<%BANNER%>







PAGE 1

PAGE Wi MAsUN -:> As ii 1 32 MM U|MBM m i -_/. *r^^ La Fte du MATIN 10 — S :ile de la Premire Poge damment sei vi. ' •' %  *. oque de remembrancts du pass qui n'ont pas manqua de charme, dans ce f'coi iant. 0 lbre avec ai ec ton fiance, l'amour du •! iTIN et la toi dans ses d > s. A deux heures du i atin, I MATIN terme se portes. A I Eldorado , ches h ed (* ii raud.se n trouv Dr d'une table Vilmenay, : al rd, Richard Constant, Vii oi Thomas, Flix Courtois, il |,s llei'iy Dui 1' idolphe blanche!, Louis Laudua, Clment Toussaint, Albi ri Mc-Gnlfe, l);uis ce cadnenchanl de l'Eldorado, Gairsnd a un geste magnifique. Il ortie di Champagne tu l'honneur du MATIN el Ks ci up< • %  ne di un plissent pas. Gi irai d serait-il notre Hagumeau VA i us buvons au MATIN, dit Caliar le plut prestigieux, le plus valeur mloun.al d'Hati. Viln : l. el Richard Constant l'en rmerciei et Lont des vœux p< ur LE PAl .< qui ils souhaitent la mm< < loire que celle du MATIN. U. collier de souvenirs est gn ru dont la chaude cou!, i i. Is nostalgie fine el insii uante nout iont passer des heurt s exquistt pleints de Isntaieiei el d • harmes. Des posies sont dites pai Vilmenay el Richard Constant. A trois heures du mi lin, on se spare avtc regret it aussitt rentr je hrosse ce compte*rei du pour le journal. .le tondrais pouvoir cit r !< noms de tous eux qni ont eu la m hc.de stll nlion de lail l visite au MA UN, urs de la journe du Ici Avril, nais hias! dans l'encoml li c |oi r de lte, plusu urs < %  r inemei i oui d m'chapper. *.--,LK MATIN r< men ie hien i dialement les m qui, ,a l'occai > ani i versaire I de i • o i ien voulu lui ; [ r un tiu.oignsgs de RVOQD Ihie et dt i nnsidratioo. n li ui est pro* londo eut reconnai ISI l |de la haute marque d'estime dont il s l l'objet .de leur pat il c'est CHOS — o— i i suis £0 ANNIVERSAIRE oy & eux qu'il doit le succs triom" phal de ^ lte. Merci, merci lous. v us avoi.s Dot au hasard : MM. Eps directeur u Ca, I imolon Bran, priel de On i Ans. V i'iiune, anrtet de St-Marc,le depuGilles, le s-na 1 "r T'omhrui Flix afagloi e, Ernest Ley red. Gairand, rhronybule ua Andr Blr T m mond Ceicis, Intoni Ro>, : pb Dulorl, Maicel Mexil., n les Bouchereau,Henri Beiiin, Aristide Doucet, Emmanu 1 ut, Chrialiao GOICOI Hyppohle Stn.es II .rry Tippi II'IM %  Dr Savsin, t'aul avai Camille Homo, Edouard Bau Victor Oastel, Robert Josi ph Nadal, Maurice But Paul Gardn, Hem.t Frd Maurice Michel, Mai Pierre, Ciemenl 'loussamt.Mai cel l'rzeau, Holand Beaufila Buteau, Hirsb,j Lemke, harles,Clmeut Des, | d| ni Loubeau, Lui UO, Camille Homo, Lediei Uupoux, Nocli .nliu, Charlei \ i i be, hue S. bslomon, Vv t /, Georges Baao, Josepl .oler.Ttlix Couilois.elc.it T.A.V. Notre vingt sixime Anniversaire HOMMAGES au MATIN t — Les ingnieurs et architectes du gouvernement ont cltur leur Congrs par un banquet Sea Side Inn.samedi soir. Le Prsident Viuceu y a pris part. Le Moniteur publie un anc t qui ouvre au D paiteinent des* travaux publics un crlil extraordinaire de '25,000 gourdes destin BUS. rparations utiles la Citadelle La* errin 11 l'sgit paiticulirement de l'peron et du bas lici de lu clbre forteresse. — Un arrte proroge poui la fin de l'exercice en cours in dure du crdit de 1,400, 000 gourdes accord au Di rmiument des uavaux publics pour construction et un lioratioo des routes. —#n ; nnunce la rv .ration le M.Alphonse Lrreor,admi Distrateui an ''ays •>, comme conti nt eux 1 i Deoai teneul de l'Intrieur. Reprrjai le< i>; r action directe el immdiate. u y .i eu san edi aprsi m H au PalaH National une) reunion d< iati urs et . 1 Nouveau succs Dimanche soir Varits c %  le nouveau chel-d'ceuvre df l harbe Chaplin : Le S.umin | le la Ville passait une se onde lois sur l'cran. Varits a IOPU IVlCSll nte ,dee de n passer ce lilni des prix plus modrs pour permettre a tou 1 le monde d'en jouir. Avis LA COMPAGNIE ^ENERALI. TRANSATLANTIQUE a l'honneur dinlonser le public qu'a partir du 1er avril Air F. M. Altien remplace Mr bRobelia comme Agent Gnral a Tort au Prince de la Corapa gaie Gnrais lisusatlauiiqoe. Un bureau est ouvert cet tfletiuedu Quai en tace de l.'o'anto IOUS serons lis heureux d y rtcevon la clientle et o nous nous eflorce ions de la satisfaire, l'ort-au-Prince, le 1er avril m'A. \ lir Boite postale — *. 174 j Tlphone— 3220 Adresse tlgraphique — T ^Altieri Hortaul'rince. I Uicni t-oudre est recoismand par le Hrolesseur Houchet de PAcadmie de Mdecine. ijmm Cumme laxatif : / cachet •> purgatif: 2 cachet. Concessionnaire pour Haiti Pharmacie Saint Franois Dr MATHURIN, Grsnd'Rse. NSnat lhtUHHIt iLI C0MP1ERA. UtMAIN. 2J ANS Demain vei dredi marquei le 20c Anniversaire de noire grand Contrre L Matin dont le renom, tant au point Ue vue littiaire que poktique, n'est plus Is re. '20 ai.s! c'est un 11 cord qt BOtre souriant ami Clment Hsgloire au tobuste caractre, u obtenu au | ris d'une constance extmph re appli que dans l'ai t du journalisme qui B ses |extimc-. de licatesscs. sJ;Eu UOOa associant do tout cœui„a la joie de rolre victo rieni Coi trre, cous lui sou bailcus ions les suc es les plus D gniflqnes pour les louis* venir. LE PAYS SUhCE GRtluilE DE CINEMA A l'occasion difcl'anniyertaire de la loi. dation de notn % aillant et preHiglsux i.. i trre Le Matin , il y %  ura einuin.a paitii de 1 heures de l'aprs-midi, reprsentalion clnmatogtaphique tant IiailtaiHiJ-iitfiiit'til qu' Cin*\ aritt. Fidle a sa vieille 11 bonne IradLiou, notre Contrre,cetU tnne^encore,malgr Is i conomique qui^atieiul toutes les branches degl'activit hatienne, ;i tait{g l'impossib e pour rjouir ses petits an sllous, petits, tons en h demi"" Bpr*-mi au cim n'as uu Champ de ci un s^aviC nous ; \ ivi *Lt butin l Li r.os i II mars Itii'A t \ m a Auiourdhui, 1er Aviil, 26t anniversaire de la 4 londatio. du j mrnal L* MATIN. Bieu quo-notre conliie, — • I depuis quelques j lUrs dni uiteste, <:a Isou a peii i iit^i ise, une certaine mm os m notre e^ard, ions i h, iteroi s pas a joindre nos vieux contratarnela ceux P e, de partout,lui adressant nombreux^amis, car il .i nous tsi pas possible d'oubb'er que c'est a la^table dt rdaction o il s'est^assisdu* ran' plus de quiul uns, que u Directtur a^appris.le au u t qui lui vaut aujour,i huile redoutable bonneui l'tre a ce poste de confiance. Les coups d't| mjes.si nomoreOX soieut-ils, ne peuvtnt ,un contre le^aouvanir'iutaci [ue — ^reprsentent tant d'au,;i 11 d co labi r. lion lov e et quotidunne, d'amiti psr* c 11 m binirssae. iieu< e que nous^oppo" [06 i OUI nous opiuiirerons a oppOfter aux pstipiures qui nous tiennent un [ournsl qui,^hier enon tait le. journal de Mr. L ou l.aleau, aSjquel il a cou sacre les plu^ Iructueuses es de sa, prime, jeunesse il a, | eut-tre, Bppris m i de cœui puise joie ui iqi e dans le rest^tt i • m d< iinx doui o as bal i s ide i v Bilenct t pas la p ur. ou le de-.. ^inltsvi m VolOi n inllt M j bie dv uc p-s se bultic iouAprs la prcsla'ion de scr j ment du snateur Vil char douin L conte, le bureau di nitif est compos du sua leur UenisS' Inde, Prsident, i des seuaieus Paultre il La rrc e.lere' 2eSecrtaires, tre eux auprs desquels en s'' nt, tant de lois, battu ril loute son me el de toutes srs or ce s, ni pour lesquels on s al) nt des inimitis qui ne dsarmeront jamais plus, b* puis, si la lgende \eut qu Saturne ait dvo' ses entants, elle n'a pas encore prtendu qu'ils se soient veitus lui rendre la pareille. Et crev, ce nuage, c'est avec plaisir que nous offrons notie contrre nos souhaits les meilleurs, et nos tliciious pour l 'effort mthodique et continu que reprsententees vingt-sixauncs.Viugt sixaiinesau coursdesquetles se sont ^ioups,dans sa salle de rdaction,les reprsentants les plut S'Uti riss de notre [tiile et oui.lous, ont marqu dans is diflrentes^csrrires OU es ont diriges 1. ur voIOH ou les hasarda de la Vie. .NOUS n'ael veroos pi s cet arlicnlet sans adresser d'une sorte toute particulire, nos compliment! a Mr Cln eut Magfoire qui B dirig et dirige encore avec tant d'aisance et de maltrise'i son,^quotidien el reprsente si partaitement lie journalisme de chez nous 'entes les lois que l'on de se reprsenter la pi. Hsltiei ne, i 'si son tiss soi rire sagai ei railleui i,ui monte dans l> pense. i HA TI-.IOI"PNAL ( 1er avril 1982) \ Chambre des Dputs SANCE D OUVERTURE DU 4 AVRIL Une foule considrable, ds 1) heures lu matin, assige le puiais de la reprsentation nationale. Elle n'a pas chang. %  e>t celle des grands jours, compose de tous les lments de notre rie sociale, toujours avides de spciales, de distractions faciles. Elle debordtle vaste local de la (!hambre,se rpand au dehors, B'aggripeauxtentrea.ba fente, tumultueuse, indisciplines. A dix ^heures 10 miuutes, l'sppel nominal accuse la prsence de 30 dputs. La sIN&P£ pour ussurei 1 • d'crire. /.'/i vente dans le bon magasin. tanc( spendofl [ponr les 'r i lion ries 'l reprise midi i dpn' A d'ni e '.%  va la vricalio i peuvoifi de quelques dep' PJ leur validati >n. IV i r ce l" 1 s'agit du en s.Moi; u"', 0 ^ il prpo i %  validutimi du : "''j* e i attendait -ipu Moraill l >lace son collj Mgie, w lput .bal ; ; l ,0 e daccorlciuu dlai juwim J Scomprennent la Protection contrelaj Foudre sans augmentation de taux Fug.Lp Boskp&* Aqents Gnraux



PAGE 1

f •• '"5 AvrH 1 PAGL 3 Rhum Barbaucoiiri it la ranouimee est universelle a gard ta premire pi I aetmandez partout : [UN BARBANCOURT Dpt : Rue Csar. Le ilniKjer vous guette! Dana im *••**•?•*• demi des dents Vo're dentiste vous dira q ie loutesles patea deniilncea ne < rtlloient pas paied'.eroeut. Des .preuves exactes laites par de* i/ommes de science prouvent „ue le Colgate a la plus haute juissance de pntration quau,une autre dentifrice.Ss mousse lnlraotc entre tond dans les moindres petites crevasses, dloge les impurets et le ba* |,ye dans un Ilot dtergent. Ainsi Colgate donne une protection extra aux dents et aux nocives. .. la protection du nettoyage corn pie'. C'est pourquoi, sur les conreildes dentistes, plus de gens i m\ loient aujourd'hui le Colgate que les autres dbitrices. le ( olgate est la t aussi en poudre. Si NOUS la prlreijdt man-iez la l'oudiu Dentifrice Colgate La Beaut est prcieuse NE PLAISANTEZ PAS AVEC VOTHh IHHI Ne mliez aucun savon sur votre figure jusqu' ce que vous aechiei de quoi il est Fait Le Savon Palmolive est diffrent de beaucoup de savon, en ceci qu'il no contient aucune graisse animal, aucun suit de n'importe quelle qualit. Il est fait d'huile de palme et dolives.. C'est pourquoi It savon 1 almoliveest garanti pour la peau la plus tendre. Il est si pur que '20. UCO spcialistes de beaut sont d'accord pour le recommander leurs clients. I haitement de luaul JEUNESSE, vigueur, charme Comment m dpendent-ils pas d'un vrai nettoyage avec un savon doux mais effectif: Palmolive ut Savon Palmolivs •il entirement lait la machine. Aucun main ne le louche jusqu' C que VOUS deck FDC1 Commission iappo '. Ce vendredi la pour taire son qui est adopt. Les dputes valiis prten' le serment constitutionnel. Lecture est donne du rsultat des travaux des dift rents bureeux qui concluent la validatioD des pouvoirs desmembres de l'Assemble qui, tour a tour, prtent le ferment rglementaire. i Puis l'on piisse l'lection du bureau deliuiul.L< dput Jh. Loiiben, ayant obtenu l'ouaniaiit des suffrages, eet proclam Prsident de l'Assem liiee pour toute la session. Aprs avoir prt serment, il remercie ses collgues de la haute marque de confiance qu'ils viennent de lui donner une 2e lois, en leur promet tant de rtster constamment fidle ses devoirs. Puis, les dputs D.Estim etSalnave Zamor sont lus 1er et 2me secrtaire*. Chaque soir... chaque malin... faites une mousse crmeuse de Savon Palmoliveel d'eau. Avec vos deux mains, inssez-vous bien la ligure pendanld eu minutes, laites pntrer la mousse dans vos pores. Maintenant linrci l'enveloppe. ces compltement... schez intiremenl, mais doucement, Il donnera a votre peau lia I "i beau et je.me. Vrifie* si le Savon Ptlmlii l (pie ions achetez u ta tnindt •tire avec le mot l'alinolivc n lettres dores, I enveloppe etrtt et le Ktaa rouu* „, ,,„ Cin-Varicls CE SOIR RO§ Une dlicieuse production Iranaise Voulez-vous m pouser Arc Alice Joyce, a laquelle seront ajoutes deux comfdicl pr aides et < liant* es. „,„,,: 0,0 E(]DI ; 1J0. Les Lumires de la Ville Z prix ,l L %  $?' •* Pjfc lou l e m ade LE FAIT EST INCONTESTABLE Rhuni SarlSie C'est la quintessence des meilleures [varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs, C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! ..- .i->Harii CHANGEMENT D'ADRESSE Mr Ludovic Miche] annom • r clients qu'il ai transfi Gara e S J qu Grand Rue au No 1 121 Fa cantdecnrro et taisant toute s s< rtes de i rations, il promet de livre travail solide et SOI.IK avec un rs grand i iib^iis. H C. %  : %  %  %  i II-. {iITTErRHUMATIS NVRALGIES teagU 16, RnB*Ua,. Pris. Panama Railroad Steamship Une Agents aux principaux ports d'Europe. Servie* de jrl ei de passagers enii l'Europe ei Amrique. Angleterre a. W. SMU-DON & Co, Ud. ud Un-laldij CE SOIR Ravengar (Sl'ITE) L'Enfant-Roi ( SUITE ) Entre ; 0,50; Balcon : 1,U0. 17, James Street, I.IVEUPOOI., ENOLINB MOH\ & Company, Atlantic Freighting 0>ro l)iv. 155, Ronl • %  i de S asl our „ I vre, France 'oitv & fOMPANV, A' lantic Frei Corp. Dit. 7 l Quai dea Ch >rt i Bordeaux, France \ tcrnii Prou cV S ocl \\ Boite Postal 78, Havre, France. '.l'on 112/113 I' hnrch Street. i. mdon \ .' %  3, England, France M. i Y " on 1 :>nv. %  Ai Corp.Dijr. ;:. i p SI Vi rnl de Paol. Paris Frai ce. NI Atlanli" foro. Div. i. Hpi Nique, Marsi le, France. i ellaily i NKE\ & <:<>, 2i p Rpublique M seille. France. /* llomacjne ling CorpJ i; | Henv g 55, Bn men, Gefj Atlantic Freigbting C( rp. Ballinhaus, Haml urg 1, Germany Hollande *U.n,.c Fre.ghUn.CCorp;, |D ^ %  "* %  *' ' ii 4 i %  " 0. I3o. l(HJ9, Rotterdam, Hollane, .jsurance Une des plus forte COMPAGNIES CANADIENNES d'ASSURANCE A/H W. Lai k., Atlantic PreightiD^JGor|). I) Skeppsbron 1 Stockholm, Swedi n. A/13 Peiterssorj cl 11 ilmi A I lantic Freigbtl I i p. Div, 1 Slceppsbron ;', Gotnenborg, Sweden. ~ r, rnfa i I Be gh & C i Atlantic Freightii t i orp., h Halsingborg, Sweden. Sude et < ompi uy. il. I g AV Ml, Simon I v li Ml i i p, I lialmo, Sweden, sur la VIE EUG. Le BOSSE & Co Aaents Gnraux Belgique a ttantic Frelghtl • rp. /o Steiumann et Co r4 Quai Jordaens, e \otw eTpi Belginro. Danemark B. A. Rendis et I i, De a • le. Italie A. Cereaa el Comp Via Banchi 3, Ganca, taty. Enpaiino itlme Delgeela, %  i. Norvge iritz N. r; ; I A. S. Af Corp.Pl^. irway.



PAGE 1

Mardi 5 Avril i Le Malin 4 PAMES 26me ANNE K* 7038 Port-nu Pn e Tlphone M.** * ; %  Wff* MB UMM CE QUI ITA Ji FAtl CE(I FCtiT TRE Dl Kola Champagne F. SJOURN Vu\ %  %  ( i! conditio D'ASl i Mli l'a • an lion et \ i ni !i M i M .i I : i ( Ul Angle du lues 1i x tl u i N'OUBLIEZ PAS.DE FAIRE UN PETIT TOUR A TERRACE-GARDEN Chez W. KAHL Petionville l.((i() pieds d'ail Inde L'tabli ssem %  p!u§4raidi c virons de Poi PT -Pi incr. Seulement 15 vinutes d'auto llrnte route asphalte. Vue mi ivci li uses li !.. \ • 11. soi s d Remerciements .V i Joseph Viveus remercie i u| li t i ii loi d ( c son (dii Ici I < H I K n x ;:n,is qui l'oi (ie l'incendie qui a i clat 11. Irce ('e sa maison. '. ont i %  leur plu A grand A\o\ en r. i pour l'aider sauvai MJH immeuble menac du BaO. li les prie de croire 100 terni lie n < on puissance. li K mme de mme les .mus qui sont \enus lui taire \ isitc ci l (tard. Il [•!< sente ses complimer is la cempi gnif des pompiers i austi .i la Gai de d'Hsti om K ii service d'ordre irproi linlne. %  M %  ._ %  _^ 'MESDAMES. Pour teindre vous-mmes tous tissus, aucun produit n'gale La 'MAURESQUE' TEINTTjKE MNACHE PERrECTIONNE UKtMrtd |if rl il'Holl! j Croi: Veutt %  > in'iru-Pans I MbfiiiJi arrangements poiticuliers pour h i de jour' romaine ou de mois. ASSUREZ-VOUS la General Accident Pire & Liie Assurance Corporation Lkl. de Perth ( Scotlund ) Lar Sa GENERAL a est une des plus puissante* et des plus vastes organist!*! de'ee genrt. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse [| moade ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns p.-.r In foud % Ses Polices pour Automobiles ccuvrent vols, incendie, malveillpnce, dommage caus autrui dans sa personne ou dans ses biens. SesPolices Maritimes mises par ses brandies d'Europe sont payables en Ha i. Ses Polices contre accidents soit valables dans 1 univers entier. Tous les vova gurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accident! d'au moins 4000 dollars, la prime ^annuelle u tant que de \/2 /. soit 20 dollars L'. C, Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves i ^OITS OENTS *eent Gnra! pour Hati, Port-au-Prince. P*. Gif G JEAN ^r.AvrRFT u-fimif ..'>-. PROCLAMATION NOUS Cl i.l PROCUION. [LE u n : i mmi. i ; ois, PROUiE CPENHAG I FONCTIONNA (PRS LES PRI: OIPES OOERNES 0 I L'HYGINE, EII I LES DIREl 11 1EEI PAR LE GOUVtRNESL I Ce produit il In r loul sucr i %  onson raatiei sous l'tiquette ci< oi lie. Il < et peut se coi server trois mois i U'v'ous^U' in i \ u MAP.t,H,Mai hon A. Boit et i i au-Prince; et,ei province, chei les* iers bien < jfflTISi vttre fournisseur ne lient i ait condei ESBENSEN, avisez nos i, MM. I rtVE & LO.I donnez-leur son nom. Voulez-vous Russir dans fi taire russir vos i s.gri e une mthode ne ment dfalque • te? VOILEZ-VOl S Une profession mois d'tudes si ieuses ( s • no-I)iicivio.l angi s Comptabilit )• Songez nue l'Ii Mitul TIT PENIIAUER M •tl'impose voli e lei li< n par les billlanli rsi i : |Jt obtei us. H37Hue Li mai re. Tli bone2891. FAILLITE :CEBARA S CO. 0 Les S\ dicta tte la Faillite I G •tonnent avis an fc liquidation d Tabac des taillis ; pAvenue Desi ;ei eera le m irdl in^t • %  ueni h ti'i, el '. c l'art 486 'u lueice. Port-au-Piiiur, le trl s-s l (LU OMBIENNE ) ivar Vi \ enl di X *Yo i l'i'i'x.. eu : me jour pour Cai las< i 1 B /. ne.Kii ( i ton el ifork de ce va peu i t ;i la di>ents dai i • bu.' i i galu .'ou. hes. i • • B| i %  %  gola •• V03 w-Vi i L 1 1 G avi ectemenl pour Poil ai Wiiliam E. BLEO, Agent] L RE8UIEM ^ Il iof, In matin, ara u illque Noire le B In n dn r^ffretl I le 28 le | ,'. • ,.; (fi] lI d'amis AVIS AU COMMERCE La Panama Haihoad Steamship Eiue a l'avantage d'an uo cet les dparts suivants de New York pour port au-prince li efin U ment chaque mardi. Tous les steamers soni -n I chambre fritfori'inue La Manufacture Hatienne de Chapeaux L'Indigent Dparts de i\ew lor/t. Arrivages Port au-frinc. \ Steamer cCristobali le *9 n ; rs 1932 le 3 avril 1932 leamer iluenaveniura le 5 avril le 11 avril 1UJ2 Panama Hailroad 5leampship Liue JasH. C.VAN REED Aeut Gnral aKeiition k \ PROGRES NOUVEAU RHUM hOh\EAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL MUT TOUTE CONNUE Clairin Vierge ChczN. NAZON M:P0I:WCLE BES RUES SU PEUPLE ET FEROU PHONE: M1. Laboratoire SJOURN EI mit %  l i JOURNB, Pharniacifii H Sf:j< i RMB. Pharmacien de l'Universit de Paris M. SiioiiN, Pharmacie! d l'universit de Paris.ancien interne dai Hpitaux de Paris %  SP 1 M des Urines, du suc rce, Constaita d'A Descraehi!. Dts mstires ta^les. ,du suc gastrique, du sang ( Wassrrman, Ure, Constaita d'Ambard. Glycmie). . BIRE NATIONALE de la Brasserie Nationale Se v IHI partout OrO ,10 le vene> malgr sa qualit suprieure. A le plaisir d'annoncer^ sa nombreuse Cllenile que la vente de ses CHAMEAUX se tait, depuis le 4 janvier, au N" 2027, GRAND'rfUF en face de son ancien local. Les clients y liouvcrcr.t le mme accueil. [BON MARCH. CLRIT, GOURIOISIE. Martinez, Marcelin & G 0 Loterie Nationale d'Hati 41 •, Rua Bonne.Fol, Phone : 3358 La Loterie Nationaled'Helti est une institution hautement humanitaire par la multipliH deauvres .l'aile se propose d'aid(r. une chance de bi* tre offerle anx hommes dr toutes conditions de lorluaa. Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, vSalaris il i US K r ^ rPS Gen (,e niai8on ( domestiques, ) sai s peiWr leur budget moyennant deux goudts, peuvenl gagner Iraii mille gourdes. Patrons VCommerce.Chersd'Industie,paras" aax rusutnsancea desvenles, p&r l'achat d'un billet, qui \ea libre du souci des chancesMdecins Avocats. Ingnieurs. Snateurs, Dputs, Grai Dignitaire de l'fctat.Reprsentauts de l'Intellectualit, Jaor %  alltes. Donne* l'exemple de vatre selidarfl s.cin.e. nenliers, eapitahstes, comme eu jouant, augmentez vclre .Jr U i S n ? qui hMei "aiti, r(nd Pz .!ni a^rvice en •• %  • ant le billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI. Mon! Rhum ALIX POY 30 annes de succs.



PAGE 1

Clment Magloire DlRECTfiUtt 358. BUE AMF.RlCAi.1b 'itox TELEPHONE N2212 Le tait, de no. a pro po%  •• 1 un bi t.b!.e tenier de liittt incix t av< c une volont d'acll nous lve IV me. Ihnrik li!SI> •26 me ANNEE N* 7638 PO,T AU-PR1NCE HATI > Le Pays et ses mandataires MARDI 5 AVRIL 1931 Le Snat et la Chambre st sont runis hier, inaugurant ni fait la premire session de la nouvelle lgislature. Session qui promet de marquer dans les annales parlementaires, considrer l'importance et la complexit des questions qui doivent y tre rsolues. En tout premier lieu la rvision constitutionnelle. Ce n'est pas une tche sans difficults que de fixer dans | a loi loiidamenllae les rgles suprieures qui prsideront au destin de la communaut nationale. C'est une oeuvre d'autant plus dlicate qu'a l'heure prsente, du fait mme le l'volution des ides et de l'esprit public, les opinions divergent quant la meilleure forme politique qu'il convient de donner l'Etat. Ceci ne doit inspirer aucun regret. Dans une telle question, divergence ne signifie pas pril national. Cela engendre seulement le dbat ncessaire. Ces! l'avantage et la suprioril du rgime dmocrati que qu'il permet la disais sion publique de toutes les conceptions.de toutes les doctrines, l'idlii motion, l'analyse et la critique de toutes les thories. De ce point de vue, la rvision constitutionnelle rclame de nos reprsentants le meilleur de leur intelligence, de leur hou sens averti, de leur raison claire, de leur volont le progrs. Et les problmes divers cl pressants de l'cono nie na tionalc. C'est les finances, c'est la production, c'est le travail, c'est toutes les lormes de l'aclivile publique et prive qui doivent elie conditionnes selon des nielludesiatio.nielles, 8lenvisages sous I angle de l'inUrl collectif. La dheien ce nationale sera un l'ait continu si rsolument nous ne prenons la voie des reformes qu'indique l'elat prsent des (flaires publiques. Il faut raliser dans l'ordre politique, conomique et administratif Redressement national prend le sens de transformation. Une transformation gnrale, profonde, relle. L'œuvre est ainsi positive qui est la charge des dirigeants. La tche est particulirement laborieuse pour les reprsentants "de la nation. Interprtes de ses sentiments et de ses aspirations, il leur revient de tracer les directives ncessaires. Dans l'instant actuel, d'un bout l'autre du pays, s'entend l'immense gmissement d'un peuple malheureux et misrable. La responsabilit s'accroit terriblement pour ceux-l qui, au gouvernement et au parlement, conduisent les afiaires publiques. Avec quelles ides et quelles vues arrivent les lus du 10 janvier? "** Ce que le pays rclame de ceux qui ont conquis leurs siges la Chambre, c'est de .ne point oublier son existen'ce. Eisa dtresse grandissante. Le moment est tragique. Tout un peuple profondment allcintdans sa vitalit mme Il ne peut seulement s'agir de discourir lgamment. De btir de beaux plans thoriques. C'est une nergique action lonstruclive qui vitera noIre collectivit la dfinitive .'llitj. El c'est la mission des reprsentants du peupl d'im poser les vues et les so'niions d'intrt public. La condition essentielle pour la bien rem plir, c'est l'indpendance des lus. Fadeur primordial qui, selon qu'il existe eu n'existe pas, grandit ou diminue mo raie ment une assemble politique Si nos dputs ne mconnaissent point cette vrit il n'y pas de raison pour qu'ils la "mconnu sseirt,— ils auront, vis--vis du Pouvoir, l'indpendance d'opinion el d'apprciation qui s'affirmera par leurs paroles et pur leurs voles. C'est la chose premire que le pays rclame de ses man dataires. Ce sera d'tre pratique la Chambre nouvelle que celle-ci se justifiera devant l'histoire. J A FTE DU •MATIN Jamais die n'a t aussi belle, Caetera Dlienne, de LA LIBRK Misai grandiose, cette fte du T.UBUNE.onl prsente leurs souM.vriN. T„ute la journe du 1er haits au .directeur. Avril et assez lard clans la soii Le mapr William Buchaaan re, ce lut un dfil interminaSullivan, du Manne Corps, rel'Ie, indescriptible d'amis aux prsentant la pressa associ bureaux du Tournai. Des roses accompagne de notre ami Ui*e toutes nuances en gerbes, en ment roussam. aprs avoir %  rfaeiiles. en bouquets embautransmis les MidtltUMMda ctoient les salles el mettaient lonel lUle. chef de lOccupateur parure clatante dans celte tion n,tre directeur, v.site les fte de famille du 26me anni, ateliers du joun al e; oi imc le plaisir qu il prouve a formuler des souhaits au MATIN. Il en fait l'loge, dchire que c'est le most cou ervative pa-, per dont les articles toujours bien penss sont rdigs par des Hrsairede la fondation de notai quotidien qui a eu un immense succs. Dans une atmosphre de hanche cordialit, dans une apothose de clart.de ce s fleurs rares aux mille nuang.exhalant leurs parfums trouvants, la l't se droula avec "ne magnifique intensit de vie (t de coloris. Nous avons not "peialemenl de magnifiques lbes envoyes par MM. Llio %  Webranch, chel du Cabinet J Prsident, Edgard Fanfan, [Jtet de Port-au-Prince, Mr et Jg Franois Jn Charles, Mr *me Schulz, avec I expres*>n de leurs meilleurs vœux. "''.uiioinl,! ihl.-s autos stationll,l *nl a la rue amricaine. .J celle occasi. \UTIS a *vr l(X)0 tartes de ein ; pour Cin-VarK el 5our "Niant CLIENTS SATISFAIT S W1I7 grande par •atisfaitt. /.itv-i i t c-t-il aujourd'hui entra cette banque et KI clients, des plus en plus cordi %  font honneur tous les Jeux. C. m. p#M4 tout un pUitir il faut tftftt (lui nouj La Banque Royale du Canada cel anniversaire au local m du MATIN pour lui accorder un caractre plus intime. LK MATIN est une \\)vcti morale, intellectuelle, sociale ri politique, s des dehors de modrai ion, de bonhomie. I. MAIIN a nie loe- triiie personnelle et nul ne p l'ignorer.Elle s'accorde ave mouvements de celle vie ha. Cl nenl M igloire b -il \u famille du M v.m. Louis Cullard, directeur du t Alphons • Lai rfnr, ad ninistrn • Emmanuel Villarson, de la Gard de prend r r m ftoire tu il l'l i-ede\l.()e m. I I le// m i lr man Hnnt fini c •. Klergie, la haute valeur tienne si complexe,si dconcermoral r tante I certaines heures. Qui ;I laet, que de courage surtout ne j q i i.quj i laul-il pas pour concilier I rai o i gt i irale, d il f : .i [fa mot %  le • le.n i Husco el les n : nh Propos humides o— J'ai penlu la II il l'iaii. QUBII un en i, i ncorc lateur.Jt perifi Aussi > COmprOO h r qu'il so. nu Indique i qui le remellra d'aplomb. %  qui surv are il • u r; il dil que • ii i e . le dira te ir du MATIN i une enqute. Il I vaienl | is n il l'un; lait u r qu'il unpli u qui ho Cnllard, i cou Ire ,. il.nenl I parti, le collaborateurs intelligents et se ricux, les meilleurs du pays. Au Champagne, le major renouvelle ses vœux et notre directeur l'en remercie aimablement. Kichard Constant ht 1 article de fond du jour sign du snateur Pradel, au milieu d'un silence recueilli. Le snateur Pradel prononce un magnifique discours. Je crois hre,dit-il, dans les yeux deTom Vilmenav, de Richard Consta etde Victor Hi inas,taretiactioo IUMATIN.U te invite direquelpurolei aimables aux nombreux amis ici prsents cette pas po les points de vue, ne pis Ironiser les intrts en jeu, dire • mot de vrit el d justice eu toute liert, en toute in lpeudance A ce point dp vue, l L MATIN pourra il servir de m dle aux autres rdactions. Je dis ce que je pense. Certes, LE MATIN a mis en lumire de fortes personnalits, l'iesque tous ceux qui tiennent une plume ont d crire au journal e. pour crire l'histoire de ce pays, c'esl dans LE MATIN qu'on trouvera une source Inpuisable de documentation.Les crivains du MATIN ne se eonlenlenl pas de commenter les vnements au jour le jour, ils prvoient leur rpercussion dans l'avenir. C e l une sorte de prescience qu'ils exercent. Aux heures o une atmosphre d'angoisse semble 'appesantir sur nous, La MATIN ne perd pas la notion clai exacte des ralits. Etre pro phle dans son pays, il sembh que LE MATIN l'esl el c'est ce qui lui confre ce prestige, selle autorit qui provoquent chez lous ce sentiment d'admiration dont ils ne peuvent se delendre.Je bois, Messieurs, la sant du MATIN. Des applaudissements nourris soulignent le discours du nateur et le Champagne coule %  Ilots aprs des remercieme mus du directeur, qui lui repond avec celte aisance naturelle, une dignit si grande, qu'elle intimide parfois, par la citation d'un passage du Je acl de Cyrano. Me Beautils dit que par ses radiliou-, s es principes. LE MA.IN constitue actuellement un pouvoir clatant,affirm par les nombreux amis oonscieu qui viennent fliciter son directeur de son anniversaire. MAIIN est une force morale, eiale el politique donl l'ouivre rayonne.dit-il, travers le |. tout entier.Sa parole ardente et convaincue meut toute I a 1rs du ; iiirnal. Cl lit To i l lilll M U'Ic de •leur de c l bi II i i iii l es atiou de la p a. • % %  • h ltienne qui a nw vale tr, une porle consi lrable. Il b il la gloire el l.i prosprit du \l MIN qui doii certaine nenl voir encore de longues ann ce aui soi i-, ex pus et p : lente des me nbres intelligents el d\ de sy rdactio i. En un lang i [e clair el simple, en quelques mots venu du cas ir,M. Brand I i directepr de 9on am tbilit. il n'a pa ; l'intention de faire, dit-il,un longdi i ours | i, %  tte intim irait pas >a raison d'lr -. S'a Iressanl !l nenl Magloire: >i vo is ave/ tant d'amis, dclare-t-il, pi'ils vous ai a -n • no nbreux aussi ceu i qui •sliaient r| vous respectent. v"o8 tes un de i e i lio rimes qu'on resp cte 11 pi is da La pui le vous agit sur loul ce ^ui 'OUfl environne. Lt VIATIN esl un m pep. rance el iPa il C'est ;ra Il esl il bien ae* lli. Ou l'ac a ids qu'il parait, n Ihva Vincent issi des souhaits au MATIN. rit, Q os ,. ir nu >n isique •n du I mi Lue. ,1 Baptiste, do me un en .niable an 1 | \I \\ |\ liai qui, durant tto pures coufi l'assistance p ir l'< m d< liv a ] iii, morceaoi, V onze hea Magloire, tr d • noir, sv ic I : lUlQ : %  I %  i.i i t* e co M \) ilin ionner a m ir. Le \iaestro Jn-Bsptiite du II. ai eu • d de la ltfl el far nu SMI l'Iioii e lui %  Voua contribuez lai dil il, Vous trqihlion d Uccid I dovic Lamothe, I eu. h • i- aval en il un II t] i r %  elle phalange de gl a traduit;'iv | ni | i dion. d'intelligence, de n et de i vl \ I ai ii i li ; < r, '< i • 'a I a. i i spiritu* i. un di D 'te Maiso i qtia l vie av r-nt an omis son pitelin, S'.* ^11 i a ix Conaves. loin lee ' ;u le '_' i • M annivei sire .lu MATIN. SM I ftlre tard !s, n'en 111 P MO a t d'un fi.lliouel d'une sincrit UMI II peine de les %  • otr Nom (KIL adresse corn ne 4 un Mi nr fidle un : ltc* liens %  ard au cainar ide reqne nol e %  laat lard— qui i !-t 'm nous avo> n des ; ('e h mea iffeclueuse •,— 1 6 •' appel au Par juel -ta rib m I Civil, ftr goala par I et re l > lourn ''i i 'ut 1 bliquc des !•• Sor 1. I il ; co ipji i %  i n'a i I II %  cou nd it < i d '\> >!... et n llicito s notre c !• r, a liant |U i du courage lequel il a maintenu son i imedi i ir la lans 'l'une Packai '. ua l %  gendarmai 'ociera eu len ic de ne, De quai retournaitnieui s du U( uvernenl pour clturer las ira. de leur rcent congrs, il pacifiquement a StSi le In un banquet auq el aa ivaii ni loai aussi pacifique* i convi • tjuel pies pereos< %  Qciels. • .. vmt qn'i lion de la lu MU'IN'. cil nain, de la lir a journal aai Ijrpoe, i les unis, de |ea. le mi ; Cr ivates, m mclioire, ion •, e .i pi [s, eto, amis di |U il't, tu is choisis indi Vfagati H de Paul \u cita. ... a revu b lt lu MATIN, ••'i..' ii (a ouli %  lnotre ictio i ; Monsieur Bra Vm' 19 a ex niaiA, itru III p til [] i a ( Jj<, cre t f vei\ qu'il lo.u' poarh proa le aotr i Vfaiao i. Nocif rem i i a\ e, Lii i• point r [ e i P ,...,• g | loast it ail duGouva.-, : ; PrsiBnt.son anci i r d •• ,eu 'I [Udl q te l'anniversaire du \l \ riNoepoti. Vll! n ••.ait matin lait p i v ir un? i ''i i %  cor tei de routa, • i a al de s : ibinet Parculier. . ailresse a i f| \ett% re i notre a m Bra Vmoeat, • • Voit que i fuhn \r#//r// OU trouve ti : ... g, '•t qi lautO' nobile, .i e eau I • leur g*i de beau i l'huila, J i i %  %  Irouve ballona ce ballons i H, o .u pjnr Ha ti. ij^naaa


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06971
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Tuesday, April 05, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06971

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DlRECTfiUtt "
358. BUE AMF.RlCAi.1b 'itox
TELEPHONE N2212
Le tait, de no. a pro
po- 1 un bi t.b!.e ten-
ier de liittt incix t av< c
une volont d'acll
nous lve IV me.
Ihnrik li!SI>
26 me ANNEE N* 7638
PO,T AU-PR1NCE HATI >
Le Pays et ses mandataires
MARDI 5 AVRIL 1931
Le Snat et la Chambre st
sont runis hier, inaugurant
ni fait la premire session de
la nouvelle lgislature. Ses-
sion qui promet de marquer
dans les annales parlemen-
taires, considrer l'impor-
tance et la complexit des
questions qui doivent y tre
rsolues.
En tout premier lieu la r-
vision constitutionnelle.
Ce n'est pas une tche sans
difficults que de fixer dans
|a loi loiidamenllae les r-
gles suprieures qui prside-
ront au destin de la commu-
naut nationale. C'est une
oeuvre d'autant plus dlicate
qu'a l'heure prsente, du fait
mme le l'volution des ides
et de l'esprit public, les opi-
nions divergent quant la
meilleure forme politique
qu'il convient de donner
l'Etat. Ceci ne doit inspirer
aucun regret. Dans une telle
question, divergence ne si-
gnifie pas pril national. Ce-
la engendre seulement le d-
bat ncessaire.
Ces! l'avantage et la sup-
rioril du rgime dmocrati
que qu'il permet la disais
sion publique de toutes les
conceptions.de toutes les doc-
trines, l'idlii motion, l'analyse
et la critique de toutes les
thories. De ce point de vue,
la rvision constitutionnelle
rclame de nos reprsentants
le meilleur de leur intelligen-
ce, de leur hou sens averti, de
leur raison claire, de leur
volont le progrs.
Et les problmes divers cl
pressants de l'cono nie na -
tionalc.
C'est les finances, c'est la
production, c'est le travail,
c'est toutes les lormes de l'ac-
livile publique et prive qui
doivent elie conditionnes se-
lon des nielludesiatio.nielles,
8lenvisages sous I angle de
l'inUrl collectif. La dheien
ce nationale sera un l'ait con-
tinu si rsolument nous ne
prenons la voie des reformes
qu'indique l'elat prsent des
(flaires publiques. Il faut ra-
liser dans l'ordre politique,
conomique et administratif
Redressement national prend
le sens de transformation.
Une transformation gnrale,
profonde, relle.
L'uvre est ainsi positive
qui est la charge des diri-
geants. La tche est particu-
lirement laborieuse pour les
reprsentants "de la nation.
Interprtes de ses sentiments
et de ses aspirations, il leur
revient de tracer les directi-
ves ncessaires. Dans l'ins-
tant actuel, d'un bout l'au-
tre du pays, s'entend l'immen-
se gmissement d'un peuple
malheureux et misrable. La
responsabilit s'accroit terri-
blement pour ceux-l qui, au
gouvernement et au parle-
ment, conduisent les afiaires
publiques.
Avec quelles ides et quelles
vues arrivent les lus du 10
janvier? "**
Ce que le pays rclame de
ceux qui ont conquis leurs
siges la Chambre, c'est de
.ne point oublier son existen-
'ce. Eisa dtresse grandissan-
te. Le moment est tragique.
Tout un peuple profondment
allcintdans sa vitalit mme
Il ne peut seulement s'agir de
discourir lgamment. De b-
tir de beaux plans thoriques.
C'est une nergique action
lonstruclive qui vitera no-
Ire collectivit la dfinitive
.'llitj.
El c'est la mission des re-
prsentants du peupl d'im
poser les vues et les so'niions
d'intrt public. La condition
essentielle pour la bien rem
plir, c'est l'indpendance des
lus. Fadeur primordial qui,
selon qu'il existe eu n'existe
pas, grandit ou diminue mo
raie ment une assemble po-
litique Si nos dputs ne m-
connaissent point cette vri-
t il n'y pas de raison pour
qu'ils la "mconnu sseirt, ils
auront, vis--vis du Pouvoir,
l'indpendance d'opinion el
d'apprciation qui s'affirmera
par leurs paroles et pur leurs
voles.
C'est la chose premire que
le pays rclame de ses man
dataires. Ce sera d'tre prati-
que la Chambre nouvelle
que celle-ci se justifiera de-
vant l'histoire.
J
A FTE DU MATIN
Jamais die n'a t aussi belle, Caetera Dlienne, de La Librk
Misai grandiose, cette fte du T.UBUNE.onl prsente leurs sou-
M.vriN. Tute la journe du 1er haits au .directeur.
Avril et assez lard clans la soi- i Le mapr William Buchaaan
re, ce lut un dfil intermina- Sullivan, du Manne Corps, re-
l'Ie, indescriptible d'amis aux prsentant la pressa associ
bureaux du Tournai. Des roses accompagne de notre ami Ui-
*e toutes nuances en gerbes, en ment roussam. aprs avoir
rfaeiiles. en bouquets embau- transmis les MidtltUMMda c-
toient les salles el mettaient lonel lUle. chef de lOccupa-
teur parure clatante dans celte tion n,tre directeur, v.site les
fte de famille du 26me anni- ateliers du joun al e; oi imc
le plaisir qu il prouve a for-
muler des souhaits au Matin.
Il en fait l'loge, dchire que
c'est le most cou ervative pa-,
per dont les articles toujours
bien penss sont rdigs par des
Hrsairede la fondation de no-
tai quotidien qui a eu un im-
mense succs. Dans une atmos-
phre de hanche cordialit,
dans une apothose de clart.de
ces fleurs rares aux mille nuan-
g.exhalant leurs parfums trou-
vants, la l't se droula avec
"ne magnifique intensit de vie
(t de coloris. Nous avons not
"peialemenl de magnifiques
lbes envoyes par MM. Llio
Webranch, chel du Cabinet
J Prsident, Edgard Fanfan,
[Jtet de Port-au-Prince, Mr et
Jg Franois Jn Charles, Mr
*me Schulz, avec I expres-
*>n de leurs meilleurs vux.
"''.uiioinl,!.ihl.-s autos station-
ll,l*nl a la rue amricaine.
.J celle occasi. \Utis a
*vr l(X)0 tartes de ein
; pour Cin-Va-
rK el 5our "Niant
CLIENTS SATISFAIT S

W1I7
grande par
atisfaitt. /.itv-i i t c-t-il au-
jourd'hui entra cette banque et
ki clients, des plus
en plus cordi font hon-
neur tous les Jeux.
C. m. p#M4 tout un pUitir
il faut tftftt (lui nouj
La Banque Royale
du Canada

cel anniversaire au local m
du Matin pour lui accorder un
caractre plus intime. Lk Matin
est une \\)vcti morale, intellec-
tuelle, sociale ri politique, s
des dehors de modrai ion, de
bonhomie. I. Maiin a nie loe-
triiie personnelle et nul ne p
l'ignorer.Elle s'accorde ave
mouvements de celle vie ha-
. Cl nenl M igloire b -il
\u famille du M v.m. Louis
Cullard, directeur du t
Alphons Lai rfnr, ad ninistrn
Emmanuel Villarson, de
la Gard de
prend r r m ftoire
tu il l'l i-ede\l.()e m.II.
le// m i lr man Hnnt fini
c . K- lergie, la haute valeur
tienne si complexe,si dconcer- moral r
tante I certaines heures. Qui ;i
laet, que de courage surtout ne j q i i.quj i
laul-il pas pour concilier I rai o i gt i irale, d il
f : .i [fa
mot le le.n i
Husco el les n : nh
Propos
humides
- o
J'ai penlu la II
il
l'iaii.
Qubii
un en
i,
i ncorc
lateur.Jt perifi
Aussi > COmprOO h
r qu'il so. nu
Indique
i
qui le remellra
d'aplomb.
qui surv are il

u r;
il dil
que ii ie
.
le dira te ir du MATIN i
une enqute. Il
I
vaienl | is n il
l'un;
lait u r qu'il
.
unpli u qui ho
Cnllard, .
i
cou Ire ,.
il.nenl I
parti, le
collaborateurs intelligents et se
ricux, les meilleurs du pays.
Au Champagne, le major re-
nouvelle ses vux et notre di-
recteur l'en remercie aimable-
ment.
Kichard Constant ht 1 article
de fond du jour sign du sna-
teur Pradel, au milieu d'un si-
lence recueilli.
Le snateur Pradel prononce
un magnifique discours. Je crois
hre,dit-il, dans les yeux deTom
Vilmenav, de Richard Consta
etde Victor Hi inas,taretiactioo
iuMatin.u te invite direquel-
purolei aimables aux nom-
breux amis ici prsents cette
pas po
les points de vue, ne pis Ironi-
ser les intrts en jeu, dire
mot de vrit el d justice eu
toute liert, en toute in lpeu-
dance A ce point dp vue, l l
Matin pourra il servir de m
dle aux autres rdactions. Je
dis ce que je pense. Certes, Le
Matin a mis en lumire de for-
tes personnalits, l'iesque tous
ceux qui tiennent une plume
ont d crire au journal e.
pour crire l'histoire de ce pays,
c'esl dans Le Matin qu'on trou-
vera une source Inpuisable de
documentation.Les crivains du
Matin ne se eonlenlenl pas de
commenter les vnements au
jour le jour, ils prvoient leur
rpercussion dans l'avenir.Ce-l
une sorte de prescience qu'ils
exercent. Aux heures o une
atmosphre d'angoisse semble
'appesantir sur nous, La Matin
ne perd pas la notion clai
exacte des ralits. Etre pro
phle dans son pays, il sembh
que Le Matin l'esl el c'est ce qui
lui confre ce prestige, selle
autorit qui provoquent chez
lous ce sentiment d'admiration
dont ils ne peuvent se delen-
dre.Je bois, Messieurs, la sant
du Matin.
Des applaudissements nour-
ris soulignent le discours du
nateur et le Champagne coule
Ilots aprs des remercieme
mus du directeur, qui lui re-
pond avec celte aisance natu-
relle, une dignit si grande, qu'-
elle intimide parfois, par la ci-
tation d'un passage du Je acl
de Cyrano. Me Beautils dit que
par ses radiliou-,ses principes.
Le Ma.in constitue actuellement
un pouvoir clatant,affirm par
les nombreux amis oonscieu
qui viennent fliciter son di-
recteur de son anniversaire.
Maiin est une force morale,
eiale el politique donl l'ouivre
rayonne.dit-il, travers le |.
tout entier.Sa parole ardente et
convaincue meut toute I a
1rs du ; iiirnal.
Cl lit To i l lilll m U'Ic de
leur de c l bi II i i
iiiles atiou de la p a. h ltien-
ne qui a nw vale tr, une porle
consi lrable. Il b il la gloire
el l.i prosprit du \l min qui
doii certaine nenl voir encore
de longues ann ce aui
soi i-, ex pus et p : lente des
me nbres intelligents el d\
de sy rdactio i.
En un lang i [e clair el sim-
ple, en quelques mots venu du
cas ir,M. Brand I i di-
rectepr de 9on am tbilit. il n'a
pa ; l'intention de faire, dit-il,un
longdi i ours | i,
tte intim irait pas
>a raison d'lr -. S'a Iressanl
!l nenl Magloire: >i vo is ave/
tant d'amis, dclare-t-il,
pi'ils vous ai a -n
no nbreux aussi ceu i qui
sliaient r| vous respectent.
v"o8 tes un de i e i lio rimes
qu'on resp cte 11 pi is da
La pui
le vous agit sur loul ce ^ui
'OUfl environne. Lt VIaTIN esl
un m pep.
rance el iPa il C'est


;ra
Il esl il bien ae*
lli. Ou l'ac a i- ds qu'il
parait, n
Ihva Vincent issi des
souhaits au Matin. ',e de dire Monsieur le Pisi-
dent, voire frre, rpon I le di
i acteur, qu'en es jour solennel,
nous n oublioii
de ceux qui oui app uleiiu a |fl
rdaction du \jkn.N el onl eon-
tribti gloire et i |
al'll.
Sur ee ton d'lgance qui
plat au cur el a 1- iprit,
aient Sfaglo ' I
ice Arthui : ix-ad-
ministrateur du MATIN qu
t heures graves.prilli es, o la
tance. il( ,j.e|1.
Des sandwichs sont servis, cocktails, des ralraielussenie
varis, mettent de la gai a da i linl parle du d-
tous les coeurs, des souril
toutes les lvres, A midi
apritif d'bomieu
l'aimabledirecteui u-
hou nombre d'amis.
de l'api
;.Ts|i aon pour Kaitiana. ",euA. Ti v,.ii.miI
Moravia, directeur du e lauuIle. ;M exc;e .
[,]',, d'HAin- ami Clment Magloire n a pas
uve d Nouvel voulu lui diw mitot moj-
^ Ren Isidore, de L'ArrtL,! dain. Il a voulu clbrer, fter
midi, une ree
lieu, i u punch del
vrt\.\ table est i ou. ;, il
de sandwichs, de
fritudises pour les potalaa plus I gra a la suite dee evuemeuU* nr tuile en
ui |)
uir le \ ur a l'of ice du
Depui l'a plusquil
l.
Vtar
en i hel lu NT i t i
speech 1res bii
ii ni no i n .r i >rit,
Q os ,. ir nu
>n i-
sique
n du I mi Lue. ,1 .
Baptiste, do me un en
.niable an 1 | \I \\ |\
liai
qui, durant tto pures
coufi
l'assistance p ir l'< m d<
liv a ] iii, morceaoi,
V onze hea
Magloire, tr
d noir, sv ic I
: lUlQ
' : I
i.ii t*
e co m
\) ilin
ionner a m ir.
Le \iaestro Jn-Bsptiite du
II.ai eu d '
de la ltfl el far nu smi
l'Iioii
e lui
Voua contribuez lai dil il,
Vous trq-
ihlion d Uccid I
dovic Lamothe, I eu.
h
i- aval en
il un II t]
i r
elle phalange de gl
a traduit;'iv | ni | i dion.
d'intelligence, de n et
de i
vl \ I
ai ii i li;< r, '< i 'a
I a. i i spiritu* i. un
di D 'te Maiso i qtia
l vie av r-nt
an omis son pitelin, S'.*
^11 i a ix Conaves. loin lee
' ;u le '_' i M
annivei sire .lu Matin. Sm
I ftlre tard !s, n'en
111 P MO a t d'un fi.lliou-
el d'une sincrit umI
II peine de les . otr
Nom (Kil adresse corn ne 4
un Mi nr fidle un : ltc*
liens ard au cainar ide re-
qne nol e laat
lard qui i !-t
'm nous avo> n des
; ('e h m- ea
iffeclueuse ,
1 6 ' appel au Par juel -ta
rib m I Civil, ftr
goala par I et re
l > lourn ''i i 'ut
1 bliquc des ! Sor 1.
I il ; co ipji i i n'a
i I II , cou
nd it < i d '\> >!... et
n llicito s notre c !
r, a liant |U i du courage
lequel il a maintenu son
i imedi i ir la
lans
'l'une Packai '. ua
l gendarmai
'ociera eu len ic de
ne, De quai retournait-
nieui s du U( uver-
nenl pour clturer las ira.
de leur rcent congrs,
il pacifiquement a St-
Si le In un banquet auq el aa
ivaii ni loai aussi pacifique*
i convi tjuel pies pereos<
Qciels.

*.
.. vmt qn'i lion de la
lu MU'IN'. cil nain, de la
lir a journal aai Ijrpoe,
i les unis, de |- ea.
le mi ; Cr ivates, m mclioire,
ion , e .i pi [s, eto, amis di
|U il't, tu is choisis
indi Vfagati h de Paul
\u cita.
... a revu b lt lu MATIN,
'i..' ii (a ouli l- notre
ictio i ; Monsieur Bra Vm-
' 19 a ex niaiA, itru
III p til [] i a (Jj<,cretf
vei\ qu'il lo.u' poarh
proa le aotr i Vfaiao i. No-
cif rem i i a\ e, Lii
i point r[
e i p ,..., g |
loast it ail duGouva.-,
: ; Prsi-
Bnt.son anci i r d
,eu 'I [Udl q te
l'anniversaire du \l \ riNoepoti.
Vll! n .ait
matin lait p i v ir un?
i ''i i cor tei de routa,
i a al de s : ibinet Par-
culier.
. ailresse a i f| \ett% re
i notre a m Bra Vmoeat,
Voit que i fuhn \r#//r//
OU trouve ti : ... g,
't qi lautO'
nobile, .i e eau
I leur g*-
i de beau
. i l'huila,,J *
i i '- Irouve
ballona ce
ballons
i H,
o

.u pjnr Ha ti.
ij^naaa


PAGE
Wi MAsUN -- :> As ii 1 32
. MM U|MBM
m
i -_/. *r^^
La Fte du MATIN
10
S :ile de la Premire Poge
damment sei vi. ' '*. oque de
remembrancts du pass qui
n'ont pas manqua de charme,
dans ce f'coi iant. 0
lbre avec ai ec ton
fiance, l'amour du ! iTIN et la
toi dans ses d > s.
A deux heures du i atin, I
MATIN terme se portes. A
I Eldorado , ches h ed (* ii
raud.se n trouv Dr d'une
table Vilmenay, : al rd, Ri-
chard Constant, Vii oi Thomas,
Flix Courtois, il
|,s llei'iy Dui 1' idolphe
blanche!, Louis Laudua, Cl-
ment Toussaint, Albi ri Mc-Gnl-
fe, l);uis ce cadn- enchanl
de l'Eldorado, Gairsnd a un
geste magnifique. Il ortie di
Champagne tu l'honneur du
MATIN el Ks ci up< ne di un
plissent pas. Gi irai d serait-il
notre Hagumeau VA i us buvons
au MATIN, dit Caliar le plut
prestigieux, le plus valeur m-
loun.al d'Hati.Viln : l. el Ri-
chard Constant l'en rmerciei
et Lont des vux p< ur LE PAl
.< qui ils souhaitent la mm<
< loire que celle du MATIN. U.
collier de souvenirs est gn ru
dont la chaude cou!, i i. Is nos-
talgie fine el insii uante nout
iont passer des heurt s exquistt
pleints de Isntaieiei el d har-
mes. Des posies sont dites pai
Vilmenay el Richard Constant.
A trois heures du mi lin, on se
spare avtc regret it aussitt
rentr je hrosse ce compte*rei
du pour le journal.
.le tondrais pouvoir cit r !<
noms de tous eux qni ont eu
la m hc.de stll nlion de lail l
visite au MA UN, urs de la
journe du Ici Avril, nais hias!
dans l'encoml li c |oi r
de lte, plusu urs < r inemei i
oui d m'chapper.
*.--,LK MATIN r< men ie hien i
dialement les m
qui, ,a l'occai > ani i
versaire I de i o
i ien voulu lui ; [ r un ti-
u.oignsgs de rvoqd Ihie et dt
i nnsidratioo. n li ui est pro*
londo eut reconnai isi l |de la
haute marque d'estime dont il s
l l'objet .de leur pat il c'est
CHOS
o'
i i suis
0
ANNIVERSAIRE
oy
& eux qu'il doit le succs triom"
phal de ^ lte. Merci, merci
lous.
v us avoi.s Dot au hasard :
MM. Eps directeur u Ca-
, I imolon Bran, priel de
On i Ans. V i'iiune, an-
rtet de St-Marc,le depu-
Gilles, le s-na1' "r T'omhrui ,
Flix afagloi e, Ernest Ley ,
! red. Gairand, rhronybule ua
. Andr Bl t Hennis, Emile Huumer,
le snateur Justin Latortae.Gaa*
pard Monsanto, Dr Vf. Pluvise,
Agn mt, H. I'. Garnei,
Eug. Le Boss, Richard Sa -
nave, Substitut nu Commissaire
du Gouvernement, Hounelil des
sa, Allred Viau, Jusiinu d
RiCOt, Lo| old Pincliinat, Lie
Doisinville, tt'enue Joinvitl*
ut i B massa, Auguste Dan
mec, Henri Rouzier, Sumuel
L' reira, Georges Roland, D
Dbrosse, Tbos. IL Lechaud
-les Alpine Alphonse, Max
Denis, Ainhonsa Hennquez, Fer-
dinand ration, Richard Mi -
Gullie, Ernst Lon, Henri Eli*.
Henry Dm and, Lon Bon-
gard, rernand Deunis, L. L.
bbnason, Mai\ei Gourai*-,
Louis Roy, Marcel Villar
Pn spei Legros, Clment Polh ,
Victor et Edmond Mungun ,
us Lauduu, L>r T m ,
mond Ceicis, Intoni Ro>,
: pb Dulorl, Maicel Mexil.,
n les Bouchereau,Henri Bei-
iin, Aristide Doucet, Emmanu 1
ut, Chrialiao Goicoi ,
Hyppohle Stn.es II .rry Tippi
ii'im , Dr Savsin, t'aul avai ,
Camille Homo, Edouard Bau -
, Victor Oastel, Robert
Josi ph Nadal, Maurice But
Paul Gardn, Hem.t Frd
Maurice Michel, Mai
Pierre, Ciemenl 'loussamt.Mai
cel l'rzeau, Holand Beaufila
Buteau, Hirsb,j Lemke,
harles,Clmeut Des-
, | d| ni Loubeau, Lui
UO, Camille Homo, Lediei
Uupoux, Nocli .nliu, Charlei
\ i i be, hue S. bslomon, Vv
t /, Georges Baao, Josepl
.oler.Ttlix Couilois.elc.it
T.A.V.
Notre vingt sixime Anniversaire
HOMMAGES au MATIN
t
Les ingnieurs et archi-
tectes du gouvernement ont
cltur leur Congrs par un
banquet Sea Side Inn.same-
di soir. Le Prsident Viuceu
y a pris part.
- Le Moniteur publie un anc
t qui ouvre au D paiteinent
des* travaux publics un cr-
lil extraordinaire de '25,000
gourdes destin BUS. rpara-
tions utiles la Citadelle La*
errin 11 l'sgit paiticulire-
ment de l'peron et du bas
lici de lu clbre forteresse.
Un arrte proroge poui
la fin de l'exercice en cours
in dure du crdit de 1,400,
000 gourdes accord au Di
rmiument des uavaux pu-
blics pour construction et
un lioratioo des routes.
#n ; nnunce la rv .ration
le M.Alphonse Lrreor,admi
Distrateui an ''ays >, com-
me conti nt eux 1 i Deoai te-
neul de l'Intrieur. Repr-
rjai le< i>; r action directe el
immdiate.
u y .i eu san edi aprs- i
m H au PalaH National une)
reunion d< iati urs et 1 ut( s. On e ivisageait.pa \
r iit-i Ia rvisiou COQstitu-.
tionnelle. t
Il se tiend a Bruxelles,!
e:i sept< inbr prochmi une ;
ci lrei << internationale du .
cacao dont ie gouvernem- ni
b -,i a pris l'iuiiiative. tliiti
y si convie. '
Mr. Adalbert Lecorp ,
m uistre a S i ito-Dumingo )
est BctuelleBI nt Port-au-
Prince. "*
-- la Garde d'Hati, qui
administre les prisons,a iug-j
gr de gracier nu grand nom '
bre de prisvbiers, les tonds
disponibles taut insolfisants
pour 1 entretien des dteni.
actuellement dans nos diver-
ses prisons. a c'est de linat l
tendu.
i i..i.s h bui de propa-
ger la boxe en Hun, le conseil
de l'U S. S. 11. a i trois ui
groupe d'ami ttursd'organisti
une soire de boxe, le 4 mai
prochain.
Notre contrre Le Matin,
l'occasion de son 'ibme anni-
versaire, a ollei t un Numro
spcial, avec de trs belles
pages de distingus crivains
Hatiens. ,
ISous envoyons son Di-
icteur.Mr Clment Magloire,
nos llicitalions et nos sou-
haits de lougue vie.
L'OCCIDINTAL >.

1
Nouveau
succs
Dimanche soir Varits c
le nouveau chel-d'ceuvre df
l harbe Chaplin : Le S.umin |
le la Ville passait une se onde
lois sur l'cran.
Varits a iopu IVlCSll nte
,dee de n passer ce lilni des
prix plus modrs pour permet-
tre a tou1 le monde d'en jouir.
Avis
La Compagnie ^enerali.
Transatlantique a l'honneur
dinlonser le public qu'a
partir du 1er avril Air F. M.
Altien remplace Mr b- Robe-
lia comme Agent Gnral a
Tort au Prince de la Corapa
gaie Gnrais lisusatlauii-
qoe.
Un bureau est ouvert cet
tfletiuedu Quai en tace de
, l.'o'anto ious serons lis
heureux d y rtcevon la clien-
tle et o nous nous eflorce
ions de la satisfaire,
l'ort-au-Prince, le 1er avril
m'A. \lir
Boite postale *. 174 j
Tlphone 3220
Adresse tlgraphique T
^Altieri Hortaul'rince.
I Uicni t-oudre est recois-
mand par le Hrolesseur Hou-
chet de PAcadmie de Mdecine.
ijmmCumme laxatif : / cachet
> purgatif: 2 cachet.
Concessionnaire pour Haiti
Pharmacie Saint Franois
Dr MATHURIN, Grsnd'Rse.

NSnat
lhtUHHIt iLI
C0MP1ERA. UtMAIN. 2J ANS
Demain vei dredi marquei
le 20c Anniversaire de noire
grand Contrre L Matin
dont le renom, tant au point
Ue vue littiaire que pokti-
que, n'est plus Is re.
'20 ai.s! c'est un 11 cord qt
BOtre souriant ami Clment
Hsgloire au tobuste caract-
re, u obtenu au | ris d'une
constance extmph re appli
que dans l'ai t du journalis-
me qui B ses |extimc-. de
licatesscs.
sJ;Eu UOOa associant do tout
cuia la joie de rolre victo
rieni Coi trre, cous lui sou
bailcus ions les suc es les
plus d gniflqnes pour les
louis* venir.
Le Pays
SUhCE GRtluilE DE CINEMA
A l'occasion difcl'anniyer-
taire de la loi.dation de notn
?aillant et preHiglsux i.. i -
trre Le Matin , il y ura
einuin.a paitii de 1 heures
de l'aprs-midi, reprsenta-
lion clnmatogtaphique tant
IiailtaiHiJ-iitfiiit'til qu'
Cin*\ aritt.
Fidle a sa vieille 11 bonne
IradLiou, notre Contrre,cetU
tnne^encore,malgr Is i
conomique qui^atieiul toutes
les branches degl'activit ha-
tienne, ;i tait{g l'impossib e
pour rjouir ses petits an
sllous, petits, tons en h
demi"" Bpr*-mi au
cim n'as uu Champ de
ci un s^aviC nous ; \ ivi *Lt
butin l
Li r.os
i II mars Itii'A t
\ m
a
Auiourdhui, 1er Aviil, 26t
anniversaire de la4londatio.
du j mrnal L* Matin.
Bieu quo-notre conliie,
I depuis quelques j lUrs d-
ni uiteste, <:a Isou a
peii i iit^i ise, une certaine
mm os m notre e^ard, ions
i h, iteroi s pas a joindre nos
vieux contratarnela ceux
P e, de partout,lui adressant
nombreux^amis, car il
.i nous tsi pas possible d'ou-
bb'er que c'est a la^table dt
rdaction o il s'est^assisdu*
ran' plus de quiul uns, que
u Directtur a^appris.le
au u t qui lui vaut aujour-
,i huile redoutable bonneui
l'tre a ce poste de confiance.
Les coups d't| mjes.si nom-
oreOX soieut-ils, ne peuvtnt
,un contre le^aouvanir'iutaci
[ue^reprsentent tant d'au-
,;i 11 d co labi r. lion lov e
et quotidunne, d'amiti psr*
c 11 m binirssae.
iieu< e que nous^oppo"
. [06 i OUI nous opiui-
irerons a oppOfter aux psti-
piures qui nous tiennent
un [ournsl qui,^hier en-
on tait le. journal de Mr.
L ou l.aleau, aSjquel il a cou
sacre les plu^ Iructueuses
es de sa, prime, jeunesse
il a, | eut-tre, Bppris
m i de cui puise
joie ui iqi e dans le res-
t^tt i m d< iinx doui
o as bal i s ide i v Bilenct
t pas la p ur. ou le de--
.. ^inlts-
vi m VolOi n inllt m
j bie dv uc p-s se bultic iou-
Aprs la prcsla'ion de scr j
ment du snateur Vil char
douin L conte, le bureau
di nitif est compos du sua
leur UenisS' Inde, Prsident,
i des seuaieus Paultre il
La rrc e.lere' 2eSecrtaires,
tre eux auprs desquels en
s'' nt, tant de lois, battu ril
loute son me el de toutes srs
or ce s, ni pour lesquels on s
al) nt des inimitis qui ne
dsarmeront jamais plus, b*
puis, si la lgende \eut qu
Saturne ait dvo' ses entants,
elle n'a pas encore prtendu
qu'ils se soient veitus
lui rendre la pareille.
Et crev, ce nuage, c'est
avec plaisir que nous offrons
notie contrre nos souhaits
les meilleurs, et nos tlici-
ious pour l'effort mthodi-
que et continu que reprsen-
tentees vingt-sixauncs.Viugt
sixaiinesau coursdesquetles
se sont ^ioups,dans sa salle
de rdaction,les reprsentants
les plut S'Uti riss de notre
[tiile et oui.lous, ont marqu
dans is diflrentes^csrrires
OU es ont diriges 1. ur vo-
ioh ou les hasarda de la
Vie.
.nous n'ael veroos pi s cet
arlicnlet sans adresser d'une
sorte toute particulire, nos
compliment! a Mr Cln eut
Magfoire qui b dirig et dirige
encore avec tant d'aisance et
de maltrise'i son,^quotidien
el reprsente si partaitement
lie journalisme de chez nous
'entes les lois que l'on '
de se reprsenter la
pi. Hsltiei ne, i 'si son
tiss soi rire sa-
gai ei railleui i,ui monte
dans l> pense. i
Ha ti-.Ioi"pnal
( 1er avril 1982) \
Chambre
des Dputs
SANCE D OUVERTURE DU 4 AVRIL
Une foule considrable, ds
1) heures lu matin, assige
le puiais de la reprsentation
nationale. Elle n'a pas chang.
e>t celle des grands jours,
compose de tous les l-
ments de notre rie sociale,
toujours avides de spciales,
de distractions faciles. Elle
debordt- le vaste local de la
(!hambre,se rpand au dehors,
B'aggripeauxtentrea.ba fente,
tumultueuse, indisciplines.
A dix ^heures 10 miuutes,
l'sppel nominal accuse la pr-
sence de 30 dputs. La s-
IN&P Il S XJM.&
I :
I
ueilecUomieiiicuU paicu-
a -, u ii- > pour ussurei 1 d'crire.
/.'/i vente dans le bon magasin.
VsetVuofoU
MOliR A LAU1UN Distribi i
p. 0. Box M Fort-al l'iu
Pour Chaque Got
Il ? a une quai
Krafl que vous aimerez certains*
ment. Car vous pouvez hard ment
demander un frorna
itrauverez sons l'tiquette Kraft,
ht chaque fromage Krafl esl lout
l'ait pari en saveur el en
Une-, la meilleur de sa qualit.

KRAF
PAUlliV SALIS CORl'OUAIIOil
Dislrilnih-ui
Pari-su-h-iuec, Hati.
PURIFIE LA PEAU IT [VEND I E CORPS
RESPLENDISSANT DE SANT.
LIFEOTOY
Lfc, savon in. ;
POUR MAINS, FIGURES i.i BAIS .
MOHR &. LAURIN, P.O. BOX M.. I) i eurs,
l\us Roux et du Centre, PorbaO-1
mee est ouverte sous la pr-
ifDCP du doyen de
lit enne Moraille, assist des
rretaires Salnave Zamoret
F. Lg"erre.
\vant d entamer les Irsvaux
pr liminaires de celte Asiem
b e. je demi nde.dit le Pr i
u ni. qu'en souvenir de la
Ollaboralinn de notre coll-
g e Elius El ie. frapp par uni
main criminelle, l'Assemble
observe vn^ minute de si-
lence i. Ce qui lut fait
t Nous (allons maintenant
procder, coutinue-t-il, la
formation de six bureaux
appels vi rifier.'isprs l'art
des rglements, les pouvoirs
des dputs prsents).Il donm
lecture de leur formation et
BEivlkKfftl **** nt ww m
Toutes les Polices
DE LA
annonce qVuno
du Lr PI
1". xamen In coa*
pient.
La f>tanc( spendofl
[ponr les 'r i
lion ries '-l
reprise midi i
dpn' A
d'ni e '.- va
la vricalio i peuvoifi
de quelques dep' PJ
leur validati >n. IV i r ce l"1
s'agit du en s.Moi; u"',0^
il prpo i
validutimi du : "''j*
e i attendait
-ipu Moraill l>lace
son collj Mgie, w
lput .bal ;;l,0*e
daccorlci- uu dlai juwim

j
Scomprennent la Protection contrelaj
Foudre sans augmentation de taux

Fug.Lp Boskp&*
Aqents Gnraux


f '"- 5 AvrH 1
PAGL 3
Rhum Barbaucoiiri
it la ranouimee est universelle a gard ta premire pi
I aetmandez partout :
[UN BARBANCOURT
Dpt : Rue Csar.
Le ilniKjer
vous guette!
Dana im ***?*
demi des dents
Vo're dentiste vous dira q ie
loutesles patea deniilncea ne <
rtlloient pas paied'.eroeut. Des
.preuves exactes laites par de*
i/ommes de science prouvent
ue le Colgate a la plus haute
juissance de pntration quau-
,une autre dentifrice.Ss mousse
lnlraotc entre tond dans
les moindres petites crevasses,
dloge les impurets et le ba*
|,ye dans un Ilot dtergent.
Ainsi Colgate donne une pro-
tection extra aux dents et aux
nocives. .. la protection du
nettoyage corn pie'.
C'est pourquoi, sur les con-
reildes dentistes, plus de gens
i m\ loient aujourd'hui le Col-
gate que les autres dbitrices.
le ( olgate est la t aussi en
poudre. Si nous la prlreijdt
man-iez la l'oudiu Dentifrice
Colgate
La Beaut est
prcieuse
NE PLAISANTEZ PAS
AVEC VOTHh
IHHI
Ne mliez aucun savon sur
votre figure jusqu' ce que vous
aechiei de quoi il est Fait
Le Savon Palmolive est diff-
rent de beaucoup de savon, en
ceci qu'il no contient aucune
graisse animal, aucun suit de
n'importe quelle qualit. Il est
fait d'huile de palme et dolives..
C'est pourquoi It savon 1 almo-
liveest garanti pour la peau la
plus tendre. Il est si pur que
'20. UCO spcialistes de beaut
sont d'accord pour le recom-
mander leurs clients.
I
haitement de luaul
JEUNESSE, vigueur,
charme Comment m
dpendent-ils pas d'un
vrai nettoyage avec un
savon doux mais effectif:
Palmolive
ut Savon Palmolivs
il entirement lait *
la machine. Aucun
main ne le louche jus-
qu' C que VOUS deck
FDC1
Commission
iappo '. Ce
vendredi la
pour taire son
qui est adopt.
Les dputes valiis prten'
le serment constitutionnel.
Lecture est donne du
rsultat des travaux des dift
rents bureeux qui concluent
la validatioD des pouvoirs
desmembres de l'Assemble
qui, tour a tour, prtent le
ferment rglementaire. i
Puis l'on piisse l'lection
du bureau deliuiul.L< dput
Jh. Loiiben, ayant obtenu .
l'ouaniaiit des suffrages, eet
proclam Prsident de l'Assem
liiee pour toute la session.
Aprs avoir prt serment,
il remercie ses collgues de
la haute marque de confiance
qu'ils viennent de lui donner
une 2e lois, en leur promet
tant de rtster constamment
fidle ses devoirs. .
Puis, les dputs D.Estim
etSalnave Zamor sont lus
1er et 2me secrtaire*.
Chaque soir... chaque malin...
faites une mousse crmeuse de
Savon Palmoliveel d'eau. Avec
vos deux mains, inssez-vous
bien la ligure pendanld eu mi-
nutes, laites pntrer la mousse
dans vos pores. Maintenant lin- rci l'enveloppe.
ces compltement... schez in-
tiremenl, mais doucement, Il
donnera a votre peau lia I "i
beau et je.me.
Vrifie* si le Savon Ptlmlii l
(pie ions achetez u ta tnindt
tire avec le mot l'alinolivc
n lettres dores, I enveloppe ,
etrtt et le Ktaa rouu* , ,,___.
Cin-Varicls
CE SOIR
RO Une dlicieuse production Iranaise
Voulez-vous m pouser
Arc Alice Joyce, a laquelle seront ajoutes deux comfdicl
pr aides et < liant* es.
,,,: 0,0 e(]di; 1J0.
Les Lumires de la Ville
* Z prix ,l L $?' * Pjfc lou'le made-
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Rhuni SarlSie
C'est la quintessence des meilleures
[varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs,
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!___
..- .i-
->Harii
CHANGEMENT D'ADRESSE
Mr Ludovic Miche] annom
r clients qu'il ai transfi
Gara e S J qu
Grand Rue au No 1 121 Fa
cantdecnrro
et taisant toute s s< rtes de i
rations, il promet de livre
travail solide et soi.ik avec un
rs grand i iib^iis.
H

C. : i II-.
{iITTErRHUMATIS
NVRALGIES
teagU 16, RnB*Ua,. Pris.
Panama Railroad Steamship Une
Agents aux principaux ports d'Europe.
Servie* de jrl ei de passagers enii
l'Europe ei Amrique.
Angleterre
a. W. Smu-don & Co, Ud. ud-
Un-laldij
CE SOIR
Ravengar
(Sl'ITE)
L'Enfant-Roi
( SUITE )
Entre ; 0,50; Balcon : 1,U0.
17, James Street,
I.IVEUPOOI., Enolinb
Moh\ & Company,
Atlantic Freighting 0>ro l)iv.
155, Ronl i de S asl our
I vre, France
* 'oitv & fOMPANV,
A' lantic Frei Corp. Dit.
7 l Quai dea Ch >rt i
Bordeaux, France
\ tcrnii Prou cV S ocl \\
Boite Postal 78,
Havre, France.
'.l'on !
112/113 I' hnrch Street.
i. mdon \ .' 3, England,
France
M. i y " on 1 :>nv.
Ai Corp.Dijr.
;:. i p SI Vi rnl de Paol.
Paris Frai ce.
NI
Atlanli" foro. Div.
i. Hpi Nique,
Marsi le, France.
i ellaily i nke\ & <:<>,
2i p Rpublique
M seille. France.
/* llomacjne
ling CorpJ
i; | Henv g 55, Bn men, Gefj
Atlantic Freigbting C( rp.
Ballinhaus, Haml urg 1, Germany
Hollande
*U.n,.c Fre.ghUn.CCorp;, |D^

" *"**'

'
ii 4
i "-

0. I3o. l(HJ9, Rotterdam, Hollane,
.jsurance
Une des plus forte COMPAGNIES
CANADIENNES d'ASSURANCE

A/H W. Lai k.,
Atlantic PreightiD^JGor|). I)
Skeppsbron 1
Stockholm, Swedi n.
A/13 Peiterssorj cl 11 ilmi
A I lantic Freigbtl I i p. Div,
1 Slceppsbron ;',
Gotnenborg, Sweden.
~ r, rnfa i I Be gh & C i
Atlantic Freightii t i orp., h
Halsingborg, Sweden.
Sude
. et < ompi uy.
il. I'.
g AV Ml,
' Simon I v li
Ml
i i p, I
lialmo, Sweden,
sur
la VIE
EUG. Le BOSSE & Co
Aaents Gnraux
Belgique
attantic Frelghtl rp.
/o Steiumann et Co
r4 Quai Jordaens,
e\otweTpi Belginro.
Danemark
B. A. Rendis et I
i, De a le.
Italie
A. Cereaa el Comp
Via Banchi 3,
Ganca, taty.
Enpaiino
itlme Delgeela,
i.
Norvge
iritz N. r;; I A. S.
Af Corp.Pl^.
irway.


Mardi
5 Avril i
Le Malin
4 PAMES
26me ANNE K* 7038
Port-nu-Pn e
Tlphone
M.** *
;
Wff* MB UMM
CE QUI ITA Ji FAtl
CE(I FCtiT TRE Dl
Kola Champagne
F. SJOURN
Vu\..(' i! conditio
D'ASl i Mli
l'a an lion et \ i ni
!i m i m .i I. : i ( Ul .
Angle du lues 1- i x tl u i
N'OUBLIEZ PAS.DE FAIRE UN PETIT TOUR A
TERRACE-GARDEN
Chez W. KAHL
Petionville
l.((i() pieds d'ail Inde L'tabli ssem p!u4raidi c
virons de Poi PT -Pi incr.
Seulement 15 vinutes d'auto llrnte route
asphalte. Vue mi ivci li uses li !.. \ 11.
soi s d
Remerciements
.V i Joseph Viveus remercie
i u| li t i ii loi d ( c son (dii
Ici i < h I knx ;:n,is qui
l'oi (ie l'incendie qui a
i clat 11. Irce ('e sa maison.
'. ont i leur plu A grand
A\o\ en r. i pour l'aider
sauvai mjh immeuble menac
du BaO.
li les prie de croire 100
terni lie n < on puissance.
li k mme de mme les
.mus qui sont \enus lui taire
\ isitc ci l (tard.
Il [!< sente ses complimer is
la cempi gnif des pompiers
i austi .i la Gai de d'Hsti
, om k ii service d'ordre ir-
proi linlne.
M ........._ . _^......
'MESDAMES.
Pour teindre vous-mmes tous
tissus, aucun produit n'gale
La 'MAURESQUE'
TEINTTjKE MNACHE PERrECTIONNE !
UKtMrtd |if rl il'Holl!
j Croi: Veutt ' > in'iru-Pans I
MbfiiiJi
arrangements poiticuliers pour h i de jour'
romaine ou de mois.
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Pire & Liie !
Assurance Corporation Lkl.
de Perth ( Scotlund )
Lar Sa GENERAL a est une des plus puissante* et des plus vastes organist!*!
de'ee genrt. Le soleil ne se couche jamais sur son champ d'action qni embrasse [|
moade
ses Polices contre incendie couvrent aussi les dgts occasionns p.-.r In foud %
Ses Polices pour Automobiles ccuvrent vols, incendie, malveillpnce, dommage
caus autrui dans sa personne ou dans ses biens.
Ses- Polices Maritimes mises par ses brandies d'Europe sont payables en Ha i.
Ses Polices contre accidents soit valables dans 1 univers entier. Tous les vova
gurs devraient donc prendre la prcaution de se munir d'une police contre accident!
d'au moins 4000 dollars, la prime ^annuelle u tant que de \/2 /. soit 20 dollars L'. C,
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
i
^Oits OENTS
*eent Gnra! pour Hati,
Port-au-Prince. P*. Gif G
JEaN ^r.AvrRFT u-fimif
..'>-.
PROCLAMATION
NOUS Cl i.l PROCUION.
[leun : i mmi.
i ; ois, prou-
iE CPENHAG

I FONCTIONNA (PRS LES PRI:
OIPES OOERNES 0
I L'HYGINE, EII I LES DIREl
11 1EEI PAR LE GOUVtRNESL I
Ce produit il In r loul sucr i onson raatiei
sous l'tiquette ci< oi lie. Il < et peut se coi
server trois mois i
' U'v'ous^U' in i \ u MAP.t,H,Mai
hon A. Boit et i i au-Prince; et,ei
province, chei les* iers bien <
jfflTISi vttre fournisseur ne lient i ait condei
ESbENSEN, avisez nos i, MM. I rtVE & lo.i
donnez-leur son nom.
Voulez-vous
Russir dans fi
taire russir vos i s.gri e
une mthode ne -
ment dfalque te?
VOILEZ-VOl S
Une profession
mois d'tudes si ieuses ( s
no-I)iicivio.l.angi s
Comptabilit )
Songez nue l'Ii Mitul TIT
PENIIAUER m
tl'impose voli e lei li< n
par les billlanli rsi i:
|Jt obtei us.
H37Hue Li mai re.
Tli bone2891.
FAILLITE :CEBARA S CO.
0
Les S\ dicta
tte la Faillite I G .
tonnent avis an
fc liquidation d
Tabac des taillis ;
pAvenue Desi ;ei
eera le m irdl
in^t ueni h
ti'i, el '. c
l'art 486 'u
lueice.
Port-au-Piiiur, le
trl

s-s l
(LU OMBIENNE )
ivar Vi \
enl di X
*Yo i l'i'i'x..
eu : me jour pour
Cai las< i
1 b /. ne.Kii ( i
ton el ifork
de ce va peu i
t ;i la di>-
ents dai i
bu.' i i galu
.'ou. hes.
i B| i ' gola V03
w-Vi i L 11 G
avi ectemenl pour
Poil ai
Wiiliam E. BLEO,
Agent]
l RE8UIEM
^ Il iof,
In matin, ara
u illque Noire
le B
In n dn r^ffretl
I
, le 28 le
| ,'. ,.; (fi] l-
I
d'amis
AVIS AU COMMERCE
La Panama Haihoad Steamship Eiue a l'avantage d'an
uo cet les dparts suivants de New York pour port au-prince
li efin U ment chaque mardi. Tous les steamers soni
-n I chambre fritfori'inue
La Manufacture Hatienne
de Chapeaux L'Indigent
Dparts de i\ew lor/t.
Arrivages Port au-frinc.
\
Steamer cCristobali le *9 n ; rs 1932 le 3 avril 1932
leamer iluenaveniura le 5 avril le 11 avril 1UJ2
Panama Hailroad 5leampship Liue
JasH. C.VAN REED
Aeut Gnral
aKeiition
-
k
\
PROGRES NOUVEAU
RHUM hOh\EAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL MUT TOUTE CONNUE
Clairin Vierge
ChczN. NAZON
m:P0I:WCLE BES RUES SU PEUPLE ET FEROU PHONE: M1.
Laboratoire SJOURN
ei mit
' l i JOURNB, Pharniacifii
H Sf:j< i rmb. Pharmacien de l'Universit de Paris
M. SiioiiN, Pharmacie! d l'universit de Paris.ancien
interne dai Hpitaux de Paris
SP
1 M des Urines, du suc
rce, Constaita d'A
Descraehi!. Dts mstires ta^les.
,du suc gastrique, du sang ( Was-
srrman, Ure, Constaita d'Ambard. Glycmie).
.
BIRE NATIONALE
de la Brasserie Nationale
Se v ihI partout OrO ,10
le vene> malgr sa qualit
suprieure.
A le plaisir d'annoncer^ sa nombreuse Cllenile que la
vente de ses CHAMEAUX se tait, depuis le 4 janvier, au
N" 2027, GRAND'rfUF
en face de son ancien local.
Les clients y liouvcrcr.t le mme accueil.
[BON MARCH. CLRIT, GOURIOISIE.
Martinez, Marcelin & G0
Loterie Nationale d'Hati
41 , Rua Bonne.Fol, Phone : 3358
La Loterie Nationaled'Helti est
une institution hautement humanitaire par la multipliH
deauvres .l'aile se propose d'aid(r. une chance de bi*
tre offerle anx hommes dr toutes conditions de lorluaa.
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, vSalaris il
iUS Kr^rPS' Gen* (,e niai8on ( domestiques, ) sai s peiWr
leur budget moyennant deux goudts, peuvenl gagner Iraii
mille gourdes. Patrons VCommerce.Chersd'Industie,paras"
aax rusutnsancea desvenles, p&r l'achat d'un billet, qui \ea
libre du souci des chances-
Mdecins Avocats. Ingnieurs. Snateurs, Dputs, Grai
Dignitaire de l'fctat.Reprsentauts de l'Intellectualit, Jaor
alltes.
Donne* l'exemple de vatre selidarfl s.cin.e.
nenliers, eapitahstes, comme eu jouant, augmentez vclre
.JrUiSn?,',qui, hMei* "aiti, r(ndPz.!ni a^rvice en
ant le billet de la LOTERIE NATIONALE D'HATI.
Mon! Rhum
ALIX POY
30 annes de succs.


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM