<%BANNER%>







PAGE 1

-. *vs/*r: HK3TI0IS UTILES Un rel danger social Vitji'anle n ou t 8 >ns encore i lignais* I UD rel dangi r B< I'. i Ri t (1 uis qui I < I • ruraux lont l'exode v.r^ la capi t le, dlais ml es | 'aines 11 IH mon s qui les vus i I Un rural, isoimt ni, %  111 e droit de se dpl i i de • on lo yer, mis la IIOM de^ I grave si la tendai r < I d 01 tire et |iic ri ( des milliers de c vie ne 1 1 o npl qa me de la vie i > i Prince. Ils la con i ent d< deu\ laons : 1* i 1 ni lent plu ls ten i ila ren dent impo %  • %  Ile la lui m pliis dt IIIIBU'S d tiers. On trouve U ni l<< rues : d I denres aJimen'a i d'orge, des Iruili ri seul des vtemenl • t 'OL't ce qui pt ul (Jue l'on se promni un pau ville la journe, le .on, pour voir le nombre ^< i &i i s ml cha que jour des colporteurs le tout acabit venant de ions I • coins du pays c I Ton sera Ion Ces' l.i un dsoi dr< Mais q l'arrtera '.' Voil i uni questio im /. embai ri nte. I.'h li a un ne conoit pi s uni i bu a, proj' t, i! n ul .i lou %  angeation conc rni ni le il projet. Lu un de i.voi s parl di la i t on du march < i • pi odu alimentaires et d t d sol. Nous no .i I mrd'hui en rd isanl qui seul ibtte ri [lementation l< i reg Uiiei lems loyers a i BUX i il le (Xi le vei %  la s iplique aisment, i e i ( Ul I iill,f e II im i I ci immdi i n colle, ne plante p superficie de ses irr< -. l. ampagnards qui (< Ipoi guenl plus Iscili menl l< m vi < n colportant qu'en ( iihi\ ai terre Que l'on nedi&e poinl qu y a la question d'il i igation q empche de proc*uin I ,'ii i ig lion est ceiles m rlle est Initient imnit diate. I s Impi ieu err.enl ii dispi usa bit c'est la vi n ie immdiate d'un produit quelconqui rj la U ne. Or o est dans noirs lion BOCI de l'inlern > dian i tre le producteur ei le consom mateur V Nous voyi t in lernn diaire | ai toul m us en Hati nous i e \ oyoi H que la n vendeuse qui achet B : |our le jour par le tait qu't Ile ni dis pose pas de capitaui pour la ire dss stocks. En ce est le produc leur ralentit sa production 11 i arrive que le ( onsi m n ileur d certains momi i>s oui en abondance et ;'i 1 npti i i d'autres moments il su %  pnurie des ai nire ncessit qu'il est oblii de pa > i Nous ne citerons po que lo n. A pai tir iiibre on trouvi I 15 centimi s de go mite d'une ii\ i Mais : d'Avril-Mi h pi i • riz moule h 3 i, 35 o i mraa quarante uni. nu s. u unique cette anomalie cesse,cai il ne laut pas croire qi e l'trangei -. a Ne le laissez pas terrasser par la maladie! La Alors que votre bambin Rrandit e f.t en i ilt pitoyable d ir. mettre l la ma!.(.iir de dtruire les d'annes !e croissance normale, couvent la rougeole, l.i diphtrie .is et I.I c queloche terrateeni Ici eafei DOBOSB-IH n ( de b • I tsi M mec eus 9*1 metslsj maladie en en ricin'*loi h ttree 1rs effet .litaots de I.i i en i DM. EMe combat les inCecdoM m fertiiaat et protgi nos*. SCOTT'S EMULSION Joigne la mal lie. I mes et totnej Elle donner nrimlinml et d'avoir une sain. • PCOCOMB* TOUS une bouteille ds . i .lus tard SCOT'S EMULSBON d'huile d' foie de morue norvgienne %  A ci D Depuis C' as le i iflioce pourt TOUX, RHUMES BRONCHITE ANEMII CONSOMPTI ENZA RACHITISME n'observe pas cela et qu'il ne i ous luxe d'incapables. H i n ommel ferMI. retour i I i loor nei i' la ii i : e .' L'l • ou le ru rai qu vec le cita • il n'a eiuoie subi i lion qui l'habilite se BD iluer aux nri aini. 11 nou borde ac! ue-l • ni( nt el e tl bli an est rrll< n i I.I naire capi! %  i cai | i (,111 ru gui %  d i h\ gine i dignit lu maii .i 1 -. les vte m< nls i -i 1 s, ils soi I p;u u ut ofl i isle • pei lacis d liiini nit priraitivi faisan! D volu. Xi U! coin trioti* me i > eni m r hatien el de donner leurs idi •• li dessus. Il est ti mps de !•. La Commune doil taire un t flot I, ( 's s un i't voir social. 1.11 1doil i nu nier la circulation .K s pitons, suppi uni r le col| i i elli don ni i en le I ligne i Capi doi 1 d< lend > i n, Tl I I n < : possd rres dans les s< ctions ruial<5, ce sei s leur rendre service que de les laire retour' ut r cln / eux.. emi nlation du March des Produits ah meni; irt> n ndi hic uK ve i 'c |i • i lus el don nu du Ira \ i 11 le l< ; u d'homn i flan il en ville, Noi i< croyi s pa* difficile lou Cl s cl: is BUI :• I on le cuurage di i s lairi 7 h i i Ihc qu A. h : INESPEREE Ce n i i oc i.i n I. lu'ils au te • Pinard et jeui l occ %  el enli i die. a d s i tiouni Ifl trois b pi oductions parlantes Av. n, i Kpdier,Cin Varits U s passera s l Gde. On-Varils AUJOURD'HUI ( Matine ) La grande et dsop ai (production i Mariage de dpit Av, i i, lbre I Buster Ke'ton Entrs Gnral! : OO et Gde i ( Soiis 1 Sur la demande de ceux qui n'onl p is pa >eu(li suint, le gra; d Blm %  Jrusaleii) delivru Bnlr< Gnal* : 0^0 liCHOS — C'est hindi prochain, 4 BY' I, que.conl i mment \r i ( onsli ution, l li un < ham' I lins se runiront pour inaugurer les travaux de la premire session de la 38e l gisial me — Les 1er e' 2 -.ivril pro-. chnins se tiendront nu Palais \ati mal le 9 et 10e Con.: i des 1 nrs i A-ciii't c i(sdu Gouvernenan Nous publions d'autre pan le inogrnmme de ces runio — L'U S.S.Il nous n adress un bulletin mimographi qui esl m tal de sa om tabi"t i> i i moi-de decen I • 19 !. janvier et lvrier l^i ; — f > im mche dernier, Mi i Prsident de la Rpublique H dcore de la mdaille militaire le li iJ. Willi uns, corn mandant de la Gai (\c d'Hal Un revue imlita'i . dans • cour du Palais Natinnn),av*i j)i< i o • ci !i n iv nie. —Le congr s ingn : < i cl %  chitecte s Om nia ve dredi 7 heu i s 30 du matin en pi sem e du Prsident de la Rpublique. Discours de l'Ingniem in ( hrl ci r no • c de M. Vii cent. — S m 'd' soir, •) S h.3i bai (po t de clture runit ous i( s membre %  du corn* des ing i urs cl ; rehiteeles. — s Excellence Mgr i > r ,archevq e de Port-I %  %  'i ce, partira es jour, l ci pai le paquebot cCsrimapou r France el poussera p m< n 1 j* sq< a Romi M i s % % %  > %  h liions un heureux t i i .-ni distingu pn lai f Pr menl V'nci ni ;i anche dernier,] a** b MO n d' vi. ion amrii I caine,aux cours sdeche a x ( i j n • t perdu (|m"(|ii s dol ai>. M ; s d v nail de ga t : n i u^ • œurs du Nor I, dit Hati-Journal , eu orej sous l'impression enthousiaste de la t lurne triomphale, i — 1) iix Dominicains : AnlonioSueroet Manuel Eu bel la f ayant la terreur t ru ji liste, sont arr vs c. f J— Mr Fi ni irochta t violemn enl hei u i soir par l'auto portai l No .^l(>t la me Dants Destooches li a t hospitalis. Le cbaufleur, un Dominicain,qui n'a pas sa licence, a t arrt. s-Ovrrlanil mi i?i est Je :; ( nie anniversaire de 1 Willys Overland Coinpauv. Du ranl cette priode (approximativemenl 2.500.000 automobiles il camions ont t vendus dans le monde entier. La Compagnie annonce maintenant le Moteur Silver Streak, le meilleur et le plus digne de confiance des moteurs bas prix. Le Moteur Silver Slrek avec quatre forls coussinets supportant l'arbre di l'oncbe contrebalance, esl mont sur un chssis d'auto plein d'avantages, 113 pouces d'einpalleinenl, 58 pouces 1/4 de largeur, encadrement double, protge-chocs hydrauliques a double action, etc. Tous les mo" di les ferms sont l'preuve de l'eau et ont des tapisseries de bonne qualit— des siges de formes convenables— le sige du conducteur pouvant se mouvoir cl ayant le dossier ajustable. Les prdcesseurs de ce moteur perfectionn oui gagn de nombreux records de vitesse el d'conomie. Demandez-nous les spcifications el une dmonstration de l'auto munie du Moteur Silver Streak. KNEERS GARAGE Distributeur Re Partie.— Port-au-Prince, IJaiti. Phons 2'J.'4 A 231*. NOS NOCES D'ARGENT L'OCCASIQN 1 K N( S N<( LS D'OR Les usines de Prince ont ferm Il nous i evii nt que le grand tablissement agricole et in. du si rie de Prince, nppartenant a Mr ite I Vieux, a tenue es pi r es. i 'esl un dsastre. (.elle lermeture provient du bas prix obtenu par le clairin dont les usines de Prince sont grandes productrices.En outre, les laxes votes la lgre, a la dernire session ot.s Chambre*, ont largement i ontribue a la dpression de l'industrie et du commerce de l'alcool. L'conomie publique aulaut que prive en su bit la rpercussion dplo'al.le. (-'esl nue grande Iris'essa que cette usine, Iner encore dune magnifique activit, aujourd'hui silencieuse, el ces I i• i s le travailleurs bri.s q ement rduits auchosaage, l'.i.sen ta I ant,la silhoiielte melancol que de ce gnreux Duperval, directem de la petite < oie annexe Prince, qui voit partir se vi s Lui, % %  "1 Remde noiiYflau LA r ;ii adapt par lu Spieia/iiln et P*.ii soulage immdiatement : ERULURES CRAM1 ACIDITS d< i-ESTCMAC ULCRES GASTRIQUE:; CONGESTION du FOIE DIGESTION PNILE UUR1S0N RAPIDE Froiuitdn Vf lOith^LlUS I, &f .r. Conf'unt-CoqnrSR I KKB-T EN VENT* : K-i-auP-m-i! Phsrmir -v 51W a: IMtu iunr.ss Phsirj>.tlt repren |p chenSin 'e a villp, le d*esp9ir l'A me • t l'angoisspoifi -s vieoi jours. U. S. S. H. iic'aratons —o— A la suite d'une srie d'inlripies (pii ont malheureusemeat J .'d ouli In dfaite de l'Equipe olionale le 20 "Mars courant, le I i nseil de l'Union, dcouitsg, avait dcid de se dmettre, mais ayant dcouvert que les n i i.i urs ne visaient qu' cxploiler le l'arc Leconte qui vient d'tre dfinitivement msI lall, les Membres du Conseil, • i Ufsigns, onl pris la dcision, la demande des lments les : plus actifs el les plus intresss de l'Union, de continuer leur gestion. Pour ce qui concerne la caisse de l'U. S. S. II., objet de lant de convoitises ces jours-ci, le Conseil se contente de continuer la publication de l'lat dtaill mensuel de ses comptai donl toutes les pices justificatives, gnralement quelconques, sonl a la disposition de Ions. Port-au-Prince, le 2<, Mars 1911 Le Prsidenl : Andr F. Chevalier Le Trsorier : Flix li. Oligario Le Secrtaire : Maie loncv Les Conseillers : Roclielort Jo* seph, Germain Mitlon. — > t*3 J'._1 S Toutes les Polices DE LA places HAMBUR6 AMERIKA UNIE le h i*u louristei Htliance lourherajPorl au-l'rinee dimanche 10avril el partira le n •' %  i-); i i h. i i es .. in. pour I. Ih ne el New-Yok, pre nul dis passagers pour NtwYork. REINBOI D& Co Ag nls REMEriCiEMENTS Mr Sh, 5 | j ois Ilrard toi sis amis qui de v>v. s sym de la morl oa itui tils HU1Z i M li M comprennent la Protection contrela m Foudre sans auamentation de tauxf i J Aqents Gnraux it ,m mvmmtimm -mMULtam*^ mmwv



PAGE 1

PA£fc 3 llwui l)arba.jcoj %  • . —>• %  -•*" %  „, d MM Dtl PeOHN.< udry, PARIS I • ua. LL COBREO de San Juan ie la Maguana, lpubli [U dominicaine. LE FAIT EST INCONTESTABLE Rhum Saillie C'est la quintessence des meilleures varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs, | C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ "ET-COMPAREZ! i i I 1 i. i I I ce, %  li tirant et ilon I Clientle que la 1 piuvic.. U RUF Il loi I il, ISIE. Marcelin & G 0 L'Emprunt Q de 1 ION VLE > ie Nalionale OrO ,10 qualit UJJCilCU



PAGE 1

v > t hMercredi 30 Mars 1932 r .•• f .%  i I r rOXJX % r [ S VALDA A ; j T I f ES PU PARABLH RI MAl!'< iHMtlfi an : :qilCC, GvIPPE, INI • 1. r*t.HE. le ATTENTIOU DE; :, EXIGEZ I I WI.'.RMACIE8 | : | .TE de V ES PA3TILLF.S VALDA VALDA Le Malin 4 FAGLS foitau-I'rince Tlphone: 2242 aiteittioii 8 |'>IGA. 1 v, H N'OUBLIEZ PAS OE FIE UN PETIT TO TERRACK-GARDEN 6/iez W. KAHL Petionville 1. ,,(,.. pieds d'allil i ) %  i- -*> %  Ben ci t pli ifraii < Ni virons de Porl er -Prin Seulement 15 min es d' i i nue nia leiw asphalte. Vues mi i veiili usesd : i %  > • Il i ns de toutes ( spc v DINERS GOUTERS SANDWICHS t arrangements poiticuliers pour les pensions de |our di s mains ou de mois. PROGRS NOUVEAU, RHUM fsiOLVBAV Rhum dlicieux got exquis Prix rduit ALCOOL DtFlANT TOUTE CONCURriENGE Glairin Vierge Chez N. NAZON liPOT:ANCLE DES BUES OU PEUPLE ET FEROU PHONE: Mi tr. • -m m* 1 -V i IM E T EN BRI i A Lykes Brothers SS ( ne Texas --Hati Santo i*o uingaFit. a Porto le seul srrrife hebdomadaire t' gcri et trt eihe les ports do Colle du Texas dm ci. n ... t av „ Port-au-Prince, Uitl. Pour la rception rapide et le roaniemc w raj importations servez roas toujours dvs D LYK| UNE. Les prochaines arme*a Pcrt-au-Pi Steamer Velma Lykes* 1932 Steamer ( Margarejkes l< r :vn! 193] tfureaa: Rue du Magasin de 1'a.ta*, R i B Conf AVIS AU COMMERCE La Panama Uailroad Steamsbip Une a l'avantage d'antancer les dparts suivants de New York pour port au prince Hmti, directement chaque m irdi. Tous les steamers sont pourvus de chambre triponliue : BDarli de ketv )ork. Arrivages Poil au-i'rincc. tteamei iCriatobali le 29 .nais 1932 le ."5 avril 1932 Steamer iBuenaventura le avril le 11 avril liM2 Panama Railro.nl Steampship Liue Jus H. C. VAN REED agent General il U bac chic et legant a t ouvert eu r le camp d' viation et Hasco o tous trouverez des sa no wn. lies du imeilleui choix, des boissons de premiie qualit des rix trs raisonnables et ou e propritaire Mr Karl Modi et Mme vous rservent la plus charma m accueil. Mesdames, Mesdemoiselles Messieurs, venez vous en etreud compte. fiEVtUIOaS SE4SATI0HELLE8 deiVRISSECRtTScnrClENCESOC'-ULTES irtilefta. Mai:*. PraliqeM seerto dvoil{s LmmlnatOn des volnntti, forc. lf> rwmir-le assurant %ona RU S SITI eiFoBTiaa -Philtre momphnteura d'amour. Sorta dea u*: latent • .de tout paysNotice gratuitekchr ,7 SOCIT FRANAISE • [1165. rua du Faub.-StDeni-, PARIS %  0^ -* Mju 4Siiiiisiiiiin Line U •put de New 0 am et Mobile pour Port t u Prirctf; Sa ito Doiuii go i Mac u il) t orig i) >arl> I bre Dparts Janvier New Orlans,^ 1er dec. 29dcembre] 26 janvier Mobile, Ala :i5 i re 31 dcembre *> janvier H?or^ Si rsHatiens ,;s parts Fvrie'* i (vrier (i lvrier t'onau frince fc (arriv) 10 ilc. < |anv r Petit Govei Brriv ) 12 dix. 9 i ini ,-Kux Caves ( arrive) 12 d< %  9 l-mvi Jacmel ( arriv*) 14 dv-. Il Saut,. Dtfo Citv:v 2gt6 dc. 13 janvii San Pedro de M. 17 dc. 1 I janvier Mac?raibo Ven 20 d • )/ r~^ir* Dparts de Niw Oflan Mobile mr Porl a o| ^ Santo Domiugor>el M i iraibo. T lvrier 1932 25 fvrier 1932 3 mars 1932 8 10 il 14 o mars 1932 lvrier fvrier lvrier lvrier lvrier Ports Dparts D icembr %  New Orlans. La. lparl t i lci rab e Mobile Ala. La di part 17 lcembre Tort au Prince ( arrive ) 21 lcembrel (>p lin lien ( ai rive i 2 ; dcembre Paetro Plata (arriv i • :embr. San Pedro de Macori Santo Domingo 11 > Macarabo, V n. n i s Jan\ icr 931 12 i mvier I j a n v i 111 21 janvier 23 janvier • 1 I nv er i janvier 27 janvier 30 janvier 2 ) >i sem >re dcembre^ : j %  uivii r |i : i-. i I i i i bre 1931 Peur tous Us autrei lements l'aJressar Mess' A. DE MATTEIS & Co, Agents o ma s 1932', 7 mars I932|j jT39 ,,la 's 1932 1 "-10 mars 1932 |^13 mars 1932 rti do Nord Hatiens I)| ai is Fvrier y lvrier 1932 11 lvrier 1932 18 lvrier 1932 20 lvrier 1932 21 lvrier 1932 23 lvrier 1992 24 lvrier 1932 27 lvrier 1932 eurs Unra i v CE QUI N'A JAMAIS T FAIT CE 001 NE PEUT TRE DPASSE Kola Champagne P. SJOURN m Prpar dans des conditions |rigourenaes D'ASEPSIE prparation et Tante ?HAKMAaiF. SEJOURNE Angle des rues Roux ei du Centre, omcMence I M '2 in ( ; n i ; c organise \> i 'i I i de Saint Fia 1 e ai s 'e n profil de leurs \t ma lieu llaliaiia, le I i 3 avril piocliain. C'est u tstima* ble et ci II. P. SANS .N qui u nd i diloire sou'le il' nie e nlivant de sa parole U qaenb tt savant^ l e si j i s< i d s plus inllessau %  %  que le pi-biie des \ ienrJra iKui i.n ix i >. (i i; trenea qui scia un Mai rgal lillraire el soi iol. Fnlrei r, : 1 gourde. 0* . ---v.*.. Toux r.sro3UsttLaboratoire SJOURN DlRECTtfltS F. SJOURN, Pharmacien H. SJOUKNI:, Puarmaien de l'Universit de Paris 11, SKJOUHNK, Pharmacien de l'universit de Paris,anciec interne des Hpitaux de Paris W :LRY u'a WMl CLBY DtCUtRY. J' "y n, Prit MEUBLES A VENDRE S'."(h'e.u.vv E^IAXW u..rs.\ic J 1',: : N i I I ( n. : 3182. Les rsullals i us cUfH jour pioii\ etil L Blpposarcitie Boy ••/ 1 cialil // %  ">e est IP meilleur i lilUBa I-.n yen anaai Sjo'Mii. !laliM ( Dr lui. Ko-, uicii Dr l'nleaii. 'i le J; serin Analyses .des Urines, du suc gastrique, du sang Was'i'^vT"" ',! %  ;,, :i 15 manu, Ure, Coottaata d'Aintard, (ilvemie) pS 1 n,l ? e *J fr lu. a ...l,.i. n— 4-i "'.T^'"'*;. • Phfliinaeie (.oniniei c laie MH Des crachat*. Des matires lcalea. | mon vieux. PII Insurance Co ^ne des ; plus fortes COMPAGNIES [CANADIENNES ^ASSURANCE sur la VIE EUG.Le BOSS & Co A'fnts Gnrin^ ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire & Lite Assurance Corporation Ltd. de Perth ( Scotland ) j, Lar la *ENKPAL J est une de* p!hs pnissnnten et des pi ; va ie .e genre. Le soleil ne se eonche jamais snr son champ d'action ani ci monde l es P ilie contre incendia ceuvreut aussi les dgts occas Ses polices pour Aatomobiles coavrent vols, incendie, m dveil causes a autrui daus sa personne a dans ses biens Ses | Polices Maritimes mises pi, Ma branchea d'Europe sont i Ses Polie, s contre accidents Sun. valables dans I nniver eutiei Veuve F. BERM1NGHAM, AuxCave 1 salua abrsMM la loMj en HiiJ I ors .;RN1'S -vcent Gnral ioH-p.i--Prince: %  > m



PAGE 1

Clment Magloire DIRECT Lt\ 1358. RUE AMFRlCAiiMt 1301 t TELEPHONE N**2242 p qu e bru |ue tels ai 1 iviste, tels e/bon es uialiaisiiiits ci soiit d'iDH l'oubli comme uaa pierre clans un youifre. Jnlf> l'WOI 26 me ANNEE N 7631 PORT-UJ-rRU LA II) MERCREDI 30 M MIS r9 L'Œuvre de redressement — 0* — V i.c dveloppement de I; culture intellectuelle, dons notre milieu; de fausses nolions sur ses applications sociales, et, par contraste, III noraKT avant son service la force militaire,— ont, peu peu, ruin notre conception originaire des affaires publiques, l'esprit que les mœurs, puis les textes, avaient lente d'appliquer la direction de ces affaires. Tandis que les forces conjugues de lacullurt inlelleciuelleet de l'ignorance collaboraient a un tel rsultat, il est curieux d'observer, tout le long de noire histoire, comment ces forces se renvoyaient elles-mmes les accusations d'goisme, de vnalit, d'anIjpatriotisrae. A les en croire, m effet, les maux du pays sont attribuables,selon la qualit des accusateurs, l'ignorance qui, appuye de la force, s'est empare du pouvoir, ou l'lite qui, tant yu pouvoir, n'a pens qu'aux jouissances et a la vanit. Et, connue les lias irds de la naissance, selon l'expres sionu'1'.ilnion.l Paul.onl voulu (pie la majorit du peuple. par consquent les ignorants, fut noire, et (pie la minorit claire.lt de cou! mr, le parti de l'ignorance el celui de la culture intellectuelle revtaient leurs griefs rciproques de considrations enve* nimecs tues de la couleur de la peau. Ne cherchez pis ailleurs, (pie dans celle dedes divisions {politiques profondes, rgionales. C'est partir de 1848 que ce prjug a commenc revivre ses plus beaux jours avec les alternances rvolutionnaires des revendications populaires et des revendications de l'esprit. El aujourd'hui? Il n'y pas de solution de continuit dans le dveloppement d'une socit. L$x nalura non f'icit mitai s'applique tous les domaines. L in lervention amricaine dans nos affaires, toute superficielle parce que toute administrative, n'a rien modifi de nos tempraments. A l'ombre de celte intervention,nous avons continu et continuons nos agissements antrieurs. C'esl la culture intellectuelle qui continue de rclamer la possession du pouvoir: prsidence de la Rpublique, se crelaireries d'Etat,— hier — Conseil d Etat, aujourd'hui, — Chambre et Snat, ce sont nos intellectuels les plus r ptes qui sont les occupants des Pouvoirs publics; rien de pins ne leur est demand que d'tre clairs. L'union continue, ;iu surplus, entre l'action de celle force intellectuelle el celle du nombre ignora I puisque c'esl ce dernier que le rgime attribue le rle de donner Pinveslilure. Depuis quelque temps mme, le dogme do la culture intellectuelle e\cluCLIENTS SATISFAITS Propos 1 1 humides, 11 Royale, 1 1. %  s? client*, c 1 %  %  %  Des con cun. 1 que mens peiprives, el cela maigre mme peluels. Cinquime Congrs de la Socit de Mdecine au Cap-Hatien des misres lui n lines n'e 1 d fend peut-tre mme p i> les m idepins. .le vous souponne don %  sieurs, d'avoir agi sous I em| de la secoivle : msi li Deux jours, en effet, av.11! voir quitt Port-au-Princ %  vais eu iv, 1 en co 11 nication des m 1 ns de mon excellent ami, le Dr Rulx : Directeur du Service d'ily ; le brillant discours (pie vieil prononcer Mr le Prside il la Socit de mdecine dd P aii-l'rinee. Le Dr Lon m avait laiss une copie. 11 n'y avait pas tren manire-, do co.iip;-. ndr* protocole. C'est qu'il fallait rpondri 1111 discours au dis< ours du Prsident ne la Socit de Mdecine. Comme les malli ;ui , les discours son! sou\ ent l'u l'autre enchans. Moi, je voudrais bien .. Si ce la peut vous tre agrabl •. j'i rais, certes, mauvaise grce .i.'siier un seul instant. Jap| iip trop votre œuvre et I • dnouement de c 1 K in le %  • la cause de L'humanit, p vous refuser quoi qu voue uiamtenant un dise n c'est--dire une chose qui 11 a jamais rien coule a person puisque tout le monde en lad. Seulement,voil.Hier, ici m me, dans cri lin m Club li %  form, pour la circonstance, en iiolel de la Prte lure, |'ai pendant plus d'un.' heure dll loge. l'A pestime que cela Vous comprenez .dus que je n'prouve pas le besoin de recommena aujourd'hui. Avec quelque apparence de raison, on finirait par me taxer d'exagration. Discours du Prsident VINCENT Sos lecteurs nous sauront gr le leur offrir uujourd nui cedisi-ours—ou plutit cette causerie— "w, sous une forme humoristique, le Chef de l'Etat signale un danger rel pour noire ugri %  culture. Dsormais le mot d'ordre devra lre : G terre aux rats I... Monsieur le Prsident, Messieurs les Congressistes, Mesdames et Messieurs, "•Ji cherchais, il y %  quelques jours,tandis que dj on parlait de voyage dans le Nord, et que la" S ocit de Mdecine m'avait lait le plaisir de m 'inviter orsider son Co moi, que ces sortes de prsidents sont gnralement choisis parmi des personnages phis ou moins dcoratifs, soit par la haute position qu'ils occupent dans l'tat, et pour qui soi dit dans les journaux que le dit personnage avait tenu a rehausser de sa prsence I clat del crmonie, (cheh en usaM dans toutes les Rdactions Ju monde) ; soit w"J{2? auon escompte quelque alloeu? lon de ce prsident dhonntm en vue de corser, d'un numro que I on peut esprer ^nsiiUonnel, le programme de I* sance SuVtSSqai. mme dans les assises scientifiques comme xelle qui s'inaugure ce soir, n est loueurs, eu S>mme, !..neK ae gala. Car, en eaht, c esi ,,u„n(,ue vous vous occuperezdechosH A ~ municalions >es. Dans "un et l'autre. W' longrs je cherchais un peu quels devoirs prcis, qu 'lies Q inhuiions spcial ujaienl incomber a un presiden d Honneur, etsurtoul un presid profane d'un Congres de H^[ I U ^ajoura un peu de vanit f -~v Et je serais navr qu'on p 1 in'accuser d'tre venu ici pour troubler, par une pidm de discours, la tranquillit des familles capoises.Vous e> ni ;ux placs que personne pour voir qne quand une pi lmii commence, 01 ue peu! pa % dire a point nomme l'epo [Ue a quelle elle Unira. mies de dise >.\i-i sont, a m m avis du moin--, les plus graves. Donc, eVsi entendu. On beau chercher 1 importance 11 elle et pratique di 1 naines pr< sidences d honii 1 on ne la ii uve gure, i.i vous sen 1 tout ce (j le 1 ela peut avoir d'ennuyeux. Cpe idaiil* ne lanl pas passe m > -m le pour un membre co em :nt ini nie de vohe risquer (pian I mme \.\nv id oh une tout vous la don.ie pour ce qu vaut, V l ce | I \ Von 11 -•/.. Il points d'une part, %  1 a > m poui la sauvegarde de l'hom I de sa saule ou de sa,, vie, peu| uni ne 1 n 1 n par s quelquefois aussi 1 • 5 d ie, pour le n ilien di h ,\ n 1 pour les | N. 1 MiiI ne ., il ne p aina | Les : enl %  un 1 1 le politique l'en. : 1 duel '()ii (le ces connue >ur qu'elles iissi r qu'on trouve b t i m en •. i.e pol le plus I I III; l Si, en 1 1res 1 1 ; le and 1 de la 1 tb I a Cel •',.!. l'.JO lu polili 1 1 raiai -.i portant nla l'extermin ition de 1 elle le. .1 que l\ orenl pie jour des quantits con,. , mi 1 quantits insonn ts, de at... aux pro luits 1 ibriqus aux pi 1 'Mlllil1 de hvrej %  : ent, les dgals faits 1 rats da • dpots le marchand ies [raaida d ins ceux des 1 1 tant I %  %  . produil I il le rat iou Pon | . oit I uir ue aetre agriculture! i"/en Ired l 1 I aire du | i i.\ A celle o .sio Un iiuin llaborer ni li to 1 lu i.iw., 1 s ou anciens colldb 1 1 ei rs de notr< j s i t O D : M. la S 1. ur Hudicourt, MM Vu u M M. Lger, moui Pr ech iud, %  p Alexis, I ho .Vil n f, L rd Cou I int, l ix Co V'i 1 ictor 1 1 10 uas, PI cl). 1 1, Dr Aibu: L a 1 1.1 D01 Mu 1 le, Mi eue. I). Llio La i le, .Mb 1 1 N mo i, Chai EJ r, Camille Le ni ,1 ' le l^re Pi;cur de quo le .1 • b u| e a >ien voulu d^i^ner pour cire %  an 01.1er. Le cur de ti : un saint hoiuine -connu et reapecU 4 Portt, ce pu sie uo. odeier h v %  ia de It i.eUion d'Honneur, e d as j doux. voil pie c'esl un p lil ASlis en p >\e. T ... ni ' ie b 1 • ii is ileut io-Dicly. qui 1 1 ut t.iut li fin d a > iis< r, s m tirs p oj ts l'i ve iir .. m re a-Utile pi : (J u a ci les preirrs tort .' \ ms, jeunes getS, mette/ ; l, bien vite. ir ia p 1 irquer d.ia 1 nos porls de n %  que pou \ mpteui 1 1 je ire. ... voit que les articles de sei^, 1 MI-, 1 es, bausselfe*! > is, moiu lioii s, cravatas ne ouvt ni un peu partout sur la K Porl-au-ri ince ... mn Paul Auxila qu'il M' se 1 eu Ire, qu ind on tient 1 ia qu dite. e. oyes-mol j'ai lass par l. • Fllua'-rlobert, alias I, vient de publier 1 /. %  / it i 1 dernier maruagnifl |ues 1 le qu'est inii E I nond Vlangoni, d I Ile /eiiu**, 1 I gloire de Cb irl ima^ne l' ail I omplim ita RU pcte, Cont l'artiste graveur. • • ... a lu l as 1 ne s-ns quel 10I [ui en a pi ia occaon que le DocK ilx Lon n'a pas pu cosjI i o n, au moment ,i, disi iu B, d rogrand ire du Doc re, lauMl : < bien lavoir 1 q lita l • Dparte* I d l Tord ton entier tieat Do !. pour le uen | pu 1 1 '•'! 1 nini 1 leur de l'Hpit d JmDocteur I.ouiiuj I Cup le dvouement 1 K rea • 1 a lot d'M aj>1 peu de lerjfffl ci1 photographia ne *e 0 i %  a 1 place d Honneur. Qui h llull L 10, pi'il coaI loi. ner, .".il parl dfl ive< nn motion imposai* • i -'lenir, l h >n 1 e id lecin I i a iiien. que 11 lie.1111. 1 lueuts, Docteur 1 Mr le M ij >r et M 1 %  1. U. s' irt ue et bdle Mlle i a i. Voift eu %  pagne, voaux.aax,, iptrestanta promu.


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06968
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Wednesday, March 30, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06968

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECT Lt\
1358. RUE AMFRlCAiiMt 1301
-t TELEPHONE N**2242
p
qu e bru
|ue tels
ai 1 iviste, tels e/bon
es uialiaisiiiits ci
soiit d'iDH l'oubli
comme uaa pierre clans
un youifre.
Jnlf> l'WOI
26 me ANNEE N 7631
PORT-UJ-rRU La II)
MERCREDI 30 M MIS r9
L'uvre de redressement

0*
V
i.c dveloppement de I;
culture intellectuelle, dons
notre milieu; de fausses no-
lions sur ses applications so-
ciales, et, par contraste, II-
I noraKT avant son servi-
ce la force militaire, ont,
peu peu, ruin notre con-
ception originaire des affai-
res publiques, l'esprit que les
murs, puis les textes, avaient
lente d'appliquer la direc-
tion de ces affaires.
Tandis que les forces con-
jugues de lacullurt inlellec-
iuelleet de l'ignorance colla-
boraient a un tel rsultat, il
est curieux d'observer, tout
le long de noire histoire, com-
ment ces forces se renvoyaient
elles-mmes les accusations
d'goisme, de vnalit, d'an-
Ijpatriotisrae. A les en croire,
m effet, les maux du pays
sont attribuables,selon la qua-
lit des accusateurs, l'igno-
rance qui, appuye de la for-
ce, s'est empare du pouvoir,
ou l'lite qui, tant yu pou-
voir, n'a pens qu'aux jouis-
sances et a la vanit.
Et, connue les lias irds de
la naissance, selon l'expres
sionu'1'.ilnion.l Paul.onl vou-
lu (pie la majorit du peuple.
par consquent les ignorants,
fut noire, et (pie la minorit
claire.- lt de cou! mr, le
parti de l'ignorance el celui
de la culture intellectuelle re-
vtaient leurs griefs rcipro-
ques de considrations enve*
nimecs tues de la couleur
de la peau. Ne cherchez pis
ailleurs, (pie dans celle de-
des divisions {politiques pro-
fondes, rgionales. C'est
partir de 1848 que ce prju-
g a commenc revivre ses
plus beaux jours avec les al-
ternances rvolutionnaires
des revendications populai-
res et des revendications
de l'esprit.
El aujourd'hui?
Il n'y pas de solution de
continuit dans le dveloppe-
ment d'une socit. L$x na-
lura non f'icit mitai s'appli-
que tous les domaines. L in
lervention amricaine dans
nos affaires, toute superficielle
parce que toute administra-
tive, n'a rien modifi de nos
tempraments. A l'ombre de
celte intervention,nous avons
continu et continuons nos
agissements antrieurs. C'esl
la culture intellectuelle qui
continue de rclamer la pos-
session du pouvoir: prsi-
dence de la Rpublique, se
crelaireries d'Etat, hier
Conseil d Etat, aujourd'hui,
Chambre et Snat, ce sont
nos intellectuels les plus r
ptes qui sont les occupants
des Pouvoirs publics; rien de
pins ne leur est demand que
d'tre clairs.
L'union continue, ;iu sur-
plus, entre l'action de celle
force intellectuelle el celle du
nombre ignoraI puisque c'esl
ce dernier que le rgime
attribue le rle de donner
Pinveslilure. Depuis quelque
temps mme, le dogme do la
culture intellectuelle e\clu-
CLIENTS SATISFAITS
Propos
1 1 !
humides,


11
Royale, 1
. 1.

s? client*, c1'
.



Des con
cun. 1 que m mai
l)O8
11 franchis)
1 11
. I
(Mil; CC... (I
I
[uiltcmerU des taxes. La p
Il 1 (Vl.ime
quel loule
el d'ai leui 1 il est I rii-t
mai
mtmm
e
r
C< *.-
1
f.M
La Banq
du C lada
1UC KO
:.
7-
Anniversaire
du Matin
))
illllllll ', < 11' Vl.lll.l VV..V. ww ------------------------
viation de noire esprit pu- sive est parliculiremenl tri-
blic l'origine du prjug de omphanl: ces! la jeunesse
couleur qui a si souvent exer- qui reclame |)arceque,precise-
c parmi des ^ens de mme ment, inexprimente et eclai-
nationalil son uvre de di- ree.
vision Aussi bien, hisanclion d 1-
' Ce prjug s'tait lu devant ne telle volution esl- le
les ncessites des guerres de cruelle, implacable, actuelle.
l'Indpendance, ci aussi, eu Toutes nos forces conom -
dpit de quelques survivances ques sont alla.ssres. Lcsgou-
de l'esprit colonial, durant les veinants eux-mmes sont
premiers temps de notre in- aux a,Jols.e^,a.vc'VfIli?r"f
dpendance, cause d'une pas pouvoir toucher leur trai-
conception presque commune lemenl 11 tait a prvoir
dans la faon d amnager nos qu'un ici rcgim- "'"" ;'
forces sociales bases sur la I menacer de serroule1 lui-
prdominance des intrts | mme tante de mo>ens pei-
prives, el cela maigre mme peluels.
Cinquime Congrs de la
Socit de Mdecine
au Cap-Hatien

des misres lui n lines n'e 1 d
fend peut-tre mme p i> les
m idepins.
.le vous souponne don
sieurs, d'avoir agi sous I em|
de la secoivle : msi li
Deux jours, en effet, av.11!
voir quitt Port-au-Princ ,
vais eu iv, 1 en co 11
nication des m 1 ns de mon ex-
cellent ami, le Dr Rulx :
Directeur du Service d'ily ;
le brillant discours (pie vieil
prononcer Mr le Prside il
la Socit de mdecine dd P
aii-l'rinee. Le Dr Lon m
avait laiss une copie.
11 n'y avait pas tren
manire-, do co.iip;-. ndr*
protocole.
C'est qu'il fallait rpondri
1111 discours au dis< ours du
Prsident ne la Socit de M-
decine. Comme les malli ;ui ,
les discours son! sou\ ent l'u
l'autre enchans.
Moi, je voudrais bien .. Si ce
la peut vous tre agrabl . j'i
rais, certes, mauvaise grce
.i.'siier un seul instant. Jap|
iip trop votre uvre et I d-
nouement de c 1 k in le
la cause de L'humanit, p
vous refuser quoi qu
voue uiamtenant un dise n
c'est--dire une chose qui 11 a
jamais rien coule a person -
puisque tout le monde en lad.
Seulement,voil.Hier, ici m -
me, dans cri lin m Club li
form, pour la circonstance, en
iiolel de la Prte lure, |'ai ,
pendant plus d'un.' heure dll
loge. l'A pestime que cela
Vous comprenez .dus que je
n'prouve pas le besoin de re-
commena aujourd'hui. Avec
quelque apparence de raison,
on finirait par me taxer d'exa-
gration.
Discours du Prsident VINCENT
Sos lecteurs nous sauront gr
le leur offrir uujourd nui cedis-
i-oursou plutit cette causerie
"w, sous une forme humoristi-
que, le Chef de l'Etat signale
un danger rel pour noire ugri
culture. Dsormais le mot d'or-
dre devra lre : G terre aux
rats I...
Monsieur le Prsident,
Messieurs les Congressistes,
Mesdames et Messieurs,
"Ji cherchais, il y quelques
jours,- tandis que dj on
parlait de voyage dans le
Nord, et que la"Socit de M-
decine m'avait lait le plaisir de
m'inviter orsider son
Co
moi, que ces sortes de prsi-
dents sont gnralement choisis
parmi des personnages phis ou
moins dcoratifs, soit par la
haute position qu'ils occupent
dans l'tat, et pour qui soi
dit dans les journaux que le dit
personnage avait tenu a re-
hausser de sa prsence I clat
del crmonie, (cheh en usa-
m dans toutes les Rdactions
Ju monde) ; soit w"J{2?
auon escompte quelque alloeu-
?lon de ce prsident dhonntm
en vue de corser, d'un numro
que I on peut esprer ^nsiiUon-
nel, le programme de I* sance
SuVtSSqai. mme dans les
assises scientifiques comme xelle
qui s'inaugure ce soir, n est lou-
eurs, eu S>mme, !..ne- k
ae gala. Car, en eaht, c esi
,,un(,ue vous vous occupe-
rezdechosH -A~
municalions >es. Dans
"un et l'autre. W'
longrs je cherchais un peu
quels devoirs prcis, qu 'lies Q -
inhuiions spcial ujaienl
incomber a un presiden d Hon-
neur, etsurtoul un presid
profane d'un Congres de H^[IU" ^ajoura un peu de vanit
f -~v
Et je serais navr qu'on p 1
in'accuser d'tre venu ici pour
troubler, par une pidm de
discours, la tranquillit des fa-
milles capoises.Vous e> ni ;ux
placs que personne pour
voir qne quand une pi lmii
commence, 01 ue peu! pa ? dire
a point nomme l'epo [Ue a
quelle elle Unira.
mies de dise >.\i-i sont, a m m
avis du moin--, les plus graves.
Donc, eVsi entendu. On
beau chercher 1 importance 11
elle et pratique di 1 naines pr<
sidences d honii 1 on ne la
ii uve gure, i.i vous sen
1 tout ce (j le 1 ela peut avoir
d'ennuyeux. Cpe idaiil* ne
lanl pas passe m > -m le pour
un membre co em :nt ini -
nie de vohe
risquer (pian I mme \.\nv id
oh une tout
vous la don.ie pour ce qu
vaut, V l ce | I \
Von 11 -/..
Il points
d'une part, 1
, a > m .
poui la sauvegarde de l'hom
I de sa saule ou de sa,, vie, peu- |
uni ne 1
n 1 n
par
s
quelquefois aussi
1 5 d
ie, pour le n ilien di
h ,\ n
1 pour
les |
n. 1 Mii-
I ne
., il ne p aina |
. Les :
enl
un
1
1 le politique
l'en-
. : 1 duel '()ii
(le ces connue >ur qu'elles
iissi
r qu'on
trouve b t
i m en
. i.e pol le plus
. I
I III-
;
l
Si, en
1 1res
1
1 ; le
and 1 de la
1
tb
I
. a Cel ',.!. l'.JO
lu polili 1 1
rai-
ai -.i
portant nl-
a l'extermin ition de 1 elle
le.
.1 que l\ orenl
pie jour des quantits con-
,. , mi 1 quantits ins-
onn ts, de
at-
... aux pro luits 1 ibriqus
aux pi
, 1 'M- lllil-
1 de
hvrej -: ent,
. les dgals faits
' 1 rats da dpots
le marchand ies [raaida
d ins ceux des
1 1 tant I
.
. produil
. I
il le rat
iou Pon
|
. oit
I
uir ue aetre agriculture!
i"/en Ired l 1
I
aire du | i i.\
A celle o .sio
Un iiuin
llaborer ni li
to 1 lu
i.iw., 1 s ou anciens colldb
1 1 ei rs de notr< j s
i t O D :
m. la S 1. ur Hudicourt, !
MM Vu u M
M. Lger, moui Pr
ech iud, p
Alexis, I ho .Vil n f, L
rd Cou I int, l
ix Co V'i 1
, ictor 1110 uas, PI cl).
1 1, Dr Ai- bu: L a
1 1.1 D01 Mu 1 le, Mi
eue. I). Llio La
i le, .Mb 1 1 N mo i, Chai
EJ r, Camille Le ni
,1 .
- le l^re Pi;-
cur de quo le
.1 b u| e a
>ien voulu d^i^ner pour cire
an 01.1er. Le cur de ti
: un saint hoiuine --
connu et reapecU 4
Port- t, ce pu sie
, uo. odeier h v ia
de It i.e-
Uion d'Honneur, n taisant son J -
1 de la ii: n ls
Qui ; 1 li Pr*i "t
pour ia direction spirituelle e
arec
... a Vii au Cii min des DMIas
n di moisi Ile q a
m ioureux... I n smliiat
lioisir... au mo u Mit
ton
1 en ittfM
a la
ren<
Ql auli
lieux, 1 vi uni
e d as j doux.
, voil pie c'esl un p lil AS-
lis en p >\e.
T *
... ni ie b 1
ii is ileut
io-Dicly.
qui 1 1 ut t.iut
li fin d
a > iis< r, s m
tirs p oj ts l'i ve iir...
m re a-Utile pi
: (J u a ci les pre-
irrs tort .' \ ms, jeunes getS,
mette/ ; l, bien vite.
IEIA POUR ENFA
.1 /
(/(' t tlIlIlhCI -
0/13
sa ire de notre jou
di hr Avril, il*<*/'' offert des
reprsenta u <,
vendredi M/2 1 aprs
midi n la
.
Les fam
rclam r tes can
1 (en li et a
de 9 lin ureati 1
m journal,
,i rais.
1
liuni 11 la n. c I 1
I
: .
I
re, et d 1e d<
. il
1 ij
i V( -
1' 11 ,

lion s tlili-
lj
ir la di
ap
t presqu'u
I
> ir ia p
1 irquer d.ia 1 nos porls de
n que pou \
-
! '
mpteui 1
1 je
ire.
... voit que les articles de sei^,
1 mi-, 1 es, bausselfe*!
> is, moiu lioii s, cravatas ne
ouvt ni un peu partout sur la
K Porl-au-ri ince ... mn
Paul Auxila qu'il
m' se 1 eu Ire, qu ind on tient
1 ia qu dite. e. oyes-mol j'ai
lass par l.

Fllua'-rlobert, alias
I, vient de publier
1 /./ it i 1 dernier mar-
uagnifl |ues
1 le qu'est
inii E I nond Vlangoni,
d I Ile /eiiu**,
1 I gloire de Cb irl ima^ne l'
ail
I omplim ita ru pcte, Cont
- l'artiste graveur.


... a lu l'as 1 ne s-ns quel
10I [ui en a pi ia occa-
on que le Doc-
K ilx Lon n'a pas pu cosj-
Iion, au moment
,i, disi iu B, d ro-
grand ire du Doc
re, lauMl
: < bien lavoir
1 q lita l Dparte*
I d l Tord ton entier tieat
Do !. pour le
uen | pu 1 1 ''!
1 nini 1 leur de l'Hpit d Jm-
Docteur I.ouiiuj
I Cup le dvouement
1 K rea 1 a lot d'M aj>-
1 peu de lerjfffl ci-
1 photographia ne *e
0 i . a 1 place d Honneur. Qui
h llull L 10, pi'il coa-
I loi.ner, .".il parl dfl
ive< nn motion imposai*
i -'lenir, l h >n 1 e id
lecin Iiaiiien. que 11
lie.1111.
1 lueuts, Docteur 1
Mr le M ij >r et M 1 1. U. s-
' irt ue
et bdle
Mlle
i a i. Voift
eu


! pagne, voaux.aax,, iptrestanta promu.


-.
*vs/*r:
HK3TI0IS UTILES
Un rel
danger social
Vitji'anle n ou t
8 >ns encore i lignais* I
ud rel dangi r b< I'. i Ri t
(1 uis qui I < I ru-
raux lont l'exode v.r^ la capi
t le, dlais ml es | 'aines 11 Ih
mon s qui les vus i I Un
rural, isoimt ni, . 111 e
droit de se dpl i i de on lo
yer, mis la Iiom de^ I
grave si la tendai r < I
d 01 tire et |iic ri (
des milliers de c ,
vie ne- 11 o npl qa
me de la vie i > i
Prince. Ils la con i ent d<
deu\ laons : 1* i1* ni
lent plu ls ten i ila ren
dent impo Ile la lui m p-
liis dt iiIIbu's d
tiers. On trouve U ni l<<
rues : d I
denres aJimen'a i
d'orge, des Iruili ri seul
des vtemenl t
'OL't ce qui pt ul
(Jue l'on se promni un pau
ville la journe, le .on, pour
voir le nombre ^< i &i i s ml cha
que jour des colporteurs le
tout acabit venant de ions I
coins du pays c I Ton sera Ion
Ces' l.i un dsoi dr< Mais q
l'arrtera '.' Voil i uni questio
im /. embai ri nte. I.'h li
a un '
ne conoit pi s uni i bu a,
proj' t, i! n ul .i lou
angeation conc rni ni le il
projet.
Lu un de
i.voi s parl di la i
t on du march < i pi odu
alimentaires et d t d
sol. Nous no .i
I mrd'hui en rd isanl qui seul
ibtte ri [lementation l< i reg
Uiiei lems loyers a i BUX
i il le (Xi le vei - la
s iplique aisment, i e i
( Ul I iill,f e II
im i I ci immdi i
n colle, ne plante p
superficie de ses irr< -. l.
ampagnards qui (< Ipoi
guenl plus Iscili menl l< m vi
< n colportant qu'en ( iihi\ ai
terre Que l'on nedi&e poinl qu
y a la question d'il i igation q
empche de proc*uin I ,'ii i ig
lion est ceiles m
rlle est
Initient imnit diate. I s
Impi ieu err.enl ii dispi usa bit
c'est la vinie immdiate d'un
produit quelconqui rj la U ne. '
Or o est dans noirs
lion boci de l'inlern > dian i
tre le producteur ei le consom
mateur V Nous voyi t in
lernn diaire | ai toul m us en
Hati nous i e \ oyoi h que la n
vendeuse qui achet b : |our le
jour par le tait qu't Ile ni dis
pose pas de capitaui pour la ire '
dss stocks. En ce est le produc
leur ralentit sa production 11 i
arrive que le ( onsi m n ileur d
certains momi i>s oui en
abondance et ;'i 1 npti i
i d'autres moments il su
! pnurie des ai
nire ncessit qu'il est oblii
de pa > i
Nous ne citerons po
que lo n. A pai tir iii-
bre on trouvi I
15 centimi s de go
mite d'une ii\ i Mais :
d'Avril-Mi h pi i
riz moule h 3 i, 35 o i mraa
quarante uni.nu s. u uni-
que cette anomalie cesse,cai il
ne laut pas croire qi e l'trangei
-. a
Ne le laissez pas
terrasser par
la maladie!
La
Alors que votre bambin Rrandit e f.t en
i ilt pitoyable d ir.
mettre l la ma!.(.iir de dtruire les
d'annes !e croissance normale,
couvent la rougeole, l.i diphtrie
.is et i.i c queloche terrateeni Ici eafei
Dobosb-Ih .....n( de b I t-
si m mec eus 9*1 metslsj maladie en en ricin'*- loi h ttree 1rs effet
.litaots de I.i i en i DM. EMe
combat les inCecdoM m fertiiaat et protgi nos*.
SCOTT'S EMULSION Joigne la mal lie. I mes et totnej
Elle donner nrimlinml
et d'avoir une sain. PCOCOMB*
tous une bouteille ds . i .lus tard
SCOT'S
EMULSBON
d'huile d' foie de morue norvgienne
A ci D
Depuis C' as le i iflioce pourt
TOUX, RHUMES BRONCHITE ANEMII
CONSOMPTI ENZA RACHITISME
n'observe pas cela et qu'il ne
i ous luxe d'incapables.
*
H i n ommel fer-
mi. retour
i I i loor
nei i' la ii i : e .' L'l ou le ru
rai qu vec le cita
il n'a eiuoie subi
i lion qui l'ha-
bilite se bd iluer aux nr-
i aini. 11 nou borde ac-
!ue-l! ni( nt el e tl bli an est rrl-
l< n i i.i naire capi-
! i cai | i
(,111 ru gui d i h\ -
gine i dignit lu -
maii .i1-. les vte
m< nls i -i1' s, ils soi I
p;u u ut ofl i isle pei la-
cis d liiini nit priraitivi
faisan! d volu.
Xi U!
coin
trioti* me i > eni
m r hatien el de donner leurs
idi li dessus. Il est ti mps de
!. La Commune doil taire
un t flot I, ( 's s un i't voir social.
1.111- doil i nu nier la circu-
lation .K s pitons, suppi uni r
le col| i i elli don ni i en
le I ligne i
Capi doi1 d< -
lend > i n-
, Tl I I n < :
possd rres dans les s< c-
tions ruial<5, ce sei s leur rendre
service que de les laire retour'
ut r cln / eux.. emi nlation
du March des Produits ah
meni; irt> n ndi hic u- k ve i
'c |i i lus el don nu
du Ira\ i 11 le l< ; u
d'homn i flan il en ville, Noi
i< croyi s pa* difficile lou
Cl s cl: is BUI : I on le
cuurage di i s lairi 7 h i i
Ihc qu
A. h
:
INESPEREE
Ce n
i i oc
i.i n I.
lu'ils au te
Pinard et jeui
l occ el enli i -
die. a d s i tiouni Ifl
trois b pi oductions par-
lantes '
Av. n, i Kpdier,Cin
Varits U s passera s l Gde.
On-Varils
AUJOURD'HUI
( Matine )
La grande et dsop ai (production i
Mariage de dpit
Av, i i, lbre I
Buster Ke'ton
Entrs Gnral! : OO et Gde i
( Soiis 1
Sur la demande de ceux qui n'onl p is pa
>eu(li suint, le gra; d Blm
Jrusaleii) delivru
Bnlr< Gnal* : 0^0
liCHOS
C'est hindi prochain, 4
by' I, que.conl i mment \r
i ( onsli ution, l li un < ham'
I lins se runiront pour inau-
gurer les travaux de la pre-
mire session de la 38e l-
gisial me
Les 1er e' 2 -.ivril pro-.
chnins se tiendront nu Palais
\ati mal le 9 et 10e Con-
.: i des 1 nrs i
A-ciii'tci(sdu Gouvernenan
Nous publions d'autre pan
le inogrnmme de ces ru-
nio
L'U S.S.Il nous n adress
un bulletin mimographi qui
esl m tal de sa om tabi"t
i> i i moi-- de decen I
19 !. janvier et lvrier l^i ;
f>im mche dernier, Mi i
Prsident de la Rpublique h
dcore de la mdaille mili-
taire le li iJ. Willi uns, corn
mandant de la Gai (\c d'Hal
Un revue imlita'i . dans
cour du Palais Natinnn),av*i
j)i< i o ci !i n iv nie.
Le congr s ingn:< i
cl chitecte s Om nia ve -
dredi 7 heu i s 30 du ma-
tin en pi sem e du Prsident
de la Rpublique. Discours
de l'Ingniem in ( hrl ci r
no c de M. Vii cent.
S m 'd' soir, ) S h.3i
bai (po t de clture runit
ous i( s membre du corn*
des ing i urs cl ; rehiteeles.
s Excellence Mgr i >
r ,archevq e de Port-I
'i ce, partira es jour, l
ci pai le paquebot cCsrima-
pou r France el poussera
p m< n1 j* sq< a Romi
M i s '> h liions un heureux t
i i .-ni distingu pn lai
f Pr menl V'nci ni
;i anche dernier,]
a** b mo n d' vi. ion amrii I
caine,aux cours sdeche a x -(
i j n t perdu (|m"(|ii s '
dol ai>. M ';s d v nail de ga t
: n i u^ urs du Nor I,!
dit Hati-Journal , eu orej
sous l'impression enthousias-
te de la t lurne triomphale, i
1) iix Dominicains : An-
lonioSueroet Manuel Eu bel la
f ayant la terreur t ru ji liste,
sont arr vs c.
f J Mr Fi ni irocht- a t
violemn enl hei u i soir
par l'auto portai l No .^l(>t
la me Dants Destooches li a
t hospitalis. Le cbaufleur,
un Dominicain,qui n'a pas sa
licence, a t arrt.
s-Ovrrlanil
mi
i?i est Je :; ( nie anniversaire de 1 Willys Overland Coinpauv. Du
ranl cette priode (approximativemenl 2.500.000 automobiles il camions
ont t vendus dans le monde entier.
La Compagnie annonce maintenant le Moteur Silver Streak, le meilleur
et le plus digne de confiance des moteurs bas prix.
Le Moteur Silver Slrek avec quatre forls coussinets supportant l'arbre
di l'oncbe contrebalance, esl mont sur un chssis d'auto plein d'avan-
tages, 113 pouces d'einpalleinenl, 58 pouces 1/4 de largeur, encadrement
double, protge-chocs hydrauliques a double action, etc. Tous les mo"
di les ferms sont l'preuve de l'eau et ont des tapisseries de bonne
qualit des siges de formes convenables le sige du conducteur
pouvant se mouvoir cl ayant le dossier ajustable. Les prdcesseurs de
ce moteur perfectionn oui gagn de nombreux records de vitesse el
d'conomie.
Demandez-nous les spcifications el une dmonstration de l'auto
munie du Moteur Silver Streak.
KNEERS GARAGE
Distributeur
Re Partie. Port-au-Prince, IJaiti.
Phons 2'J.'4 A 231*.

NOS NOCES D'ARGENT
L'OCCASIQN 1 K N( S N<( LS D'OR
Les usines de
Prince ont ferm
Il nous i evii nt que le grand
tablissement agricole et in.
du si rie de Prince, npparte-
nant a Mr ite I Vieux, a
tenue es pi r es. i 'esl un d-
sastre.
(.elle lermeture provient du
bas prix obtenu par le clai-
rin dont les usines de Prince
sont grandes productrices.En
outre, les laxes votes la
lgre, a la dernire session
ot.s Chambre*, ont largement
i ontribue a la dpression de
l'industrie et du commerce
de l'alcool. L'conomie publi-
que aulaut que prive en su
bit la rpercussion dplo'a-
l.le.
(-'esl nue grande Iris'essa
que cette usine, Iner encore
dune magnifique activit, au-
jourd'hui silencieuse, el ces
I i i s le travailleurs bri.s
q ement rduits auchosaage,
l'.i.sen ta I ant,la silhoiielte
melancol que de ce gnreux
Duperval, directem de la pe-
tite < oie annexe Prince,
qui voit partir se- vi s Lui,
? -
""1
Remde noiiYflau
LA
r- ;ii

adapt par lu Spieia/iiln et P*.ii
soulage immdiatement :
ERULURES CRAM1
ACIDITS d< i-ESTCMAC
ULCRES gastrique:;
CONGESTION du FOIE
digestion pnile
UUR1S0N RAPIDE
Froiuitdn Vf lOith^LlUS
I, .?.r. Conf'unt-CoqnrSR IKKB-T
EN VENT* : ,
K-i-auP-m-i! Phsrmir -v 51W
a: IMtu iunr.ss Phsirj>.tlt
repren |p chenSin 'e a
villp, le d*esp9ir l'A me t
l'angoiss- poifi -s vieoi
jours.
U. S. S. H.
iic'aratons
o
A la suite d'une srie d'inlri-
pies (pii ont malheureusemeat
J .'d ouli In dfaite de l'Equipe
' olionale le 20 "Mars courant,
le I i nseil de l'Union, dcouits-
g, avait dcid de se dmettre,
mais ayant dcouvert que les
n i i.i urs ne visaient qu' cx-
ploiler le l'arc Leconte qui
vient d'tre dfinitivement ms-
I' lall, les Membres du Conseil,
i Ufsigns, onl pris la dcision,
la demande des lments les
: plus actifs el les plus intresss
de l'Union, de continuer leur
gestion.
Pour ce qui concerne la cais-
se de l'U. S. S. II., objet de lant
de convoitises ces jours-ci, le
Conseil se contente de conti-
nuer la publication de l'lat
dtaill mensuel de ses comptai
donl toutes les pices justificati-
ves, gnralement quelconques,
sonl a la disposition de Ions.
Port-au-Prince, le 2<, Mars 1911
Le Prsidenl :
Andr F. Chevalier
Le Trsorier : Flix li. Oligario
Le Secrtaire : Maie loncv
Les Conseillers : Roclielort Jo*
seph, Germain Mitlon.
. >t*3 J'._1
S Toutes les Polices
- DE LA
places
HAMBUR6 AMERIKA UNIE
le h i*- u louristei Htliance
lourherajPorl au-l'rinee diman-
che 10avril el partira le n '-
i-); i i h. i i es .. in. pour
I. Ih ne el New-Yok, pre
nul dis passagers pour Ntw-
York.
REINBOI D& Co Ag nls
REMEriCiEMENTS
Mr Sh, 5 | j ois Ilrard
toi sis amis qui
de v>v. s sym
de la morl
oa itui tils HU1Z
i
M
li
m
comprennent la Protection contrela m
Foudre sans auamentation de tauxf
i
J Aqents Gnraux
it ,m mvmmtimm -mMULtam*^ mmwv



PAfc 3


llwui l)arba.jcoj



. >-* Cin-ahly
m
CE SOIR
Pour 1m peismines qui n'ont pu trouver de place \eudi.
GHRISTUS
ou
La Passion du Christ
Entre ; 0,50; Balcon : 1,uo.
DEMAIN SOIR ',
A 5 heures, ,'e beau film qui u*a pq tre teirain din anche v
cause de la plnne lectrique :

4
A


1

J'ai lue
Avec Huguette Duflos et Sessue Uavakjwa
buuee : O,S0; Balcon : 1,00 "
A 8 HEURES
Havcnqar
L'Enfant-Roi
Entre : 1 00 ; Bylcon : 1,50.
(la! Rhum
ALIX ROYg
30 annes de succs.
m


^
j
.
Loterif) Nationale d'Hati
416, Rue Bonne.Fol, Phone : 3353
La Loterie Natioouled'Halti est
ne institution hautement humanitaire paf ra innltipficilt
d'uncs qu'elle se propose d'aider, nue cjiance de lue*
Ire oflerte anx hommes de toutes conditions dr foiine.
Employs, Fonctionnaires, Ouvriers, Artisans, Salaris <;<
lous ordres, Gens de maison ( domestiques, ) sans parlsu
leur budget moyaunant deux gbodes, peuvent gagne lci-
aille gourdes. Patrons de Commerce Chefs l'industi r/
iox iusulfisances des ventes, p r achat d'un b Ile', q ou
libre du souci des chances*
Mdecins. Avocats, Ingnieurs, Snateurs, Dpi ts, Grands
Dignitaires de I Et u,Reprsentants de l'intellec ualite, Jou
iiilistes.
Donnez l'exemple de vetre so!idirijsocia*e.
Reotiers, capitalistes, comme en jouant. augmentez voir*
sveir.
Vous tous qui Inbilez Haiti, rendez-lui service es aehe
nlle billet de la LOTfeRIE NATIONALE D'HATI.
ISIS LES F S AVEC


PHOIOGtAPHIES-SOUVErilR aut
II-
- MniMimniw ?**"*
Nous avons.tu le pis
lavoir sous tes yeux
oe.il es phologiaplnes que
Ui.Louis Dorei, a rappoi l<
le "sou excursion 6
dette, en compagnie du Fi
aident de tu Kepubtiqi
.\ii Doret u t-u ia ch
,,dUs doute d'tre tavonse
jiar uu temps clair, i i
, no.ogiu, Il *-S, Ui gl u<._
le Mc.a, soui a uue i..
aamtrau e. l,c su..t uc-
.icul ls ptUS belles pli
graphies qu'o au jamais
tenues ue la Citadelle, le
caveaux, et aes alentours. Ou
ics trouve a la pice, ou a
LOiieeliou.a to^e ue la Maison
Wooity.
Nous .i.errions M l
ue bon airoaine oblige a *,Q
ie lelicilous Ue son beau M
vail qui laisse vraiment I !
pression due sur les
c

Hatienne
Lhulujcne
!

.


/
sirop a
PUBLICATIONS REUES
El LtiNSKHATA, da Mat
pipe, rpublique d N
DESCHISNS
ci /Hmoglobine 3
I genrateur du Snn |WI .cilt par l'lite "'>" , d, MM
Dtl PeOHN.< udry, PARIS I
ua.
Ll COBREO de San Juan
ie la Maguana, lpubli [U
dominicaine.
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Rhum Saillie
C'est la quintessence des meilleures
varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs,
| C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ "ET-COMPAREZ!

i i
I
1
i. i
I
!
I
ce,

li tirant
et ilon
I


Clientle que la
1 piuvic.. U
RUF
Il loi
I
il,
ISIE.

, Marcelin & G0


L'Emprunt
Q


de 1
ION VLE >
ie Nalionale
OrO ,10
qualit


UJJCilCU



v>
t
h-
Mercredi
30 Mars 1932
r .- f .- -
i I
r rOXJX
%
r
[ S VALDA
A ; j TI f ES
PU PARABLH
RI
MAl!'< iHMtlfi
an : :qilCC, GvIPPE,
INI 1. r*t.HE. le
aTTENTIOU
de; :, exigez
I I WI.'.RMACIE8
| : | .TE de V ES
PA3TILLF.S VALDA
VALDA
Le Malin
4 FAGLS
foitau-I'rince
Tlphone: 2242
aiteittioii

8
|'>IGA.
1 v,
H
N'OUBLIEZ PAS OE FIE UN PETIT TO
TERRACK-GARDEN
6/iez W. KAHL
Petionville
1.,,(,.. pieds d'allil i ) i- -*> Ben ci t pli ifraii < Ni
virons de Porl er -Prin -
Seulement 15 min es d' i i nue nia leiw
asphalte. Vues mi i veiili usesd :"- i >
Il i ns de toutes ( spc v-
DINERS GOUTERS SANDWICHS t
arrangements poiticuliers pour les pensions de |our di
s mains ou de mois.
PROGRS NOUVEAU,
RHUM fsiOLVBAV
Rhum dlicieux got exquis
Prix rduit
ALCOOL DtFlANT TOUTE CONCURriENGE
Glairin Vierge
Chez N. NAZON
liPOT:ANCLE DES BUES OU PEUPLE ET FEROU PHONE: Mi
tr. -m m*
, 1
-V i im E T E- N BRI i A
Lykes Brothers SS ( ne
Texas --Hati Santo i*o uinga- Fit. a Porto
le seul srrrife hebdomadaire t' gcri et
trt eihe les ports do Colle du Texas dm ci. n ... t av
Port-au-Prince, Uitl.
Pour la rception rapide et le roaniemc w raj
importations servez roas toujours dvs D LYK|
UNE.
Les prochaines arme*a Pcrt-au-Pi
Steamer Velma Lykes* 1932
Steamer ( Margarejkes l< r :vn! 193]
tfureaa: Rue du Magasin de 1'a.ta*, R i B
Conf
AVIS AU COMMERCE
La Panama Uailroad Steamsbip Une a l'avantage d'an-
tancer les dparts suivants de New York pour port au prince
Hmti, directement chaque m irdi. Tous les steamers sont
pourvus de chambre triponliue :
BDarli de ketv )ork. Arrivages Poil au-i'rincc.
tteamei iCriatobali le 29 .nais 1932 le ."5 avril 1932
Steamer iBuenaventura le avril le 11 avril liM2
Panama Railro.nl Steampship Liue
Jus H. C. VAN REED
agent General
il
U bac chic et legant a
t ouvert eu r le camp d'
viation et Hasco o tous
trouverez des sa no wn. lies du
imeilleui choix, des boissons
de premiie qualit des
rix trs raisonnables et ou
e propritaire Mr Karl Modi
et Mme vous rservent la
plus charma m accueil.
Mesdames, Mesdemoiselles
Messieurs, venez vous en
etreud compte.
fiEVtUIOaS SE4SATI0HELLE8
deiVRISSECRtTScnrClENCESOC'-ULTES
irtilefta. Mai:*. PraliqeM seerto dvoil{s
LmmlnatOn des volnntti, forc. lf>
rwmir-le assurant %ona Russiti
eiFoBTiaa -Philtre momphnteura
d'amour. Sorta dea u*: latent
.de tout pays- Notice gratuite- kchr
,7 SOCIT FRANAISE
[1165. rua du Faub.-StDeni-, PARIS
0^ -* Mju
4Siiiiisiiiiin Line
U put de New 0 am et Mobile pour Port t u Prirctf;
Sa ito Doiuii go i Mac u il)
t orig i) >arl> I bre Dparts Janvier
New Orlans,^ 1er dec. 29dcembre] 26 janvier
Mobile, Ala :i5 i re 31 dcembre *> janvier
H?or^ Si rs- Hatiens
,;s
parts Fvrie'*
i (vrier
(i lvrier
t'onau frincefc(arriv) 10 ilc. < |anv r
Petit Govei Brriv ) 12 dix. 9 i ini
,-Kux Caves ( arrive- ) 12 d< 9 l-mvi
Jacmel ( arriv*) 14 dv-. Il
Saut,. Dtfo Citv:v 2gt6 dc. 13 janvii
San Pedro de M. 17 dc. 1 I janvier
Mac?raibo Ven 20 d )/ r~^ir*
Dparts de Niw Oflan Mobile mr Porl a o- | ^
Santo Domiugor>el M i iraibo.
T lvrier 1932
25 fvrier 1932
3 mars 1932
8
10
il
14
o mars
1932
lvrier
fvrier
lvrier
lvrier
lvrier
Ports Dparts D icembr
New Orlans. La. lparl t i lci rab e
Mobile Ala. La di part 17 lcembre
Tort au Prince ( arrive ) 21 lcembrel
(>p lin lien ( ai rive i 2 ; dcembre
Paetro Plata (arriv i :embr.
San Pedro de Macori
Santo Domingo 11 >
Macarabo, V n.
n i s Jan\ icr
931 12 i mvier
I j a n v i 111
21 janvier
23 janvier
1 I nv er
i janvier
27 janvier
30 janvier
2 ) >i sem >re
' dcembre^
: juivii r
|i : i-. i I i i i bre 1931
Peur tous Us autrei lements l'aJressar Mess'
a. De MATTEIS & Co, Agents
o ma s 1932',
7 mars I932|j
jT39 ,,la's 19321
"-10 mars 1932
|^13 mars 1932
rti do Nord Hatiens
I)| ai is Fvrier
y lvrier 1932
11 lvrier 1932
18 lvrier 1932
20 lvrier 1932
21 lvrier 1932
23 lvrier 1992
24 lvrier 1932
27 lvrier 1932
eurs
Unra i v
CE QUI N'A JAMAIS T FAIT
CE 001 NE PEUT TRE DPASSE
Kola Champagne
P. SJOURN
m
Prpar dans des conditions |rigourenaes
D'ASEPSIE
prparation et Tante
?HAKMAaiF. SEJOURNE
Angle des rues Roux ei du Centre,
omcMence
I m '2 in ('; n i ; c orga-
nise \> i' 'i I i de Saint
Fia1 e ai s 'e n profil
de leurs \t ma lieu
llaliaiia, le I i 3 avril
piocliain. C'est u tstima*
ble et ci II. P.
Sans .n qui u nd i diloire
sou'- le il' nie e nlivant de
sa parole U qaenb tt savant^
l e si j i s< i d s plus inl-
lessau ' que le
pi-biie des \ ienrJra
iKui i.n ix i >. (i i; trenea
qui scia un Mai rgal lill-
raire el soi iol.
Fnlrei r, : 1 gourde.
0*
.
. ---v.*..

Toux r.sro3Ustt-
Laboratoire SJOURN
DlRECTtfltS
F. Sjourn, Pharmacien
H. Sjoukni:, Puarmaien de l'Universit de Paris
11, Skjouhnk, Pharmacien de l'universit de Paris,anciec
interne des Hpitaux de Paris
W :LRY
u'a WMl CLBY
DtCUtRY. J' "y n, Prit
MEUBLES A VENDRE
S'."(h'e-
.u.vv e^iaxw u..rs.\ic
J 1',: : N
i I I ( n. : 3182.
Les rsullals i us cUfH
jour pioii\ etil
L Blpposarcitie Boy
/1 cialil // ">e
est Ip meilleur i lilUBa
I-.n yen anaai
Sjo'Mii. !laliM
( Dr lui. Ko-, uicii *
Dr l'nleaii. 'i le J;
serin
Analyses .des Urines, du suc gastrique, du sang Was- 'i'^vT"" ',!' ;,,":i 15
manu, Ure, Coottaata d'Aintard, (ilvemie) pS1 n,l?e*J fr
lu. a...l,.i. n 4-i "'.T^'"'*;. Phfliinaeie (.oniniei c laie MH
Des crachat*. Des matires lcalea. | mon vieux.
PII
Insurance Co
^ne des ; plus fortes COMPAGNIES
[CANADIENNES ^ASSURANCE
sur la VIE
EUG.Le BOSS & Co
A'fnts Gnrin^
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire & Lite
Assurance Corporation Ltd.
de Perth ( Scotland )

j,
Lar la *ENKPAL J est une de* p!hs pnissnnten et des pi ; va
ie .e genre. Le soleil ne se eonche jamais snr son champ d'action ani ci
monde l
es P ilie contre incendia ceuvreut aussi les dgts occas
Ses polices pour Aatomobiles coavrent vols, incendie, m dveil
causes a autrui daus sa personne a dans ses biens
Ses| Polices Maritimes mises pi, Ma branchea d'Europe sont i
Ses Polie, s contre accidents Sun. valables dans I nniver eutiei '
Veuve F. BERM1NGHAM, AuxCave1
salua
abrsMM
la loMj
en HiiJ
I
ors .;RN1'S
-vcent Gnral i-
oH-p.i--Prince:
>
m


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM