<%BANNER%>







PAGE 1

AGI 2 M. MM .N.J- Juin !i42 Sachez que le savon %  de votre teint est tait de... Le Savon Palmolive vous dit le pahnc p-.! luit d'huile* olives ; aucune nie on quoi que ce soi! de es ges, rien u'esl qui et ( suit'. De Ions graisse am;c il llUId'ulives pour teaul de IM comparable ;i un inlau les de palmes cl les soins et l>i peau. Palmolive est un savon pur— si pur m luit, que 20,00 spcialistes de beaut du inonde le reco.nmandenl ;i leurs clients. 'liaiteinctit de Beaut Le mutin et h soir, faites d>:ui et de savon Palmolive U SOIRE MUSICALE OFFERTE! PAR M %,1: BROUARD MA6L0IREJ Nous publierons demain le compte-rendu de la soire j musicale organise par Mme I lirouard Magloirc avec le coucou ri de ses ires au profit des auvres de l'Association nationale desiufirmires et qui eut le plus grand succs s;>medi soir au CBRCLE BELLBVTJB. une mousse abon laute. Massez gentiment la figure et le cou. Rincez... et scliez complte1 meut. Il conserve voire peau je me, douce cl belle. Beaut — Allure : Pour les conserver, la plupart des mitions trouvent que la mthode de Palmolive est la meilleure, IA Savon Palntolivfl t-,1 entirement [ait lu machine. Aucune main ne le touche jusqu' ce que vousjdekirie/. l'eavaleppe. Vrifiez si le Savait Pmlnioliot que vous achetez a la bande %  • ire 'ire,le mal l'.iliimlix en leltre\ dores, t enveloBMt verte et U cean rouge L'Indompte la superbe et originale production parlante qui tut ofterte dimanche soir Cin-Varii*, lut accueillie par le public avec toute la laveur que mrite la jolie et talentueuse Joan C.rawlord, l'inlerpr e principale de cette remarquable production. On sertit de Varits enchante de sa son ce. %  kiML di jtKt. fille I Les Chambres sont a jour" nes au 1 juillet prochain Horn Linie Nous avons le pl?isir d'annoncer notre aimable clien tl que les prix de passage pour l'Europe sur les bateaux de la Ligue Horn ont t rduits sensiblement. Le prochain dpari sera sur le beau steamer Waldlraut Horni.qui arrivera vers le 2i courant. Premire classe : 130 dollars. Pour plus amples renseignements, veuillez vous adresser nos bureaux. REINBOLD & C\ Agent. Ht C LIGNE COLOMBIENNE ) Tlphone: !*• 2:<23 LeTap ur iBolivar Voy.99, venant directement de New Yoik, sera ici mardi 7 juin courant, en route le mme jour pour les ports colombiens, Oistobal, Canal Zoue. Kingston et New-York. Le manileste de ce vapeur reeni par avion poste est s la disposition des clients dans nos bureaux sis angle rue du Quai et des Fronts Forts (vis vis) de la Douane. I Le vapeur Martinique Voy ^ft, de retour des por-s du Sud, sera ici le 9 courant, continuera le mme jour pour New-York via ports hatiei s du Nord, oflrant trt et passagers. Le vapeur Baracoa I, Voy. 103, partira de New-York le 8 courant, directement pour la Capitale. William R. BLEO, Agent. Arrt STNIO VINI I \ r Prsident de la Rpublique Vu l'article r>0 de la Constitution, Considrant "(pie parmi les nouvelles dispositions proposes par la Commission de rvision constitutionnelle la sanction de l'Assemble Nationale, quelques-unes, par leur importance et la porte qu'elles peuvent avoir sur les destines de la Rpublique, mritent d'tre hvris la rflexion ei la critique de la Nation loul entire Considrant (pie, de loua les points du pays, les popula rclament avec insistance la facult de considrer plus attentivement le projet tic r\ ision constitutionnelle labor par lu Commission ; Considrant (pie la discussion immdiate de ce projel ne permettrait pas aux diffrentes fractions de l'opinion nationale, galement et lgitimement inlresses.de se rendre un compte exact de la nature et des consquences politiques OU autres, de quelques-unes des prescriptions envisages ; Considrant que dans les de licates circonstances actuelles, le devoir primordial du Gouvernement est de veiller, de la manire lapins aclive. cequ( des dispositions htivement adoptes ne viennent crer desituations de nature cause des troubles graves dans le pays,compromettant ainsi l'œuvre si dillicile de la liluralioi du territoire et les efforts qui se poursuivent paralllement pour consolider la paix publique p.n l'organisation de notre production et la crntion de nuire quipement conomique ; Considrant que, dans DM vident intrt de scurit nationale, il est haulemen dsirable que la rvision constitutionnelle conGe pat le peuple, le 10 Janvier de cetteanute. I Assemble Na tionale, soit entreprise dans une atmosphre d'union, de solidarit et de discipline ha tiennes; que le i i incipal smci du lgislateur consti tuant, en vue de la liquiditiou prochaine et dfinitive du 'liait de 1915 el des garautiesd'avuiii-qu'elle MOUS oblige orgSU Ber ds maintenant, doit tre d'assuier de soi mais a ce pays des gou % ernt m< i Is rg ; i s, bli torts et Hi. Ci s ; Cousine i2& L'Aiglonne Entre %  0W); Balcon : 1,00. P'EST LA CRMI DE TA FIT R a qui fuir de la Royal la meilleure poudre d'lvation. Il O Y A L HAK1XG POWI5 i: OS Ciii-Var CE SOI H Deux dlicieuses productions Iranaises : La Zone de la Mort EF Thas 0,S0 et 1 gourde. ECHOS FDC 1 1 — Les premires nouvelles parvenues de la province disent 1 imp tflVOU dehivora1) e produite par le projet dis dputs de prolonger leur mandat jusqu'en 1937. La chose parait indigrable* — On remarqua que les organes officieux s'occupent peu ou prou de li brlante question de l'heure : la proongation du mandai de la Chambre actuelle. On corn prend d'autant moins cette attitude qu'on .sait que Je Gouverne i i contre les cinq air. (.. laios dputs qui se la Chambra ne se gnent pas. pour lire qu'on passera outre la Dr. Bengu, l, R* saiiu, • Paris. Toutes les Polices J DE LA i protestation des journaux, c'est--dire de l'opinion publique, contre la prolongation de leur mandat. Dans ce cas, ou examinera la question de siuir h ces messieurssout les vrais mandataires du p.ys. mm — Le Secrtaire d'Etat de l'Intrieur, accompagn du Directeur-gnral du Service d'Hygine, t'e^l rendu samedi I Si-Marc ( la situation tait assez grave par suite des inoi d. liions. — Un accident de chemin de ter est survenu Kreyciueau o un train a lait collision avec uu motocar. Il y a eu plusieurs morts. — Des suggestions paraissent dans les journaux i our rglementer le droit d'entre l'Assemble N:di indpendant I.I diacussio i du prt |< t de Constitution tes messieurs redoutent l'œil populaire... — On annonce le dtpeit, ces jours-ci, de Mr Orna Ifunro, ml i tre des EtatsUnis, qui sera en % •yage de cong. — Le lleuve Artihonile est en ciucs. L'eau est monte plus de huit mtres. — L'Union des Ouvriers de I la Solidarit Economique! d'il ilti publie une cir.nl ire o il est entre autres d i t le n imbre des sans-travail haitieus monte 1..'532 087 personnes, d'aprs la sla.islii que qu'elle resse. ( gffiMBaBfta^lli^TlIftaatttij TT^ P U comprennent la Protection contre la g Foudre sans auqmentation de tauxj Fw.Le Boss$C< % Aqents Gnraux j ^V./A



PAGE 1

\f TIN 7 J iin PAG*^ liliiiin ttariifiiicoiirl Donl la renomme eal universelle a gard sa premire 1 Demandez partout : s BARBANCOURT Dpt : Hue Csar. ILE ADMINISTRATION GNikt DES POSTES AVIS DE KPAIU Les dpches p mr Xe^vj York ri i Fur. pe (via New-j York direct ) par le steamer iCristobnla seront fermes t mercredi.,! juin. Port-au Prince,'e 6 juu 193J Les maui de dents araDent la maladie ; car ils vous empchent le bien ma Ivr Protge* vos dnis, BrossfK-les deux lois par jour. Voyez vo're dentiste deux lois par an. Renseigne/, vous'auprs de lui sur le CALOX... le meilleur den'ifrice pour d ux raison?. Primo, parce que c'est une poudre dont il se sert toujours lui mme lorsqu'il net'e ; e ses dents. Seeondo, elle esl exygne. CALOX nettoie fond, err.p lie la' dcoloration de I mail, neutralise les acides de la bouche, vite la mauvaise h leine et n'irrite point lis les gencives. Voire pharmacien Pe, Ecnvtz au jour* dhuipour un ihantillon gratuit de la poudre dtnlilute CALOX. Me KBSSON A KOBU1NS, la c TW.CIiir St.. New-Tork Cily. U S. A. J'.t ntuitlltfftli CALOX 'muor rt M ftrni la Ad No. 5 Ncrologie •*—Nou*. avonappris la mort ibrvenne au Cep-Hatien de Hrbrdric Bernardin Prfet des Arrondissements du Nord. M.Bernardin tait une haute I personnalit de sa rgion, U, avait occup diverses fonctions publiques. Secrtaire du conseil des Secrtaires d'Etat, dput, Secitaiie d'Ktat des lelatic.ns extrieures. Sou exprience avertie des flaires lui avait valu d'tre appel rcemment la prfecture du Cap-Hati' n Nous prions la famille du regrett diunt, particulirement notre ami, Mr le Dr Franois Dal ncour.son beaufrre, d agrer l'expression de nos sympallvques condolances. —Hier ap:s-midi onle • lieu eu I E^lis'Sie Anne le* obsques de Jeai Baplisle Michel Rosmy Pouuau, dcd la veille l'Hpital Gnra 1 Nos condo'ances sa famille. Plerinages A NOTRE-DAME DO PERPETUEL SECOURS Anne 1932 Luudi 13 Juin 7 Ivirps Pensionnat de Psotre Dame du Sacr-Cœur. ^ Mardi 14 Juin 7 1 eure Ecoles Joseph Courtois, B imour Lpine, Caroline Clnu veau, Thophile Martin, Camille Bruno. | Mercredi 15 Juin 7 heures Ecoles Aime Pare', Mlle Clie Lilavois, Mlle Houx. Jeudi 16 Juin 7 heures Exteruat Saint-Rose de Lima, Ecole Mre Louise, Ecole Mre Euslochie. Vendredi 17 Juin a 7 hres. Ecole Monseigneur Guilloux. Vendredi 17 Juin 4 hres. Collge Louverture, Instituts Tippenhauer et Marat Chenet. Samedi i IL NYA PAS DE MEILLEURE PROTiCTION POUR LA SANTE QUE LE NETTOYAGE ANTISEPTIQUE DU UrEBUOY. LIFEBUOY I K SAVON' DEI SANTE POIR MAINS, piemp.s ET IAINS MOHR & I.M T UV, P.O. BOX Vf.. Dsinluleur Rue Roux et du Centra, Port au-Pince. ; Garde d'Honneur du SacrCœur. Mardi 21 Juin 5 hres. 30. As r ociatiou de la Persvrance. Mercredi 22 Juin 5 hrs 30 Association d' lommes et Jeu* nesse Catholique. r "^Mercredi 22 Juin 7 lire, nstitution Si Louis de Gonngue. Mercredi 22 Juin 4 lires. Ecoles nationales de garons. Jeudi 23 Juin 7 heures Ecoles de filles: Isidore Bois! rond, Colbert Lochard, Pierre j Faubert. Ec o l e Annulysse I Ulysse. ^Vendredi 24 Juin 7 hres. Ecoles Mme Isnardin Vieux, Mlle de Bordes, Corinne Scott, Thomassine Parm^ntier, Lucie Alfred. Vendredi 24 Juin 4 hres. Lyce National. Samedi 25 Juin 7 heures Pensionnat Ste-Rose de Lima, Orphelinat de la Madeleine. Lundi 27 Juin 7 heures Ecole* Jf an-Baptiste Deh<n Ion E. C. 3, En^land." France .M. H T & Company. Atlantic Frei ghting Corp.Dit. 3, Rue SI V. icenl de Paul. Paiis, Prai ce.j Mo H Y & ( (Ml'ANY Atlantic Feighting Corp. Div. 7 Rue d( la Rpublique^ Mars i c, France."'/ J Gellatly HANMY & Co, .;. 21, Hue < e la Rpublique} Mai teille.^France. Allemagne Atlantic Freighting Corp. Allai. l i e Freighting CorpJ Ballinhaus, llamburg 1, Ger.nany. Breitenweg55, Bremen, (Ver. Hollande Atlantic Freightiu^fiCorp. Atlantic I eigbting Corp. Aotwerp Division. Koningin Emma plein .''• /o Steinmann A Company Rotterdam. Holland. P. O. Bo. 109,Rotterdim Holiane, Sude SveniJans on et Companv. A/B VV. Larka, Atlaulic Freighting Corp.. D iv. eppsbron 10, Stockholm, Sweden. A/B Petlersson et huimstrom, Atlantic Freighting Corp. Div. Mieppsbiou 3, Gothenburg, Sweden. Atlantic Freighting Corp. Div, Norrkoepl 'g. Sweden, Simon fcdstron A,B Atlantic I reightinj orp, Div. Malmo, Sweden. ' 1 Bernhard'Bergh & Co Atlantic Freighting Corp., Div. Ilalsingborg, Sweden. ) Belgique] 2llautic .Freighting Corp. c/o Steinmann et Co 4, Quai Jordaens, Antwerp, Belgium. Danemark E. A. Bendix et Compau) Copenhagen, Denmatk. Italie A. Cereaavet Company Via Banchi 3, Genca, Italy. .. K pagne Agi ocio M; ritime" Delgade, 1;KI 'ona Spain. TZL^r. Norvge ^ Lauritz'A. Devotd A. G. Atlantic Freighting Corp.aYfv, Aalesund, Norway. fc-*>-— --%  ••enna. Mutualit du Bel Air. Mardi 28 Juin 7 heures Eco'es Mlles Dup, Gardre, Laure Alexandre, Mme Boisvert, Notre-Dame du BonConseil. Mercredi 29 Juin 7 hres. Ecole Normale de filles, Nolis'es. Cadettes. C Notre-Dame du PerpluelSecour.s. Les chants seront excuts : Le 14, par l'EcoleJh.Cour. lois, le l, parJIErolc de Mlle C. Lilavois," le 23, par l'Ecole Isidore Boisrond, le 24, par l'Lcolc de Mme l. Jeudi 30 Juin 7 heures \ Vieux, le 27, pur l'Ecole Ecoles d'Elie Dubois et de Bourjolly, le 28, par l'Ecole de Mlles Dup, le 29, par l'Ecole Normale de filles. m RGNRE LORGANISMB in. i APERITIF, DIGESTIF, nnriiiiiMiuilpjDinl "itti \r§ Phai-nadw A Htl-am Pritm, rk^mutt iUCH Insurance Co Une des plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG.LtBOSSfi> Co Aaents Gnraux rjmmrza i LE FAIT EST INCONTESTABLE Hliiim Safhe C'est la quintessence des meilleure* arits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs', C'est ce qui htil son aririo. GOUTEZ ET COMPAREZ 1 I yiF%j#*.'t l *Ma'*>* r .h-i>* c j~t* vw *,. a -** —



PAGE 1

Mardi 7 Juin 1932 Le Matin 4,PAdE8 2*e AMWXL M* 7#9 fert-au-Fnnee Tlepaai. : 2141 Voulez-vous — o Rt'ussir dans vos tudes uo taire russir vos enfants.gice nue niihode d'enseignement classique excelle.)! VOULEZ VOUS Une profession aprs 6 •) mois d'tudes se rieuses (Sl noDactylo, Langues vivante Comptabilit)' Songez que l'Institut Tipi ENI1AUER se recommande et s'impose a votre attention par les bril'anls rsultats dj obtenus. 1537Hue Lamarre. Tlphone 2831. Fleurs! Fleurs! •n trouvera chez Vielle Tiline AogQttiD, Bas Peu de uose, des Ileurs. couronnes, corbeilles de fleurs naturelles etc, bon march. LA LAITERIE BAtLEY ASSUREZ-VOUS la General Accident Pire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) Lar la GENERAL s est nue des plus puissante* et des plus vaste? or^suintiaa ie ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse le monde ses Polices contre incendie couvrent aussi les dg;\ts occasionns par la foudre Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommges caus autrui dans sa personne ou dans ses biens. Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati. Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les voyagurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidenta. d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 •/. soit 20 dollars . G Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE UN PETIT IUURA TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Peiionvill > 1JM pieds d'altitude. L'tablissement le plus bai. |. vire-os de Port ar-Princff. el Seulement 16 minutes d'auto sur une exe h „ e „ asphalte. Tues merveilleuses de la ville et la ,. ,rt. Boissons de toutes espces. DINERS GOUTERS Sffltfi Vrrangements particuliers pour les pensions de ioor* teaaaine ou de mois. %  • SOUSAGENTS Agent Gnral pour Haiti. Port-au-Prince. 1G. G1LG JEAN BLANCHETJerme Livrai sou propre, hygine que, en bouteilles hermti. 3 uemeut cachetes, l'abr e toute falsification. A louer Pour la saison ou l'an ne,maison Ptionville.Pour renseignements, s'adresser Transport lait en rlrigra- Mr de VENDEGIS, avenue King. teurs roues. 1813, raud'Hue, Port-auPrince. jillez chez STJULIEN i 113, Rue Traversire, prs d'Eslve & Cie. ii veus serez, servi souhait. i GLISE fLSLEYENNE Jeudi prochain, ;'i 7 heures du soir, le juge Elzer Vilaire prononcera la confrence annonce pour la semaine dernire et qui fut renvoye a cause du mauvais li mps. Une Collecte sera laite au profit de l'œuvre, De beaux chants serontexetes. MESDAMES, Pour teindre vous-mmet tout ii.su.-;, aucun produit n'gale | La 'MAVRESOVE'i TEINTURE MNAGRE PERFECTIONNE | Pharmacie i. ,*ino PROU cl ""*'"' hoonai plw maeiatatdraguarlManUH JjlrosT Veuve C. FERCOQ, Ain,ires-Parti I Sauvez vos livres Sauvez vos livres et col lections en mauvais tat en les confiant aj relieur consciencieux, honnte et habile ETIENNE CAMILLE, Rue Bonne l'oi Idal ttiifim ALIX ROY .'J0 annes de suces. AVIS AU COMMERCE La Panams^Hailroad S!ea mship Une a lavan taae H'n Macar les dparts suivants de New Yok^our Por t al pr nf Miti, directement chaque mardi. Tous les ste: mers snni paurvua de chambre friuori'ia ie DBmrls ic btw lor/c. Am./ges Po lau-rrinre W "Buena venturale 1er juin 1932 7 juin \m 3p> Vncon* le 7 juin Steaaier "Guayaquil" le H juin 1J.32 Steamer -'CristobiP le 21 uin l l Ji2 Steamer "Bueoaventura" le 28 i iin b'eaaaer "Ancou" le 6 jni e t i )'M Steamer "Guavaquil" le 12 juillet Panama Hail r0 ad .S eamp hip' Lme JttH. C.VAN HKKI) agent Grmral 'e 12 juin 1932 2t) jiin 1932 le 26 uin 1932 le 4 fiiillcl 132 le 11 inillei 1932 e 18 juillet 19$ CE laboratoire SJOURN DIRECT un s F. SJOURN, Pharmacien R SJOURN, Phirmacien le l'Universit de Paris M. SJOURN, Pharmacien le l'universit de Paris, ancien interne des Hpitaux de Paris Analyses des Uiincs, du suc gastrique, du sang ( Wasermann, Ure, Constante d'Ambard, Glycmie), Descrachats. Des matires fcales. Lyks Brothers SS C tnc Taxas Haiti — Santo uomingoPorto-Rico Le seul service hebdomadaire et rgulier i passagers et Irt entre les ports du Golle du Texas directement avec Port-au-Prince, Haiti. Pour la rception rapide et le maniement habile de vos importations, servez vous toujours des navires de '* LYKE LINE. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont • H JAMAIS T FAIT CE 001 NE PEUT ETRE DEPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Vente PIARIIACIIF. SEJOURNE Angle des rues Roux el du Centre Steamer Rulh Lykes* Lleamer Genevive Lykcs Steamer 1 Ruth Lykes Steamer Margnret Lykes Steamer Ahneria Lykes bureau: Rue du Magasin de l'Eta. 3 juin 1932 10 juin 1932 17 juin 1932 34 juin 1932 1er juillet 1982 Raite ostale B La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne Ts' Lavez-vous dj (jout? Eh bien, demandez dans ions les cafs, bars el*restaurants de la Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale: le PORTER NATIONAL Agra ble — Fortifiant — Bon March. BRASSERIE NATIONALE S. A Fort-au-Prince, (Hati). •* %  .; Loterie Nationale d'Hali 416 Rue lonna.Poi, Phona : 335S La Loterie Natiooeled'Halti est une instilatien hautement humanitaire par la mulliulieiJ dœuvres quelle se propose a"aidrr. une chance de ftita tre offerte aux homme* de toutes conditions de fortuai. Employs Ponctionnaires, Ouvriers. Artisans. Salaris da ions ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parbr leur budget moyennant deax fondes, peuvent gagner Iran mille gourdes. Patrons de Commerce.Chets d'Induslieparei aux lusufH^ances des ventes, par l'achat d'un billet, quivoui libra du souci des chancesMdecins Avocats, Ingnieurs. Snateurs, Dputs, Grandi •igsutaires de l'Etat.Reprsentants de l'Intellectualit, Jour aalistes. Deanife l'exaaaale le votre solidarit socia.e. ne tiers, capitaliste!, mm rue en jouant, augmentes voira atcir. mJhllSIFl ^rtSff Hai,i ndfilol service en ackl eitlemllet a*a la LOTERfE NATIONALE D'HATI. • ? aiteiilion A \r plaisir d'annoncer sa nombreuse Clienl'e eue la vente de ses CHAPEAUX se fait, depuis le 4 janviir, au ' 2027. GRAND'RUF en face de son ancien local. Les Clients y trouveront le mme accueil. BON MARCHE. CELERITE, GURTISIE. Martinez, Marcelin & C PROGRS NOUVEAU RHUM NOLVEAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL OtFUUIT TOUTE CONCURRENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON itwi mi m m n ma u am tmtm -.



PAGE 1

Clment Magloire D1RECIELR 1358. RUE AMERl'AINp 1358 TELEPHONE IS-2242 2G me ANNEE N* 7689 Une nation ne peut durer ai elle ne ti ue son setn la quantit de raison suffisante pour prvenir les causes de ruine extrieure ou de relchement int ur qui la menacent. ORT-AU-PaiNCE (HAl I Les menaces de l'avenir %  % %  sssweff MARDI 7 Jl i.\ 1933 W*m —• — Pourlousccuxqui rflchisconception allant jusqu' Pop. i! seul sur la situation qui 'devra position. Le plbiscite du 10 dcouler de lu rvision conslijanvier et son esprit lant le Uilionnclle.si elle se fait dans! lait autant du Pouvoir Excule sens du projet qui vient ( tif que du Pouvoir Lgislatif d'tre dpos devant l'Asseni; de 19150, le Pouvoir Exculif ble Nationale, il n'y a que est essentiellement qualifi ces deux issues en perspective: ou la concentration dans les Chambres de la direction effective des affaires du pays; ou une re de conflits qui, de quelque ct que doivenllre la raison et le droit, ne pourront se produire et se rpter qu'au dtriment de I i ntrt national. Une direction politique puisant sa force et son autorit] dans le Parlement et domi-Idre sur liant l'action de l'Excutif, ne 1 serait pas pour nous effrayer, thoriquement, puisque, par le spectacle de beaucoup de pays trangers, nous sommes BU courant d'une telle application. .Mais nous avons es say de le faire ressortir hier,— le sort ne nous permettra pas, sans malice, de nous payer la fantaisie d'un systme parlementaire lionqu, a sa base mme,— puisque c'est le consentement mme du pays qui lui aurait l'ail dfaut. Sans une consul pour intervenir dans ce (pu se lait et y oprer temps les redressements ncessaires,-et cela d'autant plus lgitimement qfie l'une des premires qu est ion s souleves tendancieusement par les parlementaires actuels a t prcisment la participation de l'Excutif aux travaux de la rvision constitutionnelle. Nous ne saurions pr te nce point faire des Chez les Fous de Pont-Beud III (Fin) .4 mon ami h Ppc/ urhaurke Armand (Voir les mm en s i S Juin 7." %  c i Devant les furieux J pis qu* I e an furieux. Il nous Le deuxime. Il s'amell I ,n,rc un ' a 8' fi T' Vingt cinq ans | Le MATIN, / Juin W I ASSEMBLE NATIONALE becca Denis, (irand. mijjre.l s appelle I est ffevre el mauvais, l'n sourire cruel li "\f_ n qui laisse voir une Ionise < an'iL'Ai %  X il ion ton du piojel du %  I' r es i (I i n 11 r I ace lu Situation. Be d'or, cire sur ses lvres mines. ] p;ii le d'une voix inonobelle caulcur li l'iu qui fiml avec deux cir— suggestions au gouvernement mais s'il ne ralisait pas si opportunment l'intervention que nous envisageons, il lui uces, eu rivicorde et mchante. Ses poignets T v f ;llli ,":' : U J Q sont menolls.A l'aide le n l exig du cadavre qu'il criai vive celui-ci. Pion sincre du suffrage uninon rgime Sur simagrc i auxvcrsel, et sa rponse moins sincre, pas de parlementaire possible. te point, les quelles ou voudrait nous soul.a paranoa lient en mme lerapsd'une toxi-infeclion el d'une | sychose constitutionnelle.— Ses frontires sont mal dfinies encore par les neurologistes. Le de trouver exagre le point de vue que nous venons d'exprimer en ce qui concerne la porte du pleins cite du 10 janvier cl la dis ci pli ne politique qu'impli quent les circonstances de transformation que traverse ce pays, rappelons que, en France, en dpit de tous les [ changements politiques sur> S on# qui le perscul venus depuis l'avnement de on. ('luv. eei 'a i us mala, d< le drar crbral i i aise l'panouissement arlisI .i''. On les appelle les h\ poi ques. Il semble qu' un ( .lin degr de tension crl le l'bomme bnficie d'une ... i '. Pi % % % %  e, uo ch ir. raao! • i • union I mis el dm, 0 M t llf oavell chine que v > ieox vi prOC !c: pour la | 'h cli iriu, du rhum el du La ritiou lut cordiale et somple bucolique, qui ajouta au plaisir dimancl s inviu pliroents. i i se lordre "Film charmant, tout I t' ... vo l ne perd la page! l'n io in% droits,si Pou en croit lelligemmcnt mont, d< s p rin I sonna gi deux l'eu, et des l'i ince, et met en riqui s, \ ce qu'on a vu I ei I. l'.t. de plus, mie musique | du meilleur si jours. qui le tour mettre seraient une expla troisime Rpublique les rience dont il est l'aire l'conomie. bon de ois conslitulionnellcsde 187o restent le substralum du r%  de l'Esprit, d'une a paranolque est la proie dhallu,,.,,,,, k portent aux sommets eu.a ions lero.es: auditives, v i,i. | :1 du.se o il devient malles. Il entend des voix qui h ima roposen! le suicide ou le hentliccs atx ^eudtuis. lile, lance avec entre les barreaux le mas moulu cuit qu'on vieil I ,/•/„ %  ,.„/,. | ; ," >,„ „/',." / %  ,,//„' %  '//,,,/,.'. qui penseul loujout! de lut apporter en an ferblanc Entre les crises furieuses, le temme du voisin II ebrcelie. Comme un fauve, un jeiuu garon, dans la troisime cellule, marche de long en large. Sa pie In piti qu'il nous inspire. colre est violente. Il demande Marie Louise : rurieuse.Torse hymne, en langn n neulqu'on ouvre la porte seulement nu.4..ongs seins flasques qui peutre... Nous Ion, meubl, avec mousse aux commissures de ses qui ble. bls ii leues dures. l 'arlois, d 'une main Voici le dernier furieux du N'ous sommes BC< puissante, il voudrait plrir les nom de Petit-Ngre. H nous aptamille : une Ami tringles de fer Jde son cachot, prend qu'il esl Prsident d'Hade, sa temme, une — Il est de Ilinebe, nous dit li. Elpource.il i oblig dide,sa fille, el u Monsieur P.eser, et s'appelle de nous sortir un discours qui la mine fute il (ju vu *iiiiv Itl W| U ,'VUIV UIV III ""•'"Mf r) i v I I i .i I I i .--t I I I < ^ I I f 1 I J t | | pour qu'il nous trangle, en un dni. Hurlements ou il n'a plus tour de main. Une lgre cume rien d'humain ; ('es! une loque Thodule Artnur. Sa voix, pleine d'inpues gros suies, cinglantes, monte, m oule dans le crpuscule, pour s'abaisser en un murmure inintelligible qui nous serre le cœur. Mais voici qu'il se met a i Ali son rire esl pire. On a I vit de ficher le camp, (mailes Thomas. Vieillard.bon l'amen le sourire a nos lvres, * pourpre, i deux derniei s pai lenl un ci i oie p n l'ait. Nous leur deman l< ns s ils n'onl pas pi ur du voisinads lotis V — Pai 11 que \< sui i blanche, rpond la jolie j< nue lille. me ii .i N'ous sommes presque au terme i de la \ is! e hallucinante. Monsieur Resi r nous irivile aller dans son bungalow pour SOUI'ianl, ils nous rafrachir. centrai) i J eil. nie ide, lit I un de klail. M. d non-. Vous i avez pas coinartiste dans l'art du mla >acbe d'un gris sle,en\ bien celte plonge dans la folie savant,— e l avec cela la priii qui est comme une va;-j nous a donn soif.— N ous quitci ampbilryoni i. laii tation soudaine sur les barreaq* Uttn le lieu (lmenlie!. L'ombri nuira du cachot. Sa fiffure ts s-u nd sue | e domaine, lies Dpai l pour Porl uu Pi .\u moment d'i nlrer da i igure tsl s'b nd sur blme ej anguleuse. Ses yeu chien eut dans les loinvoiture.Tableau. La petite li sont comme ceux d'un porno tains.Conjugus avec les cris des noue, vn ,i amoureuso ( ( la VOUS lais ie une II is. doill nous .r, ion i pal l mort. Il porte Un petit bret bleu el nous retarde avec ami li. — L'abb Faria murmure Clment Magloire. — Je ne suis point ici nom cela vous lais e LU ; cioni nous ,,\ ion i pai i immense, indicible I n Jour, ui 11\ e, vi\ omni, le | iiile nous di ||11 une faun | s [rande case o se tiennent champs el vient se planici de dments sur la la vaut < lment M emrison. J'y pntre. El Cl elle tend m cause de lolie, dit la vleillan menl Magloire qui est rest de-1 quel de fleurs sa Beaucoup de mystres dans la i ferme la porte sur moi. le plus sensuel des .sourires.Cl vie i l n e le m m e a u x chcw ux blai (S, COUJ es COUrtS, au < l I rondelet, lace de plein* qui serait noire, avec de lai yeux brillants. Canines de i nibale. Allures masculines D'ail leurs elle porte un pantalon Elle est fort excite. I i bru ues. Gaillardises \ e'rtes, taire rougir un cm ps de gai Elb se vante en i ianl i a tous les a li ibuls du •%  e I — Adlade Joseph clam ell Soliloques, psyi hose d'h rie furieuse. t n artiste J< seph I ; por Rires. N'ous sommes enfin di la cour (\r l'habitation da Mr Heser. Nou croj ion en avoir fini avi e les fous ? Pas en< oi e. Pour pai achever le tableau, un lu ninie : iande b:ube, l'air in |>' saut, tli bout un ar11011! crffiu. I lude, I ne i 1 ment, pn sque i mu, bu dil un mol aimai n lui donn quelque monnaie. La voiture fi I < S ns nos impi — (.'esl quand m< n i ad m ble, dil l'un de nous.i qui vient, a ( l des li,, ;iu H n e.i ne m.on su n— n i i i ** che. Clmeut. D %  %  !* %  -Uni llk -VOUS P dit, Il 0 que le] h lpho ie, e pe lecnent, d re une i erptDfih 1 ai isi :| l'un quo. l'auli u ,< s s 11 la col e d'un client grini de loris |U'il n'avait pas. Le client ce qu'on lui erm la co nmi ti m %  moi, s',. x ctisa le Directeur ; je viens l'arrivi ous.s'e i ulre... el i i us le dit ns d our : c esl insolent, ci de voire part. Mais qui us*, a t m nus impt l •. I.t le Direcb ur, extna.dt i coQimunicatiQo, ... voit qu en prvision des -us, touj possibles, l'lectricit, les : i i ids oafs UI-I' ii ci, el surtout lillai i.iu m.eut toul : 6 un I 11 deux lamp< s l ; u'oi trouve eu M nie i lie/ IMN WO J I r i: v. il q •< %  m ni" ^ceui nt du i hum r' le ,van* un produit 'sauf il ; ici) de plus rei.quafd ils sonl t'ai r] des r quand ils cel* ua lte intime de I mi II de rclamer joyeusement de la CoULI n'en moi ivn d ns qui Cai ,comme t Philippe' Pinel qui la la que loi de iN.'t.s qui est le pont de dli< m tous :— Il i ont loin upables unit tant n le croyait, mai des inala1 A le voir s ; rii nt, dou Il gi •., on ne suppo j qi-i un Conclusion er la cou i la i aisou c ga, cet'e ini line a de mai •I.LX1S


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07021
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, June 07, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07021

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
D1RECIELR '
1358. RUE AMERl'AINp 1358
TELEPHONE IS-2242
2G me ANNEE N* 7689
Une nation ne peut
durer ai elle ne ti ue
son setn la quantit de
raison suffisante pour
prvenir les causes de
ruine extrieure ou
de relchement int
ur qui la menacent.
ORT-AU-PaiNCE (HAl I
Les menaces de l'avenir
sssweff
MARDI 7 Jl i.\ 1933
W*m

Pourlousccuxqui rflchis- conception allant jusqu' Pop. i!
seul sur la situation qui'devra position. Le plbiscite du 10
dcouler de lu rvision consli- janvier et son esprit lant le
Uilionnclle.si elle se fait dans! lait autant du Pouvoir Excu-
le sens du projet qui vient ( tif que du Pouvoir Lgislatif
d'tre dpos devant l'Asseni-; de 19150, le Pouvoir Exculif
ble Nationale, il n'y a que est essentiellement qualifi
ces deux issues en perspec-
tive: ou la concentration dans
les Chambres de la direction
effective des affaires du pays;
ou une re de conflits qui, de
quelque ct que doivenllre
la raison et le droit, ne pour-
ront se produire et se rp-
ter qu'au dtriment de Iin-
trt national.
Une direction politique pui-
sant sa force et son autorit]
dans le Parlement et domi-Idre sur
liant l'action de l'Excutif, ne1
serait pas pour nous effrayer,
thoriquement, puisque, par
le spectacle de beaucoup de
pays trangers, nous sommes
BU courant d'une telle appli-
cation. .Mais nous avons es
say de le faire ressortir
hier, le sort ne nous per-
mettra pas, sans malice, de
nous payer la fantaisie d'un
systme parlementaire lion-
qu, a sa base mme, puis-
que c'est le consentement m-
me du pays qui lui aurait
l'ail dfaut. Sans une consul
pour intervenir dans ce (pu
se lait et y oprer temps
les redressements ncessai-
res,-- et cela d'autant plus
lgitimement qfie l'une des
premires qu est ion s souleves
tendancieusement par les par-
lementaires actuels a t prci-
sment la participation de
l'Excutif aux travaux de la
rvision constitutionnelle.
Nous ne saurions pr te n-
ce point faire des
Chez les Fous
de Pont-Beud
III (Fin)
.4 mon ami h Ppc/ urhaurke Armand
(Voir les mm en s i S Juin 7."
-ci-
Devant les furieux J pis qu* I e an furieux. Il nous
Le deuxime. Il s'amell I ,n,rc un 'a8'fiT'
Vingt cinq ans |
Le Matin, / Juin W .
I ASSEMBLE NATIONALE
becca Denis, (irand. mijjre.l
s appelle
I est ffevre
el mauvais, l'n sourire cruel li"\f_n
qui laisse voir une Ionise < an'i-
L'Ai X il ion
ton du piojel du '
I' r es i (I i n 11 r I ace
' lu
Situation.
Be d'or, cire sur ses lvres min-
es. ] p;ii le d'une voix inono-
belle caulcur li l'iu
qui fiml avec deux cir
suggestions au gouvernement
mais s'il ne ralisait pas si
opportunment l'intervention
que nous envisageons, il lui
uces, eu rivi-
corde et mchante. Ses poignets T vf ,;llli" ,":' : "UJQ"
sont menolls.A l'aide unes principes de neuroioi x quoi cela vous seit-d .
li cmande-l op.
Pour \ oir i i et le
I ... ipond-il.
I grimpe l-dessus avec
api ibilit, en manie re de d< -
H Iration.
Kl le vers de f.amni line
neurologie on
lixe de suite son diagnostic. Il
se dgage de ses paroles hallu-
cines qu'il est un redresseur
de torts, el non pas un fou. Il
n'y a pas js'y tromper nous
PETITE CHRONIQUE
GINGR-tPHIQUE
'La femme
t i 1 lie usabilil
deviendrait difficile plus lac
de dgager sa respo
des conflits futurs
1er, devant le
geslc de Ponce I ilte.
sommes en prsence d un hom-
me alteinl de dlite param
ou de revendication. Son his- nf"'murprs hom-
loire, d'ailleurs, confirme ce iu- T '.'s| lin (l ;! to se
l'el de rp-1 gemenl. Au cours des den m des eieux.
)ays, aucun leclions,iJ a poignarde un ('Ici- 'y al il niniiii entre
leui oppos son candidat, et If cl l'ai l .' 'roublanle
Pour que l'on ne soit
>
le n l
exig du cadavre qu'il criai
vive celui-ci.
Pion sincre du suffrage uni-
non
rgime
Sur
simagrc i aux-
vcrsel, et sa rponse
moins sincre, pas de
parlementaire possible.
te point, les
quelles ou voudrait nous sou-
l.a paranoa lient en mme
lerapsd'une toxi-infeclion el d'u-
ne | sychose constitutionnelle.
Ses frontires sont mal dfinies
encore par les neurologistes. Le
de trouver exagre le
point de vue que nous ve-
nons d'exprimer en ce qui
concerne la porte du pleins
cite du 10 janvier cl la dis
ci pli ne politique qu'impli
quent les circonstances de
transformation que traverse
ce pays, rappelons que, en
France, en dpit de tous les [
changements politiques sur-> Son# qui le perscul
venus depuis l'avnement de
on. ('luv. eei 'a i us mala-
, d< le drar crbral
i i aise l'panouissement arlis-
I .i''. On les appelle les h\ po-
i ques. Il semble qu' un
( .lin degr de tension cr-
l le l'bomme bnficie d'une
... i '. Pi e, uo ch ir.
raao! i union I mis el dm,
0 M t llf
oavell chine que
v> ieox vi
prOC !c: pour
la | 'h cli iriu,
. du rhum el du La r-
itiou lut cordiale et somp-
le buco-
lique, qui ajouta au plaisir
dimancl s inviu pliroents.
i i se lordre '
"Film charmant, tout I t' ... vo l ne perd
la page! l'n io in- ? droits,si Pou en croit
lelligemmcnt mont, d< s p r- in I
sonna gi deux
l'eu, et des l'i ince, et met en
riqui s, \ ce qu'on a vu I ei I. !
l'.t. de plus, mie musique |
du meilleur si
jours.
qui
le tour
mettre seraient une exp- la troisime Rpublique les
rience dont il est
l'aire l'conomie.
bon de
ois conslitulionnellcsde 187o
restent le substralum du r-
de l'Esprit, d'une a
paranolque est la proie dhallu- ,,.,,,,, k, portent aux sommets
eu.a ions lero.es: auditives,vi- ,i. |:1 du.se o il devient mal-
les. Il entend des voix qui h ima .
roposen! le suicide ou le ':1 'a I" '"" ', n ride rel.
c- '.'. x :' blemenl
Slle
lui
aussi en lui de
vie... V*OU
compris qui it du l)u-
\illard :
On avail t mis en
par Pi Eclair jou u il p
tant qui a' le lilm
sut .
jour, la i
s p a rfa i I la
uvelle m
na. Quand vinl :
l d lemme d ; \
|oy ms tout
depuis
de Port-
cause
chef
Mi
l'Ii r, et de
celui di s Relations I \trieu-
ail la se au
S ici ir. Au moment de
cul qu'il
sa -i .. et
l'aveu Lescot... qui
o prte
|u'aux de l i | asser
abi cLs...
Il ce mot :
I que d( vait
i \ otr
TL'emprunl et
i uenii i ( i .....
a perfidie. Il sait [ A ,,,,, ,Ie |.-p.i: r,lll(. dcai ,,, i Ire i s i rieur.Mi
l'iilelice. s:i 11 .1 i:.i i ...,: ........ : i
dissimuler sa dmence, sa n-J ilinns primordiales de qui p
yrose et ces terribles visions, h ,. ,, L,|rnL ,,,, souffle i d
Au reste, cette exprience gime dont est sortie la tonne
serait-elle prcisment non- rpublicaine du gouverne
Telle? N'avons-nous pas vcu nieiil, et Dieu sait quelles dif-
dej Irop plutt que pas lerences sensibles sparent
assez des poques o de aujourd'hui ces lois et ce r-
pseudo reprsentants du peu- gime!
pie, chaque Ibis qu'ils mani-
II y a plus les lois consti-
tutionnelles de 187, encore
que le rgime rpublicain
soit sorti du suffrage univer-
sel, interdisent ce suffrage
lui-mme le droit de changer
la forme du gouvernement.
El voil que,en Hati,ce son!
des lus eux-mmes qui se
permettraient une telle liber-
l et sans limite encore!
Qui ne sent el ne voit que,
en vitant celle l?^ avec un Parlement qui pro-
longe son propre mandat jus
qu' l'anne 1937, qui se r-
serve, au dtriment du peuple,
le droit de nous donner un
gouvernement de son choix
en 1936,qui affiche] el peut
raliser-laprtention dv eu
mu 1er avec ce qu'il a dj les
fondions executives,le gou-
vernement est accul l'iner-
tie et le peuple la rvolte?
Nous savons bien que, avec
le contrle des Etals-Unis, la
n'est plus pos
et alors nous vivons
le paradoxe suivant :
dans notre mouvement de
libration naliona'e, c'esi pr-
cisment le gendarme amri-
cain qui est escompt pour
garantir nos institutions un
peu de vie artificielle! Tout
de mme,n'est-il pas plus sage
de prvenir la rvolte V
lestaient la tendance de m-
suser, rencontraient devant
eux un Excutif cabr, tou-
jours plus lorl? Dans ce do-
maine, 1 balianisalion con-
sisterait-elle dans un tel re-
tour au pass?
C'est dire que la premire
des issues ne serait que Pan*
tichambre de la seconde. Or,
comment viter celle-ci autre*
nient (pi
El comment, l'heure ac-
tuelle, viter de tomber dans
cette erreur parlementaire,
dans cet errenient parlemen-
taire, autrement qu'en arr-
tant, pendant qu'il en est en-
core temps, la tentative an-
nonce ?
Cette tentative, on l'a dj
lait remarquer, dpasse ia
porte du plbiscite du 10 jan-
vier dont on se plail la
dire autorise: alors que ce
plbiscite admet comme fait
acquis la Constitution de 1(.)18
eu autorisant seulement l'As-
semble Nationale y faire
des amendements, le projet
de la Commission parlemen-
taire de rvision tend abro-
ger ladite Constitution el
y substituer une Constitution
nouvelle appuye sur des
principes diffrents et une
jusqu'au jour o elles se manil
lent
transport, de l'inspiration, I J'aime d< ces films oni re
lenl douloureusenienl. par (i.
actes moins. Ce compartiment ,] m.t, (i .,,. -,..,
de Ponl-Heudcl c'esl l'enfer i ls avec UU &CUS O-
u i om wiiiiu ( isi uiuu. morbide, pour composer es ;,,,,,, i ,
Un autre lurieux, accroupi Amnlus JeHonsarJ \e h nu, !',,K .'"
devant
son gril
lage
yeux per- /,.r. /'/,/r,/(./c. Phdre, ie Mi- v"'. "u
dus, lace immobile ferme.Iios- santluope, La Lettre de bot ta- V01' '' e Peu sni l;l :
ns, la Tristesse dOlympio, les
Hietodies de Schubert, la
une cuiller
de sa cage
ache, disant en ,
fuite : i ce sol d
harmonie reviennent
de Joseph l'un- garder loua
cois El celle renstalation dcu-
pigemenl.l
habiter la
guerre civile
sible
Pi
opos
humides
Chaque peuple a ses coutumes.
Ainsi, dans certaines rgions de
Plnde, rapporte un confrre, on con-
eive pieusement (tans des bouteilles
'es larmes verses par la famille, les
parents et les amis, l'occasion de
' mon d'un tre cher. On PM*1["
"la des bouteilles lacrymales^ Cest
*ne coutume louchante et qu'expli-
Sue le mysticisme bindou Cbeinous,
11 y a iiussi des traditions aimables,
Wirtout dans lescampagnes.On que
^0U alliez, dans n'im| orle quelle
r,n".n, le paysan trouve dans son
mlas unu bouteille de ltHl'M SA1 -
"IL LALill.l b'Oh duiii ii 6*t iou*
(urs agrable ie boire un coup.
LE PRIX E LU GAZOLINE
Dt puis dimancbe.le prix de
la gi.zoline est lduit 'M
centimes, sans que, sur les
man lis tranger-, aucune
fl-ictuation de prix ail cl m -
registre.
Voil qui coi firme nos ai
licies prcdents oui on tou-
jours ( piu ijue la gazolit i
pourrait facilement 'ie db v
iee eutie 18 et 20 centimes
eu laissant toujours de beat >
hentliccs atx ^eudtuis.
lile, lance avec
entre les barreaux
le mas moulu cuit qu'on vieilI ,//,./,. |;," >, /',." /,,//''//,,,/,.'. qui penseul loujout!
de lut apporter en an ferblanc Entre les crises furieuses, le temme du voisin II
ebrcelie.
Comme un fauve, un jeiuu
garon, dans la troisime cellu-
le, marche de long en large. Sa pie In piti qu'il nous inspire.
colre est violente. Il demande Marie Louise : rurieuse.Torse hymne, en langn n neul-
qu'on ouvre la porte seulement nu.4..ongs seins flasques qui peu- tre...
Nous !
Ion, meubl, avec
mousse aux commissures de ses qui ble. bls ii
leues dures.l'arlois,d'une main Voici le dernier furieux du N'ous sommes bc<
puissante, il voudrait plrir les nom de Petit-Ngre. H nous ap- tamille : une Ami
tringles de fer Jde son cachot, prend qu'il esl Prsident d'Ha- de, sa temme, une
Il est de Ilinebe, nous dit li. Elpource.il i oblig dide,sa fille, el u
Monsieur P.eser, et s'appelle de nous sortir un discours qui la mine fute il
(ju vu *iiiiv Itl W| U ,'VUIV UIV III ""'"Mfr)i v I I i .i I I i .--t I I I < ^ I I f 1 I J t | | "
pour qu'il nous trangle, en un dni. Hurlements ou il n'a plus
tour de main. Une lgre cume rien d'humain ; ('es! une loque
Thodule Artnur.
Sa voix,pleine d'inpues gros
suies, cinglantes, monte,moule
dans le crpuscule, pour s'a-
baisser en un murmure inintel-
ligible qui nous serre le cur.
Mais voici qu'il se met a i
Ali son rire esl pire. On a I
vit de ficher le camp,
(mailes Thomas. Vieillard.bon
l'amen le sourire a nos lvres,
* *
pourpre, i
deux derniei s pai lenl un ci i oie
p n l'ait. Nous leur deman l< ns
s ils n'onl pas pi ur du voisina-
ds lotis V
Pai 11 que \< sui i blanche,
rpond la jolie j< nue lille.
me ii .i .
N'ous sommes presque au ter-
me i de la \ is! e hallucinante.
Monsieur Resi r nous irivile
aller dans son bungalow pour SOUI'ianl, ils
nous rafrachir. centrai)
i j eil. nie ide, lit I un de klail. M. d
non-. Vous i avez pas coin- artiste dans l'art du mla
>acbe d'un gris sle,en\ bien celte plonge dans la folie savant,el avec cela la priii
qui est comme une va;-j nous a donn soif.Nous quit- ci ampbilryoni i.
laii
tation soudaine sur les barreaq* Uttn le lieu (lmenlie!. L'ombri
nuira du cachot. Sa fiffure ts s-u nd sue |e domaine, lies
_ Dpai l pour Porl uu Pi
.\u moment d'i nlrer da i
igure tsl s'b nd sur
blme ej anguleuse. Ses yeu chien eut dans les loin- voiture.Tableau. La petite li
sont comme ceux d'un porno tains.Conjugus avec les cris des noue, vn ,i amoureuso
( ( la VOUS lais ie une II is- doill nous .r, ion i pal l
mort. Il porte Un petit bret
bleu el nous retarde avec ami
li.
L'abb Faria murmure
Clment Magloire.
Je ne suis point ici nom
. cela vous lais e lu ; cioni nous ,,\ ion i pai i
immense, indicible I n Jour, ui 11\ e, vi\ om-
ni, le | iiile nous di ||11' une faun | s
[rande case o se tiennent champs el vient se planici de
dments sur la la vaut < l- ment M
emrison. J'y pntre. El Cl elle tend ......m
cause de lolie, dit la vleillan menl Magloire qui est rest de-1 quel de fleurs sa
Beaucoup de mystres dans la i ferme la porte sur moi. le plus sensuel des .sourires.Cl
vie i
l n e le m m e a u x chcw ux
blai (S, COUJ es COUrtS, au < l I
rondelet, lace de plein*
qui serait noire, avec de lai
yeux brillants. Canines de i
nibale. Allures masculines D'ail
leurs elle porte un pantalon
Elle est fort excite. I i
bru ues. Gaillardises \ e'rtes,
taire rougir un cm ps de gai
Elb se vante en i ianl i a
tous les a li ibuls du - e I
Adlade Joseph clam
ell
Soliloques, psyi hose d'h
rie furieuse.
t n artiste J< seph I ;
por
Rires. N'ous sommes enfin di
la cour (\r l'habitation da Mr
Heser. Nou croj ion en avoir
fini avi e les fous ? Pas en< oi e.
Pour pai achever le tableau, un
lu ninie : iande b:ube, l'air
in |>' saut, tli bout un ar-
11011!
crffiu. I
lude, I ne i1
ment, pn sque i mu, bu dil un
mol aimai n lui donn
quelque monnaie.
La voiture fiI< S
ns nos impi
(.'esl quand m< n i ad m
ble, dil l'un de nous.i
qui vient,
a ( l des li,,
;iu h n e.i ne m.on su n- n i i i ** .
che. Clmeut. D !*
-Uni llk'
-VOUS P
dit, Il '
0 que le] h lpho ie,
e pe lec-
nent, d re une
i erptDfih
1 ai isi
:| l'un quo-
. l'auli u ,< s s 11 -
la col e d'un client grin-
i de loris
|U'il n'avait pas. Le client
ce qu'on lui
erm la co nmi ti m
moi, s',.x.
ctisa le Directeur ; je viens
l'arrivi
ous.s'e i
ulre... el i i us le dit
ns d our : c esl insolent,
ci de voire part.
Mais qui us*, a t
m nus
impt l .
I.t le Direcb ur, extna.dt
i coQimunicatiQo,
... voit qu en prvision des
-us, touj possibles,
l'lectricit, les : i i ids oafs
ui-I' ii ci, el surtout
lillai i.iu m.eut tou-
l : 6 un I 11 deux
lamp< s l ; u'oi trouve
eu m nie i lie/ Imn Wo j i r i: v.
il q < m ni" ^ceui
nt du i hum r' le ,van*
un produit 'sauf
il ; ici) de plus rei-
.quafd ils sonl t'ai r] des
r quand ils cel*
ua lte intime de
I mi II de rclamer joyeu-
sement de la CoULI n'en
moi ivn d ns qui
. Cai ,comme
t Philippe' Pinel qui la
la que loi
de iN.'t.s qui est le pont de d-
li< m
tous :Il i ont loin
upables unit tant
n le croyait,
mai des inala-
1A le voir s ; rii nt, dou Il gi
., on ne suppo j
qi-i
un
Conclusion
er la cou

i la i aisou c ga-
, cet'e
ini line a de ma-
i
I.LX1S


AGI 2
M. MM .N.j- Juin !i42
Sachez que le savon

de votre teint
est tait
de...
Le Savon Palmolive vous dit
le pahnc
p-.! luit d'huile*
olives ; aucune
nie on quoi que ce soi! de
es ges, rien u'esl
qui
et (
suit'. De Ions
graisse am-
;c il llUI-
d'ulives pour
teaul de Im
comparable ;i un inlau
les de palmes cl
les soins et l>i
peau.
Palmolive est un savon pur
si pur m luit, que 20,00 sp-
cialistes de beaut du inonde le
reco.nmandenl ;i leurs clients.
'liaiteinctit de Beaut
Le mutin et h soir, faites
d>:ui et de savon Palmolive
U SOIRE MUSICALE OFFERTE!
PAR M%,1: BROUARD MA6L0IREJ
Nous publierons demain
le compte-rendu de la soire
j musicale organise par Mme
I lirouard Magloirc avec le
coucou ri de ses ires au
profit des auvres de l'Asso-
ciation nationale desiufirmi-
res et qui eut le plus grand
succs s;>medi soir au Cbrcle
Bellbvtjb.
une mousse abon laute. Massez
gentiment la figure et le cou.
Rincez... et scliez complte- 1
meut. Il conserve voire peau
je me, douce cl belle.
Beaut Allure : Pour
les conserver, la plupart
des mitions trouvent que
la mthode de Palmolive
est la meilleure,
ia Savon Palntolivfl
t-,1 entirement [ait
lu machine. Aucune
main ne le touche jus-
qu' ce que vousjdeki-
rie/. l'eavaleppe.
Vrifiez si le Savait Pmlnioliot
que vous achetez a la bande
ire 'ire,- le mal l'.iliimlix
en leltre\ dores, t enveloBMt
verte et U cean rouge
!
L'Indompte
la superbe et originale produc-
tion parlante qui tut ofterte di-
manche soir Cin-Varii*,
lut accueillie par le public avec
toute la laveur que mrite la
jolie et talentueuse Joan C.raw-
lord, l'inlerpr e principale de
cette remarquable production.
On sertit de Varits enchan-
te de sa son ce.

kiML di jtKt. fille
I
Les Chambres sont a jour"
nes au 1 juillet prochain
Horn Linie
Nous avons le pl?isir d'an-
noncer notre aimable clien
tl que les prix de passage
pour l'Europe sur les bateaux
de la Ligue Horn ont t r-
duits sensiblement.
Le prochain dpari sera sur
le beau steamer Waldlraut
Horni.qui arrivera vers le 2i
courant. Premire classe : 130
dollars. Pour plus amples
renseignements, veuillez vous
adresser nos bureaux.
REINBOLD & C\ Agent.
Ht
C LIGNE COLOMBIENNE )
Tlphone: !* 2:<23
LeTap ur iBolivar Voy.99,
venant directement de New
Yoik, sera ici mardi 7 juin
courant, en route le mme
jour pour les ports colom-
biens, Oistobal, Canal Zoue.
Kingston et New-York.
Le manileste de ce vapeur
reeni par avion poste est s
la disposition des clients dans
nos bureaux sis angle rue du
Quai et des Fronts Forts (vis
vis) de la Douane.
I
Le vapeur Martinique
Voy ^ft, de retour des por-s
du Sud, sera ici le 9 courant,
continuera le mme jour pour
New-York via ports hatiei s
du Nord, oflrant trt et pas-
sagers.
Le vapeur Baracoa I, Voy.
103, partira de New-York le
8 courant, directement pour
la Capitale.
William R. BLEO,
Agent.
Arrt
Stnio Vini i \ r
Prsident de la Rpublique
Vu l'article r>0 de la Constitu-
tion,
Considrant "(pie parmi les
nouvelles dispositions propo-
ses par la Commission de r-
vision constitutionnelle la
sanction de l'Assemble Natio-
nale, quelques-unes, par leur
importance et la porte qu'elles
peuvent avoir sur les destines
de la Rpublique, mritent d'-
tre hvris la rflexion ei la
critique de la Nation loul en-
tire ,
Considrant (pie, de loua les
points du pays, les popula
rclament avec insistance la fa-
cult de considrer plus atten-
tivement le projet tic r\ ision
constitutionnelle labor par lu
Commission ;
Considrant (pie la discussion
immdiate de ce projel ne per-
mettrait pas aux diffrentes
fractions de l'opinion nationale,
galement et lgitimement inl-
resses.de se rendre un compte
exact de la nature et des cons-
quences politiques OU autres,de
quelques-unes des prescriptions
envisages ;
Considrant que dans les de
licates circonstances actuelles,
le devoir primordial du Gou-
vernement est de veiller, de la
manire lapins aclive. cequ(
des dispositions htivement a-
doptes ne viennent crer de-
situations de nature cause
des troubles graves dans le
pays,compromettant ainsi l'u-
vre si dillicile de la liluralioi
du territoire et les efforts qui se
poursuivent paralllement pour
consolider la paix publique p.n
l'organisation de notre produc-
tion et la crntion de nuire
quipement conomique ;
Considrant que, dans DM
vident intrt de scurit
nationale, il est haulemen
dsirable que la rvision
constitutionnelle conGe pat
le peuple, le 10 Janvier de
cetteanute. I Assemble Na
tionale, soit entreprise dans
une atmosphre d'union, de
solidarit et de discipline ha
tiennes; que le i i incipal
smci du lgislateur consti
tuant, en vue de la liqui-
ditiou prochaine et dfiniti-
ve du 'liait de 1915 el des
garautiesd'avuiii-qu'elle MOUS
oblige orgSU Ber ds main-
tenant, doit tre d'assuier de
soi mais a ce pays des gou
?ernt m< i Is rg ; i s, bli
torts et Hi. Ci s ;
Cousine i des dispositions du pi
de rvision en qu;ation, ja-
l'motion profonde qu'elles
ont [provoque dans* le
peuple, ne paraissent pas r-
pondre ces exigences de
notre situalion'exlrieare et
intrieure ;
Considrant qu'il n'y a
pas de pril en la demeure
et qu'une plus longue prio-
de de rflexion peut faire
prvaloir dans les esprits les
n8piration8M ncessaires du
patriotisme, de la sagesse et
les responsabilits ;
De lavis du Conseil des
Secrtaires d'Etal,
Arrte:
Article 1er. Les Chambres
Pilions t sont ajournes au 4 Juillet pro-
Le danger
vous guette!
Don* un nattoyga
de-aai des dent
bain, sauf prort galion dans le
dlai constitutionnel par le
Pouvoir Excutif pour un 4me
mois (te session.
Article 2. Le prsent arrt
rera publi et excut ii la dili-
gence du Secrtaire d'Etat de
l'Intrieur.
Donne au Palais National de
Port su-Prince, le H Juin 1982,
an 12()ine de l'Indpendance.
S. VINCENT
Psi le Prsident :
Le Secrtaire d'Etat
de l'Intrieur,
E. LESCOT
Le Secrtaire d'Etat des Travaux
Publics et du Commerce,
-Iil H. NOL
La Secrtaire d'Etal les Rela-
tions Lxleiituus et des Cultes,
A. N. LEGER
Le Si i u lare d'Etat
in s Financi -,
C. KERNISAN
u Secrtaire d'Etal de l'Instruc-
tion Publique, de l'Agriculture
et du Travail,
Dr PaulS kLOMON
Chambre
des Dputes
Sance du juin 1932
Apres la lecture de la cor-
respondance et la sanction de
procs-verbaux des sances
prcde es, le dpute Au-
glade donne lecture du r p-
porl du Comit charge d'exa-
miner le dossier de l'alaire
de la Compagnie d Eclairage
Electrique. Le rapport est des
plus substantiels et est acca*
blaut pour la Compagnie. Des
murmures de satislaction se
lont entendre dans le nom-
breux auditoire.
Le Dpu' Lon Dvt ob-
tient la parole et demande a
ses collgues de s'intresser
au malheureux sort de ses
iikiu la n ts des arrondisse-
ments de Saiut-Marc et de
Dessalines, qui sont si prou-
vs par les inondations.Plus
rien n'tant a l'ordre du joui,
le prsident lve la sance.
I
Voire dentiste vous .dira
que toutes les ptesde.n iltices
ne nettoient pas pareillement
Des preuves exactes laites
par des hommes de science
piouvent qne le Colgate a la
plus haute puissance de pn-
tration qu'aucun autre den-
tifrice. Sa mousse pntrante
entre a loud duns les moin-
dres petites crevasses.y dloge
les impurets et les balaye
dans un flot dtergent. Ainsi
Colgate donne une protection
extra aux dents et aux gen-
cives... la protection d net
toyage complet.
C'est pourquoi, sur lescon-
seils des dentistes, plus de
gens emploient aujourd'hui
le Colgate que les autres den-
titrices.
le Colgate est lait aussi en
poudre, "si vous la prt rez,
demandez la Poudre Denti*
Irice Colgate.
A
SEA-SIDEJ^
le samedi 11 Juin 1932
Grande soire thlrale
et dansante
A 8 HEURES 30
LE FEU DU VOISIN
la lameuse comdie de Francis de Croisse!
joue par la Troupe Ralph Gataly
A 10 HEURES
, DANCING
Bataille de conletti et serpentins. Un air vritable
de Montmartre.
Cin-Taldu
CE SOIR
Le roman d'un gamin
de Paris
( TITI 1er )
ET
V>2&
L'Aiglonne
Entre 0W); Balcon : 1,00.
P'EST la CrMI de
Ta fit r a qui fuir
de la Royal la
meilleure poudre
d'lvation.
Il O Y A L
HAK1XG POWI5 i: OS
Ciii-Var
CE SOI H
Deux dlicieuses productions Iranaises :
La Zone de la Mort
ef
Thas
0,S0 et 1 gourde.
ECHOS
FDC 1
1
Les premires nouvelles
parvenues de la province
disent 1 imp tflVOU dehivora-
1) e produite par le projet dis
dputs de prolonger leur
mandat jusqu'en 1937. La
chose parait indigrable*
On remarqua que les
organes officieux s'occupent
peu ou prou de li brlante
question de l'heure : la pro-
ongation du mandai de la
Chambre actuelle. On corn
prend d'autant moins cette
attitude qu'on .sait que Je
Gouverne i i contre les
cinq air.
- (.. laios dputs qui se
la Cham-
bra ne se gnent pas. pour
lire qu'on passera outre la
Dr. Bengu, l, r* saiiu, Paris.
Toutes les Polices J
DE LA i
protestation des journaux,
c'est--dire de l'opinion pu-
blique, contre la prolongation
de leur mandat. Dans ce cas,
ou examinera la question de
siuir h ces messieurssout
les vrais mandataires du
p.ys.
mm Le Secrtaire d'Etat de
l'Intrieur, accompagn du
Directeur-gnral du Service
d'Hygine, t'e^l rendu samedi I
Si-Marc ( la situation tait
assez grave par suite des
inoi d.liions.
Un accident de chemin
de ter est survenu Kreyci-
ueau o un train a lait col-
lision avec uu motocar. Il y
a eu plusieurs morts.
Des suggestions parais-
sent dans les journaux i our
rglementer le droit d'entre
l'Assemble N:di indpen-
dant i.i diacussio i du prt |< t
de Constitution tes messieurs
redoutent l'il populaire...
On annonce le dtpeit,
ces jours-ci, de Mr Orna
Ifunro, ml i tre des Etats-
Unis, qui sera en ?yage de
cong.
Le lleuve Artihonile est
en ciucs. L'eau est monte
plus de huit mtres.
L'Union des Ouvriers de I
la Solidarit Economique!
d'il ilti publie une cir.nl ire.
o il est entre autres d i t
le n imbre des sans-travail
haitieus monte 1..'532 087
personnes, d'aprs la sla.isli- i
que qu'elle resse. ( gffiMBaBfta^lli^TlIftaatttijTT^P
U
comprennent la Protection contre la g
Foudre sans auqmentation de tauxj
Fw.Le Boss$C<%
Aqents Gnraux j
. ^V./A


\f TIN
7 J iin
PAG*^
liliiiin ttariifiiicoiirl
Donl la renomme eal universelle a gard sa premire 1
Demandez partout :
s BARBANCOURT
Dpt : Hue Csar.
ILE
ADMINISTRATION GNikt
DES POSTES
AVIS DE KPAIU
Les dpches p mr Xe^v-
j York ri i Fur. pe (via New-j
York direct ) par le steamer
iCristobnla seront fermes t '
mercredi.,! juin.
Port-au Prince,'e 6 juu 193J
Les maui de dents ara-
Dent la maladie ; car ils
vous empchent le bien ma Ivr Protge* vos dnis,
BrossfK-les deux lois par jour. Voyez vo're dentiste
deux lois par an. Renseigne/, vous'auprs de lui sur
le CALOX... le meilleur den'ifrice pour d ux raison?.
Primo, parce que c'est une poudre dont il se sert tou-
jours lui mme lorsqu'il net'e;e ses dents. Seeondo,
elle esl exygne. CALOX nettoie fond, err.p lie la'
dcoloration de I mail, neutralise les acides de la
bouche, vite la mauvaise h leine et n'irrite point lis
les gencives.
Voire pharmacien
Pe, Ecnvtz au jour*
dhuipour un ihan-
tillon gratuit de la
poudre dtnlilute
CALOX.
Me KBSSON
A KOBU1NS, lac.
TW.CIiir St.. New-Tork
Cily. U S. A.
J'.t ntuitlltfftli
CALOX 'muor
rt m ftrni la
Ad No. 5
Ncrologie
*Nou*. avonappris la mort
ibrvenne au Cep-Hatien de
Hrbrdric Bernardin Prfet
des Arrondissements du Nord.
M.Bernardin tait une haute I
personnalit de sa rgion, U,
avait occup diverses fonc-
tions publiques. Secrtaire du
conseil des Secrtaires d'Etat,
dput, Secitaiie d'Ktat des
lelatic.ns extrieures. Sou ex-
prience avertie des flaires
lui avait valu d'tre appel
rcemment la prfecture du
Cap-Hati' n
Nous prions la famille du
regrett diunt, particulire-
ment notre ami, Mr le Dr
Franois Dal ncour.son beau-
frre, d agrer l'expression de
nos sympallvques condol-
ances.

Hier ap:s-midi onle lieu
eu I E^lis'- Sie Anne le* obs-
ques de Jeai Baplisle Michel
Rosmy Pouuau, dcd la
veille l'Hpital Gnra1.
Nos condo'ances sa fa-
mille.
Plerinages
A NOTRE-DAME DO
PERPETUEL SECOURS
Anne 1932
Luudi 13 Juin 7 Ivirps
Pensionnat de Psotre Dame
du Sacr-Cur.
^ Mardi 14 Juin 7 1 eure
Ecoles Joseph Courtois, B i-
mour Lpine, Caroline Clnu -
veau, Thophile Martin, Ca-
mille Bruno. |
Mercredi 15 Juin 7 heures
Ecoles Aime Pare', Mlle Clie
Lilavois, Mlle Houx.
Jeudi 16 Juin 7 heures
Exteruat Saint-Rose de Lima,
Ecole Mre Louise, Ecole Mre
Euslochie.
Vendredi 17 Juin a 7 hres.
Ecole Monseigneur Guilloux.
Vendredi 17 Juin 4 hres.
Collge Louverture, Instituts
Tippenhauer et Marat Chenet.
Samedi i Petit-Sminaire Collge Saiut-
Martial.
Dimanche 19 Juin: Fte de
Notre Dame du Perpetuel-
j Secours. Messes basses 6 lis
et 6 heures. Grand'Mtsse
7 hres 30. Vpres, Procession
et Salut 5 heures.
. Luni!i20Juin 5 hres 30
Conlriies des Mres Chr-
\ tiennes, Surs T- rtiaires, En-
tfants de Marie, du Rosaire,
Panama Hailroad Steamship Linc
Agents aux Drincioaux oorts d'Europe.
Service ae ,rl cl de passagers en lie
[Europe cl tAmrique,
PASTILLES
Ml RATON
MMaMNli < chats t-uvo>
IL NYA PAS DE MEILLEURE
PROTiCTION POUR LA SANTE
QUE LE NETTOYAGE ANTISEP-
TIQUE DU UrEBUOY.
LIFEBUOY
I K SAVON' DEI SANTE
poir mains, piemp.s et iains
MOHR & I.MT!UV, P.O. BOX Vf.. Dsinluleur
Rue Roux et du Centra, Port au-Pince.
; Garde d'Honneur du Sacr-
Cur.
Mardi 21 Juin 5 hres. 30.
Asrociatiou de la Persv-
rance.
Mercredi 22 Juin 5 hrs 30
Association d' lommes et Jeu*
nesse Catholique.
r"^Mercredi 22 Juin 7 lire,
nstitution Si Louis de Gon-
ngue.
Mercredi 22 Juin 4 lires.
Ecoles nationales de garons.
Jeudi 23 Juin 7 heures
Ecoles de filles: Isidore Bois-
! rond, Colbert Lochard, Pierre
j Faubert. Ec o l e Annulysse
I Ulysse.
^Vendredi 24 Juin 7 hres.
Ecoles Mme Isnardin Vieux,
Mlle de Bordes, Corinne Scott,
Thomassine Parm^ntier, Lu-
cie Alfred.
Vendredi 24 Juin 4 hres.
Lyce National.
Samedi 25 Juin 7 heures
Pensionnat Ste-Rose de Lima,
Orphelinat de la Madeleine.
Lundi 27 Juin 7 heures
! Ecole* Jf an-Baptiste Deh< j Bourjolly, Inginac, Mme Por-
ta. W. SalELDON & Co, Ltd.
17, Jami s Street,
Livkhpool, Enclavd
M oh y & Company,
Atlaulic Freighting Corp. Div.
155 Boulevard de S rasbourg,
Havre, France
Mory & Pompant,
Atlantic Frtighliug Corp. Div
74 Quai des Chartrons,
Bordeaux, France
llernu deron & S'o.kwell.
Boite Postal 78*]
Havre, JFrance.
uiglettn e
'.. Vv'.Shi ldom & Lui.
Fen'on lionse,
112, U3 Fenchurch Street,
L >n Ion E. C. 3, En^land."
France
.M.ht & Company.
Atlantic Frei ghting Corp.Dit.
3, Rue SI V. icenl de Paul.
Paiis, Prai ce.j
Mo H Y & ( (Ml'ANY
Atlantic Feighting Corp. Div.
7 Rue d( la Rpublique^
Mars i c, France."'/ J .
Gellatly Hanmy & Co, .;. '
21, Hue < e la Rpublique}
Mai teille.^France.
Allemagne
Atlantic Freighting Corp. Allai.lie Freighting CorpJ
Ballinhaus, llamburg 1, Ger.nany. Breitenweg55, Bremen, (Ver.
Hollande
Atlantic Freightiu^fiCorp. Atlantic I eigbting Corp.
Aotwerp Division. Koningin Emma plein .''
/o Steinmann A Company Rotterdam. Holland.
P. O. Bo. 109,Rotterdim Holiane,
Sude
SveniJans on et Companv.
A/B VV. Larka,
Atlaulic Freighting Corp..Div.
- eppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Petlersson et huimstrom,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Mieppsbiou 3,
Gothenburg, Sweden.
Atlantic Freighting
Corp. Div,
Norrkoepl 'g. Sweden,
Simon fcdstron a,B
Atlantic I reightinj
* orp, Div.
Malmo, Sweden.
'1
Bernhard'Bergh & Co
Atlantic Freighting Corp., Div.
Ilalsingborg, Sweden.
)
Belgique]
2llautic .Freighting Corp.
c/o Steinmann et Co
4, Quai Jordaens,
Antwerp, Belgium.
Danemark
E. A. Bendix et Compau)
Copenhagen, Denmatk.
Italie
A. Cereaavet Company
Via Banchi 3,
Genca, Italy.
.. .
K pagne
Agi ocio M; ritime" Delgade,
1;ki 'ona Spain.
TZL^r. Norvge ^
Lauritz'A. Devotd A. G.
Atlantic Freighting Corp.aYfv,
Aalesund, Norway.
fc-*>- --- -
enna. Mutualit du Bel Air.
Mardi 28 Juin 7 heures
Eco'es Mlles Dup, Gardre,
Laure Alexandre, Mme Bois-
vert, Notre-Dame du Bon-
Conseil.
Mercredi 29 Juin 7 hres.
Ecole Normale de filles, No-
lis'es. Cadettes. C
Notre-Dame du Perpluel-
Secour.s.
Les chants seront excuts :
Le 14, par l'EcoleJh.Cour.
lois, le l, parJIErolc de
Mlle C. Lilavois," le 23, par
l'Ecole Isidore Boisrond, le
24, par l'Lcolc de Mme l.
Jeudi 30 Juin 7 heures \ Vieux, le 27, pur l'Ecole
Ecoles d'Elie Dubois et de Bourjolly, le 28, par l'Ecole
de Mlles Dup, le 29, par
l'Ecole Normale de filles.
m
RGNRE LORGANISMB
in. i APERITIF,
digestif, nnriiiiiMiuilpj-
Dinl "itti \r Phai-nadw
A Htl-am Pritm, rk^mutt iUCH
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG.LtBOSSfi> Co
Aaents Gnraux
rjmmrza
i
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Hliiim Safhe
C'est la quintessence des meilleure*
arits de cannes d'un vaste territoire
, runissant les meilleurs terroirs',
C'est ce qui htil son aririo.
GOUTEZ ET COMPAREZ1
I
yiF%j#*.'tl*Ma'*>*r.h-i>*cj~t* vw *,. a
-**


Mardi
7 Juin 1932
Le Matin
4,PAdE8
2*e AMWXL M* 7#9
fert-au-Fnnee
Tlepaai. : 2141
Voulez-vous
o -
Rt'ussir dans vos tudes uo
taire russir vos enfants.gice
nue niihode d'enseigne-
ment classique excelle.)!
VOULEZ VOUS
Une profession aprs 6 )
mois d'tudes se rieuses (Sl
no- Dactylo, Langues vivante
Comptabilit)'
Songez que l'Institut Tip-
i ENI1AUER se recommande
et s'impose a votre attention
par les bril'anls rsultats d-
j obtenus.
1537Hue Lamarre.
Tlphone 2831.

Fleurs! Fleurs!
n trouvera chez Vielle Ti-
line AogQttiD, Bas Peu de
uose, des Ileurs. couronnes,
corbeilles de fleurs naturelles
' etc, bon march.
LA LAITERIE BAtLEY
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Lar la GENERAL s est nue des plus puissante* et des plus vaste? or^suintiaa
ie ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse le
monde
ses Polices contre incendie couvrent aussi les dg;\ts occasionns par la foudre
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommges
caus autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati.
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les voya-
gurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidenta.
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de 1/2 /. soit 20 dollars . G
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE UN PETIT IUURA
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Peiionvill >
1JM pieds d'altitude. L'tablissement le plus bai. |.
vire-os de Port ar-Princff. el
Seulement 16 minutes d'auto sur une exe h e
asphalte. Tues merveilleuses de la ville et la ,. ,rt.
Boissons de toutes espces.
DINERS GOUTERS Sffltfi
Vrrangements particuliers pour les pensions de ioor*
teaaaine ou de mois.
SOUSAGENTS
Agent Gnral pour Haiti.
Port-au-Prince. 1G. G1LG
JEAN BLANCHETJerme
Livrai sou propre, hygine
que, en bouteilles hermti.
3uemeut cachetes, l'abr
e toute falsification.
A louer
Pour la saison ou l'an
ne,maison Ptionville.Pour
renseignements, s'adresser
Transport lait en rlrigra- Mr de VENDEGIS, avenue
' King.
teurs roues.
1813, raud'Hue, Port-au-
Prince.
jillez chez
ST- JULIEN
i
113, Rue Traversire, prs
d'Eslve & Cie.
ii veus serez, servi souhait.
i
GLISE fLSLEYENNE
Jeudi prochain, ;'i 7 heures
du soir, le juge Elzer Vilaire
prononcera la confrence an-
nonce pour la semaine der-
nire et qui fut renvoye a
cause du mauvais li mps. Une
Collecte sera laite au profit de
l'uvre,
De beaux chants serontex-
etes.
* MESDAMES,
Pour teindre vous-mmet tout
ii.- su.-;, aucun produit n'gale |
La 'MAVRESOVE'i
TEINTURE MNAGRE PERFECTIONNE |
Pharmacie i. ,*ino PROU
cl ""*'"' hoonai plw maeiatatdraguarlManUH
JjlrosT Veuve C. FERCOQ, Ain,ires-Parti I
Sauvez
vos livres
Sauvez vos livres et col
lections en mauvais tat en
les confiant aj relieur cons-
ciencieux, honnte et habile
Etienne Camille, Rue Bonne
l'oi .
Idal ttiifim
ALIX ROY
.'J0 annes de suces.
AVIS AU COMMERCE
La Panams^Hailroad S!ea mship Une a lavan taae H'n
Macar les dparts suivants de New Yok^our Port al, pr,nf,
Miti, directement chaque mardi. Tous les ste: mers snni
paurvua de chambre friuori'ia ie
DBmrls ic btw lor/c. Am./ges Po lau-rrinre
W "Buena ventura- le 1er juin 1932 7 juin \m
3p> Vncon* le 7 juin
Steaaier "Guayaquil" le H juin 1J.32
Steamer -'CristobiP le 21 uin llJi2
Steamer "Bueoaventura" le 28 i iin
b'eaaaer "Ancou" le 6 jni et i )'M
Steamer "Guavaquil" le 12 juillet
Panama Hailr0ad .S eamp hip' Lme
JttH. C.VAN HKKI)
agent Grmral
'e 12 juin 1932
2t) jiin 1932
le 26 uin 1932
le 4 fiiillcl 132
le 11 inillei 1932
e 18 juillet 19$
CE
laboratoire SJOURN
Direct un s
F. Sjourn, Pharmacien
R Sjourn, Phirmacien le l'Universit de Paris
M. SJOURN, Pharmacien le l'universit de Paris,ancien
interne des Hpitaux de Paris
Analyses des Uiincs, du suc gastrique, du sang ( Was-
ermann, Ure, Constante d'Ambard, Glycmie),
Descrachats. Des matires fcales.
Lyks Brothers SS C tnc
Taxas Haiti Santo uomingo- Porto-Rico
Le seul service hebdomadaire et rgulier i passagers et
Irt entre les ports du Golle du Texas directement avec
Port-au-Prince, Haiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de '* LYKE
LINE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont
H JAMAIS T FAIT
CE 001 NE PEUT ETRE DEPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
PiariiaciiF. SEJOURNE
Angle des rues Roux el du Centre

Steamer Rulh Lykes*
Lleamer Genevive Lykcs
Steamer 1 Ruth Lykes
Steamer Margnret Lykes
Steamer Ahneria Lykes
bureau: Rue du Magasin de l'Eta.
3 juin 1932
10 juin 1932
17 juin 1932
34 juin 1932
1er juillet 1982
Raite ostale B
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
Ts'
Lavez-vous dj (jout?
Eh bien, demandez dans
ions les cafs, bars el*res-
taurants de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale: le
PORTER NATIONAL
Agra ble Fortifiant
Bon March.
BRASSERIE NATIONALE S. A
Fort-au-Prince, (Hati).
* .;


Loterie Nationale d'Hali
416 Rue lonna.Poi, Phona : 335S
La Loterie Natiooeled'Halti est
une instilatien hautement humanitaire par la mulliulieiJ
duvres quelle se propose a"aidrr. une chance de ftita
tre offerte aux homme* de toutes conditions de fortuai.
Employs Ponctionnaires, Ouvriers. Artisans. Salaris da
ions ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parbr
leur budget moyennant deax fondes, peuvent gagner Iran
mille gourdes. Patrons de Commerce.Chets d'Induslieparei
aux lusufH^ances des ventes, par l'achat d'un billet, quivoui
libra du souci des chances-
Mdecins Avocats, Ingnieurs. Snateurs, Dputs, Grandi
igsutaires de l'Etat.Reprsentants de l'Intellectualit, Jour
aalistes.
Deanife l'exaaaale le votre solidarit socia.e.
ne tiers, capitaliste!, mm rue en jouant, augmentes voira
atcir.
mJhllSIFl ^rtSff Hai,i ndfilol service en ackl
eitlemllet a*a la LOTERfE NATIONALE D'HATI.
?
aiteiilion

A \r plaisir d'annoncer sa nombreuse Clienl'e eue la
vente de ses CHAPEAUX se fait, depuis le 4 janviir, au
' 2027. GRAND'RUF
en face de son ancien local.
Les Clients y trouveront le mme accueil.
BON MARCHE. CELERITE, GURTISIE.
Martinez, Marcelin & C
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOLVEAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL OtFUUIT TOUTE CONCURRENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
itwi mi m m n ma u am tmtm
-.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM