<%BANNER%>







PAGE 1

i. 2 IL i; .Ti* -5 M. 1. M JEUX FLORAUX gourdes, Do \ M \< I II I C/ M) I Axer 2 vstre entre au Parc Leconte, le 2 • vous distraire, boire, mander et gagner i an h. payer mssi IS r| CCI ICIll 1! 12, mais a l.i Loterie. momisez vos 2 m inifeslation r < naDs maintenant, peli gourdes DOUr assislcr ;'i lionale. Pour les Jeux Floraux, aussi bien les organisateurs, les acteurs, les propritaires du Parc-Lei il le monde paiera l'entre. L'en lie gnrale esl fixe .> une gourde! Ce sera la modique contribution de chacun pour la resl*n*aUon de no3 monuments historiques. Cin-laldu DEMAIN SOIR Nuits Viennoises Une lettre )i LATOUE ince le 22 mai < T< rt au-P Au Diiecte .r 'le rlalliJeu J n il , Mr le Directeur, Quelle i-*a pi s t m i surprise de lire dans votre trs intressant quotidien du vendredi 20 courant, un dilorial intitul Le Snateur Latortue, doctrinaire i> Mon rang politique cl mon rle de membre du parlem ni ui''ent entirement la latitude de pren Ire plaie dans l'arne o con me sim pie particulier |e me plairais / assez sur le terrain de la polmique, Il m'incombe c< i endanl de relever avec tonte h modrat on (pii me caractrise ce que je pull appeler uneerreui a I per&onam comme on dit ai Palais, et certaine boutade s isceptihle de disqualifie] les intentions profondmi ni sin • cres (pie je voudruis pour in i pati ie que j'ai toujoi i s place au dessus des viles ccVenes politiques et les mes qUins intrts persoum is. Intentions sincres a l'en dr lit de la masse hatienne l'oues les pages de mon existence .sont pleins jusqu' ce iour de loyalisme, de dsintressement et d'iudpenelanee. Jouissant nagure de l'amiti d'un Chel d'Etat, — |C cite Monsieur Louis-Iorno dout le (Jouveruem nt a t combattu avec viruLnce anglais pluliions UME LOI D'UTILIT PUBLIQUE DANS UH EUT Mexico, 19 mai.— Les capitaux amricains et (lent la somme atteint sieurs centaines de mi de dollars sont compromis pai la nouvelle 1 >i d'utilits puldique de l'Etat d'Hidalgo, D'aprs i tte loi, les pro* prits prives peuvent tre confisques en cas d'utilit publique. Trois pour cent de la valeur de 11 i ropritc sont payes,Us litres 97 pour cent seront pays eu 20 ans. 0,'re'le cinmatogrsph'ao* grands mise en scne, luxueuse e' • ii h* mise en scne TOUTE EN COULEURS NATURELLES. Celte œuvre Korprensole r*\ interprte et tlianie par d'extraordinaires et ( U bres acteurs lyriques : VivierneSgal Aleiander Gray Walter Pidgeon Jean lleisholiz Best Roach Louise Fazenda Alice Day June Pureell Orchestre de 100 excutants, Chœurs du Metropolitan Opra de N. Y. Ce qui prcde montre que : soin a (l apport dans le choix des Artistes se partageant les rles. Il ne taul donc pas manquer L'UNIQUE REPRSENTATION de celte sensa'ionnelle Oprette qui dlectera les spectateur Hatiens comme elle a fait ie charme de tous les Publics auxquels elle a t prsent. Entre : 2, 3, 4. VENDREDI Le grand film lrarssis L'Espionne aux Yeux Noirs (SUITE ) avec Maria Dalburiu et Jt-an Toulout It le bi"ui film : Le Fils de la Nuit Or W. Lemke ut |) irtir pour l'Europe la ho de celle Bernaioe, inloi me sa bienveillante clienU le qu'il est reprsent pendantson ab ence par le Doc* r \. Waag, Avenue II. A sou retour vers lin Septembre, il reprendra aussitt st s consult : %  ons ainsi que ses travaui de Laboratoire,de Radiographie et d'Electrotherapie. (SUIT2) Entre i 0,50; Kalcci : l,uf. I LA FETE Demain est la Fte-Dieu sera ( lbre p ir de c. M monies religieoA M | t I ( uns du matin, la pri ici ion | art ira de la Cathdrale e parcourra les Vie Sportive Ce que sera le match RacingViolette., M. Germain Mitlon, ancien capitaine de la Violette 1923-27, aujourd'hui Manager du Club, est un bel chantillon de l'espi il sportif. Sa volont de 1er valut son club chri l'clatante victoire de 1926. Depuis, si voix, tantt comme Prsident, tantt comme Secrtaire ou Manager, se l'ait entendre toutes les lois qu'il s'agit de la vitalit de la violette* Bien qu'amoureux lou de son club, il ne diminuera point par des propos de balle la valeur de l'adversaire. Que penses-tu, mon cher Tison, du rsultat du match de jeudi ? Rponse : je ne veux %  „tfif;:a o 11 %  %  i 'Etal, I < IOU, du Peuple et Bonne Foi. il y aura Dois reposons: au Magasin de Mme Flix Lave 1 uei, la l'ancienne e' I'Ex'CMiai Ste R 'Se de Lima. La grand'uaesse sera chan • et tec aprs la processii n. acrimonie, ; ai su en mme temps par ma droiture et mon amour pour le peuple acqurii eteouserver jusqu' [urd'hui l'estime et ladmirati n de lu S rande population de l'Art! onite que je reprsente prsent dans la Maison Na tionale. Je nai jamais manifest mon nationalisme par des mots, comme bien d'autres, mais seulement par des taits. Toutes les ress mues recueillies luiit dans I i proiessiou laide d'une i ii lie ciicn tl de mdecin i| ie dans la (onction occupe durant dix annes comme \. I il e n'ont pis suffi pour me lettri de soulager m< n gr la misre du peuple. C'est ainsi que |e m bonon de possder dans ma vaste Selon iusl n I ns de Son Excellence Mgr l'Archevque, lues au prne dimanche, les fidles ne devront pas se trouver aprs /<' dais, d orant le parcours de la procession. t'eux qui enfreindront cet ordreseront dclars avoir coin mis un œtt de superstition. A VI NDRE M i salle manger. Vais i Ai iules divers. S'a Iressi Dr COOK Turgeau Phene ; Me. 73-2, > I II IH— 'w • % %  cela iriserait le partisanisme ; ensuite, dire ce (pie je pense du rsultat de ce match, aurait pour effet de dmasquer notre %  batterie l'avantage le l'advtrsaire, qui, intelligent. rectifierait sa position et se hterait de combler le vide qu'il ne souponne avon dans son camp. Encore me faudrait-il divulguer le secret de notre rsistance. Voyez-vous le tort que cela causerait ? Pour conclure, je dirai : quoiqu'en disent les partisans dans leur hte descompter une victoire incertaine, il y a dans l'un et l'autre camps, des lments qui peuvent se comparer. D'ailleurs ils le savent bien. Mais que voulez-vous ? l'on doit se promettre, avant la bataille, des prouesses fantastiques qui, comme des bulles de savon, disparatront au moindre souille de la ralit. En tout cas, le Racing et la Violette ont intrt ne pas se laisser intimider par des propos asportils . l'niTo RGNIER Entre une course de 400 mtres et quelques exercices du jeu de lte, le torse nu,tout e corps en sueur. Notre \si s'entiaine fivreusement en vue du match de demain Que pcnsrz-vous, Pbito, du rsultat du match Racing Vie* fri/ie, ('es lime que ce n'est point Isatioa erontsenbit'd ont vous tes le prial heure pour des n a lo listes, tir, o vous, dans un dlai souffrez que je dise com-lde quatre annes 'prs leui me nous,— de jouer avec les n h e en en i ution ? mots, quand il s'agil de son\ Pour terni ICI. j'ai Phonger plutt, je le repi a rincur de formuler iette d( lamdier/c plus promplemenl (ration : Le snateur Latortue possible aux souflrances ] ne travaille p A mouvoir lamer le \ ramme d'un f !abi ; i !i N ivez voua %  p s su dans votre ditorial en question eu prsenter rgion une popularit digne pour lui avec comptence un d'envie. ;des plus Favorables et des pins Quant la question de duc 'prcis, da si des ri i leros ? Awc le sourire r Est-ce un membre d i I Sans avoir endoss aucunelles bancs du Ch mu de Mais, Corps lgislatif qu'il appartient (casaque de nationaliste qui! il y a aussi mou opinion de prsenter dt s pi r jets com>'pourrait plus tard se changer'personnelle qui est celle-ci: portant dis ntsuits arDli' < n un maiPeau de Nessus, il Nous devons vaincre la Vi ciel les, des emprunts, de ] ne porte dans sa carapace que. le tter; cette victoire nous est pour ion I ncessaire. Plus l'ad\ersaiie K'-nds travaux publi on devoment • ; our quiper le pays econo-'peuple. [dploiera Je zle, de tech M-iuuemerti, j ai la i de servir, | nique, pour enrayer notre n'a-l-il pas seul i on le besoin de plaire. < attaque , plus nous POU nous efforcerons de ment i hommea d na h s 10 du h il ra 'i e i Nous souiiuiib et peun l'initiative ('es projeta o enfeuilles me faire le plaisir l-rnl les fi: ances ? (de oublier le d. s N'est-ce pas 1' n ro f OH'II I ,, V rci de lun ires > \ w l'aider nous Irin ? Est ce iu un mal que I tmj Snateur LATORTUE, ge e notre ebarm Phito, en roi soi.' t I ralisation de sa grande esprance. MA"C BONCY. Prsident du iHacingi, Le match \ iolel e Racing. Q ol en sera le rsultai? ...Telle est 'a question que vous m'avez pose et laquelle mon cher llrard, je m'efforce de rpondre, bien que je sois membrede l'un de ces clubs: le Racing, et admir leur de l'autre la Vi lette Tout d'al) rd, je dois vous dire que le Racing i va se trouver aux prises avec un adversaire redoutable. Les uipiersde la V'olettesont de jeunes hommes convaincus expriments, qui savent vouloir, tels que Chenet, les Ores Audant, etc. Leur jeu n est pas aussi brillant que c lui des qnipiers du Haci g, mais il est plus dur, plus fougueux. On reproche au Racing la I b lesse de sa lign** d" dfense ? On se trompe : nous n'avons reu qu'un seul b it au cours des matebes que nous avons disputs et nou en avons m rqu 14 : ce qui piouve, !au.i coute-h ,1a sup riorit de nos avants. La Vio letle, on le reconnat, a une bonne dfense, p > vaut offrir une grande rsi hince. Mais, je crois que le faillira devant les attaque trop lptesde nos avants. Va couvi Uon est que le Rannj{ aura la victoire. parce qu'il est en belle torme,grce au dvouement et la science de sou manager Lucien Rgnier. Cependant, la victoire ue lui sera pas facile,comme certains pa sms trop sur( li infles le i ns n|. Mon vœ i esl de voir dis puter ce match courtoisement, j'estime que les deux Clubs le comprendront aussi. aux VVAUTnES INGRDIENTS J -' peuvent lre parla ils — mais une poudre d'lvation infrieure peu' ^ter un flteau. Soyezen sr.— Km pi oyez ROYAL EIAKI.XG POWDEB TE Ciii-Varils DEMAIN SOIR Un avan'age qu'apprcient tous les amateurs de HW'n en ffaiti — c'est d!,- sur de la valeur d'un ftp ct8cie avant <' % %  dbourse'. Tous ceux q ii se trouvaient C'u-Vari , dimanche, ntli. rissent pas d' oges Mir b beaut exceptionnelle de la lxueo* et passionnant si p rp>oduct'on rn 12 par ies et en coulpnrsLa CHANSON du GITANE 2 et 3 guides. Marc RuN'Y Prsident du Racing Racing lubt. Vital, Beauvoir, Biker. "i"** le 'a Violette Fquiue d But : Espe* Arrires: St Port To (cap) Demis : Nico'as Amii < is, Bayard. Avants : Cham iagu Rgine E llu : S nitli r in s. Cli oie',— Berrouelte '> ni. \. \udi il'cap.1 Ge. A idunt. \1. S.v ain tvanta : A t Eio. Verni W dley, Jn L uis. F. H. BON PLACEMENT TOUS C'est celui que vous ferez en utilisant le SILEXORE. PEINTURE PTRIFIANTE, pour la dcoration, l'entretien ou It ravalement de votre petite maison. Vous en doublerez ainsi la valeur car le SILEXORE prolonge la dure des lu'il durcit et impermabilise. Peinture par excellence, par son prii et les i son emploi, le SILEXORE se lait en 75 ans de succs en garantissent les qualits incomparables. RENSEIGNEMENTS FRANCO SUR DEMANDE 64 nuance panf ^uccei PEINTURE, PETRIFIANT ET5I£ L.VAN MALDEREN 8.BUE FGOCHOT PARIS 92 CONSERVEZ VOTRE PE\U TOUJOURS DOUCE .. DLICATEMENT PARFUME AVEC LE SAVON DE TOI RTTE LUX SA\ ON DE TOI i FTTi OiUCATBIflNT FARPOMt I MOHR k LAURIN, P. O. BOX VI. — Distribueturs RueRoux et du Centra, Port-au-Prince. ma l*WfBl mmm w& & 8TmmmmMi Toptpi io Polic 0 '^ OE LA %  %  SU mmwmmmm • ]comprennent la Protection contrela S Foudre sans aucimentation de tauxf | VIIQ.LP BmsM* ma Aqents Gnraux | •$-gl



PAGE 1

LT M'TI\ 25 Mai 1932 P •. it -1 Khum Ihrkaucoiirt Dont la raSMuarae esi universelle a gard sa premire place Ueuuudei partout : UN BARBANCOURT Dept : Rue Csar. RICHARD PETEHS, ffo/x ltth4t DEHAIW, V 1217. U SEULE BOULANGERIE EUROPEENNE EN HATI. SPCIALITS DE PAINS POUR SANDWICH. PAINS FLUTE El PAINS MOULES, PAI"S NOIRS, PAINS COIPLETS. EU, PATISSERIE FINE, PATES, VOL-AUVENT. TOURTES SOINS ET PROPTITUBE. Tlphone: N 2069. La maison na vas de succursale. La farine BATBAS §sl /brioue pour les boulangers senss. Elle cote quelques centimes seulement plus chre que les autres marques, mais le lendement quelle ^ donne es/san pareil. Avez-vous dj travaill Bat'Bas ? Eh bien passez chez les commerants suivants : EQ.ESTVE C te r """""""^ / JEAN ASSAD UEIATTEISM* P. BAUOIN BLACK WF.LL MII.LING ELEVATOR CO. Kun-ii. ( ilj. Me. ED. BEI A.B0L1E Achetez-la avec confiance Travaillez-la avec orgueil Sauvez %  vos livres i SaLVM vos livres ri collections eu iaauvais tat tn les confiant aj relieur consciencieux, honule et habile ETIBNNE CAMILLE, R u e lionne Foi Soire musicale! Contre ia crise A Varits Si vous avez besoin de lits n fer, de lits de camp avec tous accessoire s,matelas et oreillers, allez chez ST JULIEN SANON 113, Rue Iraversire, prs d'Eslve & Cie. eu TOUS serez servi souhait. Mme ( armeu-Brouaid Magloire, la talentueuse pianiste, el ses lves, oll-iront, le 4 juin prochain, au Cercle Belle vue, une so'rc musicale au profit des œuvres de l'Associa*iou Nationale des Intirmires Hatiennes diplmes. C'est un rrgal que tous les amateurs de botinc.de grande et de fine musique ne voudront point manquer. Et poi le but que se propose la charmante] organisatrice de cette soire est un motit de plus piur qu'on y aille PHI grand nombre. Nos gracieuses petites infirmires on! droit la sympatbie encourageante de tous. •*#* 'Or* lEPpr Au Sfr uniSu ipfclUi d* Ch*m I fond* i a l'Huile de Foie de Morue Agrable au got et facilement Icif des armes russw pour lutter contre | a crise dfilant sur des montagnes de conomique acuelle. g | ace e t leurs chefs, des Le prsident, parlant aux reprsentants de la presse, n nflirm que la p emire < h 1*1 a faire, dans une srie de coi leienccs, tait d'tablir l'unite d'action pour rtablir la confiance. Le gouvernement, dit-il, s'occupera trs activement de celle situation jusqu' ca que le budget soit quilibr. Les moyens proposs, continue M. Iloover, ne constituent pas une charge pour le contribuable mais une mobilisation temporaire du ca pilai timide I. M. Hoover termine en disant qu'il n'a aucun got pour ces mesures d'urgeiia mais que nous combattons les cons'queuces conomi ques . Il emploiera ces mesures pour su monter la crainte mjus ide concern i i l'avenir des Etats-Unis. gauta dent de la Rpublique nom rouoncer le discours officiel a la Ple du Drapeau a I'ATeabsie. M Sbiller Nicolas, direr. leur technique du service na lional de la production agricole, n'est pas partisan de l'irrigation de nos plaines. J 'ant-il laisser toules ces terres ;.,„„ii;. A. %  • ) s Avis important Monsieur nous pi n'es judiciaires le point Lou i s Garoute d'annoncer qu'il l'auU m di note) iumori> l iqnes qu 11 paraissent d us le Nouvel liste Modei nia . Ses ai licli v d'ail le in. s sont ton jours signs ou portent srs initiales !.. ( ; presque, tonnent le s, ectateur. L des danses excutes par de jolies danseuses, aux corps sveltes, lUX minois cbar.iiants. rnliu, Laurence Tibbet, le baryton populaire, qui tint l'a"ssis lance sous le charme de sa voix harmonieuse. La (Juin., son du (titane est un film qu'il fuit voir. CREATION DE LA CROIX-ROUGE HATIENNE, A CINE-VARIETES, DIMANCHE 23 MAI A10 HEURES i A vendre Petit lit eu mtal et mate las. Petit piano pour enfant. Voituretle poupe. Valise. Dodine pour enfant. Sparkj plugs, usteusils de campe ment (tente et lit ), trs indispensables aux chasseurs eu ceux qui veulent aller passer une ou drux journes la campagne. S'adresser i : Paul C. TOUSSAINT Au Quarlier-Cinral de la Hrigade des Marines, Champ de Mars ; ou tlphoner Marine Corps 120. incultives? — Ou signale que de nom breux Dominicains, ixilsjdu Gai Trujillo, ont tabli des halles dans les rgions de Hinche el de Massade. C'est a rgion frontire, (aie aux •nficults dans l'avenir I... On croit que, cette semaine, la Commission de rvision (constitutionnelle, dont les rapporteurs sont le snateur Zphirin et le dput Chtelain, dposera son rapport sur le bureau de l'assemble nationale. — Mr. Lger. Secrtaire d'Etat des Relations Extrieure, ne se prsentera pas ce matin la Chambre pour rpondre aux questions du dput Lopold Thomas. Il attend des renseignements complmentaires. — Le dput tie % 0000 dollars qi doit rembourse l'Etat. — Dans une lettre adresse aux Dputs et Snateurs, le Conseil Communal de Si Louis du Sud demande que des mesures soient prises par les Pouvoirs publics en vue d'amliorer ltal so< ial de la masse paysanne. Cette manifestation d'un corps ofliciel et lectif ne manque pas d'intrt, — Le contrat Barker a donn lieu une intressante controverse la Chambre : travaux de laboratoire OC extension des cultures cotonnires? De quoi faut-il charger l'expert? C'est la dernire thse qu' soutenue le dput J qui sera l'œuvre de In Nstion Dehoux, un connaisseur en j'oui entire el des htrangers la matire. qui vivent parmi nous. — Dimanche prochain. 29 j L'Assemble nommera un mai, sera le jour des Mres. ( onsei1 l'Administration,charg c bonheur de leur porteront Invitation. Monsieur le Prsidant de la Rpublique a form un Comit compos de Monsieur le Docleui Rull Lon, Dirt-cfror (i nral du Service National 'HvKioe ei ^'Assistance Publique, de Monsieur le Docteur H. Charmant, charg de l'Kiiseign< ment t de la Propagande d'Hyg nedana les coles t dans le peuple el <'e Monsieur William F. Blo, ancien Prsident -te h Section Hatienne de la Croix Itouge Amricaine*, HQI lins ri nranniseruneCioi: -Knugi Baitienna, La Comit, apis avoir (ait une certaine prop-ignde dana la presse el dons les rohs par la publication de deux bulletins i| i ciaux pi ur expliquer Ifs huis hautement humanitaires et ducatifs del Croix-Houge, inoilt les Reprsentants (fes itierses classes de la Socit, ainsi nue les Corrs constitus, les diflrenls Clergs reconnus, la Mission Scientifique Amricaine, la Presse, les Associations Religieuses, civiques, patriotiques, humanitaire--, sportives, ele les dlgations d'coliers, les matres e matresses d'cole, les Colonies trangres, les aulonls mililairea,tc.,8 nue Runion Solennelle qui aura lieu Cin* Varits le jour des Mres, la dimanche 2'J Mai courant, 10 heures du malin, afin de proclamer la cration de la CroixRouge Hatienne ti de signer l'acte conslitutil de cette Socit Dehoux a soulev la Chambie une trs CeU qui ont intressante question relative { possder la des avances faites la Ban-, la boutonnire une ILur que Nationale pour une en isj rouge ; ceux qui ne I ont plus suiv ril la P rumon e sum de billets provisoires en I une Heur blanche. Honorons Sign: 1914. C'est uue somme de I la mre, vivante ou morte. Le Comit dOrganisation. de raliser les buts de la Socit. Une sance de pt.o'ographie snrle perron de Cin Varits Insurance Co Une desl plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG.UBOSStt;& Co Aoents Gnraux mm '•9 LE FAIT EST INCONTESTABLE il li uni Sat'fhe C'est la quintessence des meilleure* ^varits de cannes d'un vaste lei rifoire runissant les meilleurs terroirs, C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ %  pam



PAGE 1

Mercredi 25 Mai 1932 Le Malin ASSUREZ-VOUS la (encrai Accident Fire & Life Assurance Corporation Ltd de Perth ( Scotland ) Car la GENE i> AL est une des plus puissantes et des plu* rasles oraanlsaUaa de ce enrt. Le soie uc se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse le monde ses Police! contre inceuiie couvrent aussi les dgts occasionns par la louera Ses Police* po r Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommage* caus autrui dans ta personne ou dans ses biens. Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables eu Ha'i. Ses Polices contre accidents sont valables dans l'uni vers entier. Tous les TOVflurs devraient dne prendre la prcaution de se munir d'une police contre accident* d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de; \/2 •/. soit '20 dollar* L\ G Veuve F. BERMINGHAM, AuxCavcs 4 PA 8 Voulez-vous Russir dans vos tudes o taira rr. c sirvosenlantF.gr e une mthode d'enseignene-.t classique exrcl'ente? VOULEZ VOUS Une protession aprs G 9 mo ; s d'tudes srieuses (St j no-Dactylo, Langues vivante Comptabilit) Songes que l'Institut TI i PENI1AUER se recommande et 'impose votie attention par les brillant* rsultats dj --obtenus. l'37K"e Lamarre. Tli phone 2831. *> me ANNEE *• Wf fsrt-au l'une* Tlphone : 7M SOUSAf.ENTS Agent Gnral pour Haitl. Port-au-Prince. 1G. GILGJEAN BLANCHETJrnv't S9AVIS AU COMMERCE La Panama.Hailroad Stea mshfp Line a l'avantage d'an Cicmcer les dparts suivai ts de New York pour port au prince liaiti directement chaque mardi. Tous les steamers sont pourvus de chambre liiroii'ioue Bittrtsdchcw \orh. Arrivages Po i nu-rrinee. Stetsner rCrislobal le 24 mai le S/S "Bueaa venlura" le lerjuin 1932 S s "Ancon" le 7 juin Siiiaaer "Guayiquil" le M | Q |al932 Steamer. "Ci istoballe 21 j, j., 1032 "" SlMBier '•Buenaventura" le 28 juin le 4 juillet S'eanicr "Aneon" le 6 juillet 1932 le 11 iuillel Steamer "GuayaqmT le 12 jmllety file la" juillet Panama Railroad Steampshp Lins Jas H. C.VAN REED agent Gnral s-sc 29 mai 1932 '1 juin 1032 e 12 juin 1932 20 juin 1 ( .:52 2ti juin 1932 132 1932 1932 (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone N* 2321 Le vaprur Bogota V v. 101, partira de New-York le 23 cri., directement pour Port-au-Prince. s %  Le vai e? Martinique 1 Voy i ; S parnra de New-York' le 27 courant, pour tous les poits hatiens. William E. BLEO, ,m> mr% m -• • !*•• %  • rf- ^boratoire SJOURN DIRBGTVB8 F. SHJOURN, Pharmacien R. SJOURNE, Pharmacien le l'Universit de Paris M. SJOURNA, Pharmacien de l'universit de Paris,aiciea interne les Hpitaux de Taris Analyses des Urines, du sic gastrique, da sang ( Wfttsern aan. Ure, tknstante d'Ainbard, Glycmie,). irbs'.s. Des matires leales. Foie Intes LA LAITERIE BAILEY Livraison propre, hygia que, en bouteille hermtiquement cachetes, l'abri de toute talsiflcation. Transport lait en rlrifra leurs roues. 1313, Grand'Rua, Port-auPrince. Ln.di Mardi Mtrrredi DE TROIS NUANCES PLUS BLANCHES On Reconnat Toujours Une "Bouche Bactrienne" SI voa dents vous sont un souci perptiii'l. essayes la Kolynos. En a jours quelle heureuse surprise de voir l'clat, la blancheur rosplciulirisante dont vos dents sont susceptibles. Ce qui rend les dents laides, Jauntres, Haltes ce sont les microbes de la bouche. I es sa\anis disent: "La bouche est bac'rienne." Faites disparatre cette condition et les dnis reprennent toute "eur blancheur. les dentifrices ordinaires y sont impuissants. Mal* la kolynos se charge de tuer ces microbes. ,,, LA CRME DENTIFRICE Antiseptique KOLYNOS, MAUX DE DENTS flAfffs Suppression Instantane, radicale et d.nnltl, %  • %  ~ !" •_ -. n^mam Suppression instantane, radical* el d.Bnltln. „ i M RHO* dm UtittSt l-amplcl simpleet mclle riu IAUME TUI-MUr lukE Vm r*lmfTnttantanmnt la daiiltur, enraye la cnrle, assure la conservation M dilT' a*„„ boite contient le ncessaire pour I obturationi et le pansement des te* k, 8e •! le /eiime Tn-S'rf Mlrija lie le n-rf dentaire deflnitlvtmaaL fciajjj TBAUME TUE-NERLM IRISA Dvt Port-au-r rtaee t Phai macie UL'CA. N'OUBLIEZ PAS OE FIE UN PETIT Tl TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionvillc 1 loi pieds d'aliUade. L'tablissement le plus tisudti H virons de Porl ar -Prince. Seulement 15 minutes d'auto sur uue eicellenl* raid spbalte Vues m< rveiileuses de la ville et Ju j.oit. Boissons de toutes espces. DINERS GOUTERS SANDWICHS Vrrangements paiticulirr* pour les pensions de juir Ji eiaain* ou de mois. Idal l.l.i.m ALIX ROY 30 annes de succs. Fleurs! Fleur! #a trouvera chee Melle Ti* t'ne / Ugl slir, Bas l'eu le chose, do> fleurs, couronnes, corbeilles de fleurs naturelles etc. bon march. A vendre lo Pigeons romains de race pure, issus de premiers prix de I exposition d'Aviculture de Paris. Couleurs: Bleu, Fauve, Noir, Rouge, Chamois. 2o Lapins Gants de* Flandres el Chinchillas de races pures, mme origine. S'adresser Mr Paul Castera, •11 face de l'Eglise Si-Grard. CE.QUI N'A JAMAIS T FMI CE OUI NE PEUT ETRE DPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditious rigourcu** D'ASEPSIE Prparation el Veule fiARUAciE F. SEJOURNE Angle des rues houx et du Centre. ^ *• ^** in El FONCEZ-VOUS BIEN CECI DANS LA TETE r ur (ii.-iMor rscllftmtnt n'impono quel nent, pour viter la lourdeur, l'opl> ittlon iprcs les rop.iB. nciii r.iliser l'aci%  itomamis, iup] rimei IM migraine d 11 BIII mauTal lions, dtln* 11 l'inteitin, il auf It de prend*' •'•> fOUORt-S DE CC JK „ Jot POl iFirS Df COCH. uEUMO.I'l (F .. 1 %  GastrV.cc. Entrlt'.Ai %  ; %  •< %  Brlures Vont jnts Indlft Ua'j • La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne 11 Lykes Brothers SS C* Inc Txa Haitl — Sanio lomingoPorto Rico Le seul service 1 bdomadaira ot lfjulic! A passagers el fit entre les poils du Golle du Texas directemeol avec Port-au-Prince, H. Pour la rception rapide et le maniement habile de vos importations, lervez vous touj< ur* des navire* de 1* LYKE UNE. Les prochaines .1: rives a Port-au-Prince sont • Steamer Margaret Lykesa 27 mal 1932 Steamer Ru 1I1 Lyke*j l\ juin 192 Wnreau: Hue du M.i;;isin de TErai, Noite lostaleK HENRY STARK PUE OU QUAI. fN FACE OE LA GARE Loteria Nationale d'Hati 416 Rua Bonne.Toi, Phona : 335§ La Loterie Nationaled'Halti est une institatien hautement humanitaire par la multiplicit d'œuTres u'elle se propose a"aider, une chance de il** tre offerte aux homme de tout** condition de fortuit. Employs Fonctionnaire, Ouvriers, Artisan*. Salari** tons ordn*. Gna ri maison ( domotiques. ) aan para* 1 le>r budpe moy^ nantdeax goude*, peuvent gagner troii mille KanrHei Pa'rons de Commerce.Chefs dimJustie.pam aux iusuffl ances d% vente, par l'achat d'un billet, qui ?oW libre du Rond des irhe'Mnces* Mdecins Avocats. Ingnieur Snateurs, Dput, Gr** •igaitaires de l'Etat,Repr*entants de lintellectualit, Jar nalistes. Donne l'exemple de votre sa idaril goeiaic. Rentier*, capitalistes, tomme en jouant, augmente* % •!• *Ycir. Voua tons a,ui kabiteaHaitl, rend^e-Iui service e • %  • tel le sillet del LOTERIE NATIONALE D'HATI. •** JK••


PAGE 1

Clment Magloire 1358. RUE AMERICAINE 1358 TELEPHONE N*2242 Ce que nous ne savons point nous nuit moins que ce que nous croyons savoir. J J KOISS il •26 me ANNEE N 7679 PORT-AU TRINCE (HATI) MERCREDI 25 MAI 1n ne pourquoi. ment, que des individus se disent adversaires du Gouvernement. En vrit.que Monsieur Slnio Vincent, cet esprit si affranchi, puisse croire sincrement que son Gouvernement na pas d'adversaires, est-il plus clatante dmonstration de la proposition nonce au dbut de cet article ? Ce n'est pas l'homme averti et perspicace qui quarante annes a critiqu d dnonc nos lares, nos faiblesses, nos ridicules, qui s'exprime ainsi, mais le personnage nouveau qu'est aujourd'hui, c'est--dire le Chef de l'Stal, celui dont la mentalit, l'inconscient sont pareils ceux rie ces prdcesseurs, et qui ne pouvaient pus comprendre que ser un gouvernement, sans que le Prsident ne soit, en aucune/ faon, atteint. Il le sait par intelligence. Mais agit comme ses > dcesseurs uve leur menlait, leur inconscient qui les faisaient agir comme s'ils taient tout, leurs minisires rien.si bien qu'attaquer ceux-ci c'tait, par dessus ces riens, les attaquer eux qui taient tout.Force terriJeiid heures geuce la p lie. Il y a pis. Une telle conception ne tient rien moins qu' tablir la plus terrible dictature qui ait jamais exist.Si, en effet, demander un changement de ministre, c'est demander de changer de gouvernement, ( le mot gouvernement pris ici non pas comme Conseil des Secrtaires d'Etat, mais aussi y compris le Prsident de la Rpublique, puisque attaquer un ministre c'est attaquer le Prsident, ul donc demander le changement de l'un c'est demander le changement del'aulre),la moindre critique contre le ministre tendant son remplacement aboutit un crime contre la sret intrieure de l'Elat.et passible... de mort tout simplement, le Code Pnal punissant de mort l'attentat dont HAITIANA prsente NUITS VIENNOISES I i .K<•-. % ..' eo I loi jours c( que' e jtiponnifr, nonohsimi la cinm lileux des .io".! on se souNuits d'amour el tir (tes, sois le charme rythmes Viennois que l'on cout avec extase e vient avec ivresse. Musique divine, eliunsons d'amour, tout t la lis cette oprelle entirement en couleurs naturelles est un char,ne no ir les veux un ravissement pour les oreilles, muexaltation pour l'me." Nuits Viennoises, Nuits de Vienne, lu cit qui insoira le BEAU DANUBE BLEU, la ville pu l'amour est cSmi capiteux, riche, enivrant. Nuits Viennoises, l'opre un Ile qui charmera le cœ ir et dont vous vous souviendrez drau d ^ Hati eus des sema m Entre : '2, ',\ et 4 gourdes. Elle •as plus, bile n'indique pas celui-ci. Nous sommes en ces mesures que rclame une p? .prsidentiel.Rgime de ln[aisie.d'inconlrle el d'irresponnbilit. loul le inonde ne lut heureux l e but sera dt changer le Goude les voir au pinacle. Pour | vernement. s'en tenir au Chef actuel, pense l-il que les vaincus de nos jours, vaincus dans les conditions spciales de celte lutte, le considrent comme un grand libral? Pense-l-il que les malheureux qui crvent de laim ne consi drenl pas tort, — mais la faim est mauvaise conseillre,— que le devoir du Gouvernement serait d'essayer de porter remde leur misre, qui est la misre gnrale, non en vagues projets sur du papier, mais par des mesures effectives ? L'intelligence la plus avertie ne prvaut point contre la lorce de l'inconscient. Un autre exemple du vrai de cette proposition se trouve dans l'article sus-vis.On nous y prvient que toute attaque contre le ministre des aftaires trangres est considre comme dirige contre le Prsident de la Rpublique. Ce dernier sait pourtant que le Chef de l'Etat est au-dessus des discussions politiques et que c'est justement l'essence du rgime rpublicain que l'on peut attaquer, renter[ i i — Voici o nous amne le triomphe del'inconscient sur l'intelligence. LA git le mal le plus prof-nu le plus prornul social. Puisque de noire corps social, ruisqi tant que par une lente, lis len>rogression, nos esprits ne le se seront pas affranchis de cette gangue de notra pass aux traditions t ariennes, le progrs, le libralisme,la libert ne se seront que des mois vains, des mots, des mots en l'air, comme disait Nix. On pourrait broder sur le thme el sur les deux considrations ci-dessus en de longs dveloppements. La place manque. El le temps. Il tait pourtant ncessaire de signaler le danger afin que, si possible, un efiort soit tent pour s'en dgager l'avenir. Car jouer aux civiliss, c'est bien. Mais en soi essayer de tuer le primitif, c'est mieux. Il faut que l'intelligence en nous prime dsormais l'inconscient. politique de redressement financier cl conomique.* Sans doute elles sont encore la phase prconceptionnelle. Cela peut durer quelque temps. Du temps perdu. Les prdcesseurs des Secrtaires d'Etal actuels nous ont pris douze mois. Combien en pren dront ceux-ci? Il laudrail connatre, n'en dplaise M. Krnizan qui est contre les dclarations ministrielles (ce secrtaire d'Etui n'est pas dans l'espi I nouveau), les vues du cabinet qui assume le responsabilit des affaire. Il laudrail en tout cas que les Chambres pussent demander compte un cabinet de ce qu'il fait, ou 1 (le ce qu'il ne fait pas. i La ministre disparu impuissant, ayant perdu la confiance publique, n'a pas l appel venir s'expliquer.Lea Chambres paurtaul sont en session depuis un mois et demi. Impuissantes leur tour. Voici un nouveau ministre. Sa composition ne 'aisse pas que d'inspirer quelHya Vingt cinq ans LF. MATIN, 95 Mai t907, SNAT Sance du 24 Mai Apri avoir sanctionn le procs-verbal de la sance du j 23 le Snat passa au vole de la loi sur la Banque Agricole qui a t admise avec les ma %  (li'iculions poilies /Kir h Chambre. Ensuite il y eut an p Ul incident entre k. Laraque, Se crlaire dElat des travaux Publics et les Snateurs Canal] belles dont il sa croyait ador. el Dauphin propos de l'avis '-'.• *-'" ; | ; — car ils t miparu dans les quotidiens, frap• "' sl,t ~ n u h'chtre astx i pant de la Une dne Gourde]" !" es '"" du lt,u l ur les propritaires de bassin. Le Secrtaire Vl It , "',M |)ol '~ P re J*je information, si le En marge de la dclaration ministrielle ique et technique. A la Chambre et au Snat, ce sentiment s'eut exprim en termes discrets,mais qui ne trompent pas. La prise de contact a l presque une preuve liminatoire... Mais le Parlement est lironfrre en question ne l'a-, vait accompagn decommen-j laires quelque peu tendancieux A cel gard, il C on-'| vient de dire —a — Quand M. Lescot, taisant Elle dit que le cabinet non figure de ministre principal, veau ne sait pas ce qu'il doit erne papier dedire parce que ne sachant pas ce qu il doit faire. El il y a une ut lu son larne pan Vaut le Snat glacial, il s'entendit dire par M. Lalortue ru'il n'avait pas apport une •doctrinede gouvernement. Ails un remarquable elort *ocal pour donner force et couleur au chtif morceau qui passe pour une dclaration ministrielle. Et M. Mars, Intervenant propos, souligna qu'on avait attendu vainement, une anne durant, les chose qui prouve cela : la hte de se prsenter devant le Parlement. Installs mardi, le lendemain mercredi, les Secrtaires d'Etat taient la Chambre. Vingt-quatre heures aprs. O est le temps pour un examen de la situation, changer des vues, fixer quelques points essenticls.se mettre d'accord sur les lignes propositons construclives du ; gnrales d'une politique, for (pie le Prsidji" Homo qui n'est pas eximit dans sou droit de co.itr' (> ( c WB pays peut v rveil. nir quand bon lui semble. Recdent cabinet. Le nou v *ttua-t-il quelque chose dans KM portefeuille? Le lendemain, la Cham}; r e, M. -Estim, au nom de •assemble, dclarait que le 'speech prononc devant Jk par le Secrtaire d'Elal llc l'Intrieur ne pouvait te"'r lieu d'une dclaration ministrielle. Autrement dit, ce %  fiait pas un programme de louvernemen t." Est-ce •''' a un? ,. A u fait, que dit la Boa? qu'il y delaraEll e ne .. dit rien. Si, pourI anl Me dit cjuele-ue chose. hulcr les directives qui le raient justement matire de la dclaration lire aux Chambres? Ainsi, du premier coup, saurait ce que veut le ce qu'il est venu ion cabinet, faire. Deux incidents de sance dnient le dlaut iondamci de notre systme. Au Snat, M. Mars, prenant la parole aprs la lecture de la dclaration, s'excusa de le faire, parce (pie ce n'est pas d'usage parlementairemenl ou conslitulionnellement... Oui et non. Sa dclaration, n'tant pas une proposition, n'est pas mise en dlibration. En ce sens, un dbat ne s'ouvre pas sur elie. Mais rien n'interdit d'interpeller le Cabinet sur sa dclaration. Si l'on na prlre simplement interpeller sur la politique gnrale. Mais il faut avoir le droit d'interpellation. A la Chambre, quand M. Estim remarqua si justement que le speech du minisire de l'Intrieur n'tait pas une dclamation ministrielle, et qu le Cabinet n'avait pas prsent un programme de gouvernement, M Kernizan, ministre des flnail. vi _|Son retour n'aura el ne pourrai ra avoir d'autre signification lu m 1re, O la civilisation bat son plein, ainsi qu'aux Etats-Unis d'Amrique, et qui a fait vraiment 'ionneur, lui aussi, |,i race hatienne. N or m il Charles est un h oui me universel ; partou u il passe il csl apprci des gens de haute socit, eau u de sa haute valeur au poin' de vue alistique. Je demande patriotiauenienl su Qouverni roenl de Mr Stoio Viucenl I <|iii sait apprcier les hommi s j de valeur ( I qui aime relle%  ment sa pairie, de venir en aide au grand artiste national par n'importe quel moyen. Il demande seulement de quoi vivre. N'est I pas aussi noire gloire nalioi aie pal so chefs-d'œuvre immor e's qui sont de vritables souvenirs pour Hati, noire chre Hati, (|ue nos aeux on conquis au prix des plus grands sacri fices ? J'espre que cette noie attirera l'allei l'on de DO re pic mier citoyen, Monsieui Slnio Vincent, qui tient enti • ses mains les destines de loul un peuple ei qui a pleine confiance en lui. Joseph F. PIERR-LOIIS' 23 Mai 1932 . VOll a I. s / jeune el er pour la um une rtuva a\latche pour passœur de sa luir. qu'on If lui dit, elle ouvre o i cœ ir deux ballanU, et ses bras quelques instants aprV. 1 1 i ne compte plus les amoj• us aspirant a lu main de *a le, que four a tour l'accueilson i-nie Urc a enchatns propre ihar. \la.i, moitalla roit que du feu et soa^e dii i preuclie le voile. • • q ie l'oriau Prince se ua u plus le paradl* que celle-ci : un Hatien qui rentre en Hati Rien dplus., srail simplement absur-J [ rO|30S •fi.-l l ( lf dollribuer un caractre j politique ce retour. Certes,] les amis de l'ancien chel de! ••. VOl 1 ul de p i(V > ch eus. Nonobstant liJtarcelm, on M VO t que ceb, lani les rues, oua les galciie-, boyanl au passant, et .••e COM"'" H I M Les. Celles, le (bien esl ;e meilleur ami dITiomme, nais j,i l'on ongu q: e noji ivona un million i plus de ce* scellent* amis, rpartis dans les campagnes et la villes Je Rpublique, et que chaqua loul eu eole annuellenienl trois ou quatre dollars ion propritaire, on reconnatra ivec nous, que celle belle au>P> i ne coule ntn moins que 3 I millions 115 de iMil.H.-, lOUS OU les .'!*;") jours, a la Rpubliqifr. Liuei re aux chiens, et, pour cela, trappous-les d'une taxe svre. Car on ne lsait. La dclaces, demanda au dput si ration, eourle el vague, effleure les ikux grands pro blmes de l'heure: libration nationale; redressement conomique et financier. • Ke chercher les moyens dame liorer la terrible crise.. Poursuivre... jusqu' la ralisation pleine el enlirc, l'œuvre de cabinet responsable ayant libration... Bile n'en dit' Jerit pour psrler au non ee lu reprociie s ndn ssui lui. Ci p.o ait jeu dniant. (Jui doil i poudre lorsque l'on r hum u Cabinet son programme V A vrai dire, lin ministre 11' ! pas plus qualifi pour rpc au nom de tous l< s aalree.C' a cun dans son ministre, I! 'y a pas un chel' responsable. • Etal seraient Heureux de le revoir, niais sans qu'ils aienl besoin de sa prsence el de sa haute personnalit pour on ne sail quelles rcs fins politiques. Les adversaires humides —o — imaginaidu La gnral Pershing < vous ronDaiaaei T c'tait le grand gnralissime rie la grande guerre ) vient, BTCC S:I haute autorit,

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07011
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, May 25, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07011

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
1358. RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N*2242
Ce que nous ne sa-
vons point nous nuit
moins que ce que nous
croyons savoir.
J J KOISS il
26 me ANNEE N 7679
PORT-AU TRINCE (HATI)
MERCREDI 25 MAI 1 ^MH^aMiMi
Intelligence et Inconscient
On a si souvenl rpte que
ces! devenu un truisme, que
jnlelliuence la plus avertie ne
prvaut pas contre la lorce -Je
[-inconscient. Deux petits faits
iennent rcemment de demon-
excellence de cette pro-
vie
Irer
position. On les tire du discours
,1e Jacmel et d'un article de
samedi dernier d'un grand quo-
ta.
ans le discours de Jacmel, ble de l'inconscieiu qui prvaut
isieur le Prsident de la R contre l'intelligence lu plus aver-
tonne, o
ajouta-t-il
suit
ngenu-
tidien.
I)
Monsie
publique s'tonne, >n ne
pourquoi.
ment, que des individus se
disent adversaires du Gouver-
nement. En vrit.que Monsieur
Slnio Vincent, cet esprit si af-
franchi, puisse croire sincre-
ment que son Gouvernement
na pas d'adversaires, est-il plus
clatante dmonstration de la
proposition nonce au dbut
de cet article ? Ce n'est pas
l'homme averti et perspicace
qui quarante annes a critiqu
d dnonc nos lares, nos fai-
blesses, nos ridicules, qui s'ex-
prime ainsi, mais le person-
nage nouveau qu'est aujour-
d'hui, c'est--dire le Chef de
l'Stal, celui dont la mentalit,
l'inconscient sont pareils ceux
rie ces prdcesseurs, et qui ne
pouvaient pus comprendre que
ser un gouvernement, sans que !
le Prsident ne soit, en aucune/
faon, atteint. Il le sait par in-
telligence. Mais agit comme ses
> dcesseurs uve leur menla-
it, leur inconscient qui les fai-
saient agir comme s'ils taient
tout, leurs minisires rien.si bien
qu'attaquer ceux-ci c'tait, par
dessus ces riens, les attaquer
eux qui taient tout.Force terri-
Jeiid
heures
geuce la p
lie.
Il y a pis. Une telle concep-
tion ne tient rien moins qu'
tablir la plus terrible dictature
qui ait jamais exist.Si, en effet,
demander un changement de
ministre, c'est demander de
changer de gouvernement, ( le
mot gouvernement pris ici non
pas comme Conseil des Secrtai-
res d'Etat, mais aussi y compris
le Prsident de la Rpublique,
puisque attaquer un ministre
c'est attaquer le Prsident, ul
donc demander le changement
de l'un c'est demander le change-
ment del'aulre),la moindre criti-
que contre le ministre tendant
son remplacement aboutit un
crime contre la sret intrieu-
re de l'Elat.et passible... de mort
tout simplement, le Code Pnal
punissant de mort l'attentat dont

HAITIANA prsente
NUITS VIENNOISES
I
i
.K-
<-.?
..' eo I loi jours c( que' e
jtiponnifr, nonohsimi la cin-
m lileux des
.io".! on se sou-
Nuits d'amour el tir (tes, sois le charme
rythmes Viennois que l'on cout avec extase e
vient avec ivresse.
Musique divine, eliunsons d'amour, tout t la lis cette oprelle
entirement en couleurs naturelles est un char,ne no ir les veux
un ravissement pour les oreilles, mu- exaltation pour l'me."
Nuits Viennoises, Nuits de Vienne, lu cit qui insoira le
BEAU DANUBE BLEU, la ville pu l'amour est cSmi
capiteux, riche, enivrant.
Nuits Viennoises, l'opre
un
Ile qui charmera le c ir
et dont vous vous souviendrez drau
d ^
Hati
eus
des sema m
Entre : '2, ',\ et 4 gourdes.
Elle
as plus, bile n'indique pas celui-ci. Nous sommes en
ces mesures que rclame une p? .prsidentiel.Rgime de ln-
[aisie.d'inconlrle el d'irrespon-
nbilit.
loul le inonde ne lut heureux'le but sera dt changer le Gou-
de les voir au pinacle. Pour | vernement.
s'en tenir au Chef actuel, pense
l-il que les vaincus de nos jours,
vaincus dans les conditions
spciales de celte lutte, le consi-
drent comme un grand libral?
Pense-l-il que les malheureux
qui crvent de laim ne consi
drenl pas tort, mais la
faim est mauvaise conseillre,
que le devoir du Gouvernement
serait d'essayer de porter re-
mde leur misre, qui est la
misre gnrale, non en vagues
projets sur du papier, mais par
des mesures effectives ?
L'intelligence la plus avertie
ne prvaut point contre la lorce
de l'inconscient.
Un autre exemple du vrai de
cette proposition se trouve dans
l'article sus-vis.On nous y pr-
vient que toute attaque contre
le ministre des aftaires tran-
gres est considre comme di-
rige contre le Prsident de la
Rpublique. Ce dernier sait
pourtant que le Chef de l'Etat
est au-dessus des discussions
politiques et que c'est justement
l'essence du rgime rpublicain
que l'on peut attaquer, renter-
[______ i i
Voici o nous amne le tri-
omphe de- l'inconscient sur l'in-
telligence.
LA git le mal le plus prof-nu
le plus prornul
social. Puisque
de noire corps social, ruisqi
tant que par une lente, lis len-
>rogression, nos esprits ne
le
se seront pas affranchis de cette
gangue de notra pass aux tra-
ditions t ariennes, le progrs,
le libralisme,la libert ne se se-
ront que des mois vains, des
mots, des mots en l'air, comme
disait Nix.
On pourrait broder sur le
thme el sur les deux consid-
rations ci-dessus en de longs
dveloppements. La place man-
que. El le temps. Il tait pour-
tant ncessaire de signaler le
danger afin que, si possible, un
efiort soit tent pour s'en dga-
ger l'avenir.
Car jouer aux civiliss, c'est
bien.
Mais en soi essayer de tuer
le primitif, c'est mieux.
Il faut que l'intelligence en
nous prime dsormais l'incons-
cient.
politique de redressement fi-
nancier cl conomique.* Sans
doute elles sont encore la
phase prconceptionnelle. Ce-
la peut durer quelque temps.
Du temps perdu. Les prd-
cesseurs des Secrtaires d'E-
tal actuels nous ont pris dou-
ze mois. Combien en pren
dront ceux-ci? .
Il laudrail connatre, n'en
dplaise M. Krnizan qui
est contre les dclarations
ministrielles (ce secrtaire
d'Etui n'est pas dans l'espi I
nouveau), les vues du cabi-
net qui assume le responsa-
bilit des affaire. Il laudrail
en tout cas que les Chambres
pussent demander compte
un cabinet de ce qu'il fait, ou 1
(le ce qu'il ne fait pas. i
La ministre disparu impuis-
sant, ayant perdu la confiance
publique, n'a pas l appel
venir s'expliquer.Lea Chambres
paurtaul sont en session depuis
un mois et demi. Impuissantes
leur tour. Voici un nouveau
ministre. Sa composition ne
'aisse pas que d'inspirer quel-
Hya
Vingt cinq ans
Lf. Matin, 95 Mai t907,
SNAT
Sance du 24 Mai
Apri avoir sanctionn le
procs-verbal de la sance du
j 23 le Snat passa au vole de
' la loi sur la Banque Agricole
, qui a t admise avec les ma
(li'iculions poilies /Kir h
Chambre.
Ensuite il y eut an p Ul in-
cident entre k. Laraque, Se
crlaire dElat des travaux
Publics et les Snateurs Canal] belles dont il sa croyait ador.
el Dauphin propos de l'avis '-'. *-'";" -|;' car ils t mi-
paru dans les quotidiens, frap- "'sl,t' ~ n u h'chtre astx i
pant de la Une dne Gourde]"* es '"", du lt,u- l ur
les propritaires de bassin.
Le Secrtaire vaux Publies donna l'assu-
rance au Grand Corps cette surtaxe ne sera pas r
clame avant le vote d'une loi
qu'il doit prsenter au Corps
l gislalit.
|u iQtail c qui
b 'donn< . Il
son grand
e luit un |HU
n'a qu'un lival,
eune homme de
lis, ma s mi ri ni qui sUa
he a lui comme son ombre, rapidement lui vole le rur iJm
dlguer aucum reon, il a
ais] le | remier prteste veau
r lui ouper le gite et,la pi-
tance. Connu.' v, bu n (uns, la
panie sua plus i gale.
- -j
nel sf loi me dans les plus j remporter f.Mit de \ictoires,
anges conditions.Qu'il puisse [tant de gloires a Paris, h ville
On comprend alors qu'un i a-
pin I
li
se prsenter sans programme
(levant les Chambres.Qu'il puis-
se durer sans rien accomplir.
Kl se retirer tranquillement sans
qu'aucun vole ne l'ait ni feint.
El que les affaires publiques
aillent ainsi qu'elles vont.
Il y a sans doute un gouvi r-
lienienl, niais il n'y a | as une
action gouvernementale.
faut pas oublier non pics
notre (minent concitoyen, le
sympnlli que et dislingue ami
Xormil Charles qui a eu
Victor THOMAS
L'ex-Prsident
Borno
- o
Un
confrre de
s'est, parait-il, l'ail
rumeurs disant
I rsident Louis Homo
viendra prochainement en
Hati. Il srail mme dj ar-
riv dans un pays voisin.
Province
lit l'cho de
que l'ancien
re-
nv nui .u | rien dire de
!"*8-^?" .lS.l:l,'.S:> Vl!It,,"',M|)ol'~ PreJ*je information, si le
En marge de la dclaration
ministrielle
ique et technique. A la Cham-
bre et au Snat, ce sentiment
s'eut exprim en termes dis-
crets,mais qui ne trompent pas.
La prise de contact a l
presque une preuve limina-
toire...Mais le Parlement est li-
ronfrre en question ne l'a-,
vait accompagn decommen-j
laires quelque peu tendan-
cieux A cel gard, il Con-'|
vient de dire
a
Quand M. Lescot, taisant Elle dit que le cabinet non -
figure de ministre principal, veau ne sait pas ce qu'il doit
erne papier de- dire parce que ne sachant pas
ce qu il doit faire. El il y a une
ut lu son larne pan
Vaut le Snat glacial, il s'en-
tendit dire par M. Lalortue
ru'il n'avait pas apport une
doctrinede gouvernement.
Ails un remarquable elort
*ocal pour donner force et
couleur au chtif morceau qui
passe pour une dclaration
ministrielle. Et M. Mars, In-
tervenant propos, souligna
qu'on avait attendu vaine-
ment, une anne durant, les
chose qui prouve cela : la
hte de se prsenter devant
le Parlement. Installs mardi,
le lendemain mercredi, les
Secrtaires d'Etat taient la
Chambre. Vingt-quatre heu-
res aprs. O est le temps
pour un examen de la situa-
tion, changer des vues, fixer
quelques points essenticls.se
mettre d'accord sur les lignes
propositons construclives du ; gnrales d'une politique, for
(pie le Prsi-
dji" Homo qui n'est pas exi-
mit dans sou droit de co.itr- '(>. ('c WB pays peut v rve-
il. nir quand bon lui semble.
Recdent cabinet. Le nou
v*ttua-t-il quelque chose dans
KM portefeuille?
Le lendemain, la Cham-
};re, M. -Estim, au nom de
assemble, dclarait que le
'speech prononc devant
Jk par le Secrtaire d'Elal
llc l'Intrieur ne pouvait te-
"'r lieu d'une dclaration mi-
nistrielle. Autrement dit, ce
fiait pas un programme de
louvernemen t." Est-ce
''' a un?
,.Au fait, que dit la
Boa? '
qu'il y
delara-
Ell
e ne
.. dit rien. Si, pour-
Ianl. Me dit cjuele-ue chose.
hulcr les directives qui le
raient justement matire de
la dclaration lire aux Cham-
bres? Ainsi, du premier coup,
saurait ce que veut le
ce qu'il est venu
ion
cabinet,
faire.
Deux incidents de sance
dnient le dlaut iondamci
de notre systme.
Au Snat, M. Mars, prenant la
parole aprs la lecture de la
dclaration, s'excusa de le faire,
parce (pie ce n'est pas d'usage
parlementairemenl ou conslitu-
lionnellement... Oui et non. Sa
dclaration,n'tant pas une pro-
position, n'est pas mise en d-
libration.En ce sens, un dbat
ne s'ouvre pas sur elie. Mais
rien n'interdit d'interpeller le
Cabinet sur sa dclaration. Si
l'on na prlre simplement in-
terpeller sur la politique gn-
rale. Mais il faut avoir le droit
d'interpellation.
A la Chambre, quand M. Es-
tim remarqua si justement que
le speech du minisire de
l'Intrieur n'tait pas une d-
clamation ministrielle,et qu le
Cabinet n'avait pas prsent un
programme de gouvernement,
M Kernizan, ministre des flnail-
.vi_|Son retour n'aura el ne pour-
rai ra avoir d'autre signification
lu m 1re, O la civilisation
bat son plein, ainsi qu'aux
Etats-Unis d'Amrique, et
qui a fait vraiment 'ionneur,
lui aussi, |,i race hatienne.
N or m il Charles est un
h oui me universel ; partou
' u il passe il csl apprci des
gens de haute socit, eau u
de sa haute valeur au poin'
de vue a- listique. Je demande
patriotiauenienl su Qouver-
ni roenl de Mr Stoio Viucenl
I <|iii sait apprcier les hommi s
j de valeur ( I qui aime relle-
ment sa pairie, de venir en
aide au grand artiste national
' par n'importe quel moyen.
Il demande seulement de
quoi vivre. N'est-I pas aussi
noire gloire nalioi aie pal so
chefs-d'uvre immor e's qui
sont de vritables souvenirs
pour Hati, noire chre Hati,
(|ue nos aeux on conquis
au prix des plus grands sacri
fices ?
J'espre que cette noie at-
tirera l'allei l'on de do re pic
mier citoyen, Monsieui Slnio
Vincent, qui tient enti ses
mains les destines de loul
un peuple ei qui a pleine con-
fiance en lui.
Joseph F. PIERR-LOIIS'
23 Mai 1932
. VOll a I.
s / jeune el
er pour la
.
um une rtuva a\-
latche pour pas-
sur de sa luir.
qu'on If lui dit, elle ouvre
o i c ir deux ballanU, et
ses bras quelques instants aprV.
11 i ne compte plus les amoj-
us aspirant a lu main de *a
le, que four a tour l'accueil-
son
i-nie Urc a enchatns
propre ihar. \la.i, moitalla
roit que du feu et soa^e dii
i preuclie le voile.


q ie l'oriau Prince se
ua u plus le paradl*
que celle-ci : un Hatien qui
rentre en Hati Rien dplus.,
srail simplement absur-J [ rO|30S
fi.-l l(lf, dollribuer un caractre j
politique ce retour. Certes,]
les amis de l'ancien chel de!
. VOl
1 ul de p
i(V> ch eus. Nonobstant li-
Jtarcelm, on m vo t que ceb,
lani les rues, oua les galciie-,
boyanl au passant, et .e com-
"'" H I M Les. Celles, le (bien
esl ;e meilleur ami d- ITiomme,
nais j,i l'on ongu q: e noji
ivona un million i plus de ce*
scellent* amis, rpartis dans
les campagnes et la villes Je
' Rpublique, et que chaqua
loul eu eole annuellenienl
trois ou quatre dollars ion
propritaire, on reconnatra
ivec nous, que celle belle au>P>
i ne coule ntn moins que 3
I millions
115
de
iMil.H.-, lOUS
OU
les .'!*;") jours, a la Rpubliqifr.
Liuei re aux chiens, et, pour cela,
trappous-les d'une taxe svre.
Car on ne lsait. La dcla- ces, demanda au dput si
ration, eourle el vague, ef-
fleure les ikux grands pro
blmes de l'heure: libration
nationale; redressement co-
nomique et financier. Ke
chercher les moyens dame
liorer la terrible crise.. Pour-
suivre... jusqu' la ralisation
pleine el enlirc, l'uvre de cabinet responsable ayant
libration... Bile n'en dit' Jerit pour psrler au non
ee
lu
reprociie s ndn ssui lui. Ci
p.o ait jeu dniant. (Jui doil i
poudre lorsque l'on r hum u
Cabinet son programme V
A vrai dire, lin ministre 11' !
pas plus qualifi pour rpc
au nom de tous l< s aalree.C' a
cun dans son ministre, I! 'y
a pas un chel' responsable.
Etal seraient Heureux de le
revoir, niais sans qu'ils aienl
besoin de sa prsence el de
sa haute personnalit pour
on ne sail quelles
rcs fins politiques.
Les adversaires
humides
o
imaginai-
du
La gnral Pershing < vous ron-
Daiaaei T c'tait le grand gnralissi-
me rie la grande guerre ) vient, btcc
s:i haute autorit, tion contre la prohibition. Il B lit,
entre autres, que le moment est
Prsi- arriv d'une solution qui tienne
plus compte de la nature numainc.
dent Borno r o ven trouver v'"i " numume.
m .,,,(,.,. k: rr uvei (. qui veut dire <|inl faul permet-
un autre oojectll a leur acll-itre aux horames-aux femmes aussi.
Vite polmique. certainemanlde boire. Y a-t-il
vraiment rien de plus inhumain que
d'interdire cela ? Dp quel droit anti-
naturel des lgislateurs cruels Impo-
sent-ita ce supplier notre ssace ?
Le gnral Pershing a raison. Il
raison contre tous les moralistes de
toutes les coles qui prchent la
temprance. Tour lui manifester
l'hommage admiralil de tous les bu-
veurs ( ils sont solidaires ), les prin-
cipaux amateurs d'ici ont dcid de
lui faire envoi d'un beau lt de
RHUM SARTHE CACHET D'or
spirituens. mondial.
Mi OES AUTRES
Hommage
Normil Charles
i le
' es ,(ui t ci toui le moi de
ui le que de : cou Dsir
!s. M( i bus
S' n loflt |
tt il a fait xraimerl h<
b 1.1 i.. e hall
di d
M 11 11 N Ji
. on me i
U m. Mais il ne
On trouvera:
l'Inipi itnerie Aug. A. Hiaui
1' Le Code Pnal
2* Le Code d'Insli u hou eri-
unnclle avec lea dernires mo-
difications.
.. volt qu il y a lampe et
lampe comme il y a fagot et
fargol. U ogne be promena.t
l ma Ils i ucs d'Athnes, une
lanterne ;.IIume la main. Il
cherchait un homme qu'il ae
trouvait'1 illeuri |amaia. Il l'et
certainemanl trouva, a'il avait
diapoa il une des met veilleuana
Lampes Titus, que la Maison
John W'uolley vend., autant
d'ailleurs que des phonogra-
phes perleciionuaf des disques
slectionne, des bicyclette!
derniei cm, de l'huile, de la ga-
zoline, ci (oui les accesseirei
d'auto. Faites-en voiie pioflt*
*

... voit que lieu n'ajoute aa-
lai i .-mi cachet ''e distinction
dune jolie Icmme, cl n'allume
nu cosurde l'homme plus stre-
ment les 11 u m mes du dsir, qu'
un cors ige clair,embaumintles
dlicieui parfums Amiot, qu'on
liouve (h i Si.-Julien -Sjiio-.
Cl non!
... l'a vue a j volant, ^^ui.se
en homii e, pour drouter lea
curiosits, ayant a ses cts le
matre yaokee de ion (.ir,<(
guis en lemmi. Notri il ne
fut pas dupe de la manuvre,
et devina sans peine que i'hai-
tianisalion de ce servi c spcial
ne dpasser il pus Hailey's-
Hcacli, pour se retourner ta co-
opration amricaine.
... le v,i i la Maison [turban-
court, commandant du la Goutte
dor I' i i u w! pas prier pour
D : le l'nigme.
lin fils rllecluaux, |j -il, ltcr dimanche
n di^' inenl el dait-
i i ne lis
ref^ Ahl le biave enlant.
in*

t


i. 2
IL i; .Ti* -5 M. 1. M
JEUX FLORAUX
gourdes,
Do
\ M \< I II I C/
M) I
Axer 2 ,
vstre entre au Parc Leconte, le 2
vous distraire, boire, mander et gagner
i an h.
payer
mssi
IS r|
CCI
ICIll
1! 12, mais
a l.i Loterie.
momisez vos 2
m inifeslationr< na-
Ds maintenant, peli
gourdes DOUr assislcr ;'i
lionale.
Pour les Jeux Floraux, aussi bien les organisateurs, les
acteurs, les propritaires du Parc-Lei il le monde
paiera l'entre.
L'en lie gnrale esl fixe .> une gourde!
Ce sera la modique contribution de chacun pour la res-
l*n*aUon de no3 monuments historiques.
Cin-laldu
demain SOIR
Nuits Viennoises
Une lettre
)i
LATOUE
ince le 22 mai
<
T< rt au-P
Au Diiecte .r 'le rlalli-
Jeu j n il ,
Mr le Directeur,
Quelle i-*a pi s t m i sur-
prise de lire dans votre trs
intressant quotidien du ven-
dredi 20 courant, un dilo-
rial intitul Le Snateur La-
tortue, doctrinaire i> !
Mon rang politique cl mon
rle de membre du parle-
m ni ui''ent entirement la
latitude de pren Ire plaie
dans l'arne o con me sim
pie particulier |e me plairais /
assez sur le terrain de la po-
lmique,
Il m'incombe c< i endanl de
relever avec tonte h modra-
t on (pii me caractrise ce
que je pull appeler uneerreui
a I per&onam comme on dit
ai Palais, et certaine boutade
s isceptihle de disqualifie] les
intentions profondmi ni sin
cres (pie je voudruis pour
in i pati ie que j'ai toujoi i s
place au dessus des viles
ccVenes politiques et les mes
qUins intrts persoum is.
Intentions sincres a l'en
dr lit de la masse hatienne
l'oues les pages de mon
existence .sont pleins jusqu'
ce iour de loyalisme, de d-
sintressement et d'iudpen-
elanee.
Jouissant nagure de l'a-
miti d'un Chel d'Etat, |C
cite Monsieur Louis-Iorno -
dout le (Jouveruem nt a t
combattu avec viruLnce
anglais
plu-
liions
UME LOI D'UTILIT PUBLIQUE
DANS UH EUT
Mexico, 19 mai. Les ca-
pitaux amricains et
(lent la somme atteint
sieurs centaines de mi
de dollars sont compromis
pai la nouvelle 1 >i d'utilits
puldique de l'Etat d'Hidalgo,
D'aprs i tte loi, les pro*
prits prives peuvent tre
confisques en cas d'utilit
publique. Trois pour cent
de la valeur de 11 i ropritc
sont payes,Us litres 97 pour
cent seront pays eu 20 ans.
0,'re'le cinmatogrsph'ao* grands mise en scne, luxueuse e'
ii h* mise en scne toute en COULEURS naturelles. Celte uvre
Korprensole r*\ interprte et tlianie par d'extraordinaires et
( U bres acteurs lyriques :
VivierneSgal Aleiander Gray Walter Pidgeon
Jean lleisholiz Best Roach Louise Fazenda
Alice Day June Pureell
Orchestre de 100 excutants, Churs du Metropolitan Opra
de N. Y.
Ce qui prcde montre que: soin a (l apport dans le choix
des Artistes se partageant les rles.
Il ne taul donc pas manquer L'Unique Reprsentation de celte
sensa'ionnelle Oprette qui dlectera les spectateur Hatiens
comme elle a fait ie charme de tous les Publics auxquels elle a
t prsent.
Entre : 2, 3, 4.
VENDREDI
Le grand film lrarssis
L'Espionne aux Yeux Noirs
(SUITE )
avec Maria Dalburiu et Jt-an Toulout
It le bi"ui film :
Le Fils de la Nuit
Or W. Lemke
ut |) irtir pour l'Europe
la ho de celle Bernaioe, in-
loi me sa bienveillante clien-
U le qu'il est reprsent pen-
dantson ab ence par le Doc*
r \. Waag, Avenue II.
A sou retour vers lin Sep-
tembre, il reprendra aussitt
st s consult: ons ainsi que
ses travaui de Laboratoire,de
Radiographie et d'Electrothe-
rapie.
(SUIT2)
Entre i 0,50; Kalcci : l,uf.
I
LA FETE
Demain est la Fte-Dieu
sera ( lbre p ir de
c. m monies religieo-
A m | t I ( uns du matin,
la pri ici ion | art ira de la
Cathdrale e parcourra les
Vie Sportive
Ce que sera le match Racing-
Violette., M. Germain Mitlon,
ancien capitaine de la Violet-
te 1923-27, aujourd'hui Mana-
ger du Club, est un bel chantil-
lon de l'espi il sportif. Sa volon-
t de 1er valut son club chri
l'clatante victoire de 1926. De-
puis, si voix, tantt comme
Prsident, tantt comme Secr-
taire ou Manager, se l'ait enten-
dre toutes les lois qu'il s'agit de
la vitalit de la violette* Bien
qu'amoureux lou de son club,
il ne diminuera point par des
propos de balle la valeur de
l'adversaire.
Que penses-tu, mon cher Ti-
son, du rsultat du match de
jeudi ? Rponse : je ne veux
tfif;:ao11 *
i
'Etal, I < iou, du Peuple et
Bonne Foi.
il y aura Dois reposons: au
Magasin de Mme Flix Lave
1 uei, la l'ancienne e'
I'Ex'CMiai Ste R 'Se de Lima.
La grand'uaesse sera chan
et tec aprs la processii n.
acrimonie, ; ai su en mme
temps par ma droiture et mon
amour pour le peuple acqurii
eteouserver jusqu' [urd'hui
l'estime et ladmirati n de lu
Srande population de l'Art!
onite que je reprsente
prsent dans la Maison Na
tionale.
Je nai jamais manifest
mon nationalisme par des
mots, comme bien d'autres,
mais seulement par des taits.
Toutes les ress mues re-
cueillies luiit dans I i proies-
siou laide d'une i ii lie ciicn
tl de mdecin i| ie dans la
(onction occupe durant dix
annes comme \. I il e n'ont
pis suffi pour me lettri
de soulager m< n gr la
misre du peuple.
C'est ainsi que |e m bonon
de possder dans ma vaste
Selon iusl n I ns de Son
Excellence Mgr l'Archevque,
lues au prne dimanche, les
fidles ne devront pas se
trouver aprs /<' dais,dorant
le parcours de la procession.
t'eux qui enfreindront cet or-
dreseront dclars avoir coin
mis un tt de superstition.
A VI NDRE
M i salle manger.
Vais i Ai iules divers.
S'a Iressi
Dr COOK
Turgeau
Phene ; Me. 73-2,
>iiiih'w
cela iriserait le
partisanisme ; ensuite, dire ce
(pie je pense du rsultat de
ce match, aurait pour effet de
dmasquer notre batterie
l'avantage le l'advtrsaire, qui,
intelligent.rectifierait sa position
et se hterait de combler le
vide qu'il ne souponne avon
dans son camp. Encore me
faudrait-il divulguer le secret
de notre rsistance. Voyez-vous
le tort que cela causerait ? Pour
conclure, je dirai : quoiqu'en
disent les partisans dans leur
hte descompter une victoire
incertaine, il y a dans l'un et
l'autre camps, des lments
qui peuvent se comparer. D'ail-
leurs ils le savent bien. Mais
que voulez-vous ? l'on doit se
promettre, avant la bataille,des
prouesses fantastiques qui, com-
me des bulles de savon, dispa-
ratront au moindre souille de
la ralit. En tout cas, le Racing
et la Violette ont intrt ne
pas se laisser intimider par des
propos asportils .
l'niTo Rgnier Entre une
course de 400 mtres et
quelques exercices du jeu de
lte, le torse nu,tout e corps
en sueur. Notre \si s'en-
tiaine fivreusement en vue
du match de demain Que
pcnsrz-vous, Pbito, du r-
sultat du match Racing Vie*
fri/ie, ('es lime que ce n'est point Isatioa erontsen- bit'-dont vous tes le pria-
l heure pour des n a lo listes, tir, o vous, dans un dlai
souffrez que je dise com-lde quatre annes 'prs leui
me nous, de jouer avec les n h e en en i ution ?
mots, quand il s'agil de son- \ Pour terni ici. j'ai Phon-
ger plutt, je le repi a ri- ncur de formuler iette d( la-
mdier/c plus promplemenl (ration : Le snateur Latortue
possible aux souflrances ] ne travaille p A mouvoir
lamer le \ ramme d'un
f !abi ; i !i N ivez voua
p s su dans votre ditorial
en question eu prsenter
rgion une popularit digne pour lui avec comptence un
d'envie. ;des plus Favorables et des pins
Quant la question de duc 'prcis, da si des ri i
leros ? Awc le sourire
rponds de bonne g -
parce que je comprends
cip II
franc
vous
ce
qu'il taui intresser le public
la g'ande comptition de
jeudi. Mais, dites-vous bien
plus f'U
matrielles et morales de'des galeries,ni a taire de l'effet; | qu' part les propos
notre peuple. il B'el de lai de m..... i i ris qm d.....
Relisons la Constitution. voir. naire nous changeons s> r
Est-ce un membre d i I Sans avoir endoss aucunelles bancs du Ch mu de Mais,
Corps lgislatif qu'il appartient (casaque de nationaliste qui! il y a aussi mou opinion
de prsenter dt s pi r jets com>'pourrait plus tard se changer'personnelle qui est celle-ci:
portant dis ntsuits arDli-' < n un maiPeau de Nessus, il Nous devons vaincre la Vi -
ciel les, des emprunts, de ] ne porte dans sa carapace que. le tter; cette victoire nous est
pour ion I ncessaire. Plus l'ad\ersaiie
K'-nds travaux publi on devoment
; our quiper le pays econo-'peuple. [dploiera Je zle, de tech
M-iuuemerti, j ai la i de servir, | nique, pour enrayer notre
n'a-l-il pas seul i on le besoin de plaire. < attaque , plus nous POU
nous efforcerons de ment i
hommea d na h s 10
du h il
ra 'i e i
Nous souiiuiib et peun
l'initiative ('es projeta o en- feuilles me faire le plaisir
l-rnl les fi: ances ? (de oublier le d. s
N'est-ce pas 1' n ro
f OH'II I ,, V ,
rci de lun ires > \ w
l'aider nous
Irin ?
Est ce iu un mal que
I
tmj
Snateur LATORTUE,
ge e notre ebarm
Phito, en roi soi.' t I
, ralisation de sa grande esp-
rance.
Ma"c Boncy. Prsident du
iHacingi,
Le match \ iolel e Racing.
Q ol en sera le rsultai?
...Telle est 'a question que
vous m'avez pose et la-
quelle mon cher llrard, je
m'efforce de rpondre, bien
que je sois membrede l'un de
ces clubs: le Racing, et ad-
mir leur de l'autre la Vi -
lette
Tout d'al) rd, je dois vous
dire que le Racing i va se
trouver aux prises avec un
adversaire redoutable. Les
uipiersde la V'olettesont
de jeunes hommes convain-
cus expriments, qui savent
vouloir, tels que Chenet, les
Ores Audant, etc. Leur jeu
n est pas aussi brillant que
c lui des qnipiers du Ha-
ci g, mais il est plus dur,
plus fougueux.
On reproche au Racing la
I-blesse de sa lign** d" d-
fense ? On se trompe : nous
n'avons reu qu'un seul b it
au cours des matebes que
nous avons disputs et nou
en avons m rqu 14 : ce qui
piouve, !au.i coute-h ,1a sup
riorit de nos avants. La Vio
letle, on le reconnat, a une
bonne dfense, p > vaut offrir
une grande rsi hince. Mais,
je crois que le faillira devant
les attaque trop lptesde
nos avants.
Va couvi Uon est que le
Rannj{ aura la victoire.parce
qu'il est en belle torme,grce
au dvouement et la science
de sou manager Lucien R-
gnier. Cependant, la victoire
ue lui sera pas facile,comme
certains pa sms trop sur-
( li infles le i ns n|.
Mon v i esl de voir dis
puter ce match courtoise-
ment, j'estime que les deux
Clubs le comprendront
aussi.
aux
VVAUTnES INGRDIENTS
J-' peuvent lre parla ils
mais une poudre d'-
lvation infrieure peu'
^ter un flteau. Soyez-
en sr. Km pi oyez
ROYAL
EIAKI.XG POWDEB
TE
Ciii-Varils
DEMAIN SOIR
Un avan'age
qu'apprcient tous les amateurs de HW'n en ffaiti c'est d!,-
sur de la valeur d'un ftp ct8cie avant <' dbourse'.
Tous ceux q ii se trouvaient C'u-Vari!, dimanche, ntli.
rissent pas d' oges Mir b beaut exceptionnelle de la lxueo*
et passionnant si p rp>oduct'on rn 12 par ies et en coulpnrs-
La CHANSON du GITANE
2 et 3 guides.
Marc RuN'Y
Prsident du Racing
Racing
lubt.
. Vital, Beauvoir, Biker.
"i"** le 'a Violette
Fquiue d
But : Espe*
Arrires: St Port To (cap)
Demis : Nico'as Amii < is,
Bayard.
Avants : Cham iagu R-
gine
E
llu : S nitli
r in s. Cli oie', Berrouelte
'> ni. \. \udi il'cap.1
Ge. A idunt. \1. S.vain
tvanta : A t Eio. Verni
W dley, Jn L uis.
F. H.
BON PLACEMENT
TOUS
C'est celui que vous ferez en utilisant
le SILEXORE. PEINTURE PTRIFIANTE, pour
la dcoration, l'entretien ou It
ravalement de votre petite maison.
Vous en doublerez ainsi la valeur car
le SILEXORE prolonge la dure des
lu'il durcit et impermabilise. Peinture
! par excellence, par son prii et les
i son emploi, le SILEXORE se lait en
. 75 ans de succs en garantissent les
qualits incomparables.
RENSEIGNEMENTS FRANCO SUR DEMANDE
64 nuance
panf
' ^uccei
PEINTURE, PETRIFIANT
ET5I L.VAN MALDEREN
8.BUE FGOCHOT PARIS 92
CONSERVEZ VOTRE PE\U TOUJOURS DOUCE
. .. DLICATEMENT PARFUME AVEC LE SA-
VON DE TOI RTTE
LUX
sa\ ON DE TOI i FTTi
OiUCATBIflNT FARPOMt

I
MOHR k LAURIN, P. O. BOX VI. Distribueturs
RueRoux et du Centra, Port-au-Prince.
ma
l*WfBl
mmm w&,&,8TmmmmMi
Toptpi io Polic0'^
OE LA



SU mmwmmmm
]comprennent la Protection contrela S
Foudre sans aucimentation de tauxf
|
Viiq.Lp BmsM*
ma
Aqents Gnraux |

$-gl


LT M'TI\ 25 Mai 1932
P . it -1
Khum Ihrkaucoiirt
Dont la raSMuarae esi universelle a gard sa premire place
Ueuuudei partout :
UN BARBANCOURT
Dept : Rue Csar.
RICHARD PETEHS, ffo/x
ltth4t DEHaIW, V 1217.
U SEULE BOULANGERIE EUROPEENNE EN HATI.
SPCIALITS DE PAINS POUR SANDWICH. PAINS FLUTE
El PAINS MOULES, PAI"S NOIRS, PAINS COIPLETS. EU,
PATISSERIE FINE, PATES, VOL-AUVENT. TOURTES
SOINS ET PROPTITUBE.
Tlphone: N 2069.
La maison na vas de
succursale.
La farine BATBAS sl /-
brioue pour les boulangers
senss.
Elle cote quelques centi-
mes seulement plus chre
que les autres marques,
mais le lendement quelle
^ donne es/san pareil.
Avez-vous dj travaill
Bat'Bas ?
Eh bien passez chez les
commerants suivants :
EQ.ESTVE C ter'"""""""^/ JEAN ASSAD
UEIATTEISM*
P. BAUOIN
BLACK WF.LL MII.LING
ELEVATOR CO.
Kun-ii. ( ilj. Me.
ED. BEI
A.B0L1E
Achetez-la avec confiance !
Travaillez-la avec orgueil !
Sauvez
vos livres
i
SaLVM vos livres ri col-
lections eu iaauvais tat tn
les confiant aj relieur cons-
ciencieux, honule et habile
Etibnne Camille,Rue lionne
Foi .
Soire musicale! Contre ia crise A Varits
Si vous avez besoin de lits
n fer, de lits de camp avec tous
accessoire s,matelas et oreillers,
allez chez
ST JULIEN SANON
113, Rue Iraversire, prs
d'Eslve & Cie.
eu tous serez servi souhait.
Mme ( armeu-Brouaid Ma-
gloire, la talentueuse pianiste,
el ses lves, oll-iront, le 4
juin prochain, au Cercle Bel-
le vue, une so'rc musicale au
profit des uvres de l'Associa-
*iou Nationale des Intirmi-
res Hatiennes diplmes.
C'est un rrgal que tous les
amateurs de botinc.de grande
et de fine musique ne vou-
dront point manquer. Et poi
le but que se propose la
charmante] organisatrice de
cette soire est un motit de
plus piur qu'on y aille Phi
grand nombre. Nos gracieu-
ses petites infirmires on!
droit la sympatbie encou-
rageante de tous.
*#*
'Or*
lEPpr
Au SfruniSuipfclUi d* Ch*m I fond*
i a
l'Huile de Foie de Morue
Agrable au got et facilement
rparateur de la Nutitlon par
excellence
Laboratoire! REGAGNON & Cie
Pharmacien
Agent Gnral pour tExpottatii
ion :
Ch. MAGNANT
37. tue Oavioud .1 PARIS-1 Cf
POUR LA FETE-DIEU
a LA PETITE MAISON, EH7,
: rue du Centre : Tente au ra-
J bais de chaussures de luxe
pour enfants, pointures 25
'en noir et en couleurs.
Ancien prix Gds 11,00
Nouveau prix 1(),(J0
27.
ECHOS
'si Vf Al el Lger.Secrtaire
l'Elal des Relations Estrien.
res,(|ui lut dsigne pal le Pr-
,lr -r, UU II) Jklliii JOC iiilti eu toit-
Wasii -ton 19 mai Le lorsque la hansor, rln Ci.
p-os.a.n h r a dclai t;,e.(,i tut jou, ii.nj-che
que, de.i.eu. quelegouver- S( ir ., f, riil, (Vaut une
ncraentl-J ra,.loyA des je m || e reutemenl cUir-
mea.uiti uuigeuce pour ga- aemre. l\ le Tact n s.- d*
gner I) guerre, il a Iintentioniroule d,ns h vitllle R ssie
deojpiuyeir des mesures sem- au mi,ieu de dcors lu-
Diables, m cest 'lecessairc, xucux> Icif des armes russw
pour lutter contre |a crise dfilant sur des montagnes de
conomique acuelle. g|ace, et leurs chefs, des
Le prsident, parlant aux
reprsentants de la presse, n
nflirm que la p emire < h 1*1
a faire, dans une srie de coi -
leienccs, tait d'tablir l'uni-
te d'action pour rtablir la
confiance.
Le gouvernement, dit-il,
s'occupera trs activement de
celle situation jusqu' ca que
le budget soit quilibr.
Les moyens proposs, con-
tinue M. Iloover, ne consti-
tuent pas une charge pour le
contribuable mais une mo-
bilisation temporaire du ca
pilai timide I.
M. Hoover termine en di-
sant qu'il n'a aucun got
pour ces mesures d'urgeiia
mais que nous combattons
les cons'queuces conomi
ques . Il emploiera ces me-
sures pour su monter la
crainte mjus ide concern i i
l'avenir des Etats-Unis.
gauta
dent de la Rpublique nom
rouoncer le discours officiel
a la Ple du Drapeau a I'at-
eabsie.
- M Sbiller Nicolas, direr.
leur technique du service na
lional de la production agri-
cole, n'est pas partisan de
l'irrigation de nos plaines. J
'ant-il laisser toules ces terres .
;.,ii;. a. ) s
Avis important
Monsieur
nous pi
n'es
judiciaires
le
point
Lou i s Garoute
d'annoncer qu'il
l'auU m di note)
iumori>liqnes qu
11 paraissent d us le Nouvel
liste Modei nia . Ses ai licliv
d'ail le in.s sont ton jours signs
ou portent srs initiales !.. (;.
presque, tonnent le
s, ectateur. L des danses ex-
cutes par de jolies danseu-
ses, aux corps sveltes,
lUX minois cbar.iiants. rnliu,
Laurence Tibbet, le baryton
populaire, qui tint l'a"ssis
lance sous le charme de sa
voix harmonieuse. La (Juin.,
son du (titane est un film
qu'il fuit voir.
CREATION DE LA CROIX-ROUGE
HATIENNE, A CINE-VARIETES,
DIMANCHE 23 MAI A10 HEURES
i
A vendre
Petit lit eu mtal et mate
las. Petit piano pour enfant.
Voituretle poupe. Valise.
Dodine pour enfant. Spark- j
plugs, usteusils de campe !
ment (tente et lit ), trs in-
dispensables aux chasseurs
eu ceux qui veulent aller
passer une ou drux journes
la campagne.
S'adresser i :
Paul C. TOUSSAINT
Au Quarlier-Cinral de la
Hrigade des Marines, Champ
de Mars ; ou tlphoner Ma-
rine Corps 120.
incultives?
Ou signale que de nom
breux Dominicains, ixilsjdu
Gai Trujillo, ont tabli des
halles dans les rgions de
Hinche el de Massade. C'est
a rgion frontire, (aie aux
nficults dans l'avenir I...
On croit que, cette se-
maine, la Commission de
rvision (constitutionnelle,
dont les rapporteurs sont le
snateur Zphirin et le d-
put Chtelain, dposera son
rapport sur le bureau de l'as-
semble nationale.
Mr. Lger. Secrtaire
d'Etat des Relations Extrieu-
re, ne se prsentera pas ce
matin la Chambre pour
rpondre aux questions du
dput Lopold Thomas. Il
attend des renseignements
complmentaires.
Le dput
tie
?0000 dollars qi doit
rembourse l'Etat.
Dans une lettre adresse
aux Dputs et Snateurs,
le Conseil Communal de Si
Louis du Sud demande que
des mesures soient prises
par les Pouvoirs publics en
vue d'amliorer ltal so< ial
de la masse paysanne. Cette
manifestation d'un corps
ofliciel et lectif ne manque
pas d'intrt,
Le contrat Barker a
donn lieu une intressante
controverse la Chambre :
travaux de laboratoire OC ex-
tension des cultures coton-
nires? De quoi faut-il char-
ger l'expert? C'est la dernire
thse qu' soutenue le dput J qui sera l'uvre de In Nstion
Dehoux, un connaisseur en j'oui entire el des htrangers
la matire. qui vivent parmi nous.
Dimanche prochain. 29 j L'Assemble nommera un
mai, sera le jour des Mres. ('onsei1 l'Administration,charg
c bonheur de
leur porteront
Invitation.
Monsieur le Prsidant de la
Rpublique a form un Comit
compos de Monsieur le Doc-
leui Rull Lon, Dirt-cfror (i
nral du Service National 'Hv-
Kioe ei ^'Assistance Publique,
de Monsieur le Docteur H.
Charmant, charg de l'Kiisei-
gn< ment t de la Propagande
d'Hyg nedana les coles t dans
le peuple el <'e Monsieur Wil-
liam F. Blo, ancien Prsident
-te h Section Hatienne de la
Croix Itouge Amricaine*, hqi
lins ri nranniseruneCioi: -Knugi
Baitienna,
La Comit, apis avoir (ait
une certaine prop-ignde dana la
presse el dons les rohs par la
publication de deux bulletins
i| i ciaux pi ur expliquer Ifs huis
hautement humanitaires et du-
catifs del Croix-Houge, inoilt
les Reprsentants (fes itierses
classes de la Socit, ainsi nue
les Corrs constitus, les difl-
renls Clergs reconnus, la Mis-
sion Scientifique Amricaine,
la Presse, les Associations Re-
ligieuses, civiques, patriotiques,
humanitaire--, sportives, ele les
dlgations d'coliers, les ma-
tres e matresses d'cole, les
Colonies trangres, les aulon-
ls mililairea,tc.,8 nue Runion
Solennelle qui aura lieu Cin*
Varits le jour des Mres, la
dimanche 2'J Mai courant, 10
heures du malin, afin de pro-
clamer la cration de la Croix-
Rouge Hatienne ti de signer
l'acte conslitutil de cette Socit
Dehoux a
soulev la Chambie une trs CeU qui ont
intressante question relative { possder la
des avances faites la Ban-, la boutonnire une ILur
que Nationale pour une en is- j rouge ; ceux qui ne I ont plus suiv'ril laP rumone
sum de billets provisoires en I une Heur blanche. Honorons Sign:
1914. C'est uue somme de I la mre, vivante ou morte. Le Comit dOrganisation.
de raliser les buts de la So-
cit.
Une sance de pt.o'ographie
snrle perron de Cin Varits
Insurance Co
Une desl plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG.UBOSStt;& Co
Aoents Gnraux
mm
'9
LE FAIT EST INCONTESTABLE
il li uni Sat'fhe
C'est la quintessence des meilleure*
^varits de cannes d'un vaste lei rifoire
runissant les meilleurs terroirs,
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ
pam


Mercredi
25 Mai 1932
Le Malin
ASSUREZ-VOUS
la
(encrai Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd
de Perth ( Scotland )
Car la GENE i> AL est une des plus puissantes et des plu* rasles oraanlsaUaa
de ce enrt. Le soie uc se couche jamais sur son champ d'action qui embrasse le
monde
ses Police! contre inceuiie couvrent aussi les dgts occasionns par la louera
Ses Police* po r Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommage*
caus autrui dans ta personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables eu Ha'i.
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'uni vers entier. Tous les tov-
flurs devraient dne prendre la prcaution de se munir d'une police contre accident*
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant que de; \/2 /. soit '20 dollar* L\ G
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCavcs
4 PA 8
Voulez-vous
Russir dans vos tudes o
taira rr.csirvosenlantF.gr e
une mthode d'enseigne-
ne-.t classique exrcl'ente?
VOULEZ VOUS
Une protession aprs G 9
mo;s d'tudes srieuses (St
j no-Dactylo, Langues vivante
Comptabilit)
Songes que l'Institut TI i
PENI1AUER se recommande
et 'impose votie attention
par les brillant* rsultats d-
j --obtenus.
l'37K"e Lamarre.
Tli phone 2831.
*> me ANNEE * Wf
fsrt-au l'une*
Tlphone : 7M
SOUSAf.ENTS
Agent Gnral pour Haitl.
Port-au-Prince. 1G. GILG-
JEAN BLANCHETJrnv't
S9-

AVIS AU COMMERCE
La Panama.Hailroad Stea mshfp Line a l'avantage d'an
Cicmcer les dparts suivai ts de New York pour port au prince
liaiti directement chaque mardi. Tous les steamers sont
pourvus de chambre liiroii'ioue
Bittrtsdchcw \orh. Arrivages Po i nu-rrinee.
Stetsner rCrislobal le 24 mai le
S/S "Bueaa venlura" le lerjuin 1932
S s "Ancon" le 7 juin
, Siiiaaer "Guayiquil" le M |Q|al932 '
Steamer. "Ci istobal- le 21 j, j., 1032 ""
SlMBier 'Buenaventura" le 28 juin le 4 juillet
S'eanicr "Aneon" le 6 juillet 1932 le 11 iuillel
Steamer "GuayaqmT le 12 jmllety file la" juillet
Panama Railroad Steampshp Lins
Jas H. C.VAN REED
agent Gnral
s-sc
29 mai 1932
'1 juin 1032
e 12 juin 1932
20 juin 1(.:52
2ti juin 1932
132
1932
1932
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone N* 2321
Le vaprur Bogota V v.
101, partira de New-York le
23 cri., directement pour
Port-au-Prince.
*
s
Le vai e? Martinique 1
Voy i;S parnra de New-York'
le 27 courant, pour tous les
poits hatiens.
William E. BLEO,
,m> mr% m -
!* rf-
^boratoire SJOURN
Dirbgtvb8
F. Shjourn, Pharmacien
R. Sjourne, Pharmacien le l'Universit de Paris
M. Sjourna, Pharmacien de l'universit de Paris,aiciea
interne les Hpitaux de Taris
Analyses des Urines, du sic gastrique, da sang ( Wftt-
sern aan. Ure, tknstante d'Ainbard, Glycmie,).
irbs'.s. Des matires leales.

Foie Intes
LA LAITERIE BAILEY
Livraison propre, hygia
que, en bouteille hermti-
quement cachetes, l'abri
de toute talsiflcation.
Transport lait en rlrifra
leurs roues.
1313, Grand'Rua, Port-au-
Prince.
Ln.di Mardi Mtrrredi
DE TROIS NUANCES PLUS BLANCHES
On Reconnat
Toujours Une
"Bouche Bactrienne"
SI voa dents vous sont un souci
perptiii'l. essayes la Kolynos. En
a jours quelle heureuse surprise
de voir l'clat, la blancheur
rosplciulirisante dont vos dents
sont susceptibles. Ce qui rend
les dents laides, Jauntres, Haltes
ce sont les microbes de la bouche.
I es sa\anis disent: "La bouche
est bac'rienne." Faites dis-
paratre cette condition et les
dnis reprennent toute "eur
blancheur. les dentifrices ordi-
naires y sont impuissants. Mal*
la kolynos se charge de tuer ces
microbes. ,,,
LA CRME DENTIFRICE
Antiseptique
KOLYNOS,
MAUX de DENTS
_____ flAfffs Suppression Instantane, radicale et d.nnltl,
~ _ -. n^mam Suppression instantane, radical* el d.Bnltln.
i M RHO* dm UtittSt l-amplcl simpleet mclle riu IAUME TUI-MUrlukE
Vm r*lmfTnttantanmnt la daiiltur, enraye la cnrle, assure la conservation m dilT'
a* boite contient le ncessaire pour I obturationi et le pansement des te*
k, 8e ! le /eiime Tn-S'rf Mlrija lie le n-rf dentaire deflnitlvtmaaL fciajjj
Tbaume tue-nerl- m irisa
Dvt Port-au-r rtaee t Phai macie UL'CA.
N'OUBLIEZ PAS OE FIE UN PETIT Tl *
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionvillc
1 loi pieds d'aliUade. L'tablissement le plus tisudti h
virons de Porl ar -Prince.
Seulement 15 minutes d'auto sur uue eicellenl* raid
spbalte Vues m< rveiileuses de la ville et Ju j.oit.
Boissons de toutes espces.
DINERS GOUTERS SANDWICHS
Vrrangements paiticulirr* pour les pensions de juir Ji
eiaain* ou de mois.
Idal l.l.i.m
ALIX ROY
30 annes de succs.
Fleurs! Fleur!
#a trouvera chee Melle Ti*
t'ne / Ugl slir, Bas l'eu le
chose, do> fleurs, couronnes,
corbeilles de fleurs naturelles
etc. bon march.
A vendre
lo Pigeons romains de race
pure, issus de premiers prix
de I exposition d'Aviculture de
Paris.
Couleurs: Bleu, Fauve, Noir,
Rouge, Chamois.
2o Lapins Gants de* Flan-
dres el Chinchillas de races
pures, mme origine.
S'adresser Mr Paul Castera,
11 face de l'Eglise Si-Grard.
CE.QUI N'A JAMAIS T FMI
CE OUI NE PEUT ETRE DPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditious rigourcu**
D'ASEPSIE
Prparation el Veule
fiARUAciE F. SEJOURNE
Angle des rues houx et du Centre.
^ * ^**
in
El FONCEZ-VOUS BIEN CECI DANS LA TETE
r ur (ii.-iMor rscllftmtnt n'impono quel
nent, pour viter la lourdeur, l'op-
l> ittlon iprcs les rop.iB. nciii r.iliser l'aci-
itomamis, iup] rimei Im migraine
d 11 biii mauTal lions, dtln*
11 l'inteitin, il auf It de prend*' '>
fOUORt-S DE CC JK
Jot POl iFirS Df COCH. uEUMO.I'l (F ..
1
GastrV.cc.
Entrlt'.-
Ai ;<
Brlures
Vont jnts
Indlft
Ua'j
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
11
.
Lykes Brothers SS C* Inc
Txa Haitl Sanio lomingo- Porto Rico
Le seul service 1 bdomadaira ot lfjulic! A passagers el
fit entre les poils du Golle du Texas directemeol avec
Port-au-Prince, H.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, lervez vous touj< ur* des navire* de 1* LYKE
UNE.
Les prochaines .1: rives a Port-au-Prince sont
Steamer Margaret Lykesa 27 mal 1932
Steamer Ru 1I1 Lyke*j l\ juin 192
Wnreau: Hue du M.i;;isin de TErai, Noite lostaleK
HENRY STARK
PUE OU QUAI. fN FACE OE LA GARE
Loteria Nationale d'Hati
416 Rua Bonne.Toi, Phona : 335
La Loterie Nationaled'Halti est
une institatien hautement humanitaire par la multiplicit
d'uTres u'elle se propose a"aider, une chance de il**
tre offerte aux homme de tout** condition de fortuit.
Employs Fonctionnaire, Ouvriers, Artisan*. Salari**
tons ordn*. Gna ri maison ( domotiques. ) aan para*1
le>r budpe moy^ nantdeax goude*, peuvent gagner troii
mille KanrHei Pa'rons de Commerce.Chefs dimJustie.pam
aux iusuffl ances d% vente, par l'achat d'un billet, qui ?oW
libre du Rond des irhe'Mnces*
Mdecins Avocats. Ingnieur Snateurs, Dput, Gr**
igaitaires de l'Etat,Repr*entants de lintellectualit, Jar
nalistes.
Donne l'exemple de votre sa idaril goeiaic.
Rentier*, capitalistes, tomme en jouant, augmente* ?!
*Ycir.
Voua tons a,ui kabitea- Haitl, rend^e-Iui service e
tel le sillet del LOTERIE NATIONALE D'HATI.
** JK- / A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle eue la
. fente le ses CHAPEAUX se fait, depuis le 4 janvier, au
\crrtt Vitres le toutes diueusions pour vitrine* et en j
eadrementf.
Mires spciales pour autos en face de son "irn local.
Vitres ordinaire; 1 t paisseur v au camp! Les clients y trouveront le mme accueil,
loirs.
draud choix ile^Amuiii $s pot
Ltmpes .le nuit.
La maisou rparc les sairaln tachs.
' 2027. GRAND'RUF
BON MARCHE. CLRIT. GOIIRIOISIL
Martinez, Marcelin & C(
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOLVEAV
Rhum dlicieux got exqui
Prix rduit
ALCOOL OtFIANT TOUTE CONCUfriENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON
8MT :ANGL OES RUES H PEWIE ET FttlW M#Wa*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM