<%BANNER%>







PAGE 1

"'\ \i IL NY A PAS DE MEILLEURE PUOTEi TION 1 00R LA SANT (JUE LA PROI El DU I iFEBl'OY ANTISEPTIQUE. LIFEBUOY LE s iVON DE . I SANTE posa MAIN, ri PUIS ET BAINS VIOIIR A LAI i IN. P. O. BOX M. — Qietribaetara RueKoux et du Centre, Fort au-Prince. LEGATION DE FRANCE I Quelques Conseils Le Minisire et F ance l'honneur de prier les Frantais, protgs franais et mis h s $e|(t „, j,.., h Neh polit ,. tuH'ri il de ia France et II urs la millet, da bien vouloir assister au e*rvice lunhre qui sera solennellement albr la Cathdrale de Port-an-Prince, le jeudi 12 mai lfJ2, 9 Us. prcises, pour le repos de l'me de SON EX. I AI : I ni MLK Prsident de la Rpublique train aise. Le chef de la police de lier lin a i.iii remettre aux chauffeur! de la ville un avis pori tant les s p constatations I suivantes, m ilheuieusemen' vraies dans tons les pays: 1. La conduite des vhicules moteur, si lourde. d [responsabilit, exige l'absten— Bon< pries de vouloir j Hou de tout usage de boisl> n prendre place: 1rs Di\ sons alcooliques durant et ai i ta ires il ronclim naires Hiltiens ci Etrangers dans les uunifs du chœur leur y tant f (nralement rserves dans es crmonies olBc (lies la j n'est Cathdrale, et 1rs Dames, les M'iubres des Coloi ies Francs se et Syrienne et les Nota blUts Hatiennes < t Etrangres dans les sept premires ru iges de bancs dans la nef gauche <>u *j droite. Autour de l'arrestation de Mr.Leuba MonsUur Arthur l.euba dont, il i/ u dj quelque temps, nous annoncions l'arre&tutfon, nous crit de Suisse pour dmentir l'information. Nous en sommes heureua pour Monsieur l.euba. m lis ruais croyons devoir lui fiire remarquer que nous nous 'ions simplement /ail Tcho d'une nouvelle rpandue pur la grande presse parisienne, cl qttau surplus, prsente dans un organe aussi modeste que le n ire, sa rectification risque de n'avoir pue la diffusiou dsirable, et de ne lunetier qu'un nombre limite de le, leurs. Voici la lettre de .hr l.euba : ORDRE UNIVERSEL DU RITE de l'-lile Socit internationale humaine, avant ce travail. '2 Pour les conducteurs de ces vhicules la consommation de petites doses d'alcool pas u -si inoflensivr qu'on le croit ordinairement Elle rend 1 homme plus tmraire, plus insouciant, entraine une I digue prmature et un .'ill issement des puis sauces sensoi ielles, tous tac* leurs diminuant noire lacuite de juger et d'agir rapidement au moment du danger. J. Lu grand nombre des accidents de vhicules moteur l'explique par la consommation de doses d'alcool relativement modres. -L Des doses plus loi tes fi nissent pur provoquer l'bri t, avec tous les drglements propres cet lat. ."). In conducteur d'auto ou de motocyclette ne doit en aucun cas monter sur la ma chine s'il est pris de boisson. f>. Les accidents les pins graves ont lieu dans les tournes carseti rises par une trquen'.e consommation d'alcool, 7. Tout i lianfleur ayant un penchant l'alcool met en danger POP seulement la vie des personnes qui se confient lui, mais encore le hon'ieur de sa propre la m il le. Remerciements des Administration ( g, < I min ) ( haleta Chancellerie ( Chn< \k nrg )— Genve, (Suisse) le 17 Avril 1912. Monteur Clment M8gloire, directeur du journal Le Ht afin l'ori-au Prince Hati Monsieur le Dire* eur. Voire journal a t tromp. Je n'ai jamais t ai rt. I exact que j'ai tonde avec q %  ossamia l'Ordre Universel du Mrite Humain, il y a environ neut ans et qui compte actuel le ment trois mille membres rpsrtis dans tous les pays du inonde. Notre Ordre a eu n dtendre nergiquement les malheureux et les opprims el son activit en faveur de la race noire a t considrable; c'est vois dire que vos attaques sont injustes et regrettables tous les poinls de vue. Notre Ordre a l atli c,u par les odieux calvinistes genevois dont l'hypocrisie et la bassesse morale sont connues de partout. Des malfaiteurs du journalisme, comme il s'en rencontre dans Ions les pays, ont rpandu I. k;uu de m. u ejTeaialioa. C |ail i.i u i.\ IUI uiii u notre Ordre qui n'en coi pa* moi "aia Kraft a ime riehasae si iae % Hante, nnc bant lue TOUS [n'avez j.-tiaaii Irotnrri dans aictm Iraaiage. Vaos iiolerei la dillniee la premire •eteae. Il 7 a ua Irsmage irait •oir chaque goflt rto'i vatre picier. KRAFT CHEESE PAWLtT SALES IMI'OKAilM Distributeur Perlss-PriiM, Hati. /& AMB %aitStpUiM a* ciufla t elle musique qu'on y entend UP et les prient de croire leur j et qui vous change du jazz -•;,-.-._ ORATIS .. nvrf chaque parure :1c 'K.PMU — une pointe pour eonvertir voire stylo Parker DuofbM de poche en plume de bureau. De tvnd i rtdisInluteur. En vente dws 1rs bons magasin. *jrarke: Vuojbld. La plamc qui crit racdeiacni m %J \ MOIIR & LAWRIN DikiRiauisoRS V. 0. Box a MeP IRT-AB-PRIMCK. Cin-Taldii Cl SOIR Le grand film traraia ^Espionne aux Yeux Noirs (SUITE )J avec Mria Dalbiicni ei i-an Toulet. E itb au film : Le Fils de la Nuit ( SUITE) Entre i 0,W; Balcon : l.US. DEMAIN SOI H Le grand et beau film Le Passager • rie merveilleux rteur Charles Vano' Entie : 1.00; Balcon : 2,00 Echec de M. Gaillaux Nantes.— M. Joseph Caillaux, ancien ministre, et l'un des financiers les plu* expertsde Prance,a chsn dan; sa andidatnre la Chambre des reprsentants dans la troisime circnnscriptioi <\v Nantes. Cette circonscription av- t pendant longtemps la place forte de leu aVris'ide BriaUd et M. Caillaux Bvail abandonn le Snat pour se prsenter aux lections R*n raies nour un sige la Lh im bre, M. Caillaux se trouve ainsi maintenant sans mandat politique. Il a t battu par Armand Dutz.rpublicain de gauche, partisan du gou vernement. M. Heniy Pt, un dctqut* tra viceprsidents de la Chambre des dputs, a t rlu comme radical indpendant dans la 1re CU"CC*"i*rip tion d.i Ile ariondissement. M.Henri Frank linHou il lot-, qui s'est teujours oppos la politi me (I leu VI. Rriand, a t rlu dans la Ire circonscription de Pontoiae 'est comme prsident de la com mission des affaires trangres de la (Ihaubre.'iu'il a inspir les critiques de la confrence de la paix. la fin de la grande guerre en 1119. L'abb Jean Degrangs prtre catholique romain, ;. t rlu l une de la ln circonscription de Vannes comme indpendant. M Alfred Oherk'rch.ancie ministre, dmocrate rpualica'"n,a t rlu pour Slestat, malgr l'opposition de M. Ren lauss qui siger if dans la dernre Ch mbre pour ('olmar, vdle hlstoique du Haut Rhin. M. Hausse avait quille Colmar pour se prsent! f Llestat. Le Monde NAISSANCE. — Mr et Mme l'hdippe Brun font part leurs amis de la uaissance de leur fils Philippe T D'ALBERT T La radio a transmis la nou. yeile de la mort de Albert 2/lonws.ancien dput socialiste franais, et prsident du Bureau International du Travail. M. Albert Thomas, ancien ministre de l'arme aient et des munitions dans un cabinet d'union nationale pendant la gu rre. avait quitt le parlement en 1920 pour occuper U direction de ce bureau international du tra "ail cr par le Trait de Versailles. Il s'tait livr exclusivement cette lche. Il avait fini par s'identifier avec l'organismede Genve, dont il tait la haute personniliation. Le monde ouvrier perd eu lui un grand et gnreux d* tenseur, et la France un de ses glorieux fils. profonde gratitude. Port--Pinent, 20*vrl nge apageur et assourdissait.. 1932 f f — Notre con/rre La Libre 'iribune a boucl hier sa premire anne. Nous lui pr-J sentons cette occasion heu-' K^MBlfllMaUM smTOTCUMMIS^ g Toute? les Polices DE LA ieuse nos flicitations et nos souhaits confraternels. VERS SANTO-DOMINGO races, en laveur de voire Rpublique souvent Tout le reste est calomnie et mensonges. Ls plua nobles entrepriera humai • sont souvent l'objet dtS attaques des jaloux, des impnie' ts et des tourbes. N'y alla] thons pas hop d'importance. Maia je tiens conserver la sympathie et l'amiti de certain. ne vos i ompatrioh . l'est pourquoi je vous de-, manda de publier la prsente Domingo dota < u vous adressant l'expression de mes seuiim nll conhuternels. uj'attaqnant vous ov. z tent de nuire a on h s ph,g i l'trang % Notre ami et confrre, M. Stphen Alexis, est parti hier' matin en avion pour SantoI est revenu dans la soire. Il a profit de son passage ni dominicaine pour die. au nom dli Matin une interview ai (< il.Ti upllo I ys | Nous publierons bientt celte I P^ge q" 1 il inement, est des comprennent la Protection contrela 3 Foudre sans auqmentation de taux" iitQ.LeBosistCo v Aimu-R LLLBA. jplus intresiantss. Aqtnts Gnraux | OftV



PAGE 1

%l iilmui i^qt 3 " %  " &f sartoul : s BARBAN'COURT • %  aiere pi ••? &f : RM CMT. HENRY STARK HE 10 m, EU FACE DE U GARE CJfll r/lll I 1 1.*-. h'/rei ki ialti pour > utos JT*H ordia ire, 1/4 ou P .i Meur D „ ur .„„„ c| roinp i,rand choix de Moulures pi ur eadre* hampes de nu il U maison rpare aussi I. ,J m, a irs tach. SUES FWPUSMTBSEH FBASAISt 1HCHAKD PETERS, Frop CH\AP DEMARS, V 1217. U SEULE BOULANGERIE EUROPEENNE EN HATI SPECIALITES DE PAINS POUR SANDWICH, PAINS FLUTPJ El PAINS HOULES. PAPS HOIRS. PAINS COMPLETS ETI PATISSERIE FIHE, PATES. VOL AU-VEHT TOURTES SOINS ET PR.IPTIUDE. Tlphone: N 2069. La maison n'a Das de succursale. SERVICE NATIONAL O'HGlENEl ET D'ASSISTANCE PUBLIQUE ESSE DE BOUT DE L'AN 0— Monsieur Lysimaque U bissire fait chnnler.le luu I mai courant, gte Ann a 6 heures ,! i matin, u mtBt S)'cnn-ll -IRequit • la mn oire rit son IOU ne Acphie Julien. Le prsent avis tient ie d Invita) on. Port-ou Prince, le 9 mai 1932 Avis La Compagnie d'Eclaire fclectfique ries ville de Portau-Princect du Cap-Hatien accorde un dlai finissant le 16 mai l#32 lous ses abonnes en retari pour payer leurs bordereaax; pass cette laie, le courant sera supprim et la somme de un lfr reclame pour la rc% neation. l'o.iai:.Prmca,V9 mai 1M3 LA I) E r. n#N A vendre Un jeu de mvubh s de galerie, 4 pices, sige .ressort. t\ une glacire de 60 livres (Il capacit. Le louttn parlait tat. Tlphoner entre 11 h.a.m. et lh.p.m le Majorl'.A.Crtl-HON. U. S. Marine Corps, Rue i, Avenue Q, au numro de tlphone du Marine Corps 114-2. v Victor Gastel INGENIEUR ELECTRICIEN raploy la Compagnie Electrique de 1909 i 1929. 0re ses services pour loi filiations d'clairage,de moteurs, rparations de ventilateurs, fers repasser, delcos fc, aux intresss de Part•n-Prince^et desautres villas de la Rpublique. Adresse: Rue des Miracle* No 121, ct de la Banque Nationale. Assurez-vous contre accident 1 1 General Accident Fire A. Me Assurance Corporation Li LHed,_Vve F. Berminghaat Hsst Gnral pour HeHI. feale Nstieialt de Nrclie el de Pharinacie, Siclioa 'An Drain ar, l'oil au Prie*. Hygine Dentaire Scolaire BULLETIN (d) prpar pur le Dpartement de Chirurgie Dentaire. ON PEUT PRVENIR LA CAP.II DENTAIHE Il est possible de prvenir la carie et les autres dlectuosiies dentaires par le egime, la propret de la bouche, l.'j mastication suffisante, l'ins-i peciiou priodique et I inter-' vent ion du dentiste en temps utile. Les parents doivent se rendre compte quils sont responsables de la sant ac-i jtuelle et tuture des dents et Jfde la bouche de leurs enfants. j 11 importe beaucoup que la jeunegnration soit instruite de ces choses que le public ignore parfois. Combien de fois n'entend-on pas dire : Comme je regrette d'avoir nglig mes dents quand j'tais jeune la ou : iSiraespa. rents m'avaient encourag visiter le dentiste quand j'tais petit, je n'aurais pas p r du tant de dents I L'Age mr. par exprience, se rend compte de l'inlli en v qu'exerce les dnis saines su la sant. Le vieillard qui arrive bien conserver ses den's en rend gr 'en a I La sant de la bouehe, com celle de ton! l'organisme, ri ppnd, on m sai rail i %  repf !, t, ,t e s :,|, .,.,), s ( | e | de ri : cn, qu'il • agisse | mangi r. du boii d > ou de l'eie eu e. I hes i ,p les h I ''u l< s. (fuel qi elli s soiei i, so< t si loi menl ancres qu'il est difj cile de les i hange-, L'enfant d'ge prscolaire n'a pas encore d'habitudes! invtres. Il prend celles q lui donnent ses parents Qi.and il entre l'cole, les habitudes prises jusque-l ne sont pas encore stabilises; son matre on sa uallresse de classe peut, s'il en a la volont et la patience, et s'il a conscience de ses respo SSDllits envers le pays, le mettre dans I bonne voie. il dpend eu grande partie du matre d'cole que Penlant. la fin de sestu les.mentalement et physiquement prpar bien remplir son rle dans la vie. et mme qu'il soit en mesure, quand il sera chet de tenaille, de cou Iribuer former une gnration pins vigoureuse. Les instituteurs, les pres et les mres de famille, tons ceux qui se proccupent du bien-tre de la gnration qoi pousse sont instamment 88-80, i,. topol PARIS vsni l* fllEIUEUI fflAHCHt DU filOIW H des Premires Rtarguii et touicurs m premire iraicteir UNS SEULE QUALIT : \k MEILLEURE „ .- % %  &f —. ctaynn Spcial p 3UR LE$ COLONIES MOOUEniB, HERDOaiSTRRIS SPCIAL! DIS Franaises t; ,, 8 SELS DE QUININE PURS Tout produit t er, /lacent, *mpxmle$, comprimai, cachets SOLUTIONS HYPODtRMIQUIS BOCAGES, CEINTURES 'AS A VARICES APPAREILS HYGINIQUES pour toui usages Apptralls Orihopdlquss Stringut hypodermique Phirmiclt di Pocbs, di Voyigi Coffres Pharmaceutiques cour usines, cemmuoee, ete. Projets de Factures et tous renseignements iur m*n$ o.lrrmio Phrmacie CANON NE 49, Rue Raumu 88-90, Boilmrd Ssbaitopol PARIS MAISON UNIQUB AUCUNI SUCCUR8ALI M o* FrauM ai k l'BtraBgnr is de pu ;| ti ;i la prvention D ibrei icani q" qui rsultent .les com. pi aliom de l;i cariei i L'usage jom de la 1 ise .i .lents rs< oi e excel lente habita le qu'il faut pren<•' ds le jeune |ge. J| tcoup a luire en Hati sur : '""'• I t usez que sur '•' l(l sVcolii is (M m j nes ^ '' : -l' i ce, 2C00 seul e serviro menl de la bi f lents), et le cor alarn cest .|ii-oi) ; observ 14 359 '' ls caries dais ce peu m u ches. > La farine HA r i BAS *.?/ f m I \brio t! ri &f bcularcjcrs LJU ; ( 1 <.s (\i\i:~ tncs seulement plus chre Qlw t !" es marques-, mais le / menl qu'elle donna est sans pareil. Avez-vous dj travaill \ alUis ? Lhi passez chezlet commerants suivants : 16-ESTVE ^ c ^ IDE II ; %  P. JEAN ASSAO ES. GERMAIN .-........ a BI.A( R VRLI Mil I l\G A I I I \ \ l.,i ft. kuit.ii. ;iir. M... h. BOLT Achetez-la avec confiance! Travaillez-la avec orgueil G. L. VERRET t ASTHME'"'"'* Ssuiafenum | ,„ • ^lobuFc Rtsultaltm i oufi Pharmi.c M B.LALICII' .JX, % %  TIILLEUI-IUCIUIO Habilh | nce et distinction, en voua adres ant la Maison C. L Verret Rut Iraoersiire, N > tlkvwi linage de la Douane preiiu'en f oed e ii maixon ltre,pr IHttlSea Vie* L'une des plui anciennes de la place qui a couse v son bon n nom. ()n v IrouvelelravaM le plus soign, coups lgants la dernire mode traniiseel an glaise. Spcialits : Habits et v meule de <• %  rmo I RlJt MOORI IJDUMfGUE OUIITE LTOOCIATION ATHLTIQUE DES AMATEURS PARI, 3 mai — Jules L§. donmg ie. dtenteur, non. offi ii I < iiH'n'.Ho record mon. dial du milles eu 1 minutes secoodes, a donn sa de membre de I association athltique des amateur :i a t rcemment suspendu par cette associalion qui u mis en questioa sa situation d'amateur. Les [oui naui prfeno>nl que ; Ladoumguo considre une oflredetourneaus Etats Unis probablement avec l'aavo mi, si le couieur linlanrfais pas n intgr par I i I ic;.t ] > jn ioteroaticDaie. Insurance Co Une des,) plus forte* COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE •ur la VIE EUG. L* BOSSB & Co Aoents Gnraux LE FAITEST INCONTESTABLE R h iu Saillie C'csi la quintessence des moi Heures jvarits de cannes d'un vaste lerriloire rimissanl les meilleurs terroirs C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAPF7' ••** iBBKMM



PAGE 1

Jeudi 12 Mai 1932 Le Maiiu l^PAOBI Ptrt au-Prince Tlphone : 2244 ASSUREZ-VOUS la General Accident Pire & atpilll ."I fit* Accidents l u LAITERIE BMLEY Voulez-vous 5 Jfn — Lit Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) S-sPo -'s c,,„'.,. : H".i'lenlssonl valables dan l'univers entier, loua le T T,aurs d'au mi Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves &OUSAGENTS Agent Gnral nour Hati. t'ort-au-Prince. 10GILG JEAN BLANCHETJrm'e MUE PUS DE HUE 1 PEUT TU l i s K!Sf £? TERRACE-GRDEN I Avis G/iez W. KAHL Petionville 6 mai 1932 Anloine Pierre, H aos, Port' au-Prince. Blessure tranchante de la. unide la mina-ic^, l ,lu P ^net droi', tac dorsal*, rie la lgion hypo mer roit (hospitalit). Nehon Thodore, 45 ans, Croix ries-Bossales; ContuMon du cou de pied droit. Term dor llaglolre. 20 ans. rue du ( hmp de Mars. En'orse du cou • S pied dn>it. Marcel n Facto, 30 ans, laine*. Hssare contus* du cuir chevelu. Blan Blice, IT *ns, C-oixdes Missions. B'emon contuae de la rgion frontale. Albe.i Vclor, 22 aas, DuviVIPT. nontuttoa tu thorax (hos* pitl's ) 7 mai 1932 St-Fort Job, 14 ans, Pisjaette. nieisure contuse du cnir che velu, et contusion musculaire, (hospitalis). Fidle Lhrisson 37 ans. Croix des Bouquets. Fracture da 1/3 externe de la clavicule gauche (hospitalit*. Livraison propre, nygini que, en bouteilles bermi>. quement cachetes, labn de toute falsification. Transport tait en rlngi a* •en* a ro'ie* 1313, Grand Hue, Port-auPrince. Russir dans vos tudes uo taire russir vos enfjuts,grce une mthode d'enseignement classique excellente? VOULEZ VOUS IJ ie pot. *• on anr i) | g I niois d'tudes srieuses i, St •-Da tyloLanguesvivan e Comptabilit) Grsnd'rtne. Blessure contuse de I Songez que Mnslitr.t Tlpla tace, blessurs sous orbitairt, p£*UL\UER se recommanda rosion del JOUP. et s'impose voire attention Maria Laloatant. 29 an, ru* par les brillants rsultats dj obtenus. llT7Rue Lamarre. Tlphone 2891. HALLE LOUER Traversiez. Blessure tranchante de l'avant bras droit, psrtie suprifure externe. Maguerite Chrubin, 9 ans; rue de l'Egalit. Blessure tianhante de la plante rin pied G'k'on M-rabeen. %\ aus.BeU Air B''ure du majeur gauche. Marisene Jean. 15 ans, rue Joseph Janvier; Morsure de J Moiti de la grande halle, (bien au pi"d. ? lise Rue du Magasin de l'Etat, S'aphtn Feraand. 4i aas, a co i t de la maison A!trs4 Porl-an Prince. Blessnre Iran-, C ooke, rcemment occupai chante du ponce. ) par j a Gendarmerie d'Hati. St-Flix ftln, 2 m. Port p s adfSter M.uenry TAUde Chapeaux L Indigent es. l.fM pieds d'aHUn le. Lctablissemeut le plui Iraisde virau.s Me l'oit JM -Prince. .. feulement 15 minutes d' ito sur une excellente WOie i#halte. Vues merveilleuses le la ville et JU pon. r Boissons di toulcs espces ^rangements pailiculiers t-esaaine ou de mois. CE QUI NA JAMAIS T FAIT CE QUI NE PEUT ETRE DPASS Kola] Champagne F. SJOURN Prpar djns des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparation et Vente • %  AMUCIRF. SEJOURNE Angle des rues houx et du Centre. il vi'-nt de s'ouvrir l'hpital Saint Fianfois da Sales, avec le concourt du Service Natianal d'Hygine et d'As| sistanec Publique, une cliui! que du soir sous l'appellation de: 3 Dispensaire iptial de vintrihgieei de syphiltgraphit . Ce dis ensa ie a pour bu i de permettre aux journaliers pour les pensions de jour de ("ouvriers, domestiques, etc. ) atteints de ces saunes d'atections.de se taire soigner rgulirement sans tre obligs de ugliger leurayoccupations journalires. Ce nouveau Service s'occupe de laire las lavages urthraux, | Cyrius Jo i h, 8 ans. q-iarles pansements pciaux, les tiarat Joieph Blessure ronlase injections intra-veineuses et de la joue gauche Henriette Dacelin 6 n, swa* | ,, .• KS*KrJS.iLa Manufacture I l a i l i e n n e Antoine Joseuh, 15 m, Mai \ son Centrale. Blessure rrntuse de la ja-ie droite. Frdrique Angibeao, 22 ans, Rifire-Froide.B'essure coa'use da nez. 9ii.no-. Bo-no, 17 ana, Peu de Chose. K'artu-een hoi< vert d*a deux os de l'avan' bras droit 1/3 in'rieur. Lonie Sylvesir* 1 Poste Marchand B'esure con'itse de l'ar cade soi'ci '•* • gi 'C h AIHdi Jn S• ) 4) -s, P. '• au Princ. IV • iif o.i •* de la loue droi Nota Marti >, 4 an* l)i Anbry.Bkssore coutume I > eau chevelu. Joseph Jrme, Il ns, rue Dr Denoux; Contusion du front et du membre intrieur giuche. Andr Biaise,?i ans rue Runion. Coatuaion du pouce gu che. AVIS AU COMMERCE La Panama RaHroad Stcainship Line a lavantage danbaaaer les dparts suivants de New York pour portail rnnee Haiti, directement chaque mardi. Tous les steamers sont paarvus de chambre liicoii'ioue Br>*rls de hew 1 orkArrwaget Pori au -?rin§. autres. Le lonctionnement de cette nouvelle ceuv,e huma nitaire et sociale est assur par un mdecin chel assist de deux aidesm edecius et d'une infirmire. Les consultations se donnent dans une des salles de l'hpital St -Franois de Sales de 4 heures t> lires1/2 du soir. 8 mai 19.12 Andr \de •, 15 ans. P rt au Prince. Sub Luxation du poignet. Sainlin^ .lo-e i h.27 ani.Boun don; Con'usion an front.au cuir chevelu, b'essire contuse du coude gauche Charit Joseph, 2a an s Wharf aux Herbes; Blessure contuse ds la lace. Antoinelle Marc, 45 ns, Steamer tBoenavenlura > le 3 mu VJ'M Steasasr Ancon le 10 mai sWamer aGuayaquil i le 17 mai Steamer tCristobas le 24 mai J | "Bjeaa veiitura 1 le iwjuin w* ( %  "Ancon" le 7 juin mer ''Guayaqi il" le 14 juin \Wl apjmerj ,, Cristobal' le 21 juin 1932 Steamer •'Bucnaven'nr;" le 28 juin Staamcr "Ancon" le 'i juil et 1932 Steamer "fluayaquiP li12 juillet le 0 mat 19S1 le 15 mai 1M'2 le 23 mai 1132 le 29 mai 1932 7 juin 1011 le 12 juin 1932 c 20 juin 19.12 1 26 uin*1932 le 4 juillet 1*;<2 le 11 iuillel le 18 juillet 1932 1952 Panama Railroad Sleampship Line Jasll. C.VANREED Agent Gnral Idal RIMIII ALIX ROY 30 annes de succs. allciiliou „.•-* ***> Lykes Brothers SS C lnc .•! Taxai Hati Santo uomingo Porto Rico La seul service hebdomadaire et rgulier passagers et MX entra les porta du Goltc du Texas directement avec P&rlau-l'rince, rlaili. . Pour la rception rapide et le maniement habile rie vos importations, servez vous toujours des navires de .' LYlvE UNE. Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont mer Velmi I.yki Steamer iGenevive l j l et. er lAlmeria I ; i.< Steamer Margaiel i \kis Steamer RuMi (> nv i 2U a 27 mai 1P32 3 jiin 19*5 1982 1932 i r BUVM: R <8 Magasin de l'Etai. Boite Fostare B PROGRS NOUVEAU RHUM N0b\hAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DLFIANT TOUTE CONCURrtENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que U fente de ses CHAMEAUX se lait, depuis le 4 janvier, il N2027. GRANDRUF an face de son ancien local Les Clients y trouveront le mme accueil. BON MARCHE. CLRIT. COURTOISIE. Martinez, Marcelin & C 8 Loterie Nationale d'Hati 41 • Rue Bonne-Pot. Phone*: 3358 La Loterie Nationaled'llalti est ^ une institution hautement humanilaire par la nmllipijj d'œuvres qu'elle se propose d'aider, une chance ne si tre offerte aux homraee de toutes conditions de forius* Employs Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salarie tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans panj leur budget raoyannant deux goudes, peuvent gagner r mille gourdes. Patrons de Commerce.Chetsd 4 Indusiie,pi"" aux iusufBsances des Tentes, par l'achat d'un billet, quiw"libre du souci des chances* r A. Mdecins. Avocats, Ingnieurs. Snaleuis, Dputs, (j"n Dignitaires de l'Etat.Raprseatants de l'Intelletlualil, J"" aalistes Donne l'eiatirplr de vo're fo'id^rit sociale. Rentiers, capitalistes, somme en jouant, augmentez s voir. ,U| Vous tous qui habites' Haiti, rendee-li service %  miip billet del LOTERIE NATIONALE D'HAIN. Laboratoire SJOURNA DlRECTURS F SRJ URNI>, Pharmacien R SJOURN, PU• %  • • r de V < M. SJOURN, Phsrma l'univers nterne de^ Hpitaux di I'1 IN Analyses d*-s Urines, du suc gastrique du sang permann, Ure, Constante d'Ainbard, Glytnuc). a\



PAGE 1

Ml Clment Magloire DIRECTW 1351. RUE AMERICAINE .13* TELEPHONE N2242 %  'itt if it relie aaalilr au lin M • dislisetivc drs tsi u li, i m.lil. le Mjei pis, ccaae lant d'au ires, ka i lelam du reaieel humain iea taasians drgradaam on ici lra jil'n ||'| Mi!;-' dnoi, ton-o i ll.jr riSSIIK 26 me ANNEE N' 76 8 OIT Ur [ INCE ('i.xirn l'ii! 12 >| M : 2 Questions Internationales —o — POUR TEINDRE L'TOILE Les derniers prparai ifs s'achvent, d la grande offensive nui sera bientt dclenche contre les travailleurs du monde. Les tenants des privilges millnaires y laienl d'ailleurs acculs Ils avaient en courir les risques ou prir. La presse gros tirages finance par leur or i-achait mal leur banqueroute frauduleuse. La nionslrueuse machine moderne cre par leurs apptits dvorait les crateurs. L'impression se prcisait que les hominti, les industriels, les financiers, les politiques, les militaiits, ne lavaient plus en mains, (|iielle"les dominait, et que tout Ils escomptent la victoire japonaise. L'arme russe aura combattre a des milliers de Idiome l'es de MS b es. l'on tenir en Europe une parh ses effectifs,des dmonstration des concentrations se feront pales Etats voisins.Dans un rcent voyage, l'homme sombre d< Varsovie en a confr avec le Chefs d'Etal-major intresses D'autre pari, pour permettre ; l'arme nipponne de ne pas s inquiter de quelques raids chinois, les forces internationales sur les lieux seront renforces, secrtement, sous des prtextes de relve. El, le drame immense s'or• soir ! rueih ., Valent '.• ianiste %  %  in, ; pendant son denmr voyage au I il se vil apf lait Ur en un lie de trinin, lies Von fi /•/ co de M ... ne l'a jamais vue .. R > vient q us au journal i r aa annotes, a'intoi m prs la la direction,daa neuu jour. Et du cane de on, o les crevons l'eui les a'i : r 'en '." on 1 in peu jaloui, bab clair et chantant de i'i' On a l'impression jolie v< il la... est un ( "M, u m i I'II/.I/^IC tic .IT T Patlitz. ledistin l'A/ Bfl 8 e faire* du Iteich allemand, de pouvoir ,". 'flrir nos lecteurs le texte trancau ... le voil chaque jour en luce '"•I de la la ble qu'iLi -, pianl i lies t1 e! a'ab ur sa be o gne d • curio an oureuaej l petil pomme , ce qui P r i el de ]> %  l'air nf* %  i ilu a ntenaire de (latin: Sur les Cimes ... , ., -, : occulte du ri cime; ou auAu milieu du bru. que lait remenj unilutte o les • ans tous nos milieux le pt ||los ;r ^ cachet joueu mensonges d'aulanl plus rvoiles palabres, les derniers prhangemenl escompt de rai; us d(1 |iill e c saDre au Unis qu'ils se masquaient du para tifs s'achvent de la grande eistre, il y a lieu u exprimer j '. i;iil camouflage du droit, ;ses atten-J offensive qui sera bientt dlais et ses dprdr'ions. Dans ,' clenche contre la Rpublique c tais et ses dprdr'ions. Dans jj ciencliee contre la nepuDiiq le secret des chancelleries, le des proltaires, et les travailplan s'labora pour la ralisaJ leurs du monde, tion du triple but alleindre. j tait ncessaire d'expliquer Et It long des frontires sib-faux ntres ces choses; Irop longriennes, l'arme japonaise se concentre ; les derniers prparatifs s'achvent de la grande ofiensive qui sera bientt dclenche contre les travailleurs du monde. De toutes faons : par l'or.aar (les missions de spcialistes, par a ce sujet quelques cou&id rations utiles et spci ies a notre milieu. Vu l'absence de partis politiques et l'anarchie qui en rsulte, un changement de cabinet ne peut oflrir qu'un in-trt trs limit, car il n'iratemps on ne les entretient que de noms de politiciens el d'exploits de gnraux, leur cachant soigneusement ce qui seul leur i-lique pas ncessairement un importe : le vaste mouvement, fhangement de dire etion dans social qui, par le monde, dresse \ la politique ui dans les allails rvolts centre les crasements collectifs. Car le premier l'opinion domestique, on pauPosera fait vers la libration autour de la personne mn lera l'excuteur officiel. Et le lorsque^omprenant leur;aolida! dn Chef de 'Etat une amies du pays. Pourqil i ? Parce qu'il y a "iple but sera atteint: l'es peurit avec les autres pitines, ils ( b^ uce particulire que le lw,lrompe, une fois de plus, rthteronl la paro.e du proC | lailMt „eiit de cabinet n'alphele : Travailleurs du monde, unissez-vous 1 ti |)les,tromps, une fois de pi donneront toute leur attention angoisse au draine o se jouera le sort du monde. On teindra du ciel la nouvelle toile, rouge et mancipatrice, El dans le march jaune, trois cents millions de parias leront renatre pour les exploiteurs une re Et les dessous du coup qui se prpare, et qui sera djou, il faut le souhaiter, d'une Ame ardente, sont ici dvoils pour neuve de jouissances infinies, que si demain s accomplissait e Voici pourquoi, le long de la monstrueux plan, lopin. on de liontire sibrienne, les provonotre proltariat ne se laisse cations nippones se multiplient. P"' 11 *grr. Un grand homme La manœuvre est cousue d'un d'Llat sela.l vanl d avoir teint cble.La Mandchourie, par sen ms le ciel des lo.les qui ne se tendue, ses richesses et posairallumeront plus. Aprs chaque bilils, suffit pendant prs d'un jrage des toiles se rallument demi sicle l'act.vile de l'Em*?" 1 lfil, i l (lt ; s f ,e,s c C er,a ,ns Pire du Mikado. Dj dans TofOi. '' 'aut admirer Sinus la Ko des plans s'laborent pour lunette : une merveille dune l'immigration du nouvel Etat de transparence bleutre. Sans lucinq cents mille familles. L'innette, levan .seulement la tl. Wrl du Japon seul serait de on voit briller, depuis quinze f*ei tenir sa rcente conqute. %  *. une toile nouvelle. Mais derrire le Nippon, il y a Houge. %  ea compres. Et qui ne sera pas teinte. P" ropos UE humides' Un confrre a donn des renseigneim-nts lort iutressants sur lei / Jialadies dans la garde d'Hati, i ,. „ nr i nmir un coiu Joute, les fTections qu'on y a rde' Hier est part pour n " ^'•'ssoiii en dcroissance, par rapde qualre mois I aliniOte ei ois fwt l'anne prcdente. If n'y antingu charg d'Affaires du Jlt une exception que pour la matej{ t u | Allemand, M. Wolfgang von Putlitz, qui a su s'amrei parmi nous de sincres sympa"*. Hormis cela, les conditions saMUrires sont bonnes dans notre jeune P*Ule arme. Celle con-latalion el Wtjsfaisanle et "Ile est l'honneur a service de sant. Muia il y a aussi que nos gardes sont I on UN vt.i ii. Ils en apprcient toutes les '"'"''v Ainsi, ils ont fervents SpMommateuM du RHUM SABTHK ^< ; IIK, mB> ei cesl evan. ;oui j oniK apri sig va *qu. Uur aHr. une a*VfUU j ^ ^^ s Cl il II dre rgime gouverne-] ii n'ai, en dpit de I rga'p! sation du milieu et mme I gri e .i elle, n'est gure ac> ible l'avnement du progrs politique. )) s qu'il essaie de se mouvoir dans le sens de ce progrs, c'est une | lutte o les armes sont ingales et qui eerse aisment dans les persdDaialits. i ar celles-ci, seules, comptent quand il n'y a pas de partis politiques, et chaque lois qu'il peut cire question de changements dans le gou\( i uement, on ne trouve rien sur quoi piloguer, sinon des fadaises dans le genre de uel arliculet. lecte pas, qui tient mme en suspicion les nouveaux \cnus eu observaut avec quebjuc anxit quel pas ils vout marquer. Ceux-ci, de leur ct, ob servent torceiaent une longue priode de ttonnements, au taut pour se meltie au courant des a flaires de leurs ministres que pour se rendit compte de leur position naissante, et, au besoin, la rectifier temps. De ce double courant A'< l> servations, il aorl \r,\r sorte de tassement qui. par equi llbie, se lait dans le sens dl ce qui existe dj, dis ( mu's persistants du rgime. Pendant ce temps, la priode utile pour les changem uls possibles a le temps de passer, et les bulles d'illusion de l'opinion ublique, de crevt i. Le que nous venons de dire en rsumant, est ce qui se passe habituellement et les quelques petits changements que peut, la rigueur, lanc tout cabinet nouveau, n'es! aiaasi pos^'b'e que dans le cadre dt cet ordre de cho Mais parfois, dfaut d'un wogramine de parti, qui ap Apn e de prs. o lera il u (iouvii nem ni d'une t'il a p : ni loi ce de cohsi %¡ i M: ,iiso. u Ut oa d s en bonne sanl i r A A l infini, sur 1rs cime Le s tend. /'(/? un %  / : re ne s'anim • Dan tonifie • %  %  i forment 1rs r... Pour toi aussi, patience // vient, le ref>os. B Sur ; •//.<; L-haut tout est tranquillel Au s >tn des I is profonds L'ombre dort immobile, L' s oiseai muets Dans 1rs bosquets... A tt m< nie liientt viendra h pc x Suprme .' bleiivellc J'allais une fois ': il seul par le bols, Sans but ni pense, .\ /• ibandonne, //uns l'ombre voici, Comme un œil ami, Une /leur qui balle. Etoile gentille. J'allais la cueillir, u l j'enten ts v mlr : Ton plaisir d'une lieure t Vaut-il ijur e meure ? is sa molle alors, Du SOI jr ; Au jardin l'emporte. Suas garde, ma poitl AU coin le meilleur J'ai cas ma 'eue. Et l, la petite bleurit et profile. AUTOUR DE LA COMPAGNIE D'CLAIRAGE LECTRIQUE Nous ci roir qu' T ^ t\}/-\*n la (lac du y* mai courant la l-j(l llOots • m mission parlementaire cli ir (e d fer sur le• activits de la Compagnie I d Rclairaj ;e Kleclrique des ville orl-aii-Princc el du lam ilo Dn u leincnl des Travaux Pu 1 s le dossier complet de la Compagnie, c'esl dire les • conlrals, accords, sous-sc | cords, plans, rapports, corres p le. I.n allendaiil qu'elle l i son rapporl sur la question, Rose dit : Comment? toi 1 la immission parlementa Je ''' l ner I* doigt. de Bruyre Fan/ i/i ait la rose en fleur, Hse m lu I ruyre ; Sa b iule ravit son coeur. Vite il c mrut plein d'ardt ur Parmi la foug Buse, rose ; <-:i /leur, R > te ui 11 bruy \re 1-anf'in ilil : < %  Tu es d moi, Itose en la bruyi demande au Dpartement d'arrter ions p miparlers el ng teintions avec la dite Compagnie. I. GEOMGES DE LESPINASSE Laisse moi en tei i ROM ./ fleur. Il >se en la i \ uyre 1 tais le lutin arracha Rose en la bruyre Ro te s op/n Vains furent ses oh, tes ah, Vaine fui cola,-. eur, Ro bruyre i ni|iiaui n< nie ou u A in u MI ilvin i o. j teuvenl trancher et domi er, lenl ami Gei de Lespi> lx] r\\r^ v (\\\i* ^ et alors un lment nouvi chamI^^VHCA* vjLll-'.. accoms'introduit dans le gouvei bredeCommei li | Lr |lls )lom;llP ment, dont te sort peut i iccoi |Mlill; M „ meilleurs vœux pagnent le charmant dip^--q ue nous souhaitons ie%on r I , , -eauces!phmre ou durable, ns nos 'des circonstances. Si ti.^s d'affectueuse sympathie. luine pas une cigarette PALM A politiques ue I heure ai huile n 11 ' \ penvenl tre nents \ sa .an: p omeneur Iruuel, s enfin, p on voua A t pie c'est fini, laites vous uMe ra Bon que diable! La : aa<2 1rs %  t Us-pointu s en paix, . i vu au Grand H'i I ... \ si aa mngiita e John ^ i 1 >lley qna lou i les utomob lites o >\ la pi ge -> se donnent rendi z la is ... n vu, diiis noire nuiniro d'h'n r, qu'il a 14 imprim: e.;'. S. r'.. ou S. M. se ftu il s lionnes villes des Cnve/ et leJrmie , Il tant lire: "();iand S. E. MI S. M. lera i sis bonnes villes -, etc. i ... a vu des gens affirmer avjslr entendu dernirement a la falle, mais ce n'lut iu( Lloyd George qui, au banc iea soupira, narrail la llile de l'i-M.il ce vi de Bouqui, On n'a as hi u compris qui, d'aprs l'orateur, tail la m ilin 11 nui ml eile, H expliquera la cho%  % %  si prochaine conlrenee. Avis aux amateurs. lil avi c plaisir l'en' d ta dtritus s'oprtr i une I eura plus matinale. Le ipecl i e ofl irl parfois toute la jourm'f n'a rien d'attrayant. LE FRANAIS DANS LE \ lion du dixime anni laire de ion lection au Pontifical, lr pape a reu LUI grand nombre de tlgramnii de flicitations qui l'Ossi i N alore M imano os pui textes originaux. I % %  • l'reize de l'intransige ml • oui dress une petite li itedes langues les plus iployes dans ees l.r franais vient en lle, el c'i il dans cette langue qu'ont t exprim! les rois de Bulga* ique, de Yougoslavie el ne Roumanie, du ni de Hongrie, de la -i ande duch le de Luxent* bourg, des prsidents des rpubliques d'il ilti, de Tchcoslovaquie, de Lettonie, de ne de Portugal, du mai. Je l'ex-imi rai i du corps dii,i ne. %  a t employe oar les g uiverneI cd au richien, une par le roi d'Ita i de Bulgarie, Quanl a M. lorg i, rlief dugoti* i nnain, il s'est en latin, ^


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/07000
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, May 12, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:07000

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Ml
Clment Magloire
DIRECTW
1351. RUE AMERICAINE .13*
TELEPHONE N2242
'itt if
it relie aaalilr au lin m dis-
lisetivc drs tsi u li, i m.lil.
le Mjei pis, ccaae lant d'au ires,
ka i lelam du reaieel humain iea
taasians drgradaam on ici lra
jil'n ||'| Mi!;-'
dnoi, ton-o i
ll.jr riSSIIK
26 me ANNEE N' 76 8
OIT Ur [INCE ('i.xirn
l'ii! 12 >| M : 2
Questions Internationales
o
POUR TEINDRE L'TOILE
Les derniers prparai ifs s'a-
chvent, d la grande offensive
nui sera bientt dclenche con-
tre les travailleurs du monde.
Les tenants des privilges mill-
naires y laienl d'ailleurs accu-
ls Ils avaient en courir les
risques ou prir. La presse
gros tirages finance par leur or
i-achait mal leur banqueroute
frauduleuse.
La nionslrueuse machine mo-
derne cre par leurs apptits
dvorait les crateurs. L'impres-
sion se prcisait que les hom-
inti, les industriels, les finan-
ciers, les politiques, les militai-
its, ne lavaient plus en mains,
(|iielle"les dominait, et que tout
Ils escomptent la victoire ja-
ponaise. L'arme russe aura
combattre a des milliers de Id-
iome l'es de ms b es. l'on
tenir en Europe une parh
ses effectifs,des dmonstration
des concentrations se feront pa-
les Etats voisins.Dans un rcent
voyage, l'homme sombre d<
Varsovie en a confr avec le '
Chefs d'Etal-major intresses
D'autre pari, pour permettre ;
l'arme nipponne de ne pas
s inquiter de quelques raids
chinois, les forces internationa-
les sur les lieux seront renfor-
ces, secrtement, sous des pr-
textes de relve.
El, le drame immense s'or-

soir
! En Grand Gala e' pour
pariieipation des Athltes
s'en allait en drive. Les gestes chestrera I Plan grandiose aux
drisoires des marionnettes,
leurs dclamationsjne.couvraient
plus leur impuissance vidente.
bavant les pires myopies, le
gouffre bait. Et les peuples se
tournaient vers une toile rou-
ge moulant l'horizon et an-
lignes audacieuses, digne du
choc o pour le soit de l'hu-
manit future se heurteront la
discipline du pass et la mys-
tique de l'avenir.
Seulement entre la conception
el l'excution, il v a le mystre.
de
la
Donciatrice de la tin de toutes Que sera, devant celle tenlalive
ces misres et de tous ces cri-
mes.
Devant le danger solidaire.les
exploiteurs se concertrent. Le
but atteindre tait triple. Il
dgorgement de leur idal, la
raction des masses prolta-
riennes, du proltariat interna-
tional, debout dans chaque na-
tion contre la raction capita-
lisa il dlournir de soi la colre \ liste et galonnarde ? Kl la masse
des masses, en finir avec l'en- j chinoise, le proltariat jaune I
nemi commun, s'ouvrir une mi- assisteront-ils, passifs e! falalis- J
ne nouvelle, de nouvelles ri-1 tes, au duel mort dont leur
pailles. j avenir serait l'enjeu ?
A l'autre extrmit du mon-1 On voit d'ici la somptuosit j
de, un de leurs complices, de-,' de la tragdie. Sincrement la
puis six mois, travaillai! selon censure filtre les renseignements
leurs procds habituels, dans sur les mouvements de troupes,
la chair vive d'une grande col- des escadres, des missaires. Et,
[activit spolie. Six mois du- tandis qu'on amuse la galerie
rant, ils couvrirent de leurs avec des confrences,des plans.
Hatiens s
CATOR etJTHARD
aux Jeux Olympiques
l.os Anp-les, Reprise de
Revue :
'SOUS bhS COCOTIERS*,
dont la seconde fut un
triomphe sensationnel.
Entre : 2, 3 et 4 Gourdes,
^~- -~-""'~~~-----------------------:------------- -------------- i 11.
nilP'nrTP'rnP'nt '""' favorables, une orienta-
uiicuitjUiiiGlj.1 ii: nouvelle peut se dessiner
Ap Minidtprp''1 '' es! ' ,,onr c*uel,e
U.C 1V1J.1J.J.OLUI C t i Hennir, que ce ne
I toii pas nu prix de quelques
9 lins le person
/ nya
vingt cinq ans
Le Matin, i2 Mai 19 -7.
PROCHAIN CONCERT
C'est i 'ne proch i//i< j
que sera donn au Cercle (/<
m Prince le nom ea
qr u erl de Tartit'e Jus
lin H lie dont le m> rueih
., Valent '. ianiste
in,; pendant son denmr
voyage au I il se
vil apf lait Ur en un lie de
trinin, lies
Von fi // co de M
... ne l'a jamais vue .. R >
vient q us au journal
i r aa annotes, a'intoi m ,
prs la la direction,daa neu-
u jour. Et du cane de
on, o les crevons
l'eui les a'i : r 'en '." on
1 in peu jaloui,
bab clair et chantant de
i'i' On a l'impression
jolie v< il la... est un
......."( "m, u m i i'ii/.i/^ic tic .it t
Patlitz. ledistin l'A/ Bfl 8e' .
faire* du Iteich allemand, de pouvoir ,".
'flrir nos lecteurs le texte trancau ... le voil chaque jour en luce
'"- I de la la ble qu'iLi
-, pianl i lies t1 e-
! a'ab ur sa be o
gne d curio an oureuaej
l petil pomme , ce qui
P r i el de ]> l'air nf*
i ilu a ntenaire de (latin:
Sur les Cimes
. ... ., -, : occulte du ri cime; ou au-
Au milieu du bru. que lait ,remenj unilutte o les
ans tous nos milieux le pt,||los ;r ^ cachet joueu,
mensonges d'aulanl plus rvoi- les palabres, les derniers pr- hangemenl escompt de rai- ; ,us d(1"|iill. e ,c saDre au
Unis qu'ils se masquaient du para tifs s'achvent de la grande eistre, il y a lieu u exprimer j '.i;iil.
camouflage du droit, ;ses atten-J offensive qui sera bientt d-
lais et ses dprdr'ions. Dans ,' clenche contre la Rpublique
c
tais et ses dprdr'ions. Dans jj ciencliee contre la nepuDiiq
le secret des chancelleries, le des proltaires, et les travail-
plan s'labora pour la ralisa- J leurs du monde,
tion du triple but alleindre. j tait ncessaire d'expliquer
Et It long des frontires sib-faux ntres ces choses; Irop long-
riennes, l'arme japonaise se
concentre ; les derniers prpa-
ratifs s'achvent de la grande
ofiensive qui sera bientt d-
clenche contre les travailleurs
du monde.
De toutes faons : par l'or.aar
(les missions de spcialistes, par
a ce sujet quelques cou&id
rations utiles et spci ies a
notre milieu.
Vu l'absence de partis po-
litiques et l'anarchie qui en
rsulte, un changement de ca-
binet ne peut oflrir qu'un in--
trt trs limit, car il n'ira-
temps on ne les entretient que
de noms de politiciens el d'ex-
ploits de gnraux, leur cachant
soigneusement ce qui seul leur i-lique pas ncessairement un
importe : le vaste mouvement, fhangement de dire etion dans
social qui, par le monde, dresse \ la politique ui dans les allai-
ls rvolts centre les crase-
ments collectifs. Car le premier
l'opinion domestique, on pau- Posera fait vers la libration autour de la personne mn
lera l'excuteur officiel. Et le lorsque^omprenant leur;aolida- dn Chef de 'Etat une am-
ies du pays.
Pourqil i ? Parce qu'il y a
"iple but sera atteint: l'es peu- rit avec les autres pitines, ils ( b^uce particulire que le
lw,lrompe, une fois de plus, rthteronl la paro.e du pro- C|lailMteiit de cabinet n'al-
phele :
Travailleurs du monde, unis-
sez-vous 1
ti
|)les,tromps, une fois de pi
donneront toute leur attention
angoisse au draine o se jouera
le sort du monde. On teindra
du ciel la nouvelle toile, rouge
et mancipatrice, El dans le
march jaune, trois cents mil-
lions de parias leront renatre
pour les exploiteurs une re
Et les dessous du coup qui se
prpare, et qui sera djou, il
faut le souhaiter, d'une Ame ar-
dente, sont ici dvoils pour
neuve de jouissances infinies, que si demain s accomplissait e
Voici pourquoi, le long de la monstrueux plan, lopin.on de
liontire sibrienne, les provo- notre proltariat ne se laisse
cations nippones se multiplient. P"'11* *grr. Un grand homme
La manuvre est cousue d'un d'Llat sela.l vanl d avoir teint
cble.La Mandchourie, par sen ms le ciel des lo.les qui ne se
tendue, ses richesses et posai- rallumeront plus. Aprs chaque
bilils, suffit pendant prs d'un jrage des toiles se rallument
demi sicle l'act.vile de l'Em- *?" ,1"lfil,il (lt;s f,e,sc.C.er,a.,ns
Pire du Mikado. Dj dans To- fOi. '' 'aut admirer Sinus la
Ko des plans s'laborent pour lunette : une merveille dune
l'immigration du nouvel Etat de transparence bleutre. Sans lu-
cinq cents mille familles. L'in- nette, levan.seulement la tl.
Wrl du Japon seul serait de on voit briller, depuis quinze
f*ei tenir sa rcente conqute. *. une toile nouvelle.
Mais derrire le Nippon, il y a Houge.
ea compres. Et qui ne sera pas teinte.
P"
ropos UE
humides'
Un confrre a donn des rensei-
gneim-nts lort iutressants sur lei /
Jialadies dans la garde d'Hati, i ,. nri nmir un coiu
Joute, les fTections qu'on y a rde- Hier est part pour n "
^''ssoiii en dcroissance, par rap- de qualre mois I aliniOte ei ois
fwt l'anne prcdente. If n'y an- tingu charg d'Affaires du
Jlt une exception que pour la mate- j{t.u|, Allemand, M. Wolfgang
von Putlitz, qui a su s'amrei
parmi nous de sincres sympa-
"*. Hormis cela, les conditions sa-
MUrires sont bonnes dans notre jeune
P*Ule arme. Celle con-latalion el
Wtjsfaisanle et "Ile est l'honneur
a service de sant. Muia il y a aussi
que nos gardes sont I on UN vt.i
ii. Ils en apprcient toutes les
'"'"''v Ainsi, ils ont fervents
SpMommateuM du RHUM SABThK
^<;iik, ,mB> ei cesl_ evan. ;oui j ,oniK. apri sig va
*qu. Uur aHr. une a*VfUUj^ ^^

s
Cl il II
dre rgime gouverne-]
ii n'ai, en dpit de I rga'p- !
sation du milieu et mme I
gri e .i elle, n'est gure ac> '
ible l'avnement du
progrs politique. )) s qu'il
essaie de se mouvoir dans le '
sens de ce progrs, c'est une |
lutte o les armes sont in-
gales et qui eerse aisment
dans les persdDaialits.
i ar celles-ci, seules, comp-
tent quand il n'y a pas de
partis politiques, et chaque
lois qu'il peut cire question
de changements dans le gou-
\( i uement, on ne trouve
rien sur quoi piloguer, sinon
des fadaises dans le genre de
uel arliculet.
lecte pas, qui tient mme en
suspicion les nouveaux \cnus
eu observaut avec quebjuc
anxit quel pas ils vout mar-
quer.
Ceux-ci, de leur ct, ob
servent torceiaent une longue
priode de ttonnements, au
taut pour se meltie au cou-
rant des a flaires de leurs mi-
nistres que pour se rendit
compte de leur position nais-
sante, et, au besoin, la recti-
fier temps.
De ce double courant A'< l>
servations, il aorl \r,\r sorte
de tassement qui. par equi
llbie, se lait dans le sens dl
ce qui existe dj, dis (
mu's persistants du rgime.
Pendant ce temps, la priode
utile pour les changem uls
possibles a le temps de pas-
ser, et les bulles d'illusion de
l'opinion ublique, de crevt i.
Le que nous venons de
dire en rsumant, est ce qui
se passe habituellement et les
quelques petits changements
que peut, la rigueur, lanc
tout cabinet nouveau, n'es!
aiaasi pos^'b'e que dans le
cadre dt cet ordre de cho
Mais parfois, dfaut d'un
wogramine de parti, qui ap Apn e de prs.
o lera il u (iouvii nem ni d'une t'il a p :
ni loi ce de cohsi ? i
m: ,iiso. u Ut oa d s en bonne sanl i
r

A
A l infini, sur 1rs cime ,
Le s tend.
/'(/? un '/: re ne s'anim
Dan tonifie

i forment 1rs r...
Pour toi aussi, patience !
// vient, le ref>os.
B
Sur ; //.<;
L-haut tout est tranquillel
Au s >tn des I is profonds
L'ombre dort immobile,
L's oiseai muets
Dans 1rs bosquets...
A tt m< nie
liientt viendra h pc x
Suprme .'
bleiivellc
J'allais une fois
': il seul par le bols,
Sans but ni pense,
.\ / ibandonne,
//uns l'ombre voici,
Comme un il ami,
Une /leur qui balle.
Etoile gentille.
J'allais la cueillir,
u l j'enten ts v mlr :
Ton plaisir d'une lieuret
Vaut-il ijur e meure ?
is sa molle alors,
Du SOI jr ;
Au jardin l'emporte.
Suas garde, ma poitl
au coin le meilleur
J'ai cas ma 'eue.
Et l, la petite
bleurit et profile.
AUTOUR DE LA COMPAGNIE
D'CLAIRAGE LECTRIQUE
Nous ci roir qu' T ^ t\}/-\*n
la (lac du y* mai courant la l-j(l llOots
m mission parlementaire
cli ir (e d fer sur le
activits de la Compagnie I
d Rclairaj ;e Kleclrique des
ville orl-aii-Princc el du
lam ilo D-
n u leincnl des Travaux Pu -1
s le dossier complet de
la Compagnie, c'esl dire les
conlrals, accords, sous-sc |
cords, plans, rapports, corres '
p le.
I.n allendaiil qu'elle l i
son rapporl sur la question, Rose dit : Comment? toi 1
la immission parlementa Je ''' lner I* doigt.
de Bruyre
Fan/ i/i ait la rose en fleur,
Hse m lu I ruyre ;
Sa b iule ravit son coeur.
Vite il c mrut plein d'ardt ur
Parmi la foug
Buse, rose ; <-:i /leur,
R > te ui 11 bruy \re '
1-anf'in ilil : < Tu es d moi,
Itose en la bruyi
demande au Dpartement d'ar-
rter ions p miparlers el n-
g teintions avec la dite Com-
pagnie.
I. GEOMGES DE LESPINASSE
Laisse moi en tei i
Rom ./ fleur.
Il >se en la i \ uyre 1
tais le lutin arracha
Rose en la bruyre .
Ro te s op/n
Vains furent ses oh, tes ah,
Vaine fui cola,-.
eur,
Ro bruyre !
i ni- |iiaui n< nie ou u a in u mi il- vin i o. j
teuvenl trancher et domi er, lenl ami Gei de Lespi- > lx] r\\r^,v (\\\i*
^ et alors un lment nouvi cham- I^^vHCa* vjLll-'..
accom- s'introduit dans le gouvei bredeCommei li | Lr |lls ,
)lom;llP, ment, dont te sort peut i ......iccoi |Mlill; M,
meilleurs vux
pagnent le charmant dip^---
que nous souhaitons ie%on r" I , ,
-eauces!phmre ou durable, ns nos
'des circonstances. Si ti.^s d'affectueuse sympathie. luine pas une cigarette PALM A
. politiques ue I heure ai huile n
11 ' \ penvenl tre
nents \ sa .an:

p omeneur Iruuel,
s enfin, p on voua A t
pie c'est fini, laites vous uMe
ra Bon que diable! La:aa<2 1rs
t Us-pointu s en paix,
*
. i vu au Grand H'i I France, cinq ou six copataa
:iant un vieil an i du Cep,
ni i I lient le retour. Du
' coin m a n d a le
lortun, mais le Capoia qui
i connaiaseur protesta,
- Du Barbancourl et du so
la!
*
>
... \ si aa mngiita
e John ^ i1 >lley qna lou i les
utomob lites o >\ la pi ge -> se
donnent rendi z la is
.
... n vu, diiis noire nuiniro
d'h'n r, qu'il a 14 imprim:
e.;'. S. r'.. ou S. M. se ftu
il s lionnes villes des Cnve/ et
leJrmie , Il tant lire: "();iand
S. E. mi S. M. lera i sis bon-
nes villes -, etc.
i
... a vu des gens affirmer avjslr
entendu dernirement a la fa-
lle, mais ce n'lut
iu( Lloyd George qui, au banc
iea soupira, narrail la llile de
l'i-M.il ce vi de Bouqui, On n'a
as hi u compris qui, d'aprs
l'orateur, tail la m ilin 11 nui
ml eile, H expliquera la cho-
si prochaine conlrenee.
Avis aux amateurs.
lil avi c plaisir l'en-
' d ta dtritus s'oprtr
i une I eura plus matinale. Le
ipecl i e ofl irl parfois toute la
jourm'f n'a rien d'attrayant.
LE FRANAIS DANS LE
\ lion du dixime
anni laire de ion lection
au Pontifical, lr pape a reu
lui grand nombre de tl-
gramnii de flicitations qui
l'Ossi i n alore M imano os pu-
i textes origi-
naux. I l'reize de l'in-
transige ml oui dress une
petite li itedes langues les plus
iployes dans ees
l.r franais vient
en lle, el c'i il dans cette
langue qu'ont t exprim!
les rois de Bulga*
ique, de Yougos-
lavie el ne Roumanie, du
ni de Hongrie, de la
-i ande duch le de Luxent*
bourg, des prsidents des
rpubliques d'il ilti, de Tch-
coslovaquie, de Lettonie, de
ne de Portugal, du ma-
i. Je l'ex-im-
i rai i du corps di-
i,i ne.
a t
employe oar les g uiverne-
I cd au richien,
une par le roi d'Ita
i de Bulgarie,
Quanl a M. lorg i, rlief dugoti*
i nnain, il s'est
en latin,
^


"'\

\-
i
IL NY A PAS DE MEILLEURE
PUOTEi TION 1 00R LA SANT
(JUE LA PROI El DU I iFE-
Bl'OY ANTISEPTIQUE.
LIFEBUOY
LE s iVON DE . I SANTE
posa main, ri puis et bains
VIOIIR A LAI i IN. P. O. BOX M. Qietribaetara
RueKoux et du Centre, Fort au-Prince.
LEGATION DE FRANCE
I Quelques
Conseils
Le Minisire et F ance
l'honneur de prier les Fran-
tais, protgs franais et mis h,s $e|(t , j,..,.....h,Neh polit,.
tu- H'ri il
de ia France et II urs la millet,
da bien vouloir assister au
e*rvice lunhre qui sera so-
lennellement albr la Ca-
thdrale de Port-an-Prince,
le jeudi 12 mai lfJ2, 9 Us.
prcises, pour le repos de
l'me de
Son Ex. I ai : I ni MLK
Prsident de la Rpublique
train aise.
Le chef de la police de lier
lin a i.iii remettre aux chauf-
feur! de la ville un avis por-
i tant les s p constatations
I suivantes, m ilheuieusemen'
vraies dans tons les pays:
1. La conduite des vhicu-
les moteur, si lourde. d
[responsabilit, exige l'absten-
Bon< pries de vouloir j Hou de tout usage de bois-
l> n prendre place: 1rs Di- \ sons alcooliques durant et
ai i ta ires il ronclim naires
Hiltiens ci Etrangers dans les
uunifs du chur leur y tant
f(nralement rserves dans
es crmonies olBc (lies la j n'est
Cathdrale, et 1rs Dames, les
M'iubres des Coloi ies Fran-
cs se et Syrienne et les Nota
blUts Hatiennes < t Etran-
gres dans les sept premires
ru iges de bancs dans la nef
gauche <>u *j droite.
Autour de
l'arrestation
de Mr.Leuba
MonsUur Arthur l.euba dont,
il i/ u dj quelque temps, nous
annoncions l'arre&tutfon, nous
crit de Suisse pour dmentir
l'information. Nous en sommes
heureua pour Monsieur l.euba.
m lis ruais croyons devoir lui
fiire remarquer que nous nous
'ions simplement /ail Tcho
d'une nouvelle rpandue pur la
grande presse parisienne, cl
qttau surplus, prsente dans
un organe aussi modeste que le
n ire, sa rectification risque de
n'avoir pue la diffusiou dsira-
ble, et de ne lunetier qu'un nom-
bre limite de le, leurs.
Voici la lettre de .hr l.euba :
ORDRE UNIVERSEL DU RITE
de l'-lile
Socit internationale
humaine,
avant ce travail.
'2 Pour les conducteurs de
ces vhicules la consomma-
tion de petites doses d'alcool
pas u -si inoflensivr
qu'on le croit ordinairement
Elle rend 1 homme plus t-
mraire, plus insouciant, en-
traine une I digue prmature
et un .'ill issement des puis
sauces sensoi ielles, tous tac*
leurs diminuant noire lacuite
de juger et d'agir rapidement
au moment du danger.
J. Lu grand nombre des
accidents de vhicules mo-
teur l'explique par la con-
sommation de doses d'alcool
relativement modres.
-L Des doses plus loi tes fi
nissent pur provoquer l'bri
t, avec tous les drglements
propres cet lat.
."). In conducteur d'auto ou
de motocyclette ne doit en
aucun cas monter sur la ma
chine s'il est pris de boisson.
f>. Les accidents les pins
graves ont lieu dans les
tournes carseti rises par
une trquen'.e consommation
d'alcool,
7. Tout i lianfleur ayant un
penchant l'alcool met en
danger pop seulement la vie
des personnes qui se confient
lui, mais encore le hon'ieur
de sa propre la m il le.
Remerciements
des
Administration ( g, < I min
) ( haleta
Chancellerie ( Chn< \k nrg
) Genve,
(Suisse)
le 17 Avril 1912.
Monteur Clment M8gloire,
directeur du journal Le Ht afin
l'ori-au Prince
Hati
Monsieur le Dire* eur.
Voire journal a t tromp.
Je n'ai jamais t ai rt. I
exact que j'ai tonde avec q
ossamia l'Ordre Universel du
Mrite Humain, il y a environ
neut ans et qui compte actuel
le ment trois mille membres r-
psrtis dans tous les pays du
inonde.
Notre Ordre a eu n dtendre
nergiquement les malheureux
et les opprims el son activit
en faveur de la race noire a t
considrable; c'est vois dire
que vos attaques sont injustes
et regrettables tous les poinls
de vue.
Notre Ordre a l atli c,u par
les odieux calvinistes genevois
dont l'hypocrisie et la bassesse
morale sont connues de partout.
Des malfaiteurs du journalisme,
comme il s'en rencontre dans
Ions les pays, ont rpandu I.
k;uu de m. u ejTeaialioa. C
|ail i.i u i.\ iui uiii u
notre Ordre qui n'en coi
pa* moi " pveur de lgalit absolue dea |
CHOS
( i ne ( onpren I pas
qu'il ait fallu un nrrt pour
prescrire que le pavillon ha
tien sera hiss mi-mt,
l'occasion de la mort du
j Prsident de la Rpublique
jlranaise. On comprendrait
un arrl prescrivaat, par
Jamitipour la nation fran-
aise, un deuil national bai'
tien.
- La pieuniie dition du
C )de Pnal avec les dernires
modifications, annot par Me
Auguste A. Hraux, est parus
I imprimerie Edou rd H-
raux, avec une courte prtace
de l'auteur.
M.Abel Lger. Secrtaire
d'Etat des relations extrieu-
rs, et M. Andr Tardieu, mi*
nistre des Ataires Etrangres
de France, ont chang das
lelgrammes de condolances
l'occasion de la mort de
VI. Don me .
M. Wielt, ministre de
France, s'est rendu avant-hier
matin au Palais National
pour prsenter ses remercie- '
mentsau Prsident de la R-
publique au sujet de la part
prise par le Gouvernement
huijen au deuil de la nation
Irauaise.
Un grand dner politique
a t ollert mardi soir par M.
Ren Aag'iste, Secrtaire d'E-
tat du Commerce et des Tra-
vaux publics, selon une in
formation de notre ca itrre
cHalti-Journara.
Le mme conlrre dit
que M. Lon Nuu, sua'eur,
sera appel aux hautes loue
lions de Prsident du Tribu-
nal de Cassation et que son
sige au Snat sera brigue
par M Ai les Dis Jeanty.Joseph
Jrme, Victor Carre et M.
H. P, Sannon.
Le i.apaura bientt un
journal quotidien qui sera
Le Bulletin Quotidien des
Auuales Capoiats i,
En recevant le Direc-
teur de c L'Abeille, de jat
mal, q n tait venu lui pr-
senter m s hommages, le l'ie-
sident eut ce trait u'eapfi :
( Je distille votre miel .
Noire confrre La Gai -
de signaie l dsespoir dea
habitants de l'endroit appel
Wel'-h o les calma os oprant
quotidiennement. Des lites
euoi aies qui an lvent les en-
la lits. L'une d'elles a a ta^ue
une jeuue filre de 18 ans ei
l'a mordue au sein.
Les Soviets ne badinent
pas avec les assassins, Was-
siliev et Slei n.auteurs de l'at-
tentat contre uu conseille!
de l'ambassa je Moseoo, et
condamns mort, avaient
sollicit leur grce du Comit
central excutq de l'U.R.S.S.1
I Cette gice a t refuss si la
sentence exeute,
Aux Gsyes, on se plaint
du nombre insuffisant des
gardes charges d'assurer la
I
Meilleure
Saveur
Le Fromaqe \mr>aia
Kraft a ime riehasae si
iae ?Hante, nnc bant
lue tous [n'avez j.-tiaaii
Irotnrri dans aictm Ira-
aiage. Vaos iiolerei la dil-
lniee la premire
eteae.
Il 7 a ua Irsmage irait
oir chaque goflt rto'i
vatre picier.
KRAFT
CHEESE
PAWLtT SALES IMI'OKAilM
Distributeur
Perlss-PriiM, Hati.
/&
amb %aitStpUiM a* ciufla t
rHuile de Foie de Mont
Agrable au gml el fccflema
ljmttble elle et! Il riMUS
r*paralcut de la Nutrtttn pW
excellent
Utmtelr REGAGN0H Oa
fWnniliw
Apnt Gnrt pour rEtpcrltthm t
Ch. MAGNANT
V. rua D.r.oud T. PARIS.tr
Monsieur Pluvise et ses
parents, ne pouvant rpondre
individuellement tous les
amis tant de l'Arrondissement I police de la ville. Ils ne sout
(les Coteaux que des autus fque quatre, parait'il.
[villes de la Rpublique qui J N^usavons reu le pr-
teur ont donn des marques ] niier numro de L In forma-
videntes de sympathie roc- Mon, journal hebdomadaire,
casion del perte doulou- paraissant au Cap-Hatien,
reuse qu'ils ontprouve dans Jsous la direction de M. Max
la personne de leur mre et Qusstel.
parente, dcde le 5 avril / Un des charmes dessoi-
coul, 10 heures du soir, lies cinmatographiques
. madame Emilie Franois, les ] Maltiana, c'est la bonne et
I est j remen ient bien sincrement l>elle musique qu'on y entend
UP- et les prient de croire leur j et qui vous change du jazz
. -;,-.-._
ORATIS...
nvrf chaque parure :1c 'k.pmu une
pointe pour eonvertir voire stylo
Parker DuofbM de poche en plume
de bureau. De tvnd i rtdis-
Inluteur.
En vente dws 1rs bons magasin.
*jrarke:
Vuojbld.
La plamc qui crit racdeiacni m %J \
MOIIR & LAWRIN DikiRiauisoRS
V. 0. Box a MeP irt-ab-Primck.
Cin-Taldii
Cl SOIR

Le grand film traraia
^Espionne aux Yeux Noirs
(SUITE )J
avec Mria Dalbiicni ei i-an Toulet.
E itb au film :
Le Fils de la Nuit
( SUITE)
Entre i 0,W; Balcon : l.US.
DEMAIN SOI H
Le grand et beau film
Le Passager
rie merveilleux rteur Charles Vano'
Entie : 1.00; Balcon : 2,00
Echec de
M. Gaillaux
Nantes. M. Joseph Cail-
laux, ancien ministre, et l'un
des financiers les plu* ex-
pertsde Prance,a chsn dan;
sa andidatnre la Chambre
des reprsentants dans la
troisime circnnscriptioi <\v
Nantes.
Cette circonscription av-
t pendant longtemps la
place forte de leu aVris'ide
BriaUd et M. Caillaux Bvail
abandonn le Snat pour se
prsenter aux lections R*n
raies nour un sige la Lh im
bre, M. Caillaux se trouve
ainsi maintenant sans man-
dat politique. Il a t battu
par Armand Dutz.rpublicain
de gauche, partisan du gou
vernement.
M. Heniy Pt, un dctqut*
tra vice- prsidents de la
Chambre des dputs, a t
rlu comme radical indpen-
dant dans la 1re CU"CC*"i*rip
tion d.i Ile ariondissement.
M.Henri Frank lin-Hou il lot-,
qui s'est teujours oppos
la politi me (I leu VI. Rriand,
a t rlu dans la Ire cir-
conscription de Pontoiae 'est
comme prsident de la com
mission des affaires trang-
res de la (Ihaubre.'iu'il a ins-
pir les critiques de la conf-
rence de la paix. la fin de la
grande guerre en 1119.
L'abb Jean Degrangs
prtre catholique romain, ;.
t rlu l une de la ln
circonscription de Vannes
comme indpendant.
M Alfred Oherk'rch.ancie
ministre, dmocrate rpuali-
ca'"n,a t rlu pour Slestat,
malgr l'opposition de M.
Ren lauss qui siger if dans
la dernre Ch mbre pour
('olmar, vdle hlstoique du
Haut Rhin. M. Hausse avait
quille Colmar pour se pr-
sent! f Llestat.
Le Monde
Naissance. Mr et Mme
l'hdippe Brun font part
leurs amis de la uaissance
de leur fils Philippe
T D'ALBERT T
La radio a transmis la nou.
yeile de la mort de Albert
2/lonws.ancien dput socia-
liste franais, et prsident du
Bureau International du Tra-
vail.
M. Albert Thomas, ancien
ministre de l'arme aient et des
munitions dans un cabinet
d'union nationale pendant la
gu rre. avait quitt le parle-
ment en 1920 pour occuper
U direction de ce bureau in-
ternational du tra "ail cr par
le Trait de Versailles. Il s'-
tait livr exclusivement
cette lche. Il avait fini par
s'identifier avec l'organismede
Genve, dont il tait la haute
personniliation.
Le monde ouvrier perd eu
lui un grand et gnreux d*
tenseur, et la France un de
ses glorieux fils.
profonde gratitude.
Port--Pinent, 20*vrl
nge
apageur et assourdissait..
1932 ff Notre con/rre La Libre
'iribune a boucl hier sa pre-
mire anne. Nous lui pr-J
sentons cette occasion heu-'
K^MBlfllMaUM smTOTCUMMIS^
g Toute? les Polices *
DE LA
ieuse nos flicitations et nos
souhaits confraternels.
VERS SANTO-DOMINGO
races, en laveur de voire R-
publique souvent Tout le reste
est calomnie et mensonges. Ls
plua nobles entrepriera humai
' sont souvent l'objet dtS at-
taques des jaloux, des impnie- '
ts et des tourbes. N'y alla- ]
thons pas hop d'importance.
Maia je tiens conserver la
sympathie et l'amiti de certain. '
ne vos i ompatrioh .
l'est pourquoi je vous de-, ,
manda de publier la prsente Domingo dota
< u vous adressant l'expression
de mes seuiim nll conhuter-
nels.
uj'attaqnant vous ov. z
tent de nuire a on h s ph,g
i
l'trang
%
Notre ami et confrre, M.
Stphen Alexis, est parti hier'
matin en avion pour Santo- I
est revenu '
dans la soire.
Il a profit de son passage ni
dominicaine pour
die. au nom dli Matin
une interview ai (< il.Ti upllo
I ys | Nous publierons bientt celte
I P^ge q"1 il inement, est des
comprennent la Protection contrela 3
Foudre sans auqmentation de taux"
iitQ.LeBosistCo

v
Aimu-R LLLBA. jplus intresiantss.
Aqtnts Gnraux |
OftV


%l
iilmui
i^qt 3

""? sartoul :
s BARBAN'COURT
aiere pi
??! : Rm CMT.
HENRY STARK
HE 10 m, EU FACE DE U GARE
CJfll r/lll I11.*-.
h'/rei ki ialti pour > utos
JT*h ordia ire, 1/4 ou P.iMeur Dur . c| roinp
i,rand choix de Moulures pi ur eadre*
hampes de nu il
U maison rpare aussi I.,J m,'airs tach.
SUES FWPUSMTBSEH FBASAISt
1HCHAKD PETERS, Frop
CH\AP DEMaRS, V 1217.
U SEULE BOULANGERIE EUROPEENNE EN HATI
SPECIALITES DE PAINS POUR SANDWICH, PAINS FLUTPJ
El PAINS HOULES. PAPS HOIRS. PAINS COMPLETS ETI
PATISSERIE FIHE, PATES. VOL AU-VEHT TOURTES
SOINS ET PR.IPTIUDE.
Tlphone: N 2069.
La maison n'a Das de
succursale.
SERVICE NATIONAL O'HGlENEl
ET D'ASSISTANCE PUBLIQUE
ESSE DE BOUT DE L'AN
0
Monsieur Lysimaque U
. bissire fait chnnler.le luu I
mai courant, gte Ann
a 6 heures ,! i matin, u
mtBt S)'cnn-ll -I- Requit
la mn oire rit son iou
ne Acphie Julien.
Le prsent avis tient ie
d Invita) on.
Port-ou Prince, le 9 mai 1932

Avis
La Compagnie d'Eclaire
fclectfique ries ville de Port-
au-Princect du Cap-Hatien
accorde un dlai finissant le
16 mai l#32 lous ses abon-
nes en retari pour payer
leurs bordereaax; pass cette
laie, le courant sera sup-
prim et la somme de un -
lfr reclame pour la rc% -
neation.
l'o.iai:.Prmca,V9 mai 1M3
La I) Er. n#N
A vendre
Un jeu de mvubh s de gale-
rie, 4 pices, sige .ressort.
t\ une glacire de 60 livres
(Il capacit. Le louttn parlait
tat.
Tlphoner entre 11 h.a.m. et
lh.p.m le Majorl'.A.Crtl-HON.
U. S. Marine Corps, Rue i,
Avenue Q, au numro de t-
lphone du Marine Corps
114-2. v
Victor Gastel
INGENIEUR ELECTRICIEN
raploy la Compagnie
Electrique de 1909 i 1929.
0re ses services pour loi
filiations d'clairage,de mo-
teurs, rparations de ventila-
teurs, fers repasser, delcos
fc, aux intresss de Part-
n-Prince^et desautres villas
de la Rpublique.
Adresse: Rue des Miracle*
No 121, ct de la Banque
Nationale.
Assurez-vous contre accident
11 General Accident Fire A.
Me Assurance Corporation Li
LHed,_Vve F. Berminghaat
Hsst Gnral pour HeHI.
feale Nstieialt de Nrclie el de
Pharinacie, Siclioa 'An Dra-
in ar, l'oil au Prie*.
Hygine Dentaire
Scolaire
BULLETIN (d) prpar pur le
Dpartement de Chirurgie
Dentaire.
On peut prvenir
la cap.ii dentaihe
Il est possible de prvenir
la carie et les autres dlectuo-
siies dentaires par le egime,
la propret de la bouche, l.'j
mastication suffisante, l'ins-i
peciiou priodique et I inter-'
vent ion du dentiste en temps
utile. Les parents doivent se
rendre compte quils sont
responsables de la sant ac-i
jtuelle et tuture des dents et
Jfde la bouche de leurs enfants.
j 11 importe beaucoup que la
' jeunegnration soit instruite
de ces choses que le public
ignore parfois. Combien de
fois n'entend-on pas dire :
Comme je regrette d'avoir
nglig mes dents quand j'-
tais jeune la ou : iSiraespa.
rents m'avaient encourag
visiter le dentiste quand j'-
tais petit, je n'aurais pas p r
du tant de dents I
L'Age mr. par exprience,
se rend compte de l'inlli en v
qu'exerce les dnis saines su
la sant. Le vieillard qui ar-
rive bien conserver ses
den's en rend gr 'en a I
La sant de la bouehe, com
celle de ton! l'organisme, ri
ppnd, on m sai rail i .
repf !, t, ,tes :,|, .,.,), s (|e |
de ri : cn, qu'il agisse |
mangi r. du boii d >
ou de l'eie eu e. I hes i
,p. les h I''u l< s. (fuel
qi elli s soiei i, so< t si loi
menl ancres qu'il est difj
cile de les i hange-,
L'enfant d'ge prscolaire
n'a pas encore d'habitudes!
invtres. Il prend celles q ,
lui donnent ses parents
Qi.and il entre l'cole, les
habitudes prises jusque-l ne
sont pas encore stabilises;
son matre on sa uallresse
de classe peut, s'il en a la
volont et la patience, et s'il
a conscience de ses respo
SSDllits envers le pays, le
mettre dans I bonne voie.
il dpend eu grande partie '
du matre d'cole que Pen-
lant. la fin de sestu les.-
mentalement et physique-
ment prpar bien remplir
son rle dans la vie. et mme
qu'il soit en mesure, quand il
sera chet de tenaille, de cou
Iribuer former une gnra-
tion pins vigoureuse.
Les instituteurs, les pres
et les mres de famille, tons
ceux qui se proccupent du
bien-tre de la gnration
qoi pousse sont instamment
88-80, i,. topol
PARIS
vsni
l* fllEIUEUI fflAHCHt DU filOIW
H des Premires Rtarguii
et touicurs m premire iraicteir
UNS SEULE QUALIT :
\k MEILLEURE
.-,?.
ctaynn Spcial
p3UR LE$ COLONIES
MOOUEniB, HERDOaiSTRRIS
SPCIAL! DIS ,
Franaises t; ,,8
SELS DE QUININE PURS
Tout produit t er, /lacent,
*mpxmle$, comprimai, cachets
SOLUTIONS HYPODtRMIQUIS
BOCAGES, CEINTURES
'AS A VARICES
APPAREILS HYGINIQUES
pour toui usages
Apptralls Orihopdlquss
Stringut hypodermique
Phirmiclt di Pocbs, di Voyigi
Coffres Pharmaceutiques
cour usines, cemmuoee, ete.
Projets de Factures
et tous renseignements
iur m*n$ o.lrrmio
Phrmacie CANON NE
49, Rue Raumu
88-90, Boilmrd Ssbaitopol
PARIS
MAISON UNIQUB
AUCUNI SUCCUR8ALI
M o* FrauM ai k l'BtraBgnr
is de pu
;| ti ;i la prvention
d ibrei icani
q" qui rsultent .les com.
pi aliom de l;i cariei
i L'usage jom de la
1 ise .i .lents rs< oi e excel
lente habita le qu'il faut pren-
<' ds le jeune |ge. J|
tcoup a luire en Hati sur
: '""' I t usez que sur
'' l(l sVcolii is (m mjnes ^
'' :"-l' i ce, 2C00 seul -
" e serviro
' menl de la bi
f lents), et le cor alarn
cest .|ii-oi) ;, observ 14 359
'' ls caries dais ce peu
m u ches.
. > La farine HAri BAS *.?/ fm.
I \brio t! ri ? bcularcjcrs
LjU' ; (1 <.s (\i\i:~
tncs seulement plus chre
Qlw t es marques-,
mais le / menl qu'elle
donna est sans pareil.
Avez-vous dj travaill
\ alUis ?
Lhi passez chezlet
commerants suivants :
16-ESTVE ^ c ^
IDE II ; -
P.
JEAN ASSAO
ES. GERMAIN
.-........ a.
BI.A( R VRLI Mil I l\G
A I I I \ \ l.,i ft.
kuit.ii. ;iir. M...
h. BOLT
Achetez-la avec confiance!
Travaillez-la avec orgueil !
G. L. VERRET
t ASTHME'"'"'- *
Ssuiafenum | ,
^lobuFc
Rtsultaltm i
oufi Pharmi.c m
B.LALICII' .JX, %

TIILLEUI-IUCIUIO
Habilh | nce
et distinction, en voua adres
ant la Maison
C. L Verret
Rut Iraoersiire, N > tlkvwi
linage de la Douane preiiu'en
foede ii maixon ltre,pr
IHttlSea Vie*
L'une des plui anciennes de
la place qui a couse v son
bon n nom.
()n v IrouvelelravaM le plus
soign, coups lgants la
dernire mode traniiseel an
glaise.
Spcialits : Habits et v
meule de < rmo
I RlJt MOORI
IJDUMfGUE OUIITE LTOO-
CIATION ATHLTIQUE DES
AMATEURS
Pari, 3 mai Jules L.
donmg ie. dtenteur, non.
offi ii I < iiH'n'.Ho record mon.
dial du milles eu 1 minutes
secoodes, a donn sa
de membre de
I association athltique des
amateur :i a t rcemment
suspendu par cette associa-
lion qui u mis en questioa
sa situation d'amateur.
Les [oui naui prfeno>nl que
; Ladoumguo considre une
oflredetourneaus Etats Unis
probablement avec l'aavo
mi, si le couieur linlan-
rfais pas n intgr par
I i I ic;.t]>jn ioteroaticDaie.

Insurance Co
Une des,) plus forte* COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
ur la VIE
EUG. L* BOSSB & Co
Aoents Gnraux
LE FAITEST INCONTESTABLE
R h iu Saillie
C'csi la quintessence des moi Heures
jvarits de cannes d'un vaste lerriloire
rimissanl les meilleurs terroirs
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAPF7'
** iBBKMM



Jeudi
12 Mai 1932
Le Maiiu
l^PAOBI
Ptrt au-Prince
Tlphone : 2244
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire &
atpilll ."I fit*
Accidents
l u laiterie bmley Voulez-vous
5 Jfn
Lit
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
S-sPo -'s c,,'.,. :H".i'lenlssonl valables dan l'univers entier, loua lett,-
aurs
d'au mi
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
&OUSAGENTS
Agent Gnral nour Hati.
t'ort-au-Prince. 10- GILG
JEAN BLANCHETJrm'e
MUE PUS DE HUE 1 PEUT TU l isK!Sf ?
TERRACE-GRDEN I Avis
G/iez W. KAHL
Petionville
6 mai 1932
Anloine Pierre, H aos, Port-
' au-Prince. Blessure tranchante
de la. uni- de la mina-ic^, l
,lu p ^net droi', tac dorsal*,
rie la lgion hypo mer roit
(hospitalit).
Nehon Thodore, 45 ans,
Croix ries-Bossales; ContuMon
du cou de pied droit.
Term dor llaglolre. 20 ans.
rue du ( hmp de Mars. En'orse
du cou S pied dn>it.
Marcel n Facto, 30 ans, lai-
ne*. Hssare contus* du cuir
chevelu. .
Blan Blice, IT *ns, C-oix-
des Missions. B'emon contuae
de la rgion frontale.
Albe.i Vclor, 22 aas, Duvi-
vipt. nontuttoa tu thorax (hos*
pitl's )
7 mai 1932
St-Fort Job, 14 ans, Pisjaette.
nieisure contuse du cnir che
velu, et contusion musculaire,
(hospitalis).
Fidle Lhrisson 37 ans. Croix
des Bouquets. Fracture da 1/3
externe de la clavicule gauche
(hospitalit*.
Livraison propre, nygini
que, en bouteilles bermi>.
quement cachetes, labn
de toute falsification.
Transport tait en rlngi a*
en* a ro'ie*
1313, Grand Hue, Port-au-
Prince.
Russir dans vos tudes uo
taire russir vos enfjuts,grce
une mthode d'enseigne-
ment classique excellente?
VOULEZ VOUS
IJ ie pot. * on anr i) | g
Iniois d'tudes srieuses i, St
-Da tyloLanguesvivan e
Comptabilit)
Grsnd'rtne. Blessure contuse de I Songez que Mnslitr.t Tlp-
la tace, blessurs sous orbitairt, p*UL\UER se recommanda
rosion del joup. et s'impose voire attention
Maria Laloatant. 29 an, ru* '
par les brillants rsultats d-
j obtenus.
llT7Rue Lamarre.
Tlphone 2891.
HALLE LOUER
Traversiez. Blessure tranchante
de l'avant bras droit, psrtie su-
prifure externe.
Maguerite Chrubin, 9 ans;
rue de l'Egalit. Blessure tian-
hante de la plante rin pied
G'k'on M-rabeen. %\ aus.BeU
Air B''ure du majeur gauche.
Marisene Jean. 15 ans, rue
Joseph Janvier; Morsure de J Moiti de la grande halle,
(bien au pi"d. ? lise Rue du Magasin de l'Etat,
S'aphtn Feraand. 4i aas, a coit de la maison A!trs4
Porl-an Prince. Blessnre Iran-, Cooke, rcemment occupai
chante du ponce. ) par ja Gendarmerie d'Hati.
St-Flix ftln, 2 m. Port- ps.adfSter M.uenry TAU-

de Chapeaux L Indigent
es.
l.fM pieds d'aHUn le. Lctablissemeut le plui Iraisde
virau.s Me l'oit jm -Prince. .. .
feulement 15 minutes d' ito sur une excellente WOie
i#halte. Vues merveilleuses le la ville et ju pon.
r Boissons di toulcs espces
^rangements pailiculiers
t-esaaine ou de mois.
CE QUI NA JAMAIS T FAIT
CE QUI NE PEUT ETRE DPASS
Kola] Champagne
F. SJOURN
Prpar djns des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparation et Vente
amucirF. SEJOURNE
Angle des rues houx et du Centre.
il vi'-nt de s'ouvrir l'h-
pital Saint Fianfois da Sales,
avec le concourt du Service
, Natianal d'Hygine et d'As-
| sistanec Publique, une cliui-
! que du soir sous l'appellation
' de:
3 Dispensaire iptial de vint-
rihgieei de syphiltgraphit .
' Ce dis ensa ie a pour bu
i de permettre aux journaliers
pour les pensions de jour de ("ouvriers, domestiques, etc. )
atteints de ces saunes d'atec-
tions.de se taire soigner r-
gulirement sans tre obligs
de ugliger leurayoccupations
journalires.
Ce nouveau Service s'occupe
de laire las lavages urthraux, | Cyrius Jo i h, 8 ans. q-iar-
les pansements pciaux, les tiarat Joieph Blessure ronlase
injections intra-veineuses et de la joue gauche
Henriette Dacelin 6 n, swa* | ,, .
KS*KrJS.iLa Manufacture Ilailienne
Antoine Joseuh, 15 m, Mai \
son Centrale. Blessure rrntuse
de la ja-ie droite.
Frdrique Angibeao, 22 ans,
Rifire-Froide.B'essure coa'use
da nez.
9ii.no-. Bo-no, 17 ana, Peu de
Chose. K'artu-een hoi< vert d*a
deux os de l'avan' bras droit 1/3
in'rieur.
Lonie Sylvesir*1, Poste Mar-
chand B'esure con'itse de l'ar
cade soi'ci'* gi 'Ch .
AIHdi Jn S- ) 4) -s, P. '
au Princ. IV iif o.i * de
la loue droi
Nota Marti >, 4 an* l)i
Anbry.Bkssore coutume I > eau
chevelu.
Joseph Jrme, Il ns, rue
Dr Denoux; Contusion du front
et du membre intrieur giuche.
Andr Biaise,?i ans rue Ru-
nion. Coatuaion du pouce gu
che.
AVIS AU COMMERCE
La Panama RaHroad Stcainship Line a lavantage dan-
baaaer les dparts suivants de New York pour portail rnnee
Haiti, directement chaque mardi. Tous les steamers sont
paarvus de chambre liicoii'ioue
Br>*rls de hew 1 ork- Arrwaget Pori au -?rin.
autres. Le lonctionnement de
cette nouvelle ceuv,e huma
nitaire et sociale est assur
par un mdecin chel assist
de deux aides-medecius et
d'une infirmire.
Les consultations se don-
nent dans une des salles de
l'hpital St -Franois de Sales
de 4 heures t> lires- 1/2 du
soir.
8 mai 19.12
Andr \de , 15 ans. P rt au
Prince. Sub Luxation du poi-
gnet.
Sainlin^ .lo-ei h.27 ani.Boun
don; Con'usion an front.au cuir
chevelu, b'essire contuse du
coude gauche
Charit Joseph, 2a an s Wharf
aux Herbes; Blessure contuse ds
la lace.
Antoinelle Marc, 45
ns,
Steamer tBoenavenlura > le 3 mu VJ'M
Steasasr Ancon le 10 mai
sWamer aGuayaquil i le 17 mai
Steamer tCristobas le 24 mai
J| "Bjeaa veiitura1' le iwjuin w*
( "Ancon" le 7 juin
mer ''Guayaqi il" le 14 juin \Wl
apjmerj,,Cristobal' le 21 juin 1932
Steamer 'Bucnaven'nr;" le 28 juin
Staamcr "Ancon" le 'i juil et 1932
Steamer "fluayaquiP li- 12 juillet
le 0 mat 19S1
le 15 mai 1M'2
le 23 mai 1132
le 29 mai 1932
7 juin 1011
le 12 juin 1932
c 20 juin 19.12
1 26 uin*1932
le 4 juillet 1*;<2
le 11 iuillel
le 18 juillet
1932
1952
Panama Railroad Sleampship Line
Jasll. C.VANREED
Agent Gnral
Idal RImiii
ALIX ROY
30 annes de succs.

allciiliou
.-* ***>
Lykes Brothers SS C lnc
.!
Taxai Hati Santo uomingo Porto Rico
La seul service hebdomadaire et rgulier passagers et
MX entra les porta du Goltc du Texas directement avec
P&rlau-l'rince, rlaili. ...... .
Pour la rception rapide et le maniement habile rie vos
importations, servez vous toujours des navires de .' LYlvE
UNE.
Les prochaines arrives a Port-au-Prince sont
mer Velmi I.yki
Steamer iGenevive l j l et.
er lAlmeria I ; i.<
Steamer Margaiel i \kis
Steamer RuMi !
(> nv i
2U a
27 mai 1P32
3 jiin 19*5
1982
1932
ir BUVM: R <8 Magasin de l'Etai. Boite Fostare B
PROGRS NOUVEAU
RHUM N0b\hAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DLFIANT TOUTE CONCURrtENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que U
fente de ses CHAMEAUX se lait, depuis le 4 janvier, il
N- 2027. GRANDRUF
an face de son ancien local
Les Clients y trouveront le mme accueil.
BON MARCHE. CLRIT. COURTOISIE.
Martinez, Marcelin & C8
Loterie Nationale d'Hati
41 Rue Bonne-Pot. Phone*: 3358
La Loterie Nationaled'llalti est ^
une institution hautement humanilaire par la nmllipijj
d'uvres qu'elle se propose d'aider, une chance ne si
tre offerte aux homraee de toutes conditions de forius*
Employs Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salarie
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans panj
leur budget raoyannant deux goudes, peuvent gagner r
mille gourdes. Patrons de Commerce.Chetsd4Indusiie,pi""
aux iusufBsances des Tentes, par l'achat d'un billet, quiw"-
libre du souci des chances* r a.
Mdecins. Avocats, Ingnieurs. Snaleuis, Dputs, (j"n
Dignitaires de l'Etat.Raprseatants de l'Intelletlualil, J""
aalistes
Donne l'eiatirplr de vo're fo'id^rit sociale.
Rentiers, capitalistes, somme en jouant, augmentez
s voir. ,U|
Vous tous qui habites' Haiti, rendee-li service "
miip billet del LOTERIE NATIONALE D'HAIN.
Laboratoire SJOURNA
DlRECTURS
F Srj urni>, Pharmacien
R Sjourn, Pu- r de V <
M. Sjourn, Phsrma l'univers
nterne de^ Hpitaux di I'-1 IN
Analyses d*-s Urines, du suc gastrique du sang
permann, Ure, Constante d'Ainbard, Glytnuc).

a\


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM