<%BANNER%>







PAGE 1

Lt \ A \NJM Mai L32 du Prsideni Viaceot, quatdu commerce avec celle laite la t par M Kern'i o est In vrit i la pessimisme du l'on dans l'optimisme docl i du Docteur K rm/.m ? i Le Prsident avait dit qu'au* amlioration n'lait possible avant cinq ou six ans. — On demande qu nd la commission .le rvision constitutionnelle dposeraitelle son rappoil. Q i I mystrieux tiavail accompliUefle? — M. le Docteur liaato H. Salomon et ma I ne nous tout part de la naissance Aquin de leur fille Jacqueline. \ Complimenlf. — M.' .Edouard lUrriot a t charg par le Prsident Lebrun de lormer le cabinet qui doit remplacer celn de Tardieu, dmissionuaire. L'AGRONOME CEORGES HREAUX M. Georges Hreau ;,ancien lve de l'Ecole Centrale d'Agriculture, qui avait t accomplir sa deuxime anne d'tudes agronomiques aux Etats-Unis, est revenu j iura-ci.ll a obtenu. l'Universitd'Illinois ( Alabama ) le diplme de bachelii i i icien ces. Il s'est apcialis danl'conomie rurale et l'exten aiOQ agricole. M. Georges Ureaux csi m lment dont la place est indique au Service National de la Production Agricole on il apportera ses Bolides ( naissances lachniqt 8^S Ginc-laUh} Au* H>p*fcor h; i e d Ch*wi • Soud ci l'Huile de Foie de Morue A&rohle au ft et facilement digestible elle rtt It cornpl.K rparateur de la NukIHon pat excellence Moratoire. RECAGNON C\t / Gnre i Exportation : h. MAGNANT DEMAIN SOIR Le grand fi m lransis Espionne aux Yeux Noirs (FIN ) (Tic Maria Dafbaicin I Jean Toulout Et le beau li'm : Le Fils de la Nuit (FIN) .!>(> : 0 PO; 15 ton : I.IH, Cette vibrante toile de l'cran dit : Lne toile doit avoir MM peau sans tache. J'emploie toujours le Savon de Toilette Lux pour, sauvegarder la mienne. Di PAR1S-16* M LA LAITERIE BA1LEY j Livrai >e, hygine j eilles htermlies, l'abri is la campagne. .1 ai donc vu( de pts le Peuple, j'ai louch \ son mal, j'ai constate ses sol Irances. Les laits sont l, 80US les yeux de tous. La Plaie Honteuse, tous la senU ni. Personne, nanmoins, i.' eu le courage d'taler lai Vil loute nue. Vous txcoserez la rude Iran ch se d'un demi-paysan qui pe du l'h ibilude de ni lier sei mots. Nous allons tout dire, ompUnt sur l'approbatio • d< s h i leS gens Envass l; ieuisj marais, les crapai : oasationt '. Qu'importe I -1 plus difficults conom nues e rtigutnt d'ailleurn le Monde entier 1 heui e actui II nous soutirons d'un tabs congni< tul t nettement carac i i suite de noire lormation el de n< v lautes. TOUS les syniplin I ml l eicitatioD sans ca vanit aiaceibe, discours i nls incapacit de penser | tsle, i de contrle de DOS mo %  n n et actions.jalousie e bide de tous cenzq taan Ions suprieurFi Nous lo m mes arrivs A I phase dei niera : Las ionde. L'inei Lie i 'i d'ailleurs la s< ule loi ce orga ke en ILuli ne lin I muai Ls remdes lien [qu iot)l immdiatement sppliqu le corps social Bars ira| • biei lot d'une paralysie g n le incurable. Lt Pays l'teod un Vlal D'o sortira la niioeau Chris tophe %  L'lite empoisonna d'fl ivocassarie a prouv son i pacit; plonge dans l'abln >• de l'igno* lance, la masse so (Irantfl vit tans espoir, sans idal. Un peuple ne meui | sa ; ouitant, et, si laa bergers Boni man vais et irrnu'diahli m ni ia hles — Dieu me garde de faire aucune allusion au prsent — nous verrons, d'ici p chose bon ible qui nous Baigner le ce u L'li pel, cette l'on, a grai 'I i 100?. occuper d< lin i tatte terre conquise lu ment par nos Aieui au tant de souffrances et d cette terre, umq o le ngre pcul i Uer h b -ne dans les Ce Matre, qui %  oufliunres nous ou 1 cunuaili'e douloureusement. Pour Gurir ou Eulter • MIGRAINES, CONSTIPATION CONGESTIONS, HOURDISSEMENTS EMBARRAS GASTRIQUE IL SUFFI r de prendre l'un de vos repas ((ou* lr* deux jour! ••ulement), une PILULE JDEHAO 147, Rue du Faubourg St-Denis, PARIS Maisiifautexieerlesvritables qui sont tout fait blanche et sur chacune deiquelles le* mot* DEHAUTAPARIS •ont tri* liblrmnit imprim* rn noir LA PIERRE ANGULAIRE DES SOCIETES CIVILISEES LS raonde modont ne aot M pw&er de la D. nque. C'est tur la banque que 'diie la prosprit nationale et individuel*. Atttt out en tant rigoureusement av tche aux tr.Jitiona da paet. k banque doit-elle s'allier au progre et prparer l'avenir. Elle a plein droit la place d'honneur que le socit moderne* lui acoordent. ./•' tmi a La Banque Royale du Canada u i impo rs au l'eula chane Attel, cetie ij m< i oual qui boi rgaoi il rira Bon tour. g a v ,-'iia i ornai in enlre lui et ces p diliciens orateurs de i srretour, ces courI u-s (le ci. mdecins i client* i' mnaires joui enleurs imp s tui beach o il iril uni .multicolore, s 1 1 dernire mode, dans leur Buick ai lu crdit et im nis, fils |>UU1(ils le \1 l'irant le six heurt , .m ce o, disri o ja| onaise, dissquer le i B livres de %  y d, M lorand. D ,ui tombe, cl ib n ss • voilui es de lui is, l'lei uel exp ies robs en poc e, Ir .i uer de loufi jours dp ii : v • ni dur soleil, s'en 1 1 \> ui i e i liez lui, le ventre cri %  orleila au % ent, abruti is pense, ne butte au loi t • poi les, ouvei te lou lei i loye I ois pierres, K bches, une marmite b# s ne 11 icie o boijjt une mixt''ie i n n 11 ni inab'e: petit mil avari, qui iquea patates, bouquet de leuilles de lamanl Bau anxieusement survtil i i iir des en endu. i mille il ce, tous U mois,!': intS e bas ge ur la d • liaillo is le Le Gnra jmutt, le hros de la guerre sud--lricaine, disait un jour an docteur Motou, prsident de la commission envoye enHali, qui dtendit d'ailleurs Ion mal sa race: L'ueet le ngre n'ont qu une qualit : la patience. l'reuez garde, mes pelils mailres.l'ue est patient,..mais il a le sabol trs dur. Le peuple sera d'autant plus impitoyable que, depuis cent ans d'esclavage du ngre par le ngre,il soutire de Dos abur-, de nos gosmes et de uo> mpris. bous le s gne du Taudou et conduit par les'< houngans ses vrais cbels, il nous balaiera, tous. Dites-moi, vous, fleurs de r.otre race, couuaissez-Yous vos, li res ? Avez-vous vcu parmi eux? Conuaissez-vous leur me, leurs dsirs, leurs soullrances ? Il y a*uu abime entre eux et vous. Avocats, mdecins, littrateurs, vous tes des monstras. car.ee qui sort de la norme doit tre appel monstre. Infects par les vices des petits blancs nus matres,nous avons perdu les vertus guerrires des splcu I les africains qui nous donnrent l'Indpendance. Le peuple soulrant.crionsnous encore, attend un chel. Viendra-t il ? D'o sortira, le prdestin ? ...Voici venir l'heure de la grande pnitence. La iatalit historique assombrit l'horizon, et, si avant 193*\ nous n'avons pas, u:us mmes.pris les dcisions viriles pour nous sauver, peupla, tu subiras ton sort, et toi, bourgeois jouisseur, tes fils seront chautlcurs,et tes filles .. Nous examinerons, dans uu prochain article, froidement, les laits; et nous essaie ions d'eu indiquer les re* m ' les. (b'gn ) TLANTEin GORGOULOV COMMUNISTE PARIS, 23 Mai. — Le rainis 1re des a Ha ires trangres a envoy M. Fougery, juge \ d'instruction, un document ; prouvant que (iorgoulov, l'assassin du prsident Doumer, : tait un communiste militant entre 1918 et 1921. Ce document contient une dclaration d'un colonel qui commandait un groupe r'e l'arme russe blanche (antisoviiique ) dans le Caucase et qui est actuellement Soa. Le colonel ufli me avoir counu Gorgoulov sur trois noms diflrents. Gorgoulov a t expuls de Vladikaukaz lorsque l'arme blanche prit la ville. La dclaration dit galement que Gorgoulov a dnonc 1 ( J antibolchvistes qui ont t excuts. Les mdecins lgistes continuent examiner l'tat mental de l'assassin. La peau veloute — votre plus grand charne" ...dit Hollywood I NSTANTANMENT,srement, la beaul de la peau appelle 1 admiration Les directeurs d'Holiywood ont^ decoimrl depuis plusieurs annes qu'une jeane HUe ne peut pas avoir un plus puissant appel. L'un des plus lameux directeurs d'Hollywood a dclar : Le peuple rpond instantanment la douceur de la peau. L'est le plus attrayant des charmes fminins. Aucune jeune fille ne peut prtendre devenir une toile sans lui. 605 des 61S importantes actrices d'Hollywood ne comptent que sur le Savon de Toilelte Lux, blanc et parlum, pour conserver la beaul de leur teint. Lu lait les femmes de partout se dlectent pendant le moment o la mousse dlicieuse de ce savon les caresse. Conservtz vo're teint comme votre toile favorite de l'cran avec le Savon de Toilette Lux. LUX DE TOILETTE isp-fr MOHit & LAURIN, P.O. BOX .M. I) slribulw Hue Roux et du Cn re l'or! au-P.uce. Cin-Varits DEM VIN SOIR La magnifique superpro luction en coulurs: La CHANSON du GITA^ considre par tous ceux qui l'ont vue comme le meilleur iilms parlants exhibs jusqu'ici Hati. 1 et 2 gmrdes. 4;l Ouruon Rn. l ?_ NEYRA l*. faille, M. * •* Parii. 41 il 4 %  %  %  % %  mwvsmmJmM* Toutes les Polices DE LA comprennent la Protection contre la Foudre sans auqmentation de tau| Fw.LeBossM Aqents Gnraux



PAGE 1

: \\ liiiiiji! Jlarhaiicoiii'i r Dont b miaiiiine est uuivereellc a gard sa premire place L-KMMaixUr partout : UN BARBANCOURT Dopai : lUit Csar. La farine BAT'BAS *sl f*briouenour les boulangers senss. Elle coule quelques centime* seulement plus chre que les autres marques, mais le iendement quelle donne est sans pareil. Avez-vous dj travaill Bat'Bas ? Eh bien passez) chez\le* commerants suivants : ILrpii Eu* m Puriaiii VjDilil. 10 Ueuloni • Fnfor.ck Varice. IHcrer Dpurez votre Sang par la CUROMAL Votre an g est Impur, il charrie de* s crie, de •. %  unes, dont il n'a pu M drlmna>>. r, et ses impurets se traduisent en iWnatiHeures, en bobos, si desagrenblrs, si douloureux joutent : clous, turoncli i lu itons ux dAmangealsons insupportables. Ce sont enfln les ulcres, les tumeurs et les fibrome qui iurtler.nent sur un organisme empoioni e par sang Tirl*. On pe'.t i E utrir rapidement pat i__ est la mdication la plu simple, la plu E LETTRE DE { M. SCHILER NICOLAS 27 Mai 1982. Mr CLMENT MABI.OIHE Directeur du MATIN En ville. Mou c'.i i Llmen, Le numro du 25 Mai du petit DEU H Le Il l.\ I II ri le |).i >> il listel t SOI %  i n.tre le li \ t. ibt i L i,,un.iu . I] I i Malin m'a servi un un sang icl. On pea Tiier t ui cela c ii en !f n i.|| A e ru.llpnili IIP lflT:i i I suerir rapidement pat une cure au Curomal. i 1 "!" U C }cinc t|Ui lit uoidll normale et la plus seleniifliiue, lut utilise le Tenu de plu de 23 plantea connue di no pre* et de mdecins le 1 antiquit, ma.s dont Slonsieur UIRAVD, pharmacien a, par dos procde* modernes runi le sucs dan une formjle qui lui a cot* des annes dexpenen?** et de trarsU. La suce* a couronne >c e non, •t le Curomal gutrit le maladie de la peau. eciemas, dartre. poriais. ilmanfreaiion. rougeur, furoncle, boulon' 'Icerc, douleur du rentre, f ge critiqu ^ L tralten'tnt coipfenant (Ui. CUFUMIt %  m huit. pllulM g i-ulte et brochure njulcatU — loutM Donne, pli. mmcle.. — l'iepni pur II nnH pli. rmacle.. — Plep irmacicn, IjibonUoIre. _. -oi'LLlNS (Praneei Depot* Mua / rinn: Fharmici* Bl'CH. Docteur GIHAl I). pharmacien, Laboratoires Uu IttiAne, f, Mu Dolet, LYON-OII.L1N irram-el EB.ESTVE ev IDE IHTEISI* af JEAN ASSAD BAT'BAS BLACKWELL MILLINC A ELEVA TOR CO. Kansus 'il, Mo. ED. CEFIVAIN A. BOLEE ceitts pus clie mon adresse. Dire que je suis contre l'irrigation de nos plaines est i De 10 tel | i dation quelque peu laulaisisie de mon entrevue au journal I e Temps . I e danger sans cesse crois* s : et alai m nt au plus haut d.}.r de l'rosion, que j'ai sig l l'attention du paya il qui menai c de ruiner les bases de l'couomie uationale I est le plus sr garant de I inte/tque ie porte au problme de l'irrigation. En eflel, juguler l'rosiou, c'est quintupler au bas mot nos ressources d'eau d'arrosage, h piotluctivit de nos terres, et de nos cultures permanentes, notre s'ock d'essences foresest une pa! pn uve el recoru lande am es. cci: rlei* I, la rhe.dure reste n Hardie el tient bien. Dec trier depuis de nombreui es Achetez-la avec confiance Travaillez-la avec orgueil •i... fti vois avez I esoin de lits en fer, de Mis de camp avec Ions accessoire s, matelas et oreillers, allez cbez ST JULIEN SANON 113, Rue Traversire, prs • lierai. C'est diminuer de plus ^i'r.sive & Ci*. de 00 o/o les ravagea navrants %  ohail. d es cyclone a et des inonda——— lions qui nous visitent presque chaque anne, c'est ilimi nuer considrablement les Irais d'entretien des œuvres d'irrigation, en un mot, c'est assurer une phase de l'avenir conomique de la nation d'une faon rationnelle. Decnrler atteint toujours s m I il t ci i-e de sa bonne composition. Decnrler Son emploi est aussi agrable al a autant de succs, que le p duil est pan M marquable. lui venta seulement chei : Geo. C. Bohne cls du Grand Htel de France. Prix : le giand pot, 0 1,00 ; la moyeu pot,Or 0,70c(, • u vota sert* servi a -—. —... .. . SIROP di DESCHIENS J'Hmogloblaa A vendre Fleurs!^ Fleurs] Meubles de salle manger. Vaisselle. A.ticles divers. | Oi imuvera cluz Melle IV S'adresser: i fine Augustin, Ras Pende rr CO OK chose, des fleurs, couronnes, I corbeilles de fleurs naturelles etc, i bon march. Remerciements Melle Lli i [.hrisson,Mr cl Mme Ren Affiche. *i' '• CLANDOPHILE des Lab. ORMOS PARIS NoHo* Qratoll* *t Veut* cha* F. SJOURN W. BL'CII. Prl % %  **a>BJ I .ml'ci Buuu l'Iiai maciaa Insurance Co Une des plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG. Le BOSSU & Co Aaents Gnraux LE FAIT EST INONTESTABL1 Il ii u m Saillie C'est la quintessence des meilleur** varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs lerroirs, i C'est ce qui tait son aroirie. GOITFZ ET COMPAREZ!' % Massa** -* %  •" 1



PAGE 1

Lundi 30 Mai 1932 Le Maliu 4 PAGES Pert-au-Prince Tlphone : 2*41 ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotlund ) Lar la GEN1 i'.'.l. t est une des pius puissantes et des d'il vastes or > mist lion 4e ce genrt. Le soleil ne s? couche jaunis sur son champ d'action qui embrasse le monde ses Polices contre incen lie couvrent aussi les dgts occasionns par la toudre Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages caus autrui dans sa personne ou dans ses biens. Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tons les vovngurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents. d'au moins 4000 dollars, la prime min i le u'tautjque de \/2 •/• soit 20 dollars L\ C Veuve F. BERMINGHAM, AuxCavcs s-s c SOLTSAtENTS Agent Gnral pour Hati. Port-au-Prince. 1G. GILG JEAN BLANCHETJrrnre (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone: N* 232G 1 e vapeur c Bogota i Voy. venant directe ieut 0e N< w-York, s .ra ici mardi ,11 c( ur;int, cou inuera le n ne ji>ur nou is port cnlom biens, C. h uhai, (>nnl Zone, Kingston i New-Yoi k. \A in ni es'e de ce vapeur re i par n' ion si la disposai >n des clients dons ooa burej :\ sis angle nie Egalit et I) m es Dcstoi!: lies. • • Le vn> eu Martinique Vov ( 'S parft'ra de New-York le ^7 rourant, pour tous les ports hatiens. Attendu ici le 4 juin !.io. h ii/ n %  on'c pont J les DONS ( Sud. Sera de re ton :> \*Q\ -a l'i in< %  Il 9jn ; t< preuam u l '.des p ss grr-* et la malle pour Cap-Ihotien et New Yok. William E. BLEO, Agent. i N'OUBLIEZ PAS OE PIE ON PETIT TOUR I TERRACE-GARDEN ChezW. K\HL PetionvilV 1 iO p'eds d'-lidur'e. L'tabli 'ment le i:u irai&dti u virons de Por'tr -Ptince. Seulement 15 minutes d'auto sur une eicelltnlt reiu asphalte Vuei nu I veilleuses dla \d!eet 'u ^oit. f'oissors de toutts esj ces. S Vrrtngetnents particuliers pour les pensions dc'joordi semaine ou de mois. AVIS AU COMMERCE !Voulez-vous La Panama.Kailroad Slca msbip Line a l'avantage tiicer les dparts suivai Isde New York pour port-au-r Hati, directement chaque mardi. Tous les steamers pourvus de chambre Irieorilai Dtails de hew \ork. Arrivages Po i au-frime Steamer Cristobal le 2-1 mai le 29 mai S/S "B.iervi ventura' le U rjuin l '< juin A i n n \* le 7 juin le 12 juin jaier "Guayaqnil' le I II ni i t?j5mer. Ciisioli.d le 21 juin 19J2 Sleaaner "Buenavenluru" le :>, ; juin filet mer "Aucun" le li juil'el 193 i Steamer "Guayaquil" le 12 juillet Panama Railroad Stearapship Line Jasil. C.VAN REED agent Gnral S/S 30 juin le 26 juin 1 le 4 juillet le 11 iuillet le 18 juillet d'an rince sun' 1932 1032 1932 1932 1932 1932 1932 1932 ^Laboratoire SJOURN DHIECTVRB F. SisouRNi. Pharmacien R. SJOURN, Phirmacien le (^Universit de Taris M. Si JOURNI Ph ii mac n de l'univi rsit de Paris,Sicien interne de i Hpitaux de Taris Analyses des Urines,du s c gastrique, du sang ( WaskerRiain, Ure, Constante d Ambard, Glycmie). Descrachils. Des matires tcales. CErOUI N'A JAMAIS T :FA1T CE OUIINE PfcUT TRE DPASS Kola Champagne F. SJOURN jrVpai dans des nditions rigoureuses D'ASEI SIE Prparati m el Vente PIARMACIEF. SEJOURNE Angle de8 mes houx et du Centre. —o — Russir dans vos ludes no lalre russir vos enfants.grce 1 une mthode d'enseignement ( I, ssique excellente? VOULEZ VOUS Une protession aprs 6 S mois I ludes srieuses (Sl no-Dactylo, La ngues vivante Conip abilit) Song( /. que l'Institut TIPPEMIAUER se recommande et s'impose voire attention par les brillants rsultats dj obtenus. L537Rue Lamarre. Tlphone 2891. A vendre L) Pigeons romains de race pure, issus dt premiers prix dp l'exposition d'Aviculture, de Paris. • Couleurs Bleu, Fauve, Noir, Rouge, Chamois. 2o Lapins Gants des Flandres il Chinchillas de races pures, mme origine. S'adresser Mr Paul Caftera, en l'ace de l'Eglise Si-Grard. SEMIIP UNE Le stean er ristobal > est iMend i l'orlau Prime, venant I N \\ Y > k le diman che 29 m ii 1VKJ J, avec : 5 pas. i.; rs^dK3 sacs de correspon lan et partira dans l'apr* mi li du ru.ne joitr directement pour C ristobal Cau I Zone,prenant Irt,malle et passagers, Po lau.Prince, le 2h mai 1932 J.s ]\> .VAN REED AgentGnctal ALIX ROY 80 annes de succs. t l Sauvez vos livres S uvez ves livies et col lec''' ns en mauvais tat tn les 'onfiant ai rrlieur conscie !• i'X, honnte et habile ETIENNE (!AMH LB, Rue Bonne Foi RICHARD PETERS, rop, CH4rIP DEMARS, N' 1217. U SEULE BOULANGERIE EUROPEENNE EN HATI SPECIALITES DE PAINS POUR SANDWICH. PAINS FLUTK ET PAINS MOULES, PAIS NOIRS, PAiNS COMPLETS. ETC. PATISSERIE FINE, PTS, VOL-AU VENT TOURTES. SOINS ET PROMPTITUDE. Tlphone: N 2069. La maison ri a oas de succursale. ()n trouvera:, l'ImprimerieAug. A. Hcraux 1" Le Code Pnal I 2* Le Code d'Instruction criminelle avec les dernires modifications. 1 Loterie Nationale d'Hati Lykes Brothers SS C lnc Taxai Hati — Sanlo uomtngoPorto-Rico Le seul service I cbdon re el rgulier passager! et fret entre les poils du Gollt du Tocs directement avec Pert-au-Prince, Flaiti, Pour la rception rapide el le ment babile de vos importations, scru/ vous toi i navires d '* LYKE UNE. [.es prochaines arrives a Port-au-Prince sont • Steamer a Margaret Lykes i !27 mai 193 2 Steamer Hu'h Lykes juin 192 Lmreau: Rue du Magasin de l'ttat, Boite Postale K La Manufacture Hatienne] de Chapeaux L'Indigne HENRY STARK RUE DU OUAP EN DE LA GARE lerres Vitre* de tontes dimensions pou vitrines el en ctdrements. Mires spcial t s p IUI los Vitres ordinaires l I p r o omnloirs. Grand choix de loulli es fampes de uuil / rf a maisou rj ,% m noirs ta 416 Rue Bonne.Foi. Phone : 3358 La Loterie N 'tion.iled I ti est one institution hantemnt humanitaire par la multiplie* d'eeuvres qu'elle se pn pose d'aider, une chance de ai^i tre offerte aux homrret de toutes conditions de tortue. Employs Fonctionnaires, Ouvri' rs. Artisans, Salarie* A tous ordres, Gens de maison ( domcs'iques. ) sans parfr leur budget moyan-ant deux gnuri", peuvent gagner treil mille gourdes fatrrns de Commerce Chels d'Indusiie.pim aux iusulfiances des ventes, p&r l'a h. t d'un billet, quiTOW libre du souci des chancesMdecins Ave rats, Ingnieurs. Sn.der t s. Dputs, Gna* iignitaires de I Etiit.Peprsenlants de I Ictellectualil, Jer nalistes. Donnez l'exemple de votre e'idarit snciatt, ntntiera, capitalistes, comme en jouant, aramentri tt aveir. Vous tous qui hnb'tee' Haili, rendee-lui srrn'ce ea •*•< % %  lie billet del LOTIR [E NATIONALE D'HATI. ailMioii A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la vente de ses CHAPEAUX se tait, depuis le 4 janvier, au N' 2027, GRANDRUF n sou >",-ipn local. Les Clients y trouveront le mme accueil. MARCHE. CLRIT, COURTOISIE. Martinez, Marcelin & C" PROGRS NOUVEAU RHUM biOb\EAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE Clair in Vierge Chez N. NAZON



PAGE 1

Clment Magloire DIRE: EUR 1358. RUE AMERICAINES;^ 1EI.FPHONE N-2242 Dans nos socit mollmes en< jaMiff, de rmlitatiea.eelai qui a'Itimh s y ni ml s ftaaktaai, n a |aauU (on. 26 me ANNEE N 8 7G82 l'OR!-AUra|.N(i; (H.\iri) LUNDI 30 MAI 1932 ru URBANISME — O Voix des aut c P Ce qui se passe Thomazeau Urbanisation : le grand' 5 00,000 habitants, l'heure acja t iiib.nn !< %  .-t nclie, on compte plus de 20 Si l'urbanist une esl un luit rcent, on ne doit pus en conclure qu'on ne s'est jamais proccup, dans les sicles prcdeuts,d'amiiorer les conditions de vie dans les cits. Il esl vident que, du moment o il y avait rassemblement d'tres humains soumis une autorit, il v avait certaines rides prcises dictes par celte autorit auxquelles se soumettaient les habitants de la cit. La Rome opulente des Csars avait des dits impriaux (pie l'on devait observer sous peine dt prison et d'amende. L'Athnei de Pricls invitait ses entants au maintien de l'ordre et de la propret dans la ci l. Le Moyen-Age, ,a nt critiqu auvilles ayant plus de un militt d'habitants. Le chiffre de L population urbaine a beaucoup augment au dtriment de la population rurale. De plus, ces populations ne progressent pas de la mme taon. En Allemagne, la population urbaine, qui n'tait que 36 o/o de la population totale, a al teint lu taux 57 o o en 1903, 88 o o 1922, 15 o , 11)32. Kn Angleterre et au pays de dalles, la population urbaine, en 1851. reprsentait 50 o/o de la population totale. En 1871, elle reprsentait 00 o/o; en 1891, 78 o/o en 1911, 88 o/o ; en 1930, 95 o/o. — • Von ch r Direc'i ur, iniii 'ans l'dition du 2 ) coude voire intressant pi i lidien, il a t public un • rec tilication en laveur du Ma que m aussi n M jatna s pn e papier que du reste i Ign ( Vo'ci les signatair s de la note du 20 mai courant : E i manuel Baptiste, fou. gislral Denis Vieux, qui n esl Bc-noil Sl.-Hilaire. dcd de autrequun soi-d an il tic ., j s en 1924, Pierre Sully menti aux exactions de c Membre du Conseil Commi Alagislrat qui ont t en parn,'. St. -Surin Elie, Membre ic mises a jour par notre ar( | M1S( ,| Communal, Valcourant pi, %  ;.,., V ;1V;1 | Membre ^u Conseil Communal, Edouard Dore, Receveur Communal, Vicl)li par LE MANN. Pour avoir t pendant longtemps l'un des prfelsles plus consciencieux (les Ar rondisscmeiils de Port-an Prince, Lascahohas et Mirebalais, vous avez d voiistrouloi Pierre, Contrleur du niar lu, Jean Emile, percepteur i Ilya Vingt cinq ans r E MATIN, 30 Mai 7*07/ CORINNE. Sous avons reu le volume le Mr Franois Lauelanel IORINNE qui parut .•, voit dfiler une ihdi ie de m*-, chands rie surettest> qui rgi. lenl vec tant de rontinal leurs clochettes sonores qu'ils arrivent rni u mes en perdre l'oi fa nu pond de ne pas entendn I appt1 ,1. s %  rheleara. n'est-ce pas grandes tilles, l'urbanisme a pris une importance capitale dans (miles les questions municipales. Aussi, son champ d'action est-il presque illimit, car les villes sont comme le*hommes, elles ont toujours des besoins nouveaux qu'il laid satisfaire. C'est ce vouloir humain, cette volont humaine aiguillonne par le besoin que la vi.le doit son origine et son dveloppement. Dans le cadre gographique, tel que la nature l'a constitu, l'homme, pouss par le besoin, s'en va la recherbaine est passe de 21 o/o en Commune e sentait population s Vieux fuiSanitaire, Albert Joseph, beat de toute cette grande province llll mt '' Otiraujourd hui, n ous frre de Denis Vieux, de In de Qubec. La population rura"> en attirant s|)p dite chef de Section, Amairovince. Lt mm • phnomne eialeincnt votre attention sur sus Dorc, pre du receveur sesi produit dans le Manitoba ( Canada ) o la seule ville de Winuipug, plus de 300.000 hall 11 ion, Lmmauittl cl u ri mort, In'iio chedusiie propice et s'y in sbilan la, reprsente elle seul lail. Jadis, c'tait la source, le cours d'eau o le nomade allait Mancher sa soif; c'tait le sol lerlile o le ptre conduisait son btail, son unique et grande fortune. Hier, c'tait le croyant pieux e! tout la lois craintil qui s'abritait l'ombre du temple des dieux prolecteurs ; c'tait le sujet dvou et brave (|ui se retranchait derrire les remparts de sa ville et dfendait son chef et sa famille. Aujourd'hui.en ce sicle de 1 industrie et du commerce, c'est la foule innombrable des migranls qui s'en vont demander a l'industrie le pain quotidien ; c'est la jeunesse, assoiffe d'or et de plaisir, qui s'en va s'enivrer dans les Babylones modernes. Malgr l'appel mouvant et combien atti ayant du retour au sol natal, les campagnes se dpeuplent, les villes se surpeuple ni d'une faon vraiment alarnianle. L'application la vie courante des progrs de la science a modifi le caractre et l'aspect des villes. 2eltc rvolution industrielle, qui a substitu le travail en commun i: l'usine au travail domicile a favoris la concentration, a cr les grandes agglomrations, la grande cit moderne avec, ses avantages et, malheureusement aussi, avec ses funestes inconvnients. C'AlUmagne.en 1871,ne comptait que H villes ayant plus de 100.900 habitants; en 1880, elle •n avait U ; en 1890, 26 ; en l'.HK), 33 en 1910, 18 ; en 1923. H ; en 192(5, 59 ; en 1932 plus de 60. La France avait 9 villes de plus de 100.000 habitants en 1K>1; 12 en 1911 ; 15 en 1911 et D en 1926 ; 20 en 1932. [, Aux Etats-Unis? Amrique ) on comptait 16 villes de plus le OO.IHIO habitants en 18S0 : 28 en iS90 ; 38 en 1850. En 1900 il n'y avait aucune ville que le colonel Lindbergh se|e plus de 500 000 habitants en ra j, l'absent qui dominera nmriq r J Le no • ton Alors qu'en 1000 on necomp Saim Ililairc.dcededepuisen 192 qui l'onl signe. En outre M. Mondasse Siinonice a lail la dclaration en prsence d'un membre de In rdaction de BuulisU Lonce Dore, livre du pi ce de nonne cou de Section Choisilus rlyppo litc tait au Bureau de la Garde ] Thomazeau pour dclarer I l ropiis humides presque la moiti de la population de cette province.—La seule ville de New-York ( Amrique ). 12 millions d'habitants. The Empire Town , le agrtes! citv in the world , comme les Yankees l'appellent, a une CerllMca population suprieure i celle duile Monsieur Vieux qu" de tout le Canada qui, par sa lient ignorer et pourcat superficie, reprsente k 1 3 de J el mercredi dcrniei le Clic. tout le continent nord amricain. Tout commentaire esl superflu ; les cliillres parlent d'euxmmes. Inutile, pote, de chauler les beauts de la vie des champs Inutile, pasteur, d'al tirer l'attention de vos brebis sur les dangers de la grande ville. Inutile.hoinme de sciences ou de morale, de crier gare la tuberculose ou au communisme. Le fils du paysan trouve la charrue Ireploufde pour ses dlicates mains, s'ennuie au relit des veilles de ses anctres, prfre appartenir la loule anonyme, esclave de la grande industrie, el respirer pleins poumons l'air de la grande cit. contaniine.il est vrai,mais avant tout teint de libert. Il est donc un devoir sacr pour les ingnieurs-architectes urbanistes d amliorer, autant qu'il leur est possible, les conditions de vie des personnes dans la grande cit m (derne, ce rendez-vous de toutes les classes de la socit, et de donner une solution salislaisante aux multiples problmes sociaux, conomiques, politiques, hyginiques que l'urbanisme a crs. M:L. veur, Achmancl Dorc, h re du receveur, Bleus Doive, oncle du receveur, Cerlne Dorc, cousin du receveur, AccllS Dorc, aveugle el impotent, oncle du receveur, Modsor niais l auteur au nombre r Q a l(Ui h pui lu'elle ngfige des romanciers hatiens les\ l c r* ur au Iieu (,e courir plus estims. j aprs? Ao//\ remercions .\ir Lois coop, quand il s'avisa de se p si ni i i h / notre nmi San ( l l'autre a| i di, el coian i ar hasard eut qnfM cheveux avaient pris une IonMICIII ebsalonienne, Il lit an ign impralil an patron qui, s'arma ni de son peigne, de ses ux, 11 d'une loi dense, t-bli n p n i a is !r iid >. i ne moi:i ''' de la i uni us,' toison lui tondue au ras, el c'est le moment que le patron i ho • il cour poser la question prjudici* Ile : Vous av, z le cash? C lain z le jeu '. \. p. Stupeur de %  P m ais 1 "• : l i vile : Eh bien! lon i il n'avait p i le i eah, man sut l'hoi ii'. ur, il i ail | ayer plus lar '.•> Et I capillaire, Il igmatique, alluma une ci| irelte el laissa tomber : o l)an ces conditions, i, mettons gani p'us lard l'autre moiti de la coup oua avons rem la lettre rec( tifleative suivante : 'i1 Port-au-Prince, le 28 mai l \ Monsieur Clment Magloire, Direct* tir du iournalLe Matin Monsieur lc"*Directeur, Permettez que j'use des colonnes de voire intressant quotidien pour produire nue rectification ncessaire. Votre reporter sportif, Mr F. Hrard, a en effel crit i dans le No du samedi 28 cit.: Philo Rgnier, as nalioI •'. n dit : .< Je ne puis vous voire journal qu'il n'a jamais naiar Exirao.comprc el beaui cl encore moins sign ce frere du Magistral, de la main gauche. J.vs autres signataires sonl d'illustres Incol s dans la Commune de Thomazeau. Veuille/ agrer, i le. ( Suivent les signatures ). Les Haitiens LE CONGRS DES AVIATEURS TRANSATLANTIQUES ROME, 22 Mai. — Le gnral Italo Balbo, ministre de l'aviation, a dclar aujonrd'hu I D'aprs u\w information pu Je dsirais prendre les lourdes, Nie par le Nouvelliste, le G .U•sponsahiliis de la direction des vcrnemenl du e si \\v second but mai qui pai Klio l'avantage ^\r IaViolette lut rgulier ou non. m sj Beauvoir tait en positiond oflside au moment de recevoii ma passe , mais ce que personne ne peut contester, c'esl la supriorit vidente de la \ iolette au Racine . ni avens t battus, mon cher Hrard. Il a tout a l'ail li ., %  esli nia pense. Voi i r\a lemeiil que j'ai eu lui due : Je ne suis pas en mes u r e d'affirmer si les || ois buts marqui a sont rguliers ou non.D'ailleurs, seulement je ne suis |, s plac pour en juger, niais enc< re je me suis trouv, au cours du match, dans des positions qui ne me pei mellaienl po.nl d'opiner sur les dcisions de l'arbitre. flnha'l 1,,)l "' F a ( lli '* rappon a la ci uanu supriorit de la Violette au Rnaucea hailiennea a dclar la Chambre Monsieur Clovia Keriii/iiu.l.e d i |i n i s applaudirent a celle fire dclaration. Il va longtemps qu'on n'avait pat entendu un ministre parler avec celle franchise cette crnerie el celle* assurance O sort de l'ordinaire de co milieu ci Ce ministre a sa manire. Sil n'aime pas les dclarations crites, il n'he MIpas dsvaut tes airrmations orales. L'avantage du genre, i qu'il permet les rcctiflcatlona .. au procs-verbal, en mellanl l'erreur a i compte du stnographe. Aussi bien a c lui des repoiteis En nous av nITOU*/'' noire Les sans Ira va il exultent. Pour marquer leur toiilianee. ||| oui ch ni leur pisident de potier au Sauveur une bou'i-ille de l'astra ItlIl'M SAI'llli; CACHET Doit, indispensabl( coni|>.tgnon de I homme d'Etat. •Racing, j'ai eu a dire que n n Violette* aval' cuDatn a pus ceraines mesures pour le renvoi dans leur pays des immigrants antillais qu'on estime a quarante mille environ. De ce noni-i bre, les Hatiens doivent nroba-Vf" f?" 8 } d n fl m ,a • V,0,et mieux |oue que te Hacing que le %  Racing avail mme In s mal joue. Cela n'implique pas, Mr le Directeur, que la Violellte soil suprieure au Racing. Car. si ... voit que l'c'airaga a lait les progra consfants. Les ancie is s'clairaient avec des torches de bois rsineux, et plus lard avec de l'loupe enduite de po \, puis on dcouvrit les proprits de la cire, et l'on rnagina la chandelle. I es prenirea lampes pararenl sa moven ge, des lampes grossires [U'on remplissait d huile. In 1838 parut I'cl*ir8ge nu ga/, en 1878 I clairage leclrique. sous avons M mis tout cela, %  i c'est dsormais le rgne dflnitil de la lampe Titus, qu'on trouve du / John Wuolley. .. les vit dbarquer au co%  |uet magasin ie l'uni E, Auxl* li. Mad mie vis'blemenl bou* nail, mais, g dael, Vonsieur s'era>H ssa d'oni ir un flacon des dlicieux parluins Coty. t'n peu plus, le coi pie rconcili s'en< brassai! la barbe de Paul. dment cirer pour plus desf ££*" P l m l lllir "':' P^, P" trois quarts. 1 vaincre le Racing quilailen D.s M navires, du ,telle inlor\" !" \ l V' l n "'' '! ,,Vs ' ,: ; mation, seront retenus pour le! !" ,1. t*? !" ?* V 1 " ituporl par Irac s gales de v Z ,>l) a M tes ians-lravail. Ce renseigne,,.'' .' ? !" ? Z'soufl[rez ll M f i —i .i. .' ... k Dueclcur. mie ) %  • i,w>pelh'a ment esl accompagn de 11 mtout cas. mentairesdsobligeants pour les immigrs accuss de ions les mauvais coups %  sur la letre cubain PROHHAINF TOURNE PRESIDENTIELLE o— l.c SomclHste annonce M. le Prsident Vincent g i a prochainement dans '< l el passera lin ou deu\ n C i et. Il ne ve n j i ux, du notr f: pie |e rappe l'esprit sportif de votre repoi Mr Hrard que lui el les joueurs de son quipe n'auraient pas d s'oubliei baine. On a hte de s'en dbar""r"'""'.'! "" '"'T' ''" '!'; J ,. ISSI jvouer publiquement u\\ arbitre qu'ils onl eux-mmes choisi. La question ainsi pose n'est I as ignore de noire gouveri emenl qui un devoir s'impo• er : celui de rapatrier les Italiens qui vivent dans la misi re 6 Cuba el y sonl maltraits el nsulis. En pareil i as, on rail les sacrifices que commande la dignit nationale et qu'exige la situation malheureuse de nos compati ioles. Bien voire, Philippe RGNIER ECHOS — Un snateur a fait observer au Snat qu'il et.il prmatur d'envisager une p oloi galion de la session. "r en 1€ £ 10 - n eU SK le congrS dCS vi rs t ra "* e Nord PAr ne de e. J. IH 1 Q[ uZ 1J r b T Z P satlanliqnes qm.se lumra laf JJ Prli j enl li( ., visilei >i' Y !>" 2( ;'semaine prochaine. ) ( Jrmie et autres vi 1-Tntpl Arcnnin ?^ e sl N,: Mais le dpub notei Arsonia a g0 evla q [tue Lamarre et i dt Irien d'autres d us son* -i parcou a nombre des grandes villes e gnra i fiaibo regr tte du Sud. ns.derab ement augmente. ^ Lindbcfih ne ; „ auia ai |i pas'dvd^ Z Slr^S P-pas venir Rome aj,a. Rpubjiuue et le fi Amriciue ayant plus de'cette occasion, ^stra couplai, Teiephon i !; %  pre inlw iell r, l'dablissemenl 11 nom tablissement et ceux des classes de philosophie et de rhtorique du lyce pour la restauratiou des n enuments hfsloriques.Cetb souscription s'lve t gourdes 60 ce o limes, — Le i ouveau chef de la Police de Port au Prince est le Major Shepberd, qui remplace le major Howard,nomme au commandement du dpartement militaire du Nord i la plaa du colonel l-'egan. La i lection de la portion de la rue du magasin de l'Etat ( quartier de l'Usine glace ) s'achvera bientt. Excellent et utile travail qui donne di tort bel aspect a cette rue. Ce sera, aprs, le tour de la rue amricaine, prcisment le quartier du MANN, O l'quipe de la D. G.T.P es! atten lue. Parant d i discours de el, i olre ontrre ,L'Abeille dil : < )n y a r m .rqu uisqn'OD doit toujours I 11. A Sli.lJd-., propritairaj I souscrire les lves de sou I —M. Luc Uorsinvil'e. ] q U uisqn'OD doit toujours / ecteur de I Institut Guy 'o-, dire la vrit— une acerbtt t t professe r-dp ee qu'on statplusde 1 d histoire el de gographie pois sincremen regretter .... Lyce National, a fait — Notre mme confrre, s. ou en ri ro Ut olAi-a .!.., i. %  J / i pui u sincereme n reg; .Notre mme conlrre, rappiochant une dclaration L > \


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07014
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, May 30, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07014

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRE: EUR '
1358. RUE AMERICAINES;^
1EI.FPHONE N-2242
Dans nos socit mollmes en-
< celui ijiii parle 4e reJl, e> jaMiff,
de rmlitatiea.eelai qui a'Itim- h s
y ni ml s ftaaktaai, n a |aauU (on.
26 me ANNEE N8 7G82
l'OR!-AUra|.N(i; (H.\iri)
LUNDI 30 MAI 1932
ru
URBANISME
O -
Voix des aut c p
Ce qui se passe Thomazeau
Urbanisation : le grand'500,000 habitants, l'heure ac-
ja t iiib.nn !<.-- t nclie, on compte plus de 20
Si l'urbanist
une esl un luit r-
cent, on ne doit pus en con-
clure qu'on ne s'est jamais pr-
occup, dans les sicles prc-
deuts,d'amiiorer les conditions
de vie dans les cits. Il esl vi-
dent que, du moment o il y
avait rassemblement d'tres hu-
mains soumis une autorit, il
v avait certaines rides prcises
dictes par celte autorit aux-
quelles se soumettaient les ha-
bitants de la cit.
La Rome opulente des Csars
avait des dits impriaux (pie
l'on devait observer sous peine
dt prison et d'amende. L'Ath-
nei de Pricls invitait ses en-
tants au maintien de l'ordre et
de la propret dans la ci l. Le
Moyen-Age, ,ant critiqu au-
villes ayant plus de un militt
d'habitants.
Le chiffre de L population
urbaine a beaucoup augment
au dtriment de la population
rurale. De plus, ces populations
ne progressent pas de la mme
taon.
En Allemagne, la population
urbaine, qui n'tait que 36 o/o
de la population totale, a al
teint lu taux 57 o o en 1903,
88 o o 1922, 15 o , 11)32.
Kn Angleterre et au pays de
dalles, la population urbaine,
en 1851. reprsentait 50 o/o de
la population totale. En 1871,
elle reprsentait 00 o/o; en 1891,
78 o/o en 1911, 88 o/o ; en
1930, 95 o/o.
-
Von ch r Direc'i ur,

iniii
'ans l'dition du 2 ) cou-
de voire intressant pi i
lidien, il a t public un rec
tilication en laveur du Ma
que m aussi n m jatna s
pn e papier que du reste i
Ign (
Vo'ci les signatair s de la
note du 20 mai courant :
E i manuel Baptiste, fou.
gislral Denis Vieux, qui n esl Bc-noil Sl.-Hilaire. dcd de
autre- quun soi-d an il tic ., js en 1924, Pierre Sully
menti aux exactions de c Membre du Conseil Commi
Alagislrat qui ont t en par- n,'. St.-Surin Elie, Membre
ic mises a jour par notre ar- (| M1S(,| Communal, Val-
courant pi- ;.,., V;1V;1|, Membre ^u Con-
seil Communal, Edouard Dor-
e, Receveur Communal, Vic-
l)li par LE Mann.
Pour avoir t pendant
longtemps l'un des prfelsles
plus consciencieux (les Ar
rondisscmeiils de Port-an
Prince, Lascahohas et Mire-
balais, vous avez d voiistrou-
loi Pierre, Contrleur du niar
lu, Jean Emile, percepteur
i Ilya
' Vingt cinq ans
r E Matin, 30 Mai 7*07/
CORINNE.
Sous avons reu le volume
le Mr Franois Lauelanel
Iorinne qui parut temps en feuilleton s pense, (/ u e c est un honnetu
de h prsenter cette an i
saine
Remontant Vide qui a
insph Corinne, ./ irmie a/
firme que cette ide << classera
i
!
nu march. I.iuius Pieire,
percepteur au march, I i. n-
(eul Joseph, percepteur au
Aux Etats-Unis ( Amrique ), ver dpays en lisant la trop march, Mirvill
a.
... te sa lentre," h^.mps en
ps, pI tout ;'i l'heure m<>.,
voit dfiler une ihdi ie de m*-,
chands rie surettest> qui rgi.
lenl vec tant de rontinal
leurs clochettes sonores qu'ils
arrivent rni u mes en per-
dre l'oi fa nu pond de ne pas
entendn I appt1 ,1. s rheleara.
n'est-ce pas
grandes tilles, l'urbanisme a
pris une importance capitale
dans (miles les questions muni-
cipales. Aussi, son champ d'ac-
tion est-il presque illimit, car
les villes sont comme le*hom-
mes, elles ont toujours des be-
soins nouveaux qu'il laid satis-
faire.
C'est ce vouloir humain,
cette volont humaine aiguil-
lonne par le besoin que la vi.le
doit son origine et son dve-
loppement. Dans le cadre go-
graphique, tel que la nature l'a
constitu, l'homme, pouss par
le besoin, s'en va la recher-
baine est passe de 21 o/o en
Commune e
sentait
population
s Vieux fui- Sanitaire, Albert Joseph, beat
de toute cette grande province llll'mt'- Otiraujourd hui,nous frre de Denis Vieux, de In
de Qubec. La population rura- " e ne repi ente plus que le 1/5 senler les signataires de ce police rurale. Choisius llvp-
le toute la population de celle bon billet >> en attirant s|)- p dite chef de Section, Ama-
irovince. Lt mm phnomne eialeincnt votre attention sur sus Dorc, pre du receveur
sesi produit dans le Manitoba
( Canada ) o la seule ville de
Winuipug, plus de 300.000 ha-
ll 11 ion, Lmmauittl
cl u ri mort, In'iio
chedusiie propice et s'y in s- bilan la, reprsente elle seul
lail. Jadis, c'tait la source, le
cours d'eau o le nomade allait
Mancher sa soif; c'tait le sol
lerlile o le ptre conduisait
son btail, son unique et grande
fortune. Hier, c'tait le croyant
pieux e! tout la lois craintil
qui s'abritait l'ombre du tem-
ple des dieux prolecteurs ; c'-
tait le sujet dvou et brave
(|ui se retranchait derrire les
remparts de sa ville et dfen-
dait son chef et sa famille. Au-
jourd'hui.en ce sicle de 1 indus-
trie et du commerce, c'est la
foule innombrable des mi-
granls qui s'en vont demander
a l'industrie le pain quotidien ;
c'est la jeunesse, assoiffe d'or
et de plaisir, qui s'en va s'eni-
vrer dans les Babylones moder-
nes.
Malgr l'appel mouvant et
combien atti ayant du retour au
sol natal, les campagnes se d-
peuplent, les villes se surpeu-
ple ni d'une faon vraiment alar-
nianle. L'application la vie
courante des progrs de la scien-
ce a modifi le caractre et l'as-
pect des villes. 2eltc rvolution
industrielle, qui a substitu le
travail en commun i: l'usine au
travail domicile a favoris la
concentration, a cr les gran-
des agglomrations, la grande
cit moderne avec, ses avanta-
ges et, malheureusement aussi,
avec ses funestes inconvnients.
C'AlUmagne.en 1871,ne comp-
tait que H villes ayant plus de
100.900 habitants; en 1880, elle
n avait U ; en 1890, 26 ; en
l'.HK), 33 en 1910, 18 ; en 1923.
H ; en 192(5, 59 ; en 1932 plus
de 60.
La France avait 9 villes de
plus de 100.000 habitants en
1K>1; 12 en 1911 ; 15 en 1911 et
D en 1926 ; 20 en 1932.
[, Aux Etats-Unis? Amrique )
on comptait 16 villes de plus
le OO.IHIO habitants en 18S0 :
28 en iS90 ; 38 en 1850. En
1900 il n'y avait aucune ville que le colonel Lindbergh se-
|e plus de 500 000 habitants en raj, l'absent qui dominera
nmriq
r
J Le no
ton
Alors qu'en 1000 on necomp
Saim
Ililairc.dcededepuisen 192 ,
qui l'onl signe. En outre M.
Mondasse Siinonice a lail la
dclaration en prsence d'un
membre de In rdaction de
BuulisU Lonce Dore, livre du pi ce
de nonne cou
de Section Choisilus rlyppo
litc tait au Bureau de la Garde ]
Thomazeau pour dclarer I
l
ropiis
humides
presque la moiti de la popula-
tion de cette province.La seu-
le ville de New-York ( Amri-
que ). 12 millions d'habitants.
The Empire Town , le agr-
tes! citv in the world , comme
les Yankees l'appellent, a une CerllMca
population suprieure i celle duile Monsieur Vieux qu"
de tout le Canada qui, par sa lient ignorer et pourcat
superficie, reprsente k 1 3 de J el mercredi dcrniei le Clic.
tout le continent nord amri-
cain.
Tout commentaire esl super-
flu ; les cliillres parlent d'eux-
mmes. Inutile, pote, de chau-
ler les beauts de la vie des
champs Inutile, pasteur, d'al
tirer l'attention de vos brebis
sur les dangers de la grande
ville. Inutile.hoinme de sciences
ou de morale, de crier gare
la tuberculose ou au commu-
nisme. Le fils du paysan trouve
la charrue Ireploufde pour ses
dlicates mains, s'ennuie au re-
lit des veilles de ses anctres,
prfre appartenir la loule
anonyme, esclave de la grande
industrie, el respirer pleins
poumons l'air de la grande cit.
contaniine.il est vrai,mais avant
tout teint de libert.
Il est donc un devoir sacr
pour les ingnieurs-architectes
urbanistes d amliorer, autant
qu'il leur est possible, les con-
ditions de vie des personnes
dans la grande cit m (derne, ce
rendez-vous de toutes les clas-
ses de la socit, et de donner
une solution salislaisante aux
multiples problmes sociaux,
conomiques, politiques, hygi-
niques que l'urbanisme a crs.
m:l.
veur, Achmancl Dorc, h re
du receveur, Bleus Doive, on-
cle du receveur, Cerlne Dor-
c, cousin du receveur, Ac-
cllS Dorc, aveugle el impo-
tent, oncle du receveur, Mo-
dsor niais l auteur au nombre rQ,a l(Ui'h pui lu'elle ngfige
des romanciers hatiens les\l'cr*ur au Iieu (,e courir
plus estims. j aprs?
Ao//\ remercions .\ir L Cartel \de son gracieux envoi rv.T?l!.SST "" Ta ,a. crucl"!
:\enlu?Prsenla9ntnosJlicita. i^ ^H-j.
leur. Il de va il je deux ou
i>ois coop, quand il s'avisa de
se p si ni i i h / notre nmi Sa-
n ( l l'autre a| i di, el coia-
n i ar hasard eut qnfM
cheveux avaient pris une Ion-
miciii ebsalonienne, Il lit an
ign impralil an patron qui,
s'arma ni de son peigne, de ses
ux, 11 d'une loi dense, t-b-
li n p n ia-is !r iid >. i ne moi-
:i''' de la i uni us,' toison lui ton-
due au ras, el c'est le moment
que le patron i ho il cour poser
la question prjudici* Ile : Vous
av, z le cash? C lain z le jeu
'. \. p.
Stupeur de P, mais
1 ":l i vile : Eh bien!
loni il n'avait p i le i eah, man
sut l'hoi ii'. ur, il i ail | ayer '
plus lar '.> Et I capillai-
re, Il igmatique, alluma une ci-
| irelte el laissa tomber : o l)an
ces conditions, i, mettons ga-
ni p'us lard l'autre moi-
ti de la coup
oua avons rem la lettre rec-
( tifleative suivante :
'i-1 Port-au-Prince, le 28 mai l
\ Monsieur Clment Magloire,
Direct* tir du iournalLe Matin
Monsieur lc"*Directeur,
Permettez que j'use des co-
lonnes de voire intressant quo-
tidien pour produire nue recti-
fication ncessaire.
Votre reporter sportif, Mr F.
Hrard, a en effel crit i
dans le No du samedi 28 cit.:
Philo Rgnier, as nalio-
I '. n dit : .< Je ne puis vous
voire journal qu'il n'a jamais naiar Exirao.comprc el beau-
i cl encore moins sign ce frere du Magistral, de la main
gauche.
J.vs autres signataires sonl
d'illustres Incol.....s dans la
Commune de Thomazeau.
Veuille/ agrer, i le.
( Suivent les signatures ).
Les Haitiens
LE CONGRS DES AVIATEURS
TRANSATLANTIQUES
Rome, 22 Mai. Le gnral
Italo Balbo, ministre de l'a-
viation, a dclar aujonrd'hu
I D'aprs u\w information pu-
Je dsirais prendre les lourdes, Nie par le Nouvelliste, le G .U-
sponsahiliis de la direction des vcrnemenl
du e si \\v second but mai qui
pai Klio l'avantage ^\r IaVio-
lette lut rgulier ou non. m sj
Beauvoir tait en positiond ofl-
side au moment de recevoii
ma passe , mais ce que per-
sonne ne peut contester, c'esl
la supriorit vidente de la
\ iolette au Racine . ni
avens t battus, mon cher H-
rard.
Il a tout a l'ail li ., esli nia
pense. Voi i r\a lemeiil
que j'ai eu lui due : Je ne
suis pas en mes u r e d'affir-
mer si les || ois buts marqui a
sont rguliers ou non.D'ailleurs,
...... seulement je ne suis |, s
plac pour en juger, niais enc< -
re je me suis trouv, au cours
du match, dans des positions
qui ne me pei mellaienl po.nl
d'opiner sur les dcisions de
l'arbitre.
flnha'l 1,,)l"' Fa ('lli '* rappon a la
ci uanu supriorit de la Violette au
Rnaucea hailiennea a dclar la
Chambre Monsieur Clovia Ker-
iii/iiu.l.e d i |i n i s applaudirent
a celle fire dclaration. Il va long-
temps qu'on n'avait pat entendu un
ministre parler avec celle franchise
cette crnerie el celle* assurance O
sort de l'ordinaire de co milieu ci
Ce ministre a sa manire. Sil n'aime
pas les dclarations crites, il n'he
mI- pas dsvaut tes airrmations
orales. L'avantage du genre, i
qu'il permet les rcctiflcatlona .. au
procs-verbal, en mellanl l'erreur a i
compte du stnographe. Aussi bien
a c lui des repoiteis En
nous av n- ITOU*/'' noire
Les sans Ira va il exultent. Pour mar-
quer leur toiilianee. ||| oui ch ni
leur pisident de potier au Sauveur
une bou'i-ille de l'astra ItlIl'M SAI'-
llli; CACHET Doit, indispensabl(
coni|>.tgnon de I homme d'Etat.
Racing, j'ai eu a dire que n
n Violette* aval'
cuDatn a pus cer-
aines mesures pour le renvoi
dans leur pays des immigrants
antillais qu'on estime a qua-
rante mille environ. De ce noni-i
bre, les Hatiens doivent nroba-Vf" f?"8}d*n flm ,a V,0,et-
mieux |oue que
te Hacing que le Racing
avail mme In s mal joue.
Cela n'implique pas, Mr le
Directeur, que la Violellte soil
suprieure au Racing. Car. si
... voit que l'c'airaga a lait
les progra consfants. Les an-
cie is s'clairaient avec des tor-
ches de bois rsineux, et plus
lard avec de l'loupe enduite
de po \, puis on dcouvrit les
proprits de la cire, et l'on
rnagina la chandelle. I es pre-
nirea lampes pararenl sa mo-
ven ge, des lampes grossires
[U'on remplissait d huile. In
1838 parut I'cl*ir8ge nu ga/,
en 1878 I clairage leclrique.
sous avons m mis tout cela,
-i c'est dsormais le rgne d-
flnitil de la lampe Titus, qu'on
trouve du / John Wuolley.


.. les vit dbarquer au co-
|uet magasin ie l'uni E, Auxl*
li. Mad mie vis'blemenl bou*
nail, mais, g dael, Vonsieur s'era-
>h ssa d'oni ir un flacon des d-
licieux parluins Coty. t'n peu
plus, le coi pie rconcili s'en<
brassai! la barbe de Paul.
dment cirer pour plus desf *" Plm* l"lllir- "':' P^, P"
trois quarts. 1 vaincre le Racing quilailen
D.sM navires, du ,telle inlor- \"\"lV' l"n'"'' '! ,,Vs' ',:;
mation, seront retenus pour le! ,1. t*??* V1" "
ituporl par Irac......s gales de "v Z ,>l) a m
tes ians-lravail. Ce renseigne- ,,.'' .' ??Z'- soufl[rez'llMf
.....i i................... .i. .' ... k Dueclcur. mie ) i,w>pelh'a
ment esl accompagn de 11 m-
tout cas. mentairesdsobligeants pour les
immigrs accuss de ions les
mauvais coups sur la letre cu-
bain
PROHHAINF TOURNE
PRESIDENTIELLE
- o
l.c SomclHste annonce
M. le Prsident Vincent
g i a prochainement dans '< l
el passera lin ou deu\ n
C i et. Il ne ve n
j i ux, du notr f:
pie |e rappe
l'esprit sportif de votre repoi
Mr Hrard que lui el les joueurs
de son quipe n'auraient pas
d s'oubliei
baine. On a hte de s'en dbar- ""r"'""'.'! "" '"'T' ''" '!';J
,.ISSI. jvouer publiquement u\\ arbitre
qu'ils onl eux-mmes choisi.
La question ainsi pose n'est
I as ignore de noire gouver-
i emenl qui un devoir s'impo-
er : celui de rapatrier les Ital-
iens qui vivent dans la misi re
6 Cuba el y sonl maltraits el
nsulis. En pareil i as, on rail
les sacrifices que commande la
dignit nationale et qu'exige la
situation malheureuse de nos
compati ioles.
Bien voire,
Philippe RGNIER
ECHOS
Un snateur a fait ob-
server au Snat qu'il et.il
prmatur d'envisager une
p oloi galion de la session.
"r en110-n eU SK le congrS dCS vi,"rs.tra"* e Nord PAr ne de e. J.
IH1! Q[uZ 1Jrb T Z P satlanliqnes qm.se lumra laf JJ Prlijenl li(., visilei
>i' Y !>" 2(;- 'semaine prochaine. )( Jrmie et autres vi
1-Tntpl Arcnnin ?^esl N,:" Mais le dpub
notei Arsonia a g0 ,evla q
[tue Lamarre et i dt Irien d'autres d us son*
-i parcou a
nombre des grandes villes ,e gnrai fiaibo regr tte du Sud.
ns.derab ement augmente. ^ Lindbcfih ne ; auia ai
|i pas'dvd^ Z Slr^S P-- pas venir Rome aj,a. Rpubjiuue et le
fi Amriciue ayant plus de'cette occasion, ^stra couplai,
Teiephon i
!; pre
inlw iell r,
l'dablissemenl 11 nom
tablissement et ceux des
classes de philosophie et de
rhtorique du lyce pour la
restauratiou des n enuments
hfsloriques.Cetb souscription
s'lve t gourdes 60 ce o li-
mes,
Le i ouveau chef de la
Police de Port au Prince est
le Major Shepberd, qui rem-
place le major Howard,nom-
me au commandement du
dpartement militaire du Nord
i la plaa du colonel l-'egan.
- La i lection de la por-
tion de la rue du magasin
de l'Etat ( quartier de l'Usine
glace ) s'achvera bientt.
Excellent et utile travail qui
donne di tort bel aspect a
cette rue. Ce sera, aprs, le
tour de la rue amricaine,
prcisment le quartier du
Mann, O l'quipe de la D.
G.T.P es! atten lue.
Parant d i discours de
el, i olre ontrre ,L'A-
beille dil : < )n y a r m .r-
qu uisqn'OD doit toujours
I 11. A Sli.lJd-., propritairajI souscrire les lves de sou
I M. Luc Uorsinvil'e.,] qU uisqn'OD doit toujours
/ ecteur de I Institut Guy 'o-, dire la vrit une acerbtt
t t professe r-dp ee qu'on statplusde
1d histoire el de gographie pois sincremen regretter
.... Lyce National, a fait Notre mme confrre,
s. ou en ri ro Ut olAi-a .!..,........ i.______ j / i
pui u sincereme n reg;
.Notre mme conlrre,
rappiochant une dclaration
L
> \


Lt \ A\Nj- M Mai L32

du Prsideni Viaceot,
quatdu commerce
avec celle laite la t
par M Kern'i
o est In vrit i
la pessimisme du l'-
on dans l'optimisme docl i
du Docteur K rm/.m ? i Le
Prsident avait dit qu'au*
amlioration n'lait possible
avant cinq ou six ans.
On demande qu nd la
commission .le rvision
constitutionnelle dposerait-
elle son rappoil. Q i I mys-
trieux tiavail accompliUefle?
M. le Docteur liaato
H. Salomon et ma I ne nous
tout part de la naissance ,
Aquin de leur fille Jacqueline. \
Complimenlf.
M.' .Edouard lUrriot a
t charg par le Prsident
Lebrun de lormer le cabi-
net qui doit remplacer celn
de Tardieu, dmissionuaire.
L'AGRONOME CEORGES HREAUX
M. Georges Hreau ;,ancien
lve de l'Ecole Centrale d'A-
griculture, qui avait t ac-
complir sa deuxime anne
d'tudes agronomiques aux
Etats-Unis, est revenu
j iura-ci.ll a obtenu. l'Univer-
sitd'Illinois ( Alabama ) le
diplme de bachelii i i icien
ces. Il s'est apcialis dan-
l'conomie rurale et l'exten
aiOQ agricole.
M. Georges Ureaux csi m
lment dont la place est in-
dique au Service National de
la Production Agricole on il
apportera ses Bolides (
naissances lachniqt
8^S
Ginc-laUh}
Au* H>p*fcorh;ie d Ch*wi Soud
ci
l'Huile de Foie de Morue
A&rohle au ft et facilement
digestible elle rtt It cornpl.K
rparateur de la NukIHon pat
excellence
Moratoire. RECAGNON C\t
/ Gnre i Exportation :
h. MAGNANT
DEMAIN SOIR
Le grand fi m lransis
Espionne aux Yeux Noirs
(FIN )
(Tic Maria Dafbaicin I Jean Toulout
Et le beau li'm :
Le Fils de la Nuit
(FIN)
.!>(> : 0 PO; 15 ton : I.IH,
Cette vibrante
toile de l'cran
dit : Lne toile
doit avoir MM
peau sans tache.
J'emploie toujours
le Savon de Toi-
lette Lux pour,
sauvegarder la
mienne.
Di
PAR1S-16*
M
LA LAITERIE BA1LEY j
Livrai >e, hygine j
eilles htermli-
es, l'abri
Transport tait en'rtrigra-
leurs roi
1513, Lia, Port-au-
'rince.
(
il! I
f
Propos
d'un Plaiileni
Mon cher Directeur,
.le lis avec intrt le il licj( s
ans vous publiez bui la crisi
actuelle. Depuis quii i aoa i
>is la campagne. .1 ai donc vu(
de pts le Peuple, j'ai louch \
son mal, j'ai constate ses sol
Irances.
Les laits sont l, 80US les yeux
de tous. La Plaie Honteuse, tous
la senU ni. Personne, nanmoins,
i.' eu le courage d'taler lai
Vil loute nue.
Vous txcoserez la rude Iran
ch se d'un demi-paysan qui
pe du l'h ibilude de ni lier sei
mots.
Nous allons tout dire, omp-
Unt sur l'approbatio d< s h
i leS gens Envass l- ; ieuisj
marais, les crapai : oasat-
iont '. Qu'importe I -1 plus
difficults conom nues
e rtigutnt d'ailleurn le Monde
entier 1 heui e actui II nous
soutirons d'un tabs congni<
tul t nettement carac i i suite
de noire lormation el de n< v
lautes.
TOUS les syniplin I ml l
eicitatioD sans ca vanit
aiaceibe, discours i nls
incapacit de penser | tsle, i
de contrle de dos mo n n
et actions.jalousie e
bide de tous cenzq taan
Ions suprieurFi
Nous lo m mes arrivs A I
phase dei niera : Las
ionde. L'inei Lie i 'i
d'ailleurs la s< ule loi ce orga
ke en ILuli ne lin I mu-
ai Ls remdes lien [qu iot)l
immdiatement sppliqu
le corps social Bars ira| biei
lot d'une paralysie g n le in-
curable.
Lt Pays l'teod un Vlal
D'o sortira la niioeau Chris
tophe ''
L'lite empoisonna d'fl ivocas-
sarie a prouv son i pacit;
plonge dans l'abln > de l'igno*
lance, la masse so (Irantfl vit
tans espoir, sans idal.
Un peuple ne meui | sa ; oui-
tant, et, si laa bergers Boni man
vais et irrnu'diahli m ni ia
hles Dieu me garde de faire
aucune allusion au prsent
nous verrons, d'ici p
chose bon ible qui nous
Baigner le ce u L'li
pel, cette l'on, a grai 'I i
100?. occuper d< lin i
tatte terre conquise lu
ment par nos Aieui au
tant de souffrances et d
cette terre, umq
o le ngre pcul i
Uer h b -ne dans les
, Ce Matre, qui
oufliunres nous ou
1 cunuaili'e douloureusement.
Pour Gurir ou Eulter
MIGRAINES, CONSTIPATION
CONGESTIONS, HOURDISSEMENTS
EMBARRAS GASTRIQUE
IL SUFFI r de prendre
l'un de vos repas
((ou* lr* deux jour! ulement), une
PILULE JDEHAO
147, Rue du Faubourg St-Denis, PARIS
Maisiifautexieerlesvritables
qui sont tout fait blanche
et sur chacune deiquelles le* mot*
DEHAUTaPARIS
ont tri* liblrmnit imprim* rn noir
LA PIERRE ANGULAIRE
DES SOCIETES CIVILISEES
LS raonde modont ne aot M
pw&er de la D. nque. C'est tur la
banque que 'diie la prosprit
nationale et individuel*. Atttt
out en tant rigoureusement av
tche aux tr.Jitiona da paet. k
banque doit-elle s'allier au progre
et prparer l'avenir. Elle a plein
droit la place d'honneur que le
socit moderne* lui acoordent.
./'
tmi
a
La Banque Royale
- du Canada
u i impo rs au l'eu-
la chane
Attel, cetie
ij m< i oual qui
boi rgaoi il rira
Bon tour.
g a v ,-'iia i orn-
ai in enlre lui et ces p diliciens
orateurs de i srretour, ces cour-
I u-s (le ci-
. mdecins
i client* i' mnaires
joui enleurs
imp
s tui beach o
il iril uni .multicolore,
s 11 dernire mode,
dans leur
Buick ai lu crdit et im
nis, fils |>UU1-
(ils le \1 l'irant le
six heurt ,
.m ce o, dis-
ri o ja| onaise,
dissquer le i b livres de
y d, M lorand.
D ,ui tombe,
cl ib n ss voilui es
de lui is, l'lei uel
exp ies robs en
poc e, Ir .i uer de loufi
jours dp ii :v ni dur so-
leil, s'en 11 \> ui i e i liez lui, le
ventre cri orleila au
?ent, abruti is pense,
ne butte au
loi t poi les, ouvei te
lou lei .
i loye I ois pierres,
k bches, une marmite
b# s ne 11 icie o boijjt
une mixt''ie i n n 11 ni inab'e: petit
mil avari, qui iquea patates,
bouquet de leuilles de
lamanl Bau anxieuse-
ment survtil i i iir des en
endu.
i mille
il ce,
tous U
mois,!': intS
e bas ge ur la
d
liaillo is
le
Le Gnra jmutt, le
hros de la guerre sud--lri-
caine, disait un jour an doc-
teur Motou, prsident de la
commission envoye enHali,
qui dtendit d'ailleurs Ion
mal sa race: L'ueet le ngre
n'ont qu une qualit : la pa-
tience.
l'reuez garde, mes pelils
mailres.l'ue est patient,..mais
il a le sabol trs dur.
Le peuple sera d'autant
plus impitoyable que, depuis
cent ans d'esclavage du ngre
par le ngre,il soutire de Dos
abur-, de nos gosmes et de
uo> mpris.
bous le s gne du Taudou et
conduit par les'< houngans
ses vrais cbels, il nous ba-
laiera, tous.
Dites-moi, vous, fleurs de
r.otre race, couuaissez-Yous
vos, li res ?
Avez-vous vcu parmi eux?
Conuaissez-vous leur me,
leurs dsirs, leurs soullran-
ces ?
Il y a*uu abime entre eux
et vous.
Avocats, mdecins, littra-
teurs, vous tes des monstras.
car.ee qui sort de la norme
doit tre appel monstre.
Infects par les vices des
petits blancs nus matres,nous
avons perdu les vertus guer-
rires des splcu I les africains
qui nous donnrent l'Ind-
pendance.
Le peuple soulrant.crions-
nous encore, attend un chel.
Viendra-t il ? D'o sortira, le
prdestin ?
...Voici venir l'heure de la
grande pnitence. La iatalit
historique assombrit l'hori-
zon, et, si avant 193*\ nous
n'avons pas, u:us mmes.pris
les dcisions viriles pour nous
sauver, peupla, tu subiras ton
sort, et toi, bourgeois jouis-
seur, tes fils seront chaut-
lcurs,et tes filles ..
*
Nous examinerons, dans
uu prochain article, froide-
ment, les laits; et nous essaie
ions d'eu indiquer les re*
m ' les.
(b'gn ) TLANTEin
GORGOULOV COMMUNISTE
Paris, 23 Mai. Le rainis
1re des a Ha ires trangres a
envoy M. Fougery, juge \
d'instruction, un document ;
prouvant que (iorgoulov, l'as-
sassin du prsident Doumer, :
tait un communiste militant
entre 1918 et 1921.
Ce document contient une
dclaration d'un colonel qui
commandait un groupe r'e
l'arme russe blanche (antiso-
viiique ) dans le Caucase et
qui est actuellement Soa.
Le colonel ufli me avoir
counu Gorgoulov sur trois
noms diflrents. Gorgoulov a
t expuls de Vladikaukaz
lorsque l'arme blanche prit
la ville.
La dclaration dit gale-
ment que Gorgoulov a dnon-
c 1(J antibolchvistes qui ont
t excuts.
Les mdecins lgistes con-
tinuent examiner l'tat men-
tal de l'assassin.
La peau velou-
te votre plus
grand charne"
...dit Hollywood
INSTANTANMENT,srement, la beaul
de la peau appelle 1 admiration Les
directeurs d'Holiywood ont^ decoimrl
depuis plusieurs annes qu'une jeane
HUe ne peut pas avoir un plus puissant
appel.
L'un des plus lameux directeurs d'Hol-
lywood a dclar : Le peuple rpond ins-
tantanment la douceur de la peau. L'est
le plus attrayant des charmes fminins.
Aucune jeune fille ne peut prtendre de-
venir une toile sans lui.
605 des 61S importantes actrices d'Hol-
lywood ne comptent que sur le Savon de
Toilelte Lux, blanc et parlum, pour con-
server la beaul de leur teint. Lu lait les
femmes de partout se dlectent pendant
le moment o la mousse dlicieuse de ce
savon les caresse. Conservtz vo're teint
comme votre toile favorite de l'cran -
avec le Savon de Toilette Lux.
LUX
DE TOILETTE isp-fr
MOHit & LAURIN, P.O. BOX .M. I) slribulw
Hue Roux et du Cn re l'or! au-P.uce.
Cin-Varits
DEM VIN SOIR
La magnifique superpro luction en coulurs:
La CHANSON du GITA^
considre par tous ceux qui l'ont vue comme le meilleur
iilms parlants exhibs jusqu'ici Hati.
1 et 2 gmrdes.
4;l Ouruon Rn. l?_
NEYRA
l*. faille, M. * * '
Parii.
41
il
4
! mwvsmmJmM*
Toutes les Polices
DE LA
comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de tau|
Fw.LeBossM
Aqents Gnraux


: \\
liiiiiji! Jlarhaiicoiii'i
*
r
Dont b miaiiiine est uuivereellc a gard sa premire place
L-KMMaixUr partout :
UN BARBANCOURT
Dopai : lUit Csar.
La farine BAT'BAS *sl f*-
briouenour les boulangers
senss.
Elle coule quelques centi-
me* seulement plus chre
que les autres marques,
mais le iendement quelle
donne est sans pareil.
Avez-vous dj travaill
Bat'Bas ?
Eh bien passez) chez\le*
commerants suivants :
ILrpii
Eu* m
Puriaiii
VjDilil. 10
Ueuloni
Fnfor.ck
Varice.
IHcrer
Dpurez votre Sang
par la
CUROMAL
Votre an g est Impur, il charrie de* s crie,
de . unes, dont il n'a pu M drlmna>>. r, et
ses impurets se traduisent en iWnati-
Heures, en bobos, si desagrenblrs, si doulou-
reux joutent : clous, turoncli i lu itons ux
dAmangealsons insupportables. Ce sont enfln
les ulcres, les tumeurs et les fibrome qui
iurtler.nent sur un organisme empoioni e par
. sang Tirl*. On pe'.t i
Eutrir rapidement pat i__
est la mdication la plu simple, la plu
E LETTRE DE {
M. SCHILER NICOLAS
27 Mai 1982.
Mr Clment Mabi.oihe
Directeur du Matin
En ville.
Mou c'.i i Llmen,
Le numro du 25 Mai du
petit
DEU H

Le
Il l.\ I
II
ri
le |).i >> il
listel t
SOI
i n.tre le li \ t.
ibt i L i,,un.iu I]
I
i Malin m'a servi un
un sang icl. On pea Tiier t ui cela c ii en !fni.|| Ae ru.llpnili IIP lf- lT:i i I
suerir rapidement pat une cure au Curomal. i1""!" UC }cinc t|Ui lit uoidll
normale et la plus seleniifliiue, lut utilise le
Tenu de plu de 23 plantea connue di no
pre* et de mdecins le 1 antiquit, ma.s dont
Slonsieur Uiravd, pharmacien a, par dos pro-
cde* modernes runi le sucs dan une for-
mjle qui lui a cot* des annes dexpenen?**
et de trarsU. La suce* a couronne >c e non,
t le Curomal gutrit le maladie de la peau.
eciemas, dartre. poriais. ilmanfreaiion.
rougeur, furoncle, boulon' 'Icerc, dou-
leur du rentre, f ge critiqu ^
L tralten'tnt coipfenant (Ui. CUFUMIt
m huit. pllulM g i-ulte et brochure njulcatU
loutM Donne, pli. mmcle.. l'iepni pur II
nnH pli. rmacle.. Plep
irmacicn, IjibonUoIre.
_. -oi'LLlNS (Praneei
Depot* Mua / rinn: Fharmici* Bl'CH.
Docteur GIHAl I). pharmacien, Laboratoires Uu IttiAne,
f, Mu Dolet, LYON-OII.L1N irram-el
EB.ESTVE ev
IDE IHTEISI*
af JEAN ASSAD
BAT'BAS
BLACKWELL MILLINC
A ELEVA TOR CO.
Kansus 'il, Mo.
ED. CEFIVAIN
A. BOLEE
ceitts pus clie mon adresse.
Dire que je suis contre l'irri-
gation de nos plaines est i De
10 tel | i dation quelque peu
laulaisisie de mon entrevue
au journal I e Temps .
I e danger sans cesse crois*
s : et alai m nt au plus haut
d.}.r de l'rosion, que j'ai si-
g l l'attention du paya il
qui menai c de ruiner les ba-
ses de l'couomie uationale I
est le plus sr garant de I in-
te/tque ie porte au probl-
me de l'irrigation. En eflel,
juguler l'rosiou, c'est quin-
tupler au bas mot nos res-
sources d'eau d'arrosage, h
piotluctivit de nos terres, et
de nos cultures permanentes,
notre s'ock d'essences fores-
est une pa! pn uve el recoru lande
am es.
cci: rlei*
I, la rhe- .dure reste n Hardie el tient bien.
Dec trier
depuis de nombreui es
Achetez-la avec confiance !
Travaillez-la avec orgueil !
i...
fti vois avez I esoin de lits
en fer, de Mis de camp avec Ions
accessoire s, matelas et oreillers,
allez cbez
ST JULIEN SANON
113, Rue Traversire, prs lierai. C'est diminuer de plus
^i'r.sive & Ci*. de 00 o/o les ravagea navrants
ohail. des cyclone a et des inonda-
lions qui nous visitent pres-
que chaque anne, c'est ilimi
nuer considrablement les
Irais d'entretien des uvres
d'irrigation, en un mot, c'est
assurer une phase de l'avenir
conomique de la nation
d'une faon rationnelle.
Decnrler
atteint toujours s m I il t ci i-e de sa bonne composition.
Decnrler
Son emploi est aussi agrable al a autant de succs, que le p
duil est pan M marquable.
lui venta seulement chei :
Geo. C. Bohne
cls du Grand Htel de France.
Prix : le giand pot, 0 1,00 ; la moyeu pot,Or 0,70c(,

u vota sert* servi a
-. ... .. .
SIROP di
DESCHIENS
J'Hmogloblaa
A vendre Fleurs!^ Fleurs]
Meubles de salle manger. '
Vaisselle. A.ticles divers. | Oi imuvera cluz Melle IV
S'adresser: i fine Augustin, Ras Pende
rr COOK chose, des fleurs, couronnes,
I corbeilles de fleurs naturelles
! etc, i bon march.
Remerciements
Melle Lli i [.hrisson,Mr cl
Mme Ren Affiche. tant, les familles Lhrisson e'
St-Onge remercient bien sin-
crement tous cci^ qui,
l'occasion del mort de bu
regrette
hme \ ve Justin Lhrisson,
ne htm ie < louis SI Qtgc,
survenue le 15 mai courant,
leur ont donn des marques
de sympathie.
Ils les prient de trouver ici
l'expression de leur plus pro-
tonde gratitude.
Porf-au-Prince, le 20 mai
1932.
FAILLITE GOLDENBERG FRRES
AVIS IMPORTANT
A propos
LA CRTE--PIERROT
I
s -
M n ch r Directeur,
J'ai relu avec un plaisir
extrme l'article paru, pour ,
la premire lois.dans la Ma i
lins du '. juillet 1928 et que
vous avez reproduit vendredi
dernii r.
Relativement aui commen
fe! Guerrier reut l'au oi.#<*j
l on de prononcer un db-
cou . i nom du Goovei i: -
meni. Je pronon i le n) .a
connue citoyen el comme pro-
moteur de l'acte de pit na-
tionale,
Votre tout dvou
Luc UUUSINV LLE
Mauvais mcaniciens, nous bjircs de la Rdaction piaca
avous utilis la machine ( les aufiontispc
Les cranciers de la Faillite
Goldenberg Frres sont invb
ts se runir an Grefle du
Tribunal Civil de Port-au
Prince le Hardi trente et un
mai courant 3 heures de
1 l'aprs midi pour entendre le
| a
ressources matrielles et spi
rituelles du pays) inintilli-
gemmen', Son ren lement csi
actuellement presque nul. Il
laut la remettre neul el lui
assurer un fonctionnement
normal l'avenir, ei mieux
comme c'est une machine la
lois biologique el physique,
il laut que, comme le vin,
plus elle vieillit, plusses er-
vlces doivent tre efficaces.
Le problme est lourd et de-
mande la collaboration d-
voue de toutes les volonts
ai I cl ,v.)u-
\ me permettrez, aans doute,
d'apporter uoe prcision poui
ce qui concerne le Prsident
h)ugne Roy.
la vue (ic la photogro
phic que j'avais personnel
lemenl prise du /< Crle--l'iiroh,iibandonn et
couvert de broussailles, le
j Prsident me posa cette ques-
tion :
aux de Gorge
Double *
Traitement
Lu double action
de Vicka (inhtt-
l et absorb; le
soulage vivement.
Viens
VAFORUM
) PourTout Re f roi dis." 'ment
L* REPUBLIQUE DE LIBERIA
El LA S. 0. N.
- Quels son! vus moyens i Genve, 22 Mai. l!ne
pour entreprendre le nettoie* communication signe par I a
menl de ce lieu clbre reprsentants de la Fiait e,
Ils n'onl de valeur.Pr des Etait-Unis it de la (Iran*
hatiennes car les lois dela.sident, que dans mon patrio- j de-Bretagne informe la Soci-
science, on\ nous nous som- lisme et dans mon respect l' des Nations que beaucoup
mes toujours carts, dans pour ceuv qui sont morts eu d hommes, le femmes et
l'administration gnrale de mais 1802... rpondis je. | dniants ont l brle vU
Turgeau
Phone. Me. 7S-2.
notre patrimoine, sont sur le
point de nous loudroyer. Il
est encore t' mps de nous y
conformer,
Veuillez, mon cher Clment,
publier, dans votre plus pro
chain numro, cette lettre.
rapport du syndic provisoire j Bonne san' etune bonne poi-
sur l'tal ajnral et lanmi-'
nistration de la dite faillite
Port-au..Prince, le 27 mai
132.
Edgard EUE
gne de mains.
Votre dvou,
S. NIlOLAS,
- Lh bien l...voiricinquai le vmdIs par les forces miiifairea
dollars pour les fraisgnia- 'de la frontire de Libria,
lement quelconques, me dit-
il sans hsitation.
Je tiens d'aube part ajou-
ter qu'A la Petite-Rivire de
l'Arlibonile, je reus i\\\ con
cours empress de bras de
i la Carde d'Hati et du Prsi-
dent de la Commission Com*
munale Louis Belot,
Le jour de la mauitestatioo
que j'avais organise, le Pr
(les atrocits,dit le rapport,
ont t commises contre les
tribus de la cte de Krou.
COMMENT RAJEUNIR?
Pacllfmonl cl Hitaitamsut |>*i' '
CLANDOPHILE
des Lab. ORMOS PARIS
NoHo* Qratoll* *t Veut* cha*
F. SJOURN W. BL'CII. Prl **a>BJ
I .ml'ci Buuu l'Iiai maciaa
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSU & Co
Aaents Gnraux
!
LE FAIT EST INONTESTABL1
Il ii u m Saillie
C'est la quintessence des meilleur**
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs lerroirs,
i
! C'est ce qui tait son aroirie.
GOITFZ ET COMPAREZ!'
%
Massa**
-* "
1


Lundi
30 Mai 1932
Le Maliu
4 PAGES
Pert-au-Prince
Tlphone : 2*41
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotlund ) ,
Lar la GEN1 i'.'.l. t est une des pius puissantes et des d'il vastes or > mist lion
4e ce genrt. Le soleil ne s? couche jaunis sur son champ d'action qui embrasse le
monde
ses Polices contre incen lie couvrent aussi les dgts occasionns par la toudre
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommages
caus autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tons les vovn-
gurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents.
d'au moins 4000 dollars, la prime min i le u'tautjque de \/2 / soit 20 dollars L\ C
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCavcs
s-s c
SOLTSAtENTS
Agent Gnral pour Hati.
Port-au-Prince. 1G. GILG
JEAN BLANCHETJrrnre
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone: N* 232G
1 e vapeur c Bogota i Voy.
, venant directe ieut 0e
N< w-York, s .ra ici mardi ,11
c( ur;int, cou inuera le n ne
ji>ur nou is port cnlom
biens, C. h uhai, (>nnl Zone,
Kingston i New-Yoi k.
\a in ni es'e de ce vapeur
re i par n' ion si la dis-
posai >n des clients dons ooa
burej :\ sis angle nie Egalit
et I) m es Dcstoi!: lies.

Le vn> eu Martinique
Vov ('S parft'ra de New-York
le ^7 rourant, pour tous les
ports hatiens. Attendu ici le
4 juin !.io. h ii/ n on'c pont
J les doNs (" Sud. Sera de re
ton :> \*Q\ -a l'i in< Il 9jn;t<
preuam u l '.des p ss grr-* et
la malle pour Cap-Ihotien et
New Yok.
William E. BLEO,
Agent.
i
N'OUBLIEZ PAS OE PIE ON PETIT TOUR I
TERRACE-GARDEN
ChezW. K\HL
PetionvilV
1 iO p'eds d'-lidur'e. L'tabli 'ment le i:u irai&dti u
virons de Por'tr -Ptince.
Seulement 15 minutes d'auto sur une eicelltnlt reiu
asphalte Vuei nu I veilleuses d- la \d!eet 'u ^oit.
f'oissors de toutts esj ces.
S
Vrrtngetnents particuliers pour les pensions dc'joordi
semaine ou de mois.
AVIS AU COMMERCE !Voulez-vous
La Panama.Kailroad Slca msbip Line a l'avantage
tiicer les dparts suivai Isde New York pour port-au-r
Hati, directement chaque mardi. Tous les steamers
pourvus de chambre Irieorilai
Dtails de hew \ork. Arrivages Po i au-frime
Steamer Cristobal le 2-1 mai le 29 mai
S/S "B.iervi ventura' le U rjuin l '< juin
"Ain n \* le 7 juin le 12 juin
jaier "Guayaqnil' le I II ni i
t?j5mer.-Ciisioli.d le 21 juin 19J2
Sleaaner "Buenavenluru" le :>, ; juin
filet mer "Aucun" le li juil'el 193 i
Steamer "Guayaquil" le 12 juillet
Panama Railroad Stearapship Line
Jasil. C.VAN REED
agent Gnral
S/S
30 juin
le 26 juin1"
le 4 juillet
le 11 iuillet
le 18 juillet
d'an
rince
sun'
1932
1032
1932
1932
1932
1932
1932
1932

^Laboratoire SJOURN
Dhiectvrb
F. SisouRNi. Pharmacien
R. Sjourn, Phirmacien le (^Universit de Taris
M. Si journi Ph ii mac n de l'univi rsit de Paris,Sicien
interne de i Hpitaux de Taris
Analyses des Urines,du s c gastrique, du sang ( Was-
kerRiain, Ure, Constante d Ambard, Glycmie).
Descrachils. Des matires tcales.
CErOUI N'A JAMAIS T :FA1T
CE OUIINE PfcUT TRE DPASS
Kola Champagne
F. SJOURN
jrVpai dans des nditions rigoureuses
D'ASEI SIE
Prparati m el Vente
PiarmacieF. SEJOURNE
Angle de8 mes houx et du Centre.
o
Russir dans vos ludes no
lalre russir vos enfants.grce
1 une mthode d'enseigne-
ment ( I, ssique excellente?
VOULEZ VOUS
Une protession aprs 6 S
mois I ludes srieuses (Sl
no-Dactylo, La ngues vivante
Conip abilit)
Song( /. que l'Institut TIP-
PEMIaUER se recommande
et s'impose voire attention
par les brillants rsultats d-
j obtenus.
L537Rue Lamarre.
Tlphone 2891.
A vendre
L) Pigeons romains de race
pure, issus dt premiers prix
dp l'exposition d'Aviculture, de
Paris.
Couleurs Bleu, Fauve, Noir,
Rouge, Chamois.
2o Lapins Gants des Flan-
dres il Chinchillas de races
pures, mme origine.
S'adresser Mr Paul Caftera,
en l'ace de l'Eglise Si-Grard.
SEMIIP UNE
Le stean er ristobal >
est iMend i l'orlau Prime,
venant I N \\ Y > k le diman
che 29 m ii 1VKJ J, avec : 5
pas. i.; rs^dK3 sacs de corres-
pon lan et partira dans l'a-
pr* mi li du ru.ne joitr di-
rectement pour C ristobal
Cau I Zone,prenant Irt,malle
et passagers,
Po lau.Prince, le 2h mai
1932
J.s ]\> .VAN REED
Agent- Gnctal
ALIX ROY
80 annes de succs.
t
l
Sauvez
vos livres
S uvez ves livies et col
lec''' ns en mauvais tat tn
les 'onfiant ai rrlieur cons-
cie ! i'X, honnte et habile
Etienne (!amh lb, Rue Bonne
Foi .
RICHARD PETERS, rop,
CH4rIP DEMARS, N' 1217.
U SEULE BOULANGERIE EUROPEENNE EN HATI
SPECIALITES DE PAINS POUR SANDWICH. PAINS FLUTK
ET PAINS MOULES, PAIS NOIRS, PAiNS COMPLETS. ETC.
PATISSERIE FINE, PTS, VOL-AU VENT TOURTES.
SOINS ET PROMPTITUDE.
Tlphone: N 2069.
La maison ri a oas de
succursale.
()n trouvera:,
l'ImprimerieAug. A. Hcraux
1" Le Code Pnal I
2* Le Code d'Instruction cri-
minelle avec les dernires mo-
difications.
1 Loterie Nationale d'Hati
Lykes Brothers SS C lnc
Taxai Hati Sanlo uomtngo- Porto-Rico
Le seul service I cbdon re el rgulier passager! et
fret entre les poils du Gollt du Tocs directement avec
Pert-au-Prince, Flaiti,
Pour la rception rapide el le ment babile de vos
importations, scru/ vous toi i navires d '* LYKE
UNE.
[.es prochaines arrives a Port-au-Prince sont
Steamer a Margaret Lykes i !27 mai 193 2
Steamer Hu'h Lykes juin 192
Lmreau: Rue du Magasin de l'ttat, Boite Postale K
La Manufacture Hatienne]
de Chapeaux L'Indigne
HENRY STARK
RUE DU OUAP EN DE LA GARE
lerres Vitre* de tontes dimensions pou vitrines el en
ctdrements.
Mires spcial t s p iui los
Vitres ordinaires l I p r o omn-
loirs.
Grand choix de loulli es
fampes de uuil
/rfa maisou rj ,% m noirs ta
416 Rue Bonne.Foi. Phone : 3358
La Loterie N 'tion.iled I ti est
one institution hantemnt humanitaire par la multiplie*
d'eeuvres qu'elle se pn pose d'aider, une chance de ai^i
tre offerte aux homrret de toutes conditions de tortue.
Employs Fonctionnaires, Ouvri' rs. Artisans, Salarie* A
tous ordres, Gens de maison ( domcs'iques. ) sans parfr
leur budget moyan-ant deux gnuri", peuvent gagner treil
mille gourdes fatrrns de Commerce Chels d'Indusiie.pim
aux iusulfiances des ventes, p&r l'a h. t d'un billet, quiTOW
libre du souci des chances-
Mdecins Ave rats, Ingnieurs. Sn.der t s. Dputs, Gna*
iignitaires de I Etiit.Peprsenlants de I Ictellectualil, Jer
nalistes.
Donnez l'exemple de votre e'idarit snciatt,
ntntiera, capitalistes, comme en jouant, aramentri tt
aveir.
Vous tous qui hnb'tee' Haili, rendee-lui srrn'ce ea *<
lie billet del LOTIR [E NATIONALE D'HATI.
ailMioii
A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la
vente de ses CHAPEAUX se tait, depuis le 4 janvier, au
N' 2027, GRANDRUF
. n sou >",-ipn local.
Les Clients y trouveront le mme accueil.
MARCHE. CLRIT, COURTOISIE.
Martinez, Marcelin & C"
PROGRS NOUVEAU
RHUM biOb\EAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM