<%BANNER%>







PAGE 1

M i 30 Ai MkMMI Propos humides Le pro ilino | t: i.. MO fl % %  > %  : k | tue, < ..,.,. I ttes. Luc U %  T" '"• mnque pa ,0 i'M une conlribu ue uni d'un moisd poimciii rliiqnei il yen i col! i 1" ou le se l; ,,.tiet el 1res ils ,e luaich.Je crois qu le vouloir ne I '• le aouvoii |H'U1 "" iiutre pi Volstead d< aux LtaU-l nis, avec le tri ;,>-, humides au* I veinbre prochain poaerions-nous i i """/' >ue pai livraison U sa d nilUMSABTHI nuivalani au chi 'P"' nous devons aux hvai FAIBLC OLBtLI Dpwez < otreSang i la CUROMAl. *- T • Cui omi. 1 Cin-laldy V. Comeau-Montasse & (> A j ents 313, Rue des Fronts-Forts. DEMAIN SOIR 4 BEURESI a L'Occident %  !* WfJI^JSK, d'api es le i bre roman de Kialermiecker vec Claudia V.c'nx. | | J ^ J_l_i I ncien Delssct H .laque Catelain. Entre l O.K); Balcon : 1,00. A 8 UE'JRES i De la Gull, de lAngoisse. En grand film avec la belle arlisl* %  Suzy Vernon : Paris Girls QUI uMH avec Es lier Kiaa, Jeanne Hrindeau al Frrnand Fabre. Intie : '2, 3, 1 gourdes eu. a Dtfritw SIROP dB DESCHIENS Buoglobfue CHI ; AVIS MAIL i lAvis de divorce Le public cl le i M ut avises que i •lus respons s actes et actions de n on *1 OUJ Casimir Aristide, pi ir mauvais Iraitementa, injure ves et pubUques.en a tendant qu'une action en ll suit intente. Port-au-Prii ce, i. 29 1932. Mme Casin ir Al ne 3rni< i UACI NE. VNEMENT SENSAj TIONNEL, DEMAIN SOIR Inauguration du film par-j font franais : Cin-Varils L .1. soussigne, Madame Lon lune Mil rie i' r „,. oita Brntus,dclara au public il au commerce en particulier n'tre plus responsable des actes de son mari, Mr l.ou Cayard, poui mdonSdepuis cinq e et injures| I ai lion en divorce l CN lre inlente incessamment. ,\ rt-de-Paix,le 21 avril 1932 Mme Lon i AYARD ni Marie Genita Biulus LA NUIT SEST;A NOUS Tir de Mstterlh ck interprt parla jeune Marie Bell de la.Comdie Franaise et le beau Jean Murt. f. %  |fl CIUlllip il .i > uni.,...iviateui Lon 1). Pai ait mrroler la ville. Ce tut mie : Jeudi malin.il \ avait foule an champ d'aviatioi %  fii belle exhibition. i l'atterri! d'coliers'de Si Lou de i zsguc, conduits par i s Pr E otint une belle gei h a Paris, ancien lve de Saint Louis. J'uis une palme ei i oban aux couleurs nationales lui lut remise par Mr. Maurice Rivire qui, au nom de ses anciens condiscipli lui ex prima leur admiration. Le soir, au kii du Champ de Mais, coin erl son honneur, i ar la musii de la lente d'un W nain %  aie. Victor Gastel INGNIEUR LECTRICIEN ].,,,!, 0 y la Compagnie | f i de 1909 L92V i i ice pour insSalli d'clairage, de mo leurs, rparations de ventila,i repasser, delcos, rll intresss de PortlU des autres villes de la I publisnie. A, liesse: Bue des fliracles N 'o 121, a i t de la Banque %  le. m c mire accid snl r o iion Lij F. m ri" \,_,. ^rp} pour Hali. et l'on s< ra charm le voir Fermnd Fi br, Cyril d Ran say et Norman S. !by". t„ a d< coi s e Paria Ci i i Is t ont magnifiques el viais.lar. piion d( l'Impratriee chtz I s Byona, Us scm s du dancing,i celli s lournces boni du yacht, la soire du Casino sont des ;., |*d'cB ivre d'lgances Iranv.iises. %  Paria Girls spra l'an ,)es arands et beaux films de l'anne. Le Rosaire l Frachement arm *ZJ£l*ffJg^^. Chef Simon VIEUX,*E. DtBLIX. Alphonse tsir. Llio Bailly. A & F. Me CUFFIE ( onavss ). ii in di,1 ci ri ir, *.,llenist ne LES RAISONS D'UN iUGlOE (pamlo wpersroaclioa ., IUITIAXA, a\ec la brlle iulisi"' Sozj Venta Pari Girls m di i e n A l'ge d< N 1 . ans, inglaise s't tl su ven le plui ei| di elle p< ur qi un i li %  %  d< • vivants s tle g Dans ure lettre i r \,t-l du bureau d< donnail las rai i fB l ,( > dterminai „.le me lue parce l" le montant da mes rei a dimi ou; 2 pera que U i qui habitent l'apparb %  %  su-t nuis du mien jouen lu piano toute la m u ; % %  pat |.fcunil*d< mo i.:i premire i I raison sont lortd mais la s, conde? N esl 1 in esl oienl di u La D rnii i am Pans Girl %  a eue apm au mouI sorte, 1 !re dej v / %  ris Girls sera pour Suzy 1 ; i uv u Irit niphr. I Auprs de la \ • denxj piem .rs don e h ii .i lait l ; ois comsrel le perrind le n arlyr, i ,' mr f iubir,!. quiieiaissa ra(8 de i d D qui apprend le p | rne. I lr lola dtlfi! c ib tsttale ice • uni lecedeul en mu aixil s tminins \ louer Petite maison RU Beia ug Contort >' ireaser,poui tel litione, Mr Ussade. Devant un 1res nombreux public, o si' remarquaient les reprsentants les plus distintfus| de nuire socit, Madame Jacqueline Wiener-Silvera et sa lioupe onl reprsenteinsi qu'il ivail t annonc, avant-hier jeudi, a Varits : Le Bosaire. nu un triomphe. lu drame pa I. eu 1 actes, interprts magistralement par des acteurs de talent, le vrais acteurs, el qui a remu bien des i icurs. ... Un soir, elle chanta la romance Le (iosaire.l'A d'une voix ,i pure, si tristement belle ... ; m. qui l'avait cout, le :œui dtatllant.en devint amoaieux... imoui eux perdu... II le iu\ avotia. Mais une diffrence d'ge ,, grande : ... I ui, \ ingt printera| •• la Reur i\c l'ge.et elle... plus jeune Elle lui pramil de reflet hir... Malheureuse (Jue ne Pu accordais-tu la main, puisque, toi aussi, tu l'aimais 1... Grais! ( de Catalogne ), au cours d'une partie dechasse, -si ru lime d'un accident. Il en perd la lumire. L'affresx torture <\? ne jamais plus voir ceux me l'on aime lane ( Mme SiUera ) apprend le malheur desonami.Elle pleure.SoUS le nom .le Kose Maru-, elle se rend chez Grald. D'abord garde-malads #le oelui-ci, elle en devint la secrtaire.C'esl aussi une confideute et une unie. De quelles paroles tendres elle charme la nuit opaque, la nuit affreuse de l'aveu: oh 1 Cette veux, cette v< ix le femme, qui adule le ualbeui eux l Elle dpouille ausai le courrier de Grard. L'aveuglp palpe leletlres.tchanl d'eu deviner. d'aprs le lormal des envelo|>Lirs auteurs. II y russil Mie mal. I .i il a tout ,1s suite d lecellee Mai i d-i sur le bi — Lise/, tout le suite, dit-il, c motion, la serlaireen la lui U ndant. .lune essuie un pleur.Et d'une voix qui menace,* chaque phrasc.de s'altrer par des sanglots, elle lit... une longue lettre : ... -le vous ai bien aim... Pardonnez-moi. .Ecrivezce seul mot : venez... El j'arrive... JiXI. Sur une feuille de papier, 11 mine il le lui ordonne, elle c'cril le mot : venez... Mais voil qu'elle s'clipse. I la cherche... Il l'appelle... renversant les meubles... O dsespoir elle est partie... Non. Du clavecin qui se trouve dans la pice, elle lire des notes mlodieuses. l'Ile chaule /.<• Rosaire, De ua vaix belle, belle el triste. — Celait vous, Jane... • t A part Mme Jacqueline Wiener-Silvera et Mr Grard de Catalogne, qui tenaient les rles pritn ipaux, el qui fut ent loua deux impeccables, nous devons citer MM.D. EIeurlelou,Pressoir, Mme Sylvie (une duchesse patante ). qui se sont taills chacun un joli succs. pour tous ceux qui n'taient P n Varits jeudi£et pour ceuxi L'EXCELLENT ZLIFEBLOY NETTOIE. SA MOUSSE ANTISEPTIQUE DTRUIT LES GERMES. VOUS AUREZ BESOIN DE SA PROTECTION. LIFEBUOY LE SAVON DE LH SAN IL POIR HlNl, fIGIRES ET IAWS. MOHR LAURIN, P. O. BOX Ma. Dislribuetan RueRoux et du Centr, Port-au-Prince. qui y taient aussi), nous de-! mai: ions a Mme Sdvera de re-i jouer Ijt liosaire. Une si belle pice,interprte par de si beaux talents, esta voir et revoir. HENRY STARK 1E10 QUAI, EN FACE DE L GARE T erres \ilwdt toutes dimensions pour vitriDes el eadrements. t ilres spcialea pour autoa Titret ordinaires 1/4 pouce paisseur'pour autos ci eu loirs. Grand choix de kulurm pour{cadres. Lampes de nuit. La maison rpara aiasi las' aaireira tacks. .—.* • ,%. IH^HMslltlalfllWI smvWKHatNilil Toutes les Polices OE LA ^comprennent la Protection contre^ Foudre sans auqmentation de tau*] M Aqents Gnraux '.*M9W9 cm inmtm*



PAGE 1

I PACL U mm —. WMM M. lillilili Bai'lMUICOJ]'! Dont le rtaMeiatft e universelle a garde sa premire plie* RtiainaVpartout : UN BARBANCOURT ital : Hue Csar. *f* JU •'loscato.. Pass* Le vin de dessert le pjus indiqu aprs chaque repas Agents pour la Rpublique d Ha i A. DE MATTEIS & Co. Port i au • Prince (Hati) • La farine BATBAS esl /brioue pour les boulangers penss. Elle : le q, Iques centimes seulement plus chre que les aulrcs marques, mais le lendement quelle donne esfsans pareil. Avez-nous dj travaill Bat'Bas? Eh bien passez chez les commerants suivants : ED. ESTVE i C . A. BOLTE *vmBABou2i | Achetez-la avec confiance Tra\aillez-la avec orgueil! de son stock commence ds aujourd hui ( // remercie chaleureuses j sa lucnveil an le clientle et lui : demande de prendre les uants pour p, un ter d'une < % %  fusion sans gals persuade 1 qu* les retardataires ne sauront I que bien rebeller Les prix ont t reduilt d une faon trs favorable. On y trouvera toujours grand nombii d'artic es de loir! ri d habillement dt toute pi nouveaut, tint pour hom que jour femmes rt enfants. Regardant ses craneiers ei Ar M tl !" BAREIEfUTliii G. THIERRY 1: .. G. L. VERRET TAILLEUR-MARCHAND I Habille; I ( M BDI a lu Maison C. t. Verrat Rue lraversirre. No 7/4, v*'. sinuge 4 %  la D mans prta 1 eu Uice de ta maison Est*, prit llltrl Sea Vict 1 uni lit s plus an< iem e de la pi .1 e 'i M I %  conse.f 101 hou n nom. Ou y trou vle trara I le plu soign, coupe lgante l • dernire mode Iranalaeal ar1 glaise. Spcialits : Habita et yUments de crmonie, PRIX Menrs*. IE FRANAISt&PATISSERIE F RICHARD PETERS, Frop. 14 4P DEMARS,N' 1217. LA SEULE BOULAWilliiEEUROPEElE EN HATI. SPCIALITS DE PAI R SANDWICH. PAINS FLUTES El PAINS HOULES. IV,P [ S NOIRS, PAINS COMPLETS. ETC. PATISSERItli N E, PATtS, VOl-AU-VENT. T0UR1ES. SOINS El PROMPTITUDE. Tlphone : N 2069. La maison n'a vas de succursale. M— VI. Insurance Co Une des plus fortes COMPAGNIES ;ANADIENN!S d'ASSURANCE sur la VIE EUGi Le BOSSfi & Co Aaents Gn >RU* LE FAIT EST INCONTESTABLE I R II 11 m 'i Stl C'est la quintessence dos meilleures varits de cannes d'un > le territoire runissant les meilleurs terroirs C'est ce qui fail : mine. GOUTEZ ET C REZ!



PAGE 1

Samedi 30 Avril 1932 Le r,4 pAass Pert-ai-Prince Tkphoie;: 2244 VIENNENT A /a D'ARRIVE aison SILVE v HALLE k LOUER ulle. •Etat, raison AUred Coi ke, inmcnt occupe Moit i grande h U i de THE ROYAL MAIL STEMI IMET ma Rues Courbe l oux Popeline anglaise suprieure. •• %  lopol PARIS 1 SEULS QUALITE ; \ MELLEUP.E Le steamer Anra venant| perle G darmi lali. i de Kingston et des g !" £*V P Sadretai i M.llen.y STARK' > |d sera a ^n au,Prince le Hue du Quai, en face de la 12 mai cowan f ** !" J rP I pour 1 Europe vi* les ports de Nord. 77i /?o//a/ Jtai/ Sf#a/n P ST E u ex Ira Drill h: ne uni auorieur. Kaki jaune anglais sup rieur. Prix s ns concurrence. rima P TERH i OUR A VCE-OARDEN 6/HT W. KAHL Petionville I k pieds d'ull %  I !" io< e ). %  : -. de Porl Seulement 13 II llle loul i.ph.lte 'vu* %  '' %  DINERS GnUTERS SANDWICHS arrangements i liers pour le is de jour dt temame ou de mo Si&y&n Spcial LES COLONIES I.KBORISTEU1H S: 3 M Etrangre QUININE PURS tt en flacou, prtmis, Mi %  1TPODIRMIQUES \r>\aES, CEINTURES B A VARICE8 ILS HYGINIQUES pour tons tmgss Appareil* Orhopdiquee igut hypodrmlqn* >• (M Picbi, il Vijfifi Coffres Pharmaceutiques PGor usines. Gommants, ets. I.p steamer Gistobal est altendu Port-au-Prince,rainant de New Yo k,le 1er mai J 1932, ave.' : t passagers, le (sacs de correspondance et Paakel Co. I. J. BIGIO Sauvez vos livres Sauvez vos livres et collections en mauvais tat en partira dana la'pis-midi du |j (S confiant a a relieur cousn ime jour directfintnt pour ciencieux, honnte et habilCriltobal,Canal Zona.prenant trl. malle et passagers. Port au.Prince, le 27 avril 10.2 Jas U.C. VAN REED Agent Gnral ETIINNB CAMiLLa.RueBonnee toi A vendre Fleurs! Fleursl On irouvera chez Melle Ti j tine Augustin, Bas Peu de Chose, des fleurs, couronnes, coibeilles de fleurs naturelles, etc, bon march. OsTi Une limousiue De Soto Chrysler en partait tat. S'adresser rue du Quai,No 11731. AUX BIBLIOPHILES. A vendre Une collection de livre parmi lesquels, il y a j 18 volumes de Ren Boylesve, relis en veau flamm. Jj|6 volumes du Comtejd Monte-Cristo ), relis enamileur derai-chngrinavec coins. ^""volumes de al.a Civilisa. tioD de Gervais Courtelltmonl,relis demi chagrinavsc coins. S'adresser au Bureau du Journal. LA LAITERIE BAILE Livraison propre, bygiiique, en^ bouteilles kerratN qaement cachetes, labri de toute talsiiicatiou. Transport lait en rtrigra* teurs roues. 1313, Grand'Kue, Port-aaPrince. Projets de Factures renseignements mande adrete h Pharmacie CANON NE 49. Rue Ranmur 88-90, Boulevard Sbastopol PARIS MAISON UNIQUE AUCUNE SUCCURSALE 'ranM ni l'Etranftsr V s-sc La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigent CE N'A JAMAIS ETE FAIT CE QUI NE PEUT TRE DPASS Kohi Champagne F. SJOURN Prpare des i nd ASEI Pi paral ?HABMA NE Angle dis iui s Roux < t du Ce, {• ? UUIiiiniu l M Z-VOUS .1 i.:i i i : pert lu -Princt n l paye e. i : s li!i PI LT K; lin i. I Si ee City. U.S.V F; PLU3 AVIS AU COMMERCE } LJSB • l'Ai -. C LIGNE COLOMBIENNE ) T, l] bore V 2323 Le vapeur "Baiacoa ,, ,Voy. i 101, ren n dire lemem de New Yoi k sera Ici le 3 mai prot*., c m inuera le mme j ,ni p > i les porta colomI) ens, I] -. ob il, Canal Zone, Kingston el Ni w-Yok. I Le in n h se de ce navire | ieeu avion est la disi sillon ts clients dans nos bureaux sis angle rues Egalit il Dai !^ Deslouches. a • • Le vapeur Bogota", VOT. 100, partira de New-York le 21) cri. po ir loua les ports hatiens. lllendu Port au Prjn e. i 7 mai inox.,en roule DO i i Is du Sud. Sera de i le douze mai pour prei di e Irl, passagers et malle pour Cap-Hatien et New York. w ; : A le plaisir d'annoucer sa nonbreuse Clientle que l Le v;ij,iMii ''Maitinique-,! fe nte de ses CHAPEAUX se tait, depuis le 4 junviar, ai Voy.97, pr.r'ira de New-Yok Un nnnn nniliri niir le I uni proc, directement pour Porl-au Prince. \V,l iain E. BEO, A gfc 11 i La Panama Uaili e d'abfieer les dparts ew Yo u r ma taiti, directement chaque mirdi. Toi imtrs son! aiearvus de cluuni lue Btails 4e \cw \orli, rince. i Srteaaaar iluenavi ma I Stsaaiar An Soeener Ou \ s 17 i Steiaaer Crihtol HJB "Buea i ve le le juin I S^ "Ancon* le ju Stea 8Wa Sfea %  teaner S'eaaaii i< 11 ii i i ar 'uuayaqi ir tr ••Cri er "Buenavi i Aucon' c i i •uayaqi 12 j lillet Panain.i Railro tmi mai 1932 5 m i 1" m i 1932 i le 29 n ai 1932 '. juin 1032 • juin 1932 juin 1932 nin l32 l juillet 1132 Il 1932 18 juillet 1932 ROY de sucres. N J 2027. GRAItD'RUF en face de son ancien local. Les Clients y lrouveront"le^mme accueil. BON MARCHE. CELERITE, GOURTOISIE. Martinez, Marcelin & C 1 Loterie Nationale d'Hati 41 •, Rua Bonne.Fol, Phone':' 335*2 Jas il. ( ( \ en I %  ^•• %  ^ >.. %  *-f. Lykcs B >lh Taxas -Hai! Le seal servi Itoft aatra les p ren-au-Prince, fur 1.1 rc tm^ortetioas, LIN F. Les pi Me;,mer SU anu r i Vi i > ei aJuraau.-Rae lu Magasin de !'£! PHOGRS NOUVEAU RHUM hOLVbAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE Claifin Vierge XAZON [ BES RUES §W PtyPLE ET FEROU PHOKE: 3IM. in La Loterie Nationaled'IIati est une inslitetiaa hautement humanitaire par la mnJtip d'eeuvres qu'elle se propose d'aidfr, une chance da b' lre offerte aux hommes de toutes conditions de fortune Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Arlisns, Salaris tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans p'* leur budget moyannant deux goudes, peuvent gagner tret %  aille geurdes. Patrons de Commerce,Chets*



PAGE 1

Clment Magloire ^_ DlRfiCTiLlrt" •m HUE AMER1 AINE 1: TELEPHONE N # 2 242 Jtnquc h triifM IM eer%  M i M | I aiilr, sur iiR tHfi ou unf iutiilliM, ''m r*t laii IN ertt%t, e raaterite i( la rallia tt me:ANNEB'iN 765i> — %  POKT-AC-1'iUNI ... SA A\lUf. ivfrt RVE et RALIT N'OUBLIEZ PAS DE — 0 Nous sommes la quatrime semaine de la session lgislative. Jusqu'ici, il faut bien le constater, aucun travail utile n'a t entrepris par les Chambres. Il faut prciser que rien ne leur a l encore propos par le gouvernement, (.nr c'est le rle de celui-ci, administrateur de !a rhose publique, de fournir telles l la matire de leur travail. prcisment, cette mitire urnble (aire dfaut. On a remarqu que le Ca niuct n'tait pas press de i,tendre contact avec les Chambres. Il a attendu trois pfunt 1922 avant le dlai prvu pour cette opration. i Il y a lien, ce sujet, de faire deux remarques. D'iM bord, c[est le gouvernement amricain qui a accept le principe du rachat avant leI poque prvue. Il reste 1rs | porteurs, les vrais intresss, dont on ne connat pas le I senlima.nl. Ensuite, si on ne peut avoir 1rs fonds ncesastres pour procder cet'e opration, l'acceptation du gouverne nei t des Etats-Unis et aussi bien celle des porteurs, n'auront pour n o u s aucune consquence pratique, demeure donc que le VOUS RENDRE A Pf7 ESOIR J ill y a vingt c ; is LJE M ;' SITI : vous p( rezds heu O res agrables nu milieu „,. dune socit choisie, et dis>e maines avant de faire le d-, succs du gouvernement ha • i • f pot-prvuparla Constitution tien, jusqu'ici, est seulement i lltlHHCC dans les huit jours de loutliorique. Ce qui a t obtenu I ** verture de la session — de l'expos gnral de la situation, du budget et des comptes gnraux. A l'occasion de quoi, M. Rauipy a prononc devant la Chambre un petit discours clich qu'il a rpt devant le Snat. A la bonne manire d'autrefois, il a lait appel au pairio'isme clair H des reprsentants du Munie. n'est pas une solution. En marquant ceci, et il est bon qu'il le soit, dans un but de clart et de franchise, n us n'entendons pas con'esler l'eflort qui a abouti cela. ,a frontire par des lvoltes Mais il ne faut pas exagrer. dominicains ei fuite. Il y a Et on fait plus qu'exagrer, (, i ( nc nne rvo'utio.i dans lorsque, comme L'ACTION XA *'* lst JTIONALE, avec une ardeur na~~ Le magistrat communal i vement partisane, on accuse un Cap-Hatien pensai l'recI on ne sait quels politiciens de tlon dl,n Htel de fille. Trois Mais qu'est-ce que le ca--' quelles tractations pour conP !" ont t soumis. ( 1 1 enbinet cornpte-t-il Soumettre trecarrer les entreprises divisa S e un emprunt a terme leur examen ? | plomatiques du gouverne\ P our couvrir les dpenses de Les journaux of fi : i eu x < ment national. Une pareille avaient aunonc de grands accusation est pour le moius projets en prparation et qui un acte de lgret. Ce que Ion pense et que l'on dit, l'ide du rachat de notre emprunt amricain part d'une haute inspiration patriotique. M is cette opration est conditionne par un nou vel emprunt extrieur dont on ne prvoit pas encore la possibilit. Nous sommes, devaient apporter une amlioration certaine la situation du pays A la vrit, depuis le discours du Cap, on tait lixsur les vues inconstructives des hommes au pouvoir. Plutt, on s'tait confirm dans uue opinion dj existante et ebaq le jour J — Aux Cave,le sal ire des Cjiefs d'quipes des travaux publics a l ramen de 4 .gourdes psi jjur I gon Je 90centimes. Ils ont quitt le travail. Et ils n'ent pas lort. dmontre par l'inaction des 1 pour l'un et l'autre, dans le domaine du rve. Or, il faut gouvernants. Mais il y a eu, le jour mme o le Cabinet dposait la Chambre l'opos de la situation, l'unuonce d'un grand succs gouvernemental. Il consiste en l'accepta* tion de principe par Washington du rachat de l'erades ralits dans le cas d'uu pays dont l'conomie subit une dpression continue. No is ne pouvons vivre de beaux discours et de beaux soriges. De grandes penses et de grandes esprances, il taut passer l'art on. CHOS —• — — On ne s'explique pas le retard apport jusqu'ici la prsentation aux Chambres du projet de loi accordant le crd't ncessaire pour frais de voyage de nos athltes — Cator et Tliard—qui doivent prendre part aux jeux olympiques. Cette grande runion iutematiodale aura lieu "(Rpublique qui est son Prmoisdeiuillet prochaiD.Alors? .gjjgQt d'honneur, en vertu — !.e4 n.ai prochain, ?o [d'une disposition statutaire, musum d'anatomie de l'E-1 —/,e/\///s rapporte un trait tle de Mdecine, aura lieu •humanitaire de Mr Lamore la remise solenuelle des di" j^ all q,,^ rencontrant une pepsines aux lvesg-mies m a' t j, e (i|| e *j e 8 10 ans abaisse au bord d'un trottoir, et credi matin, inviter MM.Seymour Pradel, Lon Nau et David Jeannot, Snateurs de l'Ouest, l'accompagner dans sa visite Jacrael. — Il y aura une exposition industrielle, les 1er et 20 mai, an local du service national de l'enseignement protessionnel, place de l'Indpendance. — Le Bureau de la Socit d'Kclion Sociale a t reu mercredi en audience partimeulire par le Prsident de la lort chargement d'armes ,. c'est' uni de munitions abandon et : de tr un ; avant-postes hatiens I %  • %  %  ., ; I de 10 l ii mre. 11 propose qi c u omm il irtir '•' h urcs du m itui. 1 a a es des modicatious, essions el admi qui ont donn lie | Is assez vjts, les 42 articles lu rglement sont rots. noter un incident entre les dputs D iou et Chtelain a ird de la facult pour leur de parler aussi Ion ment que possible. Ch ; tain prtendait qu'on ne doit pas parle r plus d'une demiau contraire de qu'affirmait Piou. Des allusions plus ou moins directes ayant t laites par Cbatel a Piou, ce dernier y rpo idif, {bruits rumeurs dans lauditoire ). L'iucideot fut d clair clos par le Pisident. Les articles 25, 26, 27, 28 sont supprims. Les 42 arti• i du projet de rglement sont votes. Assemble Nationale Constituante — Sance du ?<* Avril 1932 Jades de la classe 1 ( J32. La crmonie sera prside par M. le Secrtaire d'Etat de l'Intrieur. Au Cap-Ha lie o,l a police applique, contre les immigrants dominicains, la loi Michel-Oreste qui ex'ge une caution de trente dolhrs aux trangers qui viennent en Hati-Ce n'est pas seulement au ( -p Hatien et contre les Dominicains que cette loi doit *'re applique. D'octobre 1931 mars 1932, il y a eu, l'asile des alins, "l6cxeats et 9 dcs, f aprs une communication nu directeur-gnral du ee d'Hygine notre co • lrea L" Temps . i Hati-Journal intorme i : %  observation. La | ropos ou Chtelain est voti L'article 3 ain-i amenda irte a sst raie en discussion itke un l' e Snateur Pricc-har La Chambre et son personnel La Cli imb r ,, vot mei une di | n additionnelle -•s rglements, par laquelle elle Iroye la lut ull de renouveler, chaque lgislalui e, le i sonnel de son secrlarial adi nistralif. C'est certainement le il'oit de la Chambre de votei toutes dispositions rglementaires qui lui plaisent. Mais ou peut trouver mal \ n celle-l. On a trep ivenl et si ju dment criliqiu les l'rquents changements • ionnel admini chaii • ils q u i dira l'ellicience de notre adm lion.C'esl la dure la fonction |ui l'ail la comptence <\u lonclionnairc. La Jhambre n< K roil |>js qui veut, chaque li st--dire chaque i ou quatre ans, rfoi mei son personnel. I j on n'y manI lera pa s... •ni adminibtratil i inenlaire m ra-t-il .' Cela esl douteux. El il esl e que cette considration importante ait ( happ i nos lpuls. Se doutent-ils que M. Eugne Pierre e i rest prs d'un demi le secrtaire-gnral c'est ire hel des Bei \ ices admi nistratil! de la Chambre tram El que d'Ile longue eau i lui a permi i d'< rii e un ti i bre de Droil parlement qui ne doil pas li i ini quelquea-una de la Chambre V il PASTILLES MIMATON ijLyiMr ai Lxo,'. da££kt I leui t ml un gentit aii de fle foraine ce quai L'U.S.S.H. et les Jeux Floraux —• AO/JS /,-, M; /_ nsieui n-, i œuvre, i venons, uu i n il y, e r< \\c fte en | Il > que le ilimam 1 lifiiic-, de I n a n il es t is le baul patron I • ici II l'i s'ui la Kpublique.Pn : 11 rieur de I U.S S.H. I. produ ro il enl | a •u> sur liniliative du lent Vincent, pour la n ii muiiK M Iii tori i Veuill i | ( Din eleur, gratitude et d d i s t i n g 11 J^oui le l s.s.il rc I : !;. ... vu .. i'.u > ,ai nt -e l'%¡ •Ville ni i.vent fout Porl au, oit. un i auvif dia, lOQl 1 ni, %  i i nt i i i p pier II mt : pei une. i, Unit % %  '' • i! VPine i %  :M ocer qu'il 111 i par l'arrive 'l'une | h m ,., j ( BU| .. ( )u se n it ba I t. CO unie le sou I cl) Mil >'. ba [nf| i heure charmante. .. a vu avanMner au < h imp i loir %  une • a tais tous cii i| on NoTRi ompta ii in. N c i bes, COI 1 i usles s'ci IQI ouvert, < un ancien [lu i a ses i es. ii a'as c ipturer s. na se 1 n' leui noi me lui Bue (liiissp. traord rea qui a'aui s (loin.. rsultat ': vention c/.\>\ ime i • pal pi op ttaire du bar cei de la PI i e Deasi" vi aie scne de cin i ma. # ident. L agronome Ajax Franc M. Ajax Fri ni une i i Ser\ i agricole. Il coi i oy ge, ca in tour dii i Papa lli %  lil-Gove ;. ai li anc (J i %  il Man : il est a 11 tienne l'agronome \y.\\ i m moins poui quel a ce dernier district, c'< dire Piion-Ville qui 11 : I i! .i quels, An m I |iii est assez. V isle, suflil plem i une LE MAI i direcl du Servit e Tech u I lemenl de \ ; : ullure pi u re de la pi : c dration, demande pourquoi, depuis deux ans, il n' ( p a8 ,.„ a lire de bulh lin communal quand d'aprs les dispositii us fornelles de la Loi, lea procs* verb ii lea compte dea conseils communaux doivent tre, tous les troia ois, iv,\* Jus publ ... a v,i la bonne grce et uent que met John a clients. il un charme. Aussi demie* lrance J son mage* MII, (ju il s'agi ma de radio, d ar • ri, d'a cessoirea le, de lamj ea ou de btcy • a•.>c plaiaii dans la i >e 111' rclame d'A* n rouge, a'il voua i flainboyanlea qui i le d Or : me mer* mond • Cela, par HOMMAGE A ARISTIDE Terrace Garden Ce Soir Al U t ad i i roupi n; sationnel !... i cances, di lgisla* m ont lieu dciiiain ici a Parlemenl Iran* %  i uu upi nie hummoire de Briaad, Il a vol uu projet de le gouveril que le ci* Mil H bien la Pli %¡ natio< fluitiv< dea grands lus s soi pavs et .i l'hui i ai l'illustre tal 'ini lut le grand aptre de la paix des peuples. (( %  RDI ODE i aS COCOTIERSJ i! m riQUia te. 1 m. des 'J, :,. % ^A


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06992
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Saturday, April 30, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06992

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
^_ DlRfiCTiLlrt"
m HUE AMER1 AINE 1: -
TELEPHONE N#2242
Jtnquc h triifM im eer-
m i M | I aiilr,
sur iiR tHfi ou unf iutiilliM,
''m r*t laii In ertt%t, e raaterite
i( la rallia
tt me:ANNEB'iN 765i>


POKT-AC-1'iUNI ...
SA A\lUf. ivfrt
RVE et RALIT
N'OUBLIEZ PAS DE
0
Nous sommes la quatri-
me semaine de la session l-
gislative. Jusqu'ici, il faut
bien le constater, aucun tra-
vail utile n'a t entrepris par
les Chambres. Il faut prciser
que rien ne leur a l encore
propos par le gouverne-
ment, (.nr c'est le rle de
celui-ci, administrateur de !a
rhose publique, de fournir
telles l la matire de leur
travail.
prcisment, cette mitire
urnble (aire dfaut.
On a remarqu que le Ca
niuct n'tait pas press de
i,tendre contact avec les
Chambres. Il a attendu trois
pfunt 1922 avant le dlai pr-
vu pour cette opration. i
Il y a lien, ce sujet, de !
faire deux remarques. D'iM
bord, c[est le gouvernement
amricain qui a accept le
principe du rachat avant le- I
poque prvue. Il reste 1rs |
porteurs, les vrais intresss,
dont on ne connat pas le I
senlima.nl. Ensuite, si on ne
peut avoir 1rs fonds nces-
astres pour procder cet'e
opration, l'acceptation du '
gouverne nei t des Etats-Unis
et aussi bien celle des por-
teurs, n'auront pour n o u s
aucune consquence pratique,
demeure donc que le
VOUS
RENDRE
A
Pf7
ESOIR
J
ill y a
vingt c; is
Lje M ;' .
siti :

vous p( rezds heu
O
res agrables nu milieu
,. dune socit choisie, et dis-
>e maines avant de faire le d-, succs du gouvernement ha i f
pot-prvuparla Constitution tien, jusqu'ici, est seulement i lltlHHCC
dans les huit jours de lou- tliorique. Ce qui a t obtenu I **
verture de la session de
l'expos gnral de la situa-
tion, du budget et des comp-
tes gnraux. A l'occasion de
quoi, M. Rauipy a prononc
devant la Chambre un petit
discours-clich qu'il a rpt
devant le Snat. A la bonne
manire d'autrefois, il a lait
appel au pairio'isme clai-
r h des reprsentants du
Munie.
n'est pas une solution. En
marquant ceci, et il est bon
qu'il le soit, dans un but de
clart et de franchise, n us
n'entendons pas con'esler
l'eflort qui a abouti cela. ,a frontire par des lvoltes
Mais il ne faut pas exagrer. dominicains ei fuite. Il y a
Et on fait plus qu'exagrer, (,i(nc nne rvo'utio.i dans
lorsque, comme L'Action Xa *'*lst *
Jtionale, avec une ardeur na- ~~ Le magistrat communal
i vement partisane, on accuse un Cap-Hatien pensai l'rec-
I on ne sait quels politiciens de tlon dl,n Htel de fille. Trois
Mais qu'est-ce que le ca--' quelles tractations pour con- P ont t soumis. ( 11 en-
binet cornpte-t-il Soumettre trecarrer les entreprises di- visaSe un emprunt a terme
leur examen ? | plomatiques du gouverne- \ Pour couvrir les dpenses de
Les journaux of fi : i eu x < ment national. Une pareille
avaient aunonc de grands accusation est pour le moius
projets en prparation et qui un acte de lgret.
Ce que Ion pense et que
l'on dit, l'ide du rachat de
notre emprunt amricain part
d'une haute inspiration pa-
triotique. M is cette opration
est conditionne par un nou
vel emprunt extrieur dont
on ne prvoit pas encore la
possibilit. Nous sommes,
devaient apporter une am-
lioration certaine la situa-
tion du pays A la vrit, de-
puis le discours du Cap, on
tait lixsur les vues incons-
tructives des hommes au
pouvoir. Plutt, on s'tait
confirm dans uue opinion
dj existante et ebaq le jour
J Aux Cave,le sal ire des
Cjiefs d'quipes des travaux
publics a l ramen de 4
.gourdes psi jjur I gon Je
90centimes. Ils ont quitt le
travail. Et ils n'ent pas lort.
dmontre par l'inaction des 1 pour l'un et l'autre, dans le
domaine du rve. Or, il faut
gouvernants.
Mais il y a eu, le jour
mme o le Cabinet dposait
la Chambre l'opos de la
situation, l'unuonce d'un
grand succs gouvernemen-
tal. Il consiste en l'accepta*
tion de principe par Wa-
shington du rachat de l'era-
des ralits dans le cas d'uu
pays dont l'conomie subit
une dpression continue.
No is ne pouvons vivre de
beaux discours et de beaux
soriges. De grandes pen-
ses et de grandes espran-
ces, il taut passer l'art on.
CHOS

On ne s'explique pas le
retard apport jusqu'ici la
prsentation aux Chambres
du projet de loi accordant
le crd't ncessaire pour frais
de voyage de nos athltes
Cator et Tliardqui doivent
prendre part aux jeux olym-
piques. Cette grande runion
iutematiodale aura lieu "(Rpublique qui est son Pr-
moisdeiuillet prochaiD.Alors? .gjjgQt d'honneur, en vertu
!.e4 n.ai prochain, ?o [d'une disposition statutaire,
musum d'anatomie de l'E-1 /,e/\///s rapporte un trait
tle de Mdecine, aura lieu humanitaire de Mr Lamore
la remise solenuelle des di" j^all q,,^ rencontrant une pe-
psines aux lvesg-mies-ma- tj,e (i||e *je 8 10 ans abais-
se au bord d'un trottoir, et
credi matin, inviter MM.Sey-
mour Pradel, Lon Nau et
David Jeannot, Snateurs de
l'Ouest, l'accompagner dans
sa visite Jacrael.
Il y aura une exposition
industrielle, les 1er et 20 mai,
an local du service national
de l'enseignement protession-
nel, place de l'Indpendance.
Le Bureau de la Socit
d'Kclion Sociale a t reu
mercredi en audience parti-
meulire par le Prsident de la
lort chargement d'armes ,. c'est' uni
de munitions abandon et : de tr un
; avant-postes hatiens I ., ; I de 10
l ii mre. 11 propose qi
c u omm il irtir
'' h urcs du m itui. 1 a
a
es des modicatious,
essions el admi
qui ont donn lie |
Is assez vjts, les 42 articles
lu rglement sont rots.
noter un incident entre les
dputs Diou et Chtelain a
ird de la facult pour
leur de parler aussi Ion
ment que possible. Ch ;
tain prtendait qu'on ne doit
pas parle r plus d'une demi-
au contraire de
qu'affirmait Piou. Des allu-
sions plus ou moins directes
ayant t laites par Cbatel
a Piou, ce dernier y rpo idif,
{bruits rumeurs dans laudi-
toire ). L'iucideot fut d clair
clos par le Pisident.
Les articles 25, 26, 27, 28
sont supprims. Les 42 arti-
i du projet de rglement
sont votes.
Assemble
Nationale
Constituante

Sance du ?<* Avril 1932
Jades de la classe 1(J32. La
crmonie sera prside par
M. le Secrtaire d'Etat de
l'Intrieur.
- Au Cap-Ha lie o,l a police
applique, contre les immi-
grants dominicains, la loi
Michel-Oreste qui ex'ge une
caution de trente dolhrs aux
trangers qui viennent en Ha-
ti-Ce n'est pas seulement au
(-p Hatien et contre les Do-
minicains que cette loi doit
*'re applique.
- D'octobre 1931 mars
1932, il y a eu, l'asile des
alins, "l6cxeats et 9 dcs,
faprs une communication
nu directeur-gnral du
' ee d'Hygine notre co
lrea L" Temps .
i Hati-Journal intorme
st all personnellementfmer-
n'ayant pas ma
ng
depuis la
veille, U prit dans une voi-
tuie, l'emmena chez lui o
on lui servit manger et la
reconduisit chez ses parents.
Le beau geste n'tonnera pas
ceux qui counaisseul :
mm due de uo'
ame
la belle
re vieil
Nau.
A ont
ami Laurore
_ hi Phalange du
rapporte que quatre Donaini
arms de pud en cap,
dit re des oficiers
ont t, u-
d'un exi''1' d
la r-
rniini-
a
tains,
qu'on
traves'is,
nuisit on
cain, rrrts et emprisonns
au Cap-Hatien o ils s'taient
n.ius, parait-il, pouraccom
li quelques mauvaises ac-
tions sur des compatriotes
__ Le mme cuutrei
gnale qu'il
arsenal de Oaaoam
A dix heures 20 min
l'appel nominal ayant tait
constater la inajoi it, la san-
ce est ouverte. Les procs-
verbaux des 26 juillet 1931,
18 Avril 1932 sont lus et
sanctionnes par l'assemble.
Le 2' point de l'ordre du
jour amne la lecture de la
correspondance. Il n'y t n a
pas.
Le Dput Chtelain lit le
rapport de la Commis-ion
charge d'laborer le projet
de rglement de la procdure'
suivre pour la revision
constitutionnelle.
Des copies du projet de
rgle.iieut ayant t, dit-il,
distribues depuis avan'-li 11
aux membres de l'Assemble,
il demande le vote immd a
des conclusions du rapport.
Lie qui est adop..
Lecture est donne du pro-
iel de regltmtnt qui com-
porte 42 articles.
On passa au vote des arti-
cles. Les articles 1, 2 sont vo-
tes. A l'article 3, le Snateui
l'ombrun propose une mo li-
lication qui est mise m dis-
cussion.
Le Dpute Blizaire prtend
que la pioposiiion Fon brun
est tuiile <-t qu'il n'y a pas
lieu d'ajouter le membre de
phrase propos par le sna-
teur, qui donne de nouvelles
explications. Le Dput < lia-
telain propose une niod fica..
tion I" mendment I om-
I) un. Le Dput Piou I >i:
observation. La | ropos ou
Chtelain est voti
L'article 3 ain-i amenda
irte a sst raie en discussion
itke un l'e Snateur Pricc-har
La Chambre et
son personnel
La Cli imb r ,, vot mei
une di | n additionnelle
-s rglements, par laquelle elle
Iroye la lut ull de renouve-
ler, chaque lgislalui e, le i -
sonnel de son secrlarial adi
nistralif. C'est certainement le
il'oit de la Chambre de votei
toutes dispositions rglementai-
res qui lui plaisent.
Mais ou peut trouver
mal \ n celle-l. On a trep
ivenl et si ju dment criliqiu
les l'rquents changements
ionnel admini
chaii ils q u i dira
l'ellicience de notre adm
lion.C'esl la dure la fonction
|ui l'ail la comptence <\u lonc-
lionnairc. La Jhambre n< K
roil |>js qui veut, chaque l-
i st--dire chaque
i ou quatre ans, rfoi mei
son personnel. I j on n'y man-
I lera pa s...
ni adminibtratil
i inenlaire m ra-t-il .' Ce-
la esl douteux. El il esl !
e que cette considration
importante ait ( happ i nos
lpuls.
Se doutent-ils que M. Eugne
Pierre e i rest prs d'un demi
le secrtaire-gnral c'est
ire hel des Bei \ ices admi
nistratil! de la Chambre tram
El que d'Ile longue eau i -
lui a permi i d'< rii e un ti i
bre de Droil parlement
qui ne doil pas li i ini
quelquea-una de la Chambre V
il
PASTILLES
MIMATON
ijLyiMr ai Lxo,'. dakt
I
leui
t
ml un
gentit aii de fle foraine ce
quai
L'U.S.S.H. et les
Jeux Floraux
-
Ao/js /,-, M;/_
nsieui n-,
i uvre, i
venons, uu i n
il y, e
r<
\\c fte en |
Il > que
le ilimam
1 lifiiic-, de I
n a n il est
is le baul patron
I ici II l'i s'ui
la Kpublique.Pn : 11
rieur de I U.S S.H.
I. produ
ro il enl |a
u>
sur liniliative du lent
Vincent, pour la n
ii muiiK m Iii tori i
Veuill i |(
Din eleur, !
gratitude et d
d i s t i n g 11
J^oui le l s.s.il
rc I : !;.
... vu .. i'.- u > ,ai
nt -e l'-
?Ville ni i.vent
fout Porl au-
, oit. un i auvif dia-
, lOQl 1 ni,
i i nt
i i i p pier II
mt
: pei une.
. i, Unit
'' i! vp-
ine i :m ocer qu'il
111 i par l'arrive
'l'une | h m ,., j(. BU|
.. ( )u se n it
ba I t. CO unie le sou -
I cl) Mil >'.
ba [nf|
i heure charmante.


.. a vu avanMner au < h imp
i loir , une
a tais tous
cii i| on
, NoTRi
' ompta
ii in.
n c i bes,
COI 1 i us-
les s'ci iqi ouvert,
< un ancien
[lu i a ses
i es. ii a'a-
s c ipturer s. na se
1 n' leui noi me
lui Bue (liiissp.
traord rea qui
a'aui s (loin.. rsultat
': vention c/.\>\ ime i
pal pi op ttaire du
bar cei de la PI i e Deasi"
vi aie scne de cin i
ma.
*
#
ident.
L agronome
Ajax Franc
M. Ajax Fri
ni une i i Ser\ i
agricole. Il coi
i
oy ge, ca in
tour dii
i Papa lli
lil-Gove ;. ai li anc (J i

il Man :
il est a 11
tienne l'agronome \y.\\ i ,
m moins poui quel
a ce dernier district, c'<
dire Piion-Ville qui 11
. : I i! .i
quels, An
m I
|iii est assez. V isle, suflil
plem
i une '
Le Mai i direcl
du Servit e Tech u I
lemenl de \ ; : ullure
pi u re de la pi : c
dration,
demande pourquoi, de-
puis deux ans, il n' ( pa8 ,. a
lire de bulh lin communal quand
d'aprs les dispositii us for-
nelles de la Loi, lea procs*
verb ii lea compte dea
conseils communaux doivent
tre, tous les troia ois, iv,\*
Jus publ
*
... a v,i la bonne grce et
uent que met John
a clients.
il un charme. Aussi demie*
lrance j son mage*
mii, (ju il s'agi ma de radio, d ar
ri, d'a cessoirea
le, de lamj ea ou de
btcy

a.>c plaiaii dans
la i >e 111' rclame d'A*
n rouge, a'il voua
i flainboyanlea qui
i le d Or
: me mer*
mond Cela, par

HOMMAGE
A ARISTIDE
Terrace Garden
Ce Soir
Al U t ad
i i
roupi n-
; sationnel !...
i cances,
di lgisla*
m ont lieu dciiiain
ici a Parlemenl Iran*
i uu upi nie hum-
moire de Briaad,
Il a vol uu projet de
le gouver-
il que le ci*
Mil h bien
la Pli
? natio<
fluitiv< dea grands
lus s soi pavs et
.i l'hui i ai l'illustre
tal 'ini lut le grand
aptre de la paix des peuples.
((
RDI ODE
i aS COCOTIERS-
J i!
'
m riQUia
te.
1 m. des 'J, :,.

%
^a



M i 30 Ai
MkMMI
Propos
humides
Le pro ilino |
t: i..
MO fl
> :
k| tue, <
..,.,.I ttes. Luc U " T" '"
mnque pa ,0i'-
M une conlribu
ue
uni d'un moisd poimciii
rliiqnei il yen i
col! i 1" ou le se* l;
,,.- tiet el 1res ils, ,e
luaich.Je crois qu
le vouloir ne I ' le
aouvoii |H'U1 ""
iiutre pi
Volstead d< aux
LtaU-l nis, avec le tri
;,>-, humides au* i
veinbre prochain ,
poaerions-nous i i """/'
>ue pai livraison U sa d
nilUMSABTHI
nuivalani au chi 'P"' nous
devons aux hvai
FAIBLC
OLBtLI
Dpwez < otreSang
i la
CUROMAl-
. *- T
Cui omi.
1
Cin-laldy
V. Comeau-Montasse & (>
A j ents
313, Rue des Fronts-Forts.
DEMAIN SOIR
4 BEURESI a
L'Occident !* WfJI^JSK,
d'api es le i bre roman de Kialermiecker vec Claudia V.c'nx. | | J ^ J_l_i
I ncien Delssct h .laque Catelain.
Entre l O.K); Balcon : 1,00.
A 8 UE'JRES i
De la Gull, de lAngoisse. En grand film avec la belle arlisl*
Suzy Vernon :
Paris Girls

QUI uMH
avec Es lier Kiaa, Jeanne Hrindeau al Frrnand Fabre.
Intie : '2, 3, 1 gourdes

eu. .
a Dtfritw
SIROP dB
DESCHIENS
Buoglobfue *
chi ;
avis mail i lAvis de divorce
Le public cl le i
m ut avises que i
lus respons s actes
et actions de n on *1 ouj
Casimir Aristide, pi ir mau-
vais Iraitementa, injure
ves et pubUques.en a tendant
qu'une action en ll"
suit intente.
Port-au-Prii ce, i. 29
1932.
Mme Casin ir Al
ne 3rni< i UACI NE.
VNEMENT SENSA- j
TIONNEL, DEMAIN SOIR
Inauguration du film par-j
font franais :
Cin-Varils
L
" .1. soussigne, Madame Lon
lune Mil rie i' r
,. oita Brntus,dclara
au public il au commerce en
particulier n'tre plus res-
ponsable des actes de son
mari, Mr l.ou Cayard, poui
mdonSdepuis cinq
e et injures|
I ai lion en divorce
lCN lre inlente inces-
samment.
,\ rt-de-Paix,le 21 avril 1932
Mme Lon i AYARD
ni Marie Genita Biulus
LA nuit sest;a nous
Tir de Mstterlh ck interprt parla jeune
Marie Bell
de la.Comdie Franaise et le beau
Jean Murt.
f.


|fl CIUlllip il .i > uni- .,...-
iviateui Lon 1). Pai ait
mrroler la ville. Ce tut mie :
Jeudi malin.il \ avait foule
an champ d'aviatioi

fii
belle exhibition.
i l'atterri!
d'coliers'de Si Lou de i
zsguc, conduits par i s Pr e ,
otint une belle gei h a Paris,
ancien lve de Saint Louis.
J'uis une palme ei i oban
aux couleurs nationales lui
lut remise par Mr. Maurice
Rivire qui, au nom de ses
anciens condiscipli lui ex
prima leur admiration.
Le soir, au kii du
Champ de Mais, coin erl
son honneur, i ar la musii
de la eu maastro Occide uty
loule nianife el sn
satisfaction en appl i lisi
Chaleurecseme.it m lie avia-
teur.
Ajoutons qu
nanebe il si i
Il ne pourra pas >
lente d'un W nain
aie.
Victor Gastel
INGNIEUR LECTRICIEN
].,,,!, 0y la Compagnie
|f, i de 1909 L92V
i i ice pour ins-
Salli d'clairage, de mo
leurs, rparations de ventila-
,i repasser, delcos,
rll intresss de Port-
lU des autres villes
de la I publisnie. .
A,liesse: Bue des fliracles
N'o 121, a i t de la Banque
le.
. m c mire accid snl
r o iion Li-
j F. m ri"
\,_,. ^rp} pour Hali.
et l'on s< ra charm le voir Fer-
mnd Fi br, Cyril d Ran say et
Norman S. !by".
t a d< coi s e Paria Ci i i Is t
ont magnifiques el viais.lar-
. piion d( l'Impratriee chtz I s
Byona, Us scm s du dancing,i
celli s lournces boni du yacht,
la soire du Casino sont des
;., |*d'cB ivre d'lgances Iran-
v.iises. Paria Girls spra l'an
,)es arands et beaux films de
l'anne.
* Le Rosaire l
Frachement arm *ZJl*ffJg^^.
Chef Simon VIEUX,*E. DtBLIX. ,
Alphonse tsir. Llio Bailly.
A & F. Me CUFFIE ( onavss ).
ii in di-
,1 ci
ri ir,
*.,llenis-
t ne
LES RAISONS D'UN iUGlOE

(pamlo wpersroaclioa
' ., IUITIAXA, a\ec la brlle
iulisi"' Sozj Venta
Pari Girls
m
di
i e n
A l'ge d< n1. ans,
inglaise s't tl su
ven le plui ei| di .
elle p< ur qi un i li ' d<
vivants s tle g
Dans ure lettre i
r\,t-l du bureau d<
donnail las rai i
fBl,-(> dterminai
.le me lue parce l" le
montant da mes rei a dimi
ou; 2 pera que U i qui
habitent l'apparb ' su-t
nuis du mien jouen lu piano
toute la m u ; ' pat
|.fcunil*d< mo
i.:i premire i I
raison sont lortd mais
la s, conde? N esl
1 in esl
oienl

di u- La D rnii i
. am Pans

Girl '
a eue ap-
m au mou-
I
sorte,
1 !re dej
v !
/ ris Girls sera pour Suzy 1
; i uv u Irit niphr. I
Auprs de la \ denxj
piem .rs don e h i-
i .i lait
l ; ois com-
srel
le per-
rind le n arlyr, i ,' mr f
iubir,!. quiieiaissa
ra(8 de i d d
qui apprend le p | rne.
I lr lola dtlfi-
!cib tsttale
ice
uni
lece-
deul en mu aixil s tminins
\ louer
Petite maison ru Beia
ug Contort >'
ireaser,poui tel litione,
Mr Ussade.
Devant un 1res nombreux pu-
blic, o si' remarquaient les re-
prsentants les plus distintfus|
de nuire socit, Madame Jac-
queline Wiener-Silvera et sa
lioupe onl reprsenteinsi qu'il
ivail t annonc, avant-hier
jeudi, a Varits : Le Bosaire.
nu un triomphe.
lu drame pa I. eu 1
actes, interprts magistrale-
ment par des acteurs de talent,
le vrais acteurs, el qui a re-
mu bien des i icurs.
... Un soir, elle chanta la ro-
mance Le (iosaire.l'A d'une voix
,i pure, si tristement belle ...
;.m. qui l'avait cout, le :ui
dtatllant.en devint amoaieux...
imoui eux perdu... II le iu\ a-
votia. Mais une diffrence d'ge
,, grande : ... I ui, \ ingt prin-
tera| la Reur i\c l'ge.et elle...
plus jeune Elle lui pramil de
reflet hir... Malheureuse (Jue
ne Pu accordais-tu la main,
puisque, toi aussi, tu l'aimais 1...
Grais! ( de Catalogne ), au
cours d'une partie de- chasse,
-si ru lime d'un accident. Il en
perd la lumire. L'affresx tor-
ture <\? ne jamais plus voir ceux
me l'on aime !
lane ( Mme SiUera ) apprend
le malheur desonami.Elle pleu-
re.SoUS le nom .le Kose Maru-,
elle se rend chez Grald. D'a-
bord garde-malads #le oelui-ci,
elle en devint la secrtaire.C'esl
aussi une confideute et une
unie. De quelles paroles ten-
dres elle charme la nuit opa-
que, la nuit affreuse de l'aveu-
- : oh 1 Cette veux, cette v< ix
le femme, qui adule le ualbeu-
i eux l
Elle dpouille ausai le cour-
rier de Grard. L'aveuglp palpe
le- letlres.tchanl d'eu deviner.
d'aprs le lormal des envelo|>-
Lirs auteurs. II y russil
Mie mal. I .i il a tout
,1s suite d lecelle-
e Mai i d-
-i sur le bi
Lise/, tout le suite, dit-il,
c motion, la serlaire-
en la lui U ndant.
.lune essuie un pleur.Et d'une
voix qui menace,* chaque phra-
sc.de s'altrer par des sanglots,
elle lit... une longue lettre :
... -le vous ai bien aim...
Pardonnez-moi. .Ecrivezce seul
mot : venez... El j'arrive...
JiXI.
Sur une feuille de papier,
11 mine il le lui ordonne, elle
c'cril le mot : venez...
Mais voil qu'elle s'clipse. I
la cherche... Il l'appelle... ren-
versant les meubles... O dses-
poir elle est partie...
Non. Du clavecin qui se trou-
ve dans la pice, elle lire des
notes mlodieuses. l'Ile chaule
/.< Rosaire, De ua vaix belle,
belle el triste.
Celait vous, Jane...
t
A part Mme Jacqueline Wie-
ner-Silvera et Mr Grard de
Catalogne, qui tenaient les rles
pritn ipaux, el qui fut ent loua
deux impeccables, nous devons
citer MM.D. EIeurlelou,Pressoir,
Mme Sylvie (une duchesse pa-
tante ). qui se sont taills cha-
cun un joli succs.
pour tous ceux qui n'taient
P n Varits jeudiet pour ceuxi
L'EXCELLENT ZLIFEBLOY NETTOIE. SA
MOUSSE ANTISEPTIQUE DTRUIT LES
GERMES. VOUS AUREZ BESOIN DE SA PRO-
TECTION.
LIFEBUOY
LE SAVON DE Lh SAN IL
POIR HlNl, fIGIRES ET IAWS.
MOHR LAURIN, P. O. BOX Ma. Dislribuetan
RueRoux et du Centr, Port-au-Prince.
qui y taient aussi), nous de-!
mai: ions a Mme Sdvera de re-i
jouer Ijt liosaire. Une si belle
pice,interprte par de si beaux
talents, esta voir et revoir.
HENRY STARK
1E10 QUAI, EN FACE DE L GARE
T erres \ilwdt toutes dimensions pour vitriDes el
eadrements.
t ilres spcialea pour autoa
Titret ordinaires 1/4 pouce paisseur'pour autos ci eu
loirs.
Grand choix de kulurm pour{cadres.
Lampes de nuit.
La maison rpara aiasi las' aaireira tacks.
..* ,%.
IH^HMslltlalfllWI smvWKHatNilil
Toutes les Polices
OE LA
^comprennent la Protection contre^
Foudre sans auqmentation de tau*]
M


Aqents Gnraux
'.*M9W9 cm inmtm*


I !
PACL U
mm
.
WMM

M.
lillilili Bai'lMUICOJ]'!
Dont le rtaMeiatft e universelle a garde sa premire plie*
RtiainaV- partout :
UN BARBANCOURT '
ital : Hue Csar.

*f* JU
'loscato..
Pass*
Le vin de dessert le pjus
indiqu aprs chaque repas

Agents pour la Rpublique d Ha i
A. DE MATTEIS & Co.
Port i au Prince (Hati)

La farine BATBAS esl /-
brioue pour les boulangers
penss.
Elle : le q, Iques centi-
mes seulement plus chre .
que les aulrcs marques,
mais le lendement quelle
donne esfsans pareil.
Avez-nous dj travaill
Bat'Bas?
Eh bien passez chez les
commerants suivants :
ED. ESTVE i C A.DE MATTEIS5C
I
mmm
c
A vis
M i iior Babouii propritai
L'avez-vous dj got ?
Eh bien, demandez dans
lous les celles, bais et res-/^/^ ^;U,/ /v/
' plaisir d annoncer que a-vam
iauranls de la Rpublique ^ffi*&&&
le nouveau produit de la
Brasserie Nationale: le
PORTER NATIONAL
Agra ble Fort ijlan l
Bon March.
BRAsSSERIE NATIONALE S. A.
Port-au-Prince, (Hati).
t'Unira, il prie ceux ri des*
prsenter chez lui au plus tt,
afin que tout compt toit
ir avant lr l.) du mU pro*
rlhiin, dans le micui de leurs
p.
JEAN ASSAB
EO. GERMAIN
m \< kwi i r mii inc
DR< 0.
M>.
A. BOLTE
*vmBABou2i | Achetez-la avec confiance
Tra\aillez-la avec orgueil!
de son stock commence ds
aujourd hui
( // remercie chaleureuses
j sa lucnveil an le clientle et lui
: demande de prendre les
uants pour p, un ter d'une < fu-
sion sans gals persuade1 qu*
les retardataires ne sauront
I que bien rebeller
Les prix ont t reduilt d une
faon trs favorable.
On y trouvera toujours grand
nombii d'artic es de loir! ri
d habillement dt toute pi
nouveaut, tint pour hom
que jour femmes rt enfants.
Regardant ses craneiers ei
Ar M tl
BAREIEfUTliii
G. THIERRY 1: ..

G. L. VERRET
TAILLEUR-MARCHAND I
Habille;
I ( M
bdI a lu Maison
C. t. Verrat
Rue lraversirre. No 7/4, v*'.
sinuge 4 la D mans prta 1 eu
Uice de ta maison Est*, prit
llltrl Sea Vict '
1 uni lit s plus an< iem e de
la pi .1 e 'iMI conse.f 101
hou n nom.
Ou y trou vle trara I le plu
soign, coupe lgante l '
dernire mode Iranalaeal ar-1
glaise.
Spcialits : Habita et yU-
ments de crmonie,
Prix Menrs*.
IE FRANAISt&PATISSERIE F
RICHARD PETERS, Frop.
14 4P DEMARS,N' 1217.
LA SEULE BOULAWilliiEEUROPEElE EN HATI.
SPCIALITS DE PAI R SANDWICH. PAINS FLUTES
El PAINS HOULES. IV,P[S NOIRS, PAINS COMPLETS. ETC.
PATISSERItliNE, PATtS, VOl-AU-VENT. T0UR1ES.
SOINS El PROMPTITUDE.
Tlphone : N 2069.
La maison n'a vas de
succursale.
M VI.
Insurance Co
Une des plus fortes COMPAGNIES
;ANADIENN!S d'ASSURANCE
sur la VIE
EUGi Le BOSSfi & Co
Aaents Gn >ru*
LE FAIT EST INCONTESTABLE
I
R II 11 m
'i
Stl
C'est la quintessence dos meilleures
varits de cannes d'un > le territoire
runissant les meilleurs terroirs
C'est ce qui fail : mine.
GOUTEZ ET C REZ!


Samedi
30 Avril 1932
Le
r,4 pAass
Pert-ai-Prince
Tkphoie;: 2244
VIENNENT
A /a
D'ARRIVE
aison
. SILVE
v
HALLE k LOUER
ulle.
Etat,
raison AUred
Coi ke, inmcnt occupe
Moit i grande h
U i de
THE ROYAL MAIL STEMI
imet ma
Rues Courbe l oux
Popeline anglaise sup-
rieure.

lopol
PARIS
1
SEULS QUALITE ;
\ MELLEUP.E
Le steamer Anra venant|
perle G darmi lali. i de Kingston et des g*V
PSadretai i M.llen.y STARK' > |d sera a ^n au,Prince le
Hue du Quai, en face de la 12 mai cowanf*** J
_ rP I pour 1 Europe vi* les ports de
Nord.
77i /?o//a/ Jtai/ Sf#a/n
P
ST
E

u
ex Ira
Drill h: ne uni
auorieur.
Kaki jaune anglais sup
rieur.
Prix s ns concurrence.


rima p
TERH
i OUR A
VCE-OARDEN
6/ht W. KAHL
Petionville
I k pieds d'ull I" io< e
).:-. de Porl
Seulement 13 II llle loul
i.ph.lte 'vu* '' '
DINERS GnUTERS SANDWICHS
arrangements i liers pour le is de jour dt
temame ou de mo
Si&y&n Spcial
LES COLONIES
I.KBORISTEU1H
S: 3
M Etrangre
QUININE PURS
tt en flacou,
prtmis, Mi
1TPODIRMIQUES
\r>\aES, CEINTURES
B A VARICE8
ILS HYGINIQUES
pour tons tmgss
Appareil* Orhopdiquee
igut hypodrmlqn*
> (M Picbi, il Vijfifi
Coffres Pharmaceutiques
PGor usines. Gommants, ets.
I.p steamer Gistobal est
altendu Port-au-Prince,ra-
inant de New Yo k,le 1er mai
J 1932, ave.' : t passagers, le
(sacs de correspondance et
Paakel Co.
I. J. BIGIO
Sauvez
vos livres
Sauvez vos livres et col-
lections en mauvais tat en
partira dana la'pis-midi du |j(S confiant a a relieur cous-
n ime jour directfintnt pour ciencieux, honnte et habil-
Criltobal,Canal Zona.prenant
trl. malle et passagers.
Port au.Prince, le 27 avril
10.2
Jas U.C. VAN REED
Agent Gnral
Etiinnb CAMiLLa.RueBonnee
toi .
A vendre
Fleurs! Fleursl
On irouvera chez Melle Ti j
tine Augustin, Bas Peu de
Chose, des fleurs, couronnes,
coibeilles de fleurs naturelles,
etc, bon march.
OsTi
Une limousiue De Soto
Chrysler en partait tat.
S'adresser rue du Quai,No
11731.
AUX BIBLIOPHILES. '
A vendre
Une collection de livre
parmi lesquels, il y aj
18 volumes de Ren Boy-
lesve, relis en veau flamm.
Jj|6 volumes du Comtejd
Monte-Cristo ), relis enami-
leur derai-chngrinavec coins.
^""volumes de al.a Civilisa.
tioD de Gervais Courtellt-
monl,relis demi chagrinavsc
coins.
S'adresser au Bureau du
Journal.
LA LAITERIE BAILE
Livraison propre, bygiii-
que, en^ bouteilles kerratN
qaement cachetes, labri
de toute talsiiicatiou.
Transport lait en rtrigra*
teurs roues.
1313, Grand'Kue, Port-aa-
Prince.
Projets de Factures
renseignements
mande adrete h
Pharmacie CANON NE
49. Rue Ranmur
88-90, Boulevard Sbastopol
PARIS
MAISON UNIQUE
AUCUNE SUCCURSALE
'ranM ni l'Etranftsr
V
s-sc
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigent
CE
N'A JAMAIS ETE FAIT
CE QUI NE PEUT TRE DPASS
Kohi Champagne
F. SJOURN
Prpare
des i nd
ASEI
Pi paral
?HABMA NE
Angle dis iui s Roux < t du Ce,


{
?
UUIiiiniu
l m Z-VOUS .1 i.:i i i ':
pert lu
-Princt
n l paye e.
i :
s li!i PI LT
K; lin
i. I Si ee
, City. U.S.V
F;
PLU3

AVIS AU COMMERCE}
lJSB
l'Ai -.
C LIGNE COLOMBIENNE )
T, l] bore V 2323
Le vapeur "Baiacoa,,,Voy. i
101, ren n dire lemem de '
New Yoi k sera Ici le 3 mai '
prot*., c m inuera le mme
j ,ni p > i les porta colom-
I) ens, I] -. ob il, Canal Zone,
Kingston el Ni w-Yok. I
Le in n h se de ce navire |
ieeu avion est la dis-
i sillon ts clients dans nos
bureaux sis angle rues Ega-
lit il Dai !^ Deslouches.
a

Le vapeur Bogota", Vot.
100, partira de New-York le
21) cri. po ir loua les ports
hatiens. lllendu Port au
Prjn e. i 7 mai inox.,en roule
do i i Is du Sud. Sera
de i le douze mai pour
prei di e Irl, passagers et
malle pour Cap-Hatien et
New York. w
;: A le plaisir d'annoucer sa nonbreuse Clientle que l
Le v;ij,iMii ''Maitinique-,! fente de ses CHAPEAUX se tait, depuis le 4 junviar, ai
Voy.97, pr.r'ira de New-Yok Un nnnn nniliri,niir
le I uni proc, directement
pour Porl-au Prince.
\V,l iain E. BEO,
A gfc 11 i
La Panama Uaili e d'a-
bfieer les dparts ew Yo u r ma
taiti, directement chaque mirdi. Toi imtrs son!
aiearvus de cluuni lue
Btails 4e \cw \orli, rince.
i
Srteaaaar iluenavi ma I
Stsaaiar An
Soeener Ou \ s 17 i
Steiaaer Crihtol
HJB "Buea i ve le le juin I
S^ "Ancon* le ju
Stea
8Wa
Sfea
teaner
S'eaaaii
i<
11
ii i i
ar 'uuayaqi ir
tr Cri
er "Buenavi i
Aucon' c i i
uayaqi 12 j lillet
Panain.i Railro tmi
mai 1932
5 m i 1"
' m i 1932 i
le 29 n ai 1932
'. juin 1032
juin 1932
juin 1932
nin l32
l juillet 1132
Il 1932
18 juillet 1932



ROY
de sucres.
NJ 2027. GRAItD'RUF
en face de son ancien local.
Les Clients y lrouveront"le^mme accueil.
BON MARCHE. CELERITE, GOURTOISIE.
Martinez, Marcelin & C1
Loterie Nationale d'Hati
41 , Rua Bonne.Fol, Phone':' 335*2


Jas il. ( (
\ en I
^^ >.. *-f.


Lykcs B >lh
Taxas -- Hai!
Le seal servi
Itoft aatra les p
ren-au-Prince,
fur 1.1 rc
tm^ortetioas,
LIN F.
Les pi
Me;,mer '
SU anu r i Vi


i


> ei

aJuraau.-Rae lu Magasin de !'!
PHOGRS NOUVEAU
RHUM hOLVbAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFIANT TOUTE CONCURriENCE
Claifin Vierge
XAZON
[ BES RUES W PtyPLE ET FEROU PHOKE: 3IM.
in
La Loterie Nationaled'IIati est
une inslitetiaa hautement humanitaire par la mnJtip
d'eeuvres qu'elle se propose d'aidfr, une chance da b'-
lre offerte aux hommes de toutes conditions de fortune
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Arlisns, Salaris
tous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans p'*
leur budget moyannant deux goudes, peuvent gagner tret
aille geurdes. Patrons de Commerce,Chets aux iusulfisances des ventes, par l'achat d'un billet, quivow
libre du souci des chances-
Mdecins, Avocats, Iugnieura, Snateuis, Dputs, Grt*
DiKnitaires et l'Etat.Feprsentcnts de Plnlellectualit, i*
aalistas.
Deiate l'exeitaele da vlr sli Raetiers, eapitalistes, comme en jouant, augmentez1'
avoir.
Voas tous qui habitez'' Haiti, rendrr-lui service en '
ant le billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI.
Laboratoire SJOURNA
DiaccTfBt
F. Sjourn, Pharmacien
R. Sjourn, Pharmacien de PUni
M. Sjourn, Pharmacien r|p l'uni
inerne des Hpitaux de 1 ..
Analyses des Urines, du suc gastriuoe. du ( "
scrraaau, Ure, Coustante d'Ainbard, I
*!&**. tek muCras ieales.
,anf^
i
>*


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM