<%BANNER%>







PAGE 1

; vct 2 IL ii .Ti.N 15 J h-32 I &f -* Aita/-t^A r %  •* Propos humides La Tille de Sflint-Marc rsl soin l'iau, ("'est la nouvelle alarmante parvenue ici l'autre soir. In confrre M publi ces renseignements : i La pau'qua immdiatement %  < gagn la | population el le tocsin lut sonn de i heures du soir '. heures. Les jeu. Mes gens de la ville se sont eonstiJ tris en une volant': et. avec l'aide de • l'autorit, ils ont organis le service de sauvetage. L'eau est monte i *>uv mtres, envahissant les mai sons, les diflees publics... La \ill* est consterne... Trs certainement les mesures hyginiques leronl prises MUr enrayer toute pidmie la suite de celle"catastrophe. Eu elTet. le S. d'H. a avis.Tout ce qui est ncessaire pour la dfense d la sa ni publique a t achemin sur les lieus, y compris un fort stock de lUIl'M SARTJHE CACHET D'OR, le prven tif sans rival VIE SPORTIVE Dmission du prsident de iV.S.Sh. — IMus d'une lois, Mr Chevallier,dgot, a voulu s'en aller de la Direction gnrale des Sports. Plus d'une lois, nous avons soutenu fermement le Prsident de l'U.S.S.H. — Un loustic disait, un jour de lorte crise prsJ dcntielle: si Che ne peut pas gouverner ce pe il monde sportif, cet lion nie ferai! uu mdiocre chet du ... tas. Rires dans l'auditoiie. • • • L$ Conseil au complet est dmissionnaire.— Nous avons appris, de source tei taine.que tout le Conseil a dmissionn. La dmission tera efieclive aujourd'hui. — On von drait passer ct de la ralit sans la discen.er, quand on attribue l'incident Violette i Hacing la dmission des honorables membres du Conseil de I U.S. S. II. — La vrit est tout autre. D'ail leurs, pourquoi les trou mena bres qui votrent contre la radiatiou dmissionneraient ils aprs un si beau fjeste de holidarit; sportive? Mr Oligario a heuieusement expliqu lu vraie signilicaliou de •on geste. • # Dpart dtCalor el 1 hard — LeCouseil-lht vallier esl parti 8Jus avoir vol les Irais de reprsentation de t 01 al 11 tes, tien que leur dpait pour les Etats-Unis ail t, en pi in< ipe, fixe au 10 Juin ( onrant. — Etrange colncidencel • • Assemble gw raie du guis des Clubs Aujourd'hui Parc Lecoute une intressante runion. Le secrtaire-gnral de l'U.S.S.H quoique dmissionnaire, continue ses services l'U.S.S.H. et nous prie de publier l'ordre du jour suivant : 1 Lecture de la correspondance; 2" Dmission du Conseil ; 3* Kapport du Trsorier; l" Elections du non veau Conseil ; 5 Questions d'intrt gnral. Elections du nouveau Con seil 4e Vli. S. S II — Le Spor Hatien traverse une crise trs dlicate. Les boni mes passent, les institutions demeurent I. L'assemble gn raie du ti juin courant devra s'inspirer de l'utilit publique des Sports dans le choix de ceux qui seront appels poursuivre quand mme l'oeu vre. Unissez-vous Point de vaines discussions. Devise : Agir. Le temps pi esse, vous devez avoii lile de repiendre le coins normal de la vie portive. bon bis in iden. Le lendemain du match RaciogViolcllei, M r Chevallier (sans l'autorisation motive du Conseil de l'US S H) frappa la Violetle de 25 gourdes d'amende. La Violette i se courba. Sa soil de vengeance mal apaise, le Prsident de l'U. S. S. H.,deux jours aprs, voulut dicter un procs-verbal de radiation de la Violette l'honorable secrtaire Boncy. Nous avons vu que le Racing protesta pir l'organe de son Prsident.— Un point d'interrogation se dresse, me. nattnt l'avenir des clubs umnmiishs. Un club non rcidiviste peut-il tre frapp d'amende, suspendu ou radi pour la mme infraction ? Aujourd'hui, c'ast le lourde la ((Violette, demain, celui il'uu autre club, si l'assemble gnrale du l> juin ne met uu terme l'apptit des dmolisseurs de clubs. Arrtez bToux / Jfe Rapidement de cette Faon Frictionnez Vicks sur la poitrine et In gorge; appliquez librement. V iens VARO RUB Pour Tout Refroidissement LE SECRET PROFESSIONNEL DES COIFFEURS. On n'ava' 1 Jiois inhAr garder l>' silence ECHOS — Deux snateurs, MM. Zcphiriu et Fombrun, oui sign sous rserves le rapport de la Commission de rvision constitutionnelle. Sur quoi ces snateurs uesout-ils pas d'accord avec les autres membres de la Commission ? — Ou prte l'intention MM. les dputs et snateurs d'aborder, Jdemaiu mardi, en sance p o b lique, la discussion du projet de Constitution. Cette hte d'en finir prouverait des intentions peu louables, — Il importe que fous les journaux du pays disent leur opinion sur le projet de constitution. Or, nos confrres de la province l'ont peine reu et lu. On doit attendre de connatre leur sentiment qui seia celui de leurs rgions respectives. A l'issue de sa sance de vendredi deruier, le Snat, sur la proposition de son Prsident, est pass buis clos. Rien a'a eucore transpir de ce comit lecret. — Le Voilier Vierge *'aridad a fuit naufrage dans les parages des Ctes de Fer. Tous les passagers sont morts, sauf un matelot : Louis Joseph, recueilli environ quelques heures aprs. — Madame Ulysse Voie-'nus, nue d 58 ans, es' une matnanhe. Elle est mre de 22 enfants et de 40 petits enfants.Elle rside a Trouin. Voil une Hatienne qui a bien mrit de la Patrie. Cachet Mirga antlnvralglque iUDPiu enlr I (, lisses et son 9. veux Decurler esi ph-olumpni te.f| if, l a cb^vel>%  "%  •• %  • •Quelle et lient W Decurler pst une pte prouve et recommanl iepuis de nombrens.. annes. es Decurler atteint 'oujouis son eut cause de sa b:>nne compo>iiion Decurler Son emploi est aussi sgr able et a autant de succs, que le nr. duit ist peu remarquabh En >ente seulement thtz : Geo. G. Bohne ct du Giaod H'el de France. Prix : le grand po, Or 1,00 ; le moyen po', Or 0,70 cts. Gin-Taldy DEMAIN SOIlt Le roman d'un gamin de Paris ( TITI 1er ) ET L'Aiglonne Entre • 0 SU; Baie in : l.uu. FAIBLESSE R95I DBILIT SIROP A DESCHIENS 2'Hmoglobins Rg*nrteur du Sang, prescrit psr l'alita mrilc3le. J Im Tlmndm orua • aux /rruginiuz. Admit dn lam Hopltsux de Part Dift OtutuL : DiaOHIIWa. S. Ru* Paul Btudi?. PARIS (I Pfcsroucm. ADOUCISSANT LA PEAU ... DLICATEMENT PARFUM. UN VRAI LUXE A UN PRIX INSIGNIFI \NT. LUX SAVON DE TOI I RITE DLICATKMINT ARrUM. MOHR & LAURIN, P. O. ROX M. Distributeur Rue Roux et du Centra, Port-au*Pince. 43V, i ir. Vos dents deviendront plus blan de 3 n'.tances en i jours. LA CIlMB DENTIFRICE Antiseptiqvt KOLYNOS m %  % %  %  %  %  miaini wmmmmmmmwfi % Toutes les Polices DE LA I ^ IIEJUI %  %  flimiiinn nJ S ;comprennent la Protection contre la Foudre sans auamentation de taux^ Pu0.Le Boss$C<> *! a . AffgmmM | Aqents Gnraux i -rasu y



PAGE 1

• \l J in WA'2 PA%v u iliiiiui Barbaueoiirt Dont la renomme est universelle a garda sa premier ila N itouiinUez partout : ^^ UN BAHBAXCOURT' "* •t-pt : Hu Csar. "Pourquoi ne Pouvons nous pas Economiser? 1 & Avis L'Inspection Scolaire de ^ Une Brochure .ur le Budget de Fam.lle. publie pu la Ifc^u. •W-l.. vou. wdera prvoir vo. dpens, et cceomJT^ •iMANDic-iN vt tanmutu • La Banque Royale du Canada GLISE WtSLEYENNE Jeudi prochain, 7 he n es du soir, le juge Etzer Vilaire prononcera la conlrence annonce pour la semaine dernire et qui fut renvoye cause du mauvais temps. Une I collecte sera laite au profit de l'œuvre. De beaux chants seront (xcnis. G_W. SIIEI.DON & Co, Ltd. 1 '. James Street, LlVEpPOOL, l'NCLANU Angle t rre u, W.Sm [.no\ & Ltd. Fen'on llouse, 1I2/U3 Fcuchcrch Mreet, London E. C. 3, Eogland," snoo PANAMA RAfiROAD R GULARIT ADMINISTRATIVE Alo uer E P„. _inn rince (, H. iti )'e 2 Juin 1932. BULLETIN No 025 Le f s Buenaventura p et pitendu Pt-au Prince (Hati), • < nant de N w York b mardi 7 Juin 1932 Pas (l; correspondance, Il partira le mme jour directe-n er,t pour Cristobal, Canal Z>ne. prenant t 41 et malle. Agent JAS. H-C VANREED. A PROPOS DE FONTAINE LUMINEUSE Nous croyons savoir que les tn vaux s't lie tua rit au ct ci.est du Champ de mars ne K nt pas destins l'rection fie la fontaine lumineuse, firame on l'avait cru tout d'abord, mais plutt l'tab. ssenieut d'uue pergola. C'est la plare Louverture (|ii a t choisie^pour l'em) lacement de la lontaine lumineuse. Le coup d'œil sera les plus magnifiques il l'on fcoge que la Place Louver Inre se trouve juste l'entre u Champ de Mars et que lu lontaine lumineuse, qui rep'senlera les armes de la Rpublique, lera lace au Falais National. Nous voulons croire que la D G.T. P. entreprendra le plus tt poss'ble les travaux d'excution de cetle petite merveille, due I ventioa de l'ingnieur fc'ANTOS. Nous avons reu, en manire de rectification notre note d'avant hier touchant les : restitutions, une lettre du charg de ce service par laquelle il prcise que le dlai de 30 jours pour prsrntalion de la demande part de la date d'a< quittement du bordereau la Bauq'ie Nationale et non pas de celle d'arrive du bateau. Nous lui en donnons acte llrtpilal Gnral H.fli<-n Accidents 1er juin 1932 Vernhe Andr, 27 ans, Cro ; x des Bossales. Contusion du tho rar. ( hospitalise ). Hyppolyfe La bon, .?! ans, habitation Greflin. Traumatisme du thorax (hospitalisa) Pierre Laurel, 15 ans, Be!Air. Erosion des cuisses, jambes, bras ( hospitalis ). Aitoine Cantave, 10 ans, rue Runion. Blessure contuse du cuir chevelu. Ann-tal Simorn, 25ans, BelAir. Blessure contuse du cuir chevelu, rgion paritale gauche. E'i'en Therni'lus, 22 ans, Bel Air Blessuie contuse du pouce gauche par morsure hu mairie, contusion de la rgion l'imita le avec rosion de la lace Bernadin Bosquet, 24 "n*, nvc nui M?go re An b • ise Ifor( sure de ( h en au genou gau he, Hermance Louis, 16 ans. Grand'-Rue. Blessure co tuse du cuir chevelu. Clermont Ersulie, Il ans,rue Pour la saison ou Pannet maison Ptiouville.Pour rer seignemmls. s'adresser a Mr de VENDEG1S, avenue Ki.g. MOHY & Company, Atlantic Freightiog Corp. Div. 156 Monbvard de S'rasbourg, Havre, France M OH Y £ COMPANY, Atlantic Freighling Corp. Div 7t Quai des Chartrons, Bordeaux, France liernu derjn & Slojkwell. Boile Postal 7* Havre, France. Trance MOM A Company, Atlantic Fre'ghting Corp.Dit. 3, Hue St Vincent de Paul.' Paris. Frai ce. Rdom & COUPANT Atlantic Feightlng Corp. Div. 7 Mue de la Rpubliq ue,^ Marsuiie, France. ^L~^" .^ Gellatly HVNKBT & Co, o^T 21, Hue de la HcpubliqueJ Mai >eille. France. Atlantic Freighling Corp. iallinhaus, ([ambiirg 1, Germany. Hollande Atlantic FreightingJCorp, Antwerp Division. f / Steinmann Company ''• 0. Bo. lOtfi), Rotterdam Allemagne Atlantic Freighling Corp.* Brcitenwt ; .">;"), Bremen, Ger. Runion. Ingestion de corps tranger (pingle). Fdrina Jeanly, 16 ans, Croix des Missions. Ble'ssure piquante de la main droite. Thodore Chrysostme, 42 ans, Grand'Ruc. Contusion dorso-:ombaire et rosion du petit doigt gauche et du genou gauche. Joseph Antoine, 23 ans, rue Champ de Mars. Traumatisme du poignet. 2 juin 1932 Limage Price, 17 ars, rue des Csars. Contusion de la lace i oi sale de la main droite. Pierre tidouard, 38 ans, Fort j St-Clair Blessure tranchante du i os ( u ; ied droit. Zuline Cliry, 21 ans, Grs sier. Contusion de l'paule. Louis Merilus, 32 ans, Wharf aux herbes. Blessure contuse la rgion paritale droite et une b essure contuse la rgion sous-occipitale. Fijenisse Baptiste, 30 ans, Pont Rouge. Fracture du 1/3 inlr. des deux os de l'avant bras gauche. Flina Ebssoir, 4t ans, Tur ge-iu. Contusion de l'index droit. Marie Cadet. 42 ans, quartierS.-Joseph. Blessure cantu.se de la lace. Trancia Beaubrun, Si ans Ption-Vilie. Fliiura du maxil1 wre intrieure, .'raurmMsme de la rgion cervicale, blesi re conluse de l'avant bras droit, multiples rosions au pied, lace i i.ierr>e( hosp talis ). i A/B VV. Larka, Atlantic Freighling Corp.'Oiv*. "" eppsbron 10, Stockho lm. Sweden, /i/ Pettersson et hoimstrom,-" n Allanli Freinhling Corp. Div. Mceppsbron 3, Gothenburg, Sweden. --• C J Atlantic Freighling Corp. Koningin Emmaplein '* Rotterdam. Ilolland. Ilollane, Sude Sven^Jans.'.oa et Company.^ Atlantic Prelghting Corp. Div. Norrkoepj ig, Sweden, J, Simon hlron \ B Atlantic 1 reigliling ';';;,Corp, I >i^ .| Malmo, Sweden. J Bernhard'Bergh & Co Atlantic Freighling Corp., \)f.[ Uulsingborg, Siwcdca. Belgique] Eapagne Agenda Maritime Delgado, Bacelona Spain. 2tlautic Freighling Corp.l c/o Steiumann et Co 'j 4, CJuai Jordaeus, Antwerp, Belgium. r, Danemark; E. A. Bendix et Company Copenhagen, Denmark. Italie A. Ceresa et Company Via Banchi .^, Genca, Iialy. ;j^ Norvge '"-^ I,amil/>.;;l)evoId A.' G. Atlantic Freightiog Corp.£iv. Aalesund, Norway. ;J COMPAGNIE GNRALE TRANSATLANTIQUE Li Compagnie Gnrale Transatlanlique a le plaisir d'informer le public qu' partir de cette date elle a lduil 140 dollars le prix des pjss.'ig. rs en 1re classe d'Hati u Havre sur les paI q ehots Cari in are et i Saint Djunngue. Ces bateaux se %  recommandent par leurconl tort et leur service irrprochable. Le steamer Carimareaesl aHendu Port-au-Prince le 2# juin et les personnel dsirant voyager par ce Tapeur sont pries de bien vou loir se taire inscrire ds prsent, Botte postale : A 174. Tlphone: 3220. F. M-ALTIlER.Agent. l\ue du Quai,Porl-au-Prince. REVBLAT10I8 SEHSATIIWELLES fevi \is st' ^nsj..stiEKcaocaaTe % %  >• .' %  !.,.,. M.|.,, r..!,,.M „M MNK 1 BBI •" i.. v.iioaiAa, torit ur*i t •<. n.i-^n, m l ^i. — l'I.'.lr.a iriomp'i.l.WOT il .inour. — 8.. i.u 4.. ,u.il..r iv. N >iic.raiu)u..lcfiat SOCIT FRANAISE • 85. R„ du K.k.Si-D*k, tAMtM ,.** Insurance Co Une des plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE, sur la VIE EUG. Le BOSSU > Co Aoents Gn^rau* i LE FAJTEST INCONTESTABLE! H II u m Saillie C'est la quintessence des meilleure*,] (Varits de cannes d'un vaste territoire runissant les nui Heurs terroirs C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ' fi %  K.-Jm^mg^



PAGE 1

Lundi G Juin 1932 Le Malin •,;4, PAGES 26me ANNEE N! 7tft fert-au-Prirte lphoc : 2242 Voulez-vous Russ r dans vos tudes oo t*ire russir vos enhi M! ^iik-f une mthode d'en %  • une nient classique (ficelle i ? YOULLZ VOUS Une prolession apr; 6 9 %  Oil d tudes srieuses (St no-Dactylo,Langues iv.mle Comptabilit )• Songez que l'Institut TIP-I PENIIAUEK se recommande! et s'impose votre attention (ar les brillants rsultats d j;'i obtenus. 1537.tue Lamarre. Tlphone 28JL ASSUREZ-VOUS la Fleurs! Fleurs! •u trouvera chez Me 1 le TU ••ne Augustin, lias Peu de hose, des Heurs, couronnes, eurbeillcs de ileurs naturelles c te, bon mari h. General Accident Pire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) Lar la GENERAL est une des plus puissantes et des plu> vastes or^anisitiwa 1e ce genre. Le soleil ne s? couche jamais sur son champ d'action qui embrasse le monde ses Polices contre incen lie couvrent aussi les dgts occasionns par la foudre Ses Polices pour Automobites couvrent vols, incendie, malveillance, dommages caus autrui dans so personne ou dans ses biens. Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati. Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les voyagurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidenta. d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle u'tant que de 1/2 7„ soit 20 dollars U. C Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves OUBLIEZ PAS DE FAIRE UN PETII TOUR i TERRACE GARDEN Chez W KAHl Petionvil'e 1 <•• pieds dVfttlde. L'ta'>lissem • i! le plus liaisdei et tirant de Porl r -Piince. Seulement 15 minutes d'auto sur ime excellente reu't asphalte Tues merveilleusai de la v Ile et !u j. r |. Boissons de foutes espces. DINERS GRM l\\)V,\] Vrrangements particuliers pour les pensions de jour de taaiaine ou de mois. SOUSAGENTS Agent Gnral pour Haiti. Port-au-Prince. IG. GILG JEAN BLANCHETJrmfe LA LAITERIE BAILEY Livraison pr.)pre, hygine que, en bouteilles hermtiquement cachetes, l'abroge toute falsification. Transport laii eu rfrigrateurs roues. < 1813, rtnd'Rne, Port-an OdllVOZ Prince. 1 A S THME OPPRESSIONS I %  Soulagement Immdiat ,''•• R • B. OALIOnoOX, *1. RwVicwrHBiO # l. I Unis-' olombai l a — I Idal \\ AVIS AU COMMERCE La Pnama.Uairroad Stea mship Line a l'avantage d'an haacar les dparts suivants de New Yoik pom portaurriaca Haiti, directement chaque mardi. Tosjes sic; mers sont pourvus de chambre Iricorila ie Dimrls de hew \ork. Arruagcs Po tau-rrinet. ALIX ROY .illcz chez ST JULIEN SANON 1 1 3, Rue Ti.i\ersire, pris ti'Ksicv e & < lie. o TOUS serai servi souhait vos livres, 30 annes de succs. Lykes Brothers SS C lnc Sauvez vos livies et col Uc lions en mauvais tat en'. les confiant a i relieur consciencieux, honnte et habile 1 ETIENNE CAMILLE, Mue Bonne loi S/S "Buena ventura" le 1er juin 1932 SiS Vncou 4 le 7 juin Steamer "Guayaquil" le 14 juin 1032 Steamer •'Cristobil' le 21 uin UWS Steamer 'Buenavenlura" o 28 j 'in Steamer "Aocoo" le (j fui' et WM> Steamer "Guavaquil" le 12 juillet' Panama Railroad S'eamphip Une JaeH. C. VAN RFED agent Gnral "' juin 1082 le 12 juin 1932 20 j-iia 1932 le 26 ,nin 1932 le 4 juillet 1*12 e 11 inillet 1932 le 18 juillet 194 CE Fo e Intestin Gastrite* E .FONCEZ-VOUS BIEN CECI DANS LA TTE ; P >ur digorer faolon.ont n'importe quel 'aiment, peur viter la lourdeur, lopDi ession aproa les repas, neutraliser l'acidit stomacale, supprimer les mipr.iine 'd:ei aux mauvaises digestions, dsinfecter l'intestin, il suffit de >rend" '•• POUDRE.S DE C( :K _ Texas Hati — Santo JJoniingoPorto-Rico Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et Irt entre les ports du Golte du Texas directement avec Port-au-Prince, Hati. Pour la rception rapide et le maniement habile de vos importations, servez vous toujours des navires de 'i LYKE LINE. NA JAMAIS T FAIT CE 001 NE PEUT TRE DPASS Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions D'ASEPSIE ricoun uses EntcrIW.' Aigre Brli'ros Vomi semenU Indigestions Prparation et Venle • %  ARMACIEF. SEJOURNE Angle des rues Roux et du Centre. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont %  Labcr' tolro Je* PO' DRES DE OOOK tftUMA ; ii' ; / s PH \hi RK2E "~V£ •! ..v n Laboratoire SJOURN DlRBCTUBS F. SJOURNAI Pharmacien f\. SJOURN, Pharmacien le l'Universit de Paris M. SJOURN, Pharmacien le l'universit de Paris,ancien interne de Hpitaux de Paris Analyses des Urines, du si c mtrique, du sang ( Wasterœann, Ure, Constante d Mnbard, Glycmie). Descracha ta. Des natires tcales. Steamer Ruth Lykes* Lteamer Genevive Lykes Steamer < Ruth Lykes Steamer Margaret Lykes Steamer Almeria Lykes 3 juin 1952 10 juin 1932 17 juin 1932 24 juin 1932 1er juillet 1982 ( Loteri Nationale d'Hati Dm -eau: Rue du Magasin de l'Etat, Bette i'ostale B •• >r, *•.—La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne Lavez-vous dj (jout? Eh bien, demandez dans tous les cals, bars et restaurants de ta Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale: le • PORTER NATIONAL 1 Agrable— Fortifiant — { Bon March. BI^SSERIE NATIONALE S.A. Port-au-Prince, (Hati). */•* 1 416 Rue BonnewFoi, Phone : 3353 La Loterie Nationalrd 11 a 'IH esl une institution hautement humanitaire par la mulliplielM d'œuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de iifa tre offerte aux homme de toutes conditions de lorluat. Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans. Salaris di tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parbr leur budget moyannant de nx gond s, peuvent g gner trois %  aille gourdes. Patrons de Commerce,Chefs d'Indusiie parer aux iusulf ances des ventes, par l'achat d'un billet, qui vous liber* du souci des chauces* Mdecins Avocats. Ingnieurs. Snateurs. Dputs, Grandi ligaitaires de l'Etat.Reprsentants de l'Intellectualil, Jour aalistes. Deanez l'exanale de votre so'idaril tociaie. Reatiers, capitalistes, nmrrie en jouant, augmr-nWz volrs aveir. Tous tous qui habite'' Haiti, rendfzlui serxice ni acbe aat la billet de le LOTERIE NATIONALE D'HATI; al (


PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUR 1358. RUE AMERICAINE 1358 TELEPHONE N2242 h | liommrs M plaignent de l'iaflSlM H ils abus juxjira .<• qu iU K >oit n! erre nuejiiiTe : fa que eetle force esl Mllt leurs mains, ils la font senir l'injii tirr el aux abus. 2G me ANNEE N* 7688 u 'JUT-AUrR|NC.K(H.\! LUNDI fi JUIN 1932 Assemble Nationale Constituante ou Assemble Nationale de Rvision Constitutionnelle Inconstitutionnel, jantip itriolique et indcent! -•O— — • — Prvoir esl aille; prvenir l'esl MVtll|f. l'rnor limine lis surpris*^ d l'avril*, prvenir ^rraphe leur action. G. LE BON. Les deux termes ne sont pas identiques. Les deux Assembles n'ont ni la mme comptence, ni les mmes at | Iribntions. Et si noire histoire politique enregistre la ru-j nion des mandataires spciaux el extraordinaires pour la conclusion d'un pacte tablissant les devoirs de toutes les branches du Gouvernement ainsi que les obligations des citoyens, on peut affirmer cependant que la Constitution qui nous rgit ne connat point cette lermi-J nologie: Assemble Nationale Constituante. Il y est bien prvu la runion d'une Assemble Nationale, mais les attributions en soill nettement dfinies par l'art. 42. Il faudrait tout au plus y ajouter la rvision constitutionnelle, les amendements la Constitution qui devaient tre autrefois adopts par la majorit des lecteurs de la Rpublique. Les lections du 10 Janvier dernier ont donc donne l'Assemble Nationale une nouvelle attribution. En lieu et placedu peuple, elle est charge d'exami ner, de voler les amendements proposs au pacte social. Comme le pouvoir exeulif, chaque branche des deux Chambres peut prendre l'initiative d'une pareille mesure. L'origine, la source des pouvons en vertu dcsqueJs se runit l'Assemble tant la Constitution elle-mme, la dite Assemble ne saurait, sans compromettre l'ordre social, mettre de ct la Constitution et, se substituant au Souverain, prsenter un projet de constitution alors que celle de 1 ( J18 n'est point suspendue, alors qu'il n'est au pouvoir de personne de la suspendre. La runion des deux branches du Corps Lgislatif est donc une Assemble Nationale de Rvision Constitutionnelle; elle n'est pas, elle ne peut pas tre une Assemble Nationale Constituante. D'o trois consquences : 1re consquence. ssem ble Nationale de Rvision. Elle doit collaborer avec le Pouvoir Excutif pour tout ce qui concerne leurre de rvision propiement dite. Avant le vote de 1932, les amendements rsultaient, en effet, d'une collaboration du peuple avec les deux autres Pouvoirs. Or l'Assemble ne peut avoir des pouvoirs plus grands que ceux du peuple auquel elle est substitue. 2" consquence.— Assemble Nationale de Rvision. Elle n'a pas le pouvoir de changer toute la constitution, encore moins celui de prsenter un projet pour une nouvelle constitution. La prsentation d'un projet suppose deux laits: 1* la Constitution de 1918 est suspendue; 2 l'Assemble Nationale a les pouvoirs du Constituant. Or elle ne les a pas. Son rle est dlermin. Elle doit dire quels textes mritent d'tre modifis OU amends el voler ces modifications. Reconnatre l'Assemble Nationale de Rvision le droit de prsenter une constitution nouvelle quivaudrait dire qu'elle a le droit de suspendre, en tout ou en partie,celle de t ( .)18. Elle n'a pas ce droit puisqu'elle Lient ses pouvoirs de la mme Constitution. Le Chef du Pouvoir Excutif ne l'a pas davantage, Lui qui a aussi jur devant Dieu et devant la Nation d'observer el de faire observer lu -Conslitulion. 3* Consq uence. Assemble Nationale de Rvision. Elle peut comme le Pouvoir Excutif proposer des amendements. El si, l'ouverture de la session ou dans la loi de l'anne dernire,,1e Pouvoir Excutif n'a point peu se dsigner les articles qu'il convenait d'amender. c'est que le Pouvoir Executif n'a pas voulu user de son droit. Et la libert accorde l'Assemble d'adopter telle procdure pour la rvi sion n'a pas eu la vertu ds lui confrer les pouvoirs extraordinaires du Constituant. Il faut donc conclure que les Lgislateurs chargs de la Rvision ne sont point des constituants. Ils sont des mandataires S vaut des attributions dtermines, notamment celle de rviser certaines dispositions de la Constitution. Leui pouvoir ne peut s'tendre au del des modifications reconnues indispensables. Ils ne peuvent la changer compltement sous prtexe d'amendement. S'ils le lonl, ils outrepassent leur mandat, ils excdent leur comptence. Lt peuple les a dlgus pour une mission dtermine. On leur demande de voler, non point une Constitution nouvelle, mais de rviser, de modifier celle qui existe. L, devra se borner leur tche Ce sont les principes, les faits, le droit. H. TERLONGE, av. LE GOUVERNEMENT ET L'ASSEMBLE NATIONALE —0 — l)ans une note intitule : Le Gouvernement el la discussion de la Constitution , U Nouvelliste se demande si le gouvernement consentira participer aux dbats, considrer ( '' que noire confrre qualifie J l'aftront qui lui aurait t 1 II quand il lut dcid de ne pas admettre lesecrtaires d'Etat aux sances publiques de [Assemble nationale. On sait | que celle mesure a t rapporte. Nous croyons que les reprsentants du gouvernement doivent tre prsents, prendre part aux dbats, prsenter et soutenir les points de vue du gouvernement. Dans la grande el dlicate question de la rvision constitutionnelle, le gouvernement doit prendre ses responsabilits. A la tribune de l'Assemble nationale, son porte-parole doit dire son sentiment nettement, afin que le pays connaisse la position de chacun dans cel iiya Vingt cinq ans JLE MATIN, 'I Juin /.%,, Le Matin se droberait (de conduite. C'est pou quoi W r f lE^rBJl^ SW responsabilits, s'il ne nous croyons devoir placer J *t PROJECTIONS LUMINEUSES dclarait avoir le premier luccintement n die mot dans F / %  %.,,.,„„•., ; i %  . Leux >im se sont rendus hier „• riloapice Si. \ incenl de Paul I. opinion a ser.ie eo ,,,,,/, ; ,, i , y ont pass des bruns vrain-wine 'e nwdal de rm< ,„,/,,,. i, , nu ni agrables el inslma La confrence de /' ; lien sur /'Alcoolisme el sas efl t sonnent souligne par des applaudissements enthousiastes de l'auditoire. Quant aux projections lu mineuses qui ^posaient l s avoir le prvu et ion n : le conflit qui met .iuj m d'bni au< pri ses \r <; Mivernement et l-s Chambr s. l'occasion du mandat U' cinq RDS que ces dernire verniraient s'octroyer Le hit d'avoir prvu le Conflit lfsse, nous le savons l'impression que ous l'avoua du ma ne cou,) suscit. C est excessil ; m lis qun 1 bien mme nous aurions suggr le conl i, il n\ si pas trop lard pour n nis i essaiir, en ne tencojrageanl pas".., Ce |ue nous avions su: ton! nrvu. c'est que, contrairement aux d innes de la mye lai de 'i'" sn, p .i ce qu ioconstl utionnrl antipali n tique, iod eu 1 i d imp issi >le. I' i tel m dat comme nous I ecrivio s — ouvrir i i •. en tait, l • a I riant, la c mu ign n iv d %  t Ile qui L n i \, "'ineuses qui exnosuicnt / ignera le ^cess^rde M [diffrents tableaiJprsent, V. n.. El cela s htofra dcrits par leconftencicr.c. i nflllf :in finit -n or.c %  ..'. '*' : ; pendant quatre ans, c i n viendrai! m ch< m s, intimement lis la l nationale, ont l'ordre > r, pour que i on i mus tait simplement merveilleux el l'assistance n'a pas marchan fovenlure. Trop de nr.bl „ %  ' s "'" m '"" m s in.im.mp.. us. i. • *?".comolunenhpour wu si belle œuvre d'ducation so ciale, \<>IIS indiquerons la daU I thologie Sdurne courait le fx posionsTa 80-lever le. n**InVrTjy^ u 1 0 risque d''re dvo- par ses lions a si lo gue chance. /? Cl ^Jrencedeiu enfants, li tait facile de fl agit „ ioD 7...s p. o on J"" ,: rlrr "' n l n '' rh "/! prvor >,ueles dputs acI sf..... .irait des conaiences (Y oerso n !" f l '"/'" %  '/, tuel, cratures du Gouverne a%sastreuses...qaiaboutiraienl ( '!?," comom tous nos lec ment, n'auraient rien de p'us lai., cmriil l'anarchie. ? press ue de secouer sa lu} La n .une foi PI IA tnn.onnes qui y circulenl ne sonl presses par aucun besoin immdiat. Depuis quelque temps, on imite beaucoup le type de voies publiques des quartiers d'habitations, prconis par l'urbaniste allemand Stubben.On rserre devanl les maisons d'habitation des /oncs non cimentes de lo jniivs de largeur, donnant un tarai 1re loul a fail i\ a la voie ; en m mps que les imm< ubles pren. lient de la valeur, ces esp sonl gnralement plants. I i plantations ont d'ailleurs poui rsultai excellent de suppi imer le voisinage immdiat de i nlres sur la VOU publique, de tamiser les poussires el de i duire au inminuim l'incon nienl du bruil.Efles permettent ainsi de runir loua les avani %  habituellement i echei chs i la rsidence. Ce systme di viabilit doil tre sans relard le cas d'Outremont, Westmon., Montral J Canada ) — IVlion-Ville Po r t-a u-Pr i n ce, Hati. Doit-on prconiser l'ex tension \m tel 9yslme ? fu inidio sial virius . dit un proverbe latin : on ne saui ail mieux l'appliquer ce cas-ci. Ou vite autant que possible toute coupure brutale.— Pour cela, ou prvoit, dans les villes modernes, ct des grandes voies sur lesquelles le commerce se dveloppera possibilit de c i ei des voies de rsidence plantes d'arbres el qui soient comme petites oasis d habitations bien 'i lenle?.( >:le i onceplion d'oasis dissmines dan h s quartiers d' fia ires a donn de lis bons rsultais a.New-Vork ^JJP' 111 <1 , lt lre Sa "' de nous. ,re possible \ussivu / i i • %  • i ado nie noiir es IIIII r u-i s i-Ae %  pous a 11 IIOSSIIIK. AUSSI, \ n (Amenque ou. en plein Centre |s ' ,V l s! • !.. pus lev' que roulent de dalla,,es, ,l existe des quartiers i „ '', ' B H >\ 'elfes voies, ne leur doune-t-on deisidence |out a la.t agraQuartiers industriels ,. 1 1P ,,, | argeur ,t r icteroent nbies. Ces habitations sont lis i la ville moderne prohil saire pour satisfaire aux berecherches, car nombiedegena toutesindustries.de quelqu'imNoms -les industries a votai nan... a vu, l'autre aprs-midi, ua ve-.t .,, ,, I ces nouveaux centres soutg-ldea quai rsiden knialementsoacieuses alin i^uil • Porl-au-Priuce (.Halii . r— — il j ni'oiiiiif pas lie IIIIIIU'! %  %  %  %  e voir.dans les quarDans le quartier indu! l'utilit publique, ni de de rsid s rues li il, proprement dit.on ni de h ga!.. cit pour talation i cctle prsente >hai niobipublii !,,„. , u p> P ai rlainea mes qu, r s sonl : le par l'auteur de cet sis de. riaux listent le mieux article, l'usure et qui donncnl le n N'EL,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07020
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, June 06, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07020

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR '
1358. RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N2242
h | liommrs M plaignent de l'ia-
flSlM H il- s abus juxjira .< qu iU
K >oit n! erre nuejiiiTe : fa que
eetle force esl Mllt leurs mains, ils
la font senir l'injii-tirr el aux
abus.
2G me ANNEE N* 7688
u'JUT-AUrR|NC.K(H.\!
LUNDI fi JUIN 1932
Assemble Nationale Constituante
ou
Assemble Nationale de Rvision
Constitutionnelle
Inconstitutionnel,
jantip itriolique et indcent!
-O

Prvoir esl aille; prvenir l'esl
MVtll|f. l'rnor limine lis
surpris*^ d l'avril*, prvenir
^rrap- he leur action.
G. LE BON.
Les deux termes ne sont
pas identiques. Les deux As-
sembles n'ont ni la mme
comptence, ni les mmes at |
Iribntions. Et si noire histoire
politique enregistre la ru-j
nion des mandataires sp-
ciaux el extraordinaires pour
la conclusion d'un pacte ta-
blissant les devoirs de toutes
les branches du Gouverne-
ment ainsi que les obliga-
tions des citoyens, on peut
affirmer cependant que la
Constitution qui nous rgit
ne connat point cette lermi-J
nologie: Assemble Nationale
Constituante.
Il y est bien prvu la runion
d'une Assemble Nationale,
mais les attributions en soill
nettement dfinies par l'art.
42. Il faudrait tout au plus y
ajouter la rvision constitu-
tionnelle, les amendements
la Constitution qui devaient
tre autrefois adopts par la
majorit des lecteurs de la
Rpublique. Les lections du
10 Janvier dernier ont donc
donne l'Assemble Natio-
nale une nouvelle attribu-
tion. En lieu et placedu peu-
ple, elle est charge d'exami
ner, de voler les amende-
ments proposs au pacte so-
cial. Comme le pouvoir ex-
eulif, chaque branche des
deux Chambres peut prendre
l'initiative d'une pareille me-
sure. L'origine, la source des
pouvons en vertu dcsqueJs
se runit l'Assemble tant
la Constitution elle-mme, la
dite Assemble ne saurait,
sans compromettre l'ordre so-
cial, mettre de ct la Cons-
titution et, se substituant au
Souverain, prsenter un pro-
jet de constitution alors que
celle de 1(J18 n'est point sus-
pendue, alors qu'il n'est au
pouvoir de personne de la
suspendre.
La runion des deux bran-
ches du Corps Lgislatif est
donc une Assemble Natio-
nale de Rvision Constitu-
tionnelle; elle n'est pas, elle
ne peut pas tre une Assem-
ble Nationale Constituante.
D'o trois consquences :
1re consquence. ssem
ble Nationale de Rvision.
Elle doit collaborer avec le
Pouvoir Excutif pour tout
ce qui concerne leurre de
rvision propiement dite.
Avant le vote de 1932, les
amendements rsultaient, en
effet, d'une collaboration du
peuple avec les deux autres
Pouvoirs. Or l'Assemble ne
peut avoir des pouvoirs plus
grands que ceux du peuple
auquel elle est substitue.
2" consquence. Assem-
ble Nationale de Rvision.
Elle n'a pas le pouvoir de
changer toute la constitution,
encore moins celui de pr-
senter un projet pour une
nouvelle constitution. La pr-
sentation d'un projet suppose
deux laits: 1* la Constitution
de 1918 est suspendue; 2
l'Assemble Nationale a les
pouvoirs du Constituant. Or
elle ne les a pas. Son rle est
dlermin. Elle doit dire quels
textes mritent d'tre modi-
fis OU amends el voler ces
modifications.
Reconnatre l'Assemble
Nationale de Rvision le droit
de prsenter une constitution
nouvelle quivaudrait dire
qu'elle a le droit de suspen-
dre, en tout ou en partie,celle
de t(.)18. Elle n'a pas ce droit
puisqu'elle Lient ses pouvoirs
de la mme Constitution. Le
Chef du Pouvoir Excutif ne
l'a pas davantage, Lui qui a
aussi jur devant Dieu et de-
vant la Nation d'observer el
de faire observer lu -Conslitu-
lion.
3* Consquence. Assem-
ble Nationale de Rvision.
Elle peut comme le Pouvoir
Excutif proposer des amen-
dements. El si, l'ouverture
de la session ou dans la loi
de l'anne dernire,,1e Pou-
voir Excutif n'a point peu
se dsigner les articles
qu'il convenait d'amender.
c'est que le Pouvoir Exe-
cutif n'a pas voulu user de
son droit. Et la libert accor-
de l'Assemble d'adopter
telle procdure pour la rvi
sion n'a pas eu la vertu ds
lui confrer les pouvoirs ex-
traordinaires du Constituant.
Il faut donc conclure que
les Lgislateurs chargs de la
Rvision ne sont point des
constituants. Ils sont des man-
dataires S vaut des attributions
dtermines, notamment celle
de rviser certaines disposi-
tions de la Constitution. Leui
pouvoir ne peut s'tendre au
del des modifications recon-
nues indispensables. Ils ne
peuvent la changer compl-
tement sous prtexe d'amen-
dement. S'ils le lonl, ils ou-
trepassent leur mandat, ils
excdent leur comptence. Lt
peuple les a dlgus pour
une mission dtermine. On
leur demande de voler, non
point une Constitution nou-
velle, mais de rviser, de mo-
difier celle qui existe. L, de-
vra se borner leur tche
Ce sont les principes, les
faits, le droit.
H. TERLONGE, av.
LE GOUVERNEMENT ET
L'ASSEMBLE NATIONALE
0
l)ans une note intitule : Le
Gouvernement el la discus-
sion de la Constitution , U
Nouvelliste se demande si le
gouvernement consentira par-
ticiper aux dbats, considrer
('' que noire confrre qualifie
J l'aftront qui lui aurait t
1 II quand il lut dcid de ne
pas admettre lesecrtaires d'E-
tat aux sances publiques de
[Assemble nationale. On sait
| que celle mesure a t rapporte.
Nous croyons que les repr-
sentants du gouvernement doi-
vent tre prsents, prendre part
aux dbats, prsenter et soutenir
les points de vue du gouverne-
ment.
Dans la grande el dlicate
question de la rvision consti-
tutionnelle, le gouvernement
doit prendre ses responsabilits.
A la tribune de l'Assemble na-
tionale, son porte-parole doit
dire son sentiment nettement,
afin que le pays connaisse la
position de chacun dans cel
iiya
Vingt cinq ans
JLe Matin, 'i Juin /.%,,
Le Matin se droberait (de conduite. C'est pou quoi Wrf lE^rBJl^
SW responsabilits, s'il ne nous croyons devoir placer J *t PROJECTIONS LUMINEUSES
dclarait avoir le premier luccintement n die mot dans F /%.,,.,., ; i ,
. Leux >im se sont rendus hier
' riloapice Si. \ incenl de Paul
I. opinion a ser.ie eo ,,,,,/, ;
,, i , y ont pass des bruns vrai-
n-wine 'e nwdal de rm< ,,/,,,. i, ,
nu ni agrables el inslma
La confrence de /' ; lien
sur /'Alcoolisme el sas efl "
t sonnent souligne par des
applaudissements enthousias-
tes de l'auditoire.
Quant aux projections lu
mineuses qui ^posaient l s
avoir le
prvu et ion n : le conflit
qui met .iuj m d'bni au< pri
ses \r <; Mivernement et l-s
Chambr s. l'occasion du
mandat U' cinq rds que ces
dernire verniraient s'octro-
yer Le hit d'avoir prvu le
Conflit lfsse, nous le savons
l'impression que ous l'avoua
du ma ne cou,) suscit. C est
excessil ; m lis qun 1 bien
mme nous aurions suggr
le conl i, il n\ si pas trop lard
pour n nis i essai- ir, en ne
tencojrageanl pas"..,
Ce |ue nous avions su: ton!
nrvu. c'est que, contraire-
ment aux d innes de la my-
e lai de 'i'"
sn, p .i ce qu ioconstl ution-
nrl antipali n tique, iod eu1
i d imp issi >le.
I' i tel m dat comme
nous I ecrivio s ouvrir i i .
en tait, l a I riant, la
c mu ign n iv d t Ile qui
L n i \, "'ineuses qui exnosuicnt /
ignera le ^cess^rde M [diffrents tableaiJprsent,
V. n.. El cela s htofra dcrits par leconftencicr.c.
i nflllf :in finit--n or.c !..'. '*'
' : ;. pendant quatre ans,
c i n viendrai! m ch<
m s, intimement lis la
l nationale, ont l'ordre
> r, pour que i on i mus
tait simplement merveilleux el
l'assistance n'a pas marchan
fovenlure. Trop de nr.bl ,''"s "'"m'""
m s in.im.mp.. us. i.**?".comolunenhpour wu
si belle uvre d'ducation so
ciale,
\<>iis indiquerons la daU
I
thologie Sdurne courait le fx posionsTa 80-lever le. n**- InVrTjy^ u10,*
risque d''re dvo- par ses lions a si lo gue chance. /? Cl ^Jrencedeiu
enfants, li tait facile de fl agit ioD 7...s p. o on J"" ,:"rlrr "' nln ''rh"/!
prvor >,ueles dputs ac- I sf.......irait des conaiences (Y oerso.n fl '"/'"'/,
tuel, cratures du Gouverne a%sastreuses...qaiaboutiraienl ( '!?," comom tous nos lec'
ment, n'auraient rien de p'us lai., cmriil l'anarchie. ?
press ue de secouer sa lu-} La n .une foi pi Ia tnn. tuel, cratures du Gouverne dsastreuses...quiaboutiraien
ment, n'auraient rien de p'us bflalemenl l'anarchie.
press ue de secouer sa lu-' L. b mue foi et le sou i de
tellf... Mlions donc que P< rdre nous lont l'imprieux
no is avous t clairvoyants, devoir le dclarer qu* le
et, si vous voufez.ua peu ma man lit de cinq Bns serait une
licienx.. Mais, ce tour on ni clami , nnsttentat la mo-
daogsrsnx de la vie nalio- raie. Pas plus que le (ion
oale, le citoyen conscient ne vtmement, la Nation n'esl
saurait taire de la seule dispose l'accepter.
malice une ulile el sage rg'e V n'a notre sentiment net.
Urban.Mn
LEQ U AjH T I E R
Caractriser la fonction propre) n'y ail pas (l'en imbrem ml peu-
dune ville, fixer sa phvsiono-. danl les heures d'ouverture ou
mie, c'est limiter ses diffrents
Ll Matin, 6 Juin 1907,
PETITE FTE-DIEU
On clbrera cel aprs midi
(a petite tl D u avec le
mme clat que les annes pr
cdentes,
I.n pro esshn suivra son
itinraire habituel. Il y ai
Irois n i s, n la rue
brenls h,,ri s, belle Alict
Benjamin, u lu rue ,lu Centre
chez \iadame Plion Savain,
la rue Pave chez kadamt
Lysius templier.
zones ou quartiers avei leur ca-
raelre propre. Aucune lude
srieuse de viabilit des artres
dune ville n'esl possible sans
ce travail prliminaire ; car
les artres d'une ville, avanl
d'appartenir la ville elle-m-
me appartiennent d'abord aux
quartiers.Gnralement, la ville
est divise en .'} quartiers ou
zones.
Quartier d'affaires
C'est la zone o le petit com
merec de dtail est prdomi-
nant. On y trouve le groupe-
ment des mais o us : de
nouveauts, d'exportation, de
petites fabriques. C'est la zone
des balles et des marchs. C'est
le fermeture.
Quartiers rsidentis's
i outelois, tans les quai
rsidentiels, les affaires ne doi-
vent venir qu'en secon rang :
. il faul nanmoins les pi i
ehors de ers quartier- j car il est absolument incommo-
;i:.)
ci-dessus mentionns,o lelia-
vail s'opre, soit adminislrati-
ement,soil d'une faon prive,
j a la rsidence o l'homme,
aprs le labeur de la journe.
va son home pour se divertir
et se reposer. Il faul donc que
la partie construite el la partie
non construite soient en har-
monie l'une avec l'autre.
Ainsi, de nos jours, le quar-
ier rsidentiel esl loiil a l'ail
spar des autres quartiers le
I i ville. Il constitue mme de
vritables petites villes silures
dans ceriaines ville-, amricai-
l'un des endroits les plus mal-|ne8 sllr hi priphrie de l'en-
propres de la ville. Dana l ceinte de la i Ile-mre.
a Tille. Dans les
Centres ojes relations entre les
occupants et le public sont as-
sez imporlanles.on y trouve des
voies particulirement spacieu-
ses et surtout des trottoirs -I u
ges, afin de permettre iouI a fa
lois la stagnation et le mouve-
ment du va-et-vient des pas-
sants dont les divers trajets sonl
interrompus, discontinus et
beaucoup plus importants que
dans les rues dpure commu-
nication, o le trafic est au con-
traire presque sans arrt et o
l'on constate (pic les passants
se classent d'eux-mmes en iivu\
courants : l'un montant, l'autre
descendant. Fait qui devient
de jour en jour plus importa
et plus marqu depuis le dve-
loppement de l'automobile.
Gnralement les chausses ci
les I rot loirs de ces artres sonl
assez larges pour (pie les arbres
qui ornenl les voies ne cachent
pas les rclames qui doivent
attirer l'attention des passants.
An quartier d'affaires m joint
le q u a r I i e r a li.innsii
qui prend de plus en plus les
caractristiques des quai
d'affaires. Les grandes admii
traitons publiques s oi ganisenl
maintenant sur le modle
grands bureaux d'Affaires
tendent a se grouper dans un
Ici est le
de pour ies mnagres ou li s
domestiques d'tre obligs i e
parcourir de longs trajets pour
se procurer des obj< ta de pre-
mire ncessit.
Les \ "ies publiques, dans les
|uarliers d'habilations, sonl g-
ralemenl lara;es,plantes d'ar-
bres, cl sont destines plutt y
me circulation moyenne, mais
paisible. C*. st le type de
voie de promenade. Ces per-
>onnes qui y circulenl ne sonl
presses par aucun besoin im-
mdiat.
Depuis quelque temps, on
imite beaucoup le type de voies
publiques des quartiers d'habi-
tations, prconis par l'urbanis-
te allemand Stubben.On rser-
re devanl les maisons d'habita-
tion des /oncs non cimentes
de lo jniivs de largeur, don-
nant un tarai 1re loul a fail
" i\ a la voie ; en m
mps que les imm< ubles pren-
. lient de la valeur, ces esp
sonl gnralement plants. I i
plantations ont d'ailleurs poui
rsultai excellent de suppi imer
le voisinage immdiat de i
nlres sur la VOU publique, de
tamiser les poussires el de i
duire au inminuim l'incon
nienl du bruil.Efles permettent
ainsi de runir loua les avan- i
habituellement i echei chs
i la rsidence. Ce systme
di viabilit doil tre sans relard
le cas d'Outremont, Westmon.,
Montral J Canada ) IV-
lion-Ville Po r t-a u-Pr i n ce,
Hati. Doit-on prconiser l'ex
tension \m tel 9yslme ? fu
inidio sial virius . dit un pro-
verbe latin : on ne saui ail mieux
l'appliquer ce cas-ci. Ou vite
autant que possible toute cou-
pure brutale. Pour cela, ou
prvoit, dans les villes moder-
nes, ct des grandes voies
sur lesquelles le commerce se
dveloppera possibilit de c i ei
des voies de rsidence plantes
d'arbres el qui soient comme
petites oasis d habitations bien
'i lenle?.( >:le i onceplion d'oa-
sis dissmines dan h s quar-
tiers d' fia ires a donn de lis
bons rsultais a.New-Vork ^JJP'111* <1,lt lre Sa! "' de nous. ,re possible \ussivu
/ i i . i ado nie noiir es iiiii r u-i s i-Ae " pous a 11 iiossiiik. aussi, \ n
(Amenque ou. en plein Centre |s ' ,Vl s!" !.. pus lev' que roulent de
dalla,,es, ,l existe des quartiers i '', ' B H>\ 'elfes voies, ne leur doune-t-on
deisidence |out a la.t agra- Quartiers industriels ,.11P ,,, |argeur ,tricteroent n-
bies. Ces habitations sont lis i la ville moderne prohil saire pour satisfaire aux be-
recherches, car nombiedegena toutesindustries.de quelqu'im- Noms -les industries a votai nan-
... a vu, l'autre aprs-midi, ua
ve-.t ele .\ chirmanls fufanlt... s'a-
aensf iui jeux Floraux aytn
i ses c es, dans son au'o.'nn
ne veuve... lorl consolante,
u^ii ; ilemeal de .feux gentil
mioi hes... Les enfanta di ns 11
tond de la votlara .^e ta.pii-
u dent, heureux d'tre ensem-
ble Allons, un bon mouvement.
Avec les dbris des d, ux loyer
lourquoi ne pas construire u i
nouveau loyei ?
*
.. voit que la seperstiiion
cre de temps en temps des fan*
''unes, pour la h ; r. ur de nos
populations ignorante?. Aprs
i auto irv- \i nruse qi j, pendant
une semaine, dfraya les con-
versations Po.l-au -Prince,
voici qu'au dire de notre con.
Irre t La Garde o un loup-garou
9 vil a i av lillon, si bien que
cur s'est ci oblig' d'eu
parler en chaire. Les apparitions
nystrii oses concide ,.t pral-
ine toujours avec des cambrio-
lages.

... voil qu b deux p.caulioas
;ili ni toujours mit u\ qu'une...
'esl a si qu'un ci Main mari
e quille so I le samedi
:ord avec la pendule. Il recule les
liguilles de deux ou "rois heu
res.. el le voil h an faille.
S'il rentre tt, il remet la peu.
Iule l'heure. S'il rentresn con-
traira une heure indue, il
prvient tout reproche de mm
noiti, en laisanl n marquersur
la mode innocent ; Tiens pa
encore minuit !
... voit, chaque jinr, devant
le magasin de John Wooltyj,
les jeunes gens de 11 et lA|ni
en extase en lace des jolies bi-
v. h Hes que vend la Maison.
On les prend. ai| po,- des fils
le lamilles Inureuses, mai*
'est pure apparence, car quel
.re de tami{le ayant des mo
yens refuserait une lucycltlte
son hritier?
... voit qu'aux .feux Floraux
la dlseuee de bonne aventure,
Madame qut vous savez, r-
coll une belle mblfSOO de sac-
I n dput sceptique crut
mettre sa science l'preuve
en lui posant la question : O
liouve-t on les plus jolies cra-
val. s'.1
Chez /'(//// /.'. A u.r il i, i*
pondit la pyihonisse sans h-
aitei

*
... voil tfue l.(on Dsir Pa-
is a t enfla comatissionni
premier lieutenant de la (arde
'M illi f'.V si justice, mais n'est*
s JU Je us-, que l'on s'oc-
cupe enfin de voter nos athl-
I hai I 11 Calor les mo-
\ena de pai tir pour ks Jeux
01} mpiqui

... voit que l'HAIe! de France
maintii ni <* traditions. Servi-
i a parfait. Coquetil pnrlait. Ve-
nu ai i lit. Partait, Pailai, Pa-
Inzil
p es. affairs, son! heureux poi lance, dans son enceilll
d'avoir leurahome non loin des s'efforce de les tablir dai
leur centre d'ac!i\ li ; s'il \ a bai ,|,._
bilil d'affaires dans les lin if sous le nom qua tiers, fini erse se produit |a
ment. Il n'esl pas rare ,,,,.
et nglige-t-on tout orne-
el. L'aspect de
S esl plnlol svre, pro-
re, tant. Les trot loira
sonl ordinairement asse; li oils,
"i. u'\ ren important dbat.

mme quartier
de Port-au-Prince. Les ,>.,, ,,
I ces nouveaux centres soutg-ldea quai rsiden
knialementsoacieuses alin i^uil Porl-au-Priuce (.Halii
. r---------- il j ni'oiiiiif pas lie IIIIIIU-
'! ' e voir.dans les quar- Dans le quartier indu! l'utilit publique, ni de
de rsid s rues li il, proprement dit.on ni de h ga-
!.. cit
' pour
talation i cctle prsente
>hai niobi- publii !,,. ,u.
p>Pai rlainea mes qu,.....rs sonl : le par l'auteur de cet
sis de. riaux listent le mieux article,
, l'usure et qui donncnl le n
N'EL,


; vct 2
IL ii .Ti.N 15 J

h-32
I ,
? -* Aita/-t^Ar
*
Propos
humides
La Tille de Sflint-Marc rsl soin
l'iau, ("'est la nouvelle alarmante
parvenue ici l'autre soir. In confrre
m publi ces renseignements : i La
pau'qua immdiatement < gagn la |
population el le tocsin lut sonn de
i heures du soir '. heures. Les jeu- .
Mes gens de la ville se sont eonsti- J
tris en une volant': et. avec l'aide de
l'autorit, ils ont organis le service
de sauvetage. L'eau est monte i
*>uv mtres, envahissant les mai
sons, les diflees publics... La \ill*
est consterne... Trs certainement
les mesures hyginiques leronl prises
MUr enrayer toute pidmie la sui-
te de celle"catastrophe. Eu elTet. le
S. d'H. a avis.Tout ce qui est nces-
saire pour la dfense d la sa ni pu-
blique a t achemin sur les lieus,
y compris un fort stock de lUIl'M
SARTJHE CACHET D'OR, le prven
tif sans rival
VIE SPORTIVE
Dmission du prsident de
iV.S.Sh. IMus d'une lois,
Mr Chevallier,dgot, a vou-
lu s'en aller de la Direction
gnrale des Sports. Plus
d'une lois, nous avons soute-
nu fermement le Prsident de
l'U.S.S.H. Un loustic disait,
un jour de lorte crise prsJ
dcntielle: si Che ne peut pas
gouverner ce pe il monde
sportif, cet lion nie ferai!
uu mdiocre chet du ... tas.
Rires dans l'auditoiie.


L$ Conseil au complet est
dmissionnaire. Nous avons
appris, de source tei taine.que
tout le Conseil a dmission-
n. La dmission tera efiec-
live aujourd'hui. On von
drait passer ct de la ra-
lit sans la discen.er, quand
on attribue l'incident Vio-
lette i Hacing la dmission
des honorables membres du
Conseil de I U.S. S. II. La
vrit est tout autre. D'ail
leurs, pourquoi les trou mena
bres qui votrent contre la
radiatiou dmissionneraient
ils aprs un si beau fjeste de
holidarit; sportive? Mr Oli-
gario a heuieusement expli-
qu lu vraie signilicaliou de
on geste.
#
Dpart dtCalor el 1 hard
LeCouseil-lht vallier esl parti
8Jus avoir vol les Irais de re-
prsentation de t 01 al 11 tes,
tien que leur dpait pour les
Etats-Unis ail t, en pi in< i-
pe, fixe au 10 Juin ( onrant.
Etrange colncidencel

Assemble gw raie du
, guis des Clubs Aujourd'hui
Parc Lecoute une intressante
runion. Le secrtaire-gnral
de l'U.S.S.H quoique dmis-
sionnaire, continue ses ser-
vices l'U.S.S.H. et nous prie
de publier l'ordre du jour
suivant :
1 Lecture de la correspon-
dance; 2" Dmission du Con-
seil ; 3* Kapport du Trsorier;
l" Elections du non veau Con-
seil ; 5 Questions d'intrt g-
nral.
Elections du nouveau Con
seil 4e Vli. S. S II Le Spor
Hatien traverse une crise
trs dlicate. Les boni mes
passent, les institutions de-
meurent I. L'assemble gn
raie du ti juin courant devra
s'inspirer de l'utilit publique
des Sports dans le choix de
ceux qui seront appels
poursuivre quand mme l'oeu
vre. Unissez-vous Point de
vaines discussions. Devise :
Agir. Le temps pi esse, vous
devez avoii lile de repiendre
le coins normal de la vie
portive.
bon bis in iden. Le len-
demain du match Raciog-
Violcllei, M r Chevallier (sans
l'autorisation motive du Con-
seil de l'US S H) frappa la
Violetle de 25 gourdes d'a-
mende. La Violette i se cour-
ba. Sa soil de vengeance mal
apaise, le Prsident de l'U.
S. S. H.,deux jours aprs, vou-
lut dicter un procs-verbal de
radiation de la Violette
l'honorable secrtaire Boncy.
Nous avons vu que le Ra-
cing protesta pir l'organe
de son Prsident. Un point
d'interrogation se dresse, me.
nattnt l'avenir des clubs
umnmiishs. Un club non
rcidiviste peut-il tre frapp
d'amende, suspendu ou radi
pour la mme infraction ?
Aujourd'hui, c'ast le lourde
la ((Violette, demain, celui
il'uu autre club, si l'assem-
ble gnrale du l> juin ne
met uu terme l'apptit des
dmolisseurs de clubs.
Arrtez bToux
/ Jfe Rapidement de
cette Faon
Frictionnez Vicks
sur la poitrine et
In gorge; appli-
quez librement.
Viens
VARO RUB
Pour Tout Refroidissement
LE SECRET PROFESSIONNEL
DES COIFFEURS.
On n'ava'1 sion de se dem nder si le ecr< '
professionnel existe pour les
coiffeurs comme il txiste pour
les prlres, les mdecins, les
banquiers et les hommes de loi.
L'article 378 du Code pna'
esl il applicable ceux qui re-
oivent de nous le secret de nos
cheveux ?
Le cas sera discut ans dout
trs pro hainement devant les
tribunaux.
Il s'agit d'une jeune temme,
1res belle, dont on louait dars
Paris le chevelure merveilleu-
sement b'onde. Un certain coif-
feur confia un soir des amis
que celle chevelure splendide
tait une perruque fournie pari
lui. Une telle confidence lait !
vile son chemin. La clienle finit
par apprendre qu'elle avait t
trahie.
21 le veut poursuivre.
A moins qu'au dernier mo-
ment elle ne se rende compte
. qu'il v a q". Iqn> Jiois inhAr
' garder l>' silence !
ECHOS
Deux snateurs, MM. Zc-
phiriu et Fombrun, oui sign
sous rserves le rapport de la
Commission de rvision cons-
titutionnelle. Sur quoi ces
snateurs uesout-ils pas d'ac-
cord avec les autres membres
de la Commission ?
Ou prte l'intention
MM. les dputs et snateurs
d'aborder, Jdemaiu mardi, en
sance poblique, la discus-
sion du projet de Constitu-
tion. Cette hte d'en finir
prouverait des intentions peu
louables,
Il importe que fous les
journaux du pays disent leur
opinion sur le projet de cons-
titution. Or, nos confrres de
la province l'ont peine reu
et lu. On doit attendre de
connatre leur sentiment qui
seia celui de leurs rgions
respectives.
- A l'issue de sa sance
de vendredi deruier, le Snat,
sur la proposition de son Pr-
sident, est pass buis clos.
Rien a'a eucore transpir de
ce comit lecret.
Le Voilier Vierge *'a-
ridad a fuit naufrage dans
les parages des Ctes de Fer.
Tous les passagers sont morts,
sauf un matelot : Louis Jo-
seph, recueilli environ quel-
ques heures aprs.
Madame Ulysse Voie-'-
nus, nue d 58 ans, es' une
matnanhe. Elle est mre de
22 enfants et de 40 petits
enfants.Elle rside a Trouin.
Voil une Hatienne qui a
bien mrit de la Patrie.
Cachet Mirga
antlnvralglque
iUDP h. n me Midicamrnt dt choix /oii/nnr 'ffirner ri mm
-bor.toir*.Dr.ct,rGIRAUD,rlMmMfce..LYON 0ULUNS(Fra) V
(.['' Port-au-Prlnc Phsrmsel BLi'H.
DEGURLER
\ Le moyen prlr ** le plus singuli t>iu enlr I (,
lisses et son 9.
veux
Decurler
esi ph-olumpni te.f| if,la cb^vel>-"- Quelle et lient W
Decurler
pst une pte prouve et recommanl iepuis de nombrens..
annes. es
Decurler
atteint 'oujouis son eut cause de sa b:>nne compo>iiion
Decurler
Son emploi est aussi sgr able et a autant de succs, que le nr.
duit ist peu remarquabh .
En >ente seulement thtz :
Geo. G. Bohne
ct du Giaod H'el de France.
Prix : le grand po, Or 1,00 ; le moyen po', Or 0,70 cts.
Gin-Taldy
DEMAIN SOIlt
Le roman d'un gamin
de Paris
( TITI 1er )
ET
L'Aiglonne
Entre 0 SU; Baie in : l.uu.
FAIBLESSE
R95I DBILIT
SIROP A
DESCHIENS
2'Hmoglobins
Rg*nrteur du Sang, prescrit psr l'alita mrilc3le. J
Im Tlmndm orua aux /rruginiuz. Admit dn lam Hopltsux de Part
Dift OtutuL : DiaOHIIWa. S. Ru* Paul Btudi?. PARIS (I Pfcsroucm.
ADOUCISSANT LA PEAU ... DLICATEMENT
PARFUM. UN VRAI LUXE A UN PRIX
INSIGNIFI \NT.
LUX
SAVON DE TOII RITE
DLICATKMINT ARrUM.
MOHR & LAURIN, P. O. ROX M. Distributeur
Rue Roux et du Centra, Port-au*Pince.
43V, i <-
ti Juin courant, il y aura au]
Prochain conseil de 11 SSh.
Ofl eile les noms de hauts
personnages comme candl-
! dais la Prsidence de
IT'SSH. Ou parle de prestige,
[d'aisance, patati! patatal Cela
ions importe peu. Ce que
rclajie la ; sportive :
' c'est la lauv e
c'est 11 ii meede ss
; liions, ctst enfin la leva' le
entre les u:s des
Sports et les pratiquants.
F. H.
K?
aNi
RlCF
Donne Aux Dents Une
Blancheur Eclatante
l'ttnyoz cette merveilleuse Mth-
ode Kolynos 11 rosse Sacha pend-
ant i Jours seulement. Keftardex
alors vos dents -elles sont deve-
nues plua blai.rhes de trois
nuances. La Kolynos su trans-
forma en une moussa antltap-
tlque et eftervoscentequl pntre
dant les moindres 6ssures. Elle
I ii ,li paratre les fragmanta de
nourritura an lafniautatton al
dtruit les mlcroli.-s dniigereux
de la boucha qui ront cause de
Ifl carie.
Employas-an un centimtre sur
sche matin et s;>ir. Vos
dents deviendront plus blan
de 3 n'.tances en i jours.
LA CIlMB DENTIFRICE
Antiseptiqvt
KOLYNOS
m miaini wmmmmmmmwfi
% Toutes les Polices
DE LA I
^ iiejui flimiiinn nJ S
;comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de taux^
Pu0.Le Boss$C<>
*!
a
.
AffgmmM

|
Aqents Gnraux i
-rasu
, y


- \l
J in WA'2
PA%vu
iliiiiui Barbaueoiirt
Dont la renomme est universelle a garda sa premier ilaN
itouiinUez partout : ^^
UN BAHBAXCOURT'-"*
t-pt : Hu Csar.
"Pourquoi
ne Pouvons
nous pas
Economiser?1
&
Avis
L'Inspection Scolaire de
au^ intresss que les e*a
mens en vue de l'obtention
du cerliticat d'tudes priimi-j
les sont fixs au 27 juin p'O)
(bain. Le registre ni ouvert
r partir de ri He date de 9
lits a. m. midi et la prsen-
, laii( n de l'acte de i asauie
ij.1 obligatoiic.
o.'.-au-Prince, le 4 juin 19:5?.
Panama- Hailroad Steamship Une
Agents aux principaux oorls d'Europe.
Service ae ,rcl et de passage rsleniie^
9m t Europe cl F Amrique,
3MWEN de fou vou. te.-vou. po* cet. qeio. -r*.
rou. ^rendu co^p* que vo. ^ Jj *
Mf-QlMT^i d autre, per-onne dont le revenu &*Z
.upneur u rtre. achtent de. artkk. qui .ont. porte. Ser-t-ce parce que vous dpense, au Cd> ^
Une Brochure .ur le Budget de Fam.lle. publie pu la Ifc^u.
W-l.. vou. wdera prvoir vo. dpens, et cceomJT^
iMANDic-iN vt tanmutu
La Banque Royale
du Canada
GLISE WtSLEYENNE
Jeudi prochain, 7 he n es
' du soir, le juge Etzer Vilaire
prononcera la conlrence an-
nonce pour la semaine der-
nire et qui fut renvoye
cause du mauvais temps. Une I
collecte sera laite au profit de '
l'uvre.
De beaux chants seront (x-
cnis.
G_W. Siiei.don & Co, Ltd.
1 '. James Street,
LlVEpPOOL, l'NCLANU
Angle t rre
u, W.Sm [.no\ & Ltd.
Fen'on llouse,
1I2/U3 Fcuchcrch Mreet,
London E. C. 3, Eogland,"
snoo
PANAMA RAfiROAD 'rgularit administrative
Alo
uer
E
P. _in-nrince (, H. iti )'e
2 Juin 1932.
BULLETIN No 025
Le f s Buenaventura p et
pitendu Pt-au Prince (Hati),
< nant de N w York b mardi
7 Juin 1932
Pas (l; correspondance, Il
partira le mme jour directe--
n er,t pour Cristobal, Canal
Z>ne. prenant t 41 et malle.
Agent Jas. H-C VANREED.
A PROPOS DE FONTAINE
LUMINEUSE
Nous croyons savoir que les
tn vaux s't lie tua rit au ct
ci.est du Champ de mars ne
k nt pas destins l'rection
fie la fontaine lumineuse,
firame on l'avait cru tout
d'abord, mais plutt l'ta-
b. ssenieut d'uue pergola.
C'est la plare Louverture
(|ii a t choisie^pour l'em-
) lacement de la lontaine lu-
mineuse. Le coup d'il sera
les plus magnifiques il l'on
fco- ge que la Place Louver
Inre se trouve juste l'entre
u Champ de Mars et que
lu lontaine lumineuse, qui re-
p'senlera les armes de la
Rpublique, lera lace au Fa-
lais National. Nous voulons
croire que la D G.T. P. entre-
prendra le plus tt poss'ble
les travaux d'excution de
cetle petite merveille, due
I ventioa de l'ingnieur
fc'ANTOS.
Nous avons reu, en ma-
nire de rectification notre
note d'avant hier touchant les
: restitutions, une lettre du
charg de ce service par la-
quelle il prcise que le dlai
de 30 jours pour prsrnta-
lion de la demande part de
la date d'a< quittement du
bordereau la Bauq'ie Na-
tionale et non pas de celle
d'arrive du bateau.
Nous lui en donnons acte
llrtpilal Gnral H.fli<-n
Accidents
1er juin 1932
Vernhe Andr, 27 ans, Cro;x
des Bossales. Contusion du tho
rar. ( hospitalise ).
Hyppolyfe La bon, .?! ans,
habitation Greflin. Traumatisme
du thorax (hospitalisa)
Pierre Laurel, 15 ans, Be!-
Air. Erosion des cuisses, jambes,
bras ( hospitalis ).
Aitoine Cantave, 10 ans, rue
Runion. Blessure contuse du
cuir chevelu.
Ann-tal Simorn, 25ans, Bel-
Air. Blessure contuse du cuir
chevelu, rgion paritale gau-
che.
E'i'en Therni'lus, 22 ans,
Bel Air Blessuie contuse du
pouce gauche par morsure hu
mairie, contusion de la rgion
l'imita le avec rosion de la lace
Bernadin Bosquet, 24 "n*, nvc
nui M?go re An b ise Ifor-
( sure de ( h en au genou gau he,
Hermance Louis, 16 ans.
Grand'-Rue. Blessure co tuse
du cuir chevelu.
Clermont Ersulie, Il ans,rue
Pour la saison ou Pan-
net maison Ptiouville.Pour
rer seignemmls. s'adresser a
Mr de VENDEG1S, avenue
Ki.g.
Mohy & Company,
Atlantic Freightiog Corp. Div.
156 Monbvard de S'rasbourg,
Havre, France
M oh y Company,
Atlantic Freighling Corp. Div
7t Quai des Chartrons,
Bordeaux, France
liernu derjn & Slojkwell.
Boile Postal 7*
Havre, France.
Trance
Mom A Company,
Atlantic Fre'ghting Corp.Dit.
3, Hue St Vincent de Paul.'
Paris. Frai ce.
Rdom & Coupant
Atlantic Feightlng Corp. Div.
7 Mue de la Rpublique,^
Marsuiie, France. ^L~^" .^
Gellatly Hvnkbt & Co, o^T
21, Hue de la HcpubliqueJ
Mai >eille. France.
Atlantic Freighling Corp.
iallinhaus, ([ambiirg 1, Germany.
Hollande
Atlantic FreightingJCorp,
Antwerp Division.
f/ Steinmann Company
'' 0. Bo. lOtfi), Rotterdam
Allemagne
Atlantic Freighling Corp.*
Brcitenwt ; .">;"), Bremen, Ger.

Runion. Ingestion de corps
tranger (pingle).
Fdrina Jeanly, 16 ans, Croix
des Missions. Ble'ssure piquante
de la main droite.
Thodore Chrysostme, 42
ans, Grand'Ruc. Contusion dor-
so-:ombaire et rosion du petit
doigt gauche et du genou gau-
che.
Joseph Antoine, 23 ans, rue
Champ de Mars. Traumatisme
du poignet.
2 juin 1932
Limage Price, 17 ars, rue des
Csars. Contusion de la lace
i oi sale de la main droite.
Pierre tidouard, 38 ans, Fort j
St-Clair Blessure tranchante du
i os ( u ; ied droit.
Zuline Cliry, 21 ans, Grs
sier. Contusion de l'paule.
Louis Merilus, 32 ans, Wharf
aux herbes. Blessure contuse
la rgion paritale droite et une
b essure contuse la rgion
sous-occipitale.
Fijenisse Baptiste, 30 ans,
Pont Rouge. Fracture du 1/3
inlr. des deux os de l'avant
bras gauche.
Flina Ebssoir, 4t ans, Tur
ge-iu. Contusion de l'index droit.
Marie Cadet. 42 ans, quar-
tierS.-Joseph. Blessure cantu.se
de la lace.
Trancia Beaubrun, Si ans
Ption-Vilie. Fliiura du maxil-
1 wre intrieure, .'raurmMsme de
la rgion cervicale, blesi re
conluse de l'avant bras droit,
multiples rosions au pied, lace i
i.ierr>e( hosp talis ). i
A/B VV. Larka,
Atlantic Freighling Corp.'Oiv*. ""
- eppsbron 10,
Stockholm. Sweden,
/i/ Pettersson et hoimstrom,-"n,
Allanli Freinhling Corp. Div. "
Mceppsbron 3,
Gothenburg, Sweden. --
CJ
Atlantic Freighling Corp.
Koningin Emmaplein '*
Rotterdam. Ilolland.
Ilollane,
Sude
Sven^Jans.'.oa et Company.^
Atlantic Prelghting
Corp. Div.
Norrkoepj ig, Sweden,
J, Simon hlron \ B
Atlantic 1 reigliling
';';;,Corp, I>i^ .|
Malmo, Sweden.
j
Bernhard'Bergh & Co
Atlantic Freighling Corp., \)f.[
Uulsingborg, Siwcdca.
Belgique] Eapagne
Agenda Maritime Delgado,
Bacelona Spain.
2tlautic Freighling Corp.l
c/o Steiumann et Co 'j
4, CJuai Jordaeus,
Antwerp, Belgium. r,
Danemark;
E. A. Bendix et Company
Copenhagen, Denmark.
Italie
A. Ceresa et Company
Via Banchi .^,
Genca, Iialy.
;j^ Norvge '"-^
I,amil/>.;;l)evoId A.' G.
Atlantic Freightiog Corp.iv.
Aalesund, Norway.
;J
COMPAGNIE GNRALE
TRANSATLANTIQUE
Li Compagnie Gnrale
Transatlanlique a le plaisir
d'informer le public qu'
partir de cette date elle a
lduil 140 dollars le prix
des pjss.'ig. rs en 1re classe
d'Hati u Havre sur les pa-
Iq ehots Cari in are et i Saint
Djunngue. Ces bateaux se
recommandent par leurcon-
l tort et leur service irrpro-
chable.
Le steamer Carimareaesl
aHendu Port-au-Prince le
2# juin et les personnel
dsirant voyager par ce Ta-
peur sont pries de bien vou
loir se taire inscrire ds
prsent,
Botte postale : A 174.
Tlphone: 3220.
F. M-ALTIlER.Agent.
l\ue du Quai,Porl-au-Prince.
REVBLAT10I8 SEHSATIIWELLES
fevi \is st' ^nsj..stiEKcaocaaTe
> .'!.,.,. M.|.,, r..!,,.M M mNk
1.....bbi " i.. v.iioaiAa, torit ur*-
i t <. n.i-^n, m
l ^i. l'I.'.lr.a iriomp'i.l.WOT
il .inour. 8.. i.u 4.. ,u.il..r
iv. N >iic.raiu)u..lcfiat
SOCIT FRANAISE
85. R du K.k.Si-D*k, tAMtM
,.*- *
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE,
sur la VIE
EUG. Le BOSSU > Co
Aoents Gn^rau*
i
LE FAJTEST INCONTESTABLE!
H II u m Saillie
C'est la quintessence des meilleure*,]
(Varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les nui Heurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ'
fi -K.-Jm^mg^


Lundi
G Juin 1932
Le Malin
,;4, PAGES
26me ANNEE N! 7tft
fert-au-Prirte
lphoc : 2242
Voulez-vous
Russ r dans vos tudes oo
t*ire russir vos enhi m!^iik-f
une mthode d'en une
nient classique (ficelle i ?
YOULLZ VOUS
Une prolession apr; 6 9
Oil d tudes srieuses (St
no-Dactylo,Langues iv.mle
Comptabilit )
Songez que l'Institut TIP-I
PENIIAUEK se recommande!
et s'impose votre attention
(ar les brillants rsultats d
j;'i obtenus.
1537.tue Lamarre.
Tlphone 28JL
ASSUREZ-VOUS
la
Fleurs! Fleurs!
u trouvera chez Me1 le TU
ne Augustin, lias Peu de
hose, des Heurs, couronnes, !
eurbeillcs de ileurs naturelles
c te, bon mari h.
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Lar la GENERAL est une des plus puissantes et des plu> vastes or^anisitiwa
1e ce genre. Le soleil ne s? couche jamais sur son champ d'action qui embrasse le
monde
ses Polices contre incen lie couvrent aussi les dgts occasionns par la foudre
Ses Polices pour Automobites couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
caus autrui dans so personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati.
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les voya-
gurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidenta.
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle u'tant que de 1/2 7 soit 20 dollars U. C
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
OUBLIEZ PAS DE FAIRE UN PETII TOUR i
TERRACE GARDEN
Chez W KAHl
Petionvil'e
1 < pieds dVfttlde. L'ta'>lissem i! le plus liaisdei et
tirant de Porl r -Piince.
Seulement 15 minutes d'auto sur ime excellente reu't
asphalte Tues merveilleusai de la v Ile et !u j. ,r|.
Boissons de foutes espces.
DINERS GRM l\\)V,\]
Vrrangements particuliers pour les pensions de jour de
taaiaine ou de mois.
SOUSAGENTS
Agent Gnral pour Haiti.
Port-au-Prince. IG. GILG
JEAN BLANCHETJrmfe
LA LAITERIE BAILEY
Livraison pr.)pre, hygine
que, en bouteilles hermti-
quement cachetes, l'abr-
oge toute falsification.
Transport laii eu rfrigra-
teurs roues. <
1813, rtnd'Rne, Port-an OdllVOZ
Prince.
1A S THME OPPRESSIONS I
Soulagement Immdiat Globules' Rbaud [
TeutU......' iemi""'" "'>,'' R
B. OALIOnoOX, *1. RwVicwrHBiO #l.
I Unis-' olombai laI '
Idal \\
AVIS AU COMMERCE
La Pnama.Uairroad Stea mship Line a l'avantage d'an
haacar les dparts suivants de New Yoik pom portaurriaca
Haiti, directement chaque mardi. Tosjes sic; mers sont
pourvus de chambre Iricorila ie
Dimrls de hew \ork. Arruagcs Po tau-rrinet.
ALIX ROY
.illcz chez
ST JULIEN SANON
113, Rue Ti.i\ersire, pris
ti'Ksicv e & < lie.
o tous serai servi souhait
vos livres, 30 annes de succs.
Lykes Brothers SS C lnc
Sauvez vos livies et col
Uc lions en mauvais tat en'.
les confiant a i relieur cons-
ciencieux, honnte et habile1
Etienne Camille, Mue Bonne
loi .
S/S "Buena ventura" le 1er juin 1932
SiS Vncou4 le 7 juin
Steamer "Guayaquil" le 14 juin 1032
Steamer 'Cristobil' le 21 uin UWS
Steamer 'Buenavenlura" o 28 j 'in
Steamer "Aocoo" le (j fui' et WM>
Steamer "Guavaquil" le 12 juillet'
Panama Railroad S'eamphip Une
JaeH. c. van rfed
agent Gnral
"' juin 1082
le 12 juin 1932
20 j-iia 1932
le 26 ,nin 1932
le 4 juillet 1*12
e 11 inillet 1932
le 18 juillet 194
CE


Fo e Intestin
Gastrite* E .FONCEZ-VOUS BIEN CECI DANS LA TTE
; P >ur digorer faolon.ont n'importe quel
'aiment, peur viter la lourdeur, lop-
Di ession aproa les repas, neutraliser l'aci-
dit stomacale, supprimer les mipr.iine
'd:ei aux mauvaises digestions, dsin-
fecter l'intestin, il suffit de >rend" '
POUDRE.S DE C( :K
.,_ Texas Hati Santo JJoniingo- Porto-Rico
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
Irt entre les ports du Golte du Texas directement avec
Port-au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de 'i LYKE
LINE.
NA JAMAIS T FAIT
CE 001 NE PEUT TRE DPASS
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions
D'ASEPSIE
ricoun uses
EntcrIW.'
Aigre
Brli'ros
Vomi semenU
Indigestions
Prparation et Venle
armacieF. SEJOURNE
Angle des rues Roux et du Centre.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont
Labcr' tolro Je* PO' DRES DE OOOK tftUMA
; ii' ; / s PH \hi
RK2E "~V
.......! ..v n
Laboratoire SJOURN
DlRBCTUBS
F. Sjournai Pharmacien
f\. Sjourn, Pharmacien le l'Universit de Paris
M. Sjourn, Pharmacien le l'universit de Paris,ancien
interne de Hpitaux de Paris
Analyses des Urines, du si c mtrique, du sang ( Was-
terann, Ure, Constante d Mnbard, Glycmie).
Descracha ta. Des natires tcales.
Steamer Ruth Lykes*
Lteamer Genevive Lykes
Steamer < Ruth Lykes
Steamer Margaret Lykes
Steamer Almeria Lykes
3 juin 1952
10 juin 1932
17 juin 1932
24 juin 1932
1er juillet 1982
(
Loteri Nationale d'Hati
Dm -eau: Rue du Magasin de l'Etat, Bette i'ostale B
>r, *.-
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
Lavez-vous dj (jout?
Eh bien, demandez dans
tous les cals, bars et res-
taurants de ta Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale: le
PORTER NATIONAL 1
Agrable Fortifiant {
Bon March.
BI^SSERIE NATIONALE S.A.
Port-au-Prince, (Hati).
*/*
1
416 Rue BonnewFoi, Phone : 3353
La Loterie Nationalrd 11a'IH esl
une institution hautement humanitaire par la mulliplielM
d'uvres qu'elle se propose d'aider, une chance de iifa
tre offerte aux homme de toutes conditions de lorluat.
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans. Salaris di
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parbr
leur budget moyannant denx gond s, peuvent g gner trois
aille gourdes. Patrons de Commerce,Chefs d'Indusiie parer
aux iusulf ances des ventes, par l'achat d'un billet, qui vous
liber* du souci des chauces*
Mdecins Avocats. Ingnieurs. Snateurs. Dputs, Grandi
ligaitaires de l'Etat.Reprsentants de l'Intellectualil, Jour
aalistes.
Deanez l'exanale de votre so'idaril tociaie.
Reatiers, capitalistes, nmrrie en jouant, augmr-nWz volrs
aveir.
Tous tous qui habite'' Haiti, rendfzlui serxice ni acbe
aat la billet de le LOTERIE NATIONALE D'HATI;
al ( A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Cllent'e aue la
vente de ses CHAPEAUX se hiit, depuis le A janvier, au
flJ 2027. GRAND'RUF
en face ne son ancien local.
Les Clients y trouveront le mme accueil.
BON MARCHE. CLRIT, GOURIOISIE.
Martinez, Marcelin & C*
PROGRS NOUVEAU
RHUM INOIVLAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ML DtFIANT TOUTE CONdiOCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
tim mi m m wmiM Km wwf m
mnm


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM