<%BANNER%>







PAGE 1

LE i i MJ Les Spcialistes de beaui de la peau rccommandenl le SaoOi Pain bliv V. Comeau-Montasse & C Agents 313, Rue des Fronts-Forts. de i, i 11 s, lui de I i ), leur Splendenr... qu ii nettoie e par fa i durcir In te de la p u, rftopar Image rejiaher mrj be Savon Palmoliv* fj,it w M entirement foil Massez qu ro a dcilitre et le cou. nez h n < loj pe. : •/. compli peau if -ftaL dbi J MjL filc 1 j'Espionne aux Yeux Noirs [a |j et J< m Tou'ool. : kio : .uo. Frachement Arriv |ale steamer St-l)omingue. Chez. Simon VIEUX, E. DFREIX. Alphonse Dsir. Llio Bailiy. A & F. Me CUFF1E (Gonaves). par rs| Cin-l n m de l sple ; mouvante |> il; n Les mancipes B j n .,,, lem pi r les II rits : Joan Criw^ i |)nro liy Se bestian. 1, _' i i 3 goun _>po de l'exe '• 6 n K-BLclloetla ci UMATISI ALGIES !l, I'. Rue Balla, PflrJS. *r 9 \ un DE I B r4v [ i M AQ NS I l Re>cpn" PROSTATE PRVENTIF i CER CHOS — l/i ol de ill sr" %  Il U n.l.'ini %  J p*r*< saunes, nsui • a pri r'es 1 i mpti rit l'en ment primaire, j,e • i seignen i — Si l'anpie '''"'• iues • icaina, i !* 1 r.i v 'l'un Ii T' \u qui nat meut, ui tm porta ^ __ Notre i La i Tribune i mmenc la puBition %  n aterie d'articles ni le de l'im oiopi iur des r< spon sabili MX maux actuelleni i Ile fl< raisondans Ii [ui / ,i /•' %  c//r Commerciale ri Ihillelin ri <1 la Cbambre de Commerce Pran te c o i m i r pour 1-e mois i,n ( vec un sommaire intressant. Pend ii IM i< rx ict financier 11 0/31 nous avons impt u di i ue sechde et sale pour me valeur de 70i,435 urdts. — Il e I questi m d'accorI gr pitaine .r I un I) %  • ir Paris qui de i< i (lia en mme ps c Ii de notr > ion militaire C est eue solatii o nt l*oD rs le bulletin tienu I 1 1 er %  -'-s six l'exercii to mtrt, ont ri %  i celles de l'txerK lit. I seut une diffrence en moins di i !,6 o/o ce Ile correspondan i prcdent. — L'excdent disponible du '! or, a la dat du ."51 m*rs e montail a 12,367.000 ; rd s c* ntre 16,094,000 I date l'anne 1931. — Noscontrres Le /(///et I libre 'inhtirv agrippent loi lesxu Dt le secrtaire d'Hat des relattions extrieures,M. A I Lger, | our l'quivoque puait dans 'es i goci liions ; vec les I.tats Unis i .m i, i —^— % %  un i % %  i i I -mK Bvue t? Veur Mondf lu I l u ne istl,l'aria. in \ LIVH \hi'N lei VRI 1032. I • \ ( IP. — Di nire m rM. Bendt; de l'Acadi si e an Indochine.. .1 I i ''< %  t'orne. — I. La I !M 1-1 M 1 Octave Aubi y. < i gi&< s Ii aoaiafs du B. I. r.. M d. ('f rinalttot. i p d • 1U> belle. Le i | Ri ioe 't 'a Tonaa d BI.. Gabriel Hap Duc de ta Foret, de i' mie h • aise. le d( i sime centenaire d w Bkbingti n.. (inral Goui 'iiut "| Vie sportive o— JJParc Leconte. — Le ma u h Jeunease-St 'Georges isl renvoy la lin du championnat Les managers des deux clubs ayant lait constater l'tat du terrain de jeu, l'ai bine Mit Ion a proclam qu'il tait impraticable, — Dpit du public. \ ioleite Racine/. — Jeudi se jouera le match Racing-Vlo lettt tant attendu. Oes deux cots, on se prpare une lutte||mmoiable. lis partisans,! bousculant les rglementa leI L'. S. S. H, ont en^-ge dt gros paiis. Poui ce iu i i IOU ( OUCi ne, i i si i.v i la srnit qui tonvieut que nous aUtndous le coup de sifllet lit.al de l'arbitre. .Nanmoins, nous engageons les longes des deux clubs, d'trt calmes,^ bien veillants les uns envers les .autres. ici 1rs sunt boni. Ce match reserve des surprises ceux qui pensent que Irlle quipe sera c gele sur le terrain, ( L> FICRRft ANGULAIRE DES SOCIETES CrVUiSECi L: mxi wAmm m pii M ftam *• 1 Anqa* <2'mx iur la lu \* \m • Mil k arapriti •a' H ndlrldualk. Aii, tt tact rtjourMMment av n-h* ta tttclirion* du pM. h bMquc dtt-elU t'tllm tu progr^ •t prpu Ywmk, Wk pla droit i U pl*c d'honneur que le* •ocit Boderoee lui coordt. /'N ir^ La Banque Royale du Canada HENRY STAHK RUEIIU QUAI, EN FACE DE LA GARE \errs Mires de toutes dimension pour vitrines et en c H cmentff. film spciales pour mi | Vitres ordinaires 1/4 pouce piisseurpour autos et comptoirs. drand eboix fe M•ulurt Jpour.cadre^. Lampes de nuit. La maison rpara aussi la^aireirs tachs. Erreur! chaude. l'atmosphre s e r a ^dvouer. Prix d'cnlf e. — Nous croyoas savoir que le conseil de rU. S. S. H. portera les prix d'eutre^du Parc Leconte pour le match Hrci ig-Violette : Grandes personnes: G. 1.Enfanta: 00 cts. Voiture : G.I. Tribunes: G. 1. L'enjeu du'rhampionnat. — On parle beaucoup d'une coupe oflerte par le Prsident de la Republique au champion de 1032. Coupe qui sera officiellement remise, et atec pompes, l'issue des Jeux floraux du 29 mai en cours. Qui nous renseignera? L'I.S.S.Fi. cl la disqualification lie hurnu. — Selon une lettre-circulaire Iransiaise tous lesjcentrei sportifs faisant partie de la fdration internationale athltique d'amateurs, le coureur finlandais Nurmi a t dclass poui serai protessionnalisme. Le Prsident de l'USSH apprend qui veut l'entendre que le Conseil actuel lient a ce qu'un pareil fait ne se produise en Hati o f l'on a besoin du concours le tous les athltes-amateun pour la grande propagande sportive la-quelle tout le inonde doit se Los Angeles et Chevallier.** Les ahlttes qui doivent reprsenter Hati aux Olvnpiades de 1932 sont en complet dsaccord avec le Prsident du Comit Olyrar-iqoj Hatien. — (}ui les dpartagera V %  • Dolres, Equipe cabaint. Monsieur Chevallier nous Jira-t-il o en est le Conseil avec les pourparlers au sujet de la prochaine arrive de l'quipe de Santiago de 'Juka. C'est aussi intressant qu Los Angeles et Kingston, Ja. F. 11. SERAIT-CE L'AUTO MYSTERIEUSE? "."La Police a lait arrter^ Btlladre, jeudi dernier, le chaufieur Rigal Franois, S* cus d'avoir vol unevodure de Monsieur Nagib Koon. %  Le chaufieur a t ramen Port-au-Prince par le Lieutenant Forbin,accompagnds Monsieur Kouri, qui avait port plaiute contre ce^dernier. Rigal Franois'a t croie au bureau da la Police t licence a t confisque. Cte co( rivi MIS sur la Pierre Troyon. la ci ise — II. I ea |, lb< ' l"i hne. |< l dt \< i trioirphale.. I. I. lande apaise., Y.-M. Gol .— Dcibel, p, k-up et hanl i ;;leur.. Criar1 Nord ma nn laume Bifi mrdan.. Th. N. H Ii I Noi veaox i ni s Andr [ de l'Ai a demie frans Chri de la quirane. — I ohtiqpf, Ren Pinan. *gToutes les Polices J DE LA | si LAI ONNEMENT in S"t mois Tioi. n.*( 51 lu kl 50 1 et t* tuf' fr, 54 t:lfn Le M 1rs 14 fr. J ifrso nfo partent du fer mois. Frix du Numro : 6 Ire .comprennent la Protection contre la Foudre sans auqmentation de tauxf 1 Fit g. Le ilosspCo i Aqents Gnraux



PAGE 1

f^ St\1 Rhum Brbueourf itla rtMMi et! Mmvrstl! a gard sa BTOBirt plaa *em*uc/ partout : UN BARBANCOURT • tt : Kuc Osar. I Ce que votre^. Dentirice peut faire I AUTOUR DE L C ^. -. I CorresNor(jrii"je! ^inerciemenis Us prtentions de' Colgate sont seulement ceci : |il nette ie Jes dents compltement lord. Mfiez-vous des promesses fxtavagantes de gurison des irritations de gencives, correction des acidits de la bouche, ou autres maladies des dnis. La seule lonction d'un dentitrice est de nettoyer les dents — son action est simplement mcanique, comme celle de l'eau et du savon. Les prtentions de f.olg.itesont seulement de nettoyer. Mais il le lait plus fond, plus comp'fttmeni,|). rce que sa mousse su liNELElMEDEeOlt Neus publions avec plaisir •' lettre suivante et un peu malicieuse d, signalant que de petits laisser-aller se remarquaient aux concerts radie phoniques. Nous n'avons certainement pas voulu taire de .la^peiue Mr LiitaulanQdont leon cours—se charge-t-il de Doua apprendra-est purement gratuit ) e[ nous le lui prou % oos, en n'insistant pas sur la question. Tout au plus,sommes-nous tante de'blaguer notre MUI quand il feint de vouloir adroitement ne trouver qu'au ••MATIN" un bel organe susceptible deckarmer l'es toulus. a • Port aiPrince, le 21 avril 19.*2. Man cher Clment, Je ne dirai pas comme Notre Œil qne"ton journal se moque des gens quand il sigaaia que Ion s'amuse la radio Au/ s i(-renom d un gi ?, t d< mis la ht vanl P rt-nu-Prii ce, 1? 2 "" ; !!52 i LES ( II AMI <) %  s l U TRAVVL M maieur le cleur, i < I, i • l ermino I nnni-mHe w> ci nts, Mi .1 Madame anir< i M LVU, Mr Emmanuel Sirvil • Mr el Ma ( .i ne llerri ] R'ni; cl rcm?Tienl l ; cn iin crmai t tous Ici ajm tant de la Capitale que de la pi ovin :e ^ de le ira m irqui s de sympathie l'occasion de la mort de leur regret l I1AP1 ES M Ml' I. ;io-ix, i re, on< le el fa re, i Croix-des Bouquets kii.w.ii 1932. Pei u, allez qi e nous vous met[ lions u cou rai I d'au projet que nous a tons. N> considi s • pie nous SO m mes des < rivains. Nous nous flattons d'avoir plutt du jugemenl. Nos enfants dvie idronl sans doute SM^ri: ADMINISTRATION COMMUNALE E PORT-AU-PRINCE mencer par le travail des muscles. C'est ainsi que les Amricains son! devenus riches el puissants. pneur pntrante va dans les 'T" A ,! nim "" P" P la plus petites tentes et fissuresV2JL P Jr.-V,? n .? i char 9 dloge les impurets— les baaie dans un Ifot dtergent. ElvoUc dentiste vousdiia qu'un nettoyage complet et scientifique prvient la carie des dents Lolgati est fait ausii en pendre et si VOU la prfrt demandez la Poudre Dentifrice Colgate. I-I)L 3 A Varits l.f premier (ila-parlaetlranceli J'ariics.en in.iuguranl avant' hier soir le film-parlant franais en Hati, c onnu! un beau triomphe. Il y eut salle comble. L'assistance suivit avec un intrt croissant les diffrentes parties de l,brion oour tes boutai>a* is '-'"/ SCS klle c lc quclip y cenli' m : ni plus chre que es marques, mais L u cmenl quelle donne it s ans pareil. Avcz-vi cj travaill HufBas? Eh bien pissez chez les commer tnts suivants : ED. ES! \ tes dignement pays, et vous populaire. Nous voulons fonder une SO cit (pu aura pour litre a LES CHAMPIONS Dl TRAVAIL •>. Port au-Prince, le 'M) avril 1982. Victor Gastel INGNIEUR LECTRICIEN oeEmp'oyl la Compagnie Eleetrique de 1909 192 l J Oflre srs services pour'' ins lallations d'clairage, de moteurs, rparations de ventila( leurs, fers repasser, delcos I etc., aux intresss de Portau-l'rince*et desautres villes I de la Rpublique. Adresse : Hue des f'iracles No 121, ct de la Banque Nationale. P. Les propositions de l'iniheni me l" c ' v nte du Bel brol 1 [)[ M.\ Snateur Hudicourt adaptes^ J dit de cuisine sera prohib noire situation permettrait dans l'tendue de h Cornquelques initiatives de sa ilve-) mime (e Port-au-Prince, A lopper. Mais, eoimm pens [ v partir du 9 mai 1982. Mr riioby Vieux dont les articles ont le mrite d'tre bien inspirs, dtelles mesures,dans notre pays non encoi e organis, sont it prendre svec prcaution. Le moment esl venu de metlve le travail srieusement la place d'honneur. Le Prsident Vincent, qui aura bianlot deux annes de rgne, fera tout sou possible, nous "esprons, pour marquer son passage au pouvoir par des prejjrs notables.Nous suivons avec intrt la marche des choses au Corps Lgislatif. Seule-, des lois qui s'adapteront nos besoins seront accueillies avec satisfaction. Veuillez publier pour noua celle lettre qui portera a \n connaissance du public notre projet des CHAMPIONS DU TRAVAIL. Nous vous ferons part prochainement de nos moyens d'action. A vous qui prenez haulenienl souci, avec vos excellents collaborateurs, des ncessits du moment ditficile que nous traversons, nous adressons lias sincres flicitations. Les CD I. JEAN ASSAi Lifl NE Itl v< i. a il l. M1LUNG a LEVA ron < O. I. t II i. Mu. FI). GERMAIN S. BOLT Achelez-hi avec confiance! Travaillez-la avec orgueil! Songez que l'Institut TIPPENIIxUEK se recomman e ets'itnpoie votre attention par les brillants rsultats dj obtenus. 1537Rue Lu marre. Tlphone 2891. AVIS MATRIMONIAL Le public et le commerce sontaviscs que je DS suis plus responsable des actes el actions de mon poux, n Casimir Aristide, pour mauvais traitements, injures graves et publiques.cn attendant qu'une action eu divorce lui soit inteni Port-aii-limic, le 2\) avril 1112. Mme Casimir ARISTIDE ne Brnice IIACINE, RICHARD PITERS, From. ( ll\ .11' DEM RS, \ 1217. LA SEU -\NGERIF~EUROP£ENN£ EN HATI. SPCIALITS DE PAINS IPOUli SANDWICH. PAINS FLUTES ET PAliS MOULES, PAI M S f; JIRS. PAINS COMPLETS, ETC. PATISSERIE FINE. PTS. VOL-AUVENT. TOURTES. SOINS ET PROMPTITUDE. Tlphone: N 2069. La m< n'a ne s de succursale. Insurance Co Une des; plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG. Le BOSStt & Co Aaents Gnraux i LE FAiTEST INCONTESTABLE! R Ii u m Saillie C'est la quintessence des meilleures ferotrs varits de cannes d'un vaste territoire | runis U les ille C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ] %  ** %  * % 



PAGE 1

Mardi 3 Mai 1932 Le Matin 4 PAGES Port-ti-PfiE.ee Tlphone : 2244 %  m ( ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Lif Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) ter la eGI es1 nue des plus amasstes etdenln % >'•* ruaniseiieui it ce genrt, Le sol< il ce M ceucke MB champ d'action q li embrasse le a.ande s<> s Police! con're incendie eonvt !rs dgts occa ionni T la ion-are Ses Polices pour ^ : ol rent rois, incendie, malveillance dommage* caus jnijui d s ses biens. Ses l'clitr^ M I n <" mises p i ses branches d'Europe s< ni pa> bls en Ses Polices CM %  accidents sonl les dans lu ni vers entier, rous les voi lurs devraient danc prendre la prcaution de se munir I n p Ire accident* d'an moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant qui ie !" %  ', !0 lollars L Veuve F. BHBMINGHAM. AuxCavea PHM1ACIE CUNONNE 49. Rue Raumur 88-90. foilevard Stbastopol PARIS rendant IE mELlEUR RIARCRE DU MORDE rroduiti du rrimlini Martin it toujours H inmiPi inlilHr UNE SEULS QUALITE t n LA MEILLEURE „ 1HE ROM MAILSTEAM Fleurai Fleursl PALKLT COMPANY SOCSAGNTS Agent Gnral pour Hati. tort au-Prince. IG. Gl %  JF.AN BLANCHFT 1 rm'a N'OUBLIEZ PIS OE FIE UN PETIT TOUR A j TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville 1 SIS pieds d'ali'd le I plus tralsdei eu Virait de Porl ar i I feulement 15 excellente route asphalte. Vins m< i ei leu I" I laissons Jtayon Spcial POUR LES COLONIES DROOVERIt, HERBORISTERIE SPCIALITS Franaises et Etrangerae SELS DE QUININE PURS Tutu produit m flcont, ampoule, Mmprlmil, **hth SOLUTION HTrODIRMlQUBI B4.Nr\QES, CJCINTURBS l ''AS A VARICES \PPAKE1L3 EYGltlflQUIl pour toui uiagei Appareil Orthopdiques Sfinfti hypodtrmlqn* Phirmicii U Pche, de Vittgi Coffres Pharmaceutiques pour usines. Commonu, ne. I c Mramer Aura venant de Kingston et dei ports du Sud sera a Poil su-Prince le 2 mai courant prenant lit pour 1 luiope via les ports du Nord. Th ioijl bail Sleam Pakft Co. I J Hl( 10 Sauvez On' trouvera chez MelIcTi tine Augustin, Bas l'eu de Chose, des leurs, couronnes coibeilles de fleurs naturelles' etc, bon march. vos livres .Sauve/, vos liv.es et col IfcUtitih en laauvai^ tat tu l f confient aj relieur coinp eneii UI, honnte et babilETIMNXI CAMILLB,HUC Bo nec H 01 P s-s c irrangenun'.s p iliculiers | >s de jour de tesaame ou de mo 6E OUI H"* JAMAIS bit l ! l Ct QUI NE PEU J {i 1,1 DPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar dans des c nditions rigoureuiei D'ASEI >III Prparati m et Vente PMAMIACIBF. SEJOURNE Angle tirs mes houx et du Centre. (LIGNE COLOMBIENNE) Ti| houe N* 2323 Le vapeur 'Baracoa",Voy. 101, ve.n ml directemen' de New York sera ici le !5 mai proc, con'inuera le mme jour pour les porta colora biens, Ci istob il, Canal Zom, Kingston el New-York. Le manitt ste de ce narire reu pnr avion est la disposition des clients dans nos bureaux sis angle rues Kgv i et Daols-Deslouches. Le vapeur H >got i", Vov. 1a)0, pat tira de New-York le 29 cil. po ir tous les porls hatien*. Attendu Port au* Prince, le 7 mai prox..en route pour les ports du Su '. Sera rie retour le douze mai pour prend:S li 1 passagers et malle pour Cap*Ha1tien et New York. • Le vapeur "Mai liii |ue ', Voy.97, partira de NewY o rk Projets de Factures ct tous renseignements wr demande adrese Pharmacie CANONNE 49. Rue Raumuf 88-90. Boulevard Sbastopol PARIS MAISON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE P\ m France ni a l'Etranger lc 4 mai proc. dirlamant pour P rt-aa Princ VVlIliaia E. I3EO, Agent HALLE A LOUER Moiti de la giaude halle, sist l'ue du Magasin de l'Kiat t e de la ma.son A tnj Cookc, lcemmcnt orcuts par h< Vendarmeiie d'Ha i. S'cdiesser M.Hem y RTAns> lue du Quai, eu lace del _g.uc. l.A LMTERIE B\ILEY Livraison propre, livgiii. que, en, bouteilles htrmii% qaeir.cnt cpchelces, Ubii de toute falsification. Tmisporl tait en r Ingra* te tus roues. 13 V\ Grand Rue, Port-s Prince. AVIS ALI COMMERCE La Panama Uai otage d'anneavar les dparts suivai tsdi New Yo • ort-au prince faiti, directement eamers sont paarvus ds chamh • Irii tue AVtcr/s if hew ier/c. A rivages i au-Srine. PROCHAINE FIE PATRIOTIQUE — o I.a (( Mission Patriotiqne des Jeunes i eganise une malin 1 liliraire pour le dimanche S M i f\ 10 h pi\ i an SI Sleanji 't LY Steamer i Velma ^uajjaa: Raa de Maga^iu de l'tec, boite le B PROGRS NOUVEAU RHUM NOblEAU Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUl'E GONCURHENCE Clairin v/e Chez N. NAZON SEPII :^LE m wu w ?mH tm mi: m. La Manufacture Hatienne de Chapeaux • L Indigne A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle ejue le rente de ses CHAPEAUX le lai', ilenuis le 4 janvier, al 1 2027. GRANO'RUF en face de son snciea local. Les Clients % trouveront'le" mme accueil. BONMARCHE. CLRIT, GOURTOISIE. Martinez, Marcelin & C* Loterie Nationale d'Hati I 41 •, Rua Bonna.Foi, Phona:: 3 35t; La Loterie Nationaled'EIalti est ane instilaliaa hautement humanilaire par la multipli** d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance da •• tre offerle eux hommee de toutee conditions de fortuK. Employ, Fonctionnairea, Ouvriers, Artisans, Salarie** toue ordres, Gens de inaisou ( domestiques, ) sans nsrw leur budget movannaat deex goudcS^ peuvent agner Ira aille geurdes. Patrons de Commerce,Chefs d'Industie.psr sax iusuflsances des ventes, par l'achat d'un billet, qui % •• %  libre du souci des chances* Mdecins, Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dpute, Gra Digmtairea de l'Itat.Reprseutanta de lintelleclualit, * aa listes. Deaaa. l'exasjsale de valre lelidarit socieu. Reatiers, eapitaliates, comase eu j-uant, augmentes % •"• aToir. Vons toas ejrai kaeifea*' Haiti, rendec-lui service en !•>• laltahillct del LOTIR IE NATIONALE D'HATI. M %  *. p H M f-. ^JU> Laboratoire SJOURN • -i* BflM OlRECTtai R. SJOVPUI, Pharmacien R. SIJOLRN, Pharmacien de l'Un v, rsit M. Si Jon-Mii, Pharmacien de I" • t . interne des Hpitaux de Paris Analyses des Urines, du suc gastrique, du sang ( w J naaa;, Ure, Constante d'Ambard, Glycmie). BtscaeMeMte. Bas saeuras telles. lermae



PAGE 1

Clment Magloirt DiMcxmm '358. RUE AMERICAINE 13§e TELEPHONE W2342 26 me ANNEE N* 7661 Il importe de se ni fier de la mfiance q M souvent est elle aussi une mauvaise conseillre. PORT-AU !'H!>CI(HAH1) MAllW 3 MAI 1032 Un double attentat —— L'opinion publique parait Rester le plus longtemps assez indiffrait! la rvileurs siges. L'Excutif, oh lion constitutionnelle. Elit a toit, .".'avenir sera, dans une large mesure, li parles dis positions de la prochaine constitution. Ceci se passt de dmonstration. La constitution,c'est la loi fondamentale. Gela su Hit pour taire comprendre l'importance qui s'attache sa confection. Or, l'impression du mo nient est que le public s'in lresse peu — ou si peu ce qui se passe ou se passera l'Assenabla nationale. On h* dirait pas que la question est de premire importance pour le pays. Celui-ci s'abandonne. On ne saut pas qu'il se proccupe beaucoup du rgime politique qu'on lui va donner. Il ne s'en inquita pas. Est-ce conliance ou dsa Dusamenl ? Dans l'un ou l'auli e cas, la responsabilit est grande pour ceux <|ni ont mission de r. SOIHIIV le problme constitutionnel. S'en rendent-ils compte? Il n'y apparail pas prcisment. Dans les sphres gou vernementale et parlementaire, deux points occupent toute l'attention. \)t'i\\ points secondaires : dure du mandat lgislatif et droit de dissolution. A cela se rsume, pour le monde officiel, la rvision constitutionnelle. On ne discute que cela et seulement cela, dans la presse gouvernementale. Entre les membres de l'Excutif et ceux du Lgislatif, c'est matire tractations laborieuses. C'est un marchandage politique.jLe gouvernement acceptera le mandai de cinq ans pour les dputes On lui accordera, en retour, le droit de dissolution. Donnant, donnant. Et voil la rvision. En quoi elle intresse nos dirigeants. Faut-il attribuer quelque mdiocrit intellectuelle du personnel politique ce rapetissement d'une haute question ? Des considrations d'intrt personnel dominent le d; bat clandestin entre le gou-' jernement et sa majorit m! fiante. Les dputs tiennent i s'assurer un long mandat. | tenir le droit de dissoudre les Chambres... Ceci, sans la contre-partie qu'offre seul le systme parlementaire, avec la responsabilit politique el solidaire des ministres, il s'agit, pour les partisans de la dissolution, d'armer le l^vsi dent de la Rpublique d'un droit qui lui permette, soi s des apparences moins auto cratiques, de tenir en chec la reprsentation nationale. Ainsi, toute opposition--' l'opposition, c'est le cauche- mar de nos pauvres gouvernements — est jugule l'avance, El c'est pour aboutir un accord difficile de leurs vues particularisles (pie se poursuivent, entra nos mailles de; l'heure, une certaine dispute I N • P.aUitl.'T Il y a 1 vingt cinq ans 1 Ll \l4T! NOS S sans grandeur. Mais, nonobstant le point qui les dsharmonise provisoirement, leurs tractations occultes avrent une sorte de conjuration contre la souverainet nationale. Celle-ci serait positivement atteinte par une prolongation excessive du mandat des actuels dputs, et par l'attribution inconditionnelle au Prsident du droit de dissolu ti an. Ce srail le renversement du systme rpublicain. Ni plus ni moins. Aussi bien, il convient de souligner, ds maintenant, la ncessit, presque la convenance, que des l e cti o ns lgislatives aient lieu avant l' lection prsidentielle de 1936. il serait inconcevable que d'ici l une consultation populaire ne prcdai pas le choix du futur prsident de la Rpublique. Le pays ne comprendra pal que"ce soit les dputs lus en janvier 1932 qui aient en dcider en avril I 1936. Cela n'est pas possible.' C'est une question de dcence politique. El le gouvernement qui se glorifie d'un triomphe sans prcdent aux lections dernires, et d'tre suivi par une tidle majorit, partagera avec celle-ci la responsabilit de l'attentat qui serait commis contre la souverainet nationale. Vietor Thomas. Il y a dan* CHi quoi SRC on ,, qn r „ oni tel est particulier.. H q ,j ne se retrouve dans aucun autre G nger A'e. SE : est pour reai Oei >•' | ,,...-. ,.„ • dinaire qaan l ili p i | ro ver .,. „ „ UNRAREBOUQUETHIUN'MKLANGESBCRET El de pin, pour voire pr ne lion SE '. vous vient d*ne des bouteilles absolu me ni NEUVES et n'ayanl jamais dj serfi. C\\ y^Jt'C"; #1 I %  GiNGEK A LE AGEfsTS SUPREME Mohr c\ Laurin, P. 0. !3ox M, Port-au Prince. te (r wail d s re* s r#itelligenU s a ix flancs de la €rl$ Pierrot •> conli toujours s,> a s I ut-lire im s/on de .h. 'lltimoels La liant qui se mu'hlie a un d\ ouemei i nhle cette c Les e(fo is des s'aphandriers mil t fructueux a s / mrs derniers. Ils oui trouv et remont la i %  diffrents objets de certaine valeur qui sont liux ordres d %  l'Etat. Chaque jour est dress nrocs-urbt qui constate les rsultats <,!>!,mis ,1 relve lu e 'les pices arra au c dbris du navire s i, i < y jadis par la guerre civile O sont les actes > fins dans un pays la presse B quatrime pouvoir, est orfrre, anim d'un noble sentiment, empressait d'annoucer, pour aprs les lections du 10 Janvier coul, un voyage que I comptait entreprendre, tra! vers 1 Amrique latine, noire Ministre du Commerce, M" Ren T. Auguete.Ce Ministre a de qui tenir, il a dans les veines "e sans d'un homme politique Ce soir ALLEZ A CIN-VARITS ASSISTER A LA REVUE "SOUS LhS COCOTIERS* Spectacle de 1er ordre avec des scnes Entre :2, 3 I iisairs.. %  ... La "MAtMESiWE'l TBINTURE HtNACEU PERFECTIONNE | l i ifrw H •.' %  aacsnEB. mmmmmmtumnm MM nouvelles. et 4 Gourdes PURIFIE -REND LA PEAU. LA PEAU donne en vue d'exercer sur les conception vaste, le gnral consciences une emprise supTancrde Auguste qui tut parfieure, plus ce pays a chance lisan de l'volution de noire dp vivre. Obligeons le gOUVerpays. tel point qu'il fonda une Bernent reconnatre par o il asine sucriers dans la plaine du np rpond pas l'attente gn-, Cul-de-Sac. Celte usine demeupatriolireponu pa foie. U est un devoir ( 1"P que chacun de nous doit emplir, c'est celui de mettre les re une attestation superbe ue l'nergie fconde du progressiste la mmoire duquel nous nafs en tat de tout dicerner. : rendons hommage en nous nr c'est une iniquit trop criante que subit la majorit du peuplequi se lve d un bout 'au re de l'anne sans horizon,sans ''•'vail, platement bafou. Lide est un levier d'une P u issa n ce incomparable. Les •niants de Damien.arms d'u< ide, russirent l o serait '""jours tenue en chec une PPosition plus soucieuse d'tre caijaleusi.' que a'e se montrer ''"P de penses leves qui ""•placent le canon el r< in nl de sursaut le sommeil de J eu qui montent aux affaires ? UI1S l'unique dessein de berner peuples. loin dernirement, un conclinant sensiblement. Le confrre expliquait que M. Ren T. Auguste se dplaait dans le but de trouver de nouj veaux dbouchs pour nos denres. Ce but n'tait pas du tout banal. Mais, depuis, quel effort a-t-on tent pour tirer de notre agriculture, en quantits normes, des produits vendables ? lui fait de denres exportables que pourrions-nous expdier aux acheteurs qui von Iraient ien se laisser conqurir parle-; RESPLENDISSANTE DE SANT. OFEBUOY LL SAVON DE LA SANTE POUR MlNt, PI6VRES ET SAINS\ MOHR LAURIN, P. (). MOX Ma. Distribaetan KueHoux et du Genre, Port-au-Prince. tMMMMMHaii %  nous • 9 lemj aments liai i rf urs. Si l'i immenle lanl d ins les inilii pies, chtre le Chel de l'Elnl el le naleur Pra I •!. net lit pas un lrompe-1 oeil, c'eitl t encou Reant. L'exprieu dmontrer que M l'i adel n'est pas un homme d'Etal ordinaire ll faul certaines < irconstances im lire nue grande li,u lan s le cadn qui est propre la luire apprcier comme il com if ni. L \< cortl du •"> Noui ayanl eu ;. il lui officiellement annonc que tout allait pour ir mieux dans la Rpublique. II \ a l i '<* grave erreur qui hurle conli e le Prsident Vincent. I peuple ne peut tre plus mystifi p a r nu gouvernement qui n e^l pro \ qu'en pa i oies. I.Vniir de la N'ai ion si i • .le vais un peu pai tout parler aux malheureux, ji cueille leui s plaintes. J'ai d souvent l'occi ion de \ oir des misres qui lonl : e entraill (i esi au milieu de beaucoup de doutes provoqus par un sytme nouvellem -ni tabli, systme inhumain, anti-dmo1 ralique, que j'ai lu, dans quel quea pa; ; d un %  r de h Silu ilion nir le bureau de la hr %  ils de \ qu'on ne peut | rendre p lanternes.., ns im li 'niions cou ni buis ira t 0/11 '/'/' un o r si no %  s / vieit hailiunisa continut ni d donnt r un rendi ment sa isfaisant, s/ les capacits Individuelles nous procupent plus que les tert politiques rendus etc. Rarement nos gouvei nanls < luels se proccii| e il plus de i i apacils nul' que di peli rendus. Ainsi d noli e i toujours mal dii ig •' le iduni e -A la : ion au dernier degr.Bientt nous e minerons tout nu long l'Expi de la Situation dont il s'agit. O sont les actes qui i foi lent '.' On ne les trouve pas. l l'an me eilll e I Pouvoir Excutif el Ii joui ua M 1rs qui onl de la mthode, qui, chaque jour, voi ... voi 1 ins P s le otr • ei < Ih ni conlrre %  • %  • [" m a que les easttnea .f %  P Ha onl t bapijaei lu nom le l'ofli :ii r BuMon. Si )ii venl bien se rappeler (jntle •eu'enftnl Button accompeg IHII '** >" • Henni gen d u si M" li ion nocturne qui dci'la lu s '-i irli JI g i Pralie, >n s'tonnera que le coloacl •n, q o vinii de s'associtr >pontaninenl i la com mmo* un du 129* inniver aire de mort de roussainl Louverlure, con ei ve, .les case m s ii iTtiennes, une dnomination blessante pour le sentiment n .t louai. • • • l'a vu q u rentrait en re. ard pour l< aer. Les amis e plaignaient : Ce que lu vas ittraper de la le nme Mais lui • renat i. anquiilemenl sou ocktail, s;ius s'mouvoir, cai il venait d' u h lier au magasin le John u , .;•,. t ., | a Grand'* Hue, une magnilique lampe l'itus que Madame dsirait deis longiemj • .. a vu au ( h irmanl tablis. 1 nient de notre ami Samuel en ira, o se rencontrenl dei nus le lona les groupes, un h> mme blond venu u faire 'les heu rein s'nerver sans raison, c i se donner eu spac'acle. Connue le petit hou me blond •si habituellement n'excellent ommerce, l'aimable patron de l'lab ISM ineni ne laissa rim pari i ie de so i mconlenment, et pria mme les tmoins de la scne de ne pas Irop Inire allenlion a un cart exceptionnel dont d en tait le premier surpris. • ... veut avec plaisir l.rsyeux' .m souvient t de notre conu de lacmel : L'.*: DI U I I C'est un hommage Irop videU NOTRE ŒIL pour qu'il hsite a remerciei d'un regard afiec* m usemi ni malicieni. Puissent Les veux qui souvient v.H' paille et poulie el | our cela se h i mer quelque lois pour ne pis iie accuss de cliei* hi i la peii'e li'e. ... voit que si no is n'avons aa de n-ligion dElai, nous vous du moins un IMium -t Ltai. lin (fiel le Prsident Vin. eut s'tait lail prcdi r a Jacm' l d'un camion i ha de l'in o Dpan hle Goutte d'Or atI aneourt. C'esl un connaisaimr, A oucr ; m ison au Hais Ver* : Ointi 11 mo lerne. —S a* li es: er.po M le* conditions, Mr Li .s ide. Propos humides la iioncer dan i mme temps que la qu lion du vnemi tel une foi. e. \ exp dll t" m : i-,".! u loeul dsormais conaaer |K>UI cesmauirestnliona l, il tait anm n un lr o ne ie dbitait i i ^ue d< s boissuna locales. Tout ce que nous i rodui ioni en fait de boissons alcoolises, ga /.•us. s mi neilt.'iis s. l.cs visiteurs %  il le choix. IK pouvaient d'ail* ni. Tout tait servi l e fut l'oci ision de connaiti •• marques i %  i : -, i nbi ables de nM idiers, ^ inleoti i n l'un%  Us. %  i .les d u 1 u de • ;xp opalea i pj les |ii itre-cin, i ica |u iin-i ii„„. i • c dent une pri. reace marquel { i.i;. i i OR, seul grand triompha* by VIEUX lenr du jaur. J


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06994
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, May 03, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06994

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloirt
DiMcxmm "
'358. RUE AMERICAINE 13e
TELEPHONE W2342
26 me ANNEE N* 7661
Il importe de se ni
fier de la mfiance q m
souvent est elle aussi
une mauvaise conseil-
lre.
PORT-AU !'H!>CI(HAH1)
MAllW 3 MAI 1032
Un double attentat

L'opinion publique parait Rester le plus longtemps
assez indiffrait! la rvi- leurs siges. L'Excutif, oh
lion constitutionnelle. Elit a
toit, .".'avenir sera, dans une
large mesure, li parles dis
positions de la prochaine
constitution. Ceci se passt de
dmonstration. La constitu-
tion,c'est la loi fondamentale.
Gela su Hit pour taire com-
prendre l'importance qui s'at-
tache sa confection.
Or, l'impression du mo
nient est que le public s'in
lresse peu ou si peu
ce qui se passe ou se passera
l'Assenabla nationale. On
h* dirait pas que la question
est de premire importance
pour le pays. Celui-ci s'aban-
donne. On ne saut pas qu'il
se proccupe beaucoup du r-
gime politique qu'on lui va
donner. Il ne s'en inquita
pas.
Est-ce conliance
ou dsa
Dusamenl ?
Dans l'un ou l'auli e cas, la
responsabilit est grande pour
ceux <|ni ont mission de r.
soihIiv le problme consti-
tutionnel. S'en rendent-ils
compte?
Il n'y apparail pas prcis-
ment. Dans les sphres gou
vernementale et parlemen-
taire, deux points occupent
toute l'attention. \)t'i\\ points
secondaires : dure du man-
dat lgislatif et droit de dis-
solution. A cela se rsume,
pour le monde officiel, la r-
vision constitutionnelle. On
ne discute que cela et seule-
ment cela, dans la presse
gouvernementale. Entre les
membres de l'Excutif et ceux
du Lgislatif, c'est matire
tractations laborieuses. C'est
un marchandage politique.jLe
gouvernement acceptera le
mandai de cinq ans pour
les dputes On lui accordera,
en retour, le droit de disso-
lution. Donnant, donnant. Et
voil la rvision. En quoi elle
intresse nos dirigeants.
Faut-il attribuer quelque
mdiocrit intellectuelle du
personnel politique ce rape-
tissement d'une haute ques-
tion ?
Des considrations d'int-
rt personnel dominent le d- ;
bat clandestin entre le gou-'
jernement et sa majorit m- !
fiante. Les dputs tiennent i
s'assurer un long mandat. |
tenir le droit de dissoudre
les Chambres... Ceci, sans la
contre-partie qu'offre seul le
systme parlementaire, avec
la responsabilit politique el
solidaire des ministres, il s'a-
git, pour les partisans de la
dissolution, d'armer le l^vsi
dent de la Rpublique d'un
droit qui lui permette, soi s
des apparences moins auto
cratiques, de tenir en chec
la reprsentation nationale.
Ainsi, toute opposition--'
l'opposition, c'est le cauche-
mar de nos pauvres gouver-
nements est jugule l'a-
vance,
El c'est pour aboutir un
accord difficile de leurs vues
particularisles (pie se pour-
suivent, entra nos mailles de;
l'heure, une certaine dispute !
I N P.aUitl.'T !

Il y a 1
vingt cinq ans
1
Ll \l4T!
NOS S



sans grandeur. Mais, nonobs-
tant le point qui les dshar-
monise provisoirement, leurs
tractations occultes avrent
une sorte de conjuration con-
tre la souverainet nationale.
Celle-ci serait positivement at-
teinte par une prolongation
excessive du mandat des ac-
tuels dputs, et par l'attribu-
tion inconditionnelle au Pr-
sident du droit de dissolu ti an.
Ce srail le renversement du
systme rpublicain. Ni plus
ni moins.
Aussi bien, il convient de
souligner, ds maintenant, la
ncessit, presque la conve-
nance, que des lections l-
gislatives aient lieu avant l'
lection prsidentielle de 1936.
il serait inconcevable que d'i-
ci l une consultation popu-
laire ne prcdai pas le choix
du futur prsident de la R-
publique. Le pays ne com-
prendra pal que"ce soit les
dputs lus en janvier 1932
qui aient en dcider en avril I
1936. Cela n'est pas possible.'
C'est une question de dcence
politique.
El le gouvernement qui se
glorifie d'un triomphe sans
prcdent aux lections der-
nires, et d'tre suivi par une
tidle majorit, partagera avec
celle-ci la responsabilit de
l'attentat qui serait commis
contre la souverainet natio-
nale.
Vietor Thomas.
Il y a dan* CHi quoi SRC on ,, qn, r, oni
tel est particulier.. H q ,j ne se retrouve dans
aucun autre G nger A'e.
SE : est pour reai Oei >' | ,,...-. ,.
dinaire qaan l ili p i |ro ,ver .,.
UNRAREBOUQUETHIUN'MKLANGESBCRET
El de pin, pour voire pr ne lion SE '. vous
vient d*ne des bouteilles absolu me ni NEUVES
et n'ayanl jamais dj serfi.
C\\
y^Jt'C";
#1 I
.

GiNGEK
A LE
AGEfsTS
SUPREME
Mohr c\ Laurin, P. 0. !3ox M, Port-au Prince.
te (r wail d s re* s r#i-
telligenU s a ix flancs de la
rl$- Pierrot > conli
toujours s,> a s I ut-lire im
s/on de .h. 'lltimoels La
liant qui se mu'h- lie a
un d\ ouemei i nhle
cette c
Les e(fo is des s'aphandriers
mil t fructueux a s / mrs
derniers. Ils oui trouv et re-
mont la i diffrents
objets de certaine valeur qui
sont liux ordres d l'Etat.
Chaque jour est dress nro-
cs-urbt qui constate les r-
sultats <,!>!,mis ,1 relve lu
e 'les pices arra au c
dbris du navire s i, i < y jadis
par la guerre civile


O sont
les actes
>
fins dans un pays la presse
B quatrime pouvoir, est or-
frre, anim d'un noble senti-
ment, empressait d'annoucer,
pour aprs les lections du 10
Janvier coul, un voyage que
I comptait entreprendre, tra-
! vers 1 Amrique latine, noire
Ministre du Commerce, M" Re-
n T. Auguete.Ce Ministre a de
qui tenir, il a dans les veines
"e sans d'un homme politique
Ce soir
ALLEZ A CIN-VARI-
TS ASSISTER A LA RE-
VUE
"SOUS LhS COCOTIERS*
Spectacle de 1er ordre avec
des scnes
Entre :2, 3
I
iisairs..
-...

La "MAtMESiWE'l
TBINTURE HtNACEU PERFECTIONNE |
l i
ifrw H .'
aacsnEB.
mmmmmmtumnm mm
nouvelles.
et 4 Gourdes
PURIFIE
-REND
LA PEAU.
LA PEAU
donne en vue d'exercer sur les conception vaste, le gnral
consciences une emprise sup- Tancrde Auguste qui tut par-
fieure, plus ce pays a chance lisan de l'volution de noire
dp vivre. Obligeons le gOUVer- pays. tel point qu'il fonda une
Bernent reconnatre par o il asine sucriers dans la plaine du
np rpond pas l'attente gn-, Cul-de-Sac. Celte usine demeu-
patrioli-
reponu pa
foie. U est un devoir
(1"p que chacun de nous doit
emplir, c'est celui de mettre les
re une attestation superbe ue
l'nergie fconde du progressis-
te la mmoire duquel nous
nafs en tat de tout dicerner.: rendons hommage en nous n-
r c'est une iniquit trop crian-
te que subit la majorit du peu-
plequi se lve d un bout 'au-
re de l'anne sans horizon,sans
'''vail, platement bafou.
Lide est un levier d'une
Puissa n ce incomparable. Les
niants de Damien.arms d'u-
< ide, russirent l o serait
'""jours tenue en chec une
PPosition plus soucieuse d'tre
caijaleusi.' que a'e se montrer
''"P de penses leves qui
""placent le canon el r< in
*nl de sursaut le sommeil de
Jeu* qui montent aux affaires
?UI1S l'unique dessein de berner
peuples.
loin dernirement, un con-
clinant sensiblement.
Le confrre expliquait que M.
Ren T. Auguste se dplaait
dans le but de trouver de nou- j
veaux dbouchs pour nos den-
res. Ce but n'tait pas du tout
banal. Mais, depuis, quel effort
a-t-on tent pour tirer de notre
agriculture, en quantits nor-
mes, des produits vendables ?
lui fait de denres exportables
que pourrions-nous expdier
aux acheteurs qui von Iraient
ien se laisser conqurir parle-;
RESPLENDISSANTE
DE SANT.
OFEBUOY
LL savon DE La SANTE
POUR MlNt, PI6VRES ET SAINS\
MOHR LAURIN, P. (). MOX Ma. Distribaetan
KueHoux et du Genre, Port-au-Prince.
tMMMMMHaii lice rurale ?
Nous avons sous les yeux i
istique comprenant nota
ment la production du caf d
i zone que se proposait
p ireourir l'officiel hatien.Il
ve q l'a i Brsil des mil!
*acs de cette t l
ileureuses de notre ts la mer ; on t ensui-
Secrtaired'lilatdu Commerce? iervi comme c lible et
L au d-eau est-elle solu- maintenant on s'occupe d'en
tionne ? Quel est l'tat de nos rer un gaz pour a 1
routes vicinales et de notre po- moteurs. Nous ne pou ns"d en
compter outre mesure sur no
ti r cacao el tout ee (pie noir
i parmel d'exportei
i
n ias
lions I
e peuven' tr i ivi
i d
t n diffi ills a\
> nous
9 lemj aments liai -
i rf urs.
Si l'i immenle
lanl d ins les inilii pies,
chtre le Chel de l'Elnl el le
naleur Pra I !. net lit pas un
lrompe-1 oeil, c'eitl t encou
Reant. L'exprieu
dmontrer que M l'i adel n'est
pas un homme d'Etal ordinaire
ll faul certaines < irconstances
im lire nue grande li,u
lan s le cadn qui est propre *
la luire apprcier comme il
com if ni.
L \< cortl du "> Noui ayanl eu
;. il lui officiellement annon-
c que tout allait pour ir mieux
dans la Rpublique. II \ a l
!i!'<* grave erreur qui hurle
conli e le Prsident Vincent. I
peuple ne peut tre plus mys-
tifi p a r nu gouvernement
qui n e^l pro \ qu'en pa
i oies. I.Vniir de la N'ai ion si i
.le vais un peu pai tout
parler aux malheureux, ji
cueille leui s plaintes. J'ai d
souvent l'occi ion de \ oir des
misres qui lonl : e
entraill
(i esi au milieu de beaucoup
de doutes provoqus par un
sytme nouvellem -ni tabli,
systme inhumain, anti-dmo-
1 ralique, que j'ai lu, dans quel
quea pa; ; d un
r de h Silu ilion
nir le bureau de la hr .
- ils de \
qu'on ne peut | rendre p
lanternes.., ns im li
'niions cou ni buis ira
t 0/11 '/'/' un o r si no s / vieit
hailiunisa continut ni d donnt r
un rendi ment sa isfaisant, s/
les capacits Individuelles nous
procupent plus que les tert
politiques rendus etc. Rare-
ment nos gouvei nanls < luels se
proccii| e il plus de i i apacils
nul' que di
peli rendus. Ainsi d
noli e i toujours mal dii ig
' le iduni e -a la : ion au
dernier degr.Bientt nous e
minerons tout nu long l'Expi
de la Situation dont il s'agit.
O sont les actes qui i
foi lent '.' On ne les trouve pas.
l l'an me eilll e I '
Pouvoir Excutif el I- i joui ua
M 1rs qui onl de la mthode,
qui, chaque jour, voi
... voi1 ins P s le
otr ei < Ih ni conlrre ,
[" m a que les easttnea .f
P Ha onl t bapijaei
lu nom le l'ofli :ii r BuMon. Si
)ii venl bien se rappeler (jnt- le
eu'enftnl Button accompeg ihii
'** >" Henni gen d u si m-
" li ion nocturne qui dci'la
lu s '-i irli ji g i Pralie,
>n s'tonnera que le coloacl
n, q o vinii de s'associtr
>pontaninenl i la com mmo*
un du 129* inniver aire de
' mort de roussainl Louver-
lure, con ei ve, .les case m s
ii iTtiennes, une dnomination
blessante pour le sentiment n .-
t louai.

l'a vu q u rentrait en re.
ard pour l< aer. Les amis
e plaignaient : Ce que lu vas
ittraper de la le nme Mais lui
renat i. anquiilemenl sou
ocktail, s;ius s'mouvoir, cai
il venait d' u h lier au magasin
le John u,, .;,. t ., |a Grand'*
Hue, une magnilique lampe l'i-
tus que Madame dsirait de-
is longiemj

.. a vu au ( h irmanl tablis.
1 nient de notre ami Samuel
en ira, o se rencontrenl dei
nus le lona les groupes, un
h> mme blond venu u faire
'les heu rein s'nerver sans rai-
son, c i se donner eu spac'acle.
Connue le petit hou me blond
si habituellement n'excellent
ommerce, l'aimable patron de
l'lab ism ineni ne laissa rim
pari i ie de so i mconlenment,
et pria mme les tmoins de la
scne de ne pas Irop Inire al-
lenlion a un cart exceptionnel
dont d en tait le premier sur-
pris.

... veut avec plaisir l.rsyeux'
.m souvient t de notre con-
u de lacmel : L'.*: di u i i C'est
un hommage Irop videU
Notre il pour qu'il hsite a
remerciei d'un regard afiec*
m usemi ni malicieni. Puissent
Les veux qui souvient v.-
H' paille et poulie el | our ce-
la se h i mer quelque lois pour
ne pis iie accuss de cliei*
hi i la peii'e li'e.
... voit que si no is n'avons
aa de n-ligion dElai, nous
vous du moins un IMium -t L-
tai. lin (fiel le Prsident Vin-
. eut s'tait lail prcdi r a Jac-
m' l d'un camion i ha de l'in
o Dpan hle Goutte d'Or at-
I aneourt. C'esl un connaisaimr,
A
oucr
; m ison au Hais Ver*
: Ointi 11 mo lerne. S a*
li es: er.po m le* conditions,
Mr Li .s ide.
Propos
humides
la
iioncer dan i
mme temps que la qu lion du
.
vnemi
tel une foi. e.
\ exp dll t" m : i-,".! u loeul
dsormais conaaer |k>ui cesmaui-
restnliona l, il tait anm n un lr
o ne ie dbitait i i ^ue d< s boissuna
locales. Tout ce que nous i rodui ioni
en fait de boissons alcoolises, ga
/.us. s mi neilt.'iis s. l.cs visiteurs
il le choix. IK pouvaient d'ail*
ni. Tout tait servi
l e fut l'oci ision de connaiti
marques i i : -, i nbi ables de nM
idiers, ^ inleoti i
n l'un- Us.
i
.les d u 1
u de ;xp
opalea i
pj les |ii itre-cin-
, i ica |u iin-i ii-
. i c dent une pri. reace mar-
quel {
i.i;. i i OR, seul grand triompha*
by VIEUX- lenr du jaur.
J


LE i i
MJ

Les Spcialistes
de beaui de la peau
rccommandenl
le SaoOi
Pain bliv
V. Comeau-Montasse & C
Agents
313, Rue des Fronts-Forts.
de
i,
i 11 s, lui
. de
I i ),
leur
Splendenr...
qu ii nettoie e par fa
i durcir In te de la p u,
, rftopar Image rejiaher
mrj
be Savon Palmoliv*
fj,itw M entirement foil *
Massez qu ro, a dcili-
tre et le cou. nez h n < loj pe.
: /. compli
peau
if
-ftaL dbiJMjL filc

1 j'Espionne aux Yeux Noirs
[a |j et J< m Tou'ool.
: kio : .uo.
Frachement Arriv |a- le steamer St-l)omingue.
Chez. Simon VIEUX, E. DFREIX.
Alphonse Dsir. Llio Bailiy.
A & F. Me CUFF1E (Gonaves).
par rs|
Cin-l
n m de l sple ; mouvante
, |> il; n
Les mancipes
Bj n .,,, lem pi r les ii rits : Joan Criw-
^ i |)nro liy Se bestian.
. 1, _' i i 3 goun
_>po
de l'exe
'
6 -
n K-BLclloetla ci
UMATISI
ALGIES
!l, I'. Rue Balla, PflrJS.
*r 9
\

un
DE
I B
r4v
[ i
M AQ NS I l
Re>cpn"
PROSTATE

PRVENTIFi CER
CHOS
l/i ol de
ill sr" Il U n.l.'ini
J p*r*<
saunes, nsui
a pri
r'es1 i
mpti
rit l'en ment primaire,
j,e i
seignen i
Si l'an-
pie '''"' iues '
icaina, i !*
1 r.i v 'l'-
un Ii
T' '
\u
qui '
nat meut, ui
tm porta
^ __ Notre i La i
Tribune i mmenc la pu-
Bition ' n aterie d'articles
ni le de l'im oiop-
i iur des r< spon
sabili mx maux actuel-
leni i Ile fl< raisondans
Ii [ui .
/ ,i /' c//r Commerciale
ri Ihillelin ri <1 la
Cbambre de Commerce Pran
te c o i m i r pour 1-e mois
i,n ( vec un som-
maire intressant.
Pend ii IM i< rx ict fi-
nancier 11 0/31 nous avons
impt u di i ue sechde
et sale pour me valeur de
70i,435 urdts.
Il e I questi m d'accor-
I gr pitaine
.r I un I) ir Paris
qui de i< i (lia en mme
ps c Ii de notr > ion
militaire C est eue solatii o
nt l*o-
D rs le bulletin tien-
u I 11er
-'-s six
l'exercii to
mtrt, ont
ri
i celles
de l'txer-
K lit.
----- I
seut une diffrence en moins
di i !,6 o/o
ce Ile correspondan
i prcdent.
L'excdent disponible du
'! or, a la dat du ."51 m*rs
! e montail a 12,367.000
; rd s c* ntre 16,094,000
I date l'anne 1931.
Noscontrres Le /(///et
I libre 'inhtirv agrippent
loi lesxu Dt le secrtaire d'Hat
des relattions extrieures,M.
A I Lger, | our l'quivoque
puait dans 'es i go-
ci liions ; vec les I.tats Unis
i .m i, i ^ uni i i I -mK
Bvue
t? Veur Mondf
lu I l'une istl,l'aria.
, in \ LIVH \hi'N
lei VRI 1032.
I \ ( Ip. Di nire m r-
m. Bendt; de l'Acad-
i si e
an Indochine..
.1
I i ''< t'orne. I. La
I !M 1-1M 1 Octave Au-
bi y.
< i !gi&< s Ii aoaiafs du B.
I. r.. M d. ('f rinalttot.
i p d 1U> belle. Le
i | Ri ioe 't 'a Tonaa
d bI.. Gabriel Ha-
p Duc de ta Foret, de
i' mie h aise.
le d( i sime centenaire
d w Bkbingti n.. (inral Gou-
i 'iiut
"| Vie sportive
- o
JJParc Leconte. Le ma u h
Jeunease-St 'Georges isl ren-
voy la lin du championnat
Les managers des deux clubs
ayant lait constater l'tat du
terrain de jeu, l'ai bine Mit Ion
a proclam qu'il tait impra-
ticable, Dpit du public.
\ ioleite Racine/. Jeudi se
jouera le match Racing-Vlo
lettt tant attendu. Oes deux
cots, on se prpare une
lutte||mmoiable. lis parti-
sans,! bousculant les rgle-
menta le- I L'. S. S. H, ont en-
^-ge dt gros paiis. Poui ce
iu i i iou ( OUCi ne, i i si i.v i
la srnit qui tonvieut que
nous aUtndous le coup de
sifllet lit.al de l'arbitre. .Nan-
moins, nous engageons les
longes des deux clubs,
d'trt calmes,^ bien veillants
les uns envers les .autres.
ici 1rs sunt boni. Ce match
reserve des surprises ceux
qui pensent que Irlle quipe
sera c gele sur le terrain,
(
L> FICRRft ANGULAIRE
DES SOCIETES CrVUiSECi
L: mxi wAmm m pii m
ftam * 1 Anqa* <2'mx iur la
lu \* \m Mil k arapriti
a' h ndlrldualk. Aii,
tt tact rtjourMMment av
n-h* ta tttclirion* du pM. h
bMquc dtt-elU t'tllm tu progr^
t prpu Ywmk, Wk pla
droit i U pl*c d'honneur que le*
ocit Boderoee lui coordt.
/'N
ir^
La Banque Royale
- du Canada
HENRY STAHK
RUEIIU QUAI, EN FACE DE LA GARE
\errs Mires de toutes dimension pour vitrines et en
c H cmentff.
film spciales pour mi |
Vitres ordinaires 1/4 pouce piisseurpour autos et comp-
toirs.
drand eboix fe MulurtJpour.cadre^.
Lampes de nuit.
La maison rpara aussi la^aireirs tachs.
Erreur!
chaude.
l'atmosphre s e r a ^dvouer.
Prix d'cnlf e. Nous cro-
yoas savoir que le conseil de
rU. S. S. H. portera les prix
d'eutre^du Parc Leconte
pour le match Hrci ig-Vio-
lette : Grandes personnes:
G. 1.Enfanta: 00 cts. Voiture :
G.I. Tribunes: G. 1.
L'enjeu du'rhampionnat.
On parle beaucoup d'une
coupe oflerte par le Prsident
de la Republique au cham-
pion de 1032. Coupe qui sera
officiellement remise, et atec
pompes, l'issue des Jeux
floraux du 29 mai en cours.
Qui nous renseignera?
L'I.S.S.Fi. cl la disqualifica-
tion lie hurnu. Selon une
lettre-circulaire Iransiaise
tous lesjcentrei sportifs fai-
sant partie de la fdration
internationale athltique d'a-
mateurs, le coureur finlandais
Nurmi a t dclass poui
serai protessionnalisme. Le
Prsident de l'USSH apprend
qui veut l'entendre que le
Conseil actuel lient a ce qu'un
pareil fait ne se produise en
Hati o f l'on a besoin du
concours le tous les athl-
tes-amateun pour la grande
propagande sportive la--
quelle tout le inonde doit se
Los Angeles et Chevallier.**
Les ahlttes qui doivent re-
prsenter Hati aux Olvn-
piades de 1932 sont en com-
plet dsaccord avec le Prsi-
dent du Comit Olyrar-iqoj
Hatien. (}ui les dparta-
gera V

*
Dolres, Equipe cabaint. -
Monsieur Chevallier nous Ji-
ra-t-il o en est le Conseil
avec les pourparlers au sujet
de la prochaine arrive de
l'quipe de Santiago de 'Juka.
C'est aussi intressant qu
Los Angeles et Kingston, Ja.
F. 11.
SERAIT-CE L'AUTO
MYSTERIEUSE?
"."La Police a lait arrter^
Btlladre, jeudi dernier, le
chaufieur Rigal Franois, S*
cus d'avoir vol unevodure
de Monsieur Nagib Koon.
Le chaufieur a t ramen
Port-au-Prince par le Lieu-
tenant Forbin,accompagnds
Monsieur Kouri, qui avait
port-plaiute contre ce^der-
nier.
Rigal Franois'a t croie
au bureau da la Police t
licence a t confisque.
Cte
co-
( rivi mis sur la
Pierre Troyon.
la ci ise II. I ea
|, lb< ' l"i hne.
|< l dt \< i trioirphale..
I. I.
lande apaise., Y.-M. Go-
l
. Dcibel,
p, k-up et hanl i ;;leur.. Criar-
1 Nord ma nn
laume Bifi mrdan.. Th. N.
H Ii I Noi veaox
i ni s Andr
[ de l'Ai a demie fran-
s
Chri de la quirane.
I ohtiqpf, Ren Pinan.
. *g-
Toutes les Polices J
DE LA |
si


. LAI ONNEMENT
in S"t mois Tioi. n.*(
51 lu kl 50
1 et
t* tuf' fr, 54 t-
:lfn

Le
M 1rs 14 fr.
j ifrso
nfo partent du fer
mois.
Frix du Numro : 6 Ire
.comprennent la Protection contre la
Foudre sans auqmentation de tauxf
1
Fit g. Le ilosspCo
i
Aqents Gnraux *


f^ St\1
Rhum Brbueourf

itla rtMMi et! Mmvrstl! a gard sa BTOBirt plaa
*em*uc/ partout :
UN BARBANCOURT
tt : Kuc Osar.
I
Ce que votre^.
Dentirice peut
faire
I
AUTOUR DE L
C ^. -.
I
CorresNor(jrii"je! ^inerciemenis
Us prtentions de' Colgate
sont seulement ceci : |il nette ie
Jes dents compltement lord.
Mfiez-vous des promesses
fxtavagantes de gurison des
irritations de gencives, correc-
tion des acidits de la bouche,
ou autres maladies des dnis.
La seule lonction d'un denti-
trice est de nettoyer les dents
son action est simplement
mcanique, comme celle de
l'eau et du savon.
Les prtentions de f.olg.itesont
seulement de nettoyer. Mais il
le lait plus fond, plus comp'f-
ttmeni,|). rce que sa mousse su
liNELElMEDEeOlt ,
Neus publions avec plaisir
' lettre suivante et un peu
malicieuse d Lslontant, en rpoLse '-'v.u
entrefileQJe Notre il >,
signalant que de petits lais-
ser-aller se remarquaient aux
concerts radie phoniques.
Nous n'avons certainement
pas voulu taire de .la^peiue
Mr LiitaulanQdont leon
coursse charge-t-il de Doua
apprendra-- est purement
gratuit ) e[ nous le lui prou
?oos, en n'insistant pas sur la
question.
Tout au plus,sommes-nous
tante de'blaguer notre mui
quand il feint de vouloir
adroitement ne trouver qu'au
Matin" un bel organe sus-
ceptible deckarmer l'es toulus.
a
Port aiPrince, le 21 avril
19.*2.
Man cher Clment,
Je ne dirai pas comme
Notre il qne"ton journal
se moque des gens quand il
sigaaia que Ion s'amuse la
radio
Au/ s i(-renom d un gi ?, t
d< mis la ht vanl
P rt-nu-Prii ce, 1? 2 ""; !!52
i LES ( IIAMI <) s
l U TRAVVL

M maieur le
cleur,
i < I, i l'ermino I nnni-mHe '
. w> ci nts, Mi .1 Madame
anir< i M lvu, Mr Emmanuel
Sirvil Mr el Ma (.i ne llerri ]
R'ni; cl rcm?Tienl l ;cn iin
crmai t tous Ici ajm tant de
la Capitale que de la pi ovin :e
^ de le ira m irqui s de sympa-
thie l'occasion de la mort de
leur regret l !
' I1AP1 ES M Ml' I.
;io-ix, i re, on< le el fa re,
i Croix-des Bou-
quets kii.w.ii 1932.
Pei u,allez qi e nous vous met-
[ lions u cou rai I d'au projet que
nous a tons. N> considi s
pie nous SO m mes des < ri-
vains. Nous nous flattons d'a-
voir plutt du jugemenl. Nos
enfants dvie idronl sans doute
SM^ri: ADMINISTRATION COMMUNALE
E PORT-AU-PRINCE
mencer par le travail des mus-
cles. C'est ainsi que les Amri-
cains son! devenus riches el
puissants.
pneur pntrante va dans les 'T" A,!nim "" P" Pla*
plus petites tentes et fissures- V2JLPJr.-V,?n.?i,char9
dloge les impurets les ba-
aie dans un Ifot dtergent.
ElvoUc dentiste vousdiia qu'un
nettoyage complet et scientifi-
que prvient la carie des dents
Lolgati est fait ausii en
pendre et si VOU la prfrt
demandez la Poudre Den-
tifrice Colgate.
I-I)L 3
A Varits
l.f premier (ila-parlaetlranceli
J'ariics.en in.iuguranl avant'
hier soir le film-parlant franais
en Hati,connu! un beau triom-
phe. Il y eut salle comble.
L'assistance suivit avec un
intrt croissant les diffrentes
parties de l, iilni d'un scnario habile en
Dime temps que simple. Avec
l'impeccable Jean Mural et la
jolie Marie Bel I un Amour !
l'on vcut a"es heures char-
manies. Sans compter les exhi-
bitions de courses d'automobi-
les et de chevaux, qui passion-
nrent beaucoup.
Ajoutez cela la clart de
l'appareil sanore qui permit m-
me de surprendre les mots chu-
siols par les acteurs,
Compliments l'ami Vaillant.
d'amuser. Le lait est inexact,
car toutes les prcautions
voulues sont prises, les jours
de radiodillusion, pour assu-
rer 1 ordre au studio et il
n'y a jamais eu de rflexions
drles y tre changes.
Tout de mme, je vais tirer
profit de la petite i.ote de
Notre CEili en demandant
la Police d'interdire l'accs
des environs du studio la
loule, comme cela se prati-
quant quand un oticier am-
ricain de la Garde d'Hatien
avait la direction.
Pour c qui est de le m bar
ras du speeKer et de sa mau-
vaise taon d'articul-r.iNotre
ili a grandemeut laison.
Cependant, si ce dernier vou-
lait aider la D. G. T. P. en
envoyant la H. H. K. un
i bel organe qui, comme les
artistes et moi, accepterait de
donner un concours gratuit,
celui-ci serait le bienvenu. H
est prsumable qu'en raison
de ses talents il plairait au
public, ce public toujoups
enclin dcourager les eflorts.
Persuade-toi b;en,mon cher
ami, que je suis prta cder
ma place n'importe qui,sur-
tout si je ne conviens pas et
que je daplais ton presti-
gieux Quotidien. Pourvu que
celui qui me remplace lasse
mieux et ne commercialise
pas la Hadio, par les rcla-
mes, pour ne pas mconten-
ter les Directeurs d Opinion,
autr'autres toi.
.la te renouvelle, mon Hier
Clment,mes meilleures ami-
tis.
Georges Th. LAFONTANT
Le lort est d'avoir nglig de s'attacher
aux cots les plus importants
lu problme hatien.Nous avons
En attendant que se dve-j
bppe l'Industrie du Sel raffi-;
n et que d'autres licences
soient sollicites auxquelles
elle sera heureuse de don-
remarqu que vtre journal eat ncr suite, l'Administration
a maison da loutesles ides- Communale avisa que la fa-
forces. On ne vous a jamris vu brique Annibal Bristol Bri
donner votre temrTs aux peti-' a constitu un stork de sel
tessea. Voire haute aopcaelion ralin pouvant suifire i une
c nsommation d 15 jours.
Bu consquence, les condi-
tions de l'article fi de l'arrt
C< minimal du 13 lvrier der-
nier tant remplies, elle in t
Jm farine BATDAS est >-
brion oour tes boutai>a* is
'-'"/ SCS
klle c lc quclip y cenli'
m': ni plus chre
que es marques,
mais L u cmenl quelle
donne itsans pareil.
Avcz-vi cj travaill
HufBas?
Eh bien pissez chez les
commer tnts suivants :
ED. ES! \
tes
dignement
pays, et vous
populaire.
Nous voulons fonder une SO
cit (pu aura pour litre a LES
CHAMPIONS Dl TRAVAIL >.
Port au-Prince, le 'M) avril
1982.
Victor Gastel
INGNIEUR LECTRICIEN
- oe-
Emp'oyl la Compagnie
Eleetrique de 1909 192lJ
, Oflre srs services pour'' ins
lallations d'clairage, de mo-
teurs, rparations de ventila-
( leurs, fers repasser, delcos
I etc., aux intresss de Port-
au-l'rince*et desautres villes
I de la Rpublique.
Adresse : Hue des f'iracles
No 121, ct de la Banque
Nationale.
P.
Les propositions de l'iniheni me l"c ' vnte du Bel brol 1 [)[ M.\
Snateur Hudicourt adaptes^ J dit de cuisine sera prohib
noire situation permettrait dans l'tendue de h Corn-
quelques initiatives de sa ilve-) mime (e Port-au-Prince, A
lopper. Mais, eoimm pens [vpartir du 9 mai 1982.
Mr riioby Vieux dont les arti-
cles ont le mrite d'tre bien
inspirs, dtelles mesures,dans
notre pays non encoi e organis,
sont it prendre svec prcaution.
Le moment esl venu de metlve
le travail srieusement la pla-
ce d'honneur.
Le Prsident Vincent, qui au-
ra bianlot deux annes de r-
gne, fera tout sou possible, nous
"esprons, pour marquer son
passage au pouvoir par des pre-
jjrs notables.Nous suivons avec
intrt la marche des choses au
Corps Lgislatif. Seule-, des lois
qui s'adapteront nos besoins
seront accueillies avec satisfac-
tion.
Veuillez publier pour noua
celle lettre qui portera a \n
connaissance du public notre
projet des CHAMPIONS DU
TRAVAIL. Nous vous ferons
part prochainement de nos mo-
yens d'action.
A vous qui prenez haulenienl
souci, avec vos excellents col-
laborateurs, des ncessits du
moment ditficile que nous tra-
versons, nous adressons lias
sincres flicitations.
Les CD I.
JEAN ASSAi
Lifl

NE
Itl v< i. a il l. M1LUNG
a leva ron < O.
I. t II i. Mu.
FI). GERMAIN
S. BOLT
Achelez-hi avec confiance!
Travaillez-la avec orgueil!
Songez que l'Institut TIP-
PENIIxUEK se recomman e
ets'itnpoie votre attention
par les brillants rsultats d-
j obtenus.
1537Rue Lu marre.
Tlphone 2891.
AVIS MATRIMONIAL
Le public et le commerce
sontaviscs que je DS suis
plus responsable des actes
el actions de mon poux, n
Casimir Aristide, pour mau-
vais traitements, injures gra-
ves et publiques.cn attendant
qu'une action eu divorce lui
soit inteni
Port-aii-limic, le 2\) avril
1112.
Mme Casimir ARISTIDE
ne Brnice IIACINE,
RICHARD PITERS, From.
( ll\ .11' DEM RS, \ 1217.
LA SEU -\NGERIF~EUROPENN EN HATI.
SPCIALITS DE PAINS IPOUli SANDWICH. PAINS FLUTES
ET PAliS MOULES, PAIMS f; JIRS. PAINS COMPLETS, ETC.
PATISSERIE FINE. PTS. VOL-AUVENT. TOURTES.
SOINS ET PROMPTITUDE.
Tlphone: N 2069.
La m< n'a ne s de
succursale.
Insurance Co
Une des; plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSStt & Co
Aaents Gnraux
i
LE FAiTEST INCONTESTABLE!
R Ii u m Saillie
C'est la quintessence des meilleures
ferotrs
varits de cannes d'un vaste territoire
| runis U les ille
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ]
**
*


Mardi
3 Mai 1932
Le Matin
4 PAGES
Port-ti-PfiE.ee
Tlphone : 2244
m
(
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lif
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
ter la eGI es1 nue des plus amasstes etdenln ? >'* ruaniseiieui
it ce genrt, Le sol< il ce m ceucke mb champ d'action q li embrasse le
a.ande
s<>s Police! con're incendie eonvt !rs dgts occa ionni t la ion-are
Ses Polices pour ^ : ol rent rois, incendie, malveillance dommage*
caus jnijui d s ses biens.
Ses l'clitr^ M I n <" mises p i ses branches d'Europe s< ni pa> bls en
Ses Polices cm accidents sonl les dans lu ni vers entier, rous les voi
lurs devraient danc prendre la prcaution de se munir I n p Ire accident*
d'an moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant qui ie !"', !0 lollars L
Veuve F. BHBMINGHAM. AuxCavea
PHM1ACIE
CUNONNE
49. Rue Raumur
88-90. foilevard Stbastopol
PARIS .
rendant
IE mELlEUR RIARCRE DU MORDE
rroduiti du rrimlini Martin
it toujours H inmiPi inlilHr
UNE SEULS QUALITE t
n LA MEILLEURE
1HE ROM MAILSTEAM Fleurai Fleursl
PALKLT COMPANY
SOCSAGNTS
Agent Gnral pour Hati.
tort au-Prince. IG. Gl '
JF.AN BLANCHFT 1 rm'a
N'OUBLIEZ PIS OE FIE UN PETIT TOUR A j
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville ,
1 SIS pieds d'ali'd le I plus tralsdei eu
Virait de Porl ar i I
feulement 15 excellente route
asphalte. Vins m< i ei leu I" I
laissons
Jtayon Spcial
POUR LES COLONIES
DROOVERIt, HERBORISTERIE
SPCIALITS
Franaises et Etrangerae
SELS DE QUININE PURS
Tutu produit m flcont,
ampoule, Mmprlmil, **hth
SOLUTION HTrODIRMlQUBI
B4.Nr\QES, CJCINTURBS
l ''AS A VARICES
\PPAKE1L3 EYGltlflQUIl
pour toui uiagei
Appareil Orthopdiques
Sfinfti hypodtrmlqn*
Phirmicii U Pche, de Vittgi
Coffres Pharmaceutiques
pour usines. Commonu, ne.
I c Mramer Aura venant
de Kingston et dei ports du
Sud sera a Poil su-Prince le
2 mai courant prenant lit
pour 1 luiope via les ports du
Nord.
Th ioijl bail Sleam
Pakft Co.
I J Hl( 10
Sauvez
On' trouvera chez MelIcTi
tine Augustin, Bas l'eu de
Chose, des leurs, couronnes
coibeilles de fleurs naturelles'
etc, bon march.
vos livres
.Sauve/, vos liv.es et col
IfcUtitih en laauvai^ tat tu
lf, confient aj relieur coin-
p eneii UI, honnte et babil-
Etimnxi Camillb,Huc Bo nec
H 01 .

P
s-s c
irrangenun'.s p iliculiers | >s de jour de
tesaame ou de mo
6E OUI H"* JAMAIS bit l!!l
Ct QUI NE PEU J {i 1,1 DPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar dans des c nditions rigoureuiei
D'ASEI >III
Prparati m et Vente
PmamiacibF. SEJOURNE
Angle tirs mes houx et du Centre.
(LIGNE COLOMBIENNE)
Ti| houe N* 2323
Le vapeur ,'Baracoa",Voy.
101, ve.n ml directemen' de
New York sera ici le !5 mai
proc, con'inuera le mme
jour pour les porta colora
biens, Ci istob il, Canal Zom,
Kingston el New-York.
Le manitt ste de ce narire
reu pnr avion est la dis-
position des clients dans nos
bureaux sis angle rues Kgv
i et Daols-Deslouches.
Le vapeur H >got i", Vov.
1a)0, pat tira de New-York le
29 cil. po ir tous les porls
hatien*. Attendu Port au*
Prince,le 7 mai prox..en route
pour les ports du Su '. Sera
rie retour le douze mai pour
prend:S li1, passagers et
malle pour Cap*Ha1tien et
New York.

Le vapeur "Mai liii |ue ',
Voy.97, partira de New-York
Projets de Factures
ct tous renseignements
wr demande adrese
Pharmacie CANONNE
49. Rue Raumuf
88-90. Boulevard Sbastopol
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
p\ m France ni a l'Etranger
lc 4 mai proc. dirlamant
pour P rt-aa Princ
VVlIliaia E. I3EO,
Agent
HALLE A LOUER
Moiti de la giaude halle,
sist l'ue du Magasin de l'Kiat
t e de la ma.son A tnj
Cookc, lcemmcnt orcuts
par h< Vendarmeiie d'Ha i.
S'cdiesser M.Hem y RTAns>
lue du Quai, eu lace del
_g.uc.
l.A LMTERIE B\ILEY
Livraison propre, livgiii.
que, en, bouteilles htrmii%
qaeir.cnt cpchelces, Ubii
de toute falsification.
Tmisporl tait en r Ingra*
te tus roues.
13V\ Grand Rue, Port-s
Prince.
AVIS ALI COMMERCE
La Panama Uai otage d'an-
neavar les dparts suivai tsdi New Yo ort-au prince
faiti, directement eamers sont
paarvus ds chamh Irii tue
AVtcr/s if hew ier/c. A rivages i au-Srine.
PROCHAINE FIE PATRIOTIQUE
o -
I.a (( Mission Patriotiqne des
Jeunes i eganise une malin1
liliraire pour le dimanche S
M i f\ 10 h Ciii Varits. A celte oocaSton,
MnieTh^odora Hnl'y prononce-
ra une sensationnelle conlerence
pliiotique. :
Le Drapeau National : Sj,'
aspects docunienlairrs et pro
phliquesa.avec dmonstralions
l'appui.
I i s caries d'entre ont '
Oses I gomdf.
aer iBuenavei lura li uai 1932
iaaaaar Auc< D 'e 10 o
f .lier Gui yaquil i ; 11 '"
Sfasaaer Crihlobal
sjs "Buesa vei lur V juin 19
Mjb "Amon" le 7 JU
Steesasr "Guayaqt I' le 14 jui
SiasMiir "Crisli bal' l
Staaaatr "T.m i .o ei
S'Hisuer "Anci n" li (j juillet !
S'easaar "uay. quil le 12 j illet
f: aama Railro I Ste imp hi
19,1 !
1932
1932
1032
le 9 mai
15 mal
le 3 m i
le 29 mai
* juin
le 12 juin I
0 juin 1932
6 inin 1
I juillel 10 2
le 11 initie) 1932
le 18 i'iillct 1932
c
ALIX ROY
sK) annes de succs.
JssH.CV 'A I
agent Gnral
Lykes Brothers SS C lnc
UitCiJioil
Taxas Hall rto Rico
Le seul service bi isagers et
nM titre ls porta d i Golte u T< nenl avec
Savrl-au-Prioce, ''
Paur la reepl le He'vos
fp ports tiens, serve
i jNE.
I.e:> pi\ i an
SI
Sleanji
't LY


Steamer i Velma .
^uajjaa: Raa de Maga^iu de l'tec, boite le B
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOblEAU
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUl'E GONCURHENCE
Clairin v/e
Chez N. NAZON
sepii :^le m wu w ?m- h tm mi: m.
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L Indigne
A le plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle ejue le
rente de ses CHAPEAUX le lai', ilenuis le 4 janvier, al
1 2027. GRANO'RUF
en face de son snciea local.
Les Clients ? trouveront'le" mme accueil.
BONMARCHE. CLRIT, GOURTOISIE.
Martinez, Marcelin & C*
Loterie Nationale d'Hati
I
41 , Rua Bonna.Foi, Phona::,335t;
La Loterie Nationaled'EIalti est
ane instilaliaa hautement humanilaire par la multipli**
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance da
tre offerle eux hommee de toutee conditions de fortuK.
Employ, Fonctionnairea, Ouvriers, Artisans, Salarie**
toue ordres, Gens de inaisou ( domestiques, ) sans nsrw
leur budget movannaat deex goudcS^ peuvent agner Ira
aille geurdes. Patrons de Commerce,Chefs d'Industie.psr
sax iusuflsances des ventes, par l'achat d'un billet, qui ?
libre du souci des chances*
Mdecins, Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dpute, Gra
Digmtairea de l'Itat.Reprseutanta de lintelleclualit, *
aa listes.
Deaaa. l'exasjsale de valre lelidarit socieu.
Reatiers, eapitaliates, comase eu j-uant, augmentes ?"
aToir.
Vons toas ejrai kaeifea*' Haiti, rendec-lui service en !>
laltahillct del LOTIR IE NATIONALE D'HATI.
M *. p H.Mf-. ^JU>-
Laboratoire SJOURN
-i*
BflM
OlRECTtai
R. Sjovpui, Pharmacien
R. Sijolrn, Pharmacien de l'Un v, rsit
M. Si Jon-Mii, Pharmacien de I" t
. interne des Hpitaux de Paris
Analyses des Urines, du suc gastrique, du sang ( w J
naaa;, Ure, Constante d'Ambard, Glycmie).
BtscaeMeMte. Bas saeuras telles.
lermae


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM