<%BANNER%>







PAGE 1

%  I. 2 LL UMi£La 4 Juiu 1 ftlBLIOfiRirillt La Fin du Marlyre pose un esprit de sacrifice, grce laquelle chacuu ptntlHf sonl it o 0 -n. Mis ioverae-i i une lorce de volont que bien I dterminer lui-mme avec la1 ment, grce aux tacilits qu'ofI I' ' ent et le lot de ces r cilit les menus qni lui con-J tre l'emploi du coefficient obi-] i. n ....^ LU J'exiger des renon I viennent. Car il ne s'agit plus de j signe, ceux que tracasse une. cin'nls s'uvent auss pnibles I rgimes, de disciplines tastimaigreur invtre y trouveront j [^ m M es in.ux dont on prtend .dieases et pnibles. Le docteur au -.M le BOysa de i'clufljr... DEURLEH c II d i ?/^v i v i q g ne s (2 v>/I)C3SG >" s — h'urcusemen', serait-on i Ivn d'ajouter. PAR LE DOCTEUR l D'ailleurs les rgmes propoA. HI:MMHU)INC.I:II s son t-ils eflicices contre lo On a beaucoup crit, dans ces!" i' Y t'ai toujours. Souvent dernires annes surto >', sur ] auteurs se sont borns des I hygine alimentaire et I s in dications gnrales Irop va convnients d'une alimen: ,rion %  pour que chacun puisse en UM riche. Le Docteur Victor M >re une application particulire PAUCBBT, en particulier, a pu! son propre cas. Des erreurs bli quatre ouvrages d'hygine nt t commises sur le pouvoir Lorale, dont plusieurs chal obsifiant des divers aliiVres sont consacrs l'intoximents. Eofin on n'a pas port ration chronique qui rsulte ur e attention sulfisante aux de l'habitude dune table trop dangers d'un copieuse. Des hygiois'es ont mal conduit, prtendu combattre celle in1 Le docteur UBMMBRDINQBR a toxication et l'obsit, qui en est voulu reprendre la question lue lonne, par dts rgimes d'un point de vue plus pratique spciaux{restriction alimentaire en mme temps que plus rationquantitative, jeune pt-iiodique, nel et p us scienlilijue. II apvgtarisme, recherche les meporte une notion nouvelle, le mis insipides, etc.. cotllicient obsigne , vrise g rantir. Les vertus ascU1 HEMMBRDrNGBR comprend et adsont pas donnes me t les plaisirs de la table. Le tout est de ne pas abusr et d'tablir convenablement ses menus, selon son temprament, son ge, ses dpenses muscu laires et... sa bourse. Son mrite est de nous donner des exemples de menus hyginiques _._:x. _.. : .....U.Jaaal n .1 • < varis, palais les plus ralfinset qu'acceptera toute cuisinire digne de ce nom. Une autre originalit de l'ouvrage, c'est le ton plaisant et humoristique de l'expos. Nous Hiieui i ne somm es pas habitus ce genre a la lois scientifique et Indin. C'est de la vulgarisation prcise et agrable. Ces! du Victor l'auchet revu par Henri Braud. Tous les obsen devront naturellement le lire, et aussi volont. Les mdecins eux-mmes, malgr la lorrae vulgarisatricede l'ouvrage, y trouveront, spcialement dans les chapitre* qui l^urs sont destins, des i dications utiles au traileme.it de leurs malades obse C'est un livre qne "Mot le qui conviendront aux j monde a intrt connatre. oyen prlr et le plus singulier pour rea !re lisses et ou, lu. s eh veru Un /olume broch ( prsentation originale ). Prix. 7 t. 50 Aux Editions J. OLIVEN, 65, Avenue de La Bourdonnais, PARIS Inondations St-Marc Decurler •.i h olument inormsit, la chevelure reste mtn r e!le *>' ii n hi > a Dacurler est une pL' prouve et recommande depuis de nonibreu-w, anres. Decurler atteint mojours son bit cause de sa bonne composition So" nv-'oi Decurler aussi agrable et a autant de succs, que le pta duit • st peu remarquable. En vente seulement chez : Geo. G. Bohne ceux que guette l'adiposit aux j Tout cela est lort b en, mais table unit pratique de mesure, environs de la quarantaine — tt EN FAVEUR DE E •0 Sous extrayons) de noire confrre La Phalange du Aonh lu lettre suivante de M. Chambre Un grand voleur des Dputs' re P arat Sance du 3 juin 1932 Le public doit se souven r , 1A d'un grand voleur de btes, qui, La sance est ouverte a 10 %  „ Jf\ s us de ^ heures 20; il D y a pus Je proans> dvastait la rgion corni. es-verbaux prts et la lec-j OT\M% de Mariani la plaine de Louis Mercier qui Contient une ture de la correspondance ( Logne. Condamn trois ans excellente suggestion, la'puise le deuxime point de de prison, il bnficia de ta mtse quelle nom avons prcdent* \ l'ordre du jour. ment (ait allusion: l U prsident Loubeau attire d'attention de ses collgues sur un message de l'Excutil discut la plus Monsieur le Directeur, Permettez-moi de voua son msltre un projet dont la ralivdtkri peut lournirdu travail au moins quelques centaines d'haltieDS, ce qui ru rail, dans les temps actuels, absolument apprciable! Un commence libriquei des chapeaux du pays, solides et beaux. On les lait en piille de n/.e-i lalauicr, en pi te. \ il faudrait pouvoir cteudre celle industrie, imposer en quelque sorte aux hatien l'usage de ces chapeaux. Ct qui me semble facile. ^.7" D'abord nous avons en Hati KO.000 lves qui li uenteni nos coles. A tes coliers, ut pourrait-on pas conseiller dt ne porter que des chapeaux Isbriqusjfen Hati ? Chaque ablissemcnl scolai e choisirait unQinodcic qui tarait partie de l'uuitormj II y au rait le chapeau de tous letjours et celui du dimanche. Je connais au Cap des per Bonnes qui s'engageraient • %  t )uruir autant de ces cha peaux qu'o en commande* rait, et a soigner leur travail. Au lieu de taire venir dl l'tranger les casquettes et le chapeaux qui coriteul asscher, il est lacile d'introduire surtout daus lageol scolaire, la bonne habitude de porlei des cha peau i faits en Hati. lit puis ou tablirait, poui lous les hatiens eu gnral, un jour ou une se marne inclue du chapeau lu ilicii. Oi accorderait un dlai raisonnable pour permettre aux plus humbles de nos compatriote* d'acheter le petit ibapeau du p.y (|ui sera prochaine sance. La Chambre vole enfin les quelques articles rservs de la Loi sur le Hien Rural de Les tories pluies de ces jours-ci ont dtermin une crue de la rivire qui traverse la ville de St-Marc. Celle-ci a t inonde. Le pont sur la dite rivire est compltement' dtruit. j M. Guerrier, prfet, et sa I tamille.qui habitent le voisiI nage de la rivire, ont t ir sauvs miraculeusement. Aucun accident de personnes heureusement. j La communication, entre les deux parties de la ville, interrompue pendant quelques heures, a t rtablie. La population,un moment iuquite ct^ <'u Grand Ho el fi e Franrp. Piix : le tisnd po', Or 1,00 ; le moyen po*, Or 0,70 cts. en libert loisque le premier Secrtaire d'Iiiat de la Justice du gouvernement actuel lib-a et trouble.a repris son calme: t un grand nombre de prisonniers sous prtexte qu'il y avait tiopde dtenus la priso i le Port-an Prince, C'est le nomm Marc Damus Le lieutenant Mode, tonn du changement b'usque surve u Famille, et l'ensemble de l' ] dans le genre de vie dcernaiLoi est ensuite vol. Les dputs Zimor et Laguerre donnent lecture de. deux rapports de Comits: le premier sur la circulation des vhicules, le second sur la rirganisation de la Direction gnrale desTravaux Publics. Le dput Auglade ellectue e dpt d'un projet de Loi sur la pension civile. C'est une loi de .'!0 articles, lotit les principaux sont : lo la suppression de l'acceptation du Conseiller Financier de la demande de pension; 2o la constitution d'une caisse le retraite et enfin 3u le rem booraementde la retenue aux employs qui uuraieut atteint l'ge de la mise la retraite sans avoir le temps de service exig par la Loi. La sance est leve, plus rien n'ayant t l'ordre du jour. CONCE .CARMEN BROUARD-MAGLOIRE N'oubliez pas que c'est ce soir qu'aura lieu au Cercle 'iellevuc la soire musicale irganise par Mme CarmenBrouard Magloire et ses lves au profit des œuvres de l'Association Hatienne des lu'.il mii es Diplmes. Si l'on considre que des milliers de os entants vivent dans hi ^iie et dans lo mi re, et que tout en assistant un vrai rgal artisli |ue, on aura l'ocTous les journaux, au asion de soulager la grande moins une lois par semaine, I lelresse actuelle, ou n'hsis leraieut une propagande nom liera pas se rendre en toule nos chapeaux et ni libraient / e soir au Cercle-Bellevue. pour lai eur, le prit en lilature fi' une descente de lieux en sa de meure Thor et trouva dans sa cour un bon nombre de chevaux, mules, nes Interrog sur la prsence de ces animaux eli v. lui, Damus lpondil qu'il m avait lait l'acquisition rgulirement et,qu'il en ditrait les |apiers. Il communiqua au beute nnnt Mode des certficatl de vente dont les lettres des tam pes ne correspondaient nulUment celles que portaient Its botes. Il lut arrt et une enqute se lait actuellement pour fixer la complicit prohable tu chet de la police rurale de Bizoton, le nomm Pli o..mon. Selon toutes probabilits, cte vols ont t commis dans IbSud, car tous les certilioats sont da es de Balnal. Parmi les htes p senlant une relle valeur se trouvent Ir ois mules por ni les lampes C. C, C. B et E. M. Ceux qui oui perdu ces b *.pourront anler la Police • bip il Bniuvcmenl la tulp > \ > n t du maladiin poui que aj stice le mille enfla eu lieu ;in pour la quitude de nos braves campagnards. Le gouvernement a adress, par l'intermdiaire du prletdes condolances la popu, tion. Nous y joignwns les noires eD priant nos amis de \ St-Marc de recevoir l'exprs S'on renouvele et toute notre sympathie. Dernire heure Cin-Ialdy DEMAIN SOIR 4 HEURES 1/2 Le merveilleux fi m i Au Service du Tzar Entre ? 0 £0; Balcon : l.uo. A S UL'JKES Une comdie charmante, lgre, pleins de gnP, se droulant d'iis les merveilleux peyaav-a de la Cte d'Azur : La Femme d i Voisin Di'Se m s ii> If .1 . ^ is Suzy Pieraon. Andr Roanne et Fernun I Fabre. On com ntncera par ur. Eclair-Journal sonore et pjilant. Entre : 2, 3, 4 gourdes I Une dpche tlgraphique ; annonce qui le pool de Agua. ; nioueth, l'entre de Iliuche a ete emport par les eau\ de la rivire du mme nom. A St Marc, le pont Pivert | a t dtruit, de mme que le pont du chemin de fer. il y a un mort Lacombe.Plusieurs maisonnettes ont t dtruites. Les routes sont inrancbissablea* Toutes les lommunications sont interceptes. -• M n.lur.l. d. CHAI !.e talent de Mme CarmenBrouard Magloire est Irop •onnu pour que rous la reinman liens au public. Le prix d'entre c t h\ 1 gourde?. Ie ln.it iens,on ne | eut qu'encnurager ce projet. Laucei, |&r le Directeur, ide. Revenez souvent sur la question. Inlresscz-y tous i confrres de 'a presse, vjuaud nous aurons obtenu : de cause, noua donne ron> un nouveau projet.Quelle honne pture pour un jourque nous pourrions nous-'mil que ces questions cono* xniiiis i partir d< ie (iniques que diaisso s Uitui, i,i,. u Ki li ii ipoui plus ,i 'i mil habitude u uous servu Jneui chapeaux taits en Huai, avec I Recevez, Mr le Directeur, de pi. duiisjbdiliena, par des j mes hommages, plains baltisnnes, l'usuel Miac:isa la ncessit pour ru s com patriotes de ne poi Ici le joui ou la semaine convenue qui des chapeaux du paya, cL'Œili de chaque prurna dnoncerait les hatiens qui n'auraient pas obi la conligne. ht ce srail bran de ne voirpendnnt quelques jouis que des chapeaux du pays ,'orts par uosiemmes et nos mines, nos vieillards, aussi bitn que nos cillants. Quand 00 pense que de nombreux ouvriers halieni piolileiaieut de celle aobaim — \ y s Rachitisme Lymphatisme Croissance Bronchites, Anmies MORUBIASE Extrait de Foie de Morue Urradii, Vilamln, sain eorpn (ras) •OU* formt da Pllul.s Sranul Reinplaco avantageusement l'huila da foie de morue, se praod t romma hivar DpOl Laboralolraa CROSNIER 6, Rat Chanointut • PARIS • DEMAIN SOIR L'INDOMPTE avec Jorn Crawlord Entre : 2 et 3 gourdes. t W^ \ An da Char* t t*u* at IllilUdt Foie de Morne Agrable au got tt fbctnnnt Jlgettlble elle ett U tompkxe rparateur de la Nutrition pat excellence Laboratoire. RFXAGN0N & Ce Pharmaciana Gnral peur l'Exportation : Ch. MAGNANT 37. rue Dt-ioud PARIS-16* A %  a H aa M aaii P' W. BDCH4 Pa"F.lOvHJIHt louer Pour la saison ou l'anne.maison Plionville.Pour renseignements, s'adresser Mr de VENDEGIS, avenue King. Etto soulage l'estomac acide La paresse intestinale est la cause ordinaire de la dsagrable acidit. Repoussez-la vite, agrablement, en buvant un verre de ptillant ENO'S "Fruit Sait". Prenez ENO rgulirement pour corriger cet tat. ENO dbarrasse le systme des lourds dchets et prvient ainsi l'accumulation des poisons qui forment l'acidit. ENO S FRUIT SAIT Toutes les Polices DE LA i 1 m m M. %  4g ^comprennent la Protection contre la ^ Foudre sans auqmentation de tauxj B Vuq.LeBoss$>\ & Aqents Gnraux £ a w ,jiaim wwm i ini u n f fcfr w Br t ft ^ t



PAGE 1

!'" U'TN 4 J in ; PAGL Rhum Barkuifoiiri ••—•••. &f a. a* Dwtf la renomme esl universelle a gard M premire .face Demandez partout : UN BARBANCOURT Dpt : Mue Csar.' Paris ... sait, comment conserver ce teint d'colire | v . Mass nous apprend que les beauts parisienne ont adopt ce procda de toilette t b£535 te* ZrVJ f^il P f0cd command p les spcialiste de beaut" de toutes les villes d Europe et par 23,7*3 de leurs confrre, a Y ranger ^Aidex votre spcialiste de %*""..* >*' "ruant de Palmolive, dit Mass. Je recommande a toutes mes *fpr de savon autre que Palmolive. Et celles qui savent mes conseils profitent davantage des effets salutaires ae mes propres traitements. 1 o"''femme devrait aider > spcialiste de beaut en se servant de Palmolive. Sa """Position base J'huile vgtale est sre, adoucis, lante et calmante." 16 an DABNOO, ftm a:: ma Railroad Steamship Une Ag< n's aux orincipaux oorts d'Europe. Service ae fret cl de passagers en//ej F Europe cl (Amer'que. t. W. SlIELlH N & CO, Ltd. 1 '. Junits Street, I IV! 1" tL, INCLA* le Jllidmx 'umt ttioliM' d, la du t. *ni,m yanii fsrtit, aux Irailmenn ,1 MOBY A Company, Allanlic Freighting Corp. Div. 155 Honlcvard de S'iasbourg, "i "\ |",rance MOBY & (Y.M PAN Y, Alai.iiFreighting Corp. Div 'i Cjuai des CharlronJ, Bordeaux, rrance l'ernu deron & Slo-kwell. Bwite Postal 78' H re, France. Angleterre T^rt''W.SHI I.DON & Lid. Fen'on liouse, 112 ( 113 Fo ichi rch Street, LOB Ion E. C. :'., England, Trance M i"> A Company. Atlantic v n ^litinj; Corp. DT. 3, Rue SI Y Di eut de Paul. Pai is, Frai ce. Moin t v ( OMPANT Atlantic Fi i^lnm^ Corp, Div. 7 Rue de la Rpublique, Marsei le, France. (iellally H IN Kl Y & Co, 21, Rue de la Rpublique Marseille, France.: i demuile amc Palmeliu 'arsiurtne jusiiJnj an ut, .!, hiaull rlfull, fi cempu eu nemen ae m clienln dis ariiticratii m IIMI lu f,y, fEuret,. Consultez votre Spcialiste de Beaut Dan, o"re propre rillo— quelques pi de chez TOU peuttre—il y g une experte des plut comptente quipe d* manire i ou offrir let nombreux loin, qu'exige la beaut. Laiiiet lui accomplir ce qua peut aeule accomplir un par•orme bien pcialiae. Con•ultez-la rgulirement. C'ait un habitude gui en raut cettaincBiaal L E clbre Mass donn Paris le moyen de "conserver ce teint d'colire." • Paris, dont l'at%  osphre mme respire la beaut! Paris, o des experts tels que Mass reoivent la % isite des souveraines rgnantes. O la noblesse, l'aristocratie, les cantatrices d'opra et les grandes actrices demandent: Comment puis-je conserver ma beaut* Que dois-je faire pour farda ma peau frache? L, plus qu'ailleurs, les experts en baaut sont fort reherebs et lorsque Mass se pronona toat U mon d I coute. Eh bien, Masse, de AMte qaa le dittiaguls tpciaUtaja cta 9<>a,de entier, OVMfflj M traitement domicile des plus aiss. Enduisez d'abord 1 pidmie d'une pte de Palmolive et d'eau chaude. Massez dlicatement la figure et la gorge, rincezensuice l'eau chaude... puis i l'eau de plus en plus froide. Voil! L effet obtenu n'est-il pas dlicieux? Et votre peau n'est-elle pas ravissante de fracheur et de oeaut? • Les femmes se servent d'huiles d'olive et de palme Pour la toilette depuis les jours lointains de Cloptre. Ce sont ces huiles, et ces huiles seules, 3 ui entrent dans la composition u savon Palmolive. Elles lui donnent sa coloration verte et naturelle que l'on s'est habitu associer au mot Palmolive. Servez-vous de Palmolive M pour le bain et pour la figure. Q^3 ... Allemagne Rair I ,c i ,,li ) r.' Corp. Allanlic I reichling Corp. aiin iaus, Hamburg 1, Germauy. Breitenw(g55,Bremen, Ger. Hollande }" llc ''Veighling Corp. Allanlic Freighting Corp. 111 w c '!> Division. £~~2 Koningin Emma plein .*' Smi mann ACo mpany %  O Bo. 1009, Rotterdam [[.ollaue, %£?< Sude Rotterdam. Hollaml. <£, twnP dl JUciiVijL %  '• W. Larka, Allbolic FreiohUna;r 0 rp.iDi?! ' • psbron 10, S i Klioim, Sweden. J/B Pettersson et huimstn m, AManlic Freighting C orp. Div. ^eppsbron 3, ( o'tenburg, Sweden. ^ Sven^Jans on ci Company. Atlantic Freighting Corp. Div. Norrkoep Igi Sweden, Simon !•.(' itron :\ B] Allanlic I reighting) ;;, Corp, DivJ Malmo, Sweden. Berohard {Bergh & Co Atlantic Freighting Corp., 1) v. Halsingborg, Sweden. Belgique pagne 2tlantic;Freighting Corp. Agencia Maritime Delgado, e/o Steinmann et Co^; celoni Spain. 4, (Jœj Jurdaeus, Anlvverp, Belgium. r, ?S r Norvge iar STEAMSHIP UNE Porl-au-rince (, Hati )le 2 Juin 1932. BULLETIN No 92o Le s/s Ruenaventura >> est attendu a Ft-au Prince (Hati), venant de New York le mardi 7 Juin 1932 Pas de'correspondance. Il partira le mme jour directe*' ment pour Cristobal, Canal Zone, prenant fret et malle. Agent JAS. H-C. VANREED, COMPAGNIE GNRALE TRANSATLANTIQUE La Compagnie Gnrale Transatlantique a le plaisir d'informer le public qu' partir de cette date elle a rduit 140 dollars le prix des passagers en 1re classe d'Hati au Havre sur les pajquebots Carimare et i Saint JDomingue. Ces bateaux se recommandent par leur confort et leur service irrprochable. Le steamer Carimareest attendu Port-au-Prince le 26 juin et les personues dsirant voyagtr par ce vaj peur sont pries de bien vorloir se faire inscrire ds prsent. Boite postale : a 174. Tlphone : 3220. F. M. ALTIIER, Agent. Hue du Quai.Portau-Prince. quand VOUS AUREZ TOUT ESSAY que rien n'aura russi, prenez encore U Sirop C. FRANY pour adulte*, -roui serez •OUUKV A la premiers cuillere et luri avec Un flacon. Noui aarantutona, noua a(£rnni 1 % %  %  -i are de ce airop pour celmer d abord et gut-nr eaauite. Son eciion et merveilleuee chez le* -ASTHMATIQUES et dan* le* caa de TOUH rubcJlee, U %  < m Br_ ncr it chronique, etc Dans pour ADULlf-.S UTul^cuWpulfnoneif..! H. m MM. pet du n,im.,li.u-iiwi,t U.., i-' aas EafuU. do toui ot CICITIM \n IMIOIU; il Mippfiir, I.. Mi.uri Docl'irne. •1 utuf. I mnmeil. Lailacon. toute.pl..rni.ci.i: 1 4.80 imptrrmprl. Feo doaucila : 11.60 Ui,t ,.„.; : Pk FR AN Y, U. a., a* U Ily.U.^M. TARiS. R.C Siu IdW. Danemark] E. A. Bei dix Jet Company Co| enha^cn, Dec mark. Italie A. Ceresn et Company Via Banchi 3, Ge.'ica, Italy. Lauritz A. Devol.i A. G. Allanlic Fieighling Corp. DIT. Aalesund, Noiway. LES ACTIVITES DE L'INGNIEUR EN CHEF Des qu'il eut reu la nouvelle (ine la route des Caves avait t fortement endommage par les rivires en crue. l'Ingnieur en Chef s'esl empress de se rendre sur les j lieux, mercredi malin.— Grce ;'i sou activit el aux efforts r apprciables de ses collaboI rleurs, la communication put tre rtablie. Revenu a Portau-Prince jeudi soir, il esl reparti vendredi malin pour Sl.-Marc ou il travaille .1 r lablir la communication Si.Marc— Gonalves el GonavesCap-Halien. FIWAMB fft RGNRE L'ORGANISME FUKII TGE, APERITIP, DIGESTIF, lil ( (INSTITUANT. lai l'harmiciea A Port eu-Prince; Pharmacia ICCH Insurance Co Une des plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE \ sur la VIE EUG. Le BOSSE & Co Aaents Gnraux LE FAIT EST INCONTESTABLE ii u 111 Saillie C'est la quintessence des meilleures jvarils de cannes d'un vaste lerritsire j runissant les meilleurs terroirs C'est ee qui tait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! I *** an n,jV ifaKi-W 4



PAGE 1

Samedi 4 Juin 1932 Le Malin 26eme ANNEE N 7087 fart-au-Prince Tleheae : 2242 ;4JAGES Voulez-vous — o — Russ'r dam v > 'udes uo t*ire russir vos ent ts.grce une mthode d'e l'iienieot (htfsidtie excel VOULEZ VOUS Une profession aprs 6 a 9 njo : s d'tudes srieuses (Stno-Dactylo, Langues vivante Comptabilit) 1 J Songez que l'Institut TIPPENHAUR se recommande et s'impose votre nlicnlion par les brillants rsultais dj^oblenus. 1537Hue Lamarre. Tlphone 2S 11. ASSUREZ-VOUS a la Avis Le public est| cordialement Invit l'exposition fcjacalionnelle organise par le.departement de renseignement rural. A Damions celle exposition sera permanente et sera ouverte au public partir du 2 juin, de I lis a. m. 2h.pm. Fleurs Fleurs! • n trouvera chez Me'le Tiline Augustin, Bas l'eu de chose, des Heurs, couronnes,, corbeilles detleurs naturelles etc, a bon march. General Accident Fire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) caus au.rui ta* J*J0 !" ><*'?*"TmShMoropt sont payables en JUtL Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves VCUVC l. • *-* %  Agent Gnral pour Hati. N'OUBLIEZ PAS DE FMRE UM PLiii Ml TERRACE GAM)EN Chez W. KAHL Petionville pieds d llitude. L'tablissemeit le plus Lois les es virerns de Pori 10 -Prin e. utilement 15 minutes d'auto sur une excellente rtuls •s^aUe Tues merTeilleus.sde la ville et lu |.ort. P Boissons de toutes espces. SOUSAGENTS Agent Gnral pour Hati. Pnrt-flii-Pnnce; 1G. GILG Port au m JEA> BLANC HETJrm:e DINERS Vrrsogemenls particuliers SVMIM pour les pensions de joure •ei laine ou de mois. LA LAITERIE BAILEY Livraison propre, hygine que, en bouteilles hermtiquement cachetes, l'abr de toute falsification. Transport lait en rfrigrateurs roues. 1813, rand'Kue, Port-auI rince. allez chez AVIS MATRIMONIAL La soussigne dclare qu'elle a abandonn le toit marital pour mauvais traitements, coups reus, menaces de mort. Elle prie les autori es comptentes de lui prter concours et assistance, car M. C.Charlemagne est venu,per sonnellement le 28 mai a 1 heure et demie p. m., chez ses tantes, Melles llermant.u, rue Or Aubry, No 1520, annoncer qu'il compte.aire du; scandale et des hcatombes. Une action en divorce lui cire sous peu Intente. Mme CKAKLEVlAGNb.ue Olga LIS8ADE. l>ort -au-Prince.le .50 mai 1932 AVIS AU COMMERCE la P.namiltailroad Slea mship Line a l'a van tape d'an r.eecer les dparts suivants de New York pour Porlau Prince tftiti, directement chaque mardi, lousjes slecmeri sont p.urvua de chambre trioornuue Dcris ie hcw \ork. Arrivages a Po t an-mnee. SJS "Buena ventura" le 1er Juin i' 12 8>> Steamer S'eamrr Sleamrr 30 AUX annes ROY de succs. ••Xncon* le 7 J u,n •Tiuyaqnil" le 14 jni 1*32 •'Cristobjl' le 21 juin l y *2 •Buenaventura" le 28 juin hteamer "Ancon" le G juil'et 1932; Steamer "Guayaquil" le 12 juillet Panama Railroad Steamphip Line JaaH. CYANREED agent Gnral le 12 juin 1932 2D juin 1932 le 2(5 juin 1932 le 4 juillet 1M2 le 11 inillel 1932 e 18 juillet 1952 CE Sauvez ST JULIEN S S Lykes Brothers SS C lnc An I T.*a. HalU Santo uommgoPorto-RlooJ I al service hebdomadaire el rgulier P" er irtt entr les poHs du Golle du Texas d.rectement m ''^our^'rSuUon'rapide e. I. -"i-eu, habile de vo. ,mpor!Lons, serve* vous toujours des nav.res de ' LYKE VOS liVreS| L ^ fMMlam rrives Port-au-Prince sont• N*A JAMAIS T FAIT CE OUUNE PEUT ETRE DPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Venta PMARMACIEF. SEJOURNE Angle des rues Koux et du Centre. 113, Rue Traversire, prs; d'Esleve & Cie. o veus serez servi souhait. Sauvez vos livres et col leclions en mauvais tat en les confiant afl relieur consciencieux, honnte et habile ETIENNE CAMILLE, R ue Boune Foi Laboratoire SJOURN DlRECTURS F SJOURN, Pharmacien _. K.SL.iomiNK.IMnrmacieu le ^^S^^SSSnmM M. SJOURN, Pharmacien le Universit de laiis.ancien interue de, Hpitaux de Pans analyses des Urines, du Si e gastrique du sang ( Wastermann, Ure, Constante d vinbird, Glycmie). terman., lnls Des matires tcalcs. Steamer Ruth Lykes. Ueamer Genevive Lykes Steamer c Ruth Lykes Steamer Margorel Lykes Steamer Alnaeria Lykes tiureau: Rue du Magasin de l Etai, Ba •6 juin 1932 10 juin 1932 17 juin 19-12 24 iuin 1932 1er iuillet 1912 [te Postale 1 l Loterie Nationale d'Hati l 41 La Manufacture Hatienne [de Chapeaux L Indigne Lavez-vous dj (jout? |£/i bien, demandez dans ious\les cafs, bars et restaurants de la Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale: le PORTER NATIONAL Agrable— Fortifiant — Bon March. BRASSERIE NATIONALE S. A. Port-au-Prince, (Hati ). Rue Bonn.Fol. Phona : 3358 La Loterie Natiotialed'Halti est une institetian hautement humanitaire par la muIlipMMJ d'oeuvres u'elle se propose "aider, une chance de wei lre offerte aux homme* de toutes conditions de lorluie. Employs, Fonctionnaires, Ouvriers. Artisans, Salari M tons oreres, Gens de maison ( domestiques. ) sans paru leur budget moyennant deax goqd s, peuvent gagner irew %  ille gourdes Patrons de Commerce.Chels d'Iii.iusiie.par aux insuffisances des ventes, par l'achat d'un billet, qui vous libra du souci des chances, Mdecins Avocats. Ingnieurs, Snateurs. Dputes, Orano ligaitaires de I Etal.Reprsentants de rlnlelleclualue, jour alislas. Daanz l'eieespleala velre so'idani soeiaie. Reatiers, eaaitaliites, aamnie en jouant, augmentez voir. % % c i r ., orhl Tous ton a-ui habita Haiti, rendez-lui servicei eftaai aal le billet ta la LOTERIE NATIONALE DIJA1U. A le plaisir dannoneer sa nombreuse Clientle ,ua la vente de ses CHAPEAUX se lait, depuis le 4 janvier, au N' 2027, GRAND'RUF en face ne son ancien local. Les Clients y trouveront le mme accueil. BON MARCHE. CELERITE. GOURT013IE. | Martinez, Marcelin & C* PROGRS NOUVEAU RHUM NOb\bAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DLFIANT TOUTE CONCURrtENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON itariMeeT nPSQlIt&MKttfft aff KaW Nt#t*



PAGE 1

Clment Magloire DIRECIELR [1358. KUE AMERICAINE ,1358 TELEPHONE N-2242 Le Malin Les basai i littral t-uiie cil de miiuiiianinrs |iir la |i...swance (I ptf i -nii.raliou |ai la asaitisi ; pur fftfta le caractre, le aeule. Ici opinions, les |Stts, de. lis H' resseatari .tous dans leurs ra|i|ioivaur leurs sriublall-s.llsont Ijliol'lrs 26 me ANNEE N' 7687 ORT-AU-rR|NCE(llAlTl) SAMEDI 4 JUIN 1931] ..^ Le Matin avait raison... Vers le conflit, disions-nous. Non, vers l'harmonie, protestait Hati-Journal • la Cure au .• Le tour parait dfinitivement jou : sons prtexte de libration, l'quipe sortie de | ; i dernire consultation na lionalc s'empare du pouvoir pour jusque l'anne 1937, en teignant jusque l la voix populaire tout en continuant de parler au nom du peuple. Le mandai prsidentiel actuel devant expirer en mai 93tf, ce sont donc ventuellement J£ les Chambres ainsi prolon ges qui donneront son successeur M. Stnio Vincent el qui, ds maintenant,— pourquoi pas?— peuvent se livrer au jeu des marchai] diiges et des surenchres U pavs est bafou, c'est entendu; mais le prsident Vincent lui-mme l'cst-il moins? Car, considrer certain io cide'nl assez rcent concer liant notre propre journal, nous sommes autoriss croire qu'il n'est pour rien dans celle combinaison parlementaire, qui confine presque a un ; caudale dmocratique. Cet i ne i dent, rappelons-le brivemen prs intrts admettre le personnels et principe d'une prolongation ne mandai qui les rendrait matres absolus de la prochaine lection prsidentielle... L-dessus, grand moi dans nlouraue prsidentiel qui a jusqu pousser le Chef du uvcrneiiieiii contre non tans vouloir mettre au jour s scnes de coulisse o nous n'emes pas le mauvais rle, nous pouvons rappeler — ce qui est public— coin ment noire journal fut pris partie par noire confrre Hati-Journal qui n'eut pus sssez de foudres pour nous menacer. Nous n'entendons aujourd'hui ni nous en plaindre ni nous en tonner. Mais puisque, aujourd'hui, ce (pie nous prvoyions, ce que nous redoutions de la part de nos parlementaires est en voie de ralisation, nous sommes en droit de dire du prsident Vincent, en celle occurrence. ment pnibles que nous pourrions exprimer sur un tel tal de choses, dans le piel un Chef du Pouvoir Excutif, moins de deux annes aprs qu'il eut t proclam par le suffrage populaire, se trouve s'tre relgu lui-mme au se cond plan de la politique naionale, laissai! U rit le mai il les rnes la direction gouvernementale tantes, entre les groupe d'irresquesa prvoyance et sa co 1re sont prises en dfaut,— or, gouverner c'est prvoir,el S'agissant picismen de la | pal fe nce el longueur de temps vision constitutionnelle qui f()nl p j U8j c rev est en train de devenir une brutale ralit, nous mettions l'opinion, escomptant les faiblesses de nos milieux politiques, que les constituants auxquels allait cheoir le redoutable honneur de nous doter d'une Charte nouvelle, pourraient bien, tout d'abord, consulter leurs pro plus, comme dmonstration, que force et que rage,— et (pic, s'il faut (pie nous croyions en sa loyaut, c'est la condition de" le supposer, comme nous venons de le faire, tranger celte combinaison de la commission parlementaire de rvision. Les rflexions sont vrai • traner, Ilot mains d'un ponsables. Car, vraiment, si le projel de Constitution de la commission de rvision arrive tre vol avec ses lignes principales, que va tre le gouvernement du pays entre les mains du prsident de la Rpublique jusqu' la fin de son mandat?— Si les sentiments qui dorment en lui sont d'un despote,— on ne sait jamais,— c'est u\^c re de luttes striles qui s'ouvrira sous l'empire au pacte nouveau, el noire pass est l pour mon trer quels rsultats le pays sera appel en tirer. Si. au contraire, le Chel de l'Etal veut laisser faire le Parlement, c'est dans le sybarilis me que son pouvoir ira verser et nous ne lui ferons pas l'injure de croire (pie tel peut tre son objeclil de chef conscient et clair. Il va encore une autre pers)eclivc considrer;— nous e ferons dans un autre article. Mauvais sang. Humeur, Eczma. Artrio-Sclrose Varices, Rhur ns, Maladies des Femmes i. dos Laboratoire* du Rhne, ntes leur iionr i il. La plui Mil puni leur du sang, l' l Maladie de la I ix de reins, T umbact). Douleurs .> I norragies. Douleurs ilu \ rome I IOMAL. '.• (MU ktUf\ • . limita, maux fie a iclnl ttt rhumaltsu<. pliai iiiucicil, Laljomtoiri' '•' IWIUM . Une lli.l.l LVO UII.I. IN | *&uamat**ua SIDE | vous (iltend ce soir, Mesdames el Messieurs. n occupe par es bui e IUI Sun ic ileur, ne pouvant plu • al'en l'ippeta en jn tic %  pul WH lui ni donne. Lexcution cul lieu. On n ou va un nouvi au local o l'on transporta I' mobilier de l'Edilil 11\ iroise. Ce n'l lit pas Uni. i en meier, aprs sa maison, tenait son d. Il allai I demandei ilf transformer la en saisie-exculion, L'administration communale de la seconde ville du Nord se trouverait s ms mobilier. A i e moment l, une ide ingii ause \mi au maglslrpt. Il proposa au crancier qui, lin amalein, necepla incontinent,d< payi i en mil '\l S \\{ ', un: CACHET nOn. dont la force %  libratoire esl incotnmen&urubl .. Toi! ; v rc inflnimi ni da Liisjr ""c !n 1) (i, T. I*. s'ocl'upe (Vla rfection du Ironi,on del ma Amricaine que %  oupei i 'es rues Deatoucbeaal 'aserne* et dont nous signa 'ions IV lat dploiable. Ur.e quipe, i ii eftel, y travaille de mis plusieurs jours, avec acli, sou • la rondoi'e du lore,ian Massillon, (l'est du beau ravail, el nous en llicions 'ivem< nt I Ingoiaor en Chel Jeannot. ... a vu a la ruejj\mr .aine nie dame qui conduisait, elle. m', son aulo, clabousser un passage un gentilhomme (| i' f i i';r. ei se, avait le loti d alr pi d. Ella ti ai ni sur la hamp, descendil de voiture. excusa et insista taul cl si bien ;ue le gentdhomme consentit irendre place dans la voilure et i se I IN ii'. i econ liii: c chez lui. i on des ni viles ont dt'bul tinsi, qui ont le.u conclusion ... i ("\ I,. | e, i ... VOll qu'il n'< st pas rare,par s sous ne cliir de lune, que les dames el demoiselles, lati{ues dejse promener, et trouvant Ions les banoi du Champ* le-Mai S occups, prient un car de leur cder la place. )m, mais il est Rtsez rire qu'ellei issenl prcder leur petite relute iln salai d'usage. A la nanterie des hommes, doit cor•pondre ao. moins la politesse lu se xe Inible. Dites d'abord tonsoir, Mesdames, el ce sera 'oujours plaisir de vous cder i place* • .. voil que la liaison /''"// £. \u.vil i prsente comme loujours, re t ,,.„,. I c u in, ..e 'i i fe. Cela ressort del partie de•• ^ ^^ Myrcel Leysls ; ; de Lon sa. contrence sui I Wn i^^ieialri 0 tSdominiay§ot communiqu les ptcesjDwr l^aris, de Mirmil ha- Diapeau. laut al'er voir eu] voil que si aptes la aux deTfe Soulages sans "droguer .Prictionnes Vicka I 'l sur la poitrine. Souvent une application su V ICKS VARORUB PourTout Refroidissement esprit Ue vieillerie pluie vient le beau temps, il est non moins vrai, qu'aprs le bea temps, vient la pluie. On garda dors la maison, mais si l'on a ir ] revoyant, et qu'on s'est ichet l'un de ces phonogrt* ohea, mervaillem le netle' et le sonorit, qu'on trouve ch2 John Woolley, la pluie n'est plus qu'un rbarmanl prtexte [aire 1 1 grasse matine et couter les dernires chansons de Fiance. ... voil que vous vous plaint / du mauvais tort, et que uns laisse/, passer les occai< i s de le conjurer* C'est di1,1 inehe .. demain, le prochain n; ge de I i l.oieiie Nationale... ei vous n'avez pus ei.core, je suis sur, achet voire billet I Vous le regretterez, mon ami • • ... a vu le ch: ulteur du M* mion'S-04 bloquer compltement une petite roelle troile en s'y tenant au milieu, malgr >, observations de ceui qui arCei laufiard — torten gueule d'ailleurs— semb'e tout ignorer des rglements sur la circulation des vhicules. La Police ne pourrait elle pas se charger de les lui apprendre? • • ,., a vu, l'Ilo'el de France, un homme attabl < ut seul devanl rre i une rx uteillf. — %  iiel dse pi n vous mina ? s'inlo ma u — i lse i oii vous n'y peni / i it le soliisire. H me oigne au contraire. elle, il I, qu'il pr* i de l'authentique doute d'or BarlHinourt. i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07019
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, June 04, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07019

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECIELR '
[1358. KUE AMERICAINE ,1358
TELEPHONE N-2242
Le Malin
Les basai i littral t-uiie cil
de miiu- iiianinrs |iir la |i...s-
wance (I ptf i-nii.raliou |ai la
asaitisi ; pur fftfta le caractre,
le aeule. Ici opinions, les |Stts,
de. lis h' resseatari .tous dans
leurs ra|i|ioivaur leurs sriubla-
ll-s.ll- sont Ijliol'lrs
26 me ANNEE N' 7687
ORT-AU-rR|NCE(llAlTl)
SAMEDI 4 JUIN 1931] ..^
Le Matin avait raison...
Vers le conflit, disions-nous.
Non, vers l'harmonie, protestait
Hati-Journal
la Cure au .
Le tour parait dfinitive-
ment jou : sons prtexte de
libration, l'quipe sortie de
|;i dernire consultation na
lionalc s'empare du pouvoir
pour jusque l'anne 1937,
en teignant jusque l la voix
populaire tout en continuant
de parler au nom du peuple.
Le mandai prsidentiel actuel
devant expirer en mai 93tf,
ce sont donc ventuellement J
les Chambres ainsi prolon
ges qui donneront son suc-
cesseur M. Stnio Vincent
el qui, ds maintenant,
pourquoi pas? peuvent se
livrer au jeu des marchai]
diiges et des surenchres
U pavs est bafou, c'est en-
tendu; mais le prsident Vin-
cent lui-mme l'cst-il moins?
Car, considrer certain io
cide'nl assez rcent concer
liant notre propre journal,
nous sommes autoriss croi-
re qu'il n'est pour rien dans
celle combinaison parlemen-
taire, qui confine presque a
un ; caudale dmocratique.
Cet i ne i dent, rappelons-le
brivemen
prs intrts
admettre le
personnels et
principe d'une
prolongation ne mandai qui
les rendrait matres absolus de
la prochaine lection prsi-
dentielle...
L-dessus, grand moi dans
nlouraue prsidentiel qui
a jusqu pousser le Chef du
uvcrneiiieiii contre non
tans vouloir mettre au jour
s scnes de coulisse o
nous n'emes pas le mauvais
rle, nous pouvons rappeler
ce qui est public coin
ment noire journal fut pris
partie par noire confrre
Hati-Journal qui n'eut pus
sssez de foudres pour nous
menacer. Nous n'entendons
aujourd'hui ni nous en plain-
dre ni nous en tonner. Mais
puisque, aujourd'hui, ce (pie
nous prvoyions, ce que nous
redoutions de la part de nos
parlementaires est en voie de
ralisation, nous sommes en
droit de dire du prsident
Vincent, en celle occurrence.
ment pnibles que nous pour-
rions exprimer sur un tel tal
de choses, dans le piel un
Chef du Pouvoir Excutif,
moins de deux annes aprs
qu'il eut t proclam par le
suffrage populaire, se trouve
s'tre relgu lui-mme au se
cond plan de la politique na-
ionale, laissai!
U rit
le mai
il les rnes
la direction gouvernementale
tantes, entre les
groupe d'irres-
quesa prvoyance et sa co
1re sont prises en dfaut,
or, gouverner c'est prvoir,el
S'agissant picismen de la | palfence el longueur de temps
vision constitutionnelle qui f()nl pjU8j c
rev
est en train de devenir une
brutale ralit, nous met-
tions l'opinion, escomptant
les faiblesses de nos milieux
politiques, que les consti-
tuants auxquels allait cheoir
le redoutable honneur de
nous doter d'une Charte nou-
velle, pourraient bien, tout
d'abord, consulter leurs pro
plus, comme dmonstra-
tion, que force et que rage,
et (pic, s'il faut (pie nous
croyions en sa loyaut, c'est
la condition de" le suppo-
ser, comme nous venons de
le faire, tranger celte com-
binaison de la commission
parlementaire de rvision.
Les rflexions sont vrai
traner, Ilot
mains d'un
ponsables.
Car, vraiment, si le projel
de Constitution de la com-
mission de rvision arrive
tre vol avec ses lignes prin-
cipales, que va tre le gou-
vernement du pays entre les
mains du prsident de la R-
publique jusqu' la fin de son
mandat? Si les sentiments
qui dorment en lui sont d'un
despote, on ne sait jamais,
c'est u\^c re de luttes st-
riles qui s'ouvrira sous l'em-
pire au pacte nouveau, el
noire pass est l pour mon
trer quels rsultats le pays
sera appel en tirer. Si. au
contraire, le Chel de l'Etal
veut laisser faire le Parle-
ment, c'est dans le sybarilis
me que son pouvoir ira ver-
ser et nous ne lui ferons pas
l'injure de croire (pie tel peut
tre son objeclil de chef cons-
cient et clair.
Il va encore une autre pers-
)eclivc considrer; nous
e ferons dans un autre ar-
ticle.
Mauvais sang. Humeur, Eczma. Artrio-Sclrose
Varices, Rhur ns, Maladies des Femmes
i. dos Laboratoire* du Rhne, ntes
leur iionr i il. La plui
Mil puni leur du sang, l'l
Maladie de la I
' ix de reins, T umbact). Douleurs .> I
norragies. Douleurs ilu \ rome
I IOMAL. '. (MU ktUf\
. limita, maux fie
a iclnl ttt rhumaltsu< Le traitement to:< "" O'jnoiWAL veeDolteili alluifs gratuite el brochure rtpllcatlrem
HQ(i <'|.n, l,s bomi.l pliunii.itic. l'i, |ar pur le Docteur (IIKaI i>. pliai iiiucicil, Laljomtoiri' '' IWium
. Une lli.l.l LVO UII.I.IN | _
*&uamat**ua
SIDE
| vous (iltend ce soir,
Mesdames el Messieurs.
Mi1, l'origine 'ri aine, esl
eu .ii | i ce ha ien, cou
menl la loi de 1907
la ni i malil
H y a eu i ci jours-ci de
I ir es i lu' d'inond <
lions da s in on lissemeDl
d' tquin, Les communie liions,
i ,i m monte* n e n d a n t un
moment,oui t rtablies gr-
ce I activit la 1). (*. I'. '' L'ingnieur e
chel, MrJeannot, est sur les
lieux.
Le mandat de cinq ans
Le rapport de la Commission
de rvision constitutionnelle
document dont il y aurait beau-
coup dire contient ce passa-
ge relatif la prolongation du
mandai des actuels dputes :
On oublie qu'aucune entrave
n'a t mise l'exercice de no-
tre mandat, aucune limite assi-
gne notre activit par le peu-
ple souverain qui nous a laisse
le soin d'organiser nous-mmes
la procdure de rvision. Ce
sont ces considrations qui nous
ont fait porter le mandat des
snateurs six ans, sans le re-
nouvellement biennal pal srie
dt la constitution de 1889, et
qui, jointes aux circonstances
pleines d'alas des temps diffici-
les que nous vivons.nous ontd-
cids proroger le mandat des
membres du corps lgislatif el
des conseillers communaux ac-
tuels.
On reste surpris devant la
purilit d l'argument.
C'est donc parce que aucune
limite ce qui est douteux
n'a t assigne au pouvoir cons-
tituant de ces messieurs, parce
qu'on leur a laiss le soin et or-
ganiser la procdure de revi-
sion, qu'ils s'avisent de prolon-
ger jusqu'en 1-37 leur mandai
lgislatif ?
Ils sont bien modestes, t our-
quoi s'arrter 1937 ? Fendant
qu'ils y sont, ne pourraient-ils
continuer leur activit jus-
qu'en 1942 et mme au -Jeta /
Ils paraissent assez mis en
got pour se donner, sans que
l'on en soit autrement surpris!
un mandat plus que long : ina-
movible.
Mais le rapport lui-mme a
rsum le jugement du paya
tout entier sur le projet extra-
vagant de nos reprsentants.
* On vous uua, y lit-on.
dir reste, que nous sommes des
usurpateurs, que nous outrepas-
sons avec une dsinvolture qui
n'a d'gale que notre sans-gne,
le mandat qui nous a t cou-
d. Ils sont avertis. Mais ils
ont assez de courage pour bra-
ver l'opinion publique, Faul-il
aussi dire assez inscrupuleux
pour s'octroyer pareil avanta-
ge ? Le rapport", en tout cas.
proclame gravement que tonte
la sophistique, qui traite du rv
mandat lgislatif. On tableau
bross au plus noir y esl l'ail
de la situation du pavs.Les plus ,
graves prils.parail-il. nous me- riton demande que
nacent. Il n'est quede dcrter
Charles Moravia pr n< s-
iuue : ( Si le gouverm nient
ne se dcid pas h i nier
miery, ii i n cuira au gou-
vernement.
Dans une lettre au TEMPS,
la Patrie en danger El de nous
armer de la plus mle foi .jaco-
bine. La Convention nationale...
(.'est la Chambre lue le 10 jan-
vier...Elle remettra ses pouvoirs
au peuple souverain quand elle
aura sauv la nation et... aprs
qu'elle aura lu le Prsident de
la Rpublique en 1936.
Car justement, le plan quin-
quennal de ces messieurs vise
s
dcision des dlgus de la na-i a faire d'eux les tutuiS lecteurs
lion est souveraine et n'a pas prsidentiels.
de sanction. C'est l la grande violence a
l'as mme celle de la morale l'ide rpublicaine, aux prinei-
publique ? ] Pf dmocratiques, la souye-
, l , Am ramete nationale. El aussi I m-
Les commissaires ne sen en vj|K.ibIe objeclion a ,a proion. i sent un
galion jusqu'en 1937. Il laut J2.13O.00
barrassent point. Qu'est-ce (pie
cela au regard de l'intrt per-
sonnel de messieurs les dpu-
ts ? Ce qu'ils veulent, c'est du-
rer leurs siges. Le plus de
temps. El cela, ils le veulent
contre la raison, contre la d-
mocratie, contre le pays.
Leur seule convenance a d-
cid en faveur du mandat de
cinq ans. L'admettre une loi
pour toutes leur a paru la ta-
on la moins inlgante de s ad-
juger les trois annes qu ils veu-
lent prendre. Toute celle explo-
ration historique du rapport
pour montrer qu'on s est inspi-
r de nos traditions de droit
public est un trompe-ld. Per-
sonne ne s'y laisse prendre.Sauf
pour admirer l'habilet du gles-
seur.Le rappel des constitutions
antrieures, propos de la du-
re du mandat lgislalil, lies!
que 1)OUr donner, sous rderen-
apparence d'non-
Conseiller Financier prsente
ses plans et projeta i our
briser et bloqui r la Cl be. i
Il e^t probable que si i OUI
attendons cela, nous alen-
dro is longti mps...
Le mme Critoo crit
que le Conseiller-Financier
peroi dix mille dollars d'ap-
pointements Non, cet inga-
lable expert loin lie du tr-
sor national quinze mille dol-
lars, annuellement.
^l Les recolles gnral s
pour les sept premiers mois
de l'exercice en cours a ii li-
sent une d ; m i n u I io n de
0 gourdes par rant oi t
Propos
humide:
L'a Iminislral'on communale di
Grau
\ ille du dpartement du
ii.iine il.mis un lu lui cas. llle doil
quelques quinze m i de loj ei ilo la
>n occupe par es bui e iui
Sun ic ileur, ne pouvant plu al'en
l'ippeta en jn tic pul wh
lui ni donne. Lexcution cul lieu.
On n ou va un nouvi au local o l'on
transporta I' mobilier de l'Edilil
11\ iroise. Ce n'l lit pas
Uni. i en meier, aprs sa maison,
tenait son d. Il allaiI demandei
ilf transformer la
en saisie-exculion, L'administra-
tion communale de la seconde ville
du Nord se trouverait s ms mobilier.
A i e moment l, une ide ingii ause
\mi au maglslrpt. Il proposa au
crancier qui, lin amalein, necepla
incontinent,d< payi i en mil '\l S \\{
', un: CACHET nOn. dont la force
libratoire esl incotnmen&urubl
.. Toi! ; v rc inflnimi ni da
Liisjr ""c !n 1) (i, T. I*. s'oc-
l'upe (V- la rfection du Iron-
i,on del ma Amricaine que
oupei i 'es rues Deatoucbeaal
'aserne* et dont nous signa
'ions IV lat dploiable. Ur.e
quipe, i ii eftel, y travaille de
mis plusieurs jours, avec acli-
, sou la rondoi'e du lore-
,ian Massillon, (l'est du beau
ravail, el nous en llicions
'ivem< nt I Ingoiaor en Chel
Jeannot.
... a vu a la ruejj\mr .aine
nie dame qui conduisait, elle-
. m', son aulo, clabousser un
passage un gentilhomme (| i'f
i i';r. ei se, avait le loti d al-
r pi d. Ella ti ai ni sur la
hamp, descendil de voiture.
excusa et insista taul cl si bien
;ue le gentdhomme consentit
irendre place dans la voilure et
i se I in ii'. i econ liii: c chez lui.
i on des ni viles ont dt'bul
tinsi, qui ont le.u conclusion ...
i ("\ I,. | e, ,
i
... VOll qu'il n'< st pas rare,par
s sous ne cliir de lune, que
les dames el demoiselles, lati-
{ues dejse promener, et trou-
vant Ions les banoi du Champ*
le-Mai S occups, prient un ca-
r de leur cder la place.
)m, mais il est Rtsez rire qu'ellei
issenl prcder leur petite re-
lute iln salai d'usage. A la n-
anterie des hommes, doit cor-
pondre ao. moins la politesse
lu se xe Inible. Dites d'abord
tonsoir, Mesdames, el ce sera
'oujours plaisir de vous cder
i place*

.. voil que la liaison /''"// .
\u.vil i prsente comme lou-
jours, in ni au mariage, le. plus bel
assortiment de meubles dont
puissent iver des amoureux.
uiuteinent proclamer que n'es i celle de la me priode de
lections lgislatives doivent)|'exer i lenl soit une
prcder l'lection prsidentielle) proportion de 0,8%.
de 1936. La nation doil tre Con L
A la Lgation
Britannique
I lier a eu lien la Lgation
Bril innique u n e chai niante
rception l'occasion de l'a-
niversaire de la naissance di
S. M. le Roi Georges V, H o i
de "Grande*Bretagne, d'Irlan-
de, el des Lnitoirea britan*
niqut s au del dis mers. 1 ,m-
pereur des Indes. Mi Ile W
et le distingu Charg d'Afl
tes de S. M. Britaoniqi e onl
fait les honneurs de c i- r-
ception avec ni e courtoisie et
imite, au plus lard le 10 janvier I La din.inn ion pour les un tact parlaitS.
1936. Elle investira d'un non-i recettes douanires esl de
veau mandat ceux qui seront 11.^51.000 gourdes ou 78o/o.
appels lire le chef de l'Etat. 1 pour iea taxes internes de
Ceci est conforme la doctrine j9u ).i)ou gourdes ou 21 S
- Tous U s services pu
notre rgime dmocratique, i
l'intrt national.
Le mandat de cinq ans pour
les dputs acluelsest politique
ment impossible.
Victor THOMAS.

ECHOS
ce du passe,
n "
- On aura l'occas'nn de
voir dimanche soir Hatia-
na un trs beau ilm
I.MME
.A
du Voisin avec An-
t
ous dira, en nous a
dj dit,
ltet au coup de la prolonga-1 dre K,,anne et Dollj Davis.
ion jusqu'en l'.'l7. ( L'adaptation musicale sera
\u vrai, c'est un coup cl Liai i. -^ r Ouvillard et l'on
. .......;,1i,,u ili- rvision ..___. __.. lt ..i..;-
tes
ont l luit U ors cip< i ^es
pendant I < s sept prem t i s
mois de i't sercce, saul le
arteineot de l'Intrieur
qui accuse, par rapport la
pri oie correspondante de
l'exercice prcdent, un i xc-
drnl de 116 < 00 gourdes ou
13.3 "/,.
I 1932, I ba-
lance disponible lu In
eta .C0J gourdi .
La Mission Patriotique
aise u' i
Uni
Nous renouvelons a i Char-
g d'Afiaires Wail nos sioi
rts compliments el nos sou-
haits les meilleurs A l'occa-
sion de l'heureux anniver
saire.
aUe l commission de rvision U(jmnienCera pair OH propose a l'Assemble nationa-1 soa(>re t, ,,.,. Icu in, ..e 'i i
fe. Cela ressort del partie de ^ ^^ Myrcel Leysls;; de Lon sa. contrence sui I
Wn i^^ieialri0tSdominiayot communiqu les ptcesjDwr l^aris, de Mirmil ha- Diapeau.
laut al'er voir eu]

voil que si aptes la
aux deTfe
Soulages
sans "droguer
.- Prictionnes Vicka
I 'l sur la poitrine.
Souvent une ap-
plication su
VICKS
VARORUB
PourTout Refroidissement
esprit Ue vieillerie
pluie
vient le beau temps, il est non
moins vrai, qu'aprs le bea
temps, vient la pluie. On garda
dors la maison, mais si l'on a
ir ] revoyant, et qu'on s'est
ichet l'un de ces phonogrt*
ohea, mervaillem le netle' et
le sonorit, qu'on trouve ch2
John Woolley, la pluie n'est
plus qu'un rbarmanl prtexte
[aire 11 grasse matine et
couter les dernires chansons
de Fiance.
*
... voil que vous vous plai-
nt / du mauvais tort, et que
uns laisse/, passer les occa-
i< i s de le conjurer* C'est di-
1,1 inehe .. demain, le prochain
n; ge de I i l.oieiie Nationale...
ei vous n'avez pus ei.core, je
suis sur, achet voire billetI
Vous le regretterez, mon ami !

... a vu le ch: ulteur du M*
mion'S-04 bloquer complte-
ment une petite roelle troile
en s'y tenant au milieu, malgr
>, observations de ceui qui ar-
Cei laufiard
torten gueule d'ailleurs sem-
b'e tout ignorer des rglements
sur la circulation des vhicules.
La Police ne pourrait elle pas
se charger de les lui apprendre?

,., a vu, l'Ilo'el de France,
un homme attabl < ut seul de-
vanl rre i une rx uteillf.
iiel dse pi n vous mina ?
s'inlo ma u
i lse i oii vous n'y pen-
i / i it le soliisire. H
me oigne au contraire.
elle, il
I, qu'il pr* -
i de l'authentique doute
d'or BarlHinourt.


i


I. 2
ll UMiLa 4 Juiu 1
ftlBLIOfiRirillt
La Fin
du Marlyre
pose un esprit de sacrifice, grce laquelle chacuu ptntlHf sonl ito0-n. Mis ioverae-i
i une lorce de volont que bien I dterminer lui-mme avec la-1 ment, grce aux tacilits qu'of-I
I' ent et le lot de ces r cilit les menus qni lui con-J tre l'emploi du coefficient obi-]
i.n....^ lU J'exiger des renon I viennent. Car il ne s'agit plus de j signe, ceux que tracasse une.
cin'nls s'uvent auss pnibles I rgimes, de disciplines tasti- maigreur invtre y trouveront j [^ m
m es in.ux dont on prtend .dieases et pnibles. Le docteur au-.m le BOysa de i'clufljr...
DEURLEH
c
II
di ?/^v i v i q g ne s
(2 v>/I)C3SG >" s h'urcusemen', serait-on
i Ivn d'ajouter.
Par le docteur l D'ailleurs les rgmes propo-
A. Hi:mmhu)Inc.i:ii ,s sont-ils eflicices contre lo
On a beaucoup crit, dans ces!"'*i' Y t'ai toujours. Souvent
dernires annes surto >', sur ] auteurs se sont borns des
I hygine alimentaire et I s in- dications gnrales Irop va
convnients d'une alimen: ,rion " pour que chacun puisse en
UM riche. Le Docteur Victor M >re une application particulire
PAUCBBT, en particulier, a pu- son propre cas. Des erreurs
bli quatre ouvrages d'hygine nt t commises sur le pouvoir
Lorale, dont plusieurs cha- l obsifiant des divers ali-
iVres sont consacrs l'intoxi- ments. Eofin on n'a pas port
ration chronique qui rsulte ure attention sulfisante aux
de l'habitude dune table trop dangers d'un
copieuse. Des hygiois'es ont mal conduit,
prtendu combattre celle in-1 Le docteur UBMMBRDINQBR a
toxication et l'obsit, qui en est voulu reprendre la question
lue lonne, par dts rgimes d'un point de vue plus pratique
spciaux{restriction alimentaire en mme temps que plus ration-
quantitative, jeune pt-iiodique, nel et p us scienlilijue. II ap-
vgtarisme, recherche les me- porte une notion nouvelle, le
mis insipides, etc.. cotllicient obsigne , vri-
se g rantir. Les vertus ascU-1 HEMMBRDrNGBR comprend et ad-
sont pas donnes met les plaisirs de la table. Le
tout est de ne pas abusr et
d'tablir convenablement ses
menus, selon son temprament,
son ge, ses dpenses muscu
laires et... sa bourse. Son m-
rite est de nous donner des
exemples de menus hyginiques .
_._:x. _.. : .....U.Jaaal n .1 <
varis,
palais les plus ralfinset qu'ac-
ceptera toute cuisinire digne
de ce nom.
Une autre originalit de l'ou-
vrage, c'est le ton plaisant et
humoristique de l'expos. Nous
Hiieui i ne sommes pas habitus ce
genre a la lois scientifique et
Indin. C'est de la vulgarisation
prcise et agrable. Ces! du
Victor l'auchet revu par Henri
Braud.
Tous les obsen devront na-
turellement le lire, et aussi
volont.
Les mdecins eux-mmes,
malgr la lorrae vulgarisatricede
l'ouvrage, y trouveront, spcia-
lement dans les chapitre* qui
l^urs sont destins, des i dica-
tions utiles au traileme.it de
leurs malades obse
C'est un livre qne "Mot le
qui conviendront aux j monde a intrt connatre.
oyen prlr et le plus singulier pour rea !re
lisses et ou, lu.
s eh
veru
Un /olume broch ( prsen-
tation originale ). Prix. 7 t. 50
Aux Editions J. OLIVEN, 65,
Avenue de La Bourdonnais,
PARIS
Inondations
St-Marc
Decurler
.i h olument inormsit, la chevelure reste mtnre!le *>' iin' hi >a
Dacurler
est une pL' prouve et recommande depuis de nonibreu-w,
anres. "
Decurler
atteint mojours son bit cause de sa bonne composition
So" nv-'oi
Decurler
aussi agrable et a autant de succs, que le pta
duit st peu remarquable. '
En vente seulement chez :
Geo. G. Bohne
ceux que guette l'adiposit aux j
Tout cela est lort b en, mais table unit pratique de mesure, environs de la quarantaine tt
EN FAVEUR DE
E
0 -
Sous extrayons) de noire
confrre La Phalange du
Aonh lu lettre suivante de M.
Chambre Un grand voleur
des Dputs' reParat
Sance du 3 juin 1932 Le public doit se souven
r 1A d'un grand voleur de btes, qui,
La sance est ouverte a 10 Jf\ s ,us de ^
heures 20; il D y a pus Je pro- ans> dvastait la rgion corn-
i. es-verbaux prts et la lec-j ot\m% de Mariani la plaine de
Louis Mercier qui Contient une ture de la correspondance ( Logne. Condamn trois ans
excellente suggestion, la- 'puise le deuxime point de de prison, il bnficia de ta mtse
quelle nom avons prcdent* \l'ordre du jour.
ment (ait allusion: l U prsident Loubeau attire
d'attention de ses collgues
sur un message de l'Excutil
discut la plus
Monsieur le Directeur,
Permettez-moi de voua son
msltre un projet dont la r-
alivdtkri peut lournirdu tra-
vail au moins quelques
centaines d'haltieDS, ce qui
ru rail, dans les temps actuels,
absolument apprciable!
Un commence libriquei
des chapeaux du pays, soli-
des et beaux. On les lait en
piille de n/.e-i lalauicr, en
pi te. \
il faudrait pouvoir cteudre
celle industrie, imposer en
quelque sorte aux hatien
l'usage de ces chapeaux. Ct
qui me semble facile. ^.7"
D'abord nous avons en Hati
KO.000 lves qui li uenteni
nos coles. A tes coliers, ut
pourrait-on pas conseiller dt
ne porter que des chapeaux
Isbriqusjfen Hati ? Chaque
ablissemcnl scolai e choi-
sirait unQinodcic qui tarait
partie de l'uuitormj II y au
rait le chapeau de tous let-
jours et celui du dimanche.
Je connais au Cap des per
Bonnes qui s'engageraient
t )uruir autant de ces cha
peaux qu'o en commande*
rait, et a soigner leur travail.
Au lieu de taire venir dl
l'tranger les casquettes et le
chapeaux qui coriteul ass-
cher, il est lacile d'introduire
surtout daus lageol scolaire,
la bonne habitude de porlei
des cha peau i faits en Hati.
lit puis ou tablirait, poui
lous les hatiens eu gnral,
un jour ou une se marne inc-
lue du chapeau lu ilicii. Oi
accorderait un dlai raison-
nable pour permettre aux plus
humbles de nos compatriote*
d'acheter le petit ibapeau du
p.y
(|ui sera
prochaine sance.
La Chambre vole enfin les
quelques articles rservs de
la Loi sur le Hien Rural de
Les tories pluies de ces
jours-ci ont dtermin une
crue de la rivire qui traverse
la ville de St-Marc. Celle-ci a
t inonde. Le pont sur la .
dite rivire est compltement'
dtruit. j
M. Guerrier, prfet, et sa '
I tamille.qui habitent le voisi-
I nage de la rivire, ont t
ir sauvs miraculeusement. Au-
cun accident de personnes
heureusement. j
La communication, entre
les deux parties de la ville, in-
terrompue pendant quelques
heures, a t rtablie. La po-
pulation,un moment iuquite
ct^ <'u Grand Ho el fie Franrp.
Piix : le tisnd po', Or 1,00 ; le moyen po*, Or 0,70 cts.
en libert loisque le premier
Secrtaire d'Iiiat de la Justice
du gouvernement actuel lib-a et trouble.a repris son calme: t
un grand nombre de prison-
niers sous prtexte qu'il y avait
tiopde dtenus la priso i le
Port-an Prince,
C'est le nomm Marc Damus
Le lieutenant Mode, tonn du
changement b'usque surve u
Famille, et l'ensemble de l' ] dans le genre de vie dcernai-
Loi est ensuite vol.
Les dputs Zimor et La-
guerre donnent lecture de.
deux rapports de Comits: le
premier sur la circulation des
vhicules, le second sur la r-
irganisation de la Direction
gnrale desTravaux Publics.
Le dput Auglade ellectue
e dpt d'un projet de Loi
sur la pension civile.
C'est une loi de .'!0 articles,
lotit les principaux sont : lo
la suppression de l'accepta-
tion du Conseiller Financier
de la demande de pension; 2o
la constitution d'une caisse
le retraite et enfin 3u le rem
booraementde la retenue aux
employs qui uuraieut at-
teint l'ge de la mise la
retraite sans avoir le temps
de service exig par la Loi.
La sance est leve, plus
rien n'ayant t l'ordre du
jour.
CONCE
.CARMEN BROUARD-MAGLOIRE
N'oubliez pas que c'est ce
soir qu'aura lieu au Cercle
'iellevuc la soire musicale
irganise par Mme Carmen-
Brouard Magloire et ses l-
ves au profit des uvres de
l'Association Hatienne des lu-
'.il mii es Diplmes. Si l'on
considre que des milliers de
os entants vivent dans hi
^iie et dans lo mi re, et que
tout en assistant un vrai
rgal artisli |ue, on aura l'oc-
Tous les journaux, au asion de soulager la grande
moins une lois par semaine, I lelresse actuelle, ou n'hsis
leraieut une propagande nom liera pas se rendre en toule
nos chapeaux et ni libraient / e soir au Cercle-Bellevue.
pour
lai eur, le prit en lilature fi' une
descente de lieux en sa de
meure Thor et trouva dans sa
cour un bon nombre de che-
vaux, mules, nes Interrog sur
la prsence de ces animaux eli v.
lui, Damus lpondil qu'il m
avait lait l'acquisition rgulire-
ment et,qu'il en ditrait les |a-
piers. Il communiqua au beute
nnnt Mode des certficatl de
vente dont les lettres des tam
pes ne correspondaient nulU-
ment celles que portaient Its
botes. Il lut arrt et une en-
qute se lait actuellement pour
fixer la complicit prohable tu
chet de la police rurale de Bi-
zoton, le nomm Pli o..mon.
Selon toutes probabilits, cte
vols ont t commis dans IbSud,
car tous les certilioats sont da es
de Balnal. Parmi les htes p -
senlant une relle valeur se
trouvent Ir ois mules por ni
les lampes C. C, C. B et E. M.
Ceux qui oui perdu ces b *.-
pourront anler la Police
bip il Bniuvcmenl la tulp>\> n
t du maladiin poui que aj s-
tice le mille enfla eu lieu ;in
pour la quitude de nos braves
campagnards.
Le gouvernement a adress,
par l'intermdiaire du prlet-
des condolances la popu,
tion. Nous y joignwns les no-
ires eD priant nos amis de \
St-Marc de recevoir l'exprs
S'on renouvele et toute no-
tre sympathie.
Dernire heure
Cin-Ialdy
DEMAIN SOIR
4 HEURES 1/2
Le merveilleux fi m i
Au Service du Tzar
Entre ? 0 0; Balcon : l.uo.
A S UL'JKES
Une comdie charmante, lgre, pleins de gnP, se droulant
d'iis les merveilleux peyaav-a de la Cte d'Azur :
La Femme d i Voisin
Di'Se m s' ii> If .1 par Doit) l>. ^ is Suzy Pieraon. Andr Roanne et Fernun I Fabre.
On com ntncera par ur. Eclair-Journal sonore et pjilant.
Entre : 2, 3, 4 gourdes
I
Une dpche tlgraphique ;
annonce qui le pool de Agua. ;
nioueth, l'entre de Iliuche
a ete emport par les eau\
de la rivire du mme nom. '
A St Marc, le pont Pivert |
a t dtruit, de mme que
le pont du chemin de fer. il
y a un mort Lacombe.Plu-
sieurs maisonnettes ont t
dtruites. Les routes sont in-
rancbissablea* Toutes les
lommunications sont inter-
ceptes.
- M n.lur.l. d. CHAI
!.e talent de Mme Carmen-
Brouard Magloire est Irop
onnu pour que rous la re-
inman liens au public.
Le prix d'entre c t h\
1 gourde?.
Ie ln.itiens,on ne | eut qu'en-
cnurager ce projet.
Laucei, |&r le Directeur,
ide. Revenez souvent sur
la question. Inlresscz-y tous
i confrres de 'a presse,
vjuaud nous aurons obtenu
: de cause, noua donne
ron> un nouveau projet.Quelle
honne pture pour un jour-
que nous pourrions nous-'mil que ces questions cono*
xniiiis i partir d< ie (iniques que diaisso s
Uitui, i,i,. u Ki li ii ipoui plus ,i 'i mil
habitude u uous servu Jneui !
chapeaux taits en Huai, avecI Recevez, Mr le Directeur,
de pi. duiisjbdiliena, par des j mes hommages,
plains baltisnnes, l'usuel Miac:isa
la ncessit pour ru s com
patriotes de ne poi Ici le joui
ou la semaine convenue qui
des chapeaux du paya,
cL'ili de chaque prurna
dnoncerait les hatiens qui
n'auraient pas obi la con-
ligne.
ht ce srail bran de ne
voirpendnnt quelques jouis
que des chapeaux du pays
,'orts par uosiemmes et nos
mines, nos vieillards, aussi
bitn que nos cillants.
Quand 00 pense que de
nombreux ouvriers halieni
piolileiaieut de celle aobaim
\
ys Rachitisme
Lymphatisme
Croissance
Bronchites, Anmies
MORUBIASE
Extrait de Foie de Morue
Urradii, Vilamln, sain eorpn (ras)
OU* formt da Pllul.s Sranul
Reinplaco avantageusement l'huila da
foie de morue, se praod t romma hivar
DpOl Laboralolraa CROSNIER
6, Rat Chanointut PARIS
DEMAIN SOIR
L'INDOMPTE
avec Jorn Crawlord
Entre : 2 et 3 gourdes.

t
W^
\
An
da Char* t t*u*
at
IllilUdt Foie de Morne
Agrable au got tt fbctnnnt
Jlgettlble elle ett U tompkxe
rparateur de la Nutrition pat
excellence
Laboratoire. RFXAGN0N & Ce
Pharmaciana
' Gnral peur l'Exportation :
Ch. MAGNANT
37. rue Dt-ioud PARIS-16*
A aHaaMaaii P' W. BDCH4 Pa"F.lOvHJIHt
louer
Pour la saison ou l'an-
ne.maison Plionville.Pour
renseignements, s'adresser
Mr de VENDEGIS, avenue
King.
Etto soulage
l'estomac acide
La paresse intestinale est la cause ordinaire
de la dsagrable acidit. Repoussez-la
vite, agrablement, en buvant un verre de
ptillant ENO'S "Fruit Sait". Prenez ENO
rgulirement pour corriger cet tat. ENO
dbarrasse le systme des lourds dchets
et prvient ainsi l'accumulation des
poisons qui forment l'acidit.
ENO S
FRUIT SAIT
Toutes les Polices
DE LA
i
1
m
m
M.

4g
^comprennent la Protection contre la
^ Foudre sans auqmentation de tauxj
B Vuq.LeBoss$>\
& Aqents Gnraux
a w ,jiaim wwm i ini unf fcfrwB-rt ft ^
t-


!'" U'TN 4 J in ;
PAGL
Rhum Barkuifoiiri
.?a. a*
Dwtf la renomme esl universelle a gard M premire .face
Demandez partout : '
UN BARBANCOURT
Dpt : Mue Csar.'
Paris ... sait, comment
conserver
ce teint d'colire
| v
.
Mass nous apprend que les beauts parisienne
ont adopt ce procda de toilette t b535
te* ZrVJ f^il Pf0cd command p
les spcialiste de beaut" de toutes les villes
d Europe et par 23,7*3 de leurs confrre, a Y ranger
^Aidex votre spcialiste de
%*""..* >*' "ruant de
Palmolive, dit Mass. Je
recommande a toutes mes
*fpr de savon autre que
Palmolive. Et celles qui
savent mes conseils profitent
davantage des effets salutaires
ae mes propres traitements.
1 o"''femme devrait aider
> spcialiste de beaut en se
servant de Palmolive. Sa
"""Position base J'huile
vgtale est sre, adoucis,
lante et calmante."
16 an Dabnoo, ftm
a:: ma Railroad Steamship Une
Ag< n's aux orincipaux oorts d'Europe.
Service ae fret cl de passagers en//ej
F Europe cl (Amer'que.
t. W. SlIELlH N & CO, Ltd.
1 '. Junits Street,
I IV! 1" tL, INCLA*
le Jllidmx 'umt ttioliM' d, la du t.
*ni,m yanii fsrtit, aux Irailmenn -
,1
Moby A Company,
Allanlic Freighting Corp. Div.
155 Honlcvard de S'iasbourg,
"i "\ |",rance
Moby & (Y.M pan Y,
Alai.ii- Freighting Corp. Div
'i Cjuai des CharlronJ,
Bordeaux, rrance
l'ernu deron & Slo-kwell.
Bwite Postal 78'
H re, France.
Angleterre
T^rt''- W.Shi i.don & Lid.
Fen'on liouse,
112( 113 Fo ichi rch Street,
Lob Ion E. C. :'., England,
Trance
M i"> A Company.
Atlantic vn ^litinj; Corp.Dt.
3, Rue SI Y Di eut de Paul.
Pai is, Frai ce.
Moin tv ( OMPANT
Atlantic Fi i^lnm^ Corp, Div.
7 Rue de la Rpublique,
Marsei le, France.
(iellally H IN Kl y & Co,
21, Rue de la Rpublique
Marseille, France.:
i demuile amc Palmeliu
'arsiurtne
jusiiJnj
an ut, .!, hiaull rlfull, fi
cempu eu nemen ae m
clienln dis ariiticratii m
Iimi lu f,y, fEuret,.
* Consultez votre
Spcialiste de Beaut
Dan, o"re propre rillo
quelques pi de chez tou peut-
treil y g une experte des
plut comptente quipe d*
manire i ou offrir let nom-
breux loin, qu'exige la beaut.
Laiiiet lui accomplir ce qua
peut aeule accomplir un par-
orme bien pcialiae. Con-
ultez-la rgulirement. C'ait
un habitude gui en raut cet-
taincBiaal
LE clbre Mass
' donn
Paris le moyen de
"conserver ce teint
d'colire."
Paris, dont l'at-
osphre mme respire la
beaut! Paris, o des experts
tels que Mass reoivent la
?isite des souveraines rgnan-
tes. O la noblesse, l'aristo-
cratie, les cantatrices d'opra et
les grandes actrices demandent:
Comment puis-je conserver ma
beaut* Que dois-je faire pour
farda ma peau frache?
L, plus qu'ailleurs, les ex-
perts en baaut sont fort re-
herebs et lorsque Mass se
pronona toat U mond
I coute.
Eh bien, Masse, de AMte qaa
le dittiaguls tpciaUtaja cta
9<>a,de entier, OVMfflj M
traitement domicile des plus
aiss. Enduisez d'abord 1 pi-
dmie d'une pte de Palmolive
et d'eau chaude. Massez dli-
catement la figure et la gorge,
rincezensuice l'eau chaude...
puis i l'eau de plus en plus
froide. Voil! L effet obtenu
n'est-il pas dlicieux? Et votre
peau n'est-elle pas ravissante de
fracheur et de oeaut?
Les femmes se servent
d'huiles d'olive et de palme
Pour la toilette depuis les jours
lointains de Cloptre. Ce sont
ces huiles, et ces huiles seules,
3ui entrent dans la composition
u savon Palmolive. Elles lui
donnent sa coloration verte et
naturelle que l'on s'est habitu
associer au mot Palmolive.
Servez-vous de Palmolive m
pour le bain et pour la figure.
Q^3
... Allemagne
Rair I',c,i,,li!)r.' Corp. Allanlic I reichling Corp.
aiin iaus, Hamburg 1, Germauy. Breitenw(g55,Bremen, Ger.
Hollande
}" llc ''Veighling Corp. Allanlic Freighting Corp.
111 w.c'!> Division. ~~2 Koningin Emma plein .*'
' Smi mann A- Co
mpany
* O Bo. 1009, Rotterdam [[.ollaue, %?<
Sude
Rotterdam. Hollaml.
<, twnP dl JUciiVijL
' W. Larka,
Allbolic FreiohUna;r0rp.iDi?! '
- psbron 10,
S i Klioim, Sweden.
J/B Pettersson et huimstn m,
AManlic Freighting Corp. Div.
^eppsbron 3,
( o'tenburg, Sweden.
^ Sven^Jans on ci Company.
Atlantic Freighting
Corp. Div.
Norrkoep Igi Sweden,
Simon !.(' itron :\ B]
Allanlic I reighting)
;;, Corp, DivJ
Malmo, Sweden.
Berohard {Bergh & Co
Atlantic Freighting Corp., 1) v.
Halsingborg, Sweden.
Belgique pagne
2tlantic;Freighting Corp. Agencia Maritime Delgado,
e/o Steinmann et Co^- ; celoni Spain.
4, (Jj Jurdaeus,
Anlvverp, Belgium. r, ?Sr Norvge
iar
STEAMSHIP UNE
Porl-au-rince (, Hati )le
2 Juin 1932.
BULLETIN No 92o
Le s/s Ruenaventura >> est
attendu a Ft-au Prince (Hati),
venant de New York le mardi
7 Juin 1932
Pas de'correspondance. Il
partira le mme jour directe*'
ment pour Cristobal, Canal
Zone, prenant fret et malle.
Agent Jas. H-C. VANREED,
COMPAGNIE GNRALE
TRANSATLANTIQUE
La Compagnie Gnrale
Transatlantique a le plaisir
d'informer le public qu'
partir de cette date elle a
rduit 140 dollars le prix
des passagers en 1re classe
d'Hati au Havre sur les pa-
jquebots Carimare et i Saint
JDomingue. Ces bateaux se
recommandent par leur con-
fort et leur service irrpro-
chable.
Le steamer Carimareest
attendu Port-au-Prince le
26 juin et les personues
' dsirant voyagtr par ce va-
j peur sont pries de bien vor-
loir se faire inscrire ds
prsent.
Boite postale : a 174.
Tlphone : 3220.
F. M. ALTIIER,Agent.
Hue du Quai.Portau-Prince.
quand VOUS AUREZ TOUT ESSAY
que rien n'aura russi, prenez encore U
Sirop C. FRANY pour adulte*, -roui serez ouUkV
A la premiers cuillere et luri avec
Un flacon.
Noui aarantutona, noua a(rnni
1 * -i are de ce airop pour
celmer d abord et gut-nr eaauite.
Son eciion et merveilleuee chez
le* -ASTHMATIQUES et dan*
le* caa de Touh rubcJlee, U
, < m Br_ncrit chronique, etc Dans
pour ADULlf-.S UTul^cuWpulfnoneif..!
H. m mm. pet du n,im.,li.u-iiwi,t U.., i-'
aas EafuU. do toui ot cicitim \n Imioiu;
il Mippfiir, I.. Mi.uri Docl'irne.
1 utuf. I mnmeil.
Lailacon. toute.pl..rni.ci.i: 1 4.80 imptrrmprl.
Feo doaucila : 11.60 Ui,t ,..; : Pk FR AN Y,
U. a., a* U Ily.U.^M. TARiS. R.C Siu IdW.
Danemark]
E. A. Bei dix Jet Company
Co| enha^cn, Dec mark.
Italie
A. Ceresn et Company
Via Banchi 3,
Ge.'ica, Italy.
Lauritz A. Devol.i a. G.
Allanlic Fieighling Corp.Dit.
Aalesund, Noiway.

LES ACTIVITES DE L'IN-
GNIEUR EN CHEF
Des qu'il eut reu la nou-
velle (ine la route des Caves
avait t fortement endomma-
ge par les rivires en crue.
l'Ingnieur en Chef s'esl em-
press de se rendre sur les
j lieux, mercredi malin. Gr-
ce ;'i sou activit el aux efforts
r apprciables de ses collabo-
I rleurs, la communication put
! tre rtablie. Revenu a Port-
au-Prince jeudi soir, il esl
reparti vendredi malin pour
Sl.-Marc ou il travaille .1 r
lablir la communication Si.-
Marc Gonalves el Gonaves-
Cap-Halien.
FIWamb
fft
RGNRE L'ORGANISME
FUKII TGE, APERITIP,
DIGESTIF, lil ( (INSTITUANT.
. lai l'harmiciea
A Port eu-Prince; Pharmacia ICCH

Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
\ sur la VIE
*
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
LE FAIT EST INCONTESTABLE
ii u 111 Saillie
C'est la quintessence des meilleures
jvarils de cannes d'un vaste lerritsire
j runissant les meilleurs terroirs
C'est ee qui tait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
I
*** an n,jV
ifaKi-W
4


Samedi
4 Juin 1932
Le Malin
26eme ANNEE N 7087
fart-au-Prince
Tleheae : 2242

;4JAGES
Voulez-vous
o
Russ'r dam v > 'udes uo
t*ire russir vos ent ts.grce
une mthode d'e l'iie-
nieot (htfsidtie excel
VOULEZ VOUS
Une profession aprs 6 a 9
njo:s d'tudes srieuses (St-
no-Dactylo, Langues vivante
Comptabilit)1 J
Songez que l'Institut TIP-
PENHAUR se recommande !
et s'impose votre nlicnlion
par les brillants rsultais d-
j^oblenus.
1537Hue Lamarre.
Tlphone 2S 11.
ASSUREZ-VOUS
a
la

Avis
Le public est| cordialement
Invit l'exposition fcjaca-
lionnelle organise par le.de-
partement de renseignement
rural.
A Damions celle exposi-
tion sera permanente et sera
ouverte au public partir du
2 juin, de I lis a. m. 2h.pm.
Fleurs Fleurs!
n trouvera chez Me'le Ti-
line Augustin, Bas l'eu de
chose, des Heurs, couronnes,,
corbeilles detleurs naturelles
etc, a bon march.
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
caus au.rui ta* J*J0><*'?*"TmShMoropt sont payables en JUtL
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
VCUVC l. *-*- Agent Gnral pour Hati.
N'OUBLIEZ PAS DE FMRE UM PLiii Ml
TERRACE GAM)EN
Chez W. KAHL
Petionville
pieds d llitude. L'tablissemeit le plus Lois les es
virerns de Pori 10 -Prin e.
utilement 15 minutes d'auto sur une excellente rtuls
s^aUe Tues merTeilleus.sde la ville et lu |.ort.
P Boissons de toutes espces.
SOUSAGENTS
Agent Gnral pour Hati.
Pnrt-flii-Pnnce; 1G. GILG
Port au m jEa>, BLANCHETJrm:e
DINERS
Vrrsogemenls particuliers
SVMIM
pour les pensions de joure
ei
laine ou de mois.
LA LAITERIE BAILEY
Livraison propre, hygine
que, en bouteilles hermti-
quement cachetes, l'abr
de toute falsification.
Transport lait en rfrigra-
teurs roues.
1813, rand'Kue, Port-au-
I rince.
allez chez
AVIS MATRIMONIAL
La soussigne dclare qu'elle
a abandonn le toit marital
pour mauvais traitements,
coups reus, menaces de
mort. Elle prie les autori es
comptentes de lui prter
concours et assistance, car M.
C.Charlemagne est venu,per
sonnellement le 28 mai a 1
heure et demie p. m., chez
ses tantes, Melles llermant.u,
rue Or Aubry, No 1520, an-
noncer qu'il compte.aire du;
scandale et des hcatombes.
Une action en divorce
lui cire sous peu Intente.
Mme CKAKLEVlAGNb.ue
Olga LIS8ADE. .
l>ort-au-Prince.le .50 mai 1932
AVIS AU COMMERCE
la P.namiltailroad Slea mship Line a l'a van tape d'an
r.eecer les dparts suivants de New York pour Porlau Prince
tftiti, directement chaque mardi, lousjes slecmeri sont
p.urvua de chambre trioornuue
Dcris ie hcw \ork. Arrivages a Po t an-mnee.
SJS "Buena ventura" le 1er Juin i' 12
8>>
Steamer
S'eamrr
Sleamrr
30
AUX
annes
ROY
de succs.
Xncon* le 7 Ju,n
Tiuyaqnil" le 14 jni 1*32
'Cristobjl' le 21 juin ly *2
Buenaventura" le 28 juin
hteamer "Ancon" le G juil'et 1932;
Steamer "Guayaquil" le 12 juillet
Panama Railroad Steamphip Line
JaaH. CYANREED
agent Gnral
le 12 juin 1932
2D juin 1932
le 2(5 juin 1932
le 4 juillet 1M2
le 11 inillel 1932
e 18 juillet 1952
CE
Sauvez
ST JULIEN S
S Lykes Brothers SS C lnc
An I '
T.*a. HalU Santo uommgo- Porto-RlooJ
I al service hebdomadaire el rgulier P"er *
irtt entr les poHs du Golle du Texas d.rectement m
''^our^'rSuUon'rapide e. I. -"i-eu, habile de vo.
,mpor!Lons, serve* vous toujours des nav.res de ' LYKE
VOS liVreS|L ^ fMMlam ,rrives, Port-au-Prince sont
N*A JAMAIS T FAIT
CE OUUNE PEUT ETRE DPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Venta
PmarmacieF. SEJOURNE
Angle des rues Koux et du Centre.
113, Rue Traversire, prs;
d'Esleve & Cie.
o veus serez servi souhait.
Sauvez vos livres et col
leclions en mauvais tat en
les confiant afl relieur cons-
ciencieux, honnte et habile
Etienne Camille,Rue Boune
Foi .
Laboratoire SJOURN
DlRECTURS
F Sjourn, Pharmacien _.
K.SL.iomiNK.IMnrmacieu le ^^S^^SSSnmM
M. SJOURN, Pharmacien le Universit de laiis.ancien
interue de, Hpitaux de Pans
analyses des Urines, du Si e gastrique du sang ( Was-
termann, Ure, Constante d vinbird, Glycmie).
terman., lnls. Des matires tcalcs.
Steamer Ruth Lykes.
Ueamer Genevive Lykes
Steamer c Ruth Lykes
Steamer Margorel Lykes
Steamer Alnaeria Lykes
tiureau: Rue du Magasin de l Etai,
Ba
6 juin 1932
10 juin 1932
17 juin 19-12
24 iuin 1932
1er iuillet 1912
[te Postale 1
l Loterie Nationale d'Hati
l
41
La Manufacture Hatienne
[de Chapeaux L Indigne
Lavez-vous dj (jout?
|/i bien, demandez dans
ious\les cafs, bars et res-
taurants de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale: le
PORTER NATIONAL
Agrable Fortifiant
Bon March.
BRASSERIE NATIONALE S. A.
Port-au-Prince, (Hati ).
Rue Bonn.Fol. Phona : 3358
La Loterie Natiotialed'Halti est
une institetian hautement humanitaire par la muIlipMMJ
d'oeuvres u'elle se propose "aider, une chance de wei
lre offerte aux homme* de toutes conditions de lorluie.
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers. Artisans, Salari m
tons oreres, Gens de maison ( domestiques. ) sans paru
leur budget moyennant deax goqd s, peuvent gagner irew
ille gourdes Patrons de Commerce.Chels d'Iii.iusiie.par
aux insuffisances des ventes, par l'achat d'un billet, qui vous
libra du souci des chances- ,
Mdecins Avocats. Ingnieurs, Snateurs. Dputes, Orano
ligaitaires de I Etal.Reprsentants de rlnlelleclualue, jour
alislas. .
Daanz l'eieespleala velre so'idani soeiaie.
Reatiers, eaaitaliites, aamnie en jouant, augmentez voir.
?cir' ., orhl
Tous ton a-ui habita Haiti, rendez-lui servicei eftaai
aal le billet ta la LOTERIE NATIONALE DIJA1U.
A le plaisir dannoneer sa nombreuse Clientle ,ua la
vente de ses CHAPEAUX se lait, depuis le 4 janvier, au
N' 2027, GRAND'RUF
en face ne son ancien local.
Les Clients y trouveront le mme accueil.
BON MARCHE. CELERITE. GOURT013IE.
| Martinez, Marcelin & C*
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOb\bAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DLFIANT TOUTE CONCURrtENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
itariMeeT nPSQlIt&MKttfft aff KaW Nt#t*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM