<%BANNER%>







PAGE 1

ri Ut MV!,\ H Juin MU Lettre Ouverte A fcfi CLMl ;: M— Direct) ur du Journal LE MATIN ri an-Prince -i JllEFRWttfliTISMFMIlittii UCHARD PETERS, Prop. EGhOS i i MP DE MARS, N01217 La M aison n a Autour de Pojournement SUIT,: et FIN. ^Vuir LMATIN des tl(tl3jllir\ / Nous Tenons de parle it • tftaires en dtail,; maintenaut parlons des a'.! i elles-m n is Supposons que la Rpublique d'Ha i ait un coni i r avec l'extrieur une somme de cent iiiillions de gourdes, dont cent millions pour l'impoi i tion et cinquante millions pour l'exporluti in Ha'li aura paye r IVtr mUer cinquante millions de st CL PScl'C coftrev Supposons aussi qu'un tel tat existe depuis six annes: nous ai rons trois cent millions do dli i! qu nous comblerons par toutes espces d'exp li.'n's;-•-, -t( hnp fil 1(^1 ICI 11 nitive.no.isscoi.s, udrs) ^ 3UUl1 comme gens de mauvaise loi. j Et cela en a tout l'air, qu in • nous voyons notre U %¡ • nce la jouissance, n t e faeon de phraser et notre bienveil lance pour l'absurde. Hati ressemble en eli t a un commis, un tni -i ant, un marjulacturier 1er peroit connu i co n cinquante gourdes | ir rn il en dpense cent cinqu inte ; le second re lit I lants trangers p o u r commerce c e n I i inqu inte mille gourdes de m h indises et il ne peut n nu >( r que cinquante mille; le tioisii' ne achte des m itie pour cent cinqu inte ni nous le gourdes et, ap manufactur ces n s, il ne po se.le i\ u e ci i |U m liions. Donc quel esl i lai du commis, du com i ilu manufactura queroutier. Non seulement : ba q ieroute existe ni e va se manifester dans tout et parlou. Il faut ajouter c t tal le choses e ct G la i ier. La boul ngerie Europenne en Hati. Spc* Sites de pains, pour sandwich 3t patns m->ule ; Pains noirs r.s complets, et Ptisserie fine, p^ts Vol au vent. Tourtes. Soins et promptitude. Tlphone : 2069. pas cl e succonstitutionnelle •— h ri l C -r, Votre bo ..u-ur R Ceci il dans un %  di i ; de ce jour, que sans ter I atrairemenl die l'ai I. 1er roe oent des ives.la proroIQASI bien ia cl i I.I .l) es q j' • de i lxcutil, el croit que l'Exi ti ope qu nid il ] considre le i li d'ajourn rnenl ne un %  > %  mo s de la Kess e i L'article qu je i conti | l| i si ,111 raient de irop grj es consi pou le ny ; je re* iq • Hle l'opiI i i i . L'l il i on| d i n s i %  se trou • a lui llerne i 1 < Peuple co omand • que soieu' j bien tirs les Lx e consti lutionnels pour que ce l'euple sache de quel cote se trouve lu i il u\ si l de dire que, lani l'e QOJS occupa, 'a pi ii prorog itio i 1 n l< ; puiiiique le s'ga Bloque National Repu. Pouvoir Exeepl e | a Chambre blique a un capital itre eu !" "'• ptes ou o'a pas bonne i millions de dollars ( 1.0 KJ KJ or); m lis sou eu lai— liquc actuelle ne : nie |as quatre cent mille I ill il s, ( 100.000 dollar.-, i. I] que roule sur des l> del >. i l'actualit cono ui [uedes V. ats Unis, on esl la CityQ b es aoni en ion oi ivent par u i ger la se %  ion d a m Le texl • 50 de la Constituli in dit b eu : .e Ctrps li faut qui c i par u ie 1 n. Je ne vui-. |>:i immi n peut Mi nk,reprsente en Hati par, joner, la ace des Chamli Banque d'Hati, ce pays j eut tre victime non seulement d'une fluctuation, m lis u'un dsastre. Quel'e iera la situation du billet uis ? En crivant ers li J,j'ai lire l'attention du p ir lu ratastroph • invil tble q n i iious attend si le Gouvernement hatien n en-. pis les choses sous leur jour. A mon avis, il I ml p luire, il f.mt ve idn i l'l ra i IS le ini i. ce ;i i -lu i! ci Si 1 1 ire u ger un tiers en i que nous achetons l'importation esl millions, il luit o ou exporter po ir qualit million?. Je les deux princij i u Atre appliqus -la : Quin tupler nos tien i i s nuer notre imp n Pourquoi lant de la'io Pourquoi ces pti taires, c< s objet • de nous engloutissent ? loi avons des matires ni tjison la m in il no i mme. Muluplio i tations de ri, de p m terre, etc. Empl iy >t\ i uos bois de constru nous verrou i roiuuer l'tma de sept h lit millio Jars, c'est i. 40 000.000 de n dons eulnite notre gourde sa valeur; elle vau il lar. Alons I rl't n que l'tranger i payer. Nol e Dcessai oua la | i i si ii p du rai Saioiron. Ne blaguons \ I gotre rle au srieux. S03 nrcs, quand elle*' sont ajournes, I initiative de la prorogation d'un mois. Mai i c n i s' p is ici la ques lioa principale. (J lelle S' | | I | |;l (•,,',. d, s n avaux de la s. tsi n trduid t le I Avril demie ? Le uir n rticle 5 I rpond |ue c e il le I .1 i ; i. <) u, I li i ichain, la i ible uent, i m i ivoir i ni n %  | i | I. i > C : I** toi aj ,i M e i li n ^ Ajou iam> br q int p is o;i session, qii sou i ,i >re, I I : %  ; siou, ni do ,. i uv sont luspar Ai |< l'Et %  Ml I. a C'est COOIp ni I :. dU .'! Avril 1878: Eu ce d'ajourneCh • hres, l; Prsi peut dde l'a/is i i' des Ministres mai i imbres se runis sent d %  plein droit deux jours apr C'est ainsi galement que le comprend l'arl 2 de la loi cons! litotionnelle lra>iixe du 16 liiille' 1875 : L' Prsident neui 1 8|ou I ; Chambre*. Toute! ]o irneme il ne peut e terme d'un mois, ni \ > r b %  plus de deux lois d ats li mm %  .• '.s.sn'on . M us | r ."0 le notre Cons titu i > ; i est e i o e plus clair.... p:us de deux ajournements np iuvenl ;i'oi heu dans le cours d une mme session () i voit h en, i> ir jcet a r gu j me il de texte, q ie le lgisla j lar constituant a voulu qu' | soient compris dans le temps I de la session, les deux mois d'ajournement du Corps Lgislatif. Apr< cel '. Mon ciier Oireclenr, je crois que. nom noua mullro is d'accord.mon ami U.C. el moi; Car il ne voudra pas acdes deq u n'a pas bonne mmoire puisse se runir aprs le. 4 Juil let, dlibrer en marge dd li Cois rulio'i, el si c'esl l son bo i plaisir, rester perptuellement en session.. Il est vrai qu le S'il m eux CO u o e, avec sa œ ho le d.modration, ne le tolrera pas. AU iclueusemenl vou e Emm. TROUl-LOI, av. 11 J i 1932 — Notre collaborateur R. C rpondra demain tu thse <[ue soutient Me Emm Trouillot. N D L H. U CONFRENCE DE DANIEL FOUCHARD Ces di (KM 11 U .lin q i eut le Beilcvue a il u i uDreuse i m e la c m e Daniel ch u I, au profil des s d St Aul nue. L i su I :. 2 qui souleva tous... et des saillies de passer i e tire les U |u d us peu I, reil hissent, travaillent i I) ne* ii d vo I L l •j< .la sur l volution de la temme h tltieone, ses qualits ci s. s dlectuosits.Toul cela prsente dans un langage choisi, lgant, l'ad niratio'i de avec t et l ni permirent lu grave au d QX. Aussi le tnlren ier fut applaudi a Il IS: S. 4,11 C-, Hl II i JUJ.I qu'a uue heure de i'.tprtmidi. j Nous prsentons nos com\ ptimeuts Mr. Daniel Foe* jehard pour l'loquent en co n s d >un cette belle cej v e que constitue A LI s Pu til Q de Si A Moine.i '^--i Ueiiju u, RM ssuat. .Faria. — nseii communal i i u c doter notre %  H'IIU iht-i e niuuici( pal A sa dernire sance, il a vol le pi in ipe de sa construction qui s ra ralise par un syndicat prenant sa charge tous les tr*ls, lerembours ment lui tant assur par des annuit prvoir su budget d< tu i-o i mune. — Le m jor P. D. Calixte a t piomu olortel. Il est le prein er otlicier hatien qui ail obuuu ce grade. Il sera nomm iu commandement du dpartement militaire du Sui. iNous lui adressous nos vives lhcitations. — Lon Dsir Paris a t install comme ofticieraviateur. — La commune de Thomazeau a envoy une dl gamin au Prsident de la Kepublique.Elle a t reue au Palais National vendredi dernier. — Charles Moravia insiste : Il !uut que tout le monde eu convienne el qu'o terme i Damien, ce Damien ridicu.e, \ inutile et dispendieux. — Par une circulaire, la Compaguie Gnrale 'Irunsatlautique iulorme que, daus le but dtre agieab e sa clientle, elle a rduit ses passades pour le Havre 140 d il. sur les vapeurs Canmare et Sl-Domtngue. i — M. Schiller Nicolas n'en tend pas que M. Lou s Dejoie reprenne ses locctioas |)amiens,encore que l'autorit suprieure ait dcid ainsi. C'est uue taon de me'tie eu chec uue dcision du ^ouvernemenl.Qu'a tait celui-ci? li temporise. — (ju auuouce la nominalion de cd.Vioutholou Boisson comme Doyen du Tribunal civil d a Cap-iijtien, enie.n* placemeni de Mr. Marceau Lecorps, appel a la Prlecture des arrondisse ueuts du Nord. — Hati doit 21 6 36,30 de lianes or a la bicite des Nations. Celle valeur reprsente des arrirs de compte. M os nous ne sommes pas le seul d.bileur. UN BAPiHE AU PALAIS NATIONALE M. le Prsident Viuceut el Melle Heiher ont nomm avant hier dimanche, la chapelle du Palais National, le dernier n de Al cl Aime Abel Lger. Mgr Fielta.uouce apostolique, assi.te du secres taire de la uoucialure, a procde au oapime.Y assistaient le l're HicUaid, cuie de la Cathdrale, le "re Uettemnourg, matre de crmonie, et le Pre Pissien, auiunier du Palais. %  M .3, Pour teindre vous-mme* tout tissus, aucun produit n'fal* U 'MAUmtHJB'l TEINTURE MNAGRE PERFECTIONNEE Pharmacie l'.u^ne Pfcnou • •""•-, bonnes plniniiaclMttdrofiicrlMd'Rini (lro*t Veuva C. FERCOQ, inijrit-Prk 1 ( in-laldy CL SC;IK Le roman d'un gamin d Paris ( Tl ri 1 r ) (S. le) rr L'Aiglonne iSo"') Knlie • 0>0; Balcon : 1,UJ. in-Varils CE SOIR La S'peibeel arlisfiq '** moduetion parlante en couleurs La CHANSON du GITANE Knire : 0 50 H 1 00 DEMAIN SOin Le Gentilhomme Pauvre E' I". i'c<. mp.>sble CANDIO dans se-, non v II. s Cislionf. LINDOMHT I-Lniree gntnale : 1,10. UN SAVON lODIGIEUX QL'I L.\ EVK LES GERMES. EMPLOYBZL POUR ILS VAWS, LA FIGURE ET LE BAIN. LIFEBUOY LE SAV()\ DK Lfi s\\ VE POIR MAlNS.VieORF.S ET BAINS. MOHH A AURIN, P. 0 BOX M — Distributeurs RueRoux et du Cenlrr, Port-au-Prince. Dcs —Hier matin ont eu lieu, \< Basilique N


PAGE 1

LF M "**— %  *— %  %  -u0m llliiiui llarbaiieoiirl Dont] r< Mm teesl • e a gard a nra place mandez p irloul : UN BARBAXCOURT Dpt : Hue Csar. P. .h" Si • Panama Hailroad Steamship Line Agcn's eux orineipaux oorts d'Europe, Service ae yrl el de passagers vnlie [Europe et [Amrique. (i. W. StfELDON & Co, Ltd. 17, James Slreet, LITERPOOL, ENGLAN Angle tf ri e C/. W.SHRLnoH & Ltd. r'en*on House, \\'2j 1 3 Fenchurch Street, Lnndon E C. 3. England m Trance IfuM & Company. AHaniic 7 reighting Corp.Div. 3. Rue St Vincent de Paul. Paris, France. MGUY & COUPANT A'iiiniic Peighting Corp, Div. 7 Rue de la Rpublique, Marseille, France. f.ellaty HANEET & Co, 21, Rue de la Rpublique Marseille, France. f MORY 5c Corn pi ny, Atlantic Freighling Corp.Div. 155 Boulevard de S lusbourg, ilvre, France MORY 3k COUPANT, Atlantic Freighling Corp. Dit 74 Qni des Chartnns, Bordeaux, Fiance l'ernu deron & Slockwcll, Boite Postal 78 Havre, Fiaice. Allemagne Atlantic Freighling Corp. AMantie Fieiuhiipg Corp." 1 Ballinbaof, lamborg 1, Cer.nany. Breitenweg55 Bremeu, Ger. Hollande Atantic Freighling Corp. Koiingin Emma plein ^Rotterdam. Holland, Ijollaue, Sude Sven Jansson et Company. Atlantic F eighli g Corp. Aotwerp Division. f/f* Steinmann \ ,j ') bien (" i mais ourquoi i le Co i ei i L'SWl i • /)//• tend ilfi ave ri s ii| i ieurs] L l L me REDUCTIO : ix DE PASSAGE i Hollai idaise iVila prsente le pu* tir a ijour1e passage en 1re classe, des norls ha;'J;. \licn i Ilvre cl Amste t ri luit J30 dot. Pour renseignements, veuillez bre r st d : • i \ : '' c n; ; 1 vous adresser nos agents, Messieurs 1 F. MADSEN rLPHONE : 3455 ai triste. Di I! I' l 18 (I S il !Ss.' I y ni i .e oi data s po i n m | ({ fin I IP / //*// er le exan < ns de I il . / ; i • Le ii> i c C.S.SJi. — \|;i ( si: radiai ion ) ne peut rite non ms qi e l'int i ait t api : uir des i :atioi s. Il l'o't lis j er dans un ,,„,<. II,-,,!,,,, •;,,'..;,. ,/* %  zrrco b !" n L V ,,,( pil de v u i !iA RAILROAG STEAMSHIP LIME i.t | l'dl de (Ancom %  MI in .,,'(ii. u-lrinee, I. Canal ie, le inercre (i '21 juin 12. \J s pe d emb%rt|ue* mei es p mr 'e i i -le \ w 2. Jas II I .VAN REttD \ onl-Ceiiial Chevallier, a dmissionn. — M lis qui doit procder son remplacement ? N'ayant |a mais pareouiu les statuts lion c p an du Sporl :1e li %  l ; n e ire union voi des Ir le jugement tinuement le 5 juillet prochain, car c'est l'assrmb'e qui l'a lu qui doit recevoir I sa dmission. Au surplus, quelle raison M. Loubeau aurait-P pour dmissionner? i Gbara contre du 11 janvier qui les avait mis en faillite. la requte aUMMHM Insurance Co Une des plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG. Le BOSSE & Co Aoents Gnraux LE FAIT EST INCONTESTABLE! H h il MI IC C'est ki quini. nce des meilleures ^uils de cannes d'un vest ce qui lait son arme. GOUTEZ F r P COM-PA i -•



PAGE 1

Mardi 14 Juin 1932 Le Malin 4. < rAOiK ? cnie ANNEE N 8 7W port-aui'rine 1 : : i : 2242 Voul ez-vous RI'USST dans Voy. 102, partira de New-Yoi k le 15 coura u, directement poui l'ort-au-Prince. F. RERMINGHAM, AuxCaves NOUS (;ENTS Agent Gnral pour Haiti. Port-nu-Pnnce. l'h GILCi JEAN BLAXCHETJrme N'OUBLIEZ PAS OE FIE ON PETIT TU TEURACE-r.Aim::x Chez W. KAHL Petionville 1 M pieds d'ailUnie L'tablissent; |>l l#plus Irais les t* virerjs de Port tr -Prince. Seulement 1 minu'es deula sur une excellente reutt asphalte. Vues merveilleuses de la vdle et lu i.ori. Boissons de toute* espcea. DINERS GOUTERS MM Vrrangeineuts particuliers pour les pensions de jour se semaine o i de mois. AVIS AU COMMERCE La Panaraaltailroad Stea mstrp Line a l'avantage d'as sftpeer les dparts suivants de New York pour port au prince rT&iti, directement haque mardi. Tonales ste. mers toit William E. Age ni. BLBO, 1HE ROYAL MAIL STEAU PACKET COMPANY Le s Gaboon venant de i ondiesvi Kings I ton et les i' M S 'lu Sud sera a Port-an Pi ince le24courant prenant Irtet passagers pour. l'Europe. \iail Sttain Va \kei Co, I. J.B1GO paurvui de chambre Df sa ris de Sew \ork. S^> • incoo" le 7 juin Steaaser "Gu yaqnil' !<• 14 juin' 1932 4 casser "Cristob d" le 21 i U in l l J-*2 Steaner 'Bnenavenlura 4 le 28 j du S'eamer "Ancon" le 6 |rail et \ )\l Sieamer "Guayaqull 1 le 12 juillet Panama Railroad S'eami irioori^aue Arrivages Po i au-frinte. le 12 juin 1932 1992 1932 1**2 1032 19^ il) jniu le 2(3 nin le 4 juillet le 11 inillei le 18 j il'el hio Lme ALIX 30 annes ROY de succs. JasH. C.VA\ RK.ED agent Gnral CE Fleurs! Fleurs! ....... #u trouvera chi z V!e le 1 i • ne t u gui lin, Bas Peu de hose, des fleurs, couronnes, eorbeilles de fleurs naturelles etc, bon march. Horn Linie Lykes Brothers SS C lnc ', Taxa Haiti Nous avons le plpisir d'an* nouera notre aimable clien Santo ioiuingoPorto -Rico et Sauvez vos livres -•o — Sauves vos livres el col lestions en inauvai i l il t n le> confiant a i relieur consciencieux, bonute et habile BTIBNNB CAMILLE, Bue Bonne l'oi 1 e seul service hebdomadaire et rgulier passagers trt entre les ports du Golle du Texas directement avec tl que les prix de passage Port-au-Prince, Hati. pour l'Europe sur les bateaux Pour la rception rapide et le maniement habile de vos mportations, servez vous toujours des navires de 'a LYK.E de la Ligne Horn ont t r (luits seusiblement. I prochain dpari sera sur le beuu steamer Waldtraul Horn i,qui ri iver i veis le 'ii coura ut. Premire classe : YSO dollars. 'Pour pins amples rensi igtu inenls, veuillez vous adi essi i a nos bureaux. UhlXi.OLl) & C, Agents. Laboratoire SJOURN DlREGTl l'.s F. SJOURN, Pli u macien R. SJOURNA, l'ii irmac M. SJOURN, Pliai macien in!, .ne il Analyses des l'i ns, du s ersaann, Ure, (11 is'ante le l'Univt rsit de Paris te l'universit de Paris, ancien Hpitaux de Paris • gastrique, du sang ( Wasinb o d, i .1 jf (nie). LINE. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont N'A JAMAIS T FAIT CE OUI NE PEUT TRE DPASS Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASLPSIE Prparation et Vente PHARMACIE F. SEJOURNE Angle des rues houx et du Centre. Lteaœer Genevive Lykes Steami r < Ituih Lykes Steamer Margaret Lykes Steamer Al mena Lykes Bureau: Hue du Magasin de l'iitai 10 juin 1932 17 juin 1932 24 iuin 1932 1er juillet 1982 Pode rostale B s Loterit Nationale d Hati La Manufacture de Chapeaux (< Hatienne Descrachsls. Des matires tcales. Lavez-vous dj got? Eh bien, demandez dans tous les cafs y bars ci restaurants de ta Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale: le • POHTiU NATION 4L Agrable — Fortifiant — Bon March. BRASS1 RiE NAT ALS S. A. Port-au-Prince, ( Hati ). 416 Rue Bonne.Fol, Phons : 3358 \ La Loterie NationuIed'IlMti est j une institutien hautement humanitaire par la multiplielM d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une rbance de bi tre offerte aux hommes de toutes onditions de lortui | Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans. Salaris tous ordres, Gens de maison ( domestiques. ) sans pari i leur budget moyanrant d< ux goud s, peuvent fuguer trais J mille gourdes Parons de Commcce,Chefs d'Industieparfs / llCllClPtlP atf usu lfi sances ^* s ventes, par l'achat d'un billil, qui vous ^ I* lUlUCl IL libre du souci des chances* Mdecins Avoeats, Ingnieurs, S&nalenis. Dputs, (randl Dignitaires de l'Etat.Reprscntants de 1 Intelleclualii, Jour nalistes. Donne l'exemple de votre se'idaril sociaie. Rentiers, capitalistes, eename en jouant, angnientee votPS aveir. Vous tous qui hab'tfaV' Haiti, rendee>lui service r n acbf anl te billet de la LOTEItlE NATIONALE LiJAITI. < aile, lion A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la vente de ses CHAPEAUX se lait, depuis le 4 janvier, au V 2027, GRANO'RUF rci face ne son ancien local. |> nts y trouvi > t le mme accueil. BON MARCHE. CLRIT, GOURTOISIE Martinez, Marcelin & G PROGRS NOUVEAU RHLM NOblEAU Rhum dlicieux got exquis Prix rduit iLCOOL OtFINT TOUTE CONCURriENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON Km-mu m minnm FROII ?nuNtiM L



PAGE 1

Clment Magloire 1358. RUE AMERICAINE 1358 lELEPHOiNE N2242 IW diKHlef U\yjiauu luirii natiuuiibv, leur ftattritr, il >>ul iiui la iateaie, I* ii ile&iea, la uatui le du pijriM'iil, la lettres**, leiiuu &e*,ltC**aHHA*il Kejtt ii. iliairts. Iiliuuud D&MOUAs 26 mc ANNEE N 7695 ORT-AU-PRlNCE (HAITI) .MARDI H JLL\ VSi2 S^L Dure et prolongation de mandat ii ( SUITE ET FIN ) On sait qu'un dcret d'ajourrentre la ralit des lait, El Bcmeni donne aux membres du quand tordrt lgal en hoecuCorps Lgislatil un dlai d'un rene celui qu'aurail institu la ois pour rflchir sur les suiprolongation du mandai lgistes de leur ullilude.au sujet de lalif actuel — se trouverai! en lu dure du mandat lgislatif et opposition avec l'ordre rcul et Il prolongation de leur mandat nmionul ; c'est--dire; ici,la vo%  cluel.II faut encore espjerque, lonl populaire d'un changelorlisde l'atmosphre de leurs ment indispensable; ce divorce, conciliabules, ayant repris coucet antagonisme se manifestent tact avec les populations qu'ils par un choc inluctable, crareprsenlent.en ayant sond les leur de dsordre et d'anarchie, aspirations, ils reviendront plus Et dont les consquences, ce calmes plus assagis, avec le dmoment-l, sciaient une calassir de ne pas imposer la natrophe que ne se pardonnelion une mesure inacceptable raient pas ceux qui en auraient et qui entranerai! pour elle aut les auteurs involontaires. tant que pour eux les cons. C'est pourquoi, prcisment, ouences les plus dsastreuses, parce quen hKU est envisage Leur thse, aussi, est insouteune modification radicale eunahle Que la dure de deux lirc.absolue de notre slalul po %  os du mandat lgislatif lut trop lilkjue, il la ut que les hommes court on en a trop redit les qui aient manifester la vojaisons dcisives pour que l'on lonl nationale viennent autant revienne sur ce point acquis. : dire de surgir des entrailles poMais cinq ans c'est trop. Une pulaires pour en clamer le derChaiibre doit tre, en effet, au nier cri. moins en thorie, la reprsen-' Nul doule.d ailleurs, que partalion relative de la nation. Or mi ces hommes, ils s'en troudans le monde moderne, h s vent qui sigent dj au Corps WEST.NDIES GARAGE %  | Sous la direction de M. Arnold BRALTN Tlphone : Garag.e:225 Rsidence: 2462. %  Vr^t*.-srt,-A :Ui Ilya Vingt cinq an^ ( i MATIK, H Juin lfXft\ BREVETS DE CAPACIT In furij a oie form pour ; acamwer les postulants aux tevets lmentaire et sup / tirs 0, \ fard, li l G. Ddlencour, h Eihc U. /' Gui mer, faines Charh Xiaignan tl luPiern A i Plus (I c 20.000 autorits Lgislatil. Pour revenir, les leavnemenla vont vile, 1.1 changenl vile les hommes.Kl se mo-|ders epu oui acluellemenl la ifient les doctrines et lasthoconfiance lu peuple nauront en ries Si bien que telles person-1 loule occasion qu' demeurer a Dali ts qui, telle date, reprela hauteur du devoir. Et nul pro, sentaient les aspirations popugramme ne vaudra leur condulaires ne les repr: entent plus te de clairvoyance, de dignit, cinq ans plus lard.La col e.tivide patriotisme, duianl celle lt a march ; aspire un changfcjfature. geinent de mthodes et de disIl huit esprer que les memciphnes, elles sont restes slahres du Corps Lgislatil adoptionnaires, cramponnes leurs leronl ces vues, quelque ennui Ihsis primes, et ne souhaiquelles doivent apporter a leurs tenl (lue la prennit impossible plans arrls.Qu au moment ou de l'instant qui passe. La critalils proclameront la suppression lisation des intrts dans la podes privilges, dclarant que la silion acquise a lauss l'angle Constitution n en reconnat aude vision. Le conlacl esl perdu, cun, ils ne songeronl pas a Divorce irrmdiable. crer ce que, non sans appaA des circonstances temelrence, on pourrait appeler un lement changeantes, il faut un privilge leur profil. Et qu'ils renouvellement ncesaaiie du raliseront une rfo.me consti personnel au pinacle. Mme lulionnelle conforme aux redans les paya relativement veudiralions de la dmocratie. court mandat, la dissolution, Clamer la piimaui de incorrectif indispensable, est prlrl gnral sur le particulier, vue sous des conditions dterc'est bien. Mais il laul y conmines, quand l'usure des Chainlormer les actes, bres.rincomprhensiondesproLa Rpublique les attend. bleuies de t heure est devenue ^^^^^^^^^^^^^ vidente. Ainsi, en Angleterre,la m dissolution est dcrte chaque l'ois qu'un grand problme, non prvu au moment de la prcdente consultation, se pose devant la nation. Car ce problme doit tre, rsolu par des hommes avant prcis quant sa solution leur point de vue et Merced, so.r. Variees.Ca u, -position, et entre lesquels dio donnera une sensationnelle ^l^onqS-donc, quelque ^* iK crdit le patriotisme qu'on qui sera exhib, H l / t, ? lo Coucouille claire pou g ou, pou grangou pas louy'ou. 2o Mandai long, manda ajoun, cot nous y ? ;io Measieui yo trop presss mesdames yo pas a tenue., elc, elc. On s'v amusera. dis soins de lu peau vous disent pourquoi il esl imporl ml de sel'oir que le taaon de votre teii l est fait de Beaucoup de savons sont faits de graisse animale et de suil. Le savon Palmotive ne contient pas le moindre .petit mon de graisse animale ou de suil.U est — uniquement — un savon d'huiles vgtales.II estfail d les de palmes et d'olives, Hien de lous les ges n'est comparable mes de I I Vnila ... l'a vu di'crocher une une, n gement, I hiea < qi i cou* .rau ni coi ne lapitseria de ion carr. Et < cm'o ont ait, il : t r l'es mon carr pour un livre bleu, el mena%  aient, d figurer g i c. mon j r leurs pho. l<. en i n piano Pl yel en h ni en. I .h b t i non, Ji ai net... ux me consa lolsV rer en leur compagnie d'd'u. vendre i ia :ondili( la rue di acles, : oit, e i fa e de la Pi l'ClUI /y l. 4tmL di ^^ji fMc Une soire Gandio o m %  > m Propos d'un planteur SI J'TAIS Lt EXECUTIF!... 11|)S. utteii janvier dernier, on comprend qu'ils ne puissent raisonnablement, logiquement, prtendre pouvoir reprsenter, cinq ans de leur lection, les revendications du peuple sensiblement modifies durant celle priode On comprend que notamment l'lection prsidentielle qui devra donner la nation un nouveau Chef dans des circonstances d'une exceptionnelle gravite doive avoir pour ouvriers des hommes ayant spcialement prcis devant le peuple les conditions daire lesquelles ils entendent que soit conduite la Chose Publique modifie en son statut essentiel. On invoque pour la Ibse ;;',I)ans mon prcdent arlicoup d'argcnl cl de l< cle j'ai expos crmeul la siMais pouvons nous (nation morale et matrielle drecl irouverons-nous lar du Paysan Hatien el j'ai rail gil ncessaire pour rcmboui voir l'gosme de noire Bourstfr remprunlaclucl? Quelle geoisie. Double cause de nosjsronl les conditions el lau: malheurs. I as. i" V loti nos Finance i el poi t le fei l'on • plaies que nous connaissons tous, toul autant que nous ne pourrons prsenter un bilan clair el nous attendre qu'elle s'a bal le net, tout autant que nousfi au sur nous el nous crase dI ujiance, finilivement sans essayer de nous n'obtiendrons rien. sauver ce qui pcul efie en Celle confiance, nous avons core sauv? | 111 |il11 d'ailleurs pour la per Daw voies s'ouvrent <\cdre. vaut nous; l'une onduleuse, Par noire manque de lael pleine de brouillards i I'" menls dpassai! Mars miraaes lointains,l'autre 11 i-. laies, ms Iroiss inu-seraient diminus e i !.. ..1 .', ni llll ( %  %  •'• % % % %  La situa! ion halii nue i un problme comph i I OUI pose de fadeurs divers qui ne peul ti e rsolu par i i nies iso Il faul toul un ensemble de dispositions iuliinemenl lices les nues aux a U 1res el leu danl au mme bul. Si j'tais le Pouvoir I ,\t u lit, je donnerais moi-m< l'exemple. Je rduirais mes : i i deiniiilcs cl je demande! aux (lhambres, c n plus du ne sacrifice, 4c ne lou' i 1HT les leurs que peifdanl mois de session. Avec leur concoui on• centrerais lous les S< des Travaux Publics la I) i ection in m rali cl ne conserverais que le personnel strictement ncessaire d'entretien. Dans lous les Dpai U incnls Minisli u le I qu i le sa, a t un litoire de ne ta a*t* i Jeani e V h Ca! prli s du i a ce i on (! ; comps* avei un mplimentt di prochain. a %  • b il de Ssa< consn queU n uer la de i ; m, i'gno tloui %  I .lit la musique, atnei prir.,a mer i,lieux, un d jener d'i moii;tu (li mipi iv>< • i teitail mdoi ut l'argument supri.t Goutte dor oui t. VA < lie lois la i.ropi M ion ralh i u Isa lut Irages. i U m me Dii u veu 11 I,I e malgr li ri istance de i on n an, Madame vient de %  • %  re dre la e %  • %  m le John Wool • Il Cer< le l'ort-auPi iii.cn c ell( I lail ses. emio ctrii ina conlrrea • p m; ni d leur ..non, sur le onflil ''m d cotil et ht u s pis* i rt&nt pou. apliquef ei ii I ti re li | < ml de Gouvi 11 ( ment, l'i udence est n la Sret. Pour samedi Apres Madame Cal mon Magloire, qui ofti il, autre soir, m Cercle BeUevue, un bril1)1 ci i, au prot de l'asnciation [imires diplmes, voii icmueust %  \\ u uei Silvei i el sa %  qui prpari nt, pour c li prochain, une manii. iic thtrale el nuiloujonrs au profil de l'CBUVl i ( uses nfirmires. Afin que ne priclite celte io< i ilioDj 11 aussi : al d'i i eoui ager t os U /. ds aujouid' .m. volt le i lu/. Mon' le <'cs pi: p aient, contre la \oli Bieu '' ^ st demandenl commenl lom Idirs auteurs les trouble qu ls | eiafinir. Tout ce %  Voulaient viter. Au. i n abs-l '', „ Iraction constitutionnelle ou auJSARTHE CA^UOgJjl" tt ne peut en eftel prvaloir [ c lment de corcoidt nat.oa.ie. vcum i pro gue porte, demandantbeti t de nos lgislateurs et de p.,s


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07027
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, June 14, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07027

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
1358. RUE AMERICAINE 1358
lELEPHOiNE N2242
IW diKHlef U\yjiauu luirii
natiuuiibv, leur ftattritr, il >>ul
iiui la iateaie, I* ii ile&iea, la
uatui le du pijriM'iil, la lettres**,
leiiuu &e*,ltC**aHHA*il Kejtt
ii. iliairts.
Iiliuuud D&MOUAs
26 mc ANNEE N 7695
ORT-AU-PRlNCE (HaITI)
.MARDI H JLL\ VSi2 S^L
Dure et prolongation
de mandat
ii
( SUITE ET FIN )
On sait qu'un dcret d'ajour- rentre la ralit des lait, El
Bcmeni donne aux membres du quand tordrt lgal en hoecu-
Corps Lgislatil un dlai d'un rene celui qu'aurail institu la
ois pour rflchir sur les sui- prolongation du mandai lgis-
tes de leur ullilude.au sujet de lalif actuel se trouverai! en
lu dure du mandat lgislatif et opposition avec l'ordre rcul et
Il prolongation de leur mandat nmionul ; c'est--dire; ici,la vo-
cluel.II faut encore espjerque, lonl populaire d'un change-
lorlisde l'atmosphre de leurs ment indispensable; ce divorce,
conciliabules, ayant repris cou- cet antagonisme se manifestent
tact avec les populations qu'ils par un choc inluctable, cra-
reprsenlent.en ayant sond les leur de dsordre et d'anarchie,
aspirations, ils reviendront plus Et dont les consquences, ce
calmes plus assagis, avec le d- moment-l, sciaient une calas-
sir de ne pas imposer la na- trophe que ne se pardonne-
lion une mesure inacceptable raient pas ceux qui en auraient
et qui entranerai! pour elle au- t les auteurs involontaires.
tant que pour eux les cons- C'est pourquoi, prcisment,
ouences les plus dsastreuses, parce quen hKU est envisage
Leur thse, aussi, est insoute- une modification radicale eu-
nahle Que la dure de deux lirc.absolue de notre slalul po
os du mandat lgislatif lut trop lilkjue, il la ut que les hommes
court on en a trop redit les qui aient manifester la vo-
jaisons dcisives pour que l'on lonl nationale viennent autant
revienne sur ce point acquis. : dire de surgir des entrailles po-
Mais cinq ans c'est trop. Une pulaires pour en clamer le der-
Chaiibre doit tre, en effet, au nier cri.
moins en thorie, la reprsen-' Nul doule.d ailleurs, que par-
talion relative de la nation. Or mi ces hommes, ils s'en trou-
dans le monde moderne, h s vent qui sigent dj au Corps
WEST.NDIES GARAGE

| Sous la direction de
M. Arnold BRALTN
Tlphone :
Garag.e:225 .
Rsidence: 2462.
Vr^t*.-srt,-A :Ui .
Ilya
Vingt cinq an^
( i Matik, H Juin lfXft\
! BREVETS DE CAPACIT
In furij a oie form pour
; acamwer les postulants aux
tevets lmentaire et sup
/
tirs 0, \ fard, li l
G. Ddlencour, h Eihc
U. /' Gui
mer, faines Charh
Xiaignan tl lu- Piern A i .
Plus (I
c
20.000
autorits
Lgislatil. Pour revenir, les lea-
vnemenla vont vile, 1.1 chan-
genl vile les hommes.Kl se mo-|ders epu oui acluellemenl la
ifient les doctrines et lastho- confiance lu peuple nauront en
ries Si bien que telles person-1 loule occasion qu' demeurer a
Dali ts qui, telle date, repre- la hauteur du devoir. Et nul pro,
sentaient les aspirations popu- gramme ne vaudra leur condu-
laires ne les repr: entent plus te de clairvoyance, de dignit,
cinq ans plus lard.La col e.tivi- de patriotisme, duianl celle l-
t a march ; aspire un chan- gfcjfature.
geinent de mthodes et de dis- Il huit esprer que les mem-
ciphnes, elles sont restes sla- hres du Corps Lgislatil adop-
tionnaires, cramponnes leurs leronl ces vues, quelque ennui
Ihsis primes, et ne souhai- quelles doivent apporter a leurs
tenl (lue la prennit impossible plans arrls.Qu au moment ou
de l'instant qui passe. La crital- ils proclameront la suppression
lisation des intrts dans la po- des privilges, dclarant que la
silion acquise a lauss l'angle Constitution n en reconnat au-
de vision. Le conlacl esl perdu, cun, ils ne songeronl pas a
Divorce irrmdiable. crer ce que, non sans appa-
A des circonstances temel- rence, on pourrait appeler un
lement changeantes, il faut un privilge leur profil. Et qu'ils
renouvellement ncesaaiie du raliseront une rfo.me consti
personnel au pinacle. Mme lulionnelle conforme aux re-
dans les paya relativement veudiralions de la dmocratie.
court mandat, la dissolution, Clamer la piimaui de in-
correctif indispensable, est pr- lrl gnral sur le particulier,
vue sous des conditions dter- c'est bien. Mais il laul y con-
mines, quand l'usure des Chain- lormer les actes,
bres.rincomprhensiondespro- La Rpublique les attend.
bleuies de t heure est devenue ^^^^^^^^^^^^^
vidente. Ainsi,en Angleterre,la m
dissolution est dcrte chaque
l'ois qu'un grand problme, non
prvu au moment de la prc-
dente consultation, se pose de-
vant la nation. Car ce problme
doit tre, rsolu par des hom-
mes avant prcis quant sa .
solution leur point de vue et Merced, so.r. Variees.Ca -
u, -position, et entre lesquels dio donnera une sensationnelle
^l^onqS-donc, quelque ^* iK
crdit le patriotisme qu'on qui sera exhib, H l/t,-"?'
lo Coucouille claire pou g ou,
pou grangou pas louy'ou.
2o Mandai long, manda !
ajoun, cot nous y ?
;io Measieui yo trop presss
mesdames yo pas a tenue., elc,
elc.
On s'v amusera.
dis soins de lu peau vous disent
pourquoi il esl imporl ml de se-
l'oir que le taaon de votre teii l
est fait de
Beaucoup de savons sont faits
de graisse animale et de suil.
Le savon Palmotive ne contient
pas le moindre .petit mon
de graisse animale ou de suil.U
est uniquement un savon
d'huiles vgtales.II estfail d
les de palmes et d'olives, Hien
de lous les ges n'est comparable

mes
de
I I
Vnila
... l'a vu di'crocher une une,
n gement,
I hiea
< qi i cou*
.rau ni coi ne lapitseria
de ion carr. Et < cm-
'o ont ait, il
:
t r l'es
mon carr
pour un livre bleu, el mena-
aient, d figurer
g i c. mon
j r leurs pho- .
. l<. en
i n piano Pl yel en h ni en-
. I .h b t i non,
Ji ai net...
ux me .
cons-
a lolsV
rer en leur compagnie d'd'u.
vendre
i ia
:ondili(
- la rue di acles, :
oit, e i fa e de la Pi
l'ClUI .
/y
l. : (uns ita ii;t.- u i ,ii i un ni i m.n_ ...... *
i ,, '. i Uns i/i i
un mlange d'huiles de pal-
es el d'olives pour les soins ..juisitv pur ru-
la beaul el de la pcaii.^^., Sujc rgulier du ^iron
ni ... .i.....
/v,,ii<;/nr.
j7 laitenvnt de Beaut
jgLe malin et le soir, faites
d'eau et de savon Palniolive
une mousse abondante. Massez
gentimenl la figure elle cou. \
Rincez... et schez complet
.......i o............ ...i.......... '
;i
14 Savon Palmolive
|st enl remen
*l;i machine. Auohiic
; main m
tjue vous ili hi-
'lu'/ l'enveloppe.
. .i~
ment. 11 conserve votre
jeune, douce el belle.
peau
Vrifie: si le Savon Paimolive
que vans achetez la bande
'vire avec le mut Palmoiive
en lettres dores, l enveloppe
verte et le sceuu rouue
i>
4tmL di^^ji fMc
Une soire
Gandio
- o -
m > m
Propos d'un planteur
SI J'TAIS Lt
EXECUTIF!...
11|)S.
utteii
janvier dernier, on comprend
qu'ils ne puissent raisonnable-
ment, logiquement, prtendre
pouvoir reprsenter, cinq ans
de leur lection, les revendica-
tions du peuple sensiblement
modifies durant celle priode
On comprend que notamment
l'lection prsidentielle qui de-
vra donner la nation un nou-
veau Chef dans des circonstan-
ces d'une exceptionnelle gravite
doive avoir pour ouvriers des
hommes ayant spcialement
prcis devant le peuple les
conditions daire lesquelles ils
entendent que soit conduite la
Chose Publique modifie en son
statut essentiel.
On invoque pour la Ibse
;;',I)ans mon prcdent arli- coup d'argcnl cl de l<
cle j'ai expos crmeul la si- Mais pouvons nous
(nation morale et matrielle dre- cl irouverons-nous lar
du Paysan Hatien el j'ai rail gil ncessaire pour rcmboui
voir l'gosme de noire Bour- stfr remprunlaclucl? Quelle
geoisie. Double cause de nosjsronl les conditions el lau:
malheurs. I Mais, le mal est-il incura- ri era : en mains
ble, et celle- lite qui, clans
nos loiiiiiic'iilcs el nos tris
lesses, :i su vivre quand m
me , a-t-elle encore en elle
la virilit de vouloir?
pu li I
le.
Noire, laibli fa
laliti ;raphique nous i
li'iil incapables co| i de
ien ral de.
Celte aide, lous
ensi s la dcsii eut, n ais nous
ne l'accepU rons que dans
i onditions d'i
pccl mului
NTou "lis que la lcln
esl pnible el quej nous I
vi rsons une crise de Irans
irmalion politique exlr
ment dl Nous conipi c
nous que laul que les pru
I arliculiers de I hem i
n'auront pus t i solus p
I :'- M
mous n'auri ms nui un cou*
ours sineci e, mais, qui
tjue soient nos divergeiics d'o
pillions sur les modes de li-
quidation des Iraili s el ac-
oi ds, quel le que soil la i
liance que nous pu
avoir dans la valeur, '
crite el l'ni i gie d< iv
< niants, un lail lu uUil de
111111 huis les beaux pi
mes longues du uni
avons faim, el venli c affam
n'a point d'orcili
Il nous faul doue di
ralisations in les.
Nos lecteurs s\ lonni ronl
peut-tre de nous \ o r nous
carier de noire suj< t p irli
ulier cl nous tendre dan-,
des considrations gi m rali s
iui, opparanimenl, n'onl au
.un rapporl avec le probh
Propos
humides
On cherche une hase d'acconl en
"JLes Bazelais, les Paul el les
PTrinin sont morts de cha
grill, mais ils nous oui Irans
mis malgr lOUl le Flambeau.
Il nous sera beaucoup par
donn si, bandnnl notre COU
rage, nous ne laissons pas
s teindre la flamme qui brille
encore dans la Hal'ale-
La Maison, btie sans fon-
dations, chancelle. Devon
programme
iranliet
e x c u l e r ce
Quelles seront les
d'inieii'i el d'amortissement
;es par h s prteurs?
Ne non-, Taisons aucune il
Iiimoii. Los banquiers soin
des machines calculer poui
le iiielles < proinesssel mol-
li valent .
Toul au ta ni que nous n'au
rons pas as ini non mmes
agi
icolr
V/l\ lllVOllUe puui ~-- un iiinv.^ - .,
ronti aire les ncessits de paix I (re le Pouvoir Uglalalil ci i ou
' vo'i Excutif. I-'1 dos parait assez
dilticc puisque i B.ui, huit jours
et de IranquilIH. Mais le peu-
ple ha lien,en des circonslan e-
solennelles, le 14 Octobre 1930,
pour ne citer qu'un lait rcent,
a l'ail preuve d'une sagesse qui
Uiontre le non fond de tout*
crainte de trouble. Ensu le, il
laul dire cpie ce sont l< ujouis
h- conceptions de ce gei re qui
hparent, contre la \ol< r
is auteurs, le
BXac ment, on dincut tans re a
lai Us plus habiles politiciens, par-
mi i, s 11.m.mes (lu jour, sont B I
tact b Ilsnasonl pas encore parvi
nlM renouer les relationi si bru-
lulement rompues entre les dpua
,., |e gouvernement. Au conu lire i
Inr grandit. U rlfianc -
c. Son Ole
... (. n'y m inqu ra |>as. i" v-
' loti
nos Finance i el poi t le fei
l'on plaies que
nous connaissons tous, toul
autant que nous ne pourrons
prsenter un bilan clair el
nous attendre qu'elle s'a bal le net, tout autant que nousfi au
sur nous el nous crase d- I ujiance,
finilivement sans essayer de nous n'obtiendrons rien.
sauver ce qui pcul efie en Celle confiance, nous avons
core sauv? |"111 |il11 d'ailleurs pour la per
Daw voies s'ouvrent <\c- dre.
vaut nous; l'une onduleuse, Par noire manque de lael
pleine de brouillards i I'" menls dpassai! Mars
miraaes lointains,l'autre 11 i-. laies, ms Iroiss inu-seraient diminus e i
.......!.. ..1 .', ni llll (' ' ...... ......
La situa! ion halii nue i
un problme comph i I OUI
pose de fadeurs divers qui
ne peul ti e rsolu par i
i nies iso
Il faul toul un ensemble de
dispositions iuliinemenl lices
les nues aux a U 1res el leu
danl au mme bul.
Si j'tais le Pouvoir I ,\t u
lit, je donnerais moi-m<
l'exemple. Je rduirais mes
:iideiniiilcs cl je demande!
aux (lhambres, c n plus du
ne sacrifice, 4c ne lou- '
i 1ht les leurs que peifdanl
mois de session.
Avec leur concoui on
centrerais lous les S<
des Travaux Publics la I)
i ection in m rali cl ne con-
serverais que le personnel
strictement ncessaire d'en-
tretien.
Dans lous les Dpai U incnls
Minisli u le
I qu i le sa-
, a t un
litoire de
ne
ta a*t*
i Jeani e V h Ca-
! prli s du
i a ce
i on (! ; comps*
avei un
mplimentt
di prochain.
a

b il de Ssa<
consn
queU
n uer la
de i ; m, i'gno
tloui
I .lit la musique,
atnei pr-
ir.,a mer
i,lieux, un d jener d'i moii-
;tu (li mipi iv>< "
i teitail md-
oi ut l'argument supr-
i.t Goutte dor
, oui t. VA < lie lois la
i.ropi m ion ralh i u Isa lut
Irages.
i U m me
Dii u veu 11 i,i e malgr
li ri istance de i on n an, Ma-
dame vient de re dre la
e m' le John Wool
Il Cer< le l'ort-au-
Pi iii.cn c ell( I lail ses. em-
io ctrii ina conlrrea
p m; ni d
. leur ..non, sur le
onflil ''m d cotil et
ht u s pis*
i rt&nt pou. apliquef ei
ii I ti re li | < ml de
Gouvi 11 ( ment, l'i udence
est n la Sret.
Pour samedi
Apres Madame Cal mon Ma-
gloire, qui ofti il, autre soir,
m Cercle BeUevue, un bril-
1)1 ci i, au prot de l'as-
nciation [imires di-
plmes, voii icmueust
\\ u uei Silvei i el sa
qui prpari nt, pour
c li prochain, une ma-
nii. iic thtrale el nui-
loujonrs au profil de
l'CBUVl i ( uses n-
firmires.
Afin que ne priclite celte
io< i ilioDj 11 aussi
: al d'i i eoui ager t os
U /. ds aujoui-
d' .m. volt le i lu/. Mon-
' le <'cs
pi:paient, contre la \oli Bieu '' ^ st. demandenl commenl lom
Idirs auteurs les trouble quls|'eiafinir. Tout ce '
Voulaient viter. Au. i n abs-l '',
Iraction constitutionnelle ou au- JSaRTHE CA^UOgJjl"
tt ne peut en eftel prvaloir [clment de corcoidt nat.oa.ie.
vcum i pro .
gue porte, demandantbeti t de nos lgislateurs et de p.,s


ri
Ut MV!,\ H Juin MU
Lettre Ouverte
A fcfi CLMl ;: M
Direct) ur du Journal Le Matin
' ri an-Prince
-i JllEFRWttfliTISMFMIlittii
UCHARD PETERS, Prop.
EGhOS
i
i
MP DE MARS, N01217
La M
aison n a
Autour de Pojournement
Suit,: et Fin.
^Vuir L- Matin des
tl(tl3jllir\ /
Nous Tenons de parle it
tftaires en dtail,; main-
tenaut parlons des a'.! i
elles-m n is
Supposons que la Rpubli-
que d'Ha i ait un coni i r
avec l'extrieur
une somme de cent !
iiiillions de gourdes, dont
cent millions pour l'impoi i
tion et cinquante millions
pour l'exporluti in
Ha'li aura paye r IVtr m-
Uer cinquante millions de st CL PScl'C
coftrev Supposons aussi
qu'un tel tat existe depuis
six annes: nous ai rons trois
cent millions do dli i! qu
nous comblerons par toutes ,
espces d'exp li.'n's;--, -t( h- np fil 1(^1 ICI 11
nitive.no.isscoi.s, udrs) ^ "3UUl1
comme gens de mauvaise loi. j
Et cela en a tout l'air, qu in
nous voyons notre U ? nce
la jouissance, n t e faeon
de phraser et notre bienveil
lance pour l'absurde.
Hati ressemble en eli t a
un commis, un tni -i -
ant, un marjulacturier
1er peroit connu i co n
cinquante gourdes | ir rn
il en dpense cent cinqu inte ;
le second re lit I
lants trangers p o u r
commerce c e n I i inqu inte
mille gourdes de m h indi-
ses et il ne peut n nu >( r que
cinquante mille; le tioisii' ne
achte des m itie
pour cent cinqu inte ni nous
le gourdes et, ap -
manufactur ces n s, il
ne po se.le i\ u e ci i |U
m liions.
Donc quel esl i lai du
commis, du com i
ilu manufactura
queroutier.
Non seulement : ba q ie-
route existe ni e va se
manifester dans tout et par-
lou.
Il faut ajouter c t tal le
choses e ct G la i ier. La
boul ngerie Europenne en Hati.
Spc* Sites de pains, pour sandwich
3t patns m->ule ; Pains noirs
r.s complets, et .
Ptisserie fine, p^ts Vol au vent. Tourtes.
Soins et promptitude.
Tlphone : 2069.
pas cl
e suc-
constitutionnelle

h ri
l
C -r,
Votre bo ..u-ur R Ceci il
dans un di i ; de ce
jour, que sans ter I
atrairemenl
die l'ai I. 1er
. roe oent des
ives.la proro-
iqasi bien
ia cl ii.i .l) es q j'
de i lxcutil, el croit que
l'Exi ti ope qu nid il ]
considre le i li d'ajourn
rnenl ne un '> mo s de la
Kess e i
L'article qu je i conti
| l| i si
,111
raient de irop grj es cons-
i pou le ny ; je re*
iq Hle l'opi-
I i i i .
L'l il i on| d i n s i
se trou a lui llerne i 1 <
Peuple co omand que soieu' j
bien tirs les Lx e consti
lutionnels pour que ce l'euple
sache de quel cote se trouve lu
i
il u\ si l de dire que,
lani l'e qojs occupa,
'a pi ii prorog itio i
1 n l< ; puiiiique
le s'ga
Bloque National Repu. Pouvoir Ex- eepl e |a Chambre
blique a un capital itre eu " "' ptes ou o'a pas bonne i
millions de dollars ( 1.0 KJ KJ
or); m lis sou eu lai
liquc actuelle ne : nie
|as quatre cent mille I ill il s,
( 100.000 dollar.-, i. I]
que roule sur des l> del >.
' i l'actualit cono ui [uedes
V. ats Unis, on esl la City-
Q b es aoni en
ion oi ivent
par u i ger la se -
ion d a m
Le texl 50 de la
Constituli in dit b eu : .e Ctrps
li faut qui c i par u ie 1 n.
Je ne vui-. |>:i immi n peut
Mi nk,reprsente en Hati par, joner, la ace des Cham-
li Banque d'Hati, ce pays
j eut tre victime non seule-
ment d'une fluctuation, m lis
u'un dsastre. Quel'e iera la
situation du billet uis ?
En crivant ers li J,j'ai
lire l'attention du p ir lu
ratastroph invil tble q n i
iious attend si le Gouverne-
ment hatien n en-. pis
les choses sous leur jour.
A mon avis, il I ml p
luire, il f.mt ve idn i l'l ra i
IS
le
ini
i. ce
;i i -lu
i! ci
Si
11
ire
u -
ger un tiers en i
que nous achetons
l'importation esl
millions, il luit o
ou exporter po ir
qualit million?. Je
les deux princij i u
Atre appliqus -la : Quin
tupler nos tien i i s
nuer notre imp n
Pourquoi lant de la'io
Pourquoi ces pti
taires, c< s objet de
nous engloutissent ? loi
avons des matires ni
tjison la m in il no i
mme. Muluplio i
tations de ri, de p m
terre, etc. Empl iy >t\ i uos
bois de constru
nous verrou i
roiuuer l'tma
de sept h lit millio
Jars, c'est i.
40 000.000 de n
dons eulnite notre gourde
sa valeur; elle vau il
lar. Alons I rl't n
que l'tranger i
payer. Nol e
Dcessai .
oua la | i i si ii p du
rai Saioiron.
Ne blaguons \ I
gotre rle au srieux. S03
nrcs, quand elle*' sont ajournes,
I initiative de la prorogation
d'un mois.
Mai i c n i s' p is ici la ques
lioa principale.
(J lelle S' | | I | |;l (,,',.
d, s n avaux de la s. tsi n
trduid t le I Avril
demie ?
Le uir n rticle 5 I rpond
|ue c e il le I .1 i ; i.
<) u, I li i ichain, la
i ible uent,
i m i ivoir i
ni n | i |
I. i > C :
I** toi aj ,i m
e i li
n .
^ Ajou iam>
br q int p is o;i session,
qii sou i ,i >re,
I I : ;
siou, ni do ,. i uv sont
luspar Ai |< l'Et
Ml I.
a C'est COOIp ni I
:. dU .'!
Avril 1878: Eu ce d'ajourne-
Ch hres, l; Prsi
peut d-
de l'a/is
i i' des Ministres mai
' i imbres se runis
sent d plein droit deux jours
apr .
C'est ainsi galement que le
comprend l'arl 2 de la loi cons-
! litotionnelle lra>iixe du 16
liiille' 1875 : L' Prsident neui
1 8|ou I ; Chambre*. - Tou-
te! ]o irneme il ne peut
e terme d'un mois, ni
\ > r b plus de deux lois
d ats li mm . '.s.sn'on .
M us | r ."0 le notre Cons
titu i >;i est e i o e plus clair....
p:us de deux ajournements n-
p iuvenl ;i'oi heu dans le cours
d une mme session
() i voit h en, i> ir jcet argu
j me il de texte, q ie le lgisla
j lar constituant a voulu qu'
| soient compris dans le temps
I de la session, les deux mois
d'ajournement du Corps Lgis-
latif.
Apr< cel '. Mon ciier Oirec-
lenr, je crois que. nom noua
mullro is d'accord.mon ami U.C.
el moi; Car il ne voudra pas ac-
des de-
q u n'a pas bonne mmoire
puisse se runir aprs le. 4 Juil
let, dlibrer en marge dd li
Cois rulio'i, el si c'esl l son
bo i plaisir, rester perptuelle-
ment en session... Il est vrai
qu le S'il m eux CO u o e,
avec sa ho le d.- modration,
ne le tolrera pas.
AU iclueusemenl voue.
Emm. TROUl-LOI, av.
11 J i 1932
Notre collaborateur R. C
rpondra demain tu thse <[ue
soutient Me Emm Trouillot.
N D L H.
U CONFRENCE DE
DANIEL FOUCHARD
Ces
di (KM 11
U .lin q i eut
le Beilcvue
a il u i uDreuse
i m e la c m e Daniel
ch u I, au profil des
s d St Aul nue. L i su I
:. 2
qui souleva
tous... et
des saillies
de passer
i e tire les
U |u d us peu
I, reil hissent, travaillent
i
I) ne*
ii d -
vo I
L l
j<
. .la sur l volution de la
temme h tltieone, ses qualits
ci s. s dlectuosits.Toul cela
prsente dans un langage
choisi, lgant,
l'ad niratio'i de
avec t et l
ni permirent
lu grave au d qx. Aussi le
. tnlren ier fut applaudi a
Il IS: S. 4,11 C-, Hl II i JUJ.I
qu'a uue heure de i'.tprt-
midi.
j Nous prsentons nos com-
\ ptimeuts Mr. Daniel Foe*
jehard pour l'loquent en
co n-s d >un cette belle cej
v e que constitue a Li s
Pu til Q de Si A Moine.i


'^--i
- Ueiiju u, rm ssuat. .Faria.
nseii commu-
nal i i u c doter notre
h'iiu iht-i e niuuici- (
pal A sa dernire sance,
il a vol le pi in ipe de sa
construction qui s ra ralise '
par un syndicat prenant sa
charge tous les tr*ls, lerem-
bours ment lui tant assur
par des annuit prvoir su
budget d< tu i-o i mune.
Le m jor P. D. Calixte
a t piomu olortel. Il est
le prein er otlicier hatien qui
ail obuuu ce grade. Il sera
nomm iu commandement
du dpartement militaire du
Sui. iNous lui adressous nos
vives lhcitations.
Lon Dsir Paris a
t install comme ofticier-
aviateur.
La commune de Tho-
mazeau a envoy une dl
gamin au Prsident de la
Kepublique.Elle a t reue
au Palais National vendredi
dernier.
Charles Moravia insiste :
Il !uut que tout le monde
eu convienne el qu'o terme i
Damien, ce Damien ridicu.e, \
inutile et dispendieux.
Par une circulaire, la
Compaguie Gnrale 'Irunsat-
lautique iulorme que, daus
le but dtre agieab e sa
clientle, elle a rduit ses pas-
sades pour le Havre 140 d il.
sur les vapeurs Canmare
et Sl-Domtngue. i
M.Schiller Nicolas n'en
tend pas que M. Lou s Dejoie
reprenne ses locctioas
|)amiens,encore que l'autorit
suprieure ait dcid ainsi.
C'est uue taon de me'tie eu
chec uue dcision du ^ou-
vernemenl.Qu'a tait celui-ci?
li temporise.
(ju auuouce la nomina-
lion de cd.Vioutholou Boisson
comme Doyen du Tribunal
civil d a Cap-iijtien, enie.n*
placemeni de Mr. Marceau
Lecorps, appel a la Prlec-
ture des arrondisse ueuts du
Nord.
Hati doit 21636,30 de
lianes or a la bicite des
Nations. Celle valeur repr-
sente des arrirs de compte.
M os nous ne sommes pas le
seul d.bileur.
UN BAPiHE AU
PALAIS NATIONALE
M. le Prsident Viuceut el
Melle Heiher ont nomm
avant hier dimanche, la
chapelle du Palais National,
le dernier n de Al cl Aime
Abel Lger. Mgr Fielta.uouce
apostolique,assi.te du secres
taire de la uoucialure, a pro-
cde au oapime.Y assistaient
le l're HicUaid, cuie de la
Cathdrale, le "re Uettem-
nourg, matre de crmonie,
et le Pre Pissien, auiunier
du Palais.

M .3,
Pour teindre vous-mme* tout
tissus, aucun produit n'fal*
U 'MAUmtHJB'l
TEINTURE MNAGRE PERFECTIONNEE
Pharmacie l'.u^ne Pfcnou
""-, bonnes plniniiaclMttdrofiicrlMd'Rini
(lro*t Veuva C. FERCOQ, inijrit-Prk 1
( in-laldy
CL SC;IK
Le roman d'un gamin
d Paris
( Tl ri 1 r )
(S. le)
rr
L'Aiglonne
iSo"')
Knlie 0>0; Balcon : 1,UJ.
in-Varils
CE SOIR
La S'peibeel arlisfiq '** moduetion parlante en couleurs
La CHANSON du GITANE
Knire : 0 50 H 1 00
DEMAIN SOin
Le Gentilhomme Pauvre
E' I".i'c<.mp.>sble
CANDIO
dans se-, non v II. s Cislionf.
LINDOMHT
I-Lniree gntnale : 1,10.
UN SAVON lODIGIEUX QL'I L.\ EVK LES
GERMES. EMPLOYBZL POUR ILS VAWS,
LA FIGURE ET LE BAIN.
LIFEBUOY
LE SaV()\ DK Lfi s\\ VE
POIR MAlNS.VieORF.S et bains.
MOHH A AURIN, P. 0 BOX M Distributeurs
RueRoux et du Cenlrr, Port-au-Prince.
Dcs
Hier matin ont eu lieu,
\< Basilique N obsques de facile Marie Ih-
rse Jeanne linteau, dcde la
veille.
Samedi aprs-midi on
u lieu, en la Basilique Notre
Dme, les obsques de M.
lienis Sert es, pharmicieii.de
ce le la veille au soir.
Dimanche *ri's-'i' l| on'
eu lie" la Basilique Notrr
Dame, les obsques de \jlle
Marie Louise Carida Duhamel,
dcde le matin.
Nous adressous nos sin-
cres condolances aux fa*
milles prouves.
! Dernire Heure
Notre conlfre L'Opinion
y oit annonc qu' la suite
d une prise d'a nies le Prsi-
dent Trujillo s'luit rlug'
dans une lgation ou dans un
c nsulat, nous nous sommes
empresss de nous adresser
in reprsentant de la Rpu-
blique Dominicaine, le Doc
lenr Henriquez y Cavajai qui
nous a dclar que ce'le
'ouvelle, purement fantaisis-
te, avait l imagine par les
ennemis du Gouvernement
(ouii licain.
*
Le Gouvernement hatien a
m Toutes les Polices
DE LA
m
a
geomprennent la Protection contre la S
- i Foudre sans auaraentation de taux J
n g?
f!
if a. Le RosaftCo
Aqeuts Gnraux
m^imMmmm*&mm ^iW&&mmm*


LF M *

"**- * -u0m

llliiiui llarbaiieoiirl
Dont] r< Mm teesl e a gard a nra place
mandez p irloul :
UN BARBAXCOURT
Dpt : Hue Csar.
P. .h" Si ,
*
-
Panama Hailroad Steamship Line
Agcn's eux orineipaux oorts d'Europe,
Service ae yrl el de passagers vnlie
[Europe et [Amrique.
(i. W. StfELDON & Co, Ltd.
17, James Slreet,
Literpool, Englan *
Angle tf ri e
C/. W.SHRLnoH & Ltd.
r'en*on House,
\\'2j13 Fenchurch Street,
Lnndon E C. 3. England "m
Trance
IfuM & Company.
AHaniic 7reighting Corp.Div.
3. Rue St Vincent de Paul.
Paris, France.
Mguy & Coupant
A'iiiniic Peighting Corp, Div.
7 Rue de la Rpublique,
Marseille, France.
f.ellaty HanEET & Co,
21, Rue de la Rpublique
Marseille, France. f
Mory 5c Corn pi ny,
Atlantic Freighling Corp.Div.
155 Boulevard de S lusbourg,
ilvre, France
Mory 3k Coupant,
Atlantic Freighling Corp. Dit
74 Qni des Chartnns,
Bordeaux, Fiance
l'ernu deron & Slockwcll,
Boite Postal 78
Havre, Fiaice.
Allemagne
Atlantic Freighling Corp. AMantie Fieiuhiipg Corp."1
Ballinbaof, lamborg 1, Cer.nany. Breitenweg55 Bremeu, Ger.
Hollande
Atantic Freighling Corp.
Koiingin Emma plein *
^Rotterdam. Holland,
Ijollaue,
Sude
Sven Jansson et Company.
Atlantic F eighli g Corp.
Aotwerp Division.
f/f* Steinmann P. O Ho. 109, Rotterdam
Atlantic FreightiDg
Corp. Div.
Nonkoeping. Swe'en1
Simon dM'O A,B,
Atlantic Freighting
Corp,\Div.
Malmo Sweden.
A/B VV. La-ki,
Atlantic Fro ghting Corp., Div.
-eppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Pelle 8non et liuinislrom
Mlantic Fiergliting Corp. Div.
Skeppshroii 3,
Gothenbmg. Sweden.
Bernbaril Bergh & Co
Atlantic Freighling Corp., Div.
Halsingborg, Sweden.
Belgique Espagne
Atlantic .Freighling Corp. Agenda Maritime Delgado,
c/o Steiumann et Co
4, (Juii Jjrdaens,
Antwerp, B Igium.
Pace.'ona Spain.
Norvge
Danemark
E. A. Bendix et Compan}
Copccha&eu, Denrujnk.
Italie
A. CeWM * Company
Via Banchi 3,
Genca, Italy.
Laurilz A. Devold A. G.
Atlantic Freighling Corp.i v.
AaleSund, Norway.
lvoqu MM. Schiller Nico-
las et Louis Djoie, directeur
et sous-directeur teclfniques
du S. N/P. A. et E. R.deDa-
miens.
A bientt dtails.
*
M.LOUBEAU M'EST PAS"
DMISSIONNAIRE
Contrairement une infor-
mation parue samedi dans
Hali-JournaU.nous sommes
en mesure d'affirmer que M.
Joseph Loubeau, prsident de
la Chambre, n'est pas dmis -
sioinaire. D'ailleurs, qui
aurait-il remis sa dmission.
la'Chambre tant ajourne ?
Dans le'Vas o le prsi-
dent de la Chambre penserait
dmissionner, il lui taudrail
attendre la reprise de la ses-
sion qui aura lieu automa-
*
AU TRIBUNAU1E CASSATION
Notre Tribunal Suprme a
statu hier matin sur le pour-
Vi PORTIVE
i
!
Par* ',
- *\ un match
1 e I y i A ; i
quel i i i ii ?
i"i app irtieni enl .' det club I
s sont au-1
gu'i
lll i: (iio. c, ( ii ?
eul rer la | r o- j ...
le d'exami .m \ > \ ,j ') '
bien (" i mais ourquoi i
le Co i ei i L'SWl i /)//
tend ilfi ave ri s ii| i ieurs] L'lL
me


reductio : ix
DE PASSAGE
i Hollai idaise iVi-
la prsente le pu*
tir a ijour-
1e passage en
1re classe, des norls ha-
;'J;. \licn i Ilvre cl Amste -
t ri luit J30 dot.
Pour renseignements, veuillez
brerst d : i\:,"'',cn;,;1 vous adresser nos agents,
Messieurs 1 F. MADSEN
rLPHONE : 3455
ai
triste.
Di I! I' l 18 (I S il !Ss.' I y .
ni i .e oi data s po i n m | ({ finI IP / //*//
er le exan < ns de I il /
; i
Le ii> i c I
[toii d'lv es de Eiab
m meut ng igeant De
el h s auties poi r uni par ne i
- i oim... Hi(im,(i
BaskelBail -Volley-Dalt
Avec le d| art de M Chei
l|','!'i 'il i : air de (. ( Jeux
Floiaus ) au Parc 1 ci ot<
soiit envi Ices. I e a
nos s| or (s won mai
ml lap ss(
C.S.SJi.
\|;i
( si:
radiai ion ) ne peut rite ,
non ms qi e l'int i
ait t api : uir des
i :atioi s. Il l'o't lis j
er dans un joins dater de l'invil i
qui lui en est faite . S.
ion n entaire.
/ i draiion liait enne de 1
bail. Nous avons ap|
que la 'Violi Ile A. Clnb < i
d'autres Socits lormeront
bientt i li.lt ration Halii
ne de Foot-Ball. La !
lion une lois eonsl Ile
s'atfiliera la tdralion in-.
lirnalionn'r Xons suivions dei
inli i atioi I es
nous ne p
ilil
'u
comn i. SSH I
! le
choisil cn.bn du
mit. (
il
moins t ois
sont,par <
de p
du Comit 11
Le eil de l I s S. Il
peut il nous renseiguei
?
prs celle intressante
nos lecteurs.
Coi
II
\
Patr et Thabd.
7 (|uel(iucs semains, le iccok!
lion pour pouvoir renseigner i
j man loti rnational en naut
i longueur s'occupe fi
/ ,,,;/ : /t, ' .. ... neul de Comib s : '
,,,<. II,-,,!,,,,;,,'..;,. ,
,/* zrrcobn ,lv,,,('
pil de v u i
!iA RAILROAG
STEAMSHIP LIME
i.t | l'dl de
(Ancom
mi in .,,'(ii. u-lrinee,
I. Canal
ie, le inercre (i '21 juin
12.
\j s pe d emb%rt|ue*
mei es p mr 'e
i i -le \ w
i dem unie laite < c bu
( a- si amer parti a le mme
lent pour N:\v
Yoi k, : l lil, malle et
passngi ; s.
Po -a Prince, le 13 j,nin
V.l>2.
Jas II I .VAN REttD
\ onl-Ceiiial
Chevallier, a dmissionn.
M lis qui doit procder son
remplacement ? N'ayant |a
mais pareouiu les statuts
lion
c p an
du Sporl
:1e li

l;' n e ire union
voi des Ir
le jugement
tinuement le 5 juillet pro-
chain, car c'est l'assrmb'e
qui l'a lu qui doit recevoir I
sa dmission.
Au surplus, quelle raison
M. Loubeau aurait-P pour
dmissionner? i
*
Gbara contre
du 11 janvier
qui les avait mis en faillite.
la requte lionale de la Rpublique
d Hati.
L'arrl casse el annnele j'i
gemenl el renvoie la i;
' se conloripi r 11 loi ,!
parties, i Icmpliments aux Ir
res r" bara qui sont,par ai si.
remis b du cti m de
affaires commercial* s.
I il dj : es die m
Thard V
dit un jour ou Parc I.
qu i) jorce le ci i Qnini
pur vous cillait e, i ions i
semble.
Le R 'i mort, vive le r i '.
1 N'. A
1
f. don I li
A vendre.
l'or m i crire Un-
d( i w o d No 5, i m pai toit tat
- i un |i i\ relli n i ni insi-
ifiont.
S'a Ut esse i au
Bureau j LA LAITERIE BAILE
i l ropre, bygitie
I II s h rmli-
qnen ni cachetes, l'abri
toute luis fi 'ation.
i I i'. en uli 'g( ra-
lein
i il ; i n PUue, Poil nu
i'i ii
': -' -, >aUMMHM
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aoents Gnraux
LE FAIT EST INCONTESTABLE!
H h il mi
IC
C'est ki quini. nce des meilleures
^uils de cannes d'un v I runissant les meilleurs lerroirs
>est ce qui lait son arme.
GOUTEZ FrP COM-PA '!
i
-


Mardi
14 Juin 1932
Le Malin
4. ? cnie ANNEE N8 7W
port-aui'rine
1 : : i : 2242
Voul
ez-vous
Ri'usst dans taire russir vos en fa ntp.flra' :e
une mtho le d [ue-
nient classique cm clic
VOULEZ VOI
Une profession 6 9
mois d'tudes s'ieuses (Sic
no-Dactylo, Lui nie
Comptabilit)
Songez que l'instilul TIP-
PENIIAUEK se re< i inde
et s'impose votre il i ntion
par les brill mis rsill ; l-
l obtenus.
1337Rue Lamarre.
Tlphone 2S0L
ASSUREZ-VOUS
a
la
COLOMBIE H R- INC
Tlphone: H' 3323
U vapeur Baracoa i, Voy \7pi i VP
13, venait direclera ni de i
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
IteGENEPALs est nue des plus paissantes et des il'ii vas'-* r(iniiitit
Je ce genre. Le soleil ne se eonche jamais sur son chantf d'istioa %v e ovine m
5n m| contre incendie eonvreit aussi les dgts10 casionns par ljtondra
Ses Polii e p iar Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, tonnages
ram aulrni sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d Europe soit payables en Hati.
SesPo re accidents sont valables dans l'univers entier. Ions les voya-
geant! mi de se munir d'une polhe contre accidents.
annuelle n'tant que de 1/2 /. vU 2') dollar U. C
Car
gurs devraienl I nc prendre la pr
d'au moins 4000 lollars, la prime
103.
New-York, stra ici le U cri.,
en route le mme jour pour
les ports colombiens, Oisto-'
bal, Canal Zone, Kingston cl
New York.
Le manifeste de c vapeur
reu par avion poste st
h disposition des clients dans
noi bureaux sis an i rue du
Quai et des Fn nts luis (
vis de la Douant


La va peui Boj du > Voy.
102, partira de New-Yoi k le
15 coura u, directement poui
l'ort-au-Prince.
F. RERMINGHAM, AuxCaves
nous (;ents
Agent Gnral pour Haiti.
Port-nu-Pnnce. l'h GILCi
JEAN BLAXCHETJrme
N'OUBLIEZ PAS OE FIE ON PETIT TU
TEURACE-r.Aim::x
Chez W. KAHL
Petionville
1 M pieds d'ailUnie L'tablissent; |>l l#plus Irais les t*
virerjs de Port tr -Prince.
Seulement 1 minu'es deula sur une excellente reutt
asphalte. Vues merveilleuses de la vdle et lu i.ori.
Boissons de toute* espcea.
DINERS GOUTERS MM
Vrrangeineuts particuliers pour les pensions de jour se
semaine o i de mois.
AVIS AU COMMERCE
La Panaraaltailroad Stea mstrp Line a l'avantage d'as
sftpeer les dparts suivants de New York pour port au prince
rT&iti, directement haque mardi. Tonales ste. mers toit
William E.
Age ni.
BLBO,
1HE ROYAL MAIL STEAU
PACKET COMPANY
Le s Gaboon
venant de i ondiesvi Kings I
ton et les i' M S 'lu Sud sera ,
a Port-an Pi ince le24courant
prenant Irtet passagers pour.
l'Europe.
\iail Sttain
Va \kei Co,
I. J.B1GO
paurvui de chambre
Df sa ris de Sew \ork.
S^> incoo" le 7 juin
Steaaser "Gu yaqnil' !< 14 juin' 1932
4 casser "Cristob d" le 21 iUin llJ-*2
Steaner 'Bnenavenlura4- le 28 j du
S'eamer "Ancon" le 6 |rail et \ )\l
Sieamer "Guayaqull1 le 12 juillet
Panama Railroad S'eami
irioori^aue
Arrivages Po i au-frinte.
le 12 juin 1932
1992
1932
1**2
1032
19^
il) jniu
le 2(3 nin
le 4 juillet
le 11 inillei
le 18 j il'el
hio Lme
ALIX
30 annes
ROY
de succs.
JasH. C.VA\ RK.ED
agent Gnral
CE
Fleurs! Fleurs! .......
#u trouvera chi z V!e le 1 i
ne t u gui lin, Bas Peu de
hose, des fleurs, couronnes,
eorbeilles de fleurs naturelles
etc, bon march.
Horn Linie
Lykes Brothers SS C lnc

', Taxa Haiti
Nous avons le plpisir d'an*
nouera notre aimable clien
Santo ioiuingo- Porto -Rico
et
Sauvez
vos livres
-o
Sauves vos livres el col
lestions en inauvai i l il t n
le> confiant a i relieur cons-
ciencieux, bonute et habile
Btibnnb Camille, Bue Bonne
l'oi .
1 e seul service hebdomadaire et rgulier passagers
trt entre les ports du Golle du Texas directement avec
tl que les prix de passage Port-au-Prince, Hati.
pour l'Europe sur les bateaux Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
mportations, servez vous toujours des navires de 'a LYK.E
de la Ligne Horn ont t r
(luits seusiblement.
I prochain dpari sera sur
le beuu steamer Waldtraul
Horn i,qui ri iver i veis le 'ii
coura ut. Premire classe : YSO
dollars. 'Pour pins amples
rensi igtu inenls, veuillez vous
adi essi i a nos bureaux.
UhlXi.OLl) & C, Agents.
Laboratoire SJOURN
DlREGTl l'.s
F. Sjourn, Pli u macien
R. Sjourna, l'ii irmac
M. Sjourn, Pliai macien
in!, .ne il
Analyses des l'i ns, du s
ersaann, Ure, (11 is'ante
le l'Univt rsit de Paris
te l'universit de Paris,ancien
Hpitaux de Paris
gastrique, du sang ( Was-
inb o d, i .1 jf (nie).
LINE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont
N'A JAMAIS T FAIT
CE OUI NE PEUT TRE DPASS
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASLPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des rues houx et du Centre.
Lteaer Genevive Lykes
Steami r < Ituih Lykes
Steamer Margaret Lykes
Steamer Al mena Lykes
Bureau: Hue du Magasin de l'iitai
10 juin 1932
17 juin 1932
24 iuin 1932
1er juillet 1982
Pode rostale B
s Loterit Nationale d Hati
La Manufacture
de Chapeaux (<
Hatienne
Descrachsls. Des matires tcales.
Lavez-vous dj got?
Eh bien, demandez dans
tous les cafsy bars ci res-
taurants de ta Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale: le
POHTiU NATION 4L
Agrable Fortifiant
Bon March.
BRASS1 RiE NAT ALS S. A.
Port-au-Prince, ( Hati ).
416 Rue Bonne.Fol, Phons : 3358
\ La Loterie NationuIed'IlMti est
j une institutien hautement humanitaire par la multiplielM
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une rbance de bi
tre offerte aux hommes de toutes onditions de lortui
| Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans. Salaris
! tous ordres, Gens de maison ( domestiques. ) sans pari
i leur budget moyanrant d< ux goud s, peuvent fuguer trais
J mille gourdes Parons de Commcce,Chefs d'Industieparfs
/ llCllClPtlP atf* 'usulfisances ^*s ventes, par l'achat d'un billil, qui vous
* ^ I* lUlUCl IL libre du souci des chances*
Mdecins Avoeats, Ingnieurs, S&nalenis. Dputs, (randl
Dignitaires de l'Etat.Reprscntants de 1 Intelleclualii, Jour
nalistes.
Donne l'exemple de votre se'idaril sociaie.
Rentiers, capitalistes, eename en jouant, angnientee votPS
aveir.
Vous tous qui hab'tfaV' Haiti, rendee>lui service r n acbf
anl te billet de la LOTEItlE NATIONALE LiJAITI.
__<
aile, lion
A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la
vente de ses CHAPEAUX se lait, depuis le 4 janvier, au
' V 2027, GRANO'RUF
*
rci face ne son ancien local.
|> nts y trouvi > t le mme accueil.
BON MARCHE. CLRIT, GOURTOISIE
Martinez, Marcelin & G
PROGRS NOUVEAU
RHLM NOblEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
iLCOOL OtFINT TOUTE CONCURriENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
Km-mu m minnm froii ?nuNtiM
L


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM