<%BANNER%>







PAGE 1

^ ? V *• V f* PAGI es LL ),UM.+m 24 U#i f JEUX FLORAUX Avec 2 gourdes, vous pourrez non seulement <-lre entre iii Pan Leon te, le 29 mai 1932, nais vous disttaire, boire, manger et*gagner la Loterie. Ds maintenant, petits el grands, conomisez TOI gourdes nour assister celle grande manifestation tionale. Pour les Jeux Floraux, aussi bien le-, organisateurs, acteurs, les propritaires du Parc-Leconte, tout 1 paiera l'enlt e. L'entre snrale est fixe a une gourde. payer aussi 2 na 1rs monde i Cin-Tatdij CE SOIR Le g-Hiid fi'm ira; f li gnerai Ce sera la modique contribution de chacun pour tauration de nos monuments historiques. A vendce Meubles de salle manger. Vaisselle. Articles d vers. S'adresser: DrCOOK Turgeau IMione. Me. 7t-2. UPETE OE L SITE ET OU A l'oconon de la double to'entrit de la lte de l'Uni % ersitc et du Drapeau, bi coup d'invits avaient rpon du 1 appel des Dpartements intresss. Ds li orea tt demie, prenaient place dans le chœur de la Basilique Notre-Dame: la resl I de celle belle manilestalion. le ministre de l'Instruction { Publique prononce son disI cours* L'Inspecteur Mr Flix Magloire rpond avec beaueoup d'aisance et d' propos. 1 Les deux sont fortement applaudis Puis, on passe au salon de rception amnag pour la circonstance, l'ts, Champagne et kolas sont servi*. Toasts. I'uis.c'est ledpart des autorits officielles et la loule, lenlemeut, se retire. L'Espionne aux Yeux Noirs (SUITE! arec Maria Dalbaicin e! Jean Toulout I' le beau film : Le Fils de la Nuit (SUIT:-:) Enlie ; 0>0; Balcon : l.ua CE SOIR ECHOS Son bis. le Pr< sid< ni de %  i ltpubli(|uc, sa maison ci\ ile et militaire, le Secrtaire d'Etat de l'Instruction Publi pie, 1 Corps diplomoti |ue, les CorpsCouslilues,les IU ubres de la Presse, la Diri %  >c nrale de l'Insti ut li i i Pu bli |ue, rinspe< li m S •t les Mebres du Corps Enseignant. La messe — l'issue de laquelle on entendit le beau serm .n du K. P. Le Bellour, vienre I hpital, sur Oku f et sur la Patrie—a t ilite p u l'abb Le Tieres, vicaire S la Cathdrale. On entonne le U Dum. Une salve de vingt et m coups de canon est tire pai le l-'ort National.Le pre Ma bot, directeui de \\ cole aposloliqoe, entour de diacre e< de sous*diacre, otlicie. Bn diolion et stlut du T. S. Sa crament. Le cortge se la n e pour Ke rendre au Champ de Mars en passant par les rues docteur Aubry, de i Runion, Place" le i'ind* pandaoce, rue de l'Egalit, Casernes Dess ilioi Des dlgations spcial i lves portant des fleurs ment u centre a coude la ban* nire ou du Drapeau de leurs coles respectives. Li ta ni ire du Lyce el celles de nos autres tab issi aents secondaires jouent ti ur de rle l'hymne natio il. A la pla< e De % saiu s, les lves entourent la si itUS ^^ Librateur. 1 e cnl d< U Rpublique gerbe de lieui.s Les lves regag ienl leurs Ublissemenlset lis membres du Corps Eu t les bureaux de l'Insp i S :olaire. La, une agrable surprise tait rserve. Deux compagnies de lu 'larde, musi |u< eu tte et drapeaux dploys, tombent eu ligne de bataille. Ma cliquetis d*ai mi -, des coups de clairon ; rjnoncent i'anive du Prsi al de la Bpoblique, BCC 6 ie Mr le Dr Paul Salomon, le nou.'e.m S i t du Dpartement de l'Insti ucl l'ub'i j'ie. .11 sonl les membres de l'Inspection S obire: MM Flix Magloire, Clment Polhel, Samuel De vieux et Laventui e. i.% salle de lception est comble.tant taient nomb les chefs de nos tablisse, 'ie i s b 1>J i s I Nos corn pl< menl • in i > % %  tement de l'I lion Pue>li que et l'fnspei Le nouveau ministre des! finances, Mr lvrnizaii, a dclar qu'il dsirait prendre le lourdes responsal ilits de la direction d:s s"i leinent la ci i se. mais la juguleront. M. Kernizan sait ce que parler veut dire. We premier numro de d i s< naine huinoristi iue, i d im idaire, sous la direction de noire confrre Marceau Dsinor,est paru saine ii Il est plein de sujets.. | pour rire. Par arrt prsidentiel, \I. OctavioFanely, d'origine italienne, a acquis la nationalit hatienne. La Xe Svmphonie ~Kl' l Thas 0 50 et t gourde. JEUDI ( lle-Dieu ) Reprise de la merveilleuse superproduction parlante : La CHANSON du GITANE toute en ouleurs. 12 parties; avee L:-wi>nce Tibhetl et Catherine Oweu Date. 2 et 2 gourdes. SOYEZ FIERS DE VOS DENTS Bien entendu, vos dents sont p| us blandi. quand vous vous servez du CALOX. Les d' 0 haie* disent qn'-l y a deu^ raisons p 0Ur JJ" D'abord CALOX est une poudre. Bien ne ne i Mieux nettoyer chaque coin el crevasse P., CVOX est oiygre. Cela veut dire q Ue ">' mail ne peut pas tre dcolor et que | es Ben civs ne peuvent pas tre irrites. Son contenu d o-Tgne adoucit aussi I haleine et neuiralis les acides de la bouch! Si vous voulez tre li-rs de vos dent, Essayez r.ALOX aujourdlmi... Voire pharmacien l'a. E cri vez maintenant pour un chantillon V luit de la poudre de* tilrici CALOX la nciik-ill bUi CA1.VX 'suvrt tt it /irnu la prumn 4'KIX igt. Me (TESSON ROBBINS.Iofl 7?:u.|Ad NV 4 Inondations On nous signale des moidations dans la rgion de Desdunes, envahie pat les eaux dbordantes de l'Artihonite. Toutes les cultures y ont disparu. C'est la dsolation et la misre La D.G T. P. avait promis d'excuter certains travaux (jui eussent protg celte rgion contre les dbordements du fleuve Rien n'a t lait Devant le dsastre prvu et accompli, les paysans de l'en droit sont dcouragea, nous — M.Auton Alexandre Geor, a flinne t-ou. Ils perdent cons Benjamin a soumis au fi.ne. Nous rclamons p nr eux l'ai le et le concours des services comptents. bile indisciplin a repris l'an' 1 cienne et vilaine habitude d'envahir le terrain de jeu. Nous avons uo' avec j< ie I l'ordre parlait qui rgnait durant le sjour ici de DOS h.'ves jamacains Seuls taient admis l'intrieur ou plutt sur la piste les photographia et certains ..lli .els de I U S.S.H. ujonrd hoi le mauvais inst net q i sommeillait a rompu ses digue. Que le Conseil prenne des mesures pour empcher la continuation d'un •el ta" Je choses. ADMINISTRATION GNRALE DES POSTES AVIS DE lPART Les dpches p mr \e* York et l'Europe ( via NewJ York direct ) par le steamer i Ancon seront fermes le t mercredi 25 du courant Poit-au-l'rince.le 23mai 1932.1 ge Parquet du Tribunal civil de Port-au-Prince les pices ta htissaut qu'il est n en Hati, de mre hatienne. En conseil est liailieu d'oriquence, gine. — M. Jean-Baptiste Bolos, n en Hati de pre tranger, lait au Parquet du Tribunal civil de 'Port-au-Prince I sa dclaration d'option. — La route Cayes-Jrmie •si au plus mal depuis tel dernires pluies. Les voitures n'y peuvent circuler. — Dans un rapport au Se iat. M. Lon Nau conclut l'augmentation des droits de louaue sur les automobiles dont le prix dpasse milU lollan el au monopole pari • Etal de la vente de la ga/.oline. — Lue auto conduite par unofficier dominicain a ta m in la ilame Brinsilia lacinte s Pelil liove. Elle a if ii msporta l'hpital. L'autorit judiciaire, a verbalise. — 11 se dit que la semaine prochaine la Presse Domini11 e invitera la Tresse Hatienne visiter la ville de ianto-Doming •. P I u sieu rs avions serons mis la dispo sitou de s i mm dis tes hatiens, Le veut est l'entente eutre | i i %  i i l ne nu dleure comprhension, de i>;"' ei i un l*m %  timental dcisif pour le r; ement de la question des i-. nti < s qui gagnerait ne tre limite sur le terrain se Vie Sportive PARI LEON IE — Championnat de "2* catgorie — arueui i' Etoile hatienne > a h Mtu les Cadets du Rucing par 2-0. Complimeu s au MaUiignr Henry Doug II se ( huchoteque l'Etoile Hatienne a biouille les cartes au profit du Vertires Club. Qui est champion. Vertires > ou Kaciug ? Les dbats sont ouverts Monsieur Audr Eri, Prsident, Manager et Dlgue du Vertires, brandit de la main droite les Rglements du Champio nat et de la main gauche, menace certains membres lu uonseil de eu mesuie il comprendre ia vous donner la composilio 1 U.S.S 11. d'un procs clbre 1 porte du makh Racingi > des deux teams t. Violet e ; malheureuseF.H. MATCH Racine -VIOLET TE. Entre gnrale : O.t); Tribunes: G. 1 ; Vonure : U. 1. RACING-VIOLETTE. — Noua avons essay d interviewer ment le confrre A. B. nouil a devancs. Tovar, capilainiil du Racine; . Audant, capitaine de la Violette, R.Ol %  net, capitaine des ancien Gilets noirs et urien He-I gnier. Manager du RaciM parleront dans le Aoiiuel/is/J Que laiie alors? hureklll nous l erons le pouls l'it( national, Philo Rgnier et an les Capitaines du tRacing et Marchal Mitton. Manager d de ; Violette* lanslc but de me.ire les lecteurs du Aiatin eu meauie d comprendre ia la i Violette . A demain, lecj teu'S. Nous esprons iussi[ donner REPUBLIQUE D'HATI. Ption-Ville, le 10 mai 1932. lla|i|Miri le lat.oiniiiissiiiii I ailaslrali' tu Secrcliiire il Etal des r'inann>La commission que, conformment voire dpche du .'Il mars coul, TOUS avez forme pour entreprendre des investigations concernant cerlaina particuliers qui occuperaient inuliremenl des terrains du domaine public el priv de l'Etal en celle commune, sur la place Boyer, la place du Ma ch et la place d'Armes, s'emprtsse le vous soumettre son rapport, dette Commission a lait comparatre en ses bureaux tou les >ccupants de ces places et leurs environs. dont les letentissantes pi i doirits exulteront la cheutle ordinaire du l'arc Lecoute. Nous pensons qu'il serait trs sa#e de la part des iutres ses .l'appliquer strictement les Rglements. Pas d'usurpation de titre 1 La Itmme de Csar Sainl-Georges Jeunesse.— Le St-iieorges Club a battu la Jeunesse par 6-1, sur un terrain dlremp par une tu u use averse, (elle nouvelle victoire du -St Georges la classe troisime ex iequo ave U Melbourne d Painsou N "s esprons les von lain mieux dans le prochain championnat. • • Au PABC LECONTE. -Le puUN SAVON PRODIGIEUX QL'I aWLV LES GERMES. EMPI OYEZ-H POUR LES MAINS, LA FIGURE ET LE BAIN. LIFEBUOY LR SAVON DR CH SANTE POIR UAIN, FllRES ET 1AINS. I ItOHR A LAURIN, P. O. BOX cM. — Distribaetun RueRonx et du Centra, Port-au-Prince. Sur la place Boyer: il rsulta T** cpie la Dama Vve Emile l.lie, M. M. MU bianche. Sepe B nsJ ken, Flcher Anselme, Ha nihal Price nous oui communiqu des litres authentiques attestant leurs droits de proprit' Lts autres occupants sont aux droite de 1 Etat. Sur la place du March : Unis les occupants, moyen aussi redevances annuelles. aux droits de l'I Au\, lion de Me Monlouis qui est propritaire ? % %  %  !MHKH m^mvrsi %  Pattllatl Toutes los Polices DE LA nul ont P' Louurd en vertu de titres authentiques. Sur la place d'Armes : les occupants sont aux droits de l'Etat, i : SOIH tllI&CIIUIl lie I L.LII. •ni pindique. V j| n v a j onc pa8 l donne routes les lampes del j re jt e commission de relever pren avenue de Boloaae I q u'une partie du domaine lant ont cass de fonctionner dU j public que priv soit indment ^comprennent la Protection contrela Foudre sans auqmentation de tauxl %  ^our la bonne organisation 1 sant publique. manche soir partir d I hrs et demie. — Le • numro d'avril du aBulletiu • du S d'A . w I Liatiques sui la i en ) occup dans ces diffrentes rf£jg gious. Tel est le rapport l'honneur avons if. Veuille/.. Ire, ayi que vous US lk PIHI.LP Boss M Monsieu IMinis* ^_ i li I Luc Lac ile-Pi i! ss dant-Danta Nau, Membre. Aqents Gnraux mwmwm* %  i f



PAGE 1

• Khum Barbaneo HL'jg i i i i 'i I I sa premire place %  a r pl : Rue J JL&PATISSERIE FRANISb, Sauvez RICHARD PETITS, Trop. vos livres. CIHJP DEiAl S, : 1217. LA SEULE BOULANGERIE EUROPEENNE EN HATI SPCIALITS DE PAIRS POUR SANDWICH. PAINS FLU1R ET PAINS MOULES, PAI l l S NOIRS, PAINS COIPLETS ETE PATISSERIE FINE, PATES, VOL AUVENT. TOURTES SOINS ET PROMPTITUDE. Tlphone: N 2069. La maison ira nos de succursale. La farine BAT'BAS */ /brioue pour les boutany i s senss. Elle coule quelques centimes seulement plus chre que les aulres marques, mais le rendemenl qu'elle donne es/sans pareil. Avezvous dj travaill Bat'Bas? hh bien passez chez les commerants suivants : ED.ESTVE C ^^TO ^ JEAN ASSAB S: i \< / M s livres ri lecliens en mauvais les confia ni a a %  ciencieox, honnte i habih < l/i IkNM ( >M!I 11 I III ( Loi vendre 1<> Pigeons romains de race pure, issus de premii i s ; de 1 exposition Lapins Ganls des J km; drs cl Chinchillas d ra< pures, mme origine. S'adreaser A Mi Paul Caslera*. en face rie l'Eglise Si-Grard. Sache/, que lesavon de votre tei est lait de... Le s > < • e seul \ tus dit qui • me: . de suit. un a ri en lisles .!c Ident. liai ICI I ii Berna r ( d a ionM(I i iii' \" | ,-r' ('ol'In i r. est I ne i es Dablei ayant ce des 1 l s. le (licitom d avoir ce poste H | oitant. %  %  i Si... Si voua avez besoin de j en fer, de lils de eamp avec Ion ; ai cessoire s,maie ^ el oreillai allez chez ST JULIEN SANON 113, Rue I raversire, pi ta d'EsleVe & Cia. o vous serez servi souhait. iu menl • r. Ire pi •. • • • • il u Savon 11.Mi i la La pi douci i %  evous-nu'mes.. timus, aucun produit n'gale La "MAURESQUE' TEINTUK MNAGRE PERFECTION!^ I eu %  A IUML DIS Le pvl lie est prvenu o parlirdu jeudi lit :ouran1 malle par Avion pour Sa nid Domingo, ^i>.n Inan, PortoRico, i Ic.sera lei mec I. s mai di, jeudi et samedi 4 b. de l'aprs-midi. S-H A.DEIATEISM' P. % %  1 ] 9 ED. CEF BI.ACKWF.1.1. MII.I.INC A ELEVATORCO. Kanrus Cilj. Mo. A. BOUE Achetez-la avec confiance Travaillez-la avec orgueil ( LIGNE COLOMBIENNE ) j Tlphone N 23 Le vapeur < Baracoaa Vof. 102, venant directemi ni New-York, sera ici mardi 34 courant continuera le mme jour poi r les port coli i • biens, Cristobsl. Cinflsh I N. w York 1 e mai i teste de ce \ reu par avion i .I :'i I position des i h i i dans os bme.iux sis ani U s ru< lii et Dautsestouchi s. • Le vapeur i Hnrola \ \. 101, partira de New-Yoi i le 25 crt., directement pour! Port-au-Prince. • Le vapear Martinique i Voy 98 perHra de New-Y le 27 courant, pour tous les ports hatiens. William E. BL1 LA PI U U DESSOC L.E monda moitrnr . 3nquc '. I %  i ; rii R • uad, I > %  UN SYNDICAT D'EXPORTATION s que Mous Il Poile\ ien qui dirige %  queluua l'es mi! iln n des %  file" de sa l'de-Paii pour grandi planteurs 11 foi mer un eflorta oui i ont lo m : Prsident i 'sident I irsorirr I m • rtairt nseiller 1 %  h t de i otrr dj ai'il des mli s de tigm s et, n d( s eiyndicnl, l'ex poi lamenter i onsidera Ei i i e un bon niai 1er i onr le ! %  MIH La Banque Royale • du Canada Fleurs! Fleurs!!Q n | r o ra: On troi M ... .. ni leiaux Une ,. chose, dis fleuis. cour. ... corbeilles . no etc. i bon i. ..%, A vendre %  i malelit i pour en ta rit. upe. Valise. '. Sparkde campe%  I lit ). 1res indi i aux < hasseurs ci • \ (|iii veulent aller e o u deux jeurnei 'fine. S';i .i : C I' SAINT ''le la es, Champ 11 li b tiei Manne ( rps 120. r > 11 %* U: FAiTEST INCONTESTABLES mrance L s i Une desj plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE : sur la VIE EUG. Le BOSSE & Co [ AaentsG^>aux t\ a i 1 l h e i C'est la (jiiinl des meilleur #* varits de cannes d'un vaste territoire rein mt les meilleurs terroirs st ce qu, n arnio. GOUTKZ FT MPAREZ! ..^Ufcrfl^'iki* t '.r-..



PAGE 1

Mardi 24 Mai 1932 Le Malin 4 PAGES 26 en* ANNEE N70B ftrt-ti-Frinee Tlpaaic : 'MAI ASSUREZ-VOUS la [General Accident Fire & Lifo Assurance Corporation Ltd. de Perl h ( Scollund ) Car ta GENEPAL >; estime dtl plut puissantes et des" al m fastes organisation de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse le monde ses Polices contre inccn lie couvrent aussi les dgts occasionns par la loutre Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommage* caus autrui dans sa personne ou dans ses biens. Ses Polices Mai mes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati. Ses Polices contre accident**sont valables dans l'univers entier. Tons les vovagurs devraient don • prendre le prca il ion de se munir d'une police contre accidents. d'au moins 4000 dollars, la 'prime annuelle u'taut que de; 1/2 •/• toit M dollars L\ G Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves SOUSAGENTS Agent Gnral pour tiaiti. port-au-Priuce; 10. GILG JEAN PLANCHETJcrcmft AVIS AU COMMERCE .^""'.T Accidents La Panama j;;iilioa i Slea msbip Une a l'avantage (l'a i.0Bcer let dparts suivai tsde New York pour port-au-prince Hati, directement chaque mardi. Tous les steamers sont, pourvus de chambre ti iroii'ioue IWnarts Ae heu> lor/c. Arrivages Pot i au-frime. Steamer tCrutobal le 2A irai le 29 mai 1932 S/S "Bueaa ventura' le lerjuin 1*;>2 "< juin 1032 S S "Ame le 7 I" 1 le 12 i uiu 1932 Siehier "Guayaquil" le l4l n iQl932 '" "~c ^ juin Steamer "Crittobal 1 l< 21 juin 193 I 2G juin Steamer ••Buenaventura" le 28 juin le 4 juillet fe'eanier "Ancon" le (J juillet 1932 le H juillet Steamer "Gnayaqr.il' le 12 juillet** le 1* juillet Panama Railroad Steampshlp Lin* JasH. CVANREED Agent Gnral 1932 132. 1932 1 Poste Mar< hand. BlesbUn iQxo| luse del rg on malaiie • de la ioue droite du uavi Laboratoire SJOURN DlRBCTlRI F. SntoURN, Pharmacien ft. SJOURN, Phirmacien de l'Universit de Paris M. SJOURN, Pharmacien de l'universit de Paris,a*cieo interne des Hpitaux de Paris Analyses des Urines, du sec g;istri(|iie. du sang ( Wasermann, Ure, Constante d'Ainbardi Glycmie). Deserai h r*>. Des matires ltales. • %  .— Lykes Brothers SS C' lnc Texas Hati — iant ;-omingoPorto Rico 11) mai 1B32 Rodolphe Wulll, li) aas, Mois de k Schullz; Fractuie de la hast du ci Ane, des 1re et 2me cotes droites et des ctes gauches ( hospitalis ). Prochette Joftrin, ^2 ans, me Magasin d I Lia'. Lejjie luxalion du tou de pied gauche. Esope Eiouissaint, 24 ans,! e cone droite, loue droite du pavillon Oe 1 l'oreille gauege. Flix Salnate, 11 ans, rue des Miracles. Fractures des os de l'avant-hras. Elise Torchon,22 an?, Bolosse. Blessure tranchante del plante du pied gauche. Elisabeth Jean, Poriail St Joseph. Blessure coutuse du lion'. •Vndrlise Hilaire, Bel-Air. Corps tranger a la lace plantaiie du pied dm t. Mlise Meiistile, quartier StJoseph. Blessure coutuse de la lvre suprieure. Germaine Jean, 14 ans, rue du Peuple. Corps tranger de la lesse droite. Marguerite Joseph, Grand'Bue. Hmatome du t.ont, Cla re Yricam, Place SteAune. Coniusion del bis da .'lu m thor.'X dm '. I m loi ne File. .0 n--. P rtail | LogAn*. Morstre de ch'n de' IJ nimbe droi'e. 20 mai 1932 | Desgrace Merand .t ans, Pois de Chnp. Brlur du 3.n; de gr au bias droit. Vincent Bellorl, 4 ans, rue StHonor. Blessure co iiuse du Iront. Alfred Roiclietle, ars, rue Magasin de I Eat. Craillure du palais. Sylvain LouK San?, rue du Sacr-* œur. Blessure contuse de la rrgion frontale Louis .In Louis, 11 ans. Maison Centrale. Blessure tranchante la joue g u he. Mi nlus Mer ci, .30 ans, BelAir. Blessures conttes de la lace et hmitome la joue droite. Maurice Coutarl, 22 ans, Ave. Magloire Ambroise. Blessure lgre de l'auiiculaire g niche. Claire V met, 24 ans, rue du Centre. Contusion des deux avant-bras. Polina Paul, 34 ans, Mariani; Blessure de la rgion malaire. Louis Bliard, 32 ans, Peu de Chose. Coniusion du dos. Roi elina Oscar, 28 ; ns, Faubourg Sdfomon. Blessure contuse du lionf. Andr Pinard, 1 an, rue du Ch imp de Mars. Brlure de la piaule du pied droit. Sverine Bosier, 13 ans, rue du S; cr-Cœur. Luxation de l'paule droite. Amde Jn-Louis, 17 ans, Grand Bue. Co.itusion de* la hanche. Lucie Cerisier, 'M ans, Croixdes Bossales. Coniusion de la N'OUBLIEZ PAS OE FIE ON PETIT TOUR. TnuUCE-GAimHN Chez W. KAHL Petionville Ihsemcnt 1.60H pieds d'aK'tudt Lta virons de Fort pr -Prince. Seulement 15 minutes d'auto e | lus ltaisdsi t sur une excellente resli asphalte Vins m-1 veilleuses de la v Ile et Ju i,ort. l!. lissons de toutes esices. \rrangcmrn*s paiticuliert pour > pensions de joar dt sens lire o de mois. rgion I onlale. Lubin Dieucne, 22 ans, Portail LogAne. Blessure tran- chane de la parlie antrieure du poignet gauche. Rsilia Chariot. 30 ans, rue Vlassillon Coicou. Corps tranger dans le pouce droit. 1 Andr Jesn, 14 ans, rue du Centre. Contusion du cou de pied gauche. Joseph Audain, 7 ns, rue du Centre. B.essure du pied gau che. Louis Lochard, 48 lion e Foi. Luxation Irioal liliiiin ALIX ROY 30 annes de succs. CE: N'A JAMAIS T FAIT CE OUIZHE PEUT ETRE DPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpaie dai s des conditions rigoureusi D'ASEPSIE Prparation et Vente PHARMACIE F. SEJOURNE Angle des rues houx el du Centre. ans, rue Loterie Nationale d'Hati 41 Rue Bonn*.Fol, Phone : 3351 La Loterie Nationaled'Hati est n hautement humanitaire par la multiplicit une chance de bien une institati d'oeuvres qu'elle se propose t"aider. du poi-[tre offerte aux hommes de toute conditions de fortuttt Employs, fonctionnaire*, Ouvriers, Artisans. Salarie Ai sans parte troii toi?.* BUSSA deT £C' !" P rd r "' GeD "* m '" a t domeique,, ) g niche e: dis doigts de la droite (hospitalis) m " leur budget moyennant deux fondes, peuvent gagner trM mille gourdes Patrons de Commerce,Chefs d'induslie.pem Assurez-vous contre accident la lieneral Accident Fire A. mile Assurance Corporation Li | naistes ued t — Vve F. Berminghaat gei.t Gnral Dour Hati. aux iusulflsances des ventes, par l'achat d'un billet, quivow libre du souci des chancesMJecias Avoeats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Graii'i igiitaires de l*Itat,Reprseitants de lintellectualit, Jeir •I domtdi ire et rgulier passagers et du Golirdu Texas directement av* 1. Le seul service I trt eutre les ports Pert-au-Prince, | Pour la rception upide f le maniement habile de vos importations, servez vous toujourt des navires de ta LYKE UNE. Les prochaines arrive* a Port-au-Prince sont %  Stetmer Margaret Lyketi Steamer Rulb Lykes > Bureau: Rue en Magasin l'tiUi, 27 mai 1932 3 juin 15)2 Ue.te I nstale P La de Manufacture Ilailienne' Chapeaux L'Indigne Donne* l'exewple de velre solidarit soeiaie. Rentiers, capitalistes, eename en jouant, augmentei % eut aveir. Vous tons ejni kalrte* Haiti, rrndec-lui service et atii aille billet del LoTERIE N VTIONALE D'HATI. %  • %. HENRY STARK i RUE DU jUAI. EN i-ACE DE LA GARE \trrti filres de loules di nensious pour vitrines et en cadrements. I Uni spciah s ur autos VUret ordinaire 1 4 pouce paisseur pour autos et cttap-i toirs. Crand choix d hoiilurs pour cadres. Ltmpes de nu il La maison rpare aussi les ttirtirs lchs. %  ••• Mk.aUeilion VO8OE8 (Franc*) riON LECTIVE UR LE RFIN omplte de l'ARTHRITISiVtE TENNIS GOLF POLO • HcATRE • OM*i~" 'PARO S POA L POUR LES.ZNFANTS iiifi :R .tam %  %  :•!> A vrnsL >i prlni !, %  • %  %  'i..-ma, r., Dro^uoric et MUiom d Allmu A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clienlf'e que la vente de ses CHAPEAUX ge tait, depuis le 4 j nvier. an i 202/, mmw (s y trouvrent le mme accueil. ARCHE. CLRIT. GOURTISIE. PROGRS NOUVEAU RHUM hOl\EAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCUMNCE Claivin Vierge Chez N. NAZON DPIMCLF DES RUES BU PfflfcE ET FEUOU WKnH iViartmeZj, Marcelin &. G* | $r< Beoju, u, s „ i^. pri%



PAGE 1

Clment Magloirc DIREClEIR 1353. RUE AMEH1CAINE*1358 TELEPHONE N*2242 L qui m lYlll|MT. t I lU.llIlti l*ll ; pi II r, 26 me ANNEE N" 7678 PORi-AU PK NCE(HAiri) MAHL petit* Pamphlets L'Heure des Mdiocres C'est celle que nous vivons Ah comment Fuir le< mdiod^mis quelque temps. Nagure cra ri|s? Mais, hlas on ne • mdiocrit tait discrte, elle ne cherchait pas s'unp:>sfl elle avait lu dignit do sa misre intellectuelle. Mais, hlas le nos jours, nous la vovoisau Parlement.au Prtoire, dans les Conseils de Gouvernenifiit, dans la Presse, dans les salons, dans les rues, aspirer la premire place, l'occuper min; arec outrecuidance, sous les veux baliisdes hommes de vrai uirile. La Rpuhh(|ue d'Hati n'est pas en dmocratie mais eu mdiociatie. O sont-ils, les jours d'intelligence, et de hirarchie, o un mdiocre, mme loi S sur tranches, comprenait qu'il devait s'effacer devant un, 1 %  innin, un Lger Cauv'm, un Mnos.un Plesancc.ua E Iraond Pul,— se taire quand l'un de ces Princes de l'Esprit levait une veix lerlileVQue les temps ont chang 1 Comme triompher est devenu lacile Dans notre ptlitique surtout, l'on voit des gens manquant de tout. deconsdoit point leur en vouloir, lis marquent 4 un haut (\tj,\ino Ire scepticisme, notre insouciance, notre peur d'agir, le rivalits qui minimisent, les individualits qui sont (ie la mme famille d'esprils.Le culot dtl mdiocre ha i tien est quelque cho-f se de hors nature. Une (piesj lion qui exige de l'intelligence! la plus claire, la mieux avertie, la mieux meuble, un pnible effort de mditation,pour ea saisir l'clair de solution, est traite au pied lev par le mdiocre qui la tranche ingnuemint, — l'applaudissement des auditoires imbciles,—et le pire au silence de celui qui sait, dnu du courage de dire au mdiocre : ferme-la 1 Voyez-le, celui-ci : il est gras, important, il arrondit son dos et fait entrer sa lle entre ses paulas. Il suit qu'il lui suffit d'arriver pour en imposer,— de sortir sentencieusement quelques lieux communs qui seron iVUTOE cisnce.de pudeur, de gramme idnomms formule* rationnelre et d'orlographe, rgenter les les.ll sait que l'esprit est une inineilleurs esprits, qui n'essaient dignit. Alors il eil ce qu'il est : mme pas de ragir. C'est une i du nant pattes. Et tous les forme pure d'anarchie. Oui tout j espoiis lui sont permis. Quoi t'en va, il ne nous reste plus ( non ascendam s'crie nuit et' que l'paisseur vide des mi jour le mdiocre. A la vrit, il liocres, leur cuistrerie et leur a raison.Il russira l o la plus sur 1 1 Hya Vingt cinq ans a raison.Il russira l o la pli j ingnue. Il leur sulfil noble conscience et intelligence d'arriver pour dominer.Mais ne rencontrera que l'chec.C'est comment arrivent-ils ? Par les rgulier, ear noire fumier goplus inimaginables perfidies, cil est singulirement propice l'panouissement de cette Heur ; le mdiocre-roi. Vive la Mdiociatie Mais, quand mme, le respect et la sympathie des bons et des avertis iront ceux nui j n'ont pas besoin du succs fai tours, lchets, reniements, gnuflexions, pactes. Le pays qui n'a pas une tte mmoranle les acclame, les journaux sont pleins le leurs portraits. Mme dans les lieux les plus intimes, leurs laces panouies surgissent '-fl'inl SEC rsi an mlange secre, vieilli de G mois avant toute ad lilio i d'eau et de sucre jusqu' ce qu'il soit : xlra Onctueux — Extra Sec Extra Boa. Il se mlange bien et ajoute du '/. -s! vos boissons la von tes. Vous aimerez ce meilleur Ginger-AIe et vous apprcierez la parfaite profret des jolies bouteille! lances. Elles sont toujours NEUVES n'ayant jamais dj servi SEC GINGER. ALE SUPREME A .INI. S Muhr & Laurin, P. 0. IJX M. Port-au-Prince. I i M4TIN, 24 Mai 1907, GRAND CONCERT Le concert que donne J. Elit tu G /( (e d i s r sen million uores ro!i • l uivrin 'Mil' sje vanki e.Noli Li d %  lil n'aurnil pu rester i li %  sel r.in e Fera lion .d ^ ln le Sco ilhoroi h A l'une les (Ici nires uxcutil un m me premire m f iril, l'en i %  riiECAciii terre l.) if il'Haiti. • lei re a enfin parl se %  lei leurs s'en souviendront. I u comit des Einonces el de l'Agriculture, par l'orgi pul Adam, donne lei lure ilr son rapport nu sujet de I i loi anelion du contrai 13 i el le un',ne dput l'ui v et le > ote imuidial la loi. Le dput Dehoi bal vi venu, il la proposil Adam el le vole de la Li n :lion. Vprs, de judi va lions, entre outres I i par la Chambre d • i \. c ir I du > \ i n 11 ilont il est la dans le contrat. L'ui gencfc esl e le iinni Mal i cussion.Le dpu -Pi de l'assemble de tenir i om i le des obse : on colle Delioux el d'allcndi e la prsence du secrtaire d*Elal I intress pour disi ulei la a lion. Les dnuls Sbasliani Main el Allen %  tient la tril po ir i omb titre point d Dehoux : il i et re gagnent leurs siy i 'i ... a vu la semaine luuire, in voile 'omb ni, rob' el cou lontie blanches, aumonite la ceinture i ci rge en miir, une ratissante premire con'maniante de 20 ans. Elle ressern* blail A une nouvelle marie, et de lait, I l'msue de la messe, elle lut occo" e, par un ravaliei—son fianc, sans dou'e — qui lui il il galamment le bras, li ( onduisil i ton BD'O, el prit pi ii a au vol ni cl'elh'. l'a banal, D esl ce pa? . a vu D c de pnviic i s qui Blatii il pourepn* '• n pler les ro irnhons. faitea a la l oge o La Vru N 17 , nar v i rable Samuel l'ercir.". Un Iri i ul re mo : M I* M i ei serai nt, voua ne pouvfz nus voir l'inti icur qui est r< M &f%  !K aut %  < \ bi<0 :''i)^ g I a NOTRE (fin i ntale tir \ l'inlan; li'e el ni \ u C nlre un 'I %  eirquante i n qui son 'tir son >. r el pour % %  > i l son dvolu sur u* |Piti e li %  !*u • %  ne H t* • i : .iit une I i en t>di* irure ,i pi i specl ce. Diftn f le son du < or PSI ti isic le 10 r .: : des bois faon: rationnelle de gnie sanitaire. point de terminer la partie thorique de sa nouvelle thse i sur Au Prol. Tiler, llead du Sanivolution des thories su. a v Eng., au Mass. lnslilule oi Arches et Voutea a avec apph? 6ChnoIogyof Boston Mass.qui, caUon des mthodes modernes .. ?/.. „.„„„. ( „„i t .,,-. de calculs de rsistance des mavivo i^/L/l j\A lv^o rvalious nu sujet di %  ilrat. ( Il es n | ,, / plaudi.) n i i i %  '' 1 c "' dlx Pop : ""' 1 r f> compos en ma cialion de I : .1 fe oui I avec un dvouement lout sp•ial, lui enseigna la Technique WnaM par la plioto-elas San taire du Ira.lemenl scienliM-M-d, alle.nl dune c v; ,r„., pneumonie Uigu, i fique du .Sevrage. I pendre ses travaux. Au Prol. Sentenac, prof, de J dut Entr en olocne •• eu de saus-lra' ail, alleu I ieux l'ouv i ure de : u sier d mibulenoncli ment en ogilnnl i %  h lanl q u lesdpui sans se p:cs y. leurs i n c ifs.Lnfin peul i eu cai h< r, el ; lanl bien r q i" l'inventeur de I lus que n pte chez Iru, ni si aulie que I En pen ur filas, fils <)•' Vespu.. i [u'au jour (u il pr1 raellrp son invention au loin', j ii lenlendait grogner m p< • didi . ("est de l'histoire. .. vo qu pris de boisson, e r.omn D.irvil a vu i onge.'tt nrae d. s voies e lait qui ont rntn^ la mort. S J avait bu du Rhum ItarbanCourt, l oin detuer sa lemnstx, il lui BUI ail — c'est sur — lait un entant. r :le lillrafr* : ,< Les Dtnia du %  dont n'i .luvigny i • i l'actil P snlenf, e donner Monsieur Etienne Camille, comme son prsident d'honneur. C'est in : ige mrit, rendu a I i l'es tel l'un a, La Croix-Rouge hatienne La iiong li ./tienne loi une ralit. Un i i i n s rion lorm !. i leurs l\uli Lon et I : : I 1 1 irmant et de M. William li Blo a pris l'ini • li e d'une runion qui se a inche 2 l J mai pon ins intrt. Les se• 'ires il I ;ial tie l'Iuli : Cbausses, qui a bien voulu le 'en parfaite sant, nous si i guider aucouis de ses travaux heureux que l'ingnieu et accepter avec empressement moque resie en Hati el tre le prsident de la prbnficier son pays de ses i sente thse. Notons avec plaisir digieuses et solides connaissi iprochaine l'inl que c'est le premier travail de ces lanl gnrales que lecli re genre nui a t prsent ;'i ques.Celte semaine, la Sorbonne. mencerona la publication d'une Relations %  .\.,M ami, aprs a\")ir fait srie d'ariicl notre proposition c sa l ; el di lie dans le mdiat.! a Loi esl \ • l • '"" l, ,M1 ; '' ( " Varits, et modifirali '" s :ncsures i %  r la constitution de li ne dure d'un l roixi hati inc Le pro QQ de celte rn n porte entr'aulres iti n du Dr I on. communication de Mr lusele du iJr Char* niant. Il v sera lorm le conii! ration de la S Dcs roonne, Pans. Spcialisile | un 8 j p g e technique chez un exI niste, la di >n Civil en Sa ni lai) engenee| HI | e n bto.i n ".ne P anada et ,. -.. ^.M.-'A.I. .". i.) au s> ait de uou eau lanc dans Amrique, %  assachunsetts liibl.uilc of .les hauic ciudes scientifiques OUH la u brique Jhech. ol Boston. Notre ami 'et grce a la recomiuaiidaiion Urbaine i rsident Loubcau lui faits li ont eu liea les obsques i / SainUtJgtr \ i Ile .u -o N condolanees sts pa n'ayant t Pordre du


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07010
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, May 24, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07010

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloirc
DIREClEIR '
1353. RUE AMEH1CAINE*1358
TELEPHONE N*2242
L
qui m
lYlll|MT.
t I lU.llIlti
l*ll ; pi II r,
26 me ANNEE N" 7678
PORi-AU PK NCE(HAiri)
MAHl
petit* Pamphlets
L'Heure des Mdiocres
C'est celle que nous vivons Ah comment Fuir le< mdio-
d^mis quelque temps. Nagure cra ri|s? Mais, hlas on ne
mdiocrit tait discrte, -
elle ne cherchait pas s'unp:>-
sfl, elle avait lu dignit do sa
misre intellectuelle. Mais, h-
las le nos jours, nous la vo-
voisau Parlement.au Prtoire,
dans les Conseils de Gouverne-
nifiit, dans la Presse, dans les
salons, dans les rues, aspirer
la premire place, l'occuper m-
in; arec outrecuidance, sous les
veux baliisdes hommes de vrai
uirile. La Rpuhh(|ue d'Hati
n'est pas en dmocratie mais
eu mdiociatie. O sont-ils, les
jours d'intelligence, et de hi-
rarchie, o un mdiocre, mme
loi S sur tranches, comprenait
qu'il devait s'effacer devant un,
1 innin, un Lger Cauv'm, un
Mnos.un Plesancc.ua E Iraond
Pul, se taire quand l'un de
ces Princes de l'Esprit levait
une veix lerlileVQue les temps
ont chang 1 Comme triompher
est devenu lacile Dans notre
ptlitique surtout, l'on voit des
gens manquant de tout. decons-
doit point leur en vouloir, lis
marquent 4 un haut (\tj,\i- no
Ire scepticisme, notre insou-
ciance, notre peur d'agir, le ri-
valits qui minimisent, les indi-
vidualits qui sont (ie la mme
famille d'esprils.Le culot dtl m-
diocre ha i tien est quelque cho-f
se de hors nature. Une (pies- j
lion qui exige de l'intelligence!
la plus claire, la mieux avertie,
la mieux meuble, un pnible
effort de mditation,pour ea sai-
sir l'clair de solution, est trai-
te au pied lev par le mdio-
cre qui la tranche ingnuemint,
l'applaudissement des au-
ditoires imbciles,et le pire !
au silence de celui qui sait, d-
nu du courage de dire au m-
diocre : ferme-la 1
Voyez-le, celui-ci : il est gras,
important, il arrondit son dos
et fait entrer sa lle entre ses
paulas. Il suit qu'il lui suffit
d'arriver pour en imposer,
de sortir sentencieusement quel-
ques lieux communs qui seron

iVUTOE
cisnce.de pudeur, de gramme i- dnomms formule* rationnel-
re et d'orlographe, rgenter les les.ll sait que l'esprit est une in-
ineilleurs esprits, qui n'essaient dignit.Alors il eil ce qu'il est :
mme pas de ragir. C'est une i du nant pattes. Et tous les
forme pure d'anarchie. Oui tout j espoiis lui sont permis. Quoi
t'en va, il ne nous reste plus ( non ascendam s'crie nuit et'
que l'paisseur vide des m- i jour le mdiocre. A la vrit, il
liocres, leur cuistrerie et leur a raison.Il russira l o la plus
sur
11
Hya
Vingt cinq ans
a raison.Il russira l o la pli
j ingnue. Il leur sulfil noble conscience et intelligence
d'arriver pour dominer.Mais ne rencontrera que l'chec.C'est
comment arrivent-ils ? Par les rgulier, ear noire fumier go-
plus inimaginables perfidies, cil est singulirement propice '
l'panouissement de cette
Heur ; le mdiocre-roi. Vive la
Mdiociatie !
Mais, quand mme, le res-
pect et la sympathie des bons
et des avertis iront ceux nui j
n'ont pas besoin du succs fa- i
tours, lchets, reniements, g-
nuflexions, pactes. Le pays qui
n'a pas une tte mmoranle les
acclame, les journaux sont
pleins le leurs portraits. Mme
dans les lieux les plus intimes,
leurs laces panouies surgissent
'-fl'inl SEC rsi an mlange secre, vieilli de
G mois avant toute ad lilio i d'eau et de sucre
jusqu' ce qu'il soit :
xlra Onctueux Extra Sec Extra Boa.
Il se mlange bien et ajoute du '/. -s! vos
boissons la von tes.
Vous aimerez ce meilleur Ginger-AIe et vous
apprcierez la parfaite profret des jolies bou-
teille! lances. Elles sont toujours NEUVES
n'ayant jamais dj servi
SEC
GINGER. ALE SUPREME
A .INI.S
Muhr & Laurin, P. 0. Ijx M. Port-au-Prince.
I i M4TIN, 24 Mai 1907,
GRAND CONCERT
Le concert que donne j. Elit
tu G /( (e d i
s r sen million
uores mues m n, ci,1,
Port-an Prin
La I" illante rap le h n-
"' 2 ,
leun sm i s on jeune
:rl:
i' in.
H pfh lo t i se
. ho-
'i'1 d$ I m, e chez l'Aie cl
i (iltmi
i
opos
humides
i ; i
sur les papiers que l'on sait, cile pour briller d'un pur clat. #
e
URBANISME
e
HAliTANA
N
chitecte
Notre ami, l'ingnieur ar- est actuellement le seul Ha-
ilecte expert LionelJ.B. T- lien lve titulaire de lins-,
lmaque, nous a lait le grand litut HenriJPoincar Paris. I
plaisir, retour des Cayes, I 11 a prsent a la Sor-
de nous rendre visite. Nous bonne une thse rtmar-
avons t heureux de consla | quable sur le dlicat probl-
NUITS VIENNOISES
ter que notre asai dont la
sant a t assez prcaire est
compltement remis. C'est
pour nous l'occasion de pr
tenter nos plus vifs loges au
doyen du Corps mdical des
Cayes, le Dr Ledan pre, son
mdecin traitant.
tlN'olre ami nous est revenu
celte fois-ci enrichi de
nouveaux litres universitaires
et il peut lre lier d'tre le
digne lve de son dvou
me du traitement pralable Le plus grand succs cinmatographique de la semaine sera
de I usage de 'eal1 en la prsentation de celle oprette, toute en couleurs naturelles et
temps normal et en priode dont on ne perdra pas, grce la perfection de l'appareil, un
d'pidmie. Il a soulev lors seul des rythmes si enchantems de celle musique vi nnoise lan-
de la soutenance de sa thse goureuse el tendre, romantique el spirituelle, app
la Facult de Droit de Pa- que poque du film el excute magistralement par u h,
ris l'admiration de lout le viennois de plus de 100 musiciens, des churs admirabl
Jury qui lui a prsent ses plus aolisteade premier plan.
elouieuses flicitations. Celle .GelieIire^nte.'S*^Z? ,"i"K[,Ui\ la Prenl? "' M':'"
pire AUSTRO-HONGROIS, la seconda 10 ans aprs a New-York,
In Sme de nouveau Vienne.
Personne ne doit manquer l'UNIQUE reprsenlalion de ce jo-
yau du nouvel art.
Entre : 2, '.\ et I gourd* v
thse scientifique remarqua-
ble est ddie :
Au Prol Th. La Premire
(M. S.) MIT (CE) EPM Pro-
fesseur de gnie Sanitaire
professeur et Matre, le prot. Ji'Ecolc Polylhecnique de
Charles Spollord. llead du
dpartement of Civil and Sa-
nitary Engineering du Massa
Buusellslnslilule of Techno-
logy, ex-enairman of this Fa-
Hy, ex prsident of tlie
American Civil Engineering.
U plus clbre ingnieur
Nord Amricain in Civil En-
gineering.
Hati peul tre fire, elle de
ion Haylian Spofford . C'est
avec plaisir que nous inen
donnons que notre ami T-
linaque est maintenant In-
gnieur de l'Ecole Suprieure
lis Travaux Publics de Pa-
lis, B. S.A.de l'Universit de
Montral, Canada. Ingnieur
Civil de l'cole polylhecni-
(l" de Montral. Corpora-
tion des Ingnieurs civils du
Canada. Ingnieur el Archi
jecte expert de l'Institut d'Ur-
banisme de l'Universit de
Paris. Ecole Nationale des
Hautes Eludes Urbaines etde
Administration Mun cipale.
^ l'hoiiiw I' in. Montral, Canada. Ingnieur
en chef du Service National,
de l'minenl ma l h ma ticien
Emile Horil-, tait admis la
i Facult des Sciences de II
d hygine de la Province de T,lsil (ie pari8| .-, u,,,,,,,,,
Qubec. Inspecteur gnra Henri Poincar au gradi
du Dominion du Canada qui j Candidat au 2",degrcdu doctoral
le premier lui enseigna d'une ^mathmatique. Il tait sur le
lhambr
n \ ; s. i i \ a
Il 'I Mis
:
I
1 ma
e d m irl Ils ildi a i l
i ri uellc i
mondial |>ro!i l ,
uivrin -
'Mil'
sje vanki e.Noli Li d .
lil n'aurnil pu rester i li
sel r.in e Fera
lion .d
! ^ ln le Sco ilhoroi h A l'une
les (Ici nires
uxcutil un m
me premire m
f iril, l'en
i
riiECAciii !
terre l.)if il'Haiti.

lei re a enfin parl se
lei leurs s'en souviendront. I u
comit des Einonces el de l'A-
griculture, par l'orgi
pul Adam, donne lei lure ilr
son rapport nu sujet de I i loi
anelion du contrai 13 i
el le un',ne dput
l'uiv et le > ote imuidial
la loi.
Le dput Dehoi bal vi
venu,il la proposil..... Adam el
le vole de la Li n :lion.
Vprs, de judi va
lions, entre outres I i
par la Chambre d i \. c ir I du
> \ i n 11 ilont il est la
dans le contrat. L'ui gencfc esl
e .
le iinni Mal i
cussion.Le dpu -Pi
de l'assemble de tenir i om i
le des obse : on col-
le Delioux el d'allcndi e la
prsence du secrtaire d*Elal
I intress pour disi ulei la a
lion.
Les dnuls Sbasliani Main
el Allen tient
la tril po ir i omb titre
point d !
Dehoux : il i et re
gagnent leurs siy
i
'i
... a vu la semaine luuire,
in voile 'omb ni, rob' el cou
lontie blanches, aumonite la
ceinture i ci rge en miir, une
ratissante premire con'ma-
niante de 20 ans. Elle ressern*
blail A une nouvelle marie, et
de lait, I l'msue de la messe,
elle lut occo" e, par un rava-
lieison fianc, sans dou'e
qui lui il il galamment le bras,
li ( onduisil i ton bd'o, el prit
pi ii a au vol ni cl'elh'.
l'a banal, d esl ce pa?

.
. a vu d c de pnviic
! i s qui Blatii il pourepn*
' n pler les ro irnhons. faitea a
la l oge o La Vru N 17 , nar
v i rable Samuel l'ercir.".
Un Iri i ul re mo : M I* m -
i ei serai nt, voua ne pouvfz nus
voir l'inti icur qui est r< m !?-
!k aut ' < \ bi<0 :''i)^
g I a Notre (fin i ntale tir
\ l'inlan-
; li'e el ni
. \ u C nlre un
'I eirquante i n qui son
'tir son >. r el pour
" > i l son dvolu sur u*
|Piti e li !*u ne H t*
. i :.iit une I i en t>di*
irure ,i pi i specl ce. Diftn f
le son du < or psI ti isic le
10 r .: : des bois !

faon: rationnelle
de gnie sanitaire.
point de terminer la partie tho-
rique de sa nouvelle thse i sur
Au Prol. Tiler, llead du Sani- volution des thories su.
a v Eng., au Mass. lnslilule oi Arches et Voutea a avec apph-
?6ChnoIogyof Boston Mass.qui, caUon des mthodes modernes
.. ?/.......... (i t.,,-. de calculs de rsistance des ma-
vivo i^/L/l j\A lv^o rvalious nu sujet di
ilrat. ( Il es n
, | ,, / plaudi.)
n i i i '''
1 c"' dlx Pop
:""'1'" rf> compos en ma cialion de I : .1 fe oui
I
avec un dvouement lout sp-
ial, lui enseigna la Technique WnaM par la plioto-elas
San taire du Ira.lemenl scienli- M-M-d, alle.nl dune
c v; ,r., pneumonie Uigu, i
fique du .Sevrage. I pendre ses travaux.
Au Prol. Sentenac, prof, de J .
dut
Entr en
olocne eu
de saus-lra' ail, alleu I
ieux l'ouv i ure de :
u sier d mibulenoncli
ment en ogilnnl i h
lanl q u lesdpui
sans se p:cs y. leurs i .
n c ifs.Lnfin '
peul i eu
cai h< r, el ; lanl bien
r q i" l'inventeur de
I lus que
n pte chez
Iru, ni si aulie que
I En pen ur filas, fils <)' Vespu-
.. i [u'au jour (u il pr-
1 raellrp son invention au
loin', j ii lenlendait grogner
m p< didi . ("est de l'his-
toire.
.. vo qu pris de boisson,
e r.omn D.irvil a vu i onge.'tt
nrae d. s voies
e lait qui ont rntn^ la mort.
S J avait bu du Rhum Itar-
banCourt,loin detuer sa lemnstx,
il lui bui ail c'est sur lait
un entant.
r :le lillrafr*
: ,< Les Dtnia du
dont n- 'i .luvigny
i i l'actil P snlenf,
e donner Monsieur
Etienne Camille, comme son
prsident d'honneur. C'est
in : ige mrit, rendu a
I i l'es tel l'un a,
La Croix-Rouge
hatienne
La iiong li ./tienne
loi une ralit. Un
i i i n s rion lorm
!. i leurs l\uli Lon et
I : : I 11 irmant et de M.
William li Blo a pris l'ini
li e d'une runion qui se
a inche 2lJ mai
pon ins intrt. Les se-
'ires il I ;ial tie l'Iuli :
Cbausses, qui a bien voulu le 'en parfaite sant, nous si i
guider aucouis de ses travaux heureux que l'ingnieu
et accepter avec empressement moque resie en Hati el
tre le prsident de la pr- bnficier son pays de ses i
sente thse. Notons avec plaisir digieuses et solides connaissi i- prochaine l'inl
que c'est le premier travail de ces lanl gnrales que lecli
re genre nui a t prsent ;'i ques.Celte semaine,
la Sorbonne. mencerona la publication d'une
Relations

.\.,m ami, aprs a\")ir fait srie d'ariicl notre
proposition c sa
l ;
el di
lie dans le
mdiat.! a Loi esl \ l '"" l,-,M1- ;'' (-"" Varits, et
modifirali '"s :ncsures
i r la constitution de li
ne dure d'un l roixi hati inc
Le pro qq de celte r-
n n porte entr'aulres
iti n du Dr I on.
communication de Mr
lusele du iJr Char*
niant. Il v sera lorm le con-
ii! ration de la
S
Dcs
roonne, Pans. Spcialisile | un 8jpge technique chez un ex- I niste, la di
>n Civil en Sa ni lai) engenee- |HI| en bto.i n".ne P anada et
,. -.. ^.m.-'a.i. .". i.) au s>,ait de uou eau lanc dans Amrique,
assachunsetts liibl.uilc of .les hauic ciudes scientifiques ouh la u brique .
Jhech. ol Boston. Notre ami 'et grce a la recomiuaiidaiion Urbaine
i rsident Loubcau lui faits
li ont eu liea
les obsques
i / SainUtJgtr
\ i Ile .- u -o
N condolanees sts pa
n'ayant t Pordre du


^ ? V *
V


f* PAGI
es
LL ),UM.+m 24 U#- i
f
JEUX FLORAUX
Avec 2 gourdes, vous pourrez non seulement
<-lre entre iii Pan Leon te, le 29 mai 1932, nais
vous disttaire, boire, manger et*gagner la Loterie.
Ds maintenant, petits el grands, conomisez toi
gourdes nour assister celle grande manifestation
tionale.
Pour les Jeux Floraux, aussi bien le-, organisateurs,
acteurs, les propritaires du Parc-Leconte, tout 1
paiera l'enlt e.
L'entre snrale est fixe a une gourde.
payer
aussi
2
na
1rs
monde
i
Cin-Tatdij
CE SOIR
Le g-Hiid fi'm ira; f li
gnerai
Ce sera la modique contribution de chacun pour
tauration de nos monuments historiques.
A vendce
Meubles de salle manger.
Vaisselle. Articles d vers.
S'adresser:
DrCOOK
Turgeau
IMione. Me. 7t-2.
UPETE OE L
SITE ET OU
A l'oconon de la double
to'entrit de la lte de l'Uni
?ersitc et du Drapeau, bi
coup d'invits avaient rpon
du 1 appel des Dparte-
ments intresss.
Ds li orea tt demie,pre-
naient place dans le chur
de la Basilique Notre-Dame:
la res-
l
------I
de celle belle manilestalion. '
le ministre de l'Instruction {
Publique prononce son dis- I
cours* L'Inspecteur Mr Flix
Magloire rpond avec beau-
eoup d'aisance et d' propos.1
Les deux sont fortement
applaudis Puis, on passe au
salon de rception amnag
pour la circonstance, l'ts,
Champagne et kolas sont ser-
vi*. Toasts. I'uis.c'est ledpart
des autorits officielles et la
loule, lenlemeut, se retire.
L'Espionne aux Yeux Noirs
(SUITE!
arec Maria Dalbaicin e! Jean Toulout
I' le beau film :
Le Fils de la Nuit
(suit:-:)
Enlie ; 0>0; Balcon : l.ua
CE SOIR
ECHOS
Son bis. le Pr< sid< ni de ' i
ltpubli(|uc, sa maison ci\ ile
et militaire,le Secrtaire d'E-
tat de l'Instruction Publi pie,
1 Corps diplomoti |ue, les
CorpsCouslilues,les iu ubres
de la Presse, la Diri >c
nrale de l'Insti ut li i i Pu -
bli |ue, rinspe< li m S !
t les Mebres du Corps En-
seignant.
La messe l'issue de
laquelle on entendit le beau
serm .n du K. P. Le Bellour,
vienre I hpital, sur Oku
f et sur la Patriea t ilite p u
l'abb Le Tieres, vicaire S
la Cathdrale.
On entonne le U Dum.
Une salve de vingt et m
coups de canon est tire pai
le l-'ort National.Le pre Ma
bot, directeui de \\ cole apos-
loliqoe, entour de diacre e<
de sous*diacre, otlicie. Bn
diolion et stlut du T. S. Sa
crament.
Le cortge se la n e pour
Ke rendre au Champ de
Mars en passant par les rues
docteur Aubry, de i R-
union, Place" le i'ind*
pandaoce, rue de l'Egalit,
Casernes Dess ilioi Des
dlgations spcial i lves
portant des fleurs ment
u centre a cou- de la ban*
nire ou du Drapeau de leurs
coles respectives.
Li ta ni ire du Lyce el celles
de nos autres tab issi aents
secondaires jouent ti ur de
rle l'hymne natio il.
A la pla< e De ?saiu s, les
lves entourent la si itUS ^^
Librateur. 1 e cnl d<
U Rpublique
gerbe de lieui.s
Les lves regag ienl leurs
Ublissemenlset lis membres
du Corps Eu t les bu-
reaux de l'Insp i S :olaire.
La, une agrable surprise
tait rserve. Deux compa-
gnies de lu 'larde, musi |u<
eu tte et drapeaux dploys,
tombent eu ligne de bataille.
Ma cliquetis d*ai mi -, des
coups de clairon ; rjnoncent
i'anive du Prsi al de la
Bpoblique, bcc 6 ie
Mr le Dr Paul Salomon, le
nou.'e.m S i t du
Dpartement de l'Insti ucl
l'ub'i j'ie. .11 sonl
les membres de l'Inspection
S obire: MM Flix Magloire,
Clment Polhel, Samuel De
vieux et Laventui e.
i.% salle de lception est
comble.tant taient nomb
les chefs de nos tablisse-
, 'ie i s b
1>J i s I
Nos corn pl< menl in i >
tement de l'I lion Pue>li
que et l'fnspei
_ Le nouveau ministre des!
finances, Mr lvrnizaii, a d-
clar qu'il dsirait prendre
le lourdes responsal ilits de
la direction d tienne, il annonce qu'il pro-
P era des mesures qui n'at-
tnueront !>:s s"i leinent la
ciise. mais la juguleront. M.
Kernizan sait ce que parler
veut dire.
- We premier numro de
d i s< naine huinoristi iue, i
d im idaire, sous la direc-
tion de noire confrre Mar-
ceau Dsinor,est paru saine
ii Il est plein de sujets..
| pour rire.
- Par arrt prsidentiel,
\I. OctavioFanely, d'origine
italienne,a acquis la nationa-
lit hatienne.
La Xe Svmphonie
~Kl' l
Thas
0 50 et t gourde.
JEUDI ( lle-Dieu )
Reprise de la merveilleuse superproduction parlante :
La CHANSON du GITANE
toute en ouleurs. 12 parties; avee L:-wi>nce Tibhetl
et Catherine Oweu Date.
2 et 2 gourdes.
SOYEZ FIERS DE VOS DENTS
Bien entendu, vos dents sont p|us blandi.
quand vous vous servez du CALOX. Les d'0'
haie* disent qn'-l y a deu^ raisons p0Ur JJ"
D'abord CALOX est une poudre. Bien ne ne i
Mieux nettoyer chaque coin el crevasse P.,
CVOX est oiygre. Cela veut dire qUe">'
mail ne peut pas tre dcolor et que |es Ben
civs ne peuvent pas tre irrites. Son contenu
d o-Tgne adoucit aussi I haleine et neuiralis
les acides de la bouch!
Si vous voulez tre
li-rs de vos dent,
Essayez r.ALOX
aujourdlmi... Voire
pharmacien l'a. Ecri.
vez maintenant pour
un chantillon V
luit de la poudre de*
tilrici CALOX
la nciik-ill bUi
CA1.VX 'suvrt
tt it /irnu la
prumn 4'kix
igt.
Me (TESSON
ROBBINS.Iofl
7?:u.|-
Ad NV 4

Inondations
On nous signale des moi-
dations dans la rgion de
Desdunes, envahie pat les
eaux dbordantes de l'Arti-
honite. Toutes les cultures y
ont disparu. C'est la dsola-
tion et la misre
La D.G T. P. avait promis
d'excuter certains travaux
(jui eussent protg celte r-
gion contre les dbordements
du fleuve Rien n'a t lait
Devant le dsastre prvu et
accompli, les paysans de l'en-
droit sont dcouragea, nous
M.Auton Alexandre Geor- aflinne t-ou. Ils perdent con-
s Benjamin a soumis au fi.ne.
Nous rclamons p nr eux
l'ai le et le concours des ser-
vices comptents.
bile indisciplin a repris l'an- '
1 cienne et vilaine habitude
d'envahir le terrain de jeu.
Nous avons uo' avec j< ie I
l'ordre parlait qui rgnait du-
rant le sjour ici de dos h.'ves
jamacains Seuls taient ad-
mis l'intrieur ou plutt sur
la piste les photographia et
certains ..lli .els de I U S.S.H.
ujonrd hoi le mauvais ins-
t net q i sommeillait a rompu
ses digue. Que le Conseil
prenne des mesures pour
empcher la continuation d'un
el ta" Je choses.
ADMINISTRATION GNRALE
DES POSTES
AVIS DE lPART
Les dpches p mr \e*
York et l'Europe ( via NewJ
York direct ) par le steamer
i Ancon seront fermes le t
mercredi 25 du courant
Poit-au-l'rince.le 23mai 1932.1
ge
Parquet du Tribunal civil de
Port-au-Prince les pices ta
htissaut qu'il est n en Hati,
de mre hatienne. En conse-
il est liailieu d'ori-

quence,
gine.
M. Jean-Baptiste Bolos,
n en Hati de pre tranger,
lait au Parquet du Tribu-
nal civil de 'Port-au-PrinceI
sa dclaration d'option.
La route Cayes-Jrmie
si au plus mal depuis tel
dernires pluies. Les voitures
n'y peuvent circuler.
Dans un rapport au Se
iat. M. Lon Nau conclut
l'augmentation des droits de
louaue sur les automobiles
dont le prix dpasse milU
lollan el au monopole pari
Etal de la vente de la ga/.o-
line.
Lue auto conduite par
unofficier dominicain a ta m
in la ilame Brinsilia
lacinte s Pelil liove. Elle a
' if ii msporta l'hpital.
L'autorit judiciaire, a verba-
lise.
11 se dit que la semaine
prochaine la Presse Domini-
11 e invitera la Tresse Ha-
tienne visiter la ville de
ianto-Doming . P I u sieu rs
avions serons mis la dispo
sitou de s i mm dis tes hatiens,
Le veut est l'entente eutre |
i i i i l ne nu dleure
comprhension, de i>;"' ei
i un l*m
timental dcisif pour le r-
; ement de la question des
i-. nti < s qui gagnerait ne
tre limite sur le terrain
se
Vie Sportive
Pari Leon ie Cham-
pionnat de "2* catgorie a-
rueui i' Etoile hatienne > a
h Mtu les Cadets du Rucing
par 2-0. Complimeu s au Ma-
Uiignr Henry Doug II se ( hu-
choteque l'Etoile Hatienne a
biouille les cartes au profit
du Vertires Club. Qui est
champion. Vertires > ou
Kaciug ? Les dbats sont
ouverts Monsieur Audr Eri,
Prsident, Manager et Dl-
gue du Vertires, brandit
de la main droite les Rgle-
ments du Champio nat et de
la main gauche, menace cer-
tains membres lu uonseil de eu mesuie il comprendre ia vous donner la composilio
1 U.S.S 11. d'un procs clbre 1 porte du makh Racingi > des deux teams t.
Violet e ; malheureuse- F.H.
Match Racine -Violet te. -
Entre gnrale : O.t); Tri-
bunes: G. 1 ; Vonure : U. 1.
Racing-Violette. Noua
avons essay d interviewer
ment le confrre A. B. nouil
a devancs. Tovar, capilainiil
du Racine; . Audant, capi-
taine de la Violette, R.Ol
net, capitaine des ancien
Gilets noirs et urien He-I
gnier. Manager du RaciM
parleront dans le Aoiiuel/is/J
Que laiie alors? hureklll
nous l erons le pouls l'it(
national, Philo Rgnier et an
les Capitaines du tRacing et Marchal Mitton. Manager d
de ; Violette* lanslc but de
me.ire les lecteurs du Aiatin
eu meauie d comprendre ia
la i Violette . A demain, lecj
teu'S. Nous esprons iussi[
donner
REPUBLIQUE D'HATI.
Ption-Ville, le 10 mai 1932.
lla|i|Miri le lat.oiniiiissiiiii I ailaslrali'
tu Secrcliiire il Etal des r'inann>-
La commission que, confor-
mment voire dpche du .'Il
mars coul, tous avez forme
pour entreprendre des investi-
gations concernant cerlaina par-
ticuliers qui occuperaient in-
uliremenl des terrains du
domaine public el priv de
l'Etal en celle commune, sur la
place Boyer, la place du Ma ch
et la place d'Armes, s'emprtsse
le vous soumettre son rapport,
dette Commission a lait com-
paratre en ses bureaux tou les
>ccupants de ces places et leurs
environs.
dont les letentissantes pi i
doirits exulteront la cheutle
ordinaire du l'arc Lecoute.
Nous pensons qu'il serait trs
sa#e de la part des iutres
ses .l'appliquer strictement
les Rglements. Pas d'usur-
pation de titre 1 La Itmme de
Csar......
*
Sainl-Georges Jeunesse. Le
St-iieorges Club a battu la
Jeunesse par 6-1, sur un
terrain dlremp par une tu
u use averse, (elle nouvelle
victoire du -St Georges la
classe troisime ex iequo ave
U Melbourne d Painsou
N "s esprons les von lain
mieux dans le prochain
championnat.

Au Pabc Leconte. -- Le pu-
UN SAVON PRODIGIEUX QL'I aWLV LES
GERMES. EMPI OYEZ-H POUR LES MAINS,
LA FIGURE ET LE BAIN.
LIFEBUOY
LR SAVON DR Ch SANTE
POIR UAIN, FllRES ET 1AINS.
I
ItOHR A LAURIN, P. O. BOX cM. Distribaetun
RueRonx et du Centra, Port-au-Prince.
Sur la place Boyer: il rsulta T**
cpie la Dama Vve Emile l.lie, '
M. M. MU bianche. Sepe B ns- J
ken, Flcher Anselme, Ha ni-
hal Price nous oui communi-
qu des litres authentiques at-
testant leurs droits de proprit'
Lts autres occupants sont aux
droite de 1 Etat.
Sur la place du March :
Unis les occupants, moyen
aussi redevances annuelles.
aux droits de l'I Au\, *
lion de Me Monlouis
qui est propritaire
?!!MHKH m^mvrsi Pattllatl
Toutes los Polices
DE LA

nul
ont
' P'
Louurd
en vertu
de titres authentiques. Sur la
place d'Armes : les occupants
sont aux droits de l'Etat,
i
: SOIH tllI&CIIUIl lie I L.LII.
ni pindique. V j| n-v a jonc pa8 l donne
- routes les lampes del jrejte commission de relever
pren avenue de BoloaaeIqu'une partie du domaine lant
ont cass de fonctionner dU j public que priv soit indment
^comprennent la Protection contrela
Foudre sans auqmentation de tauxl

^our la bonne organisation 1 sant publique.
manche soir partir d I hrs
et demie.
Le numro d'avril du
aBulletiu du S

d'A
. w I .
Liatiques sui la i en )
occup dans ces diffrentes r- fjg
gious.
Tel est le rapport
l'honneur
avons
if.
Veuille/..
Ire, ayi
que
vous
US
lk
Pihi.Lp Boss M
Monsieu I- Minis* ^_
i li
ILuc Lac ile-Pi i- ss
dant-Danta Nau, Membre.
Aqents Gnraux
mwmwm*

i
f




Khum Barbaneo

HL'jgiiii'i

I
I
sa premire place
a
r
pl : Rue
____J_______
JL&PATISSERIE FRANISb, Sauvez
RICHARD PETITS, Trop.
vos livres.
CIHJP DEiAl S, : 1217.
LA SEULE BOULANGERIE EUROPEENNE EN HATI
SPCIALITS DE PAIRS POUR SANDWICH. PAINS FLU1R
ET PAINS MOULES, PAIllS NOIRS, PAINS COIPLETS ETE
PATISSERIE FINE, PATES, VOL AUVENT. TOURTES
SOINS ET PROMPTITUDE.
Tlphone: N 2069.
La maison ira nos de
succursale.
La farine BAT'BAS */ /-
brioue pour les boutany i s
senss.
Elle coule quelques centi-
mes seulement plus chre
que les aulres marques,
mais le rendemenl qu'elle
donne es/sans pareil.
Avez- vous dj travaill
Bat'Bas?
hh bien passez chez les
commerants suivants :
ED.ESTVE C ^^-TO^ JEAN ASSAB
S: i \< / m s livres ri
lecliens en mauvais -
les confia ni a a
ciencieox, honnte i habih
< l/i IkNM ( >M!I 11 I III (
Loi .
vendre
1<> Pigeons romains de race
pure, issus de premii i s ;
de 1 exposition Paris.
Couleurs. Bleu, Fauve,
Rouge, Chamois.
2<> Lapins Ganls des J km- ;
drs cl Chinchillas d ra< *
pures, mme origine.
S'adreaser A Mi Paul Caslera*.
en face rie l'Eglise Si-Grard.
Sache/, que lesavon
de votre tei
est lait
de...
Le s> < e seul \ tus
dit qui
me: .
de
suit.
un
a ri en
lisles .!c I-
dent.
liai
ICI
I
ii
Berna r
( d a ion-
m(I i iii-
' \" | ,-r'
('ol'In i r.
est I ne i es
. Dablei
ayant
ce des
1 l s.
le (licitom d avoir
. ce poste h | oi-
tant.



i
Si...
Si voua avez besoin de
j en fer, de lils de eamp avec Ion
; ai cessoire s,maie ^ el oreillai .
allez chez
ST JULIEN SANON
113, Rue I raversire, pi ta
d'EsleVe & Cia.
o vous serez servi souhait.
iu
menl r.
Ire pi .
il u Savon
11.Mi i "la
!
La pi
douci i
evous-nu'mes..
timus, aucun produit n'gale
La "MAURESQUE'
TEINTUK MNAGRE PERFECTION!^


I
eu


A
IumL
!
DIS
Le pvl lie est prvenu o
parlirdu jeudi lit :ouran1
malle par Avion pour Sa nid
Domingo, ^i>.n Inan, Porto-
Rico, i Ic.sera lei mec I. s mai
di, jeudi et samedi 4 b. de
l'aprs-midi.
S-H
A.DEIATEISM'
P.
1
]
9
ED. CEF"
BI.ACKWF.1.1. MII.I.INC
A ELEVATORCO.
Kanrus Cilj. Mo.
A. BOUE
Achetez-la avec confiance !
Travaillez-la avec orgueil !
( LIGNE COLOMBIENNE ) j
Tlphone N 23
Le vapeur < Baracoaa Vof.
102, venant directemi ni
New-York, sera ici mardi 34
courant continuera le mme
jour poi r les port coli i
biens, Cristobsl. Cinflsh I
N. w York
1 e mai i teste de ce \
reu par avion i .I :'i I
position des i h i i dans os
bme.iux sis ani U s ru<
lii et Dauts- estouchi s.

Le vapeur i Hnrola \ \.
101, partira de New-Yoi i le
25 crt., directement pour!
Port-au-Prince.


Le vapear Martinique i
Voy 98 perHra de New-Y
le 27 courant, pour tous les
ports hatiens.
William E. BL1
LA PI U U
DESSOC
L.E monda moitrnr .
. 3nquc
' '. I
i ; rii r uad,
I
"
>

UN SYNDICAT D'EXPORTATION
s que Mous
Il Poile\ ien qui dirige
queluua
l'es mi! iln n des
* file" de sa
l'de-Paii pour
grandi planteurs
11 foi mer un
eflorta
oui i ont
lo m :
Prsident
i 'sident
I irsorirr
I m
rtairt
nseiller
1


ht de i otrr
. dj ai-
'il des ml-
i s de tigm s et,
n d( s ei-
yndicnl, l'ex poi la-
menter i onsidera
Ei i i e un bon
niai 1er i onr le
! !

MIH
La Banque Royale
du Canada
Fleurs! Fleurs!!Qn |ro ra:
On troi m ...
.. ni leiaux
Une ,. ,
chose, dis fleuis. cour. ...
corbeilles . ,no_
etc. i bon i. ..%,
A vendre
i male-
lit i pour en ta rit.
upe. Valise.
'. Spark-
de campe-
I lit ). 1res in-
di i aux < hasseurs
ci \ (|iii veulent aller
eou deux jeurnei
'fine.
S';i .i :
C I' SAINT
''le la -
es, Champ
11 li b tiei Ma-
nne ( rps 120.
r>
11 %*
U: FAiTEST INCONTESTABLES
mrance L
s i
Une desj plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
: sur la VIE
! EUG. Le BOSSE & Co
[ AaentsG^>aux
t\
a i1l h e
i
C'est la (jiiinl des meilleur
#*
varits de cannes d'un vaste territoire
rein mt les meilleurs terroirs
st ce qu, n arnio.
GOUTKZ FT MPAREZ!

..^Ufcrfl^'iki* t '.r-..-


Mardi
24 Mai 1932
Le Malin
4 PAGES
26 en* ANNEE N- 70B
ftrt-ti-Frinee
Tlpaaic : 'MAI
ASSUREZ-VOUS
la
[General Accident Fire & Lifo
Assurance Corporation Ltd.
de Perl h ( Scollund )
Car ta GENEPAL >; estime dtl plut puissantes et des" al m fastes organisation
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse le
monde
ses Polices contre inccn lie couvrent aussi les dgts occasionns par la loutre
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommage*
caus autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Mai mes mises par ses branches d'Europe sont payables en Hati.
Ses Polices contre accident**sont valables dans l'univers entier. Tons les vova-
gurs devraient don prendre le prca il ion de se munir d'une police contre accidents.
d'au moins 4000 dollars, la 'prime annuelle u'taut que de; 1/2 / toit M dollars L\ G
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
SOUSAGENTS
Agent Gnral pour tiaiti.
port-au-Priuce; 10. GILG
JEAN PLANCHETJcrcmft
AVIS AU COMMERCE .^""'.T .
Accidents
La Panamaj;;iilioa i Slea msbip Une a l'avantage (l'a
i.0Bcer let dparts suivai tsde New York pour port-au-prince
Hati, directement chaque mardi. Tous les steamers sont,
pourvus de chambre ti iroii'ioue
IWnarts Ae heu> lor/c. Arrivages Pot i au-frime.
Steamer tCrutobal le 2A irai le 29 mai 1932
S/S "Bueaa ventura' le lerjuin 1*;>2 "< juin 1032
S S "Ame le 7 I"1" le 12 iuiu 1932
Siehier "Guayaquil" le l4lniQl932 '" "~c ^ juin
Steamer "Crittobal1 l< 21 juin 193 I 2G juin
Steamer Buenaventura" le 28 juin le 4 juillet
fe'eanier "Ancon" le (J juillet 1932 le H juillet
Steamer "Gnayaqr.il' le 12 juillet** le 1* juillet
Panama Railroad Steampshlp Lin*
JasH. CVANREED
Agent Gnral
1932
132.
19321 Poste Mar< hand. BlesbUn
iQxo| luse del rg on malaiie
de la ioue droite du uavi
Laboratoire SJOURN
DlRBCTlRI
F. SntoURN, Pharmacien
ft. Sjourn, Phirmacien de l'Universit de Paris
M. Sjourn, Pharmacien de l'universit de Paris,a*cieo
interne des Hpitaux de Paris
Analyses des Urines, du sec g;istri(|iie. du sang ( Was-
ermann, Ure, Constante d'Ainbardi Glycmie).
Deserai h r*>. Des matires ltales.
. .
Lykes Brothers SS C' lnc
Texas Hati iant ;-omingo- Porto Rico
11) mai 1B32
Rodolphe Wulll, li) aas, Mois
dekSchullz; Fractuie de la hast
du ci Ane, des 1re et 2me co-
tes droites et des ctes gauches
( hospitalis ).
Prochette Joftrin, ^2 ans, me
Magasin d I Lia'. Lejjie luxa-
lion du tou de pied gauche.
Esope Eiouissaint, 24 ans,!
e con-
e droite,
loue droite du pavillon Oe
1 l'oreille gauege.
Flix Salnate, 11 ans, rue des
Miracles. Fractures des os de
l'avant-hras.
Elise Torchon,22 an?, Bolosse.
Blessure tranchante del plante
du pied gauche.
Elisabeth Jean, Poriail St
Joseph. Blessure coutuse du
lion'.
Vndrlise Hilaire, Bel-Air.
Corps tranger a la lace plan-
taiie du pied dm t.
Mlise Meiistile, quartier St-
Joseph. Blessure coutuse de la
lvre suprieure.
Germaine Jean, 14 ans, rue
du Peuple. Corps tranger de la
lesse droite.
Marguerite Joseph, Grand'Bue.
Hmatome du t.ont,
Cla re Yricam, Place Ste-
Aune. Coniusion del bis da
.'lu m thor.'X dm '. I
m loi ne File. .0 n--. P rtail |
LogAn*. Morstre de ch'n de'
Ij nimbe droi'e.
20 mai 1932 |
Desgrace Merand .t ans, Pois
de Chnp. Brlur du 3.n; de
gr au bias droit.
Vincent Bellorl, 4 ans, rue St-
Honor. Blessure co iiuse du
Iront.
Alfred Roiclietle, ars, rue
Magasin de I Eat. Craillure du
palais.
Sylvain LouK San?, rue du
Sacr-* ur. Blessure contuse
de la rrgion frontale
Louis .In Louis, 11 ans. Mai-
son Centrale. Blessure tran-
chante la joue g u he.
Mi nlus Mer ci, .30 ans, Bel-
Air. Blessures conttes de la
lace et hmitome la joue
droite.
Maurice Coutarl, 22 ans, Ave.
Magloire Ambroise. Blessure
lgre de l'auiiculaire g niche.
Claire V met, 24 ans, rue du
Centre. Contusion des deux
avant-bras.
Polina Paul, 34 ans, Mariani;
Blessure de la rgion malaire.
Louis Bliard, 32 ans, Peu de
Chose. Coniusion du dos.
Roi elina Oscar, 28 ; ns, Fau-
bourg Sdfomon. Blessure con-
tuse du lionf.
Andr Pinard, 1 an, rue du
Ch imp de Mars. Brlure de la
piaule du pied droit.
Sverine Bosier, 13 ans, rue
du S; cr-Cur. Luxation de l'-
paule droite.
Amde Jn-Louis, 17 ans,
Grand Bue. Co.itusion de* la
hanche.
Lucie Cerisier, 'M ans, Croix-
des Bossales. Coniusion de la
N'OUBLIEZ PAS OE FIE ON PETIT TOUR.
TnuUCE-GAimHN
Chez W. KAHL
Petionville
Ihsemcnt
1.60H pieds d'aK'tudt Lta
virons de Fort pr -Prince.
Seulement 15 minutes d'auto
e | lus ltaisdsi t
sur une
excellente resli
asphalte Vins m-1 veilleuses de la v Ile et Ju i,ort.
l!.lissons de toutes esices.
\rrangcmrn*s paiticuliert pour > pensions de joar dt
sens lire o de mois.
rgion I onlale.
Lubin Dieucne, 22 ans, Por-
tail LogAne. Blessure tran-
chane de la parlie antrieure
du poignet gauche.
Rsilia Chariot. 30 ans, rue
Vlassillon Coicou. Corps tran-
ger dans le pouce droit.
1 Andr Jesn, 14 ans, rue du
Centre. Contusion du cou de
pied gauche.
Joseph Audain, 7 ns, rue du
Centre. B.essure du pied gau
che.
Louis Lochard, 48
lion e Foi. Luxation
Irioal liliiiin
ALIX ROY
30 annes de succs.
ce:
N'A JAMAIS T FAIT
CE OUIZHE PEUT ETRE DPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpaie dai s des conditions rigoureusi
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
Pharmacie F. SEJOURNE
Angle des rues houx el du Centre.
ans, rue
Loterie Nationale d'Hati
41 Rue Bonn*.Fol, Phone : 3351
La Loterie Nationaled'Hati est
n hautement humanitaire par la multiplicit
une chance de bien
une institati
d'oeuvres qu'elle se propose t"aider.
du poi-[tre offerte aux hommes de toute conditions de fortuttt
Employs, fonctionnaire*, Ouvriers, Artisans. Salarie Ai
sans parte
troii
toi?.* bUSSA deT C' Prd.r"' GeD "* m'"a t domeique,, )
g niche e: dis doigts de la
droite (hospitalis)
m" leur budget moyennant deux fondes, peuvent gagner trM
, mille gourdes Patrons de Commerce,Chefs d'induslie.pem
Assurez-vous contre accident
la lieneral Accident Fire A.
mile Assurance Corporation Li | naistes
uedt Vve F. Berminghaat
gei.t Gnral Dour Hati.
aux iusulflsances des ventes, par l'achat d'un billet, quivow
libre du souci des chances-
MJecias Avoeats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Graii'i
igiitaires de l*Itat,Reprseitants de lintellectualit, Jeir
I domtdi ire et rgulier passagers et
du Golirdu Texas directement av*
1.
Le seul service I
trt eutre les ports
Pert-au-Prince, |
Pour la rception upide f le maniement habile de vos
importations, servez vous toujourt des navires de ta LYKE
UNE.
Les prochaines arrive* a Port-au-Prince sont
Stetmer Margaret Lyketi
Steamer Rulb Lykes >
Bureau: Rue en Magasin l'tiUi,
27 mai 1932
3 juin 15)2
Ue.te I nstale P
La
de
Manufacture Ilailienne'
Chapeaux L'Indigne
Donne* l'exewple de velre solidarit soeiaie.
Rentiers, capitalistes, eename en jouant, augmentei ?eut
aveir.
Vous tons ejni kalrte* Haiti, rrndec-lui service et atii
aille billet del LoTERIE N VTIONALE D'HATI.
%.
HENRY STARK
i RUE DU jUAI. EN i-ACE DE LA GARE
\trrti filres de loules di nensious pour vitrines et en
cadrements.
I Uni spciah s ur autos
VUret ordinaire 1 4 pouce paisseur pour autos et cttap-i
toirs.
Crand choix d hoiilurs pour cadres.
Ltmpes de nu il
La maison rpare aussi les ttirtirs lchs.
'
Mk.-
aUeilion
VO8OE8
(Franc*)
riON LECTIVE UR LE RFIN
omplte de l'ARTHRITISiVtE
. TENNIS GOLF POLO HcATRE OM*i~"
'PARO SPOA L POUR LES.ZNFANTS
iiifi :r .- tam ':!> A vrnsL
>i prlni !,. 'i..-ma, r., Dro^uoric et MUiom d-Allmu
A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clienlf'e que la
vente de ses CHAPEAUX ge tait, depuis le 4 j nvier. an
i 202/, mmw
(s y trouvrent le mme accueil.
ARCHE. CLRIT. GOURTISIE.
PROGRS NOUVEAU
RHUM hOl\EAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCUMNCE
Claivin Vierge
Chez N. NAZON
DPIMCLF DES RUES BU PfflfcE ET FEUOU WKnH
iViartmeZj, Marcelin &. G* |
$r< Beoju, u, s i^. pri%


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM