL STEAMMAiL
PACKET COMPANY
Le steamer lAranai venant
de Kingston via le Sud sera
Poi i au-Prince le lundi 2
courant et partira le nsme
jour pour l'Europe via le
No*1 prsnaol dn o'.
Tht Hoym Xiuil SUin
Paket Ce
I i. RK19
Agent gnral
LE PA1TF.ST !>"CONTHSTAHLB|
C'est la quintessence des meilleurti
i[ .varits de cannes d'un vaste territfe
te stci.mer Cii.slobala est s ..
i^'nl'tNlwVo'k'i'kTi.Tji runissant les meilleurs terroirs
Met 19^2. avec 16 pj-ssgera, ||
'09 sacs de correspondante et ^ ( pcf
r.i tacs de correspondu! -e t y
'pitira le mme j ur (ler.cnl pour (jistob.d. C*ji ui ^,
iZolaC, prenant bt ri malle.
Jrs H.'CVANrtKbfi 4
Agent Gnral
ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
.
i.
r
*>

v


Vendredi
22 Juillet 1932
Le iiaua
4 PAGES
2o cive AaNNtJt V ,, 23
pert-au-Prince
Tlphone : 224*2
32=
w
Loterie Nationale d'Hati
416, Rue Bonne.Foi, Phone : 3358
La Loterie Nationuled'l Jalti est
une institution hautement humanitaire par la multiplicit
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de bien
tre offerte aux hommes de toutes conditions de fortune.
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salarisde
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parler
leur budget moyantumt mi le gourdes, Patrons de Commerce.Chets d'Indusiic pare
ux iusutfisances des ventes, par l'achat d'un billet, qui vees
libre du souci des chances*
Mdecins Avocats, Ingnieurs. Snateurs, Dputs, Dignitaires de l'Etat,Reprsentants de Hntellectualii, Jour
Batistes.
Donnez l'exemple de votre solidarit sociaie.
Rentiers, capitalistes, comme ea jouant, augmentez ve-tre
vcir.
Vous tous qui habitez'' Haiti, rendez-lui service ea acte
ni le billet del LOTERIE NATIONALE D'HATI.
Aiiimiiuuu Line

PORTS
DE NEW-ORLEANS ET MOBILE I PORHB-PRINCE, SANTMOIIRfiO Cl. CURAAO.
PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO.
DALVANGEN AUSTTANGEN TRaTVANGEN D'LfXGEN aUST? U-lEtf VEkTYANGEtf
AVIS AU COMMERCE
Li Panama Railroad Stea mship Line a l'avantage
tnoncer les dparts suivants de New York pour port-au p
Haiti. directement chaque mardi. Tousjes steamers
pourvus de chambre triaoriloai
Bnarts de hew )ork. Arrivages Po,i- au-f rince
Steamer "GuayaquiP le 12 juillet 1992 le 18 juillet
Steamer "Cristobal" le 19 juillet
Steamer "Buenaventura" le26 juillet
Steamer "Ancou" le 2 aot 1932
Steamer Guavaquil" le 9 aot 1932
Steamer "Cristcbal'*le lu" aot
Steamer "Buenaventura" le 23 aot
Steamer "Ancon" 30 aot 1932
d'au
rince
sont
New Orlans, L-uisiaua. I >p.
Mobile, A la berna, Dj.
Port-au-Prince, Hati Arr.
Santo.Domine/* CHy.ft.D. arr.
( uraao, l). W. I. arr.
Puerto Ce bel le, Vtwz. arr.
La Goaira. Venezuela arr.
Paramaribo, Dtes Guiana ar.
Paramatibo.Dntch (uiana D.
Curaao, I. W. I. arr.
New Orlans, Loaisiana arr.
Juillet 2
juillet 4
juillet 9
juillet 13
juillet l
juillet 17
juillet U
juillet 22
juillet 27
juillet 31
aont 8
Juillet Itt
juillet lt
jaillet 23
paille! 27
jaillet 2U
iii'et r>e
aot 1
aott (i
aot' 13
aut li
a et 2a
liai la
aot
aot
ar nt
aot
aot
31
1
5
i
14
II
aot
acitt
at.tfcl
oit
aott
aoat
a<*t
sept.
10
12
14
t.")
Il
24
21
5
a*at
arit
aoii
aott
sept,
sept,
sept,
sent.
4
26
2
2tf
1
7
11
19
Et 27
aott 29
sept. 3
sept. 7
sepi.
sept il
ept. VI
rpi.ll
a-pt. ai
sept. 'J*
ci. S
sept ; 10
ept. 12
sept. 17
sept.; 1
ept. M
sept. Tm
ept. 2fi
sept. 30
oc t.
oct. 9
oct. 17
Prenant f At et passagers paar toas les ports ci esses
Bteamar "Guayaqnil" le 7 septembre
Steamer "i.ristobal" le 13 septembre
Steamer "Ruenaveuturn" le 20 sept.
Steamer "Ancon'* le 24 septembre
Panama Ruilroad Sieampship Line
Jasll. C.VANREED
.i;;rut Gnrai
1932
le 24 'juillet 1S32
le 1er aot 1932
le 7 aot 1932
le 15 aot 1932
le 21 aot 1932
le 29 aot 1932
le 4 septembre 1932
le 13 septembre 198
le 18 septembre 1032
le 26 sept. 1932
le 29 sept. 1932
CONNAISSEMENTS DIRECTE DLIVRS POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS :
Port-de-"aix. St-.uarc, Minig-ne et Jermie, Hati ; Mante Criait, La Pemana. Barahnua. Sa Pedro de Maenri
et Azua, Rpublique Dominicaine,Coro, Carupano, Cumaua, C'ianta et Pampatar,VeneEuela, Aruba e' Bcmiirr.DWI.
BE MOBILE E NEW-ORLANS TOUS LES PORTS HATIENS ET OOIINIMINS ET IMMIBO.
[In dliait vers le milieu de chaque mit touchent directeuaeut s Puerlo-Plata, R. D., Cap-llaitiau, Gonaive-s. Pelit-
G ave. Aux Caves et .lacmel, H**ti et Macaraibo, Venezuela.
Si un fret suffisant est offert, ces bateaux toucheront galement Par'- ie-Paix, Si- Mro. MiragoaDe et Jimie,
Hati; Barahooa, Azua, Monte Oisti. San Pedro de Macoris et La Romana, R, |). Aruba, I). W. I.
De Tampa, Floride, la Jama(|ue-Ha'i Li Rpublique Dominicaine C naao et Venezuela:
Doarts pour les ports ci-dessus quand une quantit sulftsante de lit est offerte.
( Sujet changement, aunulatiou ou ajournement sans avi*. )
A. de MATTEIS Se C; Agents Gnraux
**<> MflX
Panama Railroad Steamship Line
Agents aux orincipaux oorts d'Europe,
Service de jrl cl de passagers en lie
[Europe et Amrique.
U.W. SheLpon ,1 Co, Ltd.
17, James Street,
LlVEltl'Oai., h.NGI.AN'.
Mohy cl Company.
Atlantic Freightloti C'-'p. Luv.
155 Boulevard de Si f bourg,
Havre, Fraoca
MOHV & II Ml'ANY.
Atlantic Freighting Corp. Div
7* ijiini des Chertroui,
Bordeaux. Frauce
liernu deron & Sleckweili
Boite Postal 71'
Havre, France,
Anqleteii e
1,. W.Sukldon k. Ltd.
Featoo House,
112/113 Fenchurch Ste t
Loudou K. C. 3, Eng'aud.
Trauce ____ ___
AKi'.v & Comiany *,
Atlantic Freighting Cor; D *>
'S Hue St Vincent de ) eut.
Paria, France.
Mohy & Company
AUaullc Feigbting Corp. Div.
7 Hue de In Hpublique,
Maraeille^ Fiance.
Gcllatly HanKET . Co,
21, pue de la Rpublique
Marseille, France.
Voulez-vous
c*ir dan fol tudes no
taira russir ?oaentant5.grce
une mthode d'enseigne-
ment classique excellent*?
TOULHZ VOUS
Une protession aprs | 9
mois d'tudes se icuses (St
no-Dactylo, Langues vivante
Comptabilit )
Songez que l'Institut TIP-
PBNHAUER se recommande
et s'impose votre attention
par les brillaufs ranltatl de
ja obtenus.
15':7Rue Lamarre.
Tlplione 2891.
Allemagne
Atlnnlic Frelghting Corp. Atlantic Freighting Corp.
alliuhuua, Uumburg 1, Ger.nany. lireiteuweg55. Bremen, Ger.
Hollande
Atlantic Freighting Carp.
Koningin Emma plein 9
Rotterdam. Hollar d.
ltollrnr.
Sudo
Svi'iiJ;4nsson et Cotnpaay.
Atlantic Freighling Curp.
Anlwerp Division
c/o Stalnmann >V: Comptny
P. 0. Bo. UiOOl Rotterdam
A/B W. La.ko,
Atlantic Freiglitiog Co |>. Div.
eppsbion lt).
Stockholm, Sweden,
A/li Pettarasoo et huimstrom
Atlantic Fteiabting Corp. Div.
Skcppsbron S,
Bar National
Voi lez-vous ire aarri
saubait 7 Allai sh
bar National,
Plate Gdlrard, eu lace de
MaUi.
l.'ctubliasement se recom
mande par se* cocktail re-
nctniiC'. Pn restaurant o
l'o ; trouve lonjonrsdes mets
savamment prpar! est an-
nex au Bah National que
diiige .VIme Koeoo-T .
PROGRS NOUVEAU
RMjM hsOLVEAV
Rhum dlicieux got exquia
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CQNCURHENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
M -.m mmnmmwmm nmm.
Gothenburg, Sweden.
Atlantic Freighting
Corp. Div.
Norrkoepiug, Sweden
Simon Ldstron a/13
Atlantic Freighting
Corp, Div.
itou o, Sweden.
lk'rnhard Bargll ^ r-0
Atlantic Freighting Corp., Dir.|
Halsingborg, Sweden.
Belgique
2tlantic Freighting Corp.
c/o Steinnnuin et Co
yuai Jordaena,
An'werp, B^lgium.
Danemark
F. A. Rendu et Comnanj'
Copenhager, Denmak.
Ita li
A. Ccraaa et Company
Via Banch '\
Genca. Italy.
Espagne
gencia Maritime Drlgada
niclona Spaa.
Norvge
Louritz A. Devold A. G.
Atlantic Freighting ( orj-Dv.
Aalesund, Norwuy.
U LAITERIE BAILEY
Li ira faon propre, njgtna
e,Bf, en bouteilles bermti*
ijueoiMt rachete*, labrl
et toute ialsirication.
Transport fait en rtrigra-
lenrs roues.
1313 rand'i{ue. Port-aa-
Priiee.
Sauvez
vos livres
S i ve/ vos livre et cou
lections aa mauvais tat cl
les confiant a a relieur cons-
ciencieux, honnte et habile
Etiknne Camille, Rue Bonne
Foi .

Dannez *o. (ammandea de
aartcs.de [aire-part, aie, 1 Im-
primai ie Morisae't, ci vo ta
tiauvertz un grand choix de
lettres et i des prit relative-
ment bas.
!
Lvkes Brothers SS C lnc
Texea Hati Santo Uomingo- Porto Rlee
Le aenl service hebdomadaire, et rgulier passagers et
ht entre les ports du Golle do Texas directement avec
Pori-an-Frince, Maiti.
1NK l rVW V Lea preckai.es arrive* a Port-se Priaea fi
Jteamer Ruth Lyk-a, ?fi I, 1M 1W
Jtejmei"Ifcjfiuka. a ffaiS
m J ? I'ylr,> ai juillet 1932
Ifiarea tu""" ^^ ^< ]**
N'OUBLIEZ PAS OE M ifTi ToF
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1.G00 pieds d'ail-tude. L'tablisserr^i /- i
virons dePorl-ar.Piinee Bl /e P/us/ra's,e* ec
Seulement 15 minute! danfa m*
M.u. u.. vu,. maatti'SJS *?z. "ro""
BoiWQMdetoiteaaapcc.
sema
wr jrkuii'" wdi p. i.;r-
li


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM