<%BANNER%>







PAGE 1

?\ i-L MUU V J*uiU.i LL.' ENO AIDE LA SANTE En prenant du ENO'S "Fruit Sait" une ou v fois par jour, vous vous assurez un m interne propre, de la vigueur physique et mentale. Rappelez-vous B que seul ENO donne les d'ENO. Ac' une bouteille aujourd'hui. Rtfusez les substituts. ENOS CHOS ><-* %  %  Pour le Ministre des Finances Mr Charles Mann, i DinbatUni ce nul appelle les nue' les rpublicains, dil des ides d'Edouard tien iol qu' il ne s'aqi< pas entre Lilats l< gurit la vioience du voisin, niais d'en prserver les nationaux. C'est a quoi s'applique une polilique raliste. < %  est ce donl ^e trouve par dfinition incapable une polilique il raliste. < -et iulerTartisseinciil des rl s el cette malsaincomprlu responsabilits el des lions de i liai nu trom un< plication quant aux rapj %  aux oppositions d'intei ls qui doivent fixei les respectives lu Conseilli r I ini cier el du Ministre les Fiuan< ces. Il ne s'agit pas i e ministre, comme beaucoup le el oniine I a sembl ci urc /olre prdi eur, le b m >m leur ijouyon.d'alleiul i sil ou IH SI iem sal\ al d un conseiller liuaucier poui u mer du mauvais pas. Autant .pie le* bi i %  i> ei >al que 1101 nellcul tic i aft 1e m l milieu lltrences, u la n I que le | clamenl % %  os litres unh ci ilaiies, y u %  %  /., pour li u grand bien de loi avez la pi alique di tairas et exactes, vou quel coin doivent se m irqucr \..s reli lions a>ec \ulre terrible parletiaire ti ours et les le niques t, r peu 1 il rien contre son yankisine . H faut l'acculei par I puissance d( s*lails s i i• ligues en sauvegardant les in lrb mutuels et eu garantissant otie mieux-tre. Ce problme que le vulgaire a pos demande une solution. Tant qu'on ira chen lier cette solution dans les nues en cou sidrant la situation bous de laux jours, on ne fera rien, .1 espre, docteur, que vous allez eulrei dans la fournaise des laits vivants pour appliquei vos ides. Vous tes un raliste. \ mis avez donc des chances d'tre au pouvoir un ralisateur, Vous .' i es deux mois de nii nislrt. La nation l< nd. l-.i l'on commence a dire le vous des choses qui vo > s seraient tort dsagrables si Iles parvenaient jusqu'au carr du Dpartement o vous tes doctement assis, ou, si ne redoutant pas le Gros Morue, elles allaient cogner aax portes de votre retraite de lYlion-Yille. Poui ma] part, |e crois ncore pie ce j que l'on raconle est < < i etje • me plais .1 \ DUS I appeler un souvenir qui fixera 1 ei laines ides. J'avais crit dans La Presse du fi Juillet 1931 une lell e ouverte au ministre des Pinaui es d alors o je combattais les ides pie deux joui s auparavant il pi 1 Disait I ambre. Notre ami I commun, M. Servi n, m'app au tlphone pOUI me 1 combien la lettre vous plaisait et combien les nier-, exprimes taiant aussi les vli es il m gagea a aller vous voii Le sou de la vi lusions longuement de< hoses conomiques quand I incendie de la maison li.Rouzier vint interrompre no ire entretien.La lettre tait longue et disait entre autres 1 be ?, ; I e 1 era I honneur de 1 toutes les puissai 1 e [ues j de prendre position dans I %  ion en noue laveur, quand liens auions lait savoir qu Convention militaire est pi 1 depuis !' 20 11 sonsleiir aune conveu ion 1 niereiale et pobliqne partie c< uti ai tante venl rouver avantages, el dam JiosUuuitut uipiouiaLquc ttuus ). Certain! membres du Tubunal de Cassation parais seul cire uns uu tat d'exlion inquitante pour la • se dit de la Justice. Ils ne i h nt qu'adiesser des plaintes} ici pire ielui-ci ou celui-l. i Aprs nolie contrre L'Aclion NationaU , c'est au juge LuviUv qu'ils s'en ^prenoem, — Les tudiants dominicains ont tait mauvais accueil deux professeurs cubains accuss de mauvais agissements envers ,"les tudiants cubains, — Les,,Scrta ires d'Etat ont visit vendredi matin la station de.la Kadio-Corporalion. Des dpches ont t ciilnr'^scr'eMxirn.e'dchanges entre le Prsident nuemenl dont nous sommes les Ilooverei le Prsident Vin cent, entre les ministres h. ei iiemeot aci tuil.souieuii par la Constituante de W2, l'ai i ivea a un emprunt nullenieul lionleux qui est aujoui d'hui, en raison de notre pauprisme sculaire ri proloiid, un impi ralil menu table. Je iioi s qu'une \sie politique l)|made coii|uraiion tu dsarroi cope! i. Ol il V ."\ I *V*.*, .1UIII ii-v iiiiiisteie, desj chaio. Le registre leulaiil leur I | IO n eB \ ouvert uontique comme TOUS lesprez ne peut .senilier que sui celle ase.'J oute auti e mesure ne peut tre que pullialii et expdients liuaiKieis. C'tait votre opi1 nion si je ne m abuse. Vous eus talisle, \ mis ;i\ c/ itii, (Unis une coulrence prononce je ne suis plus, ou qu n ne laulj len attende i iiuUalh e pi ive, qui l'Etat di le grand promoteur ie l'nergie uaiionale, le rali t i par excellence de louie pi oiiut lion importante Le sont les nies que je professe et loules les uns que \oiis travaillerez a les appliquer, je vous seconderai le tome nu .m ... | ri -e. Votre prdcesseur a expos, ,i son Mi> IN e au i lausses, et i calisatiou il dposa un JOUI sur les bureaux n lu Lliauiore un projei de ci ealiou de banque agru oie. ,w uni sa c mue ou ministre, il se prsenta au banc Ue l'I'Aei uiii MU Pai leinenl, el lit le retrait du projet, L'est tant mieux poui le pava et bien mallieUI eu •. pour .Me l>on\ on. J'espere que s os nies,pie \ mis aVCZ [ongueuienl mries, m conualliom pas ces rliceuci i, Maigre mou expeiiein e des nommes publics, cest plus ion pie moi, pai envie te vous taire crdit. ie ci ois sans me tromper que si, aprs trois uiois.vos ides irou, i-ui une opposition il redeniisle le la part le VOS eoil.iooi aleurs, vous voua retirerez. Mais vous aurez du tout le monde si dans l'impossibilit d'appliquer] ide • vous restez quaud• mme bayer aux corneilles ilevaul les classeurs du Depm"cul. Mais hlas on raconte, ce qui est grave, pie vous n'avez pas l'idees. Vous savez bien, Mr le Vliuisli e.qu'av ou des id i < \ eul mre se b pour le i n a User. Voua avez l'air en effet Ue n'en avoji gure. examens l'Ecole Nationale de Droit. Quelque trois cenls tudiants s> prsenteront pour les trois annes. — Le projet de loi poitant une nouvelle organisation de la D.JJ.T.P. abolit la facult de commissiouner ingu.'eurs des techniciens des travaux publics non munis de diplmes. La D.G.T.P. a tait l'acquisition (lejplusieurs terrains pour le*| besoins de son seivij ce, dans les environs ue Porlau "Prince. Avis L'Inspection Scolaire lap-j e aux intresss que lesl examens en vue de l'obtention J du Brevet simple de capacit ^ sont fixs nu 11 juillet proj d'inscripf :i partir de relit date et la prsentation 4 rie l'acte de naissance est obligatoire. Port-au-Prince, le 2 juilld 1932. Votre elalisme avait trouv une occasion pour se prouver dans l'a lia ire du Contrai Barker. j C'tait votre rle et votre di voir tle le considrer, si vous dvie/ elre logique el sincre, dans le sens propos par le dpute Dehoux. C'esl le premier acte que nous attendions de votre gestion. Voua n'avez rien lait ; vous avez gard vos ides el vous mritez comme voire" prdcesseur cejreproche lai M;iun as d'tre un prince des Jusdem farine. | Vous desiriez le ministre, on vous l'a donn, et toutes vos belles ides ont migr aussitt vers des rgions inconnues. Il pareil que c'esl la fatalit chez nous d'avoir ni ides, ni convictions, ni bien autre chose encore, quand on marge au budget de la bienfaisante princesse noire. IHANCK. > 'Pourquoi ne Pouvons nous pas 9 Economiser?* ^OXWFN de foi rcnu llfMUMI po cttu quMtioa iprfc % ou* tr ^ndu compae que v dpaDMl abiorbent tout Tcrtr %  Mire?—Qauitit d'autrea peraormea dont le rerenu n'*t pM ieur au v*.tre, achtent det aiticlaa qui aonl hora de votm S-uitcf; fcpmiet au luaard? Brochure tui le li.u'^r t Jr Famille, pbl&e par U Baaq>e %9f*k, voua aide/a prvouvoa dpanfM et r ninanaw. i>tMANr>cx-ur XIU*\ MU La flanque Hoyalt du Canada L. Remde nouyeaa LA encuiiE 4ftit par lu Sp*ciulisti$ d* Pari soulage immdiatement : BRULURES CRAMPES ACIDITS de i ESTOMAC ULCRES GASTRIQUES CONGESTION du FOIE DIGESTION PNIBLE 6URIS0N RAPIDE L radaitifJ 1 lO^SLlOT •.f>nr...t-C. joi-,.. jy5-r *;v vu -:. %  %  r. MMV Avis Donnez vos uni mandes de carles,de taire par', etc., fini %  primerja Monaselt, o vou rouvcftz un grand tliox de lettre ci a des pris relativeinni bs. aux de Gorge Double 6 Traitement La double .action de Vicks (inhal et absorb) les soulage vivement. V ICKS VAPORUB PourTout Refroidissement A venc Ire lo Pigeons romains de race pure, issus des premiers prix de l'exposition d'aviculj liiro de Paris. Couleurs: Bien, Fauve,Noir Rougr, Chamois. 2o Lapins Gants des Flandres et Chinchillas de race pure, mme origine. S'adresser Mr Paul C ASTER A en lace de l'Igli*? St-Graid 'Les pea cœurs sonl n slantanment conquis par la douceur d'une tendre" . ci/7 Hollywood L ES directeurs d'Hollywo a pe uies i conn; itre quelle importance a un 'fin 1 oui pour l'allure lmn n.r. "L;i douci ur d'une \ eau i s' l< ( !i ie pins dcisif qu'une jeune H d— puisse avoir', dit un tameux diiecteur. "l \ > e que te iliauue agit si instantan n q'aucune |eune fille tie put devenir une toile clbre de I cran s ois cela. Une peau sans dlaut est le lve de toute toile !" Ues C13 importantes actrices dilo'-ywood. y compris les toiles, 606 emploient le Savod de Toilette Lux Donnez uulre peau le mme soin que !J leur. Cotnuuud(z ujourd bui plusieurs gteam lu Savon blanc de Toilette pariuin Lux. LUX DE TOILETTE VlOHH A L.AUK1N, i-. () bOX v!. Distrsbuteura RnMnnx ri do Centre, Pon >o.Prince. M Cin-Jaldu DEMAIN SOIR and rin ,vT3 ET Buffalo-Bill Entre: 0,50 ; Balcon, 106' Ageut-Gurla $0 SIROP I DESCH3ENS {'Bmoglobla* f , B*fln*rinr du %  •ng, prucrlt pr l'41lt œdlc!*. I mmptrltwr la rfanrf* oru* • aux frrugmmux. Adtai dmnt la Hpitaux da Prit' DOOr OtatuL. OEaOHIENa. t, Ru Ti.\ antrj, PARIS •> rhvuiulH. B@IiiieSKlIBSJMMM %  ATT^sinatSlIriHA Toutes les Polices & DE LA S o i g, %  ^comprennent la Protection contre la i Foudre sans auqm.-ntation de tauxB 2 f-4 K I UU.Le ti0SSPti(]o Aqents Gnraux 0 I^ II.I%  "• i g i ( f l „ M ( M i r m i



PAGE 1

LE MATIN 4 Juillet I r.Vifc lilHiiii Itarbi'uicourl ommc tt universelle 4 garde M premire place ndec partout : UN BARBANCOURT *e*l : Hue Cnr. n._ La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne L'ASSOCIATION DES DAMES .HAIlItNNES PUUR LES COLONIES SULAIRLS — ma Œivr de protection de l'entant . TURNIER -EST DEMISSIONNAIRE t di8posiUonV\T!i^* !" illr s '> .dauslaco ,!,, !S r rurn ' r n~ ..„.,.i„„, .' e r**ant pas la mesure pn %  Bel-Air et au Morne-T tl dans les colex des Frres dt I l'Instruction Chrtienne, dis Pupilles de St.-Antoine, Volmar Laporte, Darius Denis, Guillaume Manigat. L .Un nombre gal de jeunes enlires de 12 l ans, ayant besoin de cette cure dai trais, de repos et n'alimenta • tion substantielle y seront aussi admises, en Septembre, aprs le dpart des petits gar* i > ons. L'Association pour les colouies de vacances croit pouvoir compter sur la gnrosi t annuelle de ses membre* protecteurs et de quelques 10111 iiisseins de produits u 1 (Dentaires. Elle es! beureust du concours oflert par I.. Croix Rouge Hatienne, m-n de toutes les œuvres de pro lection soi iule et de coopration humanitaire, qui 9 promis dchausser de sandales de cuir les petits colons de cette anne. L'Association fait ici un appel toutes les amies el correspondantes qui sont charges de recueillir des foncs Port-au-Prince ou tans le s autres villes, de vouloir les faire parvenir sa Secrlaire-Gn'ale. au Secrtariat de la Cioix-itonge Hatienne, Hue Capoix, Port-auPrince. A la suite d'un in id 1 t sur m en t re n ire '" de l'Agrici Iture et M Auguste Turnier, dire l( ral dn rnal la production agricole, celui-ci 1 t BU pendu dr s< s 1.1 11 %  I i,, rll_ l r _. • Avis I a Pharmacie Sjourn h • foi nie sa I ienveillanlf cl h 1 tl une son sei vice de uuil pe loncirounera pas du U 1 *u 15 Juillet prochain. Lykes Brothers SS C" lnc xexfa --tiaitl — Saato uomiii'joPorto-Rica lire n ilier a passagers et ; cteini nt avec e seul se i( bebdoruat Irt entre les ports du Go Port-an-l 1 Pour i ; U [ %  h a | ; impoit; sus toi >urs> dus iwv.s de UNI-. Les prochaines arrives 1 Port-au-Prince sont e de vos la LVK s Steamer TiilieLyl %  Si M en m r \ 1 -'nia .' yki | Sic. 1 mer Genevive i vives '.Ki juillet 1<*2 I juillet lf,*2 15 juillet PS2 22 juillei 1932 29 juillet mil S acit 1M2 Uureau: Rue du Magasin de Hfctac. Rode Pestalal L'ECOLE NORMALE DES FILLES Les progrs de cet tablis* il de tout du font louent. B'en qi i |ue, i n'est pas 1 liflrenl ; u vi ni du senlinx eligi ex 1 hes si s 1 lves. \ cel gard.c'esl ave plai lr qui 1 ons avi ns entendi la ch in I • des litn es excutei de^beaux raorceanj grgoriens, *au cours d'ut plerinage l'Eg ise du Pe pluei Secours. \ >; flicitations la directrice de la Normale,ans*' b in ses l. v s de leur beau m iveratnl < i X RIE RICHARD PETERS, Prop. CHAMP DE MARS. N01217 La seule boulnngeile Europenne en Hati* Spcialits do pain,"pour sandwich Pains tlutea et patns^inouies. Fains^noirt Pains complets, etc. Patlsserio fine, p Vol au vent. Tourtes. Soins et promptitude. e Tlphon La Maison n'a cursale. 2069. pas de sucl LON LIAUTAUO. DECORE DE LA LEGION 0' Idal Hhiiiii AUX ROY 30 annes de succs. Voulez-vous Russir dans VOS lu le no taire russit vosenlanls.gic une mthode d'enseignement classique excellente? VOULEZ VOUS Une protession aprs 6 9 mois d'tudes srieuses (Stno-Dactylo, Langues vivante Comptabilit)' Songez que l'Institut TIl'PENMAUER se recommande et s'impose volie attention par les brillants rsultats d j obtenus. l37Rue Lamarre. Tlphone 2ti>l. Nous apprenon plaisir que notre ami M. Lon Liaulaud, ancien commissaire hatien a l'Exposi loniale inlerwlionale, a reu du goulement fianais, en mme '"P" que M. El hauvet, a dcoiaiin de chevalier de la Lgion d honneur. Nous L'en flicitons ment. AVIS AU COMMERCE i a Railt hip I ine a I avantage d'*n ri once r les di New Vork pour porta u moce Hati, dire : li. Tons;, les stermers sont pourvus d< chambre nie Dparts ie Ae \ork, rivages i'<> 1 nu-: rince Steamer v venlura" le 2 i juin Staam i o" le 6 juil • WYM Steamer Guavaqr.il' le 12 millet u es viveSurprise-Bar Anlnor PERKIRA, Propritaire. CODSO nmations de prem ( choix aux me nea prix qu'en viie.C DITS Une surprise, L u jours agrable, est rserve Ions ceux qui nous ter ont I honneur d'une visite. Parama Railro d Steampship Line U.C. VAN REED tgeul (inral le I juillet |932 le 11 iuillet 1032 le 18 juillet 19. 2 CE QUI N"A JAMAIS El t I II CE.OUI NE PEUT.EUE DPASS MESSE DE REQUIEM ,_ __ Le mardi juillet prochain, t leUTS leUrS! Mme Salim Aun fera chan ter. en l'Eglise du Sacr Cofiiir de Turgeau, une messe de requiem la mmoire de SALIM AUN. Les amis du regrett dfunt, en y assistant, appirleiont un touchant tmoignage de sympathie sa veuve. • n trouve a i hes \!.le I i line ngustin, Cas e i de eho r.


PAGE 1

Lundi 4 Juillet 1932 Le Malin ,;"4 PAGES 25 2*ANMBBN' 7512 ••r*ei-Fri * Panama Railroad Steamship Une j Agents aux urineiuaux uorls d'Europe. Service de ,rcl ci de passagers enlie l'Europe cl (Amrique. il \v. SHEL ON A Co.|Ltd. 17, James Stre< i, LlVEl PO( L. ENGLANp Angleterre t 0. W.SHBLDOM *.Li 1. l'en'on liouse, 112/113 Fcochurch Street. Londou k. C. 3, Lngland J T*ranc Mr.nv & Company. \ Atlantic "reighting Corp.Div. U, Hue St Vincent de.it'aul. Paris, l'iante.^_ MoitT & CoMPARI Atlaniic Feighling Cuip. g Div. 7 Hue de la Rpublique, Marseille Fr uce. Gellatly ri N s vit Ce, $&5 21, Hue de la Rpublique rj Marseille. FraEce.-YJ I Mon .v Compioy, Atlantic Freighting Corp. DT. 10.") Bouti vard d< S lasloorg Havre, France "MORY & I OMPAW l\llanlic |-'ieighting Corp. Dit '7l Quai des Chartrous, B irdeaux, France i ernu der m & Stock we 11, Boite I' >stal 71' Havre, Fram Allemagne Atlantic Freig'inng Corp. Atlantic Freighting Cor,).* Ballinhaus, Hamburg 1, Germany^ Breitcnwcg 55 B rem en, Ger. Hollande Atlantic Freighting Corp. Koningio Emma plein ? ,Rotterdam. Ilollaud. Eiollane, Sude Sven Jansson it Company.;* ASSUREZ-VOUS la (louerai Accident Fire & Lit Assurance Corporation Ltd de Perth ( Scotland ) < ai la GENERAL est une de? plut piivatatei et des plat ravies organisation le ce genre. Le soleil ne se couche jamiis sur •• i champ d'acthi qii embrassa la moode ses Polices contre incendie co rvrent aussi las dgts occasionns pir fondre Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendia, malveillance dommage [caus autrui dans sa personne ou dans ses biens. Ses Polices Maritimes mises pir ses branches d'Europe sont payables es FlaW Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous 1rs vov Tlphone: N* 25 —a— Le vapeur Baracoa Voy. 104. venant directement de New York, saales. Blesaores Itanchantes del'index.annulau i n a n I pied gauche. Ilermance La lai n M ans. tue Lnfleur. Blessure or.lu lionf. Maurice Dupeiho. l Croix des Bouqut K I. talion de la hanrhe (In ci Blanc Gooiagui C2 au-Prince. Contusion loml (hospitalis). Klbcrt Terlonge, 13 #Tand Ht e I i I 3 ^ %  r. de l'avant bi nos pitalis). 30 juin 1. I?uhuise Julien, -u us, Fort SI Clair. Blessure contuse l'ai i inas gauche. Maxi Maxime, 17 ans, Grand'" Rue.Blessurescontases des laces interne el externe de la lvre teure. Wesner Toussaint, lt ans, rue itre. Simple bleasure cou.asa de la paupire gauche. Bretour Charmant, 20 ans, isse. Blessure contuse du Iront. Marc Alain, IS ans, rue H /olution. Blessure contuse de la luche. Senervil Rodiigue, <> am, i nd*Hue Blessure contuse du Iront. liant L Henriqoez.18 ens.Ba* Blessure tranchante de la main droite. Agns Fidelis, 42 ans rue Man le l'Etat. Blessure contuse gl Julien Bernad I, 22 ans. Lo\ Bleasura du pi< d I oit. Jonathaa Labissi e, 4(> ans, \i c ihsie. BU ssur< tr un li au niviau il< la clavicule g uc lie (lu.spilaliM ). Dieudonne Auiilus, .'{G ans, r ure probable du i 3 in ter. de l'avanUeras droit (hospilalis Avis Les Etudiants de la 2me anne de l'Ecole Nationale de Droit sont aviss que les coins mimogiaphis d'histoire dn Droit Hatien sont en vente chez l'auteur Me Henri TERLONGE Prire de se h'erjles exemplaires .sont en nombre restreint. I A LAIERIE BAILEY Livraison propre, hygine que, en bouteilles hermtiquement cachetes, l'ahr' de toute falsification. Transport tait en rlrigraleurs & rouet. 1813 raulHue, Port-au. Prince. Sauvez Assurez-vous contre accidat la General Accident Fira Li mile Assurance Corporation Li ed.— Vve F. Bermingharo Jil\X e i 15 ,liPn eS dan, sur une excellent, route asphalte Vues m* rvelnVnae* de la ville et dofrrt Boissons de toutes espces. SMOUfiCKS mu*!? e ;;"^ iculif rwr le. pe 05 io.. u. jor M Br>>



PAGE 1

Clment Maqloire DIRECTEUR 135S. RUE AMERICAINE 135S TELEPHONE N-2242 i tic |i lessn une I-III de l'onlieur rsl d atoir >n •• r l'tre stn-m ri, i ci te iu ir regamer M IW eatiert .suis tonifie MBS rtatroa. OMitMUfcT 26 me ANNEE N* 7712 p ORrNiE.(HAlTI LUNDI 4 Jl lIAET H L'industrie est-elle dsirable pour WEST INDIMS GARAGE le pays et doit-elle tre protge ; par son Gouvernement? —0— OUI, et c'esl un rail no y maiilgue les Usines/! lolr que Ions les pays se snl qui fonclionnenl actuelle entours d'une liante'muraille m ni. Elles son!, elles aussi, rie droits aflp de pernfetlre ! attaques dans leur vitalit l'industrie*d se former el de I par une ptition que des i lise dvelopper; en r'ernter uresss ont introduite devant lie lil dvelopper; en cernierj uressesont introduite uevani >u la Grande Bretagne, pays [le Gouvernement pour de >rc-changisle par tradition, mander le dgrvemenl des y t force de protger son industrie pour viter 1 1 ruine. POURQUOI? Dore que l'indusli e travail au* babia ) Pal procure du lantsdu paysl h) Parce qu'elle maiutienl une bonne partie du montaire dans le pays au lieu de graines de colon el acculer ainsi les Usines, le cas chant, ou fermer faute de ma li ou l'tranger. Que va faire le Gouvernement? Nous l'a tendons l'œuvre. Kii attendant, voici quel* Sous la direction de M. Arnold BRAUN Tlphone : Garage: 2251 Rsidence: 2462. ml.uu Armer huik^k-mn ci prim or,lil de lonl g.,i,ve,-l| ro TPVi|| Flip: M 1re premire iffisoirtes. nempD ? Uo belane cliv, | U tl InAVULtUIU Ut , demanda-ces dernire. veu| di e ,.„„ ,, %  „.„„ „..., il y a vingt cinq ans I.F v ,,N, iJuillerj'JUl. BREVE! SUPERIEUR hier l'institution de ka~ me \ mec Auguste fan ', lves Marguerite Alo/i loli 1 cite Del a ont s ti donne dj lu mme somme di ifaction qt s *m leniion la jiius le donner intgralement T !ques considrations el que I ranger pour des produits ma-/queschiflres sur lesquels nous nu facturs! c) Parce qu'elle procure des ressources considra Ides l'Etat en: t ) Impts,2)Droits d'Importation suremballages, produits chimiques, carlin ranls, :* ) Droits d'exporta lion sur l'crtilizer! d) l'arec qu'elle assure un coulement certain aux matires premires d'un pays! e) l'ai ce qu'elle a un rle important dans la bulaiiu commerciale d'un pays, hase fondamentale de sa richesse! La dbcle de la Hasco donne une pnible actualit ces propositions. Nous avons peu prs dit toute noire pense sur ce cas si troublant pour notre vie econo inique. La question qui,se pose est celle-ci: l'Etal avait-il un devoir dans l'occureiice et quel tait-il? Nous n'hsitons pas rpondre :oui, il en avait un; non pas dans le sens d'intervenir dans une dcision de justice, mais dans celui de parer aux consquences conomiques de son excution. Car la liquidation d'un tablissement de celle importance, gui /ait parit de notre outillage conomique, ne peut pas se faire aussi facilement que celle d'une simple maison de commerce. Elle est comparable, tout au plus, celle d'une banque par la multiplicit, la nature et l'tendue de ses relations avec l'agriculture, l'industrie cl le commerce du pays, Or, de mme que nous voyons, en raison de la crise conomique universelle, des gouvernements, comme en Allemagne el ans Elals-Ullis, intervenir chaque lois que c'esl le crdit ou l'existence d'uni Banque qui est en perd; de mii.c, l'Etat hatien devrait intervenir pour lacililer ou provoquer, a la suite du ingnient prononc contre la Hasco, un lglemenl des obligations que ce jugement mel sa charge, tel que toute la partie de celle affaire qui concerne [intrt du pays aurait ct sauvegarde,— c'esl -n-d ire un rglement qui aurait cou appelons son ai srieuse. a ) L'Lsine Saint-Andr paye par an en salaires el appointements Gdes 170,000,00 approximativement. Elle paye par an UD cab 'ge de Gds 1(1,000.00 bille achte annuellement poui le bois de hauflage.: Gds 15 000,00 i.)Au lieu de payer intgra I ment, approximativement. i 000,000 de livres d'huil* ou manlgue, produit an i;iiei de l'industrie locale entire, l'tranger, soit aujourd'hui environ Gdi 1,20 (-00.00, l'argent sorti du pay n'a el que pour payer les produits chimiques, emballages, huile pour moteurs, ta matieie brle, le travail clan rest dans le pays c)L'UsiDC Saint-Andr paye l'Etal.par an.Gds 18,000,00 %  nviron d'impts et, eu iic i ortations ncessaires sa Fabrication, Gourdes 70,000,00 ne droits. L'Ltat aurait toui h les droits sur les graine ne coton, dit-on, ai elles u av aient pas t employe.-, dansle pays ; doue ces droits i Ile les perd. Mais t'Eta ouihe les droits d'exporta iou sur les touiteaux ( lerlii/ei), soil 811 o/o des giaine de coton qui ont l exportes, et cela reprsente pai an Gds. 10,000,00 environ. d ) Hati ne peut-elle pas se louver dans le grave danger de ue plus trouver dis sue du tout pour ses graiue.s de coton ? Avec le change an glais baiss, Hati pourraitelle encore exporter ses graines de coton en Angleterre, pays qui absorbe ce produit? Avec la prochaine coalreuce de l'Empire Britannique q discutera l'ide de taire un bloc douanier britannique Hati ne sera-t-elle pas exclu? par l'avantage accord l'Egypte et les autres centres cotonniers britanniques ? Le Gouvernement sait-il que le commerce de ca m pche d'Ha ti est guett par un terrible danger, celui d'tre entirement dtruit par le lait que le campche de la Jamaque,.) la suite de (abaisse de la liv." qu un pa\ moins qu'il n'exj orte. Si un pavs exporte pour Gdes 5,000,0000(1 de marchandises el en importe Pur G. 4.000,000(0 •a balance est clive, la difl it nouveau c< tnme t peu tes masses.Ci si un i lissi meut pour les gouve; nants. .. I era quement nu moment o, arrivions. Il ds charmant • pour voi • • •' %  < de In I gne, fl' 'e geste J r sa courte. — i Pai I ", je ae saurais l'ac%  f moiaella l %  voir pu . etc. hn* qae tsllejeu tW J 7// mu a lieu In istribut on o\ s nrix 1. V. Monsieur l> tout ce qni i< a u lii Jei nnol, I cr lle-mme ne h, mritoire! il ; inci de loi s. P rji roc du su.• ien Ira nf as u les publ i 1 i s ri ait ifs aux rsors I i iques du BOUS • i ; l i puisqoe le Syndical <>, en u grand |oor, \\ s une qu il a') acun mal y roi jues vi e du j Drlte Extrieure — tan: i m %  i uni. \ < : : t /, ) m i italil i lu pr i oi ns de mal el grer, Mr le D'rtcttur,! eipret— "n de nies (lalulatn ris distingues. L. P. GEH\ US, Indus! b.ven i •n de vi rmi il E\pi il on i i • Morv'i m Joseph li' Il u I t SOU iiiompl le Rhum larbnneourt esl romme il conviait de P.; s ses rceplii os. ... voit qu' Donien, 'es chode travers • d'un pi^ement r vient de (.n bil in. On se dei se : > > ave dej uis a • ... v lail sortir s h ns, el cpie plus de ndani' •'i lu laur, par ision pi ise par la il sco de dposi r son bilan, ont t dans l'ordre le pins it, de la Hasco la : ••ire du Nord. Le sp< i lacle tait irapri ant. i cili la dcision de justice i Mei i'g. peut exclure ll-.t avec l'intrt gnral j intiremCBl du inarche ? Comment, en vrit, devnll Les exportateura qui dsi Un lait pareil, un gouverne rent des mesures dtruisant nient peut-il rester les bras l'industrie du pays, savent croises en disant que c'est l ils que, peut-tre cette anne un matre. une affaire qui ne le regarde dj, mme dans les droits] La dviation de lldal Nn pas? L'agriculture du pays, d'ex perla tion, les graines de n al avait subi, sous Fauslin il son industrie, el son cho coton d'Hati ne pourraiem une assez, longue clipse. > hommes surgii enl. e ce mme seul iuii de |i sliee d'unlan. ils voilllll i t; i>rer un i ?giuie de lil pai le cou! pou on I.M i util qui, jusque I, prtendait dtenir a toute pu e. L'œuvre tait h. nche que le HYsin >lais, act de la Hasco, il de passive,n'est-ce pas le sousysime traditiounel jompit K le respect de' *.* avn iiHui.m v . .#--. %  •, v-^yiv/li KM i i t< i i a*v(-Win inito' UIIV >>^ , mage ne regarderaient pas soi) plus tre exportes de ce iai l 'aulnes goiivernemen 1 .? El tons les Ne bniront ils pas dans c iilra t autres intrla du pays sem menl l'industrie locale. raient Mil,ordonnes a son ingui assure l'croulement de trl juridique, si ies|)clable la graine de coton au lieu de que soil ce dernier?. Allons h laisser pourrir nr place ? donc!... e y D'avoir' une balance ,'. ccmmerciale ACTlva, au lieu du dans \f sens je Li i u d'un homm %  %  esla-ilue d'u,, i i, ragile CO unie uous ; un | excutif trop r iuiiei onlre d es lendani es, Le ma ruit i m ou ir ; i personne humaine ; elli I %  de\elopperaenl de intrieure de chaqui ijuant ;i la l'or. e,au lieu d'll e tourne contre nou < Ile n'u e deux usages : maintien di l'ordre a I de la scurit ce, juslice dans l'or,h r et la hlieif, tel esl el a toujours t l'idul national... El maintel du ma le cri de certains joui na Vraiment le I tju'A couler ovis i las pi emii : i le rgime de Lib i l. Ceux-l client une dviation de lin aui ail i lu i al sculau e. Sa\ unt-ds bien ilendail gouverner d'que le rgime c/i; re/iqu, ...voit tpie l'ordre de lermir i s les maisons de • -us que' pu i menis. Quelr le lai il que le In ave de quoi •d Ici IC. . .i vu l'auti une dame • i e le tour de Poi t-au Prince trouver un quart de jsm Il lai ut s'en passer. ... a vu u x emu sengu.. ir" poite doit i e ou lerm L'un avait happ chez l'aa-• i rpondit-on, mais lei ma et il fallut I on. A deux cts de la on ''ene! va ; et ce lut imbroiine contre Cambronne. .. \ nue la police R'wt enI e doooc r, (jue constituaient s b p nigauds que de connu -rce a/ nenl in es pour taire re•• %  ili prim s ei des senli iustes.Maisifn 'le -la Naliou.il ignore le peuple pendant.il reprsente.! unes nouveau enl. Ils al %  enl pai: iul ,III n';i\ | ,-. I iv\mie polil q e I sou ni u ,i %  • 'ns. ni coi rai.. ion seulement i\\\ uuai lironisSOll ^\r l'volution | q ,.'.' || assuiei a i l peut matriel. Niais ce bien-tre lui— ne qu'esl-il %  sans lu | ion de la ju JllSlli renaissant ti le I i i %  repos humides ice. le ilrnx niiilt liavaillearf dr i taniedi et de li i e. lli Iniie, quand irrivtrrnl. On avait appria ue ces nouveaux chuitur i votai( • | r la villa i manire

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07043
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, July 04, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07043

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Maqloire
DIRECTEUR '
135S. RUE AMERICAINE 135S
TELEPHONE N-2242
i tic |i lessn une i-iii de l'on-
lieur rsl d atoir >n r l't-
re stn-mri, i ci te iu ir re-
gamer m iw eatiert .suis tonifie
mbs rtatroa.
! OMitMUfcT
26 me ANNEE N* 7712
pORr- NiE.(HAlTI
LUNDI 4 Jl lIAET H
L'industrie est-elle dsirable pour WEST INDIMS GARAGE
le pays et doit-elle tre protge ;
par son Gouvernement?

0
OUI, et c'esl un rail no y
maiilgue
les Usines/!
lolr que Ions les pays se snl qui fonclionnenl actuelle
entours d'une liante'muraille m ni. Elles son!, elles aussi,
rie droits aflp de pernfetlre ! attaques dans leur vitalit
l'industrie*d se former el de I par une ptition que des i li-
se dvelopper; en r'ernter uresss ont introduite devant
lie
lil
dvelopper; en cernierj uressesont introduite uevani
>u la Grande Bretagne, pays [le Gouvernement pour de
>rc-changisle par tradition, mander le dgrvemenl des
y t force de protger son
industrie pour viter 11 ruine.
POURQUOI?
Dore que l'indusli e
travail au* babi-
a ) Pal
procure du
lantsdu paysl
h) Parce qu'elle maiutienl
une bonne partie du mon-
taire dans le pays au lieu de
graines de colon el acculer
ainsi les Usines, le cas ch-
ant, ou fermer faute de ma
li
ou
l'tranger. Que va faire le
Gouvernement? Nous l'a ten-
dons l'uvre.
Kii attendant, voici quel*
Sous la direction de
M. Arnold BRAUN
Tlphone :
Garage: 2251
Rsidence: 2462.
ml.uu Armer huik^k-mn ci primor,lil de lonl g.,i,ve,-l| ro TPVi|| Flip: M
1re premire iffisoirtes. nempD, ? Uo belane cliv, |Utl InAVULtUIU Ut
, demanda-ces dernire. veu| di,e ,. ,, . ...,
il y a
vingt cinq ans
I.f v ,,n, iJuillerj'JUl.
BREVE! SUPERIEUR
hier l'institution de ka~
me \ mec Auguste fan.',
lves Marguerite Alo/i
loli
1 cite Del a ont s ti ttecs lis ves pour le
brevet suprieur
S os plus v niions
es jeunes demoiselles et ^
celle institution qui ned l>
donne dj lu mme somme di
ifaction qt s
*m
leniion la jiius
le donner intgralement T !ques considrations el que
I ranger pour des produits ma-/queschiflres sur lesquels nous
nu facturs!
c) Parce qu'elle procure des
ressources considra Ides
l'Etat en: t ) Impts,2)Droits
d'Importation suremballages,
produits chimiques, carlin
ranls, :* ) Droits d'exporta
lion sur l'crtilizer!
d) l'arec qu'elle assure un
coulement certain aux ma-
tires premires d'un pays!
e) l'ai ce qu'elle a un rle
important dans la bulaiiu
commerciale d'un pays, hase
fondamentale de sa richesse!
La dbcle de la Hasco
donne une pnible actualit
ces propositions. Nous avons
peu prs dit toute noire
pense sur ce cas si trou-
blant pour notre vie econo
inique. La question qui,se
pose est celle-ci: l'Etal avait-il
un devoir dans l'occureiice
et quel tait-il?
Nous n'hsitons pas r-
pondre :oui, il en avait un;
non pas dans le sens d'inter-
venir dans une dcision de
justice, mais dans celui de
parer aux consquences co-
nomiques de son excution.
Car la liquidation d'un ta-
blissement de celle impor-
tance, gui /ait parit de notre
outillage conomique, ne peut
pas se faire aussi facilement
que celle d'une simple mai-
son de commerce. Elle est
comparable, tout au plus,
celle d'une banque par la
multiplicit, la nature et l'-
tendue de ses relations avec
l'agriculture, l'industrie cl le
commerce du pays,
Or, de mme que nous
voyons, en raison de la crise
conomique universelle, des
gouvernements, comme en
Allemagne el ans Elals-Ullis,
intervenir chaque lois que
c'esl le crdit ou l'existence
d'uni Banque qui est en perd;
de mii.c, l'Etat hatien de-
vrait intervenir pour lacililer
ou provoquer, a la suite du
ingnient prononc contre la
Hasco, un lglemenl des obli-
gations que ce jugement mel
sa charge, tel que toute la
partie de celle affaire qui con-
cerne [intrt du pays aurait
ct sauvegarde, c'esl -n-d ire
un rglement qui aurait cou
appelons son ai
srieuse.
a ) L'Lsine Saint-Andr
paye par an en salaires el ap-
pointements Gdes 170,000,00
approximativement.
Elle paye par an ud cab -
'ge de Gds 1(1,000.00
bille achte annuellement
poui le bois de
hauflage.: Gds 15 000,00
i.)Au lieu de payer intgra -
I ment, approximativement.
i 000,000 de livres d'huil*
ou manlgue, produit an
i;iiei de l'industrie locale en-
tire, l'tranger, soit au-
jourd'hui environ Gdi 1,20
(-00.00, l'argent sorti du pay
n'a el que pour payer les
produits chimiques, embal-
lages, huile pour moteurs, ta
matieie brle, le travail clan
rest dans le pays !
c)L'UsiDC Saint-Andr paye
. l'Etal.par an.Gds 18,000,00
nviron d'impts et, eu iic
i ortations ncessaires sa
Fabrication, Gourdes 70,000,00
ne droits. L'Ltat aurait tou-
i h les droits sur les graine
ne coton, dit-on, ai elles u a-
v aient pas t employe.-,
dansle pays ; doue ces droits
i Ile les perd. Mais t'Eta
ouihe les droits d'exporta
iou sur les touiteaux ( lerli-
i/ei), soil 811 o/o des giaine
de coton qui ont l expor-
tes, et cela reprsente pai
an Gds. 10,000,00 environ.
d ) Hati ne peut-elle pas
se louver dans le grave dan-
ger de ue plus trouver dis
sue du tout pour ses graiue.s
de coton ? Avec le change an
glais baiss, Hati pourrait-
elle encore exporter ses grai-
nes de coton en Angleterre,
pays qui absorbe ce produit?
Avec la prochaine coalreuce
de l'Empire Britannique q
discutera l'ide de taire un
bloc douanier britannique
Hati ne sera-t-elle pas exclu?
par l'avantage accord l'E-
gypte et les autres centres
cotonniers britanniques ? Le
Gouvernement sait-il que le
commerce de ca m pche d'Ha
ti est guett par un terrible
danger, celui d'tre entire-
ment dtruit par le lait que
le campche de la Jamaque,.)
la suite de (abaisse de la liv."
qu un pa\
moins qu'il n'exj orte.
Si un pavs exporte
pour Gdes 5,000,0000(1
de marchandises
el en importe
Pur G. 4.000,000(0
a balance est
clive, la difl-
reste dans le pays et aug-
mente la richesse nationale
L'industrie dans le pays
diminue considra Idem en
l'importation; elle a donc un
rle considrable dans la ba-
ance commerciale ; grce
de,la richesse^nationale aug
mente ; ou, tout u moins,
elle vite le contraire, c'est a
ure l'appauvrissement du
HASCO MANIFESTENT
prcises du mutin et I
Samedi malin, d s travail- I-ramais.
leurs de Hasco, au nombre_______________________
i n v iron deui mille, pai lis
i heminaiinl vers la ville
' ^ le dessein di ninnif- tei
contre, sa . doute, la terme-
des 0avaux.
\'i Ponl-R i ne, ils fn
arrts pur a police. On par-
a iv< c eux ( ) l*i.- I
tint ii1 iji/ils abandon-
nent leur projet d'entrer
n ville. Ils retournrent
leur point d de, ai l.
1 elle manifestation de sans
lavait, bien que man.incc,
est pas moins un sigi e des
e ps. Elle indique qu'un
< s > it nouveau c< tnme t
peu tes masses.Ci si un
i lissi meut pour les gou-
ve; nants.
.. I era que-
ment nu moment o, arrivions.
Il ds charmant
pour voi
' < de In I gne,
fl' 'e geste J r sa courte.
i Pai I ", je ae saurais l'ac-
f moiaella l
voir pu . etc.
hn* qae tsllejeu tWJ
7// mu a lieu In
istribut on o\ s nrix ' n'es! i as i ii h il 'oui jusl
n'a ce dans sa
bourse ht.1 n 11 qu'il eat
I dit il spirituellement
I lai (io'i, je
i me le us heureux
tu n onde, j de me rui-
fins ant. | oar 'a jolie de*
elle di ( v.
Kista pas, re-
ii en consquence et par
1 i i\al.er,qui
/affaire
desTrso's
n//s ri ce von anle :
oit au-Prini i le lei Juil
Justice, Idal national
quon i ossi V fa Fore
on cesse d invoquer la Jm
Gt'STAVB Le Hiin.
de
Une lorce barbare, injuste, i uuilibre pai la fei
inhumaine avatl maintenu nos I Assemble Politique...
,ierea du us une servitude plu- Guerre entre pres! Guerre
iura l'ois sculaire, mais ejle impie. Au nom de I i stilu-
ii u\ ait point russi anuiliilerle lion viole, l'tincelle s'alluma,
\-\isentiment .qu'ils avaienl.de Comme une [ai
..i Libert.
L'acte de naissance de la Na-
ion, en supprimant celle force,
tonna la Libert, \.\ ce lut le
triomphe de la Juslice.
v la race noire transplante
JAuique et accrue de ses di-
vers lments de mtissage,
la nation en marche vers le '
umu inconnu,il ne fallait pas1
seulement une organisation so- j
laie assurant le nu-n-elie ma-
lriel qui, a lui seul, est un ins-
trument de servitude. Elle von- I
Uni, en oulre.ee niale el BUSl-re
noiiheur lait pour les grandes
anus la possession del Jus-
tice.
Mais la tyrannie, sons quel-
que loi me qu on la conoive :
empire, royaut ou dictature,
s implanta. Pour l'extirper, la
N.i'ion entreprit un m avail h
culeen. Bile renaissait de ses
eciKires.tant avait t forte l'em-
preinte coloniale laiasa parles gislatil u loi i
auciens maitres'.Empire de Des- I unique dessein e
salines,
ou dictature des Prsidents a
blure, ce lut. en elfet, son
Jeu vocables divers, la mme
foi i e qui tenta il ssse \ il
jeune Nation.
l nue dans I iaolt nient
lolls les VUII es peuples, elli Si
i nidii contre l'imort une el I
n.\e sur le sillon lumineux de la
Justice, elle renversa l'Empire
dont le maintien aurait conduit
au servilisrae, la libert sous
le i ou!; .me.
[i s mesui i
royaut ue Christophe i kcpolitique
ididatui
i iiuiie,
une trane de poudre, la !:
me se rpand il sur lous
points de la Rpublique Guerre
uce, guerre laim niable qui
ruina la Nation Sans doute le
rgime de libert a irait triom-
. i ' dnie loi i avait subi
1111 humihanl i hec. El dans ces
idilions.le triomphe du Droit
aurai! du eue aussi ci ni d
Juslice Ce lui lout
il prit de
I origine, le I m vePsa \
dan-, l c ici lusivisme. Il eut l'-
trange prtention de rgen
seul la Nation. Mconnaissant
les droits du Pouvoir Excutif,
d tenta de lasservir. Impl
d quilibre qui eonduisii la
Constitution de 187 I.
La \ icloi e a sure par le i
lablissciuei.l de la CoilSlilutioil '
de lH mi de courte dm
Cesl vue li \ eut iar
is politiques un pouvoii
mais dont
de
Au
M.recteur du . Malin >
1. V.
Monsieur
l> tout ce qni i<
a
u lii Jei nnol, I cr
lle-mme ne h,
mritoire!
il; inci de loi s.
P rji
roc du su.-
ien Iranfas
u les publ i .
1 i s ri ait ifs aux rsors I
i iques du bous i ;
l i puisqoe le Syndical <>, en
u grand |oor, \\ s une qu il a')
acun mal y roi jues
vi e du j
Drlte Extrieure tan: i m
i uni.
\ < ::t /, ) m i
italil i lu pr
i oi ns de mal el
grer, Mr le D'rtcttur,! eipret
"n de nies (lalulatn ris distin-
gues.
L. P. GEH\ US,
Indus!
b.ven i
n de vi rmi il
E\pi il on i i
Morv'i m Joseph
li' Il u I t SOU
iiiompl le Rhum lar-
bnneourt esl romme il conviait
de p.; s ses rceplii os.
... voit qu' Donien, 'es cho-
de travers
d'un pi^ement
r vient de
(.n bil in. On se de-
i se : > > ave dej uis a

... v lail sortir
s h ns, el cpie plus de
ndani'
'i lu laur, par
ision pi ise par la
il sco de dposi r son bilan, ont
t dans l'ordre le
pins it, de la Hasco la
:ire du Nord. Le sp< i lacle tait
' irapri ant.
i
cili la dcision de justice i Mei i'g. peut exclure ll-.t
avec l'intrt gnral j intiremCBl du inarche ?
Comment, en vrit, devnll Les exportateura qui dsi
Un lait pareil, un gouverne- rent des mesures dtruisant
nient peut-il rester les bras l'industrie du pays, savent
croises en disant que c'est l ils que, peut-tre cette anne un matre.
une affaire qui ne le regarde dj, mme dans les droits] La dviation de lldal Nn
pas? L'agriculture du pays, d'ex perla tion, les graines de nal avait subi, sous Fauslin
il son industrie, el son cho coton d'Hati ne pourraiem une assez, longue clipse. >
hommes surgii enl.
e ce mme seul iuii
de |i sliee d'unlan. ils voilllll
i t; i>rer un i ?giuie de lil
pai le cou!
pou on I.m i util qui, jusque I,
prtendait dtenir a toute pu
e. L'uvre tait
h. nche que le HYsin
>lais, act de la Hasco, il de passive,n'est-ce pas le sou- sysime traditiounel jompit K le respect de'
*.* avn iiHui.m v . .#--. *, v-^yiv/li km i i t< i i a*v- (-Win inito' UIIV >>^,,
mage ne regarderaient pas soi) plus tre exportes de ce iai l'aulnes
goiivernemen1.? El tons les Ne bniront ils pas dans c iilra t
autres intrla du pays se- m menl l'industrie locale.
raient Mil,ordonnes a son in- gui assure l'croulement de
trl juridique, si ies|)clable la graine de coton au lieu de
que soil ce dernier?. Allons h laisser pourrir nr place ?
donc!... e y D'avoir' une balance
,'. ccmmerciale ACTlva, au lieu
du
dans \f sens je Li
i u d'un homm , esl-
a-ilue d'u,, i i, ragile CO unie
uous ; un | excutif trop
r iuiiei onlre d
es lendani es, Le ma
ruit i m
ou
ir
; i personne humaine ; elli
I de\elopperaenl de !
intrieure de chaqui
ijuant ;i la l'or. e,au lieu d'll e
tourne contre nou < Ile n'u
e deux usages : maintien di
l'ordre a I
de la scurit
ce, juslice dans l'or,h r et la h-
lieif, tel esl el a toujours t
l'idul national...
El mainte oyens qui nenl le
.i la manii >l du ma
le cri de certains joui na
Vraiment le I
tju'A couler ovis
i las pi emii : i
le rgime de Lib i l. Ceux-l
client une dviation de li-
n aui ail
i
lu
i al sculau e. Sa\ unt-ds bien
ilendail gouverner d'- que le rgime c/i; re/iqu,
...voit tpie l'ordre de lermir
i s les maisons de
-us que'
pu i menis. Quel-
r le lai il que le
In ave de quoi
d Ici ic.
. .i vu l'auti une dame
i e le tour de Poi t-au Prince
trouver un quart de jsm
. Il lai ut s'en passer.
... a vu ux emu sengu.. ir-
" poite doit
i e ou lerm
L'un avait happ chez l'aa-
-
i rpondit-on, mais
lei ma et il fallut
I on.
A deux cts de la
on ''ene! va ; et ce lut
' imbroiine contre Cambronne.

.. \ nue la police R'wt en-
I e doooc
r, (jue constituaient
s b p nigauds que
de connu -rce a-
/ nenl in es pour taire re-
il-
i
prim s ei des senli
iustes.Maisifn
'le -la Naliou.il ignore le peuple
. pendant.il reprsente.!
unes nouveau enl. Ils
al enl pai: iul
,iii n';i\ | ,-.
I iv\-
mie polil q
! e I
sou ni
'
u
,i

'ns. ni coi rai..
ion seulement i\\\ uuai lironis-
SOll ^\r l'volution | q ,.'.' ||
assuieiail peut
matriel. Niais ce bien-tre lui
ne qu'esl-il sans lu |
ion de la ju
JllSlli
renaissant ti
le I
i i

repos
humides
ice.

le ilrnx niiilt liavaillearf dr
- i taniedi
et de li i e. lli I-
niie, quand
irrivtrrnl. On
avait appria ue ces nouveaux ch-
uitur i votai( | r la villa
i manire rana i 'n eertatoes
li. la ullen-
i ebarge
1)1 <\v%
ir leur foui nu du travail.
\ ceci
m i
- ii'Bt-
nif
"itlOll
!l)l)R.
tueur. Il tu l'ut
i roj enl ir.
nette.
H
- *
_i.


?\
i-L MUU V J*uiU.i Ll.'
ENO AIDE LA SANTE
En prenant du ENO'S "Fruit Sait" une ou
v fois par jour, vous vous assurez un
m interne propre, de la vigueur
physique et mentale. Rappelez-vous
B que seul ENO donne les
d'ENO. Ac' une
bouteille aujourd'hui. Rtfusez
les substituts.
ENOS
!
CHOS
><-*
Pour le Ministre
des Finances
Mr Charles Mann, i Dinbat-
Uni ce nul appelle les nue'
les rpublicains, dil des ides
d'Edouard tien iol qu' il ne
s'aqi< pas entre Lilats l< gurit
la vioience du voisin, niais d'en
prserver les nationaux. C'est a
quoi s'applique une polilique
raliste. < est ce donl ^e trouve
par dfinition incapable une
polilique il raliste. < -et iuler-
Tartisseinciil des rl s el cette
malsain- comprlu
responsabilits el des
lions de i liai nu trom un<
plication quant aux rapj
aux oppositions d'intei ls qui
doivent fixei les res-
pectives lu Conseilli r I ini
cier el du Ministre les Fiuan<
ces.
Il ne s'agit pas i e ministre,
comme beaucoup le el
oniine I a sembl ci urc /olre
prdi eur, le b m >m leur
ijouyon.d'alleiul i sil
ou Ih si iem sal\ al d un
conseiller liuaucier poui u
mer du mauvais pas. Autant
.pie le* bi i i> ei >al
que 1101 nellcul
tic i aft 1e......ml
milieu llt-
rences, u la n I que le |
clamenl os litres unh ci ilai-
ies, y u /., pour li u
grand bien de loi
avez la pi alique di
tairas et exactes, vou
quel coin doivent se m irqucr
\..s reli lions a>ec \ulre terri-
ble parletiaire ti
, ours et les le niques
t,r peu1 il rien contre son
yankisine . H faut l'acculei
par I puissance d( s*lails s i i-
ligues en sauvegardant les in
lrb mutuels et eu garantissant
otie mieux-tre.
Ce problme que le vulgaire
a pos demande une solution.
Tant qu'on ira chen lier cette
solution dans les nues en cou
sidrant la situation bous de laux
jours, on ne fera rien, .1 espre,
docteur, que vous allez eulrei
dans la fournaise des laits vi-
vants pour appliquei vos ides.
Vous tes un raliste.\ mis avez
donc des chances d'tre au pou-
voir un ralisateur,
Vous .' i es deux mois de nii
nislrt. La nation l< nd. l-.i
l'on commence a dire le vous
des choses qui vo >s seraient
tort dsagrables si Iles parve-
naient jusqu'au carr du D-
partement o vous tes docte-
ment assis, ou, si ne redoutant
pas le Gros Morue, elles allaient
cogner aax portes de votre re-
traite de lYlion-Yille. Poui ma]
part, |e crois ncore pie ce j
que l'on raconle est < < i etje
me plais .1 \ dus i appeler un
souvenir qui fixera 1 ei laines '
ides.
J'avais crit dans La Presse du
fi Juillet 1931 une lell e ouverte
au ministre des Pinaui es d alors
o je combattais les ides pie '
deux joui s auparavant il pi 1
Disait I ambre. Notre ami I
commun, M. Servi n, m'app
au tlphone pOUI me 1
combien la lettre vous plaisait
et combien les nier-, exprimes
taiant aussi les vli es il m
gagea a aller vous voii Le sou
de la vi lusions lon-
guement de< hoses conomiques
quand I incendie de la maison
li.Rouzier vint interrompre no
ire entretien.La lettre tait lon-
gue et disait entre autres 1
be?, ; I e 1 era I honneur de 1
toutes les puissai 1 e [ues j
de prendre position dans I
ion en noue laveur, quand
liens auions lait savoir qu
Convention militaire est pi 1
depuis !' 20 11
sonsleiir aune conveu ion 1
niereiale et pobliqne
partie c< uti ai tante venl
rouver avantages, el dam
JiosUuuitut uipiouiaLquc ttuus
). Certain! membres du
Tubunal de Cassation parais
seul cire uns uu tat d'ex-
lion inquitante pour la
se dit de la Justice. Ils ne
i h nt qu'adiesser des plaintes}
ici pire ielui-ci ou celui-l.
i Aprs nolie contrre L'Ac-
lion NationaU , c'est au juge
LuviUv qu'ils s'en ^prenoem,
Les tudiants domini-
cains ont tait mauvais accueil
deux professeurs cubains
accuss de mauvais agisse-
ments envers ,"les tudiants
cubains,
Les,,Scrta ires d'Etat
ont visit vendredi matin la
station de.la Kadio-Corpora-
lion. Des dpches ont t
ciilnr'^scr'eMxirn.e'd- changes entre le Prsident
nuemenl dont nous sommes les Ilooverei le Prsident Vin
cent, entre les ministres h.<-
tiens des relatious extrieu-
res tt des tiavaux publics et
leurs collgues amricains.
Le matiu s'ouvrent les
NOUVEAUX ALAMBICS
pour mima & rixtitieh
les. EAUX ui-VIE,
RHUMS, ALCOOLS, OtO
DEROY FILS AIM
. .,
76, ru tu J.:;atr* *
PARIS M
GUIDE PRATIQUE do UlitlIUteuf -""). w
Vit ESSENCES tic. MANUEL do F -rut tt *
3HUMS it tarif illustr adrttiei fruc*. 1
ai
\
Avis
l.e lundi h juillet, jour de
l'Indpendance des Etats-Unes,
le Charg d'A paires Amricain
recevra sa rsidence. Avenue
L.rue '/, de onze heures dwma-
lin une heure.
Mtxaawn'"- r fixerons l'emprunt essenlielle-
nii ni conomique qui doit taire
de nos masses les gens civiliss
victimes. ,
c Si noire diplomatie est in- |
tensiliee dans les deux Amri-
ques et soutenue par un service
diligent te propagande, ce seia
La gloire du Uuu> ei iiemeot ac- i
tuil.souieuii par la Constituante
de W2, l'ai i ivea a un emprunt
nullenieul lionleux qui est au-
joui d'hui, en raison de notre
pauprisme sculaire ri pro-
loiid, un impi ralil menu table.
Je iioi s qu'une \sie politique
l)|ma- de coii|uraiion tu dsarroi co-
pe!
i. Ol il V ."\ I *V*.*- .1UIII ii-v
iiiiiisteie, desj chaio. Le registre
leulaiil leur I |IOn eB\ ouvert
uontique comme tous lesprez
ne peut .senilier que sui celle
ase.'J oute auti e mesure ne peut
tre que pullialii et expdients
liuaiKieis. C'tait votre opi-
1 nion si je ne m abuse. Vous eus
talisle, \ mis ;i\ c/ itii, (Unis une
coulrence prononce je ne suis
plus, ou qu n ne laulj len atten-
de i iiuUalh e pi ive, qui
l'Etat di le grand promo-
teur ie l'nergie uaiionale, le
rali t i par excellence de
louie pi oiiut lion importante
Le sont les nies que je pro-
fesse et loules les uns que \oiis
travaillerez a les appliquer, je
vous seconderai le tome nu
.m ... | ri -e.
Votre prdcesseur a expos,
,i son Mi> in e au i
. lausses, et
i calisatiou il dposa un joui sur
les bureaux n lu Lliauiore un
projei de ci ealiou de banque
agru oie. ,w uni sa c mue ou mi-
nistre, il se prsenta au banc
Ue l'I'Aei uiii mu Pai leinenl, el lit
le retrait du projet, L'est tant
mieux poui le pava et bien mal-
lieUI eu . pour .Me l>on\ on. J'es-
pere que s os nies,pie \ mis aVCZ
[ongueuienl mries, m conual-
liom pas ces rliceuci i, Maigre
mou expeiiein e des nommes
publics, cest plus ion pie moi,
pai envie te vous taire crdit. ie
ci ois sans me tromper que si,
aprs trois uiois.vos ides irou-
, i-ui une opposition il redeniisle
le la part le VOS eoil.iooi aleurs,
vous voua retirerez. Mais vous
aurez du tout le monde si
dans l'impossibilit d'appliquer]
. ide vous restez quaud-
mme bayer aux corneilles
ilevaul les classeurs du Depm"-
cul.
Mais hlas on raconte, ce qui
est grave, pie vous n'avez pas
l'idees. Vous savez bien, Mr le
Vliuisli e.qu'av ou des id i < \ eul
mre se b pour le i n a User.
Voua avez l'air en effet Ue n'en
avoji gure.
examens l'Ecole Nationale
de Droit. Quelque trois cenls
tudiants s> prsenteront
pour les trois annes.
Le projet de loi poitant
une nouvelle organisation de
la D.Jj.T.P. abolit la facult
de commissiouner ingu.'eurs
des techniciens des travaux
publics non munis de dipl-
mes.
- La D.G.T.P. a tait l'ac-
quisition (lejplusieurs terrains
pour le*| besoins de son seivi- j
ce, dans les environs ue Porl-
au "Prince.
Avis
L'Inspection Scolaire lap-j
e aux intresss que lesl
examens en vue de l'obtention J
du Brevet simple de capacit ^
sont fixs nu 11 juillet pro- j
d'inscrip- f
:i partir de
relit date et la prsentation4
rie l'acte de naissance est obli-
gatoire.
Port-au-Prince, le 2 juilld
1932.
Votre elalisme avait trouv
une occasion pour se prouver
dans l'a lia ire du Contrai Barker.
j C'tait votre rle et votre d-
i voir tle le considrer, si vous
dvie/ elre logique el sincre,
dans le sens propos par le d-
pute Dehoux. C'esl le premier
acte que nous attendions de
votre gestion. Voua n'avez rien
lait ; vous avez gard vos ides
el vous mritez comme voire"
prdcesseur cejreproche lai
M;iun as d'tre un prince des
Jusdem farine.
| Vous desiriez le ministre,
on vous l'a donn, et toutes vos
belles ides ont migr aussitt
vers des rgions inconnues. Il
pareil que c'esl la fatalit chez
nous d'avoir ni ides, ni convic-
tions, ni bien autre chose encore,
quand on marge au budget de
la bienfaisante princesse noire.
IHANCK.
>
'Pourquoi
ne Pouvons
nous pas 9
Economiser?*

^OXWFN de foi rcnu llfMUMI po cttu quMtioa iprfc
?ou* tr ^ndu compae que v dpaDMl abiorbent tout Tcrtr
Mire?Qauitit d'autrea peraormea dont le rerenu n'*t pM
ieur au v*.tre, achtent det aiticlaa qui aonl hora de votm
' S-uitcf; fcpmiet au luaard?
Brochure tui le li.u'^rt Jr Famille, pbl&e par U Baaq>e
%9f*k, voua aide/a prvou- voa dpanfM et r ninanaw.
i>tMANr>cx-ur xiu*\ mu
La flanque Hoyalt
du Canada
L.
Remde nouyeaa
LA
encuiiE
4ftit par lu Sp*ciulisti$ d* Pari
soulage immdiatement :
BRULURES CRAMPES
ACIDITS de i ESTOMAC
ULCRES GASTRIQUES
CONGESTION du FOIE
DIGESTION PNIBLE
6URIS0N RAPIDE
L
radaitifJ1 lO^SLlOT
.f>nr...t-C. joi-,.. jy5-r
*;v vu -:. ,
r. MMV
Avis
Donnez vos uni mandes de
carles,de taire par', etc., fini
primerja Monaselt, o vou
rouvcftz un grand tliox de
lettre ci a des pris relative-
in- ni bs.
aux de Gorge
Double 6
Traitement
La double .action
de Vicks (inha-
l et absorb) les
soulage vivement.
VICKS
VAPORUB
PourTout Refroidissement
A
venc
Ire
lo Pigeons romains de
race pure, issus des premiers
prix de l'exposition d'avicul-j
liiro de Paris.
Couleurs: Bien, Fauve,Noir
Rougr, Chamois.
2o Lapins Gants des Flan-
dres et Chinchillas de race
pure, mme origine.
S'adresser
Mr Paul C ASTER A
en lace de l'Igli*? St-Graid
' 'Les
pea
curs sonl n s-
lantanment conquis
par la douceur d'une
tendre"
. ci/7 Hollywood
LES directeurs d'Hollywo a pe
uies i conn; itre quelle importance
a un 'fin1 oui pour l'allure lmn n.r.
"L;i douci ur d'une \ eau i s' l< ( !i
ie pins dcisif qu'une jeune H d puisse
avoir', dit un tameux diiecteur. "l\> e
que te iliauue agit si instantan n ,
q'aucune |eune fille tie put devenir une
toile clbre de I cran s ois cela. Une peau
sans dlaut est le lve de toute toile !"
Ues C13 importantes actrices dilo'-y-
wood. y compris les toiles, 606 emploient
le Savod de Toilette Lux Donnez uulre
peau le mme soin que !j leur. Cotnuuu-
d(z ujourd bui plusieurs gteam lu Sa-
von blanc de Toilette pariuin Lux.
LUX
DE TOILETTE
VlOHH A L.AUK1N, i-. () bOX v!. Distrsbuteura
RnMnnx ri do Centre, Pon >o.Prince.
M
Cin-Jaldu
DEMAIN SOIR
and rin
,vT3

ET
Buffalo-Bill
Entre: 0,50 ; Balcon, 106'
Ageut-Gurla
$0
SIROP I
DESCH3ENS
{'Bmoglobla*
f , B*fln*rinr du ng, prucrlt pr l'41lt dlc!*.
I mmptrltwr la rfanrf* oru* aux frrugmmux. Adtai dmnt la Hpitaux da Prit'
DOOr OtatuL. OEaOHIENa. t, Ru Ti.\ antrj, PARIS > rhvuiulH.
B@IiiieSKlIBSJMMM ATT^sinatSlIriHA
Toutes les Polices &
DE LA S
o i
g,

^comprennent la Protection contre la i
Foudre sans auqm.-ntation de tauxB
2
f-4
K

I UU.Le ti0SSPti(]o

Aqents Gnraux
0
i^ii.i-"igi(flM(M- irmi


LE MATIN 4 Juillet I
r.Vifc ,
lilHiiii Itarbi'uicourl......"
ommc tt universelle 4 garde m premire place
ndec partout :
UN BARBANCOURT
*e*l : Hue Cnr.
n._
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
L'ASSOCIATION DES DAMES
.HAIlItNNES PUUR LES
COLONIES SULAIRlS -
ma -
ivr de protection
de l'entant
. TURNIER -EST
DEMISSIONNAIRE
t
di8posiUonV\T!i^* illr.s'>
.dauslaco ,!,,,!S "r rurn'r*
n~ ...,.i, .'er**ant pas la mesure pn contre lui dmis.
sion au Prs- lent de la R pu
li m le Da-
'"" u csl maiutena com-
1. ,'.

A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la
ftmte de ses CHAi EAUX se tait, depuis le 4 janvier, au
1 2027. GRAND'RUF
(a fce de sou ancien local.
1rs Clients y trouveront le mme accueil.
MARCHE. CLRIT, GOURTOISIE
Martinez, Marcelin & G
e

En avez-vous dj (joule?
Eh bien, demandez dans
tous les cafs, bars el res-
taurants de ta Rpublique
te nouveau produit de la\
Brasserie Nationale : le
PORTER NATIONAL
Agrable Fortifiant
Bon March.
BRA^SSERIE NATIONALE S. A
Port-au-Prince, ( Hati ),
Le Comit d'administration
de cette Association a dei
pris toutes les d
pour l'installation,
lonie de Ptionville, pendan
le mois d'Aot prochain,
d'une cinquantaine d coliers
faibles et dbiles, recrtes .>
Bel-Air et au Morne- -T tl
dans les colex des Frres dt I
l'Instruction Chrtienne, dis
Pupilles de St.-Antoine, Vol-
mar Laporte, Darius Denis,
Guillaume Manigat.
L .Un nombre gal de jeunes
enlires de 12 l ans, ayant
besoin de cette cure dai
trais, de repos et n'alimenta
tion substantielle y seront
aussi admises, en Septembre,
aprs le dpart des petits gar* i >
ons.
L'Association pour les co-
louies de vacances croit pou-
voir compter sur la gnrosi
t annuelle de ses membre*
protecteurs et de quelques
10111 iiisseins de produits u 1
(Dentaires. Elle es! beureust
du concours oflert par I..
Croix Rouge Hatienne, m-n
de toutes les uvres de pro
lection soi iule et de coopra-
tion humanitaire, qui 9 pro-
mis dchausser de sandales
de cuir les petits colons de
cette anne.
L'Association fait ici un
appel toutes les amies el
correspondantes qui sont
charges de recueillir des
foncs Port-au-Prince ou
tans le s autres villes, de
vouloir les faire parvenir sa
Secrlaire-Gn'ale. au Secr-
tariat de la Cioix-itonge Ha-
tienne, Hue Capoix, Port-au-
Prince.
A la suite d'un in id 1 t sur
m en t re n ire
'" de l'Agrici Iture et M
Auguste Turnier, dire l(
ral dn rnal
la production agricole,
celui-ci 1 t bu pendu dr s< s
1.1 11 , I i,, r- ll_ lr....... _.
Avis
I a Pharmacie Sjourn h
foi nie sa I ienveillanlf cl h 1 -
tl une son sei vice de uuil
pe loncirounera pas du U1
*u 15 Juillet prochain.
Lykes Brothers SS C" lnc
xexfa --tiaitl Saato uomiii'jo- Porto-Rica
lire n ilier a passagers et
. ; cteini nt avec
! e seul se i( bebdoruat
Irt entre les ports du Go
Port-an-l 1
Pour i ; U [ ha| ;
impoit; sus toi >urs> dus iwv.s de
UNI-.
Les prochaines arrives 1 Port-au-Prince sont
e de vos
la LVK
s
Steamer TiilieLyl

Si
M en m r \ 1 -'nia .' yki |
Sic.1 mer Genevive i vives
'.Ki juillet 1<*2
I juillet lf,*2
15 juillet PS2
22 juillei 1932
29 juillet mil
S acit 1M2
Uureau: Rue du Magasin de Hfctac. Rode Pestalal
L'ECOLE NORMALE DES FILLES
Les progrs de cet tablis*
il de tout du
font louent. B'en qi i |ue,
i n'est pas 1 liflrenl ; u
vi ni du senlinx
eligi ex 1 hes si s 1 lves.
\ cel gard.c'esl ave plai
lr qui 1 ons avi ns entendi
la ch in I des litn es
excutei de^beaux raorceanj
grgoriens, *au cours d'ut
plerinage l'Eg ise du Pe -
pluei Secours.
\ >; flicitations la direc-
trice de la Normale,ans*' b
in ses l. v s de leur beau
m iveratnl RIE
RICHARD PETERS, Prop.
CHAMP DE MARS. N01217
La seule boulnngeile Europenne en Hati*
Spcialits do pain,"pour sandwich
Pains tlutea et patns^inouies. Fains^noirt
Pains complets, etc.
Patlsserio fine, p Vol au vent. Tourtes.
Soins et promptitude.
e
Tlphon
La Maison n'a
cursale.
2069.
pas de suc-
l LON LIAUTAUO. DECORE
DE LA LEGION 0'
Idal Hhiiiii
AUX ROY
30 annes de succs.
Voulez-vous
Russir dans VOS lu le no
taire russit vosenlanls.gic
une mthode d'enseigne-
ment classique excellente?
VOULEZ VOUS
Une protession aprs 6 9
mois d'tudes srieuses (St-
no-Dactylo, Langues vivante
Comptabilit)'
Songez que l'Institut TIl'-
PENMaUER se recommande
et s'impose volie attention
par les brillants rsultats d
j obtenus.
l37Rue Lamarre.
Tlphone 2ti>l.
. Nous apprenon plaisir
que notre ami M. Lon Liau-
laud, ancien commissaire ha-
tien a l'Exposi loniale in-
lerwlionale, a reu du gou-
lement fianais, en mme
' '"P" que M. El hauvet,
a dcoiaiin de chevalier de la
Lgion d honneur.
Nous L'en flicitons
ment.
AVIS AU COMMERCE
i a Railt hip I ine a I avantage d'*n
ri once r les di New Vork pour porta u moce
Hati, dire : li. Tons;, les stermers sont
pourvus d< chambre nie
Dparts ie Ae \ork, rivages i'<> 1 nu-: rince
Steamer v venlura" le 2 i juin
Staam i o" le 6 juil WYM
Steamer Guavaqr.il' le 12 millet
u es vive-
Surprise-Bar
Anlnor PERKIRA, Propritaire.
Codso nmations de prem
( choix aux me nea prix qu'en
viie.C dits
Une surprise, L u jours agra-
ble, est rserve Ions ceux
qui nous ter ont I honneur
d'une visite.
Parama Railro d Steampship Line
U.C. VAN REED
tgeul (inral
le I juillet |932
le 11 iuillet 1032
le 18 juillet 19. 2
CE QUI N"A JAMAIS El t I II
CE.OUI NE PEUT.EUE DPASS
MESSE DE REQUIEM ,_ __
Le mardi juillet prochain, t leUTS leUrS!
Mme Salim Aun fera chan
ter. en l'Eglise du Sacr Cofiiir
de Turgeau, une messe de
requiem la mmoire de
SALIM AUN.
Les amis du regrett dfunt,
en y assistant, appirleiont
un touchant tmoignage de
sympathie sa veuve.
n trouve a i hes \!.- le I i
line ngustin, Cas e i de
eho r. corbeilles de Qeun aaturelle*i
'le, Lu i m an I .
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpaie dans dea r< nditions rigoureuse*
IE
Prparai on et Vente
?*iamacieF. URNE
A ;';:<- des ruei lo ix el du ilenlre.
Alimiinniii Line
|atr1tr|siifn e^iabile el ftew-rUis ttir Perl an-Prinre p-Kailini
Puerle Plate. Santo-Domingaet Sa Pedro de Marorii.
L FAITEST INCNTESTBI2J
FI
m Sa i*Mie
rort-ar-Priuce Arrive
Lan Hatien *
Puerto PI la
Santo oming" "
?an Pedro de Maons
axril 12 Mai 10 Juiu 7 juillet 5
n 14 12 i< !l i 7
' 16 c 14 11 i 9
19 17 1 14 i
" 18 i 1U 18 11
l'our
lotis les autres renseignements s'a tresser ht ssieur*
A. de MATTEIS & C,
Agents Gnraux
C'est la quintessence des meilleurej
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ1
r
aeaei


Lundi
4 Juillet 1932
Le Malin
,;"4 PAGES 25
2*ANMBBN' 7512
r*ei-Fri
*
Panama Railroad Steamship Une j
Agents aux urineiuaux uorls d'Europe. '
Service de ,rcl ci de passagers enlie
l'Europe cl (Amrique.
il \v. Shel on A Co.|Ltd.
17, James Stre< i,
LlVEl PO( L. ENGLANp
Angleterre t
0. W.Shbldom *.Li 1.
l'en'on liouse,
112/113 Fcochurch Street.
Londou k. C. 3, Lngland J
T*ranc
Mr.nv & Company. \
Atlantic "reighting Corp.Div.
U, Hue St Vincent de.it'aul.
Paris, l'iante.^_
MoitT & CoMPARI
Atlaniic Feighling Cuip.g Div.
7 Hue de la Rpublique,
Marseille Fr uce.
Gellatly ri N s vit Ce, $&5
21, Hue de la Rpublique rj
Marseille. FraEce.-YJ
I
Mon .v Compioy,
Atlantic Freighting Corp. Dt.
10.") Bouti vard d< S lasloorg
Havre, France
"Mory & I OMPAW ,
l\llanlic |-'ieighting Corp. Dit
'7l Quai des Chartrous,
B irdeaux, France
i ernu der m & Stock we 11,
Boite I' >stal 71'
Havre, Fram
Allemagne
Atlantic Freig'inng Corp. Atlantic Freighting Cor,).*
Ballinhaus, Hamburg 1, Germany^ Breitcnwcg 55 B rem en, Ger.
Hollande
Atlantic Freighting Corp.
Koningio Emma plein ?
,Rotterdam. Ilollaud.
Eiollane,
Sude
Sven Jansson it Company.;*
ASSUREZ-VOUS
la
(louerai Accident Fire & Lit
Assurance Corporation Ltd
de Perth ( Scotland )
< ai la GENERAL est une de? plut piivatatei et des plat ravies organisation
le ce genre. Le soleil ne se couche jamiis sur i champ d'acthi qii embrassa la
moode
ses Polices contre incendie co rvrent aussi las dgts occasionns pir fondre
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendia, malveillance dommage
[caus autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises pir ses branches d'Europe sont payables es FlaW
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous 1rs vov-
au moins 4000 dollars, la prim annuelle u'taut que de 1/2 / *' M d tllairi l\ C
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCave*
SOUSAGEXTS
Atlantic Freig Corp.
Intwerp Division,
c o Su inmann .v i t mpany
P. O. Ho. 1069, Rotterdam
A B VV. Larka.
Atlantic Freighting forp. Div.
eppsbron 10,
n, Swerien.
i b mslro
Atlantic Freighti ig Corp. Div,
Skep|
Swedei.
Atlantic Freighting
Corp. Div.
Norrk ping Sweden
Simon Edstron a m
Atlantic Freighting
}Corp, Div.
Malnio, Swedei.
(LIGNE COLOMBIENNE >
Tlphone: N* 25
a
Le vapeur Baracoa Voy.
104. venant directement de
New York, let pn chain, en route pour
Plo Co ombia.l arlageu ,Cris-
tobal, Canal Zone, Kiugston
et New York.
ihard Bergli k Co
intlc I reighting Corp.. Div.'
llalsingborg, Sweden.
Belgique]; Espagne
inlic Freighting Corp. Agencia Maritime Delgado
Ste nmann et Co
yuai Jordaens
Anlwi rp, Belgium,
* ?
Jacelona Spain.
Norvge
Danemark'
l el Company
Copi I :,;:<. 0, Dciimak.
Italie
A. Cei i sa el Company
Via Bai chi 3,
Genca, I al y.
Laurilz A. Devold A. G.
A1 la n tic Freighting Corp.Div.
Aalesund, Noiway.
Le vapeur Bolivar) Yey*
100, de retour des ports du
Sud, est attendu a Port-au-
Prince le 7 juillet prochain.
Continuera poi r les ports du
Nord orant fret pour New-
Yoik et Europe!; via New
York.
William. E. BLEe.
Agent.
laaital lserai Haltiel
Accidenls
29 juin 11
i
Ariatilde Joseph, Si ans. Pont
Hoage. Blessure r.onli v'.' de IV
vant~bras droi', blessui e ( mtuse
du Se orteil.
Lonard Jn-Louis, 21 ans,
avenue Magloire Ambroise, Bls-
aure du dos de la main base du
psuce.
Homme sans earo e, Por! u-
Prince. Blessure contu le la
lvra suprieure.
Soidisanl Petit-Homme 38
ans, en lace du Cimi e. Bls
aura piquante du doigl majeur
droit.
Joseph Mont I kir lu ms.
Carrefour. Fractuit* ru l 3inir.
de l'avant- bras gain lie.
Blanc Polynice, ans, i ue
Kleury. Bilure supt ifl ielle la
lesse.
Marcel Joseph, l'.i ans, Ci \
ik>saales. Blesaores Itanchantes
del'index.annulau i n a n I
pied gauche.
Ilermance La lai n M ans.
tue Lnfleur. Blessure or.lu
lionf.
Maurice Dupeiho. l
Croix des Bouqut k i. talion
de la hanrhe (In ci
Blanc Gooiagui C2
au-Prince. Contusion loml
(hospitalis).
Klbcrt Terlonge, 13
#Tand Ht e I i I 3
^r. de l'avant bi nos
pitalis).
30 juin 1.
I?uhuise Julien, -u us, Fort
SI Clair. Blessure contuse l'a-
i i inas gauche.
Maxi Maxime, 17 ans, Grand'"
Rue.Blessurescontases des laces
interne el externe de la lvre
teure.
Wesner Toussaint, lt ans, rue
itre. Simple bleasure cou-
.asa de la paupire gauche.
Bretour Charmant, 20 ans,
isse. Blessure contuse du
Iront.
Marc Alain, IS ans, rue H
/olution. Blessure contuse de la
luche.
Senervil Rodiigue, <> am,
i nd*Hue Blessure contuse du
Iront.
liant L Henriqoez.18 ens.Ba*
Blessure tranchante de la
main droite.
Agns Fidelis, 42 ans rue Ma-
n le l'Etat. Blessure contuse
gl
Julien Bernad I, 22 ans. Lo-
\ Bleasura du pi< d I oit.
Jonathaa Labissi e, 4(> ans,
\i c ihsie. BU ssur< tr un li
au niviau il< la clavicule g u-
c lie (lu.spilaliM ).
Dieudonne Auiilus, .'{G ans,
r ure probable du
i 3 in ter. de l'avanUeras droit
(hospilalis
Avis
Les Etudiants de la 2me
anne de l'Ecole Nationale
de Droit sont aviss que les
coins mimogiaphis d'his-
toire dn Droit Hatien sont en
vente chez l'auteur
Me Henri TERLONGE
Prire de se h'erjles exem-
plaires .sont en nombre res-
treint.
IA LAIERIE BAILEY
Livraison propre, hygine
que, en bouteilles hermti-
quement cachetes, l'ahr'
de toute falsification.
Transport tait en rlrigra-
leurs & rouet.
1813 raulHue, Port-au.
Prince.
Sauvez
Assurez-vous contre accida-
t la General Accident Fira Li
mile Assurance Corporation
Li ed. Vve F. Bermingharo
RUE du MaGaSIN di L'ETAT
Loquet tablissement si-
tu tout prs de la Banque
Nale et dirig par Mme Maria
BERTET.
Consommations de premier
choix.
REMERCIEMENTS
Mme VveT Buteau fl's.Mr
le Dr et Mme Jh.Buteau, Mi
le Dr.Flix Buteau,,vielle Rosa
Buteau, Mr el Madame Au^.
Mackenzie, Mme Vve Alired
Celcis. les familles Macken-
zie, Richard Rg s,Willy Dou-
yon. Deslandes Laguerre ei
Pierre Dusseck, remercient
bien sincrement les amis da
Porl-au-Piince et de la pro-
vince qui leur ont tmoign
leur sympathie l'occasion de
la mort de leur regrette fille,
sceur.nicce et censilM J^
Marie 1 hrese Jeanne Buteau
survenue le dimanche 12 juin
courant.ils les prient de croire
leur prolonge gratitude.
Port-ao-Piioce. le 1er juil-
let 1932.
NE
Demande une steno-dactyloi
franais anglais. Se prsen!er
au Bureau de l'Inspection de
|a Compagnie.
vos livres
S uvec vos livres el con
lecli'-in eu mau lai t I
.n \ pile
i.AMii LE,Rue Bonne
Foi .
'
Laboratoire SJOURN
Directuii
F. Sjourn, Pharmacien
Sj Pnarmacien de PUniversIt'de Paris
M. Sjourn, Pharmacien de l'universit de Paris.aaciea
interue des Hpitaux d Paris
* lalyses des Urines, du suc gastrique, du sang / Was-
^erMiauu, Lie, Constante d Ambard, Glycmie).
Dtwraeats. Du anrtifjres raWee.
Agent Gnral pour Haiti
Portau-Pnoce. IG. tilLG
JE\H I-ANCHET Jrmf
Alt1, lion
PROGRS NOUVEAU
RHLM biOL\LAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZN
ifiNimu m m n PtriE i rm piiwe- 1331.
Loterie Nationale d'Hati
41 , Rua Bonne.Fol, Phona : S358
La Loterie Nationaled'Hati est
ne institution hautement humanilaire par la multiplicit
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, n ne chance de biaa
?Ire offerte aux hommac de toutai conditn.ns de lortun.
Em loy.s Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans. Shlarlt de
tous ordres, Gens de maier-u ( domestiques. ) lani parler
leur budget moyannant deux goodes, peuvent gagner trais
saille gourdes. Patrons de Comrene.Chets d'Iuduslie, paras
aux insuffisances des ventes, par l'achat d'un billet, qui voua
libre du souci des chances-
Mdecins Avoaats. Ingnieurs, Snateurs.Dpots, franda
Pign taires de I Etat.Raprsentsnts de lintellectualii, Jear
nalistes.
Dennae l'axaaaf le da vetre solidarit anclaie..
Rentiers, capitalistes, aemsae tn jouant, augmentez vetre
ivcir.
JukiiTJ,! hlb;!.e!. Hai,i r"dezlui service en sebe
lit le billet de la LOI IRIE NATIONALE D'HATI.
OUBLIEZ PAS DE FAIRE UN PETIT TOUR A
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
rns ne iJori-ar-Prince -----------
>Jil\Xei 15 ,liPn!eS dan, sur une excellent, route
asphalte Vues m* rvelnVnae* de la ville et dofrrt
Boissons de toutes espces.
SMOUfiCKS
mu*!? e;;"^iculif rwr le. pe05io.. u. jor M
Br>>


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM