<%BANNER%>







PAGE 1

Wh XlAJiS 23 Mai U!i2 Celle belle toile dil : // est essentiel de garder Fesqaititi douce de la jeunesse de la peau. J'ai trouv que le Savon Lux en est une aide. MAUX DE I>3tNTfS % %  ^^ n-^ --4* SuppreMlon Instar, .ucc. mHirnlr ri d^flniiLvr n*r -V..*JT TUE^NERF MIRIQA • • k* -. v '•; "mnuD, PbarmaeWn, . Rue Dolol LYOM-00LUN8 Eru laboratoire rtu w el, 1 u ^ t I J A portVFrtnce : IWu-c. BLCH. " Le vin de dessert le pius indiqu aprs chaque repas .%.-, Agent pour la Rpublique d'Hatf A. DE MATTEIS & Co. <[-£$ Port • au • Prince (Hati) il \ c Chambre des Dputs Sance du vendredi %  mai i > La sance, esl i • qui l'appel nominal < il la ma|oril ncessaii tioi d'un procs t l et h iecture d'une corn sans intrt, puise premiers points d< l'oi Ire saui i i d< Minveeu en dsaci >• i Us t>uts Dabonx, Ad m / j lerre-Louis ; le di I • Piau eauande l'opinion eci < 1 ire d'fl'al de I' \ '• I < [)T Sslomon dle <• %  I'T dpute I' ou i I rejet des modifl ; i lea par le dput ni ; la liscussion continue, 1< rateuis w succde ni la Inhui hwortant sa ( oropi ei 1 1 l< ) ( r d'accoiv; bri > Ion encore bamide de la doui ne la veille du Snateur PriceAl ira, i • e I isse pas it n les mnrmores du public, allume qu'il reviendi M bienli i des projets.— Mous S i:s v u donno is acle liions, lai rpond e d Estim, dissimu.ml mala Iroitemenl un sourire icepl | l dput I) hou; lormule ensuite une pr< ositi >n landanl m i : t s de la BanI |ue l'une vali ur de prs deux nillion t • %  • %  ardas, -Il icte i gai ntie des missions de oonnaie de nickal. La nce esl leve. Il est mdi et demi. Le nombreux auditoire s'coule lentement. AU LYCEE DE JOL l lanju Belle et la entoene oile dit : • 1 1 Savon de Toilette lux est certainement puissant pour < onserver la douceur de sa peau. Cin-Taldy DEMAIN SOIR Le g "and film Ira e L'Espionne aux Y u\ Noirs (*UITE} arec M^ria Dalbaicin ei Jean T j lou' Et le beau film : Le Fils de la Nuit ( SUIT2 ) Enlie ; 0.50; Balcon : l.iil) Aj)p tuez le secret que 9 sur 10 des toiles de l'cran connaissent I L n'y pai de rel'e teau' ne ..]..-, l • douci nr d'une peau le. Les dire, leurs qui conduise ni Hotlywoo I, disent : p'eet le pins g; and des < barmes lemmins Sur 'cran il est essentiel pour devenir uni to le. Q >el eatleseciel de la beaut du leint des toiles? Comme u* garden'-elles cet jHribi (.Adipagnle d cla q e. Le dput Eslin sin compl. I gns, i d ihsjtttf ci .s adi ess< ii htat en ces lei n — Le ipeei b il L*ocfl, qu'on a q cours de prise de jv ut c i f an epl i • oinin >3 de ceux qui que U s choses BCO! lires n'ont p ta besoin le la ;rande publii il, quand elles mi de oati ie a provoquei li s h jetions i ntie les mal trs et l'autorit prpose au naintieu du respect des textea qui rgissent le lonctionnemenl des tablissemeuta le rivai. Le public a su qu'il y i • i un ioci len| au !.y c< 'ii bii il, i Jacmel, pi opoi .'une | lion iiilltgce un ilve, dehors des rgles !, s, ii provoqu par latitude du ( on s matres, M i sei a • j> tt m nu ei i V niuisti i.< .N %  e d'une i i 11 \ Dei A l'Enseijuuu i t dlgus une solution 9 quesl in. ils s i M ienln i rs avoir ion n la sa* fjcii i du D pai temenl el ressi .-s. lanl mieux, UNE RtVtSIONt OES PEGHS CAPITAUX anl sans doute de ce pi in M nisti que I pi o | ta bien snten> talaraljon n il t bsmb e ( si ci i >on 11 na vous api o b %  /. da • tos lu i ocains, le peupl il v di i e que tous COlil| I I l L* Stcrl Qttncf .t. Air Ki i ni la t kbune el dei >>i. n Jrk | nom feonamiqoe du i i| o, te une rviaion des i is, un prolt • sut nadien ite des p< iiX. t; ai pchs Irop :. Mi litue wu\:i : < la li ur, 1 1 lurpii. bel r %  Y;I l'h et le p ssimii lievue d^H Deux Honde* lo.ltue de II niveisil.l'ans. SOMMAlHel UK L\ LIVRAISON DU 1er MAI 1932. JJJJjLa Revenante. — Utuxime partie..Henry Bordeaux, da l'Acadmie franaise. .igAir Indien. — De l'.-igentine au Chili., Paul Morand. Face la Cris.-. — IV. L'In dustrie., Jean Waline. Le Roi de Rome. — III. Duc de Reicbstadt. 1I20-130... Octave Aubry. Silhouettes Klrangres.^— Sir John Simon Verax. La lia tragique de Gordon P n b i II. D %  . Kli u inum taaige.. Lyi'on Strachey. I aud enci s de . on Mil, Cli il U s ll> nnisi, de l'InsilU'. i li ail d Union., Max i i cher. Ls Bu ai du Roi. — I) ux li Uns s o la diapeau blanc. Mis De Noallll 9, Hevm S uentilii|ue. — Pluies de Cend ea. CharlesNordmaan. ClaV jo lit)' or,.Louis (iillet. l\e\ n. tque, — l'a >ris pi dl Le i D( unie, de i'Aca U mis Iranaise. Ch oniqi e le la Quinzame — Histoire i olilique Men Pinon. I EUX DE L'APONNEMBNT jaris 1 II n Su nirij Trois n •<{ Seine Seine et OUi ioits p tn aftt'je Dpartemcnii et i o. n,. i innfaiM le tri ( i tr tranger : erti I*I i pCSUl IJO li; r- 1rs P..\: plein i • il pOlUl l'o lis II lr, Les abonnements partent du /r 'et du / de chaque mois. Prix du Numra : 6 lr humes deCerveau Soulages avec des Vapeurs L'inhalation des vapeurs le rend -^\v plus supportable, "Wrcuvent l'amliore. % V A P O R U i Pour Tout Refroidissement LUX DE EOILETTE MOHKA AL'HIN, P. O hOX Ma Diatnbutiors ROi Houx et du Centre, Fort au-Prince. I Assurez-vous conlre accidenl / la General Accident Pire . \ mile assurance Corporation Li Li ed . Vve F. Berminghan 1 eenl >t*n4r,i rmnr Hii r3,o M nrmtioppREssioiiii Soulagement immdiat .t (urlton ym k. I Globules* Rbaud I Ksu!tatimerTi;ieux,aurprenanUmtm*l Toulm Pharmacim Dtmanfe Htllt* S L • AI.ICHODX, 17. fcut VitlOTMag* M 1 MhUMoatn mfk W HENRY STARK RUE DU QUAI, EN FACE DE U GARE \erresi Mires de toutes dimensi >ns pour vitrines el en cadremenls. Mires spcia'es pour autos Vitres ordinaire^ 1/4 pouce paissi ur P'Ur autos et comptoirs. ftrand choix de^Aiau/urfs^pour cadres. Lampes de nuil. La maison rpare aussi las sairairs lchs. U h. 4\lT<,0 d mit i ye Miuiaire keuiia.m, le y. | i ICO Mais que dire de ^ "jt' la stupidit , de la laideur qui viennent en tte de la liste? Il s'agil l de lates bien indpendantes da la volont. Le pessimisme loim( me esl gnralerJ < un mauv s lonc ri "n m C. A oia?... u us pn l< n l'ancienne num.' r ation, ^i arbitraire qu'elle puisse lre. Tontpc IP Polices j DE LA S 0 f i comprennent la Protection contrela A ^ OU( ^ r e sans auqmentalion de tauxg t Aqents Gnraux $ ajcn .'*?3alM I



PAGE 1

i • i • s \: tji w~.. hliuui Itarbaiicouri u la rtnntie est uni verse!!, a premire place Ltomandez | : UN BARB •ejt : Uno BOULANGERIE FRANAISL&PATiSSERiE FRANAISE RICHARD PETKKS.7/-o/>. ( ll .11' DEiuns N 12 i rruLE %  : iiw II M 'JIK IGH HUIB if" inllOtCillt • Il Ulll. I UlilU. SOINS ET PROMPTITUDE. Tlphone: N 2069. ]j\ ma'Son na DUS sur cm S" If Sauvez vos livres La farine BAT'BAS est jabrioue pour h s boulangers senss. Elle coule quelques centimes seulement plus hre que les outres marques, mais le endcmenl quel e donne es/s ns p-.r I. Avcz-vous dj Ir vaille But'Bas ? Eh bien passez chez les commerants suivants : S:M(i \r! "Y • rt r I lec'i' '• ( n M; i t H |PS Ol fiai : ( ( 115('(•• %  i i \ |)<)' i .''. ( • |>:>| ile ii, :>• AMII i.i.l 11 I i ne \ vi ndre lo Pigeons romains de race pure, issus de premiers prix dp I exposition d'Aviculture de Paris. Couleurs Bleu, Fauve, Noir, Kouge, Chamois 2o Lapins • Gants tirs Flandres ri Chinchillas tir races pures, mme oi igine. S'adresser a Mr Paul Castera, en face de l'Eglise Si-Grard. Paris ... saitcom^-"'%  • : conserver ce teint d'colire S i... i Mut nous 3ppr< || -, .ont l de toilette uile d'olive et de .>cd reo tes • i de b* d'Elu T 23,713 de leursconfrres a I Mdn i voir te d* I eaut en vous seu.mt de i'a/mo/he, dit %  tt. recnmmaml i fentes mis (Zieutes de tujar.i.is te %  r de tetvon autre que %  o/it e. •-.lient met d.trautaged, %  d met 1 %  ••t de I'. xilion i h.ue d'' vgitml ut tare, i.iiile et emlm.. l Mrs DALMJU, PARIS li vous avez DCSOin lr MIS eu 1er, de hls de camp avec tous accessoire s,matelas el oreillers, """sfJULIEN SANON J 113, Rue 1 raversire, prs d'EsttWe & Cia. o VOUS serez servi ; souhait. WJtUci t ,.,'iltmenli eu %  tmih MM//, 1 M I •• I' • p 11 • 11 I Don ipgo, N 0 MU n, l'orloBico, < Ic.st 1 terme) les mardi, jeudi d y n<< 'li 4 h. de 1 ap D idi. IX votre le de Beaut I • s Tille—J 1 1 %  l*ur. Laisse* lui | (C o;| e personne bien jpcialijc %  C'est une habitude qui eu vaut terlaine ment 1 peint. I EO.ESTEVE C 4.DE MATTEIS&C" P. JEAN ASSAB s-sc El. GERMAIN BI.ACKWF.LI, MIMJN6 & l-XKVATORCO. h %  Cily. Mo. A. BOLTE Achetez-la avec confiance Travaillez-la avec orgueil (LIGNE COLOMBIENNE ) Tlphone N" 232S Le vapeur Baracoaa Voy. 102, v nanl direeti n ml de Kew-York, sera ici mardi 21 courant, continuera le n cm jour poin N s ports colombiens, Crislobal, Kingston il New York. le manifeste de ce vareur reu par avion est la disposition des clients dans nos (un e aux sis BDfllesrue* Iga lit et Danls-I cslouclics. Le vapeur i llogoia 1 Voy.] 101, partira de Ntw-Yark le 21 cit., directement pour Port-au-Prince. Le vapeat r Martinique 1 Voy 98 parPra de New-York 4 le '21 courant, pour tous les ports hatiens. William E. BLEO, • 1 • tel tes. O la 1 bl 1 lei g 1 ( %  f beio J (trd Li ptrri CQ h chtrriis et 1 I lui i ndi : i %  % %  ./ le l'une j Palmolive dlicde lime ; -. joun i sont Il lui te et Mu C C tot le r>' gan. r rooooce B MSt, deatai le disi -,• moode fl un I^WlAXW est attendu Poi i -l'i io( e, vi i ont de NewO "i I*. le lundi 23 m;ii 11152, avec: 71 sacs de correspoiid.ii e et partira le mme jour directement pour Crislobal, ( ani I Zone, prenant (rl et malle. Port-au.P; ince, li 1S mai 19J2. JailK .VAN Bl ED A^,( i l( (Mi; I N'OUBLIEZ M I ;I UN PETIT TOUR A TERRAŒ-OARDEN ChezW. KAHL Peiionville 1 •!•"• pied ment le plus Iraisdti et vit ODS de i Seulemenl i. to sm une excelleoli ranta !|S I hall aile el lu |.-n I. I les espces. j LilfcEfiS JS SANDWICHS Vrrangeme poui les pensions de jour ti semaine ou de mo L Insurance (Jo Une des,! plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES ^ASSURANCE sur la VIE EUG. h BOSSfi & Co Aaents Gnraux MB LE FAiTEST INCONTESTABLE! li H li n m C'est la quintessence des meilleures [varits de cannes d'un vaste territoire runissant les me M loirs C'est ce qui (ail arcnio. GOUTEZ ET C\ m v TT 1



PAGE 1

Lundi 23 Mai 1932 Le Malin -4 PAGES 2*me flWtt W W7 Pert-an-Prinee Tleaeae : 2244 ASSUREZ-VOUS l a General Accident Pire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Seotktnd ) Lar In GKNKPAI, .. cst'une des plut paissantes etdea'elui restes organisation it ce genrt. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse le inonde ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la fondre Ses Polices pour Automobiles couvrent v,>ls, iucendie, nialveill?nce, dommigei caus autrui dans sa personue ou dons s<;s biens. Ses Polices Maritimes mise* par ses branches d'Europe sont payables en Hati. Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les vovagnrs devraient dnne prendre la prcaution de se munir d une police contre accidents. d'au moius 4000 dollars, la [prime annuelle n'tant que de; 1/2 •/. soit 20 dollars C. C Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves Panama Railroad Steamship Line Agents aax orincioaux oorts d'Europe. Service de jrt et de passagers eniie [Europe et [Amrique. U.W. Si LDON ftCo, Ltd. 17. James Sirtet, LlTEl POOL, 1NGLAV1 SOLTSAGENTS Agent Gnral Dour Hati. port-aa-Prince. IG. GILG JEAN rLANCHETJrnre Moi Y & Company, Atlantic Kieighting Corp Div. 155 Boulevard de S rasbourg, Hre. France MOBY & i < MPANY, A lanlio Rreigh'ing Corp Di*. 7i (JII M des > h;rtr > s Bordeaux, France Henni deron k Stockwall. Boite Postal 71" H' re, France Angleterre 'J. W.SHULHON k Ltd. '.Fen'on House, 112/113 Fen-h.irch Mreet, L ta l > i K C. 8, Bngltn I. Trance M, p.Y A Company. At'anMc ''reighlirg Corn.Dif. 3. Rue St Vincent de Paul. Palis. F'pnce. M on Y COMPANY At la D tic Feighting C>>rp. Di*. 7 Rue de lii Rpublique Marseille France. Gellatly IUNMBY k Ce. 21, Rue de la Rpueliqae Marseille, francs. AVIS AU COMMERCE:Voulez-vous La Panama.ltuilioud Stea mship Line a l'avantage d'an tracer les dparts suivai tsde New York pour oit nu-prince Haiti, directement chaque mardi. Tous les steamers sont peurvus de chambre trirorPtaoe Btmrls de btew \ork. Arrivages Po i au -J* rince. le 23 mai 1M2 29 mai 1932 "/ juin 1032 |e 12 juin 1932 20 juin 1932 |c 26 juin 1932. le 4 juillet 1932' e il iuillet 1932 | e 18 juillet 1932 Steamer Guayaquil le 17 ma Steaaer rOistobal le 21 mai le S/S'i 4, Rueaa vcnlur.i' le lerjuin 1932 "Ancon" le 7 juin SeJSLr foeaaer Steamer js'eawcr Seamer "Guayaquil" le I l jui 1932 •'Cristobal' le 21 juin 1932 %  'Buenaventura" le28 juin "Ancon" le b" juillet 1932, "Guayaquille 12 juillet Panama Railroad Steampship Line JaslJ.C.VAN REED agent Gnral r CE3QUI N*A JAHAIS T FAIT CE OUIINE PEUT TRE DEPASSE Kola Champagne F. SJOURN prpar dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Pi puration et Ven'e ?ARMACIEF. SEJOURNE Angle des rues houx et du Outre. Russir dans vos tudes uo taire russir vos enfanlv i :ce a une mthode d'enseig-iemenl classique excellente? TOULEZ VOUS Une profession aprs 6 9 mois d'tudes srieuses (Stno-Dactylo. Langues vivants Comptabilit) 1 Songez que l'Institut TIPPENHAUER se recommande et s'impose vo'.ie attention par les brillants rsultats dj obtenus. H37Rue Lamarre. Tlphone 2891. LA LAITERIE BAILEY Livraison propre, kygiaique, en bouteilles hermtiquement cachetes, l'abri de toute talsification. Transport tait en rlrigra* leurs roues. 1313, Grand'Rue/Port-aePrince. Allemagne Atlantic Freighting Cor. Atlantic Fceiflhling Corp. Ballinhaus, Hamburg 1, Germaay. Breitenweg55 Bremen, fier. Holland Atlantic FrrighHng Corp. Koningin Emma plein I, Rotterdam Holland IK liane, Sude* Sven Jansson M Company. Atlantic Preightng Corp., An!\v rp Division. C/o S'einmenn A Company P. O. Bo. 1069, Rotterdam A/R W. Larka, Atlantic Freighting ^orp Div. eppsbron 10, Stockholm, Sweden. A/B Peiterssou et Ho mstrom, Atlantic Freighting C rp. Div. Skeppsbron 3, Gothenburg, Swtden. Bemhird Bergh &. Atlantic Freighting Corn. Div. Norrk >cping Sweden, Simon E.dsto ,%/B Atlantic Freighting Corp, Div. Malmo, Sweden. Co Atlantic Freighting Corp., Div. llalsingborg, Sweden. Belgique 2tlantic Freighting Corp. r/o Steiumann t Co 4, Quai Jordaens, Antwerp, Belglum. Danemark F. A. Rendis et Companj Copenhagen, Denmaik, Italie A Ceresa et Company Via Banchi 3, Gnes, Italy. Espagne Ag< ncia Maritime Delged, Face!ona Spain. Norvge) Laurtz A. Devold A. G. Atlantic Freighting Cerp.iiv. Aalesund, Norway. Laboratoire SJOURN DlRBGTVRI P. Si'iioiRNK, Pharmacien R. SJOURN, PU rn acien le l'Universit de Paris M. SJOURNAI Plia macieo le l'universit de Paris,aacien iutei uc tU Hpitaux de Paris Analyses des Ut ; s, du s c gastrique, du sang ( YYastermaniif Ure, ( tante d \mbard, Glycmie). Descri b 'ta. Pas • % %  tirrs if cales. La Manufacture Hatienne de Chapeaux L Indigne ** M fj .*..',• ..-'. *k*t* PROGRS NOUVEAU RHUM NOUVEAU Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON HW:AHCLE DES RUES M PEUfti M FUOU m* m. A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Cllenlle eue la vente de ses CHAPEAUX se lait, depuis le 4 janvier, au H' 2027. GRANDRUF n ( >ce HP <.'.n ancien local. Les Clients y trouveront le mme accueil. BON MARCHE. CELERITE, GOURfOISIE. Martinez, Marcelin & G 8 Loterie Nationale d'Hati 416, Rue Bonne.Fol, Phone : 335S La Loterie Nationaled'f Jati est une institution Hautement humanitaire par la multipliai* d œuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de ai tre offerle aux hommes de toutes conditions de fortuas. Employs Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salaris h ous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parer leur budget moyannant deux goudrs, peuvent gagner trois mille gourdes Patrons de Commerce.Chefsd'Industicpar* aux lusulfisances des ventes, par l'achat d'un billet, quivoui libre du souci des chances* Mdecins Avocats. Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Gran-i Dignitaires ce l'Etat.Reprsentants de lintellectuslit, Jour nalistes. Donne l'exeeaele de votre lalidarit lociaie. entiers, capitalistes, eemme en jouant, augmentes sveir. • y? u .. I 0 ; 8 J €Hi %  a * llp Mi*i. rfnd-r~lui service ea ache mt le billet del LOTERIE NATIONALE D'HATI. Lykes Brothers SS C Inc Texa Haiti %  •nto-oomingoPorto Rico La seul service hebdomadaire et lgulier i passagers ft rt entre les ports du Golte du Texas directement a*n Pon au-Pnnce, Hati. Pour la rception rapide et le maniement habile de ; !7 N g ns servez vous 'oujours des navires de ' h ^ Us prochaines arrives a Port-au-Prince iunt voir* Steamer Aimeria Lykes Steamer Margaret Lykes Steamer Ruth Lykes, 20 mai 19J* 27 mai l32 3 juin 192 Pevtafti



PAGE 1

Clment Magloire DIREC1ELR 1358. RUE AMERICAINE 1358 TELEPHONE N # 2 242 26 rae ANNEE N7677 'ORT-AU PRINCE CHXITI) L'humanit est mau dite si,pour faire preuve de courage, elle est condamne a tuer ternellement. JlAM JAURS LUNDI 23 MAI 1931 Cercle Vicieux et Tragique Notre conlrre HaliJoitrnaUfait remarquer, avec (iiielque apparence de raison, mie, en ce c I m concerne la rvision constitutionnelle, le plbiscite du 10 janvier dernier n'a octroy l'Assem blc Nationale que le pouvoir de luire des amendements la Constitution. Ans si bien, d'accord en cela avec le ct extrieur de la consultation nationale, l'Assemble Nationale elle-mme n'ai-clle form qu'une com mission de rvision. Mois l'opinion s'accrdite ce quoi la dite corn que ission travaille, dans le tond, qu'il nous plat de ni— , n'est autre qu un vritable projet de constitution et c'est ainsi que nous voil la veille d'un changement de r gime politique dont le projet de la commission nous Etats-Unis d'Amrique en lisant aux fonctions qui commandent sa direction politi- que les reprsentants les plus' qualifis de l'esprit de raction, ralisant ainsi le gouvernement populaire prvu par le prsident Hoover com me une des principales conditions de la retraite de l'ac- lion amricaine. Dj, dans le pass, nous avons eu pas mal de constitutions qui n'ont rien pu ni pour ni contre notre situation sociale ou conomique; nous n'en exceptons pas la consti tulion de 11)18. Aujourd'hui Idal Uimiu 30 ALIX annes ROY cfe s. i ne dangereuse don Excuti changer celle-ci, il est clair que celle siluation va continuer ne s'en trouver pas affecte Mais il n'y a pas de progrs sans expriences,el celle que constitue, l'heure actuelle, le •ouvoirj L'cri eau iricooceVabh: ixculil n'usera quen_par.li.ite \ Ciserne Bultoni qui in fiiomiaissanee.de cause el avec^, h raserQe du Cap Ha• clair sent ment des responsa-ht;..* .. IA . i %  •• i i bilits qu-entralne l'adoption 1 1 !*?' fp ^lev, d ordre du d'une mesuie rigoureuse. Poui Lol P ncl l \ e R !" -es conscien dralion, sagesse, pivoynce **5 capoises sont soulages sociale sont bien la caructris."*" ^ olre cenlrre La tique du temprament nouveau L''j rf> Tribune a r.|> *• %  .i. que les Chefs du Pouvoir KxH s'dite l'Imprimerie Hatienne. i II y a i vingt cinq ans [LE MATIN, 23Mai A CARREFOUR La Ligne de Carrtfour est presque termine el la Campa mie P. C S en tirera bientt I inauguration offic e mme temps ait : i te premier rail de la liyne de A ce sujet, k 'lipuenhauer prpare une /' %  >:' prlrr o l'un i .<. a hemeux vnement. cutitdevront dsormais essayer de cultiver. Gefirard se perdit dans l'opinien pour avoir exerc contre-sens ce moyen lgal de solutionner nu conflit permettra, avant longtemps ; mouvement de raction antivue le degr sans doute, de mesurer l'importance. Nous ne nous atlarderons pas c h i c a n e r la chose ( tant considre au point de i d' Hati-Journal ,— suide lgitimit de la prtention qu'assume l'Assemble Nationale el sur l.i mesure dans laquelle elle fait usage du mandat que lui a confr le dernier plbiscite. Nous y sommes d'autant moins" disposs que, quelle que soit l'opinion qu'on puisse prolesser cet gard, on doil reconnatre que fAssemble, en agissant ainsi, rcali s* un des points les plus nettement indiqus du prograin%  me d'action de l'Union Patriotique constamment reven diqu par tous les leaders du nationalisme.Sans cette abrogation de la Constitution dite Etoosevelt, celte dernire seraient, chaque fois, imputs tous les maux dont nous continuons de souffrir nonobstant les changements (le rgime et dont la raction amricaine, qui est un peu une rgression vers le pass, tst ncessaire pour noire volution mme. Nous faisons l'eftet, aujourd'hui, que l'Amricain nous portait surson dos de 1915 j maintenant et qu'il esl en train de nous dposer terre. J Ht nous nous ramellons marcher de nous-mmes en commenant, d'instinct, par les sentiers rebattus, parce i que ce sont eux qui nous sont le plus familiers et que 1 nous ne voulons par consi existant entre les Pouvoirs Exc ulil et Lgislatif. Mais certains individus, tout en dsirant la responsabilit des Ministres el une prolongation du mandai des dputs, ne sont point partisans du d^oit de dissolution. Ils estiment que le Chef de l'Etal ne doil point avoir le droit de dissoudre la Chambre qui n'est pas un Conseil d lit. Celte objection ne prsente aucun londemenl srieux. Inutile de l'analyser: aucun commune mesure n'existe entre Chambre el Conseil d'Etat, aasensble politique hatienne. Mais une nouvelle hypothse est considrer, la future Constitution accorde aux dputs actuels une prolongation de actuelle n'arrive pas nous gurir. Que ce soil raison ou que ce soit tort, le pays s est prononc sur le sort du r gime de coopration avec les drer la distance parcourue depuis 1915, que nous n'avons mandai sans le* droit de dissolupas ralise de nos propres lion. pieds. Consquence Que nous lchions, au gardent illgalement un pouvoir moins, pour pallier les donanisme. — Il y a prsentement au Cap-Hatien sept inspecteurs de la City Bank qui contrlent la comptabilit de la succursale de lu FJ. N. R. H. en cette ville. C'est donc tellement vastes les oprations de cette succursale. lecteurs, au Souverain lui-mme d'o mane tout Pouvoir. Le droit de dissolution n'est point ce que pense un vain peuple. Il ne constitue pas un coup d'Etat dans le gouvernement parlementaire. C'est une mesure de prvoyance politique qui n'inaugure nullement le rgne de la dictature, puisque le Chef de l'Etat est oblig de dcrter de nouvelles lections pour reconstituer la Chambre dissoute. Mais dira-t-on, si le rsultat des lections lui eut dfavorable ? La pratique constitutionnelle admet gnralement qu'il ne peut user nouveau du droit de dissolution. Le dernier mol devant rester au Souverain, des 1800, ele ). Mieux. Elle aura assur la paix sociale et la stabilit gouvernementale en" protgeant les liberts publiques. Le 20 Mai 1032. II. TERLONGE, au. .• %  ECHOS I — La ftf pour le parachute oflrir notre aviateur Lon Dsir Paris %  rappor 210,60 'ni-rse' les dpenses se chiflrent 47 j dollars. Le bnfice net es' | de 163,80. dliera. ropos humides Cette information cueillie dam les colonnes de l'un de noq quotidien! : o Le ministre de l'Intrieur a t siiM par une lettre de l'Inspi cli m de S.oiiniis rurales do la co mue de l'ort-mi-l'i ince adressi e i Administration communale, des fouilles qui se pratiquent dans le cimetire des Varioleui de la section de Morne Chandelle. Gare ;i l'pidmie • C'esl assez alarmant et des bonnes gens doivent dj tre sens dessus kous. Il n'y a pour ta ni lieu de s'en faire, Nous sommes pr iminiss. Du moins, UOUS pouvons lres prmuniss contre une pidmie de variole ou toutes autres en : i tant usage du ltlll'M s \i'. lin. HET DOB, le prventif infail lible. rVows r le nmuni mlinii suivante : ENCORE UNE CONFERENCE M n ch : !'.: eur, Il en p'eul ces jours ci. la mode tst aux confrences (t aui ci ifn nciers, niais qui peul se plaindre d'ui e b avi rse, en I tal de o uous ti A moins doi s'ible ou de i : apprcierons la ces pluies genre, qui te parapluie si i l'es i %  Q, Lo | rochaiu • s'il laul en allchant, nous sera dispen sous loi m lante. Monsieur Ko hard '' Tempi, qui n'a pas l'habi s parh 'e, t ; ' cher !:l vrti n'e^t | ... a vu jivec un tonnement ind gn une lettre de Sanlo-Domingo q ti r laie la conduite d'un businessman fournissant des renseignement! mihanl* et erre: es sttr une entreprise i ivale. I e soleil ne h i l-il plus pour tout le monde? La gentilhommerie ne serailelle plus de ds q l'il s'agit de petit ntrts ? \:' serait en rduit a ne trouver les bennes manires qu'au cii l'ma ? • • • ... a revu Pouby, l'entrepreneur d< s pompes lunhres. vail mis en laite, rien qu'en ouvrant les yeui, me vieille qui o les avait termes, croyant qu'< He lail morte. Je l'ai eue, comme les nuire, il d triomphan*. .le l'ai eue, la vieille qui avait Fam i li v lie an corps..l'ai mii %  %  su vi %  on co ivoi, pour bien r qu'elle ne refsusei* %  que jualent o son cercueil parul dans la losse, je ne lus pas tout lail matre de mo.i lion. nme on souriait de cetne, Doubv conclut : Ne ru / pas, il y a "un prcdent : I.i voit que no're conlrre qu eue son n mes In prts La trouver i h t m mte. Ce n't" t pas yo •. M nSelleS, (|lli vous (il p ;iin || / ei d <• pour Damiens. Il n'y p, dit-il, que l'œuvre h le Ti tiue Augustin, Bas l'i u de •se, des lit urs, cou roi orbeilles de fleurs naturelle etc. bon march. De belles soires i en perspective Hatiana Tous ceux qui onl assist la premire reprsentation du film pai lit n t .( 1 1 iltiana , {'Etrangre, sont encore sons le charme de cette ab'c soire. La projection du li n a t pai laite, el l'excution aussi, car on e itendait distinctement les pei s n iaj Avec {'Etrangre, Tal ly i eon quis de nouveaux lauri Continuant sa si ie de i Hatiana prsentera u sou public chic, et partir du 29 M ii prochain, de nouveaux films parlants I au lis el aineI k uns. Il y en BUI H pour tu les gt u s. Pai mi les produt lions Iran aises, citons la Ronde heures A n d r Be de de l'Opra Comique.au 1<. des l aises, le Juif Polonais, et les pro luctions ami ricai de premier ordre la Chanson j ra i .s /////. Voua de I" I perspective. I tious, 'iald\ Ce lut donc du freeruan, n ai et coi i ig si l'on veut, mais, cette fois, ingurgit, Et cela marque un progrs sensible, conlrre • . voil qu'on ne peut ries vous cacher. Qoand.an bord du i vi 11. quelqu'un pose la question de confiance : Rclain / le |eu 1 Qa I, i i.i barre, l'avocat pour la d I .use d' i client s'crie qu'il va, sans retard, clairer la conscience du juge, ou des jurs. Evidemment dans les deux cas, il ne peut tre question que des lampes Titus, qu'on trouve si bon compte chez John WolttU Ce son! celles qui clairent la mieux. C'est connu. • ... a vu samedi soir, de I 7, [l le ruuion Sea-Side- lui:. Le nouveau l. 1> net Lgeri h i (misait BTSC les dputs el snateurs. C'tait louebant. I>e temps en temps se lormaie.it des petits groupe, et en des spartes coilidenliels les p rlemeniaires chai geaienl des •oui ois. Mys'irii u harmonie ? Lin lo sa ? Htel Ansonia /.'."'' / .';/' rrre < %  Champ dt Mors Tlphone 9070. Bar. Restaurant de premier ordre. Sandw i( hes. Crme la glace, etc. I labli ••cineiit renomm II. A S IT.KI.L. propi itaire. *-%  • JOn trouvera: i \

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07009
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, May 23, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07009

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIREC1ELR
1358. RUE AMERICAINE 1358
TELEPHONE N#2242
26 rae ANNEE N- 7677
'ORT-AU PRINCE CHXITI)
L'humanit est mau
dite si,pour faire preu-
ve de courage, elle est
condamne a tuer ter-
nellement.
JlAM JAURS
LUNDI 23 MAI 1931
Cercle Vicieux et Tragique
Notre conlrre Hali-
JoitrnaUfait remarquer, avec
(iiielque apparence de raison,
mie, en ce cIm" concerne la
rvision constitutionnelle, le
plbiscite du 10 janvier der-
nier n'a octroy l'Assem
blc Nationale que le pou-
voir de luire des amende-
ments la Constitution. Ans
si bien, d'accord en cela avec
le ct extrieur de la con-
sultation nationale, l'Assem-
ble Nationale elle-mme n'a-
i-clle form qu'une com
mission de rvision.
Mois l'opinion s'accrdite
ce quoi la dite corn
que
ission travaille, dans le tond, qu'il nous plat de
ni ,
n'est autre qu un vritable
projet de constitution et c'est
ainsi que nous voil la
veille d'un changement de r
gime politique dont le pro-
jet de la commission nous
Etats-Unis d'Amrique en li-
sant aux fonctions qui com-
mandent sa direction politi-
que les reprsentants les plus'
qualifis de l'esprit de rac-
tion, ralisant ainsi le gou-
vernement populaire prvu
par le prsident Hoover com
me une des principales con-
ditions de la retraite de l'ac-
lion amricaine.
Dj, dans le pass, nous
avons eu pas mal de consti-
tutions qui n'ont rien pu ni
pour ni contre notre situation
sociale ou conomique; nous
n'en exceptons pas la consti
tulion de 11)18. Aujourd'hui
Idal Uimiu
30
ALIX
annes
ROY
cfe s.
i
ne dangereuse don
Excuti
changer
celle-ci, il est clair que celle
siluation va continuer ne
s'en trouver pas affecte Mais
il n'y a pas de progrs sans
expriences,el celle que cons-
titue, l'heure actuelle, le
ouvoirj L'cri eau iricooceVabh:
ixculil n'usera quen_par.li.ite\ Ciserne Bultoni qui in fi-
iomiaissanee.de cause el avec^, h raserQe du Cap Ha-
clair sent ment des responsa-ht;..* .. ia . i i i
bilits qu-entralne l'adoption 11!*?' fp ^lev, d ordre du
d'une mesuie rigoureuse. Pou- i LolPncl l\eR- -es conscien
dralion, sagesse, pivoynce **5 capoises sont soulages
sociale sont bien la caructris- ."*" ^olre cenlrre La
tique du temprament nouveau L''jrf> Tribune a r.|> * .i.
que les Chefs du Pouvoir Kx- H s'dite l'Imprimerie Ha-
tienne.
i II y a
i vingt cinq ans
[Le Matin, 23Mai '
A CARREFOUR
La Ligne de Carrtfour est
presque termine el la Campa
mie P. C S en tirera bientt
I inauguration offic e
mme temps ait : i te
premier rail de la liyne de
A ce sujet, k 'lipuenhauer
prpare une /'>:'
prlrr o l'un i .<. a
hemeux vnement.
cutitdevront dsormais essayer
de cultiver. Gefirard se perdit
dans l'opinien pour avoir exer-
c contre-sens ce moyen l-
gal de solutionner nu conflit
permettra, avant longtemps ; mouvement de raction anti-
vue
le degr
sans doute, de mesurer l'im-
portance.
Nous ne nous atlarderons
pas c h i c a n e r la chose (
tant considre au point de i
d' Hati-Journal , sui-
de lgitimit de la
prtention qu'assume l'As-
semble Nationale el sur l.i
mesure dans laquelle elle fait
usage du mandat que lui a
confr le dernier plbiscite.
Nous y sommes d'autant
moins" disposs que, quelle
que soit l'opinion qu'on puis-
se prolesser cet gard, on
doil reconnatre que fAssem-
ble, en agissant ainsi, rcali
s* un des points les plus net-
tement indiqus du prograin-
me d'action de l'Union Pa-
triotique constamment reven
diqu par tous les leaders du
nationalisme.Sans cette abro-
gation de la Constitution di-
te Etoosevelt, celte derni-
re seraient, chaque fois, im-
puts tous les maux dont
nous continuons de souffrir
nonobstant les changements
(le rgime et dont la raction
amricaine, qui est un peu
une rgression vers le pass,
tst ncessaire pour noire vo-
lution mme.
Nous faisons l'eftet, aujour-
d'hui, que l'Amricain nous
portait surson dos de 1915 j
maintenant et qu'il esl en '
train de nous dposer terre. J
Ht nous nous ramellons
marcher de nous-mmes en
commenant, d'instinct, par
les sentiers rebattus, parce i
que ce sont eux qui nous
sont le plus familiers et que1
nous ne voulons par consi
existant entre les Pouvoirs Ex-
c ulil et Lgislatif.
Mais certains individus, tout
en dsirant la responsabilit des
Ministres el une prolongation
du mandai des dputs, ne sont
point partisans du d^oit de dis-
solution. Ils estiment que le
Chef de l'Etal ne doil point avoir
le droit de dissoudre la Cham-
bre qui n'est pas un Conseil
d lit.
Celte objection ne prsente
aucun londemenl srieux. Inu-
tile de l'analyser: aucun com-
mune mesure n'existe entre
Chambre el Conseil d'Etat, aa-
sensble politique hatienne.
Mais une nouvelle hypothse
est considrer, la future Cons-
titution accorde aux dputs
actuels une prolongation de
actuelle n'arrive pas nous
gurir.
Que ce soil raison ou que
ce soit tort, le pays s est
prononc sur le sort du r
gime de coopration avec les
drer la distance parcourue
depuis 1915, que nous n'avons mandai sans le* droit de dissolu-
pas ralise de nos propres lion.
pieds. Consquence
Que nous lchions, au gardent illgalement un pouvoir
moins, pour pallier les don- leurs invitables qui nous al- S"*111" nettement dlermi-
lendent, de garder de l'exp-
rience amricaine ce quelle a
la
nes ; rviser la constitution et
reprsenter la Nation d a n s
l'accomplissement des diffrents
pu taire de bon, et que nous adcs m.evils par |es [,()IS e,
vitions de ne pas trop re Constitution de 1918.
HOU vler un pass qui, en Et si d'autre part, le Chef
lui supposant mme quelque de l'Etat n'a point le droit de
gloire, nous a, somme toute, dissolution, le voil la merci
conduits la dchance.
Sans cela, ce que nous lai-
sons maintenant ne sera au-
tre chose que tourner dans
un cercle la Ibis vicieux et
tragique el exposer notre race
une nouvel'
Ile faillite.
i la s accorde p ur d.\
que !;i sance de vendredi
1 li Chambre a t la plus
ressante jusqu'ici de cette
M. Clment Clesth -i
soumis A ta Commune un
pn i de rgi imentation de
la vente du lait. P ireil projet
de naude un trs si i u N exa-
ro< ,i II ne I Mit qnMl en r-
sume piivilgc ou monopole.
4 L'aviateur Lon Dsir
Paris a t tt au club de
l'eti*. Goave samedi soir.
Mme Emmanuel Dorvil,
habitant Place Sainte-An*
ne, est morte [eu li aprs-
midi dans des cou I Ions qui
tout natre de graves soup-
ons sur M. Dervil, lequel a
t mis eu et ii l'arn station,
Le" cadavre poitiil des 'races
de violences.
1 Le pn.jet de Loi s : |c
dputs bail loyers que Tes minis-
tre Kampy a commis avant
de s'en aller du ministre est
l'objet de commentaires di-
vers. C'est, avec la loi contre
les jpurnaliera.les deux chefs-
d uvre de son ministre.
Mme ClanusTraversier
a s uimis a la Commune un
contrat pour le transport de
la viande de l'abattoir aux
tals des bouchers.Le veut est
au monopole.
-- Nous avons revu la vi-
site de M. Lionel Tlemaipie,
ingnieur civil, qui tait ac-
ompagn de sou Irre le Dr
"elmaque. Il revient
ne sera plus
sera plus le
de la Chambre. Il
Prsident; il ne
Chef de la Nation.
Opposition parlementaire ?
Exclusivisme tendancieux? Au-
cun moyen lgal de conjurer
ces maux dplorables. Le rgne
de la prpotence lgislative s'i-
naugure et c'est la tyrannie des l'tranger o il s'est occup
de
Rvision Constitutionnelle
Les lois stabilisent des coutu-
mes ; elles peuvent rarement en
crer.
G. La Bon.
I DROIT DE DISSOLUTION
L'admettre ? L'carter ? La publiques est la seule convena-
queslion est pineuse ; les opi- ble dans telle circonstance d-
liions sont divergentes. Ce n'est termine.L'issue ? Le coup d E-
rgenl
l'as, il est vrai, une rgle nou-
velle de nos constitutions. Mais
n craint gnralement que le
Pouvoir Excutif n'abuse du
di'oit qui lui serait conlr pour
,-rer la dictature, ravir et con-
Nuer son profit les liberts
publiques. En chaque Hatien,
meitle. Celte assertion est-elle
'"ide ? L n'est pas la ques-
JOB ; elle es! plutt de savoir
il convient d'admettre la dis-
solution.
Qui veut la responsabilit so-
J'uaire du Cabinet, principe du
Gouvernement Parlementaire,
esl forc, par la mme raison.
J admettre le droit de dissolu-
lon. Sous un rgime o les
Uiambres exercent leur droit de
j'ODlrle intgral des actes du
""voir Excutif, il peut, en
i *e uresenter des hypoth-
ses o ce droit volue certaine-
**nl la raison el au bon sens.
[nv politique tatillonne et tra-
Ussire peut vouloir entraver
'action du Pouvoir Excutif
alors que celui-ci pense que la
faction imprime aux allaires
assemmees collectives, la pire
de toutes les dictatures. Et pour
I peu que la lutte s'ternise, le
chef de la Nation, moins de
recourir un coup de force,
est dans l'obligation de rsigner
ses hautes fonctions. Avec
i la dmission apparaissent lin-
scurit, l'indiscipline, l'insurec-
tion, peut-tre la guerre civile.
| Le corollaire ncessaire de la
responsabilit solidaire des mi-
nistres, ou d'une prolongation j
ventuelle du mandai des d- v
pitis, est donc le droit de dis-
tat ? Ce sera alors la dictature, solution.
Admettre le droit de dissolu-j En l'admettant,l'Assemble Ni
lion est donc un moyen com- (ionale aura inscrit une ancien-
mode et lgal d'en appeler aux ne rgleconslitutionnelIe(Consl.
* 1846-1849. Lois Cou si. 1859-
Ius particulirement de l'ur-
>anisme.
Il y a prsentement au
Cap-Hatien sept inspecteurs
de la City Bank qui contrlent
la comptabilit de la succur-
sale de lu FJ. N. R. H. en cette
ville. C'est donc tellement
vastes les oprations de cette
succursale.
lecteurs, au Souverain lui-m-
me d'o mane tout Pouvoir.
Le droit de dissolution n'est
point ce que pense un vain peu-
ple. Il ne constitue pas un coup
d'Etat dans le gouvernement
parlementaire. C'est une mesure
de prvoyance politique qui n'i-
naugure nullement le rgne de
la dictature, puisque le Chef de
l'Etat est oblig de dcrter de
nouvelles lections pour recons-
tituer la Chambre dissoute.
Mais dira-t-on, si le rsultat
des lections lui eut dfavora-
ble ? La pratique constitution-
nelle admet gnralement qu'il
ne peut user nouveau du droit
de dissolution. Le dernier mol
devant rester au Souverain, des
1800, ele ). Mieux. Elle aura as-
sur la paix sociale et la stabi-
lit gouvernementale en" prot-
geant les liberts publiques.
Le 20 Mai 1032.
II. TERLONGE, au.
.
ECHOS
I
La ftf pour le para-
chute oflrir notre avia-
teur Lon Dsir Paris
rappor 210,60 'ni-rse' les
dpenses se chiflrent 47 j
dollars. Le bnfice net es' |
de 163,80. dliera.
ropos
humides
Cette information cueillie dam les
colonnes de l'un de noq quotidien! :
o Le ministre de l'Intrieur a t
siiM par une lettre de l'Inspi cli m
de S.oiiniis rurales do la co.....mue
de l'ort-mi-l'i ince adressi e i Ad-
ministration communale, des fouil-
les qui se pratiquent dans le cime-
tire des Varioleui de la section de
Morne Chandelle. Gare ;i l'pid-
mie C'esl assez alarmant et des
bonnes gens doivent dj tre sens
dessus kous. Il n'y a pour ta ni
lieu de s'en faire, Nous sommes pr
iminiss. Du moins, UOUS pouvons
lres prmuniss contre une pid-
mie de variole ou toutes autres en
: i tant usage du ltlll'M s \i'. lin.
HET DOB, le prventif infail
lible.
rVows r le nmuni
mlinii suivante :
ENCORE UNE CONFERENCE !
M n ch : !'.: eur,
Il en p'eul ces jours ci. la
mode tst aux confrences (t
aui ci ifn nciers, niais qui
peul se plaindre d'ui e b
avi rse, en I tal de
o uous ti
A moins doi s'i-
ble ou
de i :
apprcierons la
ces pluies
genre, qui te
parapluie si i l'es i q,
Lo | rochaiu
s'il laul en
allchant, nous sera dispen
sous loi m
lante. Monsieur Ko hard '' Tempi, qui n'a pas l'habi
s parh 'e, t ;'' cher !:l vrti n'e^t
| ... a vu jivec un tonnement
ind gn une lettre de Sanlo-Do-
mingo q ti r laie la conduite
d'un businessman fournissant
des renseignement! mihanl*
et erre: es sttr une entreprise
i ivale. I e soleil ne h i l-il plus
pour tout le monde? La gentil-
hommerie ne serailelle plus de
ds q l'il s'agit de petit
ntrts ? \:' serait en rduit a
ne trouver les bennes manires
qu'au cii l'ma ?


... a revu Pouby, l'entrepre-
neur d< s pompes lunhres.
vail mis en laite, rien qu'en
ouvrant les yeui, me vieille
qui o les avait termes, croyant
qu'< He lail morte.
Je l'ai eue, comme les nu-
ire, il d triomphan*. .le
l'ai eue, la vieille qui avait Fa-
m i li v lie an corps..l'ai m-
ii su vi on co ivoi, pour bien
r qu'elle ne refsusei*
que jua-
lent o son cercueil
parul dans la losse, je ne lus
pas tout lail matre de mo.i
lion. "
nme on souriait de cet-
ne, Doubv conclut :
Ne ru / pas, il y a "un prc-
dent : I.- i

voit que no're conlrre
qu eue son n mes In
prts La trouver i h t m mte.
Ce n't" t pas yo . M n-
SelleS, (|lli vous (il p ;iin || /
ei d < pour Damiens. Il
n'y p, dit-il, que l'uvre leur Bat It r i retenir h
I) ', < i si le c"esl iJu EsVBSV
ni ii. revu, corrig et trop dis-
pendit iix.
Le conlrre est injuste, car
i ar nul doute que le gai tut
confrencier n'en profite pour,
vous envelopper d'un nuage enfin a la rception organise
de discret encens qui ne se pour la Presse el le Corps L-
dissipera pas en tume, mais gislalil l'autre aprs midi, on a
se transformera en borgne! ^a r*mrqo*i' qu'autant que U
Docteur Barker, la Haut le (for
h /bancouil tait un peu la
monnaie solide pour venir en
aide aux petits proie. ^ de
l'uvre despupilles d Sai
Antoine.
Veuille/, agrer, etc
r a.
hypothses peuvent surgir ou ___ Uail^l)Wnal demande
le Chel de l'Etat, bien qu ir- ,Antpnr I nlrrlue de sor
resi)nsab e sous le rgime par- " snateur Laicnue ae sor
cmlent.ire, soit danTi'obBga- tir ce qu .1 a sous sa c
lion de se dmettre. pace . Mais il y a quel me
\)t tout i,uoi, il rsulte que le temps que 1 on lait la mme
droit de dissolution est une ar-1 obn rgation a d'autres...
Fleurs! Fleurs!
On trouvera > h le Ti ,
tiue Augustin, Bas l'i u de
se, des lit urs, cou roi
orbeilles de fleurs naturelle
etc. bon march.
De belles soires
i en perspective
Hatiana
Tous ceux qui onl assist
la premire reprsentation du
film pai lit n t .( 11 iltiana ,
{'Etrangre, sont encore sons
le charme de cette ab'c
soire. La projection du li n
a t pai laite, el l'excution
aussi, car on e itendait dis-
tinctement les pei s n iaj
Avec {'Etrangre, Tal ly i eon
quis de nouveaux lauri
Continuant sa si ie de i
Hatiana prsentera u sou
public chic, et partir du 29
M ii prochain, de nouveaux
films parlants I au lis el aine-
I k uns. Il y en BUI H pour tu
les gt u s.
Pai mi les produt lions Iran
aises, citons la Ronde
heures A n d r Be de
de l'Opra Comique.au 1<.
des l aises, le Juif Polonais, et
les pro luctions ami ricai
de premier ordre la Chanson
suces dei n remenl i Saut i
Domi ko, Paris, /. j ra i .s /////.
Voua de I" I
perspective. I
tious, 'iald\ !
. Ce lut donc du freeruan,
n ai et coi i ig si l'on veut, mais,
cette fois, ingurgit, Et cela
marque un progrs sensible,
conlrre !
*

. voil qu'on ne peut ries
vous cacher. Qoand.an bord du
i vi 11. quelqu'un pose la
question de confiance :
Rclain / le |eu 1
Qa I, i i.i barre, l'avocat
pour la d I.use d' i client s'-
crie qu'il va, sans retard, clai-
rer la conscience du juge, ou
des jurs.
Evidemment dans les deux cas,
il ne peut tre question que des
lampes Titus, qu'on trouve si
bon compte chez John WolttU
Ce son! celles qui clairent la
mieux. C'est connu.


... a vu samedi soir, de I 7,
[l le ruuion Sea-Side-
lui:. Le nouveau l. 1> net Lger-
i h i (misait btsc les d-
puts el snateurs. C'tait lou-
ebant. I>e temps en temps se
lormaie.it des petits groupe, et
en des spartes coilidenliels les
p rlemeniaires chai geaienl des
oui ois. Mys'iri-
i u harmonie ? Lin lo sa ?
Htel Ansonia
/.'."'' / .';/' rrre <' Champ dt Mors
Tlphone 9070.
Bar. Restaurant de premier
ordre.
Sandw i( hes. Crme la glace,
etc.
I labli cineiit renomm
II. A S IT.KI.L. propi itaire.

'
*--
JOn trouvera:
i
- \ ] i i liai
uctiea ci i-
s ec les dernires me-
dicalious.
U..


1



Wh XlAJiS
23 Mai U!i2
Celle belle toile dil :
// est essentiel de gar-
der Fesqaititi douce de
la jeunesse de la peau.
J'ai trouv que le Sa-
von Lux en est une
aide.
MAUX de I>3tNTfS
"^^ n-^ --4* SuppreMlon Instar, .ucc. mHirnlr ri d^flniiLvr n*r
-V..*jt TUE^NERF MIRIQA
k* -. v '; "mnuD, PbarmaeWn, . Rue Dolol LYOM-00LUN8 Eru
laboratoire rtu wel,1u^tIJAportVFrtnce : IWu-c. BLCH. "
Le vin de dessert le pius
indiqu aprs chaque repas
*
.%.-,
Agent pour la Rpublique d'Hatf
A. DE MATTEIS & Co. <[-$
Port au Prince (Hati)
il \ .
c
Chambre
des Dputs
Sance du vendredi mai i >
La sance, esl i
qui l'appel nominal < il
la ma|oril ncessaii
tioi d'un procs t l et h
iecture d'une corn
sans intrt, puise
premiers points d< l'oi Ire jour. La discussion du cootral
Harlter est ensuii. i uni i
Aprs des changes de vue
contradictoires pendant les
quelles les dputs Pu rre Louis
Dehoux et Adam 'i a b ouil
lent dam d'intermim bls dis
lussions, la Chambn de d
i envoyer la discussion un<
dkte ultrieure, ; li i que le Si
crtaire d'Etal iutn puissi
assister aux dbits.
Le dpu 6 Tho mis obtient li
parole pour une que i n d'in*
lrt gnral et \ end inl qu i
marmonne sa prop ilion, u
Secrtaires d'Etal on
Kernisin s'ins ullent bu bani
de l'Eicutil. Le d( pi I hei n
Louis demande alors de revi
nir sur le renvoi de la d -eus
Mon du contrai U irk r, ce qu
est accept l'unan mi Le
tonclusions du ra| I lu co-
mile charg cl't x imin i le co
flrat. ainsi que le i :"
vols. Celui- i arlicl li
Mais la loi d> saui i i d<
Minveeu en dsaci > i Us
t>uts Dabonx, Ad m /
j lerre-Louis ; le di I Piau
' eauande l'opinion eci <
1 ire d'fl'al de I' \ ' I <
[)T Sslomon dle <
i'T dpute I' ou i I
rejet des modifl ; i
lea par le dput ni ; la
liscussion continue, 1< rateuis
w succde ni la Inhui
hwortant sa ( oropi ei 11 l<
) ( r d'accoiv; b- ri >
Ion encore bamide de la dou-
i ne la veille du Snateur
PriceAl ira, i e I isse pas
it n les mnrmores
du public, allume qu'il revien-
di m bienli i des projets.
Mous S i:s v u donno is acle
liions, lai rpond
e d Estim, dissimu-
.ml mala Iroitemenl un sourire
icepl |
l dput I) hou; lormule
ensuite une pr< ositi >n landanl
m i : t s de la Ban- I
|ue l'une vali ur de prs deux
nillion t ardas, -Il icte
i gai ntie des missions de
oonnaie de nickal.
La nce esl leve. Il est
mdi et demi. Le nombreux
auditoire s'coule lentement.
AU LYCEE DE JOL
l
lanju
Belle et la entoen-
e oile dit : 11
Savon de Toilette
lux est certaine-
ment puissant pour
< onserver la dou-
ceur de sa peau.
Cin-Taldy
DEMAIN SOIR
Le g "and film Ira e
L'Espionne aux Y u\ Noirs
(*UITE}
arec M^ria Dalbaicin ei Jean T j lou'
Et le beau film :
Le Fils de la Nuit
( SUIT2 )
Enlie ; 0.50; Balcon : l.iil)
Aj)p tuez le secret
que 9 sur 10 des
toiles de l'cran
connaissent
IL n'y pai de rel'e teau' ne
..]..-, l douci nr d'une peau le.
Les dire, leurs qui conduise ni Hotly-
woo I, disent : p'eet le pins g; and des < bar-
mes lemmins Sur 'cran il est essentiel
pour devenir uni to le.
Q >el eatleseciel de la beaut du leint
des toiles? Comme u* garden'-elles cet
jHribi Savon de '1\ ihlle Lux est le secret di-
sent-elles.
Sur 818 dei imporlanles actrices- de
llobywood, y cn'Tipris toutes les toiles
605 m.ni dvoues ce aevon blanc et
part m avec sa mousse abondante Sur
leur demande, il est olliciel dans lous les
studios de film.
Conservez voire peau toc jours sdui-
senle, par la simple voie que suivent les
toiles avec le dlicieux Savon de Toi-
telle u*.

de la
il et I
)r\ m h i. i. ni r.
loi allidil ( < s iip
Le dput Ed<
nmnde que soit i
pjr le Dparlemi
ruatrat aign enti >
(.Adipagnle d cla
q e.
Le dput Eslin
sin compl. I gns, i d i-
hsjtttf ci .s adi ess<
ii htat en ces lei n
Le ipeei b il
L*ocfl, qu'on a q
cours de prise de
jv ut c i f an epl i
oinin >3 de ceux qui
que U s choses BCO-
! lires n'ont p ta besoin le la
;rande publii il, quand elles
, mi de oati ie a provoquei
li s h jetions i ntie les mal
trs et l'autorit prpose au
naintieu du respect des tex-
tea qui rgissent le lonction-
nemenl des tablissemeuta
le rivai.
Le public a su qu'il y i
i un ioci len| au !.y c<
'ii bii il, i Jacmel, pi opoi
.'une | lion iiilltgce un
ilve, dehors des rgles
!, s, ii provoqu par lat-
itude du ( on s matres,
m i sei a
j> tt m nu ei i V
niuisti i.< .n e d'une
i i 11 \ .
Dei a l'Ensei-
juuu i t dlgus
une solution
9 quesl in.
ils s i m ienln i rs avoir
ion n la sa*
fjcii i du D pai temenl el
ressi .-s.
lanl mieux,
UNE RtVtSIONt OES PEGHS
CAPITAUX
anl sans doute de ce pi in
M nisti que I pi o | ta bien snten-

> talaraljon n il
t bsmb e ( si ci i >on
11 na vous api o b /. da tos
lu i ocains, le peupl il
v di i e que tous COlil| I I l
L* Stcrl
Qttncf .t. Air Ki i ni la
t kbune el dei
>>i. n Jrk
| nom * Qui,
pond le depi I. q
Tus faire poui !>
feonamiqoe du i
i| o, te une rviaion des
i is, un prolt sut nadien
ite des p<
iiX.
t; ai pchs Irop
:. '! Mi litue wu\- :i : < la
li ur, 11 lurpi-
i. bel r y;i -
l'h et le p ssimii -
lievue
d^H Deux Honde*
lo.ltue de II niveisil.l'ans.
SOMMAlHel UK l\ LIVRAISON
DU 1er MAI 1932.
JJJJjLa Revenante. Utuxime
partie..Henry Bordeaux, da l'A-
cadmie franaise.
.igAir Indien. De l'.-igentine
au Chili., Paul Morand.
Face la Cris.-. IV. L'In
dustrie., Jean Waline.
Le Roi de Rome. III. Duc
de Reicbstadt. 1I20-130... Oc-
tave Aubry.
Silhouettes Klrangres.^ Sir
John Simon Verax.
La lia tragique de Gordon
P n b i II. D ,.. Kli u inum ta-
aige.. Lyi'on Strachey.
I aud enci s de . on Mil,
Cli il U s ll> nnisi, de l'InsilU'.
i li ail d Union., Max i i
cher.
Ls Bu ai du Roi. I) ux
li Uns s o la diapeau blanc.
Mis De Noallll 9,
Hevm S uentilii|ue. Pluies
de Cend ea. CharlesNordmaan.
ClaV jo lit)' or,.Louis (iillet.
l\e\ n. tque, l'a >ris
pi dl Le i D( unie, de i'A-
ca U mis Iranaise.
Ch oniqi e le la Quinzame
Histoire i olilique Men Pinon.
I EUX DE L'APONNEMBNT
jaris 1 II n Su nirij Trois n <{
Seine Seine et OUi ioits p tn aftt'je
Dpartemcnii et
i o. n,. i innfaiM le tri ( i tr
tranger :
erti i*i i
pCSUl IJO li; r- 1rs
P..\: plein i il
pOlUl l'o lis II lr,
Les abonnements partent du /r
'et du / de chaque mois.
Prix du Numra : 6 lr
humes deCerveau
Soulages avec
des Vapeurs
L'inhalation des
vapeurs le rend
-^\v plus supportable,
"Wrcuvent l'amliore.
?VAPORUi
Pour Tout Refroidissement
LUX
DE EOILETTE
MOHKA AL'HIN, P. O hOX Ma Diatnbutiors
ROi Houx et du Centre, Fort au-Prince.
I
Assurez-vous conlre accidenl /
la General Accident Pire . \
mile assurance Corporation Li !
Li ed . Vve F. Berminghan 1
eenl >t*n4r,i rmnr Hii
r3,o m nrmtioppREssioiiii
Soulagement immdiat .t (urlton ym k. I
Globules* Rbaud I
Ksu!tatimerTi;ieux,aurprenanUmtm*l
. Toulm Pharmacim Dtmanfe Htllt* S
L AI.ICHODX, 17. fcut VitlOTMag* M
1 MhUMoatn mfk W
HENRY STARK
RUE DU QUAI, EN FACE DE U GARE
\erresi Mires de toutes dimensi >ns pour vitrines el en
cadremenls.
Mires spcia'es pour autos
Vitres ordinaire^ 1/4 pouce paissi ur P'Ur autos et comp-
toirs.
ftrand choix de^Aiau/urfs^pour cadres.
Lampes de nuil.
La maison rpare aussi las sairairs lchs.
U h.
4\lT<,0


d mit i
ye Miuiaire keuiia.m, le y. |
i
ICO
Mais que dire de
. ^ "jt'
la
stupi-
dit , de la laideur qui
viennent en tte de la liste? Il
s'agil l de lates bien indpen-
dantes da la volont. Le pessi-
misme loi- m( me esl gnrale-
rJ < un mauv s lonc
ri "n
m C.
A oia?...
u us pn l< n
l'ancienne num.'ration,^i arbi-
traire qu'elle puisse lre.
Tontpc Ip Polices j
DE LA S
0f i
comprennent la Protection contrela
A ^OU(^re sans auqmentalion de tauxg
t
Aqents Gnraux $
ajcn .'*?3alM I


i i s \:
tji
w~..
hliuui Itarbaiicouri
u
la rtnntie est uni verse!!, a premire place
Ltomandez | :
UN BARB
ejt : Uno
BOULANGERIE FRANAISL&PATiSSERiE FRANAISE
RICHARD PETKKS.7/-o/>.
( ll .11' DEiuns N 12
i rruLE : iiw
II M 'JIK IGH HUIB
if"
inllOtCillt Il Ulll. I UlilU.
SOINS ET PROMPTITUDE.
Tlphone: N 2069.
]j\ ma'Son na dus
sur cm S" If
Sauvez
vos livres
La farine BAT'BAS est ja-
brioue pour h s boulangers
senss.
Elle coule quelques centi-
mes seulement plus hre
que les outres marques,
mais le endcmenl quel e
donne es/s ns p-.r I.
Avcz-vous dj Ir vaille
But'Bas ?
Eh bien passez chez les
commerants suivants :
S:M(i \r! "y rt r I
lec'i' ' ( n m; i t h
|PS Ol fiai : ( ( 115-
('( i i \ |)<)' i .''. ( |>:>| ile
ii, :> amii i.i.l 11 I i ne
\ vi ndre
lo Pigeons romains de race
pure, issus de premiers prix
dp I exposition d'Aviculture de
Paris.
Couleurs Bleu, Fauve, Noir,
Kouge, Chamois
2o Lapins Gants tirs Flan-
dres ri Chinchillas tir races
pures, mme oi igine.
S'adresser a Mr Paul Castera,
en face de l'Eglise Si-Grard.
Paris ... sait- com^-"'- :
conserver
ce teint d'colire
S
i...
i
Mut nous 3ppr< || -, .-
ont l de toilette uile
d'olive et de .>cd reo
tes i de b*
d'Elu t 23,713 de leursconfrres a I
" Mdn i voir te d*
Ieaut en vous seu.mt de
i'a/mo/he, dit " tt.
recnmmaml i fentes mis
(Zieutes de tu- jar.i.is te
r de tetvon autre que
o/it e.
-.lient met .
d.trautaged,
d met 1

t de I'.
xilion i h.ue d''
vgitml ut tare,
i.iiile et emlm..
l Mrs Dalmju, Paris
li vous avez
DCSOin lr MIS
eu 1er, de hls de camp avec tous
accessoire s,matelas el oreillers,
"""sfJULIEN SANON J
113, Rue 1 raversire, prs
d'EsttWe & Cia.
o VOUS serez servi ; souhait.

WJtUci t
,.,'iltmenli eu

tmih Mm//, mtist ,U ',.,.:*/' ripmri, ,m
Wlj- ':! .il SU
0 dt
toi-i /.-1 ifopt.
I;

Ai
ns
pi * cru ou'
11) iMir Mit la
(i ; dt 1 v!inlo
\a > 1 M
I I'
p 11 11 I
Don ipgo, N 0 mu n, l'orlo-
Bico, < Ic.st 1 terme) les mar-
di, jeudi d y n<< 'li 4 h. de
1 ap - d idi.
IX votre
le de Beaut
I s TilleJ
-
1
1
l*ur.
Laisse* lui | (C o;|
e per-
sonne bien jpcialijc
C'est
une habitude qui eu vaut ter-
laine ment
1 peint.
I
EO.ESTEVE C
4.DE MATTEIS&C"
P.
JEAN ASSAB
s-sc
El. GERMAIN
BI.ACKWF.LI, MIMJN6
& l-XKVATORCO.
h...... Cily. Mo.
A. BOLTE
Achetez-la avec confiance !
Travaillez-la avec orgueil !
(LIGNE COLOMBIENNE )
Tlphone N" 232S
Le vapeur Baracoaa Voy.
102, v nanl direeti n ml de
Kew-York, sera ici mardi 21
courant, continuera le n cm
jour poin N s ports colom-
biens, Crislobal, Kingston il
New York.
le manifeste de ce vareur
reu par avion est la dis-
position des clients dans nos
(uneaux sis BDfllesrue* Iga
lit et Danls-I cslouclics.
Le vapeur i llogoia 1 Voy.]
101, partira de Ntw-Yark le
21 cit., directement pour
Port-au-Prince.

Le vapeat r Martinique 1
Voy 98 parPra de New-York4
le '21 courant, pour tous les
ports hatiens.
William E. BLEO,

1
tel .
tes. O la 1 bl
1 .
lei g 1
( f
beioJ
(trd
Li
ptrri cq h
chtrriis et 1

I lui
i ndi : i ./
le l'une j Palmolive
dli-
cde
lime
; -. joun
i sont
,
' Il lui
te et
Mu
C C
tot le r>' gan.
rrooooce
B MSt, deatai
le disi -,
moode fl un
I^WlAXW
i lut
STEAMSHIP LI
0
1 e steamer uayaquil >
est attendu Poi i -l'i io( e,
vi i ont de NewO "i I*. le lundi
23 m;ii 11152, avec: 71 sacs
de correspoiid.ii e et partira
le mme jour directement
pour Crislobal, ( ani I Zone,
prenant (rl et malle.
Port-au.P; ince, li 1S mai
19J2.
JailK .VAN Bl ED
A^,( i l- ( (Mi; I
N'OUBLIEZ M I ;I UN PETIT TOUR A
TERRA-OARDEN
ChezW. KAHL
Peiionville
1 !" pied ment le plus Iraisdti et
vit ods de i
Seulemenl i. to sm une excelleoli ranta
!|SI hall aile el lu |.-n I.
I les espces.
j LilfcEfiS JS SANDWICHS
Vrrangeme poui les pensions de jour ti
semaine ou de mo
L

Insurance (Jo
Une des,! plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES ^ASSURANCE
sur la VIE
EUG. h BOSSfi & Co
Aaents Gnraux
MB

LE FAiTEST INCONTESTABLE!
.
li
H li n m
C'est la quintessence des meilleures
[varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les me m loirs
C'est ce qui (ail arcnio.
GOUTEZ ET C\
m v tt 1


Lundi
23 Mai 1932
Le Malin
-4 PAGES
2*me flWtt W W7
Pert-an-Prinee
Tleaeae : 2244
ASSUREZ-VOUS
l
a
General Accident Pire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Seotktnd )
Lar In GKNKPAI, .. cst'une des plut paissantes etdea'elui restes organisation
it ce genrt. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse le
inonde
ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la fondre
Ses Polices pour Automobiles couvrent v,>ls, iucendie, nialveill?nce, dommigei
caus autrui dans sa personue ou dons s<;s biens.
Ses Polices Maritimes mise* par ses branches d'Europe sont payables en Hati.
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les vova-
gnrs devraient dnne prendre la prcaution de se munir d une police contre accidents.
d'au moius 4000 dollars, la [prime annuelle n'tant que de; 1/2 /. soit 20 dollars C. C
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
Panama Railroad Steamship Line
Agents aax orincioaux oorts d'Europe.
Service de jrt et de passagers eniie
[Europe et [Amrique.
U.W. Si ldon ftCo, Ltd.
17. James Sirtet,
LlTEl POOL, 1NGLAV1 '
SOLTSAGENTS
Agent Gnral Dour Hati.
port-aa-Prince. IG. GILG
JEAN rLANCHETJrnre
Moi y & Company,
Atlantic Kieighting Corp Div.
155 Boulevard de S rasbourg,
Hre. France
MOBY & i < MPANY,
A lanlio Rreigh'ing Corp Di*.
7i (Jii m des > h;rtr > s
Bordeaux, France
Henni deron k Stockwall.
Boite Postal 71"
H' re, France
Angleterre
'J. W.Shulhon k Ltd.
'.Fen'on House,
112/113 Fen-h.irch Mreet,
L ta l > i K C. 8, Bngltn I.
Trance
M, p.Y A Company.
At'anMc ''reighlirg Corn.Dif.
3. Rue St Vincent de Paul.
Palis. F'pnce.
M on y Company
At la d tic Feighting C>>rp. Di*.
7 Rue de lii Rpublique
Marseille France.
Gellatly IUnmby k Ce.
21, Rue de la Rpueliqae
Marseille, francs.
AVIS AU COMMERCE:Voulez-vous
La Panama.ltuilioud Stea mship Line a l'avantage d'an
tracer les dparts suivai tsde New York pour oit nu-prince
Haiti, directement chaque mardi. Tous les steamers sont
peurvus de chambre trirorPtaoe
Btmrls de btew \ork. Arrivages Po i au-j* rince.
le 23 mai 1M2
29 mai 1932
"/ juin 1032
|e 12 juin 1932
20 juin 1932
|c 26 juin 1932.
le 4 juillet 1932'
e il iuillet 1932
|e 18 juillet 1932
Steamer Guayaquil le 17 ma
Steaaer rOistobal le 21 mai le
S/S'i4,Rueaa vcnlur.i' le lerjuin 1932
"Ancon" le 7 juin
SeJSLr
foeaaer
Steamer
js'eawcr
Seamer
"Guayaquil" le I l jui 1932
'Cristobal' le 21 juin 1932
'Buenaventura" le- 28 juin
"Ancon" le b" juillet 1932,
"Guayaquil- le 12 juillet
Panama Railroad Steampship Line
JaslJ.C.VAN REED
agent Gnral
r
CE3QUI N*A JAHAIS T FAIT
CE OUIINE PEUT TRE DEPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
prpar dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Pi puration et Ven'e
?armacieF. SEJOURNE
Angle des rues houx et du Outre.
Russir dans vos tudes uo
taire russir vos enfanlvi:ce
a une mthode d'enseig-ie-
menl classique excellente?
TOULEZ VOUS
Une profession aprs 6 9
mois d'tudes srieuses (St-
no-Dactylo. Langues vivants
Comptabilit)1
Songez que l'Institut TIP-
PENHAUER se recommande
et s'impose vo'.ie attention
par les brillants rsultats d-
j obtenus.
H37Rue Lamarre.
Tlphone 2891.
LA LAITERIE BAILEY
Livraison propre, kygiai-
que, en bouteilles hermti-
quement cachetes, l'abri
de toute talsification.
Transport tait en rlrigra*
leurs roues.
1313, Grand'Rue/Port-ae-
Prince.
Allemagne
Atlantic Freighting Cor. Atlantic Fceiflhling Corp.
Ballinhaus, Hamburg 1, Germaay. Breitenweg55 Bremen, fier.
Holland
Atlantic FrrighHng Corp.
Koningin Emma plein I,
Rotterdam Holland
Ik liane,
Sude*
Sven Jansson M Company.
Atlantic Preightng Corp.,
An!\v rp Division.
C/o S'einmenn A Company
P. O. Bo. 1069, Rotterdam
A/R W. Larka,
Atlantic Freighting ^orp Div.
- eppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Peiterssou et Ho mstrom,
Atlantic Freighting C rp. Div.
Skeppsbron 3,
Gothenburg, Swtden.
Bemhird Bergh &.
Atlantic Freighting
Corn. Div.
Norrk >cping Sweden,
Simon E.dsto ,%/B
Atlantic Freighting
Corp, Div.
Malmo, Sweden.
Co
Atlantic Freighting Corp., Div.
llalsingborg, Sweden.
Belgique
2tlantic Freighting Corp.
r/o Steiumann t Co
4, Quai Jordaens,
Antwerp, Belglum.
Danemark
F. A. Rendis et Companj
Copenhagen, Denmaik,
Italie
A Ceresa et Company
Via Banchi 3,
Gnes, Italy.
Espagne
Ag< ncia Maritime Delged,
Face!ona Spain.
Norvge)
Laurtz A. Devold A. G.
Atlantic Freighting Cerp.iiv.
Aalesund, Norway.
Laboratoire SJOURN
DlRBGTVRI
P. Si'iioiRNK, Pharmacien
R. Sjourn, Pu rn acien le l'Universit de Paris
M. Sjournai Plia macieo le l'universit de Paris,aacien
iutei uc tU Hpitaux de Paris
Analyses des Ut ; s, du s c gastrique, du sang ( YYas-
termaniif Ure, ( tante d \mbard, Glycmie).
Descri b 'ta. Pas tirrs if cales.
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L Indigne
** M fj .*..', ..-'. *k*t*
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOUVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
HW:AHCLE DES RUES M PEUfti M FUOU m* m.

A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Cllenlle eue la
vente de ses CHAPEAUX se lait, depuis le 4 janvier, au
H' 2027. GRANDRUF
n ( >ce Hp <.'.n ancien local.
Les Clients y trouveront le mme accueil.
BON MARCHE. CELERITE, GOURfOISIE.
Martinez, Marcelin & G8
Loterie Nationale d'Hati
416, Rue Bonne.Fol, Phone : 335S
La Loterie Nationaled'f Jati est
une institution Hautement humanitaire par la multipliai*
d uvres qu'elle se propose d'aider, une chance de ai
tre offerle aux hommes de toutes conditions de fortuas.
Employs Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salaris h
ous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parer
leur budget moyannant deux goudrs, peuvent gagner trois
mille gourdes Patrons de Commerce.Chefsd'Industicpar*
aux lusulfisances des ventes, par l'achat d'un billet, quivoui
libre du souci des chances*
Mdecins Avocats. Ingnieurs, Snateurs, Dputs, Gran-i
Dignitaires ce l'Etat.Reprsentants de lintellectuslit, Jour
nalistes.
Donne l'exeeaele de votre lalidarit lociaie.
entiers, capitalistes, eemme en jouant, augmentes
sveir.
y?u..,I0;8 JHi a*llp Mi*i. rfnd-r~lui service ea ache
mt le billet del LOTERIE NATIONALE D'HATI.
Lykes Brothers SS C Inc
Texa Haiti nto-oomingo- Porto Rico
La seul service hebdomadaire et lgulier i passagers ft
rt entre les ports du Golte du Texas directement a*n
Pon au-Pnnce, Hati.
Pour la rception rapide et le maniement habile de ;
!7Ng ns' servez vous 'oujours des navires de ' h ^
Us prochaines arrives a Port-au-Prince iunt
voir*
Steamer Aimeria Lykes
Steamer Margaret Lykes
Steamer Ruth Lykes,
20 mai 19J*
27 mai l32
3 juin 192
Pevtafti


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM