<%BANNER%>







PAGE 1

i Kl 1 Ulki W2 On rclame...|ramaipi CINGRAPH10UE Mon chei.Ma&loire, | Dans leBnnrr.ra\] raot de votre intressant joat al, vous avez parl de II cialion d'une commission doiil I Uava I consisterait ioum< MU Gouvernement un plan pour la rorganisation de Damten. El vous avez et l les noms de qu Isjues concitoyen! qui peuvent, rellemeni rendre de pri eus *ec *><>n I"' <1<" fotea el de •rvices dana cette bruni lie de douti nr;i|]i'"uses,l. o i cetu r Administrai ion. h mine est riante et dborNous aurions aim, a ct de dante de bonheur conjugal, ces noms prs'igieus.vou cui on fce M nt •oi-nime tout ride qnelques a mit > ovince mu, en pensant aux heures .ai sont uss, BU Dt de ,,..„„..,„ ,, or que ,.„„„„, LA Hoxna DES ugUAtsi a battu tous les recoi di a i i a • ii.in.i. dimanche s,m. l.e sce I nario fil moite de main d< matre,parce qu'il ne fboqoel [j ti I.I vie. Au contraire I .. t si la \ ie mme qui y passe ,' ., .un MI, lui -. iine i a 111 • < II i loutes les questio is aun dis tt i , qui ne demandent qua M utime nn bande J u lur I"! !" les au pays. C'est ainsi que nouai m "V,a ou TveUe I *•-'; recommandons l'atleulion ... Ah non oa ne te coni e Oouverneinerii.pour laite partie d'une pareille commission, le Ui Clment La nier, qui a eu publier, il y a quelque lemp*, dans Lu Prtas •>, un v ute projet de rorganisation il s. T. . et dont la comptence est connue de lous cem <| il s'intressent aux grovi s problmes du iut; Mr A, Vaibruue, un des principaux membi i s du Comit d'Action en vue de lu ri — Ration de la Plaine de l'Arlib plus : OD est tout choc < t une lai me charge les pevj pirea jlit qui dire vie cet irtftl qui, apr' un dbinf Iriorn pliai, perd hr't.squcmenl Voix, iii poil i de n pi pou .wi> g.rdei sa pi .ce ibe e ut voil i ruainl ne CloWu de cirque! De. Ile.nie misre morale, puisque le pcic d'Yvetle,— ecte sorte de SWttrr A pifWWjfc lttl da Ch** t Saada tt l'Hailf de Foie de Morne Agrable au got et fatilemtni digrriiblc elle eil le complet rparateur de la Nutrition par excellenct Laboratoires REGACNON k Cie Pharmacien* g'nt Gnral pour t'Exportation : mie, qui a acquis de l'exprience monstre qui oublie pour les pour avoir dirig de vastes habitations comme Pivert,Dluge, etc. D'ailleurs nous pensons qu il nutrea les droits du cœur,— a accul le COUple 8U divorce. Oui, clown de cirque main h. MAGNANT w 37. rue Davioud PARIS-16' de serait pat juste de me tre|(i c eRl Hoaleuieui i,t i.. ,.* idl, dans une pareille cireous ,., |f ,,,,,„.,. ,,,. ur lance, l'Artibonile qui BSI ap elt-e a jouer un bi „ md rl quand ia question sera dli C'en avons vu le nom i. Tip* M tlaut, gi i aux lie i du sang si qu il y a une petite VENTE PAR CONVENTION SPECIAI E AuilesNous de la mise a prix Ou lail savoir tous ceux a question -alion '.., *" ;, "" . l>, nii il-. ! .i , J %  gentil de tous .e pa >as D autre un Duectei n de ce servi tt Ce n'est pas que nous demandons de meure dt ct ceux qui ont Dit lous li ui (loi la pour arriver oh < nir uu i. huliat laiiil iiaaut; il y a BU S. T. A. des nommes de v leur it burioul de bonne VO unie qui peuvent encore tendre de prcieux services. Mais devant les graves problmi s qu pi sen i Damien l'heure actuelle, il i ut au dainlreasemeut, a i hoante' et la bonne volont louidie des coonaisaaii leclini pus que loul !<• momie "he possde malluirenaetnenl pas. Les belles dcouvtrlei scien< HKques de Mr d. 1 ppi oh IU( l l'ont lail conni in s >i m loua u .s lys du monde, el il n'y a au • uttj doute que ee gn ni travail ^< ur, ce savant qui nous il honneur, uurait U| reu les plus hautes rcomj en es des grandes socits intellectuelles, > d n'tait Hatien. M r Tippenhaaer n'est p s seulement an savant, mais un homme qui colin, ii nos moindres besoins et surtout Us endroit! o il laui mettre la main, t.' i prience qu'il a acquise Uei nommes de ce paya le mi lient a %  mme de trouver des colitifej penhauer parmi ceux que vous J t> autre ptrt acompagnan aver. cits. Il y a longtemps que) hih cea tableaux vivants de l'opinion publique a lail choix ralit, un orchestre de pre de ce citoyen coin ple n de ce! „ner choix el des chanta qui savant qu'est M. iip ni u i VlJ „s douueut l'illusion de ; n'ire plus auxAoti lea.d'tre plutt < u pleiu cosur de la iiancc. iLa Ronde des Heures,a, est Pans '... c'est l'aiis i .pai cil mee, 'I'aldy lit si i • bligce de retourner de suiti e bini et qu'elle le repasaea i I.i nia nu, deux, trois, cinq.di lois, Vas-V vite. Car coin i dil Paul l'oi i dans une de sr '15 illades liane Uses : 4 11 .c bonheur es/ dans If.pr Coins u vile, mais a vile < l e bonheur est dont %  • pr Cours y rite. Il va Hier. Votre cuisine, Madame... Deux jours aptes leurs uo ces, ils se sont trouvs en bisbille. Cela clata la nuil dans la lgion du l'ostc-.Maichand. Pour quelle raiso i Personne ne le sait e c •. s parente de Pepouae courua en toute haie, etsa) rent de ramener riiom.io. %  Mais, hlas I il ue voulait mn rleurs qui sauront l'aider dans, entendre, sa tche. Laisse-le, maman, dit, lu lin, la IM irie, avec m] sourire triomphant, demain il se• a doux comme un mouton, i ar !" commencerai a mettre, pour la cuisine, r de II miraculeuse .h n lgue de Usines de Port "u Prince ri de Sainl-Marc. Bec-Fin. rt le P. Nio, vicaire a 1 1 Cfl Ibdrale de Portau-Prince,<'\ accompagnaient. Monseigneur oien voulu noua taire iavu. "V a c,e jenjamio qu'il avait, BU tombeau des ^ S „ X k "' 1 a ,,n | mu,,e 1 J l ; i ..nu InAlr.. ^nnrl,,, roi.d.SSemei, l (.e Pl-ail-PriP Par les nombreux travaux qa'iia excuts daus la Plai • ue l'Artibonile, ce co u iloyi %  est au courant, mu u porte qui, de la question d m galion et il srail un lrait-dusien entre le S. T. \, a la D. II. T. P. doul il lail pai lie. Nous sommes pei us l mn cette petite lutte bourde qui existe entre i es dt t \ M I \ i. c •• cessera le |our ou ils seront conloudus dans li ni ne i l parlement et quand des homme! vraiment cou ., el hurioul desiniere.--.se seront choisis pour les dirig r. Nous ne connsii [ue de no n Mr l'q pt nh.i u i mais noua Saints Aptrea, pri pour lous 11 oyons qu'il estes) du devoir 'tes diocsains. Daigne Son % •e tout Hatien eitnu ipa^s, tcellenceagrei l'expression de recommander a l'ai entien de notre plus p olonde grat< ua Pouvoirs les ci oyena qui t nie peuvent eue unies a la Patrie, L e •/ juillet prochain, Mgr Alp;e*, mou cher Mag'orre, rArc h ev que lO.e.a le vingtUs uieuleuis senlmii nl.s de V0 i ft ttviout dvou cinqutroeanniversairedeson AR rBOM riKN I Mll ;,!l '" iaccrdolale(7jail2:i';um m-2. el 190/ -7 juillet 1932 ). Il cul e In n doux de . — \ uvoir, A cette occasion, lui S. E. I gr L'ARCHEVQUE A R tLV^t,l i e ainsi, que Mgr l'Arche que veuille h eu II ouver dan • < %  lai < %  iterpi c . Mil liiiale atiection et de nos i --o Nous avons eu la j recevoir, lier, quelques E. V lll \C j %  s i nin. M Roic ; M Doniiiii.u, LcoLOine du oi.iua ^giinuirc de buiu.-ju^^ucs, letveutes piires, Bulletin de la Quinzaine j Montant oej la ieauj en I llicaire, avec clause de voie pare, consentie par Madame Lucie Denis, propritaire, demeurant et dom cilie Port ai.-Piince, Mme Vve D rceus Jean-Bapliste, propritaire, demeurant et domicilie Port-au Prince, selon acte au rapport de M* Edouard Kuol et son contrre, notaires Port-bU-Prince en date du premier Juin mil ueui cent vingt sept; 2n) d'un ac'e de cession del susdite obligation, taite par la veuve Jeau-Baptisie la veuve Joseph Csar, selon acte au rappoit du mme LM* E douard |\nol en daie du vingt Octabre mil ueut cent vingt huit; 3o ) de deux commandements de payer, laits la dame Lucie Denis aux dates des Quatorze Ooobie mil ue. Elle t l oi ne, sc \u\i-. au r.Nord et A iTisi par le it ile de l piopi i i des ion on i mb< i i ; au Sud, ', rue ni vin^t pieds 't' I i ai I'AMI I.I c acc> sur k une ; un au-dessous dt la picmi, o prix, qui • lail dt inq cent tieutedoil i,v... 530.00 CL SuiH.A . M 11 ,LIU 1 a deuxime de Camlio. Le i ul de isi invite au regel artistique du Beranger national cent u piojji^mu.t eon., ci U ; io.— La prose tl le pouvoir, -o. — Laidi t rs admiuisiialivis, >>. — Oui! 9 douce papa, lo. — Mesdames, iinmiu ac mesu, 5o. — Ch ucoune d'0-.wald. Entre: G. 1 00 Une dcision Nous ^vons pri] la lermt tesolution de Itrmer delininvement noire maison ; pa. consquent, notre slock doi> eue \euiiu avant la lin du mois. Il laut profiter ds maintenant pour faire vos achats. KAWAS KEHMANOS Donnez aux enfants TANT UU'ILS EN VEULENT I.f FPOMAGK KRAFT VELVEETA rsl I oiyj < i r eux... bon pour toute la tan 1 lo, aussi. Et loul le ii ondcani.i la surprenante saveur de ce nouveau Fromage. U est dirristant. lit iar Kraft.'fabricant les autres dlicr lacileinent el est uouri issant. i:sayez le Velveeta... fait par Kraft, "fabricant les aut eieux et sains fromages. KRAFT CHEESE A VJS Donntz vo. .i minaudas! d lin l'UlfcV SAI.IS lllIll'OIIAIIIIN lli*lrilnili'iir Poil-an Prince llalli. % %  • %  lut /. u." . ouiumuufs, carles.de laireparl, elc., II... pri men Monsseit, o vou. I trouverez un grand choix d *( lettres el des prix relaliv tneni bae. %  HaV / ..lENZXT QUCCCL DE LA ->JS? iES COMPRIMAS • %  antMnl Ici trois :if |ul dont l'action icr.lifiqucment k tmviiux des plut •u -, exerce une action • .. ks H.ci.knts de la •"', toutes Ici. rww te •"-' l onomiqM 1 i .'LAANT LES* Gin-laldij •K SOIR Mandrin Buffao-Bill I. -^ •a t %  botte c annexee nnc %  T I.i mthode. Entie: 0,50 ; Balcon, t 00; — le uu< d* lu HO.\l>b I ISS HEURES avpr le clbrai \t Bauge, a dparte toutes le^,.aprance$. Ce lu un vcrilahf i nu ht (.dai'l ai' non biei ses demandes.ee film merveillei %  p • dn oi'ire de li fon premptoire l'ixcelltnce des rpiarel %  HAITI.ANA rera redounn H Demain 8 Juillet Qu i i n %  • le dise n^o* '.n aehe ai ssi que la 'o.aiion -inl-< ce i-ieJ'oaM he a .sa fin et qu'il doit 'ie in mdiatemj 1 1 'OHM l^NARCYL i prparailen ta Laboratolr. du 0POMURET p , H. doUiUimourt, Dculogne .-Selne, P*HI8 • •=! en vanto dana toute, a. trn "haimeclo d'Hati. l'ort*.-../" % %  „•,. | soeilM':, n.arma.l,. capital et intrts jusqu'au premier luill. t mil oeuf cent trente deux; san< prjudice l< s hnnornirea d'avocat su celte dni re somme, des bais d'excution et salair-s du notaire. Aux poursuit s et diligences de la veu^e Joseph Csar, ne Maria Itameau, p'oprilaire creao cire hyi olicaire.deraeur.iol el domi ilie Pi -au-1' itice, •vent pour avocat co isiita M' Aiihur Dent Rimear, aver. i< cti< n i riomiei e au abinel du i a ne t, • i en Ci Ue vi le, rue du Peuple. outre la dam Lot ie [ienis, propritaiie, dbitrice bynoihcaire, demeurant et domicilie a Port-au-Prii ce. Pour plus amples rensei{nemeBts.x'sdrease %  M bry sostome Roseni uni, dpoallaire du Cahier des Charges OU ;i M* Arthur hants Ham .m. avocat poursuivant. l'orl au-Prince, le (i Juillet 1932. .(S) ARTHUR RAMEAU, a„. AUX TROISQUAirriliR! (J. de Vendegies) Angle AvmuKlng el Rue Vernet. A le plaisir earser son aiamile tl noahreusp Clieille qu'il vJ de reeeteir les inities auivaals: Chapenux d* Dame, H H Mode Bas de Soie. * '^. .. .i o • v, • l L r * s inlures, loutes ni Souliers dcollelis. Satin Nor'aves | l; 'Brets bi.que,. I eniiures p'asliqnea. Pondre il C me T ka'on. Collurs t' B rre'lea Aba jour — T ines gentil*, Tetis artielfl de p-riaire fratrlirir el garanti*. SI k ranslamiiK-nl rentiiel. l'rix ta Nttt. F 'R^'us el Tou niqiufs fM leurs. Cin-Vai CE SOIH Voulez-vous m pouser i • CANDIO dans son rpertoire. Entre gnrale : 1,00 f % %  i sei % % %  %  mfcwww mm^MM%Ji Toutes les Polices DE LA ,1 -j mm & %  comprennent la Protection contre la Foudre sans auamentation de taux| FUQ.!A> lUmftL Aqenta Gnraux J IL'



PAGE 1

LF MATIN''7 Juillet 19.9? Ithuu) lin rbaucour 1 1 l 1 !;> tvimiMMc M( universelle a gard M premire pfaee iSMUnlee partout : IT* .COL': "M : Rue CMT. Un ffala du rire Samedi 9—SE A SIDEINN A 9 heures, lever de rideau sur un vaudeville en 1 acte: LA PEUR DES COUPS, le triomphe de Courleline A 9 h. 30, l'orchestre Scott ouviira le hallnnovalion : Scott jouera La Bijuine, le grand succs de hxpoi sition Coloniale, la danse martiniquaise qui fait fureur Paris. Au cours du bal, Jane Verneuil et Ralph Cataly nous offriiont un programme nourri de leurs meilleures chansons:La car ne sucie, Les Barreaux d lescaliei, Oui Papa et Mnagez-la!! r etc. A' U DAMF CIHC NE DEMANDE QUE DU VEROUTH CINZANO BLANC pour la R A. DE M AI Port • au Priuc, ^ Surprise-Bar .PEIIONVILLE Aunnor PEltlIlU, Propritaire' Consommations de premier choix, aux mmes prix qu'en v • -Consomm tous les soirs. Uuc surprise, toujours agi ble, est rserve d tous ceux qui nous teront l'houucur dune visite. Dcs %  —%mr;,'' t M les El is i rnp ii i ; 1 ipoo dans % %  du Pa ciflque. M. (i i w i ni d Etais l in i rait al de mainl la paix m ernatii Arrtez iJoux / *\ Rapidement de / cette Faon I m t ioiinez Vicke ? *, sur la poitrine et In gorge; appli'i t librement. JCKS VARO RUB 'our Tout Refroidissement •*•* Aluminnm Line Dparli*rijBlifri de* Mobile 'el ftew-OrlaD peur Port-an-Prince Cap-Eailiro Puerto Plla, Sanlo Doniiug* el Sa a Pedrs de Macoris. Port-au-Prince Arrive i.ap Hatien l'uerto-Plala Santo I omingo San Pedro de Macoris avril 12 Mai 10 Juin 7 juillet g • 14 12 << 9 c 7 16 c H c 11 i r, 19 c 17 H t l 18 t 16 c 18 11 four tous les autres renseignements s'adresser Messieurs A. de MATTEIS & C, Agents Gnraux LE FAIT EST INCONTESTABLE Il II ii ni Sa il lie Ce si Ja quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! I



PAGE 1

m Jeudi 7 Juillet 1932 Le Malin -.4JPAOM ferHa-Prce Tipaessc : 224* m Lykes Brothers SS C lncj ASSUREZ-VOUS PHARMACIE CANONNE tt, Bai H' 'iimur 18-90. I'oulevard Sbastopol PARIS m vendanr U MEILLEUR IYIARCHE DU MOME Produits dos Premires marnues it (ODiourt de pnmldre fracheur UNE SEULS QUALIT ; '' *.A MEILLEURE *\ Swnto uobiiny 1sei servi he doœwtairf ei reguhw a passager ei t Us 1 u Golled, Texas d.rectemeut ave. or au rince, 'laiii. a la Pom la rception rapide et le maniement habile de vos n poi .ors, suivez vous loupurs des navires de 't LT&i 1NE • Les prochaines arrives a Port-aa-Prince %  onl' General Accident Pire & Lil Assurance Corporation Ud de Perth ( Seotl ind ) Hayon Spcial POUR LES COLONIES DROaUHRlE, HEKDORISri Kl" SPCIALITS Franaises et Etrange)** SEI-S DR QUININI. PI Tout produit' 071 / nrupoulet, coniji: 1 1 ht SOLUTIONS HYPODERMIQl I BANQUES, CEINTURES • **A8 A VARU APPAREILS HYlilt:;IQUIS pour tous usagr Appareils Orthopdiques Herln/fiit hypoderw; qvu 1 Pharmicli di Pochi, i% Viyaps Coffres PharmaofitiqneB pour Usines, commsici. ne. Projets de Factures et tous renseignements gor itmande a t ht i t Pb.rm.ele CANONNE 4s, Rue Raumur gS-SO, Boulevard BbaitO] PARIS MAISON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE r\ en France ni l'Etranger ei m< r s Ti it Lykes Sir; u er eRutil Lykesl Steatxer Margaret Lykes Mr.-mu t Velma Lyliei S tes met <• Genevive Lykes S juillet 1 soleil ne S co-ihe j ami il sur an cheni d'sct.oi l^ii en brassa ^ui"* l'on r)uuau:Rue du Magasin de l-fcitai. Rode Postale* AVIS AU COMMERCE m n, s es Pitttes Goitre incendie couvrent aussi les dgts o-casionus par !a M juil ei 1932 Il amer "Guayaquil* le 12 juillet; Va i au-irintc. le 4 juillet 1**2 le n iuillei IW:VJ h 18 juillet iy^2 Avis ma Bailroad Jteamp'hip Liue JasIL C. VAX REED ageul Gnral que t'es BOULANGERIE FRUICiMSE&PATISSERIE FI RICHARD PETERS, Prop. DF. MARS, N0121? Llnj-pediou Se ipede aux intresses examens en vue de l'obi olion du Brevet simple de capacit son fixs au 11 cham. Le re K is> lion est nUVi r celte date ei I s b i2 juilKt iftjiiai Iraril Ha!(1ei Accidents 1er Juillet 1' Cajuste Lalonlanl, '..' ans, HoD'Ville. Blessure coniuse d l'ont, contusion du thorax, \ .Joseph Calixte, 12 ans. Bon Wrna. Blessure con use de i iion temporale droil Arthur Breton,24 ans. Source ; T.rgeau. Contusion du Iront et cl i thorax. Andr Bszile, 23 ans Bizoton. lt'essure tranchante < i i gauche el lace postl Lonard Dorc,18 an i,G nnd' R.if. Contusion de la rulss< niche. Antoine Isral, 9 an Rvlation. Blessure tiani id • la jambe. Dorrelus Dulon, 13 ans, !' du Sacr-Cœur. o iiusion La oue boulangerie Europenne en Hati Spcialits de pain, pour sandwich Pains tlutes et pains moules. Pains noirs Pains complets, etc. Ptisserie Une, pts, Vol au vent. Tourtes. Soins et promptitude. Tlphone : 2069. a Maison n'a pas do suc1 cur sale. DEW D11P 1 RU Loi M iGAS IE L'ETAT i^otjiiei eltl) isspmenl situ tout pi es de la Basque Nale ei 'M r ig p.Mme Maria BERTKT. Consommations de premier choix. Il LIE HOLLANDAISE Demande une s eno-dacvio, franais anglais. s e preaenVi au B'inau de l'Inspe lion de la Compaguie. PROGRS NOUVEAU RHLM \0bVhAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ^ ALCOOL OtFIANT TOUTE CONCURriENCL Clairin Vierge 1 Chez N. NAZON l&timi DES RUES BU PEUPLE ET FEMtJ PHONP S331. lace et du pouce de la i droile. Michel Liane )*-, 43 us, cahaie. Blessure unir pouce de la main dra le. Andr Raymond, '2ans, ru JDr Amlaii'. Luxatii D du | rg Naide Cherh v I i l a • Saline. Blessure rontuse di lvre suprieure (par'ie droil Antoine Bolivar, 2'i a %  %  > Tui ge u. Morsure de chii i Kolia Pierre Lorii >0 Poste Marchand. Ci % %  an on i f ion coeygienna des 2 geno hospitalise). Lanercie Mondsi 9 Cro'x des Missions.Fi SI luie bable du col chii urgii l li mrus gauche (ho>-|)i ). M ne MarceJ Philippe, 22 ans, Bois Schullz.I ; raclure '< l'avant bras gauche. 2 iuil'el 1932 Vfnnol Foui, 19 ans, rue Miracles. Blessure i cuir chevelu. Alphonse Man., 6 a S Honor. Erosion du du penn. Uhoucho i \ <-\ indre, M \ ta* Fo i lei ie, Blesa du cuir ch velu, i laie. Suc Mugwiie Louif il.-i.icliel, i^ cuir du T( lu. Alcida Emilie, Lu Saune. H, ,, | u iront, contusion de %  |; tr rr. Hermite Prim ivd, Iiog^au. ,. ini i,.,, chai le ( la pauma l la main <" oi Quiraod Nosli r, 22 ans, rue vee. Contusion Ou poignet roi t. x l ,,/ So'age, "2 ans, iu? du Qttf. Brlure 1er degr d m e | de favant-b as droit*, i Li l i:. du' Samior, l'J ans, B saler. ( rssun coi ; iuse n 'i' ri. i i Iro %  %  h i Anna Pierre, 10 si s, : ven-ie Magloire Ambroise. Blessure i ontust de l'oi U il droit. Xsalos An I u %  •" n ans, (Jrand Hae. Conlusion du gei (m gaui he Mrs Jo h,5 rue 11' i m.i • • • ' %  ' %  ( UI-M lace un eri i MalhuriiiC i au*, I o N i n :, n a ii he (hospitalu*)* Iirlun U i • -. roil ; uPrince. B n ure lupei fi u Ue ilu genou gauche ^hospilalist ). Manuel N ivarrO, 1J ans. GrsndRue. Bi ssure i outme de i arcade sourcilire gu< he. Vertul i ' s lv lion-Ville. Bi< sure coniuse des ions Ironie a i lemporole droites En avez-vous dj (joule? Eh bien, demandez dans lous les cafs, bars el restaurants de la Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale : / i PORTER NATION AL* Agrable— Fortifiant — Bon Maich. Loterie Nationale d'Hati 416, Rue Bonne.Fol. Phone : 3358 La Lolerie Nationaled'Halti est une institution hautement humanitaire par la multiplicit d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de biea lre offerte aux homm.e df toutes conditions de lorlun*. Em loys fonctionnaires, Ouvriers. Artisans. Salaris it lous ordres, Gens de maisoi ( domestiques, ) sans parlJr leur budget moyennant deux goudrs, peuvent gagner traie mille gourdes Patrons de Lommerce.Chersd'IndusUe pares aux iusulfi ances d. s ventes, ptr l'achat d'un billet, qui voue libre du souci des chances* MJecins Avocats, Ingnieurs. Snalems. Dputs, firansl Dignitaires de lEtat.Reprscntants de l'intellertnalp. Jeor nalisles. Donnez l'exemple de votre sslidarit sociaie. Rentiers, capitalistes, crame en jouant, augmenter velre aveir. Vous tous qui hab lei Haiti, rend^-lui service en ach ml le billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI. 'wnn MU mf \ BRASSERIE NATIONALE S. A Port-au-Prince, (Hati}. Z PAS DE FAIRE ON PETIT TOUR A TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville li la CCI t La Pfa luruie %  •• ne i un [vis La bora t oi re S J OU R N Jff f$^*i£ M !"!" f c ^ t r eaphalie. Vues merveilleuses de I. tille et du'Lort. Boissons de toutes espces. .(il VA' Cil i du 1er | 0M iaiais. Bieaaure eontuee du u U> Juillet prochaio. DlUKTUBS P. sr.j.'inM l armacien H SJOURN, Pnarmacten de l'Universit^de Perta M. SJOOI NI:, Pnarmucieo de l'uaivereite d: l'aris.aacieu e do Hpitaux de '.iris Analyse** d-a L'i es, du suc gastrique, du SRDI* ( W:*tT.aaii .* Ure, Coastaatp d'Ainbara, iiiyccmicj. I>^ra€ssa4s, t>ee s mi es e sesaiee. .1U1F..H Urangemenl. paHiculie rt saur Isa pensions de jour



PAGE 1

Clment Magloire 1358. RUE AMERICAINE V*** TELEPHONE K*2M2 le rtatl il esgtit il la MkliMUCliou luimeure |M imeultul ta eu \-ait-nu MTU\ tjin MU-III qu il* fout loujour (oui ce qu'il pi im-rn, IMI |ltltllCOHUtf lll't* II' l'HII,.MMl|i uu alaisir sans ctuiiparaisoii, plu ttou\, ,ulus durable et plus suinte que toS BCII qui >ieuueul t'ailtean. HLM AU II S •26 me ANNEE N 7715 "JlW-AU I Ri xCE (HATI i JfcUDl 7 JUILLET IW el AUTOUR DE LA HASCO WEST INDIES G UUGE Sous le titre PRCISIONS SIR LE PROCS GEFFIURD-HASCO ; JUGIMF-N r DU MAGISTRAT VILGRAIN ET 4RRTDU llUBlNAL DE CASSATION, notre confrre L Opinion fournit les renseignements suivants tur i ail aire du jour. Sous tes mettons sous les yeux Je nos lecteurs : | c Tribunal de Cassation de la Rpublique sous la Prsidence du Juge hnnnanuel Beauvoir vient de rendre un Importas! arrt qui a maintenu dans toute pour n'avoir t elle-mme annule par aucune dcision de justice Cet arrt tant un arrt indicatif. Geffrard, le 12 janvier 11)29, lil assigner le sieur Joseph < Lacombe et la Hasco par (lej vaut le tribunal de premire J instance de ce ressort p >ur enj tendre ce tribunal dclara nuls et non avenus, lo l'adjudication des bunilalio. s Liissale, Flon, Momance, prononce le 24 Novembre 1916 en faveur de Jo' forme et teneur le remaru.uaDcembre lWlb passe par Labi iugement de l'intgre luge combe en laveur de la Hasco llio Vikrain condamnant la relativement ces habitations, H. rn au orolit de notre inl2o la condainnahon de la HasssVnt concitoyen Joseph Fco 200.000 dollars pour indue jouissance ainsi que sa condamnation a dlaisser les lieux dans les I jours du prononc du jugement sous une astreinte de 500 dollars par jour de retard. Le vingt quatre janvier 1929, la Hasco rpondit par une double assignation signilie tant Joseph Geffrard qu' Joseph Lacombe.File demanda au Tribunal de dclarer que son bail est velable contre tout propri* taire ; que Geffrard est tenu de le respecter et de respecter tous les droits qui en dcoulent ; elle conclut a ceque lesieurLacombe soit condamn, en cas d'viction, payer lo le tiers du prix du bail pour le temps qui resle courir, 2o la somme de 100. 000 dollars moulant des avances laites pour la mise en exploitation, 9o la somme de 300. 000 dollars litre de dommages-intrts raison du gain dont elle aura t prive. Au cours du procs.Joseph Lacoinbe mourut. Ses hritiers reprirent l'instance. Ils dc'arrenl que leur auteur n'ayant jamais cl qu'un prle-nom du sieur .uuamiu,, ,.,„ Ahrendls, ils ne doivent aucune es Par arrt en date du 13 garanhe a la Hasco qu. najas juillet 1917, cette ordonnance %  ignore que le vrai bailleur tait Sous la direction de M. Arnold BRUN Tlphone : Grage:2251 Rsidence: 2462. Iielon Geffrard. Nous croyons faire plaisir nos lecteurs en prcisant les circonstances ue •affaire el en publiant le dispositif de l'Arrt: Le 2 Avril 1912 Monsieur Joseph Fnelon UefIrard en qualit de propritaire hypothqut! Monsieur AuPSIAhrendls, de nationalit allemande, contre un prt de 82. ooo dollars, son domaine situ dans la plaine de Logane tl constitu par les habitations Uasale, Flon, Saint Mesuiin et Momance reprsentant une su ptrficie de 475 carreaux de terre. Geffrard, pour empcher l'adjudication uu bien, il assigner Ahrendls en nullit du contrat ; puis lit tat de celle assignation pour s'opposer la vente. Le 14 Novembre 1916 le juge des rlrsrendit une ordonnance, qui dboula Gellrard de son opposition. Le bien l'ut donc adjuge Monsieur Joseph Lacombe le 21 Novembre 1916. Joseph Lacombe afferma ce bien la Hasco qui en prit possession immdiatement, Geilraid, ne se tenant pas pour battu, attaqua l'ordonnance du juge des rtjut annule et Geffrard fit procder au dguerpissement de la Hasco En vertu d'un jugement du 25 juillet 1919 qui dclara la Hasco fermire de bonne roi,celle-ci fut rintgre It 20 juillet 1920. Geffrard fit alors assigner Monsieur Joseph Lacombe le '22 juin 1921 en nullit de l'adjudication, soutenant que l'ordonnance par suite de laquelle a eu lieu celte adjudication avanl l annule, tout ce qui s>n tait suivi est nul et de nul effet v compris l'adjudication pro nonce en faveur de Lacombe, que celte adjudication est enAuguste Ahrendls. Le 18 janvier 1932, l'honorable juge Llio Vilgrain, du Tribunal de premire instance de ce ressort, statuant sur les prtentions mises de part et d'uui ire rejeta les prtentions de >a Hasco comme tant mal fondes ; dclara nulle ladjudicaIton du 21 Novembre 1910 ainsi que le bail consenti a la Hasco. Il condamna celle-ci vider les lieux sous une astreinte de 150 dollars par jour de relard, la condamna 76.0K) dollars pour indue jouissance; le tout avec frais et dpens. La Hasco se pourvut en cassation contre ce Autour de la HASCO — ee — LETTRE iD'UN PLANTEUR Sous recevons la lettre sui vante dont on nous demande linseitionNous accdons volontiers au dsir de notre correspondant qui, lui, a le cou iaye de ses actes et sign en louies lettre*, afin que mil n'en iynore. Plaine du Cul-de-Sac, 4 Juil et 1932. Monsieur le Directeur, En lisant la lettre de (Mai ire Pierre Hudicourt publie • lans LE MATIN du 2 Juillet coul, je rue demande vrai" ment si M* Hudicourt ne pal le pas plutt pour dtendre ses Irais et honoraires d'avocat et non pas pour dtendre son client. Vous avez certainement raison, Monsieur le Uirecvous extravagances de ce Monsieur? En vrit, c'esl pouffer de rire, pour me servir de l'expression de M' Iludiconrt, quand il accouche de telles monstruosits Continuez, cher Monsn ur Magloire, d fendre cetie affaire qui dpasse les limites l'une allaire prive, tant donn qu'elle intresse l'trdre public. Tout eu vous remerciant de donner pi.blicit la prseule, lecevcz, cher Monsieur, mes aluta ions distingues. ANDR D. MICHEL, PlanteurCHOS •— — Le Prfel du Nord, par tlgramme, a demand la dissolution du Conseil coin mu liai d la Grande-Rivire du Nord pour irrgularits graves rvles au cours d'une descente sur les lieux avec enqute de la l'ieteclurc. ( La il y a vingt cinq ans I.i MATIN, ; Juillet i'JUl. GRANDE REVUE hier matin, -*n Excellence le l'iesi'l m de la Rpublique a pass il i, vue dis troupes qui ont (/ fil avec un c -nlrain admirable s< m U s regards d une foule nombreuse cl aux accord* de la basique du Palais Les rgiments de la Gard ainsi le qui lail nulle et non l'adji-diu'iion. Geffrard releva appel de ce jugement. Le 1er mars 1924, au cours de cette nouvelle instance, les hritiers d'Ahrendls signrent avec Oelfrard une transaction par laquelle ils renoncre-d tous lis droits dcoulant de lacle hvpoihcaire qui avait donne lieu l'adjudication sus dite; ils restiturent Geffrard les habitations Flou, Lassale, Momance et Mesmin et charge par relui-ci de souscrire une nouvelle obligation hypothcaire afin de garantir le remboursement de sa dette. Immdiatement Geffrard introduit contre la lloseo une demanda en null.le ^^5^-^ de la Gl mle A du bail se basant sui ta \il e du Capal secoue pendant quelque deux secondes. La population n'en a pas t inquite el mme beaucoup de gens n'en oui rien su. ,ui ve d'une mconnaissance | — Le Dpartement de l'Innoloire des ncessites de lerieur a lait savoir que dans 1 heure. N'est-ce pa* ce mms le compromis si^n entre 1 se 11.. leur qui a vu dpos deVHUI le Grand Coi ps ce projet ue loi de naiure teudaudeuse, projet qui envisageait une srie ue mesures dracouienues contre la misse pa)s tf i ine7 H bail celle mas • dout il esl soi-disant le repiesentaol ;, il importe bien, ciiei Monsieur, de dmasquer et de mettre en plein jour les laideurs de certains hooimes de|Ct*pays; priucipaleuienl celles de tous ces tares -te la politique actuelle. La tuasse paysanne a les yeux touiLs vers ces vampires qui affaiblissent en cot uunul a sucei sou sang. L allaire de la Hasco doit eue envisage .sous un autu dispositif esl ainsi conu : Par ces motifs, le Tribunal, statuant d'abord sur les lins de non recevoir, les carte connue non justifies, dclare, par consquent, le pourvoi recevable en lajorme ; mais au fond,sui les conclusions du ministre public, le rejette. Dit acquise a iLtat l'amende dpose el condamne la Hasco aux dpens, l Les" juges qui ont enlenu l'aij aspect, elle c es se d'tre fan-e sont: Emmanuel Beauvoir, une allaire prive, lorsDelabarre Pierre-Louis, lilzer 1 qu'elle iuteresse la vie de la Vilaire, Marc-Arty, Auguste Ga-, nution ei qu'elle jette sur routa. puNe.piivs de 'eur painjquolai hatien et la Compagnie d'Eclairage Electrique, il a l prvu ciue les 78 lampes de valent tre installes unique iiieiii Porl-nu Prince El noIreconfrac L'Information , du Cap, ajoute : Le Cap, nalurellemenl, lan! une ville de province n'a pas besoin d'tre clair. Messieurs les Poil au-Princiens, vous avez bien raison de penser ainsi puisque c'est aussi l'opinion d'un authentique lils da Cap* M. Ren Tancrde Auguste, signataire Propos humides Les annales de l'aronautique enregistrent trs bientt une nouvelle victoire ou une nouvelle victime.Walsaclion signe entre les parties. Celle demande triompha en lut piemireinslance mais lui reJete en Cassation, car |eiufenuMU qui l'admit lui annule par >rrl en dale du U Novembre 1928 qu.au fond, dclara que latsnsactiondu 1er Mars ..est nasop|H>hablea la Has.o. puis refusa! d'annuler le bail, vu que iAn!t lKt l'adjudication dont procde ce licieux ,,iu|o ,. v fouirai cenlinue subsister I tenrs ihere, lunque, a pris son vol sur l'allant!me qu'il a jui de russir, sinon, de mourir. C'est une dtermination suprnie. On ne siit pas si cela veut exactement dire qu'au cas de nonrussile, l'aviateur se donnera la mort. Dans tous les cas, il esl part ndeu, des caatiuies de pay sans et ciiauiijs qui gaguenl lioi.i.element leUl vie in sueur de leur front. N'est.e pas que cette allaire intresse purement et simplement l'ordre public ? L'intrt priv fini la o commence l'intrt public. Ce jouisseur sait-il la dbcle et la dsolation provoques par les sections runies Jaus les deux [Haines? guaud M* Hudicourt p< leud dans sa letlie que vo de l'accord.)) Une runion a eu lieu aU Cap, dans les salons de M. Louis Mercier, en vue de la crai ion d'une bibliothque municipale. — On mande de Brest que les scaphandriers de l'Ariiglio H sont parvenus rcuprer des lingots d'or d'une valeur de plusieurs millions de Ira lies qui se trouvaient dans Les* coffres-for ta du paquebot hgypt • coule au large de Bresl en 1922. j -Une dpche de Lan-, saune annonce que le cluui celier von Papen esl partisan d'une alliance militaire entre la Fiance cl l'Allemagne. Ce serait, d'aprs lui, un moyen pour faire droit la demande de la l'iaiice qui dsire la sccuriie avant le dsarmement. Le gouvernement repu sujet de la nomination de M. Perrv au Bureau des Contri butions. — A la suite d'un incident survenu entre le Scrtait c d'Etat Lescol et Mr Maurice Brun, directeur du Moniteur s, ce dernier, apprenons nous, a t suspendu de ses fondions. Cet incident ce se rail produit :iu sujet le la fusion de l'imprimerie pro* lessionnelle et de l'imprimerie nationale. — Noire confrre 0 L'Elan signale le ge&te du snateur Laurent qui, au momcnl du vote sur la question de l'ajournement sine die, s'esl esquive de la sance. O snateur! Un rapporte que la direction d'un tablissement de jeunes tilles aurait l'intention, a la rentre d'octobre, d'exiger que lottes les lves portent des bollines. Elles co lent plus cher que les SOU IICTS bas. La mesui e ne sera .loue pas appr0UV( e par les parents dont elle augmentera les dpenses — A la bibliothque de l'a inicale du Lyce l'clion. et sous le patronage de la Socit d'Histoire el deGogra plue d'Hati, M. G. Talleyraiid, prolesseur au Lyce Nulionui, prononcera, (I1111.u1 die prochain, 10 juillet, une confrence sur RaymondCa* biche, dpute du peuple. — Un confrre tait remarquer l'opportunit (l'aboutir le projet de transaction •aire l'Etal el la P.C. S., dont les intrts el ceux de la Hasco son!, p;uaii-il, associs ; celte opration procurerait a la Hasco Us fonds qui lui sont ncessaires*,. — Un prvoit un grand dbat l'Assemble Nationale quand on arrivera a l'article du projet de Constitution relative a la suspension de l'inamovibilit des juges. Quel (jns constituants sont fort t 1 oectipi s de l'importance d'une pareille de< isioii. — Les difficults suive nues entre le commissariat du gouvernement prs la B.N. n.H. ... voit qu.' 1 quatrime avenue de Bolosse esl l'honneur et que ce charmant quartier, qui m 1 ina KO ri a\ait un aspecl ln(tnbre de coupe gorge,est an|Ourd'bui clair hm ie trois ((iinils de son pan ours, grce I i nstallation de liais lampes, aux biluri allons. Nous remercions le Dpartement et fa Direction Gnrale des Travaux Publics d'avoir contribu l'embellissement de cette avenue si pi'loirsque, sans oublier la Compagnie d'Ilairage Electrique qui s't-st empresse d nous'doniit'i' satiataclion en dni.', i.it le candlabre mal situ que NoTRlŒiL lui signalait'.i semaine dernite. ... a revu, avec infiniment de iiliii^ir, noire charmant ami Antoine Dulorl ('l'-'ane pour le dames),revenu d'Angleterre o d a sjourn ipiehpie temps. Dulort ne repartira pc.s tout de suite... et ('est tant miux pour ses nombreux amis de Port-al'iince. • . a vu. revtus des nsgnes d* leur Cercle, 'es Membres du Club de Polo qui doivent mtcher contre le ditfrentei atsolaiions amricaines de polo, Port-au-Prince. Ils ont lait aen a lion dans nos rues, o ne manquent pas les badtudf, toujours prts s'tonnei bruyatnm 11t. ... l'a vu qui se dpchai'. De .unis voulu,(lit le retenir. — Non, piofesla-t-il, (il est prs de l heures el j'ai des empletles taire chez Paul Auxtl o l'on tiouve le dernier cri du grand chic. • ... a vu cet ancien rrfe', dirpcleur d'un journal, arriver samedi nu moment de la fermeture do llhuin Barbancourl, mais dsirant qua ni mme lire sa provision pour la lis lun Club dont il esl le prsileul — Voue avance,dit-il, en tirant M moulre, il n'est ejue moins cine;. Assurez-vous con're accidt, le e General Accident Fire Li mile Aisurance ropora4ioa U'sjda— Vve F. Rerminghaai './ %  nrot noir Wolkt. %  LA 1 c nu juo mm .-... ,... w%  --r> I ameutez l'esprit public, ti blicaiu a coutisqu Irois niln ..nr.r.o ,>'.. n>Bi 11 m 1 l.tliu ilitll 11^. ,! %  • Il l,,lli:lli' u\ iclies et um u.niulle di RHUM S.liUit UAUlfc'l' 'Oit. plus dilmim le liaiique personne na pensait-il les mon. uans IUUS ic ...-., %  • v.., ,...,.,.. Il n'emporte ni boue de s;nm luge, J ni opi ltaire de 4/0 carre.iini paiiiiliute, ai exlineteui d'focen' deUire plantes, il mourait U die. Rien paw le MBvetaM. Uta lgat !. * [ . • ner ioMpos de (iuei.|is ianlim, eu verue, cesi a n> lions de dollars de la loi lune de l'en-roi Alphonse, lermi lit ainsi la saisie de loules U s proprits du roi, — In l'onl'i. i e a parle de llil probable eiltl i l< Se creluire u i.iai u< s Kiuam es et le Conseiller financier au el celle institution, propos des In lcinenls des billets' mis par cette dernire, ayant t t aplanies, les opratto ont l reprises. — Les coniinentaires conlinuenl autour de l'attaq vigoureuse dirigt e la s< ai de mardi de l ( Assembl lio'nale par le snateur Lal< lue contre le Cabinet. — Il esl qui v t i on d'u initive de la Ri bliqiH la i) 1 p. a pi i, l'initiative, lllc Lie des ni^. nicill s pi des relevs lopographiqiK Proposition Pou a t rejete La proposition Piou qui tendait accordrr un blancin Goii' i rneiTii ni dans le des sessions du Co, slaiii c'est -dire ',urn.Ire toutes mesures i i ncefaai„•., |, s runi hier la des deux tiers ulionale. Elle a i el nominal 5 contre 17. x ff % 


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07046
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, July 07, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07046

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
1358. RUE AMERICAINE V***
TELEPHONE K*2M2
le rtatl il esgtit il la MkliMUC-
liou luimeure |M imeultul ta
eu \-ait-nu mtu\ tjin mu-iiI qu il*
fout loujour (oui ce qu'il pi im-rn,
IMI |ltltll- COHUtflll't* II' l'HII,.MMl| lot quenr, e>i uu alaisir sans ctuii-
paraisoii, plu ttou\, ,ulus durable
et plus suinte que toS BCII qui
>ieuueul t'ailtean. HLM AU II S
26 me ANNEE N 7715
"JlW-AU I Ri xCE (HATI i
JfcUDl 7 JUILLET IW
el

AUTOUR DE LA HASCO WEST INDIES G UUGE
Sous le titre Prcisions sir le
procs Geffiurd-Hasco ; jugi-
mf-n r du Magistrat Vilgrain et
4RRTDU llUBlNAL DE CASSATION,
notre confrre L Opinion four-
nit les renseignements suivants
tur i ail aire du jour. Sous tes
mettons sous les yeux Je nos
lecteurs : ,
| c. Tribunal de Cassation de
la Rpublique sous la Prsidence
du Juge hnnnanuel Beauvoir
vient de rendre un Importas! ar-
rt qui a maintenu dans toute
pour n'avoir t elle-mme
annule par aucune dcision de
justice Cet arrt tant un arrt
indicatif. Geffrard, le 12 janvier
11)29, lil assigner le sieur Joseph <
Lacombe et la Hasco par (le- j
vaut le tribunal de premire J
instance de ce ressort p >ur en-
j tendre ce tribunal dclara nuls
et non avenus, lo l'adjudication
des bunilalio. s Liissale, Flon,
Momance, prononce le 24 No-
vembre 1916 en faveur de Jo-
' forme et teneur le remaru.ua- Dcembre lWlb passe par La-
bi iugement de l'intgre luge combe en laveur de la Hasco
llio Vikrain condamnant la relativement ces habitations,
H.rn au orolit de notre inl- 2o la condainnahon de la Has-
ssVnt concitoyen Joseph F- co 200.000 dollars pour indue
jouissance ainsi que sa con-
damnation a dlaisser les lieux
dans les I jours du prononc
du jugement sous une astreinte
de 500 dollars par jour de re-
tard. Le vingt quatre janvier
1929, la Hasco rpondit par une
double assignation signilie tant
Joseph Geffrard qu' Joseph
Lacombe.File demanda au Tri-
bunal de dclarer que son bail
est velable contre tout propri*
taire ; que Geffrard est tenu de
le respecter et de respecter tous
les droits qui en dcoulent ; elle
conclut a ceque lesieurLacombe
soit condamn, en cas d'vic-
tion, payer lo le tiers du prix
du bail pour le temps qui resle
courir, 2o la somme de 100.
000 dollars moulant des avan-
ces laites pour la mise en ex-
ploitation, 9o la somme de 300.
000 dollars litre de domma-
ges-intrts raison du gain
dont elle aura t prive. Au
cours du procs.Joseph Lacoin-
be mourut. Ses hritiers repri-
rent l'instance. Ils dc'arrenl
que leur auteur n'ayant jamais
cl qu'un prle-nom du sieur
.uuami- u,, ,.,......... Ahrendls, ils ne doivent aucune
es Par arrt en date du 13 garanhe a la Hasco qu. najas
juillet 1917, cette ordonnance ignore que le vrai bailleur tait
Sous la direction de
M. Arnold BRUN
Tlphone :
Grage:2251
Rsidence: 2462.
Iielon Geffrard. Nous croyons
faire plaisir nos lecteurs en
prcisant les circonstances ue
affaire el en publiant le dispo-
sitif de l'Arrt: Le 2 Avril 1912
Monsieur Joseph Fnelon Uef-
Irard en qualit de propritaire
hypothqut! Monsieur Au-
psi- Ahrendls, de nationalit
allemande, contre un prt de
82. ooo dollars, son domaine si-
tu dans la plaine de Logane
tl constitu par les habitations
Uasale, Flon, Saint Mesuiin et
Momance reprsentant une su
ptrficie de 475 carreaux de terre.
Geffrard, pour empcher l'adju-
dication uu bien, il assigner
Ahrendls en nullit du contrat ;
puis lit tat de celle assignation
pour s'opposer la vente. Le 14
Novembre 1916 le juge des r-
lrsrendit une ordonnance, qui
dboula Gellrard de son oppo-
sition. Le bien l'ut donc adjuge
Monsieur Joseph Lacombe le
21 Novembre 1916. Joseph La-
combe afferma ce bien la Has-
co qui en prit possession imm-
diatement, Geilraid, ne se te-
nant pas pour battu, attaqua
l'ordonnance du juge des rt-
jut annule et Geffrard fit pro-
cder au dguerpissement de la
Hasco En vertu d'un jugement
du 25 juillet 1919 qui dclara la
Hasco fermire de bonne roi,cel-
le-ci fut rintgre It 20 juillet
1920.
Geffrard fit alors assigner
Monsieur Joseph Lacombe le
'22 juin 1921 en nullit de l'ad-
judication, soutenant que l'or-
donnance par suite de laquelle
a eu lieu celte adjudication a-
vanl l annule, tout ce qui s>n
tait suivi est nul et de nul effet
v compris l'adjudication pro
nonce en faveur de Lacombe,
que celte adjudication est en-
Auguste Ahrendls.
Le 18 janvier 1932, l'honora-
ble juge Llio Vilgrain, du Tri-
bunal de premire instance de
ce ressort, statuant sur les pr-
tentions mises de part et d'uu-
i ire rejeta les prtentions de >a
Hasco comme tant mal fon-
des ; dclara nulle ladjudica-
Iton du 21 Novembre 1910 ainsi
que le bail consenti a la Hasco.
Il condamna celle-ci vider les
lieux sous une astreinte de 150
dollars par jour de relard, la
condamna 76.0K) dollars pour
indue jouissance; le tout avec
frais et dpens. La Hasco se
pourvut en cassation contre ce
Autour de la
HASCO
ee
LETTRE iD'UN PLANTEUR
Sous recevons la lettre sui
vante dont on nous demande
linseition- Nous accdons vo-
lontiers au dsir de notre cor-
respondant qui, lui, a le cou
iaye de ses actes et sign en
louies lettre*, afin que mil
n'en iynore.
Plaine du Cul-de-Sac, 4 Juil
et 1932.
Monsieur le Directeur,
En lisant la lettre de (Mai
ire Pierre Hudicourt publie
lans Le Matin du 2 Juillet
coul, je rue demande vrai"
ment si M* Hudicourt ne pal le
pas plutt pour dtendre ses
Irais et honoraires d'avocat
et non pas pour dtendre son
client.
Vous avez certainement
raison, Monsieur le Uirec-
vous
extravagances de ce Mon-
sieur? En vrit, c'esl pouf-
fer de rire, pour me servir de
l'expression de M' Iludi-
conrt, quand il accouche de
telles monstruosits
Continuez, cher Monsn ur
Magloire, d fendre cetie af-
faire qui dpasse les limites
l'une allaire prive, tant
donn qu'elle intresse l'tr-
dre public.
Tout eu vous remerciant de
donner pi.blicit la prseule,
lecevcz, cher Monsieur, mes
aluta ions distingues.
Andr D. MICHEL,
Planteur-
CHOS
-
Le Prfel du Nord, par
tlgramme, a demand la
dissolution du Conseil coin
mu liai d la Grande-Rivire
du Nord pour irrgularits
graves rvles au cours d'une
descente sur les lieux avec
enqute de la l'ieteclurc. ( La
il y a
vingt cinq ans
I.i Matin, ; Juillet i'JUl.
GRANDE REVUE
hier matin, -*n Excellence
le l'iesi'l m de la Rpublique a
pass il i, vue dis troupes qui
ont (/ fil avec un c-nlrain ad-
mirable s< m U s regards d une
foule nombreuse cl aux ac-
cord* de la basique du Palais
Les rgiments de la Gard
ainsi ont bien excut les diverses
volutions militaires qui ont
cl fort applaudies par tes
i niait!!1 s
Apres ta revue, le'i'Wor,/
a fait une iirande tourne en
ville salu par les acclama'
lions du peuple joyeux de
noir son Chef d Etal le visage
souriant de force et de su nie,
rpondant par des saints a/-
/ectueuv aux manifesta'.ions
enthousiastes.
... n vn'i la rcent ion du Club
Union, si nedi dernier, M.Ray.
mond La 'oche, le charmant
Pi vadent de 11 !nion -CM b du
i'.i-H.liio.i U -l'.C.CeBt
bonnet b' me et blanc bonnet.
Complim n's.
i
V
... a revu g i m n, cette
[rception dislinau'e, les Minis-
Irea Clovis Kern zen et Haphael
Nol, dis ini de cordialit a!
d'entrain. Est-il trop tard pour
confesser bu Mn is're Nol qna
ms belli s min l i s i nt vi'a tait
denousrconcili ra< ci'ey-pr-
, !el et q Vtes ont charm un
peu loul II n le?
leur, quand vous dites que l'h ilinaje).
vous n'uvea pas considr la Lundi 27 juin derniei
qutstion.Bqui se vidaii entre entre 3 cl \ heures p. m.
Monsieur Gellrard et la Hasco
ui qui de l'un ou de l'autre a
Iiii iniquement raison ou non.
M* iiudicourl, pur la teneur
mme de sa lettre, a taii
, ,," lugement. Le Tribunal de Cas-
coio nulle pour avo. l, ron-j^ ^ aV()j|. enlclulu lcs
11 !l l""11""" I parties, rendit un arrt dont le
188'.), prononc au profit d'A-
hrendls, sujet allemand, dont
Lacombe n'tait que le prte-
nom. La demande de Gellrard
lui combattue et le 13 lvrier
1922, le Tribunal de premire
Instance de ce ressort rendit un
jugement dboulant Gellrard de
son action, estimant que c'tait
la contre lettre souscrite par
Laco >le qui lail nulle et non
l'adji-diu'iion. Geffrard releva
appel de ce jugement. Le 1er
mars 1924, au cours de cette
nouvelle instance, les hritiers
d'Ahrendls signrent avec Oel-
frard une transaction par la-
quelle ils renoncre-d tous
lis droits dcoulant de lacle
hvpoihcaire qui avait donne
lieu l'adjudication sus dite; ils
restiturent Geffrard les ha-
bitations Flou, Lassale, Moman-
ce et Mesmin et charge par
relui-ci de souscrire une nou-
velle obligation hypothcaire a-
fin de garantir le rembourse-
ment de sa dette. Immdiate-
ment Geffrard introduit contre
la lloseo une demanda en null.le ^^5^-^ de la Gl,mle A.
du bail se basant sui ta
\il e du Capal secoue pen-
dant quelque deux secondes.
La population n'en a pas t
inquite el mme beaucoup
de gens n'en oui rien su.
,ui ve d'une mconnaissance | Le Dpartement de l'In-
noloire des ncessites de lerieur a lait savoir que dans
1 heure. N'est-ce pa* ce mms le compromis si^n entre 1
se 11.. leur qui a vu dpos de-
vhui le Grand Coi ps ce pro-
jet ue loi de naiure teudau-
deuse, projet qui envisageait
une srie ue mesures draco-
uienues contre la misse pa)-
stfiine7 H bail celle mas
dout il esl soi-disant le re-
piesentaol ;, il importe bien,
ciiei Monsieur, de dmasquer
et de mettre en plein jour
les laideurs de certains hooi-
mes de|Ct*pays; priucipale-
uienl celles de tous ces tares
-te la politique actuelle. La
tuasse paysanne a les yeux
touiLs vers ces vampires
qui !'affaiblissent en cot -
uunul a sucei sou sang.
L allaire de la Hasco doit
eue envisage .sous un autu
dispositif esl ainsi conu :
Par ces motifs, le Tribunal,
statuant d'abord sur les lins de
non recevoir, les carte connue
non justifies, dclare, par con-
squent, le pourvoi recevable
en lajorme ; mais au fond,sui
les conclusions du ministre
public, le rejette. Dit acquise a
iLtat l'amende dpose el con-
damne la Hasco aux dpens,
*l Les" juges qui ont enlenu l'ai- j aspect, elle c es se d'tre
fan-e sont: Emmanuel Beauvoir, une allaire prive, lors-
Delabarre Pierre-Louis, lilzer 1 qu'elle iuteresse la vie de la
' Vilaire, Marc-Arty, Auguste Ga-, nution ei qu'elle jette sur
routa. puNe.piivs de 'eur painjquo-
lai hatien et la Compagnie
d'Eclairage Electrique, il a l
prvu ciue les 78 lampes de
valent tre installes unique
iiieiii Porl-nu Prince El no-
Ireconfrac L'Information ,
du Cap, ajoute : Le Cap, na-
lurellemenl, lan! une ville
de province n'a pas besoin
d'tre clair. Messieurs les
Poil au-Princiens, vous avez
bien raison de penser ainsi
puisque c'est aussi l'opinion
d'un authentique lils da Cap*
M. Ren Tancrde Auguste,
signataire
Propos
humides
Les annales de l'aronautique en-
registrent trs bientt une nouvelle
victoire ou une nouvelle victime.Wal-
saclion signe entre les parties.
Celle demande triompha en
lut
piemireinslance mais lui re-
Jete en Cassation, car |eiufe-
nuMU qui l'admit lui annule par
>rrl en dale du U Novembre
1928 qu.au fond, dclara que
latsnsactiondu 1er Mars ..est
nasop|H>hablea la Has.o. puis
refusa! d'annuler le bail, vu que iAn!t,lKt
l'adjudication dont procde ce licieux ,,iu|o ,,.v.
fouirai cenlinue subsister I tenrs ihere,
lunque, a pris son vol sur l'allant!-
me qu'il a jui de russir, sinon, de
mourir. C'est une dtermination su-
prnie. On ne siit pas si cela veut
exactement dire qu'au cas de non-
russile, l'aviateur se donnera la
mort. Dans tous les cas, il esl part
ndeu, des caatiuies de pay
sans et ciiauiijs qui gaguenl
lioi.i.element leUl vie in
sueur de leur front. N'est.e
pas que cette allaire intresse
purement et simplement l'or-
dre public ? L'intrt priv
fini la o commence l'intrt
public. Ce jouisseur sait-il la
dbcle et la dsolation pro-
voques par les sections ru-
nies Jaus les deux [Haines?
guaud M* Hudicourt p<
leud dans sa letlie que vo
de l'accord.))
Une runion a eu lieu
aU Cap, dans les salons de
M. Louis Mercier, en vue de
la crai ion d'une bibliothque
municipale.
On mande de Brest que
les scaphandriers de l'Arii-
glio H sont parvenus r-
cuprer des lingots d'or d'une
valeur de plusieurs millions
de Ira lies qui se trouvaient
dans Les* coffres-for ta du pa-
quebot hgypt coule au lar-
ge de Bresl en 1922. j
-- Une dpche de Lan-,
saune annonce que le cluui
celier von Papen esl partisan
d'une alliance militaire entre
la Fiance cl l'Allemagne. Ce
serait, d'aprs lui, un moyen
pour faire droit la demande
de la l'iaiice qui dsire la sc-
curiie avant le dsarmement.
Le gouvernement repu
sujet de la nomination de M.
Perrv au Bureau des Contri
butions.
A la suite d'un incident
survenu entre le Scrtait c
d'Etat Lescol et Mr Maurice
Brun, directeur du Moni-
teur s, ce dernier, apprenons
nous, a t suspendu de ses
fondions. Cet incident ce se
rail produit :iu sujet le la
fusion de l'imprimerie pro*
lessionnelle et de l'imprimerie
nationale.
Noire confrre 0 L'Elan
signale le ge&te du snateur
Laurent qui, au momcnl du
vote sur la question de l'a-
journement sine die, s'esl es-
quive de la sance. O sna-
teur!
Un rapporte que la di-
rection d'un tablissement de
jeunes tilles aurait l'intention,
a la rentre d'octobre, d'exi-
ger que lottes les lves por-
tent des bollines. Elles co
lent plus cher que les SOU
iicts bas. La mesui e ne sera
.loue pas appr0UV( e par les
parents dont elle augmentera
les dpenses
a la bibliothque de l'a
inicale du Lyce l'clion. et
sous le patronage de la So-
cit d'Histoire el deGogra
plue d'Hati, M. G. Talley-
raiid, prolesseur au Lyce
Nulionui, prononcera, (I1111.u1
die prochain, 10 juillet, une
confrence sur RaymondCa*
biche, dpute du peuple.
Un confrre tait remar-
quer l'opportunit (l'abou-
tir le projet de transaction
aire l'Etal el la P.C. S., dont
les intrts el ceux de la Has-
co son!, p;uaii-il, associs ;
celte opration procurerait a
la Hasco Us fonds qui lui
sont ncessaires*,.
Un prvoit un grand
dbat l'Assemble Nationale
quand on arrivera a l'article
du projet de Constitution re-
lative a la suspension de l'ina-
movibilit des juges. Quel -
(jns constituants sont fort
t 1 oectipi s de l'importance
d'une pareille de< isioii.
Les difficults suive nues
entre le commissariat du gou-
vernement prs la B.N. n.H.
... voit qu.' 1 quatrime ave-
nue de Bolosse esl l'honneur
et que ce charmant quartier,
qui m 1 ina ko ri a\ait un as-
pecl ln(tnbre de coupe gorge,est
an|Ourd'bui clair hm ie trois
((iinils de son pan ours, grce
Iinstallation de liais lampes,
aux biluri allons. Nous remer-
cions le Dpartement et fa Di-
rection Gnrale des Travaux
Publics d'avoir contribu
l'embellissement de cette ave-
nue si pi'loirsque, sans oublier
la Compagnie d'Ilairage Elec-
trique qui s't-st empresse d
nous'doniit'i' satiataclion en d-
ni.', i.it le candlabre mal situ
que NoTRliL lui signalait'.i
semaine dernite.
... a revu, avec infiniment de
iiliii^ir, noire charmant ami An-
toine Dulorl ('l'-'ane pour le
dames),revenu d'Angleterre o
d a sjourn ipiehpie temps.
Dulort ne repartira pc.s tout de
suite... et ('est tant miux pour
ses nombreux amis de Port-a-
l'iince.

.
. a vu. revtus des nsgnes
d* leur Cercle, 'es Membres du
Club de Polo qui doivent mt-
cher contre le ditfrentei atso-
laiions amricaines de polo,
Port-au-Prince. Ils ont lait aen-
a lion dans nos rues, o ne
manquent pas les badtudf, tou-
jours prts s'tonnei bruyatn-
m 11t.
... l'a vu qui se dpchai'. De
.unis voulu,(lit le retenir.
Non, piofesla-t-il, (il est
prs de l heures el j'ai des em-
pletles taire chez Paul Auxtl
o l'on tiouve le dernier cri du
grand chic.

... a vu cet ancien rrfe', di-
rpcleur d'un journal, arriver
samedi nu moment de la ferme-
ture do llhuin Barbancourl,
mais dsirant qua ni mme li-
re sa provision pour la lis
lun Club dont il esl le prsi-
leul Voue avance,dit-il, en
tirant M moulre, il n'est ejue
moins cine;.
Assurez-vous con're accidt-
, le e General Accident Fire Li
mile Aisurance ropora4ioa
U'sjda Vve F. Rerminghaai
'./nrot noir Wolkt.

LA
1 c nu juo mm .-... ,... w- --- r>.........".........I
ameutez l'esprit public, ti blicaiu a coutisqu Irois nil-
......n..nr.r.o ,>'.. n>Bi 11 m 1 l.tliu ilitll 11^. ,! Il l,,lli:lli'
u\ iclies et um u.niulle di RHUM
S.liUit UAUlfc'l' 'Oit. plus d-
ilmim le liaii-
que personne na pens liurd lorsque, bien qu'etni
e
y
iien tonipieuditl M* Hun
court couuait-ii lies bien
Mousieur Gellrard? >ait-il les
mon. uans iuus ic ...-., v.., ,...,.,.. .
Il n'emporte ni boue de s;nm luge, J ni opi ltaire de 4/0 carre.ii-
ni paiiiiliute, ai exlineteui d'focen- deUire plantes, il mourait U
die. Rien paw le MBvetaM. Uta lgat !. [
ner ioMpos de (iuei.|i- s ian- lim, eu verue, cesi a n>
lions de dollars de la loi lune
de l'en-roi Alphonse, lermi
lit ainsi la saisie de loules
U s proprits du roi,
In l'onl'i. i e a parle de
llil probable eiltl i l< Se
creluire u i.iai u< s Kiuam es
et le Conseiller financier au
el celle institution, propos
des In lcinenls des billets'
mis par cette dernire, ayant t
t aplanies, les opratto
ont l reprises.
Les coniinentaires con-
linuenl autour de l'attaq
vigoureuse dirigt e la s< ai
de mardi de l(Assembl
lio'nale par le snateur Lal<
lue contre le Cabinet.
Il esl qui vtion d'u
initive de la Ri
bliqiH la i)
1 p. a pi i, l'initiative, lllc
Lie des ni^. nicill s pi
des relevs lopographiqiK
Proposition Pou
a t rejete
La proposition Piou qui
tendait accordrr un blanc-
in Goii' i rneiTii ni dans
le des sessions du
Co, slaiii c'est -dire
',urn.Ire toutes mesures
, i i ncefaai-
., |, s runi hier la
des deux tiers
ulionale. Elle a
i el nominal
5 contre 17.
x
ff
*


i .
Kl
1 Ulki W2
On rclame...|ramaipi
CINGRAPH10UE!
Mon chei.Ma&loire, |
Dans leBnnrr.ra\]
raot de votre intressant joat
al, vous avez parl de II cia-
lion d'une commission doiil I
Uava I consisterait ioum<
mu Gouvernement un plan pour
la rorganisation de Damten. El
vous avez et l les noms de qu I-
sjues concitoyen! qui peuvent,
rellemeni rendre de pri eus *ec *><>n I"' <1<" fotea el de
rvices dana cette bruni lie de douti nr- ;i|]i'"uses,l. o i cetu
r Administrai ion. h mine est riante et dbor-
Nous aurions aim, a ct de dante de bonheur conjugal,
ces noms prs'igieus.vou cui on fce m nt oi-nime tout ri-
de qnelques a mit > ovince mu, en pensant aux heures
.ai sont uss, BU Dt de ,,...., ,,or, que ,.,
La Hoxna des ugUAtsi a
battu tous les recoi di a i i a
ii.in.i. dimanche s,m. l.e sce I
nario fil moite de main d<
matre,parce qu'il ne fboqoel
[j ti i.i vie. Au contraire I ..
t si la \ ie mme qui y passe
,' ., .un mi, lui -. iine i a 111 < ii i
loutes les questio is aun dis tt i ,
qui ne demandent qua m uti- me! nn, bandeJu lur I"!*
les au pays. C'est ainsi que nouai m"V-,a ou TveUe I *-';
recommandons l'atleulion ... Ah non oa ne te coni e
Oouverneinerii.pour laite partie
d'une pareille commission, le
Ui Clment La nier, qui a eu
publier, il y a quelque lemp*,
dans Lu Prtas >, un v ute
projet de rorganisation il s.
T. . et dont la comptence est
connue de lous cem <| il s'int-
ressent aux grovi s problmes
du iut; Mr A, Vaibruue, un
des principaux membi i s du Co-
mit d'Action en vue de lu ri
Ration de la Plaine de l'Arlib
plus : OD est tout choc < t
une lai me charge les pevj
pirea !
jlit qui dire vie cet irtftl
qui, apr' un dbinf Iriorn
pliai, perd hr't.squcmenl
Voix, iii poil i de n pi
pou .wi> g.rdei sa pi .ce
ibe e ut voil i ruainl ne
CloWu de cirque! De. Ile.nie !
misre morale, puisque le
pcic d'Yvetle, ecte sorte de
SWttrr
A pifWWjfclttl da Ch** t Saada
tt
l'Hailf de Foie de Morne
Agrable au got et fatilemtni
digrriiblc elle eil le complet
rparateur de la Nutrition par
excellenct
Laboratoires REGACNON k Cie
Pharmacien*
g'nt Gnral pour t'Exportation :

mie, qui a acquis de l'exprience monstre qui oublie pour les
pour avoir dirig de vastes ha-
bitations comme Pivert,Dluge,
etc. D'ailleurs nous pensons qu il
nutrea les droits du cur,
a accul le COUple 8U divorce.
Oui, clown de cirque main
h. MAGNANT
w
37. rue Davioud
PARIS-16'
de serait pat juste de me tre|(i c*eRl Hoaleuieui i,- t i.. ,.*
idl, dans une pareille cireous ,., |f ,,,,,.,. ,,,. .......ur
lance, l'Artibonile qui bsI ap e-
lt-e a jouer un bi md rl
quand ia question
sera dli
C'en
avons vu le nom i. Tip*
M tlaut, gi i aux lie i du
sang si qu il y a une petite
VENTE
PAR CONVENTION SPECIAI E
AuilesNous de la
mise a prix
Ou lail savoir tous ceux
a question -alion '.., *" ;, "" . laitivemeol n litt el elle se s- uvientquelle f|uil appartiendra, qu'en ver-
avec plaisir nue nous i U un papa gentil, le plu [ tea lo) d'une obligation hvpo-
ii |u ,,,.. ,lu M.. .: T.... VCMlIll itf luns >l>, nii il-. .i J
gentil de tous .e pa >as
D autre
un
Duectei n de ce servi tt
Ce n'est pas que nous de-
mandons de meure dt ct ceux
qui ont Dit lous li ui - (loi la
pour arriver oh < nir uu i.
huliat laiiil iiaaut; il y a bu S.
T. A. des nommes de v leur it
burioul de bonne VO unie qui
peuvent encore tendre de pr-
cieux services. Mais devant les
graves problmi s qu pi sen i
Damien l'heure actuelle, il
i ut au dainlreasemeut, a
i hoante' et la bonne vo-
lont louidie des coonaisaaii
leclini pus que loul !< momie
"he possde malluirenaetnenl
pas.
Les belles dcouvtrlei scien<
HKques de Mr d. 1 ppi oh IU( l
l'ont lail conni in s >i m loua u .s
lys du monde, el il n'y a au
uttj doute que ee gn ni travail
^< ur, ce savant qui nous il
honneur, uurait U| reu les
plus hautes rcomj en es des
grandes socits intellectuelles,
> d n'tait Hatien.
M r Tippenhaaer n'est p s seu-
lement an savant, mais un hom-
me qui colin, ii nos moindres
besoins et surtout Us endroit!
o il laui mettre la main, t.' i
prience qu'il a acquise Uei
nommes de ce paya le mi lient a
mme de trouver des colitifej
penhauer parmi ceux que vous J t> autre ptrt acompagnan
aver. cits. Il y a longtemps que) hih cea tableaux vivants de
l'opinion publique a lail choix ralit, un orchestre de pre
de ce citoyen coin ple n de ce! ner choix el des chanta qui
savant qu'est M. iip ni u i VlJs douueut l'illusion de
;" n'ire plus auxAoti lea.d'tre
plutt < u pleiu cosur de la
iiancc.
iLa Ronde des Heures,a,
est Pans '... c'est l'aiis i
.pai cil mee, 'I'aldy lit si i
bligce de retourner de suiti
e bini et qu'elle le repasaea
i I.i nia nu, deux, trois, cinq.di
lois, Vas-V vite. Car coin i
dil Paul l'oi i dans une de sr
'15 illades liane Uses :4
11 .c bonheur es/ dans If.pr
Coins u vile, mais a vile
< l.e bonheur est dont pr
Cours y rite. Il va Hier.
Votre cuisine,
Madame...
Deux jours aptes leurs uo
ces, ils se sont trouvs en
bisbille. Cela clata la nuil
dans la lgion du l'ostc-.Mai-
chand. Pour quelle raiso i
Personne ne le sait e c .
. s parente de Pepouae
courua en toute haie, etsa)
rent de ramener riiom.io.
Mais, hlasI il ue voulait mn
rleurs qui sauront l'aider dans, entendre,
sa tche.
- Laisse-le, maman, dit,
lu lin, la im irie, avec m] sou-
rire triomphant, demain il se-
a doux comme un mouton,
i ar !" commencerai a
mettre, pour la cuisine,
r de II miraculeuse .h n
lgue de Usines de Port "u
Prince ri de Sainl-Marc.
Bec-Fin.
rt le P. Nio, vicaire a 11 Cfl
Ibdrale de Portau-Prince,<'\
accompagnaient. Monseigneur
oien voulu noua taire iavu. "V a c,e jenjamio
qu'il avait, BU tombeau des ^S X"k"' 1a,,,n|mu,,e1Jl.;i
..nu InAlr.. ^nnrl,,, roi.d.SSemei, l (.e Pl-ail-PriP
Par les nombreux travaux
qa'iia excuts daus la Plai
ue l'Artibonile, ce co u iloyi
est au courant, mu u ,
porte qui, de la question d m -
galion et il srail un lrait-du-
sien entre le S. T. \, a la D.
II. T. P. doul il lail pai lie.
Nous sommes pei us l mn
cette petite lutte bourde qui
existe entre i es dt t \ m i \ i. c
cessera le |our ou ils seront
conloudus dans li ni ne i l
parlement et quand des hom-
me! vraiment cou ., el
hurioul desiniere.--.se seront
choisis pour les dirig r.
Nous ne connsii [ue de
no n Mr l'q pt nh.i u i mais noua Saints Aptrea, pri pour lous
11 oyons qu'il estes) du devoir 'tes diocsains. Daigne Son
?e tout Hatien eitnu ipa^s, tcellenceagrei l'expression
de recommander a l'ai entien de notre plus p olonde grat<
ua Pouvoirs les ci oyena qui t nie
peuvent eue unies a la Patrie, Le / juillet prochain, Mgr
Alp;e*, mou cher Mag'orre, rArchevque lO.e.a le vingt-
Us uieuleuis senlmii nl.s de V0 i ft
ttviout dvou cinqutroeanniversairedeson
AR rBOM riKN I 'Mll";,!l '" iaccrdolale(7jail-
2:i';um m-2. el 190/ -7 juillet 1932 ). Il
cul e In n doux de
.----------------.....-----\ uvoir, A cette occasion, lui
S. E. Igr L'ARCHEVQUE A R tLV^t,l
i e ainsi, que Mgr l'Arche
que veuille h eu II ouver dan
' < lai <
iterpi c
. Mil
liiiale atiection et de nos i
--o
Nous avons eu la j
recevoir,
lier, quelques
E.
V lll \C j
s
inin. M
Roic ; M
Doniiiii.u, LcoLOine du oi.iua
^giinuirc de buiu.-ju^^ucs, '
letveutes piires,
Bulletin de la Quinzaine j Montant oej la ieauj en
I llicaire, avec clause de voie
pare, consentie par Madame
Lucie Denis, propritaire, de-
meurant et dom cilie Port
ai.-Piince, Mme Vve D r-
ceus Jean-Bapliste, propri-
taire, demeurant et domicilie
Port-au Prince, selon acte
au rapport de M* Edouard
Kuol et son contrre, notai-
res Port-bU-Prince en date
du premier Juin mil ueui
cent vingt sept;
2n) d'un ac'e de cession de-
l susdite obligation, taite par
la veuve Jeau-Baptisie la
veuve Joseph Csar, selon
acte au rappoit du mme
lM*Edouard |\nol en daie du
vingt Octabre mil ueut cent
vingt huit;
3o ) de deux commande-
ments de payer, laits la
dame Lucie Denis aux dates
des Quatorze Ooobie mil
ue d ux Juin mil ueut cent trente
de.p, e\|doi s d.- i huUsier
M. ii. Maiscile, du Tribunal
de Cassation le lu Rpubli-
que, demeurs infructueux ;
In) du pioees-verbal dress
If Uni li quatre Juillet mil
ueul cent trente deux, par le
notaire Chry ..stoni Hose
mond, cous afaiil qu I adj -
dtcatlOQ thqu n'a pas eu lieu la ute
d'euehrisseiir.s.
Il set a procd nouveau
le samedi que l'on comptera
seize Juillet mil netil cent
trente ikux, a dix heures du
matin, eu l\ lude de Maine
Chrysostome Hosemoud, sise
en cette ville, me du Peuple,
par le miiiisiere du dit Matre
rtosemond ou toui autre no-
taire qu'il sera subslilue, d la
venU aux Enchre* Publiques,
au plus offrant et dernier lui-
cheritseur, dune proprit
tunda el 11Uses, sis au Quar
lit r de Boloase, Aven ti e
Fia i berl, y l'eodtoi commus
ncment appel Benjamin ,
coin mu ne tt ar-
ce
( Dpartement de l'Ouest ).
Cette proprit selon plan
ti procs-verbal ri'arpenlage
de lleli C. Sain longe, eu date
du six mai mil ncut cent
\ Ingl i inq, enregistr me-
sure cinquante pieds de la-
ade aux eoll tbist et Ouest i
sur ce[ v inqt; inle pieds de
pi'1 tondeur mx t ea t .\'( rd
11 Sud >. Elle t l oi ne, sc
\u\i-. au r.Nord et A iTisi par
le it ile de l piopi i i des
ion on i mb< i i ; au Sud,
', rue ni vin^t pieds
't' I i ai i'Am-
I I.I c
acc> sur k une ;
un
au-dessous dt la picmi,
o prix, qui lail dt inq cent
tieutedoil i,v... 530.00
CL SuiH.A .m11,liu
1 a deuxime de Camlio. Le
i ul de isi invite au regel ar-
tistique du Beranger national
cent u piojji^mu.t eon.-
, ci U ;
io. La prose tl le pouvoir,
-o. Laidi t rs admiuisiiali-
vis,
>>. Oui! 9 douce papa,
lo. Mesdames, iinmiu ac
mesu,
5o. Ch ucoune d'0-.wald.
Entre: G. 1 00
Une dcision
Nous ^vons pri] la lermt
tesolution de Itrmer delini-
nvement noire maison ; pa.
consquent, notre slock doi>
eue \euiiu avant la lin du
mois. Il laut profiter ds
maintenant pour faire vos
achats.
KAWAS KEHMANOS
Donnez
aux enfants
TANT UU'ILS EN
VEULENT
I.f fpomagk Kraft velveeta
rsl I oiyj < i r eux... bon pour tou-
te la tan 1 lo, aussi. Et loul le
ii ondcani.i la surprenante saveur
de ce nouveau Fromage. U est di-
rristant.
lit iar
Kraft.'fabricant les autres dli-
cr lacileinent el est uouri issant.
i:sayez le Velveeta... fait par
Kraft, "fabricant les aut
eieux et sains fromages.
KRAFT
CHEESE
A
VJS
Donntz vo. .i minaudas! d
lin
l'UlfcV SAI.IS lllIll'OIIAIIIIN
lli*lrilnili'iir
Poil-an Prince llalli.
. lut /. u." . ouiumuufs,
carles.de laireparl, elc., II...
pri men Monsseit, o vou. I
trouverez un grand choix d *(
lettres el des prix relaliv -
tneni bae.
HaV
/ ..lENZXT QUCCCL DE LA
->JS? iES COMPRIMAS

antMnl Ici trois
:if |ul dont l'action
' icr.lifiqucment
k tmviiux des plut
u -, exerce une action
.. ks H.ci.knts de la
"', toutes Ici.
' rww te
"-' l onomiqM
1 i......'LAANT
LES*
Gin-laldij
K SOIR
Mandrin
Buffao-Bill
I. -^ - a t
botte c annexee nnc
t I.i mthode.
Entie: 0,50 ; Balcon, t 00;
le uu< d* lu HO.\l>b I ISS HEURES avpr le clbrai
\t Bauge, a dparte toutes le^,.aprance$. Ce lu un vcrilahf
i nu ht (.dai'l ai' non biei ses demandes.ee film merveillei
p dn oi'ire de li fon premptoire l'ixcelltnce des rpiarel
HAITI.aNA rera redounn H '
Demain 8 Juillet
Qu i i n le dise n^o* '.n aehe ai ssi que la 'o.aiion ,
-- inl-< ce i-ieJ'oaM he a .sa fin et qu'il doit 'ie in mdiatemj
11- 'ohm
l^NARCYL
i prparailen ta Laboratolr. du 0- POMURET
p , H. doUiUimourt, Dculogne .-Selne, p*HI8
=! en vanto dana toute, a.
trn "haimeclo d'Hati.
l'ort*.-../" ,. | soeilM':, n.arma.l,.
capital et intrts jusqu'au
premier luill. t mil oeuf cent
trente deux; san< prjudice
l< s hnnornirea d'avocat su
celte dni re somme, des
bais d'excution et salair-s
du notaire. Aux poursuit s
et diligences de la veu^e
Joseph Csar, ne Maria
Itameau, p'oprilaire creao
cire hyi olicaire.deraeur.iol
el domi ilie Pi -au-1' itice,
vent pour avocat co isiita
M' Aiihur Dent Rimear,
aver. i< cti< n i riomiei e au
abinel du i a ne t, i en
Ci Ue vi le, rue du Peuple.
outre la dam Lot ie [ienis,
propritaiie, dbitrice byno-
ihcaire, demeurant et domi-
cilie a Port-au-Prii ce.
Pour plus amples rensei-
{nemeBts.x'sdrease M" bry
sostome Roseni uni, dpoal-
laire du Cahier des Charges
OU ;i M* Arthur hants Ha-
m .m. avocat poursuivant.
l'orl au-Prince, le (i Juillet
1932.
.(S) Arthur RAMEAU, a.
AUX TROISQUAirriliR!
(J. de Vendegies)
Angle Avmu- Klng el Rue Vernet.
A le plaisir earser son aiamile tl noahreusp Clieille qu'il vJ
de reeeteir les inities auivaals:
Chapenux d* Dame, HH Mode Bas de Soie.
* '^. .. .i o v, lL r*s inlures, loutes ni
Souliers dcollelis. Satin Nor'aves |
" l; 'Brets bi.que,.
I eniiures p'asliqnea.
Pondre il C me T ka'on.
Collurs t' B rre'lea
Aba jour T ines gentil*,
Tetis artielfl de p-riaire fratrlirir el garanti*.
SI k ranslamiiK-nl rentiiel. l'rix ta Nttt.
F 'R^'us el Tou niqiufs fM
leurs.
Cin-Vai
CE SOIH
Voulez-vous m pouser
i
CANDIO
dans son rpertoire.
Entre gnrale : 1,00
- f i sei mfcwww mm^MM%Ji
Toutes les Polices
DE LA
,1
-j mm &
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux|
Fuq.!a> lUmftL
Aqenta Gnraux J
IL'


LF MATIN''- 7 Juillet 19.9?
Ithuu) lin rbaucour
11
l
1 !;> tvimiMMc M( universelle a gard M premire pfaee
iSMUnlee partout :
IT* .COL':
"M : Rue CMT.
Un ffala du rire
Samedi 9SE A SIDEINN
A 9 heures, lever de rideau
sur un vaudeville en 1 acte:
LA PEUR DES COUPS,
le triomphe de Courleline
A 9 h. 30, l'orchestre Scott
ouviira le hallnnovalion :
Scott jouera La Bijuine, !
le grand succs de hxpo-i
sition Coloniale, la danse
martiniquaise qui fait fu-
reur Paris.
Au cours du bal, Jane Ver-
neuil et Ralph Cataly nous
offriiont un programme
nourri de leurs meilleures
chansons:La car ne sucie,
Les Barreaux d lescaliei,
Oui Papa et Mnagez-la!!r
etc.
A'

U DAMF CIHC NE DEMANDE QUE DU VEROUTH
CINZANO BLANC
pour la R
A. DE M AI
Port au Priuc,

^
Surprise-Bar
.PEIIONVILLE
Aunnor PEltlIlU, Propritaire'
Consommations de premier
choix, aux mmes prix qu'en
v* -Consomm tous les soirs.
Uuc surprise, toujours agi
ble, est rserve d tous ceux
qui nous teront l'houucur
dune visite.
Dcs
* %mr . *.^*
6E QUI N'A JAMAIS T FAIT
CE OUI NE PEUT TRE DEPASSE '
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuse*
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
?hakmacikF. SEJOURNE
Angle des rues houx et du Centre.
'

Idal
ALIX ROY
30 annes de succs.
Encore un
accs de fivre
Vous prenez de la qui-
nine, c'est bien. Mai
ccllc-cj atteint l'effet et
non laante, Ptji
eu retarder le prorliain
accc's. voui devez tre
fort, rsis-
tant. Et
justement,
les accs rptes vous
puisent... Faites une
cure de Fortiane : c'est
un puissant fortifiant, un
rgnrateur En organi-
pp*r"*BH sant la resis-
/ \M tance de votre organisme,
_ 11 Fortiane est le meilleur re-
k^L^S, mde contre les fivres.
Fortiane diminue la violence
; et la frquence des accs
fbriles. Son emploi rtablit
trs vite les fonctions orga-
niques abolies par la fivre
et par la chaleur. L'apptit et les forces
succdent a la prostration et rabat-
tement.
Si vous vous faites de* piqres
toniques, essayez FORTIANE. l'ac-
tion sera plus bienfaisante et plus sen-
sible. "
Dans toutes les Phsrni
A Port au-l'une: Pharmacie Ul'c.'ll
Gros : Liborslu.- !_._.
Millau Aveyron
RT.A
FORTIFIE L'ORGANISME

Hier Bprs-nvdi oui eu ieu
'ri : li ''fie 1 s oh ques ci
Philippe Marcel, dcd la
V. <\\f.
Ne coi do'ancesa s< s par
[lier m ilin est m irl 1 pe-
tit Jacques Dreyfu le 4
ans. Les funrailles ont lieu
ce malin, au Sacr-Coeur.
Nos condolances aux fa-
milles prouves parce demi.
particulirement Mr. et Ma
(tame Ren Dreyfu pre e'.
m en 'enfant, < notre
ami Antoine Soray.sou <;r i d
p.',
UNE SORTE DE DOCTRINE DE
MONROE POUR L'ASIE
'I a An cour d'un dtm i
i ii l'honneur d i nouvel
;'" des Etal Unis M.
'" i i h ('. Grew, le vu lin
a i once nue sorte de doctrine
de Monroe pour l'Asie.
I ' vicomte a dc are qu'un
il" arm entre les Etals-
Unis el le Japon Vsl possible
que dans deux circonstances ex
Irntemenl improbable,
* iv. mirement, diMI, si le
Japon esi ass< /. lou pour ess i
v. d'intervenir indment d
l'I" nisphre occ idental; la
8U I :
" I uximem n*, gj I [
que lenlflij d. Don jnei |' ,v.,
''si ] nuis convaicu que
Les avantages qu'offre la
Cuisine Electrique
HOTPOINT
sont maintenant connus de
lout le monde.
Pour vous en convaincre,
visitez notre salle d'expo-
sition.
Compagnie d'clairage
Electrique.
[0
m lintien de la i aix en Oi
dai s |( ca Ire de si Irai
' I :' >;,''
t m les El is i
. rnp ii i ;
1 ipoo dans ' du Pa
ciflque.
M. (i i w i ni d
Etais l
in i rait al de mainl la
paix m ernatii
Arrtez iJoux
/ *\ Rapidement de
/ cette Faon
I m t ioiinez Vicke
? *, sur la poitrine et
In gorge; appli-
'i t librement.
JCKS
Varo Rub
'our Tout Refroidissement
**
Aluminnm Line
Dparli*rijBlifri de* Mobile'el ftew-OrlaD peur Port-an-Prince Cap-Eailiro
Puerto Plla, Sanlo Doniiug* el Sa a Pedrs de Macoris.
Port-au-Prince Arrive
i.ap Hatien
l'uerto-Plala *
Santo I omingo
San Pedro de Macoris
avril 12 Mai 10 Juin 7 juillet g
14 12 << 9 c 7
- 16 c H c 11 i r,
" 19 c 17 H t l !
" 18 t 16 c 18 11
four tous les autres renseignements s'adresser Messieurs
A. de MATTEIS & C,
Agents Gnraux
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Il II ii ni Sa il lie
Ce si Ja quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
I


m
Jeudi
7 Juillet 1932
Le Malin
-.4JPAOM
ferHa-Prce
Tipaessc : 224*
m
Lykes Brothers SS C lncj
ASSUREZ-VOUS
PHARMACIE
CANONNE
tt, Bai H' 'iimur
18-90. I'oulevard Sbastopol
PARIS m
vendanr
U MEILLEUR IYIARCHE DU MOME
Produits dos Premires marnues
it (ODiourt de pnmldre fracheur
UNE SEULS QUALIT ;
'' *.A MEILLEURE ,
*\

Swnto uobiiny
1- sei servi he dowtairf ei reguhw a passager ei
t Us 1 u Golled, Texas d.rectemeut ave.
or au rince, 'laiii.
a
la
Pom la rception rapide et le maniement habile de vos
n poi .ors, suivez vous loupurs des navires de 't LT&i
' 1NE
Les prochaines arrives a Port-aa-Prince onl'
General Accident Pire & Lil
Assurance Corporation Ud
de Perth ( Seotl ind )
Hayon Spcial
POUR LES COLONIES
DROaUHRlE, HEKDORISri Kl"
SPCIALITS
Franaises et Etrange)**
SEI-S DR QUININI. PI
Tout produit' 071 /
nrupoulet, coniji: 1 1 ht
SOLUTIONS HYPODERMIQl I
BANQUES, CEINTURES
**A8 A VARU
APPAREILS HYlilt:;IQUIS
pour tous usagr
Appareils Orthopdiques
Herln/fiit hypoderw; qvu 1
Pharmicli di Pochi, i% Viyaps
Coffres PharmaofitiqneB
pour Usines, commsici. ne.
Projets de Factures
et tous renseignements
gor itmande athtit
Pb.rm.ele CANONNE
4s, Rue Raumur
gS-SO, Boulevard BbaitO]
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
r\ en France ni l'Etranger
ei m< r s Ti it Lykes
Sir; u er eRutil Lykesl
Steatxer Margaret Lykes
Mr.-mu t Velma Lyliei
S tes met < Genevive Lykes
S juillet 1 l juillet 1V*32
22 juillet 1932
29 juillet 1932
5 acflt 1932
faites
car la eGBNEl' \L est une des plue Dtlifftttei et de* alu*
le et genre. L> soleil ne s co-ihe j ami il sur an cheni d'sct.oi l^ii en brassa
^ui"* l'on
r)uuau:Rue du Magasin de l-fcitai. Rode Postale*
AVIS AU COMMERCE
mn,ses Pitttes Goitre incendie couvrent aussi les dgts o-casionus par !a M Ses Polices nour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance toatiaf
'caus autrui dans so personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branche. d Europe sont payables lw<
outre accidents sont valables dans l'univers entier, roua 1rs voya-
aurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre cciflens
lollars la prime innua'de tttant que de 1/2 V. s v M .1 Alan L
Ses Polices
! devraient
Tau moin". 400"
l Panemm II dlroad Sle* mship Une a l'av.intifp daa
noncei les dparts suivants de New York pour port au prince
llaiii, direct! mei chaque mardi,
.ourvus de chambre ti iaoril me
Dparte et ^euJ l*rk.
Tous ie* s'ei met . son' i
etive
SOOSXGRNT*
F RERMIW.HAM. \.i\C-iv
! .
*gent (inr^l pow aif
Pnnre IG. GII.G
Arrwgt
U amer "I eM le 28 juin
icasner "Ane m" le <> juil ei 1932
Il amer "Guayaquil* le 12 juillet;
Va i au-irintc.
le 4 juillet 1**2
le n iuillei iW:vj
h 18 juillet iy^2
Avis
, ma Bailroad Jteamp'hip Liue
JasIL C. VAX REED
ageul Gnral
que
t'-
es
BOULANGERIE FRUICiMSE&PATISSERIE FI
RICHARD PETERS, Prop.
DF. MARS, N0121?
Llnj-pediou Se i-
pede aux intresses
examens en vue de l'obi olion
du Brevet simple de capacit
son fixs au 11
cham. Le reKis>
lion est nUVi r
celte date ei I
^a oire.
Pot t-au-P rinc
1881
U
j'idlfi pro-
d'M'BCIip -
ji'ir rsi'i'aiio i !
> s b i-
2 juilKt
iftjiiai Iraril Ha!(1ei
Accidents
1er Juillet 1'
Cajuste Lalonlanl, '..' ans,
HoD'Ville. Blessure coniuse d
l'ont, contusion du thorax, \
.Joseph Calixte, 12 ans. Bon
Wrna. Blessure con use de
i iion temporale droil
Arthur Breton,24 ans. Source ;
T.rgeau. Contusion du Iront et
cl i thorax.
Andr Bszile, 23 ans Bizoton.
lt'essure tranchante gauche el lace postl
Lonard Dorc,18 an i,G nnd'
R.if. Contusion de la rulss<
niche.
Antoine Isral, 9 an R-
vlation. Blessure tiani i- d
la jambe.
Dorrelus Dulon, 13 ans, !'
du Sacr-Cur. o iiusion
La oue boulangerie Europenne en Hati
Spcialits de pain, pour sandwich
Pains tlutes et pains moules. Pains noirs
Pains complets, etc.
Ptisserie Une, pts, Vol au vent. Tourtes.
Soins et promptitude.
Tlphone : 2069.
a Maison n'a pas do suc-
1
cur
sale.
DEW D11P 1
RU Loi M iGAS ie L'ETAT
i^otjiiei eltl) isspmenl si-
tu tout pi es de la Basque
Nale ei 'Mrig p.- Mme Maria
BERTKT.
Consommations de premier
choix.
Il LIE HOLLANDAISE
Demande une s eno-dacvio,
franais anglais. se preaenVi
au B'inau de l'Inspe lion de
la Compaguie.
PROGRS NOUVEAU
RHLM \0bVhAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit ^
ALCOOL OtFIANT TOUTE CONCURriENCL
Clairin Vierge 1
Chez N. NAZON
l&timi DES RUES BU PEUPLE ET FEMtJ PHONP S331.
lace et du pouce de la i
droile.
Michel Liane )*-, 43 us,
cahaie. Blessure unir
pouce de la main dra le.
Andr Raymond, '2- ans, ru
JDr Amlaii'. Luxatii d du | rg
Naide Cherhv. Iil a
Saline. Blessure rontuse di
lvre suprieure (par'ie droil
Antoine Bolivar, 2'i a>. Tui
ge u. Morsure de chii i .
Kolia Pierre Lorii >0
Poste Marchand. Ci an on i
fion coeygienna des 2 geno
hospitalise).
Lanercie Mondsi 9
Cro'x des Missions.Fi si luie
bable du col chii urgii l li
mrus gauche (ho>-|)i ).
M ne MarceJ Philippe, 22 ans,
Bois Schullz.I;raclure '< l'avant
bras gauche.
2 iuil'el 1932
Vfnnol Foui, 19 ans, rue
Miracles. Blessure i
cuir chevelu.
Alphonse Man., 6 a S
Honor. Erosion du
du penn.
Uhoucho i \ <-\ indre, M \
ta* Fo i lei ie, Blesa
du cuir ch velu, i
laie.
Suc Mugwiie
Louif il.-i.icliel, i^
cuir du T( lu.
Alcida Emilie, Lu Saune. H-
, ,, |u iront, contusion de
|;'tr- rr.
Hermite Prim ivd, Iiog^au.
,. ini. i,.,, chai le ( la pauma
l la main <" oi
Quiraod Nosli r, 22 ans, rue
vee. Contusion Ou poignet
roi t.
x l ,,/ So'age, "2 ans, iu? du
Qttf. Brlure 1er degr d
m e| de favant-b as droit*, i
Li l i:. du' Samior, l'J ans,
B saler. !( rssun coi ;
iuse n 'i' ri. i i Iro h i
Anna Pierre, 10 si s, : ven-ie
Magloire Ambroise. Blessure
i ontust de l'oi U il droit.
Xsalos An I u " n ans,
(Jrand Hae. Conlusion du ge-
i (m gaui he
Mrs Jo h,5 rue 11'
i m.i ' ''
( ui-m lace un eri i
MalhuriiiC i au*, I o
N in :, n a ii he (hospitalu*)*
I- irlun U i -. roil ; u-
Prince. B n ure lupei fi u Ue ilu
genou gauche ^hospilalist ).
Manuel N ivarrO, 1J ans.
GrsndRue. Bi ssure i outme de
i arcade sourcilire gu< he.
Vertul i s' lv'
lion-Ville. Bi< sure coniuse des
ions Ironie a i lemporole
droites
En avez-vous dj (joule?
Eh bien, demandez dans
lous les cafs, bars el res-
taurants de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale : /
i PORTER NATION AL*
Agrable Fortifiant
Bon Maich.
Loterie Nationale d'Hati
416, Rue Bonne.Fol. Phone : 3358
La Lolerie Nationaled'Halti est
une institution hautement humanitaire par la multiplicit
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de biea
lre offerte aux homm.e df toutes conditions de lorlun*.
Em loys fonctionnaires, Ouvriers. Artisans. Salaris it
lous ordres, Gens de maisoi ( domestiques, ) sans parlJr
leur budget moyennant deux goudrs, peuvent gagner traie
mille gourdes Patrons de Lommerce.Chersd'IndusUe pares
aux iusulfi ances d. s ventes, ptr l'achat d'un billet, qui voue
libre du souci des chances*
MJecins Avocats, Ingnieurs. Snalems. Dputs, firansl
Dignitaires de lEtat.Reprscntants de l'intellertnalp. Jeor !
nalisles.
Donnez l'exemple de votre sslidarit sociaie.
Rentiers, capitalistes, crame en jouant, augmenter velre
aveir.
Vous tous qui hab lei Haiti, rend^-lui service en ach
ml le billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI.
' 'wnn mu mf
\
BRASSERIE NATIONALE S. A
Port-au-Prince, (Hati}.
Z PAS DE FAIRE ON PETIT TOUR A
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
li la
CCI
t
La Pfa
luruie
ne i un
[vis
La bora t oi re S J OU R N Jff f$^*iMfc ^tr-
eaphalie. Vues merveilleuses de I. tille et du'Lort.
Boissons de toutes espces.
.(il VA'
Cil
i du 1er
|0Miaiais. Bieaaure eontuee du u U> Juillet prochaio.
DlUKTUBS
P. sr.j.'inM l armacien
H Sjourn, Pnarmacten de l'Universit^de Perta
M. SJOOi ni:, Pnarmucieo de l'uaivereite d: l'aris.aacieu
e do Hpitaux de '.iris
Analyse** d-a L'i es, du suc gastrique, du srdi* ( W:*-
tT.aaii.* Ure, Coastaatp d'Ainbara, iiiyccmicj.
I>^rassa4s, t>ee smiese sesaiee.
.1U1F..H
Urangemenl. paHiculiert saur Isa pensions de jour


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM