<%BANNER%>







PAGE 1

| Niai C Cin-lallij DEM UN SO R Le ban ai : V. Comeau-Montasse & G Agents 313, Rue des Fronts-Forts. \ L'Espionne aux Yeux Noirs avi: ! ilh ilcin I Jea i Toulu t. Entre : 0,W; B-lcon : l.uu. L in iR-MALEBRANCHt Cabinet DE RMUrnsin Halcbn mV /'o;7 urnal 1 e Temp, lettie qui a pur moi ei m malin, \n Dbrosse, en pr ;i re rfu />/ /•"/< £ton <'' Veuill ayri e ""''( /eurs .r;n.-T. iemenls, ht le Di recteur, mes trs i trdiales sala • talions. II. hait bran* ne, av. Cabinet de Xijiei inn Mal?bran :he, Avo 231 Rue Danta II Tlp. N* 22 Pon-au-Prince, I Mi i harlea M Etudiant le 2me ;i i E( de l'i Directeur du j< urml le Temps. Monsieur le Directeur, avez dj tudi le droit peu.. avec m professeur compte.i le soin de le dire. je viens loul simplement, pu I' nlern diaire le votre journal, into: mar mea clients que mon • d'avocat lonctioan .. vu que, dana toute \< t iflairei qui me lon^conflen. J figure le La ml' 11 Dans l'ditw n d'hii r 26" du courant, de otre intreai iournal Buquel j u s l'un fervents abonn v as ave/ Sl ,ns la i ubi i Toujours l'Affair branche , donne lu notii i '•" ; '' %  ty ,il f loul en citant le nom eu jeune el dii tingu Magisli ij de premire i i qui taii eu aige. Et vot z.en mme temps, i ux hommes de loi lu quesiioi si l'arrt de grce duChi : de I Etat eftace eu non la p il ' de la suspension, comme celle de I etnpri aonnemi ni. S'agissanl de moi, qui ai t autpendu pour trois mois, a la dite du 3 Mars i apir, par un Dkaaa de M. Bt u rem, et qui ai t graci, je ni Irai pat fi vo'.re queation, laissant aux autres et vol s, lurlont, qui nom de Me Acto qui est devenu mo ici, n me avant la nom' nation lais, ensuite, 4 voir ."i public que l'i flaire coronnetle qui a provoqu, en ma laveur, l'intervention du Btonnier de l'Ordre des Avocats, Me .) Il Delatour, int* ss Mi 1 rlhur Leacoullair, ci-devant Vva Lo ee j rd, dont |e suis l'avocat, ei Lon Liautaud, reprsente flls, Me Pierre Lon Uautaud. -Il e'agil, dans cette re, d'une question de livres v compris une colleclion ircc leur de la La Libre Irtbune, je | ii ai donne, interview Frachement arriv tarie tramer Si-l)omingue. Chez Simon VIEUX, E. DFREIX. Alphonse Bnir. Llio Baillv. A & T. Me CUFHE ( Gonavas ). Le Monde Mariage —• — qui a 08 l'dition de ce journal 'du lundi, 25 avril courant, j ai medi 30 avril, indiqu, avec pices l'appui, ali l'poque laquelle remonte la hame de M. BEAUVOIR contre moi. fous recommande, a vous, Monsieui le Directeur, ainsi qu'aux abonne de votre intressant journal, la lecture de cette interview qui lait bien nal re l'auteur de l'ukase du %  n i. I ou vec mes meilleurs sentiments. H. MALEBRANCHE, av, Pour copie contorme l'oriil : H. MALEBRANCHE, av. LA NOUVELLE VERSION DE LA REVUE LES uiCOnERS — On tour de la H l'alaly cl lane \ e te, enl jeudi e M.us e qi l< i psi que ce joue n'tait ; LM ra I i fait de lai [es c< ni| elque heures avant la j I.I suite d inli igues el de h i p ,iage i \ e Il sei ique ici les %  de ci vies. Mais il esl • e nes tsaire de dire la Ke vue dent Ualpb i i iil la mise en scne a ite par 1rs meilleurs re> uisle que nous tfVfellS Api.le ei • l'agencement de ce qui resta Ifs ( |oc< e enu telle nenl difib le que ce lut une re> ue sal ole qi euta a public. "I e BUrtout i" %  qui contai i cioustillai les laits el i ni : %  VUO p IMi cl i Mu: de ne pas pi comme elle avait t conue el r, ,r,Hii.iiii plus que ce : pour p< i sonne qu'un co i ur.qui esl peut* ec le Mot, l'Es|ii il, le Calembour, discrditail ; UMI\ re pan e qu'on avait mis les tripotages ub .unies rail qu'on servil au public. main so r, lous ( eux l ment rire aux dpens i lit apei ont, car a no • >n de la l\e\ ne Dans 1rs salons de Mr et Mme Nelvil Saint-^yra eu lieu, sadans la i^lus e mariage ele Melle Yvonne Sainl-Cyr.fi Ile de Miri Mme Nelvil Sainl-Cyr, avec Mr lustin Holly, fila de Mi et Mme le Dr Arthur Holly. I.rs tmoins taient pour la marie : MM. Augusle Magloire, Jrmie, Dr Ch. Cantave, Georges Roumain, Auguste N'crna, Hermaun Holly el Henry SaintCvr : pour le mari : MM. Lon Edouard Knol, Leroy Chassaing, A. de Matteis fils, I e 1 aguerre, dput, Andr I loi i \ et le Capitaine Lon Holly I .es parrains el marraine lainii \I. C taries Canlave et Mme Nelvil Saint-Cyr. meilleurs vœux de bonhe i orapagnenl les nouvea poux. Nous devons ajouter que ces jeunes tilles qui ont entrepris celle dmarche si humiine appartirnnent aux plus grandes I a milles des Etats-Unis. ^Souhaitons que leur voix soil coule, pour l'honneur mme de la justice amricainel Laite ne-ie nat Ihl> l nis m la>cui de 7 je ns no i* eou'l.iiuoi aiorl. p Mr que .lernireMII ut un tribunal du Sud des I.i L'nia condamna mort sa l i uuea ngrea, sous le prlei %  : q • ils avaient violent deux lemmea blanchea Un comitde PROCHAINE FTE PATRIOTIQUE la Mission Patriotique des Jeunes %  organise une matine littraire pour le dimanche $ Mai 10 lues a. m. au local du Cin*Varits, A cette occasion, MmeThodora Holly prononcera une sensationnelle conlerence patriotique. : e< Le Drapeau National : Sei aspects documentaires et pro phtiquesn.avec dmonstralioai l'appui. Les cartes d'enire ont t fixes 1 gourde. ronq de nouvelles loules celles qui, g !v s blanches, qur retram ces la pra-iL-^ ., u ,r nm m Voiinn N'aturellemenl lous ceux-l . s. et ils sont MI. — ne seronl pas bleass ni, les auteurs de la et Calaly pensant que es di oits pai loul el is les coceitiers. On lanl oe cho -es p| si iineinent que e'e n'esl vrai me ni pas h peine d'li e grossier. h.\: \ s. d y .i beaucoup %  •ni faites et le PUS iWU'KW !I U PIBI EfriCC! i !!iJECT!3ti PERARD D'ALGER M y^DRACK PETRARDBM Gurlmmmnt / %  BLENNORRAGIE TOUTES PHARMACIES SftkWHs Ft^i'.O. H, roi t>. fiNNIt. MNS ffiBJlHlHl f|S VA OA* ul tst une aulre desi im portan tesactrices ie l'cran droues au parfum du savon blanc. Elle dit: // onsernr ma peau M mer vei I l entement 49UC$. fameuse loiie de Hoolltwood dit : LtSavoude Toilette Lux tst un tavn prodigieux". Un charme irrsistible—dans une peau vraiment douce P ARTOUT o vous iiez, vous trouverez que c est la eune lla ayant la pean exquisement belle qui attire toujours."De tous les charmes qu'uue jeune tille peut avoir, la peau douce en est le plus imposant", dit un directeur en parlant de l'opinion de ceux qui conduisent Hollywood. "Parce qu'on rpond si rapidement la douceur d'une peau', il a t jusqu dire il est essentiel pour devenir une toile de l'cran." Sur 613 importantes actrices d'Hollywood (y compris toutes les loiles)(50 emploient le Savou de Toilette Lux pour conserver leur te nt sans tache, billes aiment la douceur de te savon blanc parfum et son etlet caressant sur leur peau. Conservez voire pecu d'une manire attrayante et douce aussi. El suivez la mme voie que les toiles de l'cran avec le Savon de Toilette Lux. THEO. H. DAVIS A CO., Ltd. Henolulu and Kilo MOHR & LAUMN, F. O. BOX M Diatribuetari Hue Roux et du Cintre, Port au-Prince. AfaoraZ-Voui contre accident i la General \ociden' Fire A. Lite Assurance Corporation Limi ed t — Vve F. Hermingham, Agf-rtt (in*rl nonr Woli REVELATIONS SEMSATIOHKELLES d..VRAlSSECR;TSJH r CliNOS00.lLTES tSortiMin. Miji'. Pr.liqaj. MtrrtidetH Domination de. %  rtiiinble us. irar.i a mn. '' "• %  eiF0Riv .pUrsi ..m.niifurj d'amour. 8orl. i-s ue.lH.ur ali-u.p.yiN.'Sii.t k r uiscKon SOCIT FRANAISE • ISS. ru* du Faub.-SlUe.u.. PARU r.^* u. a—• *fc HENRY STARK RUE M QUAI, EN FACE DE L GARE \errtsi Mires de toutes dimeasi jns pour vitrines el eu cadremenK Mires spciales pour autos Vitres ordinaires 1/4 pouce paisseur ipour auto; et comptoirs. Grand choix de Aunlus pour cadres. Lampes de nuit. L* maison rpara aussi les miroirs tachs. i plus souvent pielipi un dit qu'il• . • b .i-' .ilin continuent seuls I r>; seul ;i ,1111 cette i • .elemain %  i.i<* %  v (|iie If u c'es Dis cl quatre Globules' Rb9ud Rsui! % %  • prenant i Toulri— OtwviT Kotle B..uai.ioH(-rx. n. H< • WTTJH prsente le Comit National pour lu dfense des prisonniers politiques. .,s'est rendu u dbut de Ce mois, Washington, p ( :ider au Congrs d'agu i M laveur dea jenai ngre. El o it emport la promesse des i u teura La Fo lette t Copeland qui promirenl dagir activement. Le raloa de la Cour Suprme de I Alabama de casser le |ugeun I le II Cour d'Assises du' mme E de protestations : CO In eingnient. L es Associa|ji si ciales de l'Atrique du Sud, de la France, de l'Allemagne, de l'Migleterre et les Sols de Russie eux-mmes ont cab Buppliquas a l-Alabaoe g'ande maniiestalion nV produire IP • avril tous 1rs E'Bta lis due la mie de condamns serait de l'Aile le morale pi des oijj nisations du Reich. _. xmwwmmmB^ Foutes les Polices i DE LA %  comprennent la Protection contre la g Foudre sans auqmentation de tauxg KUQJA* tta&fiptCjo\ Aqetfits Gnraux mmmmwrn^ attfl



PAGE 1

%  iiiiurn Bibaueo L 3 •I 1 -rtla reut;i irsalle a gard sa premier* ilaaj M \ partout : i:. I.VI,I;\\. OURT Rpp^l : Rue Csar. L'avez-vous dj got ? Eh bien, demandez dans bus les cafs, bars et restaurants de la Rpublique le\nouveau, oroduit \de la Brasserie [Nationale : le PORTER NATIONAL. Agrable— Fortifiant — Bon March, BRASSERIE NATIONALE S. A. Port-au-Prince, (Hati). pour le mois de Mai 1932 cPrvision gn-i Remerciement ral du Temps m v !" ouri* *m. pcl, i e I termine Lapomardr et ses ei.i mis, Mr et Madame S. muel Ravis, Mr Km manuel j ilirvillc, Mr el Madame Henri IRimpel remercient bien sin• ciement tous les a.nis tant de la Capitale que de la province de leurs marques le sympathie l'occasion de la mort de leur regn li CHARLES RIMPI I. ,)o:ix. | re, oncle et !:re, s irve:?oe la Croixles Hou I 1 u ls le 9 Avril 1932. A vis h. V ielor Bobouiuptopr Maire dt Elgntei,au Ao 1719. Hue iln hagasin de tElal, a le plaisir ,l' annoncer que, devant laitur le pays l, 7. l'.n Ifp '(' n et soient elle sera heureuse de d >uner suite, l'Administration Communale avisa qua la fabrique Annihal Bristol Bries a constitu un stock d sel raffin pouvant suffire une consommation de l jours. En consquence, /es conditions de l'article 6 de l'arrt communal du 13 lvrier derojei tant remplies, elle informe |iie la vente du sel brut i dit de cuisine sera dans l'tendue de nui ne de Port-au Prince, partir du 9 mai 1912. Port-su-?rfacs, le 30 avril 1912. La farine BAT'LAS est /brioue oourles boulangre \ senss. Elle ccle quelques centimes seulement plus chre que les autres marques, mais le rendement qu'elle donne est sans pareil. 4 tl Avez-vous $ dej travaill Bat'Bas? hh bien passez chez les commerants suivants : ED. ESTVE fi C ^ JEAN ASSA prohib j 'a CornA.DEMATJLISSC Probabilit de Temps de Nordi les 8. 9. 10. Faibles pluies les 14-15, 17 1S. Sries de pluies entre le 20 et le 23. Pluies avec orages les 25, 26 28, 29, 30. N. B. — Les ractions peu. veut se ma ni lester 24 ou IS heures pvanl ou plus tard. POUR LA NAVIGATION. Donnant suite nos considrations, en ce qui concerne les conditions atmnsph* riques qui nous paraissent dfavorables duiaut ce Blois, tant pour la navigation ma. ri lime, que pour la navigation arienne; nous signalons les priodes du 4 au 8 du 13 au 15, et du 24 au 28. POUR L'ACRICOLTIRR. Eviter tout dboisement prs des sources et des rivires, aus


PAGE 1

Lundi 2 Mai 1932 Le Malin 4 PAOIS 266me ANNE. N' 7uO Port-aa Prince Tlphone : 2244 ASSUREZ-VOUS la General Accidenl Fire & Lif Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) L la tGENl PAL i I une de; plus missantes et des ,>!>; vaste* 'J^J te ce genre. Le Mleil ne se couche jam or son champ d'action qui embrasse le ,V fJDd s>s Police contn ndie eo a si les dgts occasionne parJjjtojJjJ Scs p oIices obil, • ilt, mcendie, malveillance, dommages c^us autrui o pri is ses tiens. Se Polices M u a mises ;• ir ses branche d Europe sont payables en FM*. Ses Polices contre accidents sont valables dans 1 autan entier. Ions lesi jojyj art devraient d:mc prendre l de je munir d ne police con re accidents. S f au moins 4000 dolLrs, la prime annuelle Jetant que de 1/2 /. sod 20 dollars L. \ T cuve F. BERMINC.HAM, AuxCaves SOUS I I Agent Gnral pourllaiti. i')ii iU-Prince. IG. GILG JEAN BLANCHETJrme N'OUBLIEZ m DE K UN PETIT TOUR I TERRACK-OARDEN Chez W. KAHL Petionville le plus Hpital fieral Uiuita Accidents 25 avril 1032 to.-ne du stras •' .. „. Seulement 15 .i i < ; ,> excellente roule asphalte. Vins mi r '' I •""• LJoiss 11 liers pour les pensions djour de DINERS GOUTL Elis Soutirant, 15 ans.Maiion Centrale. Bleisuie contuse du gros orteil gauche. Joseph C'ideau.S'^ ans.Cotard Bourg. Blessure rentuse du nez et du cuir chevelu. Isabelle Caineau, 6 ans, Thor. Fracture 1 3 inlr. de l'humrus gauche. Paul Andr, 12 ans, rue de l'Exposition. Blessure contuse du 2me orteil pied gauche. Gracia Galette. 10 ans, Pos'e HP (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone N 2323 La Manufacture Hatienne de Chapeaux LIndignt arrangements p Staline ou de mois. JE N'A JAMAIS Ml FAIT CE 001 NE PEU! HE DEPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpaie d ms d< s c D'ASEPSIE 1> parati > i et Ven'e PiABHCiiF. SEJOURNE Angle des ru --• fv ux ei du f.< ntre nditions rigoureuse AVIS AU COMMERCE La Pantins lin! oad Sleai p Line a l'avantnge d'annoncer les dparts suivants de \'ew York pour ports u prince ttaiti, directement chaque mirdi. Tous tes steamers sont potrvus de chamb c Iricori me i*rlti*hcw \rk. A nuages i P I au-frinee. i Marchand. Contusion de la rgion sacro-lombaire gauche. Pierre Bourrand, Grand Bue. Blessure contuse du genou gauche. Bernier Jn Charles, Archevch. Contusion du poignet droit. Ani'.a Fianois, .'12 ans, quar lier St.Joseph. Blessure de lavant bras droit. Charles Ctiiy, 07 ans. rue de l'Exposition; Lgre contusion du poignet droit. Cnjuste Bomne, quartier StJoseph. Contusion du cou de pied droit (hospitalis) Ecservil Exalus.Bizoton; Praclure de 1 humeruslS inlr.(hospitalis) 21 avril 1935 Salgado Nelson, 34 ans, Place St-Louis. Contusion avec hemaLe vapeur u l 3aracoa",Voy. 101, venant directement de New York, sera ici le 3 mai proc, continuera le mme jour pour les ports colonsbiens, Cristobal, Canal Zone, Kingston et New-York. Le manilestc de ce navire reu par avion est la disposition des clients dans nos bureaux sis angle rues Ega< I l ite at Dauli-Destouches. Le vapeur "Bogota", Voy. !•(), partira de New-York le 29 cit., pour tous les ports hatiens. Attendu Port au Prince.le 7 mai prox.,en route pour les ports du Sud. Sera de retour le douze mai pour prendre Irt, passagers et malle pour Cap-Halien et New-York. i • Le vapeur "Martinique", Voy.97, partira de New-York Slpaaaer iluenavei ras I. 3 mai I Sfaesier Ancon U' Siaseier Gusyaquil Stsser ffCrfelonala S* "B'.ie-n venl $/f "Ancon 1 Steaaier "Gu iyaqi : Steaaaer '*Ci isli Steaaaar "Buenavnlur %  le 28 juin S''aaanT "Ancon" i 'i j il'et I &ear "Cnayaquil 12 j illet fanai* Railroo S'teampshi 111 24 mai i lerjuin 1932 le 7 juin 11 jnii )S\ \ lui 19 12 1932 m'i |§32 1932 1032 le P mai 'r 15 nui le 23 Hi-i le 2\ mai 't j n i n le 12 juin 11)32 le 20 juin 1932 le 26 juin %  l juillet Il iuillel le is | lillet i Llne A lt plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle u Il vente de ses CHAMEAUX se lait, depuis le 4 janvier, H R 0 2027, GRAND'RUF en face de son inciep local. Les Clients y trouveront"le mme accueil. ION MARCHE. CLRIT, GOURT0IS1E. Martinez, Marcelin & G* 1932 1132 1932 1932 Jasil.C. VAN R] Agent General Lykes Brothers SS C Inc a -Hati AUX ROY 30 annes de succs, alteitlton Santo iiomingo*orto Rico La ses l serrlce bebdon [ers et I entre les ports du rexas d ivec/ tr^k entre tes \ a*#r ; f n-l'rince, Haili. Peur la reeplion rapidi isaaortatiftas, servez-vous i LINE. Les pre* bajnes arr St>"ttl A I Steamer "Margaret Steamer i Vi I^'roS .Je i LYKR U t i w1 :: ^ iiuaf an: Rae en Uaguuiu de 1 niai. Boite Postale B PROGRS NOUVEAU RHUM NOb\EAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE Clair in Vierge Chez N. NAZON KPIT:ANCIE m fcJw N PHPLE U FEROU PUOME: M. Loterie Nationale d'Hati 411, Ru onnn.FoJ, Phon;:' 335i! La Loterie Nationaled'llalti est ane institatiea hautement humanitaire par ia miilhpi'f'J d'oeuvres eju'ellf ae propose d'aider, une chance ds m tre offerte aux hnmmre de toutes conditions de forlu* Employs, fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salarie! tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans p 1 *" leur budget moyennant denx goudes, peuvent gagner tri saille geurdes. Patrons de Commerce.Chelsd'Indnslie.pir aax iusulOsancei (1rs ventes, par l'achat d'un billel, qui % • libre du souci des chances* ^ Mdecins, Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, C.rM Dianitaires e!e l'Btat.Reprsentants de l'intellectunhte, J p %  a listas. Dennui l'exensjfile 4e vplre le'idaril ociaie. Rentiers, capitalistes, comsae eu jouant, augmeutei^ ivcir. Vons tois ijai kakUes" Paiti, rendrc-Ini service M mile billet del LOTIRIE NATIONALE D'HATI. %  "* %  **•*' • — • laboratoire SJOURN DlItMTfM P. SJOURN, Pharmacien R SJOURN, Pharmacien de "Universit de Par J M. Sifoui Ni, Pharmacien de l'untver" '' in'erne des Hpitaux de Paris analyses des Urines, du suc gastrique, du sang ( sarman^, Ure, Cons ante d'Ainb ')• DcseswA^te. aV metieres tcalcs.



PAGE 1

Clment Magloire DIRHC sttrt" IJ58 RLE IMFR1 AI 134f TRI 'PHONE N'2242 1 s J ^ rae ANNEE N7G60 i (MiT AU PRlNil (HATI) Le consentement universel n'est soin ont quel'eireur commun*. BRUNI HRE \''. 2 MAl'l L'Action sociale du Matin et ses rsultats —-3 Nous rappelions, l'antre de celte intervention. On ne jour, comment Lu MATIM, ds saurait vraiment aider de l'aI la naissance, avait inaugure. QII efficace si ceux auxquels] pour la premire lois dans le J l'aide esl destine ne sont pas j inivs, une campagne en l'a-1 dans les conditions d'en pro-j teur de l'initiative prive el du relvement de nos lorces sociales. Nous avons t les premiers, dans la presse nationale, tout en ne diminuant fii rien notre action politique, attirer l'attention de nos concitoyens sur la solution, en dehors des Pouvoirs publics, de la plupart des problmes hatiens. Il ne se peut pas que nos ides n'aient pas l'ait du che min, et si elles en ont l'ait, nous avons ainsi le droit de revendiquer en partie comme autres les rsultats qui ont BU se produire. Aussi bien, nous avons le droit de consi drer comme tel l'organisme nouveau qui vient de voir le jour sous l'impulsion active et convaincue d'un groupe important de nos amis. Nous vous aussi pour devoir, au Bnie litre, de les entoura gar et d'aider leurs efforts. Nous voulons parler de hi Socit d'Action Sociale. Dans une srie d'articles, dont la publication touche tu lia, sur les compressions administratives que la situation actuelle commande el sur les conditions de notre relvement, nous avons essay de montrer la part qui revient i l'Etat dans celle ceuvie de notre relvement. Mais, de mme (pie, dans une socit, on ne peut attendre tout de l'Etal, de mme,— et plus lorte raison, il ne saurait en tre ainsi quand il s'agit du relvement mme des forces sociales affaisses. Cet ef fort incombe, en premire ligne, la socit elle-mme. Or. ce sont ces vrits qui Sont la base des activits de Il Socit d'Action Sociale : elle se propose de crer, dans l'ordre priv, tous les organismes ncessaires pourqu'aunin besoin social ne reste sans accomplissement ;el dans les cas mme o l'intervention de l'Etat est reconnue in dispensable, de mettre, dans toute la mesure de ses mo • yens, la socit hatienne a mme de recueillir les fruits liter. Encore moins ne saurait-on aider les gens malgr eux. Au surplus, un des rsu. lais, el pas aies moindres, cette Socit d'Action S ciale appliquant ainsi moyens, sera de crer oc iv former, dans le pays, uneo; nion publique bien entendu.'. Il est de fait (pie l'action so-l ciale des Pouvoirs publics est toujours lente et demande tre provoqus, sollicite. Lei gouvernements ne ragissent pas, avec la mme dlermi-j nation, dans le domaine po: litiqueel dans le domaine social. Pour ce dernier, il lui I faut l'amorce de l'opinion. Or, celle-ci ne peut tre ellemme, pour tre digne de ce nom, que le rsultai d'une certaine organisation del socit, d'une certaine discipline sociale qui nous manquent. En travaillant donc celle organisation et rtablissement de celle discipline, la Socit d'AclioC Sociale ,— ce qu'il fallait dmontrer— travaille la formation parallle d'une opin on publique consistante, p'est--dire d'une opinion essentiellement autorise parce qu'manant, non iiya i vingt cinq ans j— LK VATIV, % Mai /., FTE DE l< lu i de indien ••i i ; "I du II II en acier.— I I lO I •'< %  !-!' : t II (!< uci m d'une huit el quali *. I a nouvelle Chrj • 1 i %  spac i p i et ii"' 1 t toutes les aul A i i lion :'i Franck J. MARTIN Dfstril. uteur. riON i SALE. — %  '/' a u riure minimal o un lunch r a t' i 1 hurchc du I %  reilleuseim ni liansform. ns aux travaux forces s >nt aflecls au service de certains officiers am< rii al mme quelquefois de leurs m db esses. C est un dsordre auquel l'autorit comptente doit mettre lin. On c bien qu'il aiIl suffi de I • signaler. ~ t — Notre confrre L l du mercredi 27 avril si que,jusqu' cette date, il %  tait un dsaccord entre Us i t PriV.ce, et i le l di pan il jeun •1 T i r, n il : • %  .| • iblenl nfi s, l ni si ..Il er la irsidf Rpub'i nouv ili c'est enti e 1 1 P plus de sources purement intonctionn; P.— s/>e).Maii 'e propre de* espoirs n'est i pas d'tre tiompeui ? SPHINX edipe du 2S avril ) tre socit. lettte ville Ces tournes triommanquera demain. Ses amis, f phales sont toujours occasion nombreux, suivent le tourIl ne saurait tre question, j,. petites histoires. noi, se disant que ce n'est p m ici, d'opinion publique et de —Nous avons reu, samedi son expression, sans que,dem60 i r un tlgramme nous nie, la chose nous intresse, annonant que le prsidenl nous autre de la presse dont Vincent a t reu avec uni lafonctionetlaprtentionsont dlirant entho isiasnae parla prcisment de rcilter celle population jacrolienne. opinion, (.est dire que notre action elle-mme ne pourra (pie se trouver tortille de pouvoir s'appuyer, dans chaque domaine, sur une opinion publique saine, consistante et de suffisante maturit. Pour sa pari, ce moment venu, LE MATIN pourra se rclamer de recueillir enfin les rsultais de sa piopre action el de ses initiatives aujourd'hui vieielles d'un quart de sicle. S. P. ? CHOS une rception en l'honneur de l'aviateur Lon Dsir Paris. — A tous ceux que cela peut intresser, BOUS taisons avoir que notre ami Stphen 1 Alexis n'est pas rdacteur au ris qui lut grandement ova— A la reprsentation jeudi soir, Cin-Varits, du drapche me iLe Rosaire par la troupe de Mme Silvera, celle-ci pr senta 9V public l'aviateur Pa0— Elgant, mousquetaire, de line ra(e,on le sent (ait pour l'action, avec, dans l'action, nue tendance la domina ion, au commandement.Sa cuit intellectuelle parfaite loi ses pr'entions de l'autorit e' lui permet de 1 1 dre jusque dans le do de la pen c e. On a remarqu que ce qui fait (pie chaque personne a s( n origio lil. sa note musicale propre, un je ne sais quoi qui l'cni Matin, les articles ou arti* culets qu'il y donne parfais, Irop rares. notre dilection, >out toujours franchement signs. — Par un arrl du Prsident de la Rpublique, la *one d'emmagasinage des toatires inflammables dans w ville des Gonalves a t limite. En vertu d'un aril du Prsident de la Rpublique, 1 Dpartement des Travaux publics est autoris faire %  acquisition d'une portion de M niires carres de la proprit appartenant M. FrejKiicHavnes, en vue de I e•rgissement de la rue Lamarure Une vaktr de mille tionn. — Les rglements vots par l'Assemble nationale constituante en interdisent l'accs aux secrtaires d'Etat pendant la rvision constitutionnelle. Cette dcision, principalement des lus du 10 janvier," ne manque pas de piquant. — Le programme de crmonie du 4 mai, pour la remise des diplmes aux gardes-maladas de la classe 1932, comporte : musique, allocution d 1 directeur-gnral du Seivice d'Hygine, allocudu Secrtaire d'Ei.o de U" d tre confondue avec une autre personne, c'est le jeu des contradictions qui sont en elle: nous sommes par nature contradictoires. Il esl une vivante illustratio 1 cette proposition, lai apparence primesautier,aucuu n'est plus profond ; en Une rectification Le nnmro du 26 avril cou1 d'llai!_i-Jouriial 1 reproune pai I e d'un rapport Secrtaire d'£lal des f\etrienres au Prsida nt de a Rpublique o on lit ceci : "D'abord, le problme de I In lemait s'tait pos avec %  cei taine acuit au s 1 jet 1 < Ivio e', corn pan sant devant le Comit d( s dions Extrieures Extrieures de la Chambre des Dpute l'QPOS iunndos "Buenos-A d 1' .< 1 % %  •'': '. %  E l d minicaines. On dit que il rcl'irnO 1 e liii i i Jacmel vei s'lnirnl rendus nombre de pu monlaii 1 s qui s'enuuienl ,1 '.1 ca| le.Ils onl <•[•• mis nos \\ ics". El l sp| ni en manI ml. Nos ri 'mis l'uni prOU%  la mme i ils onl lov au l'.IH 1 Ml. V.ii.i D"( )!'. consaci liqueur mlion Autour des Jeux Olympiques —o— Pour mettre ubilit coin crt, l dional I '.S.S.IJ, ) va publier toute lu \ r / ondu 'Ama 1 tii d %  : %  /. .1. .1. un des toi impiques. Il iblie aujourd'hi i : 1 letl t du Prsident 11.-111 x ni de i i :\\\\ Le ..1 1 liei Dans le ... voit que fAmrique, a dire d\i \ % %  de h 11n Pi ince, D • lut pas dc i verte ir hristophi Co. lomb. Le mi lire, BU couru d'un qui Vtspa* iller des DOQbelles i R fila Titot I homme du diem perdidi, lui repnvti : d 1 les Romains derrire.., — Ain 1 t le Irbnn fi 1 sj c %  e, Domitien lira de une pice >!• mettant noue i Mon. lils a'* u, constate I genl nu pas eui ut relle pice 1 -IN Domitien vu di 1e 'd rnier au i llU'i S i int coupla prendi e la luile, lin .1 brae, ioa 1 la m r sa soos II e de non— %  au %  leui s, vi nus tailler leur coupe. NOTRE ŒIL ment pus Qps et il DU recon1 1 %  gentille di moiaelle qui Irav fans nue dp DOS ini %  publiqni s.. ei vc dans un• n 1 tantes usina. til de %  •' Ha, N est-ce pas q voua ne rai 1 ommen ej 11 plus, M ideinoi< selle, sii le mme para mi me en* roit'' Moins! ... voil que la M. 5. .^. s prie l'heureuse habitude <\? % %  vuper de la charmante qua 1 nia avenue de Bolosi e. llue ^'i pa vvient rgulirement laira un bout de toilette el i nlevtr les d 'ii dus. No 1 RE l lu adiesse ne ; Itectueui regard l'ami V • rens. ... a vu un gentilhomme d nos ami) d'avoir Irom %  1 les 1 oussi s d une voilure de la un petit • IM. in, 1 enl u manl nie nelile ho ippe, un • et trois H gard 1 le pe J

Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06993
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, May 02, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06993

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRHC sttrt"
IJ58 RLE IMFR1 AI 134f
TRI 'PHONE N'2242

1
s J
^ rae ANNEE N- 7G60
i (MiT AU PRlNil (HATI)
Le consentement uni-
versel n'est soin ont
quel'eireur commun*.
Bruni hre
\''. 2 MAl'l
L'Action sociale du Matin
et ses rsultats
-3 -
Nous rappelions, l'antre de celte intervention. On ne
jour, comment Lu Matim, ds saurait vraiment aider de l'a- I
la naissance, avait inaugure. qii efficace si ceux auxquels]
pour la premire lois dans le J l'aide esl destine ne sont pas j
inivs, une campagne en l'a-1 dans les conditions d'en pro-j
teur de l'initiative prive el
du relvement de nos lorces
sociales. Nous avons t les
premiers, dans la presse na-
tionale, tout en ne diminuant
fii rien notre action politi-
que, attirer l'attention de
nos concitoyens sur la solu-
tion, en dehors des Pouvoirs
publics, de la plupart des pro-
blmes hatiens.
Il ne se peut pas que nos
ides n'aient pas l'ait du che
min, et si elles en ont l'ait,
nous avons ainsi le droit de
revendiquer en partie comme
autres les rsultats qui ont
bu se produire. Aussi bien,
nous avons le droit de consi
drer comme tel l'organisme
nouveau qui vient de voir le
jour sous l'impulsion active
et convaincue d'un groupe im-
portant de nos amis. Nous
vous aussi pour devoir, au
Bnie litre, de les entoura
gar et d'aider leurs efforts.
Nous voulons parler de hi
Socit d'Action Sociale.
Dans une srie d'articles,
dont la publication touche
tu lia, sur les compressions
administratives que la situa-
tion actuelle commande el sur
les conditions de notre rel-
vement, nous avons essay de
montrer la part qui revient
i l'Etat dans celle ceuvie de
notre relvement. Mais, de
mme (pie, dans une socit,
on ne peut attendre tout de
l'Etal, de mme, et plus
lorte raison, il ne saurait
en tre ainsi quand il s'agit
du relvement mme des for-
ces sociales affaisses. Cet ef
fort incombe, en premire li-
gne, la socit elle-mme.
Or. ce sont ces vrits qui
Sont la base des activits de
Il Socit d'Action Sociale :
elle se propose de crer, dans
l'ordre priv, tous les orga-
nismes ncessaires pourqu'au-
nin besoin social ne reste
sans accomplissement ;el dans
les cas mme o l'interven-
tion de l'Etat est reconnue in
dispensable, de mettre, dans
toute la mesure de ses mo
yens, la socit hatienne a
mme de recueillir les fruits
liter. Encore moins ne sau-
rait-on aider les gens malgr
eux.
Au surplus, un des rsu.
lais, el pas aies moindres,
cette Socit d'Action S .
ciale appliquant ainsi
moyens, sera de crer oc iv '
former, dans le pays, uneo;
nion publique bien entendu.'.
Il est de fait (pie l'action so-l
ciale des Pouvoirs publics est
toujours lente et demande
tre provoqus, sollicite. Lei
gouvernements ne ragissent
pas, avec la mme dlermi-j
nation, dans le domaine po-:
litiqueel dans le domaine so-
cial. Pour ce dernier, il lui I
faut l'amorce de l'opinion.
Or, celle-ci ne peut tre elle-
mme, pour tre digne de ce
nom, que le rsultai d'une
certaine organisation del so-
cit, d'une certaine discipli-
ne sociale qui nous manquent.
En travaillant donc celle or-
ganisation et rtablissement
de celle discipline, la So-
cit d'AclioC Sociale , ce
qu'il fallait dmontrer tra-
vaille la formation paral-
lle d'une opin on publique
consistante, p'est--dire d'une
opinion essentiellement auto-
rise parce qu'manant, non
iiya
i vingt cinq ans
j
Lk Vativ, % Mai /.,
FTE DE
l< lu i de indien
i i ;
"I '
du II II
en acier. I
I lO I ' (!< uci m d'une huit el
quali *.
I a nouvelle Chrj
1 i spac i p i et
ii"'1 t tou-
tes les aul
A !ii-
lion :'i
Franck J. MARTIN
Dfstril. uteur.
riON i sale.
'/' a u riure FErpt silii n a
le s mpat h
Communal a lu
nml de loi
un zi'lc el a \r -
qua1 'es,
m par son eniD
onnaissam
que la fle '% cette
1 anne d nu Hcul er
cl plus digne.
le Si
du
taire d El
map r 1 n
de
tel C> minimal o un lunch
r a t' i 1 hur-
chc du I '
reilleuseim ni liansform.

ns aux travaux forces s >nt
aflecls au service de cer-
tains officiers am< rii al
mme quelquefois de leurs
m db esses. C est un dsordre
auquel l'autorit comptente
doit mettre lin. On c
bien qu'il aiIl suffi de I
signaler.
~tNotre confrre L l
du mercredi 27 avril si
que,jusqu' cette date, il
tait un dsaccord entre Us
i t PriV.ce, et i
le l di
pan
il jeun '
1 t i r, n il
: .|
iblenl nfi s,
l ni si ..Il
er la irsidf
Rpub'i
nouv il-
i c'est enti e 11
P
plus de sources purement in- tonctionn; dividuclles, mais des vrita- le mode de rception cl d- ce, on ne peut pas dire si, i
bls forces organises de 110 sjour du Chef de 'Etal 1 en
pour rien qu'il porte des
1res pi le signe
de l'espoii ( -> P. s/>e).Maii
'e propre de* espoirs n'est i
pas d'tre tiompeui ?
SPHINX
edipe du 2S avril )
tre socit. lettte ville Ces tournes triom- manquera demain. Ses amis,
f phales sont toujours occasion nombreux, suivent le tour-
Il ne saurait tre question, j,. petites histoires. noi, se disant que ce n'est p m
ici, d'opinion publique et de Nous avons reu, samedi
son expression, sans que,dem- 60ir, un tlgramme nous
nie, la chose nous intresse, annonant que le prsidenl
nous autre de la presse dont Vincent a t reu avec uni
lafonctionetlaprtentionsont dlirant entho isiasnae parla
prcisment de rcilter celle population jacrolienne.
opinion, (.est dire que notre
action elle-mme ne pourra
(pie se trouver tortille de
pouvoir s'appuyer, dans cha-
que domaine, sur une opinion
publique saine, consistante et
de suffisante maturit.
Pour sa pari, ce moment
venu, Le Matin pourra se r-
clamer de recueillir enfin les
rsultais de sa piopre action
el de ses initiatives aujour-
d'hui vieielles d'un quart de
sicle.
S. P. ?
CHOS
une rception en l'honneur
de l'aviateur Lon Dsir Pa-
ris.
A tous ceux que cela
peut intresser, bous taisons
avoir que notre ami Stphen 1 ,
Alexis n'est pas rdacteur au ris qui lut grandement ova-
A la reprsentation jeudi
soir, Cin-Varits, du dra- pche
me iLe Rosaire par la troupe
de Mme Silvera, celle-ci pr
senta 9V public l'aviateur Pa-
- 0
Elgant, mousquetaire, de
line ra(e,on le sent (ait pour
l'action, avec, dans l'action,
nue tendance la domina ion,
au commandement.Sa cuit
intellectuelle parfaite loi
ses pr'entions de l'auto-
rit e' lui permet de 1 1
dre jusque dans le do
de la pence. On a remar-
qu que ce qui fait (pie cha-
que personne a s( n origio
lil. sa note musicale propre,
un je ne sais quoi qui l'cni
Matin, les articles ou arti*
culets qu'il y donne parfais,
Irop rares. notre dilection,
>out toujours franchement
signs.
Par un arrl du Prsi-
dent de la Rpublique, la
*one d'emmagasinage des
toatires inflammables dans
w ville des Gonalves a t
limite.
- En vertu d'un aril du
Prsident de la Rpublique,
1 Dpartement des Travaux
publics est autoris faire
acquisition d'une portion de
M niires carres de la pro-
prit appartenant M. Fre-
jKiicHavnes, en vue de I e-
rgissement de la rue Lamar-
ure Une vaktr de mille
tionn.
Les rglements vots
par l'Assemble nationale
constituante en interdisent
l'accs aux secrtaires d'Etat
! pendant la rvision consti-
tutionnelle. Cette dcision,
principalement des lus du 10
janvier," ne manque pas de
piquant.
Le programme de
crmonie du 4 mai, pour la
remise des diplmes aux gar-
des-maladas de la classe 1932,
comporte : musique, allocu-
tion d 1 directeur-gnral du
Seivice d'Hygine, allocu-
du Secrtaire d'Ei.o de
U"
d tre confondue avec
une autre personne, c'est le
jeu des contradictions qui sont
en elle: nous sommes par
nature contradictoires. Il esl
une vivante illustratio 1
cette proposition, lai appa-
rence primesautier,aucuu
n'est plus profond ; en
Une rectification
Le nnmro du 26 avril cou-
1 d'llai!_i-Jouriial 1 repro-
une pai I e d'un rapport
Secrtaire d'lal des f\e-
trienres au Prsi-
da nt de a Rpublique o on
lit ceci :
"D'abord, le problme de
I In lemait s'tait pos avec
cei taine acuit au s1 jet
1 < Ivio e', corn pan
sant devant le Comit d( s
dions Extrieures Cli mbre des Dputs, j'avais
que cet aspect de la tpies-
aus renconlrei d'ubjec
1 de la part de ses mem-
b es."
I b di laration de M^ Abel
re n'i lat det
l 1 itions I intrieures, < si ab-
oie inexacte, lamais il
eu, cours de la (1er
ion, faire une
renceddaigneux.aucun nVst: b d" communication au Co
plus sensible. A la fois ami d vraiquejedus
lion
geste et mxlcste, il est tou
jours pit a se domer t c
holocauste, mais, cemnie |
une sorte de sliinlosme, di
la une action d'clat : on n
plus a compter les occasii
o il risqua allgrement
vie pour une cause ou 0
pei souuuliie,
Il es', an surplus, un
qui veut < complet,
soi te de synlha
"'ie une vak-tr
I des est pivue 1
Vendredi soir
H m es, te magis'.rat commu
Pl t oflert l'Htel de Tille
cette In.
le 5 a "
rVrase desdipl- humain contempi
," etb. diciioo. I * P*Je. P,ici
r ouie ';i11 Ph,,
al,r heures et demie ces vers l p politj-
de l'aprs-m.di. cien.sportsman.m. I re.roai"
- Le NouvJliste sigade ra (larme, 1 ueu
qaedes prisonniers condam- tons les jeux,
du a.
ervenir .1 la tribune de la
bre pour avoir des ren
uements i\u Cabinet ce
Mr. Ernest Dou-
1, Secrtaire d'Etat des li
, qui me rpondit ce
loi r. Il dclara publiquement
qiece n'tait pis dans lin-
Mou du gouvernement
r 1er p 1
tt q
es aut
am
i Prii et, '7 svri
Victor i%'
Aucien Prsident
de^ Ucia iou-> Extrieures de
la Chambre des Dpute
l'QPOS
iunndos
"Buenos-A -
d
1' .< 1
'': '. E l d
minicaines. On dit que il rc-
l'irnO 1 e liii i i Jacmel vei
s'lnirnl rendus nombre de pu
monlaii 1 s qui s'enuuienl ,1 '.1 ca|
le.Ils onl <[ mis nos
\\ ics". El l sp| ni en man-
I ml. Nos ri 'mis l'uni prOU-
la mme i ils onl
lov au l'.IH 1 Ml. V.ii.i
D"( )!'. consaci liqueur mlion
Autour des Jeux
Olympiques
o
Pour mettre ubilit
coin crt, l dional
I '.S.S.IJ, ) va publier toute lu \
r / ondu
'Ama 1 tii d ' : ' /. .1. .1. un
' des toi impiques. Il
" iblie aujourd'hi i : 1 letl t du
Prsident t thltlq r 'i
leur nant 11 di
ion le nue i
l n / .J avril t -
h'di ui< n Intel nationi -
Athltique uis
Pisidenl : J. S. Eds un
Ve Sweden.
Vestei ilh 1
t nion de ipo es
II.; lien 1 s.
c.\.n s M ieurs,
Le Conseil :-' la I I. A. f
1 n tenue
le sua-
Ire tais Paa-
; lu ipal.
iux comp inte ma-
ies en ald il l'enqu te que
poursuit l'Assoi iation Athlti-
que 1 inl.Mi I' \m;il.
sujet du statut d'Vmaleur '1"
Monsie ir N'urmi.
Des rumeui s sont p rvci ues
,111 Conseil que d'auti
les i 111 1 11 -1 i i<>11.-111 x ni de
i i :\\\\
. Le
..11 liei
Dans le
... voit que fAmrique, a
dire d\i \ de h 11- n
Pi ince, d lut pas dc i verte
ir hristophi Co.
lomb. Le mi lire, bu couru d'un
qui Vtspa*
iller des doq-
belles i R fila Titot
I homme du diem perdidi, lui
repnvti : d 1 les Romains
derrire..,
Ain 1 t le Irbnn fi
1 sj c e, Domitien
lira de une pice >!
mettant noue
i Mon. lils a'*
u, constate
I genl nu pas
eui .
ut relle pice
1 -in Domitien !
vu di 1e 'd rnier au
i llU'i Siint
coupla pren-
di e la luile, lin .1 brae, ioa
1 la m r sa soos
II e de non
au leui s, vi nus tailler
leur coupe. Notre il
ment pus
Qps et il DU recon-
1 1 gentille di moiaelle
qui Irav fans nue dp dos
ini publiqni s.. ei
vc dans un
n 1 tantes usina.
til de '' Ha,
N est-ce pas q voua ne rai
1 ommen ej 11 plus, M ideinoi<
selle, sii le mme par-
a mi me en*
roit'' Moins!
... voil que la M. 5. .^. s prie
l'heureuse habitude <\? ' vu-
per de la charmante qua 1 nia
avenue de Bolosi e. llue ^'i pa
vvient rgulirement laira un
bout de toilette el i nlevtr les
d 'ii dus. No 1 re l lu adiesse ne
; Itectueui regard l'ami V
rens.
. *
... a vu un gentilhomme d
nos ami) d'avoir
Irom 1 les 1 oussi s d une
voilure de la un petit
im. in, 1 enl u manl nie ne-
lile ho ippe, un et trois
H gard 1 le pe j . c : iu * une
. 1 in copains
' loire avec lai b iur*
des ;'i 11 sant di I \ ctiia
le... i1 ; 1 ii corn
p il pas que s g s(i I ni'i'i-
11 vraim net.
... v ut que 1 i Tijea
lissa-
- eini
! la G mtt
d'Or ///. Ah I le eon
iseui !
ORGE
EUNES8E
r.i Mit par la
GLANDOPHILE
des Lab. ORMOS PARIS
F. Si' Porl-mm-Prl, m
et miiic mrnmciM
A louer
ison au Reis-Vi r
ia Contoi 1 m 0 lerne. S' -
r | n r lr* ns,a
! 1 s.de.
pu athlte ou club --
le statut . I. A K., 1 ou i tous d-
nis de IS II Dll-

r .1
- 1. k. l
Prsident,
1
*#?



| Niai
C


Cin-lallij
DEM UN SO R
Le ban ai :
V. Comeau-Montasse & G
Agents
313, Rue des Fronts-Forts. \
L'Espionne aux Yeux Noirs
avi:. ! ilh ilcin I Jea i Toulu t.
Entre : 0,W; B-lcon : l.uu.
L
in
iR-MALEBRANCHt
Cabinet
DE
RMUrnsin Halcbn mV
/'o;7 Monsieur le Direct u .
le vous saurai gr de publier,
ilans le plus prochain de votre
intressant fournalja lettre Que
,'ai adresi ries Mo-
ravia, Dira teur du j >urnal 1e
Temp, lettie qui a pur moi
,eim malin, \n Dbrosse,
en pr ;i re rfu />/ /"/< ton <''
Veuill ayri e ""''(
/eurs .r;n.-T. iemenls, ht le Di
recteur, mes trs i trdiales sala
talions.
II. hait bran* ne, av.
Cabinet
de
Xi- jiei inn Mal?bran :he,
Avo
231 Rue Danta II
Tlp. N* 22
Pon-au-Prince, I
Mi i harlea M
Etudiant le 2me
;i i E( de l'i
Directeur du j< urml le Temps.
Monsieur le Directeur,
avez dj tudi le droit peu.. ,
avec m professeur compte.i
le soin de le dire.
je viens loul simplement, pu
I' nlern diaire le votre journal,
into: mar mea clients que mon
d'avocat lonctioan
.. vu que, dana toute \< t
iflairei qui me lon^conflen. J
figure le
La ml' 11
Dans l'ditw n d'hii r, 26" du
courant, de otre intreai
iournal Buquel j u s l'un
fervents abonn v as ave/
Sl,ns la i ubi i Toujours
l'Affair branche , donne
lu notii i '" '; '''
ty,ilf loul en citant le nom
eu jeune el dii tingu Magisli ij
de premire i i qui taii
eu aige. Et vot z.en mme
temps, i ux hommes de loi
lu quesiioi si l'arrt
de grce duChi : de I Etat eftace
eu non la p il ' de la suspen-
sion, comme celle de I etnpri
aonnemi ni.
S'agissanl de moi, qui ai t
autpendu pour trois mois, a la
dite du 3 Mars i apir, par un
Dkaaa de M. Bt u rem, et qui ai
t graci, je ni Irai pat
fi vo'.re queation, laissant aux
autres et vol s, lurlont, qui
nom de Me Acto
qui est devenu mo
ici, n me avant la nom'
nation comme jjge au tribuna. civil de
:e k saort. .I> lais, ensuite, 4
voir ."i public que l'i flaire cor-
onnetle qui a provoqu, en
ma laveur, l'intervention du
Btonnier de l'Ordre des Avo-
cats, Me .) Il Delatour, int*
, ss Mi1 rlhur Leacou-
llair, ci-devant Vva Lo ee
j rd, dont |e suis l'avocat, ei
Lon Liautaud, reprsente
, flls, Me Pierre Lon
Uautaud. -- Il e'agil, dans cette
re, d'une question de livres
, v compris une collec-
lion lu droit civil par T.
Labori, appartenant i ma cliente,
par dpit, un quidam
met i u vente, l'insu et sans
l'autorisation de Madame Ar-
iluir Lescouflair.
Vi donner publicit
la pi lana l'dition de ce
jgrer, celte occasion,
nsieur le Directeur, la nou-
velle expression de mes senti-
ments distingue.
11. MAI.I.im.W'CHlvJi'.
N.B.- Dana une interview
1 que, sur la demanda du f>ircc
leur de la La Libre Irtbune, je
| ii ai donne, interview
Frachement arriv tarie tramer Si-l)omingue.
Chez Simon VIEUX, E. DFREIX.
Alphonse Bnir. Llio Baillv.
A & T. Me CUFHE ( Gonavas ).
Le Monde
Mariage

qui a
08 l'dition de ce journal
'du lundi, 25 avril courant, j ai medi 30 avril,
! indiqu, avec pices l'appui, ali
l'poque laquelle remonte la
hame de M. BEAUVOIR contre
moi.
fous recommande, a vous,
Monsieui le Directeur, ainsi
qu'aux abonne de votre int-
ressant journal, la lecture de
cette interview qui lait bien
nal re l'auteur de l'ukase du
ni.
I ou vec mes meilleurs
sentiments.
H. MALEBRANCHE, av,
Pour copie contorme l'ori-
il :
H. MALEBRANCHE, av.
LA NOUVELLE VERSION
DE LA REVUE
LES uiCOnERS
-
On
tour de la H
l'alaly cl lane \ e
te, enl jeudi e
M.us e qi l<
i psi que ce joue
n'tait ; Lm ra I i
fait de lai [es c< ni| elque
heures avant la !
j i.i suite d inli igues el de h i
p ,iage i \ e
Il sei ique
ici les de ci
vies. Mais il esl e n-
es tsaire de dire la Ke
vue dent Ualpb i i iil la
mise en scne a ite par
1rs meilleurs re> uisle que nous
tfVfellS
Api.- le ei l'agence-
ment de ce qui resta
Ifs ( |oc< e enu tel-
le nenl difib le que ce lut une
re> ue sal ole qi euta a
public. "I e'
BUrtout i- qui
contai i
cioustillai les laits el
-
i ni : '
VUO p IMi
cl i
Mu:
de ne pas pi
comme elle avait t conue el
r, ,r,Hii.iiii plus que ce
: pour p< i sonne
qu'un co i ur.qui esl peut*
ec le Mot, l'Es-
|ii il, le Calembour, discrditail
; umi\ re pan e qu'on avait mis
les tripotages ub .unies
rail qu'on servil au
public.
main so r, lous ( eux
, l ment rire aux dpens
- i lit apei ont, car
a no >n de la l\e\ ne
Dans 1rs salons de Mr et Mme
Nelvil Saint-^yra eu lieu, sa-
dans la i^lus
e mariage ele
Melle Yvonne Sainl-Cyr.fiIle de
Mi- ri Mme Nelvil Sainl-Cyr,
avec Mr lustin Holly, fila de Mi
et Mme le Dr Arthur Holly.
I.rs tmoins taient pour la
marie : MM. Augusle Magloire,
Jrmie, Dr Ch. Cantave, Geor-
ges Roumain, Auguste N'crna,
Hermaun Holly el Henry Saint-
Cvr : pour le mari : MM. Lon
. Edouard Knol, Leroy
Chassaing, A. de Matteis fils,
I e 1 aguerre, dput, Andr
I loi i \ et le Capitaine Lon Hol-
ly
I .es parrains el marraine -
lainii \I. C taries Canlave et
Mme Nelvil Saint-Cyr.
meilleurs vux de bon-
he i orapagnenl les nou-
vea poux.
Nous devons ajouter que ces
jeunes tilles qui ont entrepris
celle dmarche si humiine ap-
partirnnent aux plus grandes
Ia milles des Etats-Unis.
^Souhaitons que leur voix soil
coule, pour l'honneur mme
de la justice amricainel
Laite ne-ie nat Ihl> l nis m la-
>cui de 7 je ns no i* eou'l.iiuoi
aiorl.
p Mr que .lernire-
mii ut un tribunal du Sud des
I.i L'nia condamna mort
sa l i uuea ngrea, sous le pr-
lei : q ils avaient violent deux
lemmea blanchea Un comitde
PROCHAINE FTE PATRIOTIQUE
la Mission Patriotique des
Jeunes organise une matine
littraire pour le dimanche $
Mai 10 lues a. m. au local du
Cin*Varits, a cette occasion,
MmeThodora Holly prononce-
ra une sensationnelle conlerence
patriotique. :
e< Le Drapeau National : Sei
aspects documentaires et pro
phtiquesn.avec dmonstralioai
l'appui.
Les cartes d'enire ont t
fixes 1 gourde.
ronq de nouvelles
loules celles qui, g !v s blanches, qu- r
retram ces la pra-iL-^ ......, u ,rnmm Voiinn
-
N'aturellemenl lous ceux-l
. s. et ils sont
mi. ne seronl pas bleass
ni, les auteurs de la
et Calaly pensant que
es di oits pai loul el
is les coceitiers. On
. lanl oe cho -es p| si
iineinent que e'e n'esl vrai me ni
pas h peine d'li e grossier.
h.\: \ s.d y .i beaucoup
ni faites et le
PUS iWU'KW !I U PIBI EfriCC! i
!!iJECT!3ti PERARD
D'ALGER
M
y^DRACK PETRARDbM
Gurlmmmnt /
BLENNORRAGIE
TOUTES PHARMACIES
SftkWHs Ft^i'.O. H, roi t>. fiNNIt. MNS
ffiBJlHlHl
f|S VAOa*ul
tst une aulre desi
im portan tesactrices
ie l'cran droues
au parfum du savon
blanc. Elle dit: //
onsernr ma peau M
mer veiIlentement
49UC$.
fameuse loiie de
Hoolltwood dit :
LtSavoude Toilette
Lux tst un tavn
prodigieux".
Un charme irrsisti-
bledans une peau
vraiment douce
PARTOUT o vous iiez, vous trouverez
que c est la eune lla ayant la pean ex-
quisement belle qui attire toujours."De
tous les charmes qu'uue jeune tille peut
avoir, la peau douce en est le plus impo-
sant", dit un directeur en parlant de l'opi-
nion de ceux qui conduisent Hollywood.
"Parce qu'on rpond si rapidement la
douceur d'une peau', il a t jusqu dire
il est essentiel pour devenir une toile
de l'cran."
Sur 613 importantes actrices d'Holly-
wood (y compris toutes les loiles)(50 em-
ploient le Savou de Toilette Lux pour
conserver leur te nt sans tache, billes ai-
ment la douceur de te savon blanc par-
fum et son etlet caressant sur leur peau.
Conservez voire pecu d'une manire attra-
yante et douce aussi. El suivez la mme
voie que les toiles de l'cran avec le
Savon de Toilette Lux.
THEO. H. DAVIS A CO., Ltd.
Henolulu and Kilo
MOHR & LAUMN, F. O. BOX M Diatribuetari
Hue Roux et du Cintre, Port au-Prince.
AfaoraZ-Voui contre accident
i la General \ociden' Fire A.
Lite Assurance Corporation Li-
mi edt Vve F. Hermingham,
Agf-rtt (i- n*rl nonr Woli
REVELATIONS SEMSATIOHKELLES
d..VRAlSSECR;TSJHrCliNOS00.lLTES
tSortiMin. Miji'. Pr.liqaj. MtrrtidetH
Domination de.
rtiiinble us. irar.i a mn. '' "
eiF0Riv .pUrsi ..m.niifurj
d'amour. 8orl. i-s ue.lH.ur
ali-u.p.yiN.'Sii.t kr uiscKon
' SOCIT FRANAISE
ISS. ru* du Faub.-SlUe.u.. PARU
r.^* u. a *fc
HENRY STARK
RUE M QUAI, EN FACE DE L GARE
\errtsi Mires de toutes dimeasi jns pour vitrines el eu
cadremenK
Mires spciales pour autos
Vitres ordinaires 1/4 pouce paisseur ipour auto; et comp-
toirs.
Grand choix de Aunlus pour cadres.
Lampes de nuit.
L* maison rpara aussi les miroirs tachs.
i
plus souvent pielipi un dit qu'il-
b .i-' .ilin
continuent seuls
I r>; seul ;i
,1111 cette i '
.elemain

i.i<* v (|iie If u c'es
Dis cl quatre
Globules' Rb9ud
Rsui! prenant i
Toulri- OtwviT Kotle
* B..uai.ioH(-rx. n. H<
WTTJH
prsente le Comit National
pour lu dfense des prisonniers
politiques. .,s'est rendu u d-
but de Ce mois, Washington,
p( :ider au Congrs d'a-
gu i m laveur dea jenai ngre.
El o it emport la promesse
des i u teura La Fo lette t Co-
peland qui promirenl dagir ac-
tivement.
Le raloa de la Cour Suprme
de I Alabama de casser le |uge-
un I le II Cour d'Assises du'
mme E ip, in dana le monde une re-
Qfu > de protestations :
CO In e- ingnient.Les Associa-
|ji si ciales de l'Atrique du
Sud, de la France, de l'Allema-
gne, de l'Migleterre et les So-
ls de Russie eux-mmes ont
cab Buppliquas a l-Alaba-
oe g'ande maniiestalion
nV produire Ip avril
tous 1rs E'Bta
lis due la mie de
condamns serait
de l'Aile
le morale pi des
oijj nisations du Reich.
_._________xmwwmmmB^
Foutes les Polices i
DE LA
comprennent la Protection contre la g
Foudre sans auqmentation de tauxg
KuqJa* tta&fiptCjo\
Aqetfits Gnraux *
mmmmwrn^

attfl



iiiiurn Bibaueo
L 3
'
I
1 -rtla reut;i irsalle a gard sa premier* ilaaj
m \ partout :
i:. i.vi,i;\\. ourt
Rpp^l : Rue Csar.
L'avez-vous dj got ?
Eh bien, demandez dans
bus les cafs, bars et res-
taurants de la Rpublique
le\nouveau, oroduit \de la
Brasserie [Nationale : le
PORTER NATIONAL.
Agrable Fortifiant
Bon March,
BRASSERIE NATIONALE S. A.
Port-au-Prince, (Hati).
pour le mois
de Mai 1932
c-
Prvision gn-i Remerciement
ral du Temps m v ouri* *m.
pcl, i e I termine Lapomardr
et ses ei.i mis, Mr et Madame
S. muel Ravis, Mr Km manuel
j ilirvillc, Mr el Madame Henri
IRimpel remercient bien sin-
ciement tous les a.nis tant de
la Capitale que de la province
de leurs marques le sympa-
thie l'occasion de la mort de
leur regn li
Charles Rimpi i.
,)o:ix. | re, oncle et !:re,
s irve:?oe la Croix- les Hou I
1 u ls le 9 Avril 1932.
A
vis
h. V ielor Bobouiuptopr Mai-
re dt Elgntei,au Ao 1719.
Hue iln hagasin de tElal, a le
plaisir ,l'annoncer que, devant
laitur le pays l mois prochain, la liquidation
de son stock commence dis
ou jour d nui
Il remercie chaleureusement '
t bienveillante slientle et lui
demande de prendre les de-
vants pour profiter d'uut occa-
sion tans gals, persuad qu*
h retardataires ne sauront
ft/4 lien rsgretlsr
Lm piix ont t rduite dune
ffon trs favorable.
On y trouvera toujours grand
nombre d'articles de ts. telle et
G. L. VERRET
TAILLEUR-MARCHAND
-*-
Habillez-vous arec lgance
et distinction, en tous adres
sant la Maison
C. L. Verrai
Rue raversirs, Nn 114 vsi
sinafe de la Douane, prts n'en
face de la maison Estvs prs
l'IIS tel Sca-Vic* I
L'uue des plu* ancienne**
la place qui a conserv ion
bon n nom.
On v trouvele travail le pi m
lar Justin Leon i :
TEMPRATURE ET
ETAT DO CIEL
La temprature durant liai
sera leve particulirement
du 1er au 2, du 4 au 5 du 7
au 9, du 14 au i5, du 1S ; u
19, du 21 au 24, du 26 an 25.
Les jours fiais marcheront
paralllement avec les plaies
du mois. Les derniers jours
du mois rerout gnralement
frais.
Esprer das jours nuageux
particulirement durant la
priode du 1er au 4, et da-
vantage du 7 au 10, du 2')!
au Ut, et du 20 au 28 dans
la soire.
PRESSION BAROMTRIQUE
Le baromtre se tiendra
au-dessus dp !a n rmale les
1-2 4 7 9. 14*15 18 19 21
25, 26 et 28 H ne se tiendra
au-dessous de la normale que
par l'action des pluie*, et du-
rant les derniers jours du
mois.
ADMINISTRATION COMMUNALE
OE PORT-AU-PRINCE
dtsndant que se dve-
[ndnstiie du Sel rafli-
que d'autres licences
salliciles auxquelles
d'habillement de toute.premire i soign, coupe lgante la
nouveaut, t'int pour hommes dprnire mode franaise et an-
glaise.
%ae ptur femmes et enfants.
Regardant ses cranciers et
dbiteurs, il prie ceux-ci dest
prsenter chez lui au plus tt,
afin que tsut compte soit
la? avant le 15 du msis pro-
thain, dans It mieux de leurs
inlrtt.
Victor BAB9UM
AVIS MATRIMONIAL
Le public et le commerce
mt^aviss que je ne suis
lus, responsable ^des actes
et actions de mon poux, n
Casimir Aristide, pour mau-
vais traitements, injures gra-
ves et publiques.en attendant
qu'une action en divorce lui
soit intente.J
Port-au-Prince, le 29 avril
mi
Mme Casimir ARISTIDE
ne Brnice RACINE.
Spcialits : Habits et vte-
ments de crmonie).
Prix MemirSi.
Victor Gastel
INGENIEUR ELECTRICIEN
-i
^Employ' i la Compagnie
Electrique de 1909 19UV.fi
^ Offre ses services pour ins
lallations d'clairage, de mo-
teurs, rparations de ventila-
teurs,, fers repasser, d'iros
te, aux intresses de Par
au-Prince,et des autres vills
de la Rpablique.
Adiessa: Rue des Mrates
No 121, cot ds la 1 a*jue
Nationale.
PLUIES ET ORAGES
Les pluies durant ce mois
seront frquentas, et. en con-
squence, 1res probablement,
certaines rivires seront en
crue, et certaines routes d-
fonces.
Duraut la prio le du 1er
au 11, il faudra esprer que
les pluies dpasseront la nor-
in le. Les pluies qui tomne-
root au milieu du mois se-
ront fuibles, et le total des
duies du 2) m 28 sera nor-
mal.
POUR LES DEPARTEMENTS OU
NORD, DU NOilO-UEST, DE
LARUBONITE ET DE L'OUEST
Trs forte pluies les 1er, 2,
3. Pluies avec clairs et ton-
nerre les 4. 5. Temps de
< Nord du 7 au 9. Faibles
pluies les 15, 1(5, 18 19. Fortes
pluies les 20. 21 22 et 2'.
Pluies a\ec orages les 20-27
et 28-30.
Les pluies dans le Dparle-
ment du Nord, seront des
plus fortes. j*^^J2 L
POUR LE DPARTEMENT
^ SUD
:1AU-PRINCE CDEiLOGANE ET
..DACMEL)
Fortes averses les 1, 2, S,
pluies avec orages les 4, t>, 7.
l'.n
Ifp '('
n et
soient
elle sera heureuse de d >u-
ner suite, l'Administration
Communale avisa qua la fa-
brique Annihal Bristol Bries
a constitu un stock d sel
raffin pouvant suffire une
consommation de l jours.
En consquence, /es condi-
tions de l'article 6 de l'arrt
communal du 13 lvrier der-
ojei tant remplies, elle infor-
me |iie la vente du sel brut i
dit de cuisine sera
dans l'tendue de
nui ne de Port-au Prince,
partir du 9 mai 1912.
Port-su-?rfacs, le 30 avril
1912.
La farine BAT'LAS est /-
brioue oourles boulangre
\ senss.
Elle ccle quelques centi-
mes seulement plus chre
que les autres marques,
mais le rendement qu'elle
donne est sans pareil.
4 tl
Avez-vous$dej travaill
Bat'Bas?
hh bien passez chez les
commerants suivants :
ED. ESTVE fi C ^ JEAN ASSA
prohib j
'a Corn-
A.DEMATJLISSC
Probabilit de Temps de
Nordi les 8. 9. 10. Faibles
pluies les 14-15, 17 1S. Sries
de pluies entre le 20 et le 23. .
Pluies avec orages les 25, 26
28, 29, 30.
N. B. Les ractions peu- .
veut se ma ni lester 24 ou IS
heures pvanl ou plus tard.
Pour la Navigation.
Donnant suite nos consid-
rations, en ce qui concerne
les conditions atmnsph*
riques qui nous paraissent
dfavorables duiaut ce Blois,
tant pour la navigation ma.
ri lime, que pour la naviga-
tion arienne; nous signalons
les priodes du 4 au 8 du 13
au 15, et du 24 au 28.
Pour l'Acricoltirr. Evi-
ter tout dboisement prs des
sources et des rivires, aus bien que dans les champs o
les plantations sont faites. Il
importe que l'Etal y jette le
plus srieux coup d'ceil.
.Les
ED. GLRMAIN
ni i. Miiir\G
ft EI.Kt VTOH I O.
Mo.
A. BOLT
agriculteurs doivent
RGIONS DE PORT-: j^X ".* l'f1,
possioie des pluies bienfai- I
trices de ce mois, vu que II s
priodes de scheresse com- !
meucenl partir de Juin, <
les pluies rerout trs rares
clans certaines localits.
Achetez-la /< c confiance!
Travaillez-la avec orgueil f
RICHARD PETERS, Frop.
( ll\.!l' DEMaRS, X- 1217.
LA SEULE BOULANGERIE EUROPEENNE EN HATI.
SPECIALITES DE PAINS [POUR SANDWICH. PAINS TLUTES
ET PAINS HOULES, PAI"S HOIRS, PAINS COMPLETS, ETC.
PATISSERIE FINE. PATtS. VOL-AU-VFHT. TOURTES.
SOINS El ISOIIPTIIUOE.
Tlphone: N 2069.
La maison na nos dt
succursale.

. -*--si
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSfi & Co
AaentsGn; ix
LE FAITEST INCONTESTABLE]
H 11 m
C'est la quintessence d s meilleures
jvants de cannes d'un vaste territoire
| runissant les meilleurs terroirs' *
C'est ee qui lail son 'arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ'
.
v..


Lundi
2 Mai 1932
Le Malin
4 PAOIS
266me ANNE. N' 7uO
Port-aa Prince
Tlphone : 2244

ASSUREZ-VOUS
la
General Accidenl Fire & Lif
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
L la tGENl PAL i I une de; plus missantes et des ,>!>; vaste* 'J^J
te ce genre. Le Mleil ne se couche jam or son champ d'action qui embrasse le
,V'fJDds>s Police contn ndie eo a si les dgts occasionne parJjjtojJjJ
Scs poIices obil, ilt, mcendie, malveillance, dommages
c^us autrui o pri is ses tiens.
Se Polices M u a mises ; ir ses branche d Europe sont payables en FM*.
Ses Polices contre accidents sont valables dans 1 autan entier. Ions lesi jojyj
art devraient d:mc prendre l de je munir d ne police con re accidents.
Sfau moins 4000 dolLrs, la prime annuelle Jetant que de 1/2 /. sod 20 dollars L.

\T
cuve
F. BERMINC.HAM, AuxCaves
SOUS I I
Agent Gnral pourllaiti.
i')ii iU-Prince. IG. GILG
JEAN BLANCHETJrme
N'OUBLIEZ m DE K UN PETIT TOUR I
TERRACK-OARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
le plus
. Hpital fieral Uiuita
Accidents
25 avril 1032
to.-ne du stras droits, crosions mul'iples du
eou et de la lace gauche, ro-
sion de la main gauche ( hos-
pitalis )
Renaud Levy 28 ans, Pelit-
(Jove; Fracture de la clavicule
(hospitalis).
Etienne l'idriqu*, 30 ni,
quartier SUoseph; Contusion
i du thorax.
', Albertina Emmanuel, 52 n,
rue Hunion. Fracture proba-
ble dei 2 dernires ctes du
c' gauche.
Pierre Z'phir, 40 ans, Bel-Air.
Bleisurecnntusedc l'index droit.
) Desgrce. Joseph, 48 ans; Bel
: Air; Blessure contuse du Iront.
Jean Joseph, 65" ans. Plaa
' S'-Louis. Contusion multiple da
' l'paule giucht, du poignet
! droit, du genou droit.
Joseph l)uplessy,42 ans, Bois-
Verna. Blessure conlpse du cuir
chevelu, rgion paritale, nles-
sure conture de la mallole in-
terne dioile et contusion de la
face interne et mdiane jambe
gauche.
MonoBil ftesile, 30 ans, rue
Dr Aubry. Blessure contuse da
la partie postrieure de la tte.
Gabriel Georges, 31 ans, rue
de l'Fterrement. Blessure pi
quante de l'annulaire droit.
Fmile Albert, 20 ans, rue Ma-
caaux. Luxation probale du
I poignet droit.
Louis Excellent, 25 ans, rue
de 1 Egalit. Bilure de la main
gauche par agent physique.
1 HE ROYAL MAIL STEAM rieurs i Fienrn
PACKET COMPANY
Le steamer Anra venant
de Kingston el ''^ *)or,s (,u
Sud Sirs a l'oit ai. Prince le
2 mai courant prenant Irt
pour l'Europe vie les ports du
(Nord.
Tin lloym Mail Sieam
l'ackil Co.
I J. BIGIO
Sauvez
On trouvera cheaMaUeTh
tine Augustin, Bas Pemla
Chose, des fleuis, couronne
coi beilles de Qeurs naturelles'
clc, ii bon march.
HALLE A LOUER
Moiti de la giande halle,
ise Bue du Magasin de l'Etat
sise
cte de la
vos livres
Sauver vos livies et col
Itclioris en miuvais tat tu
les confiant ai relieur cons-
ciensieux, houule et habil-
Etipnns CAatiLi.p,RueBonnee
Foi .
le i mai proc, directement
pour Port-au-Prince.
William E. BEO,
Agent
5oaiu uc rElat,
maison Allrsd
Cooke, rcemment occupe
par in Gendarmerie d'Halii.
S'adressera M.Heniy STAItt
Hue du Quai, en lace del
gare.
Lt\ LAITERIE B\1LEY !
Livraison propre, hygiii.
que, cn bouteilles herli
quemeut cachetes, l'ibri
de toute falsification.
Transport tait en rligH
leurs roues.
1313, Grand"l\ue, Porte
Prince.
l.ttte pieds d'ail l '< ''' Plus vlreis de Porl > ' .. .
Seulement 15 .i i < ";,> excellente roule
asphalte. Vins mi r '' I""
LJoiss
11
liers pour les pensions d- jour de
DINERS GOUTL
Elis Soutirant, 15 ans.Maiion
Centrale. Bleisuie contuse du
gros orteil gauche.
Joseph C'ideau.S'^ ans.Cotard
Bourg. Blessure rentuse du nez
et du cuir chevelu.
Isabelle Caineau, 6 ans, Thor.
Fracture 1 3 inlr. de l'humrus
gauche.
Paul Andr, 12 ans, rue de
l'Exposition. Blessure contuse
du 2me orteil pied gauche.
Gracia Galette. 10 ans, Pos'e
HP
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone N 2323
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux LIndignt
arrangements p
Staline ou de mois.
je
N'A JAMAIS Ml FAIT
CE 001 NE PEU! HE DEPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpaie d ms d< s c
D'ASEPSIE
1> parati > i et Ven'e
PiABHCiiF. SEJOURNE
Angle des ru -- fv ux ei du f.< ntre
nditions rigoureuse
AVIS AU COMMERCE
La Pantins lin! oad Sleai p Line a l'avantnge d'an-
noncer les dparts suivants de \'ew York pour ports u prince
ttaiti, directement chaque mirdi. Tous tes steamers sont
potrvus de chamb c Iricori me
i*rlti*hcw \rk. A nuages i P i au-frinee.
i Marchand. Contusion de la r-
gion sacro-lombaire gauche.
Pierre Bourrand, Grand Bue.
Blessure contuse du genou gau-
che.
Bernier Jn Charles, Archev-
ch. Contusion du poignet droit.
Ani'.a Fianois, .'12 ans, quar
lier St.Joseph. Blessure de la-
vant bras droit.
Charles Ctiiy, 07 ans. rue de
l'Exposition; Lgre contusion
du poignet droit.
Cnjuste Bomne, quartier St-
Joseph. Contusion du cou de
pied droit (hospitalis)
Ecservil Exalus.Bizoton; Prac-
lure de 1 humeruslS inlr.(hos-
pitalis)
21 avril 1935
Salgado Nelson, 34 ans, Place
St-Louis. Contusion avec hema-
Le vapeur ul3aracoa",Voy.
101, venant directement de
New York, sera ici le 3 mai
proc, continuera le mme
jour pour les ports colons-
biens, Cristobal, Canal Zone,
Kingston et New-York.
Le manilestc de ce navire
reu par avion est la dis-
position des clients dans nos
bureaux sis angle rues Ega<
Ilite at Dauli-Destouches.

-
'
Le vapeur "Bogota", Voy.
!(), partira de New-York le
29 cit., pour tous les ports
hatiens. Attendu Port au
Prince.le 7 mai prox.,en route
pour les ports du Sud. Sera
de retour le douze mai pour
prendre Irt, passagers et
malle pour Cap-Halien et
New-York.
i

Le vapeur "Martinique",
Voy.97, partira de New-York
Slpaaaer iluenavei ras I. 3 mai I
Sfaesier Ancon U'
Siaseier Gusyaquil
Stsser ffCrfelonala
S* "B'.ie-n venl
$/f "Ancon1
Steaaier "Gu iyaqi :
Steaaaer '*Ci isli '
Steaaaar "Buenavnlur " le 28 juin
S''aaanT "Ancon" i 'i j il'et I
&ear "Cnayaquil 12 j illet
fanai* Railroo S'teampshi
111 !
24 mai
i lerjuin 1932
le 7 juin
11 jnii )S\
\ lui 19 12
1932
m'i
|32
1932
1032
le P mai
'r 15 nui
le 23 Hi-i
le 2\! mai
't j n i n
le 12 juin 11)32
le 20 juin 1932
le 26 juin
l juillet
Il iuillel
le is | lillet
i Llne
A lt plaisir d'annoncer sa nombreuse Clientle u Il
vente de ses CHAMEAUX se lait, depuis le 4 janvier, H
R0 2027, GRAND'RUF
en face de son inciep local.
Les Clients y trouveront"le mme accueil.
ION MARCHE. CLRIT, GOURT0IS1E.
Martinez, Marcelin & G*
1932
1132
1932
1932
Jasil.C. VAN R] '
Agent General
Lykes Brothers SS C Inc
a -Hati
AUX ROY
30 annes de succs,
alteitlton
Santo iiomingo- *orto Rico
La ses l serrlce bebdon [ers et
I entre les ports du rexas d ivec/
tr^k entre tes \
a*#r;f n-l'rince, Haili.
Peur la reeplion rapidi
isaaortatiftas, servez-vous i
LINE.
Les pre* bajnes arr
St>- "ttl a I
Steamer "Margaret
Steamer i Vi
I^'roS
.Je i LYKR

U
t
i w-1::
^
iiuaf an: Rae en Uaguuiu de 1 niai. Boite Postale B
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOb\EAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE
Clair in Vierge
Chez N. NAZON
KPIT:ANCIE m fcJw N PHPLE U FEROU PUOME: M.
Loterie Nationale d'Hati
411, Ru onnn.FoJ, Phon;:' 335i!
La Loterie Nationaled'llalti est _
ane institatiea hautement humanitaire par ia miilhpi'f'J
d'oeuvres eju'ellf ae propose d'aider, une chance ds m
tre offerte aux hnmmre de toutes conditions de forlu*
Employs, fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salarie!
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans p1*"
leur budget moyennant denx goudes, peuvent gagner tri
saille geurdes. Patrons de Commerce.Chelsd'Indnslie.pir
aax iusulOsancei (1rs ventes, par l'achat d'un billel, qui ?
libre du souci des chances* ^
Mdecins, Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dputs, C.rM
Dianitaires e!e l'Btat.Reprsentants de l'intellectunhte, Jp
a listas.
Dennui l'exensjfile 4e vplre le'idaril ociaie.
Rentiers, capitalistes, comsae eu jouant, augmeutei^
ivcir. .
Vons tois ijai kakUes" Paiti, rendrc-Ini service M
mile billet del LOTIRIE NATIONALE D'HATI.
"****'
laboratoire SJOURN
DlItMTfM
P. Sjourn, Pharmacien
R Sjourn, Pharmacien de "Universit de Par J
M. Sifoui Ni, Pharmacien de l'untver" ''
in'erne des Hpitaux de Paris
analyses des Urines, du suc gastrique, du sang (
sarman^, Ure, Cons ante d'Ainb ')
DcseswA^te. aV metieres tcalcs.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM