<%BANNER%>







PAGE 1

PAGE 2 LE u.\m^* 27 )u m JEUX FLORAUX j \\rc 2 gourdes, vous [. > \V\TZ. ni) H ut py %  j vatre entre au Par.'-Leconte, le 2) mi ' unis auss vous distiaire, boire, manger et gagner la Loterie. Ds maintenant, petits el grautb, conomises vos 2 gourdes oour assistera celte graidc manifestation in tionale. Pour les Jeux FI >raux, aussi bien les organisateurs, 1 a acteurs, les propritaires du Parc-Lecoiile, toul le moule paiera l'en tire. L'entre gnrale esl fixe une goui Ce sera la modique contribution de chacun i> >ur la res tauration de nos monuments historiques. Autour de la X e Olympiade Gin-Ialdy (E SOIR 1 e grand Mm liarsais Le Comit d'Organisation des jeux le la Xme Olympiade, dam un rapport officiel, affirme avoir revu (assurance de toutes 1rs nations olympiques qu'elles so.it prtes envoyer les quipes reprsentatives qui participeront au\ Jeux Los Angeles. Les Comits Nationaux Olympiques des pays suivants ont cmimuniqu officielle nenl coite nouvelle au Comit d'Organisation. Afrique do Sud Allemagne 1res assistants. Par consquent, l'esprit international pi d'mulation des Jeux de la Kme Olympiade est as-1 sure. | Los Ainj lis es! prt pur lis Jeiu ili' la V OlyBiaJe Argentine Australie A il riche Belgique Bolivie Brsil Canada Cuili \. )loinl)ir 0>sta Hua Cuba Danemark Egypte Kspagne INlhOnie Kials-L'nis 4'Amrique Finlande France nde olympique.Lc rideau \ a se lever sur une nouvelle poque dans celle grandiose atmosphre athltique ri sportive donl l'origine remonte au\ pa .;! %  > obscui es de II lisloire, mais dont les idals <>ni t conse s es li lieinenl par ceux (I ml les S;K ri fies personnels oui rendu possibles la rouaisI sauce el I i continuation du mouvement 0I3 mpique. La grandeur el l'idalisme de l.i ( rrce ancienne seront repisents dans les limites majestueuses du Stade ( Hympique, par lacn nonie impressiouante et inoubliable d'inauguration el la V Parade des N'allons • qui auront lieu le samedi 30 juillet el ouvriront 1rs Jeux de la Xme i )U inpiade marquant la dbut lu programme de Beize jours el soirs de concours entre les plus grands athltes du monde. De la Tribune d'Honneur, en prsence des dirigeants olympiques de toutes les parties du monde, M. Herbert Hoover, I prsident des Etats-Unis d'Aj inrique,proclamera l'ouverture | officielle des Jeux. Le flambeau L'Espionne aux Yeux Noirs (SUITE) avec Maria Delbaicin e JtrnTonbal Et le beau (il 111 : Le Fils de la Nuit ( SUIT2 ) Enlree | 0,M); Balcon I l.Uf. DIMANCHE Nuits Viennoises Opre'le cin A matograph ; que grand mise en scn*, luxueuse e riche mise en scne TOUTE EN COULEURS NATURELLES. Cette œuvre surprenante M-1 interprte et rhaa e par •"extraordinaires et clbres acte ara lyriques : VivUnneSgtl Alesander Gray Wa'ler Pidgeon Jein Heisboltz Hest Koaeh Louise Faxenda Alice D tv .lune Purcell Orchestre de 100 excutants, Chœurs du Metropolitan Opra I de N. Y. Ce qui prcde montre quel soin a t appari dans le choix des Arlistts se partageant les rles. Il ne laul d< ne pas manquer L'UNIQUE REPRESENTATION de celte SSOSSfionnelU Oprette qui dlectera les spectateur Haitiens comme elle a tait le charme de tous les Publics auxquels elle a l prsent. Entre : 1 9, 4. INSPECTE 11 rois Ont? • %  rgidea inspections, Ue •;!> "j"-.' pointe, une inuUilude d excldsivils, peifcclioniw nur.'s patents, le luut bien cumbin pour RMurei la facilit d'crire. Ln nentc dans 1rs bo:is magasins. Vuofold La plume '!>" cril facilement MOIIR A LAVK1N DlSTBlSUTSUBs P. O. !•! fllPOT-AU-rRlNCB. Ci-Varils DIMANCHE La jolie, populaire et talentueuse Joan Crawlord dans sa plus remarquable et originale production parlante : L'INDOMPTE consi tr/e par les critiques comme la meilleure de toutes lei productions tourres par celte jeune el brillante artiste. Ne r'f'z donc pas cH| oirAp a Ci (0-Vu ri ts. de s. Exe le Praident Vincent, comportant les photographies des artistes des Jeux Floraux, avec le pome de Stphen Alexis: La Lgende de Flore . seront vendus une gourde.Un lot gagagnant. Les consommations gnralement quelconques n -excderont ;>is 23 cls hatiens. Rien ne sera ofterl ; tout le monde aux comptoirs, aux buvettes. Jeux, attractions divers. Tous, donnons pour la tauralion de Monuments l'u blics. Le Comit d'organisation. 1 e daines de dirigeants et de re1 olympique sera allum e prsentants des Comits Nalio-'drapeau olympique sera aux Olympiques el Fdra-1 ploy ri Imitera sous la I ions de Sports. Il v aura gae oent, accompagna ni 1rs quirs. des managers, des insirhe(eur&,des entraneurs et aul le duisc ae 1 1 Ican Pacifique, marquant un autre pas dans le progrs U. S. S. H. Wcmr anuiversaire Jeux Floraux Su> le haut Patronage de S. Exc. MrStnio VINCENT Prskient del Rpublique Comit d'organisation : Mesdames : Edmond Mangons,Maurice Dartigue, Fltl Oligario, Ed. Eslve, Andr Laroche, La Gnrale Vogel, Lepelle irJeannot, Rulx Lon, Fr1 drie Duvigneaud, Georges La-1 lontani, Clment Magloire, R. | Widmaier, Paul Salomoa, Edpour se souvenir de quoi que ce soit. Au cours du voyage vie Mo naco Paris, il essaya, dit il, (de lutter contre le .mauvais esprit qui, sans cesse, me poussait au meurtre. En arrivant Paris, je me rendis la Cathdrale de Notre-Dame et priai Dieu de me dlivrer du mauvais esI prit qui m'ob dait. J'ai lutt jusqu'au bout contre cette iulluence. D aul GorgoJofl a dclar qu'il avait assassin le prsident Puni Don mer cause de l'altitude l o 1 r a n 1 e de la France l'gard de la Russie AU COLLGE SAINT-VINCENT DE PAUL Un bain forc Une ptition de Petit-Gove Les distillateurs.i m l u slricls • t commerants de Pelit-Go• e ont adress une 1 tition •• aux Membres du Conseil es Secrtaires d*K' d el aux Reprsentants du IVuple \ our signaler les 1 iconv •ients de la lgis' tin SUi l'alcool. Ils suggrent de 1 I ire de ci'/im/i/r gourde quinze l' 1 taxe par points de 1 u ludire. Ils dnoncent la coucurre ice que tait aux nationaux la llasco devenue productrice d'alcool, en dpit de son contrat pour la lai ri ation i\\\ sucre. La ptition l'a h c en exprimant la COU il nue qui les Grands PoBtoii s Public! rlOB neronl. la de m irche donl elle l'ail l'objet, l es s nies miles. du mouvement olympique, dans gf d fontan.Lucien Hibett,Luc son trajet autour du monde. ( Eli, Lon Mnos Andr Chevalber.Luc Iheard, Andr Vieux. *Ponr Gurir ou Eulter MIGRAINES, CONSTIPATION CONGESTIONS, TOURDISSEMENTS EMBARRAS GASTRIQUE IL SUFFIT de prendre l'un de vos repas (tout le deux jours seulement), une PILULE du D DEHAUT 147,Rue du Faubourg St-Deni, PARIS Maisiliautexitidrlesvritables qui sont tout fait blanches et iur chacune desquelles les mot* DEHAUTAPARIS sont trs HaiMrM.ifMit imprimes en noir sovitique, parce qu il s imaginait que le prsident dcidait de la politique traugre de (a France. Quand ou lui a rnonlr un d'apeau vert trouv dans une de ses valises, lassassin s'est agenouill et a bai^ le drapeau en pleurant Puis il a ci i : Vive la Russie nationali-tc. Ja donn ma vie pour ce diapeau > Il a expliqu ensuite que le vert et it le symbole des paysans russes. Les 'ves Charles Faustin et Osner l'orsenna, du Collge St.-Vincent de t'au! dirig par j ( notreamiHoratiusLayeniure, ont remport, au concours de composition Iranaise ouveri par le comit du dm peau de i'Arcalia'c, les prix oens par Mr Lon Allred, sous-secrtaire d'Etal de l'Intrieur et Mr Abel N. Lger, secrtaire d'Etat des Relations Extrieures. Les copies, lues au cours de la manifestation patriotique qui n eu lieu lundi l'tablissement, lureut vivement applaudies* TOULON, 21 Mai — UD hydravion a bord duquel Monsieur Franois Pitri, ministre de la Delense nationale, se en Corse, est tomb en Mditerrane quelque20 nulles au large de Toulon. M. Pitri, qui en a t quille pour un li.iiu torc, a t recueilli sain et saut par lecreiseur < Guevdou . L'hydravion, dont le moteur avait ci une panue, a t lgrement endommag. Chambre dos D pules ^ Mercredi 25 Xiai 1932 Sance lO' gue et tiunul tueuse. Noo> e tonnerons le compte-ren lu demain. Sauvez vos livres S Mivfz vos livres et roilecliont en ia mvajs tat m les oiiGint a J relieur cousc'enfieux, honnte el h.diile BTIINNE CAMILLE, Rue Bnue Foi inSBMDl PASTILLES HIRATON 1 "fdoute mit Mesdemoiselles : Rsia Vincent, Rene Joseph, Laurence Alfred, Andre Roy, Claire Denis, Louise Burke. Messieurs Stphen Alexis, Marc Boncy, losenh Cassasnol, j Ernest Chauvet, Marceau BaiI nor, Luc Elle, Franois Georges, Constantin Uenriquez, Major S. L. Howard, IL Joseph, Georges Th. Latontant, Ed.l aroehe, Elie LescoL Clment Magloirs, VA) mond Mangons, Germain Mit' Ion, Le Monde Flix Oligsrio. APPEL AU PEUPLE Lstsamer Criitobal > • ht attendu Porl au l'iiun venant deNew Y01 k.le d nan cli29 mai 1832, avec P's-.agers, IS sacs ds co res p iicauce it p rtira dans l'a. \i es midi du mme jour direclem 1 | our Cristob il C I Z nie,' renant I t, alh f prssagers. forl-aU'l'riuce le SU mai 1032. f JrsH.' -VAN REED A^eul-Geneial ,len\ Floraux, au profil de la restauration dos Monuments r^atiens.dimanche 29 Mai 1932. Api s midi I heures, jusqu' l'aube. Pauvres el riches, le rend< / \ "us esl su Parc-Leconte. Pas d'abstentions.Car une grande pense nalioiihle prside celte rle unique dans nos Annaentre gm 1 aie: 1 Gourde. l'iiianis 50 cls, Tribune M G. [Yibunes d'honneur:.") Gourtles e Prsidentielle : '20 sourdes de garage parfait : chaue voilure 1 goui de. de car es *\r faveur. S.Ex. le Prsident de la Rpublique tracera l'exemple. Contrleur-gnral de rentre : Major Howard. /). %  •; immes lor'n !0 centimes donn a une lo dont 5 lois j*; liquea. Deux centeinquante programmes de luxe, numrstsj signes BORGULOFF -DEVANT 1E JOGt L'INSTRUCTION o— PARIS. 21 Mai. Paul Gors Iflnlo, l'assassin du prsident Duumer, a dclar au juge d'instruction que, lorsqu'il commit son crime, il se I trouvait dans une sorte d'hypj DOS! 1. Une torce mystrieuse s'est empare de ma main >\ | a t-il dit. Je n'avais aucune raison d'assassiner M. Doumer. J tais dans une sorte de sommeil hypnotique. Fianailles Nous avons reu avec plaisir le lair part des l.inail'es de Mlle Lina L 'j"ie avec Mr Auloni • ( l'thion Erri. — Meilleurs compliments. .h DK I rt SAM h POIR MAINS, FISSRES ET SAINS. MOHR A LAURIN, P.O. BOX .M..Distributeur Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince. &m aai Toutes les Polices DE LA J S Gorguloll a avou M. Fougery, juge d'instruction, qu'a vaut de se rendre l'expi s^i^' lion des crivains ancieus j combattants, o il commit son crime, il avait absorb uue bouteille de cognac. Lorsque le prsident de la Rpublique entra, je lirai sans la moindre hsitation, sans la inoindn !ci Il : : >uvoir ei aucune indication i e. lativement au revolver dont il se servit, parce que, dit-il, i il tait trop pris de boisson ; .comprennent la Protection contrela J Foudre sans auqmentation de tauxij Vug.Lp Hos&fo m titft Tstf lagjl ^^ F ^ w ^^ssasas^Bai Aqents Gnraux VBIW



PAGE 1

F MATIN' 27 Mai 1 liliiiin Barbaucourt "" v = %  •c s! uni variai le a gard ga preeai •!•/ partout : UN BAHBANCOURT D.p.t : Mur Csar. I ECHOS prisounement avec couliscuM/irt HP non des aimas. %  ' Ut La saveur c/ej la vieillelEspagne Des rir*s ensoleilles dejla Titille Espagne viennent les, merveilleux piments rouges qui donnent celle noiifillr laveur dlicieuse au fromage Kraft Pimcnto. Ces piments espagnols sont combins avec le fromage Amricain Clieddar, produisant un nouveau et. diffrent mlange qui est un peu piquant, encore merveilleusement rient et mielleux. Le fromage Kraft Pimento est d'un apptit incomparable sur la* biscuits ou sur du pain t il est dlicieux eomnf ^badlm tnt o u prpar en salade. Z£Il Ne manquez pis un* tel rgal — voire picier a le rromage Kraft Plmenlo en morceaux et eu paquet! convenables. Commandez un extra aujourd'hui, mais soyez sr que le fromage que vous achetez porte la seule marque de fabrique : MI.UT CIIKISK o PAWLIT 8OB8C0RWRATII.1 Distributeur l'art auPriaea, Hati. KRAFT On trouvera :i l'Imprimerie Aug. A. Hrauz 1 Le Code Pnal 2* Le Code d'inslrucliun criminelle avec les dernires modifierions. 1 VENDRE Meubles de salle manger. Vaisellf. Articles divers. S'adresser: Dr COOK Tnrgean Phone ; Me. 7S-2. Fleurs! Fleurs! On tmitvern b i d'an o "• %  • Ip D*esl poil I l'a D II nr d< • EK)< judiciaire humoristiques n paraissent d.* ns le i Nouvel lis'p Modernit . Ses ai ti< li > d'ailleurs son! toujours sigm nu po lent s s initiales L f. A vendre Pelii lit eu mflal 11 matelas Peu! piano pour entant. Voiluretle pnupt. Vali* l)i-ii e pour entant. Spnrk plug, i"-ip. -i|s de campe me ('ente el lit ). trs in di eus bls ans chasseurs i ii r c PX uni veulent alln n s- t m e ou dei x joun;e< s S'a d K Pi • l C. 10 SSIINT Quai lier-fii en I de la rigade des Marines, Chxni .de Mira; on tlphoner Ma' rine Corps 120. — On annonce la nomination de M. Lelio Joseph coru me professeur l'Ecole natio nale de droit en remplacemenrde M. Kerni/au, appel au ministre des finances. — Le snateur Zpliirin, la sance tfavant-hier du Snat.a ten juvel sa demande tandant a rclamer desadraiDistratiODI intresses !a liste des trangers qui y sont employs. — Notre conlrre La (larde signale ce lait tran^e.Depuis sept mois, le directeur de l'cole de garono de Chantai ne touctie pas ses appointe menti, le chque tant libell m nom de son predcesseur.On exige de lui un boni le 40 •/• sur le maigre salaire de Ci. 27,70 avant de rgulariser... Qui est coupable de ce mlait ? lit l'inspection scolaire des C>yes n'est-elle pas reuseigue Y Il parait qu'il est questjon du Major Calixle pour le commandement militaire du Departemeut du Sud. — Le snateur Tlmaque a fait don d'un drapeau national au Lyce des Caye. — tL'Abeille i, de Jacniel, parlant du nouveau cabinet, constate que le nationalisme est donc officiellement eu liquidation et que < l.i politique du Prsident parait insaisissable, impntrable mme — Nous croyons savoir que notre conlrre et ami Damase Pierre-Louis, directeui de aL'Opinion,sera candidai au Snat pour le sige nouveau qui sera accord au Dparlement du Nord par la prochaine constitution. — Trois Dominicains accuss de port d'armes illicileN on t condamns,par le Tri bunal correctionnel du CapHatien, quatre mois demie?. | : G.i ( signal( ren\ li ment de,, la place du CapHatien pai le suc e domini cain qui i ..ii ; eu contrebande el c*> • naturel 1 meut ruviHeu*'march quel sucre indigne. — L Usine p mr la prparation des enanaa en conserves a repris son lonctioniu ment. Soixante el onze ou vrires et quarante trois journaliers y sont employs. De plus, il y a deux cent soixante quinze, ravi ilenradana les plantations. — Notre compUriote, le Dr Alphonse D. Ai li, a t dcore, par l'Empereur d*byssinie, de la mdaille d'oi happe a l'effigie du Monai•I ie Le Dr Andr, au nom de la Rpublique d'Hati, avait i Iress une lettre d'amiti au Souverain lors de sou couronnement, — m iy,lUilIi'iin •,!? il ni$n t'anamricaine, du mois de nu 1932, publie une vue photographique du phare monumental qui scia rig< a Santo-Domiugo en mmoire te Christophe Colomb, et en mme temps le portrait du prsident Trnjiiloel son message concernant ce grand vnement international. On se plaint. Beaucoup de nos abonns et lecteurs sont venus se plaindre nous de la mau vatse qualit de la glace que dbite depuis quelques jaius t'Usine de Port-au-Frince qui eu prend vraiment a sou aise. Nous croyons ncessaire d'al tirer ce sujet l'attention el ia vigilance du Service d'Hygine jamais prises en dfaut et dont les analyses sont utiles la sant publique. I 1V1. ilOiilbOil Bone, Algrie, IN n ai.— M. Gaston Thomson, d< pu' de Constant! le, doyen de la Chambie des dput ,esv mrt hier (i heures du mutin. La rcente campagne lectorale avait beaucoup fatigi Vf. Thomson qui ait n le 2J janvier 1841 Drau. M. Thomson, ancien rducteur la, Rpublique Fiau|aiae avec Gambetta H a L'Homme Libre) avec dtI m enceau, lut lu dput pour la premire loi8 le ai avril 187b. Il tut ministre de la marine (janvier 1905, mars 1906;mars i^Of.octobre l'Jttfi ; octobre liK)6-oc'obre lyo.S), puis ministre du commerce ( juin 1911-aot 114 ; aot 1914octobre 1911 ). % *,:il tait inscrit lagaicke radicale. Il tait le pre de Mlle Valentine Thomson, crivain bien connue, qui a t lit de noaibicux voyages aux Elatsl m s et est actuelk meut bord du i Paris pour rentrer eu France. JOUISSEZ DU LUXE DE CE SAVON BLANC PARFUM! LUX SAVON II-: Toi ETi; niLICATUflNT fA\ n r MOI1K A LAL'HIN, P. O. BOX cMl. -• Disinbueluis HUPHOUX et du Centrt, Port-au-Prince. s-sc C LIGNE CULOMBIhiNNE > Tlphone: v 'iwx, \x vapeur ( Bogota > Vov. UH. venant directement de New York, sera ici mat di M courant, continuer; le nme jour pour les poils colom biens, C/istobal, (>nal Zone, Kingston et New-York. Le manifeata de ce vajeur ree/u par avion est lu d laposition dea clients dans nos tiureaux sis angle rue Egalit et Oants Destouches. • • ; "Le vapeur Martinique Voy. 98 partira de New-York le 21 courant, pour tous les ports badiens. Attendu ici le 4 juin prochain.en route pour 1 les ports du Sud. Sera de ialoui Port-au-Prince le 9 juin, prenant le Irl.des pi ssagera et la^malle pour Cap-IL-itien et New Yoik, William K. BLEQ Agent. ymesd Entantes Sont Mieux Traitei Extrieurement ^ Arrtez-les en ;ine nait. Nc"droguffi" pas; frictionner \ ~\ : \ l'herre du coucher VARO RUB Pour Tout Refroidissement t mr' LE FAITEST INCONTESTABLE Insurance Co Une des: plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE aur la VIE EUG. Le BOSSfi & Co Aaents Gnraux K II n m •h'Ihc I : C'est la quintessence des meilleure* varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs' C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ '. %  m r>.--r*Lm**~*X t / +



PAGE 1

; %  %  %  Vendredi 27 Mai 1932 Le [Matin 4 PAF3 20 we ANNM N* M80 fcrt-aa PriLec Tlpheie : 3242 ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) Car la tGENEP esl mie des p hissantes etdei al m vaste* organisation de ce genre. Le soleil oe se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse le monde ses Polices contre incendie i ; aussi les dgts occasionns par la foudre Set Polices pour Automobile! it vols, incendie, malveillance, dommage! caus 6 autrui dans rso a dans ses biens. Ses Polices Maritimes mise* par 'S branches d'Europe son! payables eu Hati. Set Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les vova* gurs devraient donc prendre la p caution de se munir d'une police contre accidents. d'au moins 4000 dollus, la prime annuelle n'ctaatque de 1/2 f 0 sVil 2) 1 dlars D. C Veuve F. BERMINGHAM, AuxCavesi SOUSAOENTS A Kent Gnr.d poui Hati. r'ort-au-Prince. IG>. GILG JEAN iLANCtifcTJrme AVIS AU COMMERCE La Paname^Hailroad Stea mship Lint a l'avantage rtoacer les dparts suivai fsde New Vork pour port-au-p Haiti, directement chaque mardi. Toi.s les steamers pourvus de chambre frifforiloue Htnarts de New ork. Arrivages Po i ie Taris M. SJOURN, Pharmacien de L'unis ide Paris,aicien interne di s Hpitaux de Paris Analyses des Urines, do s c gastrique, du sang ( Was^rmaan, Ure, Constante d unbard, Glycmie). Dcscrai rn's. Des matires Iccales. CEIQUI N'A JAMAIS ET:FAIT CEQUI'JIE l'HH TRE DPASS Kola Champagne F. SJOURN Prpaie dans des < nditiona rigoureuse* D'ASEI ilE Pi parati m el Vente ?HARMA< Il P. SEJOURNE Angle des rues Roux el du Centre. Iltpilal Gnral Inticn Accidents 21 mai 1931 ('( lilcN Louis, 10 an-;, Bolos •'. Co ludion avec rosion lin g< ion et du cou de pied d o ; Zibulon Fils.32 ans.La v aline. Blessure coniuse du cuir chevelu, bi sse pi rilal gau< he. fiert Hrard, 12 ans. Turgeau. Blessure coniuse d< l'arcade snurcil ie droite. Ai d 111 reau, 12 an-, Bois Schul /. Fractura da roirius et cubitus gauche 1/3 intrieure (hospitalisa ). Joslin Gaillard, 43 ans, quartier Si-Joseph. Contusion du thorax, rgion antrieure. Dona Eliacin. 70 ans, Kenscofl. Contusion de l'hmiihorax d oit, rgion antriru r e. Calacia Barthlmy, 1.0 ans, rue des l'ucelles. Fracture du c ibilus 1 i intrieur. Louis Charles llrabe, 52 ans, Carretoor; Blessure coniuse du fi ont et arrachement de l'orgie de I annulaiie droit, Monescer Daile, 13 ans, Grand Bue. Contusion de la jambe g luche. Biamby llibeit, 10 ans. rue Charerou. Blessure coniuse de ta lvre suprieure. Monus l'ierre Louis, 28 ans, Voulez-vous Vus1 dans vos tudes uo taire russir vosenfants.gice une ntbo le d'enseignen eut tlassiqte excellente? VOULEZ VOUS Une prolession aprs fia!) nios d'tudes srieuses (St no-Dactylo, Langues vivante Comp abilit) Songez que l'Institut TIP" PENI1AUEK se recommande et s'impose votre attenliou par les brillants rsultats d j obtenus. l.VwRue Lamarre. Tlphone 2891. A vendre lo Pigeons romains de race pure, issus de premiers prix de 1 exposition d'Aviculture* de Paris. Couleurs; Bleu, Fauve, Noir, Bouge, Chamois. 2o Lapins Grants des Flandres et Chinchillas de races pures, mme origine. S'adresser Mr Paul Castera, en l'ace de OUBLIEZ PAS OE FAIRE UN PETIT T TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville l.lUl pieds d'all'tnde. L'tablissement le plus Iraisdtt irens de Port ar -Prince. ** Seuh u eut 15 .1 imites d'auto sur une excelltnls rsii asphalte Vues m-1 veilleuses de la ville et In Lort, Boissons de toutes espces. Vrrangtments particuliers pour les pensions de joiraa semaine ou de mois. IdalK ALIX ROY 30 annes de succs. Eglise Si-Grard. rue dvolution. Brlure 2me di gr^ du bras gauche. Dieudonn Valenlin, 10 ans, rue O Durand. Traumatisme du cou de pied. Antoine Adam, 15 ans, Place S'e Anne. Fracture complta (ouveite) 1/3 inir. de la jambe droite, blessures contuses de l'arcade sourcilire droite, du lobule de l'oreille gauche. 22 mai 1135 llasco J an, Wharl aux herbes. Moi sure humaine au raenton. Thocia Elle, 23 ans, rae StMartin. Epistaxi par hmatome et contusion au lion'. Jean i oiseau, 10 ans, Portail St-Joseph. B.essure tranchante du poignet gauche. ;aJ0| Siintim Fleurissainf, M ans, I isquetle. Blessure du cuir cheveh\ Al xis Rose, 02 ans, Portail St-Joseph. Blessure contuse de la lvre intrieure. Margot Lamothe, 22 ans, rue St-Joseph. Blessure contuse de la jambe gauche. Agi.es Pierrot, 4fi ans, Poste Marchand. Fracture du 1/3 I moyen de l'humrus gauche (hospitalise). LTISSERIE F1(I RICHARD PETEKS, Frop, CRMP DEMARS N 1217. LA SEULE BOULANGERIE EUROPENNE EN HATI. SPCIALITS DE PAINS POUR SANDWICH. PAINS FLOTl ET PAINS MOULES. PAI!"S NOIRS. PAINS COBIPLETS. ETt. PATISSERIE FINE, PTS, VOL-AUVENT. TOURTES. SOINS ET PR0IPTI1U8E. Tlphone: N 9 2069. La maison na m* de succursale. La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne \ Lykes Brothers SS C lue Toxa Hatli — San! ; BfomingoPorto Rico Le seul service hebdomadaire il rgulier a passagers el tit entre les porb du (mil. • du Te %  • directement avec Port-au-Prince, M. Pour la rceptii 11 lapide ri le maniement habile de vos importations, sent' vous tooj 111 s des 11. ires de ' LYKF UNE. l^s prochaiuas arrives! Port-au-Prince sont Steamer M irgarel Lykes 1 27 mai 1932 Steamer Rut h Lykes J 3 juin 192 ktoreei: Rae du Magasin de l'Ktai. Rode Postale B Loterie Nationale d'Hati 416. Rue) Bonne.Fol, Phone : 335t La Loterie N:ttionaled'l|;.Ili est une institation hantemei t humanitaire par la mullipliaW d'eeuvres sju'elle se pn pose d'aider, une chance de kM tre offerte aux hbmrree de toutes conditions de forlufa Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, SsIsriJ* tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans pinV leur budget moyennant deux goudt-s, peuvent gagner trena mille gourdes Patrons de Commerce.Chetsd'lnduslie.pir aux iusulfl^ances des ventes, par l'achat d'un billet, qoito libra du souci des chances* Mdecins Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Gm* •igiitaires de l'Etat.Reprsenlants de 1 Intellectualit, Jsir nahstas. Donne l'exemple de votre -Vidaril soeiaie. Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmentri % •! avoir. • Voua tous qui kaliitec* Haili, fendee^lui service es •• %  nt le billet del LOTEIUE NATIONALE D'HATI. v* aileiiion HKXHY STARK RUE UU QUAI, EN FACE OE LA GARE tta3&-' : "', * 1 ^ %  .M^^^k M^HK• %  %  ^m ii 11 • m. ( A l plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle eue la I vente de ses ( HAPcAUX se tait, depuis le i janvisr, au N' 2027, GRAND'RUF r--' lerres d Mires de toutes din ir vitrines cl en cadrements. \ ilrcs spciales pour autos en face de son ancien local. Vitres ordu1res 1/4 t i ;omps Clients y trouvrent le mme accueil. (o rs. Grand choix de ,M*iilu j Linpes de nuit La maison repaie au->si les miroirs tachs. ARCHE. CELERITE. COURTOISIE. Martiaez, Marcelin & G' PROGRS NOUVEAU RHUM NOLVEAU Rhum dlicieux got exquii Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CONWEffi Clairin Vierge Chez N. NAZON IrlT:MLE DES RUES fi nm W FEUOU HiW 1 %  limwiwn



PAGE 1

Clment Majloire DIRECIEIJR 1358. RUE AMEK1CAINE.J1358 TELEPHONE N-2242 •ri . it un ui.il lioni il comiii.' M -I.\ I luflrtfc uuitmel, n rp§. I.louard KO • 2iime ANtfEK N7fi PORT-A: 1 UNCE (HATI) VEND] 27 MAI y&b Vrit et Lgende —t— Stphane Lausanne pro plume dans Sa Majest la presse ([ne la chose passionnante dans le journalisme, 8 >st de chercher la vrit. \\\rn de plus vrai, ailleurs sans don le, mais rien de I;I e chez nous, surtout signifier... : plus dans plaisir le lui on l'embarqua pour 1 histoire, 1 dment tiquet: Ni financier, ni conomiste, un incomptent de bonne loi. Il rejoignait piteusement Mayard, l'homme de l'Oaupation dans toute sa beaut*, et | f journalisme appliqu aux. Emile Ollivier, l'homme de la choses d la politique. A la dernire session, de | a prcdente Lgislature, on eut le spectacle, presque quotidien, d'un duel sans merci, entre le (iouvernemeitl et la Chambre. Les secrtaires d'E (al, leur banc, taisaient figure d'accuss. Tour tour pris partie, et parlois sur le mode le plus violent, ils n'avaient d'autre ressource que l'oppoier la srnit du mur |yr aux extravagances d'un parlementarisme outr et fFun luilionalisme exacerb. C'esl au cours d'un de ces dbals orageui que Monsieur Douyon, Secrtaire d'Etat des finances, pour rpondre une demande do renseignements, prsente par le dput Des caries Albert, sur le ton habituel d'un rquisitoire, gagna la I ri bu ne et entre au lies d< claralions s'cria : Je ne suis peut-tre ni un lis grand financier, ni un conomiste hors pair, mais, coup sur, ej suis uv. homme de bonne loi et de bonne volont. Celle dclaration,lance sur un ion dcid, o peraient la lois .lelindiiinalion et de la j Guerre, accepte d un cœur te ger. Li MATIN, tout comme les autres, donna dans la lgende. |el, quand un de nos rdacteurs, qui avait suivi la laineuse sance, nous rvla que la dformation tait patente, et nous la lit loucher du doigt, il nous parut que c'tait tre plus royaliste que le roi que de BOUS substituer lin Communiqu officiel pour rectifier les faits Monsieur Douyon, que nous revmes quelques jours plus lard, confirma spontanment le dire de notre rdacteur... Mais voil, COU dut-il avec un sourire douloureux, et une lassitude rsigne, qui trahissaient sa secrte blessure, chez nous la vrit ne trouve pas de tmoignage... et la lgende s'en passe. Ce n'est pas d'aujourd'hui qu'on dit qu'il est enrag du chien qu'on est dcid noyer." On ne nous accusera pas d'avoir tmoign beaucoup de len-j dresse Monsieur Douvon, du temps qu'il faisait la lof au Palais des Finances ; cela nous mel l'aise, aujourd'hui qu'il est renti dans la vie prive, pour le situer dans son vrai caiicrl--. fii' salue de Irnli • dre d'homme public... nues applaudissements, sponj < Je ne suis, peut-tre, ni un tellement partis de la galerie". trs grand financier, ni un coBicn plus, le dput Descarnomisle hors pair, mais, coup tes s'empressa de reconnatre r.je suis un homme de bonque les explications du Se e ''. cl ; d bonne § volont... crtaire d'tat taient pleineincnl s.ilislaisanles. La lgende broda sur le thme, et, ds le lendemain, la dclaration de Monsieur VOTRE SANT I Hya Vingt cinq ans Lr MATIN, 2 Mai /:' GRAND BANQUE! [ Iticr, le kagitrat l ommunul de l*oi : r | Clicquot SEC ect ausii sec qu'un vin rare'el vieux et tout aussi riche d'une saveur onctueuse. Il est dlicieux TOIT SEUL et de plus il ajoute du Zcstn vos boissons favorites. Votre sant est protj le Ginger-Ale vieilli et celui que choisissent MEILLEUR. [e dans le Clicquot SEC, eureuseruent nilang qui apprcient le >l (U$t l / I I / \gi %  ddll.s la loi L %  1 . I Port. a qu'ol %  •>{ %  ni Il !'. I" C\vct\>x\ Clu\> SEC SUPREME GINGEK ALE AGEN Mohr A Laurin, P. 0. Box M. Port-au-Prince. (leur qui / eut auss V Douyon w soigneusement trique, se ramenait dans les co lonnes des journaux un iveu d'incomptence. Je ne suis ni financier, ni conomiste, mais un homme de bonne volont. Dans ces conditions videmment la place de Monsieur Douyon ne se trouvait a exactement les paroles qui furent prononces la Chambre. Elles sont de Irop exquise modestie, pour que rencontre plus longtemps la crdulit de l'opinion la lgende injuste qui prtendit, en les dnalulant, en faire une dclaration d'incomptence. Monsieur Douvon sera le premier surpris de nous voir si 1 inopinment rompre cellt lance 1 en sa laveur... Et c'est l pour 1 nous une de ces jouissances rares que pourront seuls comprendre ceux qui savent lever pas au Dpartement des Fi-j le journalisme a la hautaur d'un nances... Un prit un malin sacerdoce. g "'—. !gS -JJL I ^ %  ^' % % %  %  IBBBy""* \(IR REIMS IIIMUIUQI ES.. La grande piti de la Crte--Pierrot Au moment o nos Monu1 sur les tmoins de\ pierre des nients Historiques sont l'orluttes piques de notre indpen dre du jour, nous reproduisons dance, sont, sans conteste, le un article que nous publiions le S juillet 11)28. — // a t suiui de plusieurs autre ds la plume du mme crivain, notre collaboraleur'Lue Dorsinville. Cet articles ont eu pour effet de dterminer la grandiose manifestation qu'organisa, le 18 A'o*mbreim, la CttaOeJU Jfat* ^Artikonf.eRtKAs ri£ droite de la rivire Arlibonite, en ayant donc i'Artibonite au professeur Luc Dorsinville qui, en la circonstance, trouva comme toujours le haut appui de notre journal pour lancer ses appels, et Messieurs tes Prsidents Louis Berno et Eugne Roy. N.D.L.R. La ville de la Petite Rivire Ti Christophe et Verrelires, h Gouvernement de for Louis tiorno. [ En septembre 1930, ^c'tait le lort de la Crle--Pierroi //mme qui voyait plus de cinq mille personnes couter Jbr Luc dorsinville rappeler aux petits fils des Hros de 1802-1803 qu'ils %  doivent de protger nos ruines ibres de l injure des ans. A propos de celte manifestation de la Crie a-Fieru ,tl convient de fliciter le l'isidenf Eugne Boy qui avait tenu henneur signer lui-mme la lettre d'autorisation au avait rclame itr Luc Dorsinville. Ainsi, les premiers, qui atti t'cnt r attention de la Amtis-n Sud et l'Estre au Nord. Ville aujourd hui en pleine volution, la Petite-Rivire demeure clbre dans I histoire de notre pays tant par le palais inahev de Christophe que par le fort de la irte-a Pierrot qi i domine la plaine environnante. Ce palais du roi Chrisfoi he %  foi H*te de plus de cent ans es Ini-mme ane construction de belle proportion 365 porto et le. 'res La vranda trot aie en demi-cercle, les arcs, la 'ongue galerie des pas perdus, : ont il unt architecture savante Au r CUD dtaut de ligne ou d'angle : toutes le proportions sont bien gardes. Bien qu u je n sots 1 architecte, mon sens de l'art a t flatt et en con'emplanl cette ruine imposante, i'pi vai de l'orgueil penser qu 1 pu se trouver un homme de la race noire pour concevoir 1 faire excuter pareils travaux, au sortir de I esclavage il y a plus d'un sicle I El a'on-, voi* cou'er cet e livire Arlibonite qui charrie a travers la plaine verle ses pa x charges de limon ei comprendre pourquoi leu le Roi se prit d'amour pour cette bonne ville de la l'etite-Rivire, j* n miinl Iqi Iro l'une c-si aux II %  COU: 1 IT |" sol. — Muis ( 11 sonl I. s au! 1 di maodai-ji. — Emportes m rpo 1 h i". Souvent on v< nail et prenait (oui ce qu'on pouvait. Je cher, ne ali ra et en un souvenir, qu< Iq : en • qu je placerais sur m 1 > bl de lr vail et don l'authenticit 1 saarail tre conteste .. 1 n trouve pas. Emportes me rpond de nouveau le guide. Il y a quel rop humi< cenl prononc IIH'II! vie 1 ver il n'aui 1 1 I %  nue de 11 1 %  1 -• '' UQ n, hgn* 1 M > '•i rrt ' y I In.tit I (>• yponi i oui !ouf, • n•r f %  du bh u, pari iJrairii Mus ,j.i. nid %  e kl; x m ? u Champd sM ira, B I-11X 'esl sur ua civil t 11 dfini* ion che %  :o np • • int •la rvi IV..T. • ni ... I 1 r IH. e il bomb>t la s m i, pai Mr : il pour de 1 . La ci* au voUat *t 'A* '• mt( mari 1 lqueftra l 1 belle, et de lui, '.e! %  %  produil ilu L'ASSOCIAI! INFIRMIERES r portai mon esprit vers Sansque temp,Monsieur, il semblait colo Souci, la Citadelle et les autres ralisations de Chnslophe, pais je me dis que ce prince tait bien l'mule des autres. Mais allons la Crte-Pierrot. Par un aprs-midi de chaud soleil, je tournais le dos a la Petite Rivire, d'o me venaient rythms et rguliers Us mouvements du t Delco de la -maison Hrard Julien : j'allais la Crte a-Fierrot qui se trouve Irois minutes peine de la ville. J'avais pris par le chemin qui mne au morne de la Tranquillit, et, quelques cinq cents mtres je m'tais mis gravir la pente, ayant suivi, gamhe, un entier de chvre trac au flanc de la colline. •AU sommet de celle nn'e malaise, i e dresse maintenant le calvaire de la PetiteRivire. L'Homme t'ieu est sur sa eio \ De son gibet, Il daminela plaine lertile et ses luas lpandinl la bndiction sur les moris de celle terre d'hrosme et sur lei plantations d'ahnlour. Le S'gre de n on bap'me et, le chapeau la main, |e m'a, vance sur ce qui lui l'esplanade' du tort. Voici la citerne d'o ros Pres .iiisaienl de l'euu pour .^e i<•allrer. Aucune trace de la refoule et dts travaux avin. Les fosss eux-mmes sont per11 s sous la n rre et les man> u s herbes. Du milieu de la 1 on lameuse, je jelte un ci \\j£\\ circulaire iri une | 1 lie dans la muraille, I pan de mur fatigu par le su Des quinze pices de canon de gros calibre, par lesquels Mars 1802, DeasaliDa pleuvoir de la mitraille lui tn.upes lranaises f il ue i\ qu'on se donnait li lied'; bohr le nom mme le la Crh Pierrot. On lui a enlev, l mme qu'an palais du Roi Christophe, des briques el de pierres... — Continu.-i-on i'œuvre de destruction ? Non,heureusement, achvi mon eiccone, l'motion de I. ponulalion tait (elle !... tu soupir, et, quelque ehoai comme un regri de n'tre p riche, .''fin de pouvoir reci [ruire, moi tout seul, ce mui loss. ei je ci nlmue ma pu nade dsole dans ce tort qui Contribua me donner l 'Inde pendnnre. Les n:illi-is sains. 1 mon vti ment; des ronces, pines Au milii u, quatre lom I s-: ce sonl celles le lusil : Hlas, la guerre civile n'a vail mme pas respectcelu as 1 Je ri a u di ioujo irs : vers nn le du 1 ol Si di une i a Iruclion massi e rie. ncore bien ( ( naervi 1.1 pntre. Elle ne m %  a e pas ( lus de quatre mtrs 1 arrs. l v, "i'Ml n > n ie .1 non,-, 1 visih QUI (r es ;iu ih thon aulrenunl. le n'y pote pai mien, parce que jai toujours ddaign relit mann. slalion de la vanit des hommes, mais ji prends envers les Pri s, esclcrevol 1 s de Sainl Domin |u. f /& J dont le s ing a j \ ds fum lui r< laonusanMs I Globu me I ei 10 li C Pier %  mv,m I du S des gens qui ue croinpr. ici).nu les nombj ulo .' cl le but di .m le d< s< i ci;. I i on |fal mires di > i f l;i i>! 1 r ;i Ioi I • n clinique s pour les (•mis lubi 1 ponoire 1 1 1 j entai Is , taie li ouvi un pi u .1. non.s 1 Noua %  qui hacnn \ bulien, si peiili PJai ii u prteront h 1 s Uae 1 lise ( n 1 lion de Mmi | ,, Magloin 1 (l juin proch D. N U esprons 11 repisenl ri ou '. 1 lus >|ut nu... une jsm1 ma I 111 r lu1 isqu' la La 1 e avait emenl cd, l.'n ouille lll r. lr. c, au lars, i \ heures p. i le h. i i coin* aire, lie... vous la v< rrez aux % ... voit que notre cher Octoute sa piral on, el qu'avant peu il 1er 1 jouer, par la que du Palaia, un nouveau • : L Immortel que ns li us a| plandiji .(tel (i. lu I de jeunesse %  lui in mandait Luc ador. 1 ie loi confia : La .//"'' ncourt I loire c t un ifiil.—. •'la.lin, aujourI npe Til qa'o i Il boa un. reli cil 7 'uhn U oolley. assista Pari %  de bii n 1 d ma 1 es pauvres cl de hi 1 es. trict p. 01I que de nos ours, r qui ajoute le plu* sremeol a la douceur de vivre, c'est peullinait d'an corsage me, mouill d'une gomte pnrlums qu'on 1 Paul / %  : Auxifa, le ma et sympathique rsw It? %  1 E. D/ Dr W. Lemke UcD 1 ; rtir poui l'Europa • celte ioe, in* le clienI rep pen' le Uoc. Aven II. 1 Sepssilt que re.de 1 iot hi


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07012
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, May 27, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07012

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Majloire
DIRECIEIjR '
1358. RUE AMEK1CAINE.J1358
TELEPHONE N-2242
ri it
un ui.il lioni il
comiii.'m-i.\ I luflrtfc uuitmel,
Ht mt euv comme avec la
8riaae, la geatle, la Minutai ! et
lulfrs alierliaia 4-Iti : iat$
ijii; loin in eu le ni les. |iau\rr> n rp.
I.louard KO
2iime ANtfEK N- 7fi
PORT-A: 1 UNCE (HATI)
VEND] 27 MAI y&b
Vrit et Lgende
t
Stphane Lausanne pro
plume dans Sa Majest la
presse ([ne la chose passion-
nante dans le journalisme,
8>st de chercher la vrit.
\\\rn de plus vrai, ailleurs
sans don le, mais rien de
i;i e chez nous, surtout
signifier...
: plus
dans
plaisir le lui
on l'embarqua pour 1 histoire, 1
dment tiquet: Ni finan-
cier, ni conomiste, un in-
comptent de bonne loi. Il
rejoignait piteusement Ma-
yard, l'homme de l'Oaupa-
tion dans toute sa beaut*, et
|f journalisme appliqu aux. Emile Ollivier, l'homme de la
choses d la politique.
A la dernire session, de
|a prcdente Lgislature, on
eut le spectacle, presque quo-
tidien, d'un duel sans merci,
entre le (iouvernemeitl et la
Chambre. Les secrtaires d'E
(al, leur banc, taisaient fi-
gure d'accuss. Tour tour
pris partie, et parlois sur le
mode le plus violent, ils n'a-
vaient d'autre ressource que
l'oppoier la srnit du mur
|yr aux extravagances d'un
parlementarisme outr et fFun
luilionalisme exacerb.
C'esl au cours d'un de ces
dbals orageui que Monsieur
Douyon, Secrtaire d'Etat des
finances, pour rpondre une
demande do renseignements,
prsente par le dput Des
caries Albert, sur le ton ha-
bituel d'un rquisitoire, ga-
gna la I ri bu ne et entre au -
lies d< claralions s'cria :
Je ne suis peut-tre ni un
lis grand financier, ni un
conomiste hors pair, mais,
coup sur, ej suis uv. homme
de bonne loi et de bonne vo-
lont.
Celle dclaration,lance sur
un ion dcid, o peraient
la lois .lelindiiinalion et de la
j Guerre, accepte d un cur te
ger.
Li MATIN, tout comme les
. autres, donna dans la lgende.
|el, quand un de nos rdac-
teurs, qui avait suivi la la-
ineuse sance, nous rvla que
la dformation tait patente,
et nous la lit loucher du doigt,
il nous parut que c'tait tre
plus royaliste que le roi que
de BOUS substituer lin Com-
muniqu officiel pour rectifier
les faits Monsieur Douyon,
que nous revmes quelques
jours plus lard, confirma
spontanment le dire de notre
rdacteur... Mais voil, COU
dut-il avec un sourire dou-
loureux, et une lassitude r-
signe, qui trahissaient sa se-
crte blessure, chez nous la
vrit ne trouve pas de t-
moignage... et la lgende s'en
passe. Ce n'est pas d'aujour-
d'hui qu'on dit qu'il est en-
rag du chien qu'on est d-
cid noyer."
On ne nous accusera pas d'a-
voir tmoign beaucoup de len-j
dresse Monsieur Douvon, du
temps qu'il faisait la lof au Pa-
lais des Finances ; cela nous
mel l'aise, aujourd'hui qu'il
est renti dans la vie prive,
pour le situer dans son vrai ca-
iicrl--. fii' salue de Irnli dre d'homme public...
nues applaudissements, spon- j < Je ne suis, peut-tre, ni un
tellement partis de la galerie". trs grand financier, ni un co-
Bicn plus, le dput Descar- nomisle hors pair, mais, coup
tes s'empressa de reconnatre r.je suis un homme de bon-
que les explications du Se- e.''. cl; d bonne volont...
crtaire d'tat taient pleine-
incnl s.ilislaisanles.
La lgende broda sur le
thme, et, ds le lendemain,
la dclaration de Monsieur
VOTRE SANT I
' Hya
Vingt cinq ans
Lr Matin, 2 Mai /:'
GRAND BANQUE!
[ Iticr, le kagitrat l ommu-
nul de l*oi
: r |
Clicquot SEC ect ausii sec qu'un vin rare'el
vieux et tout aussi riche d'une saveur onctueuse.
Il est dlicieux TOIT SEUL et de plus il
ajoute du Zcstn vos boissons favorites.
Votre sant est protj
le Ginger-Ale vieilli et
celui que choisissent
MEILLEUR.
[e dans le Clicquot SEC,
eureuseruent nilang
qui apprcient le


>l
(U$t l

/

I I
/ \gi

ddll.s
la loi L ,
1 .
I Port.
a
qu'ol >{
-
ni
Il !'. I"




C\vct\>x\ Clu\>
SEC
SUPREME
GINGEK ALE
AGEN
Mohr A Laurin, P. 0. Box M. Port-au-Prince.
(leur qui /

eut auss

V
Douyonw soigneusement tri-
que, se ramenait dans les co
lonnes des journaux un
iveu d'incomptence.
Je ne suis ni financier, ni
conomiste, mais un homme
de bonne volont.
Dans ces conditions vi-
demment la place de Mon-
sieur Douyon ne se trouvait
a exactement les paroles
qui furent prononces la
Chambre.
Elles sont de Irop exquise mo-
destie, pour que rencontre plus
longtemps la crdulit de l'opi-
nion la lgende injuste qui pr-
tendit, en les dnalulant, en
faire une dclaration d'incom-
ptence.
Monsieur Douvon sera le pre-
mier surpris de nous voir si
1 inopinment rompre cellt lance
1 en sa laveur... Et c'est l pour
1 nous une de ces jouissances ra-
res que pourront seuls com-
prendre ceux qui savent lever
pas au Dpartement des Fi-j le journalisme a la hautaur d'un
nances... Un prit un malin sacerdoce.
g"'. !gS___ -JJL" I__^^'IBBBy""*
\(IR REIMS IIIMUIUQI ES..
La grande piti
de la Crte--Pierrot
Au moment o nos Monu- 1 sur les tmoins de\ pierre des
nients Historiques sont l'or- luttes piques de notre indpen
dre du jour, nous reproduisons dance, sont, sans conteste, le
un article que nous publiions le
S juillet 11)28. // a t suiui
de plusieurs autre ds la plu-
me du mme crivain, notre col-
laboraleur'Lue Dorsinville. Cet
articles ont eu pour effet de d-
terminer la grandiose manifes-
tation qu'organisa, le 18 A'o-
*mbreim, la CttaOeJU Jfat* ^Artikonf.eRtKAs ri
droite de la rivire Arlibonite,
en ayant donc i'Artibonite au
professeur Luc Dorsinville qui,
en la circonstance, trouva com-
me toujours le haut appui
de notre journal pour lancer
ses appels, et Messieurs tes Pr-
sidents Louis Berno et Eugne
Roy. N.D.L.R.
La ville de la Petite Rivire
Ti Christophe et Verrelires,
h Gouvernement de for Louis
tiorno.
[ En septembre 1930, ^c'tait le
lort de la Crle--Pierroi //-
mme qui voyait plus de cinq
mille personnes couter Jbr Luc
dorsinville rappeler aux petits
fils des Hros de 1802-1803 qu'ils
doivent de protger nos ruines
ibres de l injure des ans.
A propos de celte manifesta-
tion de la Crie a-Fieru ,tl con-
vient de fliciter le l'isidenf
Eugne Boy qui avait tenu
henneur signer lui-mme la
lettre d'autorisation au avait r-
clame itr Luc Dorsinville.
Ainsi, les premiers, qui atti
t'cnt rattention de la Amtis-n
Sud et l'Estre au Nord.
Ville aujourd hui en pleine
volution, la Petite-Rivire de-
meure clbre dans I histoire de
notre pays tant par le palais ina-
hev de Christophe que par le
fort de la irte-a Pierrot qi i
domine la plaine environnante.
Ce palais du roi Chrisfoi he
foi H*te de plus de cent ans es
Ini-mme ane construction de
belle proportion 365 porto et
le. 'res La vranda trot aie
en demi-cercle, les arcs, la 'on-
gue galerie des pas perdus, : ont
il unt architecture savante Aur
cud dtaut de ligne ou d'angle :
toutes le proportions sont bien
gardes. Bien quu je n sots 1
architecte, mon sens de l'art a
t flatt et en con'emplanl
cette ruine imposante, i'pi
vai de l'orgueil penser qu1
pu se trouver un homme de la
race noire pour concevoir 1
faire excuter pareils travaux,
au sortir de I esclavage il y a
plus d'un sicle I
El a'on-, voi*- cou'er cet e
livire Arlibonite qui charrie a
travers la plaine verle ses pa x
charges de limon ei com-
prendre pourquoi leu le Roi se
prit d'amour pour cette bonne
ville de la l'etite-Rivire, j* n
miinl Iqi Iro
l'une c-si aux II

COU: 1 IT |" sol.
Muis ( 11 sonl I. s au! 1
di maodai-ji.
Emportes m rpo 1 h
i". Souvent on v< nail et
prenait (oui ce qu'on pouvait.
Je cher, ne ali ra et en
un souvenir, qu< Iq : en qu
je placerais sur m 1 > bl de lr
vail et don l'authenticit 1
saarail tre conteste .. 1 n
trouve pas.
Emportes me rpond de
nouveau le guide. Il y a quel
rop
humi<
cenl
prononc
IIH'II!
vie 1
ver il
n'aui 1
1 I
nue de
11 1


! 1 -
'' UQ
n, hgn*
1 M >
'i
rrt
' y
I In.tit
I (>
yp-
oni i oui
!ouf,
nr f
du bh u, pari
iJrairii
Mus ,j.i. nid
e kl; x m ?
u Champd sM ira,
B I-11X
'esl sur ua civil t
11 dfini*
ion che
:o np int
la
rvi IV..T.
ni ... I 1 r ih.
e il bomb>t
la s m
i, pai Mr
: il pour
de 1 . La ci*
au voUat
*t''A* '
mt( mari 1
lqueftra l 1 belle, et
de lui,
'.e!


produil ilu


L'ASSOCIAI!


INFIRMIERES

r
portai mon esprit vers Sans- que temp,Monsieur, il semblait colo
Souci, la Citadelle et les autres
ralisations de Chnslophe, pais
je me dis que ce prince tait
bien l'mule des autres. .
Mais allons la Crte--
Pierrot.
Par un aprs-midi de chaud
soleil, je tournais le dos a la
Petite Rivire, d'o me venaient
rythms et rguliers Us mouve-
ments du t Delco de la -mai-
son Hrard Julien : j'allais la
Crte a-Fierrot qui se trouve
Irois minutes peine de la ville.
J'avais pris par le chemin qui
mne au morne de la Tranquil-
lit, et, quelques cinq cents
mtres je m'tais mis gravir la
pente, ayant'suivi, gamhe, un
entier de chvre trac au flanc
de la colline.
au sommet de celle nn'e
malaise, .ie dresse maintenant
le calvaire de la PetiteRivire.
L'Homme t'ieu est sur sa eio \
De son gibet, Il daminela plaine
lertile et ses luas lpandinl la
bndiction sur les moris de
celle terre d'hrosme et sur lei
plantations d'ahnlour.
Le S'gre de n on bap'me et,
le chapeau la main, |e m'a,
vance sur ce qui lui l'esplanade'
du tort.
Voici la citerne d'o ros Pres
.iiisaienl de l'euu pour .^e i<-
allrer. Aucune trace de la re-
foule et dts travaux avin.
Les fosss eux-mmes sont per-
11 s sous la n rre et les man>
u s herbes. Du milieu de la ,
1 on lameuse, je jelte un ci
\\j\\ circulaire iri une | 1
lie dans la muraille, I
pan de mur fatigu par le su
Des quinze pices de canon de
gros calibre, par lesquels
Mars 1802, DeasaliDa
pleuvoir de la mitraille lui
tn.upes lranaisesf il ue i\
qu'on se donnait li lied'; bo-
hr le nom mme le la Crh
Pierrot. On lui a enlev, l
mme qu'an palais du Roi
Christophe, des briques el de
pierres...
Continu.-i-on i'uvre de
destruction ?
- Non,heureusement, achvi
mon eiccone, l'motion de I.
ponulalion tait (elle !...
tu soupir, et, quelque ehoai
comme un regri de n'tre p
riche, .''fin de pouvoir reci
[ruire, moi tout seul, ce mui
loss. ei je ci nlmue ma pu
nade dsole dans ce tort qui
Contribua me donner l'Inde
pendnnre. Les n:illi-is sains. 1
mon vti ment; des ronces,
pines Au milii u, quatre lom
I s-: ce sonl celles le lusil :
Hlas, la guerre civile n'a vail
mme pas respectcelu as 1
Je ri a u di ioujo irs : vers nn
le du 1 ol Si di une i a
Iruclion massi e
rie. ncore bien ( ( naervi 1- .1
pntre. Elle ne m a e pas ( lus
de quatre mtrs 1 arrs. l
v,"i'- Ml n > n ie .1 non,-, 1
visih qui (r es ;iu ih thon .
aulrenunl. le n'y pote pai
mien, parce que jai toujours
ddaign relit mann. slalion de
la vanit des hommes, mais ji
prends envers les Pri s, esclc-
revol 1 s de Sainl Domin |u. f /& J
dont le s ing a j \ ds fum lui r< laonusanMs
I Globu
me I ei
10
li C
Pier mv,m
I
du S
des gens qui ue croinpr.
ici).nu
les nombj
. ulo .' cl
le but di
.m le d<
s mires di
> i f l;i i>! 1 r ;i Ioi I n ,
clinique s pour les
(mis lubi 1
, ponoire 1 1 1
j entai Is ,
, taie li ouvi
un pi u .1.
non.s 1
Noua qui
. hacnn \
bulien, si peiili
PJai ii u
prteront h 1 s.
Uae 1
lise ( n 1
lion de Mmi | ,,
Magloin 1 (l
juin proch d. n u esprons
11
repisenl ri ou
'. 1 lus >|ut nu...
une jsm-
1 ma I 111 r lu-
1 isqu' la
La 1 e avait
emenl cd, l.'n
ouille
lll r.
lr. c, au
lars, i \ heures p.
i le h. ii coin*
aire,
lie... vous la v< rrez aux
? *
... voit que notre cher Oc-
toute sa
piral on, el qu'a-
vant peu il 1er 1 jouer, par la
que du Palaia, un nouveau
: L Immortel que
ns li us a| plandiji
.(tel (i. lu I de jeunesse
lui in mandait Luc
ador.
1 ie loi confia : La
.//"'' ncourt I
loire c t un
ifiil..
'la.lin, aujour-
I npe Til qa'o i
Il boa un.reli cil 7
'uhn U oolley.

assista
Pari
de bii n 1 d
ma 1 es pauvres cl
de hi 1 es.
trict p.
01I que de nos ours, r
qui ajoute le plu* sremeol a la
douceur de vivre, c'est peul-
linait d'an corsage
me, mouill d'une gomte
pnrlums qu'on

1 Paul /: Auxifa, le
ma et sympathique


rsw


It?
. 1
E. D/
Dr W. Lemke

UcD
1 ; rtir poui l'Europa
celte ioe, in*
le clien-
I rep pen-
' le Uoc-
. Aven II.
1 Sep-
ssilt
' que
re.de
1 iot h-


i


PAGE 2
le u.\m^* 27 )u m

JEUX FLORAUX j
\\rc 2 gourdes, vous [. > \v\tz. ni) h ut py''j
vatre entre au Par.'-Leconte, le 2) mi ' unis auss
vous distiaire, boire, manger et gagner la Loterie.
Ds maintenant, petits el grautb, conomises vos 2
gourdes oour assistera celte graidc manifestation in
tionale.
Pour les Jeux FI >raux, aussi bien les organisateurs, 1 a
acteurs, les propritaires du Parc-Lecoiile, toul le moule
paiera l'en tire.
L'entre gnrale esl fixe une goui
Ce sera la modique contribution de chacun i> >ur la res
tauration de nos monuments historiques.
Autour de la Xe Olympiade
Gin-Ialdy
(E SOIR
1 e grand Mm liarsais
Le Comit d'Organisation des
jeux le la Xme Olympiade,
dam un rapport officiel, affirme
avoir revu (assurance de toutes
1rs nations olympiques qu'elles
so.it prtes envoyer les
quipes reprsentatives qui par-
ticiperont au\ Jeux Los An-
geles.
Les Comits Nationaux Olym-
piques des pays suivants ont
cmimuniqu officielle nenl coi-
te nouvelle au Comit d'Orga-
nisation.
Afrique do Sud
Allemagne
1res assistants.
Par consquent, l'esprit inter-
national pi d'mulation des Jeux
de la Kme Olympiade est as-1
sure. |

Los Ainj lis es! prt pur lis Jeiu
ili' la V OlyBiaJe
Argentine
Australie
A il riche
Belgique
Bolivie
Brsil
Canada
Cuili
\. )loinl)ir
0>sta Hua
Cuba
Danemark
Egypte
Kspagne
INlhOnie
Kials-L'nis
4'Amrique
Finlande
France
ii^-e
Uuatemala
il .m
iioiianue
Hongrie
Iles Philippines
Inde
Irlande
Italie
Japon
Lettonie
Lilhuanie
Lu tena bourg
Mexique
Monaco
No tvell Elande
N irvge
Prou
l
Portugal
Rhodi '
U imnanie
Sude
Suisse
Tchcoslovaquie
Turquie
Uruguay
,* i tugoslavie
Les rponses aux questionnai-
res envoys aux nations olym-
piques indiquent qu'environ
&) i ) athltes participeronl aux
quatorze diffrents .u<*mvs de
s loris athltiques constituant le
p ag ru m me des Jeux Olympiade.
lin plus le ee grand nombre
d'alhlles, il y aura plusieurs
Los Angeles esl prt !
Voil la dclaration que vient
de taire le Comit d'Organisa-
tion tant donn que la date le
la ('. klii alion des JeUX de la
Xme Olympiade approche.
La L ilil'ornie entire est pi io }
jouer son rle d'htesse vis
vis du m >nde olympique.Lc ri-
deau \ a se lever sur une nou-
velle poque dans celle gran-
diose atmosphre athltique ri
sportive donl l'origine remonte
au\ pa .;!> obscui es de II lisloire,
mais dont les idals <>ni t
conse s es li lieinenl par ceux
(I ml les s;k ri fies personnels
oui rendu possibles la rouais- I
sauce el I i continuation du
mouvement 0I3 mpique.
La grandeur el l'idalisme
de l.i ( rrce ancienne seront re-
pisents dans les limites ma-
jestueuses du Stade ( Hympique,
par lacn nonie impressiouante
et inoubliable d'inauguration el
la V Parade des N'allons qui
auront lieu le samedi 30 juillet
el ouvriront 1rs Jeux de la Xme
i )U inpiade marquant la dbut
lu programme de Beize jours el
soirs de concours entre les plus
grands athltes du monde.
De la Tribune d'Honneur, en
prsence des dirigeants olym-
piques de toutes les parties du
monde, M. Herbert Hoover,
I prsident des Etats-Unis d'A-
j inrique,proclamera l'ouverture
| officielle des Jeux. Le flambeau
L'Espionne aux Yeux Noirs
(SUITE)
avec Maria Delbaicin e JtrnTonbal
Et le beau (il 111 :
Le Fils de la Nuit
( SUIT2 )
Enlree | 0,M); Balcon I l.Uf.
DIMANCHE
Nuits Viennoises
Opre'le cinAmatograph;que grand mise en scn*, luxueuse e
riche mise en scne TOUTE en COULEURS NATURELLES. Cette uvre
surprenante m-1 interprte et rhaa e par "extraordinaires et
clbres acte ara lyriques :
VivUnneSgtl Alesander Gray Wa'ler Pidgeon
Jein Heisboltz Hest Koaeh Louise Faxenda
Alice D tv .lune Purcell
Orchestre de 100 excutants, Churs du Metropolitan Opra I
de N. Y.
Ce qui prcde montre quel soin a t appari dans le choix
des Arlistts se partageant les rles.
Il ne laul d< ne pas manquer L'UNIQUE REPRESENTATION de celte
SSOSSfionnelU Oprette qui dlectera les spectateur Haitiens
comme elle a tait le charme de tous les Publics auxquels elle a
l prsent.
Entre : 1 9, 4.
INSPECTE
11 rois
Ont? rgidea inspections,
Ue ;!> "j"-.' pointe, une
inuUilude d excldsivils,
peifcclioniw nur.'s paten-
ts, le luut bien cumbin
pour RMurei la facilit
d'crire.
Ln nentc dans 1rs bo:is
magasins.
Vuofold
La plume
'!>" cril
facilement
MOIIR A LAVK1N DlSTBlSUTSUBs
P. O. !! fllPOT-AU-rRlNCB.
Ci-Varils
DIMANCHE
La jolie, populaire et talentueuse Joan Crawlord dans sa plus
remarquable et originale production parlante :
L'INDOMPTE
consi tr/e par les critiques comme la meilleure de toutes lei
productions tourres par celte jeune el brillante artiste.
Ne r'f'z donc pas cH| oirAp a Ci (0-Vu ri ts.
de s. Exe le Praident Vincent,
comportant les photographies
des artistes des Jeux Floraux,
avec le pome de Stphen Alexis:
La Lgende de Flore . seront
vendus une gourde.Un lot ga-
gagnant. .
Les consommations gnra-
lement quelconques n -excde-
ront ;>is 23 cls hatiens. Rien ne
sera ofterl ; tout le monde aux
comptoirs, aux buvettes. Jeux,
attractions divers.
Tous, donnons pour la
tauralion de Monuments l'u
blics.
Le Comit d'organisation.
1 e daines de dirigeants et de re-1 olympique sera allum e
prsentants des Comits Nalio-'drapeau olympique sera
aux Olympiques el Fdra-1 ploy ri Imitera sous la I
ions de Sports. Il v aura ga-
e oent, accompagna ni 1rs qui-
rs. des managers, des ins-
irhe(eur&,des entraneurs et au-
l le
d-
uisc
ae 11 Ican Pacifique, marquant
un autre pas dans le progrs
U. S. S. H.
Wcmr anuiversaire
Jeux Floraux
Su> le haut Patronage de
S. Exc. MrStnio VINCENT
Prskient del Rpublique
Comit d'organisation :
Mesdames : Edmond Mango-
ns,Maurice Dartigue, Fltl Oli-
gario, Ed. Eslve, Andr Laro-
che, La Gnrale Vogel, Lepel-
le irJeannot, Rulx Lon, Fr- 1
drie Duvigneaud, Georges La-1
lontani, Clment Magloire, R. |
Widmaier, Paul Salomoa, Ed-
pour se souvenir de quoi que
ce soit.
Au cours du voyage vie Mo
naco Paris, il essaya, dit il,
(de lutter contre le .mauvais
esprit qui, sans cesse, me
poussait au meurtre.
En arrivant Paris, je me
rendis la Cathdrale de
Notre-Dame et priai Dieu de
me dlivrer du mauvais es-
I prit qui m'ob dait. J'ai lutt
jusqu'au bout contre cette
iulluence.
Daul GorgoJofl a dclar
qu'il avait assassin le prsi-
dent Puni Don mer cause de
l'altitude l o 1 r a n 1 e de la
France l'gard de la Russie
AU COLLGE
SAINT-VINCENT DE PAUL
Un bain forc
Une ptition de
Petit-Gove
Les distillateurs.imluslricls
t commerants de Pelit-Go-
e ont adress une 1 tition
aux Membres du Conseil
es Secrtaires d*K' d el aux
Reprsentants du IVuple
\ our signaler les 1 iconv
ients de la lgis' tin SUi
l'alcool.
Ils suggrent de 1 I ire de
ci'/im/i/r gourde quinze l'1
taxe par points de 1 u ludire.
Ils dnoncent la coucurre ice
que tait aux nationaux la
llasco devenue productrice
d'alcool, en dpit de son con-
trat pour la lai ri ation i\\\
sucre.
La ptition l'a h c en
exprimant la COU il nue qui
les Grands PoBtoii s Public!
rlOB neronl. la de m irche donl
elle l'ail l'objet,les s nies mi-
les.
du mouvement olympique, dans gfd fontan.Lucien Hibett,Luc
son trajet autour du monde. ( Eli, Lon Mnos Andr Che-
valber.Luc Iheard,Andr Vieux.
*Ponr Gurir ou Eulter
MIGRAINES, CONSTIPATION
CONGESTIONS, TOURDISSEMENTS
EMBARRAS GASTRIQUE
IL SUFFIT de prendre
l'un de vos repas
(tout le deux jours seulement), une
PILULE du D DEHAUT
147,Rue du Faubourg St-Deni, PARIS
Maisiliautexitidrlesvritables
qui sont tout fait blanches
et iur chacune desquelles les mot*
DEHAUTaPARIS
sont trs HaiMrM.ifMit imprimes en noir
sovitique, parce qu il s ima-
ginait que le prsident dci-
dait de la politique traugre
de (a France.
Quand ou lui a rnonlr un
d'apeau vert trouv dans une
de ses valises, lassassin s'est
agenouill et a bai^ le dra-
peau en pleurant Puis il a
ci i :
Vive la Russie nationa-
li-tc. Ja donn ma vie pour
ce diapeau >
Il a expliqu ensuite que le
vert et it le symbole des pay-
sans russes.
Les 'ves Charles Faustin
et Osner l'orsenna, du Collge
St.-Vincent de t'au! dirig par j (
notreamiHoratiusLayeniure,
ont remport, au concours de
composition Iranaise ouveri
par le comit du dm peau de
i'Arcalia'c, les prix oens par
Mr Lon Allred, sous-secr-
taire d'Etal de l'Intrieur et
Mr Abel N. Lger, secrtaire
d'Etat des Relations Extrieu-
res.
Les copies, lues au cours
de la manifestation patrioti-
que qui n eu lieu lundi
l'tablissement, lureut vive-
ment applaudies*
Toulon, 21 Mai Ud hy-
dravion a bord duquel Mon-
sieur Franois Pitri, ministre
de la Delense nationale, se
en Corse, est tomb
en Mditerrane quelque20
nulles au large de Toulon.
M. Pitri, qui en a t quille
pour un li.iiu torc, a t re-
cueilli sain et saut par lecrei-
seur < Guevdou . L'hydra-
vion, dont le moteur avait ci
une panue, a t lgrement
endommag.
Chambre
dos D pules
^ Mercredi 25 Xiai 1932
Sance lO' gue et tiunul
tueuse. Noo> e tonnerons le
compte-ren lu demain.
Sauvez
vos livres
S Mivfz vos livres et roi-
lecliont en ia mvajs tat m
les oiiGint a j relieur cous-
c'enfieux, honnte el h.diile
Btiinne Camille, Rue Bnue
Foi .
inSBMDl
PASTILLES
HIRATON 1
"fdoute mit
Mesdemoiselles : Rsia Vin-
cent, Rene Joseph, Laurence
Alfred, Andre Roy, Claire De-
nis, Louise Burke.
Messieurs Stphen Alexis,
Marc Boncy, losenh Cassasnol, '
j Ernest Chauvet, Marceau Bai- I
nor, Luc Elle, Franois Georges,
Constantin Uenriquez, Major S.
L. Howard, IL Joseph, Georges
Th. Latontant, Ed.l aroehe, Elie
LescoL Clment Magloirs, VA- )
mond Mangons, Germain Mit- '
Ion,
Le Monde

Flix Oligsrio.
APPEL AU PEUPLE
L- stsamer Criitobal >
ht attendu Porl au l'iiun
venant deNew Y01 k.le d nan
cli- 29 mai 1832, avec
P's-.agers, IS sacs ds co res
p iicauce it p rtira dans l'a.
\i es midi du mme jour di-
reclem 1 | our Cristob il
C I Z nie,' renant I t, alh
f prssagers.
forl-aU'l'riuce le SU mai
1032.
f JrsH.' -VAN REED
A^eul-Geneial
,len\ Floraux, au profil de la
restauration dos Monuments
r^atiens.dimanche 29 Mai 1932.
Api s midi I heures, jusqu'
l'aube. Pauvres el riches,le ren-
d< / \ "us esl su Parc-Leconte.
Pas d'abstentions.Car une gran-
de pense nalioiihle prside cel-
te rle unique dans nos Anna-
entre gm 1 aie: 1 Gourde.
l'iiianis 50 cls, Tribune M G.
[Yibunes d'honneur:.") Gourtles
e Prsidentielle : '20 sourdes
de garage parfait : cha-
ue voilure 1 goui de.
de car es *\r faveur. S.Ex.
le Prsident de la Rpublique
tracera l'exemple.
Contrleur-gnral de ren-
tre : Major Howard.
/).; immes
lor'n !0 centimes donn
a une lo
dont 5 lois j*;
liquea.
Deux centeinquante program-
mes de luxe, numrstsj signes
BORGULOFF -DEVANT 1E
JOGt L'INSTRUCTION
- o
Paris. 21 Mai. Paul Gors
Iflnlo, l'assassin du prsident
Duumer, a dclar au juge
d'instruction que, lorsqu'il
commit son crime, il se I
trouvait dans une sorte d'hyp- j
DOS! 1.
Une torce mystrieuse
s'est empare de ma main >\ |
a t-il dit. Je n'avais aucune
raison d'assassiner M. Dou-
mer. J tais dans une sorte
de sommeil hypnotique.
Fianailles Nous avons
reu avec plaisir le lair -
part des l.inail'es de Mlle
Lina L!'j"ie avec Mr Auloni
( l'thion Erri. Meilleurs
compliments.
.h 28 mai, en l'Eglise paroissiale
des (lonavts seia bni le
mariage de Melle Horelle
Julien avec Mr Etner Merlin.
\aissancc Mr ! Mme
Auguste Mag'nlrf fils, Mme
ne Saurel sonl heureuxd'an-
noncer leurs amis la nais-
sance de leurs tils Dsnial.
Sincres souhaits.
it
NT A
'BOT, 1
'AS D?-: MEILLEURE
ION POUR I A SANT
QUE A PROPRETE D J LUE
BIOY ANTISEPTIQUP.
^m^
LIFEBUOY
i H SAVO> DK I rt SAM h
POIR MAINS, FISSRES ET SAINS.
MOHR A LAURIN, P.O. BOX .M..- Distributeur
Rue Roux et du Centre, Port-au-Prince.
&m
aai
Toutes les Polices -
DE LA J
S
Gorguloll a avou M. Fou-
gery, juge d'instruction, qu'a
vaut de se rendre l'expi s^i^'
lion des crivains ancieus j
combattants, o il commit
son crime, il avait absorb
uue bouteille de cognac.
Lorsque le prsident de
la Rpublique entra, je lirai
sans la moindre hsitation,
sans la inoindn
!c- i
Il : : >uvoir
ei aucune indication i e- .
lativement au revolver dont
il se servit, parce que, dit-il, i
il tait trop pris de boisson ;
.comprennent la Protection contrela J
Foudre sans auqmentation de tauxij
Vug.Lp Hos&fo
m
titft Tstf lagjl
^^F^w^^ssasas^Bai
Aqents Gnraux
VBIW



F MATIN' 27 Mai 1
liliiiin Barbaucourt ""v=
c s! uni variai le a gard ga preeai
!/ partout :
UN BAHBANCOURT
D.p.t : Mur Csar.

I ECHOS
prisounement avec couliscu- M/irt Hp
non des aimas. ''"'.* Ut
La saveur c/ej
la vieillelEspagne
Des rir*s ensoleilles dejla Titille
Espagne viennent les, merveilleux
piments rouges qui donnent celle
noiifillr laveur dlicieuse au fro-
mage Kraft Pimcnto.
Ces piments espagnols sont combi-
ns avec le fromage Amricain Clied-
dar, produisant un nouveau et.diff-
rent mlange qui est un peu piquant,
encore merveilleusement rient et
mielleux. Le fromage Kraft Pimento
est d'un apptit incomparable sur
la* biscuits ou sur du pain t il est
dlicieux eomnf ^badlmtnt ou pr-
par en salade. ZIl
Ne manquez pis un* tel rgal
voire picier a le rromage Kraft Pl-
menlo en morceaux et eu paquet!
convenables. Commandez un extra
aujourd'hui, mais soyez sr que le
fromage que vous achetez porte la
seule marque de fabrique :
MI.UT CIIKISK o
PAWLIT 8OB8C0RWRATII.1
Distributeur
l'art auPriaea, Hati.
KRAFT
On trouvera :i
l'Imprimerie Aug. A. Hrauz
1 Le Code Pnal ,
2* Le Code d'inslrucliun cri-
minelle avec les dernires mo-
difierions. '
1 VENDRE
Meubles de salle manger.
Vaisellf. Articles divers.
S'adresser:
Dr COOK
Tnrgean
Phone ; Me. 7S-2.
Fleurs! Fleurs!
On tmitvern b fine / rgrstir. Bas Teu de
chose, des Renia couronnes.
corbeilles drfleuraBttorelc
tir, bon irnrch.
(
LA PIERRE ANGULAIRE
DES SOCIETES CMUMES
Lji tirade aid ne pout
jmn* et la BtaqvM. O" * or k
banque y*. t'UiU b fcmsfcilA
nationale t aAi'M Mm m twt rigotarausemanl **
teckia vm tradition* p4 k
banque doit-alla 'allier au profit
et prpare* !'avtk. Bit a plein
droit i la tUce cLhonnaur qat 1
ata aaodarnae lui acoordtM.
/"
La Banque Royale
* du Canada
Avis important
Monsieur O' is Oarou''
nous p> i d'an o " Ip
D*esl poil I l'a D II nr d< EK)<
judiciaire humoristiques n
paraissent d.* ns le i Nouvel
lis'p Modernit . Ses ai ti< li >
d'ailleurs son! toujours sigm -
nu po lent s s initiales L f.
A vendre
Pelii lit eu mflal 11 mate-
las Peu! piano pour entant.
Voiluretle pnupt. Vali*
l)i-ii e pour entant. Spnrk
plug, i"-ip. -i|s de campe
me ('ente el lit ). trs in
di eus bls ans chasseurs
i ii r c px uni veulent alln
n s- t m e ou dei x joun;e< s
S'a d k
Pi l C. 10 SSIINT
. Quai lier-fii en I de la
rigade des Marines, Chxni
.de Mira; on tlphoner Ma-
' rine Corps 120.
On annonce la nomina-
tion de M. Lelio Joseph coru
me professeur l'Ecole natio
nale de droit en remplace-
menrde M. Kerni/au, appel
au ministre des finances.
Le snateur Zpliirin,
la sance tfavant-hier du
Snat.a ten juvel sa demande
tandant a rclamer desadrai-
DistratiODI intresses !a liste
des trangers qui y sont em-
ploys.
Notre conlrre La (larde
signale ce lait tran^e.Depuis
sept mois, le directeur de l'-
cole de garono de Chantai
ne touctie pas ses appointe
menti, le chque tant libell
m nom de son predces-
seur.On exige de lui un boni
le 40 / sur le maigre salaire
de Ci. 27,70 avant de rgu-
lariser... Qui est coupable de
ce mlait ? lit l'inspection
scolaire des C>yes n'est-elle
pas reuseigue Y
Il parait qu'il est ques-
tjon du Major Calixle pour le
commandement militaire du
Departemeut du Sud.
Le snateur Tlmaque
a fait don d'un drapeau na-
tional au Lyce des Caye.
tL'Abeille i, de Jacniel,
parlant du nouveau cabinet,
constate que le nationalis-
me est donc officiellement
eu liquidation et que < l.i
politique du Prsident parait
insaisissable, impntrable
mme
Nous croyons savoir que
notre conlrre et ami Da-
mase Pierre-Louis, directeui
de aL'Opinion,sera candidai
au Snat pour le sige nou-
veau qui sera accord au D-
parlement du Nord par la
prochaine constitution.
Trois Dominicains accu-
ss de port d'armes illicileN
on t condamns,par le Tri
bunal correctionnel du Cap-
Hatien, quatre mois dem-
ie?. |
:_ G.i (signal( ren\ li
ment de,, la place du Cap-
Hatien pai le suc e domini
cain qui i ..ii ; eu contre-
bande el c*> naturel1 -
meut ruviHeu*'march quel
sucre indigne.
L Usine p mr la prpa-
ration des enanaa en conser-
ves a repris son lonctioniu
ment. Soixante el onze ou
vrires et quarante trois jour-
naliers y sont employs. De
plus, il y a deux cent soi-
xante quinze, ravi ilenradana
les plantations.
Notre compUriote, le
Dr Alphonse D. Ai li, a t
dcore, par l'Empereur d*-
byssinie, de la mdaille d'oi
happe a l'effigie du Monai-
I ie Le Dr Andr, au nom de
la Rpublique d'Hati, avait
i Iress une lettre d'amiti
au Souverain lors de sou
couronnement,
miy,lUilIi'iin ,!? il ni$n
t'anamricaine, du mois de
nu 1932, publie une vue
photographique du phare
monumental qui scia rig<
a Santo-Domiugo en mmoire
te Christophe Colomb, et en
mme temps le portrait du
prsident Trnjiiloel son mes-
sage concernant ce grand v-
nement international.
On se plaint.
Beaucoup de nos abonns
et lecteurs sont venus se
plaindre nous de la mau
vatse qualit de la glace que
dbite depuis quelques jaius
t'Usine de Port-au-Frince qui
eu prend vraiment a sou aise.
Nous croyons ncessaire d'al
tirer ce sujet l'attention el
ia vigilance du Service d'Hy-
gine jamais prises en dfaut
et dont les analyses sont
utiles la sant publique.
I
1V1. ilOiilbOil
Bone, Algrie, IN n ai. M.
Gaston Thomson, d< pu' de
Constant! le, doyen de la
Chambie des dput ,esv mrt
hier (i heures du mutin.
La rcente campagne lecto-
rale avait beaucoup fatigi
Vf. Thomson qui ait n le
2J janvier 1841 Drau.
M. Thomson, ancien rduc-
teur la, Rpublique Fiau-
|aiae avec Gambetta H a
L'Homme Libre) avec dt-
Imenceau, lut lu dput
pour la premireloi8 le ai
avril 187b.
Il tut ministre de la marine
(janvier 1905, mars 1906;mars
i^Of.octobre l'Jttfi ; octobre
liK)6-oc'obre lyo.S), puis mi-
nistre du commerce ( juin
1911-aot 114 ; aot 1914-
octobre 1911 ).
?*,:il tait inscrit lagaicke
radicale.
Il tait le pre de Mlle Va-
lentine Thomson, crivain
bien connue, qui a t lit de
noaibicux voyages aux Elats-
l'ms et est actuelk meut
bord du i Paris pour rentrer
eu France.
jouissez du luxe
de ce savon blanc
parfum!
LUX
SAVON II-: Toi ETi;
niLICATUflNT fA\n r
MOI1K A LAL'HIN, P. O. BOX cMl. - Disinbueluis
HupHoux et du Centrt, Port-au-Prince.
s-sc
C LIGNE CULOMBIhiNNE >
Tlphone: v 'iwx,
\x vapeur ( Bogota > Vov.
UH. venant directement de
New York, sera ici mat di M
courant, continuer; le nme
jour pour les poils colom
biens, C/istobal, (>nal Zone,
Kingston et New-York.
Le manifeata de ce vajeur
ree/u par avion est lu d la-
position dea clients dans nos
tiureaux sis angle rue Egalit
et Oants Destouches.

,; "Le vapeur Martinique
Voy. 98 partira de New-York
le 21 courant, pour tous les
ports badiens. Attendu ici le
4 juin prochain.en route pour
1 les ports du Sud. Sera de ia-
loui Port-au-Prince le 9 juin,
prenant le Irl.des pi ssagera et
la^malle pour Cap-IL-itien et
New Yoik,
William K. BLEQ
Agent.
ymesd Entantes
Sont Mieux Traitei
Extrieurement
- ^ Arrtez-les en ;ine
nait. Nc"droguffi"
pas; frictionner
\ ~\ : \l'herre du coucher
VARO RUB
Pour Tout Refroidissement
t
mr'
LE FAITEST INCONTESTABLE
Insurance Co
Une des: plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
aur la VIE
EUG. Le BOSSfi & Co
Aaents Gnraux
K II n m
h'Ihc
I
:
C'est la quintessence des meilleure*
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs'
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ
'.m*
r>.--r*Lm**~*-
X
t
/ +


;
-

Vendredi
27 Mai 1932
Le [Matin
4 PAF3
20 we ANNM N* M80
fcrt-aa PriLec
Tlpheie : 3242
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Car la tGENEP esl mie des p hissantes etdei al m vaste* organisation
de ce genre. Le soleil oe se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse le
monde
ses Polices contre incendie i ; aussi les dgts occasionns par la foudre
Set Polices pour Automobile! it vols, incendie, malveillance, dommage!
caus 6 autrui dans rso a dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mise* par 'S branches d'Europe son! payables eu Hati.
Set Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les vova*
gurs devraient donc prendre la p caution de se munir d'une police contre accidents.
d'au moins 4000 dollus, la prime annuelle n'ctaatque de 1/2 f0 sVil 2) 1 dlars D. C
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCavesi
SOUSAOENTS
a Kent Gnr.d poui Hati.
r'ort-au-Prince. IG>. GILG
JEAN iLANCtifcTJrme
AVIS AU COMMERCE
La Paname^Hailroad Stea mship Lint a l'avantage
rtoacer les dparts suivai fsde New Vork pour port-au-p
Haiti, directement chaque mardi. Toi.s les steamers
pourvus de chambre frifforiloue
Htnarts de New ork. Arrivages Po i Steamer eCri&tobat le 24 mai le 29 mai
S/S "Baena venlura" le lerjuiu 1 */ juin
SA "Ancon" le 7 juin le 12 juin
Staber "Guayaquil" le ili ni"1'1^ M juin
Steamer "Cristobal1 le 21 juin le 2 juin*
StoaMcr "Buenaventura" le 28 juin le 4 juillet
tt'eanier "Ancon" le 6 juillet 1932 le U luillet
Steamer "Guayaquil" le 12 juill le 18 juillet
Panama Railroad S'teampship Une
Jas||. C. VAX REED
Agent Gnral
d'an
rince
sont
1932
1032
1932
1932
1932
1932
1932*
1932

-
Laboratoire SJOURN
DfltBCTVRS
P. SvournAi Pharmacien
B. Sjourn, Pharmacien le l'Universit >ie Taris
M. Sjourn, Pharmacien de L'unis ide Paris,aicien
interne di s Hpitaux de Paris
Analyses des Urines, do s c gastrique, du sang ( Was-
^rmaan, Ure, Constante d unbard, Glycmie).
Dcscrai rn's. Des matires Iccales.
CEIQUI N'A JAMAIS ET:FAIT
CEQUI'JIE l'HH TRE DPASS
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpaie dans des < nditiona rigoureuse*
D'ASEI ilE
Pi parati m el Vente
?HARMA< Il P. SEJOURNE
Angle des rues Roux el du Centre.
Iltpilal Gnral Inticn
Accidents
21 mai 1931
('( lilcN Louis, 10 an-;, Bo-
los '. Co ludion avec rosion
lin g< ion et du cou de pied
d o; ,
Zibulon Fils.32 ans.La v aline.
Blessure coniuse du cuir che-
velu, bi sse pi rilal gau< he.
fiert Hrard, 12 ans. Tur-
geau. Blessure coniuse d< l'ar-
cade snurcil ie droite.
Ai d 111 reau, 12 an-, Bois
Schul /. Fractura da roirius et
cubitus gauche 1/3 intrieure
(hospitalisa ).
Joslin Gaillard, 43 ans, quar-
tier Si-Joseph. Contusion du
thorax, rgion antrieure.
Dona Eliacin. 70 ans, Kens-
cofl. Contusion de l'hmiihorax
d oit, rgion antrirure.
Calacia Barthlmy, 1.0 ans,
rue des l'ucelles. Fracture du
c ibilus 1 i intrieur.
Louis Charles llrabe, 52
ans, Carretoor; Blessure con-
iuse du fi ont et arrachement de
l'orgie de I annulaiie droit,
Monescer Daile, 13 ans,
Grand Bue. Contusion de la
jambe g luche.
Biamby llibeit, 10 ans. rue
Charerou. Blessure coniuse de
ta lvre suprieure.
Monus l'ierre Louis, 28 ans,
Voulez-vous
Vus- 1 dans vos tudes uo
taire russir vosenfants.gice
une ntbo le d'enseigne-
n eut tlassiqte excellente?
VOULEZ VOUS
' Une prolession aprs fia!)
nios d'tudes srieuses (St
no-Dactylo, Langues vivante
Comp abilit)
Songez que l'Institut TIP"
PENI1AUEK se recommande
et s'impose votre attenliou
par les brillants rsultats d
j obtenus.
l.VwRue Lamarre.
Tlphone 2891.
A vendre
lo Pigeons romains de race
pure, issus de premiers prix
de 1 exposition d'Aviculture* de
Paris.
Couleurs; Bleu, Fauve, Noir,
Bouge, Chamois.
2o Lapins Grants des Flan-
dres et Chinchillas de races
pures, mme origine.
S'adresser Mr Paul Castera,
en l'ace de
OUBLIEZ PAS OE FAIRE UN PETIT T
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
l.lUl pieds d'all'tnde. L'tablissement le plus Iraisdtt
irens de Port ar -Prince. **
Seuh u eut 15 .1 imites d'auto sur une excelltnls rsii
asphalte Vues m-1 veilleuses de la ville et In Lort,
Boissons de toutes espces.
Vrrangtments particuliers pour les pensions de joiraa
semaine ou de mois.
IdalK
ALIX ROY
30 annes de succs.
Eglise Si-Grard.
rue dvolution. Brlure 2me
di gr^ du bras gauche.
Dieudonn Valenlin, 10 ans,
rue O Durand. Traumatisme
du cou de pied.
Antoine Adam, 15 ans, Place
S'e Anne. Fracture complta
(ouveite) 1/3 inir. de la jambe
droite, blessures contuses de
l'arcade sourcilire droite, du
lobule de l'oreille gauche.
22 mai 1135
llasco J an, Wharl aux her-
bes. Moi sure humaine au raen-
ton.
Thocia Elle, 23 ans, rae St-
Martin. Epistaxi par hmatome
et contusion au lion'.
Jean i oiseau, 10 ans, Portail
St-Joseph. B.essure tranchante
du poignet gauche. ;aJ0|
Siintim Fleurissainf, m ans,
I isquetle. Blessure du cuir che-
veh\
Al xis Rose, 02 ans, Portail
St-Joseph. Blessure contuse de
la lvre intrieure.
Margot Lamothe, 22 ans, rue
St-Joseph. Blessure contuse de
la jambe gauche.
Agi.es Pierrot, 4fi ans, Poste
Marchand. Fracture du 1/3
I moyen de l'humrus gauche
(hospitalise).
lTISSERIE F1(I
RICHARD PETEKS, Frop,
CRMP DEMaRS N 1217.
LA SEULE BOULANGERIE EUROPENNE EN HATI.
SPCIALITS DE PAINS POUR SANDWICH. PAINS FLOTl
ET PAINS MOULES. PAI!"S NOIRS. PAINS COBIPLETS. ETt.
PATISSERIE FINE, PTS, VOL-AUVENT. TOURTES.
SOINS ET PR0IPTI1U8E.
Tlphone: N9 2069.
La maison na m* de
succursale.
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
\
Lykes Brothers SS C- lue
Toxa Hatli San! ; Bfomingo- Porto Rico
Le seul service hebdomadaire il rgulier a passagers el
tit entre les porb du (mil. du Te directement avec
Port-au-Prince, M.
Pour la rceptii 11 lapide ri le maniement habile de vos
importations, sent' vous tooj 111 s des 11. ires de ' LYKF
UNE.
l^s prochaiuas arrives! Port-au-Prince sont '
Steamer M irgarel Lykes 1 27 mai 1932
Steamer Rut h Lykes j 3 juin 192
ktoreei: Rae du Magasin de l'Ktai. Rode Postale B
Loterie Nationale d'Hati
416. Rue) Bonne.Fol, Phone : 335t
La Loterie N:ttionaled'l|;.Ili est
une institation hantemei t humanitaire par la mullipliaW
d'eeuvres sju'elle se pn pose d'aider, une chance de kM
tre offerte aux hbmrree de toutes conditions de forlufa
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, SsIsriJ*
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans pinV
leur budget moyennant deux goudt-s, peuvent gagner trena
mille gourdes Patrons de Commerce.Chetsd'lnduslie.pir
aux iusulfl^ances des ventes, par l'achat d'un billet, qoito
libra du souci des chances*
Mdecins Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Gm*
igiitaires de l'Etat.Reprsenlants de 1 Intellectualit, Jsir
nahstas.
Donne l'exemple de votre -Vidaril soeiaie.
Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmentri ?!
avoir.
Voua tous qui kaliitec* Haili, fendee^lui service es
nt le billet del LOTEIUE NATIONALE D'HATI.
_ v*
aileiiion
HKXHY STARK
RUE UU QUAI, EN FACE OE LA GARE
,
tta3&-': '
"', *- 1 '
^ .M^^^k m^hK-
^m ii 11 m.
( A l plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle eue la
I vente de ses ( HAPcAUX se tait, depuis le i janvisr, au
N' 2027, GRAND'RUF
r--'
lerres d Mires de toutes din ir vitrines cl en
cadrements.
\ ilrcs spciales pour autos en face de son ancien local.
Vitres ordu- 1res 1/4 ti ;omp- s Clients y trouvrent le mme accueil.
(o rs.
Grand choix de ,M*iilu j
Linpes de nuit
La maison repaie au->si les miroirs tachs.
ARCHE. CELERITE. COURTOISIE.
Martiaez, Marcelin & G'
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOLVEAU
Rhum dlicieux got exquii
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONWEffi
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
IrlT:MLE DES RUES fi nm W FEUOU HiW1
limwiwn



University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM