<%BANNER%>







PAGE 1

1 \/\L)i.y h*.* lais \M CHOS I Le Dsarmement' I il. — L'impa— Une dlgation de dix n ence ,j,. s dlgus d'ontredputes ;i (t i l uu diencc prive^jeudi .dernier dans l'aprs-inldi.par le Prsident de la Repu lique. Ue qa.ji ii cii r. tourna '.' — Un certain Louis Fran* cois de Jcremie %  attaque dios iL'Action Nationale le directeur de la poste de cette i y compris les Amri-J cains, de rentrer chez eux,', pourrait mener la ioniren-| ce du dsarmement un act cord e a l'ajouruemeut b en j longtemps avant que les turopens ne l'avaient prvu. En traant le projet d'ordre du jour de la contience, le COIN DES JEUNES Veille de la Croix Au Sociulcfjue Lurimer t)m• *~a u jour ue ia comcicutr, • ville Mais cet individu ys* 8 ') prsident, Mr Arthur Hender iaconuu. Ce i;ui ne veut ; (]!! (R (i ran( i e -Bretagne, et point dire que le denoncia • -d'autres reprsentants euroitur ett ineaistaut. il est s up^ eog a aieni arrang un lemeut lche. ) programme permettant d'as> Au Pnitencier National, geznombreuses interruptions U'a" cie amnag une pice' rservefc u aux avocats qui dlirent s'entretenh a ce leurs clients ditenus dans lu pri IOJ. C'est la one teareuse initiative. — Les alites cl w nneijl ... liciers dominicains eu riati commencent i-< quieler des dlibratu a •• i )a avait prvu des vacan* Ices de Pques de deux mois qui auraient permis aux dlgus de se leposer, d'assisler l conlrence internationale annuelle du travail et le ne se runir qu'aprs les lections franaises du mois l'opinion haUienne.Qu'y vien( j L Mai. neut-ils laiie a te ut propos j (ne autre interruption pro tt hors]de tout i ropos pose devait avoir lieu au Un voiliei appartenant mo i s d'Aot se prolongeant au snateur Charles Elise a j jusqu'en Septembre, aprs Uit naulrage au cours d'un semble annuelle de la voyage de Port-de"l J ix CapSocit des Nations. Hatien. Surit 15 hommes j L date que l'on estimait la es l''iuipage*, un seul st|p lus rapproche possible Siuv.Sept cadavres retrouv ,,, lT l'ajournement de la con .. xLe iNOUVi IhsK • < mai; [rence se serait trouve penu avec reuon que cess dant le premier trimestre dt ; scandales rpts entre M933, e t un aceord n'tait attendu que plusieurs mois 1 aprs. Les dlgations des E.-U. [etdu Japon,cependant, nom Ipas tarde a prsenter de fortes ob)ections a la lenteur de ce programme, biles sont venues de loin pour la conleces aTocats.el entr juges et avovais an Palais de Justice. Que ce messieurs retrouvent un peu ligatoires pour tous ceux qui habitent le territoire ne lu Hepublique. Arl.U—Il est obligatoire de se ht ire vacciuei tous les 7 aus, et tacultatil de le taire aprs cette priode si on a eu pralablement la petite vrole. Les personnes qui dsire' tre vaccines peuvent s'adresse aux hpitaux,centres de sant et dispensaires du service d'Hygiue. VA d'audience £de dernier du nhui al et satiou. les r Mai. Ll/.er Vilain I rasybule Laleau, onl i -miles a leurs loncl os. v cctle^oc • talon, des dascoi t.i prononces par Mi. ijeauvoir, vlce-president du liaut lubanal ; M. Letcul, au nom du parquet ; d< Luc i hard, au nom du Conseil de i Ordic et MM. Vilaireel Laleau. •|Vei dredi dei nier, n OU i avons reu la visite di s pre-1 sympathique et distingui rt-au • ("n a rge d'Aairea de i Rep n bi i que Dominicain Mo sieur M Monllo, qu ;u vendred i tt trois cyclistes di L'ASSMBIE MIIOMLE *""Nous croyena que PXssemblee Mation ; ^>e runira aprs-demain mercredi en vue d'en ta mi r laques lion de la rvision constitutionnelle. CettettvisionJ p< rler i Penseiuhlede la L stitiition. C'estdoncunc i un le charte quse.a donne a la Rpublique. uis: Ivanion >. Me|CDi \ i\rez, et Enrique Peo. ^Ges trois jeunes gens on. (ail la route de la Capital) [to ninicaine Port-an-Priuc t ar le Cap. Partis di Santo-Domingo|,lt 3C mars i 2 heures du matin Ils; sont arrivs ici avant-hiei matin G avril,, a midi. Ils ont couvert les.6C5 kilomtrt tn 77 heures 't urmie, non compi is les arrts. ious prsentons nos meil leurs coiuplimtnta a ces |uIKS sportsmen et leur souhaitons uni agrable^ sejoin parmi nous\ Erratum liai Le rsultats obte i jour prouvent que lYHipposarcine Koy spcioiil tra rs t [c mi illeui ; ituant. [ M vente chez : Pli i maaie Sjour ( Dr i i;r Ottie-u, fiiai u aephVahn.Phari Pharni *. 1 *'" MI Vieux. It Lut lire ainsi la premin ,ii a e |d %  3e alina de notre entrelel iLlnciiieullieauvoii M le brandi ,paru en premicre pagejde notrejeditiou de \ ,am li S avril :en coaaprena I a | l'i dignatioo de devi Atei itm luvoii a entendn affaires du c b m de. IU lieu ded m %  M ^BfH*eBa ' j it^RaNCalsE M. Fauli. SI 0*" ORATUITIMEKT NOJVEl A.IUN IMMIIM R(lallons StnialloniidlM 4M Vrai Sacral, T IMnM eianitM. I E SYNDICAT DES GUILD1V1ERS ET PLANTEUBS OE TABAC DE l'AfiCAHAIE Ll SlHD i AT a 1 honneur d> laire savoir tous les guildi viersde la Rpublique qu'il adopte et soumis au L tamens directeur. "Paice que ce charme ''' si inalanlanment, qu'aucune jeune fille ne peut devenir une toile clbre de I cran snn cala. Un* PM sans d'aut est le rve de toute i toile I" Des 613 importantes actrices d Hollywood y cnn.pris les toilea. 605 %  mploient le S von e Toilette Lux Donnez uotrt peau le mme soin que !a leur. Cooamindaz aujourd'hui plusieurs gteaux


PAGE 1

MAI-IN-ll A* tHt lifldUl ^5?! m.j Don! ly raaooanat si si Demanda >ul : l ipt: Rue Osa.-. • %  DONNE AUX ENFANTS! GAIET HT viGu::r Qovnd le liit .> • s \ l'air, il y tombe toute i ute* de microbes.dout une varite.qui a reu le nom rie microbes du lait ,est pai ticuliierueut I m,de du sucre qu'il renlerrae.Cemicrobe trausforme ce sucre en un acide et le lait lirit.On est peu prs certain qu' ce moment dm trs microbes, dont l>eiu.ou| gont trs dangereux pou M, us, a'y sont dvelopps aussi. Avec le lait consery ESBENSEN.rieu le pareil nain-ire, pe l'usine la table, le lait ESBEMSM est prserT de fonte loaillure.il ne perd rien de sa valeur nutritive cl ion u*aee If rvle le plus prci-ux de tous nov aliments, Un en an! lourri exclusivement a ec te lait condens ISBENSfciN gagne rapidement en poids et en couleur; ses joues -arrondissent et son sang, qni tait auparavant pauvre M l'enrichit de glob les ruugcs en peu de temps. / / DEMAIN SOI H Raveftqar (SUTTl! IJEnfanl-ltoi ( SI III ) Entre • 0,0; Ualcon : Luf, ftSgU, 15, Roeian... LA mr A ter. HENRY STARK HUE DU QUAI, EN FACE OE L GARE }erres Vitres de toules dimensions pour vitrines et en ttdrements. Mires spciales pour autos Vitres ordinaires 1/4 pouce paisseur po Ur autos et romnloirs. Grand choix de Moulure* pour cadres. Lampes de nuit. La maison rpare aussi les miroirs tachs. t ULWKmj*ix*y LE MONDE NAISSANCE — Mr et M dame Anhur Vilmenay li ont ft luDdi dernier la nai M nce de leur troisim' g a on nomm GRALD. Nos compliments, J COMPAGNIE "D'CLAIRAGE ELECulUE Communiqu Les journaux de la Cap se faisant l'eeho de ruaaeurs errones, ont annonc que la Compagnie d'Eclairage Etecirique se prparait a iranslerer son si fe e social SioDomingo et a rduire consi%  rablement son persui,, el U" n T e H 1 "' de l'ort-au-Prince et du Cap ea d f cette mn hne, tonte la.tieu. Cette* nommll*. ,„!, I es a V ,re *activits de la Com >agnie dpmeuranl COIK-CUi d'Eclairage Electrique est u a comp • tni h i nue, lil l'KtHl • : p T on cou de concession, taisant \ a u la ires e-> Hati; i> e-t vi qu'elle ne pe| avov ailleu" qu'en II ni son • ige social ainsi q • i cenl • de s n La I';,;. su'er un mei'leor rendement | l| M. mre,qui st actionnaire ares si '' en ; • la Compagnie d'i triajneque di I plusieurs compagnies similaires d insla Repu Doininicai ie, a ius illi il Domingo une mai hlne im-j primer les borderaux. |i as • -..—<



PAGE 1

Lundi 11 Avril 1932 Le Matin 4 PAGES Portse-Pnnce Tlphone : 2242 % %  MflBMBMMMI '-' %  "' %  • CE QUI NA JAMAIS 1 FAIT CE QUI NE PEUI ETRE DEPASSE Kola Champagne F. SJOURNE Prpaii >r-an-Pnnce; l r t ftJLG JE*N 'U-AVCH T T l Ar*m' AVIS AU COMMERCE La Panama Hailroad Steamship Line a l'avantage d'an r.oneer les dparts suivants de New York pour port au-pnnee Hati, directement chaque mardi. Tous les steamers sont pourvusde chambre tripori'iaue Uwrls Jchew\ork. Arrivages Port au-rrinct. Steamer Cristobali le 39 mars 1932 le 3 avril 193* Steamer iBuenaventura le 5 3vril le U avril lyoi Panama Railroad Steampship Line JasH.C.VAN REED agent Gural La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigne Hiiunies Irai Hsluei Accidents 3 Avnl IfeSi Andr Csatave, 8 ans, lias Pau de Choie. Blessera trsuchante du cair che>'''u. Rig:uiu Renaurfo, 25 na.Pei de Chose. Blessure tranchant ds l'index gauche. Raoul Mondsir, 10 uns, rut St-Houoi. Blessure toi use du Iront. Clara Jn-Baptiste, 22 ans, Mar ch S'iiomou. Bleasu a contnae de l'avant-bras g tu. h Eric Jastram, ;> rue Rvolu'un. Blessuu contussdv scrotum. philisna Mnlaa, 0 ms, ru Oeflrard. Lgie c< i lusion d< la rgion orbito-malaire droiu Lazarre Toussain 32 auj Turgeau. Forte contusion do l'paule gauche et de la rgion secro-coecipienne bh isure con ; Use du cuir chevelu. ^ I Pierre-Paul Hernur.lin, 13 ana me Mnntalais. Erosion < %  mchoire intrieure via la r" gion temporale g. ache. Jean Aodraii 8 Foi St-Clair. Erosion au dos lu p.e l droit. Koaina Jean, 33 an I orl S< Chir. Contuaioo de i npii intrieure gauche. Simon (rebange, Peu de Chose. Blesi del langue. Cilien Glin, 15 a Centre. Lgre con cuisse droite. raelia PtrOt, i fier St-Antome. BU tuse du cuir chev paritale droite, du %  < l'oreille droite. Irj. • p>;et gauche, roaiofl i. lai interne 1 $ inisrieui gauche (hos tila n iunn Justin, 20 Jostph Janv e i attention poun RIRE :b SOCIETE nj.i le Hirwilliui lbum di i F.rcei. IO pi "Ji. Pf^titHaiI M mlmM CbaMOH. '• I I i..-. li Mrt initr. IcpriRdrt MM xtCfflR?* mir EnOytJ 2 hiaaUmbrMj' faTvi ••>• P*"IN. lot. n. DM) 'Wfc^aC. PoiltSONNIKW 4>NIH a" A vis Il est poiic n in conntiinttnee du public qu il sera tenu /#.s 1er cl 2 mai prochains um exposition industrielle au lomi Ju Service National de VEn scignement Professionnel Les intresss qui voudraient avoir les \alions relaii res celle exposition sent pris '/e s'adresser la Direction i :, nrale eu Service tous les jours ouvrables 'ie 8 lues a. m. I h. //'.' p. nu, el l samedi de s h. a. m. on aucii n local Les Clients? trouveront le mne accueil. BON MARCH. CLRIT, GOURfOISIE. Martinez, Marcelin & G k y mur gauche (ho>piti Ataurez-voo 0 lu ie". tu* o4.44U nkkuuui oi bon L m> tii. 1 i F Hei 'i i | ^gert Qrneiai . Ul. \\^ DS l'Huile de Foie de Morue Agrable au gol ef ftctturiitl digetttble elle esi I* compltn rparateur Je fa Nutrition pt excellent: Laboratoires REGAGNON A Cie Pkarm.ci.aa i Gnral pour rExporiatten : Ch. MAGNANT Dbvioud PARIS-ttf Laboratoire SJOURN DlRKCTVBS F Si .u inM ; Phai macien H SuoinNK Ph*rnacien de l'Universit de Paris ,J, SI'JOUBK, Pha nacieade l'universit de Paris,aeciei inl i ('c Hpitaui ^rPari^ 4 -!\ ea du t': ii es, %  ai r |tr q i du " ( W agm, a'sa'a S'A tn lard, th en I) sepaeats. Des Ssatirai eaalea. BIRE NATIONALE • de la Rrassrie N, 'i. n, '< nd i lou! OrO ,K •o are sa qualit .s-'P Loterie Nationale d'Hati 41 •, lcue Bonne.Fol, Phone : 3358 La Loterie Nationale il 1 Iti est une inslitalian hautement humaniiaire par la nu > Iti pliait d'oeuvres qB'alle se propose d'aidr r. une ch; ne de aiia lre ofTerle anx honums di toutes ronditu < lo'BiS Employs Fonctionnaires, Ouvrieis. Artisans, Salaris es tous ordres^ Gens de maison ( domestiques, ) sans p'* r leur budget moyennant deux goudrs, peuveni gagner liai %  aille gourdes. Patrons de Coinmene.Chets d'Ii.dustie pr# aux iusutflsances des ventes, par l'achat d'un billet, qui** li re du souci des chances* Mdecin Avocats Ingnieurs, SAn item s. Dput*, Gra'l Dignitaire r I E' ''e s< nta |s di I c ua-'ite, * nalislea Dunuia I exemple us votre e id^rhe au ae. Rentiers, capitalistes, comme eu j u^nt, augmejtez ^ w avoir. Vous tons qui ha fa'tel Raiti. rr rd' Z .|ni service ra ' he salle billet de la LlHEUIE NATIONALE DHAI'N. I Idal HliiiiiF ALIX ROY 30 annes de succs. •r'



PAGE 1

Clment Magloire DIRKCIElm 1358. HUE AMERICAINE 1368 TELEPHONE N\2242 26 me ANNEE N7643 (> ieM kl df du rites d* la lorv* set leafaert steniKi le lias mrryiqut-uinil l'idal ri sel est na!i>f lr bit %  il..ni ROIU >i\si*.Cs IOIII les iiifiuiiiifiii petits as laid %  > la sombra urr de; pasues aju loadiil I awiur. l'ail l>KSCIIA%EL FORT-AU-rRIN F (HATI LU !)! 11 AVRIL 19SI Opinions Propos En marge de la nouvelle |~ humides LE )) par Arthur C. UUUpamgh Constitution Le multimillionnaire amrie.in Dr J. L>. Hroc possde un record uniI Le nouveau Ministre amLuis. A celle date, le ricain. avait-il d dclar vernemenl d'Haiti a gouStaS^^ lgalement et cl pris le record des records, Bref.Le Dr #&Zcomme de ceux de ses gouvernants, en s'adaptanl aux aspiralions.aux besoins et aux conditions d'existence ceux qu'tlle est appel rgir pour leur plus grand bien... Ce sera un grain de plus au rosaire de nos Chartes. Mais, sera-ce seulement une dition revue et corrige de toutes celles qui bordent le cours sculaire de notre vie politique ? Comme ses devancires, elle proclamera cerFORME !)!•: GOUVERNEMENT.Et c'est ainsi donc qu'en bonne doctrine politique, ii ne saurait tre question d'adopter pour le peuple hatien ni le parlementarisme franais ni le gouvernement prsiden tiel des Etats-Unis du Nord. Les raisons?— C'est que nous avons une histoire propre : notre nationalit a pris naissance dans des circonslances particulires, nous avons nos coutureconnait et proclame cela. Mais Broc I Renne les mesures pro res son secret qu'il n'a pas dit et qui SJVCS de notre ivlrad et Vital lui permet ces prouesses surhumaines: depuis nombre d'annes il ne boit que du RHUM SARTHE CACHET D'( tilles. 'OR, l prodige dis Antainement que le territoire na| mes, nos besoins et notre mentions! esl un, indivisible, ina. talit en un mot, le pass nous linable, imprescriptible, el que domine par trop et, comme on siis-je ? tout ce qui peut mar-J l'a dj dit,c'est lui qui garantit quer une volont ferma t* server jalousement le legs unceslral.Comme elles toutes, elle prononcera la garantie r Munro prit charge de son office la Lgation email • jours plus lard el I office de liant commissaire fut abo i • Le lo novembre, les deux %  imbres de la lgislature, r> unies en Assemble Nalio haie, elireni Stnio Vincent M la prsidence. M. Vincent, avant l'intervention, avait t Ministre de la Justice el de l'Intrieur et Minisire la ) e, Prsident ilu Snal en %  "i au morne ni de sa dis solution II prsenta au Comit Me-Corraick en 1921 le |>ai ir de cetb dale, les El i"ui ont ce s de contrler le i fonctions gouvei nementaies h ilienn %  l'exception de cellt s du v osciller lin.ui cier-receveur gnral|qui tem poraircmenl doit tre conti mire et le slalu quo a l'gard de la Garde Nation I maintenu en attendant une solution finale. L'office -renie gislremcnl de \ litn de pro prits a ete d< l ich de celui lu llet financicr-rcce \ eur [encrai, H son \ isa sur >rn I r li ,, tien anniTi rsairs qu'au prcdent, voici qu'il nous crit %  implament : rM-s sentiments lont les mmos. Et c'eat La MATIN oui est maintenant tout conmi d'en avoir dout un ins. tant. airiopnvees du sol instrument ca-i f fL de certitude (pi un prsident pable de rendre leur mandat ae rpuDkque. rle simplement efficace, j'entends le droit d in' pondrateur et modrateur, n terpellulion.Car, le Pouvoir L! se eonoil que dans un systme if, qui esta la base des parlementaire, Mais, la concepgislaiu, qu deux autres, est aussi un pouvoir (ie contrla ; il est videmment de son droit de savoir dans quelles limites les lois fautant. Le journal •Œdipe* a eu tes P 1 "" lul ." 1 ie V" leur appli. "J r poser la question de savoir I calion pratiq.ie. De mme .1 esl K y i inconcevable que, dans mu: rbitant d'ajourner le Lgislatif dont il est is'su. C'est pourquoi, il serait dsirable et plus compatible avec la saine ide qu'on poser la qi fiurlle forme de gouvernement il convient d'adopter : du goupublique dmocratique, le Pouvernen.'mt parlementaire, corn' Ml11 "' me il loncOonne en France, ou lu gouvernement prsidentiel destats-Unis d'Ami iqus?Colle question si passionnante d'intrt ne semble pas avoir soulev l'enthousiasme de plusieurs. Ri pour ma part, qu'il me soit permis de remarquer que la jeunesse claire du pays, i bon droit impatiente d'actiens loyales et fcondes, s'est montre, pour une fois, quelque peu indiffrente, elle qui u tant de droits sauvegarder.puisqu'elle reprsente l'avenir et qu'une Constitution regarde surtout le devenir national et prtend •Xercer dj une lorte emprise •ur des lendemains incertains. La Charte lu meilleure peut toujours avoir des frictions avec les cas d'application pratique •t, pour pie l'on soit en droit de critiquer ses dfauts de rajisstion, il laut, au moins, que •on ait pens, toutes les lois pi'on l'aura pu, taire des BUgS tations opportunes l'occasion e son laboration ou de son vote, fi cela est d'autant plus vrai et d'importance M es partis politiques n'existent pas riiez nous el que dterminer [avance l'attitude de nos Chsm ,ir es en lace de tel pli lion <1 un prcsidcnl-soiivcaii nous est antipathique nous autres lils du soleil, nerveux, toujours enqutede mouvement. Il v a plus tt que le Prsident crue souvent, sans se souvenir de ses Minisires. Or celui qui agit sciemment, rpond de ses actes. Ll alors qui taire Proclamer la responsabilit du Prsident de la Rpublique ?... Hum I D'ici voyez les cons quences formidables, Le mo se lait de la dignit du Parle! yen terme serait de dcrter que ment que tout conflit entre le ; 'e Prsident, tant a la fois el Pouvoir Excutif et la Chambre efleclivement Premier Ministre les dputs tt jug et rsolu par le Snat, de mme que les querelles entre ce grand corps et l'Excutil seraient portes devant la Chambre des dputs, el quand le Parlement,dans ses deux branches, serait en opposition avec 1 Excutif, le Tribunal de Cassation serait seul apte les dpartager. POUVOIR JUDICIAIRE. Mais, puisque nous parlons du Tribunal de Cassation, il n esl pas hors de saison de dclarer (pie l'inamovibilit, telle qu'elle a l considre pr.i l'amendement de 1028, c'est--dire comme le couronnement et la digne rcompense d'une longue el noble carrire de Magistrat, devrait seule arrter l'attention de nos futurs constituants. Car, n'est-il pas lger, sous un ch imposant ses vues politiques i ses Ministres, est ce litn seulement responsable, s'agit saut, bien entendu, uniquemcni | de la politique gnrale du Gouverneinent.et la sanction serait, sur un vote de non-confiance des Chambras, l'obligation pour lui dfaire appel un autre Ministre. El naturellement un tel tal de choses n'aurait jamais pour effet de dtruire la responsabilit qui s'attache normalemont l'xercice de la luuile fonction de Ministre. Mien d'autres ides relatives la proprit, la dure du mandai des dputs et snateurs. ia fixation du leurs indemnits et de celles du Prsident el de ses Ministres feront l'objet de nouvelles suggestions que je me propose humblement de lancer bientt au vent de la publicit mmoire de l'Union tique d'Hati el fui un de ses trois signataires. Il lul edi leur d'un jour nal/l'opposi l i on, fui connu comme un solide opuosanl BU rgime Bomo et i (occupation amricaine. Avec son inauguration aussitt aprs l'lection comme successeur de M. Roy el l'excution par l'organisation amricaine des instructions du Prsident lloover, une nouvelle priode des relations amricano-hatiennes a commenc, Ce que l'avenir ren ferme dans ses voiles peut tre seulement conjecture. Le Prsident Vincent a nue opportunit extraordinaire de de m o n I rc r sa puissance d'homme d'Etal conslruclif Si la tache du Dr Munro esl une des plus difficiles qui ail le assigne pendant ces iv 'entes annes un diplme le amricain. Le 1er octobre 1931, une nouvelle priode de l'histoire liai tien ne a commenc, en conformit de la nouvelle politique adopte par les Ltats: m .UT receveur g" sont m enl tr es po ir tre liqu I loin ernctncnl Kailien, en attendant, ayant l'obligation de naintenir les ' %  t el d'sutrs, enchaaI de la rencontre. i it qu'il y capables de H mi qu'il y a encore de-* noies de perdre un pour un lion mot... Deux amis. L'un avait invit l'autre djeuner chez lui. — liens.' |ji l'invit en retournant son assiette, tu as chang de bonne. A quoi le reconnais-tu?, lemandi l'amphitryon. i signature, I —Cne sont plus les pblme quelque sorte, nstional en discussion consti-1 trler Je rouage le pi us n IW UIl terrible cassr-.le. U MWe^nSUn^tStrguJl vrit esi au'une trop forts in. "i *t I -, ,. Loaneni i;illiiwi M %  wi in 1*1 MllMK I H. mal o le got des omssances <|e |j|)|T (|is( ussi( )M c fades a conquis tous les eau s nm|s wmma <|( ^ des leur ( forma ion. i esl-1 pas ^ ^ constitul ... lger, d.s-ie de sinleu u c tu ^ |? Mm ( ,. (111 KU | o u droil de cou"7*' I M d'uw groupe, mais le monui et le retlet des COUtumes, des ndispei remeul (pi une trop -inution u nous confier BU lia d, jointe une quasi-impuis**ace nous engager rsolu ni ,| ;ms | a voie juge bonne, ciue son eor-.Mco.. ouve la base d? nos actes, des honndes gens ? I lout cels. ai Ion ajout, u 161 grand -ttiMpoorla instant besoin de changement et PjyJSLsJffaAwl ? d'imprvu, fruit eu terroir t mandat tmraire qui persune, mandataires lt doivent Chambre des Dputs SANCE DU 8 AVRIL 1932 La sance est ouverte 10 heures 20. Lecture est donne de la corre pondance dont les diflrentes pices sont en part'e classes et les mires envoves sus < omi's appels en connalt r e^ Le proi s-verbal de la sance In 6 courant est In el Sa ne ionn ')n aborde le 3me poiut de l'ordre du jou ion nu D secret des mi bres de la Commission des Ainsi se ferma un chapitre des relations entra un pays dvelopp el un autre non dvelopp dans 1 %  piel le premier, i un moment donn, lendil se substituer su gouvernement de l'autre. Pend ml le16 ann qu'existrent i es relati >ns, la position des deux parties fui anormale.Rtrospecliv ment, ce devrait luune satisfaction BU* Hatiens d'avoir reu uo nel profil de l'tablissemeul d'un itable gouvernemeal par Poe ipation el ce devrait i Ire une isfaction aux citoyens les ltats-1 Inis que leur p i> s ail pu e capable de ren Ire i y\\\ voi un dais I • besoin i malgr beaut oup de tentati el de difficults, ail vewlw, A I Un du i h ipitre, une Ha ti en pi Ogr l au\ Hail PUS. ne comme rsultat: Anga-b, Chtelain, Pion. Dehoux, BI Isa ire, Nelson, Tbom s, D. rt, l'ourcand qui sont proclams membres de cette Commission. mnes empreintes digitales que |e retrouva sur tes assiettes, mais ne te lche pas mon vieux I voil qu il y a entre pre et fils des contusions parfois rearettsbles. Li boniena d'unefamille qui habite l.due a mis au mon le l'autie jour un petit garon. El quelqu'un damand ni avec un air ingnu : le voudrais savoir si cat entant esl le lils ou le petit-fils de ttonsieui X...V %  ... voit qu'avant de se dci usr a schster un livre reli, un vrai connaisseur pose toa|o us la question de confianes : La reliure rsi-elle bien 'Ktienne CamilleJ Si oui. Aftaire coin lue. Aptes plus d'une demiheure, la reprisa de la sance publique, le prsident dclare que, conlormment aux dlibrations qui viennent d'avoit lieu, une Commission sera lorme pour statuer sur l'art. 118 du lglemeut, savoir si le personnel du bureau des Archives de la Cnsni' bre doit tre changea chaque .session. La Commission est P?fcPE-'-i 0 .?! l *iJV r i>nipo8a des dputs Jesn a Illizaire, Laguerre, Adam, Brdy, Pierre-Louis, Chtelain et Piou. Le dpot Jean Blizsira dclare qoa les journaux ont rapport que Mr le Prsident de la Rpublique a eu user de son droit d'objection es divers Comits de Chambre relativement tormation de leurs bureaux respectits. Au 4e point de l'ordre du jour: question d'intrl gnral, le dput 1 1 un dit : Puisque nous sommes aux lectioni, nous devons envi| contre certaines lois d'ordre -ager le cas du bureau des conomique votes le derle irrhives. ,.e Prsident de l'A •• m' ie doit le consul i s'il tant ''Mise, te mme pe son • ou s'il v lieu de le icnouve t r. ] e Prrrupuieuseinent sonder en vue Lumpie* (iuranx en vertu i sident propose ia-sc du bonheur collectif. — .de l'art. SQ .esrglements.Le I h ul cioi cet gard. Ce qui JKAK MKHU dpouillement de l'qjue douI est accepta, nire session lgislative. Il pose rassemble ds l'ordre de jour la %  ne des mess q is ayaul trait celte question. I ordie do jour de I proch dne sance esl proclam et lies travaux sont termes.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06976
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, April 11, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06976

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRKCIElm "
1358. HUE AMERICAINE 1368
TELEPHONE N\2242
26 me ANNEE N- 7643
(> ieM kl df du rites d* la lorv*
set leafaert steniKi le lias
mrryiqut-uinil l'idal ri sel est
na!i>f lr bit il..ni roiu >i\si*.Cs
ioiiI les iiifiuiiiifiii petits as laid
> la sombra urr de; pasues aju
loadiil I awiur.
l'ail l>KSCIIA%EL
FORT-AU-rRIN F (HATI
LU !)! 11 AVRIL 19SI
Opinions
Propos
En marge de la nouvelle |~ humides
LE
))
par Arthur C. UUUpamgh
Constitution
Le multimillionnaire amrie.in Dr
J. L>. Hroc possde un record uni- I
Le nouveau Ministre am- Luis. A celle date, le
ricain. avait-il d dclar vernemenl d'Haiti a
gou-
StaS^^ lgalement et cl
pris le record des records, Bref.Le Dr
#&Z-
comme de ceux de ses gouver-
nants, en s'adaptanl aux aspira-
lions.aux besoins et aux condi-
tions d'existence ceux qu'tlle
est appel rgir pour leur
plus grand bien... Ce sera un
grain de plus au rosaire de nos
Chartes. Mais, sera-ce seule-
ment une dition revue et cor-
rige de toutes celles qui bor-
dent le cours sculaire de notre
vie politique ? Comme ses de-
vancires, elle proclamera cer-
FORME !)!: GOUVERNE-
MENT.Et c'est ainsi donc qu'en
bonne doctrine politique, ii ne
saurait tre question d'adopter
pour le peuple hatien ni le par-
lementarisme franais ni le gou-
vernement prsiden tiel des
Etats-Unis du Nord.
Les raisons? C'est que nous
avons une histoire propre : no-
tre nationalit a pris naissance
dans des circonslances particu-
lires, nous avons nos coutu-
reconnait et proclame cela.Mais Broc I Renne les mesures pro res
son secret qu'il n'a pas dit et qui SJVCS de notre ivlrad et Vital
lui permet ces prouesses surhumai-
nes: depuis nombre d'annes il ne
boit que du RHUM SARTHE CA-
CHET D'(
tilles.
'OR, l prodige dis An-
tainement que le territoire na- | mes, nos besoins et notre men-
tions! esl un, indivisible, ina- talit en un mot, le pass nous
linable, imprescriptible, el que domine par trop et, comme on
siis-je ? tout ce qui peut mar-J l'a dj dit,c'est lui qui garantit
quer une volont ferma t*
server jalousement le legs un-
ceslral.Comme elles toutes, elle
prononcera la garantie berts publique*, sauvegardera,
en un mot, le fonds commun
des Constitution! modernes.Ce-
paodanl, comme les principes
les plus ternels sont obligs,la
plupart du temps, de suivre,
dans leurs ralisations prati-
ques, le relativisme oui esl h
loi de l'volution, la
a COH- j l'avenii.Nous n'avons pas assez
de discipline.nous sommes trop
enclins suivre un homme plu-
tt qu'une ide pour avoir la
vellil d'accorder le droit de
cit au rouage parlementait e si
complexe sous des apparences
de simplicit, et, par ailleurs,
notre propension l'arbitraire
est ce point dveloppe, si
prononce, par une charmante
! contradiction, notre passion
nouvelle j pour la libert, que ce serait un
Le commerce de
la France
Four les deux premier mois
de 1932 les impor alion | an
caises ont atteint la somme de
L.739.870.000 francs Franais,
prsentant une dimmulion de
.'! milliards 128.095.000 francs
par rapport la priode cor-
respondants de 1931. Les ex-
porterions onl atteint 3574.688.
000 francs, soit une diminution
de 1.752.712.000 francs.
Constitution apportera, certes, J vritable pril pour la paix pu-
its modifications lgres ou Inique que d'ouvrir la porte
aux abus, en essayant d'impor-
ter chez nous un gouverne-
ment nettement prsidentiel.
Que non;l'clectisme est dans
j la nature, et c'est le systme qui
lgres
profondes la conception mo-
yenne que nous pouvons avoir,
comme peupie,des rapports qui
doivent exister entre les indivi-
dus et l'Etat.
Mais,
verain,
apparat pt
sance posant
egidi le la Cous-
it lituiion de l'Jltf, se trouvent
le peuple tant le loa-inUMni toujours les esprits mo-
toule Constitution nous dres et ralistes. Et comment
)rul.l comme une puis-, y parvenir? A premiers vue,
des limites aux ',,n se rend compte que les
empalements qui semblent tre | Chambres, telles quelles Ibnc-
la hase des dsirs les plus ttoiincl sou '
naturels de l'homme. S'il en es
ainsi el que la Constitution soit
iu\ faisceau de liens juridiques
respecter, il n'est pas os de
leproclier i'lite pensante de
notre pays de trop peu se sou-i
tier des travaux prochains des |
Chambres lgislativasque le pl-
biscite du lOJanvier dernier est
venu investir du pouvoir consti-t
tel qu'il est actuellement, maia
avec le mode d'lection par le
Snat sur une liste de trois can-
didats pour chaque sige, four-
nie par le Pouvoir Excutif.
POUVOiREXECUTIF.RESPON
SABILIT MINISTERIELLE.
Cependant, le Pouvoir Excutif,
tel qu'il est exerc, actuellement,
Car le Prsident de la Rpu-
lique, assist de cinq Secr-
taires d'Etat, mrite*, sous le
rapport de la responsabilit
politique, d'tre retouch, pour
une plus juste comprhension
du rle du Premier Magistral
comme de celui de ses collabo-
rateurs immdiats. Il est, en ef-
Xolre mandai d
ince, moins
"j Uuilisalion des services pu-
blies le degr el I extens 011
4e l'assistance amricaine de
ni tre prti c llatli uj ls
VX'.Ct... H se peut que 20 an
nes soit un trop court laps
d temps pour la lche de r
goiiralion el l'lablissemen
i n Hati d'un gouverne m
slable sur une base dura il
cl I as
.1 tre ..m
i nue sous une forme quel
oon(jue par la libre volont
bu peuple hatien, expirera
en 1936.
Le gnral Russel dmis-
sionna le 1er novembre el
laissa Port-au-Prince le 12;
l>r Munro prit charge de
son office la Lgation ema-
il jours plus lard el I office
de liant commissaire fut abo
i Le lo novembre, les deux
imbres de la lgislature,
r> unies en Assemble Nalio
haie, elireni Stnio Vincent
m la prsidence. M. Vincent,
avant l'intervention, avait t
Ministre de la Justice el de
l'Intrieur et Minisire la
) e, Prsident ilu Snal en
"i au morne ni de sa dis
solution II prsenta au Co-
mit Me-Corraick en 1921 le
|>ai ir de cetb dale, les El
i"ui ont ce s de contrler
le i fonctions gouvei nemen-
taies h ilienn l'exception
de cellt s du v osciller lin.ui
cier-receveur gnral|qui tem
poraircmenl doit tre conti
mire et le slalu quo a l'gard
de la Garde Nation I
maintenu en attendant une
solution finale. L'office -renie
gislremcnl de \ litn de pro
prits a ete d< l ich de celui
lu llet financicr-rcce
\ eur [encrai, H son \ isa sur
>r nislre des i; n.iiie s .i s
Les services du c >n I r li
,,' tien anniTi rsairs qu'au
prcdent, voici qu'il nous crit
implament : rM-s sentiments
lont les mmos. Et c'eat La
Matin oui est maintenant tout
conmi d'en avoir dout un ins.
tant.

airio-
pnvees du sol instrument ca-i ffL de certitude (pi un prsident
pable de rendre leur mandat ae rpuDkque. rle simplement
efficace, j'entends le droit d in- pondrateur et modrateur, n
terpellulion.Car, le Pouvoir L- se eonoil que dans un systme
if, qui esta la base des parlementaire, Mais, la concep-
gislaiu, qu
deux autres, est aussi un pou-
voir (ie contrla ; il est videm-
ment de son droit de savoir
dans quelles limites les lois fau-
tant. Le journal dipe* a eu tes P1"" lul ."1 ieV" leur appli- "J
r poser la question de savoir I calion pratiq.ie. De mme .1 esl K yi
inconcevable que, dans mu: r-
bitant d'ajourner le Lgislatif
dont il est is'su. C'est pourquoi,
il serait dsirable et plus com-
patible avec la saine ide qu'on
poser la qi
fiurlle forme de gouvernement .
il convient d'adopter : du gou- publique dmocratique, le Pou-
vernen.'mt parlementaire, corn- Ml11 "' '
me il loncOonne en France, ou
lu gouvernement prsidentiel
destats-Unis d'Ami iqus?Col-
le question si passionnante d'in-
trt ne semble pas avoir sou-
lev l'enthousiasme de plusieurs.
Ri pour ma part, qu'il me soit
permis de remarquer que la
jeunesse claire du pays, i
bon droit impatiente d'actiens
loyales et fcondes, s'est mon-
tre, pour une fois, quelque peu
indiffrente, elle qui u tant de
droits sauvegarder.puisqu'elle
reprsente l'avenir et qu'une
Constitution regarde surtout le
devenir national et prtend
Xercer dj une lorte emprise
ur des lendemains incertains.
La Charte lu meilleure peut
toujours avoir des frictions avec
les cas d'application pratique
t, pour pie l'on soit en droit
de critiquer ses dfauts de ra-
jisstion, il laut, au moins, que
on ait pens, toutes les lois
pi'on l'aura pu, taire des BUg-
Stations opportunes l'occasion
e son laboration ou de son
vote, fi cela est d'autant plus
vrai et d'importance m 'es
partis politiques n'existent pas
riiez nous el que dterminer
[avance l'attitude de nos Chsm
,ires en lace de tel pli
lion <1 un prcsidcnl-soiivcaii
nous est antipathique nous
autres lils du soleil, nerveux,
toujours enqutede mouvement.
Il v a plus tt que le Prsident
crue souvent, sans se sou-
venir de ses Minisires. Or celui
qui agit sciemment, rpond de
ses actes. Ll alors qui taire .
Proclamer la responsabilit du
Prsident de la Rpublique ?...
Hum I D'ici voyez les cons
quences formidables, Le mo
se lait de la dignit du Parle- yen terme serait de dcrter que
ment que tout conflit entre le ; 'e Prsident, tant a la fois el
Pouvoir Excutif et la Chambre efleclivement Premier Ministre
les dputs tt jug et rsolu
par le Snat, de mme que les
querelles entre ce grand corps
et l'Excutil seraient portes de-
vant la Chambre des dputs,
el quand le Parlement,dans ses
deux branches, serait en oppo-
sition avec 1 Excutif, le Tribu-
nal de Cassation serait seul
apte les dpartager.
POUVOIR JUDICIAIRE. -
Mais, puisque nous parlons du
Tribunal de Cassation, il n esl
pas hors de saison de dclarer
(pie l'inamovibilit, telle qu'el-
le a l considre pr.i l'amen-
dement de 1028, c'est--dire
comme le couronnement et la
digne rcompense d'une longue
el noble carrire de Magistrat,
devrait seule arrter l'attention
de nos futurs constituants. Car,
n'est-il pas lger, sous un ch
imposant ses vues politiques
i ses Ministres, est ce litn
seulement responsable, s'agit
saut, bien entendu, uniquemcni
| de la politique gnrale du Gou-
verneinent.et la sanction serait,
sur un vote de non-confiance
des Chambras, l'obligation pour
lui dfaire appel un autre Mi-
nistre. El naturellement un tel
tal de choses n'aurait jamais
pour effet de dtruire la respon-
sabilit qui s'attache normale-
mont l'xercice de la luuile
fonction de Ministre.
Mien d'autres ides relatives
la proprit, la dure du
mandai des dputs et snateurs.
ia fixation du leurs indemnits
et de celles du Prsident el de
ses Ministres feront l'objet de
nouvelles suggestions que je me
propose humblement de lancer
bientt au vent de la publicit
mmoire de l'Union
tique d'Hati el fui un de ses
trois signataires. Il lul edi
leur d'un journal/l'opposilion,
fui connu comme un solide
opuosanl BU rgime Bomo et
i (occupation amricaine.
Avec son inauguration aus-
sitt aprs l'lection comme
successeur de M. Roy el l'ex-
cution par l'organisation am-
ricaine des instructions du
Prsident lloover, une nou-
velle priode des relations
amricano-hatiennes a com-
menc, Ce que l'avenir ren
ferme dans ses voiles peut
tre seulement conjecture. Le
Prsident Vincent a nue op-
portunit extraordinaire de
de m o n I rc r sa puissance
d'homme d'Etal conslruclif
Si la tache du Dr Munro esl
une des plus difficiles qui ail
le assigne pendant ces iv
'entes annes un diplme
le amricain.
Le 1er octobre 1931, une
nouvelle priode de l'histoire
liai tien ne a commenc, en con-
formit de la nouvelle poli-
tique adopte par les Ltats-
: m .ut receveur g" sont m
enl tr es po ir tre liqu I
loin ernctncnl Kailien, en at-
tendant, ayant l'obligation de
naintenir les les limites des voles Le droil
beaucoup discut des Etals
lis d'aprs l'accord de i
taminer les projets de I
i l abrog el toutes repr
liions concern ml deslo
! ip le i que 1rs Etats-! Inis j
pensent dsirables de faire,]
doiv< nt tre prsentes i
gouvernement hatien par le
maux diplomatiques toutes
. utiles. HefHefl sonl les li
nes principales de l'accord
iriiaitiaiiisali.in sign par le
Ministre Munro ri A. V L
. Ministre I lailian des Re-
lations Extrieures, Porl au
Prince, le aol 1931. L'ac
cord esl entr en vigueur on
partie a la dalr
et les cessations de tonctions
des Et a's Luis stipules pri-
renl lin dfinitivement le .' i
septembre.
.. voil i,u le Pure Godet qui
borda le mu- sud de l'Kcole
Centrale es Arts et Mtiers est
devenu un E.Jen pour lesesans*
;iil y du quartier. Le parc
est plan d'arbres truiliers et
nous sommet A la saison des
i'iunissaiils uuiin/ofs, pour par-
ler comme le pote. Donc du
matin su su i ceti un bomber*
de m nt jet continu vers le
branches lourdes. .IJuand une
pierre tait choir un mngotfou*
nissant, c'est une mls gn-
. agrmente de cris et de
coups, el la vainqueur peut
vanter d'avoir filial son p6n
i la sueur de son front
.. a vu Isttablfl ( lu/. Gairaud
bs dpots et dsi journaliates
t connue nulle pari le cock-
tail c'est aussi russi qu' El-
i i ido, ch icun Uni a oflrir sa
tourne et l'on se. spara easca
i i de !>' t el d'sutrs, enchaa-
I de la rencontre.
*
i
it qu'il y
capables de
H
mi
,
qu'il y a encore de-*
noies de perdre un
pour un lion mot... Deux
amis. L'un avait invit l'autre
djeuner chez lui.
liens.' |ji l'invit en retour-
nant son assiette, tu as chang
de bonne.
A quoi le reconnais-tu?,
lemandi l'amphitryon.
i signature, I Cne sont plus les
pblme quelque sorte,
nstional en discussion consti-1 trler Je rouage le pi us n
IW UIl terrible cassr-.le. U MWe^nSUn^tStrguJl
vrit esi au'une trop forts in-
. "i *t I -, ,. Loaneni i;illiiwi M . wi in 1*1 MllMK I H.
mal o le got des omssances <|e |j|)|T (|is(.ussi(')M c
fades a conquis tous les eau s nm|s wmma <|(, ^
des leur( forma ion. i esl-1 pas ^ ^ constitul ...
lger, d.s-ie de sinleu u c tu ^ |?Mm (,.(111 KU|ou
droil de cou- "7*' I
,M_ d'uw groupe, mais le monui
et le retlet des COUtumes, des
ndispei
remeul
(pi une trop
' -inution u nous confier bu lia
d, jointe une quasi-impuis-
**ace nous engager rsolu-
ni ,|;ms |a voie juge bonne, ciue son eor-.Mco.. -
ouve la base d? nos actes, des honndes gens ? I
lout cels. ai Ion ajout, u 161 grand -ttiMpoorla
instant besoin de changement et PjyJSLsJffaAwl '
? d'imprvu, fruit eu terroir t mandat tmraire qui persune,
mandataires lt
doivent
Chambre
des Dputs
SANCE DU 8 AVRIL 1932
La sance est ouverte 10
heures 20. Lecture est donne
de la corre pondance dont les
diflrentes pices sont en par-
t'e classes et les mires en-
voves sus < omi's appels
en connaltre^
Le proi s-verbal de la san-
ce In 6 courant est In el
Sa ne ionn
')n aborde le 3me poiut
de l'ordre du jou ion
nu d secret des mi
bres de la Commission des
Ainsi se ferma un chapitre
des relations entra un pays d-
velopp el un autre non dve-
lopp dans 1 piel le premier, i
un moment donn, lendil se
substituer su gouvernement de
l'autre. Pend ml le- 16 ann
qu'existrent i es relati >ns, la
position des deux parties fui
anormale.Rtrospecliv ment, ce
devrait lu- une satisfaction BU*
Hatiens d'avoir reu uo nel
profil de l'tablissemeul d'un
itable gouvernemeal par Poe
- ipation el ce devrait i Ire une
isfaction aux citoyens les
ltats-1 Inis que leur p i> s ail pu
e capable de ren Ire
i y\\\ voi un dais I besoin i
malgr beaut oup de tentati
el de difficults, ail vewlw, A I
Un du i h ipitre, une Ha ti en
pi Ogr l au\ Hail pus.
ne comme rsultat: Anga-b,
Chtelain, Pion. Dehoux, B-
I Isa ire, Nelson, Tbom s, d. -
rt, l'ourcand qui sont pro-
clams membres de cette
Commission.
m-
nes empreintes digitales que |e
retrouva sur tes assiettes, mais
ne te lche pas mon vieux I
. voil qu il y a entre pre et
fils des contusions parfois re-
arettsbles. Li boniena d'une-
famille qui habite l.due a mis
au mon le l'autie jour un petit
garon. El quelqu'un daman-
d ni avec un air ingnu :
le voudrais savoir si cat en-
tant esl le lils ou le petit-fils de
ttonsieui X...V
... voit qu'avant de se dci
usr a schster un livre reli,
un vrai connaisseur pose toa-
|o us la question de confianes :
La reliure rsi-elle bien 'K-
tienne CamilleJ Si oui. Aftaire
coin lue.
Aptes plus d'une demi-
heure, la reprisa de la san-
ce publique, le prsident d-
clare que, conlormment aux
dlibrations qui viennent
d'avoit lieu, une Commission
sera lorme pour statuer sur
l'art. 118 du lglemeut, sa-
voir si le personnel du bu-
reau des Archives de la Cnsni-
' bre doit tre changea chaque
.session. La Commission est
P?fcPE-'-i0.?!l*iJVr i>nipo8a des dputs Jesn
a Illizaire, Laguerre, Adam,
* Brdy, Pierre-Louis, Chte-
lain et Piou.
Le dpot Jean Blizsira
dclare qoa les journaux ont
rapport que Mr le Prsident
de la Rpublique a eu user
de son droit d'objection
es divers Comits de
Chambre relativement
tormation de leurs bureaux
respectits.
Au 4e point de l'ordre du
jour: question d'intrl gn-
ral, le dput 11 un dit :
Puisque nous sommes aux
lectioni, nous devons envi- | contre certaines lois d'ordre
-ager le cas du bureau des conomique votes le der-
le
irrhives. ,.e Prsident de
l'A m' i- e doit le consul
i s'il tant ''Mise,
te mme pe son ou s'il v
lieu de le icnouve t r. ] e Pr-
rrupuieuseinent sonder en vue Lumpie* (iuranx en vertu i sident propose ia-sc
du bonheur collectif. .de l'art. SQ .esrglements.LeIhul cioi cet gard. Ce qui
JKAK MKHU dpouillement de l'qjue dou- I est accepta,
nire session lgislative. Il
pose rassemble ds
l'ordre de jour la
ne des mess q is ayaul
trait celte question.
I ordie do jour de I. pro-
ch dne sance esl proclam et
lies travaux sont termes.


1
\/\L)i.y
h*.* lais
\M
CHOS I Le Dsarmement'
I
il. L'impa-
Une dlgation de dix nence ,j,.s dlgus d'ontre-
dputes ;i (t i l uu
diencc prive^jeudi .dernier
dans l'aprs-inldi.par le Pr-
sident de la Repu lique. Ue
qa.ji ii cii r. tourna '.'
Un certain Louis Fran*
cois de Jcremie attaque
dios iL'Action Nationale le
directeur de la poste de cette
i y compris les Amri-J
cains, de rentrer chez eux,',
pourrait mener la ioniren-|
ce du dsarmement un act
cord e a l'ajouruemeut b en j
longtemps avant que les tu-
ropens ne l'avaient prvu.
En traant le projet d'ordre
du jour de la contience, le
COIN DES JEUNES
Veille
de la Croix
Au Sociulcfjue
Lurimer t)m directeur ue i* k"">- *~- au jour ue ia comcicutr,
ville Mais cet individu ys*8') prsident, Mr Arthur Hender
iaconuu. Ce i;ui ne veut ;.(]!! (R. (iran(ie-Bretagne, et
point dire que le denoncia -d'autres reprsentants euro-
itur ett ineaistaut. il est s u- p^eog aaieni arrang un
lemeut lche. ) programme permettant d'as>
__Au Pnitencier National, geznombreuses interruptions
U'a" cie amnag une pice'
rservefcuaux avocats qui d-
lirent s'entretenh a ce leurs
clients ditenus dans lu pri
ioj. C'est la one teareuse
initiative. ,
Les alites cl w nneijl ...
liciers dominicains eu riati
commencent i-<
, quieler
des dlibratu a
i )a avait prvu des vacan*
Ices de Pques de deux mois
qui auraient permis aux d-
lgus de se leposer, d'assis-
ler l conlrence interna-
tionale annuelle du travail et
le ne se runir qu'aprs les
lections franaises du mois
l'opinion haUienne.Qu'y vien- (jL. Mai.
neut-ils laiie a te ut propos j (ne autre interruption pro
tt hors]de tout i ropos
pose devait avoir lieu au
__ Un voiliei appartenant mois d'Aot se prolongeant
au snateur Charles Elise a j jusqu'en Septembre, aprs
Uit naulrage au cours d'un semble annuelle de la
voyage de Port-de"lJ ix Cap- Socit des Nations.
Hatien. Surit 15 hommes j L date que l'on estimait la
es l''iuipage*, un seul st|plus rapproche possible
Siuv.Sept cadavres retrouv ,,, lT l'ajournement de la con
.. xLe iNOUVi IhsK < mai;- [rence se serait trouve pen-
u avec reuon que cess dant le premier trimestre dt
; scandales rpts entre M933, et un aceord n'tait at-
tendu
que plusieurs mois
1 aprs.
Les dlgations des E.-U.
[etdu Japon,cependant, nom
Ipas tarde a prsenter de for-
tes ob)ections a la lenteur de
ce programme, biles sont ve-
nues de loin pour la conle-
ces
aTocats.el entr juges et avo-
vais an Palais de Justice. Que
ce messieurs retrouvent un
peu _ Les labricants de rhum
ont ete convoques vendredi
dernier au dpartement du
commerce pour nu udre une
communication de M. Ernest rCDCe et ne peuvent esprer
ii. Lihauvet, excommibsain rentrer dans leur pays avant
gnral hatien a l'J t| usition ia fi0 de la eonlrence. Elles
coloniale internati uale. mis obstacle aux va
l'agUdu placement de uotre cancea de raques dont elles
muni sui les marches u'Lu o;.( obtenu la rduction a
iope.
Le magistrat uns
de l'etiouvilie a organise l<
tauUledu lait livre a la eon
lommation.
OMIS Ls\ WtGISTftArilHt
Mi. Mare A11\, ( oyen
tribunal de preui e
a cie.uoininc_ |Uge aUkJlri-
nuuul de Cassation en rem-
placement te M. 1 cou Mon
lii dmissionnaire la suite
de l'aiaire Dupout l)
En lemplacemeu de Mr
Arty.Mi fctodolphe lianau,qui
occupa anti ieuren ent 'a m-
me Fonction, a eu niommi
doyen du tribun 1 de
nneie instance dt
Frince.
deux semaines, et lait savon
qu'elles dsiraient voir les
travaux progresser.
Les optimistes esprent ar
river a un aceoid en juillei
ou au plus tard en dcembre
Les optimistes sont cepen-
dant eu minorit.
Huit heures !.... D^j toutes!
prt. I n un le invites s'"" -
r\-.'. D'w loin I" sons 'ouids
e 1 sotor syncops de beu-
, 1 1 iv, de blements m dont
0 1 lurmail un bruit rythme
to 1 entendre travers IW
a D?us le ciel, nulle lude.
La na ur<- la rde et calme wj-
onc quelque chose de grand,
de mystrieux: L* veille d'une
Croix. .
Vmdrecli-Sdn, 6 jour bui !
Joui sacre- o la riche Citadin
tomme l'ht m: e paysan *ppor-
teut leur lliboi de eeonn n
,nce a L'HOMME-DIEU.Tandis
prenne 1 t.ht attire ov lal-
balaa; le aceond, sangle dans ses
vareuses etchaass le ses dures
avales n l'instar, du Mahatma,
rend son hommage ;*u Crateur
selon lea rites alricains prall- t
ques dans nos orn^s sob'aire.
L-bas, une Coia,trs grande
Croix aymbole du Christ
couche dans des langes. Ici
i st l'orphon qui lui rend ses
honneurs. De 1 autre ct, c'est
l'oho a-gu e gilp des rires.
Minuit !... Minai myetrieu
sment moovante. Flua de
tambours plus de elnnts. Lea ,
lampes teintes: Tnbres com-
pltes. La loulf, ivre de joie re-
ligieuse.' de mysiicisrae.trappe
de nvro.e, pousse des buts
p1 intivev.
Alors le mlancoliques sons du
|inbi qui accompagnent ce'le
toule en dlire provoquent l'a-
boiement des chiens, tel le glas
lunebre lait tressaillir nos li-
bres les plus prolondes. La foule
s'est apaise. Les lampes rallu-
mes et chacun maintenant s'a-
genouille pour baiser le Cruci-
lix dans son m< desle lit si reli-
gieusement pan- 1 1
II. h.s, combien ces heures
nousoat t consolantes munia..t dos ides, nos penses,
au lond des bois, celle des
paysan Nous y avons Irouv*4
du rconfort e'n engloulissan'
nos noirs chagrins.
Tn. tCHILLE.
PROCHAINE CONFRENCE 00 I
PROFtSSEUR LUC DORilN'ILLE
Le 14 Avril, jour consacr
Il mon l'anamericatne.le pro :
testeur Luc Uorsioville pro-
noncera son Institut Guy-
Josepn Bonnet, prs du Mo-
nastre Saint-Oeiard, de 6 7
heures du soir, une cout-
i ente qui sera une vr.de revue
historique sur: 1* Les temps
de dbut de notre Indpen-
dance consideis tandis qu
se dveloppaient aux Etats-
Unis les premier mouve-
ments abolition! istes, et 'i*
la loudation de la .Pan Ame-
rican Union.
Le gros pobl c et le* tu-
diants de la clas.se de Philoso-
phie gagneraient a aller cou-
ter le touterencier.
i our les personnes qui ne
sont pas spcialement invites
ou qui ne sont pas du per-
sonnel de l'Institut, entre
U centimes de gourde.
Avis
une belle
performance
-o
! 0
CYCLISTES DOIINICAINS
k PuRT-AUPRINCE
Le Service National d'Hy-
gine et d'Assistance Publique
s'empresse de rapptleraux
intresss les articles suivants
de la Lu du S juillet 11)21
sur la vaccination auiivano-
iique obligatoire :
Art. 1 La vaccination el
la revaccination antivarioli*
que sont ot>ligatoires pour
tous ceux qui habitent le
territoire ne lu Hepublique.
Arl.UIl est obligatoire de
se ht ire vacciuei tous les 7
aus, et tacultatil de le taire
aprs cette priode si on a eu
pralablement la petite v-
role.
Les personnes qui dsire'
tre vaccines peuvent s'a-
dresse aux hpitaux,centres
de sant et dispensaires du
service d'Hygiue.
*
-
VA d'audience de
dernier du nhui al et
satiou. les r
Mai. Ll/.er Vilain I rasy-
bule Laleau, onl i -miles
a leurs loncl os. -v. cctle^oc
talon, des dascoi t.i
prononces par Mi. ijeauvoir,
vlce-president du liaut lu-
banal ; M. Letcul, au nom
du parquet ; d< Luc i hard,
au nom du Conseil de i Ordic
et MM. Vilaireel Laleau.
|Vei dredi dei nier, n OU i
avons reu la visite di
s pre-1 sympathique et distingui
rt-au ("n a rge d'Aairea de i
' Rep n bi i que Dominicain
, Mo sieur M Monllo, qu ;u
vendred i tt trois cyclistes di
L'ASSMBIE MIIOMLE
*""Nous croyena que
PXssemblee Mation ; ^>e ru-
nira aprs-demain mercre-
di en vue d'en ta mi r laques
lion de la rvision constitu-
tionnelle.
CettettvisionJ p< rler i
Penseiuhlede la L stitiition.
C'estdoncunc i un le charte
qu- se.a donne a la Rpu-
blique.
uis: Ivanion >. Me|CDi .
, \ i\rez, et Enrique Pe-
o.
^Ges trois jeunes gens on.
(ail la route de la Capital)
[to ninicaine Port-an-Priuc
t ar le Cap. Partis di
Santo-Domingo|,lt 3C mars i
2 heures du matin Ils; sont
arrivs ici avant-hiei ma-
tin G avril,, a midi. Ils ont
couvert les.6C5 kilomtrt tn
77 heures 't urmie, non com-
pi is les arrts.
ious prsentons nos meil
leurs coiuplimtnta a ces |u-
iks sportsmen et leur sou-
haitons uni agrable^ sejoin
parmi nous\
Erratum
liai
Le rsultats obte i
jour prouvent que
lYHipposarcine Koy
spcioiil tra
rst [c mi illeui ; ituant.
' [M vente chez : Pli i maaie
Sjour
( Dr i
i;r Ottie-u, fiiai u
aephVahn.Phari
Pharni *.1 *'"
mi Vieux.
It Lut lire ainsi la premin
,ii a e |d 3e alina de notre
entrelel iLlnciiieullieauvoii
M le brandi ,paru en premic-
re pagejde notrejeditiou de
\ ,am li S avril :en coaaprena
I a | l'i dignatioo de
devi Atei itm
luvoii a entendn
affaires du c b m de-
. iu lieu ded m


' M ^BfH*eBa '
j it^RaNCalsE
. M. Fauli. SI 0*"
ORATUITIMEKT
NOJVEl A.IUN immiiM
R(lallons StnialloniidlM 4M Vrai Sacral, T
IMnM eianitM.
IE SYNDICAT DES GUILD1V1ERS
ET PLANTEUBS OE TABAC
DE l'AfiCAHAIE
Ll SlHD i at a 1 honneur d>
laire savoir tous les guildi
viersde la Rpublique qu'il
adopte et soumis au L des Secrtaires t/Etat et aus
Chambres les quatre poinis
de vue suiTant i :
V Rduire la taxe actuelle
15 g rdes par point de
chi :'i'"" valeur payer seu-
lement pour le stuis de tra-
vail;
2" Naii( naliser l'industrie
de l'alcool ;
:v 'lam i le clairin de I
mlHsse a 60 gourdes pa
poia! de haudiere, sans la
culte de chmage;
l l);oit pour l'Etat de
prendre toutes mesures,
D'import quel moment, pour
protger le distillateur ha
lien travaillant daus ses ins-
tallations prive"-.
Le Syndical soutient le prin-
cipe de la libert de travail
et proleste contre tout projet
qui envisagerait l'emploi du
rservoii ieeonuu illgal,
vexatoire et immoral comme
tacilitanl les iratdea et la cor-
ruption. H fait appel tous
pour l"adoption de ce qui pr-
cde afin n arrivera anantir
la concurrence outrance
faite l'industriel hatien par
la mlasse qui doit tre pro-
hibe el dont l'emploi pro-
voquera toujours un trop
plein.
Muuat BERNADOTTEi
Prtiaent
Secrtaire,
ur cop e conforme :
1 .P. AGN NT,
avocat.
LA BULGARIE SUSPEND
LE PAYEMENT OES INTRTS
DE SES EMPRUNTS
ouver ment bu'yjre an-
nonce 11 suspension du paye-
ment daa intrts de tous les
emprunta extrieurs.
La Bulgarie n'a pu obtenir de
nouveaux emprunts, partieuli-
remenl de la France.
Le gouvernement Iranaia n'est
pas dispos aceoi der des avan-
cea ilt- loi ds bUI pays bHlkani
qnea tam que le pro|et d'union
conomique danubi ont d* VI.
Tard H u ne sera pas udopi,
froup Spasmodfqut
,S!f\ Rapidement
v Arrt
Vicki, frictionn
ou fondu dans l'eau
chaude et inhal
soulage vivement.
yscKs
? VAPORUI
urTout Refroidissement
\
"let curs sont ins-
lantincment conquis
par la douceur d'une
peau tendre"
. . dit Hollywood
LFS direc'enra d"Hollywood son i naoi
mat reeonnvl* e quelle -m.
a un leinl do ix poor l'allue lminine.
"La donceur d'une peau est le charn e
U plus dcisif qu'une jeune fille puiaae
aroir" dit u> tamens directeur. "Paice
que ce charme ''' si inalanlanment,
qu'aucune jeune fille ne peut devenir une
toile clbre de I cran snn cala. Un* PM
sans d'aut est le rve de toute i toile I"
Des 613 importantes actrices d Holly-
wood y cnn.pris les toilea. 605 mploient
le S von e Toilette Lux Donnez uotrt
peau le mme soin que !a leur. Cooamin-
daz aujourd'hui plusieurs gteaux von blanc de Toilette partum Lux.
TIEO. H. DAVIS & CO., L'.d.
llonolulti and liiiu
DE TOILETTE
MOHIt A i AUI11N, P. O BOX \N ''-d rt
Hui Houx et du Centre, Port-i i -Pi lnc<.
VIENNENT D'ARRIVER
A la Maison
11. SlLV
Rues Courbe & Roux
Pop line anglaise sup-
rieure.
Drill blanc Union extra
suprieur.
Prix sans concurrence.
8
laJUi
VEGSllBllsMHsIH tMVwr
Toutes les Polices
DE LA


4
comprennent la Protection contrela g
M Foudre sans auqmentation de tauxg
Ftfff. Lp Bo
Aqents Gnraux "
igMMsi itsl im %M*\*Lm. &**Mmm* ^


MAI-IN-ll A* tHt
lifldUl
^5?!
. m.j
Don! ly raaooanat si si
Demanda >ul :
l
ipt: Rue Osa.-.
*

DONNE AUX ENFANTS!
GAIET HT viGu::r
Qovnd le liit .> s \
l'air, il y tombe toute i ute*
de microbes.dout une varite.qui
a reu le nom rie microbes du
lait ,est pai ticuliierueut I m,de
du sucre qu'il renlerrae.Cemicro-
be trausforme ce sucre en un
acide et le lait lirit.On est peu
prs certain qu' ce moment dm -
trs microbes, dont l>eiu.ou|
gont trs dangereux pou m,us,
a'y sont dvelopps aussi.
Avec le lait consery ESBENSEN.rieu le pareil nain-ire,
pe l'usine la table, le lait Esbemsm est prserT de fonte
loaillure.il ne perd rien de sa valeur nutritive cl ion u*aee
If rvle le plus prci-ux de tous nov aliments, Un en an!
lourri exclusivement a ec te lait condens ISBENSfciN
gagne rapidement en poids et en couleur; ses joues -ar-
rondissent et son sang, qni tait auparavant pauvre m
l'enrichit de glob les ruugcs en peu de temps.
/
/ .
DEMAIN SOI H
Raveftqar
(SUTTl!
IJEnfanl-ltoi
( SI III )
Entre 0,0; Ualcon : Luf,
ftSgU, 15, Roeian...
LA
mr
A

ter.
HENRY STARK
HUE DU QUAI, EN FACE OE L GARE
}erres Vitres de toules dimensions pour vitrines et en
ttdrements.
Mires spciales pour autos
Vitres ordinaires 1/4 pouce paisseur poUr autos et romn-
loirs. '
Grand choix de Moulure* pour cadres.
Lampes de nuit.
La maison rpare aussi les miroirs tachs.
t ULWKmj*ix*y
LE MONDE
Naissance Mr et M da-
me Anhur Vilmenay li ont
ft luDdi dernier la nai m nce
de leur troisim' g a on
nomm Grald.
Nos compliments,
J
COMPAGNIE "D'CLAIRAGE
ELECulUE
Communiqu
Les journaux de la Cap
se faisant l'eeho de ruaaeurs
errones, ont annonc que la
Compagnie d'Eclairage Etec-
irique se prparait a irans-
lerer son sifee social Sio-
Domingo et a rduire consi-
rablement son persui,, el U"nTe h1' "'
de l'ort-au-Prince et du Cap ea df cette mn hne, tonte
la.tieu. Cette* nommll*. ,!, I,es aV,re*activits de la Com
>agnie dpmeuranl coik-cu-
i d'Eclairage Electrique est u a
comp tni h i nue, lil
l'KtHl : p t on cou
de concession, taisant \ au
la ires e-> Hati; i> e-t vi '
qu'elle ne pe| avov ailleu"
qu'en II ni son ige social
ainsi q i cenl de s n
La I';,;.
su'er un mei'leor rendement
|
l| M.
mre,qui st actionnaire ares
si '' en ; la Compagnie
, d'i triajneque di
I plusieurs compagnies simi-
laires d insla Repu Do-
ininicai ie, a ius illi il
Domingo une mai hlne im-j
primer les borderaux. |i as
U s bordereaux poui I'. 11
mo<
on tes
FARINE
PRIX POPULAIRE
Faite de bl
durd'hiv.
elle donne
un rende-
ment |pi
tant en la
travaillant
seule.
t
tt* li&5
i ici a
* i s < o.
Kimim OJTt, Mo.
Deman-
dez-la;
partout,
il y en a.
EXIGEZ LA.-
laitieu. Celte^ nouvelle, qui
'st lausse, a naturellement
jiuduit une Impreesioa l es
esagreabie. 11 u'a jamaia de
lueslion peur la Compagnie
ittlai.age Electrique de
;ran.slerer ses bureaux en
pays tranger. La Compagnie
LE FAIT EST INCONTESTABLE |
a ii
s
I
)

runissant les meilleurs
i
C'est la quintessence des meilleures
[varits de cannes d'un vaste territoire!
t les meilleurs terroirs,
C'est ce qui f lit son arme.
GOUTRZ ET COMPAREZ!
i tMmmcn'PTWiwJ
vWWwmift,,, !i*t:i.aajaj.i
1 f *v\tmwnwJff",^w*<
tres en H
11 semb e i d lanl .
l'opinion publique hatienne,
ial rense se soil mue
de cette dcision. Devanl l'-
motion souleve par cette
mesure la Compagnie d'Eclat
i bectri pie, dont le so
C' nsi rnt st le d m ie< s I
la' tioo lanl nu Gouvc ni -
ment Hatien, qu' l'opioiui
puolique hatienne,a'dcid de
j faire Irans,
chine en ses
au Prince el pi rtil lu moi
d wril, les h rd< raux sernnl
ci
p i un p |tj ,,.
rt-au- .11)
19
t om .agnie d Eclairage
Blectrique.
G. VV. POLLEY
Gnera
Achetez-la avec confiance !
frayai z-ta avec, orjueil !
?
Sli fUE
j| f *1< Br partira le
J ur 2 heures p m.
asme
Iui. diiee-
- i York pie-
tBlle et passagers
lOil
lob li
r*rim
avril
rt i

porter celte ma- rrl
bureaux de Port- ,U1
Vn
B lenavai turaa
au-Priuce,
iew-York, fie
Il i 1932, avec :
rss| ondai ce et
me jour dirsc-
our CristobaJ, Caua4
tnanl Irt et malle.
Prioet, le 7 avril
.TAN REED*
Insurance Co
Une des plus fortes.COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la[VIE
EUG. Lef BOSSE & Co
Aaents Gnraux

I
Mao
COMPAGNIE .GNRALE
TRANSATLANTIQUE
Le steamer S'-Domiogui .
: ( ex.S/S Pologne) ayant i;ii-.- <
IHoaltaux le 7 courant es
ittendu Ici le 2G couranl
i partira le n me jour i on
Santiago de Cul il ftve
Jremie, Les (,yrs, Jacmel,
prenant Irt et pasaagers po
ces ports, ainsi q e fret | o
'Europe.
t e*navire sen | de retoui
ci ie 2 mai el paitii i
je jour poui les porti
Nord^Puerlo-Plata,San Juai
et Le Hvre.
tes personnel dsirant
endre en France psi ce \.
peur sont pries de bien vo
loir se taire inscrire ds p
sent.
F. M ALTH RI, k
SE4-S1DE.1IVJV
ro
n
)
...
K^
A^'is
\Matlie foent ZDtogn e
^''< avocat, annonce, an
nmerce ri public en g
quil nesliplus reapon
sah r des uetet et actions
pouse, ns Si Amand, art,
irr d'elle depuis plus d'un
. / ne^action i ,
lui ttr m
r.
pub iqu
Samt-Mc
kc$t
Avocat
. -:. A12 H- P. N.
sur commande.
ERVfCEA LA PRIX TRS MODERES.
LDIKHS FBOI JCE-CREAM
JIFlt:'*;' =3 CENTIMES LE VERRE.
Ef LJQUEURS
FI U MME i VILLE
Ortiiophonic toutes les heures.
u BONNE Jty-PRINCE Ef OE TOUTE U
NI VOUS A
SEA-S1IDE-INN.
Le meilleur accueil esl
rserv tous les visiteurs.
SERVICE IRREPROCHABLE:
P. P. PATRIZI & C-
Il. AIRES


rf.
>
-..< !


Lundi
11 Avril 1932
Le Matin
4 PAGES
Portse-Pnnce
Tlphone : 2242
MflBMBMMMI '-'"'
CE QUI NA JAMAIS 1 FAIT
CE QUI NE PEUI ETRE DEPASSE
Kola Champagne
F. SJOURNE
Prpaii D'ASEPSIE
Prparation et Veu'e
?hai(ifA< m :. .'EJOURNL
Ang'edrs : us houx et ('u Cei.'re.
Iv
oulez-vous
I
'OUBLIEZ P/VS l FIE UN PETIT TOUR A
TERRACE-GARDEN
C/iezW. KAHL
Petionville
Russir dans vos tudes ou
taire russir vos enfants,grce
une mthode d'enseigne-
ment classique excellente?
VOULEZ-VOUS
Une profession aprs G U
mois d'tudes srieuses (St
no-Dactylo Langues vivant
Comptabilit)
Songez que 1*Institut T1P-
PENHAUEK se recommande
et s'impose volte attention
pur les lu illonls rsultats de
j obtenus.
I37t\ue Lamarre.
Tlphone 2891.
ASSUREZ-VOUS
a
la
l.li(U"pieds d'afJitude. L'tablissement le plustraisi es
firons de Porl ar -Prince.
Seulement 15 a inules d'auto sur "une cellente ro
ipbaite.Vnes m'i veilleuses de la ville el lu port
Uoissons de toutes espces.
sa
Dll
U
Vfrangemnis | iticuliers pour les penMousJ.'de jour dr
.semaine ou de mois.'.
. .....*. NMMtMi
Lykes Brothers SS C Inc
Texas HMt Santo iommgo- Porto-Rico
Le seul service hebdomadaire il rgulier passagers el
frit antre les ports da Golie do Texas directement avec
Pert-au-Prince, I. U.
Four la rceptif n rapide el e mamemi habile de vos
importations, serves vus u i rs de '* LYkL
LIME.
Les prochaines arrives^ rl-au-Pnnce sont ;
Steamer Almeria Lykcs, 8 avril 1932
Steamer "Genevive Lykes*1 15 av ril 1932
Steamer "Ruth Lvkcs" 22 avril 1932
Steamer "Margarel L}kcs ynl 132
Meauurji Velma Lykes b' mai 19;J2
Bureau : Rue du Magasin de l'Etat, Bo.te Postale B
s-s l
(LIGNE COLOMBIENNE)
Tlphone N 2323
Le vapeur Baracoa a Voy.
100 de retour des ports du
Sud sera ici le 14 courant, en
ou'p ponr Cnu-l laltien et N. -
Yok avec le!l.desp sige'S
et la m die.
General Accident Pire & Lifo
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )
car t. GENERAL J est une des plus puissantes et des pi as vastes organisant*
ie ce genre Usalail.n. se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse h
madsCes Polices contra incandie couvrent aussi les dgts occasionns par la toN
Ses Polices pour Automobiles couvrent vols, incendie, malveillance, dommage
aant autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses Polices Maritimes mises par ses branches d'Europe sont payables en Ha*.
Ses Polices contra accidants sont valables dans 1 univers entier. Tous les von-
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
<
SO'T* GWITS
Aent Gnral noor HeMk.
*> >r-an-Pnnce; lrt. ftJLG
JE*N 'U-AVCHTTlAr*m'
AVIS AU COMMERCE
La Panama Hailroad Steamship Line a l'avantage d'an
r.oneer les dparts suivants de New York pour port au-pnnee
Hati, directement chaque mardi. Tous les steamers sont
pourvusde chambre tripori'iaue
Uwrls Jchew\ork. Arrivages Port au-rrinct.
Steamer Cristobali le 39 mars 1932 le 3 avril 193*
Steamer iBuenaventura le 5 3vril le U avril lyoi
Panama Railroad Steampship Line
JasH.C.VAN REED
agent Gural
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigne
Hiiunies Irai Hsluei
Accidents
3 Avnl IfeSi
Andr Csatave, 8 ans, lias
Pau de Choie. Blessera trsu-
chante du cair che>'''u.
Rig:uiu Renaurfo, 25 na.Pei
de Chose. Blessure tranchant
ds l'index gauche.
Raoul Mondsir, 10 uns, rut
St-Houoi. Blessure toi use du
Iront.
Clara Jn-Baptiste, 22 ans, Mar
ch S'iiomou. Bleasu a contnae
de l'avant-bras g tu. h
Eric Jastram, ;> rue
Rvolu'un. Blessuu contussdv
scrotum.
philisna Mnlaa, 0 ms, ru
Oeflrard. Lgie c< i lusion d<
la rgion orbito-malaire droiu
Lazarre Toussain 32 au- j
Turgeau. Forte contusion do
l'paule gauche et de la rgion
secro-coecipienne bh isure con ;
Use du cuir chevelu. ^ I
Pierre-Paul Hernur.lin, 13
ana me Mnntalais. Erosion <
mchoire intrieure via la r"
gion temporale g. ache.
Jean Aodraii 8 Foi
St-Clair. Erosion au dos lu p.e l
droit.
Koaina Jean, 33 an I orl S<
Chir. Contuaioo de i npii
intrieure gauche.
Simon (rebange,
Peu de Chose. Blesi
del langue.
Cilien Glin, 15 a
Centre. Lgre con
cuisse droite.
raelia PtrOt, i
fier St-Antome. BU
tuse du cuir chev
paritale droite, du <
l'oreille droite. Irj.
p>;et gauche, roaiofl i. lai
interne 1 $ inisrieui
gauche (hos tila n
iunn Justin, 20
Jostph Janv e i
attention
poun RIRE :b SOCIETE ,
nj.i le Hirwilliui lbum di i
' F.rcei. IO pi "Ji. Pf^titHai- I
M mlmM CbaMOH. ' I
I i..-. li Mrt initr. IcpriRdrt mm
xtCfflR?* mir EnOytJ 2 hiaaUmbrMj'
faTvi > p*"in. lot. n. dm)
'Wfc^aC. PoiltSONNIKW 4>NIH a"
A vis
Il est poiic n in conntiinttnee
du public qu il sera tenu /#.s
1er cl 2 mai prochains um
exposition industrielle au lomi
Ju Service National de VEn
scignement Professionnel
Les intresss qui voudraient
avoir les \alions relaii
res celle exposition sent pris
'/e s'adresser la Direction
i :, nrale eu Service tous les
jours ouvrables 'ie 8 lues a. m.
I h. //'.' p. nu, el l samedi
de s' h. a. m. / a Direction

PROGRS NOUVEAU
RHUM KOL\hAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL MUT TOUTE CONCURrtENCE
Clairin Vierge
( h( z N. NAZON
DPOT:ANCLE BES RUES RM PEKPLE ET FEROU PHOKE:
A le plaisir d'annoncer sa nombreuse ClienU que ii
vente de ses CHA EAUX s^ tait, depuis le 4 janvier, o
N; 2027. GRAND'ftUF
en face de >on aucii n local
Les Clients? trouveront le mne accueil.
BON MARCH. CLRIT, GOURfOISIE.
Martinez, Marcelin & G
ky
mur gauche (ho>piti

Ataurez-voo
0 lu ie". tu* o-
4.44U nkkuuui oi bon L
m> tii.
1 i F Hei 'i i |
* -
^gert Qrneiai .
. Ul.
\\^
DS
l'Huile de Foie de Morue
Agrable au gol ef ftctturiitl
digetttble elle esi I* compltn
rparateur Je fa Nutrition pt
excellent:
Laboratoires REGAGNON A Cie
Pkarm.ci.aa
i Gnral pour rExporiatten :
Ch. MAGNANT
Dbvioud
PARIS-ttf
Laboratoire SJOURN
DlRKCTVBS
F Si .u inM;. Phai macien
H SuoinNK Ph*rnacien de l'Universit de Paris
,J, Si'joubk, Pha nacieade l'universit de Paris,aeciei
inl i ('c Hpitaui ^r- Pari^
4 -!\ ea du t': ii es, ' ai r |tr q i du " ( W -
. agm, a'sa'a S'A tn lard, th en
I) sepaeats. Des Ssatirai eaalea.
BIRE NATIONALE
de la Rrassrie N, 'i. n, '<
nd i lou! OrO ,K
o are sa qualit
.s-'P
Loterie Nationale d'Hati
41 , lcue Bonne.Fol, Phone : 3358
La Loterie Nationale il 1 Iti est
une inslitalian hautement humaniiaire par la nu > Iti pliait
d'oeuvres qB'alle se propose d'aidr r. une ch; ne de aiia
lre ofTerle anx honums di toutes ronditu < lo'BiS
Employs Fonctionnaires, Ouvrieis. Artisans, Salaris es
tous ordres^ Gens de maison ( domestiques, ) sans p'*r
leur budget moyennant deux goudrs, peuveni gagner liai
aille gourdes. Patrons de Coinmene.Chets d'Ii.dustie pr#
aux iusutflsances des ventes, par l'achat d'un billet, qui**
li re du souci des chances*
Mdecin Avocats Ingnieurs, SAn item s. Dput*, Gra'l
Dignitaire r I E' ''e s< nta |s di I c ua-'ite, *
nalislea
Dunuia I exemple us votre e id^rhe au ae.
Rentiers, capitalistes, comme eu j u^nt, augmejtez ^w
avoir.
Vous tons qui ha fa'tel Raiti. rr rd'Z.|ni service ra 'he
salle billet de la LlHEUIE NATIONALE DHAI'N.
I
Idal HliiiiiF
ALIX ROY
30 annes de succs.
r'


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM