<%BANNER%>







PAGE 1

PA'iK 2 t r VUX TROIS QUARTIERS (J. de Vendegies ) Angle Avenue Kincx et Eue Vernet. A lr jilaidr dai f*r '"si .-'ini b'r ri nomliiTiisc Clirnllr |n' M enl de rtvrteir k hrticlra leivsels: (han.'ix ill\i-'. li" MJH de So : e. de Paii>. Larg*s ceintures, leHru QQ Souliers dr <•<.•! W'-s. S ; i n Noir TU's. fi H'R D re's 1) if-que, rendra tl Cime "J\k''on. Ceinture* p'a*t : ctiP*i Collier I ManVtes. F t Helor cl Toirniquels muAbat-jour—Tiittea g-n'ile. leurs. Ton articles de a nnirrr frtkhcur tl garantis. Sto k < oDkUmaicRl rruoinrl. Hrl m bahftt. t, l \ DUE CIHC K DEMANDE QUE DU VERMOUTH 1 CINZANO BLANC ; %  I k il ; vttc) Agents pour la Rpublique d'Hati A. DE MATTEIS & Co. ., ^jj Port au Prince (Hati) ' # %  i. i g, i IhiifiHnaaini %  i mu . nombre de ^eris qui murent. F'i'e q ii n'a rien taire que de 'ontempler, les bras croiss et h laim dans lo ventre, la rot triste comme un sentier de cimetire, les grandi arbres qui s'eflorcent vainement d'avoir des sou ri es de loti -bois, les autos qui pas le" ses membres engourdis par l'humidit de l'gout pu-j e rayon de soleil qui ; placement da Conseiller F nan lieriarun simple agent fi-cal. Lomme rsultats, c'est tout simplement nu r.v il'f UT, m?is Gin-lalclij DEMAIN SOIR Mandrin (Su te) Buffao-Bill (Suite) Entre 0,50 ; Balcon 1,0 i Psychologie du m.md, A'bert Rivaud. Lettres M. de St? C* 1 publies par 'a Comtesse le Maroi. I. (1785 1787). Baronne deStait. Mou lire, le colonial, J. J. Tharaud. I es i relations de Strescrr.nnn, j A;dr ChaumeiXi de l'Acadmie ', franaise, Le roi de Rome. — VI. Derniers jours Octave Aubry. La Mission de M. Douraer en Russie ( 1915 ), Albert Pinci qui n est e'eat eul pas d.'e ( sur eue son large Dot. nus passa sou chemin. Le vieux rat eu resta tout aplati, la tripe bus du venu n p.u de es deux saisons. — L J< an Morgan. Une nouvelle Histoire de la Nation Egyptienne, Georges Govoo, d • l'Acadmie Irenaite. Marcel Houlenger, Henry Bor. deui.\, le l'Acadmie lr*nai. Ltttiatures trangres. — Ua nouveau conteur italien, Louis G>Hei. Notes et impressions, Raymond ICschob -r. Revue musicale. — Beaumarchais. — Reflets. — %  Le prince Igor, Louis Laloy. I es Acadmies de province au travail, G.-M. S-jvarit. Ghromque de la quinzaine — Histoire politique, Ren Pinon. FRIXDE L'ABONNEMENT H ar Un an Six ruoii Trois mo' St-me Seine et Oise 100 1rs ) 1rs Dpartements et Colonies franaises 106 frs $4 lr tranger : r'ays demi-taril fo'tal 1)0 fn 6 fr$ Py plein taril po'til 160 1rs • %  lr. Les abonnements parlent du /cr et du 1') de chaque mais. Prix du Numro : 6 frs 26 1rs 50 alfn M*. 4ilrso lu tout que Me \.i per ait ac au lledsTlHEL'R de mr runs du leu. H a'aM lui Us doigta pour neimellre Monsieur Albe r l liant het, son iuc cassenr, de piendiela peine de croquer Nous aooi tonnons Mr A bel Lw ol que a 1) ma Mumo C'eat ch> r m' t Qoe dir* ''es df iu 1 ouvetui Minislrei ? C soa! deux Rgures svmpa'li qnrmenl connue.! Monsieur H bb*rt est de belle j fuliure... scientifique, mais |.o( lment <" partition est de parler rbijlres. Ci se trouve. Au surplus, il a de la cul'ure litlrain, *t comme Chel de Ctbinet de! Mr Eugne Roy, il a lait la J preuve 3 l'Arcalliie.el d'autres endroits, qu'autant qu'un au're il lsil capab'e :1e p'O'ier |£I gemment son pelil la is. Piou n'a qti' se bien leoJr;| trouvera a qui parler. Donc Lucien Hibbert noua semble un heureux choix. Il ne reate qu' lui souhaiter de ne pas taira de dclarations imprud • ntes.. Bonne besogne Secrtaire d'Etat 1 ADOUCISSANT LA PEAU... DELICATEMENT P.-.Rl-UM. UN VRAI LUXE A UN PRIX INSIGNIFIANT SAVON UBTOlLfiTTK nlUGATBMENT PARPUMt, KX-'Ci V10I1R & l AURIN. P. () bOX M. Distributeurs Re< Roux et du Centre, Porf u Priricr. Me Albert 13'anch-t **' une figure de premier plan ei qui, une henr critique de notre vie nationale, a tu, so.t en fcond, oit in qualit de plnipotentiaire, di'lfndre avec, tact ri di gnil t ointi''s Wellington C'est un litre. Ii est gnra lemeut connu pour la digml simple de a vie. C'est un bel thmbilon d Hatien et qui joint, aux vertus du caractre, toutes celles de rn>lelhgencr. Cest un choix heureux, auquel voion{ tiers nous applaudissons des | deux mains. Et nous taisons nouveau voile vers l'avenir... BITH03E CTTOrHYLACTIQUfA PS0FEWEU.1 P. DCLBE"!^ OU Comprim aux tels halogne de | MAQNtSIUM aMOnmnd4 oin, \v f-ctl-n. d* la 0 PROSTATE PRVENTIF ou CANCERl Avis COMiHIENT RAJEUI1IR? Paciltmtnt t dicr*emn.t par la GLANDOPHILE •a Lab. ORMOS PARIS Noliet Gratuite tt Vanta chox P. SJOURN W. BUCH, Port-au-Prlmt 4 Otra Bonvn Pharmnelc* Les p oluits de follette et d hygine "OBBS \ dont la rputation ct mondiale.sont en vente chez E. ROBELIN, ux piix les plus modrs, la Conditions spciales pour vente en gros. Amen clatant dit un de rire. gamin en Mdeoce, au rythme nu I mve lairaot dans le veut des granI tre ouvert, mlant des solitudes des odeurs delaang l'or du soleil. sauf, de te m elles et de chair.] Le viens rat trpassa. Mais le tliu. de plus pies, Son heure tait arrive ddaigna la triste proie. Faire si maigre chair? . La ble dj pourrie ne lui disait neu qui vaille et. eu des con'orsions de pan'hcie, le chat revint son mur d'eoctos (jue.d un snut.il escalada. L'heure du viens rat n'avait point encore sonn. Il resta, (s, immobile, insoucieux de l'intit qu'il suscitait, heu ranx, peut-tre, de trot pour ses vieux jouis, au lieu de l'obscurit de son trou, la belle clart d'un jour lu ailneux et de pouvoirrciiaui•* Dubois. Deux nouveaux Ministres ECOLE ELIE DUBOIS Les anciennes lves de l'Ecole E'ie Dubois sont vilea prendre part a 1 1 retraite anni qui com uii" t ; i ''IftKV 11 Bel-iir. Elles t>!ies (le ouloir dre leur carte d'entre Elie Contrain rrent toutes lea rcmeurs qui ont circul vendr di de mer, le Cabinet d'ajom i,.ment est rest debout avtc tout* tois un peiil reiuammeit qui a jou coiiie le M niatra Kernrn', al nuire pies g eux ami : Ab t L^g r. Ue K %  •ni Ban, peu de chose a dire, sinon qu'il vaut b'en moins que ses dclarations. Ces' un; gentil garon, parait il, avec un cerveau meubl dco loinie rolitique, mail qui s'en est Uop tenu la lettre. Il a tait fi §ro, mais il eat tomb, s. inble-t il. avec g ace, sans p!< us et tans murmures. Mr Lgr,i ilie, .. tait de la bonne oeaogne, | qu'au dira de no ra confrre ,\ >uvcl!iste , qui est dans & eret des dieux gouverne-] mentaux, il a pu obtenir quatre importants. La i Toutes les Polices DE LA 0 Kcomprennent H redresaements la Protection contre la S Foudre sans auamentation de tauxj I 0 K M \mmmwam Aaents Gnraux I* %  *s..' Jh+,


PAGE 1

M Tl V i AGI. S filiuio ftariMiicour i ii)l la MM BMt t est universelle a gard M premire place Penam4e/ partout : UN BARBNCOWHT M Bepol : Hue Csar. W %  9V" ALIX HO Y 80 annes de succs. u PIUS mciHNf £T u PIDS imcux INJECTION PERARD D'ALGER •t DRAGES PETRAMiM Omrimmmml fa BLENNORRAGIE TOUTES PHAMUCIU PITIURB, U. mi h GrmlU, PARC Les avantages quolfre la Cuisine Electrique %  HOTPOINT iont maintenant connus de tout le monde. Pour vous en convaincre, visitez noire salle d'exposition. Compagn ie d'clairage El e D.ri Gt*(C*L: UC*OHli. %  •>-•*• •* &f • ~ %  . .' ~f'i —iM~n-iHU.'. Mari ta 'Pourquoi ne Pouvons nous pas Economiser? 1 4 A VIS Doorez vo-' (Ommandri de carie,de hire par', etc.. llm • pri maria Mnritstii, r vous trouverez un grnil diox de Nrttres et des prix rek-Lvrment b's. Manufacture Hatienne ^ r ^' w. utn'ji riL n i M ounoti r>< N^M^r _, .i. -:. ..ir.-s n JAA.'.'UKI. J r ^'C-.'nHSffJBBI ^!MxamM'mMmMnM'n J —— vw LE FAIT EST INCONTESTABIJ 3MBIEN de foi v-ou *t*s-vou po cetws qxttatkxt apris vous trs rendu compte que vos dpen*c absorbent tout votre •tkire?—^Jintit d'autret peraonnea dont le rerenu n'est pas jprieui au vtre, schtent dea articles qui sont hors de votee porte. Seraitvt viRWtsr-< a %** r



PAGE 1

Lundi 18 Juillet 1932 Le iiiiiu 4 PAOF8 20EX MVKt M77_'J fort- u-Prrc.ee TelphoBe : 2W2 loterie Nationale d'Hati 16, Rue Bonne.Foi, Ihone : 3358 La Loterie Nntionaled'Hati est tin a institution hautement humanitaire par la multiplicit d'œuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de bien tre offerte aux hommes de toutes conditions de fortune. Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans. Salaris*de tons ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans panar leur budget moyaooanl rt>ui goodet, peuvent gagner trois mille gourdes. Patrons de Ommierce.Chetsd'Industie.parez aux iusutfisances d*l v en tel. par l'achat d'un billet, qui TOUS libre du souci des Achaocer Mdecins, Avocats. Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Grand*. Dignitaires de l'Etat.P.eprsentants de llntellectualit, Jour Batistes. Donnez l'exemple de votre solidarit sociaie. Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmentez vatre lllllliilllli POUTS DE NEW-ORLEANS El MOBILE PORT-AU-PRINCE. SANTO D0MIN69 CITY, CURAAO, PUERTO CABELLO, LA GUAIRA El PARAMARIBO. ALVANGN AUSTVANGEN VBSTVANGEN DALVNGN AUSTTANGEN VESTVANGEN •vmr. Vous tous qui ha) t.zHati, rendez-lui service ea ache anl le billet de la Ln'lKKIE NATIONALE D'HATI. AVIS AU COMMERCE La Pamima Uailroad Slea sabip Line a l'avantage d'an •Onier les dparts suivants de New York pour port au prince %  ait, directement chaque mardi. Tousses steamers sont t pourwis de chambre hiyori'iaue Xf\v Orlans L' n i sicoa.Up. Mnl-ile. Atabumr, l)p. Port-so-I'iince, Hati Arr. SantnDomiot(n C.ity,R.I). arr. Cur<\ D. W. '. arr. l'ucrio Label o, Venz, arr. i.a Guaira. Venezuela arr. Paramaribo,DiHch Guiana ar. l'aramaritxi.Dutch (uiaua Dr. (Uirt4u, i', W. I. arr. New Orlans, Luuisiana arr. Juillet 2 juillet 4 juillet 9 juillet 13 jii'let \J juillet 17 juillet 18 juillet 22 juillet 27 juillet 31 at.! 3 Juillet 1S juillet 18 juillet 23 juillet 27 juillet 2 juillet 31 aot aot ai t nul a ont juillet 30 aont 1 aot ,6 ntft Kl tout 10 aot 20 1 5 13 14 11 aot aot aot aot a< t a< t a< t •ept. 10 VI 14 15 19 34 $ 5 aot 24 aot 26 a. %  tftt sept, sept, sept 21 39 2 7 11 srpt. 19 Prenant fit at passera pour tout les ports ci dessus aot 27 ac t 21 k sept. 3 sept. 7 sept. i. sept 11 srpt M sept. 1<> sept. 21 .-ept. 95 oct. 3 sept 10 sept. 12 stpt." 17 sept. 21 sept. 23 sept. 26 sept. 26 sept. 30 oct. I oct. 9 oct. 17 p et A CONNUSSE!EN [S DIRECTE DLPMtS POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS : o.i-.ie-* aix. Sl-uarc, Mit g ne et Jrmie, lit T M j Monte Cristi, La Pomana. Brahona. S*n P ,:-ia, lifpubliqui Domimeaiue, Coro, .lariioano, Cumar.o. C'ianta et Pampatar,Venezuela, Aruba e' DE MOBILE ET' HLW-ORLEANS 1 TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET HARACAIBO. Pedro de M""^ri< Bcnaire l)W. Venu ris de \ew \ork. Arrivages Port au-rrince. Steamer "Ancon" le (j juillet 1932 Mesmer "Guayaquil" le 12 juillet le 11 Juillet 32 le 18 juillet 1932 Panama Kailroad vS'tea ni pship Line JasH. G.VANKEED Agent Gnral Un duait vers le milieu rie rbnqne mois toi.rlv.nt directement: Puertr-Plala. R. D., Gap-Uadien, Gona'jves. l'etitGtve, Aux Cayes et Jacmel, Ih.ti et Macaraibo, Venezuela. Si un Pt suffisant est oert, ceebaleeus toucheront galement Porl-de-Paix, St-Marc. Miragoaue et Jrir.ia, Hati ; Ba rations, Az:ia. Monte Cristi. San Pedro rie Maoris et La Roman. il. I). Aruba, 1). W. I. lie Temps, Ronde, la Jaroakjne-Hal iLa Rpublique Dominicaine— Ct'taoet Venezuela: Dnsrs pour les partici-dessus quand une quantit suffisante de lit est oflerte. ( S)jet a changement, annulation ou ajournement sans avis. ) A. de MATTEIS & C*, Agents Gnraux 1 < %  *•-. 1U. *!•.• • I •*M* —•*•* Sor. I A LAITERIE MILE I. if raison propre, hvgine] que, en bouteilles lu rmti-1 a ue'nent cachetes, y I abri e toute falsification. j Transport lait en rhigrrateuis roues. 1313 rand'Hue, %  Vioce. i'nrl-auI (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone: N 232 l —o— Ls vapeur i Martinique Voy. 100. venant directement de New-York,est attendu ici, uaidi 19 courant, continuera le mme jour pour 1rs ports colomb-ens. Oistobal. Canal Zone, Kingston el New York, ie muuucsle de ce vnpuir I e i par avion poste est lu disposition des client dans nos bureaux sis anjjlr des mes du Quai et Thon ;u v!adiou (vis--vis de la Douane. a a • T.e vapeur t Bolivar Voy. 101, partira de New-Yokle 20 cri,.directement poui Port•u Prince i, il est at! ndu le 2'J. en roule [pour le ports colombien*, Crislonal. C Z., Kingston cl New-Vok. • L" \apeur Kharaco* i Voy. 10, paitir.i de New York le 22 courant.pontous l<* ports hauifbs. Attendu ici lr SOcrt. en route pour les puits du •ud, William. E. BLB6. Agcnl. Aaaurez-vous contre nrcideal la General Accident Fira & Lile Asiurance Corporniion Lisni'ed,— Vve F. Beruiy^ham A|fUl '^nral o>.i r hill. Voulez-vous BOULANGERIE FRANnAISE&PTISSERIEFRAHHAISE RICHARD PETERS, Prop. CHAMP DE MARS, N01211 ussir dans vos tudes no laire russir vos en ta nts,grftce ;i une mthode d'enseigne, ment classique excellente? VOULEZ-VOUS Une protession aprs • ) mois d'tudes srieuses (St no-Dactylo, Langues vivante Comptabilit)' Songez (jue l'Iustitut T1P-] 1 ENIlAUER se recommande j et s'impose votie attention J par les brillants rsultats d |a obtenus. 1537Rue Lamarre. Tlphone 3191, AVIS o* I es Etudiant! de la Dnie anne de l'Ecole Nationale c'e Droit sont aviss que les cours mimographli d'tais* I .ire du Droit Hatien sont eu vente chez l'auteur Me Henri TERLONGE Pnre rie se b'er;les exe m p'aires sont en nombre res I tieint. Bar National V<>i lerM-ons et r e servi souhait ? Allai SU BAR NATIONAL, Place Qfilrard, an lace de M iiieia, L'lablissemeut se recommande par ses cocktails rr m mins. In restaurant oi l'on trouve loujonrsdes mets sa va m nu ni prpars est an* nei nu BAR NATIONAL que dirige Mme RocookT Cf OUI N'A JAMAIS 7£ FAIT CE OUI NE PEUT IRE DPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE I .ep;u,,. 1 in: ti \eule PHARMACIE F. SEJOURNE A.ugle 'lts lues i\cu.\ el du Centra. I.a seule boulangerie Europenne en Hati Spcialits de pains, pour sandwich Pains tlutes et pains moules. Pains noirs I Pains complets, etc. Ptisserie fine, pts. Vol au vent, Tourtes. Soins et promptitude. Tlphone : £069. La Maison n'a pas de sucent sa !e. Livraison a domicile lin avez-vous dj (jol? Eh bien, demandez dans Imis les cafs, bars et restaurants de la Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale: le PORTER NATIONAL' Agra ble — Fortifiant — Bon March. BRASSERIE NATIONALE S. A Port-au-Prince, (Hati). Laboratoire SJOURN DUUCCTURI F SKJOUKM':. Pharmacien R SJOURNI Pharmanru i'e Universit dp Paris M. SJOURXI., Plia* m ari, n ill'univuMlc de i'aris,ai.cie inw m dea H piiuux dt Paris Innlyses des Urinaa,dnanc g irq e du Sing ( WasenuuLLi l roe. Ilonvtate tiAuilvd, l.lvimic). ^cscrartwfti. bts miiVes'*lc£9L PROGRS NOUVEAU RHLM M)h\LAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURRENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON Ofm:AWl£ OR R|R M pajRj f fm imniil Lvkes Brothers SS C lnc T.xa Hati ntouoirungoForteRloo iJi'^r' i"""'", he ,do, "^' r e ft tlier |, UK ers et Pour It rception rapide et l e m.niemcnt habile de vov m,poyt,on,. servez v m tou,o..r. de, n.i !" de ', LYKi u &£ftUi£ll ,>or, - Pr T ^r, -,„. N'OUBLIEZ PAS DE FttE Unlpt TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville 1.0§§ pieds d'ulh'tnde 1 elhli...i i viran* de Porl.r .piLe niCnt ^P^^hdes M Boissons de to^tpcc^>f *XT2%t lit '> ri pen^io,, de ^or* A. *^^^ rr 4>; : *?v^ • ***U



PAGE 1

> Clment Magloire iDlRECTtjR |3M. RUE AMKIHAINE 13*8 .TELEPHONE M2342 fcif forte, quelle qu elle sait, psut lre un lleau d>>aslnlfiir • %  UBf eoenjie MllUirf selon pelle est lche ou dotu|lr Kilt peut se dpenser en part perte ou PB rsultats fconds, selon qu'elle est irrgnliere ou docile. 26 me'ANNEE N 7724 PORT-AU-PBINCE (HA1TD LUNDI 18 JUILLET 1932 ACTUALIT Depuis trois jours, c'est, ; celle nouvelle quipe vint en onos (le la formation d'un ? noire rduction nous nnnon-/ prop nouveau Ministre, un chaos i et son investiture. qui serait dsopilant, si ce n'tait la Chose Publique elle mme qui en faisait les Irai %  .. Nous vivons, sans conteste, sous le signe de la confusion, de l'incohrence et du chaste • heures 1/2 Tlphone encore.—All! All 1 La combinaison est chocolatl-C'tait devenir ton. Les journalistes ne savaient quoi dire leurs lecteurs Les s crois. L'intelligence, l'esprit ; dernires heures les plus de suite, la nettet, semblent J contradictoires s'taient dans avoir dsert nos cervelles, 'toutes les gazelles.— Enlin Vovons un peu : l'ancien Cabi un quotidien lu soir uaiall, nef,pour n'avoir pu, devant j avec l'A r r l Prsidentiel la crise conomique qui nous nommant ceux lits uss et mord jusqu'aux os, trouver |iru populaires, agrments dti une solution mme palliali( deux ligures nouvelles susve< — pour n'avoir pu, sur le plan de la politique de lib rai ion nalionale.oblenir qu'un accord Lger,— pour avoir ajourn la Chambre et le Se nal. tait devenu, au dire mme des plus frntiques partisans du gouvernement, franchement impopulaire, sur toute l'lendue de la terre natale. Le Chef du Pouvoir Excutif, qui n'est point dpourvu de l'esprit de finesse, l'avait compris el mesur.Tellement, que. l'autre malin, il fit comprendre a ses Ministres qu'ils devaient songer, comme Tirets, sonner la retraite. Effectivement, ces messieurs firent le geste. Mais voil: c'tait un faux dpart — d.sons mieux: une vieille figure de contre-danse, qui s'appelle sortie-entre.—La course aux portefeuilles fut mouvante. tragique, hurlcs'qne La raniarilla fatale cuira en action.— Jeudi midi la sonnerie du tlphone reten lissa il : All!All l— parles, cependant que, dans lune autre colonne ce, mme journal donnait unv formation toute autre. Eu prsence de cet imbroglio, les commentaires les plus justes, les plus absurdes prenaient leur vol. D'aucuns disaient : — Pierre-Paul est cause de cette dernire combinaison, car il ne veut rien entendre propos de Un Tel auquel le Prsident tient comme ses propres cheveux. —Un Tel,c'est le siy lobule, le poteau mitant du rgi me. Sans lui pas de gurie, pas d'amlioration conomi que! D'autres disaient: La liarde d'Halli es', intervenue, Dana Muuro, Washington, etc.. etc. Tout cela c'est des blagues. La vril. nul ne la connatra, sauf celle dame qui porte un bonnet de colon el qu'a louange Erasme, et qui s'appelle Incohrence... En conclusion nous nvops l'ancien ministre inoinsdeux, WEST INDIES GARAGE Sous la direction de M. Arnold BRAUN llphonc : Garage: 2251 R s iden ce : 2 tt\ 2. INSTITUT Guy-Joseph-Bonnet Prs du monastre St Grard II y a vingt cinq ans l* Muiv, /; JmOri ;:III~. BURCAL li ; D RiULIQUE Tout le monde sait qae les reitemu 1 rfa Serniee hydra ili ir ,, ,,.'.'/ juninin t, \ ton tes %  /'/ %  rr'rtirs, suffisants potircoN J d,. nous nargaer, en ch-ppan non reg r is. Il s'agit du Sn* vo'i qu'il y a un ni ir e COBIe i''plus conscrit '/ne p7e,*eje)i titellement cet imnntftnl s$r/'/"• nient mme de " 8,mil,, *• TT ,,, c ,. • 7 ..'*"'"". miisqn elle n est pas .lu Service Iwdniuliiiw: „„ 11B u\.;i .,. a i m \..., iqi Sincres flicitations In t. nr Pradel qui vient, pour I* vingtime lois, de tter se Ting' ". Chacun a pu placer un m i: afleclueux, un shake hand #1 n,#us f noiis attendons Sfsco • l'occasion fie le taire. Ce n'M Se nu. Tant pi, montage. venue | nousl Kd>il vraiment trop lar.j, S.-vmour, pour vous souha<'r Cet tablissement polaire qui vient de mriter les toffs de %  ^ m,ss '" n 'i l!l !""""'• ''<' 'I'"' \ 'Ihctucuseneni: Bonne tte* l'Inspection Scolaire et de re.nborleiMin grand sujets a->rs seu %  ""'''"'" / \ !" Mligence et In \ leinent uiie ainie .l-evisle;i,r.. ;,;.,'••, I,, n; -l|,;,|.. ,,..!.•, ,,..i '' r '' '''' /,/ / ''| voit que LE MATIN* nouvelle qu'y emploie le direuleur. d'aprs celle ,\ s Universits nronone l'autre jour loi'ii^n du Canada et des Etals Unis [l'Amrique, est situe, rom le sait, dans le quartier le plus sain le Porl an-Prince coliers faibles y refont leurs forces loul ludes. Les en poursuironl leurs de L'Institut ouvre ds ce [ourion registre d'inscriplion nomnouveaux lves qui voudront y venir en Octobre prochain. En attendant, les cours tft cmmeiicent partir du Irr Vol tous les/ours, de M 11 heures du malin, pour les aii.-dcs et ceux qiu,ayant chou aux eufaiens de Juillet, dsirent se nn-senterde nouveau en Octobre prochain.On peul suivre ces Cours, sansquon soit de l'iuslilut el surtout ralemcnt oblig d'y rester. Mthode sre qui garant sans qu ou soit moe succs PRIX MODIQUES Propos humides —o— Si''-i)lifii Alexis ni rapport qua ccrlaina pointa le l'entrevu* qu'il avec Mr Dana Ministre An! <|in se prsentera devant les Enfin c'est l'ait : Voici la | Chambres en triomphateur, composition i\w nouveau MiOn raconta que Dante venislrc : Un Tel. Cn Te!. Un nat d'accoucher de i\?ux vers alexandrins. Il laissa sa plumalin, le ministre Lucien H.bgrammaire eldes humanits oui ber a pris possession de son remport le plus de prix.Ils leur poste. Speech de son predtvsI ont t etTeclivemenl remis C keur Keroisan. Rponse de Mr son! enfi e : Ravmond Cassa nol Il.bbert. Compliments. • e„ cinquime": Rdver Joseph et — Desgens.qui se disent biea, Koberj Poilevieu. en tmeHnviilorines.prelendent (pie la nionioiiJI Dorsinvil.'e cl Paul fleTagricole %  me sur A Tel, etc. C'etail du neul. Mais midi dix, rsonnerie.— Changement tic dcor. La premire combinaison tait loupe. On en revenait aux uss et aux impopulaires, agrments de deux flfiNt. r | e pT lm\erl nouvelles. Cinq heures de l'y prsmMi : les anciens, sauf un, taieut saqus. Tellement e papier, el alla a une i ire le sa villa du Latium contempler le crpuscule. Ll les deux vers se mirent palier entre eux ; Je dfie les sicles, dit car Dante est mon pre — Quant moi, dit le second, je ne vivrai pfs.je suis foutu, je ne suis pas n viable, qu'un membre important de i car Dante n est pas mon pre! CHOS —o — — Les candidats aux cinq nouveaux fauteuils du Snat sont entrs en campagne. On croit qoe celle lection qui sera faite par ia Chambre basse aura lieu daos la premire semaine d'Aot. „ — De -x biMets dune et de deux gounh-s hatiens sont an circulation. Notre confrre Le Nouvelliste dit cet gard que c'est toute une org-niisalion de commis-voyageurs trangers qui parcourt l'Amrique Latine et Us Antilles. — En province, surtout dans l'Arlibonile et le Nord Ouest, la culture de la ligue-banane est faite sur une vaste chelle en vue de l'exportation. C'is une plantation que l'Etat aurait d encourager. — Nous avons reu avec ini verainet. Dont acle. 1 — L'opinion publique s'attend J a ce que le Gouvernement Irai duiseen acle son dsir d'am! liorer la crise conomique. — Il se dit que la Compagnie d'Eclairage Electrique prend des mesures pour baisser le kilowatt lectrique dix centime. Il en est plus que temps. — Le I) r Jeanhot soutient mordicus que le puils de IJerlh esl rempli d'or. Il B jet un dfi tous ses contradicteurs. — L'Abeille de Jacinel voudrait voir les boutiques o jiiisniion agricole va tre tantt dcrte par le Gouvernement, et que loua les bureaucrates de Damien seront limogs. On ne tolrera l que des ralisateurs et des hommes d'action. Sur le papier c'est 1res beau* mais et les amis sincunstes. qu'en fera-t-on ? L'cole nouvelle que dirige avec tant de bont el d'esprit nouveau" Maud Hudicurt Turian offre une pelite fle siux amis de son tablissement et aux parents de se lves jeudi prochain. — Ce malin, 8 heures, les examens pour l'obtention du certificat d'tudes secondaires classiques ont t ouvtrls.Souhailons de la chance aux candidats. L* LECTURE DO [PALMARS vaux, eu ,v : rranck Biaise el Candelrm Lucac, en seconde Ludovic Pauvo et Ph. Germain. L'insiitul Guy Joseph Bonne! a donc remport un succs bien mrit el nous prsentons nouvelle fois tous nos coi ments Mr Luc Dorsinv C-MI UArniremen NTnnro, lo distingu • lin... La politique ]> rter du >Wa/in |trvnlre con... quand l'ide inerV''il'.ciis\lui vinidr poser nu arond purtiinaire une question ^conornique: — A voira avis. Monsieur lMinistre. pul-on savoir quel .'si le meilI nr lltuiDi ? — Voyons, rpondit sans lisiler l'homme c'est le Ittll'M SAIMIIK CACHIST D'OR lunbre d'un vivinl. Mou'i'* Jewph Nol, ininis're du Coni inerce e! des Travaui Pnh'iva, voudra bisn nous aardooerr d avoir, sur la loi des roineii'^. annonc qu'il prenait ss rtear* • •• Alors, rates pi, char Basais Modo? C'est tant mieux. .. voit que M. L^er s'a* us.s', le r se disposait a! redressements attendas par i N'tion. Mr 'eger, dans rs conditions, a donc eV OIT. rooint o/u' ct des tt dressements annoncs au son <'u tambour... il n'y ait les <••• idant, toutefois... et mat, •i 'xquels nous n depuis lont;lempa habitu la diplomatie tmrCaine ;ivec ses laons ds "prendre d'une main cequ'ele donne de l'autre. I il!.-. Loterie uni!La mort du vieux rat Nationale Ici Vendredi matin, tout Portau-Prince rptait que Mousieur Antoine Pierre-Paul, le nationaliste bien connu tactil prsident du Parti Travailliste, venait d'tre, choisi par le Prsident del Rpublique,comme Chancelier de l'Echiquier. El puis.erac! le lendemain ce n'tait plus ca du lo.it. C'est contrariant, ces innldonnesd.. Quoi qu'il en soit, Pierre-Paul GUY JOSEPH BONNET ^'CW/te rencontr ce matin, la mousl'empressement que les sache plus .ibsalonnieune que jamais, el ([ni choissisiil un bille! de la Lnlerie Nationale. — Mali nous dit-il, le gros lot vaut bien le ministre Par amis mirent aller vendredi soir l'Institut, la runion protoque par te Direcleur.Mr Luc Dorsinville, prit vile le caractre (finie vraie fle dont l'clat a eu l'honneur dlre rehauss par ("est aussi noire avis, Antoine Mercredi. S linl-Jean. bncore ^n pour maintes V i K i e de I a jour .suis pain Kens el o la lotfis, le soir, tait cnielques personnages, parmi seule la lamille est employe.ne | Psque |s on remarquait le Hev. Pre Manise, de l'ordre des R f ias 1 s lermer a 4 heures, si c'est leur plaisir. Trs juste. — AJacmel, les Travaux Publies (instruisent un building qui logera, entre autres services f iublics, celui des Postes et Tgraphes. demploristes, le Snateur Martineau, le juge Vilgrain, Mr Jrinie, etc.—Salle comble, assistance choisie. La lecture de la premire parlie du palmars lut couverte Une dpche de Ville-Bon\ d'applaudissements,puis le jeune finkneiit de plaisir la visite de j ees. Magistrat Cornu If. Joseph Titus Jeune, l'ancien On parle de la Pitet des Gonalves, qui vient J une quipe de v d'irs appel a la direction du Parquet de 1a Capitale, est un homme rput pour sa loyaut Marcel Baron, de la classe de 8 e dbita un courl pome eu prose au Drapeau , prpar par Vir Luc Dorsinville.Ht ce fut le tour adreset son nergie. Nous lui sons notre compliment. — Une commission S t formie pour statuer sur les procsverbaux de l'Assemble de Rvision Constitutionnelle. Notre confrre Le Nouvelliste certifie que, dans une anne et demie. Hati recouvrira mus les attributs de sa souheur nous annonce : Cyclone )ass Saut-d'Kau vendredi soir, 'as de victimes, 3 maisons brii Magistrat Communal. rencontre oolley-ball dominicaine (jeunes filles) avec j la ntre dont les entranements ont cess depuis le dpart de Mme Dartigue pour les Etats-j turc du palmars. — Le Unis. JRavinond Lue Dorai n vil MORT DE I U LRICK DU Samedi matin esl mort subitement Monsieur Ulrick Duvivier, ancien Dput du Peuple, ancien Ministre Plnipotentiaire Washington, ancien Secrtaire d'Etat des Dlations Kxli ieures. LUC l/(iiaiu> iiic.i.i ic IUI n. min i ,,,„,„,,,,. i . de Ren Caire, lve de la classe J„ K ' T ^ ** P " de philosoplue, qui lut. avec 3 r J. n.^ t^lllf l-, llmbrio et une bonne diction, une f %  •'-I* !"•'.. *a cullure et ses dissertalion de sa composition.— I'.nsuile, continuation de la lecjeune e dit — Le journal La Bataille J Immdiatement aprs un mordans son numro de samedi ceau en prose sur le sou du houspille les Snateurs qui n'ont j lambl ; puis le Direcleui pas protest contre le mandat • lura la soire par une causerie de 4 ans que les parlementai; sur Plioh, Chrlstophi res se sont octroys. Vous exa-jet l'occupation de Santo-Domiugras un peu, cnnlrre. I g" P'"' '' s Hatiens. Samedi, 11 heures du Les lves des classes de SML£-tt£J^o23rjSa jonnes manires. Nous envoyons sa lamille l'expression sincre de nos sympathiques condolances. lumire au incertaine. \n cadran des horloge^, les aiguilles se sont mises angle droit pour marquer la dnie de deux heures, L'anrs-midi s'annonce mono* 1er e comme celle de la vaille, cumme le sera celle de dnia m, certainement. Une lourde n.c aocolie sur les choses, en soi. Les grands sabliers de la nie des Miracles laissent balancer l < % %  n r s branches au soufle d'une brise qui s'est %  irlume en bte, l-bis. au'• nus da la Grande Bleue qui tend son voile d'azur scintillant tout en bai d • s 'ne o grimacent, ici et la, les nuisonoetles sordides dont le seuil abrile des marilorns en bras de chemise, jupe retrousse, pipe engueule et haut perches sur leurs sa \atesencuir. Repos des ouvrires de nuit. Fermes, le |our. Ouvertes, la nuit. Les grands sabliers cinquantenaires au tronc massil et rugueux laissent s'agiler leur feuillage pais O nul oiseau ne chante; au vent qui siffie ils mettent du vert s t pro(h-s iri '"ivi-" ntour, du coifleur d'ct et d'eu lace, abritent et point i hand, luinlgent P! misricordieux, l'astre apai.( le iii rie ses rsyoi s comme p tr !<*< n point u c le Rue i. h,i e ( t ses rvoltes qui b uni o ; tnt et e u ; rnei.lent. ••• lin sai t s j| ^sj i ^% m 40 %  •s.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07055
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, July 18, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07055

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
>
Clment Magloire
iDlRECTtjR "
|3M. RUE AMKIHAINE 13*8
.TELEPHONE M2342
fcif forte, quelle qu elle sait,
psut lre un lleau d>>aslnlfiir
UBf eoenjie MllUirf selon pelle
est lche ou dotu|lr Kilt peut se
dpenser en part perte ou pb r-
sultats fconds, selon qu'elle est
irrgnliere ou docile.
26 me'ANNEE N 7724
PORT-AU-PBINCE (HA1TD
LUNDI 18 JUILLET 1932
ACTUALIT
Depuis trois jours, c'est, ; celle nouvelle quipe vint en
onos (le la formation d'un ? noire rduction nous nnnon-/
prop
nouveau Ministre, un chaos i et son investiture.
qui serait dsopilant, si ce
n'tait la Chose Publique elle
mme qui en faisait les Irai..
Nous vivons, sans conteste,
sous le signe de la confusion,
de l'incohrence et du chaste
heures 1/2 Tlphone en-
core.All! All 1 La com-
binaison est chocolatl-- C'-
tait devenir ton.
Les journalistes ne savaient
quoi dire leurs lecteurs Les
s

crois. L'intelligence, l'esprit ; dernires heures les plus
de suite, la nettet, semblent J contradictoires s'taient dans
avoir dsert nos cervelles, 'toutes les gazelles. Enlin
Vovons un peu : l'ancien Cabi un quotidien lu soir uaiall,
nef,- pour n'avoir pu, devant j avec l'A r r l Prsidentiel
la crise conomique qui nous nommant ceux lits uss et
mord jusqu'aux os, trouver |irupopulaires, agrments dti
une solution mme palliali-( deux ligures nouvelles sus-
ve< pour n'avoir pu, sur le
plan de la politique de lib
rai ion nalionale.oblenir qu'un
accord Lger, pour avoir
ajourn la Chambre et le Se
nal. tait devenu, au dire
mme des plus frntiques
partisans du gouvernement,
franchement impopulaire,
sur toute l'lendue de la terre
natale. Le Chef du Pouvoir Ex-
cutif, qui n'est point dpourvu
de l'esprit de finesse, l'avait
compris el mesur.Tellement,
que. l'autre malin, il fit com-
prendre a ses Ministres qu'ils
devaient songer, comme Tir-
ets, sonner la retraite. Ef-
fectivement, ces messieurs fi-
rent le geste. Mais voil: c'-
tait un faux dpart d.sons
mieux: une vieille figure de
contre-danse, qui s'appelle
sortie-entre.La course aux
portefeuilles fut mouvante.
tragique, hurlcs'qne La rania-
rilla fatale cuira en action.
Jeudi midi la sonnerie du
tlphone reten lissa il :
All!- All l
parles, cependant que, dans
lune autre colonne ce, mme
journal donnait unv forma-
tion toute autre. Eu prsence
de cet imbroglio, les commen-
taires les plus justes, les plus
absurdes prenaient leur vol.
D'aucuns disaient :
Pierre-Paul est cause
de cette dernire combinai-
son, car il ne veut rien en-
tendre propos de Un Tel
auquel le Prsident tient com-
me ses propres cheveux.
Un Tel,c'est le siy lobule,
le poteau mitant du rgi
me. Sans lui pas de gurie,
pas d'amlioration conomi
que! D'autres disaient: La
liarde d'Halli es', intervenue,
Dana Muuro, Washington,
etc.. etc.
Tout cela c'est des bla-
gues. La vril. nul ne la con-
natra, sauf celle dame qui
porte un bonnet de colon el
qu'a louange Erasme, et qui
s'appelle Incohrence...
En conclusion nous nvops
l'ancien ministre inoinsdeux,
WEST INDIES GARAGE
Sous la direction de
M. Arnold BRAUN
llphonc :
Garage: 2251
Rs iden ce : 2 tt\ 2.
INSTITUT
Guy-Joseph-Bonnet
Prs du monastre St Grard
II y a
vingt cinq ans
l* Muiv, /; JmOri ;:iii~.
BURCAL li;DRiULIQUE
Tout le monde sait qae les
reitemu1 rfa Serniee hydra ili
ir ,, ,,.'.'/ juninin t, \ ton tes
/'/rr'rtirs, suffisants potircoN
J d,. nous nargaer, en ch-ppan
non reg r is. Il s'agit du Sn*
vo'i qu'il y a un niire cobi-
e i''- plus conscrit '/ne p7e,*eje)i
titellement cet imnntftnl s$r-
/'/" nient tteilt, IHir un,' /),.,',- n,!,,finis
rtttinn obtenir d'excellents
r milltils.
Ln semaine dernire en effet, '
Mr timocls La f on ta ni u r s
an trsor publie, la a >mme de " 8,mil,, * TT
,,, c ,. 7 ..'*"'"". miisqn elle n est pas
.lu Service Iwdniuliiiw: 11B, u\.;i .,.aim\...,
iqi
Sincres flicitations In
t. nr Pradel qui vient, pour I*
vingtime lois, de tter se Ting'
". Chacun a pu placer un m i:
afleclueux, un shake hand #1
n,#usf noiis attendons Sfsco
l'occasion fie le taire. Ce n'M
Se nu. Tant pi,
montage.
venue
| nousl Kd>il vraiment trop lar.j,
S.-vmour, pour vous souha<'r
Cet tablissement polaire qui vient de mriter les toffs de ^"m,ss'"n 'il!l !""""' ''<' 'I'"' \ 'Ihctucuseneni: Bonne tte*
l'Inspection Scolaire et de re.nborleiMin grand sujets a->rs seu ""'''"'"/ \Mligence et In \
leinent uiie ainie .l-evisle;i,r..,;,;.,', I,, ,n;-l|,;,|.. ,,..!., ,,..i '' 'r'' ''''/,/'/''- | voit que Le Matin*
nouvelle qu'y emploie le direuleur. d'aprs celle ,\s Universits nronone l'autre jour loi'ii^n
du Canada et des Etals Unis [l'Amrique, est situe, rom
le sait, dans le quartier le plus sain le Porl an-Prince
coliers faibles y refont leurs forces loul
ludes.
Les
en poursuironl leurs
de
L'Institut ouvre ds ce [ourion registre d'inscriplion nom-
nouveaux lves qui voudront y venir en Octobre prochain. En
attendant, les cours tft cmmeiicent partir du Irr Vol
tous les/ours, de M 11 heures du malin, pour les aii.-dcs et
ceux qiu,ayant chou aux eufaiens de Juillet, dsirent se nn--
senterde nouveau en Octobre prochain.- On peul suivre ces
Cours, sansquon soit de l'iuslilut el surtout
ralemcnt oblig d'y rester.
Mthode sre qui garant
sans qu ou soit mo-
e succs PRIX MODIQUES !
Propos
humides
o
Si''-i)lifii Alexis ni rapport qua
ccrlaina pointa le l'entrevu* qu'il
avec Mr Dana
Ministre An- !
<|in se prsentera devant les
Enfin c'est l'ait : Voici la | Chambres en triomphateur,
composition i\w nouveau Mi- On raconta que Dante ve-
nislrc : Un Tel. Cn Te!. Un nat d'accoucher de i\?ux vers
alexandrins. Il laissa sa plu-
malin, le ministre Lucien H.b- grammaire eldes humanits oui
ber a pris possession de son remport le plus de prix.Ils leur
poste. Speech de son predtvs- I ont t etTeclivemenl remis C .
keur Keroisan. Rponse de Mr son! enfie: Ravmond Cassa nol
Il.bbert. Compliments. e cinquime": Rdver Joseph et
_ Desgens.qui se disent biea, Koberj Poilevieu. en tmeHnv-
iilorines.prelendent (pie la nio- nioiiJI Dorsinvil.'e cl Paul fleT-
agricole
me sur
A
Tel, etc. C'etail du neul.
Mais midi dix, rsonne-
rie. Changement tic dcor.
La premire combinaison
tait loupe. On en revenait
aux uss et aux impopulaires,
agrments de deux flfiNt.r|e pTlm\erl
nouvelles. '
Cinq heures de l'y prs-
mMi : les anciens, sauf un,
taieut saqus. Tellement
e papier, el alla a une
i ire le sa villa du Latium
contempler le crpuscule. Ll
les deux vers se mirent
palier entre eux ;
Je dfie les sicles, dit
car Dante est mon
pre !
Quant moi, dit le se-
cond, je ne vivrai pfs.je suis
foutu, je ne suis pas n viable,
qu'un membre important de i car Dante n est pas mon pre!
CHOS
o
Les candidats aux cinq
nouveaux fauteuils du Snat
sont entrs en campagne. On
croit qoe celle lection qui sera
faite par ia Chambre basse aura
lieu daos la premire semaine
d'Aot. ,
De -x biMets dune et de
deux gounh-s hatiens sont an
circulation. Notre confrre Le
Nouvelliste dit cet gard
que c'est toute une org-niisalion
de commis-voyageurs trangers
qui parcourt l'Amrique Latine
et Us Antilles.
En province, surtout dans
l'Arlibonile et le Nord Ouest, la
culture de la ligue-banane est
faite sur une vaste chelle en
vue de l'exportation. C'is une
plantation que l'Etat aurait d
encourager.
Nous avons reu avec in-
i verainet. Dont acle.
1 L'opinion publique s'attend
J a ce que le Gouvernement Ira-
i duiseen acle son dsir d'am-
! liorer la crise conomique.
Il se dit que la Compagnie
d'Eclairage Electrique prend des
mesures pour baisser le kilo-
watt lectrique dix centime.
Il en est plus que temps.
Le I)r Jeanhot soutient mor-
dicus que le puils de IJerlh esl
rempli d'or. Il B jet un dfi
tous ses contradicteurs.
L'Abeille de Jacinel
voudrait voir les boutiques o
jiiisniion agricole va tre tan-
tt dcrte par le Gouverne-
ment, et que loua les bureau-
crates de Damien seront limo-
gs. On ne tolrera l que des
ralisateurs et des hommes
d'action. Sur le papier c'est 1res
beau* mais et les amis sincu-
nstes. qu'en fera-t-on ?
L'cole nouvelle que di-
rige avec tant de bont el d'es-
prit nouveau" Maud Hudicurt
Turian offre une pelite fle siux
amis de son tablissement et
aux parents de se lves jeudi
prochain.
Ce malin, 8 heures, les
examens pour l'obtention du
certificat d'tudes secondaires
classiques ont t ouvtrls.Sou-
hailons de la chance aux can-
didats.
L* LECTURE DO [PALMARS
vaux, eu ,v : rranck Biaise el
Candelrm Lucac, en seconde
Ludovic Pauvo et Ph. Germain.
L'insiitul Guy Joseph Bonne!
a donc remport un succs bien
mrit el nous prsentons
nouvelle fois tous nos coi
ments Mr Luc Dorsinv
c-mi UArniremen
NTnnro, lo distingu
lin... La politique
]> rter du >Wa/in
|trvnlre con... quand l'ide iner-
V''il'.ciis\lui vinidr poser nu arond
purtiinaire une question ^conornique:
A voira avis. Monsieur l- Minis-
tre. pul-on savoir quel .'si le meil-
I nr lltuiDi ?
Voyons, rpondit sans lisiler
l'homme ''.iiii-i jo mnie on sait t\x\i> c'est le
Ittll'M SAIMIIK CACHIST D'OR !
lunbre d'un vivinl. Mou'i'*-
Jewph Nol, ininis're du Coni
inerce e! des Travaui Pnh'iva,
voudra bisn nous aardooerr
d avoir, sur la loi des roineii'^.
annonc qu'il prenait ss rtear*
Alors, rates pi, char Basais
Modo? C'est tant mieux.
.. voit que M. L^er s'a* rclamer si dmission, juste an
; moment O, il en croire a i.e N'.m-
v el liste a, il venait d'oprer Im
9 us.s', le r
se disposait a! redressements attendas par i
N'tion. Mr 'eger, dans rs
conditions, a donc eV oit-
. rooint o/u' ct des tt
dressements annoncs au son
<'u tambour... il n'y ait les <
idant, toutefois... et mat,
i 'xquels nous n depuis lont;-
lempa habitu la diplomatie t-
mrCaine ;ivec ses laons ds
"prendre d'une main cequ'el-
e donne de l'autre.
I
il!.-.
Loterie
uni!- La mort du
vieux rat
Nationale
Ici

Vendredi matin, tout Port-
au-Prince rptait que Mou-
sieur Antoine Pierre-Paul, le
nationaliste bien connu tactil
prsident du Parti Travailliste,
venait d'tre, choisi par le Pr-
sident del Rpublique,comme
Chancelier de l'Echiquier. El
puis.erac! le lendemain ce n'tait
plus ca du lo.it. C'est contra-
riant, ces innldonnesd..
Quoi qu'il en soit, Pierre-Paul
GUY JOSEPH BONNET ^'CW/te
rencontr ce matin, la mous-
l'empressement que les sache plus .ibsalonnieune que ja-
mais, el ([ni choissisiil un bille!
de la Lnlerie Nationale.
Mali nous dit-il, le gros
lot vaut bien le ministre
Par
amis mirent aller vendredi
soir l'Institut, la runion pro-
toque par te Direcleur.Mr Luc
Dorsinville, prit vile le caractre
(finie vraie fle dont l'clat a eu
l'honneur dlre rehauss par
("est aussi noire avis, Antoine !
Mercredi.
S linl-Jean.
bncore ^n
pour maintes
V i k i
e de I
a
jour .suis pain
Kens el o la
lotfis, le soir, tait
cnielques personnages, parmi
seule la lamille est employe.ne |Psque|s on remarquait le Hev.
Pre Manise, de l'ordre des R
fias
1
s lermer a 4 heures, si c'est
leur plaisir. Trs juste.
AJacmel, les Travaux Pu-
blies (instruisent un building
qui logera, entre autres services
fiublics, celui des Postes et T-
graphes.
demploristes, le Snateur Marti-
neau, le juge Vilgrain, Mr Jr-
inie, etc.- Salle comble, assis-
tance choisie.
La lecture de la premire par-
lie du palmars lut couverte
Une dpche de Ville-Bon- \ d'applaudissements,puis le jeune
finkneiit de plaisir la visite de j ees. Magistrat Cornu
If. Joseph Titus Jeune, l'ancien On parle de la
Pitet des Gonalves, qui vient J une quipe de v
d'irs appel a la direction du
Parquet de 1a Capitale, est un
homme rput pour sa loyaut
Marcel Baron, de la classe de 8e
dbita un courl pome eu prose
au Drapeau , prpar par Vir
Luc Dorsinville.Ht ce fut le tour
adres-
et son nergie. Nous lui
sons notre compliment.
Une commission S t for-
mie pour statuer sur les pro-
cs- verbaux de l'Assemble de
Rvision Constitutionnelle.
- Notre confrre Le Nou-
velliste certifie que, dans une
anne et demie. Hati recouvri-
ra mus les attributs de sa sou-
heur nous annonce : Cyclone
)ass Saut-d'Kau vendredi soir,
'as de victimes, 3 maisons brii
Magistrat Communal.
rencontre
oolley-ball
dominicaine (jeunes filles) avec j
la ntre dont les entranements
ont cess depuis le dpart de
Mme Dartigue pour les Etats-j turc du palmars. Le
Unis. JRavinond Lue Dorai n vil
MORT DE
IULRICK DU
Samedi matin esl mort subi-
tement Monsieur Ulrick Duvi-
vier, ancien Dput du Peuple,
ancien Ministre Plnipotentiai-
re Washington, ancien Secr-
taire d'Etat des Dlations Kxl-
i ieures.
LUC l/(iiaiu> iiic.i.i ic iui n. min i ,,,,,,,,. i .
de Ren Caire, lve de la classe J K' T ^ ** P"
de philosoplue, qui lut. avec 3rJ. n.^ t^lllf* l-,,llm-
brio et une bonne diction, une f '-I* !"'.. *a cullure et ses
dissertalion de sa composition.
I'.nsuile, continuation de la lec-
jeune
e dit
Le journal La Bataille J Immdiatement aprs un mor-
dans son numro de samedi ceau en prose sur le sou du
houspille les Snateurs qui n'ont j lambl ; puis le Direcleui
pas protest contre le mandat lura la soire par une causerie
de 4 ans que les parlementai- ; sur Plioh, Chrlstophi '
res se sont octroys. Vous exa-jet l'occupation de Santo-Domiu-
gras un peu, cnnlrre. I g" P'"' ''s Hatiens.
- Samedi, 11 heures du Les lves des classes de SML-ttJ^o23rjSa
jonnes manires.
Nous envoyons sa lamille
l'expression sincre de nos
sympathiques condolances.
lumire au
incertaine.
\n cadran des horloge^,
les aiguilles se sont mises
angle droit pour marquer la
dnie de deux heures, L'a-
nrs-midi s'annonce mono*
1er e comme celle de la vaille,
cumme le sera celle de dnia m,
certainement. Une lourde n.c
aocolie sur les choses, en soi.
Les grands sabliers de la
nie des Miracles laissent ba-
lancer l < n r s branches au
soufle d'une brise qui s'est
irlume en bte, l-bis. au-
' nus da la Grande Bleue
qui tend son voile d'azur
scintillant tout en bai d s
'ne o grimacent, ici et la, les
nuisonoetles sordides dont
le seuil abrile des marilor-
ns en bras de chemise, jupe
retrousse, pipe engueule et
haut perches sur leurs sa
\atesencuir. Repos des ou-
vrires de nuit. Fermes, le
|our. Ouvertes, la nuit.
Les grands sabliers cin-
quantenaires au tronc massil
et rugueux laissent s'agiler
leur feuillage pais O nul
oiseau ne chante; au vent qui
siffie ils mettent du vert s le bleu de "'horizon.
L riel est serein cepen-
... voit que la sant d noire
rher collaborstear Thomas
rtablit peu peu, et qu'il a
si bien reenovr l'osaga de la
j uibe que, la longueur des jour-
n ''cs-.ii Se promne dans m
chambre, comme un pripal*
'l'ien ou au vieux marcheur.
La miin droite se fait toujours
on peu prier... mais le doclear
Mose esl en Irain de lui taire
rloQCS vio'ence. Tout va donc
pour le mieux.
... voit qu' la tl du U juil-
'"t on n rptnis la croix de la
lgion d'honneur Messieurs
Chauve! et Liautaud, noi daot
nreatiglcui comniisaaires
f Ex position coloniale, mais (ssr
U y un ms) on attend *
nrt les certificats d'usage qui
o'vent revenir aux exposants.
\ rjui dsne hnt-il s'adresser
piur les avoir? On v tient.
... voit (pie le* Ministres Le-
o' et Noii1. don! on annortfei!
i dmisdon, n'onl pis leh D
riroquie. Ils taient morts vn-
' "ti dernier, et le lendemain.
ils ressuscitaient comme Lattre
I rclamaient leur petit Rhum
Ihirbancourt d'usage. Il n'est
pas dtendu de se soigner. Mes-
sieurs.
... voil que les vacances s'aa-
noncanl joyauaes pear les co-
liers et les parenti nmateurs de
snort, car ils trouve,ont chac
John Wiioltri/ (Ips articles de
toute, beaut pour tous l*c
sports.
LL8 LAINAftES EXCLUSIFS
LEGSO!?:* TES NOUVEAUTtS
US GARNITURES GRANDE COUTURC
a Irfuvont ol- it :
G!:Pmfc;C0uLIC.8TRIUSS
4 3, Rue OrsBtita 4-3 PARIS
Km ni
De rares silhouettes de pas
lanta rveurs et pleins de
soucis le profilent daos le
midi clatant, suivant pas
oasit. Li clart du jour lami-1 pas leur ombre fuyante cou-
^e.'Frs peu des..leil. Maisgii che devant eux sur l'asphalte
grise. El mille autos Client.
rapides, mirant la clart du
< leur vi rois vert d'ei',
u de Prusse ou'saug-brnc.
Le petit cabaret 1 > t pro-
(h-s iri '"ivi-"
ntour, du coifleur d'-
ct et d'eu lace, abritent
et point i hand, luinlgent p!
misricordieux, l'astre apai.(
le i- ii rie ses rsyoi s comme
p tr !<*< n point u c le
Rue i. h,i
e ( t ses rvoltes qui
b uni o ; tnt et e u ; rnei.-
lent.




linsait. sj| ^sji ^% m

40 -

s.-


PA'iK 2
t
r
VUX TROIS QUARTIERS
(J. de Vendegies )
Angle Avenue Kincx et Eue Vernet.
A lr jilaidr dai f*r '"si .-'ini b'r ri nomliiTiisc Clirnllr |n' M enl
de rtvrteir k hrticlra leivsels:
(han.'ix il- l\i-'. li" MJ- H de So:e.
de Paii>. Larg*s ceintures, leHru qq
Souliers dr <<.! W'-s. S ;'in Noir TU's.
fi H'R D re's 1) if-que,
rendra tl Cime "J\k''on. Ceinture* p'a*t:ctiP*i
Collier I ManVtes. F t Helor cl Toirniquels mu-
Abat-jourTiittea g-n'ile. leurs.
Ton articles de a nnirrr frtkhcur tl garantis.
Sto k < oDkUmaicRl rruoinrl. Hrl m bahftt.
t,



l\ DUE CIHC K DEMANDE QUE DU VERMOUTH1
CINZANO BLANC
;
I
k
il
;
vttc) Agents pour la Rpublique d'Hati
A. DE MATTEIS & Co. ., ^jj
Port au Prince (Hati) ' #
i. i
g, i IhiifiHnaaini .
i mu .
nombre de ^eris qui murent.
F'i'e q ii n'a rien taire que
de 'ontempler, les bras croi-
ss et h laim dans lo ventre,
la rot triste comme un sen-
tier de cimetire, les grandi
arbres qui s'eflorcent vaine-
ment d'avoir des sou ri es de
loti -bois, les autos qui pas
le" ses membres engourdis
par l'humidit de l'gout pu-j
e rayon de soleil qui ; Revue
lent. Et devant le comptoir^aftiire
aux cristaux qui brillent l'on
se groupe parfois pour le pe-
tit verre proltarien qui tait
tourner la tl et oublier sa
rat cur, sa rvolte et sa
maldiction.
Les heures sont lourdes.
Elles psent comme des si-
cles. .
Mais, personne ne s'y at-
tendait, voil que, sur le b-
ton chaud o le soir il met
des ogives et des ronds de
lumire si beaux qu'on
n'ose plus marcher . voil
qu'apparat ... un vieux rat.
Vieux. Trs vieux. Un vieux
rat an raie poil hiiss", tra-
nant un moignon de queue
perdue sans doute quelque
bataille nu temps d' g le jeu*1
ne*!e. Un vieux rut aux
(Jattes molles, 6 l'il sans re-
gard, grelottant de vieillesse,*
Vieux tre ddaigne d un
chat maigre...
Le vieux rat...
Quelle aubaine pour les
aonv.rds, les badauds, les
Shi-ies tapageurs qui dor-
maient, le chapeau sur les
yeux, sur le bois de lit de
leurs boites cirer. L'on sas
semble. L'on lait cercla au-
tour du rongeur venu l'on ne
Sait de quel trou obscur, de'
quel recoin oubli. Peut-tre
ce I egout qui pue, l, nu bout
de la galerie.
Vj'iels quolibets, Lon Dieu,
soi lent la vieille canaille ac-
croupie, l, sur la co lusse,
rchauffant sa vieillesse au
soleil qui poudroie! Un eh.it
du voisinage s'approche
pas menus et (entrs, le re-
gird lixe.laseinateur.lu queue
'tillaute, battant l'a r en ca-
sut
tu se du ciel en tte,
L'un s'arme d'un bton
noueux pour achever le triste
rongeur.
Attendez, dit l'autre Un
autn va bientt loi taire son
Ib.Rue de l'Uiiiveislt.l'aria.
SOtttfAlRK lK LA LIVRAISON
DU 15 JUIN 11)32.
.
dessus. Ce sera
plus emusanti.
Mais les sufoi passrent.Kl,
miracle mille tois le vieux
ial lut pargn.
L'heure du vieux rat n'a-
vait pas sonn...
L'no s'arme d-wn lo rd pa-
v pour achever la vieille bte
grise, au museau pointa..
i Non.conseille un autre.
Voil le vieil omnibus de la
P C.S. Plaons le vieux rat
sur le rail La bote passera
beaucoup gaud.
j Sylvie entre
Ce I it lait. Et, l bis, tout
en huit de larntgeign nte,
toutes termilles grinantes,
disloqu', allant de droite et
d g mche, ^ale, braniadte,
use, la vieille tortue de la
P i'..S. approchait. Mais le
mcanicien, voyant les pas-
SSOts attroups, les itgards
tenaiti^ vers h voie de 1er sur
laquelle avanait sa machine
aux ferrailles sonnantes, s'in-
quita.
s, rni le frein,arrta ta vapeur.
Quelqu'un sauta de la por-
tire et, apercevant le vieux
rat, du heurt d'une semelle
le repoussa sur la rue.
Lue lois encore, le vieux
rat ne mourut point.
Mais Voila que s'avance un
pesa ut tombereau tran pai
de ix grandes mules d'une
alluie par; sseuse et que guide
DU gars l .S.Ane// eu tenue
de torvi
L'une des btes courba vers
la ei re sa grosse tte aux
lai ..es narines fumantes, Kile
huma la charogne que le
soleil dorait. Et, froce, posa
bot. V
Premire traverse. Pre-
j m re pprtie, Edouard Peiason.
ogie du peuple aile-
leve "de lOjcupation avpnt
1084. L'baltiao tuai ion dfinifiva
j v. nt 1934 de la Garde d Hati.
La suppression ce la miuion
s ientifique amricaine Ler.cn>
placement da Conseiller F nan
lieriarun simple agent fi-cal.
Lomme rsultats, c'est tout
simplement nu r.v il'f ut, m?is
Gin-lalclij
DEMAIN SOIR
Mandrin
(Su te)
Buffao-Bill
(Suite)
Entre 0,50 ; Balcon 1,0
i
Psychologie du
m.md, A'bert Rivaud.
Lettres M. de St? C*1 publies
par 'a Comtesse le Maroi. I.
(1785 1787). Baronne deStait.
Mou lire, le colonial, J. J.
Tharaud.
I es i relations de Strescrr.nnn,
j A;dr ChaumeiXi de l'Acadmie
', franaise,
! Le roi de Rome. VI. Der-
niers jours Octave Aubry.
La Mission de M. Douraer
en Russie ( 1915 ), Albert Pin-
ci qui n est
e'eat
eul
pas d.'e
(
sur eue son large Dot. nus
passa sou chemin.
Le vieux rat eu resta tout
aplati, la tripe bus du ven-
u n p.u de
es deux saisons.
L J< an Morgan.
Une nouvelle Histoire de la
Nation Egyptienne, Georges
Govoo, d l'Acadmie Irenaite.
Marcel Houlenger, Henry Bor.
deui.\, le l'Acadmie lr*nai.
Ltttiatures trangres. Ua
nouveau conteur italien, Louis
G>Hei.
Notes et impressions, Ray-
mond ICschob -r.
Revue musicale. Beaumar-
chais. Reflets. Le prince
Igor, Louis Laloy.
I es Acadmies de province
au travail, G.-M. S-jvarit.
Ghromque de la quinzaine
Histoire politique, Ren Pinon.
FRIXDE L'ABONNEMENT
Har" Un an Six ruoii Trois mo'
St-me Seine et Oise 100 1rs ) 1rs
Dpartements et
Colonies franaises 106 frs $4 lr
tranger :
r'ays demi-taril
fo'tal 1)0 fn 6 fr$
Py plein taril
po'til 160 1rs lr.
Les abonnements parlent du /cr
et du 1') de chaque mais.
Prix du Numro : 6 frs
26 1rs 50
alfn
M*.
4ilrso
lu tout
que Me \.iper ait ac
au lleds- TlHEL'R de mr
runs du leu. H a'aM lui Us
doigta pour neimellre Mon-
sieur Alberl liant het, son iuc
cassenr, de piendiela peine de
croquer Nous aooi tonnons Mr
A bel Lw cl non sans r sa p'ace.
Qa< i qu'il ^n soi', mnlgr le
dp*it de Kpid zn rt de Lgrr,
la lerre contiiiue murnerti la
Hpubhq'e ^1 ie mal porter. Au
dbott, Mi Lucien Hibb-rl 'ft
install dan l< s finance*, h^t.
le li'ie de Chsnci Irt r (]* I K li j
quisr, et Monsieur Rlanchei a'eal j
rhnrg dr fourei la i>ol que a
1) ma Mumo C'eat ch> r m' t !
Qoe dir* ''es df iu 1 ouvetui
Minislrei ? C soa! deux Rgures ,
svmpa'li qnrmenl connue.!
Monsieur H bb*rt est de belle j
fuliure... scientifique, mais |.o- (
lment <" partition est de parler
rbijlres. Ci se trouve. Au sur-
plus, il a de la cul'ure litlrain,
*t comme Chel de Ctbinet de!
Mr Eugne Roy, il a lait la J
preuve 3 l'Arcalliie.el d'autres !
endroits, qu'autant qu'un au're
il lsil capab'e :1e p'O'ier |- I
gemment son pelil la is. Piou
n'a qti' se bien leoJr;| trouvera
a qui parler. Donc Lucien Hib-
bert noua semble un heureux
choix. Il ne reate qu' lui sou-
haiter de ne pas taira de dcla-
rations imprud ntes.. Bonne
besogne Secrtaire d'Etat 1
ADOUCISSANT LA PEAU... DELICATEMENT
P.-.Rl-UM. UN VRAI LUXE A UN PRIX
INSIGNIFIANT
SAVON UBTOlLfiTTK
nlUGATBMENT PARPUMt,
KX-'Ci
V10I1R & l AURIN. P. () bOX M. Distributeurs
Re< Roux et du Centre, Porf u Priricr.
Me Albert 13'anch-t **' une
figure de premier plan ei qui,
une henr critique de notre vie
nationale, a tu, so.t en fcond,
oit in qualit de plnipoten-
tiaire, di'lfndre avec, tact ri di
gnil t o- inti''s Welling-
ton C'est un litre. Ii est gnra
lemeut connu pour la digml
simple de a vie. C'est un bel
thmbilon d Hatien et qui joint,
aux vertus du caractre, toutes
celles de rn>lelhgencr. Cest un
choix heureux, auquel voion- {
tiers nous applaudissons des |
deux mains.
Et nous taisons nouveau
voile vers l'avenir...
BITH03E CTTOrHYLACTIQUfA
PS0FEWEU.1 P. DCLBE"!^
OU
Comprim aux tels halogne de |
MAQNtSIUM
aMOnmnd4 oin, \v f-ctl-n. d* la
0 PROSTATE
PRVENTIF ou CANCERl
Avis
COMiHIENT RAJEUI1IR?
Paciltmtnt t dicr*emn.t par la
GLANDOPHILE
a Lab. ORMOS PARIS
Noliet Gratuite tt Vanta chox
P. SJOURN W. BUCH, Port-au-Prlmt
4 Otra Bonvn Pharmnelc*
Les p oluits de follette et
d hygine "OBBS \ dont la
rputation ct mondiale.sont
en vente chez E. ROBELIN,
ux piix les plus modrs,
la Conditions spciales pour
vente en gros.
!
Amen
clatant
dit un
de rire.
gamin en
M-
deoce, au rythme nu I mve
lairaot dans le veut des gran- I tre ouvert, mlant
des solitudes des odeurs delaang l'or du soleil.
sauf, de te m elles et de chair.] Le viens rat trpassa.
Mais le tliu. de plus pies, Son heure tait arrive
ddaigna la triste proie.
Faire si maigre chair? .
La ble dj pourrie ne lui
disait neu qui vaille et. eu
des con'orsions de pan'hcie,
le chat revint son mur
d'eoctos (jue.d un snut.il esca-
lada.
L'heure du viens rat n'avait
point encore sonn. Il resta,
(s, immobile, insoucieux de
l'intit qu'il suscitait, heu
ranx, peut-tre, de trot
pour ses vieux jouis, au lieu
de l'obscurit de son trou,
la belle clart d'un jour lu
ailneux et de pouvoirrciiaui- * Dubois.
Deux nouveaux
Ministres
ECOLE ELIE DUBOIS
Les anciennes lves de
l'Ecole E'ie Dubois sont
vilea prendre part a 11
retraite anni qui com
uii" t ; i
''IftKV11 Bel-iir. Elles *
t>!ies (le ouloir
dre leur carte d'entre Elie
Contrain rrent toutes lea rc-
meurs qui ont circul vendr di
de mer, le Cabinet d'ajom i,.-
ment est rest debout___ avtc
tout* tois un peiil reiuammeit
qui a jou coiiie le M niatra
Kernrn', al nuire pies g eux
ami : Ab t L^g r.
Ue K ni Ban, peu de chose a
dire, sinon qu'il vaut b'en moins
que ses dclarations. Ces' un;
gentil garon, parait il, avec un
cerveau meubl dco loinie ro-
litique, mail qui s'en est Uop '
tenu la lettre. Il a tait fi ro, '
mais il eat tomb, s. inble-t il. '
avec g ace, sans p!< us et tans
murmures. Mr Lgr,i ilie,
.. tait de la bonne oeaogne, |
qu'au dira de no ra confrre '
,\ >uvcl!iste , qui est dans &
eret des dieux gouverne-]
mentaux, il a pu obtenir quatre
importants. La i
Toutes les Polices
DE LA
0 '
Kcomprennent
H
*
redresaements
la Protection contre la S
Foudre sans auamentation de tauxj
I
0
K
M

\mmmwam
Aaents Gnraux
I*



*s..'
Jh+,



M Tl V
i AGI. S
filiuio ftariMiicour
i
ii)l la MMBMtt est universelle a gard M premire place
Penam4e/ partout :
UN BARBNCOWHT M
Bepol : Hue Csar.
W
9V"
ALIX HO Y
80 annes de succs.
u pius mciHNf t u pids imcux
INJECTION PERARD
D'ALGER
t
DRAGES PETRAMiM
Omrimmmml fa
BLENNORRAGIE
TOUTES PHAMUCIU
PITIURB, U. mi h GrmlU, PARC
Les avantages quolfre la
Cuisine Electrique
HOTPOINT
iont maintenant connus de
tout le monde.
Pour vous en convaincre,
visitez noire salle d'expo-
sition.
Compagn ie d'clairage
El e -- t
CONCOURS DE BOURSES !
i
Le lundi 2G epleuhrp 1P3t
il y aura un roucou'-< spe lai
au sige de l'Institut ippm-
baUer et l'Annexe.
Les laurats auront drot
une b:iurse d'externat valable
pour un an.
Pourront prendre part au
concours: les lves des clas-
ses de 6rae seconde indu
tivement.
Le regislie d'inscription
restera ouvert au 15 juil.et au
15 septembre.
Port-au-Prince, le 14 juillet
1932.
Institut TIPRENHAUR
1537, rue Lamarre,
Tlphone : 2S91
Annexe Institut Tippenhauer
me Opois. ancien local de
l'F.colc No maie Tlphone :
3296
Surprise-Bar
ASSUREZ-VOUS
la
General cculcul Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perl!) ( Scotiand )
' 'il NI}* \f. r. w( it-ifils ,. ifl puissantes c.< i -s plus ratttt or*an
'tgenrr Le soleil ue ie coueha jamais sur siu cham. d'action qni erobri
nio.nle
Isfttifc
brasse le
w Po'ice* contre Incendia couvrent aussi Un dflH .i-.Msionns par la tonxe
.et polira pour Automobiles couvrent vmlt, incendie, malveillance, domnafa*
noue a autrui l ms s.- personne on dan* ses biens.
Ses Pnlires Maritimes miser par m hrani-hf* d'Europe sout pavable
hen t mIwts contre scci'tents sunl valables dans l'onivert totier. Tout
ura devraient d-mc prendre la prcaution de e munir Tune police contre
s an Nauti-
les TOS*-
accdeat*.
,. i-------------- ,------,,,.. , ,,.. hiUum ,i mu; HIIKT CMHirC CCI
a au moins 4()ou dollars, h, prima anouele n'tanl que de \/2 /. soit 30 dollara
Veine F. BIRMINGHAM, AuxCaves
'M s OKNTS
Agent Gnral pour Hati.
Port eo-Pnoct. |0, r,ILG
J EaN BLANCHET Jrm'e
PETIONVILLE
Bnpjrliur
sirop m
DESCHIENS
{'Hmoglobine
Fnnlrt*ir '! ana. pi-ri; ecr ItMtt odloI.
la VfMtfs .,. i: SI on r.Trutfnrtx. Ailna iin iaa HJpflsax (f Ptrtt>
D.ri Gt*(C*L: UC*OHli. Anlrnur IMIllilU, l'rojirir nirc
('onsormr.atioi s depnmi i
choix ans mnes prix tu'mi
vilie.Consomm !o s l< s soi' s
Une surprise, touj its flg''-
ble. est rserve , to s ceux
qui nous lerout l'honneur
d une visite.
HOTEL KARAM
Une confortable succursa-
le de Palace htel, Ke s~
koff
Pour la saison d't, ren-
dez-vous chez A. J. Karam,
Kenskoff, o vous seiez
servi souhait. Excellentes
conditions.
t "> >-* * ?. ~ ----- - . .' ~f'i iM~n-iHU.'. Mari ta
'Pourquoi
ne Pouvons
nous pas
Economiser?1
' 4
A
VIS
Doorez vo-' (Ommandri de
carie,de hire par', etc.. llm
pri maria Mnritstii, r vous
trouverez un grnil diox de
Nrttres et des prix rek-Lvr-
ment b's.
Manufacture Hatienne
L Indigne
de Cturt et Sjiih
rf 4
I^Huile de Foie de Morne
/ $ .
4fNlfHt a* gma fatkmml
^fcWfc ml m eonvtW
aSSathaV V 47 Natation pat
mmBene
UWniotm REGAGN01I G*
iWi
gtnt Gnral pour FEMpertaHoa :
Ch. MAGNANT
37. rat D*ioud PARIS-16*
Votre cuisine,
Madame...
Quelle blague! Le Jubol
rduque les intestins! ile
n'est pas vri, clameit cet
homme qui lut constip du-
rant dix ans. J'ai, ajoutait-
il, expriment tous ces pro-
duits mdicaux dont ou a
tant pan Je me suis ruin
les achet/.
Le Monde
Naissance.
Les po n x Th. Pierre
btienne, Madame ne Rote*
moud, ont lte vendredi ma-
lin la naissance de leur pre-
mier n : Roland.
Compliments et souhaits.
N^ 2027, GRAND'RIJE
TIPHONE : 3224
M MARCHE. CLRIT. GOUR OISIE'
Martinez, Marcelin & 0
Sauvez
i
Un jour, un ami me dit '
Que ne te mets-'u l'a sa fie
de la tatilgue des Lsinct de
i'vit-au Prince et de Saint-
Mure? J';ii suivi sou con.
jseil et maintenant je suis d
barrasse de ma coustipatiou
i L'appareil de d'jieation fooe-
tionne avec la rgulante et la
prcision d u\w horloge suis
se! \ iut la Mantgue btolio-
mile!
\ Bec Fia.
tASmfmffEopptiesaio '
aouUgrnient lniiii.'in; .: jurlioa p.r Ut I
Globu3es*Rl?&ucf I
RiulUUmnrvi;ieux,nur))'"nD,.m*ai^ I
to Qvtn thnrTtm t tmunire* hott< 9 S
E. OALICHOL'X, 27. R|IVICWI Hugo J
vos livres
Sauvez vos liVfS ri ron
irction; m maovaii tal I
|a ronflan' ai relieur rons*
i enciei'x. honnte et habile
Rtibkni CAiMLLt.Bae Donne
loi .
NOUVEAUX ALAMBICS
9
ptor :.'I3TIU.XH t KRTm |
If IAU Bt-VU,
rhums, alcuol*. <
DEROYFILSnIICI
i^ >^r^' w. utn'ji riL n
i m ounoti r>< N^M^r
_, .i. -:...ir.-s n, jaa.'.'UKI. j r
" ^'C-.'nHSffJBBI
^!MxamM'mMmMnM'n J
vw
LE FAIT EST INCONTESTABIJ
. 3MBIEN de foi v-ou *t*s-vou po cetws qxttatkxt apris
vous trs rendu compte que vos dpen*c absorbent tout votre
tkire?^Jintit d'autret peraonnea dont le rerenu n'est pas
jprieui au vtre, schtent dea articles qui sont hors de votee
porte. Serait Une Brochure sur le Budget c!c Famille, publie par la Bsaqut
ojraie, vous aidera prvoir vos .^^snaes et i conomisa.
La Banque Royale
* du Canada
MATCH DE BOXE
Dimanche 24 juillet, 'A
heures et demie p. m. prcise',
au Parc Lecon'e,grand mati h
international de hoxe entre
le jaune fsai hatien Malins
Langlois. 123 livies, ' le
fameux Kd Noifo.k, Jhiu i
csin, 185 livp .
Entre gnrale : '.
Tribune ; 1 goni
Voitu^et I goorde
Eu lai ! )?) i n4!mct.
M

C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste terrilaft*
runissant les meilleurs ienoirs
ss -
C'est ce qui fait son arme.
GOITTIiZ ET COMPAREZ'

urtcar^ytmm s-wsss<*w>vt viRWtsr-< a %**
r







Lundi
18 Juillet 1932
Le iiiiiu
4 PAOF8
20EX MVKt M- 77_'J
fort- u-Prrc.ee
TelphoBe : 2W2
loterie Nationale d'Hati
16, Rue Bonne.Foi, Ihone : 3358
La Loterie Nntionaled'Hati est
tin a institution hautement humanitaire par la multiplicit
d'uvres qu'elle se propose d'aider, une chance de bien
tre offerte aux hommes de toutes conditions de fortune.
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans. Salaris*de
tons ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans panar
leur budget moyaooanl rt>ui goodet, peuvent gagner trois
mille gourdes. Patrons de Ommierce.Chetsd'Industie.parez
aux iusutfisances d*l v en tel. par l'achat d'un billet, qui tous
libre du souci des Achaocer
Mdecins, Avocats. Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Grand*.
Dignitaires de l'Etat.P.eprsentants de llntellectualit, Jour
Batistes.
Donnez l'exemple de votre solidarit sociaie.
Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmentez vatre
lllllliilllli
POUTS
DE NEW-ORLEANS El MOBILE PORT-AU-PRINCE. SANTO D0MIN69 CITY, CURAAO,
PUERTO CABELLO, LA GUAIRA El PARAMARIBO.
ALVANGN AUSTVANGEN VBSTVANGEN DALVNGN AUSTTaNGEN VESTVANGEN
vmr.
Vous tous qui ha) t.z- Hati, rendez-lui service ea ache
anl le billet de la Ln'lKKIE NATIONALE D'HATI.
AVIS AU COMMERCE
La Pamima Uailroad Slea sabip Line a l'avantage d'an
Onier les dparts suivants de New York pour port au prince
ait, directement chaque mardi. Tousses steamers sont t
pourwis de chambre hiyori'iaue
Xf\v Orlans L'nisicoa.Up.
Mnl-ile. Atabumr, l)p.
Port-so-I'iince, Hati Arr.
SantnDomiot(n C.ity,R.I). arr.
Cur<\ D. W. '. arr.
l'ucrio Label o, Venz, arr.
i.a Guaira. Venezuela arr.
Paramaribo,DiHch Guiana ar.
l'aramaritxi.Dutch (uiaua Dr.
(Uirt4u, i', W. I. arr.
New Orlans, Luuisiana arr.
Juillet 2
juillet 4
juillet 9
juillet 13
jii'let \j
juillet 17
juillet 18
juillet 22
juillet 27
juillet 31
at.! 3
Juillet 1S
juillet 18
juillet 23
juillet 27
juillet 2
juillet 31
aot
aot
ai t
nul
a ont
juillet 30
aont 1
aot ,6
ntft Kl
tout 10
aot 20
1
5
13
14
11
aot
aot
aot
aot
a< t
a< t
a< t
ept.
10
VI
14
15
19
34
$
5
aot 24
aot 26
a.
tftt
sept,
sept,
sept
21
39
2
7
11
srpt. 19
Prenant fit at passera pour tout les ports ci dessus
aot 27
ac t 21
ksept. 3
sept. 7
sept. i.
sept 11
srpt M
sept. 1<>
sept. 21
.-ept. 95
oct. 3
sept 10
sept. 12
stpt." 17
sept. 21
sept. 23
sept. 26
sept. 26
sept. 30
oct. I
oct. 9
oct. 17
p
et A
CONNUSSE!EN [S DIRECTE DLPMtS POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS :
o.i-.ie-* aix. Sl-uarc, Mit g ne et Jrmie, litTM j Monte Cristi, La Pomana. Brahona. S*n P
,:-ia, lifpubliqui Domimeaiue, Coro, .lariioano, Cumar.o. C'ianta et Pampatar,Venezuela, Aruba e'
DE MOBILE ET' HLW-ORLEANS1 TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET HARACAIBO.
Pedro de M""^ri<
Bcnaire l)W.
Venu ris de \ew \ork.
Arrivages Port au-rrince.
Steamer "Ancon" le (j juillet 1932
Mesmer "Guayaquil" le 12 juillet
le 11 Juillet 32
le 18 juillet 1932
Panama Kailroad vS'tea ni pship Line
JasH. G.VANKEED
Agent Gnral
Un duait vers le milieu rie rbnqne mois toi.rlv.nt directement: Puertr-Plala. R. D., Gap-Uadien, Gona'jves. l'etit-
Gtve, Aux Cayes et Jacmel, Ih.ti et Macaraibo, Venezuela.
Si un Pt suffisant est oert, ceebaleeus toucheront galement Porl-de-Paix, St-Marc. Miragoaue et Jrir.ia,
Hati ; Ba rations, Az:ia. Monte Cristi. San Pedro rie Maoris et La Roman. il. I). Aruba, 1). W. I.
lie Temps, Ronde, la Jaroakjne-Hal i- La Rpublique Dominicaine Ct'taoet Venezuela:
Dnsrs pour les partici-dessus quand une quantit suffisante de lit est oflerte.
( S)jet a changement, annulation ou ajournement sans avis. )
A. de MATTEIS & C*, Agents Gnraux
1 < *-. 1U. *!.-
I - *M* - ** Sor.
IA LAITERIE MILE
I.if raison propre, hvgine]
que, en bouteilles lu rmti-1
aue'nent cachetes, y I abri
e toute falsification. j
Transport lait en rhigrra-
teuis roues.
1313 rand'Hue,
Vioce.
i'nrl-au-
I
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone: N 232 l
o
Ls vapeur i Martinique
Voy. 100. venant directement
de New-York,est attendu ici,
uaidi 19 courant, continuera
le mme jour pour 1rs ports
colomb-ens. Oistobal. Canal
Zone, Kingston el New York,
ie muuucsle de ce vnpuir
Ie i par avion poste est lu
disposition des client dans
nos bureaux sis anjjlr des
mes du Quai et Thon ;u v!a-
diou (vis--vis de la Douane.
a
a
T.e vapeur t Bolivar Voy.
101, partira de New-Yokle
20 cri,.directement poui Port-
u Prince i, il est at! ndu le
2'J. en roule [pour le ports
colombien*, Crislonal. C Z.,
Kingston cl New-Vok.

L" \apeur Kharaco* i Voy.
10, paitir.i de New York le
22 courant.pon- tous l<* ports
hauifbs. Attendu ici lr SOcrt.
en route pour les puits du
ud,
William. E. BLB6.
Agcnl.
Aaaurez-vous contre nrcideal
la General Accident Fira &
Lile Asiurance Corporniion Li-
sni'ed, Vve F. Beruiy^ham
A|fUl '^nral o>.i r hill.
Voulez-vous BOULANGERIE FRANnAISE&PTISSERIEFRAHHAISE
RICHARD PETERS, Prop.
CHAMP DE MARS, N01211
ussir dans vos tudes no
laire russir vos en ta nts,grftce
;i une mthode d'enseigne- ,
ment classique excellente?
VOULEZ-VOUS
Une protession aprs )
mois d'tudes srieuses (St
no-Dactylo, Langues vivante
Comptabilit)'
Songez (jue l'Iustitut T1P-]
1 ENIlAUER se recommande j
et s'impose votie attention J
par les brillants rsultats d
|a obtenus.
1537Rue Lamarre.
Tlphone 3191,
AVIS
- o* -
I es Etudiant! de la Dnie
anne de l'Ecole Nationale
c'e Droit sont aviss que les
cours mimographli d'tais*
I .ire du Droit Hatien sont eu
vente chez l'auteur
Me Henri TERLONGE ,
Pnre rie se b'er;les exe m
p'aires sont en nombre res I
tieint.
Bar National
V<>i lerM-ons et r e servi
souhait ? Allai SU
bar National,
Place Qfilrard, an lace de
M iiieia,
L'lablissemeut se recom-
mande par ses cocktails rr
m mins. In restaurant oi
l'on trouve loujonrsdes mets
sa va m nu ni prpars est an*
nei nu Bar National que
dirige Mme RocookT .
Cf OUI N'A JAMAIS 7 FAIT
CE OUI NE PEUT IRE DPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
I,.ep;u,,.1in: ti \eule
Pharmacie F. SEJOURNE
A.ugle 'lts lues i\cu.\ el du Centra.
I.a seule boulangerie Europenne en Hati
Spcialits de pains, pour sandwich
Pains tlutes et pains moules. Pains noirs I
Pains complets, etc.
Ptisserie fine, pts. Vol au vent, Tourtes.
Soins et promptitude.
Tlphone : 069.
La Maison n'a pas de suc-
ent sa !e.
Livraison a domicile
lin avez-vous dj (jol?
Eh bien, demandez dans
Imis les cafs, bars et res-
taurants de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale: le
PORTER NATIONAL'
Agra ble Fortifiant
Bon March.
BRASSERIE NATIONALE S. A
Port-au-Prince, (Hati).
Laboratoire SJOURN
DUUCCTURI
F Skjoukm':. Pharmacien
R Sjourni Pharmanru i'e Universit dp Paris
M. Sjourxi., Plia*mari, n il- l'univuMlc de i'aris,ai.cie
inw m dea H piiuux dt Paris
Innlyses des Urinaa,dnanc g irq e du Sing ( Was-
enuuLLi l roe. Ilonvtate tiAuilvd, l.lvimic).
^cscrartwfti. bts miiVes'*lc9L
PROGRS NOUVEAU
RHLM M)h\LAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURRENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
Ofm:AWl OR R|R M pajRj f fm imniil
Lvkes Brothers SS C lnc
T.xa Hati ntouoirungo- ForteRloo
iJi'^r' i"""'", he',do,"^'re ft tlier |,UKers et
Pour It rception rapide et le m.niemcnt habile de vov
m,poyt,on,. servez vm tou,o..r. de, n.i, de ', LYKi
u&ftUill ,>or,- PrT ^r, -,.
N'OUBLIEZ PAS DE FttE Unlpt
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1.0 pieds d'ulh'tnde 1 elhli...- i i
viran* de Porl.r .piLe niCnt ^P^^hdes M
Boissons de to^tpcc^>-f-

*XT2%tlit'> ri pen^io,, de ^or*
A.


*^^^rr4>;
: -
*?v^


***U


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM