<%BANNER%>







PAGE 1

Chambre des Dputes Sance du 25 Avril I Las ance est ouverte par le premier point de l'ordre jour : onction des proc verbaux. Celui d:i '1 > Avril est lu et sanctioni i par l'Asttmble. Le deuxime ;> M amne la lecture tle la corn spondance o se troui i nne dpche du Secrtaire i 'E'at des Travaux Publics I u missent j la Chambie cl. ign-j mtnta sur la nouvelle renrfe j du trafic de 1 1 Co npagnie Nationale des Chemins de 1er d'Hati. Ar. troisime point : ranI ori des Comits el commis. ; font, rien n'est pi An quatrime point : qnes Mon H intrt %i le D nut Cassiani Jean dit i u avec la situation actuelle de misre, tout le monde doit concourir a la prosprit conomique du pays. Pendant la lcolie ducat. le paysem ie A peu prs 500.001) si % %  i qu cotant 0,15 cenli r. J crois qu'avec de i m *U* r*t Aateai L > HENRY STARK RUE DU QUAI. EH FACE DE LALGARE S'erra t i/r#s le t -n'es imensi mi pour vit lacn et>< tadrements. Mire spciales ponr autos Vitro ordinaires 1/4 pouce pamrur | our ait )t et co nploirs. i ri i ici choix le Moulure* poui j adres. Lampe* l<* nuit La maison rpara aasei Ici Miroirs tacite •rvwB^" A CIN-VARITS Assister la reprsentation du Rosaire et applaudir noire vedette nationale .lacet Stobte^ % %  ; 'cjuelme Wiener-Silvera lev et qui i i d ero sa troupe. ployer plus de I" Il dpose une rsolution o il de mande la Chambre d'crire au Secrtaire d'Etal des Tra vaux Publics afin qu'un al< lier soit ouvert pour la confection de sacs de pite | our I caf. Ace moment, le d'Etal des l inani ie un projet de loi sur le de famille indivisild. 1 1 in saisi s sable. Le lut de l'Intrieur %  un projet de loi SUI I arrts en vue d( Its dbiteurs, un autre projet sur ta rcusation un autre sur le chmage, u autre ayant trait un crdit extra' ordinaire p n u r couvrir les %  piiiral plmircl l n > p< '' <,agnfiie no,re i(,alisme L iOUI o X ICLll O: olympique, patsbreurs de cariplo'ir. r j : '\c rdaction, dduisit la cohsion parfaite qnp \ i "vii/ prpare, Messieurs s -i i/' pn cisnt l'unit indment al en remetiani loua vn ponvore nfre nos mains pour la ralisation 'e ce 'ournoi. (estes et rcriminations ctupides,calomnies I nou- les a*on Mib's avec ddain m fac de l'tranger. Il est m*rre trouv S'adresser rut du Quai,No une certaine presse pour s'en On trouvera chea Nielle Tiline Augustin, Bas l'eu de Chose, des rieurs, couronnes, etc. .i bon march. A vendre L'ne limousine De Soto sler en parlait tat. 1751. trais d'ouverture de la ses sion. Il demande l'urgence < t le vot s immdiat pour ce dernier projet. U Dput Blizaire veut sa voir quelle est la natur deces dpenses. Le Secrti re d'El il lui rpond qu'une u de a t lournie par le bureau des Archives. Elle cousiste en louage de chaises, en dcoration!, en achats de ileuis, pose 'i< ventilateui s, etc. U Dput BUzau dit qu'il est satisfait. Cependant il combat la demande d'urgence pour permettre d'examiner ces dpenses. Le Set rtaire d'Etat dit qu il y i gourdes pour la Cb m e et pou le Snat. Qui 1 1 n vi t ou non, ce n'est |> > 5on alfa ire. L'urge ce et le vote imm %  • concoure daintrest diat soir votes. I ensemble !r financier, l'U.S.S Autour del'U.SSH. Sous publions avec plaisir lr disi ours suivant prononc rfernirement par .!//• Andr Chevallier devant i Assemble Gnrale de CU. S. S. II. : Messieurs 'es Dlgus, Les re ncon i es JamaYqm laire l'cho. Le Comit actne',esp 4r *>n* (ne I le rsultat nlasle de rrs m>! neurs les mira corrigs, vous I iirti le n joli' d'hui d ponrsuivre avec loul l'esp •' optimiste uue nona vous connais i % %  s, l'œuvre que nous avons p % %  r :'" e i r 'mh'p I e Comit Olympique Hailian, comme vous venez de le cons. laler vous-mme par la lecture de la con-PM'ondanre par l'ho norabla Monsieur Poney, PO'TP Scrl ke-Gnral. a ton ifnt pour obtenir de I Etat des tonds pruir no'rp P.. hcmaHon aux .leux d .lui"e'. Jusqu' celte hpure, Messieurs, aucune p ; cce olticielle ne lui a Isil savoir la val'iu qoe 'E'at compte melirp sa disposition. Toutefois, noua avons la certitude ai e rous seHali, au point de vue finam ter, nnl donn le mi illei r rsulta'. V us avez d VOUS en rend-e pie in parcourant l'tal daill 'es recettes et dpens* s I TOUS reprsents Los Atv'. car l'dailien e^t nour la dertjue le hpsorler a lait publier. .le profile de cette occasion pour rendre I hommage le plu ,i i non me qui, dis Tle ii ni, a i" i pr la victoire. Sans ss* d" no n'au; u pas rendre sa splen* i ur d'antan, el ('ans le monde i oi lil : s Anlilli s se rvh r u looNball eue rivale viclo rieuai *l*. s I i illants loueurs de ia Jamai ^u-, |< i meilleurs di iniii s ( )> :i< enlali s f.'esl donc Monsieur Flii 11 ip n io de la Io tst voie. Le Secrtaire d'E l dclan que cet dpenses I < lectuis d'aprs U s ci s jus Uflcatives q u e la I lu mbn do;t fournir. Le Dput Edm ; ire rclame l'urgence le la pose! que noua avons obtenu celte des ventilateurs, | ves dnis] victoire, que nous avons pay rencontre et r Assemble l. U d proposition par t i. O lie proposition est \ i Le Seci tain d I Un tricur explique q I aval demand I urgenci vole immdiat pour i mbn mme, ns qu'il l ra, i lera mettre I e .s itei rclams par le i ' ar tia. Le Dput Rugi > 7 a \s dpose une prO| le loi ii ;. Irais de la Je 'h sialli lion ac uelle du l'arcl.fconle. : <> i si i lil m, Messieurs les i est nie donc I ss i h ut roationi I, • i nous permettre I || | % %  y |f r ,-p. noces des dmims' lit es et lurtoul daller de l'avanl dans noire snde sportive. Nous avons eu nire heure, el toutes lead'fliru'ls de la crise actnella cr^ri vaincues pour que Irni te • athltes, au moina, patient pour la Klme Olympiade. A peine rentre chez eui, nos professeurs d'hier, constatant a leur dpens Us proarcs que nous avions raliss, noua ont officiel!) n enl i otifis leur inU ni i n d'Inviler l'quipe nalio nale au d< bul de 'a saison pro h me. H mpo le aue (l'i l> de re ri smnionnat, 'p *nze qui 'evia voyager pour la Jamaque soit jrieusement envisag. A m es un mois de vsenrees mrites, il nous faudra excuter ce projet. Monsieur Phito R gnier, nous l'esprons-, aura le temps de nous revenir en parsant des Etala Uni, car la KRAFT FR0MAGE7AMERICAIN ... LE FAVORI OE LA FAMILLL D onnez-vous el toute votre Camille un rgal. en servant Irqtiemment le dlicieux fromage Amricain Kraft. Tout le monde aime sa saveur douce et agrable, sa lezture riche el mu lieuse. Aimez aussi toutes les autres varits de Promage Kraft Amricain; il est mlang avec un soin extrme. 11 est suffisamment a point et soigneusement empaquette pour conserver sa saveur el sa Iraicheui. Il v a beaucoup do moyens lgants pour servir le froma amricain Kraft ... s ins ornements, ensandwich, ou sous nue varit de plais sains et dlicieux.*-" "'-^ v Voire picier fl ce dlicieux et bon fromage sous divers* 3 varits... Pimento, Suisse el Veivaela sont aussi des favoris de la famille. Dites loul juste Kraft et soyez sr que vous aurez du bon" fromage. KRAFT((jpCHEE5E PJWI.LT Stl.l.S COHPOIIATIM DiMribulrur Psrl as-Prince. Hati. Mai prochain. Cette l'e Jstra organise dans le bul de per mettre tous de taire oau*re pie, de porter sa pierre la res '.'iir.'iiion de nos monuments historiques el de rpondre l'appel prisant de S. E. Monsieur le Prsident Stnio Vir>* cent, Pc'" dent d'honneur de ru. s s H. Magnifiquement claire par le Hjvq U e brillant du soleil, par P de ses a'ours du print mnla pelouse du Parc Le^nn'e verra d'culer pour la premire loisoi s< n thtre en pli oie-" M j c Entre t 0,f0; Balcon : l,u. DEMAIN SOIR I.a belle pice de i h. Mir Le Prince Jean avec Ren Hribel, f.ocien Dalaace et Pa I Go Entre : 1,00; Balcon : 2,00 II N'Y A PAS DE MEILLEURE PROTECTION POUR LA SANT QUE LA PROPRET DU i IFEIU OY ANTISEPTIQUE. LIFEBUOY Lfc SAVON l)K \ x SANTE POUR MAINS, PIGfRES ET BAINS. MCT1H t l AURIN, P. O. BOX Ma. — Diatribuelurs Hu( Houx et du Centre, Port-au-Princ (ail ('•'( clion re doil comporter que (hs lments de victoire,choisis '• i ai li pi kEl DOS hommes, l'i i vi ah i voii h iompber nos couleurs, I l'ohissiance hii srel q %  < 1 1 pins complte ri j la oins absolue ans autorits de la victoire, j LUS S. H On a voulu discuter nour rattacher Si r' ommejevont l'ai dit plus haut, le rsultai des rencontre de Mars demi' r. "< st pore que 'a vicloin n* \ ni 11 .-.s lcresan'e. •-i i" & S IiSBlHIHHHs9li 0KVV9 Toutes les Polices DE LA a m U commune de! ;" u,,n l l a lhu ... % %  tS ri MI .'l • p t' ns no ie Il en demande 1 u Ja sance est levi ,, , ,. '• i f. rli I J msicalion, Mor ieur w II, Nous avons eu Au moment de mettn • '• victoire p< QI .^ re que nom avions rv • i r la a'oire Ncrologie ", \ no're • re i ta Jamntgce. i lomne proi ia ne uoil pas lre %  %  "''. :• • >'' !• i nitei le, vidente a cotre victoire d ni re Noua i nvisgeons le euliou proch d'une i ne, maia, l&ieons d'ni % %  deux co : in n i. ne D) Nos cond avi n i victoire la pins j liions renls prouvs et pariieuli cou u-jcomi me Anninmeui s\euvc,uce Ce'ia teuse de coultaaiera inlrigerl 'del'U. S. S. H. pnr des IJadcre. S. **** eipril sportif, i^aeiaul no-' Jeux-Floraux le dimaip h 20 presse mort nous apprenons la le notre ami 1 rnon oc noue mm tuiiic .. AUDA1N dort ..,.. i enctl • • res midi rE„ drale. '1 p i vi( une i.i pins CUlicoin; i !e. L*P U-J COmU iocii Celil teuse de coultaaiera intrigants, I vers ire de l'U. S. S. H, comprennent la Protection contre la g *ra Foudre sans augmentation de taux| lufj.Le ttosspm> % m Aqents Gnraux Hi tfnmmMeitge| ? i|i i 8W ^ t Jpte lgB1]ML osa



PAGE 1

l\\LZ Rhum liarbaiicodri ••I • %  tit : kl %  Hue Csar. • I ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Lifo Assurance Corporation Ltd. lui qui s'en teil charg. D'aune pat, nous avons pu constatr ks rapides proses ra'is^s dans la ci US traction du trois'me p n qui sera complte nient achev, croyons-nous, au plus tard dans un mois. C'est l'occasion pour nom d'adresser nos plus vives flicitations la Direction ce* nnile des Travaux Publics (|ui a eu la main si heureuse dans le choix d'un homme de gnie vraiment conscient de ses'responsab lit-i q'ii confier des travaux si dlicats Ce sera l'occasion pour le pays de comparer les deux administrations qui se sont succde. (tonne chance et coiroUments l'Ingnieur J tardait, A.J. E. Assurez-vous contre accident In General Accident Fire ifp Assurance Cornora'ion Limi'edp,— Vve F. Berminghsm, Agent Gnral Donr Wali. Le Bb Lindbergh L'o i cr.il nu 4\ri*. d'un gri n I ifficiel de New-Jersey, que le Colonel Lindberg a ru ( %  > prendre, enfin. d \ a H d'une franchise parti culire dans .es critique 6 1 a ait qu'il tait absolumen ossible I ntinuet • tique internationale qui pousse h pi uple la rbellion) i i' 1 pi rl dr la a pro< d dtestable et absurde oirerats conlcu n( es. Vehetez-la avec confiance' rravci il lez-la avec orgueil! OUUGERIE FlAiiAISt&PATISSERIE FRANOAfSt RICHARD PETERS, Frop. (.114 dP 1217. LA SEUi I iiOPENNE EN IIAIII. SI II, PAINS FLUTEJ El COUPLETS, ETC. ,t. MURIES. IIIUDE. Tlphone: N 2069. La maison a pas de succursale. nsurance Co i Une des plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG. Le BOSSE & Co Aaents Gnraux LE FAIT EST INCONTESTABLE! Rhum Satihe C'est la quintessence des meilleures! arits de cannes d'un vaste ferriloire runissanl es n A illeur.s erroirs^ C'e-^l ce qui ;i ironie. GO T TF7 ET taM -*% A



PAGE 1

I\ Jeudi Avril 1932 Le Matin .PAGES VIENNENT D'ARRIVER .i /ri Maison] .SILVEIU Rues^Courb : & Ro ix jPopeline anglaise sup-l rieure. [ Drill blanc Uni >n extra suorieur. Kaki jaune anglais suprieur. Prix sons concurrence. SUIEZ PAS OE FIE ON PETIT TOUR A ITERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville l.CM pieds d'ail L'tab i. plus Iraisdei tn parons de I'DII :M-l i in ce. Stalemenl 15 .i l< i d'auto soi u te excellente route •• fhalte. Vues men cilleus la ville i port. I i sons de toutes esp Hsitai G Dfral J Accidents vril 1912 Ern*l e, 14 i ut, ru %  d l'Es Luxation du fo g \ a'tv, 23 an, rue l -i r . 1 lamre contme d la lvre mi Prieurs. Auguste Vdlu*,4Guns,I/ogfine. Hl's rre contu-e du cuir cbev*lu iioa occipifo-pa ilaie pnu I . Gure y Wool'.v, 14 an* Gran.l Hue. Blessi re tranchante du o dii a droit. J(eph Ocsira, quartier S'. Joseph l hss'ire piquante de h m llole ext. du pied gao< h rosion de la tace deffiali du pied. Pierre Paul, quart er SI. Jo seph. Ht ssu e contuse de h jan b< ga ici e. I sir Auguste, Tort S'. Clair. Contusio i du genou ga iche. Prils Hameau, >ue Runion. Collusion du £< nou. Jean Albert, Boia-Veene.Frscture de l'extrmit intirieure de l'avant br AndrelWrcule.il ans.Procy. Conlus on (tu thorax. Fleuranre Pierrejusle, Croixdes Bossaies. B; lure de la f ce, du thorax, de l'abdome n ( hospitalise ) Vil Vilciue, 30 ans. Ther. Contusion du pie i droit (hospitalis* Vve Chry Leveill, 112 ans, Ravice irdade. Luxation de la h oche dioite (hospitalise). Avis in arrangements pailiculiers pour les pi usions de jour de jirmainc ou de mois.' •E QUI N'A JAMAIS ETE FAIT CE Ml NE PEUT TRE DEPASSE Kola Champagne F. SJOURN Prpar'dans des conditions rigoureuses D'ASEPSIE Prparatio i et Viule *BA*MA< il F. SEJOURNE Angle dis rues Roux el du G m re. AVIS AU COMMERCE La Paneras Liai isbip Liue n l'avantage d'antracer les dparts s otsde \C\v York pour port-au-prince llaiti, directement . . %  j J c* m rdi. Tous les steamers sont eoorvus de chambre trisori aue rparts de hew \ork. Arrivages Po i au-frinct. Steamer iDuenavei ra 1< '•> mai IU32 Steamer Aucun le 10 n ai Mesmer tGuayaqu I > le 1 m 'i Steamer eCristobali li '1 msi S/S "Boeis vei lun' le lerjuin I jp "Anconle 7 juin Steamer "Gusyaqi i'i l i j Q j 11 .Veasaer ''Cri 8tob.il i il jui i I Mesmer 'Buenavei m-.," le 21 juin Meaeier "Ancon" S'xa-wer M §usya ;i. | ;, %  \] j le 9 -nai 19J2 I* 15 mai 193i le 23 mai lt32 le 29 mai 1932 "juin 1(132 lr 12 juin 1932 20 juin 11)32 le 26 filin 1932 'r l juillet 1132 1 1 Juillet 1932 1932 I illel l'an.!; a ILiiIro.t I Steaœpship Liue Je: LC.VAN I egeul ( : ui i Lykes B s SS C Inc T*xa --Huit — %  antoUomist| Porto Rico i .e seul service h< i rs et tjt' eutre les ports d i ; ^, P; Ferveo-Prince, 'I. Tour la rceptio i j.. vos importations, servi UNE Les prochaines '-amer "ftu l Steamer "Mai Steamer i \\ LYKE mai Y iAue*: Rue du Magasin de l&ui, Ho,te Postale B \i \ U'orBaboun proprltai te ai lg*nle*,au So 171'9. Rue 'fu foag igin de PEtai, a le plaisir d annoncer que, devant laisser le pays la Tn du mois prochain la liquidation de son stock commence? ds aujourd'hui. %  Jl remercie chaUvttusemtnl sa bienveillante tlientle et lui demande de prendre les rfevants pour ptohler d'uni og$asion sans gals, ptrsuad qw let retardataires ne tauront /pie lien regretter, Les prix ont t rduits d'une faon trs favorable. On g truuverajoujours grand nombre d*articlesae titetteel d habilitaient de toute premire nouveaut, tant pour hommes i;ae pour lemries et enfants. Rcqardant S'S cranciers et dlateurs, il pne ceux-ci de se prsenter chez lui au plus tt, afin que tout compte soit jour avant le 15 du mois pro* chain, dans le mieux ds leurs intrts. VICTOR BABQUN IIBOYOOT m L de Kingston Stiu sera a Pou au,l rin< < !i 2 m-i eoarai i ?'< R rl '^ 1 %  oui l'Euiop Ni* les poita &a Nord, Th$ Roqa Mail SI ta m Haekel Co I. J B1GIO AUX armi l 1K en sve, r I ToiU'i < n m* Sauvez vos livres Sauves vos livres el col leclions en mauvais tat en les confiant aj relieur conscientieux, bonnte et babilETIENNE CAMILLE! Rue Bonnet Fui A VENDRE A BON -MARCHE Piiilco Electric Radio, sepl tubes presque neufs. Sergent C. C. LONG Aviation. m'e de Montens!(. i P > Ml?rai leur de ni- h: > •,, (() i ni 3 vo n e^ r ,| afiviiiu. lion de Rervas ( oiirtellti mont.r-'itien i i hngijnsvaj co %  S'a i rs^ci au p.uresu du Jourral. LA LAITERIE BA1LEY Livraison propre, Aygiii. que, en bouteille herrati. qnemeut cachetes, l'ibri de loute talsification. Tromport lait en rlrigra* teuis roues. 1813, Graml'Hue. l'orl-nPrmce. ?! H C(LIGNE COLOMBIENNE ) Tlphone N* 2323 Le vapeur *Baracoa*',Voy. 101, venant directement de New-York, sera ici le 3 m i proc, cou inuera le mme jour pour les ports colombiens, Cristobal, (ami Zone, Kingston et New-York. Le manifeste de ce navire leu par avion est la disposition dfs clients dans uoa bureaux sis angle rues Kga lit et Dants-Deslouches. s I e [vepeur "Bogola", Voj. 1§), partira de New*York le 29 cri., pour ions les porte hatiens. Utendu l'ortauPriuce.le 7 msi prox.,eo route pour les ports du*Su I. Sera de retour le douze mai pour prendre fret, passagers et C. L. VERRET 'La Manufacture Hatienne de Chapeaux ' L'Indigent TAILLEUR-MARCHAND Habillez-vous ; vec lgance et distinction, en vous adres sant la Maison C\ IM Varrot I Rue t raversirt. No 114, !•#/., sinage de la Douane.pretqa'sn uice d la maison Eslve.prh l'Htel 0 Sea-View i/une les plus anciennes de la place q ii a c ) iserv son bon renom. On v tronvele t ravail le plus soign, coupe lgante la dernire mode Iranaiseet anglaise. ( Spcialits : Habits et vtements de crmonie. puiX MDEi. 'malle pour Cip-IUtien et NewYjck. i t La vapsur 'Martinique", Voy.97, par ira de New-York le 4 mai proj., directement pour Port-au-Prince. William E. BEO, Agent Idal Rhum ALIX ROY : A le plaisir d'annoncer a sa no.ubreuse Dieu vente de ses CHAPEAUX §• [ni depuis le 4 N' 2027, GRANDRUF •n face de son sncies locil Les Clients y trouvero il le mme accueil. M MARCHE CELRIlE, GO'JRIOISIF. Martinez, Marcelin & !le qui li janvier, il C 30 annes de succs. aileiitioii PROGRS NOUVEAU RHUM NOLVEAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL OtFlNT TOUTE CONCURrtENCE Clairrn Vierge hoz N. NAZON OtPn. M RUES iU PEUPLE H FERWJPHMMK Lotorii Nationale d'Hati 41 •. Rue lonns.Foi, Phoxio": l 3 G53; La Loterie rfelionaled'ilati est ane institetioa hautement humanitaire par la muflipfcHi d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de siss tre offerte aux hommes de toutes conditions de forloiE Employs, Fonctionnsiree, Ouvriers, Artisans, Salari!i tous ordres, Gens de msison ( domestiques, ) sans pai*ar leur budget movannaat deix goudes, peuvent gagner 1rs 1 oiille EOurdes. Patrons de Commerce.Lhets d'Industrcpi' aux lusuinsancee des ventes, par l'ach.t d'un billti, quivo libre du souci des chancesMdecins, Avocats. Ingnieur*, Snateurs, Dput?, tris* Dignitaires de l'ItaLRepresentants de l'intelleciualit, J r Maintes. DonMeE i'erasB>lsds tetre lelidarit sociaie. Rentiers, capitalistes, somme en jouant, augmentez voir avoir. y? 0 !-. 1 011 I 11 %  ••** %  "aitf, rend^lui service en Mai tut le hilltt de la LOTERIE NATIONALE D'HATI. Laboratoire SJOURN P. SJoVRift, Pharmacien SfeiooMN*, Pharmacien de l'Universit de Paris M. SEJOURM. Pharmacien de l'universit de Pari.^aS interne des Hpitaux de Pai Analyses d?s Urines, du suc ntricioe "^ T ( : J sermann, Ur e, Consl anie d'Amie. I, (lyc. *M ftas matires feales. V~



PAGE 1

r lmtnt Magloire '358. RUE AMERICAINE 13T TKLPHOHE H'2342 ** iritaCS u>nisle uuc .r IMfUM m i art Or c c ..duire are iiirtfw rtileiieaa. DMUITES VtJ'me ArlNEE'NMff Bff" FORT-Ar-rR|NC (HATI) i : ; A M n. r Comparaison de deux attitudes —o— i • par SVIRAD ViLUAO Nos dirigeants loueurs ou leurs acolytes de tous les temps professent la manie de dire aux pubicisles toute* les foi qu' l'ordre du jour se trouvent des problmes qu'il Jear incomba de rsoudre: lailes donc des suggestion susceptibles de projeter des lumires sur ces problmes. Et, en mme temps, ds S'abstiennent d'en fournir le donnes. I %  IJLOU de cette tactique est que ces messieurs n'ont jamais besoin de suggestions. Ils se figurent, ...... ,... toujours possder, avec une J'apprends que la Cbambre des grandesuflisance.louleslescoinDputs n'est pa indiffrente >ttnces pour donner toutes ce mouvement puisqu'elle mat es questions, d'une faon imle voeu, dans sa sance d'hier, prccahle, les solutions qu il conque les services publics soient vient. Trs souvent, ceux, parimmdiatement liatianiss. mi ces pubicisles, qui voule me permets de considrer riraient y apporter leur conlinces suggestions comme trop pr eut de savoir, rclameront la cipiles et propres seulevar %  ublication des faits afin de i des susceptibilit qui peuvent touvoir les examiner et donner taire dvier la pro dure qui dan!. L-s lumires que chacun de TOUS pOftde an particulier sont des guides sra dans l'occurrence. Cependant ayant lu dans les quotidiens qu'il convient que, ds maintenant et tout de mite, les dirigeants actuels fassent cesser cei ta lues pratiques in traduites dans i'Administratien publique 4 \ uia l'application du trait de 1015, je crois utile de vous faire pai venir une rflexion que ces tendances ont fait natre en moi. Cette dmarche est d'autant plus impri use que MAV ^y/roux % f UUGE ~ PATII VALDA es PRODUIT s .OLE DEMANDH1. LA".'. 7 I Ifi BOI : PASTIL 1 \ T eurs opinions, c'est un morne silence qui suit leurs dsirs cidoit nous nieller ou but dsir. Rien ne tari de co rir.Pourma SI ICI 14V |* • •. viqnes.I'our exemple, nonsrap-' part, la lactique qu. rclame ce pelons qu'il y a environ oix moment solennel est de porter mois nous demandions la puWashington i parler le premier, l/li/fltion d'un livre bleu rapLe rapport Forbea a pos le porta m les pices relatives aux principe, d'un nouvel ordre de iigtK'iitlioita qui ont prcd choses tablir entre HaTti et 'aciord n nom.Si en I D autre pari, je me rjouis de rlnil le lout relus de coninuivoir que Monsieur le Prsident \ i-ncent n ail pas fait de proclamation et que Messieurs les Minisli esseaoienl abstenusde faire de dclaration. C est l'attitude que coinmande la circonslieurs les dirigeanls. Et, plus lance exceptionnelle m se Iroutsrd lorsque les vnements se ve le Pays. Tout cela est cenSOnt'accomplis et que les rsulforme mes ides publies dans tais sont contraires ceux qu'on le journal La Presse du 21 jvait obtenir, a leur honte, il Juillet dernier a propos de pro;tp.. niralinn de faits, un espril.ioucieux de ses devoir civiques, hasardait une suggestion, il ne rcolle qu'indiffrence ou ddain de la pari de DOS messe rple qu'il fallait suivre les suggestions mises au dpart Mais en attendant le mal irrparable est accompli et, par incurie, les intrts capitaux de lanaiion sonl ainsi irrmdiablement sacrifis. Tel a t le cas qui s'est prsent en Novembre de 1030. Le gouvernement de S. E. le Prsident Stnio Vincent n'a que quelques heures d'existence, el, dj, l'anxit publique est au paroxysme. Car son premier acte doit lre la considration de nos revendications patriotiques faire valoir d'une faon dfinitive aprs quinze annes d'occupation trangre. Adversaires comme anm. trangers comme nationaux, officiels remme civils amricains. Ions sont proccups desavoir comment vont commencar les pourferlers entre le Gouvernement d'Haiti et le Gouvernement des Etats-Unis d'Amrique pour solutionner la question hatienne tu moins dans le cadre mdiu par le rapport de la Commission Forbes. C'est dans celte ambiance l'anxit et de sombres proctnpations, aprs avoir bien rflchi et compris que son pays a'svait eu jusque l aucune initiative dans les prparatifs e la situation qui allail se criouer que celui qui crit es prsentes lignes a eu faire su Conseil des Secrtaire d'Etal la Irttre suivante : Port-ao-Prince, le 27 Novem • bit 1010. Monsieur le Prsident, Messieurs les Secrtaires d'F.lat, Selon moi, nul ne peut penser vous donner une directive |onr l'excution de la i autt I ission qui vous incombe poui arriver a faire recouvrer la Nation ses attributs easenliela {l'Etal soaverain et indpengramine tablir. Voyez dans ics lignes, Messieurs, seulement .'intention d'un citoyen de bonne volont souhaitant le bonheur de sa Patrie. Veuillez agrer, etc. ScilUS VILLARD. ( La fin demain ) CHOS — Notre contire La Libre Tribune paratra uiourd'hui • n numro extraordinaire et s'occupera, croyons nous, da la question ministrielle, — Il a t mis des timbres-postes spciaux l'occasion des jeux floraux du ParcLeconte, le 29 mai prochain, dont les lecettes sont destines la caiaae de restauration des monuments historiques. — Le Tribunal da Cassation a rendu, avant-hier, un arrt maintenant la jugement du tribunal de 1re instanee par lequel la Shell A Co est condamne i paver i l'Etal la somme de 72,201 gourdes pour droits d'importation sur la tasoline. — M.Hampy a prsent un prejetde loi qui !' • point de vue de la D.G.T.P. au sujet du non-paiement aux journaliers du salaire da la tourn* 'le ramage.' 'est tou' jours les humbles, les sacnlies. — La,proclama ",n prar denfebe relative a la souscription nationale pour la restauratiou des monument^ historiques a t lue diman'tries PB, -•-. etc. iGEZ ne •Il y a vingt cinq ans — a Lk" MATIN, rit 19 DERNIERES = (que. L a augurali a perdra : i eaa //•.' qu'il s'imagina quai Heu la direc* ai pa reaf '// ( '• %  va,! d,r BW? ebe, au pr ( *ine, toutes les ••lises et chapM'e — On dit que, d'ici le mois 'le juillet prochain, il .v • promu un colonel hatien — •e premier — de la Garde d Hati. f — Le conseil communal 'f'aqorn, c en reconnaissance lu premier bienfait reu du Rou?erneraanti, qui a rtabli l tribunal civil de cette vil < v o dnomm une rue : me S< nio Vincent. — Il se coi firme que le Prsident Tinrent partira sa inedi matin pour Jacmel < ^ il passera le 1er Mai. — Le houvelli^le signale l'arrive ici de citoyens cuKeins qui s'taient rtugis d'abord en rpublique domin caine et qui seraient poursuivis par "des excutcnr de hautes œuvres." Ces excu tcurs n'opreront pas chez nous i s :uril doil tre fissure tous ceux qui y viennent — i d rnire i arlie de notre reportage su-"l'Usine Mi ngn< paratra dans notre dition de demain. _— L*exp isifion-venle organise pro' ks noelisli %  it de Pi I ne ira sa m li 30 avi i res p. m. et d 1er "i i !) heures a. .u. su pi re I hi r : elles furent Hnalcn lu c ira.d %  • ... M ,, a t i J q •(.'? I lOpOS humides !| men i D I |ue< 1 1 nu MU nli i i m meus |1 ri qui i rlioui iennrs %  -m lirau un me les >li i ni ii %  : ireux, Ita ont compris, il mn I : i! Un: %  du RHUM S \\>, 'Mil. i \i II! sti mulanl |K>UI le no d it, L'aviateur Lon Dsir Paris SENAT Avant-hier aprs-midi, vei les cinq heures el demie, esl arriv I aviateur hatien attendu LON DSIR I'AHIS. C'est le malin du mme jour que le Dpartement des relations extrieures a t infbrna de son dpart de Cuba Un programme de ri lion a t aussitt arrt, i i sirne du bureau de la police devait avertir la population de l'approche du ToussaintLouverlure , le biplan que pilote notre aviateur. Un peu avant l'heure prvua pour l'atterrissage^ arrivaient au champ d'aviation du Pont-Rouge: le capitaine Armand et le lieutenant Ville drouin, reprsentanl le Prsident de la Rpublique, M. Duvigneaud, Magistral Coin munal, M. Chevallier, prsident de l'U. S. S. II., des journalisles, el un public accru de minute en minute. C'est sous une ovation For midable, les cris enthousiaste* sortis de milliers de poi truies que l'lgant avion peint aux couleurs nationale aprs des courbes savantes el prodigieuses, atterrit dou cernent. Lon Dsir Paris mit le pied sur le sol Balai... 11 est reu par le Magistral Communal qui lui adresse \c^ paroles de bienvenue. De magnifique! gerbes lui sonl offertes. Il est mu. L'i tion de fouler la terre ceslrale et du succs de son entreprise patriotique. Les acclamations se | rclongent. C'est un peuple en dlire. Dans la voilure ('e la 1 Paria prend place < ntre Chevallier el d'autres p nal i ts. I esl un imm cortge qui traverse la \ IOUI pour o\ l'a \ iateur national. Une heure api 11 i ve, il si si rendu au Palais N'ulional pour saluer le Prsident de lu Rpublique qui lui lil un cordial A 7 h. I L', sur la PI i. lines, tlevail avoir lieu un magnilique i on ei l ci i par le mauva ; temps, il tait reu cli / le Prsident de l'I H o Us sporlsmcn lui firenl : a Pour la ji 'innc %  ,\ %  r, le programi mpiirlail : le malin, \ is le aux ficiellrs. A n idi, djeuner of Ferl par l'U. S S. H A heures, match de Pool au Parc-Lecoi te, dence d'honneur de i Aujourd liui jeudi : \ i die de coles el des monuments. A :5 h. j). m., vol d'exhibition sur la ville. 4 h. i < i an Palais National, revue (! parade. De 7 a 9 h, r< ep lion au Cercle Poi : lien. Ajoutons que : compagne de M. i n •u. lis logent i i !;uil leur si jour officiel, ils sonl les hles de la Ville. o Sance du La sance s'ouvre par la tire du roci e b de sance du 2 Juin 19 11 sanctionn p r 1<' Snat. / e v crtaire d'I Vin: ur dposi I ne loi qu'l la ha ""' I "I ail ion 1.100 ou i vertui le la Si LI cture de la inei : me. Le Snateur FJudicourt di o 1 n solution lendanl luvitei le S dla Jus! -, con • %  l'i i • ri Tribuno 1re I s! Il ri u au m ni du al tantt au n mal de l. : toute la l'i : i Une contn ni ion Tlmaque qui a t \ I consist % %  di r an buri au du Snat i s'i nlei l r .t g Mon •'<• ivec lu i lerail quali ... voil enci re on il y a, ut son sang-troid i ions reur inc La v, trn ... eu le %  i *• i d'au! %  nutn el :m prix i Ile* ca ""i ils les ont trouves et r; . VO'd, | % %  '•.' \en r 're ei.l rji aissant, : %  >'• vouloir lli • spiriio^ 1 Il Ufl No l RE K:i. ^t %  si r* i i os I ncoiin i i i i :• n'est p s m. In cas, ds qnr nous lui au* i onappi is que m i dit d u v ft d'un dpositaire infidle... Non, Monsieur, nous ne iaaapas la prnom le, innia torons pas pour cela nouille est toujours id du ttard. Mme en pplitique, c'esl le mme ba., vo i \(ii que le i Ire ju Pantalon (imllmud n'a renonc ses rclames tin. Hier ou i i uvait .vi de tous li s liaitspectacla l'on I." ii. ) c ri ulanl i n villa duu < sur %  il distribuant des ni!' lut une lclame •ni lapagiense. ... I" -. il ln'il li isle .-u milieu de ses amis. Rien ne le dridait nota d'eapi it, ni li i hi* • nquit dr i hagi m pMdond. • i si jeni? lo ; cela. Li c'est nli.i que tout son ni iii vi oait de ns pas da, do ( e, M d "\ de l*le '', %  Bar* banco m t. atio i %¡ idi, celui de la < r | e Secret ra nnnr % relatu n extrieur pot qui : Puis ! • LA KISSICN millAi TIENNE A SAillu-UOIliNGI) IU ? Cr.nnaisfi vi III tri i %  %  idei e n, elle i I ce'.' Toul le eoiKer l?rge a paye. a s il r. 1. Si I llici ;rs de la G d'I rali qui envoye iaul ingo pai Prsid ni Ti l i u : in 21 avnl. s rciMiiuua r.Mciuu* ara pagne d'honneur* '. A 4 lires, rend e du message du Pr idi ni \ ; cenl an Pr' i i ujilio. — Le soir. ; l'biMrl Fausto. Le vendredi 22 avril, mili, cotl tail au Palais de la ce. A une heure i Poi taie/, •zama. pli.>n lu lga I IU heures, bal l'Cnion-Club. avaient adeurs sp i lin nue r e l'a i s P*


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06990
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, April 28, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06990

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
r
lmtnt Magloire
'358. RUE AMERICAINE 13T
TKLPHOHE H'2342
**
iritaCS u>nisle uuc
.r IMfUM
m i art Or c c ..duire
are iiirtfw rtileiieaa.
DMUITES
VtJ'me ArlNEE'N- Mff
Bff"
FORT-Ar-rR|NC (HATI)
i : ; a m n. r
Comparaison de deux attitudes
o
i

par Svirad ViLUAO
Nos dirigeants loueurs ou
leurs acolytes de tous les
temps professent la manie de
dire aux pubicisles toute*
les foi qu' l'ordre du jour
se trouvent des problmes qu'il
Jear incomba de rsoudre- : lai-
les donc des suggestion suscep-
tibles de projeter des lumires
sur ces problmes. Et, en mme
temps, ds S'abstiennent d'en
fournir le donnes. I ijLou
de cette tactique est que ces
messieurs n'ont jamais besoin
de suggestions. Ils se figurent, ...... ,...
toujours possder, avec une J'apprends que la Cbambre des
grandesuflisance.louleslescoin- Dputs n'est pa indiffrente
>ttnces pour donner toutes ce mouvement puisqu'elle mat
es questions, d'une faon im- le voeu, dans sa sance d'hier,
prccahle, les solutions qu il con- que les services publics soient
vient. Trs souvent, ceux, par- immdiatement liatianiss.
mi ces pubicisles, qui vou- le me permets de considrer
riraient y apporter leur conlin- ces suggestions comme trop pr
eut de savoir, rclameront la cipiles et propres seulevar
ublication des faits afin de i des susceptibilit qui peuvent
touvoir les examiner et donner taire dvier la pro dure qui
dan!. L-s lumires que chacun
de tous pOftde an particulier
sont des guides sra dans l'oc-
currence. Cependant ayant lu
dans les quotidiens qu'il convient
que, ds maintenant et tout de
mite, les dirigeants actuels fas-
sent cesser cei ta lues pratiques in
traduites dans i'Administratien
publique 4 \ uia l'application du
trait de 1015, je crois utile de
vous faire pai venir une rflexion
que ces tendances ont fait na-
tre en moi. Cette dmarche est
d'autant plus impri use que
!
MAV
^y/roux
% f UUGE
~ PATII VALDA
es
PRODUIT s .OLE
DEMANDH1.
LA".'. 7 I
Ifi BOI :
Pastil
1
\T
eurs opinions, c'est un morne
silence qui suit leurs dsirs ci-
doit nous nieller ou but dsir.
Rien ne tari de co rir.Pourma
SI ICI 14-V |* ..... -........... . -------_ ---------
viqnes.I'our exemple, nonsrap-' part, la lactique qu. rclame ce
pelons qu'il y a environ oix moment solennel est de porter
mois nous demandions la pu- Washington i parler le premier,
l/li/fltion d'un livre bleu rap- Le rapport Forbea a pos le
porta m les pices relatives aux principe, d'un nouvel ordre de
iigtK'iitlioita qui ont prcd choses tablir entre HaTti et
'aciord Malin, es jours-ci. en a fait la pensa donc (pic le rle du Gou-
iiiuie demande, mais fidle vernemenl Hatien est de faire
ta consigne traditionnelle edop- j savoir, par la voie diplomati-
Ue. le Dpartement des Rela- que, qu'il est constitu ef qu'il
lions Extrieures V opp se son se tient prt recevoir lescom-
mutisme spulirafPourlui,tout muni.niions du Gouvernement
doit se faire continuellement en amricain propos des sagges-
wchette. en secret, comme ail lions lailes par celle commis-
se cil de la gestion d'en fief par- I sion du Prsident Hoover.
sonnel et non pas de la gestion } La Presse ha lienin -doit sabl-
es suaires d'un Etat dmocra- ; tenir, pour le moinent.de toute
tique dont le peuple doit lre, suggestion ou de discussion sur
in temps opportun, au fur el la matire dans U peu ode des
mesurr tenu au -niant de ce pourparlers. ,
nui a t fait en s >n nom.Si en I D autre pari, je me rjouis de
rlnil le lout relus de coninui- voir que Monsieur le Prsi-
dent \ i-ncent n ail pas fait de
proclamation et que Messieurs
les Minisli esseaoienl abstenusde
faire de dclaration. C est l'atti-
tude que coinmande la circons-
lieurs les dirigeanls. Et, plus lance exceptionnelle m se Irou-
tsrd lorsque les vnements se ve le Pays. Tout cela est cen-
SOnt'accomplis et que les rsul- forme mes ides publies dans
tais sont contraires ceux qu'on le journal La Presse du 21
jvait obtenir, a leur honte, il Juillet dernier a propos de pro-
;tp..
niralinn de faits, un espril.iou-
cieux de ses devoir civiques,
hasardait une suggestion, il ne
rcolle qu'indiffrence ou d-
dain de la pari de DOS mes-
se rple qu'il fallait suivre les
suggestions mises au dpart
Mais en attendant le mal irr-
parable est accompli et, par in-
curie, les intrts capitaux de
lanaiion sonl ainsi irrmdia-
blement sacrifis.
Tel a t le cas qui s'est pr-
sent en Novembre de 1030.

Le gouvernement de S. E. le
Prsident Stnio Vincent n'a
que quelques heures d'existen-
ce, el, dj, l'anxit publique
est au paroxysme. Car son pre-
mier acte doit lre la consid-
ration de nos revendications
patriotiques faire valoir d'une
faon dfinitive aprs quinze
annes d'occupation trangre.
Adversaires comme anm.tran-
gers comme nationaux, officiels
remme civils amricains. Ions
sont proccups desavoir com-
ment vont commencar les pour-
ferlers entre le Gouvernement
d'Haiti et le Gouvernement des
Etats-Unis d'Amrique pour so-
lutionner la question hatienne
tu moins dans le cadre mdi-
u par le rapport de la Com-
mission Forbes.
C'est dans celte ambiance
l'anxit et de sombres proc-
tnpations, aprs avoir bien r-
flchi et compris que son pays
a'svait eu jusque l aucune
initiative dans les prparatifs
e la situation qui allail se c-
riouer que celui qui crit es
prsentes lignes a eu faire su
Conseil des Secrtaire d'Etal la
Irttre suivante :
Port-ao-Prince, le 27 Novem
bit 1010.
Monsieur le Prsident,
Messieurs les Secrtaires d'F.lat,
Selon moi, nul ne peut pen-
ser vous donner une directive
|onr l'excution de la i autt
I ission qui vous incombe poui
arriver a faire recouvrer la
Nation ses attributs easenliela
{l'Etal soaverain et indpen-
gramine tablir. Voyez dans
ics lignes, Messieurs, seulement
.'intention d'un citoyen de bon-
ne volont souhaitant le bon-
heur de sa Patrie.
Veuillez agrer, etc.
ScilUS Villard.
( La fin demain )
CHOS
Notre contire La Libre
Tribune paratra uiourd'hui
n numro extraordinaire et
s'occupera, croyons nous, da
la question ministrielle,
Il a t mis des tim-
bres-postes spciaux l'occa-
sion des jeux floraux du Parc-
Leconte, le 29 mai prochain,
dont les lecettes sont desti-
nes la caiaae de restaura-
tion des monuments histo-
riques.
Le Tribunal da Cassation
a rendu, avant-hier, un arrt
maintenant la jugement du
tribunal de 1re instanee par
lequel la Shell A Co est
condamne i paver i l'Etal
la somme de 72,201 gourdes
pour droits d'importation sur
la tasoline.
M.Hampy a prsent un
prejetde loi qui !'
point de vue de la D.G.T.P.
au sujet du non-paiement aux
journaliers du salaire da la
tourn* 'le ramage.' 'est tou-
' jours les humbles, les sacn-
lies.
La,proclama ",n prar
denfebe relative a la sous-
cription nationale pour la
restauratiou des monument^
historiques a t lue diman-
'tries
PB,
--. etc.
iGEZ
ne
Il y a
vingt cinq ans
a
Lk" Matin, rit 19
DERNIERES =
(que.
L a augurali a perdra : i eaa
//.' qu'il s'imagina quai
Heu la direc*
ai pa reaf
'// ( 'va,!' d,r BW?
ebe, au pr(*ine, toutes les
lises et chapM'e
On dit que, d'ici le mois
'le juillet prochain, il .v
promu un colonel hatien
e premier de la Garde
d Hati.
f Le conseil communal
'f'aqorn, c en reconnaissance
lu premier bienfait reu du
Rou?erneraanti, qui a rtabli
l tribunal civil de cette vil < ,
v o dnomm une rue : me
S< nio Vincent.
Il se coi firme que le
Prsident Tinrent partira sa
inedi matin pour Jacmel < ^
il passera le 1er Mai.
Le houvelli^le signale
l'arrive ici de citoyens cu-
Keins qui s'taient rtugis
d'abord en rpublique domi-
n caine et qui seraient pour-
suivis par "des excutcnr de
hautes uvres." Ces excu
tcurs n'opreront pas chez
nous i s :uril doil tre
fissure tous ceux qui y
viennent
i d rnire i arlie de
notre reportage su-- "l'Usine
Mi ngn< paratra dans
notre dition de demain.
_ L*exp isifion-venle orga-
nise pro' ks noelisli
it de Pi i ne
ira sa m li 30 avi i *
res p. m. et d 1er
"i i !) heures a. .u. su pi
re Le l lub-Excels or oflre
edi ;i0Tril, '.' heures
, in grand hi i en l'bon-
ir de 9, Fx. le Prsi lei t
de la Rpublique.
L < pi in | : est
le gouvj ;
: vVfs proies le
11 Il !. i ; i Ds !; i i s
en crant une cole d'aviation
dont il sera le directeur.
nu
I/o
il. .....
ulezanti-japonai
s j (,)u< Ile
ennes au nord el de S< ni dimanche, lundi*
mardi > I hi r : elles furent
Hnalcn lu
c ira.d
-
... M ,,a
t
i j q (.'?
*
I
lOpOS
humides
!|*
men i d
i |ue< .
11, nu mu nli i i m meus
|1 r-
i
qui i
rlioui iennrs -m lirau
un me les >li
i
ni ii
: ireux, Ita
ont compris, il mn
I : i! Un: du RHUM S \\>,
'Mil. i \i II! sti
mulanl |k>ui le no d it,
L'aviateur Lon Dsir Paris SENAT
Avant-hier aprs-midi, vei -
les cinq heures el demie, esl
arriv I aviateur hatien atten-
du Lon Dsir I'ahis.
C'est le malin du mme
jour que le Dpartement des
relations extrieures a t in-
fbrna de son dpart de Cu-
ba Un programme de ri
lion a t aussitt arrt, i i
sirne du bureau de la police
devait avertir la population
de l'approche du Toussaint-
Louverlure , le biplan que
pilote notre aviateur.
Un peu avant l'heure pr-
vua pour l'atterrissage^ arri-
vaient au champ d'aviation
du Pont-Rouge: le capitaine
Armand et le lieutenant Ville
drouin, reprsentanl le Pr-
sident de la Rpublique, M.
Duvigneaud, Magistral Coin
munal, M. Chevallier, prsi-
dent de l'U. S. S. II., des jour-
nalisles, el un public accru
de minute en minute.
C'est sous une ovation For
midable, les cris enthousias-
te* sortis de milliers de poi
truies que l'lgant avion
peint aux couleurs nationale
aprs des courbes savantes
el prodigieuses, atterrit dou
cernent. Lon Dsir Paris
mit le pied sur le sol Balai...
11 est reu par le Magistral
Communal qui lui adresse \c^
paroles de bienvenue. De
magnifique! gerbes lui sonl
offertes. Il est mu. L'i
tion de fouler la terre
ceslrale et du succs de son
entreprise patriotique.
Les acclamations se | rclon-
gent. C'est un peuple en d-
lire.
Dans la voilure ('e la 1
Paria prend place < ntre
Chevallier el d'autres p
nal i ts. I esl un imm
cortge qui traverse la \
iouI pour o\ l'a
\ iateur national.
Une heure api 11 i
ve, il si si rendu au Palais
N'ulional pour saluer le Pr-
sident de lu Rpublique qui
lui lil un cordial A
7 h. I L', sur la PI i.
lines, tlevail avoir lieu un
magnilique i on ei l ci i
par le mauva ;
temps, il tait reu cli / le
Prsident de l'I H o
Us sporlsmcn lui firenl :
a
Pour la ji 'innc ,\ r, le
programi mpiirlail : le
malin, \ is le aux
ficiellrs. A n idi, djeuner of
Ferl par l'U. S S. H A
heures, match de Pool au
Parc-Lecoi te,
dence d'honneur de i
Aujourd liui jeudi : \ i die
de coles el des monuments.
A :5 h. j). m., vol d'exhibition
sur la ville. 4 h. i < i an
Palais National, revue (!
parade. De 7 a 9 h, r< ep
lion au Cercle Poi :
lien.
Ajoutons que :
compagne de M. i n
u. lis logent i i
!;uil leur si jour
officiel, ils sonl les hles de
la Ville.
o -
Sance du
. La sance s'ouvre par la
tire du roci e b de
sance du 2 Juin 19 11
sanctionn p r 1<' Snat.
/ e v crtaire d'I Vin-
: ur dposi I ne loi
qu'l la ha ""' I "I
ail ion 1.100
ou i vertu-
i le la Si
Li cture de la inei
: me.
Le Snateur FJudicourt d-
i o1 n solution lendanl
luvitei le S d-
la Jus! -,
con . l'i i
ri Tribuno
1re I s!
Il ri u
au m ni du al '
tantt au n mal
de l. :
toute la l'i : i
Une contn ni ion T-
lmaque qui a t \ I
consist di r an bu-
ri au du Snat i s'i nlei
lr.t
g
Mon '<
ivec lu
i lerail
quali
... voil enci re on
il y a,
ut son sang-troid i ions
reur inc
La v, tr-
n ...
eu le
i *
i
d'au! nutn
el :m prix i Ile* ca
""i ils les ont trouves
et r;

. VO'd, | '.' \e-
nr're
ei.l rji aissant, : >'
vouloir lli spiriio^1. Il
Ufl No l RE K:i.
^t
si r* i i os
I ncoiin ii-
i i : n'est p s m.
In cas, ds qnr nous lui au*
i on- appi is que m i
dit d u v ft
d'un dpositaire infidle...
Non, Monsieur, nous ne iaaa-
pas la prnom le, innia
torons pas pour cela
nouille est toujours
id du ttard. Mme
en pplitique, c'esl le mme ba-
., vo i ,
\(ii que le i Ire ju
Pantalon (imllmud n'a
renonc ses rclames tin-
. Hier ou i i uvait
.vi de tous li s lia-
it- spectacla
l'on I." ii. ) c ri ulanl i n villa
duu < sur
il distribuant des
ni!' lut une lclame
ni lapagiense.
... I" -. il ln'il li isle .-u milieu
de ses amis. Rien ne le dridait
nota d'eapi it, ni li i hi*
nquit dr
- i hagi m pMdond.
i si jeni?
lo ; cela. Li c'est
nli.i que tout son
ni iii vi oait de ns pas
da, do
( e, M d "\ de l*le
'', Bar*
banco m t.
, atio i ? idi,
celui de la < r |e Secret ra
nnnr % relatu n extrieur
pot
qui :
Puis !
LA KISSICN millAi
TIENNE A SAillu-UOIliNGI)
iU
?

Cr.nnaisfi vi III
tri i idei e n, elle
i I ce'.' Toul
le eoiKer l?r-
ge a paye.
a s il r.
1. Si
i llici ;rs de la G
d'I rali qui
envoye iaul in-
go pai
.
Prsid ni Ti l
i "
u
:
in 21 avnl.
s rciMiiuua r.Mciuu*
ara pagne d'honneur*
'. A 4 lires, rend e du message
du Pr idi ni \ ; cenl an Pr-
' i i ujilio. Le soir.
- ; l'biMrl Fausto.
Le vendredi 22 avril, mi-
li, cotl tail au Palais de la
ce. A une heure
i Poi taie/, zama.
pli.>n lu lga
I IU heures,
bal l'Cnion-Club.
avaient
adeurs sp
i

lin nue
r e l'a
i s
P*



Chambre
des Dputes
Sance du 25 Avril I
Las ance est ouverte par le
premier point de l'ordre
jour : onction des proc -
verbaux. Celui d:i '1 > Avril
est lu et sanctioni i par l'As-
ttmble.
Le deuxime ;> M amne
la lecture tle la corn spon-
dance o se troui i nne d-
pche du Secrtaire i 'E'at des
Travaux Publics I u missent j
la Chambie cl. ign-j
mtnta sur la nouvelle renrfe j
du trafic de 11 Co npagnie
Nationale des Chemins de 1er
d'Hati.
Ar. troisime point : ran-
I ori des Comits el commis.
; font, rien n'est pi
An quatrime point : qnes
Mon H intrt %i le D
nut Cassiani Jean dit i u avec
la situation actuelle de misre,
tout le monde doit concourir
a la prosprit conomique
du pays. Pendant la lcolie
ducat. le paysem ie A peu
prs 500.001) si i qu
cotant 0,15 cenli r. J
crois qu'avec de i
m *U* r*t Aateai L
>
HENRY STARK
RUE DU QUAI. EH FACE DE LALGARE
S'erra t i/r#s le t -n'es imensi mi pour vit lacn et><
tadrements.
Mire spciales ponr autos
Vitro ordinaires 1/4 pouce pamrur | our ait )t et co np-
loirs.
' i ri i ici choix le Moulure* poui j adres.
Lampe* l<* nuit
La maison rpara aasei Ici Miroirs tacite .
rvwB^"
A
CIN-VARITS
Assister la reprsentation
du Rosaire et applaudir
noire vedette nationale .lac-
et
Stobte^ ; 'cjuelme Wiener-Silvera
lev et qui i i d ero-
sa troupe.
ployer plus de I" Il d-
pose une rsolution o il de
mande la Chambre d'crire
au Secrtaire d'Etal des Tra
vaux Publics afin qu'un al<
lier soit ouvert pour la con-
fection de sacs de pite | our I
caf.
Ace moment, le
d'Etal des l inani ie un
projet de loi sur le
de famille indivisild. 11 in
saisi s sable. Le
lut de l'Intrieur un
projet de loi SUI I
arrts en vue d(
Its dbiteurs, un autre projet
sur ta rcusation un autre
sur le chmage, u autre
ayant trait un crdit extra- '
ordinaire p n u r couvrir les
piiiral plmircl l,n> p<''<,agnfiie' no,re i(,alisme
L iOUI o X ICLll O: olympique, patsbreurs de car-
iplo'ir. r j : '\c rdaction, d-
duisit la cohsion parfaite qnp
\ i "vii/ prpare, Messieurs
! s -i i/' pn cisnt l'unit
indment al en re-
metiani loua vn ponvore nfre
nos mains pour la ralisation
'e ce 'ournoi.
(estes et rcriminations ctu-
pides,calomnies I nou- les a*on
Mib's avec ddain m fac de
, l'tranger. Il est m*rre trouv
S'adresser rut du Quai,No une certaine presse pour s'en
On trouvera chea Nielle Ti-
line Augustin, Bas l'eu de
Chose, des rieurs, couronnes,
etc. .i bon march.
A vendre
L'ne limousine De Soto
sler en parlait tat.
1751.

trais d'ouverture de la ses
sion. Il demande l'urgence < t
le vot s immdiat pour ce der-
nier projet.
U Dput Blizaire veut sa
voir quelle est la natur deces
dpenses. Le Secrti re d'El il
lui rpond qu'une u de a t
lournie par le bureau des
Archives. Elle cousiste en
louage de chaises, en dcora-
tion!, en achats de ileuis,
pose 'i< ventilateui s, etc.
U Dput BUzau dit qu'il
est satisfait. Cependant il
combat la demande d'urgence
pour permettre d'examiner
ces dpenses. Le Set rtaire
d'Etat dit qu il y i gour-
des pour la Cb m e et
pou le Snat. Qui 11 n vi t
ou non, ce n'est |> > 5on al-
fa ire.
L'urge ce et le vote imm ' concoure daintrest
diat soir votes. I ensemble !r financier, l'U.S.S
Autour
del'U.SSH.
Sous publions avec plaisir lr
disi ours suivant prononc rfer-
nirement par .!// Andr Che-
vallier devant i Assemble Gn-
rale de CU. S. S. II. :
Messieurs 'es Dlgus,
Les re ncon i es JamaYqm
laire l'cho.
Le Comit actne',esp4r*>n* (ne
I le rsultat nlasle de rrs m>-
! neurs les mira corrigs, vous
I iirti le n joli' d'hui d ponr-
suivre avec loul l'esp ' opti-
miste uue nona vous connais
i s, l'uvre que nous avons
p r :'" e i "r'mh'p
I e Comit Olympique Hailian,
comme vous venez de le cons.
laler vous-mme par la lecture
de la con-PM'ondanre par l'ho
norabla Monsieur Poney, po'tp
Scrl ke-Gnral. a ton ifnt
pour obtenir de I Etat des tonds
pruir no'rp p.. hcmaHon aux
.leux d .lui"e'. Jusqu' celte
hpure, Messieurs, aucune p;cce
olticielle ne lui a Isil savoir la
val'iu qoe 'E'at compte melirp
sa disposition. Toutefois, noua
avons la certitude ai e rous se-
Hali, au point de vue finam ter,
nnl donn le mi illei r rsulta'.
V us avez d VOUS en rend-e
pie in parcourant l'tal d-
aill 'es recettes et dpens* s I TOUS reprsents Los Atv'.
' car l'dailien e^t nour la der-
tjue le hpsorler a lait publier.
.le profile de cette occasion
pour rendre I hommage le plu
,i i non me qui, dis Tle
ii ni, a i" i pr la victoire. Sans
ss* d" no
n'au-
; u pas rendre sa splen*
i ur d'antan, el ('ans le monde
i oi lil : s Anlilli s se rvh r
u looNball eue rivale viclo
rieuai *l*. s I i illants loueurs de
ia Jamai ^u-, |< i meilleurs di *
iniii s ( )> :i< enlali s f.'esl donc
Monsieur Flii 11 ip n io
de la Io tst voie.
Le Secrtaire d'E l dclan
que cet dpenses I < !
lectuis d'aprs U s ci s jus
Uflcatives q u e la I lu mbn
do;t fournir.
Le Dput Edm ;- ire
rclame l'urgence le la pose! que noua avons obtenu celte
des ventilateurs, | ves dnis] victoire, que nous avons pay
rencontre et
r Assemble l. U d ,
proposition par t i. O lie
proposition est \ i
Le Seci tain d I Un
tricur explique q I aval
demand I urgenci vole
immdiat pour i mbn
mme, ns qu'il l ra, i
lera mettre I e .s itei
rclams par le i ar
tia.
Le Dput Rugi > 7 a \s
dpose une prO| le loi
ii ;. Irais de la
Je 'h sialli lion ac uelle du l'arc-
l.fconle.
: <> i si i lil m, Messieurs les
i est nie donc I ss
i h ut roatio-
ni I,
' i nous permettre
I || | 'y |f r,-p.
noces des dmi-
ms' lit es et lurtoul
daller de l'avanl dans noire
snde sportive.
Nous avons eu
nire heure, el toutes lead'fliru'-
ls de la crise actnella cr^ri
vaincues pour que Irni te
athltes, au moina, patient pour
la Klme Olympiade.
A peine rentre chez eui, nos
professeurs d'hier, constatant a
leur dpens Us proarcs que
nous avions raliss, noua ont
officiel!) n enl i otifis leur in-
U ni i n d'Inviler l'quipe nalio
nale au d< bul de 'a saison pro
h me. H mpo le aue (l'i l>
de re ri smnionnat, 'p *nze
qui 'evia voyager pour la Ja-
maque soit jrieusement envi-
sag. A m es un mois de vsenrees
mrites, il nous faudra excuter
ce projet. Monsieur Phito R
gnier, nous l'esprons-, aura le
temps de nous revenir en par-
sant des Etala Uni, car la
KRAFT
FR0MAGE7AMERICAIN ...
LE FAVORI OE LA FAMILLL
Donnez-vous el toute votre
Camille un rgal. en ser-
vant Irqtiemment le dlicieux
fromage Amricain Kraft. Tout
le monde aime sa saveur douce
et agrable, sa lezture riche el
mu lieuse.
Aimez aussi toutes les autres
varits de Promage Kraft Am-
ricain; il est mlang avec un
soin extrme. 11 est suffisam-
ment a point et soigneusement
empaquette pour conserver sa
saveur el sa Iraicheui.
Il v a beaucoup do moyens
lgants pour servir le froma
amricain Kraft ... s ins orne-
ments, ensandwich, ou sous
nue varit de plais sains et
dlicieux.*-" "'-^
v Voire picier fl ce dlicieux
et bon fromage sous divers* 3
varits... Pimento, Suisse el
Veivaela sont aussi des favoris
de la famille. Dites loul juste
Kraft et soyez sr que vous
aurez du bon" fromage.
KRAFT((jpCHEE5E
PJWI.LT Stl.l.S COHPOIIATIM
DiMribulrur
Psrl as-Prince. Hati.
Mai prochain. Cette l'e Jstra
organise dans le bul de per
mettre tous de taire oau*re
pie, de porter sa pierre la res
'.'iir.'iiion de nos monuments
historiques el de rpondre
l'appel prisant de S. E. Mon-
sieur le Prsident Stnio Vir>*
cent, Pc'" dent d'honneur de
ru. s s h.
Magnifiquement claire par
le HjvqUe brillant du soleil, pa-
r p de ses a'ours du print mn-
la pelouse du Parc Le^nn'e
verra d'culer pour la premire
loi- soi s< n thtre en pli un propr^mme d'une b'o'.-
ian'e diversit, avec le concours
''es artistes lei plus rputs du
pays. Au reste, en voici la com-
position : danses mor,erns et
excentriques, chan's et posies,
n onolognes du terroir e' He
noire parler.acnes de tragdies
el de revues, vio'ons l piano
aui ;i's classiques et jarz aux
moiceanx trpidai la.
N est-ce pas, Meea;eora, que
le Fpeclarle sera homrique el
dine de la Desse Flore ?
Frfin, par les voies olflriel-
les. nous essayons d'obtenir que
les .leuxCentre-Amriqwesoient
clbrs en Janvier 1934 Port-
au-Prince, el ceci pour ne W.
S. S II puisse contribuer au
dveloppement du tourisme en
Haiti. Monsieur le Secrtaire
Gnral voudra Wien donner
lecture de cette correspondante.
En attendant, je compte non
seulement aor votre rencoara,
M ssieun 'es dlgu*, nais aor
l;i collaboration indocensahle
de mes camarades, so' leur es-
prit de corps (t de <\ scipline
volontaire pour excuter ce
projet qui sera loul la gloire
de celle jeunesse sportive dont
ie sais fier d'tre en ce mo-
ment le Prsident,

Cin-Taldy
CE SOIR
Le grand film :
Destine
vei [ibfJi'a R- ' v> oie-" Mjc
Entre t 0,f0; Balcon : l,u.
DEMAIN SOIR
I.a belle pice de i h. Mir
Le Prince Jean
avec Ren Hribel, f.ocien Dalaace et Pa I Go '
Entre : 1,00; Balcon : 2,00
II N'Y A PAS DE MEILLEURE
PROTECTION POUR LA SANT
QUE LA PROPRET DU i IFE-
IU OY ANTISEPTIQUE.
LIFEBUOY
Lfc SAVON l)K \ x SANTE
POUR MAINS, PIGfRES ET BAINS.
MCT1H t l AURIN, P. O. BOX Ma. Diatribuelurs
Hu( Houx et du Centre, Port-au-Princ .
(ail

(''( clion re doil comporter que
(hs lments de victoire,choisis
' i ai li pi kEl dos hommes,
l'i i vi ah i voii h iompber nos
couleurs, I l'ohissiance
hii srel q < 11 pins complte ri
j la oins absolue ans autorits de
la victoire, j LUS S. H On a voulu discuter
nour rattacher Si r' ommejevont l'ai dit plus haut, le rsultai des rencontre de
. Mars demi' r. "< st pore que 'a
vicloin n* \ ni 11 .-.s lcresan'e.
- -i i" & S
IiSBlHIHHHs9li 0KVV9
Toutes les Polices
DE LA
a m
U commune de! ;" u,,n'll a'lhu,
... tS ri mi .'l p t' ns no ie
Il en demande 1 u
Ja sance est levi ,, ,. ,
' i
f. rli I J msica-
lion, Mor ieur
w II, Nous avons eu
Au moment de mettn ' victoire p<
qi .^ re que nom
avions rv i r la a'oire
Ncrologie
' ", \ no're
re i ta Jamntgce. i -
lomne proi ia ne uoil pas lre
*'"''. : >'' ! i nitei le, vidente
a cotre victoire d ni re
Noua i nvisgeons le
euliou proch d'une
' i ne, maia, l&ieons
d'ni deux co : in
n
i. ne D)
Nos cond avi n i victoire la pins j liions
renls prouvs et pariieuli cou u-jcomi me Anni-
nmeui s\euvc,uce Ce'ia teuse de coultaaiera inlrigerl 'del'U. S. S. H. pnr des
IJadcre. S. **** eipril sportif, i^aeiaul no-' Jeux-Floraux le dimaip h 20
presse
mort
nous apprenons la
le notre ami 1
rnon oc noue mm tuiiic ..
AUDA1N dort !
. ..,.. i enctl res midi
rE drale.
'1 p i vi( une i.i pins
CUli- coin; i !e. L*P U-J COmU iocii
Celil teuse de coultaaiera intrigants, I vers ire de l'U. S. S. H,
comprennent la Protection contre la g
*ra Foudre sans augmentation de taux|
lufj.Le ttosspm> '%
m Aqents Gnraux
HitfnmmMeitge|?i|i.i8W^tJptelgB1]ML osa


l\\LZ
Rhum liarbaiicodri
-
I - tit :
kl
Hue Csar.


I
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lifo
Assurance Corporation Ltd.
Lor la GBXEPAL est me des Ht paissantes et des du, fastes orgaaisatiea
de ce gant. Le soleil ue se coacue jam .is sir son champ d'action qui e n re If
monde
m s Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la foaar*.
Ses polices pour Automobiles couTrent vols, incendie, malveillance, dommaen
saut, autrui dans ss personne ou dans sel biens.
Ses Polices Maritimes mises pur ses branche d Enrope sont payables en Hafll.
Ss Polices contre accidepts sont valables dans univers entier. Tous les ?o
gurs devraient d'JOC prendre la prcaution de se munir une police contre accidents
d'au moins 4000 dollars, la pume aunueile u'taot que de 1/2 % soit 20 dollars U. G
Veuve F BIRMINGHAM, AuxCave*
-
Convocation
II1IEN DE
i LV.LLIANCE TRANAISE
-imn' (y,
membres du ; i Ha-
de VA i Franaise
sont convoqus en ssem-
Gni .
i b runi a :. n Ha-
tia' \, ven i ri hain, 29
avr d a
u jour: 1 Lee
Rapport annuel.
ooseil ;
isti
rl-au- 5 aTj|
L
i I
soi s CENT*
Agent '"nral pourl'nili.
Fort-au-Pn ic\ lf. Cil G
JEAN BLANCtiETJ en c

Km Mypophf^Wt * Cht t t.ni.
l'Huile de Foie dt Morue
Attmblc au got et fitt(1f!r\0U
gutibli elle ut U mmplmu
r0arteur de la Nutrlttpn pv
excellente
Laboratoires REGACNON ft Cie
Pliarmsrirna .
Afent Gnral pour l'Exportation :
Ch. MAGNANT
37. rue Divioud PARIS-16'
CONFERENCE PAU MONSIEUR
CANDELON RI6AU0
Vloe Prsident, de la
Socit d de Gographie
Cette confrence sors 'eu
lldimanclie 8 mai, 10 lues
f'u matin, nu local de la Bi-
Miothque du Lyce Nations!.
Sujet : ConsHiatiool sur
l'Fconamip politique.
Thorie, action.
Les taxes internes, le mo-
ronole, la rgie, la Gabelle,
l'neroi.
Entre libre.
VOIX DES AUTRES
A J ACM EL
Jeudi deroicr 14 Avril coi
ran1, le hasard d'une prome-
na If nous a procur l'ocre
sion 'le constater cjue.gr.^ce i
IVnerpie et la science de
l'Ingnieur L/on Jiurdan, l<
G mvernemenl hatien a pi
sauver le pays d'une perte
20.000 dollars dpenss pour
la confection du deuxime
ponl de retfe ville qui mena-
ail de s'en aller la pn m re
c e de la rivire Le darger
est maintenant ronjur parle
dvo leiix ni inlassab c de ce>
lui qui s'en teil charg.
D'aune pat, nous avons
pu constat- r ks rapides pro-
ses ra'is^s dans la ci US
traction du trois'me p n
qui sera complte nient ache-
v, croyons-nous, au plus
tard dans un mois.
C'est l'occasion pour nom
d'adresser nos plus vives f-
licitations la Direction ce*
nnile des Travaux Publics
(|ui a eu la main si heureuse
dans le choix d'un homme de
gnie vraiment conscient de
ses'responsab lit-i q'ii con-
fier des travaux si dlicats
Ce sera l'occasion pour le
pays de comparer les deux
administrations qui se sont
succde.
(tonne chance et coiroU-
ments l'Ingnieur J tardait,
A.J. E.
Assurez-vous contre accident
In General Accident Fire
! ifp Assurance Cornora'ion Li-
mi'edp, Vve F. Berminghsm,
Agent Gnral Donr Wali.
Le Bb
Lindbergh
L'o i cr.il nu 4\ri*. d'un gri n I
ifficiel de New-Jersey, que le
Colonel Lindberg a ru( >
prendre, enfin. d 'onta^l arec les revissem s du
jeune Augustua, son r-i'iint,
dans l'Etat de Virginie, la
semaine dernire. L'en'
selon rapport-aurait en u
lundi demi' r et mardi,qu
il lut annonc que le clbre
avia'eur s'iait absent de sa
rsiden-e
Ceux avec qui il russi
confrer sont censs ire du
groupe de ceux n qui le Doc-
teur John F.Condon, professeur de 72 ans, remit
par un intermdiaire,^2svril
dernier, rt dam un cimetire
de Ne\v-YorK, la ranon de
M.OQOIdolIars.
HALLE A LOUER
rande 1
I I '
a <<' de la
C ei-em I
p rpndi
S'adre s M Henry H RK
1 e Quai, e iace de
LU #D0LL
Washingi ril.Le
pr ent Hoover a ail :
d venir v mme a ;
i" par an i.
sur tdcli
M H over
qu'i ci pter il une rdu l
quelc m ne dans sa dot i
annuelle.
M
oeje<
lue cet'
duite de 74 91 Le prsi-
e t eut
7,00
La farine BATI3AS esl fa-
br n lange i s
7 ses.
Elle le quej s centi-
me; fus cher*
que les a tir marques,
mais rem 'ement quelle
donne est sans pareil.
'! s dj travaill
1 Has ?
El n passez chez les
cumin: mis suivants :
ED.ESIEH : JEAN ASSAO

A.DE VA
P. .

Mo.
ED. GERMAIN
. CULTE'
A
vis
La maison s. M. Pierre &
Cm ( Fleur v Fquire, suc-
cesseur) avise tous ses dbi-
teurs eo retard gnraleme t
[quelconques qu'il leur est
accord ou dernier uiai de
quinze jours pour solder leurs
comptes. Pass ce dlai, l'a
| vocat de la maison exercera
des pours rites judiciaires
contre tous ceux qui n' li-
ront pas rgl.
Port u.Priuce, le 'A anil
1932.
Fleury FEQUIERE
mwaam imni'iniiil'B jw*-
'L'ITALIE ET LA S. D.
Homf, 20 :i v 111 -- Certains
journaux et quelques d plo
i i des voient dans l'infoi
i d'aprs laque le le grand
conseil de l'Italie fasciste exa-
minera en octobre le < i
m de la posilin de [ta
fasciste dans la Socit de
Nationsa, une menace voile
[du r. trait de l'Italie de :
D. N.
la presse ifaliei ne
phinti
I S. D N. tait
la Pran r, et M.
(rque
la abouties lienl les c
trences intcrnalionales de la ;
S. .. N.
1 journal F a Tribuna r> \
a H d'une franchise parti
culire dans .es critique6. 1
a ait qu'il tait absolumen
ossible I ntinuet
tique internationale qui
pousse h pi uple la rbellion)
i i'1 pi rl dr la a pro< d
dtestable et absurde
oirerats conlcu n( es.
Vehetez-la avec confiance'
rravci il lez-la avec orgueil!
OUUGERIE FlAiiAISt&PATISSERIE FRANOAfSt
RICHARD PETERS, Frop.
(.114 dP 1217.
LA SEUi I iiOPENNE EN IIAIII.
SI II, PAINS FLUTEJ
El COUPLETS, ETC.
,t. MURIES.
IIIUDE.
Tlphone: N 2069.
La maison a pas de
succursale.
nsurance Co
i
Une des plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
LE FAIT EST INCONTESTABLE!
Rhum Satihe
C'est la quintessence des meilleures!
arits de cannes d'un vaste ferriloire
runissanl es nA illeur.s erroirs^
C'e-^l ce qui ;i ironie.
GOTTF7 ET

' taM------- -*%
A


I\
Jeudi
Avril 1932
Le Matin
.PAGES

viennent d'arriver
.i /ri Maison]
.SILVEIU
Rues^Courb : & Ro ix
jPopeline anglaise sup-l
rieure. [
Drill blanc Uni >n extra
suorieur.
Kaki jaune anglais sup-
rieur.
Prix sons concurrence.
SUIEZ PAS OE FIE ON PETIT TOUR A
ITERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
l.CM pieds d'ail L'tab i. plus Iraisdei tn
parons de I'diI :m- -l'i in ce.
Stalemenl 15 .i l< i d'auto soi u te excellente route
fhalte. Vues men cilleus la ville i port.
I i sons de toutes esp
Hsitai G Dfral J
Accidents
vril 1912
Ern*l e, 14 i ut, ru d
l'Es Luxation du fo
g
\ a'tv, 23 an, rue
' l -ir. 1 lamre contme d
la lvre mi Prieurs.
Auguste Vdlu*,4G- uns,I/o-
gfine. Hl's rre contu-e du cuir
cbev*lu i- ioa occipifo-pa i-
laie pnu I .
Gure y Wool'.v, 14 an*
Gran.l Hue. Blessi re tranchante
du o dii a droit.
J(eph Ocsira, quartier S'.
Joseph l hss'ire piquante de h
m llole ext. du pied gao< h ,
rosion de la tace deffiali du
pied.
Pierre Paul, quart er SI. Jo
seph. Ht ssu e contuse de h
jan b< ga ici e.
I sir Auguste, Tort S'. Clair.
Contusio i du genou ga iche.
Prils Hameau, >ue Runion.
Collusion du < nou.
Jean Albert, Boia-Veene.Frsc-
ture de l'extrmit intirieure de
l'avant br
AndrelWrcule.il ans.Procy.
Conlus on (tu thorax.
Fleuranre Pierrejusle, Croix-
des Bossaies. B; lure de la f ce,
du thorax, de l'abdome n ( hos-
pitalise )
Vil Vilciue, 30 ans. Ther.
Contusion du pie i droit (hos-
pitalis*
Vve Chry Leveill, 112 ans,
Ravice irdade. Luxation de la
h oche dioite (hospitalise).
Avis
in
arrangements pailiculiers pour les pi usions de jour de
jirmainc ou de mois.'
E QUI N'A JAMAIS ETE FAIT
CE Ml NE PEUT TRE DEPASSE
Kola Champagne
F. SJOURN
Prpar'dans des conditions rigoureuses
D'ASEPSIE
Prparatio i et Viule
*ba*ma< il F. SEJOURNE
Angle dis rues Roux el du G m re.
AVIS AU COMMERCE
La Paneras Liai isbip Liue n l'avantage d'an-
tracer les dparts s otsde \C\v York pour port-au-prince
llaiti, directement . . jjc* m rdi. Tous les steamers sont
eoorvus de chambre trisori aue
rparts de hew \ork.
Arrivages Po i au-frinct.
Steamer iDuenavei ra 1< '> mai IU32
Steamer Aucun le 10 n ai
Mesmer tGuayaqu I > le 1 m 'i
Steamer eCristobali li '1 msi
S/S "Boeis vei lun' le lerjuin I
jp "Ancon- le 7 juin
Steamer "Gusyaqi i'- i l i jQj 11
.Veasaer ''Cri 8tob.il i il jui i I
Mesmer 'Buenavei m-.," le 21 juin
Meaeier "Ancon"
S'xa-wer Musya ;i. | ;, \] j
le 9 -nai 19J2
I* 15 mai 193i
le 23 mai lt32
le 29 mai 1932
"- juin 1(132
lr 12 juin 1932
20 juin 11)32
le 26 filin 1932
'r l juillet 1132
11 Juillet 1932
1932
I illel
l'an.!; a ILiiIro.t I Steapship Liue
Je: LC.VAN I
egeul (:- ui i

Lykes B s SS C Inc
T*xa --Huit antoUomist| Porto Rico
i .e seul service h< i rs et
tjt' eutre les ports d i ; ^,P;-
Ferveo-Prince, 'I.
Tour la rceptio i j.. vos
importations, servi
UNE
Les prochaines
* '-amer "ftu l
Steamer "Mai
Steamer i \\

LYKE
mai Y
iAue*: Rue du Magasin de l&ui, Ho,te Postale B
\i \ U'orBaboun proprltai
te ai lg*nle*,au So 171'9.
Rue 'fu foag igin de PEtai, a le
plaisir d annoncer que, devant
laisser le pays la Tn du
mois prochain la liquidation
de son stock commence? ds
aujourd'hui.
' Jl remercie chaUvttusemtnl
sa bienveillante tlientle et lui
demande de prendre les rfe-
vants pour ptohler d'uni og$a-
sion sans gals, ptrsuad qw
let retardataires ne tauront
/pie lien regretter,
Les prix ont t rduits d'une
faon trs favorable.
On g truuverajoujours grand
nombre d*articlesae titetteel
d habilitaient de toute premire
nouveaut, tant pour hommes
i;ae pour lemries et enfants.
Rcqardant S'S cranciers et
dlateurs, il pne ceux-ci de se
prsenter chez lui au plus tt,
afin que tout compte soit
jour avant le 15 du mois pro*
chain, dans le mieux ds leurs
intrts.
Victor BABQUN
IIBOYOOT
m
L
de Kingston
Stiu sera a Pou au,l rin< < !i
2 m-i eoarai i ?' oui l'Euiop Ni* les poita &a
Nord,
Th$ Roqa Mail SI ta m
Haekel Co
I. J B1GIO
AUX

armi l
1K en
sve, r
I ToiU'i <
n m*
Sauvez
vos livres
Sauves vos livres el col
leclions en mauvais tat en
les confiant aj relieur cons-
cientieux, bonnte et babil-
Etienne Camille! Rue Bonnet
Fui .
A VENDRE A BON -MARCHE
Piiilco Electric Radio, sepl
tubes presque neufs.
Sergent C. C. LONG
Aviation.
m'e de
Monte- ns!(.. i P> Ml?rai
leur de ni- h: > ,, (()ini'
3 vo n e^ r ,| afiviiiu.
lion de Rervas ( oiirtellti
mont.r-'i- tien i i hngijnsvaj
co
S'a i rs^ci au p.uresu du
Jourral.
LA LAITERIE BA1LEY
Livraison propre, Aygiii.
que, en bouteille herrati.
qnemeut cachetes, l'ibri
de loute talsification.
Tromport lait en rlrigra*
teuis roues.
1813, Graml'Hue. l'orl-n-
Prmce.
?!
H C-
(LIGNE COLOMBIENNE )
Tlphone N* 2323
Le vapeur ,*Baracoa*',Voy.
101, venant directement de
New-York, sera ici le 3 m i
proc, cou inuera le mme
jour pour les ports colom-
biens, Cristobal, (ami Zone,
Kingston et New-York.
Le manifeste de ce navire
leu par avion est la dis-
position dfs clients dans uoa
bureaux sis angle rues Kga
lit et Dants-Deslouches.
*
s *
I e [vepeur "Bogola", Voj.
1), partira de New*York le
29 cri., pour ions les porte
hatiens. Utendu l'ortau-
Priuce.le 7 msi prox.,eo route
pour les ports du*Su I. Sera
de retour le douze mai pour
prendre fret, passagers et
C. L. VERRET 'La Manufacture Hatienne
de Chapeaux ' L'Indigent
TAILLEUR-MARCHAND
Habillez-vous ; vec lgance
et distinction, en vous adres
sant la Maison
C\ Im Varrot
I
Rue t raversirt. No 114, !#/.,
sinage de la Douane.pretqa'sn
uice d la maison Eslve.prh
l'Htel0 Sea-View '
i/une les plus anciennes de
la place q ii a c ) iserv son
bon renom.
On v tronveletravail le plus
soign, coupe lgante la
dernire mode Iranaiseet an-
glaise.
( Spcialits : Habits et vte-
ments de crmonie.
puiX MDEi.
'malle pour Cip-IUtien et
NewYjck.
i
* t
La vapsur 'Martinique",
Voy.97, par ira de New-York
le 4 mai proj., directement
pour Port-au-Prince.
William E. BEO,
Agent
Idal Rhum
ALIX ROY
:
A le plaisir d'annoncer a sa no.ubreuse Dieu
vente de ses CHAPEAUX [ni depuis le 4
N' 2027, GRANDRUF
n face de son sncies locil
Les Clients y trouvero il le mme accueil.
M MARCHE CELRIlE, GO'JRIOISIF.
Martinez, Marcelin &
!le qui li
janvier, il
C
30 annes de succs.
aileiitioii
PROGRS NOUVEAU
RHUM NOLVEAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL OtFlNT TOUTE CONCURrtENCE
Clairrn Vierge
hoz N. NAZON
OtPn. M RUES iU PEUPLE H FERWJPHMMK
Lotorii Nationale d'Hati
41 . Rue lonns.Foi, Phoxio":l3G53;
La Loterie rfelionaled'ilati est
ane institetioa hautement humanitaire par la muflipfcHi
d'oeuvres qu'elle se propose d'aider, une chance de siss
tre offerte aux hommes de toutes conditions de forloiE
Employs, Fonctionnsiree, Ouvriers, Artisans, Salari!i
tous ordres, Gens de msison ( domestiques, ) sans pai*ar
leur budget movannaat deix goudes, peuvent gagner 1rs1
oiille EOurdes. Patrons de Commerce.Lhets d'Industrcpi'
aux lusuinsancee des ventes, par l'ach.t d'un billti, quivo
libre du souci des chances-
Mdecins, Avocats. Ingnieur*, Snateurs, Dput?, tris*
Dignitaires de l'ItaLRepresentants de l'intelleciualit, Jr
Maintes.
DonMeE i'erasB>lsds tetre lelidarit sociaie.
Rentiers, capitalistes, somme en jouant, augmentez voir
avoir. '
y?0!-.1,011 I11 **' "aitf, rend^lui service en Mai
tut le hilltt de la LOTERIE NATIONALE D'HATI.
Laboratoire SJOURN
P. SJoVRift, Pharmacien
SfeiooMN*, Pharmacien de l'Universit de Paris
M. Sejourm. Pharmacien de l'universit de Pari.^aS
interne des Hpitaux de Pai
Analyses d?s Urines, du suc ntricioe "^T ( ":J'
sermann, Ure, Conslanie d'Amie. I, (lyc.
*m ftas matires feales.
V~


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM