<%BANNER%>







PAGE 1

Ai h PAtt.2 ML fcl 1** Chambre des Dput ai SEANCE DU 6 AVRIL A l'ouverture de la sance Mr le Prsident entame le premier point de l'ordre du I jour: lecture de la correepon daoceou il n'y aucune pt digne d'tre note. Le deuxime point .ppelle ( s-nction des proics-veibauv, celai de le sance du -i Avril est lu et s-m | inn, %  prs une m idiflca ion propose par le dput Leguerre. Le troisime point to.icerne les rapporta des Comits e< Commissions. En attendant, le. Prfidenl donne h dure de la formation deaComi a suivants: INTRIIU i-i Jisnci. D r Jh. Loubenu, .1B. Ufgli Itune, Altred J W haro, J. M. Brdy, Bdg. Pi< rre-Louia, II. Montas, Louis Gill< . FINANCES N. Vincent, SebealU n Adam. Looold Thomas, Lon Dvo Justin Anlade, Allen Nelson, li. Jean-Louis. TRAVAUX PUBUM H COMMERCI Jean Bllsaire, I Ligond F Lai iieirc, Casai mi Jean, El. Ga cia, P. Brizard, A. Beauvoir, KlLATIONS ElThlEI RU M Cu; DEstim, L. U roy, Eug" Tassv. Y. Chtelain, R. Denitard, No C. Fonrcand, Stphen Laguerre. AORK uLTDBIi iNSTRl CTION PUBLIQUE EI THAVSIL Mresse Woolley, 1'Piou, Etenne M r ille, L rraii Dehoui, L Apollon, Clment Leipioaese, Or W. Telsou, S. C. Zamor. Le dput Justin Angladi lit le rapport de la Commiasiou charge d'examiner li es du dput Etienne Mo taille, et la protestation du Dr Pluvise. Il conclut A la validation des pouvoirs du dput Moraille et demande 1 Assemble de passer outn sur la protestation du D' Pluvise qui ne repose sur aucun fondement srieux. Les conclusions du rapport HUM: aux voix sont adoptes l'unanimit par l'Assemble et u dput Moraille, en consquence le ce vote, est inviu S prter le serment constitutionnel. Le qui est excute. Le quatrime point de l'or dre du joui : discussion d intrt gnral. Aucun memb e de la Chambra n'ayant solli cit la parole sur ce point, Mi le Prsident proclame Tordu du jour de la i rochaine sance, et celle-ci est lever. L DE LU $. S. H. El JAMACAINE l'ae lettre de fcCrtmlli I r A. dr CifTallkr Mr Emmanuel r:thart,| rsident du Tribunal de Cassition. estimant illgal le remplacement du juge k>upoot D v, eoiivcijiiail, avant bier matin,tous les |ugre du haut tribunal, aux tins de dlibrer sur la question. 11 parait qu'une propesitiou tendant refuser d'ins(aller Mr T. Lalean, noasmej a la place de Mr Day.n'a pat agre par les juges prsents. On aurait lait valoi; que le Tribunal de Cassation ne peut se prononcer que ians le cas O 1 intresse aurait introduit, devant lui, nue action en inconstitutio'iualit de la mesure qui Tatleiut. Cette opinion os serait pa partagea par le prsider Eibart qui serait ainsi en dsaccord avec ses collgues. Dans la journe d'hier, le bruit se rpandaitqu'eo suite le ce dssaccord, Mr Ethart ait dmissionnaire. PUBLICATIONS REUES — Le Bulletin mensuel bli par te bureau du Couseiller Financier-ReceveurI Gnral,mois de lvrier 1932 Bulletin de l'associai un les anciennes t es de s e Rose de Lima avec un copieux sommaire. —Minrales,Piedras y Pelrir flcaciones, revue technique iditee n Santo-Domingo et >rgane officiel de TAssocialion du mme nom. M kargen dtl mensagepre* dencial C'est une brochure tu sont runis les articles editoriaUX du journal La Ipinionacommentant le mesia ge, qu'en date du 27 lvrier lernier, le Cal Trujillo, prsilent de la Rpublique Dominicaine, a adress l'As.emble Nationale. L'ne partie le ce message traite de la [uestioo destronticres hatia,io. dominicaines. Kingston, 26 mars 1932. Cher M. Chevallier, Au nom de l'quipe de football Jamacaine, je NOUS remercie comme Prsident de l*U. S. S. 11. ainai que les membres qui vous ont aide j %  nous tan u la rception la j plus graudiose. Je vous re l mercie spcialement pour le protocole si bien arrt de vos rceptions et de vos dis tinction i. Ce qui a prouv votre remarquable talent d'or ganisatcur. Noire association a consenti envoyai une quipe en llaiili parce qu'elle savait que l'organisation de la i tourne vous tait confie cl les membres de notre quipe parlent de vous et de vos ultentions pour eux en des termes logieux qui vous l'ont honneur. Je vous envoie un \'o. du tileaner de relie : le ... c une interview que ai donne a mon retour. Au nus le celle interview, j'ai merei ions ceux-l qui ont organtt des rceptions en nore honneur au Parc Leon le,, au 'Tennis Club, au Club des j leuns Dites, tu Club-Union,; au Club de Mariani, au Cer Port iu-1'r n ien et chez) i )us les min r et fami.les i ,,,: l ez ai m ibl< > pour nous re( evoir. i. i LI< il nlhousia te qui no is i et t'iil par 1 -u.es les cla .ses u. la population de Port-att-Prini et da Cap n us touche infiniment. Ces journaux ont des pli s sympathiques U CiPMiWE LECTRIQUE o — L. em| I -y s suivants ont et remercies a la Compagnie ,i tclairage Electrique: Philippe hur-oux.les deux treres Guriu, Andr Maignan, Gunier et . Augustin. Nous ne connaissons pas encore les raisons de cette mesure extrme. Nous reDselgnerooa. hmesfcBbs Arrts, sans'arofjuer Cl Appliqu ext^A ricurcment, Vicki "VV soulage sani d1 ranger l'estomac. V iCKS VAPORUB OcurTbut Refroidissement Le Sel • ET LA CHOS — Le journal L'Abeille >. de Jaemel, a reparu sous la direction de M.CF. Arthur Brun.fils du tondaient de eei organe de publicit, le regrett L. A. Brun Meilleurs veeux de succ— Aprs avoir salue ses confrres, el/Abelll "ajoute : lu g audquotidie i Le.Tempa von demand si c'tait l une thse ollicielle, tant donn les attaches gouvernemeuta les de notre contrre. Il uous a rpondu sans rpondre noire question. Et usant d'un procd nouveau— qu'explique peut-tre sa jeunesse dans le mtier—il interpelle "les rdacteurs du "Matin" que tout candidement il suppose s'intresser sa ''situation". Le dlicieux couTare | Vous n'ies pas "officieux"? Mi bien ni mal. Vous soute nez "ouvertement la politique du gouvernement' ? Vous I na riez pas voulu et peuttre n'auriez v n. fcwnH MlMtfl Rglementation PAS Ht MONOPOLE Ces temps derniers on a beaucoup crit .sur I organifatktn du travail. Un des prerniera pas i taire ce sera,avons-noas dit, par ailleurs, la rglementation du mardi hatien des denres alimentaires. Nous avons parl^ du danger *orial de l'exode discontinue des ruraux vers Tunique Capitale et de l'imprieuse ob igatio d'arrter cette dang' reuse immigration don" les eflets ne seront pas seulement Tabandon de la terre. L'Arr Communal concernant le sel et qui a tait couler un peu d'encre est une excel. lente mesure, mais il faut, pour rglementer 1^ march de ce produit, une loi tudie ex vote par hs Cliambre.Ceiir ioi u'acc-ordant le-monopole peisonne rendra service tous, car elle permettra : 1 la surveillance de la production, 2 la protection etlicace des producteurs, 3 e de nouveaux revenus aa Gouvenitinen qui en a tant besoin, 4= la possibilit ceux qui I peuvent de londer des Usi ns. Le sel des Iles turqm s n'entrera plus. Un entrept devra tre construit par le Gouverne ment pour le con'rle de fa produi non. Ce sera, l, une nouvelle administration pour laquelle il laedra un personnel. Le placement du sel produit sera immdiat, car l'article sera e>> constante demande pour les stocks permettant de parer anx ventualits qui lont, certaines poques, augmenter les prix. Nous avons soulign que nul n'aura le monopole ni du sel brut ni de l'article manulactur. Port-au-Prince pourra avoir plusieurs naines et chacune des grandes villes pourra aussi industrialiser ce condiment. C'< st l le meilleur profil social que reprsente cette lgislation. Yovez un peu : La premire usine est, comme on le sait, londe par TintaLa Plume qui crit Facilement Chaque Plume dr>i passe i pa onzni I , ici> et d'lupi. %  l< siylo. e maximum d dam la mani'faclure BMUK lac-Mit dVcriir. En yentt dont Im HtU i i asint. Tarker TJuofola Moi il A LAUHIN Dunmrmas f, o. Box MPeaT-A-PKtN€i. iT. ATOL'CISSANT, DOUX. TENDRE, TOUr I Ot n EMBELLIR I APFAU. LA MOUSSE AN'lISEPiQT'lD LlrEUUOY DTRUIT LIS GERMES. LIFEBUOY i>. N.aVU^ O*"-1 SANI I; PUIS MAINS, FIGURI-S ET BAINS VOHH LAUBP, P O. BOX .M.. • b. eurs \\ %  Roui et no C Mie. Port a -Pn • %  .• Gin-Jaldy CE SOIR Havenqa L'Enfant-Roi %  |1|TP > Entre t O.iO; Balcon : W DEMAIN SOIR l, 8 ,pllili'm tir h : IK T^n^n tl> -"H.n-.lt Chtelaine du Liban Avec I grande irtiftte Ariette Marehal et 'e sympi'hiqai Ivnn Petrowirh, Entre : 1,00 ; Balcon : 5,00. %  t igab'e lulttor Asrerrio. Le I personnel du dbut se compose de 5t hommos et femmes. De cinomt're. fi n'ont pas d'en! nls, mais ' s 48 autres ont entre eux 153 entants. Aucun de ces 54 ouvriers ne travaillf.it av*M l'appel d'Aacane'o et lundi malin DIUS de trois cens personnes Voflru t '. Pensez donc an bonheur i ce monde qui, non M nlemen' trouve travridler mais \ reoit, part la pave hebdomadaire, un substantiel repas midi I Mr Ascencio nous dit que bien d lui sera possible dtdonne do travail n un olus grand nombre de gers. Plusieurs usines donneraient de b besogne les centaines d hommes ef de femmes qui crevant de t.im. Devant de tels rtsultaM faut ue pas tre Hatien ou ne rien comprendre la situation hatienne pour se porter conlie la rglementation du roareBi des denres alimentaires. Il J tre surtout arrir el tre atteint de negroiditc "igupotf vouloir conserver l'aspect barbare que donnent nos vil ce milliers de rolpotl'urs q do soir au matin, crient par nos rues les articles de |-reni ncessit. .8civ;lisaiio.jveMJ rglementation du nv rch-Uiw rglementation donnera tu u vail tous et par voie rie es squence, rendra poss'b.eMU lulion d'au'res problmei. Toutes les Polices OE LA %  I 4 t %  4 I 4 (comprennent la Protection contrela % Foudre sans augmentation de taux Ktiff.Le ROSSPM Aqents Gnraux ^giaTMttil'lMaaiif^gvaiiB-BjagWaaii 3 I



PAGE 1

• L 3 x-v_* %  liltuiii Barbaueojr la rtnomraee! universelle if enai re plaee D#lUand DO! t'~>Ut |UN BARBAXCOURT Dpt : Hue Csar. • Cin-Varils CE SOIR Une occasion qae nul ne devra rler; le cliel-d'cautre •' CHARLlli CHAPLIN : Les Lumires de la Ville I daa prix qui le mettent ja portt de lout^le'monde. 1.00 ; 2.C0 J.A MEILLEURE FARINE A PRIX POPULAIRE Faite de bl dur d'hiver elle donne un rendement patant en la travaillant seule. -a^f MM* ISAS BLACK* EI.L MILLINO & r. 11 \ \ r oR ( o. Kaosus City. Mo. l'unanimit des prMQtl et igne. Li dsr'is-ion des fatuls. fkre la pro ; runion dos loud.Ueurs, eni lieu samedi dans l'aprsmidi. Etaient prsents, dans Tordre des signntmes: M:idnme C. Troye, MM J imcs Me Gui| fie, Llio Louissaint. Grvy ; Jean, E. Sepe, W. C.de Wendt, I F, G. Dnpiessy. M. Montc Danarhe, F. Heyne, J. Dorsinvil, I\ Crepsac, William lirtley. rt. Brouard, Augusta Magloire, L. C. Lhrissou, I ouis Roy, Clment PothH, Flix Soray.. La£ ^Dclaration, que nous [ publions ci^dessous, finit par un appel qui, nous l'esprons, sera entendu parle plus grand nombre possible d'adhrents vu les buts levs de cette Association. f f LE FAIT EST INCONTESTABLE Demandez-la; partout, il y en a. BBZ-UAchetez-la avec confiance j Travaillez-la avec orgueil Avis UNE PROCLAMATION Utsl port Ai connaissante du public qu'il sera tenu lu 1er et 2 mai prochains une exposition industrielle au local du Service National de l'Enseignement Professionnel. Les intresss qui voudraient avoir des informations relati vet cette exposition stit P r ^s de s'adresser la Direction Cnrale du Service tous les jours ouvrables d$ 8 hres a. m. 1 h. 1/V p. m., et le samedi de i h. a. /;. imdi. La Direction Mr le Prsident Vincent ; adress,' au pays une proclamation qui est un appe' peur une souscription natio nale pour la restauration des monuments historique?. •''Jiaiti-journal publie c document qui porte la daie du avril. Avis. Le soussign^ l'avantage le porter a la connaissance du public en gnral que, dimanche prochain dix de ce mois, il ouvrira une* boucherie qui se tiendra en cette fille, rue Torgeea, clua Mr Salomon Talamas. Port-au-Prince, le 5 avril 1932. (S.) Lon Louis CHARLES Socit d'Action Sociale Nous informions tout rcemment nos lecteurs du projet de cratiou d'une Socit d'Action Sociale d l'initiative d'uu groupe d'iiommts remarquablesa plus d'uu liira ,.;ir leur culture, leurs pie, icupations et leur situation prolessionnelle. Une premire runion les a groups vendredi, 10 heures, au sige provisoire de la Socie e, 332 m rue des Csars. La Dclaration lui va nie, sorte de Charte de a Socit, a t lue, discute, approuve Dclaration LES SOUSSIONS, Considrant que la prosp l d'un Etat dpend du dveloppement de ses forces p iv< i s e' qu'il est illr.soired'attet ('re des seuls Pouvoirs publics 'a satisfaction de tocs les besoins sociaux ; JJConsidraot que cette proposition, .^'appliquant n Hati, sufft gnralement ri expliquer son manvafc tat social tans presque tous les domaines,— soit que, dans on gon vernement.le soin des intrts purement politiques, Vdonc passagers, l'emporte le plus souvent sur celui de ses intrts essentiels et permanents,— soit que, dans bien des cas, le soin de ces derniers ne soit pas du ressert, ou chappe la connaissance ou l'action des pouvoirs publics; Considrant, par conlre, qu'il existe des cas o l'action prive, seule, est insuffisante et o il importe cependant qu'elle soit assez organise pour provoquer une intervention bien entendue de l'Etat; DClOENT ^Ue mettre excution le voeu que, sur une communication de Monsieur Auguste Magloire, le Congrs de l'Education, organis par le OIIP'C Hatien de l'Alliance Ira ai se et qui lut tenu du 24 au 27 Octobre 1922, esprits comme suit : \ œu V>. '.). — Le Congrs tonne le vi qu uue Socit d'Action Sociale soit toude parmi D >>>S Elle aura pour but d'tudier les moyens d'amliorer notr tal social en sumulai,t l'ini tiative prive et en laisanl l'Etat des saggestions utile-, C'est la quint meilleures aricls de cannes d'un vaste territoire | runissant les meilleurs ferroirs, C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ' Bile crera un organe de pro Bgande l'usa ne de tous : Etat, familles, maison* d'dulion ; et de crer ainsi.soi s dnomination de S ii d Action Soi ialc , une Asscatio' avant pour objet : 1 De mettre l'tude les moyens les plus propres nom ;i ralisation de progrs sur: laus l'agriculture, l'industrii et ie commerce du pay qui constituent ses forces vives: 2 De provoquer, dans cet domaines, cornue dans ton mtres: Sciences, arts, ti t • 1res, ducation, bientaisai activits patiiotiques, — la iratiou de tous groupements uiiii .1 G dj ; que !i I ( n %  IIIS ; ; j tivoiis pul dn •1 I pai i pagai de et di tu in in • ni i sur di rai .i 5" 1 I . ce, poni tivits, un sigi i i publicit pour la .fies de solide il e st de nroI ', en dehors les grou* s ilis* JISSIGNI < en outre, comme londa mentale la : 'jete, que lu *et la irligiou doister absolument tianactivits et que la d'Action Sociale t'H.s, hatiens et le plus entier nplissement le ses buts. i l ort au-Princa, le 1" : ) Paris ... saitcomment conserver ce teint d'colire *** :nes on Bconfrn iitex £ I,,' %  'i t I . im.ir,.', i nies de ' %  se %  mlire. I t met j i %  • i. %  ; ; M .'huile :.ile es/ l et calmamlt." l KVB DAWNOV, PARU Insurance Co il Une des: plus forte^COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE,, sur la V *, mx rn*ttl


PAGE 1

+' / Jeudi / Avril 1; LC Malin 4 PAGES 26meAfcME K' 7040 port u-I rince Tlphona :521 % %  %  r %  HRV-' ac wjry .are • jmmm Htaiiai Stral Ualiea Accidents du Voulez-vous 31 \i i 193 Marcel Blanc, 6 an, n *j li .1 m ier. Bili re : p d >•* la lace et de l'avnnt I dro '. A i istilc Arno'r*, 15 ans, ri de Fterop %  %  D B )i • '• du cuir ( lu veo. R lenri I dm i 26 '* AL. \ de I Egalit. v d ter Al< sar.dre Tln y, |(1 Place S I <> •. I i i re C ''il de II jan be di i if< • O :'H tie ("c nluston do Ion 11 hemalon e e la Cl a (isl ans, rue n Iranj " rt '"" noaeDiaotr.grc. u la m m, i •" mthi de d enseigneI-! eut, rue n 11 i cl;^ si e excellente? —-o -li i s;-ir r'ai s vos ludes < u i Lronlia Anilh, I St-JOH | Il lit l I %  ( I t 1*1 Iront. n du poigi d I chien 11 p i en, il M • %  Erosion bu i roi'. 26 n s Fai • r Cl ti Malhu n l Ir rue S' '()( ; !> i ; S n i d,i lalon gai < i i |)t m : i llll S -.' .' i I t ( i i 1 i sure coo lu se de I < j a d Bas Pi U olhe, V ii i bose. BlessiiK CE QUI N'A JAMAIS T£ FAIT CE QUI NE PEDTITFI Kola Champagne F. SJOURN Prtare ses SI l Prparati< n et V< l) mois d'tudes srieuses (Si, n-1) l • nI!CS^ iv.-nt Comp ; bilin ) %  ., S> I ny clic Ni StiiOl TIPPE\1 1 VUER se recommande i s'imi ose voire attention p u ( s l rillools rsultats dl ob'erus. 1537R ui I i n ; :u. ..! phom 289t. BOD'I si di la 11.'. ion lemporon i ah. / i i I %  ( i r 11 j aie, 29 ars, N i i i c y. ii i ( onfusion i'e ji ; < i < > '< n tt de la pai i M|I it i K ; ( Is ( i use gaud e. ASSUREZV f Ot la General Accident Pire : Lil Assurance Corporation LUI de Pertli ( Scotland > Car la cfiNEflAL a est une des plis puissantes et des pi us vastes organisais de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qni embrassa le mo ide tes Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la loudn Ses Polices pour Aufomobiks couvrent vols, incendie, ruilveillpnce, dominais caus autrui dans sa personne ou dans ses biens. SesPolices Maritimes mises par ses branches d'Eurepe sont payables en Hafli. Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les vovapurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accident! d'au moins 4000 dollars, la ( rime ^annuelle u'taui que de 1/2 / 0 soil 20 doua., s l. C. Veuve F. BRMINGHAM, AuxCaves OlS OF.NT* Agent Gnral nourWaftr. >rl an-Prince; 10. filLO .IEAN WaLANCH^T J*r*m? ^. %  •••; -t*vismm J t AVIS AU COMMERCE La P Hailroad Sleamship Line a l'avantage d'an lorce l dparts suivants de New Yoi k pour tort au-arinee loiti, directement chaque mardi. Tous les steamers sont urvus le chambre triaori'iaue U i de Manufacture Hatienne Chapeaux L'Indigne Dparts de hem ior/c. Arrivages Port au-rtince. I ;team r Crlstobili le J9 ira 1932 te 3 avril 1932] teamer ilueii;ivcuuirj: le 5 avril le 11 avril 19.32 Panama Kailroad Sleampship Une JasHCVANREED Agent Gural attention Lykes Brothers SS C lue Taxas Haitt Santo Uoruir Ico Porto Le seul servici passagers el (rit entie les poi du Te en! avec! Prt-au-Pi inec, Pour I i u( pi II vu if*ai t.t: < ns, ser\i/ nr Yl-1 UNE. Les prech il SU ami i a l • Steamei ''G< Steamer "Ri h Lyki SteanM i "Mi el SU : n i r l Vi In I I i : avril 1932 wil 1932 1932 PROGRS NOUVEAU RHUM fsOh\LAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DLFIANT TOUTE CONCURriENCE Clairin Vierge (hez N. NAZON %  1 • S n V [ ,/%y. ^; i fi'.c'1 %  %  : %  i S*''-". %  ;; .-f" %  W\j&? > JSp^Tj^' A le plaisir d'annoncer sa nombreuse (lit ; : qi c la vente de ses CHA'-'LAI X siwil. dfuui* l 4 janvier. tB _.„ N2027. GRAND'RUF • i tactde von an u lo a Les Ciienhrytrn frent imne".' ••cuil. IBOIIARCH. CLRIT, COIIRIOISIE. Martinez, Marcelin & C' turear: i ssin d< I Et i, B P< stah I 1 DEPOT ANGLE BES RUES IH PEUPLE ET FERU PRONE: ttM Avi: s LA (OMPAaMl I K. N a B A i i TAAMSATLANTIQUI i l'h< onei i d'informe r le r partir lu Ici . l F. > Altieri remplac [ Rob liu comme Agent (ni i il ;• I. rt su Prince di Coi ^nie Gnral Un bnrrau estci verl e:*el iue du Quai la Douanr • u • i • li heureux el v rec< vo tle e't o nous nous i f< i ro s de la satisfi \>c. Port au .Prii i %  • I 1er av ril 1932. Boite postale — A. 174 Tlphone— 3220 Adresse tlgra| — Altieri Port'i u Prince. | ce COLOii S-S C" INC (LIGNE COLOMBIENNE ) %  2329 ; Laboratoire SJOURN oa a I .'. de N w York 1 1 des sa ii ira u i, m route Du ECTUM F SJI I I M Pharmai ii n H. S#J( IHNI, Phtrmacien le l'Universit de Paris M. Si .MU i Mt:, Pharmacien de l'universit de Paiis.ancien interne des Hpitaux de Paris naiyFea da Urines,du sic gatriqua, du sang ( Was| n | c: p #r i 8 neirrane, Ure, Constante d'Ambaid, Glycmie). Descraeh'ila. Des matires fcale. rei la d Is dans nos bur< lit es. -"•" %  l — O H J umn 'fca.-.. Loterie Nationale d'Hati •HiRBO: : ;KA LiNIE Assure/.-vi.us contre ai la General A • idi rat 1 e -L Life Assurance Corporation Liuii'ed.— Vv*-F. BarminRh8Bt| • o \\< 'i nPrinre t %  • i i ra • s i>. m. liai. Ir ni UJrCtl,— vr i uci il lux,! in : i\ Aient Gnral pgr H. | pou N T ew^Yor!.j iC VGI prenant d •• eri pour Ne* BIRE -NATIONALE de la Brasserie Nationale Se vend partout OrO ,10 le verre malgr sa qualit suprieure. i 410, Rua Bonne.*ol,\ Phone 3358 l-.ifMifN'atiooab Mi Iti i une insli'ulion lia; tenant humanitaire par la n.ullip'ii'H d'eauvres qu'elle ^r prpose d'aider, une rhence de bit! tre e.fTeile aux homn a de loutrs rrmdiin s de lo • %  •• Employs. F nctioi naires, Ouvriers. Artisans. Salarie! h tous ordres, Gens lli qu '1 libre du son i des h ban i Mdecins A o a s I. R ul • rs, '• n leurs, P \ %  ** Diguitairea d l Ht LPapricntacla dt l'inttl'teti i-, !•* Balistas. Donne* lexemplede vafre ro'Marit xociaie. Rentiers, sspi aliiles, eoname en i unt, aram? ntex valii avoir. 8 Vous tous qui h..b:i-a* rlaiti, rr ; r', 7 -!ui v-r'i < m •*• anl!c hllet d la LOTEHIE N NALE DHA1 • l#n! Illmni ALIX POY 30 annes de succs.



PAGE 1

Clment Magloire DIRECICl I 1358. HUE AMERICAINE 13S8 TELEPHONE; N 2242 t et d'intelligenc BOSSUET 2G mc ANNEE N* 7640 m~* T AI rfi'NC i JEi;i)I 7 YKIL 1 Le Service National d'Hygine sr l'Administration Communal e Un incidenl trs regrettable vient de se produire entre le Service National d'Hygine Publique et l'Administration Communale de Port-au-Prince qui menace d'aboutir, si ce o'esl dj fait, au reirait de l'action du Service d'Hygine sur l'Asile communal, lu moins en ce qui concerne l'administration directe de ce dernier. Voici les liiils tels que, ds que nous fumes touches par cette information, nous avons pu en avoir le rsum. \|'Administration Communale de Port-au-Prince verse chaque mois au Service National d'Hygine une somme de G. j.r>i)"i) pour l'administration de l'Asile c'ommunal, s'entendant de toutes les dpenses de l'tablissement. Le compte de ces dpenses se confondait jusqu'ici avec les comptes gnraux du Service d Hygine. Mais celui-ci, voulant dsormais le soumettre dlre< I 'ment an contiole de l'Administration Communale,envoya celte dernire, dans le courant du mois de Fvrier, copie des pices justificatives des dpenses effectues durant le premier (rimesIre de l'exercice actuel p >ur le fonctionnement de l'as a n in fermant c te a mini .irai > pour la bonne rgle, CHUS les originaux de ces pic < % %  —^'— ^ ii mi*^+* HOMMAGliSau MATIN H01RE CONFRERE LE MATIN Nous Bomoii s h ureux d'. verlir ions i 11.\ i|iii oui C"n lidr rm.ivie accomjdiepar le joun a| sine h i ieu p < r l'avauc ment le l'i I en d*nt ce dernier (|Ua(l de sicle qu • notre conlrre vi I "e parcourir le cycle malgr •es difficults de l'ambiance halienne. Ce n'est pas enc *ioo nour uous auj h i d'exprimer noi e epli ^e sur le rajeunissent ni t jour" d i Le MJIIM ci o Directeur qui savent conte n bl -n eul Mirn• 1 • c 1 P">„'C El e rore moins d ce <| I'II laui ". '''' pou • e ton l'ide iu'iiai 1 |onrli l dans le pays C'est le 1 r avril me notre v aleureix conlrre rentre dans sa 2t>me auae pour continuera marquer qu'il est emple despril suite ei rsv nce p i pins araud bien .c la m. Pori-au Prince, le 1er v ,'.ii Ch Directeur Ma U Mali Mon iher Lirecteur, Vingt six annes de ont lait de vol e valeureux orgaue un grand Q e A cette occasi m, |e lit vous renouv 1er tou %  sympathie, el vous prie cl cevoir mes souhaita vils pour d'autres BUC< plus en ,/.us crois laul Avec mes Iratc li liies. Hermann CH vNCY, Sou I %  : 1 %  %  ) 1 1 1 J" 1 t l'un' roch ni c ii 1 1 elop it que nous i ch joui \[ 1 nos s: ntinns I' n 1 senlime ds. 1 r, s I 1 bert LARA < 1. \ \ (_U m us Il port-auPriace,le Ur avril 1932. \\ Directeur, Appren ni i > r 1 ,-', s.-, mi|n l*hl I ''•' ''' anniveisi. de v 're 1res Ioteri ss 1 jonrnah U Matin, j.> n\, MUS i r I. "> yez mon ch toute la irmp d i i dvou. Ville d'txp lili Date, levl 1 Cl.: M ii-Prin > saireL'on M. FexTi • eux qui l'on p %  c I -, il tes. I I i El (; FRANCIS LE MATIN i %  tle el i ment, I ienl .eme, ne b eux i| v iiI sur la b •> i i, / i mbreui neni U s p \ ta, Ville, I Le Ma Mon ch r Ma lis sonl b les publ t i dans | r en p. inenl i et la e < uirS I dei ni 'i ins i .i ir cheni H que d'crira • %  h•• %  i i u lapo 'M* moderne : 1 vu du/. Se Chel d es, i i avait ora, mipoi |eux d tervii • • • III i ( u six %  11 ri. % % %  %  %  i rouva ce moir de poi t( r un I PU six mille mots, mais %  qu'un !, qui i que ccl.i manquai! ce >. en Ici.i pre idrefa ras' lira.it gnreuse i en>, de A sou en vitesse acheKt api pas, la glace lut Sonscriptfo i pour li tio i de nenti I i itiativte an I I de la ne. Ou iR3ii il v a la P u i li, • t qui rchme loul emmanl l'action du i ni. Pi I r i!-o l ption ? &f gna qui / • s a u • bi lt 11. I r i eut, et le Inl SI rvi u a oie pi b nie ir la ii coastanbal de •ti • dfl son 19 taient bien tire si is laits IR o'Miiiuuicatiours i on nt des la i • q*>i' t.ellecoa aitl laoci .Mais la • ne i ou!.. •• |a'< Ile serait t, I lie d'an nou! catfoD -.m Pri i nque. v>> :EPATAIIT. 4ti Jm (m •AISE IL BU M Ir M %  4 J. 15. i


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06973
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Thursday, April 07, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06973

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECICl i "
1358. HUE AMERICAINE 13S8
TELEPHONE; N 2242
t
et d'intelligenc
BOSSUET
2G mc ANNEE N* 7640
m~*
T ai rfi'NC i
JEi;i)I 7 YKIL 1
Le Service National d'Hygine
sr
l'Administration Communal
e

Un incidenl trs regrettable
vient de se produire entre le
Service National d'Hygine Pu-
blique et l'Administration Com-
munale de Port-au-Prince qui
menace d'aboutir, si ce o'esl
dj fait, au reirait de l'action
du Service d'Hygine sur l'Asile
communal, lu moins en ce qui
concerne l'administration direc-
te de ce dernier. Voici les liiils
tels que, ds que nous fumes
touches par cette information,
nous avons pu en avoir le r-
sum.
\|'Administration Communa-
le de Port-au-Prince verse cha-
que mois au Service National
d'Hygine une somme de G.
j.r>i)"i) pour l'administration de
l'Asile c'ommunal, s'entendant
de toutes les dpenses de l'ta-
blissement. Le compte de ces
dpenses se confondait jusqu'ici
avec les comptes gnraux du
Service d Hygine.
Mais celui-ci, voulant dsor-
mais le soumettre dlre< I 'ment
an contiole de l'Administration
Communale,envoya celte der-
nire, dans le courant du mois
de Fvrier, copie des pices
justificatives des dpenses effec-
tues durant le premier (rimes-
Ire de l'exercice actuel p >ur le
fonctionnement de l'as a n in
fermant c te a mini .irai > ,
pour la bonne rgle, chus les
originaux de ces pic vcni dans les an hiv -s du Mu
reau du C mseil financier.
Le Magistral Communal, en
rponse cel envoi, li; savoir
que, salissant de dpenses lai-
tes au moyen de ses tonds pro-
prs, l'Administration Commu-
nale dsirait tre en possessi m
elle-mme des pices originales.
Or, nus lecteurs le savent
bien, loulS les recel les publi-
ques, titre ordina re cri n ti-1
Ire extraordinaire, sont inscr !
les au crdit du Receveui G- \
lierai pi ur tre dpenses par
celui-ci selon leur destinnlion
et conformment aux prescrip-
tions de la loi de finances. Les
fonds affects au lonclionne-
menl de l'asile suivent celle r-
|de el sont verss, titre extra-
ordinaire, au compte du rece-
veur, sous la rubrique de Re-
cettes du Service u'Hygine .
I.e Receveur Gnral,procdant
| or chques qu'il lire au lui- el
mesure des besoins de l'asile,
il va de soi qu'il conserve en i
Ha possession les pices origi-l
sales qui justifient ces dpen-l
ses.
M. Frdric Duvigneaud ne
veut pas ainsi l'entendre : pices
originales il veut, pices ori
nales il faut lui donner, suis
considrer la suspicion aussi in-
juste que grave qu'implique une
telle insistance ; comme si d'ail-
leurs des copies dment certi-
fies n'avaient pas la mme va-
leur probante administrative
que les originales.
Les discussions pislolaircs
n'tendant outre mesure sur cet
objet el le Magistral Communal
amenant la prtention que son
action sur son asile, qui est sa
proprit, doit rester entire en
ce qui concerne la direction de
l'tablissement et jusqu' ses
fournisseurs ne condescen-
danl aux points de vue du Ser-
vice National d'Hygine qu'en
ce qui concerne le Service Tech-
nique, enfin le Dpartement
de l'intrieur, sollicit, de pari
et d'autre, de rsoudre comme
il_ convient,restant inerte et pas-
sif conformment au rgi me gou-
vernemental actuel le Se;vice
National d'Hygine a d dci-
der, pour viter le renouvelle-
ment de tels incidents, de re-
mettre entirement l'adminis-
tration de bAsde communal
la Commune afin de permettre
i celle-ci d'en assurer dsor-
nais le fonctionnement selon
ses vues. Tel est l'tal de la
q, leslion.
Mas n n ; nous demandons
si, autant dans l'inli rl de l'A-
sile communal lui-mme qu'en
vertu d. s dispositions de l'arti-
cle 2 de la Loi du 21 Fvrier
1929, la solution provoque par
la prtention de M. Duvigneaud
peul tre dfinitive. Vinci, en
\
Propos
I
humides
J^A un li
[ici d
r .
a \,
ur Tout


D
ita par s
m. vu un an
-i
i
I m
1
s
ConJ
c ronce
OUESIUI-Mi
L'An

1
-
i

e.lel, ce que d,i a -gard la
loi :
Le Ser ice Mali i lai d'Hy-
gine aura 11 surveillance el la
direction de tous les services
publics d'ngine, de saule, de
quarantaine, des hpilajjx el
(les services d'assistance publi-
que de la Rpublique, il aura.
au point de vue sa li a re, la
surveillance des tablissements
prives d'assisl ince ndn al . Il
prparera el prsen era au Se-
crtaire d'Etal de l'Intrieur,
pour tre soumis a,i Prsident
de la Rpublique,les rglements
ncessaires l'hygine publi-
que et a la p )li.e sainlaire. Il
veillera la stKcle excution
des lois, rglements el arrts
concernant le service d'hygine
publique.
On nous objectera peut-tre
que celle foi n'est pas applica-
ble s.mis un gouverne ae.it na-
tionaliste qui vient d'avoir la
gloire d'hallianiser les services
publics .'...

Nous avons t
la visite de M. I
Cai v.q.il, le pi
Ire de la Re i ibl
c une a l'or!
a bien vu
m distingue vl.
ni er seci etai i
lion, venir personnel m
nous pur: leljci
et ses vu s, a l'oi
l'ami vers are m la n .
* Egalerai it, 1 II i Ch rge d'itl .
jesle Ibn.inniqi ve tu
nous expi imei s
mirai.0,1 peui (L
et nous prsent 1 ses \ oe
d heureux annh e.
Nous somme,
ce [hauts'.ma
pull&lc de !.. j..,1 i ut
distinguer uipl mates.
eu garderons te meiileui
le plus vil souvenir.

M cl il il


- e pie notre p
1
-
le
1 il, 10 :
1
lier m.. .
I
lil
u!er la
.
e
ij 1

.
.
Notre vingt sixime Anniversaire
mm 1 iiwm^^-.><^'^ii mi*^+**
HOMMAGliSau MATIN
H01RE CONFRERE LE MATIN
Nous Bomoii s h ureux d'.
verlir ions i 11.\ i|iii oui C"n
lidr rm.ivie accomjdiepar
le joun a| sine h i ieu p < r
l'avauc ment le l'i I en -
d*nt ce dernier (|Ua(l de si-
cle qu notre conlrre vi I
"e parcourir le cycle malgr
es difficults de l'ambiance
halienne.
Ce n'est pas enc
*ioo nour uous auj h i
d'exprimer noi e epli
^e sur le rajeunissent ni t
jour" d i Le Mjiim ci o
Directeur qui savent conte
nbl -n eul Mirn- 1 c 1
P">'C El e rore moins d
ce <| i'iI laui ".
'''' pou
'e ton l'ide iu'iiai 1 |onr-
lil dans le pays
C'est le 1 r avril me notre
valeureix conlrre rentre
dans sa 2t>me auae pour
continuera marquer qu'il est
emple despril suite ei
rsv nce p i pins
araud bien .c la m.
Pori-au Prince, le 1er
v
,'.ii Ch
Directeur
Ma
U Mali
Mon iher Lirecteur,
Vingt six annes de
ont lait de vol e valeureux
orgaue un grand Q e
A cette occasi m, |e lit
vous renouv 1er tou
sympathie, el vous prie cl
cevoir mes souhaita
vils pour d'autres BUC<
plus en ,/.us crois laul
Avec mes Iratc li
liies.
Hermann CH vNCY,
Sou I

:
1
' )
.
1 1
1
J"
1 t
l'un-
' roch .
ni
-
c
ii 1 1 elop
it que nous i
ch joui
\[
1 nos s:
ntinns I' n 1
senlime ds.
1 r, s I1
bert LARA
< 1. \ \
(_U m us Il
port-auPriace,le Ur avril
1932.
\\ Directeur,
Appren ni i > r 1
,-', s.-, mi|n l*hl I ''' '''
anniveisi. de v 're 1res
Ioteri ss 1 jonrnah U Matin,
j.> n\, mus i r I. "> '
plus vils, r-s p s inc*
b m -
/' heur.
Philippe CW'I'X /E
Secrtaire de Alliance U*un
jaise.
i.
Port-au-Prince, le 1 r
932.
Mou chef Ma g
J'apprends par Le M
Je ce jour que v.m .
ie vingt-cinquime an
saire de sa fondation el ji
suis heureux 1
innombrables mar i
sympathie dont vour ave:
j l'objet mes s i c
tioos persoun 11
1 11 me sera il b eu
/ d'ajouter quoi q
; apprciations Qittense
lourmillent les irticl s i
m i u e n t s c i
aussi me conteuterai-je de;
vous Soubaiier : longue
c. >yez mon ch
toute la irmp d i i
dvou.
Ville d'txp lili
Date, le- vl 1
Cl.: M
ii-Prin
>
saire-
L'on
M. FexTi
eux qui l'on p

c
I -,
! il
tes.
I
I i

El
(;
FRANCIS
LE MATIN

i

tle el i
ment, I ienl
.eme, ne b
eux i|
v ii-
I
sur la b
> i i,
/
i
mbreui
,
neni U s p \ ta,
Ville,
I Le Ma
Mon ch r Ma
lis sonl b
les publ t i dans |
r en
p.
inenl i et la

e
< ui-
rS
I dei
ni 'i ins
i .i ir
cheni
H que d'crira
h-
i i u lapo 'M* moderne !
:
1 vu du/. Se Chel d
es, i i avait ora, mi-
poi |eux d
tervii
III i ( u six . 11 ri.
" i rouva ce mo-
ir de poi t( r un
I pu six mille mots, mais
qu'un !, qui i que cc-
l.i manquai! ce >.
* en Ici.i pre idrefa ras-
' lira.it
, gnreuse i en>, de
A sou
en vitesse ache-
Kt api
pas, la glace lut
Sonscriptfo i
pour li
tio i de nenti
I i itiativte
an I I de la
ne. Ou iR3ii il v a
la P u i li-
, t qui rchme loul
emmanl l'action du
i ni. Pi I r i!-o l
ption ?
? gna qui
/ s a u
bi lt 11. I r
i eut, et le
Inl SI rvi
u a oie pi b nie
ir la ii coastan-
bal de
ti dfl son
19 taient bien
tire si is laits ir
o'Miiiuuicati-
ours
i
on
nt
des
la i q*>i-
- t.ellecoa aitl
. laoci .Mais la
ne i ou!.. |a'< Ile serait
t, I lie
d'an nou! catfo-
D
-.m Pri
i
nque.

v>>
:epataiit.
4ti Jm (m
AISE
IL BU M
Ir M




4
J. 15.
i


Ai
h
PAtt.2
ML fcl
1**
Chambre
des Dput
ai
SEANCE DU 6 AVRIL
A l'ouverture de la sance
Mr le Prsident entame le
premier point de l'ordre du I
jour: lecture de la correepon
daoceou il n'y aucune pt
digne d'tre note.
Le deuxime point .- ppelle
( s-nction des proics-vei-
bauv, celai de le sance du -i
Avril est lu et s-m | inn,
prs une m idiflca ion propo-
se par le dput Leguerre.
Le troisime point to.icerne
les rapporta des Comits e<
Commissions. En attendant,
le. Prfidenl donne h dure de
la formation deaComi a sui-
vants:
Intriiu i-i Jisnci.
Dr Jh. Loubenu, .1- B. Ufgli
Itune, Altred J W haro, J.
M. Brdy, Bdg. Pi< rre-Louia,
II. Montas, Louis Gill< .
Finances
N. Vincent, SebealU n Adam.
Looold Thomas, Lon Dvo
Justin Anlade, Allen Nelson,
li. Jean-Louis.
Travaux PUBUM H
COMMERCI
Jean Bllsaire, I Ligond
F Lai iieirc, Casai mi Jean,
El. Ga cia, P. Brizard, A.
Beauvoir,
KlLATIONS ElThlEI RU
m Cu;
D- Estim, L. U roy, Eug"
Tassv. Y. Chtelain, R. Deni-
tard, No C. Fonrcand, St-
phen Laguerre.
AORK uLTDBIi iNSTRl CTION
Publique ei Thavsil
Mresse Woolley, 1'- Piou,
Etenne M r ille, L rraii
Dehoui, L Apollon, Clment
Leipioaese, Or W. Telsou, S.
C. Zamor.
Le dput Justin Angladi
lit le rapport de la Commia-
siou charge d'examiner li
es du dput Etienne Mo
taille, et la protestation du
Dr Pluvise. Il conclut A la
validation des pouvoirs du
dput Moraille et demande
1 Assemble de passer outn
sur la protestation du D' Plu-
vise qui ne repose sur au-
cun fondement srieux. Les
conclusions du rapport hum:
aux voix sont adoptes l'una-
nimit par l'Assemble et u
dput Moraille, en cons-
quence le ce vote, est inviu
S prter le serment constitu-
tionnel. Le qui est excute.
Le quatrime point de l'or
dre du joui : discussion d in-
trt gnral. Aucun memb e
de la Chambra n'ayant solli
cit la parole sur ce point, Mi
le Prsident proclame Tordu
du jour de la i rochaine san-
ce, et celle-ci est lever.
L
DE

LU $. S. H. El
JAMACAINE
l'ae lettre de fcCrtmlli Ir A.
dr CifTallkr
Mr Emmanuel r:thart,| r-
sident du Tribunal de Cas-
sition. estimant illgal le
remplacement du juge k>u-
poot D v, eoiivcijiiail, avant
bier matin,tous les |ugre du
haut tribunal, aux tins de
dlibrer sur la question.
11 parait qu'une propesi-
tiou tendant refuser d'ins-
(aller Mr T. Lalean, noasmej
a la place de Mr Day.n'a pa-
t agre par les juges pr-
sents. On aurait lait valoi;
que le Tribunal de Cassation
ne peut se prononcer que
ians le cas O 1 intresse
aurait introduit, devant lui,
nue action en inconstitutio'i-
ualit de la mesure qui Tat-
leiut.
Cette opinion os serait pa
partagea par le prsider
Eibart qui serait ainsi en
dsaccord avec ses collgues.
Dans la journe d'hier, le
bruit se rpandaitqu'eo suite
le ce dssaccord, Mr Ethart
ait dmissionnaire.
PUBLICATIONS REUES
Le Bulletin mensuel
bli par te bureau du Cou-
seiller Financier-Receveur- I
Gnral,mois de lvrier 1932
- Bulletin de l'associai un
les anciennes t es de s e
Rose de Lima avec un copieux
sommaire.
Minrales,Piedras y Pelrir
flcaciones, revue technique
iditee n Santo-Domingo et
>rgane officiel de TAssocia-
lion du mme nom.
M kargen dtl mensagepre*
dencial C'est une brochure
tu sont runis les articles
editoriaUX du journal La
Ipinionacommentant le mes-
iage, qu'en date du 27 lvrier
lernier, le Cal Trujillo, prsi-
lent de la Rpublique Do-
minicaine, a adress l'As-
.emble Nationale. L'ne partie
le ce message traite de la
[uestioo destronticres hatia-
,io. dominicaines.
Kingston, 26 mars 1932.
Cher M. Chevallier,
Au nom de l'quipe de foot-
ball Jamacaine, je nous re-
mercie comme Prsident de
l*U. S. S. 11. ainai que les
membres qui vous ont aide j
nous tan u la rception la j
plus graudiose. Je vous re l
mercie spcialement pour le
protocole si bien arrt de
vos rceptions et de vos dis
tinction i. Ce qui a prouv
votre remarquable talent d'or
ganisatcur. Noire association
a consenti envoyai une
quipe en llaiili parce qu'elle
savait que l'organisation de la i
tourne vous tait confie cl '
les membres de notre quipe
parlent de vous et de vos ul-
tentions pour eux en des ter-
mes logieux qui vous l'ont
honneur. Je vous envoie un
\'o. du tileaner de relie
: le ... c une interview que ,
ai donne a mon retour. Au
nus le celle interview, j'ai
merei ions ceux-l qui ont
organtt des rceptions en no-
re honneur au Parc Leon le,,
au 'Tennis Club, au Club des j
leuns Dites, tu Club-Union,;
au Club de Mariani, au Cer
Port iu-1'r n ien et chez)
i )us les min r et fami.les
i ,,,: l ez ai m ibl< >
pour nous re( evoir. i. i li< il
nlhousia te qui no is i et
t'iil par 1 -u.es les cla .ses u.
la population de Port-att-Prin-
i et da Cap n us touche
infiniment. Ces journaux ont
des pli s sympathiques '
U CiPMiWE LECTRIQUE
- o
L. em| I -y s suivants ont
et remercies a la Compagnie
,i tclairage Electrique: Phi-
lippe hur-oux.les deux treres
Guriu, Andr Maignan, Gu-
nier et . Augustin.
Nous ne connaissons pas
encore les raisons de cette
mesure extrme.
Nous reDselgnerooa.
hmesfcBbs
Arrts,
sans'arofjuer
Cl Appliqu ext-
^A ricurcment, Vicki
"VV soulage sani d-
1 ranger l'estomac.
ViCKS
VAPORUB
OcurTbut Refroidissement
Le Sel
ET LA
CHOS


Le journal L'Abeille >.
de Jaemel, a reparu sous la
direction de M.CF. Arthur
Brun.fils du tondaient de eei
organe de publicit, le re-
grett L. A. Brun Meilleurs
veeux de succ-
Aprs avoir salue ses
confrres, el/Abelll "ajoute :
lu g audquotidie i Le.Tempa
directeur un jacim en, notre
distingu et grand ami Char-
les Moravia.nous demandons
eu lui envoyant partlculi
rement notre salut, un peu
de sa fiert et de son courag<
p-overbial. Homni iga me
ni.
--Les employs de l'impri-
merie du Service de TEn i i
gnetnent professionnel d
pas.encore touch leur-
iointementsdu mois de mai
esuu ls pour les au re.s I me
tonuaires de l'Etat ont en
ptys depuis le 23 mur dp-
pier. Mr Dorel voudral-il
reuseigner ;
Une exposition des toiles
lu jeune peintre Ption Sa-
vain aura lieu bientt BU Cer-
cle Port-AU-Princien. Osera
l'occasion d'apprcierle taleut
de l'artiste.
MarJi sprs-midi.Lnico
L ridai, travailleur de la
lasco.ent les jambes broyes
n voulant monter dans ni
train qui avait dj dmarr.
ii a t transport l'hpital.
L'accident est arrive au
Pont-Rouge.
Notre ami,le Dr Pluvise,
a reu la triste nouvelle de
ia mort de sa grand'fflre.
si ne Cmilie Franois.dcedee
., port-- Piment l'ge de
H il ans. il est parti bierjuoui
. s CteaUX ou, cette* occa-
ilon, l'appellent des devoirs
le lamille. Nous lui renou-
velons ici, avec notre syinpa-
pathie, nos trs vives cou-
lolances.
; tju signale des dillicults
tissez regrettables entre la
Commune et le S. d*H.sa su-
jet de l'hospice communal. Y
it-il une autorit suprieure
.our les trancher? Voir notre
litorial.
Notre ami, Mr Laudun,
fera chanter, i la Cathdiale
tu Cap Hatien, le 2tf avril
irochain. une messe de re-
|uiem en mmoire de sou
iaae, ne Coneeplia Sa non.
i.s so.unies pris de Tau-
nencer ses amis qui y sout
ordlaleraent invits.
Mr Pedro de Ypual v
Martinet Debau.E. E. et mi-
plnipotentiaire d'Es-
ue en 11 Vit i, est arriv ici
pour la remise, au Chef de
f, le ses lettres de c
nces.
Mr 'reste C rv.nrp -
d'administration Ptionville.
u tntat
.1 de la fiait du
nomma Ldni qat a t arrt
( our noua dans leurs pro
iioslics cl leur, compte ren-
, Je dsire particulire
menl les en remercier. Pour
conclure, je tiens vous dire
que i'espre trs prochaine-)
ment recevoir la visite de
l'quipe Hatienne sous le
patronage de TU. S. S. II. cl
du votre, le prsident de Celle
association. Bile ne manque
pas, j'en suis sur. d'apprcier-
le travail que vous tes en1
Ira in de l'aire pour elle et pour
la Jeunesse Hatienne. En vous
souhaitant longue vie pour
continuer la bonne besogne
a laquelle voire femme d-
voue* et votre tille collabo-
rent avec tant de succs, je
demeure, cher Monsieur Che-
val lier, vol relis sincrement:
A. NOL CROSWELL
Etrange...
I. Action halionak ayan
mis I opinion que la desoc
eupalion ne pourra passe ra
liser avant 1936, nous >von
demand si c'tait l une
thse ollicielle, tant donn
les attaches gouvernemeuta
les de notre contrre.
Il uous a rpondu sans r-
pondre noire question. Et
usant d'un procd nouveau
qu'explique peut-tre sa jeu-
nesse dans le mtieril inter-
pelle "les rdacteurs du "Ma-
tin" que tout candidement
il suppose s'intresser sa
''situation". Le dlicieux cou-
Tare |
Vous n'ies pas "officieux"?
Mi bien ni mal. Vous soute
nez "ouvertement la politi-
que du gouvernement' ? Vous
I na riez pas voulu et peut-
tre n'auriez v j taire autu un ot.
s notre ci.nlrre a lou-
iours 00 besoin d'expliquer,
de s'expliquer Et plus il
s'explique, moins il claircit.
Plus obscur.C'est suppliciant.
Surtout qu'il a des penses
| sombris et des missions cru-
1 . Iles de pauvres gens l'esprit
| et bs... mains lieis.
US SES i MM USiFS
. HAUTES NOUVEAUTS
.TURCS GRANOE COUTURC
.. trouv.mt ch.i :
CRPATTE, CQlILOI a C. STRAUSS
*J, Ru* OrnIO. 43 PARIS
K".| .If t'jilalalUM gr.ll, ctuqu* Mhl
* K<4toclanli el fll>n. fcwnH MlMtfl
Rglementation
PAS Ht MONOPOLE !
Ces temps derniers on a beau-
coup crit .sur Iorganifatktn du
travail. Un des prerniera pas i
taire ce sera,avons-noas dit, par
ailleurs, la rglementation du
mardi hatien des denres ali-
mentaires. Nous avons parl^ du
danger *orial de l'exode dis-
continue des ruraux vers Tuni-
que Capitale et de l'imprieuse
ob igatio d'arrter cette dang'
reuse immigration don" les
eflets ne seront pas seulement
Tabandon de la terre.
L'Arr Communal concer-
nant le sel et qui a tait couler
un peu d'encre est une excel.
lente mesure, mais il faut, pour
rglementer 1^ march de ce
produit, une loi tudie ex vote
par hs Cliambre.Ceiir ioi u'ac-
c-ordant le-monopole peisonne
rendra service tous, car elle
permettra :
1 la surveillance de la pro-
duction,
2 la protection etlicace des
producteurs,
3e de nouveaux revenus aa
Gouvenitinen qui en a tant be-
soin,
4= la possibilit ceux qui
I peuvent de londer des Usi
ns.
Le sel des Iles turqm s n'en-
trera plus. Un entrept devra
tre construit par le Gouverne
ment pour le con'rle de fa
produi non. Ce sera, l, une
nouvelle administration pour
laquelle il laedra un personnel.
Le placement du sel produit
sera immdiat, car l'article sera
e>> constante demande pour les
stocks permettant de parer anx
ventualits qui lont, certaines
poques, augmenter les prix.
Nous avons soulign que nul
n'aura le monopole ni du sel
brut ni de l'article manulactur.
Port-au-Prince pourra avoir
plusieurs naines et chacune des
grandes villes pourra aussi in-
dustrialiser ce condiment. C'< st
l le meilleur profil social que
reprsente cette lgislation.
Yovez un peu :
La premire usine est, com-
me on le sait, londe par Tinta-
La Plume
qui crit
Facilement
Chaque Plume
dr>i passe i pa onz- ni
I,, ici- > et d'lu- pi.
l< siylo. e maximum d
dam la mani'faclure bmuk
lac-Mit dVcriir.
En yentt dont Im HtU i i asint.
Tarker
TJuofola
Moi il A LAUHIN Dunmrmas
f, o. Box MPeaT-A-PKtNi.
iT.
ATOL'CISSANT, DOUX. TENDRE, TOUr
I Ot n EMBELLIR I APFAU. LA MOUSSE
AN'lISEPiQT'l- D LlrEUUOY DTRUIT
LIS GERMES.
LIFEBUOY
i>. N.aVU^ O*"-1 sani i;
PUIS MAINS, FIGURI-S ET BAINS

VOHH LAUBP, P O. BOX .M..- b. eurs
\\ - Roui et no C Mie. Port a -Pn .
Gin-Jaldy
CE SOIR
Havenqa
L'Enfant-Roi
, |1|TP >
Entre t O.iO; Balcon : W
DEMAIN SOIR
l,8 ,pl- lil- i'm tir h : Ik T^n^n t- l>-"- H.n-.lt
Chtelaine du Liban
Avec I grande irtiftte Ariette Marehal et 'e sympi'hiqai
Ivnn Petrowirh,
Entre : 1,00 ; Balcon : 5,00.
tigab'e lulttor Asrerrio. Le
I personnel du dbut se compose
de 5t hommos et femmes. De ci-
nomt're. fi n'ont pas d'en! nls,
mais ' s 48 autres ont entre eux
153 entants. Aucun de ces 54
ouvriers ne travaillf.it av*M
l'appel d'Aacane'o et lundi malin
dIus de trois cens personnes
Voflru t '. Pensez donc an bon-
heur i ce monde qui, non m n-
lemen' trouve travridler mais \
reoit, part la pave hebdo-
madaire, un substantiel repas
midi I Mr Ascencio nous dit que
bien d lui sera possible dt-
donne do travail n un olus
grand nombre de gers. Plusieurs
usines donneraient de b beso-
gne les centaines d hommes
ef de femmes qui crevant de
t.im. Devant de tels rtsultaM
faut ue pas tre Hatien ou ne
rien comprendre la situation
hatienne pour se porter conlie
la rglementation du roareBi
des denres alimentaires. Il J
tre surtout arrir el tre at-
teint de negroiditc "igupotf
vouloir conserver l'aspect bar-
bare que donnent nos vil
ce milliers de rolpotl'urs q
do soir au matin, crient par nos
rues les articles de |-reni
ncessit. .8civ;lisaiio.jveMJ
rglementation du nv rch-Uiw
rglementation donnera tu u
vail tous et par voie rie es
squence, rendra poss'b.eMU
lulion d'au'res problmei.
Toutes les Polices
OE LA
I
4
t
4
I
4
(comprennent la Protection contrela %
Foudre sans augmentation de taux-
Ktiff.Le RosspM
Aqents Gnraux
^giaTMttil'lMaaiif^gvaiiB-BjagWaaii
3

I



L 3
x-v_*

liltuiii Barbaueojr

la rtnomraee! universelle if enai re plaee
D#lUand DO! t'~>Ut
|UN BARBAXCOURT
Dpt : Hue Csar.

Cin-Varils
CE SOIR
Une occasion qae nul ne devra rler; le cliel-d'cautre '
CHARLlli CHAPLIN :
Les Lumires de la Ville
I daa prix qui le mettent ja portt de lout^le'monde.
1.00 ; 2.C0
J.A MEILLEURE FARINE
A PRIX POPULAIRE
Faite de bl
dur d'hiver
elle donne
un rende-
ment pa-
tant en la
travaillant
seule.
-a^f
MM* ISAS
BLACK* EI.L MILLINO
& r. 11 \ \roR ( o.
Kaosus City. Mo.
, l'unanimit des prMQtl et
igne. Li dsr'is-ion des
. fatuls. fkre la pro
; runion dos loud.Ueurs, eni
lieu samedi dans l'aprs-
midi.
Etaient prsents, dans Tor-
dre des signntmes: M:idnme
C. Troye, MM J imcs Me Gui-
| fie, Llio Louissaint. Grvy
; Jean, E. Sepe, W. C.de Wendt,
I F, G. Dnpiessy. M. Montc
Danarhe, F. Heyne, J. Dor-
sinvil, I\ Crepsac, William
lirtley. rt. Brouard, Augusta
Magloire, L. C. Lhrissou,
I ouis Roy, Clment PothH,
Flix Soray..
La^Dclaration, que nous [
publions ci^dessous, finit par
un appel qui, nous l'esprons,
sera entendu parle plus grand
nombre possible d'adhrents
vu les buts levs de cette
Association.
f
f
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Deman-
dez-la;
partout,
il y en a.
BBZ-U-

Achetez-la avec confiance j
Travaillez-la avec orgueil .
Avis
UNE PROCLAMATION
Utsl port Ai connaissante
du public qu'il sera tenu lu
1er et 2 mai prochains une
exposition industrielle au local
du Service National de l'En-
seignement Professionnel.
Les intresss qui voudraient
avoir des informations relati
vet cette exposition stit Pr^s
de s'adresser la Direction
Cnrale du Service tous les
jours ouvrables d$ 8 hres a. m.
1 h. 1/V p. m., et le samedi
de i h. a. /;. imdi.
La Direction
Mr le Prsident Vincent ;
adress,' au pays une pro-
clamation qui est un appe'
peur une souscription natio
nale pour la restauration des
monuments historique?.
''Jiaiti-journal publie c
document qui porte la daie
du avril.
Avis.
Le soussign^ l'avantage
le porter a la connaissance
du public en gnral que, di-
manche prochain dix de ce
mois, il ouvrira une* bouche-
rie qui se tiendra en cette
fille, rue Torgeea, clua Mr
Salomon Talamas.
Port-au-Prince, le 5 avril
1932.
(S.) Lon Louis CHARLES
Socit
d'Action Sociale
Nous informions tout r-
cemment nos lecteurs du pro-
jet de cratiou d'une Socit
d'Action Sociale d l'initia-
tive d'uu groupe d'iiommts
remarquablesa plus d'uu liira
,.;ir leur culture, leurs pie, i-
cupations et leur situation
prolessionnelle. Une premire
runion les a groups vendre-
di, 10 heures, au sige pro-
visoire de la Socie e, 332.mrue
des Csars.
La Dclaration lui va nie,
sorte de Charte de a Socit,
a t lue, discute, approuve
Dclaration
Les Soussions,
Considrant que la prosp -
l d'un Etat dpend du dvelop-
pement de ses forces p iv< i s
e' qu'il est illr.soired'attet ('re
des seuls Pouvoirs publics 'a
satisfaction de tocs les be-
soins sociaux ;
JJConsidraot que cette pro-
position, .^'appliquant n Hati,
sufft gnralement ri expli-
quer son manvafc tat social
tans presque tous les domai-
nes, soit que, dans on gon -
vernement.le soin des intrts
purement politiques, Vdonc
passagers, l'emporte le plus
souvent sur celui de ses in-
trts essentiels et perma-
nents, soit que, dans bien
des cas, le soin de ces der-
niers ne soit pas du ressert,
ou chappe la connaissance
ou l'action des pouvoirs
publics;
Considrant, par conlre,
qu'il existe des cas o l'action
prive, seule, est insuffisante
et o il importe cependant
qu'elle soit assez organise
pour provoquer une inter-
vention bien entendue de
l'Etat;
DClOENT
^Ue mettre excution le
voeu que, sur une communi-
cation de Monsieur Auguste
Magloire, le Congrs de l'Edu-
cation, organis par le oiip'c
Hatien de l'Alliance Ira ai
se et qui lut tenu du 24 au
27 Octobre 1922, esprits
comme suit : \ u V>. '.).
Le Congrs tonne le vi
qu uue Socit d'Action So-
ciale soit toude parmi d >>>s
Elle aura pour but d'tudier
les moyens d'amliorer notr
tal social en sumulai,t l'ini
tiative prive et en laisanl
l'Etat des saggestions utile-,
C'est la quint meilleures
aricls de cannes d'un vaste territoire
| runissant les meilleurs ferroirs,
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ'

Bile crera un organe de pro
' Bgande l'usa ne de tous :
Etat, familles, maison* d'du-
lion ; et de crer ainsi.soi s
dnomination de S ii
d Action Soi ialc , une Assc-
atio' avant pour objet :
1 De mettre l'tude les
moyens les plus propres nom
;i ralisation de progrs sur:
laus l'agriculture, l'industrii
et ie commerce du pay qui
constituent ses forces vives:
2 De provoquer, dans cet
domaines, cornue dans ton
mtres: Sciences, arts, ti t
1res, ducation, bientaisai
activits patiiotiques, la
iratiou de tous groupe-
ments uiiii
.1 G
dj ;
.
que !i I
( n '
iiis ; ; j ti-
voiis pul
dn
1 I
pai i
pagai de et di
tu in in ni i
sur di
rai .i
5" 1I. .
ce, poni .
tivits, un sigi i i
publicit pour la
.fies de solide
il e st de nro-
I ', en dehors
, les grou*
s ilis*
JISSIGNI
< en outre, comme
londa mentale la
: 'jete, que lu
*et la irligiou doi-
ster absolument tian-
activits et que la
d'Action Sociale
! t'H.s, hatiens et
le plus entier
nplissement le ses buts.
i l ort au-Princa, le 1"
:
)
Paris ... sait- comment
conserver
ce teint d'colire
***
:nes
on
Bconfrn
iitex I,,'
'i t I
. .
im.ir,.', i ,
nies de ' se
mlire. I t
met j
i
i.
; ; M .'huile
:.ile es/
l et calmamlt."
l kvb Dawnov, Paru
Insurance Co
il
Une des: plus forte^COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE,,
sur la V

*,
mx rn*ttl iu.y,i*p on tr*U$mmtt f attidtm
0mtt t *! tlmeUee,

il.,
en. ..1*1
V Ht
Je
i
i trt
I


'. qy^en v*ut c

EUG. Le BOSSE & Co
Aaenis Gnraux
LE %*
lCiic
rantp!
rrt
tel l
i
beaut? Q'ie doi-j fiire j
/lrdaf to* peiu frache?
L. ^ teurt, lc^
fru a Fciu lont
te
.
cot
!
eratqt
Im diynp3* ,\. 4
fDOBd-t
tMiftamert I domicile de* plus
-.duUex d'abord 1 epi-
i d'une pte de Palmohye
' [utez dli-
\x ligure ce la gorge,
-^uite l'eau chaude
{} l'eau de plus en plut
L Set obtenu
is dlicieux? l'r votre
i n'est-elle pas rav usante de
et Je beaut?
Les femmes mtvmi
d'olive et Je palme
jonrs
I
i i '.. .ciles,
Sicomi isitioo
l'almolive. Ui's lui
leot sa co rt ec
l'on s'est habitu
a au moi Palmoiiv.
iv te
et pour la figurt.
0
i).
lii.rf
^.v.'^s^


+' /
Jeudi
/ Avril 1;
lc Malin
4 PAGES
26meAfcME K' 7040
port u-I rince
Tlphona :521

r
hrv-'
. acwjry.are
, jmmm
Htaiiai Stral Ualiea
Accidents
du

Voulez-vous
31 \i i 193
Marcel Blanc, 6 an, n
*j li .1 m ier. Bili re : p d
>* la lace et de l'avnnt I
dro '.
A i istilc Arno'r*, 15 ans, ri
de Fterop d b )i '
du cuir ( lu veo.
R lenri I dm i 26 '* Al. \
de I Egalit. v d ter
Al< sar.dre Tln y, |(1
Place S I <> . I i i re C ''il
de II jan be di i if< .
!
O :'H .
tie ("c nluston
do Ion 11 hemalon e
e la Cl
a (isl ans, rue
n Iran- j " rt'"" noaeDiaotr.grc.
u la m m, i " mthi de d enseigne-
I-! eut, rue n 11 i cl;^ si e excellente?
-o --
li i s;-ir r'ai s vos ludes < u
i
Lronlia Anilh, I
St-JOH | Il lit l! I ( I t 1*1
Iront.
n du poigi d
I
chien 11 p i
en, il m .
Erosion bu
i roi'.
26 n s Fai
r Cl ti
Malhu n l Ir
rue S'-.'()( ; !> i ; S n i
d,i lalon gai < i i
|)t m : i ,
llll S -.' .' i I t ( i i 1 i
sure coo lu se de I < j a
d
Bas Pi u
olhe, V ii
i bose. BlessiiK
CE QUI N'A JAMAIS T FAIT
CE QUI NE PEDTITFI
Kola Champagne
F. SJOURN
Prtare ses
SI l
Prparati< n et V< ;miai macibF. SEJ< RI
Angh dci n \< i x el I.
\\
PAS l Fi RE
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
1.6(0 pieds d'eli'tnde. L'tablissement le s en
% Irons de Porter -' i i
Seulement l. ooti
asphalte. Vues mi iv < ilh w s de h
I ma de toulci
DINERS GOUTERS SANDWICHS
VirangiiiKi ts | i [entier! pour le teuains ou de d i .
vol LEZ vol s
Une proteas ou aprs f> l)
mois d'tudes srieuses (Si,
n-1) l n- I!CS^ iv.-nt
Comp ; bilin ).,
S> I ny clic Ni StiiOl TIP-
PE\11 VUER se recommande
i s'imi ose voire attention
p u !( s l rillools rsultats d-
l ob'erus.
1537R ui I i n ; :u.
..! phom 289t.
bod'i si di la 11.'. ion lemporo-
n i ah.
/ i i I ( i r 11 j aie, 29 ars,
N i i i c y. ii i ( onfusion i'e
ji ; < i < > '< n tt de la pai i
m|i it i k ; ( Is ( i use gaud e.
ASSUREZ- VfOt
la
General Accident Pire : Lil
Assurance Corporation LUI
de Pertli ( Scotland >
Car la cfiNEflAL a est une des plis puissantes et des pi us vastes organisais
de ce genre. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qni embrassa le
mo ide
tes Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns par la loudn
Ses Polices pour Aufomobiks couvrent vols, incendie, ruilveillpnce, dominais
caus autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses- Polices Maritimes mises par ses branches d'Eurepe sont payables en Hafli.
Ses Polices contre accidents sont valables dans l'univers entier. Tous les vova-
purs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accident!
d'au moins 4000 dollars, la ( rime ^annuelle u'taui que de 1/2 /0 soil 20 doua., s l. C.
Veuve F. BRMINGHAM, AuxCaves
OlS OF.NT*
Agent Gnral nourWaftr.
>rl an-Prince; 10. filLO
.IEaN WaLANCH^T J*r*m?
^.;
-t*vismmJt
AVIS AU COMMERCE
La P Hailroad Sleamship Line a l'avantage d'an
lorce l dparts suivants de New Yoi k pour tort au-arinee
loiti, directement chaque mardi. Tous les steamers sont
' urvus le chambre triaori'iaue
U
i
de
Manufacture Hatienne
Chapeaux L'Indigne
Dparts de hem ior/c.
Arrivages Port au-rtince.
I
;team r Crlstobili le J9 ira 1932 te 3 avril 1932]
teamer ilueii;ivcuuirj: le 5 avril le 11 avril 19.32
Panama Kailroad Sleampship Une
JasHCVANREED
Agent Gural
attention

Lykes Brothers SS C lue
Taxas Haitt Santo Uoruir Ico Porto
Le seul servici passagers el
(rit entie les poi du Te en! avec!
Prt-au-Pi inec, '
Pour I i u( pi II vu
if*ai t.t: < ns, ser\i/ nr Yl-1
UNE.
Les prech il
SU ami i a l-
Steamei ''G<
Steamer "Ri h Lyki
SteanM i "Mi el
SU : n i r l Vi In I I
. i :
avril 1932
wil 1932
1932
PROGRS NOUVEAU
RHUM fsOh\LAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DLFIANT TOUTE CONCURriENCE
Clairin Vierge
(hez N. NAZON
1 S n V !
[ ,/%y. ^; i
fi'.c'-1 : i S*''-"- "
! -;;.-f"
W\j&?> JSp^Tj^'

A le plaisir d'annoncer sa nombreuse (lit ; : qi c la
vente de ses CHA'-'LAI X s- iwil. dfuui* l 4 janvier. tB
_. N- 2027. GRAND'RUF
i tact- de von an u lo a
Les Ciienhrytrn frent i- mne".'cuil.
IBOIIARCH. CLRIT, COIIRIOISIE.
Martinez, Marcelin & C'
turear: i ssin d< I Et i, B P< stah I
1 DEPOT ANGLE BES RUES IH PEUPLE ET FERU PRONE: ttM
Avi:
s
La (OMPAaMl I k. n a B a i i
Taamsatlantiqui i l'h< onei i
d'informe r le r
partir lu Ici l F. >
Altieri remplac [ Rob
liu comme Agent (ni i il ;
I. rt su Prince di Coi
^nie Gnral
Un bnrrau estci verl
e:*el iue du Quai
la Douanr u i li
heureux el v rec< vo
tle e't o nous nous i f< i
ro s de la satisfi \>c.
Port au .Prii i I 1er av ril
1932.
Boite postale A. 174
Tlphone 3220
Adresse tlgra| '
Altieri Port'i u Prince. | ce
COLOii S-S C" INC
(LIGNE COLOMBIENNE )
2329
;
Laboratoire SJOURN
oa a '
I .'. de N w York 11
des
sa ii
ira u i,
, m route
Du ECTUM
F Sji i i m Pharmai ii n
H. S#J( ihni, Phtrmacien le l'Universit de Paris
M. Si .mu i Mt:, Pharmacien de l'universit de Paiis.ancien
interne des Hpitaux de Paris
naiyFea da Urines,du sic gatriqua, du sang ( Was-
|n, |c:, p#ri8 neirrane, Ure, Constante d'Ambaid, Glycmie).
Descraeh'ila. Des matires fcale.
rei la d
Is dans nos
bur< lit
. es.
-"" l O'HJumn 'fca.-..
Loterie Nationale d'Hati

HiRBO: :;KA LiNIE
Assure/.-vi.us contre ai
la General A idi rat 1 e -L
Life Assurance Corporation Li-
uii'ed. Vv*-F. BarminRh8Bt|
o \\< 'i n-
Prinre
t i i ra
s i>. m. .
liai.
Ir ni
UJrCtl, vr i uci il lux,! in : i\
Aient Gnral pgr H. |
pou NTew^Yor!.j iC VGI
prenant d eri pour
Ne*
BIRE -NATIONALE
de la Brasserie Nationale
Se vend partout OrO ,10
le verre malgr sa qualit
suprieure.
i
410, Rua Bonne.*ol,\ Phone 3358
! l-.ifMif- N'atiooab Mi Iti i
une insli'ulion lia; tenant humanitaire par la n.ullip'ii'H
d'eauvres qu'elle ^r prpose d'aider, une rhence de bit!
tre e.fTeile aux homn a de loutrs rrmdiin s de lo'
Employs. F nctioi naires, Ouvriers. Artisans. Salarie! h
tous ordres, Gens leur budget n ovai ?nldeax sondes peuvei \ -mer '
m:!l<- gourdes ^s de Oiittnerti Chefs l'I I i *
aux iusufflsancf! d i ventes, par l'achat d'un b>lli qu '-1
libre du son i des h ban i
Mdecins A o a s I. Rul rs, ' n leurs, P \ **
Diguitairea d l Ht LPapricntacla dt l'inttl'teti i-, !*
Balistas.
Donne* lexemplede vafre ro'Marit xociaie.
Rentiers, sspi aliiles, eoname en i unt, aram? ntex valii
avoir. 8
Vous tous qui h..b:i-a* rlaiti, rr; r',7-!ui v-r'i < m *
anl!c hllet d la LOTEHIE N NALE DHA1
l#n! Illmni
ALIX POY
30 annes de succs.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM