<%BANNER%>







PAGE 1

PAG LlWI'IV 20 Juillet 1 Confrence Le W> juin dernier, n-i/n jeun? ami li. Philippe Cantuve a fuit l Archevch de PortaitPrince uneconfrei.ce sur l'\ is titut Catholique de Paru et sr Recteur. Les auditeur eurent la joL d'admirer un joli poil rail de M" Bajiinliar! aimablement ddi pm l'minent prtai .'/. Phi iipi t Cantaue. Sot lecteurs nous sauront gr de icproduirc four eux le ttxte e cette confre;.ce: I Mimieur le Prsident, Messieurs, J'ai dessein de vous entraitni aujourd'hui de L'Institut Catholique de Paris et de son H r leui . Certes, mon premier devoir— et il n'en est pas pour moi de plus doux-est d? vous remercier mille lois dtre venu si nombreux m'entendre. Ma pre logie, des Sciences conomiques et commerciales; ou bien encore de ces cours pour jeune i filles ou d % %  ces Conlreuces Publiques, l'alnstitut Catholiqu • de Pans prpare—et avec une mthode et une technique Bire pense est de solliciter j remarquables - c?s diverses toute votre bienveillante indulso-les d'enseignements. feue* pour le sujet que j'ai reo'u de traiter devant vous ie7 mars dernier lut l'rhence des 36 ans de rectoral de M< s-igneur Allred BAUDRILUAhT I Institut Catholique de Pi s. Cet anniversaire m'j dict m n sujet. .t'ai eflectivement pens qu'il ne vous dplairait peut-c're pas d' ntendre parler, pendant quel' qu a instants, du bel hbisseoir t d'enseignement suprieur qu depuis un quait (le sicle, du g; avec tant de distinction et i n si merveilleux esprit de aac ilice Monseigneur HaudrilJar. F* j'ai voulu aussi — laut-il le dire ? siisissant IV i ision qui m'tait ret dre ma manire un ras La Facult des Lettre — qui est leconuue par l'Etat — reoit de* inscriptions en vue des dilli enlea licences s-lettres ( philosophie, histoire, littrature classique, langues vivantes ) Elle prpare aussi au Diplme d'Ftudes Suprieures et au Doctorat. Il en est de mme de la Facult de Droit. Etant — elle aussi — reconnue par llitat, e'Ie prpare les tudiants la Capacit, la Licence et au Docto al en Droit. Quant la Kacull des Seieu ces, elle ne reoit pas d'inscriplious proprement dites, puisque ses lves sont tenus de s inscrire en vue des grades a la Facult des Sciences de l'Univer* sii de Paris. Seulement elle lait peitueux et sincre hommage ; subir ses postulants les exaA celui qui, au mpris de son | mens universitaires? en vue de repos et de certaines saiislac, J a Licence et du Doctorat estions personnelles, travaille avec Sciences. tac intelligence et persvrance j i a Facult de Philosophie ena la gloire et au rayonnement, I se ign surtout la philosophie en France, hors de France, de j Thomiste, c'est--dire celle de 1 mental Catholique de Paria J Sainl-Thomas d'Aquin. Ses ldont il demeuiele Hecleurbienves peuvent obtenir la Licence avec joie oflerte — ain c, le l'Eglise dont il est le stigi naire, et de la Pense Iranaise dont il ret l'un des plus sers et des plus dignes reprsentants. Mon unique souci, Messieurs, est de vous dire, brivement sans doute mais srement, ce qu'est l'a Institut Catholique de Pans ; de vous laue voir quel genre d'tudes l'on y lait; d vous montrer les lsullats apprciables obtenus tt pour terminer ( car, n'est-ce pas, il laut bien conclure I ) de vous dire un n nomJi e de cinq, a savon celui'les li Ilr." qui ont I b en plus de I'.M is celui de Lille, celui de l encore que leus les discours. ECOLE El Ce que disent nos confrres —Q — L'OPINION SAIS le litre nL'i Delcn'.c ne* cessa ire : Aprs les vnements de ces derniers [ours, qui ont mis aux prises Chambres et Gouvernement, une dtente s'impose. Elle esl la grande ncessit de l'heure, L'aulele entre les Potivo rs Fxcotil et Lgislatif peut et doit se raliser en vue dune œuvre nationale et sans que l'un ou l'autre soit oblig d'abiiquer ses prrogatives respectives ni do renoncer a sou prestige i et a sa dignit. J Les d 'rnires lections lgis! tlives de j lovier ont vain [au ijo nerne uent un passif politique q ii. eu toute justice, mente dtre compense dans le cadre des intrts '.nationaux — a l'appui loyal de ceux qui sont soi lis victo rieux Je l'urne et envers qui [ta sympathie s'est manifeste! lvi ce qui conci r e le S 1 ;nat de la Rpublique, il est j bon que celte haute Assem• blet: se rappelle qu'eu politique, comme eu toutes chose?, il nya rio d'absolu. La responsabilit qui pse sur les paules du Prsident de la Hepub ique lui c. min nide de prendre t unscil de si t t e plutt que de sou ( œur et de tenu compte les i nlils avec lesquelh -. se irouveruit aux pi i tes n'impoi !• quel I hel d'I • lut lu sous i\ mi n e du l'rad de l'I'. L %  o y, ne peut tirer au un 11 ..in du lail de demundi i au l'icstuent Vioce n. de lester :ibsolumeiit fidle UX ides et aux principes sur lesquels s'lait base sou action dms lopposiUou et il srail vain de lui | tenir rigueur d tre oblig de s'acc niinioder des circonstances qu'il ne dpend pas de lui d luder Ksl-ce dire que le Gou • vernemeut soit sans reproche? Il s eu 1ml. Four tre j gouvernants, nu ne reste pas moins les boni nos, sujets errer. Daos ions les es, aucun groupe |.o ,1 que de que fne doctrine, ic quelque coneip| tioo qu'il .se rclame — ne peut dsirer, a 1 heure picsente, I I il -i te de la | o'itique du Gouvei m ment, dont ; LJjJUtU Les nnrienneN c i^vun I cole F ie Dubois sont i tes a prendre p irt I n traite fin ni. elle qui o n n encera i mal '2 • [a il'ei f> 4 beuies, ;>u Hel-Air. l:'.lies s m I lies de bien vouloir \>r< n dre leur carte centre a Klii Dubois, la rperctssion serait certaii e dans la vie nationale. Four mettre de l'ordre dans nos alaires, il UDUS tant commencer par mettre de l'ordre dans nos ides. LA DTENTE S'IMPOSS. } • • LE NOUVELLISTE dcmunde:Allons n$us faire quelque chose ? Eo moins de trois mois, nous avons eu trois combinaisons ministrielles. La deriiire qui date, de trois jours, peine, commence subir les feux de la rampe. Or, il ne reste plus qu'un mois pour la clture de la session lgislative. Allonsnous laisser les Pouvoirs Publics faire quelque chose ou continuerens-nous plaisanter avec l'avenir de toute une Nation comme des entants jouant avec une arme feu? Toute, la question est l I Que l'on trouve que le nouveau Cabinet soit boD ou ne le soit pas, c'est une aflaire d'apprciation. La nation entire rclame moins de politique et un peu d'administration. Si nous passons notre temps taire et dlaire des Mmisies, nous marcherons rapidement vers l'abme conomique. A-i-on jamais pens une minute ce qui se passe autour de nous, chez nos voisins, et dans lous les Pays o il y a des hommes conscients? De l'antre ct de la Irontire B'imagine-t-on le dve'oppetneut formidible que prennent les exportations? En lace de nous, Cubai o l'on importait du caf, aujourd'hui les Cubains exportent celte denre, et ont une rcolte prs du double de la ntre. Ici. en || .ni, on [ait de la politique; des les sphres gonvciuemeutalea ou passe toutes les journes flans les intrigues politiques, et ou ne laisse pas une minute l'Fxcntii pour faire quelque cime. Les responsables dpensent tout leur teints s'exercer aux acrobaties qui d nvent leur permettre de rester eu ehargo. Comment, en eet, avoir l'occasion d'tudier les problmes conomiques, la question du travai.V Et alors les jours, les semaines, les mois passent, nous changeons de pe ( SOQnes dans uu flot de discours, de critiques, Et la situation de h N.tion? On s'en moque. Messieuis, ce n'est pas srieux C'est un crime que d'agT ainsi. Il laut faire quel!" .„,,.., ... jn<>antnii*r. ra-ln-nlr t il %  ii c^j^ ru UNI "tffz^szi t; 1 i; I ^: 1 atca: fcr.** 1 "*^*' • % ts-imLin-latdy hKMA'NSO \ Mandrin (S, te; Bufaio-Bill Eulre 0 on ; Balcon 1,06 VENDREDI A la demande de noiiibreuses perseni es le beau film : Mandragore avec Ian Pttrovica et lirif!!*" Hel m Entre : 0.S0 ; Balcon : 1 00 que rhose, pour sauver ce Peuple de celle mi-ie qui dvore set entrailles. Messieuis les Ministres actuels, vous 't-s des cilovens hatiens; pensix ,i vos I res hatiens, qui NOI A ient, a la Nation Hatien ne, et laiks quelque chose Si votre conscience est intacte, et que vous les en mesure d'expliquer ce que vous faites, allez de l'a vont,ne re^irdez pas en arrire, ne vous laissez pas intimider Ayez confioicc en Vousmmes, et soyez des hommes de gouvernement Faites quel que chose, et le Quant a vous Messieurs du Corps Lflbl l'f. pour l'ami ur di^ Dieu, et surtout celui de la l'allie, n'couUz l>3s les iittrigues fie t un lisses, lesanvis dcns, les i a contais de -lonUn, ;0: tes 11 evf imposs'bijMt nu Gouvernement de satisfaire les i D ter f s prives de l!(i Dputs et de l Snateur:. Que ceux dont le lotir o'ekl pas encore arriv durs la balance dis ta veii's, aient le courage de toi-llr-r leurs Impatiences et d'attendre que, par dessus la tte desgrjuyeriiants qui n'ont pas pu tre geil'ils, ils daignent considrer le sort du l'eu oie Hatien, Nous le rptons.' foui auto ir de nous, travers l'Uni vers, on tait quelque chose, tachons donc audsi de faire quelque chose pour cette maih tireuse Hati. Nuis n'avons qu' vouloir et celui qui veut ieus.it tu jours, malgr tout. •" %  a. TA H L i rS TlfRlM Des Dents Trois Nuances Plus Blanches On est inetcu*able d'avoir de dents tacht*, dcolores ou gtes. Clo sont les microbss de la bouche gui sont cause de cette condition. La science sait comment on peut dtruire ces microbespar la Mthode Kolynos Br->s'Sic lis--un centimtre de Kolynos sur une brosse sche. La mousse Kolynos antiseptique et eiterveecente tue les microbes dangereux et fait disparatre les rUainee taches Jnuntrw. En 3 i ours TCS denis seront piut ilanches—de troU nuances. Essayez la Kolynos ds aujourd'hui. > i LA CREME DENTIFRICE Antiseptique . rojjjj RIRE EU SOCIT PtUBtdsi U %  •mlllMi tibum d* Fwt*. IMpign iji,. ^uhj, ••!"•. MtB^OfoM, Ch.MOi, UI. •ir.!• Mrj m,r. Istrsajfi %  ..,, d.n„r ll, W | fclwWrM %  %  PARIIIKN, ,o^ „, pm %  MMNNSM PARIS |Ballons Michelin en caou 1 t h me. Vessies anglais*".*. Balles de Tennis Danlop. I nrus el Chanb.es nir Michelin et Dunlop Disques Fatha Gnrateurs et Manchons Coteman J:^ pour lampes Hase-Hoi Flash lights et Bitleries Stock Je pices d'autfis et accessoires renouvels. Tuyaill d'arrosage pour jaid n,et lavage d'anfo?, a bon mareb. Venez voir r-::: ;TR5PIS TCJ i %  Lyon, celui de Toulouse et celui d'Angers. L'harmonie et l'esprit de ]us tice qui y rgnent, celle saine mulation— qui est uu pnissi Dl iacteur de progrs — tout que l'eiur gnemeot BUprieui touii nue de jouir en France o*un Taleur ii d'une renomme mleur loquente, vont instamment VOIIN les pronver : Quand le Constats qu'ure Facult de Philosophie, qui n'avait le siiele dernier que 3 proiessenri et 1*2 tudiants, a, sjour* o'hui.'Jti matres el 1 lO i rfasnd |e cousta''.' more que l'annu :; .qui conlieni l'ensemble tics s. v ces e des rgietv Arvanil rstsfti ilsWs BERCUL08S, tM AU aadasa, %  :• %  ,. ". tMENT, NOCTURNES, RA( MENlSAs SAJ.'C ... \::.iZA, \5THHS, CbSaiSON CIKTAME rsilrmentli BACILUNE RAVENET qoi a |fari dr* .lillitn ie C\ttfirt%, "V Toutes les Polices DE LA g i a In TSBti .-.. I .il. -.'i uwc; Pharmeclw W. B'JCH jDOn^Mi lies. Ceci dit, voyons maintenant j menis de i'lnstitut Cuihoiiqae, (progrs iirrom|i! ; s en 'Vspac ne! gnie d'tudes Ion lit . naval, en 1807, que 179 pages [de 2,"> sns de luttes, dp Irofoc r*niversilCuiliuiique de l':iiis. et (jue de nos jouis il en coin QUEL QSNRE DLTUOBS I.ON y (253, quand |e cor tkir ? Q-i'il m soit permis de i que le non m s % ous dut tout d'abord que toutes /est 57 101 les tudes y sont l'honiTiir. h.ies y Fn voi'it z-vousdes exemples?] compi is. de 69l A 2.208 i Qu'ils s'agisse des Lettres, du! ment, aprs taut de Droit, des Sciei ces.Jqu'il l'as s u ci que cis rsultats — qui de lu Finit, sophie, de la Tb]sont assurment l'indice des ace x et de constants efloris — sont ronsid>-,btes, admirah es et ennbles I i HIMPPI CANTWK, Cotre il de la Maison rsitalre de Pa biv-rtlaiie de l'Alliance Fra-aise. (A suivre) comprennent la Protection contrela i Foudre sans auqmentation de taux J EugJLeBoss$Co\ hpmwm Aqents Gnraux ^W tm *••• A L_f^k-



PAGE 1

\r \M TIY 2 J ilfH I t'AGfc S Dont la renomm nii rsellt a fard M premire place iek*z u NAIHUXCOl Urpi : itue Csar. —' I AUX ROY 30 annes fl'il-'A'l'IML est une drs plus umsiaates et des phi* vastes orgaalsalies 1e '• %  #enre. \j> soleil ue te couche jamais s.ir tau champ d'actiau qsi enserasse le monde se J ' i t-e-s contre incendie coiiTiei! %  vsa las dgts occasionns aar la io-ae'!-* Ses '"VnMces pour Automobiles ouvrent vola, incendie, raalTaillaace, demraafrt cause a au'mi dans * personne :>u dans ne* biens. Ses Police* Maritimes mise* par ses brancha* d'Europe soit payables ta nVd Ses Polie* 1 contre at*ciderrta sont valables dans l'univers eafter. Tous les vo-va* purs devraient d:uc prendre la prcaution de se munie d'une police contre accideavsv d'au moios 4000 dollars, I prime annuelle n'eLmt que de 1/2 "/• Sl) it 20 dollars \ '•' Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves SOUS CEMTS A^ent Gnral pour Hati Portau-Prince. |0. GILG JE AN BLANCHErJrsii Le.teamer l-ana ven nt de K D&ston via le Sud aeri Po.tau Prince le lundi 25, VIF6 CUlSine, courai t et partira le mme j jour pour l'Europe via Nord, prenant du trt. Th$ Royal Mail Sieam Packet Ce. I J BIGlN Agent gnral Madame... Revue En avez-vous dj got ? Eh bien, demandez dans les cafs, bars et resRpublique la l anv On pailc d'un grand projet | de icdres* ment conomique j <|ue veut a< pliquer le (iouve;Inrroeot. A cet eflet.'e Ministre ii.es Finances* a soumis au //III////>/O (I M 1/1 j Conseil, un rapport minufElil/li/flo E1C tic j tieux, tjui a envisag -en . th*or.^ deiait a la Misre QUI balaie noiro ciel arec >es ti ai e< de sa n;be en liait lb.Uuede rnimetli,l'aris. SOMMAIRE DE LA LIVRAISON DU lerJUlL! ET 1932. Premire Traverse.— ue xiiir partir, Edouard Peitton. L'ide qu'on se tait de la France aux Etats Unis, Andr l? • < l'Ion dlIlL Chevrillon.de l'Acadmie Iran 'e. L Opra et les mœurs noneu prsence du plau sauteur. velles, Jacques Rouch, de Uns j Mais soudain le Plsident V ocen 1 de >a voix grave.jels : .^es meranies ne se sent ient du pus Cabinet de joie PORTER Agrable— NATIONAL %  FortifiantMarch. tlllll. Let'res M. de St= il pirbliea %  Pr in Comtesse le Marow. II. .(17*7 1790). Baronne de Sta>. splicit Mvs'erium.— Carnet d'un bless ( Extraits ), I. de Montherlant. L Opinion Allemand-.— L'Ibilrisme et la Droite Catholique, Hoberl D'Ha'rcourt. Sylvie entre les deux saisons. — Il Jean Morgan Nouvelles tudes sur lmr primitive, Lon Biunschvicg, de I Institut. Iurges de I/iusanne. — ( li> jiiinl7 juin ), Maurice Harnol. A l'EspOSl ion Mane', Louis GiHet. Revue scientifique — L* I*^photographie, Charles Notd mf nn. Ch on que de In quinziine— Histoire politique. Ren Pinon. I R X Pfi L'A' O RNEMENT ijfil f,> an SW > %  •' Trr is •*•!. Sf "f eincei Ois? iMlri jiirs ?fc.tis s I h*paufH<-i>u et Coioaici t anabc* ia6 fin 54 tr lfn — % %  ue \;iiit i KO — !!! Su prise, l e des mi" nistrts. — Ou conlinua-l il, vous n'y avez pas prvu que tous les Hatiens devront consommer la niiiucnleuse ihaiilcyur des Laines de Saint .\larc ri de Port au Prince Bee Fia. I Ai ranger : ) iys ii fera .tarif 150 ftf fe frs )4 'r. \ f Ml I P.. 1 lei ta-il fO*U\ l*n 1rs ti tr. 4'lrc LU abonnements parlent du J r et du /5 de chaque mois. Prix du Kumve : 6 fra ADMINISTRATION GNRALE DES POSTES Avis DE &RPART Les dpches pour New Voik et l Europe ( via NewYoik direct ) par le steamer i AOCOD seront lermes le mercredi 2 du couruit. l'oit-u l'iiuie, le IX juillet 1038. REVEUTlISSEISATlulUtUEI aa Vit US rT.^TSa*ss SCIENCESOCCULTsl c ,w -i, u r. Mt|i, Pmti^aM crvtM rviim D*miaa.Uaa *•• eaAaajtaai tarie irre*>( ; %  ' astxiraai toas Jivarra st PorranC, — fLlHras irla.nroaicars il miour — NroritU 4c* f narlaxMare •/• ^ SOC! tTt FRANAISE VV .^ H. Ru au raub.^i-Uaaue, PARCS £ Bon BRA^SSERIE NATIONALE S. A Port-au-Prince, (Hati ). BOULANGERIE FR^PJMSE&PATISSEHIE FRAMnAISE RICHARD PETERS, Prop. CHABP DE MARS, N01217 La seul* boulangerie Europenne en Melll Spclallta de peins, pour aandwlch Peins ilutes et peina moules. Peine noire Peina complets, etc. Petisserie fine, pts. Vol au vent, Teurtee. Soins t promptitude. Tlphone : 2069. La Maison n'a pas de succursale. Livraison a \ domicile LE 0 I! H. N. BUTLER DEMANDE UNE DECLARATION MONDIALE \ D'INTERDEPENDANCE J Londres.Le Dr Nicholas Murray Butler, prsident de j l'Universit Colombie, a dclar la Socit amricaine cfne le temps est % enu pour une dclaration mondiale d'|r'erd| end^mec. Nous avons api ris,dit i', 1rs leons de l'wdpendnnee. Nous savons ce que 'comporte l'iadpendance nationale. Mais nous vivms dans lui nouveau Retire He 1 n • %  ,,! d ,',-•• ; r! rr\-\ -df a toutes %  >• %  S > ; %  ,* 'i.di t i"i; UlCS <* I s ., 1 •> me nouvel',: t?


PAGE 1

* Mercredi 20 Juillet 1932 Le inauii 4 PAGr.ll Port-au-Prince ldephone : 2242 Loterie Nationale d'Hati 416, Rue Bonne.Fol, Phona : 3358 La Loterie Nationaled'IJati est une institution hautement humanitaire par la multipli d'œuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de L_ tre offerte aux hommes de toutes conditions de fortune. Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salaeisjde tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans panjr leur budget moyan ont deux goudes, peuvent gagner tpofe mille gourdes. Patrons de Comraerce.Chetsd'ndustie pare* aux iusuffhances des ventes, pur l'achat d'un billet, qui vous libre du souci des EchancesMdecins, Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Graiifc Dignitaires de l'Etat.Reprsentants de l'Intellectualit, Jour na listes. Donnez l'exemple de votre solidarit sociaie. Ilentiera, capitalistes, crame en jouant, augmentez vetre •voir. Vous tous qui hah'tez* Hati, rendez-lui service ri aelie • m'e billet del LOTEME NATIONALE D'HATI. iSUHSIUlU OE NEW-ORLEANS E MOBILE A PORT-AU-PRINCE. SANT0-D14INGO CITY.-?CURACAO. PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO. %  a PORTS OALVANGEN AUSTY1NGEN VESTVANGEN DM.TANGEN AUSTfiNGBW VESTTANGEN AVIS AU COMMERCE La Panama Hailroad Stea mship Line a l'avantage d'an S Micer les dparts suivants de New York pour port au-rrince aiti. directement chaque mardi. Tousses steamers sont pourvus de chambre triporilaue Dparts de htUi \ork. Arrivages Steamer "Guayaquil* le 12 juillet 1992 Steamer 'Cristobal" le 19 juillet Steamer "Buenaventura" le 20 juillet Steamer "Ancou" le 2 aot 1932 Steamer "Guayaquil*'le 9 aot 1932 Steamer "Cristobal" le 16 aot Steamer "Iiaenaventura'-le 23 aot Steamer "Ancon" 30 aot 1932 Steamer "Guayaquil" la 7 septembre Steamer "Cristobal" le 13 septembre le 18 seplembre 1U32 Steamer "Bueuavenlura" le 2C sept. le 26 sept. 1932 Steuiaer "Aucon" le 24 septembre le 29 sept. 1932 Panama Hailroad Steampship Line JasH. C.VANREED Agent Gnral Prt au-rringe. le 18 juillet 1932 le 21 juillet 1932 le 1er aot 1932 le 7 aot le 1 aot le 21 aot le 29 aot le 4 septembre 1932 le 13 sepiembre 193 1182 1932 1932 193? New Orlene, L/Mii*iana. Dp. Mobile. A la ne m*, l)p. Port-au-Prince, Hati Arr. Sinto. Dominai City.R.l). arr. ( uraao, L). W. '. arr. Puerto Cabello. Venz. arr. La Guaira. Venezuela arr. l'aramariba,Dutch Guiana ir. l'aramariho.Dntch Guiaua D. Curaio, l>. W. J. arr. New Orlans, Loaiaiaua arr. Juillet 2 juillet 4 juillet 9 Juillet H j'illet lt juillet 28 juillet 30 aot 1 aot -6 anit 13 aot 1i a. Et 20 juillet 13 juillet 27 aoit 10 aoftt 24 juillet li juillet 2 ao> 12 aoit 'If, juillet 17 jai.lel 3t *ao*t 14 a.*i 2* juillet 18 aot 1 aoit 15 aoit 24 juillet 22 aot 5 aoit 19 spt. •> juillat27 arat 11 aoat 24 sept.' 7 juillet 31 aot 14 aoat 2t sept. 11 aot S aot 'Il sept. sept. 19 Prenant fit at paisageri pear toas les ports ci desses aoat 27 aot 19 sept. 3 sept. 7 sep. 9 a-pt H sept. 1i sept. 14 a-it. 21_ sept. 2 oct. 3 Btft] 10 sept. 12 seat. 17 sept.: 21 s pt. 28 aep*. 28 sept. 2 sept. 30 oct. 5 o t. 9 oc'. 17 t CONNAISSEMENTS DIRECTE DLITS POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS : r>ort-(le-"aix St-^arc, Miragoftne et Jrmie, Ha-i ; Mante '>isti, Le Pn-nana. B-irahona. S*u Pedro de Macori* elAzua, rpublique Dominicaine, Corn, Caruoano, Cumano, Guanta et Pampatar,Venezuela, Aruba et %  -naire.DWI. DE MOBILE ET NEW-ORLANS TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET IARACAI80. (In d:.ail ver le milieu de cli.que naoii touchant directement: Puerlo-Plala, IL D., Cap Ua.tien, Gonofes. PetitOoave. Aux Caves et Jacmel, Hati et Macaraibo, Verezuela. u y ... 1 'T ,rt ,<,ffl **?, 1 t offert, ces bateaux tourneront galement Por'le-Paix, SMarc. Miragoane et Je -cie. Hati; Barahona, Aaoe, Monta Criali. San Pedr< d Maeoris et La Roman*, it. I). Aruba, l) W. I. De Tsmpa, Woride. h Jamalqoe-Ha'i Li Rpublique Dominicaine Ceao et Venezuela; Dparts pour les ports ci-desi)S quand une quantit sulflsante de fret est offerte. C S'ijali changeaient, aunulatiou ou ajournement sans avis. ) A. de MATTEIS & C, Agents Gnraux Panama Railroad Steamship Line Agents a.ix orincipaux oorls d'Europe. Service de \rl el de passagers Qiilie [Europe el [Amrique. G.W. SBELDON ^ Co, Ltd. 17, James Street, LlTEHPOeL, NOLAMB MohV A Comp'uy, Atlantic Freighting C r P *• 156Boulevard de Stiatbcnrf, Havre, France MORT Se COMPANY. Atlanlic Freighting Corp, Dit 1\ (Juai des Chartrous, Bordeaux, Frui;ce Ilernu deron & Stock trait Boite Postal 71 tJvre, France. Angleterre ^. W.SHKLOON k Ltd. Fen'ou rlouse, 112/113 Fcnchurch Stred, Loudou E. C. 3, Knglami. Trauce MoBY &. (>)m ai r. Atlantic Freighting Corp.Dit. S, Hue St Vincent de Paul. Paris, France. M OR Y t CeMPANY Atlantic Feighliug C rp. Div. 7 Mue de la Upubliqua, Marstille, France. Gellatly HANKlf & Co, 'il, liue de la Rpublique Marseille. France. Voulez-vous uasir dans vo% tudes no taire russirvosenlants.grace une mthode d'enseignement classique excellent? VOULEZ VOUS Une profession aprs S 9 mla d'tudes sneuses (St an-Dactylo. Langues rirantc Comptabilit) Songes que llnstitut TIPPBNHAUEB se recommande et s'impose entra attention par les brillants rsultats dj obtenus. l"'7I\ue Lamarre. llphone 'JA61. Allemagne Atlantic Freighung Cora. Atlantic Praightiog Corp. ballinhaus, llamburg 1, Ger.nany. Breiteuweg 55, Bremeu, lier. Hollando Atlanlic Preightiog Corp. Koningin Emmaplein ? Rotterdam. Hollund. Ilollanf. Sude SveD a JsnssoD ri Compaay. Atluntic Fieighiing Corp. Auiwerp Division. C/O Slainmann & Company K O. Bo. 1069, Rotterdam A/13 W. Larka, Atlantic Freightiug Co p. Div. ~ eppsbron 10, Stockholm, Swetlan. A/li Pettersson ci boimstrom Atlanlic Freighting Corp, Div. Skeppabron ;5, oihanburg, Swedea. Bar National V'niss-eous lre strti seuhait ? Alita au BAR NATIONAL, Place Grllrard, en laee de Ifaitif. I.'t*iblisseraent se recem mande par ses cocktails renomm*. Qn restaurant o l'o J trouve toujours des mets savamn ent prpars est annex au BAR NATIONAL qne dirige Mme RO€O0i T Atlantic Freighting C>rp. Div. Norrkoeping, Swedan Simon dstron A/B Atluntic Freighting Corp, Div. Malmo, Sweien. Bernhard Bergfa & Co Atlantic Freighting Corp., Div. lialaiogborg. Swedea. Belgique Espagne L LAITERIE BAJLEY Livraison propre, hvginr que, en bouteilles liermii. auement cachetes, labri de toute talsilication. Transport tait en rfrigrateurs roues. 1313 rand'Rue, PorUan. Pr me. PROGRS NOUVEAU RHLM NOLXEAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ... ALCOOL fltFIANT TOUTE CONCURHENCE Clair in Vierge Chez N. NAZON te* -mi m m w ma a rm mum. Ukes Brothers SS C Inc Texea Hati Sento UomingoPorto Ries I hi*J!!!! i* rrVice be i ,don, ^'re et rsulier i passagre et Pnn. P I C8 P S d Go,,ein T "" directement afl Pon-au-Prun e, fiaiti. JZ^LTirT rapi-i §t '• -"^-t habile de vol INES TO ,O,l,0-ri dM MTirM d ' LY ^ S 1 " ;Jr S juillet 1032 tareeu Rue iPu^ 1 *? 1 L kei § 'lt 1! tareau.Huedu Uag.s.n d. Hl^t. BstH FasIal^B tlantic Freighting Corp. c/o Steinmann et Co Ijuai Jordacns. An werp, Belgium. Danemark E. N. HtLdix et Comp;n) Copei'hagen, Dcnmak. 1 1 Italie . Ceresa el Coaupauy Via Banchi J, Cenca, Italy. i i ^a^ %  (,*n liiji' gencia Maritime l)slgH.i ._ r '* Bo.ssoas de toatea aspce*. ki %  -^ BJ



PAGE 1

Clment Magloire -.DIRECTEUR P6S. RUE AMERICAINE 1961 TELEPHONE N2242 l.'tiuiuiif M >aut qo en raison rie te prise qu'il N iflic Kiro n'est .t*rlrtr pour tremper nn arac 1re et pesterer a m il Oa • i volontiers in les plus tells, les plus nergiques sont reui qsi.daas leur jeunesse, oct mang un pfo e >a.ne enrag ; ar, de tontes les >iaudrs de Ben iiene, 'est la meilleure Mkl culte: r le l'iergie morale. VULI iMtltT 26 me ANNEE N* 7726 PORT-AU-PRINCE (HATI) [MERCREDI 20 JUILLET WM La Question Qoftrard Bosco Les Dessous de l'Affaire {WEST 1NIES GARAGE Sous la direction de Tous nos lecteurs sont tmoins que, jusqu'au moment o ii clat l'affaire GeftrardHasco par le hit de l'excution de l'arrt du Iribwml de cassaltonde celle anne. Le Malin n'a eu prendre au eu ne position cet vy,*n\. me le vtre, se sont toujours targus d'indpendance et de modration, se lancent, les veux ferm*, danune campagne, etc.... Sur une invile aussi lormelle, nous ne pouvions pas rsister la curiosit lgitime ,,avec raison el rtvec me de nous rendre compte, lo honorable avocaUsnaf por nous-mmes des pice el des dessous de celle brlante aulant que dlicate affaire e'. cent le rsultat de teur Pierre Iltidicourl.au surplus notre ami, ( I l,e Celait la affaire d'une compagnie i uc contre un citoyen pn>e.* Le dfenseur de Mr GeDrard le reconnat lui-mme lors cette recherche qui, en attendant ions arrangements intressant le sort mme de la • reconnat IUI-IIICH IWIO %  — 1 proclame que nous K,no Hasco. nous amen aujonr? c s les dcisions de justice .d'hul a en parler sous un asqui forment l'enjeu N de notre pecl nouveau. Sreiendue campagne. Le passages suivants d une P rrte b lellre ouverte a nous adresse. Nous ne nous sommes re,j. ins nos nshi:ice. i ne joueuse animation >ana'u diinS le petit ma nie il s lves qui, Iiicntt, allait connatre 1rs rsilias dune anne de ti avait Succs complet pour la oail [aille institutrice qui a prsente des lves remarqutes* dont on a admir la pur tliclin el 'es excellentes manires dans les pices reprsentes devant un public choisi m i.nMinn *.l uc. LIA > 1 111.1 II fllll t1 lijUC, Q-^l SIUICVi ll'll le sail, dans le quartier le plus sain de Port aii-Piinc coliers faibles y refont leurs forces tout ludes. e. Les en pourauivanl leurs L'Institut ouvre ds ce Jour sou registre d'inscription pour da nouveaux lves qui voudront y venir en Octobre prochain. Kn silrndant, les curs d't coinmencenl partir i\u 1er Aot, tuui les joum, dt 8 11 heures du malin, pour les attard* el ceux qui.ayant chou aux examens de Juillet, dsirent se prsenter de nouveau en Octobre prochain.—On peul suivra ces cours, sans qu'on soit de l'Iustitul al surtout sans qu'on soit moralement oblig d'y rester. Mthode sfire e.ui garantit le succs PiUX MODIQUES Loterie Nationale PlH.uiv.il 1 %  %  — -1 in UKiiiaii iiuivnv.... o le la situation conomique, Company... ju'il v a des cas o I intrt Elilijpult, comme enlie gnral, dont leur rosette '>'• parentlises: VOICI la preuve coiore devail tre la repi'-1 € | W t c'taiif Abrendls qui tait seulalion. doit tlechir devant j e T( r i( a |)| e adjudicataire des l'intrt prive et mtallique | P| .,. CS { { e (iefirard, en fraude de la Constitution qui, dans son article H, interdisait I d'une muse .sensation. Nniis avons la prfenlion d'avoir anmlemenl juslili, 1 Jranger d tre propritaire de ce ni de vue. noire inlerbiens immobiliers en Hall... ven i oui a dmonlre. une La v.clo.re judiciaire g. } te de illui s'il en tait be ne par son avocat au prolil soin que rien de ce qui est 8e M. Geffrard consiste. . rinilril du navs de nous avons bien compris, uu aue'ordre qufel soi' ht rintgration de celui ci 1 J ,ii re elranner au dans ses terres au deirnnenl Mah fffiW i u'Ahrendt. et dans la on ,,.,„••, I en valoir la damnation de la Masco a une Sine Sdf lorle indemnit en s. laveur f 1 \1 in„s les aanls Or, pour indue jouissance de1 K uZ m tis \r P err pililI916. Mais elle ne saurait B 0U r U „ ? dan ^nolre propre avoir pour eflet de dgager Si: 1 -LlM.' GSRM de sesobl,ga ( amdier le nrocs? lions anlcneures librement V( ;us eutudlu ii conlriclcs En d'autres 1ermes,que devient M. Ahrendts, crancier hypothcaire, dans toute celle affaire? C'est ce cas que nous avons i cœur d'examiner tout d'abord el nous allons le luire, chiures en main. (A suivre). l'Etat de New-York sont cou\ nue,— tellement connue que 1 son nom si inscrit dans la ; Constitution de l918,qu'on vient j heureusement d'envoyer dans la collection des souvenirs. Donc, avant l'entre de Koosevelt dans la Maison Blanche-, notre statut politique doit tre fix dans son cadre intgral. Il apparat que le Dpartement d'Etat louvoie avec nous, donne el retient tour tour.En un mot : il a l'air de quelqu'un qui lait durer la conversation, dans l'attente d'une circonstance qui viendra rnCHOS — A Chauetrelle ( Hasco ), le roiuin Jantes Osiris est tomb uirl d'inanition. C'esl le prluda triste de la feriuetura de celle Usine qui donnait du pain il nos pauvres proltaires, — Vendredi dernier, le Conseil Suprieur de la Magisl rat lire a condamn le Juge Cuvilly la censure avec rprimande entratuanl perte d quinze jours %  net (iu Tiriuiia III%  , %  \ ,, • ,,,• d'apnoinlenents pour les for1 position. Ce qui lui J ... • , M K, ., '• ,, mes de sa lettre au loin nal Ea rad abattre son jeu. — 1,., ,. u 1/' 11,,.,' %  I darde , des Caves. Le .lu^e forcer sa j)ermetti Nous croyons que l'heure de la .. oM)|ainn ( (llsi ^ I J|M| ,. p v dcision suprme est arrive | ()jc| CQm ^ QM Qll Usu| t| pour nous. Notre diplomatie j j doit taire savoir au Gouverne] nient amricain, d'une lacon nette et prcise, ce que nous rclamons,— et ajouter que, suites buts-l, il 11 y aura |JOB de transaction possible. El surtout 1 accordJjui interviendra, en ce missioon, dit on. La Preuaa de BuenosAires va consacrer un numro Spcial Haiti. — L'atelier de l'Imprimerie Ha i lien ne s'elail mis en grve lundi malin, ou ne sait oour Connaissez vous les pices queCcHrard el la Hasco se! sont oppbaes en jusl.ee et I tor lesquelles sonl intervenues •8 deux dcisions/ Puis m. -ompliment venimeux segi.s^:H est vra.ment dplorable que les jouraux, mme ceux qui, comlaccoru.au. miervienur.,. e.. c ,, ^ () ^ ^ sens, doi garantir laoemr Si J remplacer les notre diplomatie, rendue pus If> f j. g |., is _. (> „.,,„,, ||l( laiiime,pour la considration de un€) question d auilsiirei car la questions adventices, e. I onc'. M primtri Hatienne lion de notre po. tique nitrteun I re, se montrait ...dec.se et I L< f||d b (lf> Sf olU m.deen occurrence, advtrj t|lV0 y u Gouvernement une aair profilerait de celte la.u ^ d remerciements pour blesse el corserait la partie. t,x 1 x. ...* La campagne est ouvert qui doit dsigner les cinq nouveaux snateurs prvus par la Constitution! Les candidat a ne *e sont l>as encore dmasqu., il dehors de notre excellent confrif Dainase Pierre Louis,qui se pr sente pour le Dparleu.eut du Nord. Il est j)eu prs certain que leDiiecleurae /Op/n/onsera lu. Il est sympathique et comptent. Au surplus, il se dmne avec adresse... et l'on nous affirme que pour, s'assurer la bienveill a n ee 4e la Ch^ioWrc... il u fait parvenir chaque dput avec sa carte el sa photographie, un billet entier de la Loterie Nationale.. C'est ingnieux. Propos humides —•— Elections, dimanche dernier, Club-Union pour lo lenouvellemenl du burean..naullal : M.CInunl Muglaire a t rlu Prsident..Voua savez—ou vous ne savez, pas— qu'il y a Prsident i Prsident, connue il v ... voit qu c'est daas tes e 'ils ot ^u'on trouve les Ww ongaents 1 que le cat de uelre excellent ami Beaumoat, au Champ-de-Vtars, quoique trs exigu, Si l'un des grande Ma* agissements Je Hort-auPriace. Les consommations J aonl de choix, et la clientle toujours distingue. C'est le cal o l'oa cause. • • ... voit qna la politique noas met si bien un bandeau s' le veux que nos meilleures comptences relent souvent sans utilisation. Dans la rorganisa* lion de I" Ecole CantrateeTA.gr l %  culture, ne conviendrait-il pas de taire appel aux lumires de Mr Louis Prophte? Ceat % %  agronom d.pliu, tout dsign do.ic nour collaborer,avec Djeie el Nicolas, fvolutteu d Damieu. ... voit que les plertes de Doloss oui laiss des souvenirs de leur passagf. L quartier en est devenu inteet. Le Service d'Hygine ne pourrait il pas prendre quelque raesnirs propb/lacti nies, en v ie de conjurer toute meaace dVpidemie'.' •*• ...voit q ie tes vacances Ol commenc dans nos cole* et a ie nos coliers en prottent d#ja pour organiser, en bandes-, de longues eicersion. yec p.que-u.q ie la dl. Dueqa on a eu cet ge insouciant 1 ... voit que I fl'el de France maintient jaloosement uprmalte.Te u y attir te voyageur; le conloit des chambrer, l'excfcllence de In cuisine, et te cordialit bien eonnne du p;Iron.On voudrait, Monsieur Pli i/i, avoir lu recette du meiveilleux cocktail que l'OQ seit chez. vous. a, | ... voit que l'en vuadrait iutroduir le nudisme chez nous. v\ qu'A Ville-Bonheur, au dire l'un conlire, des coup'es nu comme pidis Adam et Kve se fagot 1 fagel et que celui •> iTnion ( (lollus en spectacle, au Club ne l ouclie pas, comme celui j xi ; de la Rpublique, deux mille dollars S a,,d scandale des plent^. d'indemnili mensuelles.. 0*1 pour le moins embtant... Quoiqu'il en soit, taisant contre mauvaise lorluiic non eceur... ls qu'il et t lu le premier parmi ses gain, Monsieur Magloire, respectueux du protocole, oftrit aux inritl tu RHl'M SARTHE CACHKT non. Ce t royal, Monsieur le Prsident. GARANTISSONS L'AVENIR avoir arrt l'arrt concernant le monopole du sel. — Nous avons reu avec plaisii la visite du nouveau Prfet de l'orl-au-1'rinee, Mr Dtiviella. Lui renouvelons notre compliment. — Le Prsident Trujillo et %  ton haut personnel paeaenl leurs (1er aux porteur* amricains des Ttcinctl dans les montagnes du Mitres de l'emprunt hatien. Cibao. Nous craignons fort que. l'— Les Chambres ont reprialc lectiou prsidentielle aux Etalacours de leur session ordinaire. Unis tournant en faveur de | -Le Ministre Salomon a proII n'est point absurde de j)en" ser que, malgr loules'les apparence, l'Amrique ne tient |>as du tout lcher j).ise en llali. Ou a vu l'autre jour, dans son rapport au Congrs,avec quelle nergie Hoover lui-mme a parl des garanties qu'il doit accorUes sanctions s'imposent, peur pivenv le relonr dune si irvoilante impud cit. .. voit que le Snateur Jeann>i a psi l d'or quand l'autre |our il s'est cri qu'il tait criminci de ruiner la sant du peaplej en l'abrutissant de te* — Il se confirme qu'un moug,, s. Voue voulez lever son venant diplomatique est envi-1niveau moral,*enaela (honora* sage par le Gouvernement. — Nous attirons l'attention du Service d'Hvgine sur lu siin.iI on des bnbitenta de la 4m< Avenuc de Bolosae, aprs les huit jour de fte que celte rgion vient de connatre. Qu'on songe que quatre mille personnes ont Vcu l... Alors une inesnir de sanitatien s'impose, ^si l'on ne suprieure;.'.[ ou cia .,.,„,•. torables.Quelles sont les uxElals-Lnis,c| n|aToir jdes ( p Rtt05PVe lt en ce qui tie.donl lessvmc K i n fl utIl concerne la politique amrtrataur notre d e U miint#n aot, sur ne dans le Bassin des Carabes ? ce ratai H. d f,Voolilique exlPoser la question, ceat la rle plan do no j'*J en0 ns les pr-' soudre. Car les activits imperiei..e, ncusnepren nQ ; f „ f | riaIistes (i u Gouverneur cautio n ncean de nr Nous ne donnerions pas cher pour son tauteuil. Qu'on nous excuse le pessimisme de ces anticipations. Mais ce sentiment est ncessaire, si l'on ne veut pas tre surpris par les vnements. Sur le plan gnral, noire politique s'atteste statique. Il est temps qu'elle se montre dvnoruique. Mais il y a les hommes... oui 1 les hommes Une magnifique possibilit s oflre pour Monsieur Blanche! en la circonstance. XXX. lus. Toujours le mme pet i t jeu fatal. — Le grand pianiste Pudcrewski, qui ne joue plu son profit personnel, a donn Bruxelles un rcriai au profil des oeuvres charitables de la Rein des Belges. Ce fut, dit-on, le plu| grand succs de sa carrire. %  r—Monsieur Andr i 'ieu, achicllemen! Ctel il lion la Chatnbi > %  i 1 unaiec, a form un convenu gioupe politique o vieniienl beau ciip 'd'indpendante. veul pa que les habitants du lieu soient menacs d'une j)idcniie. — Lai Flot! Allemande a visit Dantzig, ville libre. Le. Reich avait avis Varsovie de le sounrt. celle... promenade. La Bresse j franaise de droite considre cette sortie comme une Indication de la politique allemande vis--vis de la Bologne. — Le rsultat de l'crit a l'Ecole de Droit a t proclam. Sur une quarantaine de candidal(3m anne), dis ajourns. — Le Gouvernement va-l-il 2 l • %  prsenter un piojel de te Ireese| ment conomique au cours d I celle session lgislative ce que tout le paya espre. Corn' me dit notre confrre Nouvelle Snateur, que ne 'ai servir/, vous du Ittuun Marksncourt'* ...voit qu'avec un peu d isa.J eiuatlOD *#;i parvient toujours te ira plaiair aux te in mes. L'ami avait tout oiert pour essayer de rentrer en grce, mais I* lenime n'avait eu d'autre r* poDM qu'un ddau. mue!. L'r dee lui vint alors d'offrir Pu de ces metveillenx plionograplies qu'on trouve che Juhn Woollcu. El celle lois, elle eut ... voit que la West Indie* pusse aux mains d'un groupe d Hatiens : Malehranch Charbrr, Dogat, Gentil et Brun, maio qoe c'est toujours .W. t Arnold Braun qui a lu direction du ga rage. Si votre moteur ncessite m •• rparation, ou une xarnen. j tlphoner. A l'un des numros : f— I ^

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07057
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, July 20, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07057

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
-.DIRECTEUR '
P6S. RUE AMERICAINE 1961
TELEPHONE N2242
l.'tiuiuiif M >aut qo en raison
rie te prise qu'il N iflic Kiro n'est
.t*rlrtr pour tremper nn arac
1re et pesterer a m il Oa i
volontiers in les plus tells, les
plus nergiques sont reui qsi.daas
leur jeunesse, oct mang un pfo e
>a.ne enrag ; ar, de tontes les
>iaudrs de Ben iiene, 'est la meil-
leure Mkl culte: r le l'iergie
morale. VULI iMtltT
26 me ANNEE N* 7726
PORT-AU-PRINCE (HATI)
[MERCREDI 20 JUILLET WM
La Question Qoftrard Bosco
Les Dessous de l'Affaire
{WEST 1NIES GARAGE
Sous la direction de
Tous nos lecteurs sont t-
moins que, jusqu'au moment
o ii clat l'affaire Geftrard-
Hasco par le hit de l'excu-
tion de l'arrt du Iribwml de
cassaltonde celle anne. Le
Malin n'a eu prendre au
eu ne position cet vy,*n\.
me le vtre, se sont toujours
targus d'indpendance et de
modration, se lancent, les
veux ferm*, danune cam-
pagne, etc....
Sur une invile aussi lor-
melle, nous ne pouvions pas
rsister la curiosit lgiti-
me ,,avec raison el rtvec me de nous rendre compte,
lo honorable avocaUsna- f por nous-mmes des pice
el des dessous de celle br-
lante aulant que dlicate af-
faire e'. cent le rsultat de
teur Pierre Iltidicourl.au sur-
plus notre ami, (Il,e Celait la
affaire d'une compagnie i
uc contre un citoyen pn>e.*
Le dfenseur de Mr GeDrard
le reconnat lui-mme lors
cette recherche qui, en atten-
dant ions arrangements int-
ressant le sort mme de la
reconnat iui-iiich iwio --------
1 proclame que nous K,no Hasco. nous amen aujonr-
?c,s les dcisions de justice .d'hul a en parler sous un as-
qui forment l'enjeu n de notre pecl nouveau.
Sreiendue campagne. Le passages suivants d une
Prrte b lellre ouverte a nous adresse.
Nous ne nous sommes re- ,j.ins nos tourns pour bous occuper de j- |ujj|et pir noire ami Mr
fanai re qu'au bruit que tuent E?nim. n, Armand, avocat, ve-
dans le public des mesures p|ml ai|lsi ja rescousse de
d'excution qui privaient de M. HudicOMi, n'ont pas peu
leurs moyen su1 'existence, sans contribu aidera noire nou-
ucune prpwuiion. 2.oOO ta Tp|je orientation:
milles ouvrires que le lait aglir t.es entrefaites, nous
de ne pas pouvoir habiter les y cril ^ Armand, Grief ap-
quarliers aristocratiques el de |M.CIKi que M. Ahrendts, Aile-
vivre traditionnellement dans ,n.m,j comrne lui,a une obli-
les canipaancs travailleuses ^[\on hypothcaire sur les
par toutes les saisons, ne de lerreg <\? Geffrard El lui de-
vait pas, nous semble l-il, malu|e (|e raliser i'obiiga-
vouer l'indiffrence du gou- lj()I| Ahrendts refuse. Il l'ait
verncmenl el de l'opinion. appe| a totis les Allemands
nous pourrions mme ajou- cm| forcent la main Ahrendts.
ter: des Pouvoirs publics jc 21 novembre i9 lo, les 1er
peu important que des manda- ,.M (je Gcti'rard sont adjuges
tii es du Peuple,prte toutes a j08eyn Incombe, prle-nom
les initiatives parl me nia ires j 'Ahrendt, el, sur l'ordre de
lorsque l'intrt personnel ce dernier, Lacpmbe afferme
n'esl pas en jeu. trouvent su- |cs tiabitatioiis de Geffrard
bilcmcnl. en dpilde lacuile |a j-javlian Amcricau Sugat
d
M. Arnold BHAUN
llphonc :
Garage:225i
Rs idenvc:<2 i 6 2.
!
INSTITUT
Guy-Joseph-Bonnet
Prs du Monastre Si Grard
Cet tablissement scolaire qui vient de mriter les loges de
l'Inspection Scolaire el de remporter un grand succs, aprs seu-
lement une mine d'existence, grce la mthode pdagogique
nouvelle qu'y emploie le directeur, d'aprs celle des Universits
du Canada et des Elite-Unis d'Amrique, est situe, comme on
11 y a
vingt cinq ans
I r Matin. y) Juillet iUUl.
INSTITUTION VEUVE PARET
Au milieu dune belle ri
nombreux assistance a eu lieu
"'' "/ hier rVi distribution des
prix de. l Institution \ ne Aug
l'urrl La vaste suite de r Asile
franais tait coquettement
pdri pour la c,-c<>nshi:ice.
i ne joueuse animation >ana'u
diinS le petit ma nie il s lves
qui, Iiicntt, allait connatre
1rs rsilias dune anne de
ti avait
Succs complet pour la oail
[aille institutrice qui a prsen-
te des lves remarqutes* dont
on a admir la pur tliclin el
'es excellentes manires dans
les pices reprsentes devant
un public choisi
m i.nMinn *.l uc. LIA > 1 111.1 II fllll t1 lijUC, Q-^l SIUICVi ll'll
le sail, dans le quartier le plus sain de Port aii-Piinc
coliers faibles y refont leurs forces tout
ludes.
e. Les
en pourauivanl leurs
L'Institut ouvre ds ce Jour sou registre d'inscription pour da
nouveaux lves qui voudront y venir en Octobre prochain. Kn
silrndant, les curs d't coinmencenl partir i\u 1er Aot,
tuui les joum, dt 8 11 heures du malin, pour les attard* el
ceux qui.ayant chou aux examens de Juillet, dsirent se pr-
senter de nouveau en Octobre prochain.On peul suivra ces
cours, sans qu'on soit de l'Iustitul al surtout sans qu'on soit mo-
ralement oblig d'y rester.
Mthode sfire e.ui garantit le succs PiUX MODIQUES !
Loterie
Nationale
PlH.uiv.il1. - -1---- in UKiiiaii iiuivnv.... -----o
le la situation conomique, Company...
ju'il v a des cas o I intrt Elilijpult, comme enlie
gnral, dont leur rosette '>' parentlises: Voici la preuve
coiore devail tre la repi'-1 |Wt c'taiif Abrendls qui tait
seulalion. doit tlechir devant je T(.ri(a|)|e adjudicataire des
l'intrt prive et mtallique |P|.,.CS {{e (iefirard, en fraude
de la Constitution qui, dans
son article H, interdisait I
d'une muse .sensation.
Nniis avons la prfenlion
d'avoir anmlemenl juslili, 1 Jranger d tre propritaire de
ce ni de vue. noire inler- biens immobiliers en Hall...
ven i oui a dmonlre. une La v.clo.re judiciaire g.
} te de illui s'il en tait be ne par son avocat au prolil
soin que rien de ce qui est 8e M. Geffrard consiste. .
. rinilril du navs de nous avons bien compris,
uu aue'ordre qufel soi' ht rintgration de celui ci
1 J ,ii re elranner au dans ses terres au deirnnenl
Mah fffiW i u'Ahrendt. et dans la on
,,.,, I en valoir la damnation de la Masco a une
Sine Sdf lorle indemnit en s. laveur
f 1 \1 ins les aanls Or, pour indue jouissance de-
1 K uZm tis \r P err pililI916. Mais elle ne saurait
B0Ur U ? dan ^nolre propre avoir pour eflet de dgager
Si:1 -LlM.' gSrM de sesobl,ga(
! amdier le nrocs? lions anlcneures librement
V(;us eutudlu ii conlriclcs. En d'autres 1er-
mes,que devient M. Ahrendts,
crancier hypothcaire, dans
toute celle affaire? C'est ce
cas que nous avons i cur
d'examiner tout d'abord el
nous allons le luire, chiures
en main.
(A suivre).
l'Etat de New-York sont cou- \
nue, tellement connue que 1
son nom si inscrit dans la ;
Constitution de l918,qu'on vient j
heureusement d'envoyer dans la !
collection des souvenirs. Donc,
avant l'entre de Koosevelt dans
la Maison Blanche-, notre statut
politique doit tre fix dans son
cadre intgral. Il apparat que
le Dpartement d'Etat louvoie
avec nous, donne el retient tour
tour.En un mot : il a l'air de
quelqu'un qui lait durer la con-
versation, dans l'attente d'une
circonstance qui viendra rn-
CHOS
A Chauetrelle ( Hasco ), le
roiuin Jantes Osiris est tom-
b uirl d'inanition. C'esl le
prluda triste de la feriuetura
de celle Usine qui donnait du
pain il nos pauvres proltaires,
Vendredi dernier, le Con-
seil Suprieur de la Magisl rat li-
re a condamn le Juge Cuvilly
la censure avec rprimande
entratuanl perte d quinze jours
net (iu Tiriuiia iii- , ,
\ ,, ,,, d'apnoinlenents pour les for-
1 position. Ce qui lui J ... M
K, ., ' ,, mes de sa lettre au loin nal Ea
rad abattre son jeu. 1,.,,. u 1- /' 1- 1,,.,-
'I darde , des Caves. Le .lu^e
forcer sa
j)ermetti
Nous croyons que l'heure de la ..oM)|ainn (,(llsi^I.J|M| ,.p v-
dcision suprme est arrive | ()jc| CQm^ QM Qll.Usu|.t| ,
pour nous. Notre diplomatie j j
doit taire savoir au Gouverne- ]
nient amricain, d'une lacon
nette et prcise, ce que nous r-
clamons, et ajouter que, sui-
tes buts-l, il 11 y aura |job de
transaction possible. El surtout
1 accordJjui interviendra, en ce
missioon, dit on.
- La Preuaa de Buenos-
Aires va consacrer un numro
Spcial Haiti.
L'atelier de l'Imprimerie
Ha i lien ne s'elail mis en grve
lundi malin, ou ne sait oour
Connaissez vous les pices
queCcHrard el la Hasco se!
sont oppbaes en jusl.ee et I
tor lesquelles sonl interve-
nues 8 deux dcisions/
Puis m. -ompliment veni-
meux segi.s^:H est vra.-
ment dplorable que les jour-
aux, mme ceux qui, com-
laccoru.au. miervienur.,. e.. c ,, ^ () ^ ^
sens, doi garantir laoemr Si J remplacer les
notre diplomatie, rendue pus I- f> f j.g |.,is _.(> .,,,, ||l(
laiiime,pour la considration de un) question d auilsiirei car la
questions adventices, e. Ionc- '. M primtri. Hatienne
lion de notre po.tique nitrteu- n I
re, se montrait ...dec.se et I L< f||d b(lf> Sf, olU
m.deen occurrence, advtr- jt|lV0y ,u Gouvernement une
aair profilerait de celte la.- u ^ d remerciements pour
blesse el corserait la partie. .....t,x 1___x. ...*____
La campagne est ouvert qui
doit dsigner les cinq nouveaux
snateurs prvus par la Consti-
tution! Les candidat a ne *e sont
l>as encore dmasqu., il de-
hors de notre excellent confrif
Dainase Pierre Louis,qui se pr
sente pour le Dparleu.eut du
Nord. Il est j)eu prs certain que
leDiiecleurae /Op/n/onsera lu.
Il est sympathique et comptent.
Au surplus, il se dmne avec
adresse... et l'on nous affirme
que pour, s'assurer la bienveil-
lanee 4e la Ch^ioWrc... il u fait
parvenir chaque dput avec
sa carte el sa photographie, un
billet entier de la Loterie Na-
tionale.. C'est ingnieux.
Propos
humides

Elections, dimanche dernier,
Club-Union pour lo lenouvellemenl
du burean..naullal : M.CInunl Mu-
glaire a t rlu Prsident..Voua sa-
vezou vous ne savez, pas qu'il y a
Prsident i Prsident, connue il v *
... voit qu c'est daas tes e
'ils ot ^u'on trouve les Ww
ongaents 1 que le cat de uelre
excellent ami Beaumoat, au
Champ-de-Vtars, quoique trs
exigu, Si l'un des grande Ma*
agissements Je Hort-auPriace.
Les consommations J aonl de
choix, et la clientle toujours
distingue. C'est le cal o l'oa
cause.


... voit qna la politique noas
met si bien un bandeau s' le
veux que nos meilleures com-
ptences relent souvent sans
utilisation. Dans la rorganisa*
lion de I"Ecole CantrateeTA.grl
culture, ne conviendrait-il pas
de taire appel aux lumires de
Mr Louis Prophte? Ceat
agronom d.pliu, tout dsi-
gn do.ic nour collaborer,avec
Djeie el Nicolas, fvolutteu
d Damieu.
*
... voit que les plertes de
Doloss oui laiss des souve-
nirs de leur passagf. L quar-
tier en est devenu inteet. Le
Service d'Hygine ne pourrait
il pas prendre quelque raesn-
irs propb/lacti nies, en v ie de
conjurer toute meaace dVpi-
demie'.'
*
...voit q ie tes vacances Ol
commenc dans nos cole* et
a ie nos coliers en prottent
d#ja pour organiser, en bandes-,
de longues eicersion. yec
p.que-u.q ie la dl. Dueqa on
a eu cet ge insouciant 1
... voit que I fl'el de France
maintient jaloosement u-
prmalte.Te u y attir te voya-
geur; le conloit des chambrer,
l'excfcllence de In cuisine, et te
cordialit bien eonnne du p;-
Iron.On voudrait, Monsieur P-
li i/i, avoir lu recette du mei-
veilleux cocktail que l'OQ seit
chez. vous.
a,| ... voit que l'en vuadrait iu-
troduir le nudisme chez nous.
v\ qu'A Ville-Bonheur, au dire
l'un conlire, des coup'es nu
comme pidis Adam et Kve se
fagot 1 fagel et que celui > iTnion ( (lollus en spectacle, au
Club ne l ouclie pas, comme celui j xi ;
de la Rpublique, deux mille dollars S a,,d scandale des plent^.
d'indemnili mensuelles.. 0*1 pour
le moins embtant... Quoiqu'il en
soit, taisant contre mauvaise lorluiic
non eceur... ls qu'il et t lu le
premier parmi ses gain, Monsieur
Magloire, respectueux du protocole,
oftrit aux inritl tu RHl'M SAR-
THE CACHKT non. Ce t royal,
Monsieur le Prsident.
GARANTISSONS L'AVENIR
avoir arrt l'arrt concernant
le monopole du sel.
Nous avons reu avec plai-
sii la visite du nouveau Prfet
de l'orl-au-1'rinee, Mr Dtiviel-
la. Lui renouvelons notre com-
pliment.
Le Prsident Trujillo et
------- ton haut personnel paeaenl leurs
(1er aux porteur* amricains des Ttcinctl dans les montagnes du
Mitres de l'emprunt hatien. Cibao.
Nous craignons fort que. l'- Les Chambres ont reprialc
lectiou prsidentielle aux Etala- cours de leur session ordinaire.
Unis tournant en faveur de | -Le Ministre Salomon a pro-
II n'est point absurde de j)en"
ser que, malgr loules'les appa-
rence, l'Amrique ne tient |>as
du tout lcher j).ise en llali.
Ou a vu l'autre jour, dans son
rapport au Congrs,avec quelle
nergie Hoover lui-mme a par-
l des garanties qu'il doit accor-
Ues sanctions s'imposent, peur
pivenv le relonr dune si ir-
voilante impud cit.
.. voit que le Snateur Jean-
n>i a psi l d'or quand l'autre
|our il s'est cri qu'il tait cri-
minci de ruiner la sant du
peaplej en l'abrutissant de te*
Il se confirme qu'un mou- g,, s. Voue voulez lever son
venant diplomatique est envi-1niveau moral,*enaela (honora*
sage par le Gouvernement.
Nous attirons l'attention du
Service d'Hvgine sur lu siin.i-
I on des bnbitenta de la 4m< A-
venuc de Bolosae, aprs les huit
jour de fte que celte rgion
vient de connatre. Qu'on songe
que quatre mille personnes ont
Vcu l... Alors une inesnir de
sanitatien s'impose, ^si l'on ne
suprieure;.'.[ou. cia.,.,,. torables.- Quelles sont les
uxElals-Lnis,c| n|aToir jdes (,p Rtt05PVelt en ce qui
tie.donl lessvmc k influtIl. concerne la politique amrtrat-
aur notre d.eUmiint#naot, sur ne dans le Bassin des Carabes ?
ce ratai H. df,Voolilique exl- Poser la question, ceat la r-
le plan do noj'*Jen0ns les pr-' soudre. Car les activits impe-
riei..e, ncusnepren nQ ;f f | riaIistes (iu Gouverneur
caution ncean
de
nr Nous ne donnerions pas
cher pour son tauteuil. Qu'on
nous excuse le pessimisme de
ces anticipations. Mais ce senti-
ment est ncessaire, si l'on ne
veut pas tre surpris par les
vnements. Sur le plan gn-
ral, noire politique s'atteste sta-
tique. Il est temps qu'elle se
montre dvnoruique. Mais il y a
les hommes... oui 1 les hommes !
Une magnifique possibilit
s oflre pour Monsieur Blanche!
en la circonstance.
XXX.
lus. Toujours le mme pet i t
jeu fatal.
Le grand pianiste Pudc-
rewski, qui ne joue plu son
profit personnel, a donn Bru-
xelles un rcriai au profil des
oeuvres charitables de la Rein
des Belges. Ce fut, dit-on, le
plu| grand succs de sa carrire.
rMonsieur Andr i 'ieu,
achicllemen! Ctel il
lion la Chatnbi > i 1 unaiec, a
form un convenu gioupe po-
litique o vieniienl beau ciip
'd'indpendante.
veul pa que les habitants du
lieu soient menacs d'une j)i-
dcniie.
Lai Flot! Allemande a vi-
sit Dantzig, ville libre. Le.
Reich avait avis Varsovie de le sounrt.
celle... promenade. La Bresse j
franaise de droite considre
cette sortie comme une In-
dication de la politique alle-
mande vis--vis de la Bologne.
Le rsultat de l'crit a l'E-
cole de Droit a t proclam.
Sur une quarantaine de candi-
dal(3m anne), dis ajour-
ns.
Le Gouvernement va-l-il 2- l
prsenter un piojel de te Ireese-
| ment conomique au cours d
I celle session lgislative
ce que tout le paya espre. Corn-
' me dit notre confrre Nouvel-
le Snateur, que ne 'ai ser-
vir/, vous du Ittuun Marksn-
court'*
...voit qu'avec un peu d isa.J
eiuatlOD *#;i parvient toujours
te ira plaiair aux te in mes. L'ami
avait tout oiert pour essayer
de rentrer en grce, mais I*
lenime n'avait eu d'autre r*
poDM qu'un ddau. mue!. L'r
dee lui vint alors d'offrir Pu
de ces metveillenx plionogra-
plies qu'on trouve che Juhn
Woollcu. El celle lois, elle eut
... voit que la West Indie*
pusse aux mains d'un groupe
d Hatiens : Malehranch Char-
brr, Dogat, Gentil et Brun, maio
qoe c'est toujours .W. tArnold
Braun qui a lu direction du ga
rage. Si votre moteur ncessite
m rparation, ou une xarnen.
j tlphoner. A l'un des numros :
fI ^ s.surez-vous contre netvdrnt
laGene:a! Accident FU *
Lile aanranc Corporatioa Li-
liste , fuites quelque chose, j uit d. Vvt F. itenmi|rbai
Messieurs l I Agent eial pour 'di

v ^/
*r

A
*
ne
-^aw&,
m-
Lk-;
^
S*
/ i


PAG
Ll- WI'IV 20 Juillet 1

*
Confrence
Le W> juin dernier,n-i/n jeun?
ami li. Philippe Cantuve a fuit
l Archevch de Portait-
Prince uneconfrei.ce sur l'\ is
titut Catholique de Paru et sr
Recteur.
Les auditeur eurent la joL
d'admirer un joli poil rail de M"
Bajiinliar! aimablement ddi
pm l'minent prtai .'/. Phi
iipi t Cantaue.
Sot lecteurs nous sauront gr
de icproduirc four eux le ttxte
e cette confre;.ce:
I
Mimieur le Prsident,
Messieurs,
J'ai dessein de vous entrait-
ni aujourd'hui de L'Institut
Catholique de Paris et de son
H rleui .
Certes, mon premier devoir
et il n'en est pas pour moi de
plus doux-- est d? vous remer-
cier mille lois dtre venu si
nombreux m'entendre. Ma pre
logie, des Sciences conomi-
ques et commerciales; ou bien
encore de ces cours pour jeu-
ne i filles ou d ces Conlreuces
Publiques, l'alnstitut Catholi-
qu de Pans prpareet avec
une mthode et une technique
Bire pense est de solliciter j remarquables - c?s diverses
toute votre bienveillante indul- so-les d'enseignements.
feue* pour le sujet que j'ai r-
eo'u de traiter devant vous
ie7 mars dernier lut l'rh-
ence des 36 ans de rectoral de
M< s-igneur Allred BAUDRIL-
UAhT I Institut Catholique de
Pi s. Cet anniversaire m'j dict
m n sujet.
.t'ai eflectivement pens qu'il
ne vous dplairait peut-c're pas
d' ntendre parler, pendant quel- '
qu a instants, du bel hbisse-
oir t d'enseignement suprieur
qu depuis un quait (le sicle,
du g; avec tant de distinction
et i n si merveilleux esprit de
aac ilice Monseigneur Haudril-
Jar.
F* j'ai voulu aussi laut-il
le dire ? siisissant
IV i ision qui m'tait
ret dre ma manire un ras
La Facult des Lettre qui
est leconuue par l'Etat reoit
de* inscriptions en vue des dil-
li enlea licences s-lettres ( phi-
losophie, histoire, littrature
classique, langues vivantes )
Elle prpare aussi au Diplme
d'Ftudes Suprieures et au Doc-
torat.
Il en est de mme de la Fa-
cult de Droit. Etant elle
aussi reconnue par llitat,
e'Ie prpare les tudiants la
Capacit, la Licence et au Doc-
to al en Droit.
Quant la Kacull des Seieu
ces, elle ne reoit pas d'inscrip-
lious proprement dites, puisque
ses lves sont tenus de s ins-
crire en vue des grades a la Fa-
cult des Sciences de l'Univer*
sii de Paris. Seulement elle lait
peitueux et sincre hommage ; subir ses postulants les exa-
A celui qui, au mpris de son | mens universitaires? en vue de
repos et de certaines saiislac-, Ja Licence et du Doctorat es-
tions personnelles, travaille avec Sciences.
tac intelligence et persvrance j i a Facult de Philosophie en-
a la gloire et au rayonnement, I se ign surtout la philosophie
en France, hors de France, de j Thomiste, c'est--dire celle de
1 mental Catholique de Paria J Sainl-Thomas d'Aquin. Ses l-
dont il demeuiele Hecleurbien- ves peuvent obtenir la Licence
avec joie
oflerte
ain c, le l'Eglise dont il est le
stigi naire, et de la Pense Iran-
aise dont il ret l'un des plus
sers et des plus dignes repr-
sentants.
Mon unique souci, Messieurs,
est de vous dire, brivement
sans doute mais srement, ce
qu'est l'a Institut Catholique de
Pans ; de vous laue voir quel
genre d'tudes l'on y lait; d
vous montrer les lsullats ap-
prciables obtenus tt pour ter-
miner ( car, n'est-ce pas, il laut
bien conclure I ) de vous dire
un n vres et sut la luuic personnalit
ce Mgr fjuudrillail.
Puisse ma voix, quelque peu
SUtouse qu'elle toit, ne point
et 1- Doctorat en philosophie.
Mais ce n'est pas tout. 11 tant
jo'iidre ces Facults dis
LetlreSi de Droit, des Sciences
_e^ de Philosophie, l'Lcole des
Lingues Orientales qui enseigne
l'hbreu, l'assyrien, le copte, le
grec biblique et syriaque, l'arabe,
"armnien, l'thiopien. L'Ins-
titut d'Etudes Sociales qui,
fond en 1924, grce I' Aca-
dmie d'Education et d'Entraide
Sj.iale avec le consente
m ni ou Saint Sige a pour
but de laireconnatre la docin-
I ne sociale de l'Eglise dans son
ensemble thorique et dans sis
applications pratiqm i.
i i-.s Cours poub Jeunes Filles
qui, institus, depuis 1897,oflreut
demeurer trop BOdeasou9 des. aux jeunes Mlles une excellente
mrites qu'elle doit laire revivre I occasion de complter leurs
1.1 (juB8T l'Institut Catholi-
Qt'R dm Paris ?
Ibquilbst ? In tablisse*
ludes -t se parfaire, traitent
surtout de philosophie! de litt-
ratures franaise et trangre et
metit libre d'enseignement SU* d'histoire contemporaine,
prirtir, lond en 1873. 1 p.s CoNFBRBNttBS PUBLIQUES
Le QIL ht BNGOBi ? Un !<* \ dont le programme varie chaque
yer de vie intellectuelle, moi aie / anne, ont IL a de Novembre a
et religieuse. j fie Mai et sont destines initier
Ci: QU1LBST U'ssi ? Une lusti-. le grand public tux questions
lotion qui, place a ct de celles} d'apologtigue, de 'heologie, de
de t'iitat, ne cherche nulle*{philosophie, d'histoire de l'F-
&enl les supplanter, mais qui, t gioe.de missiologie, d'art chi-
par lu souplesse et la varie de j lie de htlrature, et plus gn-
eon enseignement, par la va- raleiueut aux grands problmes
leur intelleciueile et morale dexactuels considrs du point de
ses matres, s'eilorcent au con-.'vu- catholique,
trhiir d'aidei ces lacoltl de Voua, Messieurs, sommaire-
l'E'ot en se maintenant I leur meut expos, le gnie d'tudes
Simiu tt en donnant ses tic- ] q i nti t prend I Institut Catho-
ves, avec une ducation morale ; lique de Paria . Me perinellr. t-
et leiigieuse soigns, une for-
mation scientifique ou lii'iaire
solide.
vois maintenant de vons mon-
trer les rsultats obtenus ?
1 in1W-.sui.tatsObtenus .' Vous
Mais et je m'empresse de (dirai je qu'ils sont nombreux,
vous ir dire loul de suite il j palpables, consolants il tout
n'y a pas en France qu'un seul i vraiment honneur l'Institui
Instuui Catholique : ils sont su'Catholique de Paris ? Cerle>
nomJi e de cinq, a savon celui'les li Ilr." qui ont I b en plus
de I'.m is celui de Lille, celui de l encore que leus les discours.
ECOLE El
Ce que disent
nos confrres
Q
L'Opinion
Sais le litre nL'i Delcn'.c ne*
cessa ire :
Aprs les vnements de
ces derniers [ours, qui ont
mis aux prises Chambres et
Gouvernement, une dtente
s'impose.
Elle esl la grande ncessit
de l'heure, L'aulele entre
les Potivo rs Fxcotil et L-
gislatif peut et doit se rali-
ser en vue dune uvre
nationale et sans que l'un ou
l'autre soit oblig d'abiiquer
ses prrogatives respectives
ni do renoncer a sou prestige i
et a sa dignit.
J Les d 'rnires lections l-
gis! tlives de j lovier ont vain
[au ijo nerne uent un passif
politique q ii. eu toute justi-
ce, mente dtre compense -
dans le cadre des intrts
'.nationaux a l'appui loyal
de ceux qui sont soi lis victo -
rieux Je l'urne et envers qui
[ta sympathie s'est manifes-
te!
lvi ce qui conci r e le S1;-
nat de la Rpublique, il est
j bon que celte haute Assem-
blet: se rappelle qu'eu politi-
que, comme eu toutes chose?,
il nya rio d'absolu. La res-
ponsabilit qui pse sur les
paules du Prsident de la
Hepub ique lui c. min nide de
prendre t unscil de si t t e
plutt que de sou ( ur et de
tenu compte les i nlils avec
lesquelh -. se irouveruit aux
pi i tes n'impoi ! quel I hel d'I
lut lu sous i\ mi n e du l'rad
de l'I'. L o y, ne peut ti-
rer au un 11 ..in du lail de
demundi i au l'icstuent Vio-
ce n. de lester :ibsolumeiit
fidle ux ides et aux prin-
cipes sur lesquels s'lait ba-
se sou action dms lopposi-
Uou et il srail vain de lui
| tenir rigueur d tre oblig de
s'acc niinioder des circonstan-
ces qu'il ne dpend pas de
lui d luder
Ksl-ce dire que le Gou
vernemeut soit sans repro-
che? Il s eu 1ml. Four tre
j gouvernants, nu ne reste pas
! moins les boni nos, sujets
errer.
Daos ions les es, aucun
groupe |.o ,1 que de que fne
doctrine, ic quelque coneip-
| tioo qu'il .se rclame ne
peut dsirer, a 1 heure pic-
sente, I. I il -i te de la | o'iti-
que du Gouvei m ment, dont
;
LJjJUtU
Les nnrienneN c i^vun
I cole F ie Dubois sont
i tes a prendre p irt I
n traite fin ni. elle qui o n
n encera i mal '2 [a il'ei f> 4
beuies, ;>u Hel-Air. l:'.lies s m
I lies de bien vouloir \>r< n
dre leur carte centre a Klii
Dubois,
la rperctssion serait certai-
i e dans la vie nationale.
Four mettre de l'ordre dans
nos alaires, il udus tant com-
mencer par mettre de l'ordre
dans nos ides. La dtente
s'imposs. }

Le Nouvelliste dcmunde:Al-
lons n$us faire quelque
chose ?
Eo moins de trois mois,
nous avons eu trois combi-
naisons ministrielles. La der-
iiire qui date, de trois jours,
peine, commence subir
les feux de la rampe.
Or, il ne reste plus qu'un
mois pour la clture de la
session lgislative. Allons-
nous laisser les Pouvoirs Pu-
blics faire quelque chose ou
continuerens-nous plaisan-
ter avec l'avenir de toute
une Nation comme des en-
tants jouant avec une arme
feu? Toute, la question est l I
Que l'on trouve que le
nouveau Cabinet soit boD ou
ne le soit pas, c'est une aflai-
re d'apprciation. La nation
entire rclame moins de po-
litique et un peu d'adminis-
tration. Si nous passons notre
temps taire et dlaire des
Mmisies, nous marcherons
rapidement vers l'abme co-
nomique.
A-i-on jamais pens une
minute ce qui se passe au-
tour de nous, chez nos voi-
sins, et dans lous les Pays o
il y a des hommes cons-
cients?
De l'antre ct de la Iron-
tire B'imagine-t-on le dve-
'oppetneut formidible que
prennent les exportations?
En lace de nous, Cubai o
l'on importait du caf, au-
jourd'hui les Cubains expor-
tent celte denre, et ont une
rcolte prs du double de la
ntre.
Ici. en || .ni, on [ait de la
politique; des les sphres
gonvciuemeutalea ou passe
toutes les journes flans les
intrigues politiques, et ou ne
laisse pas une minute l'Fx-
cntii pour faire quelque cime.
Les responsables dpensent
tout leur teints s'exercer
aux acrobaties qui d nvent
leur permettre de rester eu
ehargo. Comment, en eet,
avoir l'occasion d'tudier les
problmes conomiques, la
question du travai.V Et alors
les jours, les semaines, les
mois passent, nous changeons
de pe(SOQnes dans uu flot de
discours, de critiques, Et la
situation de h N.tion? On
s'en moque.
Messieuis, ce n'est pas s-
rieux C'est un crime que
d'agT ainsi. Il laut faire quel-
.,,.., ... jn<>antnii*r. ra-ln-nlr t il
ii
c^j^ ru uni "tffz^szi t;1i;I^:1atca:
fcr.**1"*^*' ?

!
ts-im-
Lin-latdy
hKMA'NSO \
Mandrin
(S, te;
Bufaio-Bill
Eulre 0 on ; Balcon 1,06
VENDREDI
A la demande de noiiibreuses perseni es le beau film :
Mandragore
avec Ian Pttrovica et lirif!!*" Hel m
Entre : 0.S0 ; Balcon : 1 00
que rhose, pour sauver ce
Peuple de celle mi-ie qui
dvore set entrailles.
Messieuis les Ministres ac-
tuels, vous 't-s des cilovens
hatiens; pensix ,i vos I res
hatiens, qui noiAient, a la
Nation Hatien ne, et laiks
quelque chose
Si votre conscience est in-
tacte, et que vous les en
mesure d'expliquer ce que
vous faites, allez de l'a vont,ne
re^irdez pas en arrire, ne
vous laissez pas intimider
Ayez confioicc en Vous-
mmes, et soyez des hommes
de gouvernement Faites quel
que chose, et le !
Quant a vous Messieurs du
Corps Lflbl l'f. pour l'a-
mi ur di^ Dieu, et surtout ce-
lui de la l'allie, n'couUz
l>3s les iittrigues fie t un lis-
ses, lesanvis dcns, les i a con-
tais de -lonUn, ;0: tes 11 evf
imposs'bijMt nu Gouverne-
ment de satisfaire les i d ter f s
prives de l!(i Dputs et de
l Snateur:. Que ceux dont
le lotir o'ekl pas encore ar-
riv durs la balance dis ta
veii's, aient le courage de
toi-llr-r leurs Impatiences et
d'attendre que, par dessus la
tte desgrjuyeriiants qui n'ont
pas pu tre geil'ils, ils dai-
gnent considrer le sort du
l'eu oie Hatien,
Nous le rptons.' foui au-
to ir de nous, travers l'Uni
vers, on tait quelque chose,
tachons donc audsi de faire
quelque chose pour cette mai-
h tireuse Hati.
Nuis n'avons qu' vouloir
et celui qui veut ieus.it
tu jours, malgr tout.
"a.
Ta H
Li
rS
TlfRl-
M
Des Dents Trois
Nuances Plus
Blanches
On est inetcu*able d'avoir de
dents tacht*, dcolores ou
gtes. Clo sont les microbss de
la bouche gui sont cause de cette
condition. La science sait com-
ment on peut dtruire ces mi-
crobes- par la Mthode Kolynos
Br->s'- Sic lis--un centimtre de
Kolynos sur une brosse sche.
La mousse Kolynos antiseptique
et eiterveecente tue les microbes
dangereux et fait disparatre les
rUainee taches Jnuntrw. En 3
iours tcs denis seront piut
ilanchesde troU nuances. Es-
sayez la Kolynos ds aujourd'hui.
> i
LA CREME DENTIFRICE
Antiseptique
.
rojjjj RIRE EU SOCIT
PtUBtdsi U mlllMi tibum d*
Fwt*. IMpign iji,. ^uhj,
!". MtB^OfoM, Ch.MOi, UI.
ir.! Mrj m,r. Istrsajfi ..,,
d.nr ll,W|fclwWrM
PARIIIKN, ,o^ , pm
MMNNSM paris |-
Ballons Michelin en caou1'
t h me.
Vessies anglais*".*.
Balles de Tennis Danlop.
I nrus el Chanb.es nir
Michelin et Dunlop
Disques Fatha
Gnrateurs et Manchons
Coteman J:^ .
pour lampes Hase-Hoi
Flash lights et Bitleries
Stock Je pices d'autfis et
accessoires renouvels.
Tuyaill d'arrosage
pour jaid n,et lavage d'anfo?,
a bon mareb.
Venez voir
r-::: ;TR5PIS
TCJ
i

.
Lyon, celui de Toulouse et celui
d'Angers.
L'harmonie et l'esprit de ]us
tice qui y rgnent, celle saine
mulation qui est uu pnissi Dl
iacteur de progrs tout que
l'eiur gnemeot BUprieui touii
nue de jouir en France o*un
Taleur ii d'une renomme m-
leur loquente, vont instam-
ment voiin les pronver :
Quand le Constats qu'ure Fa-
cult de Philosophie, qui n'avait
le siiele dernier que 3 proies-
senri et 1*2 tudiants, a, sjour*
o'hui.'Jti matres el 1 lO i
rfasnd |e cousta''.' more que
l'annu :; .qui conlieni l'ensem-
ble tics s. v ces e des rgie-

tv
Arvanil rstsfti ilsWs
BERCUL08S,
tM AU aadasa,
: *,.
". tMENT,
NOCTURNES,
RA( MENlSAs
SAJ.'C ... \::.iZA,
\5THHS,
CbSaiSON
CIKTAME
rsilrmentli
BACILUNE
RAVENET
qoi a |fari dr* .lillitn
ie C\ttfirt%,

"V
Toutes les Polices
DE LA g
i "
a
In TSBti .-.. I .il.-.'i uwc; Pharmeclw W. B'JCH
jDOn^Mi lies.
Ceci dit, voyons maintenant j menis de i'lnstitut Cuihoiiqae, (progrs iirrom|i!;s en 'Vspac
ne! gnie d'tudes Ion lit . naval, en 1807, que 179 pages [de 2,"> sns de luttes, dp Irofoc
r*niversilCuiliuiique de l':iiis. et (jue de nos jouis il en coin
Quel qsnre dltuobs i.on y (253, quand |e cor
tkir ? Q-i'il m soit permis de i que le non m s
?ous dut tout d'abord que toutes /est 57 101
les tudes y sont l'honiTiir. h.ies y
Fn voi'it z-vousdes exemples?] compi is. de 69l A 2.208 i
Qu'ils s'agisse des Lettres, du! ment, aprs taut de
Droit, des Sciei ces.Jqu'il l'as s- u ci que cis rsultats qui
de lu Finit, sophie, de la Tb]sont assurment l'indice des
ace
x
et de constants efloris sont
ronsid>-,btes, admirah es et en-
nbles I
i himppi CANTWK,
Cotre il de la Maison
rsitalre de Pa
biv-rtlaiie de l'Alliance
Fra-aise.
(A suivre)
comprennent la Protection contrela i
Foudre sans auqmentation de taux J
EugJLeBoss$Co\
hpmwm
Aqents Gnraux

^W
tm

*
A
L_f^k--


\r \M TIY 2 J ilfH I
t'AGfc S

Dont la renomm nii rsellt a fard m premire place
iek*z u
NAIHUXCOl
Urpi : itue Csar.
'
I
AUX ROY
30 annes Les avanlagss (ju'olfre la
Cuisine Electrique
HOTPOINT
sont maintenant connus de
tout le monde.
Pour vous en convaincre,
visitez noire salle d'expo-
sition.
Compagnie dEclairage
lectrique.
HOTEL KAHAM
Une confortable succursa-
le de Palace htel, Kens-
kof.
Pour la saison dl, ren-
dez-vous chez A.J. Karam,
Kmskoff, o vous sciez
servi souliail. Excellentes
concluions.
Manufacture Hatienne
de Chapeaux
LIndigne*
N' 2027, GRAND'RUE
TLPHONE : 3224
ARCHE. CELERITE, GOURIOISIE'
Martinez, Marcelin & O. .
COMPAGNIE GNRALE "
TRANSATLANTIQUE |
La CuaapagDie Gurale
Transatlantique a l'avantage !
rt' ntoraer le public que le \
st-amer Si Dominanei 'is
ser Bordeaux le 21 juiilei
pniT HAllii Mil les AulilifS
I-'rai eiaeset Sun o Dt mgo.
!' est a'iendu Port au
l'-inrele iSeoftl via les po ta
rtn Sud. Il laissera le mme
jour pour les parts du Nord,
Puerto-Piata et Le Havre di-
rect.
La Compagnie fSprale
Transatlantique tapp-ile s;i
clientle ipn \- s prix des pas- I
sages sont e or 140," en !
l eceste d'Hati au Havre-,
Bnjt restait h 174
TH'ph'ur .- No 20
P. M. AI/11 KHI. Agent.
Rue du Quai.l'ort au rince.
1 HE ROYAL
PACKET
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & LiL*
Assurance Corporation LUI.
de Perth ( Scotland )
tar :> fl'il-'A'l'IML est une drs plus umsiaates et des phi* vastes orgaalsalies
1e ' #enre. \j> soleil ue te couche jamais s.ir tau champ d'actiau qsi enserasse le
monde
se J ' i t-e-s contre incendie coiiTiei! vsa las dgts occasionns aar la io-ae'!-*
Ses '"VnMces pour Automobiles ouvrent vola, incendie, raalTaillaace, demraafrt
cause a au'mi dans * personne :>u dans ne* biens.
Ses Police* Maritimes mise* par ses brancha* d'Europe soit payables ta nVd .
Ses Polie*1* contre at*ciderrta sont valables dans l'univers eafter. Tous les vo-va*
purs devraient d:uc prendre la prcaution de se munie d'une police contre accideavsv
d'au moios 4000 dollars, I prime annuelle n'eLmt que de 1/2 "/ Sl)it 20 dollars \ ''
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
SOUS CEMTS
A^ent Gnral pour Hati
Portau-Prince. |0. GILG
JE AN BLANCHErJrsii
Le.teamer l-ana vennt
de K D&ston via le Sud aeri
Po.tau Prince le lundi 25, VIF6 CUlSine,
courai t et partira le mme j
jour pour l'Europe via !
Nord, prenant du trt.
Th$ Royal Mail Sieam
Packet Ce.
I J BIGlN
Agent gnral
Madame...
Revue
En avez-vous dj got ?
Eh bien, demandez dans
les cafs, bars et res-
Rpublique
la
l
anv
On pailc d'un grand projet
| de icdres* ment conomique
j <|ue veut a< pliquer le (iouve;-
Inrroeot. A cet eflet.'e Ministre
ii.es Finances* a soumis au //iii////>/o (IM 1/1
j Conseil, un rapport minu- fElil/li/flo E1C tic
j tieux, tjui a envisag -- en .
th*or.^ j toutes ks tondantes de la f
crise. Ce duce ment, m'a dit x \t i ;
une 1 oui, au.orivre, pa- braSSCHC iSMUOllcUe: /*
laissait on che!-d uvre, dont
l'excution {ug>deiait a la Mi-
sre qui balaie noiro ciel arec
>es ti ai e< de sa n;be en liait -
lb.Uuede rnimetli,l'aris.
SOMMAIRE DE LA LIVRAISON
DU lerJUlL! ET 1932.
Premire Traverse. ue
xiiir partir, Edouard Peitton.
L'ide qu'on se tait de la .
France aux Etats Unis, Andr l? < l'Ion dlIlL
Chevrillon.de l'Acadmie Iran
'e.
L Opra et les murs non- eu prsence du plau sauteur.
velles, Jacques Rouch, de Uns j Mais soudain le Plsident
V ocen1, de >a voix grave.jels :
.^es meranies
ne se sent ient
du
pus
Cabinet
de joie
PORTER
Agrable
NATIONAL
Fortifiant-
March.
tlllll.
Let'res M. de St= il pirbliea
Pr in Comtesse le Marow. II.
.(17*7 1790). Baronne de Sta>.
splicit Mvs'erium. Carnet
d'un bless ( Extraits ), I. de
Montherlant.
L Opinion Allemand-. L'Ib-
ilrisme et la Droite Catholique,
Hoberl D'Ha'rcourt.
Sylvie entre les deux saisons.
Il Jean Morgan
Nouvelles tudes sur lmr
primitive, Lon Biunschvicg, de
I Institut.
Iurges de I/iusanne. ( li>
jiiinl7 juin ), Maurice Harnol.
A l'EspOSl ion Mane', Louis
GiHet.
Revue scientifique L* I*-
^photographie, Charles Notd
mf nn.
Ch on que de In quinziine
Histoire politique. Ren Pinon.
I R X Pfi L'A'ORNEMENT
ijfil f,> an SW >' Trr is *!.
Sf "f eincei Ois? iMlri jiirs ?fc.tis s
I h*paufH<-i>u et
Coioaici t anabc* ia6 fin 54 tr lfn
ue \;iiit i ko !
!!! Su prise, l e des mi"
nistrts.
Ou conlinua-l il, vous
n'y avez pas prvu que tous
les Hatiens devront consom-
mer la niiiucnleuse ihaiilcyur
des Laines de Saint .\larc ri
de Port au Prince !
Bee Fia.
I Ai ranger :
) iys ii fera .tarif
150 ftf fe frs )4 'r.
\ f Ml
I P.. 1 lei ta-il
' fO*U\ l*n 1rs ti tr. 4'lrc
LU abonnements parlent du J r
et du /5 de chaque mois.
Prix du Kumve : 6 fra
ADMINISTRATION GNRALE
DES POSTES
Avis de &rpart
Les dpches pour New
Voik et l Europe ( via New-
Yoik direct ) par le steamer
i AOCOD seront lermes le
mercredi 2 du couruit.
l'oit-u l'iiuie, le IX juillet
1038.
REVEUTlISSEISATlulUtUEI
aa Vit US rT.^TSa*ss SCIENCESOCCULTsl
c,w -i, ur. Mt|i, Pmti^aM crvtM rviim.
D*miaa.Uaa * eaAaajtaai tarie irre-
*>( ;' astxiraai toas Jivarra st
PorranC, fLlHras irla.nroaicars
il miour NroritU 4c* f narlaxMare
' / ^ SOC! tTt FRANAISE *
VV .^ H. Ru au raub.^i-Uaaue, PARCS

Bon
BRA^SSERIE NATIONALE S. A
Port-au-Prince, (Hati ).
BOULANGERIE FR^PJMSE&PATISSEHIE FRAMnAISE
RICHARD PETERS, Prop.
CHABP DE MARS, N01217
La seul* boulangerie Europenne en Melll
Spclallta de peins, pour aandwlch
Peins ilutes et peina moules. Peine noire
Peina complets, etc.
Petisserie fine, pts. Vol au vent, Teurtee.
Soins t promptitude.
Tlphone : 2069.
La Maison n'a pas de suc-
cursale.
Livraison a
\
domicile
LE 0I! H. N. BUTLER DEMANDE
UNE DECLARATION MONDIALE
\ D'INTERDEPENDANCE
J Londres.- Le Dr Nicholas
Murray Butler, prsident de
j l'Universit Colombie, a d-
clar la Socit amricaine
cfne le temps est ?enu pour
une dclaration mondiale
d'|r'erd| end^mec.
Nous avons api ris,dit i',
1rs leons de l'wdpen-
dnnee. Nous savons ce que
'comporte l'iadpendance na-
tionale. Mais nous vivms
dans lui nouveau Retire He
1 n,,! d,',- ; r! rr\-\-df a toutes
''> S > ;,*...... 'i.di t i"i; UlCS <*
I s ., 1 > me nouvel',:
. t? JHF
rMHMMRnrMMiifi-)w *wifjv*ra u-^emm-Ka
LE FAIT EST INONTESTABI
arllie
I
C'est k) quintessence des meill
ivaritiS de cannes d'un vaste ten
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son armr.
hotrfEZ E1^ COMPARA
eui^s,
itire
\.t ?.



r
* *r*
V*
?


*
Mercredi
20 Juillet 1932
Le inauii
4 PAGr.ll
Port-au-Prince
ldephone : 2242
Loterie Nationale d'Hati
416, Rue Bonne.Fol, Phona : 3358
La Loterie Nationaled'IJati est
une institution hautement humanitaire par la multipli
d'uvres qu'elle se propose d'aider, une chance de L_
tre offerte aux hommes de toutes conditions de fortune.
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salaeisjde
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans panjr
leur budget moyan ont deux goudes, peuvent gagner tpofe
mille gourdes. Patrons de Comraerce.Chetsd'ndustie pare*
aux iusuffhances des ventes, pur l'achat d'un billet, qui vous
libre du souci des Echances-
Mdecins, Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Graiifc
Dignitaires de l'Etat.Reprsentants de l'Intellectualit, Jour
na listes.
Donnez l'exemple de votre solidarit sociaie.
Ilentiera, capitalistes, crame en jouant, augmentez vetre
voir.
Vous tous qui hah'tez* Hati, rendez-lui service ri aelie
m'e billet del LOTEME NATIONALE D'HATI.
iSUHSIUlU
!
OE NEW-ORLEANS E MOBILE A PORT-AU-PRINCE. SANT0-D14INGO CITY.-?CURACAO.
PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO.
a
PORTS
OALVANGEN AUSTY1NGEN VESTVANGEN DM.TANGEN AUSTfiNGBW VESTTANGEN
AVIS AU COMMERCE
La Panama Hailroad Stea mship Line a l'avantage d'an
SMicer les dparts suivants de New York pour port au-rrince
aiti. directement chaque mardi. Tousses steamers sont
pourvus de chambre triporilaue
Dparts de htUi \ork. Arrivages
Steamer "Guayaquil* le 12 juillet 1992
Steamer 'Cristobal" le 19 juillet
Steamer "Buenaventura" le 20 juillet
Steamer "Ancou" le 2 aot 1932
Steamer "Guayaquil*'le 9 aot 1932
Steamer "Cristobal" le 16 aot
Steamer "Iiaenaventura'-le 23 aot
Steamer "Ancon" 30 aot 1932
Steamer "Guayaquil" la 7 septembre
Steamer "Cristobal" le 13 septembre le 18 seplembre 1U32
Steamer "Bueuavenlura" le 2C sept. le 26 sept. 1932
Steuiaer "Aucon" le 24 septembre le 29 sept. 1932
Panama Hailroad Steampship Line
JasH. C.VANREED
Agent Gnral
Prt au-rringe.
le 18 juillet 1932
le 21 juillet 1932
le 1er aot 1932
le 7 aot
le 1 aot
le 21 aot
le 29 aot
le 4 septembre 1932
le 13 sepiembre 193
1182
1932
1932
193?
New Orlene, L/Mii*iana. Dp.
Mobile. A la ne m*, l)p.
Port-au-Prince, Hati Arr.
Sinto.Dominai City.R.l). arr.
( uraao, L). W. '. arr.
Puerto Cabello. Venz. arr.
La Guaira. Venezuela arr.
l'aramariba,Dutch Guiana ir.
l'aramariho.Dntch Guiaua D.
Curaio, l>. W. J. arr.
New Orlans, Loaiaiaua arr.
Juillet 2
juillet 4
juillet 9
Juillet H
j'illet lt
juillet 28
juillet 30
aot 1
aot -6
anit 13
aot 1i
a. Et 20
juillet 13 juillet 27 aoit 10 aoftt 24
juillet li juillet 2 ao> 12 aoit 'If,
juillet 17 jai.lel 3t *ao*t 14 a.*i 2*
juillet 18 aot 1 aoit 15 aoit 24
juillet 22 aot 5 aoit 19 spt. >
juillat27 arat 11 aoat 24 sept.' 7
juillet 31 aot 14 aoat 2t sept. 11
aot S aot 'Il sept. sept. 19
Prenant fit at paisageri pear toas les ports ci desses
aoat 27
aot 19
sept. 3
sept. 7
sep. 9
a-pt H
sept. 1i
sept. 14
a-it. 21_
sept. 2
oct. 3
Btft] 10
sept. 12
seat. 17
sept.: 21
s pt. 28
aep*. 28
sept. 2
sept. 30
oct. 5
o t. 9
oc'. 17
t CONNAISSEMENTS DIRECTE DLITS POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS :
r>ort-(le-"aix St-^arc, Miragoftne et Jrmie, Ha-i ; Mante '>isti, Le Pn-nana. B-irahona. S*u Pedro de Macori*
elAzua, rpublique Dominicaine, Corn, Caruoano, Cumano, Guanta et Pampatar,Venezuela, Aruba et -naire.DWI.
DE MOBILE ET NEW-ORLANS TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET IARACAI80. !
(In d:.ail ver le milieu de cli.que naoii touchant directement: Puerlo-Plala, IL D., Cap Ua.tien, Gonofes. Petit-
Ooave. Aux Caves et Jacmel, Hati et Macaraibo, Verezuela. u
y ... 1 'T ,rt ,<,ffl**?,1 t offert, ces bateaux tourneront galement Por'- le-Paix, S- Marc. Miragoane et Je -cie.
Hati; Barahona, Aaoe, Monta Criali. San Pedr< d Maeoris et La Roman*, it. I). Aruba, l) W. I.
De Tsmpa, Woride. h Jamalqoe-Ha'i Li Rpublique Dominicaine Ceao et Venezuela;
Dparts pour les ports ci-desi)S quand une quantit sulflsante de fret est offerte.
C S'ijali changeaient, aunulatiou ou ajournement sans avis. )
A. de MATTEIS & C, Agents Gnraux

Panama Railroad Steamship Line
Agents a.ix orincipaux oorls d'Europe.
Service de \rl el de passagers Qiilie
[Europe el [Amrique.
G.W. Sbeldon ^ Co, Ltd.
17, James Street,
LlTEHPOeL, NOLAMB
MohV A Comp'uy,
Atlantic Freighting CrP *
156Boulevard de Stiatbcnrf,
Havre, France
Mort Se Company.
Atlanlic Freighting Corp, Dit
1\ (Juai des Chartrous,
Bordeaux, Frui;ce
Ilernu deron & Stock trait
Boite Postal 71
tJvre, France.
Angleterre
^. W.Shkloon k Ltd.
Fen'ou rlouse,
112/113 Fcnchurch Stred,
Loudou E. C. 3, Knglami.
Trauce
MoBY &. (>)m ai r.
Atlantic Freighting Corp.Dit.
S, Hue St Vincent de Paul.
Paris, France.
M OR Y t CeMPANY
Atlantic Feighliug C rp. Div.
7 Mue de la Upubliqua,
Marstille, France.
Gellatly HANKlf & Co,
'il, liue de la Rpublique
Marseille. France.
Voulez-vous
uasir dans vo% tudes no
taire russirvosenlants.grace
une mthode d'enseigne-
ment classique excellent?
VOULEZ VOUS
Une profession aprs S 9
mla d'tudes sneuses (St
an-Dactylo. Langues rirantc
Comptabilit)
Songes que llnstitut TIP-
PBNHAUEB se recommande
et s'impose entra attention
par les brillants rsultats d-
j obtenus.
l"'7I\ue Lamarre.
llphone 'JA61.
Allemagne
Atlantic Freighung Cora. Atlantic Praightiog Corp.
ballinhaus, llamburg 1, Ger.nany. Breiteuweg 55, Bremeu, lier.
Hollando
Atlanlic Preightiog Corp.
Koningin Emmaplein ?
Rotterdam. Hollund.
Ilollanf.
Sude
SveDaJsnssoD ri Compaay.
Atluntic Fieighiing Corp.
Auiwerp Division.
C/O Slainmann & Company
K O. Bo. 1069, Rotterdam
A/13 W. Larka,
Atlantic Freightiug Co p. Div.
~ eppsbron 10,
Stockholm, Swetlan.
A/li Pettersson ci boimstrom
Atlanlic Freighting Corp, Div.
Skeppabron ;5,
oihanburg, Swedea.
Bar National
V'niss-eous lre strti
seuhait ? Alita au
BAR NATIONAL,
Place Grllrard, en laee de
Ifaitif.
I.'t*iblisseraent se recem
mande par ses cocktails re-
nomm*. Qn restaurant o
l'oj trouve toujours des mets
savamn ent prpars est an-
nex au Bar National qne
dirige Mme ROO0i t .
Atlantic Freighting
C>rp. Div.
Norrkoeping, Swedan
Simon dstron a/B
Atluntic Freighting
Corp, Div.
Malmo, Sweien.
Bernhard Bergfa & Co
Atlantic Freighting Corp., Div.
lialaiogborg. Swedea.
Belgique Espagne
L LAITERIE BAJLEY
Livraison propre, hvginr
que, en bouteilles liermii.
auement cachetes, labri
de toute talsilication.
Transport tait en rfrigra-
teurs roues.
1313 rand'Rue, PorUan.
Pr me.
PROGRS NOUVEAU
RHLM NOLXEAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
. ...
ALCOOL fltFIANT TOUTE CONCURHENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON
te* -mi m m w ma a rm mum.
Ukes Brothers SS C Inc
Texea Hati Sento Uomingo- Porto Ries I
hi*J!!!! i*rrVice bei,don,^'re et rsulier i passagre et
Pnn. pIC8 PS d Go,,ein T"" directement afl
Pon-au-Prun e, fiaiti.
JZ^LTirT rapi-i t ' -"^-t habile de vol
! INES TO" ,O,l,0-ri dM MTirM d ' LY^
' S1" ;Jr S juillet 1032
tareeu Rue iPu^1*?1 L*kei 'lt 1!
tareau.Huedu Uag.s.n d. Hl^t. BstH FasIal^B
tlantic Freighting Corp.
c/o Steinmann et Co
Ijuai Jordacns.
An werp, Belgium.
Danemark
E. N. HtLdix et Comp;n) Copei'hagen, Dcnmak.
1 1 Italie . Ceresa el Coaupauy Via Banchi J, Cenca, Italy.
i i ^a^ (,*n liiji'
gencia Maritime l)slg acelona Spain.
Norvge
Lauritz A. Devold A. G.
Atlantic freighting Corp.DiV.
Aalesund, Nnrway.

Sauvez
vos livres
Sauve vos livres et con
lections ta mauvais tat el
las confiant a.i relieur cons-
ciencieux, honnte et habile
tTiewKE Camille, Hue Bonne
Foi .
f
Detinez vo. rammandea de
carlti,4e ta ira part, etc., l'Im
primai le Morisae't, c voua
keaverea un grand choix de
letirea et des prix relative-
aieal Sas,
NIBLIf Z PAS OE FAI UN PETIT TOUR i
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL |
PetionvilJe
Seulement 15 minutes *** ...
Hoisann>H.i__._ r '*
Bo.ssoas de toatea aspce*.

ki

-^
BJ


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM