<%BANNER%>







PAGE 1

PAGE 2 k£ M4ittL£*> %  ** m* H Sx A Cin-Varits Jane Verneuil et Ralph Cataly prsentent: iSOUS LES COCOTIERS U GRAND: REVUE HAIIIENHE EH 3 ACTES. AVEC LEICONCOURS DES MEILLEURS ACTEURS COMIQUES HATIENS. On loue les places, Htel du Champ-de-Mars 3, 4 et 5 gourdes. VIENNENT D'ARM VEU A la Maison BEAUX DE DENTS % % %  !" !" — c..--iinii instantane, rariimlr a i!.'P..Kt!>. SIlVEM St tmtj !" — — Su nrMi j 0n instantane. rclu.-iir u i W -.TJi 04#fA de iJBntS IVniplnl sir.'|.leet larile itu UUME TUF. N£r ;[ Jm M ** tw 5t~ ,_.„. ,, ,i 0 ,,|far,fMrii\clj .1.1 ir. ntsnrlaronieratmndt, ""nAUME TUE-NERF Ml RIGA dama, h. V Rue Courbe & Ro.x Popeline angla : se rie ure. La /brin* BAI'BAS es/ f Q brique pour l s boula gen senss supeUnion %  • POUH UNE I AU DOI CE ET PARFUME EMPLOYEZ LUX SAVON DE l'OlLETTE DLIGAI I Ml \ I PAUFl'MK. Drill blanc suprieur. Kaki jaune ;mg rieur. Prix sana concurrence. Elle extra' mes que as su peMOIIII 4 LAURIN, P. 0. COX M. — Distributeurs HueHoux el lu ;i l'iiiuT. Correspond ince lui rp \nse < %  <' %  %  •''' ^ 2/j >/>i, 1 ii ux, a 'OIJS reu i'r noire ami le tir hu ilirourl la lettre su/i //.'< %  '/"•' /.o /.snous empressons de publier: Port-au-Piioce, • 18 avril 19 52. Au Directeur du Matini Lu Ville Mon cher Direcleufi Je sais gr Mont rThoby Vieux de recoun ilre ma t*b mue voloot< o M ds je I •i ri veux de penser que j'agis MSI rflchir* ci tu ) (jre. Au lieu de condamner MUS entendre, pou i quoi M. Thoby Vieux m s'es*-il pas i iquil de Cduse avec moi? • 'ourquoi ne m'a-t-il p.entendu? Il aurait connu U lu.ni de mj penss ei et lssources que je ci ois avoi Depuis boit jours que i dpos sur le nui i u du .s uut les propositions le loi q< l'on CODDalt, on les a coin mentees par des sarcusnii Je m attendais d< nner du interviews ceui dont i '. le iole le renaeigi er le Pu blic. Je n'ai jamais rel is causer avec perso eMais personne n'a pense provoquer une replicatiou sur ui t matire qui intre cialemenl le l'ubii : alitnen tation. On comprend que je'^mi rserve pour une dis ussioi publique au Snat ; m lis i i ne peut pas s'ai ti J e > < que l'crive des ai icli les journaux poui t xp iquei me H projetai .lt m or 1res de tous ceux qui von vrmt m interviewer et disi u* te. mes ides. Un travers de ci pays consiste louer B#i s i s( comme blmei sans rtl< lion et cela, suivant les pithiei personnelles; mais personne ne pense pi a dans tout le moi di jusih e. Agrez.mon cher Directeur, mes salutalioijs bien cordia les. Fieire IiUDILOUl Fianailles De Porl de-Paix nou appris le lia i les de \|< Ile Pnulna W'roy a*ec Mi Laurius Lo"idor Mci..urs va. x ds bonheur. Le retrait de l'Occupation lu uit ayant circul ces i ours-ci du retrait prochain les troupes de l'Occ upation, i e ton 11 n c Hati-Journal i questionn, a ce sujet, k socitaire d'Etat des Kela tions Extrieures, .M. Aoel ueger a diplomali luemenl rpoudu notre confrre de se rfrer l'hi r de la situation que Mi Prsident de la Uei ubh que ler.i dposer cette semai ii s>ii it.8 l'tiieauv aes laid.. jres.., Lt notre confrre promet di mhlier • ds passages s Uf. ^eslils de cet i uportant do cument." Itleudoi a, %  |Hni i mmp-.H • fOfJST!MO i '/^^PSTILLES Ml RATON —> .. MtUrdt %  r et ax^uiciftUSauvez vos livr L/K_ vos livres et coins < n mauvais tat i es confianl an i< lieur cons\. honnte et habili I'I O .NM. CaMiLLB,Boa Bonm i-'oi. '•••' CONFERENCE 00 PROFESSEUR EOC DORSINVILLE. Jeudi 14 avril, jour de |*U' Uqnes Amricaines e protesseur Luc Dor a prononc sou Insm me il vait t snnoi • ii e sur l s i" cm r> temps d no re Ind^ pei m mercial des lii ubliquex Ame r/ca/nes servi rai d'iniermpdiar • .ire les gens .1 allures, ce qui intressait grandement le gonyernement di f E its-Ums. Aussi onscniit'il servir de bailleur londi l'Association, en a'tenda que les antres pays luss-ni m mesure de rembourser liais d'ins'al'ation et de i • %  clionnemerJ faits en leu nom : Iren'e six n i 'e dollars ifiii : %  I MS. vprss The lut national l'nion of American l rpublics, j jjl-es l>> publiques Cubaine et J Dominicaine qui n'y avaient | •vis encore adhr s'empresse/ rpnt de le tane. I • rapport do Comit ,-;u'o oi I m c nf* %  nc< int liru de St; tata i l'As soi istion, I • Le 2'.' j nv er 19(2 s'ouvrit l Mexico la deuxime Conffrenc lel'l'nioii. ( Ici, nous rsumons par manque de place i Douze ans plus tard, s'ouvrait Rio de Janeiro la 3e confrence; en 1 DU), c'tait le tour de Rner.o %  Aires qui ?n> < roi Uwvee su ceur c de laqu< Ile on adopta l'appe 1 i ion l'an American l'nion. — La 5e confrence se tint en 1923 Santiago de Chili et la 6e en 1928 la Hav ne. Les tri( vaux y ont t imporlanls On signai entr'aulres documents / une convention qui assure d-1 flnitiveuoenl l'organsation de ; l'Association, f v •"'. VOUI allf-z de1 NE PERDEZ PAS U PUISSANCE Parla busui. du Ple. 1 — Lu pou u e. n t ta p otge contre l< n Il ment ou -.



PAGE 1

' £ MATIX 2d AJrjrf \9$2 PAttJ boiitlt MnMmt Universelle a gard sa promiere pi l>Hiaud*z partout : UN BARBANCOURT DONNE AUX ENFANTS I GAIET ET VIGUEUR i Quand le lait frais est expose l'air, il y tc.mbe Uulcsgorh.s de uiicrobes.doulune varit.qui ;i rcu[It nom de tm eroK-s cii laita.est particulirement friande d i sniTf qu'il lenlpirueCem •< b§ transforma ce sucre .en un •cide et lrl.il surit. On esta peu prs cerlain qu'a ce moment d' trs microbes, 'dont^ bea" eup sont trs dangereux pour mn.t, s'y sont dvelopps auss Avec le lait conserv ESBENSE V'en de parei' craindre. . usine fa table, la lait r^nsMaaK est nrserv de toute iauillnre.il ne perd rien de sn valeur nutritive et son usage U rvle le plus prcieux de tons nos alimenK Vn mfo n t lourn exclusiremen. avec I' 'ait condens BSBENSEN iflgne rapidemeill en poils et en couleur; e joues sur jondissent et son sang, qui tait auparavant p;.uvre en 1er icnnchil de globules rouges eu peu de temps. Cin-Taldy ( L£ SOI H Ces! bien a 8 hearea, quMadame T.UIy donnera I* premier m parlant franais, et <-omme un ti n vaut m. m que m in I auras rul doute que .'e public n'ap^cie sa uste v?lear la beaut rella u i film i LITKANGltE Elvira Popesoo Emile Drain ; Fernand Fabre Cady Win'er Maxudian. Enire : 4, f> et 0 gourdes HENRY STARK RUE DU QUAI, EN FACE DE LA GARE }erres Mire* de toutes dimensions pour vitrines et endremi ni*. }ilrm spciales pour autos DFWffff ordinaires l y 4 pouce paisseur pour autos et comptoirs. Grand choix'de koulumjpow c idres. Lampes de nuit. La maison rpare aussi les miroirs tachs. Cinc-Varictcs CI SOIR La dlicieuse oprette qui fit tant rire dimanche Naufrags de l'Amour gaiet, chansonnette*, dansai, en'rain, Jazz endiabl Entre : 2, S, gourdsa. • Libert Egalit Prterait • Rpublique d'Ha ti Extrait des minutes du (iirlt" If r'iina! Civil de Purt-a.i^ Prince. L'a a m"' v ut o n1 tre.i'deux et 'e 'UII>1I 11 ivril M heure; moins 20 minutes du nalin. Au Greffe du Tribun l Ch i! de Port au M > in< • < t t Ni 'as vil, commis-greffli i su d t tribunal : A comparu Mme \ re Lon 1 porte, oe Sylvia Vu rmain. cot m ire, demenrar t 1 1 domicilie :S Port an.Prince, assiste de M'Dudrav I.erorp son avocat, laquelle rompaient* nous a dclar qu'elle renonce purement et simplement la communaut qui a exist entre elle et fen son poux |e sieur Lon f.aporle, dcd Port-au-Prince, le % ingt quatre mars de celte ami i Dont acle, la c ante et s.,u avocat ont vec NOMS, aprs lectnr (Sign) Mme Vve I on L-iporte. Dudray Lecorps, Mou tas civil. Enregistr d Portau-Prince le (.nie avril mil neul eenl trente deux, folio 96, case 494 du registre C Nn (ides actes judiciaires. Peru STEAMSHiP LIN: Les chargeurs sont pris de noter que le sleamer.iAnt >m du Paari* -Prince, % et anl le Cristcbal Casa! Zone le meicredi 27 avril 1132 les permis d'embarju*. menl seront dlivrs pour la ;i destination de NewVu-! i dis Ports Europen! sur demanda faite c I urcau. Ce i mer partira le n . me jour 2 heures p. m di reclement pour New.York prenant fret, malle et passager*. Jas.H.C VANREED Igeit Gnral droil fixe : une rourde. T e d recteur principal de l Enregistrement. (S.) L. Ethar. Pour expdition conforme* i ollationn, un mot ray nul. (Sign) I. LABISSIRE Pour copie contorme : Du Iray LECORPS, av. LA LAITERIE BAILEY Livraison propre, hyginique, en bouteilles lermti* •luement cachetes, l'abri e toute falsification. Transport lait an rfrigrae urs a roues. 1313, Grand'Rue, Port-aurbice LE FAITEST INCONTESTABLE; Ulium Sarfhe : C'est la quintessence des meilleures 'arits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs, I Ces! ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! j Panama Railroad Steamship Une Agents aux principaux ports d'Europe. Service de jrcl cl de passagers cnlie Europe el l'Amrique. Angleterre • v s "' i.i'ON &. Co, Ltd. G. W.SHI LDON k Ltd, ii, James Street, Fen'on House. LlVEflPOOL, NGLAND MORV & Company, mtic Freighting Corp, Div. 155, Boulevard de S tasbour^, Havre, France •VOUY & COMPANY, Atlantic Freighting Corp. Div,' '•* Qun\ des Chmons, Bordeaui, France lleruu Prou & StockvTtll, Boita i'ostai 7, Havre, France. 112/11-3 I enchurch Street, London !.. C. 3, Hngland. France} Moin Company. Atlantic ?n ighling Corr.Dif. :', flic St \ incent de jl J aul. J'aris, | r RI ce. MORY & < OMPANY Atlantic I IK 1 1 ^ Corn. Div. J Rue < e la Rpublique, Marseilld France. Gellatly IIAMKEI & Co, 21, Rue de 1 la Rnubliqoi Marseillc.ll'rauce. AU n • > L_ Allemagne Aiiantic Freighting Corp. Atlantic l'reigbtlng Corp. aliinliaus, liaml urg 1, Germany. Breilenwrg55,Bremen, (itr. Hollande Atlantic Freighting Corp, Atlantic Freighting Corp. ntwerp Diviaioi. Konii g i Emn a plein 8, j-/o sien,n ann & Companv Rotterdam. Hoiland. P. 0 Bo. 1069, Rotterdam, Bollant, Sude Insurance Co L Une des; plus fortes COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE^ sur la VIE EUG. Le BOSSE & Co Aaents Gnraux i A/B W. Larka, Atlantic Freighting Corp. ni^. Skeppsbron 10, Stockholm, Sweden. A/B Peilersaon et Holmatrom, Jautc Freighting Corp, Div. Mieppj bron ls, Golhenburg, Sweden S'.cu Jan! on el Company. |Allantic Freightu : Corp. I)i JNorrkoeping, Sweden, Simon Edstron \ U Atlantic i reighling Corp, !-> i ^. Malmo, Sweden. Bernbard Hergh & Co Atlantic Freiflhtinp Corp., Div. Jlalsingborg, Sweden. Belgiquo Stlantic ^Freighting Corp. ( :• ': inn.;um et Co c.*^-i 4, Quai Jordaena, Antwerp, Melgium. Danemark I dix et ( D\' Den m a r i Iialie A. Cer< Company ViaV' ncn ence, Mary. k. t agno A^;^ ocia Mi rilime Delgsdo, Baceloo i Spain. Norvge l urits \. D( vold A. Atlantic Freigbling Corp.Div. Aalei und, N '..i svay. *



PAGE 1

t Mercredi 20 Avril 1932 Le Matin 4 PAGES *5en.e ANNfil W W50 Port-an-P Tlpboo %  A %  CE 'L'I K'A JAMAIS ETE fFAIll CO60I NE PEUT ETRE BEI 1 Kola Champag F. SJOURN Prpaie dans des con treusea D'ASEPSIE Prparation le ?HARM< i l". SEJOUR Angle des ,llcs ROUX et du ('.in 1 COLQMBIAN S-S C • INC (LIGNE COLOMBIENNE) Tlphone N* 25*23 Le vapeur (BolivanVoy.97 partia de N.-Y .le 20 crl.,di. rt clment pour I'OI t-au priu ce o il est attendu le 'Jfi, en route le m ne jour pour / les ports c lurubiens, Cristo | bal, C. /., Kingston t-1 New ASSUU^-VJuo a la PUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT TOUR A TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville York. Le vapeur B* r ocoa Voy. 101, I i de New-YorK le 27 courant directement pour Port* au Prince, Bofl lia Vor. 10 ). p n lir de N w-Yo k II '2y courant, pour tous les porlS h;f" r s. William E. H LEO, Ageut. IJOf pieds d' II ''.' %  L' %  m ent. l e ladei en 2 < ''ns de Pc l r Seulemenl 1" i nie route i phslte. Vues rie la i 11. I • %  S is m arrangements pm etdhrs pour les pensions 'te jonr'di rfniiinc oi de M o i f 4 ykes Brolhers SS C Inc Texa -ELiiLJ Santo DomingoPorto Rico Le wul st rvh e bebdon i gers < l.-t entre les ports du avei rrt*au-Prince, I ; Paur la rceptii n rapide et le munit I habile l< VOJ MBA or ta lions, servi/ von-, loi. ii rs di i de '* LYKt Les prochaines arrives Port-au-Prince sont %  Steamer Almeria l.\ k s Steamer "Geuev ive Ly ki s" Steamer "Ruth Lykes" Meamer "Margarei vl. s' Steamer t Velma Lykes* [ tfureau : Rue du Magasin de l'fctai, Boite Postale B avril 1932 avril 1932 avril 1932 L".) avril 1932 (. mai 1932 /Or Hppi'i-lioiphttta de Clisua al cl i l'Huile de Foie de Morne Agrable au got et facilement digestible elle est le mmpmm rparateur de la NuMtmn pmt excellence Laboratoires REGAGNON A t Pharmacien* Agent Gnral pour l'Exportation : Ch. MAGNANT 37. rue Davioud .. PARIS-16* General Accident Fire & Lite Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) "car ia GENERAL est une des plus puissintes et des p! is vastes organist! de ce genre. Le soleil ce se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse fc monde ses Polices contre incendie couvrent aussi les lgats occisiouns par la touart Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, i icendie, malveillance, dommi^ tint a autrui dans s* personne ou dans ses biens. 4 Ses; Polices Maritimes e ni ses pur ses branches d'Europe sont payables en Hati %  a./V'" **a^a-*--a— • •*>•> — v-a1 — %  --___ e munir d'une police cortie accidente d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant qte deJl/2 "/. soit 20 dollars U, C. Veuve F. BERMINHAM, AuxGaves OUSA CENTS Agent Gnral pour Haiti. nrt-no-Pnnce. \Cr. av r, JFAN RLANCBBTJrni % %  COMPAGNIE GENERALE TRANSATLANTIQUE Leste mer S-Domingue ( e v.S S Pologne) ayant laiss Bordeaux le 7 courant est attendu ici le 2fi courant e 1 partira le mme jour pou? Sa diago de Cuba,Petit-Goav* j Jrmie, Les Cayes, Jacmel ] pre %  •;"' ir M p.'*.fl0prc pom ces ports, ainsi aue fret pour l'Europe. Ce navire sera de retoui ici :e 2 mai et partira l m i e jour pour les portsdi Nord, l'i'er'o-Plata.San Jua? et Le Havre. I es pers mues dsirant • < reodie eu France par ce vapeur sont piiesde bien von loir serine inscrire ds prsent F. M. ALTIMll. Agent. La Ma acture lia i w le Cl apej ux Llndhjne : aWlTT' *->%t wxmum Ida! Rhum AUX ROY 30 annes de succs. BAR-RESTAURANT DE l H, A. M. A12 HP, M. Dners et Banque s sur commande. SERVICEA LA CAirh L o PRIX TRS MODRES. IBKCHS FROIDS— SANDWICH? I H 01 X. ICECREAM HERE NATIONALE A LA PRESSION A OR 10 CENTIMES LE VERRE. BIRES ETRANGERES El LIQUEURS FIHESAU HE1E PRIX QU'EN VILLE Orthophonie toutes les heures. LA BONNE SOCIEi' Ci i AUPRl[ TOUTE LA RPUBIIUE SE DG'INE RENDEZ-VOUS A SEA-SIDE-INN. Le meilleur accueil est rserv tous les visiteurs. I L'ORQANISME est REMIS d'APLOMB j PAR LE aaaaaH^^ -OMB| LAOTOmORRHUOL DELPECH | POUDRE de FOIE de MORUE SANS GOUT NI ODEUR TOUX, BRONCHITES, ANMIE, LYMPHATISME, SURMENAGE^ &f V L!>oralor OELPECM. 5. Rue Danton. PARIS ^ %  OBEEan A rott-> Princ. : Pk Bl'CH ft ( ANTAVC il toalti !•• Ph.ra.ci.i aHeitlion PROGRS NOUVEAU RHUM M)L\EAU Rhum dlicieux got exquis 1 Tix re kl L? i l SERVICE IRKPROCHAB j i. •a P. R PATRIZI ce C PROPRIETA l DtFIANT TOUTE CONCUflriEiCE i ] (Aairin Vierge \ Chez s. NAZOI\ DPOTlANCLE CES RUES DO PEUPLE El PEROU PHNt: 3331. A le plaisir i' -nnoncer sa nombreuse ( lienfle que la fente de ses CHA R L'X se fait, Jdpuis le i janvier, ta Il 2027, GUht'itUF enf'ce de son an ien local. Les Clientsytrou eront le mnPCCI eil. BON MARCH. CELERITE, GOURME. Martinez, Marcelin & C* ; Loterit Nationale d'Hati 416, Ru Sonne Fol, Phone : 3358 L Loterie Nationuled'Halti est une institution hautement humanitaire par la n iullipli*^ d'oeuvres qu'elle; se propose d'aider, une fhui.j de bie tre oieile aux honni K de toutes conditions de to lu* Employs Fonrtioun 'fs, Ouvriers, Artis;s, S ilaries 49 loua ordres, Gens de uaiso (domestiques.) sans iminr leur budget moyauuani deux goudts, peuveui K a M ,,e ; '*'' mille gourdes. Patrons de Commene.Lhetsd'Indusiie p;"<* aux iiisbllivances des venrrs. par l'ach ;t d'uu billet, qui \c libre du souci des ^chaucesMdecins Avocats, Ingnieurs. Sn items, Dputes, Grau* Dignitaires de l'Elat.Hepiscntants de lintellectuaiii, Jcuf ualistes. Donnez l'axtM^le de vo're ro'i.larit lociaie. Rentiers, capitalistes, comne eu i uant, augmentez volia aveir. Vous tous qui h^bitei Hai i. m-d-z-lui srnice pnacle ant le billet de la LOTERIE NATIONALE D HATI. Laboratoire SJOURN DIRRCTDM SjotiRN, Pharmac H SJODRN, Pharmacien d&f •'TTniversii l •"> M. 5JOCBR, Pharmacien d l'imiferait de l'aris.aacf i i A n crm


PAGE 1

Clment Magloire DIKECXUrt l£$. RUE AMEKIGAINE 13*f TELEPHONE N'2242 Malin 20 me.ANNEE N u 7650 PORT-M CE (HATI) Sans k'btlltet, au !• re>pM Il il II (lfM)l, itioiir i. ru un mot MM la Mllli, itnit le tin iVUHice qui lche l-ur la ime. MIBii MERCREDI 20 AVRIL 1U32 INERTIE ACCAPAREMENT ria —oDans le sens de noire ditoji de samedi concernant la prochaine rforme constitutionnelle el la perptuation dans les lites fonctions politiques qui en est un d.s objectifs, nous |)0UV( jus lire dans noir.' conirre L'Action \ulionale du ninu' jour ce qui suit : H L'intressant, actuellement, est le savoir si le_gouvernement a pu trouver un joint pour pallier, tant soit peu, la misre gnrale. Car, vrai dire, la rvision constitutionnelle n'est pas un but en soi : elle ne peut cire, tout au plus, qu'un moyen poulie Pouvoir de consolider dans l'avenir l'action de l'Excutif. L'introduction dans les lois constitutionnelles d'un peu plus d'ordre et de bon sens enipthera-t-elle, en fait, le jeu passionn des ambitions?... Ce joint pour pallier, tant soit peu, la misre gnrale , trop"grande Instabilit remoch notre conlrre sait, aussi bien nagure au gouvernement Borque L'Action Nationale, poursuivant sa dmonstration, continue en ces tonnes le bilan du rgime : On nous rpliquera : Mais il (M. Vincent) n'a encore rien fait...C'esl encore faire quelque chose.rpom rons-nous, que de ne pas faire hop de dgel. Le pays est doifc fix. Un mol s'est liouv sons notre plume l'autre jour dans le mme dilorial de samedi, c'est le mot acrapaiement dont nous nous sommes servis pour qualifier l'intention prte au projet de rvision constitutionnel le du prolonger sensiblement les mandats lgislatifs actuels. Si celte intention se ralisait, cela donnerait la mesure de l'goTsme qui, avec l'inertie, semble tre la rgle de la conduite gouvernementale. Un tel syslme srail le con're-pied outr du rgime de Votre Fillette en a besoi que nous,qu'il n'est pas trouv, bien plus, qu'il n'est mme pas cherch. Ce qu'il appelle la mthode politique de M. Stnio Vincent a bien autre ebose foire. L'empressement avec lequel, dans son discours l'Assemble Nationale, il s'est rabattu sur la proposition de loi no en ce qui concerne le Conseil d'Etat. Par le temps de mire aigu dans laquelle vivent toutes les lamdles hatiennes et dont ne sont gure exemptes que celles qui ont des reprsentants dans les (onctions publiques, on peut aujourd'hui se %  prononcer entre le systme BCBudicourt sur II restriction de (llL .| (|lll entend immobiliser la nos importai 101s rvle, en ce r | 1()SL ,..., ique iiulfiiiiin-Mi enqui concerne l.\s plans conomiques, la pnurie du gouverueineiit. Le pays doit en pren Ire son parti : avec le gouvernement du jour, il ne djil ailcn Ire de changement dans son conomie gnrale que du hasard des circonstances. Le mme confrre que nous citions loul l'heure dit de M. Vincent : Nous ne iv le 1111 ins de quelques-uns el le sys'.cmedit Borno qui, tenant compte de tant de dtresses particulires, taisait se succder ans affaires le plus grand nombre possible d'amis. Nous ne sommes certes pas, dans le Matin, des partisans systmatiques de la politique alimentaire et nous sommes mme le premierjournal avoir ce mal soci.il. Mais, en pour loigner les rhumes et les toux l'ge criiiq ut de l croissance. •COTT-s FMULSION m W, M e„ Iltl esm a, jJl ••mes c onnue pour U, dveloppement et empcher Vint* L^nt?' LMON une l "" !t s icocer un trait* ment reguher-asscz pour ucttt les -humes de SCOTT'S EMULSION d'huile de foie de morue norvgienne Riche en V. A et D %  '%  %  TOUX, RHUMES BRONCHITE ANEMIE CONSOMPTION INFIUENZA RACHITISME Le dernier de John Ipca I r.'ndnstrielpl parlons upeu limitation 1 ,, c dehndustr.ederaccodTons que les petits producteurs d alcool mation. Mai lanl, si la si sont ruins et ils le sont oar la concurrence d 'ovale qui leur rend imp issible le %  1 y*t . 11 ,' i el 'I '"il S de demandes. uirail qu' augmenter la On se rappelle'sans'doute encore, les fomeUX exploits de cet l'em ure qui se la ( s :iii ap| eler lolrn 1 i ca... el • I ml on ne 1 ml ii ; le avec un j ... ni d'e 11 1 M., s'il st ha' ••• e vo "l d g s a .1 < ut •' v a %  ni aux se s ,ar un coup, ( V ) '' P Pau sont 'I 11 le lu ; un \.. 'Maux, qui lecla plein our, il 1 "'que o mena la s ine dernire, sui\ i a 1 h de ncienne in Maj I j iiirnl 1 11 mid es ..Ce i %  1 %  '-' • %  oui ri.it enl ont i \. %  %  1 our idler plu \ e et le 1 1 r John Ipt lici sa 1 d j val. car son I el demi IIIV introuva se il l'on can"M rs sont 1 I hel de ii dgonla frag'lit dei i quelque r plaid I 11 mtpn ision int mme 1 n dans les n-fara dont le se dire est qu'il iravail. Cest la un et it de p , „. d'un cran ou plus Choses OUI doit nlliror I' I. f.n. I..; .1 croyons pas siiicremenl qu'un dnonce L'autre si place et p'i l'aire fait, politique alimentaire pour mieux el davantage. El M.Vinpolitique alimentaire, toule prmieux cent professe, son propre gard personnel, le mne sentiment, lbnc, il n'y a qu' se croiser les bras,se taire, le regarder faire, inoins, si on est de la chapelle, d'applaudir.D'aulant plus frencedu point de vue humanitaire, ira lgitimement plus vite celle qui aide et l'ait vivre le plus de monde, qu' celle qui rserve les faveurs quelqueslins toujours les ni ..es. CHOS — La daiiu Esti ina JeanPhilippe a l victime de la Compagnie d'Eclairage Eleo [trique. Un lil nu, contrairei ment au contrat de celle-ci, Le Prsident de la Rpttse rompit, l'angle des rues blique a rendu visite dimanMonlalais cl des l**r mis-Foi ls, rhe malin M. Denis Si.-Aude, tomba sur elle el lu prsident du Snat el Ni. Joseph Loubcau, prsident de la Chambre. — Le mme jour le Prsi lent rendit visite Madame occa, a li1 lai heureusement n'est pis grave. — Les Soviets oui concentr 70.000 hommes sur la l'ion sionna des brlur gure et m bras. S0.1 Charles Germain et Madatjre mandchourie me en vue me Frd. Gaeljens. ~ M. Robert Lafonlanl a fi nomme comptable-payeur un dpartement des finances en rem place ment de M. Allen Nelson lu dput. M. Odllon Casimir remplace M. Lnfontant au poste d'adjointPayeur. Mr J. Pcrry a l nomm employ l'administra" •ton gnrale des Conlribu •ions en remplacement 'le Mr ralenti ni. — Plusieurs propritaires le bars se plaignent des mahnes qui ont des comptes a leurs tablissements et ne Pensent pas rgler. On ne les y voit plus. Il faudrait solder avant dlirer la rvrence. — Le prix des loyers baisse, •estune consquence del talion conomique. Les locataires n'en redisent pas. M. Charles St. Cloud a un appel tous les m gnieurs et ouvriers raca ciens, lectriciens, plomel hydrauliciens en vue a formation d'un svndiPglessionnel. r Alix Large est nomjjronome de 2 classe et Ane Sylvain agronome J*.**classe au Service natioK al l a Production agricole. de toutes ventual tes. Le Prsident Hindenburg a ordonne la I ollllion des forces diles d'is>aut de l'hitlrisme. La police excute. Hitler a protest. L'Industrie de i'Alcool UNE LOI NECESSAIRE N'est pas homicide seulement celui qui lue par le 1er, mais aussi celui qui par son action mchante dtruit la rputation d'un autre ou l'empche, par des moyens rprouvs, gagner honorablement son existence. Le calomniateur qui attpque par la langue la rputation du prochain est honicide, le commerant qui s'attribue des bnfices illicite* est homicide industriel qui emploie ses eap taux empcher le concurrent de travailler esl homicide. Nous pourrions continuer et nous trouverions beaucoup d'autres cas, mais, aujourd'hui arrtons-uous a choses qui doit attirer tentioc du Gouverne aiehi dont le devoir st de prot gT tout le monde d'une gale taon. Une loi esl ocessal On a pens que la loi sur I alcool tait lu cause de 1 dbcle des distillate os. | 'ouvernement Provisoire le Monsieur Eugne Rov a diminu l'impt sur l'alcod, %  t les nouvelles dispositions 'gales, loin le gurir le mal l'o. t empir. Cela ne non tonne pas, car si la cho juste n'est point laite, si la cause directe n'est p-s sttaque,comment faire disparatre les efiets? On aura t eau legilier, si on ne lgifre pas scienlitHjuement, %  'est passer cot, et les victimes conti uueront souffrir. A notre humble avis tout I. temps qu'on ne donnera pas une limite la prolm-i del'alcooLon u'arriv %  • jamais 11 solution du problme. Le remde, pour cire efficace, doit consister d'abord co 1uatre la consommation locale, La quantit d'alcool conso nme, une fois connoe, une loi diciera la uanlit permise chaque Usine, selon son importance. Nul ne pourra dpasser cette quantit. Supposons que la conso m mation locale cesser ce ; ne peut que 1 i r DI d e justice djA si loi placerai! tous les i) 0 lui [1 u rs MIT le mme 1 'i'A 1 s rail quitable el : i liai le \ ivre. I 1, nul n • pourrait e homici le dans ta production de l'alcool. A. D \ 11 y a vingt cinq ans —00— Li-MATIN, 20 Avril 1907: LES SG \ 115 Avant hier jeudi n /le S S ( \ afdioia est ', a ni h sh n,il ion des ii nui ns, nohe ,1 u, i, Monsieur lliicts LafoiHani accomp ign /' ''''• 1. /-. fc Plidesdre et S /'. Praut, des scaphandriers 1 .c %  foi %  Thimox ls Lafontant qui depuis prs de quatre uns 1 1 pas ci 1 er dans %  poursuite des rformes entreprises ; ;/ te Gn, rat bord \texis un concturs nergique mr, une bonne volont infatigable et l ardeur efficace le son temprament combatu/. n reu pur contrat avec le ni de la karine et %  1 tcision du Conseil des lune, dEtat lautorisadoprer d lun$ ta coque des navires de Aat qui oui nagure fait (rage. i sourue de n l'homn e i onnea lu magasin de la Grand'Bue. plein d'essence, I C C jp 'Il ; rr | „ n Dunlop el des En coup de N 0 I — I. / vre %  I V /// n /-• a le tre minai le prop •• %  7 e no la i : dern e el mi,< %  m %  on /-• < <>il, h '.! e v / une n lu parole : l'ort-au-Prince,le 19 Aril 1 M 1 eur le 11 ecteur, J'ai lu avec i a b 1 d* r nul vente du kol 1 i\ ez %  • iule> m qui I 'vivent, parce que j %  suis une vie le 'les labri mis de ce pro duil qui emploient la s icchi a dai s l'auto el dit A Mai iani, 1.'est-ce pus? %  • le H il.'etin ipal , pai 1 n-iH une 80 II 1 n<-s ( oAsares par l ;II r Miru de dralion i si m 1 n 1 nant j l\ iude oui ci m ma 1 hi /. nous. ... v< it que notre confrre L Action 'A ilionala , aujourd'hui optimiste, aprs avoir t pessimiste hier n'est pas trs scrupuleux quand il reproduit un Ii '. Noua t'erivons Pltoga blement 'hensifs Le joute en adverbe, 0 II t ure 1 irr : Piloj ib un n t encore inc nnprViclorThomai n'est pistai — 1 • Nationale. Ire, nous trouvons nous f aiment r i isanl ;l ati >d < I loi nient la jeuPropos lepu %  ige .11 ino' l co n 11m : uw produit 1. Les 1 • eloppent l'ivre le n i 1 concurrence, ni s inl donc foi I lss, l l'esl J p uirquoi je sr u\ que tre %  : ; I \ • ne, dont j dieu N 1 l)ireeleur, m 1 Ii i' ibrique Kol 1 L ie A. Juiiidesj ,—o Une vill italienne englouti* la |ueii irae avenue Dl cercle aulour d %  deux [i n ls atn is, un eiil groupe ce jonroalisli s il I. Ls | rt d sfo enl ; 'Ui a ilisie 1 el les |Ufl 'OU:iViiorJ pouva t m in.•: toujours se donnent banq II de la aiquel de h) L. [.ni [i e, e" lut celui •atnek, puis celui du i^ongra des Ina nieurs, el tout mmenl le banqcal que le R eer offrait nos d I ivid m 'est Setton trouve la plus eu; ;e Ii l'ort-au-1'rinIle nou • le luoudc enli , 1.1 m., %  "N. IC lll'Jll.lO culu-i tout le monde sera content, un de no coi Lon objectera que cette rglementation sera une al. teinte porte la libert individuelle. Cette objection nous l'avouons, toute si leur, mais la mme loi ai prvu, aussi. In libert produire sans limite, car c ioi tera alors obligation producteurs de remettre, i [entrept de l'Etat,our I V portallon, tout ce qui est produil eu SIIN de ce qui est I dment oermis Dnnr .H. ktaiemeni permis, u cune atternte ne ser;i 1 la libert de produire, la* 1 1 1 %  • .m ptrole : m Us les i u 1 des ampoules lectriqu 1 il a1 iiui. On l'A %  • r I \;i| |,,|,,. ms de \ n -cliemi ont ,\u Ii dan d'i ooieri mains sur le qu nstruite lieux plus M'H .. m lie pi rs m la Ville M %  1 > : it q de votes ces sol aotra co 'l:e prochainement 8 officiera iiyanl .i • %  1 tte le niaAndr, ira 1 S.ntoprsenter au Prsiujillo les hommtgai du ni Vineent. On se rni| l'une dlgation d'oTldominicaioi avait l nie 1 iage d'1 dn i m V'nde son s • ur au Caplien. -vous cont • c m ra suran orpqm on Liimi diau, ^Ag .arai ^uc Hsitr.'


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06983
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, April 20, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06983

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIKECXUrt *
l$. RUE AMEKIGAINE 13*f
TELEPHONE N'2242
Malin
20 me.ANNEE Nu 7650
PORT-M CE (HATI)
Sans k'btlltet, au ! re>pM
Il il II (lfM)l,
itioiir i. ru un
mot MM la Mllli, itnit 11 Itilll CKililc.Ll CC M MSl DU* Ifs
tCfc.kl ail.\U- ilivc.if i|(U(lj.!lr
ou k Naaaitr t,i.i |n (iXi.i bMlritr
o.tu> le tin iVUHice qui lche
l-ur la ime. .
MIBii
MERCREDI 20 AVRIL 1U32
INERTIE ACCAPAREMENT
ria
o-
Dans le sens de noire dito-
ji de samedi concernant la
prochaine rforme constitution-
nelle el la perptuation dans les
lites fonctions politiques qui
en est un d.s objectifs, nous
|)0UV(
jus lire dans noir.' con-
irre L'Action \ulionale du ni-
nu' jour ce qui suit :
h L'intressant, actuellement,
est le savoir si le_gouvernement
a pu trouver un joint pour pal-
lier, tant soit peu, la misre g-
nrale. Car, vrai dire, la r-
vision constitutionnelle n'est pas
un but en soi : elle ne peut cire,
tout au plus, qu'un moyen poul-
ie Pouvoir de consolider dans
l'avenir l'action de l'Excutif.
L'introduction dans les lois
constitutionnelles d'un peu plus
d'ordre et de bon sens enip-
thera-t-elle, en fait, le jeu pas-
sionn des ambitions?...
Ce joint pour pallier, tant
soit peu, la misre gnrale , trop"grande Instabilit remoch
notre conlrre sait, aussi bien nagure au gouvernement Bor-
que L'Action Nationale, pour-
suivant sa dmonstration, conti-
nue en ces tonnes le bilan du
rgime : On nous rpliquera :
Mais il (M. Vincent) n'a encore
rien fait...C'esl encore faire quel-
que chose.rpom rons-nous, que
de ne pas faire hop de dgel.
Le pays est doifc fix.
*
Un mol s'est liouv sons no-
tre plume l'autre jour dans le
mme dilorial de samedi, c'est
le mot acrapaiement dont
nous nous sommes servis pour
qualifier l'intention prte au
projet de rvision constitution-
nel le du prolonger sensiblement
les mandats lgislatifs actuels.
Si celte intention se ralisait,
cela donnerait la mesure de l'-
goTsme qui, avec l'inertie, sem-
ble tre la rgle de la conduite
gouvernementale.
Un tel syslme srail le con-
're-pied outr du rgime de
Votre
Fillette en
a besoi
que nous,qu'il n'est pas trouv,
bien plus, qu'il n'est mme pas
cherch. Ce qu'il appelle la
mthode politique de M. Stnio
Vincent a bien autre ebose
foire. L'empressement avec le-
quel, dans son discours l'As-
semble Nationale, il s'est ra-
battu sur la proposition de loi
no en ce qui concerne le Con-
seil d'Etat. Par le temps de mi-
re aigu dans laquelle vivent
toutes les lamdles hatiennes et
dont ne sont gure exemptes
que celles qui ont des reprsen-
tants dans les (onctions publi-
ques, on peut aujourd'hui se
prononcer entre le systme BC-
Budicourt sur II restriction de (llL.| (|lll entend immobiliser la
nos importai 101s rvle, en ce r|1()SL.,,..., ique iiulfiiiiin-Mi! en-
qui concerne l.\s plans cono-
miques, la pnurie du gouver-
ueineiit.
Le pays doit en pren Ire son
parti : avec le gouvernement
du jour, il ne djil ailcn Ire de
changement dans son conomie
gnrale que du hasard des cir-
constances. Le mme confrre
que nous citions loul l'heure
dit de M. Vincent : Nous ne
iv le 1111 ins de quelques-uns
el le sys'.cmedit Borno qui, te-
nant compte de tant de dtres-
ses particulires, taisait se suc-
cder ans affaires le plus grand
nombre possible d'amis.
Nous ne sommes certes pas,
dans le Matin, des partisans
systmatiques de la politique
alimentaire et nous sommes
mme le premierjournal avoir
ce mal soci.il. Mais, en
pour loigner les rhumes
et les toux l'ge criiiq ut
de l croissance.
COTT-s FMULSION m
W,MeIltl,esma,jJl
mes connue, pour U,.....
dveloppement et empcher Vint*
L^nt?' LMON-une "l"" !t s" icocer un trait*
ment reguher-asscz pour ucttt les -humes de
SCOTT'S
EMULSION
d'huile de foie de morue norvgienne
Riche en V. A et D
' '-'
TOUX, RHUMES BRONCHITE ANEMIE
CONSOMPTION INFIUENZA RACHITISME
Le dernier
de John Ipca

I
r.'ndnstrielpl parlons u- peu limitation 1 ,, c
dehndustr.ederaccodTons que
les petits producteurs d alcool mation. Mai lanl, si la si
sont ruins et ils le sont
oar la concurrence d 'ovale
qui leur rend imp issible le
1 y*t .
11 ,' i el
'I '"il S de demandes.
uirail qu' augmenter la
On se rappelle'sans'doute en-
core, les fomeUX exploits de cet
l'em ure qui se la -
(s:iii ap| eler lolrn 1 ica... el !
I ml on ne ,
1 ml ii ; le avec un j ...
ni d'e 11 1 m., s'il st ha- 'e vo"l d g s
a .1 < ut ' v a ni aux
se s ,ar un coup, (V)" '' PPau sont
'I 11 le lu ; un \.. 'Maux, qui
lecla plein our, il 1 "'que o
mena la s ine dernire, sui\ i
!
a 1 h
de
ncienne in Maj
I
j iiirnl 1
-
11 mid
es ..Ce i 1
.
'-' oui ri.it enl
ont i \. 1 our
idler plu \ e et le 1 1
r John Ipt
lici sa 1
d j val.
car son I !
el demi iiiv introuva
se il l'on can-
"M rs sont
1 I hel de
ii dgon-
la frag'lit dei
i quelque
r plaid
I 11 mt-
pn ision
int mme
. 1 n dans les
n-fara dont le
se dire est qu'il
iravail. Cest la un et it de p , . d'un cran ou plus
Choses OUI doit nlliror I' I. f.n. I..; .1 ___
croyons pas siiicremenl qu'un dnonce L'-
autre si place et p'i l'aire fait, politique alimentaire pour
mieux el davantage. El M.Vin- politique alimentaire, toule pr-
mieux
cent professe, son propre gard
personnel, le m- ne sentiment,
lbnc, il n'y a qu' se croiser les
bras,se taire, le regarder faire,
inoins, si on est de la cha-
pelle, d'applaudir.D'aulant plus
frencedu point de vue huma-
nitaire, ira lgitimement plus
vite celle qui aide et l'ait vivre
le plus de monde, qu' celle qui
rserve les faveurs quelques-
lins toujours les ni ..es.
CHOS
La daiiu Esti ina Jean-
Philippe a l victime de la
Compagnie d'Eclairage Eleo
[trique. Un lil nu, contraire-
i ment au contrat de celle-ci,
Le Prsident de la Rptt- se rompit, l'angle des rues
blique a rendu visite diman- Monlalais cl des l**r mis-Foi ls,
rhe malin M. Denis Si.-Aude, tomba sur elle el lu
prsident du Snat el Ni.
Joseph Loubcau, prsident de
la Chambre.
Le mme jour le Prsi
lent rendit visite Madame
occa-
, a li-
1 lai heu-
reusement n'est pis grave.
Les Soviets oui concen-
tr 70.000 hommes sur la l'ion
sionna des brlur
gure et m bras. S0.1
Charles Germain et Mada- tjre mandchourie me en vue
me Frd. Gaeljens.
~ M. Robert Lafonlanl a
fi nomme comptable-payeur
un dpartement des finances
en rem place ment de M. Al-
len Nelson lu dput. M. Odl-
lon Casimir remplace M. Ln-
fontant au poste d'adjoint-
Payeur.
- Mr J. Pcrry a l nom-
m employ l'administra"
ton gnrale des Conlribu
ions en remplacement 'le Mr
ralenti ni.
Plusieurs propritaires
le bars se plaignent des ma-
hnes qui ont des comptes
a leurs tablissements et ne
Pensent pas rgler. On ne
les y voit plus. Il faudrait
solder avant dlirer la rv-
rence.
Le prix des loyers baisse,
estune consquence del
talion conomique. Les lo-
cataires n'en redisent pas.
, M. Charles St. Cloud a
un appel tous les
mgnieurs et ouvriers raca
ciens, lectriciens, plom-
el hydrauliciens en vue
'a formation d'un svndi-
Pglessionnel.
r Alix Large est nom-
jjronome de 2 classe et
Ane Sylvain agronome
J*.**classe au Service natio-
Kalla Production agricole.
de toutes ventual tes.
- Le Prsident Hinden-
burg a ordonne la I ollllion
des forces diles d'is>aut de
l'hitlrisme. La police excute.
Hitler a protest.
L'Industrie de
i'Alcool
UNE LOI
NECESSAIRE
N'est pas homicide seule-
ment celui qui lue par le 1er,
mais aussi celui qui par son
action mchante dtruit la
rputation d'un autre ou
l'empche, par des moyens
rprouvs, gagner honora-
blement son existence. Le ca-
lomniateur qui attpque par la
langue la rputation du pro-
chain est honicide, le com-
merant qui s'attribue des b-
nfices illicite* est homicide
industriel qui emploie ses
eap taux empcher le con-
current de travailler esl ho-
micide. Nous pourrions con-
tinuer et nous trouverions
beaucoup d'autres cas, mais,
aujourd'hui arrtons-uous a
choses qui doit attirer
tentioc du Gouverne aiehi
dont le devoir st de prot
gT tout le monde d'une gale
taon. Une loi esl ocessal
On a pens que la loi sur
I alcool tait lu cause de 1
dbcle des distillate os. | .
'ouvernement Provisoire le
Monsieur Eugne Rov a di-
minu l'impt sur l'alcod, t
les nouvelles dispositions '-
gales, loin le gurir le mal
l'o. t empir. Cela ne non
tonne pas, car si la cho
juste n'est point laite, si la
cause directe n'est p-s stta-
que,comment faire dispara-
tre les efiets? On aura t eau
legilier, si on ne lgifre pas
scienlitHjuement, 'est passer
cot, et les victimes conti
uueront souffrir.
A notre humble avis tout I.
temps qu'on ne donnera pas
une limite la prolm-i
del'alcooLon u'arriv jamais
11 solution du problme. Le
remde, pour cire efficace,
doit consister d'abord co 1-
uatre la consommation locale,
La quantit d'alcool conso n-
me, une fois connoe, une
loi diciera la uanlit per-
mise chaque Usine, selon
son importance. Nul ne pour-
ra dpasser cette quantit.
Supposons que la conso m
mation locale millions de (/allons; s'il n'\ a
pas de rglementation et que
la'production soit libre, qui
peut empchera un distrll
teur de produire plus que
cette consommation et p 1
ainsi maintenir les bas prix
afin de tuer les autres ? Mais
du moment que celle produc-
tion est limite, lgalement,
nul ne pourra dpas!
quantit|qui lui -.-si permise
De cet'e faon, la stabilit du
prix de l'alcool sera faite el
1 >
cesser ce
; ne peut que
1 i r di d e justice djA si
! loi placerai! tous les
i) 0 lui [1 u rs mit le mme
1 'i'- A1' s rail quitable el
: i liai le \ ivre. I
1, nul n pourrait
e homici le dans ta produc-
tion de l'alcool.
A. D
\ 11 y a
vingt cinq ans
00
Li-- Matin, 20 Avril 1907:
LES SG \ 115
Avant hier jeudi n /- le S S
( \ afdioia est ', a ni
h sh n,il ion des ii nui ns,
nohe ,1 u, i, Monsieur llii-
cts LafoiHani accomp ign
/' '''' 1. /-. fc Plidesdre et
S /'. Praut, des scaphandriers
1 .c .
foi Thimox ls Lafontant
qui depuis prs de quatre uns
1 1 pas ci 1 er dans
poursuite des rformes en-
treprises ; ;/ te Gn, rat bord
\texis un concturs nergique
mr, une bonne volont
infatigable et l ardeur efficace
le son temprament combat-
u/. n reu pur contrat avec le
ni de la karine et
1 tcision du Conseil des
' lune, dEtat lautorisa-
doprer d
lun$ ta coque des navires de
A- at qui oui nagure fait
(rage.
i sourue de
n l'homn e i onnea
lu magasin de
la Grand'Bue.
plein d'essence,
I C C jp 'Il ; rr | n Dunlop el des
En coup de
N 0 I
I.
/ vre I
V /// n /- a
le tre minai le prop
7 e no
la i : dern e el mi,<
m on /- < <>il,
h '.! e v / une
n lu parole :
l'ort-au-Prince,le 19 A- ril 1
M 1 eur le 11 ecteur,
J'ai lu avec i
, a b
1 d* r nul
vente du kol 1
i\ ez iule> m qui
I 'vive-
nt, parce que j suis une vie
le 'les labri mis de ce pro
duil qui emploient la s icchi
' a dai s l'auto el dit
A Mai iani, 1.'est-ce pus?
*

le H il.'etin
ipal , pai 1 n-iH
une 80 II 1 n<-s
( oAsares par
l;ii r Miru de dra-
lion i si m 1 n 1 nant j l\ iude
oui ci m ma 1 hi /. nous.
... v< it que notre confrre
- L Action 'A ilionala , aujour-
d'hui optimiste, aprs avoir t
pessimiste hier n'est pas trs
scrupuleux quand il reproduit
un Ii '. Noua t'erivons Pltoga
blement 'hensifs Le
joute en adverbe,
0 II t ure 1 irr :
Piloj ib un n t encore inc nnpr-
ViclorThomai n'est pistai
1 Nationale.
Ire, nous trouvons nousf
aiment r i isanl
,;l ati >d < I loi nient la jeu-
Propos
lepu . ige .11 ino'
l co n 11m : uw produit 1. Les 1 eloppent l'i-
vre le n
i 1 concurrence, ni s inl
donc foi I lss, l l'esl J
p uirquoi je sr u\ que
tre :
. ; I \

ne, dont j
dieu N
1
l)ireeleur, m
, 1
Ii
i' ibrique
Kol 1 L
ie
A.
Juiiidesj
,o
Une vill
italienne
englouti*
la |ueii irae avenue
Dl cercle au-
lour d deux [i n ls atn is, un
eiil groupe ce jonroalisli s il
I. Ls | rt d sfo
enl ; 'Ui a ilisie 1 el les
|Ufl 'OU- :iVii-
orJ pouva t m in-
.:
toujours
se donnent
banq II de la ai-
quel de h) L.
[.ni [i e, e" lut celui
- atnek, puis celui du
i^ongra des Ina nieurs, el tout
mmenl le banqcal que le
R eer offrait nos d
I ivid m 'est Sett-
on trouve la plus
eu; ;e Ii l'ort-au-1'rin-
Ile nou
le luoudc enli ,
1.1 m.,
"N. IC lll'Jll.lO culu-i
tout le monde sera content, un de no coi
Lon objectera que cette r-
glementation sera une al.
teinte porte la libert indi-
viduelle. Cette objection
nous l'avouons, toute si
leur, mais la mme loi ai
prvu, aussi. In libert
produire sans limite, car c
ioi tera alors obligation
producteurs de remettre, i
[entrept de l'Etat,ourIV
portallon, tout ce qui est pro-
duil eu siin de ce qui est I
dment oermis Dnnr .h.
ktaiemeni permis, u
cune atternte ne ser;i 1
la libert de produire, la*11*1

.m ptrole : m Us les i u
1 des am-
poules lectriqu
1 .
il a-
1 iiui. On
l'A
r
-
I
\;i| |,,|,,.
ms de \
n -cliemi
, ont ,\u Ii
dan d'i ooieri
mains sur le qu
nstruite
lieux plus m'h
.. m lie pi rs m
la Ville M

1
>
:
it q
de
votes ces sol
aotra co 'l:e
prochainement
' 8 officiera
. iiyanl .i 1 tte le nia-
Andr, ira 1 S.nto-
prsenter au Prsi-
ujillo les hommtgai du
ni Vineent. On se rn-
i| l'une dlgation d'oTl-
dominicaioi avait l
- nie 1 iage d'-
1 dn i m V'n-
de son s ur au Cap-
lien.
-vous cont c m
ra
suran orpqm on Li-
imi diau,
^Ag .arai ^uc Hsitr.'


PAGE 2
k M4ittL*> *** m*
h Sx
A Cin-Varits
Jane Verneuil et
Ralph Cataly prsentent:
iSOUS LES COCOTIERS
U GRAND: REVUE HAIIIENHE EH 3 ACTES. AVEC LEICONCOURS
DES MEILLEURS ACTEURS COMIQUES HATIENS.
On loue les places,
Htel du Champ-de-Mars
3, 4 et 5 gourdes.
VIENNENT D'ARM VEU
A la Maison
BEAUX de DENTS
c..--iinii instantane, rariimlr a i!.'P..Kt!>.__
SIlVEM
St tmtj Su_nrMij0n instantane. rclu.-iir u i
W -.TJi 04#fA de iJBntS IVniplnl sir.'|.leet larile itu UUME TUF. Nr
;[ Jm M **tw5t~ ,_.. ,, ,i0,,|far,fMrii\clj .1.1 ir. ntsnr- laronier- atmndt,
""nAUME TUE-NERF Ml RIGA
dama,
h.
V
Rue Courbe & Ro.x
Popeline angla:se
rie ure.
La /brin* BAI'BAS es/ fQ.
brique pour l s boula gen
senss
supe-
Union

POUH UNE I AU DOI CE
ET PARFUME
EMPLOYEZ
LUX
SAVON DE l'OlLETTE
DLIGAI I Ml \ I PAUFl'MK.
Drill blanc
suprieur.
Kaki jaune ;mg
rieur.
Prix sana concurrence.
Elle
extra' mes
que
as
su pe-
MOIIII 4 LAURIN, P. 0. COX M. Distributeurs
HueHoux el lu ;i l'iiiuT.
Correspond ince
lui rp \nse < <' ' ''' ^
2/j >/>i, 1 ii ux, a 'oijs reu
i'r noire ami le tir hu
ilirourl la lettre su/i //.'< '/"'
/.o /.s- nous empressons de pu-
blier:
Port-au-Piioce, 18 avril
19 52.
Au Directeur du Matini
Lu Ville
Mon cher Direcleufi
Je sais gr Mont rThoby
Vieux de recoun ilre ma
t*b mue voloot< o M ds je Ii
ri veux de penser que j'a-
gis msi rflchir* ci tu
) (jre. Au lieu de condam-
ner mus entendre, pou i quoi
M. Thoby Vieux m s'es*-il pas
i iquil de Cduse avec moi?
'ourquoi ne m'a-t-il p.-
entendu? Il aurait connu U
lu.ni de mj penss ei et
lssources que je ci ois avoi
Depuis boit jours que i
dpos sur le nui i u du .s
uut les propositions le loi q<
l'on CODDalt, on les a coin
mentees par des sarcusnii .
Je m attendais d< nner du
interviews ceui dont i '.
le iole le renaeigi er le Pu
blic. Je n'ai jamais rel is
causer avec perso e- Mais
personne n'a pense provo-
quer une replicatiou sur ui t
matire qui intre
cialemenl le l'ubii : alitnen
tation.
On comprend que je'^mi
rserve pour une dis ussioi
publique au Snat ; m lis i i
ne peut pas s'ai ti J e > <
que l'crive des ai icli
les journaux poui t xp iquei
me h projetai .lt m
or 1res de tous ceux qui von
vrmt m interviewer et disi u*
te.- mes ides.
Un travers de ci pays con-
siste louer B#i s i s(
comme blmei sans rtl<
lion et cela, suivant les !
pithiei personnelles; mais
personne ne pense pi a
dans tout le moi di jusih e.
Agrez.mon cher Directeur,
mes salutalioijs bien cordia
les.
Fieire IiUDILOUl
Fianailles
De Porl de-Paix nou
appris le lia i les de \|< Ile
Pnulna W'roy a*ec Mi Lau-
rius Lo"idor Mci..urs va. x
ds bonheur.
Le retrait de
l'Occupation
lu uit ayant circul ces
i ours-ci du retrait prochain
les troupes de l'Occ upation,
i e ton 11 n c Hati-Journal
i questionn, a ce sujet, k
socitaire d'Etat des Kela
tions Extrieures,
.M. Aoel ueger a diplomali
luemenl rpoudu notre
confrre de se rfrer l'hi
r de la situation que Mi
Prsident de la Uei ubh
que ler.i dposer cette semai
ii s>ii it.8 l'tiieauv aes laid..
jres..,
Lt notre confrre promet di
mhlier' ds passages ,sUf.
^eslils de cet i uportant do
cument."
Itleudoi a,
|Hni i mm- p-.H
fOfJST!MO
i '/^^pstilles
Ml RATON
> .. MtUrdt , r. xtifdt >' r et ax^uiciftU-
Sauvez
vos livr
L/K_
' vos livres et coi-
ns < n mauvais tat i
es confianl an i< lieur cons-
\. honnte et habili
i'iO.NM. CaMiLLB,Boa Bonm
i-'oi.
''
CONFERENCE 00 PROFES-
SEUR EOC DORSINVILLE.
Jeudi 14 avril, jour de |*U'
Uqnes Amri-
caines !e protesseur Luc Dor
a prononc sou Ins-
m me il vait t snnoi
ii e sur l s i" cm r>
temps d no re Ind^ pei du n gard du n t uv menl nii
Il \ I I ils l l| || ]US-
jasqu'a la Guerre de Ccession.
I (.. i U du l'an-
Aii; rican l ion en laisanl
BQceincti menl l'historique de
OU dont Le Malin
'i-ti ibiOcnr en Hati.
La oontrence s eu on pl*-in ,
accs. Rema s l'and
"toin . \!r .1
r i ci 1.
lltur.Camill I Char-
te, Me Mas-
, VM, s, De Wendt,
Me A. Acacia, Meidames Jr-
mie, Madiop, Melles F;.lviri Pr-
. ird. De Wendt, Mad'oo, Jpn-
.ospph, etr. h nneoup rJVtn
dianta appartenant 'an1 aux
Rrnlea rt* '' U l*rni'
rio'aai pIpbsi s si.i i i< an s d'au-
tres collges.
A propos du Pan-American
l'nion voici ce qu'a dit le pro-
fesseur Lac Dorsinville :
<( C'est le 29 Mars 189(1 qu
Washington on approuva la
proposition des Fia's-Lnis d'
faillir une oiganisation qai se-
rait appele : The Internatio-
nal Union of American flepu-
bltcs. Tous les iv v ind^ppn
dants du Nonvesu vionde s'
laient tait renrpspn'er a celle
oremlre con'rpDce mais an
l.hn' l'nrgs isation don nous
nous occapons ne dvait lre
|u un huieau d'informations
commerciales que dirigeait
iVashing'oo un comit dnom-
nip : The Commercial Bureau
of the Amer can llepublics.
Le Bulletin du Bureau Com-
mercial ':ii' son "rgane de pu-
blicit On Ip r'digeait dnns
!es quatre langues payes dans
l'Amrique mridionale et sep
tenlrionsle : l'Anglais, l'Espa-
gnol, le Pmtugais et le Pran-
-,; par rai port nous. Mais
malheureusement nous ne sain
salins pas assez I importance
(! notre participation A pareil
groupemen () se vt rra bien-
tt rduit supprimer l'dition
Iranaise et quelque chose de la
nuit descendra entre les r^pu-
b ique vosines et nous, ans
que nous : yons l'air de nous
en douter I
i Pour i-venir mon su je', je
vous lerai rema'O ier Qu'il avsi'
t p' vu que le Bureau ( <>m
mercial des lii ubliquex Ame
r/ca/nes servi rai d'iniermpdiar
.ire les gens .1 allures, ce qui
intressait grandement le gon-
yernement di f E its-Ums. Aussi
onscniit'il servir de bailleur
londi l'Association, en a'-
tenda que les antres pays lus-
s-ni m mesure de rembourser
liais d'ins'al'ation et de
i clionnemerJ faits en leu
nom : Iren'e six n i!'e dollars
ifiii :.ims. vprss The lut -
national l'nion of American l
rpublics, j
jjl-es l>> publiques Cubaine et J
Dominicaine qui n'y avaient |
vis encore adhr s'empresse- /
rpnt de le tane.
I. rapport do Comit ,-;u'o
oi I m c nf*
nc< int liru de St; tata i l'As
soi istion, I
Le 2'.' j nv er 19(2 s'ouvrit l
Mexico la deuxime Conffrenc
lel'l'nioii. ( Ici, nous rsu-
mons par manque de place i
Douze ans plus tard, s'ou-
vrait Rio de Janeiro la 3e
confrence; en 1 DU), c'tait le
tour de Rner.o Aires qui ?n>
< roi Uwvee su ceurc
de laqu< Ile on adopta l'appe1
i ion l'an American l'nion.
La 5e confrence se tint en
1923 Santiago de Chili et la 6e '
en 1928 la Hav ne. Les tri- (
vaux y ont t imporlanls On
signai entr'aulres documents /
une convention qui assure d-1
flnitiveuoenl l'organsation de ;
l'Association,
f v "'. VOUI allf-z de- 1
NE PERDEZ PAS U PUISSANCE
Parla busui. du Ple.
1 Lu pou u e. n t ta p otge
contre l< n Il ment ou bnsuie du ple.
'2. Plus de lumire.
3. Plus longue dure.
4. Economie relie.
5. Traits exclusifs.
M ET M..
PAS PL uitr.
CBRCLI
coule quelques cenli-
seulement plus chre
les autres marques,
mais le rendement quelle
donne est sans pareil.
Avez-vous dj travaill
Bat'Bas ?
Eh bien passez chez tes
commerants suivants :
JEAN ASSAD
ED. ESVE i C ^ A.DE 1ATTEIS&C
^-^7
P. BAUDIN
BLACK WELL MILLCVC
A ELKVATOR CO.
Kanitua e.Hj. Mo.
ED. GERMAIN
A. BOEIE"
En rente paitout
EVEREADY
'*DI MAHK
LAMPES & BATTBRIU
c//r.s durent longtemps
Pattiilfe ilsus le monileentitr.
lin
Achetez-la avec confiance!
Travaillez-la avec orgueil!
Souhaitons que de ce ]cur s'o-
pre un changement ('ans nos
ides, n
Il est tr ut de Bitni pnilib
tie ntiter en teiminaio qu'llaiii
est le seul pays de I Union ;\m-
ricaine qui, quoique membre
ictll de cette organisalioo s'in-
tresse le moins sa consohda-
lion. On pourrait croire qu'il
gil la une question de race ?...
Non, il n'en est rien i il y a sim-
plement une question apathie
et d'indiffrence coutumire,
Grande taule, convenons-
en, que je voudrais vous voir
aider, Mesdames, Messieurs, i
repaie'.
RICHARD PETERS, Frop.
CIUilP DE MARS, N 1217.
LA StULE BOULANGERIE EUROPENNE EN HATI.
SPCIALITS DE PAINS POUR SANDWICH, PAINS FLUTES
ET PAINS JULES, PAMOIRS, PAINS COMPLETS, ETC,
PATISSERIE UNE, PATES, VOL AUVENT. TOURTES.
1S0INS ET PRJPTI1UJE.
Tlphone : N 2069.
La maison na vas de
succursale.
KiiniiiiHki mwmwmmmz
1 Toutes les Polices
* DE LA
/.

i
II
'e conlren
de Pol
;.n comme sic'^ H'une
confrence ?... Je ne sais pas.
car nous ne tiavaillons pas en- .
core mriter cet honneur, I
.t-
^comprennent la Protection contre la j
4 j Foudre sans auamentation de taux|
f Eitg.Le ftoiwpti) ;
Aqents Gnraux *
B"J"'T 11rTH"lMTlTrMl 01 11 ilIM il A
.
-*>-.


'
MATIX 2d AJrjrf \9$2
PAttJ
boiitlt MnMmt Universelle a gard sa promiere pi
l>Hiaud*z partout :
UN BARBANCOURT

DONNE AUX ENFANTS I
GAIET ET VIGUEUR
i
Quand le lait frais est expose
l'air, il y tc.mbe Uulcsgorh.s
de uiicrobes.doulune varit.qui
;i rcu[It nom de tm eroK-s cii
laita.est particulirement friande
d i sniTf qu'il lenlpirueCem <
b transforma ce sucre .en un
cide et lrl.il surit.On esta peu
prs cerlain qu'a ce moment d'
trs microbes, 'dont^ bea" eup
sont trs dangereux pour mn.t,
s'y sont dvelopps auss
Avec le lait conserv ESBENSE V'en de parei' craindre.
. usine fa table, la lait r^nsMaaK est nrserv de toute
iauillnre.il ne perd rien de sn valeur nutritive et son usage
U rvle le plus prcieux de tons nos alimenK Vn mfont
lourn exclusiremen. avec I' 'ait condens BSBENSEN
iflgne rapidemeill en poils et en couleur; e joues sur
jondissent et son sang, qui tait auparavant p;.uvre en 1er
icnnchil de globules rouges eu peu de temps.
Cin-Taldy
( L SOI H
Ces! bien a 8 hearea, qu- Madame T.UIy donnera I* premier
m parlant franais, et <-omme un ti n vaut m. m que
m in I auras rul doute que .'e public n'ap^cie sa uste
v?lear la beaut rella u i film i
LITKANGltE
Elvira Popesoo Emile Drain ; Fernand Fabre ,
Cady Win'er, Maxudian.
Enire : 4, f> et 0 gourdes
HENRY STARK
RUE DU QUAI, EN FACE DE LA GARE
}erres Mire* de toutes dimensions pour vitrines et en-
dremi ni*.
}ilrm spciales pour autos
DFWffff ordinaires ly4 pouce paisseur pour autos et comp-
toirs.
Grand choix'de koulumjpowcidres.
Lampes de nuit.
La maison rpare aussi les miroirs tachs.
Cinc-Varictcs
CI SOIR
La dlicieuse oprette qui fit tant rire dimanche
Naufrags de l'Amour
gaiet, chansonnette*, dansai, en'rain, Jazz endiabl
Entre : 2, S, gourdsa.
Libert Egalit Prterait
Rpublique d'Ha ti
Extrait des minutes
du (iirlt" If r'ii-
na! Civil de Purt-a.i^
Prince.
L'a a m"' v ut o n1 tre.i'-
deux et 'e 'uii>1i 11 ivril M
heure; moins 20 minutes du
nalin. Au Greffe du Tribun l
Ch i! de Port au -M> in< < t
t Ni 'as
vil, commis-greffli i su d t
tribunal :
A comparu Mme \ re Lon
1 porte, oe Sylvia Vu rmain.
cot m ire, demenrar t 11
domicilie :S Port an.Prince,
assiste de M'Dudrav I.erorp
son avocat, laquelle rompa-
ient* nous a dclar qu'elle
renonce purement et simple-
ment la communaut qui a
exist entre elle et fen son
poux |e sieur Lon f.aporle,
dcd Port-au-Prince, le
?ingt quatre mars de celte
ami i
Dont acle, la c ante
et s.,u avocat ont vec
Noms, aprs lectnr
(Sign) Mme Vve I on L-i-
porte. Dudray Lecorps, Mou
tas civil. Enregistr d Port-
au-Prince le (.nie avril mil
neul eenl trente deux, folio
96, case 494 du registre C Nn
(ides actes judiciaires. Peru
STEAMSHiP LIN:
Les chargeurs sont pris de
noter que le sleamer.iAnt >m
du Paari* -Prince,
?et anl le Cristcbal Casa!
Zone le meicredi 27 avril
1132
les permis d'embarju*.
menl seront dlivrs pour la
;i destination de New-
Vu-! i dis Ports Europen!
sur demanda faite c I u-
rcau.
Ce i mer partira le n .
me jour 2 heures p. m di
reclement pour New.York
prenant fret, malle et passa-
ger*.
Jas.H.C VANREED
Igeit Gnral
droil fixe : une rourde. T e
d recteur principal de l Enre-
gistrement. (S.) L. Ethar.
Pour expdition conforme*
i ollationn, un mot ray
nul.
(Sign) I. LABISSIRE
Pour copie contorme : .
Du Iray LECORPS, av.
. LA LAITERIE BAILEY
Livraison propre, hygini-
que, en bouteilles lermti*
luement cachetes, l'abri
e toute falsification.
Transport lait an rfrigra-
e urs a roues.
1313, Grand'Rue, Port-au-
rbice
LE FAITEST INCONTESTABLE;
Ulium Sarfhe
: C'est la quintessence des meilleures
'arits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs, I
Ces! ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ! j
Panama Railroad Steamship Une
Agents aux principaux ports d'Europe.
Service de jrcl cl de passagers cnlie
Europe el l'Amrique.
Angleterre
! v, s"' i.i'ON &. Co, Ltd. G. W.Shi ldon k Ltd,
ii, James Street, Fen'on House.
LlVEflPOOL, NGLAND
Morv & Company,
mtic Freighting Corp, Div.
155, Boulevard de S tasbour^,
Havre, France
Vouy & Company,
Atlantic Freighting Corp. Div,'
'* Qun\ des Chmons,
Bordeaui, France
lleruu Prou & StockvTtll,
Boita i'ostai 7,
Havre, France.
112/11-3 I enchurch Street,
London !.. C. 3, Hngland.
France}
Moin Company.
Atlantic ?n ighling Corr.Dif.
* :', flic St \ incent de jlJaul.
J'aris, | r ri ce.
MORY & < OMPANY
Atlantic I ik1'1'"^ Corn. Div.
J Rue < e la Rpublique,
Marseilld France.
Gellatly IIamkei & Co,
21, Rue de1 la Rnubliqoi
Marseillc.ll'rauce.
au n > L_ Allemagne
Aiiantic Freighting Corp. Atlantic l'reigbtlng Corp.
aliinliaus, liaml urg 1, Germany. Breilenwrg55,Bremen, (itr.
Hollande
Atlantic Freighting Corp, Atlantic Freighting Corp.
ntwerp Diviaioi. Konii g i Emn a plein 8,
j-/o sien,n ann & Companv Rotterdam. Hoiland.
P. 0 Bo. 1069, Rotterdam, Bollant,
Sude
Insurance Co
L '
Une des; plus fortes COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE^
sur la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux i
A/B W. Larka,
Atlantic Freighting Corp. ni^.
Skeppsbron 10,
Stockholm, Sweden.
A/B Peilersaon et Holmatrom,
Jautc Freighting Corp, Div.
Mieppj bron ls,
Golhenburg, Sweden
S'.cu Jan! on el Company.
|Allantic Freightu :
Corp. I)i .
JNorrkoeping, Sweden,
Simon Edstron \ U
Atlantic i reighling
Corp, !-> i ^.
Malmo, Sweden.
Bernbard Hergh & Co
Atlantic Freiflhtinp Corp., Div.
Jlalsingborg, Sweden.
Belgiquo
Stlantic ^Freighting Corp.
( : ': inn.;um et Co c.*^-i
4, Quai Jordaena,
Antwerp, Melgium.
Danemark
I dix et ( d\'
Den m a r i
Iialie
A. Cer< Company
ViaV' ncn
' ence, Mary.
k. *t agno
A^;^ ocia Mi rilime Delgsdo,
Baceloo i Spain.
Norvge
l urits \. D( vold A.
Atlantic Freigbling Corp.Div.
Aalei und, N'..i svay.

*


t

Mercredi
20 Avril 1932
Le Matin
4 PAGES
*5en.e ANNfil W W50
Port-an-P
Tlpboo
A
CE 'L'I K'A JAMAIS ETE fFAIll
CO60I NE PEUT ETRE BEI1
Kola Champag
F. SJOURN
Prpaie dans des con treusea
D'ASEPSIE
Prparation le
?harm< i l". SEJOUR
Angle des ,llcs ROUX et du ('.in1
COLQMBIAN S-S C INC
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone N* 25*23
Le vapeur (BolivanVoy.97
parti-a de N.-Y .le 20 crl.,di.
rt clment pour i'oi t-au priu
ce o il est attendu le 'Jfi,
en route le m ne jour pour
/ les ports c lurubiens, Cristo
| bal, C. /., Kingston t-1 New
ASSUU^-VJuo
a la
PUBLIEZ PAS DE FIE UN PETIT TOUR A
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
York.

Le vapeur B*rocoa Voy.
101, I. i de New-YorK le
27 courant directement pour
Port* au Prince,
Bofl lia Vor.
10 ). p n lir de N w-Yo k II
'2y courant, pour tous les
porlS h;f" r s.
William E. H LEO,
Ageut.
IJOf pieds d' II ''.' L' ment.le ladei en 2
< ''ns de Pc l r
. Seulemenl 1" i nie route
iphslte. Vues rie la i 11.
I S
is m
arrangements pm etdhrs pour les pensions 'te jonr'di
rfniiinc oi de m o i

f4ykes Brolhers SS C Inc
Texa -- ELiiLJ Santo Domingo- Porto Rico
Le wul st rvh e bebdon i gers <
l.-t entre les ports du avei
rrt*au-Prince, 'I;
Paur la rceptii n rapide et le munit I habile l< voj
MBA or ta lions, servi/ von-, loi. ii rs di i de '* LYKt
Les prochaines arrives Port-au-Prince sont
Steamer Almeria l.\ k s
Steamer "Geuev ive Ly ki s"
Steamer "Ruth Lykes"
Meamer "Margarei vl. s'
Steamer t Velma Lykes*
[ tfureau : Rue du Magasin de l'fctai, Boite Postale B
avril 1932
avril 1932
' avril 1932
L".) avril 1932
(. mai 1932
/Or

Hppi'i-lioiphttta de Clisua al !
cl i
l'Huile de Foie de Morne
Agrable au got et facilement
digestible elle est le mmpmm
rparateur de la NuMtmn pmt
excellence
Laboratoires REGAGNON A t
Pharmacien*
Agent Gnral pour l'Exportation :
Ch. MAGNANT
37. rue Davioud .. PARIS-16*
General Accident Fire & Lite
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
"car ia GENERAL est une des plus puissintes et des p! is vastes organist!
de ce genre. Le soleil ce se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse fc
monde
ses Polices contre incendie couvrent aussi les lgats occisiouns par la touart
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, i icendie, malveillance, dommi^
tint a autrui dans s* personne ou dans ses biens.
4 Ses; Polices Maritimes e ni ses pur ses branches d'Europe sont payables en Hati
a./V'" **a^a-*--a *>> v-a------------- 1 --------- --___ . Ses P-'lie s contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les voya-
purs devraient donc prendre !a prcaution de >e munir d'une police cortie accidente
d'au moins 4000 dollars, la prime annuelle n'tant qte deJl/2 "/. soit 20 dollars U, C.
Veuve F. BERMINHAM, AuxGaves
OUSA CENTS
Agent Gnral pour Haiti.
nrt-no-Pnnce. \Cr. av r,
JFaN RLANCBBTJrni

COMPAGNIE GENERALE
_ TRANSATLANTIQUE
Leste mer S-Domingue
( e v.S S Pologne) ayant laiss
Bordeaux le 7 courant est
attendu ici le 2fi courant e1
partira le mme jour pou?
Sa diago de Cuba,Petit-Goav* j
Jrmie, Les Cayes, Jacmel ]
pre;"' ir M p.'*.fl0prc pom
ces ports, ainsi aue fret pour
l'Europe.
Ce navire sera de retoui
ici :e 2 mai et partira l
m i e jour pour les portsdi
Nord, l'i'er'o-Plata.San Jua?
et Le Havre.
I es pers mues dsirant <
reodie eu France par ce va-
peur sont piiesde bien von
loir serine inscrire ds pr-
sent
F. M. ALTIMll. Agent.
La Ma acture lia i w
le Cl apej ux Llndhjne
: aWlTT' *- ->%t '
wxmum
Ida! Rhum
AUX ROY
30 annes de succs.
BAR-RESTAURANT DE l H, A. M. A12 H- P, M.
Dners et Banque s sur commande.
SERVICEA LA CAirh L o PRIX TRS MODRES.
IBKCHS FROIDS SANDWICH? IH01X. ICECREAM
HERE NATIONALE A LA PRESSION A OR 10 CENTIMES LE VERRE.
BIRES ETRANGERES El LIQUEURS
FIHESAU HE1E PRIX QU'EN VILLE
Orthophonie toutes les heures.
LA BONNE SOCIEi' Ci i AUPR- l[ TOUTE LA
RPUBIIUE SE DG'INE RENDEZ-VOUS A
SEA-SIDE-INN.
Le meilleur accueil est
rserv tous les visiteurs.,
I L'ORQANISME est REMIS d'APLOMB
j PAR LE
aaaaaH^^
-OMB|
LAOTOmORRHUOL !
DELPECH
| POUDRE de FOIE de MORUE SANS GOUT NI ODEUR
TOUX, BRONCHITES, ANMIE, LYMPHATISME, SURMENAGE^
?V L!>oralor OELPECM. 5. Rue Danton. PARIS
^OBEEan A rott-> Princ. : Pk Bl'CH ft ( ANTAVC il toalti ! Ph.ra.ci.i
aHeitlion
PROGRS NOUVEAU
RHUM M)L\EAU
Rhum dlicieux got exquis
1
Tix re
kl l? i l
SERVICE IRKPROCHAB
j i.
a '
P. R PATRIZI ce C
PROPRIETA
l DtFIANT TOUTE CONCUflriEiCE
i
] (Aairin Vierge
\ Chez s. NAZOI\
DPOTlANCLE CES RUES DO PEUPLE El PEROU PHNt: 3331.
A le plaisir i' -nnoncer sa nombreuse ( lienfle que la
fente de ses CHA R L'X se fait, Jdpuis le i janvier, ta
Il 2027, GUht'itUF
enf'ce de son an ien local.
Les Clientsytrou eront le mn- pcci eil.
BON MARCH. CELERITE, GOURME.
Martinez, Marcelin & C* ;
Loterit Nationale d'Hati
416, Ru Sonne Fol, Phone : 3358
L Loterie Nationuled'Halti est
une institution hautement humanitaire par la'niullipli*^
d'oeuvres qu'elle; se propose d'aider, une fhui.j de bie
tre oieile aux honni k de toutes conditions de to lu*
Employs Fonrtioun 'fs, Ouvriers, Artis;s, S ilaries 49
loua ordres, Gens de uaiso (domestiques.) sans iminr
leur budget moyauuani deux goudts, peuveui KaM,,e ;'*''
mille gourdes. Patrons de Commene.Lhetsd'Indusiie p;"<*
aux iiisbllivances des venrrs. par l'ach ;t d'uu billet, qui \c *
libre du souci des ^chauces-
Mdecins Avocats, Ingnieurs. Sn items, Dputes, Grau*
Dignitaires de l'Elat.Hepiscntants de lintellectuaiii, Jcuf
ualistes.
Donnez l'axtM^le de vo're ro'i.larit lociaie.
Rentiers, capitalistes, comne eu i uant, augmentez volia
aveir.
Vous tous qui h^bitei Hai i. m-d-z-lui srnice pnacle
ant le billet de la LOTERIE NATIONALE D HATI.
Laboratoire SJOURN
Dirrctdm
SjotiRN, Pharmac
H Sjodrn, Pharmacien d- ?'TTniversii l ">
M. 5JOCBR, Pharmacien d l'imiferait de l'aris.aacf '
i i a 'n'crm' Analyses de, Crlnes,d suc R^triqne ( ^3"
sermenn, Ure, Coqs a a te a-'Aubard, Olv i
Deacrach^s. Des matire lv le*.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM