<%BANNER%>







PAGE 1

IL M .'1, \ (4 Ma 1 i MOUS 1. ANTISE1 TI GER! VOUS ' DE SA TECTION. NerroiE i ITIU il LIFEBUOY 1.1. > \ < > S i>! POCR MAINS, F!99 il S ET BAINS MOIlt AUBIN, P. O. BOX M.— Distribueturs j l'.in H''i x i da Centre, Port-au-Prince. FORCK SANT JEUNESSB Facilement et diicrtement pr I GLANDOPHILE des Lab. ORMC3 TARI Natta Orata nt ehes K. SJOURN W. BUCH, r.r/-H-P//ff el ntTM %  • %  LE BB OE LINDBERGH T ASSASSINE Ption-Vili \ Le corps de Cha iugualus I.indbergh, iiM par Bes enIfviii -, i l ueu aprsmidi en vue de II n a d'o il a l enU ri il i ; )" llIS Les more anx < i ai s de linges louves prs da corps ool t i-iputili s pai Mme A me Mor r< w Ltndbergh, comn %  i.uaant parti* de la robe d( nuit qu portail son i her i nhnt quand rllf le mil d i lit le soit du 1er Mars. |L*idi ntifle ition a pif complte par l'autopsie qui v PU lieu Trenton a Iragisjue dcouverte B nnct v une coolre la pnsst I,III eul lieu chi z Lindb 'K 1 P ai N'armaa Schwarlz ko Le corps a t Iroi aprs d a temainea d'eflorti inutiles p mr obtenir le relu n di l'en i u t n'impoi le qui l pi is. I < %  alcouvei le a i u lit B I ta les mvastig ilion da toutes lei na ii* is ctvilisea poui u aquei i' i e ileveurs.OrvilleWils.oii el Wil li.nn Allen, ngres, ont laii h ricouvute du coi ps dans Qi districl qui a i li inspect et rinspect par les est ou des di police H .i / pieda d'une slatioi tlphonique d'urgence install* pour aidt r ;i ira |uei utils. Las deux hommes se rendaient sur la Colline de Mnunt Rosi quand un pied non i meit pai lu terre attira leur attention. Ailen et Wilson, t< rr lis pai H au pe le investigation, en in l insrent la i v ce. I es dti i tivas sa prcipitii nt sur l< I eui. Face en i>:>% il us un lst sj.u lait penser que l< • assassin i ont inhum la lu e, tel est la position dans laquelle l'en* lanl a l trouv. Li bi b a eu tu il y a au moiua deux mois aa due de l'oliiriei de polici indiciaire Chai les h qui prtend que la n art a t cm st pur un coup sui Ane oi de la la cou brutali dont on li rerail l'enlanl d'uni obile. Le crne du l>< b Iracturltl trouva ;>\ ec un Irou au di ssui de l'oreille droi e. Li nt I 1 1 Madame i h dbei RII I nt de bout, ; ni b BVI ment li tragdie. Ni l't n ni l'autre nt drononcrenl nna seule parole. —oo Des rense gnements qui m tient de la Nouvelle Tourraine ( si cl on nrale de la < ommnm d Ptionville ), il rsulte que cette contre renferme une population trs dense. Malheureusement elle est trop nglige et semble se complaire dans son oubli. Au del d Kemkoft.on ne trouve plus au I e cole rura'e pouvant apporter un peu d'instruction a habitants arrirs. Les Tra. Pub il s ont construit vn i lier muletier qui traverse I ls maintenant la section et qui es' destine devenir la route lu Morne la S Ile. Nos braves mpagnards voient cette route l'un mauvais œil, car ceat un noyen de pntrer chez eux, ni-ils, et ils n'aiment pas rop qu'on voie Il y a de ce" I • Rvrend Pre Hucq lu l're Monteig e, vient de re.,:isii i i e a ci pelle de l'ha bitatlon Faure •> Elle est bien rqaenle parles fidles, mais me" cole A ct de la chapelle i leri C i vit ralliement i lonm i i ce le population un n u de i ivilis ilion. On vit i fana une extrme disette. La lernii t h< i esat a tout bi ', .•s habitants n'ont mme plus le graina pour ensemenc i enrs jardins, Leurs habits son* lchirs. N'ayant pas d'argent imir s'i ii procurer, ils se connu nt i liez eux. Qua il aux eh mins ruraux, ils n'exist nt plus. Les dernires ont tout emport, La route qu'on avait conatrutta l'anne dernire depuis KensI.KS insectes naissant dans les milieux Immondas, croissent mr l'ordure, vivent parmi les Kerms mortels, puis contaminent vos aliments. Tuez-les avatu qu'ils ne TOUS luent. Vaporises du Flit. 1 lit lue mouches, mousli.pies.pucei, fourmis, unies, punaises, cafarda et leurs oeufs. Mortel pour les insectes m us inoffensif pour l'homme. Emploi facile. Ne tache pas. Ne confonde pas Flit avec d autres insecticides. Exigez le soldat sur bidoa jaune banda noire. Vaporisez %  I Pour voire garantie, Flit n'est vendu qu'en bidons scells. CV'viSHE^CHAMBRE DES DPUTES Ncrologie 1 0t u muni *)._ rsa. i ,. a m *-. -k *** :anc9du 13 mall932 Aprs la lecture d'une correspondance -.n 5 intrt, l'as semble sanctionne la pro ca-*erbal d'une des demie tes sances Le dput fi dv tonne lecture d'un rap '<>rl du coaaite de la justice concluant au tejet tendan payer i lcu) .e dJ Nous enregistrons la de loi /, %  <)//' pi'iHobin, la Dcouverte, i e rapporteur. Le d| re Uouretle ju-ip.'* la Louis lit un mppor n'eiiste plus. Le trou Nautique ii 1 li av.iux Publics oui di pi us tant de temps, di peine et d'argent, a t compte temen emport. Les ebouia^ ment qui se jont produits sur la route permettent peine de p r a ili'v <\. i e trou Ddi n'est plus qu'une tondi'ie (il lhabit u n'oae i ser |)i 'd. JLu t te-Diou La lte ll r i Ptionville .. d 1 1 M M n. La procesI i ,. %  p i les i Q s Faubei i, Darguin et Qr Nous pu sons que l'dilit I mettra I main a L. toilette de es rues. Aux HH-papfc6ltfltt 4* Chivn tt S*ul" M l'Hoile de Foie de Morue %  IfrmbU LU gtt al failcmahl Aftlibl II* ttt U CWKSfcxt rt\artdt*vr et la !\'uMHon par cxcillmaa EST GARD MILITAIREMENT d'un projet augmenter la taxe a pour les demandes de salion en Cassation.— pu l Piou informe l'assemble del composition du comit! de la cenmi&sion charge de | reviser la loi sur l'alcool et le labac'Thomas,p>rsid< nt; l'iou. d| u' Pierre <|Ui appuie l-i proposition de l'Excuiil de ne as payi r les jouis de chmageaus jourualie.— %  Le dpute l'ion met le vœu que le b i mu de la Chambre ciive au Snat pour lui demander de Me di| gence pour ai i iv r au volt de II lis projeta de loi : l'un sur les domaines, l'autre sur l'importation des chaussures et ie dernier sur la dtaxa de ca. cao. Le prsident Informe ses collgues que le nape u le la ifjaisen Nationale a mise n bern l'occasion de la mort du (.e >ral S. lierrotiet, ancien dput du peuple.— La se. t ce est leve 11 heurts. Snat Sance du 13niai 1932 A l'anive, aval t hier sprs midi d'un avion dominicain m i hamp d'altt naiaga da la Pan Ai i A waya, en n'i K t i MI sui i' s l l voir une iconade de gardes, conduite Aprj 11 lecture (ta la cor DDollcier, s'en en i| ... et respondance.un petit colloque .recder l'an est a lion de l'aMltrt le Snateur lelmaque viattu at le Prsident Si Aude.CelulOn ta demandait laraion de ci s'en rtre n l'assemble p reille mesure. Noua avons pu qui opine dans son sens -avoir qu' la suiti s e Snateur Nau lu ne i >i" i v t ie d'un substantiel et I r pport, sur la rvision du taavec regrel la mort de M' ACHILLB MILLIT clou i les^ runrailles ont eu lieu aujourd'hui, i 8 heures, eu l'glise Cathdrale. Nous prsentons nos sysapaIniques condolances aux parents prouvs cl particulire menl Mrel Mme Ption Roy.Mrel Mme Victor Millet, me Castera,* tait remarquer, pour la troisime fais, dit-il, que I expos de la situation n'a pas l communiqu au Snat,et qu'il importe que le ncessaire .oit tait dans ce sens. Le Suateur Zphirin et. manie que soitcomnsuniqne au Snat la liste dea employs des Contributions, e la Douane.de Uamien.de la Missirtn Scientifique, etc., avec le m mtant de li urs salaires res p lils, a fi i d'envisntf r des co n pressions sur leurs ap pomtements. Le Snateur Hudicourt parle longuement de la situation du coton hatien, et. aprs un expos 1res clair et bien document, coudt ce que le ministre des finances at du comsacres solutionne, au plus vite, ce te pineuse question. La sance est leve, plus rieu n'laat l'ordre du jour. U est midi. Cin-laldy DF.V1 AIN SOIR 4 HEURES 1/1 L'Eau du Nil En enbr 9 par'ies Kntre %  0 PO: FMcon : I.IKJ. A 8 HEURES En Grand Gala IIITIAMA prsentera son premier Film Parlant Fraaaii 'aprs la clbre pica d'Alaxaidre Dusaas avec Elvire Popesco, Farnand Fabre, Jean Gerald, Maxudian. Orchestra : i G. ; Parterre : I G. ; Balcon el Loge : 6 Q. — Les abonnements ne sont pas valables pour cette iepraenta'ior. Des cartes spciales seront dlivres la Presse. N. B.— Il n'y a plua da plaas de Loges disponibles. Cin-Varicls Une aubaine Pour permettra tout e monde da voir la jolie lante franaise : production par* LA NUIT EST A NOUS pour ce film sera redenn DEMAIN SOIR la dernire lois, devant tre retourn imnidiatem?nt. Entre : 1 et 2 gourdes seulement. CHOS — a— — Il sera chaul la Ca* thd'ale, le dimanche 12 mai, il heures et demie du matin, une aaessa solennelle a l'escasion de la Fla de l'Universit et du Drapeau. — Par arrt du Prsident de la Rpublique. MM Biaise Lavitola Mastroti, ae nationalit italien nt, at Gaston Blanv chard,de nationalit transmise, oi 1 acquis la qualit d'hatiens. — Le Tem/it informe ajue g ce aux efiorts du Dpar temeut du Commerce, les compagniesa.de navigation acceptent de rduire le taux du trt aur le sisal. La Panama Line pour sa parljaccer* dera une rduction de Ho/o. — Li Ligne d'Union Mine a lait don de cina mlle volumes ( ouvrages divers ) l'Amicale du relit Sminaire Collge 3>t Martial.Celte association pense organiser des bibliothques en province. — M. Andr Bellot a t nomm inspecteur des eoles Hmcbe. —Il se dit que Is D.G.T.P. a tait l'acquisition d'un Steam Shoneh, une espce de mcanique qui remplace la main d'oeuvre. Sou arrive aman dtermin le renvoi d'un tfrand nombre de travailleur devenus iaatilas. Des expli catious s'imposent de li par de M. Jeannot. — Il faut lire ainsi la dernire phrase de noire entrai llet sur la Crise ministrielle Tout est possible au milieu des incertitudes de l'heure i et non dans la deliquesence..., ce membre de phrases devant tre supprim. %  — La Commission de rvi" sion de le [Constitution ns donne signa de vie. Oo suppose qu'aile travaille. Mais on ignora ce qui se lait. Neus sommes une rpublique de mineurs. — Il sembla que les journaux dominicains sont mieux renseigns que les journaux hatiens sur les laits de la politique hatienne. Is out annonc uae crise ministrielle en Hati quand ici ous n'en savions rien. Fleurs I Fleurai •u jine trouvera chea Melle TW Augustin, lias l'eu s'a hose, des leurs, couronnai, corbeilles de fleurs naturelles etc, bon march. H: m m %  iMlMMMlmaaffgsa MMaamWMMMbg Toutes le?. Polices DE LA .atefres MCAGMON Cie .' (jnrel pour t Exportation : Ch. MAGNANT '7. r... n.viauJ .PARtS-teoire h. in. n, n. i- i ouvi i ni ment avait dcid ni e dornavant tout avion militaire tranger devait obleloir autena oi prali b'e de ( i o'i r Haih Celle dcision a i otifie au Gouvernement j > nain. C'est ainsi que l'a\ ii rit douanier. Le Snateur Tlmaqu de| ose un voeu tendant demander aux pouveirs comptents de svir contre les prostitues trangres, et n transporl ni Mgr Fiettal me d'arriver leur expulsion, autoris hrnch la | Le Snateur Zphirin de gUiall] comprennent la Protection contre la A Foudre sans auamentation de tauxj ti re. l itoi Eati n fi'a pas t sol iv avant Uie>%  a motiv la ara p | rd p*r suites ii n i n : UiwiauUadu ou d'une omission. | e i n mande BU !>nat d'inti rvenir en faveur de l'aviateur pai is. if] i qne lui pli ? vie un qti h i !! il, depo t liJ I inl soil Iro de I oi VIHI.LP ItossMf] I i (l|l\l II ionuel. Aqents Gnraux Le Snateur Tle^eque



PAGE 1

U Mai !•• ,GL 3 MMMMlBVBMaHttiaMal iUium Barbaiicoari IM r—t u sse s Ml uaiverselle a gard sa premire ;!••• • ean*r. (in-l')ul : .'LU 1 ical : Rue (.'esar. %  H" HENRY STAHK RUE 00 QUI; EU FACE DE LA GARE 1 /ytfi fiU'ii de Lui ici Ji neusions pour vitrine* fl en Hdrementf. Mire spciales pour aulos fitret ordinaire! 1/4 pauce A; liesfur pour autos et eo m. loin. lirand chou se Jiaa/u #i poi ; cadres. lampes le n ri. U maison rpare sssti les i-*i.t tarses. aacrrtairerie d'fcUl de llukriaur AVIS DULMIGERIt FHAN^IStftPATISSERIE RICHARD PETERS, Frop CHVrIP DEMARS.N1217. L SEULE BOULANGERIE EUROPENNE EN HATI SPECIALITES DE PAINS POUR SANDWICH. PAINS FLIITI ET PAINS MOULES, PAI"S NOIRS, PAINS COflPLETS, ETC PATISSERIE FINE. PATES. VOL-AU-VENT. TOURTES. SOINS ET PROMPTITUIE. Tlphone : N 2069. La maison ri a nas de succursale. st Coi l > mmenl l'arti le 16 de la loi du 16 luillel II il es> pi rt la coi inc< du poblic qu' de 1 1 publication du prsent B la saccharine rtate liste ocpro lui! n ircol ucs ehimiqt es ou lo 5 p m ce qui B h imporlati Ve\\ os talion de ce pro' En consequence.ee produit ne pourra tre import ou ex port < sans une autorisation pralable obtenue selon le mode prescrit par lanicle le de la loi plus haut cit ; la vente pour des lins md les ne se fera pas sans la prescription d'un mdecin ; et enfin pour son usage des fins industrielles, la rente ne pourra se faire sans l'auforiS (lion pfalnb du Servi •<• N n d'Hygii e et d'As stahci Publique. (( FAIBLESSE DULITc >*; ii il i psr leur talent la russite del Revue Sous les Cocotiers , cka [)fii:r satire laite de mois d'eaprits.de tiaits Malicieux et de qui Unies agrables rosseries, le tout prsent dans de jolis dcors. Di main, quatre heures de l'aprs-midi, matine pour entants. ESSE OE BOUT DE L'AN Uonsieur I ysimaque L*biilire Ijit i hanter, le lundi 'l\ mai courant, Ste Anne, i I heures du matin, une mssie solennelle de Requiem • ia mmoire de son pouse,, ne Acphie Julien, i Le prsent aria tient lieu l'invitation. ( rort-au Prince, le t aaai 1932 G. L. VERRET — TAILLEUR-MARCHAND Habillez-TOUS avec lg rce et distinction, en vous adres sant la Md'on Sauvez .. _ ave-* vos livres Sauve* vo livres e ml Ifclions en flan vais tat an IN confiant aj relieur consdenaieux, honnte et habile ETIBSSI CiafiLLRkRue BonneFoi C. L Verrat Rue Iraveniire, No 114 §i tinagr d" l Douane pretfa'en tactde hi maison Eslve.pre* l'H tel Sea Kr>f i 'une des plus ancienne *"•? la place qui a const v soa bon n nom. On y troovele t'ava I le plut •oipn, coupe legmte h drrnire mo le IraUf use et an glaise. Spcialits: Habits et vtements de crmonie fiux lv) ; :-.*.s. E DU PALAIS G. DU Programme du Concert Dmmes! du l Mai 1932 an kiosque Occide Jeanty. Cha i p de Mars, a 7 lis. 30 du soir. 1 — Las Collgiens, marche pa' Jn>Baptiste pre. 2 La fille du Rgiment, Slect'ou de Douizettt. H Maritara, ouVeitnra de Wallsce. 4 — Hylda, polka pour i • • net p*r J. Meynaud, exci te par Huberl Franois. h Complaintes, valse ('e Lin In-Baptiste. ( Triomi lie, loxroi, dd e au i Raciug Clubi, p r A. Brunot. 7 — Quinze jours au Cap par Franois Manigat. Vie Sportive ban ; 'r, I I eure j ra mptcli de i hampio 'fie ), le p i classe, entre i li es Club et Lis lu Racii g. Le v ilie sera ti mpion de la sais m. luhaitons b o n ; e et l'autre qni. V 7 os t Qoi Is mu it( ul a ire ri ompeuss, chers cam LeCSi n rit de l'U.S.S.H a la parole. Premire ca g \ne. — Dein, Saint-Gi org s Club •• contre Melbourne . Les' deux quipes sont en ble' orme. %  M due que le mati h sera pa M< Le public i le plaisir d'ovationner le joue irs du. iSt.-Georgesa 'I" 1 • r H lirent nagure un match nul la Violette . haili et lu X' Olympiade. — E lin Cator (t i nard parti roni l<' L) Juin proeb du poui jrp c eider Hi.iti aux .1 I Olympiques de Los An I La nouvelle est de nature rjouir tous les cœurs I liens. Aussi nous applaudisI sors dSfcui mains nu geste pnlriotKji e de la Chambre 'des Dputs. Mais il est une question sur laquelle on doit s'entendre au plus vite : L celle loucl ontant des frais de dplacement de ni a nationaux. En eflet, pies des pices aulhenli-ques qu i ors avons pu psi c tuii, grce l'obligeancei d'un ami s'intressent I Oj lympismei il est nefementtabli q e la pa lit ipalion I d'un otb'te ces grandes. ( mptitious exige de loi Us dpenses dont le doux lunest d. coptempier avec) fiert le Drapeau National i llollant, majestueux, au mt j international. Nous disons qu'il ressort le l'examen de ces pices que le Pays participant, par l'intermdiairi La farine BATTUS est tms brioue oourler bouletr rrg senss. Elle poule quelques centimes seulemi ni plus chre que les autres marques, mais le rendement quelle donne est sans pareil. Avez-vous dj Iravailii Bat'Bas? Eh bien l passez chez les commerants suivants : EU.ESTVE I C % JEAN ASSAS A.DEIA1TEIS{' KLM K Mil.!. \ioit r.o. INC tl.CEBPAIN A.B0L1 Achetez-la avec confiance! Travaillez-la avec orgueil insre d a us le pn olympiqui nions hou vi iyage nos i Cator ei The i d.So iha t son Comit Olympique, | our | qu'ils justifient le lourd saci ivoit tous les frais de pr-]ucs consenti par b lans paration pr-olympique: eutrainement, massage, appai ells, masseur, entraneur ; de dplacemeut ( aller et retour vation d'esprit de Mon. : i n I sieur Croswi I 1 . f i. premire ) de siour, de pourboires, etc., 11 En fin de . mjpte, nous contiinient les intresss questionns sur Cf s particularits, il tant un en ut dan moins quinze cents lollara pour lu pic athlte. chiflie minimum excti t lorctaent de notre program me les petites rceptii ea're camarades; amabilit Prochaine i bile de* Equipe A ny la/'ses de tendres — La hivei prochain, trois quipes l l d I oui Hall visite* [que, 1* une quipe combine de {'Arme an* LaalFA tetl'tl |f"^ \ W l'"sudl Lark a I n. 1 r es, .t' une slection un nu meut ou la rais s'installe dans tons les loyer Haut les coeur* I Le i ous regarde 1 L'honorable Bdl es-e il | [I S S I. une COpil du ) apport de ia t la i Ali Jani.i a Hait i rappor', crit sans pa&sio honore M r le Prsidenl d | J. P. A. Bientt le pul ; tien appi ciera la valeur ties I rencontres Jamaque Hati i 1 l'amateurs'londoniens, La J. F A. v u irait intresser \'V. SSII une srie de matches au Pan LecoBleavac ces mal; nglaia du PoolBail. Nous renseignerous. F. H I ( v Insurance Co Une desj plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE I EVG. Ls BOSSE & Co Aaents Gn Vaux LE FA1TEST INCONTESTABLE! faillie l.li C'est la quintessence des meilieursfl [varits de cannes d'un vaste territoirs runissant les meilleurs terroirs', C'est ce qui fait son aririe. GOUTEZ ET COMPAREZ! M* *** -*. *"wtm iw i — f -*a



PAGE 1

n Samedi 14 Mai 1932 Le lialu 4 PAGES M" ft70 Pert-ee-Prinee Tleioae : 23U ASSUREZ-VOUS la General Accident Pire & Lifu Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) LA LAITERIE BAILEY Avis ... \ Livraison propre, %  yginiLa Compagnie* d'Eclairage] que, en bouteilles rmliElectrique des villes dePorMqeement cachetes, a lann j nu-Prince et du Cap-Hatien l de toute falsification, tccorde un-dlai Guissant le f Transport tait en rlri|ra 16 mai 1S32 tous ses abon-Jteurs roues. Car la GENEBAL est une des ptoi puissantes et des lus vastes ornltU#l de ce genre. Le seleil ne se couche jamais sur sea chantp d'action qui embrasse le aeonde \ t A ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la toaare Ses Polices pour Automobiles couvrent rois, incendie, malveillance, dommasar caa.se autrui dans sa personne ou dans ses biens. Ses Polices Maritimes mises par ses branche? d'Europe sont payables ea Haftf. Ses Polices contre, accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les vovaeurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents. d'an oins 4000 dollars, la 'prime annuelle u'tant que de 1/2 •/• soit 20 dollars L. o Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves ns en retard pour payer leurs borieiemx; pass tte date, le courant sera sup prim t la somme de un dollar rclame pour la recen neetion. Port au-Prince,!e9 mai 19SU LA DiiECriN 1313, n. ce. Grau J Rue, or Voulez-vous Russir dans vos lu les 0Q taire russir vos enfants.c^cl une mthode d'enseignement classique excellente? VOULKZ SOLTSAGENTS Agent Gnral pour Haiti. port au-Pnnce. 1G. GILG JEAN BLANCHETJrmie (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone N* 233t Le vanenr < Boiivar > Yoy. 91, venant directement de ^Neer-York. est attendu iei le 17 cri., continuera le mme jour pour les ports colomi liens, Cristobal, Canal Zone, I Kingston et New-York. \ Le manifeste de ce navire [reu par avion est la die' position des clients dans nos Remerciements Monsieur Ploviote et ses parent t. ne pouvant rpondre indiv A ii*l|fment tous les amis tant de I Ai rnndissement Jea Coteaux que des autres villes de la Rpublique qui leur ent do >n des marques videntes de sympathie l'occasion de 'a perte douloureuse qu'ils ontprouve dans la personne de leur mre et arente. dcde le 5 avril coul, 10 heure* du soir, \iadame Emilie Franois, les remercient bien sincrement ')i -s 1 rs 6 a 9 m i d\ udes ^ icuses i§ a ie-Dattylo, La ngnes vivao'i Comptabilit ) Songer, que 1 Institut TIP. PENI1AUER se reccmmand. et s'impose voire .• t ention par les brillants i es d'ats dj obtenus. 1S17RUQ Lamarre. Tlphone 2891. HALLE A LOUER Moiti de la grande halle, sise Rue du Magasin de l'Etat,' cit de la maison Alfred Cooke, rcemment occup* Gendarmerie par la Gendarmerie d'Hati. et le; prient de croire leur, S'adressera M.Henry ITAR1' 1 profonde gratitude. i Port--PiPient, 20 avril 1932 gare. Rue du Quai, en face de ta OUBLIEZ m OE FIE UN PETIT TOUR A J S ^ S ^KPSSE E BS^SKT TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville -e— I fient de s'ouvrir l'hpital Saint Franeois de Sales, arec le concours du Service l.#N pieds d'ail Un le L'tablissement le plus tiaisdee ea National d'Hygine et d'Asilreas de Porl-ar -Prince. aislance Publique, une cliniAgeat feulement 15 aiinufes d'auto sur nue excellente reute is^afcaltc. Vues m< rveiileuses le la ville et lu j.ort. finissons de foutes espces qucfcdu soir sous l'appellation de: t Dispensaire spcial de vinirilogie et de syphiligraphii >. Ce diseu ta re a pour but de permettre aux journaliers ^rangements particuliers pour les pensions de |our de (ouvrjerSt domestiques, etc. ) !>eBaaine ou de mois. CE.OUI N'A JAMAIS T FAIT CE OUI NE PEUI ETRE DPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureuse* D'ASEPSIE Prparatiou et Vente faURiiACiiF. SEJOURNE Angle des rues houx el du Centre. AVIS AU COMMERCE La Panama Hailioiid Steamship Line a l'avantage d'aottenoer les dparts suivants de New York pour port au-prince liaiti, directement chaque mardi. Tous les steamers sont de chambre Irinorilaue OOUrvui Btmrts i \ew \ork. ^leaaaer Buenavei lura > ni WYM Steaaaer Aucun le le 3 10 n ai Steamer Guayaquil le 17 mai Steaaner eCristobala le 24 n si "Baena vei.luri" le 1er,, un 1932 Vncon' le 7 juin SteJTaier "Guiyaqril" le 11 juiu 193*2 Sfrnnur^-'Cistob;.!le 'il juin 1952 Steamer "Buenaventura" le 2



PAGE 1

Clment Magloire :DJRH(;TIKI. lll. RUI AMEK1CINE..13M TELEPHONE If 2242 11 ireitift M ikit i "< .-n iu is ta boupi-ani |i(MH l'ateai n i lii.-ii iir. t le re ir| lui ivaH n n h Hel ani nyin >'ei ri d td'irj iren, La niis lance ainsi tari incong ans l'o abre ne nom • %  dp. vanl ce o n ovuler U el moindre i np ire. Ah: et '•'•' de tir j < jne peu rfea .arieut celle man \ 1 que .1 8 heures du m l'in. I aux r prsente un simple instrument qui s'applique l'organisation judiciaire el se rattache un principe londamental bas sur la Charte constitutionnelle. Or, comment greffer sur ce projel de loi sur l'ordre des avocats rigeanls, c'est la responsabices simples mots [ t *ans dislinc lilc des fonctionnaires suprieurs du gouvernement : les minisires. Responsabilit individuelle en ce qui touche les services qu'ils dirigent, collective en ce qui concerne la politique gnrale. porte ce lexle. O projet dental esl aces le aux leinme loi sur l'ordre des avocats reJetez.messieurs.un coup d'oeil Inquisiteur sur la genl DUS aile 1 : es de nos grau les villes. bu'ob&erve-l-on ? A eol le i*aun • uip de canon p irlt d 1 ..\ >r.i %  n de la ) < %  firent — ri mal — jaillir de une fu \ cla ou leurs de toutes I s nations el de ce mouvemen nie uu'om e — vision chinai*. %  mte de rapidit tous t1 en! avoiss, de 11 / %  >'/ %  t la proue, lion df .se.'' .visiiul les lemines en gnral, quand aucune pred dente disposition le loi ne confre la femme la facult de I plaider la cause d'autrui dev&ul tes tribunaux, quand surloul la l femme marie, au contraire, esl frappe d'incapacit en certains himalion rgnant dans 1rs cabinets des I'radei. des Hudicoui 1, i Hes Nau, des 1. e, des Zphirin, d %  • %  Tl 11 1 pie, c'esl le silence el la dsolation des inels les jeunes e! brillants ats a : verbe sonore en qute de proues qui difficilement leur arrivent. cloisonn dans sa partie. Il 'y a pas un effort d'ensemble puisqu'il n'y a pas une vue suprieure de la lche gouvernementale. Une ide centrale, un but commun, une responsabilit commune. Une direction objective. Il en rsulte moindre effort, enlisement, inefficience. Telle est la ralit du gouvernement prsidentiel, incontrl et irresponsable. Comment nedisparate. Chaque ministre m i n jii/horaogne uni sur On sent, juste ici, le besoin ; cas dans ses droits civils, alors d'une coordination des ac que l'article 5 du projet tivits ministrielles. Il faut un chef de gouvernement. Mais le cabinet responsable doit avoir logiquement un ehef responsable. Mme lorme de la responsabilit pour lui et pour les ministres. Ainsi s'impose la cration de la fonction de Prsident du Conseil qui permettra d'avoir le un programme et sur la m thode d'excution. Condition primordiale pour une action aourernementale positive et dirige. Est-ce l lou le la rforme Constitutionnelle? Une partie de ce qu'elle doit tre. Si, bien entendu, on veut faire œuvre loyale et dsintresse Et de progrs. VICTOR THOMAS. de loi en question s'exprime premptoirement : t Pour exercer la profession d'avocat, il tant jouir de ses droits civils ? la leinme.ds qu'elle esl marie, n'estelle pas soumise la puissance de sou mari ? Comment concilier l'tat d'une leinme virtuellement incapable devant la loi el son nouvel tat de dfenseur OU avocat capable de signer des actes judiciaires .' Loin de nous la pense de contester la capacit intellectuelle des femmes hatiennes t lude la profession d'avocat. Nous admirons la belle culture que nos n I l es reoivent de L'.'. mes vous v niiez rteore augmenter le nombre le nos chmeurs '.' Songez do le, c'esl le cauchemar du chm ige que vous faites apparatre i la vue de nos lilles el de nos femmes I Ne craignez-vous que celle addition porte l'article 5 de celle loi ne dtermine i\\\ surcrot au nombre ri. %  ]* si lev d'infortunes ? De jeunes lilles instruites. charmantes,;'i la parole aile, jetes toutes sur le pav eu robe d'avocats chmeurs Songeons donc plutt leur ouvrir. tant elles qu' nos jeugarons, des ropos humides Il r i i -' al llioil |)UUI I 1 I f ini'l et d vrtr 1 la publicil de fort inli tes statisli [ues touchant 1 dont aile s'a mil '.mil es, i|u'ati point I % ne comm Tcial, .1 icincl occupe fc ran p irmi Ifs pons ouverts au 1 m n" 1 ieur.lille ivanl i u'tien qui esl 3e el Les Cals. I.t atalistique esl une utile ic. s.i princip le TOI lu, c'eal de mettre ch i i m ;i s,i pi ice.Ainsi, elle i permis de classer .1 icmel .1 i 1er rang p ui i i c m o n n itiou du RHUM S H I til r L)'OH • I ii a conquis tout le Sud I it. iti in!;! et la bave des ... a vi a 1 i belle soire of. lerle par Jan V rneuil, Cala\j l Isa autr profil de %  •os sthli i e d'I'-'at trouver le m \v n d'entrer saas iti s ir linaire que la chose puisa • re, c'est pourtant la vrit. I • t pus 1res chic, Monsieur le .Minisire! \ >in. (EIL qui i'i st attrist vous vu u?, avec plaisir, iVftOt de laisser [le ministre, rparer voire geste m*. • ... a vu dsarmer un de nos confrres qui projetait un duel %  prem iln La lutte lut vi re, car poire ami n'entaa* pas se sparer de son re m y arriva, pour constat r, surprise I que %  brownmg s'tait Iranstorra n mie i urin rier %  dans la po<. :>n O l'on porte l'ordir. es tau. O i • %  n ii! ericoi is les bureaus de rdaction. ne galerie a a vu. sous %  %  Les Femmes au barreau co uc la profession d'uvocal : Messieurs les Snateurs, Sous publions ci-aprs le dislement d'une ardente nitelhgen>urs prononc au Senal par le ce, nous imposent celte ebligannateur Latortue au moment lion par leurs eflorts dans leurs de la discussion de la proposiludes et par les merveil eux lem de loi Zcphirin tendant \ succs qu'elles obtiennent dans permettre aux femmes iejeercice renseignement suprieur. Les portes de 1 Ecole de droit d'ailleurs ne leur sont point fermes, puisqu'on a vu hier aux bancs de cette Ecole une luIvocals les quatre mots ainal don ^ conus sans distinction de sexe, %  P a lu Commission snatoriale voudu Droit. drait apporter dans noire vie Cependant esi-i l-lionaleunesensalionnelleind'apporter %  |lte toi IM" pro fession novalion. L'ide, encore quelle lion qui, selon tale s l. b nos divers tablissements scolairee.Nouobstanl nous peusans que nous devons, connue crit Yvonne Sarcey, tenir plus a honneur d'en taire de parfaites cordons bleus, d'adroites modistes, d'expertes couturires, des lemines, en un mot, adroites de i d'assister leurs ehx doigts el sachant les occuper utilement. Le Bonhomme Uirysale eu dit plus long el plus joliment dans lesFemnaesSavantes*. En ralit, nous constatons chaque jour une |)pinire de jeunes lilles diplmes des coles normales ou des institution! des religieuses de la Sagesse et de St-Joseph de Cluny. L'ducation de ces jeunes lilles n'est pas simplement UU dcor ou un ornement, mai elle esl une oeuvra faonne conformment au systme madame d'ducation classique el pratiqua.Nous ne sommes plus lies garons, des coles (l'ai ls pratiques et d'industries ouvrieur apli%  res,N"est-ce pas encore transformer eu un pre duel d'une frntique violence la ri Milit SOUrtle et latente des jeunes filles et des jeunes hommes ? Un sexe qui d tourna c toujours admis tacilement | Hun dcelait que l'educalion arcourir le cycle des tudes fminine tait une affaire sans arcouiu wj intrt pour une nation vraiil ncessaire P nent rpublicaine. L'accession des lemines la ou autres gn In ment chercher fondit ion de la a amliorer la lemnie. l< Mr le plus possible ce sexe faib|e la hauteur du sexe fort, t'esl juste et naturel. Au reste, p jeunes filles,doues gnracadre d un pratique. a se voit cart, limin lement, pour laisser place l'autre sexe Nous regrettons— soit dit en passant que l'honorable rap porteur n'ait pas eu l'occasion il y a peu de temps de cela, l'imposante crmonie de la remise des dipl lies aux infirmires. L'honorable Dateur aura-il ( ertes recueilli. comme tous les autres assis.%  ^J... M, Vlberl Lebrun n'avail pas -i i aux membres de l'Assemble N'alio lenl du e, .les < igarettes l'Ai.MA. il ne srail pas lu Prsident de la Rpublique IV ma e i>ar U37 voix. Ileui eusemcnl qu'il le avail en poche:.!... LE 18 MAJ A L'INSTI fUF GUNOSEPH-BONHEI iu national ni uyIose| h Bonn I par une & Q que proaon (j hi u ., du soir, le Directeur•ur, Mr. Luc Dors lanls li.grande leon pratique, ,, |lisl „ K , la grande leon de choses une , les B demoiseIles offraient notre L L f confreucl : triera de la lond.itl ui du noire Li b Ch imp le-Mars, un 111,011 de huil ans, el une libelle un pu moins Ag, qui jouas d'exprience. Ne le vit-on pas s'armer d'an touet et les yeux pleins de courroux, s'acharner sur sa coiujuigne: N' pas dtendu de sortir? Vlan I el vlan encore I C'eal un petit bout d'homme qui promet,comme l'on voit. • ... a vu un pre de funiille tout embarrass da rpondre un jeune homme qui lui de%  dail la m.un de sa ail le. Il aura t voulu se 11 nseigner, mais 1 a ne ho a ae tait jires . C'esl < ou < 'esl non? Le brave papa eui alors nue ide inellement po1 la question prjudicielle: a Q M I 1 iiuui buvez-voas? De la Couls d'or, d'Alix Roy A celle rp< asi l'entra ouvrit les bras. Sar mon cosir, jeune boinn i Vo 18 tea le cendre ... voil que le gnie n'esl pas Si que leri k 'IU d Etienne Ca mille 0 a mdaille d'or : T.I olomale. semble compose des plus mi1 organise dans I nens hommes de lof. Nanayartmidj trav mous un peu de connaissance eal tmraire et dangereu du droit nous fait entrevoir de manitester sous une lormtj aratesanomaliesdaiisladdilion d.que q_ue la profession d. jeune socit. l'.lles oui choisi la bonne pai t en comblant les ncessites du jour, afin d'assurer leur a venir, el suivent avec quitude leur destine. Elles sr sont courbes sur les livres, non pas ceux des lgistes, mais ceux de l'hygine en vue de soulager les misres physiques et morales de noire socit. Ragissons enfin e; compreno is.li s'agit de voir ce qui esl. Ainsi donc, quand notre collectivit aura atteint dans son volution un dnie statique conforme aux lois rgissant les socit • les plus avances d'ou mer.quand elle ne sera plus.suivanl l'exnressi'in Ir 1 bu 1 d'Edmond Paul, p l e en dors, me trs, nous ad• ons 1 el e 1 m femme dans la I unillu judiciai\ re. Cela vien I 1 en temps ap; Snateur LAURI 1 D lance el de l'o icupatiou de la pa tir de I Est de I Ile j) ir les II [liens le i i %  que l s 'n rre B ivi r. A vendre Trs brun lit d? uiili U.form 101 lits jumeaux, en acaI m clair, ^SCUlpt/ ioci u-t 118 de enivre. Gi 11 de cadre dot . — i i 1 : M ison .S' ; n lo :al • \Hi1 1 / s r| n v Tlpk 7. LE MINISTRE DE FRANCE lorliiu, a slin. heure l • sieurs, vous rejetterai celle admarquee par. i Nous avo 18 eu hier nntia l'agrable visite de M. Fran* Vois VVielt, ministre de PfMe ce, qui tenait a venir perso nellemenl nous prsenter ses remerciements, pour 'a symnlra son paya 11 itre jonrnal, en la cir constance malheureuse del mort du Prsident de la Repu I Isa. nnra s sensible aux |U %  nous a expriienr' sentant aj u i lo'iue' noire admira• 1 com pli qna Chancelier, .Mr de liauquevdle. I •%*•


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07002
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, May 14, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07002

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
:djrh(;tiKi.
lll. RUI AMEK1CINE..13M
TELEPHONE If 2242
11 ireitift m ikit i
"< .-n iu is ta boupi-ani
|i(MH l'ateai n i lii.-ii iir.
eeres UEiFSClAl
20 me ANNEE N- 7070
i'oHT-Al'-PliNCECHAlTI)
AMEl I 11 MAI 1W2
ResponsabilitMinistriellej'AUX BIUJFS D'IVOIRE
GRAND CAF MODERNE
L'un des points retenir i prouvons-nous pas le besoin
l'attention tics Constituants la en changer aprs la longue
dans la rvision conslit ilion-| mallaisance (|iii a abouti
iirlle en nain, ccsl la res
ponsabilit ministrielle de
vaut les Chambres. Indispen
sable pour rendre eflectif le
contrle de celles-ci dans les
affaires nationales.
Et d'abord remplacer la d-
nomination lourde de secr-
taire d'Etal par celle, simple
et lgre, de minisire. C'est
moderne, plus aise et plus
lacile, et d'ailleurs consacre
par l'usage.
Des ministres responsables
solidairement de la politique
gnrale du gouvernement el
individuellement de leurs ac-
tes personnels. Rforme op-
portune. Un gouvernement
doit avoir une politique g-
nrale. Ce qui s'entend des
conceptions, des mthodes,
des tendances qu'il apporle
ta conduite des affaires. El
qui commande son action
dans les domaines divers de
la chose publique : politique,
financier, conomique, social,
diplomatique. Sur tout ce-
la s'exige l'accord de prin-
cipe entre ceux qui sont in
Vestis des fonctions executi-
ves. C'est la condition pre-
mire de collaboration au
gouvernement. D'homogni-
t ministrielle.
On ne recherche gure en
Hati celle homognit. C'est
assez trange comme l'on y
forme un ministre. Des hom-
mes qui parmi* ne se con-
naissaient pas la veille, que
souvent personne ne connat
en dehors de leius villes, se
trouvent un jour runis en
conseil des ministres. Com-
ment sont-ils ensemble dans
un cabinet? Quelles ides les
rapprochent, quelle concep-
tion politique, quelle doctri-
ne sociale, quel programme
de gouvernement?
Ne demandez pas quelle
comptence les a dsigns!
Nos affaires sont ainsi me-
nes dans l'imprvu, l'incoh-
rence, le contradictoire, le
_o
Billards p I lionnes
Consommations vi schoix
L'iitaugumli
bliss'-menl de lou
nlervtntion trangre?
11 faudrait essayer d'au Ire
chose. La rvision conslitu
tionnelle nous en donne l'op-
portunit. Nous ne la conce-
vons pas d'ailleurs si elle
n'implique une rforme de
notre systme politique De ce
point (le vue, nous plaons au
premier plan la question de
la responsabilit ministrielle.
En introduire le principe
dans la constitution, c'est don-
ner une base essentielle u|"| /1 tv* J I I* i !< 3
rgime de lgalit que nous '
avons le devoir d'inslauier
en ce pays.
Il convient d'insister. L'ill-
galisme a t jusqu'ici la do
minante de notre vie publi-
que Or, la stabilit politique (
dont on nous parle sotiven
et qu'il nous faut raliser
pour la sauvegarde de l'In-
dpendance nationale, ne se-
ra pas assure sous un rgi-
me d'illgalit. L'arbitraire
incite la rsistance. Nos
gouvernants doivent rentrer
dans la lgalit et y rester
Cessez d'tre les violateurs
des droits des citoyens el les
ennemis des liberts publi-
ques. Les provocateurs de
rvolution.
La garantie initiale contre
les abus de pouvoir des di
n de cel 6!;-
pre ni i
te samedi
() hs. du
a
14 mai courant,
soir.
"; C< nW I invitation
a ma leurs l aux amis.
PORT-AU-PRINCE. LE 1! RAI 1332.
iiya
vingt cinq ans
'..; Mati*, U Mai 1907.
RADE DE SAINT THOMAS
L'amiral Leb i r.
'' 1er h ii ii r ',-)/
' '<' n p / du !
I
Par une I l'si
lu
Vienne, en rouU p
]U :in
roi command !,
centre-amiral h 'ar
... a vu li ir e joa
u I, lo m ittra t'e lu\
re d'ua (!
versaire i! > t le re ir| lui
ivaH n n h Hel ani nyin
>'eiri d td'irj iren,
La niis lance ainsi tari
incong ans l'o abre ne
nom ! dp.
vanl ce o n ovuler U
el moindre i np ire. Ah: et
''' de tir j celle man \ 1
que
.1 8 heures du m l'in.
I
aux
r
prsente un simple instrument
qui s'applique l'organisation
judiciaire el se rattache un
principe londamental bas sur
la Charte constitutionnelle. Or,
comment greffer sur ce projel
de loi sur l'ordre des avocats
rigeanls, c'est la responsabi- ces simples mots[t*ans dislinc
lilc des fonctionnaires sup-
rieurs du gouvernement : les
minisires. Responsabilit in-
dividuelle en ce qui touche
les services qu'ils dirigent,
collective en ce qui concer-
ne la politique gnrale.
porte ce lexle. O projet dental esl aces le aux leinme
loi sur l'ordre des avocats re- Jetez.messieurs.un coup d'oeil
Inquisiteur sur la genl dus aile 1
: es de nos grau les villes.
bu'ob&erve-l-on ? A eol le i*a-
un
uip de canon p irlt d 1 ..\ >r.i
n
de la ) <'
firent ri mal
jaillir de
une fu \ cla ou
leurs de toutes I s nations el
de ce mouvemen nie uu-
'om e vision chinai*.
mte de rapidit tous t1 en!
avoiss, de 11 / >'/ t la
proue,
lion df .se.'' .visiiul les lemines en
gnral, quand aucune pred
dente disposition le loi ne con-
fre la femme la facult de I
plaider la cause d'autrui dev&ul
tes tribunaux, quand surloul la l
femme marie, au contraire, esl
frappe d'incapacit en certains
himalion rgnant dans 1rs cabi-
nets des I'radei. des Hudicoui 1, i
Hes Nau, des 1. e, des
Zphirin, d Tl 11 1 pie, c'esl
le silence el la dsolation des
inels les jeunes e! brillants
ats a : verbe sonore en qu-
te de proues qui difficilement
leur arrivent.
cloisonn dans sa partie. Il
'y a pas un effort d'ensem-
ble puisqu'il n'y a pas une
vue suprieure de la lche
gouvernementale. Une ide
centrale, un but commun,
une responsabilit commune.
Une direction objective. Il en
rsulte moindre effort, enlise-
ment, inefficience. Telle est
la ralit du gouvernement
prsidentiel, incontrl et ir-
responsable. Comment ne-
disparate. Chaque ministre minjii/horaogne uni sur
On sent, juste ici, le besoin ; cas dans ses droits civils, alors
d'une coordination des ac que l'article 5 du projet
tivits ministrielles. Il faut
un chef de gouvernement.
Mais le cabinet responsable
doit avoir logiquement un
ehef responsable. Mme lor-
me de la responsabilit pour
lui et pour les ministres. Ain-
si s'impose la cration de la
fonction de Prsident du Con-
seil qui permettra d'avoir le
un programme et sur la m
thode d'excution. Condition
primordiale pour une action
aourernementale positive et
dirige.
Est-ce l lou le la rforme
Constitutionnelle? Une partie
de ce qu'elle doit tre. Si, bien
entendu, on veut faire uvre
loyale et dsintresse Et de
progrs.
Victor THOMAS.
de loi
en question s'exprime premp-
toirement : t Pour exercer la
profession d'avocat, il tant jouir
de ses droits civils ? la lein-
me.ds qu'elle esl marie, n'est-
elle pas soumise la puissan-
ce de sou mari ? Comment con-
cilier l'tat d'une leinme vir-
tuellement incapable devant la
loi el son nouvel tat de dfen-
seur OU avocat capable de si-
gner des actes judiciaires .' Loin
de nous la pense de contester
la capacit intellectuelle des
femmes hatiennes t
lude la profession d'avocat.
Nous admirons la belle cultu-
re que nos nIles reoivent de
L'.'. mes vous v niiez
rteore augmenter le nombre le
nos chmeurs '.' Songez do le,
c'esl le cauchemar du chm ige
que vous faites apparatre i la
vue de nos lilles el de nos fem-
mes I
Ne craignez-vous que celle
addition porte l'article 5 de
celle loi ne dtermine i\\\ sur-
crot au nombre ri.']* si lev
d'infortunes ? De jeunes lilles
instruites.charmantes,;'i la parole
aile, jetes toutes sur le pav
eu robe d'avocats chmeurs !
Songeons donc plutt leur
ouvrir.tant elles qu' nos jeu-
garons, des
ropos
humides
Il r i i -' al llioil
|)UUI I 1 I f
.
ini'l et d
vrtr 1 la publicil de fort inli
tes statisli [ues touchant
1 dont aile s'a
mil '.mil es, i|u'ati point I
? ne comm Tcial, .1 icincl occupe fc
ran p irmi Ifs pons ouverts au
1 m n" 1 ieur.lille ivanl
i u'tien qui esl 3e el Les Ca-
ls. I.t atalistique esl une utile
ic. s.i princip le toi lu, c'eal de
mettre ch i i m ;i s,i pi ice.Ain-
si, elle i permis de classer .1 icmel
.1 i 1er rang p ui i i c m o n n itiou
du RHUM S H I til r L)'OH
I ii a conquis tout le Sud I it.
iti in!;- et la bave des
... a vi a 1 i belle soire of.
lerle par Jan V rneuil, Cala-
\j l Isa autr profil de
os sthli i e d'I'-'at
trouver le m \v n d'entrer saas
iti s ir linaire que la
chose puisa re, c'est pour-
tant la vrit. I t pus 1res
chic, Monsieur le .Minisire!
\ >in. (Eil qui i'i st attrist
vous vu u?, avec plaisir, iVftOt
de laisser [le ministre, rparer
voire geste m*.

... a vu dsarmer un de nos
confrres qui projetait un duel
prem iln La lutte
lut vi re, car poire ami n'entaa*
pas se sparer de son re
m y arriva,
pour constat r, surprise I que
brownmg s'tait Iranstorra
n mie i urin rier
- dans la po<.
:>n O l'on porte
l'ordir. es tau. O i
n ii! ericoi is les bureaus
de rdaction.
ne galerie a
a vu. sous
"
Les Femmes au barreau
co
uc la profession d'uvocal :
Messieurs les Snateurs,
Sous publions ci-aprs le dis- lement d'une ardente nitelhgen-
>urs prononc au Senal par le ce, nous imposent celte ebliga-
nnateur Latortue au moment lion par leurs eflorts dans leurs
de la discussion de la proposi- ludes et par les merveil eux
lem de loi Zcphirin tendant \ succs qu'elles obtiennent dans
permettre aux femmes iejeercice renseignement suprieur.
Les portes de 1 Ecole de droit
d'ailleurs ne leur sont point fer-
mes, puisqu'on a vu hier aux
bancs de cette Ecole une lu-
Ivocals les quatre mots ainal don ^ .
conus sans distinction de sexe, Pa
lu Commission snatoriale vou- du Droit.
drait apporter dans noire vie Cependant esi-i
l-lionaleunesensalionnellein- d'apporter!|lte toi IM" profession
novalion. L'ide, encore quelle lion qui, selon
tale s
l.
b
nos divers tablissements sco-
lairee.Nouobstanl nous peusans
que nous devons, connue crit
Yvonne Sarcey,tenir plus a hon-
neur d'en taire de parfaites cor-
dons bleus, d'adroites modis-
tes, d'expertes couturires, des
lemines, en un mot, adroites de i d'assister
leurs ehx doigts el sachant les
occuper utilement. Le Bonhom-
me Uirysale eu dit plus long
el plus joliment dans lesFem-
naesSavantes*. En ralit, nous
constatons chaque jour une |)-
pinire de jeunes lilles dipl-
mes des coles normales ou
des institution! des religieuses
de la Sagesse et de St-Joseph de
Cluny. L'ducation de ces jeu-
nes lilles n'est pas simplement
UU dcor ou un ornement, mai
elle esl une oeuvra faonne
conformment au systme ma-
dame d'ducation classique el
pratiqua.Nous ne sommes plus
lies garons, des coles (l'ai ls
pratiques et d'industries ouvri-
eur apli- res,N"est-ce pas encore transfor-
mer eu un pre duel d'une fr-
ntique violence la ri Milit SOUr-
tle et latente des jeunes filles et
des jeunes hommes ? Un sexe
qui d
tourna
c toujours admis tacilement | Hun dcelait que l'educalion
arcourir le cycle des tudes fminine tait une affaire sans
arcouiu wj intrt pour une nation vrai-
il ncessaire
P
nent rpublicaine.
L'accession des lemines la
ou autres
gn
In
ment chercher
fondit ion de la
a amliorer la
lemnie. l< -
Mr le plus possible ce sexe fai-
b|e la hauteur du sexe fort,
t'esl juste et naturel. Au reste,
p jeunes filles,doues gnra-
cadre d un
pratique.
a se voit cart, limin
lement, pour laisser pla-
ce l'autre sexe !
Nous regrettons soit dit en
passant que l'honorable rap
porteur n'ait pas eu l'occasion
il y a peu de temps
de cela, l'imposante crmo-
nie de la remise des dipl lies
aux infirmires. L'honorable
Dateur aura-il ( ertes recueilli.
comme tous les autres assis-
.-
^J...
M, Vlberl Lebrun n'avail pas
-i i aux membres de l'Assem-
ble N'alio lenl du
e, .les < igarettes l'Ai.MA. il
ne srail pas lu Prsident de
la Rpublique IV ma e i>ar U37
voix. Ileui eusemcnl qu'il le a-
vail en poche:.!...
LE 18 MAJ A L'INSTI fUF
GUNOSEPH-BONHEI
iu national
ni uy-
Iose| h Bonn I par une &
q que proaon (j
hi u ., du soir, le Directeur-
ur, Mr. Luc Dors
lanls li.grande leon pratique, ,, |lisl!K. ,
la grande leon de choses une '
lesBdemoiseIles offraient notre L Lf confreucl : triera de
la lond.itl ui du noire Li b
Ch imp le-Mars, un 111,011 de
huil ans, el une libelle un pu
moins Ag, qui jou ple mari. Le jeune pooi ne
manque i>as d'exprience. Ne
le vit-on pas s'armer d'an touet
et les yeux pleins de courroux,
s'acharner sur sa coiujuigne:
N' pas dtendu de
sortir? Vlan I el vlan encore I
C'eal un petit bout d'homme
qui promet,comme l'on voit.
*
... a vu un pre de funiille
tout embarrass da rpondre
un jeune homme qui lui de-
dail la m.un de sa ail le. Il
aura t voulu se 11 nseigner, mais
1 a ne ho a ae tait jires .
C'esl < ou < 'esl non? Le
brave papa eui alors nue ide
inellement po-
1 la question prjudicielle:
a Q m I 1 iiuui buvez-voas?
- De la Couls d'or, d'Alix
Roy !
A celle rp< asi l'entra ouvrit
les bras. Sar mon cosir, jeune
boinn i Vo 18 tea le cendre
... voil que le gnie n'esl pas
Si que leri
k 'IU d Etienne Ca
mille 0 !a mdaille d'or
: T.- I olomale.

semble compose des plus mi-1 organise dans I
nens hommes de lof. Nan- ayartmidj trav
mous un peu de connaissance eal tmraire et dangereu
du droit nous fait entrevoir de manitester sous une lormtj
aratesanomaliesdaiisladdilion d.que q_ue la profession d.
jeune socit.l'.lles oui choisi la
bonne pai t en comblant les n-
cessites du jour, afin d'assurer
leur a venir,el suivent avec qui-
tude leur destine. Elles sr sont
courbes sur les livres, non pas
ceux des lgistes, mais ceux de
l'hygine en vue de soulager les
misres physiques et morales
de noire socit.
Ragissons enfin e; compre-
no is.li s'agit de voir ce qui esl.
Ainsi donc, quand notre collec-
tivit aura atteint dans son vo-
lution un dnie statique confor-
me aux lois rgissant les soci-
t les plus avances d'ou
mer.quand elle ne sera plus.sui-
vanl l'exnressi'in Ir 1 bu 1
d'Edmond Paul, p l e en
dors, me trs, nous ad-
ons 1 el e 1 m
femme dans la I unillu judiciai- \ *
re. Cela vien I 1 en temps ap- ;
Snateur LaURI
1 D lance el de l'o icupatiou
de la pa tir de I Est de I Ile
j) ir les II [liens le i i , que
l s 'n rre B ivi r.
A vendre
Trs brun lit d? uiili U.for-
m 101 lits jumeaux, en aca-
I m clair, ^SCUlpt/ ioci u-t 1-
18 de enivre. Gi 11 de
cadre dot .
!ii 1 :
M ison .S'
; n lo :al \Hi-
1 1 / s r| n v,
Tlpk 7.
LE MINISTRE DE FRANCE
lorliiu, a
slin.
heure
l

sieurs, vous rejetterai celle ad-
marquee par.
i
Nous avo 18 eu hier nntia
l'agrable visite de M. Fran*
Vois VVielt, ministre de PfMe
ce, qui tenait a venir perso
nellemenl nous prsenter ses
remerciements, pour 'a sym-
nlra son paya
11 itre jonrnal, en la cir
constance malheureuse del
mort du Prsident de la Re-
pu I Isa.
nnra s sensible aux
|U nous a expri-
ienr' sentant
' aj u i lo'iue-
' noire admira-
1 com p-
li qna Chance-
lier, .Mr de liauquevdle.
I
%*

.





IL M .'1, \
(4 Ma 1
. i
MOUS 1. ANTISE1 TI
GER! VOUS DE SA
TECTION.
NerroiE
i ITIU il

LIFEBUOY
1.1. > \ < > S i>!
POCR MAINS, F!99
il S ET BAINS
MOIlt AUBIN, P. O. BOX M. Distribueturs
j l'.in H''i x i da Centre, Port-au-Prince.
FORCK
SANT JEUNESSB
Facilement et diicrtement pr I
GLANDOPHILE
des Lab. ORMC3 TARI
Natta Orata nt ehes
K. SJOURN W. BUCH, r.r/-H-P//ff
el ntTM
LE BB OE LINDBERGH
T ASSASSINE
Ption-Vili
\
Le corps de Cha iugualus
I.indbergh, iiM par Bes en-
Ifviii -, i l ueu aprs-
midi en vue de II n a d'o .
il a l enU ri il i ; )"llIS-
Les more anx < i ai s de linges
louves prs da corps ool t
i-iputili s pai Mme A me Mor
r< w Ltndbergh, comn i.uaant
parti* de la robe d( nuit qu
portail son i her i nhnt quand
rllf le mil d i lit le soit
du 1er Mars. |L*idi ntifle ition a
pif complte par l'autopsie qui
v pu lieu Trenton a Iragi-
sjue dcouverte b nnct
v une coolre la pnsst
i,iii eul lieu chi z Lindb 'K1' Pai
N'armaa Schwarlz ko
Le corps a t Iroi aprs
d a temainea d'eflorti inutiles
p mr obtenir le relu n di l'en
iut n'impoi le qui l pi is. I <
alcouvei le a i u lit b i ta les
mvastig ilion da toutes lei na
ii* is ctvilisea poui u aquei i' i
e ileveurs.OrvilleWils.oii el Wil
li.nn Allen, ngres, ont laii h
ricouvute du coi ps dans Qi
districl qui a i li inspect et r-
inspect par les est ou des di
police h .i / pieda d'une slatioi
tlphonique d'urgence install*
pour aidt r ;i ira |uei utils.
Las deux hommes se rendaient
sur la Colline de Mnunt Rosi
quand un pied non i meit pai
lu terre attira leur attention.
Ailen et Wilson, t< rr lis pai
H au pe le investigation, en in
l insrent la i v ce. I es dti i
tivas sa prcipitii nt sur l<
I eui. Face en i>:>% il us un lst
sj.u lait penser que l< assassin
i ont inhum la lu e, tel est
la position dans laquelle l'en*
lanl a l trouv. Li bi b a eu
tu il y a au moiua deux mois
aa due de l'oliiriei de polici
indiciaire Chai les h qui
prtend que la n art a t cm -
st pur un coup sui Ane oi
de la la cou brutali dont on li
rerail l'enlanl d'uni obile.
Le crne du l>< b Iracturltl
trouva ;>\ ec un Irou au di ssui
de l'oreille droi e. Li nt I 11
Madame i h dbei rIi i nt de
bout, ; ni b bvi ment li
tragdie. Ni l't n ni l'autre nt
drononcrenl nna seule parole.
oo -
Des rense gnements qui m
tient de la Nouvelle
Tourraine ( si cl on nrale de la
< ommnm d Ptionville ), il r-
sulte que cette contre renfer-
me une population trs dense.
Malheureusement elle est trop
nglige et semble se complaire
dans son oubli. Au del d
Kemkoft.on ne trouve plus au
Ie cole rura'e pouvant ap-
porter un peu d'instruction a
habitants arrirs. Les Tra-
. Pub il s ont construit vn
' i lier muletier qui traverse
I ls maintenant la section et qui
es' destine devenir la route
lu Morne la S Ile. Nos braves
mpagnards voient cette route
l'un mauvais il, car ceat un
noyen de pntrer chez eux,
ni-ils, et ils n'aiment pas
rop qu'on voie
Il y a de ce"
I Rvrend Pre Hucq
lu l're Monteig e, vient de re-
.,:isii i i e a ci pelle de l'ha
bitatlon Faure > Elle est bien
rqaenle parles fidles, mais
me" cole A ct de la chapelle
i leri C i vit ralliement i
lonm i i ce le population un
n u de i ivilis ilion. On vit i
fana une extrme disette. La
lernii t h< i esat a tout bi ',
.s habitants n'ont mme plus
le graina pour ensemenc i
enrs jardins, Leurs habits son*
lchirs. N'ayant pas d'argent
imir s'i ii procurer, ils se con-
nu nt i liez eux.
Qua il aux eh mins ruraux, ils
n'exist nt plus. Les dernires
, ont tout emport, La
route qu'on avait conatrutta
l'anne dernire depuis Kens-
I.KS insectes naissant dans les mi-
lieux Immondas, croissent mr
l'ordure, vivent parmi les Kerms
mortels, puis contaminent vos ali-
ments. Tuez-les avatu qu'ils ne tous
luent. Vaporises du Flit.
1 lit lue mouches, mousli.pies.pucei,
fourmis, unies, punaises, cafarda et
leurs oeufs. Mortel pour les insectes
m us inoffensif pour l'homme. Em-
ploi facile. Ne tache pas. Ne confon-
de pas Flit avec d autres insecti-
cides. Exigez le soldat sur bidoa
jaune banda noire.
Vaporisez

I
Pour voire garantie, Flit n'est vendu qu'en bidons scells.
CV'viSHE^CHAMBRE DES DPUTES Ncrologie
10t u muni *)._ rsa. i ,. a m *-. -k ***
:anc9du 13 mall932
Aprs la lecture d'une cor-
respondance -.n 5 intrt, l'as
semble sanctionne la pro
ca-*erbal d'une des demie
tes sances
Le dput fi dv tonne lec-
ture d'un rap '<>rl du coaaite
de la justice concluant au tejet
tendan ,
payer i
lcu- )
.e d- J
Nous enregistrons
la
de loi
/,<)//' pi'i- Hobin, la Dcouverte,ie rapporteur. Le d|
re Uouretle ju-ip.'* la Louis lit un mppor
, n'eiiste plus. Le trou Nau-
tique ii 1 li av.iux Publics
oui di pi us tant de temps, di
peine et d'argent, a t compte
temen emport. Les ebouia^
ment qui se jont produits sur
la route permettent peine de
p r a ili'v <\. i e trou Ddi
n'est plus qu'une tondi'ie (il
lhabit u n'oae i
ser |)i 'd.
JLu t te-Diou La lte
ll r i Ptionville
.. d 11M M n. La proces-
I i ,. p i les i Q s Fau-
bei i, Darguin et Qr
Nous pu sons que l'dilit
I mettra I main a L. toilette de
es rues.
Aux HH-papfc6ltfltt 4* Chivn tt S*ul"
M
l'Hoile de Foie de Morue
.IfrmbU LU gtt al failcmahl
Aftlibl II* ttt U CWKSfcxt
rt\artdt*vr et la !\'uMHon par
cxcillmaa
EST GARD MILITAIREMENT
d'un projet
augmenter la taxe a
pour les demandes de
salion en Cassation.
pu l Piou informe l'assemble
del composition du comit!
de la cenmi&sion charge de |
reviser la loi sur l'alcool et le
labac'Thomas,p>rsid< nt; l'iou.
d| u' Pierre
<|Ui ap-
puie l-i proposition de l'Ex-
cuiil de ne as payi r les jouis
de chmageaus jourualie.
Le dpute l'ion met le vu
que le b i mu de la Chambre
ciive au Snat pour lui de-
mander de Me di| gence
pour ai i iv r au volt de II lis
projeta de loi : l'un sur les
domaines, l'autre sur l'impor-
tation des chaussures et ie
dernier sur la dtaxa de ca.
cao.
Le prsident Informe ses
collgues que le nape u le
la ifjaisen Nationale a
mise n bern l'occasion de
la mort du (.e >ral S. lier-
rotiet, ancien dput du peu-
ple. La se. t ce est leve
11 heurts.
Snat
Sance du 13niai 1932
A l'anive, aval t hier sprs
midi d'un avion dominicain
m i hamp d'altt naiaga da la
Pan Ai i A waya, en n'i
k t i mi sui i' s ll voir une
iconade de gardes, conduite Aprj 11 lecture (ta la cor
DDollcier, s'en en i| ... et respondance.un petit colloque
.recder l'an est a lion de l'a- Mltrt le Snateur lelmaque
viattu at le Prsident Si Aude.Celul-
On ta demandait laraion de ci s'en rtre n l'assemble
p reille mesure. Noua avons pu qui opine dans son sens
-avoir qu' la suiti s e Snateur Nau lu ne
i >i" i v t ie d'un substantiel et I ,
r pport, sur la rvision du ta-
avec re-
grel la mort de M' Achillb
Millit clou i les^ runrailles
ont eu lieu aujourd'hui, i 8
heures, eu l'glise Cathdrale.
Nous prsentons nos sysa-
paIniques condolances aux
parents prouvs cl particu-
lire menl Mrel Mme Ption
Roy.Mrel Mme Victor Millet,
me Castera,*
tait remarquer, pour la troi-
sime fais, dit-il, que I expos
de la situation n'a pas l
communiqu au Snat,et qu'il
importe que le ncessaire .oit
tait dans ce sens.
Le Suateur Zphirin et.
manie que soitcomnsuniqne
au Snat la liste dea emplo-
ys des Contributions, e la
Douane.de Uamien.de la Mis-
sirtn Scientifique, etc., avec le
m mtant de li urs salaires res
p lils, a fi i d'envisntf r des
co n pressions sur leurs ap
pomtements.
Le Snateur Hudicourt
parle longuement de la situa-
tion du coton hatien, et. aprs
un expos 1res clair et bien
document, coudt ce que
le ministre des finances at
du comsacres solutionne, au
plus vite, ce te pineuse ques-
tion.
La sance est leve, plus
rieu n'laat l'ordre du jour.
U est midi.
Cin-laldy
DF.V1 AIN SOIR
4 HEURES 1/1
L'Eau du Nil
En enbr 9 par'ies
Kntre 0 PO: FMcon : I.IKJ.
A 8 HEURES
En Grand Gala
IIitiama prsentera son premier Film Parlant Fraaaii
'aprs la clbre pica d'Alaxaidre Dusaas avec Elvire Popesco,
Farnand Fabre, Jean Gerald, Maxudian.
Orchestra : i G. ; Parterre : I G. ; Balcon el Loge : 6 Q.
Les abonnements ne sont pas valables pour cette iepr-
aenta'ior. Des cartes spciales seront dlivres la Presse.
N. B. Il n'y a plua da plaas de Loges disponibles.
Cin-Varicls
Une aubaine
Pour permettra tout
e monde da voir la jolie
lante franaise :
production par*
LA NUIT EST A NOUS
pour
ce film sera redenn
DEMAIN SOIR
la dernire lois, devant tre retourn imnidiatem?nt.
Entre : 1 et 2 gourdes seulement.
CHOS
a
Il sera chaul la Ca*
thd'ale, le dimanche 12 mai,
il heures et demie du matin,
une aaessa solennelle a l'es-
casion de la Fla de l'Univer-
sit et du Drapeau.
Par arrt du Prsident
de la Rpublique. MM Biaise
Lavitola Mastroti, ae nationa-
lit italien nt, at Gaston Blan-
v chard,de nationalit transmi-
se, oi 1 acquis la qualit d'ha-
tiens.
Le Tem/it informe ajue
g ce aux efiorts du Dpar
temeut du Commerce, les
compagniesa.de navigation
acceptent de rduire le taux
du trt aur le sisal. La Pana-
ma Line pour sa parljaccer*
dera une rduction de Ho/o.
Li Ligne d'Union Mine
a lait don de cina mlle vo-
lumes ( ouvrages divers )
l'Amicale du relit Sminaire
Collge 3>t Martial.Celte asso-
ciation pense organiser des
bibliothques en province.
M. Andr Bellot a t
nomm inspecteur des eoles
Hmcbe.
Il se dit que Is D.G.T.P. a
tait l'acquisition d'un Steam
Shoneh, une espce de m-
canique qui remplace la main
d'oeuvre. Sou arrive aman
dtermin le renvoi d'un
tfrand nombre de travailleur
devenus iaatilas. Des expli
catious s'imposent de li par
de M. Jeannot.
Il faut lire ainsi la der-
nire phrase de noire entrai
llet sur la Crise ministrielle
Tout est possible au milieu
des incertitudes de l'heure i
et non dans la deliquesence...,
ce membre de phrases devant
tre supprim.

La Commission de rvi"
sion de le [Constitution ns
donne signa de vie. Oo sup-
pose qu'aile travaille. Mais
on ignora ce qui se lait. Neus
sommes une rpublique de
mineurs.
Il sembla que les jour-
naux dominicains sont mieux
renseigns que les journaux
hatiens sur les laits de la
politique hatienne. Is out
annonc uae crise minist-
rielle en Hati quand ici ous
n'en savions rien.
Fleurs I Fleurai
u
jine
trouvera chea Melle TW
Augustin, lias l'eu s'a
hose, des leurs, couronnai,
corbeilles de fleurs naturelles
etc, bon march.
H:
m
m

iMlMMMlmaaffgsa MMaamWMMMbg
Toutes le?. Polices
DE LA

.atefres MCAGMON
Cie
.' (jnrel pour t Exportation :
Ch. MAGNANT
'7. r... n.viauJ .- PARtS-te-
oire h. in. n,
n. i- i ouvi i ni ment avait d-
cid ni e dornavant tout avion
militaire tranger devait oble-
loir autena oi prali b'e de
( i o'i r Haih Celle dcision a
i otifie au Gouvernement
j > nain. C'est ainsi que l'a-
\ ii
rit douanier.
Le Snateur Tlmaqu
de| ose un voeu tendant
demander aux pouveirs com-
ptents de svir contre les
prostitues trangres, et n -
transporl ni Mgr Fiettal me d'arriver leur expulsion,
autoris hrnch la | Le Snateur Zphirin de
gUiall]
comprennent la Protection contre la A
Foudre sans auamentation de tauxj
ti re.
l itoi Eati n fi'a pas t sol
. iv avant
Uie>- a motiv la
ara p | rd p*r
suites
ii n i n :
UiwiauUadu ou d'une omission. |
e
i
n
mande bu !>nat d'inti rvenir
en faveur de l'aviateur pai is.
if] i qne lui
pli ? vie un
qti h i
!! il,
depo t
liJ I inl
soil Iro
de I oi
Vihi.Lp ItossMf]
I
i (l|l\l II
ionuel.
Aqents Gnraux
Le Snateur Tle^eque



U Mai !
,GL 3
MMMMlBVBMaHttiaMal
iUium Barbaiicoari
Im rtusses Ml uaiverselle a gard sa premire ;!
ean*r. (in-l')ul :
.'LU 1
ical : Rue (.'esar.
H"
HENRY STAHK
RUE 00 QUI; EU FACE DE LA GARE
1 /ytfi fiU'ii de Lui ici Ji neusions pour vitrine* fl en
Hdrementf.
Mire spciales pour aulos
fitret ordinaire! 1/4 pauce A; liesfur pour autos et eo m.
loin.
lirand chou se Jiaa/u #i poi ; cadres.
lampes le n ri.
U maison rpare sssti les i-*i.t tarses.
aacrrtairerie d'fcUl de llukriaur
AVIS
DULMIGERIt FHAN^IStftPATISSERIE
RICHARD PETERS, Frop
CHVrIP DEMaRS.N- 1217.
L SEULE BOULANGERIE EUROPENNE EN HATI
SPECIALITES DE PAINS POUR SANDWICH. PAINS FLIITI
ET PAINS MOULES, PAI"S NOIRS, PAINS COflPLETS, ETC
PATISSERIE FINE. PATES. VOL-AU-VENT. TOURTES.
SOINS ET PROMPTITUIE.
Tlphone : N 2069.
La maison ri a nas de
succursale.
st
Coi l > mmenl l'arti le 16
de la loi du 16 luillel II
' il es> pi rt la coi inc<
du poblic qu' de 11
publication du prsent b
la saccharine rtate
liste oc- pro lui! n ircol ucs
ehimiqt es ou lo 5 p m
ce qui b h imporlati
Ve\\ os talion de ce pro'
En consequence.ee produit
ne pourra tre import ou
ex port < sans une autorisation
pralable obtenue selon le
mode prescrit par lanicle le
de la loi plus haut cit ; la
vente pour des lins md
les ne se fera pas sans la
prescription d'un mdecin ;
et enfin pour son usage des
fins industrielles, la rente ne
pourra se faire sans l'aufori-
S (lion pfalnb du Servi <
N n d'Hygii e et d'As-
stahci Publique.
((
FAIBLESSE
DULITc _
>*; -'
s:rsopda
3ESCHIENS
l HmoQlsbin*
Bg4nrttj:' du Bang. j--rscrlt per l'Alita m II
ttpttnr la r/aotfa arue oui ttmgictnx. Admis d*us lm Hpitaux de Paria.
06i tIBUii: CSSaXW. 8, Bail J Baudl/, tftme i: PI .-ami. .M.
SOUSLES COCOTIERS-
A CINE-VARIETES
L'exquise Jane Ternauil a
lemi o- Ir avant-hier Cin-
Varie es un ;s grand et l
gitime succs qui s'est mani
lest par 1 enthousia.rae dun
public! conquis ci charm.
Ions les aulres interprtes:
Ralph Cataly, Aline Mercier,
Daniel Heurlelon, bupSnt,
Daniel Th rd 11 Vaillant ont
uni t la hautei r ei ont
i <>! ii il i psr leur talent
la russite del Revue Sous
les Cocotiers , cka
[)fii:r satire laite de mois
d'eaprits.de tiaits Malicieux et
de qui Unies agrables rosse-
ries, le tout prsent dans de
jolis dcors.
Di main, quatre heures de
l'aprs-midi, matine pour
entants.
ESSE OE BOUT DE L'AN
Uonsieur I ysimaque L*-
biilire Ijit i hanter, le lundi
'l\ mai courant, Ste Anne,
i I heures du matin, une
mssie solennelle de Requiem
ia mmoire de son pouse,,
ne Acphie Julien, i
Le prsent aria tient lieu
l'invitation. (
rort-au Prince, le t aaai 1932
G. L. VERRET
' TAILLEUR-MARCHAND
Habillez-TOUS avec lg rce
et distinction, en vous adres
sant la Md'on
Sauvez
.. _ ave-*
vos livres
Sauve* vo livres e ml
Ifclions en flan vais tat an
In confiant aj relieur cons-
denaieux, honnte et habile
Etibssi CiafiLLRkRue Bonne-
Foi .
C. L Verrat
Rue Iraveniire, No 114 i
tinagr d" l Douane pretfa'en
tactde hi maison Eslve.pre*
l'H tel Sea Kr>f '
i 'une des plus ancienne *"?
la place qui a const v soa
bon n nom.
On y troovele t'ava I le plut
oipn, coupe legmte h
drrnire mo le IraUf use et an
glaise.
Spcialits: Habits et vte-
ments de crmonie
fiux lv);:-.*.s.
E DU PALAIS G. DU
Programme du Concert
Dmmes! du l Mai 1932
an kiosque Occide Jeanty.
Cha i p de Mars, a 7 lis. 30 du
soir.
1 Las Collgiens, marche
pa' Jn>Baptiste pre.
2 La fille du Rgiment,
Slect'ou de Douizettt.
H Maritara, ouVeitnra de
Wallsce.
4 Hylda, polka pour i
net p*r J. Meynaud, exci te
par Huberl Franois.
h Complaintes, valse ('e
Lin In-Baptiste.
( Triomi lie, lox- roi,
dd e au i Raciug Clubi, p r
A. Brunot.
7 Quinze jours au Cap
par Franois Manigat.
Vie Sportive
ban
; 'r, I I eure .
j ra mptcli de i hampio
'fie ), le p i
classe, entre
i li es Club et Lis
lu Racii g. Le v
ilie sera ti
mpion de la sais m.
luhaitons b o n ; e
et l'autre qni.
V7os t Qoi Is mu it( ul a
ire ri ompeuss, chers cam
LeCSi n rit de l'U.S.S.H
a la parole.
Premire ca g \ne. De-
in, Saint-Gi org s Club
contre Melbourne . Les'
deux quipes sont en ble'
orme. ,. m due que le mati h
sera pa M< Le public
i le plaisir d'ovationner
le joue irs du. iSt.-Georgesa
'I"1 r h lirent nagure un
match nul la Violette .
haili et lu X' Olympiade.
E lin Cator (t i nard parti
roni l<' L) Juin proeb du poui
jrp c eider Hi.iti aux .1
I Olympiques de Los An
ILa nouvelle est de nature
rjouir tous les curs I
liens. Aussi nous applaudis-
I sors dSfcui mains nu geste
' pnlriotKji e de la Chambre
'des Dputs. Mais il est une
question sur laquelle on doit
s'entendre au plus vite : L
celle loucl ontant des
frais de dplacement de ni a
nationaux. En eflet,
pies des pices aulhenli--
ques qu i ors avons pu psi
c tuii, grce l'obligeancei
d'un ami s'intressent I O- j
lympismei il est nefement-
tabli q e la pa lit ipalion I
d'un otb'te ces grandes.
( mptitious exige de loi Us
dpenses dont le doux lun-
est d. coptempier avec)
fiert le Drapeau National i
llollant, majestueux, au mt j
international. Nous disons
qu'il ressort le l'examen de
ces pices que le Pays parti-
cipant, par l'intermdiairi
La farine BATTUS est tm-
s
brioue oourler bouletr rrg
senss.
Elle poule quelques centi-
mes seulemi ni plus chre
que les autres marques,
mais le rendement quelle
donne est sans pareil.
Avez-vous dj Iravailii
Bat'Bas?
Eh bien l passez chez les
commerants suivants :
EU.ESTVE I C %

JEAN ASSAS
A.DEIA1TEIS{'
KLM K Mil.!.
\ioit r.o.
INC
tl.CEBPAIN
A.B0L1
Achetez-la avec confiance!
Travaillez-la avec orgueil !
insre d a us le pn
olympiqui nions
hou vi iyage nos i
Cator ei The i d.So iha t
son Comit Olympique, | our | qu'ils justifient le lourd saci i-
voit tous les frais de pr-]ucs consenti par b lans
paration pr-olympique: eu-
trainement, massage, appa-
i ells, masseur, entraneur ; de
dplacemeut ( aller et retour
vation d'esprit de Mon- .
. :____i-.........n I
sieur Croswi I1.
.
f i. premire ) de siour, de
pourboires, etc., 11 En fin de
. mjpte, nous contiinient les
intresss questionns sur Cf s
particularits, il tant un en -
ut dan moins quinze cents
lollara pour lu pic athlte.
chiflie minimum excti t
lorctaent de notre program
me les petites rceptii
ea're camarades; amabilit
Prochaine i bile de* Equipe
A ny la/'ses de tendres La
hivei prochain, trois quipes
l l d I oui Hall visite*
[que, 1* une qui-
pe combine de {'Arme an*
LaalFA tetl'tl |f"^ \ W l'"sudl Lark a
I n.1res, .t' une slection
un nu meut ou la rais
s'installe dans tons les loyer .
Haut les coeur* I Le i ous
regarde 1
L'honorable
Bdl es-e il | [I S S I. une COpil
du ) apport de ia t
la i Ali Jani.i a Hait i
rappor', crit sans pa&sio
honore M r le Prsidenl d
| J. P. A. Bientt le pul
; tien appi ciera la valeur ties
I rencontres Jamaque Hati i1
l'amateurs'londoniens, La J.
F A. v u irait intresser \'V.
SSII une srie de matches
au Pan LecoBleavac ces mal-
; nglaia du Pool- Bail.
Nous renseignerous.
F. H
I (

v
Insurance Co
Une desj plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
I EVG. Ls BOSSE & Co
Aaents Gn Vaux
LE FA1TEST INCONTESTABLE!
faillie
l.li
C'est la quintessence des meilieursfl
[varits de cannes d'un vaste territoirs
runissant les meilleurs terroirs',
C'est ce qui fait son aririe.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
m* *** -*. *"wtm iw i

f-*a


n
Samedi
14 Mai 1932
Le lialu
4 PAGES
M" ft70
Pert-ee-Prinee
Tleioae : 23U
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Lifu
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
LA LAITERIE BAILEY
Avis ...
\ Livraison propre, ygini-
La Compagnie* d'Eclairage] que, en bouteilles rmli-
Electrique des villes dePorMqeement cachetes, a lann
j nu-Prince et du Cap-Hatien l de toute falsification,
tccorde un-dlai Guissant le f Transport tait en rlri|ra
16 mai 1S32 tous ses abon-Jteurs roues.
Car la GENEBAL est une des ptoi puissantes et des lus vastes ornltU#l
de ce genre. Le seleil ne se couche jamais sur sea chantp d'action qui embrasse le
aeonde \ t a
ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la toaare
Ses Polices pour Automobiles couvrent rois, incendie, malveillance, dommasar
caa.se autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branche? d'Europe sont payables ea Haftf.
Ses Polices contre, accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les vova-
eurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents.
d'an oins 4000 dollars, la 'prime annuelle u'tant que de 1/2 / soit 20 dollars L. o
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
ns en retard pour payer
leurs borieiemx; pass tte
date, le courant sera sup
prim t la somme de un dol-
lar rclame pour la recen
neetion.
Port au-Prince,!e9 mai 19SU
La DiiECriN
1313,
n. ce.
Grau J Rue, or
Voulez-vous
Russir dans vos lu les 0Q
taire russir vos enfants.c^cl
une mthode d'enseigne-
ment classique excellente? "
VOULKZ
SOLTSAGENTS
Agent Gnral pour Haiti.
port au-Pnnce. 1G. GILG
JEAN BLANCHETJrmie
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone N* 233t
Le vanenr < Boiivar > Yoy.
91, venant directement de
^Neer-York. est attendu iei le
17 cri., continuera le mme
jour pour les ports colom-
i liens, Cristobal, Canal Zone,
I Kingston et New-York.
\ Le manifeste de ce navire
[reu par avion est la die-
' position des clients dans nos
Remerciements
Monsieur Ploviote et ses
parent t. ne pouvant rpondre
indiv a ii*l|fment tous les
amis tant de I Ai rnndissement
Jea Coteaux que des autres
villes de la Rpublique qui
leur ent do >n des marques
videntes de sympathie l'oc-
casion de 'a perte doulou-
reuse qu'ils ontprouve dans
la personne de leur mre et
arente. dcde le 5 avril
coul, 10 heure* du soir,
\iadame Emilie Franois, les
remercient bien sincrement
')i -s
1 rs 6 a 9
m i d\ udes ^ icuses i a
ie-Dattylo, La ngnes vivao'i
Comptabilit )
Songer, que 1 Institut TIP.
PENI1AUER se reccmmand.
et s'impose voire . t ention
par les brillants i es d'ats d-
j obtenus.
1S17RUQ Lamarre.
Tlphone 2891.
HALLE A LOUER
Moiti de la grande halle,
sise Rue du Magasin de l'Etat,'
cit de la maison Alfred
Cooke, rcemment occup*
Gendarmerie
par la Gendarmerie d'Hati.
et le; prient de croire leur, S'adressera M.Henry ITAR1'
1 profonde gratitude.
i
Port--PiPient, 20 avril 1932 gare.
Rue du Quai, en face de ta
OUBLIEZ m OE FIE UN PETIT TOUR A Js^s^KpSSee Bs^SKT
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
-e
I fient de s'ouvrir l'h-
pital Saint Franeois de Sales,
arec le concours du Service
l.#N pieds d'ail Un le L'tablissement le plus tiaisdee ea National d'Hygine et d'As-
ilreas de Porl-ar -Prince. aislance Publique, une clini-
Ageat
feulement 15 aiinufes d'auto sur nue excellente reute
is^afcaltc. Vues m< rveiileuses le la ville et lu j.ort.
finissons de foutes espces
qucfcdu soir sous l'appellation
de:
t Dispensaire spcial de vini-
rilogie et de syphiligraphii >.
Ce dis- eu ta re a pour but
, de permettre aux journaliers
^rangements particuliers pour les pensions de |our de (ouvrjerSt domestiques, etc. )
!>eBaaine ou de mois.
CE.OUI N'A JAMAIS T FAIT
CE OUI NE PEUI ETRE DPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureuse*
D'ASEPSIE
Prparatiou et Vente
faURiiACiiF. SEJOURNE
Angle des rues houx el du Centre.
AVIS AU COMMERCE
La Panama Hailioiid Steamship Line a l'avantage d'ao-
ttenoer les dparts suivants de New York pour port au-prince
liaiti, directement chaque mardi. Tous les steamers sont
de chambre Irinorilaue *
OOUrvui
Btmrts i \ew \ork.
^leaaaer Buenavei lura >
ni WYM
Steaaaer Aucun le
le 3
10 n ai
Steamer Guayaquil le 17 mai
Steaaner eCristobala le 24 n si
"Baena vei.luri" le 1er,,un 1932
" Vncon' le 7 juin
SteJTaier "Guiyaqril" le 11 juiu 193*2
Sfrnnur^-'Cistob;.!- le 'il juin 1952
Steamer "Buenaventura" le 2 tonaer "Ancon" le (j juil'et 1932
Steamer "nayaqoil1 le 12 juillet
Fanerai Railroad Steampsl
Arrivages Pinau-rrint.
le 9 mat 1931
le 15 aaai lMa
le 23 aaai 1932
le 29 mai 1932
7 juin 1012
le 12 juin 1932
w 20 juin 1932
I 21 iuin" 1982
atteints de ces certes d'aftec-
tions, de se fairt| soiguer r-
gulirement sans tre obligs
de ngliger leursjoccupalions
journalires.
Ce nouveau Service s'occupe 1
de faire les lavages urthraux, |
les pansements pciaux, le*
injections infra-veineuses et
autres. L e fonctionnement de
cette nouvelle ceuv e huma-
nilaire et sociale est assur
par un mdecin chef assist
de deux aides mdecins et
d'une infirmire.
Les consultations se don.
nent dans une des aies de
Victor Gastel
INGENIEUR ELECTRICIEN
Fmp'oy la Omregnie
Ileetrique de 19M i 192*.
Oflre sea services pour ins
ftllations d'clairage, aie mo-
teurs, rparations de ventila-
teurs, fer? repayer, delcos
etc., aux intresss de Port-
au-Prince et deaai trs filles
de la Rpublique.
Adiesse: Rue des fliraclee
No 121, ct de la Banque
Nationale.
La Manufacture
de Chapeaux
Hatienne
L Indigent

A vendre
a
Un jeu de mer bifide gale-
rie, 4 pices, siges k ressort,
et une glacire de 10 livres
de capacit. Le lout en paitait
tat. A le plaisir d'annoncer i sa nombreuse Clientle que n
Tlphmerentrellha.m et] vtnte de ses CHAPEAUX se fait, depuis le 4 janvier, il
1 h.p.m le MaiorP A.CAPRON. t _, ....____I
P
U. S.
Marine Ccrps, Rue S, J
l'hpiial St -Franeois de Sales Avenue Q. au nu mre dp t-
de 4 heures 6 lires. 1/2 du lphone dn Manne Corps
soir.
104 -2
;
le 4 juillet
le H iuillet
le IX juillet
dp Liue
1132
1932
1932
Jaal. C.VAN REED
ageut Gnral
30
ALIX ROY
annes de succs.
atelion
Lykes Brothers SS C lnc
Porto-Rico
passagers et
directement avec
Texaa --Haiti Sanio Jjoiuingo-
J^e seul service ht bd madaire et rgulier
trt eatre les ports du Golte du Tex
Port-au-Prince, Maiti.
Pour la rception rapide et le maniement habile de vos
importations, servez voua toujours des navires de h LYKK
L'.NE.
Les prochaines arrives a Purt-au-Prince sont
Steamer t Velma 1 \ L
Steamer iGenevive l .vkesi
S eamer V'meria l.\ ke^
Steamer Margaiel L^ke-sa
Steamer Ruth f.vK
tWwee: J^ie ara Ua^asiu de l'^tai.
6 mai 19J2
13 mai 1932
1*2
27 m u IP32
i;i i 1912
Boite Postale U
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOb\EAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
; ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURRENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON
i stovMi mm*wtt h itiwD *mm.
NJ 2027. GRANDRUF
ificc de son ancien local.
L*r* Clients y tiouveront le mme accueil.
BON MARCHE. CLRIT, GOURTOISIE.
Martinez, Marcelin & C(
Lottrii Nationale d'Hati
41 , Ru* lonne.roi. Phone^: 335t
La Loterie NationaledTTalti est
une institetion hautement humanitaire par In multiplie"
d'oeuvres eju'elle se propose e"aider. une chance de biea
tre offerte aux hommee de toutes conditions de fortne*
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salari!
tous ordres, Gens de maisou ( domestiques, ) sans parbr
leur budget movannantdeex goude, peuvent aguer trou
ille gourdes Patrons de Commerce.Chefsd'Industie.parM
aex iusuflsences des ventes, par l'achat d'un billet, qui voui
libre du souci des chances*
Mdecins Avocats, Ingnieurs, Snafeurs, Dputs, Grand*
Dignitaires c'a l'Itat.Riprseilants de l'Intellectualit, Jo'
elistes,
Dennee l'exeeeele de vetre selfdarit sociaie.
Rentiers, eapitalistes, comme en jouant, augmentez^"1
avoir.
Tous tons m a. t-r Haiti, rendee^lni service en ieN
al 'e billet del LOTIR1B NATIONALE D'HATI.
Laboratoire SJOURN
DlRRCTlRS
F. SJnOftN, Pharmacien
K Skjournk, Pharmacien de l'Univr ne i< P.n'1
M. Sjourn, Pharmacien de l'univcrsit I' ist**1
interne des Hpitaux de Paris f
Analyses des Urines, du suc gastrique, du sang ( W'
sermann U re, Constante d'Ambard, Glycmie>


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM