<%BANNER%>







PAGE 1

WL MVl'iN lii Juin 1912 aBBajajBN Question CoiiBututioririelle --0-En rponse a la le'tre de Mon ieur Trouiiiot parue dans LE MAI is d' vanthier, nous lenons laire %  euiarcfucr que c'es l'Ar rt d'ajournement du 6 juin 1926 qui parle de proroga* lioi dans le dlai constitutionnd d H inois.elr. et do me par ainsi proroger le se ; que le mot prend quel | lois I d'ailleurs de .Juindurer au del du teeme a abord fix t. Si nous retenons ce'td i ceptiou.en quoi donc nui ; trompons-nous quand a >•> cri vous que h proroge n i peut jouer aussi bien la diligence des Cha mures que de IKx. de Droit Gbustitotion i ' Le Prsident de la Repuj b!i nie p e u t ajourner les Chambres pour un -noise! au plus deux lois dans la mme %i s*i MI qui doit durer uu •i< cinq n "••> s tus compter In priode, d ajournement. Rappellerons noys i rouilloi l'opinion ^e L on Duguy les elets de l'ajournement. Il faut '. l' ifesseur — q le les Ch m lires soient libres de se ranir et de dlibrer quand et co.iime elles le veulent. Il'rsullc de l (jue les conPropos humides Dana quel paya sa balgnt-t-on le nias? C'esl assez difficile ;'i tablir. Mais la statiatiqa* qui lit tout nous le (lira un de Cl jours. Il semble en tout cas que les anciens nous battaient sui ce point-14. On a reimr que qua i iea Gresa ot lus Romains se baignaient souvent,mais depuis la chrtient, qui encourage la mortification ci conjure la beaut, l'uaaga du bain certainement a biUCOUp baiss il. MIS cerlaiua paya Je ne sai-. si oel* est vrai pour chez nous, si on s*y baigne plus ou moins qu'ailleura. Ce qui est certain, c'est que, a l'accoutume, tout le suite aprs le bain, s'indique un petit verre de RHUM SARTHE CACHET D'OU, noire dlicieuse liqueur locale. Cin-latdy a se m Le roman d'un gamin d< Paris cutit? Ce n'est pal u m*, c'est gs que les dumlres s'accor-; PMU la Constitution qui et ihlit en ent sont compris dans cette U uUiViUL btlltit.U son art. 50 ( ^ulint i ) qoe dure de cinq mois de ses N CUL Vf] M La Session est de trois mois Sl • qu'au contra re los l,L .a. i &k I . I ., Mlll II lit iHl'Ilk llllU ItiMll m* i*. .. • a • f et peut tre prol >nge |usqu' quatre, par le l'ouooil Excutif ou le Corps '.< : l i tif... Si Monsieur Io i il lot ne nous t dt pis un %  q i Telle de mot, j • crois qu'il est I Ijrc d'tre d'accord avec nous, quant a l'initiative de la prolongation con dilution nelle d'un mois. Pour ce qui est de l'exception souleve par notre savant contra liclc ir, i siv i r : qu'il ne voit | irai E eut jouer la dili les hambres auan I elles s il ajournes I initiative de la prolongation ... nom nous :tj') u in ment:! que peut prononcer le l'. salent de la Rl> ibli |Ue, el qui peuvent tre de deux moi ne doivent pas tre compris i i .s cette dure de cinq mo Il est remarquer que notre texte i oos i utiounel l'aj i nu m nt i s 1 pareil : BU tes e Ira ais : a ou rue j ment d un mois, .pas | lus de deux aj mr emeota an cours de ia mme session. La ^cule diffrence est que I session dure cinq mois en Frant e el trois mois chez <> s, re texte ts i i blement insp r ous ;IM7 voire choix, il u\ a |ias de limite daus la AiveraJt que >ous pouvez i H! nul n ire dans voire menu le chaque jour. Es. sav'Z le Froiuaije K'all avee le riz ou le macaroni ... -la n s les plats dlici eu se m cul leiilants qui ni'cessilenl du fromage... ou pur. Aclii'lez-le de votre picier favori. ( TITI t r ) (Su If) ET L'Aiglonne (Suite) Entie • OW; Balcon : DEMAIN SOI La belle comdie 1 ,IHJ. Totteetsa Chance Ou L'art de sduire un beau pre rcaleilrail .> aver Andr Hoinne eCarmen Boni Kntie : 1 00 ; Balcon : 2,00. DIMVNCHE Une grande superproduction sonore et chanlan e en Iraij Au Temps des Valses fvec 'e clbre ac'eui ilenri Bacdin el la dliate ai liste Claire Rommer. contenterons de rpter, en pouvousl me prter. Orjoaa l' i pinio i si •'' >r i t > > ir dire i|ue l'a%  %  .a • nous appuyant suides I) ) is auteur i,que Cajou nement n'a j lillat, c'est obligatoireinea |ue les Ciambres repren irj il le us (rivaux .. moins <\ l'il n %  plaise de nouve IQ rblxcultl d'exercer so-i droil c istil i lioaael, de les ajo ir ter uu deixiem-3 el demie e lois... Da is ce dernier c is.l :s Ch mibres ne pourront se ru ni que le G Aot pour l \ coatinuttion des travaux de la sessio '.. L'ajournement, eu d'autres ternes n'a lait que s ispeo Ire pjur un mois les u i:x des Chambres, et eu Qier 1 1 cou Ululation partir d i I juillet. l'ou e autre iuterpi tatmn de l'art. 5 0,en ce (jui c i i erne rajournement, doit tre rejetai comme abusive el tende icicuse. A St. Girons, dans son Ma|ourne uenl n' t < s compris dans li lur la se^sio i et est pu m eusil Au reste, s' I u n (levai i> itre ai i >i, i 1 8ei ni trop fa* cite ht, p*i u i hes. en les ajourua il i I nt pe idaot la session, q i quivaudrait ie> p u ..iy i t-ii leur imposant deu i mois de n otravail sur li ois. L< s Ch imbies u'auraient donc fonctionne i|uu pendaul un mois, alors que la Constitution leur tait l'oblig % %  i n de su ger au minim in p mdaui iro % mois. De^ quel I e m s U pose i int-elles p mr examiner les questions soum s s a leurs kdlibratioasi ei s'acquitter pour DISTILLER & HECTIF1EH | Les CAUX-OC-VIC, RKJMj, ALCOOLS. StO DEROY FILS AINE 75, rut au i:*tij FRATiQUE da Dlstillateiir -"SU! !" MANUEL du f Moiai ILLUSTR adrmti frnr Gin-V la Licjue d'Education KRAFT CHEESE IViLLlV S US COhlOftATIOJl h "slril 1 'l"nr INul-au-PriDce, Hati. Nationale SU de leur l n i • • n tulle de discuter 11 de voler le b i gel ? La controvc.se u i xiste pas. R G, ECHOS o— — Le journal (La Prensai, de Bucnos-Ayres, qui est l'un des grands orgmics de l'Amrique du sud, a consacr tout un numro Hati .Tons les Hatiens remercient cordialement le giand confrre argentin pour sou geste d'ami ti envers notre pays vaut le conseil de l'ordre pour s'expliquer. — Le reprsentant du Ser vice d'Hygine Jacmel a dclar qu'aucune exigence n'tait laite aux tiavailleurs relevant de ce service touebant les souscriptions pour la restauration des monuments lus oriques, — Par ai i t du secrtaire d'Etat de i inti ieur, en date du 9 juin, les Domins Maxi-aLe Nouvel que M. Usmes liste annonce Clment I uin. chet du service des Traits el des Accords au Dpartement d'Etat, sera probablement le successeur de M.Dana Mm la tie de la l galion d< s Etats-Unis Port ;ui-i rince, — Un plan simple el pratiqua de roigaDJ atioo du service national de la production agricole esta l'tude au Dpartement de lAg'icul turc. Ce D'est pas trop tt. — Au tribunal civil du Cepridtien, les Muges jertorius et Cyriaqoc Bclotle dont les /uandats sontarrivs echac e ont i recoinm isionni s YAK le l'/sideut de la Rpublique. — On signale la p senec • I nue bande de unl;in II u l'endroit appel l.i Saline, |.is du Cap*nalti( D. Ils d |/ouillent les paysans qu reviennent de ques gendarmes par la siraient utiles. — Un incident est ( • u tribunal civil du I Uaitun entre Vies dU Auguste et Descartes Albert qui ont t pries pai 'c La |annter ue se prsenter dmo Lati ntainc et Elvira Pichardo, de nationalit dominicaine, ont t expulss du tei i itoii e l u. Pa %  Gor ; d inM'assassin prsidi nt i> umer, scia 7 jntlli i | rocl 0 tiini I) partemeol MiniaU i tel 11, comme il (allait :-'y attendre, la qutkiton ayant dvi du terrain scientifique) pour aboutir aux uu apersonnalits, la sance a le i leve. est regrettable que ces lrbeuseja circonstances aient empch de faire la lumire sur la question. Mais, elles ont donn raison au Dr Pressoir qui n'envisgpait cependant qne la rperei sion du rapport l'Eiranppr et qui tail peut-tre lo ; n de s'imag'ner que T'flet en serait lonl :tussi dsastreux dans noire milieu. Sans vouloir critiquer la lorme des exemen" organiss pr MM. Dartigi e et liautaud qai ont voulu en avoir tout seuls la responsabilit, retenons seule* ment que m 335 instituteurs rurau*. 275 "'ont pas pu avoir l'inlel'igence d'un lexle plac I sous leurs yeux pendant 21 minutes. Cela ne veut pas dire Q l! i 's ne savent pas lire Cela rendre compte de la comptence ne veut mme pas dire qu'ils ne des insliluteurs ruraux en lonej comorennent pus le tranais. tion au moment o ils prenaient I Car qui peut se vanter de poula direction de 1 renseignement | voir comprendre n'importe quel Ityral. < texte franais ? Il y a donc lieu de distinguer. Or, dans l'espce, il s'agit d'un texte extrait de la Grammaire Larive et Fleury, nullement approprie l'usage auquel les m 1 mbres de la Ligue d'Education Nationale ont t convoqus samedi apis-midi pour entendre une communication de M Maurice Darlgne concernant la nouvelle •rganisation donne l'Enseignement Itoial qui a pass depuis octobre dernier au Service d • la P.-oduciion Agricole et de I lai seigneme&l Rural, sous le ennli'e ilu Dpartement de I Agricnltur M Dartigue a donn lecture de (jurbpn s • ;i-s gi s du rapport adress, en Janvier dernier, au Secrtaire d Etat de l'A gncullure sur les rsultats des examens organiss par MM. D -r''giie et l.uutaud pour se CE SOIR L'INDOMPTE avec Joan C'f wlorrl Entre gnrale : 1,(0. "Pourquoi ne Pouvons nous pas Economiser? 91 Ce i apport qui mrite d'lre rendu publ c a produit une certaine sensation. M. le Doc eur Calls Pressoir, le prend r, a voulu avoir des | (JEUX PERSONNALITES AKERICAINES H POHT-AU PRINCE — O l.afontant, dont nous avons aujourd'hui annon: et la \ isite au M \rix, t Mr A.John l'.'U >cal du barreau newyor M. i d> r, intHUB \JUI i particuliremenl au la ville. Queld> pmenl du tourisme en Hati. Nous i royons a> oir dj rem onlr Mrs i der en Haili •e nouvelle I i.ipi in el dont nous ne i e. Nous leui souhaitons on le destinait, de l'avis de tous les ducateurs prsents. Ki tout ca?, il y a des considrations importantes qui se dgigen" d • la communication de Mr Du ligne la Ligue. Les examens onl-ils t faits sous le conlrle des Inspecteurs |1^ ! %  %  %  COMBIEN de foi. vou tmnm po* mm ButUes apr. !T* ^. en comp,e que vo dpen,c • %  %  * tout *• "•"•—Quantit d autre personne, dont le revenu n'ast IH auprawr au vtre, achtent de. rt.cle. qui ont hor. da voa. porte. Serait-ce parce que vou. dpen*e* au haard? Une Brochure .ur le Budjet de Famille, pubhe par la Buiqv Royaia, YOU. aidara prvoir vo. dpen.e. et conomie. aiMAKBBB-H WX KIM^LAI.I La Banque Royal* du Canada suas de TSmeignement Rural ? service. Le Dpartement de l'AgricuN ; Le Dpartement de l'AgricuItn ea-t il apj rouv (e rappoil ?! ture a-t-il envisag toutes le Les instituteurs rve qus la su le de ces examens pourrontils obtenir la pension, mme s'ils n'ont pas encore 25 ans de services rvolus ? Csr, il serait cruel de jeter sur le pav des instituteurs ayant un certain nombre d'aanes de Toutes les Polices DE LA f a-t-il consquences de la rlome? Tout s ces questions mritent d'lre poses. En tout tat de cause, il % lieu de llirlipr M. Dartigue d'a voir pens faire celte intressante communication ta Ligue. UN ASSISTANT. %  &3^*fHtai II [comprennent la Protection contre la Foudre sans auamentation de taux| Fuff.LeBoss&Co ^'^flBfflASaU HIBViiiiiiM, Aqents Gnraux iSM*



PAGE 1

LE MATIN J J:ii, IHi IfiliuiD liarkmcouri %  ^i^aasa Dont ftSl^M 7 Me %  "* *-*•*• UN BARBANCOURT •cpt : Hue Csar, A SAINT-LOUIS DE GONZAGUE Les Frres de l'Institution Saint Louis de Gonzague teroil chanter une messe solennelle, dans leur chapelle, mardi, 21 juin, 7 h. 30, l'occasion de la F e du Pas Iroii de l'Etablissement Les Amis et Anciens Elves de l'Institution sout cordialement invits cette errao oie. BELLE POUfilUt MUSIQUE DU P, ,,, Bar National Voulez-vous tre servi souhait ? allez au BAR NATIONAL, l'Iace Gellrard, en lace de Mattit. L'tablissement se recommande par ses cocktails ie* nomm*. Un restaurant i l'OJ trouve toujours des mets savamment prpas est annex au BAR NATIO N AL que dirige Mme ROCOUI.T. •n tfauv mois pm ta PILULES ORIENTALES !< %  • seule, qui dveloppent, raffrnimvnt. rrconv'tuent le* Htnt.aaber.il ta milieu nusruMS ,1, s i'pi>ulr9 et donnent au nosta un gracieux cmbonp.ilnt. %  lenfaiaantea pour la %  a.ntt Approavm par la ctUbrtlrt raidirait J. IATIE. rV. 45. n, *• TIM^, r-.l S AP.rtW-W.irVIUCH* S1U 2 et toutes bonnes paarmaci;. Nous extrayons detl a (iardet des Cayes : A L'ATTENTION DE LA JUSTICE Grime sur crime atarrhe du Nez ou de la Gorge Mettre Vicks dans le ne* ou le faire fondre dans l'eau chaudeetl'inhaler. VjCKS Pour Tout Refroidissement Il nous est revenu deux crimes inou* commis dans une stc'ion du quartier E PASSAGE tarie Hollcii dtmt ... formerala prsente lepublic V ptrtir daujourd'hui le tarif de passage en mDcs Hier prs-midi ont eu lieu li aihdrale les obsques de Guillaume Duchtellier. Celui! un trs syo pathi que c t lis cordial camarade, et, au .surplus, un grand travailleur. Teux qui rapprochaient de prs regretteront vivement sa disparuti JII p.e mainti. N 'is adressons nos Rinc* resco* dola es sa familleUNE GRANDESUPERPRODUCIION, ^ SONORE ET CHANTANTE PRAilci'C classe, des DOl'h ha. AISE AHAITIANA. DIMANCHE, jT \ UŒ SOIB : AU TEMPS DES VALSES, Uens au H(ll T et Amtlerydam,a l rduit lSOtlol Pour renseignements, veuillez T T **"^ *\ *M V% -v *Ka *u Au Temps dea Valses • un fi'm pg'abV, mis en sc... i vec g( l H in'eip t avec n-/ In in par '•, transfoim. ,„ „ en vbe....l .. I. Bdion intres" 'te est mene dana m. I, ,„ rythme, ue se ra'pnlil pas un seul instant; elle rebondit d'in'ngueaen intrigues, jusqu' sic e iinale qui vous piocure une douce motion. Mondanit Mr et Mme Karl Seidel nous font pari des fianailles de leur fille //„ %  DorgUiM avec M. \ incent K, Chapman. i\os vils compliments. %  •es grave, ,474 le .nanque cl apptit U manque U'appctit i t d abord la n lo: dun trouble surmena c, *, trique, etc A son I r ,| devient la -j et la tuberculose. %  */ '-lire ceaaer tout de TZ^^. Sulte ct le manque d ap. 1/ If* Petit et sa cause. La ^^ Fortane. excellent stimuU / tant et p.c!il fortifiant, en ri.u c xc,!c ia r a,oi s'O'nacale, en refBUroc les mouvementset activ, tions gastriques. Fortiane diminue la violence et la frcquci: accs fbriles. Son emploi rtablit trs vite les fonctions orgamqn, aliolies par la j'evre et par la chaleur Lappetitet le" ifissr a h proZuoa < t: Si VOUS VOUS iaite, des piqres 'on.que. P,y„ I 1RTIANF Tac"on sera plu, bienlai.ante ei plus sen•ible A Pr~' nS ,'" r '' S ron-m-Princti i larmacit B i u Oro Millau Avoyron Messieurs G. F. MADSEN ..TLPHONE : 3i5 RICHARD PETERS, 1 CHAMP OE MARS, NO 1217 rop, La seule boulangerie Europenne en Ha.i Spcialits de pain., pour andwUh ^ains tlutes et peina moules Pain „ 0 | r Tains con.plets, etc.Pat,sseHe s ane. pat^Vo, an vent. Tourte.. Tlphone : 2069. La Maison n'a pas de succursale. UUliEMEbMiLE Sauvez Livraison propre, hyg q>' p en bo heri quemeol cachee, l'ami de toute falsificatl n. Transport i il en ri gn leurs roue i. ,;J,{ '' li'Rue, PorUauPrince. vos livres li> (^ et toim luvais iiat i n ;i i n lieur cous, jonnte et iialiile *MLLE,Rue lionne Foi Aj2£ffe. A vendre ^MTi^SSS Une n ; i : ini derwood N '• J un | ris re'h mi ul insig 'fianl. S'adre sei u: Bureau du Ji ur$o.l i n piano Pleyel en 1res bon iat. 111 ''"• conditions, s'adreeser a la rue d< s Miraclea, maison M.tienoil, en face de lu IV leclure. Bernhard Bergh & Co Atlantic Freigh'ing Corp., D'v. Halsingborg, Sweden. Belgique 2tlantic Freighting Corp. c/o Steinmann et Co Cjuai Jjrdaens. Antwerp, Belgium. Danemai k E. A. Bendix e Comninj' CopenhagcD, Denma'1. Italie A Ceresa et Company Va Bi chi 3, Genca, italjr. a7npagne Agencia Maritime DJgide, Hacelona Spain. Norvge Laurilz A. Devold A. G. Atlantic Freighting Corp.Biv. Aalesund, Norway. LE FAITES! INCONTESTABLE Il li n m Sarlhe Cest la quintessence des meilleur |varits de cannes d'un vaste lerrileire J runissant les meilleurs (erroirs C'est ce qui fait son ariiio. OOITT EZ ET COMPAREZ



PAGE 1

Jeudi 16 Juin 1932 Le Malin u 4 PAGES XMANMIftl'' 7W7 port-tu-Prinee Tlphone i 24* OlliE HAITiEN DE L'ALLIANCE FRANAISE Le b H eau du Comit Maij l ; cn de 'All'ance Franaise a tTionncm de prier les memlires dh i neur et lis mem hres actifs del Socit -, les Franais 1, s j rotgs Ir-oais et les niei bres de la presse et leurs familles de bien vnu tair Mainte: la Matine Sole melle organise eu mmoire du lies regrett Paul Dnoter, ancien prsident de la Rpublique Franc use, au: cien Prsident de l'vlliance Franaise La run'on aun lieu j Cin-Varits le dim mche | uatin, 1 ( .) juin, 10 heures, j Port-au-Prince,le 10 juiu 1932 THE ROYAL II AIL S rEAM PACKET m m ASSUREZ-VOUS la General Accident Pire & Lifj Assurance Corporation LIA de Perth ( Scotland ) „ l GENBBA1, e.l une des plus pata.-ite, et das ,1.1iJ' fJ^SSZ de ce rare. Le soleil ne se couche jamais sur s n chi n? I wlio i q •> *— '"""''se, Polices contre incen lie couvrent aussi les dbits o.c.sionus par I. loudr. Ses Poins'pour Automobiles couvrent vols, incendie, malvedlance, dommage, ransc ii autrui dans Si> personne ou dans ses biens. Ses Po iriiimcs mises par ses branches d'Europe sont payables en Haill. ur l'Europe sur ks bateaux dt; la Ligne Horn ont t rduits sensiblement. Le prochaiojdparl sera sur le beau steamer Waldtraul Horoi,(jui arrivera vers le '2i courant. Premire classe : 130 dollars. Pour plus amples renseignements, veuillez vous adresser nos bureaux. HINUOLI) & C, Agents. TRAITEMENT BUCCl OE > % ? %  ontisvpliilitique est scientifiquement dmontr* par ks trnv.iux des pli tninenl DM clWi exerce une action ourative rapide sur les accidents da la SYl'illl 'Set • nn| toute* le* priodes de lu Sans iaco r fKJH BU, il • .,n t. tci n ni conomique C REMPLAANT A chaque botta t 'e eue notice complte sur l.i mthode. Prparation du Lebc-atolrs Du 0' P' ,R.usBilian.. l0SIM-S.-MMi>P* a J3 ••t en vante clana foulai \ p |na rnnrmaclea d'Hati. Idal AVIS AU COMMERCE La PanamajUtulroad S'.ea msbip Line a l'avantage d'il ieer les dpart a suivante de New York pour port au prince iti, directement ehaque mardi. Toupies ste; mers toit pourvus de chambre Irifori^aue CRwls de btcw \ ork. Arrivages Po i au -rrinee. "Ancon" le 7 juin SUwuer "Guiyaquil" le 14 juin ISS? Steumer -Crislob.l'le 21 uin 132 Steamer 'Boenaventura" l< 28 j ''n Steamer "Ancon" le 6 jui' et 1931 ALIX ROY 30 annes de succs. Steamer "Guavaquir" le 12 juil et Panama Railroad SteamiHiip Line JitB-C.VAN RF.ED agent Gnral le '2 juin 1932 20 juin 192)2 le 2G iuih 1032 lr 4 pille' mi e 11 ipillei 19;t2 le 18 juillet 19J2 CE 1 ;•. 0 iiini'lra SERVICE SOLENNEL Vendredi prochain, 17, H lires 1/2 a. m, en l'Eglise de Carre tour, sera clbr un service solennel pour le re pos de lame du Hv. l're Franois S.M. M. Fleurs! Fleurs! ; Lykes Brothers SS G 0 lnc Taxa Hati — Santo uomingoPorto Rico Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et trt entre les ports du Golte du Texas directement aTec Port-au-Prince, Hatti. . -M Pour la rception rapide et le maniement habile Je vos importations, servez vous toujours des navires de LINE. LYKE —o — • n trouvera chez Melle Tiline Augu-lin, Bas l'eu de chose, (tes l urs. couronnes, eorbeillea de Qeurs naturelles etc, bon march. n MMIS T FAIT CE OUI NE PEUT ETRE DEPASSE Kola Champagiv F. SJOURN Prpar dans des c millions rigoureuses D'ASEPSIE Prpar.ticm et Venta ?BARMACIBF. SEJOURNE Angle dea rues houx el du Centre. Laboratoire SJOURN DiRFtvruns P. SJOUHNK, Pharmacien R. SJOURNI:, Pharmacien M. SJOURN, Pharmacien interne de Analvses des Urines, du s< atraanDi l)ree Constante d Urbard, Glycmie). Descracbals. Des matires iccalcs. e l'Universit de Paris le l'universit de l'ai is.aneien Hpitaux de Paris gastrique, du sang ( WasLes prochaines arrives a Port-au-Prince sont • %  steamer Genevive Lykes 10 juin 193t Steamer c Ruth Lyltes 17 juin WA2 Steamer Margaret Lykes 24 iuin 41)12 Steamer Almeria Lykes 1er juillet 1912 tiuraau: Rue du Magasin de Hfltai, Boite Pestai* 1 1 Loterie Nationale d'Hati La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne L'avez-vous dj (jout? Eh bien, demandez dans tons 1rs, cals, bars cl restaurants de la Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale: le PORTKR NATIONAL Agrable— Fortifiant — Bon March. BRA^SSERIE NATIONALE S. A Port-au-Prince, (Hati ). (M .-• s 7. • %  %  .: %  % %  ', %  • £i >.'t4\ * :•& "je %  r J—53 | ft s/ p | 416 Rue Bonn.Fol. Phone : 3358 La Loterie Nationaled'llalti est une institution hautement humanitaire par la multiplia d'œuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de M tre offerte aux homme* de tout* conditions de lorlul Employs, Ponctionnairev, Ouvriers. Artisans, Si la ries 1 tous ordres, Gens de maivon ( domestiques, ) sans pan leur budget moyam ant deux goud s, peuvent gagner trel mille gourdes Patrons de Commerce,Chefs d'Iiidusiie.psrr aux iusuifisances des ventes, par l'achat d'un billet, quivoo^ libre du souci des chances* Mdecins Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Grand Dignitaires de lEtat.Reprsentants de l'Iotellectualit, io^ nalistes. Donnic l'exemple de votre rolidarit sociaiC. Rentiers, capitalistes, cemme en jouant, augmente voir avoir. Vous tous qui habiteer* Hati, rendrz-lui ser%ice en SCM ant la billet de le LOTERIE NATIONALE D'HATI. atkvtioii A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que le vente de ?es CHAMEAUX se lait, depuis le 4 janvier, au J 2027. GfiAND'RUF en face ne son ancien local. les Clients y trouveront le mme accueil. BON MARCHE. CLRIT, COURTOISIE Martine* Marcelin & O PROGRS NOUVEAU RM M NOL\EAV Rhum dlicieux got exquii Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON tttumt m m n mm FHHHI .***



PAGE 1

rsi* Clment Magloire DIRECTEUR 1358. RUE AMEHICAINE 1918 1ELEPHONE N'2242 2(>'eme ANNEE N7697 y'juT-AU PRINCE \u> a\ou beau tailler de aune mirui le bloc misleriein dont aottt >if esl laite, Ja^eJie^oorrejle^la destiaee >^apparat toujours. Victor ....o JEUDIlGiJUIN 19Mt Les graines de coton H-ON INTRT LES DGREVER A l'EXPORWION ? Marche l vers la d'Hati libert Depuis quelque temps, la | Liverpool et Hambourg, et mme tendance se manifeste non pas les seules conditions J pour celte denre. De toutes ports, on se plaint de l'action de nos marchs intrieurs. L'oflre et la demande peuvent ndaste des deux Usines influencer la hausse des prix Manlgue sur noire' march. I basiques, mais jamais au point On les* accuse de billonner |de maintenir des prix inf les prix par leur entente et rieurs au cot de revient fonde provoquer la dprciation se sur le prix du colon led'une marchandise qui, autranger. trefois et bien souvent (on Malgr le tarif douanier qui n'y pense pas), ne trouvait protge, l'entre comme aucun acheteur en Hati et la sortie, nos industriel, il ne que les exportateurs, deguerfaut pas oublier que ceux qui re lasse, jetaient la mer. exportent leur colon en balles par foi. W. EacUclt CURRENT HiSTOIVY's AstOCUTE Conformment lu politique tendant rduire et liminer liiKilemenl la supervision financire amricaine en Hati, le gouvernement des Etats-Unis, trouv ncessaire pour remplir d'une faon adquates les o>li— plions assiinv es par lea deux gouvernements envers les tierces p Mlles ; et qu'il esl prt vers la mi-avril a intonn le { examiner dans un esprit amical ma -* I i l f . V 1 '. ,.,,',! **l %  1 I tnllll>k> m',Uil\L'll liMR' .'11 X'M. i 1 I %  I Rya I Vingt cinq ans I UMrriN, 16 Juin l'M. U CRTE-A-PIERROT t\ous croyons savoir que'Ja seconde reprsentation du drame de for Moravia, la Crte-l'icrrot, aura lieu, en I hon'hur de S i. le Prsident leur stock lorsque les condi-! f / h Claire ^^STd! tons des marchs extrieurs Exf^eures, Mr Lger, dat* du I dgrvement, pour sauver, dit-on, l'habitant, le producteur, alors que ce dernier ne vend, depuis longtemps, son coton que sous la forme brute, c'est--dire encore charg de la graine que le commerant dcortique dans ses Usines modernes. Il es' bon de faire remarquer c,ue la classe qui M intrt produire celle rclamation est celle des commerants propritaires d'Usines machiner le colon, qui emmagasinent les stocks de graines, soil pour les expdier, soit pour les vendre aux Usines manlgue quand le prix offert leur convient. Oemandons-nous quel serait le but, l'effet d'un degr lin par rapport aux conditions du march mondial, rien I d'Hati, un agent fiscal moins ne saurait empcher nos ex! rigide que celui qui exisle auporlaleurs ou ceux qui djourd'hui. 22 Dcembre 1931, qui a t interprte comme un mouvement pour rogner virtuellemenl le trait en tablissant actuellement, en vue de prolger les porteurs de bons de la Dlie d'Hati, un acent fiscal por tiennent des st uksdc refuser de vendre aux Usines et d'expdier plutt leur marchandise l'tranger. Donc les Usines manlgue, atissi bien que les Les Etats-Unis ont rpliqu dans une noie du 6 Avril discutant le trait de 1915, que ce trait s'tendait jusqu'en 1938 par suite de l'acte additionnel de 1917 et du protocole de exportateurs, sont rgis par les \{)\\) en vertu desquels on avait cours extrieurs qui tablisI convenu de ngocier un arransent nos prix de base. Aprs, gement qui protgerait les porl'extraction de l'huile, de la i leurs de la Dette d'Hati aprs manlgue, qui absorbe pefl'expiration du Irail.La rpon-l ne 85 o/o du poids dc la grai-, se du gouvernement des|JStatsne, les sous produits sont ex ports sous forme de fertilisants ou de nourriture pour les bestiaux et ils paient leur sortie la mme taxe que la graine brute. Donc, en fait, le fisc ne perd peine que 15 pour cent El mu re iwi, •.•... . •-.. -~o-io pour cem r*i i augmeulavcment de ce produit qui supt j on ( j u poids de ces dchets, porte une taxe de sortie en apr s la fabrication de l'hui le somme trs rduite/ Ce d-| e l SO(|S | e ftcl de | a f er mengrvement devrait avoir poltr ; totion, rduit enore la prorsultat de provoquer une ] p 0r |j on des perles fictives du hausse dans les prix d achat J|SC mo ins dc 7 o/o. Dans quelle' u pn rnsnltp qu'aprs avoir, de colon brut. proportion? Dans une pro portion dc su centimes de qourde les cent livres; Tarit 'de se paierait six ctidunes 66100 de gourdes, l'as mme un cent dplus, du fait de ce dgrvement qui a bien des chances de ne provoquer au cun changement dans les coins intrieurs. Celle augmentation de deux tiers de centime dc gourde par livre dit, le triple inconvnient ne sera pas, on en convien dra, de nature provoquer une augmentation de 1 acra ge en colon, en Hati. 11 ne pourra en rien influencer le prix ni laisser une marge dans les Irais de culture. Nous sommes ainsi amens chercher quel est le servi fabriquer un article ; de premire ncessit pour noire consommation locale, l'exportation des dchets assure l'Etat environ 93 o/o des recettes qu'il encaisserait si le produit brut sortait d'Haiti sans lre manufactur. Le dgrvement qu on propose aurait donc pour effet, au heu de l'avantage qu'on croi ou qu'on dit, le triple inconvnient : lo de diminuer les ressources de l'Etat;'iode contribuer anmier notre conomie nationale ; 3o de faciliter l'exode de nos revenus. Je dis anmier noire conomie interne, car le fonctionnement de nos Usines Manlthiis discuta aussi l'emprunt de 1022 amortissable en trente annes, et qui. autoris pour 10 millions, ne lut mis que jusqu' concurrence de 33.500.000 desquels U millions seulement restent encore dus. En rsum, dit la note, une situation est envisage pour la priode qui suivra l'expiration du trait, pendant laquelle il peui ne plus exister de personnage connu sous le nom de receveur gnral ; et au cours de laquelle l'olficierqui pourra agir en son lieu et place sans avoir percevoir, recevoir el appliquer les revenus du gouvernement hatien comme le fait le Receveur Gnral d'aprs Par 2,-jura le contrle de la perception el de 1 application des venus. la|l toutes propositions en vue du rachat ne la Del le que le gouvernement hailien serait e i mesure de lui soumettre."• (Extrait de lu renie (] RRINT IliMOliY . — Comme on le voil.d ries In nubliralion de la revues 'n %  enl Histoi y>\ le gouvernement amricain maintient son point te vue savoir qu' moins de tacheter la dette extrieure, il 5 est oblig d'insister sur la prsence iVun Agent fiscal qui, bien qu'il n'aura plus, l'expiration lu trait en 1936, les fonctions de percevoir, recevoir el appliquer nos revenus publics, ama le contrle de la perception et de l'application q u e les Officiers h a i I i e n s auront l'aire des dits revenus. Il apparat clairement que l'accord, en voie le se l'aire entre le ministre I ger et le Dpartement d'Etat, n'envisagera virtuelle* ment (pie la situation qui sera cre aprs l'expiration du trait en 1936, moins (pie nous soyons en mesure de racheter la dlie extrieure avant terme Donc, il n'envisage pour le moment ni dsoccupalion immdiate, ni dsoccupalion intgrale. Nous publions avec quel(pie tristesse cette inseilion de la revue Currenl Hislorv pour que nos lecteurs ne s'illusionnent pas inutilement sur les endances amricaines, el ne se laissent bercer par de vaines esprances. Malgr tout— et moins de raliser l'emprunt librateur— nous aurons jusqu'en 1936 l'Amricain nos trousses. El aprs 1936, il y a encore bien des clianccs que le contrle de cet Agent fiscal soit une pine que nous aurons au talon. Encore Damien —00 — l a (leisionjdu Gouvernement ... voit que l'on pipare pour s rue.u | ro b in, Sea-Sidei in, ur..' nouvelle soire mont n M ro se avec chaniOBBSltei et nonologues, qui siVa en loin points ie ssic, c omme la tte de -amedi ilrcier. Et tout natu "tllement comme le jm Scott sera l au complet, on dansera %  prs jus pian s>lsil. vei' que les C< •ver bien les commentaire dans la Presse.Cette doubl %  rvocation si longtemps atle idin par tous les hommes senss, uniquement anims du lsir de voir atteindre par celle branche importante an Dpartement de l'Agriculture, des buis tout auIresqne wn\ atteints par sesdeux co-directeurs,dont les activits semblaient purement circonscrites dans des querelles de clans, esl venue dtendre opportunment l'tat des esprits Damien. Il reste maintenant au Gouvernement de pourvoir au remplacement de ces messieurs, car celle mesure ne saurait aucunement constitue r une solution au problme de Damien qui, en somme, est toujours rest aussi ardu qu'aux derniers jours de la laineuse gri i La rorganisation envisage par le gouvernement actuel n'a t qu'un pur fiasco, la politique el le npotisme ayant t la base mme du plan, elles vrais techniciens carts pour faire place au flot des protgs de Celui-ci OU de Celui-l. Messieurs Nicolas et Djoic, au heu de se prter une entente qui aurait eu pour effet de faciliter la bonne marche du service de I rorganisation, ont vers dans la politique et, ddaignant les 'grands problmes a rsoudre, i se sont au contraire sans cesse occups de satisfaire leurs peZ UN TELEGRAMMEOU PRSIDENT : r !" : s s u c ufi n v" Sef \ C VJ\, l'*e M*igliM baissent le prix .M. Schiller Nicolas et Louis K g „ convienl de p re Djoie.na pas manqu de sou ^ ,* , c bien %  '-' "" c 1 connatre que c'est la gnieTi.insallanlique qui adonna le branle... \ quand la haute des loyers? ... a vu une. ptopr •, dans ous les tats, a< compagne d'un v lier long comme un jour ipaiD.se prsenterchtjz son ocalaire el pi Mendn prendre la n-ison d'asaut la suite d'un lgi r retard dans le paiement d un ternie Pli losophe, le lo cataire opposa l'averse un Iront serein, et le silence le plus obstin... mais comme le scandale menaait d s'fterni* er, il invita tout le moi.de a vider h s lieux, sous peine de 'aire constater le scandale pir Il police. La menece sallit i ipaiter la virago qui battit enlin en retraits au bras de so corn. I '. En vue de ces apparentes distinctions entrejrarrangemenl qui dure encore maintenant et celui qu'on prvoit aprs l'expiration du trait, le nient amricain est e de lairs un nouvel accord ultrieurement couvrant la situation qui prvaudra ce montent-l dans ce cas. Nrumoins, il esl dsirable de signaler que le protocole prvoit le contrle, par un off nomm oar le Prsident TRUJILLO ns a nicn-Mv. ,— --• .v.v. ~—~, ._—-,__ facteur qui rgle le prix de la j fermer leurs portes si. a aucun graine de colon? Ce prix dmoment,elles laieni dans l'nnpendil des seules conditions de nos marchs internes? les .. — — | cier nomm par le BUS serait handicap.Et, mines j es Etats-Unis, de la perception leur base.elles n'auraient qu' el ( j e l'application des revenus usines peuvent-elles imposer leur prix en Hati? possibili t de trouver sur place la matire premire indispensable leur fonctionnement.Elles eesseraient de travailler et le %  r' march hatien serait oblig Il faut rpondre carremen d impor er d e f. lon p i us ma ssipar la ngative. Il ne dejiend ve | a ma „igue trangers pour nullement de la fantaisie de 8J b Ye nir aux bescinsde la conileux usines manlgue de sommation locale. maintenir le prix de la grai-1 En dgrevant le produit et en ne une limite qui serait, a f ac ilitanisasorlielranchedeloui'i^culeœnve'nanee, aute ehsrgs foc.hjjtatretoaricur scieco %  u-. - — if no i re circulation in.erZ. . deSSOUS^ja VJ^^Q e la faible pari qu'il prlevait; —— des marches eliangeis. LA* contre, il n'v aurait ixjr prixoscillentenHait.enfonc^ n ^^ n lio „ pour noWfc II..M .l..c nr\lp: des marches ex, ,__ ___.: uni nii ntili(/i>e el, la lumire de ces prvisions el du but poursuivi par son inseilion, il esl vident que le gouvernement amricain est en droit d'insister sur de tels accords, parce que, d'aprs son opinion, ils assureront l'excution des fins poursuivies. Il a t dc plus prcis par le minitirs Munro en prsentant celle note que le Gouvernement des Etals-Unis ne dsire pas continuer le rgime existant plulongtemps qu il n" sera Confirmant l'information que nous avait donne hier la Lgation Dominicaine Porl-auL'diverne I Prince, dmentanl la nouvelle ra mesure J* !" f rvolution avait clat, dans la Rpublique voisine, le sympathique Charg d'Affaires, Mr Morillo, nous a communi, que Un tlgramme adress par | le Prsident Trujillo son ministre Port-au-Prince, le Dr Francisco lenriquesy Carvajal. La dpche, qui est signe du Prsident lui-mme, confirme qu'il n'existe rien d'anormal dans la Rpublique Dominicaine el (tue la paix y rgne. Voila qui esl prcis el qui rassurera les esprits. FORCE SANT JEUNESSE Facilement et dliertemtl^ par tt GLANDOPHILE des Lab. ORMOS PARIS Notice Gratuite et Vente clic/. F. SJOL'HN W. BL'CH, Porl-aii-l'riiit4 mt autres Bonnes Pharmacies lion des coles des marches ex^ conomie „ u i sera ii oblige teneurs. Et la base des osi dft d| a j ner au dehors, sans pro cillations repose sur le pr* j i( pour no i re circulation, el du colon en balles. La cote p | ulota son dtriment les vaces drivs de leurs sous-1 f euis ncessaires pour payer nos produits varie, de son ct importations de manlgue. aussi, proportionnellementj .'• dten ner le prix dt r>^ d i i(li manlgue et de traites de la grn rgulateur des prix est, par consquent, limite (les prix a Ncw : York, Havre, c prix de la CjafC^ le l'huile exirUh •aine. Le vrai jV^ P prix en Hati. ^ Ml 'w^ss^' PASTILLES % EbT INDIEN GARAGE Sous la direction de M. Arnold BRAUN Tlphone : Garage :2 C 251 Rsidence: 2462. torpilles par l uiiu o par i auli c Directeur, oui t obligs de partir de Damien, emportant avec dix leur longue exprience el tout le bagage de leurs ai (juils alors (pie leur concours devenait si indispensable la 'reconstruction de l'difice si terriblement dmantibul par les chocs de la grve. Il importe maintenant %  ... a vu au Cirand t'aie que lirige av. c tant de cordialit noire ami Vincent Burini, un analique clturer uni discus* von rar celle dclaration p reinptoire : — Si le flluim liarbantourt n'existait pas, il laudrait l'intenter. ... voit qu'Etienne Camille ienl d* recevoir tout un jeu t'ootila de prcision, el tout un htock de beaux cartons qui lui ••rmeltronl de donner une salislaclion encore plus belle que par le pass ceux qui lut contient leuis livres relier. • ...voit que die/. St. -Julien, >aoon lt s dlicieux Parlums iniot s'enlvent. Et cela s'exidiqui 1 • • ... volt 'pie l'quipe de football la V olelle, continue 93 Montrer m -uvane joueme. Vprs s'tre signale dans un i.alch contre le RaciOff, eu b indonnant la terrain de JS0, die se signale nouveau, en retusant d; dlivrer au Hacing !e trophe du Championnat. Le triomphe de la Ford La Haitian Motoi s a prsent • au public la magnifique Ford >H cylindres qui s soulev, un J grand enlliouaiasn e.On ne cet : d'admirer ce.< spcimen j MTHODE CYTOPHYLACTIOU^^fc DU PROFEIS.L'R P. DELBE1 W I IDELBIASEI Comprim! aux Mit halogne* d I MAQNlSIUM %  RMOmmtniM dn. Ici tTk

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07029
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, June 16, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07029

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
rsi*
Clment Magloire
DIRECTEUR *
1358. RUE AMEHICAINE 1918
1ELEPHONE N'2242
2(>'eme ANNEE N- 7697
y'juT-AU PRINCE
\u> a\ou beau tailler de aune
mirui le bloc misleriein dont aottt
>if esl laite, Ja^eJie^oorrejle^la
destiaee >^apparat toujours.
Victor ....o
JEUDI- lGiJUIN 19Mt
Les graines de coton
H-ON INTRT LES DGREVER A l'EXPORWION ?
Marche
l
vers la
d'Hati
libert
Depuis quelque temps, la | Liverpool et Hambourg, et
mme tendance se manifeste non pas les seules conditions J
pour celte denre. De toutes
ports, on se plaint de l'action
de nos marchs intrieurs.
L'oflre et la demande peuvent
ndaste des deux Usines influencer la hausse des prix
Manlgue sur noire' march. I basiques, mais jamais au point
On les* accuse de billonner |de maintenir des prix inf
les prix par leur entente et rieurs au cot de revient fon-
de provoquer la dprciation se sur le prix du colon le-
d'une marchandise qui, au- tranger.
trefois et bien souvent (on Malgr le tarif douanier qui
n'y pense pas), ne trouvait protge, l'entre comme
aucun acheteur en Hati et la sortie, nos industriel, il ne
que les exportateurs, deguer- faut pas oublier que ceux qui
re lasse, jetaient la mer. exportent leur colon en balles
par foi. W. EacUclt
CURRENT HiSTOIVY's AstOCUTE
Conformment lu politique
tendant rduire et liminer
liiKilemenl la supervision finan-
cire amricaine en Hati, le
gouvernement des Etats-Unis,
trouv ncessaire pour remplir
d'une faon adquates les o>li
plions assiinv es par lea deux
gouvernements envers les tier-
ces p Mlles ; et qu'il esl prt
vers la mi-avril a intonn le { examiner dans un esprit amical
ma_____________----------------* I i l f . V 1 '. ,.,,',! **l * 1 I tnllll>k> m',Uil\L'll liMR' .'11 X'M. i 1 I
I Rya
I Vingt cinq ans
IUMrriN, 16 Juin l'M.
, U CRTE-A-PIERROT
! t\ous croyons savoir que'Ja
seconde reprsentation du dra-
me de for Moravia, la Crte--
l'icrrot, aura lieu, en I hon-
'hur de S i. le Prsident la Rpublique, jeudi prochain
an Palais National.
d.
\
gouvernement d'Hati qu'il tat
prt ngocier immdiatement,
sur le contrle financier d'Ha-
ti, un accord qui protgera il les
Amricains porteurs des bons
de la Dette Extrieure, aprs
L'ai rive des Usines, qui sont
tablies depuis 1915 en Hati,
est venue offrir un dbou-
ch certain ace produit.
L'article ne paie qu'un droit
de sta
par 100
,,.!,,.....-qu .,. rnl plus favorable En
istique de 10 cenlimes "'t, des que le prix offert par
0 livres sa sortie, ce 'es L?'"< reste au-dessous
qui est dj trs minime. ,d. I)r,x dc rev,cnl' ex-maga
On rclame maintenant son
librement ont aussi toute | expiration en 19315 du trait de
leur libert pour expdier lin.") C'est la rponse a nne n>-
leur stock lorsque les condi-! f /h Claire ^^STd!
tons des marchs extrieurs Exf^eures, Mr Lger, dat* du
I
dgrvement, pour sauver,
dit-on, l'habitant, le produc-
teur, alors que ce dernier ne
vend, depuis longtemps, son
coton que sous la forme brute,
c'est--dire encore charg de
la graine que le commerant
dcortique dans ses Usines
modernes. Il es' bon de faire
remarquer c,ue la classe qui
m intrt produire celle r-
clamation est celle des com-
merants propritaires d'U-
sines machiner le colon,
qui emmagasinent les stocks
de graines, soil pour les ex-
pdier, soit pour les vendre
aux Usines manlgue quand
le prix offert leur convient.
Oemandons-nous quel se-
rait le but, l'effet d'un degr
lin par rapport aux condi-
tions du march mondial, rien I d'Hati, un agent fiscal moins
ne saurait empcher nos ex- rigide que celui qui exisle au-
porlaleurs ou ceux qui d- jourd'hui.
22 Dcembre 1931, qui a t in-
terprte comme un mouvement
pour rogner virtuellemenl le
trait en tablissant actuelle-
ment, en vue de prolger les
porteurs de bons de la Dlie
d'Hati, un acent fiscal
por
tiennent des st uksdc refuser
de vendre aux Usines et d'ex-
pdier plutt leur marchandise
l'tranger. Donc les Usines
manlgue, atissi bien que les
Les Etats-Unis ont rpliqu
dans une noie du 6 Avril dis-
cutant le trait de 1915, que ce
trait s'tendait jusqu'en 1938
par suite de l'acte additionnel
de 1917 et du protocole de
exportateurs, sont rgis par les \{)\\) en vertu desquels on avait
cours extrieurs qui tablis- I convenu de ngocier un arran-
sent nos prix de base. Aprs, gement qui protgerait les por-
l'extraction de l'huile, de la i leurs de la Dette d'Hati aprs
manlgue, qui absorbe pef- l'expiration du Irail.La rpon-l
ne 85 o/o du poids dc la grai-, se du gouvernement des|JStats-
ne, les sous produits sont ex
ports sous forme de fertili-
sants ou de nourriture pour
les bestiaux et ils paient
leur sortie la mme taxe que
la graine brute. Donc, en fait,
le fisc ne perd peine que
15 pour cent El
mu re iwi, .... . -.. -~o-- io pour cem r*i i augmeula-
vcment de ce produit qui sup- tjon (ju poids de ces dchets,
porte une taxe de sortie en aprs la fabrication de l'hui
le
somme trs rduite/ Ce d-|el SO(|S |eftcl de |a fermen-
grvement devrait avoir poltr ; totion, rduit enore la pro-
rsultat de provoquer une ] p0r|jon des perles fictives du
hausse dans les prix d achat J-|SC moins dc 7 o/o. !
Dans quelle' u pn rnsnltp qu'aprs avoir,
de colon brut.
proportion? Dans une pro
portion dc su centimes de
qourde les cent livres; Tarit
'de se paierait six ctidunes
66100 de gourdes, l'as mme
un cent dplus, du fait de ce
dgrvement qui a bien des
chances de ne provoquer au
cun changement dans les
coins intrieurs. Celle aug-
mentation de deux tiers de
centime dc gourde par livre dit, le triple inconvnient
ne sera pas, on en convien
dra, de nature provoquer .
une augmentation de 1 acra ,
ge en colon, en Hati. 11 ne
pourra en rien influencer le
prix ni laisser une marge dans
les Irais de culture.
Nous sommes ainsi ame-
ns chercher quel est le
servi fabriquer un article ;
de premire ncessit pour
noire consommation locale,
l'exportation des dchets as-
sure l'Etat environ 93 o/o
des recettes qu'il encaisserait
si le produit brut sortait
d'Haiti sans lre manufactur.
Le dgrvement qu on propo-
se aurait donc pour effet, au heu
de l'avantage qu'on croi ou qu'on
dit, le triple inconvnient : lo
de diminuer les ressources de
l'Etat;'iode contribuer an-
mier notre conomie nationale ;
3o de faciliter l'exode de nos
revenus.
Je dis anmier noire cono-
mie interne, car le fonctionne-
ment de nos Usines Manl-
thiis discuta aussi l'emprunt
de 1022 amortissable en trente
annes, et qui. autoris pour 10
millions, ne lut mis que jus-
qu' concurrence de 33.500.000
desquels U millions seulement
restent encore dus.
En rsum, dit la note, une
situation est envisage pour la
priode qui suivra l'expiration
du trait, pendant laquelle il
peui ne plus exister de person-
nage connu sous le nom de re-
ceveur gnral ; et au cours de
laquelle l'olficierqui pourra agir
en son lieu et place sans avoir
percevoir, recevoir el appli-
quer les revenus du gouverne-
ment hatien comme le fait le
Receveur Gnral d'aprs Par
2,-jura le contrle de la percep-
tion el de 1 application des
venus.
la|l
toutes propositions en vue du
rachat ne la Del le que le gou-
vernement hailien serait e i me-
sure de lui soumettre."
(Extrait de lu renie (] RRINT
IliMOliY .
Comme on le voil.d ries
In nubliralion de la revues 'n -
enl Histoi y>\ le gouvernement
amricain maintient son point
te vue savoir qu' moins de
tacheter la dette extrieure, il 5
est oblig d'insister sur la pr-
sence iVun Agent fiscal qui,bien
qu'il n'aura plus, l'expiration
lu trait en 1936, les fonctions
de percevoir, recevoir el appli-
quer nos revenus publics, ama
le contrle de la perception
et de l'application q u e les
Officiers h a i I i e n s auront
l'aire des dits revenus. Il ap-
parat clairement que l'accord,
en voie le se l'aire entre le mi-
nistre I ger et le Dpartement
d'Etat, n'envisagera virtuelle*
ment (pie la situation qui sera
cre aprs l'expiration du trai-
t en 1936, moins (pie nous
soyons en mesure de racheter
la dlie extrieure avant ter-
me Donc, il n'envisage pour le
moment ni dsoccupalion im-
mdiate, ni dsoccupalion int-
grale. Nous publions avec quel-
(pie tristesse cette inseilion de
la revue Currenl Hislorv
pour que nos lecteurs ne s'illu-
sionnent pas inutilement sur les
endances amricaines, el ne se
laissent bercer par de vaines
esprances. Malgr tout et
moins de raliser l'emprunt li-
brateur nous aurons jusqu'en
1936 l'Amricain nos trousses.
El aprs 1936, il y a encore
bien des clianccs que le con-
trle de cet Agent fiscal soit une
pine que nous aurons au talon.
Encore Damien
00
l a (leisionjdu Gouvernement
... voit que l'on pipare pour
s rue.u | ro b in, Sea-Side-
i in, ur..' nouvelle soire mont
n m ro se avec chaniOBBSltei et
nonologues, qui siVa en loin
points ie ssic,comme la tte de
-amedi ilrcier. Et tout natu
"tllement comme le jm Scott
sera l au complet, on dansera
prs jus pian s>lsil.

vei' que les C<
ver bien les commentaire
dans la Presse.Cette doubl ' r-
vocation si longtemps atle idin
par tous les hommes senss,
uniquement anims du lsir de
voir atteindre par celle branche
importante an Dpartement de
l'Agriculture, des buis tout au-
Iresqne wn\ atteints par sesdeux
co-directeurs,dont les activits
semblaient purement circons-
crites dans des querelles de
clans, esl venue dtendre op-
portunment l'tat des esprits
Damien.
Il reste maintenant au Gou-
vernement de pourvoir au rem-
placement de ces messieurs, car
celle mesure ne saurait aucune-
ment constitue r une solution au
problme de Damien qui, en
somme, est toujours rest aussi
ardu qu'aux derniers jours de la
laineuse gri i
La rorganisation envisage
par le gouvernement actuel n'a
t qu'un pur fiasco, la politique
el le npotisme ayant t la
base mme du plan, elles vrais
techniciens carts pour faire
place au flot des protgs de
Celui-ci OU de Celui-l. Messieurs
Nicolas et Djoic, au heu de se
prter une entente qui aurait
eu pour effet de faciliter la bon-
ne marche du service de
I rorganisation, ont vers dans
' la politique et, ddaignant les
'grands problmes a rsoudre,
i se sont au contraire sans cesse
occups de satisfaire leurs pe-
Z UN TELEGRAMMEOU PRSIDENT:r :s plupart des meilleurs employa s,
. ... ver que les (\ mpaga>s
u c ufin v" .Sef \CVJ\, l'*e M*igliM baissent le prix
.M. Schiller Nicolas et Louis K g convienl depre.
Djoie.na pas manqu de sou-^,* c .
bien '-' ..............."""c '
1 connatre que c'est la
gnieTi.insallanlique qui adonna
le branle...
\ quand la haute des loyers?
... a vu une. ptopr , dans
ous les tats, a< compagne d'un
v lier long comme un jour
ipaiD.se prsenterchtjz son
ocalaire el pi Mendn prendre la
n-ison d'asaut la suite d'un
lgi r retard dans le paiement
d un ternie Pli losophe, le lo
cataire opposa l'averse un
Iront serein, et le silence le
plus obstin... mais comme le
scandale menaait d s'fterni*
er, il invita tout le moi.de a
vider h s lieux, sous peine de
'aire constater le scandale pir
Il police. La menece sallit i
ipaiter la virago qui battit en-
lin en retraits au bras de so
corn. I'.
* En vue de ces apparentes
distinctions entrejrarrangemenl
qui dure encore maintenant et
celui qu'on prvoit aprs l'ex-
piration du trait, le
nient amricain est e
de lairs un nouvel accord ult-
rieurement couvrant la situa-
tion qui prvaudra ce mo-
ntent-l dans ce cas.
Nrumoins, il esl dsirable
de signaler que le protocole
prvoit le contrle, par un off
nomm oar le Prsident
TRUJILLO
ns a nicn-Mv. , --- .v.v. ~~,--------.-------_._-,__
facteur qui rgle le prix de la j fermer leurs portes si. a aucun
graine de colon? Ce prix d- moment,elles laieni dans l'nn-
pendil des seules conditions
de nos marchs internes? les
..---- ------- | cier nomm par le
BUS serait handicap.Et, mines jes Etats-Unis, de la perception
leur base.elles n'auraient qu' el (je l'application des revenus
usines peuvent-elles imposer
leur prix en Hati?
possibili t de trouver sur place
la matire premire indispensa-
ble leur fonctionnement.Elles
eesseraient de travailler et le
" r' -...... march hatien serait oblig
Il faut rpondre carremen d impor er de f.lon pius massi-
par la ngative. Il ne dejiend ve |a maigue trangers pour
nullement de la fantaisie de 8JbYenir aux bescinsde la con-
ileux usines manlgue de sommation locale.
maintenir le prix de la grai-1 En dgrevant le produit et en
ne une limite qui serait, a facilitanisasorlielranchedelou-
i'i^culenve'nanee, au- te ehsrgs foc.hjjtatretoar-
icur scieco u-. - ifnoire circulation in.er- Z... -
deSSOUS^ja VJ^^Q e la faible pari qu'il prlevait;
des marches eliangeis. la* contre, il n'v aurait ixjr
prixoscillentenHait.enfonc- ^n^^nlio pour no- Wfc
Ii..m .l..c nr\lp: des marches ex- ,__ ,_____.: uni nii ntili(/i>e
el, la lumire de ces prvi-
sions el du but poursuivi par
son inseilion, il esl vident que
le gouvernement amricain est
en droit d'insister sur de tels
accords, parce que, d'aprs son
opinion, ils assureront l'excu-
tion des fins poursuivies.
Il a t dc plus prcis par le
minitirs Munro en prsentant
celle note que le Gouvernement
des Etals-Unis ne dsire pas
continuer le rgime existant
plu- longtemps qu il n" sera
Confirmant l'information que
nous avait donne hier la L-
gation Dominicaine Porl-au-
L'diverne I Prince, dmentanl la nouvelle
ra mesure J*f rvolution avait clat,
dans la Rpublique voisine, le
sympathique Charg d'Affaires,
Mr Morillo, nous a communi- ,
que Un tlgramme adress par |
le Prsident Trujillo son mi-
nistre Port-au-Prince, le Dr
Francisco lenriquesy Carvajal.
La dpche, qui est signe du
Prsident lui-mme, confirme
qu'il n'existe rien d'anormal
dans la Rpublique Dominicai-
ne el (tue la paix y rgne. Voi-
la qui esl prcis el qui rassure-
ra les esprits.
FORCE
SANT JEUNESSE
Facilement et dliertemtl^ par tt
GLANDOPHILE
des Lab. ORMOS PARIS
Notice Gratuite et Vente clic/.
F. SJOL'HN W. BL'CH, Porl-aii-l'riiit4
mt autres Bonnes Pharmacies
lion des coles des marches ex- ^ conomie ui seraii oblige
teneurs. Et la base des os- i dft d|.ajner au dehors, sans pro
cillations repose sur le pr* ji( pour noire circulation, el
du colon en balles. La cote p|ulota son dtriment les va-
ces drivs de leurs sous-1 feuis ncessaires pour payer nos
produits varie, de son ct importations de manlgue.
aussi, proportionnellementj .'
. dten ner le prix dt r>^d i i(li
manlgue et de
traites de la grn
rgulateur des prix
est, par consquent, limite
(les prix a Ncw:York, Havre,
c prix de la CjafC^ ,
le l'huile ex- irUh
aine. Le vrai jV^ p
prix en Hati. ^ Ml
'w^ss^'
PASTILLES
%
EbT INDIEN GARAGE
Sous la direction de
M. Arnold BRAUN
Tlphone :
Garage :2C251
Rsidence: 2462.
torpilles par l uiiu o par i auli c
Directeur, oui t obligs de
partir de Damien, emportant
avec dix leur longue exprience
el tout le bagage de leurs ai
(juils alors (pie leur concours
devenait si indispensable la
'reconstruction de l'difice si
terriblement dmantibul par
les chocs de la grve.
Il importe maintenant lreprendre sur des basas plus
solides la rorganisation du S.
N. 1*. A. en dbarassanl les cou
loirs de ions les parasites ex-
clusivement occups crer un
atmosphre trouble, indispen-
sable b leurs volutions louches.
Il laui amputer ces membres
gangrens aliu de sauver celle
administration,car voila bientt
un an (pie tous les services de
Damien souffrent de ce malaise
intolrable ; le budjet, surchar-
g de tous ces bureaucrates inu-
tiles.esl devenu insuffisant pour
les besoins des Dpartements
'echiiiquc el agricole, .,-!*
I.e ouverneraenl doit agir
el taire appel a des hommes de
bonne foi et de vrais techni-
ciens, oecids a mettre la main
a la rorganisation (rationnelle
de ce service qui, lel qu'il esl,
doit fatalement disparatre.
... voit que l paradis des ta-
nilles ('est le Magasin 7o/i/i
Wottlcy, o Monsieur est v.Sr
l'irs p r o m p t e m e n t servi
uand il demande de l'huile et
e la gazollne. C'est aussi la pe-
tite succursile prs du Cercle
PortSU Princien o Madame et
les fils de la maison peuvent
choisir ce qu'il leur faut.

>
... a vu au Cirand t'aie que
lirige av. c tant de cordialit
noire ami Vincent Burini, un
analique clturer uni discus*
von rar celle dclaration p
reinptoire :
Si le flluim liarbantourt
n'existait pas, il laudrait l'in-
tenter.
... voit qu'Etienne Camille
ienl d* recevoir tout un jeu
t'ootila de prcision, el tout un
htock de beaux cartons qui lui
rmeltronl de donner une sa-
lislaclion encore plus belle que
par le pass ceux qui lut
contient leuis livres relier.

...voit que die/. St.-Julien,
>aoon lt s dlicieux Parlums
iniot s'enlvent. Et cela s'ex-
idiqui 1

... volt 'pie l'quipe de foot-
ball la V olelle, continue 93
Montrer m -uvane joueme.
Vprs s'tre signale dans un
i.alch contre le RaciOff, eu
b indonnant la terrain de JS0,
die se signale nouveau, en re-
tusant d; dlivrer au Hacing
!e trophe du Championnat.
Le triomphe
de la Ford
La Haitian Motoi s a prsent
au public la magnifique Ford
>H cylindres qui s soulev, un
J grand enlliouaiasn e.On ne cet
: d'admirer ce.< spcimen j
MTHODE CYTOPHYLACTIOU^^fc
DU PROFEIS.L'R P. DELBE1W I
IDELBIASEI
Comprim! aux Mit halogne* d I
MAQNlSIUM
RMOmmtniM dn. Ici tTk <5 PROSTATB
PRVENTIF ou CaNCER|
(MM. Pt'h *l luuli Phirmitlt. -
cb. La
tous 1rs
modles envovs onl-ils t en
! confort au bon ma
Ford triomphe Aussi
parfaits d'une industrie en plein
progrs. C'eat une rvolution
dans l'aulomobilisine que d'al-
lier l'lgance, le fini,la solidit,
m pli ment s la Haitian
Motors qui i ecevi a de nouveaux
modles dans deux mois. Dj
des acheteurs se sont inscrits.
? ,


WL MVl'iN lii Juin 1912

aBBajajBN
Question CoiiBututioririelle
--0--
En rponse a la le'tre de
Mon ieur Trouiiiot parue
dans Le Mai is d' vant-
hier, nous lenons laire
euiarcfucr que c'es l'Ar
rt d'ajournement du 6 juin
1926 qui parle de proroga*
lioi dans le dlai constitution-
nd d h inois.elr. et do me par
ainsi proroger le se ; que
le mot prend quel | lois I
d'ailleurs de .Juin- durer au
del du teeme a abord fix t.
Si nous retenons ce'td i cep-
tiou.en quoi donc nui ; trom-
pons-nous quand a >> cri
vous que h proroge n i peut
jouer aussi bien la diligence
des Cha mures que de IKx-

. de Droit Gbustitotion i '
! ,
Le Prsident de la Repu- j
b!i nie p e u t ajourner les
Chambres pour un -noise! au
plus deux lois dans la mme
%i s*i mi qui doit durer uu
i< cinq n "> s tus compter
In priode, d ajournement.
Rappellerons noys i rouil-
loi l'opinion ^e L on Duguy
les elets de l'ajourne-
ment.
Il faut '. l'
ifesseur q le les Ch m
lires soient libres de se ranir
et de dlibrer quand et co.ii-
me elles le veulent.
Il'rsullc de l (jue les con-
Propos
humides
Dana quel paya sa balgnt-t-on le
nias? C'esl assez difficile ;'i tablir.
Mais la statiatiqa* qui lit tout nous
le (lira un de Cl jours. Il semble en
tout cas que les anciens nous bat-
taient sui ce point-14. On a reimr
que qua i iea Gresa ot lus Romains
se baignaient souvent,mais depuis la
chrtient, qui encourage la morti-
fication ci conjure la beaut, l'uaaga
du bain certainement a biUCOUp
baiss il.mis cerlaiua paya Je ne
sai-. si oel* est vrai pour chez nous,
si on s*y baigne plus ou moins
qu'ailleura. Ce qui est certain, c'est
que, a l'accoutume, tout le suite
aprs le bain, s'indique un petit
verre de RHUM SARTHE CACHET
D'OU, noire dlicieuse liqueur locale.
Cin-latdy
a se m
Le roman d'un gamin
d< Paris
cutit? Ce n'est pal u m*, c'est gs que les dumlres s'accor-; pmU
la Constitution qui et ihlit en ent sont compris dans cette U uUiViUL btlltit.U
son art. 50 ( ^ulint i ) qoe dure de cinq mois de ses- N CUL Vf] M
La Session est de trois mois Sl qu'au contra re los l,L"
.a.______i &k___-____I I ., Mlll II lit iHl'Ilk llllU ItiMll m* i*. .. a f
et peut tre prol >nge |us-
qu' quatre, par le l'ouooil
Excutif ou le Corps '.<:li-
tif...
Si Monsieur Io i il lot ne
nous t dt pis un q i Telle de
mot, j crois qu'il est I
Ijrc d'tre d'accord avec
nous, quant a l'initiative de
la prolongation con dilution
nelle d'un mois.
Pour ce qui est de l'excep-
tion souleve par notre sa-
vant contra liclc ir, i siv i r :
qu'il ne voit | irai
Eeut jouer la dili les
hambres auan I elles s il
ajournes I initiative de la
prolongation ... nom nous
:tj') u in ment:! que peut pro-
noncer le l'. salent de la R-
l> ibli |Ue, el qui peuvent tre
de deux moi ne doivent pas
tre compris i i .s cette dure
de cinq mo
Il est remarquer que
notre texte i oos i utiounel
l'aj i nu m nt i s1 pareil
: bu tes e Ira ais : a ou rue -
j ment d un mois, .pas | lus de
deux aj mr emeota an cours
de ia mme session. La ^cule
diffrence est que I session
dure cinq mois en Frant e el
trois mois chez <> s,
re texte ts i i blement
insp r dou la lu n les com-
mentaires Irau os que nous
D'HATI
Notre ami Lucien Lafonlant,
qui est depuis deux jours en
voyage de cong a Porl-au-Prin.- :
ce, nous a lait le plaisir d'une
visite h nos bureaux hier. Mr .
La foutant, dont la sant a t, :
paralt-il, branle, quoique l- [
gremenl avant son dpart de
New-York, nous restera quel- '
ques jours, le temps ncessaire
hter heureusement sa conva-
lescence.Nous lui souhaitons un
agrable cong.
fH33
'JVEAUX ALAMBICS
Ajoutez un
nouveau got
chaque plat
Atoc II fatuit de vari-
ls te Frange Kntli que
>ous ;im7 voire choix,
il u\ a |ias de limite daus
la AiveraJt que >ous pou-
vez i h! nul n ire dans voire
menu le chaque jour. Es.
sav'Z le Froiuaije K'all
avee le riz ou le macaro-
ni ... -la n s les plats dli-
ci eu se m cul leiilants qui
ni'cessilenl du fromage...
ou pur. Aclii'lez-le de votre
picier favori.
( TITI t r )
(Su If)
ET
L'Aiglonne
(Suite)
Entie OW; Balcon :
DEMAIN SOI
La belle comdie
1 ,ihj.
Totteetsa Chance
Ou L'art de sduire un beau pre rcaleilrail .>
aver Andr Hoinne e- Carmen Boni
Kntie : 1 00 ; Balcon : 2,00.
DIMVNCHE
Une grande superproduction sonore et chanlan e en Iraij
Au Temps des Valses
fvec 'e clbre ac'eui ilenri Bacdin el la dliate ai liste
Claire Rommer.
contenterons de rpter, en pouvousl me prter. Orjoaa
l'ipinio i si '' >r i t > > ir dire i|ue l'a-
.a
nous appuyant sui-
des I) ) is auteur i,que Cajou
nement n'a pensif. A la date du > j lillat,
c'est obligatoireinea |ue les
Ciambres repren irj il le us
(rivaux .. moins <\ l'il n
plaise de nouve iq rblxcultl
d'exercer so-i droil c istil i
lioaael, de les ajo ir ter uu
deixiem-3 el demie e lois...
Da is ce dernier c is.l :s Ch mi-
bres ne pourront se ru ni
que le G Aot pour l \ coati-
nuttion des travaux de la ses-
sio '..
L'ajournement, eu d'autres
ternes n'a lait que s ispeo Ire
pjur un mois les u i:x des
Chambres, et eu Qier 11 cou
Ululation partir d i I juillet.
l'ou e autre iuterpi tatmn
de l'art.50,en ce (jui c i i erne
rajournement, doit tre reje-
tai comme abusive el ten-
de icicuse.
A St. Girons, dans son Ma-
|ourne uenl n' t < s compris
dans li lur la se^sio i et
est pu m eusil
Au reste, s' I u n (levai
i> itre ai i >i, i1 8ei ni trop fa*
cite ht, p*i u
i hes. en les
ajourua il i I nt pe idaot
la session, q i quivau-
drait ie> p u ..iy i t-ii leur
imposant deu i mois de n o-
travail sur li ois. L< s Ch im-
bies u'auraient donc fonc-
tionne i|uu pendaul un mois,
alors que la Constitution leur
tait l'oblig i n de su ger au
minim in p mdaui iro % mois.
De^ quel I e m s U pose
i int-elles p mr examiner les
questions soum s s a leurs
kdlibratioasi ei s'acquitter
pour DISTILLER & HECTIF1EH |
Les CAUX-OC-VIC,
RKJMj, ALCOOLS. StO
DEROY FILS AINE
75, rut au i:*tij '
FRATiQUE da Dlstillateiir -"SU!
MANUEL du f Moiai
ILLUSTR adrmti frnr
Gin-V
la Licjue
d'Education
KRAFT
CHEESE
IViLLlV S US COhlOftATIOJl
h "slril1'l"nr
INul-au-PriDce, Hati.
Nationale SU
de leur l n i n tulle de
discuter 11 de voler le b i
gel ?
La controvc.se u i xiste pas.
R G,
ECHOS
- o
Le journal (La Prensai,
de Bucnos-Ayres, qui est l'un
des grands orgmics de l'A-
mrique du sud, a consacr
tout un numro Hati .Tons
les Hatiens remercient cor-
dialement le giand confrre
argentin pour sou geste d'ami
ti envers notre pays
vaut le conseil de l'ordre
pour s'expliquer.
Le reprsentant du Ser
vice d'Hygine Jacmel a
dclar qu'aucune exigence
n'tait laite aux tiavailleurs
relevant de ce service tou-
ebant les souscriptions pour
la restauration des monu-
ments lus oriques,
Par ai i t du secrtaire
d'Etat de i inti ieur, en date
du 9 juin, les Domins Maxi-
-aLe Nouvel
que M. Usmes
liste annonce
Clment I uin.
chet du service des Traits el
des Accords au Dpartement
d'Etat, sera probablement le
successeur de M.Dana Mm
la tie de la l galion d< s
Etats-Unis Port ;ui-i rince,
Un plan simple el pra-
tiqua de roigaDJ atioo du
service national de la pro-
duction agricole esta l'tude
au Dpartement de lAg'icul
turc. Ce D'est pas trop tt.
Au tribunal civil du Cep-
ridtien, les Muges jertorius
et Cyriaqoc Bclotle dont les
/uandats sontarrivs echac
e ont i recoinm isionni s
yak le l'/sideut de la Rpu-
blique.
On signale la p senec
I nue bande de unl;in II
u l'endroit appel l.i Saline,
|.is du Cap*nalti( d. Ils d
|/ouillent les paysans qu
reviennent de
ques gendarmes par la si-
raient utiles.
Un incident est (
u tribunal civil du I
Uaitun entre Vies dU
Auguste et Descartes Albert
qui ont t pries pai 'c La
|annter ue se prsenter d-
mo Lati ntainc et Elvira Pi-
chardo, de nationalit domi-
nicaine, ont t expulss du
tei i itoii e l u.
Pa Gor ; d inM'assassin
prsidi nt i> umer, scia
7 jntlli i | rocl 1 t arresiai uns conti-

UUent a Cub i dans I
es r.in^s
pii isioi n sur un point qui pa
rail incroyable. Comment I MM.
D-iriigue et Liautaud non' pas
hsit consigner dans le rap
port (pie les rsultats des exa-
mens permettent de conclure i
que sur 335 instituteurs, 27 /je
savent pu* tin Entendez par
n.ner. sera 'a que 275 instituteurs n'ont pas
comp is le sens d'un texte piat
SOUS I' urs yeux, parce qu'ils
n'onl pis pu rpondre aux
professern-s el des eiu- ^'^"-s poste la tuila du
diant8.Ces derniers sont accu- g1?d"sle d,ai *m ,eur ava,t
ses d un complot rvolution- j 'm''; |/l)o'cteur Pressoir a lait
uaiIt" J remarquer qu'une pareille con
Iclusion serait trs mal inter-
prte l'Etranger, tl n'aurait
\ as pu prvoir que. quelques
minutes apr', son point de vue
.allait leevoil une merveilkuse
illustration,
Certains membres de la Ligue
prsents interprtent, chacun
sa I on, les conclusions de ce
rappcrl ont cru ncessaire de
diliier que c'tait une houle
d que Ks diflrents Secrtaires
d'Etal qui s'taient succd au
Dpartement de l'Instruction Pu-
blique en taient responsables; I
d'autres ont jug utile de prendre i
la dtenue de oui qui eurent
I honneur de diriger cel im{>0 -
tiini I) partemeol MiniaU i tel 11,
comme il (allait :-'y attendre, la
qutkiton ayant dvi du terrain
scientifique) pour aboutir aux
uu a- personnalits, la sance a le
i leve.
est regrettable que ces l-
rbeuseja circonstances aient em-
pch de faire la lumire sur la
question. Mais, elles ont donn
raison au Dr Pressoir qui n'en-
visgpait cependant qne la r-
perei sion du rapport l'Eiran-
ppr et qui tail peut-tre lo;n de
s'imag'ner que T'flet en serait
lonl :tussi dsastreux dans noire
milieu.
Sans vouloir critiquer la lor-
me des exemen" organiss pr
MM. Dartigi e et liautaud qai
ont voulu en avoir tout seuls la
responsabilit, retenons seule*
ment que m 335 instituteurs
rurau*. 275 "'ont pas pu avoir
l'inlel'igence d'un lexle plac
I sous leurs yeux pendant 21 mi-
nutes. Cela ne veut pas dire
Ql!i's ne savent pas lire Cela
rendre compte de la comptence ne veut mme pas dire qu'ils ne
des insliluteurs ruraux en lone- j comorennent pus le tranais.
tion au moment o ils prenaient I Car qui peut se vanter de pou-
la direction de 1 renseignement | voir comprendre n'importe quel
Ityral. < texte franais ?
Il y a donc lieu de distin-
guer. Or, dans l'espce, il s'agit
d'un texte extrait de la Gram-
maire Larive et Fleury, nulle-
ment approprie l'usage auquel
les m1 mbres de la Ligue
d'Education Nationale ont t
convoqus samedi apis-midi
pour entendre une communica-
tion de M Maurice Darlgne
concernant la nouvelle rgani-
sation donne l'Enseignement
Itoial qui a pass depuis octo-
bre dernier au Service d la
P.-oduciion Agricole et de I lai
seigneme&l Rural, sous le enn-
li'e ilu Dpartement de I Agri-
cnltur
M Dartigue a donn lecture
de (jurbpn s ;i-s gi s du rap-
port adress, en Janvier der-
nier, au Secrtaire d Etat de l'A
gncullure sur les rsultats des
examens organiss par MM.
D -r''giie et l.uutaud pour se
CE SOIR
L'INDOMPTE
avec Joan C'f wlorrl
Entre gnrale : 1,(0.
"Pourquoi
ne Pouvons
nous pas
Economiser?91
Ce i apport qui mrite d'lre '
rendu publ c a produit une cer-
taine sensation.
M. le Doc eur Calls Pressoir,
le prend r, a voulu avoir des |
(JEUX PERSONNALITES AKERI-
CAINES H POHT-AU PRINCE
O -
l.afontant, dont
nous avons aujourd'hui annon-
: et la \ isite au M \-
rix, t Mr A.John
l'.'U >cal du barreau new-
yor m. i d> r, int-
hub \jui i particuliremenl au
la ville. Quel- d> pmenl du tourisme en
Hati. Nous i royons a> oir dj
rem onlr Mrs i der en Haili
e nouvelle
I
i.ipi
in el dont nous ne
i e.
Nous leui souhaitons
on le destinait, de l'avis de tous
les ducateurs prsents.
Ki tout ca?, il y a des consi-
drations importantes qui se d-
gigen" d la communication de
Mr Du ligne la Ligue.
Les examens onl-ils t faits
sous le conlrle des Inspecteurs
|1^ !!
Combien de foi. vou. tmnm po* mm ButUes apr.
!T* ^.en comp,e que vo* dpen,c ** tout *
""Quantit d autre personne, dont le revenu n'ast ih
auprawr au vtre, achtent de. rt.cle. qui ont hor. da voa.
porte. Serait-ce parce que vou. dpen*e* au haard?
Une Brochure .ur le Budjet de Famille, pubhe par la Buiqv
Royaia, you. aidara prvoir vo. dpen.e. et conomie.
aiMAKBBB-H WX KIM^LAI.I
La Banque Royal*
du Canada
suas
de TSmeignement Rural ? service.
Le Dpartement de l'AgricuN ; Le Dpartement de l'AgricuI-
tn ea-t il apj rouv (e rappoil ?! ture a-t-il envisag toutes le
Les instituteurs rve qus la
su le de ces examens pourront-
ils obtenir la pension, mme
s'ils n'ont pas encore 25 ans de
services rvolus ?
Csr, il serait cruel de jeter sur
le pav des instituteurs ayant
un certain nombre d'aanes de
Toutes les Polices
DE LA
f
a-t-il
consquences de la rlome?
Tout s ces questions mri-
tent d'lre poses.
En tout tat de cause, il ? *
lieu de llirlipr M. Dartigue d'a
voir pens faire celte intres-
sante communication ta Ligue.
UN ASSISTANT.
&3^*fHtai
II
.

[comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux|
Fuff.LeBoss&Co
^'^flBfflASaU HIBViiiiiiM,
Aqents Gnraux
iSM*


LE MATIN J J:ii, IHi
IfiliuiD liarkmcouri
^i^aasa
Dont
ftSl^M 7Me "* *-**
UN BARBANCOURT
cpt : Hue Csar,
A SAINT-LOUIS DE GONZAGUE
Les Frres de l'Institution
Saint Louis de Gonzague te-
roil chanter une messe so-
lennelle, dans leur chapelle,
mardi, 21 juin, 7 h. 30,
l'occasion de la F e du Pas
Iroii de l'Etablissement
Les Amis et Anciens Elves
de l'Institution sout cordiale-
ment invits cette errao
oie.
BELLE POUfilUt musique du p, ,,,
Bar National
Voulez-vous tre servi
souhait ? allez au
bar national,
l'Iace Gellrard, en lace de
Mattit.
L'tablissement se recom-
mande par ses cocktails ie*
nomm*. Un restaurant i
l'OJ trouve toujours des mets
savamment prpas est an-
nex au Bar NatioNal que
dirige Mme Rocoui.t.
n tfauv mois pm ta
PILULES ORIENTALES
!< seule, qui dveloppent, raf-
frnimvnt. rrconv'tuent le*
Htnt.aaber.il ta milieu nusru-
ms ,1, s i'pi>ulr9 et donnent au
nosta un gracieux cmbonp.ilnt.
lenfaiaantea pour la a.ntt
Approavm par la ctUbrtlrt raidirait
J. IATIE. rV. 45. n, * TIM^, r-.l S
AP.rtW-W.irVIUCH* S1U 2
et toutes bonnes paarmaci;.
Nous extrayons detla (iardet
des Cayes :
A L'ATTENTION DE LA JUSTICE
Grime sur crime
atarrhe
du Nez ou
de la Gorge
Mettre Vicks dans
le ne* ou le faire
fondre dans l'eau
chaudeetl'inhaler.
VjCKS
Pour Tout Refroidissement
Il nous est revenu deux
crimes inou* commis dans
une stc'ion du quartier Chant I ( Commune de Tor-
e.-k ).
Pour raison amoureuse'
une fille poignarda sa mire
la semaine passe et fut pin-
ce par le Chel de la sec-
tion qui lui noua une corde
au cou et la conduisit dans
cet appareil derrire le cer-
cueil jusqu'au cimetire o
elle lut enterre vivante sons
j la bire de la mre.
Nous demandons la Lis
; lice d'ouvrir une enqi te sur
res laits, e s'ils sont prou,
"es quon ne muage le chef
de section.
| De notre ct, nous cou-
limions notre enoute e' nous
promettons plus de dtails.
Programme ito ronce, t du
jtuui lo juin \b32 de la Mu
si'jue du pa'ais sous la di-
icction du I < utenant Luc Jn-
Bapiisle.
1 La grnd entre de
Mobinsor, marche par Kl.
KinM.
2 Retour du Vieux Lion,
mai eh religieuse d'O Jeanty.
o Huigarian, comedy,
ouverture par Kler Bla.
4 Rigoietto, opra de G.
Verdi.
L'obsdante, Valse de
0- Jeanty,
6 Shioe. fox-tiot par
Ford Djbney.
7 Yo riv, meringue par
O. Jeanlv.
DES CHiftOIS AU PLACE .
DES HATIENS !
Il nous revient qu' un .'
club amri -n iostali ; i
CJiamp de Mars, fout le pi -
somel de service hatien ;i
t remplac par dea Chinois.)
C'est entendu que chacun est
libre dans le cb< w de si s
employs ou serviteurs. Mais
Cille lil tri ne \-: | as jus-;
qu' lolltei uni conurn ? c
nuisi bl< cm h s dcUodi ux.1
Lux, d'al ord.
V
< v
L

rduction : :
>E PASSAGE
tarie Hollcii dtmt ...
formera- la prsente lepu-
blic V ptrtir daujour-
d'hui le tarif de passage en
m-
Dcs
Hier prs-midi ont eu lieu
li aihdrale les obsques
de Guillaume Duchtellier.
Celui! un trs syo pathi
que c t lis cordial camarade,
et, au .surplus, un grand tra-
vailleur. Teux qui rappro-
chaient de prs regretteront
vivement sa disparuti jii p.e
mainti.
N 'is adressons nos Rinc*
resco* dola es sa famille-
UNE GRANDESUPERPRODUCIION, ^
SONORE ET CHANTANTE PRAi- lci'C classe, des DOl'h ha.
AISE A-HAITIANA. DIMANCHE, j- T \ U
SOIB : AU TEMPS DES VALSES, Uens au H(ll T et Amtler-
ydam,a l rduit lSOtlol
Pour renseignements, veuillez
T T **"^ *\ *M V% -v *Ka *u *
Au Temps dea Valses
un fi'm pg'abV, mis en sc...
i vec g( l H in'eip t avec n-/
In in par L.a musique de Johann'
Stiaoaa qai se tait entendre (oui\Tr\Ma n^vn-,n.o.~~ i
' vous adresser a nos agents,
1ASTHME
eVPHYSEKH
OPPRESSIONS
Soulagement immdiat et gu-ison r,r lu
Globu.cs* Rbaud
Rsultats mt-rvellrux, surprenant notai-
fc Touttt Pharmuci* QimaMiP /lut.ce
E. OAMCHOl'X, 27, Hue V..:ia: Uug-)
' Bols-iojouitoj (Sc.ucJ *
Panama Railroad Steamship Line
Agents aux m incinaux oorts d'Europe.
Service ae \r\ et de passagers enlie
lEurope et (Amrique.
G. W. Shei.don & Co, Ltd.
17, James Strett,
Li ter pool, Lnglav
Mort & Comnaoy,
Atlantic Freighting Corp. Div.
155 Boulevard de S lasbourg,
Havre, France
MORY & t OMPANY,
Atlantic Freighting Corp. Div
7, Quai des Chartrons,
Bordeaux, France
llernu deron & Stockwell.
Boite Postal 78'
Havre, France.
Angleterre
u. W Shelpon & Ltd.
Fen'on House.
12/H3 Fenchir h S'reet,
Lmdon E. C. 3, Lrgland.
Trance
Mort &. Company.
Atlantic Freighting Corr-.Div.
3, Rue St Vincent de Faul.
Paris, France.
Mory A; Company
Atlaulic Feighting Ci.rp. Div.
7 Bue de la Rpublique,
Marseille France.
Gellatly Ha.nx.by & Co,
21, Rue de la Rpublique
Marseille. Frasce.
Allemagne
Atlantic Freighting Corp. Atlantic Freighting Corp.
allinhaus, Hamburg 1, Gcr.nany. Breitenweg55. Bremen, G
Hollande
Atlantic Freighting Corp.
Intwerp Division.
C/o Steinmann & Compiny
P. 0. Bo. 109, Rotterdam
A/B W. Larka,
Atlantic Freighting Corp. Div.
-eppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson et hoimstrom
Atlantic Freighting Corp.^Div.
Skeppsbron 3,
Gothenburg, Sweden.
Atlantic Freighting Corp.
Kouingiu Emmapliin ?
Rotterdam. Holland.
flollj-ne,
Sude
Sven Jansson et Company.
Atlantic Freighting
Corr. Div.
Norrkoeping, Sweden
Simon Edsl'on a/B
Atlantic Freighting
Corp, Div.
Malmo, Sweden.
1 u long du film, interpr e pai
1 eicelbnl oui: g i si un
de* alliaita de cifti production
qui doit satisfaire tous lis pi-
bucs,
Strauaa rentre Viei ne.
|"' ni nomm pour sauver sa
bien aime de l'meute, en
jouant aux meulier.s la M rs. ]-
!'>', transfoim. , en
vbe....l .. I. Bdion intres-
" 'te est mene dana m. I, ,
rythme, ue se ra'pnlil pas un
seul instant; elle rebondit d'in-
'ngueaen intrigues, jusqu'
sic e iinale qui vous piocure
une douce motion.
Mondanit
Mr et Mme Karl Seidel
nous font pari des fianailles
de leur fille // DorgUiM
avec M. \ incent K, Chapman.
i\os vils compliments.
es grave, ,474
le .nanque cl apptit
U manque U'appctit i t
d abord la n ,lo:,
dun trouble
surmena c, *,
trique, etc A son I r ,|
devient la <- ct0
nw ooiodin :teded*..
"1 sordrea graves''' V*//
/Z% tels que la neurasthnie
ft> -j et la tuberculose.
*/ '-lire ceaaer tout de
TZ^^. Sulte ct le manque d ap.
1/ If* Petit et sa cause. La
^^ Fortane. excellent stimu-
U / tant et p.c!il fortifiant,
en ri.u c,xc,!c ia r'a,oi s'O'nacale,
en refBUroc les mouve-
mentset activ,
tions gastriques.
Fortiane diminue la vio-
lence et la frcquci:
accs fbriles. Son em-
ploi rtablit trs vite les
fonctions orgamqn, aliolies par la
j'evre et par la chaleur Lappetitet le"
ifissra h proZuoa Si vous vous iaite, des piqres
'on.que. P,y I 1RTIANF Tac-
"on sera plu, bienlai.ante ei plus sen-
ible
A Pr~'nS ,'"r''S
* ron-m-Princti i larmacit B i u
Oro .
Millau Avoyron
Messieurs G. F. MADSEN
..TLPHONE : 3i5
RICHARD PETERS, 1
CHAMP OE MARS, NO 1217
rop,
La seule boulangerie Europenne en Ha.i
Spcialits de pain., pour andwUh
^ains tlutes et peina moules Pain 0|r
Tains con.plets, etc.-
Pat,sseHesane. pat^Vo, an vent. Tourte..
Tlphone : 2069.
La Maison n'a pas de suc-
cursale.
UUliEMEbMiLE Sauvez
Livraison propre, hyg
q>'p, en bo heri
quemeol cachee, l'ami
de toute falsificatl n.
Transport i il en ri gn -
leurs roue i.
- .,;J,{ '' li'Rue, PorUau-
Prince.
vos livres
li> (^ et toi-
m luvais iiat i n
;i i n lieur cous-
, jonnte et iialiile
*MLLE,Rue lionne
Foi
Aj2ffe. A vendre
^MTi^SSS
Une n ; i : ini
derwood N
' J un | ris re'h mi ul insi-
g 'fianl.
S'adre sei u:
Bureau du Ji ur$o.l
i n piano Pleyel en 1res bon
iat.
,'"111 ''" conditions, s'adree-
ser a la rue d< s Miraclea, mai-
son M.tienoil, en face de lu IV
leclure.
Bernhard Bergh & Co
Atlantic Freigh'ing Corp., D'v.
Halsingborg, Sweden.
Belgique
2tlantic Freighting Corp.
c/o Steinmann et Co
Cjuai Jjrdaens.
Antwerp, Belgium.
Danemai k
E. A. Bendix e Comninj'
CopenhagcD, Denma'1.
Italie
A Ceresa et Company
Va Bi chi 3,
Genca, italjr.
a7npagne
Agencia Maritime DJgide,
Hacelona Spain.
Norvge
Laurilz A. Devold A. G.
Atlantic Freighting Corp.Biv.
Aalesund, Norway.
LE FAITES! INCONTESTABLE
Il li n m Sarlhe
Cest la quintessence des meilleur
|varits de cannes d'un vaste lerrileire
J runissant les meilleurs (erroirs
C'est ce qui fait son ariiio.
OOITTEZ ET COMPAREZ !


Jeudi
16 Juin 1932
Le Malin
u
4 PAGES
XMANMIftl'' 7W7
port-tu-Prinee
Tlphone i 24*
OlliE HAITiEN DE
L'ALLIANCE FRANAISE
Le b h eau du Comit Mai- j
l;cn de 'All'ance Franaise a
tTionncm de prier les mem-
lires dh i neur et lis mem
hres actifs del Socit -, les
Franais1, s j rotgs Ir-oais
et les niei bres de la presse
et leurs familles de bien vnu
tair Mainte: la Matine So-
le melle organise eu mmoi-
re du lies regrett Paul
Dnoter, ancien prsident de
la Rpublique Franc use, au- :
cien Prsident de l'vlliance
Franaise ,
La run'on aun lieu j
Cin-Varits le dim mche |
uatin, 1(.) juin, 10 heures, j
Port-au-Prince,le 10 juiu 1932
THE ROYAL II AIL S rEAM
PACKET mm
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Lifj
Assurance Corporation LIA
de Perth ( Scotland )
, l GENBBA1, e.l une des plus pata.-ite, et das ,1.1iJ' fJ^SSZ
de ce rare. Le soleil ne se couche jamais sur s n chi n? I wlio i q > *
'"""''se, Polices contre incen lie couvrent aussi les dbits o.c.sionus par I. loudr.
Ses Poins'pour Automobiles couvrent vols, incendie, malvedlance, dommage,
ransc ii autrui dans Si> personne ou dans ses biens.
Ses Po iriiimcs mises par ses branches d'Europe sont payables en Haill.
urs de',. : ., prendre la prcaution de m munir dnne police.outre accident^
^au m Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
i
Le steamer GaboonJ ',
venant de Londres via Kings ,
toujet les Ports du Sud sera
a Port-an Prli ce le 14courant
prenant I et e' patsagerspour
i E'jropr.
Th$ Itnijdl hait Sleam
Packet Ca,
L 1. J. 1 I
SOUSAGENTS
Agent Gnral nour Hniti.
t^ort au-Pnnce. IG. GILG
JEAN BLANCHETJrmit
N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE UN PETIT TOI A
TERRACE-GARDEN
Chez W. K\HL
Petionville
1 ;M pieds d'all^nde L'tablisse n sut le plus Irais Ui
Tirai de Port an -Prince.
feulement Ifc minu'ee d'auto sur uue -excellente rula
aiphalte. Vues merveilleuse de la vile et lu |.ort.
Boieeone de toute espces.
arrangements particuliers pour les pensions de jour 4i
sesaaine ou de mois.
1 Stcvtn
<
Horn Linie
Nous avons le phisir d'an-
oncer notre aimable clien
le une les prix de pass
p >ur l'Europe sur ks bateaux
dt; la Ligne Horn ont t r-
duits sensiblement.
Le prochaiojdparl sera sur
le beau steamer Waldtraul
Horoi,(jui arrivera vers le '2i
courant. Premire classe : 130
dollars. Pour plus amples
renseignements, veuillez vous
adresser nos bureaux.
HINUOLI) & C, Agents.
TRAITEMENT BUCCl OE
- > .....%?
* ttaCMARCYtV
Le Siimr|yl qui contient les trait
miilicanicnt spcifiques dont l'actif i>
ontisvpliilitique est scientifiquement
dmontr* par ks trnv.iux des pli
tninenl DM clWi exerce une action
ourative rapide sur les accidents da la
SYl'illl 'Set nn| toute* le*
priodes de lu
Sans iaco r fKJH BU,
il .,n t. tci n ni conomique
. c REMPLAANT
A chaque botta t 'e eue
notice complte sur l.i mthode.
Prparation du Lebc-atolrs Du 0' P'
,R.usBilian.. l0SIM-S.-MMi>P*aJ3
t en vante clana foulai \
p |na rnnrmaclea d'Hati.
Idal
AVIS AU COMMERCE
La PanamajUtulroad S'.ea msbip Line a l'avantage d'il
ieer les dpart a suivante de New York pour port au prince
iti, directement ehaque mardi. Toupies ste; mers toit
pourvus de chambre Irifori^aue
CRwls de btcw \ ork. Arrivages Po i au -rrinee.
"Ancon" le 7 juin
SUwuer "Guiyaquil" le 14 juin ISS?
Steumer -Crislob.l'- le 21 uin 132
Steamer 'Boenaventura" l< 28 j ''n
Steamer "Ancon" le 6 jui' et 1931
ALIX ROY
30 annes de succs.
Steamer "Guavaquir" le 12 juil et
Panama Railroad SteamiHiip Line
JitB-C.VAN RF.ED
agent Gnral
le '2 juin 1932
20 juin 192)2
le 2G iuih 1032
lr 4 pille' mi
e 11 ipillei 19;t2
le 18 juillet 19j2
CE
1 ;. 0 iiini'lra

SERVICE SOLENNEL
Vendredi prochain, 17,
H lires 1/2 a. m, en l'Eglise de
Carre tour, sera clbr un
service solennel pour le re
pos de lame du Hv. l're
Franois S.M. M.
Fleurs! Fleurs!
; Lykes Brothers SS G0 lnc
Taxa Hati Santo uomingo- Porto Rico
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
trt entre les ports du Golte du Texas directement aTec
Port-au-Prince, Hatti. -M
Pour la rception rapide et le maniement habile Je vos
importations, servez vous toujours des navires de
LINE.
LYKE
o
n trouvera chez Melle Ti-
line Augu-lin, Bas l'eu de
chose, (tes l'urs. couronnes,
eorbeillea de Qeurs naturelles
etc, bon march.
n MMIS T FAIT
CE OUI NE PEUT ETRE DEPASSE
Kola Champagiv
F. SJOURN
Prpar dans des c millions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prpar.ticm et Venta
?barmacibF. SEJOURNE
Angle dea rues houx el du Centre.
Laboratoire SJOURN
DiRFtvruns
P. Sjouhnk, Pharmacien
R. Sjourni:, Pharmacien
M. Sjourn, Pharmacien
interne de
Analvses des Urines, du s<
atraanDi l)ree Constante d Urbard, Glycmie).
Descracbals. Des matires iccalcs.
e l'Universit de Paris
le l'universit de l'ai is.aneien
Hpitaux de Paris
gastrique, du sang ( Was-
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont
steamer Genevive Lykes 10 juin 193t
Steamer c Ruth Lyltes 17 juin WA2
Steamer Margaret Lykes 24 iuin 41)12
Steamer Almeria Lykes 1er juillet 1912
tiuraau: Rue du Magasin de Hfltai, Boite Pestai* 1
1 Loterie Nationale d'Hati
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne

L'avez-vous dj (jout?
Eh bien, demandez dans
tons 1rs, cals, bars cl res-
taurants de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale: le
* PORTKR NATIONAL
Agrable Fortifiant
Bon March.
BRA^SSERIE NATIONALE S. A
Port-au-Prince, (Hati ).
(M
.- s 7.
.: ',
i >.'t- 4\ .
* :& "je r
J53 | fts/ p |
416 Rue Bonn.Fol. Phone : 3358
La Loterie Nationaled'llalti est
une institution hautement humanitaire par la multiplia
d'uvres qu'elle se propose d'aider, une chance de M
tre offerte aux homme* de tout* conditions de lorlul
Employs, Ponctionnairev, Ouvriers. Artisans, Si la ries 1
tous ordres, Gens de maivon ( domestiques, ) sans pan
leur budget moyam ant deux goud s, peuvent gagner trel
mille gourdes Patrons de Commerce,Chefs d'Iiidusiie.psrr
aux iusuifisances des ventes, par l'achat d'un billet, quivoo^
libre du souci des chances*
Mdecins Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Grand
Dignitaires de lEtat.Reprsentants de l'Iotellectualit, io^
nalistes.
Donnic l'exemple de votre rolidarit sociaiC.
Rentiers, capitalistes, cemme en jouant, augmente voir
avoir.
Vous tous qui habiteer* Hati, rendrz-lui ser%ice en scm
ant la billet de le LOTERIE NATIONALE D'HATI.
atkvtioii
!
A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que le
vente de ?es CHAMEAUX se lait, depuis le 4 janvier, au
J 2027. GfiAND'RUF
en face ne son ancien local.
les Clients y trouveront le mme accueil.
BON MARCHE. CLRIT, COURTOISIE
Martine* Marcelin & O
PROGRS NOUVEAU
RM M NOL\EAV
Rhum dlicieux got exquii
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
tttumt m m n mm fhhhi .***


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM