<%BANNER%>







PAGE 1

%  A % LL NKJV, M S 1.3 -tia**j La pluie nouveau avant empch tETlii-O l 1 renrsentation |>RIN< Bien av.mi :•> ym >ur Pradel. il silaissa sui nommer le l'rint s;ms aucune pr ecupation de chapelle, m par snobisme puisque, i-ii lui uimoyen, il tail uiul i dn s p eism ,1 IUIV. ncnt et < i I rfej Gueux. voulez-vous, chacun a son ehatn, dans le mieu.i de leurs intacts. Vin an IL, 1)0 IN hmesdePoitrinc Cdent devant ce traitement sali celles des aillleS. t; mine journaliste, son commencement lut une I r oue: tout sur son passage lail bouscule e) cesl juste pendant qu'il Irappait ainsi d'esloc el de taille en m uns, son pe rduite au tronc m qu'il lui renconIr, de\. ni da istocraliques labis de bte, par un baron, noble auianl de cœur el d'espnl que de moyen-, pu lui proposa allaite | our une imprimerie dep lis longlempsau rancart.Mais, dans cette imprimerie et son local poussireux il y avail un chemin : celui de Damai Prinre s'y engagea ave. d< mination. Un grand quotidien tait n. Son su,ces sans cesse grau} dissanl et dont le cours n'esl pas achev, est l'ail des exprience^ de tous genres : bonnes et mauvaises,mondaines cl lau^ boni ieniics. politique • el senlimenlales.rappoi 1er-.lses nombreuses prgrinations. (. a r, quand son journal.au nom symbolique de' soleil levant, parle, •n le seul aprs lui qui dit %  (. ,/. tais l, telle chose unvin , ci vous y croyez lre vous-mme. Il a le culte de ses anus ; quand il les laisse en chemin, ces! que ce sOll eux qui l'abandonnent iniais ils ne lardent pas revenir.malgr mme, parfois, Capoue el ses dlit r 1 -. S'il fallait le peindre sous toutes ses laces, il ne faudrait pas moins qu'une complexit d'images, soil pour .e dmontrer le Gordon rjennell de noire journalisme, soil pour expliquer le cumul d< ses dons naturels, ce point varies qu'on '3 Prid ck; ur la laMS fondre I i l ment V ie us VAPOUUB Pour Tout Refroidissement LA SITUATION DU CABINET il arobie que m us soni nus la veille d'i l e ciise ininistrulle.s'i i. i en croire |f bruits persistai s depuis deux jouis sur la i i mission imminente des nu n h es v rrbinet. Dans ce cas, la qresMoi r>t de savoir qui hi mines > Prsident de I Rpubli nue l< I.I appel i o i BUCI I (er aux minisln s i *'il s'ensoivra uni 11 uvelle rientatiou polili C'est cela qui int % %  sse l'opii ior.. % !" ^" %  mm a i MI m L'EXPOSITION INDUSTRIELLE sur le rapport ont ete toui par le resident.Mi 1-. t.. Lbelltsen, et .Mi F. Falton, tiesorier Le rapport a t vote. Mr Lhrisson demande son rem place meut, l'a. 1 semble proteste et le i onseii a t maintenu, saut deux membres absents du pays qui on ete remplacs. Toici ia composition : L. i,. Lhrisson, Pisident, rlu pour la cinquime lois depuis 1924. 11 avait (litige J la Socit de 1911 a 1921. Melie M. Lorvingtou, uc; MM. Lon Laieau, e< rtain gnral ; t bilippi ( m. > secrtaire adjoint ; ble a nomm Mgr. BeauClement l'othel, animiste',. in> M, M. le duc de Bauflrebibliuthecai lmont et Perte, hommes < : r Les i eu! conseillers sont : 'lettres, Mgr Jan, Evque du Le IL P. Richard, Mme R. Le-\Cap-Hatien, membres d'honsent que le Ciel lui lirement clment, • : PHINX lu parlicuSIMIINX. P rebours, Mme L. Dnb, Mme Florez,.Mme s. i afontant.M.M. issaint, Borday, Melie J. [)u\,c el l,i. i. bori y. Les deux derniers sonl us nouveaux couse il lers-L'Asse ailleurs. Ce sont d'heureux choix. Mme E, Rouzier, si apprcie par ses collgues, a assist la luuion, comme membre d honneur. Une encre qui malnilant un atylo propre Pensez h < %  cuink , la nouvelle encre qui se lcha rapidement et qui contient un agentqiti actaelltmenl maintient Totre plume proj "Quink"ne contient aucun ingrdient, cou'.e avtc douceur, facilite l'criture. in vente dnus lu bons magasins. MOHR & LAUUIX DISTRIBUTEURS P.O. BOX MPRT-AC-PRIKfB. IS M >s ruPrcsper Cbrisj h > • F'I e\ or %  • %  i \|.. Murt Berneduite.M i, Hll c Umostb (s le i e et burs ffiti nts \ () De. i • SAN i b r-;BR MAINS, PIOfRES ET SAINS MESSE OE BOUT DE Ll L* m< rcredi 11 mai cou. raut, 6 h-'^rcs et demie do matin, st ra hante a la Ca. thdra e une messe solennelle de Requiem la mmoire de Madame • lem< nt Pothel, ne Anna H< nn ugustin. De la l'i'ii de Mr Clment Poihel el des : utres n • ndim de la tan1 '' de la rtgrette I disp-r . j Le pn •' ni H nt 1 eu d'in| vita'ioi \ Port au Piince, le 2 mi 1932. MOHR &' lURIN, P O BOX M.Distributeurs Hue Roux tl du CeDtit, Port au-Prince. Cin-laldy LJL SOIR .\n On .i scierhe t en /die Les Aventures d'Anny Entre l 0,#0; Balcoa : 1.1U A PROPOS OU BULLETIN commun* Nous avons dans un entrefilet signal la non-pi rulion/epuis deux ans. I'U Ihdelin de la Commune de Port-auPrince, nous h.Rant ;eisi l'cho de ceux un s'inlrej saut aux afl;iir. s p.i bliqi aiment tre renseigns par les publications officielle?. LE NOUVELLISTE, rponM indirectement uotre note,a eu l'air d'expliquer que I Commune attendait le rapport du contrleur de dette communale iv;.nldi publier son bulletin. Et L' J cTION NATIONALE, qu'on se savait | t-s si pics de M. l lllVI gneaud d' se mettre incontinent entre Notre Œdet lui. On ?e demande ('e quoi retourne cette attitude de !l et l'autre Conl'-es. idi'J a un texte de loi relalil a publication du Bulletu? Communal . % % %  %  %  % % %  ntifii Toutes les Polices DE LA ISSE2 Ml l DE CE SAVON BLANC PARFWMiE un 5S37 IUX mm SAN ON DE TOILETTE Dl I PARFUME. %  i m comprennent la Protection contrela l w Foudre sans auqmentation de taux FMI.LP ltosftP#ft> ; tipose ll '*" lit qui rvle la technique des fabricants. MOHR A i AURIN, P. 0. BOX lis. — Distribueturs RutRoux et du Ccrti-,. Port-au Pi.ne. Aqtnts Gnraux



PAGE 1

r IPAUl^ 3 % % %  n >*l iliiiii ttla reaeaaaa • eagard i m face De aa %  •' ni ul : BAI I lURT .. pc : Rue Csar. -w I 3 Panama Railroad Steamship Une A( ents aux principaux oorls d'Europe. Service de \rcl el de passagers cntie Europe el Amrique. Angleterre G. W. SELDON & Co, Ltd. G. W.&USLDON Ltd. 17, James Street, Fen'ou House, LiTERrooL, ENGLAN 112/113 Fcnchurch Mreet, Londou E. C. S, Euglaud. France MORY & Company, Atlantic Freighting Corp Div. 155, Uoulevard de S lasbourg, Havre, France MORY & COMPANY, Atlantic Freighting Corp. Div. 74 Ljuai des Chartrons, Bordeaux, France Ilernu deron & Stockwell, Boite Postal 78' Havre, France. MoBT & Company. Atlaniic ? eighling Corp.Div. 3. Hue St Vincent de Paul. Paris, t tance. MORY & COMPANY Aiiauuc Feighting Corp, Dit, 7 Hue ilf la Rpublique, Marseille France. Gellatly HANIE & Co, 21, Kue de la Rpublique Marseille. France. Allemagne Atlantic lu eighling Corp. Atlantic Freighting Corp. Ballinhaus, Haniburg 1, Germany. Breiieuweg55,Bremen, Ger. Hollanda Atlantic Fi eighling Corp., Ailaulic Fi eighling Corp. antwerp Division. ~ Kouiugin Emmaplein S, c/o 'teinmann &. Company Rotterdam. Uolland. F. O. Bo. 1069, Rotterdam, liollane, Sude A/B VV. Larka, Atlaniic Freightiug Corp..Div. eppsbron 10, Stockholm, Sweden. A/B Pette.sson et Holmsirom, Allautic Fi eighling Corp. Div. Skeppsbron 3, Golhenburg, Sweden. Sven Jansson et Companar. Atlantic Freighting Corp* %  Di* Norrk >eping Sweden, Simon Edslro A/13 Atiauuc Freighting toip, Div. Malmo, Sweden. Bernhard Bergh & Co Atlantic Freighnug Corp., Dir. Iialsingborg, Sweden. Belgique 2llantic Freighting Corp. c/o dieiunnuii et *-o 4, LJuui Jordaeus, Antwerp, beigium. Danemark E. A. Bendix et^Compan} Copenbagtn, Denniuik. Italie Espagne Agencia Maritime Delgsdo. Bacelona Spain. Norvge Lauritz A. Devold A. G. Atlantic Freighting • orp.Div. Aalesund, Noiway. La farine BATBAS est Imbrioue pour les bo : dangers senss. Elle coule quelques centimes seulement plu* chre que les autres marques, mais le rendement quelle donne es/sans pareil. Avez-voua dj Ira vaille Bat'Bas? Eh bien p sscr chez les commerante suivante : E3.E3TVE i C V 8 A.DE ATTEiSSS' P. BI.ACKV, II. J, Mil I.I.NG £ El EVATORCO. Kaaitu .HT. Mr. ED. m k. BOLT Achetez-la avec confiance! Travaillez-la avec orgueil .'Ceresa et Company Via Banchi 3, Ganca, Itoly. .7 Fleurs Fleurs! ~e — On irouvera chea Malle TL tine Augustin, Bai Feu "e Chose, des leuri, couronnes, rorbeillas de fleurs naturelles, tic, aon march. HALLE A LOUER i LA LAITERIE BAILEY Moiti de la grande halle, i Livraison propre, ivgini%  iae Rue du Magasin de l'Etat, I qu, en bouteilles hermejfc ct de la maison A'I-ad qaeme-i cachetes, l'ion Cooke, rcemment occua da toute falsification, parla Gendarmerie d'Hati. Transport lait en rfrigraS'adesaerM.leniyiT>r\K' teara roues. Rua du Quai, an lace da la 1113, Grand'Rua, Fort-aigare. I &*•. • Pour Gurir u Eviter • MIGRAINES, CONSTIPATION CONGESTIONS, TOURDISSEMENTS EMBARRAS GASTRIQUE IL SUFFIT de prendre l'un de vos repas (tout 1*1 deux jour* ulemrnt), une PILULE du D DEHAUT 147,Rue du Faubourg St-Denis, PARIS Mais llfaut exiger les vritables qui sont tout fait blanches et iur chacune deiquellei In mot DEHAUTAPARIS •ont trit litihUmant imprima* en noir Vo niez-vous Ru ir dans vos ludes uo tyiir r< iusir vos enfant? une n lhode d'enseigi meii' iique i ici lli VOU1 17. VOUS A louer Pelilr mi in I 01,— ConlOI I lU'iih ; DP. dresser,pu r les ci di Mr Lissa !e. I i i ession api moia 'l i ludes s. es ( St %  e-Daclylo, Langues vivante Comptabilit )' ne l'Institut 'Il PENHAUER se recomman l< j ScillVGZ ci Mini 1 se \olre attention pai les i 1 illanls rsultats \i\ obfei us. 15 '7Rue La mai re. Tlphone 2891. KCHOS — Le Prsiden Woci .1 a un un 5 au t ur. — 1 1 lie prochai i, 8 niai, Ca tdelon Rig H 1, c la S cit et de Gographie, ara au i tcal de la bibliothque du Lyce l'etien ilrence sur l'coromie 1 olitique. t du Drapeau sera ie 22 mai l'Ai cahaie. Le comit du drapeau prend toutes les disposition! CS — lu !ap-Halien,UD g %  "-ne u • ante jeunes Bllai va de ni ison en m i on dos souscription! mration des .1101 urne que?. — t ii annonce la parution ; 1 i Cap-Hatien d'un D I hebdo loi mations sous la d 1 de Mr Max Q rstre ci 1 Itre I ii Plia: signale trs juMi i indiffrence ceuquelle est trnn ussi importai l',11e de IsJJRvision coi stilu; e.i -1 .r pont mtallique com* ir la 1 Y ie /s/et es Cay< s v est : itcndu cetti h arrive par un ; a Coiombiau Liue* fin signale 1 ua le tria* I de Si Louis U' i!c plus d'une e l:i limite de cette \iile. .ait-il, dam le but de favoriser un tranger et connu rai 1. Le Dpai ti menl de l'Intrieur doit avoir l'oeil sur les laits et gestes des magistrats coinmui .1 licle de l e ds l.'Ap1 poui litre! I e Pisident Vincent, le Snateur Prsdal el la politique de concentra* 1 lion nationale, — L'actualit parlemenlairi est la soi ie d inti 11 ellalion du Secrtaire d'Etal des Travaux |)>il)lii s par Mr. 1*1011, dput de la circonscription de Tiburon. vos livres o Aaaurc %  %  oui contre accidi n A mile Aasi Yvr 1 /•is' pm>r H^'ili. \ r/ vol" livres et col* Ire'; i IMIUVais et: t m ri ai relieur con**1 habile lu CAMII I K, Rue Bonne: Insurance Co une des plus fortes .COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE aur la VIE EIIG. Le BOSSE & Co Acrent* Gnmnx 1 :tM ' t LE FAIT EST INCONTESTABLE! I I nll 1111 Saillie i C'est la quintessence des meilleures Aa varioles de cannes d'un vaste territoire] runissant les moi oirs t.est ce qui fait son arme. GOfTFZ ET COMPAREZ %  %  wr.jaaii



PAGE 1

Vendredi G Mai 1932 Le 4,r v *** • %  •ANllte.ilMW Pc-rUa-Prince, Tlphone : 2244 ASSUREZ-VOUS l General Accident Pire & Lifu Assurance Corporation Ltd. de Perth (Scotland ) LarlaGENEP a esl Hntdei plus pui-wantes et des plus vaiei nraitttlM •!r ce genre. I e seli il ne *• cauche jamais sur son champ d'action qni embrasse la s-s Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns wr la toadfa Ses Polices rour Automobiles couvrent vols, la s, malveillpoce. dommtgM cu :i autrui dan *s perfenne u dans sei biens. Ses Polices Maritimes mise* par ses branches dTsurope sont payable en Hasnv Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Ions les voyafars devraient donc prendra la prcaution de se munir d'une police contre accidents. a"an moins 4000 dollars, la prima aunueile n'tant que de \ 2 •/. soit 20 dollars U Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves Ht (LIGNE COLOMBIENNE > Tlphone N 2323 Le vapeur "Bogota", v"oy. ISO, partira de New-York le 1 29 cri mr tous les ports hatiens. Attendu Port auPrince.le 7 mai prox.,eu route pour ks ports du Sud. Sera de retour le douze mai pour prendre Irt, passa ara at malle pour Cap-Haltien st New York. I r -, sur "Martinique', rfira de New-York 1 ,.>i >roc., directement p )ur P irt-au-Prfitce. William E. BIO, Agent aroit llricaine. Binlu e do Sme deg Rene Tlmsque, Il Mfcj | l'-paule, bi i droit ruelle Dutori; Morsure de chien i dos. de la rgion antro-mdiane ds \ SOUSAGENTS A*ent Gnral pour Haiti. (•ort-aa-Pnuce. IG. GH.G JE AN BLANCHETJrmit M'OUBLIEZ K DE FIE UN PETIT TOUR A TERRACR-GARDEN Chez W. KAHL Petionville V SI UM pieds d'allitn le L'tablissement le plus Irais le virnns de Port-ec -Prince. Seulement 15 annules d'i nto sur une eicellents routa asphalte. Vues merveilleuses le la ville et du port. Boissons d< toutes espces. Hsitai Giarsl Ualtfan Accidents 2S avril 1932 tAgina Grenier,40 ans, Htel Palmiste, Morsure de chien. Roger Pouil, l'2 ans, rue de l'Egilite; Blessures contuses des deux geroux. dp la rgion externe et mdiane de la cuisse gauche, du coude gauche, de a Uvr^i lr. et suprieure, aignement da nez, taille de t'iaciaive sunHenre gauche. Alexandre Richard, 1.5 ans, rue Montrais. Blessure trauraalique de la rgion mdiane du tront. Thrse prudent, 8 ans, Bas Peu da Chose, Blessure contuse de la jambe gauche. Edi h Ren, 1 ns, Peu de Chose. Corps tranger de la m lin gauche, Robin Mlina, 22 ans, rue Dr Aubry. Blessure tranchante du pouce gauche. Lonidas Joseph. 38 ans, LimdeZone.Con'usion du thorax. Richard Stiven, 40 ans, Croix des Martyr. Brlure 1er degr 1 de la rgion externe gauche du cou. | Elie E'hard, lfians, rue du Centre. Fracture avec dplacement des deux os de l'avant braa l'avant bras giuche. Saintim Lginette, 23 ans, Poste Marchand. Blessure traa nWique de la rgion mdiotronlale. Mrilia Mrilan, tt ans, Poste Marchand. Morsure humaine du pouce gauche. Dauphin Antoine,22 ans, BelAir. Blessure contuse du poignet droit at iorte contusion de la rgion externe gauche du thorax { hospi alise ) l'aul Emile M aido e, 32 •, H sec; Blessure eo iUne de l'arcade fO irci ire g iQch*. I ucien Jnoins, 23 ans, Ch-mpdeVars B'essure cou luse du cuif chevelu. Beaubrun Lelaite, 20 ans. Peu de Chos Besseure contuse de la rgio trontale. LoniBen, 13 ans, Parc Leconte; Blessure contuse de la rgion frontal*. PhilibT .lonchin, 25 an 1er Mai VJ32 Annstasie Mitiie, S ma, n<,. Logne. Coutusiuu nasal • lgre rosion. Charitable Sadet-Cyr, 25 . Cioix de^ Bouqaj Bieum contuse du cuir chevelu, rgion paritale droite, fractura da 1/3 inlr. du radius gauche. Yolande Gauthier, 8 ans, Bois Schultz. Blessuie contuse du l'arcade sourcilire. Lucien Rensy, S ans, Martii. s n Iesure ton i.-t ue a ,ogion trontale.. N ./aire L z rre, 83 PUS, ne H,v<> i tion Contusion dipouce. Anodin P lion, 12 ans, Croix des Mi yis. Contusion de U bosse parital gauche. tlicia \lcv. 25 an, rue Ma gasin de l'tal Blessure contuse de l'arcade sourcilire droite. Scott Yvonne, 0 ans, rue Deo* nery. B essure piquante 1* pi'in' 1 du pied Gauche. | Fort Si-Clair. Blessure trauinaREVEL&TI ILES tiqua do menton, ct droit. ^ lu % %  %  CIEWCSOCOITBI Sloge Itery, 10 ans, Prs du Sacr-Cuaur. Contusion du thoi rax. Nicolas Olin, 2dans, rue Amk. ..'ClTTa ci tic'>wlfch rue ir* 1< .. M uir:r. m un -1 .r.n .Sr. je, ;:\m La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne r t arrangements pailiculiers pour les pensions de jour de J semaine ou de mois. St& E N'A JAMAIS E1E FAIT CE QUI NE PEUT TRE DPASS Kohi Champagne F. SJOURN Prpar d mi des c niditions rigoureuses D'ASEPSIE Prpart! >o et Venta NARiuaiP. SEJOURNE Angle dos rues houx el du Centre. AVIS AU COMMIiRCr: Le Panama Uailroad Sleamsbip Line naaaer les dparts suivants de New York | Hati, directement chaque mirdi. Tous I pajarvus de chambre Iriffori i iue BpTts de hew \orkArrivages a l Steamer tBuenavenlura i le 3 aai \'JM Staeaaar e Ancou le K mai Sy[eaianer Guayaquil i le 17 mai Stfaaaer Cristobal le'-'A niai 'Bueaa ventura" le icrjuin 1932 "Ancon' le 7 juin t RICHARD PETERS, Frof. CHMP DEMARS, N* m~. LA SEULE BOULANGERIE EUROPEENNE EN HATI. SPCIALITS DE PAINS POUR SANDWICH. PAINS FLUTE* El PAINS MOULES, PAI W S NOIRS, PAINS COUPLEES, ETC. PATISSERIE FINE. PTS, VOL-AUVENT. TOURTES. SOINS ET PROMPTITUBE. Tlphone: N 9 2069. La maison na vas de succursale. lefw Stetwer "Guayaqoi Sleasaer ''Cristobal Steamer "Bueoavenluro Steamer "Ancon" l< Steaaaer "Guayaquil a I irnntage dan< xuir port su-prince i steamers sont ui-iriiif. le 9 mat 1U32 le 15 Bai 1*32 le 23 aaai \0M le 29 mai 1933 7 juin 1032 le 12 juin 1932' 2o juin I 26 |uin le l juillet le 11 inillet le 18 juillet Panama Railroad Slaaaipship Liue lr 11 juii 1932 • 21 juin 1932 • le 28 juin i juillet 1 132 le 12 juillet 1932 1932 1932 1932 1932 JMH.CTAN REED igeut Gnral .. •/ Lykes Brothers SS C Inc Texas -Hati — Sant uomtrgoPorto Rico |.f seul service b( pasa igers et trl autre les poils lu la Texas directement avec j*rt-au-Prince, Flaiti. Tonr la rception • et le il habile de vos m por ta liens, serve I i cavii %  LYKE l.;KE Les prccliaiues arrives a Port-an-Pri mt* Idal Rhum ALIX ROY 30 annes de succs. \ Sleam r i Veln Steamer iG > Steamer s M Steamer Huh Lykes J mai 1932 mai T 3> I 1912 iureea: Rue dw Magasin de l'Etat Ftode Postale B PROGRS NOUVEAU RHUM MObVEAU Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtHi TOUTE CONCURriENCE Clairin Vierge Chez N. NAZON IP3 :ANCLE DES RUE4 M PEME ET FtllOU PUON: M. A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la fente de ses CHAPEAUX $ %  tai depuis 1<4 janvier, * fr 2027. GRANDRUF en face de son ancien I >cal, Les Clients y trouveront le mme accueil. 1 BON MARCHE. CELERITE, GOURTOISIE. Martinez, Marcelin & C # Loterie Nationale d'Hati 41 •, Rue Bonno.Foi, Phone 4 3358 La Loterie iHationaled'IIati est ane institetiea hautement humanitaire par la niulliplitw d'oeuvres qu'elle se propose "aider, une chance da Siaa tre offerte aux homme* de toute* conditions de tortues. Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salaris %  tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans par** leur budget moyannait deux fondes, peuvent K a & ncr ,r# '' saille geurries. Patrons de Commerce,Chefs d'Industieipsrs* aix iusulflsances des ventes, par l'achat d'un billet, quivot* libre du souci des chances* Mdecins Avocats, Ingnieurs. Snateurs, Dputs, Grand* Dignitaires "e l'Etat.Reprsentants de lintellectualit, Jour nalistcs. Donne l'exensntlt 4% va Ire solidarit lociate. Rentiers, eapitalistes, eomma eu jouant, augmeutez voir aveir. Vois toas e,ei kaWitezRaiii, rrnd'Z-lui service en aoh ml le billet de la LOTIRIE NATIONALE D'HATI. Laboratoire SJOURN DlRBCTVni F. SJOURN, Pharmacien R Si.i,,i MM, Prurmacien de l'Universit de Paris M. SJOUi NW: l'h.irmacien de TuniTersit de l'aiis.an interne des Hpitaux m Part Analyses s | rii es, -i. sur g ij une du sang ( >* '' sermann, Urfr t>intao'* d'Ambard, Glycmie). I eiN"s. da a j | ljj m sslei.



PAGE 1

Clment Magloire .DlRKCllLrt ^^ TRUE AMEMCAINT&f TELEPHONER* 2242 \:i|oiird'hui, tout come au noJM-ifc tl t!au> liiiiliqu , %  ua aras icetal teatliiae n<< ttant. I es richesses inoues rp m lues profusion bora, i clent des raffinements d'un ev 3UBft T ^ T> "Vdb 9W J Ce <. SUPREME AGENTS Moh> A LHQ P.O 5' '• %  '. I' M -au-Prince. ... voi 1 que 'a^plui. comp A t-nient dlooc la belle Avenue les Palmiers, qui permettait lux pitons et automobiliste i 'ani Mari ssant de couper p r le plus court. Dans P'a ic uel de la route, iljsulrireit >'e peu de ( bote pour une rtention saisi lisante, mais il es' A craindre -j |Vn ne s'y prend tout de suite que les pluies) confortable dont seul un mil| prochaines ne ta rendent totalelionnaire amricain a lr se I ment impraticable. L'Ingnieu ci et. |en r.hel .leannot restera't-il in __^_^_____^__ idifirenl cet tat de choses? P. ropos humides une aventure qui aurait pu mal finir est arrive tout r< cemmenl au camarade Lon Trotiky. I occuper IM loisirs de son e\i! -\ %  intinople. il se livre au plaisii de ta pche. L'ex-commissaire du le .i li i toujours <"i >l i !>i)i pour hi mer. Sur les bords du Bosphore, il a occ : Il lui donc un [oui sur une emb ircaMon 'ivre deux c Le mauvais temps les sui pi il. fui terrible. I i barque cha\ ira. I i • trois marina sr dbaltirenl ils purent, dans l'e lu et pboulin l'ilt des Princes, l.i nuit les y enveloppa. Mais bientt le jour'clair el une antre embarcation, i mar m le signal des naufr is, les i vint nrendre ;'i son bord Trolskv sauv ci?-eaux comme nagure il ; ehapp i la vengeance stalinienne, 1 L'agrable surprise pour lui, re lui de vider n-i coun if lilll" S \' servit En marge de Musique Ngre > K^ c ;iKffai&C ( SUIT 1 -: El FIN) | — o — ,lle l )ien'.v H ivcnt ls'onUt Smirti noua faiblir.Nouadiapuraitrons tous deux... Veuillez agrer, Monsieur le Prsident, l'assurance de nies espectutux sentiment!. Dr Justin MONTAS. puriles les controverse! ene os chancelleries au sujet *J frontires! w Ce q u'il y a de dplorable, onsieur le Prsident, et mIllas Dans un mouremenl d'ainour-propre bless d'tre reni par nos pres, nous aurons beau faire mine de porter les savates grossires de nos [>•rcs , nous sentirons au fond qu'elles iurenl avec nos lgances, qu'il nous faudra bien redevenir des btards del'Eutope. Mais aussi souvent que le pola nous parlera de ces talalits, aussi souvent qu'il n us contera ses luttes, ses d Mailces, subjugus, nous l'couterons parmi nos larmes. Oui, Monsieur l.aleau, • nous sentons cette souffrance, nous comprenons ce dsespoir d'apprivoiser aVtC des uns de France ce cœur venu du Sngal. Votre tristesse est noire tristesse, elle pari d'un oi_ qui, en nous aussi, se dre tourments (pie vous noil! peignez avec la grce qu on \ connail loucheraient la foule anonyme des hommes de couleur rpandue un peu partout sur la plante; comme nous ils souffriraient de vos o meurtrissures ei leur sympathie vous entendre saignerait. Et ce sun,' el ces souflrances, ils ne le do tneraient, croyei le. qu' ce qu • vous avez deu mmes en vous. Poursuivant voire pointe, vous arriverez sans doute, vous l'un des mieux doues de Ions nos bardes, vous arrivere nous donner celle entit qui nous rservons nos encens, i nos encens, nos pi il i laia loutes nos prires !... L'invoquant si fervem i, obtiendrei qu'elle se ma nileste vous pour notre lion et aussi pour combler n dvotion qui se consume en tendant que Dambala prenm corps. Mais hlas !... ne seron i n s pas ternellement liraill hrdits opposes qui e di putenl noti e cœur, m naes-noua pus non lamna ; noire nature qu'a trat r •> pas iatal que, n'tant pas un I aboutissant naturel de ;io> de traditions locales, un homme de lettres soit (die/, nous un transplant, quelque chose co iime un naturalis ? N n'aimons pas b lurifer le perruques, mais, entre neus, ne font-ils pas rester loul i nos poles d'il y a vingl ans ',' Comme ils portaient joyeusement les dfroques de: maiires d'outre-m r Pour eux, l'idal semblait n'avoir t qu • de se rapprocher de leur m i Mais pour l'honneur de il lettres de jeunes littrateut qui l'Occupation r\ la dans douloureuse ralit l'orgueil e le mpris des blancs dterminrent une ractio i Il faut se rjouir que de n i jours nos poles, ceux |in appartient l'avenir, cherchenl d le pratiques, dans les croyan de nos p i y sans, un moye i I %  lib 'icr leur inspiration, a originaux en se plaant un point de vue qui h ur dc \vr des horizons tnconnus.il gil la ce qu lui o t 1 foul | constances, une fat m de prendre prise sur I cho! es PU prD des 1rs nirs i dompter les fo \ antaient. Ail: %  cou!'",s,n| j nous san el n lgua vrai moi. Ne ngiigi as la i ess %  • q ; iie, rm re d'imp traits, nui re .(lie nOUS aui sui 1 s,il le d • M ,us faiic cli la fatal Ion ci qu I s Mua i ortge •Yeux. i, a nous • se J.II ti |'i sprif, de Phi uironl. mour, de e et de la fias Vincent V1LAIRE chanson. '... voil due notre excellent onIrre I i: TEMPS, qui en est la I xime anne de sa toujours in lresi n'" publication, porte su numro on dition d'hier, a certainement maldonne, pui que I k. MA UN qui est sen liblemenl l'alnda • Ternit ne :ompti aujourd'hui qu ion 7B63* numn ... ne l'a pas revue Tbor. mer, o elle tnt l'autre lois, sui prise en galante \~'-elle rompu avec %  c galant maladroit? A-t-o i plu* discret ol I • s'ain r sans tre vus oa lit enfin h ressource* tjui le ? NOTHI < ElL l'a levue crin i John B'o#/ ley ou elle achetait de jolis sr i< ii s de s| oi l. ut o; e sur la propositio.i Su dput l'iou, la Chambre a VOl eue Rsolution 8UX fi II d inviter le Secrtaire d'Etal daa t'ra.Mux Publics se prsenter a la sance d'aujourd'hui six on, pour s'expliquer sur la teneur de sa lettre en date da 2S avril 1932,relative aux manquementi le la Compagnie d'Eclairage Rlectrique. Viendra ? Vie idia pas? les |> ois sont ouverte .. VM < j ue le sprinter nsti} • ual, Andr Thard, dclina %  fur da reprsenter loi couleurs aux prochains jeus repiques de Los Angeles. passe -t* il dans les sports? Im ard esi daol et Cator ne cai li pas qu'il est dcourag. Allons, Chevallier, il tant voua n ia iger pour que Thard revienne sur sa dcision. • . l'a vu qui boitillait, mordu > go anS excellent sandwichs qui sonl la dernire speii lit de la maison? Du int to ti i %  plement, Naurellemenl les dames arrosent avec un verre de bire, el lea wtuavec de la Goutte d'Or Barbancourt. ... voit qui la spirituallc revue iSons les cocotiers n'a e mardi soir, corn on nonce. El!* s. n :. S.' s T m ne pas masquer I n n'aller assister l


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06996
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, May 06, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06996

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text

Clment Magloire
.DlRKCllLrt ^^
TRUE AMEMCAINT&f
TELEPHONER* 2242
\:i|oiird'hui, tout come au no-
JM-ifc tl t!au> liiiiliqu , * ua
aras icetal teatliiae n<- < la lie, nulle lgislation h la |r-
icyc ; l'arMIriHt M la sottise r-
ijuril ,lu que .aiiiai*.
rnj.it IHTK4T1
26 i:ANNEE'Ne T6W
PORT-AUrH|\f HATI)
1 ^P*W
J.\! rlEft t MAI .92
g:----------------- if un
Une lettre du Dr J. Montas
au Prsident Trujillo
Souspublions avec infiniment nie de trs inquitant, c'est
,ff /j/a/'s/r /a /ettre suivante que, loi a de partir d'an haut,
.crite au mois de dcembre der- Jes cercles gouvernemeiilaux.
pieri S. E. le Gnral Tru/ilo, les impressions, nes dans le
Prsident de la Rpublique l)o- parties infrieures et les plus
miniaine, ar..w||f2SJ irresponsables de nos deux
m; / /)/ Justin Montas aot r ,
J ndeconna/7 /fc/i/ Pvs ont gagne de proche en
ffi/is/ne et les sentiments proche et avec rapidit Uni
r". les les couches de nos soci-
A cette lettre, le {'rsident de ts pour atteindre, influencer
la Rpublique Dominicaine, atij et dcontenancer les soin
cours du mois de janvier, a r-l mets de direction politique
jiow/u en ,u's fermes mus, re-\ Nos Rpubliques, au sujet
t)n'ia'ssnn's Aprs avoir rendu | (je leurs relations, sont donc
soulign une nouvelle fois son
dsir inbranlable de /eter, de
concert avec le Chef d Elut liai-
lien, les buses dfinitives d'une
union sincrement fraternelle
tntre les deux rpubliques en
vue de la constitution future
des Etals fdrs de Nie d'Hati,
Port-au-Prince (Hati ). le 17
dcembre 1931.
A Son I excellence le Gn-
ral Trujillo, Prsident de la
Rpublique Dominicaine.
Monsieur le Prsident,
Je Vous ai compris de loin.
Mes relations avec la Rpu-
blique voisine, les tudes que
i'ii faites sur la socit et sur
pas toujours compris ce dan-
ger. Il est vraiment tonnant
que, depuis plus de cinquante
ans, les deux voisins, les deux
frres, n'aient pas fait le geste
grotesque de se prendre au
collet sous l'il du Tout-
Puissanl Gendarme qui veille
sur le Bassin des Carabes.
Vous avez donc un devoir
prcis, Vous, Chefs d'Etat qui
gouvernez ces deux Rpubli-
ques, c'est de concevoir et
de pratiquer brve chan-
ce un vrai systme de coo-
pration qui condamne et clas-
se dfinitivement les rancu-
nes inintelligentes et les hai-
i------- ns injustifies qui ont trop
les idaux du Peuple Domi- souvent rgn dans nos deux
Ikain,m'ont permis d'avoir Familles. A nous deux, nous
la psychologie du Soldat qui pouvons devenir une puis-
IrETILuANTII
/
donne actuellement une si vi-
goureuse impulsion la po-
tique du Gouvernement de
l'Etal.
Mais celle cou naissance d'en-
semble ne conditionne pas
dans mon esprit la solution
dfinitive du problme donii-
licano-halien, tel que j'en
ai la conception depuis vingt
ans.
Le statut politique actuel de
a Nation hatienne a compli-
qu ce problme. Les lea-
ders des deux Etats ne l'ont
pas assez compris.
la part que chacun des
deux peuples a prise aux
souffrances de l'autre, les ef-
forts gnreux bien des Ibis
tents par chacun des deux
dans l'intrt de l'autre, ne
m'ont pas toujours paru s'ins-
pirer d'un dsir profond des
Deux Rpubliques de tendre
Mrs une fraternit pratique,
principe d'une coopration in-
lligenteen vue de l'autono
raie commune des deux Etats.
Ce qui justifie ma conception,
sont les heurts inattendus,
souvent sans causes srieuses,
qui ont marqu nos relations.
Les deux Mations ne sem-
blent pas comprendre que le
Ranger pour chacune d'elles,
Cfl n'est ni l'une ni l'autre
des deux Rpubliques, c'est
plutt la Rpublique Etoile.
La transcendance politique
de noire puissant voisin, ses
fonditions de vie, ses as-
pirations gnrales ne s'a-
eoimnodent pas de notre com-
prhension des rgles qui pr-
sent la conservation et au
dveloppement des petits
Liais de cet hmisphre. Si
ns deux Pays avaient avec
Usez de clart un tel con-
JPt, les affinits de races et
familles qui existent entre
nus, nous auraient depuis
'""glemps inclins nous ai
Jjw solidement comme dciw
J*fes entre qui jamais ne se
raient levs des discus-
|.0I1S pour quelques misra-
Wes bandes de terre. Com-
sance imposante.
.le ne veux avoir aucun doute
sur vos sentiments personnels
et ceux du Prsident de la R-
publique d'Hati. Je vous crois
Patriotes. Vous tes les Chefs,
vous tes les Pres de deux Na-
tions qui, si petites et si mal-
heureuses quelles soient, peu-
vent devenir deux grandes Na-
tions. A vous revient la concep-
tion primordiale de toutes les
mesures qui doivent crer l'u-
nion dfinitive entre les deux
Etals.
Vue tradition doit tre pose,
c'est celle qui institue dsor-
mais connue base indispensa-
ble de l'entente entre les deux
peuples, la srnit dans l'exa-
men des questions de diploma-
tie, l'entendement d'un senti-
ment nouveau, complment et
couronnementdusentiment par-
ticulier et intgral des deux na-
tions. Ce sera dsormais le pa-
triotisme dominicano-hatien. Il
inclinera chaque Hatien et cha-
que Dominicain avoir dans
leurs maisons, en des vases sa-
crs, symboles d'union el d'a-
mour, un peu de terre puis
dans le sol voisin.
Je crois, Monsieur le Prsi-
dent, que si depuis plus de cin-
quante ans, nous avions une
vue pareille, bien des conflits
striles el ridicules eussent t
vits et la compntration en-
tre les deux Peuples aurait ren-
du inutiles bien des solutions
qui troublent encore nos diplo-
maties.
Gnral Trujillo, le peuple
ha tien vous fait crdit de Pa-
triotisme.de Foi.Aucun de nous
n'a peur de l'autre. Nous som-
mes galement courageux. Fils
de Hros tous deux I
Les Irqaentcs amnisties que
vous avez accordes vos fr-
res dont les ides politiques
diffrent des vtres, sont un
heureux prsage du rgne pro-
chain, dans votre Rpublique,
de la paix des coeurs et des es-
prits.
Puisse ce beau rsultat tre
obtenu pour votre Pays au m-
me moment o notre Chef dh-
tat l'obtiendra pour la Rpubli-
que d'Hati. Malheur aux deux
Nations si mon v lise pas.La politique troite cou-
En v z I '
ptilla / m o' SEC
So ptille " plus fine... une prom. ss* mer iMrusement tenoe
ausspoi que an saveur rieh I "e tlitte votre
palais. *
SEC es un m. : Vous aimerez son
ptillement..,i belle prsentation.
R p telez voi | arrive dans des
bo.iieilleahsiV.| v;.' ,'i.S
Il y a
vingt cinq ans
La Matin, 6 Mai 1907,]
ON ROI
" Samedi, vers midi, a ancr
dans notre rade le yachl
olaisnnce de .\i. Gordon Ben
nctt. bondaleur propi iiairi
du New-Yori Herald
Le Lijsislrata de 2. t
tonnes et lanc depuis . an
est simplement un rlais fh>t-
tant.
I es richesses inoues rp m
lues profusion bora, i
clent des raffinements d'un
ev
3UBftT^
T>
"Vdb
9W
*

J
Ce
<. SUPREME
AGENTS
Moh> A Lhq P.O 5' ''. I'm -au-Prince.
... voi1 que 'a^plui- comp A
t-nient dlooc la belle Avenue
les Palmiers, qui permettait
lux pitons et automobiliste
i 'ani Mari ssant de couper
p r le plus court. Dans P'a
ic uel de la route, iljsulrireit >'e
peu de ( bote pour une rten-
tion saisi lisante, mais il es' A
craindre -j |Vn ne s'y prend
tout de suite que les pluies)
confortable dont seul un mil-| prochaines ne ta rendent totale-
lionnaire amricain a lr se I ment impraticable. L'Ingnieu
ci et. |en r.hel .leannot restera't-il in
__^_^_____^__ idifirenl cet tat de choses?
P.
ropos
humides
une aventure qui aurait pu mal
finir est arrive tout r< cemmenl
au camarade Lon Trotiky. I
occuper Im loisirs de son e\i! -\
intinople. il se livre au plaisii
de ta pche. L'ex-commissaire du
le .i li i toujours <"i >l i
!>i)i pour hi mer. Sur les bords du
Bosphore, il a occ
: Il lui donc un [oui sur une
emb ircaMon 'ivre deux c
Le mauvais temps les sui pi il.
fui terrible. I i barque cha\ ira. I i
trois marina sr dbaltirenl
ils purent, dans l'e lu et pboulin
l'ilt des Princes, l.i nuit les y en-
veloppa. Mais bientt le jour'clair
el une antre embarcation, i
mar m le signal des naufr is, les
i vint nrendre ;'i son bord Trolskv
sauv ci?-- eaux comme nagure il
; ehapp i la vengeance stalinienne,
1 L'agrable surprise pour lui, re lui
de vider n-i coun if lilll" S \'
servit
En marge de Musique Ngre > K^c;iKffai&C.....
( SUIT1-: El FIN) |
o
,llel)ien'.vHivcnt ls'onUt Smirti noua faiblir.Nouadia-
puraitrons tous deux...
Veuillez agrer, Monsieur le
Prsident, l'assurance de nies
espectutux sentiment!.
Dr Justin MONTAS.
puriles les controverse! en-
e os chancelleries au sujet
*J frontires!
wCequ'ily a de dplorable,
onsieur le Prsident, et m-
Illas Dans un mouremenl
d'ainour-propre bless d'tre re-
ni par nos pres, nous aurons
beau faire mine de porter les
savates grossires de nos [>-
rcs , nous sentirons au fond
qu'elles iurenl avec nos lgan-
ces, qu'il nous faudra bien re-
devenir des btards del'Euto-
pe. Mais aussi souvent que le
pola nous parlera de ces tala-
lits, aussi souvent qu'il n us
contera ses luttes, ses d Mail-
ces, subjugus, nous l'coute-
rons parmi nos larmes.
Oui, Monsieur l.aleau, nous
sentons cette souffrance, nous
comprenons ce dsespoir d'ap-
privoiser aVtC des uns de
France ce cur venu du Sn-
gal. Votre tristesse est noire
tristesse, elle pari d'un oi_
qui, en nous aussi, se dre
tourments (pie vous noil!
peignez avec la grce qu on \
connail loucheraient la foule
anonyme des hommes de cou-
leur rpandue un peu partout
sur la plante; comme nous ils
souffriraient de vos o meurtris-
sures ei leur sympathie vous
entendre saignerait.
Et ce sun,' el ces souflrances,
ils ne le do tneraient, croyei le.
qu' ce qu vous avez deu
mmes en vous.
Poursuivant voire pointe,
vous arriverez sans doute, vous
l'un des mieux doues de Ions
nos bardes, vous arrivere
nous donner celle entit qui
nous rservons nos encens, i
nos encens, nos pi il i laia
loutes nos prires !...
L'invoquant si fervem -
i, obtiendrei qu'elle se ma
nileste vous pour notre
lion et aussi pour combler n
dvotion qui se consume en
tendant que Dambala prenm
corps.
Mais hlas !... ne seron i n s
pas ternellement liraill
hrdits opposes qui e
di putenl noti e cur, m
naes-noua pus non lamna
; noire nature qu'a trat
r' >
pas iatal que, n'tant pas un I
aboutissant naturel de ;io>
de traditions locales, un
homme de lettres soit (die/, nous
un transplant, quelque chose
co iime un naturalis ? N
n'aimons pas b lurifer le
perruques, mais, entre neus, ne
- font-ils pas rester loul
i nos poles d'il y a vingl
ans ','...... Comme ils portaient
joyeusement les dfroques de:
maiires d'outre-m r Pour eux,
l'idal semblait n'avoir t qu
de se rapprocher de leur m i
Mais pour l'honneur de il
lettres de jeunes littrateut
qui l'Occupation r\ la dans
douloureuse ralit l'orgueil e
le mpris des blancs dtermi-
nrent une ractio i
Il faut se rjouir que de n i
jours nos poles, ceux |in ap-
partient l'avenir,cherchenl d
le pratiques, dans les croyan -
de nos p i y sans, un moye i
I lib 'icr leur inspiration, a
originaux en se plaant
un point de vue qui h ur dc
\vr des horizons tnconnus.il
gil la 'i" o ne se fasse point sentir
l'intrusion des penses el des
coutumes a laquelle appartient
l'envahisse ir. (j'i<|k|u'il advien
une telle rvoile, ces senti-
ments do.it M. l.aleau se l'ail
l'cho, re liera l'une des plus
belles tentatives de nos lettres.
Si des uvres originales carac-
itiques de notre groupe eth-
ie doivent natre, on ne peut
concevoir en dehors le i
l< ndances. Oui Il ne se pe
pas vraime.it que nous soyon
mdamns a l'i-
ation !
Lu mission de notre liltl
ne serait-elle pas de se fai-
re l'interprte des human
dbattent dans les n
liscordances que nou
1er la lutl que se livrent
'ii ni s, d
meatalits t II le Vuu
i iu quelque ch< I
- bon e dbro
1er. La gloire de se-
rait peut-elle les
i i n eptions
rail donnei en
sentiments les sensations obs-
ANNIVERSAIRE OU
< NOUVELLISTE -
Notre confrre Le Nou
ve'liv! est entr, dimaucl e
dernier 1er Mai, d a n s sa
trente sixime anne, t".est
un lait considrable d a d s
l'histoire de la presse hsl
tienne et dont noire COnli i
peut,a bon droil, tiior gloire
et honneur,
Nous lu prsentons, celte
occasion, nos vils compli-
ments et I n i renouvelons
l'exprt ssion de noire conl
ternelle amiti.
LtS LAfNA6C8 EXCLUStr
LES SOIERIES HAUTES NOUVEAUTS
LEGGARNITlirr.S GRANDE COUTURE
o trouvent choz
CRPATTr!, COULGN C. STRAUSS
*.j. Rui PARIS
' f. UX
. ....11. -
qu'il
I
lil un di i
loin pris pai
pour dominer la n il
de |i rien ., > ce qu
lui o t 1 foul |
constances, une fat m de pren-
dre prise sur I cho! es pu pr-
d des 1rs
nirs i
dompter les fo
\ antaient.
Ail: cou!'",s,n| j nous
san el n lgua
vrai moi.
Ne ngiigi as la
i ess q ;! iie,
rm re d'imp
traits, nui re
.(lie nOUS aui .
sui1 s,il le d m ,us faiic cli
la fatal
Ion ci qu
I
s Mua
i ortge
Yeux. i, a
nous
se j.ii ti |'i sprif, de Phi
uironl. mour, de e et de la fias
Vincent V1LAIRE chanson.
'... voil due notre excellent on-
Irre I i: Temps, qui en est la
I xime anne de sa toujours in
lresi n'" publication, porte su
numro on dition d'hier,
a certainement maldonne,
pui que I k. Ma un qui est sen
liblemenl l'alnda Ternit ne
:ompti aujourd'hui qu ion
7B63* numn .

... ne l'a pas revue Tbor.
' mer, o elle tnt
l'autre lois, sui prise en galante
. \~'-elle rompu avec
'c galant maladroit? A-t-o i
plu* discret ol
I s'ain r sans tre vus oa
lit enfin h ressource* tjui le
? NOTHI < ElL l'a levue cr-
in i John B'o#/
ley ou elle achetait de jolis sr
i< ii s de s| oi l.
ut o; e sur la propositio.i
Su dput l'iou, la Chambre a
VOl eue Rsolution 8UX fi II
d inviter le Secrtaire d'Etal daa
t'ra.Mux Publics se prsenter
a la sance d'aujourd'hui six
on, pour s'expliquer sur la te-
neur de sa lettre en date da 2S
avril 1932,relative aux manque-
menti le la Compagnie d'Eclai-
rage Rlectrique. Viendra ? Vie i-
dia pas? les |> ois sont ouverte
.
.
.. vm ual, Andr Thard, dclina
fur da reprsenter loi
couleurs aux prochains jeus
repiques de Los Angeles.
passe-t* il dans les sports?
Im ard esi daol et Cator ne
cai li pas qu'il est dcourag.
Allons, Chevallier, il tant voua
n ia iger pour que Thard re-
vienne sur sa dcision.


. l'a vu qui boitillait, mordu
> bureau en s'aida"'d'une canna,
'oui ple du douloureux el-
iri dploye Elle labeurgoo*
ilu n commenc . Il en vint
i, sans que plainte, cl coin-
on l'en i lit, il eut le
rage i la et la discret
don de mentir : (Voyons, je ne
18 r i Ci il parti. Le
ail m'a S bien ga-
ri en elle!, q ie, le vidage nou-
i lordn n algr lui par un
ux i ici i . d dol encore s'ap-
puvr sur sa (amie, pour re-
gagner la lorlis et enlin son
o.
... voil q raud se lead
iliaque jour en quatre pour
donnersatislaclion ses clients.
\v(/-vou> go anS excellent
sandwichs qui sonl la dernire
speii lit de la maison? Du
int to ti i plement, Nau-
rellemenl les dames arrosent
avec un verre de bire, el lea
wtu- avec de la Goutte
d'Or Barbancourt.
... voit qui la spirituallc re-
vue iSons les cocotiers n'a
e mardi soir, corn
on nonce. El!* s. .
' n :. S.' s Tm
ne pas mas-
quer I n n'aller assister
l


A %
LL NKJV, M S 1.3
-tia**j
La pluie
nouveau
avant empch tETlii-O l
1 renrsentation
|>RIN<
Bien av.mi :> ym >ur Pradel.
il si- laissa sui nommer le l'rint .
s;ms aucune pr ecupation de
chapelle, m par snobisme puis-
que, i-ii lui ui- moyen, il tail
uiul i dn s p eism
,1 iuiv.ncnt et < i
I
rfej Gueux.
voulez-vous, chacun a son
ca ise de ce d.'-iuie.ncnt et < i
celte splendide Revue sera ^r.f/s^uT^i:
joue quel que soit le temps,'
<:e SOIR.
Venez tous applaudir ce
chet-d'uvre de l'esprit.
Nos vedettes favorites :
Aline Mercier.Daniel Heur-
telou, Daniel Thard, Du-
pont, Vaillant, (Jane
neuil et Ralph Calaly
se surpasser CE SOIK.
p]ntre : 2, 3 et 4 Gourdes.
i^ciier Miriga M
nntlnvraltflque
uppf-ir^ "i qwlqUM minutes nvre, Orlpp, MlOrain,
Ub.r.to.r.fcDoceu,GmAUD.^n.^.iLYONOULUNi(FrM)
X
Remerciemen
i de bous-enlentlu
tQue .
g. nre d'ambition.Qui est en bas
aspire a monter ; qui est en
huul aspire- a descendre. Etant
d< j en haut, de naissance, de
nom cl de situation sociale, il
voulut descendre dans les bas-
l, nds sociaux, non pour y res
1er par dchance volontaire,
mais pour Us explorer, les con-
natre par exprience et se ren-
dic compte comment de la on (
peut monter ; en un mol, pour '
faire du sport.
El |c vous prie de croire que \
sou exploration lut complte :
,il se mla a tOU8 les mondes, cl
il donnait laeileincnl
Vei-
vont
comme il donnait lacuBiucu
[son cur, il les conquit tous. Il
Vcul toutes les audaces, lut in-
sulteur et insult, parut plus i
d'un profiteur cire propre aux
besognes difficiles et tonna
r nstammenl par l'aisance et la
facilit de ses executions.il con- .
mil Ions les domaines et iii de
tout ; il eut duels, aventures, j
emprisonnements, el quand il I
tait a court d'aflaires, il pou-

Avis

2t.) ieiorBaboun / roprilai^
le de Hue du hagasin de l'Etal, a le
ulisir d annona que, devant
iaiss$r 1$ pays moi*prochain, la liquidation
4e son stock commence 'ds
aujourd'hui'
Il remercie chaleureusement
tu bienveillante clientle el lui
demande le prendre 1rs de-
vants pour profiter i une occat
nion sans gal, persuad que
les rclm aatuiie* ne sauront
que bien r$gretttrt
les piix ont t rduits d'un
faon lie* favorable. .
Oui/ trouvera toujt arsgran
nombre d'articles de lenlelle e
Des travaux de broderie.de
lingerie, d*bnisterie,de p-
tisserie, de vannerie et beau-
oup d'autres choses ontlaii
l'admiration des visiteurs.
, oe lois de plus.on a vu les
possibilits |de nos ouvriers
i ai titans. l.'enseitfneineui
iratique donn dans lesco-
prolessiaunelles a mon-
rsultah encoura-
geants.
Il convient deiliciter tous
eux dont les ouvrages ont
figur a cette petite exposi-
tion-
mjy\
m
ASSEMBLEE GENERALE DE
L'ALLIANCE FRANAISE
Mlle i eu lieu vei.diedi.Le
rapport annuel, trs intres"
I
el-habillemenide tout*premire\s*n\, a t lu et le conseil
nouveaut, tant pour tommes (d ad min stration renouvel.
mae peur lemr.tesel enfunts. Ions les lenst^mini^
Regardant ses cranciers et
dbiteurs, il prie ceux-ci des,
prsenter clin lui auplustt,
mfln que ieuL compte soit o
eurava ni if to du meis pn>-
ehatn, dans le mieu.i de leurs
intacts.
Vin an IL, 1)0 IN
hmesdePoitrinc
Cdent devant
ce traitement
sali celles des aillleS.
t; mine journaliste, son com-
mencement lut une Iroue: tout
sur son passage lail bouscule
e) cesl juste pendant qu'il Irap-
pait ainsi d'esloc el de taille
, en m uns, son pe rdui-
te au tronc m qu'il lui rencon-
Ir, de\. ni da istocraliques la-
bis de bte, par un baron, no-
ble auianl de cur el d'espnl
que de moyen-, pu lui proposa
allaite | our une imprimerie de-
p lis longlempsau rancart.Mais,
dans cette imprimerie et son
local poussireux il y avail un
chemin : celui de Dama- i
Prinre s'y engagea ave. d<
mination. Un grand quotidien
tait n.
Son su,ces sans cesse grau- }
dissanl et dont le cours n'esl
pas achev, est l'ail des exp-
rience^ de tous genres : bonnes
et mauvaises,mondaines cl lau-
^ boni ieniics. politique el senli-
menlales.rappoi 1er-.lses nom-
breuses prgrinations. (. a r,
quand son journal.au nom sym-
bolique de' soleil levant, parle,
n le seul aprs lui qui dit
(. ,/. tais l, telle chose unvin ,
ci vous y croyez lre vous-m-
me.
Il a le culte de ses anus ;
quand il les laisse en chemin,
ces! que ce sOll eux qui l'aban-
donnent iniais ils ne lardent pas
revenir.malgr mme, parfois,
Capoue el ses dlit r1-. S'il fallait
le peindre sous toutes ses laces,
il ne faudrait pas moins qu'une
complexit d'images, soil pour
.e dmontrer le Gordon rjennell
de noire journalisme, soil pour
expliquer le cumul d< ses dons
naturels, ce point varies qu'on
'3 Prid ck;
ur la
laMS
fondre I i l ment
Vie us
VAPOUUB
Pour Tout Refroidissement
LA SITUATION DU CABINET
il arobie que m us soni
nus la veille d'i l e ciise
ininistrulle.s'i i. i en croire
|f bruits persistai s depuis
deux jouis sur la i i mission
imminente des nu n h es v
rrbinet.
Dans ce cas, la qresMoi
r>t de savoir qui hi mines
> Prsident de I Rpubli
nue l< i.i appel i o i buci i
(er aux minisln s i
*'il s'ensoivra uni 11 uvelle
rientatiou polili
C'est cela qui int sse l'o-
pii ior..
% ^" mm a i mi m -
L'EXPOSITION INDUSTRIELLE
sur le rapport ont ete toui
par le resident.Mi 1-. t.. Lbe-
lltsen, et .Mi F. Falton, tie-
sorier Le rapport a t vote.
Mr Lhrisson demande son
rem place meut, l'a.1 semble
proteste et le i onseii a t
maintenu, saut deux mem-
bres absents du pays qui on
ete remplacs.
Toici ia composition :
L. i,. Lhrisson, Pisident,
rlu pour la cinquime lois
depuis 1924. 11 avait (litige
J la Socit de 1911 a 1921.
Melie M. Lorvingtou, uc-
; MM. Lon Laieau,
e< rtain gnral ; t bilippi (
m. > secrtaire adjoint ; ble a nomm Mgr. Beau-
Clement l'othel, animiste- ',.in> m, m. le duc de Bauflre-
bibliuthecai lmont et Perte, hommes <:r
Les i eu! conseillers sont : 'lettres, Mgr Jan, Evque du
Le IL P. Richard, Mme R. Le-\Cap-Hatien, membres d'hon-
sent que le Ciel lui
lirement clment,
: phinx
lu
parlicu-
SIMIINX.
P
rebours, Mme L. Dnb, Mme
Florez,.Mme s. i afontant.M.M.
issaint, Borday, Melie J.
[)u\,c el l,i. i. bori y.
Les deux derniers sonl us
nouveaux couse il lers-L'Asse ai-
lleurs.
Ce sont d'heureux choix.
Mme E, Rouzier, si apprcie
par ses collgues, a assist
la luuion, comme membre
d honneur.
Une encre qui malnilant
un atylo propre
Pensez h < cuink , la nouvelle encre qui se
lcha rapidement et qui contient un agentqiti
actaelltmenl maintient Totre plume proj
"Quink"ne contient aucun ingrdient, cou'.e
avtc douceur, facilite l'criture. _
in vente dnus lu bons magasins.
MOHR & LAUUIX Distributeurs
P.O. BOX MPRT-AC-PRIKfB.
IS
M >s ru- Prcsper Cbris-
j h > F'I e\ or i \|..
Murt Berneduite.M i, Hll,c
Umostb (s le ie et
burs ffiti nts ( hrisphoiile et li i ian,s-
Mr Draosthne \ n( Ue,
intenta, Mret Mme .i.DSitr,
i,n, les lamilles Cliri ; llliniPi
1 erno'iotie, Agranl. Steriin,
Armand, Avio, MoLiima et
tous les autres parents, Te.
mercient sincrement tous
ceux qui, de la Capitale et de
la Province, U ur ont donni
de tmoignes de sympathie
l'occasion de la mort de
leur legrelle Aime Prosptr
Chrsphonle tils, ne Carmen
Bern dotte. Ils 1 s prient de
I rie croire leur prolonde
I gratitude
Pour Chaque Got
Il y a une qualit de Fromage
Kraft que vous aimerez certaine-
ment. Car vous pouvez hardiment
demander un fromage que vous
trouverez sous l'tiquette Kraft.
ht chaque fromage Kraft est tout
fait pari en saveur e len tex-
ture, le meilleur de sa qualit.
Le steamer Btunn -enturu
est attendu Port-au Prince,
venant de N' w Ym k, U lundi
9 mai 1932, avec: 82 sucs de
correspondance, et partira II
mmr jour pour i ii^n bal,
('.:' ; Z'ue, prm int f et el
malU
J.s 11 .VAN 1U-ED
Agenl-Gcneral
KRAFT
PWUfcY SALE8 COItrOKATIOI
Dislr.uiitcur
Port-ai-Kriiee, Hati.
ADOUCISSANT, DOUX, TENDRE, TOUT
1 OUR EMBELLIR LA PEAU. LA MOUSSE
ANTISEPTIQUE DC LIFEBUOY DTRUIT
LES Gl 1 MES.
LIFEBUOY
,1 > \ () De. i SAN i b
r-;BR MAINS, PIOfRES ET SAINS
MESSE OE BOUT DE Ll
L* m< rcredi 11 mai cou.
raut, 6 h-'^rcs et demie do
matin, st ra hante a la Ca.
thdra e une messe solennelle
de Requiem la mmoire de
Madame lem< nt Pothel, ne
Anna H< nn ugustin.
De la l'i'ii de Mr Clment
Poihel el des : utres n ndim
de la tan-1'' de la rtgrette
I disp-r .
j Le pn ' ni H nt 1 eu d'in-
| vita'ioi .
\ Port au Piince, le 2 mi
1932.
MOHR &' lURIN, P O BOX M.- Distributeurs
Hue Roux tl du CeDtit, Port au-Prince.
Cin-laldy
LJL SOIR
.\n On .i
scierhe t en /die
Les Aventures d'Anny
Entre l 0,#0; Balcoa : 1.1U
A PROPOS OU
bulletin commun*
Nous avons dans un entrefilet
signal la non-pi rulion/e-
puis deux ans. i'u Ihdelin
de la Commune de Port-au-
Prince, nous h.Rant ;eisi
l'cho de ceux un s'inlrej
saut aux afl;iir. s p.i bliqi
aiment tre renseigns par
les publications officielle?.
Le Nouvelliste, rponM
indirectement uotre note,a
eu l'air d'expliquer que I
Commune attendait le rap-
port du contrleur de
dette communale iv;.nldi
publier son bulletin. Et L'Jc-
tion Nationale, qu'on se sa-
vait | t-s si pics de M. llllVI'
gneaud d' se mettre incon-
tinent entre Notre det
lui.
On ?e demande ('e quoi
retourne cette attitude de !l"
et l'autre Conl'-es. idi'J
a un texte de loi relalil a
publication du Bulletu? Com-
munal .
!! ntifii
Toutes les Polices
DE LA
ISSE2 Ml l
DE CE SAVON BLANC
PARFWMiE

un
5S37
iux mm
SAN ON DE TOILETTE
Dl I PARFUME.
i
m
comprennent la Protection contrela
l w Foudre sans auqmentation de taux
! Fmi.Lp ltosftP#ft>
;
tipose ll'*"
lit qui rvle la technique
des fabricants.
MOHR A i AURIN, P. 0. BOX lis. Distribueturs
RutRoux et du Ccrti-,. Port-au Pi.ne.

Aqtnts Gnraux


r


IPAUl^ 3
n
>*l
iliiiii
ttla reaeaaaa eagard i m face
De aa ' ni ul :
BAI I lURT
.. pc : Rue Csar.
-w
I
3 Panama Railroad Steamship Une
A( ents aux principaux oorls d'Europe.
Service de \rcl el de passagers cntie
Europe el Amrique.
Angleterre
G. W. SELDON & Co, Ltd. G. W.&USLDON Ltd.
17, James Street, Fen'ou House,
LiTERrooL, Englan 112/113 Fcnchurch Mreet,
Londou E. C. S, Euglaud.
France
Mory & Company,
Atlantic Freighting Corp Div.
155, Uoulevard de S lasbourg,
Havre, France
Mory & Company,
Atlantic Freighting Corp. Div.
74 Ljuai des Chartrons,
Bordeaux, France
Ilernu deron & Stockwell,
Boite Postal 78'
Havre, France.
MoBT & Company.
Atlaniic ? eighling Corp.Div.
3. Hue St Vincent de Paul.
Paris, t tance.
Mory & Company
Aiiauuc Feighting Corp, Dit,
7 Hue ilf la Rpublique,
Marseille France.
Gellatly HanIE & Co,
21, Kue de la Rpublique
Marseille. France.
Allemagne
Atlantic lu eighling Corp. Atlantic Freighting Corp.
Ballinhaus, Haniburg 1, Germany. Breiieuweg55,Bremen, Ger.
Hollanda
Atlantic Fi eighling Corp., Ailaulic Fi eighling Corp.
antwerp Division. ~ Kouiugin Emmaplein S,
c/o 'teinmann &. Company Rotterdam. Uolland.
F. O. Bo. 1069, Rotterdam, liollane,
Sude
A/B VV. Larka,
Atlaniic Freightiug Corp..Div.
- eppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Pette.sson et Holmsirom,
Allautic Fi eighling Corp. Div.
Skeppsbron 3,
Golhenburg, Sweden.
Sven Jansson et Companar.
Atlantic Freighting
Corp* Di*
Norrk >eping Sweden,
Simon Edslro a/13
Atiauuc Freighting
toip, Div.
Malmo, Sweden.
Bernhard Bergh & Co
Atlantic Freighnug Corp., Dir.
Iialsingborg, Sweden.
Belgique
2llantic Freighting Corp.
c/o dieiunnuii et *-o
4, LJuui Jordaeus,
Antwerp, beigium.
Danemark
E. A. Bendix et^Compan}
Copenbagtn, Denniuik.
Italie
Espagne
Agencia Maritime Delgsdo.
Bacelona Spain.
Norvge
Lauritz A. Devold A. G.
Atlantic Freighting orp.Div.
Aalesund, Noiway.
La farine BATBAS est Im-
brioue pour les bo : dangers
senss.
Elle coule quelques centi-
mes seulement plu* chre
que les autres marques,
mais le rendement quelle
donne es/sans pareil.
Avez-voua dj Ira vaille
Bat'Bas?
Eh bien p sscr chez les
commerante suivante :
E3.E3TVE i C V
8
A.DE ATTEiSSS'
P.
BI.ACKV, II.J, Mil I.I.NG
El EVATORCO.
Kaaitu .Ht. Mr.
ED. m
k. BOLT
Achetez-la avec confiance!
Travaillez-la avec orgueil !
.'Ceresa et Company
Via Banchi 3,
Ganca, Itoly.
.7
Fleurs Fleurs!
~e
On irouvera chea Malle TL
tine Augustin, Bai Feu "e
Chose, des leuri, couronnes,
rorbeillas de fleurs naturelles,
tic, aon march.
HALLE A LOUER i LA LAITERIE BAILEY .
Moiti de la grande halle, i Livraison propre, ivgini-
iae Rue du Magasin de l'Etat, I qu, en bouteilles hermejfc
ct de la maison A'I-ad qaeme-i cachetes, l'ion
Cooke, rcemment occu- a da toute falsification,
parla Gendarmerie d'Hati. Transport lait en rfrigra-
S'adesaerM.leniyiT>r\K' teara roues.
Rua du Quai, an lace da la 1113, Grand'Rua, Fort-ai-
gare. I &*.
Pour Gurir .u Eviter
MIGRAINES, CONSTIPATION
CONGESTIONS, TOURDISSEMENTS
EMBARRAS GASTRIQUE
IL SUFFIT de prendre
l'un de vos repas
(tout 1*1 deux jour* ulemrnt), une
PILULE du D DEHAUT
147,Rue du Faubourg St-Denis, PARIS
Mais llfaut exiger les vritables
qui sont tout fait blanches
et iur chacune deiquellei In mot
DEHAUTaPARIS
ont trit litihUmant imprima* en noir
Vo
niez-vous
Ru ir dans vos ludes uo
tyiir r< iusir vos enfant?
une n lhode d'enseigi
meii' iique i ici lli
VOU1 17. VOUS
A louer
Pelilr mi in I
01, ConlOI I lU'iih ; DP.
dresser,pu r les ci di
Mr Lissa !e.
I i i ession api
moia 'l i ludes s. es ( St
e-Daclylo, Langues vivante
Comptabilit )'
ne l'Institut 'Il
PENHAUER se recomman l< j ScillVGZ
ci Mini 1 se \olre attention
pai les i 1 illanls rsultats
\i\ obfei us.
15 '7Rue La mai re.
Tlphone 2891.
KCHOS
Le Prsiden Woci .1 a
un un 5 au t
ur.
1 1 lie prochai i, 8
niai, Ca tdelon Rig H 1,
c la S cit
et de Gographie,
ara au i tcal de la
bibliothque du Lyce l'etien
ilrence sur l'coro-
mie 1 olitique.
t du Drapeau sera
ie 22 mai l'Ai ca-
haie. Le comit du drapeau
prend toutes les disposition!
CS
lu !ap-Halien,UD g "-ne
u ante jeunes Bllai
va de ni ison en m i on
dos souscription!
mration des .110-
1 urne que?.
t ii annonce la parution
; 1 i Cap-Hatien
d'un d I hebdo
loi mations sous
la d 1 de Mr Max Q rs-
tre ci 1 Itre I ii Plia-
: signale trs
juMi i indiffrence ceu-
quelle est trnn
ussi importai l',11e
de IsJJRvision coi stilu-
; e.i
-1 .r pont mtallique com*
ir la 1 y ie /s/et
es Cay< s v est : itcndu cetti
h arrive par un
;a Coiombiau Liue*
fin signale 1 ua le tria*
I de Si Louis
U' i!c plus d'une
e l:i limite de cette \iile.
.ait-il, dam le
but de favoriser un tranger
et connu rai 1. Le
Dpai ti menl de l'Intrieur
doit avoir l'oeil sur les laits
et gestes des magistrats coin-
mui
.1 licle de l e ds l.'Ap-
1 poui litre! I e Pisident
Vincent, le Snateur Prsdal
el la politique de concentra*1
lion nationale,
L'actualit parlemenlairi
est la soi ie d inti 11 ellalion
du Secrtaire d'Etal des Tra-
vaux |)>il)lii s par Mr. 1*1011,
dput de la circonscription
de Tiburon.
vos livres
- o -
Aaaurc oui contre accidi n
A
mile Aasi
Yvr .
1 /is' pm>r H^'ili.
\ r/ vol" livres et col*
Ire'; i IMIUVais et: t m
ri ai relieur con**-
1 habile
lu Camii i k, Rue Bonne-
: .
Insurance Co
une des plus fortes .COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
aur la VIE
EIIG. Le BOSSE & Co
Acrent* Gnmnx
1
:tM''--

t
LE FAIT EST INCONTESTABLE! -
I I
nll !
1111 Saillie
i
C'est la quintessence des meilleures
Aa
varioles de cannes d'un vaste territoire]
runissant les moi oirs
t.est ce qui fait son arme.
GOfTFZ ET COMPAREZ
wr.jaaii


Vendredi
G Mai 1932
Le
4,r v ***
ANllte.ilMW
Pc-rUa-Prince,
Tlphone : 2244
ASSUREZ-VOUS
l
General Accident Pire & Lifu
Assurance Corporation Ltd.
de Perth (Scotland )
LarlaGENEP a esl Hntdei plus pui-wantes et des plus vaiei nraitttlM
!r ce genre. I e seli il ne * cauche jamais sur son champ d'action qni embrasse la
s-s Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns wr la toadfa
Ses Polices rour Automobiles couvrent vols, la s, malveillpoce. dommtgM
cu :i autrui dan *s perfenne u dans sei biens.
Ses Polices Maritimes mise* par ses branches dTsurope sont payable en Hasnv
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Ions les voya-
fars devraient donc prendra la prcaution de se munir d'une police contre accidents.
a"an moins 4000 dollars, la prima aunueile n'tant que de \ 2 /. soit 20 dollars U -
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
Ht
(LIGNE COLOMBIENNE >
Tlphone N 2323
Le vapeur "Bogota", v"oy.
ISO, partira de New-York le
129 cri mr tous les ports
hatiens. Attendu Port au-
Prince.le 7 mai prox.,eu route
pour ks ports du Sud. Sera
de retour le douze mai pour
prendre Irt, passa ara at
malle pour Cap-Haltien st
New York.
I r -, sur "Martinique',
rfira de New-York
1 ,.>i >roc., directement
p )ur P irt-au-Prfitce.
William E. BIO,
Agent
aroit llricaine. Binlu e do Sme deg
Rene Tlmsque, Il Mfcj | l'-paule, bi i droit
ruelle Dutori; Morsure de chien i dos.
de la rgion antro-mdiane ds \
SOUSAGENTS
A*ent Gnral pour Haiti.
(ort-aa-Pnuce. IG. GH.G
JE AN BLANCHETJrmit
M'OUBLIEZ K DE FIE UN PETIT TOUR A
TERRACR-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
V
SI
UM pieds d'allitn le L'tablissement le plus Irais le
virnns de Port-ec -Prince.
Seulement 15 annules d'i nto sur une eicellents routa
asphalte. Vues merveilleuses le la ville et du port.
Boissons d< toutes espces.
Hsitai Giarsl Ualtfan
Accidents
2S avril 1932
tAgina Grenier,40 ans,Htel
Palmiste, Morsure de chien.
Roger Pouil, l'2 ans, rue de
l'Egilite; Blessures contuses des
deux geroux. dp la rgion ex-
terne et mdiane de la cuisse
gauche, du coude gauche, de
a Uvr^- i lr. et suprieure,
aignement da nez, taille de
t'iaciaive sunHenre gauche.
Alexandre Richard, 1.5 ans,
rue Montrais. Blessure trau-
raalique de la rgion mdiane
du tront.
Thrse prudent, 8 ans, Bas
Peu da Chose, Blessure contuse
de la jambe gauche.
Edi h Ren, 1 ns, Peu de
Chose. Corps tranger de la
m lin gauche,
Robin Mlina, 22 ans, rue
Dr Aubry. Blessure tranchante
du pouce gauche.
Lonidas Joseph. 38 ans, Li-
mdeZone.Con'usion du thorax.
Richard Stiven, 40 ans, Croix
des Martyr. Brlure 1er degr
1 de la rgion externe gauche du
! cou.
| Elie E'hard, lfians, rue du
Centre. Fracture avec dplace-
ment des deux os de l'avant braa
l'avant bras giuche.
Saintim Lginette, 23 ans,
Poste Marchand. Blessure traa
nWique de la rgion mdio-
tronlale.
Mrilia Mrilan, tt ans, Poste
Marchand. Morsure humaine
du pouce gauche.
Dauphin Antoine,22 ans, Bel-
Air. Blessure contuse du poi-
gnet droit at iorte contusion de
la rgion externe gauche du
thorax { hospi alise )
l'aul Emile M aido e, 32 ,
H sec; Blessure eo iUne de l'ar-
cade fO irci ire g iQch*.
I ucien Jn- oins, 23 ans,
Ch-mpdeVars B'essure cou
luse du cuif chevelu.
Beaubrun Lelaite, 20 ans. Peu
de Chos Besseure contuse de
la rgio trontale.
Loni- Ben, 13 ans, Parc
Leconte; Blessure contuse de la
rgion frontal*.
PhilibT .lonchin, 25 an
1er Mai VJ32
Annstasie Mitiie, S ma, n<- ,.
Logne. Coutusiuu nasal
lgre rosion.
Charitable Sadet-Cyr, 25 .
Cioix de^ Bouqaj Bieum
contuse du cuir chevelu, rgion
paritale droite, fractura da 1/3
inlr. du radius gauche.
Yolande Gauthier, 8 ans, Bois
Schultz. Blessuie contuse du
l'arcade sourcilire.
Lucien Rensy, S ans, Martii.
s n Iesure ton i.-t ue a ,o-
gion trontale..
N ./aire L z rre, 83 pus, ne
H,v<> i tion Contusion dipouce.
Anodin P lion, 12 ans, Croix
des Mi yis. Contusion de U
bosse parital gauche.
tlicia \lcv. 25 an, rue Ma
gasin de l'tal Blessure con-
tuse de l'arcade sourcilire
droite.
Scott Yvonne, 0 ans, rue Deo*
nery. B essure piquante 1*
pi'in'1' du pied Gauche.
| Fort Si-Clair. Blessure trauina- REVEL&TI ILES
tiqua do menton, ct droit. ^ lu ciewcsocoitbi
Sloge Itery, 10 ans, Prs du
Sacr-Cuaur. Contusion du tho- i
rax.
Nicolas Olin, 2dans, rue Am-
k.
..'ClTTa
-----ci tic'>wlfch
. rue ir*
1< .. M
' uir:r.
m un
-1 .r.n
.Sr.
je, ;:\m
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
r
t
arrangements pailiculiers pour les pensions de jour de J
semaine ou de mois.
St&
E
N'A JAMAIS E1E FAIT
CE QUI NE PEUT TRE DPASS
Kohi Champagne
F. SJOURN
Prpar d mi des c niditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prpart! >o et Venta
NARiuaiP. SEJOURNE
Angle dos rues houx el du Centre.
AVIS AU COMMIiRCr:
Le Panama Uailroad Sleamsbip Line
naaaer les dparts suivants de New York |
Hati, directement chaque mirdi. Tous I
pajarvus de chambre Iriffori i iue
BpTts de hew \ork- Arrivages a l
Steamer tBuenavenlura i le 3 aai \'JM
Staeaaar e Ancou le K mai
Sy[eaianer Guayaquil i le 17 mai
Stfaaaer Cristobal le'-'A niai
'Bueaa ventura" le icrjuin 1932
"Ancon' le 7 juin
t
RICHARD PETERS, Frof.
CHMP DEMARS, N* m~.
LA SEULE BOULANGERIE EUROPEENNE EN HATI.
SPCIALITS DE PAINS POUR SANDWICH. PAINS FLUTE*
El PAINS MOULES, PAIWS NOIRS, PAINS COUPLEES, ETC.
PATISSERIE FINE. PTS, VOL-AUVENT. TOURTES.
SOINS ET PROMPTITUBE.
Tlphone: N9 2069.
La maison na vas de
succursale.
lefw
Stetwer "Guayaqoi
Sleasaer ''Cristobal
Steamer "Bueoavenluro
Steamer "Ancon" l<
Steaaaer "Guayaquil
a I irnntage dan<
xuir port su-prince
i steamers sont
ui-iriiif.
le 9 mat 1U32
le 15 Bai 1*32
le 23 aaai \0M
le 29 mai 1933
7 juin 1032
le 12 juin 1932'
2o juin
I 26 |uin
le l juillet
le 11 inillet
le 18 juillet
Panama Railroad Slaaaipship Liue
lr 11 juii 1932
21 juin 1932
le 28 juin
i juillet 1 132
le 12 juillet
1932
1932
1932
1932
1932
JmH.CTAN reed
igeut Gnral
.. /
Lykes Brothers SS C Inc
Texas -Hati Sant uomtrgo- Porto Rico
|.f seul service b( pasa igers et
trl autre les poils lu la Texas directement avec
j*rt-au-Prince, Flaiti.
Tonr la rception et le il habile de vos
m por ta liens, serve I i cavii LYKE
l.;KE
Les prccliaiues arrives a Port-an-Pri mt*
Idal Rhum
ALIX ROY
30 annes de succs.
\
Sleam r i Veln
Steamer iG >
Steamer s M
Steamer Huh Lykes j
mai 1932
mai T
3>
I
1912
iureea: Rue dw Magasin de l'Etat Ftode Postale B
PROGRS NOUVEAU
RHUM MObVEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtHi TOUTE CONCURriENCE
Clairin Vierge
Chez N. NAZON
IP3 :ANCLE DES RUE4 M PEME ET FtllOU PUON: M.
A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle que la
fente de ses CHAPEAUX $ tai depuis 1<- 4 janvier, *
fr 2027. GRANDRUF
en face de son ancien I >cal,
Les Clients y trouveront le mme accueil.
1 BON MARCHE. CELERITE, GOURTOISIE.
Martinez, Marcelin & C#
Loterie Nationale d'Hati
41 , Rue Bonno.Foi, Phone4 3358
La Loterie iHationaled'IIati est
ane institetiea hautement humanitaire par la niulliplitw
d'oeuvres qu'elle se propose "aider, une chance da Siaa
tre offerte aux homme* de toute* conditions de tortues.
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salaris
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans par**
leur budget moyannait deux fondes, peuvent Ka&ncr ,r#''
saille geurries. Patrons de Commerce,Chefs d'Industieipsrs*
aix iusulflsances des ventes, par l'achat d'un billet, quivot*
libre du souci des chances*
Mdecins Avocats, Ingnieurs. Snateurs, Dputs, Grand*
Dignitaires "e l'Etat.Reprsentants de lintellectualit, Jour
nalistcs.
Donne l'exensntlt 4% va Ire solidarit lociate.
Rentiers, eapitalistes, eomma eu jouant, augmeutez voir
aveir.
Vois toas e,ei kaWitez- Raiii, rrnd'Z-lui service en aoh
ml le billet de la LOTIRIE NATIONALE D'HATI.
Laboratoire SJOURN
DlRBCTVni
F. Sjourn, Pharmacien
R Si.i,,i mm, Prurmacien de l'Universit de Paris
M. SJOUi nw: l'h.irmacien de TuniTersit de l'aiis.an
interne des Hpitaux m Part
Analyses s | rii es, -i. sur g ij une du sang ( >* ''
sermann, Urfr t>intao'* d'Ambard, Glycmie).
I eiN"s. da aj|ljjm sslei.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM