<%BANNER%>







PAGE 1

is iflii ,.-.. -. > a Cure, au ^iufeStai ^-i VOILA VOTRE SAUVLUR Q : mal m Mauvais sang, Humeur, Eczma. Artrio-Sclrose Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes Z. OUROMAL de Laboratoires du Rhne, a lm e>le. Il gurit nm, lea Maladies de U r Bang, "'rites. Ulcre, les RhuuiMi-me, Maux t'.une, il <1r rein, : urahago, Douleurs articulaires! 'ta Maladies -le lu Femme jgn ori.ique .HemurraKies, Douleurs du ventre, Fibrome Je ikM et ,-•..-, %  c : %  ,II c I OML. n mu i.tmreui' ,ir %  ma im.it. itinn foui mu i'' *• i Vtrttf* e. : n'",i. -i r f reine i .ut a d <\\><\r\t, la l'ioit .ut j ,,f .<>t le mmmlfttmrnl it :y .M. Mon mari allant de ri.umalumu vu de mieux en miciu denun tu 1/ 1 "M 'MAI M"'J PRintlN ll.'-n Jfc Mkaf-I tsmprenanl lUcm t:UROML •"ooite <1i Marne gratuit* et brochure nplicatw... ••ITfB KM fc *•••• phai >CIM. Pttpar* par 1< Uvitrur (illul i,, pharmacltn, Lalwra'.blr. %  oa : l,u. A t HEURES Le Beau Drame : UNE TROUPE D'ARTISTES A PORT-AJ-PRidCE Bulletin du Service d'Hygine Le sel comestible en Hati Pjr Msieurs M. M. Armand et M. S h * proleseur f> 1 Ecole de Md cine, anciens Internes ds Hpitaux de Pari. o— La quantit de sel (chlorure suspect. I ASTHMEowuwStl Boulagement immdiat t gurlson aar M Globules Rbsud I Rsultats merrelileux,surprenants mime I Cota Pharmacie* %  Demander •"• m B. DALICHOUX, 17, RufVnjar Maf Jl | BoU-Colombe (tttm • Jours d Angoisse avec Gabriel Galrio el Maria Jocsb mi. N.B. On ci mraencern par un Eclair Journal notion ( rdni'P'Mr) E 2.3 4 gri"fa el pa-| pf. 1 Demain dimam he.une lroup>l'a r listes, de passage Porl-au! 'rince,dbutera Om-Varits. Il re nous a pas t donn de savoir exactement la coin position de celte troupe, mais nous sommes en mesure d'alfirmer qu'elle revient d'une tourne Iriomj haie dans touie l'Amer ime nt et publiera bientt le n-o que latine. Cette compagnie a g ramme de sa soire de dbut. tenu l'alfiche dans des th ra parisiens et ne manquera nu* de confirmer la bonne ren >rn me qu'elle s'est acquise. La toupe est attendue incessamde sodium, sel alimentaire comestible ),eata d*8pri les phy> %  iologiate*, d llJ 20 gr. au moins p3r ration individuelle et par jou r (".e taux ne ? e trouve pas dans lea atlmenlfl Ingra dont la Icneur en sel est relativement jjeu leve comme le prouve le tablent) M'ivoui : Quantit de chlorure de sodium par 1,< OU gr. d'ali m KATZ ; VjajQde de hoeul A. *n U'apis ce tableau 0,8 .9W 0,k<) 7,60 1,00 1,4(1 0,80 0,o7 5 a 6 gr. on voil tjU' les aliments ne contiennent | as asst z de sel pour constituer i ne ra'ion quotidienne om|il*e. L'indigne h a i I i e n qui se iiournl tle salaisons ( harengsPtlira ). lgumes ( xu vitamine haricots rouges i. de Irmta ( baLe seul aigu ment que l'on puisse voquer en Faveur du g o, gel esl si tort-* teneur en sel magnftieo, m particulier de t'hlorui e (te m ignsium. .-e pro li BS( m I) lb t a mme mis une horie sur le dveloppement actuel du cancer par carence de ces chlorures dans lea vg taui, dans le pain, dans le sel R el i;ill n, Celte diminution du taux ma a n eut D pour les vgt-iux serait ,1 :e la latigue des terres pai leur culture intensive sans nou vel apport d'engrais magnsiens. POUR LE PAIN.Le pain blanc tut avec le bl decorliqu ne contient psi de sels magnsiens. POUR LE SEL COMESTIBLE — Li purification ou le allineiiit'iit du sel b r ut en dininuerait la teneur magnsienne. Ce soni ces .', facteurs de ca~ rence %  .erail imputable le nombre plus considrable de cancers observs actuellement. Cette thorie qui a lait l'objet de plusieurs communications E DU PALAIS Eno contre la constipation N'exprimentez pas avec votre sant — ENO'S "Fruit Sait" a trs bien prouv sa valeur comme le plus sur, le plus efficace moyen de soulager et y/ ^ prvenir la constipation. /7A Refusez les substituts. Exigez toujours *99e EN0 ,^fc Programme du Concert do minical du 10 jnin 1932 au kiosque Occide Jeanly, sous la direction des Maestros O. Jeauty et Luc Jean Baptiste, 7 lires 'M du soir. 1 Un Chœur de nos Hros, marche d'O. Jeanty, i —Tanhaiiser,o|.ra de R. Wagner. ;> Jeanne d'Arc, ouverture de O. Verdi. i — Air vari pour clari nette, solo de Painpare, excut par le lieutenant Luc Jean-Baptiste. fi— Roucoulez, mes chers tourtereaux, valse par Occide Jeauty. 6 — Mes souvenirs, loxtrot de Edgird Leslie. 7 — Sans ou sang, mrin.3 fac.eurs de cague ddie au Prsident VI.I: 8 ux !!! e t!7 ,a r rt L s ^t >el b e .*: cent, par Verdiner. arrange par le lieutenant Luc JeanBaptiste. l.aues, figues-bananis, patates l'Acadmie de Mdecine de tlouces ) doit avoir un compl ment de tel en nature ponrat< Irndre les 1S 20 gr. ncesaaires. Y a t-il un inconvnient remplacer le sel brut d aspect •nie, se prenant en bloc l'humidit, par le sel proprement prpar, purifi Jet ne subis8*M les variations hygromtri Mues ? Au point de vue de i'hyg ne blimenlaire, la question n'est I oiut diacutable. La pays m met volontiers du sel non lav sur un aliment cru ou bouilli t i insuffisamment sal. Toutes les manipulations subies ( • mains taies , %  mesures •>, b irqnes ) eulfiraient n le faire tenir pour Paris, ( Delbet, Delbet et Robi net. Murulaz, Hulletin de l'Acalmie de Med. de Pans, 102930. ) a eu une app .cation pratique spcialise dans le comm ce >ous le nom de DELHI \SE. Elle ne lient nullemen' compte du diagnostic prcoce du cancer et le dpistage de la maladie due une meilleure ducation du mdecin et du malade. Le cancer n'est pas plus frquent mais il esl rapidement reconnu t trait plus prcocement par les moyens souvent ellicaces. I) ailleurs, le sel punli, vendu n Haiti, a, d'pra les analyses laitea par l'an d'entre nous, les ij 0 n caractres suivants : Hoover est dsign ANALYSE Dl SEL BLANC Et prim n magnsium Sels de Magnsium,chlorure et sullate il |52o/o Hm 112 O Chlorure de sodium Indoss Sa teneur en chlorure de ma gusium esl relativement leve eu comparaison dt s sels dits pu fifis d'origine trangre qui contiennent seulement le 0gr35 0g tt o o (Delbet). Exprim en Chlorures. 0,60 o o La teneur du sel brut (gros tel,) est de lgr70 e o. I,!i I 0 0 97,0 i i > 0,80 > La richesse de la terre hatienne en magnsium comme rouie terre peu cultivsupple largement cette b'gre C8I < 8 magnsienne. Quant aux avantages 3 un sel proprement prpare, ils sont trop vidents pour qu'il soit ncessaire d'y initier. La Convention rpublicaine, runie Chicago, a dsigu M. Herbert Hoover comme candidat du parti rpublicain la Prsidence des EtatsUnis. Elie a ensuite dsign M Curlius pour la vice-prsidence. D'autre part, la plateforme du parti parle d'Hati d'o les c marines* seront retirs Ceci indiqueqnet la question hatienne est dans les preoccupadu parti rpublicain, que M. Hoover, s'il est rlu continuera de reprsenter la Maison Biauche. De ce point de vue,l'lection prsidentielle amricaine nous iutresse un trs haut degr.Cette circonstance nous commande une attitude nationale digue et prudente. LES PELERIN 1GES A NOTREDAME DO PERPETUEL-SECOURS —••Les plerin iges des col-s •t confrries a la chapelle d Saint Franois.au Bel-Air, o commenc depuis lundi. Hier m "in, c elaieut li • lves de I'EC de Monseign m Gtiilltuix qui allaient honorai la Verge du Perptuel S' cours, et, hier aprs-midi, le Collfle-Lonver tire, les Instituts Maral Chenet et Harry Tippenhauer. Ce malin, ds (J heures et demie,tes collgiens du P-tit Sminaire, eu uniforme, g-avissaient la petite colline qui voisine le ciel. Aprs demain lundi.ee sera le tour des couireriesdes VI res C' helien le des Soa ira Tertiaires, du Rosaire, et de 11 Garde d'H loueur du Sacr Coeur. •rv FRUIT LA FE DE NOTRE-IJArtE DU PERPETUEL-SECOURS Demain,19 juin, est la fle de Notre-Dame du Perptuai Secours. A la Chapelle de St-Franois, au liel'Air, il y aura, comme chaq"e anne, de belles cre montes religieuses L'au'et dla Trs Sainte Vierge sera dcor* et illumin. A 6 lires et 6 heures, messes basses A 7 heures 30, grand'messe. Dans l'aprs-midi,vpres, procession; a 5 heures, Saint et Bndiction du Trs-Saint Sacrement. Ce soir, et durant toute la journe de dimanche, le qur lier du Bel-Air sera en liesse. Et nombreux seront les fiel, les qui iront, demain, ds les premires lueurs du jour, implorer la Vierge du Secours. ort-an Prince 17 Juin 11)32 A Mr ARTHUR BSMIHSMME LEn jVil e. Cher Monsieur, J'ai lu sans, surprise, votre lettre parue dans le NOUVELLISTE du 16 Juin courant o vo is m'avez pris partie. Pourquoi? Les membres de la Violeiie ne cherche roui gure a eu deviner la cause, ues attaques inutiles, inconstantes, n'ont jamais pu branler ma couxictiou ni iroubler ma sreiiue. D'ordii.aire calme, i'eiiCaisse.par amour de la Violette*, tous les coups qu'a desse l'on me porte. Que voult z-vous, cher Mon sieur, quaud j'ai rapporte que le e< terrain de voiley bal! tu:i tapisse de gazosi; telle uole |i viian tout le monde a aller b.eu \o;r ce que.moirame J'UVJIS peut-tie mai vu. Cette note publique ne pouvait tre le coup dt lun gus dont les autres eu lou ordin urement usage pour s hisser, eux et leurs a uis, -ti, pontificat i sportif Cette note, qui a attir vos foudres, ne pouvait naturellement avoir la prtention de vous plaire; encore moins a Cdieu, le gardien du Parc Leconte qui reut, dans la suite, l'ordre d\ xlirper le gazon compromet tau:. Pour finir che Mo sieur, je vi.i.s appi en ls qm la 'Vie S oitive i p r, dans l.e Malin d'aujourd'hui est une re| on e inu ipee lou es vos attaques. F Hrard. E INTRESSANTE AFFAIRE AU TRiBURAL CRI.INEL DE JERIIE C'est le sept Juin en ours qu'a t entendue au Tribunal Cri mine; de Jrmie l'affaire des nomms Mme Morion Ren, Alexandre Del y, Tulus Brumaire, ef quatre complices prve s te rbellion el de tentative d'assassinat sur la n sonne de Mr Franklin Brierre. Inspecteur du B-ireau des Contributions, t ns l'exercice de ses looe lien'. Le Tribunal tait p sid par le Doyen B mcy. Le sige du Ministre Public tait tenu par M* Robert Lataque, Commissaire du G uvernement. Le Jury, prsid i ar Monsieur Auguste S 1 .-Juste, tait %  ompos de citoyens clairs e conscients de leur devoir, ^ Au banc de la Dfense: VI' L. H. Jeime, i o ir Madane Motion Ren, Tulus Brumaire et l'un des complices, VP Arthur Degraf, po irdeus mires, et M* Louis Charles pour Alexan Ire Dfay Pour la partie civile, MaiECHOS —o— — Allez passer une bniini moire dimanche a Hartiana, u l'on dt nue le beau tlruuit : JOURS D .NGOISSE C'est te film le plus passionLant de la saison. J lie — peul tre, saus autori, sation pralable,rendu public ir es fouctiounaire ? — Les assises criminelles I'I uvi iiont a Port-au-Prince, iu Palais de Justice, le 11 iuillel prochain. La Confrence de Lauanne, pour le rglement des M. le Prsident de la Rpublique s'est rendu Damien, — La guerre civile a clat en Abyssinie. L'ex-eiup reur Jeassu esl la tte du mouvement pour renverser le rgime actuel. Il est petit-fils de Mnlik. — La rvolution tait rage au Honduras o les forces gouvernementales oit t battues. L" gouvernem i t ca che les progrs de la rvolution. — Au Panama, les Indiens de San Blas se sont rvolts. Ils incendient les villes sur leur passage. — La dite prussii nne a vot une motion coin uniste pour le retrait du Ht ich de la Socit des Nations. Toutes les Polices • ^ DE LA S d conseil y B trouv trois gours le des so Xante el qtiiuz ceuliublicain, mes. ^comprennent la Protection contre la 3. Foudre sans auamentation de tauxj I m s, esl prside par — Ava liei .-; rs-midi, d Ram sa y Mac Donald, premier ministre d'Angleterre.( -La caisse"de 1US.S.H. — Mr Andr Tardleu a forn'est pas riche. Le nouveau fcat-ce que des HUM KSI,mt, la Chambre Iranaise, tlicales voul suivit mu vi i un non i t site? — Ou se demande si ui I ,, compte une trentaine uts inscrits prcedem-1 entre les sportsmen qui sont 1 onnairc a son cl au grou, c Js republi-j actuellement lei grands trouJ ^ w ^ {l4ia cLique~voiieunu.imssfca.us de gauche. | bleurs de la Rpublique. BiffilTiilflijfcM ifa#a^liyiLtll w l. g fug.Le Boss$> Aqents Gnraux 9t SKM I JIJJ I JL



PAGE 1

ir M %  %  : 6 Rhum Ibrbuieoun UN BARBNCOWRT •eel : liae Cear. o — RICHARD PETRRS, Prop. CHAMP OE MARS, N01217 La seule boulangerie Europenne en Hati Spcialits de pains, pour sandwich Pains ltes et pains moules. Pain noir* Pains complets, etc. Ptisserie fine, pts, Vol-auvent, Tourtes Soins et promptitude. Tlphone : 2069. La Maison n'a pas de succursale. EN MMOIRE OE I. PAUL DOUtiER Demain dimeocbe.aura lieu. Cio Varioles, une matine s leooelle organise, par le comit hatien de l'Alliance Fr-ncaise, en mmoire de M. |} "ii Don mer, ancien prVdent de la Rpublique fianaise, ancien prsident de l'Allianc. F i .*,•, cd le 7 mai dernier. La crmonie commencera dix heures prcises a. m. V^^'PASTIL! .ES" ~ MIRATON 1 •.•!• oaiur.it ,. CHATtL GUYWV __ ^., -cixi.y. %  -.. r et %  u, L a iai i REMEMBER! proch Criminelle ( n 1res Auguste Oooyon.du Bar-J pelait, comme un chef leau de Port-au-Prince, Fer1 il plaida pour ce chet la lginand Brierre et W. Sao>aricq lime dtense. On admira les L'audience, ouverte onze belles tirades de M* Douyon heures du matin, dura toute sur la carence du devoir, le la nuit jusqu'au lendemain drame de Marchaterre, et le huit heures du matin. Les dj crime de la Castache qui tait Jats particuliers turent ti es j reproch aux accuss. Il dintressants par les rparties j fendit la loi sur l'alcool, toutes FOITTAME RGNRE L'ORGANI^MF FEBRIFUGE, APKHITIF, DIGESTIF, li I .CONSTITUANT. Dans toutes les Pharmacies APortauI'nnce. Pharuuae BUCH (ju'ch an grent e n t r ej'eux %  Douyon, Jrme et rA Ferrand Brierre. La tche des i utres avocats lajt plutt lafile. M' Louis Charles prsenta son client, l'honorrble iccuse Delay*. comme il l'a p. applaudi. Le Ministre Public les lois auxquelles nous sommes tenus d'obir. Il a t plusieurs lois applaudi. M* L. H. Jrme ne lui a pas*l intrieur, et mrita par son loquence d'tre galement ciargea m?'• %  yablement les accuss et r outra, en des phrases bi n faites, le tab'eau de la scne tragique o le malheureux inspecteur a t crucifi vivant. Aprs ('eux heures de dlibrations, le Jury rendait son verdict. Un seul des accuss, celui qui M t dfcnmi par M 1 Louis Charles, fut dclar coupable et condamn trois ans de rclusion et Mille Gourdes de dommages inlrt*. Les six autres ont t acquitts. Qu'on n'oublie pas qrje c'est re noir 18 juin qi G ne donrre Varits I offerte par le.* Infirn svec le concours gm i d*on groupe d'artiste*. [ dtre trs • ressant: Daniel |Thart et Daniel Heur i la i Itaaronl dri 1er I. s Jus n f roses. Il v %  i ra surtout • | ni'mo sens iii .si le chesur prpar me VieuxCic sca eu les v. mles d< s ji uni s ^ i.s s,' erool anx voix l armo nieuses des jeun les. Le lever du i se fera 8 heures prcises cl h l le pr< D Ira fin II p< ur |i: rmettre snx fervi ni danse d i Mer Sea Si le Lui •<"i chez Kahl 11 soire. Rendez-vous Varits ce soir. Voi dsigns | jurs de la nelle fi %  .< %  %  chai n. 10 r 1 Abrah m fierAi d.m Luc Adam Louis t ,1 s FJ, ci imi i 1 bi ries Es ve. Ed. ve,Jnstin i'.ih r r | ,,uj s Ethart, Dr Luc Ethear, Jnne, r lie Elie. En mani 11 lv: vil, Edeard 1 %  D el Foi cliard.Charie '. Fi I roil '' % %  i ; "I Cri if es, Marcel f ouI' 1 ra S e, Max Gregc7, Frdric f n H i Roger An ITT. Marcel A i \, mand.A steArcber.C Ard M rahim Ba ha, En ile • : Doc R Bel Goldman. ,<;l c Heb ibol, Cm l.'e 1 la ; li'reaux. Dr liur Ilvppo- I s Hyp| olite, I iony Elyson. P. fs iklin, Arthur Isidore. ri md Jean Jacques, •''•'"•.'y. Eugne Jeanty "nier, Millorl JcJ Sapl %  eur.EucneLe. ." œras Panama Railroad Steamship Line Aqenfs aux orincinaux oorts d'Europe. Service de jrl et de passagers en lie t Europe el t Amrique. NUT IT IF Tris agrable MPLACE l'Huile ie foie do *AORUe le p" HNT etleplusAGRle RECONSTITUANTS pour GUrx;tlR ANEMIC-FAI3LESSE INDISPENSABLE eu U6volc.)pomont dos ENFANTS •ux personnes FAIBLES et CONVALESCENTS Sa l mtt ,i Port nu-Prince : Ph W. BUCH %  court, Loin Borde I | Urij cel B %  •MIS liriil e.Justiu Caulhie 1 gnol.Hube m Di J Coupi L foi tant.Lon Loj ie, Larose, Canaille I POO, BtAnfony i i spes. Letellier, tlhert paulaud.Lon Lohni% Victor 1 int. ierlh iv Maie te, Kaac '"'. L uis Mac, I, and, Martineaw, Edouard •laltbicu, Mu, Matthieu, Cla^ w Eloi AL Heo, Alexandre Mose I on Mose. Mose, Louii Montas, Lh l'le • Morean. (:il iillan Nao.BI luriceNao. ',(> %  % %  r, unie \azon, Dcsir Jfcrel ( "' D alenconr,Dr Fi lor Panavotv D. B %  : : KMaKe^PerDianan P e ra ea D D e Charle. Rico? JoSSolK %  Alphonse Roy, Louis AnG. W. SHELOON & Co, Ltd. 17, James Street," LlYERPOGL, ENGLAN" MORT A Company* Atlantic Freighting Corp. Div. 155 Boulevard de Suasbuurg, Havre, France MORY & COMPANY, Atlantic Freighting Corp. Div 7l Quai des Chinions, Bordeaux, Fiance Uernu deron & Stockwell, lioile Postal 78' Angleterre 0. W.SHELDON &3Ltd. Fen>on Honte, 112/113 Fcnchurch Mreet, Londou E. C. 3, Englond. Trance MOHY & ('ompany. Atlantic v reighting Corp.Div. 3, Rue St Vincent de Paul. Paris, France. MOHY & COMPANY Allanlic Ftighting Corp. Div. 7 Hue de la HpnMique, Marseille, France. Gellatly HANKBY & Ce, 21, Rue de la Rpublique Marseille, Fraace. havre, France. Allemagne Atlantic Freighting Corp. Atlantic Freighting Corp. Mallinhaus, Hamburg 1, Ger.nany. Bieitenweg 55. liremen, Ger. Hollande Atlai.lic Ficiphting Corp. Koningin Emma plein ? Rotterdam. Hollaucf. Dollane, Sude Sven Jansson et Company. JBar National v^olez-vous tre servi souhait ? allez au ^ BAR NATIONAL, Place Gellrard, en "lace de Mattis. &f .L'tablissement se recommande par ses co-.ktails re* nommes. I n restaurant mi Ion trouve toujours li s nets savamment prpars est an nexe au ii\n NATIONAL que (linge Mme Roceuh. De rv De i i Fe l '"' 1 oncourt, Maurice i' ' ino -, Joseph Dsir.Rem Desl Alphonse Desrogleau, J Baptiste Dorismond, G Dosesca, Camille Doue i • i Doug Adri %¡ D eph Diiiori. Louis Constantin Dumerv, i Duplessis, I on D dDuviella.LysDuvi i ment Dyer. Victor dlin, (lob'ile Lie, Auguste Elie, Carnot • ll( '. Marcel Elie, Matti Roy, | '" %  Maurice Elie. ( lu les j Marcel 6 tmile, Dr Loa Emile, \ [ta!. Roy, Courtillan Hilili vi rt Reuiz. Moni-Rosier Salomon, De* n osthnesSam,Aristhom#nne Sarason, Do.cteur Pftion Savain, Edmond Sci.ie, Alesandre Sncal, Franck S-i lages,Antony Si Cyr.Alphnsi St Cloud.Lon Si Lger.Loois Sl I Stacco, iimojne 1 he/an, Victor Thomas. Ljarv Thomas, LudoYic roulm. Maurice Tronillot. i Dr c. Valentin, Georges Viard, Andr Vieux, Cler. > nx Emmauuel Vieux, Villlard,Lonce ViAtlantic Freighting Corp. Anlwerp Division. C/O Steinmanu & Company i'. 0. Bo. OW, Botte dam A vendre ''ne machine e Un[derwood No 5, en parlait j et un j ris leellcmen! Insi' gnigaut, FAIbL:. OBILlTit A/B W. Larka, Atlantic Freighting.Corp. Div. —eppsbron 10, Stockholm, Sweden. A/B Pettersson et hoimstrom Atlantic Freighting Corp. fc Div. Skeppsbron 3, Golhenburg, Sweden. Bernhard Bergh & Co AHanlic Freighting Corp.. DIY. Halsingborg. Sweden. Expagne au il %  Bureau du Jour nul Suprieur Im vlnnio fc ru • i il HOPM DESCHIENS Amo loLia* ( e riul B.uCry, I Ahiii ,: l'btfaMOlM. Atlantic Freighting Corp. Div. Norrkoepiug, Sweden Simon Edstron \;B Atlantic Freighting Corp, Div. Malmo, Sweden. LE FiTEST INCONTESTABLE! Belgique 2tlautic;FreightingCorp. c/o Steiumann et Go yuai Jordaens, Antwerp, Belgiuro. Danemark E. A. Bendix et Companj Copcnhagen, Denma'k. Italie A. Ceresa et Company Via Banchi 3, Ganca, ltalf. Agencia Maritime Deljeda, Pacelona Spair. Norvge Laurilz A. Devold A. G. Atlantic Freighting f arp.f'iv. Aalesund, Norway. I L s (lie Gesl ia quintessence des meilleui varits de cannes d'un vaste territoire rmiissMi! les meilleu lerroii*s C'est ce qui fait son ariue. GOUTEZ F r '^ COr i



PAGE 1

Samedi 18 Juin 1U32 Le Malin .4PA3E8 26 tuf ANNEE N' 7W9 fert-au-friLee Tlphone : 24* l S-S c -, LIGNE COLOMBIENNE ) Tlphone: N' 2323 I e vipeur y >gota , V ry. 102, venait directement de New-York, sera i i le21 i I. r ntinuera le mme joui .>our lo-Clombia,i>aili{;en:i Ctis fbal, Canal Zone, Kingston \ New-York. Lemanifeste de Ci nivire re i par avion posta est la disposition des clients dans no* bureaux sis angle me du Quai et des Fronts Ports (vil u vis de la Douane. ) Le vapeur , Mai ti ii jue ) ASSUREZ-VOUS 0 la General Accident Pire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) ( ..'M 10 .;i GENEPAL est nue des plus parvntes et d;s •! n vatfei .>r 11 s dj got ? Eh bien, demandez dans feus les cafs, bars el restaurants de la Rpublique le nouveau produit de la\ Brasserie Nationale: le PORTER NATIONAL Agrable — Fortifiant — Bon March. BP^SSf RIE NATIONALE 8. A Port-au-Prince, (Hati y 416 Rue Bonne>.Foi, Phone : 3358 La Loterie Nationaled'Haltl est une institution hautement humanitaire par la nmllipW d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de %[ tre offerte eux hommil de toute* conditions de forlul Employs, fonctionnaire, Ouvriers, Artisans, Salariai tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans pari leur budget moyennant drux goud s, peuvent gagner trefc mille gourdes Patrons de Commerce.Chets d'Indusiie, paris aux iusulfisances d s ventes, par l'achat d'uubilht. quitoni libre du souci des chancesMdecins Avocats, Ingnieurs, Smlems, Dputs, GraDSS Dignitaires de 1 Etat,Reprsentants de Notellectualit, Jaur nalistes Donna* l'exfttfkle aie voire se'idaril sociaie. Rentiers, eapitalistee, ranime en j-iuant, sugmenlet volN aveir. Vous tous qui bakvtflo' Haiti, rendet-lui service m ci snt le billet del LOTIR (B NATIONALE D'HATI. aUeidioii A le plaisir d':i"nonror i si nombreuse Clientle que la vente de ses CHA' EAUX se lait, depuis le 4 [envier, ao 1 K J 2027. GRAND'RUF ; eti (:ce de son ancien local. Les Clients y trouveront le mme accueil. I BON MARCHE. CLRIT, GOURT01SIE Martinet, Marcelin & O PROGRS NOUVEAU RHLM NObVEAU Rhum dlicieux got exquis Prix rduit .ALCOOL OtFIANT TOUTE CONdiOCE Clair in Vierge Chez N. NAZON IW \mk m m N *m R tm mm^> .-F.....>-*•-•



PAGE 1

Clment Majloire DIRECTEUR 1558. RUE AMERICAINE ,1358 TELEPHONE N2242 U oulfraocr iJKtie iliviie BcMue Vnis luidiHta Mil ce qu'il > n ch lion en nuu. (oui et qui iiouiMdu prix a !a xic ui>ui lui tir.oH la |Mlic, uoiis lui errons le eautte, MM lui de*uni loulii k's^erius. iuaio.o ntvv t; 2G me ANNElvN 7b9S "JI\I-AU PR.NCE ( Ain %  SAMK!)1 1S Jl'IN 1912 KM Le Rapport de la Corn mi -WEST INDIKS GARAGE sion de Rvision lue Ijrannie individuelle se Ktfcfsc aisiiifol.CoiiIre une tyrannie collecter, les opprims sont sans force. fier-tau U IMX. De toutes les innovations con[dent l'autre temps, c'est--dire Btcres dans le rapport de U Commission, aucune n'a t m lins discule que celle relative l'inconstilulionnalit des lois. Droit d'ajournement, de dissolution, prolongation de mandat, on en a parl l'envi. Rien de la constitulioiinalil des lois.Et c'est peut-tre l'innovation la plus dangereuse* poulies liberts publiques. Les Tnbnnaux, remarque le j rapport, ne refuseront d'appliquer une loi dclare inconstitutionnelle par le Tribunal de Cassation que lorsque les Aslembles Lgislatives, par dlibrations spares et concordantes, en auront reconnu et proclam l'inconslilulionnalil. avani la confirmation de l'opinion du Tribunal, la valeur de l'arrt? La partie qui voit arrter son action pir une exception d'inconslilulionnalil voudia-t-elle s'y soumettre tant que les Assembles Lgislatives n'auront pas dit le dernier mol ? Sur ce point, l'innovation propose serait de nature arrter le cours des procs. Mais la dcision, rpondra-Ion, vaudra pour l'espce soumise. Seulement, les Tribunaux infrieurs ne refuseront d'appliquer la loi que lorsque les Assembles Lgislatives en au ront reconnu et proclam l'inconstilulionnalil.Lcs deux opinions, objectons-nous, peuvent Sous la direction de M. Arnold BHAUN Tti'phoiic : 62 %  ont Ira o os du i fc eau. C'est le aoae correspondant qu'on Lrouvi ces deux adie>se*: \ionsieur Arnold Braun, connu ,i a\ u lu i use me ni la direcion du Garage de la West InBg t'orup--i y, Uuana Monsieur Arnold liraun, appel pour un travail, se prsente sur ievoir leventdt mthode et \ vec T /: ( l'P,<- d 'utilitarisme T t \ e ^''i ph b,enl CM| CE SOIR C'est ITout Poi l-an P ince MAI IN menacer si srieusement chez nom l< rgne du Hii la Bagatelle il s, mbl n'e hl, 1 Ption-Ville vous pa r E d' mo monts. Le 1 l >re prestidigitateur Jaira Bo 11 ci litutionnalit de la Loi : Celle obligation o sont lous les pouvoirs actifs de recourir lui pour I aclion lgitime des Chambres. niera par des tours vi aiment obtenir un moyen coercilit, le D'aprs elle, pas de droit d'-1 merveilleux. Orchi lanconstitue Juge ncessaire de leurs journemcnl,pas de droit de dis-jcing, dners uns, e excs et en consquence gardien solulion.pas de restriction son de leurs limites. initiative en matire de loi pas %  "Reconnatre au Pouvoir Lde suppression des immunits gndaufle caractre de Juge d'anpailementaires.pas de tutelle du vel de la conslilutionnail des !" nnaH de Cassation. •*-Notw pecluese des droits publics et privs ; elle ne supprime pas les queslions.rlle les rsoud. Pour lui contester son droit absolu djuger del conslilulionnalit des lois, on prsente l'objection : Elle peut se iroaiperj qui le dira ? Mais la raison, je lion sens. El douze citoyens assembls pour examiner une question dlicate entre toutes, dpouills des passions ordinaires qui agitent les autres hommes, sont moins sujets a l'erreur qu'une Assemble politique, alors surtout que des arguments de valeur sont prsents par des avocats minents. Et ce sont, nous semble-t-il, ces considrations qui oui: dcid le lgislateur de 1918 a conlier au Tribunal de Cassation la haute prrogative de l'art 99. La Constitution oblige aussi bien le lgislateur que le magistrat. Et quand celui-l prend une loi qui hoisse les principes poss dans le pacte social, ii laul qu'un aulre pouvoir intervienne et dise : arrele. toi. En d'autres termes, le Pouvoir doit anler le Pouvoir. On objecte encore ceci .Le Corps Lgislatif prescrit : d'aprs larl.99, l'arrt sur linconsilutionnalit acquiert une porte gnrale et irrvocable, il a les caractres mmes, la nature de la Loi. Celle objection, prsente par quelques crivains, esl loin d'elle concluante. Sons doute, le U islaleur dict des rgles gnrales. Mais au moment ou il oide, il ne voil pas les incidences des lois qu'il propose. LK lumire ne peut apparatre que lorsque la loi esl applique P lois serait introduire, a ct des grandes causes d'instabilit politique, une nouvelle, une plus dangereuse cause de dsordre soi iui. On en arriverai! vile ne professer aucun respect pour ajoutons : pas de socit politique! Celle doctrine serait, en effet, la ngation de l'ordre el de la libert. Elle esl subversive du progrs social. Elle conduit au dplacement de la tyrannie 'es ropos humides peul devenir dangereux. Il faut se garder soigneusement en matire politique de l'excs de logique el viter le ftichisme des abstractions'.Les dangers de la sparation absolue ? Chacun en convient. Et il faut, en matire constitutionnelle, l'union des Pouvoirs combine avec l'indpendance. Si les pouvoirs et les autorits ne sont pas unis dans leur action sociale, el indpendants dans leur existence propre, si l'isolement esl complet, on arrive l'immobilit OU des conflits sans issue. En dernire analyse, le droit djuger les lois n'a donn aucune omnipotence l'auloril judiciaire. Au contraire. Ainsi, le Pouvoir Lgislatil fera des'ois, mais il n'aura pas le droit de froisser les principes constitutionnels qui dominent les Lgislateurs et les ciloyens. La Constitution doil limiter le pouvoir des Chambres en matire lgislative, comme autrefois on avait limit ceux \ du Prince. En inscrivant l'art. 99 dans le pacte, le Constituant d* 1918 avait el vue de limiter le droit des Chanibres.Conlie celte prtention, elles s'insurgent a leur tourel voudraient, aujourd'hui, limiter l'action du Pouvon Judiciaire. Nous avons conserve au tribunal dt Cassation, continue le rapport, le droit qu'il exerce en vertu de la Constitution de iyi8 niais nous avons limit ce droit f le subordonnant s la ralifkalion du Corps LgislaOr, ie Pouvoir Lgislatil luimme peut se livrer a iJS excs. Les pouvoirs lanl gaux,necon la Loi, afors surtout que le Pouflu srail tout entire dans I voir Lgislatif pourrait se proAssembles polihqu h gislateur: Legisiaui pourrait se noncer sur la conslilutionnalil des Lois, sur la proposition soil de l'une des deux Chambres ou du Pouvoir Excutif, soil sur la ptition d'un ou de plusieurs citoyens, .\\\ nous savons bien qu'une Les lgislateurs onstiluauts voudront-ils mditer sur les incidences des innovations consignes dans le rapport de la Commission le Rvision ? II. TERLONGE, avocat. I^IO—B—W I La Maison RE1NBOLD de Saint-Marc Madame Martha Hausner, fi n • le l'a> iateur ami ic lin du m eoni (lniit l' \' 1 Ii roui M si m le ic ml celte (lclaralion : V. iiinis 1 nrenl pei d u |>oii jr Buvais qu'il n'lail pas lains allrihiicnl nu mj pareil tal d'me Le 1 moderne Infli de freudisme. I ils \ voieDrl une marque pai < ! %  uns le m pi ( G .1 dis loi esq i> 1 uue chose cxlrmcmeul sim pliquer, vrai dire, c'csl e mode inlellerluelle. A la vi il, Mrs I lans11 r anlendail dire, un pi u m %  e iniii 1 ivi : Mon m 11 avec lui du IU1I M SAH I Ml. I A CIII-.T D'OR,il pouvil lenh de temps pour qu'on vint ion secours. ill righ 1 Du beau travail soi* *n •• cl un bordereau toujours ontciencieuxl ... voit q ie F. fli ard, lechr >la VieSpo ive, des p ilini1 i an s qui emp >! o-iu-nl I dm s, hre du sport hai. Il se relir • donc soi s sa 'ente en atten 1 int les jours netlleui s, el le r aux sai•es > t I 'As Ira lilions. A\ ec las 1 > de lous, NOTRE tlvit. lui adresse ici un confraternel 1 alle ueui reg ird ie ce n'est qu'une gourde qu'il II dra dbourser 1 1 bat 1 re de Sei* ir entendre l'ep* tr ilnante Jane \A rneuil el on ruerveilleux partenaire Halph ii. i ira joyeux mos et chsnsonnetu B. Ds ei nii r 1 ouplet, le jazz. Scott iser les couples. A ce soir donc. ... .1 vi Candio cueillir, l'au 1 e son-, un beau succs, avec si dei nui' cration: "Chaque eouconille claire pour g h . 1.1 voix a 11 Ii le mme timbre chaud el la mme souplesse ii nse, Couiplinl. A la suite de la publiadeux honorables maisons de lion que nous avons faile la place qui rendent au Conaune Itltre de U* Laventure, 1 traire d'iratnenses services a nous recelons la communica. j a population el dont la dishun\ suivante qui ut conforme] pal iii on ser ai1 une calastroen toussotais ,nous devons a h(i S| Marc< ta vrit de le dclarer, — aux ieiitimenti exprims par beau coup d amis de St. Marc ien droit de ta Maison Reinkotdde Saint Marc et de kr Georges Reinbotd qui la dirige : SL-Mnrc, le 14 juin 1932. EXCEPTIONNELLE l'n ap.ipivil de radio, l'i lai de 1 euf perft ( l i onne el puissant, vendre | our cause de dpart. Rabais inlressanl. S'adresse*!' au journal. Monsieur Clment Magloire, bonsrenseigi Directeur du Journal t> Le Malin Lu disant que la Maison Reinbold Co. est rej rsente par des Syriens dans les, bourgs environnants, c'est avancer un lail absolument 1 laux el M' Laventure peul s'en *~*m^—^~——~~*~~** rendre compte en prenan^de|| n omrae (|lli ,| l l i ; | a %f 0 ison Reinbold Co. de celte ville, M. Georgi s ll< inbold cjui a d si 111 plein "iil ''ii. %  en Porl-au Prince. Mon cher Magloire, Dans le numro du 11 juin de votre intressant journal, vous ave/ public une lettre de M* Laventure, dans laquelle il dpeint d'une manire .saisissante la vraie siluation dans le Dpartement de l'Artibo nile, qui esl au lond celle de tout le pays. M Laventure a mis ie d dans la plaie el le lable U 11 il l'ail de la son Reinbold avait cru venir en aide Ces pi ] ululions en essayanl de leur vendre la marchandise au meilleur prix possible, en cra ni dis succursales un peu parloul ; mais elle a d en fermer lisant l'article de %  >' La> enlure; il ne se d< fendi a mme pas... La ville de SI.-Mue qui le considre comme un lilsad quelques-unes, entre autres, ^f et qu j | 1 U Ba j| gr de loul celles de la Petite-Rivire oui ,,. bien qu'il m -le luire. taient diriges, ci mine les ( JM autres, par des pies de ffl ^jq avec peine ce que dil Laventure qui aurait d milles hatiens, ces maisons p| u t| chercher i coi ne faisant pas leurs frais. ['homme, avanl de porter, lainais les deux maisons | a M a ison de comn rci [u'il dirige, un jugen 1 1 1 contre lequel loule la population en question n oui eu a emprisonner des clients, malnorm< s qui ... voit que les meilli mes int ml ( ns ri ncoutn ut pal 'ois le eto de l'opinion. C'est ifcn que notre excellent ami Hux : p pus partie l oicon, PocSei vue payant de lailoire tabli l'i-ole de [di cine. Hippocrate dit oui, 1 tais I ialien un non. ... a \ u, au luiieau (!e la rdaction, deux iuli rminxbles '. 1 vards, de 008 mis d'ailleurs, i< al de litres. Je suis I ne, dclan premptei*> ni l'on d'euxl Moi au si, i q osta l'autre, h Corn On dut Ii re.. au mo* i i. 1:1 ( ils I se |. ter l* s i la lle. O question dta i on .. voil que le Gouvernement i.'evi i ndi • • des ('ispoailions i mire le fllinm luukanourt... %  n, ne dired pati oh s avertis, i loi i <• qui relie ni encore I s An rici ina ( liez i ont. The in Ihe uorld, n'est-ce pas, • &f ... voit qi e chfS J(dm Wo§t; 7 on s' sei II nient au ( iiiniio oh ment, qu'il s'agisse lioi ographi s ou de disques, huil d§ R' zoline ou dartl( es desport, l'assez constater vous-mme. ; ni dues i m foi notoire de cei lains d teui Vous connai i i cher Magloir •. proie! Teuilli S, I .ISSIII illeurs sentira M, voit que l'on peut lorl bien p urs courir apis deux les la lois et les ullrper ux. L'H I mee el ainemtnt, 5 .oii deux la l-ao-Prtaca t i %  qi'et ', < n mieux la douceur de vi\


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07031
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, June 18, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07031

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Majloire
DIRECTEUR *
1558. RUE AMERICAINE ,1358
TELEPHONE N2242
U oulfraocr iJKtie iliviie
BcMue Vnis luidiHta Mil ce
qu'il > n ch lion en nuu. (oui et
qui iiouiM- du prix a !a xic ui>ui
lui tir.oH la |Mlic, uoiis lui errons
le eautte, MM lui de*uni loulii
k's^erius.
iuaio.o ntvv t;
2G me ANNElvN 7b9S
"ji\i-au pr.nce ( Ain

SAMK!)1 1S Jl'IN 1912
KM
Le Rapport de la Corn mi -WEST INDIKS GARAGE
sion de Rvision
lue Ijrannie individuelle se Ktfcfsc
aisiiifol.CoiiIre une tyrannie collec-
ter, les opprims sont sans force.
fier-tau U IMX.
De toutes les innovations con- [dent l'autre temps, c'est--dire
Btcres dans le rapport de U
Commission, aucune n'a t
m lins discule que celle rela-
tive l'inconstilulionnalit des
lois. Droit d'ajournement, de
dissolution, prolongation de
mandat, on en a parl l'envi.
Rien de la constitulioiinalil des
lois.Et c'est peut-tre l'innova-
tion la plus dangereuse* poul-
ies liberts publiques.
Les Tnbnnaux, remarque le j
rapport, ne refuseront d'appli-
quer une loi dclare inconsti-
tutionnelle par le Tribunal de
Cassation que lorsque les As-
lembles Lgislatives, par dli-
brations spares et concor-
dantes, en auront reconnu et
proclam l'inconslilulionnalil.
avani la confirmation de l'opi-
nion du Tribunal, la valeur de
l'arrt? La partie qui voit arr-
ter son action pir une excep-
tion d'inconslilulionnalil vou-
dia-t-elle s'y soumettre tant que
les Assembles Lgislatives n'au-
ront pas dit le dernier mol ?
Sur ce point, l'innovation pro-
pose serait de nature arrter
le cours des procs.
Mais la dcision, rpondra-I-
on, vaudra pour l'espce sou-
mise. Seulement, les Tribunaux
infrieurs ne refuseront d'ap-
pliquer la loi que lorsque les
Assembles Lgislatives en au
ront reconnu et proclam l'in-
constilulionnalil.Lcs deux opi-
nions, objectons-nous, peuvent
Sous la direction de
M. Arnold BHAUN
Tti'phoiic :
6 Rsidtncc: 2462.
i
WMMalWbM i *<***
ilya
Vingt cinq ans
L Matin, iSJmn I
; DIVORCES ET REMARIAGES^
"La\ Chambre a mis.m.*l'tu-i
de une proposition^Je loi ten-
dant permettre aux t\
divorcs (Caccomplir entre <
Une seconde union.
Le dput Camille Lon tau
leur (I, la i i! a de loi
ici altusionne, \ous ttl un
prcieux ami, voue mme vu
distingu confrre qui est p
matre n toutes tes ci gances
cl qui professe tou
f quelleries. Alarme s huU
m
... voit que les tlphones iui
i tu lus 2iol 11 lt>2 ont Ira
o os du i fc eau. C'est le
aoae correspondant qu'on
Lrouvi ces deux adie>se*- :
\ionsieur Arnold Braun, connu
,i a\ u lu i use me ni la direc-
ion du Garage de la West In-
Bg t'orup--i y, Uuana
Monsieur Arnold liraun, appel
pour un travail, se prsente sur
ievoir leventdt mthode et \ vec T /:(l'P,<-
*d'utilitarisme Tt\e^''i ph b,enl CM|
CE SOIR
C'est I- Tout Poi l-an P ince
Mai in menacer si srieusement
chez nom l< rgne du Hii
la Bagatelle il s, mbl
n'e nos luis des sortes tic Ion
'.dormantes, portant, emmaya*
i sins dans cars flancs a
se titill tentiels considrables de /
nenles applicables tous, le ju-
ge applique la ioi sur les esp-
ces soumises son examen.
Sans doute, le Pouvoir Lgis-
latif est la source des autres
Pouvoirs.Mais il a aussi besoin
d'un rgulateur oui empche les
deux excs de lomnipoence :
la Convention et le Csarisrrie.
Ce rgulateur impartial ne peut
se trouver que dans l'autorit
judiciaire.Le Pouvoir Lgislatif,
grce au systme reprsenta Ut,
jouit d'une omnipotence de l'ail
qu'il ne faut pas songer sup-
primer mais qui peut tre mo-
dre. De celte modration, la
dualit des Chambres esl pu
premier moyen. Un aulre doit
tre tir du pouvoir d'influence
donn a l'auloril judiciaire sur
les Chambres.
I e Justice est essentiellement que dans ses bonnes consequen-
talme elle pse froidement les ces et lui faire subir des excep-
rnisons et s'interdit toute rso- lions, des restricllions, ds qu'il
lulion passionne ; elle est res-
Inunaine qui s'obsline souvent
persister dans l'erreur ? D'ail-
leurs, les Assembles Lgislati-
ves ne sont pas seulement com-
poses d'hommes prpars
l'lude et aux complexits des
lois.
On le voit, celle limitation
pose par le rapport soulve
bien des questions Peut-tre
mme que nous n'avons pas
tout dit...
Le rapport conclut : Viola-
lion du principe de la spara-
lion des pouvoirs, mconnais-
sance trange el ngation m-
me de la Reprsentation natio-
nale'
La violation du principe de
la sparation des pouvoirs est
loin d'tre un argument dcisif.
Il ne faut respecter un principe
Le |az Scott y sera ou grai d complet. Iti l'ou
jusqu' l'aube...
lous parait seule capable d'exer-1 certaine cole dclare que le
er ce droit d'examiner la cous- Pouvoir Lgislatif ne doil tre
.i..i:_......1:1.1 i_ 1.. 1 .. i'.h. I .. ....1 ........_............ 11 1....1
Allez ce soir
Terrace-Garden
nie par personne. Il laul.
pense-t-elle.dtruire 1rs entra ei
/ R >hl, 1 Ption-Ville
vous pa r e d' mo
monts. Le 1 l >re prestidigi-
tateur Jaira Bo
11
ci
litutionnalit de la Loi : Celle
obligation o sont lous les pou-
voirs actifs de recourir lui pour I aclion lgitime des Chambres. niera par des tours vi aiment
obtenir un moyen coercilit, le D'aprs elle, pas de droit d'-1 merveilleux. Orchi lan-
constitue Juge ncessaire de leurs journemcnl,pas de droit de dis-jcing, dners uns, e
excs et en consquence gardien solulion.pas de restriction son _
de leurs limites. initiative en matire de loi pas
"Reconnatre au Pouvoir L- de suppression des immunits
gndaufle caractre de Juge d'an- pailementaires.pas de tutelle du
vel de la conslilutionnail des -nnaH de Cassation. *-Notw
pecluese des droits publics et
privs ; elle ne supprime pas
les queslions.rlle les rsoud.
Pour lui contester son droit
absolu djuger del conslilu-
lionnalit des lois, on prsente
l'objection : Elle peut se iroai-
perj qui le dira ? Mais la raison,
je lion sens. El douze citoyens
assembls pour examiner une
question dlicate entre
toutes, dpouills des passions
ordinaires qui agitent les autres
hommes, sont moins sujets a
l'erreur qu'une Assemble poli-
tique, alors surtout que des ar-
guments de valeur sont prsen-
ts par des avocats minents.
Et ce sont, nous semble-t-il,
ces considrations qui oui: d-
cid le lgislateur de 1918 a
conlier au Tribunal de Cassa-
tion la haute prrogative de
l'art 99. La Constitution oblige
aussi bien le lgislateur que le
magistrat. Et quand celui-l
prend une loi qui hoisse les
principes poss dans le pacte
social, ii laul qu'un aulre pou-
voir intervienne et dise : arrele-
. toi. En d'autres termes, le Pou-
voir doit anler le Pouvoir.
On objecte encore ceci .Le
Corps Lgislatif prescrit : d'a-
prs larl.99, l'arrt sur lincons-
ilutionnalit acquiert une por-
te gnrale et irrvocable, il a
les caractres mmes, la nature
de la Loi.
Celle objection, prsente par
quelques crivains, esl loin d'e-
lle concluante. Sons doute, le
U islaleur dict des rgles g-
nrales. Mais au moment ou il
oide, il ne voil pas les inci-
dences des lois qu'il propose.
Lk lumire ne peut apparatre
que lorsque la loi esl applique
P
lois serait introduire, a ct des
grandes causes d'instabilit poli-
tique, une nouvelle, une plus
dangereuse cause de dsordre
soi iui. On en arriverai! vile
ne professer aucun respect pour
ajoutons : pas de socit poli-
tique! Celle doctrine serait, en
effet, la ngation de l'ordre el
de la libert. Elle esl subversive
du progrs social. Elle conduit
au dplacement de la tyrannie
'es
ropos
humides
peul devenir dangereux. Il
faut se garder soigneusement en
matire politique de l'excs de
logique el viter le ftichisme
des abstractions'.Les dangers de
la sparation absolue ? Chacun
en convient. Et il faut, en ma-
tire constitutionnelle, l'union
des Pouvoirs combine avec
l'indpendance. Si les pouvoirs
et les autorits ne sont pas unis
dans leur action sociale, el in-
dpendants dans leur existence
propre, si l'isolement esl com-
plet, on arrive l'immobilit
OU des conflits sans issue.
En dernire analyse, le droit
djuger les lois n'a donn au-
cune omnipotence l'auloril
judiciaire. Au contraire.
Ainsi, le Pouvoir Lgislatil
fera des'ois, mais il n'aura pas
le droit de froisser les princi-
pes constitutionnels qui domi-
nent les Lgislateurs et les ci-
loyens. La Constitution doil li-
miter le pouvoir des Chambres
en matire lgislative, comme
autrefois on avait limit ceux \
du Prince.
En inscrivant l'art. 99 dans le
pacte, le Constituant d* 1918
avait el vue de limiter le droit
des Chanibres.Conlie celte pr-
tention, elles s'insurgent a leur
tourel voudraient, aujourd'hui,
limiter l'action du Pouvon Ju-
diciaire.
Nous avons conserve au tri-
bunal dt Cassation, continue le
rapport, le droit qu'il exerce en
vertu de la Constitution de
iyi8 niais nous avons limit
ce droit f le subordonnant s
la ralifkalion du Corps Lgisla-
Or, ie Pouvoir Lgislatil lui-
mme peut se livrer a iJS excs.
Les pouvoirs lanl gaux,necon
la Loi, afors surtout que le Pou- flu srail tout entire dans I
voir Lgislatif pourrait se pro- Assembles polihqu
h gislateur:
Legisiaui pourrait se
noncer sur la conslilutionnalil
des Lois, sur la proposition soil
de l'une des deux Chambres ou
du Pouvoir Excutif, soil sur la
ptition d'un ou de plusieurs
citoyens,
.\\\ nous savons bien qu'une
Les lgislateurs onstiluauts
voudront-ils mditer sur les in-
cidences des innovations consi-
gnes dans le rapport de la Com-
mission le Rvision ?
II. TERLONGE,
avocat.
I^IOBW ..... I
La Maison RE1NBOLD
de Saint-Marc
Madame Martha Hausner, fi n
le l'a> iateur ami ic lin du m
eoni (lniit l' \'1' Ii
roui m si m le ic ml
celte (lclaralion : V.
iiinis 1 nrenl peidu |>oii,
jr Buvais qu'il n'lail pas
lains allrihiicnl nu mj
pareil tal d'me Le 1
moderne Infli de freudisme. I
ils \ voieDrl une marque pai
< ! uns le m pi ( g
.1 dis loi esq i> 1
uue chose cxlrmcmeul sim
pliquer, vrai dire, c'csl e mode
inlellerluelle. A la vi il, Mrs I lans-
11 r anlendail dire, un pi u m
e iniii 1 ivi : Mon m 11
avec lui du IU1I M SAH I Ml. I A
CIII-.T D'OR,il pouvil lenh de
temps pour qu'on vint ion secours.
ill righ1 Du beau travail soi*
*n cl un bordereau toujours
ontciencieuxl
... voit q ie F. fli ard, lechr >-
la VieSpo
ive, des p ilini-
1 i an s qui emp >! o-i-
u-nl I dm s, hre du sport hai-
. Il se relir donc soi s sa
'ente en atten 1 int les jours
netlleui s, el le r aux sai-
es > t I 'As Ira lilions. A\-ec
las 1 > de lous, Notre tlvit.
lui adresse ici un confraternel
1 alle ueui reg ird
ie ce n'est qu'une
gourde qu'il II dra dbourser
11 bat 1 re de Sei*
ir entendre l'ep*
tr ilnante Jane \A rneuil el on
ruerveilleux partenaire Halph
' ii. i ira joyeux mo-
s et chsnsonnetu B. Ds
ei nii r 1 ouplet, le jazz. Scott
iser les cou-
ples. A ce soir donc.
... .1 vi Candio cueillir, l'au
1 e son-, un beau succs, avec
si dei nui' cration: "Chaque
eouconille claire pour g h .
1.1 voix a 11 Ii le mme tim-
bre chaud el la mme sou-
plesse ii nse, Couipli-
nl.
A la suite de la publia- deux honorables maisons de
lion que nous avons faile la place qui rendent au Con-
aune Itltre de U* Laventure, 1 traire d'iratnenses services a
nous recelons la communica-. ja population el dont la dis-
hun\ suivante qui ut conforme] paliiion serai1 une calastro-
en toussotais,- nous devons a h(i S| Marc<
ta vrit de le dclarer, aux
ieiitimenti exprims par beau
coup d amis de St. Marc ien
droit de ta Maison Reinkotdde
Saint Marc et de kr Georges
Reinbotd qui la dirige :
SL-Mnrc, le 14 juin 1932.
EXCEPTIONNELLE
l'n ap.ipivil de radio, l'i
lai de 1 euf perft(lionne el
puissant, vendre | our cause
de dpart. Rabais inlressanl.
S'adresse*!' au journal.
Monsieur Clment Magloire, bonsrenseigi
Directeur du Journal
t> Le Malin
Lu disant que la Maison
Reinbold Co. est rej rsente
par des Syriens dans les,
bourgs environnants, c'est
avancer un lail absolument 1
laux el M' Laventure peul s'en *~*m^^~~~*~~**
rendre compte en prenan^de||nomrae (|lli ,|lli;, |a %f0ison
Reinbold Co. de celte ville,
M. Georgi s ll< inbold cjui a
d si 111 plein "iil ''ii. ' en
Porl-au Prince.
Mon cher Magloire,
Dans le numro du 11 juin
de votre intressant journal,
vous ave/ public une lettre
de M* Laventure, dans laquelle
il dpeint d'une manire .sai-
sissante la vraie siluation dans
le Dpartement de l'Artibo
nile, qui esl au lond celle de
tout le pays.
M Laventure a mis ie d
dans la plaie el le lable U
11 il l'ail de la
son Reinbold avait cru ve-
nir en aide Ces pi ] ululions
en essayanl de leur vendre
la marchandise au meilleur
prix possible, en cra ni dis
succursales un peu parloul ;
mais elle a d en fermer
lisant l'article de .>' La> en-
lure; il ne se d< fendi a mme
pas...
La ville de SI.-Mue qui le
considre comme un lilsad
quelques-unes, entre autres, ^f et quj |1U Baj| gr de loul
celles de la Petite-Rivire oui ,,. bien qu'il m -le luire.
taient diriges, ci mine les ( JM
autres, par des pies de ffl ^j-
q
avec peine ce que dil
Laventure qui aurait d
milles hatiens, ces maisons p|ut| chercher i coi
ne faisant pas leurs frais. ['homme, avanl de porter,
lainais les deux maisons |a Maison de comn rci [u'il
dirige, un jugen 1 1 1 contre
lequel loule la population
en question n oui eu a em-
prisonner des clients, mal-
norm< s qui
... voit que les meilli mes in-
t ml ( ns ri ncoutn ut pal 'ois le
eto de l'opinion. C'est ifcn
que notre excellent ami Hux
:, p pus partie
' l oicon, Poc-
Sei vue payant de la-
iloire tabli l'i-ole de
[di cine. Hippocrate dit oui,
1 tais I ialien un non.
... a \ u, au luiieau (!e la r-
daction, deux iuli rminxbles
'. 1 vards, de 008 mis d'ailleurs,
i< al de litres. Je suis
I ne, dclan premptei*>
ni l'on d'euxl
- Moi au si, i q osta l'autre,
h Corn
On dut Ii re.. au mo*
i i. 1:1 ( ils I se |. ter l*
s i la lle. O question dta
i on
*

.. voil que le Gouvernement
i.'evi i ndi des ('ispoailions
i mire le fllinm luukanourt...
n, ne dired pati oh s avertis,
. i loi i < qui relie ni encore
I s An rici ina ( liez i ont. The
in Ihe uorld, n'est-ce pas,

- ?
... voit qi e chfS J(dm Wot-
; 7 on s' sei II nient au
( iiiniio oh ment, qu'il s'agisse
lioi ographi s ou de disques,
, huil d R' zoline ou dartl-
( es desport, l'assez constater
vous-mme.
; ni dues i m
foi notoire de cei lains d
teui
Vous connai i i
cher Magloir .
proie!
Teuilli
S, I .ISSIII
illeurs sentira
M,
voit que l'on peut lorl bien
p urs courir apis deux
les la lois et les ullrper
ux. L'H I mee el
ainemtnt,
5.oii
. deux la
l-ao-Prtaca
ti qi'et ', < n
mieux la douceur de
vi\


- is iflii
,.-.. -. >
a Cure, au
^iufeStai ^-i
VOILA
VOTRE
SAUVlUR Q
: mal m
Mauvais sang, Humeur, Eczma. Artrio-Sclrose
Varices, Rhumatismes, Maladies des Femmes
Z. OUROMAL de Laboratoires du Rhne, a lm -:.'. m , a i que la nat ire. ; Jult de in il** tir pour gurir l** mal I.o plus pu lavant
4#auiatif purificateur et tgti a.eur du aang. Par ton action antiKe|M e et laxatita,
. :tann. LE CUKOMAL et un di u | te i Jusant, il dlaai i l'acide irjo i ipulae Us
Cin-Varits
Une Troupe trangre
s'. rnve evant tuer apis e tourne riuui, e en Amn
que latine el en Europe et dbutera a Cm -Vjne -, demain soir,
; un spectacle sa on . .
Des numros sensationnels uni [usqu'i i nom jamais t
offerts en Hati,seront pr't-nts'au uublic Pori-iu-Princieu.
1 N MATINEE
L'INDOMPTE
atec Joan Grawlord
Muola les reins et la >e>le. Il gurit nm, lea Maladies de U r Bang,
"'rites. Ulcre, les RhuuiMi-me, Maux '
t'.une,
il <1r rein, : urahago, Douleurs articulaires!
'ta Maladies -le lu Femme jgn ori.ique .HemurraKies, Douleurs du ventre, Fibrome
Je ikM et ,-..-, * c :! ,ii c I oml. n mu i.tmreui' ,ir ma im.it. itinn foui mu
i'' * i Vtrttf* e. : n'",- i. -i r f reine i .ut a d <\\><\r\t, la l'ioit .ut j ,,f .<>t le
mmmlfttmrnl it :y .M. Mon mari allant de ri.umalumu vu de mieux en miciu denun tu 1/ 1 "M
'MAI M"'J PRintlN ll.'-n
Jfc Mkaf-I tsmprenanl lUcm t:UROML "- ooite <1i Marne gratuit* et brochure nplicatw...
ITfB Km fc * phai >cim. Pttpar* par 1< Uvitrur (illul i,, pharmacltn, Lalwra'.blr. C*o
l; ,. Dolat. LTOVUklLLINS (Franc).
-. P*rt tm-frtm.. i'bjumgcla BWCO.
Gin-Taldij
DEMAIN SOIR
i HEURES : MATINEE
La SuHane de l'Amour
Entre ? 0,10; R">oa : l,u.
A t HEURES
Le Beau Drame :
UNE TROUPE D'ARTISTES
A PORT-AJ-PRidCE

Bulletin du Service d'Hygine
Le sel comestible en Hati
Pjr Msieurs M. M. Armand et M. S h * proleseur
f> 1 Ecole de Md cine, anciens Internes ds Hpitaux
de Pari.
- o
La quantit de sel (chlorure suspect.
IASTHMEowuwStl
Boulagement immdiat t gurlson aar M
Globules Rbsud I
Rsultats merrelileux,surprenants mime I
Cota Pharmacie* Demander " m
* B. DALICHOUX, 17, RufVnjar Maf Jl
| BoU-Colombe (tttm
Jours d Angoisse
avec Gabriel Galrio el Maria Jocsb mi.
N.B. On ci mraencern par un Eclair Journal notion
( rdni'P'Mr)
E 2.3 4 gri"fa
el pa-| pf.
1
Demain dimam he.une lroup>-
l'a r listes, de passage Porl-au-
!'rince,dbutera Om-Varits.
Il re nous a pas t donn de
savoir exactement la coin position
de celte troupe, mais nous
sommes en mesure d'alfirmer
qu'elle revient d'une tourne
Iriomj haie dans touie l'Amer i- ment et publiera bientt le n-o
que latine. Cette compagnie a gramme de sa soire de dbut.
tenu l'alfiche dans des th ra
parisiens et ne manquera nu*
de confirmer la bonne ren >rn
me qu'elle s'est acquise. La
toupe est attendue incessam-
de sodium, sel alimentaire co-
mestible ),eata d*8pri les phy>
iologiate*, d llJ 20 gr. au
moins p3r ration individuelle
et par jour.
(".e taux ne ? e trouve pas dans
lea atlmenlfl Ingra dont la Ic-
neur en sel est relativement
jjeu leve comme le prouve le
tablent) M'ivoui :
Quantit de chlorure de so-
dium par 1,< OU gr. d'ali m .
KATZ ;
VjajQde de hoeul
A. l'oitson d'eau douce
(brochet)
Toissin de mer
(aigtfln)
C'iouz-neurs
\. Illlllt s
) ommes de terre
W t.
1 s>*n
U'apis ce tableau
0,8 .9W
0,k<)
7,60
1,00
1,4(1
0,80
0,o7
5 a 6 gr.
on voil
tjU' les aliments ne contiennent
| as asst z de sel pour constituer
i ne ra'ion quotidienne om-
|il*e.
L'indigne h a i I i e n qui se
iiournl tle salaisons ( harengs-
Ptlira ). lgumes ( xu vitamine
haricots rouges i. de Irmta ( ba-
Le seul aigu ment que l'on
puisse voquer en Faveur du
g o, gel esl si tort-* teneur en
sel magnftieo, m particulier de
t'hlorui e (te m ignsium. .-e pro
li bs( m I) lb t a mme mis une
horie sur le dveloppement
actuel du cancer par carence
de ces chlorures dans lea vg
taui, dans le pain, dans le sel
R el i;ill n,
Celte diminution du taux ma
a n eut d pour les vgt-iux serait
,1 :e la latigue des terres pai
leur culture intensive sans nou
vel apport d'engrais magn-
siens.
POUR LE PAIN.- Le pain
blanc tut avec le bl decorliqu
ne contient psi de sels magn-
siens.
POUR LE SEL COMESTI-
BLE Li purification ou le
allineiiit'iit du sel brut en di-
ninuerait la teneur magn-
sienne.
Ce soni ces .', facteurs de ca~
rence
.erail imputable le nombre plus
considrable de cancers obser-
vs actuellement.
Cette thorie qui a lait l'objet
de plusieurs communications
E DU PALAIS
Eno contre la constipation
N'exprimentez pas avec votre sant
ENO'S "Fruit Sait" a trs bien prouv
sa valeur comme le plus sur, le plus
efficace moyen de soulager et y/^
prvenir la constipation. /7a
Refusez les substituts.
Exigez toujours
*99e EN0- ,^fc
Programme du Concert do
minical du 10 jnin 1932 au
kiosque Occide Jeanly, sous
la direction des Maestros O.
Jeauty et Luc Jean Baptiste,
7 lires 'M du soir.
1 Un Chur de nos
Hros, marche d'O. Jeanty,
i Tanhaiiser,o|.ra de R.
Wagner.
;> Jeanne d'Arc, ouver-
ture de O. Verdi.
i Air vari pour clari
nette, solo de Painpare, ex-
cut par le lieutenant Luc
Jean-Baptiste.
fi Roucoulez, mes chers
tourtereaux, valse par Occide
Jeauty.
6 Mes souvenirs, lox-
trot de Edgird Leslie.
7 Sans ou sang, mrin-
.3 fac.eurs de ca- gue ddie au Prsident Vi.i-
:8.ux!!!et!7 ,arrtLs^t>el_b.e.*: cent, par Verdiner. arrange
par le lieutenant Luc Jean-
Baptiste.
l.aues, figues-bananis, patates l'Acadmie de Mdecine de
tlouces ) doit avoir un compl
ment de tel en nature ponrat<
Irndre les 1S 20 gr. nces-
aaires.
Y a t-il un inconvnient
remplacer le sel brut d aspect
nie, se prenant en bloc l'hu-
midit, par le sel proprement
prpar, purifi Jet ne subis8 1>*m les variations hygromtri
Mues ?
Au point de vue de i'hyg ne
blimenlaire, la question n'est
I oiut diacutable. La pays m met
volontiers du sel non lav sur
un aliment cru ou bouilli t i
insuffisamment sal. Toutes les
manipulations subies ( mains
taies , mesures >, b irqnes )
eulfiraient n le faire tenir pour
Paris, ( Delbet, Delbet et Robi
net. Murulaz, Hulletin de l'Aca-
lmie de Med. de Pans, 1029-
30. ) a eu une app .cation pra-
tique spcialise dans le com-
m ce >ous le nom de DEL-
HI \SE.
Elle ne lient nullemen' compte
du diagnostic prcoce du cancer
et le dpistage de la maladie
due une meilleure ducation
du mdecin et du malade. Le
cancer n'est pas plus frquent
mais il esl rapidement reconnu
t trait plus prcocement par
les moyens souvent ellicaces.
I) ailleurs, le sel punli, vendu
n Haiti, a, d'pra les analyses
laitea par l'an d'entre nous, les ij0n
caractres suivants
: Hoover est
dsign
ANALYSE Dl SEL BLANC
Et prim n magnsium
Sels de Magnsium,chlo-
rure et sullate il |52o/o
Hm 112 O
Chlorure de sodium
Indoss
Sa teneur en chlorure de ma
gusium esl relativement leve
eu comparaison dt s sels dits pu
fifis d'origine trangre qui
contiennent seulement le 0gr35
* 0g tt o o (Delbet).
Exprim en
Chlorures.
0,60 o o
La teneur du sel brut (gros
tel,) est de lgr70 e o.
I,!i I 0 0
97,0 i i >
0,80 >
La richesse de la terre ha-
tienne en magnsium comme
rouie terre peu cultiv- sup-
ple largement cette b'gre
C8I < 8 magnsienne. Quant aux
avantages 3 un sel proprement
prpare, ils sont trop vidents
pour qu'il soit ncessaire d'y in-
itier.
La Convention rpublicaine,
runie Chicago, a dsigu
M. Herbert Hoover comme
candidat du parti rpublicain
la Prsidence des Etats-
Unis. Elie a ensuite dsign
M Curlius pour la vice-pr-
sidence.
D'autre part, la plateforme
du parti parle d'Hati d'o les
c marines* seront retirs Ceci
indiqueqnet la question ha-
tienne est dans les preoccupa-
du parti rpublicain,
que M. Hoover, s'il est rlu
continuera de reprsenter
la Maison Biauche.
De ce point de vue,l'lec-
tion prsidentielle amricai-
ne nous iutresse un trs
haut degr.Cette circonstance
nous commande une attitude
nationale digue et prudente.
LES PELERIN 1GES A NOTRE-
DAME DO PERPETUEL-SECOURS
-
Les plerin iges des col-s
t confrries a la chapelle d
Saint Franois.au Bel-Air, o
commenc depuis lundi.
Hier m "in, c elaieut li
lves de i'Ec de Monseign m
Gtiilltuix qui allaient honorai
la Verge du Perptuel S'
cours, et, hier aprs-midi, le
Collfle-Lonver tire, les Insti-
tuts Maral Chenet et Harry
Tippenhauer.
Ce malin, ds (J heures et
demie,tes collgiens du P-tit -
Sminaire, eu uniforme, g-a-
vissaient la petite colline qui
voisine le ciel. Aprs demain
lundi.ee sera le tour des cou-
ireriesdes VIres C' helien le ,
des Soa ira Tertiaires, du Ro-
saire, et de 11 Garde d'H lo-
ueur du Sacr Coeur.

rv
FRUIT
LA FE DE NOTRE-IJArtE DU
PERPETUEL-SECOURS
Demain,19 juin, est la fle
de Notre-Dame du Perptuai
Secours.
A la Chapelle de St-Franois,
au liel'Air, il y aura, comme
chaq"e anne, de belles cre
montes religieuses L'au'et d-
la Trs Sainte Vierge sera
dcor* et illumin. A 6 lires
et 6 heures, messes basses
A 7 heures 30, grand'messe.
Dans l'aprs-midi,vpres, pro-
cession; a 5 heures, Saint et
Bndiction du Trs-Saint
Sacrement.
Ce soir, et durant toute la
journe de dimanche, le qur
lier du Bel-Air sera en liesse.
Et nombreux seront les fi-
el, les qui iront, demain, ds
les premires lueurs du jour,
implorer la Vierge du Se-
cours.
ort-an Prince 17 Juin 11)32
A Mr Arthur Bsmihsmme
LEn jVil e.
Cher Monsieur,
J'ai lu sans, surprise, votre
lettre parue dans le Nouvel-
liste du 16 Juin courant o
vo is m'avez pris partie.
Pourquoi? Les membres de
la Violeiie ne cherche roui
gure a eu deviner la cause,
ues attaques inutiles, incons-
tantes, n'ont jamais pu bran-
ler ma couxictiou ni iroubler
ma sreiiue.
D'ordii.aire calme, i'eiiCais-
se.par amour de la Violette*,
tous les coups qu'a desse
l'on me porte.
Que voult z-vous, cher Mon
sieur, quaud j'ai rapporte que
le e< terrain de voiley bal!
tu:i tapisse de gazosi; telle
uole |i viian tout le monde a
aller b.eu \o;r ce que.moi-
rame j'uvjis peut-tie mai
vu.
Cette note publique ne
pouvait tre le coup dt lun
gus dont les autres eu lou
ordin urement usage pour s
hisser, eux et leurs a uis, -ti,
pontificat i sportif
Cette note, qui a attir vos
foudres, ne pouvait naturelle-
ment avoir la prtention de
vous plaire; encore moins a
Cdieu, le gardien du Parc
Leconte qui reut, dans la
suite, l'ordre d\ xlirper le ga-
zon compromet tau:.
Pour finir che Mo sieur,
je vi.i.s appi en ls qm la 'Vie
S oitive i p r, dans l.e
Malin d'aujourd'hui est une
re| on e inu ipee lou es
vos attaques.
F Hrard.
E INTRESSANTE AFFAIRE
AU TRiBURAL CRI.INEL
DE JERIIE
C'est le sept Juin en ours
qu'a t entendue au Tribu-
nal Cri mine; de Jrmie l'af-
faire des nomms Mme Mo-
rion Ren, Alexandre Del y,
Tulus Brumaire, ef quatre
complices prve s te rbel-
lion el de tentative d'assas-
sinat sur la n sonne de Mr
Franklin Brierre. Inspecteur
du B-ireau des Contributions,
t ns l'exercice de ses looe
lien'.
Le Tribunal tait p sid
par le Doyen B mcy.
Le sige du Ministre Pu-
blic tait tenu par M* Robert
Lataque, Commissaire du
G uvernement.
Le Jury, prsid i ar Mon-
sieur Auguste S1.-Juste, tait
ompos de citoyens clairs
e conscients de leur devoir,
^ Au banc de la Dfense:
VI' L. H. Jeime, i o ir Mada-
ne Motion Ren, Tulus Bru-
maire et l'un des complices,
VP Arthur Degraf, po irdeus
mires, et M* Louis Charles
pour Alexan Ire Dfay
Pour la partie civile, Mai-
ECHOS
o
Allez passer une bniini
moire dimanche a Hartiana,
u l'on dt nue le beau tlruuit :
JOURS D .NGOISSE
C'est te film le plus passion-
Lant de la saison.
J lie peul tre, saus autori-
, sation pralable,rendu public
ir es fouctiounaire ?
Les assises criminelles
i'i uvi iiont a Port-au-Prince,
iu Palais de Justice, le 11
iuillel prochain.
La Confrence de Lau-
anne, pour le rglement des
M. le Prsident de la Rpu-
blique s'est rendu Damien,
La guerre civile a clat
en Abyssinie. L'ex-eiup reur
Jeassu esl la tte du mou-
vement pour renverser le
rgime actuel. Il est petit-fils
de Mnlik.
La rvolution tait rage
au Honduras o les forces
gouvernementales oit t
battues. L" gouvernem i t ca
che les progrs de la rvolu-
tion.
Au Panama, les Indiens
de San Blas se sont rvolts.
Ils incendient les villes sur
leur passage.
La dite prussii nne a
vot une motion coin uniste
pour le retrait du Ht ich de
la Socit des Nations.
Toutes les Polices ^
DE LA S
d
conseil y B trouv trois gour-
s le des so Xante el qtiiuz ceuli-
ublicain, mes.
^comprennent la Protection contre la *
3. Foudre sans auamentation de tauxj
I
m
s, esl prside par
Ava liei .-; rs-midi, d Ram sa y Mac Donald, pre-
mier ministre d'Angleterre.( -La caisse"de 1US.S.H.
Mr Andr Tardleu a for- n'est pas riche. Le nouveau
fcat-ce que des hum ksi,- mt, la Chambre Iranaise,
tlicales voul suivit mu vi i un non i t-
site?
Ou se demande si ui I ,, compte une trentaine pport adress par un loue | le>uts inscrits prcedem-1 entre les sportsmen qui sont1
onnairc a son cl au grou, c J- s republi-j actuellement lei grands trou- J ^ -----------w^
{l4ia cLique~voiieunu.imssfca.us de gauche. | bleurs de la Rpublique. BiffilTiilflijfcM ifa#a^liyiLtllwl.
g fug.Le Boss$>
Aqents Gnraux
9t

SKM
IJIJJIJL


ir m
!: 6
Rhum Ibrbuieoun '
UN BARBNCOWRT
eel : liae Cear.
o
RICHARD PETRRS, Prop.
CHAMP OE MARS, N01217
La seule boulangerie Europenne en Hati
Spcialits de pains, pour sandwich
Pains ltes et pains moules. Pain noir*
Pains complets, etc.
Ptisserie fine, pts, Vol-auvent, Tourtes
Soins et promptitude.
Tlphone : 2069.
La Maison n'a pas de suc-
cursale.
EN MMOIRE OE
I. PAUL DOUtiER
Demain dimeocbe.aura lieu.
Cio Varioles, une matine
s leooelle organise, par le
comit hatien de l'Alliance
Fr-ncaise, en mmoire de M.
|}"ii Don mer, ancien prV-

dent de la Rpublique fian-
aise, ancien prsident de
l'Allianc. F i .*,, cd le
7 mai dernier.
La crmonie commencera
dix heures prcises a. m.
V^^'PASTIL! .ES" ~
MIRATON 1
.! oaiur.it ,. CHATtL GUYWV '
__ ^., -cixi.y. -.. r et u,
L
a
iai
i
REMEMBER!
proch
Criminelle
( n
1res Auguste Oooyon.du Bar-J pelait, comme un chef
leau de Port-au-Prince, Fer-1 il plaida pour ce chet la lgi-
nand Brierre et W. Sao>aricq lime dtense. On admira les
L'audience, ouverte onze belles tirades de M* Douyon
heures du matin, dura toute sur la carence du devoir, le
la nuit jusqu'au lendemain drame de Marchaterre, et le
huit heures du matin. Les d- j crime de la Castache qui tait
Jats particuliers turent ti es j reproch aux accuss. Il d-
intressants par les rparties j fendit la loi sur l'alcool, toutes
FoItTame
RGNRE L'ORGANI^mf
FEBRIFUGE, APKHITIF,
DIGESTIF, li I .CONSTITUANT.
Dans toutes les Pharmacies
APortauI'nnce. Pharuuae BUCH
(ju'ch an grent e n t r ej'eux
" Douyon, Jrme etrAFer-
rand Brierre. La tche des
i utres avocats lajt plutt la-
file. M' Louis Charles prsen-
ta son client, l'honorrble
iccuse Delay*. comme il l'a p. applaudi. Le Ministre Public
les lois auxquelles nous som-
mes tenus d'obir. Il a t
plusieurs lois applaudi. M* L.
H. Jrme ne lui a pas*l
intrieur, et mrita par son
loquence d'tre galement
ciargea m?' yablement les
accuss et r outra, en des
phrases bi n faites, le tab'eau
de la scne tragique o le
malheureux inspecteur a t
crucifi vivant.
Aprs ('eux heures de dli-
brations, le Jury rendait son
verdict. Un seul des accuss,
celui qui m t dfcnmi par
M1 Louis Charles, fut dclar
coupable et condamn trois
ans de rclusion et Mille
Gourdes de dommages inl-
rt*. Les six autres ont t
acquitts.
Qu'on n'oublie pas qrje
c'est re noir 18 juin qi g ne
donrre Varits I offerte
par le.* Infirn svec le
concours gm i d*on grou-
pe d'artiste*.
[ dtre trs ressant: Daniel
|Thart et Daniel Heur i la i
Itaaronl dri 1er I. s Jus n
f roses. Il v i ra surtout
| ni'mo sens iii .si le
chesur prpar me
Vieux- Cic sca eu les v.
mles d< s ji uni s ^ i.s s,'
erool anx voix l armo
nieuses des jeun les.
Le lever du i se fera
8 heures prcises cl h l le
pr< d Ira fin ii p< ur
|i: rmettre snx fervi ni
danse d i Mer Sea Si le Lui
<"i chez Kahl 11
soire.
Rendez-vous Varits
ce soir.
Voi
dsigns |
jurs de la
nelle fi .< .
chai n. 10
r1
Abrah m
fierAi d.m,
Luc Adam Louis t ,1 s FJ, .
ci imi
i
1 bi ries Es ve. Ed.
ve,Jnstin i'.ih r r | ,,ujs
Ethart, Dr Luc Ethear, Jn-
ne, r lie Elie.
En mani 11 lv: vil, Edeard
1 D el Foi cliard.Char-
ie
'. Fi i roil
'' ' i ; "I Cri if es,
. Marcel f ou-
I'1' ra Se, Max Gregc7, Frdric
fnH i Roger An Itt.
Marcel A i \,
mand.A steArcber.C
Ard
M rahim Ba ha, En ile
: Doc
R
Bel
Goldman.
,<;l c Heb ibol, Cm l.'e
1 la ; li'reaux. Dr
liur Ilvppo-
I s Hyp| olite, I iony
Elyson.
P. fs iklin, Arthur Isidore.
ri md Jean Jacques,
'''".'y. Eugne Jeanty
"nier, Millorl JcJ
Sapl *
eur.EucneLe.
." ras
Panama Railroad Steamship Line
Aqenfs aux orincinaux oorts d'Europe.
Service de jrl et de passagers en lie
t Europe el t Amrique.
NUT
IT IF
Tris agrable
MPLACE
l'Huile ie foie
do *AORUe
le p" HNT
etleplusAGR-
le RECONSTITUANTS
pour GUrx;tlR
ANEMIC-FAI3LESSE
INDISPENSABLE eu U6volc.)pomont
dos ENFANTS
ux personnes FAIBLES et CONVALESCENTS
Sa l mtt ,i Port nu-Prince : Ph W. BUCH

court, Loin Borde I
. |
Urij cel B
mis liriil
e.Justiu Caulhie
1
gnol.Hube m
Di J
Coupi !
L foi tant.Lon Loj ie,
Larose, Canaille I poo,
BtAnfony i i spes.
Letellier, tlhert
paulaud.Lon Lohni% Victor
1 int.
ierlh iv Maie te, Kaac
' '"'. L uis Mac, I,and,
Martineaw, Edouard
laltbicu, Mu, Matthieu, Cla-
^ w Eloi al Heo,
Alexandre Mose I on Mose.
Mose, Louii Montas,
Lh l'le Morean.
(:il iillan Nao.BI luriceNao.
',(> r, unie \azon, Dcsir Jfc-
rel
( "' Dalenconr,Dr Fi lor Panavotv D. B
: : KMaKe^PerDianan
PeraeaDDe Charle. Rico? JoSSolK
Alphonse Roy, Louis An-
G. W. Sheloon & Co, Ltd.
17, James Street,"
LlYERPOGL, ENGLAN- "
Mort A Company*
Atlantic Freighting Corp. Div.
155 Boulevard de Suasbuurg,
Havre, France
Mory & Company,
Atlantic Freighting Corp. Div
7l Quai des Chinions,
Bordeaux, Fiance
Uernu deron & Stockwell,
lioile Postal 78'
Angleterre
0. W.Sheldon &3Ltd.
Fen>on Honte,
112/113 Fcnchurch Mreet,
Londou E. C. 3, Englond.
Trance
Mohy & ('ompany.
Atlantic vreighting Corp.Div.
3, Rue St Vincent de Paul.
Paris, France.
Mohy & Company
Allanlic Ftighting Corp. Div.
7 Hue de la HpnMique,
Marseille, France.
Gellatly Hankby & Ce,
21, Rue de la Rpublique
Marseille, Fraace.
havre, France.
Allemagne
Atlantic Freighting Corp. Atlantic Freighting Corp.
Mallinhaus, Hamburg 1, Ger.nany. Bieitenweg 55. liremen, Ger.
Hollande
Atlai.lic Ficiphting Corp.
Koningin Emma plein ?
Rotterdam. Hollaucf.
Dollane,
Sude
Sven Jansson et Company.
JBar National
v^olez-vous tre servi
souhait ? allez au
^ bar national,
Place Gellrard, en "lace de
Mattis.
?.L'tablissement se recom-
mande par ses co-.ktails re*
nommes. I n restaurant mi
Ion trouve toujours li s nets
savamment prpars est an
nexe au ii\n National que
(linge Mme Roceuh.
De
rv De i i Fe
l'"'1 oncourt, Maurice i'
' ino -,
Joseph Dsir.Rem Desl
Alphonse Desrogleau, J
Baptiste Dorismond, G
Dosesca, Camille Doue i
i Doug Adri ? D
eph Diiiori. Louis !
Constantin Dumerv, i
Duplessis, I on D
dDuviella.LysDuvi
i ment Dyer.
Victor dlin, (lob'ile
Lie, Auguste Elie, Carnot
ll('. Marcel Elie, Matti
Roy,
| '"' Maurice Elie. ( lu les j Marcel 6
tmile, Dr Loa Emile, \ [ta!.
" Roy, Courtillan
Hilili vi rt Reuiz.
Moni-Rosier Salomon, De*
n osthnesSam,Aristhom#nne
Sarason, Do.cteur Pftion
Savain, Edmond Sci.ie, Ale-
sandre Sncal, Franck S-i
lages,Antony Si Cyr.Alphnsi
St Cloud.Lon Si Lger.Loois
Sl I Stacco, iimo-
jne 1 he/an, Victor Thomas.
Ljarv Thomas, LudoYic
roulm. Maurice Tronillot.
i Dr c. Valentin, Georges
Viard, Andr Vieux, Cler.
> nx Emmauuel Vieux,
Villlard,Lonce Vi-
Atlantic Freighting Corp.
Anlwerp Division.
C/O Steinmanu & Company
i'. 0. Bo. OW, Botte dam
A vendre
''ne machine e Un-
[derwood No 5, en parlait
j et un j ris leellcmen! Insi-
' gnigaut,
FAIbL:.
OBILlTit
A/B W. Larka,
Atlantic Freighting.Corp. Div.
eppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson et hoimstrom
Atlantic Freighting Corp.fcDiv.
Skeppsbron 3,
Golhenburg, Sweden.
Bernhard Bergh & Co
AHanlic Freighting Corp.. Diy.
Halsingborg. Sweden.
Expagne
au
il
Bureau du Jour nul
Suprieur Im vlnnio fcru i
il HOPM
DESCHIENS
Amo loLia*
( e riul B.uCry, I Ahiii ,: l'btfaMOlM.
Atlantic Freighting
Corp. Div.
Norrkoepiug, Sweden
Simon Edstron \;B
Atlantic Freighting
Corp, Div.
Malmo, Sweden.
LE FiTEST INCONTESTABLE!
Belgique
2tlautic;FreightingCorp.
c/o Steiumann et Go
yuai Jordaens,
Antwerp, Belgiuro.
Danemark
E. A. Bendix et Companj
Copcnhagen, Denma'k.
Italie
A. Ceresa et Company
Via Banchi 3,
Ganca, ltalf.
Agencia Maritime Deljeda,
Pacelona Spair.
Norvge
Laurilz A. Devold A. G.
Atlantic Freighting f arp.f'iv.
Aalesund, Norway.
I
L
s
(lie

Gesl ia quintessence des meilleui
varits de cannes d'un vaste territoire
rmiissMi! les meilleu lerroii*s
C'est ce qui fait son ariue.
GOUTEZ Fr'^ COr
i


Samedi
18 Juin 1U32
Le Malin
.4PA3E8
26 tuf ANNEE N' 7W9
fert-au-friLee
Tlphone : 24*
l
S-S c
-, LIGNE COLOMBIENNE )
Tlphone: N' 2323
I e vipeur y >gota , V ry.
102, venait directement de
New-York, sera i i le21 i I.
r ntinuera le mme joui .>our
lo-Clombia,i>aili{;en:i Ctis
fbal, Canal Zone, Kingston
\ New-York.
Lemanifeste de Ci nivire
re i par avion posta est
la disposition des clients dans
no* bureaux sis angle me du
Quai et des Fronts Ports (vil
u vis de la Douane. )
Le vapeur , Mai ti ii jue )
ASSUREZ-VOUS
0
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
( ..'M
10
.;i GENEPAL est nue des plus parvntes et d;s ! n vatfei .>r de ce genre. Le soleil ne se couche jamiis sur su champ dactioi qii e nirasse la
monde .
sos Polices contre incendie couvrent aussi les dglts o:3iiounes par la lousre
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, milveillimce, dommages
caus autrui dons s? personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hau.
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les voya-
Voy.93, punira de New-York
le 22 5 courant, directement
pour Port-au-Prince.
*
Le^vapeur'iii diva r a Voy. gurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents.
),~arlira de New -York'le d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle u'taut que de 1/2 /. SOll2) dollars U G
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
les porls
24 courant,pour tous
hatiens.
William E. HLEO,
Agent.
SOUSAGKNTS
II ROYAL MAIL STEAM
PACKET COMPANY Sauvez
Agent Gnral oour Haiti.
Hort-au-Prince. I 3. GILG
JEAN RLANCHETJrme
N'OUBLIEZ PAS OE FAIRE UN PETIT UUR A
TERRACE-GARDLN
Chez W. KAHL
Petionville
pieds d'altitude L'tabliisem il le plus fraislei #v
1
virant de Port tr -Prince.
Seulement 1k minutes d' ito sur une excellente reuli
asphalte. Vues merveilleuse de la ville et lu port.
Boissons de toutes espces.
DINERS
i
Vrrangements particuliers pour les pensions de jour as
seaname ou de moi*.
AVIS AU COMMERCE
La Panama^Uiilroai S'en mship Line a l'avantage d'as
Rueer les dparts suivants de New Yoik pour port au prince
Le steamer ( Gaboon
venant de Londres via Kings
ion et les Ports du Sud sua
a
1 Europe.
Tli Royal Hail Si* un
Packel Co.
vos livres
Port-au Prince le24courant t"nfl?
renant Irt et passager, pour J.jJncieoX|
\ ti vos livres et con J
lecti'iie ea mauvais tat cl
t a.i relieur cons-
bonute et habile
Etienne C\aiLLt,l\ue Boune
Foi .
Voulez-vous
Russir dans vos ludes uo
taire russirvosenhnt?,grac<
hic mthode d'enseigne-
ment classique excellente? 1
VOULEZ VOUS
Une protetaioo aprs fl t \
mois d'tudes srieuses (St. !
no-Dactylo,Langues vivante
Comptabilit)
Songer, que l'Institut TU'- i
rBNHAUER se recommande !
et s'impose voire attention (
par les brillants rsultat! d-
j obtenus.
iSTHue Lamarre.
Tlphone 2891.
LA LAIRIE BA1LEY
Livraison propre, hygine
que, en bouteilles Uermti:
jiiement cachetes, l'abr1
le toute falsification.
Transport tait en rfrigra-
leurs roues.
1313 riil'i\ue. Port-au-
Prince.
Fleurs! ^Fleurs!
ALIX ROY
30 annes de
succs.
faiti, directement abaque mardi. Tousjes
nnurvus de chambre triporilaue
Drnnrls de hew \ork. Arrivages Po
S/S "Ancon4' le 7 juin
$te#ftier "Guayaqnil* le 14 jui'i'H'3?
l'tmmtr "Cristobd' le 21 juin W2
Steamer "Buenavenlura" le 'JH j 1 in
Veamt "Ancon" le 6 [uil'et 1932 li
Steamer "Guayaquil* le 12 juillet
Panama Railroid 5'eamphip Une
JasFI.C.VAVRRED
agent Gnral
ster.mers soat
t aii-rrinte.
le 12 juin 1932
20 j'iin \m
le 26 min 1982
le 4 juillet lf*fl
r. 11 Juillet 1032
le 18 juillet 1932
l Lykes Brothers SS C lnc
en trouvera chec Me'le Ti
lin? Augustin, Bas l'eu de
clua--. des leurs couronues,
eorbeiiles de Heurs naturelles
etc. bon march.
Texas. Haiti Santo uouitngo- Porto-Rioo
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
fret entre les porls du Golle du Texas directement avec
Port-au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de Je LYKE
LINE
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont
CE OUI N"A JAMAIS T FAIT
CE 001 NE PEO TRE DPASS
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar.dans des con litious rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Veute
PsunvACiiF. SEJOURNE
Angle d s rues houx et du Centre.

Laboratoire SJOURN
DlRECTURS
F. Sjourn, Pharmacien
R. Sjourn, Pharmacien de rUniversit*de Paris
M. Sjourn, Pharmacien le l'universit de Paristatciea
interne des Hpitaux de Paris
Analyses des Urines, du su/ gastrique, du s;ing ( Was-
erasann, Ure, Constante d' tnbard, Glycmie).
Dcscracln's. Des matires lcales.
Lleamer Genevive Lykes
Steamer c Ituth Lyl#ps
Steamer Margaret Lykes
Steamer Almeria Lykes
bureau: Rue du Magasin de l'E'ai.
10 juin 1991
17 juin 132
24 iuin 1U82
1er juillet 19S2
Boite resta le B
; Loterie Nationale d'Hati
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
mm* -.*
.
L'avez-vc > 11 s dj got ?
Eh bien, demandez dans
feus les cafs, bars el res-
taurants de la Rpublique
le nouveau produit de la\
Brasserie Nationale: le
PORTER NATIONAL
Agrable Fortifiant
Bon March.
BP^SSf RIE NATIONALE 8. A
Port-au-Prince, (Hati y
416 Rue Bonne>.Foi, Phone : 3358
La Loterie Nationaled'Haltl est
une institution hautement humanitaire par la nmllipW
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de %[
tre offerte eux hommil de toute* conditions de forlul
Employs, fonctionnaire, Ouvriers, Artisans, Salariai
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans pari
leur budget moyennant drux goud s, peuvent gagner trefc
mille gourdes Patrons de Commerce.Chets d'Indusiie,paris
aux iusulfisances d s ventes, par l'achat d'uubilht. quitoni
libre du souci des chances-
Mdecins Avocats, Ingnieurs, Smlems, Dputs, GraDSS
Dignitaires de 1 Etat,Reprsentants de Notellectualit, Jaur
nalistes
Donna* l'exfttfkle aie voire se'idaril sociaie.
Rentiers, eapitalistee, ranime en j-iuant, sugmenlet volN
aveir.
Vous tous qui bakvtflo' Haiti, rendet-lui service m ci
snt le billet del LOTIR (B NATIONALE D'HATI.
aUeidioii
A le plaisir d':i"nonror i si nombreuse Clientle que la
vente de ses CHA' EAUX se lait, depuis le 4 [envier, ao
1 KJ 2027. GRAND'RUF
; eti (:ce de son ancien local.
Les Clients y trouveront le mme accueil.
I BON MARCHE. CLRIT, GOURT01SIE
Martinet, Marcelin & O
PROGRS NOUVEAU
RHLM NObVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
.ALCOOL OtFIANT TOUTE CONdiOCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON
iw \mk m m n *m r tm mm^>
* .-F..-
...>-*-


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM