<%BANNER%>







PAGE 1

Pv I %  — .m m *m rTW* U m %  %  Mir e r; CHOS importante dcouverte chimique PULPE POUR PAPIER IKU TBiBlM. i attention d'un louriete — IV ns s- • n M,' l'O rie jcn-b, UNotJVEU isfi publie tir i ni ; r 'ieit 'i 'il a en ivec •: i d nii-s'ui nui'. Celui-ci j 1...Ude* nrrnnlaore*de sa 1 Mr HSchud, dla S ed ,q;n > t<-tite le Ci flaire dfbbuc-|a debaruu la Jamaque i iint H coron letii ni ; r une semaine. tattire i n 7c i. Il sonltg"' uu' |i ki miniers de iroees da J,. t .„t,, v:.ide ;"•• i dei -banane qui retient ur pu-ravec Mi Dana MM... M il pitd dam le> champs %  < es i %  p s trouv a fil aulet aeropmy r n re-juage 'le paillai a !" 4 ni %  beaucoup d< d airs. lis oui ilmeer, qnand ladite m nireaie eur le wharf spies que DefcUcoop ,i e regrets. Seloa leiictle est ertivee %  le ligues sont embarques. pi)X> M vie ear doit loot. -MtsMcms LestotetSa-j Monsieur Schude a pris des Jls i,,* eB veu lent d'aveir peu lou.on sont les deux rescaps I chantillons de troncs et <*• {ubteno. S. grand est Leur d* darnier Cabioet. •paillas ue ligue-baume. ,•. i mer j ti j [\ B ,„,i la fivre des La Constitution * ent i pris avoir iui< rtea rtcheir ilI ,| ) j t i ons tM rimpath ncedes . -, ....IA.1.,.. i.'!i.. ...i. i. iw>*: (luit* tes h.ho atones de ,\... ...i ,;... Im I • ."i %  wr ttlf>!uA6RE/l tr >;u*\NT3 %  Mr OUI ANEM'E %  PAIBL'ESSE INDI5i*nf!.A!.E au D6*loppm*nt du \ 2XF.' I m FsMim ramai a oama^assan en Vnh Ptrl-ivfrlnos : Me . BUCH_ BJB VUX TROIS QUARTIERS (J. deVendegies) Angle Avenu Kinp *t Rs Vernet. A le plaisir laviiff >aa !* %  %  *• fl %  • %  fc,fl,e Gini lc ^ ' rr| de racosir le artHn IslvaiU: Chapeaux de Dame, BfaMl Bas de Soie. de riis. Larges ceintures,' t Sonl.er-. rlecol at.'s. S. in Nolrjsnces. IcS BU ei Bel g*. Pondre et (".renie Toki'on. Collitrs et Barrelles. Abal-jour —Tlin * g'nhle. Bets basques. Ceiatarta p'.a>tia,uas. F 1 Relatt Taurniqiuls caalears. DERNIRE ons aitults sa pteraiir lr.-.iheur al §aran!i*. Sln k reastammaal reuoitl. l*ri\ n bal se. i meut voue htrera eu vigieur di fca ptt-}aa compagnie en bneae, a LUt-ation su MONITEUR. NousltrDuv quavec une ad: non iies dans Us It bo atoiies de RpraDCCS< Q ot nd vlen Ira la a j ^rmide con inte Il 5f k (U mandent Bvscaugotsse. JaHEURE ta baroci de donner une etuf lgre neutres produilt,com) mHJS p ell ,.;, e Cependsut de d'ensemble aui celle nou-ima te bambou, etc., on peut 1^^ MTa j e „j ; s'ils savaient .! .-i •' t. (iivoift In .l;!Tt:ii(llie. le . . ... i. ,..,..,„. ....i; Veile CM rti ihouver, a h Jamaque, ,ft > a vcc quelle tacilitoa acquiert Cn i no'ivesin Snflklirs v 'troue et la paille de la ll K lie ; cet tat d'me qui. dans les lit prevui par la nouvelle 'banane,qui donnent une pulpe oomeil t s les plus peuiblea de Couvtitutiou, Comme la col-'excellente pour te nspkr. iexis tence, nous assure la lata lectoral qui fonctionne Suivant ce-taiues taciiiis In;li|rise (le U ous-aimeB . i.. u. ,1,....,;...*: nar U (iiiiiveine!„...JS. i... %  .....,.^ r^ utiar la designatiou des Pres Canscii s n'est psi ncore et.i'oii, ta Chambre des Conani mas, en vertu d'uue disbndilon transitoire, lira ces donnes par U Gouvernement, et ensuite avec cerlai ns initiatives prises pour i' i dveloppement de eene ,u-| ce derme r, *,,. dus'.ne par nouveaux Snaleuta, '(n. sela Compaflnie a envove de| ,„ ,, tirs dune double lista une grande quantit de ma,iirm* L-iin.iiiais pisenta chines pour monter une tap. il. scc>> lit elle Snat, Miriqur. • Laa dput actuels b ; On ne sait pis encore si un icuiu du mandat de 4 la Compagnie a l intention de aa, prvu par la nouvelle \ lab. i.jner le papiei a la Ja-(.1 latilutioo. O i croit qu'une entente in tivi -ndra mire la Hasco r t ie d ; Gellrard. Kn proviuce, la liM.iiel.irc ( mal |Ue, mais on estime (|u'or. •eut labriquer u -e moyenne nous interdit les [amers re gretS, nous prvienl des rvoltes, conditionne notre proal, cre eu uous la srnit Mr le Corumiisaire, vo s le uevez vous-tr me. Et je vou ni vu toujours calme, toujours apparemment salisla t loujonrs simani, compati'• an'.mne d ans les situations les dus diffi iles .la n is de Le Cabinet est ainsi form: I T r. r>'uius im> i< o? Alb r Bianchet, H latiens El'rii u • v \ Lucien H.b'nc-t. Finances Aooine Pierre-Psnl, Travaux Publies Peul Salon on, Instruction publique. Cin-Taldy i vol-e tisag-i n'a dispara ce s( n ire bi< nveillant, signe de unnuslle de 25 millions de r |H itrusaii dsintress, a si latgeme il iiotlars de palpe pour i'esi or* | f s |g Q l)(U m j portalion. agrundi le cert u •: magasins 4 heures n'est Cete industrie dvie, dra | |hie$ .,.„,.! uartoul bien ac ueillie. J imtBdlattiMDl une des i lus u {) t )t • IUVCUI le mieux est Tenue1 importantes dans les Loionies -ecrel de fo|l i ,iu pur. [parmi les IN principales tin j | X ( ) icnl i 0 „ Nous croyons savoir que) i ces 4l !nl la P'*i ni P li r lanle l l'aliment te rcle te %  • ym-' S i .i la ucit cinegraphique La Paramouut viepdiu tourner i, i libii en Hati. Ce sera une jfc.n.slitiilioii Ue l'poque coloniale. Saint-Marc rclame sa pari de livres dans le dOQ de cinq m He volumes fait Hati nar l'Alliance Franaise.' JjaJjjM* _i • —L'ACTION NATIOMALE d'hiei ectii:Le Cabinet en entier CVsl la let t uquiilile, e voi succs, t^v.- v. .m . in ...... raiimeni ic tre cenr w, naintenant est la gue-bjoa. !t ,. ( .. s o ,t de votre dvoue.e, dint'il millions de n-giment mes sont valus k 16,000 OUQ ( e [> ero ( r ,, u i tt accepter le dollars, soivie par le rhum: | ,.• ti e quoti<1ienue toujours 1325.490 gallons value>_ a at |j(jn cœur| ljic k s que .!sJ4.1i:)doll., le cale: 94o0. |oienl M l il ,].,„,„,, kslort)0() livres values a I.NflO. | {< |ts tk ,., VIC d au j )lll(1 H ,i ( B9<) doll..-le sucre: 44.u 0 t /|t> (;); (j;1 rs des jours qui COCOS ECQLE tLIE DUBOIS. Les ancienri-s levs d l'Ecole Eie Dub >is sonl in vites prendre pari la retraite annuelle qui commencera lundi 25 juillet M heures, nu Bel-Air. Elles ont pries de bien vouloir prendre leur carte d'entre Elit Dubois DEMAIN SOIR i HEURE* MATINEE Le beau diame sentimental : Colette Le dsaccord des parent! tait le malheur des enfsnts. — Vencx TT Colette , voua en jugerez. Entre : 0 8U; Baleea : 1,6e. A s UE'JRES ^tant derelornel e fi m el pour pvrm< dciK.OU ni i hair ni poisson. L'n bon point a 1 Infrieur en Lbel les liavaUl Publics Jeanuoi, pour les i cparjlions qu'il a laii exccutei MIT la route l'on-au !' ioce <\rcabaie. Soulignons sut tout, fii. cot des Sources-Pusetes, les courbes qu'il Uanslornies en droites. Lu linuez, Ingnieur I — On dit que le r p atrsgs du Cabinet est une mauvaise cumbinsiion pour le liouver .ruient qui, trs b cuUM, en tara l'exprience. Mr F. Hrsrd du'gu le la Violette > A. ('... publie nus le hUveiliste une littre 1res suggestive a l'tdreSSC du Conseil de l'U S.SH. — Aujourtl bol c'est la lle debi Vierge duMon! '.uunel.A Ville-Honlieur les plerins et Ici ttards sout en liesse. values o.SVJ 22o, cocos J v ; tnneu Le Devoir, la s^ule 38.03/163 valus4 1.10/ 035., Il ,, s ,. v : ll uoUS grandisse hons] dollars, iielour.parce que seul il porte i On peut voir donc que| e (| ,,, Q) ^, ne sa rcompeuse,) l'industrie de la pulpe de a ligue banane deviendra l plus importante daus les Colon iet, Selon les experls.au moius lUtiU.OOO de dollars seiunt dpense! par ana la Jamaque pour salaires trais d'opration, achat de ma li es pre-. j 4 ,-m„ \ o, depuii p es d un mires, et pour les pro tuits M( 1I( 1S peinons ce e cote, qui restent pourris dans k ,, s ., ,,, | uth a ,ii,: ebamps et au portd'embari V crite, tou|uurs i;i ente, ae quement. I | i, uolra conscience, selon -, ce qi M nie Ue loutes nos I ossibillb S, il >c s Ifi a I t mme, uous Uil doini er b-s i i outingences avec tout ce qti't I i s oui d'illug que, d injuiale, de drsvaut. j .< .* si le i) voir qui, durant iios benres de lunes eu ce {Extrait de \\ es-! Indi i C'efl> lld o islon les principes. Kt mittee Ciicul r •) (jamais nous u avons bsi 2b Mai l932 c r I d< uiret nos syropa. i .,i Loterie La grammaire de l'AcaJ rpondu avec etreonapection, demie Fransise, promise de puis des sicles, est parue enfin chef Firmin-D dot. Elle tait les ioyeuaati des chroni Iiliies individuelle! quand pour nous tenir a II hauteur d< notre 'cbe, nous avons d sa< ritier de ti des amitis — NatlOIiale Q > %  *. H ^ ccrtaiuesde nos cut lu i ins, d< s atuis nous o ion e ot sa%  < limi-i nei. lu a •!• ni ua nu mes, I nonavons (loin B.* le iu}OB*i mes et noua nous son mes" coosob s en donnai l i^ e au Devoir,! a Veill dont nous s mimes les humbles H pr* seuiaui' Qu'impo te l'.>>enirl X\\ qui n'ekt autre ,..* le dlicieux Stplien Alexis obtenu une entrevus du Minisire Danu Munro. et en a profil pour lui poser deu\ ou trois questions auxquelles le diplomate — vous l'avez constata — mes sympathiques compliments. 1 .lo; cher collgue Carn, \ S. E. le Prsident de la Republique, en vous appelant |i fonclicu e Substitut du C.minissaire du Gouvernement, a rendu nn jusle hommage votre correction, voire savoir. — Comme le. Commissaire Bianchet, vous { BOtoortez la lche toutes les; qualits d'esprit et de iseur qui condilionnent le t j'ai toujours, d-puis pts ? de vingt ans admir votre| amnit,votre excellentedu [ cation, votre modestie Dans' notre milieu O les RUCCiS prcoen ont as^er. suivent lait oublier le respect et la vnration des aini unanimemanl on se pi t* voua ranger parmi ceux de votre gnration qui savent appr-J i-ier et encourager leurs de, van hra. Je suis heureux de vous le diie en cette solennelle occasion, en vous adressant, avec mes compliment, l'expiession de ases veanx cordiaux de fructueuse besogne. El maii tenant. Messieurs (ace au devoir A la base de noire conduite, nous avons une bonne dase d'ducation HOTEL KARAM Une confortable succursale de Palace holel, Keisr kofl— Pour la saison d'l, rendez-vous chez A. J. Karam, Kenskoff, o vous seiez servi souhail. hxccllenles condilions. morale. Nous avons d'hum bls ai lit'ides.Nous aurons la Victoire.— Non pas celle Victoire brnyanle et liagile, lve des vaniteux et ('es orgueil leux.f'all la modiste victoire, la seule vraie victoire, parcs que seule elle chappe aux analyses svres des hommes toujours si dilf iles.parce qae seule elle dlie les tsntaisies et les caprices des poques. Dans ce pa' s, on a beaucoup d'imagination. Lis hommes de noire lite donnent plus de crdit aux suggestions de leurs coeurs jusqu'aux commandements infaillibles de la j raison Pour eux ce nVstpas (du plomb e sont des aile •qu'il faut attacher l'esprit humain Et c'est pourquoi dans la fougue de leur temprament et dans l'exaltation! Ida leur sentimentalit aveu-| pie, ils se rappellent rare| ment, trop rare meut hlas 1 I nue la vraie Victoire.la seule) I Victoire qui ennobliera nos enfants quand nous ne serons plus.qui lera vivie et grandir no're pauvre et inforiuns Patrie. C'est la salislacliou du devoir inle!ligerament| compris et vaillament accompli. • Le Ministre ne se dboulonna ^..w ... I A qui donc estI? 11 que quand Mr Alexis lu eut po Kra ;1 QOU1 ,,| us q U a | 0Qa se la quaation plus p,.inique t tl N ( U IJOUB roenaceni, si qu'on ne pense : I noi s .' mon-et piaiiqimns le — u \ otre opinion sur u LO ata coatreaeni, de n lvela,da dip i 011l ate ; la Loterie Natiooe ir..di hi.s.si noua avoua bourdes, l'ar exemple ellej,,,,,^.) Monsieur, cette cruve lanspicl du droit, M i ous a ; t: — Avec moin:d un, on I qu ; pr0 cur un travail honnte aimons notre pays. — yu ou ae met jamais le pluriel. i Qui 4 tant de familles, et du pain ie le rappelle I 11 n est pas ue nierait i IV mettre ? Noua J tant d'indigente., maia ceel une pour piogei LU !.. n me, : ..... 1 ,. ,.,i. ,,,,.. 1,1 •iiii.nt T 111 11 itn 1 f IMU < iiinnii une BUBI^I^ II.IIMI.III a IJ lUCIUi • .<""• %  llll MI.II^.I. 1--, n reproduirons pour m.s lec-1 oeuvre admirable... et dont mon pou leutourci lOmmi une ttursune psge tincelsnle delPsys compte bien rinapirer. cuiiass d'airaS comme les rosseriea que Clmem Vautel Cest i'expficahon de mon re-l^^a deverlu dont il marqua tour... Isa vie Nous l'ave a compria ,.. .-.-- I au pa,qyal du Tribunal de <> soi'-, a Sea-Sidc-Inn,!Caaaatior, au Parquet du TriJeanne Verneuit et Ralpb Ce* J bunal de Premire 1 ance a ddie aux auteuis 'le. la la i.cue grammaire. Nous nt voyons plus Je iournal L Appela CesseraitIl de paratre? Noua eapr ana Ulv renouvelleront les jeux et lOUS les polfei que vous une son clipse ue sera pas parisiens de Montma re. Enavez ncupr. Le Chel de de longue dun lre:une !! vcu intimement i>cmaiu, au Uob-Union, On les examens iavet -• le loage! leciiou du burecu q e pie l'Ecole Je U .11 nul et iducompte. aide Clment atagloire, dont ai l'un srieux, .cricux. i.. la eus le mandat prend fin. nt mieux 1er iT ^.'^ Ul f d "La Konde deHt cra — Les villgatunsl S comParquet de ce lnbuusl. uuetioi.ieme lois applaudie mericeut a s'tablir bleus-i Ja lui adressa mes respecOtmam soir ckez laiUVj ) koU-La-rfaiche. I tueuses asiofuona et a vou? Toutes les Polices j* DE LA S comprennent la Protection contre la 4 H Foudre sans auqmentation de tauxj Eug.Le BossCo 1 ai Aqenta Gnraux Ml i lllii a M ai "T 'l l'Wlas a W a W



PAGE 1

%  : '• nv liiuni Itarfeuicouri ••ntla rmtmmmt est mvejcselle a -LU Je s-, arasai-are ufa peasaaa 1 tout : IN BARBANCOVRT aVSt : Hue Ce*ar. S l % %  %  % %  saBaaaaaaaBaii f u !a Cure au CUROMAL • %  pilai lr.il Hatien Accidents ASSUREZ-VO' Mauvais sang, Humeur, Eczma, Artrio-Sclrose Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes -a CL'BO.'.IAL dus Laboratoires du Rnne, S bu* d • a ic et sxtralts •!23 plante k me le m .-.• i i ia iiaiura a K'-dult de (iialtl-urpour -;v Hr la niai. I.a plus puissant ..lepuratif purlficbtuur et rgeurataur du aan|r. P.. ;.,a IUU: | tique si lu cenioiiaiion, entNUant %  bbtru du Ttatra, aTtt4at farmeoiatlons et rat< 25 m HKIIU J< i.'Wri, nriijn. ou ^.tui.^nu, n.un %  •* 1 U ;?; r(.i. Utkt 4 de .. '. fl^ *' •!** J. rlilflly t>llJl .__ Mtivatp HOC-, ut irli*rnnt aur.yfituun ntm CuROMAL eee salte ae oilulw fratulte M arochure eipll,' •• K pbai i.*c.*e. Prfre paj lt Douleur UIRA U, pr.rfBalta, LWj:.i.,r< w . nu. UoWt. LYOWOUU.IN1 d .su.oei. 0 -* * — ans poiriie •<* du ru' 30 ALIX ROY annes de succs. %  V /Or* w ai a&* dJSN*MpaMM a aaaas t Mt. at l'Huile de Foie de Morue Aftahlt au got f fut**** Jlgmllblt tilt mt U camp W rparateur de ta NulHHtn OU* mmtttum Laboratoires REGAGNON & Cil Pharaaata Agtnt Gnital pour f Exportateur* : Ch. MAGNANT 37. rua D aviouc PARIS. 16* Major Kbreau Nous avons appris avec le plus grand plaisir la oomina 'ion n u Cai. i lai ne Kbreau Oevcsii,"trie d 1 ai ti.com me Maior u (a Garda u'Hafti et lospei'eur du plateau Centra! en remplacement du Major (.'.alixle, promu Colonel, Le Major Kehrean a eu commander lesous-dislrict de la Gr+il des Bouquets, les tous-districts d'Aquin et.comme sous-commaudant du district aes Cayes, le Major Kibre• %  I j ; H P i ( Scailund ) t.ar•. .<';,"'.' -:'\L i -<• un..'-, plui .>* %  %  iaatai il dtt • i ; vasrea orgaaisett.'a* te vtji&nrt. L-.* -;<);-il n<* icouche ara *• s:i ch-j au d'action qui eiabreisse \ momie sa* Polices contre incendie couvrent aussi les di mis par la toaOi Ses Polices ponr Antomobitei idia, malveiltonce, domia-gee caus a autrui dana sa personne ; biens. _Ses PnMci s Maritimes mises par se i nrope oat ptrables a llnlj Si s Polices contre accidents sont \ I u vert ea#er. Vous les vova* eurs devraient dune prendra la prcaution i s munir d'une pol ntre •ccideu*.*, dan moins 4000 dollars, la prima km a'tanl M i U 1/2 •/. s >it 20 dollars t:. C Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaVes •nt;s;KNTS tant Gnral our Haiti. Port-au-Pnnce. IG. GILG Jf.AX BLANCHETJrm'a ri M u <> di I5.1tueda l'lni>aiail,l*ariy. PO a M -i'!''. i" t. I.IVH ilMN Di' 15 Ji IN '..; •. ICdouard Peiasi %  m tre mire psrtn u pav Iei de la M Blessai e Votre cuisine, Madame... Il n'y moines. bons vins. lieurp I" t n pas comme 1 e. s pour se connatre en in ce H sUpC di i uis de #rni> se n Vieil.es lunes. Boilei.u l*eshrat^ a clbr ces < abbs < erjuii>• : Ksi'ds hommes don, •• %  '•eul uen esl debien IQIDttt. ^ I* **** cnt '" ,,r r i h tm %  L "in *nt. i-es pres du M.'iP-Atho ayant ,.pns, o Renomme lejgrces de la MatHgue des Lsinet ,lePort-au Princ$el ae SaintMarc en out commande on sock important, que Rciuin (d et Brandi se siuit cru).rests de le ir %  • pi-dur a i .d. ha .-eiour, iHost r a lis b-udiciious de ces udmira ,„ e< religieux qui leur <>nt .t une tous ceux qui cou • .somment leuis pio luils r.mt directement eu Paadis, car relia manigue ilsMMMi de iiuiiui s peLsees et actions. Bec Fin. lu te dn cuir chevelu rosions du coude gauihp 11 juillet Iftft F anois Loi seau 17 *ni P >*w Manhant'. Piadure ''u roi rhi i uigical r'c i humerai ^u< lu (hospitalis). I UCia Vn:; i > -l|f, <';>;. >gu Prtu* 'Ure df l'hum* II ( il IMI.I:.'! • ). Bernsiti-ne I'-. ni ', Croixde Mm^ioni B U' Mipt T (i c elle dp. l-i ninn >; -t t ; < he • de IJ main drodi (hoapi li< Andr Dmouler. 2 Bft lue Tueiu: SM. B tVine supe?flcirlle 1 abdoœau el ;i la j in b* j droite. i. qnp Ji-In: is, A'A ans, | Croix 'Us \!m-i 1 l Saintelaine Caasus, S ans, (tp riu Pei tre. Blassura Iran* i chante du pouct droit. Nocenioannoa, 20 m, Port' aa-Prince. Conluaioo ihofati que. Destri relu, 25 ans, A-ci hait. Moraure humaine de la j eri-p aiiprieura. Pafcholngie do n' l'p'i ind, A'beri Riv ud I tires M. de :; i< pi.l •> '• 'H orn'essp le Maro'-. I %  '•'• (17X5 17.S7). Baronne de S'.f. Von i i, le coloni |1, J. J. Tlin raud. Les rvlations de 31 r# sf mtinn \ idr Chautneix, de l'^cadmi %  Irai nsf. Le roi de B-nne. — VI. D*rniera jour*, Octave Aubry. La Mission -le Ni. Doumer en Bisio ( 1W15 ). \ b ri Pingaud. Syl "if %  %  1 -ls \]i-;, \ • %  nna. Jean Moigii" 'PASTILLES'*" MIRATOW BBaBaSaMi I • %  1 fii||i.'o r# (b'il \'l'ion Kg y o' • e n n e. G ory s 'j' -V 'M. .1 i' \nd'iPi li i <; 'se Mai c I I %  • • 'e I'U'M Il' 1 %  \ I'Mdeai x, de I'A : m* nv '• %  ny %  > • Crifi a'ui es li si j-" "'•. — Un r ouve8ii conteui italien, Lou'fl G Pet. Noie* n impressions, (Lvmon i Kscholl '. ILVUP. mif-icnie — l aumal1 hais, B' Il -s —. Le priu 1 Igoi. Louis Laloy, 1 es "radndea de pi 0vu BU travail, C -M S varu. Chronique de h, qun saine — Histoire poli aj:ie. Bn Binon. 1 EUX DE ivv L>N;NI:\PM yar.i Un mi Si fnn Trc-i n-*.i Scinf Sfineet Oisf lions j i iti l Dl M l>£partcm<-ni. ft <;oioirs Iranaifta ia fn 4 ir 2ir EU range f : 1 ayi .ici •%r!i P' >'-il fn aa 1 F ) ^ le n t jit •O l.l |l>n (t; |i •>, 4 LM abonnements partent fin \'\ ri du /•') dr chaque mots. Prix du Numro : frs Briques! Briques! Briques! Construisez en Briques La Baudry !".' %  us ne l'avoir en l,*i ib injo s 1 \ M .1 in.-, so al li • •' un %  m lson en briques ite vous c 'i qn 1 • %  I011I a lire m .'•'• 'ie'. D ici 1 -on-. J US vous lournir no. frai el nos petits b : i v vi : / consh uire moiti prix de ce que vr.us B\ jusqu'ici. i ' :i.l l kltjU Df ; ES a \: \ Di i.NA, i) LA BAUURYS. A. Sauvez Avis vos livres 1 V. . 1 a m 1 If s rit" : S. h'I P-*IB*INR < Koi Les p 0 luils de toilette et • iIBBS", nt U rpulation et .nondiale t SOBt en vi nie 1 '. ROB&UN, ans • ix les plus modr*, ia C mdilioiis spciales pouf vente en g p ot, ICL.' r r 1I11 Unit < cill Madame (enia 1 iicntaia Avis Danois ^> f f*, l f eartaF.da bue part, tc.tSi sana Lr.men Mor;set, o vous l,a.Ta.is ,,' ,; ' ; v c |, uaaat i ^ pris pe:at-ftpi u b o. 1 nigrer { C ... d'Oniii. .I<* inangania { mie enfant el malgr cela ii* I li-s alinifiils dni.s mon CSIOIIIHC de nomhrenses heum spr" les avoir ; pris. J'tais sana aucune Force, ineap-ililf le rien latre. 1 ,1 I--I c ^ semble sans remdes. • c pendant, voyei ea que I POR* TlANt: a fait pour Madame C... %  Je miu-fje m.iiiilcnanl comme j** ne l'avais jamais l'ait, |ma demi-iaiilie n disparu, j'MUS contente, pleine il'.Miii-ain ...i. s. vo ia m...ni,.. / .1 apptit, i voi (li„rsli(-ms sont lenlps 't pniblea, vous i". 1 de voir vile diminuer vos forces, votre vigueur II laut \ora soigner SBRS retard Pattes une cuie de PORTIANE. Beconslitonnl digeatifel ionique, PORTIANE vous icn.l u avec os foras ia joie de vivre PORTIANE aal aussi un puissant Ifnge : sa Irouva dans lonte? les hliannncies et i'oil au-t'rince M lu Pliai niuiie Iltiili. K :' l.'ORG'VNISMC TT" Osirna Mvou^, ^t sn*. gna. Honore porenie la Lo 1 -ni lie K^ut lr Heniy \|rli*', .'L' IH Grand'P.up lilaasuia ion use de lie.!' \ droil. Lameni Oli/ar, 27 s ni B \9, ii.'d-. Biesvuie contuse (le lu; Janine droite. KAITKST INCONESTABLsj C'est la 1 DIGl ITUA-NT. Deo ic;ei lu Pli.i— -ce ,e BUSH Diroarcbc 24 jnillel ••• :'. emes el demie p.m.prcises, ^n Parc Leeoo r.graod nal h iuternational de boxe e 1 le jeune tasi hatien M • s Langlois. 126 lvie, e le km eux K d Norlo k, %  cau, %  %  ') brea Eut &f e aie i 0 '111! unes ; 1 goui V "es 1 gourd Lit ir 's : 5fl ceotiu quintessence varits de cannes d'un runissant les C'est ce qi des meilleures vaste terriloire nv urs 1 on t son arino. GOUTKZ ET COM EZ i •^. a-< "^ • -f "'i



PAGE 1

Samedi 16 Juillet 1932 Le iialiu m 4 pAasi Aftaatifi M* 762! farwa.rrtaae TUasoae : 2ftt m Loterie Nationale d'Hati 416, Rut Bonne.Fol, Phon : 335 La Loterie Nationsled'Halti est oue institution hautement humanitaire par la multipli &f i'œuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de Idei tre offerte aux hommes de toutes conditions de lortnue. Employs, Fonctionnaires, Ouvriers. Artisans, Salaris de i >us ordre, Gens Hatien, Gouai PetH G<-ve. ^tx Cayrs et Jarmel, H'.' 1 t M n >h V ri * Tlphona: • jai3 Le vapeur i Martinique V'y. Ion. venant directement de NafP-YoJ .est attendu icj. m irdl 11) coi raat, continuera le mme joui pur les noita 1 eo'i.mhVp. Cristohal, Canal i Joue, Kingston et New Tork, c uj.ii.h-.su dtce valeur re par avioi posta tel la dis,>i .vir n des clients n>,i s noi bureaux aie angle dci rue* <|n Quai et Thomas Madio i (vil--via de \v !)o arr. RICHARD PETERS, Prop. CHAMP DE MARS. N01217 La seulo boulangerie Europenne en Hati Spcialits de pain, pour aandsvich Pains ilutea et pains moulas. Pain* noirs Pains complet te Ptisserie fine, ptes. Vol au veut. Tourtes. Soins et promptitude. Tlphone : 2069. La Maison n'a pas de succursale. Livra)son a domicile : an-Prince il est btUndu le | 2H, en route pour le porta colombiens, 11iatoUf. (.. Z., K'Lg*to'j et NifpVu. k. • • Le \apenr Harac*, Voy 105, partira de N\\ Vok ^e 22 courant,poui tout irs i orti liai '•n 1 -'. AIIM i u -i i • n ctl. eu route pour les p. rti du 61 •', William K II. ."M. Aaeti'. lin avez-vous dj got? Eh bien, demandez dans ^1^X7 ie B Nc T ^^VoT k . j 'us les cafs, fcars el res?• crt..directe ment pou i Port, IIT"4' 11* taurants de la Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale : le PORTER NATIONAL AgrableBon II 1 111 r i S r'tin r Ki> 1 1 !< • • in"*rf % '•a HT le esa < vue de l'obten tion I" crtiflral d*Etn '* Si 'i •• %  • %  < rjas> h;urs s* n' fix^s s %  e \p m^ri 12 ^e ne HM>' a ri ; i '• ai r n I l \u\ I132 Vuulcz-vous aussi r dans tos lude • •aire russirvoaenfants,grcf une mthode d'ens%  % t meut claMique excellent ? VOULEZ VOUS U 'e prnlessinu aofa lit) mo*s d tudes srieuses (Ste no~l)actylo Langues vivante Cornp abilitf i Songea que I Institut TIPPENHAUER se recommande et s'impose tolre attanitoi p-r les brillant i rsultats Uja obtei us. l37Hue Lamarre. Tlphone 'JtOl. A \'1S ] 'SV i> ire l \ %  liqm pi ni,icvv(i C ,•„,,, | r ;, sr a'" finis que le *'. <••• i et irdstM tes et don: )%  j.isrN ^!:i^|e^t ((jupees i une uette Hwrn"t paver I* luende de r,' /•• • %  %  • %  :: d< s pee. S"e par tes rglementa du Servira prn" le i li ment de la coni ectiouu Po-I uL-Vn A ,'eV i l2. Fortifiant — aich. BRASSERIE NATIONALE S. A i Port-au-Prince, ( Hati ). j Laboratoire SJOURN' nrt ..s F Si %  %  • ,,! % %  : n DiieB i le l'Univ< rsit le Paril ,\; n.acu u de funiversit de Paris,aaeiaii interne rte FTAnitaui d( P. %  lualve* <' %  U-i < s '• suc n-u q*e du sauf ( Wac; asani Ure, i. Uau inU Gl ). rJcsfraciatS. as sauRlii MIMMSSJ AVIS a Les Etudiants de la S-mr anne de l'Ecole Nationah de Droit sont aviss que le-^ eoofl mimcgraphia d'hisInira du Droit Maltien sont en vente chei l'au'eur Me Henri TKHLONGE Pi i ie <*n N A I i K AL ^uc dirige MmeRocetraT PROGRS NOUVEAU RHIM hOb\RAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURHENCE Clair in Vierge Chez N. NAZON | oftirMMf M n m n a MKHJ mm mi. Lykes Brothers SS C Inl T x * Haiti Santo UornlngoPorto Itli Le seul service hebdomadaire et rgulier pass^sers Irt entre les ports du Goltc du Texas directe me ni sE Port-aa-Prince, Maiti. Pour ia rception rapide et la maniement habile de ,_ "5K %  ion, aarvea vou tou iours dea navires de ta. *M UNfi>2 Iea prochaines arrives a Port-su Prince sr^t Steamer Itutb Lykes |li iui'let IV amer i Margarel Lykes > J& f tfl || el 19 ;HJ Maami r Ven.a Lykes a *< oj || el ly: Steamer Genevive Ltkea aci' llH Bureau. Rua du Magasin d'e t***, Baile Kaataial* N'OUBLIEZ PAS DE FAI FPETIT TOUR il TERRACE-GRDEN Chez W. KAHL Peiionville I i J ,t?;; ;.; ;'!p?r nr V 4 biiM "--' n* <•-a ou de tnatw npcn. BIHERS GOUTERS mw L M kMBM.



PAGE 1

Clment Maqloirt DIRECTEUR 1368. RUE AMERI AINE 13* TELEPHONE K*2K2 La leusliuu tjauunuujfatal" pi cadra MMUirir si Ile f't MlllCc des hoiiinx <]HI j,lirret se-asraIf ton* la tfesae s>* i..ti.Mi lserai! de la iialioa urrnaii \It l!\ 26 me ANNEE N 7723 *ORT-AU-rRlNtE (HAli) S .\M MI>1 H) JUILLET l * %  %  VOX DES AUTRES LE POTENTAT DU SERVICE D'HYGIENE ILE ; Noua avons lu dans le nuniques de ville. mero ait 7 courant le Hatij L* Directeur du Service No Journal la note suivante : lionul d'Hygine, etc.... ne On lgalisera bientt, pour peut pus dire qu'on ne peu! que nul n'en ignore, lu par* ; pus oprer dans les autres mission tacite accorde par cliniques, car lui et les autres le Directeur Gnral du beri chirurgiens et spcialistes de Vice National d'Hygine et I l'Hpital Gnral ont tait dans d'AssisUuice Publique, aux ces cliniques des oprations j mdecins qui n'appartiennent graves, alors que la salle pri' pus a ce service, de soigner ( ve de l'Hpital existait et leurs malades dans la salle fonctionnait, prive de l'njMfcl Gnral j gj |f )irectenr Gnral du Hatien afin qmli puissent Servk e Naliona | d'Hygine.bnficier de tous es avants%  ^ ces c | nl(|ues n gf j aes mat .lels et autres misa )|renl aujourd'hui suffi IN disposition des mdecins gammeill (|c Karsin iie, j| ( j ()il INDIES GARAGE l y a vingt cinq ans l* MMMAM Juillri iJii' LE TRAITEMENT WEST Sous la direction de M. An nid BRAUN Tlphone C Rsidence: 2W1 rage: 2251 OES MAGISTRATS /.' e I 1 •rtan 'ni bru %  )' menter le traitement eu % %  < bres de* diffrent* tribunaux^ [ni ,,„..„, rata>b re eimm e ceux du tribunal de. ,' elm n su baccelau MATCH KS DE POLO iMssalion. Ce ne*t p s a %  e %  • ENTRE LES Orna EUS D'UN TEAM ANGLAIS Dfl LA JAMAQUE: The Sfortumbtrlctiad Fuatl*rai te Polo S: Jockn'y Cbub d Port nu .5? tnoe) appartiendrait de n is %  r i n ./-.saugmentation* %  r l W Br, l B *', /r.v et vraiment non "." ^J a "" s8 p et chirurgiens de cet tablis fr uigi qu cl | ts iren o| sment! Lt Joie ell accord krtenlpasdavantage lorsque sont donc complets. j lui et certains de ses suhor-1 Le Directeur gnral UU ( | OMMCS acluela V opraient. Le dimanche 17 cl le lundi aii.iiln ISo2 I heu ri* 0 Service National d Hygine et |e|| de conner | ems ma d'Assistance Publique va. (Ta[ at|eg 4 Ja ia|U v d .. 0 ., rs cette note, lgaliser une muai OsAral. Si les chir.u m P Entre : Tribune: (ide. 1, — aa i a—————— Nw M AuJo : Gdv. I, %  SfcNiu W a TW %  % ve— permission qui existait dj ( ielJS (Je |. ll0()iUl | ddaignen tacitement. Non, il n existait i in;i i l llen:ill | cescliniqucs.c'cs rien de. ce genre. Si nous de | (}uc ccs lllcss j eiini v faisaient vous pouvoir interner nos ma) t lcs 01)e| alions lout simpleludes l'Hpital gnral, et ^ r aV()ir p OCCi sit l s'en retournent ic soii ve. s8 heu el ^ les, n'ont pas le temps Je eauin les v oprer, c'est que nous aurons l'ail triompher un droit qui nous appartient, El puis,j d'ailleurs, nous ne sommes' pas de la catgorie de ceux qui jouisse ni dune permission'pendant toute la dure de leur existence. Le Directeur Central du Service National d'Hygineel d'Assistance Publique, tout en cherchant IIOUH tromper, tombe dans notre pige. Nous allons avoir le droi de soigner nos malndes a l'Hpital! i Si le Directeur Gnral du Service National d'Hygine, etc.. reconnat notre droit de profiter de 1' pilal Gnral comme les privilgis de cet Hpital, il y a une chose laquelle il n'a peut tre pas pens. De deux choses l'une: ou bien la salie prive de l'Hpital Gnral reste telle quelle de Mer avec leur lain.lie, d'e nluas ter leurs enfants ri ce J peudal In o groupe de eommeru.j;i! 0 jours, c'est- -di c jusants pour protester en leur' pour avoir roccasion ; • JU| ( |i manc h^;j our dj tepos. nom? Qu'il lexiilbe. Je dfends' loucher des honoraires. j mandom s'il est pomibl %  q lEtal, d'un s*ut coup donne S'ili\faclioi toai te p T&onncl J? la Magistrature. On pourrait, c, nn:isem i/'/'-puisque rellemeni ces imp "/•/rhtrtiefl ee • \l. CauN Lhrason • '* Sal< Ja |ut y ra'. M. h M.MIM initno^rrsar IHi<*%  i ^ d H i'. D*n 1^ ca o il s on espre qu'il t m Sir des ides pi>laiss paratra d'une rteente fanca > lu t igas d*Edueaticn National'. .. vo'l que lu Hhum §9tbnroart fsi pa^tieul'ranaS^M a l'honoeor cetta i^mains, i Va casion da li gars moatanta el tte la garda descendante. L*-* .,. |j -•; i %  qui pr nm nt leur retraite en hoivenl pour se doa-• fuvor se doue la i h sse 1res ,,,.,. „ nlu graduelle amliorai ner du cosur... ei if iahtrta leressanle des petits piciers. \, u rf ^ situation mule (del nouvelle quipe * bo,?di Vieux u-i-il n-niuii man-. / r// „ | vent ^aalacnanl pou. ltar Irtr • triompne. Ces! puitait. %  — %  l—IIWIIIIIII illiM %  % %  —Il < car si ce moment-l leurs malades taient oprs l'HOs pauvres employs u>'i riici la cause de lous < ux qui ont veut pas observer ls rgles d'une bonne hygine leur del peuiion. pit.il, tous les Irais allaient jener mme, c est en viiessr automatiquement la caisse qu ils le prennent. de 1" pilal. Et avec cela le" Ceux qui se plaigneal sont Directeur Gnral du Service peut-tre quelques re >u National d'Hygine etc.... ose parler de responsabilits p miles! Qu'il lasse attention! Un scandale peut bien en amnei d'autres. Donc la salle prive de \ i i • sommes ravis le eeue mesure Pour ma part, ci-la me permet de me mettre au frais d'abord, de voir nus en uni s, de les :uresser, >lr prendre part leui s bnta le les •. oiidiure uu Champ de Mars, de rendre visite mes amies, chez eux des salaire^ de I-Jd'en recevoir, de l'aire du racmine, voudraient |irem|re p:.-commo %  .i;i;;e. de fouir de texte de celle mesure ttoui di maison qui reste toujours lermiuuer ces salaires ou rduire nue ilu commenceiuenl de l'anleur personnel. Ceux-l ont les ne ;i lu fin, de I enjoliver, P ropos pei lauts d'une race qui, exaioiiani les pauvres Hatiens ei Iploycs I ... voit que rh /. John rtaa';- i nog.aphea, des diaqae,dear_ w tu les da aport, tes aeceu.. ; y u causes sainiea lim| sa lnuv a K d — # Ulitnirt eM ri. employs les enlenneu a I m deleudre.lln > gagueroal tant Vi Ml|l ., u ,„„,,„ iu )fl „ K ._ JJ^ de ,, M mB18 \ Uil ral teneur dune halle au toit bas eu renomme qu'eu reconnaismai J sll doi t VOuS acheter ls J^etra bougrenssntiBlelllge4il 2 > Ou bien il faut tendre la pendant l lues. Ceux-cien soi sauce. ; e .j, d j d a ^ comprendrt. • • %  ..i.. i tn emssr an s de sueur COU t •.. _. -_ .' / r" ul ou bien il faut encore le lion prive 1 Hpital untendre. irai, l'œuvre d'Assistance Pu / 0 ) LaSitl prive reste telle quelle: Comment f'era-t-on pour lo ger nos clients quand dj cette salle ne suflit pas la clientle des quelques mde Kins et chirurgiens qui depuis quelque temps bnficient de ce privilge d'inler ner leurs malades piirs l'Hpital? H }' a*W non seulement nous," mais aussi lea mdecins non privilgis de l'Hpital pouvoir jouir de ce droit. Dans celle conjecture, il D*V • qu'une chose, c'est que la* s. '• prive ne soit ouverte .:HX mdecins (soit a ceux indpendants, soit ceux de I' pilal Gnral) M ,ie pour des cas bien deter oins: pour les cas d'acciijents et les cas d urgence de tins Indpendants. toute sorte, les autres opraSljp: lions se feront dans les cli D r rtLix Coicou, D r IIEIURD. liie DE U FER|EplsliSiNS~ A 4 i lent ruisselants de sueur cou rant le risque de prendre froid. Ces employs ne peuvent pas protester contre cet ahus, car ils savent que la rponse arait la rvocation. J'affirme comme intresse '.hlique sera entirement louf! qu partit de -l heures il ny a salle prive : Nous disons immdiate ment: C'est impossible! Si l'on tend encore l'exploita* ABONNE ET COMMERANT. qu n oestre oepi.. semaines / \ Port-au-Prince peut bien, cer•, ; I es.se permettre le luxe d'une telle ... •*%.{ qu'ai asina de ejaa're meaure, mais qu'un rglement JOUIS, noire ami Albert Hlaililre: du fe. Le tintement des pices d'or couvrira les plaintes et les gmissements des malades I indigents ceux-l que -vise j .orUr.de prendre de d'abord toute oeuvre d'Assisi tanc Publique N. B. Nous prions le public de bien vouloir laire attention. Il y a une campagne de dnigrement qu'on vient de d clencher contre nous. Nous agissons courageseument les autres jouent dans lombre. Nous allons publier bientt notre empite sur l'Hpital Gnral. Nous soulverons le voile au public qui pourra voir ce qu'on lui a cach jus de plus de vente. Le louuneraii est tout heureux de gagner son noms cette heure.parce qu'elle ( s ,„,.//,• ( a f erm tare: est la plus chaude ; ou seul le SI Marc.le 17 Juillet 1332 l'air. Vous avouerez avec mol (j xer Monsieur, qu'il tait trs pnible pour nous d'attendre le bon plaisir d'un ; j e B e voua connais na, mai PAIITnr I r r"t^rTlini' m sme ma!S ( I" M| rglement, |oara, noue ami Aiuen i L' M! Hr NI Miinlr I %  IKr aussi slrii 1 ll(,lls s <) 1 "ppiiM"**" i • %  • ; • ; '•• ^ " is ,ni *'• UJil I 1IL La 1 LMlllL I UIIL promaoe, les rsultats en seront Substitut en Caaaatioo, ehr RCO llUPClilC ^l h J D CC orc rae |, l dsuslraux poui noua j Parqa4 • caaastlaa install aiil InAhAiilltl A LL llil boiiti(|uieis. piciers. eii.l.e m.irvaut hie-.'aveo h solennit d'uLfLU mnunuiiiun-r IIIIL.U c h e dure ici toute la journe el sage, el lelendtmam ktnialre /•..' voici une autre tetire qui ce „> sl ue rera ;{ heures,lorsl dea Relut-on* EitriaurtaiNalra acheteur ventuel, qui, aprs permettez-moi. malgr tout, da d'activit, puisqu'on exigera de nif8n "' avoir rendu ses visites, papote voua remercier de la campagne noua bientt, en Octobre prorielden que l'habitant a fini de vendre '.siecle^t Sien celui da tlaatii* s;i inariiiile de ]> us ou de i i/. ne., er l'tlatlie.u un peuple de | qu'il possde uu petit cash qui louruiquets. I lui permette d'acheter ce dont il j Pourquoi limiter nos heures' .-voit que le Docteur K*rpas "i le tetnp me %  Miue lirai dla miser*-. de droite et de gauche, appelle que vous avez entreprise concr[ -i'ain."inVgrali'i. '-'d'u mnnianl comme d s'en faisait torl. Il celui-ci ou celui-l pour parler nant la fermeture des magasins de notre patente ? Tout devrait *'** r * '' • sf sl *'.'* BU heures de l'aprs-midi.Gette marcher de pair, il me semble. ,,i,; -' ,:,: lit les ?ml qoe M. Abel lf? cent, comme l'a crit l'auteur du dit article, qui lui ont lait prendre cet arrt ; l'initiative de cette mesure ne revient ni au Prsident ni au Dpartement du Commerce.Ce sont les commerants eux-mmes qui ont adresse une ptition au Chel de Liai et c'est sur leurs vives ina i s qu'il a pris ce dcret. '•'" i libert dont il n :i que iaire? u „-.-,•*>.,• 4 U.a Nous autres Hatiens qui eom\,,us esorons oui nue le I ? br j-f 22"^JLwTJ ..-, ., •',. "wui captions mu-* pic iej| airt a rt( je tout ce queues mea dj porte considrer le gouvernement reviendra surcetpo Bfi S5 .nnnulre ellor. rlr.nl nn... en;,,V i , ... ... ..... '• %  ,,Q "' ' < l l ^ d Quels sont ceux qui se plai-f premire n dont parle muu> | |f e jeiilcie dr. Quels sont ceux (pu as plaif premire neees un pare res. A partir de 4 heures, ceux Je viens 1 y u ux uan g le' g eut? Ce ne sont pas les em-'Mr Vieux peuvent tre ai qu r la journa dans nos moeurs la thorie du moindre effort dont nous coin* inclinons nous di inurnssiT. Lu pleine crise, alors que 1rs gouvernements du monde entier prconisent le travail outrance conjugu avec des mesures trs •trictea d'conomie,la riche Hati prend des dispositions exactement contraires en limitant les heures de travail de ceux qui veulent travailler et en Iranquant comme des voleurs, l'aide de gendarmes, tous ceux qui \ B lent malgr tout eaaaj i r de v die '1 coba de avon el 'J cobs de man e api %  •• q talr < %  res. A partir de 4 heures, ment. Voua sachant gr de ce que voua ferez pour noua loua, je vous eu remercie l'avance e* VOUS prie d'a Cl | 1er mes .sincres salulatioba. L VII FORT H kl ... voit que la guillotine ne • D pargne non plu* Mou*i*ar Jostph Nol, qui occapait le | porleteaille du Commerce H Traves Public, le temps luraes*."""*' r i • VrThohv Vieux dans le g eut V "3 r-ne sont pas as gentil. I que j'en o. suis certaine, parc I chez les boutiquiers bailu n'ont pas mme le droil da onnais qu 1 sortis delaans cette mesure, ils s, pi ter de 1 l. In lu nul. Ce ne son p dent" Vin-* chas'eus u.eu "• h. du matin, | an ciiex dea piciers tnogarsj veilleur eu chemin de 1er qui camarades ou is ' %  '. \ gti/SK sans droguer M; ''. •, Appliqu c> $> t \ r'.. v cki ranger VJCKS % VAfOKUB curTout Refroidissement %  matriel lui a manqu ptir | donner la mesure de sa e*BSpaV 'ei.-e. Simple et cordial.il lai "• de* regrcla aincrea dans le* milieux | olitiquea et mondain. A --c: 7-v i d f accidan> •''••• \ i %  1 < n: h ire *: (. oi po'a'ioa t%  Mai %  : A ifibapv j \gvnt Ga al pour Ha/tl, m .,..f +r 1C-T


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07054
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, July 16, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07054

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Maqloirt
DIRECTEUR "
1368. RUE AMERI AINE 13*
TELEPHONE K*2K2
La leusliuu tjauunuujfatal"
pi cadra MMUirir si Ile f't
MlllCc des hoiiinx <]hi j,lirret
se-asraIf ton* la tfesae s>* i.-
.ti.Mi lserai! de la iialioa
urrnaii \It l!\
26 me ANNEE N 7723
*ORT-AU-rRlNtE (HAli)
S .\M MI>1 H) JUILLET l
*.
VOX DES AUTRES
LE POTENTAT DU SERVICE D'HYGIENE ILE
;
Noua avons lu dans le nu- niques de ville.
mero ait 7 courant le Hati- j L* Directeur du Service No
Journal la note suivante : lionul d'Hygine, etc.... ne
On lgalisera bientt, pour peut pus dire qu'on ne peu!
que nul n'en ignore, lu par* ; pus oprer dans les autres
mission tacite accorde par cliniques, car lui et les autres
le Directeur Gnral du ber- i chirurgiens et spcialistes de
Vice National d'Hygine et I l'Hpital Gnral ont tait dans ,
d'AssisUuice Publique, aux ces cliniques des oprations j
mdecins qui n'appartiennent graves, alors que la salle pri- '
pus a ce service, de soigner ( ve de l'Hpital existait et
leurs malades dans la salle fonctionnait,
prive de l'njMfcl Gnral j gj |f ,)irectenr Gnral du !
Hatien afin qmli puissent Servk.e Naliona| d'Hygine.-
bnficier de tous es avants- ^ ces c|nl(|ues n.gf j
aes mat .lels et autres misa )|renl aujourd'hui suffi
In disposition des mdecins gammeill (|c Karsiniie, j| (j()il
INDIES GARAGE l y a
vingt cinq ans
l* MmmAM Juillri iJii'
LE TRAITEMENT
WEST
Sous la direction de
M. An nid BRAUN
Tlphone
C
Rsidence: 2W1

rage: 2251
OES MAGISTRATS
/.' e I 1 rtan 'ni bru )- '
menter le traitement eu < '
bres de* diffrent* tribunaux^ [ni ,,.., rata>bre
eimm e ceux du tribunal de. ,'elmn su baccelau
MATCH KS DE POLO
iMssalion.
Ce ne*t p s
a

e
ENTRE LES Orna EUS D'UN TEAM ANGLAIS
Dfl LA JAMAQUE:
The Sfortumbtrlctiad Fuatl*rai
*
te Polo S: Jockn'y Cbub d Port nu .5? tnoe)
appartiendrait de n is r in*
./-.s- augmentation* r lWBr,lB *',
/r.v et vraiment non "." ^J a ""s8 p*
et chirurgiens de cet tablis fr uigi qu.cl|ts iren o|-
sment! Lt Joie ell accord krtenlpasdavantage lorsque
sont donc complets. j lui et certains de ses suhor-1
Le Directeur gnral UU (|OMMCS acluela V opraient. Le dimanche 17 cl le lundi aii.iiln ISo2 I heu ri* 0
Service National d Hygine et ,|e|| de conner |ems ma_ ,
d'Assistance Publique va. (Ta- [ ,at|eg 4 Ja ia|U -v d .. 0.,
rs cette note, lgaliser une muai OsAral. Si les chir.u
m
P
Entre : Tribune: (ide. 1,
aai aNw m
AuJo : Gdv. I,
SfcNiuWa tw % ve
permission qui existait dj ( ielJS (Je |.ll0()iUl| ddaignen
tacitement. Non, il n existait i in;iilllen:ill| cescliniqucs.c'cs
rien de. ce genre. Si nous de | (}uc ccs lllcssjeiini v faisaient
vous pouvoir interner nos ma-)tlcs 01)e|.alions lout simple-
ludes l'Hpital gnral, et ^ r aV()ir pOCCi,sit
l s'en retournent ic soii ve. s8 heu el
^ les, n'ont pas le temps Je eau- in
les v oprer, c'est que nous
aurons l'ail triompher un droit
qui nous appartient, El puis,j
d'ailleurs, nous ne sommes'
pas de la catgorie de ceux
qui jouisse ni dune permis-
sion'pendant toute la dure
de leur existence.
Le Directeur Central du
Service National d'Hygineel
d'Assistance Publique, tout
en cherchant iiouh tromper,
tombe dans notre pige.
Nous allons avoir le droi
de soigner nos malndes a
l'Hpital! i
Si le Directeur Gnral du
Service National d'Hygine,
etc.. reconnat notre droit de
profiter de 1' pilal Gnral
comme les privilgis de cet
Hpital, il y a une chose
laquelle il n'a peut tre pas
pens.
De deux choses l'une: ou
bien la salie prive de l'H-
pital Gnral reste telle quelle
de
Mer avec leur lain.lie, d'e nluas
ter leurs enfants ri ce j peu- dal In o groupe de eommer-
u.j;i! 0 jours, c'est--di c jus- ants pour protester en leur'
pour avoir roccasion ; JU| (|imanch^;jour dj tepos. nom? Qu'il lexiilbe. Je dfends'
loucher des honoraires.
j mandom s'il est pomibl q
!' lEtal, d'un s*ut coup donne
. S'ili\faclioi toai te p T&onncl
J? la Magistrature.
On pourrait, c, nn:i- sem
i/'/'-- puisque rellemeni ces
imp "// | sont insuffis r,,/;. v iu*
i ' ce 1 cetie. anne, d? faon arri-
\iv' .v. r pi>rhtrtiefl ee
\l. CauN Lhrason '* Sal<
Ja |ut y
ra'. m.
h m.mim initno^rrsar IHi<*-
i^ d H i'. D*n 1^ ca o il
s on espre qu'il
t m Sir des ides pi>-
laiss paratra
d'une rteente fanca
> lu t igas d*Edueaticn Natio-
nal'.
.. vo'l que lu Hhum 9tbn-
roart fsi pa^tieul'ranaS^M a
l'honoeor cetta i^mains, i Va '
casion da li gars moatanta el
tte la garda descendante. L*-*
.,. |j -; i . qui pr nm nt leur re-
traite en hoivenl pour se doa-
- fuvor se doue la i h sse 1res ,,,.,. nlu. graduelle amliora- i ner du cosur... ei if iahtrta
leressanle des petits piciers. \,u rf ^ situation mule (del nouvelle quipe * bo,-
?di Vieux u-i-il n-niuii man-./.r// | vent ^aalacnanl pou. ltar Irtr
. triompne. Ces! puitait.
lIIWIIIIIII illiM Il <
car si ce moment-l leurs
malades taient oprs l'H-
Os pauvres employs u>'i ri- ici la cause de lous < ux qui ont
veut pas observer ls rgles
d'une bonne hygine leur de-
l peuiion.
pit.il, tous les Irais allaient jener mme, c est en viiessr
automatiquement la caisse qu ils le prennent.
de 1" pilal. Et avec cela le" Ceux qui se plaigneal sont
Directeur Gnral du Service peut-tre quelques re >u
National d'Hygine etc.... ose
parler de responsabilits p
miles! Qu'il lasse attention!
Un scandale peut bien en
amnei d'autres.
Donc la salle prive de
\ i i sommes
ravis le eeue mesure Pour ma
part, ci-la me permet de me
mettre au frais d'abord, de voir
nus en uni s, de les :uresser, >lr
prendre part leui s bnta le
les . oiidiure uu Champ de Mars,
de rendre visite mes amies,
chez eux des salaire^ de i-j- d'en recevoir, de l'aire du rac-
mine, voudraient |irem|re p:.-- commo.i;i;;e. de fouir de
texte de celle mesure ttoui di maison qui reste toujours ler-
miuuer ces salaires ou rduire nue ilu commenceiuenl de l'an-
leur personnel. Ceux-l ont les ne ;i lu fin, de I enjoliver,
P
ropos
pei
lauts d'une race qui, exaioiiani
les pauvres Hatiens ei Iploycs
I
... voit que rh /. John rtaa'-
;- hn el Duolop, des tpss^s Se-
H M11 HI C*S I glaises, des bicyclaltss, H^ phs>
i nog.aphea, des diaqae,dear-
_w__ tu les da aport, tes aece I l'aute nobits*! et '' d'sniia
arti'h-s u'on s^ detrnd v i-
Relli* runion I attire S lil' ch ' ^ .
Doeleur Saloroon.ee charraanl resca- ( enl ee quen poar-U ne .-
p de ta rcente crise ministrielle; IrQJVer OBt John Wnollfji
belle runion organise en l'honneui
des ministres,qui, d . on .le force,
preoneol leur retraite, autant <|vir ... vous a VU, hier QQ vohnSj
|'il,IM.'''!!!'!'?.'.1".. ,,,,uiy,:,l" (-,l,i:,rl-- ,lt-,)x oaaMl de livre aou le
causes sainles
en dehors de l'Hpital uene I euree, au i.eu ue nue e, >u.. ; y u causes sainiea lim| sa lnuv a K d # Ulitnirt eM
ri. employs les enlenneu a I m- deleudre.lln > gagueroal tant Vi, Ml|l., u ,,, ,iu )flK._ JJ^ de ,, M mB18 \Uil
ral' teneur dune halle au toit bas eu renomme qu'eu reconnais- maiJ sll doit VOuS acheter ls J^etra bougrenssntiBlelllge4il
2 > Ou bien il faut tendre la pendant l lues. Ceux-cien soi sauce. ; e, .j, d j d a ^ comprendrt.
___..i.. i tn emssr an s de sueur COU t _....... _. -- ______......_ .' / r"ul '
ou bien il faut encore le lion prive 1 Hpital un-
tendre. irai, l'uvre d'Assistance Pu
/0)_ LaSitl prive reste
telle quelle:
Comment f'era-t-on pour lo
ger nos clients quand dj
cette salle ne suflit pas la
clientle des quelques mde
Kins et chirurgiens qui de-
puis quelque temps bnfi-
cient de ce privilge d'inler
ner leurs malades piirs
l'Hpital? H }' a*W non seu-
lement nous," mais aussi lea
mdecins non privilgis de
l'Hpital pouvoir jouir de
ce droit.
Dans celle conjecture, il
D*V qu'une chose, c'est que
la* s. ' prive ne soit
ouverte .:HX mdecins (soit
a ceux indpendants, soit
ceux de I' pilal Gnral)
M,ie pour des cas bien deter
oins: pour les cas d'acci-
ijents et les cas d urgence de tins Indpendants.
toute sorte, les autres opra- Sljp:
lions se feront dans les cli Dr rtLix Coicou, Dr iieiurd.
liie DE U FER|EplsliSiNS~
A 4
i lent ruisselants de sueur cou
rant le risque de prendre froid.
Ces employs ne peuvent pas
protester contre cet ahus, car
ils savent que la rponse arait
la rvocation.
J'affirme comme intresse
'.hlique sera entirement louf- qu partit de -l heures il ny a
salle prive :
Nous disons immdiate
ment: C'est impossible! Si
l'on tend encore l'exploita*
Abonne et commerant.
qu n oestre oepi..
semaines /
\ Port-au-Prince peut bien, cer- ,
; I es.se permettre le luxe d'une telle ... *%.{ qu'ai asina de ejaa're
meaure, mais qu'un rglement jouis, noire ami Albert Hlai-
lilre:
du
fe. Le tintement des pices
d'or couvrira les plaintes et
les gmissements des malades I
indigents ceux-l que-vise j .orUr.de prendre de
d'abord toute oeuvre d'Assis- i
tanc Publique
N. B. Nous prions le pu-
blic de bien vouloir laire at-
tention.
Il y a une campagne de d-
nigrement qu'on vient de d
clencher contre nous. Nous
agissons courageseument les
autres jouent dans lombre.
Nous allons publier bientt
notre empite sur l'Hpital
Gnral. Nous soulverons le
voile au public qui pourra
voir ce qu'on lui a cach jus
de
plus de vente. Le louuneraii
est tout heureux de gagner son
noms cette heure.parce qu'elle (.s. ,,.//, (a ferm tare:
est la plus chaude ; ou seul le
SI Marc.le 17 Juillet 1332
l'air. Vous avouerez avec mol (jxer Monsieur,
qu'il tait trs pnible pour nous
d'attendre le bon plaisir d'un ; je Be voua connais na, mai
PAIITnr I rr"t^rTlini' m'sme ma!S (I",M| rglement, |oara, noue ami Aiuen i
L' m! Hr NI Miinlr I IKr aussi slrii'1 ll(,llss<)'1 "ppiiM"**" i !";' ;' ^ "is ,ni" *'
UJil I 1IL La 1 LMlllL I UIIL promaoe, les rsultats en seront Substitut en Caaaatioo, ehr
RCO llUPClilC ^l h J D CC 'orc*rae.|,l dsuslraux poui noua j Parqa4 caaastlaa install a-
iil InAhAiilltl A lL llil boiiti(|uieis. piciers.eii.l.e m.ir- vaut hie-.'aveo h solennit d'u-
LfLU mnunuiiiun-r iiiil.u che dure ici toute la journe el sage, el lelendtmam ktnialre
/..' voici une autre tetire qui ce >sl ue rera ;{ heures,lors- ldea Relut-on* EitriaurtaiNalra
acheteur ventuel, qui, aprs permettez-moi. malgr tout, da d'activit, puisqu'on exigera de nif8n "'
avoir rendu ses visites, papote voua remercier de la campagne noua bientt, en Octobre pro- rielden
que l'habitant a fini de vendre '.siecle^t Sien celui da tlaatii*
s;i inariiiile de ]> us ou de i i/. ne., er l'tlatlie.u un peuple de
| qu'il possde uu petit cash qui louruiquets.
I lui permette d'acheter ce dont il j ,
Pourquoi limiter nos heures' .-voit que le Docteur K*r-
pas "i le tetnp me
Miue lirai dla miser*-.
de droite et de gauche, appelle que vous avez entreprise concr- [-i'ain."inVgrali'i.'-'d'u' mnnianl comme d s'en faisait torl. Il
celui-ci ou celui-l pour parler nant la fermeture des magasins de notre patente ? Tout devrait *'** r* '' sf" *sl *'.'* BU
heures de l'aprs-midi.Gette marcher de pair, il me semble. ,,i,;-' ,:,: mesure ne s'imposait rellement En rsum, los cominerants "unia're. C'est tiop peu poar
pas en e moment.avec la crise de Port-au Prince, ayant rcla- inspirer lea rejreta taraa'a.
si aigufi que nous traversons m celle n.-se e poureiU.au
inaintcnanl. Votre article paru raient bien pu spcifier qu'elle
lans le journal Le Matin ..cou- n'aurait du ci nue qu'* '
des mesures que le goiiTerne-
menl aurait du prendre, pense
seulement vers 0 h. 1/2 du soir
qu'il a un achat ettectuef et
se prsente chez tous au mo-
ment de la fermeture.Le* ache-
teurs doivent comprendra tout
de mme que nous ne sommes
pas leurs esclaves ; ceux qui de-
sireni rellement acheter vieti-
I neut un peu plua loi tout aiin-
lulemeniJ aurais du cire la pre-
KUi recevons fa Mire mU
d0l,b nn7scni"ifune question
ce qu'il*/mane dune femme:
Porl-au-P.i.Kr.^i:*Juillcll,:)2
Monsieur le directeur.
qu'ici II verra la cuisine
1 pilal Gnral. ^
Pour le groupe des Mde- mie|.e A me recrier contre ci
dcret, je ne le lais p rinl parce
qu'il esl jusie el quitable el fa-
vorise aussi bien le* patrons
.pie les employe.
Celte mesure met SU con'iai-
re une animation inaccoutume
dans la voie vei'a 2 beurra et
.m,me aux llailiens l'Uabitude
de la discipline, elle les aide
secouer celle apathie inh-
rente noire race el qui s'tend
aux actes les plus simples Je
noue vie.
Mr Vieux dit dfendre la cau-
se du peuple.Celte masse d un
ploya qui peinent dans les
etoutl'oirs que soni les iagasins
u3 heures de l'a prs midi, ne
reprcseiite-t-' Ile pus une pai lia
de ce peuple ?
C D'aube pari, > lit les
?ml qoe M. Abel lf?
cent, comme l'a crit l'auteur
du dit article, qui lui ont lait
prendre cet arrt ; l'initiative
de cette mesure ne revient ni
au Prsident ni au Dpartement
du Commerce.Ce sont les com-
merants eux-mmes qui ont
adresse une ptition au Chel de
Liai et c'est sur leurs vives ina
i s qu'il a pris ce dcret.
''", i libert dont il n :i que iaire? u, -.-,*>., 4 U.a
Nous autres Hatiens qui eom- \,,us esorons oui nue le I?*br j-f 22"^JLwTJ
..-, ., ',. "wui captions mu-* pic iej|airt ,art(je tout ce queues
mea dj porte considrer le gouvernement reviendra surcet- poBfiS5 travail comme une chose hum.- lf mesure qui paralyse toute Tuons ver sytupatMe sua H-
hante et pnible, la mesure prise nos a fia res en altend'int une- T_ . J
,,,'.',. ,' '"''" s t n .lueiiu.mi ipici part et In oi*iona de aa sas aana
actuellement ne Fera (lu'uncrer p. nous metle ici rt couiDite- Ti-. .t
dans nos moeurs la il crie du neut complte garder rauiCSine de. aBiM SJ>
.nnnulre ellor. rlr.nl nn... en;,,- V i........!....., ....., ... ... ..... ' ,,Q "' ' Quels sont ceux qui se plai-f premire n dont parle
muu> ||f.e jeiilcie dr. Quels sont ceux (pu as plai- f premire neees un pare res. A partir de 4 heures, ceux
Je viens1' yu,ux uang le'g eut? Ce ne sont pas les em-'Mr Vieux peuvent tre ai qu r la journa
dans nos moeurs la thorie du
moindre effort dont nous coin*
inclinons nous di inurnssiT.
Lu pleine crise, alors que 1rs
gouvernements du monde entier
prconisent le travail outrance
conjugu avec des mesures trs
trictea d'conomie,la riche Ha-
ti prend des dispositions exac-
tement contraires en limitant les
heures de travail de ceux qui
veulent travailler et en Iran-
quant comme des voleurs, l'ai-
de de gendarmes, tous ceux qui
\ b lent malgr tout eaaaj i r de
v die '1 coba de avon el 'J cobs
de man e api q talr <
res. A partir de 4 heures, .
ment.
Voua sachant gr de ce que
voua ferez pour noua loua, je
vous eu remercie l'avance e*
VOUS prie d'a Cl | 1er mes .sin-
cres salulatioba.
L VII FORT
H
kl
... voit que la guillotine ne
d pargne non plu* Mou*i*ar
Jostph Nol, qui occapait le
| porleteaille du Commerce h
Traves Public, le temps
luraes*."""*'
r
i VrThohv Vieux dans le g eut V
"3 r-ne sont pas as gentil. I que j'en o.
suis certaine, parc I chez les boutiquiers bailu n'ont pas mme le droil da
onnais qu1, sortis delaans cette mesure, ils s, pi ter de 1 l. In lu
nul. Ce ne son p dent" Vin-* chas'eus u.eu " h. du matin, | an ciiex dea piciers tnogarsj veilleur eu chemin de 1er qui
camarades ou
is
' '. \
gti/SK sans droguer
M; ''. , Appliqu c>
$>t \ r'.. v cki
ranger
VJCKS
? VAfOKUB
curTout Refroidissement
matriel lui a manqu ptir
| donner la mesure de sa e*BSpaV
'ei.-e. Simple et cordial.il lai
" de* regrcla aincrea dans le*
milieux | olitiquea et mondain.
A --c: 7-v i d f accidan>
'' \ i -1< n: h ire *:
(. oi po'a'ioa t-
Mai : a ifibapv
j \gvnt Ga al pour Ha/tl,
m .,..- f +r



1C-T




Pv
.

I
..m m*mrTW*U......m*Mirer-;
CHOS importante

dcouverte
chimique
PULPE POUR PAPIER
IKU TBiBlM.
i attention d'un louriete
IV ns s- n m,' l'O rie
jcn-b, U- NotJVEU isfi publie
tir i ni;r'ieit 'i 'il a en ivec ,
: i d nii-s'ui nui'. Celui-ci j
1...U- de* nrrnnlaore*de sa 1 Mr H- Schud, d- la S ed ,q;n
> t<-tite le Ci flaire dfbbuc-|a debaruu la Jamaque
i i- int H coron letii ni ; r une semaine. tattire
i n 7c i. Il sonltg"' uu' |i ki miniers de iroees da
J,. t.t,, v:.i- de ;" i dei -banane qui retient ur
pu-ravec Mi Dana Mm- ... m il pitd dam le> champs < es
i p s trouv a fil aulet lue ireesafona piowi* i. *
Sous smmcs heureux do*
Jrir fias lecteurs le beau dis
fours pr'moi c par Monsieur
le S M ilul Justin Moulus,
l occasion de lu prestation de
serment de for A Htonchei
c$mm Commissaire du fJoii-
vernetntnl prs U tribunal
le i.,issu.mil.
Monsieur I Commlsiaire,
L.....
1~ "

'


KEMFLACE
Yhv'.t t'e fi
J. r c.tua
Combien l-et aussi pir le grand ton- Q{ ^ M |jim ,;.;i,. -,,s ,
q.,*,. &ilai> aeropmy r n re-juage 'le paillai a 4ni beaucoup d< d airs. lis oui
ilmeer, qnand ladite m ni- reaie eur le wharf spies que DefcUcoop ,ie regrets. Seloa
leiictle est ertivee le ligues sont embarques. pi)X> ,M vie ,ear doit loot.
-MtsMcms LestotetSa-j Monsieur Schude a pris des Jls i,,* eB veulent d'aveir peu
lou.on sont les deux rescaps I chantillons de troncs et <* {ubteno. S. grand est Leur
d* darnier Cabioet. paillas ue ligue-baume.,. i merjti j [\B ,,i la fivre des
. La Constitution * en-ti-pris avoir iui< rtea rtchei- r ilI,|)jtions tM rimpath ncedes
. -,____. ....ia.1.,.. i.'!i.. ...i. i. iw>*: (luit* tes h.ho atones de ___. ,\... ...i ,;... Im I
. ."i
wr
ttlf>!uA6RE/l
tr >;u*\NT3
Mr OUI
ANEM'E PAIBL'ESSE
INDI5i*nf!.A!.E au D6*loppm*nt
du \ 2XF.' I
m FsMim ramai a oama^assan
en Vnh Ptrl-ivfrlnos : Me . BUCH_
BJB
VUX TROIS QUARTIERS
(J. deVendegies)
Angle Avenu Kinp *t Rs Vernet.
A le plaisir laviiff >aa !* * fl fc,fl,e Gini lc ^ ' rr|
de racosir le artHn IslvaiU:
Chapeaux de Dame, BfaMl Bas de Soie.
de riis. Larges ceintures,' t
Sonl.er-. rlecol at.'s. S. in Nolrjsnces.
IcS BU
ei Bel g*.
Pondre et (".renie Toki'on.
Collitrs et Barrelles.
Abal-jour Tlin * g'nhle.
Bets basques.
Ceiatarta p'.a>tia,uas.
F1 Relatt Taurniqiuls caa-
lears.
DERNIRE
ons aitults sa pteraiir lr.-.iheur al aran!i*.
Sln k reastammaal reuoitl. l*ri\ n bal se.
i meut voue h-
trera eu vigieur di fca ptt-}aa compagnie en bneae, a
LUt-ation su Moniteur. NousltrDuv quavec une ad: non
iies dans Us It bo atoiies de RpraDCCS< Qotnd vlen Ira la
a j ^rmide con inte Il 5f k
' (U mandent Bvscaugotsse. Ja-
HEURE
ta baroci de donner une etu- f lgre neutres produilt,com- ) mHJS pell,.;,e Cependsut
de d'ensemble aui celle nou-ima te bambou, etc., on peut 1^^ MTajej ; s'ils savaient
.! .-i ' t. (iivoi- ft In .l;!Tt:ii(llie. le ___... ... i. ,..,..,. ....i;
Veile CM rti.
ihouver, a h Jamaque, ,ft>avcc quelle tacilitoa acquiert
Cn i no'ivesin Snflklirsv'troue et la paille de la llKlie ; cet tat d'me qui. dans les
lit prevui par la nouvelle 'banane,qui donnent une pulpe ,oomeilts les plus peuiblea de
Couvtitutiou, Comme la col-'excellente pour te nspkr. iexistence, nous assure la
lata lectoral qui fonctionne Suivant ce-taiues taciiiis In;li|rise (le Uous-aimeB
i.. u....... ,1,....,;...*: nar U (iiiiiveine- !...js. i... .....,.^ r^
utiar la designatiou des Pres
Canscii s n'est psi ncore
et.i'oii, ta Chambre des Cona-
ni mas, en vertu d'uue dis-
bndilon transitoire, lira ces
donnes par U Gouverne-
ment, et ensuite avec cerlai
ns initiatives prises pour i' i
dveloppement de eene ,u-|
ce derme r, *,,.
dus'.ne par
nouveaux Snaleuta, '(n. se- la Compaflnie a envove de|
, ,, tirs dune double lista une grande quantit de ma-
,i- irm* L-iin.iiiais pisenta chines pour monter une ta-
p. il. scc>> lit elle Snat, Miriqur.
Laa dput actuels b ; On ne sait pis encore si
un-icuiu du mandat de 4 la Compagnie a l intention de
aa, prvu par la nouvelle \ lab. i.jner le papiei a la Ja--
(.1 latilutioo.
O i croit qu'une entente
in tivi -ndra mire la Hasco
rt ie d ; Gellrard.
Kn proviuce, la liM.iiel.irc (
. mal |Ue, mais on estime (|u'or.
eut labriquer u -e moyenne
nous interdit les [amers re
gretS, nous prvienl des r-
voltes, conditionne notre pro-
al, cre eu uous la
srnit !
Mr le Corumiisaire, vo s le
uevez vous-tr me. Et je vou
ni vu toujours calme, tou-
jours apparemment salisla t
loujonrs simani, compati'-
an'.mnedans les situations
les dus diffi iles .la n is de
Le Cabinet est
ainsi form: I
T r. r>'uius im- > i< o?
Alb r Bianchet, H latiens
El'rii u v \
Lucien H.b'nc-t. Finances
a-ooine Pierre-Psnl, Tra-
vaux Publies
Peul Salon on, Instruction
publique.
Cin-Taldy
i
vol-e tisag-i n'a dispara ce
s( n ire bi< nveillant, signe de
unnuslle de 25 millions de r |-Hitrusaii dsintress,
a si latgeme il
iiotlars de palpe pour i'esi or* |fs|gQ l)(U ,
m j portalion. agrundi le cert
u : magasins 4 heures n'est Cete industrie dvie, dra | |hie$
.,.,.! uartoul bien ac ueillie. J imtBdlattiMDl une des i lus u {) t )t
iuvcuI le mieux est Tenue-1 importantes dans les Loionies -ecrel de fo|l
i ,iu pur. [parmi les IN principales-tin j | ,X() icnli0
- Nous croyons savoir que) i ces 4l !nl la P'*iniPlirlanlel l'aliment te
rcle te ym-'
S
i .i
la ucit cinegraphique La
Paramouut viepdiu tourner
i, i libii en Hati. Ce sera une
jfc.n.slitiilioii Ue l'poque
coloniale.
Saint-Marc rclame sa
pari de livres dans le dOQ de
cinq m He volumes fait
Hati nar l'Alliance Franaise.' JjaJjjM* _i
' L'Action Natiomale d'hiei
ectii:Le Cabinet en entier
CVsl la let
t uquiilile,
e voi succs,
t^v.- v. .m . in ...... raiimeni ic tre cenr w,
naintenant est la gue-bjoa- !t. ,.(..so,t de votre dvoue-
.e, dint'il millions de n-gi- ment
mes sont valus k 16,000 OUQ ( e. [>ero(r ,,ui tt accepter
le dollars, soivie par le rhum: | ,. tie quoti<1ienue toujours
1325.490 gallons value>_ a at |j(jn cur| ljic,k.s que
.!sJ4.1i:)doll., le cale: 94o0. |oienl ,M l.,il,].,,,, kslor-
t)0() livres values a I.NflO. | {< |ts tk. ,., VIC d.auj )lll(1 h ,i(
b9<) doll..-- le sucre: 44.u 0 t /|t> (;);.(j;1 rs des jours qui
COCOS
ECQLE tLIE DUBOIS.
Les ancienri-s levs d
l'Ecole Eie Dub >is sonl in
vites prendre pari la
retraite annuelle qui com-
mencera lundi 25 juillet M
heures, nu Bel-Air. Elles ont
pries de bien vouloir pren-
dre leur carte d'entre Elit
Dubois
DEMAIN SOIR
i HEURE* MATINEE
Le beau diame sentimental :
Colette
Le dsaccord des parent! tait le malheur des enfsnts. Vencx
tt Colette , voua en jugerez.
Entre : 0 8U; Baleea : 1,6e.
a s UE'JRES
^tant derelorne-le fi m el pour pvrm vair et enlendr ce ch^l-deeuvre :
LA RONDE DES HEURES
jou par Andr 3aog
Entre : 2, 3, i gourdes
tait rfeveDU impopulaire .
l/esl nous qui BOUligOOOS.
- Tout ne serait point par-
lait a Lausanne .La Cou lire nce
s est Clture avec uu>< dci-
k.ou ni i hair ni poisson.
- L'n bon point a 1 Inf-
rieur en Lbel les liavaUl
Publics Jeanuoi, pour les i c-
parjlions qu'il a laii exccutei
mit la route l'on-au !' ioce -
<\rcabaie. Soulignons sut tout,
fii. cot des Sources-Pusetes,
les courbes qu'il Uanslor-
nies en droites. Lu linuez,
Ingnieur I
On dit que le r p atrsgs
du Cabinet est une mauvaise
cumbinsiion pour le liouver
.ruient qui, trs b cuUM, en
tara l'exprience.
- Mr F. Hrsrd du'gu
le la Violette > A. ('... publie
nus le hUveiliste une littre
1res suggestive a l'tdreSSC du
Conseil de l'U S.SH.
Aujourtl bol c'est la lle
debi Vierge duMon! '.uunel.A
Ville-Honlieur les plerins et
Ici ttards sout en liesse.
values o.SVJ 22o, cocos J v;tnneu, Le Devoir, la s^ule
38.03/163 valus4 1.10/ 035., Il,,s,.v,:ll uoUS grandisse hons]
dollars, iielour.parce que seul il porte i
On peut voir donc que|e(| ,,, Q)^,ne sa rcompeuse,)
l'industrie de la pulpe de a
ligue banane deviendra l
plus importante daus les
Colon iet,
Selon les experls.au moius
lUtiU.OOO de dollars seiunt
dpense! par ana la Jamaque
pour salaires trais d'opra-
tion, achat de ma li es pre-. j4,-m \ o, depuii p es d un
mires, et pour les pro tuits M( 1I(,1S peinons ce e cote,
qui restent pourris dans k ,.,,. s ., ,,, | uth a ,ii,- :
ebamps et au portd'embar- iVcrite, tou|uurs i;i ente, ae
quement. I | i, uolra conscience, selon
-, ce qi m nie Ue loutes nos
I ossibillb S, il >c s Ifi a I t
mme, uous Uil doini er b-s i
i outingences avec tout ce !
qti't I i s oui d'illug que, d in-
juiale, de drsvaut. j
.< .* si le i) voir qui, durant '
iios benres de lunes eu ce
{Extrait de \\ es-! Indi i C'efl> lld o islon les principes. Kt
mittee Ciicul r ) (jamais nous u avons bsi
2b Mai l932 c r I d< uiret nos syropa-
. i _____..........,i
Loterie
La grammaire de l'Aca- j rpondu avec etreonapection,
demie Fransise, promise de
puis des sicles, est parue
enfin chef Firmin-D dot. Elle
tait les ioyeuaati des chroni
- Iiliies individuelle! quand
pour nous tenir a II hauteur
d< notre 'cbe, nous avons d
! sa< ritier de ti des amitis
NatlOIiale Q >*. H ^ ccrtaiuesde nos
c- ut lu i ins, d< s atuis nous
o ion e ot sa- < limi-i
nei. lu a ! ni ua nu mes, I
non- avons (loin B.* le iu}OB*i
mes et noua nous son mes"
coosob s en donnai l i^ e au
Devoir,! a Veill dont nous
s mimes les humbles h pr*
seuiaui' Qu'impo te l'.>>enirl
X\\ qui n'ekt autre ,..* le
dlicieux Stplien Alexis ob-
tenu une entrevus du Minisire
Danu Munro. et en a profil
pour lui poser deu\ ou trois
questions auxquelles le diplo-
mate vous l'avez constata
mes sympathiques compli-
ments. 1
.lo; cher collgue Carn,\
S. E. le Prsident de la Re-
publique, en vous appelant
|i fonclicu e Substitut du
C.minissaire du Gouverne-
ment, a rendu nn jusle hom-
mage votre correction,
voire savoir. Comme le.
Commissaire Bianchet, vous {
BOtoortez la lche toutes
les; qualits d'esprit et de
iseur qui condilionnent le t
.
j'ai toujours, d-puis pts?
de vingt ans admir votre|
amnit,votre excellentedu [
cation, votre modestie Dans'
notre milieu O les RUCCiS
prcoen ont as^er. suivent
lait oublier le respect et la
vnration des aini unani-
memanl on se pi t* voua
ranger parmi ceux de votre
gnration qui savent appr-J
i-ier et encourager leurs de- ,
van hra. Je suis heureux de
vous le diie en cette solen-
nelle occasion, en vous adres-
sant, avec mes compliment,
l'expiession de ases veanx
cordiaux de fructueuse beso-
gne.
El maii tenant. Messieurs
(ace au devoir A la base de
noire conduite, nous avons
une bonne dase d'ducation
HOTEL KARAM
Une confortable succursa-
le de Palace holel, Keisr
kofl
Pour la saison d'l, ren-
dez-vous chez A. J. Karam,
Kenskoff, o vous seiez
servi souhail. hxccllenles
condilions.
morale. Nous avons d'hum
bls ai lit'ides.Nous aurons la
Victoire. Non pas celle Vic-
toire brnyanle et liagile, lve
des vaniteux et ('es orgueil
leux.f'all la modiste victoire,
la seule vraie victoire, parcs
que seule elle chappe aux
analyses svres des hommes
toujours si dilf iles.parce qae
seule elle dlie les tsntaisies
et les caprices des poques.
Dans ce pa' s, on a beaucoup
d'imagination. Lis hommes
de noire lite donnent plus
de crdit aux suggestions de
leurs coeurs jusqu'aux com-
mandements infaillibles de la
j raison Pour eux ce nVstpas
(du plomb e sont des aile
qu'il faut attacher l'esprit
humain Et c'est pourquoi
' dans la fougue de leur tem-
prament et dans l'exaltation!
Ida leur sentimentalit aveu-|
' pie, ils se rappellent rare-
| ment, trop rare meut hlas 1
I nue la vraie Victoire.la seule)
I Victoire qui ennobliera nos
enfants quand nous ne serons
plus.qui lera vivie et grandir
no're pauvre et inforiuns
Patrie. C'est la salislacliou
du devoir inle!ligerament|
compris et vaillament accom-
pli.

Le Ministre ne se dboulonna ^..w ... I A qui donc est- I? 11
que quand Mr Alexis lu eut po Kra ;1 QOU1 ,,|us qU'a |0Qa
se la quaation plus p,.inique t.tl,N(U ijoub roenaceni, si
qu'on ne pense : I noi s .' mon-et piaiiqimns le
u \ otre opinion sur u lo
ata coatreaeni, de n lvela,da dipi011late ; la Loterie Natio- oe ir..di hi.s.si noua avoua
bourdes, l'ar exemple ellej,,,,,^.) Monsieur, cette cruve lanspicl du droit, m i ous
a;t: Avec moin:- d un, on I qu; pr0cur un travail honnte aimons notre pays. yu ou
ae met jamais le pluriel.i Qui 4 tant de familles, et du pain ie le rappelle I 11 n est pas
ue nierait i IV mettre ? Noua J tant d'indigente., maia ceel une pour piogei lu !.. n me,
. :___________...... ..... 1 ,.......,.,i.,,,,..1,1 iiii.nt t 111 11 itn 1 f imu < iiinnii une
bUbI^I^
II.IIMI.III a IJ lUCIUi .<"" llll mi.ii^.i.................----------- 1-- -, n
reproduirons pour m.s lec-1 oeuvre admirable... et dont mon pou leutourci lOmmi une
ttursune psge tincelsnle delPsys compte bien rinapirer. cuiiass d'airaS comme les
rosseriea que Clmem Vautel Cest i'expficahon de mon re-l^^a deverlu dont il marqua
tour... Isa vie Nous l'ave a compria
------,..------------------.-.-- I au pa,qyal du Tribunal de
_ <> soi'-, a Sea-Sidc-Inn,!Caaaatior, au Parquet du Tri-
Jeanne Verneuit et Ralpb Ce* J bunal de Premire 1 ance
a ddie aux auteuis 'le. la
la i.cue grammaire.
Nous nt voyons plus Je
iournal L Appela Cesserait-
Il de paratre? Noua eapr ana Ulv renouvelleront les jeux et lOUS les polfei que vous
une son clipse ue sera pas parisiens de Montma re. En- avez ncupr. Le Chel de
de longue dun lre:une !! vcu intimement
- i>cmaiu, au Uob-Union, On les examens iavet - le loage!
leciiou du burecu q e pie- l'Ecole Je U .11 n- ul et iducompte.
aide Clment atagloire, dont ai l'un srieux, .cricux. i.. la eus
le mandat prend fin. nt mieux 1er i- T^.'^Ulf d"
"La Konde deHt cra Les villgatunsl S com- Parquet de ce lnbuusl.
uuetioi.ieme lois applaudie mericeut a s'tablir bleus-i Ja lui adressa mes respec-
Otmam soir ckez laiUVj ) koU-La-rfaiche. I tueuses asiofuona et a vou?
Toutes les Polices j*
DE LA S

comprennent la Protection contre la 4
H Foudre sans auqmentation de tauxj
Eug.Le BossCo
1
ai
Aqenta Gnraux
MlillliiaMai"T'll'WlasaWaW


: '
nv
liiuni Itarfeuicouri
ntla rmtmmmt est mvejcselle a -lu Je s-, arasai-are ufa
peasaaa1 tout :
IN BARBANCOVRT
aVSt : Hue Ce*ar.
S l
saBaaaaaaaBaii
f u
* !a Cure au
CUROMAL
pilai lr.il Hatien
Accidents
ASSUREZ-VO'
Mauvais sang, Humeur, Eczma, Artrio-Sclrose
Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes
-a CL'BO.'.IAL dus Laboratoires du Rnne, S bu* d a ic et sxtralts !- 23 plante k
me le m .-. i i ia iiaiura a K'-dult de (iialtl-urpour -;v Hr la niai. I.a plus puissant
..lepuratif purlficbtuur et rgeurataur du aan|r. P.. ;.,a iuu: | tique si lu
cenioiiaiion, entNUant bbtru du Ttatra, aTtt4at farmeoiatlons et rat<
25
, m hkiiu J< i.'Wri, nriijn. ou ^.tui.^nu, n.un
. * 1 U
;?;
r(.i. Utkt 4

de
.. '- fl^ *' !** J. rlilflly t>llJl .______
Mtivatp
HOC-,
ut irli*rnnt aur.yfituun ntm CuROMAL eee salte ae oilulw fratulte M arochure eipll,'
K pbai i.*c.*e. Prfre paj lt Douleur UIRa u, pr.rfBalta, LWj:.i.,r<
w . nu. UoWt. LYOWOUU.IN1 d .su.oei. 0
-* *
ans
poi-
riie
<* du
ru'
30
ALIX ROY
annes de succs.
V .
/Or*
*
w
ai
a&* dJSN*MpaMM a aaaas t Mt.
at
l'Huile de Foie de Morue
Aftahlt au got f fut****
Jlgmllblt tilt mt U camp W
rparateur de ta NulHHtn OU*
mmtttum
Laboratoires REGAGNON & Cil
Pharaaata
Agtnt Gnital pour f Exportateur* :
Ch. MAGNANT
37. rua D
aviouc
PARIS. 16*
Major Kbreau
Nous avons appris avec le
plus grand plaisir la oomina
'ion n u Cai. i lai ne Kbreau
Oevcsii,"trie d 1 ai ti.com me
Maior u (a Garda u'Hafti et
lospei'eur du plateau Cen-
tra! en remplacement du Ma-
jor (.'.alixle, promu Colonel,
Le Major Kehrean a eu
commander lesous-dislrict de
la Gr+il des Bouquets, les
tous-districts d'Aquin et.com-
me sous-commaudant du
district aes Cayes, le Major
Kibre les plu anciens. Kn I91, il
fut admis l'Kcole Militaire,
u l'ai.- Lecouu, que cum
mai daii ic Majoi i irr, U M.
M C. Sa ( as e tut dissoute,
ami ,-iiaiant beauct u,j lu car*
riiie nul taire,il y est rest
Iquand mmo, subissant tout
j'J'eet avec la pjut vive satif tac-
lion que nous le voyons pro
nui au grade de Major; avec
un homme de la valeur de
cet officier, lu Garde ne peu:
que se moulier digne de sa
mission.
C.
9 Juillet 1U
Gante Michel, l ans, Be-
-Air. Blessure coulure du pavil-
lon de l'oreille.
k Pierre-Pul Elit, 23 ans, Ba-
' biol*. Fracture probable de la
: phalangire gauche.
Marcelin- Joseph. 2< ans. Peu )
'de chose. Cm usia i d -le"
gauche.
Julia Civil, 1S n c, Peu de
< hise. Contusion d* feaule
' giuche.
5 Mme D*'ense Dirilns, i7 ans.
Cazale. Luxation de l'panla
droite.
Joseph D'eu ner
Bolosse. Contus "n
trine.
Th^r^" Pierre, i am,
Montalais Blessure oulu
Iront.
LInore Lu-kz, 21 ar,
R-Woi* ion. Plaie pntra de de
la main gaueba par arme a leu
Bla ;c Dorleans, 22 ans. Place
Ste-Anne. Blessure tranchante
du bras gtucht.
Anelte Jones, S ans, rue Os-
wald Durand. Blessure contuse
de l'arcade sourcilire droile.
Mrita Avrd, 21 ans, quartier
du Cimelire. Blessure coiilu9
. de la racine du n /
La merci* J^n*. ;;,") -w. -,'ce de l'Ecole d Mdecine
| Blessure de la rgion temrioro
malaire.
10 juillet ItS2
TiuniTne Ariu. i mis, bas
Peu de ( hose. Bleaai e tri n-
cl'Snle m v< Dca I*ueh'.
EliaSylveatra, 35 an*, rue e
n Runion, Blessur <
lou de l'oraiie de i
|OUf.
Thomas Timaq ,
rue de l'an ferra m en',
co iluaa lsion tronlale
Joseph l'.iri, i'2 a~s. B lo-.*e.
Blessmes co^tiisos del I toc et
du Irool et de la lac*.
Antoine EMUgarde, 2* ne,
rue du Cimetire. Bie^wnre l'O'i-
a
General Accident
ssunur
Pi
re
>
I
j
;

H P i ( Scailund )
t.ar- . .<';,"'.' -:'\L i -< un..'-, plui .>* iaatai il dtt i ; vasrea orgaaisett.'a*
te vtji&nrt. L-.* -;<);-il n<* i- couche ara * s:i ch-j au d'action qui eiabreisse \
momie
sa* Polices contre incendie couvrent aussi les di mis par la toaOi
Ses Polices ponr Antomobitei idia, malveiltonce, domia-gee
caus a autrui dana sa personne ; biens.
_Ses PnMci s Maritimes mises par se i nrope oat ptrables a llnlj
Si s Polices contre accidents sont \ I u vert ea#er. Vous les vova*
eurs devraient dune prendra la prcaution i s munir d'une pol ntre ccideu*.*,
dan moins 4000 dollars, la prima km a'tanl M i U 1/2 /. s >it 20 dollars t:. C
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaVes
nt;s;KNTS
tant Gnral our Haiti.
Port-au-Pnnce. IG. GILG
Jf.AX BLANCHETJrm'a
ri
M


u
.
<>
di
-
I5.1tueda l'lni>aiail,l*ariy.
PO a M -i'!''. i" t. I.IVH ilMN
Di' 15 Ji in '..; .
ICdouard Peiasi .
"m tre
mire psrtn
u pav I-
ei de la
M
Blessai e
Votre cuisine,
Madame...
Il n'y
moines.
bons vins.
lieurp I" t
n pas comme 1 e. s
pour se connatre en
in
ce h
sUpC
di i uis de
#rni> se
n
Vieil.es lunes. Boilei.u l*es-
hrat^ a clbr ces < abbs
< erjuii- >: Ksi'ds hommes
don, 'eul uen esl de- bien
IQIDttt. ^ I* **** cnt'",,r
r i h t- m L""in *nt. i-es
pres du M.'iP-Atho ayant
,.pns, o Renomme lejgr-
ces de la MatHgue des Lsinet
,lePort-au Princ$el ae Saint-
Marc en out commande on
sock important, que Rciu-
in (d et Brandi se siuit cru-
).rests de le ir pi-dur a
i .d.
ha .-eiour, iHost r a lis
b-udiciious de ces udmira
,e< religieux qui leur <>nt
.t une tous ceux qui cou
.somment leuis pio luils r.mt
directement eu Paadis, car
relia manigue ilsMMMi de
iiuiiui s peLsees et actions.
Bec Fin.
lu te dn cuir chevelu rosions
du coude gauihp
11 juillet Iftft
F anois Loi seau 17 *ni P >*w
Manhant'. Piadure ''u roi rhi
i uigical r'c i humerai ^u< lu
(hospitalis).
I UCia Vn:;,i>-l|f, <';>;. >gu Prtu*
'Ure df l'hum* II ( il imi.I:.'! ).
Bernsiti-ne I'-. ni ', Croix-
de Mm^ioni B U' Mipt t (i
c elle dp. l-i ninn >; -t t ; < he de
Ij main drodi (hoapi li< .
Andr Dmouler. 2 Bft lue !
Tueiu: sm. B tVine supe?flcirlle '
1 abdoau el ;i la j in b* j
droite.
i. qnp Ji-In: is, A'A ans, |
Croix 'Us \!m-i trante d* I jambe gauche | nos- '
pitalbt)- |
Duresse Salomon, 37 ans, rue '
Magasin lie i'Eiat Blessure cou- i
iuap de la li< e.
Osiluft Nicolas, 23 ans, rue'
Bvolulion. Contusion du poi-i
g.'M (i'Oll. j
Honor A'- v^dre, ]'j sps,
ruei'u CfQtia. Tuuimitii.Mue du
g nnu dioil.
Ubsrles (jncaear, 32 in*,
Giand'Hue, Klesure coniuse
^^ y g " pai ltale g-tuh-, cou-j
. UKiou !' l'paule di o'ue.
Kilo ne digrait plu> 1 l Saintelaine Caasus, S ans,
(tp riu Pei tre. Blassura Iran*
i chante du pouct droit.
Nocen- ioannoa, 20 m, Port- '
aa-Prince. Conluaioo ihofati
que.
Destri relu, 25 ans, A-ci
hait. Moraure humaine de la j
eri-p aiiprieura.
Pafcholngie do n' l'p'i
ind, A'beri Riv ud
I tires M. de :;. i< pi.l
> ' 'h orn'essp le Maro'-. I
'' (17X5 17.S7). Baronne de S'.f.
Von i i, le coloni |1, J. J.
Tlin raud.
Les rvlations de 31 r# sf mtinn
\ idr Chautneix, de l'^cadmi
Irai nsf.
Le roi de B-nne. VI. D*r-
niera jour*, Octave Aubry.
La Mission -le Ni. Doumer
en Bisio ( 1W15 ). \ b ri Pin-
gaud.
Syl "if - 1 -- ls \]i-;, \ nna.
Jean Moigii"
'pastilles'*"
MIRATOW
BBaBaSaMi
I 1 fii- ||i.'o r# (b- 'il
\'l'ion Kg y o' e n n e. G ory s
'j' -V 'M. .1 i' \nd'iPi li i <; 'se
Mai c I I 'e i'U'm Il' 1 \ I'm-
deai x, de i'A : m* nv ' ny > .
Crifi a'ui es li si j-" "'. Un
rouve8ii conteui italien, Lou'fl
G Pet.
Noie* n impressions, (Lv-
mon i Kscholl '.
ILvup. mif-icnie l aumal-
1 hais, B' Il -s . Le priu 1
Igoi. Louis Laloy,
1 es "radndea de pi 0vu
bu travail, C -M S varu.
Chronique de h, qun saine
Histoire poli aj:ie. Bn Binon.
1 EUX DE ivv l>n;ni:\pm-
yar.i Un mi Si fnn Trc-i n-*.i
Scinf Sfineet Oisf lions j i iti l Dl M
l>partcm<-ni. ft
<;oioirs Iranaifta ia fn 4 ir 2ir
EU range f :
1 ayi .ici %r!i
P' >'-il fn aa 1 ,
F ) ^ le n t j- it
O l.l |l>n (t; |i >, 4
Lm abonnements partent fin \'\
ri du /') dr chaque mots.
Prix du Numro : frs
Briques! Briques! Briques!
Construisez en Briques La Baudry
!".' us ne l'avoir en l,*i ib injo s
1 \ M .1 in.-, so al li ' un m lson en briques ite
vous c 'i qn1 I011I a lire m .'' 'ie'.
D ici 1 -on-.jus vous lournir no. frai
el nos petits b:i v.
vi : / consh uire moiti prix de
ce que vr.us b\ jusqu'ici.
i :i.l

l kltjU
Df ; ES
a
\: \ Di i.NA, i)
LA BAUURY- S. A.
Sauvez
Avis
vos livres
1
V. .
1 a m 1
If s
rit" : S. h'I
P-*-ib*inr <
Koi .
Les p 0 luils de toilette et
iIBBS", nt U
rpulation et .nondialetSOBt
en vi nie 1 '. ROB&UN,
ans ix les plus modr*,
ia C mdilioiis spciales pouf
vente en gpot,
iCl.'r. r 1I11 Unit
< cill Madame
(enia 1
iicntaia
Avis
Danois ^> f,f*,lf
eartaF.da bue part, tc.tSi sana
Lr.men Mor;set, o vous
l,a.Ta.is ,- ,- ,;'';v-c
|, uaaat i ^ pris pe:at-ft-
pi u b o.
1 nigrer
{ C ... d'Oniii. .I<* inangania
{ mie enfant el malgr cela ii*
I li-s alinifiils dni.s mon csIoiiihc de
! nomhrenses heum spr" les avoir
; pris. J'tais sana aucune Force, inea-
p-ililf le rien latre.
1 ,1 I--I c ^ semble sans remdes.
c pendant, voyei ea que I POR-
* TlANt: a fait pour Madame C...
Je miu-fje m.iiiilcnanl comme j**
ne l'avais jamais l'ait, |ma demi-iai-
ilie n disparu, j'- mus contente,
pleine il'.Miii-ain...i.
s. vo ia m...ni,.. / .1 apptit, i voi
(lirsli(-ms sont lenlps 't pniblea,
vous i". 1 de voir vile diminuer
vos forces, votre vigueur II laut \ora
soigner sbrs retard Pattes une cu-
ie de PORTIANE. Beconslitonnl di-
geatifel ionique, PORTIANE vous
icn.l u avec os foras ia joie de vi-
vre
PORTIANE aal aussi un puissant
Ifnge : sa Irouva dans lonte? les
hliannncies et i'oil-au-t'rince m lu
Pliai niuiie Iltiili.
K :' l.'ORG'VNISMC
TT"
Osirna Mvou^, ^t sn*.
gna. Honore porenie la
Lo
1 -ni
lie K^ut lr
Heniy \|- rli*', .'L' IH Grand'-
P.up lilaasuia ion use de lie.!' \
droil.
Lameni Oli/ar, 27 s ni B \9,
ii.'d-. Biesvuie contuse (le lu;
Janine droite.
KAITKST INCONESTABLsj
C'est la
* 1
DIGl ITUA-NT.
Deo ic;ei lu Pli.i -ce
,e BUSH
Diroarcbc 24 jnillel :'.
' emes el demie p.m.prcises,
^n Parc Leeoo r.graod nal h
iuternational de boxe e 1
le jeune tasi hatien M s
Langlois. 126 lvie, e le
km eux K d Norlo k,
cau, ''') b- rea
Eut ? e aie i 0
'111! unes ; 1 goui
V "es 1 gourd
Lit ir 's : 5fl ceotiu

quintessence
varits de cannes d'un
runissant les
C'est ce qi
des meilleures
vaste terriloire
nv urs 1 on
t son arino.
GOUTKZ ET COM EZ
i

^.
a-< "^ -f
"'i


Samedi
16 Juillet 1932
Le iialiu
m
4 pAasi
Aftaatifi M* 762!
farwa.rrtaae
TUasoae : 2ftt
m
Loterie Nationale d'Hati
416, Rut Bonne.Fol, Phon : 335
La Loterie Nationsled'Halti est
oue institution hautement humanitaire par la multipli
?i'uvres qu'elle se propose d'aider, une chance de Idei
tre offerte aux hommes de toutes conditions de lortnue.
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers. Artisans, Salaris de
i >us ordre, Gens leur budget moyannarti deui pondes, peuvent (ligner \rrm
mille gaurdea Patrons -le Commerce,Chefs d'ioduslie.pnrac
eux ineulfisances des vente, par l'achat d'un billet, qui voira
libre du souci des chance*'
Mdecins Avocats. I anieurs, Snateurs. Dputs, GraMe
pianitiires de l'Etat.Reprsentants de l'Intellectoalt, Jot
la listes
l'onnrz l'exemple de votre solidarit snciaie,
Rent ers, capitalistes, oimnir en jouant, augmentes vetra
svcir.
Vous tous qui bab'tex* Haii, rendez) ni service es atke
. ni te billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI.
AiiuiHiiiiH Une
DE NEW-ORLEANS El MOBILE PORT-AU-PRINCE, SANO-DOIINGO CITY, CURAAO.
PUERTO CABELLO, LA GUAIRA ET PARAMARIBO.

OllTS
DALVANGEN AUSTVANGEN VESTVANGEN D\LVANGEN AUSlYANGEU VESTTANGEN
N'iw Orlans 1/uiaiaca.Dr. Juillet 2
Mobile, A la ba rus. Df. juillet \
Port-au-l'riuce, Hati Arr. juillet 9
SantooDominRo City,R.D. arr.
Curaao, 1). VV. !. an.
l'uerU) Cabel'o. V'enz. arr.
La Ont ira, Venezuela arr.
Paramaribo, Dnteh Guiana ar.
laratiiuribo.Dntch Guiaua D.
Curaao, !'. W. I. air.
New Orlans, Louisiana arr
juillet 13
juillet 16
juillet 17
juillet 18
juillet 22
juillet 27
juillet SI
aot %
Juilt i 1
jui U 1S
ja iiet 23
hiUet 27
juillet B
34
juil et 30
sont 1
aot 6
un le
aot
aot
arut
ont
aot
1
5
11)
14
11
aot
aot
aot
aot
aot
aot
oet
sept.
10
VI
14
15
19
24
2*
5
aot 13
tout 15
aot 20
aot 24
aoi 2f
aot 2*
et 29
aept. v
sept. 7
sept 11
tant 19
aou 27
I.GI 29
sept. 8
sept. 7
sep' 9
sept 11
sept 12
sept. 10
sept. 21
sept. 25
oct. 3
sept \10
ept. 12
sept. 17
21
23
sept.
fft,
sept. 25
sept 26
sept.
oct
O't.
od.
30
5
9
17
Prenant fi et passagers pour tous les ports ci dessus
AVIS AU COMMERCE
Le Panama Hailroad Stea mvbip Line l'avantage d'a j
VOQCar les dparts suivants de New York pour Porta U prince
Baiti, directement chaque mardi. Tousjes steamers sont
pourras de chambre triffori'i me
Dparte de heiv 1 ork.
Anwagcs /Vi uu-rrinec
Steamer "Ancon" le 6 juillet 1932
Steamer "Guayaquil" le 12 juillet
le 11 iuillet ]#32
le 18 juillet lifc2
Panama Railroad Steampship Line
JttH. C VAN REED
ageut Gnral
COMMISSEIEMS DIRECTE DELIVRES POUR TOUS LES PORTS SUIVANTS :
Port-da-"aix. SKurc, Mirag une et Jtrmie, Ha'i ; Mente i risti, La Poraana B-rahona. San Pedro de Marori*
at Aima, Rpubiique Dominicaine, Coro, arupano, Cumaco, Quanta et Pantpasar.Venegueta, Aruba e lis ire DWI.
DE I0BILE ET NEW-ORLEANS A TOUS LES PORTS HATIENS ET DOMINICAINS ET ARACAIBO.
(In difSM vers ie niien Hatien, Gouai PetH
G<-ve. ^tx Cayrs et Jarmel, H'.'1 t M n >h V ri
* Hati; Barahooa. Axua, Monte Crisli, San Prim de Macoris e La Ro n " il D. rubs, D, W I.
De Temps, Ploride h Jam 'Iqne-H 1 i L R b1 :. D ivea'oe C ; a ftcsrts pour les pons ci- ( Sujets changement, annulation ou ajournement sans vis )
A. de MATTEIS & C9, Agents Gnraux
LA LAITERIE BAHFY
LifraisoD propre, hygine1
t."*, en bouteilles heirmti-
tpienaent cachetes, latin
< toute lelaification.
Transport Ion en ir| igra-
k'uts roues. |
1313 rand'Rue. Port au
Tiiiice.
Jl
iN
Ul
HE
Es
SE
Avis
S-S c
LIGNE COLOMBIENNE >
Tlphona: jai3
Le vapeur i Martinique
V'y. Ion. venant directement
de NafP-YoJ .est attendu icj.
m irdl 11) coi raat, continuera
le mme joui pur les noita1
eo'i.mhVp. Cristohal, Canal i
Joue, Kingston et New Tork, !
c uj.ii.h-.su dtce valeur
re par avioi posta tel la
dis,>i .vir n des clients n>,i s
noi bureaux aie angle dci
rue* <|n Quai et Thomas Ma-
dio i (vil--via de \v !)o arr.
RICHARD PETERS, Prop.
CHAMP DE MARS. N01217
La seulo boulangerie Europenne en Hati
Spcialits de pain, pour aandsvich
Pains ilutea et pains moulas. Pain* noirs
Pains complet te
Ptisserie fine, ptes. Vol au veut. Tourtes.
Soins et promptitude.
Tlphone : 2069.
La Maison n'a pas de suc-
cursale.
Livra)son a domicile
:
an-Prince il est btUndu le |
2H, en route pour le porta
colombiens, 11iatoUf. (.. Z.,
K'Lg*to'j et NifpVu. k.

Le \apenr Harac*, Voy
105, partira de N\\ Vok ^e
22 courant,poui tout irs i orti
liai 'n1-'. aiim i u -i i n ctl.
eu route pour les p. rti du
61 ',
William K II..."M.
Aaeti'.
lin avez-vous dj got?
Eh bien, demandez dans
^1^X7 ieBNcT^^VoTk. j 'us les cafs, fcars el res-
? crt..directe ment pou i Port- iit"4' 11*
taurants de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale : le
* PORTER NATIONAL
Agrable-
Bon
II1 111 r i S r'tin rKi>
11!< in"*rf?'a ht le
esa < vue de l'obten
tion I" crtiflral d*Etn '*
Si 'i < rjas> h;urs s* n'
fix^s s t-t q*i" li reg stre d'insci ii
t i i n i''i "rl eu s !'- ut
\ \ m ab k ment le1 > e
\p m^ri 12 ^e ne HM>' a
ri ; i
' ai r n I l \u\ I132
Vuulcz-vous
aussi r dans tos lude
aire russirvoaenfants,grcf
une mthode d'ens- % t
meut claMique excellent ?
VOULEZ VOUS
U 'e prnlessinu aofa lit)
mo*s d tudes srieuses (Ste
no~l)actylo Langues vivante
Cornp abilitf i
Songea que I Institut TIP-
PENHaUER se recommande
et s'impose tolre attanitoi
p-r les brillant i rsultats U-
ja obtei us.
l37Hue Lamarre.
Tlphone 'JtOl.
A
\'1S
] '- SV i> ire l!\ . liqm
pi ni,icvv(i !C ,,,, |r, ;, sr,
a'" finis que le t, r (* | sur pnt t'r I \mr
'ii des mois ji in j ni Ici : -
j *7 don rspirtr le (5 de :
i ' nefs
**H icot'i nepee t< us Us
>*'. < i et irdstM tes et don:
)- j.isrN ^!:i^|e^t ((jupees
i une uette Hwrn"t paver I*
luende de r,' / :: d< s pee.
S"e par tes rglementa du
Servira prn" le i li
ment de la coni ectiouu
Po-I uL-Vn a ,'eV i
l2.
Fortifiant
aich.
BRASSERIE NATIONALE S. A
i
Port-au-Prince, ( Hati ). j
Laboratoire SJOURN'
n- rt ..s
F Si - ,,! : n DiieB
i le l'Univ< rsit le Paril
,\; n.acu u de funiversit de Paris,aaeiaii
interne rte FTAnitaui d( P.
lualve* <'' U-i c; asani Ure, i. Uau inU Gl ).
rJcsfraciatS. as sauRlii mImmssj
AVIS
- a -
Les Etudiants de la S-mr
anne de l'Ecole Nationah
de Droit sont aviss que le-^
eoofl mimcgraphia d'his-
Inira du Droit Maltien sont en
vente chei l'au'eur
Me Henri TKHLONGE
Piiie < plairai sont en nombre res
treint.
Bar National
V ler-voua tre servi
eau bail ? AH t au
bar National,
Place G llrard, en lac de
la'f is.
L'tablissement se recoTi
n:ande par ses cocktails re-
D< an mes. Un restaurant o
1 on trouve toujo r* des mais
latammen prpar* est an-
n >*n naii Kal ^uc
dirige MmeRocetraT .
PROGRS NOUVEAU
RHIM hOb\RAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURHENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON |
oftirMMf m n m n a mkhj mm mi.
Lykes Brothers SS C Inl
T*x* Haiti Santo Uornlngo- Porto Itli
Le seul service hebdomadaire et rgulier pass^sers
Irt entre les ports du Goltc du Texas directe me ni sE
Port-aa-Prince, Maiti.
Pour ia rception rapide et la maniement habile de ,_
"5K ion, aarvea vou" touiours dea navires de ta. *M
UNfi>2
Iea prochaines arrives a Port-su Prince sr^t
Steamer Itutb Lykes |li iui'let IV
* amer i Margarel Lykes > J& ftfl||el 19;hJ
Maami r Ven.a Lykes a *< oj||el ly:
Steamer Genevive Ltkea aci' llH
Bureau. Rua du Magasin d'e t***, Baile Kaataial*
N'OUBLIEZ PAS DE FAI FpETIT TOUR il
TERRACE-GRDEN
Chez W. KAHL
Peiionville I
i J ,t?;;,;.;,;'!p?rnrV4"biiM"--' n* <-- -
a ou de tnatw npcn.
BIHERS GOUTERS mw
L m
k-
MBM.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM