<%BANNER%>







PAGE 1

! i LL M VUN 2 Juin Wl RI MIRN Le Vrai Visacje de la France d* vos se.. :mnls vous complimenter SI Une lettre de Paul —o— RrbOUX Sir Paul Ilcbour, le dlicat crivain de tant d'œiivn* charmantes, est un fin bec... et ne tien cache pas. Nous publtom twee iniinimcnt de plaisir lettre ci-desw.is qu'il dresser ta court. C'est un hommage lie confrence sur le Vrai Visage de la France, [confrence qui /nt publie dons nuire journal dans les numros des As 1 t9,et ? janvier 1992) lui adresser tes lettres suivantes et rautoriser en outre d en donner ; cili de voire Œuvre. Jen'oi b '( ns amis hatiens, ni tout ce que je sais de leur pairie et des iuvrs si prolOO H la rjii ichent la mienne. DFXURLER Le moyen pr.lr et le plus singulier pour rendre les cheveux ii. V. cl es. qui „,. avaient laisse qualques pubhcallon. traits injustes dcochs, dam le\ Nout tommes heureux de re tenws varie tropspiritud rail[ p roduire ces lettres poui leur lecte, s %  ir nos Paris, le 6 Mai 1932. Monsieur Paul Gardera, 112, rue des Csars Port-au-Prince (Hati). i glac, un vei re rhum givrs de sucre, Quel chef-d œuvre .cher monsieur, que ce rhum dont vous avez eu l'extrme bon l de me faire parvenir une provision Bl abonnante Je n'ai pas voulu tarder en ouvrir une bouteille. Et.toul aussitt, m'eal remonte a la mmoire l'exqui | Benaalion que l'on avait, sur les terrasses des villas voisines de Port-au-Prince, lorsque l'on apportait.pai une chaude journe, [il, verre de ce merveilleux BUX bonis el MU lequel N P tenait, comme un papillon pos, le zesle d'un pelil citron. Cesi toute la douceur de votre lie merveilleuse q li ressuscite an moi, grce vous. Voiln qui va nie lournir un u rsislible agrment pour clbrer charmes de votre pairie, quelle je suis rest attach des liens M lidles. M. Slphen Alexis a d vou exprimer plaisir que nou 1 un tel envoi. rpondre d'une rayon l)ien intrieure, en vous envoyant un produit de mon er. Et trouvez ici, ave< I ussurance de ma gratitude, 11 Ile 'lema Irb vive sympathie. Paul UEBOt'X. q i &i| a Qfi fl l s t rpWii^i Wgrlc; eel inimitable arme que lui donne le lemps.Un lui de rhum que pavais rapport le Poilan Pi fini e en Un I a l clbre longtemps dans Paris, aprs la guerre. Car, durant quatre annes, ce rhum avait, comme un homme sauvage, vou dans le bois.Ki il avail gagn, ce contact, une sa\ eui el une douceur dlicieuses Monsieur Ph lippe Cmtave, Secrtaire de l'Alliance Franaise Correspoi dant de la Maison Universitaire de ''aris u Lgation de France en llaiti Rpublique Fraraise Port au-l'rince, le 2b' Ja (Il lili) Po l-au-Priuce. Cher Monsieur, Monsieur Philippe Cmtave Secrtaire de l'Alliance Franaise Correspondant de la Manon Universitaire de Plis. (Hiili) Porl-au Prince Paris, le 21 Mars 1032. Cher Monsieur et ami, Jai lu avec le plus vit intrt, dans les numros du 18 et 20 Janvier du MATIN, la confrence que vous avtz laite le 111 Dtendue sur le votre conlrence que r*al lue ivec le plus grand intrt. Vous ive/ admiraolemsnt sa exprimer lis nobles senlments que vous inspire la France el je suis persuade que votre auditoire vous a cout avec beaucoup d'intrt et d'allenion et aussi l motion, cai vous avez, on ne pt ut mieux, mon'i vos audi lis u Le Vrai Visage de la Monsieur Philippe Cantave Scrtai e de l'Alliance Francs Isa (Hati) Hort-au-PrinParis le 11 Fvrier 1; 12. Cher Monsieur, Que de. llicilalions j'ai vous laiie pojr votre Conlrence I Vi us ave/, dit excellenmineiit tout ce qu il importait de dire, vous avez trait merve Ile voire sujet, et je crois, en vrit, qu'on n'aurait pu mieux IV n e El le succs que vous avez remport a t certes mrit au plus liaul point. Vous avez lait de la bonne et lconde besogne. On ne saurait assez vous en comIphmen'.er. Merci mille lois de BePe Con' ence. Je lai lue. avec intiniment de plaisir, heureux d'y trouver l'expression parfaite d une intelligence prompte el lucide, d'une culture tendue e' d'un esprit alerte. Ai-je besoin dnjoulerque j'ai t particulirement Sensible aux passages si aimables que vous nous avtz consacrs, a ma fille el ino> ? Avec un protagoniste t i que vous, sclil, dvou, et distingu, les|relalions amicales entre nos deux l'ays ne peuvent que progresser pas de gant. Je suis persuad, quant a moi, q.je les rsultats ne se ieroiit pa> attendre. Quand ils seront effectifs, il sera juste, quilable.que vous ivendiquiez votre par. Des ellorls aussi noble aussi consciencieux que les voit es onl x -i leur lg lune > %  compense. Continuez, j vous pue, d.ms la voie que vous suiv z ave tint d'eclal el l bo li m. C'esl une mgnifi|d carrire que vous avez cho sie, non seulement pour vous, mais pour HlTI ei pour la France, et j'ai l'absoluconviction que vous serez l un ralisateur de premier Oidre. J'espre, cher Monsieur, avoir bientt de vos nouvelles Rappelez moi au ban souvenir de votre lamille, el croyez, je vous prie, mes plus coidiaux sentiments. Monsieur Philippe Canlave Secriaire de l'Alliance Prarafce (Haiti) Port-au-Prince. Comit Cslholiqoe des Amiti Franaises l'Etrange-. Psiden S Exe. Mgr A. Bauiinllart de l'Acadmie Franaise. Directeur Monseigneur Beaupin Paris, le 14 Avril 1932. (lier Monsieur, J'ai reu 'e petit article qu vous m'avez envoy ainsi q" la brochure de M. Jrmie '• enlin le numro de votre journ <, Le Matin dans lequel trouve le texte de voire tr< i • t'essante Confrence sur %  FllANCE. Toutes ns flicitations no i cette ac'ivd qui nous est s prcieusv Notre Secriaire d Bdaction me demande si Donne pourrions pas avoir vo'r photographie pour la reoro duire dins notre Hevue. Vou 'es un si bon ami que nous serions heureux de vous donner ce tmoignage de nos sen limenls a votre gard. Mes meilleurs et dvous sentiment-. Le Directeur, Mgr E. BEAWPIN l'rclat de la Maison de Sa Saintel Prsiden 1 de I Co nmission de juristes et de miss.onnaires de l'Unioi Catholique d'Etudes Iniernal'onales. aie prouve et recommande annes. Dec art A r son but cause de Dacurler in.! depuis d mbreusses binne co n, osition Soi. m o est ai ssi agrable et a autant de succs, que le pr . Uuil est peu n uiaquable. En vente seul raeoj chez : Geo. G. Bohne le i 61'• 'u G and Htel de Fra ice, g and pot O 1,0 ; le moyen pot, Or 0,70 cti. UN miM ffiOlAGE NOUHtrtISSANT Li PROMASB Kiui r VELVBBTA en saveur, lacilil richesse d'alimenI est sduisant de digestion, talion. C'est le fromage qui a une multitude d'usages. Il peut tre coup en tranches, rpandu comme du beurre, il ajoute toujours un nouveau goi vos plats. Voire picier a le Velveel et une varit d'aulres fromages Kraft. ECHOS — L'Opinion envisage lort mal une prolongation du mandat des dputs actuels ui voudraient aller jusqu'en 1937. Cela paratrait un acte de mauvais got. A. An li Chevallier et M. Marc Boncy sont dmissionnaires respectivement comme prsident et secrtaire-gnral de l'U S.^.H. — :< Damiens. dit Charles Moravia, est une monstruo* site, une inutilit qui cote trop cher l'Elat.et qui va la Rpublique d'tialti comme un laux-col un chat . Et c'est bien cela. — On se plaint dans le Nord de la bru ta it des agents des l'on tri bu tions.notam meut d'un si.-m F.nner, directeur du bureau du Cap-Hatien. Il esl naturelles ut un Amricain. Il s'est montr tort grottier envers le juge de paix de Quartier Mario. Ne se trotivera-t-il personne pour le rappeler l'ordre ? —L'Administration Communale de la Grande-Rivire du KRAFT CHEESE PtllEY SUES COitPOKATIOA Distributeur Pari il-Priier, llali. Cin-7aldy CE SOIB Liliane Harwny et Wil'y Frilsch dans la paillante et amusante comdie : La chaste S e duzanne Entre • 0 50; Balcoa : 1,00. DEMAIN SOIB A I demande des nombreuses personne* qui n"oni pu trouver de place lors de la d irnire reprsentation, reprise du biau film: LM Dernire Valse a^ec S E zy Vernnn re e : 0 50 ; e' Wi' y BJUOII : K 'sch 1,00 Nord a t expulse du local qu'elle occupait devant plus de quinze m >is de loyers. Pauvre conmune I — Des cambriob urs on' pntr chez M Giordsni au Cap-Hallieu. Ils y ont mang Les jolis mes3,000 dollars sieurs I — Dins une lettre i noire confrre L'Abeille.M Charles Befliiiien Fds expliniie l'* cueil froid fait au Prsident Vincent Marigot. C'tait, et bu, mme du Champagne, i dit-il, le fruit d'une organiM* Ils ont enlev des valeurs et j tion officielle... proportiondes bijoux estims environ I nelle aux moyens, la poliDuc DE BAFFKEMONT Monsieur Philippe Cantave Secriaire de l'Alliance Franaise Poitau^Pnnce, Haili ( Grandes Antilles) j l>urtol(l'uy-de 8RIfab | e \ Surtoui vous ve. r< /. I en suis sure, atteint la out de_ toul--l'heure •'•, • %  obtenu voire cause de nouveaux et nombreux adeptes. Voira but est. tomme vous le dites vous-mme, un Idal, et I quoi de plus beau, en ellel, que la poursuite d'un Idal 7 Le rendre une voil qui esl dur mais nob' ( g< nd. VeuiiU/. croire, cliei Mon-' pourquoi dans les circonstances prsentes el avec quel plaisir j'ai lu voire belle Conlrence sur l'ide catholique en brance, Conlrence qui est de nature montrer le vrai visng j — pailois mconnu l'tranger — de notre l'ays | De ce Pay*. vous avtz rapport un souvenir lis 4 .. un souvenir lies cbsl usieur, mes sentiments les plus rcux Vous travaillez avec rfistwaui coup de zl, de Ulenl ei PRINI I BSE Guil I.IAIITTItai.iemen' d'eflicacit le bore DE BAUFFREMONT. I aimer. Il iaut vous remerciera m si comprennent la Protection contre la Foudre sans auamentation de tauxj Eug.LeBossfCo Aqonts Gnraux %  AM



PAGE 1

LE MU Rhum Barbaiicourl •./ i Dont la renomme es) universelle a gard sa premire plat e Demandez partout : UN BARBANCOURT Dpt : Hue Csar. i Li ADOUCISSANT, DOUX, TENDRE, TOUT POUR EMBELLIR LA PEAU. LA MOUSSE ANTISEPTIQUE DU LIKEBl'OY DETROIT LES GERMES. LIFEBUOY LE SAVON DE La SANTE fOlR MAINS, FICIRKS ET 1AINS. MOHR & LAUR1N, P. O. BOX M. Distributeur Rue Roux et du Centre, Port au>Pince. Cin-Varits DIMANCHE L'INDOMPTE Entre : 2 et 3 gourdes. tique et surtout l'influence relle des organisateurs.d'au tant plus qu' pari les dissensions on avait depuis longtemps froiss la susceptibilit des vrais fi's de Marigot qui regrettaient d; ne pas pouvoir tre l'honneur eu la circonstance. — M. Louis Mercier, par l'organe ds La Phalange du Nord , a suggr que nos 80,000 coliers porleut des chapeaux fabriqus en Hati. Ceux-ci remplaceraient les casquettes et les chapeaux que nous faisons venir de l'tranger, et qui coulent cher. Ide excellente sur laquelle cous reviendrons. a vient d$ E'estomac Vous avez des migraine, des bouHees de chaleur, uue pesanteur l'estomac aprs les repas. Vous tes mal l'ais;, de mauvaise humeur, a vient de l'estomac f pi Soignez-vous. Prener -?fci Fortiane : elle active la scrtion gastrique. siiciule les fonctions o stomacales, acclre, rgularise la digsstion et supprime tous les troubles de la nutrit.on. Fortiane diminue la violence et la frquence dc-j cxs fbriles. Son emploi rtablit l.-s vite les fonctions organiques abolies pur la f : .cvre et par la chaleur LVpptM et l forces succdent la prostration et a l'abattement. Si vous vous laites des piqres toniques, e-.sayex FORTIANE, l'action sera -lus l.ienlaisante et plus sensible Dans mutes les Pharmacies A Port au Prinet ; Pharmacie BUCII 0'0: Laboratoire. DONNAFE Millau Avoyron G OBtTiAME REGULAF i m DEL ORGANISME CE SOIR Qu'on n'ouhlie pas de se rendre, ce soir, ds 7 heures, Cin-Varit-;, la grande et belle fp.te th raie quVflrl'association de-anciennesl ves de l'Ecole Normale Deux pices seront reprsentes : • Les Romanesques, d'Edmond Rx'anl, et La file bien garde, de Libiche. I Les interprtes sont Messieurs Arthur et Ern.si Bonhomme, Pierre Mayard, Ch. de Catalogne, les gracieuses Mene Mangons, Lucienne Hraux, Yvonne Mayard, Ma rie Nadttl et la jeune Lucienne Mangons. Un pur rgal, conme on voit, et qui no s promet des heures exquise. A Varits donc, ce soir, et en toute 1 Entre: 3 go irtlcs LA LAITERIE BAILEY Livraison propre, hygine que, en bouteilks hermii quement cachetes l'abr de toute tarification. Transport lait en rfrigrateu r s roues. 1313, Grand'Rue, Port au Prince. allez chez LE COHCJrtS O'ASSIOUI fd OE NOTRE CONFRERE Œ0iPE L'intelligent et attrayant Concours d Assiduit orga lise depuis le mois dernier par notre confrre Œdipe , ;i en hier. 1er Juin, son 2e tirage do il voici I s lsul -oK : Le X" J1 gaine 10 coupons Le N 17 ;> c Les numros snivan's gagn ;nl < h >cun 2 coupons : Nos. 369, 351, 2C9, 220, l Les numros 2(8. 326 392.33, 1XS 18, 41. 379,389, 2. 30(5 87,234, 391, 17, 181, 333, 1(54, 228, 135. On sait que ces coiipoDt se rapportent aux billets de la Loterie Nationale d'Hati. I es gagnants sont pris de rclamer leurs lots aux bureaux du journal, 332, rue des Ce* sars, tlphone: 2132. Panama Railroad Steamship Une Agents ajx orincioaux oorts d'Europe. Service de fret el de passagers entre (Europe et f Amrique. .W. SMLLDON & Co, Ltd. 1", James Street, IlVKRPOOL, (NGLAMl Aiiijli Lt ne l ST 113, Rue Traversire, prs d'Eslve & Lie. o vous serez servi seuhail Ce qui se passe 'Thomazeaii Rpublique d'Hati Porta u-Pr nce, le 1 ) n ars 1932. $ecrtfffrcrie l'tat de L'Intrieur N* 9(5 Me De lis Vieux Avocat M igstral Corn nui al d. 1 Thomazeau Magistrat, Pour l'information de votre Aciminislration, j'ai le plaisir de reproduire, en manire de flicitations; une partie de la lettre en date un 4 m ir 1932, de l'Inspecteur Gn al du Service d'Hygine, transmise mou Dparlement par U Directeur Gnral du Service National d'Hygine el d'Assistance Publique, ainsi que l'apprc-bation de son 01fie. ...Par ailleurs, le soussign signale,;'! l'attention du Service d'Hygine, l'activit et les bonnes dispositions du Magistrat Communal actuel qui construit.aux trais exclusifs de la Commune, un par quel en bton avec canal d'coulement, pouvant servir d'abattoir pour les animaux; celte construction sera enti renient termine la semanprochaine et mise la disp sition des bouchers. Mon office est heureux de signaler votre Dpartement les activi's du Magis trat Communal de l'Ii.imizeau qui tait de son mieux pour collaborer avec le Service d'Hygine en vue de MORY & Comoany, Atlantic Fre'ffhting Corn. Div. 155 Boulevard de Sltasbourg, Havre, France MO:tlei>.. ni. Holland. !i Sude Sven J %  "n il Company. Atlantic Freighting Corp. Anlwerp Division, C/O Steinmann fl Com i i'. O. lio. 1069,Roite dam A/H VV. Larka, Atli ic Freighting Coin. Div. -epi. bron 10, Stockholm, Sweden. A/B Pettersson et Holmsln m, Atlantic Freighting Corp. Div. Mieppsbron 3, Gothenburg, Sweden. A.i; i ["reighling Corp. Div. Norrkœpiog.^Sweden, Simon Edstron .^ B Atlantic 1 reighting Corp, Div, Malmo, Sweden. Bernhard Bergh & Co Atlantic Freighting Corp., Div. Halsingborg, Sweden. Belgique pagne -liantic ^Freighting Corp. c/o Steinmann et Co 4, Quai Jordaens, /ntwerp, Belgiuro. Danemark I". A. Bendix et Com pan \' ('( penhagen, Denmark. liallo A. CeresT et Company Via Banchl 3, Grnca, If al v. Agencia M; rilirae Dclgudo, ; ; ( i '('pu Spain. Norvge Lauritz A. Devold A. G. Atlantic Freighting Corp.Div Aalesund, Norway. Anrifni Etabliiirments BARBIER a THIERRY (i. IIIIF.RRY & P, Suce 1 I A II. L.-JM.00O M, Rue Croialitr PARIS PHOTOGRAPHIE CntaloKue (l/n. i ,i D .TOu |).IK<. IS.OSO Artlclr. ^ i.nlrc A lr. 7B CATAL.OOUR lo IHS(|li:s si il II maintenir I hvgine publique .demande de conserver el, n dans sa 'o'ii n i ne. besoin, d'l irgir cet esprit de Enl'occurr


PAGE 1

Jeudi 2 Juin 1932 Le Malin 4.PAGES 2tt*Be AKNJSfc; N* 74*5 fert-au-Prinee Tleahoae : 224* Voul ez-vous Russir dans vos tudes uo taire russir vus inlauts.^i u une mthode d'enseignenient classique excellente? VOULEZ-VOUS Une profession aprs 6 m ito d ludes srieuses (St no-Dactylo, Langues ivante Comptabilit )• Songez que l'Institut Tip-1 TENHAUEH se recommande! et s'impose votre attention par les brillanls rsultats d [i") obtenus. 1537.UK' Lamarre. Tlphone 2891. LEGATION BRITANNIQUE I A l'occasion de l'anniversaire de la naissance de Sa Majest le Roi George V, Roi de Grande-Bretagne, d'Irlande et des Territoires Britanni ques au del des Mers, Etape' reur des Indes, le Charg d'Affaires Britanniques rece vra a la Lgation le vendredi 3 juin de 11 heures a m. 1 heure p. m. ( Maison Siinmonds, Hue Roui l. ASSUREZ-VOUS la General Accident Pire & Liij Assurance Corporation Lld de Perth ( Scotland ) Car la GENERAL a est une des plus puissantes et des lu vas*ei witoisetiesi de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'ictioi pi embrasse le monde ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts o casionns par la fondra Sel Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages caus autrui dans sa personne ou dans ses biens. Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Eur ipe sont payables eu Hati. Ses Police! contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les voyaijurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents. •l'au moins 4000 dollars, la prime annuelle u'tantjque de 1 l'I "U soit 2') dollars U. C Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE UN PETIT TOUR ft TERRAŒ-CiARDEN Chez W, KAHL { Petionville j 1 NI pieds d'altitude L'tablissement le plus Iraisdes ei vireras de portai? -Prince. Seulement 15 minutes d'auto sur une excellents reuli asphalte. Vues m rveiileuses de la ville et tu j.ort. Boissons de toutes espces. 5 Vrrangeinents particuliers pour les pensions de jourdi %  eeaaine ou de mois. .SOUS'tiENTS Agent Gnrl nour I lu i il. Port-au-Prince. I '. GILG JEAN RLANCUET Jrmfc Avis Le public est, cordialement invit l'exposition ducationnelle organise par le le parlement de l'ensi ignemenl rural. A Damiens celle exposilion sera permanente et sera ouverte an public partir du 2 juin, de S lis a. m. 2 h. p.;n. Fleurs! Fleurs! •n uouvera chez Nielle Ti* tine Augustin, H.is ,l'eu de hoe, des fleurs, couronnes. corbeilles de Heurs naturelles StcJ bon march. REVELATION LLE8 J<" ULTB i I i %  ira ...i .ic SL'i • I I si C5, KM .1 I Mb. De ib, l'AKIS AVIS MATRIMONIAL 1 La Soussigne dclare qu'elle a abandonn le toit marital pour mauvais traitements, coupsSyreus, menaces de mort. Elle piie£les autorits comptentes de lui prter concours et assistance, car M. CtCharlemagne est veno|per*. sonnellemenl le 28 mai il heure et demie p. m., chez) ses tantes, Vielles Hermantin rue Dr Aubry, No 1520, annoncer qu'il compte faire du' scan laie et des hcatombes. Une action eu divorce doit lui tre sous peu intente. Mme CHAULL.V1AGNE, ne Olga LISSA m \ Port-an-Priuceje .'JOmai 1932 AVIS AU COMMERCE La Panama~Kailroad Stea mship Line a l'a van trge d'an riBcer les dparts suivants de New York pour port au prince Maiti, directement chaque mardi. Tousses steemers sont pourvus de chambre triporilaue Dnarls de hew lor/c. Arrivages Po t an-rrince. S/S S/S "B'Jena ventura'' le 1er juin 19132 "\ncon* le 7 juin r Sauvez vos livres Sauvez vos livres et col lections eu mauvais tat tn les confiant a r relieur consciencieux, honnte et habile ETIINNE CAMILLE, Rue Bonne Foi Laboratoire SJOURN DIRECTURS P. SI'MOI n.M Pharmacien R. SJOURN, Phirmacieu le l'Universit de Paris M. SJOURN, Pharmacien le l'universit de Paris.ancia interne de Hpitaux de Paris Analyses des Urines, du s • gastrique, du sang ( Wastermann, tire, Constante d unbard, Glycmie). Descrachats. Des matires fcales. ALIX RO\ 30 annes de succs. Lykes Brothers SS C lnc Texas Haitl — "Sant.o DomingoPorto-Rico Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et Irt entre les ports du Golte du Texas directement avex Port-au-Prince, Hati. Pour la rception rapide et le maniement habile de vos importations, servez vous toujours des navires de 's LYKE UNE. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont • Steamer "Guayaquil" le 14 juin 1J,*{9 S'eamer "Crlftobal 1 le 21 juin 19.52 Steamer 'Buenaventura" le 28 j'iin S'eaancr "Ancou 4 le G juil et 1932 Steamer "Guayaquil" le 12 juillet' Panama Railroad Steamp*hip Line Jasll. CVANREED agent Gnral 7 juin 1032 le 12 juin 1932 20 j'iiu 1932 le 26 min-1932 le 4 juillet 1932 e 11 iuillet 1932 le 18 juillet 1932 CE N'A JAMAIS T FAIT CE OIOE PEUT TRE DPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Vente PIARMACIBP. SEJOURNE Angle des rues Roux et du Centre. Ste. mer Ruth Lykesj Mcamer Genevive Lykes o Steamer < Ruth Lykes Steamer Margaret Lykes Steamer Almeria Lykes 3 juin 1932 10 juin 19H2 17 juin 1932 24 loin 1932 1er juillet 1912 tureau: Rue du Magasin de l'fctai. Bo.te Postale B La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne %  i ,*-.. Lavez-vous dj (jout? Eh bien, demandez [dans Unis lies cafs, bars cl restaurants de la Rpublique le nouveau produit de la Brasserie Nationale: le •.PORTER NATIONAL Agrable — Fortifiai i1 — Bon Mai eh. BRA^SSERIE NATIONALE S.A. Port-au-Price, (Hati). Loterie Nationale d'Hati 41 Rue Bonn.Toi, Phone : 335 Lt Loterie Nationuled'Hati est une institntien hautement humanitaire par la multipliait* d'œuvres qu'elle se propose a"aider, une chance de biea tre offerte aux hommes de toutes conditions de lortuss. Employs, fonctionnaires, Ouvriers. Artisans. Salaris da tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parlar leur budget moyennant deux goud s, peuvent gagner trais saille gourdes. Patrons de Commerce.Chefs d'Industie,pare aux iusuffi ances des ventes, par l'achat d'un billet, qui vous libre du souci des chances* Mdecins Avocats. Ingnieurs, Snateurs. Dputs, Grandi •rgaitaires de PEtat.Reprsentants de 1 Intellectualit, Jour %  alltes. Desmaz l'exemple de votre solidarit sociaie. Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmenter votn averr. Vous tous aoi habitez* Haiti, rendez-lui service en aoki ait le billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI. ailciiiion *^*. J A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle ne la i vente de ses CHAPEAUX se fait, depuis le 4 janviar au 1 N' 2027, GRAND'RUF j en face de son ancien local. Les Clients y trouveront le nme accu.il. m MARCHE. CELCilTE. GOOBIOISIE. Martinez, Marcelin & O PROGRS NOUVEAU RHUM NObVEAU Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL QtFIANT TOUTE CONCURHENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON I WUIIGI DES RUES n PHtm vr p£0uti mM



PAGE 1

Clment Magloire 01RGIELR £1358. RUE AMERICAINE 1308 TELEPHONE N-2242 MM MM plaignons de la filomuie cl iiiiiis a M ii s i.irl; elle MH ;I MM dfendre de choses <|in soin Musses cl dillilies choses qui t nl \ ns. 26 me ANNEE N e 7(>85 ORT-AU-PRINCE (HATI) Urbanisme JEUDI 2 .11 IN ii);i2 — o— m La Cit Moderne; ses i I L'AME DE LA PATRIE i i bc soins a — Circulation Dans la plupart des villes modernes importa nies, parmi les multiples besoins on trouve celui de permettre une circulation intense. De plus en plus chacun est press de se rendre ses affaires ou d'en revenir, non voi intense l'tude dnns elle, trac qui concer urbains ports. L'art de construire une ville ne doit pas se limiter l'tude du trac mais doit surtout envisager le sens du dveloppement prsent et futur du mouvement de la circulation dans les limites de ce trac, car le mouvement de la circulation d'une ville varie suivant son caractre. Tel systme de circulation adopt pour un porl serait tout fait dfectueux pour une ville d't sise sur le bord de la mer. Connue consquence, le trac des circulations et le et la circulai ion, il faudra galement satisfaire au besoin de confort Ceci n'est plus un besoin aussi imprieux, mais c'est cependant, a notre poque, tant donn le degr de notre civilisation, une exigence qu'il sera difficile Le sujet de cri article mesl venu au cours d'une lecture o i lo.mc MUS trouv en face de la proposition qu'on lira pi is loin. Cette proposition du snateur HeyhufH prouve qtie In mainmise pratique sur noHe malheureux pays est une e ifreprise excite par kw av n'a•. stratgiques qu'offre la ,x sillon gographique de l*Ile do il nous habitons une portion. .HVit sonrit eux, eu 1915, poi r nous i np< ser une Conventii n ainsi l'ex util n o;>l I et coin icnc >r du plan concert el a Avons nous lait un" retour tonplel sur n MIS me n >s .' \. •> mœurs politiques ne so il-clles p i^ rs ; es (MI:. n ,| m :,.,. dtestables ? Ivi'ie IIDII en 'oit i\is. nous viv > is toujours mal. On a vu beauc >ui il Hatiens .lis -ouHya Vingt cinq ans LE MATIN,* ? Juin t907, UN REGLEMENT i .1 .. %  ., ; cir PP dre haleine, (aire Il est des faits dont nos Snarestes I ,ns le vide K eurs, nos Dputs, en gnral Nous lournons dans tous nos compatriotes des c'esl loul. un cercle P son embellissement, il est bien rare qu'il ne s'y intresse pas, voire alors s'y opposer. Il consent plus volon tiers des sacrifices pour l'embellissement de sa ville que pour amliorer d'autres services publics. d — Extensions A part ces besoins (Circu-I lalion, Hygine, Esthtique), il en est d'au Ires qui doivent retenir l'attention des Ingnieurs Architectes Urbanistes: Ce sont les besoins lulurs de systme des transports dans; la ville. L'homme meurt mais la ville reste immortelle, moins qu*un cataclysme ne vienne la dtruire." Il laul // y a dans le copieux et nu natieux rglement des postes les articles qui valent d cites, i //• Us d /( ni. nt aux em ploys de lire les cartes p taie*, le secon I. d'es pdier lei •• %  l es post > s ooteo ml des insultes ou des injures. Comment 1rs mplo ts p n ren'-ils. sans lire 1rs cartes posttes, s'apercevoir qu'elles contiennent des insultes injures '.' ... a x U a ix Jeux Forai x ua I ne homme, Iris'e comme m bonnet d nuit, s'airter vingt I i l BU comptoir de la d'-t-use as bonne aventure, et ch; que ims la m un sui son cœur tlli;•'. poser la mme question d'moureas : Quand revenai ie | la douce ftosa Candida Be, doya ? •> u ns une ville doivent exprimer et son caractre et ton genre de vie. bHygine donc en faisant des travaux, La populahon des villes prvoir l'avance quel dvetant mainlenani pins c-iviu L rr r j _2jT ..:nl \ seest, par le fait mme, plus l'avenir, car il ne faudrait pas avertie des progrs de l'hy(pie les amliorations apporte, plus avertie galement les aujourd'hui soient une des progrs de toutes sortes gne et crent une imposaiconcernant le confort. Il fan bilil pour l'extension future (Ira lui donner de l'eau en de la ville. Que de dpenses abondance, de la lumire, puis inutiles ont t laites dans ce des espaces libres. sens! Cette question est plus Il va sans dire que la ques' dlicate qu'on ne le pense; lion de l'habitation, t'esl--' car ici entrent en condiredu logement de la popullil la conception lation urbaine, est une cou squence de l'tude de l'hygine. Il faudra galement permettre l'vacuation des dchets de toutes sortes et de par leur position, ils sont leur traitement quand le cas censs savoir.—Aussi doit on se prsente, d'o la grosse souhaiter que la lgislation question, dans l'art de lingedfinisse d'une faon perdrons pied dfinitivement et ce sera l'croulement de notre lite. L'me de la Patrie rclame justice du peuple amricain, de nous aussi qui n'avons pas su % ciller, qui avons t'-l peu attentifs aux recommandations de nos Aeux. If s'agissait de la discussion, au Snat fdral, de la question de Panama. Le Snateur Heyburn, de l'Etal de l'Idaho, demanda et obtint la parole. Il s'exprima en ces tenues catgoriques : Si je pi lis la ire une digression de la question de Panama, — jusqu' me reporter la rsolution que j'ai eu le privilge de prsenter' ce Corps, laquelle proposait que des dmarches lussent laites par le Dpartement d'Etal appropri qVsWftfrue'Y'm'"a < 1 Jg Wifo ai gue, — elle s'accordera avec les suggestions que je fais actuellement. Si Domingue est, dans l'Ocan, la terre la plus voisine du ('anal de Panama, qui puisse aujourd'hui tre obtenue, sous certaine condition, par le gouvernement des Klals-l'nis. lacile. Dans mon journal Vois du i Peuple , combattant i de l'avenir, j.! m'tais avec mes courageux pas-.er en rei ue grce auxquels nous poui rions devenuun peuple homogne et, par consquent, plus apte dtendre noire Indpendance. Au nombre de ces moyens laienl d s confrences le de la massi au nom appliqu, amis, es moyens %  LA T T lesquel la porIe8 se--0 — Voici les points principaux du projet de Constitutionl ibore par la Commission de I Assemble \ ilio .ilc et depos avant-hier: Le mandat du Prsi I, ni d la Rpublique est m un te nu a six ans ,Vt n'est p s i m m diatemenl renouvelable. Donc liai sinvil raient prononces par des ap: l ,,s <' rlection. 1 (!i %  %  refonte de l'amenaLe mandat des dputa lionalr el de la rnovation de la Rpubii pie: des tablissements scolaires dissmins sur loul h fix a cinq ans, celui des sn iteurs i six ans. celui des err nusT^"' 1 "*"," c !" e !" erscorom UO auicinq iL| i i uiiii,iii,iis(ieivui>\iii(' 11 i|.i'. %  _ i. .. ., t nos, don,an. des rS l ,?' f 'V '''d'^it.on transides I embrassant les besTns kire prolonge jusqu'en 193, deciqu. rgion. J'ai soutenu Ur e du manda des ac une pos hommes de sciences es ''''ptes, snateurs et doive I tre mis en vidence,et col s eilW-rs o m M maux, ion, dans le de l'homme d'art et celle des reprsentants de la cit qui, le plus souvent, sont de ces hommes qui savent tout, sauf, ce qui par leur posi C'esl comme une partie du projet et du plan de construire hnlinLEl lpn FrbesTma le canal interocanique que nous ions les espoirs qu'il avait suggestion en envisageons celle ce moment el non comme une partie des mesures prsentes la considration du Snal ; mais qu'on la retienne l'esprit comme une chose que nous devons | prendre en mains et rgler. bien i Le cadre d'une rvolu s'oruiTi min e total i v. mm ( rois encore que c'esl une aberration que d envisager l'indpendance politique sans provoquer,par des lois quitables, un lousiasine marqu pour l'indpendance conomique.. Par le document qui a l rvl, il s'vidente que l'Amricain poursuit un plan chez nous. Ses manœuvres vai ienl a gr oiis les espoirs ou'il avail autorises, n'est, en ralit, qu'un entre les loncl hameon, Dans ces conditions, gouverner sa us prparation, en comptai! Les dputs el c m i lien minmuiianv MMOMI lus au Les son a te ui s seiorn eins au sei ond d e n %  , pat la Chambre des Dputs, sur deux listes dejc mai lats prsents par les collges lectoraux el par l'Excutil La Cbambi e des Comptes est rtablie. Une loi en fixera les conditions de fonctionner ment. La comptabilit es admise entre les (onctions de ministre et celle de membre du Corps lgislatif. Le droit d'iub rnellation et restreint tueur uibanisle.de l'alimenprcise le rle des reprsentation de la ville en eau pour tants del cit dans le doits lins domestiques et urmaine de l'Art de l'Ingnieur bains. [Architecte Urbaniste. c— Esthtique i Ayant satisfait l'hygine | NHL. Autour de la X* Olympiade IV Arrange dans lequel je suis astreint me mouvoir, pour ne pas abuser de l'hospitalit toujours bienveillante du Malin , me porte regretter de ne pouvoir dtailler ici la laineuse thorie de Roosevell, qui semble avoir des sur une popularit qui le droit d'enqute ml admis n aura jamais de fixit, asl une a u profit des Chari bres. de m des plus dangereuses expLe Tribunal 'cC salion voil( ne sur l'heureuse intive du Directi ur Lue Dore, les lves de l'institut iiuy Joseph Uonuel ont runi MX gourdes soixante cmtime* au profil .le la restauration des Moniiin, nis Hisforiquts. Le gesl lait honneur l'esprit de cet tablissement scolaire, et m;ile d''ie si. I V I D ar les autres coles de la Rpublique. ... a lu la pag de aide du lernier livre de M. Paul Ke : Madame se meurt, feo lame tsl morte, un hommags lutographe de l'auleur au 0i. recteur de la Maison Hhum nr, bancourl : dispensateur d'un nectar auprs duquel celui de I Olympe se serait dessch de jalousie. C'est l'avis, et <'ep lis | 0 u. |OUrs, des vrais coai aisse rs. • ... a vu. la rue du G nliv, 1,11 dput ramasser un clat le bo s, et s'en servir pour enlever la boue q u s'attachait "'. ta on *' ( "'t bien plus c< iii i se s. '.' o ii i iVVi oTffa Sfntf i un • sliine pour souliers en tat. oTtotr n metlr< les voit que la Maison ./o/m Wooltey vient de recevoir u i tock important de nouvelles lampes Titus, de bicyclettes pour enlants el grandes peraon* u. s... tt en disijues... les dert nuits chansons de France. I'rov filez de l'aubaine. i KO voit que pour n lire tin scliism qui divise le sport len, d serait peut-tre bon I lire nouveau aux pritacing et la Violette. Le obstacles dresss devant elle. MiAbel Lser, l'occasion Le droit daji urnemec Cbambres est ; ccoi d des "ExM'vi' (iii seiiiuic iivwii des; i i. •., r ..i 1 /\ i • i %  apports assez, troits avec la ^JA^ t.^' ?r l v ) '" ,d ^ C dr0l pense exprime sans ambages !"., 'branl discours a de dissolution. par le Snateur Heyburn. [* T, a ^'!l P f u ,T q acl ''"" 1 L'Inamovibilit est Qxe En somme,leshommes d'Elal Ul lt ,' Sc s uU s 8ubs dix ans. Elle sera suspendue amricamsqui restrent l'afft, ; q s lc l l,,( 11 dans les six mois qui suivrou profitrent de l'opportunit emrnls pour le h grim-nl df 8 des Sports.en coo {^ a !j" V" ve (easKi athltes' • %  ^aUons des Sp<. ts a forme un recueil oe IOUS les it Comme annonc prcdem&^£#£&$£ .ymnent aux organisations olym' composant le progi anime ei> m Piques dans le monde entier, le Pq ue Un total de 50,000 exemplaires de ces livrets en quatre langues— anglais, franais, espagnol et allemand— a t distnConiil d'Organisation a fait des itingements pour l'usage exc 'usil du Chapman Park Htel Pur le logement el la pension d femmes athltes. Ce magnifique htel, situ fans un quartier rsidentiel et lr *s chic de Los Angeles, n'est bu aux Comits Nationaux. Toutes les installations techniques concernant chaque sport ont t soigneusement prpaconlormmejM aux dsirs P? trs loign du Parc Olymres, conlo... P'queo tous les concours t'des'.idiations sportives. Des arrangements ont t laits poui l'inspection des camps denlraltainins auront lieu,et aussi prs d facilits d'entranement qui tout lournies par le Comit. Des chambres confortables, plusieurs salons spacieux el une 8a e manger magnifique pou**&! Coutemr environ 200 permmes, peuvent tre obtenus da "s cet htel oui est galement • l )( 'U de distance du district fles grands magasins de la ville. biftliUBti-rliuiqurs iti sporls sol Ici miaes !* Dparlement Tecliniu^ue gels et retour, un prix maxiunies. Ces livrets font galement pari d'une dcision rcemment passe par le Congrs drs Rlals-Unis assurant la mura de 500 dollars par athlte, y compris les repas el couchettes en cours de roule.el les r ,tuis-i i dpenses pour leur subsistance J des dioils de douane sur tous lors de leur sjour Los An! les quipements de sports appel*. Des dispositions ont gaj ports aux Elals-Unis par h s lenienl l prises pour le trans. quipe en visite, pour cire porl local des athltes entre employs durant 1rs Jeux, el Thoby VIEUX le vote de la Cojstitution. La Fle du Drapeau est dclare fte nationale. Rtablissement du Jqry en matires criminelles et pui (ilits politiques et de presse. leurs quartiers d habitation, les camps d'entrainemenl el Ii s stades lieu. o les concours auront es Cirlet d'ii!fulit Des cartes d'identit qui remplaceront les passeports hab tuels el laciliteront rentre ai x Etats-Unis des participants trangers, dirigeants, leprsrn, tants de la Presse et leurtaj milles, ont t imprini. • et ; distribues aux Comits Nationaux Olympiques. aussi supprimant autres Frais. le Visa el Stella* Je mus (pic La Section de Musique des Jeux Olympiques a l organi sous la direction du Lieutenant William Harold Robers,chel de musique bien connu el directeur de la Section de Musique de I I niversi forme. ('u Sud de la Cali nement et pour rassemblement de tous les rsultats des concours qui seront annonces dan le Stade 01ymp : que durant Jeux. Oryau salioj t* Tran>poil> Des orix riuita de transport j Des axemplaires d'un livret il t tablis] par lea Compa-'pul)li pai le Comit d Organilions, a t an i.a muonies de navigation el de diesation donnant les instrucl officielle Olympiq !SM H* for de faon ce que concernant l'emploi de ces composant de 100 instrumenta, %  s d'identit, ont tenvt el un groupe de 1000 chanteurs ue ces I ont eu voie d'oraannalion. FORCE SANT-UEUNESSE Pacilemi nt cl Ii rctcmcnl poi le GLANDOPHILE de* Lab. ORMOS PARIS NoUca Oral ulte el Venta i F. SJOURN w. m m-Prinet et auii • %  Bon ires Pliarm pression ce |euiii dernier. Qu'en ptnsent Audant et Rgmei V • .. voii c| IP, nonobstant l'Ar* rtd Communal qal en lait d* lense, les ( hauH.'in s n ont rien de pins press quand il pleut que de sa garer sons les galeries obligeant par ainsi les pauvres pitons albouler la boue et l'avi ri e. .. venait avec, plaisir la police mettra fin cet bus. h I ()|)OS humides La lltiuion faDraieaii Les di —o— Urapi aux le lOUles les nations onl t authenliquemenl J reproduits el sei ont plm es dans %  une section du grand labl< DU J il afficha g i i ;i iroles onTneL orchestra lion de Ious leeel au-d duquel se i r. %  trouv l'adhsion ebahymnes nationaux, ainsi que.ro ni 1rs notl< (l, s %  %  onaHsiM leur r i II /II r accru l'iilid < %  ,,;MII: s "' l_ i celte autre grande Le docteur Hartnodio Alias, cn* didal la prsidence de In rpublique panamenne, a rail cette dclaration : Si |i deviens |irs : dent. j'irai, s'il le faut, quter dan* la rue mon ch ipeau h la main pour i lea Inlreia el l'a mort issemeirt delte publique plutt que de %  n i i ii %  -MI II manque It--.. (les pays trangers puissent encartes d identit I vover leuS quipa a Les An-1 en mnie temp W dans i n'impoi le quel monie e i nenl chaque JOUJ au Stade Olympique. prom luvcrnenteol lin fin d'un.' loi pril le, sur le l)M |ne, lin IIIItlM SAMTIII \ %  ,:i I mm. Toutes les yo lui bcni aceuii.es, Il si !" lii,* —.,


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07017
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, June 02, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07017

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
01RGIELR '
1358. RUE AMERICAINE 1308
TELEPHONE N-2242
MM mm plaignons de la fi-
lomuie cl iiiiiis a m ii s i.irl; elle mh
;i MM dfendre de choses <|in soin
Musses cl dillilies choses qui .tnl
\ ns.
26 me ANNEE Ne 7(>85
ORT-AU-PRINCE (HATI)
Urbanisme
JEUDI 2 .11 IN ii);i2
o
m
La Cit Moderne;
ses
i
I
L'AME DE LA PATRIE
i
i
bc
soins
a Circulation
Dans la plupart des villes
modernes importa nies, parmi
les multiples besoins on trou-
ve celui de permettre une cir-
culation intense. De plus en
plus chacun est press de se
rendre ses affaires ou d'en
revenir,
non voi
intense
l'tude
dnns
elle,
trac
qui concer
urbains
ports. L'art de construire une
ville ne doit pas se limiter
l'tude du trac mais doit sur-
tout envisager le sens du d-
veloppement prsent et futur
du mouvement de la circu-
lation dans les limites de ce
trac, car le mouvement de la
circulation d'une ville varie
suivant son caractre. Tel
systme de circulation adop-
t pour un porl serait tout
fait dfectueux pour une ville
d't sise sur le bord de la
mer. Connue consquence, le
trac des circulations et le
et la circulai ion, il faudra
galement satisfaire au besoin
de confort Ceci n'est plus un
besoin aussi imprieux, mais
c'est cependant, a notre po-
que, tant donn le degr de
notre civilisation, une exi-
gence qu'il sera difficile
Le sujet de cri article mesl
venu au cours d'une lecture o i
lo.mc mus trouv en face de la
proposition qu'on lira pi is loin.
Cette proposition du snateur
HeyhufH prouve qtie In main-
mise pratique sur noHe mal-
heureux pays est une e ifrepri-
se excite par kw av n'a- .
stratgiques qu'offre la ,x sillon
gographique de l*Ile do il nous
habitons une portion.
.HVit
sonrit eux, eu 1915, poi r
nous i np< ser une Conventii n
ainsi l'ex util n
o;>l I
et coin icnc >r
du plan concert el a
Avons nous lait un" retour
tonplel sur n mis me n >s .' \. >
murs politiques ne so il-clles
p i^ rs ';es (mi:.n,| m :,.,. dtes-
tables ? Ivi'ie iidii en 'oit i\is.
nous viv > is toujours mal. On a
vu beauc >ui il Hatiens .lis -ou-
Hya
Vingt cinq ans
Le Matin,* ? Juin t907,
UN REGLEMENT
'
i
.1
.. ., ; cir pp dre haleine, (aire
Il est des faits dont nos Sna- restes I ,ns le vide K
eurs, nos Dputs, en gnral Nous lournons dans
tous nos compatriotes
des
c'esl loul.
un cercle
P
son embellissement, il est
bien rare qu'il ne s'y int-
resse pas, voire alors s'y op-
poser. Il consent plus volon
tiers des sacrifices pour l'em-
bellissement de sa ville que
pour amliorer d'autres ser-
vices publics.
d Extensions
A part ces besoins (Circu-I
lalion, Hygine, Esthtique),
il en est d'au Ires qui doivent
retenir l'attention des Ing-
nieurs Architectes Urbanistes:
. Ce sont les besoins lulurs de
systme des transports dans; la ville. L'homme meurt mais
la ville reste immortelle,
moins qu*un cataclysme ne
vienne la dtruire." Il laul
// y a dans le copieux et nu
natieux rglement des postes
les articles qui valent d
cites, i // Us d /( ni. nt aux em
ploys de lire les cartes p
taie*, le secon I. d'es pdier lei
les post > s ooteo ml des
insultes ou des injures.
Comment 1rs mplo ts p n -
ren'-ils. sans lire 1rs cartes
posttes, s'apercevoir qu'elles
contiennent des insultes
injures '.'
... a xU a ix Jeux Forai x ua
I ne homme, Iris'e comme m
bonnet d nuit, s'airter vingt
I i l bu comptoir de la d'-t-use
as bonne aventure, et ch; que
ims la m un sui son cur tlli-
;'. poser la mme question d'-
moureas : Quand revenai ie
| la douce ftosa Candida Be-
, doya ? >
u ns
une ville doivent exprimer et
son caractre et ton genre
de vie.
b- Hygine donc en faisant des travaux,
La populahon des villes prvoir l'avance quel dve-
tant mainlenani pins c-iviu Lrr........ r___j_2jT ..:nl\
seest, par le fait mme, plus l'avenir, car il ne faudrait pas
avertie des progrs de l'hy- (pie les amliorations appor-
te, plus avertie galement les aujourd'hui soient une
des progrs de toutes sortes gne et crent une imposai-
concernant le confort. Il fan- bilil pour l'extension future
(Ira lui donner de l'eau en de la ville. Que de dpenses
abondance, de la lumire, puis inutiles ont t laites dans ce
des espaces libres. sens! Cette question est plus
Il va sans dire que la ques- dlicate qu'on ne le pense;
lion de l'habitation, t'esl--' car ici entrent en con-
diredu logement de la popu- llil la conception
lation urbaine, est une cou
squence de l'tude de l'hy-
gine. Il faudra galement
permettre l'vacuation des
dchets de toutes sortes et de par leur position, ils sont
leur traitement quand le cas censs savoir.Aussi doit on
se prsente, d'o la grosse souhaiter que la lgislation
question, dans l'art de linge- dfinisse d'une faon
per-
drons pied dfinitivement et ce
sera l'croulement de notre
lite.
L'me de la Patrie rclame
justice du peuple amricain, de
nous aussi qui n'avons pas su
? ciller, qui avons t'-l peu atten-
tifs aux recommandations de
nos Aeux.
If s'agissait de la discussion,
au Snat fdral, de la question
de Panama. Le Snateur Hey-
burn, de l'Etal de l'Idaho, de-
manda et obtint la parole. Il
s'exprima en ces tenues cat-
goriques :
Si je pi lis la ire une digres-
sion de la question de Panama,
jusqu' me reporter la r-
solution que j'ai eu le privilge
de prsenter' ce Corps, la-
quelle proposait que des d-
marches lussent laites par le
Dpartement d'Etal appropri
qVsWftfrue'Y'm'"a,<1 Jg-Wifoai
gue, elle s'accordera avec les
suggestions que je fais actuelle-
ment.
Si Domingue est, dans l'O-
can, la terre la plus voisine du
('anal de Panama, qui puisse
aujourd'hui tre obtenue, sous
certaine condition, par le gou-
vernement des Klals-l'nis.
lacile.
Dans mon journal Vois du
i Peuple , combattant
i de l'avenir, j.! m'tais
avec mes courageux
pas-.er en rei ue
grce auxquels nous poui rions
devenu- un peuple homogne
et, par consquent, plus apte
dtendre noire Indpendance.
Au nombre de ces moyens -
laienl d s confrences '
le de la massi
au nom
appliqu,
amis,
es moyens
LA
T
T
lesquel
la por-
Ie8 se-
--0
Voici les points principaux
du projet de Constitutionl i-
bore par la Commission de
I Assemble \ ilio .ilc et de-
pos avant-hier:
Le mandat du Prsi I, ni d !
la Rpublique est m un te nu
a six ans ,Vt n'est p s imm. -
diatemenl renouvelable. Donc
liai
sinvil
raient prononces par des ap- : l,,s ,'<' rlection.
1 (!i '' refonte de l'amena- Le mandat des dputa
lionalr el de la rnovation de la
Rpubii pie: des tablissements
scolaires dissmins sur loul h
fix a cinq ans, celui des s-
n iteurs i six ans. celui des
err nusT^"'1 "*"," ceerscoromUOauicinq
iL|iiuiiii,iii,iis(ieivui>\iii('11i|.i'. _,_ i. .. ., t
nos, don,an. des rS l ,- ?' f 'V '''d'^it.on transi-
des I embrassant les besTns kire prolonge jusqu'en 193,
deciqu. rgion. J'ai soutenu ,Ur.e, du manda des ac
une pos hommes de sciences es ''''ptes, snateurs et
doiveI tre mis en vidence,et col-seilW-rs o m m maux,
ion, dans le
de l'homme
d'art et celle des reprsen-
tants de la cit qui, le plus
souvent, sont de ces hommes
qui savent tout, sauf, ce qui
par leur posi
C'esl comme une partie du
projet et du plan de construire hnlinLEl lpn FrbesTma
le canal interocanique que nous ions les espoirs qu'il avait
suggestion en
envisageons celle
ce moment el non comme une
partie des mesures prsentes
la considration du Snal ; mais
qu'on la retienne l'esprit com-
me une chose que nous devons
| prendre en mains et rgler.
bien i Le cadre
d'une rvolu
s'oruiTi min e total i v. mm -
( rois encore que c'esl une aber-
ration que d envisager l'ind-
pendance politique sans provo-
quer,par des lois quitables, un
lousiasine marqu pour l'in-
dpendance conomique..
Par le document qui a l
rvl, il s'vidente que l'Am-
ricain poursuit un plan chez
nous. Ses manuvres vai ienl a
gr
oiis les espoirs ou'il avail au-
torises, n'est, en ralit, qu'un entre les loncl
hameon,
Dans ces conditions, gouver-
ner sa us prparation, en comp-
tai!
Les dputs el c m i lien
minmuiianv mmomI lus au
Les son a te ui s seiorn eins
au sei ond d e n , pat la
Chambre des Dputs, sur
deux listes dejc mai lats pr-
sents par les collges lecto-
raux el par l'Excutil
La Cbambi e des Comptes
est rtablie. Une loi en fixera
les conditions de fonctionner
ment.
La comptabilit es admise
entre les (onctions de minis-
tre et celle de membre du
Corps lgislatif.
Le droit d'iub rnellation et
restreint
tueur uibanisle.de l'alimen- prcise le rle des reprsen-
tation de la ville en eau pour tants del cit dans le do-
its lins domestiques et ur- maine de l'Art de l'Ingnieur
bains. [Architecte Urbaniste.
c Esthtique i
Ayant satisfait l'hygine |
NHL.
Autour de la X* Olympiade
IV
Arrange
dans le-
quel je suis astreint me mou-
voir, pour ne pas abuser de
l'hospitalit toujours bienveil-
lante du Malin , me porte
regretter de ne pouvoir dtailler
ici la laineuse thorie de Roo-
sevell, qui semble avoir des
sur une popularit qui le droit d'enqute ml admis
n aura jamais de fixit, asl une au profit des Chari bres. de m
des plus dangereuses exp- Le Tribunal 'cC salion
voi- l(ne sur l'heureuse int-
ive du Directi ur Lue Dor-
e, les lves de l'institut
iiuy Joseph Uonuel ont runi
mx gourdes soixante cmtime*
au profil .le la restauration des
Moniiin, nis Hisforiquts. Le ges-
l lait honneur l'esprit de cet
tablissement scolaire, et m-
;ile d''ie si.ivi Dar les autres
coles de la Rpublique.
... a lu la pag de aide du
lernier livre de M. Paul Ke-
: Madame se meurt, feo
lame tsl morte, un hommags
lutographe de l'auleur au 0i.
recteur de la Maison Hhum nr,
bancourl : dispensateur d'un
nectar auprs duquel celui de
I Olympe se serait dessch de
jalousie.
C'est l'avis, et <'ep lis |0u.
|OUrs, des vrais coai aisse rs.

... a vu. la rue du G nliv,
1,11 dput ramasser un clat
le bo s, et s'en servir pour en-
lever la boue q u s'attachait
"'. ta'on*' ("'- t bien plus
c< iii i se s. '.' o ii i iVVi oTffa Sfntf
i un sliine pour
souliers en tat.
oTtotr
n metlr< les
. voit que la Maison ./o/m
Wooltey vient de recevoir u i
tock important de nouvelles
lampes Titus, de bicyclettes
pour enlants el grandes peraon*
u. s... tt en disijues... les dert
nuits chansons de France. I'rov
filez de l'aubaine.
i
KO
. voit que pour n lire tin
scliism qui divise le sport
len, d serait peut-tre bon
I lire nouveau aux pri-
tacing et la Violette. Le
obstacles dresss devant elle.
Mi- Abel Lser, l'occasion
Le droit daji urnemec
Cbambres est ; ccoi d
des
"Ex-
M'vi' (iii seiiiuic iivwii des; i i. ., r ..i1 /\ i i .
apports assez, troits avec la ^JA^ t.^' ?rl v ) '" ,d"^ 'C dr0l
pense exprime sans ambages !"., 'branl discours a de dissolution.
par le Snateur Heyburn. [*T,a^'!lPfu,T q,acl ''""1 L'Inamovibilit est Qxe
En somme,leshommes d'Elal Ul'lt,'' ,Sc's'uU's 8ubs" dix ans. Elle sera suspendue
amricamsqui restrent l'afft, ;q s lc'll,,("11- dans les six mois qui suivrou
profitrent de l'opportunit
emrnls pour le h grim-nl df8 des Sports.en coo{^a!j",V"ve"
(easKi athltes' ^aUons des Sp<. ts a
, forme un recueil oe ious les it
Comme annonc prcdem- &^#&$ .ym-
nent aux organisations olym- composant le progi anime ei> m
Piques dans le monde entier, le Pque-
Un total de 50,000 exemplai-
res de ces livrets en quatre lan-
gues anglais, franais, espa-
gnol et allemand a t distn-
Coniil d'Organisation a fait des
itingements pour l'usage ex-
c'usil du Chapman Park Htel
Pur le logement el la pension
d femmes athltes.
Ce magnifique htel, situ
fans un quartier rsidentiel et
lr*s chic de Los Angeles, n'est
bu aux Comits Nationaux.
Toutes les installations tech-
niques concernant chaque sport
ont t soigneusement prpa-
conlormmejM aux dsirs
P? trs loign du Parc Olym- res, conlo...
P'queo tous les concours t- 'des'.idiations sportives. Des
arrangements ont t laits poui
l'inspection des camps denlral-
tainins auront lieu,et aussi prs
d facilits d'entranement qui
tout lournies par le Comit.
Des chambres confortables,
plusieurs salons spacieux el une
8a"e manger magnifique pou-
**&! Coutemr environ 200 per-
mmes, peuvent tre obtenus
da"s cet htel oui est galement
l)('U de distance du district
fles grands magasins de la ville.
biftliUBti-rliuiqurs iti sporls
sol Ici miaes
!* Dparlement Tecliniu^ue
gels et retour, un prix maxi- unies. Ces livrets font gale-
ment pari d'une dcision rcem-
ment passe par le Congrs drs
Rlals-Unis assurant la
mura de 500 dollars par athlte,
y compris les repas el cou-
chettes en cours de roule.el les r,tuis-i i
dpenses pour leur subsistance J des dioils de douane sur tous
lors de leur sjour Los An- les quipements de sports ap-
pel*. Des dispositions ont ga- j ports aux Elals-Unis par h s
lenienl l prises pour le trans- quipe en visite, pour cire
porl local des athltes entre employs durant 1rs Jeux, el
Thoby VIEUX le vote de la Cojstitution.
- ___ La Fle du Drapeau est
dclare fte nationale.
Rtablissement du Jqry en
matires criminelles et pui
(ilits politiques et de presse.
leurs quartiers d habitation, les
camps d'entrainemenl el Ii s
stades
lieu.
o les concours auront
es
Cirlet d'ii!fulit
Des cartes d'identit qui rem-
placeront les passeports hab -
tuels el laciliteront rentre ai x
Etats-Unis des participants
trangers, dirigeants, leprsrn-
, tants de la Presse et leur- ta-
j milles, ont t imprini. et
; distribues aux Comits Natio-
naux Olympiques.
aussi supprimant
autres Frais.
le Visa el
Stella* Je mus (pic
La Section de Musique des
Jeux Olympiques a l organi
sous la direction du Lieutenant
William Harold Robers,chel de
musique bien connu el directeur
de la Section de Musique de
I I niversi
forme.
('u Sud de la Cali
nement et pour rassemblement
de tous les rsultats des con-
cours qui seront annonces dan
le Stade 01ymp:que durant
Jeux.
Oryau salioj t* Tran>poil>
Des orix riuita de transport j Des axemplaires d'un livret
il t tablis] par lea Compa-'pul)li pai le Comit d Organi- lions, a t an i.a mu-
onies de navigation el de die- sation donnant les instrucl officielle Olympiq
!Sm h* for de faon ce que concernant l'emploi de ces composant de 100 instrumenta,
s d'identit, ont tenvt el un groupe de 1000 chanteurs
ue ces I ont eu voie d'oraannalion.
FORCE
SANT-UEUNESSE
Pacilemi nt cl Ii rctcmcnl poi le
GLANDOPHILE
de* Lab. ORMOS PARIS
NoUca Oral ulte el Venta i
F. SJOURN w. m m-Prinet
et auii Bon ires Pliarm
pression ce |eu-
iii dernier.
Qu'en ptnsent Audant et R-
gmei V
*
.. voii c| ip, nonobstant l'Ar*
rtd Communal qal en lait d*
lense, les ( hauH.'in s n ont rien
de pins press quand il pleut
que de sa garer sons les galeries
obligeant par ainsi les pauvres
pitons albouler la boue et
l'avi ri e.
.. venait avec, plaisir la po-
lice mettra fin cet bus.
h
I
()|)OS
humides
La lltiuion faDraieaii
Les di
o
Urapi aux le lOUles les
nations onl t authenliquemenl
. J reproduits el sei ont plm es dans
une section du grand labl< du
j il afficha g i i ;i iroles onTne-
L orchestra lion de Ious leeel au-d duquel se i r. "", trouv l'adhsion eba-
hymnes nationaux, ainsi que.roni 1rs notl< (l,'s 'onaHsiM leur
r i ii /ii r accru l'iilid <
,,;MII: s "'l_ i celte autre grande
Le docteur Hartnodio Alias, cn*
didal la prsidence de In rpubli-
que panamenne, a rail cette dcla-
ration : Si |i deviens |irs:dent.
j'irai, s'il le faut, quter dan* la rue
mon ch ipeau h la main pour
i lea Inlreia el l'a mort issemeirt
delte publique plutt que de
n i i ii -mi ii manque
It--..
(les pays trangers puissent en- cartes d identit
I vover leuS quipa a Les An-1 en mnie temp
W
dans i '
n'impoi le quel
monie e i nenl
chaque jouj au Stade Olym-
pique.
prom luvcrnenteol
lin fin d'un.' loi pr-
il le, sur le
l)M |ne, lin IIIItlM
SAMTIII \ ,:i I mm. Toutes les
yo lui bcni aceuii.es, Il si lii,*
.,






! i
LL M VUN 2 Juin Wl
RI

MIRN
Le Vrai Visacje
de la France
d* vos se.. :mnls
vous complimenter
SI
Une lettre
de Paul
o
RrbOUX
Sir
Paul Ilcbour, le dlicat
crivain de tant d'iivn* char-
mantes, est un fin bec... et ne
tien cache pas. Nous publtom
twee iniinimcnt de plaisir
lettre ci-desw.is qu'il
dresser ta
court. C'est un hommage tout son prlxM efface entire-
ment l'impression pnible que
\ <
vient Malson Ha ban-
( utlquts personnalits fran-
' ts, avec /''s-/" dits noire fli-
ne ami k. Philippe Cantaot n
l'honneur d'tre en rel b en voulu aprh avoir pris lec-
ture de sa b> lie confrence sur
le Vrai Visage de la France,
[confrence qui /nt publie dons
nuire journal dans les numros
des As1, t9,et ? janvier 1992) lui
adresser tes lettres suivantes et
rautoriser en outre d en donner
; cili
de voire
uvre.
Jen'oi b '( ns amis hatiens,
ni tout ce que je sais de leur pa-
irie et des iuvrs si prolOO H
la rjii ichent la mienne.
DFXURLER
Le moyen pr.lr et le plus singulier pour rendre les cheveux
ii.
V. cl
es.
qui
, ,. avaient laisse qualques pubhcallon.
traits injustes dcochs, dam le\ Nout tommes heureux de re
tenws varie tropspiritud rail-[produire ces lettres poui
leur lecte,"s
ir nos
Paris, le 6 Mai 1932.
Monsieur Paul Gardera,
112, rue des Csars
Port-au-Prince (Hati).
i
glac, un vei re
rhum
givrs de sucre,
Quel chef-d uvre .cher mon-
sieur, que ce rhum dont vous
avez eu l'extrme bon l de me
faire parvenir une provision Bl
abonnante Je n'ai pas voulu
tarder en ouvrir une bou-
teille. Et.toul aussitt, m'eal re-
monte a la mmoire l'exqui |
Benaalion que l'on avait, sur les
terrasses des villas voisines de
Port-au-Prince, lorsque l'on ap-
portait.pai une chaude journe,
[il, verre de ce merveilleux
BUX bonis
el mu lequel
nP tenait, comme un papillon
pos, le zesle d'un pelil citron.
Cesi toute la douceur de vo-
tre lie merveilleuse q li ressus-
cite an moi, grce vous. Voiln
qui va nie lournir un u rsisli-
ble agrment pour clbrer
charmes de votre pairie,
quelle je suis rest attach
des liens m lidles. M. Slphen
Alexis a d vou exprimer
plaisir que nou1
un tel envoi.
rpondre d'une rayon l)ien int-
rieure, en vous envoyant un
produit de mon er.
Et trouvez ici, ave< I ussuran-
ce de ma gratitude, 11 Ile 'le- ma
Irb vive sympathie.
Paul UEBOt'X.
qi&i|aQfifllst,rpWii^i Wgrlc;
eel inimitable arme que lui
donne le lemps.Un lui de rhum
que pavais rapport le Poil-
an Pi fini e en Un I a l clbre
longtemps dans Paris, aprs la
guerre. Car, durant quatre an-
nes, ce rhum avait, comme un
homme sauvage, vou dans le
bois.Ki il avail gagn, ce con-
tact, une sa\ eui el une douceur
dlicieuses
Monsieur Ph lippe Cmtave,
Secrtaire de l'Alliance
Franaise
Correspoi dant de la Maison
Universitaire de ''aris
u
Lgation de France
en llaiti
Rpublique Fraraise
Port au-l'rince, le 2b' Ja
(Il lili) Po l-au-Priuce.
Cher Monsieur,
Monsieur Philippe Cmtave
Secrtaire de l'Alliance
Franaise
Correspondant de la Manon
Universitaire de Plis.
(Hiili) Porl-au Prince
Paris, le 21 Mars 1032.
Cher Monsieur et ami,
Jai lu avec le plus vit intrt,
dans les numros du 18 et 20
Janvier du Matin, la confrence
que vous avtz laite le 111 D-
tendue sur le la France . Vous avez lait de
noire | strie et aussi de notre
Paris un tableau mu et vi-
vant. Voie parole ardente et
convaincue tait de nature a
laire aimer la France ei vous
vei certainement sem le bon
grain.
Toutes mes
plus sincres.
Toujours heureux d'avoir de
vos nouvelles et d'applaudir
ivil, je vous pue,
et ami. d'agrer
ma
llicilalions et mes
d'a-
de ma trs fi-
Avec me.
i omplim T.ts je vou:
i rer l'a-surance
c'leamii.
Joseph BUINAUT,
ancien lve de l'Ecole
des Charles de Paris,
Directeur de la Bvue
tes Questions Historique
Docurler
est bo'.urrenti H nsit, la chevelure reste naturelle el lient bien.
Dacurler
est un
flicitations les I
1rs
la-
le
m i causer
Pei nielb / moi d'v
Je vous remercie de votre
lettre du 20 de ce mois et ai
plaisir vous adresser toutes
mes llicilalions pour votre belle
conlrence dont | ai pris con-
naissance dois les trois num*
ros du MATIN q ie vous m in-
diquiez
j'estime qu'en parlant, com-
me vous l'avez t t, du Vrai vi-
sage de la brance, vous av. /.
loumi tous ceux qui vous es
binent el vous apprcient, une
nouvelle preuve que vous tes
Franais par le cjr, tout en
restant Hatien par vos gn-
reuses aspirations nationales.
Croyez, cher Monsieur Can-
!ve, a mes sentiments les meil-
leurs.
Le Ministre de France,
F. WltfT
A
Monsieur Philippe Cantave
Secrtaire de l'Alliance
Franaise
illaili) Port-au-Prince.
(.lier Monsieur et ami,
nvier ) voire belle acl
1932, chei Mon ieur
( l'assurance renouvele de
sympathie 11 plus dvoue. !
Gcoroes FEKT
Agig de l'Universit ,
Provisear Ho torsire du Lyce
Louii-le Grand,
Directeur Gn -rai de la Maison
Universitaire
( Hlicier de la Lgion d Honneur.
D. G. T. P.
Nous ne pouvons que Flici-
ter Wl). <-. T. P. qui .i enlre-
prif liiei matin, les lra\ aux de
rfection la i ue Ainru aine
portion comprise entre les rues
des Casernes el hautes Deslou
chesetqui tait devenue presqui
impraticable.
Les travaux devant tre ex-
cuts comme ceux (!< la rue du
Magasin dell.lai,on se trouvera
ni prsence d'une rue agrable
o pitons el voilures pieu
dront plaisir circulai.
Nous ne marchandons pas nos
compliments cenx qui les mi
itent. Aussi en adressons-nous
encore une lois de plus, el les
plus siucres, l'Ingnieur Jean-
nol, pour avoir lait droit no
trt requte.
La Croix-Rouge
Haitienne
Le chque<
le 500 doll
mu
iars
a t remis par M. Blo ue l'a
pas t en son nom personnel.
C'est un don de la Croix Rouge
Amricaine s la Croix Rouge
Hatienne.
Les Cent dollars, don! nous
avons parl, ont t y i rss par
une haute personnalil hatien-
ne qui dsire garder l'anony-
mat.
NOUVEAUX ALAMBICS
'%.
jour DISTILUK & lin TU IKK
Ltt EAUX t)E VIE,
HHUWS, ALCO0LI
OEROY FILS AINE
H, ivi tu l-.ttr*.
UFOFPHATIOin D PA"'*
llCiis i :nit iiLUsrnr .
Je vous lemcrcie bien vive-
ment de vo're aimable envoi de
votre confrence sur Le vrai
Visage de lo France Tout ce
que vous dites ti aimable l'-
gard de mon Pays ce qui ne
m'tonne nullement de la part
d'un Hatien, c'est--hre d'un
ami m'a t d'autant plus
agrable que je vous connais
bien. Je sais que loui ce que
vous dites avec une loquence
rdline cl acadmique est l'ex-
pression de vos sentiments. Se
vous annonce que je regrette
bien de n'avoir p; s t de vos
auditeurs
Je suis heureux d'avoir celle
occasion, cher Monsieur et ami,
de vous anvover tous mes bien
fidles souvenirs.
Baron .1. De CAMAS,
i nsul le France PortoRtco,
Chevalier d< la Lgion
d'Honneur,
Monsieur Philippe Can ave
Secrtaire de l'Alliance
lia v us
(Hsili) l'or-m Prince
Pans, le 11 Fvrier 1982.
Char Monsieur,
Je \ous remercie mille lois
le voie aimable lettre, ainsi que
lu discours du Ministre de
France, qui m'a vivement int-
t sse.
Mon pre m'a communiqu >
votre conlrence que r*al lue
ivec le plus grand intrt. Vous
ive/ admiraolemsnt sa expri-
mer lis nobles senlments que
vous inspire la France el je suis
persuade que votre auditoire
vous a cout avec beaucoup
d'intrt et d'allenion et aussi
l motion, cai vous avez, on ne
pt ut mieux, mon'i vos audi
lis u Le Vrai Visage de la
Monsieur Philippe Cantave
Scrtai e de l'Alliance
Francs Isa
(Hati) Hort-au-Prin-
Paris le 11 Fvrier 1; 12.
Cher Monsieur,
Que de. llicilalions j'ai vous
laiie pojr votre Conlrence I
Vi us ave/, dit excellenmineiit
tout ce qu il importait de dire,
vous avez trait merve Ile
voire sujet, et je crois, en vrit,
qu'on n'aurait pu mieux IVne.
El le succs que vous avez rem-
port a t certes mrit au plus
liaul point. Vous avez lait de la
bonne et lconde besogne. On
ne saurait assez vous en com-
Iphmen'.er. Merci mille lois de
BePe Con' ence. Je lai lue. avec
intiniment de plaisir, heureux
d'y trouver l'expression parfaite
d une intelligence prompte el
lucide, d'une culture tendue e'
d'un esprit alerte. Ai-je besoin
dnjoulerque j'ai t particuli-
rement Sensible aux passages si
aimables que vous nous avtz
consacrs, a ma fille el ino> ?
Avec un protagoniste t i que
vous, sclil, dvou, et distingu,
les|relalions amicales entre nos
deux l'ays ne peuvent que pro-
gresser pas de gant. Je suis
persuad, quant a moi, q.je les
rsultats ne se ieroiit pa> atten-
dre. Quand ils seront effectifs,
il sera juste, quilable.que vous
ivendiquiez votre par.
Des ellorls aussi noble aussi
consciencieux que les voit es onl
x -i leur lg lune > compense.
Continuez, j vous pue, d.ms
la voie que vous suiv z ave
tint d'eclal el l bo li m. C'esl
une mgnifi|d carrire que
vous avez cho sie, non seule-
ment pour vous, mais pour
HlTI ei pour la France, et j'ai
l'absolu- conviction que vous
serez l un ralisateur de pre-
mier Oidre.
J'espre, cher Monsieur, avoir
bientt de vos nouvelles Rap-
pelez moi au ban souvenir de
votre lamille, el croyez, je vous
prie, mes plus coidiaux sen-
timents.
Monsieur Philippe Canlave
Secriaire de l'Alliance
Prarafce
(Haiti) Port-au-Prince.
Comit Cslholiqoe des Amiti
Franaises l'Etrange-.
Psiden
S Exe. Mgr A. Bauiinllart
de l'Acadmie Franaise.
Directeur
Monseigneur Beaupin
Paris, le 14 Avril 1932.
(lier Monsieur,
J'ai reu 'e petit article qu
vous m'avez envoy ainsi q"
la brochure de M. Jrmie '
enlin le numro de votre journ
<, Le Matin dans lequel
trouve le texte de voire tr< i
t'essante Confrence sur
FllANCE.
Toutes ns flicitations no i
cette ac'ivd qui nous est s
prcieusv Notre Secriaire d
Bdaction me demande si Don-
ne pourrions pas avoir vo'r
photographie pour la reoro
duire dins notre Hevue. Vou
'es un si bon ami que nous
serions heureux de vous don-
ner ce tmoignage de nos sen
limenls a votre gard.
Mes meilleurs et dvous sen-
timent-.
Le Directeur,
Mgr E. BEAWPIN
l'rclat de la Maison
de Sa Saintel
Prsiden1 de I Co nmission de
juristes et de miss.onnaires
de l'Unioi Catholique d'Etudes
Iniernal'onales.
aie prouve et recommande
annes.
Dec art a r
son but cause de
Dacurler
in.! '
depuis d mbreusses
binne co n, osition
Soi. m o est ai ssi agrable et a autant de succs, que le pr.
Uuil est peu n uiaquable.
En vente seul raeoj chez :
Geo. G. Bohne
le
i 61' 'u G and Htel de Fra ice,
g and pot O 1,0 ; le moyen pot, Or 0,70 cti.
UN miM ffiOlAGE NOUHtrtISSANT
Li Promasb Kiui r Velvbbta
en saveur, lacilil
richesse d'alimen-
I
est sduisant
de digestion,
talion. .
C'est le fromage qui a une mul-
titude d'usages. Il peut tre cou-
p en tranches, rpandu comme
du beurre, il ajoute toujours un
nouveau goi vos plats.
Voire picier a le Velveel et
une varit d'aulres fromages
Kraft.
ECHOS
L'Opinion envisage
lort mal une prolongation du
mandat des dputs actuels
ui voudraient aller jusqu'en
1937. Cela paratrait un acte
de mauvais got.
A. An li Chevallier et
M. Marc Boncy sont dmis-
sionnaires respectivement
comme prsident et secr-
taire-gnral de l'U S.^.H.
:< Damiens. dit Charles
Moravia, est une monstruo*
site, une inutilit qui cote
trop cher l'Elat.et qui va la
Rpublique d'tialti comme un
laux-col un chat . Et c'est
bien cela.
On se plaint dans le
Nord de la bru ta it des agents
des l'on tri bu tions.notam meut
d'un si.-m F.nner, directeur
du bureau du Cap-Hatien. Il
esl naturelles ut un Amri-
cain. Il s'est montr tort
grottier envers le juge de
paix de Quartier Mario. Ne
se trotivera-t-il personne pour
le rappeler l'ordre ?
L'Administration Commu-
nale de la Grande-Rivire du
KRAFT
CHEESE
PtllEY SUES COitPOKATIOA
Distributeur
Pari il-Priier, llali.
Cin-7aldy
CE SOIB
Liliane Harwny et Wil'y Frilsch dans la paillante et amusante
comdie :
La chaste S
e duzanne
Entre 0 50; Balcoa : 1,00.
DEMAIN SOIB
A I demande des nombreuses personne* qui n"oni pu trouver
de place lors de la d irnire reprsentation, reprise du biau film:
Lm Dernire Valse
a^ec S
E
zy Vernnn
re e : 0 50 ;
e' Wi' y
BjUoii :
K 'sch
1,00
Nord a t expulse du local
qu'elle occupait devant plus
de quinze m >is de loyers.
Pauvre conmune I
Des cambriob urs on'
pntr chez M Giordsni au
Cap-Hallieu. Ils y ont mang
Les jolis mes-
3,000 dollars
sieurs I
Dins une lettre i noire
confrre L'Abeille.M Charles
Befliiiien Fds expliniie l'*
cueil froid fait au Prsident
Vincent Marigot. C'tait,
et bu, mme du Champagne, i dit-il, le fruit d'une organiM*
Ils ont enlev des valeurs et j tion officielle... proportion-
des bijoux estims environ I nelle aux moyens, la poli-
Duc De BAFFKEMONT
Monsieur Philippe Cantave
Secriaire de l'Alliance
Franaise
Poitau^Pnnce, Haili ( Gran-
des Antilles) j
l>urtol(l'uy-de ce 11-1 1932.
Cher Monsieur,
Toutes les Polices jj
DE LA S,
iflimiiinn n i H
tfliiniiinnfl0<
Comme votre amical el
.trop fla'leiir souvenir m'est
'': \[ vo re. conlrence a, > 8RIfab|e \ Surtoui vous ve. r< /.
I en suis sure, atteint la out de- toul--l'heure
', obtenu voire cause de
nouveaux et nombreux adeptes.
Voira but est. tomme vous le
dites vous-mme, un Idal, et I
quoi de plus beau, en ellel, que
la poursuite d'un Idal 7 Le
rendre une voil qui esl
dur mais nob' ( g< nd.
VeuiiU/. croire, cliei Mon-'
pourquoi dans
les circonstances prsentes el
avec quel plaisir j'ai lu voire
belle Conlrence sur l'ide ca-
tholique en brance, Conlrence
qui est de nature montrer le
vrai visngj pailois mconnu
l'tranger de notre l'ays |
De ce Pay*. vous avtz rap-
port un souvenir lis
4
.. un souvenir lies cbsl u-
sieur, mes sentiments les plus rcux Vous travaillez avec !
rfistwaui coup de zl, de Ulenl ei
Prini i BSE Guil i.iaiitti- tai.iemen' d'eflicacit le bore
De BAUFFREMONT. Iaimer. Il iaut vous remerciera
m
si
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auamentation de tauxj
Eug.LeBossfCo
Aqonts Gnraux
AM


LE MU

Rhum Barbaiicourl
./ i
Dont la renomme es) universelle a gard sa premire plat e
Demandez partout :
UN BARBANCOURT
Dpt : Hue Csar.
i Li
ADOUCISSANT, DOUX, TENDRE, TOUT
POUR EMBELLIR LA PEAU. LA MOUSSE
ANTISEPTIQUE DU LIKEBl'OY DETROIT
LES GERMES.
LIFEBUOY
LE SAVON DE La SANTE
fOlR MAINS, FICIRKS ET 1AINS.
MOHR & LAUR1N, P. O. BOX M. Distributeur
Rue Roux et du Centre, Port au>Pince.

Cin-Varits
DIMANCHE
L'INDOMPTE
Entre : 2 et 3 gourdes.
tique et surtout l'influence
relle des organisateurs.d'au
tant plus qu' pari les dis-
sensions on avait depuis long-
temps froiss la susceptibilit
des vrais fi's de Marigot qui
regrettaient d; ne pas pou-
voir tre l'honneur eu la
circonstance.
M. Louis Mercier, par
l'organe ds La Phalange du
Nord , a suggr que nos
80,000 coliers porleut des
chapeaux fabriqus en Hati.
Ceux-ci remplaceraient les
casquettes et les chapeaux que
nous faisons venir de l'tran-
ger, et qui coulent cher.
Ide excellente sur laquelle
cous reviendrons.
a vient
d$ E'estomac
Vous avez des mi-
graine, des bouHees
de chaleur, uue pe-
santeur l'estomac
aprs les repas. Vous
tes mal l'ais;, de
mauvaise humeur, a
vient de l'estomac f
pi Soignez-vous. Prener
-?fci Fortiane : elle active
la scrtion gastrique.
siiciule les fonctions
o stomacales, acclre, rgula-
rise la digsstion et supprime
tous les troubles de la nutrit.on.
Fortiane diminue la violence et la fr-
quence dc-j cxs fbriles. Son emploi
rtablit l.-s vite les fonctions orga-
niques abolies pur la f:.cvre et par la
chaleur LVpptM et l forces succ-
dent la prostration et a l'abattement.
Si vous vous laites des piqres
toniques, e-.sayex FORTIANE, l'ac-
tion sera -lus l.ienlaisante et plus sen-
sible "
Dans mutes les Pharmacies
A Port au Prinet ; Pharmacie BUCII
0'0: Laboratoire. DONnaFE
Millau Avoyron .
G
OBtTiAME
REGULA- f i m DEL ORGANISME
CE SOIR
Qu'on n'ouhlie pas de se
rendre, ce soir, ds 7 heures,
Cin-Varit-;, la grande et
belle fp.te th raie quVflr-
l'association de-anciennesl
ves de l'Ecole Normale .
Deux pices seront repr-
sentes : Les Romanesques,
d'Edmond Rx'anl, et La
file bien garde, de Libi-
che.
I Les interprtes sont Mes-
sieurs Arthur et Ern.si Bon-
homme, Pierre Mayard, Ch.
de Catalogne, les gracieuses
Mene Mangons, Lucienne
Hraux, Yvonne Mayard, Ma
rie Nadttl et la jeune Lu-
cienne Mangons.
Un pur rgal, conme on
voit, et qui no s promet des
heures exquise.
A Varits donc, ce soir, et
en toute 1
Entre: 3 go irtlcs
LA LAITERIE BAILEY
Livraison propre, hygine
que, en bouteilks hermii
quement cachetes l'abr
de toute tarification.
Transport lait en rfrigra-
teurs roues.
1313, Grand'Rue, Port au
Prince.
allez chez
LE COHCJrtS O'ASSIOUI fd OE
NOTRE CONFRERE 0iPE
L'intelligent et attrayant
Concours d Assiduit orga lise
depuis le mois dernier par
notre confrre dipe , ;i en
hier. 1er Juin, son 2e tirage
do il voici I s lsul -oK :
Le X" J1 gaine 10 coupons
Le N 17 ;> c
Les numros snivan's ga-
gn ;nl < h >cun 2 coupons :
Nos. 369, 351, 2C9, 220, l
Les numros gneni chacun 1 coupon : 07.
830. 200, 376, 31~> 2(8. 326
392.33, 1XS 18, 41. 379,389,
2. 30(5 87,234, 391, 17, 181,
333, 1(54, 228, 135.
On sait que ces coiipoDt se
rapportent aux billets de la
Loterie Nationale d'Hati. I es
gagnants sont pris de rcla-
mer leurs lots aux bureaux
du journal, 332, rue des Ce*
sars, tlphone: 2132.
Panama Railroad Steamship Une
Agents ajx orincioaux oorts d'Europe.
Service de fret el de passagers entre
(Europe et f Amrique.
.W. Smlldon & Co, Ltd.
1", James Street,
IlVKRPOOL, (NGLAMl
Aiiijli Lt ne
l
ST
113, Rue Traversire, prs
d'Eslve & Lie.
o vous serez servi seuhail
Ce qui se passe
'Thomazeaii
Rpublique d'Hati
Porta u-Pr nce, le 1 ) n ars
1932.
$ecrtfffrcrie l'tat
de
L'Intrieur
N* 9(5
Me De lis Vieux
Avocat
M igstral Corn nui al d.1
Thomazeau
Magistrat,
Pour l'information de votre
Aciminislration, j'ai le plaisir
de reproduire, en manire
de flicitations; une partie de
la lettre en date un 4 m ir
1932, de l'Inspecteur Gn al
du Service d'Hygine, trans-
mise mou Dparlement par
U Directeur Gnral du Ser-
vice National d'Hygine el
d'Assistance Publique, ainsi
que l'apprc-bation de son 01-
fie.
...Par ailleurs,le soussign
signale,;'! l'attention du Servi-
ce d'Hygine, l'activit et les
bonnes dispositions du Ma-
gistrat Communal actuel
qui construit.aux trais exclu-
sifs de la Commune, un par
quel en bton avec canal
d'coulement, pouvant servir
d'abattoir pour les animaux;
celte construction sera enti
renient termine la seman-
prochaine et mise la disp -
sition des bouchers.
Mon office est heureux
de signaler votre Dpar-
tement les activi's du Magis
trat Communal de l'Ii.imi-
zeau qui tait de son mieux
pour collaborer avec le Ser-
vice d'Hygine en vue de
Mory & Comoany,
Atlantic Fre'ffhting Corn. Div.
155 Boulevard de Sltasbourg,
Havre, France
Mo: Atlantic Fn IgbtingCorp. Div
7f Quai des Chartrons,
Bordeaux, France
llernn .lui-i & Sto.kwell,
Huile Postal 78*1
Havre. France.
. W.Sm i DON cV Ltd.
u'on l'ousc,
112 113 Fcnchurch Street,
L )ndon E, G. 3, En jland.
Ti ance
Mon ft Company.
: U : ic '' ( hting Corp.Div.
l, Ri SI V cent de Paul.
I ris, France.
Moi;\ & CoMl'ANY
Atlantic F< ighting Corp. Div.
7 Rue d la Rpublique,
M rsi i ic. France.
Gellatly Hanket & Co,
21, Hue r'e la Rpublique
M teille, France.
AM magne
Atlantic Freighting Corp. lantic eigbting Corp.
Balllnhaus, tfamburg 1, Germany. I eilenv g55, Bren n, Ger.
B liant
. anli( !' eighfi ig Corp.
I aii Et maph n 3,
I, >tlei>.. ni. Holland.
!i
Sude
Sven J "n il Company.
Atlantic Freighting Corp.
Anlwerp Division,
C/O Steinmann fl Com i
i'. O. lio. 1069,Roite dam
A/H VV. Larka,
Atli ic Freighting Coin. Div.
-epi. bron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Pettersson et Holmsln m,
Atlantic Freighting Corp. Div.
Mieppsbron 3,
Gothenburg, Sweden.
A.i; i ["reighling
Corp. Div.
Norrkpiog.^Sweden,
Simon Edstron .^ B
Atlantic 1 reighting
Corp, Div,
Malmo, Sweden.
Bernhard Bergh & Co
Atlantic Freighting Corp., Div.
Halsingborg, Sweden.
Belgique pagne
-liantic ^Freighting Corp.
c/o Steinmann et Co
4, Quai Jordaens,
/ntwerp, Belgiuro.
Danemark
I". A. Bendix et Com pan \'
('( penhagen, Denmark.
liallo
A. CeresT et Company
Via Banchl 3,
Grnca, If al v.
Agencia M; rilirae Dclgudo,
; ; ( i '('pu Spain.
Norvge
Lauritz A. Devold A. G.
Atlantic Freighting Corp.Div
Aalesund, Norway.
* Anrifni Etabliiirments
BARBIER a THIERRY
(i. IIIIF.RRY & P, Suce1
I A II. L.-JM.00O
M, Rue Croialitr PARIS
PHOTOGRAPHIE
CntaloKue (l/n. i ,i D
.TOu |).ik<. IS.OSO Artlclr.
^ i.nlrc A lr. 7B
CATAL.OOUR lo IHS(|li:s si il II
maintenir I hvgine publique .demande de conserver el, n
dans sa 'o'ii n i ne. besoin, d'l irgir cet esprit de
Enl'occurr lement ei\ Il U'eOS de vous de votre Com nu le el du
taire ses coinp'imenta et vous Pays entier.
Recevi /, Rfagistral,
rance de ma consid
su-
lion
d stingue.
(Sign) l'mni I 11'Y
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES 'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
!
% 1
i.
LE FAITEST INCONTESTABLE
uitiiii Savlhe
Ces! la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs,
C'est co qui lait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ1
M
V.
1


Jeudi
2 Juin 1932
Le Malin
4.PAGES
2tt*Be AKNJSfc; N* 74*5
fert-au-Prinee
Tleahoae : 224*
Voul
ez-vous

Russir dans vos tudes uo
taire russir vus inlauts.^i u
une mthode d'enseigne-
nient classique excellente?
VOULEZ-VOUS
Une profession aprs 6 *
mito d ludes srieuses (St
no-Dactylo, Langues ivante
Comptabilit )
Songez que l'Institut Tip-1
TENHAUEH se recommande!
et s'impose votre attention
par les brillanls rsultats d
[i") obtenus.
1537.UK' Lamarre.
Tlphone 2891.
LEGATION BRITANNIQUE
I
A l'occasion de l'anniver-
saire de la naissance de Sa
Majest le Roi George V, Roi
de Grande-Bretagne, d'Irlande
et des Territoires Britanni
ques au del des Mers, Etape'
reur des Indes, le Charg
d'Affaires Britanniques rece
vra a la Lgation le vendredi
3 juin de 11 heures a m. 1
heure p. m.
( Maison Siinmonds,
Hue Roui l.
ASSUREZ-VOUS '
la
General Accident Pire & Liij
Assurance Corporation Lld
de Perth ( Scotland )
Car la GENERAL a est une des plus puissantes et des lu vas*ei witoisetiesi
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'ictioi pi embrasse le
monde
ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts o casionns par la fondra
Sel Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
caus autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Eur ipe sont payables eu Hati.
Ses Police! contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les voya-
ijurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents.
l'au moins 4000 dollars, la prime annuelle u'tantjque de 1 l'I "U soit 2') dollars U. C
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
N'OUBLIEZ PAS DE FAIRE UN PETIT TOUR ft -
TERRA-CiARDEN
Chez W, KAHL {
Petionville j
1 NI pieds d'altitude L'tablissement le plus Iraisdes ei
vireras de portai? -Prince.
Seulement 15 minutes d'auto sur une excellents reuli
asphalte. Vues m rveiileuses de la ville et tu j.ort.
Boissons de toutes espces.
5
Vrrangeinents particuliers pour les pensions de jourdi
eeaaine ou de mois.
.SOUS'tiENTS
Agent Gnrl nour I lu i il.
Port-au-Prince. I '. GILG
JEaN RLANCUET Jrmfc
Avis
Le public est, cordialement
invit l'exposition duca-
tionnelle organise par le le
parlement de l'ensi ignemenl
rural.
A Damiens celle exposi-
lion sera permanente et sera
ouverte an public partir du
2 juin, de S lis a. m. 2 h. p.;n.
Fleurs! Fleurs!
n uouvera chez Nielle Ti*
tine Augustin, H.is ,l'eu de
- hoe, des fleurs, couronnes.
corbeilles de Heurs naturelles
StcJ bon march.
REVELATION LLE8
J<" ULTB
i
I i ira
- ...i .ic
SL'i I I
si C5, Km .1 I Mb. De ib, l'AKIS
AVIS MATRIMONIAL 1
La Soussigne dclare qu'elle
a abandonn le toit marital
pour mauvais traitements,
coupsSyreus, menaces de
mort. Elle piieles autorits
comptentes de lui prter
concours et assistance, car M.
CtCharlemagne est veno|per*.
sonnellemenl le 28 mai il
heure et demie p. m., chez)
ses tantes, Vielles Hermantin
rue Dr Aubry, No 1520, an-
noncer qu'il compte faire du'
scan laie et des hcatombes.
Une action eu divorce doit
lui tre sous peu intente.
Mme CHAULL.V1AGNE, ne
Olga Lissa m \
Port-an-Priuceje .'JOmai 1932
AVIS AU COMMERCE
La Panama~Kailroad Stea mship Line a l'a van trge d'an
riBcer les dparts suivants de New York pour port au prince
Maiti, directement chaque mardi. Tousses steemers sont
pourvus de chambre triporilaue
Dnarls de hew lor/c. Arrivages Po t an-rrince.
S/S
S/S
"B'Jena ventura'' le 1er juin 19132
"\ncon* le 7 juin
r
Sauvez
vos livres
Sauvez vos livres et col
lections eu mauvais tat tn
les confiant a r relieur cons-
ciencieux, honnte et habile
Etiinne Camille, Rue Bonne
Foi .
Laboratoire SJOURN
Directurs
P. Si'moi n.M Pharmacien
R. Sjourn, Phirmacieu le l'Universit de Paris
M. Sjourn, Pharmacien le l'universit de Paris.ancia
interne de Hpitaux de Paris
Analyses des Urines, du s gastrique, du sang ( Was-
termann, tire, Constante d unbard, Glycmie).
Descrachats. Des matires fcales.
ALIX RO\
30 annes de succs.
Lykes Brothers SS C lnc
Texas Haitl "Sant.o Domingo- Porto-Rico
Le seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
Irt entre les ports du Golte du Texas directement avex
Port-au-Prince, Hati.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez vous toujours des navires de 's LYKE
UNE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont
Steamer "Guayaquil" le 14 juin 1J,*{9
S'eamer "Crlftobal1 le 21 juin 19.52
Steamer 'Buenaventura" le 28 j'iin
S'eaancr "Ancou4- le G juil et 1932
Steamer "Guayaquil" le 12 juillet'
Panama Railroad Steamp*hip Line
Jasll. CVANREED
agent Gnral
7 juin 1032
le 12 juin 1932
20 j'iiu 1932
le 26 min-1932
le 4 juillet 1932
e 11 iuillet 1932
le 18 juillet 1932
CE
N'A JAMAIS T FAIT
CE OIOE PEUT TRE DPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
PiarmacibP. SEJOURNE
Angle des rues Roux et du Centre.
Ste. mer Ruth Lykesj
Mcamer Genevive Lykes o
Steamer < Ruth Lykes
Steamer Margaret Lykes
Steamer Almeria Lykes
3 juin 1932
10 juin 19H2
17 juin 1932
24 loin 1932
1er juillet 1912
tureau: Rue du Magasin de l'fctai. Bo.te Postale B
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
i ,*-..
Lavez-vous dj (jout?
Eh bien, demandez [dans
Unis lies cafs, bars cl res-
taurants de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale: le
.PORTER NATIONAL
Agrable Fortifiai i1
Bon Mai eh.
BRA^SSERIE NATIONALE S.A.
Port-au-Price, (Hati).
Loterie Nationale d'Hati
41 Rue Bonn.Toi, Phone : 335
Lt Loterie Nationuled'Hati est
une institntien hautement humanitaire par la multipliait*
d'uvres qu'elle se propose a"aider, une chance de biea
tre offerte aux hommes de toutes conditions de lortuss.
Employs, fonctionnaires, Ouvriers. Artisans. Salaris da
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parlar
leur budget moyennant deux goud s, peuvent gagner trais
saille gourdes. Patrons de Commerce.Chefs d'Industie,pare
aux iusuffi ances des ventes, par l'achat d'un billet, qui vous
libre du souci des chances*
Mdecins Avocats. Ingnieurs, Snateurs. Dputs, Grandi
rgaitaires de PEtat.Reprsentants de 1 Intellectualit, Jour
alltes.
Desmaz l'exemple de votre solidarit sociaie.
Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmenter votn
averr.
Vous tous aoi habitez* Haiti, rendez-lui service en aoki
ait le billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI.
ailciiiion
*^*.
J A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle ne la
i vente de ses CHAPEAUX se fait, depuis le 4 janviar au
1 N' 2027, GRAND'RUF
j en face de son ancien local.
Les Clients y trouveront le nme accu.il.
m MARCHE. CELCilTE. GOOBIOISIE.
Martinez, Marcelin & O
PROGRS NOUVEAU
RHUM NObVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL QtFIANT TOUTE CONCURHENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
I wuiigi des rues n PHtm vr p0uti mM


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM