<%BANNER%>







PAGE 1

PAGE 2 IE MAC N.-'J U, %  MMMMDH. Deux mois sur la fermeture des magasins 4 heures Raase Sur le coup le* magasins, •t piceiit doivent tre termes. C'est un H ri te i Knntup put). encore | o :• i Qll] ; : ; montrer au Chel Vincent, qu'on lui trs mauvai i un < tout es j euple i tre le M'importe qi Les coi l'imposetbli due qu'ils si ; des .ht 1,'on! [ai il Mi ui mainte!', nt. El i|ue de rop g tiu Prsideni • k re de le poi : < %  Ire un Ari du genre d< venu doubler la p irais paii qi I .,teur, dignes | les encourageai i ts', lorge. BON FRANCE PAS i KSI niaient nus anc ils ayaient iai qu'on n'est pas d . cou rant le la situ P ro "l pre pays, lorsj I en | tl que des a tacileuienl app! centres autrement c le ntre puissent t ques ici sans < p i turbalions profondes. Des dtails sont bien ne rea au poini o |e -suis an :v<, mail j<* regrette d re ol t-ili Ver*'; Au nt on n'a p; a > % %  v t que • a surtout il s COU] sans qu* leur i heure o il bit ; de ce prtexte pour prendre I An t >b re %  si •oir. Il i' ut-( i dcemment mettre le cotent) -ur i ip 11! leurs ; Il. res, qui onl de I ire, ui I t] fils 1 .:' rde qa ei x lia a ii ne i nlendenl 5 oei lue : louable ,D iprend 1 m %  %  oblique lu: ju'on tracasse des lments qui .' ;i contraire d tie en* I de toul attentions UN bieove 1 entendu, ci ux qoi sont, isse arrivs pour clore les de I. de compendant toute la saison, •a le le (aire. L'eni itil 1 ux au* [ 'res cousiste les contraindre n e'tre au ter. I | Alteiij Messieuri na 1 ta are que ?ous av. prise nane pi s calegones : • geoe: courti meurs, igera, g g etc. On denssr mes oh muili-< ous reproche de ne pas TOUS cea tous lirpiouve ECHOS pie*, enregistres poui SOT le v I. Jy revi li c'esl ncessaire. Pjuiquoi avons nou-; un Ministre du Commerce lOle serait il de traqu; se dbrouillent et qui, ( aident l'Etat, font VIVI> des j ns liiles, permette de lamilles de mettre ui; peu de joie chez eux ? Je 111 pa-\ A ors, voyons! 8i les ngociants, qui loin dj COUD eance avec une mv. irrible el qui ont toutes sortes de ira^i couvrir, deviennent oucier de la dtresse ou se dpays.Voulez-vo lades prii ? Je vous eu fournirai n. je dtenda la vraie causa du • le' i i pense exacte [ue je traduis toujou s, O.i lui a I ut,on lui taitencoi tant de torluresqne ses yeux s ouvrent L 1 mps ne sont plus las mmes ; ous les coups du su. 1 a troc qui '1 voie le people,sacomprhenion se forme. El c'est tant mieux pour I s guides qui l'aiment aincrement. L'heure n'est ira.i a couvrir, oevienneni acs |om de sollller o ,| s ne prcu'es au point de renvoyer des ] heron |us 0ans |e dgwt 1 employs eu de diminuer leur j r n.tl'iit'A • Ttol /lin Uni,. 'I unQT Vil T'Y >loy ilaire ; voil des THOBTVIIUX Victor Thomas Voulez-vous —a— %  Xo-> lecleurn apprendront pus saus consterua i n que notre cher ci or Thomas, vient subitement atteint dans ses farces vives et garde I obre depuis jeudi soir, Irai par un.' paralysie du ct 1 Le malin de i 1 0| h il tait son bui une d'habitude, abat tan la Iw gne avec .son enl. re...quand, brusqui posant son crayo ai" gui', de vioieu es do leui la inique... Il se 1 ques instants.-. et put s'acquit tel ( u pi 1A d'un lu rolsme 1 saisit aujourd hui set il ) de sa tche du jour. Sa remise, il prit 1 rentra chez. lui. Au COTS de nui', lei douleurs te firent 1 lus \ lentes, ef le m en toute bte, d isfati qu'.i la suite du il crh aie, il avai S'ge et la sensi bres du ct di C'est donc a; a -• 1 lectuel. dout la avait l'autorit et qui, par ses sa sjr le probii tint que ses I onsu 'talions su d e d Russir dans tros ludes 110 laiie russirvosenfants.giice me mtbo le densi g^ei classique excellente? VOULEZ VO Une proh ss on aprs (5 9 nois d'tudes srieuses (^St 1 I) u I igues • iv.i. c ip abilit ) %  Songez que l'Institut 1 i 'Cs'll \lhii 1 m ma el s'impose .i \ 1 ntioo >ar les brillants 1 ( sulfata d j obtenus. l§37Rue Lamarre. Tlphona 'Mil. 'ail lait u lout iremier plan d m s le journalisme. Ces! api %  meili.inc. lia on u ir rassurai de lir (j a in pas 1.. el menl i p ir q l'a pi es q les de %  • des neinb 1 es i : i se n sensil 1 Ci si sur cette 1 s.nran'e Je Victor Ptlo u spcialement cl nos pi V in et %  iiijil. 1 de nol 1 ilectionn borateur. 1 Dpartement du Commet : %  pi b'i on avis qui c e l'exportation ie Bgii %  1 sn France. fi d sanitaire doit tu r les expditions de 1 %  its susceptibles de proer le pou San Jos. t ] -, ries Heures n en h : sir, 11 ltiana, le n ftro d manche iii r. C c dment, 1 lus beau la encore i m qui al i mais upi lli. Go nplireil, r Moire confrn Er '.est lu • %  1 rie e lai Dominicain di la'.ien est milil li il par des ici-; d iminic tins urin. Les (!;>p'> ; Ont, ;i juste li'rc. i s I M autre confrri qu' Grand 1 Dominii ains achtent le cal plus cher que III Tt ie 1, du fait (jue la coniude organise sur ce point de la Irontfre leur permet de se soustraire aux dr >'ts d' xporlation. —Ralph Catalv el .Lire Ver ne 1 interprteront samedi prochain avec leur verve habituel' : La peur des coup* de Courtelire... C'est un beau pro r mm qui von* alledd do c Sc-Si l -'nn. sans compter l'orchestre S oit pour le l — Le premier numro du T ''us lebdomadaire parait cet aprs raidi a^ec un somma ira intressant. 1 nuiplimenta notre confrre Ch u l s Mot avia. — N'ou' ht %  /. pas que samedi soir lin z K -'h 1 .. on s'amuse 1 (.' i 1 fois n di hors r irti'in h ibil u |l< s, on pourra admirer le professeur Muni r dans ses diffrents uura.i 0 — Nou apprenons avec i < lie vieil :''ni C ; Ion !'. .: 1 ud, ancii a directeur \'i\ \v.'i < Journiliqni B 1 1 < 01 D irection du Mo 1. Complimenta au e — Il .' tn\ rentre 1 Mme Benjamin Vincent, bel! sœur de le -P lent de la Hpu; lui prsentons nos : loeux e 1 s ncres hommaj L/CII 11 ALIX ROY 30 annes ue sueecs. AM •>• iTImle de Foie de MOTM fr4cb!, • %  got tt fiidtemm tgtiitble ellt tti h complum rfparattm Je la Nutrition M ixalleiu baralaim RECAGNOR i CM '..W Central pour F Exporta fx" h. MAGNANT '. tm D.TWKJ .. PARIS.ir VoUe cuibine, Madame... I VoussavtE: la Cou&tiiDavte a in coi ciiier deux choses qu'on croyait inci i lues : le droit d'ajournement de • c util 1 la ecurt du i 11 e U pareil que L'I bt |. e UB baL. • q ci extiaoidioaire (| u'o n e 1 ai M s e .. trou er la loria le qui sauve. Aions nous b oin le vous dire que tous ea 1 lats du i-stiii taientpr! > 1 res avec Ut ktantgu$ dn Lsihcs de Fuit att-Pi met el de Sainl-Aiurc ? Hem ut merveilleux? Les ides taient claires et pacifi pics. Nos Co istitiiants s'aioui u< ni donc si nous avons h en cjmpns le lexle vol, avec leur propre consentement. ii va encore de beaux jours 1 our le sine -die, — gci la fameuse M..uigue )Udl t t MC. Bec-Fio. LE TEMPS PARAIT (( Comme nous l'avons annonce hier*i.e Tempsa.revu* hebdomadaire parait aujour d bui. Le premier numro comporte vingt deux pages de matires On se doit d'encourager une oeuvre de ce caractre; tons ceux qui verront I belle tenue de cette re ue voudront s'y abo mer I es minuscules moustiques font plu de victimes eux seuls que toute, les.btes froces runies, ils sment sur leur passage les germes de livres et d'autres maladies mortelles, liloignez-les des ires qui vous sont chers. Vaporisez du Flit. Flit tue mouches, moustiques.'puces, fourmis, miles, punaises, calards et leurs œufs. Mortel pour les insectes %  ais inofensif pour l'homme. Emploi facile. Ne tache pas. Ne conloudez pas Flit avec d'autres insecticides. Fxigez le soldat sur bidon jaune bande noir*. Chez Kahl Ce soir --o — La Iroupe Munier el ses chiens donneta des numros spciaux el indits de comdie, d'acrobatie, d'aviation, de prestidigitafion et d illusionnisme pendant les intermdes de danse. Surprise-Bar Vaporisez Pour votre garantie, Flit n'est vendu qu'en bidons sert'is. AUX TROIS QUAHTIliRS (J. de Vendegies) Angle Avenue Klng et Rue Vernet. A ie iliiiir 4"tftMf saa aismile el isnireusi Cliealle qs'il vient it race>ir lea.articles suivants: Chapeaux de Dame, H" Mode Baa de Soie. de Paru. Larges ceintures, (outta % %  Souliers dcolletta. S^tin Noir aocffl. et Beige. Ponarett Ciaie Toka'on. Brets bnqae* a Ceintnrea plant q ies. FiIRtor at Tai-niquels caaleurs. Colliers el Barrettes. Abat-jour—Ttines gen'ilr. Tsos artislei de premier.Iratrheir si fsraslis. Sloik csnslamnaBl ressi el. Prix rs saisie. Aalraer PERIIRA, l'roirirlairr j Consommatioi s le premier; lioix. aux mmes prix qu'eu J vilie.G m80 rim ious les soirs. \ Uuc surprise, toujours agratile. est rserve a lous ceux qui nous lerout l'honneur d uue visite. Sauvez vos livres Gin-Taldy DEMAIN SOIR • HEURES MATINEE A la demande de nombreuses demoiselle : La Dernire Valse avec S..zy Vernen et NHI Frilsch Entre 0 50; Balcon. 1,01 A t HEURES Le merveilleux fllm qui a obtenu le p| us de uccs ror. reprsentation : L'Esclave Blanche ,. • ,Tec Cha ", %\zi ?$r H id j m a %  — %  %  %  % % %  %  %  m&TmvmBMMfi-* *" Toutes les Polices DE LA 1 Sauve vos livres et con leclion oa mauvais tat elles conflatit ai relieur consi ciencieux, honnte et habile ETIHNNE CAUILI.I, Rue Bouae Fai J de sa |comprennent la Protection contre la 3 il Foudre sans aucrmentation de taux J g EuglœBossCo 1 i *5 fil Aqenta Gnraux J DAM



PAGE 1

LE MA.TI V 9 Juillet \9M l'AG IIIIIIIII Darbaiicouri •ont la r*aeeai.e il auiverselle a fard spremire pieee DaHMaez partout : UN BAHUAXCOURT ispet : Hue Csar. In gala du rire Samedi 9—SEASIDEINN A 9 heures, lever de rideau sur un vaudeville en 1 acte: LA PEUR DES COUPS, le triomphe de Courleline A 9 h. 30, l'orchestre Scott ouviira le bat. Innovation : Scott jouera La Biguine, le grand succs de l'Exposition Coloniale, la danse martiniquaise qui fait fureur Paris. Au cours du bal, Jane Verneuil et Ralph Cataly nous offriront un programme nourri de leurs meilleures chansons: La canne suci e, Les Barreaux de lescaliei, Oui Papa et Mnagez-la! 7, etc. Eno garde libres les intestins De mme que vous nettoyez vos dents, 3 ue voua vous lavez la figure et les mains, e mme il faut nettoyer V03 intestins rgulirement. Une faon sure, efficace, rgulire, simple, c'est de boire un verre de ENO'S "Fruit Sait" le malin ou le soir. Mais exigez toujours ENO. altArlMiir' Llit ENOS FRUITSLT '/ DPARTEMENT BU COMMERCE Informations D'un rapport reu de noire \ Consul nu havre, nota extra yons les renseiywmsnls sut. vanta que nous nous emprts! sons de communiquer aux intresses et au public en gn' rat toutes Uns utiles, FIGUES-BANANES Il en est arriv d'Balti quelques rgimes Ces fruit?, qui avaient t coups trop verts, sont tout de mme arrivs une maturit convenable. Ces binancs ticuveraient un dbouch certain l f si elles voyageaient de os de 1 bonnes conditions. Par un Arrt du Gouvernement Franc lis, les banan< s L'Affaire du Jour... •• — La ptition suivante a U adresse hier au Corps I.. gis | lotit par des emplsijes de la fiasco : 5 Pleine 4n Liaile-Sac, le Juillet JM2. Messieurs le* Dpots, Messieurs les Snateurs, I.c ste %  A: con # attendu i I' c B ,ve•.i W V % %  ; • I i i : 11 juillet l§S2 sv< il j p i i lacs d ijeo respon 11 ire. l'aprs-midi du mrna j tu directement pour Ci tl Canal Zoo< : : i nanl |rt t,malle et : Port i ce, le 7 jui 19J2. a. a VAN REIO Agent Gnral A VIS Donn-i vos cem H de >:)ll, etc.| l'Iltl • ;iiinerie Morissett, o irouverfE un grand i ho x de lettrea et dei pi il i e autrement 1MS. Dpavez votre Sang parla CUROMAL Ti.tr sang ut Impur, Il charrie des ure. da. tosiMa, dont il n'a pu )• debarraasT. tl eaa impu:-eiei se traduisent n Irliuim: saiteHeures, n bobo*, il .Inugrrablrs, (i tlouloar:i_x souvant: cluii. furoncles, boutons MU •lniant Mijum Insupportables. C sont e 1 las jJcir s, li tumeurs et les M I %  urrli ... %  n %  .. \ Ou pM eriter i .1 ... i iiiieni pai une cur* au Cu %  omal, est la mdication la plus simple, la I normale et la plus scientifique. |iil ut Ils M 23 plants connues lie i,a pre* ot ri** medsi lu da l antiquit, i en a, par das %  %  >• •-nei runi le sucs dan M f • • I M* des annes M ei; • I 1. succs • couronna et la Cm imal gurit les malael d* %  • iv, iss, dartres, psoriasis, • OUF UMi i eaera /-* M n, ''< % %  il ravauda i GH. s, Nous, soussigns, employa de la Masco, division Plaioi du Col-de-Sac el di Logane, venons respect teosemcni ou mettre votre haute sol licitutie l.'S I. i .:::!. t conti igentet. L f i r p ] a 'a du Cul-de-Sac les quantits accordes par le f el de Logaoe, i idn si A MIS Gouvernement (18,000 to ns !" n:cs, oflreut laspect d ui pour le mois de niai et 19,000 H eMrtt L s MOitauts d e ces tonnes pour le mois de juin) < CI,X rgions ne savent ou laissent les barrires doualdonner de ta lete.Le dsarroi, nieres largement ouvertes. ( l;'.'nscie, avec son cortge Les bananes d'Hati paies, i J d'. , mit s v rgnent. Avec la ' l'entre eu Frai.ce: droitl|f !" de douane, tarit minimums tontes li s couches de la supour que la il rend tant de si r> r psys, •e ternie pur se* p nous la la oins noire des misri s. Hecc' ez, Messieui s les D 5 Snateurs l'assurance de nos dvoue< menta i N. \. \rman I, l J ludr D.Michel, il Doi (frai I, i Paul Dlinots, M., M dr, S Du rose iu, i-i. Lalontai t, V. i iv r, Dumas Rigau I, E Dyer, I). Dupiei sy, Al| honsi Desrouleanx, I main, Loa Mirville, .1 A. Estim, A. Bi i I as.i rlvppolite, Piquant Dsir, (i Dorestant, Alphonse rtbresu \l) ier Jrme, I I > i jour, P." Tho lore, rdi iei (ii erges, i.ysis D U rre l,ouis Edouard Lespinasse, Josepl MENT 0 ARRIVER lions Michelin en CJOUU cboi Vaogl lises. Balles de Tennis Dunlon, Pneus el Charubi es i air Michelin el Duo'on Disques l a et M ci lions Coleman poui lampes %  Gasoil e Fl s el L; tlei ks Sun k de pices d'auli s et oirea reunuvetis. g* pour i : i n, el d'autos, ,i bon marc lies Veuez voir aux deTf Soulages sans'drotfuer" Frictionnez Vicks sur la poitrine. Souvent une application suffit. ICKS VAfORUB PourTout Refroidissement V Avis —• i;inspection Scolaire rappelle aux intresss nie les amens en vue de M JJBlion du ertificat d Etudes Secondaires classiques sout fixs au 18 Juillet procha.u „ ,, i e le registre tion ^ v ert en ra rrt.ncablement terme le mardi 12 de ce mois midi. Port-au Prince,* Juillet 1932 diuscripses bureaux Elle ne se remettait que lentement i Une cruelU maladie aait clou au lit. pendant de longs mois, Madame N... de Strasbourg. La dite, 1rs insomnies, l'avaient affaiblie l'extrme. Pale, les yeux craux, elle voyait se prolonger sa convalescence et dsasprait de retrouver jamais ses forces. C'est alois que, sur le conseil d une ami*, elle fit une cura de FORTUNE. Ds les premiers jours, ella ressentie IM bientaits des clments particulirement actifs composant la FORTUNE. Aprs un seul flacn, ella pouvait, er.iin se lever et asme faire sans fatigue de petites promenades. C'est aujourd'hui une femma si vaillante, si active, qu'on jurerait qu'elle n'a jaasais l malada. A vous aussi la FORTIANE. puissant reconstituant, donnera des forces nouvelles. FORTIANE est aussi un puissant fbrifuge qui se trouve dans tantes Its bonnes pharmacies el il l'ort-aul'rinc la Pharmacie Uucb. FOftTlAHE RGNRE L'ORGANISME FEBRIFUGE, APERITIF, DIGESTIF, RECONSTITUANT. Dsni tentes le* Pharraicle* A FtrfuPrtMi; Pharmacie SUCH 1rs. 2U0 la tonne ; surtaxe snci de de statistique: 1rs 150 la touue; taxe d'importation: 2% sur la lacture d'origine. Le cours de vente actuelle oscille entre 1900 el 2000 bs la tonne sur quai ou w >g u ie H-> vre, marchandise ?erte, saine, loyale ei mar> bande Il est imporaut d'insister d'une tafjti toute particm e sur les soins appoiter aux Iruits lors de la mise sur le bateau. L'embal'age idal se tait en caisse type Canaries; malheureuseir.eol la dure d : transport en t pourraittre prjudiciable aux traits qui s'cbsufferaieul { on a cet inconveuieul avec les fruits provenant des Anlilbs Iranaises). Un emballage de pa pier ou de caiton suS> %  i s el l'expdition en vrac dans les faux ponli ars du navire parait lre le moyen le plus corr merci al actuellement. H paratrait (pie la Com< pagnie des Entrepts Bananiers, qui a des Installations de chaufferie modernes serait trs dispose s'intresser aux exportations d'Hati Four copie conforme: Le chel de Bureau : Charles THE VENIN, av. cit hatienne, vu sans dire, \ s ", l 1 l 1 k,, \ ] [ybule Pie. i dolplie 13. Narcisse, Louis Messieurs les Dputs, Messieurs les Snateui s, que bientt ce sera la dbcle. Places comme vous I b s u limon des alla ires, vu le priui i|>e mmi de la tparation des pouvons, nous ne vous demandons pas de cous immis eer dans les secrets de la Justii e. Mais, par l; r un acte de cb %  mence, el c'est pourquoi nous ; venousf ermemeut laire appel j a votre civisme desii teiesst Prartz, J. Armand, Dun Keinizan.L-ifayelte Hector.etC l *^ %  %  I Les avantages qu'offre la Cuisine Electrique HOTPOINTi sont maintenant connus de foui le monde. Pour vous en convaincre, visitez noire salle d'ex position. Compagnie d Eclairage lectriaue. 1 Aluininnin Linc Bssrti rtsittefs' e isbilr et .im-Orlrsss fur r#rl si-Prmre t>i-EaitifB Pierts Plats, Saato Dontiags et lis Pera is scsrii. LE FAI TEST 1NCONTESTABLB H II II lit Saillie Fort-au-Prince Arrive a avril 12 i Mai < 10 12 Juiu 4 H / 9 juillet 1 i 7 v a p llaiien c m 16 i 14 c 11 f s Puerto Pi da 19 17 H i 12 jSyanio oming' SOB pedro de Macoris lt t 11 t 18 11 i'our tout les autres renseignements s adresser Messieurs A. de MATTES & O, Agents Gnraux C'est la quintessence des meilleures 'arits de cannes d'un vaste territoire t A runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui fait son arme. I 4 GOUTEZ ET COMPAREZ !•-... • %  -. i sssl



PAGE 1

. Samedi 9 Juillet 1932 Le Malin 4 PAGE* NNBfc N* 1717 ftrtii-rrfect lipfcwt : 'iMs wm ""JT'T iLykes Brothers SS Clncj Accidents 7 Juillet 1932 25 ens, ri e sure < ,v O,7(J a --j rapide f! | C maniement babils de TO v vous toujours des navires de N LYKI* | UNE." Les procl Ivesa Purt-ta-Prioce eont' Stjihr ; Amne . l Ou trrn*. Robert Poi' rue M gloire mre probabli l'< si trieure le IV ?i 11-1 r Tidoi ' en de Chose. 1 de la main di< Aodra Jia i, |17 Liroarrp. D !i di la plante du i d Antoine Du| ont, to m. Blea8ui e 11 nia e du je r de la m lin dn Merveilleuse Ltblanc. Hue!'* fjulort. Ei osjon 'V la i orbitaire rire ite. Elisabeth Pu rre, i ne d •fcaiit. i nlusK D du ; o auche. Santanii D< ;uark*er St-Joseph. I ji ue gauche, h iu orne du moli l gauche. .Sylvia Barasai r, 10 ans, ri c r marre. Corps tranger de Case-pliage. Dcs 8 jaillel 19; Mme Kent Ion L a if, Uabio.'r. Jean MI.IT, I an* Dsir X.42 ans II .Gai AlcirooQs Nic< las, Hpitjl -Gnral. %  JarBapluli s. lispital Gnral. Mme Josapha a -s, lue de la Pon Te;: Hati ~ Santo uomtngoPorto -Rieoj L ( seu | laire et rpnlier passagers ti r( e ,it re I du Texas directemeut ave* Lit ieLykess Rnlh l\ kes Margaret Lykcs Mer mn a Lykes Steamer t Genevive L vite s t 5 juillet l'Jl'2 lit juillet 1".V2 22 (uillei VJW2 'Jti juillet 1§S2 8 u( fi' 19l'i Uore Magasin de M£toi, Boile l'oxtela* AVIS AU COMMERCE • Mania I id Ste rwvhip I ine a l'a*itiie*e d' lAperls i I de New V T orl pour porlau frince chaque mardi. Toue'Jss st-smrrs sont ; vus ij^ota > Tv103, venant directement de New-York, sers F'oi l-anPrince le 12 t, continuera le mme jour pot r tes ports colombiens, Cristobil. Ci i .al Zone, Kingston et NewYoi k Le manieste de ce vapeur ref i par avion poste est la disposition aies clients dans OS bureaux sis angle rue du Quai el des Fronts*Porta (*ii vis de la DouaDe. ) Le vapeur i Martinique Voy. l()ft, partira de NewYoik la l.'t courant, directenient po r i' u Pi ince il st a en lu b 19 en r n le i uui les por'S en mb en*, i %  isb bal, a Zone, Kiiigslou c*. New York. William. E. BLEO. Agent. Manufacture Hatienne de Chapeaux L Indigne En avez-voua dj (jout? Eh bien, demandez dans l*us les cafs, bars el restaurants de la Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale : le PORTER NATION AL • A gra b le — For U flan l — Bon March. BIU^SSERIE NATIONALE S. A Port-au-Prince, (Hati >. Atlculioii PROGRS NOUVEAU RHLM NOL\LAU Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DhFIANT TOUTE CONCURRENCE Clair in Vierge Chez N. NAZON iMf ttftf D4S SES RI F6WLE PHWK tOHf 1311. Loterie Nationale d'Hati 416, Rue Bonne.rot, Phone : S35S La Lolerie Nstionsled'Halti est %  ne insti'utiai) banlenient humanitaire par la nmltiplisit d'oeuvres qu'elle se propose "aider, une chance de *% %  tre offerte aux bommet df toutas conditions de tortusft. Em lovs Fonctionnaire!, Ouvriers, Artisans. Salaris A tous ordres, Gna da maison ( domestiques, ) sans pariV leur budget moyannant deux goodea, peuvent gagner tr4s %  aille gouidei Patrons de Commerce.Chetsd'Industie.parec aux insuffisances dra ventes, pai l'achat d'uu billet, qui vesss libre du souci des chances* Mdecins Avoats, Ingnieurs, Snatems, Dputs, <,nntft • ignitaires fa 1 Elat.RaprsentaDts da lintellectualit, Jaar ualistes. Denute l'exaaatle e vefra salidaril locitit. Rentiers, capitalistes, camraie an jouant, augmenlex vatre avoir. Vous tous qui hab : tei Haili, rendrz-lui service M ack aut la billet de la L( l'iilUE NATIONALE D'HATI. N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE UN PETIT T TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville 1 --.* Laboratoire SJOURN .rs:: ; !S*" '""" s frais ',*< en %  2027, -RUE m Mai .xez, Marcelin & G RGTUIS on R -'i df l'Universit^! .•m" des ies,d suc gastrique, du San g ( itraanttf liivi aate d'Ambard, '1 V^MUIC). l'aniversit de i'aris.aicisa liOpitaux de Paris WaS>ulemcnt U .ninules danlo snr une eveei^nts rsute aspbslte Vues mr rveillruss* de la ville et Ju.port. Boissons de tentes espces." DINERS GOUTERS \rrange.ne: la pai icaliers l 5TqjBWe es At -pajeT \ svur les pensions u [oui % -v* "••M^*.



PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUR 1358. RUE AMERICAINE IBM TELEPHONE N2242 FILE COPY \{\£Mi UNIUN Savoir supporter,c'st bien l le point culminant de la toi ce, a ma. nileMalion la plus belle et le 91 and sttiet des matres dans 1 art de triompher,— •JGeme ANNEE N 7717 "JlttfAtM'KliNt -. J i SAMEJI J JUILLET L Assemble Conslituanle Srnce du lercredl 6 Juillet 1932 SUITE ET FIN Voir le numro d'hier WEST INDIES GARAGE II Y a I vingt cinq ans Le snateur Hudicourl com un gouvernement mauvais, raenca peu prs ainsi : Je qui ne penserai! qu'a pcher ais oeul-lre rien dire en eau trouble, de raliser les ... ..-^^ MSMM* fil\i>i nr I An n/kii *• I •. il auri aprs les brillants orateurs qui ont occup la tribune, mais le monienl est arriv pour chacun de prendre en plein jour toutes ses responsabilits. La proposition Piou esl contraire a toutes nos trapircs choses! Au cours des sessions ordinaires,on ne prsenterait aux Chambres que des projets de peu d'importance, niais, dans l'intervalle des sessions, ce serait, comme eut dit l'honorable dputions 'constitutionnelles. J l l'iOU, la sarabande)) des Non Un ne peut pas reunir d rets-lois, des mesures les d'un seu Sous la direction de M. Arnold BRAUN llph Grage:2251 Rsidence: 2462. i F \*kTix,9Juillet ,:>>n. TRIBUNAL DE CASSATION W*F entre les mains homme le pouvoir de lgilereret d'excuter sans contrepoids.— Ce serait un demimal, s'il s'agissait seulemenl de l'honnte homme, du grand libral qui sige au Palais National, mais les hommes pas sent et les Constitutions res lent. Qui sait si ce n'est pas un satrape qui occupera demain la Prsidence de la ftepubllmoi vous dire :je connais un tiueVDe quel droit Ibrmida homme qui prfrerail dlspable ne lauriez-vous pas arpatre de la scne politique m en volant la motion l'ion? plutt que de salir son beau Oul usage catastrophique ce pass d'honneur, de prostituer malheureux ne leratUl pas la dignit de sa vie, en parde celle dictature que vous voulez consUlutionnaliser en quelque sorte? plus contraires l'intrt national. Je repousse donc la proposition Piou et vous adjure chers collgues, de taire de mme. On parle d'explosions, de mesures brutales, que le res pect que nous voulons qu'on voue aux principes rpublicains pourrait dclencher? H bien, Messieurs, laissez,i.iiinii IIUBII irotmiw r svrement velu de noir. Son KM — MMi visage en lame de couteau es! lumineux. Ses yeux so.it brillants le larmes. Je ne vu pas la proposition Piou, d avec une voix d'enfant, | que c'est un mauvais cadfau que je ferais an Prsidenl S i Cette le rglante il oblige de mettre aux voix d'abord la n ne il Laguerre. Brve discussion, I. ileur Fombrun d ce qne ndemenl I ,o i doit tre mis aux i abord. Protestations. L'amendement Lagu vieudi a la que je lerais au rresracni \invieuaia a la un. (le fori nu l'imcc POUI // i cent. Cette autorisation de,• l—Je tranche la difficult, dit rt, en fci de Assa i Elias, %  'tribunal acco %  1 1 p rle au k e Puhli %  I. qui com lu! au m tien de ordon lance en U \s& Elias 11 consorts > rem lua DI mb eoe W sur tant une main sacri la Reprsenlalion Nationale Le snateur lludicourl est n quelque bunv i • .. .,. i ..;o,.,.„i longuement ovationne par i^lMessieure,depursquel. ,. A emble el i^^ ue temps, .1 n esl qu^K, dJ8 ., ans nos journaux, que de lu %  q dans nos journaux, q manire forte, comme si nous ne l'avions pas exprimente dj! Nous connaissons ses rsultats. Ils s'appelenl ruines et anarchies. En ce moment une dernire livraison de la Revue des Deux Mondes exerce dans certains milieux politiques un grand ravage. Parce que Monsieur Ren Pinon a critiqu la dmocratie, a dit que la maladie tloul sourire l'Europe s'appelle' parlementante ,d a u c u n s vont dans noire loin in en criant navement : Vive la ma Bire forte A bas les I arlemenlsl —et veulent instaurer chez nous un rgime dictatorial d'un nouveau genre. Je les plains, ceux-l, car ils igno rent le rythme latal des volutions Historiques. Non, la dmocratie n'a pas fait faillite. Comme toute cration humaine, elle n'est point parfaite, mais c'est la loi me de gouvernement qui recle le moindre mal. Son bien ou son mal,en l'espce, est une question de mesure. Moi aussi, je suis pour une maniie forte, niais celle qui lire sa dignit, a puissance, du bien qu'elle ralise, du respect des principes saCfS qui assurent lu prennit des ciels. La proposition Piou est al ttnlalou? la dignit du Souverain: vou-ne la voterez pas. Messieurs. Comment! Nous avons lutt durant 15 ans pour avoir les Chambres;moi qui suis celle Tribune, je mis all aux Etals-Unie dire nos oppresseurs : La reconstitution de notre Parlement sera le dpart de la reprise de notre souverainet de peuple indpendant ; et je vieil drais aujourd'hui mentir moi-mme, trahir la coniiance populaire, en volant une proposition qui me dpouille d'un droitque mes mandants ne m'ont pas autoris dlguer? Messieurs les dputes, esT-ce que le dix janvier der nier vos lecteurs vous ont demande de Iranslerer l'Excutif vos pouvoirs lgislatifs? C'est ce qu'on veut NOUS rclamer aujourd'hui. Et puis, voyez-vous la monstruosit aie la proposition Piou? H serait possible, avec son adoption dans notre Constitution, pitre. — Je demande la parole, dit le dput Edouard Piou. 11 esl la Tribune. Nous (I vous rendre un solen ne' eu. Lui-mme a dnonc la 'lit talure financire que les Amricains exercent encore en fia ti. Noire territoire n'est | encore libr, hlas (J viendrait il, si le Prsident n'nvail pus les Chambres sur les quelles il doit s'appuyer loin %  rsister aux exigences que les I Yankees ne foui pas mail de lui faire?Pouvant suspendre toutes les mesures, il esl di ni au lieu d'elle arm, Je supplie, collgues, de repoj la proposition Piou. Emouvant, les mains suppliantes ri tendues, Paiulre lail passer un grand frisson sur la salle. .Son point de vue nouveau l'ail vive sensation. Des constituants qu'en disait acquis une maioril .e Pau lire, lit le premier alina de la proposition, L motion es : omble. Un tare • rgne dans la salle Le Prsidenl Loubeau dit lenU mei l qui sont pour lu proposition Piou resleronl assis, sont contre se lveront, Dix-sept constituants sonl !ebout. lieje v VOl Cl I de toutes paris. Hurlenu nts, injui es, rin s. col< : i Silence,! lame le Prsidenl Loubeau. Pour la i lai i Ai\ vote, je vais faire voler pal appel nominal. Ceux qui sont pour diront oui, < eux qui sont contre dironl non. Les s, i i lu ires-rdacteurs clament les noue, des Constituants. PS i/i/ lires tiuni u vous leiidre un soienuei 9n t |j 8a jj acquis une majorit meut les noms des Constituants hommage au courage OTX dftvorabte la motion 4e\W Chaeim rpond. Les oui el le; pul Piou. Sous les hue de I nent pensifs. Paullre te retire non pleuveul.Le Snateur Trie l'auditoire, il parla. Mieux enJ lis aimpleinenl comme il tail iliaque souligne Irois Ibis non core, il lit lace. Ce courage est venu. Un seul sufft, repartit le Prsi „.l ...:.,..!. I., Il ,.l....... C.....;.. MMI-I Miimn /in! nnnU .1, ni il nul I niiLnli ... cumanl I %  admirable. Il clame : Serais je dans un cirque de bles froces? Pourquoi ces hurlements? Depuis quand un par leincnluire n'a-t il plus le droit de gravir le rostre pour soutenir ses ides'/ Il part. Son argumentation est faible, inaigre sa bonne vo lonl. 11 soutient qu'on devait octroyer l'Excutif su sou pape," qu'il ne fallait l'acculer aux extrmes, car cloute ble ginnin morde 1 C'est pour prvenir des cou llils possibles qu'il propose Marlineau, moment, es Nous mourrons dent Loubeau, eu soui tant. Le kpuie Mgie, de Si i mel, ar compagne son nom de ces mois: Un grand artiste jamacain Ni IUS m& ai' i-aa Prini %  un grand ai lisl l'am* i h' 'iip.'' : \"o Powell, un congun i malcaln. En • II' t. c'i *l % %  v mise chai l i que i avons v u lea < omploirs, I e • n "' aux, la la ble il'i m %  iion • de receptioi i I ion talion de m ni tablie I Riu di H M u es. BU bas du CnhiiK I L : %  i. Avi c ; n ;n t c onson m<. Mr Powell a ralis pour la R. C. A. in ameublement de contre la proposition el conclut majoi it des di ux lieis tant re l que si l'Assemble l'adoptuil il quise, le principe de la propo[ne voit pas pourquoi on ausilion esl rejet. %  i son sens de e lei hnique prali pas rail encore besoin de Parlement. (Je serait voler I argent i\u Peupie. Le Snateur Jeannot vient combattre aussi In proposition: celle additionna l'article 7. L'homme 'is font morti —o uu'ilssoient —s'ils vivent enco rore il a b ;.I.I m hors paii ; i r les disoMtjona ingti i u i grande al le de n de la R C L permettent d v ad s ap| arc s iomi nue i r i • Bptaliou i dV m i ssion d'on U s herlzienm s Mai i I paa loul : il a CtiDSll ml pour le BaZ A:i 1 i al de la Gi and H e i I des s qui u'u < i %  i lin po ir la h U i ne œuvre p lei'le, '.s riitail un u e ci il n s de fi ois mille dollars m E'ats Unis, n m qo'< J t• llars. nons pi h Pow I! n is plus l icital m l'aux %  i l q n i on I -'H f i beau t le '• t. ...vo itrlme •"• Bolosse, oii a'apprM il l 1er digneraeo' \\ U'juill i pro: luui la Visrgi d,i si i ; Car mel La petite rh i d;i la Viei %  %  • • btu* >lil n.is di puia ipjpi, et, au\ a'flltoUl-, '. i commencent aUr le ira toits de verdure. e,n parlati ni d lte Ci • l'uir. Km >usi m'es, ils re* • i-!lf4 du piqo '-nupie. M lis ceipn, I i ivaii i* ni^'s m* d que li Coule /l'Or d'Alix Roy n'avait paa t oublie. I s en parlai il avec reconnaissance a ... voil qu i i' m miai4 du l"'ii teu^pii... :. ni esprewt*. Pn ll-l. al, i hsque jour, voir, urn qui lait lace p8lda Nadonal DU rnapla de j emqai n'ayet la're ip;' •%  < ndre la fin dn mois, Ioni l'a• or M uni nu songe que l'e i UTPUl est prfet de discipli" i ne, d in on ne sait plus quel tetnenl scolaire, en reste tveur. t u MATIN el •' %  de ion col Thomas, bi BS< qaenii ni U ipp d'une ongt*lioa crbrale, uvi. comme coo une paralysie ce>rajil'e du i t droit. Mi Vicior Th > nus qui a : n, par i ' ni e gnralits pi loua les sujet.*, m laueune place si haute dans le devra, sans doute. i lo il travail intelle:esl, i Kiincl'espreson i n, i le kOuhaiteas-DOos mmfnt, il retrouve l'u %  Hg a i neuibies ... Adiesve h : i onpagnon un ieg i (large d (ttctueui e i ompas%  ion. me, l'ducation poliiique que j ai reue ds ma plus u enfance d'un homme qui mourut presque de b Douleur Hatienne, m'empchent de voter ... ... , il .i.illn'iilKiiii's Mailirns. l'iir CDiiIrc. proposition Pion. Je la rej JH t re nte-cinq ans.on pourra bHguei les tulTrogei de t'AMenible Nationale... et convoiter le blanc Mausole prsidentiel. L article !< %  plus important rie I Nouvelle Constitution resta quand mme celui qui dcide que le franngue officielle, 11 l" RHUM SARTHE CACHK'I D'OR, la pousse et prie les Constiluanlsciloyensde la repousser aussi.s La salle clate en applaudissements. Nul n'a reu une plus belle ovation. Le vote Flegmatique et chic, l'inc passant, nous retenons qu'il d; parable Prsident Loubeau coche des allusions qui vou-; te sa sonnette. Il dit : niaient tre blessantes l'a j inendemeut Lagucrre,d' dresse de certains orateurs aus1 rglement, doil tre mis uels il reproche d'avoir t ', voix avaui la proposition Pio candidats la Prsidence. La snateur Paullre descend de sou sige de vice-presidenl et occupe la tribune. C'est une intervention inoubliable. Il est is le aux u. Le Snateur Jeannot explique qu'il vaudrai 1 mieux mettre aux voix d'abord la proposition Piou qui contient toul le dbat. L< Prsident Loubeau objecte oue I Loterie Nationale d'Hati .. \ dsormais, Vsut \ m rend cmq ans poi.r lier le tsuteuil r! que par routra o n i lu rrsid* ni de la [u i, il i ul %  i '. Bis et i, d il. I ten. Hardi la ja ion ii i ,; |j l'o %  M H I a des f.i • r i enlM i !: / S •• •. m pie i •• l 11 H MUI ll • Ami/nt -I lu II' il l > i M %  eren • s en i i. 'un %  ,.i cl< 1,'jui >Osl une des si < i • iti de cette escetUr.LM .i (M-. i .. voit que la Ma/son Barbet1 ', ''"" ;l Cl//// I ' %  n. Ils i • #*• %  i ge oM \(i.\S v i :•. L'ET \ I % %  iCoquet tab u i ,. i di la Baa ^ b diiia p^r Miiit M ... BbRTliT. I D 1

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07048
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, July 09, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07048

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR *
1358. RUE AMERICAINE IBM
TELEPHONE N2242
FILE COPY
. \{\Mi UNIUN
Savoir supporter,c'st
bien l le point culmi-
nant de la toi ce, a ma.
nileMalion la plus belle
et le 91 and sttiet des
matres dans 1 art de
triompher,
JGeme ANNEE N 7717
"JlttfAtM'KliNt -. J i
.
SAMEJI J JUILLET L
Assemble Conslituanle
Srnce du
lercredl 6 Juillet 1932
SUITE ET FIN
Voir le numro d'hier
WEST INDIES GARAGE II Y a
I vingt cinq ans
.
Le snateur Hudicourl com- un gouvernement mauvais,
raenca peu prs ainsi : Je qui ne penserai! qu'a pcher
ais oeul-lre rien dire en eau trouble, de raliser les
... ..-^^ mSmm* fil\i>i nr I An n/kii * I .
il auri
aprs les brillants orateurs
qui ont occup la tribune,
mais le monienl est arriv
pour chacun de prendre en
plein jour toutes ses respon-
sabilits. La proposition Piou
esl contraire a toutes nos tra-
pircs choses! Au cours des
sessions ordinaires,on ne pr-
senterait aux Chambres que
des projets de peu d'impor-
tance, niais, dans l'intervalle
des sessions, ce serait, com-
me eut dit l'honorable dpu-
tions 'constitutionnelles. J l l'iOU, la sarabande)) des
Non Un ne peut pas reunir d rets-lois, des mesures les
d'un seu
Sous la direction de
M. Arnold BRAUN
llph
Grage:2251
Rsidence: 2462.
i f \*kTix,9Juillet ,:>>n.
TRIBUNAL DE CASSATION
W*F
entre les mains
homme le pouvoir de lgile-
reret d'excuter sans contre-
poids. Ce serait un demi-
mal, s'il s'agissait seulemenl
de l'honnte homme, du grand
libral qui sige au Palais Na-
tional, mais les hommes pas
sent et les Constitutions res
lent. Qui sait si ce n'est pas un
satrape qui occupera demain
la Prsidence de la ftepubll- moi vous dire :je connais un
tiueVDe quel droit Ibrmida homme qui prfrerail dlspa-
ble ne lauriez-vous pas ar- patre de la scne politique
m en volant la motion l'ion? plutt que de salir son beau
Oul usage catastrophique ce pass d'honneur, de prostituer
malheureux ne leratUl pas la dignit de sa vie, en par-
de celle dictature que vous
voulez consUlutionnaliser
en quelque sorte?
plus contraires l'intrt na-
tional. Je repousse donc la
proposition Piou et vous ad-
jure chers collgues, de taire
de mme.
On parle d'explosions, de
mesures brutales, que le res
pect que nous voulons qu'on
voue aux principes rpubli-
cains pourrait dclencher?
H bien, Messieurs, laissez-
,i.iiinii iiubii irotmiw r
svrement velu de noir. Son
KM MMi
visage
en lame de couteau es!
lumineux. Ses yeux so.it bril-
lants le larmes. Je ne vu
pas la proposition Piou, d
avec une voix d'enfant, |
que c'est un mauvais cadfau
que je ferais an Prsidenl S i
Cette
le rglante il oblige de mettre
aux voix d'abord la n ne il
Laguerre. Brve discussion, I.
ileur Fombrun d ce qne
ndemenl I ,o i doit tre
mis aux i abord. Protesta-
tions. L'amendement Lagu
vieudi a la
que je lerais au rresracni \in- vieuaia a la un. (le fori nu l'imcc POUI // i
cent. Cette autorisation de, l- Je tranche la difficult, dit gifrer qu'il aurait, si l'on volait souveraincmenl Loubeau Je di | 1er alu nal
la motion, srail pour lui un vise la proposition Pi u qu'on fJollr avoir I
carcan, le brlerait commdi. volera par alina. Ce mu est ;,,,/;//,,s au sieiir ;,
leu. ..m-mme a dnonce la die ail. Le secre aire du P.urcnu.
( Sfctiti Criaiielte )
i I 8 Juill
' Oll | 14 's ; lins, <( u
' anlo, cotu
b lier !
donnante de la '
Onu
de ce re&s >rt, en fci
de Assa i Elias,
'tribunal acco 11 p -
rle au k e Puhli .
I. qui com lu! au m
tien de ordon lance en U
\s& Elias 11 consorts >
rem dt vant te 'tribunal L
ort au Prince nom y
:i ie rendra Sui'
l'Eau, i i le e, le la Vf-.;
tu Eau le 16 judle'. n i
sait q Ile lle a ver cell* 'i-*.
1 clbre ,|'. |.
t i mme date, al'u*,
chaque inne, : >lua di mb eoe .
W
sur
tant une main sacri
la Reprsenlalion Nationale
Le snateur lludicourl est
n quelque bunv i .
.. .,. i ..;o,.,.i longuement ovationne par
i^lMessieure,depursquel. ,.Aemble el i^^
ue temps, .1 n esl qu^K, dJ8 .,
ans nos journaux, que de lu
q
dans nos journaux, q
manire forte, comme si nous
ne l'avions pas exprimente
dj! Nous connaissons ses
rsultats. Ils s'appelenl ruines
et anarchies. En ce moment
une dernire livraison de la
Revue des Deux Mondes
exerce dans certains milieux
politiques un grand ravage.
Parce que Monsieur Ren Pi-
non a critiqu la dmocratie,
a dit que la maladie tloul
sourire l'Europe s'appelle'
parlementante ,d a u c u n s
vont dans noire loin in en
criant navement : Vive la ma
Bire forte A bas les I arle-
menlsl et veulent instaurer
chez nous un rgime dictato-
rial d'un nouveau genre. Je les
plains, ceux-l, car ils igno
rent le rythme latal des vo-
lutions Historiques. Non, la
dmocratie n'a pas fait faillite.
Comme toute cration hu-
maine, elle n'est point par-
faite, mais c'est la loi me de
gouvernement qui recle le
moindre mal. Son bien ou son
mal,en l'espce, est une ques-
tion de mesure. Moi aussi, je
suis pour une maniie forte,
niais celle qui lire sa dignit,
a puissance, du bien qu'elle
ralise, du respect des prin-
cipes saCfS qui assurent lu
prennit des ciels.
La proposition Piou est al
ttnlalou? la dignit du Sou-
verain: vou-ne la voterez pas.
Messieurs. Comment! Nous
avons lutt durant 15 ans
pour avoir les Chambres;moi
qui suis celle Tribune, je
mis all aux Etals-Unie dire
nos oppresseurs : La recons-
titution de notre Parlement
sera le dpart de la reprise
de notre souverainet de peu-
ple indpendant ; et je vieil -
drais aujourd'hui mentir
moi-mme, trahir la coniian-
ce populaire, en volant une
proposition qui me dpouille
d'un droitque mes mandants
ne m'ont pas autoris d-
lguer? Messieurs les dputes,
esT-ce que le dix janvier der
nier vos lecteurs vous ont
demande de Iranslerer l'Ex-
cutif vos pouvoirs lgislatifs?
C'est ce qu'on veut nous r-
clamer aujourd'hui. Et puis,
voyez-vous la monstruosit
aie la proposition Piou? H se-
rait possible, avec son adop-
tion dans notre Constitution,
pitre.
Je demande la parole, dit
le dput Edouard Piou.
11 esl la Tribune. Nous
(I vous rendre un solen ne'
eu. Lui-mme a dnonc la 'lit
talure financire que les Am-
ricains exercent encore en fia -
ti. Noire territoire n'est | .
encore libr, hlas (J
viendrait il, si le Prsident n'n-
vail pus les Chambres sur les
quelles il doit s'appuyer loin
rsister aux exigences que les
I Yankees ne foui pas mail
de lui faire?Pouvant suspendre
toutes les mesures, il esl di
ni au lieu d'elle arm, Je
supplie, collgues, de repoj
la proposition Piou. Emou-
vant, les mains suppliantes ri
tendues, Paiulre lail passer un
grand frisson sur la salle. .Son
point de vue nouveau l'ail vive
sensation. Des constituants qu'-
en disait acquis une maioril
.e -
Pau lire, lit le premier alina
de la proposition, L motion es:
omble. Un tare
rgne dans la salle Le Prsidenl
Loubeau dit lenU mei l
qui sont pour lu proposition
Piou resleronl assis,
sont contre se lveront,
Dix-sept constituants sonl !e-
bout.
lieje v VOl Cl I de
toutes paris. Hurlenu nts, inju-
i es, rin s. col< : i Silence,! la-
me le Prsidenl Loubeau. Pour
la i lai i Ai\ vote, je vais faire
voler pal appel nominal. Ceux
qui sont pour diront oui, < eux
qui sont contre dironl non.
Les s, i i lu ires-rdacteurs cla-
ment les noue, des Constituants.
PS
i/i/ lires
tiuni
u vous leiidre un soienuei 9n t|j8ajj acquis une majorit meut les noms des Constituants
hommage au courage OTX d- ftvorabte la motion 4e\W Chaeim rpond. Les oui el le;
pul Piou. Sous les hue de I nent pensifs. Paullre te retire non pleuveul.Le Snateur Trie
l'auditoire, il parla. Mieux en- J lis aimpleinenl comme il tail iliaque souligne Irois Ibis non
core, il lit lace. Ce courage est venu. Un seul sufft, repartit le Prsi
.l ...:.,..!.I., Il ,.l....... C.....;.. Mmi-I Miimn /in! nnnU .1, ni il nul I niiLnli ... cumanl I
admirable. Il clame : Serais
je dans un cirque de bles
froces? Pourquoi ces hurle-
ments? Depuis quand un par
leincnluire n'a-t il plus le
droit de gravir le rostre
pour soutenir ses ides'/ Il
part. Son argumentation est
faible, inaigre sa bonne vo
lonl. 11 soutient qu'on devait
octroyer l'Excutif su sou
pape," qu'il ne fallait
l'acculer aux extrmes, car
cloute ble ginnin morde 1
C'est pour prvenir des cou
llils possibles qu'il propose
Marlineau,
moment, es
Nous mourrons
dent Loubeau, eu soui tant. Le
kpuie Mgie, de Si i mel, ar
compagne son nom de ces mois:
Un grand artiste
jamacain
Ni ius m& ai' i-aa
Prini ' un grand ai lisl
l'am* i h' 'iip.'' : \"o
Powell, un congun
i malcaln.
En II' t. c'i *l v,
mise chai l i que i
avons v u lea < omploirs, I e
n "' aux, la la ble il'i m iion
de receptioi i I ion
talion de
m ni tablie I, Riu di h m
u es. BU bas du CnhiiK I L
: i. Avi c ; n ;n t c onson m<.
Mr Powell a ralis pour la
R. C. A. in ameublement de
contre la proposition el conclut majoi it des di ux lieis tant re
l que si l'Assemble l'adoptuil il quise, le principe de la propo-
[- ne voit pas pourquoi on au- silion esl rejet.
i son sens de
e lei hnique prali
pas rail encore besoin de Parlement.
(Je serait voler I argent i\u Peu-
pie.
Le Snateur Jeannot vient
combattre aussi In proposition:
celle additionna l'article 7.
L'homme del a connu en iU 17 n'a pas
chang.
On connat l'allure des discours
du Dput Piou. Il n'a pas m-
nag l'auditoire de ses priodes
habituelles. Tortur, il se battit
pour prouver l'excellence e sa
motion. Sa voix Unissait par
s'railler, comme blesse par sa
propre loquence. Devant lui,
sur la tribune, il a un livre ou-
vert. Il y lit longuement une
pajje qui n'a rien de commun
avec ce qui l'ail le nud du d-
bat. Tour tour larmoyant el
l vhment, des invectives R-
chappent de ses lvres minces
el convulses. Ldouari'
considr sous un angle, fut
aussi admirable... Jes hues sa-
lurent sa proraison d une en-
vole lyrique.
Bravo,torador! lui cria quel-
qu'un de l'auditoire,tandis qu'il
s'en retournait a sa place, le vi-
sage en sueur.
Le dput l-'i re Loguei re ils
Damel vient la tribune el lit
un paurre papier qu ne mrite
pas qu'on s'y arrte. Il y prco-
nise la suppression du dernier
paragraphe de la proposition
Piou concernant les parlenien-
taires-minislres. 11 esl pour. La
arguments juridiques.diguildu
Corps Lgislatif, principes sa-
cres, il voque toutes les belies
rgies donl ils ont la garde i l
qu'ils n'ont pas le droit d'aban-
donner. Presque au terme de sa
vie, il mourra sans rien abdi-
quer. Il !inil par celle ques
lion :
Eles-vous une Assembl
Conslituanle ou une Assembke
d'esclaves ?
Le lion populaire, celle pa-
role, rugit de joie.
Il tait rserv au Dput i\u
Trou, Bdgard Pierre-Louis, de
fermer le dbat comme par un
coup de thtre. Il gravit In h i
bu ne avec une force allire
caninie en proie une grande
Piou, {crise intrieure.Ses gratiu* yeux
globuleux lincelaient.ll jeta sur
I auditoire : Ma dignit d'il
l'ducation
La salle acclame longuemen
le \ aiiitjueui s de i elle [oui i i e
ioni les dputs Yrech Ch-
telain, Joseph Loubeau. Edgard
Piei i e-1 ouis, Mgie, Loi rein
Dehoux, Louis I). (illes, les
Snateurs Latortue, Marlineau,
Jeannot, Laurent, Tlmaque,
V'illehardouin Le< onle, Paullre.
Nau, Hudicourl, Pradsl, Mais.
Il esl .'{ heures 1/2. La sance
11 ; leve.
XXX.
n el

Propos
humides
N Con lituanl ?ont rapidement
L-ii i" gni au point qu'il < -t permis
! i 'iiviiol buii jouri la Con s
,; il la
1 i ni on il ISW2. I i moiI,
vive |r roi.. L'un dam l'aulra, la i ou
l on ililution nom pai lit i
li'nle.grc i ! ii' ureuse in no va tl
i..ii u elie Pi Je
i,. lu il n ira
On r 'monte nui aeul -, ( i on
aient t >'is font morti o
uu'ilssoient s'ils vivent enco
rore il a
b ;.i.i m
hors paii ; i r les dis-
oMtjona ingti i u i .
grande al le de
n de la
R C L permettent d v ad
s ap| arc s iomi nue i r i
Bptaliou i dVmission d'on
U s herlzienm s
Mai i I paa loul : il a
CtiDSll ml pour le BaZ A:i
1 i al de la Gi and H e i
I des '
s qui u'u < i.
i lin po ir la h
U i ne uvre p lei'le,
'.s riitail un u .
e ci il n s de
fi ois mille dollars m E'ats
Unis, n m qo'< J t
llars.
nons pi
h Pow I! n is plus
l icital m l'aux
il q n i on I -'H
f i beau t le '
t.

...vo itrlme "
Bolosse, oii a'apprM
il l 1er digneraeo' \\
U'- juill i pro: luui la Visrgi
d,i si i ; Car mel La petite rh i
d;i la Viei btu*
>lil n.is di puia ipjpi-
, et, au\ a'flltoUl-,
'. i commencent aU-
r le ira toits de verdure.
e,n parlati ni d
lte Ci l'uir. Km
>usi m'es, ils re*
i-!lf4
du piqo '-nupie. M lis ce- ipn,
I i ivaii i* ni^'s m*
d que li Coule /l'Or
d'Alix Roy n'avait paa t ou-
blie. I s en parlai il avec re-
connaissancea
* -
... voil qu i i' m miai4
du l"'ii teu^pii...
' :. ni esprewt*-
. Pn ll-l.
al, i hsque jour, voir, ur-
n qui lait lace
p8lda Nadonal du rnapla
de j emqai n'ayet
la're ip;' -
< ndre la fin dn mois, Ioni l'a-
or m uni nu songe que l'e
i UTPUl est prfet de discipli"
i ne, d in on ne sait plus quel
tetnenl scolaire, en reste
tveur.
t u Matin el '
de ion col
Thomas, bi bs<
qaenii ni U ipp d'une ongt*-
lioa crbrale, uvi. comme coo
une paralysie ce>ra-
jil'e du i t droit.
Mi Vicior Th > nus qui a : n,
par i ' ni e gnralits
pi loua les sujet.*, m
laueune place si haute dans le
. devra, sans doute.
i lo il travail intelle:-
esl, i Kiincl'espreson
i n, i le kOuhaiteas-DOos
. mmfnt, il retrouve l'u
Hga i neuibies ... Adiesve
h : i onpagnon un ieg i
(large d (ttctueui e i ompas-
ion.

me, l'ducation poliiique que
j ai reue ds ma plus u
enfance d'un homme qui mou-
rut presque de b Douleur Ha-
tienne, m'empchent de voter
... ... il .i.illn'iilKiiii's Mailirns. l'iir CDiiIrc.
proposition Pion. Je la re- j JH trente-cinq ans.on pourra bHguei
les tulTrogei de t'AMenible Natio-
nale... et convoiter le blanc Mauso-
le prsidentiel.
L article !< plus important rie I
Nouvelle Constitution resta quand
mme celui qui dcide que le fran-
ngue officielle, 11 l"
RHUM SARTHE CACHK'I D'OR, la
pousse et prie les Constiluanls-
ciloyensde la repousser aussi.s
La salle clate en applaudis-
sements. Nul n'a reu une plus
belle ovation.
Le vote
Flegmatique et chic, l'inc
passant, nous retenons qu'il d- ; parable Prsident Loubeau
coche des allusions qui vou-; te sa sonnette. Il dit :
niaient tre blessantes l'a j inendemeut Lagucrre,d'
dresse de certains orateurs aus-1 rglement, doil tre mis
uels il reproche d'avoir t ', voix avaui la proposition Pio
candidats la Prsidence.
La snateur Paullre descend
de sou sige de vice-presidenl
et occupe la tribune. C'est une
intervention inoubliable. Il est
is le
aux
u.
Le Snateur Jeannot explique
qu'il vaudrai1, mieux mettre aux
voix d'abord la proposition Piou
qui contient toul le dbat. L<
Prsident Loubeau objecte oue
I Loterie
Nationale
d'Hati
.. \ dsormais, V- sut
\ m rend cmq ans poi.r
lier le tsuteuil
r! que par routra
o n i lu rrsid* ni de la
[u i, il i ul ' i '. Bis et
i, d il. I ten.
Hardi la j- a
ion
ii i
,; |j
l'o
M H I
a des f.-
i r i
enlM i !: / S
. m pie i -
l 11 H MUI ll
Ami/nt -I
lu II' il l
. > i m eren
s en i i. 'un
,.i cl< 1,'jui >Osl
une des si < i iti de cette es-
cetUr.L- M .i (M-.
. i .. voit que la Ma/son Barbet-
1 ', ''"" ;l' Cl//// I '
n. Ils i #*
i ge

oM \(i.\S v i :. L'ET \ I
i-
Coquet tab
u i ,. i di la Baa
^ b diiia p^r Miiit M ...
BbRTliT.
I D 1 Nationale
I s ; : d;
i IM. I
l/ely, capi
M : i commer
' ri t in .
I. loi i,
I '
u Pie e la .
leui t
' : IM'
. i trop, *i
i .
dos i Clei lin
Oadaille,
tt 1 01 tuuc b.
1
sccideei
re k
kli< a Li-
Vv f. i'trroiughiss
Agent rnra d< ur aU,
b

IB^T


PAGE 2
IE MAC N.-'J U,
MMMMDH.
Deux mois sur la fermeture
des magasins 4 heures
R-
aase


Sur le coup
le* magasins, !
t piceiit doivent tre termes.
C'est un h ri te i
Knntup
put).
encore | o : i
Qll] ; : ; .
montrer au Chel
Vincent, qu'on lui
trs mauvai i
un <
tout es
j euple i
tre le
M'importe qi
Les coi l'im-
posetbli
due qu'ils si ; des .ht
1,'on! [ai
il Mi ui
mainte!', nt. El
i|ue de rop g
tiu Prsideni
k re de le poi :< Ire un
Ari du genre d<
venu doubler la p
irais paii qi
I .,teur, dignes | !
les encourageai i ts',
lorge.
Bon FRANCE PAS i KSI
niaient nus anc
ils ayaient iai
qu'on n'est pas d . cou
rant le la situ Pro"l
pre pays, lors- j I en |
tl que des a
tacileuienl app!
centres autrement c
le ntre puissent t
ques ici sans < p i
turbalions profondes. Des d-
tails sont bien ne rea au
poini o |e -suis an :v<, mail j<*
regrette d re ol


t-ili
Ver*';
Au nt on
n'a p; a > ' vt que
a
surtout
il s COU] sans qu*
leur
i heure
o
il bit ;
de ce prtexte pour prendre
I An t >b re
., si
oir. Il i' ut-( i
dcemment mettre le cotent) -ur
i ip 11!
leurs ; Il. res, qui onl de
I ire,
ui I t] fils
1 .:'
rde qa ei x
, lia a ii ne
i nlendenl 5 oei lue
: louable
,D iprend 1
m oblique lu:
ju'on tracasse des lments qui
.' ;i contraire d tie en* .
I de toul attentions
un bieove .
1 entendu, ci ux qoi sont,
isse arrivs pour clore !
les de I- de com-
pendant toute la saison,
a le le (aire. L'en- i
itil 1 ux au* [
'res cousiste les contraindre
n e'tre au ter- .
I | Alteii- j
, Messieuri na
1 ta are que ?ous av. prise '
nane pi s calegones
: geoe: courti meurs,
igera, g g etc. On
denssr mes oh muili-< ous reproche de ne pas tous
cea
tous
lir-
piouve
ECHOS
pie*, enregistres poui
SOT le v I. Jy revi li c'esl
ncessaire.
Pjuiquoi avons nou-; un Mi-
nistre du Commerce lOle
serait il de traqu- ; se
dbrouillent et qui, ( !
aident l'Etat, font vivi> des j
ns liiles, permette
de lamilles de mettre ui; peu de
joie chez eux ? Je 111
pa-\ A ors, voyons! 8i les n-
gociants, qui loin dj COUD
eance avec une mv. irri-
ble el qui ont toutes sortes de
ira^i couvrir, deviennent
oucier de la dtresse ou se d-
pays.Voulez-vo lades pr-
ii ? Je vous eu fournirai
n.
je dtenda la vraie causa du
le' i i pense exacte
[ue je traduis toujou s, O.i lui a
I ut,on lui taitencoi tant de tor-
luresqne ses yeux s ouvrent L 1
mps ne sont plus las mmes
;ous les coups du su. 1 a troc qui
'1 voie le people,sacomprhen-
ion se forme. El c'est tant
mieux pour I s guides qui l'ai-
ment aincrement. L'heure n'est
ira.i a couvrir, oevienneni ac- s |om de sollller o ,|s ne pr-
cu'es au point de renvoyer des ] heron, |us 0ans |e dgwt 1
employs eu de diminuer leur j r
n.tl'iit'A Ttol /lin Uni,. 'I unQT Vil T'Y
>loy
ilaire ; voil des
ThobtVIIUX
Victor Thomas Voulez-vous
a
, Xo-> lecleur- n apprendront
pus saus consterua i n que
notre cher ci
or Thomas, vient su-
bitement atteint dans ses far-
ces vives et garde I obre
depuis jeudi soir, Irai par
un.' paralysie du ct 1
Le malin de i 1 0| h ,
il tait son bui une
d'habitude, abat tan la Iw
gne avec .son enl.
re...quand, brusqui
posant son crayo ai"
gui', de vioieu es do leui
la inique... Il se 1
ques instants.-.
et put s'acquit tel ( u pi 1a
d'un lu rolsme 1 saisit
aujourd hui set il ) de
sa tche du jour. Sa
remise, il prit 1 ren-
tra chez. lui.
Au cots de nui', lei
douleurs te firent 1 lus \
lentes, ef le m
en toute bte, d isfati
qu'.i la suite du il
crh aie, il avai
S'ge et la sensi
bres du ct di
C'est donc a;
a - 1
lectuel. dout la
avait l'autorit et
qui, par ses sa
sjr le probii
tint que ses I on-
su'talions su
d e d '
Russir dans tros ludes 110
, laiie russirvosenfants.giice
me mtbo le densi g^e-
i classique excellente?
VOULEZ VO
Une proh ss on aprs (5 9
nois d'tudes srieuses (^St
1 I) u I igues iv.i. c
ip abilit )
Songez que l'Institut 1 i -
'Cs'll \lhii 1 m ma
el s'impose .i \ 1 ntioo
>ar les brillants 1 ( sulfata d
j obtenus.
l37Rue Lamarre.
Tlphona 'Mil.
'ail lait u lout
iremier plan d m s le journa-
lisme. Ces! api meil-
i.inc.
lia on u ir rassurai
de lir
(j a
in pas
1.. el menl
i p ir q l'a pi es q
les de des
neinb1 es i : i se
n sensil 1 Ci si
sur cette 1 s.nran'e
!
Je Victor Ptlo u
spcialement
cl nos pi
V .
in et
iiijil. 1 de nol 1 ilectionn
borateur.
1
Dpartement du
Commet : pi b'i on avis
qui c e l'exportation
ie Bgii 1 sn France.
fi d sanitaire doit
tu r les expditions
de 1 its susceptibles de pro-
er le pou San Jos.
t] -, ries Heures
n en h : sir, 11 ltiana, le
n ftro d manche
iii r. C c dment,
1 lus beau
la encore
. i m qui al i mais
. u- pi lli. Go npli-
reil, r
_ Moire confrn Er '.est
' lu
, 1 rie e lai Do-
minicain di la'.ien est
milil li il par des
ici-; d iminic tins urin.
Les (!;>p'>; Ont, ;i juste
li'rc. i s I m autre con-
frri qu' Grand
1 Dominii ains ach-
tent le cal plus cher que
III Tt ie 1, du fait (jue la con-
iude organise sur ce
point de la Irontfre leur
permet de se soustraire aux
dr >'ts d' xporlation.
Ralph Catalv el .Lire Ver
ne 1 interprteront samedi
prochain avec leur verve ha-
bituel' : La peur des coup*
de Courtelire... C'est un beau
pro r mm qui von* alledd
do c Sc-Si l -'nn. sans
compter l'orchestre S oit pour
le l
Le premier numro du
T ''us lebdomadaire pa-
rait cet aprs raidi a^ec un
somma ira intressant. 1 nui-
plimenta notre confrre
Ch u l's Mot avia.
N'ou' ht /. pas que samedi
soir lin z K -'h1.. on s'amuse
1 (.' i1- fois n di hors
r irti'in h ibil u |l< s, on
pourra admirer le professeur
Muni r dans ses diffrents
uura.i 0 .
Nou apprenons avec
i < lie vieil
:''ni C ; Ion !'. .: 1 ud, ancii a
directeur \'i\ \v.'i < Journiliqni
B 11- < 01.......Direction
du Mo 1. Complimenta
au e !
Il .' tn\ rentre
1 Mme Benja-
min Vincent, bel! sur de
le -P lent de la Hpu-
; lui prsentons
nos : loeux e1 s ncres
hommaj
L/CII 11
ALIX ROY
30 annes ue sueecs.

Am
>
iTImle de Foie de Motm
fr4cb!, got tt fiidtemm
tgtiitble ellt tti h complum
rfparattm Je la Nutrition M
ixalleiu
baralaim RECAGNOR i Cm
'..W Central pour F Exporta fx"
h. MAGNANT
'. tm D.twkJ .. PARIS.ir
VoUe cuibine,
Madame...
I VoussavtE: la Cou&tiiDavte
a in coiciiier deux choses
qu'on croyait inci i lues :
le droit d'ajournement de
c util 1 la ecurt du
i 11 e U pa-
reil que l'i bt |. e UB baL.
q ci extiaoidioaire (| u'o n
e 1 ai m s e .. trou er la lor-
ia le qui sauve. Aions nous
b oin le vous dire que tous
ea 1 lats du i-stiii taientpr-
!> 1 res avec Ut ktantgu$ dn
Lsihcs de Fuit att-Pi met el de
Sainl-Aiurc ? Hem ut mer-
veilleux? Les ides taient
claires et pacifi pics. Nos
Co istitiiants s'aioui u< ni donc
si nous avons h en cjmpns
le lexle vol, avec leur pro-
pre consentement.
ii va encore de beaux
jours 1 our le sine -die,
gci la fameuse M..uigue
)UdlttMC.
Bec-Fio.
LE TEMPS PARAIT
((
Comme nous l'avons an-
nonce hier*i.e Tempsa.revu*
hebdomadaire parait aujour
d bui. Le premier numro
comporte vingt deux pages
de matires On se doit d'en-
courager une oeuvre de ce
caractre; tons ceux qui ver-
ront I belle tenue de cette
re ue voudront s'y abo mer
I es minuscules moustiques font plu
de victimes eux seuls que toute,
les.btes froces runies, ils sment
sur leur passage les germes de
livres et d'autres maladies mortelles,
liloignez-les des ires qui vous sont
chers. Vaporisez du Flit.
Flit tue mouches, moustiques.'puces,
fourmis, miles, punaises, calards et
leurs ufs. Mortel pour les insectes
ais inofensif pour l'homme. Em-
ploi facile. Ne tache pas. Ne conlou-
dez pas Flit avec d'autres insecti-
cides. Fxigez le soldat sur bidon
jaune bande noir*.
Chez Kahl
Ce soir
--o
La Iroupe Munier el ses chiens
donneta des numros spciaux
el indits de comdie, d'acroba-
tie, d'aviation, de prestidigita-
fion et d illusionnisme pendant
les intermdes de danse.
Surprise-Bar
Vaporisez
Pour votre garantie, Flit n'est vendu qu'en bidons sert'is.
AUX TROIS QUAHTIliRS
(J. de Vendegies)
Angle Avenue Klng et Rue Vernet.
A ie iliiiir 4"tftMf saa aismile el isnireusi Cliealle qs'il vient
it race>ir lea.articles suivants:
Chapeaux de Dame, H" Mode Baa de Soie.
de Paru. Larges ceintures, (outta -
Souliers dcolletta. S^tin Noir aocffl.
et Beige.
Ponarett Ciaie Toka'on.
Brets bnqae*a
Ceintnrea plant q ies.
FiIRtor at Tai-niquels caa-
leurs.
Colliers el Barrettes.
Abat-jourTtines gen'ilr.
Tsos artislei de premier.- Iratrheir si fsraslis.
Sloik csnslamnaBl ressi el. Prix rs saisie.
Aalraer PERIIRA, l'roirirlairr j
Consommatioi s le premier;
lioix. aux mmes prix qu'eu J
vilie.G m80 rim ious les soirs. \
Uuc surprise, toujours agra-
tile. est rserve a lous ceux
qui nous lerout l'honneur
d uue visite.
Sauvez
vos livres
Gin-Taldy
DEMAIN SOIR
HEURES MaTiNEE
A la demande de nombreuses demoiselle :
La Dernire Valse
avec S..zy Vernen et NHI Frilsch
Entre 0 50; Balcon. 1,01
A t HEURES
Le merveilleux fllm qui a obtenu le p|us de uccs ror.
reprsentation :
L'Esclave Blanche
,. ,Tec Cha", %\zi ?$r H-id-
j m a m&TmvmBMMfi-*
*" Toutes les Polices
DE LA
1
Sauve vos livres et con
leclion oa mauvais tat el-
les conflatit ai relieur consi
ciencieux, honnte et habile
Etihnne Cauili.i, Rue Bouae
Fai J
de sa

|comprennent la Protection contre la 3
il Foudre sans aucrmentation de taux J
g EuglBossCo 1
i
*5
fil
Aqenta Gnraux
J
DAM


LE MA.TIV 9 Juillet \9M
l'AG
IiIiiiiii Darbaiicouri
ont la r*aeeai.e il auiverselle a fard s- premire pieee
DaHMaez partout :
UN BAHUAXCOURT
ispet : Hue Csar.
In gala du rire
Samedi 9SEASIDEINN
A 9 heures, lever de rideau
sur un vaudeville en 1 acte:
-
LA PEUR DES COUPS,
le triomphe de Courleline
A 9 h. 30, l'orchestre Scott
ouviira le bat. Innovation :
Scott jouera La Biguine,
le grand succs de l'Expo-
sition Coloniale, la danse
martiniquaise qui fait fu-
reur Paris.
Au cours du bal, Jane Ver-
neuil et Ralph Cataly nous
offriront un programme
nourri de leurs meilleures
chansons: La canne suci e,
Les Barreaux de lescaliei,
Oui Papa et Mnagez-la!7,
etc.
Eno garde
libres les intestins
De mme que vous nettoyez vos dents,
3ue voua vous lavez la figure et les mains,
e mme il faut nettoyer V03 intestins
rgulirement. Une faon sure, efficace,
rgulire, simple, c'est de boire un verre
de ENO'S "Fruit Sait" le malin ou le soir.
Mais exigez toujours ENO.
altArlMiir' Llit
ENOS
FRUITSLT
'/
DPARTEMENT BU COMMERCE
Informations !
D'un rapport reu de noire \
Consul nu havre, nota extra
yons les renseiywmsnls sut- .
vanta que nous nous emprts- !
sons de communiquer aux in-
tresses et au public en gn'
rat toutes Uns utiles,
FIGUES-BANANES
Il en est arriv d'Balti
quelques rgimes Ces fruit?,
qui avaient t coups trop
verts, sont tout de mme
arrivs une maturit con-
venable. Ces binancs ticuve-
raient un dbouch certain l
f si elles voyageaient de os de 1
bonnes conditions.
Par un Arrt du Gouver-
nement Franc lis, les banan< s
L'Affaire
du Jour...

La ptition suivante a U
adresse hier au Corps I.. gis
| lotit par des emplsijes de la
fiasco :
5
Pleine 4n Liai- le-Sac, le
Juillet jM2.
Messieurs le* Dpots,
Messieurs les Snateurs,
I.c ste A: con #
attendu i I' cB,ve-
.i W V ; I i i :
11 juillet lS2 sv<
il j p i i lacs d ijeo
respon 11 ire. '
l'aprs-midi du mrna j tu
directement pour Ci tl
Canal Zoo< : : i nanl |rt t,malle
et :
Port i ce, le 7 jui
19J2.
a. a VAN REIO
Agent Gnral
A
VIS
Donn-i vos cem H de
>:)ll, etc.| l'Iltl
;iiinerie Morissett, o
irouverfE un grand i ho x de
lettrea et dei pi il i e autre-
ment 1ms.
Dpavez votre Sang
parla
CUROMAL
Ti.tr sang ut Impur, Il charrie des ure.
da. tosiMa, dont il n'a pu ) debarraasT. tl
eaa impu:-eiei se traduisent n Irliuim: saite-
Heures, n bobo*, il .Inugrrablrs, (i tlouloa-
r:i_x souvant: cluii. furoncles, boutons mu
lniant Mijum Insupportables. C sont e 1
las jJcir s, li tumeurs et les M I
urrli ... .
n .. \ Ou pM eriter i .1 ...
iiiiieni pai une cur* au Cu omal,
est la mdication la plus simple, la I
normale et la plus scientifique. |iil ut Ils M
23 plants connues lie i,a
pre* ot ri** medsi lu da l antiquit, i
en a, par das >
-nei runi le sucs dan M f
I M* des annes M ei;
I 1. succs couronna
et la Cm imal gurit les malael d* iv,
iss, dartres, psoriasis,
OUF UMi
i
' eaera /-*
M n, ''<
il ravauda i GH. .
s,
Nous, soussigns, employa
de la Masco, division Plaioi
du Col-de-Sac el di Logane,
venons respect teosemcni
ou mettre votre haute sol
licitutie l.'S I. i .:::!.
t conti igentet. Lfi rp]a'a du Cul-de-Sac
les quantits accordes par le f el de. Logaoe, i idn si A mis
Gouvernement (18,000 to ns n:cs, oflreut laspect d ui
pour le mois de niai et 19,000 HeMrtt L"s MOitauts de ces
tonnes pour le mois de juin) < CI,X rgions ne savent ou
laissent les barrires doua- ldonner de ta lete.Le dsarroi,
nieres largement ouvertes. ( l;'.'nscie, avec son cortge
' Les bananes d'Hati paies, i J d'.',,mit's-v rgnent. Avec la
' l'entre eu Frai.ce: droitl|f
de douane, tarit minimums
tontes li s couches de la su-
pour que la il rend
tant de si r> r psys,
e ternie pur se* p
nous la
la oins noire des misri s.
Hecc' ez, Messieui s les D
5 Snateurs
l'assurance de nos dvoue-
< menta i
N. \. \rman I, l J
ludr D.Michel, il Doi (frai I, i
Paul Dlinots, M., m dr, S
Du rose iu, i-i. Lalontai t, V.
i iv r, Dumas Rigau I, E
' Dyer, I). Dupiei sy, Al| honsi
Desrouleanx, I
main, Loa Mirville, .1
A. Estim, A. Bi i I as.i
rlvppolite, Piquant Dsir, (i
Dorestant, Alphonse rtbresu
\l) ier Jrme, I I>i
jour, P." Tho lore, rdi iei
(ii erges, i.ysis DU rre l,ouis
Edouard Lespinasse, Josepl
MENT 0 ARRIVER
lions Michelin en cjouU
cboi
V- aogl lises.
Balles de Tennis Dunlon,
Pneus el Charubi es i air
Michelin el Duo'on
Disques l a
et M ci lions
Coleman
poui lampes * Gasoil e
Fl !s el L; tlei ks
Sun k de pices d'auli s et
oirea reunuvetis.
g*
pour i : i n, el d'autos,
,i bon marc lies
Veuez voir
aux deTf
Soulages
sans'drotfuer"
Frictionnez Vicks
sur la poitrine.
Souvent une ap-
plication suffit.
ICKS
VAfORUB
PourTout Refroidissement
V
Avis
-
i;inspection Scolaire rap-
pelle aux intresss nie les
amens en vue de MJJB-
lion du ertificat d Etudes
Secondaires classiques sout
fixs au 18 Juillet procha.u
,, ie le registre
tion ^ vert en
ra rrt.ncablement terme
le mardi 12 de ce mois
midi.
Port-au Prince,* Juillet 1932
diuscrip-
ses bureaux
Elle ne se remettait
que lentement i
Une cruelU maladie aait clou
au lit. pendant de longs mois, Ma-
dame N... de Strasbourg. La dite,
1rs insomnies, l'avaient affaiblie
l'extrme. Pale, les yeux craux, elle
voyait se prolonger sa convalescence
et dsasprait de retrouver jamais ses
forces.
C'est alois que, sur le conseil d une
ami*, elle fit une cura de FORTUNE.
Ds les premiers jours, ella ressentie
Im bientaits des clments particu-
lirement actifs composant la FOR-
TUNE. Aprs un seul flacn, ella
pouvait, er.iin se lever et asme
faire sans fatigue de petites prome-
nades.
C'est aujourd'hui une femma si
vaillante, si active, qu'on jurerait
qu'elle n'a jaasais l malada.
A vous aussi la FORTIANE. puis-
sant reconstituant, donnera des for-
ces nouvelles.
FORTIANE est aussi un puissant
fbrifuge qui se trouve dans tantes
Its bonnes pharmacies el il l'ort-au-
l'rinc la Pharmacie Uucb.
FOftTlAHE
RGNRE L'ORGANISME
FEBRIFUGE, APERITIF,
DIGESTIF, RECONSTITUANT.
Dsni tentes le* Pharraicle*
A FtrfuPrtMi; Pharmacie SUCH
1rs. 2U0 la tonne ; surtaxe sn-
ci de de statistique: 1rs 150 la
touue; taxe d'importation: 2%
sur la lacture d'origine. Le
cours de vente actuelle oscille
entre 1900 el 2000 bs la tonne
sur quai ou w >g u ie H->
vre, marchandise ?erte, saine,
loyale ei mar> bande
Il est imporaut d'insister
d'une tafjti toute particm e
sur les soins appoiter aux
Iruits lors de la mise sur le
bateau. L'embal'age idal se
tait en caisse type Canaries;
malheureuseir.eol la dure d :
transport en t pourraittre
prjudiciable aux traits qui
s'cbsufferaieul { on a cet
inconveuieul avec les fruits
provenant des Anlilbs Iran-
aises). Un emballage de pa
pier ou de caiton suS> - i s el
l'expdition en vrac dans les
faux ponli ars du navire
parait lre le moyen le plus
corr merci al actuellement.
H paratrait (pie la Com<
pagnie des Entrepts Bana-
niers, qui a des Installations
de chaufferie modernes serait
trs dispose s'intresser
aux exportations d'Hati
Four copie conforme:
Le chel de Bureau :
Charles THE VENIN, av.
cit hatienne, vu sans dire, \ s",l"1"l1k,,\ '] [ybule Pie. i
dolplie 13. Narcisse, Louis
Messieurs les Dputs, Mes-
sieurs les Snateui s, que bien-
tt ce sera la dbcle.
Places comme vous I b s u
limon des alla ires, vu le priu-
i i|>e mmi de la tparation des
pouvons, nous ne vous de-
mandons pas de cous immis
eer dans les secrets de la
Justii e. Mais, par l vous tes investis, de paliiei
la si i Mil lion en apportant un
moyen terme tomes ses
r H' eurs, I-;' lias o donnait le
m quotidien A plus vingl nulle mi s, paj fat s e!
citadins, La termeture prma
lure des travaux prive ces
malheureux, non seulemenl
du liidt de leurs eincs, mai-,
tu 'nie les jette sui le pav,
exposes par ainsi la plu
grande dtresst ; l< s nus s
l vk ul ;'i des dpi datious d.'
toutes sorte'. les autres a lu
mendie l.
Mandataires de ce Inloi
tOBs, i us seuls pouvez l
soulager |>; r un acte de cb
mence, el c'est pourquoi nous ;
venousf ermemeut laire appel j
a votre civisme desii teiesst '
Prartz, J. Armand, Dun
Keinizan.L-ifayelte Hector.etC
l *^
I
Les avantages qu'offre la
Cuisine Electrique
HOTPOINTi
sont maintenant connus de
foui le monde.
Pour vous en convaincre,
visitez noire salle d'ex po-
sition.
Compagnie d Eclairage
lectriaue.
1
Aluininnin Linc
Bssrti rtsittefs' e isbilr et .im-Orlrsss fur r#rl si-Prmre t>i-EaitifB
Pierts Plats, Saato Dontiags et lis Pera is scsrii.
LE FAI TEST 1NCONTESTABLB
H II II lit Saillie
Fort-au-Prince Arrive a avril 12 i Mai < 10 12 Juiu 4 H / 9 juillet 1 i 7
vap llaiien c m 16 i 14 c 11 f s
Puerto Pi da 19 17 H i 12
jSyanio oming' Sob pedro de Macoris lt t 11 t 18 11
i'our tout les autres renseignements s adresser Messieurs
A. de MATTES & O,
Agents Gnraux
C'est la quintessence des meilleures
'arits de cannes d'un vaste territoire
t
A runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
I 4
GOUTEZ ET COMPAREZ
!-... -.
.
i
sssl


.
Samedi
9 Juillet 1932
Le Malin
4 PAGE*
NNBfc N* 1717
ftrtii-rrfect
lipfcwt : 'iMs
wm
""jT'T iLykes Brothers SS C- lncj
Accidents
7 Juillet 1932
25 ens, ri e
sure <
,v o,7(j a --j rapide f! |C maniement babils de to
v vous toujours des navires de N LYKI*
| UNE."
Les procl Ivesa Purt-ta-Prioce eont'
Stjihr ;
Amne l
Ou trrn*.
Robert Poi'
rue M gloire
mre probabli l'< si
trieure le IV ?i 11-1 r
Tidoi '
' en de Chose. 1
de la main di<
Aodra Jia i, |17
Liroarrp. D !i
di la plante du i d
Antoine Du| ont,
to m. Blea8ui e 11 nia e du
je r de la m lin dn
Merveilleuse Ltblanc. Hue!'*
fjulort. Ei osjon 'V la i
orbitaire rire ite.
Elisabeth Pu rre, i ne d
fcaiit. i nlusK d du ; o
, auche.
Santanii D< ;uar-
k*er St-Joseph. I
ji ue gauche, h iu orne du mol-
i l gauche.
.Sylvia Barasai r, 10 ans, ri c
r marre. Corps tranger de
Case-pliage.
Dcs
8 jaillel 19;
Mme Kent Ion L
a if, Uabio.'r.
Jean Mi.it, I an*
Dsir X.42 ans II .Gai
AlcirooQs Nic< las, H-
pitjl -Gnral.
JarBapluli s.
lispital Gnral.
Mme Josapha
a -s, lue de la Pon
Te;: Hati ~ Santo uomtngo- Porto -Rieoj
L(. seu| laire et rpnlier passagers ti
r( e,itre I du Texas directemeut ave*
Lit
ieLykess
Rnlh l\ kes *
Margaret Lykcs
Mer mn a Lykes
Steamer t Genevive L vite s
t5 juillet l'Jl'2
lit juillet 1".V2
22 (uillei VJW2
'Jti juillet 1S2
8 u( fi' 19l'i
Uore Magasin de Mtoi, Boile l'oxtela*
AVIS AU COMMERCE
Mania I id Ste rwvhip I ine a l'a*itiie*e d'
lAperls i I de New VTorl pour porlau frince
chaque mardi. Toue'Jss st-smrrs sont
; vus ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire &
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotlnnd )
car la GENERAL est une des plus puistfates et des plu vavte organisatioa.
; ie ce flenrt. Le soleil ne se couche jaunis sur tsa chas? d'actio: qni erabra** le
i monde
ses Polices contre incendie couvrent ainsi las dgts occasionns par la t mare
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, inceudie, malveillance, dommagaSj
caus autrui dans sa personne ou dans set biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont pavublrs en rVi*
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous lv.% vova-
i nurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidenta.
\ d'au moins 401)0 dollars, la prime annuelle n'tant que ie 1/2 /. soit 2) 1 iliars U. C
jVeuve F BERMINGHAM, AuxCavi-
SOCSAGENTS
'its lie hew ) trk.
Arrwages P. au fri0.
/\gent Gnral pour Haiti
r'nrt u-Pnnce. IG. (ilLG
JEaU LANCHETJerem'
B
le b' juil el l'Hi
;il" le 12 juillet'
le i juiliel lt32
Il millet HB'2
U 18 juillet \V.)'l
*
Q
i.D
i P.aiIroasLSteamp.ship Line
Jss?. C.VAN RF1
sjetrl
f\r.
-. ;

Ai H C"
t LltiilE COLOMBIENNE )
Avis
La Pharmacie S ji urne in-
fo me sa bienveil lien-
t*le que son sen ice de uui
ne fonctionnera pa du 1er
au 1 Juillet prochain.
SE
RICHARD PETERS, Prop.
DE BARS. N01217
:' LA LAITERIE BAILEY
Livraison prop: c. hyg
que, en bouteilles herra
nement cachetes, abi
de toute falsificatii o.
Transport laii en rbifra-
i.eurs roues.
1313 rand'Rue, Port-an-
friace.
I.a eeulo boulongeri* Europenne en Hati'
Spcialits do.palas, pour sandwich
Pains tintas et pains moules Pain* noirs
Palus complet, etc.
Ptisserie fine, pata, VoJ au vent, Teurtes.
Soins et promptitude.
Tlphone : 2069.
La Maison n'a pas cl
cursale.
suc-
!
Tlphone: \' /J23

Le vapeur \> ij^ota > Tv-
103, venant directement de
New-York, sers F'oi l-an-
Prince le 12 t, con-
tinuera le mme jour pot r
tes ports colombiens, Cristo-
bil. Cii.al Zone, Kingston et
NewYoi k
Le manieste de ce vapeur
ref i par avion poste est
la disposition aies clients dans
os bureaux sis angle rue du
Quai el des Fronts*Porta (*ii
vis de la DouaDe. )
Le vapeur i Martinique
Voy. l()ft, partira de New-
Yoik la l.'t courant, directe-
nient po r i' u Pi ince
il st a en lu b 19 en r n le
i uui les por'S en mb en*,
i isb bal, a Zone, Kiiigs-
lou c*. New York.
William. E. BLEO.
Agent.
Manufacture Hatienne
de Chapeaux
L Indigne
En avez-voua dj (jout?
Eh bien, demandez dans
l*us les cafs, bars el res-
taurants de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale : le
PORTER NATION AL
A gra b le For U flan l
Bon March.
BIU^SSERIE NATIONALE S. A
Port-au-Prince, (Hati >.
Atlculioii
PROGRS NOUVEAU
RHLM NOL\LAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DhFIANT TOUTE CONCURRENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON
iMf ttftf D4S SES RI F6WLE PHWK tOHf 1311.
Loterie Nationale d'Hati
416, Rue Bonne.rot, Phone : S35S
La Lolerie Nstionsled'Halti est
ne insti'utiai) banlenient humanitaire par la nmltiplisit
d'oeuvres qu'elle se propose "aider, une chance de *%
tre offerte aux bommet df toutas conditions de tortusft.
Em lovs Fonctionnaire!, Ouvriers, Artisans. Salaris A
tous ordres, Gna da maison ( domestiques, ) sans pariV
leur budget moyannant deux goodea, peuvent gagner tr4s
aille gouidei Patrons de Commerce.Chetsd'Industie.parec
aux insuffisances dra ventes, pai l'achat d'uu billet, qui vesss
libre du souci des chances*
Mdecins Avoats, Ingnieurs, Snatems, Dputs, <,nntft
ignitaires fa 1 Elat.RaprsentaDts da lintellectualit, Jaar
ualistes.
Denute l'exaaatle e vefra salidaril locitit.
Rentiers, capitalistes, camraie an jouant, augmenlex vatre
avoir.
Vous tous qui hab:tei Haili, rendrz-lui service m ack
aut la billet de la L( l'iilUE NATIONALE D'HATI.
N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE UN PETIT T
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1
--.*
Laboratoire SJOURN .rs::;!S*" '"""
s frais ',*< en
' 2027, -RUE
m
Mai .xez, Marcelin & G
RGTUIS
on
R -'i df l'Universit^!
.m" des
ies,d suc gastrique, du San g (
itraanttf liivi aate d'Ambard, '1 v^muic).
l'aniversit de i'aris.aicisa
liOpitaux de Paris
Wa-
S>ulemcnt U .ninules danlo snr une eveei^nts rsute
aspbslte Vues mr rveillruss* de la ville et Ju.port.
Boissons de tentes espces."
DINERS GOUTERS
\rrange.ne: la pai icaliers
l5TqjBWe es At -pajeT \
svur les pensions u [oui %
-v*
"M^*.-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM