<%BANNER%>







PAGE 1

LE IftliN -s 22 Juin U^ LaMf?l! 1 r h'SLANDOPHILE un Mirait il-il '' %  fr-"jfch aux iAiscf lonns PET liE CHRONIQUE CINEGRAPHIQUE Av./.vous revu di aan lie soi h %  i Hai liana ?.,.Si n< ouf plains, • film est M ceui qui cent lois l'alli %  h --. Vision d'art, en vrit .. VU SarplUS, des rens pa P ropos humides • animaux siaetianni plut vlgourauroa ; • lie dam I J troubles nerveux, }•. ;,'aiqu0 et morale i ••. C'est? lo prod'iit lins les Ml cl'irr.pulsncS ~uellS) t. .. chez l'hoi' I ion %  < tl< n rapldo el di | iHfll tOtll %  "iLAKDOPHILE" iiprateur le plus nci m aa traduit parunrajaun semant total d l'ori Le "GLANDOk'•contient aucun pro.-li i! (ol'|ua r %  • %  ittre pris par TOUT LE I ratants, ailulirs et \ Isilln i>. mande* donc le "SLANDOPHI' M pour l'homma on F • tics gratuits f. SJOURN W. B( l •I (uns TOUTES U i ttul distributturs : A. Tl 18. Rue MteUi. MhlIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHIIII.MflillHii %  !: III I Le crime de Lerebours —u* Nous avens relat ma d t ils, la semaine d< e, le meurtre d'an nom Indre Joseph,sur t'abitutio i L( i e1) >urs . Nos renseij i ts, pi in sur Its lieux, DQUS p rinettenl aujourd'hui de complter l'iuformatiop. „.Un grand et noble travail s'accomplit au sommet du Bonnet l'Evque : ou reetanre la Citadelle. Li, une quipe noinbi cuse,chaque jour.exluiJ nie quelques parties caches, sous j une vgtation centenaire, de la merliques OU lu ne grandi' { veiilr christophienne. Et des objets htlgqu'au SUrbum n. Mari i | prcieux dont on ne souponnait ps ic,: . I ... l'existence. Ces travailleurs qui sont Ice nom tpie re.lisannt les ipeul t r€ ,, s rlesceodanl.de ceux rllOI di". bois, landii CJ ie 'qui, il y a plus d'un sicle, construiVhdunir gu.issul derrire j %  *• la symbolique forUniN, y i i i s.s J-~.. .. I *<>nt du plus bel entrain. Ils ont la porte double dt son ca-; M BMl-n %  ii est oie pour lui I IMD Hstsdk3c:..-.i-wr| g '.,ii4B TCJX RAVE.SKf g* PARIS 13 a victime, lus le don d'elle.rac ue en '. %  • h •• la vie du ni tri I£t voil la civilh itioo dans toute su liide r, avec pour cortge cette fameuse justice bu tuai ne.. Non vraiment/quant on :• vu ./iira d'angoiise , on dite en s'i n ail int chez soi.. Tout ai tour le nous prend une teinte som'ne; ce Sont les nu g s qui | assenl, on esl sur la pente de la d* prance, m lis, 6 travers la bruine, une toile : celle qui ail be le crucifix que prsente au condamn mori l'aumnier de la torteresse Si la justice tout court n'est pas de ce n onde — ce que lj i ou s savons, malgr la jact ice des h nnra.s —e 1 est m m ins i.ms l'autre, l o roue t elui qui joge, non pas d'aprs des apparences ou des simulacrea, mais d'aprs les penst'ts. les paroles et les actions Des jours d'angoisse I nous pouvons < ha :un de nous en connatre,el pourtant nous les t lisons \ iv e au prochain. Ni us sommes beaucoup d'entre nous les hommes, des ches, de vulgaires lches... \ nouse et ai s nous comprendrons que le bonheur dans la possession d'une lemme n'est pas d mi l'l rein te de son ciiri s.mais bien dan le clou entier et volontaire de t plus srement que nous possdons DMinltoanl un pb tr.' magique : le Uni M SARTHL CACHET DOH, qui leur est servi quotidiennement. CHOSES MAONNIQUES Les Membres de l'Etoile dllaili N' 5 sont pris d'assister la clbration de la li le de Si.-Jean et l'installation des Officiers dignit] les pour l'exercice 1932-1933 qui auront lieu le vendredi 24 juin courant, 5 heures de l'api s-midi, au local de la Resp. Loge. Andr Joseph, travaillait,depuis tendre, l'habitation Vau dreuil . D'abord gt om du Directeur de I bal I o i, il avait mrit par s < bonne i ouduite et son acln i d'eu i promu au ring de con licteur de cabrouet. Ecoi oui i,il ;i\ ail rcemment pu s'ac i r un l luvilion qu'on ii i vola (|tielqu< s jours plus lard.C'est m essayant de retrouver la ) ne qu il lut atsas: n dam )< s coi ditious que nous rap" portons, I'n certain Bel jamii pivi.it Andr Joseph se don,oll,c son ftme • nat pour un ami, et en r* clamant le secret le plus absolu sur sa rvlation, que le d ." chez lo Directeur G nral, bjuvillon avait t ir onsieur Louis Blanchard, el les nomms Alberl A nuiyslui t pari de ses alarmes... te Mo.,e et Soi I irles Benjamin est pass le feThabitation Lu ... chercher samedi soir ai de Mais.ujouta-I il, il t d ou.nu|,l,1< i" s, l" •' ce m dm, ( lundi) o'alerler la police, i restituAlll e esl P as %  "•pera.i tion selera sansdiiii ilt, Le renseignement n'tait idessieurs se savent sou onl ms tomb dans I o reille d'an 8s, et pour vitei les coin Sl) '•• Le directeur Blaniications voudraieni vous chird.dont on connat l'neri..udre la bote, ma i se 1 l > ,e s dnoncer eui-mm i censs l'avoir reti ive par liasard.donc von i / (aire le nat et les renu rcitr sim • plemcul de vous avoir rendu service. Tard dans la nu ojamin vint chercbei \ Joseph (jui a'empn le le suivre. On se rendit ir 1 h ibitation Lerel el i un endroit pralabli nu entre IL njami el i ea complices. Kn efl( l Irui sur les lieux, le un S tison (maries. Ht nj ti u pi i' alors cong, pr i I qu'il tait attendu un I ('ailes pour le mieux , r< t-il Son son Chai ANNIVERSAIRE DE NOTRE CONFRRE '* LE PAYS Notre eoolrre LE PATS entnra t'emain dans sa troisime arne. Il nous est flgrablf, a l'occasion de cet heureux anniversaire de lui adresser nos cordiales flicitations et de re-. nouvel r son courageux dneci teur, Louis Callard, notre con* li aternelle amiti. Notre confrre occupe, dans la presse nationale, en ce moment-ci, une position d'avar la Prfecture. — Le Dpartement du Cornun rc par un communiqu i la presse attira l'altentian des exporlati i rs sur la situation favorable a march du Cacao aux EtatsaVoia, Mais il faut une hunut | r. paraiion de ce pioI doit, Avant iou ( Temps llit coup de manchet-1'f* te d UD pw>|t de lot d'ieitia. .s, enblessa quelques-uns, ve gouvernementale, dpos el Uni les autres en respect! ?'. e ,urrau ^ e la Cha mbre f. n U publie U ia e e Avril dernier, tendant a l.b'ir epuil II e Prouvable, j" C!(r e d ; idn.d"poJr^ lou.e Cesl la troisime lois, parait|ul si) n e hi biianl e erriloire I, que cel Uberl Mose, qui de la Rpublique, C'eatune niaest Tailleurs li (erreur des „i-< d'impi de capilation. environs, oss ssine dans Us, —Noire mme conlrie a mnes conditions et telle 'soulev une lis impoi t ante lans le mme puits I S cadaquestion, cille de la division resd ses victimes, Cesl justement celte ici retir qu'il ins prcaution ou lui adi iiiistra.i pire, qui lui garantit jusqu'ici au crne, ur. \ manchetta.Le cad i devenir comprom %  >n dfit eu le jel d'un puits colonii I, le depuis longl dr Joseph lui il ia par Benjamin, A bei l el ses piecel'impunite i our lents toi t lits. No ce derresters pas I bglemj s in el que la menei poui colle) de erritoriala pdmiiiistralive rviser. Nous reprendrons le sujr . — La Hevue Commerciale el Bulletin Mensuel de la • b ambra de Commerce Iranaise, mois d'viil 1932, esl palue avec un inlressanl el copie ux sommais, — Il parat que la Bjrqise Nationale, sous l'impression d'une di iaion de justice trs %  %  s dangei in S'il .commente dana une afiain o son, o H ij min I rrment, les. e ,, ,a ' intresse,aurait pria Irai n au guet crimii nt jus mesures svres IVCOng des compl i m'A. l i <'>s commerant. Tool .. .. .. \1 %  I..I.. I..I ^,...^ ,!/.! !.. 1 seul n yslre qu u i es clairclr. J.n dispai sepii ne niauqi fUeicr sa Itiumc ciui se rendes IL' M la ruine lions 'ir dtendre la aomiqoe. — Le public loi? rpo dre A 11 qu. lui es. |.ii. P de con u|.romrte lltribusrpatriotiqueixienlauxlraii tuei^ique. [qu'exige le dpart de nos athjITE, TUPEPCUL03C. CAlARRIii:, RIIUMFS mneift, I.TOUFFEMENTS. ME, ENROUEMENT. ilTEchroniaua.SUEURS MEMSNTSsla SANG.INFLUENZA, ASTHME. CLR1SON CERTAINE pnrlelraiiementla BACILLINE RAVENET qal a tain in %  illir-. d. Hntfkl. En ttuie l\.rt-au-I-rinct : Pharmacia W. lUCM r~ -A % %  • Awtreil rt-rrattii* Votre cuisine, Madame... Le Snateur X est le plus magnifuiue tnor du Parlement. Il fait concurrence l ancien Pre Conscrit, dont le timbre est lgendaite... Vous comprenez .. — Quelle sonorit de voix quelle puissance 1 disait (1er n'iement au premier une admiratrice.' oniiez-moi donc, Sna, le secret de cette voix si harmonieuse, si prenante. — Ma petite, rpondit le vio'oncelle, ce n'est pas plus malin que cela : chaque matin que Dieu tait, jeun, je lais cuire une cuillere de la imrvei leus i kantgut des 17finej de Port au Princ$ el de St. Marc, que j'avale. Et le miracle de ma voix s'accomI lit. — Effectivement, confirma l'admiratrice, c'est ce mira. cle que vous devez ma... ma .. t sympathie. Cette voix est votre unique puissance 1 — Comment donc! comment doncl protesta le snateur. Sans rpondre, l'admiratrice con in os : — Quelle mantgue, quelle maut^ue I Bec Fin. Communiqu LE GRAND ORIENT D'HATI r,Le Grand Orient d'Hati a l'honneur d'inviter les Membres de la Fraternit et les Amis de l'ordre une Messe Solennelle qui sera chante en la Cathdrale de la Sainte Trinit le vendredi 24 juin courant 7 heures prcises du malin, i l'occasion de la fle de St. Jean, patron des Maons. Port-au-Prince, le 21 juin 1832. Cin-laldy CE S01K Pour permettre loua de voir la merveilleuse prodnei! sonore et chantante : "ucuon NAPLES QUI CHANTE avec VUleoui Todd; elle sera donne au prix de : 1 | 0Ur( j DEMAIN SOIR Le roman d'un gamin de Paris ( TITI 1 r ) (Sude) BT L'Aiglonne ismio Entre ; 0,10; Balcon : l.uf, VENDREDI Le superbe film : Morgane la Sirne avec Ciire de Loeesel Iv.in P*trnvich Entre : 0.50 ; Balcon : 1,0S tes Cator el Thard pour les J ux O ymp.ques. Nos couleurs doivent y figurer avec;eux. — A Cuba, les arrestations nombreuses continuent. Deux jeunes garons — 15 ans et 19 ans—ont l condamns 'inorl. — LH convention du parli dmocrate se runira le 27 juin Chicago pour dsigner le candidat de ce parti |11 Prsidence des Etats-Unis. — A la Conirence] de Lausanne, le dsaccord est aigu enIre les dlgus Iranais et allemands. Ceux-ci insistent pour l'annulation totale des dettes de gueire, tendis que les'Franais ofirenl seulement une rduction. — La France a renonc au plan Tardieu qui tendait metIre une lorce matrielle au service de la Socit des Nations. SEt-SIIIIIW Samedi 25 Juin 1932 SOIRE DE GALA Thtrale et Dansante GARDIEhS DE PHARE 1 acte... avec Ralph Catalij et Daniel heurleloa GRAND BAL avec [orchestre Scolt Intermdes d§ chant auei Jane Verneuil el Ralph Ca taly. Entre : 2 Gourdes. Information En 'consquence, ilsauraied peut tre intrt s'adresser Le Dpartement du Commerce informe Messieurs les Exportateurs que.d'aprsavia du Consul Gnral d'Hati a Montevideo ( Uruguay ), les produits suivantssoutsuscep tibles de trouver un dbouch dans ce pays : cal.coton, miel, sucre, huile de palmier, bois prcieux et autres dena notre reprieutanl en ca pays pour avoir tous les reuseignements ncesiirei. efll lui luisant parvenir des chan-l tillons, des prix et toutes astres indications de nature *l taciliter l'exportation des pi<>*| duils en question. *. Port-au-Prince, le 21 jufal 1932. Toutes les Polices DE LA S O'S £aUU19jt&J llIUUlIflllUU U 5 3 ^comprennent la Protection contrela y Foudre sans auampntation de tauxj | tiitg.Le Bossrt** sT A & Aqents Gnraux 3



PAGE 1

LE MATIN 22 Jn.ii 190 Gfc illiiini ttarbiincoiirl nt 1 m } vernenT" t. Cette commission pourrai 1 ' re onm poser de M M. Louis Roy.C.nndelon Rigtnd, L. Gentil Tippenha'u*r, lsg.\ larc Montes, pour ne citer (|ue ces noms parmi tant d'autres aussi qualifis. | MM. Schiller Nicolas et Djoie ,dont la comptence a a jarrais t mise en doute pourraient tre consults et tournir d'utiles renseignements bass sur l'exprience et l'observation. Cette suggestion n'est pas plus mauvaise qu'une filtre; nous la donnons pour ce quelle vaut. UAL L'avez-vous dj qol ? Eh bien, demandez dans liis les cafs, tauranls de la Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale: le PORTER NATIONAL UN DISPENSAIRE A THOMAZEAU .Nous apprenons ave plaisir la prochaine inauguration d'un d'spersaire au liourg de Tlioranzeau C'est une heureuse iniL^-ft •Wi^^r i '" v e due l'activit in'elliOQ1S 611 rCS-U'rt du Magistrat Communal a jj; ace au concours du Service (National cl'Hygine et qi i eut • l-pele rendre beaucoup de s i vices la population. Le) | arations selon! activement ni local o les mdicamenls ne'oit distribus gratuitement HU* malades par les ioiu d 10 licier Sanitaire.—Nos nieilirtr s compliments au sympathique Maire de Thomtzeaa. Agra ble — Foiiifan t — fe Bon March. BRASSERIE NATIONALE S. A Port-au-Prince, ( Hati ). ......t.—.• CORD Les Pneus et Chambres "air de qualit suprieure Chez CONSTANTIN, NADAL&C* Tlphone .-2238 BuihliiHj Aiinour. j ; RUE DUMAG \SI\ DI L'ETA I oqnet tablissement situ tout prs de la Baaqi e N le el dirig p ir Mme Mu ia BFRTET. Consommations de premiei i ho'X. COMPAGNIE GENERALE TRANSATLANTIQUE Le sic:) m r eCari.nare v< oaol de Rordeaoi et des porta du Sud esl alleu 1 i Portau-Prince le 21 {••">.Il | rrtira le 24 ji0. P. M. ALTIERI, Agent (lnral Rue du Qoai.Port-an-Prince, PREVENEZ LA CONSTIPATION i • pincfc : un verre d" u soir, pi -M ix de "Frull n turel i i I: i ni net l aijeiilioii MAISON A L Tour la saison o l'anne l'lionvillc. Four renseignement, s'adresser a Mr de VENDBGIS Avenue King RGNRE L'ORGANISME PBRIFUGK. Al'KRITIF, DIGESTIF, RECONSTITUANT. Dini toutei Ici Phrmicie fut tu l-rinn: Phsrmssit SL'CH CE PROGRS NOUVEAU RHbM NOb\EAV Rhum dlicieux got exqui Prix rduit ALCOOL OtPIANT TOUTE CONCURriENCE Clair in Vierge Chez N. NAZOlN aWmE 8K RK m H** w m ?m m Loterie Nationale d'Hati u s nu. Bonn.ro. Phon : 335 i.Tlerie Ntiooled UIO est ''h.nemn Imm.nil.ire par la niulliphcljr .einstlluiion hMtemem ni ln e d.ance d. bS rt-anvres quelle "J !" *^ onli condition, de lo.tun* elre ofte.le.ux % %  **• ouvriers. Artisans, Sal.ri de Employs,£U~ ^„^ 0 ,„cs,iune,, > sans partir ou ordres, Gens ac " ,„„„, peuvent (jsgner Ireh ho, budgetj ov.nn.n ^^.ft,,, MJSliMM libre du souci des *ch* nc fi Menecns *msU>'* dc ,. Inli | ,ectnali,e. Jour | •ignitairea ce I &fci sf^ nalistea. . e s# iidarit gociuif. < • x ir • L,W r Hati, rendez-lui service en acfae \ JSH7 -". U ui !" .NATIONALE D IUI -,. LA LAITERIE BAILEY Livraison propre, hygine que, en bouteilles hermiiquemtnt ca. hetes, l'abri de toute lulsiflcatlon. Transport fait en rlrigrateurs roues. i:n:5 NQj'Bae, Poftio. Prince. 0 N A JAMAIS T FAIT CE OUI IE PEUF TH DPASS Kola Champagne F. S.IOURN [Prpar dans dis conditions rigoureuse* D'ASI.I SIE Pr| > > pi Vente ftuRMAi IEF. SEJOI RNE An^'e des rui s K u\ et du Outra i II R. CHIRURGIEN-DENTISTE Donne Aux Dents Une Blancheur clatante Essaye^ cette merveilleuse Mthode Kolynos Brosse Sche pendant 3 jours seulement. Regardez alors vos dents—ellrt sont devenues plus blanches de trois nuances. La Kolynos se transforme en une mousse antiseptique et effervescente qui peintre dans les moindres fissures. Elle fait disparatre les fragments du nourriture en fermentation et dtruit les microbes danftercu\ de In bouche qui sont causa de la carie. Employez-en un centimtre sur brosse sche matin et soir. Vos dents deviendront plus blanches de 3 nuances an S jours. LA CREME DENTIFRICE Antiseptique KOLYNOS Avise sa bienveillante dieutle el le public que durant on sjour aux Etats-Unis son cabinet fonctionne coin nie l'ordinaire sous la direction du Dr M. Dartiguenave,den tis'e. Tl; hone : 3467. ;*o AUX ROY annes de succs. t, %  +* LE FAIT EST INCONTESTABLE Sa si lie i EXCEPTIONNELLE! LU apapreil de radio, l* de neuf perfecUonn et il, vendre pour i ,1, d" pat t. Rabais intress; nt. S'adresser au journal. ^ C'est la quintessence des meilleure [varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs C'est te qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ' * tmm .MkWV'-Wk* .• %  -*'-* I



PAGE 1

mercredi 22 Juin 1UJ2 LC Mali *.\;*TAOsS Wme AMttfc. W 1708 Port-au-PriLce Tlphone : *? PB" La Manufacture Hatienne de Chapeaux L Indigne A le plaisir d'ann >ne< r si nombre ise Clientle que l i9 u e '• !" f,f J tente de ses CU\ EAUX se lait, depuis le 4 janvier, au J REMERCIEMENS LA. N. 1. H. D.1 remerc'e bhn cordialement les gn• i x artistes qui ut i ret-* leur concours la le e de samedi et les amis qui ont >id au succs de la tte. Il so il trop nombreux pour tre numrs, mais l'Association les remercie tous indistinctement et chacun d'eux en pirticulier. Tous ils pe.vent compter sur sa vive et |#fotonde gratitude. Faire le bien est touj urs difficile,maie dans notre pays c'est une œuvre encore pi s ai dm* et bien 'aite pour dcourager les taibles et les pusillanimes. Mais.souenue par la foi qui claire, par l'esprance qui conso'e,par l'amour qui rchanfle et fortifie, l'Association continuera l ceuvre entreprise sans se laisser dcourager par les nombreux obstacles drc.-ss si r sa mute due pourra t-elle redouter sou'eoue p r le gnrent dvouement de ses amis et bienfaiteurs? Elle compte plus sur eux et leur J reuouvelle a tous ses siucerts remerciements. N" 2027. GRAND'RUF m lace de son ancien loi Les Clients y trouveront le mme accueil. BON HARCHE. CLRIT, GOURTOISIE 1 Martinez, Marcelin & G 9 ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Lit Assurance Corporation Lld. de Pcrth ( Scotland > car ta (IENEPAL > est une des plus puissantes et des olit V4*et onfanhatien Je ce genre. Le soleil ne e couche jamais sur son cht np d*a:tio.i qii embrassa It monde ses Piliees cojtre incendie couvrent aussi les dgits o:cisioins pir la fouro Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, milveillance. dommafoi ".aus autrui dans sa personne au dans ses biens. Ses Polices Vferitimes mises o-ir ses branches d'Europe son! payables en Hati Ses Policoe -outre a <-cidents #it valables dans l'univ-rs entier. Tous les voytinrt devraient d*>ne prendra la n-eaution de se munir d'une police contre accidents l'au moins 4000 doN ira, la prim* annuelle n'tant que d • 1/2 •/• soit 2) J >lla<*s U. C Veijvr F RFRMfNOH\M \oxOave* v Agent "V-nn 1 nom laiti -orl an-Prince I Ci. 'iIL(i JE AN BLANCHlf J-iwn N'OUBLIEZ PAS DE FAI UN PETIT TOUR A TERRACR-GARDEN Chez W. KAHL Pe ionville 1 HE ROYAL MAIL STEAM RACKET COMPANY Le steamer Gaboon venant de Londres via Kmgs ton et les Porta du Sud sera a Port-au Prince le24courant prenant Irt et passagers pour • l'Europe. Th Royal Mail Sl$am Pavket Co. Panama Hailroad Steamship Line Agen's aax orincipaux oorls d'Europe. Service de jrt el de passagers vniie [Europe et l'Amrique. Bar National : l.tN pieds d'ail\tiule. L'tablissement le plus Irais iei a s "OH de Porl tv Pri ice. .Seulement l m\ iules d l > ni uue etcellenta roui* asphalt*.Tues mervei leusea le la ville et lu Lort. poissons de outei espcee. i Vrrangemenls p," liculiers fcssaine ou de mois. pour les pensions de jour de Lykes Brothers SS C Inc Texas Huit) San. ilomingoForto-Rico Voulez-vous tre servi souhait ? alb z au BAR NATIONAL, Place Geflrard, en lace de Mattis. L'tablissement se recom mande par ses cocktails re nommes. In restaurant o Ion trouve toujours des mets savamment pipars est an nex au BAR NATIONAL que dirige Mme ROCOURT. G. W. SMELDON A Co, Ltd. 17, James Siree, LlTKfiPOOL, ENGLA* uir. :\ MORT A Compiny, Atlantic Freithting r.orn 136 Bonlevard de Stiasbcuraj, Havre, France MORT & ( OMPAMT, Atlantic Fre ighting Corp. Div* 74 Quai des Chartione, Bordeaux, Fiance lernu deroo Stockwell, Boite Postal 71 Havre, FraLce. AngUttrr* 0. W SMELPON Je Ltd. Fenon House, 112/il3 Penchurch Street, Lo idon E C. 3, England Trance llol T A (Vmiany. At amie .''reighting Corp.Div. 3, Rue St Vincent de l'eulJj Paris, France. MORT A: COUPANT Allaulic Feigbling Corp. Di?. 7 Hue de la Rpublique, Marseille, France. Gellatly HANKBT & Co, 21, Rue de la Rpublique Marseille. France. re el rgulier a passagers et du i directement avo Le seul service fret eutre les poi I Port-au-Piince, M. Four la rcej ; aniement habile do vo* importations, sci \ des navires l* ' LYKE UNE. Les prochaines Port-au -Prince sont %  Ueamer <• es • Steamer i Ruth Lykes Si eau. ci a V Steamer t Abu bureau: Une M 1 0 10 juin 1991 17 juin 1932 24 juin \M2 1er juillet 1932 le i eftsrie B AVIS AU COMMERCE La Panama.Rai 1 i mship Line a l'avantage d'aa honcer les dparts i Isde New York pour port-au prince 1 lai ti. directe nient di. l'ourles ster.mers sont pourvus de chaml Ooarls de hew \ork S/S Steamer ,c Gu y Steamer Steamer *l> i Meani'r "A ic i fcteumer "G tgt l\> : au i rince i jnin juin 1932 l du l'.'.'t.' i nin 1*132 I juillet 1912 I 11 iuillet 1932 I 18 juillet lil.,j Fleurs! Fleursl • u iiouvera chez Melle Ti tine /^ugustiD, Bas Peu de f bose, des fleurs, couronnes, eoibeilles defleuis naturelles etc. bon march. A vendre Une machine crira Un derwood No 5, en partait ta et un prix rellement insignifiant. S'adresser au: Bureau du Journal Voulez-VOll RussT dans vos ludes'uo taire russir vos enfants.grce une mthode d'enseignement classique excellente? VOULEZ VOUS Allemagne Atlantic Freighiing Co e. Atlantic Freighting Corp •allinhaus, Hamburg 1, Germany. Breiienweg 55, Bremer Gei Mollando Atlantic Freighting Corp. Atlantic Freighiing [Corp. Koningin Eromaplcin ? Rotterdam. Holland. Dollane, Sude Sven JausMin et Compaay. Inlwerp Division. C/O .S'eiuniann A Company I'. O. Bu. 1019, Rotterdam Atlantic Freighting Corp. Div. Norrkoeping, Sweden Simon Edejron A/B Atlantic Freighting Corp, Div. alalmo, Sweden. A/B VV. Lorka, Atlantic Freighting Corp. Dit. -eppsbron 10. Stockholm, Sweden. A/B Pettersson et hoimstrom Atlantic Freighting Corp Div. Skeppsbron 3, Gothcnbtirg, Sweden. Bernhard Bergh Co Atlantic Freighting Corp.. Div. Ilalsingborg, Sweden. Bolglque Stlenlic Freighiing Corp. c/o Steinmann et Co (J i w J jrdaens. Anlwerp, Belgium. Dnemik F. A. Bendis et !Comi>an3 Copenhagen lH-nc.w4 Halle A. Ceresa et Company Via Banrhi 8, Genca. Italy. Kopagno Ageucia Maritime Delgado tiacelona Spaio. Norsrge La n ri H A Devold A. G. Atlantic Freighiing r #r p.§ iv Aaiesund, Norway. Une profession aprs (i S j ^^ ois d'tudes srieuses (St SQllVfJZ no-Dactvlo Langues vivante ( o M abil M )• i anami I u Line


PAGE 1

Clment Magloire DIHECXiOiR 1358. RUE AMEK1CAINE 1X8 TELEPHONE N-2242 h-enous garde Ue [.ciisser a U tr.meeej H KMiit au |> leur dictai |Ufl*M hmi du picnjncr, M cnn.uil lv.i ( otri %  il ras %  > I arrter. % me ANNEE N* 7702 *>OlT-AU PRINCE (HATI) MERCREDI '22 JUIN l^tt %  x •* Les erreurs de la ptition, en faveur du dgrvement des jraines de colon lOl DE DEBITS Rage do Denis f *XS& &**'Mu 9 Chaque I* Lf '.„' it BAlIffE TUE-NERF MIRIGA MMS£ If^SlmP^ ,. H. RU. noie. LTOH-OCIAMS M II.-IKI Port-v.-l-'-Inr.-. %  I —t Tout le monde sait que. lontrccnimenl, c ertains corn %  erunls onl'adrss une n lilion au (iouvemement demandant l'abolition du droit rfe statistique l'exportation sur les graines de coton. Lesarguments avancs par Lsignataires de la ptition, dont le texte a t rendu pu blicsonl les suivants: 1 Les labricanti d hurle et de manlgueen Hati exercent une dictature sur le march des graines de colon, empchent la concurrence mondiale d'avoir accs au march local et imposent par ainsi aux. vendeurs hatiens l'acceptation d'un prix infrieur a la valeur relle de la marchandise. 2.— Le droit de statistique occasionne des perles de revenu pour l'Etat. • 3 — Bnfices exagrs faits par les fabricants de Mante l eue. L'Usine mantgue a eu l'occasion, officiellement, de lfuler ces diffrents argu Dents; nous rsumons ici celte rfutation pour ceux de nos lecteurs que nos trois articles prcdents sur la question ont pu in'.resser. Nous commenons par lapre mire de ces accusations : 1.— PlUtTBMDUI DICTATURE EXEUCKK SUR LE MARCH DES GRAINES DE COTON. Cet argument ne rsiste pas l'examen. L'Usine Alan lgue n'a aucun moyen d'empcher la concurrence mon diale ni de contraindre les vendeurs hatiens lui donner la prfrence. Lorsque les ptitionnaires avancent dans leur mmoire que l'Usine Man lgue n'aurail pay pendant la recolle de 1931 qu'un prix de six dollars (Or 6.00) par tonne de graines de colon alors que les vendeurs pourraient ob lenir huit dollars (Or 8.00) en vendant l'Etranger, ils oublient d'indiquer la raison qui aurait pouss les dits vendeurs perdre le bn lire de deux dollars (Or 2.00) en donnant la prfrence l'Usii •. La vrit est que l'Usine:'' Mantgue a constamment achet les graines de coton en Huli un prix de beaucoup suprieur au prix nel que les vendeurs obtiendraient de l'Etranger et c'esl l avantage en raison de ce que les vendeurs ont de pr frence vendu leur denre plutt l'Usine. Les tableaux qui suivent dmontrent ce fait l'vidence : Voici, en eftcl, quels ont t les piix du march de L.verpool pour les graines de colon pendant la saison 1VM1. Or 5.15,0 . (i.G \ 4.10.6 4. 5.6 M 4. 7.6 3.18.6 "4.11.0 Or 4.80 Or 27.''() 25.SC 21.60 2i>.. r >2 21 00 18.80 •21.84 des qui Mars Avril Mai Juin Juillet Aot Septembre Pour tablir la valeur exacte ex-magasin en Hati raines de colon aux prix ci-dessus, les dbours tixes suivent doivent tre pris en considration. TABLEAU No 2 14 sacs vides Or 0.14 Or 196 Frais de manutention de H sacs (minimum) 0 95 Warfage o' og Echantillonnage, pesage, assurance, analyses: perte de poids, trais de superintendance, etc. z.M> Droit fexpor'atior. ...-„ Or *"79.78 Par consquent la valeur netle de la tonne de graines de P e a oone S x .n3agasin de lvrier 1^1 septembre 1931,do, tre tablie comme duiis.le tablau No 3 qui suit Mois or C I. FLiverpool 27,60 25,56 21,60 2,52 21,00 18,81) 21,84 or Moins Frais Fixes 19,71 19,78 13,78 19.78 19,78 19,78 19,78 Valeur Nette Ex-magasin or 7,82 5,78 1,82 0,74 0,22 0,98 2,06 Mars Avril Mai Juin Juillet aot Septembre Or le i.blcn suirant, No 4,|mon.re WffifcgZ I. graines de colon mo,s par mois ft-Jf."?,? !" "J5 auraient reu s'ils avaient exporte %  JJJgJ d coton a .vle que le commerceen vendant grain • de coton l'industrie locale, a bnfici substantiellement. Parit avec Liverpool ou valeur nette ex-magasin de la graine de coton. CORRESPONDANCE Sons recevons la Mre suivante par laquelle Mr C ha/ls Rouclureau, ancien secrtaire 'I Elal de l'Instruction ttlbtfqu rpand aux allgation* de h U.C.Lhrisson adresses notre journal. le v rve i i de i util >. %  ni::i ;i' I; ire de cet! ii i .u" ? Tel e ma proccupation ver 1928 Repreanl un ancien projet que l'av| s c"i 1 112, sous le M ; nislre de mo i ;i and i m MonPort-au-Prince, le 18 Juin 19 ' dans uw mmorandum ; nya | vingt cinq ans ; IF. MATIV, fuin !""". ] r THATRE-HAITIEN \ ^Aoiw avons sous les yeux le I programme de la reprsenta*] qut le Thtre-hatien donne demain.^ Le s inci m u : r] C oll en est lall cnlii'l maipourtant fa musique d' ma leur et la de Coppt qui exalte le hros de In pice ne sont aussi qu'un bon re Avec et %  / le 'thtrehatien fait h put trs \arg< s en mettant de < te quart d,s %  i unie de la L'ende du dmit r marron. .I<* ne, confi i-t-il, j'en'e.vi lire Bourdon. Il y lai' b< n on voit passer de jolies lurta n pensant celle i n aura sans don?e jamais. Ooj m: sincrit, le der M irroDi c'i si moi et plut M chau q ce, celui ( u'on ir du teu, I rem'tait gure favorable. Ayant tenu n in'abstenir de toute polmique, je n'avais pas tru HPcessnire de produire des observations d'autant que Le Matin ( %  < i> pii n lires protessionnel u ons seraienl Porl .m. riiH'e au nombre d'abord de huit pi de deux dans les villes : <;;i|> Hatien, OHyes, JiuinelJ I %  mie, Porl-dePaix ri ayant toujours le mol juste, avait vile fuit raison de mut en Saini-Marc, chaque cole pou| (k qualifiant d'intempestive el d'inva ni i-ontenip cinq cents lves. -~ convenanlerintervenlion.de Mi r! qe l'tendue de res villes L. C. Lhrisson dans la discus serai divise en zon< iscola s ion souleve la runion de H >' h urail, avais-je ajout* nue %  •& % %  e dpai i de publique s'entenl;i lettre lendanIrea la Ligue. Mais de va n pieuse de Mr Lhrisson, je me ois forc de me dpartir de mon silence afin d'en relever k-s inexactitudes flagrantes (nielle contient el de fixer pour ceux qui se penchent sincre i oie dans toutes les auil les. i i i que nous :I\'HIS envisages pour l'ort-nuni la suite l'i Mit noi II projet, que instruction drail 'elle tin ave : l'agricullure pour d'un cours nom, r il u s dites industriel!! s. i In don/, ( i ); chiffre del ralisation de c.el le i qu'oh a trouv %  ui heure exine "" crd it exti re a cessa sans qu'on se rendit comp, accord aux rravaux Publics le di nombre considrable d'enpour la construction Je noument sur le devenir national la B<= olaire qui ne Ir, ve f. maisons d .. .,• ,. ... ,..., i...., ,,..c l'.Tdif l"l l # dau Prince. Le al< q UC ree e por ee t es n ormes <;u en quemcni pas utoir. Mies u remplacer une quaranchanges de vue comin. dus J'ccoles primaires, entre le Dpartement ne ftusl l .)2.S j avais commences el (ji;'n'a jamais pu comprendre Mr Lhrisson. Personne n'ignore l'tal dans lequel se Irouve jusqu'ici noire enseignement primaire. Si, de\:i;,'Wl laine el parpilles Porl-au-l 'r nce ( ,j Irucliou publique el I e d. puis que des litres univers'ilaia*nl pas d'ordinaire cette desresonl l exiges des candidats liliation. Elles laienl appeles, incapables d'tre convenable, leur du Service rechuique, es i ai olen 'on' l 1 '" h l,u I gesdans des locaux ne rpon-IJ u "i 1929 a ce Directeur et la %  ... i, pon lui-ci en date aux fonctions de cet ordre d enseignement, plusieurs coles primaires ont donn quelques rsultats, il n'en est pas moins vrai que ces tablissements ne en outre, ainsi que je l'ai amplement 'liiionli dans mon dern er expos de la situation, donner l'enseignement des travaux manuels. Lue telle rfor rpoudeiil pas encore aux rels nuqui permellail au Dparlebesoins du peuple.Que l'on pur coure, en ettel, nos divers exposs de la situauon, on ne lardera pas trouver exprime celte ide d'une faon uniloi nie, et qui retient comme un leitmolif : L'enseignement primaire n'est pas encore organis en Hati de manire rpondre aux besoins d'une dmocratie qui s'est propose pour but d ctairtr la conscience de chacun de ses membres afin de rendre ni nt de mieux loger nos ei o'es primaires ne p >u\ ail avoir comme consquence que le relvemenl srieux 'les Iraileme ils es mailies el une applii al i n f ni n de hi mme anne. J'eus encore, au cours du mme m de Juin, une auli e cori 6S| dance avec le Directeur du Se; vice Technique. C'tait poui confirmer mon point de \ ae la cration du cours noi dans les coles industrielli I sur la layon dont j'enlen quil lui organis, i Monsieur l'icenun parti! i' les Etats-Unis el ie\ les graid &f [IS M I dis> eilieaee de la loi sur | a j spcialistes appels -i ; frquentation scolaire : au lieu organiser les nouvelle coles >ar exemple, d'avoir 10 ou 15 primaires professionnelles.! . i i .i... 1.11..... .. ,,-,..., chefs d'institutions avec un salaire drisoire, on n'en aurait ail des lettres de sel vire au\ engags de Monsieur I i.nii. uti i.iuur, 1111 %  %  iii III.III o a quehuit(8)oudouze(12)mieux J e Us dlivrai a la condition rtribues el ces coles par leur | partaitement accepte de Mr. .,v, ,. v >.,,, -, pa : itrui i position et leur amnagement i Freeman quus de ses incmnres ann de rendre M-'-. . . %  u icm .une n,i^ mi .., . plus forte la eollee.ivil natioseraient en mesure ,1e recevoir i rammenl e ranyais pour f l i i . .. i • i :.. .. i • i'ici r lace dais Us larlassenl couacili nale. l)n a alors reconnu avec raison—et cela aussi depuis queljustes entants qui cheminent i ^ r h 1 "' l( he dans leurs rap travers nos rues. l" ,lls avec le personnel et les .,...,, I lves du Service lechiuqui : Considrant, d autre part, ipie Prix moyen pay Gain ralis par tonne expar !*• ven macasin par les deurs par rapindustries locales l por. au prix du 1 march extrieur. Vars or 7,^2 Avril 5,78 or 7,20 par tonne 8,30 ( • 8,70 8,70 8,70 ,,70 8 25 Ce leble'.. lai. voir clairement ^^^J^ff^ %  py une rnuyenoe de or 5,87 par mois au-dessus du prix Mai Juin Juillet aot &< pt. 1,82 0,74 0,98 2.UG or 0,62 2.52 6,88 7,96 8,48 9.68 6,19 WEST INDIES GARAGE Sous la direction de M. Arnold BKAUN Tlphone : Garage:225i Rsidence: "2MY2. de Liverpool, c'est--dire qu'elle a tsy aux commerante les or4,00 de droit d'exportations plue 1,87. D'autre part, il est noter que les prix donns ciV-gus solution de n'approuver aucune dpense faite ou a lairc i OUI liant c i aie,eus en lui don enl l'Ollice du Conseiller financier. Ainsi n'en dplaise u l'esprit de chicane de Mr. Ll me dois de dclarer ici que je n'ai pas eu soutenir la i nion de la Ligne de l'Education nationale que j'ai lutt avec Mr. I i eeman au sujel de l'enseij nient primaire urbain, el encore moins que 11 lui-ci B\ a il marqu son dsii de s'< ; de toutes DOS prilUC urbaines. J'ai uniquement lait, en p ireille i i mon devoir de chel d'Adm en reles ailla oinni ce qu devait tre lev l'intrt de l'en blic. )n est en m apii le but .. a lu la n te murs prononc par le N'inislre le Fi Vlr Ferdinand W'ie', •• repi o lui dans i colonnes i. une %  IQII phique i 11* • l des v ra i '• ce 'e mot p rilernau ; Ad auqustapet angusta, d' lit h IlSCOI s. Ad auftista per augusta, a cru devoir i> s don'a "-es idra bien tous p i: lonni i celle ( ol'abn: ::\ olontai e 11 malan le. i • ... a vu on r qu'Un m lov r hsiter PT O I e r i r • ni' i I 1 : 'omptez sut moi, H ji aea bon, vai i de B'en de poser prjudi ii Ile : Kt I l li u m .i la e i t — Du Barhancourf, rassura ''amphitryon. Z El l'invit, se tic liant les %  n'' i i ment antici* , promit alors J • suis des vtres. ... a vu une dame sortir du '.'.-Julien vmon,un petil paquel la main. Un parfum Amuot, conia-elle nue amie Ces! ici aeuet-1 qu'on le trouve. .. a vu a Vaudreuil un ama"in | d oisi aux et qui >ccup< les crouler orloul M r. l'oues. lintadi canard*, mes. dindes • i' ulenl en I) UMII-S dans sa oor. Dans ses volires, pins. Iourte relies, ramieri, •. uillea se poursuivent oureusemeot. Dans si cham lire des stims sifflent dans des ag s. Mais la cuit' de l'habi 1 lion, c'est un bayahonde ou les Madame Sara, des dlicats oiselets habilles de 0eir 'i jaune onl suspendu leurs ',uts. I l fi nte de lioubler leur un e. L'amateur d'oiseaux i ', iu dus, in hte chrmant, qni adore laire les lionneiirs de son logis. Nom fKia I u e dresse ici son plus anvc* i leux regard au noi de ceux que charma l'anfre jour sa cordialit empresse. Unn. nonr la marchandise ex-ma^avn du v. n U tir P* vides sonl tournis par l'usine, sont p mer plus les Irais de manutention I levant eu ma Bai 5 dollars par tonne soui pour le compte de l'achetai r. I (^ La fin demain ). . a vu l'antre soir, an petit ( d charmant qni est l'entre IH Place du March auxFois%  o P, deux antia, l'un jeune, ua e iiri i • i x qui lait penser \'i Ion i' Vei 'fline, l'antre I lus '!* 1 i n joi rraliste qui a i ' sa se sibill.. il des vrs, de %  i mi dis • |> ' k elos ( ii du cœur. p s le oum f ia -il .ilaime. Mais •,i i I i q .n c r | H | ver les ( oni as, pi Iron mil en v ite et refusa t i., NOTAI f£u. e si n plus wllectueux Je


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07034
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, June 22, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07034

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIHECXiOiR '
1358. RUE AMEK1CAINE 1X8
TELEPHONE N-2242
h-enous garde Ue [.ciisser a U
tr.meeej h K umt m rettivioa Ici luiCfs
\i\v* i'uu pars, a laire connue If s
cavaliers arabes qui |io!i>Miit au
|> leur dictai |Ufl*M hmi du
picnjncr, m cnn.uil lv.i(otri
il ras > I arrter.
% me ANNEE N* 7702
*>OlT-AU PRINCE (HATI)
MERCREDI '22 JUIN l^tt
x *
Les erreurs de la ptition,
en faveur du dgrvement
des jraines de colon
lOl de DEBITS
Rage do Denis f *XS& &**'Mu
9 Chaque I* Lf'.' it
BAlIffE TUE-NERF MIRIGA
MmSIf^SlmP^ ,. H. RU. noie. LTOH-OCIAMS M
ii.-ikI Port-v.-l-'-Inr.-.
I
t
Tout le monde sait que.
lontrccnimenl,certains corn
erunls onl'adrss une n
lilion au (iouvemement de-
mandant l'abolition du droit
rfe statistique l'exportation
sur les graines de coton.
Lesarguments avancs par
Lsignataires de la ptition,
dont le texte a t rendu pu
blicsonl les suivants:
1 Les labricanti d hurle
et de manlgueen Hati exer-
cent une dictature sur le mar-
ch des graines de colon,
empchent la concurrence
mondiale d'avoir accs au
march local et imposent par
ainsi aux. vendeurs hatiens
l'acceptation d'un prix inf-
rieur a la valeur relle de la
marchandise.
2. Le droit de statistique
occasionne des perles de re-
venu pour l'Etat.
3 Bnfices exagrs faits
par les fabricants de Mante l
eue.
L'Usine mantgue a eu
l'occasion, officiellement, de
lfuler ces diffrents argu
Dents; nous rsumons ici
celte rfutation pour ceux de
nos lecteurs que nos trois
articles prcdents sur la
question ont pu in'.resser.
Nous commenons par lapre
mire de ces accusations :
1. PlUtTBMDUI DICTATURE
EXEUCKK SUR LE MARCH DES
GRAINES DE COTON.
Cet argument ne rsiste pas
l'examen. L'Usine Alan
lgue n'a aucun moyen d'em-
pcher la concurrence mon
diale ni de contraindre les
vendeurs hatiens lui don-
ner la prfrence.
Lorsque les ptitionnaires
avancent dans leur mmoire
que l'Usine Man lgue n'au-
rail pay pendant la recolle
de 1931 qu'un prix de six
dollars (Or 6.00) par tonne
de graines de colon alors que
les vendeurs pourraient ob
lenir huit dollars (Or 8.00)
en vendant l'Etranger, ils
oublient d'indiquer la raison
qui aurait pouss les dits
vendeurs perdre le bn
lire de deux dollars (Or 2.00)
en donnant la prfrence
l'Usii .
La vrit est que l'Usine:''
Mantgue a constamment
achet les graines de coton
en Huli un prix de beau-
coup suprieur au prix nel
que les vendeurs obtien-
draient de l'Etranger et c'esl
l avantage
en raison de ce
que les vendeurs ont de pr
frence vendu leur denre
plutt l'Usine.
Les tableaux qui suivent dmontrent ce fait l'vidence :
Voici, en eftcl, quels ont t les piix du march de L.-
verpool pour les graines de colon pendant la saison 1VM1.
Or 5.15,0
- . (i.G
\ 4.10.6
' 4. 5.6
M 4. 7.6
" 3.18.6
"4.11.0
Or
4.80
Or 27.''()
25.SC
" 21.60
" 2i>..r>2
" 21 00
" 18.80
21.84
des
qui
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Aot
Septembre
Pour tablir la valeur exacte ex-magasin en Hati
raines de colon aux prix ci-dessus, les dbours tixes
suivent doivent tre pris en considration.
TABLEAU No 2
14 sacs vides Or 0.14 Or 196
Frais de manutention de H sacs (minimum) 0 95
Warfage o'og
Echantillonnage, pesage, assurance, analyses:
perte de poids, trais de superintendance, etc. z.M>
Droit fexpor'atior. ...-
Or *"79.78
Par consquent la valeur netle de la tonne de graines
dePeaooneSx.n3agasin de lvrier 1^1 septembre 1931,do,
tre tablie comme duiis.le tablau No 3 qui suit
Mois
or
C I. F-
Liverpool
27,60
25,56
21,60
2,52
21,00
18,81)
21,84
or
Moins
Frais Fixes
19,71
19,78
13,78
19.78
19,78
19,78
19,78
Valeur Nette
Ex-magasin
or 7,82
5,78
1,82
0,74
0,22
0,98
2,06
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
aot
Septembre
Or le i.blcn suirant, No 4,|mon.re WffifcgZ
I. graines de colon mo,s par mois ft-Jf."?,? "J5
auraient reu s'ils avaient exporte JJJgJ d coton a
.vle que le commerceen vendant grain de coton
l'industrie locale, a bnfici substantiellement.
Parit avec
Liverpool ou
valeur nette
ex-magasin de la
graine de coton.
CORRESPONDANCE
Sons recevons la Mre sui-
vante par laquelle Mr C ha/ls
Rouclureau, ancien secrtaire
'I Elal de l'Instruction ttlbtfqu
rpand aux allgation* de h
U.C.Lhrisson adresses notre
journal.
le v rve i i de i
util >. ni::i ;i' I; ire de
cet! ii i .u"
? Tel e
ma proccupation ver 1928 Re-
preanl un ancien projet que
l'av| s c"i 1 112, sous le M;nis-
lre de mo i ;i and i m Mon-
Port-au-Prince, le 18 Juin 19 '
dans uw mmorandum ;
nya |
vingt cinq ans ;
If. Mativ, fuin !""". ] r
THATRE-HAITIEN \
^Aoiw avons sous les yeux le I
programme de la reprsenta*]
qut le Thtre-hatien
donne demain.^
Le s inci m u :r] C
oll en est lall cnlii'l
mai- pourtant fa musique d'
ma leur et la de Coppt
qui exalte le hros de In pice
ne sont aussi qu'un bon re
Avec et '/ le 'thtre-
hatien fait h put trs \arg<
s en mettant de <
te quart d,- s
i unie de la L-
'ende du dmit r marron. .I<*
ne, confi i-t-il, j'en'e.vi
lire Bourdon. Il y lai'
b< n on voit passer de jolies
lurta n pensant celle
i n aura sans don?e jamais.
Ooj m: sincrit, le der
m irroDi c'i si moi et plu-
t M chau q ce, celui ( u'on
ir du teu,
I
re-
m'tait gure favorable. Ayant
tenu n in'abstenir de toute pol-
mique, je n'avais pas tru hp-
cessnire de produire des obser-
vations d'autant que Le Matin
(<
i>
pii n lires protessionnel
u ons seraienl Porl .m-
. riiH'e au nombre d'abord de
huit pi de deux dans les villes :
<;;i|> Hatien, OHyes, JiuinelJ I
mie, Porl-de- Paix ri
ayant toujours le mol juste,
avait vile fuit raison de mut en Saini-Marc, chaque cole pou- | (k
qualifiant d'intempestive el d'in- va ni i-ontenip cinq cents lves. -~
convenanlerintervenlion.de Mi r! qe l'tendue de res villes
L. C. Lhrisson dans la discus serai divise en zon< iscola
s ion souleve la runion de H >' h urail, avais-je ajout* nue
&
e dpai i de
publique s'enten-
l;i lettre lendan- Irea
la Ligue.
Mais de va n
pieuse de Mr Lhrisson, je me
. ois forc de me dpartir de
mon silence afin d'en relever
k-s inexactitudes flagrantes (ni-
elle contient el de fixer pour
ceux qui se penchent sincre
i oie dans toutes les au-
il les. i i i que nous
:i\'his envisages pour l'ort-nu-
ni la suite
l'i Mit
noi II
projet, que
instruction
drail 'elle tin ave :
l'agricullure pour !
d'un cours nom, r il u
s dites industriel!! s. i In
don/, ( i ); chiffre del ralisation de c.el le i
qu'oh a trouv ui heure ex- ine- "" crdit exti re a
cessa sans qu'on se rendit comp- , accord aux rravaux Publics
le di nombre considrable d'en- pour la construction Je nou-
ment sur le devenir national la B<= olaire qui ne Ir- ve f. maisons d
.. ., ,. ...,..., i...., ,,..c l'.Tdif l"l l # d- au Prince. Le al< q uc
ree e por ee t es n ormes <;u en quemcni pas utoir. Mies u -
remplacer une quaran- changes de vue comin.
dus J'ccoles primaires, entre le Dpartement ne ftus-
ll.)2.S j avais commences el (ji;'-
n'a jamais pu comprendre Mr
Lhrisson.
Personne n'ignore l'tal dans
lequel se Irouve jusqu'ici noire
enseignement primaire. Si, de-
\:i;,'Wl
laine el
parpilles Porl-au-l
'r nce
(,j Irucliou publique el I
e d.
puis que des litres univers'ilai- a*nl pas d'ordinaire cette des-
resonl l exiges des candidats liliation. Elles laienl appeles,
incapables d'tre convenable- leur du Service rechuique,
es i ai o- len 'on' l"1 '" h l,u I
gesdans des locaux ne rpon-IJu"i 1929 a ce Directeur et la
... i, pon lui-ci en date
aux fonctions de cet ordre d en-
seignement, plusieurs coles pri-
maires ont donn quelques r-
sultats, il n'en est pas moins
vrai que ces tablissements ne
en outre,ainsi que je l'ai ample-
ment 'liiionli dans mon der-
n er expos de la situation,
donner l'enseignement des tra-
vaux manuels. Lue telle rfor
rpoudeiil pas encore aux rels nu- qui permellail au Dparle-
besoins du peuple.Que l'on pur
coure, en ettel, nos divers ex-
poss de la situauon, on ne
lardera pas trouver exprime
celte ide d'une faon uniloi nie,
et qui retient comme un leit-
molif : L'enseignement primai-
re n'est pas encore organis en
Hati de manire rpondre
aux besoins d'une dmocratie
qui s'est propose pour but d -
ctairtr la conscience de chacun
de ses membres afin de rendre
ni nt de mieux loger nos ei o'es
primaires ne p >u\ ail avoir com-
me consquence que le relve-
menl srieux 'les Iraileme ils
es mailies el une applii al i n
f ni n de hi mme anne. J'eus
encore, au cours du mme m
de Juin, une auli e cori 6S|
dance avec le Directeur du Se; -
vice Technique. C'tait poui
confirmer mon point de \ ae
la cration du cours noi
dans les coles industrielli I
sur la layon dont j'enlen
quil lui organis, i
Monsieur l'icenun parti! i'
les Etats-Unis el ie\ les
graid
? *
[IS mI dis-
> eilieaee de la loi sur |a j spcialistes appels -i ;
frquentation scolaire : au lieu organiser les nouvelle coles
>ar exemple, d'avoir 10 ou 15 primaires professionnelles.!
.....' i i .i... 1.11..... .. ,,-,...,
chefs d'institutions avec un sa-
laire drisoire, on n'en aurait
ail des lettres de sel vire au\
engags de Monsieur I
i.nii. uti i.iuur, 1111 iii iii.iii o a
quehuit(8)oudouze(12)mieux Je Us dlivrai a la condition
rtribues el ces coles par leur | partaitement accepte de Mr.
.,v, ,. v >.,,, -, pa : itrui i
position et leur amnagement i Freeman quus
de ses incmnres ann de rendre m-'-..... u icm .une n,i^mi .., .
plus forte la eollee.ivil natio- seraient en mesure ,1e recevoir i rammenl e ranyais pour f
l i i..... i......... i :.. .. i i'i- ci r lace dais Us
larlassenl cou-
acili
nale.
l)n a alors reconnu avec rai-
sonet cela aussi depuis quel-
justes entants qui cheminent i ^r h'1"' l(he dans leurs rap-
travers nos rues. l",lls avec le personnel et les
.,...,, I lves du Service lechiuqui :
Considrant, d autre part, ipie
Prix moyen pay Gain ralis
par tonne ex- par !* ven'
macasin par les deurs par rap-
industries locales l por. au prix du
1 march extrieur.
Vars or 7,^2
Avril 5,78
or 7,20 par tonne
8,30 (
8,70 -
8,70
8,70
,,70
8 25
Ce leble'.. lai. voir clairement ^^^J^ff^
py une rnuyenoe de or 5,87 par mois au-dessus du prix
Mai
Juin
Juillet
aot
&< pt.
1,82
0,74
0,98
2.UG
or 0,62
2.52
6,88
7,96
8,48
9.68
6,19
WEST INDIES GARAGE
Sous la direction de
M. Arnold BKAUN
Tlphone :
Garage:225i
Rsidence: "2MY2.
de Liverpool, c'est--dire qu'elle a tsy aux commerante
les or4,00 de droit d'exportations plue 1,87.
D'autre part, il est noter que les prix donns ci- V-gus
solution de n'approuver aucune
dpense faite ou a lairc i OUI
liant c i aie,eus en
lui don enl l'Ol-
lice du Conseiller financier.
Ainsi n'en dplaise u l'esprit
de chicane de Mr. Ll
me dois de dclarer ici que je
n'ai pas eu soutenir la i
nion de la Ligne de l'Education
nationale que j'ai lutt avec Mr.
I i eeman au sujel de l'enseij
nient primaire urbain, el en-
core moins que 11 lui-ci b\ail
marqu son dsii de s'< ;
de toutes DOS prilUC
urbaines. J'ai uniquement lait,
en p ireille i i mon
devoir de chel d'Adm
en reles ailla oinni
ce qu devait tre lev
l'intrt de l'en
blic. )n est en m
apii
le but
.. a lu la n te
murs prononc par le N'inislre
le Fi Vlr Ferdinand W'ie',
repi o lui dans i colonnes
i. une ' iqIi phique
i 11* l des v ra i -
' ce 'e mot
p rilerna-
u;.
Ad auqustapet angusta, d'-
lit h IlSCOI s. Ad au-
ftista per augusta, a cru devoir
i> s don'a
"-es idra bien
tous p i: lonni i celle ( ol'abn-
: ::\ olontai e 11 mala-
n le.
i
... a vu on r qu'Un
m lov r hsiter
PT O I e r i r ni' i I1 :
' 'omptez sut moi, H ji aea bon,
vai i de B'en de poser
prjudi ii Ile : Kt
I l li u m .i la e i t
Du Barhancourf, rassura
''amphitryon.
Z El l'invit, se tic liant les
n'' i i ment antici*
, promit alors J suis des
vtres.
... a vu une dame sortir du
'.'.-Julien
vmon,un petil paquel la main.
Un parfum Amuot, conia-
-elle nue amie Ces! ici aeu-
et-1 qu'on le trouve.
.. a vu a Vaudreuil un ama-
"in | d oisi aux et qui
>ccup< les crouler
orloul m r. l'oues.
lintadi canard*, mes. dindes
i' ulenl en I) umIi-s dans sa
oor. Dans ses volires, pi-
ns. Iourte relies, ramieri,
! . uillea se poursuivent
oureusemeot. Dans si cham
lire des stims sifflent dans des
ag s. Mais la cu-
it' de l'habi1 lion, c'est un
bayahonde ou les
Madame Sara, des
dlicats oiselets habilles de 0eir
'i jaune onl suspendu leurs
',uts. Ilfi nte de lioubler leur
un e. L'amateur d'oiseaux
i ', iu dus, in hte chr-
mant, qni adore laire les lion-
neiirs de son logis. Nom fKia
I u e dresse ici son plus anvc*
i leux regard au noi de ceux
que charma l'anfre jour sa cor-
dialit empresse.
Unn. nonr la marchandise ex-ma^avn du v. n U tir .
p* vides sonl tournis par l'usine, sont p
mer plus les Irais de manutention Ilevant eu ma Bai
5 dollars par tonne soui pour le compte de l'achetai r. I
(^ La fin demain ).
. a vu l'antre soir, an petit
( d charmant qni est l'entre
Ih Place du March auxFois-
o p, deux antia, l'un jeune, ua
e iiri i i x qui lait penser
\'i Ion i' Vei 'fline, l'antre
I lus '!*1' i n joi rraliste qui a
i ' sa se sibill..
il des vrs, de
i mi dis |> 'k, elos
( ii du cur.
p s le oum .
f ia -il .i- laime. Mais
,i i I i q .n c
r | H | ver les ( on-
i as, pi Iron mil en
v ite et refusa
t
i., Notai fu.
e si n plus wllectueux Je-


LE IftliN -s 22 Juin U^
LaMf?l!
1
r
h'SLANDOPHILE

un Mirait il-- il '' fr-"jfch
aux iAiscf lonns
PET liE CHRONIQUE
CINEGRAPHIQUE
Av./.vous revu di aan lie
soi h i Ha-
i liana ?.,.Si n< ouf plains,
film est M ceui qui
cent lois l'alli
h--.
Vision d'art, en vrit ..
VU SarplUS, des rens pa
P
ropos
humides

animaux siaetianni
plut vlgourauroa ;
lie dam I
J troubles nerveux,
}. ;,'aiqu0 et morale
i . C'est? lo prod'iit
lins les Ml cl'irr.pulsnc- S ~uellS)
t. .. chez l'hoi'
I ion < tl< n rapldo el di
| iHfll tOtll "
"iLAKDOPHILE" iip-
rateur le plus nci
m aa traduit parunrajaun semant
total d l'ori
Le "GLANDOk-
'- contient aucun pro.-li i! (ol'|ua
r ittre pris par TOUT LE I
ratants, ailulirs et \ Isilln
i>. mande* donc le "SLANDOPHI'
M pour l'homma on F
tics gratuits
f. SJOURN W. B( l
I (uns TOUTES U i
ttul distributturs : A. Tl
18. Rue MteUi.
MhlIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIHIIII.MflillHii!: III I
Le crime
de Lerebours
u*
Nous avens relat ma d
t ils, la semaine d< e, le
meurtre d'an nom Indre
Joseph,sur t'abitutio i L( i e-
1) >urs . Nos renseij i ts,
pi in sur Its lieux, dqus p r-
inettenl aujourd'hui de com-
plter l'iuformatiop.
.Un grand et noble travail s'accom-
plit au sommet du Bonnet l'Evque :
ou reetanre la Citadelle. Li, une
quipe noinbi cuse,chaque jour.exlui-
J nie quelques parties caches, sous
. j une vgtation centenaire, de la mer-
liques OU lu ne grandi' { veiilr christophienne. Et des objets
htlgqu'au SUrbum n. Mari i | prcieux dont on ne souponnait ps
ic,: . I ... l'existence. Ces travailleurs qui sont
Ice nom tpie re.lisannt les ipeul.tr ,,s rlesceodanl.de ceux
rllOI di". bois, landii CJ ie 'qui, il y a plus d'un sicle, construi-
Vhdunir gu.issul derrire j * la symbolique forUniN, y
i i i s.s j- -~.. .. I *<>nt du plus bel entrain. Ils ont
la porte double dt son ca-;MBMl-n cllOt. Moi- !. le petite Itoire litanlqu* crite par leurs an-
Itmme loue en bea tu, mais 1 olras. Toutunpass hroque, dont
, i i i l-ieu\ i'e cvclopeenne en lemoiune, les
SI lOI le OH .l-voe rj .i tran,flgu/e 9i^9at distende les ner-
L CC m i st < de Ry;OII QjUi.gips. Ils seraient capables de renou-
DC l'entendait mme pa8, si { vler lee exploita des Pre. D'autant
i > ii est oie pour lui I imd
Hstsdk3c:..-.i-wr| g '.,ii4B
tcjx
RAVE.SKf g*
PARIS 13
a victime,
lus
le don d'elle.rac ue en
'. h la vie du ni tri !
It voil la civilh itioo dans
toute su liide r, avec pour
cortge cette fameuse justice
bu tuai ne..
Non vraiment/quant on :
vu ./iira d'angoiise , on
dite en s'i n ail int chez
soi.. Tout ai tour le nous
prend une teinte som'ne; ce
Sont les nu g s qui | assenl,
on esl sur la pente de la d*
, prance, m lis, 6 travers la
bruine, une toile : celle qui
ail be le crucifix que pr-
sente au condamn mori
l'aumnier de la torteresse !
Si la justice tout court n'est
pas de ce n onde ce que
lj i ou s savons, malgr la
jact ice des h nnra.s e 1 est
m m ins i.ms l'autre, l o
roue t elui qui joge, non pas
d'aprs des apparences ou
des simulacrea, mais d'aprs
les penst'ts. les paroles et les
actions Des jours d'angoisse I
nous pouvons < ha :un de nous
en connatre,el pourtant nous
les t lisons \ iv e au prochain.
Ni us sommes beaucoup
d'entre nous les hommes, des
ches, de vulgaires lches...
\ nous- e et ai s nous com-
prendrons que le bonheur
dans la possession d'une lem-
me n'est pas d mi l'l rein te
de son ciiri s.mais bien dan
le clou entier et volontaire de
t plus srement que nous possdons
DMinltoanl un pb tr.' magique : le
Uni M SARTHL CACHET DOH,
qui leur est servi quotidiennement.
CHOSES MAONNIQUES
Les Membres de l'Etoile
dllaili N' 5 sont pris d'as-
sister la clbration de la
li le de Si.-Jean et l'instal-
lation des Officiers dignit]
les pour l'exercice 1932-1933
qui auront lieu le vendredi
24 juin courant, 5 heures de
l'api s-midi, au local de la
Resp. Loge.
Andr Joseph,
travaillait,depuis
tendre, l'habitation Vau
dreuil . D'abord gt om du
Directeur de I bal I o i, il
avait mrit par s < bonne
i ouduite et son acln i d'eu i
promu au ring de con licteur
de cabrouet. Ecoi oui i,il ;i\ ail
rcemment pu s'ac i r un
l luvilion qu'on ii i vola
(|tielqu< s jours plus lard.C'est
m essayant de retrouver la
) ne qu il lut atsas: n dam
)< s coi ditious que nous rap"
portons,
I'n certain Bel jamii pi-
vi.it Andr Joseph se don- ,oll,c son ftme"
nat pour un ami, et en r*----------------------------------------
clamant le secret le plus ab-
solu sur sa rvlation, que le d." chez lo Directeur G nral,
bjuvillon avait t ir onsieur Louis Blanchard, el
les nomms Alberl A nuiys- lui t pari de ses alarmes...
te Mo.,e et Soi I irles Benjamin est pass le
feThabitation Lu ... chercher samedi soir ai de-
Mais.ujouta-I il, il t d ou.nu- |,l,1<- i"s,l" ' ce m dm,(lundi)
o'alerler la police, i restitu- Alll'e esl Pas "pera.i
tion selera sansdiiii ilt, Le renseignement n'tait
idessieurs se savent sou on- lms tomb dans Ioreille d'an
8s, et pour vitei les coin Sl) ' Le directeur Blan-
iications voudraieni vous chird.dont on connat l'ner-
i..udre la bote, ma i se 1 l>,e- s
dnoncer eui-mm i
censs l'avoir reti ive par
liasard.donc von i / (aire
le nat et les renu rcitr sim
plemcul de vous avoir rendu
service.
Tard dans la nu oja-
min vint chercbei \ Jo-
seph (jui a'empn le le
suivre. On se rendit ir 1 h i-
bitation Lerel el i un
endroit pralabli
nu entre IL njami el i ea
complices. Kn efl( l Irui
sur les lieux, le un S ti-
son (maries. Ht nj ti u pi i'
alors cong, pr i I qu'il
tait attendu un I ('ailes
pour le mieux , r<
t-il Son son Chai
ANNIVERSAIRE DE NOTRE CON-
FRRE '* LE PAYS "
Notre eoolrre LE PATS en-
tnra t'emain dans sa troisime
arne. Il nous est flgrablf, a
l'occasion de cet heureux anni-
versaire de lui adresser nos
cordiales flicitations et de re-.
nouvel r son courageux dnec- i
teur, Louis Callard, notre con*
li aternelle amiti.
Notre confrre occupe, dans
la presse nationale, en ce mo-
ment-ci, une position d'av garde. Il s'y lient pour la d
fenae vigoureuse des intr's
nationaux, et des dioils du peu-
ple dont il s'honore d'tre 1 or
gane sans cainle et sans peur.
11 esl une voix originale, lorte et
sincre.
Nos veaux l'accompagnent
dans la cainie rude int-is go
rieuse du journalisme.
ECHOS
Le Dr Jeannol. qui r rside
bvt c une parfaite conviction aux
touilles d'un trsor colonial
i s Die Veau, promet de tour-
ntr les 14 millions de dollars
ntessaires pour la libration
rocder ' \'vA: ^u',, lrouve donc et
l'arrestation du Benjamin. vite letrsor sauveur.
En prsence du juge de piZSt if^U?V.a.*rlp !n
i ,, '..," M'i'ulent en vue de 1 rection
ail, le coupable h des d'uae tontatne lumineuse sur la
'veux qui permirent de re- ( Place Louverture, d'aprs le
\ modela de l'inventeur Sanlos.
Cellesouscripiion est appiouve
Soyez sans
rpondit l'autre
tre.
mtude
u
A ce moment,un me
personnage surgit d i'i mbre,
rt ce lut le dramt bn '. Ou
rsngla Andr lost h, el par
donner la spulture. Il ne
estai! plus qu'A arrter les
leux autres criminels. On en
liai a di s gardes ruraux.
Sonson Charles ue lut pas
a sou domicile : il avait
emenl pi is la fuite.
s audacieux, A I b e r M
il li rdes dt
, : e atleni
lied larme, el comme ils!
nt tous s ns armes, il les] Le
>ar la Prfecture.
Le Dpartement du Corn-
un rc par un communiqu i la
presse attira l'altentian des ex-
porlati i rs sur la situation favo-
rable a march du Cacao aux
EtatsaVoia, Mais il faut une
hunut | r. paraiion de ce pio-
I doit, Avant iou(.
Temps
llit coup de manchet-1'f*te d UD pw>|t de lot d'ieitia.
.s, enblessa quelques-uns, ve gouvernementale, dpos
el Uni les autres en respect! ?'. e ,urrau ^e la, Cha.mbre. f.n
U
publie U
ia

e e
Avril dernier, tendant a l.b'ir
epuil II e Prouvable, j" C!(r,e" d;idn.d"poJr^ lou.e
Cesl la troisime lois, parait- |ul.si),ne hi,biianl ,e ,erriloire
I, que cel Uberl Mose, qui de la Rpublique, C'eatune nia-
est Tailleurs li (erreur des i-< d'impi de capilation.
environs, oss ssine dans Us, Noire mme conlrie a
mnes conditions et telle 'soulev une lis impoitante
lans le mme puits I S cada- question, cille de la division
resd ses victimes, Cesl jus-
tement celte ici retir qu'il ins
prcaution ou lui adi iiiistra.i pire, qui lui garantit jusqu'ici
au crne, ur. \
manchetta.Le cad i
devenir comprom
>n dfit eu le jel
d'un puits colonii I,
le depuis longl dr
Joseph lui il ia
par Benjamin, A bei l el !
ses piece-
l'impunite i our
lents toi t lits.
No ce der-
resters pas
I bglemj s in el que la
menei poui
colle) de
erritoriala pdmiiiistralive r-
viser. Nous reprendrons le sujr .
La Hevue Commerciale
el Bulletin Mensuel de la
b ambra de Commerce Iran-
aise, mois d'viil 1932, esl pa-
lue avec un inlressanl el co-
pie ux sommais,
Il parat que la Bjrqise
Nationale, sous l'impression
d'une di iaion de justice trs
s dangei in S'il .commente dana une afiain o
son, o H ij min I rrment, les.e,, ,a' intresse,aurait pria
Irai n au guet crimii nt jus mesures svres IV-
COng des compl i m'A. l.'i <'>s commerant. Tool
.. .. .. \1 I..I.. I..I ^,...^ ,!/.!.....!.. 1
seul n yslre qu u i es
clairclr.
J.n dispai
sepii ne niauqi
fUeicr sa Itiumc ciui se ren-
des IL'
m la ruine
lions
' 'ir dtendre la
aomiqoe.
Le public loi? rpo dre A
11...... qu. lui es. |.ii.Pde con
u|.romrte lltribusrpatriotiqueixienlauxlraii

tuei^ique.
[qu'exige le dpart de nos athj-
ITE, TUPEPCUL03C.
CAlARRIii:, RIIUMFS mneift,
I.TOUFFEMENTS.
ME, ENROUEMENT.
ilTEchroniaua.SUEURS
MEMSNTSsla
SANG.INFLUENZA,
ASTHME.
CLR1SON
CERTAINE
pnrlelraiiementla
BACILLINE
RAVENET
qal a tain in illir-.
d. Hntfkl.
En ttuie l\.rt-au-I-rinct : Pharmacia W. lUCM
r~ -a
Awtreil rt-rrattii*
Votre cuisine,
Madame...
Le Snateur X est le plus
magnifuiue tnor du Parle-
ment. Il fait concurrence
l ancien Pre Conscrit, dont
le timbre est lgendaite...
Vous comprenez ..
Quelle sonorit de voix !
quelle puissance 1 disait (1er
n'iement au premier une
admiratrice.' oniiez-moi donc,
Sna, le secret de cette voix si
harmonieuse, si prenante.
Ma petite, rpondit le
vio'oncelle, ce n'est pas plus
malin que cela : chaque ma-
tin que Dieu tait, jeun, je
lais cuire une cuillere de la
imrvei leus i kantgut des 17-
finej de Port au Princ$ el de
St. Marc, que j'avale. Et le
miracle de ma voix s'accom-
I lit.
Effectivement, confirma
l'admiratrice, c'est ce mira- .
cle que vous devez ma... ma .. t
sympathie. Cette voix est
votre unique puissance 1
Comment donc! com-
ment doncl protesta le sna-
teur. .
Sans rpondre, l'admiratri-
ce con in os :
Quelle mantgue, quelle
maut^ue I
Bec Fin.
Communiqu
LE GRAND ORIENT D'HATI
r,Le Grand Orient d'Hati a
l'honneur d'inviter les Mem-
bres de la Fraternit et les
Amis de l'ordre une Messe
Solennelle qui sera chante
en la Cathdrale de la Sainte
Trinit le vendredi 24 juin
courant 7 heures prcises
du malin, i l'occasion de la
fle de St. Jean, patron des
Maons.
Port-au-Prince, le 21 juin
1832.
Cin-laldy
CE S01K
Pour permettre loua de voir la merveilleuse prodnei!
sonore et chantante : "ucuon
NAPLES QUI CHANTE
avec VUleoui Todd; elle sera donne au prix de : 1 |0Ur(j
DEMAIN SOIR
Le roman d'un gamin
de Paris
( TITI 1 r )
(Sude)
BT
L'Aiglonne
ismio
Entre ; 0,10; Balcon : l.uf,
VENDREDI
Le superbe film :
Morgane la Sirne
avec Ciire de Loeesel Iv.in P*trnvich
Entre : 0.50 ; Balcon : 1,0S
tes Cator el Thard pour les
J ux O ymp.ques. Nos couleurs
doivent y figurer avec;eux.
A Cuba, les arrestations
nombreuses continuent. Deux
jeunes garons 15 ans et 19
ansont l condamns 'inorl.
Lh convention du parli d-
mocrate se runira le 27 juin
Chicago pour dsigner le candi-
dat de ce parti |11 Prsidence
des Etats-Unis.
A la Conirence] de Lau-
sanne, le dsaccord est aigu en-
Ire les dlgus Iranais et alle-
mands. Ceux-ci insistent pour
l'annulation totale des dettes de
gueire, tendis que les'Franais
ofirenl seulement une rduction.
La France a renonc au
plan Tardieu qui tendait met-
Ire une lorce matrielle au ser-
vice de la Socit des Nations.
SEt-SIIIIIW
Samedi 25 Juin 1932
SOIRE DE GALA
Thtrale et Dansante
GARDIEhS DE PHARE
1 acte... avec Ralph Catalij
et Daniel heurleloa
GRAND BAL
avec [orchestre Scolt
Intermdes d chant auei
Jane Verneuil el Ralph Ca
taly.
Entre : 2 Gourdes.
Information En 'consquence, ilsauraied
peut tre intrt s'adresser
Le Dpartement du Com-
merce informe Messieurs les
Exportateurs que.d'aprsavia
du Consul Gnral d'Hati a
Montevideo ( Uruguay ), les
produits suivantssoutsuscep
tibles de trouver un dbou-
ch dans ce pays : cal.coton,
miel, sucre, huile de palmier,
bois prcieux et autres den-
a notre reprieutanl en ca
pays pour avoir tous les reu-
seignements ncesiirei. efll
lui luisant parvenir des chan-l
tillons, des prix et toutes as-
tres indications de nature *l
taciliter l'exportation des pi<>*|
duils en question.
*. Port-au-Prince, le 21 jufal
1932.
Toutes les Polices *
DE LA S
O'S
aUU19jt&J llIUUlIflllUU U 5
3
^comprennent la Protection contrela
y Foudre sans auampntation de tauxj
| tiitg.Le Bossrt**
sT a
& Aqents Gnraux 3


LE MATIN 22 Jn.ii 190
Gfc
illiiini ttarbiincoiirl '
nt 1 m
itiac partout :
*N BARBAXCOURT
f et : l\.t Csar.
a
RICHARD PKTERS, Prop.
CHAMP DF. MARS, N01217
La seule boulangerie Europenne en Hati
Spcialits de pain, pour sandwich.
Pains tlutes et pains moules. Paint noirs
Pains complta, etc.
Ptisserie fine, pts, Vol-auvent, Teurtes.-
Soins et promptitude.
Tlphone : 2069.
La Maison n'a pas de suc-
cursale.
AI),
inuen
Il est question de rorga- j t-,
niser Oamien et, dans ce but.
de crer une commission !
dont le travail consisterait '
soumettra un plan au Gou>}
vernenT" t. Cette commission
pourrai1 ' re onm poser de M M.
Louis Roy.C.nndelon Rigtnd, '
L. Gentil Tippenha'u*r, lsg.\
larc Montes, pour ne citer
(|ue ces noms parmi tant
d'autres aussi qualifis.
| MM. Schiller Nicolas et
Djoie ,dont la comptence
a a jarrais t mise en doute
pourraient tre consults et
tournir d'utiles renseigne-
ments bass sur l'exprience
et l'observation.
Cette suggestion n'est pas
plus mauvaise qu'une filtre;
nous la donnons pour ce
quelle vaut.
UAL
L'avez-vous dj qol ?
Eh bien, demandez dans
liis les cafs,
tauranls de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale: le
PORTER NATIONAL
UN DISPENSAIRE A THOMAZEAU
.Nous apprenons ave plaisir
la prochaine inauguration d'un
d'spersaire au liourg de Tlio-
ranzeau C'est une heureuse ini-
L^-ft Wi^^r i '"ve due l'activit in'elli-
OQ1S 611 rCS-U'rt du Magistrat Communal
a jj; ace au concours du Service
(National cl'Hygine et qi i eut
l-pele rendre beaucoup de
s i vices la population. Le)
| arations selon! activement
ni local o les mdicamenls ne-
'oit distribus gratuitement
hu* malades par les ioiu d
10 licier Sanitaire.Nos nieil-
irtr s compliments au sympa-
thique Maire de Thomtzeaa.
Agra ble Foiiifan t
fe Bon March.
BRASSERIE NATIONALE S. A
Port-au-Prince, ( Hati ).
......t..
CORD
Les Pneus et Chambres "air de
qualit suprieure
Chez CONSTANTIN, NADAL&C*
Tlphone .-2238
BuihliiHj Aiinour.
j;
RUE duMaG \SI\ di L'ETA I
' oqnet tablissement si-
tu tout prs de la Baaqi e
N le el dirig p ir Mme Mu ia
BFRTET.
Consommations de premiei
i ho'X.
COMPAGNIE GENERALE
TRANSATLANTIQUE
Le sic:)m- r eCari.nare v<
oaol de Rordeaoi et des porta
du Sud esl alleu 1 i Port-
au-Prince le 21 {">.Il | rrtira
le 24 ji Iieg8 de Cuba, l. a ports du
Nord. Puerto Plita el Le Ha-
vre direct, pie laul Irl et
passagers pour ces ports.
Ro'e postale; A 171.
Tlphone: 32>0.
P. M. ALTIERI,
Agent (lnral
Rue du Qoai.Port-an-Prince,
PREVENEZ
LA CONSTIPATION
i pincfc :. un verre d"
u soir, pi -m ix de
"Frull
n turel i i
I: i ni
net '
l
aijeiilioii

MAISON A L
Tour la saison o l'anne
l'lionvillc.
Four renseignement, s'adres-
ser a
Mr de VENDBGIS
Avenue King
RGNRE L'ORGANISME
PBRIFUGK. Al'KRITIF,
DIGESTIF, RECONSTITUANT.
Dini toutei Ici Phrmicie
fut tu l-rinn: Phsrmssit SL'CH
CE
PROGRS NOUVEAU
RHbM NOb\EAV
Rhum dlicieux got exqui
Prix rduit
ALCOOL OtPIANT TOUTE CONCURriENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZOlN
aWmE 8K Rk m H** w *m ?m m
Loterie Nationale d'Hati
u s nu. Bonn.ro. Phon : 335
* i.Tlerie Ntiooled UIO est
''h.nemn Imm.nil.ire par la niulliphcljr
.einstlluiion hMtemem ni ,ln'e d.ance d. bS
rt-anvres quelle "J*^,onli, condition, de lo.tun*
elre ofte.le.ux *** ouvriers. Artisans, Sal.ri de
Employs,U~ ^^0,cs,iune,, > sans partir
ou ordres, Gens ac " ,, peuvent (jsgner Ireh
ho, budgetj ov.nn.n ^^.ft,,, MJSliMM
libre du souci des *ch*nc fi
Menecns *msU>'* dc ,.Inli|,ectnali,e. Jour |
ignitairea ce I &fci sf^
nalistea. e s#iidarit gociuif. <
xir- l,w ,r Hati, rendez-lui service en acfae \
JSH7 -". U ui .NATIONALE D IUI -,. ,
LA LAITERIE BAILEY
Livraison propre, hygine
que, en bouteilles hermii-
quemtnt ca. hetes, l'abri
de toute lulsiflcatlon.
Transport fait en rlrigra-
teurs roues.
i:n:5 NQj'Bae, Poftio.
Prince.
0
N A JAMAIS T FAIT
CE OUI IE PEUF TH DPASS
Kola Champagne
F. S.IOURN
[Prpar dans dis conditions rigoureuse*
D'ASI.I SIE
Pr| > > pi Vente
ftuRMAi ieF. SEJOI RNE
An^'e des rui s K u\ et du Outra
i

II
R.
CHIRURGIEN-DENTISTE
Donne Aux Dents Une
Blancheur clatante
Essaye^ cette merveilleuse Mth-
ode Kolynos Brosse Sche pend-
ant 3 jours seulement. Regardez
alors vos dentsellrt sont deve-
nues plus blanches de trois
nuances. La Kolynos se trans-
forme en une mousse antisep-
tique et effervescente qui peintre
dans les moindres fissures. Elle
fait disparatre les fragments du
nourriture en fermentation et
dtruit les microbes danftercu\
de In bouche qui sont causa de
la carie.
Employez-en un centimtre sur
brosse sche matin et soir. Vos
dents deviendront plus blanches
de 3 nuances an S jours.
LA CREME DENTIFRICE
Antiseptique
KOLYNOS
Avise sa bienveillante dieu-
tle el le public que durant
on sjour aux Etats-Unis son
cabinet fonctionne coin nie
l'ordinaire sous la direction
du Dr M. Dartiguenave,den
tis'e.
Tl; hone : 3467.
;*o
AUX ROY
annes de succs.
t, +*
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Sa si lie
i
!
EXCEPTIONNELLE-
!
LU apapreil de radio, l*
de neuf perfecUonn et
il, vendre pour i
,1, d" pat t. Rabais intress; nt.
S'adresser au journal. ^
C'est la quintessence des meilleure
[varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est te qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ'
*
tmm
.MkWV'-Wk* . -*'-*
I


------------------


mercredi
22 Juin 1UJ2
lc Mali
*.\;*TAOsS
Wme AMttfc. W 1708
Port-au-PriLce
Tlphone : *?
PB"
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L Indigne
A le plaisir d'ann >ne< r si nombre ise Clientle que l i9ue 'f,fJ
tente de ses CU\ EAUX se lait, depuis le 4 janvier, au J "
REMERCIEMENS
LA. N. 1. H. D.1 remerc'e
bhn cordialement les gn-
i x artistes qui ut i ret-*
leur concours la le e de
samedi et les amis qui ont
>id au succs de la tte. Il
so il trop nombreux pour tre
numrs, mais l'Association
les remercie tous indistincte-
ment et chacun d'eux en pir-
ticulier. Tous ils pe.vent
compter sur sa vive et |#fo-
tonde gratitude.
Faire le bien est touj urs
difficile,maie dans notre pays
c'est une uvre encore pi s
ai dm* et bien 'aite pour d-
courager les taibles et les pu-
sillanimes. Mais.souenue par
la foi qui claire, par l'esp-
rance qui conso'e,par l'amour
qui rchanfle et fortifie, l'As-
sociation continuera l-ceuvre
entreprise sans se laisser d-
courager par les nombreux
obstacles drc.-ss si r sa mute
due pourra t-elle redouter
sou'eoue p r le gnrent d-
vouement de ses amis et bien-
faiteurs? Elle compte plus
sur eux et leur
J
reuouvelle a tous ses siucerts
remerciements.
N" 2027. GRAND'RUF
m lace de son ancien loi
Les Clients y trouveront le mme accueil.
BON HARCHE. CLRIT, GOURTOISIE1
Martinez, Marcelin & G9
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lit
Assurance Corporation Lld.
de Pcrth ( Scotland >
car ta (iENEPAL > est une des plus puissantes et des olit V4*et onfanhatien
Je ce genre. Le soleil ne e couche jamais sur son cht np d*a:tio.i qii embrassa It
monde
ses Piliees cojtre incendie couvrent aussi les dgits o:cisioins pir la fouro
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, milveillance. dommafoi
".aus autrui dans sa personne au dans ses biens.
Ses Polices Vferitimes mises o-ir ses branches d'Europe son! payables en Hati
Ses Policoe -outre a<-cidents #it valables dans l'univ-rs entier. Tous les voyt-
inrt devraient d*>ne prendra la n-eaution de se munir d'une police contre accidents
l'au moins 4000 doN ira, la prim* annuelle n'tant que d 1/2 / soit 2) J >lla<*s U. C
Veijvr F RFRMfNOH\M \oxOave*
v
.
Agent "V-nn1 nom laiti
-orl an-Prince I Ci. 'iIL(i
JE AN BLANCHlf J-iwn
N'OUBLIEZ PAS DE FAI UN PETIT TOUR A
TERRACR-GARDEN
Chez W. KAHL

Pe ionville
1 HE ROYAL MAIL STEAM
RACKET COMPANY
Le steamer Gaboon
venant de Londres via Kmgs
ton et les Porta du Sud sera
a Port-au Prince le24courant
prenant Irt et passagers pour
l'Europe.
Th Royal Mail Sl$am
Pavket Co.
Panama Hailroad Steamship Line
Agen's aax orincipaux oorls d'Europe.
Service de jrt el de passagers vniie
[Europe et l'Amrique.
Bar National
: l.tN pieds d'ail\tiule. L'tablissement le plus Irais iei a
s "oh de Porl tv Pri ice.
.Seulement l m\ iules d l > ni uue etcellenta roui*
asphalt*.Tues mervei leusea le la ville et lu Lort.
poissons de outei espcee.
i
Vrrangemenls p," liculiers
fcssaine ou de mois.
pour les pensions de jour de
Lykes Brothers SS C Inc
Texas Huit) San. ilomingo- Forto-Rico
Voulez-vous tre servi
souhait ? alb z au
BAR NATIONAL,
Place Geflrard, en lace de
Mattis.
L'tablissement se recom
mande par ses cocktails re
nommes. In restaurant o
Ion trouve toujours des mets
savamment pipars est an
nex au Bar National que
dirige Mme Rocourt.
G. W. Smeldon A Co, Ltd.
17, James Siree,
LlTKfiPOOL, Engla*
uir.
:\
Mort A Compiny,
Atlantic Freithting r.orn
136 Bonlevard de Stiasbcuraj,
Havre, France
Mort & ( OMPAMT,
Atlantic Freighting Corp. Div*
74 Quai des Chartione,
Bordeaux, Fiance
lernu deroo Stockwell,
Boite Postal 71
Havre, FraLce.
AngUttrr*
0. W Smelpon Je Ltd.
Fenon House,
112/il3 Penchurch Street,
Lo idon E C. 3, England
Trance
llol T A (Vmiany.
At amie .''reighting Corp.Div.
3, Rue St Vincent de l'eulJj
Paris, France.
Mort A: Coupant
Allaulic Feigbling Corp. Di?.
7 Hue de la Rpublique,
Marseille, France.
Gellatly Hankbt & Co,
21, Rue de la Rpublique
Marseille. France.
re el rgulier a passagers et
du i directement avo
Le seul service
fret eutre les poi I
Port-au-Piince, M.
Four la rcej ; aniement habile do vo*
importations, sci \ des navires l* ' LYKE
UNE.
Les prochaines Port-au -Prince sont
Ueamer < es Steamer i Ruth Lykes Si eau. ci a V Steamer t Abu bureau: Une m 1 0 10 juin 1991 17 juin 1932 24 juin \M2 1er juillet 1932 le i eftsrie B

AVIS AU COMMERCE
La Panama.Rai1 i mship Line a l'avantage d'aa
honcer les dparts i Isde New York pour port-au prince
1 laiti. directe nient di. l'ourles ster.mers sont
pourvus de chaml
Ooarls de hew \ork
S/S
Steamer ,cGu y
Steamer
Steamer *l> i
Meani'r "A ic i
fcteumer "G
tgt l\> : au i rince
i
jnin
juin 1932
l du l'.'.'t.'
i nin 1*132
I juillet 1912
I 11 iuillet 1932
I 18 juillet lil.,j
Fleurs! Fleursl
u iiouvera chez Melle Ti
tine /^ugustiD, Bas Peu de f
bose, des fleurs, couronnes,
eoibeilles defleuis naturelles
etc. bon march.
A vendre
Une machine crira Un
derwood No 5, en partait ta
et un prix rellement insi-
gnifiant.
S'adresser au:
Bureau du Journal
Voulez-VOll
RussT dans vos ludes'uo
taire russir vos enfants.grce
une mthode d'enseigne-
ment classique excellente?
VOULEZ VOUS
Allemagne
Atlantic Freighiing Co e. Atlantic Freighting Corp
allinhaus, Hamburg 1, Germany. Breiienweg 55, Bremer Gei
Mollando
Atlantic Freighting Corp. Atlantic Freighiing [Corp.
Koningin Eromaplcin ?
Rotterdam. Holland.
Dollane,
Sude
Sven JausMin et Compaay.
Inlwerp Division.
C/O .S'eiuniann A Company
I'. O. Bu. 1019, Rotterdam
Atlantic Freighting
Corp. Div.
Norrkoeping, Sweden
Simon Edejron a/B
Atlantic Freighting
Corp, Div.
alalmo, Sweden.
A/B VV. Lorka,
Atlantic Freighting Corp. Dit.
-eppsbron 10.
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson et hoimstrom
Atlantic Freighting Corp Div.
Skeppsbron 3,
Gothcnbtirg, Sweden.
Bernhard Bergh Co
Atlantic Freighting Corp.. Div.
Ilalsingborg, Sweden.
Bolglque
Stlenlic Freighiing Corp.
c/o Steinmann et Co
(J i w J jrdaens.
Anlwerp, Belgium.
Dnemik
F. A. Bendis et !Comi>an3
Copenhagen lH-nc.w4
Halle
A. Ceresa et Company
Via Banrhi 8,
Genca. Italy.
Kopagno
Ageucia Maritime Delgado
tiacelona Spaio.
Norsrge
La n ri H A Devold A. G.
Atlantic Freighiing r#rp.iv.
Aaiesund, Norway.
Une profession aprs (i S j ^^
ois d'tudes srieuses (St SQllVfJZ
no-Dactvlo Langues vivante
( o m abil m )

i anami I u Line
agaut Gnral
Ri i l-i / cpie l'Institut TIP-
ENI1 VUER se recommande
et a'im| i \ A atteni on
par es in .liants ni ll'atl d
i b'e ius.
l37Hue Lamarre.
Tlphone 2891.
vos livres
Sauvez vos livres et con
lectione an mauvais tat cl
le confia ai relieur cons-
ckancieax, honnie ci tiaidie
Ltiinnb Camille,Ri.eUouae
f Laboratoire SJOURN
i Directous
) F. Sj. lmnk. Pharmacien
R Sij..iHVK Pii.nnaeieu ' PUuiversite.de Paria
M. Suouinl, Pharmaci.nd. l'universit de Paris.aici"
interne des Hpitaux de Pan
Analyses des Urines, du suc gastrique, du sang ( VVai
eraiann, Ure, Constants d'Aubard, Glycmie;. t
Descradists. Dts matires fecafs.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM