<%BANNER%>







PAGE 1

r,\ > Lk V.m m J J* ** DE DENTS 1U Rp/o do Dents Cali C.hB'li botte leor. i €rlff rfB-s s -"£'rp"„tLr^V;!^".'rs t a 0 Au Cercle BHImp T BROUAROMAGLOIRE ET SES LVES pilio.rsidant ici. Nous voulons croire que le Gouvernement prendra toutes les mesures ueessaires pour que ce flau ne vienne pas par la frontire el que Tactil f ( h ef vlu Service d'ilygiine, le Dr Rulx, lera ce que lui commande.it 'es circonstances. n Samedi soir eut lieu, au Cercle Bellexue, la soire musicale organise par Madame B oaard Magloire avec l< cou-ouis de sis lves, ai profit des œuvres de I Asso ci.tion nationale des Infirmires diplme?. Comme on t'evait s'y attendre tous les points da proamme ont t accomplis d'aprs les nouvelles reues S'une taon parfaite. Chaque | par-son beau-trre lve, de la plus petite la plus grande, a excut sa parte la satisfaction du public public choisi mais peu uombreux. Il est mme remarq UCF| ce qui tonne, tant donn le but de la lte,—qu' l'exception des docteurs Ehe S. Vilhud, C. Lhrisson et ( Siyes, aucun membre du Service National d'Hygine n'y tait prsent, L'organisation ma i rielle de la lte ayant laisse aux bons soins le i Association des infirmires, elle pourrait, peul tre, explique! cetie anomalie toul en faisant connatre le montant des re* cettes. Ceci dit, passons la pallie techn que de cetie soi r qui lut un vrai rgal ariisti que. t,e qui caractrise les lves .'e Mme BrouardMagloire, c'est la nettet lu jeu, la Dnesse des roances et la clart du son. M esdemoiselles.). mine et Odelte Roy dans VAubadt et Bagatelle ont monti l'une ie l'lgance, l'autre du chai, me et de la douceur. Mademoiselle Suzanne Uoy post le le jolis dons musicaux ; 1 iutepictation de sa \alse de Ci n g est excelli nie ; nous dirons mme que son excution rappelle, en petit, cille de Mme Brouard-Magloire. Un gentil morceau buil mains jou par ces Lois jeunes lves et la petite^Fernande Faure a charm l'auditoire. L'ensemble pai lait des chœurs de solfge ( y hmeei uuauce) lut spcialement remarqu. Le jeu de Melle Martin Hudicourt (Claire de Lunt de Debussy) lut rempli de don ceur ; le loucher ist fin, I; RDUCTION DE PRIX DE PASSAGE La Ligne Hollandaise inDernire Heure jorme par la prsente le public qu' partir daujourd'hui le tarif de passage en 1re classe, des ports hatiens au Havre et Amsterdam^ t rduit 130 dot. Pour renseignements, veuillez vous adresser nos agents, M rs G. F. MADSEN TLPHONE : 3455 A 1 L FIEVRE TYPHODE EN RPUBLIQUE DOMINICAINE Nous venons d'apprendre qu'une pidmie de ii\re typhode lail rage dans la province de San pedrodeMacor is. Un tudiant dominicain (jui tait ici le mois dernier, Emilio Francisco Pichardo, est mort hier du ter% cible mal San Pedro, 1 le samedi 11 Juin 1932 Grande soire thtrale et dansante A 8 HEURES 10 LE FEU DU VOISIN la lameuse con die de Francis dp Croiiel joue par la Troupe Ralph Galaly A 10 HEURES DANCING Bataille de conietti et serpentins.— U" a pin. Mme Liua Maigron, dont les belles qualits arlisJiquca sont dj connues du public, a, une lois de pli s, dans li s Variations de Beethoven,tait Valoir sa bonne excution : technique partaite, jeu clair, lger et nuance. Un huit mains lut particulirement applaudi. Kl dans le kenuel de Ren Bton, Ma demoiselle Marie Henrietti Roy donna agi; %  b lement la rplique ai"* ina Margron. l.a soire se termina par l'excution de la Grande Fan" taisic de Chopin, pur Madame Brouard-Magloire, excution inerveilleu e d'un des m or ceaux les plus difficiles du rpertoire pianisliquc On comprend donc aisment que, possdant ion art d'une manire si approfondie, elle ait su si bien en inculquer les principes ses La musiqui, qui tait si dlaisse depuis qiulq i le n Le nouveau cabinet franais l-j; voici la composition : Prsident du Conseil et affaires trangres : Edouard Herriot ; Vice-prisid nt du Conseil et Justice : Ren Renoult ; \ Intrieur : •Camille Chau5 temps ; Guerre : Paul Concours ; Air : Paul Painlev; Ihics; il est aussi l'unique membre du Co.nil de slection des joueurs pour les malches internationaux, elc. C'est contre cette suprmatie abusive et suranne une les Champions Cator et Thard proposent le plan de rnovation dont les grandes lignes se rsument la formation de Coin missions v( autonomes dans leurs attributions respectives : Commissions de Finances, de Rglements, d'Arbitres, de Foot-Ball, d'Athltisme, de Slection, etc.— La prochaine l'ois, nous verrons les attributions de chaque commission t*ln Prochain Conseil de l'U. S. S. H.— On n'est pas encore d'accord sur le choix de celui qui doit remplacer M. Chevallier dont la demision a l accepte par l'assemble gnrale des clubs.— La sance sera reprise ce soir. Nous demandons aux lecteurs de faire diligence. Les alla ires de l'U. S. S. H. souffrent— Gare vous! F. H. Cin-Taldy DEMAIN SOIR Le roman d'un gamin de Paris ( TITI 1er ) ET L'Aiglonne Fltr/e 0 10; Ralron : 1,00. VENDREDI Le merveilleux film i Le Diamant du Tzar •.•ver Ivan Pelrovich Entre : 0 10 ; Balcon : 1.00 Cinc-V lnovation. Voulant faire* £^ SiftSrJ?^ VENTE PAR AUTORITE yons devlm souligner, le,} jff | PT|pL gner avantages pratiques qu'offrent les ides de modernisation mises par notre champion. D'abord, nous disons avanl toute chose et sans ambages que nous partageons les vues progressistes de nos as Cator et Thard qui, par leui personnalit, sont les plus qualifis pour lirer le Sporl Hatien de la servitude mo raie qui menace de temps en temps d'branler sa base, pour *Mariue : Geoig S Leygues; | a( J r cnfm JIJ s S n. avec Finances: Germain Martin; | ecori cours de quel gus bon Budget: Maurice Palmade; ncs V olonls sur un plan o Education nationale : Anatole de liontzic ; agriculture et Commerce Julien Durand ; Postes, Tlphones et Tl gra >hes : Andr Queille ; gres, sont 8Ufl Travaux Publics : hdouaid g us ( j os j ( | oes n Da laitier ; Colonies: Albert Sarrault Travail : Albert Daliraier; Sant Publiquei Justin Go dard ; Marine Marchande : Lon Aleyer ; Pensions : Aim Ikrlhod. POUR RIRE FH SOCIT t, le l,rml!*ui Album dt futm, t* i:*5 %  >iii. Pintio.ii Mb*. UMk*N* QnWM*. MM> HP. I fair* limir. A,pr,ndr, llli I rur I'.. ,n t ft.ae.tlmbrtl mr F*II"T". IM. 1 :>*• rulr.lONNIURt MUIM 4*' PORTEFEUILLE GtR m Bonne rc impi nse est accorde t qui rapportera au bureau du journal un porlela colre de personne ne pourra l'atteindre.— Cator et Thard ayant beaucoup voyag, tudie l'organisation locale des fdrations lransullisamment imouvelles pour doter l'U. S. S. H. de statuts cl de rglements qui soient au rythme du progrs ralis par l gnration sportive d aujourd'hui. lui effet, si nous avons beaucoup avanc sur le terrain pu renie ni sportif, par contre parlie, au point de vue d'efficiente organisation, nous en sommes toujours, en cas de litige, voquer les rglements jaunis par vingt annes d'application, Four illustrer l'appui mo rai que nous offrons sans contrainte au plan de rno val ion de nos camarades, nous nous htons de relater pour nos lecteurs le fait suivant is signiflcatitde la vieillesse iiistitudent On fait savoir a tous ceux qu'il appartiendra que, le vendredi dix juin mil neuf cent (rente deux, a dix heures du malin, l'Htel Place du Champ de Mars(Iaade Est), la vente au plus offrant et dernier enchrisseur des effets mobiliers suivants : sept lits en fer, sept matelas, huit tables de chambre, une armoire en bois d'acajou, douze chaises en bois du pays, un vaisselier en bois de chne, nu buffet en bois de chne, sept labis en bois de sap, une glacire, un fer i epasser lectrique, une petite table en bois de sap et DEMAIN SOIR La sup2ibe et artistique prodoetton parlante en coulenn naturelles : La CHANSON du GITAN Redemande Eutre gnrale : 1.10 huit miroirs. r Les sus-dits objets ont l saisis la requte des deii sera procd devant moiselles Marie et Marguerite du Cluimp-dc-Mars, Valls,commerantes, demeurant el domicilies Port au Prince, ayant pour avocats M" Roger Anselme et Pierre L. Liautfiud, sur la dame W. Mac-Intosh, htelire, demeurant et domicilie Port-auPrince. A la charge par les adjudicataires de payer comptant le moulant de leurs adjudications sous peine de toile enchre. Fait Port-au Prince, le six juin mil neuf cer'trentedeux. SOCIT D'ACTION CONVOCATION Les membres du Comit Irai sont convoqus au sig la Socit, 332, rue des Ce en runion mensuellesffl| pour le vendredi, 10 ja" onze heures du malin. ORDRE DU JOUR : 1_ Rapport sur les acli sociales durant le mois de 2— Discussion des n ments intrieurs; 3-Rapport de la Coa sion charge de l'tude d question des caisses depi Sign : Roger ANSELME. populaires. sMM Usai %  %  %  %  %  m&vw$mBMJ& Toutes les Polices DE LA ')!!• i':|ll (III 'MMII..I un punie-."— o enille contenant des papiers dprimante de noire lus .rivs et nue licence pour 1on sportive : Un Prs. irmeteu. | de I l S S. 11. est dispensati leur des nuances de 11 mon el (ies clubs allilis; n< mmej W* mp'ei.te iecon di M'el n-\o juc ies Commiss ons SB reprend peu a "peu'se. d',<\-. ,IK I-M.I,.: i Magloire,. oos leelmiques; choisit ou i.aise 9k| Souhaitons que ce mouve lay ions bientt une closion i les arbitres ; interprte les rmtui continue et que, sous lai de jeunes artistes. jglements selon ses sympa-{ J^ comprennent la Protection contrela Foudre sans auqmentation de ta u] Euq.Le Bossf Aqents Gnraux f$0



PAGE 1

LF M'TIN $ J in 1932 ifci Itliiiui llarbaiicourl Dont la ienrnnie est univarstlle a gard sn pramira plaa Banaandc/ partout : UN BARBANGOURT Icpt : Kue Csar, Panama Railroad Steamship Une Agents aux nrincipaux oorts d'Europe. Service de )rl el de passagers en lie lEurope et {Amrique. Des Dents F!u$ Blanches < G. W. SHELDON & Co, Ltd. 17, James Street, LITERPOOL, ENGLAN Angleterre 0. W.SHELDON & LU. Fen'on House, 112/113 Fenchurch Street, London E. G. S, tnglaad. Trance MORT & Company. Atlantic "reighting Corp.Div. 3, Rue St Vincent de faut. Paris, France. MORT & CAMPANT Atlantic Feighting TOI p. D|f. 7 Hue de la Rpublique, Marseille France. Gellatly HANHY & Co, 21, Rue de la Rpublique Marseille. Freact. MORT & Cornpiny, Atlantic Freighting Corp. Div. 155 Boulevard de S'.iasbourg, Havre, France MORY & COMPANY, Atlantic Freighting Corp. DiT 74 Quai des Chartrons, Bordeaux, France Ilernu deron & Sto:kwell, Boite Postal 78' Havre, France. Allemagne Atlantic Freighting Corp. Atlantic Freighting Corp Ballinhaus, Hamburg 1, Ger.nany. Bre.teuweg55,Bremen, Ger. "— Hollande Atlantic Freighting Torp. Koningin Emma plein f Rotterdam. Rolland. Hollane, Sude Sven Jansson et Company. Atlantic FreightiogJCorp. Anlwerp Division. C/O Steinmann & Company P. 0. Bo. 10*9, Rotterdam A/8 W. Iarka, Atlantic Freighting Corp. Div. —eppsbron 10, Stockholm, Sweden. A/B Pettersson et hoirostrom, Atlantic Freighting Corp. Div. Skeppsbron 3, Gothenburg, Sweden. Atlantic Freighting Corr. Div. Norrkoeping, Sweden, Simon Edstron A/B Atlantic Freighting Corp, Div. Malmo, Sweden. Des Dents Plus Blanches de 3 Nuances en 3 Jours Rien de plus rcpouss.ini qui dM cli'llts l.iiih'S, j:uin.1lres, )J:I : t ; %  t,* condition Ml cauafl par les microbes de I i bouche contre lesquels les pales dentifrice ordinaires sont Impuissante. I %  Kolynos tue ces inicolxs et blanchit les dents -de 3 QlianCM en 3 jours. Un centimtre il. KolyiMM sur brosse sche. Inst.mtanoment elle se transforme en une mou • %  •. antiseptique et effervescente qui nettoie fond et fait disparatre la cause du mal. Employez cette met liode: votre sourire (l'Vou vi ira de magnifiques dents blanche*. LA CRME DENTIFRICE Antiseptique KOLYNOS Lavez-vous ej jcc? Eh bien, demandez dans tout le"> cafs, bais cl r.u'uue simple diverg' n e de vues eutre les deux Pouvons ? Nous voyons bien dj que uotre contire n'a pas plis position dans cette question qui passionne tellement l'opinion publique. Faut-il apprcier son atiilnde la lumiie de l'affirmation de La Libre Tribune que l'ide initiale de la piolougalion revient au Prsident Vincent? Eno ; libres les De mme que vou que vous vous lave/ de mme il faut i rgulirement. Un rgulire, simple, c" deENOS'FruitS. Mais exigez I larde intestins nettoyez vos dents, la figure el les mains, ittoyer vos intestins Faon sure, efficace, st de boire un verre t" le matin ou le soir, mjours ENO. & A louer — •— tA LAITERIE BAILE Livraison propre, hygine que, en bouteilles kermti quement cachetes, a labrU la $ais0I1 0 u al an de toute ialsification. ne.maisonPtionville.Four Transport tait en ringraIJ en j eignementSt adresser a leurs roues. M d VENDEGIS, avenue 1313, rand'Rue, Port-auMr ae Prince. %  •n trouvera chez Melle TU tine Augustin, Bas l'eu de chose, de s fleurs, couronnes, Horn Linie Nous avons le pjpisir d'annoncer notre aimable clien tle que les prix de passage pour l'Europe sur les bateaux te la Ligne Horn ont t rduits sensiblement. Laboratoire SJOURN DMECI URS P. SJOI UNI Pbarmaciei I\ SJOURN, Pharmacien le l'I niversil Vicvc Hgo Horni.qoi anivera veia le 'Il courant, Premire classe : 1JJ0 dollars. Pour plus amples renseignements, veuilU/. vou* ad 1 esser nos bureaux. W 1NLOLD & C*, Agan:s. \rr\c* lii/TPQ Jeudi prochain, ;' %  7 henrei VUb liviC'D ( |„ M i( t le juge Elzei Vilain 0 prononcera la conlrenct anDonce pour la semaine derSauvez ves livres rt roi nire et qui lui reuvoye leclions en mai mse du mauvais temps. Uni Us confiant ai r< rollecte sera laite au prol dl , nci< x, honute et hal l'a m i ETIENNI CAMILLR,KU< U I De beaux chants sernntei* Koi etes. Insurance Co Une des plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG.L. BOSSE &Co Aaents Gnraux LE FAIT EST INCONTESTABLE] H II u m Sa ri lie C'est la'quintessence des meilleurti [varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs lerroirs C'est ce qui (ail son arme, GOUTEZ ET COMPAREZ 0tœi _."**vi • isjLt-*^^avu *?•* .•*.



PAGE 1

.< > Mercredi (S Juin 1932 Le Malin ^ 4.PAQER 2#* Voul ez-vous Russir dans vos tudes uo taire russir vos eulants.grce une mthode d'enseignement classique excelle t ? VOULEZ Yl US Une profession aprs i> a ( .) i. ois d'tudes srieuses (Sl n -Dactylo,Languesviv.m'c t) mpiabilitt)* Songez que l'Institut IIP-' rENHAUER sert commande at s'impose votre Mention | | ar les brillant! rsul as d j oblenus. 1537Hue Limarre. I T lphne 2891. l'pi ii Ifarai aViii Accidents 3 juin 1932 Rom''i'S ChariMe, 42 ans, Riv're Froide; Blefmre piquant. par morsure d'animal(hospitale) Philomne Pierre, rue du Lyce Ptioo. Blessure coniuse de la paupire suprieure droite. Circlie Crispin, 37 ans, ruo Justin Lhr'sson ; Mies.'ure contcse du cuir chevelu. Ntker 1Is-Aim, l'ois Jobo. Blessures tranchantes du ne/, du bras gauch-, du > nce, de 'ii main gauche, du dop Antoine Homuloas. Gr.i dRne. 1 lessi.re couli.se ,du c iii che\elu. Juellnvil Lameicie.29 ans, Cabarei. Mlcsure piquanle de l*in dex droit. Marie-Thrse Louis Marc, 4 ans, Poste Marchand. Conluaioo du do?. St-I ierre Sn, Cron desBoiquets. Blessure coniuse da pavillon de l'oreille, contusion du cuir chevelu. *. 'Pierre Jean, 25 ans. Carrefour Bl "sure contare avec fracture Ce la phalange droite, Malbranche, 25 ans, Lalue. Ulessuie piquante du pied gau de la main droite. Gabriel Doslaly, Place Ste. An e. Linpoisoiineimnl ( hospitalis). • Dcs Du 4 et G juin 1932 Rossini Rou.'seau, 85 ; ma, liopilal gnral. ArtusCassiis,.'i8an', Logane. Pierre Andr, 2 ans. hpital. Giboss Louis,3tana, hpital. And reclus Lon, 2 ans, Pisqueltc. Syphals Laml erl, .'Il ans, La Saline. Hector Dieudonn, 3 ans, Croix di s Martyre, Miche! Ludovic, 28 ans h' pital gl i; I. Franois Sylvain, 35 ans, hpital gnral. Madeleine Bel /une, bb, hpital 11 nral. Simone Timeflli, l b, lion lal gnral. Benfanl de I < nia I i i vei ill< bh. hpital gnra 1 Btant de vi i lia Sainlilur, bh, hpilal gn< ri I l.umucn Si Cyr, S I a i, lu Saline. Mme Ca b( nue A,. oh e, 82 tuf, n e i hrisson s-s c(LIGNE COLOMBIENNE) tlphone: N 2323 1 1 -* va ( m Marti ifque i rv ; .s, de telour d s i oi s c'u Sud, sera iei le 9 u %  i '. rontinuera le mme j < p New Yok i a poils b..di "> Noi l n nt I et el | tage s. Li tape i y, t, Voj. 103, p k "c c Lient p< U Capital) William B. BLI+, agent. ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & LU J Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) Car ia .GENERAL est une des pins puieisntei et des pi ai vastes or^nhstlea ie ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'actioa qui enmsse le monde ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns pir la fiire Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, donitagea caus autrui dans sa personne ou dans ses biens. Ses Polices M intimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati. Ses Polices contre accidents sont valables dins l'univers entier. Tous les vovgurs devraient dne prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents. d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle u'taut que de 1/2 "/• soit 2') d rllars C. C Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves N'OUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT TERRACE-GAHDEN Chez W. KAHL Petionville 1 fil pi ds d'ail U ode. L'tablisse n Jt le plus fraisdes et viraros de Port te -Prince. Seulement le minutes d'auto sur une excellente reuli asphalte Tuea merveilleuses d • 11 ville et lu port. Bossons di iouies es ces. EAS Sl'll; • h \ n a ngMi enta particuliers p >ur les pensions de jour | iinnint ou de mon. ^OITSAGENTS Agent Gnral pour Haiti. l'ort-au-Pnnce. IG. GIG JEAN BLANCHETJrmjc AVIS AU COMMERCE La Pinama^Raitroad S'.ea m bip Line a l'a van lare d'an ••ace' les dparts suivants de N>w York pour port au rrince rAlti, directement chaque mardi. Tousjcs ste: mers soat naarvui d chambre Iritfori'oue Daarla ie htm \ork. Arrivages Po i au-rrine. allez chez ST JULIEN S 113, Rue Traversire, prs d'Estve & Cie. • vaus serez servi souhait. COMPAGNIE GENERALE TRANSATLANTIQUE La Compagnie Gnrale Transatlantique a le plaisir d'informer le public qu' partir de cette date elle a rduit MO dollars le prix des passagers en 1re classe, d'Hati au Havre sur les paquebots 'ai i marc et Saint Djmingue.o Ces bateaux se recommandent par leur confort et leur service irrprochable Le steamer Carimareest attendu Port-au-Prince le 2(> juin et les personnes dsirant voyager par ce sapeur sont pries de bien voua loir se taii-j inscrire l> prsent. Botte postale : A 1/4. Tlphone : 3230. F. M.ALTIILH.Agenl. Kue du Quai,Porl-au-Prince. ALIX ROY ]() annes de succs. WS "Bueat vei durale lr juin 1932 2(^% "Nncon 1 le 1 juin Steaaer ''Guas/aqoiP' U 14 juin 1132 S'eemrr "Cristobal* lr 21 j u i„ 10(2 Steasaer "Bnenaventura" 'eyfjj in h'eamer "Ane m** le (j jui' -i \\)'M Steamer "Guayaquil* le 12 juillet Pnam Mailroad Stetfmp*hip Line JasFI. C. VAN Ht KO agent Gm rl "' juin ION le 12 juin 1932 20 juin 1032 le 26 juin 1932 lr 4 p'illel 1M2 le 11 imllel 1932 18 juillet 1932 CE A VIS Lykes Brothers SS C lue Texas Hati — Santo uominrjo Porto-Rico Le seul service hebdomadaire et rgulier passagre et Irt entre les ports du Golle du Texas directement avec Port-au-Prince, Flaiti. Pour la rception rapide et le maniement habile de vos importations, servez vous toujours des navires d' LYKE LINE. i Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont • Steamer Rutfa Lykesi 3 juin 1932 Lteamer Genevive Lykes 10 juin 1932 Steamer c Ruth Lykes 17 juin 1932 Steamer Margaret Lykes 24 juin 1832 Steamer a Almeria Lykes 1er juillet 19fl2 Uureau: Rue du Magasin de l'Ltm, |-a,te Postale B N'A JAMAIS ETE FAIT CE OUI NE PEUT ETRE DPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation el Veule PaARMACiaF. SEJOURNE Angle des rues houx el du Centre. Loterie Nationale d'Hati L'Inspection Scolaire cie Cette eirconse ipli >n rappelle aux intresss que tes examens en vue de Poh enlion du certificat d'tudes primaires sont lixs au 27 juin pro( ebain. Le registre est ouvert i partir de cette date de 9 lires a. m. midi et la prsent talion de l'acte de naissauce est obligatoire. Port-au-Prince, le 4 juin 1932 La Manufacture Hatienne de Chapeaux L Indigne Aoi fihm>iaam 4* an A 9nu m • I'HIHU de Foie de Morne Agrable au got el facilement digestible elle est le complexe tfiarateur de la Nutrition pat excellence Laboratoires REGAGN0N & Cie PharmacUoi .t^ent Gnral pour l Exportation : Ch. MAGNANT 37. tue Datioud PARIS-16'J 1 416 Rue* lonna.Poi, Phonet : 2351 La Loterie Natiouuled'llali est %  ne institolian hautement humanitaire par la multiplicit d œuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de bien lre offerle aux homme* de toutes conditions de forlua*. Employs, Fonctionnaire, Ouvriers. Artisans. Salaris de loos ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parlar leur budget movannnt dcil gnudes, peuvent gagner trois asille gou-dea Patrons de Commerce.Chels d'Industie,parai aux usuinsancea des ventes, par l'achat d'un billot, quivoui libra du souci des ArhancesMdeiiMS Avortts. Ingnieurs, Snateurs. Dputs, Grands PigniUir a ia l'Etat.Reprsentants de 1*1. tellectualii, Jour %  alltes peint l'eiesssale de vetre so'idrit socia.e. neatiara, laitahstrr, eemase en jouant, argnienkz voir as-cir. 6 Youa toas -n> kakilear> Hati, reodri-lul sr•r^ic•e en acbf •ait !• Millet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI. A Ipi isir d'annoncer sa nombreuse Clientle a;ue la vente de ses CHAPEAUX ge fait, depuis le 4 janvier, au N' 2027. GRANDRUF m l'Cf de son ancien local. Les Clients y trouveront le mme accueil. BON MARCHE. CLRIT, COURTOISIE. Marlinez, Marcelin & G • PROGRS NOUVEAU RHLM NOL\LAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL OtFIANT TOUTE GONGURiiENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON mma N m m mm K tm mm,



PAGE 1

fc.l.W'.'- Clment Magloire DIREtUHLR 1358. RUE AMEHK AINE 1358 TELEPHONE N-2242 I ii njliuii. t Ml jour nous une tar, un >|.IM, mit* laaniic sauileclle, rc-iiilaul, enjc l'ii.M-, (!<• IMVClirt, de sariii m, de jjifirfy, Miment (le tlriiUs il il' iHjirh Kiiniiiiuis ; iiitiis lr (UIM'UI, du (loir ilr oui :1111er a >i>rc turnblf. 26 me'ANNEE N 7690 "OnT-AU'PHlNCE ( MERCRDEI S JUIN IUSJ Dure et prolongation de mandat 0 iO -0-*A premire vue, les erreurs mme donn la personne < popuhures paraissent videntes. Chef de l'Etat une physionomie Quelques minutes de rflexion nettement diffrente de celle des montrent qu'au contraire unsur temps dessaliniens. Cela ne se intrt tfuide les revendications, dmontre pas. Cola se consiste Quand la Commission I'orhes Le Chef de l'Etal n'es! plus le travailla chez nous, la question Jupiter trouant nu milieu de sa qui se posa, principale, l'ut la soldatesque prle tous les criqueslion prsidentielle. Certains mes, et devant lequel Ions Irempeusrenl qu'ainsi elle dviait, blaient, les snateurs et dpule pivot de la discussion dets les premiers. Maintenant vaut porter sur d'autres points puisqu'il ne peut se faire plus essentiels. La voie droite, entendre que 1res relativement celait pourtant l'instinct popule Chef de l'Etal doit dominer [airequi l'avait devine,— puis| par la Force morale, que selon que lut lsolue dans Leconte sur ce point comme le sens protectionniste ou le j sur tant d'autres, lui le grand sens nationaliste la question I preurseur.C'tail uu timide. Tiprsidenlielle assurant l'arrive j inide, comme homme, car, en la Maison Blanche d'un asser-, vues d'avenir, il ne le cde quiconque. Or, malgr sa timidit — les exemples abondent — il avait en l'ace de ses interlocuteurs i\ne telle lorce de persuasion, tire de sa voN LoK pour viter li pos.'j sous cl : un dans votre t' RC! -r et serait peut-tre im trs peu pour PJL 1 %  Coffret ds four deux sous par jour, h etc2 h pn *"• IV..uj'Awiun • eau ou nya I Vingt cinq ans |LI: MAI 1.1; ,s' Juin V.iir,, j NAISSANCE, vous rec:vons le gentil -pari suivant : Lucie n n c vi ou dun libr, toute la tragdie nationale s'en trouvait modifie.Car un texte s'excute selon l'esprit de l'exculeur. Ainsi en ce moment o se discale une nouvelle Constitution ou une rvision de Constitution, l'attention de la Nation se porte particulirement sur la dure et la prolongation du mandai des Reprsentants, Qn poiinait s'tonner (pie les principes, les pseudo grands principes soient nglig, pour une affaire qui semble secondaire. Mais ici encore c'est le peuple qui a raison. Les principes, les grands principes, ils auront une application librale ou csarienne, progressiste au ractionnaire.selon les hommes qui ainoni les appliquer, et puisque nous sommes en Hati •t qu'il convient d'y lesler, selon l'homme qui sera Prsident de la Rpublique. C'est pourquoi la question de la dm ce et de la prolongation du inan lai lgislatif est capitale. Ici trois rflexions. La premire, c'est que, selon le mol clbre en politique, la meilleure habilet est de bien faire. Cela peut faire sourire les imbciles qui, dans leur mdiocrit, pensent jouer aux petits Machiavels en considrant la politique comme un jeu grotesque o l'on porte aux adversaires quelques coups flons.Cela.ee n'est pas la politique. C'est de la polilicaillerie niaise. Etre habile en politique, c'est bien taire. Cela clarifie tout. l'n exemple. Voici les lections du 10 janvier dernier. Le le parait il semble que sa souplesse ail des lacunes. Le bnfice des procds du 10 janvier est plutt problmalique.carune Chambre lue dans d'autres conditions n'eut pas non plus cr d'inuliles conflits avec le Pouvoir Excutif. Mais, si le bnfice esl problmatique,les ennuis sont certains, dont le principal --pour ne point s'attarder sur •in point dlicat,— est une dfiance ou, si l'on aime mieux, une confiance branle dans les promesses de libralisme ftrhes. Eut-on pratiqu la vraie hanileleen politique, c'est--dire eut-on bien fait ? Ce serait une atmosphre nettement diffrente. La confiance. Or, la confiance esl l'lment essentiel de notre crise comme de toutes les nises mondiales. Deuxime rflexion.Les temps sonlchangs.Ici encore, les petits politiciens haussent les paules, pour masquer leur incapacit sortir des ornires lont de bien fa ire, qu'il les dominait et en obtenait tout. Voici la conception de l'heure, du vrai Chef d'Etat. Avec une telle conception, le Prsident de la Rpublique ne croira plus qu'il esl atteint si des lecteurs, par exemple, l'un des adversaires, l'emporte.C'est mme arrir de croire que, pour affirmer sa puissance, il tant, toujours pour rester dans cet exemple d'lections, que sur .'tli lus on ait 86 partisans.— Les temps sont changs. Il faut avoir cela a l'esprit, toujours, pour viter des laux pas et des fautes. Troisime rflexion.*— Logique enchanement des vnements. Les myopes seuls les nient.C'est pourquoi il faut bien taire, ds le dbut. Autrement, c'est l'engrenage dans le mal ; une faille, pour tre, croit-on, efface, en ncessite une autre plus grande. Et ainsi de suite. C'est pourquoi esl capitale la question de savoir si le futur Prsident sera ou non l'lu de vrais mandataires de la nation. Le sera-t-il ? Lui-mme lu dans (ies conditions de loyaut pourla, si les gnies de la Pairie nous donnent un cerveau et une Volont, puiser dam la sincrit de son mandat le pouvoir daller de l'avant. Le voici accul mille compromissions ou louies les dictatures, logique entranement des vnements. Nous pourrions donner cet article un ton, pourrait-on dire rst2! LaBancrtu &yale du Canada blique de Cuba. — M. A bel Lger, secrtaire d'Etat des Relations Extrieures, et M. Octovio Averhoft, secrtaire d'Etal c 1biin. ont chang des tlgrammes, l'occasion du mme vnement, Le Prsident de la Rpublique a accord grce pleine et entire Damne Simon et Joseph Louis,cou damns, par le tribunal criminel du Cap-II.iien.le premier cinq ans de rclusion, le second trois ans de travaux lorcs. — Par arrt prsidentiel en date du 31 mai, le bureau hatien du tourisme est reconnu d'utilit publique. — Parant du Secrtaire d'Etat de l'Intrieur, le sieur Ouiseppe Fiechi, de nationalit nalienne, est expuls du territoire d Hati. Par ordo liai e du dov n du trib in I ri I de PortPrince, [• luverture des ses '•" nin 'I %  % %  • est fixe un Ion li 11 juillet pro h 1 D dix I: ij ,_ — Sou itromgfl de la S icit .1 li i ire I le Go' : MIS i hrisson pro 0 1 :e a, l 12 1 iu procli. n une confrence MI HO y r Bizelai cbel du parti libral. — Le Go s il de l'< Irdre des avoca s s'esl mu devant le propo inj irieux pour les avocts tenu pai Mr Lescot la trib me de la Chambre. Une lettre de protestation t adresse au ministre. — Charles Moravia crit : < Damien ne lait pas son devoir, parce que Damien ne rle. C'est vi it. < ]nt '. r.toiselle aux avec la p rmission de sej mre, tr et hadamc hermann hennir, a te bonheur de vous a linon ta naissahc de s a n fi feorges, gui a fait sou en fans l, monde le jeudi 6 luin, *'i 5 heures de aprs midi . bps rem %  nts d Ara moistlte Lucienne qui Voudra j bien trans^ttre nos coron//8 aients ses m re ci f n is souhaits ns 1 ve lustriels romme la V.RTHE CACHK'I D'OR 1 .n erve l • moteur hum tin. rem >! ; l pis son la plus vidente les, prcises, pour que ebacun en fasse son profit. Car il ne s'agit pas de s'agiter, veux ferms et dans le vide. Mais de voir clair. Et dans le rel. Le temps des dictatures est pass Par M Paul LOEBE Prsident du Relchstag. I) Ctl arlio'.e lail dj compos quand nous parvint le Dcret Oa I Excutif ajournant les Chambres lgislatives. Sa valeur documentaire, comme on le verra, n'en persiste pas moins. ECHOS —Vivre et ruiner FOUS un ciel magnifique comme le ciel napolitain!Vivre et aimer au rythme caressant des mandol ne !Se sentir dlicieusement berce par de dences voix aujtimbre chaud et enjleur par les chants si beaux et si particu lirement remarquablesj du Ju*pass. ~TouT*doit~alfer~dans pays de lavenir, comme tout s'est Irai-. NAPLES LA IJhLLfc.! fi d'autres poques. Celle atVenez vivreces heures tn•ilude dispense de toute initiachanleresses ve. Mais elle est lausse. Les! DIMANCHE A HAITTANA '••'inps sont changs.Nous avons %  jl au dbut aptes mille aui'importance connue facLI I on passera J Le Temp du Septime An. — Le Prsident Viucent t : le Prsident Machado on: for de la politique hatienne, i l : s ,ei Lu'men ;: il ^i;n: h^* l f^ !" quons-no.^no!^ nnccs I d jlicitui.o-8 a loccaj.on d (% f ime amricain ont tout d? I la tte nationale de la Kepu La dictature assu e p • 1 r dans certaines cico t>t 1 ic I plus lorte conce iti ilion de l \ volont de l'Ktai l'gard d'une dmocratie disperse: dois un pays o les luttes dis divers LA OPIIIO Ef LE PRSIDENT TRUJILLO Nom avons reu de notre contri e dominicain La Opinion > on album d'inf H mations sur la gran 1 1 arade militaire du Prsident Trujillo en Novembre 1931 la I d'un rgiment de l'A 1 tionple a travert h s d< uze provinces de ;l.i Rpublique I )omin>rain . Cet album cou ienl la I10I0 du l'isident Leonidas Halai I Trujillo-Molint, du CI l'A' ine Domii i< aire, d e s bouts officiers dominic lipi des renseignements sur le dveloppement militaire d< la Rpublique. Celle |)i Llic.it i on contient (MI outre la relation compl'i d la grande tourn' entreprise par le (.encrai Trujillo en dcembre 1931. Nous mm r< ions ooti e c u ... voit que'le dcret d'ajournuent des Chambres, pria par • D un ( n 1 puigaiil inattendu s qui por e "u nom angl 1 .. in effet, en iu / un avocat le Ri 1 rais qui h tbile lr' Cham e Mars, il dut Irois reprises 'excuser aupr m hle, et <• d nanl la v< aire te taire inlicjuer les communs.. El celle lls Gro8Mi accoucha de Iraq m sourie. .. voil que le lcrel d'i joor <' tablit trs cxpicim nt que l'Excutil n'est pai lcid ;'i se souraetti e 1 pi teo xorbitantes de DOS t. La d %  noci tie I lve •' I 1 u collabo' deur conscient. Cela ne lui ar; systmes politiques sont deverive p 1 loojoursds lr p emier frre de son gracie ix envoi nues insupportables mais irlout lorsqu'une lorma-J ^ quel en est le bnfice pour les 0 ,,, ,, oi . *m ciiovena de cet Liai ? L. q ns : ,, drissement, la rpression. T.-cra d , lrieur. n1 1 de tout* autre opinion la ni p g ;1 ,, s con 1 rde toute s 1 co li 1 ;;IJ l Uji 1. Nou n 1 ic: ires • n Europe — 1 corn menl subsistenl-elli : 1 r l'exil, la dpi iiaiion, I incan ration, la suppression de l'adversaire politique, l'exclusion de larges masse populaires des affain de l'E'at tt l'interdiction poui elles d'y collaborer cl dy jouei un r'e actif. Mais c'esl l ce qui place la dmocratie bien au-dessus de toute dictature : elle l'adresse toute la masse du peuple, elle ii.vite ch.ique citoyen de l'tai au travail en commun y compris ses propres adversaires. Son contile dpouille l'appareil de I lilat de ses Inutilits, ss ngations obligent a v rifi-r sans cesse el tendre vers l'amlioration. Sa critique, • opposition sert la construction de l'difi e tout entier. La dictature runit poissante 1 dcision entre la main de IImqu-. La dmnciatie s'ap| iui l'volution constante d< toute l'ei sn.be du peui le el ies Etals n 1 ;eu\ent se pei p %  • mer que grce S la collabo auon ei (jonsabili' soi tous le* ci oy 1 s de l'Etat.La LES COMPRESSIONS AU MINISTRE DES AFFAIRES IIUNGERES Dt LA BULGARIE Leprsidenl du ; !o u il, mire d( s ail mes trangres < 1 des cultes,a mis RU I oint le budpoliiiqe.voiremmedupropre'i^ l ( l ,! ^; ministre qui com ani du paten-al s'il .. L> h one nergique comp. ,..!..,' %  * mon par rapport nu bu qoulail sa 1 qu'il rjirait mme 1 e numrota bille', ce a ui enlevail loi t \ ' I %  1 hmiiioi.d s o il aurait gag 1 Q lo... Si qt 1 %  lit] si 1 M ; |g | j |M '" 'i 1 sa maison d ; 1 1 omb e, vida les armol< e 1, a at rach 1 les ux, el re* rouva a lin Min billet dans un lut, hlasl qu'unesa* lioa svtii .u i oniront 1 liste, le b llel M ironvsit te 1 i n rapporter. Quand mne, monologua le Jv nard, le lpil est moins pnible que le doute • • ... voil que si le-, grandes donkuis sont muettes, lesgranles joies sont exp nsives.Ei c'est >insi que Madame Agathe Celas* 'm, (pii gagna l'autre lois le gros 01 de la Loterie Nationale, 1.4 so lil pas prier pour coi fier a se m la que son premier soin 1 s de son boobenr.*, lut de se payer une bonne bouteille Il hum Barbancourt, qu'elle vida en d ux Irait —Eu deux traits ? mais la suite*' s'enquit'on. \ tu une suite, m'es ami,c'est romme si j'avais bu du lait. p B le bon plaisir •' %  %  a m ci ut V.J[ d t hosea intolrables pour un peuple libre. La d nocralic lve l'indivi in, la dic'aiore l'oppi ime. La I' m ocra lie chercha i si rvii I E al pour l'avei :r, la 1 •ouinet deux yeux, s'il d mi e cl l'B'al se Irouv: lot l coup priv de m s sou* t" ns cl une cris pour son existence c C'esl au moyt-n de l'exercice prcdent. ( conoin es s' no lammenl I ^t millions d • |< ce qui prsente un chiffre noi me pour un budget d| ssanl de trois OG quatre diz peine le chiffre de l( 0 mil] 1 mies seront 1 ali par la lduclion di 1 di p ios< s du ministre, la di a I D des Irait* menis des fonctio 11 1 ( n pai liculiar par la nliers, tels ... vil une auto s'arrter devanl |asin de John W'oolley, 1 un homme lorl bie mis I ailleurs en di • 1 endra. Il s'aliela un phoni graphe et des lisq • t un dibllanlel penon. b 'i' • l'acquisition d'u* 18 lamp I dus. — C'ist un mari prvenant!.. dame. 1 i '•" 'i""'. il fit le choit — C'esl un modle de pre de lami le, mit un adolescent qui 11 gai lail laii i\ N'c-i ce paaque d'entrer chez John Woolteg, suffit vous silUi 1 un homme '.' ,/ • — < 1 %  < 1 ; t 1 t 1 ,T nri 3 1 0 qu Amanullafa aval n ,, | X | d'm [ration u uin r | ICI %  < %  I %  I' IlOi ,1 • 1. %  -, Ua IIAI 1.,. .1.. il +< hona ocrai que d 1 pe %  tde b 1 on 1 1 1 or nn E 'esl ns raison que les nat'O n 1 me 1 aige I' bissani e, des • t lanta u a ira d <| piets; la dmocratie, 1 es i t mocr iqn 1 I ,., ,c luq.t %  >. |>eiu i Iriomplio, pour aussi radical %  Londres el Merlin, ceux de ser< 1 MUS di la presse Paris, ( s el P de lioisime tecrli !.c la lgation de New^ 11 k el des secrtaires a la l%  de Tirana el du Consilat Alexandrie. budget sera dprochains au • 1 miniatres. Ii ne se 1 iil de ces cou. 103 millions de leva. MMI qu'elle %  loi d .1 n mp moi laties commence. : •iLLES MIRATON MI in n i m waTiti uvai


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07022
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, June 08, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07022

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
fc.l.W'.'-
Clment Magloire
DIREtUHLR '
1358. RUE AMEHK AINE 1358
TELEPHONE N-2242
I ii njliuii. t Ml jour nous une
tar, un >|.im, mit* laaniic saui-
leclle, rc-iiilaul, enjc l'ii.M-, (!<
IMVClirt, de sariiim, de jjifirfy,
Miment (le tlriiUs il il' iHjirh
Kiiniiiiuis ; iiitiis lr (uim'ui, du (loir
ilr oui:1111er a >i>rc turnblf.
26 me'ANNEE N 7690
"OnT-AU'PHlNCE (
MERCRDEI S JUIN iusj
Dure et prolongation de
mandat0'
iO

-0-*-
A premire vue, les erreurs mme donn la personne <
popuhures paraissent videntes. Chef de l'Etat une physionomie
Quelques minutes de rflexion nettement diffrente de celle des
montrent qu'au contraire unsur temps dessaliniens. Cela ne se
intrt tfuide les revendications, dmontre pas. Cola se consiste
Quand la Commission I'orhes Le Chef de l'Etal n'es! plus le
travailla chez nous, la question Jupiter trouant nu milieu de sa
qui se posa, principale, l'ut la soldatesque prle tous les cri-
queslion prsidentielle. Certains mes, et devant lequel Ions Irem-
peusrenl qu'ainsi elle dviait, blaient, les snateurs et dpu-
le pivot de la discussion de- ts les premiers. Maintenant
vaut porter sur d'autres points puisqu'il ne peut se faire
plus essentiels. La voie droite, entendre que 1res relativement
celait pourtant l'instinct popu- le Chef de l'Etal doit dominer
[airequi l'avait devine, puis- | par la Force morale,
que selon que lut lsolue dans Leconte sur ce point comme
le sens protectionniste ou le j sur tant d'autres, lui le grand
sens nationaliste la question I preurseur.C'tail uu timide.Ti-
prsidenlielle assurant l'arrive j inide, comme homme, car, en
la Maison Blanche d'un asser-, vues d'avenir, il ne le cde
quiconque. Or, malgr sa
timidit les exemples abon-
dent il avait en l'ace de ses
interlocuteurs i\ne telle lorce
de persuasion, tire de sa vo-
N
LoK
pour viter li
pos.'j sous cl : un
dans votre t'
RC! -r et
serait peut-tre im ,
trs peu pour !
pJl1
Coffret ds
four deux sous par jour, hetc2 h pn
*" IV..uj'Awiun
eau ou
! nya
I Vingt cinq ans
|Li: Mai 1.1; ,s' Juin V.iir,,
j NAISSANCE,
vous rec:vons le gentil
-pari suivant :
Lucie n n c
vi ou dun libr, toute la tra-
gdie nationale s'en trouvait
modifie.Car un texte s'excute
selon l'esprit de l'exculeur.
Ainsi en ce moment o se
discale une nouvelle Constitu-
tion ou une rvision de Cons-
titution, l'attention de la Na-
tion se porte particulirement
sur la dure et la prolongation
du mandai des Reprsentants,
Qn poiinait s'tonner (pie les
principes, les pseudo grands
principes soient nglig, pour
une affaire qui semble secon-
daire. Mais ici encore c'est le
peuple qui a raison. Les prin-
cipes, les grands principes, ils
auront une application librale
ou csarienne, progressiste au
ractionnaire.selon les hommes
qui ainoni les appliquer, et
puisque nous sommes en Hati
t qu'il convient d'y lesler, se-
lon l'homme qui sera Prsident
de la Rpublique.
C'est pourquoi la question de
la dm ce et de la prolongation
du inan lai lgislatif est capi-
tale.
Ici trois rflexions.
La premire, c'est que, selon
le mol clbre en politique, la
meilleure habilet est de bien
faire. Cela peut faire sourire les
imbciles qui, dans leur mdio-
crit, pensent jouer aux petits
Machiavels en considrant la
politique comme un jeu gro-
tesque o l'on porte aux adver-
saires quelques coups flons.Ce-
la.ee n'est pas la politique. C'est
de la polilicaillerie niaise. Etre
habile en politique, c'est bien
taire. Cela clarifie tout.
l'n exemple. Voici les lec-
tions du 10 janvier dernier. Le
le parait il semble que sa sou-
plesse ail des lacunes. Le bn-
fice des procds du 10 janvier
est plutt problmalique.carune
Chambre lue dans d'autres con-
ditions n'eut pas non plus cr
d'inuliles conflits avec le Pou-
voir Excutif. Mais, si le bnfi-
ce esl problmatique,les ennuis
sont certains, dont le principal
--pour ne point s'attarder sur
in point dlicat, est une d-
fiance ou, si l'on aime mieux,
une confiance branle dans les
promesses de libralisme ft-
rhes.
Eut-on pratiqu la vraie ha-
nileleen politique, c'est--dire
eut-on bien fait ? Ce serait une
atmosphre nettement diffren-
te. La confiance. Or, la con-
fiance esl l'lment essentiel de
notre crise comme de toutes les
nises mondiales.
Deuxime rflexion.Les temps
sonlchangs.Ici encore, les pe-
tits politiciens haussent les
paules, pour masquer leur in-
capacit sortir des ornires
lont de bien fa ire, qu'il les do-
minait et en obtenait tout.
Voici la conception de l'heu-
re, du vrai Chef d'Etat. Avec
une telle conception, le Prsi-
dent de la Rpublique ne croira
plus qu'il esl atteint si des lec-
teurs, par exemple, l'un des
adversaires, l'emporte.C'est m-
me arrir de croire que, pour
affirmer sa puissance, il tant,
toujours pour rester dans cet
exemple d'lections, que sur .'tli
lus on ait 86 partisans. Les
temps sont changs. Il faut
avoir cela a l'esprit, toujours,
pour viter des laux pas et des
fautes.
Troisime rflexion.* Logi-
que enchanement des vne-
ments. Les myopes seuls les
nient.C'est pourquoi il faut bien
taire, ds le dbut. Autrement,
c'est l'engrenage dans le mal ;
une faille, pour tre, croit-on,
efface, en ncessite une autre
plus grande. Et ainsi de suite.
C'est pourquoi esl capitale la
question de savoir si le futur
Prsident sera ou non l'lu de
vrais mandataires de la nation.
Le sera-t-il ? Lui-mme lu dans
(ies conditions de loyaut pour-
la, si les gnies de la Pairie
nous donnent un cerveau et une
Volont, puiser dam la sin-
crit de son mandat le pouvoir
daller de l'avant.Le voici accu-
l mille compromissions ou
louies les dictatures, logique
entranement des vnements.
Nous pourrions donner cet
article un ton, pourrait-on dire
!
rst2!
LaBancrtu &yale
du Canada
blique de Cuba.
M. A bel Lger, secr-
taire d'Etat des Relations
Extrieures, et M. Octovio
Averhoft, secrtaire d'Etal c 1-
biin. ont chang des tl-
grammes, l'occasion du
mme vnement,
- Le Prsident de la R-
publique a accord grce
pleine et entire Damne
Simon et Joseph Louis,cou
damns, par le tribunal cri-
minel du Cap-II.iien.le pre-
mier cinq ans de rclusion,
le second trois ans de
travaux lorcs.
Par arrt prsidentiel
en date du 31 mai, le bureau
hatien du tourisme est re-
connu d'utilit publique.
Parant du Secrtaire
d'Etat de l'Intrieur, le sieur
Ouiseppe Fiechi, de natio-
nalit nalienne, est expuls
du territoire d Hati.
Par ordo liai e du do-
v n du trib in I ri I de Port-
Prince, [ luverture des
ses '" nin 'I est fixe
un Ion li 11 juillet pro h 1 d
dix I: ij ,_
Sou itromgfl de la
S icit .1 li i ire I le Go-
': mis i hrisson
pro 0 1 :e a, l 12 1 iu pro-
cli. n une confrence mi Ho
y r Bizelai cbel du parti
libral.
Le Go s il de l'< Irdre
des avoca s s'esl mu devant
le propo inj irieux pour les
avocts tenu pai Mr Lescot
la trib me de la Chambre.
Une lettre de protestation
t adresse au ministre.
Charles Moravia crit :
< Damien ne lait pas son de-
voir, parce que Damien ne
rle. C'est
vi it.
< ]nt '. r.toiselle
aux avec la p rmission de
sej mre, tr et
hadamc hermann hennir, a
te bonheur de vous a linon
ta naissahc de s a n fi
feorges,-gui a fait sou en
fans l, monde le jeudi 6 luin,
*'i 5 heures de aprs midi .
bps rem nts d Ara
moistlte Lucienne qui Voudra j
bien trans^ttre nos coron//- 8
aients ses mre ci f
n is souhaits Propos
humides
Aux Usines de Pilnee, dimancl e
dernier, il a 1 [1 pro ;i l su -
dmon 1 1
d'une du! nuobile ;i tonplionn, d ma
I 00.Va-l-on poux np|M.
h izoline par l'aleo il in ;
' :|
son pi ,\ m,m..
i 1- un moindre. Il esl
""ht. Par ailleurs, un le hni
1 la
1 du m ileur. A
Ire conomique. El c'esl Iri
porlaut. L'aie 10I c >ns 1 ve
lustriels romme la
V.RTHE CACHK'I D'OR 1 .n erve
l moteur hum tin.
rem >!;l pis son
la plus vidente
les, prcises, pour que ebacun
en fasse son profit.
Car il ne s'agit pas de s'agiter,
veux ferms et dans le vide.
Mais de voir clair. Et dans le
rel.
Le temps des dictatures
est pass
Par M Paul LOEBE
Prsident du Relchstag.
I) Ctl arlio'.e lail dj compos
quand nous parvint le Dcret Oa
I Excutif ajournant les Chambres
lgislatives. Sa valeur documentaire,
comme on le verra, n'en persiste pas
moins.
ECHOS
Vivre et ruiner fous un
ciel magnifique comme le ciel
napolitain!-
Vivre et aimer au rythme
caressant des mandol ne !Se
sentir dlicieusement berce
par de dences voix aujtimbre
chaud et enjleur par les
chants si beaux et si particu
lirement remarquablesj du
Ju*pass. ~TouT*doit~alfer~dans pays de
lavenir, comme tout s'est Irai-. NAPLES LA IJhLLfc.!
fi d'autres poques. Celle at- Venez vivreces heures tn-
ilude dispense de toute initia- chanleresses
ve. Mais elle est lausse. Les! DIMANCHE a HAITTANA
''inps sont changs.Nous avons
jl au dbut aptes mille au-
i'importance connue fac-
li I on passera J Le Temp
du Septime An.
Le Prsident Viucent t :
le Prsident Machado on:
for de la politique hatienne,
il:,s,eiLu'men,;:il^i;n: h^*lf^
quons-no.^no!^ nnccsId, jlicitui.o-8 a loccaj.on d
(%fime amricain ont tout d? I la tte nationale de la Kepu
La dictature assu e p 1 r
dans certaines cico t>t 1 ic I
plus lorte conce iti ilion de l \
volont de l'Ktai l'gard d'une
dmocratie disperse: dois un
pays o les luttes dis divers
LA OPIIIO Ef
LE PRSIDENT TRUJILLO
Nom avons reu de notre
contri e dominicain La Opi-
nion > on album d'inf h ma-
tions sur la gran 1 1 arade mi-
litaire du Prsident Trujillo
en Novembre 1931 la I
d'un rgiment de l'A 1
tionple a travert h s d< uze
provinces de ;l.i Rpublique
I )omin>rain .
Cet album cou ienl la I10I0
du l'isident Leonidas Halai I
Trujillo-Molint, du CI
l'A' ine Domii i< aire, d e s
bouts officiers dominic lipi
des renseignements sur le
dveloppement militaire d<
la Rpublique.
Celle |)i Llic.ition contient
(mi outre la relation compl'i
d la grande tourn' entre-
prise par le (.encrai Trujillo
en dcembre 1931.
Nous mm r< ions ooti e c u
... voit que'le dcret d'ajourn-
uent des Chambres, pria par
D un ( n 1 puigaiil
inattendu s qui por
e "u nom angl 1 .. in effet, en
iu / un avocat
le Ri 1 rais qui h tbile lr' Cham
e Mars, il dut Irois reprises
'excuser aupr m hle, et
< d nanl la v< aire te taire in-
licjuer les communs.. El celle
lls Gro8Mi accoucha de
" Iraq m sourie.
.. voil que le lcrel d'i joor
<' tablit trs cxpici-
m nt que l'Excutil n'est pai
lcid ;'i se souraetti e 1 pi teo-
xorbitantes de dos ire J'appiobafo 1
( n raie de la etd l'opl
ion.. I s,' pourrait bien qui te
mandai de cinq ans se ramne
automatiq n ment au m ndal
oiiMiitiiKinii.i 11 ans, :)rec
?//' dame d'usaae, fix a

... a vu un de nos amis deses-
je d'avoir perdu un billet dei
a / oterie Salionale, qu'il avait
iche ille du I fn un
d ^ r.i na bdes et
: oyenS. La dictature
d ''i- lit Ihoam en bit
un val >t. La d noci tie I lve
' I 1 u collabo-
...... deur conscient. Cela ne lui ar- ;
systmes politiques sont deve- rive p 1 loojoursds lr p emier frre de son gracie ix envoi
nues insupportables mais irlout lorsqu'une lorma-J ^
quel en est le bnfice pour les 0 ,,, ,, oi.. *m
ciiovena de cet Liai ? L. q ns : ,,
drissement, la rpression. T.-cra d lrieur. n-1
1 de tout* autre opinion la ni p g ;1 ,,s con
1 rde toute s 1 co li 1
;;IJ l Uji 1. Nou n 1 ic- :
ires n Europe 1 corn
menl subsistenl-elli : 1 r l'exil,
la dpi iiaiion, I incan ration,
la suppression de l'adversaire
politique, l'exclusion de larges
masse populaires des affain
de l'E'at tt l'interdiction poui
elles d'y collaborer cl dy jouei
un r'e actif.
Mais c'esl l ce qui place la
dmocratie bien au-dessus de
toute dictature : elle l'adresse
toute la masse du peuple, elle
ii.vite ch.ique citoyen de l'tai
au travail en commun y com-
pris ses propres adversaires.
Son contile dpouille l'appa-
reil de I lilat de ses Inutili-
ts, ss ngations obligent a v
rifi-r sans cesse el tendre vers
l'amlioration. Sa critique,
opposition sert la construc-
tion de l'difi e tout entier. La
dictature runit poissante 1
dcision entre la main de II-
mqu-. La dmnciatie s'ap|
iui l'volution constante d<
toute l'ei sn.be du peui le el
ies Etals n1 ;eu\ent se pei p '
mer que grce S la collabo a-
uon ei (jonsabili' soi
tous le* ci oy 1 s de l'Etat.La
LES COMPRESSIONS AU MINIS-
TRE DES AFFAIRES IIUN-
GERES Dt LA BULGARIE
Leprsidenl du ; !o u il, mi-
re d( s ail mes trangres < 1
des cultes,a mis ru i oint le bud-
poliiiqe.voiremmedupropre'i^l(l,!^; ministre qui com
ani du paten-al s'il .. L>h one nergique comp.
,..!..,'.............,........** mon par rapport nu bu
qoulail sa 1 qu'il rj-
irait mme 1 e numrota
bille', ce a ui enlevail loi t \
' I 1 hmiiioi.d *
s o il aurait gag 1 q lo...
Si qt 1 lit] si 1 m ;, |g | j
|m'" 'i 1 sa maison d ;
1 1 omb e, vida les armol<
e 1, a at rach 1 les ux, el re*_.
rouva a lin Min billet dans un
lut, hlasl qu'unesa*
lioa svtii .u i oniront
1 liste, le b llel m ironvsit
te 1 i n rapporter. Quand m-
ne, monologua le Jv nard, le
lpil est moins pnible que le
doute

... voil que si le-, grandes
donkuis sont muettes, lesgran-
les joies sont exp nsives.Ei c'est
>insi que Madame Agathe Celas*
'm, (pii gagna l'autre lois le gros
01 de la Loterie Nationale, 1.4 so
lil pas prier pour coi fier a se
m la que son premier soin
1 s de son boobenr.*, lut
de se payer une bonne bouteille
Il hum Barbancourt, qu'elle
vida en d ux Irait
Eu deux traits ? mais la suite*'
s'enquit'on.
\ tu une suite, m'es ami,c'est
romme si j'avais bu du lait.
p b le bon plaisir ' a m ci -
ut v.j[ d t hosea intolrables
pour un peuple libre.
La d nocralic lve l'indivi
in, la dic'aiore l'oppi ime. La
I' m ocra lie chercha i si rvii I E
al pour l'avei :r, la 1
ouinet deux yeux, s'il
' d mi e cl l'B'al se Irouv:
lot l coup priv de m s sou*
t" ns cl une cris
pour son existence c
C'esl au moyt-n de
l'exercice prcdent.
( conoin es s' no-
lammenl I ^t millions d |<
ce qui prsente un chiffre noi
me pour un budget d| ssanl
de trois og quatre diz
peine le chiffre de l( 0 mil] 1
mies seront 1 ali
par la lduclion di 1 di p ios< s du
ministre, la dia I d des
Irait* menis des fonctio 11
1 ( n pai liculiar par la
nliers, tels
... vil une auto s'arrter de-
vanl |asin de John W'ool-
ley, 1 un homme lorl bie mis
I ailleurs en di 1 endra. Il s'a-
liela un phoni graphe et des
lisq t un dibllanlel pen-
on.
b 'i' l'acquisition d'u*
18 lamp I dus.
C'ist un mari prvenant!..
dame.
1 i '" 'i""'. il fit le choit
C'esl un modle de pre
de lami le, mit un adolescent
qui 11 gai lail laii i\
N'c-i ce paaque d'entrer chez
John Woolteg, suffit vous si-
lUi 1 un homme '.'
,/ < 1 < 1 ; t 1 t 1 ,t nri 3 10
qu Amanullafa aval n ,, |X| d'm [ration
u uin r | ici
' < I I' IlOi ,1 1. -, Ua iiai 1.,. .1..
. il +< hona
ocrai que d 1 pe
tde b 1
on 1
1
1
or nn E 'esl
ns raison que les nat'O
n 1 me 1 aige I' bissani e,
- des t lanta u a ira d <|
piets; la dmocratie, 1 es i t mocr iqn 1
I ,., ,c luq.t >. |>eiu i Iriomplio, pour aussi radical

Londres el Merlin, ceux de se-
r< 1 mus di la presse Paris,
!'('s el P de lioisime
tecrli !.c la lgation de New-
^ 11 k el des secrtaires a la l-
de Tirana el du Consi-
lat Alexandrie.
budget sera d-
prochains au
1 miniatres. Ii ne se
1 iil de ces cou.
103 millions de
leva.
MMI
qu'elle
loi d
.1 n mp
moi laties commence.
:
iLLES
MIRATON
miinnim waTiti uvai


r,\ >
Lk V.m m JJ* **
de DENTS
1U
Rp/o do Dents
Cali
C.hB'li
botte
leor. i
rlff
rfB-s s -"'rp"tLr^V;!^".'rsta0"
Au Cercle BHImp
T BROUAROMAGLOIRE
ET SES LVES
pilio.rsidant ici.
Nous voulons croire que le
Gouvernement prendra toutes
les mesures ueessaires pour
que ce flau ne vienne pas
par la frontire el que Tactil f
(hef vlu Service d'ilygiine, le
Dr Rulx, lera ce que lui
commande.it 'es circonstan-
ces.
n
Samedi soir eut lieu, au
Cercle Bellexue, la soire mu-
sicale organise par Madame
B oaard Magloire avec l<
cou-ouis de sis lves, ai
profit des uvres de I Asso
ci.tion nationale des Infir-
mires diplme?.
Comme on t'evait s'y at-
tendre tous les points da .
proamme ont t accomplis d'aprs les nouvelles reues
S'une taon parfaite. Chaque | par-son beau-trre
lve, de la plus petite la
plus grande, a excut sa par-
te la satisfaction du public
public choisi mais peu uom-
breux. Il est mme remar-
qUCF| ce qui tonne, tant
donn le but de la lte,qu'
l'exception des docteurs Ehe .
S. Vilhud, C. Lhrisson et (
Siyes, aucun membre du
Service National d'Hygine
n'y tait prsent,
L'organisation ma i rielle
de la lte ayant laisse
aux bons soins le i Associa-
tion des infirmires, elle
pourrait, peul tre, explique!
cetie anomalie toul en faisant
connatre le montant des re*
cettes.
Ceci dit, passons la pal-
lie techn que de cetie soi r
qui lut un vrai rgal ariisti
que.
t,e qui caractrise les lves
.'e Mme Brouard- Magloire,
c'est la nettet lu jeu, la D-
nesse des roances et la clart
du son.Mesdemoiselles.).mine
et Odelte Roy dans VAubadt
et Bagatelle ont monti l'une
ie l'lgance, l'autre du chai,
me et de la douceur. Made-
moiselle Suzanne Uoy pos-
t le le jolis dons musicaux ;
1 iutepictation de sa \alse
de Ci n g est excelli nie ; nous
dirons mme que son excu-
tion rappelle, en petit, cille
de Mme Brouard-Magloire.
Un gentil morceau buil
mains jou par ces Lois jeu-
nes lves et la petite^Fer-
nande Faure a charm l'audi-
toire.
L'ensemble pai lait des
churs de solfge ( y hmeei
uuauce) lut spcialement re-
marqu.
Le jeu de Melle Martin
Hudicourt (Claire de Lunt de
Debussy) lut rempli de don
ceur ; le loucher ist fin, I;
RDUCTION DE PRIX
DE PASSAGE
La Ligne Hollandaise in-
Dernire Heure jorme par la prsente le pu-
blic qu' partir daujour-
d'hui le tarif de passage en
1re classe, des ports ha-
tiens au Havre et Amster-
dam^ t rduit 130 dot.
Pour renseignements, veuillez
vous adresser nos agents,
Mrs G. F. MADSEN
TLPHONE : 3455
A
1
L FIEVRE TYPHODE EN
RPUBLIQUE DOMINICAINE
Nous venons d'apprendre
qu'une pidmie de ii\re
typhode lail rage dans la pro-
vince de San pedrodeMaco-
ris. Un tudiant domini-
cain (jui tait ici le mois der-
nier, Emilio Francisco Pi-
chardo, est mort hier du ter%
cible mal San Pedro,
1
le samedi 11 Juin 1932
Grande soire thtrale
et dansante
A 8 HEURES 10
LE FEU DU VOISIN
la lameuse con die de Francis dp Croiiel
joue par la Troupe Ralph Galaly
A 10 HEURES
DANCING
Bataille de conietti et serpentins. U" a de Montmartre.
:JM
QUERISOPt
RADICALE
ET RAPIDE
rBLENNORRHAQIE
' Eiiftr
Cp
fwii, I, re 1iiiwif M iHtH

NNCKRMABIfc
iurthqo f ~\
'' IMIDY)
Samedi a t bni en l-
zlise du Sacr-Cur le ma-
riage de Monsieur Azenofl
Jean-Gilles avec Melle Gilberte
Rameau. Les poux ont t
conduits l'Autel par Mr [e
Ministre Jrmie au bras de
Mme Max Greger. On remar-
quai! une dlgation du Petit-
Sminaire, accompagne du
Prtel de Discipline, le K.
Pre Nicolol. Aprs la cr
monie religieuse, une aen-
lille rception a eu lieu dans
les salons de Mret Mme Max
Le parrain, dans le
lui connat, a
prononc un beau discours
auquel le pre du mari Mr
Jean Gilles a ajout quelques
recommandations paternel les
e| de beaux vux de bon
heur. Selon la tradition, les
poux sont montes kens-
kofi couler leur lune de miel.
Greger
langage qu'on
Vie sportive i
Oui sera Prside ni de l'U.J
S. S. II.?- Plusieurs impor-'
tante personnages, mihtanl
nagure au premier plan, dans
le Sport Hatien, consults en
vue de remplacer l'ancien
Prsidenl de l'U. S. S. H.,ont
Ions systmatiquement refu-
s de reparatre sur la scne
sportive actuelle. Pourquoi?
Nous vous le donnons en
mille!!!
Rnovation du Sport Ha-
lien. M. A. Thard, record-^
man national,rumine, depuis
son retour d'Europe, un mer-
veilleux plan de rorganisa-
lion de l'U S. S. II. Nous rap-
pellerons dsormais plan de
lnovation. Voulant l'air
sensibilit profonde.
Melle Lucienne Malhon a
de l'aisance et du G .arme.
l'Elude de Lyusberg a fait res
ortir toute "la richesse de s.
sonorit.
De l'motion, de l'expres-
sion, de la sens billl, telles
lurent les qualits que nous a
rvles Melle Laurel te Jour-
dan dans SOD l'rclii le de CliO>
pin.
Mme Liua Maigron, dont
les belles qualits arlisJiquca
sont dj connues du public,
a, une lois de pli s, dans li s
Variations de Beethoven,tait
Valoir sa bonne excution :
technique partaite, jeu clair,
lger et nuance.
Un huit mains lut particu-
lirement applaudi. Kl dans
le kenuel de Ren Bton, Ma
demoiselle Marie Henrietti
Roy donna agi;blement la
rplique ai"* ina Margron.
l.a soire se termina par
l'excution de la Grande Fan"
taisic de Chopin, pur Madame
Brouard-Magloire, excution
inerveilleu e d'un des m or
ceaux les plus difficiles du
rpertoire pianisliquc On
comprend donc aisment que,
possdant ion art d'une ma-
nire si approfondie, elle ait
su si bien en inculquer les
principes ses
La musiqui, qui tait si d-
laisse depuis qiulq i le n
Le nouveau
cabinet franais
l-j; voici la composition :
Prsident du Conseil et af-
faires trangres : Edouard
Herriot ;
Vice-prisid nt du Conseil
et Justice : Ren Renoult ;
\ Intrieur : Camille Chau-
5 temps ;
Guerre : Paul Concours ;
Air : Paul Painlev;
Ihics; il est aussi l'unique
membre du Co.nil de s-
lection des joueurs pour les
malches internationaux, elc.
C'est contre cette suprmatie
abusive et suranne une les
Champions Cator et Thard
proposent le plan de rno-
vation dont les grandes lignes
se rsument la formation de
Coin missions v( autonomes
dans leurs attributions res-
pectives : Commissions de Fi-
nances, de Rglements, d'Ar-
bitres, de Foot-Ball, d'Athl-
tisme, de Slection, etc. La
prochaine l'ois, nous verrons
les attributions de chaque
commission t*ln
Prochain Conseil de l'U. S.
S. H. On n'est pas encore
d'accord sur le choix de ce-
lui qui doit remplacer M. Che-
vallier dont la demision a l
accepte par l'assemble g-
nrale des clubs. La sance
sera reprise ce soir. Nous de-
mandons aux lecteurs de
faire diligence. Les alla ires de
l'U. S. S. H. souffrent Gare
vous!
F. H.
Cin-Taldy
DEMAIN SOIR
Le roman d'un gamin
de Paris
( TITI 1er )
ET
L'Aiglonne
Fltr/e 0 10; Ralron : 1,00.
VENDREDI
Le merveilleux film i
Le Diamant du Tzar
.ver Ivan Pelrovich
Entre : 0 10 ; Balcon : 1.00
Cinc-V
lnovation. Voulant faire*
^ SiftSrJ?^ VENTE PAR AUTORITE
yons devlm souligner, le,} jff | PT|pL
gner
avantages pratiques qu'offrent
les ides de modernisation
mises par notre champion.
D'abord, nous disons avanl
toute chose et sans ambages
que nous partageons les vues
progressistes de nos as Ca-
tor et Thard qui, par leui
personnalit, sont les plus
qualifis pour lirer le Sporl
Hatien de la servitude mo
raie qui menace de temps en
temps d'branler sa base, pour
*Mariue : Geoig S Leygues; |a(Jr cnfm jij s S n. avec
Finances: Germain Martin; |ecoricours de quel gus bon
Budget: Maurice Palmade; ncs Volonls sur un plan o
Education nationale : Ana-
tole de liontzic ;
agriculture et Commerce
Julien Durand ;
Postes, Tlphones et Tl
gra >hes : Andr Queille ; gres, sont 8Ufl
Travaux Publics : hdouaid gus (jos j(|oes n
Da laitier ;
Colonies: Albert Sarrault
Travail : Albert Daliraier;
Sant Publiquei Justin Go
dard ;
Marine Marchande : Lon
Aleyer ;
Pensions : Aim Ikrlhod.
POUR RIRE FH SOCIT
t, le l,rml!*ui Album dt
futm, t* i:*5 >iii. Pintio.ii
Mb*. UMk*N* QnWM*. MM>
HP. I fair* limir. A,pr,ndr, llli
I rur I'.. ,n t ft.ae.tlmbrtl
mr F*II"T". IM. 1 :>*
rulr.lONNIURt MUIM 4*'
PORTEFEUILLE GtR m
Bonne rc impi nse est ac-
corde t qui rapportera au
bureau du journal un porle-
la colre de personne ne pour-
ra l'atteindre. Cator et
Thard ayant beaucoup vo-
yag, tudie l'organisation lo-
cale des fdrations lran-
sullisamment im-
ouvelles pour
doter l'U. S. S. H. de statuts
cl de rglements qui soient au
rythme du progrs ralis par
l gnration sportive d au-
jourd'hui.
lui effet, si nous avons beau-
coup avanc sur le terrain
pu renie ni sportif, par contre
parlie, au point de vue d'ef-
ficiente organisation, nous en
sommes toujours, en cas de
litige, voquer les rgle-
ments jaunis par vingt annes
d'application,
Four illustrer l'appui mo
rai que nous offrons sans
contrainte au plan de rno
val ion de nos camarades, nous
nous htons de relater pour
nos lecteurs le fait suivant
is signiflcatitde la vieillesse
iiistitu-
dent
On fait savoir a tous ceux
qu'il appartiendra que, le ven-
dredi dix juin mil neuf cent
(rente deux, a dix heures du
malin,
l'Htel
Place du Champ de Mars(Ia-
ade Est), la vente au plus
offrant et dernier enchris-
seur des effets mobiliers sui-
vants : sept lits en fer, sept
matelas, huit tables de cham-
bre, une armoire en bois d'a-
cajou, douze chaises en bois
du pays, un vaisselier en bois
de chne, nu buffet en bois
de chne, sept labis en bois
de sap, une glacire, un fer
i epasser lectrique, une pe-
tite table en bois de sap et
DEMAIN SOIR
La sup2ibe et artistique prodoetton parlante en coulenn
naturelles :
La CHANSON du GITAN
Redemande
Eutre gnrale : 1.10
huit miroirs. r
Les sus-dits objets ont l
................ saisis la requte des de-
ii sera procd devant moiselles Marie et Marguerite
du Cluimp-dc-Mars, Valls,commerantes, demeu-
rant el domicilies Port au
Prince, ayant pour avocats
M" Roger Anselme et Pierre
L. Liautfiud, sur la dame W.
Mac-Intosh, htelire, demeu-
rant et domicilie Port-au-
Prince. A la charge par les
adjudicataires de payer comp-
tant le moulant de leurs ad-
judications sous peine de
toile enchre.
Fait Port-au Prince, le six
juin mil neuf cer'trentedeux.
SOCIT D'ACTION
CONVOCATION
Les membres du Comit
Irai sont convoqus au sig
la Socit, 332, rue des Ce
en runion mensuellesffl|
pour le vendredi, 10 ja"
onze heures du malin.
Ordre du jour :
1_ Rapport sur les acli
sociales durant le mois de
2 Discussion des n
ments intrieurs;
3-Rapport de la Coa
sion charge de l'tude d
question des caisses depi
Sign : Roger ANSELME. populaires.
sMM Usai ! m&vw$mBMJ&
Toutes les Polices
DE LA

')!! i':|ll (III 'MMII..I un punie-." o .
enille contenant des papiers dprimante de noire lus
.rivs et nue licence pour 1on sportive : Un Prs.
irmeteu. | de I l S S. 11. est dispensa-
ti leur des nuances de 11 mon
el (ies clubs allilis; n< mmej W*
mp'ei.te iecon di M'- el n-\o juc ies Commiss ons SB
reprend peu a "peu'se. d',<\-. ,ik I-m.i,.: i Magloire,. oos leelmiques; choisit ou i.aise 9k|
Souhaitons que ce mouve layions bientt une closion i les arbitres ; interprte les r-
mtui continue et que, sous lai de jeunes artistes. jglements selon ses sympa-{ J^
comprennent la Protection contrela
Foudre sans auqmentation de tau]
Euq.Le Bossf
Aqents Gnraux
f$0


LF M'TIN $ J in 1932
ifci
Itliiiui llarbaiicourl
Dont la ienrnnie est univarstlle a gard sn pramira plaa
Banaandc/ partout :
UN BARBANGOURT
Icpt : Kue Csar,
Panama Railroad Steamship Une
Agents aux nrincipaux oorts d'Europe.
Service de )rl el de passagers en lie
lEurope et {Amrique.
Des Dents F!u$ Blanches
<
G. W. Sheldon & Co, Ltd.
17, James Street,
Literpool, Englan
Angleterre
0. W.Sheldon & LU.
Fen'on House,
112/113 Fenchurch Street,
London E. G. S, tnglaad.
Trance
Mort & Company.
Atlantic "reighting Corp.Div.
3, Rue St Vincent de faut.
Paris, France.
Mort & Campant
Atlantic Feighting Toi p. D|f.
7 Hue de la Rpublique,
Marseille France.
Gellatly Hanhy & Co,
21, Rue de la Rpublique
Marseille. Freact.
Mort & Cornpiny,
Atlantic Freighting Corp. Div.
155 Boulevard de S'.iasbourg,
Havre, France
Mory & Company,
Atlantic Freighting Corp. DiT
74 Quai des Chartrons,
Bordeaux, France
Ilernu deron & Sto:kwell,
Boite Postal 78'
Havre, France.
Allemagne
Atlantic Freighting Corp. Atlantic Freighting Corp
Ballinhaus, Hamburg 1, Ger.nany. Bre.teuweg55,Bremen, Ger.
" Hollande
Atlantic Freighting Torp.
Koningin Emma plein f
Rotterdam. Rolland.
Hollane,
Sude
Sven Jansson et Company.
Atlantic FreightiogJCorp.
Anlwerp Division.
C/O Steinmann & Company
P. 0. Bo. 10*9, Rotterdam
A/8 W. Iarka,
Atlantic Freighting Corp. Div.
eppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson et hoirostrom,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Skeppsbron 3,
Gothenburg, Sweden.
Atlantic Freighting
Corr. Div.
Norrkoeping, Sweden,
Simon Edstron a/B
Atlantic Freighting
Corp, Div.
Malmo, Sweden.
Des Dents
Plus Blanches de
3 Nuances en 3 Jours
Rien de plus rcpouss.ini qui dM
cli'llts l.iiih'S, j:uin.1lres, )J:I :
t ;! t,* condition Ml cauafl par
les microbes de I i bouche contre
lesquels les pales dentifrice
ordinaires sont Impuissante. I
Kolynos tue ces inicolxs et
blanchit les dents -de 3 QlianCM
en 3 jours.
Un centimtre il. KolyiMM sur
brosse sche. Inst.mtanoment
elle se transforme en une mou .
antiseptique et effervescente qui
nettoie fond et fait disparatre
la cause du mal. Employez cette
met liode: votre sourire (l'Vou vi ira
de magnifiques dents blanche*.
LA CRME DENTIFRICE
Antiseptique
KOLYNOS
Lavez-vous ej jcc?
Eh bien, demandez dans
tout le"> cafs, bais cl r tauranls de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale: le
PORTER NATIONAL
Agrable Forlifanl
Bon March.
BRASSERIE NATIONALE S. A.
Port-au-Prince, (Hati).
<** f * *
Bernhard Bergh & Co
Atlantic Freighting Corp., Div.,
Llalsingborg, Sweden.
Belgique)
2tlantic^FreightingCorp.
c/o Steinmann et Co
4, Quai Jordaens,
Anlwerp, Belgium.
Danemark
E. A. Bendix et Company
Copenhagen, Denmai*.
Italie
A. Ceresa et Company
Via Banchi 8,
Genou Italy.
Espagne
Agencia Maritime Delgrde,
L'aceiona Spain.
Norvge
Lauritz'A. Devold A.r G.
Atlantic Freighting Corp.liv.
Aalesund, Noiway.
Divergence
ou conflit ?
qu'il n'y a que divergences de ?ues.d'ailleura
sans importance , entre l'E
cutil et le Lgislatif. Tus de
I coi Alt.
Nous voulons bien en ir
noie coul re, plac (i'jiil-
iems pour lre bien inlor
me. Suais nous voudrions
lui demande si, sur la ques-
tion de prolongatiniulu man-
da des dputs actuels, I n'y
a >.u'uue simple diverg' n e
de vues eutre les deux Pou-
vons ?
Nous voyons bien dj
que uotre contire n'a pas
plis position dans cette ques-
tion qui passionne tellement
l'opinion publique. Faut-il
apprcier son atiilnde la
lumiie de l'affirmation de
La Libre Tribune que l'i-
de initiale de la piolouga-
lion revient au Prsident
Vincent?
Eno ;
libres les
De mme que vou
que vous vous lave/
de mme il faut i
rgulirement. Un
rgulire, simple, c"
deENOS'FruitS.
Mais exigez I
larde
intestins
nettoyez vos dents,
la figure el les mains,
ittoyer vos intestins
Faon sure, efficace,
st de boire un verre
t" le matin ou le soir,
mjours ENO.
&
A louer

tA LAITERIE BAILE
Livraison propre, hygine
que, en bouteilles kermti
quement cachetes, a labrU la $ais0I1 0u al an
de toute ialsification. ne.maisonPtionville.Four
Transport tait en ringra- IJenjeignementSt adresser a
leurs roues. M d VENDEGIS, avenue
1313, rand'Rue, Port-au- Mr ae
Prince. "
n trouvera chez Melle TU
tine Augustin, Bas l'eu de
chose, de s fleurs, couronnes,
Horn Linie
Nous avons le pjpisir d'an-
noncer notre aimable clien
tle que les prix de passage
pour l'Europe sur les bateaux
te la Ligne Horn ont t r-
duits sensiblement.
Laboratoire SJOURN
Dmeci urs
P. Sjoi uni Pbarmaciei
I\ Sjourn, Pharmacien le l'I niversil M. Sjourn, Pharmacien de l'universit de Pari8,aneten
interne des Hpil mx I Paris
Analyses des Urines,du s c gastrique, lu sang ( Wa*-
neiam Ure, Constante d Mnbard, Glycmie).
Descrachals. Des matires lcales.
Sauvez
EGLISE WLSLEYENNE
chose.dts fleurs, couronnes, ,"'"aat"1".l"7"- ,
eorb Mes de tleurs uatu.el.es U V** d*P W^San
tic bon march. Me benu steamer Wald rant ,
BouUgement ImmdUt .1 gurl.on ,., U. I
Globules Rbaud [
. OALIOHOUX. 17, "S^
BoU-ColombM (****>
Vicvc Hgo

Horni.qoi anivera veia le 'Il
courant, Premire classe : 1JJ0
dollars. Pour plus amples
renseignements, veuilU/. vou*
ad 1 esser nos bureaux.
W 1NLOLD & C*, Agan:s.
\rr\c* lii/TPQ Jeudi prochain, ;' 7 henrei
VUb liviC'D (| M,i(.t le juge Elzei Vilain
_0_ prononcera la conlrenct an-
Donce pour la semaine der-
Sauvez ves livres rt roi nire et qui lui reuvoye
leclions en mai mse du mauvais temps. Uni
Us confiant ai r< rollecte sera laite au prol dl
, nci< x, honute et hal l'a m i
Etienni Camillr,Ku< U i De beaux chants sernntei*
Koi etes.
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG.L. BOSSE &Co
Aaents Gnraux
LE FAIT EST INCONTESTABLE]
H II u m Sa ri lie
C'est la'quintessence des meilleurti
[varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs lerroirs
C'est ce qui (ail son arme,
GOUTEZ ET COMPAREZ !
0ti _."**vi isjLt-*^^avu
*?* .*.


.<
" >
Mercredi
(S Juin 1932
Le Malin
^
4.PAQER
2#* Nrt-ai-f*rinee
TlphMt : 244>
Voul
ez-vous
Russir dans vos tudes uo
taire russir vos eulants.grce
une mthode d'enseigne-
ment classique excelle t ?
VOULEZ Yl US
Une profession aprs i> a (.)
i. ois d'tudes srieuses (Sl
n -Dactylo,Languesviv.m'c
t) mpiabilitt)*
Songez que l'Institut IIP-'
rENHAUER sert commande
at s'impose votre Mention |
| ar les brillant! rsul as d
j oblenus.
1537Hue Limarre.
I
T

lphne 2891.
l'pi ii Ifarai aViii
Accidents

3 juin 1932
Rom''i'S ChariMe, 42 ans, Ri-
v're Froide; Blefmre piquant.
par morsure d'animal(hospitale)
Philomne Pierre, rue du Ly-
ce Ptioo. Blessure coniuse de .
la paupire suprieure droite.
Circlie Crispin, 37 ans, ruo
Justin Lhr'sson ; Mies.'ure con-
tcse du cuir chevelu.
Ntker 1- Is-Aim, l'ois Jobo.
Blessures tranchantes du ne/,
du bras gauch-, du > nce, de 'ii
main gauche, du dop
Antoine Homuloas. Gr.i dRne.
1 lessi.re couli.se ,du c iii che-
\elu.
Juellnvil Lameicie.29 ans, Ca-
barei. Mlcsure piquanle de l*in
dex droit.
Marie-Thrse Louis Marc, 4
ans, Poste Marchand. Conluaioo
du do?.
St-I ierre Sn, Cron des-
Boiquets. Blessure coniuse da
pavillon de l'oreille, contusion
du cuir chevelu.
*. 'Pierre Jean, 25 ans. Carrefour
Bl "sure contare avec fracture
Ce la phalange droite,
Malbranche, 25 ans, Lalue.
Ulessuie piquante du pied gau-
Remone Aurelus, 1 on, Llloe.
Bri'ure du bras 1 3 intr. de la
lac- interne avant anas droi.
Charlemagne Roberla, 14 ans,
ru- SI Mai lin. Blessure '.ran-
ch mie de l'index gauche.
Lon Adam, 341 ans, Plion-
Vi le. Blessure tranchante du
do> de la main droite.
Gabriel Doslaly, Place Ste.
An e. Linpoisoiineimnl ( hos-
pitalis).
*
Dcs
Du 4 et G juin 1932
Rossini Rou.'seau, 85 ; ma,
liopilal gnral.
ArtusCassiis,.'i8an', Logane.
Pierre Andr, 2 ans. hpital.
Giboss Louis,3tana, hpital.
And reclus Lon, 2 ans, Pis-
queltc.
Syphals Laml erl, .'Il ans, La
Saline.
Hector Dieudonn, 3 ans,
Croix di s Martyre,
Miche! Ludovic, 28 ans h- '
pital gl i; I.
Franois Sylvain, 35 ans, h-
pital gnral.
Madeleine Bel /une, bb,
hpital 11 nral.
Simone Timeflli, l b, lion -
lal gnral.
Benfanl de I < nia I i i vei ill<
bh. hpital gnra1,
Btant de vi i lia Sainlilur,
bh, hpilal gn< ri I
l.umucn Si Cyr, S I a. i, lu
Saline.
Mme Ca b( nue A,. oh e, 82
tuf, n e i hrisson
s-s c-
(LIGNE COLOMBIENNE)
tlphone: N 2323
11-* va ( m Marti ifque i
' rv ; .s, de telour d s i oi s
c'u Sud, sera iei le 9 u i '.
rontinuera le mme j < p
New Yok i a poils b..di
"> Noi l n nt I et el |
tage s.
*

- Li tape i y, t, Voj.
103, p k "c
* c Lient p<
U Capital)
William B. BLI+,
agent.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & LU j
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Car ia .GENERAL est une des pins puieisntei et des pi ai vastes or^nhstlea
ie ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'actioa qui enmsse le
monde
ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns pir la fiire
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, donitagea
caus autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices M intimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati.
Ses Polices contre accidents sont valables dins l'univers entier. Tous les vov-
gurs devraient dne prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents.
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle u'taut que de 1/2 "/ soit 2') d rllars C. C
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
N'OUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT
TERRACE-GAHDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1 fil pi ds d'ail U ode. L'tablisse n Jt le plus fraisdes et
viraros de Port te -Prince.
Seulement le minutes d'auto sur une excellente reuli
asphalte Tuea merveilleuses d 11 ville et lu port.
Bossons di iouies es ces.
EAS Sl'll;
h
\ n a ngMi enta particuliers p >ur les pensions de jour |
iinnint ou de mon.
^OITSAGENTS
Agent Gnral pour Haiti.
l'ort-au-Pnnce. IG. GIG
JEAN BLANCHETJrmjc
AVIS AU COMMERCE
La Pinama^Raitroad S'.ea m bip Line a l'a van lare d'an
ace' les dparts suivants de N>w York pour port au rrince
rAlti, directement chaque mardi. Tousjcs ste: mers soat
naarvui d chambre Iritfori'oue
Daarla ie htm \ork. Arrivages Po i au-rrine.
allez chez
ST JULIEN S
113, Rue Traversire, prs
d'Estve & Cie.
vaus serez servi souhait.
COMPAGNIE GENERALE
TRANSATLANTIQUE
La Compagnie Gnrale
Transatlantique a le plaisir
d'informer le public qu'
partir de cette date elle a
rduit MO dollars le prix '
des passagers en 1re classe,
d'Hati au Havre sur les pa-
quebots 'ai i marc et Saint
Djmingue.o Ces bateaux se
recommandent par leur con-
fort et leur service irrpro-
chable
Le steamer Carimareest
attendu Port-au-Prince le
2(> juin et les personnes
dsirant voyager par ce sa-
peur sont pries de bien voua
loir se taii-j inscrire l>
prsent.
Botte postale : A 1/4.
Tlphone : 3230.
F. M.ALTIILH.Agenl.
Kue du Quai,Porl-au-Prince.
ALIX ROY
]() annes de succs.
WS "Bueat vei dura- le lr juin 1932
2(^% "Nncon1 le 1 juin
Steaaer ''Guas/aqoiP' U 14 juin 1132
S'eemrr "Cristobal* lr 21 jui 10(2
Steasaer "Bnenaventura" 'eyfjj in
h'eamer "Ane m** le (j jui' -i \\)'M
Steamer "Guayaquil* le 12 juillet
Pnam Mailroad Stetfmp*hip Line
JasFI. C. VAN Ht KO
agent Gm rl
"' juin ION
le 12 juin 1932
20 juin 1032
le 26 juin 1932
lr 4 p'illel 1M2
le 11 imllel 1932
18 juillet 1932
CE
A
VIS
Lykes Brothers SS C lue
Texas Hati Santo uominrjo Porto-Rico
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagre et
Irt entre les ports du Golle du Texas directement avec
Port-au-Prince, Flaiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires d- ' LYKE '
LINE. i
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont
Steamer Rutfa Lykesi 3 juin 1932
Lteamer Genevive Lykes 10 juin 1932
Steamer c Ruth Lykes 17 juin 1932
Steamer Margaret Lykes 24 juin 1832
Steamer a Almeria Lykes 1er juillet 19fl2
Uureau: Rue du Magasin de l'Ltm, |-a,te Postale B
N'A JAMAIS ETE FAIT
CE OUI NE PEUT ETRE DPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation el Veule
PaARMACiaF. SEJOURNE
Angle des rues houx el du Centre.
Loterie Nationale d'Hati
L'Inspection Scolaire cie
Cette eirconse ipli >n rappelle
aux intresss que tes exa-
mens en vue de Poh enlion
du certificat d'tudes primai-
res sont lixs au 27 juin pro- (
ebain. Le registre est ouvert
i partir de cette date de 9
lires a. m. midi et la prsent
talion de l'acte de naissauce
est obligatoire.
Port-au-Prince, le 4 juin 1932
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L Indigne

Aoi fihm>iaam 4* an a 9nu
m
I'HihU de Foie de Morne
Agrable au got el facilement
digestible elle est le complexe
tfiarateur de la Nutrition pat
excellence
Laboratoires REGAGN0N & Cie
PharmacUoi
.t^ent Gnral pour l Exportation :
Ch. MAGNANT
37. tue Datioud PARIS-16'J
1
416 Rue* lonna.Poi, Phonet : 2351
La Loterie Natiouuled'llali est
ne institolian hautement humanitaire par la multiplicit
d uvres qu'elle se propose d'aider, une chance de bien
lre offerle aux homme* de toutes conditions de forlua*.
Employs, Fonctionnaire, Ouvriers. Artisans. Salaris de
loos ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parlar
leur budget movannnt dcil gnudes, peuvent gagner trois
asille gou-dea Patrons de Commerce.Chels d'Industie,parai
aux usuinsancea des ventes, par l'achat d'un billot, quivoui
libra du souci des Arhances-
MdeiiMS Avortts. Ingnieurs, Snateurs. Dputs, Grands
PigniUir a ia l'Etat.Reprsentants de 1*1. tellectualii, Jour
alltes
peint l'eiesssale de vetre so'idrit socia.e.
neatiara, laitahstrr, eemase en jouant, argnienkz voir
as-cir. 6
Youa toas -n> kakilear> Hati, reodri-lul srr^ice en acbf
ait ! Millet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI.
A I- pi isir d'annoncer sa nombreuse Clientle a;ue la
vente de ses CHAPEAUX ge fait, depuis le 4 janvier, au
N' 2027. GRANDRUF
m l'Cf de son ancien local.
Les Clients y trouveront le mme accueil.
BON MARCHE. CLRIT, COURTOISIE.
Marlinez, Marcelin & G
PROGRS NOUVEAU
RHLM NOL\LAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL OtFIANT TOUTE GONGURiiENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
mma n m m mm k tm mm,


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM