<%BANNER%>







PAGE 1

T r TAttC •> L 1 ilAjr -1er Jvillet kWfc> MCiK<<-jfa UM Le danger des Capitaux trangers Que se passe-i-ii et leur utilit I Thomazeau? LBUE.1 CHAuVEl LCOR DE LA LGION D'HOI r. o— Depuis longtem >-.. il y a mfiance et la prudeuce du Une question 1 nprunt petit nombre qui trouve bien l'ordre du jour; nous devrions dangereux le nation li-me dire: depuistoujiurs.fc.nettendant le bras par-dessus tet, sous pr elle q te lesca' les unis itaux sout n: s; dres pour | Nous ne considroal ><-> BSSM que, ailleurs, on ne rec.turt l'emprunt extrieur que, pour ainsi dire, in extremis el dans les cas —tels ceux d'apivs-guerre, — o l' :oUOmie u ilio iale, puise et sorsalure.d'efiortS, %  besoin rellemcn 1 lu rconfort tranger pour se renouveler. hn sommes nous l en Hati ? Au point de vue du dvelo iienent, si nous so nines i iys neul, so uines-uous pays vacant? n'avons unis pas population, terres, bras, ressources diverses, matires premires, des lites, un gouvernement, des lois, des besoins p| enfla ...'lu travail qui attend? Il s'agissait, ces jour-ci, de Boyer-Bazelais et de ses malbeurs patriotiques. Il reste beaucoup, tout, dire de son e ivre. Il fut un adversane • rductible des recours fi i tnciers vers l'tranger el v >oiis son impulsion qui l'As?! mble INat.onale aima mieux, risquer nos relations diplomatiques avec la Franc plutt que de consentir notie asservissement li ancier du fait de l'emprunt Domingue. I Son lve fut, tout le temps, I de supprimer noire delts punotre ai QOlpe Jbljque et d'enlever ce pays, Industrie et que, tandis Mlon ,.. 8a fl pfopre l e l P reMlo0 que les capitaux empruntesK a """""* ciel hommes LOUS sont toujours restes| < ,ar 8 CDl * lourdement pour compte,] Il est temps, pour que ses notre agriculture el noue in'sacrifices a la Patrie ne restent dustrie sont alles eu pas plus longtemps vains, que lissant, on ne peut que s'at! les leoos de sa vie et de son trister devant l'emballement j apostolat politique soient rede presque lous aprs la res| tenues et mises enfin prosource dangereuse de l'emiii. Mfions-nous de l'argent prunt, et trouver j usines la jeuanger. e dvt loppeinent du pays, nous avois conslamn %  it pas si notre temp courir apri eux. De l, la srie iuterfflinabie des difficults que n JUS avons eu bien pension ion d i frapp par le Parquet L* supplant s'y (jppos.i ; dot. mentes, interventio de ii irde qui desarma le Ju., de Paix. Quand donc les Pouvoirs pubins se dcideront -mettre de l'iudre dans cette intressante commune eu la d 'bar* rassant des mauvais eiements qui sont la cause de tons les d ordres que l'on enregistre depuis janvier ? VILLE DE PORT AU PRINCE Communiqu l !/A lininistr l'ion Commn j n ••'• avise (|n' la dite du 27 jnm nran', %  lie a 'e'" la | d i c sui ante de la Scrta cri 'i Iv i le l*Iutrieur : Le (iomernement ayant l'tude un projet de rglementation du commerce du se', j';'i l'aantage de vous Informer que mm Dpartement :i dcid ''e iapporer l'an t comrnnnnl en date du l Fvrier ]\)A l relatif la veule de ce produit. Ce 30 juin 1932, Ncrologi v i Nous avon i appris la mort :'e M me V 1 j. C. ARTIAUO, ne Ccile Liautaud, survenue au Cap dmi nclie '1') COUraCt. Nous prsentons nos sincres condolances a Mon1 sieur Paul Vrteaud, son fils, • aux familles Vrthur Franois, ) Dr Jeanty, Arteaud, Liautaud et aux autres parents et allis. Noire charmant contre et ami M. Fines! G. \ hau\ei,c..direetcurdu Nouvelliste,et ancien commissaire gnral d 1 1 ti a 'Exposition ( olo laie Inb-rualioiiale de Vmniits, vient d'tre I' bjet • nue aimable d stinctlon de ,-a t MB goavti m ment IlSUosqui lui a deieme la ioselte de Cbevalier de la L* gion d'Honneur. Nous en flicitons trs vivement notre confrre et I i renouvelons, l'o< casioil, n tre cordiale amiti. Pour Gurir ou Eulter • MIGRAINES, CONSTIPATION CONGESTIONS, TOURDISSEMENTS EMBARRAS GASTRIQUE IL SUFFIT de prendre l'un de vos repas (tou le* deux jour* seulement), une PILULE du D DEHAUT 147, Rue du FaubourgSt-Deni,PARIS Mais il faut exiger les vritables qui ont tout fait blanches et sur chacune desquelles les mot* DEHAUTAPARIS •ont trr lisiblement imprims en noir Bibliographie POUR ION PLAISIR ET POUR MA PEINE CHOS — l'ar un communiqu adress aux journaux, le D f urteiucDt de llntc i ieurctu vis es Intresss que l'approbation donne 1 arrt un Conseil communal de Port-i u Pi ince, en date du 13 Fvrii r 1932 relatil la vente du M, est et demeure rapport! e. En CJUscqiieni tle dit Arrte est nul el sans eflet. — A pailir uuiijourd hui, 1er juillet, eu vertu de l'arrt prsidentiel, tous les eta btissements de commerce; d'industrie et autres lei nieront 4 heures prcises I renverront leur personnel' Saut exception pour les phar macies,restaurants et similai res qui tablit o ut uu roulement de leurs employs. - Notre contrre L'Abeille, de Jacmel, a ouvert un coucou i s de beaut en vue de designer la plus l> lie jeune tille de su v i lie. !.. s lecteurs seront dans l*en barras du choix, Jacmel tant riche m beauts fminines, — Une concidence : peudant que l'Assemble natis nale di'cute le projet de la nouvelle constitution, le tMoniteur > publie le proc-ver bal de la sance du 29 mai 1931 de la Chambre desd putes o l'on dbattait le principe de la rvision cous* tituiioiuie le. — Voici exact* m ni l'eflectif de sou i ersonnel lici nci avant hiet midi pai la Haico; 2320 employs et ouvriers. — Le journal L'Amrique La Une > a publi le discours prononc par notre ministre Paris M.Constantin Mayard, %  u banquet organise eu s->n bonneurparla Socit F a Amrique Lutine. — Eu|deboi8 des travailleurs de i.. Hasco .tus i inage par la cessation acuv.ttsue cette cotnpugoii il y a toute une personneaaVoccu]..... ue comBitrv f^uautueulaient les gens des usines de Chancerelle, qui sont obliges, elles aussi, de pliei bagage. — Les services de la Ra dio-Corporation ol America, installs Place tirflrard,commenceront de fonctionner aui lurd'bui.La Compagnii oll e le i i.|>i te s l'umuinmca >ons r diogr phiquea %  < %  ec i m n le entu r. — U'Assi n ble N T ationaU s MM' 1 a\ nl-lilt r les ;n tu lt s 1 .i l'J i i |i nie! de mosl lu lion.Cele \. assez rondeuieut. — A La u ban ne, le Gba elier s ou Papen a demandi BU nom de l'Allemagne, la rvision du Trait de Versailles — A la Convention dmocratique de Chicago, les dlgus ne sout pas d'accord sur la question de la prohibition. — Ap's v i • i ii in dimanche, Ptionville ftera son patron ^t l'ieire. Des prparants sont eu train pour donner grand clat la lte. iNiiiiiiiiniiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiRiiniiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiii La MDICATION par les GLANDES LE CERTIFICAT D'EIUOES PRIMAIRES Selon les premires informations que nous avons refues, les rsultats des examens du Certi ficat d'Ktudes Primaires semb'enl tre plutt dsastreux, cette anne ci. Cs sont la des inquitants qui doivent rel< r oute l'attention de nos Pouvons Publia*, car ils n tout que confirmer les constatations laites depuis longtemps dans les tannlles au sujet de la baisse croissante du niveau (Us ludes. La cause du mal rside essentiellement dans l'tat actuel du Dpartement del'Instruction Publique qui est le plus nglig de lous, alors qu'il aurait d tr si l'on veut rellement taire pro f [rt s" r notre malheureux pays. e princi si objet te nos et! nia, lis que 'i iuii es Serv ces SOOI p ili lOUt, nos pauvres col< %  pi bliquts : dans un tat m .li lei d plorali el pi vea ne uvuivemnucuu eucouragemeut o 1 et. I CD m o c < CD LE'GLANDOPHILE* est un extrait de atandaf fraches d'animaux slectionn parmi les espces les plua vigoureuse* ; son emploi H DODNIIII dam i-s cas suivants: Les troublos nerveux, la dpression physique et morale, la vieillesse prcoce. C'est le produit de choix clans tous les cas d'Impuissance sexuelle taut chez l'homme que chez la femme. Par suit action rapide et durable sur l'ensemble de toutes les foncions, la "OLANDOPHILE". ...siiicu le rparateur le plus nergique dont l'action se traduit par un rajeunissement total de l'organisme. Le "GLANDOPHILE" ne contient aucun produit toxique et peut tre pris par TCUT LE MONDE I enfants, adultes et vieillards des 2 sexes. Demande donc le "OLANDOPHILE": H pour l'homme ou •" pour la femme. tlcc gratuite et vente' P.SJOURN W lU'CII./'orf-nii-Prinee et dans TOUTES les i onnel pharmacies ttuli dittributeur$ : A. THOMAS & C' 15, Rue Mnrtelt PARIS comme autrefois. Nous avons pu nous procurer la lise decomjtvitioc les divers jurys. ( hnn.it, comme ils l'ont t, parmi les membres les plus compleote du personnel enseigoanl di nos coles publiques et prive, ils ne pouvaient que remplir leur mission avec f conscience et impartialit : j Prsidence bnvole des exa[ mens:Mr Plii Magloire, Inspecteur des Ecoles. Prsidence des 3 jurys de fills ; \|. le son.'-iiispecteur >amut I Dvl ux. l i Jury. — Mlles Solange Pauyo, rame (> ib iel, Lda Lai.t'ue, I). nise Et h ai I, Mme Wcsi. 2e Jury.— Mme Tui ian, Mlles Chriatiana Jardine*, Suzanne Csndy,Georgelts Justin, Lamercie Vieux, Mme T. Holly. .'le Jury.— Mlles Marie Nadal, 1 Mnriet'e La pierre, Lilia Casimir, Menu' I) lie \^ mand. i' d s 1 inryi ci r i, M. i sous inspecteor Il I :iv, ,• i t lui \ Piai I L B m. M A 1 ,,jr 2Jury.— V)\l. Vt^unre Alva rt£ <>• Augus D, 15, k r, M. Lonard. — 00 Par MARC VERNE. Marc V**rne vient de pus b'ier la collection capoise une srie d'impressions groupes sous le tire lotit mode ste .four mon Plaisir el pour ma Peine. Le livre nous a tout de NU i i e conquis, par su facture simple, nonchalante presqie, et l'accent douloureux d'humanit vraie qui le traverse d'une ligne l'autre. L'est la m rque certaine de l'artiste de race que de troubler les Imes, avec des mots de tous le> jours .. ceux q u i nous monuntd'eux mmes aux lvres quand un g r and bonheur nous gonfle te cœur...e ceui qui se pressent la gorge, a i h> ure des captures, • les ilpu t et des dieux .. I y a du Ht mi Heine dans l'crivain i profondment spontan, que se rvle M tre Vei ne ... 'est la mme touche subjective ... les mmes sanglots contenus d'entant qui a le cœur gros... Nous regrettons de ne pouvoir— dans ce quotidien monopolis par l'actualit politique — formuler, avec tout le dveloppement dsirable, noire sentiment sur le livre de M >nsieur Verne... L'est une trs belle t ho e ... et qui ac cuse une personnalit trmieaaute .. tout a fuit part dans Cachet Mirga Rhapsodie Hbngrotse avP Wa|y Kril.' h .' i-tl D"| -we r K" e : 1 O'i ; R-.'I|OII : .IKI DIMA 1 HE L'opra comique Port-au-Prince Film grand succs : LA RONDE DES FLEURS PARLAIT ET CHANTANT FRANAIS. AVEC ANDRE BAUGE • DE L'OPERA COMIQUE. ENTRE: 3 U E RICHARD PETERS, Prop. CHAMP DE MARS. 101217 La seule boulangerie Europenne en Hati. Spcialits de pains, pour sandwich Falns il ut- t pains^moules. Pains noirs Pains complets, stc Ptisserie fine, pts, Vol su vent, Tsurtes. Soins et promptitude. Tlphone : 2069. La Maison n'a pas de succursale. Avis i Les l-'tu I MI s de la 2me annre de I Ecole Nation aie de Droit sont avises que les cours mim<'' y aphis d'hift* I r du Droit Hatien sont en vente chez l'auteur Me HtQ


PAGE 1

•C MA** 1er Juillet U? PAU •5" SiliHiii Barbancourl ^ %  km ecl ui;iver*el!e a jwti 5-. premire jU %  SN BARBANCOURT *•! : Hit C-ear. Manufacture Hatienne Chapeaux L Indigne i\ r §m. d H • • • ijrtfcftfHft • < • • -. - %  %  •• •• %  "^-•i %  %  • [A le plaisir d'anno icer sa nombreuse Clientle ejue la lut de ses CHAPEAUX se tait, depuis le K janvier, au N u 2027. GRAND'RUF fece de sou ancien local. 'J.p* Clients y trouveront le mme accueil. BON MARCHE. CLRIT. GOUR0ISIE Martinez, Marcelin & O Ne reiueitesz ^as! LORSQUE l'incendie se dclare, il est trop tard pour viter la | crte des documents importants dposs sous bit f dans un tiroir votre bureau ou dans votre demeure. Remplacer ces documents coterait cher et arait peut-tre impossible. Mais il vous cotera trs peu pour les protger. Ne remettez pas demain la location d'un Coffret de Sret de crainte qu'il ne soit trop tard. Pour deux sous par jour, vous achetez la protection. JLa Banque Royale du Canada PARTIR DU 2 JUILLET 1932 Nous allons vendre nos [Issu, n des prix uis qu'aies ons avoir v.si's e sera ib pins gracie surprise que vous aurez re • •outre dans votre vie. Ne faissez pas les autics bnficier seuls des avantages Du 10 D"AUGUSTE R. CHIRURGIEN-DENIISTE Avise sa bienveillante clientle et le public que durant son sjour aux EtalssUnis son cabinet fonctionne comme l'ordinaire soys la direction du Dr M. Dartiguenave, dentiste. uenous vous oilrons. u 11 ce sera le tour des au; tlphone : 3467. res articles. Celui nui ne nous aura as visit le reg citera SU C" Sauvez Etranger — Onnnnrnce de Paria que les bruits de dmission des ministres des finances et du buHget qui ont c reol sem. blaient dnus de toedement avam mme dlie dmen 1 oticiellement. — Le minis're de France au Chilii reu l'ordre de prolester l auprs du nouveau Gouverne-\ ment socialiste chilien contre 1 cert. ines mesures affrtant dtavorab'ement les intrts Iranfais. — On mande de Lausanne 3 ue M. Hamsay Mac-D ald a clar l'ouverture de lu cou frence sur les rparations et les dettes de guerre que l'Furope ne peut pas agir seule, mais qu'elle doit avoir l'aide des Etats-Unis pour surmonter la crise conomique mondiale. — Le bilan hebdomadaire de la Banque de France indique une augmentation de 804 millions de Irancs dans l'encaisse or, qui atteint le chiffre de 80,974 millions, le plus lev qu'on ait encore constat pour la Banque. La circulation Udnciaire a diminu de (Ml million ; elle est de 81,738 millions. On peut donc remarquer que l'encaisse or est bien pi es d'atteindre le mme chiitre que la cb> (ulation tiduciaire. — Le fascisme est non seulement un systme de gouvernement, mais rellement un sys lune de pense. Telle est la r'tinition du 'ascisme que doni e M. Mussolini dans In non vile dlion de la tTeccm Er cyrlopedia •. Le uce d^ciit le fascisme m-" me une conception religieuse qui lve l'homme et le translo me en un "menib e consci< nt d'une socit spirituelle", — Le chmage diminu en Italie. A la date du 31 mai, le nombre des chmeurs at'eiRrait le chiffra de 9(19,000, soit .'11.000 de moins que le mois prcdent. — Une dpche de Nankin annonce que le gouvernement national a sign un contrat 8^ecun groupe d'anciens avia Uurs militaires amricins dans le but de dvelopper l'aviation militaire chinoise. — Des centaines d'arrestations ont l opres Cuba pour rprimer le terrorisme. L" prsident Machado a confirm les sentences prononces par un conseil de guerre contre deux I jeunes gens accuss de ferroris, me. La cour suprme a cependant, rcemment, dclar contraire la Conslilulion la loi d'aprs laquelle ils ont l ju gs par un conseil de guerre. — La situation, a expos le chancelier von Papen, la situa lion sans prcdent du peuple allemand demande que le gouvernement soit dlivr des entrares de la politique e des doctrines de parti*. La situation est presque dso'-pre et lt solu'ion du prob'me de rerons Irucbon imposera toutes les classes de lourdes sacrifices.? —Le Parlement romain a t dissous. Les lections 't" la Chambr auront lieu I" 17 juillet, celles du Sna* le 20 juillet. le Panama Hailroad Stean ip Linc Agen's aux orincipaux oorts dliurope. Service de jil cl de passagers entre urope cl l'Amrique. IE, U \V. SBLLDON AJC'i, : 1 /, Jamea Street,; LlYlHrOtL, L.NOLAN Mi (et, iloRT SrTTompaBJi Atlautic Vreigfaling L l >>p. Div. l Boulevard^de S laibcura, Havre, France MOHY &, LOMPANT, Atlantic Fieigliung Loi p. t)iv 7i ijuui des Lhartrona, Bordeaux, Fiance lleruu deron & Slockwell, Boite Postal 71' Havre, Fraoce. Anj/l.t'i-. o A Ltd. Ken'on liouse, 113 I nchui u k. C. I Fi gland Yrance Muni & Com| Atlantic ( orfl.DiT. 3, Rue St Vincent cie Faut. l'ai is, 1 i; i MOUTl A. ( OMI'ANV Allai lie I ighliug Corn. Dir. 7 H Kc| blique, M France. Gellatly FV-NBUT Cm, 21, [ %  la R publique M l'rai Allamag o Allanlic Freighting Corp. ng Corp. •allinhaua, llumbug L, Ger.nany. B:ei envi < Bremen (ier. Hollande) A 1 %  Coi p. in ." %  liol Su: >IT. Atlantic Freightic ,-J ;orp. An wer'p Divt .ion. CiO S ti n ma nu iV Compan? I'. O. Bu. im, R Uterdam .<>;,. I)i . A/B W. Lari Atlautic Freiflhtio| eppabron 10, Stockholm, Swed n. A/B Pettersson ci boimi Atluuiic Freighting Coj p, Dit, Skeppsbroii 5, Gothenbttrg, Swedei. Img INc : Swed#n n on I. htii j rp, l'i a. Malmo, S /ealen. Bernhard Rer^i A. Atlaalic Freigh ing C •.. I) T. lialsiugborg, Swedan. Belgique Atlantic ^Freightog Carp^ c/o SteinmainQ et De LJiiii Jjrdaeus Antwcrp, Lelgiuni. Danemark li. A. Bendix et Cimpanj Copenhagen, l)a4.marC. ItailU A. Cereia ei Company Via Banc lu 3, Genca. llaly. m M iritima Delgali S, ;,in. tJac Norvge i A Devold A. (1. ;lllll)g l •![). B>iv. Aalesund, Norway. LA LAITERIE BA1LEY Livraison propre, livgn que, en 1>!) ite Iles h cm i i qle.mut cachetes, a l'abi -te toute falsification, Transport (ail en ririj'-rleurs roues. ment. I KAWAS HBRMAMOS iFleurs! Fleurs! •n trouvera cher. Me'le Ti l'ine Augustin, Bas Feu de chose, des leurs, couronnes, Koiheilles de fleurs naturels •te, bon march. Assurez vous contre accida !a General Arcuierr Fir ^ "ile SMiii.iH'e (.i n mauvais lat cl* les confiant ai relieur consciencieux, honnte et habile FjTlBNME FA MIL La, Rue Bonr.r Foi Avis Le lundi 4 millet, jour le i Indpendance dtt Etuls-I'nes, le Charg d'Affaires Amricain recevra a su rsidence, Avenue I .rue '/, de onze h uns d'i iwJ/I/I u une. heure. i Les chambres se, runiront 30 du mme mois. —0 < annonce de Vfidrid que le gnral Emilio Marbra, trs influent pendant la dictature du gnral Primo de Hivera, a arrt sous l'inculpation de complot pour rtablir Alphonse sur le trne d'Espagn". Le fils du gnral et le baron de Mora ont t galement arrts. — D'aprs certaines informations de source japonais", la commission d'tude de la So- cit des Nalionsen Mandchon* rie envisagerait la possibilit recommander dans son i p port que la Man I QOQrifl soil place sous mandat. Il y au ail i un conseil mandataire avec participation de la France, d*' la Grande Bretagne, du Japon, des Etats Fnis et d'autres puissances. Ce conseil serait prsid par le Marchal Tcha • T S I Liang, ancien gouverne-r militaire de la Mandchourie. — Dans le nord de la Fiulande, Nivola, trois <:ents lermiers arms on* manitest lemment contre Us fil* dpression. Le gouver te i envo> de troups \})\; triaer ce loniveu • 1313 Prince. ri i 1 K le, Fort a i V080BI (Frnhc*) laEaU nON KCTIVI SOR LB riN Cure complte de l'ARTHWITISiWE ooufts e s rrNNis GOL • %  POLO THTRE • OAStnm l* RO SPECIAL ~> O UR LES ENFAItTti Trnlii* Jir?-t t l'M.I ((litre clo I'ICHO A VITTIiL .fn v. it pi alesTharj | Maison %  oirs me. *w mrse*mxr*j+r*



PAGE 1

Vendredi 1"Juillet 1U32 Le Matin m 4 PA3RR 20oM ANNfifc • 771V Pert-a n-Fns.ee Tl|ko : Masital Gnral llalit-i Accidents 25 juin 1931 A na Rodrigue, 26 a s, p'arf Se Anre. Blest-ure contuse de la joue droite. Btnoit Louishdon, 28 Qs, rot SMioDor. lilessure tianchan < de lavant bras droit. Jeanne Pierre, 17 ans bas Peu* de Chose. Mlesure trancha nie du poignet et de l'minence hy J potenar droits. | Edouard Joseph, .'.• ans. Bourg Salomon. Lgre conb ion de la hanche gai che. Pierre Antoine, 22 ans, A" haie. Luxation du poignet droit. Fismar Castor,&1 an'.Bst-Ai*. Blessure contuse du •. uir chevelu. Glita LIoucln>, 15 ans, Pohert. Blessurecontuse du pr ignet. Marie Salomor, Pt-au-Princ*. H :ssure contuse de l'extrmit xterne de l'areide sourcilin gauche, rosions du i.ez, du Iront (hospitalis). 2 juin 11)32 Ivennelh Grain m, 1S ans, Mar tis.ant. blessure cont; se de Par M le sourcihre gauche. Lon Paulin-, 26 ans, me d l'Egalit. Fracture du I 'i in 1er. de l'avant bras droil Margutrite Og'-, 31 as, Croij det Bouquets. I Irai chante du genou gau< lie ( bos. pitahse ). Vesta Delpehe, 5 ans, ru( des Csars. Contusion de h hanche droite. Nerva Baille* 1" ans, me d< Csars. Fracture du l trieui de la cuisse (boapitaliai 27 juin 1932 Lamercie William, 25 ans. quartier St-Joaeph. Blessun tranchante de la patine de la main droite. Vve Emmanuel Mille',70 ans, Fode Marchand. Luxation du coude. Yvonne Douin, 20 ans, portail St-Joseph. Blessure tranchant! du coude droit. Bernadolle Cassus 4 ans, Grand'Rue. Blessuie contuse du Iront. Andr Ju-Baptisle, 27 ans. j quartier Sl-Amoine. blessure Contuse de la lace. Joseph Hipias, 47 ans, Pis. quelle. Erosions du cuir ilievelu Csaire Sanon, 13 ans, Champ c'a Mars. Blessuie contuse du rnir chevelu. 28 juin 1932 Coriolan Odette, 7 ans, Poste Marchand. Blessure piquante de la plante du pied gtutlie Jeanne Olga, 4 ans, rue Cha reron. Corps tranger du lobe dieeatil. Clien Julien, 74 ans, lare 'au Cimetire, hrosions de l'arcade aourcilieredroite.de la racini dn nez, blessure contuse d* la lvre suprieure,de l'avant-bras droit., Sidney Nol, 21 ans. quartiei St-Joseph. Blessure contuse du cuir chevelu. Crne Raymond, ."• ans, Impasse Lavaud. Blessure contuse de la lvre^inlriture. Autoine Richemond, 24 ans, fae Rvolution. Conto i on simple de la jambe droite. • • Dcos 26 juin 11)32 Rbselie Paul, 3 ans, llo, Gnral. Dectus Decilus, 15 ans, Boia St-Marlin. Alice Pir.kombe, 74 IQI, rue du Sacr Cœur. En avez-vous dj got ?j Eh bien, demandez dans* tous les cals, bars el restaurants de la Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale : le %  PORTER NATIONAL l Agrable— Fortifiant — Bon Mcuch, BRASSERIE NATIONALE S. A Port-au-Prince, ( Hati >. ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Life Assurance Corporation Ltd de Perth ( Scotland ) car la GENERAL a est une des plus puisstates et des a lu vastes ir^anisatiea ie ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur ton champ d'action qui embrasse It monde ses Polices contre incendie couvrent aussi les lgats occasionns par la foudre Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommage! caus autrui dans sa personne ou dans ses biens. Ses Polices Maritimes mises ptr ses branches d'Europe sont payables en naf. Ses Polices contre accidents SJ it valables dans l'univers entier. Tous les.vovaurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidenta. 'au moins 4000 dollars, la prim mauele n'tant que de l/2 •/. soi' 20 i 'U** (", C Veuve F BERMINGHAM, Aux ,r ti \ Lykes Brothers SS C lnc Texas -Hati — Santo uomingoPorto Rico Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers al rt entre les ports du Golte du Texas directemeut avec '•n au-Prince, Hati. Pour la rception rapide et le maniement habile de vos importations, servez vous toujours des navires de '• LYKE INE. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont* SOUSAGENTS Agent Gnral pour Hait. Pirtnn-Prmce. IG. GILG JEAN BLANCHFT Jrrem Steamer Vlma Lykes Steamer Tillie Lykes*. Steamer Ruth Lykesi Steamer Maigaret Lykes Steamer t Velma Lykes Steamer a Genevive Lykes 1er juillet 19t2 I juillet 1932 15 juillet 1M32 22 juillet 1932 29 juillet 1932 a acil 1932 bureau: Rue du Magasin de Ittoi, Boile Postale' Idal Rhum ALIX ROY 30 annes de succs. Voulez-vous A vendre Russir dans vos tudes uo aire russir vos eut mts.grce i une mthode d'enseignelenl classique excelleule? VOl I 1 /.VOUS protession :i prs 6 9 i uns d'tudes srieuses (St no-Dactylo, I anguesvivante C rmptabilu ) 0 Songez que .'Institut TIPi'EMI.U'EU se recommande et s'impose votre attention par les huilants rsultats dji obtenus. l§37Rue Lamarre. Tlphone 2891. A lo Pigeons romains de race pute, issus des premieis prix de ^exposition d'aviculture de Pans. Couleurs: Bleu, Fauve.Noir. Rouge, Chamois. 2) Lapins Gants des Fiai. dres i et Chinchillas de race pure, mme origine. S'adresser Mr Paul C ASTER A en lace de l'Eglise M-Giard Agcut-Gurla s-s c> (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone: N* 2123 Le vapeur fBolivar Voy. 100. venant de New-York et des porta du Nord es' attendu j ici le 2 juillet prochain, con-; linuera le fime jour pour les ports du Sud. Le manifeste de ce vapeur reeu par avion poste tst la disposition des clients dans nos bureaux sis angle rue du Quai et des Fronts-Forts (vis vis de la Douane. ) • Le vapeur Biracoa i Voy. 104. venant directement de New-York, sera ici le 5 juillet prochain, en route pour Pto Co'omhia,Carlagena,Cristobal, Canal Zone, Kingston et New-York. m Le vapeur Bolivar) Voy 100, de retour des ports du Sud, est attendu Port-auPrince le 7 juillet prochain. Continuera porr les porls du Nord oftranl fret pour NewYork et Europe!? via New York. William. B. BLlt. Agent. lion PROGRS NOUVEAU RHbM l\Ol\EAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON Ifrfl -AMIF m RIE. N PEUPLE ff ffflflU ?Htf 3331. Le DROP INN RUE DU MAGAS'N DE L'ETAT Coquet tablissement situ tout prs de la Banque Nale el dirig par Mme Maria BERTET. Consommations de premier choix. VIS Doni i e m mandai de • artea.de li i le.. l'Imirimerie Morisseit, ou vous id choix de !tttri piix relativei tient bas. AVIS ALI COMMERCE La PanamaJMailroad Staa i bip Line a I avantage d'an donuer les dparts suivants de ew York pour port au prince Uaiti, directement chaque mai i. Tonales steamers sont puarvus de chambre Inyori'uue #/ar/ de heiu lor/c. Arrivages Steaaser -'Buenaventur %  le 2S juin b**awcr "A'.con" le 6 jwil et 1932 fc'eaaaer "Guaya mil le 12 jui let| l 'iiuuina Raili" ..< Siean p hip Ja VA 4 \ Kh.1 agaut Gnra! 'i /'o t-mi-rriiice. le l juillel lf32 Il iuillel Itf.'/J et 1 .2 Laboratoire SJOURN DiREtTrffii F. SJOURN, Pharmacien R. SJOURNE, Pharmacien de l'UnhrerftiteTde Paris M. SJOURN, Pharmacien de l'universit de Paris,aacieo interne des Hpitaux de Paris Analyses des Urines, du suc gastrique, du sang ( Waa.•eraaaiuif Ure, Constante d'Ainb^rd, t'.Ivi'mie). Descrachtts. Des aiatlras rcalas. Loterie Nationale d'Hali 419, Rue Bonne.Foi. Phona : S35S La Loterie Nationaled'Halti est %  ne Inathntien hautement humanitaire par la mullipli d'eruvre fu'elle se propose d'aider, une chance da I tre wil.ilc aux homnus de toutes conditions de fortl E'ii loves Fonctionnaires, Ouvriers. Artisans. Salarial tou> ordres, Gna de maison ( domestiques ) sans pal leur budget n Ofaenanl deux goud-s, peuvent gagner tr amillt gourdes Patrons de Commerce,Chetsd*lndustie,pa| aux iusulfi ances dts ventes, par l'achat d'un billet, qui n libre du souci des chances* I Mlecins Avocats. Ingnieurs. Snateoia, Dputs, (irsj •ignitaires de I Elat.Reprsenlants de l Intelleitualiie, i\ nalisles Donnie; Pexcnaple de voire se'idril sociare. Rentiers, oepitalistes, comme en jouant, augmente*' %  aveir. Vous tous qui habite Haiti, rendez-lui service fa sj %  al la billet del LOTIKIE NATIONALE D'HATI. CE OUI N'A JAMAIS T FAIT CE 001 NE PEUT TRE DPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Venfc ?HARMACIEF. SEJOURNE Angle des rues houx et du Centra. i N'OUBLIEZ PAS OE FIE UN PETIT TOUflj TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL j Petionville l.MO pieds d'allilude. L'tablissement le plus Irais Ici vir.BS de Poii ar .Prime. Seulement l annules d'aulo tur nue eirellmt. aspB.lle.Vnesmerveillens*idela ville et duj.-ort. Boinon de toute, espces. DINERS GOUTERS SUDIiCB Vrrangemeuts particuliers pour les pensioLi de jot! senraaina on de mois, a I M M J eav. 5. A— f>. 4 '^' > JU



PAGE 1

aasaw Clment Magloire DIRECTEUR 1358. NUL AMEU1CAINH135I TELEPHONE N*22t2 Y pcft nous ei caclicconnue ttvemr ; 1.0 .>vvuut.eutredtux nu* > . t -,iiifces, oa. l'tji.im a to i^ui lui et JL'iucei uiuue ae et qui sera. Anatole FRANCE rjM m 26 me ANNEE N >il ,. HAIT > Il H.LLT 19M • AUTOUK DE LA HASCO|WE>T INDUES GARAGE Sous la direclion de --0— L'orage que nous pr volions 650.000 gourdes que la Has-{ hier est prte creverJ Dei eo mettait en circulation val prcisions nous parvieiirWflt. ressentir un grand mal. Depuis! Avec un Budget fortement obla marchande de lablettes, r depuis longtemps, olrc l'artisan, jusqu'au haut coin centrale charrie des delicils assez lourds que l'effondrement des prix, el la sous-consom malion acientue de l'alcool provoque par la taxe et la dprciation du pouvoir (l'achat du peuple ne lui ont pas permis de combler. Sa gne renforce | ar des embarras multiples et des tracasseries dsoblige ; nies d i Bureau des Contributions l'aurait force depuis trois ans fei mer ses travaux si elle n'avait eu l'aide financire de ses capitalistes et de ses actionnaires pour lui consentir des prts lui permettant de taire ses rcoltes. Denierce, tout le monde va en plir. La secousse sera grave, il ne faut pua qu'on en doute. NOAM enlrevoyons avec une cruelle anxit la disparition de celle c mipagnie de l'chi quier c nomique, elle qui semblait dfier le temps el dmentir les propagandes nocives formules au dehors contre la viabilit d'aucune entreprise hatienne de large envergure; elle qui fonctionnait en dpit de tout, pour le plus grand bien de nos masses rurales et de noire crdit. Elle n'a pas pu tenir. Kl le tombe, sous le choc des forces mauvaises qui ont l'air M. Arnold BIUUN Tlphone : Gat^age :\225 Rsidne: 24i2. HORSE RAGES Pan Amecan Field puis trois ans elle perd en- d e s'acharner contre le pays, viron plus de 1 o/o sur le .celle belle institution qui a cot de revient net de son su | crislalis douze ou treize millions dans notre pays sous forme de matriel,de cultures, d'aniliorullions permnnenleai de travail et de produits qui n'ont jamais pu assurer un retour Favorable sous forme de profils.— Qu'on s'attende i des rpercussions violentes sur la vie nationale. Car noire circulation montaire moyenne annuelle est aujourd'hui peine six millions de gourdes et la llasco luisait circuler un lotal annuel de prs de huit millions. Remplacer celle tranche formidable de capitaux circulants ne sera pas lacile, au moment o nos forces de travail sont prs de s'puiser. Noire conomie craque. Son armature menace de cder. Notre inquitude est (huilant plus vive qu'il semble que les gouvernants regardent impassibles se drouler le drame poignant de la misre, pendant que Rome brle el que la vie nationale descend dans le gouflre. Ya-t-on laisser se consommer celle chose monstrueuse voir sombrer une si grosse entre prise sans tenter un efiorl cie avant sa sortie Elle a tenu bon, esprant vainement une anne meilleure, au cours de laquelle elle se rattraperait. N'ayant pay aucun dividende depuis Irois ans ses actionnaires, la contraction du crdit mondial l'empche de recourir ceux-ci pour obtenir une aide financire. Nous avons pouss hier le cri d'alarme. Voici que la ralit vient justifier nos apprhensions. Un arrt du Tribunal de Cassation, dont nous ne discutons ni l'quit ni le fondement juridique, S ar respect pour notre Cour uprme, vient d'assener le coup de mort la Hasco, en la condamnant . payer au G" Geffrard des valeurs qu'aile ne pourra jamais couvrir sans dfaillance. i)es saisies E leuvent de partout, aussi ien contre Gell'rard que contre la llasco. Mmes les fonds personnels et privs de ses directeurs ont t frappes d'opposition. La Hasco dans un rle suprme a arrt tous ses travaux dans les deux plaines. Tous nos pauvres travailleurs ont t renvoys des champs qui jadis prospres seront bientt Irait s for mes en broussailles. SUNDAY, Jl'I.V 32. M. STtEPLECHASE OVER ELEVEN JU .-il i .i *— %  %  %  -%  ii iii Cash Sweepstakes. Pari-Mutu Il y a vingt cinq ans Lr. Mm*. Icrjiiittei VJ07. PtjOHILF. l'elle et grandiose %  rehaussait ta tris net de %  kinistre te l'Intrieur, le Gn' Ption fierre-Andr uln <\ MII< .V par < %  sepn lit dan Pierre o ta m fut chanU lugmen •ar Ui que de celle /'. %  [J<' // la joui n > htel de PeiionA (mil d ses nombreux u i en mme ewmt nt i i %  : i on de premiei \ noter l'lai est des pins n ... a vu un trs estimable d ura pour sa 1 nlias** i -h n innoons i i que La pi sa terle cela et au s< rplus fait sans caus i !,i rencoal'a-mab'e i r e. Riez donc, I .P. ^ sincrement le sort dt ers 2i ^/"nf rp employs privs brusquement! 'JULIC de leur moyens d'existence, f et leurs la m augmenter daole des sans-travail Iles, el qui vienne il 'anne dj lormi cuisine, iime... d*ind f.nation IH du pe%  o -I enail d jeun lire un booean d La National' I pour arrter ce cataclysme qui doit incendier et dtruire notre conomie? Va-t an laisQuand on songe que te prix ser l'efiondrement de laHas e venle du sucre laisse de co entraner avec elle toute puis '.rois ans des perles couune tranche de notre vie iiasidrables la Centrale, ce tionale? Tout un pan de l'equi signifie que tout c? q u'elle ditice qui brle? Non! nos dpensait, environ G. 660.000' gouvernants ne peuvent se par mois, restait en *ltali 1 draperdaiislear indiffrence, pour payer ses salaires, ses I Ce serait une preuve de la matires premires, ses fer nullit de ce ministre s il ne mages, des laxes et impts, comprenait le danger des fourni Unes, etc.,— on ne [ nenl que nous topos humides Pour ne pas sentir l'horrible ftu"(IPIII u\. Presque de i nais un rv* (pie n'affecte pot ni i ralit. L'ivresse. L'ivreese sublil' lue procure le RHUM SARTHK CACHET D'OU, la merveilleuse iiqueui, %  ^ % % % % %  iaHiB^MaaRenaaMK-MMMbM^.. Une grande nouve le 1 Vous / il : l irt de la %  i 'es V li i I i dans le • M lie pr je s ont't %  er vu I el Jra i li bichi riiei, le i >' n >o a app< loudi ov ni • agi able tvelle : —Monsieui I [erriot, ii i ni'.i Fran 'afs,en entrant s i salle le sance de la unie ( n> e de i. ne, o luujes les tXatlons Sont u nie*, s\ BI cri : < Bar< ka I Pour que rgne 1 1 i aix entn hommes, il i ml qu'ils •l'iisuniiiieni tous /'/ .)i'i)ili ir tins Usii es de i'orl aiiPnci el de Sm.il )i %  llll non I i' eoi (ioiiides pour m v II I h u le riande Lit av dee. Il ai i Ha. Le %  l )!< el l'Isa lilel de Fra l si le s i de ca on go enl d'en • NOCTUHNE peul que dplorer relTacenienl de c^tte Compagnie qui dans les n. iules d'angoisse actuelle sera le plus rudetoup port noire difice cono piique. Le commerce qui absorbait de bas en haut les iiiniicourons. Il y ,i des mesures pren die, qu'on les prenne, de politique, messieurs Assez De sauvez noire commerce. Venez ou secours de nos industries. Autrement Ce sera la mort criai ne. •race, La tragdie de la Hasco 2.520 employs et ouvriers licencis viennent grossir l'arme des sans-travail. -a— Nous avons t inform que, • rje la dcision prise Dons notre article intitul L Orage gronde •> el dans ceUn eiel fou d'toiles. Sa richesse dispensait aux corps finement organiss des chocs cristalline, d une haute teusion voluptueuse, illumine d'incisifs frissons d intelligences. Plonges alternes dans la rel et la mtaphysique. Dans te paysage, "trois" armes subtils el cares? sa nia,— on dirait -tes ides p i ies,— se disputaient l'houtieur d'enchanter u leur avaulage, chacun, les chose et les ln s aensihles... Devine plutot.au sourire miraculeux d 11" pome de nua %  'es, — la lune musardait derrire les monts, versait sur lottes choses son grand becrel da mlancolie . I ii jaidin. Tous deux y ma chaieut, graves, dans les al bordes de cilrouinci s.l.a i la, le stallaire, i reavers les branchages, taisait su; le soi des clats de miroir. Moment privilgi. Le couple pudique et passionn avait mal au cœui me cela arrive, par les s trop beaux, ceux qui se trop adonns la culture des sensations. Avec son soui ire si li Carnivore civilise, l'homme i me petut que les beaux yeux de l'aime taient humides. lille ilinua, la voix encombre ds larmes : One peut-on savoir de vous? Vous n'avez jamais, mme an\ heures o Ion n'a plus rien a se < n lie 11 lire devant moi te mas ,u de soie .Vous avez < i .-.,, uses, subites, — des soudaines. Vous laite er aux hles quivoques de i| iclque paradis perdu. Il se mil a nre do lit, llourile I elle, juel son tonnait ie petit rire ? lille s'ai ie. a loiil a coup. pn laul la lle rieuse entr x nains frak lies, I pla^ a dan • m rayon la lune, bile poussa m petit i M ii or, ettrayi e. Le ,urd de l iiuinui ci iail : Au son n gard pu ri re lequel se jouai', depuis .i uaissam • %  l'alioce i omdie. UCEi Ll Lu aj i lai de ncul perh I puissant, t vt uln poui • de depai l. Kabais inl n %  >anl. tique d'Ouli e-Moudi I ns,ils allrent fa oii u vei te, cule, %  mon la . \ b I lioigue, jolimenl --Voit end dit Car • %  xquite, 11 usir ai I %  vous DOfll da %  "%t *'• ; rnal ain^i luiituli ; l t MATIN N ni a certailu nouveau Savoiri IQI HI boni. Nous l'en lui d les Membres ssi ciation. • ics|.eclable 65 ai i "' Heurelte da vingt C i t le bon : lui laralail il la ( uri el iii l alal-i ivil. I.i cornB cette rsuODliai c'isl que i le Rhum .m baneonrt. ... v 'roi Te parti la West [,i (dirige depuis long; n rei inptenr cas, tlphona le sei %  Ja parhri — de M. un qui est un aa en b !-, de l'avis i .1 avail : mas |ue v o-v v'ail, sur le visa ri .. vi i, les Ides, la i '., que dissimulai! le masque % %  el bouleversant. mis agitaient I une m un-or. E l lui naurpi Il ne rpon ps u il... /vueinenls aiers. de '" *''H'Xnd.nl nou, pb.gnon, S v,c un vu.,, u II un aspect laulasiez va enl ma ; oli us. .1 aui d couipi eiidn puis I leur Car un i ei la i un ni, lu tri Il ., u %  lierai v ; iir< il' II! ; I can i i rels et sp n i \ ... ,-si plus siin %  %  — La son; I na celle causer e L'eiail un La lU've. qui i il reclion syuipaI i-meleaii Alix Malhon %  e n chef, pr • juillet. al A... h r un regrettai niatre de i ti lailli < e i a uariia lion ville* La et S'eldiurr i t


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07041
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, July 01, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07041

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
aasaw
Clment Magloire
DIRECTEUR *
1358. NUL AMEU1CAINH135I
TELEPHONE N*22t2
Y
pcft nous ei ca-
clic- connue ttvemr ;
1.0 .>vvuut.eutredtux
nu* > . t-,iiifces, oa.
l'tji.im a to i^ui lui et
JL'iucei uiuue ae et qui
sera.
Anatole FRANCE
rjM
m
26 me ANNEE N
>il ,. HAIT >
Il H.LLT 19M
AUTOUK DE LA HASCO|WE>T INDUES GARAGE
Sous la direclion de
--0
L'orage que nous pr volions 650.000 gourdes que la Has-{
hier est prte creverJ Dei eo mettait en circulation val
prcisions nous parvieiirWflt. ressentir un grand mal. Depuis!
Avec un Budget fortement ob- la marchande de lablettes,
r depuis longtemps, olrc l'artisan, jusqu'au haut coin
centrale charrie des delicils as-
sez lourds que l'effondrement
des prix, el la sous-consom
malion acientue de l'alcool
provoque par la taxe et la
dprciation du pouvoir (l'a-
chat du peuple ne lui ont pas
permis de combler.
Sa gne renforce | ar des
embarras multiples et des
tracasseries dsoblige ; nies d i
Bureau des Contributions
l'aurait force depuis trois
ans fei mer ses travaux si
elle n'avait eu l'aide finan-
cire de ses capitalistes et de
ses actionnaires pour lui con-
sentir des prts lui permet-
tant de taire ses rcoltes. De-
nierce, tout le monde va en
plir. La secousse sera grave,
il ne faut pua qu'on en doute.
Noam enlrevoyons avec une
cruelle anxit la disparition
de celle c mipagnie de l'chi
quier c nomique, elle qui
semblait dfier le temps el
dmentir les propagandes no-
cives formules au dehors
contre la viabilit d'aucune
entreprise hatienne de large
envergure; elle qui fonction-
nait en dpit de tout, pour
le plus grand bien de nos
masses rurales et de noire
crdit. Elle n'a pas pu tenir.
Kl le tombe, sous le choc des
forces mauvaises qui ont l'air
M. Arnold BIUUN
Tlphone :
Gat^age :\225
Rsidne: 24i2.
HORSE RAGES
Pan Amecan Field
puis trois ans elle perd en-de s'acharner contre le pays,
viron plus de 1 o/o sur le .celle belle institution qui a
cot de revient net de son su | crislalis douze ou treize mil-
lions dans notre pays sous
forme de matriel,de cultures,
d'aniliorullions permnnen-
leai de travail et de produits
qui n'ont jamais pu assurer
un retour Favorable sous for-
me de profils. Qu'on s'at-
tende i des rpercussions vio-
lentes sur la vie nationale.
Car noire circulation mon-
taire moyenne annuelle est
aujourd'hui peine six mil-
lions de gourdes et la llasco
luisait circuler un lotal an-
nuel de prs de huit millions.
Remplacer celle tranche for-
midable de capitaux circu-
lants ne sera pas lacile, au
moment o nos forces de
travail sont prs de s'puiser.
Noire conomie craque. Son
armature menace de cder.
Notre inquitude est (huilant
plus vive qu'il semble que
les gouvernants regardent im-
passibles se drouler le dra-
me poignant de la misre,
pendant que Rome brle el
que la vie nationale descend
dans le gouflre. Ya-t-on
laisser se consommer celle
chose monstrueuse voir
sombrer une si grosse entre
prise sans tenter un efiorl
cie avant sa sortie Elle a te-
nu bon, esprant vainement
une anne meilleure, au cours
de laquelle elle se rattrape-
rait. N'ayant pay aucun di-
vidende depuis Irois ans
ses actionnaires, la contrac-
tion du crdit mondial l'em-
pche de recourir ceux-ci
pour obtenir une aide fi-
nancire. Nous avons pouss
hier le cri d'alarme. Voici que
la ralit vient justifier nos
apprhensions. Un arrt du
Tribunal de Cassation, dont
nous ne discutons ni l'quit
ni le fondement juridique,
S ar respect pour notre Cour
uprme, vient d'assener le
coup de mort la Hasco, en
la condamnant . payer au
G" Geffrard des valeurs qu'-
aile ne pourra jamais couvrir
sans dfaillance. i)es saisies
Eleuvent de partout, aussi
ien contre Gell'rard que con-
tre la llasco. Mmes les fonds
personnels et privs de ses
directeurs ont t frappes
d'opposition. La Hasco dans
un rle suprme a arrt tous
ses travaux dans les deux
plaines. Tous nos pauvres
travailleurs ont t renvoys
des champs qui jadis pros-
pres seront bientt Irait s for
mes en broussailles.
SUNDAY, Jl'I.V
! 32.
M.
STtEPLECHASE OVER ELEVEN JU .
.-il i .i * -- ii iii
Cash Sweepstakes.
Pari-Mutu
Il y a
vingt cinq ans
Lr. Mm*. Icrjiiittei VJ07.
PtjOHILF.
l'elle et grandiose '
rehaussait ta tris net de
kinistre te l'Intrieur, le Gn'
Ption fierre-Andr
uln <\ mii< .V
par
<
sepn lit dan
Pierre o ta m
fut chanU
lugmen '
ar Ui
que de celle /'.
[J<' // la joui n
> htel de PeiionA
(mil d ses nombreux u
i
en mme
ewmt nt i i
: i on *
de premiei
\ noter l'lai
est des pins n .
... a vu un trs estimable d
ura pour sa
1 n- lias**
i -h n inno-
ons i i que
. La pi sa terle
cela
, et au s< rplus
fait sans caus
i !,i rencoa-
l'a-mab'e
i r e. Riez donc,
I


.p.
^
sincrement le sort dt ers 2i ^/"nf rp
employs privs brusquement! 'JULIC
de leur moyens d'existence, f
et leurs la m
augmenter
daole des sans-travail
Iles, el qui vienne il
'anne dj lormi
cuisine,
iime...
d*ind f.nation
Ih du pe-
o -I enail d
jeun lire un booean d
La National'
I
pour arrter ce cataclysme
qui doit incendier et dtruire
notre conomie? Va-t an lais-
Quand on songe que te prix ser l'efiondrement de laHas
e venle du sucre laisse de co entraner avec elle toute
puis '.rois ans des perles cou- une tranche de notre vie iia-
sidrables la Centrale, ce tionale? Tout un pan de l'e-
qui signifie que tout c?qu'elle ditice qui brle? Non! nos
dpensait, environ G. 660.000' gouvernants ne peuvent se
par mois, restait en*ltali 1 draperdaiislear indiffrence,
pour payer ses salaires, ses I Ce serait une preuve de la
matires premires, ses fer nullit de ce ministre s il ne
mages, des laxes et impts, comprenait le danger
des fourni Unes, etc., on ne [ nenl que nous
topos
humides
" Pour ne pas sentir l'horrible ftu"-
(Ipiii el vous penche eers la lerre, u Paul
vous enivrer sans trve. G'aal B*au-
abair mi parla aiuai. Oui, le far-
deau est lourd el il est .luri de tous
les malheurs du temps qui ne nous
minge ni peine ni chagnn.InuUlede
l'en plaindre ou de s'an affliger. a
ne changera pas le court impitoj
dos choses. A contre fortune bon
cur. C'e^i encore le meilleur pr-
cepte parce qua sagesse mme. E
sagesse, c'est un t.n lies noble,
uisle el 1res d >u\. Presque de i
nais un rv* (pie n'affecte pot ni i
ralit. L'ivresse. L'ivreese sublil'
lue procure le RHUM SARTHK CA-
CHET D'OU, la merveilleuse iiqueui,
^iaHiB^MaaRenaaMK-MMMbM^..
Une grande nouve le 1 Vous
/ il : l irt de la
i 'es V
li i I i dans le
M lie pr je s ont't
er '
vu I el Jra i
li bichi !
riiei, le i >' n >o a app<
loudi ov ni agi able
tvelle : Monsieui I [erriot,
ii i ni'.i Fran 'afs,en entrant
s i salle le sance de la
unie ( n> e de i. ne, o
luujes les tXatlons Sont u
nie*, s\ bI cri : < Bar< ka I
Pour que rgne 11 i aix entn
hommes, il i ml qu'ils
l'iisuniiiieni tous /'/ .)i'i)il-
i ir tins Usii es de i'orl aii-
Pnci el de Sm.il )i ' A l'i nani-
i la proposition a t vo-
ee L humanit respire !
Bec-Fin.
n'a pas fernu
s
i itormi
a it la 1 m
labii ne i ..i, \
. il u n .
. ie
a
:ut, et ml un
mi, 1 U*yj .i
rectiou ii ii dre
lu taiirication
. C 10 e r e n \
i .n-1 d'ou-
Mais^i elles- odI
rappeles di s que sei qI
de la il i e,
Lu INali-
t iu< pas tei
m contre
produit nouvi
WtKWm! IWI.....Il > llll
nonI i'
eoi (ioiiides pour
m
v II
I
h u le riande
Lit av dee. Il a-
i i Ha. Le
l)!< el
l'Isa
, lilel de
Fra
l

, si le
s i de ca
on go

enl d'en

NOCTUHNE
peul que dplorer relTacenienl
de c^tte Compagnie qui dans
les n. iules d'angoisse ac-
tuelle sera le plus rudetoup
port noire difice cono
piique. Le commerce qui ab-
sorbait de bas en haut les
iiinii-
courons. Il y
,i des mesures pren
die, qu'on les prenne,
de politique, messieurs
Assez
De
sauvez noire commer-
ce. Venez ou secours de nos
industries. Autrement Ce sera
la mort criai ne.
race,
La tragdie de la Hasco
2.520 employs et ouvriers
licencis viennent grossir
l'arme des sans-travail.
-a
Nous avons t inform que,
rje la dcision prise
Dons notre article intitul
L Orage gronde > el dans ce-
Un eiel fou d'toiles. Sa ri-
chesse dispensait aux corps fine-
ment organiss des chocs cris-
talline, d une haute teusion vo-
luptueuse, illumine d'incisifs
frissons d intelligences.Plonges
alternes dans la rel et la m-
taphysique. Dans te paysage,
"trois" armes subtils el cares?
sa nia, on dirait -tes ides p i
ies, se disputaient l'houtieur
d'enchanter u leur avaulage,
chacun, les chose et les ln s
aensihles...
Devine plutot.au sourire mi-
raculeux d 11" pome de nua
'es, la lune musardait der-
rire les monts, versait sur lot-
tes choses son grand becrel da
mlancolie .
I ii jaidin. Tous deux y ma
chaieut, graves, dans les al
bordes de cilrouinci s.l.a i la,
le stallaire, i reavers les bran-
chages, taisait su;- le soi des
clats de miroir. Moment privi-
lgi. Le couple pudique et pas-
sionn avait mal au cui -
me cela arrive, par les s
trop beaux, ceux qui se
trop adonns la culture des
sensations.
Avec son soui ire si li
Carnivore civilise,l'homme i
me petut que les beaux yeux de
l'aime taient humides. lille
ilinua, la voix encombre ds
larmes : One peut-on savoir
de vous? Vous n'avez jamais,
mme an\ heures o Ion n'a
plus rien a se < n lie 11 lire
devant moi te mas ,u de soie
- .Vous avez <
i .-.,,, uses, subites,
des soudaines. Vous
laite er aux hles quivo-
ques de i| iclque paradis perdu.
Il se mil a nre do lit,
- llourile I elle, juel son
tonnait ie petit rire ?
lille s'ai ie.a loiil a coup- pn
laul la lle rieuse entr x
nains frak lies, I pla^ a dan
m rayon la lune, bile poussa
m petit i m ii or, ettrayi e. Le
,urd de l iiuinui ci iail : Au
- son n gard pu
ri re lequel se jouai', depuis
.i uaissam , l'alioce i omdie.
UCEi.........Ll
Lu aj i
lai de ncul perh I
puissant, t vt uln poui
de depai l. Kabais inl n >anl.
tique d'Ouli e-Moudi I
ns,ils allrent fa oii u
vei te,
cule,
mon la \
b
I lioigue,
jolimenl
--Voit en-
d dit Car
xquite, 11
usir ai
I vous -
DOfll da
"%t- *'
; rnal ain^i
luiituli ; l t Matin
n ni a certai-
lu nouveau Savoir-
i iqI Hi boni. Nous l'en
, lui d les Membres
ssi ciation.


ics|.eclable
65 ai i "' Heurelte
da vingt
, C i t le bon
: lui laralail
il la ( uri el
iii l alal-i ivil. I.i corn-
b cette rsu-
ODliai c'isl que
i le Rhum
.m baneonrt.
... v 'roi Te par-
ti la West
[,i (dirige depuis long-
; n rei inpten-
r cas, tlpho-
na le se-
i . Ja par-
hri de M.
un qui est un aa en
. b !-, de l'avis
i
.1 avail : mas |ue v o-v
v'ail, sur le visa ri
..
. vi i, les Ides, la i '.-
, que dissimulai! le mas-
que el bouleversant.
mis agitaient I
une m un-or. E l lui naur-
pi
Il ne rpon ps
u il...

/vueinenls
aiers.
' de'" *''H'Xnd.nl nou, pb.gnon, S v,c un vu.,, u ,
II
un aspect laulas-
iez va enl ma ;
oli
us. .1 aui
d couipi eiidn puis I
leur Car un i ei la i
un ni, lu tri
Il ., u
-
lierai v ; iir<
il' II! ;
I
-
can
i i rels et sp n
i \
... .
,-si plus siin '
La son;
I

na celle causer e
L'eiail un

La lU've. qui
i il reclion syuipa-
I i-meleaii
Alix Malhon
en chef, pr
juillet. unes, (-.u collabo-
ns Viard
-noas parait
i elle carri-
i j -: a ro compor-
; into pochade ri-

t.une alerte/m
I. C Anlome,
il,
\ ird, par
I Imemeni
l.echaud.
sociologique
ne nouvelle de La-
ia remerciona pour
e d lis intressant
ma!> al
A... h -
r un regretta-
i niatre de
i ti lailli < e
i a uariia
lion ville* La
et S'el-
diurr

i
t


T
r

TAttC >
L1. ilAjr -1er Jvillet kWfc>
MCiK<<-jfa- UM
Le danger des Capitaux trangers Que se passe-i-ii
et leur utilit I Thomazeau?
LBUE.1 CHAuVEl lCOR
DE LA LGION D'HOI
r.
- o
Depuis longtem >-.. il y a mfiance et la prudeuce du
Une question 1 nprunt petit nombre qui trouve bien
l'ordre du jour; nous devrions dangereux le nation li-me
dire: depuistoujiurs.fc.net- tendant le bras par-dessus
tet, sous pr elle q te lesca- les unis
itaux sout n: s; dres pour | Nous ne considroal ><->
BSSM que, ailleurs, on ne re-
c.turt l'emprunt extrieur
que, pour ainsi dire, in extre-
mis el dans les cas tels ceux
d'apivs-guerre, o l' :oUO-
mie u ilio iale, puise et sor-
salure.- d'efiortS, besoin
rellemcn1 lu rconfort tran-
ger pour se renouveler.
hn sommes nous l en
Hati ? Au point de vue du
dvelo iienent, si nous so n-
ines i iys neul, so uines-uous
pays vacant? n'avons unis
pas population, terres, bras,
ressources diverses, matires
premires, des lites, un gou-
vernement, des lois, des be-
soins p| enfla ...'lu travail qui
attend?
Il s'agissait, ces jour-ci, de
Boyer-Bazelais et de ses mal-
beurs patriotiques. Il reste
beaucoup, tout, dire de son
e ivre. Il fut un adversane
rductible des recours fi
i tnciers vers l'tranger el
v >oiis son impulsion qui
l'As?! mble INat.onale aima
mieux, risquer nos relations
diplomatiques avec la Franc
plutt que de consentir notie
asservissement li ancier du
fait de l'emprunt Domingue.
I Son lve fut, tout le temps,
I de supprimer noire delts pu-
notre ai QOlpe Jbljque et d'enlever ce pays,
Industrie et que, tandis Mlon,..8afl pfoprelelPreMlo0
que les capitaux empruntesKa """""* ciel hommes
lous sont toujours restes|<,ar8CDl*
lourdement pour compte,] Il est temps, pour que ses
notre agriculture el noue in- 'sacrifices a la Patrie ne restent
dustrie sont alles eu pas plus longtemps vains, que
lissant, on ne peut que s'at- les leoos de sa vie et de son
trister devant l'emballement j apostolat politique soient re-
de presque lous aprs la res- | tenues et mises enfin pro-
source dangereuse de l'em- iii. Mfions-nous de l'argent
prunt, et trouver j usines la jeuanger.
e dvt loppeinent du pays,
nous avois conslamn it pas
si notre temp courir apri
eux. De l, la srie iuterffli-
nabie des difficults que n jus
avons eu bien monter, mettant parfois en
chec notre diplomatie. Qui
pent oublier les d.'boirea de
ce genre que nous valut,sous
Boisroud Canal, l'emprunt
Domingo-- et qui amenrent
entre ce gouvernement et le
f;ouvernemeut Ifnais uni
ongue rupture des relation
diplomatiques?
Avec les dmles plus r-
ceuts que vaut au pays le
rglemeut de la dette Iran
cause; et avec les difli :uits l<
l'ordre du contrle linanciei
que le gouverne m.uii rencoo
tre actuellement par le. fan
du solde de l'emprunt amri-
cain de 1922, on pourrai
croire les Hatiens plus 01
moins guris de la malad"
de l'emprunt extrieur et le
capitaux trangers; mus ii
u'en est rien: discours oll-
ciels, plana en porte teu il les,
voire de graves ditoriaui ce
presse, plaident l'envi la
cause de l'argent tranger.
Quand ou considre que
tous ces emprunts ont t
contracts pour favoriser
Avau-hier il y a eu ba
aarrea liu.mazta i provoque
par le I ge de aix.qui voulut
entendre une allaire malgr
une su>pension ion d i
frapp par le Parquet L*
supplant s'y (jppos.i ; dot.
mentes, interventio de
ii irde qui desarma le Ju.,
de Paix.
Quand donc les Pouvoirs
pubins se dcideront -mettre
de l'iudre dans cette intres-
sante commune eu la d 'bar*
rassant des mauvais eiements
qui sont la cause de tons les
d ordres que l'on enregistre
depuis janvier ? .
VILLE DE PORT AU PRINCE
Communiqu
l

!/A lininistr l'ion Commn j
n ' avise (|n' la dite du 27
jnm nran', lie a 'e'" la |
d i c sui ante de la Scr-
ta cri 'i Iv i le l*Iutrieur :
Le (iomernement ayant
l'tude un projet de rgle-
mentation du commerce du
se', j';'i l'a- antage de vous
Informer que mm Dparte-
ment :i dcid ''e iapporer
l'an t comrnnnnl en date du
l Fvrier ]\)A l relatif la
veule de ce produit.
Ce 30 juin 1932,
Ncrologi
v
i Nous avon i appris la mort
' :'e Mme V1' j. C. Artiauo, ne
Ccile Liautaud, survenue au
Cap dmi nclie '1') COUraCt.
Nous prsentons nos sin-
cres condolances a Mon-
1 sieur Paul Vrteaud, son fils,
aux familles Vrthur Franois,
) Dr Jeanty, Arteaud, Liautaud
et aux autres parents et allis.
Noire charmant contre et
ami M. Fines! G. \ hau\ei,c..-
direetcurdu Nouvelliste,et
ancien commissaire gnral
d 11.ti a 'Exposition ( olo
laie Inb-rualioiiale de Vm-
niits, vient d'tre I' bjet
nue aimable d stinctlon de
. ,-a t MB goavti m ment IlSU-
osqui lui a deieme la io-
selte de Cbevalier de la L*
gion d'Honneur.
Nous en flicitons trs vi-
vement notre confrre et I i
renouvelons, l'o< casioil, n
tre cordiale amiti.
Pour Gurir ou Eulter
MIGRAINES, CONSTIPATION
CONGESTIONS, TOURDISSEMENTS
EMBARRAS GASTRIQUE
IL SUFFIT de prendre
l'un de vos repas
(tou le* deux jour* seulement), une
PILULE du D DEHAUT
147, Rue du FaubourgSt-Deni,PARIS
Mais il faut exiger les vritables
qui ont tout fait blanches
et sur chacune desquelles les mot*
DEHAUTaPARIS
ont trr lisiblement imprims en noir
Bibliographie
POUR ION PLAISIR
ET
POUR MA PEINE

CHOS
l'ar un communiqu
adress aux journaux, le D
furteiucDt de llntc i ieurctu vis
es Intresss que l'approba-
tion donne 1 arrt un Con-
seil communal de Port-i u
Pi ince, en date du 13 Fvrii r
1932 relatil la vente du M,
est et demeure rapport! e. En
CJUscqiieni t- le dit Arrte est
nul el sans eflet.
A pailir uuiijourd hui,
1er juillet, eu vertu de l'ar-
rt prsidentiel, tous les eta
btissements de commerce;
d'industrie et autres lei nie-
ront 4 heures prcises I
renverront leur personnel'
Saut exception pour les phar
macies,restaurants et similai
res qui tablitout uu roule-
ment de leurs employs.
- Notre contrre L'A-
beille, de Jacmel, a ouvert
un coucou i s de beaut en vue
de designer la plus l> lie
jeune tille de su v i lie. !.. s
lecteurs seront dans l*en -
barras du choix, Jacmel tant
riche m beauts fminines,
Une concidence : peu-
dant que l'Assemble natis
nale di'cute le projet de la
nouvelle constitution, le tMo-
niteur > publie le proc-ver
bal de la sance du 29 mai
1931 de la Chambre desd
putes o l'on dbattait le
principe de la rvision cous*
tituiioiuie le.
Voici exact* m ni l'eflec-
tif de sou i ersonnel lici nci
avant hiet midi pai la Haico;
2320 employs et ouvriers.
Le journal L'Amrique
La Une > a publi le discours
prononc par notre ministre
Paris M.Constantin Mayard,
u banquet organise eu s->n
bonneurparla Socit F a
Amrique Lutine.
Eu|deboi8 des travail-
leurs de i.. Hasco .tus i
inage par la cessation
acuv.ttsue cette cotnpugoii
il y a toute une
personneaaVoccu]..... ue com-
Bitrv f^uautueulaient les
gens des usines de Chance-
relle, qui sont obliges, elles
aussi, de pliei bagage.
Les services de la Ra
dio-Corporation ol America,
installs Place tirflrard,com-
menceront de fonctionner au-
i lurd'bui.La Compagnii oll e
le i i.|>i te s l'umuinmca >ons
r diogr phiquea < ec i m n
le entu r.
U'Assi n ble NTationaU s
MM'1 a\ nl-lilt r les ;n tu lt s 1
.i l'J i i |i nie! de mosl lu
lion.Cele \. assez rondeuieut.
A La u ban ne, le Gba -e-
lier s ou Papen a demandi
bu nom de l'Allemagne, la
rvision du Trait de Ver-
sailles
A la Convention dmo-
cratique de Chicago, les d-
lgus ne sout pas d'accord
sur la question de la prohi-
bition.
Ap's v i i ii in diman-
che, Ptionville ftera son
patron ^t l'ieire. Des prpa-
rants sont eu train pour don-
ner grand clat la lte.
iNiiiiiiiiniiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiRiiniiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiii
La MDICATION par les GLANDES
.
LE CERTIFICAT D'EIUOES
PRIMAIRES
Selon les premires informa-
tions que nous avons refues, les
rsultats des examens du Certi
ficat d'Ktudes Primaires sem-
b'enl tre plutt dsastreux,
cette anne ci. Cs sont la des
inquitants qui doivent re-
l< r oute l'attention de nos
Pouvons Publia*, car ils n tout
que confirmer les constatations
laites depuis longtemps dans les
tannlles au sujet de la baisse
croissante du niveau (Us ludes.
La cause du mal rside essen-
tiellement dans l'tat actuel du
Dpartement del'Instruction Pu-
blique qui est le plus nglig de
lous, alors qu'il aurait d tr .
si l'on veut rellement taire pro
f[rt s" r notre malheureux pays.
e princi si objet te nos et! nia,
lis que 'i iuii es Serv ces
SOOI p ili lOUt,
nos pauvres col< pi bliquts
: dans un tat m .li lei d
plorali el pi vea ne
uvuivemnucuu eucouragemeut
o 1
et. I
CD
m
o
c
<
CD
Le'GLANDOPHILE*
est un extrait de atandaf fraches
d'animaux slectionn parmi les
espces les plua vigoureuse* ; son
emploi h dodnIIIi dam i-s cas suivants:
Les troublos nerveux, la dpression
physique et morale, la vieillesse pr-
coce. C'est le produit de choix clans
tous les cas d'Impuissance sexuelle
taut chez l'homme que chez la femme.
Par suit action rapide et durable sur
l'ensemble de toutes les foncions, la
"OLANDOPHILE". ...siiicu le rpa-
rateur le plus nergique dont l'ac-
tion se traduit par un rajeunissement
total de l'organisme.
Le "GLANDOPHILE"
ne contient aucun produit toxique
et peut tre pris par TCUT LE MONDE I
enfants, adultes et vieillards des 2 sexes.
Demande donc le "OLANDOPHILE":
H pour l'homme ou " pour la femme.
* tlcc gratuite et vente'
P.SJOURN W lU'CII./'orf-nii-Prinee
et dans TOUTES les i onnel pharmacies
ttuli dittributeur$ : A. THOMAS & C'
15, Rue Mnrtelt PARIS
comme autrefois.
Nous avons pu nous procurer
la lise de- comjtvitioc les di-
vers jurys. ( hnn.it, comme ils
l'ont t, parmi les membres les
plus compleote du personnel
enseigoanl di nos coles publi-
ques et prive, ils ne pouvaient
que remplir leur mission avec
f conscience et impartialit :
j Prsidence bnvole des exa-
[ mens:Mr Plii Magloire, Inspec-
teur des Ecoles.
Prsidence des 3 jurys de
fill- s ; \|. le son.'-iiispecteur >a-
mut I Dvl ux.
l i Jury. Mlles Solange
Pauyo, rame (> ib iel, Lda
Lai.t'ue, I). nise Et h ai I, Mme
Wcsi.
2e Jury. Mme Tui ian, Mlles
Chriatiana Jardine*, Suzanne
Csndy,Georgelts Justin, Lamer-
cie Vieux, Mme T. Holly.
.'le Jury. Mlles Marie Nadal,
1 Mnriet'e La pierre, Lilia Casimir,
Menu' I) lie \^ mand.
i' d s 1 inryi ci r
i, M. i sous inspecteor
Il I :iv, , i
t lui \
Piai I L B m.
M A1 ,,jr
2- Jury. V)\l. Vt^unre Alva
rt <> Augus D, 15, k r, M.
Lonard.
00 -
Par Marc VERNE.
Marc V**rne vient de pus
b'ier la collection capoise
une srie d'impressions grou-
pes sous le tire lotit mo-
de ste .- four mon Plaisir el
pour ma Peine.
Le livre nous a tout de
nu i i e conquis, par su facture
simple, nonchalante presqie,
et l'accent douloureux d'hu-
manit vraie qui le traverse
d'une ligne l'autre. L'est la
m rque certaine de l'artiste
de race que de troubler les
Imes, avec des mots de tous
le> jours .. ceux q u i nous
monuntd'eux mmes aux l-
vres quand un grand bon-
heur nous gonfle te cur...e
ceui qui se pressent la
gorge, a i h> ure des captures,
les ilpu t et des dieux ..
I y a du Ht mi Heine dans
l'crivain i profondment
spontan, que se rvle M tre
Vei ne ... 'est la mme touche
subjective ... les mmes san-
glots contenus d'entant qui a
le cur gros...
Nous regrettons de ne pou-
voir dans ce quotidien mo-
nopolis par l'actualit poli-
tique formuler, avec tout le
dveloppement dsirable,
noire sentiment sur le livre
de M >nsieur Verne... L'est une
trs belle t ho e ... et qui ac
cuse une personnalit trmie-
aaute .. tout a fuit part dans
Cachet Mirga
Rhapsodie Hbngrotse
avP Wa|y Kril.' h .' i-tl D"| -wer
K" e : 1 O'i ; R-.'i|oii : .iki
DIMA1' HE
L'opra comique
Port-au-Prince
Film grand succs :
LA RONDE DES FLEURS
PARLAIT ET CHANTANT FRANAIS. AVEC ANDRE BAUGE
DE L'OPERA COMIQUE.
ENTRE: 3 U
E
RICHARD PETERS, Prop.
CHAMP DE MARS. 101217
La seule boulangerie Europenne en Hati.
Spcialits de pains, pour sandwich
Falns il ut- t pains^moules. Pains noirs
Pains complets, stc
Ptisserie fine, pts, Vol su vent, Tsurtes.
Soins et promptitude.
Tlphone : 2069.
La Maison n'a pas de suc-
cursale.
Avis
i
Les l-'tu I mi s de la 2me
annre de I Ecole Nation aie
de Droit sont avises que les
cours mim<'' y aphis d'hift*
I r du Droit Hatien sont en
vente chez l'auteur
Me HtQ Pi iere d* -i b*i ; es xem
plaire.s sont en no bre res-
treint.
la littrature h tienne. Nous
avons l'imp ession d'tre chi-
che en bor ;i il l noire ju-
gement.
Noos remercions Vfr Marc
Verne pour son g" ieux en-
voi, et nous en prenons oc-
casion pou- fliciter l'Impri-
mer!* du Sminal e de sa
prsentation si artistique de
l'ouvrage.
STEAMSHIP LINE
Le steamer Buenaventuras
est al'endu Port-au-Prince,
T liimit de New-Y'irk, le lun-
d 4 millet 1931 avec; f.'i
sac* de correspondance, et
parlir le mme jour directe-
ment pour Crisioba Canal
Zone, prenant tri et malle.
Pori -iiu-l'rince, le 29 juin
19A
Us H C.VAN RE1D
Agen Gnraux
Demande une sleno-daclylo.
Irarjuis-anglais. -e prsenter
au Bureau de l'Inspection de
la Compagnie.
^^^nlsiisiailisia sRfc7wa4Mi9i
g Toutes les Polices
DE LA
i
rcomprennent la Protection contrela
sj Foudre sans auqmentation de taux!
n
I
FuQ.LeBm*tCol
Aqeuts Gnraux I


C MA** 1er Juillet U?
PAU
5"
SiliHiii Barbancourl ^
km ecl ui;iver*el!e a jwti 5-. premire jU
SN BARBANCOURT
*! : Hit C-ear.
Manufacture Hatienne
Chapeaux L Indigne
i\
r
m. d H
ijrtfcftfHft -

< -
-. -" "^-i
[A le plaisir d'anno icer sa nombreuse Clientle ejue la
lut de ses CHAPEAUX se tait, depuis le K janvier, au
Nu 2027. GRAND'RUF
fece de sou ancien local.
'J.p* Clients y trouveront le mme accueil.
BON MARCHE. CLRIT. GOUR0ISIE
Martinez, Marcelin & O
Ne reiueitesz ^as!
LORSQUE l'incendie se dclare, il est trop tard
pour viter la | crte des documents importants d-
poss sous bit f dans un tiroir votre bureau ou
dans votre demeure.
Remplacer ces documents coterait cher et
arait peut-tre impossible. Mais il vous cotera
trs peu pour les protger.
Ne remettez pas demain la location d'un
Coffret de Sret de crainte qu'il ne soit trop tard.
Pour deux sous par jour, vous achetez la protection.
JLa Banque Royale
du Canada
PARTIR DU 2 JUILLET 1932
Nous allons vendre nos
[Issu, n des prix uis qu'a-
ies ons avoir v.si's
e sera ib pins gracie sur-
prise que vous aurez re
outre dans votre vie. Ne
faissez pas les autics bn-
ficier seuls des avantages
Du 10
D"AUGUSTE R.
CHIRURGIEN-DENIISTE
Avise sa bienveillante clien-
tle et le public que durant
son sjour aux EtalssUnis son
cabinet fonctionne comme
l'ordinaire soys la direction
du Dr M. Dartiguenave, den-
tiste.
uenous vous oilrons.
u 11 ce sera le tour des au- ; tlphone : 3467.
res articles.
Celui nui ne nous aura
as visit le reg citera SU C"
Sauvez
Etranger
Onnnnrnce de Paria que
les bruits de dmission des
ministres des finances et du
buHget qui ont c reol sem.
blaient dnus de toedement
avam mme dlie dmen1--
oticiellement.
Le minis're de France au
Chilii reu l'ordre de prolester l
auprs du nouveau Gouverne-\
ment socialiste chilien contre 1
cert. ines mesures affrtant d-
tavorab'ement les intrts Iran-
fais.
On mande de Lausanne
3ue M. Hamsay Mac-D ald a
clar l'ouverture de lu cou
frence sur les rparations et
les dettes de guerre que l'Fu-
rope ne peut pas agir seule,
mais qu'elle doit avoir l'aide des
Etats-Unis pour surmonter la
crise conomique mondiale.
Le bilan hebdomadaire de
la Banque de France indique
une augmentation de 804 mil-
lions de Irancs dans l'encaisse
or, qui atteint le chiffre de
80,974 millions, le plus lev
qu'on ait encore constat pour
la Banque. La circulation Udn-
ciaire a diminu de (Ml million ;
elle est de 81,738 millions. On
peut donc remarquer que l'en-
caisse or est bien pi es d'attein-
dre le mme chiitre que la cb>
(ulation tiduciaire.
Le fascisme est non seule-
ment un systme de gouverne-
ment, mais rellement un sys
lune de pense. Telle est la
r'tinition du 'ascisme que don-
i e M. Mussolini dans In non
vile dlion de la tTeccm
Er cyrlopedia .
Le uce d^ciit le fascisme m-"
me une conception religieuse
qui lve l'homme et le trans-
lo me en un "menib e cons-
ci< nt d'une socit spirituelle",
Le chmage diminu en
Italie. A la date du 31 mai, le
nombre des chmeurs at'ei-
Rrait le chiffra de 9(19,000, soit
.'11.000 de moins que le mois
prcdent.
Une dpche de Nankin
annonce que le gouvernement
national a sign un contrat
8^ecun groupe d'anciens avia-
Uurs militaires amricins dans '
le but de dvelopper l'aviation
militaire chinoise.
Des centaines d'arresta-
tions ont l opres Cuba
pour rprimer le terrorisme. L"
prsident Machado a confirm
les sentences prononces par un
conseil de guerre contre deux
I jeunes gens accuss de ferroris-
, me. La cour suprme a cepen-
dant, rcemment, dclar con-
traire la Conslilulion la loi
d'aprs laquelle ils ont l ju
gs par un conseil de guerre.
La situation, a expos le
chancelier von Papen, la situa
lion sans prcdent du peuple
allemand demande que le gou-
vernement soit dlivr des en-
trares de la politique e des
doctrines de parti*. La situation
est presque dso'-pre et lt
solu'ion du prob'me de rerons
Irucbon imposera toutes les
classes de lourdes sacrifices.?
Le Parlement romain a t
dissous. Les lections 't" la
Chambr auront lieu I" 17 juil-
let, celles du Sna* le 20 juillet.
le
Panama Hailroad Stean ip Linc
Agen's aux orincipaux oorts dliurope.
Service de jil cl de passagers entre
urope cl l'Amrique.
IE,
U \V. Sblldon AJC'i, :
1 /, Jamea Street,;
LlYlHrOtL, L.NOLAN
Mi (et,
iloRT SrTTompaBJi
Atlautic Vreigfaling Ll>>p. Div.
l Boulevard^de S laibcura,
Havre, France
MOHY &, LOMPANT,
Atlantic Fieigliung Loi p. t)iv
7i ijuui des Lhartrona,
Bordeaux, Fiance
lleruu deron & Slockwell,
Boite Postal 71'
Havre, Fraoce.
Anj/l.t'i-. o
A Ltd.
Ken'on liouse,
113 I nchui
u k. C. I Fi gland .
Yrance
Muni & Com|
Atlantic ( orfl.DiT.
3, Rue St Vincent cie Faut.
l'ai is, 1 i; i
MOUTl A. ( OMI'ANV
Allai lie I ighliug Corn. Dir.
7 H Kc| blique,
M France.
Gellatly Fv-nbut Cm,
21, [ la R publique
M l'rai
Allamag o
Allanlic Freighting Corp. ng Corp.
allinhaua, llumbug L, Ger.nany. B:ei envi < Bremen (ier.
Hollande)
A1 Coi p.
in ."

liol
Su:
>IT.
Atlantic Freightic ,-J ;orp.
An wer'p Divt .ion.
CiO S ti n ma nu iV Compan?
I'. O. Bu. im, R Uterdam
.<>;,. I)i .
A/B W. Lari
Atlautic Freiflhtio|
- eppabron 10,
Stockholm, Swed n.
A/B Pettersson ci boimi
Atluuiic Freighting Coj p, Dit,
Skeppsbroii 5,
Gothenbttrg, Swedei.
Img
INc : Swed#n
n on I.
htii j
rp, l'i .
a. Malmo, S /ealen.
Bernhard Rer^i A.
Atlaalic Freigh ing C .. I) t.
lialsiugborg, Swedan.
Belgique
Atlantic ^Freightog Carp^
c/o SteinmainQ et De
LJiiii Jjrdaeus
Antwcrp, Lelgiuni.
Danemark
li. A. Bendix et Cimpanj
Copenhagen, l)a4.marC.
ItailU
A. Cereia ei Company
Via Banc lu 3,
Genca. llaly.
m M iritima Delgali
S, ;,in.
tJac
Norvge
i A Devold A. (1.
;lllll)g l ![). B>iv.
Aalesund, Norway.
LA LAITERIE BA1LEY
Livraison propre, livgn
que, en 1>!) ite Iles h cm i i
qle.mut cachetes, a l'abi
-te toute falsification,
Transport (ail en ririj'-r-
leurs roues.
ment.
I
Kawas Hbrmamos
iFleurs! Fleurs!
n trouvera cher. Me'le Ti
l'ine Augustin, Bas Feu de
chose, des leurs, couronnes,
Koiheilles de fleurs naturels
te, bon march.
Assurez vous contre accida-
!a General Arcuierr Fir ^
"ile SMiii.iH'e (.i n Lied,Vve F. Bnviingba
vos livres
Sauvez ves livres et con
leclion ea> mauvais lat cl*
les confiant ai relieur cons-
ciencieux, honnte et habile
FjTlBNME Fa mil La, Rue Bonr.r
Foi .

Avis
Le lundi 4 millet, jour le
i Indpendance dtt Etuls-I'nes,
le Charg d'Affaires Amricain
recevra a su rsidence, Avenue
I .rue '/, de onze h uns d'i iw-
J/i/i u une. heure. i
Les chambres se, runiront
30 du mme mois.
0 < annonce de Vfidrid que
le gnral Emilio Marbra, trs
influent pendant la dictature
du gnral Primo de Hivera, a
arrt sous l'inculpation de
complot pour rtablir Alphonse
sur le trne d'Espagn". Le fils
du gnral et le baron de Mora
ont t galement arrts.
D'aprs certaines informa-
tions de source japonais", la
commission d'tude de la So-
cit des Nalionsen Mandchon*
rie envisagerait la possibilit
recommander dans son i p
port que la Man I QOQrifl soil
place sous mandat. Il y au ail i
un conseil mandataire avec
participation de la France, d*' la
Grande Bretagne, du Japon, des
Etats Fnis et d'autres puissan-
ces. Ce conseil serait prsid
par le Marchal Tcha t S I
Liang, ancien gouverne-r mi-
litaire de la Mandchourie.
Dans le nord de la Fiulan-
de, Nivola, trois <:ents ler-
miers arms on* manitest !
lemment contre Us fil*
dpression. Le gouver te i
envo> de troups \})\- ;
triaer ce loniveu
1313
Prince.
ri i 1 K le, Fort a i

V080BI
(Frnhc*)
laEaU
nON KCTIVI SOR LB riN
Cure complte de l'ARTHWITISiWE
oouftses rrNNis gol polo thtre OAStnm
l*RO SPECIAL ~>OUR LES ENFAItTti
Trnlii* Jir?-t t l'M.I ((litre clo I'IChO A VITTIiL
.fn v. it pi alesTharj | Maison
mm
LE KAiTKST
INCONTESTABLIi
c
iiMiie
C'est la quintessence ( ; meilleures
varits de cannes (Min vaste lerri.oire
runissant les meilleurs
Ces! ce qui hut son
GOUTEZ ET C >


oirs
me.
*w
mrse*mxr*j+r*
-


Vendredi
1"Juillet 1U32
Le Matin
m
4 PA3RR
20oM ANNfifc 771V
Pert-a n-Fns.ee
Tl|ko :
Masital Gnral llalit-i
Accidents
25 juin 1931
A na Rodrigue, 26 a s, p'arf
Se Anre. Blest-ure contuse de
la joue droite.
Btnoit Louishdon, 28 Qs, rot
SMioDor. lilessure tianchan <
de lavant bras droit.
Jeanne Pierre, 17 ans bas Peu*
de Chose. Mlesure trancha nie
du poignet et de l'minence hy J
potenar droits. |
Edouard Joseph, .'. ans.
Bourg Salomon. Lgre conb -
ion de la hanche gai che.
Pierre Antoine, 22 ans, A"
haie. Luxation du poignet droit.
Fismar Castor,&1 an'.Bst-Ai*.
Blessure contuse du . uir che-
velu.
Glita LIoucln>, 15 ans, Po-
hert. Blessurecontuse du pr i-
gnet.
Marie Salomor, Pt-au-Princ*.
H :ssure contuse de l'extrmit
xterne de l'areide sourcilin
gauche, rosions du i.ez, du
Iront (hospitalis).
2 juin 11)32
Ivennelh Grain m, 1S ans, Mar
tis.ant. blessure cont; se de Par
M le sourcihre gauche.
Lon Paulin-, 26 ans, me d
l'Egalit. Fracture du I 'i in 1er.
de l'avant bras droil
Margutrite Og'-, 31 as, Croij
det Bouquets. I Irai -
chante du genou gau< lie ( bos.
pitahse ).
Vesta Delpehe, 5 ans, ru(
des Csars. Contusion de h
hanche droite.
Nerva Baille* 1" ans, me d<
Csars. Fracture du l trieui
de la cuisse (boapitaliai
27 juin 1932
Lamercie William, 25 ans.
quartier St-Joaeph. Blessun
tranchante de la patine de la
main droite.
Vve Emmanuel Mille',70 ans,
Fode Marchand. Luxation du
coude.
Yvonne Douin, 20 ans, portail
St-Joseph. Blessure tranchant!
du coude droit.
Bernadolle Cassus 4 ans,
Grand'Rue. Blessuie contuse du
Iront.
Andr Ju-Baptisle, 27 ans. j
quartier Sl-Amoine. blessure
Contuse de la lace.
Joseph Hipias, 47 ans, Pis.
quelle. Erosions du cuir ilievelu
Csaire Sanon, 13 ans, Champ
c'a Mars. Blessuie contuse du
rnir chevelu.
28 juin 1932
Coriolan Odette, 7 ans, Poste
Marchand. Blessure piquante de
la plante du pied gtut- lie
Jeanne Olga, 4 ans, rue Cha
reron. Corps tranger du lobe
dieeatil.
Clien Julien, 74 ans, lare 'au
Cimetire, hrosions de l'arcade
aourcilieredroite.de la racini
dn nez, blessure contuse d* la
lvre suprieure,de l'avant-bras
droit.,
Sidney Nol, 21 ans. quartiei
St-Joseph. Blessure contuse du
cuir chevelu.
Crne Raymond, ." ans, Im-
passe Lavaud. Blessure contuse
de la lvre^inlriture.
Autoine Richemond, 24 ans,
fae Rvolution. Conto i on sim-
ple de la jambe droite.

Dcos
26 juin 11)32
Rbselie Paul, 3 ans, llo,
Gnral.
Dectus Decilus, 15 ans, Boia
St-Marlin.
Alice Pir.kombe, 74 IQI, rue
du Sacr Cur.
En avez-vous dj got ?j
Eh bien, demandez dans*
tous les cals, bars el res-
taurants de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale : le
PORTER NATIONAL l
Agrable Fortifiant
Bon Mcuch,
BRASSERIE NATIONALE S. A
Port-au-Prince, ( Hati >.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd
de Perth ( Scotland )
car la GENERAL a est une des plus puisstates et des a lu vastes ir^anisatiea
ie ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur ton champ d'action qui embrasse It
monde
ses Polices contre incendie couvrent aussi les lgats occasionns par la foudre
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommage!
caus autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises ptr ses branches d'Europe sont payables en naf.
Ses Polices contre accidents sj it valables dans l'univers entier. Tous les.vova-
urs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidenta.
'au moins 4000 dollars, la prim mauele n'tant que de l/2 /. soi' 20 i 'U** (", C
Veuve F BERMINGHAM, Aux
,r
ti \
Lykes Brothers SS C lnc
Texas -- Hati Santo uomingo- Porto Rico
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers al
rt entre les ports du Golte du Texas directemeut avec
'n au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de ' LYKE
INE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont*
SOUSAGENTS
Agent Gnral pour Hait.
Pirtnn-Prmce. IG. GILG
JEAN BLANCHFT Jrrem
Steamer Vlma Lykes
Steamer Tillie Lykes*.
Steamer Ruth Lykesi
Steamer Maigaret Lykes
Steamer t Velma Lykes
Steamer a Genevive Lykes
1er juillet 19t2
I juillet 1932
15 juillet 1M32
22 juillet 1932
29 juillet 1932
a acil 1932
bureau: Rue du Magasin de Ittoi, Boile Postale'
Idal Rhum
ALIX ROY
30 annes de succs.
Voulez-vous A vendre
Russir dans vos tudes uo
aire russir vos eut mts.grce
i une mthode d'enseigne-
lenl classique excelleule?
VOl I 1 /.VOUS
protession :i prs 6 9
i uns d'tudes srieuses (St
no-Dactylo, I anguesvivante
C rmptabilu ) 0
Songez que .'Institut TIP-
i'EMI.U'EU se recommande
et s'impose votre attention
par les huilants rsultats d-
ji obtenus.
l37Rue Lamarre.
Tlphone 2891.
A
lo Pigeons romains de
race pute, issus des premieis
prix de ^exposition d'avicul-
ture de Pans.
Couleurs: Bleu, Fauve.Noir.
Rouge, Chamois.
2) Lapins Gants des Fiai.
dres i et Chinchillas de race
pure, mme origine.
S'adresser
Mr Paul C ASTER A
en lace de l'Eglise M-Giard
Agcut-Gurla
s-s c>
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone: N* 2123
Le vapeur fBolivar Voy.
100. venant de New-York et
des porta du Nord es' attendu j
ici le 2 juillet prochain, con-;
linuera le fime jour pour
les ports du Sud.
Le manifeste de ce vapeur
reeu par avion poste tst
la disposition des clients dans
nos bureaux sis angle rue du
Quai et des Fronts-Forts (vis
vis de la Douane. )
*

Le vapeur Biracoa i Voy.
104. venant directement de
New-York, sera ici le 5 juil-
let prochain, en route pour
Pto Co'omhia,Carlagena,Cris-
tobal, Canal Zone, Kingston
et New-York.

m
Le vapeur Bolivar) Voy
100, de retour des ports du
Sud, est attendu Port-au-
Prince le 7 juillet prochain.
Continuera porr les porls du
Nord oftranl fret pour New-
York et Europe!? via New
York.
William. B. BLlt.
Agent.
lion
PROGRS NOUVEAU
RHbM l\Ol\EAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
Ifrfl -AMIF m RIE. N PEUPLE ff ffflflU ?Htf 3331.
Le DROP INN
RUE du MaGAS'N de L'ETAT
Coquet tablissement si-
tu tout prs de la Banque
Nale el dirig par Mme Maria
BERTET.
Consommations de premier
choix.
VIS
Doni i e m mandai de
artea.de li i le.. l'Im-
irimerie Morisseit, ou vous
id choix de
!tttri piix relative-
itient bas.
AVIS ALI COMMERCE
La PanamaJMailroad Staa i bip Line a I avantage d'an
donuer les dparts suivants de ew York pour port au prince
Uaiti, directement chaque mai i. Tonales steamers sont
puarvus de chambre Inyori'uue
#/ar/ de heiu lor/c. Arrivages
Steaaser -'Buenaventur " le 2S juin
b**awcr "A'.con" le 6 jwil et 1932
fc'eaaaer "Guaya mil le 12 jui let|
l'iiuuina Raili"..< Siean p hip
Ja VA4\ Kh.1
agaut Gnra!
'i /'o t-mi-rriiice.
le l juillel lf32
Il iuillel Itf.'/J
et 1 .2
Laboratoire SJOURN
DiREtTrffii
F. Sjourn, Pharmacien
R. Sjourne, Pharmacien de l'UnhrerftiteTde Paris
M. SJOURN, Pharmacien de l'universit de Paris,aacieo
interne des Hpitaux de Paris
Analyses des Urines, du suc gastrique, du sang ( Waa-
.eraaaiuif Ure, Constante d'Ainb^rd, t'.Ivi'mie).
Descrachtts. Des aiatlras rcalas.
Loterie Nationale d'Hali
419, Rue Bonne.Foi. Phona : S35S
La Loterie Nationaled'Halti est
ne Inathntien hautement humanitaire par la mullipli
d'eruvre fu'elle se propose d'aider, une chance da I
tre wil.ilc aux homnus de toutes conditions de fortl
E'ii loves Fonctionnaires, Ouvriers. Artisans. Salarial
tou> ordres, Gna de maison ( domestiques ) sans pal
leur budget n Ofaenanl deux goud-s, peuvent gagner tr
amillt gourdes Patrons de Commerce,Chetsd*lndustie,pa|
aux iusulfi ances dts ventes, par l'achat d'un billet, qui n
libre du souci des chances* I
Mlecins Avocats. Ingnieurs. Snateoia, Dputs, (irsj
ignitaires de I Elat.Reprsenlants de l Intelleitualiie, i\
nalisles
Donnie; Pexcnaple de voire se'idril sociare.
Rentiers, oepitalistes, comme en jouant, augmente*'
aveir. '
Vous tous qui habite Haiti, rendez-lui service fa sj
al la billet del LOTIKIE NATIONALE D'HATI.

CE OUI N'A JAMAIS T FAIT
CE 001 NE PEUT TRE DPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Venfc
?harmacieF. SEJOURNE
Angle des rues houx et du Centra.
i
N'OUBLIEZ PAS OE FIE UN PETIT TOUflj
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL j
Petionville
l.MO pieds d'allilude. L'tablissement le plus Irais Ici
vir.BS de Poii ar .Prime.
Seulement l annules d'aulo tur nue eirellmt.
aspB.lle.Vnesmerveillens*idela ville et duj.-ort.
Boinon de toute, espces. *
DINERS GOUTERS SUDIiCB
Vrrangemeuts particuliers pour les pensioLi de jot!
senraaina on de mois,
a
IMM J
eav. 5.

A
f>.
4
'^' > JU


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM