<%BANNER%>







PAGE 1

I .. LE HXMk rf) AjK't l AI 01 I U'. .DLU I PARF1 LUXE A l N PRI iNMbN'u.wr. : LUX SAVON DliTOII El DMCA1 M MOHB A -M P. O FOX M. b durs Hurl'. du Centre, 'rince. L'avcz-vous dj (jol ? Eh bien, de : dans tous les (afs, b< t res laurants de la Rpublique le nouveau produit de la Brasse i Nation le PORTER VL' A gre i1 > Fo rlifiant — Bon Mai eh. BRA. 3 NATIONALE S. A. Port-au-Prmce, (Hati). Jeansems, dt M. Louis Fil*.Le n s que | ai jetes hier ur l ie de i le; alines me turent erlea ptr M. Jeansme. .le lai s n Nloron-Santiago sens la |iliue ei atterris GuanlananioCity oti je pris le l'essence. Aprs .'i in ui es de leni|)s, je pai oi -au-Prince ou [•atterris 11 mine vous le savez. ils i xtrememenl touch de Me Poft-SUl'rin: e o | s n * () m ;l vraime liop cl honneur ci je -; i ommenl remercier le nent, le public, les clul i i nthousiasme dont j u i n : %  norenl. Celle rception l'ail oublier Ivraies les peines, Ions les ennuis dn voyage. J'ai dnomm mon avionTous, saint-Louverture. J'espre que le s o n s sei iel de ce nom .i* si ra compris de Ions.(est noire ouverture (huis l'Aviation qui est clans les temps (prsents l'appareil du progrs, |de la dfense ei de la prosprits nations dignes de ce nom. Comsaenl avez-Tons pu acqurir cet appareil ? r ,i le fruit de mes conom (s, de mon travail nuit el ..ml des temps. Ces! un Slewman G.5-— 220 chevaux. — En quelle anne avezvous reu votre diplme d'alun i quelle cole ? l revu aviateur le 15 i Rooseven Fly Ing. School. Quels sont vos projets en ment ? Si le Gouvernement Halien veut utiliser mes faiblei ri celles de mon l harlelton, nous sommes Je crois qu'uneEcele ; on e s I indispensable ir l'Arme hatienne... Mais -/ nini.N o ici M. Chevallier enl nie chercher pour une n Palais, .le remercie LE ; bien voulu m'in.-, r .\r passerai prsenter m iliments au Directeur i intressant organe. I i |-.i\ iateur, avec Chevallier une voiture euverte, s'en V s l e r CHARME CARACTRE Un quart d'heur avec ivia^eur Dsir Paris IL i !el alternssaIIII dsastre, dne/ \ ous pi ci \ ie\V de noll c Paris 7 I !ei lu il fsl vos ord lt non r reporter esl ail Ixcelmor. L'a> iatei r est :1e la salle H %  e MM. I i lussainl el u niricsin. Prsentatii Paris esl un gi mis. Il porte un i coup, bois de ro e I and, \r vi-a. e bien l'ail giunds 5 eu N regard dii — Voulez i faire l'odvs i de alla. Lt sonnerie -le ? hone i denlil. Mlu I ATI> ()m j \i peul se l'aire I Htel l u elsior,Andr I hard % %  • ure M l'appareil. %  l> ' ,lr P oss Votre service.M l'hard I 1 %  '' I %  tentai ma I avec mon -.minier a ans autre nia;. lil une pie e .< demanda la i lie vVe< I pai .il.ii -,. Ni un om nienl > les d< i.) ons finies, pluie pour Saj'arrivai lo luie.Nousy pa r,e ei pari mi ille, essem r .i de Miaini.J j i plage de Desl %  chose car avant mer toutes les tre | I • \ r,qu il n'y ,i qu ou les a dnient doimer el ra lerre 1rs. J'ai a< ieux, -i eu beaucoup Miami, Je il". s ieSl.a 1 ravage da Lomverlure '. grce, l'aviatei < amDuie inutile hiss Nw Yoi il poui Washington, eu insu ondisciple vialion ; S\. L seul. De la CS| rendu a liiehui VVinslon I ule ru pour de l< t St mon moteur. Ce j'ai le a Chai lotte rolina |">ur faire de • Shell, en ce lieu. Propos humides l Lon Dsir Paria nlterrii pd aviation, il rut acclam, ovationn, enlev, port, puis emport dans la Buick communale il place ses cts le pn sidi ni de \'V. S. S. H. Par les mes de la o il passa, SUIT! d'innombrables voit) res, la foule enthousiaste, el dlirante, s'crasait pour I'Ppolhose de notre aade l'air. Ce fut un reiour triomphal du lils retrouvant sa r Irie el retrouv par celleci Poil,m Prince se souleva de fierh i (l admiration.Et Lon i ii Issouna d'm ition, le el (i amour. Aussi.quan I il arriva .i la maison il' Chevallier, dbordante de monde Tenu pour raecueillir.il rclama, avant le champadu RHUM s\P.ini: CACHET n O!;, !c su par produit national auuel il rservait la primeur. LK CARACTERB*/ I.B CHARMB sont les attributs distincts de Chrysler. Les toitures Chrysler sont gracieuses avec leurs lignes merveilleuses commenant de la courbe du radiateur pour se prolonger par toute la carrosserie. Chrysler jette le dfi du jour. — Avec sou bas centre de gravit il n'existe plus de courbature de jambe ou de tte. Il n'y a plus de sacrifice de confort ou de convenance. Toutetoujee n'est point seulement en beaut que Chrysler exceIK car quoi d'gale la Force Flottante de la Clirysler, laquelle force limine compltement la trpidation du moteur, du chssis et de la carrosserie de l'auto ? Et il existe plusieurs autres trails en saillie qui font de la Chrysler la leader en Vitesse, Beaut, Texture, Puissance. Vous devex con luire une Chrysler peur pouvoir apprcier cette voilure moderne. FRANCK J. MARTIN Distributeur. Avis ^ lies aimable poui ,:1 N| Nl accord toutes fa< near, le n la Pan Ail %  ois le lendemain repr mire le qui l i loi extrmevol. Mais une plu B acul oblij qui me donna a/y opposa.Cela dui eux jours i t. Charlelton, .le dus attendre, i qui m • m'a t RI que le Dulletin n annonai! du mauva pluie ne cessanl ? uand mme, direi mi iilu leorgia.Ce lui dui, 1res dur. A a5 milles de I E nu suis lrou\ dl • M. que (pion pouvait .n dirait.C'lail le i .le suis rest d ms le> iv. ani I heui e I %  mil bilil tait .ou tais pas mme r iagnon de M. i piton. Je des< nie ls du sol. i rasa ni les s'eiw Mais o rien. Je mi dans la ( our i Vtdu.Commi reude cass,q Sud ce lui pu. lorsque Cai oline du entent, monue i>l. i la pnn\ ail ngre lu ,i\iateur. Il ciaignail l'exemple gl es (pi ils onl tence la fut une i o de renditlicults %  S^ Rachitisme •\>s | 'nr/ Lymphatisme V l-j Croissance >/ Bronchite, Anmie MORUBIASE Extrait de Foie de Morue (friiiilir, Vitmiiln. tans corpi gras) • Ou* torm* ri* Pllulu* Orantil foie le nions*, aa prrnd At comna ln\pr Opol : Laboratoires CROSNIER 6. • rARIS a> .1/. V i elor lUiboun propritaire de ions pour viiiinei et en cadre ments. \ ilres spciales pour autos Kt/ret ordinaires l/4 pt>ucc epaiss ur p ur nn'oi cl comptoirs. Grand choix de iulurm pour.cadres. Lampes inuit. La maison rpare UNI las ssireirs tachs. Il M h i". SLIIIIRNE. A BOBO DU STDOMINGUE Sur l'aimab'e invit 'd %  de ls Cr.rak Tr^naatique, (juelques personnalit! d la ville prenaient part, mardi I soir, a un dtner bor du S/S ...'. I Si Dominsue . aneiennuneni .mure RHologne. Ce lut une agrable soire rendue plus attrayante pr i* grce et la fine courtoisie lr es. Le commandant et l?s olficiers do ba d rivalisaient ' gen' | pool leur! IA es parToutes les Polices %  DE LA jj, mitKEi arvvniaf naii a i u a i|) %  mon lion p il: iraiil ,de blam %  es> %  j Au caampegn, M. Wietl, le f sympathique Ministre de France, j gcomiii ennent la Protection contre la J si Foudre sans augmentation de lauxj son pas ma : l>e i i Hava .'.; a % aa pron une allocution trs Il rappela l'intrt pour Hati df dvelon|De. contribi era re.sprrer | 1 deux -\ ni doi historique. %  ul hatien i On se spara vers minuit v ai Aqants Gnraux lltfsyaitfttBMIssslTWMSllBss^aiTlMir ^ %  t< J



PAGE 1

r | —* Hliiioi Itarbaueoun \iU i. Doatl. raMBa4f Ml oniTcrMllt a nrd M prcMirt plM Vr-aanda* partout : UN BARBANCOURT • ••et : !;-• CMT. .. I AU REIGH ITPRESIEKT HIMuiiG DEMANDE L'UNION POUR* LE BIEN ou nn HSRLIXI 20 a?ril — Le leld. marchal Paul von Tludeuburg, prsident de lu Rpublique allemaude, s'est doue TU renouveler san mandat pour sept aus l'ge de Si •DS. Ce matin, Adolt Hitler a lait une dclaration au sige du parti nazi Muuicli, Cnuaudant a ses partisans de se piparar pour les lectious de Ja Dite prussienne qui auront lieu le 24 avril aliu de luire un pas eu avant vera le but qu'u qualifia dlibration de l'Allemagne). Dans son allocution, le prsident von rliadtLburg u dclar : i Avec gratitude pour la tooliaute que la nation m'a ut nouveau tmoigne et avec la promesse solennelle de servir de toutes, nias loices la patrie et la peuple allemand a l'aveuir comme dans le pass, j'accepte la rlection a la prsidence du heicli. Fidle mon serment,jej continuerai mon maudit dans un esprit de (calice Mnilavoriier un paiti, avec uni terme volume d'aider la palrit a I obttuir sa libration tt (on gaine a l'tranger et l'unit tt le piogi liutiidir. A tous les Allemauds.lion^ mes et le m me, ci pendant, la fois,* ceux qui m'ont donn leur appui aussi bien qu' eaux qui n'ont pas Vot pour moi, fadiesse telle prire: Cessez les discussions, et serrez les rangs. De mme qu'en prenant le pouvoir il y a sept ans,ainsi, aujourd'hui, je demande au peuple allemand tout entier dmettre Ja main _ l'œuvre. Il est ncessaire d'unir toutes nos nergies) f t ^ 7 S \ I ASSUREZ la General Accident Pire & Assurance Corporation de Perth ( Seotland > a r | v %  %  s V k / -r fa\La farin l> brioue oourles boulangers L r < Lu ,id. Elle mes sentes, c le quelq seulement j)lus *. • ccnlicheve >rganisat.iea embrassa le Lar la GENERAL est une des lui p.ussaulcs et des >1JI r %  1e ce genre. Le soleil na se couche jamais sur son champ d'ac i i uni monde %  M ses Polices coutrt incendie couvrent aussi les dgts occasionns par le foa bes Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, uialvtilluce, dommafM causera autrui dans sa personne ou dans ses biens. Ses Polices Maritimes mises par ses branche.? d'Europe sont naval les en Hati aes 1 ohecs contre accidents sont valables dans lu ni vers ci,lier. ous les -,v RUTS, d evraient donc prendre la prcaution de se munir d'une ponce contre aci i dau moins 4000 dollars, la prime annuelle u'taut que de 1/2 •/. soit 20 dollars l' C Veuve F. BERMINGHAM, AuxG aves SOUS.' CENTS Agent Gnral pour Uniti. l'ortao-Pnnce. I t. I'.ILG JEAN BLAN'CHETJ*ri>m' que les autres marques, mais le lenclement quelle donne es/sans pareil Avez-vous ( lj travaill Bat'Bas? Eh bien tlpassez chez les commerants suivants : ED. ESTEVE 5 C Gin-Tatdy Cl SOIR La belle pice de Cb. Mi Le Prince Jean 'aul Guid avec Ren Hribel, Lucien I)als: re ici ce qui se lajt par •' '""' ailleurs : donner : lu ; rul chiq e s ir, de 7 h. 7 b. 1 >, les v iv ill >a d'Hati S et c 11. s du m ,-.\ le entier, j Ceci, i lin que chaque jour seul renseign le moindre pe | lit coin du pays o un poste j rcei leur peut se trouver", — Lite en 4 • page | ( s acci dents, d'aprs 'a liste tournie par l'Hpital Gnral. — Cin Varits i flrira dl manche soir un film parlant ; franais: Lnnuit est nous tir A ,..1- 1 • I d* lumud.u. e riiSci \ Achetez-la a v ec e< m I l a n c e une nitrveil 1 pkique. . BOLfE cinmatograpour mai'rise les complice* lions et les difficults de notre poque.Ce n'est qu'eu restant unis qua nous serona assez torts pour gouverner notre aveuir. < En consquence, en avant •n avant avec lieu ! | Suivant la coutume le chan eelier lleinrich Bruening a prsente sa dmission au prsident von Kindenburg, %  n %  t invit restera la ' e du gouvernement, ce qu'il a ccept. VASSER GAIPV • • %  mm %  Ftl R1KE _. 86. FAI I. envoie M OLOI K| M „, M011 I*gnt ^""• %  Harm^J^-j./ """ '•" ' . GHOS —a lo a il — Le Prsident Truji pris un dcret par kque abroge l'ordre d'expulsion pris en 1017 contre les Irres Morpeau. Ils peuvent letourner en rpublique dominicaine et y rsider durant le temps qu'ils voudront. — L'aviateur Lon Dsir Paris, qui est un ancien ve •le ait-Louis de Gonzague, a t cordialement reu hier matin par les Frres qui dirigent cet tablissement. A 'SMTFRANAISE cette occasion.conge d'un jeur SfBraitfB , donn aux lves. — #.i signale l'arrive de M. F. Gœsihel qui projette d'tablir llim lu une usine f—1.111 JIUU i ii,ruoret i • .t pour la labncatiou du beurre. — Bue os-Ayres B ir i, le dancing de Marlissant, oflre demain soir "un bal t n l'honneur de l'harmonie des pouvoirs eicutl et lgislatit. D'aprs c Hati-Journal i, les valeurs recueillies pour la restauration des m muments publics sont verses la Banque N


PAGE 1

Vendredi 29 Avril 1932 Le Matin .V.i.FAOBt 2oraeA:sNrVV 70! Pjrt-vi-Pnace Tlphona : 2714 fc'WJLT-*-, TL-S) VIENNENT D'ARRIVER la Maison H. SILVKIU Rues Courbe & Roux Il il il dciinl llaitin Accidents 2-1 tvril m Popeline anglaise suprieure. Drill blanc Union extra stiorieur. Kaki jaune [anglais suprieur. Prix sans concurrence. 'OUBLIEZ PAS OE FIE UN PETIT TOUR A fTERRACE-GARDEN Chez W. KAHLj Petionvill l.M pieds d raitd! ea *">• %  (le Poi I Ssulemenl l c,c le roule a jhtlte. Vues mi i la vilh %  r> t. issons de L< net Norri, Portail IM g\ne. Erosion multiples de J'a! i! droit, loric iontusion d %  BVSDI bras gauche, blessnre use de 1 on frontoI ,., bl WOre ontuse de | i. [ oi lio it > h ni orale, blfi gare < n (use le l'oreille gauche ( ii pila is l,.ii,s >-C'oud, 12 ans, rue RSvo ut o Morsure de chien lace poit r eure ri a genou droit. An . I. J. BIGIO A \ r re Una poll< paimi lesq i 1H volunv sve, relis C Toi murs Sauvez vos livres Sauvez vos livres et col le tions en mauvais tat n If s confiant a i relieur co sceneieux, honnte et ha ilETIBNNE CAMii.LP.Rue !',< nnee loi A vendre Une limousine De So'o Chrysler en partait tnt. S'adresser rue du Quai,No 1721. %  fie livre, • i v n : , relis erjaraa i teur demi-chagrin aveccoini 3 Tolumes de :, partira de New-York le 29 cri. pour tous les ports hatiens. Ulendu Port au Prince.le 7 mai prox.en route pour les p rts du Sud. Sera de retour le douze mai pour prendre Irt, passagers el TAILLEUR-MARCHAND Habillez-vous avec lgance et distinction, en TOUS adressant la Maison C. L. Verrat Rue 1 raversire, No Uk,veisinage ' la Douane*pretqu'n tacedf la maison Eslvt.prto l'Htel Sea-Vieu i/uue des plus anciennes de la place qui a c, iiserv son bon renom. On y trouvele travail le plus soign, coupe lgante la dernire mode franaise et anglaise. Spcial i ls : Habits et vtements de crmonie. PRIX MeDnis. malle pour Cap Hatien et New-York. i Le vapeur "Martinique", Voy.97, partira de New-York' le 4 mai proc, directement pour Port-au-Prince. William E. BEO, Agent 5I£&_iwc9i .* H^BHa?^ : "^nj* %  • "^* : s Steamer iBuenavei ; Staaaaar An, f^eamer cGua) Stettoer aCrretol ala le S/S "Baeia vei S-^i "Ancon* Sitataer ''Guayaqi i Steatttr "('us!, 2>>eamer "Buena^ i K&taBfr "AIH-OI •• >:ettttr "§uayaquil j .llet Pana ipshi P mai 5 m ii %  mai : mai juin juin 1J32 1 juin juin I I juillet Idal Khum 1932 193 1 l32 1932 1032 1932 I 1S32 I 1932 1932 1932 :it f. : .VA' • enl Lykes Brothers. SS C lue Txa--Hait Ko Rico Lji saal ten M* aatrt les po Ipaii -au-Prince. far lt rception lUpartations, se, Les prochaine! Steamer %  • i Steamer "Mai Steamer t \ kvaf: Kue du ai stalc B ra et t avt^r bile le vos I I.Y •t" r'I 193* 93i ALIX ROY 1 30 annes de succs. %  %  il'mil %  i i % %  1 1 — —— % % % % %  .• alletitioii PROGRS NOUVEAU RHUM NOl\EAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit A le plaisir d'annoncer sa nombicuse^ lienlle que| vente de ses CHAPEAUX se I lit. depuis le 1 janvier, ^ 2027, GRANL'RLF an face de son ancien local. Les Clients y trouvrent le mme accueil. BOl'lARCHE. CLRIT, G0URP3ISIE. Martinez, Marcelin & G* Loterie Nationale d'Hati i 41 •, Ru lonna.Fot, Phone 3358* ni allipli Lt Loterie Nationalcdlfati est ane institatiaa htutement humanitaire par la ..- %  • %  d'eeuvres ju'elle se propose d'aider, une chance ditre offerte aux homm* de toutes conditions de tonj Employs, Fonctionnairft, Ouvriers, Artisus, S8ltnJ tous ordres, Gens da maison ( domestiques, | SSDS p leur budget moyannait deax goudes, peuvent gagner n taille gourdes. Pttrons de Comraerce.Chet^ d'Indnstie.ptj aux iusufOsauces des ventes, par l'achat d'un billel. 1 UI libre du souci des chances, Mdecins, ATocttt, Ingnieurs, Snateurs, Dpule^jU"! Dignitaires dt l'Ittt.Reprienttnts de l'Intellectu iliic nalitlts. Daaaaa l'exeaqala dt Taira wlidarit soc'sie. BtRtitrt, capitalistes, aoraata tn jouant, augiuen.e aToir. Vous toas a.ni kafcitet** Raiti, rencler-lui service! 1 ait le billet de lt LOTERIE NATIONALE D'HAInL DtFIANT TOUTE GONCURriENCE Laboratoire SJOUR^ (J ai vin Vierge i Chez N. NAZON l L-LM. UESRUSNPUi'lt RyPHRkim, DiRFr.Tuns P. SJOURN, Pharmacien L R. SJOURNA, Pharmacien de l'Universit ,ie a r ', M. SJOURH. Pharmacien cl l'universit de PsnM ; n'erne des H| it m\ analyses des Urines, dn suc gasl sermaan, tire, Constante d'Ambprd, lsfjnaa. Bas mtWeVes tetles. I ;



PAGE 1

m Clment Magloire ^_ DIRECTE! ii 35*. RUE AMERICAINE 1 I5f TEI.EPHONI tfmi *NNE\\* 7r>: U* | rrstfil toujours silur (if %  jMicBe. I.ra Itit, les iMliiailMa < IM ijouwriifiurun Itfftaeaical jHiuini les |ui.s.-auetf s^stiaaes, caaaMes e eaaaftr k ettfs se* chiitj a leur yre. .Mue 1.1 IW1 POKT-AU-PKINCE (HATI) 29 A V nil.. 1931 A l'Usine Mantgue Il (Tin). Aprs avoir extrait l'huile des tablettes, il ne 1 plus qu'un V;sM 1 sous I %  >m tic tourteau qui es! d .1 ii> tre export pour I a nourriture du btail, principalement drs vaches laitires Le silo de rse v \ dpt de graines de coton mesurant ,">') pieds de faade sur i I de" profondeur, eu contient ] 7.000 sucs. L'installation Frigorifi-que pour la conglation de l mantgue quand on assiste ;- fabrication, n'esl nuire chose qu'un systme de conglation le 1 huile prpare avec la formule ind istriellc spciale, proprit de l'Usine. Ou voit ton le ta tuy utlerie couverte de glace el 1 • grand rouleau blanc ouat de neige, lue tuyauterie spciale H mne l'huile tide d ins tin canal devant lequel se dplace un cylindre refr 'di qui permet la partie inf Heure de remettre l'huile ai 11 i conLe directeur du MATIN boit 1 1 pins prosprit de l'Usine el Mr Brandi nous icrcie de noire visite, nous dclare c|u'il se lient la disposition de ions ceux qui voudraient parcourir l'tablissement. Mr Brandi, directeur de l'Usina Mantgue ainsi que nous le disions tout dernirement l'occasion des 2(> ans du MATIN, est un scll inade man. Nous avons dj dpeint sa forlr individualit. Il faut s'astreindre pour r< nssir dans toute entreprise une rude discipline, un effort constant, une grande assiduit au travail. Il srail laslidieux de rpter ce que ] nous avons dit des qualits morales el intellectuelles du directeur de l'Usine. Elles lui ont valu de triompher dans toutes ses entreprises. Monsieur Brandi est un chef qui suit se taire comprendre el aimer. Avec toute la foi d'un LAPIEm ANGULAIRE DES SOCIETES CrVUJSEffS Ll lordg Bodwaa -. MW u ptM* et h Imqo* C'est ur la btn: 1 ui u prcit assaassi i ...-.due'.ie. AU, tout -. %  40ureuner.c ttiche . 1 Ju {au, la banqi!,* i'aj i progri et prparer ; avoir. Elle a r droil •ocit* ; 1 lui a l %  u y a _vingt cinq ans I —e — il r' di m % %  I a Ba Royale ***>-i gele par le froid d 1 is un homme rsolu, il va droil a but, nergique el infatigable. malaxeur d'o elle est re cueillie par une pompe qui 1 1 distribue aux rcipients destins la recevoir A la section d'emballage, ta ferblanterie est reue en Comp iraison ck deu ttitudes U MiTIx'L'.'.lmV ASSEMBLE NATIONALE S en .' f\ l Gnera de la S %  s. /•;. : tfui C -;?(•. V [ure il : ni % %  l i %  il El ,! l'r's HICII' \tr Du pilon, ,,• li rnnDes ruis, einimes et lieu 1 s Nions requises P 011 .';^;" p„ lir | a dcra.h.n lu len.pl. et action des caisses,Unoiivrier| F r trtf distribus aux pauvr*. I assemblage. 41 J, p| ()|i| reug mc lfcim]UI]s .. i}U ce. Une collecta spciale sera faite au profil de l'oeuvre. ses peuvent tre tabriquees par un seul ouvrier dans une journe. La sciure de bois employe dans l'emballage es I prpare dans l'usine el Ure de bois du pays. L'Usine Mantgue doil tre considre comme un modle d'or-anisalon prati 11e moderne. Aprs deux heures d'excur sion travers l'Usine, un v ce Champagne nous est d calcinent servi aux bureaux i u directeur Oswald Brandi 11 les res a mables et la coiTrioisi sont gnralement apprcies. S? ( on naissez-vous Ji bn H pc 1 ou sa rsidence actuel < rort*o-Prince? Toute infoi nation le concern ni sera 'r.§. Ecr ; re : M l-ar UUW hn 1 ?,r 1 Stree Ne wYort City. U.S.A Cette I • 1 1 '. Sali 11 '. 1 service. • de s*i le, midi, I mi fil |-.* le au panier, s^ de rce le I venu. Evidem lient, en met en pratique le I m us qu'elle contient, n m ug icialeurs auraient devant eux iiii vu champ pour en r la suci sion deN dise juriiq heureuses et triomphantes de loules les ph ises dos prop siliuns qui scr.lirai \rnues de la Lgation amricaine 1 1 -:w>\ de nos rc\ endicalions qui sont le Droil mme. A cette on ivanla jeu e, inoue, on u pi 'r limil 1 notre champ de m %  1 iation par le fameux memorundum du 3 I • %  cembre 1930 qui circonscm ail nos timides des>id( ; ata. El l'on sait ce qu'il en est advenu... Voyez maintenant l'autre attitude. < min par i rablc confiance que j'ai dan i un relvement, tt ou lard, mais certa 11, aargiqu %  el ^ran liosa de m bien aime Pairie, I s c nilinuelles lceptions politiques que j'prouve au 1 de m 1 v r publique n'ont jamais pu arriver diminuer ia tnacit de mes tions r:\ va • du hien de la colle, tivit. L'an dernier, durant loute • m lgisla ve, j'ai rudement lutt dans la Prs'• se pour le respecl el Itriomphe de tous les principes constitutionnels in i %  IIS II •la : i i i I i: i I I M, I • %  I %  %  | I iinandali ms ... i i .i i i %  : i inoratio'i. t u i s? i ii s, M i icains I i ])iv du le niieal nr el ilkislrc pi j'ai Ml M. le IV il, de vouloir h -er unmag? profond m liment le i; i e que , ir ,-(• que vous dev iz I pour la ipl< le lib m de h %  lie missive n'a pas •Ile du niseil -' lires d T.i.iia u le du-1 %  \\ i n courant, le dislinfu Minisire Amricain, M sieur I), (i. Munro m'a faiB w oir q l'il a reu pour instruction de m'inlorni i' '| le I" id< a i eu ai Ici 1 1 e du L'.' l 7 \ 11 nier l'il a bien apprci la i our%  atlenti m que j'ai eue en i que j'ai loi. Pour lu eomplJ le lit ilion i i i je rappoi i i a p irlie • le cet article paru dans 'Action Sationale Ju 25 F\ i ier expir : .si nous sommes ou ce mous le 30Up de limpime amricain, c' -si que les nman lalions de i'ashi onl pas religi u .emenl i \ ea.Ce fondateur del E i i. %  a I ni s d A n lu Nord, aprs avoir i ehnanl a'ti e ca ididal i lisime lois a la prsiquittanl le pouvoir, a donil '• ai peuple am i icaill nu dernier *t solennel avertisseil qui est conaidi ; comme umeill politique, t'ne de •a otumandations est pie le peuple d i doit tre j nciliaiii. bienvcillfl autres nations, ndalion dit bien vivant, il q ii e das intei van pc io chas l'ai•* %  ts aictatoriai A ?Mr*irji^t^ • "•> Gl ad! 1 A CSAtt... o On • %  qu'ii e plaid lit, il v < quelques mi un pr ics li in' s mt, o l'Klal rel i n de 1 1 Shell Co, li soni n • de :{ IUI ICS, POUI I d'i : ition sur un proviI e Ju ndil un Mulinnnit In SI),' | | o a p iyer i l'tl il h omnie do 72. i Mais la dite Comp nn'est et I sal Ou siit que, le i ; • U se itrel i de no m la Si al' it la somm go m des, ( 'e qui %  • t qu'i ' lait que c v r la isioo du Juge Lon s .. I i ndons donc i Ce i ... vei" qn du lo [S la mai a se disait irt, n\ aggra %  a lu p ob'ra i de | ses lo* lin oaie Is, qn fleuri d'ui i • iv, el Ra u domicile de sa iihrineita •< %  i i ira i 'MIclianie el pi o\ %  %  le, La d in* dv fut c un sourira d autant plus i i gageant que l'on s'im iginail <| i'i| venait se mettre en r payer Iroh [| li' mieus, se i 'ndil d'un avea e fl imm, se li' pi rsuasil, i onvain an, %  • I I l >' h mte lutle le c epi sanla une Ha* lu un.' s e rvle une Indienne pi'ou reg u Je de prs. 0 n, une ludie in , a rec ao lent \ M.ifi IOD les li essai • plumes, '"est peut 11 lomi he d'Anacaona, n I a de lu lielle a El elle ne le pardonnera pas, Pantal • d (pie po r passer igra 1)1. ment ses ta res en lamilk, rien i ho aelifir Apres souKI vu s \ out., Madame, ime ses p. n • i el i< nonce au cercle. us que clie/ John VVi o I o'i trouve des disque i qui cli uni 'iP. Dernier Heare r commEnr NJEIBII? Facilamanl t i t imml p*i l GLANDOPHILE des Lab. ORMOS rARIS H Gn • • '.'M F. %r .nm-PH M utrM !• % %  >• Phai i ca s i o n i e c a 11 e ( m de la ni -moii e o* rand homm lieu que celle fuul i aise pai %  m uuverneme l du Pi i dent iovei q | peuples soit enfin obse ve ; de la mme faon que la Ira i qu'il a lai ne point i e de tripi Don M. le Pi sidenl lli i order son altcnl mon article sui Washington o je lui ai demandi la libration d'Ilaii i expi' ssiou qui, pour le cas exceptionnel vis- vis des 1 ms de notre nation, supnc< ssairemenl la i upaiion militaire el le i ai bal Emprunt de 1922. El comme I annonce Hait -Journal, Gouvernement a obti uccs %  i nds en il. \KI> AL EE1 B£B : LtNDBtRGH ee D'aprs un [ourn il amri* \Il ap me va trrabourBU Dr Condon li i 50.00') dollai s '| l'il a verses aux eni rpayer 10J.OOO dolpropr %  argent our que dans 72 heures le ( ndbergh soit rendu pi i enls. () • attend avec impatience l' ru anca tixa par le clbre Lan lit. MOMIE DANS LES COULISSES li air donl les mobiles ne saeera connus vient taira dans un Ifosic* sien. tue troupe amricaine, les Qirla • commande par v et Miss I lilli, lena't •n excutant des n | d escrima. lin d'un numio, un der • lieu entre les d" \ capitaines i ivalea. Or. hier spcial M derenl ritabl lenoen 1 ;ure is v r %  • fi \i..V l, i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06991
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Friday, April 29, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06991

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
m

Clment Magloire
^_ DIRECTE! ii '
35*. RUE AMERICAINE 1 I5f
TEI.EPHONI .
tfmi *NNE\\* 7r>:
U* | rrstfil toujours si-
lur (if jMicBe. I.ra Itit, les
iMliiailMa < Im ijouwriifiurun
Itfftaeaical jHiui- ni les |ui.s.-au-
etf s^stiaaes, caaaMes e eaaaftr
k ettfs se* chiitj a leur yre.
.Mue 1.1 IW1
POKT-AU-PKINCE (HATI)
. 29 AVnil.. 1931
A l'Usine Mantgue

Il (Tin).
Aprs avoir extrait l'huile
des tablettes, il ne 1 plus
qu'un V;sM 1 sous I >m tic
tourteau qui es! d .1 ii>
tre export pour Ia nourri-
ture du btail, principalement
drs vaches laitires
Le silo de rse v \ dpt
de graines de coton mesurant
,">') pieds de faade sur i I
de" profondeur, eu contient
] 7.000 sucs.
L'installation Frigorifi-que
pour la conglation de l
mantgue quand on assiste
;- fabrication, n'esl nuire
chose qu'un systme de con-
glation le 1 huile prpare
avec la formule ind istriellc
spciale, proprit de l'Usine.
Ou voit ton le ta tuy utlerie
couverte de glace el 1 grand
rouleau blanc ouat de nei-
ge, lue tuyauterie spciale
h mne l'huile tide d ins tin
canal devant lequel se d-
place un cylindre refr 'di qui
permet la partie inf Heure
de remettre l'huile ai 11 i con-
Le directeur du Matin boit
11 pins prosprit
de l'Usine el Mr Brandi nous
icrcie de noire visite, nous
dclare c|u'il se lient la dis-
position de ions ceux qui vou-
draient parcourir l'tablisse-
ment.
Mr Brandi, directeur de l'U-
sina Mantgue ainsi que
nous le disions tout dernire-
ment l'occasion des 2(> ans
du Matin, est un scll inade
man. Nous avons dj dpeint
sa forlr individualit.
Il faut s'astreindre pour
r< nssir dans toute entreprise
une rude discipline, un ef-
fort constant, une grande
assiduit au travail. Il srail
laslidieux de rpter ce que ]
nous avons dit des qualits
morales el intellectuelles du '
directeur de l'Usine. Elles lui
ont valu de triompher dans
toutes ses entreprises. Mon-
sieur Brandi est un chef qui
suit se taire comprendre el ai-
mer. Avec toute la foi d'un
LAPIEm ANGULAIRE
DES SOCIETES CrVUJSEffS
Ll lordg Bodwaa -. MW u
ptM* et h Imqo* C'est ur la
btn: 1 ui u prcit
assaassi i ...-.due'.ie. au,
tout -. 40ureuner.c t-
tiche 1 Ju {au, la
banqi!,* i'aj i progri
et prparer ; avoir. Elle a r -
droil
ocit* ; 1 lui a l

u y a
_vingt cinq ans
I
e
il
.
r'
di

m

I a Ba

Royale
***>-i
gele par le froid d 1 is un homme rsolu, il va droil a
but, nergique el infatigable.
malaxeur d'o elle est re
cueillie par une pompe qui
11 distribue aux rcipients
destins la recevoir
A la section d'emballage,
ta ferblanterie est reue en
Comp iraison ck deu ttitudes
U MiTIx'L'.'.lmV
ASSEMBLE NATIONALE
-
S en .' f\
l.
Gnera de la S
' s. /;. :
tfui
C -;?(.
V [ure il : ni
li,
il El ,!
l'r'shIcii'
\tr Du pilon, Commission chu
daclion S na-
leurs / /,/.
1/1 Si II des
M
/ ouis
Sl.lulicn S:
ntc.
/et u'and v
l l'.i l-
Avant de quitter l'Usine,
nous avons tenu le fliciter
du grand succs, succs de bon
aloi, qu'il a obtenu dans la
fabrication des divers pro

1.
i':.
M r. ,,..,.^-. ------ ---- j - -....................^ .. ...-..., j....
feuilles et en un clin d'oeil, duils dont nous avons pu sui-
elle est employe selon les vre les diffrentes phases avec
ncessits. Lue feuille de fer-J un si grand inlrl L*ing-
blanc, sous nos yeux, est mise nieur Joseph Aubry a bien
dans une machine el Irans- voulu aussi nous accompa-
t'orine par (hur. oprations gnerdans noire excursion
en un rcipient capable de travers l'Usine dont tous les
contenir livres de mante rouages sont en perptuel
;ue. La premire, c'est le ev mouvement el non.-, donner
r,
indrage, la seconde, la cou- les
renseignements
voulu-..
ture par une matrice. Puis on Nous le remercions vivement
applique les oreillons ri l'an- de son amabilit envers nous,
se. tout cela se l'ail par la ma Chaque rQiiage inrHerait une
chine a mail icer avec une ra- mention spciale, tant pi r s m
pidite extraordinaire, lon-i inlrl (pie par son impur-
nante. tance.
Des chafaudages de fer- j Nous souhaitons quel Usine
blancs de loute capacit,ceux ManlgueS. i. (Socit l/io-
clc 5 Iivres.de lo livres, des nyme), une des rares indus-
a boquittes en tle galvanise tries qui ont pu s'acclimater
de il livres, des boquittes 1 chez, nous, marche dais la
en bois de 25 livres, des 1er j voie (hune prosprit de plus
blancs reclagulaires de 30 li- eu plus grande, lelle qu'elle
vres s'lvent, avec un ordre convient S. \ (Son Allegs)
parlai!, aussitt rebtis que- qui a pris rang de duchesse
puiss. comme usine.
Nous av( us g< lc l'huile El c'est sur ce mauvais jeu
salade et frire. Ce sont des de mots (pie nous terminons
produits suprieurs de qua notre reportage.
lit el de prparation. A (li-| T. A. V.
verses reprises, nous avons ^
manifest noire merveille- *
ment pour les progrs prati-
ques de la fabrication de ces
produits purement vgtaux
Nous nous rendons ensuite
l'atelier de confection des
caisses d'emballage.Il occupe
une partie <\c l'immense cour
de l'tablissement, Nous ache
Ions, nous dit M. Brandi.
OTI
LE 1ER Al A L'EGLISE
WESLEYENNE
Comme chaque anne, il y
aura l'Kglisa Wesleyenie des
services d'action de grces le
1er Mai prochain.
Le aille du malin commen-
cera neuf henrei ri celui du
toutes les caisses vides muu- S()jl. sr|), |lfmT,. Aux deux
1 ibles. Elles sont dmontes services,le PasteurTurnbull fera
i'aide d'une pelite machine UM sermoo decirtoustance.il y
I clairage, d'un moleur;nous aura de beaux chants spciaux
alimentons une scierie rota- prpars par le chotur et aussi
live capable de dbiter les des soli. Tout le monda est cor-
planches scions les dimen- dialement invit.
..>,, li rnn- Des ruis, einimes et lieu 1 s
Nions requises P011.';^;" plir|a dcra.h.n lu len.pl. et
action des caisses,Unoiivrier| F r trtf distribus aux pauvr*.
I assemblage. 41 J,p|.()|i| reug mc lfcim]UI]s..i}U.
ce.
Une collecta spciale sera
faite au profil de l'oeuvre.
ses peuvent tre tabriquees
par un seul ouvrier dans une
journe. La sciure de bois
employe dans l'emballage
es I prpare dans l'usine el
Ure de bois du pays.
L'Usine Mantgue doil
tre considre comme un
modle d'or-anisalon prati-
11e moderne.
Aprs deux heures d'excur
sion travers l'Usine, un v
ce Champagne nous est d
calcinent servi aux bureaux
i u directeur Oswald Brandi
11 les res a mables
et la coiTrioisi sont gnra-
lement apprcies.
S?
( on naissez-vous Ji bn H
pc1 ou sa rsidence actuel <
rort*o-Prince? Toute infoi
nation le concern ni sera 'r-
..
Ecr;re :
M l-ar UUW
, hn
1 ?,r 1 Stree
Ne wYort City. U.S.A
Cette I 1 1 '.
Sali 11 '. 1
service. de s*i
le, midi, I mi fil |-.*
le au panier,
s^ de rce le I
venu. Evidem lient, en met
en pratique le Imus qu'-
elle contient, n m ug icialeurs
auraient devant eux iiii vu
champ pour en r la suci
sion deN dise juriiq
heureuses et triomphantes de
loules les ph ises dos prop si-
liuns qui scr.lirai \rnues de la
Lgation amricaine 11 -:w>\
de nos rc\ endicalions qui sont
le Droil mme.
A cette on ivanla jeu e,
inoue, on u pi 'r limil 1 no-
tre champ de m 1 iation par le
fameux memorundum du 3 I -
cembre 1930 qui circonscm ail
nos timides des>id( ; ata. El l'on
sait ce qu'il en est advenu...
Voyez maintenant l'autre at-
titude.
<
min par i rablc con-
fiance que j'ai dan i un relve-
ment, tt ou lard, mais certa 11,
aargiqu el ^ran liosa de m
bien aime Pairie, I s c nili-
nuelles lceptions politiques que
j'prouve au 1 de m 1 v r
publique n'ont jamais pu arri-
ver diminuer ia tnacit de
mes tions r:\ va du hien de '
la colle, tivit. L'an dernier, du-
rant loute m lgisla ve,
j'ai rudement lutt dans la Prs- '
se pour le respecl el I- triom-
phe de tous les principes cons-
titutionnels rieusement alors, mais, selon
1 1 re apparence, dans l'ordre
: national, les rsultais n -
1 pas i" .(lependanl
1 r vranl comme d'Iiabitu le,
u mettre * pi ofil la com-
mmoiatim <\u 2e centenaire
de la naissance da George Wa-
eton en faisant, la date du
1 *! vriei de celte anne, une
ladre l'honorable prsidenl
art Hoovei pii i ontienl les
ihr ses suivantes :
En 1030 vous avez dl l
en Hati une commission prsi-
de par M. C. Foi bes, pour \
renseigner sur la situation du
Pays. Cette commission avant
plus ou moin nfil m les do-
lances, vous .i- - pris des me-
sures qui onl l une cer-
taine salis11, (ion nous autres
Hatiens. Naus vous en i -
rions. Cepen lai '. tout n'est pg ,
et nous comptons sur tous, .
\1. le Pri sident, p mr i ue l'aau- j
vre de iibi il acheve, j
\ u s s i. i nous I-'ruple
s d'HailiJ prvanl oue \oaw
eraui p u-
n.
Il : . M. le Pri-
tj ilt taire observer le* >-
in i IIS II
la : i i i I i: i
I I M, I I | I
iinandali ms '
... i i .i i
i : i e
\ je me p nels
(le vous
'I r W'i-
sliinglon que |'ai ei I le I
i de I i co n ai !>inoratio'i.
t u i s? i ii s, M
i icains I i ])iv du
le niieal .
nr el ilkislrc pi
j'ai Ml
. M. le IV
il, de vouloir h -er
unmag? profond m
liment le i; i e
que , ir ,-(
que vous dev iz I pour la
ipl< le lib m de
h
lie missive n'a pas
Ile du
niseil
-' liresdT.i.iia u
le du-1 \\ i n courant, le dislin-
fu Minisire Amricain, M
sieur I),..... (i. Munro m'a fai-
b w oir q l'il a reu pour ins-
truction de m'inlorni i' '| le I"
id< a i eu
ai Ici 11 e du L'.' l7\ 11 nier
l'il a bien apprci la i our-
atlenti m que j'ai eue en
i que j'ai
loi.
Pour lu eomplJ le lit ilion
i i i je rappoi i i a p irlie
le cet article paru dans
'Action Sationale Ju 25 F-
\ i ier expir :
.si nous sommes ou ce mo-
us le 30Up de limp-
ime amricain, c' -si que les
nman lalions de i'ashi
onl pas religi u .emenl
i \ ea.Ce fondateur del E -
i i. a I ni s d A n
lu Nord, aprs avoir i e-
hnanl a'ti e ca ididal
" i lisime lois a la prsi-
quittanl le pouvoir, a
donil ' ai peuple am i icaill nu
dernier *t solennel avertisse-
il qui est conaidi ; comme
umeill politique, t'ne de
a otumandations est pie le
peuple d i doit tre
j nciliaiii. bienvcillfl
autres nations,
ndalion dit bien
vivant, il
q
ii e das intei van
pc
io chas l'ai-
-
* ts aictatoria-
iA ?Mr*irji^t^ ">
Gl ad!
1
A CSAtt...
o
On ' qu'ii e plaid lit, il
v < quelques mi
un pr ics li
in' s mt, o l'Klal rel i n
de 11 Shell Co, li soni n de
:{ IUI ICS, POUI I
d'i : ition sur un provi-
I e Ju ndil
un Mulinnnit In
SI),' | | o a p iyer i l'tl il h
omnie do 72. !i
Mais la dite Comp nn-
'est et I
sal
Ou siit que,
le i ; U se itrel i
de no m la Si
al' it la somm
go m des, ( 'e qui t
qu'i ' lait que c v r la
isioo du Juge Lon
s ..
I i ndons donc i Ce i
... vei" qn du lo [S
la mai a
se disait ir-
t,
n\ aggra a
lu p ob'ra i de | ses lo*
lin oaie
Is,
! qn fleuri d'ui i
iv, el Ra
u domicile de sa
iihrineita
< i i ira i 'mi-
clianie el pi o\ le, La d in*
dv fut c un sourira
d autant plus i i gageant que
l'on s'im iginail <| i'i| venait se
mettre en r payer Iroh
, [| li' mieus,
se i 'ndil d'un avea e fl imm,
se li' pi rsuasil, i onvain an,
! I I l>' h mte lutle le c de la i vii iHe Mlle. \l..
i n'auront pas d'enl m?s,
u moins Mon*
conn i a plus i na-
in i (liant
la I itaht i 'mne la date de
l'ch du 1^ er payer. \: i-
l me I) :
.
partie espt lalement
li sur les nouveaux
p i irelte*, |ue vient
lancer, sous I niarq ie
lomphe , le squestra ju-
PantalonGuilbaua.una
autre anomalie d'assez mauvjia
m ur ;. mbohque qui
11 lomphe o et qui
en pi m. pa > epi sanla une Ha*
lu un.'se rvle une Indienne
pi'ou reg u Je de prs. 0 n,
. une ludie in , a rec ao lent
\ M.ifi Iod les li essai
plumes, '"est peut -
11 lomi he d'Anacaona,
n I a de lu lielle
a El elle ne
. le pardonnera pas, Pantal !

d (pie po r passer igra
1)1. ment ses ta res en lamilk,
rien i ho aelifi- r
Apres sou-
ki vu s \ out., Madame,
ime ses p. n
i el i< nonce au cercle. .
us que clie/ John
VVi o I o'i trouve des disque i
qui cli uni 'iP.
Dernier Heare
r -
commEnr njeibii?
Facilamanl t i t imml p*i l
GLANDOPHILE
des Lab. ORMOS rARIS
h Gn '.'M
F. %r .- nm-PH
M utrM !> Phai i
. ca s i o n i e c a 11 e (
m de la ni -moii e o* !
rand homm
lieu que celle fuul i aise
pai m
uuverneme l du Pi i
dent iovei q |
peuples soit enfin obse ve ;
de la mme faon que la Ira
i qu'il a lai ne point
i e de tripi
Don M. le Pi sidenl lli
i order son altcnl
mon article sui Washington o
je lui ai demandi la libration
d'Ilaiii, expi' ssiou qui, pour le
cas exceptionnel vis- vis des
1 ms de notre nation,sup-
nc< ssairemenl la
i upaiion militaire el le i ai bal
Emprunt de 1922. El
comme I annonce Hait -Journal,
Gouvernement a obti
uccs
i nds en
il.
\KI>
AL
EE1
BB!: LtNDBtRGH
ee
D'aprs un [ourn il amri*
\Il ap me va trrabour-
bu Dr Condon li i 50.00')
dollai s '| l'il a verses aux en-
i r- payer 10J.OOO dol-
propr argent
our que dans 72 heures le
( ndbergh soit rendu
pi i enls.
() attend avec impatience
l' ru anca tixa par le clbre
Lan lit.
MOMIE DANS LES COULISSES
li air donl les mobiles ne
saeera connus vient
taira dans un Ifosic*
sien.
tue troupe amricaine, les
Qirla commande par
v et Miss I lilli, lena't
n excutant des n |
d escrima.
lin d'un numio, un der
lieu entre les
d" \ capitaines i ivalea. Or. hier
spcial m derenl
ritabl lenoen1,
' ;ure is
v r


fi
\i..V
l, i



I ..
LE HXMk rf) AjK't l

AI 01 I U'. .DLU I
PARF1 LUXE A l N PRI
iNMbN'u.wr. :
LUX
SAVON DliTOII El
DMCA1 M
MOHB A -M P. O FOX M. b durs
Hurl'. du Centre, 'rince.
L'avcz-vous dj (jol ?
Eh bien, de : dans
tous les (afs, b< t res
laurants de la Rpublique
le nouveau produit de la
Brasse i Nation le
PORTER VL'
A gre i1 > Fo rlifiant
Bon Mai eh.
BRA. 3 NATIONALE S. A.
Port-au-Prmce, (Hati).
Jeansems, dt M. Louis Fil*.Le
n s que | ai jetes hier ur l
ie de i le; alines me turent
erlea ptr M. Jeansme. .le
lai s n Nloron-Santiago sens la
|iliue ei atterris Guanlananio-
City oti je pris le l'essence.
Aprs .'i in ui es de leni|)s, je
pai oi -au-Prince ou
[atterris 11 mine vous le savez.
ils i xtrememenl touch de
- Me Poft-SU-
l'rin: e o | s n* ()" m';l
vraime liop cl honneur ci
je -; i ommenl remercier le
nent, le public, les
clul i i nthousiasme dont
j u i n : norenl. Celle rception
l'ail oublier Ivraies les pei-
nes, Ions les ennuis dn voyage.
J'ai dnomm mon avionTous-
, saint-Louverture. J'espre que
le s o n s sei iel de ce nom
.i* si ra compris de
Ions.(est noire ouverture (huis
l'Aviation qui est clans les temps
(prsents l'appareil du progrs,
|de la dfense ei de la prospri-
ts nations dignes de ce nom.
Comsaenl avez-Tons pu ac-
qurir cet appareil ?
r ,i le fruit de mes co-
nom (s, de mon travail nuit el
..ml des temps. Ces!
un Slewman G.5- 220 chevaux.
En quelle anne avez-
vous reu votre diplme d'a-
lun i quelle cole ?
l revu aviateur le 15
i Rooseven Fly Ing.
School.
Quels sont vos projets en
ment ?
Si le Gouvernement Ha-
lien veut utiliser mes faiblei
- ri celles de mon
l harlelton, nous sommes
- Je crois qu'uneEcele
; on e s I indispensable
ir l'Arme hatienne... Mais
-/ nini.Noici M. Chevallier
enl nie chercher pour une
n Palais, .le remercie Le
; bien voulu m'in-
.-, r .\r passerai prsenter
m iliments au Directeur
i intressant organe.
I i |-.i\ iateur, avec Chevallier
une voiture euverte, s'en
V s
l

e r
CHARME
CARACTRE
Un quart

d'heur
avec ivia^eur Dsir Paris
il i !el alternssa-
iiii dsastre,
dne/ \ ous pi ci
\ ie\V de noll c
Paris 7 I !ei lu
il fsl vos ord
lt non r reporter esl ail Ixcel-
mor. L'a> iatei r est
:1e la salle h
e MM. I
i lussainl el u
niricsin.
Prsentatii
Paris esl un gi
mis. Il porte un i
coup, bois de ro e I and,
\r vi-a. e bien l'ail
giunds 5 eu n
regard dii
Voulez i
faire l'odvs i de
alla.
Lt sonnerie -le
?hone i denlil. Mlu ...........
IATI> ()m j \i peul se l'aire
I Htel l u elsior,Andr I hard ure
m l'appareil. * l> ' ,lr Poss!
Votre service.M l'hard I1 "'' '
I tentai ma
I avec mon
-.minier a
. ans autre
nia;. lil une pie e
.< demanda
la i lie vVe< I
pai .il-
.ii -,. Ni
un om nienl >
les d<
i.)
ons finies,
pluie pour Sa-
j'arrivai lo
luie.Nousy pa
r,e ei
pari mi ille, essem r
.i de Miaini.J j
i plage de Desl
chose
, car avant
mer toutes les
! tre |
I
\ r,- qu il n'y
,i qu ou les a
dnient doi-
mer el ra
lerre 1rs. J'ai
. a< ieux,
-i eu beaucoup
* Miami,
Je il".s ie-
Sl.a
1 ravage da
Lomverlure '.
grce, l'aviatei
<
amDuie inutile
hiss Nw Yoi il poui
Washington, eu
insu ondisciple
vialion ; S\. L
seul. De la CS|
rendu a liiehui *
VVinslon I ule
ru pour de l< t
St mon moteur. Ce
j'ai le a Chai lotte
rolina |">ur faire de
Shell, en ce lieu.
Propos
humides
l Lon Dsir Paria nlterrii
pd aviation, il rut acclam,
ovationn, enlev, port, puis em-
port dans la Buick communale
il place ses cts le pn sidi ni
de \'V. S. S. H. Par les mes de la
o il passa, suit! d'innombra-
bles voit) res, la foule enthousiaste,
el dlirante, s'crasait pour I'p-
polhose de notre aade l'air. Ce fut
un reiour triomphal du lils retrou-
vant sa r Irie el retrouv par celle-
ci Poil,m Prince se souleva de fier-
h i (l admiration.Et Lon
" i ii Issouna d'm ition, le
el (i amour. Aussi.quan I il arri-
va .i la maison il' Chevallier, d-
bordante de monde Tenu pour rae-
cueillir.il rclama, avant le champa-
du RHUM s\P.ini: CACHET
n O!;, !c su par produit national au-
uel il rservait la primeur.
Lk Caracterb*/ i.b Charmb
sont les attributs distincts de
Chrysler. Les toitures Chrysler
sont gracieuses avec leurs lignes
merveilleuses commenant de la
courbe du radiateur pour se pro-
longer par toute la carrosserie.
Chrysler jette le dfi du jour.
Avec sou bas centre de gravit il
n'existe plus de courbature de
jambe ou de tte. Il n'y a plus de
sacrifice de confort ou de conve-
nance.
Toutetoujee n'est point seulement
en beaut que Chrysler exceIK car
quoi d'gale la Force Flottante
de la Clirysler, laquelle force li-
mine compltement la trpidation
du moteur, du chssis et de la car-
rosserie de l'auto ? Et il existe
plusieurs autres trails en saillie qui
font de la Chrysler la leader en
Vitesse, Beaut, Texture, Puissance.
Vous devex con luire une Chrys-
ler peur pouvoir apprcier cette
voilure moderne.
FRANCK J. MARTIN
Distributeur.
Avis
^

lies aimable poui ,:1 N|- -Nl
accord toutes fa< near, le n la Pan Ail
ois le lendemain repr mire le qui l i loi extrme-
vol. Mais une plu b acul oblij qui me donna
a/y opposa.Cela dui eux jours i t. Charlelton,
.le dus attendre, i qui m m'a t ri
que le Dulletin n
annonai! du mauva
pluie ne cessanl
?uand mme, direi mi iilu
leorgia.Ce lui dui, 1res dur. A
a5 milles de I E nu
suis lrou\ dl
m. que (pion pouvait
.n dirait.C'lail le i
.le suis rest d ms le>
iv. ani I heui e I mil
bilil tait .ou
tais pas mme
riagnon de M. i
piton. Je des<
nie ls du sol. i
rasa ni les
s'eiw
Mais o
rien. Je mi
dans la ( our i
Vtdu.Commi
reude cass,q
Sud ce
lui pu. lorsque
Cai oline du
entent,
monue i>l. i la
pnn\ ail ngre lu
,i\iateur. Il ciaignail l'exemple
gl es (pi ils onl
tence la fut une
i o de ren-
- ditlicults
S^ Rachitisme
\>s|'nr/ Lymphatisme
V l-j Croissance
>/ Bronchite, Anmie
MORUBIASE
Extrait de Foie de Morue
(friiiilir, Vitmiiln. tans corpi gras)
Ou* torm* ri* Pllulu* Orantil
foie le nions*, aa prrnd At comna ln\pr
Opol : Laboratoires CROSNIER
6. rARIS a>
.1/. Vielor lUiboun propritai-
re de Hue du Magasin tir l'Etat, a le
plaisir d annoncer que, devant
laisser le pays la 1/j du
mois prochain la liquidation
lie son stock commence ds
aujourd nui
Il remercie chaleureusement)
su tnenveil unie clientle cl lui i
demande de prendre les de-\
vants pour //j ohter il une orra-1
sion sans gale persuad qu*'
les retardataires ne sauront
que sien re{/ citer
Les piix uni t rduits d'une
faeon tris favorable.
On y trouvera taujoursgran
nombre durlic es de toilette et\
d'habillement de t unie premire j
nouveaut, tant pour 'lommraj
que pour femmes et enfants.
Regardant srs cranciers et
dbiteurs, il pricccux'd de se
prsenter chez lui au plus tt.
afin que tout compte toil i
our avant le t du mis pro'
cha/,n,dans le mien de leurs
m crls.
Vmjtw BaBOUN
in.foriartla meilUure impres-
lo de celle charmante m u-
n o . Nous renoovp'onf nos
mp :n T ; i n-
iqne.
VNEMENT SENSA-
TIONNEL, DIMANCHE
Inauguration du film par-
lant franais Varits:
LA NUIT l-ST A NOUS
Tk de Maeilim k nitrpi^ parla |eune
Marie Bell
de la 'on di Pr -ais. el le beau
Jaen Murt.
HENRY STARK
HUE IU QUAI, EN FACE DE U GARE
\ erres \iirm ,de toutes 4imeQ>ions pour viiiinei et en
cadre ments.
\ ilres spciales pour autos
Kt/ret ordinaires l/4 pt>ucc epaiss ur p ur nn'oi cl comp-
toirs.
Grand choix de iulurm pour.cadres.
Lampes i- nuit.
La maison rpare uni las ssireirs tachs.
Il M h i". SlIiIIRNE.
A BOBO DU STDOMINGUE
Sur l'aimab'e invit 'd de ls
Cr.rak Tr^naa-
tique, (juelques personnalit! d
la ville prenaient part, mardi
I soir, a un dtner bor du S/S
...'. I Si Dominsue . aneiennuneni
.mure RHologne.
Ce lut une agrable soire
rendue plus attrayante pr i*
grce et la fine courtoisie lr
es. Le commandant et l?s
olficiers do ba d rivalisaient '
gen' | pool leur! IA es par-
Toutes les Polices
DE LA jj,
mitKEi arvvniaf naiiaiua i|)

mon lion p il:, iraiil ,-
de blam ,es> " j
Au caampegn, M. Wietl, le f
sympathique Ministre de France,j
gcomiii ennent la Protection contre la J
si Foudre sans augmentation de lauxj
.
son pas
ma : l>e
i i Hava
.'.; a
?aa
pron une allocution trs
. Il rappela l'intrt pour
Hati df dvelon-
|De.
contribi era re.sprrer |
1 deux
-\ ni doi
historique. '
ul hatien i On se spara vers minuit '
v ai
Aqants Gnraux
lltfsyaitfttBMIssslTWMSllBss^aiTlMir ^


t<
j


r |
*
Hliiioi Itarbaueoun
\iU i.
Doatl. raMBa4f Ml oniTcrMllt a nrd m prcMirt plM
Vr-aanda* partout :
UN BARBANCOURT
et : !;- CMT.
.. I
AU REIGH
ITPRESIEKT HIMuiiG
DEMANDE L'UNION POUR*
le bien ou nn
Hsrlixi 20 a?ril Le leld.
marchal Paul von Tludeu-
burg, prsident de lu Rpu-
blique allemaude, s'est doue
tu renouveler san mandat
pour sept aus l'ge de Si
DS.
Ce matin, Adolt Hitler a
lait une dclaration au sige
du parti nazi Muuicli, c-
nuaudant a ses partisans de se
piparar pour les lectious de
Ja Dite prussienne qui auront
lieu le 24 avril aliu de luire un
pas eu avant vera le but qu'u
qualifia dlibration de l'Al-
lemagne).
Dans son allocution, le
prsident von rliadtLburg u
dclar :
i Avec gratitude pour la
tooliaute que la nation m'a ut
nouveau tmoigne et avec la
promesse solennelle de ser-
vir de toutes, nias loices la
patrie et la peuple allemand
a l'aveuir comme dans le
pass, j'accepte la rlection
a la prsidence du heicli.
Fidle mon serment,jej
continuerai mon maudit dans
un esprit de (calice Mnilavo-
riier un paiti, avec uni terme
volume d'aider la palrit a I
obttuir sa libration tt (on
gaine a l'tranger et l'unit
tt le piogi liutiidir.
A tous les Allemauds.lion^
mes et le m me, ci pendant,
la fois,* ceux qui m'ont donn
leur appui aussi bien qu'
eaux qui n'ont pas Vot pour
moi, fadiesse telle prire:
Cessez les discussions, et ser-
rez les rangs. De mme qu'en
prenant le pouvoir il y a sept
ans,ainsi, aujourd'hui, je de-
mande au peuple allemand
tout entier dmettre Ja main
_ l'uvre. Il est ncessaire .
d'unir toutes nos nergies)
f
t ^
7 S \
I
ASSUREZ
la
General Accident Pire &
Assurance Corporation
de Perth ( Seotland >
a r | v s
V
k /
-r
fa-
\La farin l>
brioue oourles boulangers
L
r <
Lu
,id.

Elle
mes
sentes,
c le quelq
seulement j)lus
*.
ccnli-
cheve
>rganisat.iea
embrassa le
Lar la GENERAL est une des lui p.ussaulcs et des >1ji r ,
1e ce genre. Le soleil na se couche jamais sur son champ d'ac i i uni
monde M
ses Polices coutrt incendie couvrent aussi les dgts occasionns par le foa
bes Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, uialvtilluce, dommafM
causera autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branche.? d'Europe sont naval les en Hati
aes 1 ohecs contre accidents sont valables dans lu ni vers ci,lier. ous les -,v -
ruts,devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une ponce contre aci i
dau moins 4000 dollars, la prime annuelle u'taut que de 1/2 /. soit 20 dollars l' C
Veuve F. BERMINGHAM, AuxG
aves
SOUS.' CENTS
Agent Gnral pour Uniti.
l'ortao-Pnnce. I t. i'.ILG
JEAN BLAN'CHETJ*ri>m'
que les autres marques,
mais le lenclement quelle
donne es/sans pareil
Avez-vous ( lj travaill
Bat'Bas?
Eh bien tlpassez chez les
commerants suivants :
ED. ESTEVE 5 C
Gin-Tatdy
Cl SOIR
La belle pice de Cb. Mi
Le Prince Jean
'aul Guid
avec Ren Hribel, Lucien I)als: Entre : 1,00; Balcon : 2,00
DIMANCHE
A 8 OE'JRES
De la Giil, de lAngoisse. in grand film avec la belle
Suzy Veinoi) :
a.DE JATI
JEAN ASSAD
P. BAU i:
<

ni M I. Il Mil I ING
vronco.
Ily. Mo.
ED. GtRMAlN
arlis'e
Paris Girls
avec 1-slher Kiss, Jeanne Brndeau et l'crnand Pabre.
Entre : 2, 3, i gourdes

{Notre confrre Ernest
I bai v t,rpondanl une note
l" Il 'iii-lo irnal , explique
q on inleoti m est de !
> re ici ce qui se lajt par '
'""' ailleurs : donner : lu ;
rul chiq e s ir, de 7 h.
7 b. 1 >, les v iv ill >a d'Hati S
et c 11. s du m ,-.\ le entier, j
Ceci, i lin que chaque jour
seul renseign le moindre pe |
lit coin du pays o un poste j
rcei leur peut se trouver",
Lite en 4 page |( s acci
dents, d'aprs 'a liste tournie
par l'Hpital Gnral.
Cin Varits i flrira dl
manche soir un film parlant;
franais: Lnnuit est nous tir A ,..1- 1 I
d* lumud.u.eriiSci\ Achetez-la avec e une nitrveil1"
pkique.
. BOLfE
cinmatogra-
pour mai'rise les complice*
lions et les difficults de no-
tre poque.Ce n'est qu'eu res-
tant unis qua nous serona
assez torts pour gouverner
notre aveuir.
< En consquence, en avant
n avant avec lieu !
| Suivant la coutume le chan
eelier lleinrich Bruening a
prsente sa dmission au pr-
sident von Kindenburg, n
t invit restera la ' e
du gouvernement, ce qu'il a
ccept.
VASSER GAIPV mm
Ftl" R1KE _.
86. Fai i.
envoie
M OLOI K|M , M011
I*gnt
^""Harm^J^-j.- / """ '" .
GHOS
a -
lo a
il
Le Prsident Truji
pris un dcret par kque
abroge l'ordre d'expulsion
pris en 1017 contre les Irres
Morpeau. Ils peuvent letour-
ner en rpublique domini-
caine et y rsider durant le
temps qu'ils voudront.
L'aviateur Lon Dsir
Paris, qui est un ancien ve
le ait-Louis de Gonzague, a
t cordialement reu hier
matin par les Frres qui di-
rigent cet tablissement. A
'SMTFRANAISE cette occasion.conge d'un jeur
SfBraitfB , donn aux lves.
#.i signale l'arrive de
M. F. Gsihel qui projette
d'tablir llim lu une usine
f1.111 jiuu i ii,ruoret i .t
pour la labncatiou du beurre.
Bue os-Ayres B ir i, le
dancing de Marlissant, oflre
demain soir "un bal t n l'hon-
neur de l'harmonie des pou-
voirs eicutl et lgislatit.
- D'aprs c Hati-Journal i,
les valeurs recueillies pour
la restauration des m mu-
ments publics sont verses
la Banque N compte du Prsident de la
Rpibliqoe,
Un aviateur dominic in
arriv avant-hier matin a
apporte Lon Dsire Paris
las hommages du Prsident
Trujillo,
La Chambre ayant nui-
dft un article de ses rgle-
ments vivant son personnel
administratif, on prvoit nea
rtorme imminente du dit
personnel. Les candidate au
Secrtariat gnral ont i pris
leurs activits.
Dcs
Nous apprenons la mort
survenue |sm< di dernier
lArcahaie de Madame Prosp$r
Chritphonle 'ils, dont les r,i).
oquesonteu lieu IEgli<
paroissiale du lieu.
Nous adressons noi sym
paihiquea condolances a Mi
l'rosj er Chrisphoi te Fils et
a tous les parents de la d
funte.
irretez !5Toux
Rapidement de
cette Faon
: ea Vii ka
.
Travaillez-la avec orgueil I
BOULANGERIE FRANAISE&PATISSERIE FRANAISE
RICHARD PETERS, Frop.
( ll\ .ir DEMARS.N l::i7.
LA SEULt BOULAflGERIE^EUROPENNE EN HAJTI.
ClALITi IR SANDWICH. PAINS FLUTES
ET PAINS MUULL HOIRS. PAINS COIPLEIS. fIC.
PAIISSERItl. VL-AU-VENT. TOURTES.
SOINS ET PROMPTITUDE.
Tlphone: N 2069.
sur la poitrine et
rg; appli-
quez librement.
SCKS
Varo Rub
? ourTout Refroidissement
La
ma i n'a dus de
succursale.
Insurance Co
Une des; plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
j sur la VIE
\ EUO. Le BOSSfi & Co
I Aaents Gnraux
LE FAITEST INCONTESTABLE j -
Rhum Sarllift
,
i Ces! la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste lerriloire
runissant les meilleur roirs,
C'est ce qui lait son a ne.
GOUTEZ ET COMPAREZ'
**m.


Vendredi
29 Avril 1932
Le Matin
.V.i.FAOBt
2oraeA:sNrVV 70!
Pjrt-vi-Pnace
Tlphona : 2714
fc'WJLT-*-,
TL-S)
VIENNENT D'ARRIVER
- la Maison
h. silvkiu
Rues Courbe & Roux
Il il il dciinl llaitin
Accidents
2-1 tvril m
Popeline anglaise sup-
rieure.
Drill blanc Union extra
stiorieur.
Kaki jaune [anglais sup-
rieur.
Prix sans concurrence.
'OUBLIEZ PAS OE FIE UN PETIT TOUR A
fTERRACE-GARDEN
Chez W. KAHLj
Petionvill
l.M pieds d raitd! ea
*">* (le Poi I
Ssulemenl l c,c "le roule
a jhtlte. Vues mi i la vilh r> t.
issons de
L< net Norri, Portail IM
g\ne. Erosion multiples de J'a-
! i! droit, loric iontusion
d bvsdI bras gauche, blessnre
use de 1 on fronto-
I ,., bl WOre ontuse de
| i. [ oi lio it > h ni orale, blfi
gare < n (use le l'oreille gauche
( ii pila is
l,.ii,s >-C'oud, 12 ans, rue
RSvo ut o Morsure de chien
lace poit r eure ri a genou droit.
An Lv on du bras gau-
che.
,1 ieph, ni ans, rue
Si r I Bsore .traumati-
q ie du nez.
A Miche', '' ans, rue
pa turc probable du
eu b ne.
Jos< En ', iue du Cenlre;
C totusi< i de lVpaule gauche.
uel Lafleur, Morne de
ljl Bli sure bonlase du
,'u r ch vi lu, rgion paritale.
Samu i harles, 30 ans, Port-
. Blessure contuse du
Ire n1.
HALLE A LOUER
Moiti de la grande halle,
sise Rue du Magasin de PEtat,
ct de la maison AHred
Cooke, rcemment occupe
par h tiendarmerie d'Hati.
S'adressera M.Henry ITARK'
lue u Quai, sn lace de m
are.
THE ROYAL KVLSTEtMl
Convocation
COMIT H.HTIHI DE
LALLIANCE rRAMAISE
Conformment aux Statuts.
les membres du Comit Ha-
tien -le l'Alliance Franaise
sont convoqus en Assem-
ble Gnrale.
La runion aura lieu Ha-
i iana, vendr di prochain. 21
avril.ds 4 1/2 heures.
Ordre du jour: lo Lee
luredu Rapport annuel, 2o
Renouvellement du Conseil
d'Administration.
Port-au-Prince, le 25 avil
1932-
Ls secrtaire-adjoint :
P. CANTAV
l.e steamer Anra venant
i de Kingston et des ports du
' Sud sera Port-iu^Prince le
12 mai courant prenant frl
pour l'Europe via les ports du
Nord.
Th$ Royal Mail SI ta m
Packel C<>.
I. J. BIGIO
A
\r
re
Una poll<
paimi lesq i
1H volunv
sve, relis
C Toi murs
Sauvez
vos livres
Sauvez vos livres et col
le tions en mauvais tat n
If s confiant a i relieur co s-
ceneieux, honnte et ha il-
Etibnne CAMii.LP.Rue !',< nnee
loi .
A vendre
Une limousine De So'o
Chrysler en partait tnt.
S'adresser rue du Quai,No
1721.
'" fie livre,
i v n :
lesve, relies en veau \}m^
I Toi urnes du Comte (ul
Monte-Cristo >, relis erjaraai
teur demi-chagrin aveccoini
3 Tolumes de : lion de Servais C(.urleHeM
men',relis dt mi chagrin avec
coins.
S'adresser au
Journal.
Bureau J
LA LAITERIE BAILE
Livraison propre kvgiaj
que, en bouteilles herntj
qnem< nt cachetes, l'i
fie toute lalsifi .ition.
Transport laii en rlrignd
leurs roues.
1313, Grand'Rue, PortJ
Prince.
Fleurs! Fleurs! g l. VERRET La Manufacture Ilaiticnri
de Chapeaux* L'Indigne
On n ourera cliei Melle Ti
Une Augustin, Bas Peu de
Chose, des fl ura couronnes,
brilles de lleurs naturelles,
i march.
1)1
trrangemenls tiers pour le ions de jour de
Mutine ou de mo
K QUI N'A JAM/
CE 001 NE PEOII
Kola Champagne
F. SJOURN
Pu pai d m s ii( s c nditions ri usai
D'ASEI HE
Prparati i el Ven'e
Pbarma i F. SE
Angle di s i el du I
AVIS AU COMMERCE
La Panama Uaili iv ml i ;c d'ar-
tutaatr les dpai ls i rrio r
llaiti, directemenl To amers son
vertus le cbaml ri'i me
Mrltarls 4e hew 3 Ami rince.
s-s c-
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone N 2323
Le vapeur "J}aracoa",Voy.
101, venant directement de
New York, sera ici le 3 mai
proc, continuera le mme
jour pour les ports colom-
biens, Cristobal, Canal Zone,
Kingston et New-Yoi k,
! e manifeste 'te ce navire
reu par avion est la dis-
position des clients dans nos
bureaux sis an^le rues Ega
1 i to et Daniel Deslouches.
-
l.e vapeur "Bogota", Voy.
10 >, partira de New-York le
29 cri. pour tous les ports
hatiens. Ulendu Port au
Prince.le 7 mai prox.en route
pour les p rts du Sud. Sera
de retour le douze mai pour
prendre Irt, passagers el
tailleur-marchand
Habillez-vous avec lgance
et distinction, en tous adres-
sant la Maison
C. L. Verrat
Rue 1 raversire, No Uk,vei-
sinage ' la Douane*pretqu'n
tacedf la maison Eslvt.prto
l'Htel Sea-Vieu '
i/uue des plus anciennes de
la place qui a c, iiserv son
bon renom.
On y trouvele travail le plus
soign, coupe lgante la
dernire mode franaise et an-
glaise.
Spcial i ls : Habits et vte-
ments de crmonie.
Prix MeDnis.
malle pour Cap Hatien et
New-York.
i
Le vapeur "Martinique",
Voy.97, partira de New-York'
le 4 mai proc, directement
pour Port-au-Prince.
William E. BEO,
Agent
5I&_iwc9i

.* H^BHa?^
: "^nj*
! "^*: s
Steamer iBuenavei ;
Staaaaar An,
f^eamer cGua)
Stettoer aCrretol ala le
S/S "Baeia vei
S-^i "Ancon*
Sitataer ''Guayaqi i!-
Steatttr "('us!,
2>>eamer "Buena^ i
K&taBfr "Aih-oi
>:ettttr "uayaquil j .llet
Pana ipshi
P mai
5 m ii
mai
: mai
" juin
' juin 1J32
1 juin
juin
I
I
juillet
Idal Khum
1932
1931
l32
1932
1032
1932 I
1S32 I
1932
1932
1932
:it
f. : .VA'
enl
Lykes Brothers. SS C lue
Txa--Hait Ko Rico
Lji saal ten
M* aatrt les po
Ipaii -au-Prince.
far lt rception
lUpartations, se,
Les prochaine!
Steamer '' i
Steamer "Mai
Steamer t \
kvaf: Kue du ai stalc B
ra et
t avt^r
bile le vos
I I.Y
t"
r'I 193*
93i
ALIX ROY 1
30 annes de succs.
il- '- mil i i 11 .
alletitioii
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOl\EAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
A le plaisir d'annoncer sa nombicuse^ lienlle que|
vente de ses CHAPEAUX se I lit. depuis le 1 janvier,
^ 2027, GRANL'RLF
an face de son ancien local.
Les Clients y trouvrent le mme accueil.
BOl'lARCHE. CLRIT, G0URP3ISIE.
Martinez, Marcelin & G*
Loterie Nationale d'Hati
i
41 , Ru lonna.Fot, Phone 3358*
ni
allipli
Lt Loterie Nationalcdlfati est
ane institatiaa htutement humanitaire par la ..-
d'eeuvres ju'elle se propose d'aider, une chance di-
tre offerte aux homm* de toutes conditions de tonj
Employs, Fonctionnairft, Ouvriers, Artisus, S8ltnJ
tous ordres, Gens da maison ( domestiques, | ssds p
leur budget moyannait deax goudes, peuvent gagner n
taille gourdes. Pttrons de Comraerce.Chet^ d'Indnstie.ptj
aux iusufOsauces des ventes, par l'achat d'un billel. 1UI
libre du souci des chances- .
Mdecins, ATocttt, Ingnieurs, Snateurs, Dpule^jU"!
Dignitaires dt l'Ittt.Reprienttnts de l'Intellectu iliic
nalitlts.
Daaaaa l'exeaqala dt Taira wlidarit soc'sie.
BtRtitrt, capitalistes, aoraata tn jouant, augiuen.e
aToir.
Vous toas a.ni kafcitet** Raiti, rencler-lui service!1
ait le billet de lt LOTERIE NATIONALE D'HAIn-
L DtFIANT TOUTE GONCURriENCE Laboratoire SJOUR^
(J ai vin Vierge
i Chez N. NAZON
l l-lm. UESRUSNPUi'lt RyPHRkim,
DiRFr.Tuns
P. Sjourn, Pharmacien L
R. Sjourna, Pharmacien de l'Universit ,ie'ar',
M. Sjourh. Pharmacien cl l'universit de PsnM
;n'erne des H| it m\
analyses des Urines, dn suc gasl
sermaan, tire, Constante d'Ambprd,
lsfjnaa. Bas mtWeVes tetles.
I
;


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM