<%BANNER%>







PAGE 1

il. 13 Ma: 1K! ADOU i ru l'Aiil-L UN VRA INSIGNIFIANT. S T UN I.IX LUX .^ >ON 1*1 !'" '-'.n E Dl I K.AIIM1 N I l'A'.FI Ml 'Zf'..". Chagrin Lundi J Joie Mercredi Plus d BONHEUR quand le* dents deviennent Plus Blanches de 3 Nuances MOHH & LAL'RIN, P. O. BOX M*. — Di i buetara RueKorx et du Centre, Port-au-Princ LA iESSE FUNEBRE EN 1 Propos L'HONNEUR OU P.IESILJENT DQUMER huniides eit 3 Jours. La "3ouche Bactrienne" disparait. DE (l'est hier jeu li, jour des tunraillea de S. E. M. Paul Douraer, que fui (liante*, la Cathdrale sur l'initiative de la 1. jation le France,la m e de i-e [uiem pour le repos de l'me au regrett chef d'Etat franais. Ds Sheures30, un bataillon de \d Garde d'Hati, musique en tte, Tenait se ranger devant l'esplanade de la Cathdrale. Quelques instants aprs.arrivait S. E.Ie Prstdcil de lu Rpublique, ace i npagn de ses Secrtaires d'Etal et de quel mes olficiers de sa Maison Militaire. Il est reu au seuil i {lise par S. I.. M.Ferdinand W iet, ministre de I raiu e, [ls vont dans le chœur oc< uper leurs places respecti\ es. i. [lise est li ndue de noir. Le cal i laque esl i ei ouvert du drapeau franais, ro il autoui ui le ni.uche J une nouvelle essence bues. qui serait •Uperieure aux autres et de meilleur march. i pii\ du march tranger tant toujours tics bas et la gazoline russe se vendant louiours a bie o meilleur march, pourquoi les pouvous publics uc s intresse' raienti l s pas la question en fixant un prix eu proportioa des marches elraugers ? l'our noire part, nous affirmons ci ne la gazoline peut tre dbite Uctlemeu a 2u itimes le gallon eu .aissant de beaux bni lices aux ipagnics ct.iol.es eu i Lai i. Quand ou pense que dis milliers de gallons sont cou somms chaque jour l'on au-Priuce seulemc ni — Le Chancelier dclar an Retir p ndant a une Pdemande couceruant les rparations: Il est incon :evab'e .j e I Allemagne soit jamais capable de raliser ces paiements. La division des Nations en dbiteurs et cranciers doit cesser en vue d'eltectuer la coopration internationale . • • Le Prsident Hoover a envoy au Congrs son veto sur le Tari! des Dmocrates. Le Gouvernement Anglais projette de communiquer avec la Russie sovitique l'gard d'un article para dans une publication communiste, dfendant une insurrection arme daus l'Inde. Le pour Prix annuel de Home l'Architt dure a ete dcerne celte anne Georges Nelton de liai.lord. (Gmuec ticut ). i la musique du Palais, j ie, grandiose el mouj vante crmonie i le peuple j hatien oui l'occasion de manij Osier, une fois de plus, son attachement la France. Anse--Veau L'actif et distingu commerant, Mr Flix Patlliro, actu lement Prsident de la CommisMOU Communale, dploie toute non nergie pour assainir et em belhr la Ville ot prend toutes le mesures ncessaires on vue ds relever le commerce et l'ag i culture dans toule l'tendue la Commune. Aussi, en prsence de si loua blos ello ls, souhuilel on que Mr Flix l'adhre passe encore quelque temps a la direction d? 'M Commune afin qu il 1 ouvre qn'il vient d'tntai avec tant de matrise. —Le Docteur A Mathurii qui dirigeait le D %  vient l'tre relev.so grand r'gret de SecreUirerie d'Etat de liotrioor AVIS Conformment l'article i( rii.Wartf 'oTnuflp. %  1-enul %  RELI; 3 %  %  • ,rrW^ . ,r-J • ii,r S"'" •:•' <•>,.Int-ntm tifliovw pyi • *Rrtuiu.-Ecriri S0C1K11 FRANAIS!. *" tl. Ru <(u I •ub^Sl-Ucuit, PARIS Fleurs! Fleurs! O i ni vrra ch-x ^ I Ti ug ti > Ras de 1 hose, des fleurs, QOliro nts, corbeilles de fleurs naturelles, ete, bon march. GRATIS.. t^e Hisip< ->sr"re ^.— u n pointa pou-.convertir soirs si T i # Parker Duofald de poche en plume il? burtaa Oe tnantlez-la voire dis* iribulear. gn renie dans les bons magasin, larker Vuofold m La p urne qui :nt lacdsia.-m m %J ty MOHR* LAUhlN DisTRiiuTEiis P.O. Box MwPoRT-Ae-l'Rixca. Cin-Taldij el som Le grand e benu fil n Le PassagcM* aec le merveilleux act-nr Charlee Vanl Entre : 1,00; B.lcon : *i,00 L'Evneme,i tant 1)1 vANCHE 15 MAI atte' du et dsir* 1 HAITIAHA P't mier film parlant : prsenlrra >oa d'aprs la clbre pe d'Alex nd • Duma< avec Elvire Popesco, Ftrnand F b>e. Jea Ge'Hlr 1 Maxudian. Entie : 4, S 6 ffourdee N.B.— On dbutera par un Ecl ir Jou-nal Soiore el Parlant. Une aubai ne auoaine Pour permettre ioul le mn'de de voir la j die tante lrnp:iie : pro ludion parLA NUIT VST A NOUS pour la dernire Entre %  f'Im ers 11 donn DIMANCHE derne loi-., d am 're r.'o.i r n iminedialeint nt. : 1 t 2 ^ourdf-s euh ment. L'ABOLITION 00 SERMENT D'ALLGEANCE DEVANT LE DAIL Dub in. — a v ie en p la anppressio d'allgeance • brita i.i |ue. Le serment dans le tmit : cambre 1921, constitution q lande un mem e Dail Eireann 1re Ictute du serai ni Couronne s mention ie '. gn le I ddlinissant la i dclare l'Ir>rr ibro e in dpendant du co nmonvrealtb britannique des lions, s a*dira do l 'osa hni u '•'autre p-*rl, les adver^ai res de M do Talera disent que le serment d'allgoince laii partie intgrantedu trsit et ?;e peut tre sb >li sens le consentement la lois de la Grande-Bretagne et de l'irbmde. starr ie du Nez ou de la orfje Mettre Vicks data le nez ou le faire fo-idre di ns l'eau chaudect l'inhaler. V ICKS VAPO RUB Pourlbut Refroidissement -f POUR LA SANT DES ECOLIERS FAIBLES El DEBILES Ce dernier trimestre de l'anne scolaire a tait reprendre l'Association des Dames hatiennes pour les colonies scolaires de v.icanccs loutei ses activits. Dj plus dt dix Matres et Matresses d'cole ont reu des flehes de recrutement d'une ctbts ne d'lves propres bnficier \ • V. I I I I %  • enlio pour son usage a des %  vantages de sant ahyus industrielles, la vente ne s,c l ue f[ !" orale qu'ofire Toutes les Polices DE LA TOiiniiin.. .. f t 4 %  SI 4 rra se taire sans l'autorisof 11 1 1 0 -ans ses colonies. on pralable du Service' Les d:uucs lona-ulrices donNational d'H e et d'Asn eat n vigoureuse impul-J siatance l .e. 0B ;1 K l ;r ut 'f i^'' va bientt avoir des filiales dans '""* l es autres villes du pays, j %  elopp#ni .: e — P Icomprennent la Protection contrela si Foudre sans auqmentation de tauxj Eug.le Bossfi ints Gnraux



PAGE 1

.L 3 i!lrciiniiK *t uniTcrselle a gard, sa premire place •eaindif partout : UN BAUBANCOUfl •••l : Rue Ce HENRY STAHK UEriU m, EN FACE DE L* MUE tutti tilrt dt toutes dimensions ponr vitrinet et en tidrements. Utrm spciale! pour autos Um ordiniires 1/4 pouce J a iiiseur pour tutos et comptoir!. r Urand choix d~ Mulu tt p. ortadn /.I r.seiii avis lient ieu d'inTiiat or. Port-a u Prince, le 9 mal 1932 ( LIGNE COLOMBIENNE ) Tlphone N* 2323 Le v. peur Bogota > Yov. 100, de retour des porte du Sud, ser. i i le H courant, jeu route pour St-Mere, Cap; Ha ien ci New \ o k. HEfllE UpSE&PIllSffi FRANCAISL RICHARD PETERS, Frop UIArlP DEMARS.X* 1217. LA SEULE BOULANGERIE EUROPENNE EN HATI SPECIALITES DE PAINS POUR SANDWICH, PAINS FLL1TK ET PAINS I0ULES, PAIMS NOIRS, PAINS COIPLES ET PATISSERIE FINE, PTS. VOLAUVENT. TOURTES. SOINS ET PROMPTIIUIE. Tlphone: N 2069. La maison na DUS de Avis — o La Ton. • : lai rage I lectiique des ville deP tu-Piinc< et : ; l p-Hail i n tcci rd* un dlai fi mata ni le 16 mai lf32d tous si s abon1 es en \, tar payer I' urt h irdeteeus; patte cette d.^le, le courant sera supprim i la somme de un dollar rclame pour la rec.vii( cl on. Port au. rince.lefl mai 1932 LA DiatcriN ECOLES DES INFIRMIRES Le r \ 01 venant directcrntnl lNe*r-^ atteniu j 17 crt, continuera I nu jour pour les port* col m. Crisl b I, %  y il Zone, n et New-Yo *. Le manifeste de ce ntv est i ',) dititien des i dans nos bureaux sis an. ;> ., Destcuchet r iu>. William E. H LEO, Agent succursale. A vendre Un i^u de raeubl. sdegderie, i pices, sige reeeorL ri une glacire de 0 livrea de capacit. Le lout en perlait tat. Tlphoner entre 11 h n m. el 1 h.p.m.le Major P A.CAPP.ON. U. S. Marine Corps, Hue 5, Avem.e Q, au numro de tlphone t du Marine Corps 104-2. PASTILLES MIRATOW —}*!• nlturtl. . CMATtL-OUY< "^"III MI ifcw.i m iotfA. Mlia l !-• Smith, lve l'cp'e des I ifl meus, a eu PUX rj ni, ps ( ie (j i rf'tades de " V n r (!• r i's la no e 6 1/5 */ 0 I li aureal t sa io I'AI ; n<. I on m< s i ; ri ;•• ,, en\oy un i n i Meih m h. Nos (l'cilal i . IC Le steamer \\ -oi i e *t attendu Port-au Pi ince,Tenant de New-York le dimai che \ mai 11 12, avec : 7 rs, 17 sa : • %  irr pondanceet partira dans t'aprs-mi 'i du m ne jour directement pour Ci il obai, C. ie, prenani trt, maile et o.isso^ers. Port-au-Prince, le 11 mai I9d2. Jai n (.VAX REED Ag( ; i Gni al La farine BATBAS sl /•brionc: nourles b(>ulan~crs 'uss. Elle c< ie quelques centimes seulement plus chre que les autres marques, mais le rendement quelle donne est sans pareil. Avez-nous dj Ira vaille Bat'Bas? Eh bien f passez chez les commerants suivants : ED.ESTEc II C A.DEIAITEISM' JEAN ASSAB c P. BAUDIiN i -' A J El. GERMAIN Victor Gastel INGENIEUR ELECTRICIEN Employ a \* Compagnie Utetrique de 1909 192K O"'? ses service! pour ins lallations d'ciairape,tle moteurs, rparations de ventila* leurs, fer* repaJter. delcot etc., aux intresss de Part< an-Prince et desautres villes j le la Rpublique. Adresse: Hue des j'.'iraclas No 121, ct de !a Bsnqnc Nationale. Aisorez-Tous contr accident i 1 tGeneral Accident Fira A. Bile Aaaurance Corporation Li Lited,— Vve F. Bern'ingham Afait G^nfVral conr Hadi. La Banque Royale du Canada Remerciements Dsieor P te el ses ; ;• ,\ rr ndfvld les an is t: ni de l'Arrondissement %  < s i itt-.p x une des autres villes de la Rpublique qui leur ont donn d< s marqu 'entes de sy m pal %  a iou de la perte doul >u dise (]•>"! I %  ontpi onV ri ma persom e de leur mre el ente, dc li e le 5 avril ni, :i K) heures du soir. y a dame Emilie Franois, les mercienl l!( sinrremenl t les prient . Mo. A. BOLTE Achetez-la avec confiance! Travaillez-la avec orgueil C. L. VERRET TAILI 1 i. h lli /%  > in et distinction, en vous adi ^ant la Maison C. L Vci-ret Rue 1 raversir, y llh %  iinage tir la Douane.pre$q f ticc il ii ;->ra FHtei Sea Vie* i une df s plu' ai la place qui a con bon n nom. On y troi V( le lus soif , coupe i i la di > nire mo le an gloite. S| .-s : Hi l vttm ul i de e Paix Meor.it. L'tNCAISSE-OH DE LA BANQUE DE FRANCE IEPASSE ./? IILLIAROS Pai is. — Le l>i'an liahdo. i madaire de lt B.rqi e de ind ;oe une au^menii de 166 minions de lois li nctiite or (|"i M ni maintenant le ch ftie 7.065 millions de liants. lation li lociaire a i diminu : elle est de 81 $11 millions, GRAVE ACCIDENT EN CORSE rse %  Le plalonJ 'n i alaia de justice s'ekt i In ;i retir de* deuinxe mortt dont le btonnier. t*9*r s+Mm


PAGE 1

t ta Vendredi 13 Mai 1932 Le iiiaiiti t 4 £ A \SS &• 7eS> Port-an-Prince Tlpaoat : 2244 ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Life Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) Ratilal Crntril haMn Accidents LA LAITERIE BAILE Voulez-vous 9 rn-i 1UJ5 ans, it yas'ei or la lvr fine. Elise (>'/. me. t ans. ven Magloire Ambroise. Contusio lgre de la rgion lessir* droit". Louis Lubin. 40 ans, Croix des Bo sales. Cearnaton du cou de pifd gmehs et rosion dtt gros orteil gauohf. Alcm Anatil.28 ans. Bel-Air; Blessure contuse du gros orlei gauch. Luma Germain, 20 ana, ru de la Rvolution. Blessure cen iue de la lvre infrieure. Adlade Joseph 2 an?, Grand Rue. Brlure du pie droit et de l'paule gauche (lios pitahse) .uc Bobelin, 16 ans, Maiso Irale. Blessure contuse d< Orteil gauche. Anita Augustin,Trouin Sho< k traumatique( hospitalise ). Uranie Kogrr, 20 ans, Dos du Cimetire. Tentative d'empoi sonnement (hospitalise ). "Livraison propre, eygini-'| que, en bouteilles aerm.i;, Russir dans vos tudes uo 3 ument cachetes, * brl taire russir vos entant^ grce e touta falsification. 1 1 UDe mthode d'enseigncTransport tait en rfrigraBCQt classique excellente? teurs roues. VOITI F7 VOrK 1313, GrandRue. Port-en* >UULtz VOUS prince. Une profession aprs 8 9 mois d'iudes srieuses (St %  •-Da tylo, Langues vivant Co nutabUit)' Songez que 1 Institut TIpPENtl VUER se recommanda et s'impose votre attention par les brillants resul'alsdja obtenus. l§17Rue Lamarre.a Tlphone 2891. Il m MTHODE CYTOPHYLACTIQUr* OU PROFESSEUR P. DELBEV DELBIASEl Comprims aux tell halogne* d* %  1 MAGNSIUM P RNommandi dana las affrtions a la %  PROSTATI I PRVENTIF_DU CANCER| t, rut Vitltnnt, Piflil tavfat Phirmtlm Q HALLE A LOUER Notez que... Les plus grands problmes politiques de I heure actuelle ne peuvent tre rsolus, si, en essayant de les rsoudre, on n'allume pas une cigarette PALMA. Moiti de la grande halle, | sise Rue du Magasin de l'Etat, ct de la maison Alfred Cooke, rcemment occuri par la Gendarmerie d'Hati. S adresser Mlienry STARK' Bue du Quai, en lace del gare. VI'M) J l.Ht pieds d'allUnde L'tablissement le plus IraisJe en vireaa de Port-ar -Prince. Seulement 15 mioules d'auto sur une excellente roule nehalte. Vues merveilleuses le la ville el lu 1,-ort |; tissons de toutes espces. U.a i de permet Arrangements particuliers pour les pensions de |our de (ouvriers, vcsaaine ou de mois. „••„;„•. H. CE OUI N'A JAMAIS FAIT CE QUI HE PEUT TRE DPASSE Kohi Champagne F. SJOURN Prpar dans des conditions rigoureux D'ASEPSIE Prparation et Venie NMIGIBF. SEJOURNE Angle des rues houx el du Centre. AVIS AU COMMERCE Panama liai!road Steamsbip Line a l'avantage d'anueaeer les dparts suivants de New Yoik pour port au -prince HaiU, directement chaque m irdi. Tous les peurvus de chambre Iriaori'nue Bfrmrls de hew iorlt. steamers sont de s'ouvrir l'h pital Saint Franeois de Sales, avec le concours du Service National d'Hygine et d Assistance Publique, une clinique|du soir sous l'appellation de: Dispensaire tpcial de vn rlugie el de syphiligraphie >• Ce disi32 le 15 mai 1M'2 le 211 usai 1132 le 29 mai 1932 7 juin 1012 le 12 juin 1932 1. 20 juin 19.12 1 20 juin k 1932 le 4 juillet 1932 le 11 iuillet 1932 le 18 juillet 1932 Idal A le plaisir d'annoncer a sa nombreuse Clientle que li vente*de ses CHA FAUX te tai*. depuis le 4 janvier, N J 2027. GRANDRUF en face de son srcial local. Les Clientsy trouvexi t le mme accueil. BON MARCHE. CLRIT, COURTOISIE. Martinez, Marcelin & C Panama Railroad Staampship Liue JasH.CVANREED agent Gnral ^MHMaaBfK> r* aMawsjsjsMrsaswsjsav^ sa nas si Lykes Brothers SS C Inc Taxas --Hait. — Santo uomingoPorto-Rico Le seal service hebdomadaire el rgulier a passagre et H$l.entre les ports du Golfe de Texas directement avec Pont jui-t'rinet, fiai Tour la rception rapide el le maniement habile de vos imputations, servez roue touj un cls navires de !• LYKK UNE. Les prochaines arrives 0 iVrt-au-Prince sont* ALIX ROY 30 annes de succs. attention Slcami r 1 Velma r yk< Si iamer iC>< e I yl es Sleamei lAlrai ria • • Steamer Margarel I ykes Steamer <.< Rulh Lvkesj G mai 1932 i 1932 m a i ? I 27 mai 1932 3 juin 1912 trureia: Rue an Magasin dt l'tat. Boite t'ostaie U PROGRS NOUVEAU RHUM NOLVhAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL OtFIANT TOUTE CONCURrtENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON tmmi ^S nu ma \m mi m Loterie Nationale d'Hnti 4i • Rua Bonne.Fol, Phon : 3358 La Loterie Nationuled'ffalti est une institution hautement humanitaire par la multiplia 1 d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de N tre offerte aux hommes de toutes conditions de furlus* Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans. Salari• tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans pad* leur budget moyannant deux goud' s, peuvent gagner tro mille gourdes. Patrons de Commerce.Chetsd'Indusficpa" aux iusuflsances d<-s ventes, par l'achat d'un billet, qui vous libre du souci des chances* Mdecins Avocats. Ingnieurs. Snateurs, Dputs, Gras* Dignitaires de l'Etat.Beprsentants de lintellectualil, Jour %  alistes. Donne l'exemple de voire so'idarit sociae. Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmentez votre aveir. Vons tous qui habite Haifi, rend^-lui service rn rebe int le billet del LOTERIE N\TIONALR D'HATI. Laboratoire SJOUHNB DIHF.CTORS F SJ LRM-:, Phar 1 n H SKJOUKM, Pne M. SKJOUHN, Ph.r ende l'uni Vf ra D ,efl inttrei des Hpitaux di Pa v Analyses des Urines, di. snc gastrqne du sang ( "' manu Ure, Gonstaa rd, Glycmie). Veesejsln'.s-. \JU na+*res lca4el. :.erma



PAGE 1

Clment Magloire ;DlRKi;liiU \b*. HUE AMERICAINE .13* TELEPHONE N-2'242 Ne sois pas pi ouip &f i rriter, car iu cot o i tpo.so uans 1 | scinde i i. SCI te. I.'l A I I I -I \ T \ IN (H *rrn NDH! DU \ : Contribution aux travaux de la sessionjgislative —•— f On rapporte qu' une rception o il se trouvait, Napolon lu remarqua mie dame si richement habille qu'il ne put l'empcher de s'enqurir de la (trlune et de l'tat du mari de celle, lemme. Apprenant que celui-l tait ui manufacturier de Ubac, I itle lui vint aussitt de crer B u profit de l'Etat franais le monopole sur cette industrie. La lgislation qu'il prit n'a pu vari depuis,dans son principe. Seulement elle a d voluer avec le sicle, gagner en technicit, sinon en sollicitude dont 1* dose ne saui'a toutefois dpasser celle qu'y mil l'Empereur pour le planteur aussi bien que pour la prcieuse herbe. Il y est prescrit sur la prparation des semences la mthode du semis, la transplantation, la culture, les rcoltes, le matriel, l'outillage, la manufacture des diffrents produits dont on lait usage et la vente de ces produits.etc... Toutes ces oprations lont places sous un oonlrle svre et efficace de faon empcher la frustration de l'Elat et obtenir la meilleure quai,t pessible, une qualit ne farietur pour les divers articles. Si nous ajoutons que chaque anne, les champs o lasolane doit vgter sont circonscrits un nombre dtermin dheclares correspondant la pruduclion-hmile que l'ut veut atteindre, on se rendra compte que rien n'est inoins libre, en France, que la culture de l'herbe Nicot. Nos exemples venant de l'ancienne mliopo'e, il est heureux que nous ayons obtenu le rgime libre que nous a fait noue lgislation sur la matire dont les auteurs ont considr, pour en tablir le principe, l'intrt de la collectivit autant que celui du lise. Car ils aurtient pu se placer sous un autre angle pour prtendre aussi avoir dtendu les meilleurs intrts du pays. Par exemple, prohibant la culture, ils pourraient dire en avoir supput une importation accrue du tabac tranger, ce qui amenait un rendement plus lev du droit peru sur l'article. Kl ils excipeiaienl de diffrents exemples trouvs chez certains autres peuples et bass sur ce mme calcul. Toutefois, c'est dans ce systme que les Etats-Unis, pays producteurs et exportateurs de tabacs, auraient t pu passeraient pour avoir t l'avariss. Ils ont quelques bons produits dj connus en Hati et d'autres qu'ils y enverraient pour bnficier largemtnt du dbouch que nous offririons au commerce extrieur. ta Mais je ne vais pas m'en gager dans une comparaison de la valeur fiscale qu'aurait la prohibition et de celle de notre ac tuel rgime de libert,parce que ce dernier nous offre l'avantage d'une nouvelle source de revenus qui n'a port aucun prjudice l'importation du tabac tranger,partant au revenu coi relatif qu'en tire 1 Etat, Donc ce qui tait clair lor du choix de nos lgislateurs, c'est qu on devait glaner dans le terrain vierge pour arrondir la fortune publique.Il y avait l de l'argent raliser el sans rien dranger par ailleurs. Nous connaissons maintenant les ennuis du Bureau des Contributions indirectes.Nous avoni ! un auditeur attentif de l'immense clameur passionne ei intresse qui s'est leve contre la lgislation initiatrice de la taxe sur le tabac el ses produits manufacturs.Nous l'avons vue rsister.celle lgislation aux assauts formidables de celle cabale dmoniaque. Elle s'esl maintenue d'elle-mme pi ut 61 que par les mandataires du peuple qui ne l'taient devenus, en grande majorit, que pour avoir sacr contre elle el promis de la rapperler.Loin d'tre anantie, elle n'est sortie modifie (pie pour assurer une plus-value de droits d'accises, L'injuste querelle laite la taxe fut vidente el le surenchrissement intervenu brisa la corde des clameurs. Que voulez-vous, la J manire loi le est la meilleure pour faire taire les foules. Toujours en ce qui esl de la taxe dont nous nous occupons, nous penson; qu'il y a de la ma rge pour la f a i re mieux garantir les intrts du fisc. Pour atteindre ce but, il sulfil que l'Elat soil moins parcimonieux,qu'il assume toutes les charges qui s'imposent lui, celles de distribuer les engrais, de recommander les terrains appropris, de surveiller le semis, la plantation, de conIrler les rcolles, d'exercer, en un mol, un vrai r de d'ducateur en apprenant aux planteurs a planter l'herbe Nicot.Y vovez-vous de vains soins? Non, on doit toujours partir du connu. Or,la production tant fixe assez exactement au cours des sus-dites oprations, en peut dsormais savoir, quand ht taxe aura l peiu, si toute la rcolte s'est retrouve dans le commerce, suppute, celte fois, sous les diffrentes formes qu'on utilise l'article dans le pays. Que de gaspillages, que de fraudes qui ne se sont perptrs OU ne sont possibles que du lait de la loi saisissant le tabac et ses produits dans la venle seulement. En mme temps que remde y serait port, l'Etat aurait l'ace sa plus importante mission par une lgislation de progrs, parce que celle-ci aura facon le plaideur ventuel de j tabac. Car, l'heure actuelle, rien n'importe plus que celle mission ducalrice. C'est l'ele menl humain de '"//.s dacs, de toutes conditiona,au'il nous faut mouler ou n mouler pour assurer le sulut de la nation. Li DOCTEUR. m SaVECfi •\UUl>l. BIS lo.\ l'LU.UOU Dn Gingembre..; i.e eibmr de la Jamaque... du Gingembre choisi. les fruits les plus fins, les armes |*>a puis fins, soigneusement m' puis mis vieillir pendant b' mois, avant lou'e adilion d'eaa et de sucre... Voil ce qu'est CUcqujol |SEC... Gnreux .. onctueux et.,. SEC comme ce CHU fa me ni. Gotez du SEC. Tout Reul, il est dlicieux. Mlangez-le avec votre boisson favorite et TOUS verrez CE qu'il y ajoute. SEC vous vien! dans de jolies bouteilles notes scrupuleusement propres puis nie SI C\Vca>x\ CVufa EC GINGEK AIE SUPREME AGENTS Mohr t. Laurin, P. O. 3ox M. Port-au-Prince. iiya vingt cinq ans LE MATIN, \U Mai l'J(J7. LYCE PTION Grandeur V r J. (. un l'n I du L: uni, don \b'i A i us cirons s ''< tes ueuz programme de c lie imp irtante crmonie qui aura 4 heures lirs-p < C de laprcs-midi I e d r .. ; '• S IJ/JI Billards perfectionnes Consommations varies et de choix L'inauguratio \ decetefablissemenl de Lotit premier ordre aura lieu le samedi 14 mai courant, 6 lis. du soir. Cordi le invitation aux amateui i aux amis. PORT-AU-PHINCF, LE 11 MA11932. %  ml lorm nouveau mi Ceci pourra prendre un UT lain temps, tanl donn les lenteurs don! la politique n lueUe a l'accoutuiaauce. Un rappellera que la crise d'o i si sorti le cabinel qui vienl de tomber avail dur 1 pi jours. La situation lanl cette lois-ci plus compliqu). on peul eu induire que la dcision viendra aussi lente menl, sinon plus. D'autre part, on 1 ite d< s noms d'hommes politiques connus, el .'inssi d'hommes qui le sol 1res peu, pour le pro ch tin ministre, m peul s'attendre ii loulcs les coinbi 11 "lis. Toui esl possible dans la dliquescence au milieu des incertitude > de l'heure. FUITES NISIES DOYEN ? Exemple vivant de l'lvation dmocratique mthodique, il si sorti de .son village pour arrivei ux plus hauts sommets, ornemenl h lois du barreau, d parlement, de la magistralur I h lires, 11 ce ;i, — ce qui mpte le i* 1 ; s, — iaoi I i en chemin une parcelle d .s modestie, l mme qui \\ m die de diri : (>i/ > non as< dam '.' il est vr. 1 i\ j tou|u 1rs SU 1 premier de ce vitl 1 dro.t de nastanc car n hrita son nom de la p 1 %  e gloire administrative lont • le paya ds idance. Paraphrasant e le mol clbra : J ai D • ic le premier dans un village que le second Rome , ce preiint 1 d'ins sou rilhge n d'tra, partout dana Kome, 1 parmi les j U tait tout jeune et encore dans les dbuta da su carrire jandiqua Un que, i l'occaa <\ un aenaatioanel procs p tico Qaanciar,. 1 ..-,, rai bn d bai les complicil %  %  ; matiques, il lid le r doutabie honneur non. Ile u tturs, les Ai l, ar reau portait ; SS i, un peu plus lar , un mine lt porla-l il a la mion mme de notre magis... n vu 'dans une solo de la %  escamoter une ail on d'un grand n i > avait rr 4 ; c Docih |'i'c %  lire : • M< mit* a >a langue!Une jolie i ngoe rtu t toi, 11 q 1 dod mdira dli* cieusement. Puis l'homme <)• l". ri lui prit !" p u Et 'out l 1 : dant la course. Un Iroi i u ( %  da liai : ;rd lit le < q p'e ment, s-' d< nan< doute si le docteur alla t 1 oiu complter 1 1 001 uN 1 a unt ai, s ( llu* lion. • ... l'a vue la rdaction l'" 1 lOQJOi rs a m. kl et 'eftoranl toujours d plaire, 1 ronta av< c on • moi • r; noye qu'elle 1 la len i| la Chambre des i pu'es un m gniiique dra duqUtl brodi avec -> > de '< Vr • 1 ps Lg slal I •> IIA loul comme l'enl >nl de Lim 1 I drape u n ojutS* irol. Il ne serait pas DI pre i ml que le voleur rne a ne ran< on avant de le lie. .. vod (| l'avec les modes se li (-!'• 1, il 1 1 toujours la> ile de disting er une dame d une deino ... la vu des ( lire de voiture devant le mag s n de John Woplley. Des amis qui station* I • oiis la galerie panrent I UD que c'tait une jeune fille, l'autre que c'tait une dame. Celait en tfiet une dame. On le sut quand on la vit taire, pour son fils, dont s'tait. san ( I durent croire qu'ils avaient plu. Hlas I une table ine, un jeune ollicu r de la qui taisait lace i la jeune liile, lui intima d'un K tsle dislle avait'assez dur. Docile, elle se leva et, au grand ahuris .ement des prenons amoureux, elle partit sans se retourner, an bras lu litote* oanl mal i ue son caaar. FORCESANT -JEUNESSI facllcmi ni <-i discrtement BU M GLANDOPHILE daa Lab. ORMOS PARIS NnlidQratulta et \'enlc liez f. SJOURN W. in eu. Porl-aa #i< aal •t autre Bonntl l'liann*flM trature i i rih : l'aulon i do 1 d am sortit lu ne 'e lui d '--ir, d puis^ qu p

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07001
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, May 13, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07001

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
;DlRKi;liiU
\b*. HUE AMERICAINE .13*
TELEPHONE N-2'242
Ne sois pas pi ouip
?irriter, car iu cot o
i tpo.so uans 1 | scinde
i i. SCI te.
I.'l A I I I -I \ '26 me ANNEE N 7069
i>
T \ in (H *rrn
NDH! DU \ :
Contribution aux travaux
de la sessionjgislative

f
On rapporte qu' une rcep-
tion o il se trouvait, Napolon
lu remarqua mie dame si ri-
chement habille qu'il ne put
l'empcher de s'enqurir de la
(trlune et de l'tat du mari de
celle, lemme.
Apprenant que celui-l tait
ui manufacturier de Ubac, I i-
tle lui vint aussitt de crer
Bu profit de l'Etat franais le
monopole sur cette industrie.
La lgislation qu'il prit n'a
pu vari depuis,dans son prin-
cipe. Seulement elle a d vo-
luer avec le sicle, gagner en
technicit, sinon en sollicitu-
de dont 1* dose ne saui'a toute-
fois dpasser celle qu'y mil
l'Empereur pour le planteur
aussi bien que pour la prcieuse
herbe. Il y est prescrit sur la
prparation des semences la
mthode du semis, la transplan-
tation, la culture, les rcoltes, le
matriel, l'outillage, la manu-
facture des diffrents produits
dont on lait usage et la vente
de ces produits.etc... Toutes ces
oprations lont places sous un
oonlrle svre et efficace de fa-
on empcher la frustration
de l'Elat et obtenir la meil-
leure quai,t pessible, une qua-
lit ne farietur pour les divers
articles. Si nous ajoutons que
chaque anne, les champs o
lasolane doit vgter sont cir-
conscrits un nombre dtermi-
n dheclares correspondant la
pruduclion-hmile que l'ut veut
atteindre, on se rendra compte
que rien n'est inoins libre, en
France, que la culture de l'her-
be Nicot.
Nos exemples venant de l'an-
cienne mliopo'e, il est heu-
reux que nous ayons obtenu le
rgime libre que nous a fait
noue lgislation sur la matire
dont les auteurs ont considr,
pour en tablir le principe, l'in-
trt de la collectivit autant
que celui du lise. Car ils au-
rtient pu se placer sous un autre
angle pour prtendre aussi a-
voir dtendu les meilleurs in-
trts du pays. Par exemple,
prohibant la culture, ils pour-
raient dire en avoir supput
une importation accrue du ta-
bac tranger, ce qui amenait
un rendement plus lev du
droit peru sur l'article. Kl ils
excipeiaienl de diffrents exem-
ples trouvs chez certains au-
tres peuples et bass sur ce
mme calcul.
Toutefois, c'est dans ce sys-
tme que les Etats-Unis, pays
producteurs et exportateurs de
tabacs, auraient t pu passe-
raient pour avoir t l'avariss.
Ils ont quelques bons produits
dj connus en Hati et d'autres
qu'ils y enverraient pour bn-
ficier largemtnt du dbouch
que nous offririons au com-
merce extrieur.
ta Mais je ne vais pas m'en ga-
ger dans une comparaison de la
valeur fiscale qu'aurait la pro-
hibition et de celle de notre ac
tuel rgime de libert,parce que
ce dernier nous offre l'avantage
d'une nouvelle source de reve-
nus qui n'a port aucun prju-
dice l'importation du tabac
tranger,partant au revenu coi -
relatif qu'en tire 1 Etat,
Donc ce qui tait clair lor
du choix de nos lgislateurs,
c'est qu on devait glaner dans
le terrain vierge pour arrondir
la fortune publique.Il y avait l
de l'argent raliser el sans
rien dranger par ailleurs.
Nous connaissons maintenant
les ennuis du Bureau des Con-
tributions indirectes.Nous avoni
! un auditeur attentif de l'im-
mense clameur passionne ei
intresse qui s'est leve con-
tre la lgislation initiatrice de
la taxe sur le tabac el ses pro-
duits manufacturs.Nous l'avons
vue rsister.celle lgislation aux
assauts formidables de celle ca-
bale dmoniaque. Elle s'esl
maintenue d'elle-mme pi ut 61
que par les mandataires du peu-
ple qui ne l'taient devenus, en
grande majorit, que pour avoir
sacr contre elle el promis de
la rapperler.Loin d'tre anan-
tie, elle n'est sortie modifie
(pie pour assurer une plus-va-
lue de droits d'accises, L'injuste
querelle laite la taxe fut vi-
dente el le surenchrissement
intervenu brisa la corde des
clameurs. Que voulez-vous, la
J manire loi le est la meilleure
pour faire taire les foules.
Toujours en ce qui esl de la
taxe dont nous nous occu-
pons, nous penson; qu'il y a
de la ma rge pour la f a i re
mieux garantir les intrts
du fisc. Pour atteindre ce but,
il sulfil que l'Elat soil moins
parcimonieux,qu'il assume tou-
tes les charges qui s'imposent
lui, celles de distribuer les en-
grais, de recommander les ter-
rains appropris, de surveiller
le semis, la plantation, de con-
Irler les rcolles, d'exercer, en
un mol, un vrai r de d'duca-
teur en apprenant aux planteurs
a planter l'herbe Nicot.Y vo-
vez-vous de vains soins? Non,
on doit toujours partir du con-
nu. Or,la production tant fixe
assez exactement au cours des
sus-dites oprations, en peut
dsormais savoir, quand ht ta-
xe aura l peiu, si toute la
rcolte s'est retrouve dans le
commerce, suppute, celte fois,
sous les diffrentes formes qu'on
utilise l'article dans le pays.
Que de gaspillages, que de
fraudes qui ne se sont perptrs
OU ne sont possibles que du lait
de la loi saisissant le tabac et
ses produits dans la venle seu-
lement. En mme temps que re-
mde y serait port, l'Etat au-
rait l'ace sa plus importante
mission par une lgislation de
progrs, parce que celle-ci aura
facon le plaideur ventuel de
j tabac. Car, l'heure actuelle,
rien n'importe plus que celle
mission ducalrice. C'est l'ele
menl humain de '"//.s dacs, de
toutes conditiona,au'il nous faut
mouler ou n mouler pour assu-
rer le sulut de la nation.
Li Docteur.
m SaVECfi \UUl>l.
BIS lo.\ l'LU.UOU
Dn Gingembre..; i.e eibmr de la Jamaque...
du Gingembre choisi.. les fruits les plus fins, les
armes |*>a puis fins, soigneusement m'
puis mis vieillir pendant b' mois, avant lou'e
adilion d'eaa et de sucre...
Voil ce qu'est CUcqujol |SEC... Gnreux ..
onctueux et.,. SEC comme ce CHU fa me ni.
Gotez du SEC. Tout Reul, il est dlicieux.
Mlangez-le avec votre boisson favorite et tous
verrez CE qu'il y ajoute.
SEC vous vien! dans de jolies bouteilles no-
tes scrupuleusement propres puis nie SI
C\Vca>x\ CVufa
EC
GINGEK AIE SUPREME
AGENTS
Mohr t. Laurin, P. O. 3ox M. Port-au-Prince.
iiya
vingt cinq ans
Le Matin,\U Mai l'J(J7.
LYCE PTION
Grandeur V r J. (.
' un l'n
I du L:
uni, don
\b'i
A i us cirons s ''< tes ueuz
programme de c lie imp ir-
tante crmonie qui aura
4 heures lirs-p < C de
laprcs-midi I e d r ..
; ' S IJ/Ji AUX BILLES D'iVORi
GRAND CAF MODERNE
(ANGLE RUE LAMARRE ET AVENUE JOHN BROWN)

f> -
Billards perfectionnes
Consommations varies et de choix
L'inauguratio \ decetefa-
blissemenl de Lotit premier
ordre aura lieu le samedi
14 mai courant, 6 lis. du
soir.
Cordi le invitation aux
amateui i aux amis.
PORT-AU-PHINCF, LE 11 MA11932.
CHOS
l
soulve l'application de la loi
sur l'alcool et le tabac, et
d'entendre les dolances des
intresss.
s Les Secrtaires dEtat
-La Chambrera vot^ne ; dont ces questions relvent
motion du dput Piou, par ont toitle dpo:.'*
laquelle elle met le voeu que reau de la Chambre de p.o-
i .-. ---------- - jets de loi relatifs a l'orga-
nisation des services hatia-
oiss : Direction gnrale des
travaux publics, Production
Agricole et Enseignement Ru-
ral, Service d'Hygine.
- Un projet de loi sanc-
tionnant une convention pas
se entre l'Etat et l'expert en
coion Dr Barker a ete dpos
bureau de la Cbam-
ic gouvernement prenne, le
I lus lot .possible, l'initiative
des mesures qui permettront
le dpart de nos ath'tes Ca-
tor et Ttieard pour les jeux
'olympiques.
bur la proposition du
dput Denizard, la Chambre
* toi me une commission de
lvision ou code rural. L.et revisiou s'impose tt permettra i
de remplacer Us dispositions \bie. ._,,,,,.
dmles de notre code rural. t""",| "1 *
- La Chamb.e a lorm que le Prsident Jmcent de
une cu,n,i,s.oii cha i gee core 1 aviateur Lon, Dsir
feiem.ner les o.rhcuites que* Pans au coursde la letelhe
trole de samedi soir. Il s in-
gre que la crmonir de :
dcoration ait lieu au Pal
Natioaal ou l'arodrome
do Font Houge.Mai* cet a*
droiue est un tablissent
tranger...
L'Apnel dit : cLr cal:
a toutes les raisons de ta
un geste pour laisser an Ch l
de l'Etat le soin de soriei -
ter... a
Hatinna a mis point
son appareil. Dimanche, su
son cran, le film par!
^'Etrangre , tire <\o
min d'Alexandre Du n**,s
graooe artiste Elvira Fo
ptsco et Jim (jerard.
Le Presidi nt du i
hatien a adress un tl-
gramme de coudotance
Prsident du Seui Iran
l'occasion de la mo, ; d- M
Donner
--- Dans loui 1rs mili
Orf est d' c p l.i i
lion d'une i oie d'avi
de) it Lon !! teir Far! ; eu-
la d ctl m. On p< n e
'jii il ne peul y avoir 8UCU
mpchemeut d'aucun 01 d
' cel '.
a
UTfHEE PO JR ENFANTS
danl aux sollicitationsd<
familles et i i p r
:s de dimanche i\w\\
Madame Jane Verneuil, Ralp
dy, elc. oftrenl enc
;iprs-demain, .1 Cim -Vari I
une nouvelle matine, ;i
un progi amra i ; plus
chai une tl
fou rire qui lera la joie de
I
En Une gourde.
Ci ise
ministrielle
La cri lar-
produite :
remis leur dni ',
sidenl dv la i:c. M.
Vrinoenl leur a dem indc de
cou limier l'expdition d 's af-
faires courantes, en allendanl
de dsigner lei \ a urs.
Il ; bable que i I
iidenl procde tu s c 1 isul
lations politiqiK s a> ml
lorm nouveau mi
Ceci pourra prendre un ut
lain temps, tanl donn les
lenteurs don! la politique n
lueUe a l'accoutuiaauce. Un
rappellera que la crise
d'o i si sorti le cabinel qui
vienl de tomber avail dur
1 pi jours. La situation lanl
cette lois-ci plus compliqu).
on peul eu induire que la d-
cision viendra aussi lente
menl, sinon plus.
D'autre part, on 1 ite d< s
noms d'hommes politiques
connus, el .'inssi d'hommes qui
le sol 1res peu, pour le pro
ch tin ministre, m peul s'at-
tendre ii loulcs les coinbi 11
"lis. Toui esl possible dans
la dliquescence au milieu
des incertitude > de l'heure.
FUITES NISIES
DOYEN ?
Exemple vivant de l'lvation
dmocratique mthodique, il si
sorti de .son village pour arrivei
ux plus hauts sommets, orne-
menl h lois du barreau, d
parlement, de la magistralur .
I h lires, 11 ce ;i, ce qui
mpte le i*1; s, iaoi I i
en chemin une parcelle d .s
modestie, l mme qui \\ m
die de diri : (>i/ > non as<
dam '.'
il est vr. 1 i\ j
tou|u 1rs SU 1 premier de ce
vitl 1 dro.t de nastanc .
car n hrita son nom de la p 1
e gloire administrative lont
le paya ds
idance. Paraphrasant e
le mol clbra : J ai d
ic le premier dans un village
que le second Rome , ce pre-
iint 1 d'ins sou rilhge n
d'tra, partout dana Kome, 1
parmi les j
U tait tout jeune et encore
dans les dbuta da su carrire
jandiqua Un que, i l'occaa
<\ un aenaatioanel procs p
tico Qaanciar,. 1 ..-,, rai bn d
bai les complicil

; matiques, il
lid le r doutabie honneur
non. Ile u .
tturs, les 'Ai l,ar.
reau portait ;SSi,
un peu plus lar , un
mine lt porla-l il a la m-
ion mme de notre magis-

... n vu 'dans une solo de la
escamoter une
ail on d'un grand n i -
> avait rr 4
; c Docih |'i-
'c lire : M< mit* a >a
langue!Une jolie i ngoe rtut
toi, 11 q 1 dod mdira dli*
cieusement. Puis l'homme <)
l". ri lui prit !" p u Et 'out
l 1 : dant la course. Un Iroi
i u ( da
. liai : ;rd lit le < q p'e
ment, s-' d< nan<
doute si le docteur
, alla t 1 oiu complter 1 1 001 uN
1 a unt ai,s( llu*
lion.

... l'a vue la rdaction l'"
1 lOQJOi rs a m. kl et
'eftoranl toujours d plaire,
1 ronta av< c on moi r; -
noye qu'elle 1 la
leni| la Chambre des
i pu'es un m gniiique dra
duqUtl
brodi avec -> > de
'< Vr 1 ps Lg slal I > IIA-
loul comme l'enl >nl de
Lim 1 I drape u n ojutS*
irol. Il ne serait pas
di pre i ml que le voleur r-
ne a ne ran< on avant de le
lie.

.. vod (| l'avec les modes se -
li (-!' 1, il 1 1 toujours la-
> ile de disting er une dame
d une deino
... la vu des ( lire de voiture
devant le mag s n de John
Woplley. Des amis qui station*
I oiis la galerie panrent
I UD que c'tait une jeune fille,
l'autre que c'tait une dame.
Celait en tfiet une dame. On
le sut quand on la vit taire,
pour son fils, dont s'tait. san doute, l'anniversaire, l'acquisi-
tion d'une bicyclette dernier
modle.
*
* e
.. les a vus deux, une ta-
ble de i Htel Anso'iia, riva-
lisant de galanterie l'adresse
d'une genl Ile demoiselle in.fi
ts leur table. Crnm et gii-
\, puis du Lola, de l'ani-
; ils lii enl royah m-i.t le*
i > ( I durent croire qu'ils
avaient plu. HlasI une table
ine, un jeune ollicu r de la
. qui taisait lace i la jeune
liile, lui intima d'un Ktsle dis-
lle avait'assez du-
r. Docile, elle se leva et, au
grand ahuris .ement des pre-
nons amoureux, elle partit sans
se retourner, an bras lu litote*
oanl mal i ue son caaar.
FORCE-
SANT -JEUNESSI
facllcmi ni <-i discrtement bu M
GLANDOPHILE
daa Lab. ORMOS PARIS
Nnlid- Qratulta et \'enlc liez
f. SJOURN W. in eu. Porl-aa#i t autre Bonntl l'liann*flM
trature i i rih : l'aulon i do1 d
am sortit lu ne 'e lui d '--i-
r, d puis^ qu p Ition : Doti
'1 lu I pi lau'o-
lii I maa acc 1 une
ne pr ure;
lr , u eecom 'e, ri 'fs
ami ai, nos l g lime Ion-
gvit. Innombrabl 1 ils sont,
al s ssi de tous les
. 1! lous les ux, de
les cultures une torce
les unit h i.
la -n rigidit
1 ncuna la disent
u 1 1 une
1 un a
1 la g;; sea
renv- 1 ici tant
r l"B
hommes en 1 de
Sphinx,
(, DIPE )
i
.


il.
13 Ma: 1K!
adou i ru
l'Aiil-L UN VRA
INSIGNIFIANT.
S
' T
UN I.IX
LUX
.^ >ON 1*1 !'" '-'.n E
Dl I K.AIIM1 N I l'A'.FI Ml
'Zf'..".
Chagrin Lundi J Joie Mercredi
Plus d BONHEUR
quand le* dents devien-
nent Plus Blanches
de 3 Nuances
MOHH & LAL'RIN, P. O. BOX M*. Di i buetara
RueKorx et du Centre, Port-au-Princ .
LA iESSE FUNEBRE EN 1 Propos
L'HONNEUR OU P.IESI-
LJENT DQUMER
huniides
eit 3 Jours. La "3ouche Bactrienne" disparait.
DE
(l'est hier jeu li, jour des tu-
nraillea de S. E. M. Paul Dou-
raer, que fui (liante*, la Ca-
thdrale sur l'initiative de la
1. jation le France,la m e de
i-e [uiem pour le repos de l'me
au regrett chef d'Etat franais.
Ds Sheures30, un bataillon de
\d Garde d'Hati, musique en
tte, Tenait se ranger devant
l'esplanade de la Cathdrale.
Quelques instants aprs.arrivait
S. E.Ie Prstdcil de lu Rpubli-
que, ace i npagn de ses Secr-
taires d'Etal et de quel mes olfi-
ciers de sa Maison Militaire. Il
est reu au seuil i {lise par
S. I.. M.Ferdinand W iet, minis-
tre de I raiu e, [ls vont dans le
chur oc< uper leurs places res-
pecti\ es.
i. [lise est li ndue de noir.
Le cal i laque esl i ei ouvert du
drapeau franais, ro il autoui
sent sous la clart tincelanta
des b "i ;ies. La ..... s cl-
bi e i le Rvrend Pre Ri
cliant avec comme diacre le
Pre i Relie, et comme sous-
diacre I abb Qualo, L'assistan-
ce, trs nombreuse el recueillie,
emplit Loutes les pai lies de l'i -
glise. On remarque les repr-
sentant du barreau, d la pres-
se, les corna diplomatiqu -
co isulaire, S. I Mgr Conun, le
i h mu n Hubert.le Pre Christ.
I es coles avaienl envoy des
dlgations d'lres : SI Louis
de Gonzague, les Soeurs de St-
Joseph. les Surs de sir R
le Lima. Avanl et aprs la c-
rmonie, des coups de canon, s
reprises, turent lues n Porl
National. Et, l'issue de l.i c-
rmonie, tandis que M ;r Co-
nan donnait l'absoute, la musi-
que du Palais, sous la direction
du lieutenanl Luc Jn-Bapliste,
excuta une marche Innhre.
Puis, la i remonietant lei mi-
ne, s. I.. Mr Vincent, toujours
accompagn de M. w iet, i -
gna la sortie mi le bataillon de
la Garde d'Hati leur re idil le .
honneurs. Aprs que Mr Wiel
et le Prsident eurent chang
quelques brefs eomplimenls, il-
regagnrent leurs voilures,et ls
toul lentement se dispersa au
son de
l-'.n soini
L'homme le plus riche su monde
est M.Haschirvmon Mitsui, sujet de
Sa Toute Puissante Majest tel impi-
rs Millnaire du Soleil Levant. Il est
tii itierde s:i fortune comme lu nom
pi'ii porte.L'un el l'antre remontera
.i plusieurs sicles, depuis que ce
nom existe dans les annales japo-l
n ai ses et la richesse de la famille
qui le porte. Aussi l'actuel Mitsui a
,u dire : Nos anctres nous ont
rendu si riches que nous ne pouvons
plus l'aire une mauvaise affaire.Pa-
role orgueilleuse qu'il pondus par
un RHUM s H I lli. CACHET U'OR,
sa boisson prfre et, la yrit,
digne de l'homme le plus n-
'u mon,!'.
DENTS TERNES, laids,
iiinltrfi et c^'^'", nuisent 1
beaut, la an" e t ou Ix
ont !u foi r-.mlsive et bit
ble. Ce ont le microbe dont.
ftttf-e la 'Kiuche qui sont cause dl
condition connue sous le nom de:
"Boviche Bactrienne." ZIei!reuemer.t
la Kolyno e charge d'y remdier.
Let riultots ont turprenanti.
Suivez U '". hode KolynwBrom
che pendnnt 3 j illfl un centimtre
ur une brosse tche le matin et le eoir
Regardez alcrs vesdento -elles Mot
devenuei trois nuance plus blanche.
Aussitt que la Kclyr.o pntre
dans la bouche, on la ent mouer
dan chacune de cavit, fusures et
fente. Les microbe, cause de dco-
. et de la carie, sont vite tu,
les aejde sont neutralis, le dent
nettoye et remise en leur parfait
e blancheur naturelle, sans tr
endommage.
Pour avoir de dent plus blanche,
plu oines, et des gencive ferme et
I, ne tardez plu a employer 1*
Kolyno.
LA CREME DENTIFRICE
Antiseptique.
tranger
DDI AUX PESSIMISTES.
12 Mai 1932.
i
Le prix de la
Gazoline
Berlin.
Br -enig a
ch-dij ne
Depuis quelques jours, le
piix di- la gazoline semble
subir, Port-au-Fiince, de
(luctuations, avec ten-
dance a la baisse, a certaines
pompes, li' pris est '26 cis.
undis qu' d autres la gazo se dbite 25 cts, D'a-
. i enseignements que
UOUS avons p i obtenir, celte
rsulterait de l'entrer
>ui le ni.uche J une nouvelle
essence bues. qui serait
Uperieure aux autres et de
meilleur march.
i pii\ du march tran-
ger tant toujours tics bas et
la gazoline russe se vendant
louiours a bie o meilleur
march, pourquoi les pou-
vous publics uc s intresse'
raient-ils pas la ques-
tion en fixant un prix eu pro-
portioa des marches elrau-
gers ?
l'our noire part, nous affir-
mons ci ne la gazoline peut
tre dbite Uctlemeu a 2u
itimes le gallon eu .ais-
sant de beaux bni lices aux
ipagnics ct.iol.es eu i Lai i.
Quand ou pense que dis
milliers de gallons sont cou
somms chaque jour l'on
au-Priuce seulemc ni !
Le Chancelier
dclar an Reti-
r p ndant a une
Pdemande couceruant les r-
parations: Il est incon :eva-
b'e .j e I Allemagne soit ja-
mais capable de raliser ces
paiements. La division des
Nations en dbiteurs et cran-
ciers doit cesser en vue d'el-
tectuer la coopration inter-
nationale .

Le Prsident Hoover a en-
voy au Congrs son veto
sur le Tari! des Dmocrates.
Le Gouvernement Anglais
projette de communiquer
avec la Russie sovitique
l'gard d'un article para dans
une publication communiste,
dfendant une insurrection
arme daus l'Inde.
Le
pour
Prix annuel de Home
l'Architt dure a ete d-
cerne celte anne Georges
Nelton de liai.lord. (Gmuec
ticut ).
i
la musique du Palais, j
ie, grandiose el mou- j
vante crmonie i le peuple j
hatien oui l'occasion de mani- j
Osier, une fois de plus, son at-
tachement la France.
Anse--Veau
L'actif et distingu commer-
ant, Mr Flix Patlliro, actu
lement Prsident de la Commis-
mou Communale, dploie toute
non nergie pour assainir et em -
belhr la Ville ot prend toutes le
mesures ncessaires on vue ds
relever le commerce et l'ag i
culture dans toule l'tendue
la Commune.
Aussi, en prsence de si loua
blos ello ls, souhuilel on que
Mr Flix l'adhre passe encore
quelque temps a la direction d?
'm Commune afin qu il
1 ouvre qn'il vient d'tntai
avec tant de matrise.
Le Docteur A Mathurii qui
dirigeait le D vient
l'tre relev.so grand r'gret de
SecreUirerie d'Etat de liotrioor
AVIS
Conformment l'article i(
il est port la connaissance
du public qu' partir de la
publication du prsent avis,
la saccharine est aj ttes a la
liste des produits narcotiques
chimiq 'es ou toxiques pour
oui a trait a l'importation,
a I exportation de ce produit.
En cons iuence.ee pro lui!
ne pourra tre import ou
export sans une autorisation
pralable obteuue selon le
mode pi escrit par 1 article 1er
de la loi plus haut cit ; la
vente pour des lins mdica-
les ne se fera pas sans la
prescription d'un mdecin
Ncrologie
D'aprs un cblogramme
reu de Frunkfori (Atletua
gne ), Air et Aime Andr Alo-
risset et famille ont la dou
'leur de nous faire part de la
mort de leur regrette
Mine Karl Otto Bischoff,
nec
Marie Agns Anna Morisse
Sincres c uiuolanccs,
ne v?gue de pessimis ne en
?ahit acuellemrnl l'Angleterre.
Le chmage, les ddHcults li
nancire*, l'Irlande en 60 t la
cause.
Pour combittre cette crise de
la confiance, un club, le Mill
hank Old Boj's Club", tu! dis-
tribuer des tracts o on peut
lire :
William Prtl a dit : Il n'y
i autour de nous que ruine el
dspspo'r ".
Welling'on. s la veille de sa
mort, remercia llieu de lui
pargner ' le spec! icle de la
ruine de notre monde qui va
s'accomplir ".
Disrai i dclaia : Il n'y a
plus d'espoir,ni dans l'industrie,
ui uans l.' coaimerce, ni dans
I'. griculture ".
Lord Shalle.^bmv proclama :
" Bien ne peut sauver l'Empire
bri'annique de la ruine ".
Aprs avoir rapport ers opi
r.ions empiunt.s diverses
poques, le rdacteur ajoute
cette conclusion destine pr
ch i 1 nptimisms :
Eh D'en ils se sonl tous
i omps.
* Ri

I

dtt de la
FMXJUSr
-. l'ARIS (IB"!
-'ir.NOUVELA'BUM
coalisa
III MO!
. I ."I.
"laln
U mtltr
' B ^^s
ii i>rii.Wartf
'oTnuflp.
1-enul

RElI; 3
,rr-
W^ ,-
r-J ii,r
S"'" :' <>,.Int-ntm
tifliovw pyi *Rrtuiu.-Ecriri
S0C1K11 FRANAIS!. *"
tl. Ru <(u I ub^Sl-Ucuit, PARIS
Fleurs! Fleurs!
O i ni vrra ch-x ^ I Ti
ug ti > Ras de
1 hose, des fleurs, QOliro nts,
corbeilles de fleurs naturelles,
ete, bon march.
GRATIS..
t^e Hisip< ->sr"re ^.un
pointa pou-.- convertir soirs siTi#
Parker Duofald de poche en plume
il? burtaa Oetnantlez-la voire dis*
iribulear.
gn renie dans les bons magasin,
larker
Vuofoldm
La p urne qui :nt lacdsia.-m m %J ty
MOHR* LAUhlN DisTRiiuTEiis
P.O. Box MwPoRT-Ae-l'Rixca.
Cin-Taldij
el som
Le grand e benu fil n
Le PassagcM*
a- ec le merveilleux act-nr Charlee Vanl
Entre : 1,00; B.lcon : *i,00
L'Evneme,i tant
1)1 vANCHE 15 MAI
atte' du et dsir* 1 Haitiaha
P't mier film parlant :
prsenlrra >oa
d'aprs la clbre pe d'Alex nd Duma< avec Elvire Popesco,
Ftrnand F b>e. Jea Ge'Hlr1, Maxudian.
Entie : 4, S 6 ffourdee
N.B. On dbutera par un Ecl ir Jou-nal Soiore el Parlant.
Une aubai
ne auoaine
Pour permettre ioul le mn'de de voir la j die
tante lrnp:iie :
pro ludion par-
LA NUIT VST A NOUS
pour la dernire
Entre
f'Im ers 11 donn
DIMANCHE
derne loi-., d am 're r.'o.irn
iminedialeint nt.
: 1 t 2 ^ourdf-s euh ment.
L'ABOLITION 00 SERMENT
D'ALLGEANCE DEVANT LE DAIL
Dub in.
a v ie en p
la anppressio
d'allgeance
brita i.i |ue.
Le serment
dans le tmit :
cambre 1921,
constitution q
lande un mem
e Dail Eireann
1re Ictute
du serai ni
Couronne
s mention ie
'. gn le I d-
dlinissant la
i dclare l'Ir-
>rr ibro e in
dpendant du co nmonvrealtb
britannique des lions, s -
a*dira do l'osa hni
u
''autre p-*rl, les adver^ai
res de M do Talera disent
que le serment d'allgoince
laii partie intgrantedu trsit
et ?;e peut tre sb >li sens le
consentement la lois de la
Grande-Bretagne et de l'ir-
bmde.
starr ie
du Nez ou
de la orfje
Mettre Vicks data
le nez ou le faire
fo-idre di ns l'eau
chaudect l'inhaler.
VICKS
VAPO Rub
Pourlbut Refroidissement
-f
POUR LA SANT DES
ECOLIERS FAIBLES El DEBILES
Ce dernier trimestre de
l'anne scolaire a tait repren-
dre l'Association des Dames
hatiennes pour les colonies
scolaires de v.icanccs loutei
ses activits. Dj plus dt
dix Matres et Matresses d'-
cole ont reu des flehes de
recrutement d'une ctbts ne
d'lves propres bnficier
\ V. I I I I -------------------
enlio pour son usage a des vantages de sant ahy-
us industrielles, la vente ne s,clue f[ orale qu'ofire '
Toutes les Polices
DE LA
TOiiniiin.. ..ft
4

SI
4
rra se taire sans l'autori- sof11'110 -ans ses colonies.
on pralable du Service' Les d:uucs lona-ulrices don-
National d'H e et d'As- n.eat "n vigoureuse impul-J
siatance l .e. 0B ;1 K'l;r ut'- fi^'' va
bientt avoir des filiales dans
'""*-------les autres villes du pays, j
elopp#ni .:e .
P
Icomprennent la Protection contrela si
Foudre sans auqmentation de tauxj
Eug.le Bossfi
ints Gnraux


.L 3
i!lrciiniiK *t uniTcrselle a gard, sa premire place
eaindif partout :
UN BAUBANCOUfl
l : Rue Ce
HENRY STAHK
UEriU m, EN FACE DE L* MUE
tutti tilrt dt toutes dimensions ponr vitrinet et en
tidrements.
Utrm spciale! pour autos
Um ordiniires 1/4 pouce Jaiiiseur pour tutos et comp-
toir!. r
Urand choix d~ Mulu tt p. ortadn
/. \a roison rpt-e tutti '.*/aairairs (tabs.
UBUI1 ..
ftiEbSE DE fcCbl LE LAN

Uonsieur Lysimaque La-
bissire fait chanter, le lundi
2,1 mii courant, Ste Anne,
a 6 "heures du matin, une
messe solennelle de Requiem
la mmoire de son pouse,
net Acphie Jolieu.
Le j>i r.seiii avis lient ieu
d'inTiiat or.
Port-a u Prince, le 9 mal 1932
( LIGNE COLOMBIENNE ) '
Tlphone N* 2323
Le v. peur Bogota > Yov.
100, de retour des porte du
Sud, ser. i i le H courant,
jeu route pour St-Mere, Cap-
; Ha ien ci New \ o k.
HEfllE UpSE&PIllSffi FRANCAISL
RICHARD PETERS, Frop
UIArlP DEMARS.X* 1217.
LA SEULE BOULANGERIE EUROPENNE EN HATI
SPECIALITES DE PAINS POUR SANDWICH, PAINS FLL1TK
ET PAINS I0ULES, PAIMS NOIRS, PAINS COIPLES ET
PATISSERIE FINE, PTS. VOLAUVENT. TOURTES. '
SOINS ET PROMPTIIUIE.
Tlphone: N 2069.
La maison na dus de
Avis
o
La Ton. : lai rage
I lectiique des ville deP
tu-Piinc< et : ; l p-Hail i n
tcci rd* un dlai fi mata ni le
16 mai lf32d tous si s abon-
1 es en \, tar payer
I' urt h irdeteeus; patte cette
d.^le, le courant sera sup-
prim i la somme de un dol-
lar rclame pour la rec.v-
ii( cl on.
Port au. rince.lefl mai 1932
La DiatcriN
ECOLES DES INFIRMIRES
Le r \
01 venant directcrntnl
lNe*r-^ atteniu
j 17 crt, continuera I nu
jour pour les port* col m-
. Crisl b I, y il Zone,
n et New-Yo *.
Le manifeste de ce ntv
est i ',) dit-
itien des i dans nos
bureaux sis an. ;>.,
Destcuchet r iu>.
William E. H LEO,
Agent
succursale.
A vendre
Un i^u de raeubl. sdegde-
rie, i pices, sige reeeorL
ri une glacire de 0 livrea
de capacit. Le lout en perlait
tat.
Tlphoner entre 11 h n m. el
1 h.p.m.le Major P A.CAPP.ON.
U. S. Marine Corps, Hue 5,
Avem.e Q, au numro de t-
lphone tdu Marine Corps
104-2.
PASTILLES
MIRATOW
}*! nlturtl. . CMATtL-OUY<
"^"iii miifcw.i m
iotfA.
M- lia l !- Smith, lve
l'cp'e des I ifl meus, a eu
pux rj ni, ps (ie (j i rf'tades de
" V n r (! r i- 's la no e
'-6 1/5 */0 I li aureal t sa
io
I-'AI ; n<. I on m<
s i ; ri ; ,, en\o-
y un i n i Meih m h.
Nos (l'cilal i .
IC
Le steamer \\ -oi i e*t
attendu Port-au Pi ince,Te-
nant de New-York le dimai
che \ mai 11 12, avec : 7
rs, 17 sa : irr
pondanceet partira dans t'a-
prs-mi 'i du m ne jour di-
rectement pour Ci i-lobai, C.
ie, prenani trt, maile et
o.isso^ers.
Port-au-Prince, le 11 mai
I9d2.
Jai n (.VAX REED
Ag( ; i Gni al
La farine BATBAS sl /-
brionc: nourles b(>ulan~crs
'uss.
Elle c< ie quelques centi-
mes seulement plus chre
que les autres marques,
mais le rendement quelle
donne est sans pareil.
Avez-nous dj Ira vaille
Bat'Bas?
Eh bien f passez chez les
commerants suivants :
ED.ESTEc II C
A.DEIAITEISM'
JEAN ASSAB

c
P. BAUDIiN
i
-' A
J
El. GERMAIN
Victor Gastel
INGENIEUR ELECTRICIEN
Employ a \* Compagnie
Utetrique de 1909 192K
O"'? ses service! pour ins
lallations d'ciairape,tle mo-
teurs, rparations de ventila*
leurs, fer* repaJter. delcot
etc., aux intresss de Part- <
an-Prince et desautres villes j
le la Rpublique.
Adresse: Hue des j'.'iraclas
No 121, ct de !a Bsnqnc
Nationale.
Aisorez-Tous contr accident
i 1 tGeneral Accident Fira A.
Bile Aaaurance Corporation Li
Lited, Vve F. Bern'ingham
Afait G^nfVral conr Hadi.
La Banque Royale
* du Canada
Remerciements
Dsieor P te el ses
. ; ; ,\rr
ndfvld les
an is t: ni de l'Arrondissement
< s i itt-.p x une des autres
villes de la Rpublique qui
leur ont donn d< s marqu
'entes de sy m pal
a iou de la perte doul >u
dise (]>"!I ontpi on- V ri ma !
persom e de leur mre el
ente, dc li e le 5 avril
ni, :i K) heures du soir.
y a dame Emilie Franois, les
mercienl l!( sinrremenl
t les prient tonde gratitude.
Poil Piment, 20 avril 1932
EN L'HONNEUR DU PRSIDENT
JER
Mr Panl Donmer i <-t pi'
B'denl de l'Allian c Iranaise.Li
Comi' hatien de l'Alliance or-
cominmi ration l
nbre en ion honneur.
C'est une noble pense.
A A
BLAfKwrrr, MIUINO
& ru:\ \ion < <).
Kansili ii>. Mo.
A. BOLTE
Achetez-la avec confiance!
Travaillez-la avec orgueil !
C. L. VERRET
TAILI
1 i. h lli /-> in
et distinction, en vous adi
^ant la Maison
C. L Vci-ret
Rue 1 raversir, y llh
iinage tir la Douane.pre$q
fticc il ii ;- ->ra
FHtei Sea Vie* '
i une df s plu' ai
la place qui a con
bon n nom.
On y troi V( le lus
soif , coupe i i la
di > nire mo le an
gloite.
S| .-s : Hi l vtt-
m ul i de e
Paix Meor.it.
L'tNCAISSE-OH DE LA BANQUE
DE FRANCE IEPASSE
./? IILLIAROS
Pai is. Le l>i'an liahdo. i
madaire de lt B.rqi e de '
ind ;oe une au^men-
ii de 166 minions de
lois li nctiite or (|"i
m ni maintenant le ch ftie
. 7.065 millions de liants.
lation li lociaire a
i diminu : elle est de 81 $11
millions,
, GRAVE ACCIDENT EN CORSE
rse - Le plalonJ
'n i alaia de justice s'ekt
i In ;i retir de* de-
uinxe mortt dont
le btonnier.
t*9*rs+Mm aaoi u
Insurance Co
Une des,) plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANGE
tur la VIE
EUG. L BOSSfi & Co
Aaents Gnraux
LE FAIT EST INCONTESTABLE
K fi 11 111 8
C'est la quintessence des meilleure*
varits de cannes d'un vaste lerriloirei
runissant les mcillei- ienoirt
C'est ce qui Util son'aiine.
COUTEZ ET O
i


t
ta
Vendredi
13 Mai 1932
Le iiiaiiti
t
4 A \SS
& 7eS>
Port-an-Prince
Tlpaoat : 2244
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Life
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
Ratilal Crntril haMn
Accidents
LA LAITERIE BAILE
Voulez-vous
9 rn-i 1UJ5
ans,
it yas'ei or 'io:i aal ? obraaas le
+
Uir la .GENER \\* 8 est une des ! s li ita itei I des .
:?e et genre. Le sel se couch j < nais sur soi champ d'
ses Police* contre Incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la toaoi
Ses Polices pour Automobiles couvrent vois, inceadie, malveillance, doramafei
cass autrui dans sa personne ou dans sea biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses bra ichea -l'Europe sont payables < Hs
Ses Polices contre accidenta sont valables dans l'univers entier. Tous lee vova-
*rs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accidents,
d'au moins 4000 dollars, lu .prime annuelle n'tant que de 1/2 / eolt20doUan U -
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
(Roger Jeandaptistt, 5
Grand'Rue; Luxation des oa du
cou de pied et rup'ure tendi-
neuse.
Lucilia Alexandre, 20 ans, I
Pont-Rouge. Blessure contuse I
de la | .uiij loiie l/J uioytn |
mors re h imai le l'omop i
c droit et tonus on du ri
Tenu du sou'cil d:oi .
Jolicoi ir Lsclerc, 10 ana, u
con uf d
SOUS AGENTS
Agent Gni ?l pour Hati.
Port-au-Prince. 1G. 6ILG
JlAN BLANCHETJrm;a
PUBLIEZ PIS OE FIE UN PETIT TOUR A !$KffpBE
TERRACE-GARDEN j Avis
Chez W. KAHL
Petionville
.'S Martin Biessura
> la lvr fine.
Elise (>'/. me. t ans. ven
Magloire Ambroise. Contusio
lgre de la rgion lessir*
droit".
Louis Lubin. 40 ans, Croix
des Bo sales. Cearnaton du cou
de pifd gmehs et rosion dtt
gros orteil gauohf.
Alcm Anatil.28 ans. Bel-Air;
Blessure contuse du gros orlei
gauch.
Luma Germain, 20 ana, ru
de la Rvolution. Blessure cen
iue de la lvre infrieure.
Adlade Joseph 2 an?,
Grand Rue. Brlure du pie
droit et de l'paule gauche (lios
pitahse)
.uc Bobelin, 16 ans, Maiso
Irale. Blessure contuse d<
Orteil gauche.
Anita Augustin,Trouin Sho< k
traumatique( hospitalise ).
Uranie Kogrr, 20 ans, Dos du
Cimetire. Tentative d'empoi
sonnement (hospitalise ).
"Livraison propre, eygini-'|
que, en bouteilles aerm.i;, Russir dans vos tudes uo
3ument cachetes, *brl taire russir vos entant^ grce
e touta falsification. 11 UDe mthode d'enseignc-
Transport tait en rfrigra- BCQt classique excellente?
teurs roues. VOITI F7 VOrK
1313, GrandRue. Port-en* >UULtz VOUS
prince. Une profession aprs 8 9
mois d'iudes srieuses (St
-Da tylo, Langues vivant
Co nutabUit)'
Songez que 1 Institut TIp-
PENtl VUER se recommanda
et s'impose votre attention
par les brillants resul'alsd-
ja obtenus.
l17Rue Lamarre.a
Tlphone 2891.
Il
m MTHODE CYTOPHYLACTIQUr*
OU PROFESSEUR P. DELBEV
DELBIASEl
Comprims aux tell halogne* d*
1 MAGNSIUM P
RNommandi dana las affrtions a la
PROSTATI I
PRVENTIF_du CANCER|
t, rut Vitltnnt, Piflil tavfat Phirmtlm q
HALLE A LOUER
Notez que...
Les plus grands problmes
politiques de I heure actuelle ne
peuvent tre rsolus, si, en es-
sayant de les rsoudre, on n'al-
lume pas une cigarette PALMA.
Moiti de la grande halle,
| sise Rue du Magasin de l'Etat,
ct de la maison Alfred
Cooke, rcemment occuri
par la Gendarmerie d'Hati.
S adresser Mlienry STARK'
Bue du Quai, en lace del
gare.
VI'M)
J
l.Ht pieds d'allUnde L'tablissement le plus IraisJe en
vireaa de Port-ar -Prince.
Seulement 15 mioules d'auto sur une excellente roule
nehalte. Vues merveilleuses le la ville el lu 1,-ort
|; tissons de toutes espces.
U.a
. i de permet
Arrangements particuliers pour les pensions de |our de (ouvriers,
vcsaaine ou de mois. ;. h.
CE OUI N'A JAMAIS FAIT
CE QUI HE PEUT TRE DPASSE
Kohi Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des conditions rigoureux
D'ASEPSIE
Prparation et Venie
NmigibF. SEJOURNE
Angle des rues houx el du Centre.
AVIS AU COMMERCE
Panama liai!road Steamsbip Line a l'avantage d'an-
ueaeer les dparts suivants de New Yoik pour port au -prince
HaiU, directement chaque m irdi. Tous les
peurvus de chambre Iriaori'nue
Bfrmrls de hew iorlt.
steamers sont
de s'ouvrir l'h
pital Saint Franeois de Sales,
avec le concours du Service
National d'Hygine et d As-
sistance Publique, une clini-
que|du soir sous l'appellation
de:
Dispensaire tpcial de vn
rlugie el de syphiligraphie >
Ce disi lie aux journaliers
domestiques, etc. )
atteints de ces sortes d'affec-
tions, de se faire soigner r-
gulirement saus lre oblig*
de ngliger leurs'occupatious
journalires. ,
Ce nouveau Service s'occupe
de taire las lavage s urthraox,
les pansements pciaua, le^
injections intra-veiutuses et
autres. Le fonctionnement de j
cette nouvelle ceuv e huraa^
nilaire et sociale est assur
par 110 mdecin chef assist
de deux aides mdecins el
d'une infirmire.
Les consultations se don-
nent dans une des sal'es de
Le Purgatif idal'
PILIEdlDEHAUT
U7, Rue du Faub. St-Dtm'$, Paris
Facile n prendre.
Ne nceMtant aucun prpart!?,
elle ne provoque jamais de dgot.
Supprimant la dite,
elle ne dbilite pas le malade.
N'exigeant pas Je repos a la chambra,
elle ne cause aucune perte de temps.
PU active que tous les similaires,
elle est, par consquent, moins chre.
DOSE
PURGATIVE, 2 k 3 Pllul
LAXATIVE, 1 P.lul. '
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
Sauvez
vos livres
Sauve vos iiv.es et col
lections en mauvais tat tn
les confiant aa rflieur cons-
l'hpital St.-Franois de Sales cienaienx, honnte et habile
de i heures U hres- 1/2 du Eyibkxe Camillb.Ruc Bonne-
1 Foi .
soir.
Sieaaaer tfiuenavenlura j It .'i mu 1931
StMsasr Ancon le 1" mal
Stasimer Guayaquil le 17 mai
Staaaner eCriatobal le 24 n.ai
J| "Bueaa veotura" le erjuln 1932
I "Ancon' le 7 juin
mer "Guayaquil" le 11 juin 1932
ttnert;"Cri8lobal' U 21 juin 1932
SCaaaaer 'Buenaven ura" le 28 juin
ftaaier "Ancon" le ii juillet 1932
teaaaer "Quayaquil- le 12 juillet
Arrivages Po t au-?rin$$.
le il mat li>32
le 15 mai 1M'2
le 211 usai 1132
le 29 mai 1932
7 juin 1012
le 12 juin 1932
1. 20 juin 19.12
1 20 juink 1932
le 4 juillet 1932
le 11 iuillet 1932
le 18 juillet 1932
Idal
A le plaisir d'annoncer a sa nombreuse Clientle que li
vente*de ses CHA FAUX te tai*. depuis le 4 janvier,
NJ 2027. GRANDRUF
en face de son srcial local.
Les Clientsy trouvexi t le mme accueil.
BON MARCHE. CLRIT, COURTOISIE.
Martinez, Marcelin & C
Panama Railroad Staampship Liue
JasH.CVANREED
agent Gnral
^MHMaaBfK> r* aMawsjsjsMrsaswsjsav^ sanassi
Lykes Brothers SS C Inc
' Taxas --Hait. Santo uomingo- Porto-Rico
Le seal service hebdomadaire el rgulier a passagre et
H$l.entre les ports du Golfe de Texas directement avec
Pont jui-t'rinet, fiai
Tour la rception rapide el le maniement habile de vos
imputations, servez roue touj un cls navires de ! LYKK
UNE.
Les prochaines arrives 0 iVrt-au-Prince sont*
ALIX ROY
30 annes de succs.
attention
Slcami r 1 Velma r yk<
Si iamer iC>< e I yl es
Sleamei lAlrai ria
Steamer Margarel I ykes
Steamer <.< Rulh Lvkesj
G mai 1932
i 1932
m a i ? I
27 mai 1932
3 juin 1912
trureia: Rue an Magasin dt l'tat. Boite t'ostaie U
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOLVhAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL OtFIANT TOUTE CONCURrtENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
tmmi ^s nu ma \m mi m
Loterie Nationale d'Hnti
4i Rua Bonne.Fol, Phon : 3358
La Loterie Nationuled'ffalti est
une institution hautement humanitaire par la multiplia1
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de N-
tre offerte aux hommes de toutes conditions de furlus*
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans. Salari
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans pad*
leur budget moyannant deux goud' s, peuvent gagner tro
mille gourdes. Patrons de Commerce.Chetsd'Indusficpa"
aux iusuflsances d<-s ventes, par l'achat d'un billet, qui vous
libre du souci des chances*
Mdecins Avocats. Ingnieurs. Snateurs, Dputs, Gras*
Dignitaires de l'Etat.Beprsentants de lintellectualil, Jour
alistes.
Donne l'exemple de voire so'idarit sociae.
Rentiers, capitalistes, comme en jouant, augmentez votre
aveir.
Vons tous qui habite Haifi, rend^-lui service rn rebe
int le billet del LOTERIE N\TIONALR D'HATI.
Laboratoire SJOUHNB
Dihf.ctors
F Sj lrm-:, Phar 1 n
H Skjoukm, Pn- e
M. Skjouhn, Ph.r ende l'uni Vf ra D ,efl
inttrei des Hpitaux di Pa v
Analyses des Urines, di. snc gastrqne du sang ( "'
manu Ure, Gonstaa rd, Glycmie).
Veesejsln'.s-. \JU na+*res lca4el.
:.erma


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM