<%BANNER%>







PAGE 1

FAQL2 IL y M US .& 28 Ml, V.-2 MM (! Cl I SJBJ %  TA' F L 0 A T I N G POWER .4 %  fc="* %  ? Il Si utt^ : 2 2 & 7 AVo> 5/* Sedan GLUTGH AUTOMATIQUE--TRANSMISSION SILENCSEUSECSLECTIONNE ROUES LIBRES l'LOATIN'ti POWER, ce l l'iiuu <|ii;iblc principe loul fail nouveau dans la suspension du moteur, donne .i la n un i Ile Dodge Six el Huit une allure • i lonnanle que rien dans \ us expriences prcdentes dans le nioloi isine il-' pi n' vous fournir une base do ci iison, Vous U'ouvez une douceur qui n'a jamais tatteinl< upai avanl dans un moteur d'automobile. Les vibrations sont absolunu'iii inconnues, Le nouveau Clutcli Automatique a\ e< la 11 .M • mission silencieuse vous poi li ni ;i oubl er qu'il y ;i quelque ic qui s*i | '| elle cluti h. < loordonn avec un systme de Koues I ibresenlii emi i" si pai ; l'unit de ces raer\ cilleux projets vous donne une facilit de conduite que vous n'avez jamais imagine. En Roues Libres, 'a transmission est disjointe de l'avant cl dr l'arrire. Vous n'avez jamais besoin de toueber la pdale de dbrayage— ou aucun boulon-en changeant n'importe quelle position n'importa quelle vitesse de l'auto. Facilit de conduite est encore augmente par les qualie Ireins hydrauliques l'preuve de l'eau, maintenant de plus grandes dimensions avec des tambours d'une autre dsignation. Le freinage n'a jamais t auparavant aussi lacile ri aussi positif sur aucune automobile.Le type de pont double encadrement el le cenre de gravit surbaiss, la ca rrosseria d'une seule pice en acier el la suprme facilit du volant contribuent lui donner un maximum de scurit. LA CONFIANCE DE LA DODGE KNEER'S GARAGE Distributeur Uue Pave.— Port-au-Prince, Haili. l'houe 2234 & 231. ALIX KO Y I %  .. t PASTILLES MI RATON L ,• •'• ntur*l* d. CH47IL OUVO.V vLo.'xxti if doigte e t t i-A 30 annes de suces. Propos humides, -o— I Un confrre rapporte que la tour"a Kpubliqu uiuplie... Lee; Toutes le Publications reues —Revue Commerciale ci Bulletin mensuel Haitien, I t'est ten i le lei c ngra dent ire hait > in M gui le | ] rs d 1*1 l : nien — Dans plusieurs quartiers de la ville ou se plaint des vols qui s'y commettent la nt.il. L. police doit se montrer plus active. On ne sent pas son action. — L'US.Sll.a lu %  album-Souvenir belles vues pho ; bique a l'occasion des matches in lernatioii;ui\ de Foot-ball ei, Ire la Jamalca Ko -Ba I isso dation et l'Union des Socit Sportives hatienne — Un cadavre en putrfaction a t tiouvi in.ii ili dernier sur la proprit Kivir a Lalue II semblait avoir t l depuis deux ou ti ois jours. I Tout de mme %  —Dis confrres out signal que le inortsman [amalcai ; Franck Me lut sh est un d cendaiit lie notit prsident de la Rpublique Riviie IK rara.iNous croyons savoir i autre particulai it : Mr Cros well, le prsidenl de la J.1 ? .A. Le voyage prsidentiel Le Prsidenl de la Repu' bli(|tie est tertre ieudi o pi is naissance an Haiti. F de son voyage dans Le U evril est le jour te ment." du Nord. panamriraln,qni sera clbr i Avec-le Cap-Hatien, il n da s tous les pays amricaine. I visit Gde.-Rivire du Nord Le gouvernement des I Fort Libert, Onanaminthe, Etais-Unie projette la d1 Terrier-Rouge, Trou, Quar-l soi upation complet! du NilierMoHn.l imnnade, tandon | ua i le lei janvier vfh et I Citadelle Lnfferre 1933 I u Di t dans les villes, el sur Mercredi 2A mars mari les grandes routes.les popnlaquaitlecent meanniversaire ] lions l'onl ovationn. An Cap,de grandioses rcepli DS 1*1 nionClubetendan 1res cercles mondains ont t i i mises en l'honneur du (lut de l'Etal De mme,chfi le o loni'l Fegan,coramaDdant militaire iu dpartement du A m r runion qui se tint l'Unioi -Club,le Prsidant pro[ noi a on grand discours po lllique que notre conlrire Haiti Journal a publi inextenso. Ce discours a lait impression. Le Prsident Viucenl a it l'obj t de grandes manifestations tic sympathie et deeon(iauce de la part des populalions qu'il a visites.Ces hom i ges de nos concitoyens du No'd sont une indication claire pin jailis l'aulenr de l'Art potique celte clbre objurgation :(irantiiur i'V vtando crue t aux ferrugmuux. • Admit do .ni rf D en Iranches, rpandu comme du lieurre, il ajoute toujours un nouveau gol vos plats. Votre picier a le Velveelfl > I | une varit Kraft. d'autres tromagi KRAFT CHEESE PAWLEV SALE8 44>ftlOi; A 1 1 0\ Dislrilniltiir rorl-au-Pi'incc, Hiili. ••' ri27 Leaprogrcs continu de 11 Banque Royale, depuis 60 ans, est c;i grande partie l'oeuvre de c). satisfaits. Aussi exi-to-t il aujourd'hui entre cette banque et CE clients, des relations de plus en plus cordiales qui font neur tous les deux. C tf pour Htu un pltfuir La Banque Royale du Canada NOUVEAUX LAMBICS 1 r j IMI 5 %  P| %  iElICE le MANUEL • %  r >t *• h LUST^f g#S|Ii5FSiSlAAATB %  JipjpjBJii , | fj|| g Toutes les Polices DE LA m r %  %  J ; |comprennent la Protection contre la S Foudre sans aurjmentation de iaux§ f Eug.Le BossfCo m Aqents Gnraux a



PAGE 1

I F. M\T\ ara i AGt 3 liliiiin Rarkaueoun ..• • '' lLl renom* , Uanaamlez oui : \ : • : Kue ( Cachet Mriga antlnvralglque MMCilMI eo qaelanet minute Flvrm, Qrlpp, MIf rain, Hftumet!ir M'diramtnt dt choix lonjonrt efficace et tant langer. iMtes tic 1 et l cachets. En vente clam toute* h.m ne* Pli' San!*>ectnirG!RAUn.l*iril*.LYON OULUN.i(Fra) i,jv. 4 lort m-Pntct i harmacio bt'cH. Cin-Jaldy CE SOIR Ravenqar ET L'Enfant-Roi Entre : 1 00 ; Balcon : J.,50. DEMAIN SOIR Pcnr les personnes qui n'ont pu trouver de place tend' CHRISTUS OU La Passion du Christ Entre 0,50; Balcon : 1,00. Double Traitement pour Un Enfant Enrhum Les enfants dbitait tre "drogus", Lorsqu'on 1rs fi tionne avec du Vicks, il soula.r les rhumes de deux faons, Bans "droguape". (1) Ses vapeurs salutaires. dgages par la chaleur corps, sont inhales tout droit dans les voies respiratoires; (2) Il soulage les douleurs comme le cataplasme d'antan. Vic&s VARORUB EN EXTRME-ORIENT m 11. N'Y A PAS DE MEILLEURE PROTECTION POUR LA SANT QUE LA PROPRET DU LIFEBL'OY .ANTISEPTIQUE. LIFEBUOY 1 b bA\Ott DrLn 5A^ l r. POSR MAINS, FIGURES ET BAINS. — Les travailleurs arrivant d'Europe par le chemin de fer transsibrien rapportent cjue de nombreuses troupes sovitiques survotes par de nombreuses escadrilles devions militaires sont campes le long de la frontire montgolienne entre I kurts et Chi'a. Bien que les officiels japonais et sovitiques dnient la ptoa lgre intention d'en venir aux maius, il est vident que les troupes sovitiques sont virtuellement sur le pied da guerre. SiiANC.A— Le dpart inopin du Gai Chang Kouang, commandant de la UJeurnice chinoise, de la confrence d'armis'ice Shang.ii fail redouter une reprise des hostilits. Ce que dit le Prsident de l'U. S. S. H. S'tant mu dune nofe du Matin faisant cho aux pilabres de ces jours-ci anti de l'U.S.V.. M. Aidn ( va':er a bien voulu nous fournir (es renseignements que voici : Aprs le ; rem r ma Jamaque. Ha'i. ceux-h i aspiraient \ liriger )VS 5 c c sont |i\ rs d< s m vr?s contre les dirigeants actuels. C'est ainsi qu lait rpandre ,! t s bruiti malveillants pour laire croire qu 11 \ avi i! i ge — c'est l'expression < ye pur le Matin)— | S.II. Il n'y s rien de cela. Les a ll.i i l'O.S.S.H.i t bien i les. Actuelle ment,lasso* : lion ne doit pas un seul centime. Tout si n passif al liquid. File possde i ne encaisse. Le cona< il la (fe. tide mettre une v. la dis| sitiou /'fs di : clubs donl le! mi mbn s i jou contre les Jami caina "lin d'orgi niset nne lte i n leur honneur. An surplus, une M I tc c or |,. permettra d i li ir des aom t ; Dira aux i quipu i s nation us, 1 Ainsi pa r Andr Cheisllier. m a : VI IL %  : %  *J '^\ HA nll 1 %  •^ W J Pow st uendu qu'en bidons scellr*. •v^ ^" Cin Varils MARDI Pourper.nellie tout !c monde du voir et d'entendre le grand •rtiite Iranais. Maurice Chevalier (a fine et intressante p'odrHion parlante Le Petit Caf icr*> redor et au prix xcepliomiel tte Entre Gnrale : Gde 1,00 JhLDI La prodiclion bien Parisienne Bataille de Paris H fine de gaiet, de chansonneties e! de conversation fr-n ; isea, de srnei d'amour et de guerre. Enire Gnale : 1 Gourde Ne rlez pas. ces pris, ees deux belles et intenestantes ,) odueItOBS parlante. 'Oh* Au Hrpophoiphitcs de Chaux et Soucie cl l'Huile de Foie de Morue Agrable au got et facilement digestible elle est le complexe rparateur de la Nutrition par excellence Laboratoires REGAGN0N & Cie Pharmacien* Agent Central pour l'Exportation : Ch. MAGNANT 37. rue Davioud .. PARIS-16* Panama Railro Agents aux princ Service de fret < iship Line ports d'Europe. issgers en Ire F Europe ci i lrique. y. SlIELDON & CO, LU. 17, James Street, PO I., E.NUI AND Angleti % Ltd. reeti ugland. LE FAIT EST INCONTESTABLE Il h uni Saillie C'est la quintessence des meilleures Varits de cannes d'un vaste territoire runissant les meilleurs terroirs, C'est ce qui fait son arme. GOUTEZ ET COMPAREZ! MORY


PAGE 1

; i % Lundi 21 dc rnbre Port au Prince (arriv) 10 dc. 7 janvierj ei { janvier Petit Goa\e( arrive ) 12 dc. Aux Cayes ( arrive ) 12 dc. Jacmel ( ri ri j ]\ 1 d.'. Santo Dgo C ly..,^jt6 dc. San Ps Iro de M i^.-i. 17 dc. Ificaraib? Venl "20 dc. 17 janvier ;) janvi i y i '.•-. 1 lja ivier 1.'} |;iii\ 1 1 jao i <2 s l fvrier 6 tvi 'i fvrier (vri r fvi ier lv: P r 8 10 11 14 Ports bud Hatiens paits Fvrier 23 fvrier 1932 '2.") fvrier 1932 3 mars 1932 .") mors 1932 mais 1932, 7 mars 1932 9 mars 1932 10 mars 1932J 13 nurs 1932 Dpirts de N w'O.l • uis et Mobile nour^ Port an Prince ort Jdu N>;j Hatiens Sanlo Domii go*-"t Mocaraibn. Port Dparti Dcernb New Orlans, La. dpart 15 rnb efl931 Mobile Ala. La dpart 17 dcem bi Port au Prince, ( arrive ) 21 dcembre Gap Hatien ( arrive } '2' dicenibre Paetro Plata ( arriv ) Sio Pedro de tfacoris Santo Domingo R, i>. Maearabo, Ven. 27 dcem 2 ) d e obre dcem 'c* janvier Dpai la Jan ier 12 janv er L 1 4 janvii r' [21 janvu?r 23 jan vu r 2 1 |anv er 2u' janvier J|27 jan ver 30 i invier Part-an-Prince, le 27'oovembre 1V31 Pour tous les autres renseignement* 'adresser i (essieurs A. DE MATTEIS & Co, Ag pis tinraux. Dparts Fvrier 9 lvrier 1932 11 lvrier 1932 18 fvrier 1932 20 lvrier 1932 21 lvriei 1932 fc3 lvrier 1992 24 lvrier 1932 27 lvrier 1.132 (' i bar' chic et lgant a t ouvert en re le camp d'aviaton et Masco o vous tr uverez des sandwiches du meilleur choix, des boissons de premire qualit des prix trsjraisonnables et o le propritaire Mr Karl Modl et Mme vous rservent le plus ebarmant accueil. Mesdames, Mesdemoiselles Messieurs, venez vous en et rend compte. Kola Champagne F. SJOURN [Prpar dans des condili D'ASEPSIE Prparation el 'e PHARMASIIF. SElOUMi •ne; odes rues Roux pi dn ('.en' Laboratoire SJOURN i F. R, M. An tsi ma DlREGTWRS SJOURN, Pharmacien SJOUR**, Pharmacien de l'Un rsit le Paru .SJOUR**, Piiirmacieide l'universit de Paris.aacia* interne des Hpit i as de Pari ilvses des Urines, du suc gastrique, du sang (JWaiun, Ure, Constante d'Ambard, Glycmie).^ Des crachats. Des matires tcales. Les rsultats obtenus cl.aaj. jour prouvent que L'Hipposarcine ft 0 y tpccialit franaise est le. meilleur reconstituant En rente chez : Pharmiw Siourn. Pharmacie Hatitnu r Dr Ed. Roy ), Pharmacie 2 Dr Buteau, Pharmacie de j* sephValm.PharniacicGelrartl Pharmacie Commerciale et Simon Vieux. Ppmpppip.ripntci liciter sa grce, et qu'il n'a i hes l'un en %  -v; ; ms ; r texte d'hnm mit, essaie de se (ail • p ird inner, p ir sa v c ime, so i acte d'odieux arbitra Me Hermann Malebrai a t lies sensible aux tcin ngnag s de gran le sympat lie dont sa te m me, ses e i 1 mis et ses parents ont I objet, au coins de son euiprisoooement. Il, ne saurait u iblier, non plus, les mar pies d'afiectueuse estime que ses nombreux contre es tint d'amis sesontfempresss us lui apporter % la ia prison, dj mme que les l jrc i tiatet expressions^ de vive .unitilveuues des contr et des^amis de la ^province. II leur eu exprime toute sa gratitude. 11 tient,, J out particulire" ruent, remercier Le Pc le\houuelli$te,\ Uaiti Journal, L'Action Nationale, Le kalin, l Appel, etc, a qui n'ont pas liesite a dire leur-opinion sui uue allaire dont lj solution tait toutejindiquc par i plication de la loi et i meilleur comprhension de la dlicatesse et des nuai. ces de l'ducation. Et c'est uu devoir jour Un de remercier Monsieur le Pr sideul de la Rpublique de sa gracieuse mesure de libration, et, tout spcialement, M.Vl. le Btonnier JJci.uo u, le Prtet Fautant, le Magistrat Communal Dui [oeaud, le dput Chtelain, les ami et les parents qui ont spon taucmeul entrepris des d marches CCtli lii A H Oblig, en nie.ne temps, i dcimer qu'il n'a jamais, ni sollicit, m demande de solTHE RlYAL "m.ML STEAM Mme Vve St I i \ Duv Ha et ses enlants ; Mr V*i Duncan, s lonse ne Li li i Duviella et leurs entants, •i te 0 belis Du vieil -, \I< Vei i Duviell i cl son Sambour, Vie Alci le Duviel a, Mr VillarsIUuvi :11a, Mlle 'Me mi Duvieiia.li s l imillesDuvieHa, Mnlas Alphonse, Sambour, Clairlond, et tous les au in-' parenti el allies remercient bien sincrement M "-sieurs les Sn iieu; sdu Dp i lement l'Ou %  • le Personnel !" nprimerie Nationale, le Chel*d la M liaon Militaire %  du Prsident de la Rpublique,^'A Iministrateur de I' i pital i ro li al, les Directeui s d s journaux de Port* inPrince, les M* nib'cs du Barreau rie Port-au-Prince, le Personnel du Quai lier G in rul de la Garde d'Hati. et tous les amis le la Capitale el I • la Province qui leur onl donn des nnrqu :s d %  sympa lliie l'occasion de la perte cruelle qu'ils viennent d'prouver en la nersoune de SAINT FELIX DUVIRLLA, tn i i I ih i ds ',) %  t tu a l'Impi imei ie Nationale, dc l le I > m ira en co ir s et I %  prie d'agrer ici leur inaltrable s.mce. e (pression ;de raconna isLe]sU amer i Gab )on venant de Kingston et dn Sud ta Port-au-Prince le mnrli 2 co irant prenant Irt ft uasaagers pour l'Kurope via les ports clu Nord. Prix du pa sagejor 100. The Royal kail Stea n P'ackei Co. i" \. J. BIGIO s-s c( LIGNE COLOMBIENNE ) Tlphone \ T 2 5>? Le vapeuriMartiniqneaVoy. 95, veiiiut directement (le New-York esl atten lu ici le 29 courant,en route le mme jour pour les ports colombiens, Ci isiobal, Ciiial Zone, Kingston et NcwVork. Le manifeste de ce navire reu par avion est la disposition des clients dans nos bureaux sis ang'e rues L.alit et Dants>Destou< lies. Le vapeur Rolivaro V T ov. '.'li, partira de New-York le •10 courant, directement pour Port au Prince. • • Le vapeur B.iracoai Voy. 100, partir de New York le 1er avrlt prox, pour tous les ports h ntiens. William E. BLEO, Agent. Itpiia lanl llaliea Accidents 13 Mars 1932 Rodo'phe Germain, rue StMartin. Lmpoisonnernent pa r essenc 1 de noyau (hospitalis) Lamour Heus, 37 an, BisoInn. Contusion la jambe et d la grille costale tace postrieur /(hospitalis). Drilus Montas, 20 ans, Bel%  Air 131esuracontuse de la lvre suprieure gauehp. Tlphe LhrisRon, 40 ans, ( Grand'Hue. Blessure contuse du Iront et une corchure la lvre infrieure. I Yvonne Dsilus. rue St-Mar lin. Morsure de chien 'a cuisse < droite j El^onarp Seiti, rue St-Mar, tin. Morsure d chien la rj gion lessire. j Max Bruny, rue S-Martin I Morsure de chien h rgion tesireGe r maine Gonna : n, rue Si Martin. Mo-sure de chi a l'avant bras gauche. Emile Via'd, 41 ans, rue des I Casernes. Blessure contuse de la 't. Toussaint Fils-Aim, 54 ans, ue. Traumatisme du nez el du corps en gnral. Joseph Jean, 34 ans, Lalue. Blessure du Iront. Jean Joseph, 14 ans, rue R vnlution. Blessure contuse des dmx pa mes d la main. 14 Mars 1932 Mme Charles Dehoux, 01 ans, Marlissant. Blessure contuse de la joue droite. Sylvio Vieux, 24 ans, rue Tirptmssp. Blessure la lvre intrieure de la bouche. Tercilia Occdien. 20 ans, quartier Sl-Jo.eph. Empoissonnement par essence de noyau. Fleoricir Pierr, 70 ana.Poslei gauche. Marchand. Blessure conlusedel Fernande D.ho x, 19 am, a rgion fronto-temporale. JMarlissont. Egr.ii',;nure l' Andr Benoit, 2(5 ans, qusri psule droite. ti r 5t-Joseph. Contusion de la hanche. Louism Elcius, 40 ans, Ville Bonheur.Contusion dn scrotum. JenatySimon,26 ans.rue Ru1 nion. Blessure confuse da Iront. Fritz Lorhard, 32 ans, Posta Marchand. Blessore contuse d J Iront. j Pierre Emmanuel, 42 ^ns Bois John. Contusion si hema toma de l'avant bras gauc ht avec lgers rosion. Elmon Tippenhauer, 23 an, Grand'Rue. Tgre blessure du cuir chereln. InnocentKester.lt SOS, Croix d s Bouquets. Fracture probible de l'avant bras gaucha. Yvonne Volcimus, 2 ans, rue des Csars. Brlure 1er deg r de la planta du pied droi'. Augustin Irague, 3 ans. rua de l'Egalit. Fracture probable de l'avant bras gauche. Matellia Ducos, la a il-.iv Pli lorius. 1 an, l)ii ni. Collision interne, ( hosa talis ;. v :? LePt; >A ', • I r. F-_i 1 j %  u %  'bj %  T%  I el! -i ; %  . efl DC t:. r' %  < ^ -r-. ie %  ., | rimJttNg l j loioa eberf > P: 2 J 3 Mulei piqua ne Grand'Rue Blessure du mdius droi*. Lorvana Ma hien, 50 in, Grand'Rue. Contusion du coud" et de l'avant bras gauche. Mme Dessain Exalon, 30 ans Poste Marchand. Blessure oon- luse du cuir chevelu. Eugnje Guerrier, 20 ans, Ail SAiM LUE Le steamer Gu vaqiiil t est allendu poit-au-Prioce, venjnt de N.-York le lundi 28 mars 1932,avcc : 114 sacs Bel-Air. Blessure contuse de la ,e correspondance < I partira jambe droile. lemme jourdin cteuuntponr Victoria Cilhomme, ru StCristobal,Cauai Zoi e.preaanl > arlin. Morsure de chien la i^t, et malle. Jas. H. 0. VAN REED. Agmt Gnral, jambe gauche. Rose Rosemond.il ans, Portr-Prince. Contusion de h nuque. 5 OOvia Jn-Jumeau, 48 rr Portail i Joseph. Blessure co tuse du Iront. (ASTHMEi'-SS %  8oulaKeinent Immdiat n gu f %  I Globules Fsbsmd Alber. Denis, 50 ans, rnel'e R. I M 'tT.X^c'. TSS^ Blessure tranchante du mdius E. DALIOHOIX. 27 H"*' i Uolt-Colou.be lS*fll JTC.U1 AU 1U 111*11 Insurance Co Une des; plus fortes, COMPAGNIES [CANADIENNES d'ASSURANCE sur la VIE EUG.'Le BOSSR& Co Aaents Gnra i ASSUREZ-VOUS la General Accident Fire L ? Assurance Corporation \M\ de Perth ( Scotland Uar ta GENERAL* est une des pins anissau'.eset des ni n vas', s ie ce genrts. Le soleil ne se couche .. n lis sar son champ i .n mde r s Polices contre incendie couvrent aussi les dbats n ,, ,r Ses polices pour Automobiles couvrent vola, incendie, n.al l l* causes a autrui ans sa personne a dans ses biens Ses Polices Maritime misai par ses branches'dEurope sont payables Ses Polices cjntre accidents sjnt valables dans 1 univers entier Tous h V(N ion devraient donc prendre la prcaution 4e M munir d'une polic coi; te i.. i moins 4000 dollars, lu pr.me annuelle n'laut que de 1/2 % soit l Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves aa^ 1 \ \K Agent Gnrpour!In I fn* -nT V,nre; 1 CJLG



PAGE 1

Clment Magloire DIRECTEUR iSS. RUE AMERICAuvh 19't ,TI I KPHONE N22J2 Hre nitlon .oit sa • ver uo8 Lumu en qui n'apportant au pou voir q. 0 les verti s qu'ils ont dans louis ctomtst'iuee. Flirone \\\. 25 me ANNEE N 7(532 L'UNION SACRE PORT-AU PRIN (HATI) I L'NDl '28 MARS HU2 — 000 — Hati-Journal de lundi 21 mars courant publie sous le litre : Les Armes de la Rpublique, un fort bel article recommandant, au nom de l'intrt national, l'union sacre autour du Gouvernement de M. Vincent. L'union sacre? Certes, pour tre un peu topique et point nouvelle, la formule n'en demeure pas moins magnifique, et pour notre part nous y souscririons volontiers,si le confrre, dans l'instant mme qu'il la prche, n'omettait de prcher d'exemple. a C'est tre peu raisonnable—crit notre conlrre et sur un ton de modration qui ne fut pas l'autre fois sa manire,— et ne point tre pntr du vritable intrt national que de vouloir faire accroire une possibilit de dissentiment politique entre le Pouvoir Excutif et la prochaine Chambre, au cours des importants travaux qui vont s'ouvrir. Ceci s'adresse videmment nous, qui avons les pre Blicrs prsum qu'un conflit est possible entra la nouvelle Chambre et l'Excutif, quant la dure du mandat des nouveaux dputes. En quoi donc une discussion, qui se notre position vis--vis du Gouvernement. Nous ne faisons pas de l'opposition au Gouvernement de M. Vincent, mais nous estimons qoe, strile en bien des cas, la discussion peut, en certains autres, aboutir des rsultats pratiques. Le Gouvernement n'est que d'hier, mais nos relations avec M. Vincent, frappes au coin d'une cordialit affectueuse qui ne s'est jamais dmentie, de la plus franche amiti, pourrions-nous dire, ne sauraient s'accommoder d'une indpendance dforme ou tendue jusqu' l'hostilit. Nous ne sommes pas loin de partager l'opinion amre du sna eur Kinfl, savoir que dans les conditions actuelles de l'existence nationale, son levai ion mme fait de Monsieur Vincent un pauvre homme. Oui, un pauvre homme, avec des soucis accablants,des responsabilits angoissantes et quelles esprances prcaires Ajoutez tant d'ennuis la misre d'tre chaque jour dchiquet par les exigences, les rivalits et les intrigues de partisans avides... les maladresses voulues de conseillers retors, ombrageux, montant une garde vigilante pour barrer limiterait ce seul dsaccord, passage la vrit. C'est ceux-l qu'il faut prcher l'Union sacre, ceux-l qui imaPi R CX i) ; i EMPLOYE' LUX s WON DE roi ...il hCtCATEMENT PARFUM Gomment nous j traitent nos voi-,' sins dominicains est a irer le sahil de li Patrie, I el l'appliiii de ce-, princip t)epui ; p il Ki nns.on loue les ;., i invoquez • p I 'Ile folle pei toujouj s l'ail ri un el c'e que nous irs. Pour finir, r Dii ecteui. non iniei locuteur inconnu que nul n !I.i'ii ne peut son ;er •ci user le I nierai 'I i\ a '.OU I 'aime en acheta ni s leurs ou en e ;s ivanl i la cou lition d< lier cinq lin ( i oute, li Irontire. (I VCl | ous re corn 00u iis des ssi i el les cou erts de boue. ',. d | ni bon a m lussent es pires il I lique min Domn u seulement de ; tes rques i i ... de courtoisii pour i lotis on r it, ils i • T I — %  oui; loyendefajlaci tou %  parl'inlenl %  Je laissi i au Pou• hetanl, tout com • liilunus. I pu >urner de obtenant l;i libi ation de no Ui i itoire, et, par la lin d nlion A \ i ance <.\^ Peuple Hatien. I. .: n 11 llliiiiu M i i inique une conception de levant de cette lat 4 i le ions, tandis per la a ou b les rues. •nfrre la n MIS %  I liai ,j Q j cain a Loin;; l'autre, i os de trav • •• vo t que Ict et Ma.laI ni n ont heu o'r* pi ion qu'il en leurs .salons, dimanche dernier, en l'fcoi e \l. Croswell t de l'q lipe jatl Noi m (J-JL |o en ( ivil : le colo1 lli' 1 valsa ni avec l'entrain homme. \ son bras celte sduisante qui a nom odeiie Chevallier el qui nous ici un n gard mlfuii ors vu, la i c i on de Madame E^igard Pan (an, di s dames de la haute eder eux tu lei i n i h on li ir. i ment, il y a fiil v a tag 'I i i I o;ot. an Prli ; • o i ..et Madame Fanfan i ni har I i • ... vu au i ord de nui dent i, l'un i^ras et tout d.nn cent i bai mot, el l'autre 'ont : un clou. Un joarnaliste q ii issail bia< ; Je vendais i i comptant et i usa cri :... Il non un des li us ne goa> is i • pi i s %  i • ... voit que leSnah ur tutti— co i i .i'o e pris entre deux %  d'an < si ru* que de l'antre, Que ni dans tout cela le laix commnniqn qni pi lendail dissoudre l'Union Patriotique ? ... a lu dans nos Echos, oui, I -.clins, que \e serviment la Place SI lait confi deux jeunes Italiens. RsnseiRnements pris, ii qu'on nous ivsil sigt.sls s fascistes romains, sont (i(ux jeunes, othenl (jues itoyens RsTiitns: ucien Si l'une Dominique. Vo m prio is \, -, deux Irres do* niih d'excuser l-clio de u' profil ritir pris pi ar I ions I li nus. . voit i li, / /',,/// Au vila des bam qui donnent %  ivie d'ail r lirei 11 coupe l la Mer frappe. li i lit ne songe I iquer a un na; put,mt un de ces maillots II est vrai que tous les rei" i e sont peut 're pas ds qualit. ... vou que dans le discouru no a ce au Cap, avant l'ouverture dui'ongres mdical, le Prsident de la Rpublique i .i n ssortir la nc< ssit d un i. vjuel louloque disait liquementces jo u derniers me I emprunt est un carcan T Carcan vous-mme I • t t ... voit que chez John WoolIci/, ni me la semaine sain'e p i arrt' la fivre d s ha un a tenu taire sa n de disqu poVT lt T hgnement le di n nie lie de i'ques. U 1 %  sajra se soutenir. LA FI i noua ET LI PUIS EmcAa INJECTION PERARD O'ALGIR m* DRAGES PEYRARD S" f Gurmmmmt ta BLENNORRAGIE TOUTES PHARMACIES •< PYRIIKD. U.mtt GrtulK. PARIS


Le Matin
ALL ISSUES CITATION THUMBNAILS MAP IT! DOWNLOADS ZOOMABLE PAGE IMAGE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/06966
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Publication Date: Monday, March 28, 1932
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:06966

Downloads

This item has the following downloads:

( PDF )

( PDF )

( PDF )

( PDF )


Full Text
Clment Magloire
DIRECTEUR "
iSS. RUE AMERICAuvh 19't
,TI I KPHONE N22J2
Hre nitlon .oit sa
ver uo8 Lumu en
qui n'apportant au pou
voir q. 0 les verti s
qu'ils ont dans louis
ctomtst'iuee.
Flirone \\\.
25 me ANNEE N 7(532
L'UNION SACRE
PORT-AU PRIN (HATI)
I L'NDl '28 MARS HU2
000
Hati-Journal de lundi
21 mars courant publie sous
le litre : Les Armes de la R-
publique, un fort bel article
recommandant, au nom de
l'intrt national, l'union sa-
cre autour du Gouvernement
de M. Vincent. L'union sa-
cre? Certes, pour tre un peu
topique et point nouvelle, la
formule n'en demeure pas
moins magnifique, et pour
notre part nous y souscririons
volontiers,si le confrre, dans
l'instant mme qu'il la prche,
n'omettait de prcher d'exem-
ple.
a C'est tre peu raisonna-
blecrit notre conlrre et
sur un ton de modration qui
ne fut pas l'autre fois sa ma-
nire, et ne point tre p-
ntr du vritable intrt na-
tional que de vouloir faire
accroire une possibilit de
dissentiment politique entre
le Pouvoir Excutif et la pro-
chaine Chambre, au cours des
importants travaux qui vont
s'ouvrir.
Ceci s'adresse videmment
nous, qui avons les pre
Blicrs prsum qu'un conflit
est possible entra la nouvelle
Chambre et l'Excutif, quant
la dure du mandat des
nouveaux dputes. En quoi
donc une discussion, qui se
notre position vis--vis du
Gouvernement.
Nous ne faisons pas de l'op-
position au Gouvernement de
M. Vincent, mais nous esti-
mons qoe, strile en bien des
cas, la discussion peut, en cer-
tains autres, aboutir des r-
sultats pratiques. Le Gouver-
nement n'est que d'hier, mais
nos relations avec M. Vin-
cent, frappes au coin d'une
cordialit affectueuse qui ne
s'est jamais dmentie, de la
plus franche amiti, pour-
rions-nous dire, ne sauraient
s'accommoder d'une indpen-
dance dforme ou tendue jus-
qu' l'hostilit. Nous ne som-
mes pas loin de partager l'o-
pinion amre du sna eur
Kinfl, savoir que dans les
conditions actuelles de l'exis-
tence nationale, son levai ion
mme fait de Monsieur Vin-
cent un pauvre homme. Oui,
un pauvre homme, avec des
soucis accablants,des respon-
sabilits angoissantes et quel-
les esprances prcaires Ajou-
tez tant d'ennuis la misre
d'tre chaque jour dchique-
t par les exigences, les ri-
valits et les intrigues de par-
tisans avides... les maladres-
ses voulues de conseillers re-
tors, ombrageux, montant une
garde vigilante pour barrer
limiterait ce seul dsaccord, passage la vrit. C'est
ceux-l qu'il faut prcher l'U-
nion sacre, ceux-l qui ima-
Pi R CX i) ;
i
EMPLOYE'
LUX
s won DE roi ...il
hCtCATEMENT PARFUM
Gomment nous j
traitent nos voi-,'
sins dominicains

est a<- om



^v
on-
I
mi
u vo-
W
pourrait-elle compromettre
l'Union sacre ?
Le confrre crit encore.;
L'opposition a paralys main-
tes fois dans leur tche ceux
qui avaient la responsabilit
de dfendre les intrts na-
tionaux et qui pour cela
avaient besoin de tout l'ap-
pui,de toute l'approbalion'ctc.
Plus loin il ajoute : Les Par-
lementaires (le demain doi-
vent fermer l'oreille aux in-
sinuations de qui
encore avoir sous
le spectacle d'une
Irondeuse.
Nous craignons
cela ne s'adresse

J
m "-
La p
E DEMEURA
iNG rendra voire demeure
. Permettant tous les effe's

sant la couleur et le r
n person-
ne par M
ILEXhNE

0 SUR DEMAi,.
LA PLAGUi
I A DCC
*.S HOUE DANS L/-
MO CONTRF. 6 I
EN iMBRES OU MANl
ginenl chaque jour des fa-
bles nouvelles avec des mo-
rales inspires de Machiavel
et qui, mthodiquement, tan
loi avec leur morgue, tantt
avec leurs perfidies, font le
vide autour de M. Vincent
pour l'avoir mieux leur
merci. L'Union sacre? Elle
n'est pas pour ceux qu'on a
,,, exclus de la communion des
voudrait 'a n ce' r es! L'Union sacre?
les veux Elle ne sera possible que
Chambre quand Monsieur Vincent,
ayant secou toute cette ver
mine qui lui grimpe aux
pauies, aura laiss entendre

ZZ7
PLASTIQUE
PARFAIT
ETABLISSEMENTS
L.VANMALDE&EN
8,RUE FROCHOV
PA RI S (9)
attributs de sa souverainet,
je dirai mme de /
t Nationale, -brutalement su |a p.,
prime par celte double viola \ i, ic el fi hon-
t re.
\ a
n ent
. I.
ealni
Un
pas un seul
i
lait
\. i,
i
ICI ;,
i
p
ce. M
que des pro
leui arrestation i ,
p
Comi
* *-.- *4.
que tout
encore
nous,et nous en prenons oc-
casion pour faire une dcla-
qu'il n'est plus le chef d'un
groupe,
mais I bre de ses
ration de principes reluire mouvements: le chef de la
serait plus juste touchant Nation.
Notre Enqute
La Femme de Csar...
o -
Par la lettre qui suit,'Je G-
nral Em. Thezan rend un bel
hommage au groupe et conseil-
lers dEtat qui a bien mrit de
la Pairie pour anoir, en WS,
protest contre une double vio
talion de la ( onstilution.
Babiole (Turgeau),le 22 Mars
1932.
Monsieur le Directeur,
didals la prsidence. Il est
difficile d'tablir que, dans cette
lutte toute de principes, aucune
proccupation d'ordre person-
nel et anim les signataires de
la Rsolution.mme si quelques
collgues avaient pu, cet gard,
contracter des engagements in-
dividuels.
Tout d'abord, vous constate-
rez (lue l'ancien Conseiller d E-
sorti de la
lat est enuremen
question souleve par ma r-
Je viens de prendra commu- ponse votre enqute, en cher-
-........, a* t.juml.-, |a dplacer de la
tiicalion de la protestation de
l'ancien Conseiller d'Etal de
1928-1930 contre ma rpons* a
Vos questions au sujet des im-
portantes dclarations de Mon-
teur Forbes, protestation ren-
due publique par le numro
d'hier de votre intressant jour-
nal.
Maintenant examinons ensem-
ble, si vous le voulez bien, ce
Que dit mon honorable contra-
dicteur pour essayer, en pn-
trant sa pense, de reconnatre
te qu'il cherche tablir.
L'ancien Conseiller d'Etat
fait remarquer, et j'emploie
ci les propres termes du Ma-
tin,que la Rsolution de
protestation des Conseillersd'E
't rvoqus s'est uniquement
inspire de la dtense des attri-
buts de souverainet du Con-
seil dEtat faisant alors fonction
d'Assemble Naltonale,sanscon-
fWrer la personnalit des cau-
tion. Le Conseil d'Etal n'ai i nnale de i
jonne logique, | toire. Son hi
candi.lais ., ublime
tranche avec la i
procds de noire pi ilihque faite
i h\ poi :
lie s'inpir
I Envie el fait la ueri nu MO
rite.
leslie, i
dans l'ombi
de le .ur m ;r
irni l'on ision de pro '
donc pas l,en
s'occuper de
prsidence ni de personnalits.
Mais, et c'est ce qu'il importe
de saToir, pourquoi donc le
Gouvernement d'alors, sous la
violente pression de la Volont
Amricaine,avait-il connu
te double violation de notre
Charte constitutionnelle ?
A cette question, la seule q li
nous intresse en ce mon
puisque c'est elle qui a soulev
fe dbat, je me charge de lour-
nir la rponse des la Us que nul me penne
ne pourra dmentir. rail
Le Conseil d Etal a t aj si lev
n et la date de l'lection pr soietil, ne ,onl qu'un vain
sidentielle renvoye, parce |',r un rve creux, un ide, loul
ce Corpss'est relus- ab ;U(. lu volont
la Reprsentation Nationalede- tin lie remplit is ce sac d'une
vaut le caprice d'une volont forte personnalit capable d'im-
PrisoQ. matii
ls
ur Mi
;re. Un le leui relaim
ils dollars ; mr ; i cuir II
Bulal e dollars nom
leui acheter de quoi n
Us ne revirent i;i le garde, i
l'argent, ni la oourriti
\'ei
nicre la plus inattendue. Pour
le dmontrer d'irrfutable fa-
on il me suffira de procder
par'ordre et de rechercher les
causes qui ont motiv la dite
Rsolution qui n'a nen voir
avec les laits que rappelle ma
rponse.
Cette Rsolution, adopte par
le Conseil d'Etat d'alors, tait
une vigoureuse protestation
contre la double violation de la
Constitution qui constituaient
d'abord l'ajournement du bon-
seil d'Etat pour l'empcher de
se runir le lendemain en As-
semble Nationale et, ensuite,!*
renvoi une poque ultrieurs
de la date constitutionnelle de
l'lection prsidentielle.
i tst clair, net
lout le monde en conviendra, cl
t pourquoi celte Rsolution
du Conseil d'Etal s est unique-
ment inspire de la dfense des
trangre et n'a pas consenti
lire l'honorable citoyen que lui
imposait cette volont en qua-
lit de Prsident i'i oi Isoire de
la Rpublique. Le Conseil d*E-
lat a t sui toul ajourn el l'-
lection prsidentielle re/arde
pour empcher l'arrive au Pou-
voir du citoyen qui p niait om-
brage la Politique An,
ne en Hati el que le Conseil
d'Etat avail prcisment ch<
pour celle bonne raison, afin
de mettre un terme l'humi-
liante et dsastreuse tutelle qi;
celle Politique impose au P(
pie Hatien depuis plus de l'i
longues, mortelles innes. C'esl
pour obir a ce principe l<
dont la clairvoyant e de son
patriotisme prvoyant lui
montrait toute la porte el Ion
te l'utilit, que le Conseil d
tat s'est laiss d'abord ajoui
et, ensuite, connue il persista il
dans sa noble el <
altitude et son inbranlal
lus,mutiler plutt (pie le ren
ccr l'lection du i iloyen
ses yeux.pouvait, a
cours de tous les vrais Ha >
irer le sahil de li Patrie,
I el l'appli-
iii de ce-, princip
t)epui ; p il Ki nns.on
loue les ;., i
invoquez p
I 'Ile folle pei
toujouj s l'ail ri un el c'e
que nous
irs.
Pour finir,
r Dii ecteui.
non iniei locuteur inconnu que
nul n !I.i'ii ne peut son ;er
ci user le I nierai 'I i\ a
'.OU
I
'aime en acheta ni s
leurs ou en e ;s ivanl
i la cou lition d<
lier cinq
lin
( i oute, li
Irontire. (I.
VCl .
| ous
re corn 00u
iis des ssi
i
el les cou erts de
boue. ',. d |
ni bon
a m
lussent es pires il
I
lique
min Domn
u seulement de ;
tes rques i i ... ,
de courtoisii pour
i lo-
tis on r
it, ils i
T I
oui; loyendefajlaci tou
parl'inlenl

Je laissi i
au Pou
hetanl, tout com
liilunus.
. I .
pu
>urner de
obtenant l;i libi ation de no
Ui i itoire, et, par la lin d
nlion A
\ i ance <.\^ Peuple Hatien.
I.


-

. .: n 11
llliiiiu m i i inique une
conception de
levant de cette lat4
i
le

ions, tandis
per la a ou b
les rues.
nfrre la n mis

I
liai ,jQj
cain a Loin;;
l'autre, i
os de trav
vo t que Ict et Ma.la-
I ni n ont heu o'-
r* pi ion qu'il
en leurs .sa-
lons, dimanche dernier, en
l'fcoi e \l. Croswell t de
l'q lipe jatl Noi m (J-jl
|o en ( ivil : le colo-
1 lli'1 valsa ni avec l'entrain
homme. \ son bras
celte sduisante qui a nom
odeiie Chevallier el qui nous
ici un n gard mlfui-
i ors vu, la i c i on
! de Madame E^igard
Pan (an, di s dames de la haute
eder eux
tu
lei i n i
h on
li ir.
i ment, il y a fi-
il v a tag 'I i i I o;ot.
an Prli ; o i ..et
Madame Fanfan i ni har
I !- i


... vu au i ord de nui dent
i, l'un i^ras et tout d.nn cent
i bai mot, el l'autre 'ont
: un clou.
Un joarnaliste q ii issail bia<
; Je vendais i i comptant
et i usa cri :... Il non
un des li us ne goa>
is i pi i s i


... voit que leSnah ur tutti
co.....ii .i'o e pris entre deux
d'an < si ru*
que de l'antre, Que
ni dans tout cela le la-
ix commnniqn qni pi len-
dail dissoudre l'Union Patrioti-
que ?
... a lu dans nos Echos, oui,
I-.clins, que \e servi-
ment la Place SI
lait confi deux jeunes
Italiens. RsnseiRnements pris,
ii qu'on nous ivsil sigt.sls
s fascistes romains,
sont (i(ux jeunes, othenl (jues
' itoyens RsTiitns:
ucien Si l'une Dominique.
Vo m prio is \, -, deux Irres do*
niih d'excuser l-clio de
u' profil ri-
tir pris pi ar
I ions I li nus.
-
. voit i li, / /',,/// Au vila des
bam qui donnent
ivie d'ail r lirei 11 coupe
l la Mer frappe.
li i lit ne songe
I iquer a un na-
; put,mt un de ces maillots
II est vrai que tous les re-
i" i e sont peut 're pas ds
qualit.
*
... vou que dans le discouru
' no a ce au Cap, avant
l'ouverture dui'ongres mdical,
le Prsident de la Rpublique
i .i n ssortir la nc< ssit d un
i. vjuel louloque disait
liquementces jo u derniers
me I emprunt est un carcan T
Carcan vous-mme I

t t
... voit que chez John Wool-
Ici/, ni me la semaine sain'e
p i arrt' la fivre d s
ha un a tenu taire sa
n de disqu poVT lt t
hgnement le di n nie lie de
i'ques.
U 1 sajra se soutenir.
la fi i noua et li puis EmcAa .
INJECTION PERARD
O'ALGIR
m*
DRAGES PEYRARD S" f
Gurmmmmt ta
BLENNORRAGIE
TOUTES PHARMACIES
< PYRIIKD. U.mtt GrtulK. PARIS


FAQL2
IL y M US .& 28 Ml, V.-2
MM
(!
Cl
I SJBJ

Ta'


F L 0 A T I N G POWER
.4
"
fc=-
"*?
Il
-

Si
utt^ : 2 2 &
7 AVo> 5/* Sedan
GLUTGH AUTOMATIQUE--TRANSMIS-
SION SILENCSEUSECSLECTIONNE -
ROUES LIBRES
l'LOATIN'ti POWER, ce l l'iiuu <|ii;iblc
principe loul fail nouveau dans la
suspension du moteur, donne .i la
n un i Ile Dodge Six el Huit une allu-
re i lonnanle que rien dans \ us
expriences prcdentes dans le nio-
loi isine il-' pi n' vous fournir une
base do ci iison, Vous U'ouvez
une douceur qui n'a jamais tattein-
l< upai avanl dans un moteur d'au-
tomobile. Les vibrations sont absolu-
nu'iii inconnues,
Le nouveau Clutcli Automatique a-
\ e< la 11 .m mission silencieuse vous
poi li ni ;i oubl er qu'il y ;i quelque
ic qui s*i | '| elle cluti h. < loordonn
avec un systme de Koues I ibresen-
lii emi i" si pai ; l'unit de ces raer-
\ cilleux projets vous donne une fa-
cilit de conduite que vous n'avez
jamais imagine. En Roues Libres, 'a
transmission est disjointe de l'avant
cl dr l'arrire. Vous n'avez jamais
besoin de toueber la pdale de dbra-
yage ou aucun boulon-- en chan-
geant n'importe quelle position
n'importa quelle vitesse de l'auto.
Facilit de conduite est encore aug-
mente par les qualie Ireins hydrau-
liques l'preuve de l'eau, mainte-
nant de plus grandes dimensions avec
des tambours d'une autre dsigna-
tion. Le freinage n'a jamais t aupa-
ravant aussi lacile ri aussi positif sur
aucune automobile.Le type de pont
double encadrement el le cenre de
gravit surbaiss, la ca rrosseria d'une
seule pice en acier el la suprme fa-
cilit du volant contribuent lui
donner un maximum de scurit.
LA CONFIANCE DE LA DODGE
KNEER'S GARAGE
Distributeur
Uue Pave. Port-au-Prince, Haili.
l'houe 2234 & 231.

ALIX KO Y
I

.. t
PASTILLES
MI RATON
L,- ' ntur*l* d. CH47IL OUVO.V
vLo.'xxtiif doigte et t
i-A 30 annes de suces.
Propos
humides,
-o I
Un confrre rapporte que la tour-
"a Kpubliqu
uiuplie... Lee;
Toutes le
Publications
reues
Revue Commerciale ci Bul-
letin mensuel de Commerce Franaise d'Ha
ti, dition de janvier 1932.
Cette revue, bien que por-
lant sur sa couverture l'es-
tampille de l'Impiimerie Ch-
raquit, a cl lino'ype en par-
tie l'Imprimerie du Service
de l'faitiseig tment Profession-
nel.
- La Veille Rev ie, dii'oa
du 15 mars 1932. A signaler
la chronique au tit-e sugges-
tif : Politique et m sre.
- Le eu des Mgres, organe
mensuel des travailleur D-
Rrei.ditioo de janviet/lvrier
1032. Comporte un article sur
les tendances nouvelles
en Hati par Jean L. Barau
et un commentaire svre de
deux articlesd'dlati-louinal
parus sous le titre de: Une
oeuvre de piti socialet.
- VolKerbund, journal de
l'association allemande pour
la S. D.N., numro du "20 l-
vrier llJ32. Contient les pro-
I osil ons de plusieurs dl-
gations la Contreuce'du d-
sarmement, notamment celles
de la dl-getiou hatienne eu
huit poil ts.
fOUft RIRE H SOCIT
DnaudM I. "''' * *
F.I--C ISHPMM h', PihM*
latin. MmIoh" Cho.
!r. Si !' r,r. | pnndn Nfl
i dtntir li .o)t! 1 faaathnbrM
WH3 PAWIBIBH. IM, m. M
CHOS
-TJO*
Le Bulletin de II niou
pQnamricaine, dition du
mois de mars 193 '. contieol
une tude imr lis laa ti
rivires du iii par oolre
collaborateur M. I uc Oorsii-
vule. Cette tude i n ai coin
p igne de quelque v iei pho
lographiques. DO l i m m en i
celle de la valle de l'Art!-
soir
e Dinar
de la mort de Goethe. Toni les
centres inti llectucla du mon-
i i : < i onl commmor
ut-
! l tnniversaire du u':I"' ''""
iter or
orn bonite et des Troi Rivires, jlosophe allemand.Saut excep
lion pour Hati...
En marge du co ^ i
de m lecine du <;||> Haitien,
I t'est ten i le lei c ngra
dent ire hait > in m gui le
| ] rs d 1*1 l:nien
Dans plusieurs quartiers
de la ville ou se plaint des
vols qui s'y commettent la
nt.il. L. police doit se mon-
trer plus active. On ne sent
pas son action.
! L'US.Sll.a lu
album-Souvenir
belles vues pho ; bique ,
a l'occasion des matches in
lernatioii;ui\ de Foot-ball ei,
Ire la Jamalca Ko -Ba I isso
dation et l'Union des Socit
Sportives hatienne .
Un cadavre en putrfac-
tion a t tiouvi in.ii ili der-
nier sur la proprit Kivir
a Lalue II semblait avoir t
l depuis deux ou ti ois jours. I
Tout de mme '
Dis confrres out signal
que le inortsman [amalcai ;
Franck Me lut sh est un d
cendaiit lie notit prsident de
la Rpublique Riviie IK
rara.iNous croyons savoir i
autre particulai it : Mr Cros
well, le prsidenl de la J.1?.A.
Le voyage
prsidentiel
Le Prsidenl de la Repu-
' bli(|tie est tertre ieudi
o pi is naissance an Haiti. F de son voyage dans
Le U evril est le jour te ment." du Nord.
panamriraln,qni sera clbr i Avec-le Cap-Hatien, il n
da s tous les pays amricaine. I visit Gde.-Rivire du Nord
Le gouvernement des I Fort Libert, Onanaminthe,
Etais-Unie projette la d-1 Terrier-Rouge, Trou, Quar-l
soi upation complet! du Ni- lierMoHn.l imnnade, tandon |
ua i le lei janvier vfh et I Citadelle Lnfferre
1933 I u Di t dans les villes, el sur
Mercredi 2A mars mar- i les grandes routes.les popnla-
quaitlecent meanniversaire ] lions l'onl ovationn.
An Cap,de grandioses rcep-
li ds 1*1 nionClubetendan
1res cercles mondains ont t
i i mises en l'honneur du
(lut de l'Etal De mme,chfi
le o loni'l Fegan,coramaDdant
militaire iu dpartement du
A m r runion qui se tint
l'Unioi -Club,le Prsidant pro- [
noi a on grand discours po
lllique que notre conlrire
Haiti Journal a publi in-
extenso. Ce discours a lait
impression.
Le Prsident Viucenl a it
l'obj t de grandes manifesta-
tions tic sympathie et deeon-
(iauce de la part des popula-
lions qu'il a visites.Ces hom
i ges de nos concitoyens du
No'd sont une indication
claire masse du peuple sUend ('e
son gouvernement-On espre
qu'il s'en souviendra et que
sa politique s'en inspirera.
Ricin-Poudre
o
Dunomeaii
Ricin-Poudre, huile de
Ricin en Poudre compose, a
nus les avantages incompara-
bles de l'huile de liein sans en
noir les rpugnants inconv-
i iiienls.
Ricin-Poudre est recom-
mand par le Professeur Pou-
chet de rAcaamiede Mdecine.
Comme laxatif : 1 cachet
purgatif : 2 cachets.
Concessionnaire pour Haiti :
Pharmacie Saint Franois
Dr MATHURIN. Grand'Rue.
tM. rOiAlb l'OtH Mi.lQtfc SCKMIMI
ne lu Pridnf de
.uns lu Nord isl un t
n'est pas pour tonner.
tourne* de nos prsidents, Ira- j
vera le pays, sont triomphales. Crt! j
mme pour cela qu'il'en lont.Kt qu'- }
ils s'accompagnentd'hlsteriographes. .
L'historioarapbie, entre paienthees'
est une belle icienceetnn bel arl.EII
in>pin jailis l'aulenr de l'Art poti-
que celte clbre objurgation :(iran Hoi, cesse de v.iincre ou je cess.'
d'crire. Les triomphes continus
des Souverains d'Hati eussent con-
iuiiiJu daTHiitagp l'historiograplie du
dix-septime sicle. Il serait propre-
ment ananti devant celui du RHUM
SABTHE CACHET D'OR, le roi So-
leil dllaili.
Parker Duofold offre une pointe
correspondant a chaque genre d'-
criture. Avant d'acheter, essayer
| lusieurs pointes aussi \otis lcs
. rs d'tre satisfait.
Un vente dans les bons nuujitsins,
t
xarker
Duofold
I.apliinicquicril facilement
MOHR & LAURlN, Distribtecr
P. O. Bex cMi,PRT-au-Prince.

FAliiLSaE
'.vCILIT
m
'iluioglobinf
nav*rteurdu Sino. pivteilt r^r Mll ndl
;>tiiur i'V vtando crue t aux ferrugmuux. Admit do .ni rf
D DES4JIENS
"BfSj
KUUKH1SS-MIT
UN NOUVEAU FROMAGE
Le rnonAOB Krapt Velvekta
est sduisant en saveur, facilit
de digestion, richesse d'alimen-
tation.
C'est le fromage qui a une mat-
tilude d'usages. 11 peut lre COU-
|> en Iranches, rpandu comme
du lieurre, il ajoute toujours un
nouveau gol vos plats.
Votre picier a le Velveelfl > I |
une varit
Kraft.
d'autres tromagi
KRAFT
CHEESE
PAWLEV SALE8 44>ftlOi;A110\
Dislrilniltiir
rorl-au-Pi'incc, Hiili.
- '
ri27
Leaprogrcs continu de 11 Banque
Royale, depuis 60 ans, est c;i
grande partie l'oeuvre de c).
satisfaits. Aussi exi-to-t il au-
jourd'hui entre cette banque et
ce clients, des relations de plus
en plus cordiales qui font !
neur tous les deux.
C tf pour Htu un pltfuir
La Banque Royale
du Canada

NOUVEAUX LAMBICS 1
r -
j IMI 5

P|
iElICE le MANUEL r >t *h.
LUST^f
g#S|Ii5FSiSlAAATB JipjpjBJii,,|fj||
g Toutes les Polices
DE LA
m
r j
;
|comprennent la Protection contre la S
Foudre sans aurjmentation de iaux
f Eug.Le BossfCo *
m Aqents Gnraux
a


I F. M\T\
ara
i AGt 3
liliiiin Rarkaueoun
. ..-

'' "lLl renom* ,
Uanaamlez oui :
\ :
: Kue (
Cachet Mriga
antlnvralglque
MMCilMI eo qaelanet minute Flvrm, Qrlpp, MIf rain,
Hftumet!ir M'diramtnt dt choix lonjonrt efficace et tant
langer. iMtes tic 1 et l cachets. En vente clam toute* h.m ne* Pli'
San!*>ectnirG!RAUn.l*iril*.LYON OULUN.i(Fra)
i,jv. 4 lort m-Pntct i harmacio bt'cH.
Cin-Jaldy
CE SOIR
Ravenqar
ET
L'Enfant-Roi
Entre : 1 00 ; Balcon : J.,50.
DEMAIN SOIR
Pcnr les personnes qui n'ont pu trouver de place tend'
CHRISTUS
OU
La Passion du Christ
Entre 0,50; Balcon : 1,00.

Double Traitement
pour Un Enfant
Enrhum
Les enfants dbitait tre
"drogus", Lorsqu'on 1rs fi
tionne avec du Vicks, il soula.r
les rhumes de deux faons,
Bans "droguape".
(1) Ses vapeurs salutaires.
dgages par la chaleur
corps, sont inhales tout droit
dans les voies respiratoires;
(2) Il soulage les douleurs
comme le cataplasme d'antan.
Vic&s
- VaroRub
EN EXTRME-ORIENT
m
11. N'Y A PAS DE MEILLEURE
PROTECTION POUR LA SANT
QUE LA PROPRET DU LIFE-
BL'OY .ANTISEPTIQUE.
LIFEBUOY
1 b bA\Ott Dr- Ln 5A^ l r.
POSR MAINS, FIGURES ET BAINS.
Les travailleurs arrivant
d'Europe par le chemin de
fer transsibrien rapportent
cjue de nombreuses troupes
sovitiques survotes par de
nombreuses escadrilles de-
vions militaires sont campes
le long de la frontire mont-
golienne entre I kurts et Chi-
'a. Bien que les officiels japo-
nais et sovitiques dnient la
ptoa lgre intention d'en ve-
nir aux maius, il est vident
que les troupes sovitiques
sont virtuellement sur le pied
da guerre.
SiiANC.A Le dpart ino-
pin du Gai Chang Kouang,
commandant de la UJeurnice
chinoise, de la confrence
d'armis'ice Shang.ii fail re-
douter une reprise des hosti-
lits.
Ce que dit le !
Prsident de
l'U. S. S. H.
S'tant mu dune nofe du
Matin faisant cho aux pi-
labres de ces jours-ci anti
de l'U.S.V.. M. Aidn (
va':er a bien voulu nous four-
nir (es renseignements que
voici :
Aprs le ; rem r ma
Jamaque. Ha'i. ceux-h i
aspiraient \ liriger )VS 5
cc sont |i\ rs d< s m
vr?s contre les dirigeants
actuels. C'est ainsi qu
lait rpandre ,!t s bruiti
malveillants pour laire
croire qu 11 \ avi i! i
ge c'est l'expression <
ye pur le Matin) |
S.II. Il n'y s rien de cela.
Les a ll.i i l'O.S.S.H.i
t bien i les. Actuelle
ment,lasso*:. lion ne doit pas
un seul centime. Tout si n
passif al liquid. File pos-
sde i ne encaisse. Le cona< il
la (fe.tide mettre une v.
la dis| sitiou /'fs di : .
clubs donl le! mi mbn s i
jou contre les Jami caina
"lin d'orgi niset nne lte i n
leur honneur.
An surplus, une M I
tc cor, |,.
permettra d i li ir des aom t ;
Dira aux i quipu i s nation us, 1
Ainsi pa r Andr Che-
isllier. '
m
a
:
VI il


:
*J '^\ hA nll 1
^ W J
Pow
st uendu qu'en bidons scellr*.
v^ ^"
Cin Varils
MARDI
Pourper.nellie tout !c monde du voir et d'entendre le grand
rtiite Iranais.
Maurice Chevalier
(a fine et intressante p'odrHion parlante
Le Petit Caf
icr*> redor et au prix xcepliomiel tte
Entre Gnrale : Gde 1,00
JhLDI
La prodiclion bien Parisienne
Bataille de Paris
H fine de gaiet, de chansonneties e! de conversation fr-n ; isea,
de srnei d'amour et de guerre.
Enire Gnale : 1 Gourde
Ne rlez pas. ces pris, ees deux belles et intenestantes ,) odue-
ItOBS parlante.
'Oh*
Au Hrpophoiphitcs de Chaux et Soucie
cl
l'Huile de Foie de Morue
Agrable au got et facilement
digestible elle est le complexe
rparateur de la Nutrition par
excellence
Laboratoires REGAGN0N & Cie
Pharmacien*
Agent Central pour l'Exportation :
Ch. MAGNANT
37. rue Davioud .. PARIS-16*
Panama Railro
Agents aux princ
Service de fret <
iship Line
ports d'Europe.
issgers en Ire
F Europe ci i lrique.
y. SlIELDON & CO, LU.
17, James Street,
PO I., E.nui AND
Angleti
% Ltd.
reeti
! ugland.
!
LE FAIT EST INCONTESTABLE
Il h uni Saillie
C'est la quintessence des meilleures
Varits de cannes d'un vaste territoire
runissant les meilleurs terroirs,
C'est ce qui fait son arme.
GOUTEZ ET COMPAREZ!
Mory Atlantic i- r ci; Corp. Di '
155, Boulevard d< S rail ou
1 Livre, France
Mory A Company,
Atlantic Freighl i g Corp. Div.
7t Quai dei l
Bordeaux, 1
I lernu Peron & S n kwell,
Boite Postsl 7s
Havre, France.
Atlantic Freigbtii | Corp.
Ballinbau8, [Jaml urg 1, Gi
s
Atlantic lu ,. i lii Corp,
rverp Diviiii

Stemmann A t ompa
1'. O. Ro. 1069,Rotterd

|!|
A/B^W. l;,
Atlantic Freightii g for]. 1/
Ski on K),
Stockholm, v v ed< n.
A/B Petterason el Holn sln
lanlic I rei( I ling C( rp, I.
Ski | pabron
Golhenburg, Sweden.

Ha
Belgique;^
Atlantic Freighting Corp.
i umann 11 Co
21 i j 11 i Jon
Antwerp, Belgium,
Danemark
'<. Rei dix el ( ompan},
( ( j.eni ; /'i D, V< ni
Itali
A. Cerrsn et Company
Via Banchi 3,
Genca, Italy.
u p.Div.
\ m i ot de Paul
i e.
i
. Div.
lique,
e.
t ( ( ...
b ique,
. I rao
' orp.J
5, Di i mi n, Ger.
Corp.
in J,
I,
, uv.
l{
den.

Espagne
IMgado,
Norvge
31 l'i.


; i ?
Lundi
2 Le Matin
4 PA ES
25 me ANNE N- 7632
Port-au-Prince
Tlphone : 2242
***..-. .-. |
Alumtiium Liiie
CE QUI N'A JAMAIS T Fa!T;
CE OUI NE.PEUT TRE DPASSE
L part de New Orlcai s et Mob pour Port n a Pr
Senti h miugo et Mncar!')
p.jris Dparts Dcen Dparts janv.tr
New Orlan La 1er dc. 2'Jdcembre
Mobile, Ah 3 lceai ne :>1 dc rnbre
Port au Prince (arriv) 10 dc. 7 janvierj
ei
{ janvier
Petit Goa\e( arrive ) 12 dc.
Aux Cayes ( arrive ) 12 dc.
Jacmel ( ri ri j ]\ 1 d.'.
Santo Dgo C ly..,- ^jt6 dc.
San Ps Iro de M i^.-i. 17 dc.
Ificaraib? Venl "20 dc. 17 janvier
;) janvi i
y i '.-.
1 lja ivier
1.'} |;iii\
1 1 jao i
<-
2 s
l fvrier
6 tvi '
'i fvrier
(vri r
fvi ier
lv: P
r
8
10
11
14
Ports bud Hatiens
paits Fvrier
23 fvrier 1932
'2.") fvrier 1932
3 mars 1932
.") mors 1932
mais 1932,
7 mars 1932
9 mars 1932
10 mars 1932J
13 nurs 1932
Dpirts de N w'O.l uis et Mobile nour^ Port an Prince ort Jdu N>;j Hatiens
Sanlo Domii go*-"t Mocaraibn.
Port
Dparti Dcernb
New Orlans, La. dpart 15 rnb efl931
Mobile Ala. La dpart 17 dcem bi
Port au Prince, ( arrive ) 21 dcembre
Gap Hatien ( arrive } '2' dicenibre
Paetro Plata ( arriv )
Sio Pedro de tfacoris
Santo Domingo R, i>.
Maearabo, Ven.
27 dcem
2 ) d e obre
dcem 'c*
janvier
Dpai la Jan ier
12 janv er
L14 janvii r'
[21 janvu?r
23 jan vu r
2 1 |anv er
2u' janvier
J|27 jan ver
30 i invier
Part-an-Prince, le 27'oovembre 1V31
Pour tous les autres renseignement* 'adresser i (essieurs
A. De MATTEIS & Co, Ag pis tinraux.
Dparts Fvrier
9 lvrier 1932
11 lvrier 1932
18 fvrier 1932
20 lvrier 1932
21 lvriei 1932
fc3 lvrier 1992
24 lvrier 1932
27 lvrier 1.132
(' i bar' chic et lgant a
t ouvert en re le camp d'a-
viaton et Masco o vous
tr uverez des sandwiches du
meilleur choix, des boissons
de premire qualit des
prix trsjraisonnables et o
le propritaire Mr Karl Modl
et Mme vous rservent le
plus ebarmant accueil.
Mesdames, Mesdemoiselles
Messieurs, venez vous en
et rend compte.
Kola Champagne
F. SJOURN
[Prpar dans des condili
D'ASEPSIE
Prparation el 'e
PharmasiiF. SElOUMi
ne; odes rues Roux pi dn ('.en'
Laboratoire SJOURN
i F.
' R,
M.
An
tsi ma
DlREGTWRS
Sjourn, Pharmacien
SJOUR**, Pharmacien de l'Un rsit le Paru
.Sjour**, Piiirmacieide l'universit de Paris.aacia*
interne des Hpit i as de Pari
ilvses des Urines, du suc gastrique, du sang (JWai-
un, Ure, Constante d'Ambard, Glycmie).^
Des crachats. Des matires tcales.
Les rsultats obtenus cl.aaj.
jour prouvent que
L'Hipposarcine ft0y
tpccialit franaise
est le. meilleur reconstituant
En rente chez : Pharmiw
Siourn. Pharmacie Hatitnu
r Dr Ed. Roy ), Pharmacie 2
Dr Buteau, Pharmacie de j*
sephValm.PharniacicGelrartl
Pharmacie Commerciale et Si-
mon Vieux.
Ppmpppip.ripntci liciter sa grce, et qu'il n'a
i hes l'un en -v- ; ; ,
ms ; r texte d'hnm mit,
essaie de se (ail p ird inner,
p ir sa v c ime, so i acte d'o-
dieux arbitra
Me Hermann Malebrai
a t lies sensible aux tc-
in ngnag s de gran le sympa-
t lie dont sa te m me, ses e i
1 mis et ses parents ont
I objet, au coins de son eui-
prisoooement. Il, ne saurait
u iblier, non plus, les mar
pies d'afiectueuse estime que
ses nombreux contre es
tint d'amis sesontfempresss
us lui apporter %laiaprison,
dj mme que lesljrc i
tiatet- expressions^ de vive
.unitilveuues des contr
et des^amis de la ^province.
II leur eu exprime toute sa
gratitude.
11 tient,,Jout particulire"
ruent, remercier Le Pc
le\houuelli$te,\ Uaiti Journal,
L'Action Nationale, Le kalin,
l Appel, etc,aqui n'ont pas lie-
site a dire leur-opinion sui
uue allaire dont lj solution
tait toutejindiquc par i
plication de la loi et i
meilleur comprhension de
la dlicatesse et des nuai.
ces de l'ducation.
Et c'est uu devoir jour Un
de remercier Monsieur le Pr
sideul de la Rpublique de
sa gracieuse mesure de lib-
ration, et, tout spcialement,
M.Vl. le Btonnier JJci.uo u,
le Prtet Fautant, le Magis-
trat Communal Dui [oeaud,
le dput Chtelain, les ami
et les parents qui ont spon
taucmeul entrepris des d
marches CCtli lii A h
Oblig, en nie.ne temps, i
dcimer qu'il n'a jamais, ni
sollicit, m demande de sol-
THE RlYAL "m.ML STEAM
Mme Vve St I !i\ Duv Ha
et ses enlants ; Mr V*i
Duncan, s lonse ne Li
li i Duviella et leurs entants,
i te 0 belis Du vieil -, \I<
Vei i Duviell i cl son
Sambour,
Vie Alci le Duviel a, Mr Vil-
larsIUuvi :11a, Mlle 'Me mi
Duvieiia.li s l imillesDuvieHa,
Mnlas Alphonse, Sambour,
Clairlond, et tous les au in-'
parenti el allies remercient
bien sincrement M "-sieurs
les Sn iieu; sdu Dp i lement
l'Ou '. le Personnel !"
nprimerie Nationale, le
Chel*d la M liaon Militaire
du Prsident de la Rpubli-
que,^'A Iministrateur de I' i
pital i ro li al, les Directeui s
d s journaux de Port* in-
Prince, les M* nib'cs du Bar-
reau rie Port-au-Prince, le
Personnel du Quai lier G in
rul de la Garde d'Hati.et tous
les amis le la Capitale el I
la Province qui leur onl
donn des nnrqu :s d sympa
lliie l'occasion de la perte
cruelle qu'ils viennent d'-
prouver en la nersoune de
SAINT FELIX DUVIRLLA,
tn i i I ih i ds ',) t tu a l'Im-
pi imei ie Nationale, dc l le
I > m ira en co irs et I . prie
d'agrer ici
leur inaltrable
s.mce.
e (pression ;de
raconna is-
Le]sU amer i Gab )on ve-
nant de Kingston et dn Sud
. ta Port-au-Prince le mnr-
li 2 co irant prenant Irt ft
uasaagers pour l'Kurope via
les ports clu Nord.
Prix du pa sagejor 100.
The Royal kail Stea n
P'ackei Co.
i" \. J. BIGIO
s-s c-
( LIGNE COLOMBIENNE )
Tlphone \T" 2 5>?
Le vapeuriMartiniqneaVoy.
95, veiiiut directement (le
New-York esl atten lu ici le
29 courant,en route le mme
jour pour les ports colom-
biens, Ci isiobal, Ciiial Zone,
Kingston et NcwVork.
Le manifeste de ce navire
reu par avion est la dispo-
sition des clients dans nos
bureaux sis ang'e rues L.alit
et Dants>Destou< lies.

Le vapeur Rolivaro VTov.
'.'li, partira de New-York le
10 courant, directement pour
Port au Prince.

Le vapeur B.iracoai Voy.
100, partir de New York le
1er avrlt prox, pour tous les
ports h ntiens.
William E. BLEO,
Agent.
Itpiia lanl llaliea
Accidents
13 Mars 1932
Rodo'phe Germain, rue St-
Martin. Lmpoisonnernent par
essenc1 de noyau (hospitalis)
Lamour Heus, 37 an, Biso-
Inn. Contusion la jambe et d
la grille costale tace postrieur
/(hospitalis).
Drilus Montas, 20 ans, Bel-
Air 131esuracontuse de la lvre
suprieure gauehp.
Tlphe LhrisRon, 40 ans,
( Grand'Hue. Blessure contuse du
Iront et une corchure la lvre
infrieure.
I Yvonne Dsilus. rue St-Mar
lin. Morsure de chien 'a cuisse
< droite
j El^onarp Seiti, rue St-Mar-
, tin. Morsure d chien la r-
j gion lessire.
j Max Bruny, rue S-Martin
I Morsure de chien h rgion
tesire-
Germaine Gonna:n, rue Si
Martin. Mo-sure de chi a l'a-
vant bras gauche.
Emile Via'd, 41 ans, rue des
I Casernes. Blessure contuse de
la 't.
Toussaint Fils-Aim, 54 ans,
ue. Traumatisme du nez el
du corps en gnral.
Joseph Jean, 34 ans, Lalue.
Blessure du Iront.
Jean Joseph, 14 ans, rue R
vnlution. Blessure contuse des
dmx pa mes d la main.
14 Mars 1932
Mme Charles Dehoux, 01 ans,
Marlissant. Blessure contuse de
la joue droite.
Sylvio Vieux, 24 ans, rue Ti-
rptmssp. Blessure la lvre in-
trieure de la bouche.
Tercilia Occdien. 20 ans, quar-
tier Sl-Jo.eph. Empoissonne-
ment par essence de noyau.
Fleoricir Pierr, 70 ana.Poslei gauche.
Marchand. Blessure conlusedel Fernande D.ho x, 19 am,
a rgion fronto-temporale. JMarlissont. Egr.ii',;nure l'
Andr Benoit, 2(5 ans, qusr- i psule droite.
ti r 5t-Joseph. Contusion de la
hanche.
Louism Elcius, 40 ans, Ville
Bonheur.Contusion dn scrotum.
JenatySimon,26 ans.rue Ru-1
nion. Blessure confuse da Iront.
Fritz Lorhard, 32 ans, Posta
Marchand. Blessore contuse d j
Iront.
j Pierre Emmanuel, 42 ^ns
Bois John. Contusion si hema
toma de l'avant bras gauc ht
avec lgers rosion.
Elmon Tippenhauer, 23 an,
Grand'Rue. Tgre blessure du
cuir chereln.
InnocentKester.lt SOS, Croix
d s Bouquets. Fracture probi-
ble de l'avant bras gaucha.
Yvonne Volcimus, 2 ans, rue
des Csars. Brlure 1er degr
de la planta du pied droi'.
Augustin Irague, 3 ans. rua
de l'Egalit. Fracture probable
de l'avant bras gauche.
Matellia Ducos, la a ,
_ il-.iv Pli lorius. 1 an, l)ii
ni. Collision interne, ( hosa
talis ;. v '
:?
LePt; >A
',
'
I r. F-_i -1 *
j u 'bj
T- "
I
el! -i ;
! . .
efl dc t:.
r' < ^ -r-. ie -., | rimJttNg
lj loioa eberf
. > P: 2 J 3 Mulei
piqua ne
Grand'Rue Blessure
du mdius droi*.
Lorvana Ma hien, 50 in,
Grand'Rue. Contusion du coud"
et de l'avant bras gauche.
Mme Dessain Exalon, 30 ans
Poste Marchand. Blessure oon-
luse du cuir chevelu.
Eugnje Guerrier, 20 ans,
Ail
SAiM LUE
Le steamer Gu vaqiiil t
est allendu poit-au-Prioce,
venjnt de N.-York le lundi
28 mars 1932,avcc : 114 sacs
Bel-Air. Blessure contuse de la ,e correspondance < I partira
jambe droile. lemme jourdin cteuuntponr
Victoria Cilhomme, ru St- Cristobal,Cauai Zoi e.preaanl
> arlin. Morsure de chien la i^t, et malle.
Jas. H. 0. VAN REED.
Agmt Gnral,
jambe gauche.
, Rose Rosemond.il ans, Port-
r-Prince. Contusion de h nu-
que.
5 OOvia Jn-Jumeau, 48 rr
Portail i Joseph. Blessure co
tuse du Iront.
(ASTHMEi'-SS
8oulaKeinent Immdiat n gu f
I Globules Fsbsmd
Alber. Denis, 50 ans, rnel'e R. IM'tT.X^c'. TSS^
Blessure tranchante du mdius

E. DALIOHOIX. 27 H"*' i
Uolt-Colou.be lS*fll
JTC.U1 AU 1U 111*11
Insurance Co
Une des; plus fortes, COMPAGNIES
[CANADIENNES d'ASSURANCE
sur la VIE
EUG.'Le BOSSR& Co
Aaents Gnra i
ASSUREZ-VOUS
la
General Accident Fire L ?
Assurance Corporation \M\
de Perth ( Scotland
Uar ta GENERAL* est une des pins anissau'.eset des ni n vas', s *
ie ce genrts. Le soleil ne se couche .. n lis sar son champ i
.n mde r
s Polices contre incendie couvrent aussi les dbats n ,, ,r"
Ses polices pour Automobiles couvrent vola, incendie, n.al ll*
causes a autrui ans sa personne a dans ses biens
Ses Polices Maritime misai par ses branches'dEurope sont payables
Ses Polices cjntre accidents sjnt valables dans 1 univers entier Tous h V(N"
ion devraient donc prendre la prcaution 4e m munir d'une polic coi; te
i.. i moins 4000 dollars, lu pr.me annuelle n'laut que de 1/2 % soit l "
Veuve F. BERMINGHAM, AuxCaves
aa^
1 \ \K
Agent Gnr- pour!In I
fn* -n-TV,nre; 1 CJLG


University of Florida Home Page
© 2004 - 2011 University of Florida George A. Smathers Libraries.
All rights reserved.

Acceptable Use, Copyright, and Disclaimer Statement
Powered by SobekCM